Vous êtes sur la page 1sur 7

INERIS DVM-11-121612-08005A - HPa

Fiche conseil n°3 – Exigences légales et autres exigences

EEXXIIGGEENNCCEESS LLEEGGAALLEESS EETT AAUUTTRREESS EEXXIIGGEENNCCEESS

1. Ce qu’exigent les référentiels

Environnement

SST

ISO 14001 4.3.2 : Exigences légales et autres exigences EMAS Annexe II.-A. 3.2 : Annexe
ISO 14001
4.3.2 :
Exigences légales et autres exigences
EMAS
Annexe II.-A. 3.2 :
Annexe II.-B.2 :
Exigences légales et autres exigences
Respect de la législation
OHSAS 18001 4.3.2 : Exigences légales et autres
OHSAS 18001
4.3.2 :
Exigences légales et autres

Correspondance avec

ILO OSH 2001 3.7 : Examen initial, § 2.a
ILO OSH 2001
3.7 :
Examen initial, § 2.a

2. Introduction et points particuliers

L'étape d'identification des exigences légales et autres exigences va nécessiter, lors de la phase initiale de mise en place du système, un investissement en temps important du fait de l'étendue de la réglementation environnementale ou santé et sécurité au travail. De plus le ou les acteurs qui la réalise(nt) devra(ont) avoir un niveau de compétence minimum en matière de réglementation.

Par la suite, la veille réglementaire et les actions qui en découlent continueront à représenter une étape clé dans la vie du système.

L'amalgame est souvent fait entre l'identification des exigences et la vérification de la conformité qui en découle. Cette fiche ne traite que de la première action. La vérification de la conformité est analysée au sein de la fiche conseil n°14.

Notion d’exigence

La notion d'exigence n'est pas définie par les référentiels. L'INERIS considère qu'une exigence est une obligation édictée par un texte réglementaire ou auquel l'organisme a souscrit. En SST, les recommandations de la CNAMTS peuvent acquérir une valeur réglementaire en l'absence ou en complément d'exigences réglementaires. L'exigence peut être de nature administrative (communiquer une information à l'autorité compétente), technique (disposer d'un mur coupe-feu), organisationnelle (avoir un personnel compétent pour la réalisation d'une tâche spécifique) ou financière (s'acquitter d'une taxe).

Chronologie de l'identification et de l'accès aux exigences applicables

Les référentiels exigent que soient établies "des procédures d'identification et d'accès aux exigences légales et autres exigences". L'identification peut être considérée comme l'étape précédant l'accès dans le cas où, par exemple, la parution d'un texte réglementaire est identifiée via des revues spécialisées ou bien via un service interne ou un organisme externe qui alerte le responsable de la veille réglementaire. Il appartient alors à ce dernier de se procurer le texte en question pour analyser son contenu et évaluer s'il s'applique effectivement à l'organisme.

INERIS DVM-11-121612-08005A - HPa

Fiche conseil n°3 – Exigences légales et autres exigences

3. Vue synthétique des actions à réaliser

Activités

Produits

Services

Réglementation

Accéder aux textes P
Accéder aux
textes
P

Sources des textes, fréquence, responsables

aux textes P Sources des textes, fréquence, responsables Etablir la liste des textes applicables Liste des
aux textes P Sources des textes, fréquence, responsables Etablir la liste des textes applicables Liste des

Etablir la liste des textes applicables

responsables Etablir la liste des textes applicables Liste des textes applicables Formulaire de classement

Liste des textes applicables Formulaire de classement ICPE/IOTA en environnement

Identifier les exigences P
Identifier les
exigences
P

Recueil d'exigences

Communiquer les informations pertinentes
Communiquer les
informations
pertinentes

Personnes informées en interne Autorités ou autres parties intéressées externes informées

P
P

: Procédure exigée

INERIS DVM-11-121612-08005A - HPa

Fiche conseil n°3 – Exigences légales et autres exigences

conseil n°3 – Exigences légales et autres exigences 4. Actions à mettre en œuvre ➊ A

4. Actions à mettre en œuvre

ACCEDER AUX TEXTES

Pour identifier les exigences applicables, il est nécessaire de disposer d'une ou plusieurs sources dont on est sûr qu'elles contiennent l'ensemble des textes potentiellement applicables au site.

