Vous êtes sur la page 1sur 36

Château de Valabre 13120 GARDANNE

04 42 60 88 00 04 42 60 88 08
ECole d’Application de Sécurité Civile Internet : www.valabre.com
Mél. : ecasc@valabre.com

LES MANŒUVRES DE FORCE .................................................................................................................. 1


SOMMAIRE ........................................................................................................................................ 1
LES MANŒUVRES DE FORCE................................................................................................................... 3
1. GENERALITES ...................................................................................................................................3
2. CONDUITE DE L'OPERATION ..................................................................................................................3
3. PRINCIPES DIRECTEURS DES MANŒUVRES DE FORCE ....................................................................................3
3.1. Avant la manœuvre ................................................................................................................3
3.2. Pendant la manœuvre.............................................................................................................4
4. ROLE DES CADRES .............................................................................................................................4
4.1. Rôle du directeur de la manœuvre ...........................................................................................4
4.2. Rôle du chef de la manœuvre..................................................................................................5
SECURITE DU PERSONNEL DANS LES MANŒUVRES DE FORCE........................................................................ 6
1. PRECAUTIONS CONCERNANT LE MATERIEL UTILISE. .....................................................................................6
2. PRECAUTIONS CONCERNANT L'AMARRAGE ET LE DEPLACEMENT DES FARDEAUX.....................................................6
3. PRECAUTIONS CONCERNANT L'EQUIPEMENT DU PERSONNEL ...........................................................................6
POIDS, FROTTEMENTS, PLAN INCLINE ..................................................................................................... 7
1. LE POIDS D'UN CORPS .........................................................................................................................7
2. ACTION REACTION .............................................................................................................................7
3. FORCES DE FROTTEMENT .....................................................................................................................7
Tableau des différents coefficients..................................................................................................8
Exercice : .....................................................................................................................................8
4. LE PLAN INCLINE ...............................................................................................................................8
Exercice : ...................................................................................................................................10
LES MOMENTS DE FORCE ..................................................................................................................... 11
1. DEFINITION ...................................................................................................................................11
2. EQUILIBRE DE 2 FORCES OPPOSEES PAR RAPPORT A UN AXE ......................................................................... 11
3. CAS DU LEVIER ...............................................................................................................................12
4. CAS DU TREUIL ...............................................................................................................................12
5. BASE OU POLYGONE DE SUSTENTATION..................................................................................................13
THEOREME D'ARCHIMEDE / DENSITE .................................................................................................... 15
1. DEFINITION :.................................................................................................................................15
2. CALCUL DE LA POUSSEE D'ARCHIMEDE ...................................................................................................15
3. NOTION DE DENSITE ........................................................................................................................15
TABLEAU DES DENSITES. .......................................................................................................................17
3. CALCUL DU POIDS APPARENT ..............................................................................................................18
RESISTANCE DES POINTS D'AMARRAGE ................................................................................................. 20
1. LES POINTS D'AMARRAGES NATURELS OU EXISTANTS..................................................................................20
1.1. Les arbres............................................................................................................................20
1.2. Les voies ferrées ..................................................................................................................20
1.3. Les vehicules........................................................................................................................21
Principe d'amarrage par poulie folle ..............................................................................................21

Formation de Sauveteur Déblayeur – SDE – V 06.1 Page 1


Château de Valabre 13120 GARDANNE
04 42 60 88 00 04 42 60 88 08
ECole d’Application de Sécurité Civile Internet : www.valabre.com
Mél. : ecasc@valabre.com

2. LES POINTS D'AMARRAGE ARTIFICIELS ...................................................................................................22


2.1. Ancrage en "i". .....................................................................................................................22
2.2. Ancrage en "y" .....................................................................................................................22
2.3. Ancrages en "v"....................................................................................................................22
2.4. Ancrage "roue de secours". ...................................................................................................23
2.5. Ancrage helicoïdal (tractancrage) ...........................................................................................23
Mise en œuvre............................................................................................................................23
2.6. Chaîne U.S...........................................................................................................................23
2.7. Plaque U.S. ..........................................................................................................................23
LES MOUFLAGES................................................................................................................................ 24
1. LES POULIES ..................................................................................................................................24
2. PRINCIPE DES MOUFLAGES . ...............................................................................................................24
2.1. La poulie fixe .......................................................................................................................25
2.2. La poulie mobile ...................................................................................................................25
3. DEFINITIONS .................................................................................................................................25
3.1. Mouflage .............................................................................................................................25
3.2. Palans .................................................................................................................................26
4. LES MOUFLAGES SIMPLES ...................................................................................................................26
5. LES MOUFLAGES COMPOSES ................................................................................................................29
CHARGES DE MANŒUVRE DES AGRES .................................................................................................... 31
1. CHARGE DE MANŒUVRE, CHARGE DE RUPTURE .........................................................................................31
1.1. Charge de manœuvre ou charge maxi. d'utilisation (c.m.u.) .....................................................31
1.2. charge de rupture (Arrête ministeriel du 2 Mars 1965) .............................................................31
2. RESISTANCE DES CORDAGES ...............................................................................................................32
3. RESISTANCE DES CABLES ...................................................................................................................32
4. RESISTANCE DES ELINGUES ................................................................................................................32
5. RESISTANCE DES CHAINES .................................................................................................................32
6. RESISTANCE DES MANILLES ................................................................................................................33
7. RESISTANCE DES POULIES A CABLE .......................................................................................................33
8. RESISTANCE DES ELINGUES POLYESTER..................................................................................................34

Formation de Sauveteur Déblayeur – SDE – V 06.1 Page 2


ECole d’Application de Sécurité Civile – Valabre

1. GENERALITES
Les manœuvres de force ont pour but :
De modifier la position d'un fardeau,
Eventuellement d'en assurer le déplacement.
Elles doivent être exécutées suivant un plan établi par le chef de garde ou le
directeur des secours, en fonction des moyens dont il dispose et de l'expérience des
exécutants.
La mise en œuvre de ce plan nécessite l'application de principes directeurs qui
doivent être constamment présents à l'esprit du chef de garde ou du directeur des
secours.
Pour l'établissement du plan de manœuvre, il faut se souvenir que le procédé le plus
simple permettant de réaliser la manœuvre avec la moindre dépense de temps et de
peine est en général le meilleur.

2. CONDUITE DE L'OPERATION
Pour préparer et diriger une manœuvre, il faut :
Etudier sur place la manière de procéder,
Déterminer les besoins en personnel et matériels.
Articuler l'emploi du personnel et du matériel au cours des différentes phases
de la manœuvre, de manière à éviter les encombrements et le désordre.

