Vous êtes sur la page 1sur 17

LES FOCUS

TECHNIQUES DE L’INGÉNIEUR

LE MYSTÈRE DE LA
MATIÈRE NOIRE :
DANS LES COULISSES
DE L’UNIVERS Août / 2014
GIANFRANCO BERTONE
TRADUIT DE L’ANGLAIS PAR JACQUES PAUL
LE MYSTÈRE DE LA
MATIÈRE NOIRE :
DANS LES COULISSES
DE L’UNIVERS
La découverte du Boson de Higgs a ré-
cemment ébranlé les fondations de la cos-
mologie et de la physique des particules.
Dans les années 1920, quelques pionniers
avaient bien remarqué des anomalies dans
le mouvement des galaxies, mais ce n'est
TX
jOD¿QGX;;eVLqFOHTXHOHVVFLHQWL¿TXHV
ont été confrontés à une conclusion éton-
nante : l'univers est rempli d'une substance
inconnue fondamentalement différente de
tout ce que les astronomes ont observé
avec leurs télescopes ou mesuré dans
leurs laboratoires. Comprendre ce qu'est
cette matière dite « noire » est aujourd'hui
GHYHQXOHJUDQGGp¿GHODVFLHQFH
Gianfranco Bertone explique en termes
simples et avec enthousiasme les enjeux
de cette quête qui implique des chercheurs
du monde entier, tant en cosmologie qu'en
physique des particules. Explorer la ma-
tière noire risque bien de remettre en cause
les éléments essentiels de notre connais-
sance du monde !
LES FOCUS
TECHNIQUES DE L’INGÉNIEUR

UN SOMBRE MYSTÈRE
Le 20 décembre 2010, une délégation de haut rang du de toutes ces expériences, ils seront en mesure de faire
Conseil des affaires de l’État de la République Populaire la lumière sur la matière noire, l’un des plus grands pro-
de Chine inaugurait, avec des représentants de l’université blèmes non résolus de la science moderne, un mystère qui
Tsinghua de Pékin, le laboratoire souterrain d’astroparti- Gp¿HQRWUHFRQFHSWLRQGHO¶XQLYHUVHWGHODSODFHTXHQRXV
cule le plus profond du monde. D’un volume utile de 1 400 y occupons. Ce mystère s’enracine loin dans le temps,
mètres cubes, il est creusé à grande profondeur au coeur mais le problème de la matière noire ne s’est manifesté
des monts Jinping, dans la province du Sichuan. que très récemment dans toute son implacable complexité,
ébranlant les fondements de la cosmologie et de la phy-
Treize mille kilomètres plus au sud, au même moment ou
sique des particules.
SUHVTXHXQHpTXLSHVFLHQWL¿TXHLQMHFWDLWGHO¶HDXFKDXGH
dans la glace du plateau Antarctique pour forer le dernier La compréhension de l’univers s’était plutôt déroulée sans
d’une série de 80 puits de 60 centimètres de diamètre et à-coups une fois que son expansion fut mise en évidence
profond de 2 500 mètres, et y déployer la dernière des par Hubble au début du ;;e siècle. Mais dans les années
chaînes de détecteurs du télescope IceCube. C’était ainsi  TXDQG OHV VFLHQWL¿TXHV V¶HIIRUFqUHQW GH EkWLU XQ
OD ¿Q G¶XQH SKDVH GH FRQVWUXFWLRQ FRPPHQFpH VHSW DQV modèle cosmologique cohérent en assemblant les nom-
plus tôt et le début des observations. breuses pièces du puzzle cosmique (comme l’abondance
des éléments chimiques légers dans l’univers, le mouve-
Dans un site encore plus improbable, le 19 mai 2011
ment des étoiles dans les galaxies et la dispersion des
à 350 kilomètres au-dessus du sol, une équipe d’astro-
vitesses des galaxies dans les amas), les pièces ne sem-
nautes, à l’aide de bras robotiques, extrayait AMS-02, un
blaient tout simplement pas s’ajuster. Pour compléter le
détecteur d’une masse de six tonnes, de la soute de la
navette spatiale Endeavour de la NASA pour le monter sur puzzle, il fallait postuler l’existence d’une nouvelle forme de
la Station Spatiale Internationale 1. matière, la matière noire.

Ce ne sont là que les dernières en date d’une liste toujours Dans un article paru le 1er octobre 1974 dans le presti-
SOXVORQJXHG¶LQVWDOODWLRQVVFLHQWL¿TXHVPDMHXUHVSRXUO¶DV gieux Astrophysical Journal, des cosmologistes de renom
WURSDUWLFXOHGRPDLQHVFLHQWL¿TXHHQSOHLQHVVRUpPHUJHDQW de Princeton décrivaient le changement de paradigme qui
à l’intersection de la physique des particules et de l’astro- s’opérait alors avec ces mots choquants 2 :
physique. La liste mêle des détecteurs de rayons gamma « Il y a de plus en plus de bonnes raisons de croire que les
et d’antimatière en orbite autour de la Terre à bord de satel- masses des galaxies ordinaires ont peut-être été sous-
lites ou montés sur la Station Spatiale Internationale, des estimées d’un facteur 10 ou plus. »
télescopes à neutrinos enfouis dans les glaces du pôle Sud
Un facteur dix ! Tout d’un coup, les galaxies familières étu-
ou ancrés au fond de la Méditerranée, des accélérateurs
diées pendant des décennies, systèmes ordinaires d’étoiles
de particules brisant les particules élémentaires à ultra-
et de gaz dont nous croyions bien comprendre la structure,
haute énergie.
pWDLHQWGHYHQXHVIkFKHXVHPHQWJURVVHVWURSPDVVLYHVHW
/HV VFLHQWL¿TXHV HVSqUHQW TX¶HQ FRPELQDQW OHV GRQQpHV surtout franchement bizarres. Plus personne ne savait de

