Vous êtes sur la page 1sur 12

"-&$065&%&4&/'"/54

$PNNFOUMFTÏNPUJPOTEFTF
OGBOUT GPODUJPOOFOU
29-8

EF Patty WipGler
A l’Ecoute des Enfants
Comment les émotions des enfants fonctionnent De Patty Wipfler
Traduit de l’anglais par Chloé Saint Guilhem
Le Travail des Parents Mérite du Soutien
C’est formidable d’être parent ! Les enfants sont spontanés, ouverts, et prêts à aimer et à être aimés. Ils nous font
ressentir ce qu’il y a de meilleur en nous. Nous travaillons incroyablement dur pour leur rendre la vie belle. Nos vies
sont riches de l’excitation qu’ils ressentent à l’égard de la vie, de la tendresse qu’ils partagent, et de leur sens de
l’humour et du jeu.
Mais être parent n’est pas facile. Notre société consacre peu de ressources pour soutenir le travail des parents. D’un
point de vue économique, être parent est traité de la même façon que faire du jardinage ou posséder un chien – c’est
votre choix, votre responsabilité, votre dépense, et votre malchance si les choses deviennent difficiles. Aux
Etats-Unis, les familles ne sont pas bien protégées de la pauvreté, du stress et des tensions.
Pour que la situation évolue au mieux pour les enfants et les familles, nous avons besoin de construire de façon
décisive, une société qui apporte beaucoup plus de soutien pour les parents. Grâce à un simple coup de pouce
économique, les parents pourraient se faire moins de soucis et jouer plus. Avec plus de temps à passer ensemble, le
fait d’élever les enfants se présenterait comme un défi et un enrichissement pour les parents, plutôt qu’une source
d’épuisement. Pour le moment, lorsque nous traversons des journées difficiles, des semaines difficiles, ou des
années difficiles, il est important pour nous de nous rappeler que les moments difficiles ne signifient pas qu’il y a
quelque chose qui ne va pas chez nous ou chez nos enfants. Les moments difficiles sont virtuellement garantis parce
que notre société néglige le travail de parent.
Des Vies Pleines, des Sentiments Importants
Ce qui rend le travail de parent merveilleux et difficile à la fois, c’est en partie le fait que les enfants sont pleins de
sentiments. Leurs sentiments de joie remplissent nos cœurs de plaisir. Mais si l’on considère un enfant depuis son
premier jour, il y a aussi beaucoup de pleurs en jeu ! Or il n’existe pas de moyen pour les parents, de se préparer à
vivre aux côtés d’êtres aussi passionnés. Et il n’est pas prévu d’arrangements pour les débordements émotionnels
qui jalonnent les jours et les nuits de tout parent.
Il y a quelques sujets sensibles auxquels la plupart des enfants sont confrontés très tôt dans leur vie, et qui génèrent
facilement de grosses émotions. Les séparations, le partage, le moment du coucher, l’habillage, les disputes entre
frères et sœurs, et les limites que vous posez sont le genre de choses qui peuvent être sujettes à contrariété pour un
jeune enfant. Il ne vous est pas difficile de reconnaître le genre de situation qui peut générer une réaction
émotionnelle chez votre enfant.
Les sentiments des enfants provoquent beaucoup d’émotions chez les adultes qui les entourent. Les pleurs d’un
enfant constituent la première étincelle d’une longue série. Ses sentiments s’enflamment, et un feu d’artifice
émotionnel explose tout autour de lui. Les parents, les voisins, et les spectateurs se sentent peinés, tiraillés ou
encore ont envie
1
d’exploser émotionnellement. Le problème de l’enfant est généralement simple. Mais la cascade qu’il provoque tout
autour de lui complique rapidement la vie de tous.
Les attentes qui pèsent sur les épaules des parents dans les moments d’émotion sont énormes. Rendez votre enfant
heureux. Résolvez le problème. Si vous ne pouvez pas résoudre le problème, faites le cesser pour que les autres
personnes autour ne soient pas dérangées ou gênées. Soyez un parent aimant. Disciplinez le. Prouvez à tout le
monde que vous êtes responsable. Assurez vous qu’il ne passe pas par les pires difficultés que vous avez
traversées, enfant. Assurez vous qu’il ne soit pas trop gâté.
Nous voulons vous offrir quelques outils pour vous aider à vous frayer un chemin à travers ce genre de situations de
tous les jours. Nous savons que ces moments sont épuisants. Nous savons qu’ils peuvent être source de confusion.
Nous voulons vous donner des moyens qui ont prouvé leur efficacité, pour vous permettre d’exprimer l’amour profond
que vous portez à votre enfant, en le touchant droit au cœur. Il est né pour se porter au mieux grâce à votre amour,
et vous en avez tellement à donner.
