Vous êtes sur la page 1sur 554

MARC BLOCH

LES ROIS THAUMATURGES


ÉTUDE SUR LE CARACTÈRE SURNATUREL
ATTRIBUÉ A LA PUISSANCE ROYALE
PARTICULIÈREMENT EN FRANCE ET EN ANGLETERRE

« C e roi est un gran d m agicien . »


M o n t esq u ie u , Lettres Persanes, 1 . 24.
« L e seul m iracle q u i est dem euré
« perp étu el en la religion des Chres-
« tiens et en la m aison de F ran ce... ».
Pierre M a t h ie u , Histoire de Louis X I,
roi de France. 1610, p. 472,

1961

ARM AND COLIN

103, Boulevard Saint-Michel, Paris


T o u s droits de reprodu ction , de tradu ction
et d ’ a d a p tatio n réserves pour, tous pays.
© 1 9 6 1 M a x L e clerc et C ie, Proprietors o f
L ib ra irie A rm a n d C o lin .
AVAN T-PR O PO S.

P e u d e liv res a u ta n t qu e c e lu i- c i a u ron t m é r ité d'être d its l'œ u v r e de


l'a m i t ié : n ’ a i- je p a s le droit, en effet, d e d on n er le n o m d ’a m is à to u s les
co lla b ora teu rs bénévoles q u i o n t accepté d e m ’ a id e r, q u elq u es-u n s d ’ entre
e u x avec u n e o b lig ea n ce d ’ a u ta n t p lu s a d m ira b le q u ’ elle n e s ’ adres­
s a it m êm e p a s à m a p erso n n e, p u is q u ’ ils n e m ’ a v a ien t ja m a is v u ?
L ’ extrêm e d is p e r s io n des sou rces, la c o m p le x ité des p rob lèm es a u x q u e ls
j ’ éta is co n tra in t de toucher a u r a ie n t r e n d u m a tâche p rop rem en t im p o s ­
s ib le , s i i e n 'a v a is ren co n tré en s i gran d n o m b re des seco u rs p r é c ie u x .
J e r o u g is en so n g ea n t à tous les m a îtres o u collèg u es d e S tra sb o u rg ,
de P a r is , de L o n d r e s, d e T o u r n a i, d e B o lo g n e, d e W a s h in g to n , o u d ’ a i l­
leu rs, qu e j 'a i im p o rtu n és p o u r leu r dem a n d er u n ren seig n em en t o u u n e
su g g e stio n et q u i to u jo u r s m ’ ont r é p o n d u avec le p lu s d é lic a t em p r es­
sem en t. J e n e s a u r a is les rem ercier tous ic i, u n p a r u n , so u s p e in e d ’ i n ­
flig er à la p a tie n c e d u lecteu r u n e lis te in fin im e n t trop lo n g u e . A u s s i
b ien le u r b o n té a-t-elle été trop désin téressée, p o u r q u ’i ls m 'e n v e u ille n t
d e p a sser, a u m o in s d a n s cet A van t-P ropos, leu rs n o m s so u s s ile n c e .
J e cro ir a is to u tefo is m a n q u er à u n v érita b le d ev oir, s i, dès m a in te n a n t,
j e n ’ e x p r im a is tout s p écia lem en t m a reco n n a issa n ce a u x b ib lio th éca ir es
ou a rch iv istes qui ont b ien v o u lu me g u id er dans leu rs d ép ô ts :
M . H ila r y J e n k in s o n a u R eco rd Office, M M . H e n r i G ir a r d , A ndré
M a r t in et H e n r i M o n c e l à la B ib lio th è q u e N a tio n a le , M . G a ston R o b ert
a u x A r c h iv e s de R e im s ; s i je n ’ in d iq u a is sa n s p lu s tarder co m b ien
d ’ in fo r m a tio n s u tile s j ’ a i d u es à l ’ in la ss a b le o b lig ea n ce d e M is s H e le n
F a r q u h a r et d u R év ér en d E .- W . W illia m s o n ; s i je n e r a p p e la is e n fin
q u e d ’ in n o m b ra b le s f a u x p a s, s u r u n terra in qu e j e sen ta is g lissa n t,
m ’ ont été ép a rg n és grâce à l ’ aid e q u a s i-q u o tid ien n e q u ’ a c o n se n ti à m e
p rêter u n h isto r ie n de la m éd ecin e p a r ticu liè r e m e n t com p éten t, le D T E r n e s t
W ic k e r sh e im e r . Q u ’ i l m e s o it p er m is a u s s i d e d ire m a resp ectu eu se
VI AVANT-PROPOS

g ra titu d e à l ’ I n s t it u t de F r a n c e q u i, en m 'o u v ra n t sa M a is o n d e L o n d res,


m ’ a fa c ilit é l ’ accès d es arch ives et b ib lio th èq u es a n g la ise s.
M a i s c’ est su r to u t d a n s n otre F a c u lté des L ettres, dont la co n sti­
tu tio n et les h a b itu d es de v ie son t s i favorables a u tra v a il en com m u n,
qu e je m e s u is s e n ti entouré de sy m p a th ies a g issa n tes. E n p a r tic u lie r
m es collègues L u c ie n F e b v r e et C h a rles B lo n d e l retrouveront ■tro p d ’e u x -
m êm es d a n s certa in es des pages q u i vont su iv re, p o u r que je p u is s e les
rem ercier au trem en t q u ’ en leu r s ig n a la n t ces em p ru n ts m êm e fa its ,
en toute a m itié, à leu r p rop re p e n s é e 1).
Q u a n d on p u b lie u n ouvrage tel que c e lu i- c i, i l sera it p réso m p tu e u x
de parler de secon de é d itio n . T o u t a u m o in s e s t-il lég itim e d ’ en v isa g er
la p o s s ib ilité de co m p lém en ts. L e p r in c ip a l avantage que j ’ attends de
m es recherches, c ’ est d ’ attirer l ’ a tten tion su r u n ordre de q u estio n s j u s ­
q u ’ i c i trop n é g lig é . P a r m i les p erso n n es q u i m e lir o n t, b ea u co u p sa n s
d oute seront choquées p a r des erreurs et surtout p a r des o m is sio n s ; i l
est des tra va u x qu e l ’ on garderait éternellem ent en p o rtefeu ille , s i l ’ on
v o u la it s ’ a strein d re à y éviter, n o n seu lem en t les la cu n es im p rév u es,
m a is encore celles-là m êm e que l ’ on pressent, sa n s p ou vo ir les combler. ;
c e lu i que je p résen te a u jo u r d ’h u i a u p u b lic est d u n om bre. Je serai
to u jo u r s p rofon d ém en t r e co n n a issa n t à m es lecteu rs de m e s ig n a le r
fa u tes et o u b lis, de la fa ço n q u i leu r co n v ien d ra le m ie u x . R i e n n e m e
p a r a îtr a it p lu s a gréable que de v oir a in s i se p o u r su iv r e u n e co lla b o ra ­
tio n à la q u elle ce liv re, sou s sa fo rm e a ctu elle, d o it d éjà tant.

M a r h tte , 4 octobre 1923.

E n r é lisa n t, a u cours d e la correction des ép reu ves,


ces q u elq u es lig n e s de rem erciem en t, j e n e p u i s m e r é s ig n e r à le s la isser
telles q u elles. D e u x n o m s y m a n q u en t, q u ’u n e sorte de p u d e u r s e n ti­
m en ta le, p eu t-être trop om b rageu se, m ’ a v a it em p ê ch é d ’ écrire ; je n e p u is
p lu s su p p o rter a u jo u r d ’h u i d e les v o ir p a ssés so u s sile n c e . J e n ’ a u ra is
s a n s d oute ja m a is eu l ’id é e d e ces recherches, sa n s l ’ étroite c o m m u n a u té
in te lle c tu elle où, de lo n g u e date, j ’ a i vécu avec m on frère ; m éd ecin et
p a s s io n n é de so n art, i l m ’ a a id é à réfléch ir su r le cas des ro is-m éd ecin s ;
a ttiré vers V eth n o g ra p h ie com parée et la p sy ch o lo g ie re lig ie u s e p a r u n g o û t

J) Je dois également une reconnaissance toute spéciale à mes collègues


P. Alfaric et E. Haepflner, qui, entre autres services, ont bien voulu-, avec
L. Febvre, me prêter leur concours pour la correction des épreuves.
AVANT-PROPOS V II

s in g u liè r e m e n t v if — d a n s l ’ im m e n se d o m a in e q u e p a r c o u r a it, com m e


en se jo u a n t, s o n in la s s a b le c u r io sité , c ’ éta ien t là , p o u r lu i , des te rra in s
d e p r é d ile c tio n — , i l m ’ a a id é à co m p ren d re l ’ in té rê t d es g ran ds p rob lèm es
q u e j ’ effleure i c i . J ’ a i d u à m o n p ère le m e ille u r de m a fo r m a tio n d 'h i s ­
to rien ; ses leçon s, com m en cées d ès l ’ en fa n ce et q u i, d e p u is , n ’ a v a ien t
ja m a is cessé, m ’ on t m a rq u é d u n e em p rein te qu e je v o u d ra is in e ffa ç a b le .
L e liv r e qu e v o ic i n ’ a u ra été c o n n u p a r m o n fr ère q u 'à l ’ état d ’ éb a u ch e
et p resq u e de p r o je t. M o n p èr e l ’ a lu en m a n u sc r it ; i l n e le verra p a s
im p r im é . J e cr o ir a is m a n q u er à la p ié té filia le et fr a tern elle s i je n e
r a p p e la is p a s i c i la m ém oire d e ces d e u x êtres ch éris, d o n t s e u ls , désor­
m a is, le so u v e n ir et l ’ ex em p le p o u rro n t m e servir de g u id es.

L e 28 décem bre 1923


B IB L IO G R A P H IE

On tro u v e ra c i-d e s s o u s deux c a té g o r ie s d ’in d ic a tio n s b ib lio g r a p h iq u e s .


Les u n e s , le s m o in s n o m b r e u s e s d e b e a u c o u p , q u i fo r m e n t la s e c tio n I,
con cern ent un c e r ta in n om bre d 'o u v r a g e s r e la tifs à la r o y a u té en gén éral
ou aux r o y a u té s fr a n ç a is e ou a n g la is e en p a r t ic u lie r , d e s tin é s à ê tre c ité s à
p lu s ie u r s r e p r is e s a u cou rs d e m o n exp osé; e lle s n ’ o n t d ’ a u t r e o b j e t q u e de
fa c ilit e r le s r e n v o is ; j e n ’ a i n u lle m e n t v is é à d o n n e r s u r ce p o in t u n e b ib lio ­
g r a p h ie — m êm e une b ib lio g r a p h ie choisie — de ca ra ctè re e x h a u s tif. J ’ ai
in d iq u é e n tre p a re n th è se s, pour chaque liv r e ou m é m o ir e , quand il y a v a it
lie u , le s pages qu i con cern ent p a r tic u liè r e m e n t la r o y a u té th a u m a tu r g iq u e .
Les in d ic a tio n s du secon d ord re — s e c tio n II et s u iv a n te s — . se rap ­
p o r te n t p lu s p r é c is é m e n t a u p o u v o ir g u é r is s e u r , e t — d a n s l a s e c tio n V I I —
à c e tte a u tr e fo r m e d e la c r o y a n c e a u c a r a c tè r e m ir a c u le u x d e s r o is q u e f u t
l a s u p e r s titio n d u « s ig n e » r o y a l. J e le s a i f a ite s a u s s i c o m p lè te s q u e p o s s ib le ,
— non pas a b s o lu m e n t c o m p lè te s , c e p e n d a n t. P a r ce tte r e s tr ic tio n , je n ’en­
te n d s pas s e u le m e n t réserver le s o m is s io n s in v o lo n ta ir e s que, san s au cu n
d o u t e , j ’ a i d û c o m m e t t r e . J ’a i, e n t o u t e c o n n a is s a n c e d e c a u s e , la is s é d e c ô t é
q u e lq u e s rares a r tic le s de r e v u e ,-q u i m ’o n t s e m b lé tro p in s ig n ifia n ts pour
v a lo ir l a p e in e d ’ê tr e n o m m é s . E n u n s u j e t q u i a t o u jo u r s o ffe r t t r o p d ’a t t r a i t
aux a m a te u r s de « c u r io s ité s » h is to r iq u e s pour ne pas a v o ir te n té p a r fo is ,
n o ta m m e n t en A n g le te r r e , d e s é c r iv a in s p lu s h a r d is o n p lu s n a ïfs q u e c o m ­
p é t e n ts , u n p a r e il é m o n d a g e é t a i t in d is p e n s a b le . J ’y a i p r o c é d é a v e c b e a u c o u p
de d is c r é tio n . Je me s u is sou ven u q u ’a u cou rs de m es rech erch es sou ven t
u n e c o u r te n o te , d o n t le fo n d é t a i t s a n s p o r té e , m ’a v a i t d o n n é u n e r é fé r e n c e
p r é c ie u s e ; q u a n d le s s o u r c e s s o n t si d is p e r s é e s , le t r a v a ille u r le p lu s in e x p é ­
r im e n té , l o r s q u ’i l v e r s e au d o s s ie r u n te x te in é d it, d o it ê tre le b ie n v e n u
J ’a i c o m p r is dans ce tte b ib lio g r a p h ie , à cô té des tra v a u x con sacrés
s p é c ia le m e n t a u p o u v o ir t h a u m a tu r g iq u e , ou b ie n au s ig n e r o y a l, un grand
n o m b r e d e liv r e s o u d ’ a r tic le s q u i, t r a i t a n t d e s u je ts p lu s g é n é r a u x , se tr o u ­
v a i e n t fo u r n ir , p a r o c c a s io n , s u r l ’ u n e o u l ’a u t r e d e c e s d e u x m a n i f e s t a t io n s
d ’ u n e m ê m e id é e , d e s in d ic a t io n s u t ile s ; e t c e la , e n m e n t io n n a n t c h a q u e fo is
le s p a g e s à c o n s u lte r . L e s ouvrages de c e tte s o r te ne so n t pas to u jo u r s le s
m o in s p r é c ie u x . B i e n e n t e n d u , j ’a i la is s é d e c ô t é t o u t c e q u i n ’é t a i t 'q u e s im p le
a llu s io n à des fa its d é jà b ie n c o n n u s p a r a il l e u r s , s a n s v u e s o r i g i n a l e s .

1) J'ajoute que Ica excellents articles publiée par Mise Q. lTarquhar sous le titre de Royal
Oharitiee (ci-deBBuo VI, § 3) ont rendu inutile tout ce qui avait été écrit avant eux sur la numis­
matique du toucher auglaia ; ils m’ont permis d’éliminer plusieurs travaux plus anciens qui eussent
Inutilement encombré mes listes
I
2 LES ROIS THAUMATURGES

J ’ a i m a r q u é d ’u n a s té r is q u e q u e lq u e s t r a v a u x d o n t le s t itr e s s e u ls me
s o n t c o n n u s ; i l im p o r t a it d e le s s ig n a le r a u x c h e r c h e u r s , q u i p o u r r o n t p e u t- ê t r e
le s d é c o u v r ir d a n s d e s c o lle c tio n s o ù j e n ’ a i p o in t e u a c c è s .
L ’ o r d r e s u i v i à l 'i n t é r i e u r d e c h a q u e s u b d i v i s i o n e s t , e n p r in c i p e , l ’ o r d r e
a lp h a b é t iq u e d e s n o m s d ’ a u te u r s (o u , p o u r le s a n o n y m e s , d e s titr e s ) . J e n ’a i
i a i t e x c e p t io n q u e p o u r l a s e c tio n Ï H , o ù s o n t r e c e n s é s le s o u v r a g e s p u b lié s ,
s u r l e t o u c h e r d e s é c r o u e lle s , a v a n t l e d é b u t d u X I X e s iè c le . L à j ’ a i a d o p t é
le c la s s e m e n t c h r o n o lo g iq u e ; j ’a i p e n s é fo u r n ir a in s i u n ta b le a u p lu s fid è le
du d é v e lo p p e m e n t d ’u n e litté r a tu r e d o n t l ’é v o lu tio n in té r e s se , au p r e m ie r
ch e f, l ’h is to ir e de la croyan ce au m ir a c le r o y a l.
J ’ a i, pour fa ir e b r e f, s u p p r im é to u te in d ic a tio n de fo r m a t, quand il
s ’a g is s a it d e v o lu m e s in -8 °; to u te in d ic a tio n de lie u quand il s ’a g is s a it de
v o lu m e s p u b lié s à P a r is . L a m ê m e r è g le s e r a s u iv ie p o u r le s ré fé r e n c e s , d a n s
le cou rs du liv r e .

I. OUVRAGES GÉNÉRAUX SUR LA RO YAU TÉ.

J ohn N eville F iggis, The divine righi of the kings ; 2 e éd., Cam ­
bridge, 1914.
J.-C. F hazer, The Golden Bough ; 12 vol., 3* éd., Londres, 1922 ;
Part I , The magic art and the évolution of K in g s, I, p. 368-371 ;
ci. Part I I , Taboo and the -périls of the soûl, p. 134.
J.-C. F razer , Lectures on the early history of K in g sh ip ; Londres
1905 (notam m ent p. 126) ; trad uction fran çaise sous le titre :
Les origines magiques de la royauté, 1920, p. 135-137.
F rantz F unck -B rentano, L ’ancienne France, Le Roi·, 1912 (notam ­
m ent p. 176-18 1).
J. H itier , La doctrine de l'absolutisme ; Annales de l ’ Université de
Grenoble, X V (1903).
F ritz K e r n , Gottesgnadentum und Widersiandsrecht im früheren
Mittelalter : Zur Entwicklungsgeschichte der Monarchie ; Leipzig,
1914 (cf. m on com pte rendu., Revue Historique, C X X X V I I I
(1921) p .2 4 7 ).
G . L acour -G ayet , L ’éducation politique de L ouis X I V ; 1898.

H ans S chreuer , D ie rechtlichen Gnmdgedanken der jranzôsischen


Kônigskrônung ; W eim ar, 19 1 1 .

II. L E P O U V O IR G U É R IS S E U R D E S R O IS : B IB L IO G R A P H IE S .

U lysse C hevalier , Topobibliographie, 1 ; in-40, 1894-99, au mot


Écrouelles (voir aussi le mot Corbeny et dans la Biobibliographie
II, 2e éd., 1907, le mot M arcoul (si).
B IB L IO G R A P H IE
3

In d e x C a ta lo g u e o f the S u r g e o n G e n e r a l's O ffice V .S .A r m y , X II


ίη-40, Washington, 1891, au mot S c r o fu la , p. 793 et suiv. et
plus particulièrement 805 et suiv. ; S e co n d S é r ié s , X V , 1910, p. 347.
A lphonse P aul y , B ib lio g r a p h ie d es scien ces m éd ica les·, 1874, col,
1092-94.
J ulius R o s e n b a u m , Â d d im e n ta a d L u d . C h o u la n t B ih lio th e c a m
m e d ico -h isto rica m ; Halle, 1842-1847, I, p. 43, Π , p. 63-64,

I II . LE TOUCH EE D ES ÉCR O U ELLES : O U V R A G E S A N T É R IE U R S


A U X IX » S IÈ C L E .

§ i . O uvrages fr a n ç a is .

V incentius [Cigauld ], A lle g a iio n e s su p er bello y ta lico ; 1512, dernier


chapitre p. x x x i x , v ° ; réimprimé dans V . Cigauld , O p u s la u d a -
bile et a u reu m [1516].
J ohannes F errald u s (J. F errault ), I n s ig n ia p e c u lia r ia c h n s tia -
n is s im i F r a n c o r u m r e g n i, n u m éro v ig in ti, seu to tid em illu s t r is s i-
m ae F r a n c o r u m coronae p rerog a tiv a e ac p r e em in e n tia e , 1520; « l u s
qu a rtu m ", p. 43-47.
J acques B onaud de Sauset , P a n e g y r ic u s ad F r a n c ia m F r a n c ia e q u e
regem , en appendice à J oannes de T erra R ubea , C o n tra reb elles
su oru rn re g u m (trois traités édités par B onaud lui-même) ; Lyon,
1526, p. e x v°.
Carolus D egrassalius (Ch. de G rassaille ), R e g a liu m F r a n c ia e
ju r a o m n ia ; Lyon, 1538, lib. ï, p. 62-65.
B artholomeus F aius (B. P a ye d 'E speisse), E n e r g u m en ic u s; 1571,
p. 154-156.
S tefhanus F orcatulus (E t . F orcatel), D e G a llo r u m im p e r io et
p h ilo s o p h ia lib r i V I I ; Lyon, 1595, p. 128-132.
H . Morus (Meurier ), D e sa cris u n c tio n ib u s l ib r i très ; 1593, p. 260
262.
A ndréas L aurentius (A . DU L aurens), D e m ir a b ili stru m a s s a n a n â i
v i s o lis G a llia e R e g ib u s C h r is t ia n is s im is d iv in itu s concessa \ 1609 *).
A ndré F a v y n , H is to ir e de N a v a rre ; fol. 16x2, p, 1055-1063.

b P o u r les édition s successives de cet ou vrage et ses traductions, ainsi


que pour la biographie de son auteur, v o ir E . T u r n e r , Bibliographie d ’A n dré
du Laurens.... avec Quelques remarques sur sa biographie', Gazette hebdomadaire
de médecine et de chirurgie x x v n (1880) p. 329, 381, 413.
4 LES ROIS THAUMATURGES

1. B a r b ie r , L e s m ir a c u le u x ejfects d e la sacrée m a in des R o y s d e F r a n c e


T r e s-C h r e s tie n s : -pour la g u a r iso n des M a la d e s et co n v ersio n d es
H eretiqu es; 161S.
P. d e Γ A n c r e , L ’ in c r é d u lité et m escrea n ce d u sortilèg e p la in e m e n l
convain cue; in-40, 1622, p. 156-173.
M ic h a e l M a u c l e r u s (M . M a u c l e r c ), D e m o n a rch ia d iv in a , eccle-
sia s tic a et sec u la r i c h r istia n a , d eq u e sa n cta in te r e cclesia stica m et
secu larem illa m co n iu ra tio n e , a m ico resp ectu , h on orequ e r e c i-
proco, i n o rd in e ad a etern a m n o n o m issa tem p o ra li fe lic ita te m ;
fol. 1622, lib . V i l , cap. X , co l. 1565-1569.
H ip p o l y t e R a u l in , P a n e g y r e orthodoxe, m y stér ie u x et p ro p h étiq u e
s u r l'a n tiq u ité , d ig n ité , n o b le sse et sp le n d eu r des Heurs d e ly s ;
1625, p. 116-180.
R e n é d e C e r iz ie r s , S. J., L e s h e u r e u x com mencem ents de la F r a n c e
ch restien n e sou s l ’ ap ostre d e n o s roys S . R e m y ; in-40, Reim s,
1633, p. 190-206.
B e s ia n à r r o y , Q u e stio n s d écid ées, s u r la J u s t ic e des A r m e s d es R o is
de F ra n c e, su r les A llia n c e s a vec les heretiq u es o u in fid e lle s et su r
la co n d u ite de la C o n s c ie n c e d es gens d e guerre ; 1634, P· 39-46.
[D a n ie l d e P r ie z a c ], V in d ic ia e g a llica e a d versu s A le x a n d r u m P a tr i-
c iu m A r m a c a n u m , th eo log u m ; 1638, p. 60-65.
L o u is M a im b o u r g S. J., D e G a llia e reg u m ex ceü en tia , ad i l l u d D .
G re g o rii M a g n i : qu an to caeteros h o m in e s R e g ia d ig n ita s a nie-
ced it ; tanto ca etera ru m g e n tiu m R é g n a R e g n i F r a n c ic i c u lm e n
excedit, P a n e g y r ic u s in s o le m n ib u s R h oto m a g . g y m n a sii c o m itiis ...
d ic tu s X I I I K a l . D ecern b. a n n o 1640 ; p e tit in-40, R ouen, 1641,
p. 26-34.
D o n G u il l a u m e M a r l o t , L e T h ea tre d ’ h o n n eu r et d e m a g n ific e n c e
p r é p a r é a u sacre d es roys ; in-40, Reim s, 1643; 2 e éd., 1654, P·
710-724 et 757-760.
G u il l a u m e d u P e y r a t , L ’ h is to ir e ecclesia stiq u e d e la C o u r o u les
a n tiq u ite z et recherch es d e la c h a p elle et oratoire d u R o y d e F r a n c e ;
in-40, i 645, p. 793-819.
T h é o d o r e et D e n y s G o d e f r o y , Le cérém o n ia l fr a n ç o is ; 2 v o l.,
folio, 1649.
J B a p t is t e
e a n T h ie r s , T r a it é d es su p e r stitio n s ; in-12, 1679, p.
424-441 (chap. X X X V I ) ; 4 e édition sous le titre de T r a it é des
s u p e r stitio n s q u i regarden t les sacrem en s, I; in-12, 1777, p. 431-
. 462 (livre V I, chap. IV ).
Menin , T r a it é h isto r iq u e et ch ron olo g iq u e d u sacre et co u ro n n em en t
BIBLIOGRAPHIE 5

éd., in-12, Amsterdam, 1724


des ro is et re in e s de F r a n c e ; , 2 e
(la première de 1723), p. 323-329.
[R égn au lt , chanoine de Saint-Symphorien de Reims], D is se r ta tio n
h isto r iq u e to u ch a n t le -pouvoir a cco rd é a u x R o is de F r a n c e de g u érir
(sic) d e p reu v es to u ch a n t la v é r ité de
des E cro u e lle s, a cco m p a g n é
à la suite de l 'H is to ir e d es sa cres de nos r o is,
la s a in te A m p o u le :
du même auteur ; Reims, 1722.
P ierre le B run , H is to ir e cr itiq u e des p ra tiq u es su p e r stitie u se s ;
nouv. éd. II, in-12, 1750, p. 112-135.
O roux , H is to ir e ecclésia stiq u e de la cour de F r a n c e ; in-40, 1776,
p. 180-184 1)·

§ 2. O uvrages angla.is.

W illiam T ooker , C h a r is m a s iv e d o n u m s a n a tio n is s e u e x p lic a tio


to tiu s q u a e s tio n is de m ir a h iliu m sa n ita tu m g ra tia , i n qua p ra e-
c ip u e a g itu r d e s o le n n i et sacra cu r a tio n e strum ae, c u i R eg es A n g lia e
r ite in a u g u r a ti d iv in itu s m ed ica ti s u n t et q u a n ser e n is s im a E l i -
zabetha, A n g lia e , F r a n c ia e et H ib e r n ia e R e g in a , ex co elesti g ratia
s ib i' concessa, A p p lic a iio n e m a n u u m su a ru m , et co n ta ctu m orb i-
darttm p a r tiu m , n o n s in e R e lig io s is cerem on iis et p r e c ib u s, cu m
a d m ir a b ili et fa e lic i s u cce ssu i n d ies sa n a t ; pet. in-40, Londres,
1597-
W illiam Clow es , A r ig h t fr u t e ju ll a n d a p p rov ed trea tise for the a rti-
fic ia ll cure of th a t m a la d y called i n L a t in , S tr u m a , a n d in E n g lis h ,
the E v ill, cured by K y n g e s a n d Q u een es o f E n g la n d ; pet., in-40,
Londres, 1602.
T o the K i n g s m ost E x c e lle n t M a je s ty T h e H u m b le P é t it io n
O f divers h u n d red s O f the K i n g s p oore S u b je c ts , A fjlic te d w ith
that grievous I n f i r m i t ie C a lled the K i n g s E v il l . O f w h ich by h is
M a je s tie s a b sen ce th ey hâve no p o s s ib ility o f b ein g cured, w a n tin g
a il m eanes to g a in a ccesse to h is M a je s ty , by rea son o f H is a bode
at O xfo rd ; London, P r in te d for J o h n W ilk in s o n , F e b . 20, A n n o

!) L ’ o u v r a g e d e R e n é M o r e a u , De manu Regia, oralio panegyrica et


inauguralis habita in collegio Cameracensi regio, P a r i s , 1 6 2 3 , c i t é p a r R o s e n ­
baum , I, p . 43, et Pauly , c o l. 10 92, à propos d u to u c h e r , e s t e n r é a lité un
p a n é g y r iq u e de L o u is X III où il n ’est fa it m e n tio n du to u c h e r q u ’i n c i -
dem m ent (p . 5 et su rto u t p. 18 -19 ).
6 LES ROIS THAUMATURGES

D o n t. 1643, plaquette [8 n.’|. (B ritish Muséum Thom ason T racts


E g o (6)i).
J o h n B ir d , O slen ta C a r o lin a , or the la te C a la m ü ie s o f E n g la n à w ith
the A u th o r s o f th em . T h e great h a p p in e s s a n d h a p p y governm ent
o f K . C h a rles I I s n s u in g , m ir a c u lo u s ly fo resh ew n by the F in g e r
o f G od i n two w o n d er ju l d iseu ses, th e R e k e ts a n d K in g s - e v il. W h er ein
is also p roved, I ih a t the rekets after a w h ile s h a ll s eiz e i n no m ore
c h ild r e n but v a n ish by m ea n s o f K . C h a rles I I , I I that K . C h a rles I I
i s the la st o f K in g s w h ich s h a ll so h e a l the K in g s - e v il ; pet. in-40,
Londres, 1661.
Χεφ;ξοχη. T h e E x c e lle n c y or H a n d y w o r k o f the R o y a l H a n d ; pet.
in-40, Londres, 1665.
R ic h a r d W i s e m a n , S e v er a ll C h ir u r g ic a l T r e a tise s ; B ook I V : A
trea tise o f the R i n g ’ s E v il , chap. I, O f the C u r e o f th e E v i l by the
K i n g ’ s to u ch ; i re éd., Londres, 1676 ; 6 e éd., 1734, I, p. 392-397.
J . B r o w n e , A d en o ch o ir a d elo g ia ; or a n a n a to m ic k -c h ir u r g ic a l treatise

o f g a n d u les a n d strum aes, or k i n g ’ s e v il s w e llin g s ; together w ith


th e ro y a l g ift o f h e a lin g , or cu r e th ereo f by contact or im p o sitio n
o f h a n d s, p erform ed fo r a bove 640 y car s by o u r k in g s o f E n g la n d ,
c o n tin u ed w ith ih e ir a d m ir a b le effects and m ir a c u lo u s even ts ;
a n d co n clu d ed w ith m a n y w o n d er fu l ex a m p le s o f cu res by th e ir
sacred tou ch ; Londres, 1684 (La. 3e partie in titu lée C h a r is m a
B a s ilik o n or th e R o y a l G if t o f H e a lin g S tm m a e s or K in g s - E v il,
est spécialem ent consacrée au m iracle ro y al ; elle est paginée
à part ; sauf ind ication contraire, mes citation s se rapportent
à elle.)
R ic h a r d C a r r , E p is to la e m é d ic in a le s v a r iis o cca sio n ib u s co n scrip ta e ;

Londres, 1691, ep. X IV , p. 152-158.


A L etter /rom a gen tlem an at R o m e to h is fr ie n d in L o n d o n ,
g iv in g a n a c c o u n t 'o f som e very s u r p r iz in g C u re s i n the K i n g ’ s
E v i l by the T o u ch , la tely effecteâ i n the N e ig h b o u r h o o d o f that
C it y ... T ra n sla te d o f the I t a li a n ; pet. in-40, Londres, 172 1.
W il l ia m B e c k e t t , A free a n d im p a r tia l in q u ir y in to the a n tiq u ity
a n d efjicacy o f to u c h in g fo r the cu r e o f the K i n g ’ s e v il,.. N o m fir s t
p u b lis h e d in order to a co m p lea t c o n fu ta tio n o f that su p p o sed
s u p er n a tu r a l pow er la tely fu s tifie d in a p a m p h let, in titu le d A
letter from a gentlem an at R o m e to h is fr ie n d i n L o n d o n ... ; pet.
in-40, Londres, 1722,

q L a p a g e d e t it r e r e p r o d u ite p a r C h . C o x , Ths parish rcgister·.· of


England (The A ntiquary’s Books), Londres [1910], p. 181.
B IB L IO G R A P H IE
7

R B l a c k m o r e , Discoiwses on the Goût, a Rhmmatism and,


ic h a r d

the K in g ’s E v il ; in-12, Londres, 1726.


[S a m u e l W e r e n f e l s ], Occasional thoughts on the· power of curing
for the king’s-evil ascribed to the kings of England ; pet. in-40,
Londres, 1748 (forme la seconde partie, avec titre et pagination
séparés, de la, brochure intitulée A Dissertation upon superstition
in natural things ; pet. in-40, Londres, 1748).
* J ohn B a d g e r , Cases of Cures of the K in g ’ s E vil perfected by the

royal touch ; Londres, 1748 (indiqué Notes and Queries, g,th sériés
I (1862), p. 258 ; paraît manquer au Musée Britannique.
[J ohn D o u g l a s ], The Criterion or Miracles examined with a view to

expose the prétendions of Pagans a-nd Papists to compare the Mira-


culous Powers recorded in the New Testament with those said to
subsist in Later Times, and to shew the great and maierial Différence
between them in Point of Evidence : from whence U will appear
that the former must be True, and the latter may be False ; in-12,
Londres, 1754, p. 191-205.

§ 3. O uvrages com posés p ar des é criv a in s étrangers à V A n g leter re et


à la F r a n c e .

M a r t in D e l r io S. J., D is q u is itio n u m m a g ica r u m lib r i s e x ; L ib . I,


cap . III, Qu. IV , Mayence, 1606 I, p. 57-65*) ; à com pléter
sur quelques points par l ’éd. de 1624, in-40, Mayence, p. 24-27.
O . W ie s e l g r e e n , « T h e K i n g s E v iln , Z w e i g leic h z e itig e B e r ic h te ;
A r c h iv fü r K u ltu r g es c h ic h te, X I I (1916), p. 410-411 (récits des
voyageurs suédois R o s e n h a n e — à Londres, 1629 — et G y l -
D E N S T O L P E — à Versailles, 1699).

A l e x a n d e r P a t r ic iu s A r m a c a n u s [J a n s e n iu s ], M a r s G a llic u s s e u
de iu s t it ia a rm o ru m et fo ed eru m reg is G a llia e l ib r i du o : ed itio
n o v issim a (2e éd.) s. 1., 1636, lib . I, c. 13, p. 65-72 (la prem ière
édition, fo l. 1635).
D octor F r a n c i s c o M a r t i y V il a d a m o r , C a ta lu n a en F r a n c ia C a s tilla
s in C a ia lu n a y F r a n c ia contra C a s tilla . P a n e g y r ic o glorioso a l
c h r is tia n iss im o m on arca L u is X I I I el l u s t o ; Barcelone, 1641,
cap. X I, p. 81-84.
P h il ip p u s C a m e r a r iu s , O p era e h o ra ru m s u b c is iv a r u m siv e m ed ita -
tio n es h istoricce ; C e n tu r ia iertia , cap. X L II, D e p e c u lia r ib u s

l ) L a prem ière édition 1593, folio, M ayence (je ne l'a i point vue).
8 LES ROIS THAUMATURGES

d o n is Regum et P r in c ip u m nonnullorum s a n a n d i aegrotos et pecu-


lia r ib u seorum n o tis ; in-40, Francfort, 1644, p. 143-146 2) ;
cf. la traduction fran çaise parS[iMON) G(oulard ] : L e T ro is ie s m e
v o lu m e des m éd ita tio n s h isto r iq u es d e M . P h i l i p p e C a m e r a r iu s ;
in-40, L yon, 1610, p. 171-17 5 (avec additions).
J ohannes J acobu s C h ifletiu s (J. J. Ch iflet ), D e a m p u lla R e m e n s i
nova et a ccurata d is q u is itio ; fol., Anvers, 1651 (notam m ent
P- 57-58).
J oannis L azari G utierrii (J. L . G utierrez ), O p u s c u lu m d e F a s c in o ;
in-40, L yon, 1653, p. 153-156.
* Ge . T rin kh usius , D e cu r a tio n e reg u m p er con ta ctu m ; Iéna, 1667
(indiqué R osenbaum , A d d im e n ta II, p. 64).
Gaspar a R e ie s , E ly s i u s ju c u n d a r u m q u a eition u m . ca m p u s ; in-40,
F ran cfo rt s. le Main, 1670, qu. X X I V et X X V I I I .
D a n i e l G eorgius M orhovius (Morhof), P r in c e p s m e d ic u s ; p la­
quette p e tit in-40, R ostock, 1665 48 p. ; reproduit dans D . G.
M orhofi, Dissertationes a ca â em ica e ; in-40, H am bourg, 1699.
J ohannes J o a c h i m u s Z en tgraff , D is p u ta tio p r io r de ta ctu R e g is
F r a n c ia e , quo strumis laboran tes r e s titu u n iu r ; p laqu ette p e tit
in-40, W ittenb erg, 1667 (16 p.) ; D is p u t a t io p o sterio r d e ta ctu
Regis Franciae ; p laqu ette pet. in-40, mêm es 1. et d. (16 p.).
J o h a n n C h r is t ia n L uenig , T h ea tru m cerem on ia le h is to r ic o -p o litic u m ,
II ; in-40, L eipzig, 1720, p. 1015 et 1043-47.
* S. P. H il sc b e r , D e cu r a stru m a ru m con tacta reg io fa cta ; in-4.0,
Iéna, 17 3 0 ').

J ’in d iq u e la p lu s a n c ie n n e des é d itio n s que i ’a i pu c o n s u lte r ; la


p r e m iè r e é d itio n Troisième Centurie
de la paru t à F r a n c fo r t en 16 0 9 (c f.
M e u s i î l , Bibliotheca historica, Z, 2 , L e i p z i g 1 7 8 4 , p . 3 3 8 ); l ’o u v r a g e , q u i e u t
beau cou p de su ccès, fu t m a in te s fo is r é im p r im é et tr a d u it.

2) R o s e n b a u m , Addimenta, II, p. 64, c ite com m e r e la tif au to u c h e r


o u d u m o in s a u p o u v o ir g u é r is s e u r d es r o is l 'o u v r a g e s u i v a n t : M ic h . B e r n h .
De herniis arcano regis Galliarum absque sectione curandis, G i e s s e n
V a l e n t in ,
a v e c l a Disputatio V I : De nova
1 6 9 7 ; il f a u t v r a is e m b la b le m e n t l ’id e n tifie r
herniarum cura, c o n t e n u e d a n s l a Polychresta exotica d e M i c h a e l B e r n -
hardus V a l e n t i n u s, i n - 4 0, F r a n c f o r t 170 0 ; il y est q u e s tio n d ’ u n re m èd e
p o u r la h e rn ie a p p e lé le secret du Roy, sim p le r e c e t t e p h a r m a c e u tiq u e a u
n om d estin é à fr a p p e r l ’im a g in a tio n des fo u le s, m a is sa n s r a p p o r t a u c u n a v e c
le m ir a c le r o y a l.
BIBLIOGRAPHIE 9

IV . L E T O U C H E R D E S É C R O U E L L E S : O U V R A G E S P O S T É R IE U R S
A 1800.

§ 1. G én éra lités.

C h r . B a r f o e d , H aands P a a la e g g e ls e (M e d ic in s k -H is to r is k e S m a a s-
k r ijten ved V ilh e lm M a a r, 8) ; in-12, Copenhague, 1914.
J o s e p h M. B a t is t a y R o ; a , T o u c h in g fo r th e K i n g 's E v i l ; N o tes
and Q u e n e s , i 2 t h sériés III (1917), p. 480-82.
* J. R. B il l in g s , T h e K i n g 's T o u c li fo r S c r o fu la ; P r o c e e â in g s of
C h a ra k a C lu b N e w - Y o r k , II.
Paulus Cassel , L e r o i te touche ; Berlin, 1864 (* 2e éd., Berlin, 1878).
A . C héreau et A . D elambre , D ic tio n n a ir e en cy clo p éd iq u e des scien ces
m éd ica les, t. 32, 1885, article E cro u elles, p. 481-86.
L. C h o u l a n t , D i e H e ilu n g der S k r o fe ln du rcit K ô n ig s h a n d ; D e n k -
s c h r ift z u r F e ie r der fü n fz ig ja h r ig e n A m ts fiih r u n g ... J. A . W.
H e d e n u s... h g g. von der G esellsch a jt fü r N a tu r - u n d H e ilk u n d e
i n D r esd e n ; Dresde> 1833.
R a y m o n d C r a w f u r d , T h e k i n g ’s evil-, Oxford, 1911.
E b s t e in , D i e H e ilk r a jt der K o n i g e ; D e u ts c h e m e d iz. W o ch en sch rift,
1908, I, p. 1104-1107.
E b s t e in , Z u r G esch ich te der K r a n k e n b e h a n d lu n g d u rch H a n d a u fle g u n g
und verw andte M a n ip u la tio n ; J a n u s , 1910, p. 220-28. et 1911,
p. 99-101.
E. G u r l t , G esch ich te der C h ir u r g ie u n d ih re r A u s ü b u n g ; 3 vol.,
Berlin, 1898, I, p. 104, 108, 110 ; II, p. 139 et 871 ; III, p. 570.
L. L a n d o u z y , Le T o u ch er des E c r o u e lle s. L 'H ô p i t a l S a in t-M a r c o u l.
in-40, 1907 (im p r im é p ou r la ses s io n rém o ise de
L e M al du R oi ;
développement
l'A s s o c . fr a n ç . p ou r l'A va n cem en t, des scien ces ;
d'un article plus court paru dans la P r esse M é d ic a le , 10 mai 1905).
* M. A. S tarr , T h e k i n g ’ s e v il a n d its rela tio n to p sy ch oth era p y ; M e d i ­
ca l R eco rd N e w - Y o r k , 1917 et 1918.

§ 2. O ttvrages r e la tifs a u rite fr a n ç a is .

E. B r is s a u d , L e m a l d u r o i ; G azette h eb d o m a d a ire de m éd ecin e et d e


chirurgie-, X X I I (1885), p. 481-92.
Dr C a b a n e s , 2 e série, in-12, 1913, p. 5-74.
R em èd es d ’a u trefo is ;
A bbé C e r f , D u toucher des écrouelles p a r les ro is de F r a n c e ; T r a v a u x
A c a d . R e im s, X L III (1865-66), p. 224-288.
ΙΟ LES ROIS THAUMATURGES

A lfred F ran klin , Les rois de France et les écrouelles ; Nouvelle


Iconographie de la Salpêtrière, I V (1891), p. 161-166 ; article
reproduit dans A. F ra n k lin , La vie privée d’autrefois, Les méde­
cins ; in- 12, 1892, p. 254-268.
A. J al , Dictionnaire critique de biographie et d’histoire au m ot Ecrouelles
2 e éd., 1872, p. 522-3.
C. e b e r , Des cérémonies
L du sucre, 1825, P- 4 4 7 -4 6 * et 523-524.
A d . L eco cq , Empiriques, somnambules et rebouteurs beaucerons ;
Chartres, 1862, p. 11-19 .
E . M a r q u i g n y , L ’ attouchement du roi de France ·guérissait-il des
écrouelles ? Etudes religieuses, historiques et littéraires, 4 e série,
I (1868), p. 374-9°·
G M a r t i n o t t i , Re taumaturghi : Francesco I a Bologna nel
io v a n n i

1515 ; L ’ Illustrazione Medica Italiana, IV (1922), p. 134-137.


R . d e M a u l d e - L a - C l a v i è r e , L e s . origines de la Révolution française

au commencement du X V I e siècle ; 1889, p . 26-28;


R . d e M a u l d e - L a - C l a v i è r e , La diplomatie au temps de Machiavel ;

1892, I, p. 52 et 60 (paru aussi en 1893 sous le titre Histoire de


Louis X I I , Deuxième partie'. L a diplom atie,!).
R o s h e m , Les écrouelles, leur étiologie, leur traitement vers 1690 ; P aris

Médical, X I I I (1923, num éro du 1 7 mars), Variétés, p. V I-X .


K a r l W e n c k , P h ilip p der Schône von Frankreich, seine Persônlich-

keit und das Orteil der Zeitgenossen ; in-40, Marbourg, 1905, p.


54 57
- ·

§ 3. Ouvrages relatifs au rite anglais.

W il l ia mA n d r e w s , The dodor in history, literature, folklore etc. ;

H ull et Londres, 1896, p. 8-23.


H. F r a n ç o i s - D e l a b o r d e , D u toucher des écrouelles par les rois d’Angle­
terre ; Mélanges d ’histoire offerts à M. Ch. Bémont, 1913 1).
H e l e n F a r q u h a r , Royal Charities-, The British Numism atic Journal,

XII (1916), p. 39_I35 ; Χ Π Ι (1917)- Ρ· 95'*63 ; XIV (1918),


p. 89-120 ; XV (1919), p. 141-184.
K a r l F e y e r a b e n d , Bilder aus der englischen Kulturgeschichte:

l) L ’article du même auteur paru sous le titre Le toucher des écrouelles


par les rois d’Angleterre; Bulletin soc. antiquaires de France, 1913, p. 86-88,
est une sorte de résumé de celui des Mélanges Bémont.
B IB L IO G R A P H IE ÏI

i . D i e k ô n ig lic h e G a be ; D i e G renzboten , 1904, ï, p. 703-714 et


763- 773·
F ie l d in g H . G a r r is o n , A R e lie o f the K i n g ’ s E v i l i n ih e S u r g eo n
G e n e ra l’s L ib r a r y ( W a s h in g to n D . C); P r o c e e d in g s o f the R o y a l
S o c ie ty o f M e d ic in e , V II (1914), S e c tio n o f the H isto ry o f M e d ic in e ,
p. 227-234 !).
E m a n u e l G r e e n , O n th e C u r e by T o u c h , w ith N o te s o n som e C a ses
i n S o m er set ; P r o c e e d in g s o f the B a th N a tu r a l H is to r y a n d A n t i-
q u a r ia n F i e l d C lu b , V (n° 2, 1883), p. 79-98.
E d w a r d L a w H u s s e y , O n the cu re o f sc ro fu lo u s d isea ses a ttrib u ied
to the ro y a l touch·, T h e A r c h a e o lo g ic a l J o u r n a l, X (1853), p. 187-
211 ; cf. ibid., p. 337.
T h o m a s L a t h b u r y , A h isto r y o f the co n voca tion o f the C h u rch of
E n g la n d ; 2 e éd., Londres, 1853, p. 428-439.
W . E . H . L e c k y , H is to r y o f E n g la n d in the E ig h te e n th C e n tu r y ;
Londres, 1892, I, p. 84-90.
C o r n é l iu s N ic h o l l s , O n the obsolète cu sto m o f to u ch in g fo r the K i n g ’ s
E vil-, T h e H o m e C o u n tie s M a g a z in e , X IV (1912), p. 112-122.
T h o m a s J o s e p h P e t t ig r e w , On s u p e r stitio n s c o n n ed ed w ith the
h isto ry a n d p ra ctice o f m e d ic in e a n d su rg ery ; Londres, 1844,
p. 117-154.
T h e ro y a l cu re for the K i n g ’ s E v i l ; B r itis h M e d ic a l J o u r n a l, 1899,
II, p. 1182-1184 ; cf. ibid., p. 1234.
W . S p a r r o w S im p s o n , O n the for m s o f prayer recited « at the h e a lin g »
or to u ch in g fo r the K i n g ’ s E v i l ; T h e J o u r n a l o f the B r itis h A r ­
ch a eo lo g ica l A s s o c ia tio n , 1871, p. 282-307.
A r c h ib a l d J o h n S t e p h e n s , T h e book o f co n rn o n p ra y er w ith notes
leg a l and h is to r ic a l (E c c le s ia s lic a l h isto ry S ociety ) ; in-4.0, Londres,
1850, II, p. 990-1005.

1) U n résu m é de cet a r tic le a v a it paru en a lle m a n d sou s le titr e de


Medizinisch-Historische Denkmàler des Kônigsübels in der Medizinischen
Bibliolhek des Kriegsministeriums zu Washington; Archiv für die Geschichte
der Nalurwissenschaften 1end der Technik, V I ( 1 9 1 3 ) , p . 1 1 3 - 1 1 6 .
S2 LES ROIS THAUMATURGES

V. L E S A N N E A U X G U É R I S S E U R S *).

R aym ond C raw furd , The blessing of cramp-rings. A chanter in the


history of the treatment of epilepsy ; Studies in thehistory andmethod
of science, edited by Charles Singer, I, O xford , 19 17, p. 165-187.
G eorg F. K unz , Rings for the fmger, from the earliest hnown times
to the présent ; Philadelph ie et Londres, 19 17, p. 336 et suiv.
H erm en tru d e , Cramp rings ; Notes and Queries, 5th sériés, I X
(1878), p. 514.
W illiam J ones , Finger-ring lore ; 2 e éd., Londres, 1890 p. 522-526
(reproduction à p e u près textu elle de l ’a rticle de W a terto n ci-
dessous in d iq u é).
J, S teven so n , On cramp-rings ; The Gentleman’s Magazine. 1834,
I, p. 48-50 ; reproduit dans The Gentleman’ s Magazine Library,
éd. G .-L . G omme [t. III], Popular Superstitions, Londres, 1884,
p. 39-42.
C. J. S. T hompson , Royal cramp and other medycinable rings; pla­
quette, pet. in-40, Londres, 192 1 (10 p.).
E dmund W aterto n , On a remarkable incident in the life of St Edward
the Conf essor, with Notices of Royal Cramp-Rings ; The Archaeolo-
gical Journal, X X I (1864), p . 103-113.

V I. S A IN T M A R CO U L E T L E P È L E R IN A G E D E C O R B EN Y .

B alth a sar B aedorf , Untersuchungen über Heiligenleben der west-


lichen Normandie; Bonn, 1913, p. 24-42.
E d . d e B ar th él em y , Notice historique sur le prieuré Saint-Marcoul

de Corbeny ; Soc. académique des sciences, arts... de Saint-Quentin,


troisièm e série, X I I I (1874-75), p . 198-299.
M. A . B enoit , Un diplôme de Pierre Beschebien, évêque de Chartres:
les reliques de Saint Marcoul ; Procès-verbaux, Soc. archéolog.
Eure-et-Loir, V ( 1 8 7 6 ) , p . 4 4 - 5 5 .
B la t , Histoire du pèlerinage de Saint Marcoul à Corbeny ; 2 e éd.,
in -12, C orben y, 1853.

9 II c o n v ie n t de n o te r que p lu s ie u r s d e s ouvrages re c e n sé s p lu s h a u t
a u x s e c tio n s I I I et IV r e n fe r m e n t, p a r o c c a s io n , q u e lq u e s in d ic a tio n s s u r le s
anneaux g u é r is s e u r s .
BIBLIOGRAPHIE 13

O u d a r d B o u r g e o is , A p o lo g ie p o u r le p èle r in a g e de n o s roys à C orh en y


a u to m b ea u d e S . M a r c o u l, a b b é de N a n t e u il, contre la n o u v elle
o p in io n de M o n s ie u r F a r o u l, lic e n c ié a u x droits, doyen et o fficia l
de M a n te s ; pet. in-40., Reim s, 1638 l2
).
H . M. D u p l u s , H is to ir e et p èlerin a g e d e S a in t M a r c o u l ; in-18, D ijon,
1856.
S im o n F a r o u l , D e la d ig n ité des roys d e F r a n c e et d u p r iv ilè g e que D ie u
leu r a d o n n é de g u a rir les escroü elles : en sem ble la v ie d e s a in t
M a r c o u l a b b é de N a n t u e il ; 1633.
C h a r l e s G a u t ie r , S a in t M a r c o u l o u M a r c u lp lie a b b é d e N a n t e u il,
sa v ie, ses reliq u es, s o n c u lte ... ; ίη-16, Angers, 1899.
E m il e H . v a n H e u r c k , L e s d ra p elets d e p èlerin a g e en B e lg iq u e et
d a n s les p a y s v o is in s. C o n tr ib u tio n à l ’ ic o n o g r a p h ie et à l ’h isto ire
des p èlerin a g es ; in-40, Anvers, 1922.
A b b é L e d o u b l e , N o tic e su r C o rb en y , so n p r ie u r é et le p èlerin a g e à
S a in t M a r c o u l ; Soissons, 1883.
L e P o u l l e , N o tic e su r C o rb en y , s o n prrieuré et le p èlerin a g e de S a in t -
M a r c o u l ; Soissons, 1883.
N o tic e su r la v ie d e S a in t M a r c o u l et s u r so n p èlerin a g e à A r ch e la n g e ;
in-16, Cîteaux, 1879.
C. J. S c h é p e r s , Le p èle r in a g e de S a in t- M a r c o u l à G rez-D oicea u
(ica n ton de W avré) ; W a llo n ia , t. V I I (1899), Ρ· Ι 77_Ιδ3·
L o u is T e x i e e , E x tr a ic t et a b rég é de la v ie de S . M a r c o u l A b b é ; p la ­
quette, Saumur, 1648, 8 p. (à la suite du D is c o u r s to u ch a n t la
fo n d a tio n de la ch a p elle N o str e-D a m e de G u a riso n à R u s s é ).

V II. L E « S IG N E R O Y A L » -).

O t t o G e is s l e r , R e lig io n und A b e r g la u b e i n den m ittelen g lisch en


V ersrom a n zen ; Halle, 1908, p . 73-74.

1) E . de B a r th é le m y , dans sa N otice historique sur le prieuré Saint-


M arcoul, é c r it (p . 2 10 ): «O u d ard B o u r g e o is p u b lia un secon d ouvrage la
m êm e année : Traité des droits, privilèges et immunités de l'église et monastère
de Corbeny, i n - 1 2 , 1 6 3 8 ». J e n ' a i p u m e t t r e l a m a i n s u r c e l i v r e q u e n e p o s s è d e
p a s l a B i b l . N a tio n a le . N e s ’e s t-il p a s p r o d u it q u e lq u e c o n fu s io n d a n s l ’e s p r it
de E. de B a r th é le m y ? C o m m e m o i, l 'a b b é L e d o u b le (Notice sur Corbeny,
p . 1 3 1 ) a c h e r c h é le Traité e t n e l 'a p o in t tr o u v é .

2) A j o u t e r à c e t t e l i s t e c o m m e o u v r a g e a n c i e n l e liv r e d e C a m e r a r iu s ,
Operae horarum subcisivarum, r e c e n s é c i - d e s s u s , I I I , § 3.
I4 LES K01S THAUMATURGES

H. G rauert , Zur deuischen Kaiscrsage ; Histor, Jahrbuch, X III


(1892), p. 122 et 135-136.
F erdinand L ot, La croix des royaux de France ; Rontania, X X
(1891), p. 278-281 (avec une note de Gaston P aris ).
PlO R a JNA, Le origini dell’efo fea francese ; Florence, 1884, cap. X II,
p. 294-299.
A n t o i n e T h o m a s , Le « signe royal » ei le secret de Jeanne d ’Arc ; Revue

Historique, CIII (1910), p. 278-282.

V III. N O TE R E L A T IV E A U X C IT A T IO N S D E D O CU M EN TS
M A N U S C R IT S E T A LA C H R O N O L O G IE ,

J ’a i in d iq u é p a r le s a b r é v ia t io n s s u iv a n t e s le s p r in c ip a u x d é p ô t s a u x q u e ls
se r a p p o r te n t le s r e n v o is :

A rch . N a t. : A r c h i v e s N a t io n a le s .
B i b l . N a t . ·. B ib lio th è q u e N a tio n a le .
B r it. M u s. : B r itis h M u sé u m .
E, A. : fo n d s d it Exchequer Accotants au P u b lic R ecord O ffic e
de L on d res.
R. O. : R e c o r d O ffic e , à L o n d r e s ( fo n d s a u t r e s q u e le s E x c h e q u e r

A c c o u n ts ).

S a u f m e n tio n c o n tr a ir e , to u te s le s d a te s s o n t r é d u ite s a u n o u v e a u s t y le
(c o m m e n ce m e n t d e l ’a n n é e au i or j a n v i e r ) . Les d a te s a n g la is e s a n té r ie u r e s
au 14 s e p t. 1752 (d e m ê m e b ie n e n ten d u q u e le s d a te s fr a n ç a is e s a v a n t le
20 déc. 158 2 ) son t données s e lo n le c a le n d r ie r ju lie n .
IN T R O D U C T IO N .

« C e roi e st u n gran d m a g ic ie n ,
M o n t e s q u ie u , Lettres Persanes , 1. 24.
a L e s e u l m ir a c le q u i e s t d e m e u r é
p e r p é tu e l e n .ia r e lig io n d e s C h r e s t ie n s
e t en la m a is o n d e F r a n c e ....»
M a t h ie u , Histoire de L o u y s X Ï ,
P ie r r e
roi de France, 1 6 1 0 , p . 4 7 2 .

L e 27 avril 1340, Frère François, de l ’ordre des Prêcheurs, évêque


de B isaccia dans la province de N aples, chapelain du roi R obert
d ’A n jou et pour l ’instant am bassadeur du roi d 'A ngleterre E d o u ard ΙΠ ,
se présenta devant le D oge de V e n i s e . E ntre la Fran ce et l'A n g le ­
terre ven ait de s'ou vrir la lu tte dynastique, qui devait être la Guerre
de Cent Ans ; les h ostilités avaient déjà com m encé ; m ais la cam ­
pagne diplom atique se prolongeait encore. D e to u tes p a rts en E u rop e
les deux rois r iv a u x cherchaient des alliances. F rère F ran çois éta it
chargé p ar son m aître de solliciter l ’appui des V én itiens, et leu r
interven tion am icale auprès des Génois. N ous avons conservé un
résum é de son d isco u rs*2) . Il y va n ta it, com m e de ju ste, les disposi­
tion s pacifiques d u souverain anglais. L e «très sérénissim e prince

!) I l s e p o s e a u s u je t d e c e p e r s o n n a g e u n e p e t it e d iffic u lté . L e d ocu m en t


v é n itie n , c ité c i-d e s s o u s , n . 2 , l ’ a p p e lle R ic h a r d : « fr a tr i B ic a r d o D e i g r a tia
B is a c ie n s is e p is c o p u s , in c liti p r in c ip is d o m in i r e g is R o b e r t! c a p e lla n o et
fa m ilia r i d o m e s t i c o ». M a is , en 1340 , l ’é v ê q u e de B is a c c ia , qui é ta it un
P rêd h eu r e t, p a r co n sé q u e n t, u n « f r è r e », s e n o m m a i t F r a n ç o i s : c f . E ubel,
Hierarchia catholica, 2e éd „ 19 Ï3 et U g h e l l i , Ita lia sacra, t . V I , i n - 4 0, V e n i s e ,
1 7 2 0 , c o l. 8 4 1 . O n n e p e u t g u è r e d o u t e r q u e c e n e s o it fr è r e F r a n ç o is q u i a it
p r is l a p a r o le d e v a n t l e d o g e ; l e s c r ib e v é n it ie n a u r a c o m m is q u e l q u e p a r t u n e
e r r e u r d ’é c r itu r e o u d e le c t u r e ( fa u s s e in t e r p r é t a t io n d ’ u n e in i t i a le ? ) ; j ’ a i c r u

d e v o ir la réparer.

2) V e n i s e , A r c h i v i o di S ta to , C o m m e m o r ia li, v o l. I I I , p. 171; a n a ly s é
Calendar of State Papers, Venice, I, n° 25. J e d o is u n e c o p ie d e c e tte p iè c e
c u r ie u s e à l ’e x tr ê m e o b lig e a n c e de M. C a n ta r e lli, p ro fe sse u r à l ’U n iv e r s ité
de R om e. I l n ’e s t p a s f a i t m e n tio n d e l ’a m b a s s a d e d e l 'é v ê q u e d e B is a c c ia
dans E. D e p r e z , L e s ■ préliminaires de la Guerre de Cent A n s, 1 9 0 2 ( B ib l.
Athènes et Rome). L ’ a n a l y s e d u Calendar n ’ e s t p a s e x e m p t e d ’ e r r e u r s ; e l l e
t r a d u i t comitatum de P o n ty u s in Picard ia m ( le P o n t b i e u ) : lhe coun lies. . .

of Pontoise.
ι6 LES R O IS THAUM ATURGES

E d o u ard », ardem m ent désireux d 'é v ite r le m assacre d ’une foule de


chrétiens innocents, avait, à l ’en croire, écrit à « P hilip pe de Valois,
qui se d it roi de Fran ce » pour lui proposer trois m oyens, au choix, de
décider entre eux, sans guerre, la grand e querelle ; d 'ab ord le com bat
en cham p clos, v ra i jugem ent de D ieu, so it sous la form e d ’un duel
entre les d eu x prétendants eux-m êm es, soit sous celle d ’un com bat
plus am ple entre deux groupes de six à h u it fidèles ; ou bien l ’une ou
l ’autre des deux épreuves su ivan tes (ici je cite textuellem ent) : «Si
P hilip pe de V alois était, com m e il l ’affinn ait, v ra i roi de France,
q u ’il le dém ontrât en s ’exp osant à des lions affam és ; car les lions
jam ais ne blessent un v ra i roi; ou bien q u ’ il accom plît le m iracle de la
guérison des m alades, com m e ont coutum e de l ’accom plir les autres
vra is rois », — entendez sans doute les autres vrais rois de France.
« E n cas d ’insuccès il se reconn aîtrait indigne du royaum e ». Philippe
— tou jou rs au tém oignage de F rère F ran çois — armait, « dans sa su­
perbe », rejeté ces su g g e stio n s1).
On peut se dem ander si E d o u ard I I I en réalité les a v a it jam ais
faites. L e dossier des négociations anglo-françaises nous est parvenu
en assez bon état ; on n 'y tro u v e p o in t trace de la le ttre résum ée p a r
l'é vêq u e de B isaccia. P eut-être ce dernier,, q ui tenait à éblouir les
V énitiens, l ’im agina-t-il de tou tes pièces. Supposons mêm e q u ’elle
ait véritablem en t été en voyée ; il ne fa u d ra it pas prendre l ’épreuve
des lions ou celle du m iracle plus au sérieux que· l'in v ita tio n au duel,
défi classique qu'échangeaient en ce tem ps, au m om ent d'entrer en
guerre, les souverains qui savaien t viv re , sans que jam ais, de mémoire
d ’homme, on eût v u aucun d ’eu x entrer dans ia lice. Sim ples form ules
diplom atiques que tou t cela, ou m ieux, dans le cas qui nous occupe,
paroles en l ’air d ’un d iplom ate trop b avard .
Ces va in s propos m ériten t p o u rtan t de faire réfléchir les histo-

q «. . . ne tanta strag es Christianorum, que e x dicto belo orta et oritùr


et oriri in posterum credituT, ipsi serenissimo principi Eudoardo imputaretur
aliquatenus, in principio dicte guerre suas literas supradicto destinavit Philipo,
continentes quod ad evitandum mala super inocentes ventura eligeret alterum
trium : silicet quod de pari ipsi duo soli duelum intrarent, vel eligeret sibi
sex vel octo aut quot velet, et ipse totidem, et si[c] questio terminaretur inter
paucos, Altissimo de celo justitiam querenti victoriam tribuente; aut si verus
î'ex Francie esse[t], ut asserit, faceret probam oflerendo se leonibus fainelicis
qui verum regem nullactenus lesunt; au t. miraculum de curandis infirmis,
sicut soient facere ceteri reges veri, faceret {m s : facerent) ; alias indignum
se regni Francie reputaret. Que omnia supradicta, ac plures et diversos {m s :
diversi) pacis tractatus contempsit, se in superbiam elevando ».
INTRODUCTION 17

riens. M algré leur apparente insignifiance, ils jetten t un jou r très


v if sur des choses profondes. Q u’on les com pare par la pensée à ceux
que tien d rait aujourd'hui un plénipotentiaire, placé dans des cir­
constances semblables. L a différence révèle l ’abîm e qui sépare deux
m entalités ; car de pareilles protestations, q u ’on destine à la galerie,
répondent forcém ent aux tendances de la conscience collective. Frère
François ne persuada point les V énitiens : ni les preuves, étalées
d evan t eux, de l ’esprit pacifique dont E douard I I I — leur disait-on —
a v a it ju sq u 'au dernier m om ent donné les m arques, ni les promesses
plus positives contenues dans la suite du discours ne les décidèrent
à sortir de la neutralité, q u ’ ils estim aient profitable à leur commerce.
M ais les prétendues offres, censées faites par le roi d ’A ngleterre à
son riv a l de France, ne les trouvèrent peut-être pas aussi incrédules
q u ’on pourrait l ’im aginer. Sans doute ne s'atten daien t-ils pas à vo ir
P hilippe de V alois descendre dans la fosse au x lions ; mais l'id ée

« K ’enfant de roys ne peut lyon s m enger »


leur était rendue fam ilière par tou te la littéra tu re d ’aven ture de leur
tem ps. Ils savaien t très bien q u 'E do u ard I I I n’était p as disposé à
céder à son rival le royaum e de France, même si ce dernier d evait
réussir des cures miraculeuses. M ais que tou t vrai roi de F ran ce —
com me d ’ailleurs tout vrai roi d ’Angleterre — fû t capable de pareils
prodiges, c'était, en quelque sorte, un fa it d’ expérience que les plus
sceptiques, au x i v e siècle, ne songeaient guère à m ettre en doute.
On cro y a it à la réalité de ce singulier pouvoir à Venise, com m e dans
tou te l'Ita lie, et au besoin on y a va it recours : un docum ent, échappé
p ar hasard à la destruction, nous a conservé le souvenir de quatre
b raves V énitiens qui, en 1307 — trente-trois ans ava n t la m ission
de Frère François — , se rendirent en France pour obtenir de P hilippe
le B el leur guérison l ) .
A in si le discours d'un diplom ate quelque peu hâbleur vien t
opportuném ent nous rappeler que nos ancêtres, au m oyen âge et
ju sq u ’au cœur des tem ps modernes, se firent de la ro yau té une im age
très différente de la nôtre. E n tou s pays, les rois passèrent alors pour
des personnages sacrés ; en certains p ays tou t au m oins ils passèrent
pour des thaum aturges. Pendant de longs siècles, les rois de Fran ce
et les rois d ’A ngleterre ont - pour em ployer une expression jad is
classique — «touché les écrouelles»; entendez q u ’ ils prétendaient *)

*) Pour la croyance relative aux lions, voir ci-dessous, p. 256. Pour


le voyage des quatre Vénitiens, v. ci-dessous, p. 109.
ι8 LES R O IS THAU M ATU RGES

guérir, p ar le seul con tact de leurs mains, les m alades a ttein ts de cette
affection ; au tou r d ’eux on cro ya it com m uném ent à leu r ve rtu m é­
dicinale. P end ant une période à peine m oins étendue, on v it les rois
d ’Angleterre distribuer à leurs sujets et m êm e au delà des bornes
de leurs E ta ts des anneaux (les cra m p -rin g s) qui, pour a v o ir .été con­
sacrés par eu x,, a va ien t reçu, pensait-on, le p o u vo ir de rendre la santé
a u x épileptiques et de calm er les douleurs m usculaires. Ces faits, au
m oins dans leurs grandes lignes, sont bien, connus des érudits et des
curieux. P o u rtan t on doit adm ettre q u ’ils répugnent singulièrem ent
à notre esprit : car ils sont le plus souvent passés sous silence. Des
historiens ont écrit de gros livres sur lès idées m onarchiques sans les
m entionner jam ais. Les pages q u ’on v a lire ont pour p rin cipal objet
de com bler c e tte lacune.
L ’idée d ’étudier les rites guérisseurs, et, plus généralem ent, la
conception de la royau té qui s'exprim e en eux m ’est venue, il y a
quelques années, alors que je lisais dans le C é r é m o n ia l des Godefroy
les docum ents relatifs au sacre des rois de France. J ’étais loin de
m e représenter à ce m om ent l ’étendue véritab le de la tâch e à laquelle
je m ’attelais ; l ’ am pleur et la com plexité des recherches o ù j ’a i été
entraîné ont de beaucoup dépassé mon a tten te . A i-je eu raison de
persévérer néanm oins? Je crains bien que les personnes auxquelles
je confiais m es intentions ne m ’aient considéré plus d ’une fo is com m e
la victim e d ’une curiosité bizarre et, som m e toute, assez fu tile. D ans
quel chem in de traverse n ’ét?is-ie pas allé me jeter? « T h is curious
b y-p ath of y ou rs », me d isait en propres term es un aim able A n glais.
J ’ai pensé p o u rtan t que ce sentier détourné m érita it d ’être su iv i et
j ’ai cru m ’apercevoir, à l ’expérience, q u ’il m en ait assez loin . A vec
ce qui n ’éta it ju sq u ’à présent que de l ’anecdote, j ’ai estim é qu’ on
p o u va it fa ire de l ’histoire. Il serait hors de propos de chercher, dans
cette I n tr o d u c tio n , à ju stifier en d étail m on dessein. U n liv re d oit
p o rter son apologie en lui-m êm e. Je vo ud rais sim plem ent indiquer
ici très b rièvem en t com m ent j ’ai conçu m on tr a v a il e t quelles sont
les idées d irectrices qui m ’ont guidé.

* *
*

Il ne p o u vait être question d ’en visager les rites de guérison


isolém ent, en dehors de to u t ce groupe de superstitions et de légendes
qui form e le « m erveilleux » m onarchique : c ’eût été se condam ner
d ’avan ce à ne vo ir en eu x q u ’une anom alie ridicule, sans lien avec
IN T R O D U C T IO N IQ

les tendances générales de la conscience collective. Je me suis servi


d 'eu x comme d ’un fil conducteur pour étudier, particulièrem ent en
France et en Angleterre, le caractère surnaturel longtem ps attribu é
à la puissance royale, ce que l ’on pourrait, en usant d ’un term e que
les sociologues ont légèrem ent détourné de sa signification première,
nommer la royau té « m ystiqu e ». La royauté ! Son histoire domine
tou te l ’évolution des institution s européennes. Presque tous les
peuples de l ’Europe O ccidentale ont ju sq u 'à nos jours été gouvernés
par des rois. Le développem ent politique des sociétés humaines,
dans nos pays, s ’est résumé presque uniquem ent, pendant une longue
période, dans les vicissitudes du pouvoir des grandes dynasties. Or
pour comprendre ce que furent les m onarchies d'autrefois, pour rendre
com pte surtout de leur longue em prise sur l ’esprit des hommes, il ne
suffit point d'éclairer, dans le dernier détail, le m écanism e de l ’organi­
sation adm inistrative, judiciaire, financière, q u ’elles im posèrent à
leurs sujets ; il ne suffit pas non. plus d ’analyser dans l ’ abstrait ou de
chercher à dégager chez quelques grands théoriciens les concepts
d'absolutism e ou de droit d ivin . Il fa u t encore pénétrer les croyances
et les fables qui fleurirent autour des m aisons princières. Sur bien
des points tou t ce folklore nous en d it plus long que n ’im porte quel
traité doctrinal. Comme l ’écrivait justem ent, en 1575, Claude d ’A lbon,
«jurisconsulte et poete dauphinois», dans son tra ité D e la mai esté
ro y a lle, « ce qui a m is les R o is en telle vénération, a esté principalem ent
les vertus et puissances d ivines qui ont esté veuës en eux seuls, et non
és autres hommes » 1) .
Bien entendu, Claude d ’A lbon ne cro y a it point que ces « vertus
et puissances d ivines » fussent la seule raison d'être du po u voir royal.
E st-il nécessaire de protester que je ne le pense pas non plus? Sous
prétexte que les rois du passé, y com pris les plus grands d ’entre eux
— un saint Louis, un Edouard I er, un Louis X I V — ont, to u t com m e
les p a n s e u x de secret de nos cam pagnes, prétendu gu érir les m aladies
par sim ple attouchem ent, rien ne serait plus rid icule que de ne vou­
loir voir en eux que des sorciers. Ils furent des chefs d ’E ta t, des juges,
des chefs de guerre. Par l'in stitu tio n m onarchique, les sociétés an­
ciennes satisfaisaient à un certain nombre de besoins éternels, par­
faitem en t concrets et d ’essence p arfaitem en t humaine, que les so­
ciétés actuelles ressentent pareillem ent, quitte à les contenter, d ’ordi­
naire, d ’autre façon. Mais un roi, après tou t, c'était, a u x y eu x de ses

b Cl. cT A l b o n , De la maiesté royalle, institution el preeminence el des


faveurs D ivines particulières envers icelle, Lyon, 1575, p. 29, v°.
20 LES R O IS THAUM ATURGES

peuples fidèles, bien autre chose q u ’un haut fonctionnaire. Une


« vénération » l ’entourait, qui n ’a v a it pas sa source uniquem ent
dans les services rendus. Com m ent pourrions-nous com prendre ce
sentim ent loyaliste qui, à certaines époques de Γ histoire, eut une
te llefo rce et un accent si particulier, si, de p arti pris, nous refusions de
voir, autour des têtes couronnées, leu r auréole surnaturelle?
Cette conception de la royau té « m ystiqu e », nous n ’aurons pas
à l ’exam iner ici dans son germ e et son prem ier principe. Ses origines
échappent à l'h istorien de l ’Europe m édiévale et moderne ; elles
échappent, en vérité, à l'h isto ire to u t court ; seule l'ethnographie
com parée semble capable d’apporter sur elles quelque lum ière. Les
civilisations dont la nôtre est im m édiatem ent issue reçurent cet
héritage de civilisations plus anciennes encore, perdues dans l ’ombre
de la préhistoire. Serait-ce donc que nous ne trouverons ici pour objet
de notre étude que ce que l'on appelle parfois, un peu dédaigneuse­
ment, une « su rvivan ce» ?
N ous aurons plus ta rd l ’occasion d ’observer que ce mot, de toutes
façons, ne saurait légitim em en t s ’appliquer au x rites guérisseurs,
considérés en eux-m êm es ; le toucher des écrouelles nous apparaîtra
en effet comme une création de la F ran ce des premiers Capétiens et
de l'A n gleterre norm ande ; quan t à la bénédiction des anneaux
par les souverains anglais, nous ne la verrons prendre place dans
le cycle de la ro yau té m iraculeuse que plus ta rd encore. R este la
notion même du caractère sacré et m erveilleux des rois, donnée
psychologique essentielle dont les rites envisagés ne fu ren t qu’une
m anifestation entre plusieurs. Plus vieille de. beaucoup que les plus
antiques dynasties historiques de la France ou de l ’Angleterre, on
peut dire d ’elle, si l ’on veut, qu'elle survécut longtem ps au m ilieu
social, presque ignoré de nous, qui d ’abord a v a it conditionné sa nais­
sance. Mais si l'o n entend, comm e on le fa it d ’ordinaire, par « sur­
vivan ce » une institu tion ou une croyance d ’où toute vie véritable
s ’est retirée et qui n ’a plus .d'autre raison d ’être que d ’avoir un jou r
répondu à quelque chose, une sorte de fossile, témoin attard é d'âges
périmés, en ce sens l ’idée qui nous occupe, au m oyen âge et ju sq u 'au
x v i i e siècle au m oins, n ’eut rien qui autorise à la caractériser par ce
term e ; sa lo n gév ité ne fu t pas une dégénérescence. E lle conserva
une v ita lité profonde ; elle resta douée d ’une force sentim entale
sans cesse agissante ; elle s ’adapta à des conditions politiques et sur­
to u t religieuses nouvelles ; elle revê tit des form es jusque là inconnues,
parm i lesquelles, précisém ent, les rites guérisseurs eux-mêmes. Nous
IN T R O D U C T IO N 21

ne l ’expliquerons pas dans ses origines, puisque nous devrions, pour


ce iaire, sortir du cham p propre de notre étude ; m ais nous aurons
à l ’expliquer dans sa durée et son évolution : ce qui est une part aussi,
et très im portante, de l'exp lica tio n to tale. E n biologie, rendre com pte
de l ’existence d ’un organism e ce n ’est pas seulem ent rechercher ses
père et mère, c ’est tou t autant déterm iner les caractères du m ilieu
qui à la fois lu i perm et de v iv re et le contraint à se m odifier. Il en
va de mêm e — m u ia tis m u ta n d is — des fa its sociaux.
E n somme, ce que j'a i' voulu donner ici, c ’est essentiellem ent
une contribution à l ’histoire politique' de l ’Europe, au sens large,
au vrai sens du m ot.
Par la force mêm e des choses, cet essai d ’histoire politique a dû
prendre la form e d ’un essai d ’histoire com parée : car la France et
l ’Angleterre ont tou tes deux possédé des rois médecins, et quant
à l ’idée de la royau té m erveilleuse et sacrée, elle fu t com m une à tou te
l ’E urope o ccid en tale: heureuse nécessité, s ’il est vrai, com m e je le
crois, que l'évolu tion des civilisatio n s dont nous sommes les héritiers
ne nous deviendra à peu près claire que le jo u r où nous saurons la
considérer en dehors du cadre tro p étroit des trad itions nationales ’).
Il y a plus. Si je n 'a va is craint d ’alourdir encore un en-tète déjà
trop long, j'a u ra is donné à ce livre un second sous-titre : H is to ir e
d ’ u n m ira cle. L a guérison des écrouelles ou de l'épilepsie par la m ain
royale fu t en effet, com m e le rap pelait au x Vénitiens l ’évêque de

x) Je ne me dissimule d ’ailleurs nullement que dans mon enquête


je ne suis pas toujours parvenu à tenir la balance égale entre les deux pays
dont je voulais suivre les destinées parallèles. On trouvera peut-être quel­
quefois l'Angleterre un peu sacrifiée. J'ai pu y étudier l ’histoire des rites
guérisseurs, à quelques détails près, aussi complètement, je crois, qu’en
France, mais l'histoire de la royauté sacrée, en général, non pas. L ’état présent
de l ’Europe, peu favorable aux voyages et aux achats de livres étrangers par
les bibliothèques publiques ou privées, rend plus malaisées que jamais les
recherches d’histoire comparée. Le remède serait sans doute dans une bonne
organisation du prêt international, pour les livres imprimés et pour les ma­
nuscrits; on sait que la Grande-Bretagne, notamment, n’est pas encore entrée
dans cette voie. Mon travail ne m’a d’ailleurs été rendu possible, comme je
l'ai déjà indiqué, que par la générosité du donateur — M. de Rothschild —
à qui l’Institut de France doit sa M a i s o n de Londres. Malheureusement je n ’ai
pu faire en Angleterre qu'un seul séjour, au début, ou peu s’en faut, de mes
recherches, c’est-à-dire à un moment où les problèmes n’apparaissent jamais
avec toute l ’ampleur et la complexité qu’on leur découvre plus tard : d’où
certaines lacunes que, malgré l ’obligeance de mes amis londoniens, je ne suis
pas toujours arrivé à combler.
22 LES R O IS THAU M ATU RGES

B isaccia, un «miracle» : un grand m iracle en vérité, qui doit com pter


parm i les plus illustres sans doute, en to u t cas parm i les plus continus
que présente le passé ; d ’innom brables tém oins l ’ont attesté ; son éclat
ne s ’est éteint q u ’au bout de près de sept siècles d ’une popularité
soutenue et d'une gloire presque sans nuages. L ’histoire critique d'une
pareille m anifestation surnaturelle pourrait-elle être indifférente
à la psychologie religieuse, ou, pour m ieux dire, à notre connaissance
de l ’esprit humain?

L a plus grande difficulté que j ’ai rencontrée au cours de mes


recherches est venue de l ’état des sources. N on que les tém oignages
relatifs au pouvoir thaum aturgique des rois ne soient dans l ’ensemble,
et to u te réserve fa ite sur les débuts, assez abondants ; m ais ils sont
dispersés à l ’extrêm e et su rtou t de natures prodigieusem ent diverses.
Q u ’on en ju ge par ce seul exem ple : notre plus ancien renseignem ent
sur le toucher des écrouelles par les rois de Fran ce se rencontre dans
un p e tit ouvrage de polém ique religieuse in titu lé « T r a it é su r les
re liq u e s » ; le même rite en A ngleterre est attesté pour la première
fois, d ’une façon certaine, par une lettre p rivée, qui n ’est peut-être
q u ’un exercice de style ; la prem ière m ention que l'o n possède des
anneaux guérisseurs, consacrés par les rois anglais, doit être cherchée
dans une ordonnance royale. P our la suite du récit, il a fa llu m ettre
à con trib u tion une fou le de docum ents d ’espèces différentes : livres
de com ptes, pièces adm in istratives de tou te catégorie, littératu re
narrative, écrits politiques ou théologiques, traités m édicaux, textes
litu rgiqu es, m onum ents figurés, — et j'e n passe; le lecteu r verra
défiler sous ses y eu x ju sq u ’à u n je u de cartes. L es com ptes royau x,
ta n t fran çais q u ’anglais, ne p o u vaien t être ex p lo ités sans un exam en
critiq u e ; je leu r ai consacré une étude spéciale ; m ais elle eût encom bré
inutilem ent Y In tr o d u c tio n ; je l ’ai rejetée à la fin du volum e. L e dos­
sier iconographique, assez pauvre, était relativem en t fa cile à in ­
ven torier ; j'a i cherché à en dresser un é ta t e x a c t que l ’on trouvera
égalem ent en appendice. Les autres sources m ’o n t paru tro p nom­
breuses et trop disparates pour q u ’un recensem ent dût en être tenté ;
je m e contenterai de les citer et de les com m enter au fu r et à m esure
de leu r u tilisation. D u reste, en pareille m atière, que p o u rrait être
une nom enclature des sources? quelque chose en vé rité com m e une
liste de coups de sonde. Il est bien peu de docum ents dont il soit
IN T R O D U C T IO N 23

perm is de dire à l'avance, avec quelque certitu d e : il fournira, ou ne


fournira pas, une indication u tile sur l'h isto ire d u m iracle royal.
Il fa u t aller à tâtons, se fier à la fortu n e ou à l'in stin ct et perdre
beaucoup de tem ps pour une m aigre récolte. Encore si tous les recueils
de textes étaient munis d 'in d ex — j ’entends d ’in d ex par m atières !
¥iais est-il besoin de rappeler com bien en sont dépourvus? Ces in­
dispensables instrum ents de tra v a il sem blent deven ir plus rares
à mesure q u ’011 a affaire à des docum ents de date plus récente. Leur
absence trop fréquente constitue un des vices les plus choquants de
nos m éthodes actuelles de pu blication . J ’eu parle avec quelque
rancœ ur peut-être, car cette m alencontreuse lacu n e m ’a souvent
beaucoup gêné. D ’ailleurs, lors mêm e que l ’in d ex existe, il arrive
que son auteur ait n égligé systém atiquem ent d ’y com prendre les
m entions relatives au x rites guérisseurs, sans doute parce que ces
vaines pratiques sont jugées au-dessous de la dign ité de l ’histoire.
Bien des fois je me suis fa it l'e ffet d 'un hom m e placé entre un grand
nom bre de coffres fermés, dont les uns renferm eraient de l ’or et les
autres des pierrailles, sans qu'aucune inscription aid â t à distinguer
trésors et cailloux. C ’est dire que je suis très loin de prétendre à être
com plet. Puisse le présent livre in citer les chercheurs à de nouvelles
découvertes !

Heureusement, je ne m 'avan çais pas, ta n t s ’en fa u t, sur un terrain


entièrem ent neuf. Il n ’exista it pas à m a connaissance, sur le su jet
que j'a i entrepris de traiter, d'ou vrage historique présentant l ’am­
pleur et le caractère critiq u e que je m e suis efforcé de donner au m ien.
P ou rtan t la « littératu re » des guérisons royales est assez riche,
E n vérité elle est double : il y a deux littératu res d ’origines différentes
qui se côtoient et le plus souvent s ’ignorent entre elles : l ’une com ­
prend des tra v a u x dus à des érudits de profession, l'a u tre — plus
abondante — est l ’œ uvre de m édecins. Je me suis efforcé de les con­
naître et de les u tiliser toutes les d eu x. On trouvera ci-dessus une
liste bibliographique qui paraîtra sans doute passablem ent longue.
Je ne voudrais pas que quelques ouvrages particulièrem ent distingués,
où j 'a i sans cesse puisé, dem eurent perdus dans cette foule. Je tiens
à nommer ici mes principaux guides. Les études déjà anciennes de
L aw H ussey et de W aterton m 'o n t rendu de grands services. Parm i
les auteurs encore vivan ts, j e dois plus que j e ne saurais dire à M. Fran-
çois-D elaborde, au D r C raw furd et à Miss Helen Farquhar.
J ’ai contracté aussi une large d ette de reconnaissance envers
des prédécesseurs d ’un autre âge. D u x v i e au x v m e siècle, on a
24 LES R O IS T H A U M A T U R G E S

beaucoup écrit sur les rites guérisseurs ; dans cette littéra tu re d 'A ncien
Régim e même le fa tra s est intéressant, car on y peut puiser des ren­
seignem ents cu rieu x sur l ’état d ’esp rit de l ’époque; m ais elle ne ren­
ferm e pas que du fa tra s. L e x v n e siècle en particu lier a v u naître,
à côté d ’ouvrages ou de pam phlets d ’une rare ineptie, quelques tra­
v a u x rem arquables, tels que les pages consacrées a u x écrouelles par
du P eyrat dans son H is to ir e ecclesia stiq u e de la C o u r ; surtout je dois
m ettre hors de p a ir deux thèses académ iques : celles de D aniel Georges
Morhof et de Jean Joachim Zentgraff ; je n ’ai trou vé nulle p a rt une
pareille abondance de renvois utiles, J ’ éprouve un plaisir tou t par­
ticulier à rappeler ici to u t ce dont je suis redevable à la seconde de
ces deux dissertations : car je puis saluer en son auteur un collègue,
je a n Joachim Z entgraff était Strasbourgeois ; né dans la ville libre,
il devint· su jet de L ouis X IV , prononça l ’éloge de H enri le G rand *)
et fit, dans sa cité natale, passée à la France, une b rillan te carrière
universitaire. L e liv re que voici paraît parm i les P u b lic a tio n s de notre
F aculté des L ettres ressuscitée ; il m ’est agréable d ’y continu er en
quelque façon, dans un esprit qui se ressent de la différence des tem ps,
l ’œuvre am orcée ja d is par un R ecteu r de l ’ancienne U n iversité de
Strasbourg. 1

1) Le 17 mai 1691; le discours fut imprimé : Spéculum boni principis


in Henrico Magno Franciae et Navarras rege exhibitum exercilalione polilica
Deo annuente, in inclyla Argentoratcnsium Academia.......... Argenlorati, Literie
Joh. Friderici Spoor, plaquette pet. 111-4°, 5 4 P· Ce petit ouvrage doit être
fort rare; je n ’en connais d’autres exemplaires que ceux delaBibl. Nat. et de
la Bibl. Wilhelmitana à Strasbourg. On y lit, p. 12, un éloge de l ’JÉdit de
Nantes qui, malgré sa brièveté, put, en son temps, paraître significatif. Sur
la carrière de Zentgraff (outre les articles de l'Allgemeine deutscke Biographie
et de la France protestante), on peut voir O. B e r g e r - L e v r a u l t , Annales
des professeurs des Académies et Universités alsaciennes, Nancy 1892, p. 262).
LIVRE PREMIER

LES ORIGINES
CHAPITRE I.

L E S D ÉB U TS D U TO U CH ER DES É CR O U ELLES.

§ i . L es écrouelles.

P ar le mot d ’écrouelles, ou plus souvent par celui de scrofule,


qui n ’est q u ’une forme savante du premier (les deux termes, le po­
pulaire comme le savant, étant issus du latin scrofu la ), les médecins
désignent aujourd’hui l'ad én ite tuberculeuse, c ’est-à-dire les inflam ­
m ations des ganglions lym phatiques dues a u x bacilles de la tuber­
culose. Il v a de soi q u ’avan t la naissance de la bactériologie une p a ­
reille spécialisation de ces deux noms, qui rem ontent à la médecine
antique, n ’était pas possible. On distinguait m al entre les différentes
affections ganglionnaires ; ou du m oins les efforts de classification
— voués d ’avance à un échec assuré — que p u t tenter une science
encore incertaine ne laissèrent pas de trace dans le langage m édical
courant ; toutes ces affections, on les appelait uniformément en
français', écrouelles en latin, scro fu la ou strum ae, ces deux derniers
m ots passant d ’ordinaire pour synonym es. Il est juste d ’ajouter que
le plus grand nom bre de beaucoup parm i les inflam m ations ganglion­
naires sont d ’origin e tuberculeuse ; la plupart des cas qualifiés de
scrofuleux par les médecins du m oyen âge, p a r exemple, le seraient
donc égalem ent par nos m édecins à nous. Mais le langage populaire
éta it plus imprécis que le vocabulaire technique ; les ganglions les plus
facilem ent attaqués par la tuberculose sont ceux du cou et, lorsque le
m al se développe sans soins et que des suppurations se produisent, la
fa.ce paraît aisément attein te : d’où une confusion, apparente dans bien
des textes, entre les écrouelles et diverses affections de la. face ou
même des y e u x 1). L es adénites tuberculeuses sont de nos jours encore
!) L a confusion avec les affections de la face est encore aujou rd 'hu i de
celles contre lesquelles les traités de m édecine m etten t en garde les praticiens :
28 LES R O IS T H A U M A T U R G E S

très répandues ; q u ’était-ce donc autrefois, dans des conditions


d ’hygiène nettem ent inférieures a u x nôtres? Joignons leur par la
pensée les autres adénites, et tou t ce vagu e groupe de m aladies de
tou te sorte que l ’erreur publique confondait avec elles : nous aurons
une idée des ravages que dans l ’ancienne E urope pouvaien t exercer ce
q u ’on nom m ait les «écrouelles». E n fait, au tém oignage de quelques
m édecins du m oyen âge ou des tem ps modernes, elles étaient, dans
certaines régions, véritablem ent en d ém iqu es’). L e m al est rarem ent
m ortel ; mais, surtout lorsqu’il est dépourvu de soins appropriés, il
incom mode et défigure ; les suppurations fréquentes avaien t quelque
chose de répugnant ; l ’horreur q u ’elles inspiraient s ’exprim e n aïve­
ment dans plus d ’un vieu x récit : la face se « corrom pait » ; les plaies
répandaient «une odeur fétid e ...» D ’innom brables m alades, aspirant
ardemment à la guérison, prêts à courir au x remèdes que le u r in­
diquerait la commune renommée, voilà le fonds de tableau que doit
tenir présent sous ses y eu x l ’historien du m iracle royal.
Ce que fu t ce m iracle, je l ’ai déjà rappelé. D an s l ’ancienne France,
on appelait couram ment les écrouelles, le m a l le r o i ; en Angleterre
on disait : K i n g ’s E v il . L es rois de France et d ’Angleterre, par le
sim ple attouchem ent de leurs mains, accom pli selon les rites tra ­
ditionnels, prétendaient guérir les scrofuleux. Q uand com m encèrent-
ils à exercer ce m iraculeux pouvoir? com m ent furent-ils amenés
à le revendiquer? comm ent leurs peuples furent-ils conduits à le leur
reconnaître? Problèm es délicats, que je vais essayer de résoudre.
L a suite de notre étude s ’appuiera sur des tém oignages assurés ;
mais ici, dans ce prem ier livre consacré a u x origines, nous touchons
à un passé fort obscur ; résignons-nous d ’avan ce à faire la part très
large a u x hypothèses ; elles sont permises à l ’historien, à condition
q u ’il ne les donne pas pour des certitudes. E t to u t d ’abord cherchons
à rassem bler les plus anciens te xtes relatifs, com m e on disait autre­
fois, au x « princes m édecins ». N ous com m encerons par la France.

cf. de G e n r e s dans B r o u a u d e l , G i l b e r t et G i r o d e , T raité de Médecine


et de Thérapeutique, III, p. 596 et suiv. Confusion avec les maux d ’yeux, voir,
par exemple, B r o w n e , Adenochairedologia, p. 140 et suiv.; 149; 168. Cf.
C r a w f u r d , K in g ’ s E vil, p. 99.
’ ) Pour l ’Italie (région de Lucques) v. le témoignage d ’Arnaud de
Villeneuve cité H. F im k e , A u s den Tagen B on ifa z V I I I (Vorreformations -
geschichtliche Forschungen 2), Münster 1902, p. 105, n. 2. Pour l’Espagne,
ci-dessous, p. 311, n. 2.
LES DÉBU TS DU R IT E F R A N Ç A IS 29

§ 2. L e s débuts d u rite fr a n ç a is .

Nous devons le prem ier docum ent où, sans équivoque possible,
apparaisse le « toucher » français au hasard d'une assez singulière
co n tro v erse1). Vers le début du x n e siècle le m onastère de Saint-
Médard de Soissons prétendait posséder une relique, insigne entre
to u tes: une dent du Sauveur, une dent de lait, disait-on*). Pour
m ieux répandre la gloire de leur trésor, les religieux avaient fa it com ­
poser un opuscule, que nous n'avon s plus, m ais dont on peut, grâce
à ta n t d'autres exemples, im aginer la nature : recueil de m iracles,
livret à l'usage des pèlerins, sans doute une production assez gros­
sière *2 3) . Or non loin de Soissons v iv a it alors un des m eilleurs écri­
vains du temps, Guibert, abbé de N ogent-sous-Coucy. La-nature l'a v a it
doué d'un esprit ju ste et fin ; peut-être aussi que quelque obscure
querelle, aujourd'hui tom bée dans l ’oubli, une de ces âpres rivalités
d ’E glise dont l ’histoire de cette époque est pleine, l ’anim ant contre
ses «voisins» soissonnais4), contribuait à rendre plus exigeant
en l ’espèce son amour de la vérité. Il ne croyait pas à l ’authenticité
de l ’ illustre dent ; quand eut paru l ’écrit dont il vien t d ’être question,
il prit à son tou r la plume pour détrom per les fidèles, abusés par
les « faussaires » 56 ) de Saint-Médard. Ainsi naquit ce curieux traité
des R e liq u e s des S a in ts que le m oyen âge paraît avoir médiocrement
goûté (il ne nous en reste q u ’un seul m anuscrit, peut-être exécuté
sous les yeu x de Guibert lui-même) °), mais où de nos jours on
s ’est plu à relever, parm i beaucoup de fatras, les preuves d ’un sens
critique assez délié, bien rare au x i i e siècle. C ’est un ouvrage passable­
m ent décousu, qui renferme, à côté d ’anecdotes amusantes, une foule
de considérations quelque peu disparates sur les reliques, les visions

*) Ce qui suit d'après le D e P ig n o r i b u s S a n o to r u m de Guibert de Nogent,


dont l ’édition la plus accessible est M i g n e , P. L ., t. 156.
2) P. L ., t. 156, col. 651 et suiv.
3) Col. 664 au début du 1. III § I V : « in eorum libello qui super dente lioc
et sanctorum loci miraculis actitat ».
■’ ) Col. 607 « nobis contigui»; col. 651 « finitimi nostri».
") Col. 652 « Attendite, falsarii... ».
6) C’est le ms. latin 2900 de la Bibl. Nat., qui provient du monastère
même de Nogent.
30 T .E S R O I S T H A U MA T U R G E S

et les m anifestations m iraculeuses en g é n é ra l1). O uvrons le livre


premier. Guibert, en p arfaite conform ité avec la doctrine la plus
orthodoxe, y développe cette idée que les m iracles ne sont pas par
eux-mêmes des indices de sainteté. Ils ont D ieu pou r seul au teu r ;
et la divine Sagesse choisit pour instrum ents, « pour can aux », les
hommes qui conviennent à ses desseins, fussent-ils im pies. Suivent
quelques exem ples em pruntés à la B ible, voire aux historiens antiques,
qui pour un lettré de ce tem ps étaient l ’ob jet d ’une foi presque aussi
aveugle que le L iv re Sacré lui-mêm e : la prophétie de Balaatn, celle
de Caïphe, Vespasien guérissant un b oiteu x, la mer de P am phylie
s’ouvrant d evan t A lexand re le Grand, enfin les signes qui ta n t de
fois annoncèrent la naissance ou la m ort des p rin c e s2). Sur quoi
Guibert ajou te :

« Que dis-je ? n'avons-nous pa.s vu notre seigneur, le roi Louis, user d’un
prodige coutumier ? J’ai vu de mes propres yeux des malades souffrant
d’écrouellès au cou, ou en d'autres parties du corps, accourir en foule pour
se faire toucher par lui, — toucher auquel il ajoutait un signe de croix.
J'étais là, tout près de lui, et même je le défendais contre leur importunité.
Le roi cependant montrait envers eux sa générosité innée; lés attirant de sa
main sereine, il faisait humblement sur eux le signe de croix. Son père Phi­
lippe avait exercé aussi, avec ardeur, ce même pouvoir miraculeux et glorieux;
je ne sais quelles fautes, commises par lui, le lui firent perdre ». 3)

*) Voir en particulier le très intéressant mémoire de M. Abel L e f r a n c ,


L e tr a ité d es r e liq u e s de G u ib e r t d e N o g e n t et les co m m e n c e m e n ts d e la c r itiq u e
h is to r iq u e a u m o y e n âge) E lu d e s d ’ h is to ir e d u m o y e n âge d é d ié e s à G a b r ie l M o n o d ,
1896, p. 285. M. Lefrânc me paraît exagérer quelque peu le sens critique
de Guibert, qui est d’ailleurs incontestable. Cf. Bernard M o n o d , L e m o in e
G u ib e r t et s o n tem p s, 1905.