3
LES FOCUS
TECHNIQUES DE L’INGÉNIEUR

quoi elles étaient vraiment faites, pas plus d’ailleurs que '¶XQHJUDYLWpPRGL¿pHjGHQRXYHOOHVSDUWLFXOHVG¶pWRLOHV
le reste de l’univers. L’image courante d’une galaxie, vue de faible intensité à des mondes miroirs, la liste des solu-
comme un banal disque d’étoiles plongé dans un océan tions proposées à l’énigme de la matière noire est très, très
de gaz dilué, tournant avec leurs planètes autour d’un longue, et de nouvelles idées continuent d’être proposées
même centre, était devenue soudain fausse et trompeuse. aujourd’hui.
Étoiles et gaz n’étaient plus qu’une petite partie d’un halo
Il en résulte qu’aux yeux des profanes, les revues contem-
de matière invisible, bien plus grand et bien plus massif.
poraines de physique évoquent parfois ces manuscrits
/HVLPSOLFDWLRQVVWXSp¿DQWHVGHFHFKDQJHPHQWGHSDUD anciens, qui à l’instar des bestiaires médiévaux ou des
digme sont si profondes que nous avons à peine com- papyrus égyptiens, mêlaient en toute harmonie animaux
mencé à les explorer. Le plus important, peut-être, c’est réels, monstres bizarres et autres créatures imaginaires.
qu’étoiles, trous noirs, supernovas, planètes, et la Terre En fait, nos revues regorgent d’une multitude de particules
elle-même, bref, tout ce que nous connaissons, n’existent exotiques aux noms bizarres et aux propriétés qui le sont
TXHJUkFHjXQHVRUWH©G¶pFKDIDXGDJHFRVPLTXHªIDLWGH encore plus, se mêlant à un zoo déjà vaste et hétérogène
matière noire. Retirez la matière noire d’une galaxie, ses de particules et de champs connus.
étoiles et leurs planètes s’égailleraient comme des billes
Les physiciens sont un peu comme les anciens géo-
dans l’espace intergalactique. Cela signifie également
graphes pour qui seuls des monstres et autres créatures
que nous autres humains, ne sommes pas de la même
imaginaires devaient peupler le monde au-delà des terres
SkWH GRQW O¶HVVHQWLHO GH O¶XQLYHUV HVW IDLW  QRXV VRPPHV
connues. Pour expliquer la matière noire, les physiciens
spéciaux, d’une manière insoupçonnée jusqu’ici.
ont peuplé de nouveaux spécimens la « terra incognita »
Dans la cosmologie moderne, la matière noire fournit, en de la physique des particules. Détecter ces candidats à la
TXHOTXH VRUWH OH © WKpkWUH ª GX © VKRZ FRVPLTXH ª XQ PDWLqUHQRLUHRXOHVH[FOXUHHVWO¶XQGHVSOXVJUDQGVGp¿V
WKpkWUH TXL D pWp PRQWp TXDQG O¶XQLYHUV pWDLW MHXQH ELHQ VFLHQWL¿TXHVGX;;,e siècle.
avant que les étoiles commencent à briller et les planètes
Il s’avérera peut-être que ces candidats à la matière noire
jVHIRUPHUHWFHWKpkWUHHVWHQFRUHHQpYROXWLRQ(QEUHI
n’existent que dans l’esprit imaginatif des physiciens des
c’est la structure porteuse de l’univers. Elle résout d’un seul
particules, comme ce fut le cas des monstres mythologiques
coup bien des problèmes en astrophysique et cosmologie,
des civilisations anciennes. Mais de même que certains de
elle fournit un cadre autocohérent pour la structure et l’évo-
ces anciens monstres n’étaient en fait que la perception
lution de l’univers.
déformée de vrais animaux, nous pouvons espérer que
5HVWHTXHOHVSK\VLFLHQVVRQWGLI¿FLOHVjFRQYDLQFUH3DU JUkFH j GHV H[SpULHQFHV VRLJQHXVHPHQW FRQoXHV QRXV
dessus tout, faute de preuves incontestables, nous hési- ¿QLURQVSDUGpWHFWHUGHVSDUWLFXOHVGHPDWLqUHQRLUHHWOHYHU
tons à introduire de nouveaux concepts et encore plus de le voile sur certains des mystères les plus impénétrables de
nouvelles formes de matière. Même si les observations la science moderne.
astrophysiques corroborent l’existence de cette compo-
sante inconnue de l’univers, nous ne pouvons tout sim- Ce livre parle de la quête de la matière noire : les raisons
plement pas l’accepter tant qu’il ne sera pas possible d’en TXLSRXVVHQWOHVVFLHQWL¿TXHVjDGPHWWUHTX¶HOOHH[LVWHOHV
mesurer les propriétés et de l’étudier dans nos laboratoires. théories qui ont été avancées pour l’expliquer et la course
Comme le signale Robert Pirsig dans son traité du Zen et PRQGLDOHDFWXHOOHPHQWHQFRXUVSRXUO¶LGHQWL¿HU
de l’entretien des motocyclettes, Je soutiens que dans les cinq à dix prochaines années,
« Le véritable but de la méthode scientifique est de s’assu- nous serons les témoins d’une révolution dans ce domaine
rer qu’on ne s’imagine pas savoir ce qu’en fait on ignore. » de recherche. Soit nous trouverons des particules de