3. PRINCIPES DIRECTEURS DES MANŒUVRES DE FORCE


3.1. AVANT LA MANŒUVRE
Se rendre compte du poids de la masse à déplacer et de la position de
son centre de gravité.
S'assurer que les moyens utilisés ont assez puissants; l'engin doit être
adapté à la nature de l'effort à développer.
Vérifier que le matériel est en bon état (câbles, chaînes cordages ...).
Installer les engins sur une base solide.
Choisir sur la charge à déplacer, un point d'application suffisamment
robuste.
Assure la sécurité du personnel de manœuvre par des dispositions
appropriées. En particulier faire porter casque et gants.

Formation Sauveteur Déblayeur – V 06.1 Page 3


ECole d’Application de Sécurité Civile – Valabre

3.2. PENDANT LA MANŒUVRE


Etre toujours prudent :
Ne jamais se placer sous la charge, à moins de nécessite absolue
reconnue par le chef de garde ou le directeur des secours.
Ne pas approcher plus qu'il n'est indispensable d'un fardeau suspendu ou
d'un câble métallique en tension (coup de fouet).
Placer les mains de telle façon qu'elles ne puissent pas être prises sous la
charge, en particulier dans les opérations de chargement ou de
déchargement du matériel.
Ne pas oublier que toute précipitation va généralement à l'encontre de la
rapidité et de la bonne exécution de la manœuvre.
Suivre au calage et avec des cordages de manœuvre lorsqu'on déplace
une charge à l'aide d'une grue.
N'employer les appareils, engins et agrès que dans des conditions
prévues pour leur utilisation.
Ne pas employer à la manœuvre plus d'hommes qu'il est nécessaire. Le
personnel disponible doit être écarté, prêt à aider en cas de besoins.

4. ROLE DES CADRES


Dans toute manœuvre de force il est souhaitable de séparer les fonctions de
directeur et de chef de manœuvre.
Le directeur de la manœuvre est en principe un officier le chef de la manœuvre un
sous officier éventuellement spécialisé.
En cas d'absence de l'un de ces cadres l'officier ou le sous officier assume seul
toutes les responsabilités de l'opération.
Tout gradé d'une unité doit être capable d'exécuter une manœuvre de force relative
au matériel dont il peut avoir la responsabilité.
4.1. ROLE DU DIRECTEUR DE LA MANŒUVRE
Elabore et conçoit la manœuvre.
Surveille la manœuvre de force et en est le responsable.
S'attache à prévenir les accidents et à faire respecter les mesures de
sécurité.
Donne des ordres au personnel par l'intermédiaire du chef de manœuvre.
Fait dégager les curieux et les inutiles.

Formation Sauveteur Déblayeur – V 06.1 Page 4


ECole d’Application de Sécurité Civile – Valabre

4.2. ROLE DU CHEF DE LA MANŒUVRE


Chargé de la préparation et de l'exécution de la manœuvre (Sous officier).
Reconnaît le terrain, la position du fardeau, la disposition des lieux.
Fait préparer les moyens qui seront utilisés et en fait vérifier le bon état.
Prescrit les travaux d'aménagement du terrain à entreprendre
éventuellement.
Détermine la direction, le sens et la distance de déplacement du fardeau,
évalue son poids le plus exactement possible, calcule les efforts résistants
suivant les conditions du terrain.
Fixe en fonction de l'effort moteur et des moyens disponibles, le schéma
technique de l'opération dont il rend compte au directeur de la manœuvre.
Rassemble son personnel, explique le but, l'organisation et le déroulement
de la manœuvre, précise éventuellement son découpage en manœuvres
élémentaires, expose le processus de transmission des ordres, l'emploi
éventuel de relais.
Répartit les tâches et fixe la place de chacun.
Donne les consignes de sécurité, attire notamment l'attention sur les
points délicats ou dangereux de la manœuvre, s'assure que tous les
personnels ont enregistré et compris ses ordres et consignes et qu'ils sont
en mesure de les exécuter.
Fait prendre les dispositions de manœuvre.
Vérifie la préparation, la correction des travaux exécutés, s'assure que le
dispositif est en place et fait mettre en tension légère.
Occupe enfin l'emplacement reconnu qui lui permettra de voir et d'être vu
du personnel exécutant.
Pendant la manœuvre, maintient l'attention du personnel, surveille le
comportement du fardeau et des points fixes. Celle ci terminée, il veille à
la récupération des matériels utilisés.

Formation Sauveteur Déblayeur – V 06.1 Page 5


ECole d’Application de Sécurité Civile – Valabre

Afin de limiter le plus possible les risques d'accident au cours des manœuvres de force,
de nombreuses précautions doivent être prises dans plusieurs domaines.

1. PRECAUTIONS CONCERNANT LE MATERIEL UTILISE.


Les appareils, engins et agrès ne devront être employés que dans les cas
prévus pour leur utilisation.
Les charges admises devront être calculées au plus juste.
Un bon coefficient de sécurité devra être appliqué pour tenir compte des
impondérables (failles dans le métal, à coups dans la manœuvre etc...)

2. PRECAUTIONS CONCERNANT L'AMARRAGE ET LE DEPLACEMENT DES


FARDEAUX.

Ces derniers devront être correctement installés sur des bases les plus grandes
possibles. Leur centre de gravité devra être déterminé approximativement.
Lors de l'utilisation des crics, coussins ou vérins, un calage devra
obligatoirement être effectué au fur et à mesure de l'élévation (surtout si des
victimes sont en cause).
Il ne faut pas s'approcher plus près qu'il n'est indispensable d'un câble en
tension (risque de coup de fouet).
Placer les mains de telle sorte qu'elles ne puissent être coincées sous la
charge en cas de chute accidentelle.
En règle générale, ne pas stationner sous les charges, ni à proximité d'un câble
en tension.
Même si ce n'est pas nécessaire la réalisation d'un mouflage évitera un coup de
fouet.
Les mouvements du fardeau devront être très lents afin de limiter les effets
dynamiques et

3. PRECAUTIONS CONCERNANT L'EQUIPEMENT DU PERSONNEL


Le personnel strictement nécessaire au bon déroulement de la manœuvre devra se
doter des effets de protection tels que :
Gants
Casque F2 ou galibier +lunettes
Bottes ou rangers
Veste de protection.
Il devra exécuter strictement les ordres reçus à l'exclusion de toute initiative
ponctuelle.