Il faut donc définir, pour chaque catégorie de texte citée ci-dessous (détail des catégories page suivante), la source d'accès, les responsabilités ainsi que la périodicité de consultation de la source pour mise à jour.

- Textes nationaux et européens :

Il convient de disposer d'une source d'information :

- JO, JOUE (quotidiens), BO (mensuel) : sources officielles exhaustives mais peu pratiques,

- Recueils commerciaux (CD-rom ou papier) : VIJI, Ex-Professo, Code et Dictionnaire Permanents, LAMY, DALLOZ… Ce sont les sources les plus utilisées.

- Sites Internet : aida.ineris.fr, legifrance.gouv.fr, etc.

Cet accès aux textes peut être utilement complété par une veille réglementaire comme en proposent de nombreux organismes, que ce soit sur Internet (acfci.cci.fr) ou bien sur format papier (Environnement Magazine, Travail et Sécurité…). Une veille sectorielle (via les organismes et syndicats professionnels) peut également garantir une meilleure exhaustivité des textes identifiés.

Les présélections ainsi effectuées permettent de simplifier l'accès aux très nombreuses évolutions réglementaires.

Certaines administrations (travailler-mieux.gouv.fr, developpement-durable.gouv.fr) et syndicats fournissent également une aide à l'interprétation ainsi que les projets de textes.

- Textes locaux :

Les principaux textes locaux sont des actes individuels donc directement adressés à l'organisme. Il faut définir les responsabilités, au sein de l'organisme, en matière d'accès et de diffusion de ces documents. Il est de plus nécessaire de s'assurer périodiquement (annuellement) auprès des services municipaux ou préfectoraux de la parution éventuelle de nouveaux textes.

- Documents d'applications volontaires :

Selon le type d'engagement, il convient de définir en interne les responsabilités en matière d'accès et de diffusion de ces informations.

ETABLIR LA LISTE DES TEXTES APPLICABLES

Etablir le classement IC (Installation Classée) et/ou IOTA (Installations, Ouvrages, Travaux ou Aménagements au titre

Etablir le classement IC (Installation Classée) et/ou IOTA (Installations, Ouvrages, Travaux ou Aménagements au titre

de la loi sur l'eau)

(Installation Classée) et/ou IOTA (Installations, Ouvrages, Travaux ou Aménagements au titre de la loi sur l'eau)

Ce classement est un élément fondamental pour le site et doit être particulièrement bien maîtrisé. Il doit être réalisé en premier lieu car il sera une donnée d'entrée de la liste des textes applicables (selon le classement, certains textes seront ou non applicables).

L'INERIS conseille de réaliser un document spécifique qui comporte chaque rubrique pour laquelle le site est soumis à servitudes, autorisation, enregistrement ou déclaration. Il est fortement recommandé de faire figurer également les rubriques pour lesquelles le site concerné est Non Classé, les activités ou produits étant présents en quantités inférieures aux seuils, ainsi que les valeurs en apportant la preuve. Ces activités sont en effet susceptibles d'évoluer et donc de franchir un seuil A ou D.

FFOORRMMUULLAAIIRREE DDEE CCLLAASSSSEEMMEENNTT IICCPPEE // IIOOTTAA

INERIS DVM-11-121612-08005A - HPa

Fiche conseil n°3 – Exigences légales et autres exigences

Etablir la liste des textes applicables

Etablir la liste des textes applicables est une étape qui facilite l'appréhension et le suivi des exigences mais n'est pas obligatoire.

Quels types de textes ?