Plus de contenu, d’actualités et d’informations sur www.techniques-ingenieur.fr


LE MYSTÈRE DE LA MATIÈRE NOIRE :
DANS LES COULISSES DE L’UNIVERS

matière noire, ouvrant un champ entièrement nouveau de Nous pouvons la voir, même à l’œil nu, comme un astre
la science, soit nous assisterons au déclin de théories de ÀRXGDQVOHJURXSHGHFRQVWHOODWLRQVQRPPpHVG¶DSUqVOH
premier plan, avec l’obligation de reconsidérer notre des- mythe de Persée. Sur une image prise au télescope, elle se
cription de l’univers. révèle comme une belle spirale d’étoiles et de gaz, similaire
en taille et en forme à notre propre Voie lactée. C’est l’objet
le plus lointain que nous pouvons voir à l’œil nu, c’est aussi
UN COUP D’ŒIL EN COULISSE le seul objet en dehors de la Voie lactée que l’œil peut per-
Si vous regardez le ciel par une nuit noire, vous verrez cevoir à partir de l’hémisphère nord.
la Voie lactée comme une bande de lumière luisant en
Avec un télescope, nous pouvons faire plus qu’admirer sa
WUDYHUVGX¿UPDPHQW&HTXH-DPHV-R\FHQRPPDLW©VLO-
EHDXWp'HSXLV1HZWRQHQIDLWQRXVDYRQVDSSULVjFDO-
ODJHODLWHX[VFLQWLOODQWHWGLOXpDX[DOOXUHVG¶XQWUHLOOLVLQ¿QLª
culer la vitesse d’un objet céleste que la gravité lie à un
n’est que le disque d’étoiles et de gaz vu de l’intérieur de la
astre d’une masse donnée : plus l’objet céleste se déplace
galaxie à disque dans laquelle nous vivons. Source d’admi-
rapidement, plus grande est la masse de l’astre auquel il
ration et d’inspiration pour beaucoup, la Voie lactée procure
est lié. Nous pouvons calculer, par exemple, la vitesse de
à certains une sensation de frisson dans le bas du dos. Elle
la Terre et de toutes les autres planètes en orbite autour
met tout le ciel en perspective en donnant de la profondeur
du Soleil, en tenant compte de la taille de leurs orbites.
à une voûte céleste par ailleurs sans épaisseur.
Mais si nous tentons d’utiliser cette méthode pour calculer
En scrutant la constellation du Sagittaire, vous regardez là la vitesse des étoiles dans la galaxie d’Andromède, ça ne
où se trouve le centre galactique. C’est le centre du disque marche pas.
d’étoiles et de gaz de notre galaxie qui constitue pour l’es-
sentiel tout ce que vous pouvez voir dans le ciel à l’œil Horace W. Babcock avait déjà noté en 1939 que, même
nu. C’est aussi le centre du halo, un sphéroïde de matière loin de son centre, la galaxie d’Andromède tourne très vite,
noire environ dix fois plus grand et dix fois plus massif que comme si les régions extérieures contenaient la plus grande
le disque. SDUWLHGHVDPDVVH4XHOTXHVDQQpHVSOXVW{W)ULW]=ZLFN\
un astronome suisse travaillant en Californie, avait observé
La densité de ce halo est relativement élevée. Chaque cen-
un amas d’environ 1 000 galaxies dans Coma Berenices
timètre carré de la page que vous lisez voit passer envi-
(la Chevelure de Bérénice) avec le télescope de 254 cm
ron 30 000 particules de matière noire par seconde qui
GX0RQW:LOVRQOHPrPHWpOHVFRSHTX¶(GZLQ+XEEOHDYDLW
traversent la feuille à une vitesse d’environ 100 kilomètres
utilisé environ dix ans plus tôt pour prouver l’expansion de
par seconde 3. La raison pour laquelle nous ne percevons
l’univers.
pas ces particules, même si elles nous bombardent en per-
manence, c’est qu’elles n’interagissent que très peu avec 'DQVO¶DUWLFOHRLOSUpVHQWDLWVHVFRQFOXVLRQV=ZLFN\DSUqV
la matière ordinaire ; c’est aussi la raison pour laquelle la s’être plaint de la pollution lumineuse affectant la ville de
PDWLqUHQRLUHHVWVLGLI¿FLOHjPHVXUHU Los Angeles (en 1931 !), notait que la dispersion de vitesse
La Voie lactée contient de nombreuses sous-structures, des galaxies de l’amas était plutôt élevée. Il en concluait
de plus petites concentrations de matière noire avec de que la masse de l’amas de Coma semblait beaucoup plus
petites proportions d’étoiles et de gaz, dont certaines sont grande que celle qui pouvait être déduite de l’étude des
même visibles à l’œil nu, comme les Nuages de Magellan. galaxies visibles dans l’amas 4 :
Mais au-delà de la Voie lactée, la plus grande accumu- © 6L FHOD pWDLW FRQ¿UPp QRXV REWLHQGULRQV OH UpVXOWDW
lation de matière noire est notre galaxie sœur, la galaxie surprenant que de la matière sombre se trouve en plus
d’Andromède. grande quantité que la matière lumineuse. »

5
LES FOCUS
TECHNIQUES DE L’INGÉNIEUR

Figure 1. La galaxie d’Andromède, notre galaxie soeur.

Plusieurs autres éléments de preuve ont fourni un soutien que la lumière s’incurve autour d’elles, ce qui déforme
supplémentaire à l’hypothèse de la matière noire. Jusqu’à les images des objets situés loin à l’arrière-plan. Regar-
OD¿QGHVDQQpHVHQpWHQGDQWjJUDQGUD\RQO¶pWXGH der à travers de grandes concentrations de masse, c’est
des courbes de rotation d’un nombre accru de galaxies, les donc un peu comme regarder à travers un verre défor-
astronomes ont mis en évidence de grandes quantités de mant ou un bocal à poissons rouges. Vous pouvez voir
matière sur des échelles de taille beaucoup plus grandes ce qui est de l’autre côté, mais comme le chemin optique
que celle des galaxies à disque 5. des rayons lumineux est perturbé, l’image que vous
Aujourd’hui, la preuve directe la plus décisive en faveur de voyez est déformée.
la matière noire vient des lentilles gravitationnelles, un effet
&HWWH WHFKQLTXH HI¿FDFH QRXV SHUPHW GH GpWHUPLQHU OD
bien établi qui repose sur la relativité générale d’Einstein, et
masse des grandes structures de l’univers, comme les
qui découle directement de l’idée même au cœur de cette
amas de galaxies. La masse de ces derniers s’avère ainsi
théorie 6.
beaucoup plus grande que la masse de toutes les étoiles et
Le célèbre astrophysicien John Wheeler a résumé le cadre du gaz que l’amas renferme, prouvant ainsi l’existence de
théorique de cet eff et dans les termes suivants 7 : la matière noire. En outre, dans un cas au moins, le gros
« La masse dit à l’espace-temps comment se courber, de la masse se sépare physiquement de la matière visible,
l’espace-temps dit à la masse comment se mouvoir. » une situation qui n’est pas compatible avec les théories
En particulier, les grandes concentrations de masses visant à se débarrasser de la matière noire en changeant
courbent l’espace d’une manière appréciable, au point les lois de la gravité 8.