Formation Sauveteur Déblayeur – V 06.1 Page 6


ECole d’Application de Sécurité Civile – Valabre

1. LE POIDS D'UN CORPS


Le poids d'un corps est le produit d'une masse (Kg) par l'accélération de la pesanteur
"G" (9,81 m/s²). Il s'exprime en NEWTONS (N)

P=MxG
Le poids peut également être exprimé en Kg.force (Kg.f).

1 daN = 10 N = 1 Kg.f

2. ACTION REACTION
Une masse exerçant un poids sur un support produit une réaction de ce dernier de
même intensité mais de sens opposé.

R
P

P = poids
R = réact ion
La réaction empêche la masse de s'enfoncer jusqu'au centre de la terre l'équilibre est
maintenu.

3. FORCES DE FROTTEMENT
Les forces de frottement s'exercent lorsque une masse est déplacée sur un support .

R F
P
Fr
P = poids
R = réact ion
F = Force de t ract ion
Fr = Forces de f rot t ement
Les forces de frottement dépendent du terrain, du poids et de la faculté qu'a la
masse de glisser voire rouler.
Elles sont donc très difficiles à déterminer.
Pendant la deuxième guerre mondiale le Génie militaire a définit au travers
d'expériences faites avec un dynamomètres des coefficients de frottement et des
coefficients de glissement pour chaque type de terrain.
Ces coefficients multipliés à la charge exprimée en Kg donnent une approximation de
la force de frottement exprimée en Kg.f .

F = P x coef.

Formation Sauveteur Déblayeur – V 06.1 Page 7


ECole d’Application de Sécurité Civile – Valabre

TABLEAU DES DIFFERENTS COEFFICIENTS

TERRAIN COEF. DE FROTTEMENT COEF. DE ROULEMENT

Béton sec 0,8 0,03


Macadam 0,7 0,03
Argile sèche 0,55 0,06
Macadam délave 0,5 0,06
Terre meuble 0,35 0,3
Terre boueuse 0,3 0,25
Rail ///// 0,005

EXERCICE :
a) Quelle est la force nécessaire pour tirer un camion de 40 T freins débloqués
sur du macadam ?
Le coefficient de roulement sur macadam étant de 0,03 nous en déduisons :
F = 40 000 x 0,03 = 1200 Kg.f
b) Même question mais les freins sont bloqués.
F = 40 000 x 0,7 = 28 000 Kg.f

4. LE PLAN INCLINE
Soit une masse sur un plan incliné. Le poids toujours vertical se décompose en une
composante parallèle à la pente et une autre perpendiculaire.

P1

R
P2

P
P = poids
P1 = composant e parralèlle
P2 = composant e perpendiculaire
R = réact ion à P2
La composante perpendiculaire engendre une réaction qui lui est opposée et qui a
même intensité.
Si l'on désire tirer cette masse vers le haut il faudra exercer une force égale à P1 +
les forces de frottements engendrés par P2.

Force de traction = P1 + (P2 x Coefficient de frottement)


Comment déterminer alors P1 et P2 ?

Formation Sauveteur Déblayeur – V 06.1 Page 8


ECole d’Application de Sécurité Civile – Valabre

Le tableau ci après permet de déterminer P1 et P2 en fonction des différents angles


de pente compris entre 0 et 90° ou exprimée en pourcentage.
Il suffit de multiplier le poids du fardeau par le coefficient parallèle pour obtenir P1 et
par le coefficient perpendiculaire pour obtenir P2.

POURC. DEGRES COEF. PARAL. COEF. PERP.


INF. 90 1 0
1 143 % 85 0,996 0,087
567 % 80 0,984 0,173
373 % 75 0,965 0,25
275 % 70 0,939 0,34
214 % 65 0,9 0,422
173 % 60 0,866 0,5
143 % 55 0,819 0,573
119 % 50 0,766 0,642
100 % 45 0,707 0,707
84 % 40 0,64 0,766
70 % 35 0,57 0,819
58 % 30 0,5 0,866
46 % 25 0,422 0,9
36 % 20 0,34 0,939
27 % 15 0,25 0,965
18 % 10 0,17 0,98
9% 5 0,087 0,996
0% 0 0 1

Formation Sauveteur Déblayeur – V 06.1 Page 9


ECole d’Application de Sécurité Civile – Valabre

EXERCICE :
a) Calculer la force de traction qu'il faut exercer pour tirer un véhiculed'1,5 T qui
a les freins bloqués sur du macadam dans une pente de 30°.
Composante perpendiculaire à la pente = 1,5 x 0,86 = 1,23 T
Force due aux frottements = 1,23 x 0,7 = 0,86 T
Composante parallèle à la pente = 1,5 x 0,5 = 0,75 T
Force de traction à exercer = 1,61 T soit 1610 Kg.f
b) Même question mais on arrive à débloquer les freins
Force due aux frottements = 1,23 x 0,03 =0,037 T
Composante parallèle = 0,75 T
Force de traction à exercer = 0,75 + 0,037 = 0,787 T soit 787 Kg.f.

Formation Sauveteur Déblayeur – V 06.1 Page 10


ECole d’Application de Sécurité Civile – Valabre

1. DEFINITION
Le moment par rapport à un axe, d'une force est le produit de cette force (F) par le
bras de levier (d) :

M=Fxd
Schema 1: schema 2:

F
A XE
d A XE F
d’

M > M ’

2. EQUILIBRE DE 2 FORCES OPPOSEES PAR RAPPORT A UN AXE


L'équilibre de 2 forces opposées agissant autour d'un axe est réalisé lorsque la
somme des moments est égale à 0.
M1 + M2 = 0
(F1 x d1) + (-F2 x d2) = 0

Schéma

F1 = 2 Kg.f ou "20 Ne wtons"


F1
F2 = 4 Kg.f ou "40 Ne wtons"
F2 d1 = 2m
A XE d1 d2 = 1m
d2

(P1 x d1) + (-P2 x d2) = (4 x 1) + (- 2 x 2) = 0 = équilibre


Dans le cas d'une inégalité une rotation se produira autour de l'axe dans le sens du
moment de force le plus important.

Formation Sauveteur Déblayeur – V 06.1 Page 11


ECole d’Application de Sécurité Civile – Valabre

Exemple :
Pour que le mouvement s'effectue dans le sens de la force F1 il faudrait effectuer
l'une ou plusieurs des modifications suivantes :
Augmenter la force P1
Augmenter la distance d1
Diminuer la force P2
Diminuer la distance d2

3. CAS DU LEVIER
Soit une charge à soulever de 200 Kg. Disposant d'une barre de 3m de long quel est
le poids que nous devrons appliquer à l'extrémité pour déplacer la charge sachant
que l'axe se situe à 10 cm de celle ci ?
20 0Kg
F1 = ?
AXE P2 = 200 Kg.f ou "2000 Newt ons"
d1 F1= d1 = 1,8 m
d2 ?
P2 d2 = 0,2 m

Solution :
Pour obtenir l'équilibre il faut que :
P1 x d1 = P2 x d2
nous réalisons un produit en croix pour obtenir P2 ,soit :
P1 = P2x d2
d1
P1 = 22,22 Kg
Pour lever la charge il faudra donc exercer un poids de 23 Kg.f.