Ce livret va vous donner quelques bases de compréhension qui vont vous aider à soutenir la relation spéciale que
vous avez avec votre enfant. Nous allons vous offrir des Outils d’Ecoute qui vont aider à réduire le niveau de stress
de votre enfant, et le vôtre. Nous pensons que vous allez trouver ces outils aidants dès à présent et pour les années
à venir. Le cœur de notre message est le suivant : Vous pouvez aider votre enfant à guérir des alarmes et éraflures
émotionnelles de l’enfance. Et tandis que vous l’aidez avec ses sentiments, vous allez libérer son esprit pour les
apprentissages et lui permettre de garder son cœur ouvert pour l’amitié, la coopération et le plaisir.
Ce livret va vous introduire à une approche en tant que parent qui se nomme Parents Main dans la Main. Les autres
livrets de la série A l’Ecoute des Enfants vous donneront plus de détails sur la façon dont vous pouvez concentrer
votre parentage vers l’amour et la bienveillance, et satisfaire au maximum le désir profond de votre enfant d’être en
relation proche avec vous.
Votre Enfant Est Unique
Votre enfant apprend à une vitesse étonnante pendant les premières années de sa vie. Il absorbe de nombreuses
expériences, apprend une langue ou deux, découvre ce qu’il aime et ce qu’il n’aime pas, et développe un style
d’apprentissage personnel. Il développe des relations uniques avec vous et avec chacune des autres personnes
importantes dans sa vie. Il est un débutant et un génie pour trouver le moyen de jouer et de trouver du plaisir à
chaque instant possible.
Il n’y pas un enfant dans le monde, exactement comme votre enfant ! Il est spécial, et le chemin qui l’a amené
jusqu’à ce jour est aussi unique. Son esprit est actif, en développement, et caractéristique. Le développement de
votre enfant est peut être similaire à celui d’autres enfants, mais l’esprit de votre enfant sera toujours unique.
Le caractère unique de votre enfant vous a probablement enchanté et aussi déconcerté. Comment est-ce qu’un
enfant aussi aimant et sage peut se mettre hors de lui l’instant d’après, à cause de la façon dont est coupée sa
tartine ? Pourquoi est-ce que cette heure que vous passez à jouer aux jeux que vos enfants adorent va virer à la
catastrophe, à cause de « qui va transporter l’encas depuis le comptoir jusqu’à la table ? »
L’explication réside dans la façon dont l’esprit de votre enfant fonctionne. Les sentiments jouent un rôle étonnamment
important dans la vie de votre enfant, et dans la vôtre. Ce livret va vous exposer dans les grandes lignes, la façon
dont les sentiments de votre enfant fonctionnent, et vous donner une introduction aux livrets A l’Ecoute des Enfants,
qui suivent.
2
Nous espérons que ces idées vont éveiller votre curiosité. Nous espérons que vous allez les essayer.
Votre Enfant se Porte Bien grâce à sa Relation Proche avec Vous
L’esprit de votre enfant est réellement une merveille du monde. Avec ses centaines de millions de neurones et ces
billions de connexions neuronales, il est actif, plastique, et il se développe de façon complexe tous les jours. Mais il a
besoin d’être ravitaillé par l’attention de quelqu’un qui le connaît, qui le chérit et qui a le meilleur intérêt pour lui. C’est
vous !
Une relation proche avec leurs parents profite aux enfants. Se sentir proche leur permet d’apprendre, et de gérer
avec succès les situations stressantes qui se présentent dans leurs vies. Nous savons maintenant, grâce aux études
faites dans les domaines de la neurobiologie, du développement du cerveau, et de la psychologie, que le cerveau
humain est un organe profondément social. Les humains sont équipés pour être en contact avec les esprits des uns
et des autres. Pendant les premières années d’un enfant, le flot de communication dans un sens et dans l’autre avec
des adultes chaleureux et positifs est particulièrement important. La communication avec vous construit littéralement
l’intelligence de votre enfant.
Lorsque vous et votre enfant vous sentez proches et connectés, son cerveau développe des réseaux neuronaux qui
lui permettent d’apprendre, de mémoriser, et de penser. Son cerveau développe des capacités tous le jours. De la
même façon que son corps a besoin de bonne nourriture, son cerveau a besoin de la présence d’un adulte qui puisse
lire ses signaux et lui répondre dans une attitude d’intérêt et de soutien. Les fois où vos yeux rencontrent les siens,
les fois où vous le regardez avec un sourire tandis qu’il bondit du canapé, les fois où vous vous baissez pour voir s’il
a besoin d’aide avec ses chaussures, construisent toutes son intelligence.
Lorsqu’il se sent en sécurité, aimé, et connecté aux adultes autour de lui, l’intelligence de l’enfant fonctionne à plein
régime. Il peut apprendre, coopérer, être souple par rapport à ses désirs et ses besoins, et s’accorder avec les
besoins des autres. Le sentiment d’être connecté aux autres permet à toutes les parties de son cerveau de
fonctionner ensemble.
La connexion permet à l’enfant de développer son intelligence, et l’aide à utiliser l’intelligence qu’il a déjà.