Plus de contenu, d’actualités et d’informations sur www.techniques-ingenieur.fr


LE MYSTÈRE DE LA MATIÈRE NOIRE :
DANS LES COULISSES DE L’UNIVERS

CONJURER L’INCONNU cartes géographiques anciennes, au-delà des frontières


des terres connues, dans une tentative visant à « conjurer
Nous sommes donc forcés d’accepter le fait qu’il y ait
la menace de l’inconnu en le nommant » 10. Mais les mots
quelque chose d’autre dans l’univers en plus du gaz ordi-
GH -RQDWKDQ 6ZLIW VH PRTXDQW DPqUHPHQW GHV DQFLHQV
naire et des étoiles. Nous avons des preuves solides que
cartographes :
la matière noire ne peut pas être faite de matière ordinaire ;
il doit donc exister de nouvelles particules, à moins d’avoir « Ainsi les géographes dans les cartes d’Afrique
été complètement trompé par un large éventail d’observa- Comblent leurs lacunes avec des images de sauvages
tions astrophysiques et cosmologiques. Et sur d’inhabitables collines
Faute de ville, placent des éléphants »
C’est là que le problème de la matière noire transcende
les limites de l’astrophysique et de la cosmologie, les disci- nous dissuadent d’accepter des explications fantaisistes
plines qui traitent des plus grandes structures de l’univers. Il pour des choses que nous ignorons. Nous devons aller
GHYLHQWXQP\VWqUHSOXVYDVWHHWSOXVSURIRQGGp¿DQWQRWUH au-delà de cette frontière, détecter ces particules de
compréhension de la physique des particules, la discipline matière noire, mesurer leurs propriétés avec la même pré-
qui étudie les constituants élémentaires de la matière et cision scrupuleuse que celle atteinte pour les particules du
leurs interactions. Le modèle standard de la physique des modèle standard.
particules fournit une description étonnamment précise de Pour ce faire, il nous faut une stratégie. Nous devons
toutes les particules élémentaires connues et de leurs inte- construire des expériences qui optimisent nos chances de
ractions, mais les observations cosmologiques nous disent découvrir le type de particule recherché, tout comme les
que ce que nous avons observé jusqu’ici n’est que la partie chasseurs et les pêcheurs adaptent leurs instruments aux
émergée de l’iceberg. proies qu’ils pourchassent. Heureusement, maints candi-
Ce qui donne corps aujourd’hui à la question de la matière dats à la matière noire tombent dans une catégorie assez
noire, c’est que la plupart des physiciens des particules vaste pour laquelle les mêmes outils peuvent être utilisés,
sont persuadés, pour des raisons tout à fait indépendantes à savoir celle des WIMPs, acronyme inventé par Michael
de la cosmologie, que le modèle standard n’est que la ver- Turner pour Weakly Interacting Massive Particles (parti-
VLRQVLPSOL¿pHYDODEOHGDQVXQHJDPPHOLPLWpHG¶pQHUJLH cules massives interagissant faiblement).
d’une théorie réellement fondamentale. Situation similaire
Si la matière noire est faite de WIMPs, nous devrions être
au cas de la gravitation, dont nous savons que la théorie de
en mesure de la détecter. Bien que toutes les stratégies de
1HZWRQQ¶HVWTX¶XQHYHUVLRQVLPSOL¿pHHWDSSUR[LPDWLYHGH
recherche élaborées jusqu’ici aient échoué à prouver d’une
la théorie de la relativité générale d’Einstein 9.
manière irréfutable l’existence des particules de matière
Les théories nouvelles avancées ces trois dernières décen- noire, des expériences de physique des astroparticules de
nies pour aller au-delà du modèle standard ont fourni une nouvelle génération sont mises en œuvre, certaines d’entre
liste interminable de candidats à la matière noire : neutrali- elles ont même déjà commencé à recueillir des données.
nos, axions, neutrinos stériles, particules miroir, particules Mais comment pouvons-nous détecter quelque chose dont
de Kaluza-Klein, gravitinos, sneutrinos, chacun avec ses nous ne savons rien ?
caractéristiques et ses propres stratégies de détection. Il
est fort probable qu’un seul d’entre eux, et encore, s’avé-
rera apte à expliquer l’énigme de la matière noire. LA QUÊTE DE LA MATIÈRE NOIRE
Nous avons comparé plus haut ce zoo de particules ima- Les physiciens ont beaucoup d’armes dans leur arsenal
ginaires aux bêtes fabuleuses esquissées en marge des pour traquer la matière noire. Les plus performantes sont

7
LES FOCUS
TECHNIQUES DE L’INGÉNIEUR

peut-être les collisionneurs de particules, où des particules cisé cette peur, suscitée dans leur cas par un incident resté
élémentaires sont accélérées à des énergies très élevées tristement célèbre en 2008.
avant de s’écraser les unes contre les autres au sein de
3RXULGHQWL¿HUOHVSDUWLFXOHVGHPDWLqUHQRLUHDX/+&QRXV
grands détecteurs. L’impact convertit l’énergie initiale des
GHYRQV G¶DERUG OHV IDEULTXHU JUkFH j OD FROOLVLRQ GH IDLV
particules entrant en collision en une foule de particules
ceaux de protons de haute énergie, puis les chercher parmi
différentes. Nous interprétons si bien ce type d’expérience
les débris créés au cours des collisions.
que les masses et les forces d’interaction de presque toutes
les particules du modèle standard sont connues avec une Produire de nouvelles particules dans une collision, c’est
très bonne précision. un peu comme distribuer un jeu de cartes entre plusieurs
joueurs. Le nombre de cartes dans le jeu correspond à
Les accélérateurs de particules sont devenus si gigan-
l’énergie totale disponible dans la collision, les mains
tesques et si performants que le travail de milliers de scien-
reçues par chaque joueur, aux nouvelles particules créées.
WL¿TXHVHVWQpFHVVDLUHSRXUOHVFRQVWUXLUHHWOHVH[SORLWHU
Au LHC, par exemple, l’énergie des protons circulant dans
Lorsque j’ai visité le CERN, près de Genève, en 2007 à
l’anneau souterrain sera portée à sept mille fois l’énergie
l’occasion d’une conférence, les organisateurs nous ont
de masse d’un proton.
emmenés visiter le détecteur ATLAS juste avant qu’il soit
Gp¿QLWLYHPHQW DFKHYp HW QRXV VRPPHV GHVFHQGXV GDQV La raison pour laquelle l’énergie initiale doit être si élevée
le tunnel de 27 kilomètres du LHC (Large Hadron Collider, est que la matière noire est probablement constituée de
grand collisionneur de hadrons). J’avais préparé ma visite particules massives. Pour les produire, il faut de ce fait
en étudiant la structure et les principes de détection de ses convertir en masse une grande quantité d’énergie, par
divers composants, mais je fus quand même surpris par application de la célèbre équation d’Einstein E = mc2. Notre
la taille du détecteur : celle d’un géant de 46 mètres de particule de matière noire correspond donc à une main
long, haut comme un immeuble de huit étages, s’insérant avec beaucoup de cartes ; pour la produire, le jeu initial
à grand-peine dans son hall souterrain, comme la pomme doit en contenir assez. La limite de cette stratégie de détec-
verte dans la peinture de Magritte La chambre d’écoute. tion est que nous ne pouvons l’envisager que moyennant
Nous devons à Robert Wilson, directeur-fondateur du certaines hypothèses quant à la nature de la matière noire,
Laboratoire national Fermi, près de Chicago, l’analogie sachant que des modèles théoriques différents impliquent
restée fameuse entre la construction des accélérateurs et des stratégies de recherche différentes. Pourrions-nous
celle des cathédrales. Leon Lederman, ancien directeur du mener des recherches plus générales ? La physique des
même laboratoire, ajoutait pour sa part 11 : astroparticules propose deux voies distinctes : opérer au
« Les cathédrales et les accélérateurs sont construits plus profond dans le sol, ou se rendre dans l’espace.
à grands frais comme un acte de foi. Les deux encou- Les expériences souterraines ont pour but de détecter
ragent l’élévation spirituelle, la transcendance, et pour dans un dispositif expérimental les rares interactions d’une
les croyants, la révélation. Bien sûr, les cathédrales particule de matière noire avec un noyau atomique. Si nous
n’ont pas toutes atteint leur but. » placions notre expérience dans un laboratoire classique,
La prose pleine d’esprit de Lederman tire parti non seu- le détecteur serait noyé sous une averse incessante de
lement de la crainte et de l’excitation inspirée par les UD\RQV FRVPLTXHV GHV SDUWLFXOHV XOWUDpQHUJpWLTXHV LQ¿O
UHFKHUFKHVVFLHQWL¿TXHVPDLVDXVVLGHODSHXUODWHQWHTXL trées dans l’atmosphère, découvertes voici presque exac-
KDQWHFHX[TXLSDUWLFLSHQWjGHVGp¿VG¶XQHWHOOHDPSOHXU tement 100 ans. Le signal de la matière noire pourrait bien
O¶pFKHF/HVVFLHQWL¿TXHVTXLWUDYDLOOHQWDX/+&HQGpPRQ être là, mais il serait enfoui sous ces événements intem-
WUDQWOD¿DELOLWpWRWDOHGHO¶H[SpULHQFHRQWSDUERQKHXUH[RU pestifs.