4. CAS DU TREUIL
Soit un t reuil ét ant donné pour t irer 1,5 T .

CA BLE
1,5T

d1=0
,3 m Moment résist ant t ambour plein
E. M = 1500 x 0,3 = 450 Kg.f / m
M.

Formation Sauveteur Déblayeur – V 06.1 Page 12


ECole d’Application de Sécurité Civile – Valabre

Quelle charge pouvons nous tirer tambour vide ?


d1=0,1
CABLE DEROULE

F2 =?

Nous pouvons écrire :


Moment résistant tambour plein = Moment résistant tambour vide.
Soit : F2 x d2 = 450 Kg.f/m
d'où : F2 = 4 500 Kg

5. BASE OU POLYGONE DE SUSTENTATION


On appelle base de sustentation la surface entourant les points de contact avec le
sol.
Schémas :
C.G.sans vérins C.G. avec vérins. C.G. avec vérins et appuis arrière

Chaque ligne du contour de cette surface représente un axe de basculement.

Formation Sauveteur Déblayeur – V 06.1 Page 13


ECole d’Application de Sécurité Civile – Valabre

BILAN DES MOMENTS AVEC VERINS


FLECHE

P2

CONTREPOIDS
208 0 KG
CHARGE
P3

P4

P1

d1 d2
d4 d3

AXE DE BASCULEMENT
BILAN DES MOMENTS SANS VERINS
FLECHE

P2

CONTREPOIDS
2080 KG
CHARGE
P3

P4

P1

d1 d2
d4 d3

AXE DE BASCULEMENT

P1 = Poids de l'engin appliqué à son centre de gravité .


P2 = Poids de la flèche appliqué en son centre de gravité qui varie en fonction
de la longueur développée.
P3 = Poids de la charge appliquée en bout de flèche .
P4 = Contrepoids
Pour éviter le basculement il faut que la somme des moments de forces donne :
P1 x d1 + P4 x d4 P2 x d2 + P3 x d3
Nous pouvons constater l'importance de l'utilisation des vérins.
Sur intervention il est impossible d'établir un bilan des moments de force. Pour cela
les camions grues comportent une abaque déterminant des limites en fonction de la
charge et de la portée (distance entre le bout de flèche et le centre de la tourelle).

Formation Sauveteur Déblayeur – V 06.1 Page 14


ECole d’Application de Sécurité Civile – Valabre

1. DEFINITION :
Tout corps immergé dans un liquide en équilibre est soumis à une force pressante,
perpendiculaire et s'exerçant de bas en haut.

P =Poids du solide
F F =Poussée d' archimède
Pa = Poids apparent du solide = P - F

Pa

2. CALCUL DE LA POUSSEE D'ARCHIMEDE


La force résultante de la poussée d'archimède est égale au poids du volume de
liquide déplacé.
Ex : soit un cube de 2m de côté immergé dans de l'eau, le volume d'eau déplacé est
égal au volume du cube soit 8 M3(2x2x2),ce qui nous donne 1 poids d'eau déplacé
de 8 T.
donc F = 8000Kg.f.

3. NOTION DE DENSITE
La densité d'un corps est déterminée en comparent le poids d'une unité de volume
de ce dernier sur le poids de la même unité de volume d’eau.

PoidsduvolumeVducorps
Densité =
Poidsdumêmevolumed ' eau

En pratique la connaissance des différentes densités des corps existants nous


permettra de définir le poids d'un objet en fonction de son volume.

Poids = Volume x Densité


Tonne M3
Kg Litres ou dm3
G millilitres ou cm3

Formation Sauveteur Déblayeur – V 06.1 Page 15


ECole d’Application de Sécurité Civile – Valabre

Calculer le poids d'une dalle de béton armé de 3m/2m/20cm .Pour les densités se
reporter au tableau annexé.
Calcul du volume : V =3 x 2 x 0,2 =1,2 M3
Calcul du poids : P = V x dens. = 1,2 x 3 = 3,6 T
Calculer la force à exercer pour déplacer un rocher de 1m/2m/2m posé sur de la
terre (Coef. de frottement sur terre = 0,3).
Calcul du volume : V = 1 x 2 x 2 = 4 M3
Calcul du poids du rocher : P = V x dens. = 4 x 3 = 12T
Forces de frottement = 0,3 x 12 = 3,6 T
La force à exercer pour déplacer ce rocher devra être de 3 600 KG.f

Formation Sauveteur Déblayeur – V 06.1 Page 16


ECole d’Application de Sécurité Civile – Valabre

TABLEAU DES DENSITES.


SOLIDES LIQUIDES GAZ LIQUEFIES
Acier 7,9 Acétone 0,79 Acétylène 0,73
Aluminium 2,7 Acide chlorhydrique 1,21 Ammoniaque 0,68
Amiante 2,9 Acide sulfurique 1,85 Argon 1,4
Ardoise 2,9 Alcool éthylique 0,79 Azote 0,81
Argent 10,5 Alcool méthylique 0,79 Butane 0,76
Béton 2 Anthracène 1,2 Chlore 1,56
Béton armé 3 Benzène 0,9 Chlorure de vinyle 0,97
Bois 0,5 à 1,1 Chloroforme 1,5 Chlorure d'hydrogène 1,2
Brique rouge 0,9 Eau ammoniacale 1 Dioxyde de carbone 1,18
Bronze 2,2 Eau de mer 1,026 Dioxyde de soufre 1,5
Caoutchouc 1 Eau 1 Ethane 0,55
Carbone 8,8 Essence auto 0,73 Ethylène 0,57
Carton 1 Ether éthylique 0,72 Hélium 0,12
Charbon 2,3 Gasoil-Fuel 0,83 Hydrogène 0,07
Chaux vive 0,44 Glycérine 1,27 Isobutane 0,6
Ciment 3,1 Goudron 1,3 Krypton 2,41
Cuivre 8,9 Hexane 0,67 Méthane 0,42
Fer 8 Heptane-Octane 0,7 Monoxyde d'azote 1,3
Fonte 7,6 Huiles minérales 0,94 Monoxyde de carbone 0,8
Glace 0,9 Huile d'olive 0,92 Néon 1,2
Laiton 8,7 Lait 1,03 Oxyde de carbone 0,82
Magnésium 1,8 Mercure 13,6 Oxygène 1,42
Naphtaline 1,2 Oxyde d'éthylène 0,9 Propane 0,51
Or 19,3 Paraffine 0,9 Protoxyde d'azote 1,23
Paille 0,1 Pétrole 0,8 Xénon 3,1
Papier 0,7 à 1,2 Plomb tétraéthyl 1,62
Pierre 3 Sulfure de carbone 1,3 GAZ VAPEURS G/L

