Vous êtes sur la page 1sur 5

CHAPITRE 6 FLEXION DES POUTRES

Vérification des éléments sujets au risque de voilement

I PRESENTATION DES PHENOMENES


L’Eurocode 3 traite en détail de la vérification des éléments sujets au
risque de voilement, c’est-à-dire dont les sections comportent des parois minces
risquant de voiler. Une section à parois minces est une section, qui dans la phase
élastique, est sujette aux risques d voilement de différentes origines. On
différencie les trois cas suivants :
1-1 Cas d’une section soumise à un moment fléchissant ou/et à un
effort normal :
Ce cas a été traité dans le cas des sections de classe 4 suivant la
classification donnée dans les tableaux. Ce sont les sections dont au moins
une paroi ne satisfait pas les élancements limites de la classe 3. C’est le
voilement local.

1 Voilement local de la semelle


comprimée.
2 Voilement longitudinal de la
partie comprimée de l’âme

3 Voilement global de l’âme sous


la poussée exercée par les semelles
(courbure + effort axial dans les semelles

1-2 Cas d’une section soumise à un effort tranchant V :


On parlera de risque de voilement par cisaillement. Il s’agit de la
déformation de l’âme hors de son plan. Les déformations forment des
ondes diagonales comme le montre la figure. Ce cas sera traité dans ce qui
suit.

4 Voilement sous cisaillement de


l’âme raidie ou non raidie
1-3 Cas d’une âme soumise à une charge locale transversale P.
Plusieurs types de déformation peuvent se produire sous l’effet de
l’application d’une charge concentrée. Il peut y avoir une déformation
localisée de l’âme sous la charge qui pourra être selon le cas soit un
enfoncement local avec déformation latérale localisée de l’âme soit un
écrasement de l’âme suivant le plan de chargement. La charge peut aussi
provoquer un flambement latéral de l’âme entre les semelles de la poutre.

II Résistance des âmes cisaillées :


l’Eurocode considère que le voilement sous cisaillement n’est à
considérer que si les élancements de l’âme d/tw dépassent la valeur de 69ε.
Deux méthodes réglementaires sont proposées pour la vérification au
voilement des poutres à section en I :
- La méthode postcritique simple : Cette méthode peut être
utilisée dans tous les cas, que les âmes comportent des raidisseurs
transversaux intermédiaires ou non, à condition que des raidisseurs
transversaux soient placés aux appuis.
- La méthode du champ diagonal de traction : Cette méthode
peut être utilisée lorsque les âmes comportent des raidisseurs transversaux
intermédiaires, à condition que le rapport a/d soit compris entre 1 et 3, a
étant la distance entre raidisseurs le long de la poutre.

2,2 La méthode postcritique simple

Nous ne présenterons ici que la méthode postcritique simple qui


s’applique aux profilés reconstitués soudés courants. Les profilés laminés
à chaud type IPE et HE du fait du rapport favorable de l’élancement d/tw
ne présente jamais ce type de voilement par cisaillement.
III Résistance des âmes aux charges transversales
La transmission des charges se fait souvent par appui direct transversal
sur des éléments porteurs principaux de type « poutre à âme pleine » tels
que des appuis de pannes sur les traverses des portiques, réaction d’appui
de poutres. Ces charges concentrées viennent poinçonner l’âme des
poutres porteuses et du fait de la compression transversale induite peuvent
provoquer des problèmes de stabilité directement au droit de la charge.
Nous allons donner les vérifications de résistance dans les trois cas
rencontrés qui sont
- la résistance de l’âme à l’écrasement,
- la résistance de l’âme à l’enfoncement local,
- la résistance de l’âme au voilement généralisé.
3-1Résistance de l’âme à l’écrasement

La résistance Ry,Rd de l’âme d’une section en IPE ou HE à l’écrasement est


donnée par R y,Rd = Ss +Sy t w fyw⁄γM1
Dans laquelle Ss est la longueur d’application de la charge au niveau du
nu extérieur de la semelle (longueurs d’appui rigide données dans le
tableau ci-dessous) et Sy est donnée par :

bf fyf σf,Ed
Sy =2t f 1- ⎛ ⎞
t w fyw fyf
⎝ γM0 ⎠
où bf est la largeur de la semelle limitée à 25 tf
et σf,Ed est la contrainte longitudinale dans la semelle.
Longueur de l’appui rigide

3.2 Résistance Ra,Rd de l’âme à l’enfoncement local :


,

Cette résistance est déterminée par R , =

3-3 Résistance de l’âme au voilement généralisé


La résistance Rb,Rd au voilement généralisé d’une âme de section en IPE
ou HE est déterminée en étudiant le flambement de l’âme considérée
comme un élément virtuel comprimé ayant une largeur efficace beff
obtenue par la formule = ℎ +
Où h est la hauteur de la section et Ss a été définie précédemment. Il faut
adopter la courbe de flambement c utilisée dans la vérification des
éléments comprimés (chapitre 11 du cours semestre2).

Vous aimerez peut-être aussi