Plus de contenu, d’actualités et d’informations sur www.techniques-ingenieur.fr


LE MYSTÈRE DE LA MATIÈRE NOIRE :
DANS LES COULISSES DE L’UNIVERS

C’est un peu comme si vous receviez un appel télépho- interprétés en termes de particules de matière noire aux
nique important, assis dans un restaurant. La salle est propriétés adéquates. Nous avons en pratique assez de
bruyante, la voix de votre interlocuteur vous est incon- degrés de liberté pour nous adapter à n’importe quelle
nue, une musique de fond s’ajoute au bruit ambiant, des observation astrophysique. Les chercheurs ont ainsi tenté
gens autour de vous ont une voix très semblable à celle d’interpréter en termes de différents candidats à la matière
de votre mystérieux correspondant. Que faites-vous ? Si noire les particularités relevées dans les données de nom-
c’est une communication importante, il faut vous dépla- breuses expériences menées au cours de ces cinq à dix
cer vers un endroit plus calme où vous pourrez mieux dernières années, une question qui sera discutée en détail
entendre la voix de la personne qui vous appelle et éviter au chapitre 4.
toute cette confusion.
De même, pour protéger des rayons cosmiques nos expé-
riences de matière noire et mettre en lumière les événe-
LA RÉVOLUTION À VENIR
ments rares que nous recherchons, nous devons mener nos Il est impossible de prédire si des particules de matière
expériences en sous-sol, sous des centaines de mètres de QRLUHVHURQWLGHQWL¿pHVHWVLRXLFRPPHQWFHVHUDIDLW/H
roche. Pour atteindre de telles profondeurs, il faut tirer parti contexte expérimental est sujet à controverse, les débats
d’infrastructures existantes, sinon le coût de l’expérience dans les conférences internationales sont souvent plus
dépasserait de beaucoup les moyens de la communauté qu’animés. Le consensus général est que tout ce domaine
des chercheurs en astroparticules. Par exemple, la réalisa- de recherche est à un tournant.
tion du laboratoire de Jinping évoqué plus haut n’a été ren-
Nous poursuivons peut-être un leurre, comme les person-
due possible que dans le cadre d’un projet aux proportions
nages d’un roman de Conan Doyle. Un bilan souvent dési-
titanesques, la construction au travers des monts Jinping
gné comme le « scénario cauchemar » serait que les expé-
d’une gigantesque installation hydroélectrique, pour satis-
riences en cours et à venir échouent à trouver des preuves
faire en partie la demande énergétique sans cesse crois-
de matière noire, que ce soit sous la forme de WIMP ou
sante de la Chine.
autre ; la plupart de nos stratégies de recherche actuelles
Il existe un autre moyen de rechercher la matière noire seraient alors presque entièrement paralysées.
pour peu qu’elle soit sous la forme de WIMPs : la détec-
tion indirecte. Il s’agit en pratique de détecter des particules Le mieux que nous puissions faire dans ce cas serait de tirer
connues, comme les neutrinos, les photons (les particules parti de l’absence de signal dans notre détecteur, comme
de lumière), ou d’autres particules produites lorsque deux Sherlock Holmes le fait dans Flamme d’Argent, la nouvelle
particules de matière noire interagissent (ou, si la particule de Conan Doyle, où d’une manière éclatante, le détective
de matière noire est instable, quand elle se désintègre). DI¿FKHVHVFRPSpWHQFHVDQDO\WLTXHVSURYHUELDOHVGDQVXQ
Des expériences spatiales comme le télescope à rayons dialogue avec un inspecteur de police perplexe :
gamma Fermi et le détecteur AMS-02, de même que des « – Y a-t-il un point sur lequel vous souhaiteriez attirer
télescopes à neutrinos comme IceCube, nous apprendrons mon attention ?
ELHQW{WVLFHW\SHGHWHFKQLTXHHVWYUDLPHQWHI¿FDFH – Sur l’incident curieux du chien durant la nuit.
– Le chien n’a rien fait du tout durant la nuit.
Obtenir des preuves convaincantes à partir d’observa-
– C’est ça l’incident curieux, remarqua Sherlock Holmes. »
tions astrophysiques s’est avéré jusqu’à présent être une
WkFKHWUqVGLI¿FLOH(QIDLWSUHVTXHWRXVOHVH[FqVREVHUYpV Si, au contraire, nous sommes sur la bonne voie, la détec-
dans les mesures du spectre de photons ou d’antimatière, tion de la matière noire pourrait être juste à portée de main,
quel que soit le niveau d’énergie, peuvent être facilement ouvrant une nouvelle ère en astrophysique, en physique

9
LES FOcuS
TEchNIquES DE L’INgéNIEuR

des particules et en cosmologie. Des centaines de scienti- dans les halos qui enveloppent les galaxies. Comment
fiques ont relevé le défi : un effort expérimental et théorique savons-nous qu’il s’y trouve de la matière noire ? Comment
sans précédent est aujourd’hui en cours pour découvrir la pouvons-nous estimer son abondance et sa répartition ?
nature des particules de matière noire. Quel est le lien avec les nouvelles théories de la physique
Mais pour mieux comprendre l’importance de ce qui est des particules ? Qu’implique la matière noire sur notre rôle,
en jeu et l’intensité de ce défi, nous devons aller dans les en tant qu’êtres humains, dans l’univers ? Ces questions
coulisses de l’univers visible et découvrir ce qui se cache feront l’objet des chapitres suivants.