Platine 21,5 Tétrachlorure de C. 1,6 Air 1,3


Plomb 11,44 Toluène 0,87 Alcool 1,05
Sable 2 Trichloroéthylène 1,46 Ammoniac 0,776
Sciure 0,55 White spirit 0,78 Butane 2,65
Sel 2,17 Xylène 0,88 Chlore 3,2
Souffre 2,1 CO2 1,9
Terre 2 Méthane 0,7
Verre 2,5 CO 1,2
Zinc 7,2 Hydrogène 0,09

Formation Sauveteur Déblayeur – V 06.1 Page 17


ECole d’Application de Sécurité Civile – Valabre

3. CALCUL DU POIDS APPARENT


Le poids apparent est la différence entre le poids de l'objet et la poussée
d'Archimède. Si le poids est supérieur à la poussée l'objet coule si c'est l'inverse il
remonte à la surface.

Poids apparent = Poids - Poids du volume d’eau déplacé

Exercice 1 :
a) Reprenons le cas précédent et déterminons le poids apparent sachant que le cube
est constitué de verre.
Calcul du poids : Vol. x dens.= 8M3 x 2,5 = 20 T soit 20 000 Kg.f
Calcul du poids apparent sachant que 8 M3 d'eau pèsent 8T
Pa = P-F = 20 - 8 = 12 T soit 12 000 Kg.f
Pour amener la face supérieure du cube à la surface de l'eau il faudra donc exercer
une force supérieure à 12 000 Kg.f .

b) Le cube est à moitié immergé calculer la force à exercer pour le maintenir.

Calcul du volume immergé: V = 8 : 2 = 4M3


Calcul de la poussée d'Archimède : F = 4 x1 = 4 T
Le poids apparent sera : Pa = P - F= 20 - 4 = 16 T

Remarque : Lorsque l'objet est dans l'eau seul le poids apparent compte mais dès
qu'il commence à sortir la valeur de la poussée d'Archimède va diminuer jusqu'à ce
que le poids apparent soit égal au poids réel (l'objet sera alors hors de l'eau).

Formation Sauveteur Déblayeur – V 06.1 Page 18


ECole d’Application de Sécurité Civile – Valabre

Exercice 2
Soit un bac en aluminium de dimension 3 x 2 x 2 et d'épaisseur 10 cm
a) Calculer le poids réel du bac.

2m

2m
3m

Calcul de la surface d'un petit côté : S1 = 2 x 2 = 4M²


Calcul de la surface d'un grand côté S2 = 2 x 3 = 6M²
Calcul de la surface du fond S3 = 2 x 3 = 6M²
Surface totale = 2 x S1 + 2 x S2 + S3 = 8 + 12 + 6 = 26M²
Volume total d'aluminium = 26 x 0,1 = 2,6 M3
Poids total = 2,6 x 2,7 = 7T
b) A moitié immergé quelle sera la poussée d'Archimède ?

2m

2m
3m

Calcul du volume immergé : 2 x 3 x 1 = 6M3


Calcul du poids d'eau déplacé : 6T
Poids de l'aluminium : 7T
La poussée d'Archimède étant inférieure au poids de l'aluminium le bac va s'enfoncer
jusqu'à une position d'équilibre qui aura pour ligne de flottaison 1,17 m à partir du
bas du bac (1,17 x 3 x 2 = 7 T).
c) Le bac s'étant percé, l'eau est rentrée sur une hauteur de 1m. Quelle est la force
que nous devons exercer pour sortir le bac à l'air libre ?
Poids de l'aluminium = 7T
Volume d'eau rentré dans le bac = 2 x 6 x 1 = 12 M3
Poids du volume d'eau = 12 T
Poids total = 12 + 7 = 19 T soit 19 000 Kg.f
Conclusion :
Lorsqu'un bateau ayant eu une avarie doit être sorti de l'eau, il est absolument
nécessaire d'effectuer un pompage continu pendant l'effort de traction.
La remontée doit être très lente afin de ne jamais avoir un poids d'eau venant se
rajouter au poids du bateau.
Par ailleurs même en disposant d'une grue très puissante le fait de sortir un bateau
trop rapidement sans avoir préalablement épuisé l'eau, pourrait entraîner une
détérioration de la coque.

Formation Sauveteur Déblayeur – V 06.1 Page 19


ECole d’Application de Sécurité Civile – Valabre

Dans toute manœuvre de force il est nécessaire d'avoir un amarrage dont la résistance
est supérieure à la force qui lui est appliquée.
On distingue deux sortes de points d'amarrage :
Les points d'amarrage naturels.
Les points d'amarrage artificiels.

1. LES POINTS D'AMARRAGES NATURELS OU EXISTANTS.


1.1. LES ARBRES
La résistance des arbres est déterminée d'après le tableau suivant où la
résistance "R" est exprimée en Kg.f en fonction du diamètre de l'arbre exprimé
en cm.
Chêne R = 5 d2
Hêtre R = 4 d2
Châtaignier R = 4 d2
Sapin platane R =2 d2
Ex : Calculer la résistance d'un chêne qui a un diamètre de 60 cm.
R = 5 x 60² = 18 000 Kg.f
Il faudra cependant prendre les précautions suivantes :
Réaliser l'ancrage près du pied de l'arbre.
Protéger l'arbre au moyen de madriers.
1.2. LES VOIES FERREES
Elles peuvent être utilisée à condition qu'elles soient désaffectées. La
résistance maximum offerte en embrassant les deux rails au moyen d'une
chaîne peut atteindre 20 000 Kg.f .
Schéma.