Lorsqu’un Enfant se Sent Connecté :
- Son tronc cérébral : le centre d’auto-conservation de son cerveau - est chargé de s’occuper de ses réflexes, de sa
fréquence cardiaque, de sa respiration, ainsi que de quelques autres fonctions physiques de base. Il ne détecte
aucune menace provenant de l’environnement, donc il signale à tout son corps que tout va bien.
- Son système limbique – le centre social et émotionnel de son esprit - capte les bonnes intentions des personnes
autour de lui. Le système limbique de votre enfant est comme un radar invisible. Il envoie un flot régulier de
renseignements : y a-t-il quelqu’un ici qui me connaît, m’apprécie et est attentif à moi ? Il lit les réponses à travers
des signaux non verbaux tels que le contact du regard, le contact physique, l’expression du visage, le ton de la voix
et le langage du corps. Ces signaux renseignent sur l’état intérieur d’une personne, sans qu’un seul mot n’ait besoin
d’être dit. Lorsque vous-même ou un autre adulte bienveillant signale « Je suis ici, je t’apprécie. Je suis disponible »,
et que son tronc cérébral ne détecte aucun danger, le cerveau de votre enfant a la connexion dont il a besoin. Son
système limbique peut dans ce cas coordonner la communication entre toutes les parties de son cerveau. Avec tout
son esprit aux commandes, il se sent confiant, en sécurité, et sûr que la vie est agréable. Il a hâte. Il est prêt pour
apprendre.
3
- Son cortex préfrontal – le siège du raisonnement, du contrôle de l’impulsion, de la mémoire à court terme, du
jugement et de la capacité d’attention de votre enfant, est allumé. Le tronc cérébral de votre enfant indique « Il n’y a
aucun danger », son système limbique dit, « Des personnes bienveillantes et attentives sont ici », donc le cortex
cérébral de votre enfant peut s’éveiller. Lorsque toutes les parties de son cerveau travaillent ensemble, il peut se
rappeler de ce qu’il apprend, développer de nouvelles capacités, et son jugement peut s’améliorer au fil du temps.
Lorsque votre enfant se sent connecté, il peut se concentrer sur une activité qui l’intéresse. Lorsqu’il se sent
connecté, il peut autoriser sa petite sœur ou un ami à jouer avec son jouet préféré. Lorsqu’il se sent connecté, il peut
enfiler une paire de roller pour la première fois, et apprendre avec plaisir comment en faire, avec votre aide. Son
besoin d’une relation positive est satisfait, donc il peut apprendre. Il peut être de bonne compagnie.
En résumé, votre capacité à vous connecter avec votre enfant est vitale. Lorsqu’il peut transporter le sentiment de
votre attention chaleureuse avec lui, les nouvelles expériences sont les bienvenues. S’il peut faire le plein de votre
bienveillance plusieurs fois par jour, il va apprendre vite et bien. Des difficultés se présenteront sur son chemin, bien
sûr. Lorsque ce sera le cas, il lui sera plus difficile d’apprendre et de bien s’entendre avec les autres. Mais lorsque
cela arrive, il n’est pas « méchant ». Il a seulement besoin que vous cherchiez à l’atteindre et à vous reconnecter
avec lui, afin que son cerveau puisse bien fonctionner de nouveau.
Connexion Coupée : l’Interrupteur Invisible
Lorsque votre enfant se sent menacé, lorsqu’il est frustré, ou lorsqu’il a perdu son sens de la connexion, son cortex
préfrontal se ferme. Il ne peut littéralement pas penser. C’est un processus instantané, et vous l’avez vu se produire
des centaines de fois. Cela vous arrive à vous-même !
- Vous avez peut être vu votre enfant passer d’un état agréable et tranquille à un état entêté et irrité après seulement
une demi heure de télé avant le dîner. Avant l’émission, il joue bien. Après, il se met à être contrarié pour des petites
choses, telles qu’une demande de mettre le couvert, ou de devoir s’asseoir sur une chaise plutôt que sur une autre
qu’il préfère. Vous vous demandez ce qui lui prend !
- Peut être que votre enfant est en train de jouer agréablement avec un frère ou une sœur plus jeune tandis que vous
pliez du linge, en les regardant de temps en temps. Vous vous éloignez pour répondre au téléphone, restez en ligne
pendant dix minutes, et revenez vers deux enfants qui sont en train de se chamailler bruyamment. Vous vous dites, «
mais qu’est ce qui ne va pas avec vous ! Je ne peux pas vous laisser seuls pendant dix minutes ? »
- Peut être que vous avez prévu une soirée à l’extérieur, et que vous attendez ce moment avec impatience depuis
plusieurs jours. Vous vous montrez très patient(e) vis à vis de vos enfants. La babysitter appelle et annule. Une
minute plus tard, votre enfant vous demande un verre de lait, et vous craquez. Vous lui dites qu’il peut aller se le
chercher tout seul. Votre irritation augmente, et vous décidez que d’ailleurs, il faut qu’il ramasse ses jouets tout de
suite – la maison est un vrai bazar et décidemment vous ne recevez jamais assez d’aide de leur part.