*) Col. 615 et 6 16 . Le passage relatif aux écrouelles s’intercale du reste


assez bizarrement au milieu du développement, entre les exemples'antiques
et le rappel des prophéties de Balaam et Caïphe. Le traité tout entier est
fort mal composé. La plupart des exemples invoqués par Guilbert de Nogent
étaient classiques de son temps; voir, par exemple, le parti que tire de la
prophétie de Caïphe — - donné comme le type du simoniaque — S. Pierre
Damien, L ib e r g r a tis s im u s , c. X, M o n u m e n la G c r m a n ia e , L i b e ll i d e lite , I, p. 31.
3) Je cite d’après le manuscrit, fol. 14 : « Quid quod dominum
nostrum Ludovicum regem consuetudinario uti videmus prodigio ? Hos plane,
qui scroplias circa jugulum, aut uspiam in corpore patiuntur, ad tactum
eius, superadito crucis signo, vidi catervatim, me ei coherente et etiam pro-
hibente, concurrere. Quos tamen ille ingenita liberalitate, serena ad se manus
obuncans, humillime consignabat. Cuius gloriam miraculi cum Philippus
pater ejus alacriter exerceret, nescio quibus incidentibus culpis.amisit. » Le
texte de P. L . , t. 156, col. 616, graphies à part, est correct.
LES DÉBUTS DU R IT E F R A N Ç A IS 31

T elles sont ces quelques lignes, sans Cesse citées, depuis le xvix®
siècle, p ar les historiens des « écrouelles ». L es deux princes qui y
sont m entionnés sont évidem m ent d ’une part L ouis V I, d’autre part
Philippe I eT son père. Qu'en peut-on tirer?
D 'ab ord ceci : que L ouis V I (dont le règne s’étend de 1108 à 1137Ί
passait pour posséder le pouvoir de guérir les scrofuleux ; les m alades
se portaient vers lui en foule et le roi, persuadé lui-m êm e sans aucun
doute de la force m iraculeuse que le ciel lui a v a it im partie, se rendait
à leur prière. E t cela non pas une fois·p ar hasard, dans un m om ent
d ’enthousiasme populaire exceptionnel ; nous sommes en présence
déjà d ’une p ratiqu e « coutum ière », d'un rite régulier revêtu des form es
mêmes qui seront les siennes pendant tou t le cours de la m onarchie
française : le roi tou che les malades et fait sur eux le signe de croix ;
ces deux gestes successifs demeureront traditionnels. G uibert est
un témoin oculaire, q u ’on ne saurait récuser ; il rencontra L ouis V I
à Laon, et peut-être en d ’autres circonstances ; sa dignité d'abbé lu i
v a la it une place près de son so u v e ra in 1).
Il y a plus. Ce m erveilleux pouvoir, on ne le considérait pas
comme personnel au roi Louis. On se souvenait que son père et pré­
décesseur P hilippe I e1', dont le long règne (1060-1x08) nous reporte
presque au m ilieu du xi® siècle, l ’a v a it exercé a v a n tlu i ; l ’on racon tait
q u ’il l ’a va it perdu à la suite de « je ne sais quelles fautes », dit p u d i­
quem ent G uibert, fort attach é à la fam ille capétienne et disposé
à voiler ses erreurs. N ul doute q u ’il ne s’agisse de l ’union doublem ent
adultérine de P hilip pe avec B ertrad e de M ontfort. Excom m unié à la
suite de ce crime, le roi, croyait-on, a va it été frappé par la colère
divine de diverses m aladies « ignom inieuses » 2) ; rien d ’étonnant
q u ’il eût perdu du mêm e c o u p s o n pouvoir guérisseur. C ette légende
ecclésiastique nous im porte ici assez peu. Mais il fa u t retenir que
P hilippe I er est le prem ier souverain français dont nous puissions
affirmer avec assurance q u ’il toucha les scrofuleux.
Il convient d’observer aussi que ce texte, si précieux, demeure
en son tem ps absolum ent unique. Si, descendant le cours des âges,

q Cf. G. B o u r g i n , Introduction à son édition de G u i b e r t d e N o g e n t ,


Histoire de sa vie (Collect. de textes pour l'étude et l'ens. de l'hist.), p. XIII. M. G.
Bourgin paraît ne pas avoir fait attention au passage du Traité des Reliques
relatif à la guérison des écrouelles : sans quoi il n’eût pas présenté les ren­
contres de Guibert et du roi comme simplement « probables ».
2) O r d e r i c V i t a l , 1. VIII, c. X X , éd. L e p r é v o s t , III, p. 390.
32 LES R O IS THAUM ATURGES

on cherche de proche en proche les guérisons opérées par les rois de


France, il faut, pour rencontrer un texte nouveau, arriver au règne
de saint Louis (1226-1270), sur lequel du reste les renseignements sont
assez abondants1). Si les moines de Saint-Médard n’avaient pas
revendiqué la possession d ’une dent du Christ, si Guibert ne s’était
pas mis en tête de polémiquer contre eux, ou bien encore si son traité,
comme tant d’auties ouvrages du même genre, s’était perdu, nous
aurions sans doute été tentés de voir en saint Louis le premier mo­
narque guérisseur. En fait, il n’y a pas lieu de penser qu’entre 1137
et 1226 aucune interruption dans l ’exercice du don miraculeux se
soit produite. Les textes qui concernent saint Louis présentent nette­
ment son pouvoir comme traditionnel et héréditaire. Simplement,
le silence des documents, continu pendant près d’un siècle, demande
à être expliqué. Nous nous y efforcerons plus tard. Pour le moment,
préoccupés de déterminer le début du rite, retenons seulement la
remarque qui vient d’être faite comme un conseil de prudence : une
chance heureuse nous a conservé les quelques phrases où un écrivain
du x n e siècle rappela, en passant, que son roi guérissait les scrofu­
leux ; d’autres hasards, moins favorables, peuvent nous avoir dérobé
des indications analogues relatives à des souverains plus anciens ; en
affirmant sans autre forme de procès que Philippe I er fut le premier
à « toucher les écrouelles », nous risquerions de commettre une erreur
semblable à celle où nous serions tombés si, le manuscrit unique du
Traité sur les Reliques ayant péri, nous avions conclu de l'absence
de toute mention antérieure à saint Louis que ce roi fut l ’initiateur
du rite.
Pouvons-nous espérer pousser plus haut que Philippe I er?
L a question de savoir si les rois des deux premières races avaient
déjà possédé la vertu médicinale revendiquée par les Capétiens n’est
pas neuve. Elle a été agitée à maintes reprises par les érudits du
x v i e et du x v n e siècles. Ces controverses eurent leur écho jusqu’à
la table royale. Un jour de Pâques, à Fontainebleau, Henri IV, après
avoir touché les écrouelles, se plut à égayer son dîner par le spectacle
d’une joute de cette sorte ; il mit aux prises de doctes combattants :
André Du Laurens son premier médecin, Pierre Mathieu son histo­
riographe, l'aumônier Guillaume Du Peyrat ; l ’historiographe et
le médecin soutenaient que le pouvoir dont leur maître venait de
donner de nouvelles preuves remontait à Clovis ; l ’aumônier niait

·) O n le s tro u v e ra r a s s e m b lé s c i-d e s s o u s , p. 12S .


LES DÉBU TS DU R IT E F R A N Ç A IS
33

que jamais Mérovingien ou Carolingien l ’eût e x ercé1). Entrons


à notre tour dans la lice et cherchons à nous faire une opinion. Le
problème, assez complexe, peut se décomposer en plusieurs questions,
plus simples, qu’il faut examiner successivément.
D'abord, peut-on trouver trace dans les textes qu ’un roi quel­
conque, appartenant aux deux premières dynasties, ait d ’aventure
prétendu guérir les scrofuleux? Sur ce point nous n’aurons pas de
peine à nous ranger à l ’avis négatif, souvent exprimé avec beaucoup
de force par Du Peyrat, par Scipion Dupleix, par tous les bons esprits
de l ’érudition du xvii® siècle. Aucun texte de cette nature n’a jamais
été produit, On doit aller plus loin. Le haut moyen âge nous est connu
par des sources peu abondantes et, partant, faciles à explorer ; depuis
plusieurs siècles les érudits de toutes nations les ont consciencieusement
dépouillées ; si un texte tel que je viens de dire n ’a jamais été signalé,
on peut en conclure,'sans crainte d'erreur, qu'il n'existe point. Nous
aurons plus tard l'occasion de voir comment est né au xvi® siècle
le récit de la guérison par Clovis de son écuyer Lanicet ; cette tradi­
tion nous apparaîtra alors comme dépourvue de tout fondement;
sœur cadette des légendes de la Sainte-Ampoule ou de l ’origine cé­
leste des fleurs de lys, il faut, comme on l’a fait d ’ailleurs depuis long­
temps, la reléguer avec ses aînées dans le magasin des accessoires
historiques démodés.
Il convient maintenant de poser le problème qui nous occupe
sous une forme plus compréhensive. N i les Mérovingiens ni les Caro­
lingiens, au témoignage des textes, n ’ont possédé cette forme spé­
ciale du pouvoir guérisseur qui s’applique à une maladie déterminée :
les écrouelles. Mais n’auraient-ils point passé pour capables de guérir
soit une autre maladie particulière, soit même toutes les maladies
en général? Consultons Grégoire de Tours. On y lit au livre IX , à
propos du roi Gontran, fils de Clotaire I er, le passage suivant :

«On r a c o n ta it co m m u n é m e n t parm i le s fid è le s q u 'u n e f e m m e , d o n t le


fils , s o u ffr a n t d ’u n e fiè v r e q u a r ta in e , g is a it su r so n lit de d o u le u r , s ’é t a i t
g lis s é e à t r a v e r s l a f o u le j u s q u 'a u r o i e t , l 'a p p r o c h a n t p a r d e r r iè r e , lu i a v a i t
a r r a c h é s a n s q u ’i l s ' e n a p e r ç û t q u e l q u e s f r a n g e s d e s o n m a n t e a u r o y a l ; e lle
le s m i t d a n s d e l ’e a u e t f it b o ir e c e t t e e a u à s o n fils ; a u s s itô t la fiè v r e to m b a ;
l e m a la d e g u é r it. J e n e m e ts p a s , p o u r m a p a r t, l a c h o s e e n d o u te . En e ffe t,

l) D u P e y r a t , H istoire ecclesiastique de la cour, p. 8 17 . O n rem arqu era


q u e d e n o s jo u r s S ir J a m e s F r a z e r a r e p r is , s a n s s e r e n d r e c o m p t e d e s d iffi­
c u l t é s h is t o r iq u e s q u 'e l l e s o u lè v e , l a v i e i l l e t h é o r ie d e D u L a u r e n s e t d e P i e r r e
M a th ie u : Golden Bough, I, p. 370.

3
T.ES R O IS THAUM ATURGES
34

j ’a i vu m o i-m ê m e , b ie n so u v e n t, des dém ons, h a b ita n t des corps p o sséd és,


c r ie r le n o m d e c e r o i e t, d é c e lé s p a r la v e r t u q u i é m a n a it d e lu i, a v o u e r le u r s
c r im e s » l).

Donc Contran avait, auprès de ses sujets et de ses admirateurs


■— Grégoire de Tours, on le sait, se rangeait parmi ces derniers — , la
réputation d’un guérisseur. Une force miraculeuse s’attachait aux
vêtements qui l ’avaient touché. Sa seule présence, ou peut-être —
le texte n ’est pas très clair — ·, plus simplement encore, l ’invocation
de son nom délivrait les possédés. Toute la question est de savoir
s'il partageait cette merveilleuse capacité avec ceux de sa race, ou bien
s’il la détenait au contraire à titre personnel. Sa mémoire ne paraît
pas avoir jamais été l ’objet d ’un culte officiellement reconnu,, encore
qu'au x i v e siècle l ’hagiographe italien Pierre de Natalibus ait cru
devoir lui faire une place dans son Catalogus Sanctovum 2) ; mais
on ne saurait douter que beaucoup de ses contemporains, l'évêque
de Tours tout le premier, ne l ’aient considéré comme un saint ; non
qu’il fût de mœurs particulièrement pures ou douces ; mais il était
si pieux ! « on eût dit, non un roi, mais un évêque », écrit Grégoire
quelques'lignes avant le passage que j ’ai cité plus haut. D ’a,utre part
le même Grégoire nous fournit sur les ancêtres, les oncles, les frères
de Gontran une foule de détails ; Fortunat a chanté l ’éloge de plu­
sieurs rois mérovingiens ; nulle part on ne voit qu’aucun de ces princes,
vantés comme plus ou moins pieux, généreux ou braves, aient guéri
personne. Même constatation en ce. qui concerne les Carolingiens.
L a renaissance carolingienne nous a laissé une littérature relativement
riche, qui comprend notamment des traités mi-politiques, mi-moraux
sur la royauté, et des biographies ou recueils d’anecdotes touchant
certains souverains ; il serait impossible d’y découvrir aucune allu­
sion au pouvoir guérisseur. Si, sur la foi d’un passage unique de Gré­
goire de Tours, on devait décider que les premiers Mérovingiens ont
possédé la vertu médicinale, il faudrait supposer en même temps qu ’elle

L) H istoria Francorum, IX , c. 21 : «N am c a e le b r e tu n e a fid e lib u s


fe r e b a tu r , q u o d m illie r q u a e d a m , c u iu s filiu s q u a r t a n o t i b o g r a v a b a t u r e t in
s t r a t o a n x iu s d e c u b a b a t, a c c e s s it in te r tu r b a s p o p u li u s q u e a d te r g u m r e g is ,
a b r u p tis q u e c la m r e g a lis in d u m e n ti fim b r iis , in a q u a p o s u it filio q u e b ib e n d u m
d é d it; s ta tiin q u e , r e s tin c ta fe b r e , sa n a tu s e st. Q uod non h a b e tu r a me
d u b iu m , cu m ego ip s e s a e p iu s la r v a s in e r g ia fa m u la n te n om en e iu s in v o -
c a n te s a u d ie r im ac c r im in u m p r o p r io r u m g e s ta , v ir tu te ip s iu s d is c e r n e n te ,
f a t e r i ».

3) Bibliotheca H agiographica Latina, 1, p. 555.


LES D ÉBU TS DU R IT E F R A N Ç A IS
35

subit une éclipse sous les Carolingiens. Aucune possibilité par con­
séquent d’établir une continuité entre Contran et Philippe entre Ier,
le roi du v i e siècle et celui du x i e. Il est plus simple d’admettre que
ces miracles furent prêtés à Gontran par l ’opinion commune non comme
un attribut royal, mais parce qu’ils semblaient découler nécessaire­
ment de ce caractère de sainteté que lui reconnaissaient ses fidèles :
car aux yeux des hommes de son temps qu’était-ce qu’un saint, sinon,
avant tout, un bienfaisant thaumaturge? Il reste d’ailleurs, comme
nous le verrons plus tard, que Gontran parut d ’autant plus facilement
un saint qu’il était roi: il appartenait à une dynastie que les Francs
étaient de longue date habitués à considérer comme sacrée. Mais s ’il
dut en partie du moins sa sainteté et, par voie de conséquence, ses pou­
voirs miraculeux à son origine royale, ce don constitua néanmoins
une grâce personnelle, que ses ai'eux, ses ancêtres, ses successeurs ne
possédèrent point. La série ininterrompue des rois médecins, que
connut la France médiévale, ne commence point au pieux souverain,
cher au cœur de Grégoire de Tours.
Ici on m ’arrêtera peut-être. Sans doute les textes mérovingiens
ou carolingiens, tels du moins qu’ils sont parvenus jusqu’à nous,
ne nous montrent en nul endroit de roi guérissant les écrouelles,
et, à l ’exception du passage de Grégoire de Tours qui vient d’être
étudié, ne nous parlent jamais de guérisons royales, de quelque
ordre qu ’on les imagine ; cela est incontestable ; mais ces sources,
je l ’aji rappelé plus haut, sont fort pauvres ; de leur silence doit-on
tirer autre chose qu’un aveu d ’ignorance ? ne se peut-il point que,
sans que nous le sachions, les souverains des deux premières races
aient touché les malades? Certes, en tout ordre de science les preuves
négatives sont dangereuses ; en critique historique plus particulière­
ment l ’argument ex silentio est toujours plein de périls. Pourtant
ne nous laissons pas tromper par ce mot redoutable de négatif. A
propos du problème même qui nous occupe ici, Du Peyrat écrit ex-
cellement :
« Q u e lq u ’ u n m e d ir a , p e u t estre , q u e a rg u m e n te r ab auihoritaie negativa
n e c o n c lu d r ie n , m a i s xe l u i f e r a y la m e s m e r e p a r tie q u e f a i t C o e ffe te a u au
P le s s is M orn ay, que c 'e s t une im p e r tin e n te lo g iq u e en l ’H i s t o i r e ; e t q u 'a u
c o n tr a ir e , c ’e s t a r g u m e n t e r a ffir m a t iv e m e n t : c a r to u s c e s A u t h e u r s , S t. R e m y ,
G r é g o ir e d e T o u r s , H in c m a r u s e t a u tr e s q u i l ’o n t s u i v y so u s la s e c o n d e r a c e ,
e s ta ie n t o b lig e z co m m e fid e le s H is to r ie n s de to u c h e r par e s c r it une ch ose
s i m é m o r a b l e , s i e l l e e u s t e s t é p r a t i q u é e d e l e u r t e m p s ........... et p a rta n t n 'a v o i r
p o in t e s c r it c e m ir a c le , c ’ e s t a f f i r m e r q u ’ i l a e s t é i n c o g n e u d e l e u r s i è c le » b · l

l) Histoire ecclesiastique de la Cour, p. 806.


36 LES R O IS THAUM ATURGES

En d’autres termes, toute la question est de savoir si les docu­


ments contemporains des dynasties mérovingiennes et carolingiennes
sont de telle nature que la pratique des guérisons royales, si elle avait
existé, eût pu ne jamais être mentionnée par eux. C’est ce qui paraîtra
bien peu vraisemblable surtout en ce qui concerne le v i e siècle d’une
part — l ’époque de Fortunat et de Grégoire de Tours — et, plus en­
core, la belle période de la dynastie suivante. Si Charlemagne ou
Louis le Pieux avaient touché les malades, croit-on que le moine de
St-Gall ou l ’Astronome auraient tu ce trait merveilleux? qu'aucun
de ces écrivains, familiers de la cour royale, qui forment la brillante
pléiade de la « renaissance carolingienne » n ’eût laissé échapper, fût-ce
en passant, la plus fugitive allusion à ce grand fait. Sans doute, comme
je le rappelais plus haut, de Louis V I à saint Louis les documents sont
également muets, mais j ’interpréterai tout à l ’heure ce silence qui n ’a
duré, au surplus, que trois règnes: je montrerai alors comment il a
son origine dans un mouvement de pensée politique, issu de la réforme
grégorienne, dont les idées maîtresses sont aussi différentes .que pos-
siblè de celles qui animaient les auteurs dont je viens de parler. Le
silence, incomparablement plus long, des littératures mérovingiennes
et carolingiennes serait, lui, proprement inexplicable, — s’il ne devait
pas tout simplement s’expliquer par l ’absence même du rite dont
nous cherchons en vain les traces. Il n 'y a aucune raison de croire
que les descendants de Clovis ou ceux de Pépin aient jamais, en tant
que rois, prétendu guérir personne.
Passons maintenant aux premiers Capétiens. La vie du second
prince de cette race, Robert le Pieux, a été écrite, comme l'on
sait, par un de ses protégés, le moine Helgaud. C ’est un pané­
gyrique. Robert y apparaît paré de toutes les vertus, surtout de celles
qui devaient plaire aux moines. E n particulier Helgaud vante sa bonté
pour les lépreux ; et il ajoute :
et L a v e rtu d iv in e a c c o r d a a c e t h o m m e p a r fa it u n e tr è s g r a n d e grâce :
c e lle d e g u é r ir le s c o r p s ; d e s a tr è s p ie u s e m a in t o u c h a n t le s p la ie s d e s m a­
l a d e s e t le s m a r q u a n t d u s ig n e d e la s a in te c r o ix , i l le s d é l i v r a i t d e l a d o u le u r
et de la m a la d ie » l ) .

!) H islor. de France, X, p. 115Λ et Mig n e, P. L ., t. 141, c o l- 931 :


« T a n ta m q u ip p e g r a tia m in m e d e n d is c o r p o r ib u s p e rfe cto v ir o c o n tu lit
d iv in a v ir tu s u t, su a p iis s im a m anu in fir m is lo c u m t a n g e n s v u ln e r is e t illis
im p r im e n s .ig n u m s a n c t a e c r u c i s , o m n e m a u f e r r e t a b e i s d o l o r e m i n f i r m i t a t i s ».
J e tie n s à m e n tio n n e r q u e l ’in t e r p r é t a t io n d e c e p a s s a g e , q u 'o n t r o u v e r a c i-
d e s s o u s d é v e lo p p é e , a v a i t d é jà é té in d iq u é e , dans ses g r a n d e s lig n e s , p a r le
D r C r a w f u r d , K in g 's E vil, p. 12 et 13.
DES DÉBUTS DU RITE FRAN ÇAIS
37

On a beaucoup discuté sur ces quelques m ots. D ’excellents éru ­


dits se sont refusés à y vo ir le prem ier tém oignage du po u voir guéris­
seur des rois français. E xam inons leurs raisons.

Q ue d it exactem en t la V ie du roi R obert? que ce prince gu éris­


sait les m alades ; m ais p ar grâce spéciale ou en v e rtu d ’une vo ca tio n
héréditaire q ui lu i eût été com m une avec tous ceu x de sa race? le
te x te ne l ’indique point. O n p eu t légitim em ent se dem ander si H el-
gaud, pénétré d ’adm iration pour le roi dont il écrivait les hau ts fa its
et peut-être désireux de préparer les voies à une canonisation fu tu re,
ne considérait pas le pouvoir m erveilleux q u ’il p rêtait à son héros
com m e une m anifestation de sainteté strictem ent ind ivid u elle. Sou­
venons-nous du passage de G régoire de T ours que je citais to u t à
l ’heure ; nous en avon s conclu que le roi G on tran passait personnelle­
m ent pour u n saint, non que les M érovingiens passaient pou r une
lignée de thaum aturges ; ne donnerons-nous p a s au tém oignage de H el-
ga u d u n sens pareil? P ourtan t, à y regarder de près, l’analogie ap­
p a ra ît com m e tou te superficielle. L e te x te de Grégoire de T ou rs
ém ergeait, absolum ent isolé, dans le silence un iversel et prolongé
de tou s les docum ents ; pour étab lir u n lien de filiation entre les ve rtu s
m édicinales du fils de Clotaire et le début au then tiqu e du tou cher
des écrouelles sous Philippe I er, il eût fa llu faire un b on d de cinq
siècles, à travers trois d ynasties ; il eût fallu supposer m uets une foule
d 'au teu rs qui n ’avaient aucun m otif de se taire. Ici, aucune difficulté
de cette sorte. E ntre R obert I I et P hilippe I er, son p etit-fils, il n ’y a
q u ’un court in tervalle : vingt-neuf· ans ; une seule génération ; un seul
règne, celui de H enri I er qui est précisém ent le plus m al connu de
tous ceu x de ce tem ps ; nous ne savons à peu près rien de ce prince ;
il a fort bien pu toucher les m alades sans que le souvenir de ce geste
soit arrivé ju sq u ’à nous ni même que nous ayons le droit de nous
étonner de notre ignorance. A d m etton s pou r l ’instan t que R obert II
ait été l ’initiateu r du rite illustre dont nous cherchons à ecriie l ’his­
toire, et vo yo n s ce qui a p u se passer. Ses fidèles le croyaien t cap able
de gu érir ; c ’est le tém oignage que, par la bouche de son biographe,
ils lui on t rendu. Peut-être bien après tou t q u ’ ils considéraient ce
don com m e personnel à leur seigneur. Mais, après lui, ses descendants
et successeurs revendiquèrent à leur tour, à titre d ’héritage, le p ri­
v ilèg e patern el. L eur prétention, H elgaud dont on ne sait s’il sur­
vécu t longtem ps à son héros, a pu l'ignorer, ou ne l ’ignorant point,
préférer, pour une raison ou une autre, la passer sous silence. A nous
le doute n ’est point permis, puisque nous savons, par un te x te irré­
LES ROIS THAUMATURGES
38

cusable, que le propre petit-fils de R obert, peu d’années après lui,


exerçait le même pouvoir. R ien de plus n aturel en vérité qu e d ’ im a­
giner, entre deux générations si. proches, la continuité d ’une même
trad ition m iraculeuse, disons m ieux, d ’un même rite : attouche­
m ent, suivi du signe de croix, q u ’il s ’agisse de R obert ou de L o u is 'V I
(sur P hilippe I er à ce sujet les te xtes sont muets), les gestes guérisseurs
apparaissent to u t pareils. H elgaud ne sem ble pas avoir v u dans la
« grande grâce » que D ieu, selon lui, a v a it accordée à son roi un
legs ancestral. On peut en conclure, avec quelque chance de tom ber
juste, que R o bert I I fu t le prem ier des rois thaum aturges, l ’anneau
originel de la chaîne glorieuse, m ais non pas — ce qu i serait dém enti
p a r les faits — q u ’aucun roi ne guérit après lui.
A u tre difficulté : P hilippe I CI touchait les scrofuleux ; or dans la
phrase de H elgaud il n ’est point fa it m ention des écrouelles. E lle prend
place à la suite d ’un développem ent relatif à la conduite du roi envers
les lépreux ; m ais les lépreux ne sont pas, sem ble-t-il, particulièrem ent
visés p ar elle ; ce n ’est pas telle ou telle affection prise à part, lèpre
ou scrofule, ce sont tou tes les m aladies indistinctem ent que R obert,
au dire de ses adm irateurs, sa v a it guérir. «Il est à noter», écrit M. D e-
laborde, « que les écrouelles ne son t pas nom m ées dans le passage de
cette biographie où l ’on a cru v o ir un prem ier exem ple d u don par­
ticulier de nos rois, et q u ’ il n ’y est question que du pou voir général
de gu érir les m aladies com m un à tous les s a in ts » 1). D ’accord. Mais
est-on sûr que le don reconnu au roi fût, dès l ’origine, conçu com m e
si « particu lier »? N ous sommes à ce p o in t h abitu és à v o ir la vertu
m iraculeuse des princes français connaître p o u r ob jet exclu sif les
écrouelles que nous ne nous étonnons plus guère q u ’ elle a it p ris cette
form e étroitem ent lim itée. Affirm er que te l fu t le cas, dès le début,
constituerait po u rtan t un p o stu lat injustifiable. Prenons u n point de
com paraison. L e plus grand nom bre des saints vraim ent populaires
ont, eux aussi, leurs talen ts à p a rt : on s ’adresse à l ’un p o u r les m aux
d ’y eu x, à tel autre· pou r les m aux de ven tre et ainsi de suite. Mais,
au ta n t q u ’on peut le voir, ces spécialisations sont rarem ent prim itives ;
la m eilleure p reuve est q u ’elles varien t parfois. T ou t saint passe
auprès du peuple pour un m édecin ; peu à peu, en vertu d ’associa­
tion s d ’idées souvent obscures, quelquefois d ’un sim ple calem bour,
ses fidèles s’accoutum ent à lui attribuer le don de soulager de pré-

x) D u toucher des écrouelles, p. 175, n. 1.


LES DÉBUTS DU RITE l'RAN ÇAIS
39

férence telle ou telle infirm ité nom m ém ent désignée ; le tem ps fa it


son œ uvre ; au bou t d ’un certain nom bre d ’années la croyance en ce
pouvoir bien déterm iné est devenue, dans le pauvre m onde des souf­
frants, un véritab le article de foi. N ous rencontrerons plus loin un
de ces grands saints de pèlerinage, S. M arcoul de Corbeny ; to u t comme
les rois de France, il fu t un guérisseur d ’écrouelles ; il acquit à ce
titre une estim able célébrité, m ais cela fort tardivem en t ; au paravan t,
pendant de longs siècles, il n ’a v a it été q u ’un saint com m e les autres,
q u ’on invoq uait indifférem m ent pour tou te espèce de m au x. Son
histoire, que nous connaissons assez bien, ne fit vraisem blablem ent
que répéter, à quelques centaines d ’années de distance, celle des rois
de France, qui nous apparaît avec m oins de clarté : com m e le saint
de Corbeny, ceux-ci com m encèrent sans doute par gu érir beaucoup
de m aladies pour ne se spécialiser que secondairem ent. L es repré­
sentations collectives dont sortit l ’idée du pou voir m édicinal des rois,
sont délicates à suivre dans tou s leurs détours ; elles ire sont pas
inintelligibles cependant ; je m ’efforcerai to u t à l ’heure de les res­
titu er ; elles se rattach en t à to u t un cycle de croyances relatives au
caractère sacré de la ro yau té que nous com m ençons à b ien pénétrer ;
ce q u ’il fau d rait considérer com m e inconcevable, ce serait q u e de b u t
en blanc les Fran çais se fussent m is en tê te que leurs souverains
étaient capables, non de gu érir les m alades en général, m ais de gu érir
les scrofuleux et les scrofuleux seulem ent.
Supposons au contraire que les choses se soient passées com m e
pour S. M arcoul. L es prem iers Capétiens, à. partir de R obert le P ieu x
par exem ple, « tou chent » et « m arquent du signe de croix » tou s les
pauvres gens, victim es de m aladies diverses, qui, attirés p ar leur
réputation thaum aturgique, accourent vers eux ; cette foule com prend
certainem ent des scrofuleux ; car les écrouelles sont dans l ’Europe
de ce tem ps une affection extrêm em ent fréquente et redoutée. Mais
c ’est au fond une affection assez bénigne, plus dégoûtante d ’ap p a­
rence que véritablem en t dangereuse, et surtout aisém ent susceptible
de rémissions, au moins apparentes ou te m p o raires1) . P arm i les
scrofuleux effleurés par la m ain sacrée du roi, quelques-uns guériront,
beaucoup d ’autres sem bleront guérir : effet de la nature, dirions-
nous aujourd’hui, effet de la vertu royale, dit-on au x i e siècle. Que
quelques cas de cette espèce viennent à se produire, pour telle ou telle
raison, dans des conditions particulièrem ent propres à frapper les

*) S u r ce p o in t, c o m m e s u r t o u t c e q u i c o n c e r n e l 'e x p l i c a t i o n c r itiq u e
du m ir a c le r o y a l, v o ir c i-d e s s o u s le liv r e III.
LES ROIS THAUMATURGES

im aginations — , q u ’on soit amené à m ettre les m alades ainsi soulagés


en contraste a v ec d ’autres personnes, attein tes d ’autres m aux, que,
le roi aura touchées sans succès — , en v o ilà assez pour incliner les
esprits à reconnaître dans le prince cap ctien u n spécialiste des écrouelle.
Sans doute dans la reconstitution d'un enchaînem ent de cette sorte
il entre forcém ent une large p a rt d ’hypothèse. L e p rocessiis qui d ’un
guérisseur en général fa it un guérisseur spécialisé sera tou jou rs m a­
laisé à suivre dans le d étail, p arce q u ’ il se présente com m e le résu ltat
d ’une foule de p e tits faits, de nature diverse, dont l ’accum ulation
seule agit ; chacun d ’eux pris à p a rt est trop insignifiant pou r que les
docum ents le relaten t ; c ’est là ce que les historiens appellent le
« hasard » ; m ais que ce p ro c essu s soit possible, l ’histoire d u culte
des saints le m on tre surabondam m ent. Or ici nous avons, pou r nos
inductions, un appui solide, puisque nous avon s un te x te. I l n 'y
a aucune raison de rejeter le tém oignage fourni p ar Helgarid; rien, dans
l ’évolu tion q u ’il nous perm et de restituer, ne choque la vraisem blance.
Il fa u t donc le reten ir.
N ous dem eurerons sur un terrain sûr en concluant com m e il
suit : R o bert le P ieu x, le second des Capétiens, passait a u x y e u x
de ses fidèles pou r posséder le don de guérir les m alades ; ses suc­
cesseurs héritèrent de son p o u vo ir ; m ais en se tran sm ettan t de g é ­
nération en génération, cette v e rtu d ynastiq ue se m odifia ou m ieux
se précisa peu à peu ; on con çu t l ’idée que le tou cher ro y a l était
souverain, non contre to u te s les m aladies indistinctem ent, m ais p ar­
ticulièrem ent co n tre l ’u n e d ’elles, d ’ailleurs très répandue : les écrou­
elles ; dès le règne de P h ilip p e I er — le propre petit-fils de R o b ert —
cette transform ation é ta it accom plie.
A in si nous avon s p u déterm iner, avec quelque vraisem blance,
les débuts, en F ran ce, du tou cher des écrouelles. R e ste à en rechercher,
a u sens propre du m ot, les origines, c ’est-à-dire à com prendre com ­
m ent on en v in t à v o ir dans les rois de p ro d igieu x m édecins. M ais
cette enquête ne saurait, pour l ’instan t, être entreprise avec fru it.
L e m iracle royal, en effet, est anglais a u tan t q u e fran çais ; dans une
étude ex p licative de ses origines, les deux p a y s ne doivent pas être
envisagés séparém ent. S ’ agit-il d ’étab lir pourquoi le rite guérisseur
fit son apparition en F ra n ce à un m om ent p lu tô t q u 'à un autre?
on ne peut le ten ter a v a n t d ’a vo ir fixé l ’époque où le mêm e rite v it
le jou r en A n gleterre ; sans cette indispensable précaution, com m ent
savoir si les rois de F ran ce n ’im itèren t pas, to u t sim plem ent, leurs
r iv a u x d ’Outre-M anche? S ’agit-il d ’analyser la conception de la ro­
LES DÉBUTS DU RITE FRAN ÇAIS 41

y a u té que le r ite ne fit que traduire? les m êmes idées collectives


sont à sa source dans les d eu x nations voisines. Il fa u t donc m ain­
tenant, a v a n t to u te chose, que nous procédions pour l ’A ngleterre
à la m êm e discussion critiq u e que celle dont les te xtes français vienn en t
d 'être l ’ob jet.

§ 3. L e s d éb u ts d u rite a n g la is.

Vers la fin du x n e siècle v iv a it à la cour du roi H enri I I d ’A n gle­


terre u n clerc d ’origine française, P ierre de B lois. C ’é ta it u n de ces
ecclésiastiques lettrés com m e la cou r b rillan te du P lan tag en et en
réunissait ta n t, infinim ent plu s spirituels, au dire de H a u r é a u l ),
que ceux qui se groupaient à la même époque au tou r du ro i de F ran ce.
N ous avons de lui, entre autres ouvrages, un précieux recu eil épis-
tolaire. Feuilletons-le. N ous y trouverons d eu x lettres q u i se fo n t
pendant, étan t adressées tou tes deux au x clercs de l ’entourage ro y a l ;
dans l ’une P ierre d it to u t lè m al possible de la cour et des courtisans ;
dans la seconde il ch an te la p a lin o d ie 2). C ette rétraction lu i fut-elle,
com m e l ’ont cru certains h isto rien s34 ), im posée par le m écontente­
m ent de son souverain? J ’avoue que pour m a p a rt je répugne à
prendre ces deux m orceaux au sérieux ; j ’ai peine à .y v o ir autre chose
que deux exercices de rhétorique ou de sophistique, un S i c et N o n
qui était bien dans le goû t du tem ps. P eu im porte au reste. L a seconde
lettre renferm e le passage su ivan t :
« J e l ’a v o u e , a s s is te r le r o i, c ’ e s t [p o u r un c le r c ] a c c o m p lir une ch ose
s a in te ; c a r le r o i e s t s a i n t ; il e s t le C h r i s t d u S e i g n e u r ; ce n ’e st p a s en v a in
q u ’il a reçu le sacrem en t d e l ’o n c t io n , d o n t l ’e ffic a c ité , si p a r h asard q u e l­
q u ’u n l ’i g n o r a i t o u la m e t t a it en d o u te , s e r a it a m p le m e n t d é m o n t r é e p a r la
d is p a r itio n d e c e t t e p e s t e q u i s 'a t t a q u e à l ’ a in e e t p a r la g u é r is o n d e s é c r o u ­
e lle s » *).

*) Journ. des Savants, 18 8 1, p. 744.


2) M i g n e , P . L ., t. 207, ep. X IV , col. 42; ep. CL, col. 439.
3) P a r e x e m p l e , A . L u c h a i r e dans so n a g r é a b le a r tic le su r P ie r r e de
B lo is , Me'm. Acad. Sc. M orales, t. 171 (19 0 9 ), p. 375. P o u r ju g e r la corres­
p o n d a n c e d e P ie r r e d e B lo is e t la s in c é r ité d e ses le ttr e s , il e s t p e u t-ê t r e b o n
d e se s o u v e n ir q u ’il c o m p o s a u n m a n u e l d 'a r t é p is to la ir e , le Libellus de arte
diciandi rhetorice : ci. C h .-V . L a n g l o i s , Notices et extraits, X X X IV , 2, p . 2 3 .
S u r la c a r r iè r e d e P ie r r e , v o ir en d e r n i e r li e u J. A r m ita g e R o b i n s o n , Peter
of B lo is d a n s ses Somerset H isiorical Essays ( Published for the B ritish Academy)
L on dres 19 21.
4) P . L ., t. 207, c o l. 440 D : « F a t e o r q u id e m , q u o d sa n ctu m e s t d o m in o
régi a s s is te r e ; sa n ctu s e n im et c h r is tu s D o r n in i e st; n e c in vacu um a c c e p it
LES ROIS THAUMATURGES
42

A insi H enri II guérissait les scrofuleux. On a ttrib u a it également'


à sa ve rtu royale la disparition (d efectu s ) d ’une peste s ’attaqu an t
à l ’aine (in g u in a r ia e fiestis) . N ous n e savon s au ju ste à quoi ces
derniers m ots fon t allusion : peut-être à une épidém ie de p este b u ­
bonique qui aurait, croyait-on, cédé à l ’influence m erveilleuse du
roi. L a confusion entre certaines form es de bubons p esteu x et l ’ a­
dénite de l ’aine n ’a v a it, affirme un excellent historien de la médecine,
le D r Craw furd, rien d ’im possible p o u r u n hom m e de ce te m p s 1).
P ierre de B lo is n ’é ta it p a s m édecin ; il p a rta g ea it les erreurs po p u ­
laires; cette p este b ubonique que selon lu i, et sans doute selon l ’o­
pin ion courante dans son entourage, H en ri I I a v a it m iraculeusem ent
chassée, il la considérait vraisem blablem ent com m e un cas p a rticu ­
lier de ce v a ste groupe d ’affections ganglionnaires que le m oyen âge
réunissait sous le nom d ’écrouelles. E n som m e le s écrouelles étaien t
la spécialité d ’H enri II . Son p o u vo ir guérisseur ne lu i é ta it p as p er­
sonnel ; il le ten a it de sa fon ction : c ’est en ta n t que roi q u ’il était
th au m atu rge. I l m ourut en 1x89. P o u r le siècle su ivan t, une série de
te xtes, plu s nom breu x à m esure que l ’on se rapproch e de l ’an 1300,
nous m ontrent ses successeurs héritiers du m êm e don 2) . D an s l ’histoire
du m iracle ro y a l il occupe pour l ’A n gleterre la m êm e p lace que P hilip pe
j e r e n France, celle du prem ier souverain dont on puisse dire, à coup
sûr : celui-là a touché les scrofuleux. M ais rien n ’in terd it de chercher,
en s ’aidan t au besoin de quelques conjectures, à rem onter p lu s h au t
que lui.
N ous avon s v u que, d ’ après certain s sa va n ts fran çais de l ’Ancien
R égim e, l ’initiateur, de ce côté-ci de la M anche, eût été C lo v is ; un
honneur sem blable fu t décerné p ar un pasteu r an glais du x v i e siècle,
G uillaum e Toolcer, au roi Lucius, censé le prem ier chrétien qui ait
régné sur la Grande B retag n e 3). Ce récit tro u v a peu de crédit et n ’ en

u n c tio n is r e g ia e s a c r a m e n tu m , c u ju s e ffic a c ia , s i n e s c itu r , a u t in d u b iu m v e n it ,


fid e m e ju s p le n is s im a m f a c ie t d e fe c tu s in g u in a r ia e p e s tis , e t c u r a tio scro ph u -
l a r u m ». L e te x te du m s. nouv. a cq u . la t. 785 de la B ib l. N a t ., fo l, 59, est
co n fo r m e à c e lu i des é d itio n s , sau f l 'i n s i g n i f i a n t e in te r v e r s io n : « u n c tio n is
r e g ie a c c e p it sa c r a m e n tu m ».

l) K in g 's E v il, p. 2 5 e t 2 6 . J e d o is b e a u c o u p a c e t e x c e l l e n t c o m m e n t a ir e .
3) C e s te x te s seron t c ité s c i-d e s s o u s , p. 116 et s u iv ., 133 e t s u iv .
3) Charism a, p. 84. T o o lc e r p r o p o s e a u s s i, q u o iq u 'a v e c m o in s d ’a s s u ­
r a n c e , c o m m e in s ta u r a te u r d u r ite a n g la is J o s e p h d ’A r i m a t h i e . L u c i u s (d o n t
Bêde, H istoria ecclesiastica, I, 4, c o n t r i b u a à r é p a n d r e l a r e n o m m é e e n A n g l e ­
te r r e ) d o it, c o m m e l 'o n s a i t , s o n o r ig in e à u n e m e n t i o n du Liber P ontificalis,
r e l a t i v e à u n e l e t t r e q u 'e n e ffe t « L u c iu s ro i b r e to n » a u r a it a d r e ssé e a u p a p e
LES DÉBUTS DU RITE AN GLAIS 43

m érite aucun. C lo v is au m oins est un personnage réel ; le bon L u ciu s


n ’ex ista jam ais que dans l'im agin atio n des érudits. Passons à l'h is­
toire. P en d an t la p lus grande p a rtie de la période anglo-saxonne,
o n ne rencontre aucune m ention d ’une vertu m édicinale quelconque
attribu ée a u x r o is 1). Il fa u t arriver ju sq u 'a u x tem ps qui précédèrent
im m édiatem ent la conquête norm ande pour trouver un prince dont,
à to rt ou à raison, on a pu croire q u ’il devait prendre place en tête de
la lignée des guérisseurs: E dou ard le Confesseur est au jou rd ’hui
encore presque universellem ent considéré com m e le fon d ateu r du
rite anglais. C ette trad itio n a d ’au ta n t plu s de force que Shakespeare
— puisant com m e à son ordinaire dans H olinshea — , l'a fa ite sienne, et
cela dans une de ses pièces les plu s illustres et les plu s lues : dans
M a c b e th . M alcolm et M acduff, fu y a n t la haine du ty ra n de l ’Ecosse,
se sont réfugiés à la cour d’E douard ; M alcolm y a été le tém oin étonné
du m iracle, et le rapporte à son com pagnon :

« ... d e s m a la d e s a tte in ts d e m a u x é tra n g e s, t o u t e n flé s , to u t co u v e rts


d 'u lc è r e s , la m e n ta b le s à v o ir , d é s e s p o ir d e la m é d e c in e , il le s g u é r it, su s­
pendant à le u r cou une p iè c e d ’o r, avec de s a in te s p r iè r e s ; et l ’on d it
q u ’a u x r o is ses su ccesseu rs il tra n s m e ttr a c e tte grâce g u é r i s s a n t e » 2) .

D evons-nous nous ranger à l ’a vis de Shakespeare?


L a v ie et plus particulièrem ent les ve rtu s surnaturelles d ’E douard
le Confesseur nous sont connues surtout p ar q uatre docum ents :
quelques passages de G uillaum e de M alm esbury dans son H is to r ia
R e g u m et trois biographies, la prem ière anonym e, les deux autres
dues respectivem ent à O sbert de C lare et A ilred de R ie v a u lx . A ilred
écrivait en 1163, sous Henri I I ; O sbert en 1138, au tem ps d’E tien ne

E le u th è r e . H arn ack a prouvé q u e le ré d a cte u r de la v ie d ’E le u th è r e a v a it


m al à p ro p o s tr a n s fo r m é en p r in c e b r e t o n un r o i d ’E d e s s e : SilzungsbericM e
der kg. preussischen Akadem ie, 190 4 , I, p . 909 à 916.

h C f. J. F . Payn e, English medicine in the Anglo-Saxon limes (Fitz-


palrick Lectures). O x fo r d 190 4 , p. 158 .

2) I V , sc. III : ...................s t r a n g e l y - v i s i t e d p e o p le ,


Λ 11 s w o m and u lc e r o u s , p itifu l to th e eye,
The m ere d e s p a ir of su rgery, lie cu res,
I - I a n g in g a g o ld e n sta m p a b o u t tlie ir n ecks,
Put on w ith h o lv prayers : and ’t i s spoken ,
To th e s u c c e e d in g r o y a lty lie le a v e s
The h e a lih g b é n é d i c t i o n ».

C f. H o l i n s h e d , Chronicles of England, Scollamd and Iretond, 1. V III,


c l i a p . 7 , é d . d e 1 8 0 7 , I , i n - 4 0, L o n d r e s , p . 7 5 4
LES ROIS THAUMATURGES
44

de B lois. Guillaum e est un peu p lu s ancien : la prem ière rédaction


de son H is to ir e se p la ce dans la seconde m oitié du règne de H enri I er,
en 1x24 ou X125. E n fin la. V i e A n o n y m e passe en général pou r presque
contem poraine de son héros ; elle aurait été rédigée après la m ort
d ’E douard, ve rs 1067, au plus ta rd a v a n t 1076. T elle é ta it du m oins
ju sq u ’ici l ’opinion com m une. J 'a i cherché ailleurs à dém ontrer q u ’elle
n ’est point fondée et que cette V i e date, elle aussi, du règne de
H e n r ilcr, m ais dans sa.prem ière partie, entre 1103 et 1120. Je consi­
dérerai ici ce résu ltat com me a c q u i s .
E douard le Confesseur fu t de bonne heure tenu pour saint ;
son culte, dépourvu encore de to u te consécration officielle, était
déjà v iv a c e sous H enri I er ; Osbert se fit l ’avocat de sa canonisation,
qui, lorsqu'A ilred se m it au trav ail, ven ait d 'être accom plie. R ien
d ’étonnant par conséquent à ce que les q uatre ouvrages que nous
avons énumérés lui prêtent un bon nom bre de guérisons m iraculeuses :
étant saint, il devait être thaum aturge. P arm i ces anecdotes, une
seule a été traditionnellem ent retenue par les historiens du
«toucher ». E lle se retrou ve presque pareille chez les quatre auteurs ;
A ilred,' là com m e ailleurs, n'a. guère fait que m ettre en bon sty le les
développem ents verb eu x et confus d ’O sbert ; ce dernier connaissait
la V i e A n o n y m e ; q u an t a u x d eu x écrivain s les plus anciens,
G uillaum e et l ’auteur inconnu de la V i e , que l ’on désigne d ’ordinaire
sous le nom de B io g r a p h e , ils sem blent a vo ir eu pour source
com m une un recueil de m iracles, q u i fu t com posé sans doute à
W estm inster, et q u ’O sbert à son to u r a cité. Résum ons brièvem ent
cet épisode c é lè b re 2) :
Il y a v a it en A n gleterre une jeune fem m e a ttein te d ’un m al
affreux : une enflure des glandes du cou qui répandait une odeur
fétide. In stru ite par un songe, elle alla dem ander sa guérison au roi.
Celui-ci, s ’étan t fa it apporter un vase plein d ’eau, y trem pa ses doigts
et toucha ensuite les parties m alades, faisant sur elles plusieurs

’j P o u r t o u t c e q u i. c o n c e r n e le s v i e s d ' E d o u a r d le C o n f e s s e u r , je r e n v o ie
u n e f o i s p o u r t o u t e s à l ’ Introduction à m o n é d i t i o n d ’ O s b e r t d e C l a r e , Analecta
Bollandiana, X L I (19 2 3 ). p. 5 et su iv .

-) Vita Aeduuardi regis qui apud WesUnonasterimn requiescü d a n s


U nes of Edward the Confessor, éd. L u a r d ( Rolls Sériés), p. 428; G u i l l a u m e
d e M a l m e s b u r y , Iiistoria Regum , II. I , § 222, éd. S t u b b s ( R olls Sériés), I ,
p. 272 ; O s b e e t d e C l a r e , ch a p . X I I I ; A i l r e d é d . R . T w y s d e n , Historiae
anglicanae scriptores X , fol io, L o n d r e s 1652 , coi. 390 e t AÎIGKE, P . t . 195 ,
col. 761.
LES DÉBUTS DU RITE AN GLAIS 45

signes de croix. A ussitôt, sous la pression de la m ain royale, le sang


et le pus sortirent ; la m aladie parut céder. L a patiente fu t retenue
à la cour ; m ais le traitem en t, sem ble-t-il, ne fu t pas renouvelé.
N éanm oins une semaine à peine s ’était écoulée que l ’heureuse fem m e
était radicalem ent guérie ; que dis-je? non seulement débarrassée
de son m al, m ais encore d ’une stérilité obstinée qui la désolait : la
mêm e année elle donna un enfant à son mari.
Telle est la tram e générale du récit. N os auteurs y ajoutent
quelques com m entaires, qui m éritent de nous occuper autant et plus
que le te x te lui-même.
Voici d ’abord une rem arque qui est propre à G uillaum e de Mal-
m esbury :
aDe n o tr e te m p s, q u e lq u e s -u n s se s e r v e n t d e c e s m ir a c le s » [ c e lu i d e la
je u n e f e m m e e t d ’ a u tr e s a n a lo g u e s q u e l 'o n p r ê ta it, co m m e nous le v e r r o n s
to u t à l ’h e u r e , à E d ou ard en core a d o le s c e n t] « p o u r u n e œ u v r e d e fa u s se té ;
ils p r é t e n d e n t q u e le r o i p o s s é d a i t le p o u v o i r d e g u é r ir c e t t e m a la d ie , n o n en
v e r tu de sa s a in te té , m a is à titr e h é r é d ita ir e com m e un p r iv ilè g e de race
r o y a l e » x) .

O bservation doublem ent précieuse, en ce q u ’ elle nous renseigne


à la fois sur les idées de G uillaum e et sur celles, qu i n ’étaient point les
mêmes, de beaucoup de ses contem porains. P ou r le m oine de Mal-
m esbury, les saints seuls fon t des m iracles ; les rois peuvent en ac­
com plir, s ’ils sont saints, m ais en ta n t que rois, non pas ; il n ’y a pas
de d ynastie thaum aturgique. N ous retrouverons plus ta rd cette
conception q u ’on peut, en songeant à Grégoire V II, justem ent qua­
lifier de grégorienne. Ce qui nous intéresse surtout, pou r le mom ent,
c ’est l ’opinion contraire ; en la com battan t, G uillaum e a fourni sur
elle un tém oignage irréfutable.
N ous sommes en Angleterre, en 1124 ou 1125. E dou ard le Con­
fesseur, m ort depuis une soixantaine d ’années, passe pour avoir
soulagé bien des m alades. Ces guérisons sont-elles tou tes de même
nature? T out le m onde ne le pense point. Certains estim ent que les
m iracles d'écrouelles doivent être m is à part des autres : c ’est à son
origine royale, non à ses vertu s religieuses, q u ’E douard aurait dû
de p o u voir les opérer. L es hommes qui im aginent cela ont évidem ­
m ent des raisons de croire que les rois guérissent les écrouelles : d ’où
a pu leur venir une pareille idée? sans doute des faits q u ’ils ont sous

*) Loc. cit., p. 273 : « unde n o stro tc m p o r e q u id a m fa ls a m in s u m u n t


operam , qui asseveran t is tiu s m orbi c u r a tio n e m non ex s a n c tita te , sed ex
r e g a lis p r o s a p ia e h e r e d ita te f l u x i s s e ».
I.ES ROTS T H A U M A T U R G E S

les yeu x. Leur roi est H enri I er ; serait-ce donc que H enri I er ait déjà
prétendu posséder le don m erveilleux que devait, on le sait, revendiquer
son petit-fils H enri II? Il est difficile d ’échapper à cette conclusion.
Or un autre te x te à peu près contem porain de Y H is to r ia R e g u n i
doit ici entrer en lign e de com pte. Je citais, il y a un instant, le pas­
sage fam eux de G uibert de N ogent qui form e notre plus ancien té­
m oignage sur le rite français ; m ais j'a v a is alors volontairem ent
omis les derniers m ots. Rétablissons les m aintenant :
« Que fo u t, » é c r it G u ib e r t, «au s u je t de la g u é r is o n des é c r o u e lle s le s
a u t r e s r o is ? j e g a r d e r a i le s ile n c e s u r c e p o i n t ; t o u t e f o i s j e n e s a c h e p a s q u e
le roi d 'A n g le t e r r e a it ja m a is eu l ’a u d a c e d e la t e n t e r a 1)·

Il y a longtem ps que les historiens français ont tiré p arti de cette


petite phrase pour prouver q u 'a u tem ps où fu t écrit le T r a it é des
R eliq u e s, c ’est-à-dire au tem ps mêm e où régnait H enri I er, les rois
anglais n ’avaient point encore part au beau p rivilèg e que détenaient
déjà les Capétiens 2). C ette interprétation eût fait la jo ie de G uibert ;
c ’est celle q u ’il vo u lait im poser à la postérité. M ais elle est peut-être
un peu sim pliste. L ’ardeur avec laquelle l ’abbé de N ogent, dont le
patriotism e chatouilleu x est bien connu, défend la prérog ative de
la dynastie française a quelque chose de suspect : quel besoin avait-il
d ’aller choisir, entre tou s les souverains de l ’Europe, le prince norm and
pour lui dénier expressém ent le don m édical? T ou t se passe comme
s ’il lui était ven u a u x oreilles, du côté de l ’Angleterre, ce que le
D r Craw furd appelle jolim ent «un va g u e b ru it d ’u su rp a tio n » .0)
Son tém oignage, qui, p ris à part, n ’eût p eu t-être rien prou vé ni dans
un sens ni dans un autre, rapproché de celui de G uillaum e de Mal-
m esbury, confirm e indirectem ent et involontairem ent notre induc­
tion de tou t à l'heure. Selon to u te vraisem blance, H enri I er a touché
les écrouelles.
L e passage de G uillaum e de M alm esbury, que je viens de dis­

*) « S u p e r a liis r e g ib u s q u a li te r s e g e r a n t in h a c r e , su persed eo ; regem


t a m e n A n g H c u m n e u t i q u a m i n t a l i b u s a u d e r e s c i o ». T e l é t a i t d u m o i n s l e t e x t e
p r im it if d u m a n u s c r it e t c e lu i q u ’ o n t a d o p t é le s é d it e u r s ; c i . M ig n e , p . L .,
t. 156 , c o l. 6 1 6 . U n e m a in q u i p a r a ît d u X I I e s iè c le a c h e r c h é à c o r r ig e r scio
en comperio (e n s u b s titu a n t par su rch a rge au groupe sc un p barré et en
é c r iv a n t a u -d e s s u s d e la lig n e le g r o u p e c 0 s u r m o n té d u s ig n e d ’ a b r é v ia tio n ).
2) P a r e x e m p le , M a b i l l o n , A A . S S . ord. S. Bened, I V 2, p. 5 2 3 ; c ’es t
e n co re a u j o u r d ’h u i l ’ in t e r p r é t a t i o n d e M. D e l a b o r d e .
°) K in g 's E vil, p. 18 . Le D r C r a w f u r d , q u i n e c o n s i d è r e p a s H e n r i I er
c o m m e a y a n t t o u c h é le s é c r o u e lle s , v o i t d ’ a ille u r s d a n s l a p h r a s e d e G u i b e r t
une a llu s io n aux m ir a c le s de S. E d ou ard .
LES DÉBUTS DU RITE ANGLAIS
47

cuter n ’est pas la seule glose dont, dans nos diverses sources, soit
accompagné le récit de la guérison de la fem m e scrofuleuse. Il fau t
citer m aintenant une phrase que l ’on retrouve presque sem blable
chez trois auteurs différents : le B io g ra p h e, G uillaum e et Osbert ;
on doit supposer q u ’elle se rencontrait déjà dans le recueil de m i­
racles prim itif, où les deux premiers écrivains puisèrent. Je la donne
d ’après le te x te du B io g r a p h e , le plus ancien ; pour la comprendre,
il im porte de se souvenir q u ’E douard, chassé de sa p a trie par l ’in­
vasion danoise, a vait passé tou te sa jeunesse à la cour des ducs nor­
mands, ses parents.
« C e m i r a c l e é t a i t n o u v e a u p o u r n o u s ; r u a is l e roi l 'a v a i t fr é q u e m m e n t
a c c o m p l i p e n d a n t s o n a d o l e s c e n c e a lo r s q u ' i l v iv a it en N e u s tr ie , c o n tré e que
Ton a p p e lle a u j o u r d 'h u i N o r m a n d ie ; n o u s le s a v o n s par le té m o ig n a g e des
F r a n ç a i s » x) .

V oilà une rem arque bien étonnante ! Sans doute nul n ’est pro­
phète en son pays. T ou t de même, on comprend m al pourquoi, jeune
exilé, E dou ard aurait exercé au profit d’étrangers u n po u voir thau-
m aturgique qui lui eût ensuite m anqué dans son propre royaum e ;
ou p lu tô t on com prend m al com ment l'id ée que les choses s’étaien t
passées ainsi a pu germ er dans l ’esprit de ses hagiographes. E t puis,
que vien t faire, à propos d ’un saint spécifiquem ent anglais, cet appel
a u x gens d’Outre-Manche, a u x Français? E xam inons de plus près
l ’histoire du règne de H enri I er; elle nous fournira la clef d u m ystère*2).
Souverain fort peu légitim e, H enri I er fu t un politique extrêm e­
m ent adroit. Il s ’attach a à flatter les sentim ents de ses su jets indigènes;
b ravan t les quolibets de la noblesse normande, il épousa une dam e
qui appartenait à la vieille race royale de l ’île ; de ce m ariage un fils
lui n aqu it ; il fit alors courir une prophétie, où le jeune prince figurait
comme le représentant des aspirations nationales, com m e le rejeton
reverdissant du v ie u x tronc dynastique, jad is tranché par l ’usur­
pation de H arold et p a r la conquête. A cette visio n il fallait un p ro­
phète. H enri ou ses conseillers choisirent E douard le Confesseur :
le dernier des rois anglo-saxons fu t chargé d'annoncer sur son lit
de m ort la venue de T enfant prédestiné. Cet épisode p rit place dans
les vies du saint ; nous le rencontrons dans les ouvrages qui ont été

*) P . 4 2 9 : « Q u o d , lic e t n o b is n o v u m v id e a tu r , h o c e u m in a d o le s c e n t ia ,
cu m esset in N e u s tr ia quae nunc N o r m a n n ia n u n c u p a tu r, s a e p iu s e g is s e
F ranci t e s t a n t u r ».
2) Pour ce qui s u it, m on Introduction à la Vie par O sbert de C la r e ,
n o ta m m e n t, p. 20 et p. 35.
48 LES ROIS THAUMATURGES

énumérés plus haut, et chez tous sous la même form e ou. peu s'en
fau t. L eur fonds com mun — constitué, com m e l'o n sait, selon tou te
probabilité, par un recueil de m iracles au jo u rd ’hui perdu — a vait
donc subi l ’influence d ’une pensée politique : celle de Henri I er.
A la lum ière de ces faits, cherchons m aintenant à interpréter
l ’h istoriette de la femme scrofuleuse. T outes les vies de saint E douard
la njentionnent ; bien entendu leur tém oignage ne peut pas perm ettre
de conclure que le Confesseur ait réellem ent gu éri ou cru guérir une
adénite du cou ; il prouve sim plem ent q u ’au tem ps où les plus anciennes
de ces vies furent rédigées on racon tait ce prodige : ce tem ps c ’est le
règne de H enri I er. N ous avons de sérieuses raisons de penser que
Henri I er touchait les écrouelles. D ’où préten d ait-il tenir son pou­
voir? Guillaum e de M alm esbury ne nous a pas laissé ignorer l'a r ­
gum ent que certaines personnes zélées, préoccupées de trouver un
précédent au geste bienfaisant de leur prince, tiraien t du m iracle
que l'opinion publique p rêtait à saint E douard : telle était sans doute
l ’interprétation officielle. Quelle p lus belle origine tro u v er pour la
prérogative royale que de la rattach er au souvenir du m onarque très
pieu x, cher au cœur des A n glais, dont G uillaum e le Conquérant
lui-m êm e s'é ta it tou jou rs donné pou r l'héritier? L a biographie du
saint, telle q u ’elle se con stitu a au cours d u x i i c siècle, po rte très
nettem ent, com m e on l ’a vu , l ’estam pille gouvernem entale. On y
introduisit une prophétie ; n ’y aurait-on pas aussi glissé une guéri­
son? Il n ’est pas probable pourtan t que l ’aven ture de la jeune anglaise
a it été inven tée de tou tes pièces p ar des rem anieurs peu scrupuleux :
délivrer de son m al un scrofuleux était pour un sain t un exploit
aussi naturel, et, si l ’on p eu t ainsi parler, aussi classique que de rendre
la vu e à u n aveugle ou l ’u sage de ses m em bres à u n paralytique: autres
h a u ts fa its que les hagiographes n ’ont p a s m anqué d ’attribu er à
saint E douard. M ais rencontrant dans la légende en vo ie de form a­
tion ce m iracle, parm i ta n t d ’autres m anifestations analogues, les
conseillers de H enri I er furent to u t naturellem ent amenés à le m ettre
à p a rt pour justifier grâce à lui les ve rtu s thaum atu rgiqu es de leur
m aître. Seulem ent il y a v a it une difficulté : ce m iracle é ta it unique.
E dou ard n ’a v a it q u ’une fois, pendant son règne, « touché » les
écrouelles ; base bien fragile pour la spécialité m édicale revendiquée,
à titre d ’héritier, p ar le roi H enri. L a légende sur ce point était déjà
ferm em ent établie ; il eût paru incom m ode et peut-être sacrilège d’y
rien changer. Mais, a va n t de régner, E dou ard a v a it vécu en N or­
m andie; de ce séjour sur le continent, la trad itio n anglaise ne s ’oc­
LES DÉBUTS DU RITE ANGLAIS 49

cu p a it point ; on im agina de dire que là-bas du· moins, à la cour même


des ancêtres directs de H enri I er, il a va it m ultiplié les guérisons d ’é­
crouelles. C ette rectification s'in trod uisit dans la version hagio­
graphique prim itive. N ous la trou vons dans tou tes les vies anciennes.
G uillaum e de M alm esbury repoussait les conclusions q u ’on tirait
autour de lui des m iracles norm ands ; m ais il n ’eut pas l'au d ace de
rejeter un renseignem ent que lui fournissaient ses sources ; il crut,
com me tout le monde, a u x prodiges accom plis sur la terre étrangère.
N ous avons le droit aujourd'hui d 'être plus sceptiques, ou m ieux
plus critiques que lui ; nous considérerons ces prodiges eux aussi
com me «une œ uvre de fa u s s e té » 1).
A insi il n ’y a aucune raison de croire que les rois anglo-saxons,
pas plus E douard le Confesseur que ses prédécesseurs, aient jam ais
prétendu, en tan t que rois, guérir les scrofuleux; il est certain que
H enri I I exerça ce pouvoir;· il est vraisem blable que Henri I er, se
l ’appropria déjà et que, vou lan t le ju stifier, il le m it à l ’abri d'un
grand n om ; celui de saint E d o u a r d 2). Tels furent, autant que nous
pouvons les connaîtie, les débuts du rite a n g la is 3).

1) L ’ a llu s io n aux m ir a c le s n orm an ds m anque chez A ilr e d . De son


te m p s, so u s H e n r i I I , la c r o y a n c e a u p o u v o ir t h a u m a tu r g iq u e d e s r o is é t a i t
fe r m e m e n t é ta b lie ; il n ’y a v a i t p lu s in t é r ê t à in s is te r su r le g r a n d n om bre
d e g u é r is o n s d e s c r o fu le u x o p é ré e s p a r S. E d o u ard ; d ’a u tre p a r t, c e t a p p e l
à d e s f a i t s m a l c o n n u s , c e n s é s a c c o m p lis à l ’é t r a n g e r , d e v a i t p a r a ît r e b iz a r r e ;
c ’e st pou rqu oi san s d o u te A ilr e d , o ffic ie lle m e n t ch argé d ’é m o n d e r le te x te
d ’O s b e r t, s u p p r im a la ph rase en q u e s tio n .
2) 'L’Ashm olean M uséum , à O x fo r d , possède une m é d a ille , d ’ o r ig in e
S c a n d in a v e o u a n g lo -s a x o n n e , t r o u v é e a n X V I I e s iè c le p r è s d e l a v i lle m ê m e
d ’O x fo rd . E lle e s t p e r c é e d a n s s a p a r t ie s u p é r ie u r e e t l ’ o n y v o i t u n e in s c r ip ­
tio n d iffic ile à r e s titu e r . Ou c r u t lir e , à l 'é p o q u e d e la d é co u v e rte , le s d e u x
le ttr e s E. C .; par une a b e r r a tio n s in g u liè r e , q u e lq u e s é r u d its in te r p r é tè r e n t
Eduardits Confessor, c o m m e si E d o u a r d a v a it de son v iv a n t p o r té son titr e
b a g io lo g iq u e . O r le s p iè c e s d e m o n n a ie s d is tr ib u é e s p a r le s r o is a n g la is des
te m p s m odern es aux s c r o fu le u x q u ’ils to u c h a ie n t — en· te rm e te c h n iq u e
iouoh-pieces — é t a i e n t , e lle s a u s s i, p ercées, pour p o u v o ir ê tr e su sp e n d u e s a u
c o u d e s p a t ie n t s ; c e s s a v a n t s t r o p in g é n ie u x im a g in è r e n t d o n c q u e l'o n a v a i t
m is la m a in su r u n e iouch-piece d e S . E d o u a r d . I l n ’e s t p a s b e s o in d e r é f u te r
le u r o p in io n . C f . F ar q u h ar , Royal Charities, I , p . 4 7 e t s u iv .
3) E n t r e H e n r i I er e t H e n r i II s ’in te r c a le le rè g n e d ’E tie n n e d e B lo is .
E t i e n n e n ' é t a i t q u e l e n e v e u d u p r e m i e r d e c e s d e u x r o is , e t c e l a d u c ô t é m a ­
te r n e l s e u le m e n t; il r é g n a en d é p it d es d e r n iè r e s v o l o n t é s d e son o n c le . R e­
v e n d i q u a - t - i l n é a n m o in s le p o u v o i r g u é r is s e u r d o n t c e lu i-c i a v a i t é t é l ’i n i t i a ­
t e u r ? o u b ie n , a u c o n tr a ir e , H e n r i I I , a r r iv a n t a u tr ô n e , e u t -il à re n o u e r u n e
tr a d itio n u n m o m e n t in te r r o m p u e ? C e p e t i t p r o b lè m e , fa u te d e d o c u m e n ts,
dem eu re in s o lu b le .

4
C H A P IT R E I I .

L E S O R IG IN E S D U P O U V O IR G U É R IS S E U R D E S R O I S :
L A R O Y A U T É S A C R É E A U X P R E M IE R S S IÈ C L E S D U
M OYEN AGE.

§ i . L ’ év o lu tio n d e la r o y a u té sacrée ; le sa cre.

L e problèm e qui s’impose m aintenant à notre a tten tion est


double. L e m iracle royal se présente ava n t to u t com m e l ’expression
d ’une certaine conception du pouvoir politique suprême ; de ce point
de vue, l ’expliquer, ce sera le rattacher à l ’ensemble d ’ idées et de cro y ­
ances dont il fu t une des m anifestations les plus caractéristiq u es;
aussi bien faire rentrer un cas particu lier dans un phénomène· plus
général, n ’est-ce pas là le principe même de tou te « exp lication »
scientifique? Mais aya n t conduit notre recherche ju sq u ’à ce point,
nous n ’aurons pas encore achevé notre tâche ; à nous arrêter là,
nous laisserions échapper précisém ent le particulier ; il restera à
rendre com pte des raisons' pour lesquelles le rite guérisseur, issu
d’un m ouvem ent de pensées et de sentim ents commun à tou te une
partie de l ’Europe, -vit le jou r à te l moment et non à tel autre, en
France comme en Angleterre, et non ailleurs. Somme toute, d ’une
part les causes profondes, de l ’autre l ’occasion, la chiquenaude qui
appelle à l ’être une institution dès longtem ps en puissance dans les
esprits.
Mais, dira-t-on peut-être, est-il vraim ent besoin d ’une longue
enquête pour découvrir les représentations collectives qui sont à la
source du toucher des écrouelles ? N 'est-il pas évident, de prim e
abord, que ce rite, en apparence si singulier, ne fu t dans les sociétés
m édiévales et modernes que le dernier écho de ces croyances « prim i­
tiv es » que la science au jou rd ’hui, grâce à l'étu d e des peuples sau-
52 LES ROIS THAUMATURGES

vages, est parvenue à restituer? Ne suffit-il pas, pour le comprendre,


de parcourir les grands catalogues de faits dressés, avec tant de soin
et d’ingéniosité, par Sir James Frazer, de feuilleter L e Rameau d ’Or
ou Les Origines Magiques de la Royauté ? « Qu’eût dit Louis XIV»,
écrit M. Salomon Reinach, «si on lui avait prouvé qu’en touchant les
écrouelles il prenait modèle sur un chef polynésien »1*) ? E t déjà
Montesquieu, sous le masque du Persan Usbeck, parlant du même
prince : «Ce roi est un grand magicien ; il exerce son empire sur l ’esprit
même de ses s u je ts.. . Il va même jusqu'à leur faire croire qu'il les
guérit de toutes sortes de maux en les touchant, tant est grande la
force et la puissance qu’il a sur les esprits»8). Dans la pensée de
Montesquieu, le mot de magicien n ’était guère qu’une boutade.
Nous lui donnons volontiers aujourd’hui son sens plein. J ’ai pris
cette petite phrase pour épigraphe ; on eût pu l ’inscrire, à plus juste
titre encore, en tête des beaux ouvrages de Sir James Frazer, qui
nous ont appris à saisir entre certaines conceptions anciennes sur la
nature des choses et les premières institutions pplitiques de l'hu­
manité des liens longtemps ignorés. Oui, le miracle des écrouelles
s’apparente incontestablement à tout un système psychologique que
l ’on peut pour une double raison qualifier de « primitif »: d’abord
parce qu’il porte la marque d'une pensée encore peu évoluée et toute
plongée dans l ’irrationnel, et aussi parce qu’on le trouve à l ’état
particulièrement pur dans les sociétés que nous sommes convenus
d’appeler «primitives ». Mais lorsque nous aurons dit cela, qu’aurons-
nous fait de plus qu’indiquer approximativement le genre de repré­
sentations mentales vers lequel il convient de diriger notre recherche?
L a réalité historique est moins simple et plus riche que de pareilles
formules.
Sir James Frazer écrit : « certains rois, dans les îles du Pacifique
et ailleurs, sont supposés vivre dans une atmosphère chargée d ’une
sorte d’électricité spirituelle qui, tout en foudroyant les indiscrets
qui pénètrent dans son cercle magique, possède également, par un
heureux retour, le privilège de rendre la santé par simple contact.
Nous pouvons conjecturer que les prédécesseurs des monarques
anglais furent jadis l'objet d’idées analogues : la scrofule reçut vrai­
semblablement le nom de mal du roi, parce qu on croyait l ’attouchement

l ) Cultes, mythes et religions, X I, p. 2(

s) Lettres Persanes. 1. 24.


l ’é v o l u t io n d e la r o y a u t é sacrée
53

d'un roi susceptible de la donner, aussi bien que de la guérir »l). Enten­
dons-nous bien. Sir James Frazer ne prétend pas qu’au X I e ou au
X I I e siècle, les souverains anglais, ou français, aient passé pour ca­
pables de répandre autour d ’eux les écrouelles en même temps que de
les soulager ; mais il imagine que, jadis, dans la nuit des âges, leurs
aïeux avaient manié cette arme à double tranchant ; peu à peu on
aurait oublié l'aspect redoutable du don royal, pour n'en retenir
que le côté bienfaisant. En fait, comme nous le savons déjà, les rois
thaumaturges du X I e ou du X I I e siècle n’ont pas eu à rejeter une part
de l ’héritage ancestral, puisque rien dans leurs miraculeuses vertus
ne leur venait d ’un passé très reculé. Cet argument, semble-t-il,
pourrait suffire. Ecartons-le cependant pour un instant ; supposons,
si l’on veut, au pouvoir guérisseur des princes normands ou capétiens
de très lointaines origines. L ’hypothèse de Sir James Frazer en pren­
dra-t-elle plus de force ? Je ne le pense pas. Elle se fonde sur le cas
des îles Tonga en Polynésie, où certains chefs, dit-on, exercent une
homéopathie de cette sorte. Mais que vaut ce raisonnement par ana­
logie ? La méthode comparative est extrêmement féconde, mais à
condition de ne pas sortir du général ; elle ne peut servir à reconstituer
les détails. Certaines représentations collectives, qui affectent toute
la vie sociale, se rencontrent, toujours pareilles au moins dans leurs
grandes lignes, chez un grand nombre de peuples ; elles semblent
symptomatiques d'états de civilisations déterminés ; elles varient
avec eux. Au sein d’autres sociétés, connues seulement par des docu­
ments relativement récents, ou incomplets, elles ne sont pas attestées
historiquement ; y manquèrent-elles réellement ? il est probable que
non; la sociologie comparée permet de les restituer, avec beaucoup
de vraisemblance. Mais ces grandes idées, communes à toute l ’huma­
nité, ou peu s’en faut, ont évidemment reçu selon les lieux et les cir­
constances des applications différentes. L'étude des tribus océaniennes
éclaire la notion de la royauté sacrée, telle qu’elle fleurit sous d’autres
deux, dans l ’Europe antique ou même médiévale ; mais on ne saurait

v) Golden Bough, I, p. 3 7 1 · « ..........r o y a l personages. in th e P a c iiic


a n d e lse w h e re lia v e b e e n su p p o s e d to liv e in a s o r t o l a tm o s p h è r e liig h ly
c h a rg e d w it h w h a t w e m a y c a ll s p ir itu a l e le c tr ic it y , w h ich , ii it b la s ts a il
w h o in tr u d e in to its c h a rm e d circlo, lia s h a p p ily a lso th e g i f t of m alcin g
w h o le a g a in b v a to u c h . W e m a y c o n je c tu r e t h a t sim ila r v ie w s p re v a ile d in
a n c ie n t tim e s as to t h e p re d c c cs so rs of o u r E n g lis h m o n a rch s, ancl that accor-
ingly scrofula received its name of the Iiin g 's E v il jrom the beliej that it 1vas
caused as well as cured by contact with a kivg ». C 'e s t m o i q u i so u lign e. C i.
Ibid. I I I , p. 13.1.
LES ROIS THAUMATURGES
54

s’attendre à retrouver en Europe toutes les institutions de l'Océanie


Dans un archipel polynésien — ■ c ’est le seul exemple invoqué — les
chefs sont à la fois fauteurs de maladies et médecins ; ainsi se traduit
la force surnaturelle dont ils sont détenteurs ; la même force a pu
se manifester ailleurs d’une autre façon : par des bienfaits, par exemple,
sans contrepartie fâcheuse. Parmi les premiers missionnaires, beau­
coup croyaient retrouver chez les « sauvages », plus ou moins effacées,
toutes sortes de conceptions chrétiennes. Gardons-nous de commettre
l ’erreur inverse et ne transportons pas. les Antipodes tout entiers
à Paris ou à Londres.
Cherchons donc à retracer dans toute sa complexité le mouve­
ment, de croyances et de sentiments qui a rendu possible, dans deux
pays de l ’Europe occidentale, l ’instauration du rite du toucher.
Les rois de France et d’Angleterre ont pu devenir de miraculeux
médecins, parce qu’ils étaient déjà depuis longtemps des personnages
sacrés : « sanctus enim et christus D om ini est », disait Pierre de Blois
de son maître Henri II, afin de justifier ses vertus thaumaturgiques.
Il conviendra donc d ’indiquer tout d’abord comment le caractère
sacré de la royauté parvint à se faire reconnaître, avant d ’expliquer
l ’association d'idées qui a tout naturellement tiré de ce caractère.,
comme une sorte de conclusion évidente, le pouvoir guérisseur de ceux
qui en étaient revêtus.1).
Les Capétiens se sont toujours donnés comme les héritiers authen­
tiques de la dynastie carolingienne ; et les Carolingiens eux-mêmes
pour ceux de Clovis et de ses descendants ; les rois normands d’Angle­

1) J e d o is b e a u c o u p p o u r t o u t le d é v e lo p p e m e n t q u i v a su iv re au
b e a u liv r e d e K e r n , G o tte s g n a d e n tu m . O n t r o u v e r a d a n s c e t o u v r a g e u n e
a b o n d a n te b ib lio g r a p h ie (m a lh e u re u se m e n t d é p o u r v u e d e cla s se m e n t) ; e lle
m e p e r m e t t r a d e r é d u ir e ic i d a n s u n e tr è s la r g e m e su re le s in d ic a tio n s b ib lio ­
g r a p h iq u e s , n o t a m m e n t en ce q u i c o n c e rn e le sa c re . P e u t - ê t r e e st-ce re n d re
s e r v ic e a u x c h e rc h e u rs q u e d e le u r s ig n a le r q u ’ils n e tr o u v e r o n t rie n d ’u tile
d a n s l 'a r t ic le d e Jo s. v o n H e l d , K ô n i g l u m u n d G o t t li c h k e i t ; A m U r - Q u e ll,
M o n a t s c h r if t f ü r V o llts k u n d e , I I I (18 92 ). S u r le sa cre , o n t p a ru , d e p u is le
v o lu m e d e K e r n , l ’o u v r a g e u tile d e R e g in a ld M a x w e ll W o o l l e y , C o r o n a tio n
r it e s ( T h c C a m b r id g e H a n d b o o k s o f L i i u r g i c a l S t u d y ) in -1 2 , C a m b r id g e 19 x 5
e t u n e th è s e d e la F a c u lt é d e D r o it d e T o u lo u s e , G e o rg e s P é r is , L e sa cre
et le c o u r o n n e m e n t d es r o is d e F r a n c e d a n s le u r s r a p p o r ts a v e c le s lo is f o n d a ­
m e n ta le s , s, 1. 1 9 2 1 , où l ’o n re lè v e ra , q u e lq u e s in d ic a t io n s ju d ic ie u s e s , q u e
g â te , m a lh e u re u s e m e n t, u n e ig n o r a n c e é t o n n a n te d e la lit t é r a t u r e d u s u je t ;
et. a u s si U lr ic h S t u t z , R e im s u n d M a i n z i n d e r K ô n ig s w a h l d e s X . u n d z u
B e g in n d e s X I . J a h r h u n d e r ts ', S it z u n g s b e r . d e r p r e u s s is c h e n A k a d e m ie , 1 9 2 1 ,
P- 4 14 ·
l 'é v o l u t i o n d e la r o y a u té sacrée 55

terre ont revendiqué, comme un bien patrimonial, la succession des


princes anglo-saxons. Des chefs des anciennes peuplades franques,
angles ou saxonnes aux souverains français ou anglais du X I I e siècle,
la filiation est directe et continue. C'est donc vers les vieilles royautés
germaniques qu’il nous faut regarder tout d ’abord ; par elles nous
touchons à un fond d’idées et d’institutions extrêmement archaïques.
Malheureusement, nous les connaissons fort mal. Toute la Ger­
manie d’avant le christianisme nous demeurera toujours, faute d ’une
littérature écrite, irrémédiablement obscure. On ne peut entrevoir
que quelques lueurs. Elles suffisent pour nous assurer que la concep­
tion de la royauté était chez les Germains, comme chez tous les peuples
au même stade de civilisation, tout empreinte d’un caractère reli­
gieux. J) Tacite remarquait déjà que, à la différence des chefs de
guerre temporaires, librement choisis en raison de leur valeur per­
sonnelle, les rois étaient chez les Germains pris uniquement dans cer­
taines familles nobles : entendez sans doute dans certaines familles
douées héréditairement d ’une vertu sacréei)2). Les rois passaient
pour des êtres divins ou, à tout le moins, issus des Dieux. «Les Goths »,
nous dit en propres termes Jordanès, « attribuant leurs victoires
à l ’influence heureuse qui émanait de leurs princes, ne voulurent pas
voir dans ceux-ci de simples hommes; ils leur donnèrent le nom d’Ases,

i) L e c a r a c t è r e s a c r é d e l ’a n c ie n n e r o y a u té g e rm a n iq u e a é t é m a in te s
fo is m is e n lu m iè re . O n c o n s u lte r a s u r t o u t a v e c f r u it H . M u n ro C h a d w ic k ,
T h e a n c ie n i T e u io n ic p r ie s lh o o d ; F o lk - L o r e , 190 0 ; c f. d u m ê m e a u te u r , T h e
o r ig in o f ih e ‘E n g li s h n a t io n , C a m b r id g e 190 7, p. 320 ; in d ic a tio n s s u g g e s tiv e s
d a n s J . F l a c h , L e s o r ig in e s d e l ’ a n c ie n n e F r a n c e , I I I , p . 2 3 6 e t 237 e t P a u l
V in o g r a d o f f , O u t lin e s o f h i s lo r ic a l ju r is p r u d e n c e , I, O x fo r d 1920 , p. 352.
O n t r o u v e r a u tilis é s c i-d e sso u s q u e lq u e s re n se ig n e m e n ts e m p ru n té s a u g r o u p e
S c a n d in a v e . J e n ’ig n o r e p a s q u e c h e z ce s p o p u la tio n s le c a r a c tè r e sa c ré d e
la r o y a u t é se t r o u v a fo r t e m e n t a c c e n tu é p a r s u ite d e l ’ a b se n c e d 'u n s a c e r d o c e
sp é c ia lis é q u i p a r a ît a u c o n tr a ir e a v o ir e x is t é d a n s b e a u c o u p d ’ a u tr e s tr ib u s
g e rm a n iq u e s . L e s ro is d u N o r d r e s tè r e n t to u jo u r s d e s p r ê tr e s ; le s ro is d e la
G e r m a n ie p r o p r e m e n t d ite , v e r s l ’é p o q u e d es in v a sio n s , p o u r la p lu p a r t ,
n ’a v a ie n t p a s o u n 'a v a ie n t p lu s d e fo n c t io n s d e c e t o rd re. M a is ce s d iffé re n ce s,
si im p o r ta n te s so ie n t-e lle s, 11e n o u s in té r e s s e n t p a s ic i; a u S u d c o m m e a u
N o r d l a n o t io n fo n d a m e n t a le é t a i t la m ê m e ; c ’ e s t t o u t c e q u ’ il n o u s c o n v ie n t
d e r e te n ir .
-) G e r m . V I I ; « R e g e s e x n o b ilita te , d u ce s e x v ir t u t e s u m u n t» . O n a
s o u v e n t , e t à ju s t e titre , r a p p ro c h é c e t t e p h r a s e d e T a c it e d e c e lle -c i q u ’ on
l i t d a n s G ré g o ir e d e T o u rs, H is t o r . F r a n c . , I l , 9, à p ro p o s d es o rig in e s f r a n ­
q u e s : « ib iq u e i u x t a p a g o s v e l c iv it a t e s r e g e s c rin ito s s u p e r s e c r e a v is s e d e
p rim a , e t, u t it a d ic a m , d e n o b ilio ri fa m ilia ».
56 LES ROIS T H A U M A T U R G E S

c ’est-à-dire de demi-dieux ». 1) L e mot d ’Ases se retrouve dans


les anciennes langues Scandinaves ; il y servait en effet à désigner
les dieux, ou certaines catégories d ’entre eux. Nous avons conservé
plusieurs généalogies royales anglo-saxonnes : elles remontent toutes
à W otan 23 ) . D e cette foi en l ’origine surnaturelle des rois découlait
un sentiment loyaliste. Non pas attaché à tel ou tel individu : la primo-
géniture n’existait pas ; le droit héréditaire à l ’intérieur de la dynastie
était mal fixé ; on pouvait changer le souverain, mais à condition de
le prendre toujours à l ’intérieur de la même dynastie. «De même»,
écrivait Athalaric au sénat romain, «que celui qui naît de vous est
dit d’origine sénatoriale, de même celui qui sort de la famille des
Amales — devant laquelle s’efface toute noblesse — est digne de
régner » ; et ailleurs, le même prince, mêlant des notions germaniques
à un vocabulaire romain, parlait du «sang des Amales, voué à la
pourpre »s). Seules ces races prédestinées étaient capables de donner

x) G e tic a , c. X I I I , éd. Mommsen ( M o n . G e r m . A A . , V ) , p . 76, à p ro p o s


de la fa m ille ro y a le des A m a le s : « ia m p ro c e re s su os, q u o r u m q u a s i fo r t u n a
v in c e b a n t , non. puros h o m m e s, se d se m id e o s id e s t A n s is u o c a u e r u n t ». S u r le
se n s du m o t A s e , c f . M a u ric e Cahen , L e m o t « D i e u » e n v ie u x - s c a n d in a v e
(C o lle ct. lin g u is t iq u e S o c . lin g u is t iq u e d e P a r i s , X , e t th è se F a c . L e ttr e s , P a r i s ) ,
X 921, p . 10 , n . x. E . Mogk, a r t ic le A s e n d a n s H o o p s , R e a lle x ik o n d e r g e rm .
A U e r tu m s k u n d e , p a r a ît c ro ir e q u e le m o t n e s 'a p p liq u a it q u 'a u x r o is m o r ts e t,
a p r è s le u r d é c è s , d iv in is é s ; j e n e v o is rie n d e p a r e il d a n s J o rd a n è s . D a n s
u n t e x t e c u r ie u x d e J u stin , H is t o r . P h i l i p p i c . , V I I , 2, o n v o i t le s M a c é ­
d o n ie n s se fa ir e a c c o m p a g n e r a u c o m b a t p a r le u r ro i e n c o re e n fa n t , « t a n q u a m
d e o v i c t i a n t e a fu is s e n t, q u o d b e lla n t ib u s s ib i re g is su i a u s p ic ia d e fu is s e n t » ;
o n s a is it là u n e c r o y a n c e a n a lo g u e à c e lle d o n t le t e x t e d e J o rd a n è s té m o ig n e
c h e z le s G o th s.
2) C f., e n t r e a u tr e s Iîe m b l e , T h e S a x o n s i n E n g la n d . é d . d e 18 76 ,
L o n d re s , I, p. 3 3 6 ; W . Golther , H a n d b u c h d e r d e u ts c h e n M y t h o lo g ie , 18 9 5 ,
p . 2 9 9 ; J . G rimm , D e u ls c h e M y t h o lo g ie , 4 e é d ., B e r lin 18 78 , I I I , p . 3 7 7 . L a
p lu s r é c e n te é t u d e su r le s g é n é a lo g ie s e s t la d is s e r ta tio n d e E . H ackenberg ,
D i e S ta m m la fe ln d e r a n g lo - s à c h s is c h e n K ô n ig r e ic h e , B e r lin 1 9 1 8 . J e n ’ a i p u
l a v o ir ; o n e n t r o u v e r a le s p rin c ip a le s co n clu sio n s ré s u m é e s p a r A l o i s B randl ,
A r c h i v f ü r d a s S l u d i u m d e r n e u e r e n S p r a c h e n , t. 1 3 7 (19 18 ), p . 6 e t s u iv . (n o ­
ta m m e n t p . 18 ). I l y a p e u t - ê tr e u n e a llu s io n à l ’ o r ig in e p r é te n d u e d iv in e d e s
M é r o v in g ie n s d a n s u n e p h r a s e d e l a c é lè b r e le t t r e é c r it e p a r A v it u s , é v ê q u e
d e V ie n n e , à C lo v is lo rs d e s o n b a p tê m e . C f. J unghans , H i s t o ir e d e C h il-
d e r ic h et d e C h lo d o v e c h , tr a d . Monod ( B i b l . H a u t e s E l u d e s , fa s c . 3 7 ), p . 6 3 , n . 4.
3) Cassiodore , V a r ia s , V I I I , ,2 : « q u o n ia m q u a e v is c la r it a s g e n e r is
H a m a lis c e d it, e t s ic u t e x v o b is q u i n a s c itu r , o r ig o s e n a t o r ia n u n c u p a tu r ,
it a q u i e x h a c fa m ilia p r o g r e d itu r , re g n o d ig n is sim u s a p p r o b a t u r ». I X , x ;
« H a m a li s a n g u in is p u rp u re a m d ig n ita te m ».
I. É V O L U T I O N 1I E LA ROYAUTÉ SACRÉE
57

des maîtres vraiment efficaces, car seules elles détenaient ce bonheur


m ystérieux, quasi fortuna, comme dit Jordanès, où les peuples voyaient,
plutôt que dans le talent militaire de tel ou tel capitaine, la cause
de leurs succès. L'idée de la légitimité personnelle était faible ; celle
de la légitimité dynastique très forte *). Au V Ie siècle, un groupe dé­
taché de la nation hérule se trouvait établi dans la région danubienne ;
une branche de la lignée traditionnelle l'avait suivi et lui fournissait
ses chefs. Un jour vint où elle périt tout entière. Son dernier rejeton,
comme tant d ’autres princes en ces temps de violence, était mort
assassiné par ses propres sujets. Mais ces barbares, qui avaient mas­
sacré leur roi, ne se résignaient pas à se passer du sang royal ; ils
décidèrent d'en envoyer chercher un représentant jusqùe dans la
lointaine patrie d'où jadis la migration était partie, « à Thulé », dit
Procope, par quoi il faut sans doute entendre la péninsule Scandinave.
Le premier choisi mourut en cours de route ; les ambassadeurs revin­
rent sur leurs pas et en ramenèrent un autre. Entre temps, les Hérules,
fatigués d'attendre, avaient fini par mettre à leur tête un des leurs,
désigné seulement par sa valeur individuelle ; n’osant peut-être
l ’élire eux-mêmes, ils avaient demandé à l’Empereur de le nommer.
Mais quand l'héritier légitime arriva, bien qu’il fût inconnu de tous,
en une nuit presque tout le peuple vint se ranger à ses cô tés23 ).
Ces rois vraiment divins étaient censés posséder un certain pouvoir
sur la nature. Selon une conception que l ’on rencontre chez beau­
coup d’autres peuples (elle s’est développée avec une force parti­
culière au sein des sociétés chinoises), on les tenait pour responsables
de l'ordre des choses. Le roi de Norvège, Halfdan le Noir, raconte la
légende recueillie au X I I I e siècle dans la Heimskringla, avait été
« de tous les rois celui qui eut le plus de bonheur dans les récoltes » ;
lorsqu’il fut mort, son cadavre, au lieu d ’être enterré tout entier
en un seul lieu, fut découpé en quatre, et chaque morceau enseveli
sous un tertre dans chacun des quatre principaux districts du pays
car « la possession du corps» — ou d ’un de ses fragments — « semblait
à ceux qui l'obtenaient un espoir de bonnes récoltes»3) . Un prince

') C ’ e st ce q u e le s h isto rie n s a lle m a n d s e x p r im e n t e n o p p o s a n t le Gcblü ls-


r e c h l à V E r b r e c h t.
’1) P r o c o p e , D e B e llo C o th ic o , II, 15 . C f. K e r n , G o tlc s g n u d c n tu m , p. 2 2 .
P o u r P r o c o p e , le s H é ru le s é ta b lis à « T h u lé » so n t u n g r o u p e v e n u ta r d iv e m e n t
d e la ré g io n d e la M er N o ire , où le p e u p le h é ru le e û t v é c u « d e to u t e a n q u ité »
(II, 1 4 ); e rre u r é v id e n t e e t u n a n im e m e n t re je té e .
3) Heim skringla, éd. F in n u r J o n s s o n , I, Halfdana Saga Svarta, K , 9.
P o u r la tr a d u c tio n d e c e t e x t e , e t d e c e u x d e m ê m e so u rce q u i se ro n t c ité s
L lîS R O IS THAUM ATURGES
58

excellent, croyaient encore les Danois du X I I e siècle, peut, en touchant


les enfants et les blés, procurer aux hommes une belle progéniture
et de belles m oissons1). Parfois, quand la récolte venait à manquer,
on déposait le roi. Tel était, en pareil cas, au témoignage d’Ammien
Marcellin, le sort des rois burgondes ; l ’historien romain, avec son
intelligence ordinaire, nous a, lui-même invité à rapprocher cette
coutume des traditions de la vieille Egypte, patrie classique de la
royauté sacrée. Le même usage semble avoir été en vigueur dans la
Suède païenne a) .
Maîtres des années plantureuses, les rois germains étendaient-ils
aussi leur pouvoir sur les maladies ? L a Heimskringla, rédigée, comme
je le rappelais à l ’instant, au X I I I e siècle seulement, en Islande,*2

p lu s lo in , je d ois b e a u c o u p a u se co u rs q u ’ a b ie n v o u lu m e p r ê te r m o n co llè g u e
M . M a u ric e C a k e n .
b C ’ est ce q u i ressort d ’ un passage de l'h isto rie n danois S a x o G r a m -
m a t i c u s (lib. X I V , éd. 1-Io l d e r - E c. g e r , S trasb ou rg, 1886, p . 5 3 7 ). D 'a p rè s ce
te x te , lorsque W ald em ar Ier, de D an em ark, tra v ersa l ’A llem agn e en 116 4 pour
se rendre à-la diète de D ole, les mères au raien t fa it to u ch er par lu i leurs enfan ts
e t les p a ysan s leurs blés, esp éran t par là o b ten ir pour les uns com m e pour
les autres une heureuse croissance. A in si on a u ra it cru, m êm e à l ’ étran ger, au
p ou vo ir m erveilleu x de W ald em ar : e xa gé ra tio n m an ifeste, d o n t le ch a u ­
vinism e de S axo G ram m aticu s d oit p o rter to u t le poids. C e tte h isto riette,
p o u rtan t, est bien in stru c tiv e . E lle nous renseigne, non su r l ’é ta t d 'e s p rit des
A llem and s, m ais sur celu i des D an ois. P o u r v a n te r un roi de son p a ys, q u ’ a
im agin é S a x o ? que les peuples voisins eux-m êm es a v a ie n t Tecours à la m ain
sacrée du prince. V raisem blablem en t, de la p a rt de ses co m p atriotes un
pareil geste lu i e û t paru tro p b a n a l pour m ériter d ’ê tre m en tionn é. I l n ’ a
certain em en t pas in v e n té la cro y a n ce q u ’il m e t en scène : où en au rait-il
puisé l ’id é e ? on d o it su pposer q u ’il l ’a sim plem ent, p ou r l ’effet du récit,
chan gée de p a ys. P e u t-ê tre la p a rta g e a it-il; il en parle a v e c une é vid en te
sym p ath ie, b ie n que, p a r re sp ect sans do u te p o u r les d o ctrin es de l ’E g lise,
i l n ’ a it pas pensé p o u vo ir s’ a b sten ir d ’in d iq u er q u ’elle a v a it u n cara ctère
s u p e r s titie u x : « N ec m in u s sn persticiosi agrestes...» .
2) A m m . M a r c e l l i n , X X V I I I , 14 : « A p u d hos gen erali nom ine re x
a p p ella tu r H endin os, e t ritu u eteri p o te s ta te d e p o sita rem ouetur, si su b eo
fo rtu n a titu b a u e rit belli, v e l segetu m cop ia n eg au erit terra, u t so ien t A e g y p tii
casus eiusm odi suis adsiguare rectorib u s ». P o u r la Suède, H eim skringla, I ,
Ynglinga, K . 15 e t 43 : rem arq u ez dans le secon d de ces passages l ’ap p arition
de l ’idée selon laq u elle les m au vaises récoltes seraien t dues, n on p as à l ’a b ­
sen ce ch ez le roi de ce p o u vo ir m ystérieu x , de c e tte quasi-forluna d o n t parle
Jordanès, m ais à u ne fa u te précise com m ise p a r lu i (négligence dan s l ’accom ­
p lissem en t des sacrifices) ; c 'e s t un d é b u t d ’in terp réta tio n ra tio n a liste, d é ­
fo rm a n t u ne v ie ille croya n ce. S u p erstitio n s analogues ch ez les p rim itifs ; il y a
à ce su je t une litté ra tu re a b on d an te ; v . en dern ier lieu L . L é v y - B r u h l ,
.Va mentalité prim itive, 1922, p . 366 et suiv.
l 'é v o l u t io n d e la r o ya u té sacrée 59

par le prêtre Snurre Storleson, attribue quelques guérisons au roi


Olaf, fils de Harald, qui régna en Norvège au début du X Ie siècle1).
Mais Olaf, S. Olaf, était un saint du christianisme ; les miracles que
lui prête la Saga irlandaise ne sont peut-être que l ’écho d ’un thème
hagiographique. Sans doute, nos textes sont trop pauvres pour nous
permettre d'affirmer que jamais aucune peuplade germanique ne vit
dans son roi un médecin ; il vaut mieux rester sur ce point dans le
doute qu’ordonne une sage prudence. Encore doit-on remarquer que
dans la sociologie comparée, à laquelle, en l ’absence de documents,
il sera toujours tentant d ’avoir recours, rien ne nous oblige à admettre
que, dans l ’ancienne Germanie, les rois, par cela même qu’ils étaient
doués d’une vertu divine, fussent tous ou même pour la plupart
des guérisseurs ; car les rois guérisseurs paraissent bien avoir été
toujours et partout assez rares. C’est du moins l ’impression que donnent
les ouvrages de Sir James Frazer ; les exemples de cette forme de la
magie royale que l ’on trouve recensés dans ces grands recueils sont
bien peu nombreux ; chefs oualos du Sénégal, polynésiens des îles
Tonga y reparaissent sans cesse, comme ces figurants de théâtre
qui, tournant toujours autour des mêmes portants, représentent l’image
d ’un défilé d ’arm ée**S
.8). Il n’y a, en vérité, à cette pénurie rien de

