Vous êtes sur la page 1sur 4

Mars 2019

CCI Leaks AURA

CCI Leaks AURA

Il y a quelque chose d’inexplicable en moi, qui porte malheur à celui qui me néglige. CM Talleyrand.

le projet de loi PACTE sur les CCI de plus en plus hostile aux salariés

Nous rédigeons cette leaks avant les 13-15 mars où la loi PACTE doit repasser en Assemblée Nationale

La loi PACTE a pris du retard à cause de l’affaire des gilets jaunes, et maintenant en raison d’un désaccord entre Sénat et Assemblée Nationale sur la privatisation d’Aéroport de Paris – opération d’ail- leurs très mauvaise pour nos finances publiques.

Au fil des navettes parlementaires, elle avance inéluctablement. Prochain passage à l’Assemblée 13-15 mars, puis Sénat, etc. L’Assemblée nationale aura le dernier mot.

Vraisemblablement en avril.

Cette loi PACTE serait alors promulguée en mai. A moins que d’autres choses s’y opposent.

Les présidents attendent avec impatience pour appuyer sur le bouton et déclencher les licenciements en masse.

Les présidents veulent la fin du Statut et généraliser le code du travail dans les CCI

Sous l’intense lobbying des présidents de CCI, la loi PACTE avait déjà beaucoup évolué.

Le présidents , en effet, n’ont qu’une obsession pour sauver leur

propre peau dans la débâcle des CCI:

tordre le cou au Statut pour précariser tous les salariés.

Nouvelles embauches au code du travail… Négociation d’une con- vention collective dans les 9 mois pour les salariés du privé… Agents statutaires qui se verront proposer des contrats privés…

Un bras de fer arrive, où les Statutaires seront ardemment priés et pressés de passer au privé. Pour être facilement virés ensuite et à moindre coût.

Dans le démantèlement des CCI dont les activités vont être filiali-

sées, privatisées, supprimées ou cédées, la CFE CGC a pris aussi son bâton de pèlerin pour sensibiliser les pouvoirs publics aux transferts de personnels. La loi PACTE prévoit le transfert avec reprise des éléments essentiels de nos conditions. A défaut, le licenciement interviendra dans les conditions du Statut.

Le chômage transféré des CCI à Pôle Emploi: un verrou a sauté

Sous le lobbying des présidents, qui présentaient des amende- ments par sénateurs de paille interposés, le Sénat a fini par faire admettre les CCI à pôle emploi, moyennant une cotisation patro- nale majorée ( la salariale n’existe plus).

Ainsi, au lieu d’être indemnisés par les CCI qui licencient, et qui

exercent en auto-assurance, nos allocations chômage seraient

désormais à la charge de Pôle emploi.

C’est une très mauvaise nouvelle pour les salariés des CCI.

Car entre les indemnités de départ qui peuvent atteindre 24 mois et l’indemnisation du chômage jusqu’à 3 ans, le coût des licencie- ments pouvait freiner les ardeurs des présidents à licencier.

Le seul frein tient désormais dans les indemnités de départ.

Frein lâché parfois sans retenue pour offrir des golden parachutes

à des salariés favoris à moins de 3 ans de la retraite.

L’amendement retiré de Courson, qui voulait la fin du Statut pour tous dès 2019!

Nous sommes passé très près d’une catastrophe.

A l’Assemblée Nationale, des députés, au stylo tenu par des prési- dents de CCI, ont tenté carrément de supprimer le Statut fin 2019, et de mettre tous les salariés au code du travail sec dès le 1er janvier 2020.

Ces députés se trouvent de tous bords… De Courson, UDI pourfen- deur du Statut… Mais aussi des socialistes défroqués : S Pinel ex ministre, et Fallorni.

Bien entendu, dès que cette loi PACTE sera définitivement adop- tée, nous vous informerons sur ses conséquences.