- Les textes européens : règlements, décisions. Les directives nécessitent d'être transposées en droit national avant d'être applicables directement dans les pays membres de l’Union,

- Les textes nationaux : codes, lois, décrets, arrêtés. Les circulaires et instructions techniques sont à prendre en compte lorsqu’elles sont imposées par un texte réglementaire,

- Les textes locaux : arrêté préfectoral d’exploiter, autres arrêtés préfectoraux (notamment ceux portant sur la légionellose et les zones de protection des captages d'eau potable), arrêtés municipaux, Plan d'Occupation des Sols (POS) ou Plan Local d'Urbanisme (PLU), règlements de zone (pour certaines zones d'activités), permis de construire, règlements intérieurs, courriers provenant des autorités compétentes et comportant des exigences, Règlement Sanitaire Départemental pour les Installations non visées par la réglementation IC…

Les documents régionaux ou départementaux de type Plan d'élimination des déchets ou Plan de Protection de l'Atmosphère ne contiennent pas en général d'exigences applicables directement aux organismes (sauf cas particulier des éliminateurs de déchets par exemple). Il n'est pas nécessaire de les faire figurer dans la liste des textes applicables.

- Les documents normatifs (normes de mesure…) appelés par un texte réglementaire,

- Les recommandations prescriptives d'organismes institutionnels comme la CNAMTS ou l'INRS,

- Les documents d'application volontaire :

Il revient à l'organisme de définir ce que sont les "autres exigences applicables auxquelles l'organisme a souscrit". Celles-ci doivent être traitées dans le système de management au même titre que les exigences réglementaires. Elles peuvent comprendre les types de documents suivants :

Conventions collectives (elles peuvent être plus ou moins contraignantes concernant la SST ; par exemple la convention collective des industries chimiques est particulièrement riche en matière de prescriptions d'organisation SST, notamment sur l'intervention d'entreprises extérieures),

Recommandations des organismes institutionnels (CARSAT, OPPBTP) et professionnels (UIC, UIMM…)

Chartes signées par l'organisme

Convention avec une station d'épuration ou un autre organisme,

Exigences contractuelles du fournisseur d'électricité ou de gaz, des assureurs (Règles APSAD…),

Accords passés par le groupe pour l'ensemble des sites qui le compose, accord de branches, codes de bonnes pratiques (Engagement de progrès de l'UIC, Charte de l'UNICEM…)

Référentiels du ou des systèmes de management (SM), volontaires ou obligatoires (référentiel commun MASE-UIC…).

Accords écrits ou oraux avec des associations (pêche, chasse, environnement…)

avec des associations (pêche, chasse, environnement…) Quels textes en priorité? Le Code de l'Environnement

Quels textes en priorité?

Le Code de l'Environnement comporte désormais une partie législative et une partie réglementaire finalisées. Pour un organisme, l'essentiel des exigences va se trouver, du plus contraignant au moins contraignant, dans :

- le ou les arrêté(s) préfectoral(aux) d'autorisation d'exploiter,

- l'arrêté ministériel intégré du 02/02/98 et arrêtés sectoriels équivalents,

- les arrêtés ministériels relatifs aux IC ou aux installations visées par la loi sur l'eau,

- les exigences réglementaires (Code de l’environnement - articles Rxxx et/ou textes réglementaires non codifiés - décrets et arrêtés nationaux ou locaux) relatifs aux différentes thématiques environnementales.

Il est important de prendre en compte également d'éventuelles exigences spécifiques qui peuvent se trouver au sein des différents codes :

code de la sécurité sociale, code forestier, code de la santé publique, code du domaine fluvial et de la navigation intérieure, etc.

Certains textes réglementaires concernent à la fois l'environnement et la SST (ex : Arrêté du 17 décembre 1998 concernant la désignation ainsi que la qualification professionnelle de conseillers à la sécurité pour le transport par route, par rail ou par voie navigable de marchandises dangereuses). Si un seul SM est mis en place, les textes en question seront, dans l'idéal, gérés dans le cadre de ce SM. Il est toutefois toléré qu'ils soient traités en dehors du système à partir du moment où ils sont correctement pris en compte et respectés.