réFérences
1. Des images spectaculaires de ce transfert sont disponibles sur YouTube à l’adresse http:// www.youtube.com/watch?v=RqksBepilVs.
2. J. P. Ostriker, P. J. E. Peebles, and A. Yahil, The size and mass of galaxies, and the mass of the universe (La taille et la masse des galaxies, et la masse de l’univers),
Astrophysical Journal 193 (1974) pp. L1-L4.
3. La contrainte réelle provenant de l’observation est la densité de masse de la matière noire, environ 0,3 GeV cm–3. Pour calculer le nombre de particules traversant la feuille,
j’ai supposé que la masse d’une particule de matière noire est d’environ 100 GeV, soit en gros une centaine de fois la masse d’un proton.
4. F. Zwicky, Die Rotverschiebung von extragalaktischen Nebeln, (Le décalage vers le rouge des nébuleuses extragalactiques), Helvetica Physica Acta 6 (1933) pp. 110-127 ;
Traduction en anglais dans General Relativity and Gravitation 41 (2009) pp. 207-224.
5. Voir le chapitre suivant pour plus de détails.
6. Cet eff et a été testé pour la première fois en 1919 par Sir Arthur Eddington, lors d’une expédition menée à l’île du Prince, au large des côtes de l’Afrique, pour observer
une éclipse solaire, fournissant une confi rmation spectaculaire de la théorie d’Einstein. Pour plus de détails, voir chapitre 2, page 32 ».
7. J. A. Wheeler, Geons, Black Holes, and Quantum Foam (Geons, trous noirs et mousse cosmique), W. W. Norton (2000).
8. Voir le chapitre 2 pour plus de détails.
9. Cette conviction n’est pas fondée sur des écarts avec les résultats expérimentaux, mais sur des arguments théoriques, comme le problème de hiérarchie. Voir discussion
dans le chapitre 4.
10. Anne McClintock, Imperial Leather : Race, Gender, and Sexuality in the Colonial Contest (Cuir Impérial : race, genres et sexualité dans le combat colonial) Routledge (1995).
11. L. Lederman, (La particule de Dieu : si l’univers est la réponse, quelle est la question ?) Mariner Books (2006).

LE MYSTÈRE DE LA MATIÈRE NOIRE


Gianfranco Bertone
Collection: Quai des Sciences, Dunod
2014 - 224 pages
Acheter le livre : http://www.dunod.com/loisirs-scientifiques-techniques/culture-scientifique/sciences-de-la-matiere-et-de-lunivers/le-mystere-de-la-matiere-noi

Plus de contenu, d’actualités et d’informations sur www.techniques-ingenieur.fr


LE MYSTÈRE DE LA MATIÈRE NOIRE :
DANS LES COULISSES DE L’UNIVERS

TECHNIQUES DE L’INGÉNIEUR
QUI SOMMES-NOUS ?
Fondées en 1946 et membres du groupe Weka depuis 1996, les Éditions T.I. sont un leader incontesté
de l’information scientifique et technique. Intégrées depuis leur création au paysage mondial de la
documentation francophone, elles se déclinent aujourd’hui en deux grandes activités :
t La publication de ressources documentaires de référence (Dossiers fondamentaux, Fiches et
outils pratiques », Services associés, articles de Veille & Actualités, etc.)
t Un service de conseil en ingénierie technologique : « Conseil et Formation »

TECHNIQUES DE L’INGÉNIEUR C’EST :


t La plus importante collection documentaire technique et scientifique en langue française,
t Un département dédié à la formation, externe et interne,
t Un acteur majeur du conseil pour l’industrie française et la recherche,
t Le partenaire de référence qui accompagne les industriels français dans leurs projets
depuis 60 ans.

TECHNIQUES DE L’INGÉNIEUR EN QUELQUES CHIFFRES :


t Une référence pour les ingénieurs depuis plus de 60 ans,
t Plus de 400 bases documentaires,
t Un réseau de 3 500 experts,
t Plus de 8 000 articles de base documentaire (ou scientifiques), dont 3 000 articles d’archives,
t Près de 2 000 articles d’actualité,
t Plus de 700 fiches de mise en application pratique,
t Un bouquet de 9 services,
t Plus de 300 000 utilisateurs,
t Plus d’un million de pages vues chaque mois sur www.techniques-ingenieur.fr.

LES THÉMATIQUES COUVERTES :


Sciences fondamentales | Génie industriel | Procédés Chimie Agro Bio | Mesures Analyse
Matériaux | Mécanique | Énergies | Électronique Photonique | Technologies de l’information
Construction | Innovation | Environnement

EDITIONS TECHNIQUES DE L’INGÉNIEUR (E.T.I.)


249 RUE DE CRIMÉE, 75019 PARIS, FRANCE
TÉLÉPHONE : 01 53 35 20 00
MAIL : ACTUS@TECHING.COM
WWW.TECHNIQUES-INGENIEUR.FR
LES FOCUS
TECHNIQUES DE L’INGÉNIEUR

TECHNIQUES DE L’INGÉNIEUR
UNE APPROCHE GLOBALE DE VOS BESOINS

Plus de 8000 articles scientifiques et Les experts des Techniques Tout l’ADN des Techniques de l’Ingé-
techniques en français et les services de l’Ingénieur partagent leurs nieur à votre disposition.
associés pour aller plus loin dans vos savoir-faire techniques et
recherches documentaires et biblio- organisationnels. Nos experts et spécialistes scientifiques,
graphiques. praticiens expérimentés, vous accom-
Montez en compétence grâce aux pagnent tout au long de vos projets pour
Techniques de l’ingénieur est la base de journées techniques et formations HSE vous conseiller : diagnostics, recomman-
référence des bureaux d’études et de la ou privilégiez un parcours sur dations techniques et montée en capa-
conception, de la R&D, de la recherche et mesure développé par les conseillers cité de votre R&D jusqu’à l’innovation.
de l’innovation industrielle. formation et réalisé à vos dates et dans
votre établissement.

LES THÉMATIQUES COUVERTES :


Sciences fondamentales | Génie industriel | Procédés Chimie-Agro-Bio | Mesures-Analyse
Matériaux | Mécanique | Énergies | Électronique Automatique | Technologies de l’information
Construction | Innovations | Environnement-Sécurité | Transports | Santé-Biomédical

TECHNIQUES DE L’INGÉNIEUR
249 RUE DE CRIMÉE, 75019 PARIS, FRANCE
TÉLÉPHONE : 01 53 35 20 00
MAIL : INFOS.CLIENTS@TECHING.COM
WWW.TECHNIQUES-INGENIEUR.FR
TECHNIQUES DE L’INGÉNIEUR
UNE APPROCHE GLOBALE DE VOS BESOINS

RESSOURCES DOCUMENTAIRES
L’EXPERTISE TECHNIQUE & SCIENTIFIQUE DE RÉFÉRENCE

Intégrer la communauté des utilisateurs de Techniques de l’Ingénieur, c’est accéder à plus de 8000 articles :
les fondamentaux, mais aussi des fiches pratiques et les archives.
Validé par nos comités scientifiques, ce corpus scientifique et technique, riche de 400 bases documentaires, est la plus
importante ressource de ce type en français. En permanence mis à jour et avec plus de 300 000 utilisateurs, c’est l’outil des
entreprises industrielles innovantes, plébiscité par les bureaux d’études et les services de conception et de R&D, les direc-
tions techniques, les formations d’ingénieur.

