Vous êtes sur la page 1sur 8

SBEIDCO – 1st International Conference on Sustainable Built Environment Infrastructures in Developing Countries

ENSET Oran (Algeria) - October 12-14, 2009

REPONSE SISMIQUE DETERMINISTE ET


STOCHASTIQUE DES FONDATIONS
SUPERFICIELLES

O. Saha1, M.K. Berrah2, M. Hadid3, A. Boutaleb1

RESUME

Une approche par sous-structure a été utilisée dans ce travail dans le cadre de la conception
parasismique des ouvrages.
L’étude de l’interaction cinématique (i.e. la réponse dynamique de fondations non pesantes aux
excitations sismiques) de fondations rigides tridimensionnelles sous l’effet de plusieurs types d’ondes
(P et SH) a fait l’objet principal de cette étude. Le champ d’onde considéré passe du mouvement
parfaitement cohérent (dû à des ondes sismiques arrivant selon une seule direction) à un mouvement
incohérent (généré par des ondes arrivant selon plusieurs directions simultanément).

La méthode des éléments de frontière (BEM) est utilisée pour déterminer la réponse sismique
déterministe et stochastique de fondations tridimensionnelles superficielles. La formulation directe de
la BEM est utilisée en combinaison avec la solution fondamentale 3D pour un problème
élastodynamique, avec intégration semi-analytique de cette dernière pour contourner les singularités.

Il a été trouvé que l’interaction cinématique réduit les translations transmises à la structure et
développe des rotations (torsion et balancement) au niveau de la fondation, alors que l’incohérence du
mouvement réduit la sévérité des déplacements et annule la sélectivité des fréquences.

MOTS CLES

Fondations rigides. Interaction cinématique. Réponse sismique. Réponse stochastique.

1
Laboratoire Matériaux, ENSET d’Oran, Algérie, saha@enset-oran.dz
2
Ecole Nationale Polytechnique d’Alger, Algérie
3
Ecole Nationale des Travaux Publics, Kouba, Algérie

Réponse sismique déterministe et stochastique des fondations superficielles. O. Saha, M.K. Berrah, M. Hadid, A. Boutaleb
369
SBEIDCO – 1st International Conference on Sustainable Built Environment Infrastructures in Developing Countries
ENSET Oran (Algeria) - October 12-14, 2009

1. INTRODUCTION

Une étape indispensable dans la conception parasismique des structures est l’évaluation de la réponse
dynamique de ces dernières. Les séismes sont des phénomènes très complexes qui ne peuvent être
négligés dans l’estimation de la sécurité des systèmes et ouvrages. L’onde sismique atteignant la
surface présente une grande variabilité au double plan spatio-temporelle. S’il est vrai que la variabilité
temporelle est relativement maîtrisée, pour avoir fait l’objet de denses investigations sur des
décennies, il n’en est pas de même pour la variabilité spatiale, dont l’importance est établie pour des
structures étendues ou à appuis multiples.

Dans le cadre de la conception parasismique des systèmes, l’ingénieur peut aborder le problème
d’interaction sol-structures de deux manières différentes: approche directe et approche par sous-
structures. La directe est celle qui prend en compte le sol et la structure simultanément. L’approche
par sous-structures, quant à elle, est plus intéressante car elle permet de décomposer le problème
global en plusieurs problèmes de taille réduite. La solution du problème global est obtenue en
superposant les solutions des problèmes partiels, cela sous-entend que l’on travaille dans un contexte
de linéarité (superposition). Le problème d’interaction sol-structure est généralement divisé par cette
approche en deux parties; la première est l’interaction cinématique, qui consiste à déterminer la
réponse de la fondation sans masse à l’excitation externe. La seconde partie est l’interaction inertielle,
qui calcule la réponse de la structure à partir des résultats de l’étape précédente.