Formation Sauveteur Déblayeur – V 06.1 Page 20


ECole d’Application de Sécurité Civile – Valabre

1.3. LES VEHICULES


Ils ne peuvent servir qu'exceptionnellement de point d'amarrage car ils sont par
définition mobiles. Cependant un véhicule équipé d'un treuil est un point
d'ancrage il faut donc savoir déterminer la résistance au sol.
Pour cela il suffit de connaître son poids et en fonction du coefficient de
frottement déterminer la résistance.
Exercice :
a) Sachant qu'un camion grue pèse 13 T déterminez sa résistance sur du
macadam freins bloqués.
R = 13 000 x 0,7 = 9 100 Kg.f
b) Le treuil arrière pouvant développer une force de 22 000 Kg.f que se
passerait-il si il était utilisé au maximum de sa puissance ?
22 000 Kg.f étant supérieur à 9 100 Kg.f ce serait le camion qui se déplacerait
et non la charge.
c) Quelle solution pourrions nous apporter ?
Le C.G étant équipé d'un treuil avant pouvant développer une force de
13 000 Kg.f, le véhicule pourrait être amarré à un chêne de diamètre = à 60 cm
(60 x 60 x 5 = 18 000 13 000 donc bon) dans ce cas nous aurions une
résistance de point d'amarrage égale à :
R = 13000 + 9100 = 22 100
Kg.f
22100 Kg.f 22 000 Kg.f ce sera bien la charge qui se déplacera.
N.B. : Si un véhicule devait être utilisé en point d'amarrage exceptionnel il
faudra prendre soin de retirer les clés de contact et fermer les portes du
véhicule.
PRINCIPE D'AMARRAGE PAR POULIE FOLLE
Lorsqu'il est nécessaire de s'amarrer sur 2 points fixes, il n'est pas toujours aisé
de répartir également la charge sur chacun des points ; pour cela il peut être
mis en oeuvre un amarrage par poulie folle.

ARBRE

TRACTION

ARBRE

Formation Sauveteur Déblayeur – V 06.1 Page 21


ECole d’Application de Sécurité Civile – Valabre

2. LES POINTS D'AMARRAGE ARTIFICIELS


2.1. ANCRAGE EN "I".
Il est réalisé au moyen de 3 piquets reliés entre eux par des cordages.
Résistance = 900 Kg.f
Schéma

90°

2.2. ANCRAGE EN "Y"


Résistance = 1 200 Kg.f
Schéma

2.3. ANCRAGES EN "V"


schémas

Résistance = 3000 Kgf 2 100 Kg.f

Formation Sauveteur Déblayeur – V 06.1 Page 22


ECole d’Application de Sécurité Civile – Valabre

2.4. ANCRAGE "ROUE DE SECOURS".


Il est constitué d'une roue de placé sur le sol, déport de voile de jante vers le
haut et de 8 piquets.
Sa résistance est de 5 000 Kg.f en terrain moyen.
2.5. ANCRAGE HELICOÏDAL (TRACTANCRAGE)
Ce pieu en acier galvanisé, muni à sa base d'un dispositif du genre vis sans fin
constitue un point fixe efficace en sol meuble.

ANNEAU

MISE EN ŒUVRE

1. Enfoncer le pieu verticalement dans le sol.


2. Introduire dans l'anneau une barre longue et résistante.
3. Visser le pieu dans le sol et après avoir effectué deux tours, l'incliner
progressivement dans le sens de l'effort à exercer, selon un angle de
45° par rapport à l'horizontale.
4. Continuer à visser jusqu'à ce que l'anneau effleure le sol.
Caractéristiques selon les modèles :

LONGUEUR 60 cm 75 cm 120 cm 150 cm


DIAMETRE 14 mm 18 mm 25 mm 30 mm

RESISTANCE MINI 500 Kg.f 1 000 Kg.f 2 000 Kg.f 4 000 Kg.f
2.6. CHAINE U.S
2.7. PLAQUE U.S.

Formation Sauveteur Déblayeur – V 06.1 Page 23


ECole d’Application de Sécurité Civile – Valabre

Les mouflages sont des procédés permettant de tirer des fardeaux en multipliant la force
nominale des appareils de levage ou traction au moyen de moufles.

1. LES POULIES
Les poulies se composent d'une ou plusieurs roues à gorge appelées réas, tournant
librement sur un même axe. D
CROCHET --- 5 poulie à câble
E

CHAPE
FLASQUE
D
--- 5 poulie à corde
REA E
AXE

On distingue les poulies à câble des poulies à corde en appliquant la relation


suivante :
E

Diamèt re " D"

2. PRINCIPE DES MOUFLAGES.


Les poulies retransmettent presque intégralement les forces mais en changent le
sens.

Formation Sauveteur Déblayeur – V 06.1 Page 24


ECole d’Application de Sécurité Civile – Valabre

2.1. LA POULIE FIXE


Elle est un simple renvoi elle supporte la charge + l'effort de traction donc le
double de la charge.
POINT FIXE RESISTANCE = TRACTION + CHARGE

TRACTION

CHARGE

2.2. LA POULIE MOBILE


Elle permet de diviser l'effort à fournir pour tirer une charge par deux mais la
vitesse est également diminuée de moitié.
La poulie mobile supporte la totalité de la charge.
POINT FIXE RESISTANCE = 1 / 2 CHARGE

TRACTION= 1 / 2 CHARGE
Dormant

Garant

CHARGE

3. DEFINITIONS
3.1. MOUFLAGE
Un mouflage est constitué de plusieurs poulies dont certaines sont mobiles et
d'autres fixes montées sur la même chape horizontalement ou verticalement.

Formation Sauveteur Déblayeur – V 06.1 Page 25


ECole d’Application de Sécurité Civile – Valabre

POINT FIXE
POINT FIXE

Courant
Dormant
Garant
Garant

4 brins t irant s 3 brins t irant s

Dormant
Courant s

CHARGE CHARGE

NOMBRE DE POULIES IMPAIR NOMBRE DE POULIES PAIR


DORMANT SUR POINT FIXE DORMANT SUR CHARGE

3.2. PALANS
Un palan est constitué de deux moufles, l'une mobile l'autre fixe.
POINT FIXE

PALAN A 7 BRINS TIRANTS

CHARGE

4. LES MOUFLAGES SIMPLES


Ils comprennent
1 agrès
1 garant à traction directe ou renversée.
Lorsque l'on veut soulever la charge à l'aide d'un mouflage, afin de déterminer la
force à exercer il faut :
Dénombrer le nombre de brins tirants sur la charge.
Compter une perte de 10 % par poulie.
Méthode de calcul
On affecte un coefficient 10 au brin où s'exerce la traction et on descend le
coefficient de 10% à chaque brin.
On effectue ensuite la somme des coefficients.
Pour avoir la valeur de chaque brin on effectue un produit en croix de la manière
suivante:

