Vous êtes sur la page 1sur 23

ICFA – S.

D- MGUC G8

LA GESTION DU STOCK
ET DES APPROVISIONNEMENTS

PLAN DU COURS

1/ LA FONCTION LOGISTIQUE
1.1/ Les flux entrées sorties
1.2/ Suivi des stocks

2/ CALCUL DU NIVEAU DES STOCKS


2.1/ Cadencier et fiche de réassort
2.2/ Différents niveaux de stocks.

3/ LES COUTS LIES AUX STOCKS ET AUX APPROVISIONNMENTS


3.1/ Le coût de passation de commande
3.2/ Le coût de possession du stock
3.3/ Les coûts liés aux ruptures de stock

4/ PROGRAMMER LES APPROVISIONNEMENTS


4.1/ En avenir certain
4.2/ En avenir incertain
4.2.1/ Dates fixes quantités variables
4.2.2/ Dates variables quantités fixes

5/ LES INDICATEURS DE GESTION DES STOCKS


5.1/ Le stock moyen
5.2/ Le coefficient de rotation des stocks

6/ VALORISER LE STOCK
6.1/ Evaluation des entrées et sorties
6.2/ CUMP
6.2.1/ Après chaque entrée
6.2.2/ En fin de période
6.3/ le PEPS ou FIFO
6.4 L’inventaire

1
ICFA – S.D- MGUC G8

1/- LA FONCTION DE LA LOGISTIQUE

Définition :
Dans le domaine économique, c’est l’ensemble des activités ayant pour but de mettre en place, au
moindre coût, la quantité de produits adaptée au moment et à l’endroit de la demande.
Le système logistique assure l’écoulement des flux :
- d’approvisionnement en marchandises,
- de planification des commandes, de transport, de réception des marchandises,
- éventuellement de distribution physique de produits, depuis le point de vente jusqu’au client
si livraison à domicile.
- Le SAV,
- L’organisation des flux d’informations à travers le SI, incluant les EDI (Echanges de
Données Informatiques)

1.1/ LES FLUX D’ENTREE ET DE SORTIE DES MARCHANDISES

Les mouvements de marchandises sont liés au fonctionnement du ,


selon le schéma

Le rôle du gestionnaire est de suivre le déroulement de chacune de ces étapes, suivant le tableau ci-
dessous :

OPERATIONS MOYENS MIS EN ŒUVRE JUSTIFICATION

- Contrôle de conformité entre - Détection des anomalies de livraison


les quantités livrées et (articles manquant ou erreurs)
Saisie des entrées commandées - Calcul des quantités restant à livrer
- Fiches de stocks - Mise à jour des stocks

Identification des articles - Etiquetage si nécessaire


- Obligation légale
livrés et mise en rayon - Signalétique de articles en
- Information du consommateur
des produits rayon

- Saisie des sorties par lecture du code - Permet la connaissance en temps réel des
Saisie des sorties barre aux caisses de sorties, reliées au ventes
système informatique du point de vente Mise à jour automatique du stock

- Commande de quantités nécessaires


Détermination des Elaboration des calendriers pour satisfaire client
quantités à commander d’approvisionnement - Limitation des commandes pour
limiter les stocks

2
ICFA – S.D- MGUC G8
2.1/ - LE SUIVI DES STOCKS

Justification et utilité des stocks


Les stocks permettent de réguler les flux et de répondre à la demande des consommateurs entre 2
réapprovisionnements.
Le stock est nécessaire dans l’U.C :
 Pour proposer un assortiment attractif (

 Pour anticiper une augmentation du volume des ventes (promotions),


 Pour négocier, grâce à la quantité commandée, une baisse tarifaire par exemple.
 Pour anticiper une hausse des prix
 Si les produits sont soumis à une forte saisonnalité des ventes

Contraintes et inconvénients des stocks


Cependant, une durée trop longue de stockage
 retarde l’encaissement des marchandises : dégradation de la trésorerie et incidence sur le
BFR.
 Risque de stock démodé, obsolète, devant, pour être écoulé, faire l’objet de promotions ou
soldes
 Sources de frais supplémentaires :
o Frais de stockage,
o Frais de personnel de magasinage
 Risque pour les produits périssables : dont la durée de stockage est évidemment limitée :
perte

Objectifs du suivi des stocks


2 objectifs majeurs :
-
-
Pour atteindre ces objectifs, le gestionnaire doit :
 Connaître en permanence les niveaux de stocks, pour commander les bonnes quantités au
bon moment
 S’assurer d’un volume de stock optimal pour satisfaire la demande même en période de
réassort.