Dans le cas où le champ d'application du SM inclut le produit ou les services, il convient d'approfondir tout particulièrement l'analyse de la réglementation s'y rapportant.

convient d'approfondir tout particulièrement l'analyse de la réglementation s'y rapportant. FC3_V2 4 / 7

INERIS DVM-11-121612-08005A - HPa

Fiche conseil n°3 – Exigences légales et autres exigences

conseil n°3 – Exigences légales et autres exigences Sous quelle forme ? Le choix de la

Sous quelle forme ?

Le choix de la forme que prend la liste des textes est totalement libre. Dans tous les cas, il convient d’avoir identifié d’une part les parties de code (chapitre, section, sous-section…) et d’autre part les textes non codifiés (règlements européens, lois, décrets et arrêtés nationaux, textes locaux et autres exigences) applicables.

La liste peut être découpée selon les thématiques classiques :

 

- en environnement : thèmes du Code de l'Environnement (eau, air, déchets, bruit, IC…)

- en SST : thèmes du Code du Travail (prévention du risque chimique, biologique, manutention des charges…)

Pour une meilleure maîtrise de la veille réglementaire, l’INERIS préconise de faire apparaître, sur la liste, la date de dernière modification de chaque texte ou partie de code.

est utile de gérer les textes à caractère informatif (certaines circulaires) qui explicitent les textes applicables et les textes applicables à terme (projet, directive non encore transposée en droit français) qui permettent d'anticiper les exigences futures.

Il

Une liste des textes non applicables mais intéressant l'organisme peut également être établie. Elle citera les textes pour lesquels des recherches ont été effectuées afin de prouver leur non applicabilité, ainsi que les éléments permettant d'argumenter (ex : Articles R224-20

R224-41-9 du code de l’environnement concernant les rendements, l'équipement et le contrôle des chaudières de puissance comprise entre 400 kW et 50 MW / Puissance caractéristique de la chaudière présente sur le site = 360 kW inférieure au seuil de 400 kW).

à

LLIISSTTEE DDEESS TTEEXXTTEESS EENNVVIIRROONNNNEEMMEENNTT EETT SSSSTT

 

IDENTIFIER LES EXIGENCES APPLICABLES

Au sein des textes, il est nécessaire d'identifier les exigences à proprement parler, c’est à dire les obligations opposables à l'organisme et qui pourront être vérifiées. Seront exclus, les éléments du type généralités, champ d'application du texte, définitions, dispositions concernant l'administration…

Les textes à caractère législatif (lois ou articles LXXX des Codes) comportent en eux-mêmes peu d’exigences directement applicables. Ils énoncent les principes dans lesquels vont s'inscrire les textes à caractère réglementaire (arrêtés, décrets, ou articles RXXX et DXXX des Codes). L'INERIS propose de signaler dans la liste des textes ceux qui sont applicables mais ne comportent pas d'exigences à l'aide de la mention "Pas d'exigences spécifiées" (cf exemple Liste des textes).

Comment faire?

Différentes méthodes peuvent être utilisées pour identifier les exigences applicables :

 

- Mettre en évidence sur le texte les exigences applicables (surlignage). Cette méthode est pratique lors de la phase initiale mais s’avère lourde pour la mise à jour lors de l’évolution des textes ou des activités.

- Extraire les exigences applicables et créer un support par texte (tableau, fiche de synthèse),

RREECCUUEEIILL DD''EEXXIIGGEENNCCEE PPAARR TTEEXXTTEE

 

-

Extraire les exigences applicables et créer un support unique (ou « par secteurs du site » ou par thèmes) pour l’ensemble ou une série de textes.

RREECCUUEEIILL DD''EEXXIIGGEENNCCEESS

Bien que plus difficile à élaborer initialement, cette dernière méthode est, de l'avis de l’INERIS, la plus pratique, notamment si le support est créé sur un outil informatique permettant les tris.

Si l’activité correspondante est précisée en face de chaque exigence, une sélection de l’ensemble des contraintes applicables à une activité permettra par la suite d’optimiser la vérification de la conformité. De plus, une exigence commune à plusieurs textes ne sera citée qu'une seule fois.