Les difficultés dans les moments comme ça ne sont pas de la faute de votre enfant, ou de la vôtre. Elles sont le
résultat de la façon dont fonctionne notre intelligence. Notre esprit est bâti pour être en communication étroite avec
les autres, et pour évoluer dans un environnement coopératif et soutenant. La télévision et les appels téléphoniques
semblent plutôt anodins à priori, mais ils sont parmi les nombreuses choses dans la vie qui peuvent entamer le sens
de la connexion d’un enfant. Du côté des parents, de longues journées de travail et les diverses préoccupations du
quotidien peuvent créer un sentiment d’isolement
4
qui ronge la bonne volonté des parents, de telle façon que le fait de prendre soin d’un enfant peut sembler difficile.
Lorsque notre sentiment de sécurité et de connexion est entamé, nous avons des chances d’être contrariés. Aux
prises avec nos sentiments, nous ne parvenons pas bien à penser, et nous n’adoptons pas la meilleure attitude vis à
vis des personnes avec qui nous nous trouvons.
Sans un bon sens de la connexion, le système limbique ne peut pas faire son travail qui consiste à faire fonctionner
toutes les parties du cerveau ensemble. Il ne peut pas faire passer aux centres du raisonnement, de l’organisation et
de l’apprentissage du cerveau, le message vital que tout va bien. Il ne peut pas coordonner le traitement des
informations qui arrivent. Les sentiments négatifs inondent le système limbique et teintent les moments ou les heures
qui suivent de contrariété.
Exactement de la même façon que toute nourriture contient des matières indigestes, toute bonne journée est
jalonnée de moments où notre connexion avec les autres est coupée. Et exactement comme le corps possède un
élégant système pour traiter à la fois ce qui est digeste et ce qui ne l’est pas, vous et votre enfant possédez un
système élégant pour récupérer des peines et des contrariétés qui font partie de la vie de tous les jours.
L’Emotion est l’Amie de Votre Enfant, et la Vôtre
Votre enfant est né équipé d’un processus de réparation émotionnelle solide. Lorsqu’il se sent peiné, et qu’il ne peut
pas penser, il tente immédiatement de remédier à la situation. Si vous vous approchez de lui et que vous l’écoutez, il
va pleurer fort, ou exprimer de la colère. Ou bien il va créer une situation qui le fait rire. Ces réponses émotionnelles
sont vitales. Un bon fou rire, une bonne séance de pleurs, ou une bonne colère avec votre soutien vont « réinitialiser
» l’esprit de votre enfant de façon à ce qu’il puisse ressentir votre bienveillance.
Tandis que votre enfant pleure, qu’il se met en colère, ou qu’il rit fort et longtemps, il est en train de libérer les
tensions qui ont bloqué son système limbique. Il fait sa part pour démêler les fils qui se trouvent emmêlés dans son
esprit. Cela va lui profiter grandement si vous vous approchez de lui, que vous assurez sa sécurité, et que vous
donnez à son esprit le temps de décharger les sentiments désagréables et d’absorber votre bienveillance ! Les
temps de jeu pendant lesquels il peut rire, lutter et s’amuser avec vous de façon proche et engagée, vont aussi lui
faire le plus grand bien.
Beaucoup d’entre nous ont été élevés dans la croyance que le fait de réagir face aux mauvais comportements en
donnant de l’attention tend à entrainer plus de mauvais comportements. Certains psychologues, le siècle dernier,
pensaient que le fait de traiter les enfants en observateur calme et détaché, représenterait une avancée par rapport à
des réponses émotionnelles aux comportements des enfants. Ils ont expérimenté la mise en place de systèmes
récompensant les bons comportements, et de systèmes employant l’indifférence ou les conséquences désagréables
lorsque les enfants se comportaient mal ou qu’ils avaient des réactions émotionnelles, en pensant qu’il en résulterait
des citoyens civilisés et authentiques. Ils avaient tord.
Les recherches sur le cerveau ont montré que les enfants ont un besoin essentiel d’attention de la part de l’adulte.
Les systèmes de récompenses fonctionnent au mieux de façon imparfaite, et prétendre d’ignorer les comportements
débordants ou les réactions émotionnelles conduisent l’enfant vers des tentatives encore plus désespérées pour
attirer l’attention de l’adulte. Et cinquante ans d’études sur le sujet montrent que les corrections physiques et les
menaces verbales rendent le comportement des enfants encore plus provocateur, et interfèrent avec leurs capacités
apprentissage.
5
Alors que Vous Ecoutez, les Pleurs Guérissent la Douleur
Cela signifie que vous pouvez aider votre enfant en l’écoutant tandis qu’elle pleure, aussi longtemps qu’elle pleure !