L’utilisation de l’approche par sous-structures pour la détermination de la réponse dynamique des


systèmes sol-structures impose la décomposition des interactions en interaction cinématique et
interaction inertielle. Le calcul de la réponse déterministe et probabiliste de fondations tridimension-
nelles sous l’effet des ondes sismiques a fait l’objet principal de ce travail. Pour cela, on a utilisé la
méthode des équations intégrales aux frontières (BEM) dans le domaine fréquentiel. La variabilité
spatiale a été prise en compte dans ses volets: passage d’ondes et incohérence du mouvement.

2. REPONSE DETERMINISTE DES FONDATIONS AUX ONDES SISMIQUES

L’hypothèse de la propagation verticale des ondes a souvent été retenue pour des raisons de
simplicité. Cette hypothèse n’est vérifiée que dans le cas où le foyer est suffisamment profond ou le
milieu présente plusieurs couches molles ayant polarisé les ondes. En revanche, elle n’est plus valable
dans le cas de foyers peu profonds et des couches de sol dures à la surface, Wong et Luco [1978]. La
prise en compte de tous les types d’ondes pour tous types d’incidence apporte plus de rigueur au
calcul parasismique des structures. L’hypothèse des ondes obliques va donner lieu à un déphasage
dans l’arrivée des ondes à la surface de contact, ce phénomène est appelé "l’effet du passage
d’ondes". Dans le cas d’une structure de dimension comparable ou supérieure à la longueur d’onde,
on peut s’attendre dans certains cas à une "réduction" du mouvement de la fondation sous l’effet de
l’auto-annulation des déplacements "self- canceling".

La BEM a été appliquée pour la première fois par Dominguez [1978] pour résoudre le problème de
diffraction d’ondes sismiques. L’application a été faite dans le domaine fréquentiel. Karabalis et
Beskos [1984] et Spyrakos et Beskos [1986] ont étudié le problème dans le domaine temporel pour les
fondations bi et tridimensionnelles. D’autres contributions à l’étude de la réponse stochastique des
fondations filantes ont été apportées depuis, dont celle de Hadid [1995] et Saha [1997]

Les différents modes de déplacement des fondations rigides sont présentés dans la Fig.1.

Réponse sismique déterministe et stochastique des fondations superficielles. O. Saha, M.K. Berrah, M. Hadid, A. Boutaleb
370
SBEIDCO – 1st International Conference on Sustainable Built Environment Infrastructures in Developing Countries
ENSET Oran (Algeria) - October 12-14, 2009

mode 0

Uz0 = 1 U0 = R

mode 1 S

urs = - us = 1 uzs = R

Figure 1. Modes de déplacement des fondations rigides.

3. REPONSE STOCHASTIQUE DES FONDATIONS

Les tremblements de terre ont une grande variabilité au double plan spatio-temporel, ils peuvent donc
être traités comme des champs aléatoires. Dans le cas des tremblements de terre de "longue durée",
ces processus sont considérés stationnaires dans le temps et homogènes dans l’espace. Le mouvement
en champ libre est décrit soit par sa densité spectrale de puissance (DSP), soit par son spectre de
réponse. Vu la complexité des séismes, leur variabilité spatiale est relativement peu connue.

Plusieurs facteurs contribuent à la variabilité spatiale du mouvement sismique. Les plus importants,
Der Kiureghian. [1996] sont le passage d’onde, l’incohérence, les conditions de site et l’effet de
l’atténuation.

- L’incidence oblique d’ondes planes engendre un déphasage dans l’arrivée des ondes à la surface, il
en résulte donc un déplacement différentiel des points de la surface. Autrement dit, deux points de
l’interface sol-fondation distants d’une longueur finie sont animés l’un par rapport à l’autre d’un
mouvement différentiel. Ce phénomène est appelé passage d’ondes "Wave Passage".

- Durant leur propagation de la source à la surface, les ondes subissent des modifications importantes
en phase, en amplitude et en inclinaison. Ces modifications sont dues en majeure partie à la structure
souterraine du sol et à l’étendue de la faille. En résumé, la perte d’information reliant les différentes
arrivées d’ondes est nommée "effet de l’incohérence".