1) H eimshrïngla, II, Olafs Saga Helga Iionungs, II, K . 155 e t 189. O la f


m o u ru t en 1030. W . E b s t e i n , Zu r Geschichte der Krankenbehandlung', Ja n u s,
1910, p. 224, a tiré parti de ces te x te s (dans le second d ’entre eu x on v o it
O la f guérir un p e tit garçon d ’une tu m eur au cou) pour attrib u er au toucher
des écrouelles une origine Scandinave: l ’usage aurait, des p a ys du Nord, passé
en A n gleterre (sous Edouard) et de là en F rance. C ette théorie n ’a sans doute
pas besoin d ’etre longuem ent réfutée. Il suffira de rappeler les d ates : le
pou voir guérisseur d ’O laf n 'est a ttesté que par un docum ent du X I I I e siècle,
sans que, par ailleurs, rien perm ette de croire chez les rois de N orvège à
l ’exercice d ’un don d yn astiq ue; les m iracles de S. E d o u ard ne son t connus
que par un te x te du débu t du X I I e siècle, fo rt suspect à tous égards; en
F ra n ce le rite a certain em en t été en vigu eu r dès la seconde m oitié du X I e siècle
(Philippe Ier) et très vraisem blablem en t la vertu th au m atu rgiq u e des princes
fran çais rem onte à la fin du X e siècle, c ’est-à-dire à une époque antérieure,
non seulem ent à la Saga à qui nous devons le récit des guérisons opérées par
S. O laf, mais au règne m êm e de ce m onarque, ainsi q u ’à celui de S. E d ou ard.
'■ ') On peut y ajo uter certaines fam illes nobles d'A rab ie, don t le pouvoir
guérisseur, spécialisé dans les cures de la rage, p a raît rem onter à la période
préislam ique ; cf. ci-dessous, p. 85, n. 1. P our l ’antiquité classique, les te x te s
sont obscurs. U n passage de P l u t a r q u e , Pyrrhus, c. III, nous apprend que
l ’on a ttrib u a it à P yrrh u s le don de guérison, le siège de cette vertu m e rv e il­
leuse se trou van t, chez lui, placé dans le gros orteil ; m ais rien n'in dique
q u ’il en p a rta geât le privilège avec les autres rois d ’Epire; peut-être avons-
6 ο LES R O IS T H A U M A T U R G E S

bien étonnant. La force miraculeuse attribuée aux rois par les «pri­
mitifs » est d’ordinaire conçue comme employée à des fins collectives,
destinées à procurer le bien-être du groupe tout entier, non comme
dirigée vers des fins individuelles ; leur rôle est de faire tomber la pluie
ou d'assurer la régularité des moissons beaucoup plutôt que de sou­
lager des misères particulières ; et l ’on sait en effet qu’il serait aisé
de remplir des pages avec les cas de chefs «faiseurs de pluie » que four­
nissent les répertoires ethnographiques. Ainsi s'explique peut-être
que le rite du toucher, qui nous occupe ici, se soit développe plus faci­
lement dans des sociétés où la religion interdisait d ’attribuer aux rois
une influence sur les grands phénomènes cosmiques qui commandent
la vie des nations.
Une révolution religieuse porta en effet un coup redoutable à
l ’antique conception de la royauté sacrée, telle qu’on l ’avait vu
fleurir chez les Germains ; l ’avènement du christianisme la priva
de son appui naturel : le paganisme national. Les rois subsistèrent
à titre de chefs d ’E tat ; un moment même, après les invasions, leur
pouvoir politique fut plus fort que jamais ; mais ils cessèrent, au moins
officiellement, de passer pour des personnages divins. Sans doute
les vieilles idées ne s’effacèrent point tout d ’un coup. Il est probable
qu’elles continuèrent à vivre, plus ou moins sourdement, dans la con­
science populaire. Nos textes permettent d’en relever quelques traces ;
nous en retrouverions vraisemblablement bien d'autres si nos docu­
ments n’étaient pas tous de provenance ecclésiastique et par consé­
quent, sur ce point, hostiles au passé *). L a longue chevelure qui*1

nous affaire ici à un cas analogue à celui du M érovingien G on tran : ap p li­


cation propre à un in dividu p articulièrem en t illustre, — m ais non à toute
une race, — de la croyan ce générale dans le cara ctère m agique de la ro yau té.
P a r ailleurs deu x m aladies, la lèpre et la jaunisse, apparaissent dans les te x te s
antiques qualifiées de movbus reg iu s (références n otam m en t L a w H u s s j î y ,
O n the cure of scro fu lo u s diseases, p. 188), sans q u ’il soit possible en aucune
façon de déterm iner si cette appellatio n a v a it dans ses origines quelque
rapport avec un « m iracle » ro yal.
1) Je m e born e ic i a u x su rv iva n ces certaines. O n en a. invoqué d ’autres.
D ’après certains historiens (par exem ple G r i m m , D eutsche R echtsalteriüm er,
4e éd., I, p. 314 et su iv., e t M u n r o C hadwicic , loc. cit.), les chariots attelés
de bœ ufs, sur lesquels E in h ard nous m on tre les derniers M érovingiens, seraient
des chariots sacrés, analogues à ceu x qu i servaient, selon T a c ite (G erm . 40),
a u x processions de la déesse N ertu s; h yp o th èse p eut-être séduisante, m ais,
après tout, pure hypoth èse. U ne légende, attestée pour la première fois par le
pseudo-Frédégaire (XII, c. 9), fa it de M érovée le fils d ’un m onstre m arin :
trace d'un v ieu x m y th e païen ? ou bien pure légend e étym ologique, dont le
l ’é v o l u t io n d e la r o v a u té sa crée 6i

formait l ’attribut traditionnel de la- dynastie franque (tous les autres


hommes libres, aussitôt atteint l'âge adulte, portaient les cheveux
courts) avait certainement été à L’origine un symbole d ’ordre surnaturel;
ou mieux, ces cheveux jamais coupes durent être primitivement
conçus comme le siège même du pouvoir merveilleux que l ’on recon­
naissait aux fils de la race élue ; les reges criniti étaient autant de
Samsons. Cette coutume, très anciennement attestée, dura autant
que les Mérovingiens eux-mêmes, sans d’ailleurs que nous puissions
savoir, si, au moins dans le peuple, on continua jusqu’au bout à lui
prêter une valeur m agique1). Beaucoup de personnages appar­
tenant aux maisons royales anglo-saxonnes furent après leur mort*)

principe serait un je u de m ots, né en G aule, sur le nom de M érovée ? Qui le


sau ra ja m ais? 11 fa u t être pruden t. Q u 'il m e soit perm is d'ind iqu er ic i un
exem ple am usan t des excès où risqu en t de tom b er les folkloristes trop ardents.
On lit dans G r i m m , toc. cil., I, p. 339, cette phrase, q u ’appuie une référence
au poèm e proven çal de F ierab ra s: «D er kônig, der ein pferd tô d tet, h a t kein
rech t im reich ». Serait-ce un « tabou » ? Reportons-nous a u x textes. F ie r­
abras est un roi païen, m ais un preu x chevalier. Il co m b at O livier. P a r accident
il tu e le cheval de son ennemi : g ra v e a ccroc a u x règtes des jo u tes courtoises;
rien de plus v ilain que de triom pher d 'u n adversaire en lu i su pprim an t sa
m onture. D ’où les reproches d 'O livier : un roi qui fait une chose pareille ne
m érite plus de régner: «rey que caval auci non a dreg en régnât» d it le te x te
proven çal cité par G r im m (I. B e k k e r , Der Roman von Fierabras, B erlin 1829
v. 1388); « llo is lii ceval ocist n ’a droit en ire té », d it le poème français (éd.
G u e s s a r d dans J.es Anciens poètes de la France, 1860 v. 11.19). F ierab ras
alors descend de ch eval; les d eu x héros seront désorm ais à égalité et le com b at
peut se poursuivre sans incorrection. Le vers que je viens de citer, si on l'isole
du con texte, sem ble apporter le plus curieux des renseignem ents sur la m agie
ro yale; c ’est bien de la sorte que Grim m l ’a v a it com pris; m ais lisons la scène
entière : nous n ’y trouverons plus que clés indications assez banales sur l ’es­
crim e chevaleresque.
*) L e s té m o ig n a g e s les p lu s a n cie n s so n t sa n s d o u te C l a u d i e n I V ,
Consul. Honor., 346; Laud, S iilic., I, 203; A v r r u s , le t t r e à C lo v is au s u je t de
son b a p tê m e , éd. U. C h e v a l i e r , Oeuvres de St. A vil, L y o n 1890, ep. X X X V I I I ,
p. 192 ; P r i s c u s , 1σ«ρία ΓοΟίχη, c. 16. L e c a d a v r e de C lo d o m ir, su r le ch a m p
d e b a t a ille cle V é z c ro n c e , f u t reco n n u à ses lo n g s c h e v e u x , « h o n n e u r d e la
ra c e r o y a le » ■ v . le trè s c u rie u x p a ssa g e cI’ A g a t h i a s , Hisior. I, c. 3. L a c o u ­
tu m e q u i im p o s a it a u x F r a n c s a d u lte s l ’ u sa g e des c h e v e u x ra s est a tte s té e
p a r G ré g . d e T o u rs, H isior., I I I , 18. J e n ’ ai p a s à re c h e rc h e r ic i si ch e z d ’a u tre s
p e u p le s g e rm a n iq u e s la lo n g u e c h e v e lu re fu t é g a le m e n t un in sig n e r o y a l. D u
m o in s e st-il c e rta in q u e ch e z c e r ta in s d ’e n tre eu x le p r iv ilè g e d e la p o rte r é t a it
c o m m u n à to u s les h o m m e s lib re s ; p o u r le s S u è v e s, au te m p s de T a c it e ,
Germ., X X X V I I I ; p o u r le s G o th s, F . D a h n , D i e Kônige der Germanân, I I I ,
p. 26. S u r la v a le u r m a g iq u e d es lo n g s c h e v e u x , c i. J F r a z e r , Folk-lore in
he Old Testament, Π , L o n d re s 1919, p. .480 e t s u iv
62 LITS R O IS THAUM ATURGES

vénérés comme des saints ; de même, bien qu'en moins grand nombre,
pour les Mérovingiens ; ce n’est pas, tant s ’en faut, que ces lignées
fussent particulièrement fécondes en vertus religieuses ou privées ;
mais on. portait volontiers sur les autels les membres de familles qu’on
était habitué à considérer comme sacrées *). A partir de Dagobert,
la dynastie mérovingienne sombra dans l ’impuissance ; pourtant ces
rois, simples fantoches, continuèrent à régner de nom pendant plus
d'qn siècle et demi. Le premier coup d ’E tat tenté contre eux, celui
de Grimoald, échoua misérablement. Charles-Martel lui-même se cnit
assez fort pour supprimer pendant un temps la royauté, non pour
usurper le titre royal. Sans doute cet échec et cette prudente absten­
tion s’expliquent en partie par les rivalités des grands, mais en partie
seulement ; il faut bien croire que la race légitime conservait dans
son abaissement une sorte de prestige. On a comparé quelquefois
la situation des descendants de Clovis, réduits par les maires du
palais à une existence toute représentative, à ce que fut, dans l'ancien
Japon, la vie des mikados auprès des shogouns ; toute proportion
gardée, il est vraisemblable en effet que les princes francs, comme les
empereurs japonais, furent longtemps protégés, sinon précisément
par leur nature sacrée, du moins par les obscurs souvenirs que leur
rôle antique avait laissés dans les esprits. Pourtant, à s’en tenir aux
apparences officielles, les rois francs ou anglais, jusqu’au V I I I e siècle,
n ’étaient que des chrétiens comme les. autres et, si l ’on peut ainsi
parler, de purs laïques. Aucune cérémonie ecclésiastique ne consacrait
leur avènement, dont les solennités n’étaient d ’ailleurs réglées que
par une coutume assez flottante. Aucune empreinte religieuse parti­
culière ne venait marquer leur fro n t2).

q L e m êm e fa it a été n oté p ou r B y z a n c e par Brélrier (clans l ’o u v rag e


n o té ci-dessous, p. 63, n. r), p. 72 : « U n au tre fa it sign ificatif (de la su rv i­
v a n ce du cu lte im périal) est la fréq u en ce des can on isation s im périales ».
a) O n tro u v e ra les te x te s re la tifs a u cérém onial de l ’avèn em en t, chez
le s d y n a stie s barbares, com m odém ent réunis e t in telligem m en t com m en tés
dans W . S c h u e c k ik g , D er Regierungsantriit, L e ip zig 1889. E n som m e, chez
les M érovingiens, la prise du p o u vo ir par le n ou veau ro i s ’accom pagn e de
p ra tiq u es diverses, variables, qu 'on ne sem ble jam ais a v o ir groupées e t fixées
dans 11η rituel coordonné : élév atio n su r le bouclier, in ve stitu re p a r la lance,
ton rn ée solennelle à tra v ers le ro y a u m e ......... T o u te s ces p ra tiq u es o n t un
caractère com m un; elles dem eu rent stricte m e n t laïqu es (en ta n t q u 'o n le s
considère com m e vid ées de leu r caractère religieu x ancien, qu i é ta it païen) ;
l ’E g lise n ’y in te rv ien t pas. C f. p ou r u ne opinion récem m en t exprim ée, dans
un sens contraire, p a r doin G erm ain M orin, ci-dessous, A ppendice I I I , p. 463.
L 'É V O L U T I O N DE Τ.Λ R O Y A U T É SACRÉE 63

A ceux parmi les souverains germaniques qui, comme les Méro­


vingiens, se trouvèrent après les invasions régner sur un pays profon­
dément romanisé, la tradition du peuple conquis offrait toutes les
splendeurs de la religion impériale. Sans doute, là aussi, le christia­
nisme avait passé ; mais s’il avait peu à peu modifié quelques formules,
il n ’avait guère touché au fond des choses ; à Byzance, la religion
impériale devait durer presque aussi longtemps que l ’E m pire1).
Nous connaissons ses pompes officielles ; mais nous nous rendons mal
compte de l'emprise réelle qu’elle pouvait avoir sur les âmes. Quelques
empereurs passèrent pour des thaumaturges : Vespasien, proclamé
en Orient, dans un milieu chargé d ’espérances messianiques, fit quel­
ques guérisons, mais c ’était à Alexandrie, sur une terre habituée
depuis des millénaires à vénérer ses chefs comme des dieux, et l ’on a
par ailleurs soupçonné les prêtres du Serapeum, dont l’adresse est
certaine, d’avoir machiné ces manifestations miraculeuses ; Adrien,
disait-on, avait guéri une aveu g le*2). Ces exemples sont isolés.
Nous ne saurons jamais si la croyance au caractère divin des empe­
reurs était assez forte pour que l ’on conçût couramment, dans la masse,
leur pouvoir miraculeux comme vraiment agissant. Mais on ne saurait
douter que la religion impériale ne fût un merveilleux instrument
de règne. Les barbares le laissèrent tom ber3). Aussi bien les Méro­
vingiens 11e se posèrent-ils pas en successeurs de l ’Empire. Clovis,
il est vrai — selon Grégoire de Tours, dont le témoignage ne me paraît
pas devoir être rejeté — , tout en acceptant une magistrature des
mains du souverain de Byzance, s’était, par une sorte d ’usurpation,

3) V o ir L o uis B r é h i e r et lA erre B a t i f f o l , Les survivances du culte im pé­


rial romain, 1920; n otam m en t p. 35, 43, 59; ci. le c. r. de J. E b e r s o l t ; M oyen
âge, 1920, p. 286.
2) P o u r V espasien T a c i t e , H ist. IV , 81; S u é t o n e , Vesp., 7 ; D io n
C a s s i u s , L X V I , 8. Pour A drien, Viia H adriani, c. 25. Cf. O tto W e i n r e i c h ,
A n tike Heilungswunder (Religionsgeschichtliche Versuche, V I I I , 1), G iessen
1 9 0 9 , P- 66, 68, 75; H. D i e t e r i c h , Archiv. für Religionswissensch,, V I I I ,
1 9 0 5 , P- 500, n. 1. Sur Vespasien et le messianisme, les belles pages de R e n a n ,
L'A ntéchrist, chapitre IX .
3) M. B atiffo l (loc. cit., p. 17, n. 2) n ote justem en t que T on retrou ve
dans le ro yau m e ostrogoth d 'Ita lie des vestiges du cu lte im périal; sous T héo-
doric, on y adorait la pourpre ; C a s s i o d o r e , Varias, X I , 20 et 31. M ais le
ro yau m e de T h éod oric se tro u v a it placé, a u point de v u e du d roit politique,
dans une situatio n - incertaine ; il faisa it encore, th éoriq uem en t du m oius,
p artie de l ’E m p ire; c ’est en ta n t que m agistrats im p ériau x que les prim iscrinii
e t prim icerii, m entionnés dans les form ules de Cassiodore, accom plissaient
les rites trad ition n els.
64 L 'É V O L U T I O N DK LA ROYAUTÉ SACR ÉE

fait appeler Auguste ’). Ses descendants ne relevèrent pas le


titre. Pourtant, ils eussent pu se sentir plus libres que lui envers
l ’Auguste des bords du Bosphore ; les conquêtes de Justinien, réintro­
duisant dans l'Occident les armes « romaines », avaient amené les
rois francs à se dégager définitivement de toute dépendance envers
les anciens maîtres du monde ; ils avaient bien consenti, jusque-là,
à accepter la suprématie imprécise d ’un empereur lointain ; ils ne
voulaient pas demeurer attachés par un lien de sujétion, si vague
fût-il, à un voisin trop proche et trop menaçant. Mais tout en affirmant
leur autonomie — notamment par la frappe de monnaies à leur nom
— ils se gardèrent, soit par un reste de respect, soit par indifférence,
de rien emprunter à la titulature antique, si riche en termes qui
évoquaient le caractère sacré du prince. Le culte impérial disparut
en Gaule en même temps que la domination de Rome. Tout au plus
peut-on supposer que les habitudes de pensée qu’il avait entretenues,
une certaine tendance à confondre les catégories du politique et du
divin, ne périrent pas tout entières avec lui.
Plus tard, Charlemagne renoua la chaîne avec la tradition ro­
maine. L ’Empire ressuscita*2*). Mais ce fut un Empire tout chré­
tien. L a religion impériale, païenne en son essence, -interrompue au
reste par une longue prescription, ne pouvait renaître avec lui. A
Byzance, les empereurs n ’avaient pas cessé de se qualifier de divins ;
Charlemagne, ou celui de ses conseillers qui rédigea en son nom la
préface des L i b r i Carolini, ne se priva pas de leur reprocher leur or­
gueil du haut de son orthodoxie5). Pourtant, à cette époque.
S a n s v o u lo ir en trer à ce su je t dans une discussion qu i serait ici to u t
à fa it h o rs de propos, il m e suffira d e fa ire ob server q u ’ une inscription ita ­
lienne d o n n e à X héodoric — d o n t on ne sa u ra it d o u ter q u ’il f û t magisler
m üitum , c ’est-à-dire fon ction n aire im p érial — le titre d e « sem per augu stus » :
C. / . L . , X , 6851. L ’ usage n ’in terd isa it d o n c pas, en p a y s rom anisé soum is
a u x barbares, de pareilles confusions de lan gage. I l reste, b ien entendu, plus
d ’ un p o in t obscur — n otam m en t en ce qu i concerne le titre précis décerné
à C lo v is p a r l ’em pereur A n asta se — dan s le te x te de G régoire de Tours.
2) S u r les théories politico-religieuses de l ’cp oqu e carolingienne, on
tro u v e ra un u tile recu eil de références et des in d ication s intelligen tes dans
H . L i l i e n f j î in , D ie Anschauungcn von Staat u nd K irch c im Reiche dey K a -
rolinger', Heidelb. Abh. zu r mitUercn u nd iieuercn Gesch., I, H eidelberg 1902;
m alheureusem ent l ’a u teu r ten d à to u t exp liq u er par l ’an tith èse du « ro m a­
nism e » et du « germ anism e ». Q uand se d ccidera t-on à laisser de côté c ette
puérile dich o to m ie? J 'a i tiré peu de choses de W . O h r , D er harolingische
Gottesstaat in Théorie und in P r a x is , L e ip zig 1902.
2) I, I, 3 ; M i g n e , P . L ., t. 98 col. 1014 e t 10 15. B ien plus tard, F rédéric B ar-
berousse, qui a u ra it p o u rtan t eu à ce s u je t bien des choses à se reprocher, ne
l ’é v o l u t io n d e la r o y a u t é sa c r ée
65

on v it réapparaître quelques expressions plus inoffensives, em pruntées


au langage obséquieux du B as-E m pire ; on p arla de n ouveau des
sacrés Em pereurs, de l'A u gu ste très sacré, du sacré p a la is x) ;
Hincm ar lui-même, si préoccupé cependant de dénier a u x souverains
tem porels tou t caractère sacerdotal, ne s ’oublia-t-il pas un jo u r
ju squ 'à écrire : les « sacrés yeu x » de l ’E m p ereu ra) ? M ais ce v o ca ­
bulaire qui, du reste, au m oins en France, ne survécut guère à l ’ère
carolingien ne3), ne d oit pas faire illusion. A Rom e déjà, il s’ était
dépouillé progressivem ent de sa valeu r originelle ; ces form ules de
piété étaient devenues à peu de choses près des form ules de sim ple
politesse. Chez les écrivain s du i x e siècle, elles ne trahissent, en somme,
q u ’une fam iliarité verbale avec les te xtes latins ; ou bien, si sous ces
m ots d ’apparence antique les contem porains des prem iers empereurs
francs m ettaient parfois un sens plein, c'est q u ’ils pensaient non pas
au vieu x culte périm é qui s ’était jad is exprim é en de pareils term es,
m ais à un cérémonial jeune et authentiquem ent chrétien. Sacrés,
les souverains de l'O ccid ent l'étaien t redevenus, officiellement, grâce
à une institution nouvelle : la consécration ecclésiastique de l'a vè n e­
m ent et plus particulièrem ent son rite fondam ental, l ’onction. L ’onc­
tion apparut, comme nous allons le voir, dans les royaum es barbares
au v n e et au v m e siècles. A B yzan ce, au contraire, elle ne s'intro- *12 3

c r a ig n it p a s d e b lâ m e r , à s o n to u r , l ’e m p lo i d u m o t saint a p p l i q u é à l ’ e m p e ­
reur b y z a n tin : v. T a g e n o d e P assau dans M onum . Germaniae, S S . , X V I I ,
p. 5x0, lig n e 51 et s u iv .
1) E ic h m a n n , dans le F estschrifl G. v. H ertling dargebracht, p. 2 6 8 ,
E.
n. 3, cite quelques exem ples; on p o u rrait eu a jo u ter beaucou p d 'a u tre s; il
suffira d e ren vo y er a u x in d ex des Capitularia regum Francorum e t des Con­
cilia dans les éditions des M onum enta Germ. ; c f . aussi S e d u l i u s S c o t t u s ,
Liber de rectoribus christianis, c. 9, éd. S . H e l l m a n n (Quetten und Unters.
zur latein. Philologie des M ittelalters , I , 1 ) , p. 4 7 ; P ascx ia se R a d b e r t , E p i-
ta-phium A rsen ii, 1. I I , c.. 9 et 16, d. D u e m m l e r (Kgl. Preussische Akadem ie,
P h il.-h ist. Klasse, AbhandL, 1900, I I ) , p. 7 1 e t 8 5 .
2) De ordine palatii, c . X X X I V , é d . P r o u ( B ib l. E c. HaulBS Etudes,
fa s c . 5 8 ), p . 90 : « in s a c r i s e j u s o b t u t i b u s ». O n s a it q u e ce tr a ité d e H in c m a r
n 'e s t q u e l a m is e a u p o i n t d ’u n ouvrage a n té r ie u r c o m p o s é p a r A d a la r d de
C o r b i e e t a u j o u r d 'h u i p e r d u . L ’ e x p r e s s io n q u e j e v i e n s d e r e le v e r c o n v i e n d r a i t
m ie u x a u x id é e s d ’ A d a la r d q u ’à c e lle s de H in c m a r ; p e u t-ê tr e ce d e r n ie r
l 'a v a i t - i l p u is é e dans sa sou rce.
3) O n le t r o u v e e n u s a g e e n A l l e m a g n e a u t e m p s d e s e m p e r e u r s s a x o n s :
W a i t z , Verfassungsgeschichte, 2e éd. 5; e t b i e n e n t e n d u i l y
V I, p. 155, n
r e p r it une vogue n o u v e lle so u s cf. M a x P o m to w , Ueber
le s H o h e n s t a u f e n :
den E m fluss der altrômischen Vorsiellungen vom Staat auf die P o litik K aiser
Friedrichs I H a l l e 1 8 8 5 , n o t a m m e n t p . 3 9 e t 6 1 . V o i r a u s s i c i - d e s s o u s , p . 3 5 3 .
5
66 LES R O IS THAUM ATURGES

duisit que fort tard et p ar une im itation évidente des coutum es


étrangères. A u tem ps de Charlem agne les gens de là-bas se m oquaient
volontiers de ce geste q u ’ils ne com prenaient pas ; ils racontaient,
vraisem blablem ent p ar dérision, que le pape a va it oint l ’em pereur
franc «depuis la tê te ju sq u ’au x p ie d s » 1). L es historiens se sont
demandé parfois d ’où vin t cette différence entre les pom pes m onar­
chiques de l ’Occident et de l ’O rient. L a raison m ’ en apparaît claire.
L a religion im périale, tou jou rs v iv a c e dans la R om e de l ’E st, y ren­
dait inutile le rite nouveau.
Somme tou te, dans les royaum es issus des invasions, une foule
de souvenirs, d ’origines diverses, germ anique ou rom ano-drientale,
entretenaient autour de la ro yau té une atm osphère de vénération
quasi religieuse ; m ais aucune institution régulière ne donnait corps
à ce vague sentim ent. C ’ est la B ib le qui fournit enfin le m oyen de
réintégrer dans la légalité chrétienne la ro yau té sacrée des v ie u x
âges. E lle offrit d ’abord d ’utiles com paraisons. A u ch ap itre X I V de
la Genèse on lisait com m ent A b raham reçut le p ain et le v in des m ains
de Melchisédec, à la fois roi de Salem et sacrificateur du D ieu fo rt : 2)
épisode m ystérieux que de nos jours encore les exégètes ont peine
à expliquer. L es prem iers com m entateurs se tirèrent d ’em barras
en lui attribuant un sens sym bolique : Melchisédec fu t une figure
du Christ ; c ’est à ce titre q u ’on le v o it représenté sur ta n t de cathé­
drales. Mais cette apparition énigm atique d ev ait aussi tenter les
apologistes de la royau té. Ce prêtre-roi reculait dans un passé presti­
gieu x l ’idéal de ceux qui reconnaissaient aux rois un caractère sur­
hum ain ; au tem ps de la grande controverse du Sacerdoce et de l ’E m ­
pire, au x i e et au x n e siècles, Melchisédec — S a i n t Melchisédec,
com m e dit le sacram entaire carolingien de S t-A m a n d 3) — ■ fu t à la
mode. Ou sut invoquer son exem ple dès l ’époque m érovingienne.
F ortu n at disait de Childebert :
« N otre Melchisédec [q u ’on nomme] à ju ste titre roi et prêtre,
laïque, a achevé l'œ u vre de la religion »12 *4).

1) C i - d e s s o u s p. 464; pour la c o n tro v e r se r e la tiv e à l ’in tr o d u c tio n de


l ’o n c t io n à B yzance, c i-d e s s o u s , p. 473.
2) Gen., X IV , 18 ; cf. Psalm ., C IX , 4 ; le r ô le s y m b o liq u e d e M e lc h is é d e c
e s t d é jà a b o n d a m m e n t m is en lu m iè r e VE pîire aux Hébreux.
dans
z) M ém oires de l ’A cad. des Inscriptions X X X I I , 1 , p . 3 6 1 .
*) I I , 1 0 : « M e l c h i s e d e k n o s t e r , m e r i t o r e x a t q u e s a c e r d o s , — Com -
p le v it la ic u s r e lig io n is o p u s ». On peut v o ir su r le r ô le ic o n o g r a p h iq u e de
M e lc h is é d e c , aux p r e m ie r s te m p s du m oyen âge, un a r tic le de F. K ern,
l ’é v o l u t io n d e la r o y a u t é sa c r ée 67

Mais l'A n cien T estam en t n ’était pas seulem ent une source de
sym boles ; il donna le m odèle d ’une institu tion très concrète. D an s
le v ie u x m onde oriental, les rois, bien entendu, passaient pou r des
personnages sacrés. L eu r caractère surnaturel s ’y m arquait, chez
beaucoup de peuples, p a r une cérém onie dont le sens était clair : ils
étaient, à leur avènem ent, oints sur certaines parties de leur corps
avec une huile préalablem ent sanctifiée. Les tab lettes de Tell-el-
A m a m a nous ont conservé la lettre q u ’un d yn aste de Syrie, Addou
N irari, adressa vers l ’an 1500 a va n t Jésus-Christ au Pharaon Am é-
nophis I V pour lui rappeler le jou r où « M anahbiria, le roi d 'E g y p te,
ton grand-père, fit roi T akou, m on grand-père, dans Nouhassché
et répandit l ’huile sur sa tête ». L e jou r où l ’on constituera, sur le sacre
de nos rois, le recueil de docum ents qui nous m anque encore, la
transcription de ce vénérable m orceau d ’argile pourra figurer en tête
de l ’ ouvrage : car c ’est de ces antiques civilisation s syriennes ou
cananéennes, rendues si étrangem ent fam ilières a u x chrétiens d u
v i x e et du v x n e siècles par la lecture de la B ib le, que l ’onction royale
nous est venue. L es fils d ’Israël, entre autres, la pratiqu aien t. Chez
eux, du reste, com m e probablem ent autou r d ’eux, l'o n ctio n n 'é ta it
pas propre au x rois. E lle ten a it une place de prem ier ordre dans
to u t le cérém onial hébraïque ; elle con stitu ait le procédé norm al
pour transférer un hom m e ou un ob jet de la catégorie du profane à la
catégorie du s a c r é *1). D ans cette application générale, les chrétiens

D er R ex und Sacerdos in biblischer Darstellung', Forschungen und Versuche zur


Gesch. des M iUelaliers und der Neuzeit, Festschrifi D ielrich Schàfel. . . dar-
gebracht, I é n a 1 9 1 5 . L e m o t d e sacerdos a p p l i q u é à u n s o u v e r a i n l a ï q u e r a p p e l l e
c e r ta in e s f o r m u le s d ’a d u la t io n o f f i c i e l l e d o n t 011 t r o u v e t r a c e , a u V ê s iè c le , à
B yzance et a u x q u e lle s la c h a n c e lle r ie p o n tific a le e lle -m ê m e , vers le m êm e
te m p s, ne d é d a ig n a it p a s p a r fo is d 'a v o ir recou rs, en s ’a d r e s s a n t à l ’E m p e ­
reu r ; cf. c i-d e s s o u s p . 18 7 n. 2 e t S u rto u t p. 350. M a is e n tr e le s vers de
F o rtu n a t e t le la n g a g e dont on u s a it v o lo n tie r s , p lu s de cen t ans p lu s t ô t,
e n v e r s T h é o d o s e I I , M a r c ie n o u L é o n I er, i l n ’y a s a n s d o u t e d ’a u t r e lie n q u e
le s com m u n es h a b itu d e s d ’e s p r it im p la n té e s dans le s âm es par des s iè c le s
de r e lig io n im p é r ia le .
1) T e x t e d e l a l e t t r e d ’A d d o u - N i r a r i , J. A . K nu dtzon, D ie El-A m arna
T a feln , L e i p z i g 19 15, I, n° 51, cf. I l , p. 110 3 , e t au ssi p. 10 73 . S u r l ’o n c tio n
d a n s le c u lte h é b r a ïq u e , o n p e u t v o ir , e n tr e a u tr e s , T . K. Ch e y n e e t J. Su­
th e r la n d B l a c k , Encyclopaedia biblica, au m ot A n o in iin g . La le ttr e d ’A d o u -
N ir a r i a m è n e n a tu r e lle m e n t à s e d e m a n d e r si l ’ o n c t io n r o y a le é t a i t p r a t i q u é e
dans l ’a n c ie n n e E g y p te . M on c o llè g u e M. M o n te r veut b ie n , à ce p rop os,
m ’é c r ir e ceci : « E n E g y p te , dans to u te s le s c é r é m o n ie s , on co m m en ce par
la v e r le h é r o s d e l a fê te , d ie u , r o i, o u d é f u n t ; p u is o n l ’o i n t a v e c une h u ile
68 LES R O IS THAUM ATURGES

l ’em pruntèrent à Γ Ancienne L o i. E lle jou a de bonne heure un rôle


im portant dans le ritu el du cu lte nouveau, surtou t en O ccident et
plus particulièrem ent dans les p a y s de rit gallican : E spagne, Gaule,
Grande-Bretagne, Ita lie du N ord. L à elle servait notam m ent à la
confirm ation des catéchum ènes, à l ’ordination des prêtres et des
é v ê q u e s1). L ’idée de reprendre, dans leur in tégralité, les vieilles cou­
tum es Israélites, de passer de l ’onction catéchum énique ou sacer­
dotale à l ’onction ro yale d evait ve n ir naturellem ent a u x esp rits ;
l ’exem ple de D av id et de Salom on p e rm ettait de restituer a u x rois,
chrétiennem ent, leur caractère s a c r é 2).
L ’ in stitu tion n ouvelle prit form e d ’abord dans le royaum e visi-
gothique d ’E spagne, où, depuis la disparition de l ’arianism e, l ’église
et la d yn astie v iv a ie n t dans une union particulièrem ent intim e ;
elle y apparut dès le v n e siècle. P u is ce fu t dans l ’E t a t franc.
Oints, à titre de roi, les M érovingiens ne l ’a va ien t jam ais été,
Clovis, il est à peine besoin de le rappeler, p a s plus q u e les autres ;
la seule onction q u ’il reçut fu t celle que le r ite gallican im posait
au x catéchum ènes. L a légende, com m e nous aurons l ’occasion de le
voir, fit tardivem en t de la cérém onie accom plie à R eim s par S. R ém i
le prem ier sacre r o y a l ; ce ne fu t en v é rité q u ’un sim ple baptêm e.
Mais lorsque, en 751, Pépin, sautant le pas que son père Charles M artel
n 'a v a it p a s osé franchir, eut décidé de jeter au cou ven t les derniers
descendants de C lovis et de prendre pour lui-m êm e a vec le po u voir
les honneurs royau x, il éprouva le besoin de colorer son usurpation
d ’une sorte de prestige religieux. Sans doute les anciens rois n ’avaien t
jam ais cessé de passer a u x yeu x de leurs fidèles pour des personnages

p a r fu m é e . . . . A p r è s c o m m e n c e la c é r é m o n ie p r o p r e m e n t d ite . A la fê te du
c o u r o n n e m e n t le s choses ne se p assen t pas a u t r e m e n t : d 'a b o r d le s p u r ifi­
c a t i o n s e t o n c t i o n s ; p u i s on. r e m e t à l ' h é r i t i e r d u tr ô n e se s in s ig n e s . C e n ’e s t
donc pas l ’o n c t i o n qui tra n s fo rm e cet h é r itie r , ce c a n d id a t r o y a l,' e n un
P h a r a o n , m a î t r e d e s D e u x T e r r e s ». L a ta b le tte d e T e ll e l A m a r n a s e m b le b ie n
fa ir e a llu s io n à u n r it e o ù l ’ o n c t io u j o u a i t u n r ô le p lu s i m p o r t a n t , s a n s d o u t e
à u n r ite s y r ie n , a u q u e l p e u t-ê t r e le P h a r a o n c o n s é c r a te u r s e s e r a p lié .
x) L . D u c h e s n e , Origines du culte chrétien, 5 e é d ., 19 2 0 ; cf. Liber P o n -
tificalis, I I , in -4 , 18 9 2 , p . 38, n. 3 5 . S u r le c a r a c tè r e d e l ’ o n c tio n d o n n é e a u x
c a té c h u m è n e s , d a n s le r it e g a llic a n , — l ’o n c tio n q u e C lo v is r e ç u t à R e im s —
il s ’e s t é le v é e n tre litu r g is te s ou p lu tô t e n tre th é o lo g ie n s une c o n tro v e r se
; v . le s a r tic le s d e d o m d e P u n ie t e t d u R . P .
q u i n e n o u s in té r e s s e p a s ic i
G a l t i e r , Revue des questions historiques, t . 7 2 ( 1 9 0 3 ) e t Rev. d ’ histoire ecclé­
siastique, X I I I ( 1 9 1 2 ) .
2) P o u r t o u t c e q u i c o n c e r n e l e s d é b u t s d e P o n c t i o n r o y a le ré fé r e n c e s
e t d is c u s s io n s c i-d e s s o u s , Appendice III p . 460.
l ’é v o l u t io n d e la r o y a u t é sa c r é e 69

très supérieurs au reste du peuple ; m ais la va g u e auréole m ystiqu e


qui les enveloppait, ils la devaient uniquem ent à l ’empire exercé
sur la conscience collective par d'obscures rém iniscences datan t des
tem ps païens. L a n ouvelle dynastie, au contraire, race authentique­
m ent sainte, allait tenir sa consécration d ’un acte précis, justifié
p a r la Bible, pleinem ent chrétien. L es théologiens, en Gaule, étaien t
tou t préparés à accepter cette résurrection d ’une pratique ju ive ;
car la vogue, chez eux, était alors favorable à l ’Ancien Testam ent ;
en p artie par suite d ’influences irlandaises, les lois m osaïques péné­
traient la discipline ecclésiastiqu e1). C'est ainsi que Pépin fu t le pre­
m ier des rois de France à recevoir, à l ’instar des chefs hébreux, l ’onc­
tion de la m ain des prêtres. «Il est m anifeste », d it-il fièrement dans un
de ses diplômes, «que, p a r l ’onction, la divin e P rovid ence nous a élevé
au tr ô n e 2) . » Ses successeurs ne m anquèrent pas de suivre son exem ple.
V ers la fin du v m e siècle égalem ent, le même rite s'im planta en A n gle­
terre, vraisem blablem ent à l ’im itation de ce qui ven ait d ’avoir lieu
en p a y s franc. Il se généralisa peu après dans presque tou te l ’E urope
occidentale.
E n même tem ps un second rite, d'origine différente, s ’u n issait
à lui. L e 25 décem bre 800, dans la basilique Saint-Pierre, le p a p e
Léon I I I a vait posé sur la tête de Charlem agne, en le proclam ant
empereur, une « couronne » ; c ’était sans doute un cercle d'or, pareil
à celui qui, au tour du front des souverains byzan tins, rem plaçait
depuis plusieurs siècles déjà le diadèm e, bandeau d'étoffe orné de
perles et de pierres précieuses q u ’avaien t auparavant porté Constantin
et ses successeurs im m édiats. Couronne et diadèm e, em pruntés p a r
les em pereurs aux m onarchies orientales — ■ pour le diadèm e, probable­

1) C f . P . F o u r n ie r , L e Liber ex lege M o y si et les tendances bibliques


du droit canonique irlandais; Revue celtique, X X X ( 1 9 0 9 ) , p . 2 3 1 e t s u i v . O n
peut rem arqu er que la c o m p a r a is o n du roi avec D a v id et S a lo m o n est le
lie n c o m m u n de to u s le s r itu e ls d u s a c r e . L e s p a p e s , d e le u r c ô té , en u s e n t
c o u r a m m e n t d a n s le u r c o r r e s p o n d a n c e a v e c le s s o u v e r a in s fr a n c s : v . q u e l­
Epislolae aevi carolini ( M on um . Germ.), I I I , p . 5 0 5 ,
q u e s e x e m p le s r a s s e m b lé s ,
n 2; cf. au ssi E . E ic h m a n n d a n s Festschrijt G. von Hevtling dargebracht,
p . 2 68 , n . 10 . C h a r le m a g n e n e p o r t a it-il p a s , p o u r se s fa m ilie r s , le s u r n o m de
D a v i d ? O n d o i t r a p p r o c h e r d e l 'h i s t o i r e d e l ’o n c t i o n r o y a l e c e lle d e l a d î m e ;
c e tte in s titu tio n fu t e m p r u n té e , e lle a u s s i, au code m o s a ïq u e ; e lle é ta it
lo n g te m p s re sté e à l ’é ta t de s im p le o b lig a tio n r e lig ie u s e , s a n c tio n n é e u n i­
q u e m e n t p a r d e s p e in e s e c c lé s ia s tiq u e s ; P é p in lu i d o n n a fo r c e d e lo i.
") M onum . Germaniac, Diplom ata Karolina, I, n° ï 6, p. 22, « d iv in a
n o b is p r o v id e n tia in s o liu m r e g n i u n x is s e m a n ife s tu m e s t ».
70 LES R O IS T H A U M A T U R G E S

m ent à la m onarchie perse — avaient, on n ’en saurait douter, possédé


à l'origin e une vertu religieuse ; m ais a u x y e u x d'un chrétien, à l ’époque
de Charlem agne, la couronne n ’a v a it plus d ’autre caractère sacré
que celui q u ’elle ten ait des m ains mêm es qui la rem ettaient au prince
— à B yza n ce celles du patriarche, à R om e celles d u pape — ainsi que
du rituel ecclésiastique dont s’entourait alors le prélat. O int jad is
com m e roi, Charlem agne ne le fu t pas à n ouveau com m e em pereur.
Four la prem ière fois, en 816, à Reim s, son fils L ouis le P ieu x reçut,
au titre im périal, du pape E tien ne IV , l ’em preinte de l ’huile bénie
a vec la couronne. L es deux gestes désorm ais devinrent à peu près
inséparables. P ou r consacrer un empereur, il fa llu t les accom plir tous
les deux, et b ien tôt aussi pou r consacrer un roi. D ès le tem ps de Charles
le C hau ve en France, dès le I X e siècle en Angleterre, on v o it le roi
successivem ent oint et couronné. A u to u r des d eux rites fon dam entaux
se développa rapidem ent, en to u s pays, un am ple cérém onial. T rès
vite, les insignes ro y a u x rem is au n ouveau souverain se m u lti­
plièrent. D é jà sous Charles le C hauve le sceptre apparaît, à côté de la
couronne ; de mêm e dans les plus vieu x te xtes litu rgiqu es anglais.
Ces emblèmes, pour la plupart, étaient anciens ; l ’inn ovation, ce fu t
de leur donner un rôle dans les pom pes religieuses de l ’avènem ent.
E n somme, la solennité fu t tou jou rs en p a rtie double : d ’un côté
la remise des insignes, parm i lesquels la couronne dem eura l ’essen­
tiel ; de l ’autre l ’onction, q ui resta ju squ ’au b out l ’a cte sanctificateur
p a r excellence. A in si n aq u it le s a c r e .*)
L es rois étaient donc devenus, selon l ’expression biblique, des
« C hrists du Seigneur », défendus contre les entreprises des m échants
p a r le précepte divin, car D ieu lui-mêm e a d it «N o lit e la n g e r e C h r istu m
m eu m , ne touchez pas à m on Christ, à mon oint ». D ès 787 lé concile
de Chelsea, au cours duquel, selon to u te p rob ab ilité, v e n a it d ’avoir
lieu la prem ière onction ro yale q u 'a it connue l ’A ngleterre, rap pelait
ce com m an d em en t.12) P ar lui, les ennemis de la ro y au té sem blaient
transform és en sacrilèges: protection assez illusoire sans doute, si
l ’on en ju ge p ar l ’histoire, pleine de violences, de ces tem ps troublés 3);

1) C f . c i-d e s s o u s Appendice, III, p. 469.


2) C i - d e s s o u s , p. 466.
3) E n c o r e p e u t-o n o b server q u ’en France, m a lg r é le s tr o u b le s dyn as­
t i q u e s d e s I X e e t X ° s i è c le s , l e s e u l r o i q u i p é r i t d e m o r t v i o l e n t e — e t en core
su r le cham p de b a ta ille — fu t u n u s u r p a t e u r n o t o i r e , R o b e r t I CI. C h e z l e s
A n g lo -S a x o n s , E d ou ard II fu t a s s a s s in é en 978 ou 979; m a is on en üt un
s a in t : s a in t E d ou ard le M artyr.
l ’é v o l u t io n d e la r o ya u té sa crée
7*

qui sait cependant si les princes n ’y attach aien t pas plus de p rix que
nous ne l ’im aginerions aujourd’hui, et si le désir de po u voir s ’a t­
tribuer le profit de cette parole du L iv re Sacré n'engagea p as plus
d ’un parm i eux à rechercher la consécration offerte par l ’E glise ?
L ’huile sainte élevait les souverains très haut au-dessus de la
foule ; n ’en partageaient-ils pas le privilège avec les prêtres et les
évêques ? Pourtant la m édaille a va it son revers. A u cours de la céré­
monie, l ’officiant q ui donnait l ’onction paraissait pour un mom ent
supérieur au m onarque qui, dévotem ent, la recevait ; il fa lla it désor­
mais, pouvait-on penser, un prêtre pour faire un roi : signe évident
de la prééminence du spirituel sur le tem porel. Très peu de tem ps après
Charlemagne, de pareilles idées étaient déjà soutenues p ar quelques
prélats. V oyez H incm ar de R eim s. N u l n ’attach a plus de p rix au sacre
royal. C ette cérémonie n 'a v a it derrière elle q u ’un assez court passé.
Hincm ar, comme nous aurons l'occasion de le m ontrer plus loin,
sinon inventant, du m oins ad ap tan t ingénieusement une légende,
sut lui trouver un illustre et m iraculeux précédent. D ’où vient que
cet homme, entre tous capable de vastes desseins, p o rta un te l inté­
rêt à ces gestes liturgiques ? Pour com prendre les raisons de son
attitude, il suffit de rapprocher entre eux deux passages de ses œ uvres :
«C'est à l'on ction , acte épiscopal et spirituel», écrivait-il en 868 à
Charles le Chauve, « c ’est à cette bénédiction, beaucoup p lu tô t q u ’à
vo tre puissance terrestre, que vous devez la dignité royale ». Donc,
sans consécration pas de vrai roi, quels que soient p a r ailleurs ses
titres «terrestres » au trône ; on en était déjà là dans certains m ilieux
ecclésiastiques, m oins de cent ans après la prem ière onction franque.
E t ailleurs, dans les actes du concile de Sainte-M acre, rédigés par
H incm ar qui présidait l ’assemblée : « la dignité des pontifes est supé­
rieure à celle des rois : car les rois sont sacrés rois p ar les pontifes,
tandis que les pontifes ne peuvent être consacrés p ar les rois » .1)

L) Quatemiones, M i g n e , P . L ., t. 12 5, c o l. 10 40 : « Q u ia e n im — post
illa m u n c tio n e m q u a c u ra c a e te r is iid e lib u s m e r u is tis h o c c o n s e q u i q u o d b e a t u s
a p o s to lu s P e tru s d ic it «Vos genus e le c tu m , r e g a le s a c e r d o t i u m », — e p is -
c o p a li e t s p ir itu a li u n c tio n e a c b e n e d ic tio n e r e g ia m d ig n ita te m p o tiu s q u a m
te r r e n a p o te s ta te c o n s e c u ti e s t i s ». C o n c i l e de S a in te M a cre , Ma n s i , X V II,
538: « E t ta n to est d ig n ita s p o n tific u m m a jo r quam regum , q u ia r e g e s in
c n lm e n r e g iu m sa c r a n tu r a p o n tific ib u s , p o n tilic e s a u te ra a r e g ib u s con se-
c r a r i n o n p o s s u n t ». C f . d a n s l e m ô m e s e n s u n e b u l l e d e J e a n V I I I , ad ressée
en 879 à l ’a r c h e v ê q u e de M ila n , M onum. Germon., E p ist. V II, 1, n° 16 3 ,
p. 13 3, 1. 32. L ’im p o r ta n c e a ttr ib u é e par H in c m a r au sacre se tr a d u it no­
t a m m e n t d a n s le Libellus proclamalionis adversus Wenilonem, r é d ig é a u n o m
72 LES R O IS TH AUM ATURGES

O n ne saurait en vérité être plus clair. C ’est p eu t-être la crainte


d ’une interprétation de cette sorte q u i am ena au siècle suivan t le roi
d ’Allem agne, H enri I er, à refuser, lui seul parm i ceu x de son tem ps
et de sa race, l ’onction et la couronne que lu i proposait l ’a r­
chevêque de M ayence et à régner, com m e le lui reproche, p ar la bouche
de l ’apôtre Saint-Pierre, l ’auteur d'une vie de saint, «sans la béné­
diction des pontifes >ri). L e rite n ouveau était une arm e à deux tran ­
chants.
Pourtant, ce n ’est guère que quelques centaines d ’années plus
tard , lorsque se fu t o u v erte la grande querelle grégorienne, q u ’ il
d evait apparaître vraim ent com m e tel. P end ant les d eu x ou trois
prem iers siècles, il contribua surtout, sem ble-t-il, à confirm er dans
l ’esprit des peuples — quelques théoriciens ecclésiastiques m is à part
— la notion du caractère sacré des rois. D isons m ieux : de leur carac­
tè re plus q u ’ à demi sacerdotal. N on, bien entendu, que certain s esprits
pénétrants n ’aient dès lors très fortem ent senti les dangers q u ’une
pareille confusion entre une dign ité essentiellem ent tem porelle et la
prêtrise p o u va it faire courir à l ’E glise et m êm e au christianism e.
Ic i encore nous rencontrons H incm ar. Il ne se lassa p o in t de répéter
q u ’aucun homm e, depuis la venue du Christ, ne sau rait être à la fois
prêtre et r o i .2) Mais son insistance m êm e p rou ve com bien l ’idée
q u ’il com battait était répandue au tou r de lu i. Q u’elle eût couleur de
doctrine officielle, c ’est ce que v a nous m ontrer, m ieux q u ’aucun au tre
docum ent, l'ancien ne litu rg ie du sacre.
F euilletons en effet u n m om ent ces v ie u x te xtes. N ous consta­
terons sans pein e q u ’on s ’est appliqué à y rassem bler to u t ce q u i
p o u va it favoriser la confusion en tre les deux rites presque sem blables
qui donnaient accès l ’un à la p rêtrise et l ’au tre à la ro y a u té ; c ’est

de C h a r le s le C hauve, m a is dont l ’a u t e u r v é r ita b le fu t san s d o u te l ’a rch e ­


v ê q u e d e R e im s : Capitularia, éd. B o r e t iu s , II, p. 450 , c. 3.
1) I l c o n v ie n t d ’ a ille u r s de 11e p a s o u b lie r q u ’e n Fran ce O r ie n ta le , ou
A lle m a g n e , la tr a d it io n p a r a ît , e n c e te m p s , a v o ir im p o s é l e s a c r e a v e c m o in s
d e f o r c e q u 'e n F r a n c e p r o p r e ; t o u t e f o i s l e p r é d é c e s s e u r i m m é d i a t d e H e n r i I er,
C on rad, a v a it c e r ta in e m e n t é té sa cré; e t ses d e s c e n d a n ts e t su ccesseu rs d e ­
v a i e n t l ’ ê t r e t o u s , à l e u r t o u r . S u r l e r e f u s d e H e n r i I er, r é f é r e n c e s e t d i s c u s s i o n
ci dessous, A p p end ice I I I , p . 4 7 2 .
2) C f . L i l i e n f e i n , D ie Anschauungen vom Siaat und Kirche, p. 96, 109,
14 6 . L a m ê m e id é e a v a i t d é jà é t é e x p r im é e a v e c fo r c e — à propos des p ré­
te n tio n s d e s e m p e re u r s b y z a n tin s — p a r le p a p e G é l a s e I er d a n s u n p a s s a g e
dn D e anatliematis vinculo s o u v e n t c ité a u c o u r s d e s g r a n d e s p o lé m iq u e s d e s
X I e e t X I I 0 s iè c le s : M ig n e , P . L ., t . 5 9 , c o l . 1 0 8 - 1 0 9 . C f . a u s s i , à l ’é p o q u e
m ê m e d e H i n c m a r , N i c o l a s I er: M a n s i , Concilia, X V , p . 2 1 4 .
l ’é v o l u t io n d e la. ro ya u t é sa crée 73

Γ Ancienne L oi qui fournit en général les form ules nécessaires : « Que


tes m ains soient ointes de l'h uile sanctifiée, qui oignait les rois et
les prop hètes », dit un très antique rituel, contem porain des premiers
tem ps de la d ynastie carolingienne. Une prière, sans doute plus récente,
développe et précise la même pensée ; nous ne savons quand elle
fu t composée ; elle apparaît pour la prem ière fois dans l'histoire au
couronnement de Charles le C hauve comme roi de Lorraine ; par une
curieuse rencontre, c ’est H incm ar en personne qui, ce jour-là, fit le
geste consécrateur ; une tradition déjà établie lui im posa sans doute
l ’emploi des paroles que voici : « Que D ieu te couronne de la couronne
de gloire... et te crée roi par l'on ction donnée avec l'h u ile de la grâce
du S ain t-E sp rit, avec cette huile dont II oignit les prêtres, les rois, les
prophètes et les m artyrs ». E t le vieu x cérémonial anglo-saxon : « O
D ieu... to i qui par l'onction avec l ’huile consacras prêtre A aron ton
serviteur et qui plus tard, par l ’application de ce mêm e onguent,
constitua pour régner sur le peuple israélite les prêtres et les rois et
les prophètes... nous te prions, Père T o u t Puissant, de condescendre
à sanctifier p ar ta bénédiction, au m oyen de c e tte graisse prise à une
de tes créatures, ton esclave que vo ici... et de lui accorder d 'im iter
diligem m ent dans le service de D ieu les exem ples d 'A aron ».1) On le Il

Il n ous m a n q u e en core — p o u r to u s p a y s — u n re c en se m e n t v r a im e n t
c r itiq u e des ordines du sacre. J ’ai d o n c dû m e b o rn e r ic i à d e s in d ic a tio n s
r a p id e s , c e r ta in e m e n t trè s in c o m p lè te s , m a is su ffis a n te s en som m e pour
l ’ o b j e t q u e j ’a i e n v u e . L ’ a n c ie u r i t u e l g a l l i c a n p u b lié p a r d o m G e r m a in M o r in ,
Rev. bénédictine, X X IX (19 12 ), p. 18 8 , d o n n e la b é n é d ic tio n : « U n g u a n tu r
m anus is ta e de o le o s a n c tific a to unde u n c ti fu e r a n t re g es et p r o f e t a e ». —
L a p iiè r e « C o r o n e t t e D o m in u s c o r o n a g lo r ia e . . . e t u n g a t t e in r e g is r e g im in e
o le o g r a tia e S p ir itu s sa n cti s u i, unde u n x it sa ce rd o te s, reges, p r o p h e ta s et
m a r t y r e s », a é t é e m p lo y é e p o u r C h a r le s le C h a u v e ( Capitularia regum F ra n-
corum, éd. B o r e t i u s , II, {Ibid., p . 4 6 1 ·) ; o n l a r e ­
p . 4 5 7 ) e t L o u is le B è g u e
tro u v e dans un P o n tific a l d e : G . W a i t z , D ie Form eln der deutschen
R e im s
Kônigs- imd der Romischen Kaiser-Krôm m g', Abh. der Gesellsch. der W issensch.
Gôttingen, X V I I I ( 1 8 7 3 ) p . 8 0 ; e l l e a p e u t - ê t r e s o n o r i g i n e d a n s u n e Benediclio
olei d o n n é e ( b i e n e n t e n d u , e t p o u r c a u s e , s a n s a p p l i c a t i o n à l ’ o n c t i o n r o y a l e )
p a r l e Sacram enlaireGélasien, é d . H . A . W i l s o n , O x f o r d 1 8 9 4 , p . 7 0 . L a p r iè r e
a n g lo -s a x o n n e « D e u s ...........q u i .............. ite r u m q u e A aron fa m u lu m tu u m per
u n c tio n e m o le i s a c e r d o t e m s a n x is ti, e t p o s te a p e r h u ju s u n g n e n t i in fu s io n e m
ad regen d u m p o p u lu m I s r a h e le tic u m s a c e rd o te s ac reges e t p r o p h e ta s per-
i e c i s t i ........... : ita quaesum us, O r r m ip o te n s P a te r , ut per h u ju s c r e a tu ra e
p in g u e d in e m hune servu m tu u m s a n c tific a r e tu a b e n e d ic tio n e d ig n e r is ,
e u m q u e . . . . e t e x e m p la A a r o n in D e i s e r v i t i o d i l i g e n t e r i m i t a r i . . . , f a c i a s »:
d a n s le Pontifical d ' E g b e r t , é d . d e l a Surtees Society, X X V I I ( 1 8 5 3 ) , p . 1 0 1 ;
le Bénédietional d e R o b e r t d e J u m i è g e s , éd. H . A . W i l s o n , Bradshaw Society,
LES R O IS THAUM ATURGES
74

voit, ce n ’est pas seulem ent l'im age des rois des Juifs, c ’est celle aussi
des prêtres et des prophètes, c ’est la grande om bre d ’Aaron, fonda­
teur du sacerdoce hébraïque, que l ’on évoquait, comme au tan t d 'a n ­
cêtres, devant les souverains anglais ou fran cs au jou r de leur sacre.
Comment s ’étonner qu’un poète d ’alors, célébrant le sacre d ’un em pe­
reur — un assez p au vre em pereur du reste, B érenger de F riou l, m ais
q u ’im porte cela ici ? — a it osé dire de son héros, au m om ent où il le
représente s’avan çan t vers l ’église où se déroulera la cérém onie :
« bientôt il allait être prêtre », m o x q u i f e sacerdos i f se fu tu r u s e r a t .τ)
A ussi bien, les chefs du clergé n ’avaient pas tou jou rs parlé le langage
de Hincma.r, A u tem ps où celui-ci posait avec ta n t de n etteté ·Γincom ­
patibilité, sous la N ouvelle Loi, des dignités royales et presbytérales,
la faiblesse croissante de la d ynastie in v ita it les prélats à prétendre
au rôle de m entors des rois ; pendant les beaux jours de l ’É ta t caro­
lingien, ce ton n ’eût pas été de mise. E n 794, les évêques de l ’Ita lie
du N ord présents au synode de F ran cfort pu blièrent une défense
de la doctrine orthodoxe contre les adoptianistes espagnols ; un
appel au souverain, protecteur de la foi, term inait cette déclaration
théologique. Charlem agne s ’y v o y a it traiter, non seulem ent de « sei­
gneur et père » et de « très prudent gouverneur de tou s les chrétiens »,
m ais aussi, en propres termes, de « roi et prêtre » *12) . E t, quelques années

X X IV (19 0 3 ), p. 1 4 3 ; le M issel E . W a r r e n , in -4 , O x fo r d
d e L é o fr ic , éd . F .
18 8 3, p. 230; avec 1’ ordo d i t d ’ E t h e l r e d , é d . J .
q u e lq u e s d iffé r e n c e s dans
W icki-iam L e g g , Three Coronation Orders, Bradshaw Soc., X I X ( 1 9 0 0 ) , p , 5 6 ;
le s d e u x d e r n ie r s r e c u e ils f o n t p r é c é d e r c e t t e p r iè r e 'd ’ u n e a u t r e q u i r a p p e lle d e
trè s p r è s la p r iè r e c a r o lin g ie n n e , e m p lo y é e p o u r C h a r le s le C h a u v e e t L o u is
le Bègue; p e u t-ê tr e la is s e n t -ils le c h o ix e n tre le s deux. Le p o è te des Gesta
Berengarn, p a r a p h r a s a n t la litu r g ie du Sacre, m e n tio n n e q u e l ’h u ile s a in te
s e r v a i t c h e z le s H é b r e u x à o in d r e le s r o is e t le s prophètes ( IV , v . 18 0 ; M onum .
German., Poetcie L a tini, IV , 1, p. 4 0 1).
1) Gesta Berengarii, IV , v. 1 3 3 -13 4 (Monum. Germaniae, Poetae L a tin i,
A h 1, p . 3 9 9 ) .
2) L e libellus a v a i t é té r é d ig é par P a u lin d ’A q u i lé e . M onum . German.
Concilia, I I , T, p . 1 4 2 : « I n d u lg e a t m is e r a tu s c a p tiv is , s u b v e n i a t o p p r e s s is ,
d is s o lv a t f a s c ic u lo s d e p r im e n te s , s it c o n s o la t io v id u a r u m , m is e r o r u m r e f r i-
g e r iu m , s i t d o m in u s e t p a t e r , s it r e x e t s a c e r d o s , s i t o m n iu m C h r is tia n o r u m
m o d e r a n t i s s i m u s g u b e r n a t o r . . . ». O n p e u t rem arquer qu e, p a r u n e s o r te de
c o n tr a d ic tio n qui n ’est p o in t rare en p a r e ille m a tiè r e , le s évêqu es, d a n s la
ph rase p r é c é d e n te , a v a ie n t opp osé le com bat m ené par le roi co n tre le s
e n n e m is visibles d e l ’E g lis e , à l a l u t t e d e s é v ê q u e s c o n t r e s e s e n n e m is in v isi­
bles : ce qui r e v ie n t à o pp oser trè s n e tte m e n t le te m p o r e l et le s p ir itu e l.
C f. c i-d e s s o u s , p. 1 9 1-19 2 .
l 'é v o l u t io n d e la r o y a u t é sacrée
75

plus tôt, le pape E tienne II I lui-même, voulan t flatter Charles et


Carlom an dont il a v a it besoin, ne s'était-il pas avisé d ’aller chercher
dans la prem ière E p ître de Pierre une expression que l ’apôtre ap p li­
quait a u x élus et de la détourner quelque peu de son sens originel
pour en faire honneur à la dynastie franque : « vous êtes la race sainte,
royale et sacerdotale ».x) M algré tou t ce que purent dire par la suite
tou s les H incm ars du monde, de pareils propos ne furent jam ais oubliés.
A insi les m onarchies de l ’E urope Occidentale, héritières déjà
d ’un long passé de vénération, se trou vaien t définitivem ent m arquées
du sceau d ivin . E lles devaient le rester pour jam ais. L a France capé­
tien n e ou l ’A n gleterre norm ande, pas plus d ’ailleurs que l ’Allem agne
des em pereurs saxons ou saliens, ne renièrent sur ce point la trad itio n
carolingienne. B ien au contraire : au x i e siècle, tou t un p a rti s’atta ch a
à rapprocher, plu s nettem ent q u ’ on ne l ’a v a it encore fait, la dign ité
ro yale de la prêtrise. Ces efforts, dont nous aurons à dire un m ot plus
tard , ne nous im portent pas pour l ’ instant. I l nous suffit de savoir
que, indépendam m ent m êm e de to u te assim ilation précise a vec le
sacerdoce, les rois continuèrent, dans les deux p a y s qui nous intéressent
spécialem ent, à passer pour des êtres sacrés. C ’est ce que les te xtes
nous m ontrent sans équivoque. N ous avon s conservé quelques lettres
adressées à R obert le P ieux p ar un des plus respectables prélats
de son tem ps, l'évêq u e de Chartres F ulbert ; l'évêq u e ne craint pas
d 'y donner au roi ces titres de « Sain t Père» » et de « Sain teté » que les
catholiques au jourd ’hui réservent au chef suprême de leur E glise. a)
E t l ’on a déjà v u plus haut com m ent Pierre de B lois faisait découler
de l'on ction la « sainteté » des rois ; à ce sujet, la plu p art de ses contem ­
porains, on n ’ en saurait douter, pensaient comme lui.
Mais Pierre de B lois allait plus loin ; m on m aître, disait-il à peu 12

1) J a f f é -W a t t e n b a c h , 2381 ; te x te o r ig in e l, Prim a Pétri, II, 9. L a c i­


ta tio n se re tro u v e c h e z H in c m a r , Quaterniones (p a ss a g e r e p r o d u it c i-d e s s u s ,
p. 71, n . 1), m a i s a p p l i q u é e à t o u s le s fid è le s a v e c q u i le s r o is p a r t a g e n t le u r
p r e m iè r e o n c tio n ( l'o n c t io n b a p tis m a le ) ; a in s i H in c m a r , trè s c o n s c ie m m e n t,
on n ’en s a u r a it d o u te r, r a m e n a it, p o u r l 'i n s t r u c t i o n d e C h a r le s le C h a u v e ,
la p a r o le b ib liq u e à son sen s p r im it if.
2) Histor. de France, X , l e t t r e X L , p . 464 F.; L X I I , p . 4 7 4 B. F u l b e r t
(1. L V , p . 470 e et L V I I I , p . 4 7 2 c) a p p e lle é g a le m e n t — s e lo n u n v i e i l u s a g e i m ­
p é r i a l r o m a i n , r a v i v é à l ’ é p o q u e c a r o l i n g i e n n e (e x e m p le : L o u p d e F e r r i è r e s ,
M onum . Germ., E p ist., V I . 1, n ° 18, p . 25), — le s l e t t r e s r o y a l e s d e s o s a c r a » .
P lu s ta r d E u d e s d e D e u il [De Ludovici Francorum Regis pyofectione in
Orientem, M i g n e , P . L ., t. 185, I, 13 e t I I , 19), s e m b l e r é s e r v e r c e m o t a u x
le ttr e s im périales (il s ’ a g i t de l ’E m p e r e u r b y z a n tin .)
76 LES R O IS THAUM ATURGES

près, est un personnage sacré ; donc m on m aître p eu t guérir les m a­


lades. D éduction singulière au prem ier abord ; nous allons v o ir q u ’un
esprit d ’envergure norm ale, au x n e siècle, ne p o u va it rien y reprendre
de bien étonnant.

§ 2. L e -pouvoir g u érisseu r d u sa cré.

L es hom m es du m oyen âge, ou to u t au m oins l ’im m ense m ajorité


d ’entre eux, se faisaient des choses de la religion yn e im age très m até­
rielle et, si l ’on peu t dire, extrêm em ent terre à terre. Com m ent en eût-il
été autrem ent ? L e m onde m erveilleu x dont les rites chrétiens ouvraient
la porte n ’é ta it pas, à leurs y eu x , séparé du m onde où ils viv a ie n t
p a r un abîm e infranchissable ; les deux univers se pénétraient l ’un
l ’autre ; le geste qui agissait sur l ’au-delà, com m ent ne p a s im aginer
que son action s’étendait aussi ici-bas ? B ien entendu, l ’idée d ’inter­
ventions de cette sorte ne choqu ait personne ; car personne n ’a v a it
une notion exacte des lo is naturelles. L es actes, les o b jets ou les
individus sacrés étaien t donc conçus, non p a s seulem ent com m e des
réservoirs de forces aptes à s’exercer p ar delà la v ie présente, m ais
aussi comme des sources d ’énergie susceptibles dès cette terre d'u n e
influence im m édiate ; au surplus, ne se faisait-on p a s de c e tte énergie
une im age si concrète q u ’on alla it parfois ju sq u ’à se la représenter
comm e pesante ? U ne étoffe posée sur l ’a u tel d'un grand saint —
Pierre ou M artin — d even ait p a r cela même, nous d it Grégoire de
Tours, à condition tou tefo is que le saint vo u lû t bien m anifester sa
vertu , plus lourde q u ’a u p a ra v a n t *).
L es prêtres, chargés d ’effluves sacrées, passaient auprès de beau­
coup de gens pour des sortes de m agiciens, en cette q u alité ta n tô t
vénérés et ta n tô t haïs. E n certains lie u x on se signait sur leur route,
leur rencontre étan t considérée com m e de m au vais p résa g e2). D an s le
royau m e de Danemarlc, a u x i e siècle, on les ten ait pour responsables
des intem péries et des contagions au m êm e titre que les sorcières,
et, à l ’occasion, on les persécu tait com m e fau teurs de ces m aux,
si âprem ent que Grégoire v u dut p r o te s te r.12 3) D u reste, pourquoi

1) I n glovia martyrum, c . 2 7 ; D e virtutibus S . M artini, I , c . 1 1 .


2) J a c q u e s d e V i t r y , Exem pta ex sermonibus vulgaribus, é d . C r â n e
(Folk-lore Society), L o n d r e s 1 8 9 0 , p . 1 1 2 , n ° C C L X V Ï I I .
3) J a e f é -W a t t e n b a c h , n» 5164; J a f f é , M&numenta Gregoriana ( B i -
bliotheca rerum ge-rmanicarum, II), p . 4 x 3 : « I l l u d i n t e r e a n o n p r a e t e r e u n d u m ,
LE P O U V O IR G U É R IS S E U R DU SACR É 77

regarder si loin ve rs le N ord ? C ’est en France, et sans doute au x n i e


siècle, que se place l'in stru ctiv e anecdote que vo ici : le serm onnaire
Jacques de V itry , q u i nous la raconte, la connaissait, d it-il, « de source
sûre » : il y a v a it dans un villa ge une épidém ie ; pour la faire cesser,
les paysan s n ’im aginèrent rien de m ieu x que de sacrifier leu r cu ré ;
un jo u r qu'en vêtem en ts sacerd otau x il enterrait un m ort, ils le préci­
pitèren t dans la fosse à côté du c a d a v r e .J) Ces folies — sous des form es
p lu s anodines — ne survivent-elles pas encore au jo u rd ’hui ?
A in si la puissance prêtée au sacré par l ’opinion com m une revê­
ta it parfois un caractère redoutable et fâch eu x ; m ais le plus souvent,
cela v a sans dire, elle éta it envisagée com m e bienfaisante. O r est-il
un b ienfait plus grand et p lus sensible que la santé ? On a ttrib u a aisé­
m ent à to u t ce qui, à quelque degré que ce fû t, p a rticip ait d ’une consé­
cration quelconque un pouvoir guérisseur. *2) L 'h ostie, le vin de la
communion, l ’eau du baptêm e, celle où l ’officiant, après a vo ir tou ché
les saintes espèces, a v a it trem pé ses mains, les doigts d u prêtre lui-
mêm e furent au tan t de remèdes : de nos jours encore, dans certaines
provinces, la poussière ram assée dans l'église, les mousses q u i croissent
sur ses murs sont censées jouir des m êm es p ro p rié té s.3) Ce genre d ’idées
entraînait parfois les esprits grossiers à d ’étranges aberrations ;
Grégoire de T ours a raconté l ’histoire de ces chefs barbares qui, souf-

s e d m a g n o p e r e a p o s to lic a in te r d ic tio n e p r o liib e n d u m v id e t u r , q u o d d e g e n t e


v e s tr a n o b is in n o tu it : s c ilic e t v o s in te m p e rie m te m p o ru m , c o r r u p tio n e s
a e r i s , q u a s c u n q u e m o l e s t i a s c o r p o r n m a d sa c e rd o tu m c u lp a s t r a n s f e r r e .. . .
P r a e t e r e a i n m u l i e r e s , o b e a n d e m c a u s a m sim ili im m a n ita t e b a r b a r i r itu s
d a m n a ta s , q u ic q u a in im p ie ta tis fa c ie n d i v o b is fa s esse, n o lit e p u t a r e ».
x) J a c q u e s de V i t r y , loc. cit.
2) S u r le s s u p e r s t i t i o n s m é d i c a l e s r e l a t i v e s a u x c h o s e s s a c r é e s , o n t r o u ­
vera un t r è s u t i l e r e c u e i l d e f a i t s d a n s l e s d e u x o u v r a g e s d ’ A d . F r a n z , D ie
M esse im deutschen M iiielalter, F r e i b u r g i . B . 1 9 0 2 , p . 8 7 e t 1 0 7 e t D ie kirch-
lichen Benediktionen im M ittelalter, F r e i b u r g i. B . 1 9 0 9 , n o t a m m e n t I I , p . 3 2 9
e t 5 0 3 . C f . a u s s i A . W u t t k e , D er deutsche Volksaberglaube, 2 e é d . , B e r l i n 1 8 6 9 ,
p . 1 3 1 e t s u i v . ; e t p o u r l ' E u c h a r i s t i e d o m C h a r d o n , Histoire des sacrements,
l i v r e I , s e c t i o n I I I , c l i a p . X V d a n s M i g n e , Theologiae cursus completus, X X ,
c o l. 337 et s u iv . L ’E u c h a r i s t i e e t l 'e a u b é n ite ont é g a le m e n t é té con çues
c o m m e p o u v a n t s e r v ir à d e s fin s m a g i q u e s m a lf a is a n t e s ; e lle s o n t , à c e t it r e ,
jo u é u n r ô le c o n s id é r a b le d a n s le s p r a t iq u e s , r é e lle s o u s u p p o s é e s , d e la s o r ­
c e lle r ie m é d ié v a le ; v . d e n o m b r e u s e s r é fé r e n c e s d a n s J. H a n s e n , Zauberwahn,
Inquisition und tlexenprozess im M ittelalter ( H istor. Bibliothek, X II), 190 0 ,
p 242, 243, 245, 294, 299, 332, 387, 429, 433, 450.
3) P . S é b i l l o t , L e paganisme contemporain, in -12 , 1908, p . 140 e t 1 4 3 ;
A . W u t t k e , loc. cit, p . 1 3 5 . C f . p o u r le v in d e m esse , E la r d H u g o M e y e r .
Deutsche Volkskunde 1898, p. 265.
78 LES R O IS THAUM ATURGES

fran t des pieds, se les baignaien t dans une p a tè n e .J) L e clergé condam ­
nait, bien entendu, de pareils excès ; m ais il laissait subsister les pra­
tiques q u ’il ne ju geait pas a tten tatoires à la m ajesté du cu lte ; du reste,
les croyances populaires échappaient, dans une large mesure, à son
contrôle. E n tre tou tes les choses de l ’église, les saintes huiles, étant
le véhicule norm al des consécrations, sem blaient particulièrem ent
fécondes en vertu s. L es prévenus les absorbaient pou r se rendre fa ­
vo rab le l ’ordalie. Surtout elles con stitu aien t pour les m a u x du corps
une m erveilleuse ressource. Il fa lla it protéger les vases qui les con­
tenaient contre l ’indiscrétion des fid è le s..12). E n vérité, en ces tem ps
qui disait sacré disait ap te à guérir.
Or, souvenons-nous de ce q u ’étaien t les rois. Presque to u t le
m onde croyait, pour parler comm e Pierre de B lois, à leur « sainteté ».
Il y a plus. L eu r « sainteté » même, d ’où la tenaient-ils ? P ou r une large
p art, sans doute, aux y eu x du peuple, de cette prédestination fam i­
lia le à laquelle les masses, gardiennes des idées archaïques, n 'avaien t
certainem ent p a s cessé d 'ajou ter fo i ; m ais aussi, depuis les tem ps
carolingiens, plus précisém ent et p lu s chrétiennem ent, d 'u n rite reli­
gieux, l ’onction ; en d ’autres term es, de cette huile bénie qui, par
ailleurs, sem blait à ta n t de m alades le plus efficace des rem èdes. Ils
se trou vaien t donc doublem ent désignés pour le rôle de bienfaisants
thaum aturges : par leur caractère sacré d ’abord, envisagé en lui-m êm e
et, plus particulièrem ent, p ar l ’u ne des sources, la p lu s apparente

1) I n gloria martyrum, c . 8 4 . I l s ’ a g i t d ’ u n « c o m t e » b r e t o n e t d ’u n « d u c »
lo m b a r d , a u x q u e ls s e r a it v e n u e , in d é p e n d a m m e n t l ’u n d e l ’a u tre , c e tte s in ­
g u liè r e fa n ta is ie .

“) O u t r e l e s o u v r a g e s c i t é s p l u s h a u t , p. 77, n. 2, v. V acan t e t Man -


gbn o t, D ictionnaire de théologie catholique, au m ot Chrême, d o m Ch a r d o n ,
loc. cit, l i v r e I, s e c t i o n I I , c h a p . I I , c o l. 1 7 4 e t, p o u r l ’ u s a g e d e l'h u i le s a i n t e
d a n s le s m a lé fic e s , H a n s e n , Zauberwahn, p. 128, n. 3, 2 4 5, 2 7 1 , 294 , 3 3 2 , 3 8 7 .
On p e u t r a p p e le r a u s s i q u e L o u is X I m o u r a n t se fit a p p o r te r a u P le s s is -le s -
T ou rs la S a in te A m p o u le de R e im s et le baum e m ir a c u le u x que la V ie r g e
p a s s a it .p o u r a v o ir r e m is à S a i n t M a r t in e t se f it o in d r e a v e c c e s d o u x c h r ê m e s ,
e s p é r a n t r e c e v o i r d ’ e u x l a s a n t é : P r o s p e r T a r b é , L o u is X I et la sainte am­
poule, R e i m s 1842 (S o c . des bibliophiles de Reims) e t M . P a s q u î i î R, B ullet.
histor. et philolog. 1 9 0 3 , p . 4 5 5 - 4 5 8 . L e r a p p r o c h e m e n t d u p o u v o i r g u é r i s s e u r
r e v e n d i q u é p a r le s r o is a v e c c e lu i q u e l ’o n a t t r i b u a i t c o m m u n é m e n t a u S a in t
C hrêm e a é té d é jà fa it p ar L e b e r , D es cérémonies du sacre, p. 455 et s u iv .
M a is , b ie n e n te n d u , l 'o n c t i o n n ’é t a i t pas la sou rce u n iq u e de ce p o u v o ir ,
o u d e l ’ i d é e q u ’ o n s ’ e n f a i s a i t , p u i s q u e t o u s l e s r o i s o i n t s n e l ' e x e r c è r e n t p a s ; il
fa lla it en co re, p e n s a it-o n , une v e rtu h é r é d ita ir e : c i. c i-d e s s o u s , p, 223,
LE P O U V O IR G U É R IS S E U R DU SACR É 7 9

com m e la plus respectable, d 'o ù découlait en eux ce caractère. Com ­


m ent n ’eussent-ils pas, tô t ou tard, fa it figure de guérisseurs ?
Guérisseurs, cependant, ils ne le devinrent p as to u t de suite,
je v e u x dire aussitôt que l ’onction royale se fu t im plantée dans les
E ta ts de l ’Europe Occidentale, ni en tous p a y s. L es considérations
générales qui viennent d ’être exposées ne suffisent donc p as à expliquer
l ’apparition en France et en A ngleterre du rite du toucher. E lles nous
m ontrent com m ent les esprits étaien t préparés, les uns à im aginer,
les autres à adm ettre une pareille p ratiqu e. Pour rendre com pte de
sa naissance, à une date précise et dans un m ilieu déterm iné, il fau t en
appeler à des fa its d ’un autre ordre, q u ’on peut qualifier de plus
fortuits, puisqu’ils supposent, à un plus haut degré, le jeu des volontés
individuelles.

§ 3. L a p o litiq u e d y n a stiq u e des p rem iers C a p é tie n s et de H e n r i I er


B e a u c le r c .

L e prem ier souverain français qui ait passé pour guérir les m ala­
dies fu t Robert le P ieux. Or, R obert était le second représentant
d'une dynastie nouvelle. Il reçut le titre royal et l ’onction, du viv an t
de son père H ugue, dès 987, c'est-à-dire l'an n ée mêm e de l ’usurpa-
tion. L es Capétiens ont réussi : c ’est pourquoi nous avons peine à
nous représenter combien leur pouvoir en ces prem ières années devait
paraître fragile. N ous savons pourtant q u ’il était contesté. L e prestige
des Carolingiens était grand ; depuis 936, personne n ’a va it plus osé
leur disputer la couronne ; il fallu t un accident de chasse (celui où
L ouis V trouva la mort) et une intrigue internationale pour rendre
possible leur chute. En 987, et mêm e plus tard, qui pou vait être sûr
que cette chute fû t défin itive ? Pour beaucoup sans doute, le père et
le fils associés sur le trône n ’étaient, comme l ’écrivait G erbert en
989 ou 990, que des rois intérim aires, des « interrois » (in terreg es) L) .
Il y eut longtem ps des centres d ’opposition, à Sens, en divers lieux du1

1) L'.Ures, éd. J. I-Ia v e t (Collection pour l'étude. . . . de l'histoire), n ü 1 6 4 ,


V ïo l l e t ,
p . 1 4 6 . S u r l 'o p p o s i t i o n a u x p r e m ie r s C a p é t i e n s , v o i r n o t a m m e n t P a u l
L a question de la légitim ité à l'avènement d: Hugues Capet, M ém . Académ.
Inscriptions, X X X I V , 1 ( 1 8 9 2 ) . J e n ' a i p a s b e s o i n d e r a p p e l e r q u e s u r l e s é v é ­
n e m e n t s d e 9 8 7 e t le s p r e m ie r s t e m p s d e l a d y n a s t i e c a p é t ie n n e il f a u t t o u ­
jo u r s se r e p o r te r a u x liv r e s c la s s iq u e s d e M . F . L o t , Les derniers Carolingiens,
18 9 1 et Etudes sur le règne de Hugues Capet, 19 0 3 .
8 ο LES R O IS THAUM ATURGES

M idi. A vra i dire, un heu reux coup de m ain, le jo u r des R a m ea u x 991,


m ettan t en la puissance de H u gu e le prétendant issu de Charlem agne,
rendit b ientôt tou t à fa it va in s les efforts où auraient pu se com plaire
les partisan s d ’une lignée dont le chef désorm ais é ta it prisonnier
et dont les derniers rejetons allaient disparaître dans l ’oubli. M ais
ce succès inespéré n ’assurait pas l ’avenir. L a fidélité gardée a u x des­
cendants de leurs anciens m aîtres par quelques légitim istes n ’a va it
peut-être jam ais constitué pou r la fam ille capétienne un danger
extrêm em ent grave ; la vérita b le m enace é ta it ailleurs : dans l ’a ttein te
très rude que ces m êm es événem ents de 987, auxquels les n ou veau x
rois devaient le trône, avaien t porté a u loyalism e des su jets et surtout
à l ’hérédité m onarchique. L es décisions de l ’assem blée de Senlis
risquaient de m arquer le triom phe du principe électif. Certes, ce
principe n’ était pas neuf. D u m oins dans l ’ancienne G erm anie a va it-il
eu com m e correctif, on l ’a vu , la nécessité de prendre tou jou rs le roi
dans la m êm e race sacrée. M aintenant le droit du libre ch oix n ’allait-il
pas jouer sans entraves? L ’historien R ich er place dans la b ouche
de l'archevêqu e Adalbéron, haranguant les grands en fa v e u r de H ugue
Capet, cette parole redoutable : «la royau té ne s’acquiert p a s p a r droit
héréditaire d1); et, dans un ouvrage dédié a u x rois H ugue et R o bert
eux-m êm es, A bbon écrivait : « N ous connaissons trois sortes d ’élec­
tion générale : celle du roi ou de l ’em pereur, celle de l'évêq u e, celle de
l'a b b é » *2). Ce dernier propos doit être retenu com m e sign ificatif
entre tous : le clergé, habitu é à considérer l ’ élection com m e la seule
source canonique du po u voir épiscopal ou abb atial, é :a it forcém ent
tenté d'y vo ir aussi l ’origine la plus louable du po u voir p o litiq u e su­
prême, Or, ce q u ’une élection a va it fait, une autre p o u va it le défaire, au
besoin sans atten dre la m ort du prem ier élu, en to u t cas a u m épris
des revend ications de ses enfants ; on n ’a v a it certainem ent pas perdu
la mémoire de ce qui s'éta it passé pendant les cinq uan te années qu i
avaient su iv i la déposition de Charles le G ros. E t pour sanctifier
l'h eu reu x candidat, quelle que fu t son origine, l ’onction s ’offrait to u ­
jours. Som m e toute, la tâche la plus urgente q u i s ’im posait a u x
Capétiens était de refaire à leur profit une légitim ité. P ou r peu q u ’ils

') IV , i i : « S e d si d e h o c a g itu r , n e c r e g n u m iu r e h e r e d i a r io a d q u ir itu r ,


n e c in r e g n u m p r o m o v e n d u s e st, n is i q u e m non. s o lu m c o r p o r is n o b ilit a s , s e d
e t a n im i s a p ie n tia illu t r a t , fid e s m u n it, m a g n a n im ita s f i r m a t ».
2) Canones, IV (Histor. de France, X , p . 628) : « T r è s n a m q u e e le c tio n e s
g e n e r a le s n o v im u s , q u a r u m u n a e s t R e g is v e l I m p e r a to r is , a te ra P o n tific is
t e r tia A b b a t i s ».
LA P O L IT IQ U E D Y N A S T IQ U E 81

aient été conscients des périls qui les entouraient et de ceux qui ne
pouvaient m anquer de fondre sur leur descendance, ils durent sentir
la nécessité de rehausser l ’éclat de leur nom par quelque m anifes­
tation inédite. D ans des conditions presque semblables, les Caro­
lingiens avaient eu recours à un rite biblique : l ’onction royale. L ’appa­
rition du pouvoir guérisseur sous R obert II ne s'explique-t-elle pas
par des soucis du même ordre que ceux qui avaient jadis engagé
Pépin à im iter les princes hébreux ? L ’affirmer serait présom ptueux ;
le supposer a de quoi tenter.
B ien entendu, tou t ne dut pas être calcul. R obert a v a it une grande
réputation personnelle de piété. C ’ est probablem ent pour cela que le
m iracle capétien commença à lui et non à son père Hugue. L e carac­
tère de sainteté que l ’on prêtait au roi, en ta n t qu'hom m e, joint
à la sainteté inhérente à la dignité royale, amenèrent sans doute
tou t naturellem ent ses sujets à lui attribuer des vertus thaum aturgi-
ques. On peut supposer, si l'on veut, que les premiers m alades qui,
à une date que nous ignorerons toujours, sollicitèrent d 'être tou chés
par lui, agissaient spontaném ent. Qui sait, même, après tou t, si d ’autres
faits analogues ne s ’étaient pas déjà produits, à l ’état isolé, sous les
règnes précédents, comme jadis sous C ontran ? M ais lorsqu’on v o it
ces croyances, jusque-là flottantes, prendre corps à un m om ent si
opportun pour une dynastie encore m al assurée, ou a peine à croire
qu'aucune arrière-pensée politiq ue n ’ait joué un rôle, non certes dans
leur form ation originelle, mais, si l ’on peut ainsi parler, dans leur
cristallisation. N ul doute au reste que R obert n ’ait eu fo i lui-même,
et ses conseillers avec lui, dans l ’efficacité des forces m erveilleuses
qui ém anaient de sa personne. L 'h isto ire des religions m ontre abon­
dam m ent que, pour exploiter un m iracle, point n ’est besoin d ’être
un sceptique. Vraisem blablem ent, on s’efforça, à la cour, d ’attirer
les m alades et de répandre la renom m ée des cures opérées ; et· l ’on
ne dut pas, d ’abord, se préoccuper beaucoup de savoir si le pouvoir
guérisseur était personnel a u m aître du jour ou bien propre au sang
capétien. En fait, on l ’a vu , les successeurs de R obert n ’ eurent garde
de laisser tom ber en déshérence un aussi beau don; ils guérirent comme
lui et rapidem ent se spécialisèrent dans une m aladie déterm inée ;
les écrouelles.
On peut se dem ander si chacun cl’eux, en revendiquan t à son tour
sa part du glorieux privilège, v o y a it plus loin que son intérêt p a rti­
culier. Mais leurs efforts réunis aboutirent, inconsciem m ent peut-
être, à doter leur m aison tou t entière d ’un caractère surnaturel.
6
82 LES R O IS THAUM ATURGES

P a t ailleurs, ju sq u ’au règne de Henri B eauclerc, instaurâteur, com m e


l ’on sait, du rite anglais, c'est-à-d ire ju sq u ’à l ’an n o o au plus tôt,
les rois issus de R obert I I furent, en Europe, les seuls à tou cher les
m alades ; les autres « christs du Seigneur » ne s ’y essayaient pas ;
c ’est donc que l ’onction ne suffisait pas à conférer ce m erveilleux t a ­
lent et que, pour faire un roi vraim ent saint, un vra i roi, il fa lla it autre
chose qu’une élection suivie d ’un sacre : la ve rtu ancestrale com ptait
encore. L a persistance, dans la lign ée capétienne, des prétentions
thaum aturgiques ne créa certes pas, à elle seule, cette foi dans la
légitim ité fam iliale qui devait être un des m eilleurs appuis de la
royau té française ; bien au contraire : on n ’accep ta l ’ idée de ce m iracle
patrim onial que parce q u ’il subsistait encore dans les cœ urs quelque
chose des vielles notions d ’autrefois sur les races héréditairem ent
sacrées ; m ais que le spectacle des guérisons royales ait contribué
à fortifier ce sentim ent et à lui donner, en quelque sorte, une nouvelle
jeunesse, c ’est ce dont on ne saurait douter. L e second des Capétiens
a v a it inauguré le prodige. Ses descendants, pour le plus grand b ien fait
de la monarchie, en firent la prérogative, non p lus d'un roi, m ais d ’un©
dynastie.
Passons à l ’A ngleterre. L à aussi nous trouvons des rois médecins.
L 'é te m e l problèm e qui se pose a u x historiens, lorsqu’ils rencontrent
ainsi dans deux E ta ts voisins des in stitution s sem blables, s’offre donc
à nous : coïncidence ou interaction ? E t si l ’on penche pour cette der­
nière hypothèse, de quel côté, dans quelle d yn astie doit-on chercher
les m odèles et de quel côté les copistes ? Q uestion jad is b rû lante :
le patriotism e fu t longtem ps intéressé à sa solution ; les prem iers
érudits qui, au x v i e ou au x v i i e siècle, s’ en préoccupèrent, n e m an ­
quaient pas de conclure au profit de la Fran ce ou de l'A ngleterre,
selon q u 'ils étaient français ou anglais. N ous n ’aurons pas de peine
à garder au jou rd ’hui plus de sérénité. B ien entendu, les croyances
collectives qui sont à l ’origine des rites guérisseurs et expliquent
leur succès, fru its d ’un état p o litiq u e et religieu x com m un à to u te
l ’E u rop e Occidentale, s’étaien t épanouies spontaném ent en A n gle­
terre aussi bien q u ’en France, et inversem ent ; m ais un jou r v in t
où elles se concrétisèrent, sur les deux rives de la Manche, en une insti­
tu tio n précise et régulière : le « toucher » ro y a l ; c ’est dans la nais­
sance de l ’institution que l ’influence d ’un p a y s sur l ’autre a pu se faire
sentir.
E xam inons les dates. Henri B eauclerc, le prem ier d ’entre ceu x
de sa race dont nous sachions q u ’il a it touché les m alades, com m ença
LA P O L IT IQ U E D Y N A S T IQ U E 83

à régner en l ’année 1100 ; à ce mom ent, R obert II, qui p a ra ît bien


avoir été en Fran ce l ’initiateur, était m ort depuis 69 ans. L a priorité
française ne peut donc guère être m ise en doute. L es Capétiens ne furent
pas des plagiaires. O nt-ils été plagiés ? Si le m iracle royal s'éta it d éve­
loppé en Angleterre indépendam m ent de to u te im itation étrangère,
son évolution, selon to u te probabilité, eût été la m êm e q u ’en F ran ce :
d ’abord apparition d ’une v e rtu th au m atu rgiqu e s'ap pliqu an t à tou tes
les m aladies indistinctem ent, puis, sous l ’action de hasards pour nous
à jam ais m ystérieux, spécialisation progressive vers une m aladie
déterm inée ; et on ne com prendrait p a s très bien que la chance, là
aussi, eût désigné les écrouelles. Certes, les écrouelles sont particu ­
lièrem ent propres au m iracle, puisque, comm e on l ’a vu, elles donnent
aisém ent l ’illusion de la guérison. Mais il y a bien d ’autres affections
dans le même cas. On connaît des saints spécialistes de la scrofule;
m ais pour com bien d 'au tres m aux n ’invoque-t-on pas particulièrem ent
te l ou te l saint ? Or, nous ne vo yo n s pas q u ’en A ngleterre les rois
aient jam ais revendiqué, même à l ’origine, un pou voir guérisseur
de caractère indéterm iné, et la m aladie que, dès le début, ils prétendent
pou voir soulager, est précisém ent celle-là m êm e dont a va n t eux,
et p ar suite d ’une évolution to u te naturelle, leurs vo isin s de Fran ce
s ’étaient constitués les médecins. H enri I er, prince plus q u 'à demi
français, ne p o u va it ignorer les cures accom plies p ar le Capétien,
son seigneur de fief et son riv a l. Il d evait envier leur prestige. Peut-on
douter q u ’il ait vo u lu les im iter ? *)
M ais il n ’avou a pas l'im ita tio n . P ar un coup heureux, il m it
son pou voir m iraculeux sous l'in vocation d ’une grande figure n atio­
nale. L e dernier des représentants de cette dynastie anglo-saxonne
à laquelle il s’ était, par son m ariage, efforcé de se rattacher, le sou ve­
rain vertu eu x qui allait bientôt devenir le saint officiel de la m onar­
chie, E do u ard le Confesseur, fu t son patron et son garan t. E u t-il
quelques difficultés avec l ’ opinion religieuse de son p a y s ? A u tem ps
où R obert le P ieu x en France a va it commencé à toucher les m alades,
la réform e grégorienne, si peu sym pathique — j ’y reviendrai to u t à1

1) A p r è s l a G u e r r e d e C e n t A n s , a l o r s q u e l e s r o i s d ’A n g l e t e r r e p o r t a i e n t
e n c o r e , d a n s l e u r t i t u l a t u r e o f f i c i e ll e , l e t i t r e d e r o i d e F r a n c e , on se p e rsu a d a
v o lo n t ie r s , e n E u r o p e , q u e c ’ e s t à r a is o n d e c e t t e p r é t e n t io n q u ’ils s e p o s a ie n t
e n g u é r is s e u r s d ’é c r o u e lle s : v o i r — e n tre a u tr e s — à p r o p o s d e J a c q u e s I er l a
l e t t r e d e l ’ e n v o y é v é n it ie n S c a r a m e lli e t le r é c it d u v o y a g e d u d u c J e a n E r n e s t
de Saxe W e im a r , c ité s c i-d e s s o u s , p. 336, n. 3. Les fa its r e la té s c i-d e s s u s
ren den t in u tile de d is c u te r c e tte th é o r ie .
8 4 LES R O IS THAUM ATURGES

l'heure — a u x prérogatives royales, si hostile surtout à tou t ce qui


sentait l ’usurpation des privilèges sacerdotaux, n ’était pas encore
née. Quand le rite guérisseur passa la Manche, elle b a tta it son plein ;
c'est elle dont les idées directrices s ’exprim ent, com m e on l ’a vu,
dans la phrase m éprisante de G uillaum e de M alm esbury, protestant
contre Γ « œuvre de fausseté » q u ’avaient entreprise, les fidèles de la
royau té. M ais il ne fau t pas piger, par l ’état, d ’esprit de Guillaum e,
de celui de tous les ecclésiastiques anglais. Vers l ’époque où H enri 1er
se m it à exercer son m erveilleux talent, un clerc, attach é à la cathé­
drale d 'Y o rk , écrivait ces trente-cinq traités, quintessence de tou te la
pensée anti-grégorienne, où s ’étale la foi la plus absolue et la p lu s in­
tran sigean te dans les vertus de l ’onction royale, dans le caractère
sacerdotal et quasi-divin de la r o y a u té 1). Henri I er lui-même, au
m oins pendant tou te la prem ière partie de son règne, fut en délica­
tesse avec les réform ateurs. C'est vraisem blablem ent dans son en­
tou rage que fu t rédigée une fausse bulle papale cpii, au m épris de
tous les principes nouveaux, reconnaissait a u x rois anglais «l'avouerie
et la protection.,, de tou tes les églises de l ’A n gleterre» et une sorte
de légation pontificale p e rp étu e lle12). On ne saurait s ’étonner q u 'il
ait, à ce m om ent sans doute, im planté clans ses E ta ts la p ratiqu e
th au m aturgiqu e qui était comme l'e xa lta tio n suprêm e de la croyance
en la force sacrée des rois ; on ne saurait s’étonner non plus que
cette p ratiqu e ait prospéré dès lors sur un sol favorable.
Né en France vers l ’an i o o o , en A n gleterre environ un siècle
p lu s tard, le rite du tou cher se tro u v a ainsi faire son apparition dans
des d ynasties où, contrairem ent à l ’ancien usage germ anique, le droit
de prim ogéniture com m ençait à dominer. D an s les p a y s musulm ans,
a u x prem iers tem ps de l'Islam , le sang ro yal passait pour gu érir de
la rage ; m ais le sang du m onarque régnant, du khalife, n ’é tait pas.
au x y eu x du peuple des croyants, le seul à posséder cette vertu ;
to u t m em bre de la fam ille dans laquelle le k h alife d ev ait être choisi,
to u t K oraïch ite v o y a it attribuer au liquide qui coulait dans ses

D e consecralione pontifteum et regum, o ù le


1) V o i r s u r t o u t l e 4 e t r a i t é ,
r itu e l du sacre se tro u v e c o m m e n t é : Libelli de lite (M on.
p e r p é tu e lle m e n t
Germ.) ITI, p. 662 e t s u i v . S u r l ’ « A n o n y m e d ’ Y o r k » c i . H B o e h m e r , K ircke nnd.
Staat in England und in der Normandie im X I . ttnd X I I . Jahrhundert, L e i p z i g
18 9 9, p. 177 e t s u iv . ( e x tr a its a u p a r a v a n t in é d its , p. 433 e t s u iv .) .

z) C f . H . B o e h m e r , loc. cil., p . 2 8 7 e t s u iv .; m on Introduction à O sbert


de C la r e , Analecta Bollandiavta, 1 9 2 3 , p . 51.
LA P O L IT IQ U E D Y N A S T IQ U E
85

veines le même m erveilleux p o u v o ir *) : c ’est que la race royale tou t


entière était tenue pour sainte : aussi bien les E ta ts islam iques n ’ont-ils
jam ais reconnu, en m atière politique, les privilèges de l ’aînesse, E n
France et en A ngleterre au contraire, la guérison des écrouelles fut
toujours considérée com m e une prérogative strictem ent réservée
au souverain ; les descendants d'un roi, s'ils n 'étaien t rois eux-mêmes,
n 'y avaien t point de p a r t 12). Le caractère sacré ne s’étend ait plus,
comme dans la prim itive Germ anie, à tou te une lignée ; il s’était défi­
nitivem ent concentré en une seule personne, le chef de la branche
aînée, seul héritier légitim e de la couronne ; celui-là seul a v a it le droit
de faire des m iracles.

Pour tout phénom ène religieux, il est d eu x ty p e s d ’exp lication


traditionnels. L ’un, q u ’on peu t, si l ’on veu t, appeler voltairien , v o it

1) J. W e l l ,h a u s e n , Reste arabischen Heidenlum s (Skizzen und Vor-


arbeiten, H . 3, B e r l i n 1 8 8 7 ) , p . 1 4 2 ; c f . G . W . F r e y t a g , Arabum P'ïove.ybiii, I ,
B o n n 18 38 , p. 4 8 8 ; E . W . L a n e , A n A rabic-English L exicon , I 7 , L e i p z i g 1 8 8 4 ,
p. 2626, 2 e c o l. L a s u p e r s titu tio n d o i t ê t r e d ’o r ig in e p r é is la m iq u e . L e m ê m e
p o u v o ir — a ttr ib u é au san g d es B a n o u -S in a n — est m e n tio n n é dans une
a n c ie n n e p o é s ie r e c u e illie d a n s l a Hamasa, tr a d u c tio n G. W . F reytag, I I , 2,
in -4 , Bonn 18 4 7, p. 583.
2) A i n s i q u ’ il a é té rem arqué sou ven t par le s é c r iv a in s de l ’A n c i e n
R é g im e ; ils v o y a ie n t dans c e tte o b s e r v a tio n un e x c e lle n t argu m en t c o n tre
l a t h è s e n a t u r a lis t e d 'a p r è s la q u e lle le p o u v o i r g u é r is s e u r e û t é t é u n a t t r i b u t
fa m ilia l, en q u e lq u e so r te p h y s io lo g iq u e , de la race r o y a le (c f. c i-d e s s o u s ,
p. 415) : p a r e x e m p le , d u L a u r e n s , De M ira b ili, p . 3 3 . J e n 'i g n o r e p a s , b ie n
e n t e n d u , q u ’a u t e m p s d e R o b e r t I I o u d e H e n r i I er d ' A n g l e t e r r e , l e p r i n c i p e
d e l a p r i m o g é n i t u r e é t a i t e n c o r e l o i n d ’ ê t r e u n i v e r s e l l e m e n t r e c o n n u ; m a i s il
é t a it d é jà s o lid e m e n t a s s is ; e n F r a n c e , on en a v a it f a i t l ’ a p p lic a tio n , m a lg r é
le s tr a d itio n s c a r o lin g ie n n e s , d ès l ’a v è n e m e n t de L o th a ir e en 954. L ’é t u d e
d e l ’i n t r o d u c t io n d e c e t t e id é e n o u v e lle , d a n s le d r o i t m o n a r c h iq u e , n ’ a ja m a is
é t é , à m a c o n n a is s a n c e , s é r ie u s e m e n t f a i t e ; m a is c e n ’ e s t p a s ic i le lie u d e l a
t e n t e r . I l s u f f ir a d e r e m a r q u e r , à c e p r o p o s , q u e l a f o r c e m ê m e d e s i d é e s m o ­
n a r c h iq u e s a m e n a c e r ta in s e s p r its à c o n s id é r e r c o m m e d ig n e d u tr ô n e , n o n p a s
l ’ a în é , m a i s l e fils , q u e l q u e f û t s o n r a n g d ' â g e , q u i é t a i t n é a p r è s q u e s o n p è r e
a v a it é té p r o c la m é r o i, ou sacré com m e te l; pour ê tre v r a im e n t un e n fa n t
r o y a l, il f a l la i t , a u g r é d e c e s ju r is t e s , n a î t r e n o n d ’ u n p r in c e , m a is d ’ u n r o i.
C e t t e c o n c e p tio n n e p r it ja m a is fo r c e d e lo i; m a is e lle s e r v it d e p r é t e x te à la
r é v o l t e d e H e n r i d e S a x e c o n t r e s o n f r è r e O t t o n 1 er ( c f .
B o e h m e r -O t t e n t h a l ,
Regesten des Kaiserreichs untev den Heryschern ans dem sâchsiscken H ause,
р. 3 1 e t 3 3 ) , e t on en re tro u ve l ’écho dans d iv e rs te x te s : p a r exem ple E a d m e r ,
Vita s. D un stan i (M em orials of St. D unstan, éd. S t u b b s , Rolls Sériés, p. 214,
с . 3 5 ) ; M a t h ie u P a r i s , H istoria Anglorum, é d . M a d d e n , R . S ., 1, p . 3 5 3 e t
Chronica majora, é d . L u a r d , R . S ., I V , p . 5 4 6 .
86 LES R O IS THAUM ATURGES

de préférence dans le fa it étudié l'œ u vre consciente d ’une pensée


individuelle sûre d'elle-m êm e. L ’autre y cherche au contraire l ’exp res­
sion de forces sociales, profondes et obscures ; j e lui donnerais volon ­
tiers le nom de rom an tique ; un des grands services rendus par le
rom antism e n ’a-t-il pas été d'accentuer vigoureusem ent, dans les
choses hum aines, la n otion du spontané ? Ces deux m odes d ’inter­
prétation ne sont contrad ictoires q u ’en apparence. P ou r q u ’une
institution, destinée à servir des fins précises m arquées par une
volonté individuelle, puisse s ’im poser à to u t un peuple, encore fa u t-il
q u ’elle so it portée p a r le s courants de fonds de la conscience collec­
tiv e ; et peut-être, réciproquem ent, pour q u ’une croyan ce un peu
va g u e puisse se concrétiser en u n rite régulier, n ’est-il pas indifférent
que quelques vo lo n tés claires l ’aident à pren dre form e. L 'h isto ire
des origines du tou ch er ro y al, si les hypothèses que j ’ai présentées
plus h a u t d oivent être acceptées, m éritera d ’être m ise au ran g des
exem ples déjà nom breu x que le passé fou rnit d ’une double action de
cette sorte.
LIVRE SECOND

GRANDEUR ET VICISSITUDES
DES

ROYAUTÉS THAUMATURGIQUES
CHAPITRE I.

L E T O U C H E R D E S É C R O U E L L E S E T SA P O P U L A R IT É
J U S Q U 'A L A F IN D U Q U IN Z IÈ M E S IÈ C L E .

§ i. Les rites français et anglais.