3
ICFA – S.D- MGUC G8

2/- CALCUL DU NIVEAU DES STOCKS

2.1/ - CADENCIER ET FICHE DE REASSORT


*- Le niveau de stock se calcule généralement à l’aide d’un cadencier manuel ou informatique plus
généralement, qui référence le stock initial de la période, les commandes, les entrées (livraisons) et
les sorties (ventes)
Il permet de calculer à partir de ces données le stock final de la période :

A noter que le stock final d’une période « A »correspond au

Période 1 Période 2

Réf SI C L V SI C L V SI

A 10 10 8 7 11 10 10 12 9

B 9 20 20 15 14 25 25 19 10

SI = stock initial C = commande L = livraison de la période / V = vente de la période

*- La fiche de stock fonctionne selon le même principe, mais est utilisée pour obtenir des
informations sur une gamme de produits en particulier.
Exemple :
Rayon : Petit électroménager
Unité de livraison : 1 article
Article : grille pain
Délai de livraison : 3 jours
Marque : X
Stock de sécurité : 2 articles
Référence : achdsjfj
Stock Stock
Dates Commandes Entrées Soties
initial final

Période 1 10 5 10 12 3

Période 2 8 3 8 7 4

4
ICFA – S.D- MGUC G8
Lorsque le suivi des stocks est informatisé, la mise à jour se fait en temps réel, grâce à la lecture des
codes barres des articles réceptionnés en magasin, et aux caisses de sorties.
Un progiciel émet alors des ordres de commandes, transmis par EDI (Echange de données
Informatisées) au fournisseur (voir cours marketing).
L’informatisation du système permet une réduction des coûts d’approvisionnements, et une
réduction des délais. La gestion des stocks se fait également plus en flux tendus.

2.2/ - LES DIFFERENTS NIVEAUX DE STOCKS

STOCK ACTIF Marchandise vendue entre deux approvisionnements

Niveau de stock détenu en permanence pour faire face aux


imprévus :
 éventuels retards de livraisons,
 accélération des ventes pendant le délai de
réapprovisionnement….
Est aussi appelé « stock outil » car immobilisé d’un point de vue
comptable.

Stock qui couvre la demande durant le délai de livraison

STOCK
D’ALERTE (ou stock
critique, ou point de
commande.

STOCK D’ALERTE = STOCK + STOCK

RUPTURE DE Niveau de stock 0, atteint avant que n’intervienne une nouvelle


STOCK livraison. C’est une situation de pénurie de stock

5
ICFA – S.D- MGUC G8

Dans cet exemple, on commande une quantité fixe à des intervalles de temps égaux et, entre les
livraisons, le stock diminue de façon linéaire ; en fonction du temps ; compte tenu de la demande
exprimée.
Le seuil d'alerte déclenche le processus de commande. Il est calculé pour couvrir les ventes
entre le moment où l'on constate le besoin de réapprovisionnement, jusqu'à la mise à
disposition de la nouvelle livraison.
Les ventes qui se produisent durant le délai de livraison représentent le stock minimum. Si les
ventes dépassent ce stock, la pénurie dans l’UC est évitée grâce au stock de sécurité. Celui-ci est
donc entamé si la demande exprimée au cours du délai de livraison est supérieure aux prévisions ou
si le délai de livraison est exceptionnellement long, couvrant ainsi les hypothèses les plus
pessimistes.

