Vous êtes sur la page 1sur 2

Le rôle du jeu didactique en classe de FLE

« L’enfant qui ne joue pas n’est pas un enfant,


mais l’homme qui ne joue pas a perdu l’enfant qui vivait en lui » Pablo Neruda

La didactique des langues connaît à présent une évolution constante en ce qui concerne la
démarche pédagogique. Dans ce domaine, le but de l’enseignement est de développer chez les
apprenants des compétences de communication et d’expression orale et écrite. Le rôle de
l’enseignant n’est pas seulement de fournir à ses élèves des notions théoriques, mais aussi de
trouver des diverses méthodes et techniques pour rendre leur apprentisage plus motivant et
attrayant.
Pour entraîner les élèves à l’expression orale ou écrite on a besoin d’utiliser des supports
variés: à part l’étude des textes littéraires, de la poésie ou même des bandes dessinées on peut
employer des moyens ludiques pour envisager le français langue étrangère dans des contextes
différents. Le jeu fait partie intégrante de l’univers de l’enfant et c’est pourquoi il représente une
source de motivation puissante. Mais quelle place occupe-t-il aujourd’hui à l’école?
Le jeu est un outil pédagogique très utile à n’importe quel niveau d’étude. Même si on a
longtemps considéré que le jeu peut être utilisé uniquement par les enfants plus petits, il y a
pourtant des aspects qui prouvent le contraire. Le jeu représente une formidable source de
motivation et permet aux apprenants d’utiliser de manière créative et collaborative toutes leurs
ressources communicatives. L’apprenant est ainsi mis au centre de son apprentissage. On peut
utiliser des jeux dans la classe de FLE pour enseigner le vocabulaire ou la grammaire, tant à l’oral
qu’à l’écrit.
Qu’il soit individuel ou collectif, le jeu est une activité qui attire l’ttention des élèves, mais
pour que le jeu soit correctement choisi, l’enseignant doit tenir compte de plusieurs critères: l’âge
des apprenants, leurs intérêts, leurs aptitudes et leurs besoins. Le professeur doit choisir l’activité
la plus appropriée, expliquer les consignes, préciser les objectifs en fonction du niveau des élèves
et préciser son intérêt, ce qu’il apporte de nouveau.
Pour ce qui est du matériel ludique utilisé en classe de FLE, les professeurs doivent se
munir de supports variés, séduisants et de préférence polyvalents. Le plaisir esthétique d’un joli
support permet de marquer l’activité d’une empreinte affective : on se souviendra d’une règle de
grammaire, d’une structure langagière, d’un mot du vocabulaire, d’une séquence d’interaction si
on peut y rattacher le souvenir d’objets et d’activités concrètes auxquelles.
La diversification du matériel exige d’être accompagnée d’une diversification des
structures ludiques mises en œuvre Par conséquent, les enseignants doivent élargir leur
connaissance du corpus de jeux existants, de manière à faire appel à des compétences différentes,
favoriser des intelligences différentes, profiter du plaisir de la découverte.
Le jeu fait vivre la langue en action. Il favorise la mise en œuvre de compétences
communicatives, rapides et imaginatives. Tout cela est encadré par des règles qui infèrent le
lexique, les codes sociaux et les structures grammaticales à employer. Il nivelle, de ce point de
vue, les écarts entre les « bons » et les « mauvais » apprenants. Puisqu’il fait appel à des
compétences dont on n’a pas toujours besoin en classe de langue, des apprenants démotivés
peuvent démontrer des talents innés ce qui aboutit à une plus grande motivation, un regain d’estime
de soi et d’estime des autres membres du groupe.
J’utilise les jeux dans les classes de FLE dans le but de :
-briser la monotonie des séances, la rigidité de la relation pédagogique traditionnelle ;
-laisser les apprenants éprouver des rôles divers (partenaire, leader, adversaire) ;
-mener à parler pour agir ;
-éveiller l’intérêt, la curiosité, le sentiment du besoin d’apprendre ;
-servir pour la pratique et le renforcement ;
-tendre vers l’expression libre et spontanée ;
-mobiliser le vocabulaire et les structures acquise d’une façon nouvelle et créative ;
-développer la capacité d’improvisation ;
-apporter un feed-back à l’enseignant et aux apprenants ;
-dédramatiser l’erreur.
Cuq et Gruca (2013) distinguent quatre catégories de jeu: les jeux linguistiques, les jeux
de créativité, les jeux culturels et les jeux dérivés du théâtre.
Les jeux linguistiques comprennent les jeux lexicaux, grammaticaux, morphologiques ou
syntaxiques, phonétiques et orthographiques. Ces jeux permettent de découvrir des structures, de
manier certaines règles de la langue ou encore d’intégrer et de mémoriser les règles. On trouve une
palette assez riche de jeux linguistiques, oraux ou écrits. Il y a, par exemple, le pendu qui permet
de travailler l’orthographe, le pictionnary pour s’entraîner sur le lexique, les virelangues pour la
phonétique etc.
Dans les jeux de créativité, l’apprenant implique sa personne en se laissant porter par son
imagination et son côté créatif. Ce type d’activité met en valeur le potentiel langagier des
apprenants. J’utilise, avec mes élèves, les acrostiches, les anagrammes, les calligrammes ou bien
le jeu de « 4 images, 1 histoire » (les apprenants ont quatre images qui n’ont aucun lien entre elles
et ils doivent créer une petite histoire à partir de ces images).
Les jeux culturels mobilisent la culture générale et les connaissances des apprenants. Ces
jeux peuvent aussi avoir une dimension interculturelle. Il y a plusieurs jeux de ce type : « Trivial
Poursuit », « Questions pour un champion », le baccalauréat, etc.
L’intérêt des jeux dérivés du théâtre est qu’ils permettent de travailler l’expression orale et
de développer par la même occasion la créativité des apprenants. Les jeux de rôles et les
simulations globales sont des jeux parfaits pour travailler la communication. Il convient de préciser
qu’il est possible que ces typologies de jeu se croisent. En effet, un jeu peut être à la fois à
linguistique et culturel, créatif et théâtral et ainsi de suite. Par exemple, le jeu de rôle est un jeu
aussi bien théâtral, que créatif et linguistique car l’apprenant mobilise ses compétences
linguistiques pour s’exprimer à l’oral et sa créativité pour inventer ses répliques.
Pour conclure, l’emploi des activités ludiques en classe de FLE suppose l’utilisation des
procédures de créativité concernant l’exploitation des documents authentiques pour motiver et
déclencher la créativité chez les élèves et réfléchir à une démarche de diversification des méthodes
et procédés didactiques chez les professeurs.
Les jeux permettent de sortir de la monotonie de la classe, expérimenter, imaginer, créer,
tester la capacité des élèves et résoudre des problèmes. Dans le jeu, l’élève devient actif : il est
mobilisé et ne tombe plus dans la lassitude et l’ennui.

Bibliographie :
Cuq, J.-P. et Gruca, I. (2013): Cours de didactique du français langue étrangère et seconde.
Grenoble : PUG
Munteanu, E. (2007): À l’école avec le français langue étrangère, Editura Sf. Mina, Iași
Silva, H. (2008): Le jeu en classe de langue, Ed. Cle International
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01215251/document