CFE-CGC, 59 rue du Rocher 75008 Paris

CFE-CGC, 59 rue du Rocher 75008 Paris

CFE CGC contacts en Région Auvergne Rhône Alpes (liste à compléter en octobre avec les

CFE CGC contacts en Région Auvergne Rhône Alpes

(liste à compléter en octobre avec les ILC et CHS)

 

CCI

mandat

Bureau CFE CGC

 

DS

Vice Présid

Viviane NEIGE

Grenoble

RP et DS

Secrétaire

viviane.neige@orange.fr

Dominique THEVENIN

Grenoble EM

RP et DS

Trésorier

Pierre YEREZIAN

Grenoble

RP CHS

Vice Présid

Josiane COUTAZ Fabienne DIAZ Marie Claire FROGER Aya KITAHAMA Chambéry DS coutazjosiane@orange.fr Lyon
Josiane COUTAZ Fabienne DIAZ Marie Claire FROGER Aya KITAHAMA Chambéry DS coutazjosiane@orange.fr Lyon

Josiane COUTAZ

Fabienne DIAZ

Marie Claire FROGER

Aya KITAHAMA

Josiane COUTAZ Fabienne DIAZ Marie Claire FROGER Aya KITAHAMA

Chambéry

DS

coutazjosiane@orange.fr

Lyon

RP et DS

Vice Présid

fabienne.diaz@wanadoo.fr

Allier

CHS

UD

mcfroger@allier.cci.fr

Lyon

a.kitahama@lyon-metropole.cci.fr

 

dominique.thevenin1@free.Fr

CHS UD mcfroger@allier.cci.fr Lyon a.kitahama@lyon-metropole.cci.fr   dominique.thevenin1@free.Fr
CHS UD mcfroger@allier.cci.fr Lyon a.kitahama@lyon-metropole.cci.fr   dominique.thevenin1@free.Fr

Déjà 42 condamnations contre la CCI Grenoble pour le scandale des retraites non cotisées

En 2015 vos RP CFE-CGC découvraient avec stupeur que la CCI

Grenoble s’était dispensée depuis une vingtaine d’années de coti-

ser à un régime de retraite obligatoire pour les cadres dans les CCI, dite T2 ARRCO. Et au passage, que la caisse de retraite, au courant

du système, n’avait jamais obligé la CCI à revenir dans la légalité

Prise la main dans le sac, la CCI Grenoble a d’abord nié.

Ensuite elle a annoncé qu’elle allait payer 4 ans d’arriérés non prescrits, 2011-2014, à la caisse de retraite pour faire attribuer les points manquants. Mais elle a attendu un an pour payer, et elle a encore minoré les déclarations des temps partiels en n’appliquant pas l’article 26 du Statut.

Enfin, comme la prescription quadriennale des créances tombe si les créanciers ignorent l’existence de la créance, la CCI a prétendu que les salariés étaient forcément au courant, pour ne pas réparer les préjudices liés aux années non cotisées avant 2011.

La CCI n’a pas cotisé aux retraites pendant des années,

mais c’est pas grave, c’est prescrit !!!

Accompagnés par la CFE CGC, 71 cadres actifs ou retraités ont adressé une requête en mai 2016 pour réclamer à la CCI la répara- tion des préjudices. 68 assignations au tribunal administratif ont

suivi en septembre 2016. Pendant toute l’année 2017, la CCI a fait la morte vis-à-vis du tribunal. Elle a commencé à produire ses défenses en hiver 2018, alors que la tribunal s’apprêtait, en gros,

à prononcer les jugements par contumace.

68 personnes ont réclamé l’indemnisation de leur préjudice, éva- lué pour chacun à la valeur des pensions de retraite futures per- dues. Pour vous donner un ordre de grandeur, perdre 100 de retraite / mois représente 27 kquand on prend sa retraite à 63 ans à taux plein.

Des préjudices parfois peu réparés qui provoquent 25 appels

Que sont devenues les 68 assignations?

12 « anciens » retraités qui avaient pris leur retraite avant 2011, ont été déboutés : le juge estime qu’ils étaient au courant de l’affaire à la liquidation de la retraite. Le TA leur a appliqué la prescription des créances.

1 cadre en activité est débouté visiblement pour une erreur survenue au tribunal.

13 retraités « récents », et quelques actifs pour des raisons qui nous échappent, sont encore en délibéré.