- Le site influe considérablement sur le mouvement sismique. En effet, les modifications des
conditions locales du sol se répercutent sur les divers enregistrements tant en amplitude qu’en contenu
fréquentiel.

- L’effet de l’atténuation, quant à lui, n’est considéré que pour des structures extrêmement longues,
telle que les pipe-lines. Il se traduit par la diminution de l’amplitude due à la dissipation d’énergie
dans le massif du sol.

Plusieurs approches ont été proposées pour estimer l’effet de la variabilité spatiale du mouvement du
sol sur la réponse des fondations. L’une de ces approche découle des travaux de Kausel et Pais [1987]
et Pais et Kausel [1990]. Elle consiste à mettre en oeuvre un modèle physique décrivant la variabilité
spatiale du mouvement sous l’effet de la propagation d’onde stochastique de type SH arrivant suivant
un secteur d’incidence. Cette approche prend en compte l’effet du passage d’onde et l’effet de
l’incohérence en même temps. Dans leur travaux, Kausel et Pais ont évalué de manière approximative

Réponse sismique déterministe et stochastique des fondations superficielles. O. Saha, M.K. Berrah, M. Hadid, A. Boutaleb
371
SBEIDCO – 1st International Conference on Sustainable Built Environment Infrastructures in Developing Countries
ENSET Oran (Algeria) - October 12-14, 2009

la réponse stochastique de fondations cylindriques et rectangulaires sous l’effet des ondes SH. Ils ont
considéré que les ondes arrivant à la fondation étaient non corrélées.

3.1. Détermination de la réponse stochastique des fondations

Dans notre travail on procédera de la même manière que celle proposée par Kausel et Pais, pour cela
considérons qu’on a une onde de type P ou SH arrivant suivant un angle θ et ayant une densité
spectrale de puissance Sg(ω), la DSP du mouvement de la fondation est facilement obtenue par:
2
S f ( )  Tl
 
S g ( ) (1)

Considérons deux ondes arrivant suivant des angles différents θ1 et θ2. Le mouvement résultant peut
être calculé dans le domaine temporel par la somme des déplacements induits par chaque onde :
U (t )  U  1 (t )  U  2 (t ) (2)

Si on a n ondes non corrélées arrivant suivant différents angles  1,  2 ... n on peut écrire l’équation
n
de la DSP comme suit: S U ( )   S U i ( ) (3)
i 1

Supposons que les ondes arrivant à la fondation ont la même densité spectrale de puissance, mais pas
nécessairement les mêmes amplitudes.
S g ( )  U g2 . S g ( )
i i
(4)
n
 Tl
2
SU ( )  S g ( ). i
U g2 (5)
i
i 1

Afin d’avoir des résultats comparable à ceux obtenus pour le cas déterministe, on définit la fonction
de transfert normalisée par rapport à la somme des carrés de l’amplitude de chaque onde par:
 Tl U g2
2

nor 2 S ( )
 U 
i i
T (6)
S g ( )  U g2
f
i

Si on considère que la somme des carrés des amplitudes d’onde est unitaire, la fonction de transfert se
S U ( )
  Tl
2 2
simplifie sous la forme suivante: Tf  U g2 (7)
S g ( ) i i

3.2. Applications aux fondations 3D superficielles

La formulation précédente a été utilisée pour calculer les fonctions de transfert stochastiques des
fondations tridimensionnelles superficielles, trois formes ont été prises en compte ; circulaire, carrée
et rectangulaire. Les valeurs de Tl sont déterminées en suivant la démarche présentée dans Saha et al
[2003]. On suppose que les ondes arrivent continuellement entre deux directions extrêmes et que les
ondes sont non corrélées, comme il a été mentionné dans le paragraphe précédent. Dans le but de
comparer les résultats de chaque cas on a fait recours à la normalisation des résultats par rapport au
carré du déplacement.
Pour simuler une arrivée continue des ondes, on a décomposé le secteur d’arrivée en cent sous-
secteurs. Un coefficient de Poisson ν =0.25 et un facteur d’amortissement β=0 ont été pris.
Le carré de la valeur absolue de la fonction de transfert de chaque composante du mouvement a été
tracé sur les Fig. 3 à Fig. 7. en fonction de la fréquence adimensionnelle a0 qui varie de 0 à 9. On a
pris quatre secteurs d’incidence Fig. 2., l’un (0°-45°) décrit une incidence superficielle, le deuxième
(45°-90°) une incidence raide (profonde), le troisième (22°.5-67°.5) une arrivée moyenne et enfin (0°-