6
ICFA – S.D- MGUC G8

3/- LES COUTS LIES AU STOCK ET


AUX APPROVISIONNEMENTS

3.1/ LES COUTS DE PASSATION DE COMMANDE

Le coût de lancement ou coût de passation des commandes représente tous les frais issus de la
constitution et du renouvellement des stocks.
Il est supposé être proportionnel au nombre de commandes passées dans l'année.
Ce coût inclue
- Les salaires et charges sociales du personnel des achats,
- Les frais de réception et de contrôle des produits livrés
- Les frais liés à la gestion informatique du stock
- Les frais de fonctionnement des services d’approvisionnement (loyers, amortissements des
locaux, chauffage, éclairage, frais administratifs (tél, timbres etc.)

Coût de passation d’une commande =

De même, Coût de passation des commandes =

3.2/ / LE COUT DE POSSESSION DU STOCK


Posséder un stock signifie d’abord le financer, puis le conserver en réserve.
Comporte :
 (amortissement ou loyers des locaux,
amortissement du matériel de manutention, etc.)
 les salaires et charges sociales du personnel de magasinage
 : (éclairage, chauffage, entretien,
assurances, sécurité, etc…)

7
ICFA – S.D- MGUC G8

On admet, en général, que ces frais sont

D’où

Taux de possession =

De même, Coûts de possession des stocks =

Stock moyen = (Stock initial (début de période) + stock final (fin de période)) / 2.
(Voir Chapitre 5)

3.3/ LES COUTS LIES AUX RUPTURES DE STOCKS


Se traduisent par
-

Le taux de rupture de stocks avoisinerait les 10 % en grande distribution, selon la source ECR
France, qui est un organisme paritaire regroupant distributeurs et industriels.
L’évaluation des coûts de pénurie des stocks est très difficile, mais les distributeurs et leurs
fournisseurs mettent en œuvre nombre d’efforts pour pallier à ce problème tant l’enjeu est
important.

8
ICFA – S.D- MGUC G8

4/ PROGRAMMER LES APPROVISIONNEMENTS


Plusieurs méthodes, selon que l’on est sûr des dates de commandes ou non.

4.1/- PASSER LES COMMANDES EN AVENIR CERTAIN :


REAPPROVISIONNEMENT A DATE FIXE ET EN QUANTITES FIXES

Les livraisons de quantités égales se font à dates fixes.


Cette gestion convient à des produits et dont la demande
est

AVANTAGES INCONVENIENTS

* Risque de rupture ou d’inflation du stock


si

* Simplicité
* Possibilité de ristourne de volume si la *
quantité fixe est élevée

Ce type de gestion est proche de la notion de quantité économique du modèle de Wilson.

Dans ce modèle, on considère que la demande est stable sans tenir compte :


("avenir certain").
9
ICFA – S.D- MGUC G8
Pour utiliser cette méthode, on émet donc les hypothèses suivantes :
 La demande annuelle est connue et certaine.
 La consommation est régulière ( ).
 Les quantités commandées sont .
 La pénurie, les ruptures de stock, sont exclues.

On suppose que la gestion du stock s'effectue sur une période annuelle. La problématique est de déterminer
la quantité et périodicité optimale des commandes permettant de minimiser les coûts établis en début de
chapitre 3.

Sur le graphique ci dessous, on considère que les coûts de passation sont proportionnels au nombre de
commande et que les coûts de possession diminuent car un grand nombre de commandes diminuent la valeur
du stock moyen.

Coût global = coût de passation + coût de possession.

Pour :
Q = quantité annuelle vendue (demande exprimée à l’uc)
P = le prix unitaire du bien
T = taux de possession du stock
A = coût fixe de passation d’une commande

Le nombre optimal de commandes, N, permettant de minimiser le coût global de gestion du stock


est :

10
ICFA – S.D- MGUC G8

Exemple :
 Prix unitaire : 5 euros
 Demande annuelle exprimée : 2000 unités
 Taux de possession : 8 % du stock moyen
 Coût fixe d’acquisition par commande : 30 euros :