Ch arg e au brin ? Coefficient du brin


Ch arg e à lever Somme des coeffiocients

On en déduit la charge au brin tirant et si il y a un renvoi on rajoute 10% de la valeur


de ce dernier

Formation Sauveteur Déblayeur – V 06.1 Page 26


ECole d’Application de Sécurité Civile – Valabre

Exemple :
Soit une charge de 1000 Kg à lever au moyen du mouflage suivant ; déterminer la
force à exercer.
POINT FIXE
Ch ar g e t o t ale = 1 0 0 0 Kg
So m m e d e s c o ef f ic ie n t s = 1 9

renv oi
2 b r in s CA L CUL

FORCES F2 F1 F F2 = ( 1 0 0 0 x 9 ) / 1 9 = 4 7 3 ,7 KG

F1 = ( 1 0 0 0 x 1 0 ) / 1 9 = 5 2 6 ,3 KG
Co e f . 9 + 10 = 19

SI REN V OI
F = F1 + 1 0 % = 5 2 6 ,3 + 5 2 ,6 = 5 7 9 KG

1 0 0 0 KG

Si le nombre de poulies est pair (renvoi non compris) on fixera le dormant sur la
charge si il est impair on le fixera sur le point fixe.
Afin de déterminer plus facilement combien de poulies sont nécessaires pour qu'un
agrès puisse lever une charge on peut utiliser la formule et le tableau suivant :

Ch arg e
F=
Coeff

NOMBRE POULIES COEFFICIENT


1 1,9
2 2,6
3 3,4
4 4
5 4,5

Formation Sauveteur Déblayeur – V 06.1 Page 27


ECole d’Application de Sécurité Civile – Valabre

Exemple a trois poulies sans renvoi:

POINT FIXE

4 b rins TRA CT ION DIRECT E

F
CHA RGE
F=
3 ,4

SI RENV OI RA JOUTER 1 0 % A " F"

CHA RGE

Exemple a quatre poulies sans renvoi

POINT FIXE

TRA CT ION DIRECTE

5 b rins F
CHA RGE
F=
4

SI RENV OI RA JOUTER 1 0 % A " F"

CHA RGE

N.B. : Le plus grand nombre de poulies se trouve sur la charge à tirer.

Formation Sauveteur Déblayeur – V 06.1 Page 28


ECole d’Application de Sécurité Civile – Valabre

5. LES MOUFLAGES COMPOSES


Soit une charge à lever de 5 tonnes, nous disposons d'un T 13 (1T5 en levage) et de
2 poulies de 6T. Un mouflage simple nous demanderait d'exercer une force de 1T9
(5 : 2,6) ; l'agrès est dépassé. Pour parer au problème nous avons néanmoins la
possibilité d'effectuer un mouflage composé de la manière suivante.
POINT FIXE

TRA CT ION DIRECTE

1 ,2 6 T F= 1 ,4 T

CHA RGE
F=
3 ,6

SI RENV OI RA JOUTER 1 0 % A " F"

2 ,4 T 2 ,6 6 T

5T

Afin de déterminer combien de poulies sont nécessaires pour qu'un agrès puisse
lever une charge au moyen d'un mouflage composé on utilisera la même formule
mais avec le tableau suivant :

NBRE POULIES COEFFICIENT


2 3,6
3 6,8
4 13
Nous constaterons que dans un mouflage composé nous avons une course de
levage moins importante. Par ailleurs il faudra toujours faire attention à la résistance
de la poulie. Il est rare de réaliser un mouflage composé au delà de 2 poulies (renvoi
non compris).

Formation Sauveteur Déblayeur – V 06.1 Page 29


ECole d’Application de Sécurité Civile – Valabre

Exemple:

POINT FIXE

TRA CT ION DIRECTE

CHA RGE
F=
COEF.

SI RENV OI RA JOUT ER 1 0 % A " F"

CHA RGE

Formation Sauveteur Déblayeur – V 06.1 Page 30


ECole d’Application de Sécurité Civile – Valabre

C
CHHA
ARRG
GEES DEE M
S D MAAN
NŒŒU
UVVR
REE D S A
DEES AGGRREESS
Généralement les charges de manœuvres des différents agrès pouvant être utilisés lors
de manœuvres de forces sont indiquées par le constructeur sur ceux-ci (Décret 47-1592
du 23/08/1947 Art. 33a).

Charge maxi Palonnier

Crochet


N Ch.

Ch.
Elingues


Ch.
Cables

Chaines

Les élingues sont poinçonnées en fonction de l'élément le plus faible et par brin en
utilisation verticale.
Cependant il se peut que ces indications ne soient pas mentionnées ou n'apparaissent
plus suite à usure. Pour cela il est bon d'avoir en tête quelques formules simples
permettant de les évaluer approximativement et dans le sens de la plus grande sécurité.

1. CHARGE DE MANŒUVRE, CHARGE DE RUPTURE


1.1. CHARGE DE MANŒUVRE OU CHARGE MAXI. D'UTILISATION (C.M.U.)
Il s'agit d'une valeur au delà de laquelle il faut éviter d'utiliser l'agrès. Si il y a
dépassement l'agrès peut se détériorer prématurément.
1.2. CHARGE DE RUPTURE (ARRETE MINISTERIEL DU 2 MARS 1965)
Il s'agit de la valeur pour laquelle il y a rupture de l'agrès.
Pour les cordages de :
14mm à 19mm elle est 25 fois supérieure à la C.M.U.
20mm à 29mm elle est 20 fois supérieure à la C.M.U.
30mm à 39mm elle est 15 fois supérieure à la C.M.U.
40mm à 49mm elle est 10 fois supérieure à la C.M.U.
50mm à plus elle est 8 fois supérieure à la C.M.U.
Pour les câbles elle est 6 fois supérieure à la C.M.U.
Pour les chaînes elle est 5 fois supérieure à la C.M.U.

Formation Sauveteur Déblayeur – V 06.1 Page 31


ECole d’Application de Sécurité Civile – Valabre

2. RESISTANCE DES CORDAGES


La formule pratique pour déterminer la C.M.U. d'un cordage est :

R= 0,7 d
Kg mm

3. RESISTANCE DES CABLES


La formule pratique pour déterminer la C.M.U. d'un câble est :

R= 8 d2
Kg mm

4. RESISTANCE DES ELINGUES


La résistance d'une élingue est déterminée en utilisant la formule suivante où N est
le nombre de brins qui constituent l'élingue :

R= N 8 d2
Kg mm

La résistance des élingues diminue lorsque l'angle formé entre les élingues
augmente. Il faut alors multiplier la résistance par un coefficient aggravant "A".

