Vous êtes sur la page 1sur 2

Travail maison Préprofessionnalisation Philosophie.

- Mythobiographie : « une biographie réinventée dans le miroir de fantasmes et


d'expériences exemplaires également partagés par le personnage du récit et par le
rédacteur du texte » (https://remue.net/cont/louiscombet_Enigme.html). C’est, alors un
« récit de l’initiation à l’inconscient » (idem) : « en quelque sorte l'exhumation des
mythes fondateurs de ma biographie intérieure ».
-CLC s’est accompli dans cette nouvelle forme de roman qui allie toujours les
fantasmes du narrateur et son expérience personnelle à celle du deuxième personnage
appartenant toujours à une époque antérieure.
-La mythobiographie nécessite transformations et détournement de la réalité, parfois
même mystifications lorsque les sources existantes ne suffisent pas (th Helo, 81).
- Ce ne sont pas tant les événements d’une vie qui intéressent à CLC, mais les
conséquences de ces événements sur l’intimité du saint (idem)

- Critique génétique :
- A travers le dossier des notes documentaires conservées par l’auteur on verra la
gestation du romain. Gestation et genèse : c’est l’étude des sources et confrontation de
l’avant-texte pour essayer d’apporter des éclairages et des commentaires (thèse)
- Le but et donc créer une grille conceptuelle pour étudier et classer la genèse du
texte en lui prenant par son aspect matériel déterminé par la création subjective de
l’auteur : trace matérielle de la pensée.
-Il s’agit de s’intéresser par la gestation de l’œuvre et la genèse de sa structure et,
spécifiquement, de son écriture pour rendre le texte analysable ( delà l’importance de
l’avant-texte) importance vitale.

- Errances Druon :
o Une des 3 grandes mythobiographies : Mères des Croyants (1983) et
L’Âge de Rose (1997). Enquête copieuse sur la vie d’un saint ou d’une
sainte
o Errances de Druon pour trouver le salut. Il est à la recherche de lui-même,
même s’il n’est pas tout à fait un saint  on voit là le caractère subjectif
de l’histoire de l’auteur projetée dans la vraie histoire.
- Extrait : hypothèse : pas de faux départs donc il prend des notes ( ?). Notes de
lecture pour approfondir sa culture et pour activer son imagination et souvenirs
personnels (th Helo, 352).
o C’est une ébauche intitulée : « Druon d’Artois ».
 C’est la genèse du roman.
o 2 niveaux : modifications sensibles et ajouts déterminants.
o Noyau du plan (en tirets) du roman : le récit hagiographique est synthétisé.
 Notes sur le caractère du destin de Druon : « culpabilité » (proche
de « mère morte »  hypothèse : ça montre qu’il n’est pas un
saint), « Elisabeth Haire », « il va 9 fois à Rome », « incendie »
celui-là montrer qu’il s’agit des notes programmatiques : des
rechercher documentaires pour nourrir historiquement l’histoire.
o La deuxième strate du folio indique des corrections à l’égard de ces
premiers chiffres.
 Décrire la durée des étapes.
 Le personnage du Druon d’Artois va vivre 5 ans de plus que saint
Druon, car CLC cherche de l’harmonie entre les périodes.
 Ça montre l’appropriation par l’auteur de a biographie pour
montrer et exprimer quelque chose du propre (
hypothèse : symbolisme des nombres).
o Après : la partie basse du folio : le choix des titres des parties, des 5
moment de la vie du saint.
 Poème (hypothèse)  harmonie stylistique il va changer encore
une fois les titres en cherchant la rime (perfection phonétique).
 Clair gout pour les mots rares, archaïques.
 Ce n’est pas un plan définitif.
o Après : partie du « Plan », CLC ajoute « Les ». Ça donne l’aire plus
historique. C’est un folio daté. C’est la synthèse des autres parties où
l’auteur a fait son choix.
 Il ajoute un chapitre : « les années préalables ».
 Montre la volonté de fixer la trame de la mythobiographie.
 Rime et anaphore il veut rester poétique.
 La profesora marca los que luego serán os títulos de la versión
definitiva de la novela.

- Intro : problématiser.
o Situant le texte d’origine (le texte final publié).
o Donner sans décrire les diff natures de texte qu’on a : notes, bouillons,
notes de tirage.
o On s’intéresse à l’avant texte et comment ça amène au texte final.
o Une fois qu’on a la nature du texte on problématise : dissonance avec le
texte final ?
- Plan génétique :
o Tableau : relever pour voir s’il s’agit des brouillons ou des variantes.
 Un rayon pour biffure, 2 pour tachón et [ ] pour isertations.
o Pourquoi ? voir le sens des corrections. On travaille sur des hypothèses.
o On reprend la problématique de départ et les hypothèses évolues.