Nous appelons cela Rester-écouter. C’est une stratégie qui restaure l’équilibre émotionnel de l’enfant en lui donnant
la chance d’exprimer entièrement ce qu’elle ressent. Si elle désire quelque chose qu’elle ne peut pas avoir, vous
l’écoutez. Ainsi, vous lui offrez votre bienveillance à la place de ce dont elle a tellement envie. Rester-écouter est
l’opposé de ce que la plupart des parents ont envie de faire lorsqu’une enfant s’effondre, donc la première fois que
vous essayerez de le faire, vous aurez certainement besoin de prendre votre courage à deux mains, avant de vous
jeter à l’eau.
Par exemple, prenons une enfant qui adore sa tante Sophie. Sa tante Sophie joue à chat avec elle, fait des tours de
gymnastique avec elle dans le salon, et la fait rire. Lorsqu’il est l’heure d’aller au lit, son papa annonce la nouvelle, et
l’enfant s’en trouve contrariée. Elle se met en colère et s’en va bruyamment. Son papa la suit, en essayant de la
guider jusqu’à la salle de bain pour qu’elle se lave les dents, mais elle refuse. Elle se met en larmes. Si son papa
l’entoure de ses bras, et lui dit « Je sais que c’est difficile. Mais il faut que tu te laves les dents », la regarde dans les
yeux, et l’écoute, les sentiments vont se déverser. Lorsqu’elle aura fini, son esprit va s’éclairer, et elle va se sentir
particulièrement proche de son papa. Elle va se laver les dents volontiers, et profiter ensuite d’un sommeil profond et
récupérateur. Le lendemain, elle va être plus détendue et bien disposée pour de nouveaux apprentissages.
Il se peut qu’un enfant qui ressent des tensions qu’il porte depuis longtemps, liées à des difficultés plus anciennes,
pleure fort ou fasse une grosse colère à propos d’un sujet apparemment anodin. Nous ne savons pas exactement
pourquoi les sentiments les plus importants arrivent « empaquetés » avec les situations les plus anodines, mais vous
pouvez compter dessus. Cela se produit dans toutes les familles.
Votre bienveillance a un pouvoir de guérison énorme dans les moments d’émotion. Un parent qui s’approche et
écoute son enfant, lui fait un cadeau absolument vital – une connexion aimante, et la chance de se libérer de son
stress.
Lorsque vous êtes à l’écoute de ce qui pèse à votre enfant, ses sentiments vont devenir intenses, durer un moment,
puis s’évaporer. Son système limbique sans dessus dessous guérit plus rapidement lorsque votre enfant se
concentre entièrement sur ses sentiments et vous aussi. Alors, les sentiments étant déchargés et la connexion
rétablie, elle retrouve son équilibre.
Lorsque vous essayez de raisonner ou de sermonner une enfant qui est contrariée, autant vous que votre enfant
allez vous en trouver frustré(e)s. Tandis qu’elle est contrariée, une enfant ne parvient pas à mettre du sens sur quoi
que ce soit que vous essayiez de lui communiquer. Son système limbique est à la recherche désespérée de
connexion. Le fait de raisonner ne fonctionne pas, parce que le cortex préfrontal de l’enfant s’est arrêté de
fonctionner. Elle ne peut pas s’appuyer sur une base verbale ou rationnelle tandis qu’elle est contrariée. Lorsque
vous écoutez, vous fournissez à son système limbique exactement ce dont il a besoin : la démonstration chaleureuse
et non verbale que vous lui prêtez attention. Cela prend un moment, mais cet abord non verbal vous reconduit
jusqu’à votre adorable, rationnelle et coopérative enfant.
Lorsque les parents adoptent une stratégie de Rester-écouter les contrariétés de leurs enfants, une relation proche
entre parent et enfant peut continuer jusque dans l’adolescence. Les enfants apprennent qu’il est sans danger de
s’effondrer lorsque leur esprit se met à gronder. Ils ressentent que leurs parents les comprennent, et savent que ce
qu’ils disent lorsqu’ils sont en colère ou lorsqu’ils pleurent est ce qu’ils ont besoin de dire pour se débarrasser de
leurs sentiments. Et les parents apprennent que les sentiments intenses qu’un enfant exprime sont
6
des sentiments qui bientôt s’en seront allés. Ils apprennent que les moments d’émotion sont des moments privilégiés
pour communiquer de l’amour.
Comment Utiliser les Livrets A l’Ecoute des Enfants
Les livrets A l’Ecoute des Enfants, exposent les grandes lignes de ce que nous appelons les Outils d’Ecoute.
Employés ensemble, ces Outils d’Ecoute – Rester-écouter, Poser les Limites, Le Temps Particulier, et le Jeu-écoute
– vont vous indiquer des manières spécifiques d’aider votre enfant, dans les moments qui sont source de défi dans
sa vie.