Il

peut, par ailleurs, être intéressant de regrouper certains types d'exigences figurant dans différents textes. Ceci facilitera l'étape suivante

de vérification de la conformité. Par exemple les dispositions à prendre ponctuellement lors de fonctionnements particuliers (accidents, interruption d'activité, travaux, etc.) peuvent être réunies. Lors de la survenue de ces événements, le recueil ainsi établi sera utilisé [Renvoi

Fiches n°10 et n°12]. Dans la même idée, les obligations concernant les opérations de surveillance des équipements ou activités peuvent également être rassemblées au sein d'un recueil unique. Celui-ci sera utile pour l'établissement du plan de surveillance [Renvoi Fiche

 

n°13].

A

noter qu’il existe aujourd’hui de nombreux logiciels commerciaux permettant de gérer la conformité réglementaire dans ls domaines de

la

SST et de l’environnement.

INERIS DVM-11-121612-08005A - HPa

Fiche conseil n°3 – Exigences légales et autres exigences

COMMUNIQUER LES INFORMATIONS PERTINENTES SUR LES EXIGENCES LEGALES ET AUTRES EXIGENCES AUX EMPLOYES ET PARTIES

INTERESSEES CONCERNEES.

La diffusion des informations associées aux exigences réglementaires aux personnes concernées n'est pas exigée par les référentiels environnementaux. Elle est cependant nécessaire afin de permettre au personnel concerné de vérifier ces exigences, de les respecter et / ou les faire respecter. Cette diffusion doit donc être réalisée de la même façon qu'en SST où elle est exigée par le référentiel.

Les personnes concernées peuvent être :

- en interne :

des personnes responsables de la conformité aux exigences identifiées,

RREECCUUEEIILL DD''EEXXIIGGEENNCCEESS

des personnes qui seront amenées à vérifier la conformité,

RREECCUUEEIILL DD''EEXXIIGGEENNCCEESS

des personnes qui doivent respecter les exigences en vue de garantir leur propre SST,

MMOODDEESS OOPPEERRAATTOOIIRREESS

SSEENNSSIIBBIILLIISSAATTIIOONN [RENVOI FICHE N°7],, CCOOMMMMUUNNIICCAATTIIOONN [RENVOI FICHE N°8]

- en externe :

des autorités compétentes,

des prestataires [Renvoi fiche n°11],

d’autres parties intéressées (riverains, médecin du travail…).

DEFINIR LES MODALITES DE GESTION

La procédure, exigée par les référentiels, décrira la méthode de mise à jour des exigences applicables. La fréquence et les responsabilités devront également être définies.

PPRROOCCEEDDUURREE DDIIDDEENNTTIIFFIICCAATTIIOONN EETT DDAACCCCEESS AAUUXX EEXXIIGGEENNCCEESS LLEEGGAALLEESS EETT AAUUTTRREESS

Quelle fréquence de mise à jour ?

- Périodique, pour inclure les nouveaux textes parus ; la périodicité doit être définie et peut se caler sur la mise à jour de la source utilisée. Afin d'assurer une bonne réactivité, la périodicité concernant les textes européens et nationaux peut être au moins trimestrielle. Pour les textes locaux et les engagements autres la périodicité peut être variable selon les cas.

- Lors de l’implantation, de l'arrêt ou de la modification d’une activité ou d’une installation, par exemple :

Changement de procédé impliquant par exemple de nouvelles rubriques IC, de nouvelles matières premières, de nouveaux déchets, de nouveaux matériels…

Modification de la quantité d’une matière stockée (changement de régime IC),

Modification de poste de travail.

PPRROOCCEEDDUURREE DDEE GGEESSTTIIOONN DDEESS MMOODDIIFFIICCAATTIIOONNSS [[RREENNVVOOII FFIICCHHEE NN°°1188]]

PPRROOCCEEDDUURREE AACCHHAATT DD''EEQQUUIIPPEEMMEENNTT,, DDEE PPRROODDUUIITT CCHHIIMMIIQQUUEE OOUU DDEE PPRREESSTTAATTIIOONN [Renvoi Fiche n°11]

Par qui ?