Réponse sismique déterministe et stochastique des fondations superficielles. O. Saha, M.K. Berrah, M. Hadid, A. Boutaleb
372
SBEIDCO – 1st International Conference on Sustainable Built Environment Infrastructures in Developing Countries
ENSET Oran (Algeria) - October 12-14, 2009

90°) une arrivée continue. Deux types d’ondes ont été considérés dans cette étude (P et SH) afin de
monter leur effet sur les quatre mode de vibration possibles des fondations superficielles.

Secteurs Forme de la
d'incidence fondation

Ciculaire
Superficiel

Raide Carrée

Rectangulaire

Y
Moyen Continu

Figure 2. Secteurs d’incidence et formes de la fondation.

Une remarque générale peut être faite concernant toutes les figures. Il s’agit du fait que les fonctions
de transfert de la fondation circulaire accusent les plus petites réductions des mouvements de
translations et les plus importants développements de mouvements de rotations, la fondation
rectangulaire présente le cas inverse. La fondation carrée quant à elle, présente un cas intermédiaire
décalé plutôt vers la fondation circulaire.
1.0 1.0 1.0
Secteurd'incidence Secteurd'incidence

0-45° 0-45°
0.8 0.8 0.8
22.5-67.5° 22.5-67.5°
Dépl. horizontal

Dépl. horizontal

Dépl. vertical

45-90° 45-90°
0.6 0.6 0.6
0-90° 0-90°
Secteurd'incidence
0.4 0.4 0.4
0-45°
22.5-67.5°
0.2 0.2 0.2
45-90°
0-90°
0.0 0.0 0.0
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9
Fréquenceadimensionnelle Fréquenceadimensionnelle Fréquenceadimensionnelle
1.0 1.0 1.0
Secteurd'incidence
Secteurd'incidence
0-45°
0.8 0-45° 0.8 0.8
22.5-67.5°
Dépl. horizontal

Dépl. horizontal

22.5-67.5°
Dépl. vertical

45-90°
0.6 45-90° 0.6 0.6
0-90°
0-90°
Secteurd'incidence
0.4 0.4 0.4
0-45°
22.5-67.5°
0.2 0.2 0.2
45-90°
0-90°
0.0 0.0 0.0
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9
Fréquenceadimensionnelle Fréquenceadimensionnelle Fréquenceadimensionnelle
1.0 1.0 1.0
Secteurd'incidence
Secteurd'incidence Secteurd'incidence
0-45°
0.8 0-45° 0.8 0.8 0-45°
22.5-67.5°
Dépl. horizontal

Dépl. horizontal

22.5-67.5° 22.5-67.5°
Dépl. vertical

45-90°
0.6 45-90° 0.6 0.6 45-90°
0-90°
0-90° 0-90°
0.4 0.4 0.4

0.2 0.2 0.2

0.0 0.0 0.0


0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9
Fréquenceadimensionnelle Fréquenceadimensionnelle Fréquenceadimensionnelle

Figure 3. Rép. H aux ondes P Figure 4. Rép. H aux ondes SH Figure 5. Rép. V aux ondes P

Réponse sismique déterministe et stochastique des fondations superficielles. O. Saha, M.K. Berrah, M. Hadid, A. Boutaleb
373
SBEIDCO – 1st International Conference on Sustainable Built Environment Infrastructures in Developing Countries
ENSET Oran (Algeria) - October 12-14, 2009

Les Fig. 3, Fig. 4 et Fig.5. montrent les fonctions de transfert des mouvements de translation
horizontaux et verticaux. Nous observons pour ces figures que les mouvements de translation
engendrés par une arrivée profonde sont réduits moins brutalement que ceux engendrés par une
arrivée superficielle. L’arrivée moyenne est entre les deux cas précédents mais plus proche du
deuxième. L’arrivée continue, par contre, présente un cas pratiquement intermédiaire. La réduction
des translations horizontales est légèrement plus importante que la réduction des translations
verticales.