N=
La quantité économique de la commande est de

4.2/- PASSER UNE COMMANDE EN AVENIR INCERTAIN


4.2.1/ DATE FIXE ET QUANTITES VARIABLES
Appelée .
Les approvisionnements sont réalisés à intervalles réguliers, et les quantités commandées varient en fonction
des besoins.
Cette méthode conduit à un programme d’approvisionnement, avec des dates de livraisons fixes.
Cette méthode s'applique à des produits :


Exemple, à partir de la base suivante :
Les prévisions de ventes hebdomadaires d’un produit sont les suivantes pour les
semaines 11 à 15 d’une année :

N° de semaine 11 12 13 14 15
Prévisions des
60 50 60 70 60
ventes

Le stock de sécurité est fixé à 50 unités


On dispose en stock initial de 100 unités.
Le délai de livraison est d’une semaine.
******************************

11
ICFA – S.D- MGUC G8

Un magasin est livré tous les 15 jours, le premier jour de la semaine.


Démarche : chaque semaine, il faut conduire le raisonnement suivant : (suivant la méthode du
cadencier, à laquelle on ajoute le raisonnement de la livraison)

1/ Calcul du besoin en réapprovisionnements


Besoin = ventes jusqu’à la prochaine livraison + stock de sécurité.

(exemple : besoin semaine 11 = ventes des 15 jours suivants + stock de sécurité


= (60 + 50) + 50 = 160 unités.

2/ Détermination des dates de livraisons


Elles sont nécessaires si le stock initial (SI) est inférieur au besoin.

Exemple : la livraison est nécessaire en semaine 11 car SI < besoin.


Les livraisons suivantes interviendront donc les semaines 13 et 15.

3/ Calcul du volume de la livraison


Livraison nécessaire = besoins – stock avant livraison

Exemple : quantité à livrer en semaine 11 = 160 – 100 = 60

4/ Calcul du stock final


Stock final SF = stock initial + livraisons – ventes

Exemple : stock final S11 = 100 + 60 – 60 = 100

5/ Calcul des dates de commandes


Il suffit de tenir compte des dates de livraisons.

Ici, les commandes sont passées le lundi de la semaine précédant la livraison (soit le lundi de la semaine
10, et le lundi de la semaine 12)

Raisonnement pour la semaine 12 :


Besoin semaine 12 = ventes de la semaine suivante (car livrés début semaine 13) + stock de sécurité =
50 + 50 = 100 unités

SI semaine 12 = SF semaine 11= 100

Pas de livraison en semaine 12 car SI = au besoin


SF semaine 12 = SI + livraison – ventes prévues = 100 +0- 50 = 50

12
ICFA – S.D- MGUC G8

D’où calendrier d’approvisionnements pour les semaines 11 à 15 :

N° semaine 11 12 13 14

Prévision des quantités vendues 60 50 60 70

Besoins en début de semaine 160 100 180 120

SI 100 100 50 120

Livraison 60 130

Stock initial après livraison 160 100 180 120

SF 100 50 120 50

Avantages Inconvénients

* Gestion des stocks simple.


* Immobilisation financière faible *
ou maîtrisée

13
ICFA – S.D- MGUC G8

4.2.2 DATE VARIABLE ET QUANTITES FIXES


Dans un contexte de flux tiré et de juste à temps, on détermine le niveau de stock qui déclenche
l'ordre d'achat (le stock d’alerte), de façon à être livré juste au moment de l'utilisation de la dernière
pièce.
Exemple :
Démarche : chaque semaine, il faut conduire le raisonnement suivant :

1/ Déterminer si l’on doit être livré


On calcule le stock final sans livraison.

S’il est inférieur au stock de sécurité, on devra être livré.

Semaine 11 : si l’on n’est pas livré, le stock final sera de 100 – 60 = 40 : quantité inférieure au stock de
sécurité de 50 unités : il faut donc être livré.

2/ Calculer la date de livraison de commande


On calcule le nombre de produits vendus par jour afin de connaître le niveau de stock journalier et
déterminer le jour de livraison.

Semaine 11 : ventes par jour = 60 / 5 = 12


Le jeudi, il resterait en fin de journée 100 – (4 jours x 12) = 52 unités en stock ; quantité supérieure au
stock de sécurité

Le vendredi, le stock serait de 52-12 = 40 ; inférieure au stock de sécurité : il faut donc être livré le
vendredi.