En général, cette tâche est dévolue au Responsable du SM, à une personne du service SSE ou du service juridique s'il existe.

Il est également possible qu'une présélection de textes et une veille sectorielle soient effectuées au niveau du groupe (mise à disposition des textes via l'Intranet par exemple) ou du syndicat professionnel. Le responsable sur le site se base alors sur ces informations pour identifier précisément les textes et les exigences applicables.

Il est également envisageable de faire réaliser cette étape par un cabinet spécialisé externe.

Dans tous les cas, le(s) responsable(s) devra(ont) avoir la compétence nécessaire [Renvoi Fiche n°6] :

- connaissance et maîtrise de la hiérarchie entre textes européens et nationaux, du code de l'environnement, de la réglementation des IC (nomenclature, régime de déclaration, d’enregistrement, d'autorisation, éventuellement classement SEVESO…), de la réglementation des déchets, de l'eau, de l'air et de l'énergie

- connaissance et maîtrise de la hiérarchie entre textes européens et nationaux, du code du Travail et des textes non codifiés.

de la hiérarchie entre textes européens et nationaux, du code du Travail et des textes non
de la hiérarchie entre textes européens et nationaux, du code du Travail et des textes non

INERIS DVM-11-121612-08005A - HPa

Fiche conseil n°3 – Exigences légales et autres exigences

5.

Compléments

Les réglementations de l'environnement et de la santé et sécurité au travail sont régies par des principes fondamentaux. La Loi nº 2002-276 du 27 février 2002 a introduit, dans le Code de l'Environnement, les quatre principes de la réglementation environnementale :de l'environnement et de la santé et sécurité au travail sont régies par des principes fondamentaux.

Le principe de précaution, selon lequel l'absence de certitudes, compte tenu des connaissances scientifiques et techniques du moment, ne doit pas retarder l'adoption de mesures effectives et proportionnées visant à prévenir un risque de dommages graves et irréversibles à l'environnement à un coût économiquement acceptable ; Le principe d'action préventive et de correction, par priorité à la source, des atteintes à l'environnement, en utilisant les meilleures techniques disponibles à un coût économiquement acceptable ; Le principe pollueur-payeur, selon lequel les frais résultant des mesures de prévention, de réduction de la pollution et de lutte contre celle-ci doivent être supportés par le pollueur ; Le principe de participation, selon lequel chacun a accès aux informations relatives à l'environnement, y compris celles relatives aux substances et activités dangereuses, et le public est associé au processus d'élaboration des projets ayant une incidence importante sur l'environnement ou l'aménagement du territoire.

En SST, la loi n°91-1414 du 31/12/91 a défini les principes généraux de prévention issus de la transposition en droit français de la directive européenne cadre de 1989 et aujourd’hui codifiés à l’article L4121-2 du Code du Travail :

Éviter les risques ;

Évaluer les risques qui ne peuvent pas être évités ;L4121-2 du Code du Travail : ◊ Éviter les risques ; ◊ ◊ ◊ ◊ ◊

Combattre les risques à la source ;

Adapter le travail à l’homme (conception des équipements de travail, choix des équipements de travail, des méthodes de production et de travail, en vue notamment de limiter le travail monotone et le travail cadencé et de réduire les effets de ceux ci sur la santé) ;

Tenir compte de l’état d’évolution de la technologie ;

Remplacer ce qui est dangereux par ce qui n’est pas dangereux ou par ce qui est moins dangereux ;

Planifier la prévention en y intégrant, dans un ensemble cohérent, la technique, l’organisation du travail, les relations sociales et l’influence des facteurs ambiants ;

Prendre des mesures de protection collective en leur donnant la priorité sur les mesures de protection individuelles ; Donner les instructions appropriées aux travailleurs.