Les fonctions de transfert de balancement dues aux ondes P sont tracées sur la Fig. 6. Le maximum
est observé pour une arrivée superficielle, l’arrivée continue présente le minimum. Ceci est dû
probablement à la répartition des maximums sur l’axe des fréquences en fonction du cosinus de
l’angle d’incidence et non de l’angle lui-même. La position des maximums est étalée des basses aux
moyennes fréquences. Elle est observée pour l’arrivée superficielle en premier lieu, ensuite vient
l’arrivée continue et enfin l’arrivée moyenne et profonde.

La Fig. 7. représente la fonction de transfert de torsion des différentes fondations due aux ondes SH.
Qualitativement, on constate deux différences majeures: la torsion est moins importante que le
balancement; le sens d’arrivée des ondes a une influence sur la torsion de la fondation rectangulaire
transversale alors que pour la même fondation transversale, le balancement ne présente aucune
différence par rapport à la fondation carrée.

On constate également que les rotations induites par une arrivée profonde des ondes sont moins
importantes en valeur absolue que celles induites par une arrivée superficielle, mais que la fréquence
de parution est plus élevée pour la première que pour la seconde.
2.0 0.6
Secteur d'incidence
0-45°
1.6
22.5-67.5°
0.4 45-90°
Rocking

1.2
Torsion

0-90°
Secteur d'incidence
0.8
0-45° 0.2
22.5-67.5°
0.4
45-90°
0-90°
0.0 0.0
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9
Fréquence adimensionnelle Fréquence adimensionnelle
2.0 0.6
Secteur d'incidence

1.6 0-45°
22.5-67.5°
0.4
Rocking

1.2 45-90°
Torsion

Secteur 0-90°
d'incidence
0.8
0-45° 0.2
22.5-67.5°
0.4
45-90°
0-90°
0.0 0.0
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9
Fréquence adimensionnelle Fréquence adimensionnelle
2.0 0.6

Secteur d'incidence
1.6 Secteur d'incidence
0-45°
0-45°
22.5-67.5° 0.4
1.2
Torsion

22.5-67.5°
Rockig

45-90°
45-90°
0-90°
0.8 0-90°
0.2

0.4

0.0 0.0
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9
Fréquence adimensionnelle Fréquence adimensionnelle

Figure 6. Rép. R aux ondes P Figure 7. Rép. T aux ondes SH

Réponse sismique déterministe et stochastique des fondations superficielles. O. Saha, M.K. Berrah, M. Hadid, A. Boutaleb
374
SBEIDCO – 1st International Conference on Sustainable Built Environment Infrastructures in Developing Countries
ENSET Oran (Algeria) - October 12-14, 2009

4. CONCLUSION

Dans le cadre de la conception parasismique des structures, la méthode des sous structures se présente
comme une approche très attrayante dans la résolution des problèmes d’interaction sol-structure.
L’évaluation de la réponse cinématique des fondations constitue une étape importante dans cette
approche. Dans ce travail, on s’est proposé de déterminer cette interaction cinématique pour des
fondations tridimensionnelles reposant sur un demi-espace viscoélastique. La méthode des équations
intégrales aux frontières a été notre outil de calcul, car elle présente de nombreux avantages.

La réponse dynamique des fondations tridimensionnelles aux ondes sismiques a constitué une base de
travail pour la prise en compte du caractère aléatoire des séismes. L’aspect probabiliste des séismes a
été introduit dans notre étude sous forme de passage d’onde et d’incohérence du mouvement. Si une
corrélation nulle entre les ondes a été considérée, la prise en charge d’autres formes de corrélation est
tout à fait possible, quoique l’on considère que cela aurait une influence peu significative sur les
fonctions de transfert Pais et Kausel [1990].