La date de commande est calculée en fonction du délai de livraison.


Exemple : semaine 11 : pour être livré le vendredi de la semaine 11, il faudra commander le vendredi de
la semaine 10 au plus tard.

La commande intervient quand le point de commande (stock d’alerte) est atteint.


Semaine 11 : le point de commande (stock d’alerte) pour la livraison de la semaine 11 = stock de sécurité
+ ventes pendant le délai d’approvisionnement = 50 + (12 articles x 5 jours) = 50 + 60 = 110 articles.

Raisonnement pour les semaines suivantes :


Semaines 12 et 13 : le niveau de stock final est suffisamment important pour faire face aux ventes,
tout en respectant le stock de sécurité : pas de livraison.
Semaine 14 : sans livraison, le magasin est en rupture de stock. Il faut être livré de 120 unités, dès le
lundi, car le stock initial est juste égal au niveau du stock de sécurité .

14
ICFA – S.D- MGUC G8

D’où le calendrier d’approvisionnements

N° de semaine 11 12 13 14

Prévision des quantités vendues 60 50 60 70

Ventes par jour 12 10 12 14

Stock initial avant livraison 100 160 110 50

Stock final sans livraison 40 110 50 -20

Livraison 120 0 0 120

Stock final 160 110 50 100

Dates de livraison Vendredi Lundi

Vendredi
Dates de commandes Lundi Vendredi
S10

Avantages Inconvénients

* Evite les ruptures de stock


* Adapté aux produits dont la demande est * Suivi permanent
irrégulière * Nombre important de commandes
* Simplification des la préparation des * Tentation d’un stock de sécurité trop
commandes par le fournisseur important
* Obtention de tarifs plus avantageux.

15
ICFA – S.D- MGUC G8

5- LES INDICATEURS DE GESTION DES STOCKS

5.1/ NOTION DE STOCK MOYEN


Sur une période donnée, le stock moyen est celui qui a séjourné en moyenne dans l’unité
commerciale
D’où la formule :

Exemple :
Un commerçant vend en moyenne 600 articles par mois. Les ventes sont régulières. Il
a le choix entre 3 solutions d’approvisionnements : passer une, 2 ou 3 commandes par
mois.

1 commande 2 commandes 3 commandes

Quantités commandées Quantités commandées Quantités commandées


600/1 = 600 600/2 = 300 600/3 = 200

Stock moyen

Evolution du
stock

Une autre méthode existe, à partir des ventes et du nombre de commandes de la période :

Stock moyen =

16
ICFA – S.D- MGUC G8
Dans l’exemple, avec 3 commandes, le stock moyen est de 600 / (3x2) = 100

Ces méthodes ont l’inconvénient de ne prendre en compte que les stocks de début et fin de période ;
elles peuvent s’avérer peu représentatives en cas d’activité saisonnière par exemple, car le stock réel
entre les deux périodes serait inégal.

5.2- LA ROTATION DES STOCKS


La rotation des stocks représente

C’est une notion importante à évaluer car elle permet :


5.2.1/ COEFFICIENT DE ROTATION DES STOCKS (CR) :

Exemple :
Dans un commerce de prêt-à-porter, les quantités de pantalons vendues dans l’année
sont de 360.
Le stock moyen possédé est de 120 articles.
La rotation des stocks est de 360 / 120 = 3
Le stock est donc renouvelé 3 fois dans l’année.