Accédez à l’information ou la documentation la plus pertinente, en allant la chercher là où sont vos clients, fournisseurs ou
partenaires, avec, dans votre abonnement, des services(1) tels que :

SÉMINAIRES EN LIGNE : profitez, tout au COMPLÉMENT 360 : en complément des res-


long de l’année, de formations à distance sur sources documentaires comprises dans votre abonne-
le thème : « Optimiser sa veille scientifique et ment, utilisez cet outil pour approfondir vos recherches
technologique avec Techniques de l’Ingénieur en découvrant les autres publications également
». Ces séminaires vous montrent comment disponibles sur internet.Vous accédez à toutes les
exploiter au mieux les ressources et fonction- références bibliographiques liées à l’écosystème qui
nalités de techniques-ingenieur.fr et améliorer vous concerne.
la pertinence de vos résultats de recherche.

ANNUAIRE DES LABORATOIRES ET


SERVICE QUESTIONS-RÉPONSES : CENTRES DE RECHERCHE : pour chacune
besoin de complément d’information ou de des bases documentaires, vous avez à disposition
validation pour mieux prendre vos décisions une sélection pertinente des 15 premiers centres de
? Posez des questions techniques, scienti- recherche, profils de chercheur, projets et publica-
fiques, réglementaires, juridiques ou encore tions parmi les données de plus de 50 000 centres de
économiques aux plus grands spécialistes des recherche privés et publics
domaines couverts par vos bases documen-
taires, c’est compris dans votre abonnement !
ARCHIVES : accédez aux versions antérieures de
vos articles, ainsi qu’à ceux qui traitent des technolo-
DICTIONNAIRE TECHNIQUE MULTI- gies plus anciennes.
LINGUE : cet outil en ligne propose plus de
45 000 termes scientifiques et techniques rela-
tifs aux domaines qui vous concernent. Pour SERVICE ACTUALITÉ : pour une vision globale et
10 000 d’entre eux, retrouvez des illustrations, quotidienne de l’actualité et des innovations tech-
avec légendes, elles aussi toujours traduites nologiques, Techniques de l’Ingénieur met à votre
en 4 langues disposition un service de Veille & Actualités. Ce service
regroupe en 11 thématiques les grands domaines de
l’ingénierie pour donner au lecteur une visibilité glo-
ARTICLES DÉCOUVERTE : bénéficiez bale des dernières innovations.
d’un crédit de 1 à 5 articles au choix, à consul-
ter gratuitement, dans les bases documen-
taires auxquelles vous n’êtes pas abonné. MOBILITÉ : Techniques de l’Ingénieur propose
un site internet intégralement compatible mobile et
tablettes (iPad).

ET AUSSI : le statut d’abonné vous donne accès à des prestations complémentaires, sur devis : l’impression à la demande
pour obtenir un ou plusieurs ouvrages supplémentaires (versions imprimées de vos bases documentaires) ou encore la traduc-
tion d’un article dans la langue de votre choix.

(1) La disponibilité des services dépend du périmètre de votre abonnement.


TECHNIQUES DE L’INGÉNIEUR
UNE APPROCHE GLOBALE DE VOS BESOINS

FORMATION
LES EXPERTS DE TECHNIQUES DE L’INGÉNIEUR PARTAGENT LEURS SAVOIR-FAIRE
TECHNIQUES ET ORGANISATIONNELS.

Montez en compétence grâce à la selection de formations techniques et réglementaires ou privilégiez un par-


cours sur mesure développé par nos conseillers formation et réalisé à vos dates et dans votre établissement.

JOURNÉES TECHNIQUES : toutes les évolutions Sélection de formations techniques et règle-


scientifiques et techniques en énergie, matériaux, procédés, mentaires
traitement de surface... • Sessions courtes ou cycles longs
• Formations certifiantes : faites reconnaitre vos connais-
CONSTRUCTION : pathologies, solutions techniques pour sances et compétences.
l’efficacité énergétique, direction de chantier... • Workshop : un état de l’art technique mis en pratique à
partir d’une sélection d’articles Techniques de l’Ingénieur.
CONCEPTION - INNOVATION : les méthodes d’inno-
vation et de veille, les outils de conception et de simulation
pour accélérer le développement. Formation sur-mesure & coaching
Pour accompagner votre politique de développement des
EFFICACITÉ PROFESSIONNELLE : toutes les compé- compétences, Techniques de l’Ingénieur met en place des
tences de l’encadrement, de la communication et de l’effica- actions de formation personnalisées et de coaching indivi-
cité professionnelle. duel ou collectif.

RISQUE CHIMIQUE : REACH, FDS étendues, SGH/CLP, 3 avantages d’une formation effectuée dans votre entreprise
ATEX. :
• Personnalisation : un programme adapté à vos besoins
SANTÉ - SÉCURITÉ : prévenir les risques et mobiliser les et aux spécificités de votre activité, en toute confidentialité.
équipes. • Flexibilité : une mission réalisée aux dates et lieu de
votre choix.
ENVIRONNEMENT : couvrir les exigences réglementaires • Coûts maîtrisés : un budget optimisé en fonction de vos
et choisir les solutions techniques les plus adaptées. priorités et contraintes.
TECHNIQUES DE L’INGÉNIEUR
UNE APPROCHE GLOBALE DE VOS BESOINS

CONSEIL
TOUT L’ADN DES TECHNIQUES DE L’INGÉNIEUR À VOTRE DISPOSITION.

Techniques de l’Ingénieur vous accompagne tout au long de vos projets par des missions d’audit et de recom-
mandations techniques. À chaque besoin, sa mission correspondante...