Il y beaucoup plus d’informations au sujet de Rester-écouter dans ces livrets A l’Ecoute des Enfants : Les Pleurs,
Crises de rage et Indignation, Guérir les Enfants de leurs Peurs, Approcher votre Enfant en Colère. Nous avons
inclus de nombreuses anecdotes provenant d’expériences de parents, ce qui vous donnera des astuces pratiques
sur la façon d’aider votre enfant dans votre famille de cette manière profondément efficace.
Rester-écouter est l’outil qui vous permet de gérer les sentiments de votre enfant, à propos des moments du lever et
de l’habillage le matin (commencez tôt !), des séparations, des difficultés concernant le partage, des agressions, des
peurs, et des frustrations qui surviennent lorsqu’un apprentissage ne se fait pas aisément.
C’est aussi un outil qui aide votre enfant à apprendre lorsque vous devez lui poser des limites.
Fixer les Limites et les Attentes
Bien que nous encouragions les parents à écouter les pleurs et les colères d’un enfant, l’approche Parents Main
dans la Main n’est pas une approche permissive !
Les parents doivent stopper les comportements débordants dès qu’ils surviennent. Cela n’a pas de sens de laisser
votre enfant gémir, bouder et pleurnicher, importuner ses frères et sœurs, renoncer à une tâché liée aux
apprentissages ou s’engager vers d’autres comportements qui ne sont pas coopératifs ou attentionnés. Elle est dans
ce cas en train d’envoyer des signaux de détresse « Aidez moi ! Je ne peux pas penser ». Elle n’est pas une
mauvaise enfant, mais elle dérape.
Elle a besoin de votre aide pour se remettre et se connecter de nouveau. Lui parler, la raisonner, négocier avec elle,
ou la punir sont des stratégies qui passent à côté de l’essentiel : son cerveau est incapable de fonctionner
correctement. Elle a besoin de connexion.
Lorsque votre enfant fait fausse route, essayez de poser les limites ou de fixer les attentes, d’une façon qui s’adresse
à la cause sous-jacente de ses ennuis. A la minute où vous vous apercevez que le comportement de votre enfant n’a
pas de sens :
Approchez vous d’elle – votre enfant a besoin d’une connexion avec vous de façon à pouvoir penser de nouveau.
Posez la limite – intervenez physiquement, sans rudesse, pour stopper quelque comportement n’ayant pas de sens.
Approchez vous pour tenir son bras pour qu’elle ne puisse pas jeter un jouet.
Approchez vous pour tenir sa jambe pour qu’elle ne puisse pas envoyer un coup de pied dans la porte.
Approchez vous et suivez la jusqu’à sa chambre tandis qu’elle tape du pied de colère.
Approchez vous pour tenir son pyjama devant elle, lorsqu’elle refuse de le mettre.
7
Approchez vous pour l’empêcher de monter sur la chaise dont elle sait que sa petite sœur la veut.
Approchez vous pour l’entourer de vos bras lorsqu’elle jette son sac à dos par terre après une après-midi difficile.
Dites la limite, fixez les attentes. Faites ceci en tant qu’allié(e) de votre enfant, non pas en tant que son adversaire ou
en tant que son chef suprême. Elle a besoin de vous à ses côtés tandis que son esprit est en désordre. Elle a besoin
d’une intervention saine, sans excuses et aussi sans colère, si possible.
« Je ne vais pas te laisser jeter ceci. »
« Je ne vais pas te laisser donner un coup de pied dans la porte. »
« Je sais que c’est difficile quand je dois dire « Non ». Je ne veux pas te laisser toute seule. »
« Je sais que tu as encore envie de jouer. Mais voici ton pyjama. C’est l’heure. »
« Non chérie. Ta sœur était sur le point de s’asseoir sur cette chaise là. »
« Dure journée ? Que s’est-il passé ? »
Tenez la limite – restez avec elle et gardez l’espoir qu’elle va coopérer, mais ne la pressez pas. Son esprit a besoin
de combattre avec un paquet d’émotions avant de pouvoir se sentir suffisamment connectée pour coopérer. Cette
lutte en est une qui guérit. Tenir la limite signifie faire des choses telles que :
Garder votre main sur son bras pour qu’elle ne puisse pas jeter des choses.
Continuer à tenir son pied pour qu’elle ne puisse pas donner de coups avec.
Poser votre main sur son dos tandis qu’elle se cache dans son oreiller.
Lui rappeler que son pyjama se trouve juste à côté d’elle, tandis qu’elle proteste à propos du fait d’aller se coucher.
Mettre un bras devant la chaise qu’elle essaie d’attraper, puis vous déplacer rapidement pour faire obstacle tandis
qu’elle essaie de grimper dessus par l’autre côté.
La suivre jusqu’à sa chambre après qu’elle s’est éloignée de vous en colère.
Restez-écouter. Offrez le contact du regard, une caresse affectueuse, et votre attention. Attendez vous à une
réponse émotionnelle passionnée. Les enfants détestent se sentir en insécurité et coupés de la relation. La quantité
de charge émotionnelle qu’ils lâchent peut être importante s’ils se dégagent d’une charge supplémentaire de
sentiments qui les encombraient déjà depuis un moment.