On a vu com m ent la pratique du tou cher était apparue dans la


France capétienne et l'A n g leterre norm ande. N ous allons assister
m aintenant à son épanouissem ent au cours des derniers siècles du
m oyen âge, ju sq u 'a u m om ent où la grande crise m orale qui s'o u vrit
vers la fin du quinzièm e siècle v in t ébranler, parm i ta n t d’autres
vieilles idées, la croyance au pouvoir guérisseur des rois. E t d ’abord
cherchons à évoquer l ’aspect sensible sous lequel ce p o u voir pendant
ce tem ps p rit corps a u x y e u x des hom m es.
L es rites fran çais et anglais furent au début to u t pareils. Com ­
m ent en eû t-il été autrem ent? le second n ’a v a it-il p a s été copié sur
le prem ier? T ou s d eux au reste étaien t fort rudim entaires. Mais il y a
dans to u t rituel com m e une force interne de développem ent ; celui
du tou cher n ’échappa p o in t à la loi com m une ; peu à peu il se com ­
pliq u a ; du m êm e coup, entre les deux pays, des différences assez p ro ­
fondes se firent jour. C ette évolution dépasse, en bonne partie, le
cadre du présent chap itre ; elle ne se dessina nettem ent q u ’au x
tem ps modernes, lorsque le m iracle royal eut pris rang parm i les
pom pes, m inutieusem ent réglées, dont s'entouraient les m onarchies
absolues. N ous n ’aurons affaire pour l'in sta n t q u 'à des form es à la
fois assez sim ples et assez flottantes, im parfaitem ent connues, d 'a il­
leurs, au m oins dans leurs détails ; car les cours du m oyen âge, pré­
cisém ent parce que l ’étiquette y était peu rigoureuse, ne nous ont
guère laissé de docum ents d ’ordre cérém oniel.
90 LES B O IS THAUM ATURGES

A ussi bien ces form es prim itives n ’avaient-elles rien d 'origin al.
L es rois m édecins se trouvèrent to u t n aturellem ent am enés à re­
produire les actes im m uables q u ’une longue trad itio n , popularisée
p a r les vies de saints, p rêtait a u x thaum aturges. Com m e les p ieu x
guérisseurs dont on racon tait autour d ’eux l ’histoire, il touchèrent
de la m ain les m alades, le plus souvent, sem ble-t-il, sur les parties
infectées elles-mêmes. Ils répétaient ainsi, sans s ’en douter, un très
antique usage, contem porain des plus anciennes croyances de l'h u ­
m anité : le co n tact de d eu x corps, obtenu d ’une façon ou d ’une autre
et plus particulièrem ent par l ’interm édiaire de la m ain, n 'a v a it-il
pas toujours p a ru le m oyen le plus efficace pour tran sm ettre d 'in d ivid u
à ind ivid u les forces invisibles? A ce v ie u x geste m agique ils en a jo u ­
tèrent un autre, trad itionn el lu i aussi en leur tem ps, m ais spécifique­
m ent chrétien : le signe de croix fa it sur les p atien ts ou sur leurs plaies.
C'est en traçan t ainsi l ’im age sacrée que les saints, en m aintes cir­
constances, avaient, disait-on, .triomphé des m aladies ; les rois
suivirent leur exem ple, en France dès R o bert II, en A ngleterre
égalem ent, sem ble-t-il, depuis l ’ origine. A u surplus, pou r les dévots
le signe d ivin accom pagnait tou tes les actions im portantes de la v ie ;
comment ne fû t-il pas ven u sanctifier le rite de guérison? *) P ar lu i
le roi m anifestait aux y e u x de tou s q u ’il exerçait au nom de D ieu
son m iraculeux pouvoir. L ’expression qu'em ploient couram m ent les
com ptes anglais du treizièm e siècle est bien caractéristiq u e : pour
indiquer que le roi tou che les m alades, il disent souven t, to u t sim ple­
m ent, q u 'il les « s ig n e » 2).
Les anciennes V ies d ’E douard le Confesseur renferm ent une
indication curieuse. L orsque la fem m e scrofuleuse fu t avertie p a r
un songe d ’a ller trou ver son roi, nous disent les hagiographes, elle
apprit par cette révélation q u ’elle serait délivrée de son m al « si elle
se faisait la v er p a r le roi, avec de l ’eau » ; en effet l ’on vo it, dans la

h E x e m p l e d e l ’ e m p l o i t h é r a p e u t i q u e d u s i g n e d e c r o i x : d a n s G arin
le Lorrain (L i Rom ans de G arin le Loherain, é d . P . P a r i s : L es Rom ans des
douze pairs, I , p . 2 7 3 ) o n v o i t l e s m é d e c i n s , a p r è s a v o i r p o s é u n e m p l â t r e s u r
la b le s s u r e d u duc B é g o n , f a ir e s u r e lle le s ig n e d e c r o ix . L e s ig n e d e c r o ix
é t a i t s i b ie n d e r è g le , c o m m e r it e d e b é n é d ic tio n e t d ’ e x o r c is m e , d a n s to u t e s
le s a c tio n s c o u ra n te s d e l ’e x is te n c e que la Régula Coenobialis de S a in t C o -
lo m b a n p u n it d e 6 co u p s le m o in e q u i a u r a o m is d e le t r a c e r s u r s a c u ille r ,
a v a n t d ’y b o ir e , o u d e l e f a i r e t r a c e r s u r l a l a m p e q u ’ il v i e n t d ’ a llu in e r , par
u n m o in e p lu s a n c ie n : Zeitschrift für Kirchengeschichte, X V II (18 9 7), p . 220 .
2) E x e m p le e n tre b e a u c o u p d ’a u tr e s: R. O ., C lia n c e r y M is c e lla n e a , I V ,
1, fo l. 17 v°, 27 m a i 13 78 « x v ij e g r o tis signatis per regem x v ij d ».
LES R IT E S F R A N Ç A IS E T A N G L A IS gx

suite d u récit, le saint — je reproduis l ’expression singulière de la V i e


A n o n y m e — o in d re les parties m alades d u b o u t de ses doigts hum ectés
d ’eau. L à aussi, on reconnaît un v ie u x procédé, legs de la plus loin ­
taine m a gie: le liquide où un thaum atu rge a v a it trem pé ses m ains
passait pour recevoir de ce contact des propriétés m iraculeuses. F au t-il
donc croire que les rois aient d 'ordinaire usé de cette recette? Je ne
le pense pas. C ’est à l'atto u ch em en t direct que toutes les descriptions
autorisées du rite anglais, com m e du rite français, attribuent le pou­
vo ir de guérir 1). On ne saurait puiser dans les V ies de saint E douard
des renseignem ents précis sur le ritu el su ivi au douzièm e siècle ou
plus tard à la cour d ’A ngleterre ; car l ’épisode des écrouelles, que les
conseillers de H enri I er utilisèrent com m e prototype du m iracle
royal, ne fu t sans doute pas inventé de toutes pièces p ar eux; il dut
faire partie, dès avan t l ’ avènem ent de leur m aître, du cycle du Con­
fesseur. D ’autres historiettes qui voisinent avec lui dans les mêmes
biographies prêtent égalem ent un rôle im portant à l'eau . Nous
avons affaire à un thèm e hagiographique dont la littéra tu re légen­
daire, et plus particulièrem ent, sem ble-t-il, les œ uvres écrites en
Grande-Bretagne, offrent m aint exem ple, non à un tra it co n stitu tif
du cérém onial de guérison, tel que le pratiquèrent, en réalité, les rois
anglais 2).
D an s ce cérém onial pourtant, des deux côtés de la Manche, l ’eau
tenait une place, m ais bien m odeste, au m oins en principe. Comme
de juste, après a vo ir posé leurs doigts sur ta n t de tum eurs dégoû­
tantes, les rois se lavaient les m ains. Ce geste, né du plus élém entaire
besoin de propreté, n 'a v a it pas, à l ’origine, de caractère thaum a-
turgique. Mais com m ent le peuple se serait-il abstenu d 'a ttrib u er
quelque vertu à l ’eau des cu vettes royales? P our avo ir m ouillé
une m ain 'qui savait guérir, elle sem blait, à son tour, devenue un re­
mède. U n moine de Corbie, E tien ne de C onty, qui com posa vers le
début du règne de Charles V I un p e tit traité sur la royau té française,
d écrivit dans cet opuscule le rite des écrouelles. L e roi, dit-il, après
avoir touché, se lav e ; l'eau qui lui a servi à cet usage est recueillie

b Pour l ’i n t e r p r é t a t i o n d 'u n te x te obscu r d 'E t ie n n e de C o n ty , v o ir

c i-d e s s o u s , p. 92, n. 1.
2) C f . l a Vie a n o n y m e , é d . L u a r d , Lives of Edward the Confesser, p . 4 2 9 ,
le s u rto u t O s b e r t d e C l a r e , c lia p . X I V , X V , X V I , X V I I (o ù l ’o n t r o u v e r a
est r é fé r e n c e s aux passages c o r r e s p o n d a n ts des a u tre s b io g r a p h ie s ) ; v o ir
au ssi A d . F r a n z , D ie hirchlichen Benediktionen, I, p. 79 e t s u iv ., e t su rto u t

p. 84.
92 J.F.S R O IS THAU M ATU RGES

par les malades ; ils en boivent, durant neuf jours, à jeun et dévote­
m ent ; après quoi ils sont guéris, «sans autre m éd ecin e» 1). Cette
singulière superstition ne p araît pas avoir jam ais traversé la Manche ;
en France même en n ’en retrou ve plus trace, au x tem ps m odernes.
Mais en Angleterre, com m e nous le verrons plus tard, la pièce de
monnaie rem ise au x scrofuleux devint le thèm e d ’une croyance
d ’un type somme toute analogue, le fluide guérisseur étant, dans un
cas comme dans l ’autre, censé se transporter de la m ain royale à une
chose que cette m ain a vait effleurée. A utou r du noyau prim itif, form é
par le rite officiel, tout un folklore ne p o u vait m anquer de pulluler.
Les rois en accom plissant l ’acte thaum aturgique ne gardaient
pas le silence. Très anciennem ent les rois de France prirent l ’habitude
d ’accompagner le double geste traditionnel de quelques m ots con­
sacrés. Geoffroy de B eaulieu nous rapporte de saint Louis q u ’en tou ­
chant les parties malades il prononçait certaines paroles, « appropriées
à la circonstance, et sanctionnées par la coutum e, parfaitem ent saintes
d ’ailleurs et cath o liq u es» 2). Ce sont ces m êmes paroles «saintes et

*■ ) B i b l . N a t . l a t . 1 1 7 3 0 , l o i . 3 1 v ° : « Ite m p o s t d ic ta m sa n cta m u n c tio -


nem e t c o r o n a c io n e m r e g u m F r a n c ie o m n e s p r e d ic ti r e g e s s in g u la r e s q u ilib e t
ip s o r u m f e c it p lu r ie s m ir a c u la in v ita su a, v id e lic e t sa n a n d o o m n in o de ve-
n e n o sa , tu r p i e t iiu n u n d a s c a b ie , que G a l l i c .e v o c a t u r escroelles. Ite m m odus
s a n a u d i e s t is te : p o s tq u a m r e x a u d i v i t m is s a m , a ffe r t u r a n t e e u m v a s p lé n u m
aque, s ta tim tu n e f a c i t o r a c io n e in su am a n te a lt a r e e t p o s te a m a n u d e x tr a
t a n g it in fir m ita te m , e t l a v a t in d i c t a a q u a . I n f i r m i v e r o a c c ip ie n te s d e d ic ta
aqua e t p o ta n te s per n ovem c lie s j e j u n i cm n d e v o tio n e s in e a lia in e d ic in a
o m n in o sa n a n tu r . E t est rei v e r ita s , quod q u a s i in n u m e r a b ilc s s ic de d ic ta
in fir m ita te fu e r n u t sa n a ti per p lu r e s r e g e s F r a n c i e ». C e passage a d é jà é té
r e p r o d u it p a r d 'A c h e r y d a n s ses n o tes su r la De vita sua de G u ib e r t d e
N og en t e t d ’a p r è s lu i p a r M ig n e , P . L . , t. 1 5 6 , c o l. 1 0 2 2 - 2 3 . S u r l ’a u t e u r
v. u n e n o t i c e d o L . D e l t s l e , L e cabinet des manuscrits de la B ibl. Nationale,
I I , p . 127 ( p u b l i é e a n t é r i e u r e m e n t , B ib l. B c. Chartes, 1 8 6 0 , p . 421). L e p e t i t
t r a i t é s u r la r o y a u t é fr a n ç a is e e s t p la c é e n t ê t e d ’u n e c o n t in u a tio n d e la c h r o ­
n iq u e . m a r tm ia n e , d u e é g a le m e n t à E t i e n n e d e C o n t y (fr a g m e n t d e c e tte co n ­
tin u a tio n A l b a n è s e t U . C h e v a i . i e r , Actes anciens et do­
p u b lié par J. H.
cuments concernant le bienheureux Urbain V, p . 7 3 ) , o ù l e d e r n i e r é v é n e m e n t
r e l a t é e s t la b a t a i l l e d e N i c o p o l i (2 5 s e p t . 1 3 9 6 ) . L e t e x t e c i t é e n t ê t e d e c e t t e
n o t e n ’ e s t p a s s a n s o b s c u r it é s : s e lo n q u e l ’ o n a t t r i b u e a u m o t lavat u n sen s
a c tif ou n e u tre — deux s ig n if ic a tio n s qui so n t, l ’u n e com m e l ’a u tre , par­
f a i t e m e n t c o n f o r m e s a l ’ u s a g e c la s s iq u e — ■ o n d e v r a c o m p r e n d r e o u q u e le r o i
l a v e le s p la ie s , o u q u ’il se l a v e a p r è s le s a v o i r t o u c h é e s . J e p r é f è r e la s e c o n d e
in t e r p r é t a t io n , la p r e m iè r e — g é n é r a le m e n t a c c e p té e cep en d an t — é ta n t
a b s o lu m e n t c o n t r a ir e à t o u t c e q u e n o u s s a v o n s p a r a ille u r s d u r it e fr a n ç a is .
2) H islor. de France, X X , p. 20, c. X X X V ( t e x t e c it é c i-d e s s o u s , p . 1 9 1 .
n. 1).
LES RITES F R A N Ç A IS E T A N G LA IS 93

dévotes » que P hilip pe le B el, dit-on, sur son lit de m ort enseigna,
ou m ieux — car elles ne devaient rien avoir de bien secret — rappela
au prince L ouis son successeur1). Q uelles étaient-elles? Il fa u t nous
résoudre à l ’ignorer. L a form ule stéréotypée qu'adoptèrent plus
ta rd nos m onarques : « L e R o i te touche, D ieu te gu érit » n ’est
a ttestée q u ’à pa rtir du seizième siècle. C ette phrase, ni aucune autre
analogue, ne p araît jam ais avoir été em ployée outre-M anche. N on
que les souverains, là-bas non plus, restassent m uets. Mais ce qui
sortait de leur bouche, ce n ’était que des prières.
D e la solennité française, bien entendu, la religion n ’était pas
absente. E lle y pénétrait p a r le signe de croix, et d ’ autres façons
encore. L e roi, relate E tienne de C onty, ava n t d 'aller vers les m a­
lades, se m ettait en prières. L 'u sa ge était sans doute ancien ; m ais
s ’agissait-il d 'au tre chose que d ’une oraison m uette ? A u seizième
siècle nous verrons apparaître des formules spéciales pour cette oc­
cision, niais très courtes et portant d ’ailleurs la trace de légendes
ta r d iv e s 2). E n face de cette p auvreté, l ’A ngleterre nous offre une
extrêm e richesse : le cérém onial du tou cher y p rit l ’allure d ’un v é ri­
tab le service liturgique, où le roi, assisté de son chapelain, faisait
presque figure d’officiant. Malheureusem ent la litu rg ie anglaise des
écrouelles n ’a pas laissé de m onum ents antérieurs au x tem ps m o­
dernes ; le prem ier « service pour la guérison des m alades » qui nous
soit parvenu date de H enri V I I I , peut-être de H enri V I I . N u l doute
cependant q u ’il ne renferme des com positions bien plus anciennes,
ni surtout que ce développem ent rituel si particulier ne rem onte
fort haut. Thom as Bradw ardine, chapelain d ’E douard II I, dans un
traité philosophique écrit en X344, n otait déjà que son roi, avan t de
gu érii, «se répandait en prières»3) B ien m ieux: dès le siècle précédent,
les com ptes de l'H ôtel anglais, pour exprim er que le roi tou che les
m alades, disent, non seulement, comme je l'a i déjà indiqué, q u ’il

1) I v e s de S a i n t - D e n i s , Histor. de France, X X I, p. 207 c et d : ■ p r i-


m o g e n itu m ite r n m a d se v o c a tu m s e c r e t i u s , p r a e s e n t e s c i l i c e t s o lo c o n f e s s o r e ,
i n s t r u x i t d e m o d o t a n g e n d i in fir m o s , d ic e n s e i s a n c t a e t d e v o t a v e r b a q u a e in
ta n g e n d o in fir m o s d ic e r e fu e r a t a ssu e tu s. S im ilite r d o c u it eum quod cu m
m agna r e v e r e n tia , s a n c tita te e t p u r it a t e d e b e r e t iliu m c o n t a c t u m in fir m o r u m
e t m n n d is a p e o c a to m a n ib u s e x e r c e r e ». L 'e n t r e v u e du 26 nov. 13 14 e n tre
P h ilip p e le B e l m o u r a n t e t l ’h é r itie r d u tr ô n e e s t é g a le m e n t a tt e s t é e p a r la
r e la t io n d e l 'e n v o y é d u ro i d e M a jo r q u e (q u i ig n o r e ce q u i s 'y e s t d it), B ibl.
E c. Chartes, L V III (18 9 7 ), p. 12 .
a) C i d e s s o u s , p. 286,
3) C i - d e s s o u s , p. 99, n. 1.
LES R O IS T H A U M A T U R G E S
94

les « signe » m ais aussi, et plus fréquem m ent encore, q u ’il les «bénit » :
term e devenu quasim ent classique ; on le retrou ve chez Bradw ardine
lui-m êm e et chez le m édecin Jean de G ad d esd en 1) . Certes, comme
on s ’en apercevra par la suite, la valeur attribuée à la bénédiction
royale, en elle-même, n’était pas en ce tem ps propre à l ’Angleterre.
L a puissance sacrée que l'o n p rêtait à la m ain du souverain se m ani­
festait dans un geste protecteur de cette sorte, com m e dans celui
qu i était censé chasser la m aladie. On d evait, sem ble-t-il, être n atu ­
rellem ent amené à les confondre. P ourtan t les docum ents français
ne fon t jam ais ce rapprochem ent. Il était constant, au contraire,
en Angleterre, C ’est que les A n glais avaien t sous les y eu x un céré­
m onial de guérison, qui paraissait nécessairement appeler l ’emploi
d ’un m ot em prunté ou vocabulaire ecclésiastique.
D ’où v in t, entre les deux rites, ce contraste si frappant? Les
raisons en sont obscures. Peut-être — m ais ce n 'est q u ’une hypothèse —
convient-il de les chercher dans le m ilieu mêm e où la p ratiqu e anglaise
v it d ’abord le jour. L a notion du rôle sacré de la ro yau té y a vait
été exacerbée par les polém iques soulevées autour de la réform e
grégorienne : si H enri Ier
com ptait dans son entourage beaucoup
de clercs com m e « l ’Anonym e d ’Y o rk », on ne saurait s'étonner qu’ il
se so it laissé persuader de prendre des attitu d es quasi sacerdotales,
im itées ensuite p a r ses successeurs.
Prim itivem en t, à ce q u ’il paraît, les rois exerçaient leu r pouvoir
thaum atu rgique un peu au hasard, sur les m alades à m esure q u ’ ils se
présentaient. C ’est une foule assez désordonnée que G uibert d eN o g en t
nous m ontre se pressant autour de L ouis V I. P eu à peu, com m e les
grandes m onarchies occidentales devenaient, en tou tes choses, m ieux
policées et que les habitudes régulières et routinières de la b u reau ­
cra tie se m ettaient à pénétrer mêm e la vie de cour, une certaine dis­
cipline s’introduisit dans les form es extérieures du m iracle royal.
Saint Louis « tou ch ait ses m alades» tous les jours, sem ble-t-il, ou du
m oins tous les jours où il se trou vait sollicité par eux, m ais seulement
à une heure déterm inée, après sa, messe ; les retardataires passaient

J) P o u r l e s c o m p t e s , e x e m p l e s e n t r e b e a u c o u p d ’ a u t r e s '. R . O . , C h a n c e r y
M is c e lla n e a , I V , i, fo l 20, 3 ju in 12 78 : « tr ib u s e g r o tis b e n e d ic tis d e m a n u
R e g is » ; E. A. 352, 18, 8 a v r il 12 8 9 ; « D o m in o H ennco e le m o s in a r io . . . .
d ie P arasceu e, apud Condom . . . pro in fir m is quos R ex b e n e d ix it ib id e m :
x x j. d. B r a d w a r d in e : t e x t e c ité c i-d e s s o u s ,
s t.» p. 99, n. 1. Jo h n of
G a d d e s d e n , P r a x is medica seu Posa anglica dicta, in -8 °, s. 1. n . d . [ 1 4 9 2 ]
f o l . 5 4 v° ( c f . c i - d e s s o u s , p . 1 1 9 ) .
LES R IT E S FRAN ÇAIS E T ANGLAIS 95

la n uit au palais, où un logem ent et des v iv re s étaient préparés pou r


eux, et com paraissaient le lendem ain, au m om ent opportun, d evan t
le roi. L ’h abitu de de p ra tiq u er le rite sans périodicité régulière exis­
ta it encore en Fran ce sous P hilip pe le B el; de même en Angleterre,
vers la m êm e époque, sous les trois E douard. E lle se m ain tin t là-b as
ju sq u ’à la fin du quinzièm e siècle ; H enri V I I ne sem ble pas a vo ir
eu de date fixe pour le tou cher. E n Fran ce au contraire, sous Louis X I ,
on group ait lès m alades de façon à ne les conduire devant le roi q u ’un
jo u r p a r sem aine ; c ’é ta it assurém ent un gain de tem ps n otable
pour un m onarque a c tif et occupé *).
E n F ran ce égalem ent on s ’accoutum a, depuis le quinzièm e siècle
au plus tard , à opérer u n tr i parm i les pau vres gens q u i ven aien t
chercher auprès de leur souverain le soulagem ent de leurs m au x ;
car la spécialité de l ’auguste m édecin était désorm ais bien étab lie:
il guérissait les écrouelles, et les écrouelles seulem ent. Il conven ait
donc de n 'a d m ettre auprès de lu i que des m alades a ttein ts de cette
affection ; ou vrir la po rte a u x autres eût été im poser au prince des
pertes de tem ps inutiles, et peut-être aussi risquer de com prom ettre
son prestige, en lui faisan t accom plir des gestes guérisseurs destinés,
pensait-on, à demeurer sûrem ent inefficaces. D ’où un prem ier d ia­
gn ostic plus ou m oins som m aire, dont on confia sans doute dès cette
époque le soin au m édecin de la cour ; quiconque désirait obtenir
la grâce de l'atto u ch em en t royal d ev a it tou t d ’abord se soum ettre
à cet exam en. Cela n ’a llait point toujou rs sans criailleries. U n jou r
Charles V I I se tro u v a it à L an gies ; un certain H enri P a y o t, m aréchal
ferrant, h a b ita n t près de cette ville, vo u lu t lu i am ener sa sœur, q u ’on
d isait scrofuleuse ; les gens du roi refusèrent d 'ad m ettre cette personne,
donnant pour raison q u ’elle n 'a v a it point les écrouelles ; H en ri
P a y o t, déjà aigri par les pertes que lui avaien t fa it subir les guerres,
se ven gea de cette dernière déconvenue par des paroles m auvaises,
appelant la m alédiction d ivin e sur son souverain et sur la reine, et
tra ita n t les d eu x ro y a u x époux de fou et de folle. Ces propos, avec
d ’autres égalem ent m alsonnants, furent répétés ; si bien que le m al­

■ >) P o u r s a in t L o u is , sa v ie par G u illa u m e de S a i n t -P a x h u s , é d .


D e l a b o r d e (C o lle c t io n de te x te s pour s e r v ir à l ’é t u d e . . . de l ' h i s t o i r e ) , p. 99.
P o u r P l i i l i p p e le B e l e t le s s o u v e r a in s a n g la is , le s c o m p t e s é n u m é r é s c i- d e s s o u s ,
A p p e n d ic e , I. p, 4 3 1. P o u r L o u is X I , Co m m i n e s , V I , c. V I , é d . Ma in d r o t
{ C o lle c tio n d e te x te s p o u r s e r v ir à l'é t u d e . . . d e l ’ h i s t o i r e ) , II, p. 41.
g6 LES ROIS T H A U M A T U R G E S

heureux dut, plus tard, se procurer une lettre de rémission, q u ’il


p a y a sans dou te à b ea u x deniers c o m p ta n ts1).
L a générosité envers les pauvres de ce m onde é ta it un devoir
que la conscience m orale du m oyen âge im posait a u x souverains
avec beaucoup de force. Ils s'en acq u ittaien t sans parcim onie. Q ui­
conque a parcouru les com ptes de dépenses des m aisons royales,
ta n t en France où les docum ents de cette sorte sont m alheureusem ent
bien rares q u ’en A n gleterre où ils se sont infinim ent m ieu x conservés,
sait que les aum ônes y tiennent une place vraim ent large 23 ). Or parm i
4
les m alades qui venaien t dem ander au x rois la guérison, il se trou vait
beaucoup de m iséreux. On prit v ite l ’habitu de de leur rem ettre
quelque argent. E n France, sous Philippe le Bel, on ne donnait, semble-
t-il, en principe, q u ’à ceux qui venaient de loin, les étrangers, les
n ationaux accourus depuis les extrém ités du royaum e, et la valeur
du don était variab le, alla n t de 20 sous — somme qui, au m oins en 1307
et 1308, paraît avoir constitué le ta u x norm al — ju sq u ’à 6 et même
12 liv r e s 2). Je ne parlerai pas des règnes su iv an ts: de P hilippe I V
à Charles V I I I to u t renseignem ent de cette sorte m anque absolu­
m ent. E n Angleterre, sous E douard I er, E douard II, E d o u ard I I I
l ’aumône des scrofuleux était tou jours la m êm e: 1 d e n ie r1). E lle
était beaucoup plus faible q u ’en Fran ce parce q u ’elle é ta it beaucoup
plus largem ent répandue. T ou s les m alades en effet, ou presque tous
p articip aien t à la d istribution ; tou t au p lus peut-on supposer que
dans les prem iers tem ps quelques uns, les p lu s nobles, les plus riches,
se tenaient à l'é ca rt. Ces excep tions durent tou jours être extrêm em ent
rares ; sans quoi les états de paiem ent n ’auraient pas a ttein t les
chiffres form idables que je citerai bientôt. E lles disparurent sans doute

q Ce qui précède d ’a p r è s la l e t t r e de r é m is s io n d a té e de R o m o r a n tin ,


2 3 o c t o b r e 1 4 5 4 , e t a c c o r d é e à H e n r i P a y o t « p o u v r e s im p le h o m m e , m a r e s c h a l,
d em ou ran t a P ersay le P e tit ou b a illia g e de S e n s e t d io c e s e d e L a n g r e s » :
A rch . N a t. J J . 1 8 7 , f o l . 1 1 3 V0 ( s i g n a l é e p a r C h a r p e n t i e r , s u p p lé m e n t
à l ’ a r tic le scroellae d u Glossarium d e d o C a n g e ).
2) C e q u i s u i t d ’ a p r è s l e s c o m p t e s r o y a u x , é t u d i é s c i - d e s s o u s a l'A p p en ­
dice 1.
3) Sans nul d o u te , co n fo rm é m e n t aux h a b itu d e s de l ’H ô t e l et b ie n
que le s c o m p t e s n e l ’ in d iq u e n t p a s e x p r e ss é m e n t, eu m o n n a ie parisis.
4) L e s . p l u s pau vres p o u v a ie n t d ’a ille u r s r e c e v o ir un seco u rs a lim e n ­
ta ir e s u p p lé m e n ta ir e : E . A. 350, 23, s e m a in e com m en çant an d im a n c h e
12 ju ille t 1277 : « S e x a g in ta et u n d e c im e g r o tis b e n e d ic tis de m anu r e g is
p e r illa m ebdom adam d e d o n o r e g is p e r e le m o s in a r iu m su u m v . s. x j. d. In
p a s c e n d is q u in q u e p a n p e r ib u s d ic to r u m e g r o to v u m p e r e le m o s in a r iu m r é g is
v ij d. ob. b.
LA PO PULAR ITÉ DU TOUCHER 97

trè s v ite ; a u x tem ps modernes, elles n ’existaien t plus. L a pièce de


m onnaie était devenue alors, a u x y e u x du public, un instrum ent es­
sentiel du rite; ne pas la recevoir des m ains du roi, c ’eût été, au m ieux,
n ’être m iraculé q u ’à demi. J ’étudierai par la suite, plus en détail, cette
superstition ; je tenais à la m entionner dès m aintenant ; elle intéresse le
m oyen âge p ar ses origines lointaines, car on ne saurait expliquer sa
naissance que p ar l'h a b itu d e très tô t répandue à la cour anglaise d ’ac­
com pagner, dans tou s les cas, d ’une aum ône le geste guérisseur des rois.
N ous venons de vo ir au m oyen de quels rites, au m ilieu de quel
cérém onial les rois exerçaient leur m erveilleux pouvoir. Il reste à
n ous dem ander quel succès leurs prétentions ob ten aient auprès du
public. Ils se posaient en th a u m a tu rg es: q u i cro y a it en eux? Ils se
posaient en m édecins : que lu t leur clientèle?

§ 2. L a p o p u la r ité d u toucher.

On se souvien t q u ’ en A ngleterre, sous les trois règnes successifs


d ’E dou ard I, E do u ard II , et E d o u ard I I I (1272-1377), les m alades,
après avoir été touchés, recevaien t tous, ou peu s’en fa u t, une petite
aumône, dont la valeu r é ta it invariablem ent fixée à un denier. N ous
avons encore quelques com ptes q ui nous donnent, pou r diverses p é­
riodes, le m ontant de ces versem ents, soit globalem ent pou r to u t
l ’exercice envisagé, soit, ce qui est encore préférable, p ar jours, se­
maines, ou quinzaines. Laissons d ’aboTd parler ces chiffres. Ils ont
une sorte de b ru tale éloquence. Nous verrons ensuite à les com m enter1) .
D es trois souverains que j'a i cités, le plus ancien apparaît dans nos

x) P o u r to u s d e ta ils te c h n iq u e s su r le s co m p te s, a n g la is ou fr a n ç a is ,
v o ir Y A ppendice I. O n y tr o u v e r a e n p a r tic u lie r la lis te d e s c o m p te s d e l ’H ô t e l
a n g la is q u e j ' a i c o n s u lté s , a n n é e p a r a n n é e , ce q u i m e p e r m e t t r a d e s im p lifie r
ic i le s r é fé r e n c e s . P o u r in t e r p r é t e r le s r e n s e ig n e m e n t s fo u r n is p a r le s c o m p t e s
d ’E d o u a r d 1er, je m e s u is s e r v i d e H e n r y G o u g b , Itinerary of K in g Edward
the first, 1 v o l . i n - 4 0, P a i s l e y , 1 9 0 0 ; c f . a u s s i l ' i t i n é r a i r e d u m ê m e p r i n c e , p a r T h .
C r a ib , d o n t il e x is te au R ecord O ffic e de L on dres un e x e m p la ir e d a c ty lo ­
g r a p h ié ; à c o m g ilé t e r p o u r l e s s é j o u r s d ' E d o u a r d I 01 e n A q u i t a i n e p a r Ch. B É-
m on t, Rôles gascons (Doc. inédits), I I I , p . i x e t s u i v . P o u r E d o u a r d I I , j ' a i
u t i l i s é C. H . H a r t s h o r n e , A n itinerary of Edward I I ; B rilish Archaeological
Association, Collectanea Archaeologica, I ( 1 8 6 1 ) , p . 1 1 3 - 1 4 4 . j e n ’ i g n o r e p a s q u e c e s
d i v e r s i t in é r a i r e s , d r e s s é s d ’ a p r è s d e s d o c u m e n t s d e c h a n c e l l e r i e , d e m a n d e r a i e n t
à ê tre v é r i f ié s , et s a r is d o u t e r e c tifié s , d a n s le d é ta il, à l 'a i d e d e s c o m p t e s d e
l ’ H ô t e l e u x - m ê m e s ; m a i s j e n ’ a i p a s e u l e t e m p s d e f a i r e c e t r a v a i l ; e t d ’ a ille u r s ,
p o u r l ’o b j e t q u e j 'a v a i s e n v u e , s e u le s le s g r a n d e s lig n e s im p o r t a ie n t .

7
98 LES R O IS T H A U M A T U R G E S

sources, malheureusement trop incom plètes pour perm ettre des com pa­
raisons certaines, comme possédant le «record» du m iracle. Edouard I er
«bénit » 983 individus pendant la 28e année du règne; 1219 pendant
la 32e année ; pendant la 18e, 1736. V oici d ’autres années un peu m oins
brillan tes ; la 25e, 725 ; la 5e, 627 ; la 17®, 519 ; la 12e enfin, 197 l ).
Passons à E douard II. L e seul chiffre annuel que nous connais­
sions de lu i est faible : 79 personnes touchées pendant la 14e année
de son règne (8 ju illet 1320 à 7 ju illet 1321). M ais d ’autres renseigne­
m ents, qui ne se groupent pas dans le mêm e cadre chronologique,
donnent de son pouvoir m édicinal une idée un peu m oins défavorable :
en 1320, du 20 m ars au 7 juillet, pendant une période de 4 m ois par con­
séquent, il v it venir à lui 93 m alades ; en 1316, du 27 ju ille t au 30 no­
vem bre, espace de tem ps très légèrem ent supérieur au précédent, 2 1 4 2) .
E douard II I, du 10 ju illet 1337 au 10 ju ille t 1338, fit 136 cures.
C ’était une assez pauvre année. E lle ne d oit pas être prise comme
ty p e . D u 12 ju illet 1338 a u 28 m ai 1340 — un peu plus de 22 mois·
— le nombre des m iraculés a tteig n it 885, en m oyenne p a r consé­
quent to u t près de 500 par an. E n revanche d u 25 jan vier 1336 au
30 août 1337 — 19 m ois — il ne dépassa, p as 108 3).

1) L a 28e année du règn e v a du 20 n o v. 12 9 9 au 19 nov. 130 0 ; la 32e


du 20 n o v . 130 3 au 19 nov. 13 0 4 ; la 1 8 e d u 20 n o v . 128 9 au 19 nov. 12 9 0 ;
l a 2 5 ° d u 20 n o v . 12 9 6 a u 1 9 n o v . 1 2 9 7 ; la 5 e d u 20 n o v . 1 2 7 6 a u 1 9 n o v . 1 2 7 7 ;
la 1 7 ° d u 20 n o v . 12 8 8 a u 1 9 n o v . 1 2 8 9 ; l a 1 2 e d u 20 n o v . 1 2 8 3 a u 1 9 n o v . 12 8 4 .
J ’ ai o b te n u le s t o t a u x c i-d e s s u s e n a d d it io n n a n t le s c h iffr e s d o n n é s d a n s le
p lu s gran d d é ta il par le s d iffé r e n ts c o m p te s que l ’o n tr o u v e r a m e n tio n n é s
p . 438, n. 1 à 3. On p o s s è d e d ’E d o u a r d I er ( a u R ecord O ffic e , s o u s l a co te
C han cery M is c e lla n e a , IV , 1) une so r te de liv r e de c a is s e de l 'H ô t e l
s 'é t e n d a n t d u 3 1 ja n v ie r 1 2 7 8 a u ig n o v . d e la m ê m e a n n é e . J e n ’a i p u l’u ti­
lis e r p o u r le s s t a t is t iq u e s d u t o u c h e r p a r c e q u ’ à c ô t é d e m e n tio n s p a r fa ite m e n t
c la ir e s t e lle s que c e lle s -c i « pro x x x e g r o tis e g r itu d in is R é g is » (9 v ° ) , « pro

c x ij e g r o tis de m orbo r e g io c u r a tis » ( 1 1 v ° ), il e n r e n fe r m e d ’a u tr e s q u i

s e p r é s e n t e n t s i m p l e m e n t s o u s l a f o r m e « p r o e g r o t i s », d e t e l l e s o r t e q u ’ o n n e
peut d é t e r m in e r s ’il s ’ a g i t d ’a u m ô n e s fa ite s à des m a la d e s q u e lc o n q u e s ou
à d e s s c r o fu le u x to u c h é s p a r le r o i. De m êm e il n ’a pu ê tre te n u co m p te ,
d e s m e n tio n s « p r o in fir m is » d u r ô le d ’ a u m ô n e s d e l 'a n 2 1, E. A . 353, 16.
*) L e p r e m ie r c h iffr e fo u rn i par B r it. M u s. Àdd. m ss. 99 51, fo l. 3 v°;
le s e c o n d p a r A d d . m s s . 1 7 6 3 2 , fo l. 5 ; le tr o is iè m e r é s u lta t d e l ’ a d d itio n des
a r tic le s d é ta illé s d u c o m p te a n a ly s é dans VArchacologia, X X V I, p. 3 19 -3 2 0
(c f. c i-d e s s o u s , p. 10 2, n. 2 ).

3) Le p r e m ie r c h iffr e E. A. 3 8 8 ,5 (r o u le a u , d e r n iè r e m e m b ra n e); le
secon d R . O . , T r e a s u r y o f R e c e i p t , M i s c e l l . B o o k s , 2 0 3 , f o l . 1 7 7 ; le t r o i s i è m e ,
B r it . M u s ., C o tt o n N e r o C V I I I , fo l. 20 8 (u n e in d ic a tio n r e la t iv e à la p it a n c e
des pauvres, lo i. 2 0 7 V 0, p e r m e t d e d é te r m in e r , pour ce d e r n ie r c o m p te , la
LA POPULARITÉ DU TOUCHER
99

Ces chiffres, dans leur ensemble, sont im posants. Ils donnent


une hau te idée du prestige thaum aturgique des P lan tagen ets. Thom as
B radw ardine, qui m ourut en 1349 archevêque de C anterbury, nous
dit, dans un ouvrage composé au tem ps où il é ta it encore chap elain
d ’E douard II I, que les m iracles accom plis p ar son m aître étaien t
attestés « par les m alades guéris, par les personnes présentes au
m om ent des cures ou qui en avaien t v u les effets, p a r 'le s peuples
des N ations, par l ’universelle ren o m m ée» *1). E x a g é ra it-il la po p u ­
larité du rite anglais? On p ou rrait être tenté de le croire, si les com ptes
ne nous in vitaien t à prendre ses affirm ations au sérieux. L a renom m ée
q u ’il invoqu e n ’ est pas une figure de rhétorique ; elle poussait vers les
rois d'A n gleterre des foules entières, plus d ’un m illier d ’hom m es par
an, quelquefois.
A u cu n docum ent ne nous fournit, sur l'a c tiv ité m édicale des
rois de France, de données num ériques précises. On doit supposer
cependant que leur réputation à la m êm e époque n ’était p a s m oindre
que celle de leurs voisins. D es croyances sem blables, dans les d eu x
pays, soutenaient un rite sem blable. P hilip pe le Bel, on s ’en apercevra
tou t à l ’heure, n ’était pas sollicité que p ar ses sujets im m édiats ;
il v o y a it venir vers lui, a u x jours du toucher, des Espagnols, des
Italiens, et, parm i les Français, les h ab itan ts de fiefs lointains et m al
soum is ; selon to u te apparence, le peuple de ses dom aines propres

période à laquelle s'ap p liq u e le chiffre des m alades touchés). On rem arq u era
q u ’il y a ch evauch em en t entre les chiffres de C otton N ero C V IIX et c e u x de
E . A . 388, 5; cf. ci-dessous, p. 10 1, n. 1.
l) T h o m ae B r a d w a r d i n i . . . D e causa D ei contra Pelagium et de virtule
causarum ad suos Mertonenses libri très, gr. in-8°, Lon dres 1618, I, c. I, corol.
p ars 32, p . 39. « Q uicum que etiam n egas m iracula C hristian a, ven i et v id e
a d oculum , ad h u c istis tem poribus in locis San ctorum per vices m iraculosa
gloriosa. V e n i iu A n glia m a d R egem A n gloru m praesentem , duc tecu m
C h ristian u m quem cunque haben tem m orbum R egiu m , qu an tu m cu n qu e
in vetera tu m , p ro fu n d atu m e t turpem , e t oration e fusa, m anu im posita, ac
benedictione, sub sign o crucis data, ipsu m cu ra b it in nom m e Jesu C hristi.
H o c enim fa c it continue, e t fe c it saepissim e viris e t m ulieribus im m undissi-
mis, e t cate rv a tim ad eum ruentibus, in A nglia, in A lem ann ia, e t in F ra n c ia
circum q uaqu e : sicu t fa c ta qu otidiana, sicu t qu i cu ra ti sunt, sicu t qu i inter-
fu eru n t e t vid eron t, sicu t popu li nationum e t fam a quam celebris certissim e
con testan tu r. Quod e t om nes R eges C hristian i Anglorum soient d iv in itu s
Xacere, e t Francorum , sicu t L ib ri A n tiq u ita tu m e t fam a R egn orum concors
te sta n tu r : U n d e e t m orbus R egiu s uom en sum psit ». L ’ouvrage, qui tie n t
un certain ran g dans l ’histoire de la philosophie m édiévale, d a te de 1344.
C f. F . U e b e r w e g , Grundriss dey Geschichte der Philosophie-, II, D ie mittlere. . .
Z cit, 10e éd., 1915, p. 586.
10 0 LES ROIS THAUMATURGES

n ’a v a it pas en lui une foi moins robuste que ces étrangers, ou demi
étrangers. B radw ardine, qui reconnaît a u x princes français aussi
bien q u ’aux P lan tagen ets la puissance thaum aturgique, d it que
« dans les deux royaum es la renommée, d ’une v o ix unanim e », pro­
clam ait le m iracle royal. E n ce qui concerne l ’A ngleterre, les docum ents
confirm ent de tout point son tém oignage ; il en serait de mêm e sans
nul doute des sources françaises si elles étaien t p lu s com plètes.
Mais les chiffres anglais, au to ta l si considérables, sont dans le
d étail extrêm em ent variables, Il ne semble pas que ces différences
proviennent de la façon dont les renseignem ents nous ont etc transm is ;
les com ptes de l'H ô tel où nous avons puisé n ’étaien t pas m oins soi­
gneusem ent établis sous E douard II I que sous E d o u ard I er, ni pen­
dant la douzièm e année du règne de ce dernier prince m oins exacte­
m ent que pendant la dix-huitièm e ; les nom bres les plus faibles ne
sont pas m oins dignes de créance que les plus élevés. Pourquoi ces
irrégularités?
Pour certaines années la raison est to u te sim ple. L e roi est en
guerre ou en v o ya g e ; il n ’a pu accom plir que rarem ent un rite paci­
fique et qui he se pratiqu e que très exceptionnellem ent en dehors
du sol n ational ; parfois, pendant plusieurs m ois, il s’est tro u v é to u t
à fa it empêché de l ’accom plir. D u 20 novem bre 1283 au 19 novem bre
1284 (douzièm e année du règne) E douard I er ne to u ch a , avon s nous
dit, que 197 personnes. M ais regardons notre com pte de p lu s près. N ous
constaterons que là-dessus 185 se présentèrent a v a n t le 15 m a r s 1) ;
c ’est q u ’à cette dernière date précisém ent le P la n tag en et pénétra
dans le P ays de Galles, dont il vo u lait com pléter la soum ission ;
il y était encore le 19 novem bre. D es douze ind ivid u s restan t trois
vin rent à lui pendant un b ref séjour q u 'il fit entre tem ps dans le com té
de Chester, sur la frontière 2) ; les neuf autres étaien t sans doute des
soldats ou des Gallois ralliés. Les 983 m alades recensés du 20 novem bre
1299 au 19 novem bre 1300 (28e année du règne) p ar les livres de com pte
de l ’H ôtel ne doivent pas être im putés en réalité au x douze mois.

l) E n fait, ce chiffre ne peu t pas être établi ave c une p a rfa ite exa ctitu d e .
D ’après le rôle d 'au m ôn es E . A . 351, 15, h u it m alad es fu re n t to u ch és pen d an t
l a sem aine com m ençant au 12 m ars (jour de la fête de S. G régoire pape).
F a u t-il les im p u ter à la période antérieure au 15 m ars — c'est-à-d ire à l ’A n gle­
terre - ou à. la période postérieure, - c'est-à-d ire au P a y s de G alles ? J ’ai adopté
la prem ière solution, qui m e p a raît plus vraisem blable. A choisir la seconde,
011 ne ch an gerait d'ailleurs que bien peu de chose à nos résultats.
-) Sem aine com m ençant le 17 septem bre (dim anche a v a n t la Sain t
M athieu).
LA POPULARITÉ DU TOUCHER IOI

L es m entions du toucher, dans les registres, cessent brusquem ent le 12


décem bre ; c ’est que le 1 3 le roi, a vec son armée, entra dans l ’Ecosse,
encore en pleine révolte. E lles reprennent à p a rtir du 3 jan vier: le I er,
E douard a vait rem is le pied sur la terre anglaise. E lles fon t une
seconde fois défaut depuis le 24 juin: le 5 ju illet la cour était de nou­
veau en Ecosse. L es 725 m alades que nous avons attribu és à la 25e
année du règne (20 novem bre 1296 à 19 novem bre 1297) furent en fa it
bénis au couis d'un "laps de tem ps d ’un peu m oins de neuf mois, s ’éten ­
dant ju sq u ’au 18 aoû t ; entre le 22 et le 27 de ce m ois E douard tr a ­
versa la mer pour gagner la Flandre, q u ’il ne d evait plus q u itter ju sq u ’à
la fin de l ’exercice financier et où il ne prétendit guérir personne.
Nous sommes moins bien renseignés sur E dou ard II I. L es chiffres
ne nous sont plus donnés que globalem ent, p a r larges périodes. Ce­
pendant il saute au x yeu x que le nom bre de 885 pour l ’espace de
près de deux ans q ui v a du 12 ju illet 1338 au 27 m ai 1340 ne saurait
représenter la m oyenne régulière, presque tou tes les cures opérées
pendant ce tem ps a ya n t eu, com me on le verra to u t à l ’heure, le
continent pour théâtre.
E n d ’autres circonstances, sem ble-t-il, les rois accordèrent peu de
tem ps au rite guérisseur parce que des occupations plus urgentes ne
leur laissaient que de m édiocres loisirs. D u 25 jan vier 1336 au 19 ju il­
let 1338,. E douard I I I fit un peu m oins de 244 c u re s1) ; il est rem ar­
quable que cette période de faib le a ctiv ité thaum aturgique coïncida
avec une période d ’extrêm e a ctiv ité diplom atique et m ilitaire, to u t
entière consacrée a u x prélim inaires de la guerre avec la F rance. D e
même, pendant l ’année de règne 1283-1284, a va n t m êm e de fran ch ir
la frontière galloise, E dou ard I er ne bén it en 4 m ois que 187 per­
sonnes, nom bre sensiblem ent plus fa ib le que ceux où il a tteig n a it
d 'ordinaire ; sans doute em p loyait-il ses journées à discuter ou or­
donner les im portantes m esures dont on a tten d ait la soum ission du
v ie u x p a y s celtique.
V oyages, guerres, préparatifs de guerres, dans ces fa its fo rtu its

*) 108 du 25 ja n v ie r 1336 au 30 a o û t 1337; 136 du 10 ju ille t 1337 au


10 ju illet 1338; to ta l : 244; m ais les chiffres chevauchen t. On p e u t rem arq uer
que le C ontrerôle de la G arderobe des ans 8 à 11 d ’Edouard I II , B r it. M us.,
C otton N ero C v i n , qu i (fol. 200 v° à 208) renferm e un T itulus de elemosina
s ’éten d an t du 31 ju ille t an 8 (1334) au 30 aoû t 1337, ne présente pour la
période du 31 ju ille t an 8 au 24 ja n v ie r an 10, c’ est-à-dire du 31 ju illet 1334
au 24 ja n v ie r 1336, aucune in dication de m alades touchés. P e n d a n t presque
to ute c ette période E d ou ard f u t en E cosse, ou bien dans les com tés du N ord,
occupé par l ’a ven tu re écossaise.
102 I.E S ROIS THAUMATURGES

qui fournissent la raison de certains de nos chiffres les plus bas, ü


n ’y a vait rien qui affectât la croyance aux vertu s de la main royale.
N ous ne saurions nous piquer de tout savoir ; d ’autres causes de même
nature qui nous échappent aujourd'hui, m aladies du souverain,
fêtes de cour, épidémies, disettes, insécurité des routes ont pu, à
d ’autres moments, détourner les augustes m édecins de leur tâche
thanm aturgique ou tarir, pour un instant, la foule des fidèles. Il
serait vain de prétendre expliquer tou tes les irrégularités de nos
statistiques ou même de la plupart d ’entre elles par on ne sait quelles
fluctuations dans la foi au m iracle des écrouelles. Les trois com ptes
d ’E douard II I que nous avons conservés nous présentent tous trois
des chiffres notablem ent plus b as que. ceux du règne d ’E dou ard I CI ;
faut-il voir dans ce fa it la preuve d'un déclin de la croyance? on n ’en
a pas le droit, car aucun de ces docum ents ne se rapporte à une période
que l ’on puisse considérer com m e norm ale. P ourtan t les statistiques
du toucher m éritent d ’intéresser l ’historien qui cherche à retracer
dans ses nuances l ’évolution du loyalism e m onarchique. L e s te xtes
littéraires, les docum ents officiels ne nous offrent de ce sentiment
q u ’une im age souvent déformée et, en tous les cas, suspecte ; nos
comptes, en Angleterre et même en France, nous perm ettent de le
saisir sur le vif, dans une de ses m anifestations les plus caractéristiques
et les plus spontanées ; quelquefois, par exception; ils enregistrent
m êm e ses variations.
Voici d ’abord E d o u ard I L Tous les chroniqueurs, suivis par la
plupart des historiens modernes, s’accordent à nous donner l ’im ­
pression que ce prince, de caractère et d ’intelligences m édiocres, m al
entouré, soupçonné de vices répugnants, trah i au surplus ‘ par ses
proches et destiné à la plus m isérable des fins, fut un souverain
im p o p u laire1). Mais leur tém oignage laisse place au doute ; on peu t
craindre q u ’il ne reflète tou t sim plem ent les haines de quelques
grands seigneurs. Que pensait le commun peuple? Interrogeons
nos comptes. Les trois chiffres q u ’ils nous fournissent pour ce règne
sont tons trois assez bas, sans q u ’aucun déplacem ent hors des fron­
tières ou aucuns préparatifs m ilitaires puissent expliquer leur pau ­
vreté 2). Surtout ils vo n t en décroissant ; en 1316, 214 m alades bénis
’ ) T. V. T o u t , The place of the reign of Edward I I in English history
(Manchester Histarical Séries, X X I) , 1914, p. 9, écrit : « Chroniclers do no.t
often ail agréé, b u t their agreem ent is absolutely w onderful in dealing w ith
the cbaracter of E d w ard of C arnarvon ».
-) Il convient, pour être to u t à fa it exact, d ’observer que, du 20 ju in
1320 au 21 ju illet de la m êm e année, Edouard II fit un court v o y a g e en
1. A POPULARITE DU TOUCHER 103

en environ quatre m ois ; du 20 m ars 1320 au 7 ju illet de la mêm e année,


espace de tem ps sensiblement pareil, p lus que 93 ; du 8 ju illet 1320
au 7 ju illet 1321, un an, nous descendons à 79. 1320 -1321, ce sont
les années où en face du faible roi se dresse son neveu, Thom as de
Lancastre, personnage de bien m ince valeur lui aussi, m ais dont la
conscience populaire fit un héros ; lorsqu’il eut, le 22 m ars 1322,
péri sous la hache du bourreau, on lui a ttrib u a des m iracles *) ; nul
doute que dès 1320 la popularité d ’E douard ne p â lît d evan t l ’astre
sans cesse grandissant de son riv a l. A un m onarque sans prestige
on ne dem andait plus guère de guérisons.
N ous avons v u plus h au t q u ’en 1299-1300 la force thaum aturgique
d 'E d ou ard I er sem blait brusquem ent prendre fin lorsque ce prince
posait le pied sur le sol écossais : c ’est que l ’E cosse était alors presque
tou te entière soulevée contre les envahisseurs anglais. M ais plaçons
nous m aintenant dans cette mêm e contrée pendant la 32e année du
règne (1303-1304). L a conquête du p a y s s ’a c h è v e ; beaucoup d ’a n ­
ciens ennemis se rallient ; en février le régent lui-mêm e et la plu p art
des com tes font leur soùmission ; l ’annexion entre dans les mœurs.
Jusqu’au 25 août 1304 E douard séjourne au nord de la T w eed ; il
n ’y bénit — depuis le 20 novem bre 1303 — pas m oins de 995 m alades.
On ne saurait supposer que tou t ce peuple accouru vers lui se com ­
posât uniquem ent d ’A n glais venus à sa suite ; il s’y tro u v ait certaine­
m ent beaucoup d ’E cossais. D an s ce p ays jad is rebelle, bien des gens
com m ençaient à reconnaître le Plantagenet comme roi légitim e :
ils im ploraient de lui des m iracles.
L es rois de Fran ce et d ’A ngleterre prétendaient égalem ent au

P icardie (cf. Collectanea Archaeologica, I (1861), p. 135 e t suiv.). Il ia u t donc,


de la période du 20 m ars au 7 ju illet 1320 pendant laquelle il toucha 93 m a­
lades, déduire 18 jours d ’absence, et de la 14e année du règne (com m ençant
au 8 ju ille t 1320), retrancher 14 jou rs : réductions trop faibles pour pouvoir
affecter sensiblem ent des to ta u x p o rta n t sur une durée de q u atre m ois d 'u n
côté, sur une année entière de l ’autre. Je ne connais le com pte de la 10- année
du règne (8 ju ille t 1316-7 ju illet 1317) que par l ’analyse donnée dans l'A r -
chaeologia, X X V I , p. 318 et su iv .; si cette analyse est com plète, il ne ren ­
ferm e de m entions de toucher que pour la période s ’étend an t du 27 ju illet
au 30 nov. 1316; l ’absence de m entions de cette sorte pour le reste de l ’ année
m e p a raît difficile à expliquer. L e com pte se trou ve conservé à la b ib liothèqu e
de la Société des A ntiquaires de Londres. Puisse le présent tr a v a il engager un
érudit anglais à rechercher la solution du p e tit problèm e que je viens de
signaler.
') CI. J. C. D a v i e s , The baronial opposition to Edward 11, C am bridge
191S, p. £09.
IO 4 ' LES RO I S THAUMATURGES

pou voir de guérir. Or le roi d ’A ngleterre possédait sur le continent


des terres q u ’il ten a it en fief du rci de France. D an s ces régions demi-
françaises et dem i-anglaises vers lequel des deux thaum aturges ri­
v a u x se portaient les scrofuleux? N ous possédons le com pte, très
détaillé, des cures opérées par E dou ard I er au cours d ’un v o ya g e
q u ’il accom plit, pendant la prem ière partie de la dix-sèptièm e année
de son règne, dans ses E ta ts d ’A q uitaine ; il y tou ch a quelques malades,
à Condom, Cornlat près L ibourne et autres lieux, m ais fort peu : 124 en
environ sept mois ; de retour en Angleterre, depuis le 12 août, en un
peu plus de trois mois, il devait en v o ir venir à lui 395 1) . A p p a ­
rem m ent le prestige du seigneur de fief nuisait auprès des B ordelais
ou des Gascons à celui du vassal. N ous aurons d ’ailleurs plus loin
l ’occasion de constater q u ’en effet on ne déd aign ait pas, à B ordeaux
même, d ’aller dem ander la santé au Capétien.
L a situation dut changer lorsque les P lan tagen ets prirent le titre
de roi de France. E n 1297, E douard I er, gagnant la Flandre, a va it
du coup cessé de guérir : c ’ est que dans ce p a y s nom inalem ent fran ­
çais, et en to u t cas sans attach e aucune avec la couronne anglaise,
il n ’était q u ’un souverain étranger z).. M ais arrivons 'à E douard I I I .
On se sourdent que l ’état récap itu latif des dépenses de son H ôtel,
pour la période qui s ’étend du 12 ju illet 1338 au 27 m ai 1340, porte
885 m alades bcnis. Or pendant ces 22 m ois E d o u ard ne séjourna
èn Angleterre, en deux fois, que la valeu r de m oins de quatre m o is *3) ;
tou t le reste du tem ps il le passa au delà de la Manche, occupé à
guerroyer contre Philippe de V alois ou à négocier avec les seigneurs

’ ) R ôle d ’aumônes, E. A . 352, 18. E n tre le 29 juin et le i or juillet, Edouard


passa en P o ito u ; il débarqua à D ou vres le 12 aoû t; dans l ’in tervalle il sé­
jou rn a ou. v o y a g ea dans le ro yau m e de F rance, en dehors de son fief aquitain
et, bien entendu, 11e toucha personne. I l est v ra i que du 29 juillet au 4 août
au m oins il séjourn a dans le p etit com té de Pontliieu, a u x em bouchures de la
Som m e, qui lui apparten ait; il ne sem ble pas y avo ir exercé son pouvoir. L e
dernier toucher sur le continent se rapporte il la sem aine se term inan t le
26 juin ; le prem ier en A n gleterre à la sem aine se term in an t le 14 août (mem­
brane 4).
z) Cf. aussi pour le v o y a g e de 1289, on France, en dehors de l ’A qu itaine,
la n ote précédente.
3) E douard I II débarqua à A n vers le iG ju illet 1338; il q u itta le con­
tin en t le 20 février 1340 : T. F . T o u t dans W . H u n t et R eginald L. P o o u î ,
The political history of England, III, p. 335 et 344. Les Itinéraires d ’Edouard I I I
d'Angleterre pendant scs expéditions en France, donnés par Jean L e m o i n e
en appendice à son édition de la Chronique de R ich ard L e s c o t (S oc. de l ’hist.
de France), sont tout, à fa it insuffisants.
LA POPU LARITÉ DU TOUCHER 105

et les bourgeois des P ays-B as ; i l parcou rut notam m ent la Flandre et les
régions proprem ent françaises du Nord; en som m e il ne q u itta guère le
territoire de ce royaum e capétien q u 'il revendiquait com m e son héri­
ta ge. On- a peine à croire que les 885 m iraculés d oivent être tous
im putés à une durée inférieure à q u atre mois, ou q u ’ils aient tous
appartenu à la suite im m édiate du m onarque anglais : vraisem blable­
m ent le plus grand nom bre d 'ente eux étaient des gens du continent.
L e prince qui, le 26 jan vier 1340, recevait comm e roi de France l ’hom ­
m age des Gantois po u vait bien exercer sur la terre de Fran ce son
p rod igieu x pouvoir.
L es com ptes anglais nous ont mené sur notre sol. Restons-y;
et, rem ontant de quelques années en arrière, ju sq u ’à une époque
où la légitim ité des Capétiens 11’était pas contestée, prenons les ta ­
blettes de cire qui servaient de livres de dépenses a u x caissiers de
l'H ôtel, sous P hilippe le B el. Celles qui vont — telles q u ’elles nous
ont été conservées — du ιδ jan vier au 28 juin 1307 d ’une part, du
I er ju illet au 30 décem bre 1308 de l ’autre furent tenues p a r R enaud
de R o ye. Ce personnage était un fon ctionn aire m éticuleux ; non
conten t d ’indiquer très précisém ent la destination des som m es remises
au x personnes « souffrant du m al ro y a l » — au lieu, com m e ses p ré­
décesseurs, de les confondre parm i les autres aum ônes ■— il ne craignit
pas de s ’astreindre à noter chaque fois le nom et le lieu d ’origine
du m alade : renseignem ents infin im en t précieu x pour l'historien,
encore que, à l ’exception de l ’abbé L e b e u f1), personne ju squ ’ici
ne paraisse avoir aperçu leur intérêt. P arm i les scrofuleux, tous,
on s'en souvient, ne recevaient pas alors d ’argent ; seuls y avaien t
droit ceux qui venaien t de loin. L es tablettes de l'H ô tel français
ne nous perm ettent donc pas d 'é ta b lir une statistiq u e com plète,
analogue à celles que nous offrent les docum ents anglais. Mais, grâce
au génie ta tillo n de R enaud de R o ye, elles font revivre avec plus de
relief les figures des m iraculés 2) .
L a condition sociale des individus touchés n ’est en général pas

q Mémoire louchant l'usage d'écrire sur des tablettes de cire', M ém. Acad.
Inscriptions, X X (1753), p. 307 : « on y m arquoit le nom , la qu alité et le p ays
des personnes auxquelles elles [les aum ônes] se faisoient . ce qui mérite d'être
observé dans le détail ».
z) L es ta b le ttes de R enaud de R o y e sont publiées dans le Recueil des
H istoriens de France, X X I I , p, 545 à 565; les références qui v o n t suivre so n t
données a u x pages de ce volum e. L e s ta b le ttes sont d'une lecture difficile,
et pour quelques-uns des articles relatifs au toucher la m ention du lieu
d'origine n ’a pu être lue par les éditeu rs; il ne sera pas tenu com pte ci-dessous
ιο 6 I .F.S SO IS THAUMATURGES

spécifiée. On peu t néanm oins constater, sans trop de peine, que toutes
les classes étaient représentées dans la foule souffrante qui accourait
vers le roi. C 'é tait certainem ent une dam e noble que cette d em o iselle
Jeanne de la Tour qui, le 12 m ai 1307, à Poitiers, après avoir cté touchée,
accepta 60 sous des m ains de V ivien le p o rtie r1). L es religieu x ne
craignaient point d ’avoir recours au royal thérapeute : en ces seules
années 1307-1308, pendant douze m ois environ et rien què parm i
les étrangers où les F ran çais originaires de provinces écartées, on vit
venir un Augustin, deux frères m ineurs, une c o rd e liè re*12).
N ous n ’avons pas d ’ordinaire les nom s des m alades habitan t
dans le voisinage de la cour, c ’est-à-dire, en ces années 1307 et 1308
où P hilip pe le B el v e rs le sud ne dépassa pas Poitiers, h a b ita n t les
régions du nord : puisque en principe ils ne recevaien t po in t d ’a u ­
mônes. P ou rtan t la N orm andie avec E lbeuf, l ’A rtois avec Montrera L-
sur-Mer, la C ham pagne avec Plans près de Sainte-M enehould, p a ­
raissent, à titre exceptionnel, parm i les lieu x d ’origine notés par
R enau d de R o y e ; sans doute A gnès d ’E lheuf, G ilette la C hâtelaine
de M ontreuil, M arguerite de H ans étaient-elles de pauvres femmes,
à qui on ne p u t refuser quelque a r g e n t3). L es m entions relatives
à des contrées plus reculées offrent un intérêt particulièrem ent v if.
On v o it par elles que la vertu thaum aturgique du Capétien a v a it
des adeptes dans les provinces du Centre, si à part de tou t, dans le
Toulousain, depuis bien peu de tem ps rattaché à l ’unité française,
dans la Bigorre, lointaine vallée pyrénéenne séquestrée par le roi de­
puis moins de v in g t ans, sur les terres des grands vassau x, en B ou r­
gogne, dans la B retagn e plus q u ’à dem i indépendante, à M ont­
pellier, qui obéissait au roi de M ajorque, à B ordeaux, capitale con­
tinentale du Plantage.net 4),

de ce s articles. J 'a i con fron té l ’édition avec la copie ancienne d es ta b le ttes


de 1307, contenue d a n s le m s. de la B ibl. N a t. la tin 902(3.
1) 5 .5 4 d . ■ « D o m i c e l l a J o h a n n a d e ï o r r e , p a t l e u s m o r b u m r e g i u m ,
ibi t u n e , L X s. p e r V iv in n u vn ». .Pour les fo n c t io n s d e V i v i e n cf. ibici. 5 ï 1 j,
538 fi 543 e ·
2) 560 k i 557 A; 553 le.
3) 5 5 8 b; 559 b ; 5 5 8 b.
4) L a S o u t e r r a i n e (Creuse) : 357 e , L a M a r c h e ( ?), 557 h.; T o u l o u s e
e t T o u l o u s a i n : 554 c, 558 g. 558 I- ; B i g o r r e : 561 a ; B o u r g o g n e : 558 l;
N a n t e s : 557 c; G u i n g a m p : 557 c; M o n t p e l l i e r : 558 c; B o r d e a u x : 553 k.
P o u r la situ atio n politiqu e ou féodale de ces régions ou de ces villes, il suffira
de ren vo y er une fois p ou r to u tes à A u g . L o n g n o n , La formation de l'u n ité
française., 1922. L a somm e versée à sœ ur Agnès, cordelière, d e B o rd ea u x e s t
LA POPU LARITÉ DU TOUCHER 107

Réfléchissons une m inute sur ces faits. N ous sommes en 1307


et 1308 : années tragiques au co u is desquelles des besoins d ’argent,
sans cesse plu s pressan t, vo n t précipiter la m onarchie capétienne
dans la scandaleuse affaire des Tem pliers. N ul doute que la fiscalité
royale ne com m ence à peser sur le peuple d ’un poids presque in ­
supportable. Q u’im porte ! D e tous les coins du royaum e les m alades
s ’en v o n t vers le roi de France. Lorsque, à G uingam p, en pleine B re­
tagn e bretonnante, ou bien dans les villages des environs de T o u ­
louse, p a y s de langue d ’oc, ancien p a y s albigeois, de p au vres gens
se sentent attein ts des écrouelles, ils prennent leur b âto n de v o ya g e
et par les chem ins difficiles et parfois dangereux, ils gagnent les châ­
te a u x de l'Ile de Fran ce ou du V al de Loire, où v it leur souverain ;
ils viennent lui dem ander un m iracle. L e 13 décem bre 1307, en plein
h iver, la cour étan t à Nem ours, au bord du Loing, on v it arriver
un hom m e appelé G uilhelm ; son point de départ é ta it H auban,
dans la B igorre, sur les terrasses qui dom inent le H au t A dou r ;
il a v a it fa it la longue route, pour obtenir la grâce d ’être tou ché *).
T ou t ce que les œ uvres littéraires nous disent de la royauté, de son
prestige, de son rôle sacré, a-t-il a u tan t d ’éloquence que l ’histoire de
cet hum ble fidèle?
Languedociens, Bordelais, Bretons, si loin de P aris q u ’ils v é ­
cussent, étaient après to u t des F ran çais : c ’est de leur roi q u ’ils es­
péraient la guérison. D e mêm e les Ecossais bénis par E douard I er,
au quel ils s ’étaient ralliés, les Flam ands bénis par E douard II I, à
leur gré héritier authen tique de la couronne française, n ’atten daient
un prodige de ces m onarques que parce q u ’ils les considéraient comme
leurs m aîtres légitim es. D ans le cortège douloureux qui se groupait
autour des princes thaum aturges, voyait-on , des deux côtés de la
Manche, paraître des étrangers proprem ent dits? B radw ardine rap­
porte que vers son souverain « on se précipitait en foule, d ’Angleterre, *1

a n o r m a le m e n t é le v é e : i z liv r e s , c h iffr e q u i n e se r e tr o u v e que pour chacu n


d es q u a tre L o m b a r d s e t N a v a r r a is v e n u s p eu a v a n t se fa ir e to u c h e r ( 5 5 3 j.)
S e r a it-c e q u e le g o u v e r n e m e n t r o y a l t e n a i t à a ttir e r p a r l 'a p p â t d ’u n e b e lle
a u m ô n e le s m a la d e s s u je t s du r o i d ’A n g l e t e r r e ? ( C f. c i - d e s s o u s , p . 3 1 2 , pour
la p o litiq u e s u iv ie v is -à -v is des E s p a g n o ls , au X V I e s i è c le ) .
1) 5 6 1 a : « G u ille lm u s de A lb a in B ig o r r a , p a c ie n s m orburn r é g is ,
i b i t u n e , x x s . p e r P e t r u i n d e C a r n o t o ». L ’ i d e n t i f i c a t i o n d e A lba avec H auban
( H a u te s -P y r é n é e s , ca n t. B agn ères de B ig o r r e ) n ’est que c o n je c tu r a le ; peu
im p o r te a u r e ste , p u is q u e la lo c a lis a t io n r é g io n a le e s t d o n n é e d e fa ç o n c e r t a in e
dar le m ot de Bigorra.
ιο 8 LES ROIS THAUMATURGES

à 'A lle m a g n e , de F r a n c e , de partou t a 1). L es com ptes anglais, qui ne


fournissent que des chiffres, ne perm etten t pas de contrôler son
affirm ation ; m ais nous devons, sem ble-t il, accorder quelque con­
fiance à ce chapelain ro y a l ; ses fonctions mêm es l ’appelaient à se­
conder son m aître dans l ’accom plissem ent d u rite m iraculeux ; au
surplus, nous l ’avons ju sq u 'ici tou jou rs trou vé exact dans ses dires.
Parm i les m illiers d ’hom m es qui se firent toucher par les Plantagenets,
il s ’en rencontra sans doute qui n ’étaient point leurs sujets. Q uant
au x Capétiens, les tab lettes de l ’H ôtel, au tem ps de .Philippe le Bel,
nous donnent de leur réputation européenne une v iv a n te im age.
D ’abord les terres d ’E nipire. T ou t le long de la frontière oc­
cidentale de la F ran ce s ’éten d ait une bande de terrain, allongée du
nord au m idi — l ’ancien lo t de L oth aire dans les partages carolingiens
— qui nom inalem ent dépen dait du souverain allem and, mais q u ’en
fa it l ’influence française d isputait dès lors aux Im périaux. Philippe
le B el en particulier y fu t très actii. On a souvent décrit sa «politique
d ’expansion » *2) ; mais on n ’en retien t d ’ordinaire que ce que signalent
les chroniques pu les docum ents de la d iplom atie: traités avec les
villes ou les seigneurs, procedures judiciaires, pariages. P ou rtan t
on aim erait à pénétrer plus au fond des choses; on vo u d ra it d écouvrir
ce que, dans ces régions où peu à peu s’insin u ait la puissance cap é­
tienne, les foules pensaient du roi des fleurs de lis. Mais com m ent
y p a rv e n ir? D u m oins savons-nous, grâce à R enau d de R o ye, q u ’à
l ’occasion elles se tou rnaient vers lui, com m e vers un faiseu r.d e m i­
racles. On cro y a it à l ’efficacité du toucher en Lorraine, dans cette
ville de M etz notam m ent dont les évêques, au cours des dernières
années, avaien t v u leur alliance plusieurs fois recherchée p ar le gou­
vernem ent français. On y cro y a it égalem ent plus au sud, à Lausanne,
en Savoie et, sur les bords du Rhône, dans T arascon la p ro v e n ça le 3).
La même foi fleurissait plu s loin encore, dans des p a y s plus pu re­

’ ) C i-d e s s u s , p . g g , h . .1. En. 13 4 4 . — d a te d u tr a ité d e B r a d w a r d in e —


le s F r a n ç a is , a u x y e u x d ’ u n l o y a l p a r t i s a n d e s P l a n t a g e n e t s , p o u v a ie n t p a s s e r
p o u r le s s u je t s d ’E d o u a r d Π Ι; m a is le s A lle m a n d s r e s t a ie n t d ’ in c o n t e s t a b le s
é tra n g e rs.
2) C ’ e s t l e t i t r e m ê m e d u l i v r e b i e n c o n n u d e F . K e r n , D ie An/ânge
der franzôsischen Ausdehnungspolilik bis zum Ja-hr 1 3 0 8 , T u b i n g u e 1 9 1 0 .
3) M e t z : 5 5 8 b ; L o r r a i n e : 5 5 3 k ; L a u s a n n e : 5 5 4 d ; S av o i e : 5 5 1 g ;
T a r a s c o n : 5 5 4 b . S u r M e t z e t l a d i p l o m a t i e c a p é t i e n n e , c f . K e r n . loc. cil.
p. 172 e t 1 4 4 . O n n o t e r a q u e le s s o m m e s r e m is e s a u x é t r a n g e r s , s i e lle s s o n t
p a r fo is a s s e z é le v é e s , d e s c e n d e n t a u s s i, e n d ’ a u t r e s c a s , j u s q u ’ à 2 0 so u s, c h iffr e
m in im u m e t sa n s d o u te n orm al d es au m ô n es du to u c h e r.
LA POPULARITÉ DU TOUCHER 10 9

m ent étrangers: au delà des Pyrénées, non seulem ent dans ce p e tit
royaum e de N av arre que la reine de Fran ce a va it apporté en dot
à son époux, m ais aussi dans l ’E spagn e proprem ent d ite; au delà des
A lp es surtout. E n ces seules années 1307 et 1308 le roi v it venir à lu i au
m oins seize Italien s: des Lom bards — notam m ent des gens de Milan,
de Parm e, de Plaisance — , G iovan ni de V érone, q u atre Vénitiens, un
T oscan, des Rom agnols, une fem m e d ’Urbin, un jra te des environs de
Pérouse l). N ous sommes à l ’époque à peu près où D an te écriv a it de
la d y n a stie capétienne que cette « m auvaise p lante » étend ait partou t
son o m b re *2). C ette m onarchie envahissante a v a it bien des arm es:
entre autres le m iracle. Quels adm irables propagandistes ne durent
pas être par exem ple, dans son cou ven t d ’Om brie, frère G regorio,
d e l ’ordre des A ugustins, ou bien d am eC h iara, à B ologn e « la G rasse »
sa p atrie, si par aven ture ces m alades, après avoir été touchés, se
trou vèren t guéris 3) !
L a p o litiq u e ecclésiastique de Philippe le B e l a paru quelque­
fois une sorte de paradoxe historique. Ce prince, qui p orta à la p a ­
p au té un coup si rude, était, on n ’en saurait douter, un hom m e profon­
dém ent religieux, un dévot, presque un ascète 4). I l n ’a v a it rien d ’un
F rédéric I I de Plohenstaufen. Com m ent expliquer son a ttitu d e ?
L ’énigm e n ’est peut-être pas en réalité aussi difficile à résoudre q u ’on
le supposerait au prem ier abord. On oublie trop aisém ent q u i éta it
B oniface V I I I . Ce pape m édiocrement légitim e, qui ne d evait la tiare
q u ’au « grand refus » de son prédécesseur, entendez à une abdication
obtenue dans des conditions suspectes et en elle m êm e de valeur
douteuse, ce persécuteur des Spirituels, sem blait un objet de scandale
à beaucoup de purs chrétiens. Il fa llu t Sciarra Colonna et N ogaret

x) N ava rr e : 552 c. 553 j, 554 a ; E s p a g n e : 553 m, 554 c, 5 5 7 c, 559 e,


( « M aria de G ard a in E stu ria, paciens m orbum regis, . . . apud Longum
Pontern ») ; L ombardie : 5 5 3 ]. et la t. 9026, p. 13 des ta b le ttes « . . . . de
L o m b ard ia paciens m orbum regium » (omis dans l ’édition); M i l a n ; 560 a ;
P ar me : 551 h ; P lai sa nce . 560 i; Johanne-s de Verona, 558 d; V e n i s e : 553 f ;
R o magne : 558 h, 560 h ; B ologne : 553 m ; T os cane : 554 c; U rbim : 557 U;
uGandon près P er ous e : 560 k.
2) Pttrg., X X , 4 3 e t s u i v .
3) 560 k : « F r a te r G r e g o r iu s de G an d o prope P e r u s iu m , o r d in is s a n c t i
A u g a s tin i, p a c ie n s m orbu m r e g is ... »; 553m : « C la r a de B o n o n ia C rassa
e t M a r ia d e H is p a n ia , p a tie n te s m o r b u m r e g iu m . . . . » ( la v i r g u l e p l a c é e p a r
Bononia e t Crassa d o i t , b i e n e n t e n d u ,
l ’ é d ite u r e n tr e ê tr e s u p p r im é e ).
I v e s d e S a i n t D e n i s , H istor. de France,
4) C f . XXI, p. 202 e t 205;
W e n c k , P h iiip p der Serions, p. 67 n. 2.
II ο LES R O IS THAUMATURGES

pour le transform er en m artyr. Malgré tou t il reste pour nous quelque


chose d ’obscur dans l ’état d ’âme du m onarque très p ieu x qui autorisa
ou laissa faire et par la su ite cou vrit de son nom l ’inoubliable a tte n ta t;
que dire de la m entalité de ses serviteurs, bons catholiqu es pour la
plupart, q u ’on trou va presque tou jou rs plu s im placables que lu i?
L ’étu de du toucher des écrouelles je tte peut-être quelque lum ière
sur ce problèm e psychologique. N ogaret et Plaisians, dans un m é­
moire ju stificatif composé en 1310, term inaient un long éloge de leur
roi par ces m ots, qui en form ent en quelque m anière le point cu l­
m inant: « D ieu par ses m ains opère en fa veu r des m alades d ’évidents
m iracles λ 1). N e prenons pas cette phrase pour une va in e argutie d ’a­
v o ca t. Pour les contem porains, elle exp rim ait un fa it incontestable,
d ’où découlait toute une m anière de sentir. L a mêm e espérance qui
je ta it les pèlerins sur les chem ins des grands sanctuaires poussait
vers le Capétien des foules avides de guérison. Pérouse et U rbin, villes
qui théoriquem ent du moins appartenaient au P atrim oine de S. Pierre,
lui. en voyaien t encore leurs scrofuleux en 1308 — la d ate v a u t q u ’on
s ’y arrête — cinq ans après Anagni. Instrum ent élu des grâces d ’E n
H au t, m erveilleux médecin q u ’on im plorait, dans presque tou te la
catholicité, à l ’égal, d ’un saint, le roi de F ran ce n ’était, ni au x yeu x
de ses sujets, ni au x siens propres, un sim ple souverain tem porel; il
y a v a it en lu i trop de d ivin pour q u ’il se crût obligé de courber la tête
d ev an t Rom e. Qui saura jam ais quel secret orgueil p u t nourrir au
cœur d ’un Philippe le B el la conscience de son pou voir thaum aturgique ?
ou quel réconfort ses fidèles, au x heures difficiles, puisèrent dans le
spectacle des m alades de tou tes nations q ui se pressaient à sa porte?
L a seconde m oitié du quatorzièm e siècle et le quinzièm e presque
tou t entier fu ren t pour les m onarchies, fran çaise d ’abord, puis anglaise
aussi une période de crise. E n France, la riv a lité des V alois et des
P lan tagen ets, l ’ invasion étrangère, des désordres politiq u es et sociaux
de tou tes sortes, en Angleterre les révolutions d yn astiq u es et la guerre
civile ébranlèrent l ’arm ature de l ’E ta t. D an s ce bouleversem ent,
la croyance au m iracle ro y a l dem eura-t-elle absolum ent in ta cte ?
On aim erait à le savoir. M alheureusem ent les renseignem ents précis
font d éfaut. L es com ptes fran çais ont péri. L es livres de l ’H ôtel

1) P . D u p u y , H istoire du différend d ’entre le pape Bonijace V I I I et


P h ilip p e le Bel, i n - 4 0, 1 6 5 5 ,1 5 .5 1 9 : « a p e r t a q u e m i r a c u l a D e .u s i n f i r m i s , D eus
per m anus e iu s m i n i s t r a t ». Sur la d a te du m é m o ir e cf. R. H oltzmann,
W ilhelm voir Nogaret, F r i b o u r g en B ., 18 9 0 , p. 200; G e o rg e s L izerand,
Clément V et P h ilip p e I V le B el (th è s e le tt r e s P a r is ), 19 10 ; p. 209.
LA POPU LARITÉ DU TOUCHER III

anglais se sont en partie conservés; m ais sur le sujet qui nous occupe
on les consulterait en va in ; pour cette période ils ne donnent plus,
comm e précédem m ent, le m ontant des aumônes distribuées au x scro­
fuleux. On a quelquefois voulu vo ir dans leur silence la preuve que
les rois avaien t cessé d ’accom plir le geste guérisseur, ou du m oins ne
l ’accom plissaient plus avec la même fréquence q u ’auparavant. B ien
à tort selon moi. Il s ’explique plus sim plem ent par une m odifica­
tion d ’écritures : l ’aum ônier sans doute, comme par le passé, conti­
n u ait à rem ettre au x m alades quelque argent; mais, dans le journal
des dépenses, les paiem ents fa its par lui à ce titre se trouvaient
confondus sous un même article avec ses autres versem ents. N ous
avons le chiffre global des aumônes royales ; leur détail nous échappe.
A u reste on ne saurait douter q u ’en Angleterre com m e en France,
au tem ps de la Guerre de C ent A n s et de la Guerre des D eu x Roses,
les rois n ’aient continué à toucher les écrouelles; des textes assez
nom breux et de diverses sortes — chroniques, ouvrages de m édecine
ou de polém ique politique — nous en a ssu re n tL) ; m ais il ne nous
perm ettent pas de mesurer la popularité du rite.
Il semble difficile cependant que la lu tte entre les différentes
branches de la fam ille royale, dont l ’Angleterre fu t le théâtre, n ’ait
pas jeté quelque trouble dans le sentim ent populaire. A u ssi bien
n ’en sommes-nous pas réduits là dessus au x conjectures. D e ce dé­
sarroi, le grand juriste Sir John Fortescue, q ui lu t un partisan de
Henri V I, s ’est chargé de nous fournir une preuve frappante. E x ilé
en Ecosse, au cours des années 1461 à 1463, il écrivit alors en faveu r
de son m aître divers traités que nous avons encore; il y dénie à
E douard IV , à ce moment en possession du trône, la vertu thaum a-
turgique; à son gré, seul H enri V I la détient: « au contact de ses mains
très p u r e s .. . . on v o it au jou rd ’hui encore les m alades souffrant du
m al royal, ceux-là même dont les m édecins ont désespéré, recouvrer,
par l ’intervention divine, la santé ta n t désirée; par là le T ou t-P u issant
se trouve loué, car de la grâce divin e découle la grâce de la santé,
les tém oins de ces faits se trouvent fortifiés dans leur fidélité envers
le roi, l ’indubitable titre de ce m onarque, avec l ’approbation de D ieu,
se trouve confirmé » *2). A in si les Lancastriens refusaient au x princes

') T e x te de Fortescue, cité ci-dessous n. 2 ; te x te s m édicaux, p. 117 ; te x te s


divers (théologie, philosophie p o litiq u e ...) , p . 134 e t suiv.
2) D e titulo Edwardi comitis M archie, c . X , d a n s The Works oj S ir John
Fortescue . . . now first collected by T h. L o r d C l e r m o n t , — f o r m a n t l e t. I d e
Sir John Fortescue, hnight, his life, ivorksand family hisiory, i n - 4 0 , L o n d r e s 1 8 6 9
112 LES ROIS THAUMATURGES

de la maison d ’Y o rk le don du m iracle. Nul doute que leurs ad ver­


saires politiques ne leur rendissent la pareille. Chaque cam p cherchait
à discréditer le rite pratiqu é dans le cam p adverse. Com m ent un peu
de ce discrédit n'eût-il pas rejailli sur le rite en général ? L e roi lé ­
gitim e, pensait-on, sa va it guérir; m ais q u i était le roi légitim e?
L ’incertitude où l ’on dem eurait trop souvent sur ce po in t délicat ne
pouvait guère m anquer de tarir quelque peu le flot des m alades, jad is
si empressés a u x jours du toucher. D e cette baisse de la foi, on ne
saurait fournir, comme nous l ’avons vu p lu s haut, de preuves n u ­
mériques décisives; m ais nous en avons un indice, que voici.
Peu après la Guerre des D eu x Roses, on v o it réapparaître dans
les com ptes de H enri V I I et H enri V I I I certaines m entions relatives
au toucher. E lles sont rares; c ’est, selon to u te vraisem blance, q u ’elles
sont incom plètes. L a p lu p art des m alades ém argeaient sans doute
au budget général des aum ônes, dont le d étail continue à nous échap­
per; nous ne connaissons que quelques paiem ents faits, à titre excep­
tionnel, par des personnes étrangères au service régulier des charités
royales et portés, pour cette raison, sur les livres de 'caisse de l ’H ôtel,
qu i se sont en p artie conservés ju sq u ’à nous. Pour l ’époque des p re­
miers Tudors, de mêm e que. pour la période im m édiatem ent précé­
dente, il fau t donc renoncer à dresser des statistiq u es annuelles
com parables à celles d on t les règnes d ’E douard I er; E douard I I et
Edouard I I I nous avaien t fourni la m atière. Mais, au lieu d ’aligner
des additions, exam inons séparém ent dans les com ptes de H enri V I I

( « p r in te d i o r p r i v a t c d is tr ib u tio n » ; un e x e m p la ir e au M usée B r ita n n iq u e ) ,


p. 70 * : « v ir tn te c n ju s d e b ita e s ib i u n c tio n is p e r n u in d is s im o r u r n su aru m
m a n iîu m co n ta ctu m la b e a liq u â u t p o t e s a n g u in e h o m ic id ii e t f a m é lu x u r ia e
in c o n ta m in a ta r u m , la n g u e n te s m orbo r e g io , de q u ib u s m e d ic i e x p e r tis s im i
d e s p e r a r u n t , u s q n e in h o d i e r n u m d ie m o p t.a ta m D o m i n o c o n f e r e n t e r è c ip iu n t
s o s p ita te m ad D ei o m n ip o te n tis la u d e m , de c u ju s g r a tia v e n it g r a tia s a n i-
ta tu m , ad v id c n tiu m e t a s s is te n tiu m fid e lita tis a d ip s u m regem o o n s ta n tia m ,
et. su i in d u b ita tis s im i tjtu li, D o m in o a p p ro b a n te, c o n f i r m a t i o n e m ». Pour
la s u ite d u p a s s a g e , v o ir c i-d e s s o u s , p . 2 2 3 . C f. d u m ê m e a u te u r , u n a u t r e é c r it
d e la m êm e é p o q u e , la Defensio juris domus Lanoastriae (é d . C l e r m o n t , p . 5 0 8 ;
p a s s a g e é g a le m e n t p u b lié p a r F r e i n d , The histoyy of Physick, 5 e é d . , I l , 1 7 5 8 ,
p, [3 2 ] et C r a w f u r d , K in g ’s E vil, p . 4 5 (c f. c i - d e s s o u s , p . 1 7 8 , η . 1). F o r -
t e s c u e y r a n g e p a r m i le s d o n s r o y a u x r e f u s é s a u x r e i n e s l a g u é r i s o n d e s scro­
fu le u x . L e p a s s a g e d e la Defensio se r e tr o u v e tr a d u it à peu p r ès te x tu e lle m e n t
d a n s u n tr o is iè m e tr a it é , to u jo u r s do la m ê m e é p o q u e : Of the tille, of the H o u s e
of York (éd , C lermont, p. 498; C r a w f u r d , loc. oit. p. 4 6 ). Sur la v ie de
F o r t e s c u e e t la c h r o n o lo g ie d e sc s o u v r a g e s , v o ir C h . P l u m m e r , Introduction
à so n é d itio n d u tr a ité On the governancc of England, O x fo r d , 18 8 5.
LA POPU LARITÉ DU TOUCHER 1*3

les divers articles qui concernent des « guérisons ». Les m iraculés


reçoivent chacun uniform ém ent 6 shillings 8 deniers. A u tem ps des
trois E douard la somme, com me j ’ai déjà eu l ’occasion de le rem arquer,
éta it fixe, elle aussi, m ais beaucoup moins élevée: I denier. B ien
entendu la différence des valeurs ne peut pas s ’établir par une sim ple
com paraison num érique; il ne sert à rien d ’observer que 6 shillings
8 deniers égalent 8o deniers, car sous ce même nom de denier on dé­
signait au tem ps de H enri V I I une quantité de m étal précieux bien
moindre q u ’à la fin du treizièm e siècle par exem ple; la baisse constante
des espèces m onétaires est un des fa its fon dam entaux de l ’histoire
économ ique du m oyen âge. On ne saurait douter cependant que
l ’aum ône rem ise p ar H enri V I I ne fû t très supérieure à celles dont
se contentaient les patien ts d ’E douard Ier ou m êm e d ’E douard I I I .
Sous ce dernier prince, un denier, c ’était une petite pièce d ’argent,
pesant un peu m oins de i gram m e 1/2 ’). Sous H enri V I I et pendant
les prem ières années du règne de H enri V I I I 6 shillings 8 deniers
représentaient une pièce d ’or, d ’un poids légèrem ent supérieur à 5 g r .*2) ;
on l ’appelait a n g e l parce q u ’elle p o rtait l ’effigie de S. M ichel archange.
U a n g c l était par principe, sous les Tudors, l ’unité affectée au toucher;
il d evait continuer à jouer ce rôle sous les S tu arts. S a valeur, en
monnaie de com pte, variait comme celle des autres espèces m étalliques,
au gré de la politique financière; en 1526, Henri V I I I la po rta à
7 shillings 6 deniers3) ; c ’était «affaiblir» la m onnaie; m ais les m alades
ne souffrirent pas de cette opération; désormais ils reçurent précisé­
m ent 7 shillings 8 deniers ; entendez q u ’on continua à leur rem ettre
la même pièce d ’or que par le passé: ta n t il sem blait indispensable
de ne pas les frustrer d ’une certaine quantité, toujours à peu près
fixe, du précieux m étal. Q uant au pouvoir d ’ach at du num éraire, au x
différentes époques, il n ’est pas, dans l ’état actuel de la science, sus­
ceptible de mesures exactes. Nous savons néanm oins q u ’a va n t la

b E x a c t e m e n t 2 2 g r a i n s 2/ s a u m o i n s j u s q u ’ à l a r8 ° an n ée d u rè g n e ; le
g r a in v a u t o g r . 0 64 8 . P lu s ta r d le d e n ie r d e s c e n d it p r o g r e s s iv e m e n t j u s q u 'à
18 g r a in s : E. H a w k i n s , Tke silver coins of E n gland 3e éd. (revu e p a r R . L .
K enyok) L o n d res 18 8 7, p. 207.
2) E x a c te m e n t 80 g r a in s : R . L. K enyon, The gohi coins of En glan d ,
L o n d r e s 1 8 8 4 , p . 8ç>. L e p o i d s e s t d o n n é p o u r H e n r i V I I I ; m a is i l é t a i t s a n s
d o u te le m ê m e so u s H e n r i V I I , à p e u d e ch o se p rès. P o u r to u t c e q u i co n c e rn e
l ’ h is to ir e m o n é t a ir e d u t o u c h e r s o u s le s T u d o r s , F a r q u h a r , Royal Charities, I.
2) F a r q u h a r . I, p. 84. Je s im p lifie un peu en d is a n t « la m ê m e p iè c e
d ' o r », c a r le t i t r e d e l a m o n n a ie v a r i a à ce m o m e n t e t d e v a it e n co re v a r ie r
par la s u ite , m a is c e la n ’im p o r te gu ère ic i.

8
II4 LES ROIS THAUMATURGES

Peste Noire un denier form ait le salaire journalier norm al d ’un fa ­


neur, c ’est-à-dire.d’un ouvrier assez peu p a y é , au début du seizième
siècle, Y a n g el constituait, pour un m édecin en renom, le prix habi­
tu el d ’une consultation : on v o it le co n tra ste*). E n résumé, d ’Edouard I I I
à Henri V II l ’aum ône des scrofuleux passa de l ’argent à l ’or, et en
même tem ps sa valeur économ ique augm enta fortem ent. Quand se
fit la modification ? sous Henri. V I I ou a va n t lui ? tou t d ’un coup
■ ou par étapes ? On ne sait. E douard IV p a raît avoir été le premier
roi à frapper des a n g e is ; m ais les em p loyait-il déjà au x besoins du
rite guérisseur? rien ne perm et de l ’affirmer. U ne chose pourtant
est certaine: cette curieuse transform ation qui abou tit à faire de
l ’aumône remise aux m alades une véritab le prim e, un appât tendu
à ceux qui auraient hésité à se faire toucher, s ’est produite pendant
cette période de crise ou des princes riv a u x , qui se disputaient la
couronne, se déniaient les uns a u x autres le droit au miracle.. Sim ple
coïncidence ? on a peine à le croire. Chaque prétendant dut chercher à
attirer à lui, par tous les moyens, les scrofuleux en quête de guérison;
car il n ’y a vait pas, ppur parler com m e F ortescue, de confirm ation »
plus éclatan te d ’un « titre » même « ind u b itable » quê le don thau-
m aturgique. En. France, où l ’on n ’assista po in t à des lu tte s de cette
sorte, la somme rem ise au x bénéficiaires du toucher resta assez b asse;
elle était sous Louis X I I et François Ier d e 2 sous tournois, chiffre
équivalent à deux toutes p etites pièces d ’a r g e n t*2). N e faut-il pas
vo ir dans l ’élévation étonnante de l ’aum ône anglaise l ’ effet d ’une
surenchère entre les m aisons riv a les?
Malgré to u t, la foi au m iracle ro yal su rvécu t victorieusem ent
a u x tourm entes politiques. N ous verrons tou t à l ’heure à quels élé­
m ents psychologiques profonds elle em prunta sa force d e résistance.
Mais à l ’époque où nous sommes arrivés elle a v a it d ’autres soutiens

L) Pour le d e n ie r , Slalute of Labourers de 1350 , Slalules, I, p. 311 :


« e t q u e n u l p r e ig n e e n t e m p s d e s a r c le r o u i e y n s f a ir e fo r q u e j . d . l e j o r »;
j e c r o is d e v o ir t r a d u ir e feyns faire p a r fa n e r, à cause du rapproch em en t a v e c
sarcler e t su rto u t p a rce q u e aux a r tic le s s u iv a n t s le s a la ir e d e s fa u c h e u r s d e
p r é s e s t p r é v u ; il e s t n a t u r e l l e m e n t p l u s é l e v é : 5 d . l ’a c r e o u 5 d . l a jo u r n é e .
Pour 1’angel, F a r q u iia r , I, p. 73.
2) C i - d e s s o u s , p. 310 , n. 2 . S o u s L o u is X II, en v e rtu de l ’o r d o n n a n c e
du 19 nov. 1 5 0 7 , le g r a n d b la n c , q u i v a l a i t 1 2 d . t . , p e s a it u n p e u m o in s d e
2 g r . 8 5 ; d e m ê m e s o u s F r a n ç o i s I er j u s q u ’ e n 1 5 1 9 ; de 1519 à 1 5 3 9 le b la n c
(12 d . t.) fe r a u n p e u m o in s d e 2 g r ., 6 6 ; d e 1 5 4 0 à 1 5 4 7 , le d o ü z a in ( é g a le m e n t
1 2 d . t .) u n p e u p lu s d e 2 g r ., 6 8 . C f. A . B lanchet et A . D i e u d o n n é , M anuel
de numismatique française , II, p. 308 et 314 .
LA POPULARITÉ DU TOUCHER
II5

encore que des tendances d ’esprit à dem i inconscientes: la science


m édicale, la théologie, la philosophie politique s ’étaient emparées
d ’elle et lu i avaien t donné la sanction de la parole écrite. V oyons
donc à l ’oeuvre les faiseurs de livres, et d ’abord les médecins.

§ 3. L e toucher des écrouelles dan s la littéra tu re m éd ica le d u m oyen âge.

P endant longtem ps, sem ble-t-il, les écrivains m édicaux évitèren t


to u te allusion au pouvoir thauinaturgique des rois. E n vérité, un grand
nom bre d ’entre eux se bornaient à copier ou à commenter, plus ou
m oins servilem ent, soit les Anciens, soit les Arabes; leur silence s ’e x ­
plique en bonne p art, tou t naturellem ent, par celui de leurs modèles.
Mais il a aussi, selon tou te apparence, une autre raison, que .nous
découvrirons aisément, lorsque nous aurons vu quand il fu t d ’abord
rompu.
U n T r a it é d e M é d e c in e (C o m p e n d iu m M e d ic in a e ) qui jou it
au m oyen âge d ’une certaine célébrité nous est parvenu sous le nom
de G ilbert l ’A n glais (G ilbertu s A n g lic u s ) . Sur ce personnage, on ne
sait rien d ’assuré ; son surnom indique q u ’il se rattach a it en quelque
façon à l ’A ngleterre: par sa n ationalité ? ses origines fam iliales? un
séjour q u ’il a va it fa it là-bas? com m ent le d ire? Q uant à la d ate ou
fu t composé le traité, on peut la fixer, sans crainte d ’erreur, à la
prem ière m oitié du x i n c siècle; aucune autre précision n ’est perm ise.
Cet ouvrage assez m ystérieux est, à m a connaissance, le prem ier
de son espèce où il soit question du toucher. On y lit en effet au livre I I I
ces m ots : «les é c ro u e lle s.. . . appelées aussi m al royal parce que les
rois les guérissent » ‘). Sim ple allusion, on le vo it, fa ite com m e en l

l) E d . de Lyon, in 4 0, 1 5 1 0 , au c h a p itr e De scrophulis et glandulis :


«et v o c a n tu r s c r o p h u le . . et e tia m rn orbu s r e g is q u ia reges h u n e m orbum
c u r a n t» . C r a ig n a n t que ce tte p h rase n ’e û t é té in te r p o lé e ta r d iv e m e n t, j'a i
te n u à m e r e p o r te r à u n d e s m a n u s c r its a n c ie n s d u Compendium, le m s. 173
d e l a B i b l . d e V e n d ô m e , q u i e s t d u X I I I e s iè c le ; e lle s ’y t r o u v e b i e n ( fo l. 1 2 2 a ) .
Q u a n t à la d a te d u tr a ité , e lle s ’ é t a b l i t c o m m e i l s u i t : G ilb e r t, à p r o p o s d e s
m a la d ie s de l ’ œ il, m e n tio n n e « c o llir iu m quod fe c i B e rtra n n o fïlio d o m in i
H. de J u b ile to » (m s. de V en d ôm e, fo l. 94b; p . 1 3 7 d e l ’é d it , de L y o n ). La
fa m ille d e G ib le t ( D je b a ïl) é t a i t u n e d e s g r a n d e s fa m ille s s e ig n e u r ia le s d e la
T erre S a in te ; on en tro u v e ra la g é n é a lo g ie dans du Ca n g b , Les familles
d'Outremer, éd. E . G. R e y (D oc. inéd.), 18 6 9 , p . 3 2 5 ; il n e p e u t s ’ a g i r i c i q u e
d e B e rtra n d Π , fils d e H u g u e . B e r tr a n d p r it p a r t à la c r o is a d e de 1217 et
■ figura c e t t e m ê m e a n n é e c o m m e t é m o i n d ’ u n a c t e ; H u g u e m o u r u t ap rès 12 3 2 .
π6 LES RO I S T H A U M A T U R G E S

passan t et qui concerne p lu tô t un usage de langage q u ’un mode de


traitem ent expressém ent recom m andé par l ’auteur. L es écrivains
qui donnèrent vraim en t au m iracle royal d ro it de cité dans la science
fu ren t des F ran çais et des sujets de P h ilip pe Je B el: B ernard de
G o u rd o n 1), les q u atre m aîtres anonym es qui glosèrent les traités
chirurgicaux de R oger et de R oland de Parme®), H enri de Monde-
v ille enfin, le propre chirurgien du roi, si fier de trouver en son m aître
un confrère: «De même», s ’écrie-t-il naïvem ent, «que notre Sauveur,
Messire Jésus-Christ, en exerçant la chirurgie de ses m ains vo u lu t
honorer les chirurgiens, de même et de la m ême façon notre sérénissim e
souverain le roi de Fran ce leur fa it honneur, à eux et à leur état, en
guérissant les écrouelles par sim ple c o n ta c t» *13). T o u t le m onde ne p ar­

ce p a s s a g e a é t é s i g n a l é p a r L i t t r é , Histoire littéraire, X X J , p . 394.. M . J .