Les résultats obtenus, nous permettent de dire que le mouvement sismique sous l’effet de l’interaction
cinématique engendre des rotations de la fondation ainsi qu’une réduction des mouvements de
translation tant sous l’effet du passage d’onde que sous l’effet de l’incohérence. Il a été constaté une
réduction des fonctions de transfert plus sévère sous l’effet des ondes S que sous l’effet des ondes P.
La réduction des fonctions de transfert de translation et la génération de fonctions de transfert de
rotation, est inversement proportionnelle aux caractéristiques géométriques de la fondation (aire et
moment d’inertie). La détermination de la torsion sous l’effet des ondes SH a été rendue possible
grâce à la prise en compte de la troisième dimension dans notre étude.

La considération du caractère aléatoire des séismes dans ce travail sous forme d’une arrivée
incohérente des ondes sismiques a pour effet de réduire les fonctions de transfert pour une arrivée
profonde de ces dernières. Sachant que l’arrivée profonde des ondes se produit plus souvent que
l’arrivée superficielle, il se trouve que les fonctions de transfert de rotation sont réduite plus
significativement sous l’effet de la première arrivée que sous l’effet de la deuxième.

Cette étude a permis d’apporter un éclairage concernant le phénomène complexe de l’interaction


cinématique. Elle peut être utilisée pour une phase de conception préliminaire et étendue pour la prise
en compte de l’interaction inertielle.

5. REFERENCES

Der Kiureghian. A. 1996. "A coherency model for spatially varying ground motions". Earthq. Engng.
Struc. Dyn. Vol. 25. pp. 99-111.

Dominguez. J. 1978. "Response of embedded foundation to traveling waves". Research Report N°. R
78-24. MIT.

Hadid. M. 1995. "Analyse de l’interaction cinématique déterministe et stochastique pour fondations


rigides bidimensionnelles par une approche intégrale aux frontières". Thèse de Magister, ENP,
Algerie.

Karabalis. D.L. and Beskos. D.E. 1984. "Dynamic response of 3D rigid surface foundations by time
domain boundary element method". Earthq. Engng. Struct. Dyn. Vol. 12. pp. 73-94.

Kausel. E. and Pais. A. 1987. "Stochastic deconvolution of earthquake motion". Journal of the Engng.
Mech. Div. ASCE. Vol. 113. N°. 2. pp. 266-277.

Réponse sismique déterministe et stochastique des fondations superficielles. O. Saha, M.K. Berrah, M. Hadid, A. Boutaleb
375
SBEIDCO – 1st International Conference on Sustainable Built Environment Infrastructures in Developing Countries
ENSET Oran (Algeria) - October 12-14, 2009

Pais. A. and Kausel .E. 1990. "Stochastic response of rigid foundations". Earthq. Engng. Struc. Dyn.
Vol. 19. pp. 611-622.

Saha. O., Berrah. M. K., Boutaleb. A. et Serradj. M. H. 2003. "Réponse sismique des fondations
circulaires aux ondes P". Proceedings du Séminaire National de Génie Civil. SNGC2002 Oran Tome
2. pp.170-175.

Saha.O. 1997. "Investigation numérique de la réponse sismique déterministe et stochastique des


fondations tridimensionnelles". Thèse de Magister Ecole Nationale Polytechnique d’Alger. Algérie.

Spyrakos. C.C. and Beskos. D.E. 1986. "Dynamic response of rigid strip foundation by time domain
BEM". Int. Journal Num. Meth. Engng. Vol. 23. pp. 1547-1565.

Wong. H.L. and Luco. J.L. 1978. "Dynamic response of rectangular foundation to obliquely incident
seismic waves". Earthq. Engng. Struc. Dyn. Vol. 6. pp. 3-16.

Réponse sismique déterministe et stochastique des fondations superficielles. O. Saha, M.K. Berrah, M. Hadid, A. Boutaleb
376