5.2.2/ DUREE MOYENNE DE STOCKAGE

La durée moyenne de stockage indique

Indicateur encore appelé « couverture de stock » : il indique alors le nombre de jours

17
ICFA – S.D- MGUC G8

Formule :

Dans l’exemple précédent, la durée moyenne de stockage est de 12 mois/ 3 = 4 mois

Autre possibilité :

Dans l’exemple ci-dessus, la durée moyenne du stockage est de (120/360) x 12 mois =


4 mois

5.3/ LES PRINCIPES ESSENTIELS DE GESTION DES STOCKS


Le gestionnaire des stocks cherche à obtenir , car
elle permet d’améliorer la rentabilité du point de vente :
 Une rotation accélérée diminue mécaniquement le montant du BFR, (Besoin en Fond de
Roulement) :

 Elle diminue aussi l’immobilisation financière du stock :


o moins d’investissement pour acquérir un stock moins important ; donc les couts
financier (emprunts..) induits sont moindres.
 Un stock limité permet d’être plus réactif

La rotation de stockage d’un produit peut aussi être un indicateur de choix lors de la
: le gestionnaire peut renoncer à des
produits qui tournent peu et qui occupent inutilement un espace de linéaire du point de
vente.

Cependant, une rotation élevée implique deux limites majeures :


 La fragmentation des commandes peut pénaliser le distributeur, en le privant de
réductions commerciales liées au volume d’achat. (sauf si l’Uc fait partie d’un réseau.)
 Risque de rupture de stock majoré : les méthodes d’approvisionnements en flux tendus
diminuent la marge d’erreurs.

18
ICFA – S.D- MGUC G8

6 LA VALORISATION DES STOCKS

Connaître la valeur de son stock est une obligation en comptabilité, et une nécessité pour le
calcul des coûts et la gestion de la trésorerie.
Les entreprises procèdent donc à un inventaire permanent des stocks, qui consiste à suivre les flux
d’entrée et de sorties des marchandises, à partir des données relatives aux quantités et aux couts
d’achats.

6.1/ L’EVALUATION DES ENTREES EN STOCKS


Les entrées en stocks sont évaluées au coût d’achat

Coût d’achat = PA + frais d’achat (coût de passation de commande, coût de transports, de réception,
etc…. Voir cour fixation du prix)

6.2/- LE CUMP

Consiste à valoriser les sorties et le stock en calculant une moyenne des coûts d’achat et du stock
initial, pour déterminer une .

6.2.1/ LA METHODE DU CUMP APRES CHAQUE ENTREE


Il s’agit de calculer le , après chaque entrée (=
livraison) dans la période, et les sorties sont valorisées à ce coût jusqu’à l’entrée suivante.

Exemple

19
ICFA – S.D- MGUC G8

ENTREES SORTIES STOCK


Coût Coût Coût
Quantité Montant Quantité Montant Quantité Montant
unitaire unitaire unitaire

S. I 40 1,50 60,00

Lundi 200 1,80 360,00 100 1,75 175,00 140 1,75 245,00

Mardi 90 1,75 157,50 50 1,75 87,50

Mercredi 200 2,10 420,00 80 2,03 162,40 170 2,03 345,10

Jeudi 90 2,03 182,70 80 2,03 162,40

Vendredi 200 1 96 392,00 110 1,98 217,80 170 1,98 336 60

Samedi 150 1 98 297 00 20 1,98 39,60

Il y a trois entrées dans la semaine, il faut donc calculer 3 CUMP


CUMP du lundi (60 + 360)/(40 + 200) = 1,75 €
Le CUMP est utilisé pour valoriser les sorties de stock jusqu'à l'entrée suivante.
Le montant en stock est obtenu par le calcul :

Stock = montant du stock précédent + valeur des entrées - valeur des sorties.

Stock du samedi = 336,60 + 0- 297,00 = 39,60 €


.

6.2.2/ LA METHODE CUMP EN FIN DE PERIODE


Il s’agit de calculer ce Coût Moyen Unitaire Pondéré une seule fois en fin de période : semaine,
mois, trimestre, année….
Méthode valable si le gestionnaire

Formule :

20
ICFA – S.D- MGUC G8
Exemple
Coût Coût
Quantités Montant Quantités Montant
unitaire unitaire

Sortie
Stock initial 40 1,50 60,00 620 1,93 1 196,60
s

Stock
Entrées 600 1 172,00 20 35,40
final

Total 640 1,925 1 232,00 Total 640 1,93 1 232,00

CUMP = (60 + 1 172)/(40 + 600} = 1, 925 € arrondi à 1,93 ,€.