F . P a y n e , lînglish M edicine in the Anglo-Norman Period (British M edical
Journal, 19 0 4 , II, p. 12 8 3 ), le r e je tte com m e une in te r p o la tio n ; s e u le une
é t u d e a p p r o fo n d ie d e s m s . p e r m e ttr a it d e r é s o u d r e d é fin itiv e m e n t l a q u e s tio n ;
je d o i s p o u r t a n t .fa ire o b s e r v e r q u e le m s. d e V e n d ô m e r e n fe r m e le t e x t e l i ­
tig ie u x . M. Payne d a te d 'a ille u r s l ’ a c t i v i t é d e G ilb e r t des e n v ir o n s d e l ’ a n
12 0 0 ; il a c c e p t e l a t r a d i t i o n — a t t e s t é e p o u r l a p r e m iè r e fo is a u X V I I e s iè c le —
d ’ a p r è s l a q u e l l e iL e û t é t é l e m é d e c i n d e l ’ a r c l i e v c q u e d e C a n t e r b u r y , H u bert
W a lte r ; m a is q u e lle fo i a jo u t e r à un o n -d it si ta r d if, que n ’ a p p u ie aucu n e
r é fé r e n c e à un te x te a n c ie n ? Je n ’ai pu v o ir H . E . H a n d e r s o n , Gilberlus
A n glicus (published poslhumously for privale distribution ' by the Cleveland
M edical Library Assoc.), C l e v e l a n d , O h i o , 1 9 1 8 , q u e s i g n a l e L y n n T h o r n t h k e ,
A hislory of magic and experimental science, I I , L o n d r e s 1 9 2 3 . p . 4 7 8 , n . 1 ;
la n o tic e d e T h o r n d ik e su r G ilb e r t n ’ a p p o rte aucu ne p r é c is io n su r le pro­
b lè m e de d a te .
1) L iliu m Medi-cinae, éd d e 1550 , p a rs. I, p. 8 5 ; le IA Hum a. é t é é c r it
vers 130 5.
®) Collectio Salernitana, II, N a p le s 1S53, P· 597 : l ’a t t r ib u t io n à des
a u te u r s fr a n ç a is e s t v r a is e m b la b le , m a is n o n c e r ta in e : cf.. G u r lt , Gcsch. dcr
Chirurgie, I, p 70 3.
3) J. L . P a g e l , Lcben, Lehre u n i Leistungen des Ilein rich von M ondeville,
T heil I, D ie Chirurgie des Heinrich von M ., B e r l i n 1 8 9 2 ( te x te é d ité u n e p re ­
m iè r e fo is A rch iv fü r klinische Chirurgie, X L e t X L I ) , T ra c t. I I ., Notabilia
introducloria, p . 1 3 5 ; « E t s i c u t p r a e s l i c t n m e s t , q u o d S a lv a t o r n o ste r, Do-
m in u s J lie s u s C h r is tu s , o ffic iu m c y r u r g ic u m p r o p r iis m a n ib u s exercendo
v o lu it c y r u r g ic o s h o n o r a r e , ita e t codeur m o d o P r in c e p s S e r e n is s in r u s , F ran -
c o r u m r e x , ip s o s e t e o r u m s ta tu s h o n o râ t, q u i c u r â t s c r o p h u l a s s o l o t a c t u . . .» ;
cf. T r a c t . III, d o ctr. II , ca p . I V , p . 470 . L es d eu x p a ssages m a n q u en t dans
l a t r a d u c t i o n f r a n ç a i s e (o ù t o u t l e 3 ° t r a i t é f a i t d é f a u t e t o ù le p r o lo g u e d u 2 e
n o fig u r e q u e s o u s u n e fo r m e t r è s ré su m é e ) La Chirurgie de maître H enri de
:
M ondeville, éd. A. B os, 2 v o l . , 1 8 9 7 - 8 {Soc. des anc. textes). S u r le s d a t e s
d ’H e n r i d e M ., v. une n o te d e W e n c k , P h ilip p der Schônc, p . 1 6 n, 4.
LA LITTÉRATU RE MÉDICALE II7

tageait pas cet enthousiasm e. Vers 1325, v iv a it à Y p res un chirurgien,


m aître Jean, qu i nous à laissé un traité sur son a rt; il avait, semble-
t-il, pris parti dans les luttes politiques qui déchiraient alors la F lan d re,
il se ran geait parm i les adversaires des fleurs de lis; d ’où sans doute
le scepticism e m anifesté par lu i vis-à-vis du don thaum aturgique que
l ’opinion m édicale française p rêtait aux Capétiens. « On vou s dira
m aintenant», écxit-il, a que beaucoup de gens croient que D ieu a donné
au roi de Fran ce le pouvoir de guérir les écrouelles suppurantes
par un sim ple attouchem ent de la m ain; à ce que ces gens croient,
beaucoup de m alades touchés guérissent; m ais parfois ils ne guérissent
pas »*). Il est visib le q u ’a u x y eu x de m aître Jean l ’idée d ’incorporer
le toucher ro yal parm i les rem èdes conseillés par la pharm acopée
classique paraissait encore une nouveauté. E lle cessa b ien tôt de pouvoir
passer pour telle. A vra i dire, les écrivains d ’ âge postérieur, G ui
de Chauliac en France dans cette G ra n d e C h ir u r g ie , rédigée en 1363,
q ui d ev ait ju squ ’ au x tem ps modernes rester un des m anuels préférés
des praticiens z), en A ngleterre Jean de Gaddesden sous E douard I I I 8),
Jean de Mirfield sous R ich ard I I 4), obéirent, sans plus, à l ’im pulsion
donnée par le groupe français au x environs de l ’an 1300. Or il est ex­
trêm em ent frap pan t que le rite guérisseur ait ainsi obtenu une sorte
de consécration scientifique au m om ent mêm e et à peu près dans le
même milieu où, com m e on le verra plus loin, cessa Fostracism e d on t *3 4

*) L a chinirgie de maître Jehan Ypcrm an, éd. B r o e c k x , Annales académ.


archëolog. Belgique, X X (1863), p . 259. « V a n d e s c o n in c s e v e le s a l m e n jo u
n o u s e g g h e n h e r h e b b e n v e le lie d e n g h e lo v e a n e d e n c o n in c v a n V r a n c lc e r ik e
dat bem G od m a c lit lie e ft ghegheven s c r o u ffe le n te gh en esen e d ie lo e p e n
e n d e d a t a ile m e t s in b e g r ip e v a n d e r h a n t e n d e d e s e lie d e n g h e n e s e n v e le b i
h o r e g h e l o v e e n d e o n d e r w i l e n g h e n e s e n s i n i e t ». J e d o is l a t r a d u c t io n d e c e
p assage à m on c o llè g u e d e B r u x e lle s , M . G a n sh o f. Sur Jean Y pcrm an , v o ir
l ’in tr o d u c tio n d e B r o e c k x ; il f u t c h a r g é d u s e r v ic e m é d ic a l d a n s l 'a r m é e y p r o i s e
lo r s d e l a g u e r r e c o n tr e le c o m te L o u is , e n 13 25 (p . 1 3 4 ). C f. G u r l t , Geschichte
der Chirurgie, I I , p. 13 7 .
~) T r a c t . I I , d o c t. I , c a p . I V ; t e x t e la tin : Chirurgia magna Guidants de
Gauliaco, in -4 0, L y o n 15 35 , p . 7 9 ; t e x t e fr a n ç a is : éd. E . N i c a i s e , in -4 0, 1890,
p . 12 7 .
3) P ra xis medica, rasa anglica dicta, lib . I I , a u § in titu lé « Curatio sera-
p h u la r u m ... », é d . d e 1492, in-8°, s. 1. n. d ., p . 5 4 V 0.
4) Breviarium Bartholomaei, B r itis h M u séu m , H a r le ia n m s. 3, fo l. 4 1,
c o l. 1 (d é jà c it é C r a w f u r d , K in g 's E v il, p . 42). J e n e s a is p o u rq u o i L a n f r a n k
q u i, d a n s sa Science ofj Cirurgie (Early E nglish Texte, O . S. 102, I I I , I I , 1 3 ),
c o n sa c re u n c h a p itr e a u x é cro u e lle s, n e sig n a le p a s le p o u v o ir g u é risse u r d e s
ro is : p e u t-ê tre c o p ia it-il u n a u te u r p lu s a n cie n q u i n ’ e n fa is a it p a s m e n tio n .
Il8 LES ROIS THAUMATURGES

la doctrine ecclésiastique ju sq u e là l ’a v a it presque unanim em ent frap pé.


E n se taisant pendant ta n t d ’années à son sujet, les m édecins n ’a­
va ien t fa it sans doute q u ’im iter la prudente abstention dont, pour
des raisons qui seront indiquées en leur lieu, la théologie leur m on trait
l 'exem ple.
T ous du reste ne changèrent pas de conduite. Seuls les F ran çais
et les Anglais, qui apparten aient à des nations directem ent intéressées
à la gloire du m iracle royal, lu i donnèrent, au m oins quelquefois, une
place dans leurs écrits; ils ne fu ren t pas su ivis par leurs confrères
étrangers: non qu e ceux-ci d ’ordinaire allassent ju sq u ’à m ettre en
doute les vertu s du tou cher; parm i eu x le cas d ’un Jean d ’Y p res
animé contre les C apétiens d ’une d e ces haines vigoureuses que
développaient, dans les Flandres, les lu ttes m unicipales, dem eure
to u t exceptionnel ; ils se con ten taien t pour la plup art de ne rien dire.
Par où s’explique leur silen ce? p a r l ’ignorance ou la routine pour
certains; m ais chez d ’autres il sem ble bien avoir été une attitu d e v o u ­
lue. Prenez par exem ple A rnau d de V illen euve, qui fu t un des plus
grands médecins d u x i v e siècle. Aragonais sans d o u te d ’origine,
il vé cu t en France et à A vign o n ; com m ent croire q u ’il n ’entendit ja ­
m ais parler des cures accom plies par les V alois? On' en chercherait
pou rtan t en va in la m ention dans le chapitre « D e sc r o p h u la » de son
T r a ité de m éd ecin e p ra tiq u e l) ; esprit indépendant· ' et cap able de
porter jusque dans la crédulité même une sorte d ’originalité, il ne
partageait sans doute pas la foi aveugle de ses contem porains. A u ­
ta n t que je puis vo ir, la notion du po u voir de guérisseur des rois ne
pénétra pas a va n t le x v i e siècle dans la littéra tu re m édicale inter­
nationale 2).
A ussi bien ne fa u d ra it-il pas s ’im aginer que les m édecins du
m oyen âge, m êm e anglais ou fran çais, se soient répandus, à propos
des rites guérisseurs, en phrases enthousiastes. Les m iracles étaien t
pour eux des choses fam ilières q u i ne contredisaien t en rien leur
systèm e du monde, ceu x q u ’accom plissaient les princes tem porels

x) Compendium medicinae praclicac, lib . II, cap. V (éd . de Lyon, in -4 0 ,


158 6 , p. A 54 V0 e t s u iv .) .
s ) L e p r e m ie r m é d e c in é t r a n g e r à l a F r a n c e e t à l 'A n g l e t e r r e q u i e n a i t
l a i t m e n tio n , e n p a r a is s a n t y c r o ir e , e s t , à m a c o n n a i s s a n c e , l ’ Ita lie n Jérôm e
M e r c u r ia l e , d a n s so n D e morbis puerorum, p aru pour la p r e m iè r e lo i s e n
158 3 : éd. de 1588 , ί η - 4 0, V e n is e , p. 35. E n s u ite un a n tr e Ita lie n F a b r iz io
d 'A c q u a p e n d e n te , un des fo n d a te u r s de l 'a n a t o m i e s c ie n tifiq u e , dans son
Pentateuchus, p u b lié d ’a b o rd en 1592 ( c it é p a r G u r l t , Gesch. der Chirurgie,
n . P· 451 )·
LA LITTÉR ATU R E M ÉD ICALE II9

com m e ceux des saints. Ils y croyaien t, m ais d ’un cœur paisible et
sans fièvre. Ils distinguaient m al d ’ailleurs les rem èdes naturels, d on t
l ’action pour eux était d ’ordinaire pleinem ent m ystérieuse, d ’avec
les surnaturels, et les énum éraient les uns à côté des autres, sans
m alice. L e plus souvent ils renvoien t au x rois les scrofuleux q u i se
so n t trouvés rebelles à to u t autre traitem ent. «En dernier ressort»
d it B ernard de Gourdon dans son L i s de la M é d e c in e , «il fa u t avoir
Tecours au chirurgien; ou sinon, allons vers les rois » l). Jean de
G addesden in tervertit cet ordre: « S i les remèdes», lit-on dans sa P r a ­
tiq u e M é d ic a le , sont inefficaces, que le m alade aille vers le roi, et se
fasse toucher et bénir p ar lu i; ....en tou t dernier lieu, si tou t le reste
s’est m ontré insuffisant, q u ’il se liv re au chirurgien »12). N e vo yo n s là
aucune ironie. G addesden ne pense point que le chirurgien· fera
forcém ent m ieu x que le roi; il est au contraire d ’a vis qu e l ’opération,
qui est dangereuse, d o it être évitée à tou t p rix : on n ’y aura recours
q u ’après avoir épuisé tou tes les autres chances, y com pris le m iracle.
L es rois ne guérissent pas toujours, pas p lu s que les saints: on ne
doute p o u rtan t des ve rtu s ni des uns ni des autres. L es apologistes
de la royau té thaum aturgique, au x v i e et au x v n e siècles, parleront
d ’un autre to n ; c ’est q u ’ils ne v iv a ie n t pas dans la m êm e atm os­
phère; ils élevaient d avan tage la v o ix pour être entendus d ’un peuple
m oins confiant. U ne fo i sim ple s ’exprim e sim plem ent et naïvem ent,
A in si le toucher des écrouelles é ta it devenu en France et en A n gle­
terre un lieu comm un m édical. L es m anuels techniques servirent
à leur m anière la gloire de la m onarchie. Sans doute plu s d ’un p ra­
ticien, aya n t puisé en eux sa science, donna à son tour à ses clients
le conseil devenu classique: «allez vers le foi». Cherchons m aintenant
à savoir ce que pouvaien t dire à leurs ouailles les docteurs de l ’E glise.

1) Loc. cit.: « F in a lite r o p o r te t recu rrere ad m anum c h i r u r g i c a m ...........


e t s in o n , v a d a m u s ad r e g e s ». J e a n d e M ir fie ld e m p lo ie des e x p r e s s io n s ana­
lo g u e s .
2) Loc. cil. : « E t si is t a n o n s u fû c ia n t, v a d a t ad R e ge m , u t ab eo ta n g a tu r
a tq u e b e n e d ic a tu r : q u ia iste v o c a tu r m o r b u s r e g iu s ; et v a le t ta c tu s n o b i-
lis s im i et s e r e n is s im i r e g is a n g lic o r u m . U ltim o ta m e n si is ta non s u ffic iu n t
tr a d a tu r c i r u r g i c o ».
120 LES ROIS THAUMATURGES

§ 4. L e toucher des écrouelles devant l ’ o p in io n ecclésia stiq u e.

A u X I e siècle, peu après l ’in stau raticn en Fran ce du prem ier rite
guérisseur, un grand m ouvem ent doctrinal v in t ébranler jusque dans
ses fondem ents la vie de l ’E urope catholique. Les historiens, lui a ttri­
b u an t pour éponym e le pape Grégoire V II, le nom m ent d'ordinaire
grégorien. Je me conform erai aux habitudes courantes. Mais il convient
de rappeler que ce rév eil religieu x, né de sentim ents profonds, fu t avan t
to u t une œ uvre collective. U n groupe de m oines et de prélats révo lu ­
tionna l ’E glise. Ces hommes, dont l'action fu t si forte, n ’étaient à
aucun degré dans le dom aine de la pensée des inven teurs ; les thèses
q u ’ils répétaient à satiété, d ’autres les a va ien t produites a va n t eux ;
leur originalité est ailleurs : dans cet im placab le sens logique qui les
engageait à pousser ju sq u 'a u x extrêm es l ’application des principes
q u ’ils avaient reçus d e là tradition, un peu émoussés par un lon g usage,
— dans l ’âpre sincérité q ui donnait dans leur bouche a u x théories
les plus rebattues un accent n o u v e a u ,.— su rtou t dans l ’effort q u ’ils
firent, héroïquem ent, pour transform er en règles de conduite pratique
des idées, vieilles pour la plup art com me le christianism e, m ais que
depuis bi.en des siècles on s’é ta it accoutum é à n e plus guère laisser
sortir du m onde inofîensif des traités de théologie ou de m orale. L eur
influence décida de l ’a ttitu d e que, pendant de longues années, la litté ­
rature ecclésiastique d ev ait adopter vis-à-vis du m iracle ro y a l ; on
v a voir dans quel sens elle s’e x e r ç a 1).
Pour com prendre les conceptions p o litiq u es de cette école, il
im porte, ce q u ’on oublie parfois, de se représenter très ex a ctem ert
ce à quoi elles s ’opposèrent. Le pouvoir tem porel q u ’elle com battit
avec ta n t d ’acharnem ent n 'a v a it rien de com m un a vec l’ E t a t laïque
qui. beaucoup plus ta rd d evait être attaqué à son tou r p a r d ’autres

1) I l s e r a i t t o u t à f a i t a b s u r d e d e p r é t e n d r e d o n n e r ic i u n e b ib lio g r a p h ie ,
m ê m e t r è s s o m m a ir e , d u m o u v e m e n t g r é g o r ie n . L e s tr a v a u x ré c e n ts o n t é té
u tile m e n t re cen sé s p a r J. P . W h i t n e y , Gregory V I I ; Engl. I-Iistorical Revient,
19 1g, p. 129 . Pour l ’h is to ir e des d o c tr in e s p o litiq u e s p e n d a n t c e tte p é r io d e ,
le p l u s r é c e n t o u v r a g e d ’e n s e m b l e e s t R. W . et A . J. C a r l y l e , A hislory of
mediaeval political theory in ihe Wesl, III e t I V , E d im b o u r g et Lon dres 19 15
e t 1922. J 'a v o u e n 'a v o i r tir é q u e p e u de B e r n h e i m , M itlelaller-
ch ose de E .
liche Zeilanschauungen in ihrem E in flu s s auf P o litik und Geschichisschreibung,
I, T u b in g e n 1 9 1 8 ; en r e v a n c h e o n se r e p o r te r a t u jo u r s a v e c fr u it à F . K e r n ,
GoUesgnadentwm.
l 'o p i n i o n e c c l é s ia s t iq u e 121

penseurs catholiques ; bien loin de chercher à rom pre tou t lien avec
la religion, i l prétendait au contraire être revêtu d ’u n caractère
éminem ment religieux : c ’était la royauté sacrée, legs des vieu x âges,
sanctionnée, im prudem m ent peut-être, p ar l ’E glise aux: v i n e et i x e
siècles. L e rite de l ’onction royale, depuis son introduction dans l ’E u ­
rope occidentale, n ’a v a it cessé de croître en im portance et en prestige.
Com m e nous le verrons plus à loisir par la suite, on en tirait au m oins
dans certains m ilieux, plus expressém ent que jam ais la notion du carac­
tère qu asi sacerdotal des souverains. E m pereurs et rois arguaient de
l ’huile sainte pour tâch er d 'asservir leur clergé et la papauté elle-
même.
Or, ces princes du m onde qu i se croyaien t des personnages sacrés,
les réform ateurs voulurent, a v a n t to u te chose, les dépouiller de leur
em preinte surnaturelle, les réduire à n ’être, qu oiqu ’en pussent penseï
leurs fidèles, que de sim ples hum ains dont to u t l ’em pire se born ait
a u x choses de cette terre. C ’est pourquoi, par une rencontre qui
n ’est paradoxale qu'en apparence, les partisans de l'origine populaire
de l ’E ta t, les théoriciens d ’une sorte de contrat social doivent être
cherchés en ce tem ps parm i les défenseurs les plus fanatiques de l ’au to­
rité en m atière religieuse. Sous G régoire V I I , un m oine alsacien,
M anegold de Lautenbach, dans un traité consacré à l ’apologie de la
politique pontificale, exp liquait com m ent le roi, choisi pour réprim er
les desseins des m échants et protéger les bons, sera, s’il m anque à
ces conditions, déchu de sa dignité, «car, en ce cas, selon tou te é v i­
dence, il rom pt lui-même le pacte qui l ’a fa it roi » ; et ce pacte, essen­
tiellem ent révocable, entre le peuple et son chef, Manegold, quelques
lignes plus loin, ne craign ait pas de le com parer à la convention
q u ’un homme conclut, « m oyennant un ju ste salaire », avec le berger
à qui i l d on n e. à garder ses p o r c s l ) : form ules d ’une exceptionnelle

l) A d Gebehardum liber, c. X X X (Monum. German., Libelli de lite, I,


p. 365) : « N eque e n im p o p u lu s id e o e u m su per se e x a ltâ t, u t lib e r a m in so
excrcend ae ty r a n n id is fa c u lta te m co n c é d â t, sed ut a .ty r a n n id e ce te ro ru m
et im p r o b ita te d e fe n d a t. A tq u i, cu m ille , q u i p r o c o e r c e n d is p r a v is , p r o b is
d e fe n d e n d is e lig itu r , p r a v ita te m in se fo v e r e , bonos co n te re re , ty r a u n id e m ,
quam d e b u it p r o p u ls a r e , in s u b ie c t o s c e p e r it ip s e c r u d e lis s im e e x e r c e r e , n o n n e
e la r u m e s t, m e r ito iliu m a co n c e s s a d ig n it a t e ca d e re , p o p u lu m a b e iu s d o m in i o
e t s u b ie c t io n e lib c r u m e x is t e r e , cu m p a ctu m , p r o q u o c o n s titu tu s e st, c o n s ta t
i l i u m p r i u s i r r u p i s s e ? ............. U t e n im d e r e b u s v ilio r ib u s e x e m p lu m t r a h a m n s ,
si q u is a lic n i d i g n a n ie r c e d e porcos su os pascend os c o m m itte r e t ip s u m q u e
p o s tm o d o eos n on p a sc e re , s e d f u r a r i, m a c ta r e e t p erd ere c o g n o sce r e t, n o n n e ,
p r o m is s a n ie r c e d e e tia m sib i r e te n ta , a p o r c is p a s c e n d is cu m c o n tu m e lia
122 LES ROIS THAUM ATURGES

rigueur ; leur auteur m êm e n ’en saisissait peut-être p a s tou te l ’ immense


portée ; pourtan t elles étaien t bien dans la logique profonde du m ou­
vem ent de pensée dont elles étaien t issues. Ce m ouvem ent, les h isto­
riens l ’ont présenté souvent com m e une te n ta tiv e pou r soum ettre
le tem porel au spirituel : interprétation exacte, en somme, m a is incom ­
plète ; il fu t d ’abord, dans le dom aine politique, un effort vigou reu x
pour détruire l ’antique confusion du tem porel avec le spirituel.
A ussi bien, sur le pouvoir m onarchique nous avons l ’opinion
de Grégoire V I I lui-m êm e ; il l ’a consignée dans la lettre célèbre
q u ’il adressa, le 15 m ars 1081, à l ’évêque de M etz, H erm ann. I l ven ait
alors d ’excom m unier pou r la seconde fois l ’em pereur H enri I V ;
il se sa va it engagé dans une lu tte désorm ais in exp iab le ; i l n ’a v a it
plus de m énagem ents à garder ; dans ce b rû lan t m anifeste, sa pensée
s ’étale à nu ; p eu t-être en force-t-il l ’expression, d ’ordinaire moins
outrée, m ais ses exagérations même, si exagérations il y a, ne fon t
que souligner u tilem ent les tra its essentiels d ’une doctrine dans son
ensemble p arfaitem en t ferm e et cohérente. I l hum ilie avec une sorte
de rage la royau té d evan t le sacerdoce et la m et si b as q u ’il la présente
presque comme une institu tion diabolique. Or, d ’où vien t, à. ses yeu x,
l'in fériorité flagran te des princes de ce monde ? D e c e d que, étant
laïques, ils n ’ont point de part aux grâces surnaturelles ; q u ’est-ce q u ’un
empereur ou un roi, si puissant sur cette terre q u ’il paraisse, auprès
d ’un prêtre capable, « par un m ot de sa bouche », de tran sform er
le pain et le v in « en corps et en sang de notre Seigneur » — · que dis-je ?
auprès d ’un exorciste (on sait q u ’on entend par ce m ot le clerc pourvu
du troisièm e des ordres mineurs) ; l ’em pereur ou le roi ne com m ande
q u ’à des hommes, l ’exorciste — ce sont ici les term es m êm e du ritu el
d'ordination dont se souvien t opportuném ent G régoire — est « em pe­
reur spirituel constitué pour chasser les démons »1). E t le pape ajou te
ces m ots q u ’il nous fa u t reten ir :

iliu m a m o v e r e t ? » S u r M a n e g o l d v o i r , e n t r e a u t r e s , A . F l i c h e , Les théories


germaniques de la souveraineté à la fin du Χ Ι “ siècle. Revue historique, C X X V
( 1 9 1 7 ) , p . 4 1 e t s u i v . , e t R . W . e t A . J . C a r l y l e , op. cil.
*) P h . J a f f é , Gregorii V i l registrum (Bibliotheca rermn Germanicarum,
II), V III, 21, p. 453 et s u iv ., n o ta m m e n t p . 457 : « Q u is n e s c ia t reges et
duces ab iis lr a b n is s e p r in c ip iu m q u i, D eum ig n o r a n te s , su p e r b ia , r a p in is ,
p e r f i d ia , h o m ic id iis , p o s tr e m o u n iv e r s is pene s c e le r ib u s , m undi p r in c ip e ,
d ia b o lo v id e lic e t, a g ita n te , su p er pares, s c ilic e t h o m in e s , d o m in a r i caeca
c u p id in e et in to le r a b ili p r a e s u m p t io n e a f î e c t a r u n t ». Pour l ’in fé r io r ité du
ro i v is -à - v is d e l ’e x o r c is te , p. 459 : « M e m in is s e e t ia m d e b e t fr a te r n ita s t u a :
q u ia m a io r p o t e s ta s e x o r c is t a c c o n c e d it u r , cu m s p ir itu a lis im p e r a to r a d a b i-
l 'o p in io n e c c l é s ia s t iq u e Ï2 3

« Où tro u ve r parm i les em pereurs et les rois un hom m e qui, sans p arler
m êm e des apôtres ou des m a rtyrs, a it égalé par ses m iracles sain t M artin
sa in t A n toin e ou sa in t B e n o ît? Q u el e st l ’em pereur ou le roi qui a ressuscité
les m orts, rendu la san té a.ux lépreux, la lum ière a u x a veu gles? V o y e z l ’em ­
pereur C on stan tin, de pieuse m ém oire, T héodose e t H onorius, C harles et
Louis, to u s am is de la ju stice , pro p agateu rs de la religion chrétienne, p ro ­
tecteu rs des églises; la sa in te E g lise les lo u e et les révéré; elle n 'in dique point
q u ’ils a ien t brillé par la gloire de p a reils m ir a c le s » 1},

Ainsi Grégoire V I I déniait expressém ent au x souverains tem po­

c ie n d o s dem ones c o n s titu itu r , quam a lic u i la ic o r u m cau sa s a e c u la r is d o m i-


n a t i o n i s t r i b u i p o s s i t », P o u r le p r ê t r e , p. 4Ô0, n o ta m m e n t : « E t q u o d m a x i­
m u m e s t in c h r is t ia n a r e lig io n e , q u is e o r u m v a l e t p r o p r io o re c o r p u s e t s a n g u i-
nem D o m i n i c o n fic e r e ? » L e s m o ts « s p ir itu a le s im p e r a to r e s ad a b jic ie n d o s
daem ones » se tro u v e n t en core a u jo u r d ’h u i dans une des p r iè r e s p r e s c r it e s
par le P o n tific a l R o m a in pour l 'o r d i n a t i o n de l ’e x o r c is te ; la fo r m u le est
a n c ie n n e ; v o ir p a r e x e m p le le s d iv e r s ordines r a s s e m b lé s p a r dom M a rte n e ,
De antiquis ecclesiae riiibus, éd. de B assan o , 1788, fo l., II, p. 30 e t s u iv .
Q u a n t à la q u e s tio n d e s a v o ir si G r é g o ir e VII a ttr ib u a it v r a im e n t a u p o u v o ir
c i v i l u n e o r ig in e d ia b o liq u e , e lle a é t é s o u v e n t a g it é e : v o ir n o t a m m e n t l ’i n ­
té r e s s a n te d is c u s s io n du c h a n o in e C auchie ( Revue d ’histoire ecclésiastique, V
(1904), p, 588-597) q u i s ’ e ffo r ce de c o n c ilie r le s d iffé r e n te s d é c la r a tio n s de
G r é g o ir e VII à c e s u je t , a s s e z d iffé r e n te s , il f a u t b i e n l e d ir e , d a n s l e u r f o r m e
s e lo n q u e le p a p e a v a i t d e s r a is o n s d ’ê tr e a g r é a b le o u d é s a g r é a b le à t e l o u t e l
s o u v e r a in te m p o r e l. M gr. C a u c h ie c o n c lu t (p . 593) : « il n ’ y a n u lle c o n t r a ­
d ic tio n à d ir e ; i° en fa it, le p o u v o ir s 'é t a b l i t d ’une m a n iè r e d ia b o liq u e ;
2 ° e n p r i n c i p e , m a l g r é c e v i c e o r i g i n e l , i l f a u t le c o n s i d é r e r c o m m e v o u l u o u
p e r m i s d e D i e u ». C e l a n e r e v i e n t - i l p a s à d i r e q u e G r é g o ir e V il c o n s id é r a it
q u e r i e n d a n s l e m o n d e n e s e f a i t , m ê m e p a r le d i a b l e , s a n s l a p e r m i s s i o n d e
D ie u , en d 'a u tr e s te rm es, q u ’il n ’ é t a it p a s m a n ic h é e n ? ce d o n t o n to m b e r a
a is é m e n t d 'a c c o r d . En som m e on 11e s a u r a i t d o u t e r q u 'i l n 'a i t v u q u e lq u e
ch ose d e d ia b o liq u e d a n s l 'o r ig in e d e s r o y a u té s : c 'e s t é g a le m e n t le s e n s d e
la r é p o n s e c é lè b r e d e l 'é v ê q u e d e L iè g e , W a z o n — g r é g o r ie n a v a n t l a le t t r e —
à l ’e m p e r e u r H e n r i I I I a u s u je t d e la c o m p a r a is o n o u t r e le s o n c t io n s r o y a le s
e t s a c e r d o t a l e s , l a s e c o n d e é t a n t c r é é e ad vivificandum, m a i s l a p r e m i è r e ad
raortifteandum·. A nselm i Gesta Episcop. Leodensium d a n s M onum . Gerrnan.,
S S ., VII, p . 2 2 9 .
J) Loc. cit., p . 4 6 2 : « N a m q u e , u t d e a p o s t o l i s e t m a r t y r i b u s t a c e a m u s ,
q u is im p e r a to r u m v e l r e g u m a e q u e u t b e a t u s M a r tin u s , A n t o n in s e t B e n e d ic t u s
m i r a c u l i s c l a r u i t ? Q u i s o n irn i m p e r a t o r a u t r e x m o r t u o s s u s c i t a v i t , le p r o s o s
m u n d a v it, cecos illu m in a v it ? E cco C o n s ta n tin u m p ia e m e m o r ia e im p e -
r a to r e m , T h e o d o s iu m et H o n o r iu m , C a r o lu m et L o d o ic u m , iu s titia e am a-
to re s, c h r is tia n a e r e lig io n is p r o p a g a to re s, e c c le s ia r u m d e fe n so re s , sa n cta
q u id e m e o c le s ia la u d a t et v e n e r a tu r ; non ta m e n eo s fu ls is s e ta n ta n iir a c u -
lo r u m g lo r ia in d ic a t ».
12 4 LES ROIS THAUMATURGES

rels, même les plus pieu x, le don du m iracle. Ce faisant, songeait-il


au pouvoir thaum aturgique que, depuis deux générations déjà, reven­
diquaient les m onarques fran çais ? L a form e très générale q u ’il
donna à sa pensée ne perm et guère d ’y voir une allusion aussi précise ;
au surplus, ses regards étaien t alors tournés vers l'E m p ire bien plu tôt
que vers le petit royaum e capétien. Il ne vo u lait sans doute que tirer
des conceptions q u ’il s'é ta it form ées sur la nature du pouvoir politique
une conclusion tou te naturelle, sans envisager aucun cas particulier.
Mais la même idée, découlant nécessairement des principes de l'école
grégorienne, vin t à d ’autres que lui ; et ceux-là ne m anquèrent point
d ’en faire l ’application a u x rois français ou anglais. Sans doute l ’E glise
a toujours enseigné que le m iracle ne prouve point la sainteté: il
vient de Dieu, qui prend ses instrum ents où il lui plaît **). Mais cette
théorie, où des esprits conciliants, com m e G uibert de N ogent, crurent
trouve: le m oyen d ’accepter les guérisons royales sans heurter de front
l ’orthodoxie, ne po u vait sem bler à des docteurs plus stricts q u ’un
médiocre échappatoire ; ils savaien t bien que le peuple ne pensait
point ainsi. A vou er q u ’un prince laïque fû t capable, en ta n t que prince,
d'accom plir des cures surnaturelles, c ’eût été, q u ’on le vo u lû t ou non,
fortifier dans les âmes cette notion m êm e de la royau té sacrée que les
réform ateurs s ’efforçaient énergiquem ent de détruire.
L eur état d ’esprit fu t p arfaitem en t exprim é, to u t au d ébu t de
l ’histoire du toucher, p a r G uillaum e de M alm esbury, dénonçant, on
s ’en souvient, à propos des m iracles attribu és à saint Edouard, l ’« œuvre
de fausseté» de ceu x qui prétendaient que c.e prince «possédait le
pouvoir de guérir, non en vertu de sa sainteté, m ais à titre héréditaire,
com m e un privilège de race ro y a le » 2). L e singulier, c ’est que cette
protestation exp licite ne se répéta p o in t. L es autres écrivains de m êm e
doctrine protestèrent bien, à leur façon, m ais sans éclat. E n France,
pendant près de deux siècles, on v o it la littéra tu re de provenance
ecclésiastique, c ’est-à-dire pour l ’époque considérée tou te la littéra tu re
historique et didactique, observer au sujet du rite thau m atu rgiqu e
un silence presque unanim e ; de m êm e en Angleterre, et là plus long­
tem ps encore : hasard ou négligence ? qui le croirait ? V oyez par
exem ple la lettre qu'entre 1235 et 1253 l ’évêque de Lincoln, R obert
Grossetête, adressa à Henri III, son seigneur, pour lui expliquer,

l) V o i r p a r e x e m p l e S . T h o m a s d ’A q u i n , Summa theolog., I I , 2, quaest. 178 ,

art. 2.
*) Ci-dessus, p. 45, u. 1.
l 'o p i n i o n e c c l é s ia s t iq u e 125

sur sa prière, la nature et les effets de l'on ction royale J) ; on y cherche­


rait en va in une allusion à la vertu m erveilleuse qui, au x y eu x du
commun, passait pour conférée par l ’huile sainte ; com m ent adm ettre
un oubli ? il ne p eu t s ’agir que d ’une om ission volontaire. D eux auteurs
seulem ent font exception, G uibert de N ogent en France, Pierre de
B lo is à la cour anglaise ; leur a ttitu d e ne d oit point nous surprendre ;
en tou tes choses ils tém oignèrent d ’un zèle m édiocre pour les idées
issues de l ’école grégorienne : G uibert, contem porain du terrible pape,
a parlé sans sym pathie de la persécution exercée contre les prêtres
m ariés a) ; P ierre de B lois, fam ilier de Henri II, ne p araît pas avoir
désapprouvé la politiqu e ecclésiastique de son m aître, fo rt peu fa v o ­
rable, comme l ’on sait, aux « libertés » du clergé *3) . Seuls des hommes
aussi tièdes pour les conceptions chères a u x réform ateurs pouvaien t
donner place dans leurs écrits au m iracle ro yal ; les autres se taisaient,
obéissant à une sorte de m ot d ’ordre, plus ou m oins tacite, m ais qui
11e s ’en im posait pas m oins rigoureusem ent aux consciences. J ’ ai
déjà eu l'occasion de signaler, à propos du rite français, le long refus
opposé p a r les te x te s au x sollicitations des historiens ; on en connaît
m ain tenant la raison : nous l'a vo n s trou vée dans l ’influence exercée
par le grand réveil du x i e siècle, dont l ’action se prolongea, comme
p a r ondes successives, pendant les deux siècles suivan ts. N e nous
étonnons d'ailleurs pas trop que cette influence se soit imposée, avec
une force égale, à tous les écrivains de ce tem ps, non seulem ent au x
théologiens ou au x chroniqueurs m onastiques, m ais aussi aux auteurs
de langue vulgaire, à ces jongleurs qui jam ais, semble-t-il, dans aucune
épopée ou aucun roman d ’aventures, ne prêtèrent à leurs rois de légende
ces cures m erveilleuses qu'accom plissaient journellem ent, tou t près
d ’eux, de plus réels souverains. N ous savons au jo u rd ’hui que tou t ce

b E d . L u a r d ( Rolls Sériés), n° C X X I V , p. 350. On. peut rem arquer


égalem ent que G iraud do Cam brie, écrivan t au tem ps de P h ilippe-A uguste
son De principe s instructions si fav ora b le à la dyn astie capétienne, n 'y donne
aucune place au m iracle royal.

*) D e vita sua, I, c. V II, éd. G. B o u r c i n (Collection de textes pour servir


à l'étude et l ’ens. de l ’ histoire), p. 20.

3) I l fu t le chancelier de l ’archevêque R ichard , qui succéda à Thom as


B e c k e t sur le siège de C anterbury et don t la politique sem ble avoir été fo rt
différente de celle de son prédécesseur. Cf. J. A rm itag c R o b i n s o n , Somerset
historical essays, 1921, p. 1.0S.
I2Ô LES ROIS T H A U M A T U R G E S

monde-là fu t, beaucoup plus q u ’on ne l'im a g in a it autrefois, soum is à


l ’em prise ecclésiastique. x)
Mais, dira-t-on sans doute, pourquoi les partisans des conceptions
grégoriennes choisirent-ils la voie du silence ? com m ent expliquer
que ces fanatiques audacieux n ’aient, pas attaqu é de front le rite qui
devait leur être en horreur ? et puis, ils n ’etaient. pas, après tou t,
les seuls m aîtres ; ils rencontraient jusque dans les rangs du clergé
des adversaires souvent habiles et éloquents ; pourquoi ne vit-on aucun
de ceux-ci prendre expressém ent la défense du m iracle royal ? A utour
du m ouvem ent grégorien, toute une polém ique s ’engagea, qui fu t
décisive pour l ’éducation politique du monde m éd iéval ; d ’où vien t
que le toucher des écrouelles n ’y tienne aucune place ? L a réponse
est sim ple: ce grand conflit d'idées laissa la F ran ce et l'A n gleterre
presque com plètem ent en dehors de son cham p d ’action. L e cas du
m ystérieux écrivain anglais ou norm and que, fa u te de m ieux, nous
appelons l ’A nonym e d ’Y ork, form e une exception, peut-on dire,l

l) I l est ju s te d ’a j o u t e r q u e , a u t a n t q u e j e p u i s v o i r , l e s i l e n c e o b s e r v é
par le s a u te u r s d ’o u v ra g e s de fic tio n p a r a ît s ’ê t r e p r o lo n g é b ie n après le
m o m en t où, c o m m e o n s ’ en, r e n d r a c o m p t e t o u t à l ’h e u r e , l ’ o s t r a c i s m e d o n t
il v ie n t d ’ê tr e p a r lé ce s sa , m ê m e d a n s le s m ilie u x e c c lé s ia s tiq u e s tr è s s tr ic ts ,
d e f r a p p e r le m i r a c l e r o y a l . I l n ’ e s t p a s à m a c o n n a i s s a n c e q u ’ a u c u n e œ u v r e
rom an esqu e, au m oyen âge, a it u tilis é le to u c h e r des é c r o u e lle s . P e u t-ê tr e
d o it- o n e x p liq u e r c e t t e a b s t e n t io n , a p r è s t o u t s in g u liè r e , p a r l ’ e s p r it r o u tin ie r
d e s r o m a n c ie r s ; e n c e m o y e n â g e fin is s a n t, ils n e fir e n t p lu s g u è r e q u e r é p é t e r
le s th è m e s tr a n s m is par le s âges p o s té r ie u r s . Je m ’e m p r e s s e d ’ a ille u r s de
s ig n a le r q u e m e s d é p o u ille m e n ts , s u r c e p o in t , m o in s q u e s u r t o u t a u t r e , n e
s a u r a ie n t p r é te n d r e à ê tr e c o m p le ts e t q u e , en o u tre , j e n ’ a i p a s tr o u v é p o u r
l a l i t t é r a t u r e d e s d e r n ie r s s iè c le s le s m ê m e s a id e s q u e p o u r la p r e m iè r e é p o p é e
m é d ié v a le . L 'é t u d e de c e l l e c i, et de q u e lq u e s rom an s d 'a v e n t u r e m ’a, en
e ffe t, é té gran dem ent fa c ilité e par q u e lq u e s d is s e r ta tio n s a lle m a n d e s , fo r t
u tile s c o m m e r e c u e i l s d e r é f é r e n c e s , d o n t v o i c i l a l i s t e : A . E u l e r , D as
Kônigtum im altfranzosischen Epos ( A u sg . u . Abh. 6 5 ) , M a r b o u r g 1 8 8 Û ;
O. G e i s s l e r , jReligion und Abcrglaube in den mittelenglischen Versromanzen,
H a l l e 1 9 0 8 ; M . H a l l a u e r , D as tmmderbare Elément in den Chansons de Geste,
B â l e 1 9 1 8 ; O. K ü h n , M edizinisches aus dey altfranzosischen Dichtung (Abh.
zur Gesch. dey M edizin, 8 ) , B r e s l a u 1904; F, L à u e . Ueber Krankenbehandlung
und HeUkunde in dey Literatuy des alten Frankyeichs, G ô t t i n g e n 1 9 0 4 ; F . W e r -
n e r , Kônigtum und Lehenswesen im franzôsischen Naiionalepos. (Roman.
Forsch. 2 5 ) 1908. D ’ u n e i n d i c a t i o n d e F u n c k - B r e n t a n o , Le Roi, p . 1 7 7 ,
n . 4 , o n p o u r r a i t c o n c l u r e q u e l e Mystère de St Remy, c o n s e r v é d a n s u n m s .
d u X V e s i è c l e , A r s e n a l 3364, r e n f e r m e u n p a s s a g e r e l a t i f a u t o u c h e r ; v é r i ­
f i c a t i o n f a i t e , il n ’ e n e s t r i e n ; l e M y s t è r e m e t s e u l e m e n t e n s c è n e l e m i r a c l e
de la S a in te A m p o u le .
L ’OPIN ION E C CLÉSIA STIQ U E 127

u nique ; on ne saurait lu i reprocher son silence sur un rite qui,


de son tem ps, n aissait à peine, si m êm e il était déjà né. Lui m is à p art,
les hom m es qui m enèrent le com bat par le liv r e ou le pam phlet furent
des A llem ands ou des Italien s qui ne pensaient.guère q u ’ à l ’E m pire
et négligeaient les royau m es de l ’Ouest. Ce n ’est p as à dire que, dans
ceux-ci, la grande querelle du r e g n u m avec le s a cer d o tiu m n ’a it presque
au ta n t q u ’ailleurs troub lé l ’E t a t ; m ais pendant lon gtem ps elle n ’y
p orta guère que sur des po in ts de fa it, tou chant la nom ination au x
dignités ecclésiastiques ou les libertés soit fiscales, soit judiciaires
du clergé. Ces âpres disputes, tou tes cantonnées q u ’elles fussent sur
le terrain de la pratique, supposaient bien derrière elles l ’opposition,
de conceptions rivales et de sentim ents contraires. Seulem ent, ici,
cet antagonism e profond dem eura le plus souvent, sinon inconscient
du m oins inexprim é. Il y eut à cette règle quelques exceptions, m ais
bien rares, et nous verrons plus ta rd que la plus retentissante d 'en tre
elles s’explique par des circonstances elles-mêmes exceptionnelles.
D ’une façon générale, soit sagesse (car jam ais en F rance, ni m êm e
en A ngleterre la lu tte ne p rit un caractère aussi im placable que dans
l ’Em pire), soit m anque de goût pou r les spéculations théoriques,
on é v ita presque toujours, dans les deux contrées qui nous occupent
de soulever les difficultés de principe. D u m oins en F ra n ce on l ’é v ita
ju sq u ’au m om ent où, sous Philippe le Bel, la m onarchie capétienne,
devenue une grande puissance européenne, p aru t hériter du rôle que
les H ohenstaufen, en disparaissant de la scène du monde, avaien t
laissé v a c a n t ; le roi de F ran ce se posa alors, à son tour, en défenseur
du pouvoir tem porel ; les polém istes français, à la suite de leur m aître,
entrèrent dans l ’arène ; ils n ’eurent garde, on s’en rendra com pte
dans un instan t, d ’oublier le don thaum aturgique.
D an s n otre pays, d u reste, dès le m ilieu du x m e siècle, la con- 1

1) O n p o u r r a it ê tr e te n té d e r a p p r o c h e r d e l 'Anonyme, c o m m e th é o r ic ie n
p o lit iq u e , s o n c o n t e m p o r a in , le F r a n ç a is H u g u e d e F le u r y d o n t le Tractatus
de regia potestate et sacerdolali dignitate e s t d é d ié à H en ri I er d ’A n g l e t e r r e ;
m a is e n d é p it d e la p h r a s e c é lè b r e o ù H u g u e c o m p a r e le ro i à D ie u le P è r e
e t l ’é v ê q u e a u C h r is t s e u le m e n t (I, c . 3; M onum . Germ., L ib elli de lite, I I I ,
p . 468) — p h r a s e q u i, d ’a ille u r s , c o m m e l 'a m o n t r é M . A . J . C a r l y l e , A history
0/ niediaeval political iheory, IV , p . 2 6 8 , p a r a î t b ie n n ’ ê t r e q u ’ u n e r é m in is c e n c e
liv r e s q u e — c e t a u te u r n e s a u r a it ê tr e r e p r é s e n té c o m m e u n p a r tis a n d é c id é
du regnum ; il a p p a r t ie n t à c e g r o u p e q u e M . L u c h a ir e , y ran gean t H u gu e de
F le u r y à c ô té d ’ I v e d e C h a r tr e s, a j u s t e m e n t a p p e lé le « tie r s p a T ti » f r a n ç a is
(L a v i s s e , Histoire de France, II, 2, p. 219).
128 LES ROIS THAUM ATURGES

signe du silence a va it déjà commencé à se relâcher. D eu x écrivains


ecclésiastiques obscurs, l ’auteur anonym e des m iracles des S ain ts de
S avign y — ou vrage com posé entre 1242 et 1244 — et ce Clém ent
qui rédigea a u x environs de 1260 une v ie du prêtre norm and Thom as
de B iv ille m entionnent incidem m ent, le prem ier le « m al ro yal » 1),
le second, avec plus de précision, « le m al des écrouelles que le roi de
Fran ce gu érit de ses m ains par grâce divine » 12). M ais ce n ’est q u ’après
la m ort de saint L ouis et à son propos que des prêtres vraim en t en
vu e se prirent à oser rom pre le vie il ostracism e. L e pieu x roi sem blait
sanctifier to u t ce qui le concernait. V oyez pourtan t avec quelle p ru ­
dence ses biographes s ’ avancen t sur ce terrain dangereux. G uillaum e
de St P ath u s ne parle du toucher q u ’en p a ssa n t3). G eoflroi de B eau -
lieu lui consacre au contraire to u t un développem ent ; c ’est d a n s le
dessein exprès de m ettre en lum ière le caractère religieu x de cette
pratique contestée ; il ne se contente pas de noter avec insistance
que les paroles prononcées à cette occasion sont «en vérité saintes
et catholiques»; il v a ju sq u ’à prétendre que son héros a le prem ier
introduit dans le rite le signe de croix, « afin que la guérison fû t
a ttiib u ée p lu tô t aux ve rtu s de la croix q u ’à l'action de la m ajesté

1) Histor. de France , X X I I I , p . 5 9 7 c. : « D ic e b a n t a u te m a liq u i q u i e u m


v i s i t a b a n t q u o d h i c e r a t m o r b u s r e g iu s , id e s t l u p u s ».
2) Histor. de France, X X III, p. 565, § X X X V I : « m orb us erat scro -
p h u la r u m , a quo re x F r a n c ia e ta c tu m an u u rn su aru m d iv in itu s c u r â t» . Sur
l'o u v r a g e e t son P a r ts , I-Iisi. littéraire, X X X I , p . 6 5 e t
a u te u r v o ir P a u lin
L é o p o l d D e l i s l e , M émoire sur le bienheureux Thomas de B iville, S a i n t L ô
19 12 . D a n s l a t r a d u c t i o n e n v e r s f r a n ç a i s é d i t é e p a r d e P o n t a u m o n t , Vie
du B . Thom as H élie de B iville, C h e r b o u r g 1868, l e s m i r a c l e s m a n q u e n t , e t ,
par c o n s é q u e n t , -le passage qui nous occup e. Un serm on en l ’h o n n eu r de
s a in t M a r c o u l, q u i e s t v r a is e m b la b le m e n t du tr e iz iè m e s iè c le , m a is auquel
on ne s a u r a it a ttr ib u e r de d a te p r é c is e , e m p lo ie au ssi l ’e x p r e s s io n morbus
regius : cf c i-d e s s o u s , p. 266, η. D u C a n g e , ou m i e u x
i. le s B é n é d ic tin s ,
c o m p lé t a n t le Glossarium de D u C a n g e , à l ’ a r t i c l e Scroellae c it e n t la p h r a se
s u i v a n t e q u ’ils e m p r u n t e n t à u n G lo s s a ir e l a t i n - f r a n ç a i s d e la T B ib lio th è q u e d e
S a i n t - G e r m a i n d e s P r é s (j e r é t a b l i s l e t e x t e e x a c t d ’ a p r è s l e m s .) : « l e E s c r o e l l e ,
une m aladie qu i v i e n t o u c o l , c ’ e s t l e m a l l e R o y ». G r â c e à u n e o b l i g e a n t e
■ communication de M. A n t o i n e T h o m a s , j ’ a i p u i d e n t i f i e r c e g l o s s a i r e a v e c u n
m s . d e la B ibl. N a t i o n a l e , p o r t a n t l e n ° 13032 du f o n d s l a t i n ; l a p h r a s e e n
question s ’y lit au loi. 139 v ° ; c e m s . e s t d u X I V e s i è c le , s e n s i b l e m e n t p o s t é ­
r ie u r , par conséquent, a u x t e x t e s i n d i q u é s ci-dessus. P l u s t a r d i f s encore s o n t
l e s M i r a c l e s de S a i n t F i a c r e , c i t é s p a r C a r p e n t i e r d a n s d u C a n o ë , a u m o t
M alum Regis : A A . S S . A u g ., V I , p . 618.
3) V . c i-d e s s u s , p. 95, n. 1.
l 'o p i n i o n e c c l é s ia s t iq u e 129

royale »*). On n e sau rait accepter c e t t e affirm ation c o m m e véridique ;


nous savons p ar H elgaud et p ar G uibert de JSTogent que R obert II
et L ouis V I accom plissaient déjà le m êm e geste ; l'on ne v o it pas p o u r­
quoi la trad ition sur ce point eût été interrompue·. Geoffroi a com m is
une in exactitu d e ; volon taire ou non ? qui p ou rrait en décider ? Peu
im porte, au surplus : dans les deux hypothèses, elle s'expliqu e de même.
Il fa lla it m ontrer que le pieux souverain s'é ta it attach é à exercer
son pou voir guérisseur en pleine conform ité avec l'orth o d oxie la plus
chatouilleuse. R ien ne fa it paraître avec plus de n etteté les scrupules
de l ’opinion ecclésiastique.2).
N ous arrivons à Philippe le Bel. Alors, pendant la grande lu tte
avec la curie, les apologistes de la m onarchie française en appellent
pour la prem ière fois, com m e je l ’ai noté plus haut, au m iracle ro y a l.
N ous avon s déjà entendu N ogaret et P la is ia n s ;i) . On trou ve la m êm e
thèse développée avec une certaine am pleur dans le petit traité
connu généralem ent sous le titr e de Q iia estio i n u tram q u e fia r-
îem , qui eut assez de réputation pour être copié, vers l ’époque m êm e 12 3

1) Hislor. de France, X X , p. 20, c. X X X V : « In ta n g e n d is in fir m ita -

tib u s , q u a e v u lg o s c r o a la e v o c a n tu r , s u p e r q u ib u s c u r a n d is F r a n c ia e r e g ib u s D o -
m in u s c o n tu lit g r a tia m s in g u la r e m , p iu s R ex m odum liu n c p r a e te r reges
c a e te r o s v o lu it ob servare. C u m e n im a lii r e g e s p r a e d e c e s s o r e s s u i, ta n g en d o
s o lu m m o d o lo c u m m o r b i, verba ad lio c a p p r o p r ia ta et c o n s u e ta p r o fe rre n t,
quae q u id e m verba sa n cta su n t a tq u e c a th o lic a , nec fa c e r e c o n s u e v is s e n t
a liq u o d s ig n u m c r u c is , ip s e s u p e r c o n s u e t u d in e m a lio r u m h o c a d d id it, q u o d ,
d ic e n d o v e r b a s u p e r lo c u m m o r b i, s a n c t a e c r u c is s ig n a c u lu m im p r im e b a t, u t
seq u en s c u r a tio v ir tu ti c r u c is a ttr ib u e r e tu r p o tiu s quam r e g i a e m a j e s t a t i ».
P a s s a g e r e p r o d u it p a r G u i l l a u m e d e N a n g i s , Ibid., p . 408.
2) C e r t a i n s é c r iv a in s d 'A n c ie n R é g im e , p a r e x e m p le D u L au ren s, De
mirabili, p. 17 et R a u l i n , Panegyre, p . 1 7 9 , c it e n t c o m m e u n e r e c o n n a is s a n c e
q u a s i o ffic ie lle d u d o n t h a u m a t u r g iq u e a t t r i b u é a u x r o is d e F r a n c e u n e p h r a s e
d e la b u lle d e c a n o n is a tio n d e S a in t L o u is : « s tr u m is b e n e fic iu m lib e r a tio n is
im p e n d it » ; m a is c e t t e p h r a s e (I-Iistor. de France, X X III, p . 15 9 d) n e s ’a p ­
p liq u e .b ie n e n te n d u , q u ’ a u x m ir a c le s a c c o m p lis p a r le c o r p s s a in t, après la
m ort du r o i; person n e n 'e û t p u ran ger la g u é r is o n des é c r o u e lle s , p r iv ilè g e
h é r é d ita ir e d e s r o is d e F r a n c e , p a r m i le s p r e u v e s d e l a s a in te té d e L o u is I X ;
la b u lle n 'a v a i t p o in t à e n p a r le r . I l e s t, d u re ste , n a tu r e l q u ’o n a it d e m a n d é
à S t. L o u is , a p r è s s a m o rt, e n t r e a u t r e s m ir a c le s d e g u é r is o n , l e s o u la g e m e n t
d ’u n e m a la d ie s u r la q u e lle , d e son v iv a n t, il a v a i t d é j à e u q u e lq u e p o u v o ir .
S e s r e liq u e s o n t s o u v e n t é té c o n ç u e s com m e a y a n t u n e ve rtu s p é c ia le c o n tr e
le s é c r o u e lle s ; c i. J a c o b u s V a l d e s i u s , D e dignitate regum regnommque Hispa-
niae, i n - 4 0 G r e n a d e 1 6 0 2 ( r e liq u e s d e P o b l e t , e n C a t a lo g n e ) et C a b a n è s , Re­
mèdes d ’ autrefois, p . 4 0 , 11. 2.
3) C i - d e s s u s , p. n o, n. 1.

9
130 l e s r o is t h a u m a t u r g e s

où il fu t com posé, sur un des registres de la Chancellerie ; au siècle


suivant, Charles V lui accord ait encore une telle estim e q u ’il le fit
m ettre en fran çais par son trad u cteu r a ttitré, R aou l de Presles.
P lu tôt que de traduire m oi-m êm e, je citerai cette trad u ctio n . L ’au­
teu r anonym e énumère les preuves « d u ju ste titre » du roi de F ran ce :
« S e c o n d e m e n t c e r a c is m e s p r o u v e n t le s a p p e r s m ir a c le s , le s q u ie x s o n t
m a g n if e s te m e n t n o tto ir e s à to u t le m onde, et n o tto ir e m e n t m a g n ife s te s .
D o n t n o s tr e s e ig n e u r le R o y e n r e s p o n d a n t d e s o n j u s t e t i t r e p u e t d ir e c e lle
p a r o le d e l ’ e u v a n g ille , la q u e lle n o s tr e S e ig n e u r I h e s u C h r is t r e s p o n d i c o n tr e
le s fr a u d e s des Iu ifs , en d is a n t a in s i: Se ne me voules croire , créés en mes
ouvres. Car to u t au ssi co m m e par d r o it d ’ e r e d i t é le filz s u c c é d é a u p e r e e n
a d o p c io n de R oyaum e, p a r e ille m e n t a u s s i c o m m e p a r u n e m a n ié r é d e d r o it
d ’ e r e d ité s u c c é d é l ’u n R oy à l ’a u tre en s e m b la b le p u is s a n c e de fa ir e c e s
m e is m e s m ir a c le s , le s q u ie x D ie u fa it par e u lz au ssi com m e par ses m e-
n i s t r e s » *1.

A u x publicistes, les historien s em boîtèrent le pas : laïques com m e


G uillaum e G uiart, sous P h ilip p e le B e l *2), ecclésiastiques comme,
sous Philippe V , le m oine Iv e de Sain t-D en is, qui fu t une m anière
d ’historiographe o fficiel3*8
), ils ne craign en t plus désorm ais de faire
p lace dans leurs œ uvres au « m iracle » du toucher. I l y a plus. L ’élo­
quence sacrée elle-même se m it en ce tem ps au service du p restige
thaum aturgique des Capétiens. On a d ’un dom inicain norm and,

]) M. G o l d a s t , M on a rch ia ' S . Rom ani Im perii, j.n -4 0, H a n o v r e 1 6 1 2 , I ,


p. 49. O r ig in a l la tin , Ibidem I I ( é d . A m s t e r d a m 1 6 3 1 ) , p . 1 0 2 ; m a i s j e c i t e
d ir e c te m e n t d ’ a p r è s u n d e s m a n u s c r its , A r c h . N a t. JJ. 28, fo l. 2 5 0 : « S e c u n d o ,
h o c id e m p r o b a n t a p e r t a m ir a c u la , u n iv e r s o o r b i m a n ife s te n o t o r ia e t n o to r ie
m a n ife s ta . U n d e D o m in u s R e x , d e iu s to titu lo su o resp o n d en s, d ic e r e p o t e s t
illu d E u a n g e lic u m quod r e s p o n d it D o m in u s Ih esu s c o n tr a c a lu m p n ia s Jude-
oru m : S i m ihi non m dtis cred ere, operibus crédité. S ic u t e n im h e r e d ita r io
j u r e s u c c e d i t p a t r i f i l i u s in a d o p t i o n e m r e g n i , s i c q u a s i h e r e d i t a r i o i u r e s u c c e d i t ,
fa c ie n te D e o , a l t e r a l t e r i i n s i m i l i p o t e s t a t e h u i u s m o d i m i r a c u l i f a c i e n d i ». Sur
l ’o u v r a g e lu i-m ê m e v . S c ho lz , D ie Publizistih zur Z eit P h ilip p e d e s
R ic h a r d
Schônen und B on ifa z’ V I I I [Kirchenrechttiche Abhandl. hgg.. von U . S t u t z , 6 -8 ) ,
p . 2 2 4 e t s u i v . ; t o u t r é c e m m e n t Μ . P , F o u r n i e r d a n s l e Bulletin du jubilé,
p u b l i é p a r l e Com ité français catholique pour la célébration du sixièm e centenaire
de Dante, p . 1 7 2 , n . 1 , a é m is , m a i s s a n s y i n s i s t e r , l ' h y p o t h è s e q u e l a Quaestio
p o u r r a it b ie n ê tr e d e P la is ia n s . E n fa it, il e s t p e u p r o b a b le q u e l ’a n o n y m a t d e
l ’a u te u r s o it ja m a is d é v o ilé .
2) Histor. de France, X X II, p. 1 7 5 , v . 1 9 8 e t s u i v . : « D i e x d i c ie l, l i s o u ­
v e r a in s p e re s, — S i g r a n t b o n n e a v e n tu r e donne — A q u ic o n q u e s a la cou­
ron n e — D e l a t e r r e r a m e n t e u e , ■— Q u 'i l f a i t , p u is q u 'i l l ’ a r e c e u e , — Tout
so n v i v a n t m ir a c le s b e le s ; — C a r i l g u e r is t d e s e s c r o e le s — T a n t s e u le m e n t
par y to u c h ie r , — S a n s e m p la s tr e s d e s s u s c o u c h ie r ; — C e q u ’a u t r e s r o y s n e
p u e n t f a i r e ».
8) C f . c i-d e s s u s , p. 93, n. 1.
l ’o p i n i o n e c c l é s ia s t iq u e 131

irèfe G uillaum e de Sauqueville, un curieux sermon sur le thèm e


0 H osanna au fils de D a v id » x) qui fu t prononcé a u x environs de l ’an
1300. L ’orateur s 'y révèle com m e anim é d ’un orgueil n ational ex trê­
m em ent v if ; l ’indépendance de la F ran ce vis-à-vis de l ’E m pire y est
proclam ée avec insistance, et l ’E m pire lui-m êm e lourdem ent raillé
à l ’aide d ’un déplorable jeu de m ots (Em pire : en pire). C ’é ta it le tem ps
où la grande querelle des écrivain s fran çais contre la papau té se doublait
d ’une polém ique contre les prétentions des em pereuis à l ’hégém onie
u n iv erselle12). L e roi de France, d it frère Guillaum e, m érite le nom
de fils de D a v id ; pourquoi ? C ’est que D a v id signifie « v a illan te m ain »
(m a n u fortis) ; or, la m ain royale est va illan te dans la guérison des
m alad es: «T out prince héritan t du royaum e de France, aussitôt
oint et couronné, reçoit de D ieu cette grâce spéciale et cette vertu
particulière de guérir les m alades p a r le con tact de sa m ain : aussi
voit-on les m alades du m al ro yal venir au roi de m oult lieu x et de
terres diverses ». T els sont les m ots m êm es p a r où s ’ouvre le sermon 3).
Les plaidoyers des polém istes n ’atteign aien t guère les foules ; quelle
action, au contraire, ne devaient pas avoir sur elles de pareilles paroles
tom bant du haut de la chaire !
V ers le m êm e tem ps v iv a it en Italie un écrivain dont l ’a ttitu d e
vis à v is des rites guérisseurs éta it destinée à exercer p ar la suite
une action vraim ent forte sur l'opinion ecclésiastique to u t entière. F ra
Tolom eo, de l'ord re des Prêcheurs, n atif de Lucques, m ourut vers 1327
évêque de Torcello ; il fu t un historien et théoricien p o litiq u e très
fécond. On au rait peine à extraire de ses ouvrages une doctrine bien
assurée ; ce polygraphe n 'était pas un penseur de grande envergure.
I l fu t incontestablem ent hostile à l'E m p ire et favorable à la supré­
m atie pontificale ; m ais on doit le considérer sans doute m oins comme
un fidèle de la papauté que comme un partisan dévoué de la maison

1) M aith., X X I, y.
2) C f .F o u r n i e r , La M onarchia de Dante et l'opinion française·.
Paul
Com ité français catholique pour la célébration du sixièm e centenaire de la mort
de Dante Alighieri, Bulletin, 1 9 2 1 , p . 1 5 5 e t s u i v .
3) B i b l . N a t . l a t i n 1 6 4 9 5 , f o l . 9 6 cl. e t s u i v . ; l e s e r m o n e s t e n l ’h o n n e u r
d e s a in t N ic o la s , m a is le s a in t n 'y a p p a r a ît q u ’ a s s e z lo in . L a p h rase du d é b u t :
e Q u ilib e t h eres F r a n c ie , ex quo in u n c tu s et co r o n a tu s, habet s p e c ia le m
g r a tia m e t v fitu te m a D eo q u o d ta c tu m a n u s s u a e c u r â t in fir m o s ; p r o p ter
quod h a b e n te s in lir m ita te m r e g ia m v e n iu n t ad regem de m u ltis lo c is et
t e r r i s d i v e r s i s », e s t r e p r o d u ite d a n s l ’ a r tic le d e N . V alois sut G u i l l a u m e d e
S a u q u e v ille , Histoire littéraire, X X X I V , p . 298 e t s u iv ., a u q u e l j ’a i e m p r u n té
le s r e n s e ig n e m e n ts d o n n é s c i-d e s s u s su r l ’ a u te u r e t la d a te d es serm o n s.
1 3 2 LES ROIS THAUMATURGES

d ’A n jou dont Les intérêts se confondaient alors sur bien des points,
m ais non sur tous, avec ceu x du chef de l ’E glise. R ien de plus naturel
chez un L u cq u ois : car Lucques était, dans l ’Ita lie du N ord, un
des m eilleurs appuis de la politique angevine ; Charles d ’A n jou ,
•vicaire im périal en Toscane, y était fort respecté ; Tolom eo lui-même'
l'app elle à deux reprises son seigneur et son ro i. L e grand conquérant
guelfe une fois m ort, l ’attachem ent que notre dom inicain lui a v a it
vou é semble s ’être reporté sur sa lignée ; quan d le prin ce Charles
de Tarente, neveu du roi R o b ert de N aples, fu t tom bé en 1315 -sur le
cham p de b ataille de M ontecatini, c ’est Tolom eo, alors prieur de San ta-
M aria N ovella de Florence, qui se chargea d ’aller réclam er le corps
a u x Pisaris v ic to r ie u x 1). Or Charles d ’A n jou , frère de saint Louis,
éta it un Capétien; com me tel, sans nul doute, croyan t du m iracle royal
et croyant d ’au tant plus ferm e que, devenu roi en Italie, il revendiqua
à son tour, com m e on va le voir, le don than m aturgiq u e. Ces considé­
rations expliquent la fa veu r que Tolom eo tém oign a au tou cher des
écrouelles. Il s ’est exprim é à ce sujet dans d eu x de ses écrits. D ’abord *Il

P II y a su r T o lo m e o de L u cq u es une trè s a b o n d a n te lit t é r a t u r e ; m a is


p o in t d ’o u v r a g e proprem ent e x h a u s tif. La u tile s à c o n ­
p lu p a r t d es t r a v a u x
n a îtr e o n t é té in d iq u é s e t u tilis é s p a r G . M o lla t , Etude critique sur les Vitae
Paparum Avcnionensium d'E tien n e Baluze, 1 9 1 7 , p . 1 e t s u i v . ; y a j o u t e r
l ’a r tic le r é c e n t d e M a r t i n G r a b m a n n , L a scuola tomistica ita lia n a ; Rivista
d i filosofia neo-scolastica, X V ( 1 9 2 3 ) , d o n t l e § I V e s t c o n s a c r é à T o l o m e o .
I l y a e n c o r e p r o f i t à s e r e p o r t e r à l a d i s s e r t a t i o n d e K a r l K r ü g é r , Des
Ptolomàus Lucensis Leben und Wcrke, G ô t t i n g e n 1 8 7 4 ; v o i r é g a l e m e n t l ’ I n ­
t r o d u c t i o n m i s e p a r M . K k a m m e r à l ’é d i t i o n c i t é e c i - d e s s o u s , p . 1 3 3 , n . 1 ;
pour le s u r p lu s j e me c o n te n te de ren voyer aux ré fé r e n c e s d o n n é e s par M .
M o lla t. L e s a u te u r s q u i o n t t r a it é d e s id é e s p o litiq u e s d e T o lo m e o , c o m m e p a r
e x e m p le A lb e r t B a z a i l l a s , Etude sur le De regimine pritteipum ; Rec. Aoadém.
Sciences Belles Lettres et A rts de Tarn et Garonne, 2 e s é r i e , V I I I ( 1 8 9 2 ) , n o t a m ­
m e n t p . 1 3 6 - 1 4 3 e t J a c q u e s Z e i l l e r , L ’idée de l ’Etat, dans saint Thomas
d ’A quin, 1 9 1 0 , p . 1 6 1 , n e m e p a r a i s s e n t p a s a v o i r , e n g é n é r a l , a c c o r d é s u f f i s a m ­
m e n t d ’a t t e n t i o n à s e s r e la t io n s a v e c le p a r t i a n g e v in . S u r le s r a p p o r ts d e s
L u c q u o is avec la m a is o n d 'A n jo u , cf.K r a m m e r , loc. cit., p . X V I - X V I I .
T o l o m e o a p p e l l e C h a r l e s d ’A n j o u rege nostro Karolo d a n s lo D e regimine, I V ,
S , e t dentinus nosier rex K arohis d a n s l a Deierminatio ( c i- d e s s o u s , p . 1 3 3 ,
n . 1 ) . I l i n s i s t e d a n s l e De regimine, I V , 8, s u r l ’ a s s i m i l a t i o n p a r f a i t e d e s
F r a n ç a i s a v e c l e s i n d i g è n e s d a n s l e r o y a u m e d e N a p l e s . E n f i n l a Deierminatio
t o u t e n t i è r e a p o u r o b j e t d e d é f e n d r e l e s d r o i t s d e C h a r l e s d ’A n j o u a u v ic a r ia t
d e T o sca n e , co n tre R o d o lp h e d e H a b s b o u r g e t le p a p e M a r t in IV lu i-m ê m e ;
v o irà c e s u j e t , o u t r e l ’ i n t r o d u c t i o n d e l ’ é d i t i o n K r a m m e r , F . K e r n , D ie
Reichsgcwa.lt des dcuischen Kanigs naeh dem Interregnum; H islor. Zeitschrift,
C V I (1911), p . 71-74. S u r l ’ é p i s o d e d e 1 3 1 5 , R . D a v i d s o h n , Forschungen
zur Geschichte von Floronz, I V , B e r l i n 1 9 0 8 , p . 3 6 8 .
l ’o p i n i o n ECC LÉSIA STIQ U E 133

dans un opuscule de polém ique politique connu sous le nom de A brégé


des d roits de l ’ E m p ir e (D e te rm in a tio co m p en d io sa de ju r is d ic tio n e
im p e r ii) q u 'il rédigea au x environs de l ’année 1280, précisém ent pour
servir les intérêts du roi de N aples contre le roi des Rom ains et le pape
lui-mêm e ; au chap itre X V I I I , s ’effoiçant de prouver que la royau té
vient de Dieu, il prod u it entre autres l'argum ent suivant : cette théorie
est prouvée « par l'exem ple de certains princes de nos jours, bons catho­
liques et 'm em bres de l ’E glise ; en effet, par suite d ’une influence
divine spéciale et d ’une participation plus com plète que le commun
des hommes à l ’ E tre en Soi, ils possèdent une puissance singulière
sur le peuple des m alades : tels les rois de France, te ls Charles notre
seigneur », vo ilà la m arque angevine ; « tels aussi, dit-on, les rois d 'A n ­
gleterre »1) . Si Tolom eo n ’a v a it parlé de cette « puissance singulière »
que dans la D e te r m in a tio , q u ’011 lu t beaucoup en son tem ps, m ais qui
tom ba dans l ’oubli après le x i v e siècle, son nom ne d evrait tenir qu'une
place m édiocre dans l ’histoire qui nous occupe ici. Mais, à peu près vers
la même époque, il com posa un autre ouvrage, destiné a un succès
bien plus grand. Il a v a it été le disciple de S. Thom as d ’A quin ;
dans l ’ œ uvre de son m aître il tro u v a un T r a ité d u G ou vern em en t
d es P r in c e s qui était dem euré inachevé ; il le reprit et le term ina.
Il consacra, dans un des chapitres ainsi ajoutés par lui au tra v a il
prim itif, quelques lignes à l ’onction, en particulier à celle reçue par les
rois de France ; on y rencontre ces m ots : « les rois successeurs de
C lovis sont oints [ d ’une huile jad is apportée du Ciel p ar une colom be] ;
et comme effet de cette onction, divers signes, prodiges et guérisons,
apparaissent en eu x »2). Phrase bien m oins exp licite que celle que j ’ai

q É d . M a r io K ram m er, H a n o v r e e t L e ip z ig 19 0 9 (Fontes iu ris germanici


antiqui), p . 39, c. X V I I I : « H oc e tia m a p p a r e t in m o d e m is p r in c ip ib u s v ir is
c a t o lic is et e c c le s ia s tic is , quod ex s p e c ia li d iv in a in flu e n tia su p er eos, ex
a m p lio r i p a r t ic ip a t io n e E n tis , s in g u lio r e m habent v ir tu te m su p er p o p u lu m
e g r itu d in e la b o r a n te m , u t s u n t r e g e s F r a n c ie , d o m in u s n o s te r r e x K a r o lu s ,
e t d e r e g e A n g l i e f e r t u r ». C I . I I . G r a u e r t , A us der kirchenpolitischen Lilteratur
des 14. Jahrh.; Histor. Jahrbuch ; X X IX (19 0 8 ), n o t a m m e n t p . 502 et 519.
G rau ert c r o y a it le tr a ité r é d ig é en 130 0 ; le rex Karolus eût é té a lo r s n o n
C h a r l e s d ’A n j o u , m a i s s o n f i ls C h a r l e s I I ; j e p r é f è r e m e r a l l i e r à l a d a t e é t a b l i e
par K ram m er. Que T o lo m e o s o it l ’a u te u r d e la Determinatio, c ’e st ce dont
on ne s a u r a it p lu s d o u te r d e p u is que M a r tin G rabm ann, Nettes Archiv,
X X X V II (1 9 1 2 ), p . 8 18 , a r e le v é d a n s u n a u tre o u v r a g e d e n o tre a u te u r —
l'Exaem eron — · u n r e n v o i à c e libellus sive iractatus de iurisdictione Im perii
et Sum m i Pontificis.
2) De regimine principum ad regem Cypri, I I , c a p . X V I ; Sancti Thomae
A q u in a tis ... opéra omnia, i n f o l . , P a n n e 1 8 6 4 , p . 2 5 0 , c o l . 1 e t 2 : « C u j u s
LES ROIS THAUMATURGES
134

citée plus haut ; elle d evait pourtan t avoir un to u t autre retentisse­


m ent. Car le T r a ité du G ou vern em en t des P r in c e s p articip a à la vogue
dont étaient généralem ent l ’ob jet les écrits de S. T h o m a s; et l'on
distingua m al en lui les apports différents du D octeur A n géliq u e et
de son continuateur. Sous l ’A ncien R égim e notam m ent, les apolo­
gistes du toucher avaient volontiers recours à l’ autorité de S. T h o m a s1).
E n vérité ils n ’auraient eu le droit d ’invoquer que celle de F ra
Tolom eo. Même pour des historiens m ieu x avertis, le te x te du
T raité posa ju sq u ’à ces derniers tem ps un problèm e difficile :
pourquoi le Lucquois, défenseur vigou reux de l ’E glise et de la papauté,
avait-il reconnu, presque le prem ier, des « prodiges » et des « guérisons »
que l'E glise ni les papes n ’avaien t jusque là fa it profession d ’aimer?
D epuis la publication, assez récente, de la D e te r m in a tio , l ’énigm e est
résolue. Les prétentions angevines ont fa it de Tolom eo un fidèle du
toucher et, indirectem ent, ont v a lu aux rites thaum aturgiques l ’appui
apocryphe, m ais précieux, de S. Thom as d ’A quin.
Les prem iers publicistes fran çais qui avaien t produit l ’argum ent
du m iracle avaient tém oigné d ’une certaine audace ; lèurs successeurs
n ’eurent q u ’à le recueillir de leurs m ains.
C'est surtout dans l ’entourage de Charles V q u ’on en fit en France,
au x i v e siècle, le plus large em ploi, V oici d ’abord une charte solen­
nelle rendue en 1380 par le roi lui-même en faveu r· du chap itre de
Reim s ; en tête de l ’acte, deux initiales, le K et V A du nom royal,
ornées d'élégants p etits dessins, nous m ontrent, à côté de la scène

s a n c tita tis e tia m a rg u m e n tu m a s s u m im u s ex g e s tis F rancorum de b e a ti


R e m ig ii su p er C lo d o v e u r r i regem p r in r u m C lir is tia n u m in te r reges F ran-
c o r u m , e t d e la t io n e o le i d e s u p e r p e r c o lu m b a m , q u o r e x p r a e f a t u s f u i t in u n c t u s
e t in u n g u n t u r p o s te r i, s ig n is e t p o r te n tis ac v a r iis c u r is a p p a r e n t ib u s in e is
ex u n c tio n e p r a e d i c t a ». De regimine, v . e n d e r n i e r l i e u l ’ e x c e l l e n t
Sur le
t r a v a i l d e M a r t i n G r a b m a n n , D ie echten Schriften des hl. Thomas von Aquin,
M u n i c h 1 9 2 0 (Beiirâge zur Gesch. der Philosophie des Miltelalters, X X I I , 1 - 2 ) ,
p. 216 e t s u iv . L ’a ttr ib u tio n de la c o n tin u a tio n — q u i n ’e s t c e r ta in e m e n t
pas de S. T h o m as — à T o lo m e o e st, s in o n c e r ta in e , au m o in s f o r t v r a is e m ­
b l a b l e ; e t j ’ a jo u t e q u e le p a s s a g e r e la t if a u m ir a c le r o y a l, rapproch é du p as­
sage p lu s d é v e lo p p é de la Determinatio, me p a r a ît u n a r g u m e n t d e p lu s , et
t r è s fo r t, en f a v e u r d e c e t t e t h è s e . L a d a t e d e la c o m p o s itio n d e la c o n t in u a tio n
est c o n te sté e ; je me r a llie r a is v o lo n tie r s aux c o n c lu s io n s d ’A . B usson,
Silzungsber. (1er phil.-hist. K lassc der h. Ahademie Wicn, L X X X V III (18 7 7 ),

P- 723·
1) P a r e x e m p l e M e u r i e r , De sacris unelionibus, p . 2 6 1 ; M a u c l e r c , De
moncirchia divina, col. 1 5 6 7 ; d u P e y r a t , Histoire ecclesiastique de la Cour,
p . 8 0 6 ; O u o u x , Histoire ecclésiastique de la Cour, I , p . 1 8 0 .
L'O P IN IO N ECCLÉSIASTIQU E 135

classique de donation — le souverain rem ettan t a u x chanoines le


parchem in qui v a faire d ’eux les seigneurs du dom aine de Vauclerc —
le tableau du baptêm e m iraculeux de Clovis ; le préam bule rappelle
en effet la légeirde de la S ain te Am poule ; m ais aussi, en rapport
direct avec elle, le don de guérison :
« D ans la s a in te é g lis e d e l 'i l l u s t r e c ité de R e im s , C lo v is , a lo r s roi de
Fran ce, e n te n d it la p r é d ic a tio n du trè s g lo r ie u x co n fesse u r le b ie n h e u r e u x
R e m i, é v ê q u e de c e tte v ille fa m e u s e ; là , c o m m e c e lu i-c i b a p t is a it le d it ro i
a v e c s o u p e u p le , le S a i n t E s p r it , o u b ie n u n a n g e , a p p a r u t s o u s l a fo r m e d ’ u n e
c o lo m b e , descen d an t du C ie l e t a p p o r t a n t u n e fio le p le in e d e la liq u e u r du
s a i n t c h r ê m e ; c ’ e s t d e c e c h r ê m e q u e c e r o i lu i- m ê m e , e t a p r è s lu i t o u s le s r o is
d e F r a n c e n o s p r é d é c e sse u rs e t m o i-m ê m e à m o n to u r, a u x jo u r s d e la c o n s é ­
c r a t i o n e t d u , c o u r o n n e m e n t , D i e u é t a n t p r o p i c e , n o u s r e ç û m e s l 'o n c t i o n , p a r
la q u e lle , s o u s l ’ in flu e n c e de la c lé m e n c e d iv in e , u n e t e lle v e r t u e t u n e t e lle
grâce so n t répan d ues dans le s r o is de F rance que, par le seu l co n ta ct de
le u r s m a in s , ils d é f e n d e n t le s m a la d e s d u m a l d e s é c r o u e lle s : c h o s e q u e dé­
m o n tr e c la ir e m e n t l ’é v id e n c e des fa its , éprou vée su r des person n es in n o m ­
b r a b l e s » x) .

C ’é tait la prem ière fois q u ’un m onarque chrétien se posait expres­


sément en thaum aturge.
Q uant au x orateurs et écrivains, dont l'éloquence savante fleu­
rissait à la cour du sage roi, ils van ten t à l ’envi la puissance du toucher.
L ’auteur du S o n g e d u V erg er l ’évoque par la bouche de son chevalier. l

l) O r ig in a l a u x A r c h . d e R e im s , fo n d s d u c h a p itr e m é tr o p o lita in , V a u ­
c le r c , lia s s e 1 , n ° 4 ; é d . d o m M aklot, H istoria ecclesie Remensis, I I , p . 660
Histoire d e là ville de Reims, I V , in -4 °, R e i m s
(é d itio n f r a n ç a is e s o u s le t i t r e d e
1 8 4 6 , p . 6 3 1 ) e t Le Théâtre d'honneur, p . 7 5 7 ( p a r t i e l l e m e n t ) . L a c h a r t e p a r a î t
a v o i r é t é i g n o r é e d o E . D upont q u i , d a n s l e s Notices et documents publiés
par la Soc. de l ’ H ist. de France à l'occasion du cinquantième anniversaire de sa
fondation, 1 8 8 4 , p . 1 8 7 - 2 1 8 , a r e c e n s é u n c e r t a i n n o m b r e d e c h a r t e s « à v i ­
g n e t t e s n. D e m ê m e e lle m a n q u e d a n s l a l i s t e d e s c h a r t e s d o n t l e s i n i t i a l e s
fo u r n is s e n t des « r e p r é s e n ta tio n s » d e C h a r le s V, d ressée par L. D elisle ,
Recherches sur ta librairie de Charles V , I, 190 7, p . 6 1. J e c i t e d ’a p r è s l 'o r i ­
g i n a l : « q u a n d o 111 s a n c t a e g r e g i e c i v i t a t i s R e m e n s i s e c c l e s i a a C l o d o v e o , t u n e
Francorum reg e, a u d ita est g lo r io s is s im i c o n fe s s o r is b e a ti R e m ig ii e iu s d e m
c la r e u r b is c p is c o p i p r e d ic a c io , c u i, d u m ib id e m p r e fa tu in regem c u is su o
p o p u lo b a p tiz a r e t, S p ir itu s S a n ctu s seu a n g é lu s D e i in c o lu m b e sp e c ie , d e
C e lo d e s c e n d e n s , a p p a r u it, p o r ta n s e t m in is tr a n s s ib i a m p u la m s a n c ti c h r is -
m a t is liq u o r e r e fe r t a m d e q u o ip s e R e x e t o m n e s d e in c e p s F r a n c o r u m reges
p r e d e c e s s o r e s n o s t r i in e o r u m e t n o s e c ia m in n o s t r a c o n s e c r a c i o n e e t c o r o -
n a c io n e , D e o p r o p ic io , s u s c e p iin u s u n c tio n e m , p e r q u a m ip s is r e g ib u s , d iu in a
o p é ra n te c le m e n c ia , v ir t u s iu f u n d itu r et g r a c ia qua s o lo co n ta ctu m anuum
in fir m o s servan t a b e g r itu d in e s c r o fu la r u m , quod in p e r s o n is in n u m e r is per
fa c ti e v id e n c ia m c o n s ta t esse p r o b a t u m ».
136 UES ROIS THAUMATURGES

revendiquant contre le prêtre le caractère divin du pouvoir tem porel !).


R aou l de Presles, que nous avon s déjà vu m ettre du latin en français
la Q u a estio i n u tra m q u e p artent, entonnant dans la préface de sa tra­
duction de la C i t é de D ie u q u ’il a v a it égalem ent entreprise sur l ’ordre
d eso n m a ître, u n p om p eu x élo g ed e la m onarchie française, ne m anque
pas d ’y faire place au m erveilleux p rivilège*). D e même — nous y
reviendrons avec plus de d étails dans un in stan t — Jean Golein,
dans sa trad u ction du R a tio n a l des d iv in s offices, de G uillaum e D urand.
D e même encore rne Anseau Choquart haranguant, dans les dernier?
jours du m ois d ’avril 1367, au nom du roi, le pape U rbain V, pour le
dissuader de retourner à R o m e l*3).
Ne nous y trom pons pas. L ’exaltation du pouvoir guérisseur
ne fut, dans ce milieu, q u ’une m anifestation, entre beaucoup d'autres,
d ’une tendance générale dont il n ’est pas difficile de saisir le sens. A u ­
tou r de Charles V et de ses conseillers, on p erçoit en effet très n ette­
m ent un effort vigou reu x pour renforcer de to u te façon le prestige reli­
gieu x et surnaturel des Capétiens. A in si que l'a m ontré M. Noël Valois,
c ’est alors que n aquit à la cour de France l ’idée de réserver à nos rois,

l) R é d a c tio n la tin e : G o l d a s t , M onarchia im perii, I, l i b . 1, c a p . C L X X I X


et C L X X III, p. 12 8 -12 9 ; r é d a c t i o n f r a n ç a i s e : J . L . B r u n e t , Traitez des
droietz et libériez de l'église gallicane, f o l . , 1 7 3 1 , I I , liv r e ι.,- . c l i a p · L X X I X et
L X X X , p . 8 1-8 2 . L ’ a u t e u r d u Songe du Verger r e p r o d u it d ’ a ille u r s à peu
près te x tu e lle m e n t O ccam (c f. c i-d e s s o u s , p. 142, n. x ), com m e l ’a m o n tr é
C ari M ü l l e r , Zeitschrift fur Kirchenrecht , X IV (18 7g ), p . 14 2, m a is a v e c une
m o d if ic a tio n q u i n ’e s t p a s s a n s i m p o r t a n c e ; n o u s a u r o n s l ’o c c a s io n d ’y r e v e n ir
(v . c i-d e s s o u s , p. 2 2 2 ).

a) É d . d e 1 5 3 1 , f o l i o P a r i s , fo l. a 111 v ° . A p r è s a v o ir r a p p e lé l ’ o n c tio n e t
le m i r a c l e d e l a S a in te A m p o u le (R ao u l s ’ a d r e s s e d ir e c t e m e n t à C h a r le s V ) :
« E t ne tie n g n e vous 11e a u tre que c e lle c o n s e c r a c io n s o it san s trè s gran t
d ig n e e t n o b le m is t e r e c a r p a r ic e lle v o z d e v a n c ie r s e t v o u s avez te lle v e rtu
e t p u is s a n c e q u i v o u s e s t d o n n é e e t a tt r ib u é e d e d ie u q u e v o u s f a ic t c s m ir a c le s
en v o s tr e v ie te lle s , si gran d e s et si a p e rte s que vous g a r is s ie z d ’une trè s
h o r r ib le m a la d ie q u i s ’a p p e lle le s e s c r o e lle s d e la q u e lle n u l a u t r e p r in c e te r r ie n
n e p e u t g a r i r f o r s v o u s ». L e p a s s a g e a é t é r e p r o d u i t , p a r G u illebjïrt d e M etz
d an s sa Description de Pa ris, c o m p o s é e p e u a p r è s 1 4 3 4 : L e r o u x de L in cy
et L . M . T i s s e r a n d , P a ris et ses historiens (Hist. géne'r, de Paris), i n - 4 0, 1 8 6 7 ,
p. 14 8 .

3) C. E. B u l a e u s [ d u B o u l a y ], Historia Universitatis Parisiensis, IV ,


i n - 4 0, P a r i s 1 6 6 8 , p . 4 0 8 : « e x s a n c tis s im a u n c tio n e s p ir itu a li, e t d iv in a , non
hum ana, qua in u n g itu r R ex ip s e , p r o p te r quam s a n c tific a tu s e st. . . . et
e x in d e cu rât m orbos in s ig n u m s a n c tis s im a e u n c t i o n i s ». Pour l'a u t e u r du
d is c o u r s et le s c ir c o n s ta n c e s dans le s q u e lle s il fu t prononcé, v. R. B ela-
chenal, Histoire de Charles V, I I I , 1 9 1 6 , p . 5 1 7 e t s u iv . ( n o ta m m e n t 5 1 8 , n . 5 ).
l ’o p i n i o n e c c l é s ia s t iq u e 137

com m e un honneur propre à leur m aison, le titre jusque là b an al de


« très chrétien »1). Jam ais on ne fit sonner p lus hau t tou tes les tr a ­
ditions m iraculeuses dont s ’enorgueillissait la m onarchie des fleurs
de lis ; bien m ieux ; com m e nous aurons l ’occasion de le constater
plus tard, il sem ble que, dans ce p e tit m onde lo y aliste qui a v a it pour
centre la « L ib rairie » royale, on n ’ ait pas craint d'enrichir quelque peu
le patrim oine légendaire légué p a r les a n c ê tre s2) . L es cérém onies du
sacre, d ’où, a u x y e u x de l'opinion commune, les rois tiraien t leur em­
preinte divine, furent certainem ent de la part de Charles V l ’ob jet
d ’un intérêt to u t particu lier ; sa bibliothèque ne contenait pas m oins
de sept volum es relatifs au ritu el français, auxquels il convient d ’a jo u ­
te r un ouvrage sur le sacre im périal et un psautier renferm ant le ser­
vice de consécration a n g la is 3) ; il y a plus : c'est sous son inspiration
directe que fu t composé, par un de ses écrivain s à gage, le carm e
Jean Golein, un p etit tra ité sur le sacre des rois et reines de France
que nous étudierons plus en d étail to u t à l'heure. Ce zèle du souverain
et de son entourage pour to u t ce qui tou ch ait la royau té sacrée, d ’où
ven ait-il donc ? Sans doute fa u t-il faire la part du to u r d ’esprit p er­
sonnel de Charles V ; à la fois très pieu x et profondém ent pénétré
de la grandeur de sa dignité, il d e v a it tenir naturellem ent à accen­
tu er le caractère religieu x de Γ « estât ro yal » ; en outre, son in te lli­
gence, portée vers les spéculations théologiques, ce « soutil enging »,
pour parler com m e Jean Golein, q u ’i l a v a it «m is... a estudier » ta n t

x) Le roi très chrétien, d a n s L a France chrétienne dans Vhistoire, ouvrage


publié . . . soi4s la direction du JR. P . B a u d r i l l a RT, 1 8 9 6 , p . 3 1 7 e t s u i v . O n
p e u t a jo u te r aux te x te s c ité s par M. V a lo is , Jean G o le in , dans son tr a ité
d u s a c r e , c i-d e s s o u s Appendice, I V , p . 480, 1. 13, e t u n p a ssa g e d u p e tit tr a ité
d ’E t i e n n e de C o n ty su r la ro y a u té fr a n ç a is e , q u i, à p e in e p o s té r ie u r à
C h a r le s V (c f. c i-d e s s u s , p. 92, n . 1), r e f lè t e b ie n le s th é o r ie s c o u r a n t e s d a n s
l 'e n t o u r a g e de c e r o i : B ib l. N a t. la tin 11730 , fo l. 3 2 V 0, c o l . 1 : «R om ani
p o n tific e s o m n e s s e m p e r s c r ip s e r u n t e t s c r ib u n t c o tid ie r é g i F r a n c ie cristia-
nissim o ( s ic ) , q u a s i s u p p e l l a t i v o in fid e c a th o lic a , sed a liis r e g ib u s o m n ib u s
e t p r in c ip ib u s s c r ib u n t : t a l i r é g i christiano, i n s i m p l i c i p o s i t i v o ». M . V a lo is
a n e t t e m e n t a p e r ç u t o u t le t r a v a i l d e p r o p a g a n d e q u i s ’a c c o m p li t a u to u r de
C h a r le s V : « L e tr ô n e m a in t e n a n t e s t e n v ir o n n é d e c le r c s h a b ile s à d é c o u v r ir
d a n s le p a s s é le s f a i t s le s p lu s p r o p r e s à r e h a u s s e r le p r e s t ig e d e l a r o y a u t é . . .
Q u i a p lu s s o u v e n t q u ’e u x a ffir m é le c a r a c t è r e s a c r é d e l a m o n a r c h ie ? Qui a
p lu s v o lo n tie r s p a r lé de la S a in te A m p o u le ou r a p p e lé l ’o r ig in e c é le s te des
fle u r s de lis ? » (p . 3 2 3 ).
2) C i - d e s s o u s , p. 232 et 236.
3) L é o p o l d Recherches s^ιr la librairie de Charles V, I I ,
D e l is l e ,
Inventaire général des livres ayant appartenu aux rois Charles V et Charles V I,
n 00 227-233, 226 et 59.
138 LES RO IS THAUMATURGES

q u ’il entendait « les ternies de théologie *) », l ’in clin a it à apprécier les


théories m ystiqu es et sym boliques de la ro yau té et du sacre que les
lettrés de son tem ps étaien t to u t prêts à lui offrir. P o u rtan t il ÿ au rait
quelque n aïveté à n ’apercevoir dans to u t le b ru it m ené a lo rs p ar les
écrivain s officiels ou officieux autour du m erveilleu x m onarchique
que le désir de flatter les goû ts désintéressés du prince. I l est un
phénom ène que nous verrons se reproduire, au cours de l ’h istoire que
nous étudions ici, avec une véritab le régularité : au sortir des crises
graves qui ébranlèrent à plusieurs reprises les d yn asties françaises
et anglaises, lorsq u ’il s ’agissait de réparer les accrocs fa its à la popu­
larité de la m aison royale, c ’est presque tou jou rs le cycle de la ro yau té
sacrée, et spécialem ent le pouvoir thaum aturgique, qui fourniren t à
la propagande lo y a liste ses thèm es de prédilection ; pour ne citer que
des exem ples relativem en t récents et très nets, sous H enri I V en France,
sous Charles II en Angleterre, c'est cette corde que d evaient fa ire vib rer
de préférence les serviteurs de la légitim ité. Or, sous Charles V , l ’E ta t
sortait en vérité d'une crise redoutable : celle q u ’a v a it déchaînée,
dans to u t le royaum e, la b ata ille de Poitiers. C ertains historiens
ont de nos jours cru devoir estim er assez b a s les dangers que cou­
rurent alors la d yn astie des V alois et la m onarchie elle-m êm e. L e péril
cependant p araît bien avoir été vraim en t grand, non seulem ent du
fa it des efforts tentés p ar quelques hom m es in tellig en ts pou r sou­
m ettre le gouvernem ent à une sorte de contrôle n ational, m ais plus
encore sans doute p ar su ite du vio len t m ouvem en t de hain e et de
révolte qui souleva alors contre la noblesse to u te une p artie du peuple.
L a haute bourgeoisie elle mêm e y p articip a: elle n ’a v a it p a s encore,
com me a.ux siècles suivan ts, réussi à. forcer en masse les portes de
la classe privilégiée. D an s le discrédit dont se tro u v a frappé une
caste avec qui le pou voir ro yal paru t faire cause com m une, la m onar­
chie sem bla un m om ent enveloppée ; à qui d ou terait de la force
des sentim ents qui agitèren t les âm es en ces quelques années tr a ­
giques, il suffira de recom m ander la lectu re des tro is lettres d ’E tienne
M arcel que nous avons p a r hasard conservées. Com m ent les V alois
parvinren t à triom pher de la tourm ente, ce n ’est pas ici le lieu de le
rechercher. M ais on ne sau rait douter que le" souvenir de ces événe­
m ents que nous savons avoir été toujours très puissant sur l ’esprit de
Charles V , ne l ’ ait incliné à tâcher de fortifier p ar tou s les m oyens
l'em pire de la m onarchie sur les âmes. Com m ent s ’étonner q u ’un prince

*) C i - d c s s o u s , Appendice, IV , p. 48g.
I . ’O P I N I O N E C C L É S I A S T I Q U E *39

qui, com me on l ’a dit très justem ent, sut de très bonne heure ap­
précier à sa ju ste valeu r «la puissance de l ’opinion pu bliqu e », n ’ait
pas négligé l'arm e du m iracle ? *)
Mais ce fin politique était en même tem ps un dévot. Il semble
bien que l ’éloge parfois indiscret que l ’on fa isait autour de lui de son
pouvoir m iraculeux lu i ait, à un m om ent donne, inspiré quelques
scrupules. Il vo u lu t m aintenir ses apologistes dans les lim ites im ­
posées p a r la saine orthodoxie. D e ses inquiétudes nous avons un
tém oignage curieu x dans un texte, ju sq u ’ic i à peu près ignoré, dont
il convient m ain tenant de dire un m ot. P arm i les nom breu x ou vrages
que Charles fit m ettre, à ses frais, du latin en français, figure un des
plus im portan ts traités litu rgiqu es du m oyen âge, le R a tio n a l des
d iv in s offices, q u 'a v a it com posé, a u x environs de l ’année 1285, l ’évêque
de Mende, G uillaum e D u ran d ; la traduction , confiée au carm e Jean
Golein, fu t offerte au roi p a r son auteur en 1372 ; elle est bien connue ;
on l ’ a m êm e im prim ée, en 1503, dans ce tem ps où la littéra tu re d i­
d actiqu e sortie de la L ib rairie de Charles V fournissait a u x presses
de quelques com m erçants entreprenants une si belle m atière ; m ais
ce dont on ne sem ble pas s ’être d ’ordinaire avisé, c ’est q u ’elle est
plus et m ieux q u ’une trad u ction . A la fin du chapitre où l ’évêque
de Mende a va it donné la théorie de l ’onction en général, sans appli­
cation particulière à l ’onction royale, Jean Golein, « pour la reverence »
de son « très redoubté et souverain seigneur » qui a v a it été consacré
roi de France le 19 m ai 1364, estim a devoir ajouter, de son cru, tou t
un «petit traitié de la consécration des princes » qui, dans le m anuscrit
original, pourvu de V e x -lib r is ro y a l, ne rem plit pas m oins de vin gt-
deux pages, écrites chacune sur deux colonnes et d ’une m ain assez
fine. P lu tôt que la consécration des princes dans l'ensem ble, c ’est le
sacre français, uniquem ent, que ce « petit traitié » dépeint et étudie. On
y trouve, à côté d'un développem ent assez lourd sur le sens sym bolique,
la «signifiance m isterial» du rituel de Reims, une foule d'indications
précieuses sur le droit pu blic fran çais — notam m ent sur les fondem ents
légendaires du droit successoral — et sur la conception de la royau té
sacrée et son cycle m erveilleu x ; plusieurs seront utilisées ici-même,
p ar la suite. M ais il 37 a m ieux. Sur un point du m oins, et sur celui1

1) D Histo ire de Charles V, Π , p. 369 : « C h a rle s V a eu m êm e


e i .a c h e n a l ,
a v a n t d ’ê tre r o i. . . . le s e n tim e n t trè s n e t d e la p u issa n ce de l'o p in io n p u ­
b liq u e ». S u r le m o u v e m e n t a n tin o b ilia ire , on tr o u v e r a u n certain, n o m b re
d e té m o ig n a g e s c a r a c té r is tiq u e s ré u n is d a n s ce m êm e o u v r a g e , I, p. 395 e t
su iv . I l n e s e r a it p a s tr è s d ifficile d ’ en a jo u te r d ’ a u tre s.
140 Ï .E S R O IS THAUM ATURGES

précisém ent q u i nous intéresse plus spécialem ent pour l ’instant,


je v e u x dire sur le pou voir guérisseur, Jean G olein se donne expres­
sém ent pour l ’interprète autorisé de la pensée m êm e de son m aître.
R aou l de Presles a v a it écrit dans sa préface pour la C i t é de D ie u ,
en s ’adressant à Charles V : « vous avez telle vertu et puissance,
qui vous est donnée et attribuée de Dieu, que vous faictes m iracles
en vostre vie ». C ette expression, com m e on a pu s ’en rendre com pte
p ar plusieurs des te x te s précédemm ent, cités, éta it parfaitem en t
conform e à l ’usage courant. P ourtan t, à ce q u ’il paraît, elle choqua
le pieu x roi : « Il ne veu lt m ie que on le m ette saint ne faisan t m iracles »,
nous répète avec instance Jean Golein ; de pareilles choses ne sont
dites que sans son « consentem ent » ; et le bon carm e explique docte ­
m ent que D ieu seul fa it les m iracles. Sans doute. N e nous exagérons
pas cependant l ’hum ilité du prince ou de son porte-parole. Car cette
incontestable vérité théologique était vraie, G olein a p ris soin de nous
le rappeler, des saints aussi bien que des ro y a u x thau m atu rges ;
p ar les uns comme p a r les autres, c ’est la v e rtu d ivin e qui opère,
quand ils accom plissent des prodiges ; ce pourquoi les gens m al in stru its
des « term es de théologie » disent des uns com m e des autres q u ’ils fon t
des m iracles ou guérissent telle ou telle m aladie. L a com paraison pou­
v a it suffire à l ’orgueil m onarchique. A in si Charles V et ses docteurs
conciliaient avec leur souci d 'o rth o d oxie le ju ste désir q u ’ils a va ien t
que <( l ’estât royal » ne fû t « pas m oins prisié que raison ne v e u lt »1) .
L e branle a v a it été donné p a r l ’entourage de P hilip pe le B el
d ’abord, p ar celui de Charles V ensuite. D ésorm ais les guérisons m er­
veilleuses ne cessent plus de faire p artie obligée de to u t éloge de la
ro y au té française. Sous Charles V I , le m oine E tien n e de C o n ty les
range parm i les b ea u x privilèges q u ’il a ttrib u e à ses rois 2). A deux
reprises au m oins, sous Charles V I I et L ouis X I , les am bassadeurs
français à la cour p o n tificale les in voq u en t pour p rou ver la sainteté
particulière de la m aison de F ran ce et, par v o ie de conséquence, la

q S u r to u t ce q u i p récèd e, je n ’a i q u ’ à r e n v o y e r à l 'A ppendice I V , où


on tro u v e ra u n e a n a ly s e et de lo n g s e x t r a i t s du tr a ité de Jean G o le in . On
n o te r a (p . 4 8 9 ) q u e R a o u l d e P r e s le s y est — tr è s c o u r to is e m e n t, m a is tr è s
exp ressém en t — m is en cause.