• Vous cherchez à réaliser un diagnos- DOMAINES D’INTERVENTION UNE METHODE EN 6 ÉTAPES


tic scientifique, technique ou réglemen-
taire ? Gardez une longueur d’avance dans tous Toutes les missions sur-mesure mises
• Vous souhaitez bénéficier de conseils les domaines couverts par Techniques de sont co-construites avec vous.
stratégiques, d’une aide à la décision ou l’Ingénieur.
de soutien opérationnel ? 1. Recueillir et analyser votre besoin
• Vous voulez être accompagné dans • Expertise technique : matériaux,
vos démarches d’optimisation des procédés, traitement de surface, chimie 2. Élaborer votre mission sur-mesure :
matériaux-process ? durable, mécanique, composite, agro-ali- clarifier les objectifs, méthodes et indica-
• Vous souhaitez compléter votre capa- mentaire... teurs de performance
cité R&D et sécuriser vos innovations ? • Qualité, environnement et préven-
tion santé sécurité : ICPE, HACCP, ISO 3. Préparer la mission et rencontrer votre
18001, 9001, 14001, ergonomie... équipe projet
TECHNIQUES DE L’INGÉNIEUR • Gestion du risque chimique : toxi-
ACCOMPAGNE VOTRE PROJET, DE cologie, FDS, classification et étiquetage 4. Réaliser la mission suivant le calen-
SGH/CLP... drier fixé
L’ÉTUDE À L’INDUSTRIALISATION.
• Management des hommes et des
projets : encadrement, conduite de 5. Assurer le suivi et ajuster le dispositif
Les meilleurs experts à votre service
projet, communication, efficacité profes- si besoin
« l’ADN » des Techniques de l’Ingénieur
sionnelle.
à votre disposition : son réseau d’experts,
6. Evaluer la mission : bilans intermé-
ses connaissances scientifiques et tech-
niques les plus récentes et sa capacité à
TROIS BONNES RAISONS DE diaires et actions de pérennisation.
transmettre les bonnes pratiques indus-
CHOISIR TECHNIQUES DE
trielles.
L’INGÉNIEUR POUR VOTRE
CONSEIL EN INGÉNIERIE :
• Des experts à la pointe de leur spécialité
• Un réseau d’experts reconnus en conseil
• Des praticiens à l’expérience éprouvée
technique
• Des pédagogues reconnus
• Un accompagnement technique et
scientifique de référence
• Un benchmarking permanent des meil-
leures pratiques industrielles.
TECHNIQUE DE L’INGÉNIEUR
RESDSOURCES DOCUMENTAIRES
249, rue de crimée - 75019 Paris
tel. 01.53.35.20.20
..........................................................................................
S.A.S. au capital de 1.375.000 Euros
RCS Paris B 380 985 937 - SIRET 380 985 937 000 24
NAF 5814Z - TVA FR 33 380 985 937

BASE DOCUMENTAIRE
Structure de la matière
Le socle de connaissances théoriques nécessaires pour comprendre la structure des particules
Ref : TIB113DUO

Cette base documentaire appartient au Pack : Physique Chimie

PRÉSENTATION

Structure de la matière
L'étude de l'infiniment petit impose de travailler dans le domaine des très hautes énergies et requiert l'utilisation de très grands instruments. En
physique des particules ou dans le domaine du nucléaire, la connaissance et la maîtrise des propriétés des atomes sont donc indispensables, du
noyau de l'atome aux interactions particule-matière.
Destinée aux chercheurs et ingénieurs en bureau d'étude et R&D, cette base documentaire est un rappel complet de l'ensemble des savoirs
nécessaires à la bonne compréhension des phénomènes liés à la physique des particules: cristallographie, structure électronique,
interaction particule-matière, particules élémentaires, etc., sans oublier l'aspect expérimental avec l'étude des accélérateurs de particules.
L'abonnement comprend :
1. L'accès à la ressource documentaire sur le site Internet des abonnés et en exclusivité sur notre application iPad
2. Les services inclus dans l'abonnement.
3. Offert la première année : l'édition papier associée
En commandant en ligne vous bénéficiez de 15 jours pour essayer sans engagement l'offre complète :
- vous recevez les codes d'accès pour naviguer librement sur la version Internet
- vous recevez et consultez l'édition papier associée.
Pour vous abonner à la fin de la période d'essai et bénéficier de l'intégralité de l'offre, il suffit de régler la facture jointe au colis. Dans le cas
contraire, merci de nous retourner le colis dans son emballage. Sans autre coût que les frais de retour, sans engagement à l'égard des Editions . . .

VOTRE COMMANDE :

Référence Titre de l’ouvrage Prix unitaire H.T Qté P rix total H.T

TIB113DUO Structure de la matière 280 € 1 280 €

Frais de port par ouvrage 7,50 € 1 7,50 €


Total H.T en € 287,50 €
VOS COORDONNÉES :
T.V.A : 5,5% 15,81 €
Civilité M. Mme Frais d’ouverture d’abonnement TTC 42 €
Prénom Total TTC en € 345,31 €
Nom

Fonction
Date :
E-mail

Raison sociale Signature et cachet obligatoire


Adresse

Code postal

Ville

Pays

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE


Conditions générales de vente détaillée sur simple demande ou sur www.technique-ingenieur.fr
Si vous n’étiez pas totalement satisfait, vous disposeriez d’un délai de 15 jours à compter de la réception de l’ouvrage pour le retourner à vos frais par voie postale. Livraison sous 30 jours maximum.
Pour avoir un panorama plus large sur ce sujet, nous vous conseillons le pack :

Physique Chimie 1 490 € HT*


*Hors licences et services associés
Pour comprendre les recherches et développements en physique
et chimie

REF : TIP053DUO

Nos experts vous recommandent aussi les ressources documentaires suivantes:

Physique nucléaire Matériaux à propriétés électriques et optiques

280 € HT 390 € HT

Les bases physiques permettant la production d'électricité Quels matériaux isolants, semi-conducteurs, conducteurs ou
nucléaire supraconducteurs ?

Optez pour une formation scientifique, technique ou réglementaire:

CYCLE Management CYCLE Management : CYCLE Spécialiste


de projet technique Ingénieur et Manager Analyse des métaux

2 450 € HT 3 350 € HT 5 390 € HT

Acquérir les techniques de pilotage et la


dimension managériale pour réussir ses Renforcer l'efficacité de son management Maîtrisez les techniques de caractérisation
projets avec autodiagnostic de personnalité sous microscopiques et macroscopiques
pression et hors pression, accompagnement
2*2 jours - 28 heures personnalisé
10 jours - 70 heures

3*2 jours - 42 heures

Bénéficiez d'un diagnostic et d'un accompagnement technique sur mesure:

Cartographie de Choix des traitements Diagnostic technique


travaux et de réseaux de surface matériaux / procédé
de scientifiques

Accédez aux documents scientifiques et Mieux connaitre les différents traitements de


aux réseaux d’experts internationaux. surface sur les composants utilisés et Retour d'expérience d'audit technique d'un
analyse de leurs impacts sur les soudures. process de traitement de surface, de
l'approvisionnement matériaux jusqu'au
produit fini