E
45° 60° 7 5° 90° V 1 2 0°

A=0 ,9 A=0 ,8 5 A=0 ,8 A=0 ,7 T A=0,5


E
R DANGER

Ex : Calculer la résistance d'une élingue 4 brins dont le diamètre du brin est de


10mm et l'écartement entre brins est de 60°.
R = (N x 8d²) x A = (4 x 8d²) x 0,85 = 2 720 Kg

5. RESISTANCE DES CHAINES


La formule pratique pour déterminer la C.M.U. d'une chaîne est :

R= 9 d2
Kg mm

Formation Sauveteur Déblayeur – V 06.1 Page 32


ECole d’Application de Sécurité Civile – Valabre

6. RESISTANCE DES MANILLES


La formule pratique pour déterminer la C.M.U. d'une manille est :

R= 4 d2
Kg mm

7. RESISTANCE DES POULIES A CABLE


La formule pratique pour déterminer la C.M.U. d'une poulie à câble est :

R= 16 d2 R= 30 d2
Kg mm Kg mm
d d cable
cable

1 réa 2 réas

Nous désignons ici par "d" le diamètre du fond de gorge qui est le diamètre maxi du
câble.
Notons que cette valeur indique une résistance approximative de la poulie et non la
valeur de la charge pouvant être tirée; En rappel sur le cours sur les mouflages, la
poulie utilisée en renvoi doit accepter le poids de la charge cumulé à celui de la
traction.
La charge statique sur une poulie de renvoi est égale à la tension sur un brin du
câble multipliée par le coefficient "A" en fonction de l'angle formé par les deux brins.

ANGLE 0 15 30 45 60 90 120 150 180


A 2 1,98 1,93 1,85 1,73 1,41 1 1,52 0

Ex :
Si nous réalisons un renvoi effectuant un angle de 120° entre les brins pour soulever
10T la poulie supportera une charge statique de 10 x 1 = 10T
Si cet angle est ramené à 0 (soit 2 brins parallèles) la charge statique de la poulie
sera alors de 10 x 2 soit 20T.

Formation Sauveteur Déblayeur – V 06.1 Page 33


ECole d’Application de Sécurité Civile – Valabre

8. RESISTANCE DES ELINGUES POLYESTER

Couleur d' ident if icat ion bleue

LARGEUR SANGLE CHARGE


50MM 800
60MM 1000
75MM 1250
100MM 1600
150MM 2000

Lorsque l'élingue est doublée les résistances ci dessus sont doublées.

Formation Sauveteur Déblayeur – V 06.1 Page 34


ECole d’Application de Sécurité Civile – Valabre

P1= composante parralèlle


P1

P2
P2 = composante perpendiculaire
P = poids

P1 = CHARGE X COEFF. PARALLELE


P2 = CHARGE X COEFF. PERPENDICULAIRE
COEFF.
POURCENTAGE DEGRE COEFF. PARALLELE
PERPENDICULAIRE
INFINI 90 1 0
1 143 % 85 0,996 0,087
567 % 80 0,984 0,173
373 % 75 0,965 0,25
275 % 70 0,939 0,34
214 % 65 0,9 0,422
173 % 60 0,866 0,5
143 % 55 0,819 0,573
119 % 50 0,766 0,642
100 % 45 0,707 0,707
84 % 40 0,64 0,766
70 % 35 0,57 0,819
58 % 30 0,5 0,866
46 % 25 0,422 0,9
36 % 20 0,34 0,939
27 % 15 0,25 0,965
18 % 10 0,17 0,98
9% 5 0,087 0,996
0% 0 0 1
FORCE DE TRACTION = P1 + (P2 X COEFF. DE FROTTEMENT)
TERRAIN COEFF.80 DE FROTTEMENT COEFF. DE ROULEMENT
BETON SEC 0,8 0,03
MACADAM 0,7 0,03
ARGILE SECHE 0,55 0,06
MACADAM DELAVE 0,5 0,06
TERRE MEUBLE 0,35 0,3
RAIL / 0,005

Formation Sauveteur Déblayeur – V 06.1 Page 35


ECole d’Application de Sécurité Civile – Valabre

Charge = Volume X Densité


T M3 T/M3
Kg dm3 ou litre Kg/dm3

DENSITES
SOLIDES LIQUIDES GAZ LIQUEFIES
Acier 7,9 Acétone 0,79 Acétylène 0,73
Aluminium 2,7 Acide chlorhydrique 1,21 Amoniaque 0,68
Amiante 2,9 Acide sulfurique 1,85 Argon 1,4
Ardoise 2,9 Alcool éthylique 0,79 Azote 0,81
Argent 10,5 Alcool méthylique 0,79 Butane 0,76
Béton 2 Anthracène 1,2 Chlore 1,56
Béton armé 3 Benzène 0,9 Chlorure de vinyle 0,97
Bois 0,5 à 1,1 Chloroforme 1,5 Chlorure d'hydrogène 1,2
Brique rouge 0,9 Eau ammoniacale 1 Dioxyde de carbone 1,18
Bronze 2,2 Eau de mer 1,026 Dioxyde de soufre 1,5
Caoutchou 1 Eau 1 Ethane 0,55
Carbone 8,8 Essence auto 0,73 Ethylène 0,57
Carton 1 Ether éthylique 0,72 Hélium 0,12
Charbon 2,3 Gasoil-Fuel 0,83 Hydrogène 0,07
Chaux vive 0,44 Glycérine 1,27 Isobutane 0,6
Ciment 3,1 Goudron 1,3 Krypton 2,41
Cuivre 8,9 Hexane 0,67 Méthane 0,42
Fer 8 Heptane-Octane 0,7 Monoxyde d'azote 1,3
Fonte 7,6 Huiles minérales 0,94 Monoxyde de carbone 0,8
Glace 0,9 Huile d'olive 0,92 Néon 1,2
Laiton 8,7 Lait 1,03 Oxyde de carbone 0,82
Magnésium 1,8 Mercure 13,6 Oxygène 1,42
Naphtaline 1,2 Oxyde d'éthylène 0,9 Propane 0,51
Or 19,3 Parafine 0,9 Protoxyde d'azote 1,23
Paille 0,1 Pétrole 0,8 Xénon 3,1
Papier 0,7 à 1,2 Plomb tétraéthyl 1,62
Pierre 3 Sulfure de carbone 1,3
Platine 21,5 Tétrachlorure de C. 1,6
Plomb 11,44 Toluène 0,87
Sable 2 Trichloroéthylène 1,46
Sciure 0,55 White spirit 0,78
Sel 2,17 Xylène 0,88
Souffre 2,1
Terre 2
Verre 2,5
Zinc 7,2

Formation Sauveteur Déblayeur – V 06.1 Page 36