®) V . c i - d e s s u s , p . 9 2 , n . 1 . On peut a jo u te r à c e s a u t e u r s d u X V e s iè c le
q u i o n t p a r lé d u to u ch e r, N ic o la s de L a r i s v i t .l a , dans «un tr a ité ... d e la
D é d ic a c é de l ’E g lis e de S. R em y . . . l ’an 14 6 0 » c ité par M a Rl o t , L e théâtre
d'honneur , p. 758.
L ’O P I N I O N E C C L É S I A S T I Q U E I4I

légitim ité du, pou voir que leurs m aîtres exerçaient sur l ’E glise ’).
Ces derniers exem ples sont particulièrem ent significatifs. N ous v e r­
rons plus tard que, dans l'ensem ble com plexe d ’idées et de sen ti­
m ents dont la form e doctrinale fu t le gallicanism e, la vieille notion
de la royauté sacrée eut sa part ; avec elle sa m anifestation la plus
concrète et la plus sensible au x esprits grossiers : le don tliaum a-
turgique. Aussi ne fau t-il pas s’étonner de tro u v er jusque dans la
b ouche d ’avocats parlan t dans les causes de nature ecclésiastique
l ’argum ent du m iracle. A u début de l ’année 1493, un procès, qui m et­
ta it en jeu les plus gravées intérêts politiques et religieux, se déroulait
devant le Parlem ent ; il opposait l ’un à l'a u tre deux clercs qui, tou s
deux, prétendaient au titre d 'évêqu e de Paris, G irard Gobaille, élu
par le chapitre, je a n Simon, désigné par le roi, confirm é par le pape.
L 'a v o c a t de Jean Simon, Me O livier, se trouva naturellem ent am ené
à défendre le droit du roi à intervenir dans les nom inations ecclésias­
tiques, droit dont une des applications les plus éclatantes était la
régale spirituelle, c ’est-à-dire la facu lté, traditionn ellem en t exercée
p a r le m onarque français, de pourvoir aux bénéfices dépendant de
certains évêchés pendant la vacan ce du siège ; i l s’écria a u cours de
sa plaidoirie (je transpose en fran çais le jargon juridique, mêlé de
latin et de français, dont conform ém ent à l'usage du tem ps u sa.t notre
orateur) : « P a r e ille m e n t le roy n ’ est p a s p u r lay, car il est non se lem ent
couronné et oint com m e les autres rois, m ais consacré ; y a p lu s , com m e
d it J e h a n A n d r é » — c ’est un canoniste italien du x i v e siècle que nous
retrouverons plus loin - «dans sa N o velle sur les D écrétales au chapitre
licet, p ar son seul contact il guérit, dit-on, les m alades et p a r ce n e se
fa u lt esm erv eiller s 'i l a d ro it de regale » 2) .
E n Angleterre, les publicistes ne paraissent pas avoir beaucoup

q D e v a n t P i e I I , à M a n t o u e , le 3 0 n o v e m b r e 1 4 5 9 , d ’AcriERY, S fiici-
legiuni, l o i . , 1 7 2 3 , Ι Π , p . 8 2 1 , c o l . 2 , c f . d u F r e s n e d e B e a u c o u r t , Histoire
de Charles V I I , V I , p . 2 5 6 . D e v a n t S i x t e I V , e n 1 4 7 8 , d e M a u l d e , L a d ip lo­
matie au temps de M achiavel, p . 6 0 , n . 2 , c i . J . C o m b l e t , Louis X I et te S ain t
Siège ( t h è s e L e t t r e s N a n c y ) r g o 3 , p . 1 7 0 . L e p r e m i e r t e x t e m e n t i o n n e e x p r e s ­
s é m e n t l a g u é r is o n d e s é c r o u e lle s ; le s e c o n d d e s « m ir a c le s » a c c o m p lis p a r le s
r o is , san s p lu s de p r é c is io n .

2) A rch . N a t., X 1 A . 4 8 3 4 , fo l. 1 4 .1 (5 f é v r . 14 9 3) : « P a r e i l l e m e n t le
ro y n ’e st pas p u r la y quia non solum coronalv.r et inungilur, sic-ut ceieri, ymo
consecralur-, y a p l u s , c a r , c o m m e d i t J e h a n A n d r é in N [ o v e l ] I a i m D f e c r e -
•c a le s], c. l i c e t , ad solum factum dicitur sanarc languides et egrcios e t p a r c e n e
s e f a u l t e s m e r v e i l l e r s ' i l a d r o i t d e r e g a l e ». S u r l e p r o c è s c f . Ibid., f o l . 1 2 2 v °
e t la. Gcillia Ckristiana, V i l , c o l . 1 5 5 - 1 5 6 .
142 LES ROIS T H A U M A T U R G E S

usé de ce genre d ’argum ents. C!est peut-être q u ’au x i v e et au x v e


siècles ils eurent moins q u ’en Fran ce l ’occasion de jou ter contre
Rom e. Toutefois, un écrivain de cette nation fit emploi, dans une
polém ique retentissante contre la papauté, de l'arm e thaum aturgique.
M ais tou t A n glais q u ’il fû t, il servait l ’E m pire. C ’é ta it le tem ps —
vers 1340 — où un souverain allem and, L ouis de B avière, a v a it réveillé
la vieille querelle presque assoupie depuis la fin des H ohenstaufen.
Il groupa autour de lu i un certain nom bre d'hom m es de lettres, dont
quelques-uns des plus vigoureux penseurs de l'époq u e : parm i eux
G uillaum e Occam . E ntre autres opuscules com posés à cette occasion
par l ’illustre philosophe figurent H u it q u estio n s s u r le p o u v o ir et la
d ig n ité d u p a p e. Lisons le chapitre huitièm e de la cinquièm e question.
Occam y prétend dém ontrer que les rois reçoiven t p a r l ’onction
« la grâce des dons spirituels » ; au nom bre de ses preuves, i l cite la
guérison des écrouelles p ar les rois de F ran ce et d ’A n g le te r re 1). On
ne saurait en vérité être m oins grégorien.
Ainsi le m iracle ro yal fu t largem ent utilisé, au x i v e et au x v c
siècles, par les apologistes de la royauté. Q u ’en pensait-on à cette
époque, parmi les partisans de la suprém atie pap ale ? L ’évêque po rtu ­

1) Octo quaestiones super potestate ac dignitale papali, q u a e s t . V , c a p . V I I -


IX ; G o l d a s t , M onarchie S . Rom ani Im perii, I I , p . 3 7 2 . ( P o u r l a d a t e d e
l ’ o p u s c u l e , v . A . G . L i t t l e , T lu: Grey F ria rs in Oxford, O x f o r d .1 8 9 2 , p . 2 3 3 ) .
La q u e s tio n d é b a t t u e e s t la s u iv a n te ; « a n r e x h e r e d ita r ie s u c c e d e n s e x h o c
quod a p e r s o n a e c c le s ia s tic a in u n g itu r e t c o n s e c r a tu r e t c o r o n a tu r , g r a tia m
c o n s e q u a tu r doni s p i r i t u a l i s ». P arm i le s r a is o n s p rop osées en fa v e u r de
l ’o p in io n a ffir m a tiv e fig u r e c e lle -c i : « N a tu r a lis c u r a tio a e g r itu d in is cor-
p o r a lis e s t g r a t ia D e i s p ir itu a lis . Q u ib u s d a m a u te m r e g ib u s , s c ilic e t F r a n c ia e
e t A n g lia e , s ic u t fe r tu r , per u n c tio n e m r e g a le m c o n fe r tu r p o te sta s cu ran di
e t s a n a n d i s p e c ia lit e r s c r o p liu la s p a tie n te s . E rgo p e r liu iu s m o d i u n c tio n e m
rex c o n s e q u itu r g r a tia m doni s p i r i t u a l i s ». C o n fo rm é m e n t aux r è g le s de la
d is c u s s io n s c o la s tiq u e , O ccam donne e n s u ite le s r a is o n s pour la n é g a tiv e .
E n tre a u tre s : «Ad secun dum m o tiv u m re s p o n d e tu r , quod si r e g e s A n g lia e
e t F r a n c ia e habent g r a tia m cu ran di de s c r o p liu lis , non lia b e n t p o te sta te m
p r o p te r u n c tio n e m r e g a le m : q u ia r n u lt i a lii reges, q u a m v is in u n g u n tu r ,
h u iu s m o d i g r a tia n o n d e c o r a n tu r : sed s u n t d ig n i liu iu s m o d i g r a t i a p r o p ter
a lia m c a u s a m , q u e n e c l i c e t n e c p o t e s t a b h o m i u e i n d i c a r i ». L ’o p in io n a ffir ­
m a t i v e a y a n t, d a n s l a s u ite d u d é v e lo p p e m e n t (ca p . X ) l e d e r n ie r m o t, ou ne
s a u r a it d o u t e r q u ’e lle n e s o it c e lle d ’O c c a m . M a is il fa u t r e c o n n a îtr e q u e
d an s to u t l ’o u v rag e, tis s u d e p r o p o s itio n s , c o n tr e -p r o p o s itio n s , r é p liq u e s , d u ­
p liq u e s , e tc . la pen sée p ro p re d e l ’a u te u r e s t e x tr ê m e m e n t d i f f i c i le à s u iv r e ;
on com prend l ’h o r r e u r que le s procédés d ’e x p o s i t i o n d 'O c c a m ont i n s p ir é e
aux hom m es d e la R e n a is s a n c e . C ’e s t d ’O c c a m q u e s ’ e s t in s p ir é l ’ a u t e u r du
Songe du Verger; ci. c i-d e s s u s , p. 136 , n. 1 e t c i-d e s s o u s , p. 22a.
l ’o p in io n e c c l é s ia s t iq u e 143

gais A lvarez P elayo, qui fut, au tem ps même d ’Occam, un des pam ­
phlétaires les plus virulents de ce camp, le tra ita it de <1mensonge
et rêverie b 1). B ien plus tard, le pape P ie II, dans ses C o m m en ta ires,
exprim ait au sujet des cures censées accom plies p ar Charles V I I un
discret scepticism e qui, peut-être, reflète surtout l ’agacem ent q u ’a v a it
dû lui inspirer l ’argum ent sans cesse ressassé par les polém istes ou
orateurs gallicans, q u ’il n ’aim ait p a s ; au reste, les C o m m en ta ires
n ’étaient pas destinés à être publiés du v iv a n t de leur a u te u r 2). D e
pareilles déclarations apparaissent comme to u t exceptionnelles. L es
publicistes aux gages de la France avaient cessé de garder le silence
sur les rites guérisseurs ; ils les m ettaient volontiers en avant. Ils ne
furent pas suivis sur ce terrain p ar leurs adversaires ; et cela non pas
seulem ent à partir du m om ent où le Grand Schisme tourna d'un autre
côté les préoccupations des polém istes ecclésiastiques ; sous le règne
de P hilippe le B el on ne v o it pas que les écrivains du camp po n ti­
fical aient jam ais relevé le gan t que leur jetaien t N ogaret ou l ’auteur
de la Q u a estio in n tram que -partent. On a l'im pression que, vers le
début du x i v e siècle, les guérisons opérées par les Capétiens ou les
souverains anglais s ’im posèrent a t o u t le monde, même à l ’opinion r e li­
gieuse la plus intransigeante, com m e une sorte de vérité expérim entale.
Chacun se m it à en discourir librem ent, sans doute parce q u ’elles ne
choquaient plus personne. E n Angleterre, Thom as Bradw ardine, philo­

1) Collirium super hereses nouas d a n s R . S ciio lz , XJnbekannte kirchen-


politïsche Streitschriften aus der Zeit Ludwigs des Bayern, T e i l I I , R o m e 1 9 1 4
( B ib l. des Iig l. Preitss. In slit. in Rom, X ) p . 5 0 9 : « N e c d i c a t h e r e t i c u s q u o d
reges F r a n c ie et A n g lie g r a tia r n c u r a tio n is lia b e r e co n s u e v e r a n t, q u ia hoc
a p o c r ilu m e n ir n vel s o m p n iu m . . . Ite m c o n s ta t q u o d hec v ir tu s c u r a tio n is
n o n e s t v ir tu s c o r p o r is s e d a n i m e . . . s ic u t n e c r e g n u in , q u o d in s t it u t u m est
ad b e n e r e g e n d u m , d a tu r s a n g u in i, s e d v i t e . . . ». S u r A l v a r e z e t ses o u v ra g e s,
v. R. S ciio lz , XJnbekannte Streitschriften , I (Bibliotheh, IX ), 19 11, p. 19 7
et s u iv . (a v e c ré fé r e n c e s b ib lio g r a p h iq u e s ). A lv a r e z n ’e u t pas to u jo u r s la
m ê m e a ttitu d e v i s - à - v i s d u m ir a c le r o y a l : c i-d e s s o u s , p . 1 5 1 .
2) L i v r e V I . J e c i t e d ’ a p r è s l e t e x t e d o n n é p a r J . Q u ic h e r a t , Procès. . .
de Jeanne d ’A rc (Soc. de l ’hist. de France), IV , p. 5 14 -5 15 (sur le p è le r in a g e d e
C h a r le s V I I à C o r b e n y , a u q u e l il e s t f a i t a llu s io n d a n s c e p a s s a g e , v . c i-d e s s o u s ,
p. 2 8 1) : « M os e n im F r a n c ia e r e g ib u s e st, d ie q u a e c o r o n a tio n e m s e q u itu r ,
te m p lu m quoddam p e r e g r in a n d o p e te re , cu i sa n ctu s M archoul p r a e s id e t,
a tq u e ib i a eg ro to s cu rare. M ir a c u lu m G a lli v u lg a v e r u n t, m o r b u m quem dam
h u m a n o in g u ttu r e n a s c i, q u i s o lo r e g is t a c t u e t a r c a n is q u ib u s d a m c u re tu r
v e r b is ; id q u e p o s t c o r o n a tio n e m in h o c t e m p l o f i e r i ............. q u a r t a d i e p ere-
g r in a t io f a c t a e s t, in q u a d e c u r a tio n e m o r b o r u m n iliil s a t is c o m p e r tu m h a b e o ,
q u a m v is G a llic i o m n ia i lia c r e d a n t f i e r i m i r a c u l o s e ».
144 LES ROIS T H AU M AT U R G E S

sophe très orthodoxe et fu tu r archevêque, les cite, sous E dou ard II I,


sans penser à m al, au cours d ’un développem ent sur les m iracles en
g é n é ra l1). L es canonistes italiens G iovan ni A ndrea — le J e a n A n d r é
de nos vieu x auteurs — dans la prem ière m oitié du x i v e siècle, Felino
Sandei à la fin du siècle su ivan t m entionnent en passant les «m iracles »
du roi de France com m e un fait connu de tous. Sandei, il est vrai,
les a ttrib u e à la « force de la parentèle » — c ’est-à-dire à une sorte de
prédisposition ph ysiologiqu e héréditaire — p lu tô t q u ’à une grâce
divin e réservée à nos m onarques. M ais il y croit visiblem en t et n e songe
point à s'en c h o q u e r2). L es vertu s m erveilleuses des deux d ynasties
deviennent un des lieu x com m uns de la diplom atie. Frère Fran çois
sollicitant au nom d ’E d o u ard I I I le doge de V e n is e 34
), les envoyés
de L ouis X I s ’adressant au duc de M ila n 3), un am bassadeur écossais
haranguant L ouis X I lu i-m êm e5) y font allusion, tou t naturelle­
m ent. Passer au rang de b an alité, est-il, pour une croyance longtem ps
contestée, un plus beau signe de victo ire ?
C ’est en cette fin du x v e siècle, en France, que pour la prem ière
fois, sem ble-t-il, les guérisons ro yales firent leur entrée dans l ’art.
L'iconographie m édiévale, to u te religieuse, n ’a v a it jam ais, a u ta n t que
nous le sachions, osé représenter ce prodige, si l'o n p en t dire, presque

l ) C i-d e s s u s , p . 9 9 , u . 1 .
'-) Joann is A n d r e aE, J . C. Bononiensis, I n sexlum D ecrelalium iibrum
Novella Commentaria, f o l . , V e n i s e 15 8 1, l i b . I I I , T i t . I V , De praebendis et di-
gnilalibus, c a p . I l , f o l . 94 V 0 ; e x p o s e l e s r a i s o n s p o u r l e s q u e l l e s , a u d i r e d e s
F r a n ç a is , le s r o is d e F r a n c e e t d ’A n g l e t e r r e o n t c e r ta in s d r o its d e c o lla tio n
e c c lé s ia s tiq u e : « Ite m ad s o lu m m anus ta c tu m c e r to s in fir m o s san are d i-
». J.
c u n tu r A n d ré m o u ru t en 1348; c i . c i - d e s s u s , p . 14 1, n . 2. F e l i n o S a n d e i
(1444-1503) : Commentaria in V libres Decrelalium , f o l i o , B â l e 1567, l i b . I I ,
tit. X X , cap. L Ï 1, p . 823; l ’ a u t e u r e x p o s e q u e p o u r q u ’ u n s a i n t s o i t c a n o n i s é
il f a u t p r o u v e r n o n s e u le m e n t se s m ir a c le s , m a is e n c o r e a s a n c t im o n ia v i t a e » :
« q u ia m u lti n o n s a n c t i f a c i u n t m ir a c u la , a u t v i verborum : ut c o n s e c r a tio
e u c h a r is tia e . a u t v i p a r e n te la e , u t R e x F r a n c ia e . v e l illi d e d o m o s a n c t i P a u li
a r t e m a g i c a ». S u r l a « f a m i l l e d e S a i n t P a u l », s o r c i e r s i t a l i e n s q u i p r é t e n d a i e n t
tir e r le u r o r ig in e d e l 'a p ô t r e des G e n tils , v o ir c i-d e s s o u s , p. 300 et n. 2.
S u r la th é o r ie d e S a n d e i, c f. a u s s i c i-d e s s o u s , p. 415-416.
3) C i - d e s s u s , p 16 , n. 1.
4) d e M a u l d e , Les origines de la Révolution française, p. 26-27 (2 7 d é ­
cem bre 1478).
5) E l p h i n s t o n e , le fu tu r é v c q u e d ’A b e r d e e n , envoyé en 1479 par Jac­
q u e s I I I a u p r è s d e L o u is X I ; le d is c o u r s e s t r e p r o d u it (e t p e u t- ê t r e r e to u c h é )
par H e c to r B o e t i u s , M urthlacencium et Abcrdonensium episcoporutn vitae,
éd. J. Moir {New Spalding Club), i n - 4 0, A b e r d e e n 18 9 4, p . 73 ( la p r e m iè r e
é d itio n des v ie s est de 15 2 2 ).
l 'o p i n i o n e c c l é s ia s t iq u e
145

profane; car une m iniature du x m e siècle, qui nous m ontre E douard


le Confesseur touchant la femme scrofuleuse, doit, bien entendu,
être portée au com pte de l'hagiographie. Mais en 1488, dans cette
abbaye du Mont Saint-M ichel au P éril de la Mer qui, depuis les der­
nières années de la guerre anglaise et surtout depuis la création, le
I er août 1469, de l ’ordre royal de chevalerie placé sous l ’invocation
de l ’archange, tenait vraim ent rang de sanctuaire n ational et
dynastique, l ’abbé A ndré L aure fit exécuter, pour le chœ ur de l'église
abbatiale, de splendides verrières. L ’une d ’elles, dans la chapelle
de form e rectangulaire que l ’on appelait alors Saint-M ichel du Cir­
cuit, était consacrée au sacre des rois de France ; on y v o y a it répartis
dans plusieurs com partim ents les épisodes essentiels de la cérém onie ;
le don thaum aturgique qui, pensait sans doute l ’abbé, devait être
considéré comme une conséquence de l'onction, ne fu t pas oublié ;
un des m édaillons du haut lui fu t réservé. Voici en quels term es le
décrivait en 1864 l'abb é Pigeon, auteur d ’un N o u v e a u g u id e h isto ­
r iq u e et d e s c r ip tif d u M o n t S a in t - M ic h e l : « L e deuxièm e m édaillon
nous représente le roi qui, après avoir com m unié sous les deux espèces,
s ’est rendu dans un parc où se trouvent rassem blés un nom bre consi­
dérable de m alades q u 'il touche l ’un après l ’autre de sa m ain droite
du front au m enton et d ’une joue à l'au tre ». H élas ! à cette descrip­
tion m édiocrem ent précise nous ne pouvons plus confronter l'origin al.
Parm i ta n t d ’autres crimes contre l ’art, l'adm inistration péniten­
tiaire, à qui le Mont fu t trop longtem ps confié, a laissé détruire ou
dilapider le plus ancien des m onum ents que la foi des sujets a v a it
élevés à la gloire de la royauté miraculeuse. D u vitrail du sacre, il ne
reste p lu s rien *■ ). Mais prendre place à l ’égal des m iracles des saints
parm i les im ages q u ’une église offrait à la vénération des fidèles,
songez quelle gloire c ’était pour le m iracle royal ! L a vieille croyance
dans le pouvoir thaum aturgique des princes sem blait donc avoir
définitivem ent triom phé, non seulem ent, comme nous l ’avons plus
haut constaté, des rivalités politiques, m ais même de l ’hostilité,
sourde ou violente, que lui avaient longtem ps tém oignée les élém ents
les plus actifs de l ’opinion ecclésiastique.

q V o ir ci-d e sso u s A p p e n d i c e I I , n° 1 (pour la m in ia tu re re p r é s e n ta n t


le m ira c le de S. E d o u a rd ), et n° 2 (pou r le v it r a il d u M o n t S a in t-M ic h e l).

10
146 LES R O IS TH AUM AT U RG ES

§ 5. L e toucher d es écro u elles et les r iv a lité s n a tio n a le s ; ten ta tives


d ’ im ita tio n .

D eu x fam illes royales seulem ent s ’étaien t mises, au x i e et au


x n e siècles, à pratiquer le tou cher des écrouelles : les Capétiens en
France, les princes norm ands et les P lan tagen ets, leurs héritiers, en
Angleterre. E lles se faisaien t concurrence ; p ar ailleurs elles ne pou ­
va ien t m anquer de provoquer l ’en vie des autres m aisons souveraines.
I l convien t d ’étudier, vis-à-vis de leurs prétentions rivales entre elles
et cependant aptes à soulever des riv a lité s com munes, les réactions
de l ’orgueil n ational ou d ynastique.
On ne constate pas sans une certain e surprise que la p lu p art
des écrivains fran çais ou anglais, au m oyeu âge, acceptaient de part
et d ’autre sans acrim onie les cures accom plies p ar le m onarque étran­
ger. G uibert de N ogent, déniant à H enri I er to u t pouvoir thaum atur-
gique, ne tro u v a p a s d 'im itateu rs. L es plus chau vin s se bornaient
d ’o rdinaire à passer sous silence les prodiges opérés sur la riv e opposée
de la M anche; parfois ils affirm aient, sans plus de précision, que leu r
roi seul sa va it guérir.

C ar il g u e r is t des e s c r o e le s
Tant s e u le m e n t par y to u c b ie r
Sans e m p ia s tr e s dessus c o u c h ie r ;
Ce qu'autres roys ne puent ja ïr e 1),

ch an ta it de Philippe le B el le poète-soldat G uillaum e G uiart. Mais


aucun, m êm e parm i les plus ardents, n ’alla ju sq u ’à entam er à ce sujet
une véritab le polém ique. Q uant a u x esprits conciliants, com m e le
m édecin Bernard de Gourdon 2), ils n ’h ésitaien t pas à reconnaître
a u x deux d ynasties égalem ent la même vertu m erveilleuse. C ette

h Histor. de France, X X I X , p . 17 5 v . 204 e t s u iv .; c f. c i-d e s s u s , p . 13 0 ,


n. 2. De m êm e Jean. G o le in ( c i-d e s s o u s , p . 486) c o n s id è r e le roi d e F r a n c e
c o m m e p o s s é d a n t « c e s t e p r é r o g a t i v e s u r t o u z a u t r e s r o y s q u e l s q u ’ i l s o i e n t »;
le roi d ’A n g l e t e r r e é ta it a lo r s l ’e n n e m i.
2) T e x t e c ité c i-d e s s u s , p. n û , n. 1. Thom as B r a d w a r d in e , dans le
passage r e p r o d u it c i-d e s s u s , p. 99, n. 1, r e c o n n a ît é g a le m e n t, q u o iq u e
A n g la is , le p o u v o ir m ir a c u le u x de la d y n a s tie fr a n ç a is e ; m a is , é c r iv a n t en
13 4 4 , il c o n s id é r a it san s d o u te sou m a îtr e , E d ou ard III, com m e l ’h é r itie r
lé g itim e d e s C a p é tie n s a u ss i b ie n q u e d e s P la n ta g e n e ts : c e q u i e n lè v e q u e lq u e
v a le u r à son im p a r tia lité .
LES R IV A L IT É S N A T IO N A L E S
147

m odération frappe d ’au ta n t plus q u ’on p eu t la m ettre en contraste


avec l ’attitude, fort différente, on le verra, q u'adoptèrent aux tem ps
modernes les patriotes des deux p a y s ; à vra i dire, à partir du x v i e
siècle, ce furent les haines religieuses, bien plus que les passions n atio­
nales, qui em pêchèrent les F ran çais d ’adm ettre le m iracle anglais,
ou réciproquem ent. R ien de pareil n ’existait ava n t la Réform e. E t
puis, la foi au m erveilleux était trop profonde, au moyen âge, pour que
l'on y regardât de très près à une m anifestation surnaturelle de plus.
L ’état d ’âme des F ran çais vis-à-vis du rite anglais, ou des A n glais
vis-à -vis du rite fran çais n ’était p as sans analogie avec celui de ces
d évots du paganism e qui, fidèles au dieu de leur cité et le considérant
com m e plus fo rt et plus bienfaisant que les autres, ne se croyaien t
p a s pour cela obligés de refuser to u te existence a u x d ivin ités des n a ­
tions voisines :
« J ’ai m on D ie u que je sers; vous se r v ir e z le v ô tre .
Ce son t deux p u is s a n ts D i e u x ».

H ors des d eu x grands royaum es occidentaux, l ’opinion com m une


paraît égalem ent a vo ir adm is avec beaucoup de bonne grâce le tou cher
des écrouelles. Son efficacité ne fu t jam ais contestée, plus ou m oins
ouvertem ent, que p ar quelques rares écrivains, qui n ’obéissaient pas
précisém ent à des préjugés n ationalistes : l'évêq u e portugais A lv arez
P elayo et le pape P ie II, en qui parlaien t l ’orthodoxie ecclésiastique
ou la haine du gallicanism e, le m édecin flam and Jean d 'Y p res, ad ver­
saire des fleurs de lis pour des raisons que l ’on peut presque dire de
p o litiq u e intérieure. Surtout, comme nous le savons déjà, dès les p re­
m ières années du x i v e siècle, les Capétiens, et peut-être aussi les P lan -
tagenets, vo yaien t venir à eux des m alades de p a y s étrangers : p reu ve
éclatan te entre tou tes de l'u n iversalité de leur renommée par delà les
frontières.
Mais, si l ’on ne refusa guère, un peu partout, de reconnaître le
pouvoir des rois thaum aturges de Fran ce et d'A ngleterre, on essaya
parfois, en diverses contrées, de leur susciter des concurrents. Que
furent ces efforts ? on, pour poser le problèm e sous une form e plus
générale, y eut-il en Europe, ailleurs que dans les deux E ta ts ju squ ’ ici
envisagés, des princes médecins, exerçant leur art, soit par im itation
des pratiques françaises ou anglaises, soit m êm e — car on ne saurait
écarter a p r io r i aucune possibilité — en vertu d'une trad ition nationale
indépendante ? C ’est ce q u ’il nous fau t m aintenant exam iner.
Pour avoir le droit de donner à cette question une réponse cer­
taine, il fau d rait avoir procédé à un dépouillem ent, pratiquem ent
148 LES R O IS THAUM ATURGES

infini, p o rtan t sur des te x te s de to u te origine. Mes recherches ont été


forcém ent lim itées. H eureusem ent, les études des éru d its d ’Ancien
R égim e, surtou t fran çais et hispanisant, m ’ont offert un secours
précieux. L es résu ltats que je v a is présenter, bien que d ’un carac­
tère provisoire, peu ven t donc, je crois, être considérés com m e assez
probables. J ’exam inerai dès m aintenant le problèm e dans son ensemble,
qu itte à sortir p ar in stan t du cadre chronologique fixé en principe
à ce chapitre. Quelques-uns des tém oign ages que n ous aurons à reten ir
sont en effet postérieurs au m oyen âge. M ais aucune te n ta tiv e sérieuse
dans le sens indiqué n ’a pu être fa ite plus ta rd que le d éb u t du x v i e
siècle ; et de leur échec — car, a u ta n t que j ’a i p u m ’en assurer, elles
échouèrent tou tes — com m e d'une sorte de contre-épreuve, o n doit
tirer des conclusions im portantes sur les raisons qui expliquent la
naissance et l ’épanouissem ent des rites guérisseurs dans les royaum es
capétiens et anglais pendant la période m édiévale.
Passons d ’abord rapidem ent sur quelques assertions sans fon ­
dem ent, relatives à différents E ta ts de l ’Europe. A u début du x v n e
siècle, deux polém istes français, Jérôm e B ign on et A rro y, préoccupés
de réserver a u x B ourbons une sorte de privilèg e tfiaum aturgique,
opposent a u x m iracles que le roi de Fran ce opère p a r 'sim p le contact
les cures accom plies p ar les rois de D an em ark qui, disent-ils, guérissent
le m al caduc, c ’est-à-dire l'épilepsie, m ais seulem ent grâce « à un
rem ède secret » 1) . Sans doute voulaien t-ils ainsi répondre à quelque
argum ent proposé par un p u b liciste d u cam p adverse que je n ’ai pu
identifier. A ucun fa it de l'h istoire danoise, sem ble-t-il, ne vien t
ju stifier une pareille affirm ation. Q uelques écrivain s, dévoués a u x
H absbourg, ont, à p a rtir du x v i e siècle, prêté a u x rois de H ongrie
(titre dont, on le sait, les chefs de la m aison d ’A u trich e a va ien t hérité)
le po u voir de guérir l ’ictère, ou jaunisse. L e c h o ix de cette m aladie
s ’explique par un souvenir du vo cab u laire scientifique de l ’a n tiq u ité
classique ; on y d ésignait souvent l ’ictère, pour des raisons qui nous
échappent, sous le nom de m al royal, m o r b u s r e g iu s . Selon tou te appa­
rence le ta len t m erveilleu x a ttrib u é aux rois de H ongrie ne fu t q u ’une
fa b le érudite ; to u t au m oins ne vo it-o n p a s q u 'ils l'a ie n t jam a is
en fa it m is en pratique, et l ’on ne saurait m ieu x fa ire que de répéter

q P. H. B . P. (J é rô m e B ig h o n ), De l ’excellence des Roys et du royaume


de France , p e t i t in -8 °, 16 10 , p. 510 ; B e s ia n A r r o y , Questions décidées, 1 6 3 4 .
p. 4 0 -4 1 . I l n ’ e s t fa it a u c u n e m e n tio n ds c e tte tr a d itio n , é v id e m m e n t to u t
à f a i t f a c t i c e , d a n s l ’o u v r a g e d ’ u n s a v a n t d a n o is , C h r . B arroed, s u r l a g u é r is o n ,
des m a la d ie s par le to u c h e r : Haands-Paalaeggelse, Copenhague xgr4.
LES R IV A L IT É S N A T IO N A L E S 149

les sages paroles q u ’écrivait, à leur sujet, en 1736, dans la B ib lio th è q u e


ra iso n n é e des ouvrages d es sa va n ts de l ’ E u r o p e , un au teu r anonym e :
« Ils étaien t bien peu charitables de ne pas exercer ce don, s’ils l ’avoient
véritab lem en t » *).
L a croyance à la puissance c u ra tive des rois ou des princes a été
certainem ent répandue en A llem agne. On en tro u v e l ’écho dans un
curieux propos de L uther, recueilli dans ses T is c k r e d e n :

Il y a q u e lq u e ch ose d e m ir a c u le u x à v o ir c e r ta in s rem èd es — si j ’en


p a r le , c ’e s t que je s u is b ie n r e n s e ig n é su r ce p o in t — se m o n tr e r e ffic a c e s
l o r s q u 'i ls s o n t a p p l i q u é s p a r l a m a in d e g r a n d s p r in c e s o u d e s e ig n e u r s , a lo r s
q u ’ ils n e f o n t r ie n si u n m é d e c in le s d o n n e . J ’a i e n te n d u d ir e q u e le s d e u x
é le c te u r s de S a x e , le duc F r é d é r ic e t le duc Jean, possèd en t un e eau pour
le s y e u x q u i a g it q u a n d ils l a d o n n e n t e u x -m ê m e s , q u e la c a u s e d u m a l p r o ­
v ie n n e de la c h a le u r ou du fr o id . Un m é d e c in n ’o s e r a it p a s la don n er. De
m ê m e e n t h é o lo g ie , o ù c ’ e s t d u p o i n t d e v u e s p i r i t u e l q u ’ i l f a u t c o n s e ille r le s
g e n s : t e l p r é d ic a t e u r a p lu s d e g r â c e p o u r c o n s o le r o u in s t r u ir e le s c o n s c ie n c e s
que te l a u tre » *).

M ais ces notions flottan tes ne sem blent pas avoir jam ais sérieuse­
m ent pris corps. C ertains seigneurs, comme les électeurs saxons, déte- 12

1) L e p o u v o ir d e g u é r ir l ’ ic tè r e e s t r e c o n n u aux r o is d e H o n g r ie p a r le
j é s u it e M e lc h io r I n c h o f e r , Annales ecclesiastici regni Hungariae, éd. de 17 9 7 ,
III, P resbourg, p . 2 8 8 -8 9 (a in s i q u e c e lu i d e g u é r ir , c o m m e le s r o is d ' A n g l e ­
te rre (? ) , le s m o r su r e s v e n im e u s e s ); la p r e m iè r e é d itio n a v a i t p a r u en 16 4 4 .
L a u r e n s , De mirabili,
L a m ê m e tr a d itio n se t r o u v e a tte s té e en F r a n c e p a r du
p . 3 1 ; M a t h i e u , H istoire de Lo u is X I , p . 472 ( d ’ a p r è s l e q u e l d u P e y r a t ,
H istoire ecclesiastique, p . 79 3; B a l t h a s a r d e R i e z , L'incomparable piété des
ires chrestiens rois de France, 1 6 7 2 , I I , p . 1 5 1 - 1 5 2 ) ; e n p a y s e s p a g n o l p a r
A r m a c a n u s [ J a n s e n i u s ], M ars Callicus, p . 69; il e s t v i s i b l e , d u r e s t e , q u e
ces a u t e u r s se c o p ie n t le s uns le s a u t r e s . L e p a s s a g e c i t é s e lit, Bibliothèque
raisonnée, X V I , 1 (A m s te r d a m 173 6), p, 1 5 3 (c. r. d e M a th ia s B e l , N o iitia
Hungariae novae). P o u r le m ot de morbus regius, c i-d e s s u s , p. 59, n . 2.
2) X X I V , 9 , é d . F ôrstemann, III, p. 1 5 -1 6 ; « A b e r W u n d e r is t es (d a ss
ic h d ie s e s au ch sage, d e s s ic li g e w is s b e r ic lit b in ), d a ss gro sser F ü rs te n und
H errn A r z n e i, d ie s ie s e lb s g e b e n und a p p lic ir e n , k r à ftig und h e ils a m s in d ,
s o n s t n i c l i t s w ir lc te , w e n n s e in M e d ic u s g â b e . A ls o h ô r e ic h , d a s s b e id e K ur-
fiir s te n zu Sach sen e tc ., H erzog F r ie d r ic h und H erzog Johanns, haben e in
A u g e n w a s s e r , d a s liilft, w e m s i e e s g e b e n , e s lc o m m e d i e U r s a c h d e r A u g e n w e h
aus H itz e oder aus K a lte . E in M e d ic u s d ü r fte es n ic h t w a g e n n och geben.
A ls o in T h e o lo g ia , da den L e u te n g e is tlic h g e r a tlie n w ir d , liâ t e in P r e d ig e r
m ehr G nade, b e trü b te G e w is s e n zu tr o ste n und le lir e n , denn e in a n d e r ».
L 'é d i t i o n Tischreden
des par F ôrstemann r e p r o d u it l ’é d itio n princeps donnée
en 1566 à E is le b e n p a r A u r i f a b e r ; o r, c o m m e l ’ o n s a i t , l e t e x t e d ’ A u R i F A B E R
e s t to u jo u r s u n p e u s u je t à c a u t i o n . M a lh e u r e u s e m e n t , d a n s l 'é d i t i o n c r i t i q u e
des œ u vres, d ite d e W e im a r , le s Tischreden s o n t e n co re in c o m p le ts ; e t l ’a b ­
s e n c e d ’ in d e x r e n d l a r e c h e r c h e à p e u p r è s im p o s s ib le d a n s le s v o lu m e s p a r u s .
150 TES R O IS TH AUM ATURGES

naien t sans doute des remède? de fam ille ; on conserve au jo u rd 'h u i à la


B ibliothèque de G otha tro is volum es m anuscrits et, a u ta n t que je pu is
vo ir, inédits, où l ’électeur Jean, un de ceux-là mêm e, piécisém ent, dont
parle L uther, a v a it fa it consigner des renseignem ents d ’ordre m édical
ou pharm aceutique , p e u t-être y lit-on encore la m anière de fabriqu er
Y A u g e n w a sse r, si m erveilleusem ent effica ce1). L e rem ède, lorsque
les princes l ’adm in istraien t eux-m êm es, p assait pour particulièrem ent
actif. M ais le contact de leurs m ains n ’opérait pas seul. S u rtou t on
n ’assista nulle part au développem ent de pratiques ritu elles régulières
et durables.
Certains écrivain s tou tefois ont revendiqué pour les H absbourg
un vra i pou voir thaum atu rgiqu e ; le plus ancien d ’entre eux, et sans
doute leur source comm une, est un m oine souabe, F é lix F abri, q u i
composa ve rs la fin du x v e siècle une D e s c r ip tio n d e l ’ A lle m a g n e ,
d e la S o u a b e et de la v ille d ’ U lm , où l ’on trou ve ce q u i su it :

«N ous U so n s dans le s c h r o n iq u e s des co m te s de H absbou rg que ces


s e ig n e u r s o n t r e ç u u n e te lle g r â c e g r a tu ite m e n t d o n n é e que t o u t s c r o fu le u x
o u g o u t t e u x q u i r e ç o it s a b o is s o n d e s m a in s d e V u n d ’e u x 'r e c o u v r e b ie n tô t
l ’u sa g e d ’une gorge s a in e et g r a c ie u s e : c ’e st ce q u ’o n v it so u ven t dans
l ’A l b r e c h t s t a l en H a u te -A ls a c e , pays où il y a des hom m es s c r o fu le u x par
n a t u r e ; ils s e f a i s a ie n t g u é r ir c o m m e i l v i e n t d ’ê t r e d i t a u te m p s où ce tte
v a llé e a p p a r te n a it a u x c o m t e s d e H a b s b o u r g o u d u c s d ’A u t r i c h e . En o u tr e ,
c ’e s t u n fa it n o to ir e et sou ven t prouvé que to u t bègue, s i, san s l ’. a v o i r d e ­
m andé, il e s t e m b r a s s é p a r un de ces p r in c e s , a c q u ie r t b ie n tô t une p a r o le
a is é e , a u ta n t du m o in s que son âge le c o m p o r t e » 2).

V oilà en vérité de b eau x contes, dignes du grand vo ya g eu r


que fu t F é lix F ab ri. I l est difficile de les prendre au sérieux. L ’allu- *2

J E. S. C y p r i a n u s , Catalogus codicum inanus criptorum bibliothecas


Gothanae, i n - 4 0, 1 7 1 4 , p. 22, n° l x x i i -l x x i v .
2) F e l i c i s F a b r i monachi Ulinensis I-Iistoriae Suovorum, l i b . I, c. X V ,
dans G o l d a s t , Rerum Suevicanim Scriptores, f o l i o , U l m 1 7 2 7 , p . 60 : « L e g i-
m us e n im in C lir o n ic is C o m itu m de H absp u rg, quod ta n tu m donum g r a tis
d a tu m h a b e a n t, ut q u ic u n q u e stru m o su s aut g u ttu r e g lo b o s u s de m anu
a lic u iu s C o m it is d e H a b s p u r g p o t u m a c c e p e r it, m ox san u m , a p tu m e t g r a c ile
g u ttu r r e p o r ta b it . quod sep e v is u m est in v a lle A lb r e c h z ta a l in A ls a tia
s u p e r io r i, in qua s u n t h o m in e s stru m o si n a tu r a lite r , q u i p a s s im p r a e d ic to
m o d o s a n a b a n tu r , d u m v a llis a d h u c e ss e t illo r u m C o m itu m v e l A u s tr ia e D u c u m .
In su p er n o to r iu m e st, e t se p e p r o b a tu m , quod dum q u is b a lb u tie n s e st, v e l
im p e d itio r is lin g u a e , si a b uno P r in c ip e de p r a e m is s is s in e a lio qu ocu n q u e
s u ffr a g io o s c u lu m a c c e p e r it, o ffic iu m .lo q u e n d i d is e r tis s im e a e ta ti su ae con -
g r u u m m o x p a t e n t e r o b t i n e b i t » . S u r l 'a u t e u r v o i r e n d e r n ie r lie u M a x H æ u ss -
ler, F é lix F a b ri aus Ulm und seine Stellung zum geislliehen Leben seiner Z e il
(Beitrâge zur Kulturgeschichie des M illela lters. . . 1 5 ) , 1 9 1 4 .
LES R IV A L IT É S N A T IO N A L E S I5I

aion à l ’A lb rech tstal to u t particulièrem ent éveille le soupçon ; car ce


territoire, plus connu aujourd’h ui sous le nom de V a l de V ille, que
R odolphe de H absbourg a v a it reçu en dot de sa fem m e, v e rs l ’an
1254, sortit dès 13 14 des m ains de la m aison d 'A u trich e et ne lui
revint jam ais χ). On ferait plus volontiers confiance au m oine d ’Ulm,
s ’il a v a it placé les cures les p lus éclatan tes des H absbourg ailleurs
que dans un p a y s où, de son tem ps, depuis plus d ’un siècle et demi,
ils ne pou vaien t exercer leur pouvoir. Certes, il n ’au rait pas eu l ’idée
d ’im aginer ces récits, si autour de lui to u t le m onde n ’a v a it été habitu é
à considérer les rois com me des êtres doués de tou tes sortes de vertu s
m erveilleuses ; il a brodé sur un thèm e populaire, m ais la broderie
p araît bien de son invention. D u m oins aucun tém oign age ne vien t
confirm er le sien ; car les historiens postérieurs ne fon t que le répéter;
avec m oins de précision encore *2) . Si les H absbourg avaien t pratiqué
de façon suivie, com m e leurs r iv a u x de France et d’Angleterre, un
rite guérisseur, croit-on que nous en serions réduits pour to u t rensei­
gnem ent sur cette m anifestation m iraculeuse a u x racontars d ’un
obscur chroniqueur souabe et a u x vagu es affirm ations de quelques
publicistes a u x gages de l ’A u trich e ou de l ’E spagn e ?
N ous avons déjà rencontré A lvarez P elayo. On se souvien t q u ’il
q u alifia un jour de «mensonge et rêverie» les prétentions des rois fran­
çais et anglais. Il ne fu t pas tou jou rs aussi sévère pour la thaum aturgie
royale. L ’intérêt de ses protecteurs et sans doute aussi son propre
patriotism e firent au m oins une fois ta ire son orthodoxie. N é peut-être
dans les E ta ts de Castille, élevé en tout cas à la cour castillane, il
écrivit peu après 1340 pour le souverain de ce pays, Alphonse X I,
un M ir o ir des r o is. Il s'efforce d ’y prou ver que le pouvoir tem porel,
bien q u ’issu du péché, a reçu néanm oins par la suite la sanction divine.
E t voici l ’une de ses preuves :
« L e s r o is d e F r a n c e e t d ’ A n g le t e r r e p o s s è d e n t , d it - o n , u n e v e r t u (g u é r is ­
s e u se ) ; d e m ê m e le s p ie u x r o is d 'E s p a g n e , de qui tu d escend s, en p o ssèd en t

*) O. R e d l i c i i , Rudolf von Habsburg, In n s b r u c k 190 3, p . 8 7; T h . N a r t z ,

Le V al de V ille, S tr a sb o u r g 18 8 7, P- τ Τ· D as Reichsland Elsass-Lothringen,


III, p. 119 1-119 2 .
2) L a t r a d i t i o n s e l o n l a q u e l l e le s H a b s b o u r g a u r a i e n t p o s s é d é l e p o u v o i r
de g u é r ir le s s c r o f u le u x — n ié e p a r C a m e r a r i u s , Operae horarum subcisivavwm,
1650 , p. 145 — se r e tr o u v e dans A r m a c a n u s [ J a n s e n i u s ], M ars Gallicus,
1636, p. 69; chez le jé s u ite M e l c h i o r I n c h o f e r , Annales ecclesiasiici regni
Hungariae, é d . 1 7 9 7 , I I I , p . 288,. R a u l i n , Panégyre, p . 1 7 6 , p e n s e q u 'i l s «ont
gu éri des g o itr e s ou grosses g o r g e s ».
152 LES R O IS THAUM ATURGES

une p a r e ille , qui a g it su r le s p osséd és e t su r q u e lq u e s m a la d e s a tte in ts de


d iv e r s m au x; j ’ai vu m o i-m ê m e , dans m on e n fa n c e , to n a ïe u l le r o i San ch e
[S a n c lie II q u i régna de 128 4 à 12 9 5 ], auprès d e q u i j ’é t a is n o u r r ij, p o s a n t
le p ie d su r la gorge d ’une d é m o n ia q u e q u i, pendant ce te m p s, l ’ a c c a b la it
d ’in ju r e s e t l i s a n t d e s p a r o le s p r is e s d a n s u n p e t i t liv r e , c h a s s e r h o r s d e c e t t e
fe m m e le dém on et ne la la is s e r que g u é r i e » 1 ).

T el est à m a connaissance le plus ancien tém oignage que nous


possédions sur le talen t d ’exorciste revendiqué par la m aison de
Castille; on rem arquera que, à. la différence de ce que nous notions
to u t à l'heure chez F é lix F ab ri, A lvarez relate un fa it précis, dont il
a fort bien pu en effet être le spectateur. L a mêm e trad itio n se retrouve
chez divers auteurs du x v u e siècle 2). On n ’a p a s le droit de la révoquer
en doute. Selon tou te vraisem blance, le peuple de C astille attribu a
véritablem ent à ses rois le po u voir de guérir ces m aladies nerveuses
q u ’en ce tem ps-là on considérait com m uném ent com m e d'origine
démoniaque ; au reste, il n ’est point d ’affection qui offre un terrain
plus favorable au miracle, form e prim itive de la psychothérapie.
Il y eut probablem ent un certain nom bre de cures isolées, comme
celle q u ’A lv arez rapporte de don Sanche ; m ais là non plus la croyance
ne paraît pas avoir jam ais donné naissance à un rite régulier ; et elle
n'eut q u ’une faible vitalité. A u xvn ® siècle elle n ’é ta it plus q u ’un
souvenir, exploité par les apologistes de la dynastie, m ais dépourvu
de tou t soutien populaire. E lle rencontrait des sceptiques avoués,
jusqu'en E spagne. Un m édecin de cette nation, dom Sébastien de
Soto, la nia, dans un ou v ra ge intitu lé, assez bizarrem ent, S u r les
m a la d ies q u i ren d en t lic ite p o u r les r e lig ie u s e s la r u p tu r e de la clô tu re.
U n autre médecin, don Gutierrez, plus fidèle à la religion m onarchique,

q Spéculum regum, éd. R. S ch o lz , Unbekannte hirchenpolitische Streü-


schvijten, I I , p . 5 1 7 : « R e g e s F r a n c ie e t A n g lie h a b e r e d ic u n tu r v ir t u te m ; e t
reges d e v o ti Y s p a n ie , a q u ib u s d e s c e n d is , h abere d ic u n tu r v ir tu te m su p er
e n e r g u m in o s et su p er q u ib u s d a m e g r itu d in ib u s la b o r a n te s , s ic u t v id i, cu m
essem pu er, in avo tu o , in c lito d o m in o r e g e S a n c io , q u i m e n u tr ie b a t, q u o d
a m u lie r e d e m o n ia c a ip s u m v itu p é r a n te te n e n te m pedem su p e r g u ttu r e iu s
e t le g e n te m in q u o d a m lib e lo a b e a d e m o n e m e x p u ls it e t c u r a ta m r e l i q u i t ».
z) I l s e r a i t t r o p lo n g e t d 'a ille u r s sa n s in té r ê t d e c ite r t o u s le s a u t e u r s
d u X V I I 0 s iè c le q u i o n t f a i t é t a t d e la t r a d it io n r e l a t i v e à la g u é r is o n d e s d é m o ­
n i a q u e s p a r l e s r o i s d e C a s t i l l e ; i l s u f f i r a d e r e n v o y e r ù G u t ie r r e z , Opusculum de
Fascino, 1653, p . 153 e t à Ga s p a r a R e i e s , E ly siu s, 16 70 , p . 2 6 1 e t 3 4 2 q u i,
l ’un et l ’a u tr e , fo u r n is s e n t d ’a b o n d a n te s r é fé r e n c e s . La m êm e tr a d itio n se
re tro u v e en F rance d ’ALBON, De la maiesté royalle, L y o n 1 5 7 5 , p . 2 9 v ° ,
ch ez
ch ez du L a Ur e n s , D e mirabili, p . 3 1 e t c h e z d i v e r s a u t e u r s q u i , v i s i b l e m e n t ,
s ’ in s p ir e n t de ce d e r n ie r é c r iv a in .
LES R IV A L IT É S N A T IO N A L E S 153

lui répliqua en ces termes : « Ses argum ents [de don Sebastien] sont
sans valeur ; il conclut de l ’absence de tout acte à la négation de la
puissance ; c ’est comme s ’il disait que Dieu, parce qu’il n 'a produit
et ne produira pas toutes les créatures possibles, est incapable de les
produire ; de mêm e nos rois possèdent cette vertu, m ais par hum ilité
ne l ’exercent p a s ....» 1). Ainsi, adversaires et défenseurs du pouvoir
anti-dém oniaque, prêté aux rois de Castille, étaien t en ce tem ps d ’ac­
cord sur un point au m oins : c ’est que ce pouvoir n ’a va it jam ais
l ’occasion d ’être pratiquem ent m is à l ’épreuve. A u tan t dire que per-
• sonne en fait n ’y croyait plus.
Médecins des possédés, au m oins à titre en quelque façon hono­
raire, comme héritiers des rois de Castille, les rois d ’Espagne, au
x v n e siècle, ont parfois passé, au x y eu x de leurs partisans, pour ca­
pables égalem ent, à l’instar des rois de France, de guérir les scipfu-
leux ; et cela, disaient les doctes, en qualité de successeurs de l ’autre
grande dynastie ibérique : la d ynastie aragonaise. D e fa it, nous con­
naissons au m oins un prince aragonais de la fin du m oyen âge à qui
la superstition populaire, habilem ent exploitée par un parti politique,
prêta après sa m ort et peut-être m êm e — m ais cela est m oins sûr —
déjà de son viv an t, entre autres cures m erveilleuses, des guérisons
d ’écrouelles: c ’est don Carlos de V iane. Lorsque cet infan t d’Aragon
et de N avarre eût term iné à B arcelone, le 23 septem bre 1461, sa desti­
née aventureuse et tragique, ses fidèles, qui avaien t voulu faire de lui
pendant sa vie le porte-drapeau del'indépendance catalane, cherchèrent,
ne pou vant plus utiliser de lui que son souvenir, à en faire un saint.
A son cadavre on attribua des m iracles. Louis X I, dans une lettre de
condoléances adressée a u x députés de la Catalogne, dès le 13 octobre,
glissait une allusion expresse à ces prodiges opportuns. U ne femme
scrofuleuse, notam m ent, fu t guérie sur la tom be ; voici en quels term es
une enquête contem poraine m entionne le fait : « U ne femme qui n’a v a it
pas eu l ’occasion de se présenter au Prince durant sa vie, dit : « Je n ’ai
pu le vo ir pendant sa vie pour être guérie par lui, m ais j ’ai confiance

h G u t ïe r r e z , Opuscuhmi de fascina, 1653, p. 1 ,5 5 -1 5 6 : « v a r ia e iu s


e s t a r g u tie s , a b a c t u n é g a tiv e a d p o te n tia m , q u a s i d ic e r e t D e u s n o n p r o d u x it
c r e a tu ra s p o s s ib ile s , im o non p r o d u c e t, ergo non est illa r u m p r o d u c tiu u s ,
haec illa tio u n d iq u e fa ls a e st, sed R e g e s n o s t r i h u m ili m a j e s t a t e d u c t i illiu s
v ir tu tis e x e r c itio non in te n d u n t, om ne h u iu s c e m o d i iu s s a c r is S a c e r d o tib u s
r e lin q u e n te s . T u m q u ia m in u s , q u a m e x te r i, h is n o u it a t ib u s H is p a n i d e le c t a -
m u r ». Je ne c o n n a is l ’o u v r a g e de dom S e b a s t ie n de S oto , De monialium
clausura licite reseranda ob morbos, q u e p a r la r é fu ta tio n de G u tie r r e z .
LES R O IS THAUM ATURGES
154

q u ’il m ’exaucera après sa m ort ». On ne sait trop quelle im portance


accorder à ce propos ; pour nous autoriser à conclure ferm em ent
que don Carlos, dès a va n t de devenir un cadavre, a v a it joué le rôle
de médecin, il faud rait des tém oignages plus nom breux et plus assurés.
M ais que ses restes aient vraim ent passé pour posséder le don bien­
faisan t de soulager les m alades, et spécialem ent les scrofuleux, c ’est
ce dont on ne saurait douter. Son culte, bien que tou jou rs privé de
la sanction officielle de l ’E glise, fu t très prospère a u x x v i e et x v n e
siècles ; il a v a it pour sanctuaire principal l ’a b b ay e de Poblet, au-dessus
de Barcelone, où reposait le corps m iraculeux. P arm i les reliques,
une m ain était l ’ob jet d ’une vénération particu lière ; son contact,
disait-on, d élivrait des écrou elles1).
L e cas de don Carlos est curieux. On doit v o ir en lui un exem ple
d ’une tendance d ’esprit que nos recherches nous rendront de plus en
plus fam ilière ; en tous p a y s l ’opinion collective in clin ait à se repré­
senter les personnages nés d ’un sang au guste et voués à la couronne
sous les espèces de thaum aturges, surtout lorsque quelque chose
dans leur vie sem blait dépasser le sort commun : à p lu s forte raison
quand des infortunes illustres et im m éritées leu r donnaient en quelque
sorte, comme au m alheureux prince de V iane, l'au réole du m artyre.
I l est probable an surplus que, dans les contrées lim itrophes de la
France et, comme la Catalogne, pénétrées d ’influences françaises,
les m iracles ro y au x prenaient tout' naturellem ent dans l ’ im agination
des peuples la form e classique fournie par l ’exemple capétien ; con­
tagion en l ’espèce d ’a u tan t plus facile que don C arlos descendait
p ar sa mère de la dynastie capétienne de N avarre. Mais il n ’y a point

l) L ’e n q u ête c i-d e s s u s m e n tio n n é e , co n te n u e dans le m é m o ir e d ’un


c h a n o in e d e M a jo r q u e , A n t o n i d e B u s q u e t s , a é t é é d ité e p a r M . A g u il o d a n s le
Calendari Català pera l’any 1902, p u b lic a tio n d ir ig é e p a r M . J o a n B t a . Batle.
Je n ’ a i m a lh e u r e u s e m e n t pas pu me procurer cet ou vrage. Je ne c o n n a is
que la tr a d u c tio n du p a s s a g e r e la tif a u x é c r o u e lle s , donnée par M . B a t is t a
y R o ca , Notes and Queries, 19 17, p. 48 1. Sur le s m ir a c le s p o s th u m e s et le
c u lte d e d o n C a r lo s , v o ir G. D e s d e v is e s du D é s e r t , Don Carlos d'Aragon,
prince de Viane, 1 8 8 9 , p . 3 9 6 e t s u i v . L e ttr e d e L o u is X I d a n s l ’é d . d e l a S o c .
de l’histoire de France, I I , n ° x m . Sur le s r e liq u e s de P o b le t, té m o ig n a g e
c u r ie u x dans la r e la tio n du voyageur fr a n ç a is B a r t h é le m y J oly q u i v is ita
le m o n a s tè r e e n Revue hispanique, X X ( 1 9 0 9 ) , p .
1604, 500. D ’ a p r è s J . Val-
d e s i u s , De dignitate regum regnorumque Hispaniae, 16 0 2 , 011 v é n é r a it à
P o b le t u n b r a s d e S . L o u is q u i p a s s a it é g a le m e n t p o u r g u é r ir le s é c r o u e lle s .
Y a u r a it-il eu c o n fu s io n e n t r e le s p o u v o i r s a ttr ib u é s aux deux r e liq u e s ?
LES R IV A L IT É S N A T IO N A L E S
155

de vestige q u ’un rite régulier du toucher se soit jam ais développé


à la cour d ’A ragon .
Q uant a u x prétentions élevées par les polém istes hispanisants
du x v i x e s iè c le x), revendiquan t pour leurs m aîtres le don de soulager
les scrofuleux, elles ne sauraient être considérées que com m e une ten ta­
tiv e assez va in e pour rehausser le prestige des H absbourg d ’Espagne,
au dépens du p rivilège des m onarques français. N ous savons par une
foule de tém oignages certains que à cette époque m êm e et dès le siècle
précédent, de nom breux E spagn ols faisaient le vo yag e de Fran ce
exprès pour être tou chés ; d 'autres se précipitèrent dans le m êm e des­
sein vers Fran çois I er, quand celui-ci, prisonnier après P avie, débar­
q u a sur la côte aragonaise 2) . Cet em pressement ne s’explique que parce
que jam ais pareille cérémonie n 'a v a it lieu à M adrid ou à l ’E scurial.
E n Italie enfin, dans les dernières décades du x m P siècle, un
souverain chercha à se poser en médecin des écrouelles, ou du m oins
ses partisan s cherchèrent à le représenter com m e te l ; nous l ’avons
d éjà rencontré su r'n otre route : c ’é tait Charles d ’A n jo u 3). Il était de
race capétienne. L e sang de Fran ce qui cou lait dans ses veines fu t
sans doute son m eilleur titre au rôle de guérisseur. N ou s ne sommes
d ’ailleurs renseignés sur cette te n ta tiv e que p ar un m ot, très bref,
com m e on l'a vu, de Tolom eo de Lucques ; i l n ’y a p a s de trace que les
rois angevin s de N aples y aient sérieusem ent persévéré.
A in si les rites français et anglais o r t bien pu exciter, au cours
des tem ps, les jalousies de quelques publicistes et les am ener à récla­
mer pour leurs propres souverains un sem blable pouvoir ; ils ne furent
jam a is véritab lem en t im ités. L à m êm e où, com m e en Castille, une
croyan ce analogue à celle qui fleurit sur les deux rives de la M anche
vé cu t pendant quelque tem ps, semble-t-il, d ’une existence originale,
il lui m anqua la vigueur nécessaire pour dcnner naissance à une insti­
tution régulière et vraim ent vivace. D ’où vien t que la F ran ce et l ’A n ­
gleterre retinrent le m onopole des guérisons royales ?

q P a r exem plo J. V a l d e s i u s , De dignitate regum regnommque H isfia n ia e ,


in-40, G renade 1602, p. 140; A r m a c a n u s [ J a n s e n i u s ], M ars Gallicus, p.69;
G a s p a r a R e i e s , E iysiu s, p. 275 (qui to u s attrib u en t a u p ou vo ir une origine
aragon aise); G u t i e r r e z , Opusculum de Fascina, p. 153. Ces au teu rs ren vo ien t
tous à P . A . B e u t e r , Cronica generale d'H ispagna. P a s plus que M. B a t is t a
y R oca ( N o i e s and Queries, p. 4S1 ), je n ’ai pu retrou ver le passage visé chez
cet écrivain.
2) Ci-dessous, p. 313.
3) Ci-dessus, p. 133.
156 LES R O IS THAUM ATURGES

Problèm e infinim ent d élicat et en vérité presque insoluble.


.L’historien a déjà bien de la peine à expliquer la production des phé­
nomènes positifs ; que dire des difficultés de sa tâche, lorsqu ’il s’agit
de fournir les raisons d ’un non-.être ? T oute son am bition en pareil
cas doit se borner, le plus souvent, à présenter des considérations
à peu près vraisem blables. V oici celles qui me paraissent rendre com pte
le moins m al possible de l ’im puissance thau m aturgiqu e dont firent
preuve la plu p art des d yn asties européennes.
Lorsque nous avons étudié la naissance du toucher, nous avons
cru lui découvrir une cause profonde et des causes occasionnelles :
la cause profonde, c ’était la croyance dans le caractère surnaturel
de la royauté ; les causes occasionnelles, nous les avons trouvées, en
France dans· 1a, politiqu e de la d ynastie capétienne à ses débuts, en
Angleterre dans l ’am bition et l ’habileté du roi H enri I er. L a croyance
était commune à toute l'E u rc p e occidentale. Ce qui a m anqué dans les
E ta ts autres que la France ou l ’Angleterre, ce fu ren t donc uniquem ent
les circonstances particulières qui, dans ces d eux royaum es, perm irent
à des notions, jusque là un peu vagues, de revê tir au x i e et au x n °
siècles la forme d'une in stitu tion précise et stable. On p eu t supposer
q u ’en Allem agne les d ynasties saxonnes ou souabes tiraien t d e là
couronne im périale trop de grandeur pour songer à jou er au m édecin.
D an s les autres p ays, sans doute, aucun souverain n’ eut assez d ’astuce
pour concevoir un pareil dessein, ou assez d ’audace, d ’esprit de suite
ou de prestige personnel p o u r p arven ir à l ’im poser. Il y eut une part
de hasard ou, si l ’on veu t, de génie in d ivid uel dans la genèse des
rites fran çais ou anglais. C ’est le hasard, égalem ent entendu au même
sens, qui doit, sem ble-t-il, expliquer ailleurs l ’absence de m anifesta­
tions analogues.
Quand, vers le x m e siècle à peu près, la renommée des guérisons
opérées p ai les Capétiens et les P lan tagen ets se fu t répandue largem ent
dans to u t le m onde catholique, plu s d ’un prince, peut-on croire, en
ressentit quelque envie. M ais pour tenter une im itation avec quelque
chance de succès, il était vraisem blablem ent trop ta rd . L es rites
fran çais et anglais avaient pour eu x la plus grande force de ce tem ps :
la tradition. U n m iracle attesté depuis des générations, qui donc osait
sérieusem ent le nier ? M ais créer un m iracle n ouveau que la doctrine
ecclésiastique, peu favorable en principe à la ro yau té thaum aturgique,
eût sans doute attaqué, c ’éta it une entreprise dangereuse qui ne fu t
peut-être jam ais essayée ou qui, si quelques tém éraires s ’y risquèrent
— ce que nous ne savons po in t — d u t abou tir presque forcém ent à
LES R IV A L IT É S N A T IO N A L E S
157

un échec. L a Fran ce et l'A n g leterre ne perdirent point le privilège


que leur assurait un long usage.
L a conception de la royau té sacrée et m erveilleuse a va it, aidée
de quelques circonstances fortuites, donné naissance au toucher des
écrouelles ; profondém ent ancrée dans les âmes, elle lui perm it ensuite
de su rvivre à tou tes les tem pêtes et à tous les assauts. Il est probable,
du reste, q u'à son tou r elle tira de lui une force nouvelle. On a va it
commencé par dire avec Pierre de B lois : les rois sont des êtres saints ;
allons vers eux ; sans doute ont-ils reçu, avec ta n t d ’autres grâces,
la puissance de guérir. On dit ensuite, avec l'au teu r de la Q u a estio
in u tram q u e p artent, sous Philippe le B el : mon roi guérit ; donc il
n ’est pas un homm e com me les autres. Mais ce n ’est pas assez d ’ avoir
m ontré la vitalité, pendant les derniers siècles du m oyen âge, et même
l'épanouissem ent des pratiques p rim itives. E n Angleterre du moins,
à cette époque, on v it apparaître un second rite guérisseur, entière­
m ent différent de l ’ancien : la bénédiction des anneaux m édicinaux,
censés souverains contre l ’épilepsie. Il convient cl’étudier m aintenant
cette efflorescence nouvelle des vieilles croyances.
CH APITRE II.

LE S E C O N D M IR A C L E D E L A R O Y A U T É A N G L A IS E :
L E S A N N E A U X M É D IC IN A U X .

§ i. Le rite des anneaux au x i v e siècle.

A u m oyen âge, chaque année, le jour du V endredi Saint, les rois


d ’Angleterre, com m e tou s les bons chrétiens, adoraient la croix. D an s
la chapelle du château où ils se trou vaien t résider à ce m om ent-là,
on dressait une croix, d ’ordinaire, au m oins au x i v e siècle, la « croix
de G n eyth » ; on a ppelait ain si une relique m iraculeuse q u 'E d o u ard I er,
sem ble-t-il, a va it conquise sur les G allois et où é ta it insérée, à ce que
l ’on croyait, une parcelle du b o is m êm e où le Christ a v a it été c lo u é 1).
L e roi se p laçait à quelque distance de là, se prostern ait et, sans se
relever, s ’approchait lentem ent de l'in sign e d ivin . T elle é ta it l'a t t i­
tu d e prescrite pour cet acte p ar tou s les litu rgistes : «Il faut», dit Jean
d'A vran ch es, «que, dans ce geste d'adoration, le ven tre s’applique
au sol ; car, selon saint Augustin, dans son com m entaire sur le
Psaum e 43, la génuflexion n ’est po in t une hum iliation p arfaite ;
m ais celui qui s ’hum ilie en s’appliquant tou t entier au sol, il ne reste
plus rien en lui qui perm ette un surcroît d'hum iliation » 2). U ne cu-

1) Cf. Liber Quotidianus contrarotulatoris garderobae [Soc. of Antiquaries


of London), in-40, Lon dres 1 7 8 7 , Glossary, p , 365; H u b e rt H a l l , The anti-
quities and curiosities of the Exchequer, 2 e é d ., in - 1 2 , L o n d re s 1898, p, 43.
2) M i g n e , P . L . , t. 147, col. 51 : « A d o ra tio om nium ita fiat, u t unius-
cuiusque v en te r in terra h a e re at; dum enim ju x ta A u gu stin u m in psalm o
X L III gen uflectitur, adhuc r e s tâ t q u od lrum ilietur; qui autem sic hum i-
lia tu r u t to tu s in terra haereat, n ihil in eo aniplius h u m ilitatis re s tâ t ». Cf. sur
ce rite J. D . C h a m b e r s , D ivin e worship in England in the thirteenth and
fourteenth centuries, ίη-40, L o n dres 1877, A p p en d ix, p. X X X I et E . K . C h a m ­
b e r s , The M ediœ val Stage, I I, p. 17, n. 3 (bibliographie).
ι6 ο LES R O IS THAUM ATURGES

rieuse m iniature d ’un m anuscrit de la B ib liothèqu e N ationale, conte­


n an t la vie de sa in t Louis, p ar G uillaum e de S a in t-P a th u s l), m ontre
le p ieu x roi dans l'accom plissem ent le p lu s consciencieux de ce rite,
que les textes en langue anglaise désignent de bonne heure p a r le
m ot bien caractéristiqu e de creeping to the cross : « ram per vers la
c r o ix » 8). Jusque là donc rien qui distin gu ât l ’usage suivi à la cour
d ’A ngleterre des coutum es universellem ent en vigu eu r dans la cath o ­
licité.
Mais, sous les P lan tagen ets, à p a rtir d ’E d o u ard I I au plus tard ,
le cérém onial du «Bon Vendredi » — ainsi nom m e-t-on encore aujour­
d ’h u i là-b as le V en dred i S ain t — se com pliqua pour les rois d ’une
p ratiq u e singulière, qui n ’apparten ait pas au ritu el cou ran t. V oici ce
qui se p assait ce jour-là dans la chapelle royale, au tem ps d ’E dou ard II
et de ses successeurs, ju sq u ’à H enri V inclu sivem en t.
U ne fois ses prosternations term inées, le m onarque anglais, s ’appro­
chan t de l ’autel, y déposait en offrande une certain e q u an tité d ’or
et d'argen t, sous form e de belles pièces de m onnaies, florins, nobles
ou sterlings ; p u is i l reprenait ces pièces, les « rach etait », disait-on,
en m ettan t à leur p lace une som me éq u ivalen te en espjèces m onnayées
quelconques et, avec les m étau x précieux ainsi un m om ent donnés
et presque au ssitôt après récupérés, il faisait, p a r la suite, fabriquer
des anneaux. On entend bien que ces anneaux-là, dernier term e d ’opé­
rations aussi com pliquées, n ’étaien t pas des bagues ordinaires. Ils
passaient pour capables de guérir ceux qui les portaien t de certaines
m aladies. D e quelles m aladies au ju ste ? Les p lus anciens docum ents
ne précisent point : « anulx a doner pour m edicine as d ivers gentz »,
d it une ordonnance d ’E do u ard II, anuli médicinales, se bornent à
indiquer les com ptes de l ’H ôtel. M ais au x v e siècle quelques textes
plus explicites apparaissent : on y v o it que ces talism ans passaient
pour soulager les douleurs ou spasm es m usculaires et, plus p a rti­
culièrem ent, l'épilepsie : d ’où le nom de cramp-rings, anneaux contre
la cram pe, q u ’on leur trou ve appliqué dès cette époque et dont les
historiens anglais, de nos jours encore, se servent com m uném ent
pour les désigner. Comme on s ’en rendra com pte to u t à l'heure, l'étu d e
de la médecine populaire com parée tend à prouver que dès l ’origine *2

x) L a t . 5716, fo l. 63; r e p r o d u ite Jo in v il l e , éd. N. de W a il l y , i n - 4 0,


18 74 , p. 2.
2) J. A . H . M u r r a y , A ne.w English Dictionary, an m ot Creep (le p l u s
a n c ie n te x te des e n v ir o n s d e l ’a n 12 0 0 ).
LES E X P L IC A T IO N S L É G E N D A IR E S 161

on les considéra com m e spécialisés dans ce genre déterm iné de cures


m iraculeu ses*).
T el est ce rite étrange, com plém entaire en quelque sorte de celui
d u toucher, m ais à sa différence, propre à la royau té anglaise ; la
Fran ce n ’offre rien d ’analogue. Com m ent devons-nous nous représenter
sa genèse ?

§ 2. L e s e x p lic a tio n s lég en d a ir es.

Q uand la foi dans la v e rtu m erveilleuse des cr a m p -r in g s eut a ttein t


son apogée, on leur chercha, com m e de juste, des patron s légendaires.
L a haute figure de Joseph d ’A rim athie dom ine l'h istoire poétique
du christianism e anglais ; disciple du Christ, celui-là m êm e à qui
était revenu, selon les E vangiles, l ’honneur d ’ensevelir le cad avre
du Crucifié, il ava it, affirm aient de p ieu x auteurs, annoncé le prem ier
la B onn e N ouvelle aux peuples de l ’île de B re ta g n e : croyance flat­
teuse pour une église en quête d'origines quasi-apostoliques ; dès le
m oyen âge, les rom ans de la T ab le ronde l ’a v a it rendue fam ilière à
un va ste public. On im agina que ce prestigieux personnage a v a it
égalem ent apporté en Angleterre, avec plusieurs b eau x secrets em prun­
tés au x livres de Salom on, l'a r t de gu érir les épileptiques par le m oyen
des anneaux. C ’est du m oins la trad ition — anglaise, vraisem blable­
m ent, dans ses origines — dont l ’historien espagnol Jacques Valdes,
qui écriv a it en 1602, se fit l ’é c h o 2). On ne ju gera sans doute p as
q u ’i l soit nécessaire de la discuter ici.
Sensiblem ent plus tô t, dès le début du x v i e siècle au m oins,
une au tre te n ta tiv e d ’interprétation s ’était produite au jou r ; elle
a v a it pou r ob jet de p lacer la cérémonie du Vendredi S ain t sous l'in v o ­
cation d ’E d o u ard le Confesseur. Chose curieuse, cette théorie, en un
certain sens, trou ve encore aujourd’hui des adeptes parm i les h isto­
riens anglais : non que personne adm ette, à l'h eu re actuelle, q u ’E d o u ard
a it vraim en t possédé un anneau guérisseur, m ais on croit volontiers 1

1 Household Ordinance d ’ York, j u i n 1 3 2 3 : l a m e i l l e u r e é d i t i o n d a n s


T . F. T , T he place of the reign of Edward, I I in English history, M a n c l i e s t e r
o u t

19 14 , p. 3 17 : « Ite m le r o i d o i t o ffr e r d e c e r te in le j o u r d e g r a u n d e v e n d e r d y
a c r o u c e V s ., q u e u x il e s t a c u s tu m e z r e c iv r e d iv e r s lu i a le m e n e le c lia p e le y n ,
a fa ir e e n t a n u l x a d o n e r p u r m e d ic in e a s d iv e r s g e n t z , e t a r e m e n tr e a u t r e
Y s. ». P o u r le s c o m p te s , q u i n o u s fo u r n is s e n t l a m eilleure description du r ite ,
c i-d e s s o u s , p. 445. Cf. M u r r a y , loc. c il., au m ot cram p-ring.
®) Jacobu s V a l d e s i u s , De dignitaie regum regnontmque H ispaniae,
in -4 0, G renade 1602, p. 140.
IÔ 2 LES R O IS THAUM ATURGES

que, dès l ’origine du rite, à quelque époque q u ’on la place, les rois
d ’A ngleterre-pensèrent, en l ’accom plissant, im iter, en quelque façon,
leur pieu x prédécesseur.
C ’est q u ’en effet un anneau jou e le rôle prin cip al dans un épisode,
célèbre entre tous, de la légende du Confesseur ; voici, brièvem en t
résum é, ce récit que présente pou r la prem ière fois la V ie com posée
en 1163 p ar l ’abbé À ilred de R ie v a u lx 1). E douard , abordé un jou r
p a r un m endiant, vo u lu t lui rem ettre une aum ône ; tro u v a n t sa bourse
vide, il donna sa bagu e. Or, sous les haillons du m iséreux se cach a it
saint Jean l ’E van g éliste. A quelque tem ps de là — au b ou t de sept
ans, disent certain s te x te s — d eux pèlerins anglais, v o ya g ea n t en P ales­
tin e, rencontrèrent un b eau v ie illa rd : c ’était saint Jean encore ; il
leur rendit l ’anneau, les p lia n t de le rapporter à leur m aître et d ’an­
noncer en même tem ps à celui-ci q u ’on l ’a tten d a it sous peu au séjour
des élus. Ce p e tit conte, poétique en lui-mêm e, et auquel certain s
hagiographes, fo rt au couran t des secrets de l ’a u tre monde, ajoutèrent
de nouvelles et séduisantes b ro d e ries12), fu t extrêm em ent p o p u laire:
sculpteurs, m iniaturistes, peintres, verriers, ornem anistes de to u t
genre le reproduisirent à l ’envi, en Angleterre et m êm e sur le con ti­
n e n t 3). Henri III, qui a v a it vo u é au dernier des rois anglo-saxons

1) T w y s d e n , îiistoricie anglicanae scriptores X , col. 40g; M i g n e , P . L .,


t. 195, col. 769.
2) Analecta Bollandiana, 1923, p. 58 et suiv.
3) U n c e r ta in n o m b r e d 'œ u v r e s d ’ a r t o n t é t é in d iq u é e s p a r John D a r t ,
W estmonasterium, I , L o n d r e s , f o l . , 1 7 4 2 , p . 5 1 , e t p a r W a t e r t o n , On,a remar-
dble incident, p . 105 e t s u i v . ( la m i n i a t u r e d u X I I I e s i è c le , r e p r o d u i t e p a r
W a t e r t o n e n f a c e d e l a p . 103, l ’ a é t é é g a l e m e n t , p l u s r é c e m m e n t , p a r H u b e r t
H a l l , Court L ifo under the Plantagenets, L o n d r e s 1902, p l . v u ) . O n p e u t
a jo u te r à le u r é n u m é r a tio n , san s p r é te n d re c ir e c o m p le t : i ° un v itr a il de
l ’ é g lis e de L u d lo w (m e n tio n n é W . Jo n e s , Finger-Lore, p. 118 , 11. 1 ) ; 2° un
carreau d e fa ïe n c e d a n s le Chapter Hottse d e W e s t m i n s t e r A b b e y , r e p r o d u i t
par K u n z Rings for the finger, p . 3 4 2 ; 3 0 d e u x t a p i s s e r i e s d u d é b u t d u X I I I e
,
s i è c l e ( ?) a u j o u r d ’ h u i p e r d u e s , e x é c u t é e s p o u r W e s t m i n s t e r ( Notes and do­
cuments rclating to Westminster Abbey, n ° 2 : The history of Westminster Abbey
by John Flete, é d . J . A . R o b i n s o n , C a m b r i d g e 1909, p . 2 8 - 2 9 ) ; 4 ° e n F r a n c e ,
u n v i t r a i l d e l a c a t h é d r a l e d ' A m i e n s , d u X I I I e s i è c l e ( G . D u r a n d , M ono­
graphie de la cathédrale d ’Am iens, I , p . 550). O n c o n s e r v e à, l a B i b l i o t h è q u e
d e r U n i v e r s i t é d e C a m b r i d g e , s o u s l a c o t e E e I I I 59, u n m a n u s c r i t d u X I I I e
s i è c l e q u i r e n f e r m e u n p o è m e e n v e r s f r a n ç a i s , l a Estoire de S ein l Aedward le
R ei, q u i f u t d é d i é p a r s o n a u t e u r à l a r e i n e E l é o n o r e , f e m m e d e H e n r i I I I .
T r o is m in ia tu r e s , d é jà s ig n a lé e s p a r W a t e r t o n e t s o m m a ir e m e n t d é c r ite s p a r
L uard, Lives of Edward the Confessor, p . 16 , s o n t c o n s a c r é e s à la lé g e n d e d e
l ’a n n e a u . U n e a u tr e , d u m ê m e m s ., r e p r o d u ite C r a w f u k d , Cram p-Rings, p l.
LES E X P L IC A T IO N S L É G E N D A IR E S I6 3

une dévotion particulière — on sait q u ’il donna à son fils aîné le nom
d ’E douard, étranger jusque là à l ’onom astique des dynasties norm andes
et angevines — a v a it fa it peindre la rencontre des deux saints sur les
m urs de la chapelle Saint-Jean, dans la Tour de Londres. E dou ard II
à son tour, le jour de son sacre, offrit à l ’abb aye de W estm inster deux
statu ettes d ’or q u i représentaient, Tune le prince tendant la bague,
l ’autre le fa u x m endiant s’apprêtan t à la re c e v o ir1). W estm inster,
en vérité, était le lieu désigné pour un pareil cadeau ; non seulement
on y vénérait la tom be de saint E douard, m ais encore les m oines
m ontraient aux fidèles un anneau que Ton a v a it pris au doigt du
corps saint, lors de sa tran slation dans une nouvelle châsse, en 1163 *12), et
que Ton estim ait com m uném ent être celui-là même que l ’E van géliste
a va it jad is accepté, puis rendu. « Si quelqu’un veu t une preuve que
les choses se sont bien passées ainsi ». disait à ses auditeurs, vers Tan
1400, un sermonnaire, Jean M irk, après leur avoir raconté l ’histoire
fam euse, « q u ’il aille à W estm in ster; il y verra l ’anneau qui fut,
sept années durant, en P aradis »3) . M ais précisém ent parm i les te x te s
assez nom breux qui m entionnent cette précieuse relique, aucun,
ju sq u ’à une date relativem ent récente, n ’indique q u ’on lui a ttrib u â t
un pouvoir guérisseur particulier. P ar ailleurs, rien absolum ent,
dans le cérémonial royal du Vendredi Saint, ne rappela jam ais saint
E douard ou saint Jean. Pour vo ir évoquer, à propos des cra m ft-rin g s,
le souvenir du Confesseur, il fa u t descendre ju sq u ’à l ’h um aniste

x x x ix , r e p r é s e n te des m a la d e s s ’a p p ro ch a n t de la c h â s s e d u s a in t; s u r la
ch â sse on v o it d e u x s ta tu e tte s , c e lle s d u r o i t e n d a n t l 'a n n e a u et de S. Jean
en p è le r in . Je ne s a is si ce tte p e tite p e in tu r e peut ê tr e c o n s id é r é e c o m m e
donnant u n e im a g e e x a c te d e la ch â sse o ffe r te p a r H e n r i I I I à W e s tm in s te r
e t fo n d u e so u s H e n r i V I I I . P o u r d ’ a u tr e s œ u v r e s d ’ a r t, a u jo u r d ’h u i p e r d u e s ,
c o n s a c r é e s à la m ê m e lé g e n d e , v o ir a u s s i la n o t e s u iv a n te .
1) M a n d e m e n t d e H e n r i I I I S to w , A survey of the Cities 0) London
: John
and Westminster, I, Lon d res P o u r E d o u a r d I I , D a r t , loc. cit.
172 0 , p . 69,
2) C ’ e s t t o u t au m o i n s c e q u ’ a f f i r m e J o h n F l e t e d a n s s o n Histoire de
Westminster, é d . J . A . R o b in s o n (Notes and documents relaiing io Westminster
Abbey, 2 ), p . 7 1 ; F l e t e , il e s t v r a i , e s t u n a u t e u r t a r d i f ; i l f u t m o i n e à W e s t ­
m in s te r d e 1420 à 1 4 2 5 ; m a is la t r a d it io n d o n t i l se f a i t l'é c h o n ’ a r ie n que
d e t r è s v r a is e m b la b le ; e lle c o n c o r d e a v e c le t é m o ig n a g e d ’O s b e r t d e C la r e q u i,
é c r iv a n t en 1139 , s ig n a la it q u ’E d o u a r d a v a it é té e n ter ré avec so n anneau ;
Analecta Bollandiana 1923, p. 12 2 , lig n e 1.
a) M irk 's Festial, éd. T h . E r b e , Early English T exi Society, Extra Sériés.
X C V I, p. 14 9 : « T h e n w h o so lu s t to h â v e th is p r e u e t so th e , g o h e to W e st-
m in s ty r ; a n d th e r h e m a y se th e sa m e r y n g t h a t w a s s e u e n y e r e y n p a r a d y s »,
S u r l ’a u te u r, e n d e r n ie r lie u , G o rd o n H a ll G e r o u l d , Sain ts’ Legends, in -1 2 ,
B o s to n e t N e w -Y o r k 19 16 , p. 184 e t s u iv .
X64 LES R O IS THAUM ATURGES

italien P olydore V irgile qui, au service des rois H enri V II et H em i V III,


écrivit, sur leur demande, une H is to ir e d ’ A n g leter re publiée d ’àbord
en 1534. L e dessein de cet historiographe officiel était visiblem en t
de trouver un p ro to typ e autorisé a u x anneaux m erveilleu x d istribu és
par ses m aîtres ; c'est pourquoi il se p la ît à considérer la b agu e conser­
vée dans le « tem ple » de W estm inster com m e douée, elle aussi, d ’une
vertu souveraine contre l ’épilepsie. Son ouvrage, qui eut un grand
succès, contribua à répandre largem ent l ’opinion, désorm ais classique,
selon laquelle la guérison des épileptiques par les anneaux, com m e
déjà, pensait-on, le tou cher des écrouelles, a u ra it eu sain t E d o u ard
pour in itia te u r1). M ais, sans doute, l ’Italien n ’a v a it-il point in ven té *S
.

q P o ly d o r u s V i r g i l i u s , H isloria Anglica, lib . v i n , éd . d e L e y d e , in -1 2 ,


16 51, p. 18 7; la m êm e th é o r ie se re n c o n tre au X V I I 0 s iè c le ch ez R ic h a r d
S m it h , Florum hisloriae ecclesiasticae genlis Anglorum libri septem, 1 6 5 4 , i n - 4 0,
p . 2 3 0 ; e t c h e z N i c o l a s H a r p s f i e l d , H isioria Anglorum ecclesiaslica, l o i . , D o u a i
1 6 2 2 , p . 2.19, c i t é C r a w f u r d , Cramp-Rings, p . 1 7 9 . L e s h is to r ie n s m o d e r n e s
o n t cru lu i t r o u v e r u n e s o r te d e c o n fir m a tio n d a n s u n d e s n o m s p o p u la ir e s d e
l 'é p i l e p s i e , c o n n u e a u m o y e n â g e , p o u r d e s r a i s o n s q u i n o u s é c h a p p e n t , s o u s l e
v o c a b le d e m a l - S t - J e a n ( L a u r e n c e J o u b e r t , L e première' et seconde partie
des erreurs populaires louchant la médecine, 1 5 8 7 , 2e p a r t i e , p . 1 6 2 ; G u i l l a u m e
D u v a l ,, Historia monogramma, i n - 4 0, 1643. P - 24l H. G u n t e r , Legenden-
Studien, C o l o g n e 1906, p. 124, n. 1; M. H ô f l e r , Deulsches Krankheitsnamen-
Buch, i n - 4 0, M u n i c h 1899, a u x m o t s Krankheii, Suchl, Tanz). M a i s p o u r q u e l l e s .
r a i s o n s l ’ é p i l e p s i e l u t - e l l e d ’ a b o r d a p p e l é e a i n s i ? e t q u e l e s t le s a i n t J e a n d o n t
e lle r e ç u t l e n o m ? N o u s n ’ en s a v o n s t r o p r i e n . N o u s v o y o n s b i e n q u e t a n t ô t
S. J e a n -B a p tis te , t a n t ô t S. J e a n l 'E v a n g é l i s t e é ta ie n t in v o q u é s c o n tre e lle ,
A A m ie n s , le c h e f d e S , Jean B a p tis te , c o n s e r v é d e p u is 1206 d a n s la c a th é ­
d r a le , é t a i t l ’o b j e t d 'u n p è le r in a g e trè s fr é q u e n té par le s é p ile p t iq u e s . : cf.
O. T h o r e l . Le mal M onseigneur Saint-Jean Baptiste au X V P siècle à A m ien s;
Bullet. trimestriel Soc. antiquaires Picardie, 1 9 2 2 , p . 4 7 4 . S e l o n A n t o i n e M iz a u l d
( M emorabilium . . . Centuriac I X , i n 1 2 , C o l o g n e 1 5 7 2 , cent. V , 11) l a S a i n t -
J e a n d ’ é té — fê te , c o m m e l 'o n s a it, d é d ié e à S . J e a n Baptiste — é t a i t p a r ­
tic u liè r e m e n t p r o p ic e à la g u é r is o n des é p ile p tiq u e s ; p e u t-ê tr e , com m e l 'a
s u p ip o s é n o t a m m e n t G ü n t e r , loc. cit., le m o t d e m a l-s a in t-J e a n t ir a - t il so n
o r i g i n e d ’u n e c o m p a r a i s o n é t a b l i e p a r .l'im a g in a t io n c o m m u n e e n tr e le s g e s te s
désordon n és des é p ile p tiq u e s et le s danses r itu e lle s de la S a in t-J e a n . P lu s
ta rd , ce m o t m ê m e s u g g é r a l ’id é e d ’a t t r ib u e r a u s a in t, d o n t la m a la d ie p o r t a it
l ’é t i q u e t t e , u n p o u v o i r s p é c i a l s u r e lle . P u is , par u n e e r r e u r t o u t e n a t u r e lle ,
le s v e r t u s q u ’ o u a v a i t p r ê t é e s a u B a p t i s t e p a s s è r e n t à l 'a p ô t r e , son h o m o n y m e :
e x e m p le d ’u n e c o n fu s io n a s s e z f r é q u e n t e e n tr e le s s a i n t s d e m ê m e n o m ; c ’e s t
a in s i q u e S. H u bert de B r é tig n y , par a n a lo g ie avec S. H u bert d e L iè g e ,
fin it jja r g u é r ir , lu i a u s s i, d e la r a g e (H . G a id o z , L a rage et St Hubert, Biblio-
theca mythica, .1 8 8 7 , p. 173 ). Tout c e la , é v id e m m e n t, n ’e s t q u e c o n jo c tu r e s ,
e t c e p e t i t p r o b lè m e h a g io lo g iq u e d e m e u r e assez p e u c la ir . M a is ic i s a s o lu tio n
LES E X P L IC A T IO N S L É G E N D A IR E S 165

cette idée ; il l ’a va it, selon tou te apparence, recueillie toute form ée


dans l ’entourage de ses protecteurs ; quoi de plus naturel que de
prêter au grand saint de la d ynastie la paternité de l ’un comme de
l ’autre des deux m iracles dynastiques ? L ’anneau illustre, qui a va it
été « en P aradis », fournissait un m oyen facile d ’étab lir le lien
cherché entre les récits hagiographiques et le rite ; par une sorte
d ’action en retour, on lui conféra tardivem ent la puissance m édicale
q u ’il fa lla it bien q u ’il eût pour pouvoir prétendre au titre d ’ancêtre
des c ra m p -rin g s. V raisem blablem ent il fû t devenu l ’ob jet d ’un pèle­
rinage fréquenté par les malades, si la Réform e, survenant peu après
l ’apparition d ’une croyance si favorable aux intérêts de W estm inster,
n ’a v a it brusquem ent m is fin en Angleterre au culte des reliques.
M ais les origines véritab les du rite du Vendredi S ain t n ’ont rien à
voir, ni avec E douard le Confesseur, ni avec la légende m onarchique
en général. C ’est à l ’histoire com parée des pratiques superstitieuses
q u 'il fau t en dem ander le secret.

§ 3. L e s o rig in e s m a g iq u es d u rite des a n n e a u x .

Les anneaux ont com pté de tou te antiquité an nom bre des
instrum ents chéris de la m agie et plus particulièrem ent de là m agie
m é d i c a l e . Au m oyen âge, com m e au x siècles précédents. U n soupçon
de sorcellerie s'a tta c h a it au x plus inoffensifs d ’entre eux ; les bagues
que p ortait Jeanne d'Avo préoccupèrent beaucoup ses juges, et la
p auvre fille dut protester, vraisem blablem ent sans convaincre le tri-

n o u s im p o r te , a p r è s to u t, a sse z p e u . L e rapproch em en t du nom v u lg a ir e d e


l 'é p i l e p s i e a v e c l ' é p i s o d e d e l a l é g e n d e d u C o n fe s s e u r q u i m e t en scène S. Jean
n e p a r a ît p a s a v o ir é té f a i t a v a n t le X I X e s i è c le ( c f. W a t e r t o n , On a remar-
kdble incident, p . 1 0 7 , o ù il a p p a r a ît tr è s tim id e m e n t e t, p lu s n e tte m e n t,
Crawfurd, Cramp rings, p. 16 6 ); on ne d o it v o ir en lu i q u ’u n e t h é o r ie
in g é n ie u s e , œ u v r e d 'é r u d it s t r o p b ie n in fo r m é s , non pas une id é e p o p u la ir e ,
x) S u r le p o u v o i r m a g i q u e e t m é d i c a l des anneaux, c f., o u tre le s ou­
vrages de G. F. K unz et d e W . Jo n e s , c i t é s à l a Bibliographie, V : Archaeo -
logia, X X I { 1 S 2 7 ) , p. t i ç j e t s u i v . ; Archaeological Journal, I I I ( 1 8 4 6 ) , p . 3 5 7 ;
I V ( 1 8 4 7 ) , p. 7 8 ; Notes and Queries, 4 t h sériés, V I ( 1 8 7 0 ) ) , p. 3 9 4 ; 8 t h sé rié s,
I X ( 1 8 9 6 ) , p, 3 5 7 et X ( 1 8 9 6 ) , p . 1 0 ; P ett igrf .w , On superstitions connected
with ihe history and practice of medicine, p, 6 1 ; O. G e i s s l b r , Religion und
Aberglaube in den mittelenglischen Versromanzen, p . 6 7 et suiv.
ι66 LES R O IS THAUM ATURGES

bunal, que jam ais elle ne s’en était servi pour guérir person n e1).
Ces talism ans, presque universels, étaient em ployés au soulagem ent
de tou tes sortes d ’affection : m ais de préférence, sem ble-t-il, contre les
douleuis m usculaires et l ’épilepsie ; cette dernière m aladie, dont les
m anifestations violentes sont naturellem ent propres à répandre un.
effroi superstitieux, p assait d ’ordinaire pour d ’origine dém on iaque*2) ;
elle relevait donc, plus que tou te autre, des m oyens surnaturels. Bien
entendu, pour de pareilles fins, on ne se servait pas de cercles de m étal
quelconques ; on a v a it recours à des anneaux spéciaux, auxquels
certaines pratiques de consécration, religieuses ou m agiques, avaien t
conféré une puissance exceptionnelle : a n u li vertu o si, ainsi les appe­
laient les savants. Contre la goutte, dit en substance un recueil alle­
mand' du x v ° siècle, procédez comme il suit : m endiez, en in voq u an t
le m a rty r de N otre Seigneur et son Sain t Sang, ju sq u 'à ce que vous
a yez obtenu 32 deniers ; là-dessus prenez-en 16 et faites fabriquer avec
eux un anneau ; vous payerez le forgeron avec les 16 autres ; il faudra
porter l ’anneau sans cesse et réciter par jour 5 P a te r et 5 A v e en m é­
moire du m artyr et du Saint Sang de N otre S eig n eu r3). A illeu rs les
prescriptions prennent une figure m acabre : on conseille d ’utiliser
des m étaux enlevés à de vieu x cercueils ou bien un clou auquel un
homm e s ’est pendu 4). D an s le com té de Berks, a u x environs de l ’année
1800, les personnes expérim entées proposaient une recette p lu s inno­
cente, plus com pliquée aussi : pour confectionner un anneau souve­
rain contre la cram pe, il convient, affirm aient-elles, de réunir 5 pièces
de 6 pence, chacune étan t reçue de la m ain d ’un célib ataire différent .;
les donateurs doivent ignorer l ’ob jet à quoi l ’on destine leurs cadeaux ;
l ’argent ainsi recueilli sera porté p a r un célibataire encore à un forge­

L) Procès de condamnation, éd. P . C h a m p io n , I, 1920 , p . 25 ( in te r r o g a ­


to ir e d u I er m ars) : « Ite m d ic it quod nunqnam s a n a v it q u a m c u in q u e per-
son am de a liq u o a n u lo r u m s u o r u m ».
2) G o ts c h a lc H ollen, Preceptorium diuine legis, N u rem berg 149 7,
p . 25 v ° (à p r o p o s d e l a g u é r i s o n de l ’é p ile p s ie ) : « H oc genus d e m o n io r u m
non e jic itu r n i s i in j e j u n i o e t o r a tio n e » ; Ad. F r a n z , D ie kirchlichen Bene-
dïhlioncn, I I , p . 5 0 1 e t 5 0 3 . C f . l a p r iè r e a n g la is e c ité e c i-d e s s o u s , p . 182.
3) Germania, 1879, p. 74; cf. Ad. F r a n z , D ie kirchlichen Bonediklionen,
I I , p . 507.
4) C l o u s o u o r n e m e n t s m é t a l l i q u e s d u c e r c u e i l ; W . G . B l a c k , Folh-
M edicine (Publications of the Folk-Lore Society, X I I ) , L o n d r e s 1 8 8 3 , p . 1 7 5 ;
J . C . A t k i n s o n , Cleveland Glossary, 1 8 7 8 ( c i t é p a r M u r r a y , A new English
Dictionary, a u m o t cramp-ring) ; A . W u t t k e , D er deutsche Volksabcrglaube,
2 e é d ., 18 6 9 , p . 3 3 4 . C lo u s o ù u n h o m m e s ’ e s t pendu : G r im m , Deutsche
Mythologie, 4 e é d . , I I , p . 9 7 8 .
O R IG IN E S M A G IQ U E S DES ANNEAUX I67

ron qui lui aussi soit c é lib a ta ire ...1). On pou rrait aisém ent m ultiplier
les exem ples de cette sorte. L es anneaux consacrés par les rois n ’étaient
q u ’un cas particulier d ’une espèce de remède très général.
E tu d ions m aintenant de plus près le rite royal. D ’abord sa date.
E lle était fixée par la plus rigoureuse des coutum es. Le roi ne déposait
les pièces d’or et d'argen t sur l ’autel q u ’une fois par an, le Vendredi
S ain t, après avo ir adoré la croix : c ’est-à-dire en un jour et après une
solennité voués à la com m ém oration du suprême sacrifice consenti
par le R édem pteur. P u r hasard, que celui qui a v a it déterm iné ce
choix ? N on pas. L e souvenir de la Passion revient comme une sorte
de leitm o tiv dans m aintes recettes relatives à la guérison des douleurs
ou de l'épilepsie et plus particulièrem ent à la fabrication d ’anneaux m é­
dicinaux. Vers le début du x v e siècle, S. Bernardin de Sienne, prêchant
en Ita lie contre les superstitions populaires, blâm ait les personnes « qui
contre le mal de cram pe p o iten t des anneaux fondus pendant que
lectu re est fa ite de la Passion du C h ris t» 2). E n Angleterre même,
vers le même tem ps, un traité m édical renferm ait le conseil que voici :
« Pour la cram pe: rendez vous le jou r du Vendredi Sain t dans 5 églises
paroissiales et prenez dans chacune le prem ier penny qui est déposé
en offrande lors de l ’adoration de la c ro ix ; reçueillez-les tous, et allez
devant la croix, et là dites 5 P ater en l'honneur des 5 plaies, et portez
les durant 5 jours, en disant chaque jour la même, prière de la même

b J. B r a n d , Popular cmliquiiies, éd. de 18 70 , III, p. 254 et s u iv . ( la


p r e m iè r e é d itio n p a r u t en 1 7 7 7 ; le s é d i t i o n s p o s t é r i e u r e s o n t é t é c o m p lé té e s
grâce aux m a n u s c r its d e l 'a u t e u r , qui m ouru t en 18 0 6 ). A u tr e p r a tiq u e d u
m êm e ty p e , B l a c k , loc. cil., p. 1 7 4 -17 5 (c o m té de N o r th a m p to n ). V o ic i
en core u n e a u tr e r e c e tte q u e v e u t b ie n m e c o m m u n iq u e r M . J. H e r b e r t, du
M u sée B r ita n n iq u e ; on y rem arq u era la c o lle c te fa ite à la p o r te d e l ’é g lis e ,
tr a it à com parer avec le s usages r e la tifs aux sacrament-rings s ig n a lé s c i-
d e s s o u s , p . 1 6 9 ; j e la is s e la p a r o le à m o n a im a b le c o r r e s p o n d a n t : « F r o m 18 8 1
u n til h is d e a th in 18 8 5 m y fa th e r w as R e cto r o f N o r th le w in D e v o n s h ir e ,
a v i l l a g e a b o u t 9 m i l e s w e s t o f O k e l i a r n p t o n . D u r i n g t h a t t i m e (I t h i n k i n 1 8 8 4 )
m y m o th e r w r o te me a d e s c r ip tio n o f w lia t lia d happened on th e p r e v io u s
Sunday : A t t ir e e n d o f t l i e m o r n i n g s e r v i c e a g i r l s t o o d a t t h e c h u r c h d o o r ,
and c o lle c te d 29 p e n n ie s , o n e fro m e a c li o f 2 9 young m en. She gave th e s e
to a 3 o th y o u n g m a n i n e x c h a n g e f o r a h a l f - c r ô w n , a n d t o o lc t h e h a l f - c r o w n
to th e lo c a l ’W h ite W itc h ’ (a f a r m e r ’s w ife who kept a s m a ll sh o p in th e
v illa g e ), w h o w a s to r e tu rn i t t o h e r e v e n t u a l ly in t h e fo r m o f a s ilv e r r in g ,
as a s o v e r e ig n rem edy fo r l i t s ».