1 a abandonné en cours de procédure.

42 salariés actuellement actifs ont obtenu la condamnation

de la CCI, qui doit verser des indemnités, pour des mon-

tants atteignant souvent 13000ou plus.

Des différents jugements on retient :

Le tribunal a retourné contre la CCI ses défenses. D’un coté la CCI plaidait s’être trompée dans un système de retraite très com- plexe, et de l’autre elle reprochait aux salariés de prétendre leur ignorance du défaut de cotisation ! Il a validé le calcul des pensions des salariés à temps partiels sur la base du temps plein, qui figurait au Statut jusqu’en 2014. Ar- ticle que la CCI Grenoble s’était dispensée d’appliquer. Le tribunal retient une perte de chance pour les 42 actifs, car les retraites sont futures, or les pertes de chance sont moins bien réparées que les préjudices réclamés par les salariés.

Si certaines indemnités représentent donc 80 voire 100% des préjudices chiffrés, d’autres sont en réalité dérisoires par rapport

aux retraites perdues. La disproportion est telle qu’on tombe par- fois à 1/3 ou la ½ seulement des préjudices causés.

La CCI est parfois condamnée à payer à la victime moins que la cotisation qu’elle aurait du verser à la caisse pendant 20 ans…

Donc la CCI a économisé dans cette affaire plusieurs millions sur le dos de ses cadres. Au moins 350 personnes ont été touchées pour

la période 2011-2014. Il y a donc bien d’autres cadres touchés, en

retraite avant 2011. Parmi eux, 70 ont assigné pour obtenir répa- ration. Réparation que le tribunal a fixée à un niveau inférieur aux cotisations économisées !

C’est donc sans surprise que face à une telle disproportion, 25

personnes ont fait appel pour obtenir des indemnités en lien avec

les pensions perdues.

A ce jour, nous ne savons pas si la CCI a fait appel de son coté :

nous n’avons rien reçu du tribunal et seuls les appels des salariés figurent au fichier…

Nous allons nous employer à la faire payer les indemnités. Car l’appel n’est pas suspensif.

On retiendra déjà que sur 68 assignations, la CCI Grenoble a été condamnée 42 fois, et il reste 13 délibérés, pour lesquels le rap- porteur public en audience avait demandé de réparer la totalité des pensions perdues.

N.B. : les RP CFE CGC qui ont accompagné l’affaire n’ont reçu au- cune augmentation au choix depuis une éternité…

CCI Leaks AURA Grève massive à l’IMT de la CCI Grenoble pour dénoncer ses salaires

CCI Leaks

AURA

Grève massive à l’IMT de la CCI Grenoble pour dénoncer ses salaires de misère

Ils étaient près de 80 enseignants et administratifs à manifester à l’IMT ce vendredi 08 mars 2019 à l’occasion des journées portes ouvertes, pour dénoncer des salaires de misère et l’absence d’aug- mentation collective depuis 10 ans.

Les négociations entamées avec la Direction depuis des années se

sont révélées stériles, puisque la réponse de la CCI de Grenoble demeure invariablement la même : « nous n’avons pas d’argent » !!

la même : « nous n’avons pas d’argent » !! Les différents journalistes présents sur place

Les différents journalistes présents sur place pour couvrir la grève du 8 mars ont donc eu le loisir d’admirer les bâtiments coûteux financés par la CCI de Grenoble (2,4 millionspour un bâtiment Schneider implanté sur le site de l’IMT), et subventions, alors même que se multiplient les suppressions de postes et que les personnels de l’IMT ont subi depuis 10 ans une baisse de leur pouvoir d’achat avoisinant les 9%.

Les RP alertent depuis des années sur la situation explosive des personnels des CCI : suppressions de postes, départs en masse, absence de perspective d’évolution, ils dénoncent l’absence de stratégie de la CCI Grenoble et sa politique salariale désastreuse.

Des négociations sont prévues le 18 mars prochain entre la Direc- tion et les différentes OS. Les revendications sont claires : 50 points d’augmentation immédiate pour tous, et la mise en place de mesures permettant une réelle évolution des carrières.