Ne cédez pas. Offrez votre présence chaleureuse à la place. La limite que vous posez, si elle est raisonnable, lui est
bénéfique. Elle va la détester, vous dire tous ses sentiments, terminer, et se détendre. Si vous offrez une attention
chaleureuse, vous lui donnez ce dont elle a vraiment besoin – une nouvelle opportunité de se connecter avec vous.
Poser les Limites et Rester-écouter sont des outils à utiliser dans l’impulsion du moment, lorsqu’il y a de l’orage dans
l’air. Deux nouveaux outils vont vous aider à vous connecter et à vous reconnecter sur une base régulière. Vous
pouvez les utiliser pour vous assurer que vous profitez du genre de moments agréables qui font qu’être parent est
une joie.
Le Temps Particulier et Le Jeu-écoute : Favoriser la Proximité et s’Amuser
8
Les livrets Temps Particulier et Jeu-écoute décrivent deux Outils d’Ecoute qui vont permettre au lien que vous avez
avec votre enfant de rester fort. Ces outils vous aident à donner des « vitamines d’attention » à votre enfant. Ils
fournissent un accès vers l’amusement, le jeu physique, et le rire.
Le Temps Particulier renforce la connexion parent-enfant. Vous faites savoir à votre enfant, qu’à un moment
prédéfini, vous allez jouer exactement à ce à quoi elle a envie de jouer pendant une durée qui vous convient. Dans
un emploi du temps serré, cinq minutes peuvent être utiles ; dans un moment plus détendu, vous pourriez avoir envie
de lui consacrer vingt minutes ou une demi heure. Montrez de l’enchantement et de l’intérêt quelle que soit l’activité
que votre enfant choisit. (Si vous craignez qu’elle ne choisisse quelque chose que vous supportez difficilement, dans
ce cas proposez un Temps Particulier plus court !)
Le Temps Particulier donne l’opportunité à votre enfant d’être le « meneur » tandis qu’elle construit une expérience
de jeu pour vous deux, instant après instant. La plupart des milliers de parents qui ont tenté cette expérience ont été
surpris des changements positifs qui se produisent lorsqu’ils intègrent le Temps Particulier dans leur emploi du
temps. Vous pourrez lire certaines de leurs histoires et en apprendre plus sur ce que vous pouvez en attendre dans
le livret Temps Particulier.
Le Temps Particulier aide une enfant à se connecter avec vous, de telle façon qu’elle est plus facilement susceptible
de vous parler de ce qui se passe dans sa vie. Vous avez peut être déjà remarqué que les questions provenant des
adultes au sujet de l’école ou de la garderie, reçoivent souvent de la part des enfants, des réponses se résumant à
un mot. Vous avez envie de savoir comment s’est passée la journée de votre enfant à l’école, mais elle n’est pas
toujours disposée pour vous le raconter, après avoir été séparée de vous pendant plusieurs heures. Le Temps
Particulier lui permet de se rapprocher de vous et l’amène à être en charge de la relation entre vous. Cela rétablit le
réseau de communication entre vous au moyen du jeu.
Nous recommandons vivement de proposer au moins cinq ou dix minutes de Temps Particulier avec votre enfant
chaque jour, ou des temps plus longs de vingt ou trente minutes plusieurs fois par semaine. Certains parents font du
Temps Particulier cinq minutes chaque matin avant de commencer la routine de l’habillage et du petit déjeuner. Cette
connexion va ravitailler l’esprit de votre enfant, et préparer le terrain pour l’apprentissage.
Un autre moment privilégié pour le Temps Particulier est après l’école ou la garderie, mais avant que la routine du
dîner ne commence. Votre enfant va attendre avec impatience ces intermèdes « émotionnellement nourrissants », et
les employer pleinement. Dans quelques années, lorsqu’elle aura à lutter avec certains devoirs, le Temps Particulier
l’aidera à décompresser par rapport aux tensions de l’école, à se connecter avec vous, et à se rappeler que la vie est
belle. C’est un très bon moyen de commencer ou de terminer une journée d’école.
Le Jeu-écoute : Engager le Pouvoir de Guérison du Rire
Le Jeu-écoute est un Outil d’Ecoute qui aide votre enfant à gagner et regagner de la confiance. C’est l’art de
remarquer ce qui fait rire votre enfant et de faire en sorte qu’elle continue de rire, généralement en prenant le rôle du
plus faible lorsque vous jouez. Le rire dans le jeu (et non pas le rire forcé par les chatouilles) aide une enfant craintive
à se sentir plus sûre et plus aventureuse. Et le jeu qui comporte du rire est un excellent moyen d’aider à se détendre,
une enfant qui a tendance à devenir agressive lorsqu’elle se sent effrayée ou séparée.