Bernardi Senensis . . . Opéra, f o l . , V e n i s e 1 7 4 5 , I ,


s) S . p . 42 a , Quadra-
gesim le de religione christiana : « C o n t r a m a l u m g r a m p h i i p o rta n t a n n u lo s
fu s o s d u m le g it u r P a s s io C h r is ti, d ie s e t h o r a s c o n t r a A p o s t o l u m o b s e r v a n t e s ».
168 LES ROIS T H AU M AT U R G E S

fa ço n ; et fa ites faire ensuite avec ces pièces de m onnaie un anneau,


sa n sa lliag e d’au tre m étal; écrivez à l ’intérieur J a s p e r , B a sta sa r, A ttr a p a
et à l ’extérieu r I h c . N a z a r e n u s ; allez le chercher chez l'o rfèv re un
vendredi et d ites alors 5 P a te r com m e précédem m ent ; et p ar la suite
portez-le to u jo u rs » 1). I l fa u d rait longtem ps pour analyser en d éta il
cette prescription, vérita b le pot-pourri de notions m agiques de p r o ­
venances diverses : les nom s des R ois Mages — que l ’on im plorait vo lo n ­
tiers contre l ’épilepsie — y figurent à côté du nom d ivin ; ou p lu tô t
les noms de deux d ’entre eux, car M elchior, le troisièm e, a été rem placé
par un m ot m ystérieu x — A ttr a p a — qui rappelle Y A b r a x a s cher au x
adeptes des sciences herm étiques. M ais c ’est encore l ’im age de la P as­
sion que l ’on trou ve au prem ier plan. L e chiffre 5, si souvent em ployé
et que nous avons déjà rencontré dans un recueil allem and, évoque
les cinq plaies du S a u v e u r a) ; surtout, le désir de se p la cer sous la p ro­
tection de la croix rend com pte des dates, fixées pour l ’acte essentiel
et pour un acte accessoire: le Vendredi Saint, un au tre vendredi.
D e même en F rance. Un curé beauceron, Jean -B ap tiste Thiers, qui
écrivait en 1679, nous a conservé le souvenir d'u n e p ratiq u e que l ’on
em p loyait de son tem ps pour guérir les épileptiques ; nous la décrirons
plus en d étail to u t à l ’h e u re ; retenons sim plem ent pour l ’in stan t le
jour et le m om ent choisis pou r l'accom plissem ent de ces « cérém onies »,
com m e d it Thiers: le Vendredi Saint, le m om ent m êm e de l ’adoration
de la C roix 3). E t n ’était-ce p as déjà en v e rtu d ’idées de m êm e nature
que le roi Charles V p o rta it tou s les vendredis, et ce jour-là seulem ent,

fi B r it. M u s ., A r u n d e l, m s. 276, fo l. 23 v»; c ité p o u r la p r e m iè r e fo is ,


m a is a v e c u n e r é fé r e n c e in e x a c te , to u jo u r s r é p é té e p a r la s u ite , p a r St e v e n ­
so n , On cramp-rings, p. 49 (The Gentleman’ s M agazine Library, p. 41) : « F o r
t h e C r a m p e . . .T a lc a n d g e r g e d ir o n G u d e F r i d a y , a t f y f e p a r is c h k ir k e s , fife
o f t h e fir s t p e n y e s t h a t is o ffe r d a t t h e c r o se , of ilk a k ir k t h e fir s t p e n y e ;
th a n ta k th a m a l a n d g a b e io r t h e c r o sse a n d s a y v . p a t e r n o s te r in t h e w o r -
s c h ip o f f if e w o n d e s , a n d b a r e t h a im o n t h e . v . d a is , a n d s a y i l k a d a y a ls m e k i
o n t h e s a m e w y s e ; a n d t h a n g a r m a le a r y n g t h e r o f w ith o w te n a la y o f o th e r
m e te l, a n d w r it w ith in Japper, Bastasar, Attrapa, and w r it w ith o u te n Jh c
Nazarenus·, and s ith e n t a k it ir a th e g o ld s m y th apon a F r id a i, and say v.
p a t e r n o s t e r a l s t h o u d i d b e f o r e a n d v s e i t a l w a y a f t i r w a r d ». J e d o is à l ’o b li­
g e a n c e d e M . J . H e r b e r t, d u M u s é e B r ita n n iq u e , q u i a b ie n v o u lu c o lla tio n n e r
p o u r m o i le m s ., d e p o u v o ir d o n n e r ic i u n t e x t e p lu s e x a c t q u e c e lu i q u i a v a i t
é té a n té r ie u r e m e n t p u b lié .
2) C f . pour le s r o is m a g e s J o n e s , Finger-ring lore, p . 137 e t su rto u t
p. 147 et s u iv .; pour le s c in q p la ie s ibid., p . 137 ( i n s c r i p t i o n d ’ u n anneau
tro u v é à C o v e n tr y P ark ).
3) C i - d e s s o u s , p. 170 .
O R IG IN E S M A G IQ U E S DES AN NEAUX l6 q

un anneau spécial gravé de deux p etites croix noires et p ou rvu d ’un


cam aïeu, où l ’on v o y a it représenté la scène du C alvaire ? *). On n ’en
saurait douter : la m édecine m agique, p ar un rapprochem ent quelque
peu sacrilège entre les souffrances provoquées p ar la « cram pe » et
les angoisses du Crucifié, considérait les anniversaires religieu x et les
prières qui rappelaient le supplice du Christ com m e particulièrem ent
propres à tran sm ettre a u x ann eaux le pouvoir de guérir les douleurs
m usculaires s) . L eu r ve rtu b ienfaisante, les c r a m p -r in g s ro y a u x la
devaient tou t d ’abord au jou r même fixé pour la consécration du m étal
dont ils étaient faits, et à l'in fluence m iraculeuse émanée de la croix,
que les rois, avant d’aller vers l ’autel, armaient adorée en ram pante
Mais l ’essentiel du rite n ’é tait pas là. U n e opération de n ature
en quelque sorte juridique form ait le nœud de l ’a ctio n : l ’offrande
des pièces d ’or et d’aTgent et leur rachat m oyennant une som m e
équivalente. Or, ce trait-là non plus n ’a v a it rien de bien origin al.
C ’était alors, c ’est de nos jours encore une opinion com m uném ent
répandue parmi les personnes superstitieuses que de considérer les
pièces de monnaie reçues en don par les églises com m e particulière­
ment aptes à la fabrication d ’anneaux guérisseurs. N ous avon s déjà
pu observer p lu s hau t un e m anifestation de cette idée dans un tra ité
composé en A ngleterre au x i v e siècle. A u jo u rd ’hui, dit-on, dans les
cam pagnes anglaises, les paysan s recherchent, pour en faire des an­
n eaux antiépileptiques ou antirhum atism aux, les p en ce ou les s h il­
lin g s recueillis au m om ent de la collecte, après la com m u n ion 3).* 3
2

fi J. L a b a r t e , Inventaire du mobilier de Charles V roi de France [Doc. inéd.),


i n - 4 0, 1 8 7 9 , n ° 5 2 4 .
2) D e m ê m e d e s fo r m u le s e m p r u n té e s à la P a s s io n p a s s a ie n t p o u r e ffi­
caces co n tre le s d o u le u r s L e B l a n t , D e l'ancienne
de la to r tu r e : E d m o n d
croyance à des moyens -secrets de défier la torture-, illé m . Acad. Inscriptions,
X X X I V , 1, p . 2 9 2 . E n F l a n d r e , a u d é b u t d u X V I I e s i è c l e , l e s e n f a n t s n é s u n
V e n d r e d i S a in t a v a ie n t la r é p u ta tio n de g u é r is s e u r s -n é s (D e l r io , D isqui-
sitionum magicarum, f, cap. ΙΠ , qu. IV , p . 57); en F ran ce, a u X V I I e s i è c le ,
le s s e p tiè m e s garçons, c o n s id é r é s com m e a p tes à g u é r ir le s é c r o u e lle s , exer­
ç a ie n t le u r p o u v o ir de p réfé re n ce un ven d red i ( c i- d e s s o u s , p. 306 et n. 2
d e m ê m e e n Ir la n d e , d e n o s j o u r s e n c o r e (D ublin University M agazine, 18 79
p. 2 18 ).
3) C e s anneaux son t con n u s so u s le nom de sacrament-rings. V o ir su r
eux B l a c k , Folk-m edicine, p. 174 ( c o u t u m e d e C o r n o u a i ll e s , s e l o n l a q u e l l e l a
p iè c e d ’a r g e n t p r o v e n a n t d e s o ffr a n d e s d o i t d 'a b o r d ê tre a c h e té e m o y e n n a n t
30 pence o b t e n u s en m e n d ia n t à la p o r t e d e l ’ c g lis e — m e n d i c i t é s il e n c i e u s e ,
c a r il e s t in t e r d it d e le s d e m a n d e r expressém en t — p u is , u n e fo is r e ç u e , est
en core l ’o b je t d ’un r ite s a n c tific a te u r s u p p lé m e n ta ir e , le m a la d e d e v a n t,
170 LES R O IS THAUM ATURGES

D an s de pareils cas, il est vra i, le rach at n ’app araît point. M ais ail­
leurs il figure, à côté de l ’offrande, to u t com m e dans la cérémonie
royale d u V en dredi Saint.
V o ici d ’abord un usage m agique français, attesté au x v u e siècle.
Je laisse la parole à Jean-B aptiste Tiff ers, qui nous l'a rapporté :
« Ceux q u i se disent de la race de Sain t M artin prétendent gu érir
du m al caduc» — c ’est l ’épilepsie — «en observant les cérém onies sui­
van tes. L e Vendredi saint, un de ces m édecins pren d un m alade, le
m ène à l ’adoration de la Croix, la b aise a va n t les P rêtres et les autres
E cclésiastiques et je tte un sou au bassin, le m alade b aise la Croix
après lui, reprend le sou q u ’il a m is au bassin et en m et deux à la place,
p u is il s ’en retourne, il perce ce sou et le porte pend u à son cou » q .
Passons m aintenant a u x p a y s de langue allem ande. Un m anuscrit
du x v e siècle, conservé ja d is dans la b ib liothèque des m oines de
Saint-G all, renferme, contre l ’épilepsie toujours, la prescription sui­
van te. L ’acte doit s ’accom plir la n uit de Noël. On sait que cette nuit-là
se célèbrent trois messes successives. A u début de la première, le m a ­
lade dépose en offrande trois pièces d ’argent — le chiffre trois étan t
choisi en vu e d ’honorer la Sain te T rin ité — ; le prêtre les prend et les
place à côté du corporal ou sous le corporal mêm e, de façon que les
signes de croix fixés p ar le canon se fassent au-dessus d ’elles. L a p re­
m ière m esse term inée, notre hom m e rachète ses trois pièces au p rix
de six deniers. L e second office com m ence ; les tro is pièces sont de
n ouveau offertes. Il s’ achève ; elles sont rachetées de nouveau, cette
fois m oyennant douze deniers. Même cérém onie au troisièm e office,
le p rix de rachat final étan t, à ce coup, de vin gt-q u a tre deniers. I l
ne reste plus q u ’ à fabriquer, avec le m étal ainsi consacré p a r un triple
don, un anneau qui, à condition de ne jam ais q u itter le doigt de
l ’ex-épileptique, le protégera contre to u t retour de son m a l 2).
R ecette française, recette de S ain t-G all, rite royal anglais : si
l ’on com pare entre elles les trois méthodes, on ne trou ve pas que des
ressemblances. E n Fran ce la pièce de monnaie, ailleurs transform ée
en anneau, se porte telle quelle. A Saint-G all, le jo u r choisi pour *)

en la portant, faire trois fois le to u r d e'la ta b le d e com m union), e t p . 1 7 5 ; Notes


and Queries, 2nd sériés, I, p. 331; C. J . S. T h o m p s o n , Royal cramp and other
medycinable rings, p , 1 0 .
*) Traité des Superstitions, p 439; cf. 4® éd., sous l e titre de Traité des
superstitions qui regardent les sacremens, 1 7 7 7 , I , p . 448.
a) A n aly se du m s . d e la B ib l. d e la V ille d e S t-G a ll 9 3 2 , p . 5 5 3 , dans
A d. F r a n z , O ie kirchlichen Benediktionen, I I , p . 5 0 2 .
O R IG IN E S M A G IQ U E S DES ANNEAUX I7 I

l ’opération est N oël et non plus le Vendredi Saint. A S ain t-G all encore
le rach at apparaît, si l'on peut dire, à la troisièm e puissance ; en France
il n ’a lieu q u ’une fois, m ais avec paiem ent d ’un p rix représentant
au double la valeur de la prem ière offrande ; à la cour anglaise, une
fois aussi, m ais à égalité de valeur... Ces divergences m éritent d ’être
relevées, parce q u ’ elles prouvent, ju sq u 'à l ’évidence, que les trois
pratiques ne furent pas copiées l ’une sur l ’au tre ; m ais elles ne sont,
ap iès tou t, q u ’ accessoires. N ous avon s affaire, incontestablem ent, à
trois applications, différentes selon les lieu x ou les tem ps, d ’une
m êm e id ée fondam entale. Q uant à cette idée-mère, elle n ’est pas
difficile à découvrir. L e b u t à attein d re est, bien entendu, de san cti­
fier les m étau x dont v a être fa it le tabsm an guérisseur. On eût pu,
pou r cela, se contenter de les placer sur l ’autel ; ce procédé banal
n ’a p as paru suffisant ; on a vou lu m ieux. A lors on a im aginé de
les donner à l ’ autel. P end ant un certain tem ps, si cou rt soit-il, ils
seront la propriété de l ’église, — allons plus loin, lorsque la céré­
m onie se déroule le jou r du V endredi S ain t, la prop riété de cette
C roix adorable qui se dresse au-dessus du bassin a u x offrandes.
M ais la cession ne peu t être que fictive, puisqu’il faud ra bien récupérer
la m atière devenue apte à l'u sage bienfaisant auquel on l'a destinée.
Seulem ent, pour que l'offrande ait quelque sérieux et, partan t, quelque
efficacité, on ne reprendra le don q u ’en payan t, com m e lo rsq u ’ on
achète une chose à son légitim e propriétaire. Ainsi, a y a n t été durant
quelques instants, en tou te vérité juridique, biens de l'église ou la C roix,
l ’ or ou l'a rg en t participeront pleinem ent au pou voir m erveilleu x du
sacré.
On s ’en rend com pte m aintenant : dans la consécration des
anneaux m édicinaux, les rois ne jouaient — au moins ta n t que la céré­
m onie se m aintint telle que je l ’ai décrite précédem m ent — q u ’un
rôle to u t à fait secondaire. L es gestes q u ’ils accom plissaient, l ’offrande,
le rach at, am enaient la consécration : m ais ce n ’était point p ar le
con tact de la m ain royale, c'était par suite d ’un bref passage parm i
les biens de l ’autel, au cours d ’une solennité considérée com m e p a rti­
culièrem ent propre au soulagem ent des douleurs, que les m étaux pré­
cieux se chargeaient d ’influences surnaturelles. E n somme, la cérémonie
dont, au jour anniversaire de la Passion, les château x des Plantage-
n ets furent si souvent le théâtre, n 'éta it en son fond q u ’une recette
m agique sans originalité, analogue à d ’autres recettes que sur le con­
tin en t pratiquaien t couram m ent des personnages qui n 'a va ien t rien de
princier. P ourtan t cette action, ailleurs vulgaire, prit en Angleterre
172 LES R O IS THAUM ATURGES

un caractère vraim ent royal. Com m ent ? C ’est to u t le problèm e de


l ’histoire des cra m fi-rin g s. Il nous fau t m aintenant l ’ aborder de front.
N ous verrons, chem in faisan t, que le ritu el du x i v e siècle, analysé
au début de ce chapitre, ne représente q u ’une des étapes d ’une assez
longue évolution.

§ 4. L a co n q u ête d ’ u n e recette m a g iq u e f a r la ro y a u té m ir a c u le u s e .

Q uel roi, le prem ier, déposa sur l ’au tel l ’or et l ’argent dont de­
va ien t être forgés les ann eaux m éd icinau x ? N ous ne le saurons sans
d ou te jam ais. M ais on d oit supposer que ce prince, q u el q u ’il fû t,
ne fit ce jou r-là q u ’im iter, sans aucune pensée de m onopole, un u sage
com m uném ent répandu au tour de lui. L es p lus hum bles fidèles, en
Angleterre notam m ent, se sont tou jou rs crus capables de faire fabriqu er
avec les pièces de m onnaies offertes a u x églises des talism an s d ’une
v e rtu éprouvée. Com m ent l ’idée ne leur serait-elle p a s venue, aussi
bien q u ’a u x sorciers fran çais ou a u x chercheurs de rem èdes du pays'
de Saint-G all, de donner eux-m êm es les pièces pour les.· reprendre en­
su ite ? Aucun te x te, il est vrai, ne nous m ontre que, sur le sol anglais,
la fausse offrande ait ja m a is eu lieu en dehors de la chapelle royale ;
m ais nous sommes, pour les époques anciennes, si m al renseignés
sur les usages populaires que ce silence n ’a rien de bien étonnant.
Cependant les rois n ’étaient p a s des hom m es com m e les autres ;
ils passaient pour des êtres sacrés ; bien m ieux, en A n gleterre du moins,
ainsi q u ’en France, pour des thau m atu rges. Com m ent se fût-on
résigné longtem ps à ne p a s attribu er à leur interven tion dans un rite
m édicinal une vertu a ctiv e ? Parce q u ’on v o y a it en eux, anciennem ent
déjà, des guérisseurs d’ écrouelles, on se p rit à im aginer que la force
m erveilleuse qui ém anait d ’eux a va it égalem ent une p a rt d ’influence
dans la transm ission au x ann eaux du pou voir surnaturel. Certes, on
n ’oublia p as pour cela, pendant de longues années encore, la source
véritab le de ce pouvoir, conféré au m étal par certain s gestes qui avaien t
pour ob jet de le faire passer dans la catégorie du sacré ; m ais on pensa
que ces gestes étaien t particulièrem ent efficaces q uan d ils se trou vaien t
exécutés par cette m êm e puissan te m ain dont le con tact ren d ait la
santé au x scrofuleux. L ’opinion publique, peu à peu, réserva le p r iv i­
lège de les accom plir a u x souverains, ennem is nés de la m aladie.
A l ’origine, selon to u te vraisem blance, les rois ne procédèrent pas
à la consécration des anneaux avec beaucoup de régu larité. Un jour
p ou rtan t, ils arrivèrent à la considérer, au m êm e titre que le tou cher
LA CONQUÊTE D 'U N E RECETTE M A G IQ U E 173

des écrouelles, com m e une des fonctions norm ales de leur dignité
et s ’astreignirent à la pratiquer, à peu près sans faute, à chaque V en ­
dredi S ain t. C ’est l ’état de choses que nous révèle pour la prem ière fois
une ordonnance, réglant Γ adm inistration de l ’H ôtel, q u ’E d o u a r d lï
prom ulgua à Y o r k au cours du m ois de ju in 1323 1). Ce te x te est,
sur les cra m p -rin g s, notre p lus ancien docum ent. G râce à lui le rite
royal, dont jusque là on ne peut parler que p a r conjectures, apparaît
brusquem ent en pleine lum ière. D epuis ce m om ent ju sq u 'à la m ort
de M arie Tudor, il n 'est pas, sem ble-t-il, de souverain qui n ’ait, a u x
jours prescrits, porté au pied de la C ro ix florins, nobles ou sterlings. Sur
deux règnes seulem ent to u t tém oignage m anque : celui d ’E do u ard V ,
celui de R ichard I I I ; m ais le prem ier, si court q u 'il ne com prit mêm e
pas une seule sem aine de P âques, ne form e exception q u ’en apparence ;
q u an t au second, qui, au surplus, dura ju ste assez longtem ps pour
voir revenir deux fois la solennité propice, notre ignorance à son sujet
s'exp liq u e probablem ent par un sim ple hasard ; d ’ordinaire ce sont
les com ptes de l ’H ôtel, étab lis en fin d'exercice, qui nous fon t connaître
les offrandes du « B on V en dredi » ; or, ceux de R ich ard I I I paraissent
avoir p é r i*2) . D ’E dou ard I I à M arie Tudor, la cérémonie, j ’essaierai
de le m ontrer tou t à l ’heure, va ria dans ses m odalités ; m ais elle ne
subit aucune interruption notable,
A in si une pratique qui, à ce que l'on peut supposer, n 'a v a it été
prim itivem ent qu'occasionnelle se trouva, à p a rtir de 1323 au plus
tard , incorporée au cérém onial im m uable de la m aison royale. P a r là,
un grand pas éta it fa it vers l ’annexion défin itive de la vieille recette
m agique par la royauté m iraculeuse. F au t-il croire q u ’E dou ard I I
ait été pour quelque chose dans cette transform ation ? J ’inclinerais
à le penser. Non, bien entendu, q u ’on puisse fonder aucune conclusion
certaine sur le silence des sources ava n t l ’ordonnance d ’Y o rk . I l est
frappant, cependant. J ’ai dépouillé, pour le règne d ’E douard I er, un
assez grand nom bre de com ptes de l ’H ôtel ; pour celui d 'E d ou ard I I
lui-même, j ’ai pu en voir trois, tou s antérieurs à 1323 : aucun ne fait
m ention de la consécration des anneaux, que devaient, p ar la suite,
si fidèlement relater, au chapitre des aumônes, les docum ents de
même ordre, d 'E d ou ard III ju sq u ’à Marie T u d o r 3). M ais com m ent

*) C i-d e s s u s , p. 161, n. 1.
2) D u m o i n s le Record Office n ’ e n p o s s è d e p o i n t d a n s l a s é r ie Household
m d Wardrobe des Exchequer Accounts.
3) O n tro u v e ra le s c o m p t e s d 'E d o u a r d ï er, q u e j ’ ai, p u d é p o u ille r , é n u ­
m é r é s c i-d e s s o u s p . 4 38 , n . 2 e t 4 3 9 , n . 1, ceu x. d ’E d o u a r d I I , p. 440, n . 6.
174 LES R O IS THAUM ATURGES

être sûr, a p r io r i, que, dans ces te xtes obstiném ent m uets, un sim ple
procédé d ’écritures ne dérobe pas à nos yeu x, par exem ple en le n oyan t
dans tou t un groupe d'offrandes indiqué seulement p ar un chiffre
global, l ’article que nous cherchons en vain ? L e cas d u toucher des
écrouelles, cessant de trou ver place dans les com ptes à une époque
où, on n ’en sau rait douter, i l ne cessa point d ’être pratiqué, suffirait,
en dehors d ’autres raisons, à nous rappeler que les preuves négatives,
en elles-mêmes, sont tou jou rs de peu de poids. E lles prennent, en re­
vanche, une valeu r inattend u e lorsque les vraisem blances historiques
viennent les confirm er. Ce que nous savons sur le souverain qui rendit
l ’ordonnance de 1323, sur sa m entalité, ses infortunes, ses efforts
pour rafferm ir son autorité chancelante, rend assez plausible l ’idée
de lui attribu er un rôle dans l ’adoption, par la m onarchie anglaise,
d ’un nouveau rite guérisseur.
E douard I I fut, dès le début de son règne, nettem ent im populaire.
Il ne pou vait m anquer de se rendre com pte des dangers qui l ’environ­
naient, ou son entourage d ev ait s'en rendre com pte pour lu i. Comment
la pensée ne lui fût-elle pas venue — directem ent o u 'p a r suggestion,
peu im porte — de rem édier à cette disgrâce en quelque sorte indi
viduelle en renforçant en sa personne le caractère sacré, né de sa. fonc­
tion royale, qui form ait son m eilleur titre au respect des fo u le s ? E lle
lui v in t en effet. N ous étudierons plus lo in le cycle légendaire des
dynasties occidentales ; nous verrons alors q u ’E douard II, en 1318,
ten ta de donner un éclat n ouveau au prestige de sa race, et surtout
au sien propre, en se fa isan t oindre, à l ’im itation des Capétiens, avec
une huile sainte censée apportée du C iel ; l ’essai échoua ; m ais quel
jour ou vert sur la politiqu e d e ce prince en quête d ’un lustre em prunté !
Comment eût-il négligé les guérisons m erveilleuses ? Sans doute il
tou chait déjà les écrouelles, m ais, on le sait, en raison précisém ent
de son im popularité, avec un succès m édiocre et, surtout, sans cesse
décroissant. N ’est-il pas n aturel de supposer q u ’il chercha sa revanche
en ajou tan t à sa couronne de thaum atu rge un n ouveau fleuron ?
Certes, il n ’eût pas in ven té le rite des anneaux. I l n ’en a v a it pas besoin.
U ne tradition, peut-être d éjà longue, le lui offrait com m e un don spon­
tan é du folklore national. On croira m êm e volontiers — c ’est l ’h yp o ­
thèse que j ’a i présentée plus haut — que dès avan t son avènem ent
quelques-uns de ses prédécesseurs avaien t p lus ou m oins irrégulière­
m ent pratiqué, après l ’A d oration de la Croix, le double geste consécra- *)

*) Sur c ette affaire, ci-dessous p. 238 e t suiv.


LA CONQUÊTE D 'U N E RECETTE M A G IQ U E
175

teur. M ais c ’est à lui que revin t, selon tou te apparence, l ’honneur de
faire de cette cérém onie, jusque là m al fixée, une des institution s de
la m onarchie. L e m iracle des écrouelles n ’au rait probablem ent jam ais
attein t la niagnifique am pleur que nous lui connaissons sans les inquié­
tudes q u ’inspirait à un R obert le P ieux ou à un Henri Beauclerc
leur légitim ité fragile ; plus ta rd ce même m iracle dut beaucoup
au x desseins parfaitem ent conscients d ’un Henri I V en France, d ’un
Charles II en Angleterre. I l est perm is de penser que les m alheurs
et les soucis d ’E douard I I ne furent pas tou t à fait étrangers à la
fortune des c ra m p -rin g s. Mais, bien entendu, l ’action que to u t nous
convie à prêter à ce souverain ou à ses conseillers ne fu t réalisable
ou même ne p u t être conçue que parce que la croyance au caractère
surnaturel des rois, nourrie en Angleterre par le spectacle quasi-
quotidien du toucher qui, né d’ elle, était devenu son m eilleur soutien,
a v a it pénétré ju sq u ’au tréfonds de la conscience collective.

Aussi bien, dans l ’ancienne Europe, sincèrem ent crédule, m ais


où des personnes avisées s ’entendaient fort bien à exploiter la cré­
dulité commune, on v it sans doute plus d ’une fois un procédé m agique,
qui, par sa nature même, sem blait voué à rester tou jou rs accessible
à tous, accaparé finalem ent par des guérisseurs héréditaires. L ’histoire
même des rites que nous avons déjà com parés à la consécration des
cra m p -rin g s nous offre un exem ple frap pan t d ’une conquête de cette
sorte. A Saint-G all, on s’en souvient, le don et le rach at successifs
des pièces de m onnaie, sur l ’autel, pouvaient, l ’un com m e l ’autre,
être accom plis p ar n ’im porte qui ; m ais en France, au tem ps de Jean-
B ap tiste Thiers, il n ’en a lla it pas de même : le rachat y était bien
exécuté par le m alade lui-même, m ais le don d evait l ’être p ar un homme
appartenant à la « race de Saint M artin ». On appelait de ce nom
une va ste trib u de sorciers qui prétendaient ten ir leur pou voir d ’une
parenté supposée avec le grand thaum aturge de Tours. Il y a v a it,
à cette époque, de par le monde plus d ’une fam ille de charlatan s
qui se va n ta it ainsi d ’une origine sainte. E n Italie, les parents de saint
Paul, se souvenant que, selon ce que rapporte le livre des Actes,
l ’apôtre des Gentils, ayan t été, à Malte, piqué par une vipère, n ’en
a v a it ressenti aucun m al, se posaient en m édecins des morsures
venimeuses. E n Espagne, les S a lu d a d ors, qui possédaient contre
les m aladies ta n t de b ea u x secrets, se disaient volontiers parents
de sainte Catherine d ’Alexandrie. Un peu partout, en France notam ­
m ent, les parents de saint Roch passaient pour insensibles a u x attein tes
de la peste et capables de la guérir quelquefois, C eux de saint Hubert,
176 LES R O IS THAUM ATURGES

illu stres en tous, p ar leur sim ple attouchem ent préservaient leurs
p atien ts de la r a g e 1) . Com m ent les parents de sain t M artin en arri­
vèrent-ils à persuader au peuple que l'offrand e de la pièce d ’argent,
le joui' du V endredi Saint, n ’était efficace que si elle se fa isait p a r leur
m ain ? Nous l ’ignorerons tou jou rs. Ce qui est certain, c ’est q u ’en France
com m e en Angleterre, la m êm e recette b an ale d evin t la propriété
d ’une dynastie, de rebouteux ici, de rois là-bas.
M ais il ne fau d rait p a s croire que l ’évolution, en Angleterre,
fû t, dès 1.323, parvenue à son term e. D ans la chapelle mêm e du Palais,
le jo u r du Vendredi Saint, les rois n ’avaien t pas encore to u t à fait
le monopole du rite consécrateur ; les reines, sem ble-t-il, en p arta ­
geaient avec eux le privilège. Nous savons de source certaine que le
30 m ars 1369, à W indsor, m adam e Philippa, fem m e d ’E douard III,
répéta après son époux les gestes traditionnels, déposant, elle aussi,
sur l ’autel une certaine quan tité d ’argent — point d ’or, le plus pré­
cieux des m étau x étan t sans doute réservé au roi — et la rachetant
ensuite pour en faire fabriquer des anneaux m édicinaux,*2)'. E n vérité,
c ’est le seul cas de cette sorte qui soit venu à notre connaissance.
Mais' nous sommes en règle générale beaucoup moins bien renseignés
sur les dépenses privées des reines que sur celles de leurs m aris. V ra i­
sem blablem ent, si les com ptes de leurs m aisons a va ien t été m ieux
conservés, nous y relèverions, pour le x i v e siècle to u t an moins, plus
d’une mention· analogue à celle qui, pour l ’année 1369, nous a été
transm ise p ar hasard dans un com pte de l ’H ôtel. Sans doute P hi­
lip p a n ’était p as d ’hum ble condition ; elle p o rta it la couronne. Mais,
rem arquons-le bien, to u te reine q u ’elle fû t, elle ne régn ait pas par
vo cation héréditaire, com m e p lu s ta rd M arie T udor, E lisab eth ou
V icto ria ; fille d ’un sim ple com te de H ainaut, elle ne d ev ait sa dignité
q u ’à son union avec un roi. Jam ais reine de ce genre ne tou cha les

x) S u r to u s ce s p a r e n ts d e s sa in ts v o ir n o ta m m e n t J. B . T h i e r s , Traité
des superstitions, 4 e é d ., I, p. 4 3 8 -4 4 8 ; s u r le s p a r e n t s de S a in t H u b e rt, en
p a r t ic u lie r , H . G a i d o z , La rage et S i Hubert, p. 112 e t s u iv ., e t c i-d e s s o u s
p. 382. S u r le s p a r e n t s d e S. P a u l, c i. le te x te d e F e lin o Sa n d e i c i-d e s s u s
p. Î4 4 , n. 2 et P o m p o n a z z i, De naturalium eÿcctuum causis, B â le [1 5 6 7 ],
p. 48; su r ceu x de S te C a th e r in e , c i-d e s s o u s , p. 300. Le te x te r e la tif à la
p iq û r e de S. P a u l, Actes X X V III, 3-6.
2) C o n t r e - r ô l e d e l ’H ô te l, 13 ié v r ie r -2 7 ju in an 43 d u r. [13 6 9 ], Record
Office, Exchequer Accounts 396, 11, fo l. I2 2 r°; a In c o n s im ilib u s o b la c io n ib u s
d o m in e r e g in e i a c t is adorando crucem in p r e c io q u in q u e s o lid o r u m a rg e n t!
in c a p e lla s u a ib id e m eodem d ie V s. I n d e n a r iis s o lu tis p r o e is d e m o b la c io ­
n ib u s r e a s s u m p tis pro a n u lis m e d ic in a lib u s in d e fa c ie n d is V s . ».
I.A CONQUÊTE D ’UNE RECETTE M A G IQ U E 177

écrouelles ; pour guérir les scrofuleux, i l fa lla it une m ain vraim ent
royale, au sens plein du m ot. B ien m ieu x : com m e on le v er ra bientôt,
lorsque la cérém onie des cra m p -rin g s eut revêtu un caractère nouveau,
vers le m ilieu d u x v e siècle, et que la p a rt du roi y eut pris une im por­
ta n ce b ien p lu s grande que par le passé, on oublia com plètem ent
que les reines avaien t jad is suffi à l ’accom plir efficacem ent. Sous
E douard II I, on n ’en était pas encore là ; la sanctification par l ’autel
et la croix continuait à passer pour l ’action essentielle ; pourquoi
une fem m e de h au te naissance et d ’un rang élevé n ’en eût-elle pas
été capable ?
D ’ailleurs, en ce tem ps, les cures obtenues pai le m oyen des an ­
n eaux n étaien t pas portées à l’a ctif du po u voir thaum aturgique
des rois. L ’archevêque B radw ardine qui, sous E douard I I I précisé­
m ent, donnait comme un des plus notables exem ples de m iracles
q u ’il p û t trouver le m iracle des guérisons royales et s ’étendait longue­
m ent à son sujet, ne com prenait par là que le toucher des écrouelles *) ;
on ne rencontre p as chez lui la plus petite allusion a u x c ra m p -rin g s.
Ceux-ci ne com m encèrent à être rangés parm i les m anifestations
de la vertu surnaturelle des rois qu'en viron un siècle p lu s tard . M ais
le rite, dès lors, a v a it changé de face.
L e prem ier écrivain, à m a connaissance, qui a it donné à la consé­
cration des anneaux droit de cité parm i les grâces divines im parties
à la m onarchie anglaise n'est autre que ce S ir John Fortescue dont
nous avons déjà rencontré le nom et l ’ œ uvre à propos des écrouelles.
P arm i les traités q u ’il écrivit, entre le m ois d ’a vril 1461 et le mois
de ju illet 1463, au cours de son exil écossais, contre les princes d ’Y o rk ,
figure une D é fe n se des droits de, la m a iso n de L a n ca stre. I l s’efforce
d 'y dém ontrer que la descendance en ligne fém inine ne transm et
point les privilèges du sang royal. Une fem m e, même reine, d it-il
en substance, ne reçoit point l ’onction sur les m ains ; — telle était
en effet la règle en Angleterre pour les épouses des rois ; m ais il est
bon de noter que, par la suite, elle ne fu t pas observée pour les prin ­
cesses accédant au trône par droit héréditaire, Marie Tudor, E lisabeth,
M arie fille de Jacques II, Anne et V i c t o r i a — c ’est pourquoi, continue *2

b C i-d e s s u s , p. 99, n. 1.
2) P o u r M a r i e T u d o r c e l a ressort n e tte m e n t d u t e x t e m ê m e d e so n m is s e l
r e la tif à la c o n s é c r a tio n d e s cramp-rings, c i-d e s s o u s , p. 18 2; p o u r M a r i e , fille
de Jacques II, et pour V ic to r ia , des d o c u m e n ts r e la tifs à le u r s cou ron n e­
m e n ts : L é o p o ld G. W ic lth a in L e g g , English Coronation Records, p. 328 et
3 7 0 ; p o u r E lis a b e th e t A n n e je n ’e n c o n n a is p a s d e p r e u v e , m a is on n e v o i t
178 LES R O IS THAUM ATURGES

notre polém iste, les m ains d'une reine n'ont point la puissance m er­
veilleuse que possèdent celles des rois ; aucune reine ne peut guérir,
par simple toucher, les scrofuleux. E t Fortescue ajoute : « D e mêm e
l'or et l'argen t dévotem ent touchés — selon la coutum e annuelle —
par les mains sacrées, par les m ains ointes des R o is d'A ngleterre, au
jour du Vendredi S ain t, et offerts par eux, guérissent les spasm es et
l ’épilepsie ; le pouvoir des anneaux fabriqués avec cet or et cet argent
et m is au x doigts des m alades a été expérim enté p a r un fréquent usage
dans un grand nom bre de parties du monde. C ette grâce n ’est· point
accordée a u x reines, car elles ne sont p as ointes sur les m a in s » 1).
On le voit, les tem ps de P hilippa de H ainaut étaient déjà bien loin.
C'est que,, dans la pensée de Fortescue, la consécration sur l ’autel,
la donation et le rachat fictifs ne tiennent plus dans le rite q u ’une place
to u t à fa it secondaire. L e m étal, devenu remède, tire sa force des m ains
« sacrées » qui l ’ont manié, ou m ieux en dernière analyse, de cette
huile sainte qui, versée sur ces m ains augustes, passait déjà depuis
longtem ps pour leur conférer le don de guérir les écrouelles. L e m i­
racle ro yal a to u t absorbé.
D ès cette époque d ’ailleurs, l ’évolution des idées s'éta it traduite, *Il,

p a s p o u r q u o i o n n 'e û t p a s s u i v i p o u r la p r e m iè r e le p r é c é d e n t d e M a r ie T u d o r ,
p o u r la seconde c e lu i d e l 'a u t r e M a r ie . Q u e l ’o n c t io n su r le s m a in s fû t in ­
t e r d i t e a u x s i m p l e s f e m m e s d e ' r o is , c ’ e s t c e q u i a p p a r a î t n e t t e m e n t d a n s le s
d iffé r e n ts r itu e ls d u s a c r e a n g la is : L e g g , loc. cii., p . r o i , 177, 235, 266-67, 3 I0 >
b L e te x te , d é jà p u b lié p a r J. F r e i n d , The history oj Ph ysick, 5e é d . .
I l, 17 5 8 , p . [3 2 ], a é té d o n n é p a r l e D r C r a w f u r d , K in g 's E vil, p . 45, d ' a p r è s
le m s . d u B r it , M u s. C o tto n [C la u d . A . V I I I ?]. M a is c 'e s t p a r e rr e u r q u e le
D r C ra w fu rd c r o it la Defensio juris domus Lancastriae i n é d i t e . E l l e a é t é i m p r i ­
m é e , s in o n liv r é e à la p u b lic ité , p a r L o r d Clerm o nt, d a n s so n é d itio n d e s œ u v r e s
d e F o r t e s c u e (c f. c i-d e s s u s p . 1 1 1 , n . 2 ), p. 505 et s u iv . L e p assage qu i nous
con cern e e st p. 508; il p r é s e n te , d a n s c e t t e é d itio n , q u e lq u e s v a r ia n te s a v e c
le te x te du D r C ra w fu rd , qui me p a r a ît m e i ll e u r , et que je r e p r o d u is ic i :
« Ite m au ru m e t a rg e n tu m s a c r is u n c tis m a n ib u s R e g u m A n g lia e in d ie P a -
rascevae, d iv in o r u m te m p o re , (q u em a d m o d u m R eges A n g lia e a n u u a t im
fa ce re so ie n t), ta c tu m d e v o te e t o b la tu m , s p a s m a tic o s et cad u co s cu ran t :
quem adm odum p e r a n n u lo s e x d ic t o a u ro seu a r g e n to fa c to s e t d ig itis h u iu s -
m o d i m o r b id o r u m im p o s ito s , m u lt is in m u n d i p a r t ib u s creb ro usu e x p e r tu m
e s t. Q u a e g r a t ia R e g in is n o n c o n fe r tu r , c u m ip s a e in m a n ib u s n o n u n g a n t u r ».
Le m êm e argum en t est r e p r o d u it, so u s une fo r m e presque s e m b la b le , dans
u n p e t i t tr a ité e n a n g la is : Oj the title of the House oj Yorh, é c r i t p a r F o r t e s c u e
vers la m êm e époque: C r a w f u r d , p. 46; L o r d C l e r m o n t , p. 498. O n p e u t
r e m a r q u e r q u e d e m ê m e , en F r a n c e , so u s C h a r le s V , J e a n G o le in c o n s id é r a it
l e f a i t q u ’ u n e f e m m e n e s a u r a i t g u é r i r le s é c r o u e l l e s co m m e u n a rg u m e n t en
fa v e u r d e la s u c c e s s io n en lig n e m a s c u lin e : c i-d e s s o u s p . 3 7 3 .
LA CONQUÊTE D 'U N E RECETTE M A G IQ U E 179

d ’une façon concrète, par un changem ent considérable dans les form es
m êm es du cérém onial. O riginairem ent, com m e l ’on sait, les anneaux
n ’étaien t fabriqués q u ’après coup, avec l ’or et l ’argent des pièces
de m onnaie déposées sur l ’a u tel au cours de la cérém onie du Vendredi
Sain t et ensuite fondues. On finit par tro u v er plus com m ode de les
faire faire à l ’avan ce et de les apporter to u t prêts, au jou r d it. Ce furent
eu x désormais, et non plus les b elles espèces m onnayées d ’autrefois
que l ’on p laçait un m om ent au pied de la C roix et que l ’on rachetait
ensuite m oyen nan t une som m e im m uablem en t fixée à 25 shillings.
U n exam en a tte n tif des com ptes ro y a u x perm et de reconnaître que
cette m odification s’accom plit entre 1413 et 1442, probablem ent
pendant les prem ières années du règne de H enri V I x) . L ’usage ainsi
transform é continua d ’être en vig u eu r sou sles T udors. Sous H enri V I I I ,
à ce que nous apprend un cérém onial d e la cour, le privilège de présenter
au roi, avan t l ’offrande, le bassin qui renferm ait les anneaux, apparte­
n ait au plus hau t seigneur p r é s e n ta) . U n peu plus ta rd , une curieuse
m iniature du missel de M arie T udor, précédant im m édiatem ent le
te x te de l ’office litu rg iq u e em ployé pour la bénédiction des cra m p -
rin g s, nous m ontre la reine agenouillée d evan t l ’autel ; à sa d roite
et à sa gauche, sur les rebords de l ’espèce d ’enceinte rectan gu laire
où elle se tient, on v o it deux coupes p lates en or : l ’artiste y a figuré *V I

x) C i - d e s s o u s , Appendice. I, p. 447.

2) I l e x i s t e d e c e c é r é m o n ia l à m a c o n n a is s a n c e a u m o in s tr o is m a n u s ­
c r its : i ° B ib l. N a t . a n g la is 29, q u i p a r a ît d a te r d e l ’an 13 d u rè g n e d e H e n ri
V III ( f o l. 1 v°); te x te s u r le s cramp-rings au fo l. 14 v °; le passage su r le s
cramp-rings a é té p u b lié d ’a p rès The Gentleman's M agazine ,
ce m s. dans
18 3 4 , I. P · 4 8 (The Gentleman's M agazine Library, I I I , p . 3 9 ) ; e t s a n s d o u t e
d ’a p r è s l e Gentleman's M agazine p a r C r a w f u r d , Cramp-rings, p . 1 6 7 ; 2 0 u n
m s. d e l ’a n 15 0 0 e n v ir o n , p r o v e n a n t d e l a c o l l e c t i o n d ’A n s t i s , r o i d ’A r m e s d e l à .
J a r r e tiè r e , et con servé dans la c o lle c tio n des ducs de N o r th u m b e r la n d ; le
p a s s a g e s u r le s cramp-rings a é t é p u b l i é d ’ a p r è s c e m s . p a r T h . P e r c y , The
régulations and Establishment of the household of H enry Algernon Percy, the
fi/th E a rl of Northumberland, L o n d r e s 1 8 2 7 ( r é i m p r e s s i o n ) , p . 4 3 6 , e t
d ’ a p r è s P e r c y p a r M a s k e l l , M onum enta rilualia, 2 e é d . , I I I , p . 3 9 0 , n . 1 ,
a i n s i q u e p a r The Gentleman's M agazine, 1 7 7 4 , p . 2 4 7 (The Gentleman’ s
M agazine Library, I I I , p. 3 8 ) ; 3 0 u n m s . c o n s e r v é , s o u s le n ° 7 , à L o n d r e s , a u
College of Arm s; i l d a t e d e l a p r e m i è r e m o i t i é d u X V I e s i è c le : c f . F a r q u h a r ,
Royal Charities, I , p . 6 7 , n . 6 e t p . 8 1 , u . 1 ( e t c o m m u n i c a t i o n p e r s o n n e l l e
d e m is s F a r q u h a r ) . J ’ a i c o lla tio n n é le t e x t e d o n n é p a r le D r C r a w fu r d avec
c e lu i d u m s . d e la B i b l . .N a t. e t l ’ a i t r o u v é c o r r e c t ( n o te r t o u t e f o is q u e le s m o t s
e n tr e p a r e n th è s e s , lig n e 5, o n t é té r a jo u t é s p a r le D r C ra w fu rd ).
ιδο LES R O IS THAUM ATURGES

schém atiquem ent, m ais d ’une façon reconnaissable, de p e tits cercles


de m é t a l:) .
L e prem ier m aître des cérém onies qui, vraisem blablem ent vers
le début du règne de Henri V I, ap p o rta cette m odification au x cou­
tum es traditionnelles, ne p o u rsu ivait certainem ent que des fins p ra ­
tiques ; il vo u lait élim iner une com plication q u ’il ju ge ait inutile.
Mais, en sim plifiant le v ie u x rite, il l'a ltéra profondém ent. L a fiction
ju rid iqu e qui en faisait l ’ âm e n ’a v a it de sens, en effet, que si la m atière
qui a vait servi à fabriquer les anneaux a v a it été l'o b je t d ’une véri­
ta b le offrande, n e se distin guant p a r aucune sin gu larité des offrandes
normales, n ’ayan t, si I ' o q peu t ainsi parler, nullem ent l ’a ir d ’ avoir
été faite exprès, de sorte q u 'on eût le droit de considérer cet or et cet
argent comme ayan t apparten u pendant quelque tem ps, en to u te
propriété, à l ’autel et à la croix. Or, q u ’offre-t-on au cours d'u n e solen­
n ité religieuse ? des pièces de m onnaie : d ’où l ’u sage de florins, de
nobles et de sterlings pou r les cr a m p -r in g s ro y au x , de deniers —
m onnaies plus m odestes — ou aujourd ’hui de shillings proven an t
de collectes, sincères ou fictives, pour ta n t d ’autres ann eaux gu éris­
seurs. Déposer to u t de go les ann eaux sur l ’autel, c ’était reconnaître
que la donation n ’éta it que sim ulée ; c ’é ta it p a r la* m êm e enlever
son sens au sim ulacre. Il est p rob ab le que dès le début du x v e siècle
l'a n tiq u e p ratiqu e du fa u x don et du fa u x rach at n ’é ta it p lu s guère
com prise. Fortescue et le cérém onial de H enri V I I I disent sim plem ent
que le roi « offre » les anneaux — entendez sans doute q u ’i l les place
un m om ent sur l ’au tel ; une fois cela fa it, la cérém onie leur p araît
term inée. Q u’im p ortait q u ’un p eu d'argen t m onnayé fû t ensuite
déposé à peu près au mêm e endroit q u ’auparavan t les cercles de m étal?
personne ne se souvenait plus que cet acte de générosité banale, en.
apparence dépourvu de to u t lien a vec le rite de consécration qui venait
d ’avoir lieu, en a v a it été jad is la pièce m a ître sse *2).

x) A ppendice II, n° 19.


2) L u sen s de l ’o p é r a tio n du r a c h a t é ta it so u s M a r ie T u d o r à ce p o in t
p e r d u q u e , s i l ' o n e n c r o i t le r é c i t ( q u i v a ê t r e c i t é p i n s bas) d u V é n itie n F a it t a
l a r e in e c o n s a c r a it le jo u r d u V e n d r e d i S a in t , e n m ê m e t e m p s q u e le s a n n e a u x f a ­
b r i q u é s s p é c i a l e m e n t , a u x f r a i s d u t r é s o r r o y a l , p o u r 1a, c é r é m o n i e , des b agu es
q u e lc o n q u e s que lu i r e m e tta ie n t, dans ce d e s s e in , d e s p e r s o n n e s p r iv é e s et
q u 'e l l e le u r r e n d a i t s a n s d o u t e u n e f o is le r i t e a c c o m p li. C ’e s t c e f a i t q u i e x p l i q u e
p e u t-ê tr e , com m e le f a i t rem arqu er M . C. J. T ho m pson , Royal cramp and
other medycinable rings, p. 9, q u e l ’o n tro u v e d a n s c e r ta in s te x te s , à p a r tir
de la fin du X V e s i è c le , la m e n tio n cramp-rings p o u r v u s d ' u n e
de p ie r r e
p r é c ie u s e . S ’ il f a u t e n t e n d r e p a r c e s cramp-rings d e s a n n e a u x b é n i s p a r le r o i,
LA CONQUÊTE D ’ UNE RECETTE M A G IQ U E l8 l

A u ssi bien, m êm e la présentation des anneaux sur l ’ autel cessa


un jour d ’être le centre du rite. Il sem ble bien ressortir du te x te de
Fortescue que, de son tem ps d éjà, le roi tou ch ait les anneaux pour
les im prégner de la vertu m iraculeuse de sa m ain. T el est en tou t cas
le geste que v a nous m ontrer en pleine lum ière le cérémonial suivi
au tem ps de M arie Tudor. L a chance a voulu, en effet, que nous ne
soyons renseignés avec quelque d étail sur le ritu el de la consécration
des c r a m p -r in g s que pour ce règne, le dernier qui v it pratiquer cette
coutum e antique. H asard m alencontreux certes, m ais dont on ne doit
pas s’inquiéter à l'excès, car on ne saurait im aginer que cette p rin ­
cesse, fidèle au x anciennes croyances, a it supprim é dans les usages
d e là cour aucun tra it proprem ent religieux, ni même q u ’elle a it m ain ­
tenu les inn ovations introduites peut-être par ses deux prédécesseurs
protestants. On peut adm ettre, sans crainte d'erreur; que les règles ob­
servées p ar elle l ’avaien t déjà été sous les derniers rois catholiques,
avan t la R éform e. V oici donc, d ’après la litu rg ie contenue dans son
propre missel :) et d'après le récit d 'u n tém oin oculaire, le Vénitien
F a i t t a 2), com m ent se déroulait, sous la pieuse M arie et sans doute
bien a va n t elle, la pom pe royale du V endredi Saint.
L a reine, une fois l ’adoration de la croix term inée, se place dans
une enceinte carrée form ée au pied de l ’au tel p a r q u atre bancs cou­
verts d ’étoffes ou de ta p is ; elle s’agenouille ; à côté d ’elle on pose
les bassins pleins d ’anneaux — on reconnaît le tableau m êm e pein t,
comme on l ’a vu, sur un des feu illets du m issel. E lle d it d ’abord une
prière — assez longue — dont le seul passage rem arquable est une
sorte d ’ex a ltatio n de la ro yau té sacrée :

o n n e s a u r a it v o ir en e u x é v id e m m e n t q u e d es a n n e a u x q u i a v a ie n t é té p r ê té s
à c e t t e f in p a r d e s p a r t i c u l i e r s ; m a i s c o m m e r ie n d a n s le s t e x t e s n e p r é c is e s ’ i l
s ’a g it de cramp-rings « r o y a u x », on peut su pp oser au ssi que nous avons
a ffa ir e à d e s a n n e a u x m a g iq u e s q u e lc o n q u e s c e n s é s e ffic a c e s c o n t r e l a c r a m p e .
q S u r le m is s e l d e M a r ie T u d o r , c o n s e r v é a u j o u r d ’h u i à la B ib l. d e la
C a th é d r a le ( c a t h o liq u e ) d e W e s tm in s te r , cf. c i-d e s s o u s Appendice I I , n° 6.
L a litu r g ie des cramp-rings donnée par c e m is s e l a é té p u b lié e à p lu s ie u r s
r e p r is e s , n o ta m m e n t : G ilb e r t B u rnett, The hisiory of the reformation,
éd. P ocock, V, L on dres 1865, p. 445; W i l k i n s , Concilia Magnac Britan-
niae et Hiberniae, IV , fo l. 173 7, p. 10 3 ; S. Pegge, Curialia Miscellanea.
L on dres 18x8, p. 164; C r a w f u r d , Cramp-rings, p. 182. P o u r la tr a d u c tio n
a n g la is e de c e tte litu r g ie , la q u e lle d a te san s d o u te du règne de Jacq ues
II, v. c i-d e s s o u s , p. 389, n. 3.
2) Calendar of Siales Papers, Venice, VI, 1, n° 473, p. 436. Faitta était
secrétaire du Cardinal Pôle; il vit Marie bénir les anneaux le 4 avril 1556.
Ιδ 2 LES R O IS THAUM ATURGES

« D ie u to u t p u is s a n t, as voulu que ceux qui o n t é t é


E t e r n e l .......... qui
élevés p a r t o i a u fa îte d e la fussent ornés de grâces i n s i g n e s e t
d ig n ité r o y a le
les a c o n s t i t u é s e n i n s t r u m e n t s e t e n c a n a u x de tes dons, de sorte q u e d e
m êm e q u ’ i l s r é g n e n t e t g o u v e r n e n t p a r t o i , de m ê m e par ta volonté, i l s s o n t
u tile s a u x a u t r e s h o m m e s e t t r a n s m e t t e n t tes bienfaits à leurs peuples...»

Puis viennent, prononcées cette fois sur les anneaux, une antre
prière et deux form ules de bénédiction ; là apparaît nettem ent la con­
ception de l ’épilepsie com m e un m al dém oniaque:

«D i e u . . . . d a i g n e b é n i r et sanctifier c e s anneaux » — ainsi s ’ex­


prim e la seconde bénédiction particulièrem ent exp licite à cet égard —
« a f i n q u e t o u s c e u x q u i l e s portent, placés à l ' a b r i d e s e m b û c h e s d e Satan. . .
s o i e n t p r é s e r v é s d e l a c o n t r a c t i o n d e s nerfs e t d e s p é r i l s d e l ’ é p i l e p s i e ».

E n suite un psaum e, chanté sans doute par les clercs présents,


et une nouvelle prière où se trad uit cette fois le souci assez curieux
de m arquer que la cérémonie ne renferme aucun appel à une m agie
interdite : « que tou te superstition s'enfuie, que s’éloigne tou t soupçon
de fraude diabolique » !
A lors l ’acte essentiel. L a reine prend les anneaux et les frotte,
sans doute un à un, entre ses mains, disant· ces m ots qui, m ieu x q u ’au­
cun com m entaire, rendent com pte de la sig n ifica tio n .d u ge ste :

« S e ig n e u r , s a n c tifie ces anneaux, a r r o s e -le s dans ta b o n té de la rosée


consacre-les par le frottement de nos mains que lu as daigné
d e t a b é n é d ic tio n e t
sanctifier, selon l'ordre de notre ministère, par l’onction de l’huile saAnte, d e
s o r te q u e c e q u e la n a tu re du m é ta l n e s a u r a it fo u r n ir s o it a c c o m p li p a r la
grandeur de ta g r â c e » 1) .

E n fin une opération proprem ent religieuse : les anneaux sont

x) k O m n ip o te n s s e m p ite r n e D eu s, q u i ........... quos ad r e g a lis s u b lim i-


ta tis fa s tig iu m e x tu lis ti, in s ig n io r ib u s g r a tiis o r n a to s , douoru m que tu o ru m
o r g a n a a t q u e c a n a le s e sse v o lu is ti, u t s ic u t p e r t e r é g n a n t a lü s q u e p r a e s u n t,
i t a t e a u th o r e r e liq u is p r o s in t, e t t u a in p o p u lu m b é n é fic ia c o n fé r a n t » (C r a w -
fu r d , p. 182-183) — · «D eus .... h o s a n n u lo s p r o p itiu s b e n e d ic e r e e t s a n c ti-
fic a r e d ig u e r is : u t o m n c s q u i eo s g e s t a b u n t s in t im m u n e s a b o m n ib u s S a t a n a e
in s id iis , s in t a rm a ti v ir tu te c o e le s tis d e fe n s io n is , nec eos in fe s te t vel n er-
voru m c o n tr a c tio , v e l c o m itia lis m o r b i p e r ic u la » {Ibid., p. 183) — « . . . . , fa -
cessat o m n is s u p e r s titio , procul a b s it d ia b o lic a e fr a u d is s u s p ic io » {Ibid.,
m êm e page) — « S a n c tific a · D o m in e a n n u lo s is to s , e t ro re tu a e b e n e d ic tio n is
b e n ig n u s asp erge, ac m anuum n o stra ru m c o n fr ic a tio n e , qu as, o le i sacra
in fu s io n e e x te r n a , s a n c tific a r e d ig n a tu s e s p r o m in is te r ii n o s tr i m o d o , c o n s e c r a ,
ut quod n a tu ra m e ta lli p r a e sta re non p o s s it, g r a tia e tu a e m a g n itu d in e e ffi-
c ia tu r » [Ibid., p. 184).
LA CONQU ÊTE D 'U N E RECETTE M A G IQ U E X83

aspergés d ’eau bénite — par la reine elle-même ou p ar un prêtre de


sa chapelle, on ne sait — cependant que la souveraine et sans doute
aussi les assistants prononcent encore quelques form ules de prière.
On le vo it : l ’eau bénite une fois mise à p a rt — et son emploi
dans la cérémonie n ’a d ’autre origine qu’un souci b an al de piété,
analogue à celui qui rend com pte de la présence du signe de croix
dans le toucher des écrouelles — le prestige de la force surnaturelle
émanée des rois a to u t effacé. N i le Missel, ni le récit d u V énitien
ne m entionnent, je ne dis point le rachat des anneaux, m ais m êm e
leur dépôt sur l ’autel. I l est probable néanm oins que cette dernière
partie du rite traditionnel était encore accom plie sous Marie T u d oi ;
elle était en vigueur, on n ’ en saurait douter, sous Henri VIII
; on ne
vo it pas pourquoi Marie l ’eût supprim ée. E lle a v a it sans doute lieu
après les prières, ce qui explique que le missel n ’en parle point. M ais
personne n ’y attach ait plus d ’im portance : d ’où le silence de F a itta .
L e point culm inant du rite était m aintenant ailleurs : dans cette
litu rgie où le m onarque, comme dans le service des écrouelles, p a y a it
largem ent de sa personne, et surtout dans ce frottem ent des anneaux
entre les m ains « sanctifiées » par l ’onction, où l ’on v o y a it désormais,
aux term es mêmes de la prière officielle, l ’acte conséciateur par excel­
lence. L ’évolution amorcée dès le d ébut du x i v ° siècle, et peut-être
activée alors par les desseins intéressés d ’E dou ard II, était achevée :
la vieille recette m agique s’était définitivem ent muée en un m iracle
proprem ent royal. I l fa u t sans doute dater le term e de cette tran sfor­
m ation des approches de l ’an 1500. C ’est dans les prem ières années
du x v i e siècle q u ’apparaît, comme il a été dit, une te n ta tiv e pour r a t­
tacher les cra m p -rin g s au grand souvenir d ’E douard le Confesseur,
patron déjà du toucher des écrouelles : ainsi de tou te façon ils se
trou vaien t incorporés dans le cycle de la royau té m iraculeuse. C ’ est
à ce m om ent aussi, nous aurons plus ta rd l'occasion de le constater,
que cette nouvelle form e du don thaum aturgique attribu é au x m onar­
ques anglais atteignit, semble-t-il, sa plus haute popularité. E n vérité,
il n ’y a pas de plus b el exem ple de la force conservée, à l ’aube de la
« Renaissance », par l ’antique conception de la royauté sacrée que c e tte
usurpation, consommée alors par elle, d ’un pouvoir guérisseur q u ’on
avait jusque là attribué à l ’influence de l ’autel et de la croix.
CH APITRE III.

L A R O Y A U T É M E R V E IL L E U S E E T SACR ÉE
D ES O RIGIN ES D U TO U CH E R D ES ÉCR O U E LLE S
JU SQ U 'A L A REN AISSAN CE.

§ i . L a royauté sacerdotale.

L es rites guérisseurs étaient nés, com m e on T a vu , de vieilles


conceptions relatives au caractère surnaturel des rois. Si ces croyances
avaient disparu peu après la naissance des rites, il est probable que
ceux-ci n ’auraient p u se m aintenir ou, du moins, n ’auraient pas gardé
une grande popularité. Mais, bien loin de s’éteindre, elles résistèrent
solidem ent et, sur certains points, s’am plifièrent en se com pliquant
de superstitions nouvelles. E xp liq u er le succès persistant du tou cher
ou la transform ation de l ’ancienne recette m agique des anneaux en
une cérémonie vraim ent royale, ce doit être, en tou te prem ière ligne,
replacer Tune et l ’autre pratique dans cette atm osphère de vénération
religieuse, dans cette am biance pleine de m erveilleux dont les peuples,
pendant les q uatre ou cinq derniers siècles du m oyen âge, entourèrent
leurs princes.
D an s la société catholique, la fam iliarité avec le surnaturel est
en principe réservée à une classe de fidèles fort strictem ent d élim itée :
les prêtres, m inistres régulièrem ent consacrés au service de Dieu,
ou to u t au m oins les clercs ordonnés. V is-à-vis de ces interm édiaires
obligés entre ce m onde-ci et l ’au-delà, les rois thaum aturges, sim ples
laïques, ne risquaient-ils pas de faire figure d ’usurpateurs ? C ’est bien,
en effet, ainsi que les considérèrent, comme nous le savons déjà, les
grégoriens et leurs continuateurs ; m ais la plupart des hom m es de ce
tem ps, non pas. Car, précisém ent, au regard de l ’opinion commune,
ι86 LES R O IS THAUM ATURGES

les rois n'étaient pas de purs laïques. La dignité même dont ils étaient
revêtus les parait., croyait-on généralement, d ’un caractère presque
sacerdotal.
11 faut dire : fr e s q u e sacerdotal. L 'assim ilation n 'a jam ais été
com plète ; elle ne pouvait pas l'être. L e sacerdoce com porte, au x yeu x
d ’un catholique, des privilèges d ’ordre supra-terrestre parfaitem ent
définis et que seule l ’ordination, confère. N ul m onarque, au m oyen âge,
si puissant ou si orgueilleux fût-il, ne s’est jam ais cru capable de
célébrer le saint sacrifice de la messe et, en consacrant le pain et le
vin, de faire descendre Dieu même sur l ’autel ; aux empereurs, Grégoire
V I I a v a it rappelé durem ent que, ne sachant pas chasser les démons,
ils devaient se considérer comme bien inférieuis aux exorcistes. D 'autres
civilisations, la très ancienne Germanie, la Grèce des tem ps homériques
avaient pu connaître des rois - prêtres au sens plein du mot ; dans
la chrétienté m édiévale, l ’existence de cette dign ité h ybrid e était
inconcevable. C ’est ce que virent nettem ent les grégoriens. L 'u n des
plus pénétrants parm i les écrivains de ce cam p, l ’auteur m ystérieux
que, fau te de connaître sa p atrie exacte, il fau t bien appeler de son
nom latin, Honorius A u g u s to d u n e n s is , dénonçait dans les prétentions
des souverains de son tem ps, à ce propos, non seulem ent un sacri­
lège, m ais aussi une confusion d ’idées. U n hom me, disait-il, en sub­
stance, dans un tra ité composé peu après l ’an 1123, ne saurait être
que clerc, laïque ou à la rigueur m oine (les moines, dont beaucoup
n ’avaien t pas été ordonnés, étaient néanm oins considérés com m e fa i­
sant p artie du clergés) ; or, n ’aya n t p as reçu les oidres, le roi n'est pas
clerc ; « sa fem m e et son épée l ’em pêchent de passer pour m oine » ;
i l est donc laïq u e1). Raisonnem ent auquel, en bonne logique, il n ’y
a rien à reprendre ; m ais la logique n ’a point coutum e de gouverner
les sentim ents, surtout quand ceux-ci portent en eu x la trace d ’an ­
ciennes croyances et plon gent p ar leurs racines les plu s lointaines

q Summa gloria de Aposiolico et Auguste; Monumenta Germaniae,


Libelli de lite, t . I I I , c . 9 , p . 6 9 : Quod rex sil laicus « A u t e n i m r e x e s t l a i c u s a u t
c le r ic u s . Sed si n o n e s t la ic u s , t u n e e s t c le r ic u s . E t s i e s t c le r ic u s , t u n e a u t
est o s tia r iu s aut le c to r a .u t e x o r G is .t a aut a c o lith u s aut s u b d ia c o n u s aut
d ia c o n u s aut p r e s b y te r . Si de h is g r a d ib u s non e st, tu n e c le r ic u s non e st.
P orro si n e c la ic u s n e c c le r ic u s e st, tu n e m o n a c h u s e st. Sed m onachus eum
e x c u s â t u x o r e t g l a d i u s ». C f . a u ssi c. 28, p . 7 8 . L a p e r s o n n a lité d ’K o n o r iu s ,
q u i f u t u n é c r iv a in e x tr ê m e m e n t fé c o n d , r e ste , m a lg r é t o u t e s le s r e c h e r c h e s ,
p a s s a b le m e n t é n ig m a tiq u e ; m a is o n ne s a u r a it d o u te r q u ’ il n e f û t a lle m a n d
(v . n o ta m m e n t Jos. A n t. E n d res, Honorius Augustodunensis, Beitrag zur
Geschichte des geistigen Lebens im 12. Jahrhundert, K e m p t e n e t M u n i c h 1 9 0 2 ) .
LA ROYAUTÉ SACERDOTALE I87

jusque dans des religions abolies, m anières de penser périm ées qui
ont laissé après elles, com m e un résidu, des m anières dè sentir. A u
surplus, to u t le m onde en ce tem ps n ’a v a it pas, ta n t s'en fau t, l ’im ­
placab le n etteté d ’esprit d'un H onoiiu s A u g u s to d u n e n s is . E n pratique
— v o y e z par exem ple la p ratiqu e de la jurisprudence — et même
en théorie, la distinction entre le clergé et les sim ples fidèles était,
au m oyen âge, m oins rigoureusem ent tranchée q u ’elle ne devait l'être
après le Concile de T rente ; on po u vait im aginer des situations
« m ix te s » 1). L es rois savaien t bien q u 'ils n ’étaient point tou t à fa it
prêtres ; m ais ils ne s ’estim aient pas non p lu s to u t à fa it laïqu es ;
autour d ’eux beaucoup de leurs fidèles p artageaien t ce sen tim en t2).
Il y a va it au surplus longtem ps déjà que cette vie ille idée, en son
fonds presque païenne, fleurissait en p a y s chrétien3) . N ous l ’avons signa­

2) C f . c i - d e s s o u s , p . 1 9 3 η . I , 2 i o n . 1, 2 1 1 n . 2. O n tr o u v e r a à c e s u je t d es
rem arques in g é n ie u s e s , m a is e m p r e in te s de q u e lq u e e x a g é r a tio n dans l ’ou­
vrage du P . T h u r s t o n , The coronation cérémonial, c it é à l a n . s u iv a n te , p . 36.
Sur le s d iffic u lté s q u ’ il y a v a it à d é fin ir ju r id iq u e m e n t l 'é t a t de c le r c , c f.
R . G é n e s t a l , Le privilegium fori en France du Décret de Gratien à la fin du
X I V a siècle. (Bibl. Ecole Hautes Etudes, Sc. religieuses, v o l . 3 5 ) .
2) C e r t a i n s a u te u r s a n g lic a n s , en to u t p r e m ie r lie u M . W ic k h a m L e g g ,
o n t in s is té avec beau cou p d e v ig u e u r e t p a r fo is u n c e r ta in e x c è s su r le c a ­
r a c t è r e q u a s i-s a c e r d o t a l d e l a r o y a u t é m é d ié v a l e : c e l a d a n s u n d e s s e in d ’a p o ­
lo g é tiq u e r e lig ie u s e n e tte m e n t avoué : « I t seem ed » — é c r iv a it M . Legg en
19 0 2 d a n s le Ckurck Times — « as i t m i g h t b e a n u s e fu l th in g if i t w e r e s h o w n
th a t , so fa r fro m th e d a im s of t h e K in g t o g o v e r n th e C h u r c h b e g in n in g w ith
H en ry th e E ig h th h is r ig h ts began m uch e a r lie r . . . And w ith th is , th a t
th e k in g w a s a m in is te r o f tlie C h u r c h , c o n s e c r a te d t o t h i s s p é c i a l o ffic e b y th e
C h u r c h h e r s e l f ». D ’ o ù u n e t e n t a t i v e d e r é f u t a t i o n , e n tr e p r is e é g a le m e n t d a n s
u n d e s s e in fa c ile à p é n é tr e r , p a r u n j é s u i t e a n g la is , le P . H . T h urston , The
coronation cérémonial, 2° é d ., L o n d res 1911 : p la id o y e r h a b ile et p a r fo is
p é n é t r a n t lo r s q u ’ il s ’a t t a q u e a u x e x a g é r a t i o n s d e l'é c o l e a d v e r s e , m a is b e a u ­
cou p tro p a b s o lu d a n s la n é g a tio n e t , à m o n se n s , p lu s lo in e n s o m m e d e la
v é r ité que la th è se de M. W . Legg. C o m b ie n , a u re ste , il e s t c u r ie u x pour
l ’h is t o r ie n d e c o n s ta te r q u e c e s v i e i l l e s q u e r e l le s 1o n t e n c o r e le u r cô té a c tu e l!
3) P a rm i les origines de cette conception de la ro y a u té sacerdotale, si
fam ilière au m oyen âge, fau t-il faire une place à des influences rom aines ?
L es em pereurs chrétiens, à p artir de G ratien, en 382, a va ien t renoncé au
v ie u x titre païen de pontijex maximus; mais, au moins ju sq u ’au V e siècle,
on con tin ua à leur attribuer, dans certaines form ules de vénération officielle,
le nom de prêtres (cf. sur ces faits J. B . S â g m ü l l e r , Lekrbuch des halholischen
Kirchenrechts, 3e éd., I, F ribourg en B . 1914, p. 51-52) : « άρχιερεϊ βασιλϊϊ
[ π ο λ λ ά τά εν/)] » s'écriaient en 4 4 4 . dans leurs acclam ations officielles, les Pères
du S yn o d e de C onstantinople; de même, en 451, le concile de Chalcédoine :
« τω ίερεϊ, τω βασιλεΐ » (Man si, Concilia, V I, col. 733 e t V I I , col. 177). L e pape
Léon le Grand écriva it un peu plus tard à l ’empereur Léon I er : « sacerdotalem
LES R O IS THAUM ATURGES

lée, sous les prem iers Mérovingiens, dans les vers de F ortu nat, où
une allégorie biblique la vo ile à dem i. Surtout nous avons v u quel re­
gain de vigueur, à partir de l'ère carolingienne, lui a v a it donné l ’onc­
tion royale et comm ent l ’opinion loyaliste, au grand scandale d ’un
H incm ar de R eim s et de son parti, interpréta de bonne heure dans
un sens extrêm em ent favorable à la m onarchie ce rite com m un au x
rois et aux prêtres. Or, depuis Pépin, les cérém onies du sacre n’avaien t
guère cessé de gagner en ampleur et en éclat. E cou ton s le célèbre
dialogue de l ’évêque de Liège W azon avec l ’ em pereur Henri I I I ,
tel que le rapportait vers l ’année 1050 le chanoine Anselm e. W azon,
aya n t négligé, en 1046, d ’envoyer ses contingents à l ’arm ée, fu t trad u it,
devant la cour im périale ; là, le jour du procès, il d u t se ten ir debout,
personne ne voulan t offrir de siège à ce prélat disgrâcié ; i l se plaign it
au prince : m êm e si l ’on ne respectait pas en lui sa vieillesse, du m oins
devait-on m ontrer p lus d ’égards à un prêtre, oint du chrêm e sacré.
M ais l ’empereur : « Moi aussi, qui ai reçu le droit de com m ander à
tous, j ’ai été oin t de l ’huile sainte». Sur quoi — tou jou rs au tém oi­
gnage de l ’historien — W azon réplique vertem en t en proclam ant
la supériorité de l ’onction sacerdotale sur l ’ onction ro y ale : «il y a de
l ’ une à l ’autre autant de différence q u ’entre la v ie et la m ort »1).

nam que e t a p o s to lic u m tu a e p ie ta tis a n in u m » (ep . C L V I, M i g n e , P. L ., t.


5 4 , c o l. 113 1). M a is ce s t e x te s , q u e n ’o n t p a s r e c u e illis le s g r a n d e s c o m p i­
la tio n s c a n o n iq u e s la tin e s , ne p a r a is s e n t p a s a v o ir é té c ité s ni san s d o u te
con n u s p a r le s é c r iv a in s d u m o y e n â g e o c c id e n ta l; de m ê m e p o u r le f a m e u x
p a s s a g e d ’ E u s è b e o ù l 'o n v o i t C o n s t a n t i n se d é n o m m e r « ίκ τ ο ς ...έ π ίο χ ο π ο ς ».
( C f. c i-d e s s o u s , p. 350, n, 3 ). C 'e s t p lu s ta r d — au X V II0 s iè c le · — que
ces v ie u x s o u v e n ir s d e v a ie n t, g r â c e à l'é r u d i t io n r e n a is s a n t e , r e t r o u v e r q u e l­
q u e a c tio n : cf. c i-d e s s o u s , p. 350. E n reva n ch e, il r e s s o r t d ’ u n p a s s a g e de
G u illa u m e D u r a n d q u e c e r ta in s ju r is te s fa is a ie n t é t a t , p o u r p r o u v e r le c a r a c ­
tè r e s a c e r d o ta l a tt r ib u é à l ’ e m p e r e u r , d ’u n t e x t e e m p r u n té aux c o m p ila tio n s
ju r id iq u e s r o m a in e s : Rationale divinorum officiomm, II, 8 (é d . d e L y o n , p e t .
i u - 8 0, 1 5 8 4 , p . 5 6 V0) : « Q u id a m e tia m d ic u n t u t n o t. ff. d e reru m d iu is io 1.
s a n c t a q u o d f i t p r e s b y te r , i u x t a illu d , C u iu s m e r ito q u i n o s s a c e r d o te s a p p e l-
la t, I m p e r a to r e tia m p o n t if e x d i c t u s e s t , p r o u t in t r a c t a t u d e E p is c o p o d ic e -
t u r ». ( c f . ibid., I, 11, p. 62 : «Vnde e t R o m a n i I m p e r a to r e s p o n tiü c e s d ic e -
b a n tu r» ). L e p a ssag e v is é est D ig. I, 1, 1 (U l p i e n ) e t s ’a p p liq u e en r é a lité ,
non a u x e m p e re u r s, m a is a u x ju r is c o n s u lte s .
r) An selm i Gesla E p iscop . Leod., c. 6 6 ; M onum . Gerrn., S S ., V I I , p . 229-
230 : « Im p e r a to r vero , u tp o te q u i e iu s m o d i hom o e s s e t , q u i s i b i s u p e r e p is -
copos p o tcs ta te m n im is c a r n a lit e r , ne d ic a m a m b ic io s e , qu ereret usurpare :
«Ego vero, in q u it, s im ilite r sacro o le o , d a ta m ih i prae c a e te r is im p e r a n d i
p o te sta te , su m p e r u n c t u s ». Q uem c o n t r a a n t is t e s v e r i t a t i s z e lo in s t it ia e q u e
fe rv o re v e lie m e n te r accen su s, ta lib u s b r e v ite r in s tr u e n d u m esse c e n s u it :
LA ROYAUTÉ SACERDOTALE I89

Ces propos furent-ils vraim ent tenus dans la form e où Anselm e nous
les a transm is ? Il est perm is de se le dem ander. Mais peu im porte,
après tou t. Ce doute n ’attein t point leur vérité psychologique : le
fa it q u ’ils ont paru à un chroniqueur de ce tem ps propres à exprim er
avec exactitu d e les points de vu e opposés d ’un empereur et d ’un
prélat suffit à les rendre hautem ent instructifs. «Moi aussi j ’ai été
oint de l'huile sainte... »: c'est bien, en effet, dans le souvenir de cette
em preinte divine, reçue le jou r du sacre, q u ’un m onarque, m êm e très
dévot, po u vait puiser alors le sentim ent de son bon droit, lorsqu 'il
cherchait, ainsi q u ’Anselm e le d it en propres term es de H enri I I I ,
à « s’arroger, dans une pensée de dom ination charnelle, to u t pouvoir
sur les évêques ».
C ’est surtout a u x environs de l ’an 1100 que se précise à ce sujet la
thèse des fidèles de la royau té : la grande querelle grégorienne a vait forcé
les p artis en lu tte à prendre position, sans plus d ’équivoque. Honorius
A u g u s to d u n e n s is parle quelque p a rt de ces «bavards» qui «enflés d ’or­
gu eil prétendent que les rois, parce q u ’ils sont oints de l ’huile des prêtres,
ne doivent pas com pter au nom bre des laïques b1). Nous connaissons le
lan gage de quelques-uns de ces «bavards ». Sa netteté, en effet, ne laisse
rien à désirer .Voici p ar exem p leG ui d'O snabrück, qui écrivit, en 1084 ou
1085, un traité D e la controverse entre H ild e b r a n d et l ’ em p ereu r H e n r i — il
s'ag it bien entendu de Henri IV — : «L e roi », dit-il, «doit être m is à part
de la foule des laïques ; car, oint de l'huile consacrée, il particip e au
m inistère sa ce rd o tal» 2 *8). E t un peu plus tard, en Angleterre, l ’A n o­

« A lia , in q u ie n s , e s t e t lo n g e a s a c e r d o t a li d ifie r e n s v e s t r a h a e c q u a m a s s e r itis


u n c tio , q u ia p e r e a m v o s a d m o r t if ic a n d u m , n o s a u c t o r e D e o a d v iv if io a n d u m
o r n a ti s u m iis ; u n d e q u a n tu m v i t a m o r te p r a e s ta n tio r , t a n t u m n o stra v e s tr a
u n c t i o n e s i n e d u b i o e s t e x c e l l e n t i o r ». P o u r l e s f a i t s , v. E . S t e i n d o r f f , Jahrb.
des deuischen Reichs unter H einrich 111, I I , p . 5 0 - 5 1 .
q Summa gloria, c . g : « S e d g a r r u l i f o r t a s s e t u m i d o fa stu co n te n d u n t
regem non esse de n u m éro la ic o r u m , cu m u n c tu s s i t o l e o s a c e r d o t u m ».
2) De contrmiersia inter Hüdebrcmdum et Heinricum imper atorem ; L ib elli
de Lite, I , p . 467 : «<U n d e d i c u n t n u l l i l a i c o u m q u a t n a l i q u i d d e e c c l e s i a s t i c i s
d is p o n e n d i ia c u lta te m ' esse co n cessam , q u a m v is Tex a n um éro ia ic o r u m
r n e r ito in h u iu s m o d i s e p a r e t u r , c u m o le o c o n s e c r a tio n is in u n c t u s s a c e r d o t a lis
m in is te r ii p a r tic e p s esse c o g n o s c i t u r ». Pour d 'a u tr e s c ita tio n s e m p r u n té e s
à d e s p o lé m is te s d u m ê m e p a r ti, e t p o u r le s r é fu ta tio n s d u p a r t i a d v e r s e , v o ir
B ô h m e r , K irche und Slaat in England und der Normandie, p . 2 3 5 ;
H e in r ic h
K e r n , Gottesgnadentum, p . 8 6 , n . 1 5 2 ; c f . a u s s i l e l a n g a g e p r ê t é p a r u n c h r o ­
n iq u e u r d u p a r t i p o n t i f i c a l à l 'e n t o u r a g e d e H e n r i V : « Q u id r e fe r a m , q u o s d a m
c o m ité s e iu s . . . . eum regem p a r ite r et sum m um sa ce rd o te m .... p r a e d i-
c a s s e »; L a u r e n t i u s , Gesta episcop. Virdm iensium ; M onum . Gerrn., S S .,
X V III, p. 502.
190 LES R O I S .T H A U M A T U R G E S

nym e d 'Y o rk : « L e roi, christ du Seigneur, ne saurait être appelé


laïque »*).
A dire vrai, la plup art des polém istes à qui nous devons des affir­
m ations aussi explicites étaien t des sujets de l ’Em pire ; les audaces
de l ’Anonym e d ’Y o rk ne sem blent pas, en son pays, avoir jam ais
été renouvelées. C ’est que, com m e nous avons d éjà eu occasion de
l ’observer, les apologistes du pouvoir tem porel, à cette époque du moins,
se recrutaient presque tou s dans le cam p im périal, En France et en
Angleterre, les rois s ’attachèrent, com m e ailleurs, à dom iner l ’E glise ;
ils y réussirent même assez bien ; mais, ju sq u ’à la crise ecclésias­
tique des deux derniers siècles du m oyen âge, ils s’ abstinrent en règle
générale de fonder ouvertem ent leurs prétentions sur le caractère
quasi-sacerdotal de la royau té : long silence q u ’il fa u t m ettre en p a ra l­
lèle avec celui que, vers le même m om ent, la littéra tu re gard ait sur
le toucher des écrouelles. I l ne fu t pas si absolu cependant, que ne
perce de temps à autre l ’idée m aîtresse qui inspira tant d ’actes sans
être d ’ordinaire exprim ée au grand jour, ni même, selon tou te v r a i­
semblance, sans être par to n s très consciem m ent conçue. E n F rance,
notam m ent, c ’est l ’abbé Suger, historiographe presque officiel, fa i­
sant ceindre par Louis V I, le jour de son sacre, le « glaive ecclésias­
tiq u e » 2). Surtout c ’est, sous L ouis V II, le fam eu x préam bule du
diplôme de 1143, rendu en faveu r des évêques de P aris : « N ous savons
que, conformément a u x prescriptions de l ’Ancien Testam ent et, de
nos jours, à la loi de l ’E glise, seuls les rois et les prêtres sont consacrés
par l ’onction du saint chrêm e. Il convient que ceux qui, seuls entre
tous, unis entre eux par le chrême sacro-saint, sont placés à la tête
du peuple de Dieu, procurent à leurs sujets les biens tem porels com m e

h M onum . Germ., L1he.U1 de liie, I I I , p . 6 7 7 : « Q u a r e n o n e s t a p p e lla n d u s


ia ic u s , q u ia C h r is tu s D o m in i est......
") Vie de Lo u is le Gros, c . X I V , é d . A . M o h n i e r ( Collection de textes
■ pour servir à l'étude. . . de l ’hist.), p . 4 0 : « a b j e c t o q u e s e c u l a r i s m i l i t i e g l a d i o ,
e c c le s ia s tic o ad v in d ic ta m m a le fa c to r u m a c c i n g e n s ». C f . d a n s le m ê m e o r d r e
d ’id é e s , Ib id ., X V III, p, 62 : « p a rte m D e i, c u ju s a d v iv if ic a n d u m p o rtâ t re x
im a g in e m , v ic a r iu s e ju s lib e r a m r e s titu â t s u p p l i c i t e r i m p l o r a n t ». J o 11e s a i s
si l ’ o n d o i t v o ir d a n s l e p r e m ie r p a s s a g e u n e a ll u s i o n à l a c é l è b r e a l l é g o r i e d e s
deux g la iv e s , tir é e de Luc X X II, 38, dont p a r tis a n s du p o u v o ir p o n tific a l
e t d é fe n se u r s d u p o u v o ir te m p o r e l o n t to u r à to u r tir é d e s a r g u m e n ts o p p o s é s ;
au te m p s m êm e de Su ger, G e o ffr o i d e V e n d ô m e , d evan çant S. B ern ard , en
a v a i t f a i t u s a g e : cf. G e n n r i c h , D ie Staats- und Kirchenlehre Johanns
Paul
von Salisbury, G o t h a 1 8 9 4 , P · 1 5 4 , n . 1 e t E . J o r d a n , Dante et St. Bernard',
B ulletin du comité catholique français pour le centenaire de Dante, 1 9 2 2 , p . 2 7 7
et 278.
LA ROYAUTÉ SACERDOTALE 191

les spirituels, et se les procurent les uns aux autres » *). D éclaration
un peu m oins frappante sans doute dans son te x te com plet, qui vien t
d ’être donné, que lorsque, ainsi que le fa it M. Luchaire, on en supprim e
le dernier m em bre de p h ra s e 2) ; car de ces quelques m ots : « se les
procurent les uns aux autres », il semble ressortir que le soin
des biens spirituels est réservé au x prêtres — qui les procurent au x

x) A . L u c h a i r e , Etudes sur les actes de Louis VI I , i n - 4 0, 1885, n° 1 1 9


p a r A . L u c h a ir e c e lle d e R . D E L a s t e y r i e ,
( a jo u te r a u x é d itio n s m e n tio n n é e s
Cartulaire de P a ris (H ist. Générale de Paris), n ° 302, q u i est m a in te n a n t la
m e i ll e u r e ) : « S c im u s quod ex a u c to r ita te V e te r is T e s ta m e n ti, e tia m n o s tr is
te m p o r ib u s , e x e c c le s ia s tic a i n s t it u t io n e s o li r e g e s e t s a c e r d o te s s a c r i c r is m a t is
u n c tio n e c o n s e c r a n tu r . D ecet a u te m u t q u i, s o li p r e c e te r is o m n ib u s sacro-
s a n c t a c r is m a t is Iin itio n e c o n s o c ia ti, a d r e g e n d u m D e i p o p u lu m p e r iïc iu n tu r ,
s ib i ip s is et s u b d itis su is ta m te m p o r a lia quam s p ir itu a lia s u b m in is tr a n d o
p r o v id e a n t, e t p r o v id e n d o in v ic e m s u b m i n i s t r e n t ». O n p o u r r a it se d e m a n d e r
s ’il ne c o n v ie n t pas de tr a d u ir e sacerdotes par évêqu es, d 'a u t a n t q u e le
ch rêm e — au sen s s tr ic t d u m o t — e s t u n p r iv ilè g e é p is c o p a l e t u o n s a c e r d o ta l
(c f. c i-d e s s o u s p. 2 0 0 ). M a i s d a n s le s te x te s du te m p s chrisma a q u e lq u e fo is
le s im p le s e n s d ’h u ile s a in te . I l e s t p r u d e n t d e c o n s e r v e r l a t r a d u c t i o n n a t u r e lle :
p r ê tre s , to u t en n ’o u b lia n t p a s que, d a n s la pensée d e s c le r c s d e L o u is V I I ,
c ’é t a i e n t s a n s d o u t e s u r t o u t le s é v ê q u e s q u i é t a ie n t c o n s id é r é s c o m m e le s a llié s
n a t u r e ls d e s r o is ; a u s s i b ie n l e d ip lô m e lu i-m ê m e é t a i t r e n d u e n f a v e u r d ’u n
évêque. On p e u t com parer au p r é a m b u le d e L o u is V II ce q u e peu d ’an n ées
p lu s t a r d O th on de F r e ïs in g é c r iv a it à p r o p o s d u sacre d e F r é d é r ic B a r b e -
r o u s s e ; l e m ê m e j o u r q u e l 'e m p e r e u r , d a n s la m ê m e é g lis e e t p a r le s m ê m e s
évêques que lu i, l ’é v ê q u e é lu de M u n ste r a v a it é té con sacré : «ut révéra
su m m u s' rex e t sa ce rd o s p r e s e n ti io c u n d ita ti h o c q u a s i p r o g n o s tic o in te r e s s e
c r e d e r e t u r , q u a in u n a a e c c le s ia u n a d ie s d u a r u m p e r s o n a r u m , q u a e s o la e n o v i
a c v e te r is in s tr u m e u ti in s titu tio n e s a c r a m e n ta lite r u n g u n tu r e t c h r is ti D o m in i
r i t e d i c u n t u r , v i d i t u n c t i o n e m ». (Gesta Friderici, I I , c. 3 ; Scriptor. ver. germ.
ad usum scholarum, 3 e é d ., p . 1 0 5 ). E n i i n c ’ e s t u n e id é e a n a lo g u e q u i s ’e x p r i­
m a it dans une fo r m u le litu r g iq u e com m u n e aux sacres royau x fr a n ç a is et
a lle m a n d s : « A c c ip e coronam r e g n i, quae . . . e p is c o p o r u m . .. m a n ib u s
c a p iti tu o im p o n itu r . . . et per hanc te p a r tic ip e m m in is te r ii n o stri non
ig n o r e s , it a u t, s ic u t n o s in in te r io r ib u s p a s to r e s r e c to r e s q u e a n im a r u m in te l-
'li g i m u r , t u q u o q u e in e x t e r i o r i b u s v e r u s D e i c u l t o r ... sem p er a p p a re a s . . . ».
(W a it z , D ie Fovm eln de·/ Deutschen Ilônigs- tend der BOmischen Kaisers-
kronung, G ô t t i n g e n 1872, p . 42, 74, 82; e t , a v e c q u e l q u e s v a r i a n t e s , D e w i c k ,
The coronation book of Charles V 0/ F ra n ce (I-Ienry Bradskaw S o c . , X V I ) , i n - 4 0,
Lon dres 1899, c o l. 3 6 ).
2) Histoire des Institutions monarchiques, 2 e é d ., 18 9 0 , I, p . 42. D a n s le
m ê m e o u v r a g e , I , p . 4 1 , M . L u c h a i r e c i t e u n d i p l ô m e d e H e n r i I er p o u r l ’ é g l i s e
d e P a r is (F. So e h n é e , Catalogue des actes de Henri I -1, B ibliolh . Ecole Hautes
Etudes, p . 1 6 1 , n ° 29) o ù il s e r a it q u e s t i o n d u « m i n i s t è r e d i v i n » d e la. r o y a u t é ;
v é r if ic a t io n f a ite , le s m o t s « d iv in u in m in is t e r iu m » dans le p r é a m b u le d e ce
d ip lô m e d é s ig n e n t le d iv in m in is tè r e de la g é n é r o s ité ( e n v e r s l e s é g li s e s ) .
192 LES R O IS THAUM ATURGES

rois — de m êm e que le soin des b iens tem porels a u x princes laïques.


L e principe de la séparation des deux p o u voirs est donc sauf. P ourtan t
cette espèce d ’équivalence et, si l ’on peu t dire, c e tte alliance entre
les deux onctions, royale et sacerdotale, dem eurent très significatives :
si significatives à la vérité q u ’on au rait peine à trou ver, en France,
dans les docum ents de ce tem ps, rien qui soit d ’u n p areil accent.
C ’est que — les historiens ju sq u ’ici ne sem blent p a s s ’ en être avisés —
ce te x te tira son origine d ’un concours de circonstances très particulier.
E n 1x43, une querelle très grave ve n a it d ’éclater entre R om e et la c o u î
de France, le pape Innocent I I s’étan t perm is, m algré le roi, de consa­
crer archevêque de B ourges Pierre de C hâtre, élu p a r les chanoines ;
le royaum e était en in terd it. Il y a plus. N ous connaissons le nom du
chancelier qui contresigna le diplôm e et d oit en porter la responsa­
b ilité : c ’était ce même Cadurc qui a v a it été au siège de B ourges le
concurrent m alheureux du candidat p o n tific a l1). Ce clerc, in trigan t
et hardi, n ’a va it plus aucune raison de m énager la c u rie ; il a v a it
tou t intérêt, au contraire, à faire sonner très h a u t ce privilège de l ’onc­
tion qui, m ettan t les rois presque sur le m êm e rang que les prêtres,
sem blait leur créer un titre à in terven ir dans les élections ecclésias­
tiques. L es desseins ou les rancunes d ’un am bitieu x évincé expliquent
que ce jour-là le gouvernem ent capétien soit sorti de sa réserve cou­
tum ière.
Passons à l ’Angleterre. Je n e sais si les actes officiels pourraient
fournir à un érudit m ieu x inform é que m oi quelque chose qui soit
propre à être rapproché de l ’exposé des m otifs que la m auvaise hum eur
de Cadurc inspira par aven ture à la chancellerie de L ou is VIT. Ce qui
est certain, c ’est que le courant d ’idées, où fu t puisé le thèm e du préam ­
bu le de 1143, fu t fam ilier aux A n glais a u tan t q u ’à leurs voisins ; on
le tro u v e a ttesté chez eux, en plein x i n e siècle, p a r un théologien
orthodoxe qui le com battait. D an s une le ttre au roi H enri I I I , que
j ’ai déjà citée, l ’évêque de Lincoln, R o b ert G rossetête, exposant à
son m aître la véritab le n ature de l ’onction royale, et la plaçant d ’a il­
leurs fo rt haut, croyait d evoir préciser q u ’ elle n ’a « nullem ent pour
effet de rendre la dign ité du roi supérieure ou m êm e égale à celle du
prêtre et ne confère point l'a p titu d e à aucun des offices de la prêtrise »2).*)

*) S u r ces fa its v .L u c h a ir e d a n s l'H istoire de France d e L a v i s s e , I I I , 1 ,


p. 5, et V a c a n d a r d , Saint Bernard, i n - 1 2 , s. d . , I I , p. 1 8 3 .
J) Epislolae, é d . L u a r d ( R o l l s S é r i é s ) , n ° c x x i v , p . 3 5 1 , cf.. L é o p o l d
G. W i c k h a m L e g g , English Coronation Records, p . 6 7 : « H e c t a m e n u n c c i o n i s
p r e r o g a tiv a n u llo m o d o r e g ia m d ig n ita te m p r e fe r t a u t e tia m e q u ip a r a t s a c e r -
d o ta li a u t p o te s ta te m tr ib u it a l i c u i u s s a c e r d o t a l i s o f f i c i i ».
LA RO YAU TÉ SACERD O TALE 193

R o bert, apparem m ent, n ’eût point p ris ta n t de peine pour préven ir


une confusion, à son gré si scandaleuse, s ’il n 'a v a it eu lieu de croire
q u 'elle était répandue autour de celui q u 'il vo u lait instruire. Mais
sans doute, là-bas com me en France, dem eurait-elle à l ’état de te n ­
dance d ’esprit p lu tô t que de thèse expressém ent soutenue.
Même en terre im périale, après que se fu t éteinte la dynastie
salienne, le caractère sacerdotal des princes tem porels cessa, semble-t-il,
d ’être affirmé p ar les partisans du re g n u m avec a u tan t d ’éclat que p a r
le passé. L e concordat de W orm s, q u i abolissait l ’in vestitu re p ar la
crosse et l ’ anneau, m ais réservait au souverain une influence très grande
dans l'élection des prélats allemands, a v a it valu a u x grégoriens sur­
to u t des satisfactions théoriques ; pareillem ent, leurs polém iques
obtinrent du m oins ce résultat d ’im poser une sourdine au x déclara­
tion s de principe de leurs adversaires. Ça et là, la vieille notion trou ve
encore à s ’exprim er. P our justifier le serm ent de fidélité prêté p ar
les évêques à l ’empereur — serment contraire à la règle qui interdit
a u x clercs de se lier ainsi envers un laïque — on peut, écrit vei's 1158
l ’illu stre canoniste R ufin, «soit répondre que la coutum e autorise
plus d'une chose que ne perm ettent point les canons, soit dire que
l ’empereur, consacré par l ’onction sacrée, n ’est pas to u t à fa it un
laïque »x). Mais il y a loin de cet argum ent d'école, présenté en passant
au choix du lecteur et com m e perdu dans une va ste Somme juridique,
a u x retentissantes polém iques des âges précédents. A u surplus les1
publicistes, aux gages des Hohenstaufen, s ’attach èrent à exploiter
l ’idée d ’E m pire plu tôt qu ’à élaborer une doctrine de la royauté, qui
au rait pu servir à appuyer les prétentions des « rois des provinces »,
com m e disait-Barberousse 2) — entendez des chefs des nations autres
qu e l ’Allem agne — aussi bien que celles de l ’héritier des Césars. Il
fa llu t atten dre le m ouvem ent gallican pour vo ir apparaître, com m e
on s’en rendra com pte tou t à l ’heure, dans un pays différent, des affir­
m ations aussi tranchantes que celles dont l ’entourage des em pereurs
H enri I V et Henri V a va it été prodigue. M ais l ’histoire des idées
— ou des sentim ents — politiques ne doit pas être cherchée que dans

*) Summa Decrelorum, X X I I , q u . 5, c. 22 : « S i o p p o n a tu r d a iu r a m e n to
fid e lita tis , q u o d lio d ie e p is c o p i f a c iu n t im p e r a to r i, r e sp o n d e a tu r n o n o m n ia ,
que c o n su e tu d o h a b e t, can on es p e r m itte r e . V el d ic a tu r im p e r a to r e m non
o m n in o la ic u m esse, quem per sa cram u n c tio n e m c o n s ta t c o n s e c r a tu m esse » ;
éd. J. F . v . Sch u lte, G ie s s e n 18 9 2 , p . 3 60 ; é d . H . S in g e r , P ad erborn 190 2,

P· 4° 3 -
*) S a x o G r a m m a t i c u s , 1. X IV , éd . A. H ô ld er , p. 5 3 9 *). « p ro u in cia ru D i
r e g e s ».