Le stock final est obtenu parle calcul:
Stock final = stock initial + entrées - sorties.
= 60 + 1172- 1196,60
Les sorties de la période sont évaluées au CUMP de 7,93 ,€.

***********************
A noter que les résultats des 2 moyennes sont différents : le CUMP après chaque
entrée est plus proche des derniers coûts d’acquisition, le CUMP de fin de période
donne une moyenne des coûts d’achats dans la période.

Il faut savoir que la législation interdit de pratiquer plusieurs méthodes de calcul pour un
même produit.

***********************

6.3/ METHODE PEPS = PREMIER ENTRE, PREMIER SORTI (OU FIRST IN, FIRST OUT :
FIFO).

Cette méthode considère que les matières ou les produits entrés les premiers doivent sortir les premiers.
On évalue donc les sorties de magasin .

21
ICFA – S.D- MGUC G8

ENTREES SORTIES STOCK


Coût Coût Coût
Quantité Montant Quantité Montant Quantité Montant
unitaire unitaire unitaire

S. I 40 1,50 60,00
40 1,50 60
Lundi 200 1,80 360,00 140 1,80 252
60 1,80 108

Mardi 90 1,80 162 50 1,80 90

50 1,80 90
Mercredi 200 2,10 420,00 170 2,10 357
30 2,10 63

Jeudi 90 2,10 189 80 2,10 168


80 2,10 168
Vendredi 200 1 96 392,00 170 1,96 333,20
30 1,96 58,80

Samedi 150 1,96 294 20 1,96 39,20

Le Lundi, le premier lot (stock initial) est épuisé en premier, et on puise 60 unités
dans le second lot (entrée du lundi) pour valoriser les 100 unités sorties.
Il reste alors en stock le lundi soir un lot de 140 unités, valorisées au coût d’achat de
1,80 €.
Le mardi, les sorties sont valorisées à partir du coût d’achat du lot restant le lundi, et
il reste encore un stock de 50 unités à 1,80 €, qui seront sorties le mercredi.

POUR INFORMATION : METHODE DEPS OU LIFO :


Dernier entré, premier sorti (ou last in,first out : LIFO).

Selon cette méthode, les dernières unités à avoir intégré les stocks de marchandises sont les
premières à les quitter. L’évaluation du stock est établie selon la valeur des derniers entrants.
Cette méthode de valorisation des stocks n’est pas acceptée par le plan comptable.

VALORISATION DES STOCKS ET PLAN COMPTABLE

Les méthodes du CUMP et FIFO sont les méthodes d’évaluation des stocks admises
par le plan comptable.

22
ICFA – S.D- MGUC G8

6.4/- L’INVENTAIRE

Exercice de comptage des références qui répond à une double obligation comptable et fiscale.
L’obligation légale est de 1’inventaire physique par an, à la fin de l’exercice comptable, pour
évaluer le stock physique en quantité et en valeur.

Procédure lourde, qui nécessite une planification rigoureuse :


 Préparation des fiches d’inventaires, du matériel de saisie,
 Prévision, mobilisation et formation du personnel nécessaire,
 Coordination de la réalisation de ’inventaire

Il représente également une occasion de vérifier la qualité de la gestion du point de vente, en


décelant par exemple la (différence non expliquée entre stock
réel et stock théorique.
La démarque inconnue est représentée par le résultat

.
Cet écart, rapporté au chiffre d'affaires T.T.C annuel du magasin, exprime le taux annuel de
démarque inconnue.
Les causes de la démarque inconnue résultent non seulement des vols, mais aussi de nombreuses
erreurs administratives
Le taux de démarque inconnue avoisine en France les 1,5 % en 2006.
Une différence d’inventaire peut également être liée à une démarque connue : détériorations, casse
préalablement déclarées pendant les mises en rayons, au magasinage etc.

Les différences positives d’inventaire indiquent « trop » d’articles en stocks par rapport aux
résultats des stocks théoriques : ce « surstock » est majoritairement dû à des erreurs de saisie ou de
calcul.

23