Par exemple, si votre enfant se plaint d’un camarade, d’un frère ou d’une sœur qui a le dessus sur elle, vous pouvez
proposer un jeu dans lequel vous jouez une version idiote du comportement par lequel elle est effrayée. Elle va rire
tandis qu’elle a votre peau avec des
9
coussins, ou tandis qu’elle vous met à terre. Dans le jeu, vous vous assurez bien qu’elle garde la place de la plus
forte, de la plus intelligente, de la gagnante ! Vous lui permettez de rire et d’expérimenter de nouvelles choses. Une
série de ces temps de Jeu-écoute peuvent lui donner le courage dont elle besoin pour gérer avec plus de confiance,
une situation difficile.
Le Jeu-écoute peut aussi aider une enfant qui a tendance à être agressive. Un jeu vigoureux et physique avec vous
est un moyen constructif de libérer les tensions qui se cachent derrière le comportement agressif d’une enfant. Avec
le temps, votre utilisation du Jeu-écoute peut suffisamment alléger le sac à dos émotionnel de votre enfant pour
qu’elle puisse gérer des situations difficiles de façon plus paisible.
Une Personne qui Ecoute Bien Peut Faire une Différence pour les Parents
Ce n’est pas facile d’écouter les sentiments des enfants. Chaque fois que les sentiments de votre enfant font surface,
vous allez avoir votre propre lot de sentiments à gérer aussi ! La plupart des parents essaient de chasser au loin ces
tiraillements de peurs, d’irritation ou de tristesse qui remontent à ce moment là. Mais cela va aider votre enfant si
vous pouvez vous arranger pour trouver une personne qui puisse vous écouter, et faire le point sur les émotions que
vous ressentez. Que vous rappelez vous de vos premières années ? De quels moments amusants et excitants, vous
souvenez-vous ? Quels sont les odeurs, les sons et les interactions dont vous vous remémorez ? Qui est-ce qui vous
a rendu la vie difficile ?
Le fait de parler de vos expériences d’enfance, va vous préparer pour être mieux capable de soutenir votre enfant.
Quelque chose d’assez bénéfique survient pour un parent lorsque quelqu’un l’écoute. C’est un soulagement de parler
sans hâte, de comment on se sent en tant que parent et de tout ce avec quoi cela demande de jongler, lorsqu’on est
en charge d’une famille. Cela aide de repenser à ce qui nous est arrivé, enfant – qu’est-ce qui a nourrit notre esprit et
qu’est ce qui nous a rendu triste ou qui a été difficile pour nous. Un bon écoutant ne va pas essayer d’arranger quoi
que ce soit, et ne va pas donner de conseils. Cette personne écoute dans le but d’en apprendre un peu plus sur
vous, et de se concentrer sur la connexion.
Les parents peuvent apprendre à s’écouter mutuellement, à travers un arrangement simple nommé Partenariat
d’Ecoute. Un parent écoute respectueusement, sans donner de conseils, tandis que l’autre parent parle. Ensuite, ils
échangent de rôle, pendant une durée à peu près égale. Cet échange plus formel d’écoute peut sembler étrange au
début. Mais le fait d’écouter l’histoire d’un autre parent peut aider un parent à se rendre compte qu’il n’est pas le seul
à trouver que le fait d’être parent, est source de défi. Le fait d’avoir l’opportunité de parler sans être interrompu ni
jugé peut faire des merveilles pour radoucir l’humeur d’un parent et lui permettre de retrouver les idées claires. Si des
émotions se manifestent en sus, ce n’est pas un souci. Celui qui écoute permet au parent de penser et d’explorer ce
qu’il souhaite à son propre rythme.
Nous espérons que vous allez faire l’expérience de cette forme d’échange d’écoute, et que cela va vous aider à vous
rappeler quel parent merveilleux et bienveillant vous êtes.
L’association Hand in Hand propose un livret intitulé Partenariats d’Ecoute pour les Parents. Il expose les grandes
lignes de ce que vous avez besoin de savoir pour mettre en place un partenariat d’écoute avec un autre parent. C’est
un moyen puissant de gagner en endurance émotionnelle et de neutraliser l’isolement auquel sont confrontés les
parents dans ce monde au rythme intense.
Votre enfant est profondément bon
Nous espérons vous voir rassuré(e) sur le fait que lorsque votre enfant s’approche d’un moment d’explosion
émotionnelle, ce n’est pas parce que quelque chose ne va pas chez lui ou chez vous. C’est un bon signe, un signe
qu’il est en confiance avec vous. Tandis que vous vous
10
connectez et que vous écoutez, vous appelez vers vous le soi intelligent et aimant de votre enfant. Avec vous à ses
côtés, votre enfant va utiliser son intelligence positivement, vous faire savoir à quel moment il a besoin de votre aide,
et s’épanouir.
Source : Association Hand in Hand, Palo Alto, Etats-Unis. Pour plus d’informations, veuillez consulter leur site :
www.handinhandparenting.org
11