13
194 LES R O IS THAUM ATURGES

les œ uvres des théoriciens ; certaines façons de penser ou de sentir


nous sont révélées par les faits de la vie quotidienne m ieux que par
les livres. D e m êm e que, pendant longtem ps, la notion du pouvoir
thaum aturgique des rois, sans avo ir droit de cité dans la littératu re,
inspira les rites guérisseurs, de même la conception de la ro y au té
sacerdotale, à peu près ignorée des écrivains anglais et français, aban­
donnée par les im péraux, n ’en continua pas m oins à se m anifester
avec beaucoup de suite et de n etteté dans un grand nom bre de p ra ­
tiques, de m odes de langage, de tra its de mœurs.
D ’abord le sacre.
L ’onction é ta it l ’acte royal p ar excellence, si parfaitem en t lié,
en France, au titre m êm e de roi que jam ais les grands feu d ataires,
qui parfois cherchèrent à im iter les autres épisodes du sacre, n ’osèrent
s’approprier celui-là : un duc de N orm andie, un duc d ’A q u ita in e
pouvaien t bien se faire rem ettre, au cours d ’une cérém onie religieuse,
à Rouen, à Lim oges, le g la iv e ou l ’anneau, le gonfanon o u la cou­
ronne ducale, l ’usage de l ’huile sainte leur dem eura tou jou rs in ter­
dit Ce rite p restigieu x était protégé par une trop ancienne et trop *)

*) P o u r l e s d u c s d e N o r m a n d ie , B e n o it de P e t e r e o r o u g h , Gesta H en rici
regis, éd. S t u b b s , Rolls Sériés, I I , p . 73 ( R ic h a r d C œ u r d e L io n , le 20 ju ille t
118 9 , p ren d su r l 'a u t e l d e N o t r e - D a m e d e R o u e n , e n p r é s e n c e d e l 'a r c h e v ê q u e ,
d e s p r é la ts e t d e s b a ro n s, « g la d iu m d u c a t u s N o r m a n n i a e ») ; M a t h ie u P a r i s ,
Chronica majora, é d . L uard, R . S ., II, p. 454 e t Historia Anglorum, é d . Ma d -
d e n , R . S ., I I , p . 79 (J e an Sans T erre, 25 a v r i l 1 1 9 9 : g l a i v e e t c o u r o n n e ) ;
b ie n p lu s ta r d , le s té m o ig n a g e s r e la tifs à l ’in t r o n is a t io n de C h a r le s de
F r a n c e , fr è r e d e L o u is X I, dans H . S t e i n , Charles de France, frère de Louis X I ,
19 2 1, p. 146 (a n n ea u , épée, b a n n iè r e ); r itu e l con n u s e u le m e n t par deux
c o p ie s d u X V I I e s i è c le , aux A rch. c o m m u n a le s de R ouen (c f.Chéruel,
Histoire de Rouen à l'époque communale, I I , 1 8 4 4 , p . 8 e t R . D elach enal,
Histoire de Charles V, I , p . 137, n . 1 ) , p u b l i é p a r D u c h e s n e , Historiae Nor-
mannorum Scriptores, f o l . , 161g, p . 1 0 5 0 e t M a r t e n e , De antiquis Ecclesiae
ritibus, I I , c o l . S 5 3 ( a n n e a u e t g l a i v e ) . P o u r l e s d u c s d ’A q u i t a i n e , n o u s p o s s é ­
d o n s u n ordo ad benedicendum, q u i , m a l h e u r e u s e m e n t , r é d i g é s e u l e m e n t a u
d é b u t d u X I I I e s iè c le p a r le p r é c h a n tr e E lie d e L im o g e s , n e s a u r a it ê tr e c o n ­
s id é r é c o m m e u n d o c u m e n t tr è s sû r, e n c e q u i co n c e r n e le s u s a g e s a n c ie n s ;
le s in s ig n e s son t l ’a n n ea u (d it de S a in te V a lé r ie ) , la C ouron n e ( « c ir c u lu m
a u r e u m » ), l a b a n n i è r e , l ’é p é e , le s é p e r o n s (Histor. de France, X II, p. 4 5 1).
V o ir a u s s i, hors du ro yau m e de F rance p r o p r e m e n t d it, p o u r le D a u p h in é ,
R . D e l a c h e n a l , H istoire de Charles V, I , p . 40. L e Pontifical de G u illa u m e
D uran d (B ib l. N a t . m s. la tin 7 3 3 , fo l. 5 7) r e n fe r m e u n e r u b r iq u e : D e bene-
dictione principes suie com itis palatini; o n n ’y t r o u v e q u 'u n e f o r m u l e d e b é ­
n é d ic tio n , e m p r u n té e v is ib le m e n t a u r i t u e l d u s a c r e i m p é r i a l (ibid ., f o l . 50 v°)
e t d 'a ille u r s p a r f a i t e m e n t b a n a l e ; a u c u n e m e n tio n b ie n e n t e n d u d e l ’ o n c t i o n .
LA RO YAUTÉ SACERD OTALE 195

respectable trad ition pour que m êm e les protagonistes les plus ai-
dents des idées que, afin de faire court, nous avons appelées grégo­
riennes, aient pu songer à l'a b o lir 1). D u m oins s ’efforcèrent-ils d ’em­
pêcher to u t rapprochem ent trop intim e entre l ’onction des prêtres
ou des évêques et celle des rois. A cette tâche théologiens et litur-
gistes s’em ployèrent à l ’envi. Ils ne réussirent que m édiocrem ent.
D ans tou te la dogm atique catholique, la doctrine sacram entaire
form e une des parties les plus tard ives ; elle ne se fix a vraim ent que
sous l ’influence de la philosophie scolastique. Pendant longtem ps,
on entendit par le m ot de sacrem ent, à peu près sans distinctions,
tou t acte faisant passer un hom m e ou une chose dans la catégorie
du sacré 2). Il était naturel alors de donner ce nom à l ’onction royale.
On n ’y m anqua point. D e savan ts docteurs, com m e Iv es de Chartres,
des cham pions de la réform e ecclésiastique, c o m m e P ierre D am ien,
des prélats, défenseurs ardents des prérogatives du clergé, com m e
Thom as B ecket, ne craignaient point de l'appeler a in s i3). E lle se
trou vait donc désignée couram m ent par le m êm e term e que l ’ord i­
nation du prêtre. Puis, au cours du X I I I e siècle, la théorie de l ’E glise
en cette m atière p rit une form e plus rigide. On ne reconnut plus

b L ’o n c t io n é t a i t d 'a i lle u r s c o n s id é r é e p a r le s r o is c o m m e u n e p r é r o g a t i v e
si im p o r t a n t e q u e le s d y n a s t ie s c h e z le s q u e lle s e lle n 'é t a i t p a s tr a d it io n n e lle
ch erch èren t s o u v e n t à e n a c q u é r i r le p r i v i l è g e . A u X I I I e s iè c le a u p lu s t a r d ,
l ’i d é e s 'é t a b lit q u ’i l fa lla it pour c e la une a u to r is a tio n du pape; le s r o is de
N a v a r r e l ’ o b t in r e n t e n 1 2 5 7 , le s r o is d ’E c o s s e e n 1 3 2 g a p r è s l ’ a v o ir lo n g u e m e n t
s o llic ité e . A in s i la p a p a u té a v a i t fi n i p a r tro u v er d a n s le v i e u x r ite m on ar­
c h iq u e , en c e r ta in s pays du m o in s , un é lé m e n t d 'in f lu e n c e , En 120 4, In n o ­
cen t I II o ig n it lu i-m ê m e P ie r r e I I d ’A r a g o n q u i é ta it v e n u à R o m e se fa ir e
vassal du S a in t S iè g e ; e t ce f u t la p r e m iè r e o n c tio n a r a g o n a is e . C f. c i-d e s s o u s
p. 460 e t n. 1.
2) E n te rm e d e th é o lo g ie p o s t-s c o la s tiq u e , on c o n fo n d a it a lo r s s o u s le
m êm e nom le s sa cr em e n ts sacramentalia. O n p e u t v o i r à c e s u j e t u n
e t le s
e x p o s é f o r t c l a i r d a n s G . L . H a h n , D ie Lehre von den Sakramenten in ihrer
geschichllichen Entwicklung innerhalb der abendlândischen K irche bis zum
Concil von Trient, B r e s l a u 1 8 6 4 , n o t a m m e n t p . 1 0 4 .
3) I v e s d e C h a r t r e s , é p . c x i v (H istor . de France, X V , p . 1 4 5 ) ; P i e r r e
D a m i e n , Sermo L X I X , M i g n e , P . L ,, t . 1 4 4 , c o l . 8 9 7 e t s u i v . , e t Liber gra-
tissimus, c . X (Monum. Germ., Libelli de lite, I , p . 3 1 ) ; T h o m a s B e c k e t , l e t t r e
à H e n r i I I , M aterials for the history of Th. B ., Rolls Sériés, V , n ° c l i v , p . 2 8 0 .
C f. P ie r r e d e B l o is , t e x t e s c ité s c i-d e s s u s , p . 4 1 , n . 4 e t c i d e ss o u s, p . 1 9 7 ,
n. 1; H u g u e d e R o u e n , c i t é H a h n , loc. cil., p . 1 0 4 ; O t t o d e F r e i s i n g ,
Gesta FH derici, II, c. III (Scriplor. ver. Germ., 3 e é d ., p . 10 4 : « dum fin ito
u n c tio n is s a c r a m e n t o d i a d e m a s i b i i m p o n e r e t u r »). B o n e x p o s é d e l a q u e s t i o n
dans K e r n , Gollesgnadentum, p. 78; cf. p. 8 7, n . 154 .
I9 6 LES R O IS TH AUM ATURGES

que sept sacrements. L 'ord in ation figura parm i eux ; l ’onction royale,
au contraire, fu t exclue. A in si, entre l ’ acte qui créait u n prêtre et
celui qui créait un roi un abîm e s’ ou vrait. M ais le lan gage courant
n ’abandonna pas tout de suite, ta n t s ’en faut, l ’ancien usage. R obert
Grossetête, philosophe et théologien, écrivan t entre 1235 et 1253 1),
la chancellerie pontificale elle-même, dans des bulles de 1257 et de
1260 23 *), y dem euraient encore fidèles. Surtout, comme cela était n atu ­
rel, i l se m ain tin t bien plus tard encore dans les œ uvres laïques en
langue vu lgaire. « Seigneur », lit-on dans le rom an de C h a rles le C h auve,
composé au x i v e siècle :

S e ig n e u r pour c e s te cau se d o n t je vous voy p a r la n t


Fu adont acord é en F ran ce le v a illa n t
C 'o n ne te n r o it a roy ja m a is hom m e v iv a n t
S ’en la c ité de Ita in s n ’a v o it le sacrement*).

Sim ple querelle de m ots que tou t cela? Non certes. Si im parfai­
tem ent défini que soit demeuré pendant longtem ps le term e de sacre­
ment, il a toujours emporté avec lu i l ’idée d ’une action d ’ordre sur­
naturel: «signes visibles de choses divines», a v a it d it saint A ugustin “).
N ul écrivain, pour peu q u ’ il eût quelque culture théôlogique, ne pou­
v a it le prendre dans un autre sens. L ’appliquer à l ’onction royale,
c'était signifier explicitem ent que la consécration par l ’huile sainte
opérait dans l ’être sp iritu el des rois une transform ation profonde.
C 'était, en effet, ce que l ’on cro ya it com m uném ent. Sam uel, lisait-on
au L iv r e des R o is , après avo ir versé sur la tê te de S aü l la fiole pleine
d ’huile, lui a v a it d it : « tu seras changé en un autre hom m e », m u ta -
beris i n v ir u m a lien u m . 6) ; or, l ’onction de S aü l était la préfiguration
de l'onction des rois chrétiens ; com m ent n’ eût-on pas emprunté
à la B ib le cette parole pour l ’em ployer à caractériser les effets du sacre?
A u x i e siècle, le prêtre allem an d W ipon la place dans la bouche de
l ’archevêque de M ayence haranguant, au jo u r du couronnem ent,
le roi Conrad II ; plu s tard , Pierre de B lo is la rappelle au roi de Sicile,

*) T e x t e c it é c i-d e s s u s p. 192, n. 2 : « u n c c i o n i s s a c r a m e n t u m ».
*) B a r o m i u s - R a v n a l d u s , é d . T h e i n e r , X X II (12 5 7, n® 5 7 et 1260 ,
n° 1 8 ) ; c f . P o t t h a s t , Regesta, I I , n ° 1 7 0 5 4 e t 17947. M a i s , s u r l ’a t t i t u d e d e
Jean X X II en 13x8 , v. c i-d e s s o u s p. 239.
3) H istoire littéraire, X X V I , p. 122.
*) D e catechizandis rudibus, c. X X V I (M i g n E, P . L ., t . 4 0 , c o l. 344) :
g s ig n a c u la q u id e m reru m d iv in a r u m . e s s e v is ib ilia , sed te s ip s a s in v is ib ile s
in e is h o n o r a i t »
δ) I , Reg., ro , 6.
LA ROYAUTÉ SACERDOTALE 197

le pape A lexandre IV au roi de B o h êm e*) ; nul doute q u ’on ne lui


donnât son sens littéra l. Aussi bien, si nous voulons savoir ce que l ’on
entendait d ’ordinaire sous ce nom de sacrem ent, lorsqu’on s ’en
servait pour qualifier l ’onction royale, il suffit de nous adresser à
R obert Grossetête ; selon ce prélat, très orthodoxe et très savant, le
roi oint reçoit « le don septiform e du Saint E sp rit » — souvenir é v i­
dent de la théorie et du ritu el m êm e du sacrem ent de confirm ation*2).
E n somme, p ar Γ onction-sacrem ent, les rois sem blaient naître à une
vie m ystique nouvelle. T elle est la conception profonde que, tou t au tant
q u ’un rapprochem ent purem ent verb al avec l ’ordination du prêtre,
une théologie plus stricte prétendit proscrire, en refusant au rite
m onarchique le litre consacré par un long usage.
L a v ieilleid ée pourtant survécut. E lle devait prendre une form e par­
ticulièrem ent audacieuse dans l'entourage du roi de France Charles V .
Ouvrons ce T r a it é d u sacre composé, com m e l ’ on sait, pour le prince
lui-même et presque sous son inspiration, p ar le carm e Jean Golein.
L ’auteur y suit p a s à p as la m arche de la cérémonie, indiquant à
mesure pour chaque épisode un sens sym boliq ue; nous sommes arrivés
au m om ent où le roi q u itte les habits q u ’il a v a it portés depuis le
début pour revêtir le costum e proprement ro yal ; voici, de ce geste
assez simple, le com m entaire « m isterial » :

« Q uant le roy se d e s p o ille , c ’e s t s ig n ifia n c e q u ’il r e le n q u is t l ’e s t â t


m o n d a in d e p a r d e v a n t p o u r p r e n d r e c e lu i d e l a r e lig io n r o y a l ; e t s ’il le p r e n t
en t e le d e v o c io n com m e il d o it, je tie n g q u ’ il e s t te le m e n t n e tto ié de ses
p e c h ie z com m e c e lu i qui e n tre n o u v e lle m e n t en r e lig io n esp ro u vée : de
q u o y d it s a in t B e r n a r t ou liv r e de preceplo et dispensacione v e r s l a f in : q u e
au ssi com m e ou b a p te s m e le s p e c h ie z son t pard on n ez, au ssi a l ’e n tr é e de
r e l i g i o n » 3) .

T ex te infinim ent suggestif : du même coup la dignité royale


se tro u v ait com parée à une « religion », c ’est-à-dire à l ’état m onastique,

x) W i p o , Gesla Chuonnidi, c . I I I , é d . H . B r e s s l a u , Scr. rer. Germ. in


usum scholarum, 3 e é d . , p . 2 3 ; P i e r r e d e B l o i s , é p . 1 0 , M i g n e , P . L ., t . 2 0 7 ,
c o l, 2 9 ; d a n s le s d e u x c a s la p a r o le b ib liq u e sert d e th è m e à d e s c o n s e ils o u
rep ro ch es. A le x a n d r e IV , b u lle du 6 o ct. 1260 : R a y n a l d u s -B a r o n i u s ,
éd. T h e in e r , X X II, 12 6 0 , n ° 18 , P o t t h a s t , Regesta, n . 1 7 9 4 7 .
2) T e x t e c i t é c i - d e s s u s p . 1 9 2 , n . 2 ( é d . L u a r d , p . 350) ; « r e g a lis in u n c c io
s ig n u m e s t p r é r o g a t iv e s u s c e p c io n is s e p t i f o r m i s d o n i s a c r a t i s s i m i p n e u m a t i s ».
3) C i - d e s s o u s Appendice I V , p . 4 8 3 . J e a n G o le in , d a n s la p h r a s e s u iv a n te ,
e n d o n n a n t à s a p e n s é e u n t o u r m o r a lis a te u r , e n r e s t r e in t u n p e u la p o r té e :
la d ig n it é r o y a le d o it b ie n jo u ir d e s m ê m e s p r iv ilè g e s q u e l ’ é t a t d e r e lig ie u x ,
car e lle c o m p o r te beau cou p p lu s d ’ « a n x ie te z e t p a i n e s ».
I9 8 LES R O IS THAUM ATURGES

et le sacre se vo y a it attribuer les mêmes pouvoirs de régénération


que l ’entrée en religion, voire même que le b aptêm e ; p ar lui le roi,
pou rvu qu’i l se trouve dans la disposition d 'âm e nécessaire, est « net-
toié » de ses péchés. Chose curieuse, cette dernière théorie, dont on
ne saurait contester la hardiesse, a v a it déjà été soutenue, bien avant
Jean Golein, m ais hors de France et dans un écrit que le carm e fran ­
çais ne p o u va it connaître. A u x approches de l ’ an 1200, un haut
dignitaire de l ’E glise orientale, Théodore Balsam on, composa un
com m entaire sur les décisions des principaux conciles. A propos du
douzièm e canon du concile d ’A ncyre, il raconte, comm ent, en 969,
le patriarche P olyeucte excom m unia tou t d 'ab ord l ’em pereur Jean
Tsim itzès, arrivé au trône par un assassinat, puis se relâcha de sa
sévérité ; pourquoi ce changem ent d ’attitu d e ? voici l ’explication
q u ’en donne notre glossateur :

« L e p a t r ia r c h e , d 'a c c o r d a v e c le S a i n t S y n o d e , s e lo n l a d é c is io n s y n o d a le
qui fu t a lo r s p r o m u lg u é e et dont le te x te est con servé dans le s a r c h iv e s ,
d é c la r a que, p u is q u e l ’o n c tio n du s a in t b a p têm e e ffa c e to u s le s péchés, si
g r a n d s e t si n o m b r e u x s o ie n t -ils , qui ont été c o m m is a u p a ra v a n t, d e m ê m e ,,
p a r u n e a c t i o n d e t o u t p o i n t p a r e ille , l 'o n c t i o n r o y a l e a v a i t e f f a c é l e m e u r t r e
d o n t T s i m i t z è s s ’ é t a i t r e n d u c o u p a b l e a v a n t d e l a r e c e v o i r » 1).

Je ne sais si vraim ent P olyeucte et le synode avaient émis cette


opinion ; m ais certainem ent Balsam on la fa isait sienne. Ainsi, dans
l ’une et l ’autre Eglise, les prêtres loyalistes se rencontraient, sans in ­
fluence réciproque, dans la même étonnante pensée. V ers le début
du x v i x e siècle, le passage de l ’auteur grec tom ba sous les yeu x d ’un
docteur de Sorbonne, Jean Filesac, à qui l ’on doit un traité, d ’ailleurs
assez confus, S u r l ’ id o lâ trie politique· et le cu lte lé g itim e d û a u p rin ce,
paru en 1615. Filesac, nourri des leçons d ’une théologie plus rigoureuse
— celle q u ’a va it fixée le concile de T rente — ju gea une p are'lle théo­
rie tou t à fa it scandaleuse : comment, dit-il en substance, l ’onction
royale laverait-elle d ’un péché m ortel, p u isq u ’elle n ’est pas un
sacrem ent ? 2) On l ’eût sans doute beaucoup surpris, si on lui a va it
révélé q u ’en Fran ce mêm e une idée tou te sem blable a v a it été
défendue p a r un religieux, écrivant pour l ’un des plus pieu x parm i
nos rois. *)

l) c i - d e s s o u s Appendice I I I , p . 4 7 6 .
C f.
*) De idolâtrie· politica et legitimo principes cultu commentarius, p. 73,
Sur l ’o u v r a g e c i-d e s s o u s p. 354, η. I.
LA ROYAUTÉ SACERDOTALE 19 9

Les princes tem porels aspiraient à gouverner l'E glise ; c'est


aux chefs de l'E g lise q u ’ils étaient tentés de s'égaler. D ans m aints
détails du cérém onial du sacre s'affirm e, avec beaucoup d ’esprit
de suite et, semble-'t-il, de plus en plus nettem ent à mesure que le
m oyen âge s’avance, la volonté d ’établir une sorte de parallélism e
entre le ritu el m onarchique et celui que l ’on observait, non pour
l ’ordination des sim ples prêtres, m ais pour la consécration des évêques*1).
Ce dessein, plus que tout autre, d evait paraître dangereux aux hom m es
qui s'étaient constitués en gardiens jalo u x de l ’autonom ie du spirituel ;
de tou t leur pou voir ils s’ attachèrent à le traverser.
Les rois étaient oints sur différentes parties du corps ; entre autres,
selon la coutum e ancienne, attestée p ar les prem iers rituels, sur
la tête. N ’était-ce p as en effet sur la tête de Saül que Sam uel a v a it
répandu le contenu de la fiole dont parle la B ib le ? L a m êm e pratique
était observée au sacre des évêques ; m ais les prêtres, à leur ordina­
tion, n 'avaien t droit à l'on ction que sur les mains. L es liturgistes
s'avisèrent un jour que ces usages établissaient entre la royauté et
l'épiscopat une insupportable parité ; ils décidèrent que désorm ais
les rois ne seraient plus oints que sur les bras, ou, à la rigueur, l ’épaule
ou la main, U ne bulle célèbre d ’innocent I I I , adressée en 1204 à
l ’archevêque bulgare de T im o v o et recueillie p ar la suite dans les
D écréta les, form e le résumé le plus autorisé de la doctrine orthodoxe
de l ’onction ; les m odalités des deux rites, épiscopal et royal, y sont
très ferm em ent distinguées. D e même dans le Rational des d iv in s
Offices de G uillaum e D urand, où tou te la science litu rgiqu e du x m e
siècle se trouve con d en sée2). Ces soins demeurèrent vains. Malgré
J) Cf. J. Wiclcham L e g g , The sacring of the English K ings; Archaeolo-
gicai Journal, LI (1894), p, 33^ et W oolley , Coronation rites, p. 193.
a) Corpus Iuris CanonicA, éd. F r i e d b e r g , II, col. 132-133 (Décrétal.
I, tit. X V ) : « Refert autem inter pontificis et principis unctionem, quia caput
pontificis chrismate consecratur, brachium vero principis oleo delinitur, ut
ostendatur, quanta sit differentia inter auctoritatem pontificis et principis
potestatem »; cf. K e r n , Gottesgnadentum, p. 1x5; la même théorie repro­
duite dans la bulle d'Alexandre I V pour le sacre des rois de Bohème, en 1260
( B a r o n i u s - R a y n a l d u s , éd. T i-i einer , X X I I , 1260, u“ 18; Poïthast , n° 17947)
Guillaume D urand , nationale, I, c. V I I I , éd. de Lyon 1584, p. 40 : depuis
l'avènement de la Nouvelle loi, l'onction royale « a capite ad brachium est
translata, ut priuceps a tempore Christi non ungatur in capite sed in brachio
siue in humero vel in armo »; pour l'onction de l'évêque sur la tête, cf. 40 v°.
Dans 1 ’ ordo pour le couronnement des rois, conforme aux prescriptions cano­
niques, que donne G. Durand dans son Pontifical (Bibl. Nat., ms. latin 733),
on lit, fol. 54 V0 : «Post hec metropolitanus inungit in modum crucis cum
oleo exorcisato de[x]trum illius brachium et inter scapulas ».
200 LES R O IS THAUM ATURGES

l ’au torité des papes et des docteurs, les rois de France et d ’A ngleterre
continuèrent, en fa it, à recevoir, à l ’instar des successeurs des apôtres,
l ’huile sainte sur leurs t ê t e s 1).
L es évêques, à la différence des prêtres, étaient oints, non pas
avec l ’huile bénie ordinaire, dite des catéchumènes', m ais avec une
huile spéciale, m élangée de baum e : le chrême. On vou lu t contraindre
les rois à l ’usage de l ’huile sim ple. C ’est à quoi travaillèren t Innocent II I
et la curie après lu i ; ce fu t la théorie de G uillaum e D urand. E n dépit
de tou t, les rois de France et d ’A ngleterre conservèrent le privilège
du ch rêm e2).
E n vérité, le caractère quasi-sacerdotal que la cérémonie du sacre
a v a it pour effet d ’im prim er sur les rois était si net que la doctrine
litu rgiqu e dut, en fin de com pte, se résigner à chercher à l ’attén uer et
à le rendre inoffensif p lu tô t q u ’ à le nier absolum ent. R ien n’ est plus
caractéristique à cet égard que l ’histoire du couronnem ent im périal.
A u x beaux tem ps de la d ynastie saxonne et sous les Saliens encore,
les tëxtes officiels qui réglaient cette cérém onie m ettaient nettem ent
en lum ière le changem ent d ’état qui en résultait pour le prince. D écri­
va n t la remise par le pape au fu tu r empereur de la tunique, de la
dalm atique, du p lu vial, de la m itre, des chausses et des sandales
— vêtem ents presque sacerdotaux — , ils com m entent cet acte par
ces sim ples m ots : « Ici le pape le fa it clerc »; I b iq u e fa c it e u m clericu m .

J) W o o l l e y , Coronation rites, p . 68, 71, 104; H . S c h r e u e r , Ueber alt-


franzôsische Krônungsordnungen, p . 39 e t 48 ; L e g g , Coronation records,
u . X X X V . L ’o n c tio n su r la tê te d is p a r u t d e b o n n e h e u re d u r itu e l d u sacre
im p é r ia l (K e r n , p. 115, n . 2 0 7) m a is s c m a in tin t d a n s le c é r é m o n ia l d u s a c r e
d u roi d es R o m a in s c o m m e s o u v e r a in a lle m a n d (S c h r e u e r , O ie réchtUchen
Grundgedanken , p . 82, n . 3 e t W oo lley, p . 12 2 ). L e c a r d in a l H e n r i d e S u s e , —
con n u d a n s la litté r a tu r e c a n o n iq u e p a r s o n t itr e c a r d in a lic e de H ostiensis —
dans sa Swnm a aurea, é c r i t e e n t r e 1 2 5 0 e t 1 2 6 1 , l i b . I , c . X V (é d . de L yon ,
fo l., 41 v ° ) n o t e q u e , m a l g r é l e s p r e s c r i p t i o n s d ’ i n n o c e n t
15 8 8 , fo l. III e t le s
t e x t e s o f f i c i e ls d u p o n tific a l r o m a in , « se d e t c o n s u e tu d o a n tiq u a c ir c a h o c o b -
s e ru a tu r, n a m s u p r a d ic to r u m R e g u m F r a n c i a e e t A n g l i a e c a p i t a i n u n g u n t u r ».
2) B u l l e s d ’i n n o c e n t III et d ’A l e x a n d r e IV , et te x te de G u illa u m e
D u ran d, c ité s c i-d e s s u s p. 19 9 n. 2; c i. j. F l u c k , Katholische Liturgie,
I, G i e s s e n 1853, p , 3 1 1 e t 3 2 2 ; V a c a n t e t M a n g e n o t , Dictionnaire de théo­
logie catholique a u m o t Chrême. D é j à a u X I I e s i è c l e le p e t i t p o è m e c o n n u s o u s
le n o m d e De anulo et baculo versus (Mon. Germ. histor., Libelli de lite, I I I ,
p . 7 2 6 , v . 9) d i s a i t : « P r e s u l i s e s t a u t e m s a c r a crismatis u n c t i o . . . ». P o u r
l ’u s a g e fr a n ç a is a t t e s t é p a r d e s t e x t e s n o m b r e u x , v. p a r e x e m p le D e w ic k ,
The Coronation' B00k of Charles V of France (H. Bradshaw Soc., X V I ) , c o l. 8
et 25 e t s u iv . (a u c h r ê m e é t a i t m é la n g é e u n e g o u tte d e l ’h u ile d e l a S a in te
A m p o u le ); p o u r l ’u s a g e a n g la is , L e g g , Coronation records, p. X X X V .
LA ROYAUTÉ SACERDOTALE 301

Au x n e siècle cette m ention disparaît. L a cérémonie de la remise


des vêtem ents subsiste ; elle subsistera ta n t q u ’il y aura des em pereurs
couronnés p ar des papes. M ais l ’interprétation qui en est donnée est
différente : le roi des R om ains est désorm ais censé reçu au nombre des
chanoines de Saint-Pierre. P lus d ’entrée dans les ordres, au sens géné­
ral du m ot ; à sa place la sim ple collation d'une dignité particulière,
de n ature ecclésiastique certes, m ais conférée ici visiblem ent à titre
honorifique et du reste, selon la pratique canonique de l'époque,
d'une sorte à pouvoir être accordée à des personnages à peine parvenus
au x degrés inférieurs de la cléricature : tou s les chanoines, dans les
différents chapitres cathéd rau x de la catholicité, n ’étaient pas prêtres
ou même ordonnés, ta n t s'en faut. A insi l ’ acte accom pli avant le sacre
proprement dit, dans la petite église de S a n c ta M aria, in T u r r i, sans
perdre to u t à fa it son sens premier, se dépouillait de tou te significa­
tion m enaçante pour le parti p o n tific a l1).
Mais il y a m ieux. Puisque, après tout, on ne p o u va it guère
contester que l ’empereur ne fû t quelque chose de plus q u ’un laïque
et comme, p a r ailleurs, n ’étant point apte à accom plir le sacrifice
de la messe, il ne revê ta it évidem m ent point la prêtrise, on im agina de
préciser sa situation dans la hiérarchie. Les or d în e s du couronnem ent,
à partir du x m e siècle, tém oignent d ’un effort très net pour assim iler
la situation ecclésiastique du chef tem porel de la chrétienté à celle
d ’un diacre ou, plus souvent, d ’un sous-diacre : le prieur des card i­
n aux diacres lit sur lui la litan ie usuelle dans l ’ordination des
sou s-d iacfes; le pape lui donne le baiser de p a ix «comme à l ’un des
card inaux diacres » ; au term e de la cérémonie, le nouveau César
sert la messe du souverain pontife ; il lui présente « le calice et l ’eau,
à la m anière des sou s-d iacres» 2). D e tou tes ces pratiques, quelques

1) S u r c e s fa its , il s u ffir a d e r e n v o y e r à A . D i e m a n d , D as Ceremoniell


der K aiser hrômtngen; Histor. A bh., hgg. von Th. H e ig e l u n d H . G r a u e r t , 4,
M u n ic h 18 9 4, P· ^5 n. 3 et 74, e t su rto u t à E . E i c h m a n n , D ie Ordines der
Kaiserkrôm m g ; Zeilschr. der Sav. S lijlun g fü r Rechtsgesch., K a n . A bt., 1 9 1 2 ,
passim . Q u o i q u ' e n d i s e D i e m a n d , i l n ’ y a p a s d e p r e u v e q u e l ’ u s a g e d e r e c e v o i r
l ’ e m p e r e u r d a n s le c h a p i t r e d e S t P i e r r e d e R o m e s o it u n e im ita tio n d e c e lu i
qui v o u la it q u ’ il fû t m em bre du c h a p itr e d ’A i x - l a - C h a p e l l e ; le c a n o n ic a t
a ix o is s e m b le r a it p lu tô t une im ita tio n du c a n o n ic a t r o m a in : c i. B e is s e l ,
Der Aachener K ôn ig sslu h l ; Zeilschr. des Aachener Geschichtsvereins, IX (18 8 7)
p . 23 ( u t i l e p o u r le s f a i t s c i t é s p l u t ô t q u e p o u r l e u r i n t e r p r é t a t i o n ) . C ’e st ic i
le lie n de s ig n a le r que je n ’a i p u v o ir le tr a v a il récen t d e E va Sp e r l in g ,
Studien zur Geschichte der Kaiserkrônung und Weihe, S tu ttg a r t 1918 .
2) E ic H iM A N N . loc. cil., p . 3 9 e t 4 2 (ordo d u cou ron n em en t im p é r ia l,
« 3e p é r io d e » ). D a n s so n m é m o ir e , E ic h m a n n , qui a b ie n m is en lu m iè r e la
203 LES RO IS THAUMATURGES

savan ts dégagèrent une doctrine : selon eux, l ’empereur revêtait v ra i­


m ent « l ’ordre du sous-diaconat » ; et com m e, en ce tem ps, à, toute
opinion il falla it pour soutien un texte, plus ou. m oins torturé, ils im a­
ginèrent d ’invoquer, par surcroît, à l ’appui de leurs conclusions un
canon du D écret de G ra tien , où l ’on vo it V alen tin ien dire à saint
A m b ro ise: « je serai toujours, ainsi q u ’il convien t à m on ordre, ton
aide et ton défenseur » ; le sous-diacre n ’é ta it-il pas essentiellem ent
1’ « aide » des prêtres et des évêques ?. G uillaum e D urand, qui nous
rapporte cette théorie, ne s ’y rallie point ; m ais il ne fa it point diffi­
culté dë reconnaître que l ’ empereur, à son sacre, exerçait bien réelle­
m ent les fonctions de cet « o rd re » 1). Ainsi on ne po u va it plus dire,
com m e au tem ps de Grégoire V II, que to u t prince de ce monde, si
grand fût-il, était au-dessous du sim ple exorciste ; m ais du moins l'em ­
pereur, supérieur au x clercs pourvus des ordres mineurs, se tro u v a it
placé expressément au-dessous des prêtres, sans mêm e parler, des
évêques. C 'é tait l'essentiel. Chose curieuse, à B yza n ce l’historien re­
trou ve un tra it analogue. L à-b as le b a sile u s é ta it l ’héritier direct
de la vieille m onarchie sacrée du B as-E m pire rom ain, to u te pénétrée,
m êm e après Constantin, de trad itio n s païennes ; au v e siècle on l ’ap­
pelait encore couram m ent ispsés , c ’est-à-dire prêtre, ίρχιερεύς, c ’est-
à-d ire évêque ; a u .x iv e et au x v e siècles, les écrivain s officiels, préoccu­
pés d ’expliquer certains privilèges cu ltuels qu i lui étaien t reconnus,
notam m ent son droit, le jou r du sacre, à com m unier de la mêm e façon
que les clercs, ne lui assignent plus que le ran g de diacre ou même de
δεποτάτο-,, officier ecclésiastique d ’un degré encore inférieur*2). Ainsi,

s ig n if ic a tio n du c a n o n ic a t a ttr ib u é à l ’E m p e r e u r , ne me p a r a ît pas a v o ir


accordé une im p o r ta n c e s u ffis a n te au d ia c o n a t im p é r ia l.
*) Eationale, II, 8, é d . d e 158 4 , p . 5 6 v ° : « Canon t A d r ia n i P a p a e lx iij
d is tin c t. V a le n t in ia n u s in fin e v i d e t u r in n u e r e , q u o d I m p e r a t o r d e b e t o r d in e m
s u b d ia c o n a tu s h a b e re , u b i d ic itu r , A d iu to r e t d e fe n s o r tu u s , u t m e u m o r d in e m
d e ce t, s e m p e r e x is ta m , sed non est ita . g e r it ta m e n illu d o ffic iu m , q u o n ia m
in d ie o r d in a tio n is su e, r e c e p t u s e s t p r im u m i n c a n o n ic u m , a c a n o n ic is s a n c t i
P é tr i, m in is tr a t d o m in o papae in m is s a in o ffic io s u b d ia c o n a tu s , paran d o
c a lic e m et fiu iu s m o d i f a c i e n d o ». La c ita tio n se r a p p o r te â Decret. Grat.,
D is t. L X III, c. III ; m a i s e lle e s t e r r o n é e e n c e s e n s q u e l e c a n o n e n q u e s t i o n
est en r é a lit é un e x tr a it d e Γ Historia tripartita; c ’e s t a u c. I I q u ’il e s t f a i t
m e n tio n du pape A d r ie n II.

2) J e a n C a n t a c u z è n e , Histor., lib. I, cap. X L I (M i g n e , P . G ., t . 1 5 3 ,


c o l. 2 81, c i. pour la c o m m u n io n 288) et Co d in u s , De officiis Constantino-
politanis, c. X V I I (P . G., t. 157, c o l. 10 9 ; c f. p o u r la c o m m u n io n , c o l. n i )
fo n t de l ’em p ereu r un ο ε πο τά το ς B r ig h t m a n , Journal of Thcological
( c f.
Studies, II, 19 0 1, p. 390, n . 1 ) ; S i m o n d e T h e s s a l o n i q u e , De sacro templo,
LA ROYAUTÉ SACERDOTALE 203

dans les deux m oitiés du monde européen, des circonstances pareilles


avaient, selon toute p robabilité sans influence réciproque, amené
les docteurs à inven ter une fiction semblable.
D 'ailleurs, les em pereurs occidentaux, à partir du x i v e siècle,
paraissent avoir pris cette singulière im agination fort au sérieux.
On a va it tenu à faire d 'eu x des diacres ou des sous-diacres ; ils v o u ­
lurent exercer les fonctions diaconales, du m oins à l ’une des principales
fêtes de l ’année. Charles IV , couronne en tête, gla ive en main, lisait
à l ’église, le jour de Noël, la septième leçon de m atines, particu lière­
m ent appropriée à une bouche im périale, parce q u ’elle commence
par ces mots, em pruntés à l ’E va n g ile de la messe de m inuit (L u c II, 1) :
« E n ces tem ps on publia un édit de César Auguste... ». L e 25 décembre
1414, Sigism ond, fils de Charles IV , se m ontra dans le même rôle
aux Pères du Concile de Constance. P ar là, ces souverains tournaient
ingénieusem ent à leur gloire la théorie élaborée jad is dans un tou t autre
dessein; car l'im posante apparition que, parés des ornem ents im périaux,
ils faisaient ainsi au lutrin, parm i la pom pe des grandes liturgies,
soulignait au x yeu x des foules, m ieu x que to u t autre geste, leur p ar­
ticipation au caractère ecclésiastique. L e prestige q u ’ils tiraient de
ce p rivilège sem blait si éclatan t q u ’à l'étran ger on en prenait aisé­
m ent om brage. Lorsque, en 1378, Charles I V v in t en France rendre
v isite à son neveu Charles V , il d u t retarder légèrem ent son voyage,
de façon à célébrer Noël en terre d ’empire, le gouvernem ent français
lui aya n t fait savoir q u 'il ne serait pas autorisé, dans le royaum e,
à dire m atines ; on n ’eût pas toléré que l ’empereur accom plît p u b li­
quem ent, dans les E ta ts du roi de France, un office religieu x dont le
roi de France était in c a p a b le 1).

c. C X L I I I (P. G., t. 155, c o l. 3 5 2 ) e u f a i t — à p r o p o s d e la c o m m u n io n —


un d ia c r e .
') Pour C h a r le s IV , R. D e l a c h e n a i ., Histoire de Charles V, I, 19 0 9 ,
p. 278, n. 1 (la m in ia tu r e c ité e est m a in te n a n t r e p r o d u ite au t. IV de la
Chronique de Jean I I et Charles V, é d . D e l a c h e n a i ., S oc. d el'h ist. de France,
p l . x x x l l ) . P o u r S i g i s m o n d , Chronique du R eligieux de Saint-Denys, é d .
L . B e l l a g u e t ( D o c . inéd ), V , p . 4 7 0 . O n l i t d a n s le c é r é m o n i a l p o n t i f i c a l
d e P i e r r e A m elii ( 1 3 7 0 - 7 5 ) ^ p r o p o s d e l a m e s s e p a p a l e d e N o ë l : « S i i m p e r a t o r
vel rex s i t in c u r ia h a c n o c te , s a c r is t a et e le r ic i p r a e s e n t a n t s i b i l i b r u m le -
g e n d a r u m , in q u o d e b e t l e g e r e q u i n t a i n l e c t i o n e m , e t eum h o n e s te in s tr u u n t
d e c e r e m o n iis o b s e r v a n d is in p e t e n d o b e n e d ic tio n e m , in l e v a n d o e n s e m cu m
v a g i n a , e t e x t r a h e n d o , i p s u m v i b r a n d o ............. » (M a b i l l o n , M uséum italicum ,
I I , i n - 4 0, 1 6 8 9 , p 3 2 5 ). E n r e v a n ch e , il n e fa u t v o ir sa n s d o u te q u ’u n e p u re
fa n ta is ie dans l 'a f f i r m a t i o n s u iv a n te , r e p r o d u ite par M a r t e n e , De antiquis
Ecclesiae ritibus, 1, I I , c . I X , é d . d e B a s s a n o , fo lio , 1 7 8 8 , I I , p . 2 1 3 « e x c o d i c e
204 LES R O IS THAUMATURGES

L es rois de France, en effet-, ne furent jam ais diacres ou sous-


diacres. Il est v ra i que, dans les o rd in es du sacre de R eim s, à p a rtir
d u X I I I e siècle, on trou ve ces m ots, à propos de la co tte que les rois

revêtent après l ’onction : elle doit « estre fa ite en m aniéré de tun ique
dont les souz diacres sont vestu z a la messe ». M ais le parallélism e
ne se poursuit pas avec suite. D ans les m êm es docum ents, c ’ est à la
-chasuble du prêtre q u ’est plus loin com paré le surcot l'o y a l1). E t le
cérém onial de Charles V in trod uira dans le costum e un élém ent
nouveau qui suggère d ’autres analogies : le roi, d it-il, peut, s ’il veu t,
m ettre après l ’onction des gants souples, com me les évêques ont cou­
tu m e de le faire à leur consécration. Sans assim ilation précise, to u t
contribuait donc, et de plus en plus, à évoquer à propos des vêtem ents
portés p a r le souverain, le jour où il recevait l ’onction et la couronne,
l ’idée des ornem ents sacerdotaux ou p o n tificau x, ..Aussi bien ne con­
tin uait-on pas à dire ce jour-là les vieilles prières qui traduisaient
à chaque ligne le désir d ’ établir une sorte d ’ équivalen ce entre les
deux onctions, royale et sacerdotale z) ?
E n Angleterre, le rituel, ta n t dans la désignation officielle des
vêtem ents que dans les te xtes liturgiques, n ’é v e illé ·p a s to u t à fa it *)

B i g o t i a n o », s a n s a u t r e i n d i c a t i o n d e d a t e o u d e p r o v e n a n c e ; à la m e s s e d ite
à l ’e n tré e de l ’E m p e r e u r à Rom e après son é le c tio n « l ’e m p e re u r d o it d ir e
l ’ e v a n g i l e , e t le r o y d e C e c i l e l ’ e p i s t r e . M a i s s i l e r o y d e F r a n c e s ’ y t r o u v e , i l
la d o it d ir e devant l u i ».
b H. S c i i r e u e r , Ueber alifranzôsische Kronungsordnungen. W e im a r 19 0 9
( tir a g e à p a rt, revu , deZeitschrift der Savigny-Stifiung, G . A . . 1 9 0 9 ) ,
la
p , 3 8 e t 4 6 ; E . S . D e w i c k , The coronation book of Charles V of France, c o l . 8 ;
J e a n G o l e i n , c i - d e s s o u s A p p . i v , p . 4 8 2 . J e c r o is d e v o i r r a p p e l e r u n e f o i s d e
p l u s q u e , e n l ’ a b s e n c e d e t o u t c l a s s e m e n t v r a i m e n t c r i t i q u e d e s ordines d u
sacre fr a n ç a is (le s tra v a u x de H. Sch reuer n ’o n t gu ère p o r té que s u r le s
sou rces im p r im é e s ), o n n e p e u t r ie n d ir e s u r le r it u e l d e c o t t e c é r é m o n ie q u e
de vague e t d ’in c e r t a in .
*) P o u r le s g a n ts, D e w ic k , loc. c i i . , c o l . 3 2 : « P o ste a si u o lu e r it r e x
c ir o te c a s s u b tile s in d u e r e s ic u t fa c iu n t e p is c o p i dum c o n s e c r a n t u r »; cf. la
n o te , c o l. 8 2 . P r iè r e s : « C h r is te p e r u n g e b u u c r e g e m in r e g im e n u n c le u n x i s t i
sa c e r d o te s. . . . ; « D e u s e le c to r u m . . . . I te r u m q u e s a c e r d o te m a a r o n »; « A c-
c ip e c o r o n a m . . . . » ( a v e c l a f o r m u l e <1 p e r l i a n e t e p a r t i c i p e r a m i n i s t e r i i n o s t r i
n o n ig n o r e s . . .. ) , ibid. c o l. 2 9 e t 3 6 . L e s g a n t s s e m b le n t a v o ir é t é in t r o d u it s
p r im itiv e m e n t dans le c é r é m o n ia l p o u r répon d re à un b e s o in d ’ ord re pro­
p r e m e n t r i t u e l : ils s e r v e n t à p r o té g e r , a p r è s l ’o n c tio n d e s m a in s , le c h r ê m e
d e t o u t e p r o fa n a tio n : cf. D e w i c k , loc. cit . e t su r to u t J e a n G o l e in c i-d e s s o u s
p . 4 8 3 . M a is le u r e m p lo i a a u s s i t ô t s u g g é r é le r a p p r o c h e m e n t a v e c lé c o s tu m e
é p is c o p a l; rem arquez q u e Jean G o le in , q u i, en r è g le g é n é r a le , é v i t e d e tro p
in s is te r su r le ca ra ctè re sa c e r d o ta l d e la r o y a u té , ig n o r e ce rapproch em en t
o u l e p a s s e s o u s s ile n c e .
LA ROYAUTÉ SACERDOTALE 205

aussi nettem ent qu'en F ran ce le souvenir des diverses ordinations


ecclésiastiques. Mais veut-on savoir quelle im pression pouvait faire
sur le public la splendeur des pom pes m onarchiques ? nous n'avon s
q u 'à lire cette relation du sacre de H enri V I, où l ’auteur — ■ un contem ­
porain — parle sans sourciller de 1’ « habit épiscopal » revêtu par le
r o i x) .
L e sacre n ’était pas le seul acte qui m it en lum ière le caractère
quasi-sacerdotal des rois. Lorsque, vers la fin du x i n e siècle, on se
fu t habitué à réserver rigoureusem ent aux prêtres la communion
sous les deux espèces, accentuant ainsi d ’un tra it vigou reu x la d is­
tin ction entre le clergé et les laïques, la règle nouvelle ne s'appliqua
point à tou s les souverains. L ’empereur, à son sacre, continua de com ­
m unier avec le vin aussi bien q u ’avec le p ain. En France, P hilippe
de V alois se fit reconnaître, en 1344, par le pape Clém ent V I une préro­
g a tiv e semblable, non pas même lim itée com me pour l'em pereur
à une circonstance particulière, m ais sans restriction d ’aucune sorte ;
elle fu t accordée en m êm e tem ps et dans les mêmes conditions à la
reine, au duc de N orm andie, héritier présom ptif du royaum e — le
fu tur Jean II — et à la duchesse, sa femme. L es autorisations étaien t
données sous form e personnelle ; pourtant, soit que le privilège a it
été par la suite expressém ent renouvelé, soit p lu tô t que, par une sorte
de tolérance ta cite, la coutum e a it p ris peu à peu force de loi, les rois
de F ran ce ne cessèrent plus, depuis lors, pendant plusieurs siècles,
d ’user de ce glorieux p rivilège. Il fa llu t les troubles religieu x qui
agitèrent la chrétienté à p a rtir du x v e siècle et les discussions dont la
discipline eucharistique fu t alors l ’ob jet pour contraindre les princes
à renoncer, au m oins partiellem ent ou tem porairem ent, à la double
com m union. Frédéric II I, sacré empereur le 19 m ars 1452, ne com m u­
n ia ce jour-là q u ’avec l ’hostie. A observer l ’antique usage, on eût risqué
de p araître pactiser avec les doctrines hussites. L a trad ition n’é ta it
d ’ailleurs qu’interrom pue ; on la renoua p a r la suite, au x v n e siècle
au p lu s ta rd ; alors on l ’étendit même à d ’autres solennités que le
sacre ; de nos jours encore, l ’em pereur d ’A utriche, dernier héritier
des m onarchies sacrées d ’autrefois, com m uniait sous les deux espèces,
à chaque Jeudi Saint. E n France, depuis Henri IV , les rois n ’eurent
plus accès au calice que le jour de leur sacre. Il ne con ven ait pas que
le N avarrais, devenu catholique, continuât d ’observer le m êm e rite *)

*) B r i t . M u s . C o t t o n N e r o , C . I X , fo l. 17 3 , citéLEGG, Coronation Records,


p. xl, n. 4.
206 LES R O IS THAUMATURGES

communiel qu'au tem ps de son hérésie ; ses sujets m al inform és eussent


pu trouver là quelque raison de m ettre en doute sa conversion. D u
moins, ju squ ’à la fin de l ’Ancien Régim e, le cérém onial du sacre, sur
ce point, dem eura im m u a b le *).

1) I n d ic a tio n s g é n é r a le s s u r l 'h i s t o i r e et la d o c tr in e de la c o m m u n io n
dans V acant et M a n g e n o t , Dictionnaire de théologie catholique, a r tic le Com ­
munion. S u r l a c o m m u n i o n d e s d e u x e s p è c e s p a r le s e m p e re u r s A . D ie m a n d ,
Das Ceremoniell der Kaiserkronungen, p . 9 3 , n . 2. P ie IV , par une so r te de
c o n d e s c e n d a n c e e n v e r s le s s y m p a t h ie s lu th é r ie n n e s d e M a x im ilie n II, d u t lu i
r e n d r e le d r o it d ’ u s e r d u c a lic e (c f. J . S c h l e c h t , Hisior. Jahrbuch, X IV (18 9 3 ),
p . 1 ), m a is o n n e s a it si c ’e s t d e là q u e p r it d é fin itiv e m e n t n a is s a n c e , le r e t o u r
à l ’ a n c ie n u s a g e , a t t e s t é s o u s L é o p o ld I I . P o u r la F r a n c e , b u lle s d e C lé m e n t V I ,
de 13 4 4 . en la v e u r d e P h ilip p e V I , la r e in e s a fe m m e , le d u c d e N o r m a n d ie
e t la d uch esse, dan s B a r o n iu s - R a y n a l d u s , Annales, éd. T h e in e r , X X V ,
a n a ly s é e s , s a u f c e lle r e la t iv e au d u c q u i e s t p u b lié e in té g r a le m e n t; on d o it
c r o ir e q u ’ e l l e s a v a i e n t t o u t e s m ê m e t e n e u r . C ’e s t s a n s d o u te p a r s u ite d 'u n
lapsus que M a b i i .l o n , M uséum Italicum , I I , i n - 4 0, 168 9, p . Ix ij, a ffir m e q u e
le m ê m e p r iv ilè g e f u t a c c o r d é e n m ê m e t e m p s a u d u c d e B o u r g o g n e . L a b u lle ,
en fa v e u r d u d u c d e N o r m a n d ie — e t s e lo n to u te v r a is e m b la n c e le s a u tre s
au ssi - c o m p o r te é g a le m e n t l ’a u to r is a tio n : « u t q u a e s a c r a s u n t, p r a e te r q ü a r if
c o r p u s D o m in ic u m , q u o d per a li o s q u a m p e r s a c e r d o t e s t r a c t a r i n o n c o n v e n i t ;
ta n g er e q u o tie s o p p o r tu n u m fu e r it ... v a l e a s ». C o m m u n io n sou s le s deux-
esp èces au sacre de C h a r le s V; D e w i c k , The coronalion book of Charles Ιζ,
oj France, c o l. 4 3 e t ( p o u r l a r e in e ) 4 9 ; c f . c o l. 8 7 . S u r le c h a n g e m e n t q u i se
p r o d u is it so u s H e n r i I V , du P e y r a t , Histoire ecclesiastique de la Cour, p. 727-
729; d u P e y r a t n e l ’ a t t r i b u e q u ' à « l ’i n a d v e r t c n c e d e c e u x q u i à s a c o n v e r s i o n
com m en cèren t p r e m iè r e m e n t à govern er sa C h a p e l l e »; je p réfè re sn p poser
le m o t i f i n d i q u é c i - d e s s ü s ; c i . p o u r l ’ u s a g e d u s i è c le s u i v a n t O r o u x , Histoire
ecclesiastique de la cour, I, p . 2 5 3 , η . ( 1). S e l o n u n t h é o lo g ie n c a t h o liq u e d e la
se c o n d e m o itié du X V I e s i è c le , G asparus C a s s a l i u s , De caena et calice Do-
m ini, V e n is e 156 3 , c. II, c ité par H e n r i q u e z , Summa Theologiae M oralis,
g r . in -8 °, M ayen ce 16 13 , lib . V III, c. X L IV , § 7, η. η. o ., le roi de Franco
n ’a u r a it u sé d e ce p r iv ilè g e q u ’ à s o n s a c r e e t à l ’ a r tic le d e l a m o r t. S i le r e n ­
s e ig n e m e n t e s t e x a c t , il p r o u v e s a n s d o u t e q u e , dès a v a n t H en ri IV , la peur
d e p a r a ît r e c é d e r a u p r o t e s t a n t i s m e a v a i t a m e n é à r é d u ir e l 'e x e r c ic e d e c e t t e
p r é r o g a t i v e c u l t u e l l e . I l e s t c u r i e u x q u e le c é r é m o n i a l d e l a c o m m u n i o n r o y a l e
co n te n u d a n s le m s . 2 7 3 4 d e la B ib l. M a z a r in e , q u i d a t e du X V I I e s i è c le e t
v r a is e m b la b le m e n t d u r è g n e d e L o u is X III, p r é v o ie la c o m m u n io n s o u s le s
deux esp èces; on se born a p r o b a b le m e n t à r e p r o d u ir e un c é r é m o n ia l p lu s
a n c ie n ; ce te x te a é té p u b lié par F r a n k l i n , La vie privée, Les médecins,
p . 3 0 0 ; il m a n q u e d a n s le m s . a n a lo g u e c o n s e r v é à la B ib l. N a t . so u s la co te
fr a n ç a is 4 3 2 1 ; c f. c i-d e s s o u s p . 3 6 0 , n . 3. L a d is s e r ta tio n d e G a b r ie l K eh ler,
Christianissim i regis Galliae Cornmunionem sub utraque . . . . , i n - 4 0, W i t t e n b e r g
[1 6 8 6 ] e s t u n p a m p h le t p r o t e s t a n t s a n s in té r ê t. J e n ’ai p u v o ir J. F. Ma ye r ,
Christianissim i regis Galliae communie sub utraque, W itte n b e r g , m êm e d a te ,
En A n g le te r r e il n ’y a pas t r a c e q u e le s r o is a ie n t c o m m u n ié s o u s le s d e u x
LA ROYAUTÉ SACERDOTALE 207

Sans doute, on ne d oit pas oublier que l ’usage des deux espèces
n ’a jam ais été réservé a u x prêtres que p a r une règle disciplinaire,
laquelle peut fléchir et fléchit en effet quelquefois ; les papes, dit-on,
l ’ont accordé parfois, de nos jours même, à certains laïques éminents,
auxquels ils ne prétendaient certainem ent reconnaître aucun caractère
sacerdotal. D 'accord . M ais quand il s’agit du privilège eucharistique
des rois, comment douter q u 'il n 'a it eu son origine dans cette concep­
tion de la m onarchie sacrée et, si l ’on peut dire, supra-laïque dont la
vig u eu r est a ttestée par ta n t d ’autres fa its ? Il apparut au m om ent
précis, ou peu s ’en fau t, où le com m un des fidèles se v it pour tou jou rs
écarté du calice : com m e si les souverains tem porels, ou du m oins cer­
ta in s d ’entre eux — car jam ais les rois d 'A ngleterre n ’obtinrent,
ni peut-être n e recherchèrent, la même faveu r que leurs voisins de
Fran ce — avaien t refusé de se laisser confondre dans cette foule
banale. D ans les bulles de Clément V I, il s ’accom pagne de l ’au tori­
sation, bien significative, de tou cher les ob jets sacrés, excepté, il est
vra i, le Corps du Seigneur, dont le m aniem ent resta it perm is aux
seuls prêtres ; m ais cette réserve n ’a rien de bien étonnant ; on sait
assez que l ’assim ilation de la royau té avec le sacerdoce ne fu t jam ais
parfaite, parce q u ’elle ne p o u vait pas l ’être ; cela n ’empêche point
q u ’il n ’y a it eu, de tou tes façons, rapprochem ent. D e même, à Byzan ce,
où le rite com muniel, encore que très différent des coutum es latines,
étab lissait égalem ent une distinction entre les laïques et lês clercs,
ces derniers étant seuls admis à consommer séparém ent le pain et
le vin, le b a sileu s, au jour du sacre, com m uniait comme les prêtres,
«&ακερχχί ίι Ιερείς»* 1); lui aussi, il n ’était pas «pur la y ». D 'ailleurs,
mêm e si la raison prem ière de l ’honneur singulier accordé au x rois
de l ’O ccident n ’a vait pas été telle que je viens de le dire, le sentim ent
public en serait bien v ite arrivé à lui donner cette interprétation.
Jean Golein, dans son traité du sacre, après avoir noté que le roi et
la reine reçoivent de l ’archevêque le vin avec l ’hostie, rem arque q u ’un·
pareil rite ne peut être le signe que de l ’une ou l ’autre de deux
« dign ités » : la « royal » et la «prestral » ; la form ule était prudente ;
m ais croira-t-on que le vu lgaire s ’abstenait de conclure que la pre­
m ière des deux dignités p articip ait à la seconde ? N ous trouverons

esp èces avant ia R é fo rm e : L e g g , Coronaiion records, p. îx i. D o c u m e n ts


fig u r é s se r a p p o r t a n t à l a c o m m u n io n d u r o i d e F r a n c e s o u s le s d e u x e s p è c e s :
c i-d e s s o u s Appendice, I I , n 00 2 e t 3 e t D e w i c k , Thc coronation booh, p l . 2 8 .
K a t t e n b u s c h , Lehrbuch der vergleichenden Conjessions-
l ) F e r d in a n d
kunde, I, 18 9 2, p . 388 e t 498, e t c i-d e s s u s p . 2 0 2 , n . 2.
2 θδ LES ROIS THAUMATURGES

plus loin cette conclusion expressém ent énoncée, au x v n e siècle,


par des auteurs graves ; nul doute que, bien plus tôt, l'opinion com ­
m une n 'y ait couru *).
U n grand poète, l ’auteur de la Chanson de Roland, a retracé
dans ses vers, sous le nom prestigieux de Charlem agne, l ’im age idéale
du souverain chrétien telle q u ’on la concevait autou r de lui. Or voyez
les gestes q u ’il prête au grand Em pereur : ce sont ceux d ’un roi-prêtre.
Quand Ganelon part pour l ’ambassade périlleuse où l ’a appelé la haine
de Roland, Charles, faisant sur lui le signe de croix, lui donne l ’abso­
lution. Plus tard, lorsque les Francs s ’apprêtent à com battre l ’émir
B aligan t, le sixièm e corps de bataille, celui des P oitevin s et des barons
auvergnats, paraît devant le chef suprêm e de l ’armée ; celui-ci lève
sa d extre et bénit les troupes :
« S is beneïst C a r ie s de sa main destre » 2).

L e vieux poème, il est vrai, que par réaction contre des théories
aujourd’hui définitivem ent condamnées, on se laisse quelquefois
aller à rajeun ir un peu trop peut-être, porte, dans les conceptions
ecclésiastiques de son auteur, la m arque d ’un état d ’esprit assez
archaïque. Plus d'un prêtre, gagne à des doctrines plus rigoureuses
sur la distinction du profane et du sacré, dut ja d is y trou ver quelques
sujets de scandale. L 'arch evêq u e T u rpin qui, non content de se b attre
aussi ardem m ent q u ’un laïque, érige sa conduite en théorie et oppose
si gaillardem ent son estim e pour les guerriers à son m épris pour les
moines, aurait été proprem ent déposé, to u t com m e son successeur
Manassé de Reim s, par les légats des grands papes réform ateu rs3).

h T e x te de Jean G o le in , c i-d e s s o u s Appendice I V , p. 484; p o u r l ’in te r ­


p r é ta tio n de la c o m m u n io n so u s le s d e u x e sp è ce s te lle q u ’o n l a d o n n a it a u
X V I I e s i è c le , c i-d e s s o u s p. 349.
V. 340 et v. 3066. Je c it e d ’ a p rè s l ’é d . J. B é d ie r .
3) Sur T u r p i n , v . n o t a m m e n t v . 1 8 7 6 e t s u i v . C e p a s s a g e é t a i t d é j à é c r i t
lorsque j'a i pu p r e n d r e c o n n a i s s a n c e d u l i v r e d e Μ . P . B o i s s o n n a d e , D u
nouveau sur la Chanson de Roland, 1 9 2 3 . L a c o m p a r a i s o n a v e c M a n a s s é d e
R eim s est égalem en t v e n u e à l ’ e s p r i t d e M . B o i s s o n n a d e ( p . 3 2 7 ) , J e t i e n s
d ’ailleurs à a jo u ter qtie je n ’ e n t e n d s p a r l e r i c i q u e d ’ u n e s i m p l e c o m p a r a i s o n ,
et que je ne prétends p o in t du t o u t m o n t r e r d a n s T u r p i n u n e s o r t e d e p s e u ­
don ym e p oétiq ue de M anassé; le Roland n ’ a r i e n d ’ u n r o m a n à c i e l ! M a i s
com m ent M. B oissonnade peu t-il écrire qu e l ’ a u t e u r d e l a Chanson « p r o f e s s e
les idées d ’un adhéren t de la réform e grégorienne o u t h é o c r a t i q u e » ? ( p . 4 4 4 ;
cf. sur le personnage de C harlem agne in terprété com m e le « s o u v e r a i n i d é a l
de la grande th éocratie rêvée par G régoire V I I », p. 3 1 2 ) . L es v . 3 0 9 4 0 1 3 7 3 ,
cités à l ’appui de cette thèse, p ro u v en t sim plem ent que « T u ro ld » sa v a it que
C harlem agne a v a it été en bous rapports a ve c les p apes; qu an d au v . 2 9 9 8 ,
égalem en t invoqué, il m ontre que n o t r e poète con sidérait S. P i e r r e c o m m e
LA ROYAUTÉ SACERDOTALE 209

O n sent que le m ouvem ent grégorien n ’a pas encore sérieusement


passé p a r là. Son action, au contraire, se fit sentir, plus tard , sur un des
remanieurs de la C h a n so n . Lorsque, vers le début du x m e siècle,
un versificateur reprit l ’ ancienne version assonancée pour la pourvoir
de rimes, il crut devoir égalem ent la m ettre pour le fond religieux au
goût du jour. Il supprim a l'absolution donnée à Ganelon. Seule la
bénédiction aux troupes subsista ‘). E lle n 'a v a it rien que de conforme
aux m œurs contemporaines. E nviron vers le m êm e tem ps, un prince
de chair et d ’os put voir, to u t com m e l ’empereur de la légende, ses
soldats s’incliner avant la m êlée sous sa m ain protectrice : à Bouvines,
avan t que le com bat ne s ’engageât, Philippe-A uguste, au tém oignage
de Guillaum e le Breton, son chapelain, qui ce jour-là se trou vait près
de lui, bénit ses c h e v a lie rs2). Philippe a v a it sans doute entendu
réciter le Roland ; autour de lui, d ’ailleurs, les traditions carolingiennes
étaient fort en fa veu r ; ses clercs l ’égalaient à Charlem agne ; ils préten­
daient même — par quel tou r de généalogiste, on ne sait — l ’en faire
descen dre3). Peut-être, sur le cham p de b ataille où il a llait jouer une

un g r a n d sain t : qui e n a ja m a is d o u té ? — S i l ’on v o u la it s u iv r e — ce q u i


n ’ e s t p a s ici notre d e sse in — l ’ id é e d u ro i-p r ê tre d a n s la lit t é r a t u r e , il y a u r a it
sans doute à t ir e r p a r ti d u c y c le d u G r a a l, si c h a rg é d 'élé m e n ts, a rc h a ïq u e s
et p ré c h ré tie n s.
q V e rs io n rim é e d e s m s. d e C h â t e a u r o u x e t d e V e n is e V I Ï , W . F oerster ,
Altfranzüsische Bibliotheh, V I , s t r . x x x i (v . 340) ; p o u r le v . 3066 str. cclxxxviii .
I l p o u r r a it se m b le r q u e c e t t e a b s o lu tio n d o n n é e p a r u n e m p e re u r e û t d û n e
c h o q u e r q u e m é d io c re m e n t le s p lu s o r th o d o x e s e s p r its d e ce te m p s ; c a r, ju s q u ’à
la C o n tr e - R é fo rm e , u n u sa g e t r è s r é p a n d u , q u e le s th é o lo g ie n s n e c o m b a t tir e n t
q u e t a r d iv e m e n t e t a v e c b e a u c o u p d ’ h é s ita tio n , p e r m e t t a it a u x la ïq u e s , en
c a s d ’u rg e n c e , d ’ a d m in is tre r la co n fe ssio n ; J o in v ille n ou s a r a c o n té c o m m e n t,
en u n e h e u re d e p é ril, m e ss ire G u i d ’ I b e lin se c o n fe ssa à lu i : « e t j e li d is : « J e
v o u s a s o l d e t e l p o o ir q u e D ie x m ’a d o n n e i » (c. L X X ; éd . d e la Soc. de l'H ist.
de France, p . 1 2 5 - 1 2 6 ) : c f. G e o rg G romer , D ie Laienbeicht im M ittelalter
( Veroffentlich. aus dem K irchenhistor. Sem inar M ünchen, I I I , 7), M u n ic h 190 9
e t C . J. Merk , Anschauungen über die L e h r e .. . der K irche im altjm nzôsischen
. Heldenepos (Zeitschr. fur Romanische Philologie, B e ih e f t X L I ) , p . 120 . M ais
c e s c o n fe ssio n s re ç u e s e t ce s a b s o lu tio n s d o n n é e s — a v e c r é s e r v e s : « d e te l
p o o ir q u e D ie x m ’ a d o n n e i » — eu u n m o m e n t d e n é c e ss ité p re s sa n te , a lo rs
q u ’ a u c u n p r ê tr e n ’é t a it à p o r té e , n e p o u v a ie n t ê t r e c o m p a ré e s a u g e s te d e
C h a rle m a g n e , a c c o m p li au se in d ’ u n e a rm é e q u e la t r a d it io n r e p r é s e n ta it
c o m m e p o u r v u e d ’ un a b o n d a n t c le rg é .
2) Chronique, § 18 4, é d . Delaborde ( S o c . de l ’hist. de France), I , p . 2 73 :
« Ι-Iis d ic tis , p e tie r u n t m ilite s a r e g e b e n e d ic tio n e m , q u i, m a n u e le v a t a , o r a v it
e is a D o m in o b e n e d ic t io n e m ... ».
■’ ) C f. H . F rançois-D elaborde , Recueil des actes de Philippe-Auguste,
I , p . X X X - X X X I . D a n s u ne é tu d e d ’ e n se m b le su r la r o y a u té fra n ç a is e , il y

14
210 LES ROIS THAUMATURGES

partie décisive, se souvint-il du geste que les jongleurs attribu aien t


à son prétendu ancêtre et le copia-t-il sciem m ent. Il n ’y aurait dans
une pareille im itation rien de bien étonnant. L es épopées m édiévales
ont été le P lutarque où, en cette époque plus «littéraire» q u ’on ne le
croit parfois, les hom mes d ’action puisèrent souvent de beaux exemples.
E lles ont beaucoup fa it, en particulier, pour m aintenir et fortifier
dans les consciences un certain id éal de l'E ta t et de la royau té. Mais,
inspirée ou non d’un m odèle poétique, dans cette bénédiction guer­
rière, c ’est bien le sentim ent de la force sacrée et quasi-sacerdotale
im partie à la m ain ro yale qui s ’exp rim ait éloquem m ent. F au t-il
rappeler que ce m êm e m ot de b én ir désignait couram m ent, en A n gle­
terre, l ’acte du roi tou chant les m alades pour chasser la m aladie ?
On le vo it, les rois, au m oyen âge, ne cessèrent jam ais de paraître,
au x yeu x de leurs sujets, particip er plus ou m oins vagu em en t à la
gloire du sacerdoce. C ’était, au fond, une v é rité reconnue p ar presque
tou t le monde, m ais non pas une vé rité bonne à dire. V o y ez encore
avec quelle tim idité, sous P hilippe le Bel, le cardinal Jean L e Moine,
q u ’on ne saurait cependant considérer com m e un a vo ca t des idées
théocratiques, indique, à propos du droit de régale spirituelle exercé
par les rois de F ran ce et d ’A ngleterre, que « les rois q u i sont oints
ne semblent pas tenir le rôle de purs laïques, m ais paraissent au con­
traire le dépasser »J) . Pourtant, vers le m ilieu du x i v e siècle, on recom ­
mença à parler sur ce sujet plus librem ent. E n Angleterre, W y c lif,
dans une de ses œ uvres de jeunesse, le traité su r Γ Office de R o i, écrit en
1:379, to u t en séparant avec beaucoup de n etteté les deux pouvoirs,
tem porel et spirituel, qualifie la royauté d ’ordre de l ’E glise, ordo
i n e c c le s ia *2). E n France, l ’entourage de CharlesV rassemble diligem m ent
tous les rites et toutes les trad itions propres a'm ettre en relief la valeur

a u r a it lie u , b ie n e n te n d u , d 'in s is t e r su r l ’ in flu e n ce, v r a is e m b la b le m e n t t r è s


p ro fo n d e , q u e la t r a d itio n c a ro lin g ie n n e e t la lit t é r a t u r e r e la t iv e à C h a rle m a g n e
e x e r c è r e n t su r n o s ro is e t le u r e n t o u r a g e ; je n e p u is q u 'in d iq u e r ici. ce p o in t
en p a ss a n t, q u it t e à y r e v e n ir p e u t-ê tre , a ille u rs e t p lu s ta rd .
b A pparaius in librum Sextum , lib . I I I , t it . I V ; D e praebendis, c. I I , L ic e t ;
B ib l. N a t. la t in 169 0 1, f o l. 66 v ° : « I t e m re g e s, q u i in u n c ti su n t, p a r t e m ( ? )
la ic i m e ri o b tin e re n on v id e t u r , sed e x c e d e re ean dem » . S u r le c a rd in a l L e M oin e,
c f. R . S c h o l z , D ie P u b lizistik zur Zeit P h ilip p s des Schonen, p. I g 4 e t su iv .
2) Tractaius de officio regis, éd . A . W. P ollard et C li. Sa y l e , L o n d r e s
18 3 7 [W y clif’ s L a tin W orks, ed. by the Wyclif Society X), p . 1 0 - 1 1 : « E x is tis
p a t e t q u o d r e g ia p o t e s ta s , q u e e s t o rd o in e c c le s ia . . . »; L e Tractatus, p o s­
t é r ie u r d e q u e lq u e s m o is a u d é b u t d u G ra n d S ch ism e , a é té é c r it à u n m o m e n t
où c e t é v é n e m e n t é t a it e n c o r e lo in d ’a v o ir p r o d u it se s c o n sé q u e n c e s d o c t r i­
n a le s.
LA ROYAUTÉ SACERDOTALE 211

sacrée de la royau té. Jean Golein, fidèle interprète, selon to u te ap p a­


rence, de la pensée de son m aître, tien t à rester orthodoxe ; il p roteste
expressém ent que l ’onction ne rend pas le roi prêtre, p as plus que saint,
« ne faisant m iracles » ; m ais il ne dissim ule point que cette « onction
ro y a l» approche de fort «près» de Γ «ordre p r e stra l» ; i l ne crain t
pas de nous entretenir de la « religion royal n1).
V in t le Grand Schism e et le long trouble q u 'il jeta, non seulem ent
dans la discipline de l ’E glise, m ais aussi, par voie de conséquence
— au m oins en partie, car la crise eut des causes m ultiples — dans la
vie religieuse elle-même. L es langues alors se délièrent to u t à fa it.
E n Angleterre, le canoniste Lyndwoocl, dans son Provinciale composé
en 1430, signale comme répandue — sans d ’ailleurs s ’y associer —
l ’opinion selon laquelle « le roi oint ne serait pas une personne pure­
m ent laïque, m ais bien une personne m ix te » 2). E t c ’est à un souverain
anglais, H enri V , que l ’illu stre hum aniste cham penois N icolas de
Clam anges écriv a it ces m ots, où la vieille notion quasi-préhistorique
du roi-prêtre se m ontre à nu, sans se dissim uler, com m e chez les
théoriciens dont parle L yn d w ood , sous le m asque am bigu d ’on ne sait
quelle condition « m ixte » : « L e Seigneur a affirmé que la royau té d ev ait
être sacerdotale, car p a r la sainte onction du chrêm e les rois, dans la
religion chrétienne, doivent être considérés com m e saints à la ressem­
blance des prêtres » 3) .
A dire vrai, N icolas de Clam anges a v a it beau s'adresser à un roi
d ’Angleterre ; c'est en clerc fran çais surtout q u 'il p arlait ; ce sont les
idées des m ilieux français q u ’il reflétait. E n France, en effet, de p a ­
reilles conceptions étaient alors absolum ent courantes et s ’ex p ri­
m aient sans contrainte. E n veu t-on des exemples? N ous n ’aurons
guère que l ’em barras du choix. E n 1380, l ’évêque d ’A rras, Pierre
Masuyer, plaide en Parlem ent contre son m étropolitain, l ’archevêque
de R eim s, et le chapitre de cette dernière ville; grave affaire : l ’évêque,
nouvellem ent promu, a refusé de prêter à son supérieur le serm ent
d ’usage et de lui offrir, com me don d ’avènem ent, la chappe que pres­
crit — au m oins le dit-on à R eim s — une im m ém oriale coutum e.
L e procès intéresse donc la discipline ecclésiastique ; c ’est pourquoi

') C i-d e sso u s p. 486-489, 487, 483.


2) L i b . I I I , t i t . 2 ; é d . d e 15 2 5 , L o n d re s , in -4 0, p . 92 v ° : « u o n o b s ta n te
q u o d r e x u n c tu s n o n s i t m e r e p e x so n a la ic a , sed m i x t a se c n n d u m q u o s d a m ».
3) Opéra omnia, in -4 0, L e y d e 160 4, e p . c x x x v i i : « I d e o a u te m R e g n u m
s a c e r d o ta le e sse d e b e r e D o m in u s a d s t r u it , q u ia p r o p te r s a c r a m c h r is m a tis
u n c tio n e m R e g e s in c h r is tia n a re lig io n e a d sim ilitu d in e m S a c e r d o tu m s a n c t i
e sse d e b e n t . . . ».
212 LES R O IS THAUMATURGES

l'archevêqu e veu t l ’évoquer à son propre tribu n al et refuse de recon­


naître, en cette matière, à son gré, to u te spirituelle, le droit de ju ri­
diction du Parlem ent ; l ’évêque au contraire dem ande à la Cour,
qui représente le roi, de se proclam er com pétente ; voici l ’un de ses
argum ents : « le R o y nostre Sire n ’a pas seulem ent tem poralité, m ais
d ivin ité avec, car il est in u n c tu s et donne bénéfice en R egale »1) . On
notera le dernier m embre de phrase. L a facu lté de pourvoir aux béné­
fices ecclésiastiques, pendant la vacance des évêchés soum is à la régale,
apparaît dans les écrits de ce tem ps tan tô t comm e la preuve et tan tôt
comme la conséquence logiq u e du caractère sacerdotal attribu é à
la royauté. Nous avons déjà rencontré ce p laid oyer de 1493 où, à
propos d ’une cause où la question de la régale se tro u v a it incidem m ent
posée, un avocat, croyant nécessaire de dém ontrer que le roi « n ’est
pas pur la y », allait ju sq u ’à invoquer l ’ argum ent du m ira c le 2). D ès
1477, m aître Fram berge, d evan t le Parlem ent égalem ent et toujours
dans un débat de même sorte, construisait tou te une partie de son
discours sur le thèm e de la royau té sacrée ; point d ’allusion au x gu é­
risons merveilleuses, il est vra i ; m ais les légendes relatives à l ’origine
céleste de l ’onction, que nous étudierons plus loin, apparaissent en
bonne place ; et à la fin du développem ent, com m e sa pointe extrêm e,
la conclusion : « ainsi q u ’i l a été dit, le roi n ’est pas purem ent laïque »3)
Q uittons m aintenant les cours de justice. Jean Jou venel des Ursins,
successivem ent évêque de B eau vais, évêque de Laon, archevêque
de Reim s, fu t, sous Charles V I I et L ouis X I , une des grandes figures
du clergé fran çais ; dans ses harangues, dans ses mém oires, la m êm e
idée revient sans cesse : le roi n ’est p as « sim plem ent personne lay e » ;
il est, grâce au sacre, «personne ecclésiastique », «prélat ecclésiastique »,

P . P it h o u , Preuves des libertez de l ’ eglise gallicane, I I , in-40, 1639, p.995.


2) C i dessus p. 141, n. 2.
a) P la id o ir ie d e F r a m b e r g e p o u r M c P ie r r e de Croisay, d e m a n d e u r , c o n tr e
le c a r d in a l d ’ E s t o u t e v ille , d é fe n d e u r : 14 ju ill e t 1 4 7 7 ; A r c h . N a t . X 1 A 4818,
fo l. 258 v ° e t s u iv . F o l. 262 : « S e d p o n is e x in s t itu c io n e c a n o n ic a s u b s é q u e n te ,
q u e n o n e x c lu d it re g e m s a c r a tis s im u m u n c tio n e s a c r a m ir a c u lo s e e t c e lit u s
m is sa , q u i ta n q u a m p e rs o n a s a c r a t a c a p a x e s t r e r u m s p ir itu a liu m la r g e a c c i-
p i e n d o . . . E t j a ç o i t c e q u e p a r le s d r o iz c a n o n s o n v e u ille d ir e q u e inter dicta
est administracio spiritualium laicys, c ’e s t a e n te n d r e de mere la id s, et non de
personis sacratis et sublimibus qui ecclesie temporalitates obtulerunt in habun -
dancia .......... ». P lu s lo in à u m ê m e f o l. : « ré gi,· q u i e s t s a c r a t a p e rs o n a ». E t
f o l. 262 v » .......... « u t d ic tu m e s t, r e x n o n e s t m e re la ic u s ». M o n a t t e n t io n a é té
attirée sur ce texte par R . D elaciienal , H istoire des avocats au Parlement
de Pa ris, 1885, p. 204.
LA ROYAUTÉ SACERDOTALE 213

d it un jour Jean Jouvenel à son « souverain seigneur » Charles V II 1)„


Craint-on que ces plaideurs, empressés à ram asser de tou tes parts des
armes pour défendre leur cause, que ce politique d ’Eglise, hanté par le
dessein de m aintenir dans des bornes étroites l ’action de la papauté,
ne soient, quand il s ’a g it de sonder l ’opinion religieuse de leur tem ps,
que des tém oins assez m édiocres ? E coutons donc un des plus grands
docteurs dont s ’honore le catholicism e français, un des princes du
m ysticism e chrétien, Jean Gerson ; le jour de l ’E piphanie de l ’année
1390, il prêche devant Charles V I et les princes ; quoi de plus signifi­
catif que les term es dont il use pour s'adresser au jeune souverain :
« R o y très crestien, roy par m iracle consacré, roy espirituel et sacer­
d otal... » ? 2)
Quelques-uns des te xtes que je viens de citer sont bien connus.
Les .paroles de Jean Jouvenel des U rsins en particulier ont été repro­
duites p ar presque tou s les historiens qui ont cherché à m ettre en
lum ière le caractère sacré de la m onarchie française. M ais peut-être
n ’a-t-on pas tou jours accordé une suffisante atten tion à leur date.
D eu x siècles plus tô t, on serait fo rt empêché de trou ver de pareils
propos ; même les polém istes au service de P hilip pe le B el ne par­
laient pas de ce ton . P ar delà de longues années de silence, les clercs
fran çais du x i v e et du x v e siècles, dans leur éloge hard i de la ro yau té
sacerdotale, rejoignaient les publicistes im périalistes des tem ps de
la querelle grégorienne : sim ple rencontre d ’ailleurs, sans influence
directe — où un N icolas de Clam anges eût-il lu les pam plets oubliés
d ’un G ui d ’O snabrück et d ’un A nonym e d ’Y o r k ? — ou m ieu x continuité
d'une même idée, qui, n ’aya n t jam ais cessé de s’incorporer dans une
foule de rites et de coutum es, n ’a v a it pu som brer dans l ’oubli
et dem eurait tou te prête à reprendre v o ix le jou r où les circonstances
le perm ettraien t. Ces circonstances, qui favorisèren t enfin son réveil,

l) M é m o ire a d re ss é à C h a rle s V I I , d a n s N o ë l V a l o is , Histoire de la


Pragmatique Sanction, 190 6, p . 2 1 6 : « E t , co m m e c h e f e t la p re m iè re p e rs o n n e
e c c lé s ia s tiq u e . . . . »; d is c o u r s su r le d iffé re n d d e s ro is d e F r a n c e e t d ’A n g le ­
te r r e , cité p a r G o d e f r o y , Cérémonial, p. 77 : « L e R o y d e F r a n c e c o n sa c r é e s t
p e rso n n e E c c le s ia s tiq u e » ; re m o n tr a n c e au r o i C h a rle s V I I , Ibid, e t J . J u -
vénal d e s U r s i n s , Histoire de Charles VI, éd. G o d e f r o y , fo lio 1653, A n n o ­
tations, p . 628 : « A u r e g a r d d e v o u s, m o n S o u v e ra in S e ig n e u r, v o u s n 'e s te s
p a s s im p le m e n t p e rso n n e la y e , m a is P r é la t E c c le s ia s tiq u e , le p re m ie r en v o s t r e
R o y a u m e q u i s o it a p re s le P a p e , le b r a s d e x tr e d e l ’ E g lis e ».
! ) B ib l. N a t ,, m s. fra n ç . 1029, fo l. 90 a ; tr a d u c tio n la t in e d a n s le s Opéra,
é d . d e 160 6, fo l., P a rs IV, col. 644; cf. E . B ourret , E ssai historique et critique
sur les sermons français de Gerson, 1858, p . 56 e t su iv . e t p. 87, n. 1.
214 LES RO IS THAUMATURGES

que furent-elles ? Je l ’ai déjà indiqué : la crise de l ’E glise et surtout


de la papauté provoquèrent un retour des esprits, mêm e les plus
p ieu x et les plus orthodoxes, vers des notions longtem ps condamnées.
N e voit-on pas, vers la mêm e époque, ce changem ent d ’a ttitu d e se
m anifester, en France, d ’une façon bien caractéristique, par la tran s­
form ation d ’un ancien abus, jusque-là prudem m ent laissé dans l ’ombre,
en un privilège hautem ent proclam é? L es rois, m algré la réform e
des x i e et x n e siècles, avaien t toujours conservé entre leurs m ains
certaines dign ités m onastiques, héritages de leurs plus lointains
ancêtres, a va n t même l'avènem ent de la d yn astie : l'a b b a tia t de Saint-
M artin de T ours p ar exem ple ou celui de S ain t-A ignan d ’Orléans;
mais, depuis le triom phe apparent des réform ateurs, ils se gar­
daient bien de se van ter d ’un pareil accroc aux règles les plus vénérées;
désormais ils recom mencent à tirer gloire de cette situ ation et s ’en
servent, eux ou leurs fidèles, comme d ’un argum ent pour prouver
leur caractère ecclésiastique et, p artan t, leur droit à dom iner plus ou
m oins le clergé de leurs E t a t s 1). Quiconque, en ces tem ps troublés,
défend la suprém atie pontificale ne v e u t vo ir dans les rois que des
laïques ; quiconque au contraire revendique à la fois pou r les conciles
la p a rt principale dans le gouvernem ent de l ’E glise et pour les diffé­
rents E ta ts une sorte d ’autonom ie ecclésiastique, incline à rapprocher,
plus ou m oins, la dignité royale de la prêtrise. Si L yn d w ood répugne
à reconnaître a u x rois un caractère « m ix te » — c ’est-à-dire à demi
sacerdotal — c ’est q u ’il redoute to u t ce qui p ou rrait énerver la puis­
sance des p a p e s 2). E n dehors de la F ran ce et de l ’Angleterre, la théorie
que rejeta it L yn d w ood com pte parm i ses prin cip au x adversaires un
ju riste ita lien , N icolo Tedeschi, le P a n o r tn ita in ; pou r ce docteur,
un des plu s grands canonistes du x v c siècle, les rois sont de «purs
laïq ues » au xq uels « le couronnem ent et l ’onction ne confèrent aucun
ordre ecclésiastique » ; on n e s’étonnera pas d ’apprendre que, au tem ps
du m oins où il rédigeait la glose dont ce passage est extrait, le Panorm i-

q C f. G rassaille , Regalium Franciac iura omnia, lib . II, p. 1 7 ; P . P i -


13; R. H ubert , Antiquitez historiques de l’eglise royale de
thou , Pr e uv e s, p.
Saint Aignan d'Orléans, in -4 0, O rlé a n s 1 6 6 1 , p. 83 e t su iv. ; E . R . V a u c e l l e ,
L a collégiale de Saint-Martin de Tours, des origines à l'avènement des Valois
(Bullet. et Mém. S o t. Archéol. Tours, Mém. X L V I ) , p. 80-81. D ’ a p rè s V a u -
c e lle , C h a rle s V I I f i t é t a t , d e v a n t le c o n c ile de B â le , de son. t it r e d ’ abbé de
S a i n t M a r tin (p. 8 1, n. 2, sa n s ré fé re n c e s).
2) S u r les id é e s d e L y n d w o o d , c f. F . W . Maitland , Roman Canon Law
in ihe Church of England, L o n d re s 1898, p. 1 e t suiv.
LA ROYAUTÉ SACERDOTALE 215

tain se rangeait résolum ent parm i les ennemis de la théorie co n cilia ire*).
E n vérité, cette question p o u va it presque servir de pierre de touche
entre les deux grands p artis qui d ivisaien t alors la catholicité.
N ous sommes au m om ent où n aît vraim ent, en France, le m ou ve­
m ent que l ’on appelle gallican : m ouvem ent infinim ent divers, ta n t
dans ses origines, où les aspirations les plus nobles vers la suppression
de graves abus religieux se m êlent in extricablem en t au x in térêts
financiers les plus terre à terre, que dans sa n ature m êm e : le g a lli­
canism e, en effet, se présente ta n tô t com m e un élan vers l ’indépendance
au m oins relative de l'E g lise de F rance, ta n tô t com m e une te n ta tiv e
pour soum ettre cette E glise au p o u vo ir royal, enfin débarrassé des
en traves que lui im posait la papauté : dualism e équivoque qui a sou­
ven t étonné et parfois choqué les auteurs modernes ; ne sem blera-t-il
pas m oins surprenant, si l ’on ve u t bien considérer que, parm i les idées
ou les sentim ents qui apparurent alors ou réapparurent au grand jou r
des consciences, figu rait cette vie ille conception de la royau té sacer­
dotale, en quoi se conciliaien t sans effort des principes qu i au jou rd ’hui
ont l ’air si n ettem ent contrad ictoires ? 2).

r) P a n o r m it a n u s , S up er tertio decretalium, f o l., L y o n 15 4 6 , c o m m e n ­


t a ir e s u r le t i t . X X X , D e decim is, c . X X I , fo l. 1 5 4 v® : « Q u a r to , n o t a
q u o d la i c i e tia m re g e s n o n p o s s u n t a liq u id d o n a r e d e iu r e e c c le s ia s t ic o n e c
p o s s u n t p o s s id e re j u s s p ir itu a le . E x q u o in fe r t u r q u o d re g e s s u n t p u r i la i c i :
i t a q u o d p e r c o r o n a tio n e m e t u n c tio n e m n u llu m o r d in e m e c c le s ia s tic u m
r e c ip iu n t ». P o u r la d o c t r in e d u Panorm itain à ce m o m e n t, v o ir s a g lo s e s u r
le liv r e I d e s Décrétales, V I , 4 (éd. d e 15 4 6 , fo l. 1 1 9 v®) o ù , à p ro p o s d e c e u x q u i,
à t o r t se lo n lu i, c o n s id è r e n t le s e r m e n t q u e le p a p e e x ig e d e s m é tr o p o lita in s
c o m m e illé g itim e , p a r c e q u e le s c o n c ile s n e le p r e s c r iv e n t p o in t , il d é c la r e :
« ro m a n a e c c le s ia p r e s t a t a u t o r it a t e m c o n c iliis e t p e r e ju s a u t o r it a t e m r o b u r
a c c ip iu n t, e t in c o n c iliis se m p e r e x c ip it e iu s a u t o r it a s ». P lu s ta r d , a u c o n ­
c ile d e B â le , e n b o n n e p a r tie , s e m b le -t-il, p o u r d e s ra is o n s d ’o r d r e p o litiq u e ,
i l c h a n g e a d ’ a t t it u d e . V o ir s u r lu i la n o t ic e d e la Realencyclopâdie fü r pro-
testantische Théologie, a u m o t Panorm itanus, où o n t r o u v e r a la b ib lio g r a p h ie .
L e P a n o r m ita in e s t s o u v e n t c ité e t c o m b a t tu p a r le s p a r t is a n s f r a n ç a is d u
c a r a c t è r e q u a s i-s a c e r d o ta l d e s ro is, p a r e x e m p le A m o u l R u z é a u p a s s a g e
m e n tio n n é c i-d e s so u s p . 348, 11. 1.
2) C e s c o n c e p tio n s a rc h a ïq u e s p a r a is s e n t a u c o n t r a ir e à p e u p r è s a b s e n te s
d u Defensor P a cis d e J e a n d e J a n d u n e t M a r s ile d e P a d o u e , d o n t l ’ e s p r it e s t
b e a u c o u p p lu s r a tio n a lis te .
8 ï 6 LES R O IS THAUMATURGES

§ 2. L e p ro b lèm e d e l ’ o n ctio n .

D ’où les rois tiraien t-ils donc, a u x y e u x de leurs sujets, ce carac­


tère sacré qui les p la ça it presque au rang des prêtres ? Laissons de
côté ici tou t ce que nous savons sur les origines lointain es de la reli­
gion m onarchique : la conscience m édiévale ign orait profondém ent
les vieilles choses dont elle é ta it sortie. M ais il fa lla it bien que l ’on
trouvât une raison, em pruntée au présent, pour ju stifier u n sentim ent
qui n ’a va it d ’ailleurs ta n t de force que parce que ses sources remon­
ta ien t à un très antique passé. D an s les textes q u i ont été cités plus
haut, chez un G u i d ’O snabrück, un N icolas de Clam anges, dans les
discours des a vocats gallicans, un m ot revient obstiném ent : celui
d ’onction. Ce rite fournissait com m uném ent la raison désirée. P ou rtan t
gardons-nous d ’im aginer que la m êm e signification lui a it été a ttri­
buée toujours et partou t, à tou tes les époques et dans tou s les m i­
lieu x. L es fluctuations de l ’opinion, à son égard,..nous im portent
d ’autant p lus qu'elles intéressent au prem ier chef l'h istoire des m iracles
de guérison.
Il était, com m e on l ’a d éjà v u , dans la n ature m êm e de l ’onction
royale de servir d ’arme, to u r à tour, à des p a rtis différents : a u x
monarchistes parce que, p a r elle, les rois se trouvaient, m arqués d ’une
empreinte divine ; au x défenseurs du spirituel parce que, p ar elle
également, les rois sem blaient accepter leur autorité de la m ain des
prêtres. C ette d ualité n ’a ja m a is cessé d ’être sentie. Selon q u ’ils appar­
tenaient à tel ou te l cam p, les écrivain s m ettaien t l ’ accent sur l ’un
ou sur l ’autre des deux aspects d ivergents de cette institu tion à double
face. V oyez les penseurs q u ’inspire l ’idée théocratique, H incm ar au
i x e siècle, R a th ier de V érone au X e, H ugue de Sain t-V ictor et Jean
de Salisbury au x n e, Innocent I I I au début du x m e, E gid io Colonna
au tem ps de P hilip pe le B el et de B oniface V I I I ; de génération en
génération, ils se tran sm etten t fidèlem ent, comme un lieu commun
d ’école, ce q u ’on peut appeler l ’argum ent du sacre : « celui qui reçoit
l ’onction est inférieur à celui qui l ’a donnée » ou, en des term es em­
pruntés à saint Paul, dans V E p îir e a u x H éb reu x·. « celui qui bénit est
plus grand que celui qui est béni d 1). Quant aux souverains et à leur

q H in c m a r , ci-dessus p. 71, n. 1 ; R a t h ie r d e V é r o n e , Praeloquiwm,


IV , 2 (M i g n e , P. L., t. 136, col. 249); H u g u e d e Sa i n t -V ic t o r , De Sacra-
mentis, I I , pars I I , cap. 4 ( P . L., 1. 176, col. 418) ; J e a n d e Sa l i s b u r y , Poli-
LE PROBLÈM E D E L 'O N C T I O N . 217

entourage, à de rares exceptions près — comme celle de Henri I e*


d ’Allemagne qui refusa «la bénédiction des pontifes » — ils semblent,
pendant longtemps, s’être surtout préoccupés de vanter les vertus
de l ’huile sainte, sans trop s’alarmer des interprétations cléricales
auxquelles le rite monarchique par excellence pouvait prêter : telle
est, au cours de la grande controverse grégorienne, l ’attitude à peu
près unanime des polémistes impérialistes ; dans l ’un des plus élo­
quents de ses traités, l ’Anonyme d’Y ork ne fait guère que paraphraser
le rituel du sacre.
Un moment vint pourtant où les champions du temporel prirent
conscience, plus nettement qu’autrefois, du danger qu ’il pouvait
y avoir pour les royautés à paraître dépendre trop étroitement d ’une
sanction octroyée par l ’Eglise. Ces inquiétudes se traduisent d ’une
façon pittoresque dans une curieuse légende historique, née vers le
milieu du x n ± e siècle dans les milieux italiens favorables aux Hohen-
staufen : on imagina que le couronnement de Frédéric Barberousse
comme empereur avait été une cérémonie purement laïque ; ce jour-là,
racontait-on, l ’entrée de la basilique Saint-Pierre avait été rigoureuse­
ment interdite à tout membre du clergé*). Chose plus grave, les théo­
riciens de ce bord s’attachèrent à réduire le sacre à n’être plus, en droit
public, que la simple reconnaissance d ’un fait accompli. Le roi, selon
cette thèse, tient son titre uniquement de l ’hérédité, ou bien — en Alle­
magne — de l’élection ; il est roi dès la mort de son prédécesseur
ou dès le moment où les électeurs qualifiés l ’ont désigné ; les pieuses
solennités qui se dérouleront par la suite n ’auront d’autre objet
que de le parer, après coup, d’une consécration religieuse, vénérable,
éclatante, mais non point indispensable. C’est dans l ’Empire, patrie
classique de la lutte des deux pouvoirs, que cette doctrine paraît *l

craiicus, IV , 3, éd. C, C. J. W e b b , O xford 1909, I, p. 240-241; I n n o c e n t I I I ,


réponse a u x envoyés de P h ilippe de Souabe, en 1202, P . L ., t. 216, col. 10 12:
« M inor est autem qu i u ngitur quam qui u ngit e t dignior est ungens quam
u n ctu s» ; E g id io C o l o n n a , D e ecclesiastica sive de summi pontificis potestate,
c. IV , éd. O x il io -B o f f it o , Un trattato inedito di Egidio Colonna, Florence 1908,
p . 14. B ien entendu je ne cite ces nom s q u ’à titre d ’exem ple : cf. E . J o r d a n ,
Nouv. Rev. historique du Droit, 1921, p. 370. T e x te de VEp. aux Hébreux,
V I I , 7, cité p a r I lu g u e de S. V icto r, Jean de Salisbu ry, E . Colonna.
l) L a légende se tro u ve rapportée dans le m an ifeste de M anfred a u x
R om ains, 24 m ai 1265: M onum .G erm ., Constitutiones, II, p . 564, 1. 39 e ts u iv .,
te x te à corriger su iv a n t les in dication s de H a m p e , N eues Archiv, 19 1 1, p. 237.
S u r le réd acteu r probable de ce m anifeste — Pierre de P re z za — v o ir E u gen
M ü l l e r , Peter von Prezza (Heidelberger Abh. zur miltleren und neueren Gesch.,
H . 37); cf. aussi E . J o r d a n , Rev. histor. du droit, 1922, p. 349.
2 l8 LES R O IS THAUM ATURGES

avoir d ’abord vu le jour. Sous Frédéric Barberousse, Gerhoh de


Reichersperg — un modéré pourtant — écrivait : « Il est évident que
la bénédiction des prêtres ne crée point les rois et les princes ; mais...
une fois qu’ils ont été créés par l ’élection..., les prêtres les bénissent b1l).
Il considère visiblement le sacre comme nécessaire, en quelque sorte,
à la perfection de la dignité royale, mais on est roi sans lui et avant
lui. Plus tard, les écrivains français s’emparent du même thème.
Jean de Paris, sous Philippe le Bel, en fait la matière de vigoureux
développements. L ’auteur du Songe du Verger, Jean Gerson, le repren­
nent à leur tou r2). De bonne heure, les chancelleries s’inspirent d’idées
analogues. Ce n’est pas par hasard que, en France définitivement
depuis 1270, en Angleterre depuis 1272, les notaires royaux cessent
de calculer les années de règne à partir du sacre et choisissent doréna­
vant pour point de départ l ’avènement, fixé d ’ordinaire au jour qui,
suit la mort du souverain précédent ou à celui de son inhumation.
Le cri «le Roy est mort, vive le Roy » est attesté pour la pre­
mière fois aux obsèques de François I er ; mais déjà, le 10 novembre

b De investigations A n iichristi, I, 40; éd. F . S c h e ib e l b e r g e r , L in z 1875,


p. 85 : « . . . ap p aret reges ac duces per sacerdotum benedictionem non creari,
sed e x divina ordinatione per hum anam electionem e t acclam ation em creatis,
u t praedictum est, sacerdotes D om ini benedicunt, u t officium, ad quod divin a
ordinatione assum pti sunt, sa cerd o tali ben ed iction e prosequeirte congruentius
exequ an tu r ». Cf. De quarto- vigilia noclis; Oesierreichische Vierteljahrsschrift
fü r haiholische Théologie, 1871, I, p. 593 ; « S icu t enim prim us A d a m prim o
d e lim o tenrae legitn r iorm a tu s et postea, D eo insufflante illi spiraculum
v itae , anim atus atqu e anim an tibus cunctis ad dom inandum praelatu s : sic
im p era to r vel re x prim o est a populo v e l exercitu creandus tan q u am de lim o
terrae, ac p ostea principibus v e l om nibus v e l m elioribus in eius prin cipatu
coadu natis per benedictionem sacerdotalem qu asi per spiraculum v ita e ani-
m andus, vivifican d us et san ctifican du s est ». Cf. W . R i b b e c k , Gerhoh von
Reichersberg und seine Ideen über das Verhâltniss zwischen Staat und Kirche,
Forsch. z. deutschen Geschichie, X X I V (1884), p. 3 et suiv. L 'a ttitu d e de ju ste
m ilieu prise par Gerlrolr et ses v aria tio n s l'o n t fa it traiter, p eu t-être un peu
sévèrem en t