En cas d’échec des négociation, les collaborateurs se sont dit prêts à multiplier les actions jusqu’à obtenir gain de cause.

à multiplier les actions jusqu’à obtenir gain de cause. Un Maître ès Communication Le directeur de

Un Maître ès Communication

Le directeur de l’IMT n’a pas eu un geste ni un mot pour son personnel massé devant les grilles de l’IMT : il n’a pas daigné écouter ses revendications, ni lire le tract qui lui était tendu ! Par contre, il a pris tout son temps vendredi après-midi pour serrer la main et remercier le personnel non-gréviste. On est fin stratège ou on ne l’est pas….

Couverture des JPO par les médias ? circulez, y’a rien à voir !

La CCI de Grenoble avait comme chaque année convié les médias locaux à l’occasion des Journées portes ouvertes : las ! Les journa- listes ont été informés en catastrophe vendredi matin qu’il était finalement inutile de se déplacer pour couvrir l’évènement. Plusieurs ont pourtant bravé l’interdit et sont venus entendre les revendications des grévistes. La CCI de Grenoble, elle, continue à faire la sourde oreille : « quelle misère salariale ? quels problèmes ? »

Atteinte au droit de grève :

Un manager a eu l’idée lumineuse de remplacer une enseignante gréviste par 2 vacataires, en violation de l’article L1251-10 du code de travail. Cette atteinte délibérée au droit de grève expose le contrevenant à des sanctions pénales. Les faits ont été portés à la connaissance de la CCI de Grenoble et de la CCIR, charge à eux de prendre les sanctions adéquates.

Suite page suivante…. Consultez aussi le reportage de Placegrenet.fr

https://www.placegrenet.fr/2019/03/11/greve-institut-metiers-techniques/232699

CFE-CGC, 59 rue du Rocher 75008 Paris CCI Leaks AURA Couverture médiatique : le Dauphiné

CFE-CGC, 59 rue du Rocher 75008 Paris

CCI Leaks AURA

CCI Leaks AURA

Couverture médiatique : le Dauphiné Libéré aux abonnés absents

La presse locale dont la venue avait soigneusement été annulée par la CCI de Grenoble avait fait le déplacement pour rencontrer les grévistes. A l’exception… du Dauphiné Libéré, qui s’’est présenté devant les grilles, mais uniquement pour interviewer le Directeur de l’IMT ! la journaliste, qui n’a pas caché sa proximité avec la CCI et le MEDEF, a promis de revenir vers les manifestants et de leur donner la parole : elle a finalement préféré s’éclipser par une porte dérobée… nous l’invitons à prendre connaissance du travail fait par ses confrères : un peu d’indépendance et d’impartialité, ça ne fait jamais de mal !!!

Les élus et autres Directeurs de la CCI de Grenoble ont brillé par leur absence

Depuis quelques jours déjà, élus et Directeurs de la CCI de Grenoble s’interrogeaient sur l’attitude à adopter face à ce mouvement :

annuler ou reporter les JPO ? trop tard ! négocier avec les grévistes sur la question des salaires ? encore moins ! Seule solution ? rester terrer dans son bureau en prétextant une urgence de dernière minute ! alors que les uns et les autres se battent habituellement pour accéder au micro, la CCI de Grenoble a préféré jouer la grande muette !

Vos délégués syndicaux et représentants du person- nel

Ne restez pas seuls !

consultez nous, posez nous vos questions

Dominique THEVENIN RP et DS

Viviane NEIGE RP et DS

Fabienne DIAZ RP et DS

Pour soutenir nos actions, adhérez !

La déduction fiscale permet une réduction du montant de l'adhésion de 66% = coût réel entre 27 et 37

Vous souhaitez participer à la vie du syndicat ? contactez vos délégués en région ! Suivez-nous sur Linkedin, Twitter et le blog!

en région ! Suivez-nous sur Linkedin, Twitter et le blog! https://www.linkedin.com/in/cfe-cgc-rc-ara/
en région ! Suivez-nous sur Linkedin, Twitter et le blog! https://www.linkedin.com/in/cfe-cgc-rc-ara/