Vous êtes sur la page 1sur 84

Rapport du

projet expertise
20/01/2018

Restauration et
réhabilitation des deux
Borjs Nord et Sud à Fès

Réalisé par :

 BENSAID Chaimaa
 WADJINNY Fatima

Encadré par :

 M.DEMHATI
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

Remerciements
Nous remercions très sincèrement tous ceux qui ont apporté leur contribution à la
finition de notre projet.

Monsieur DEMHATI, pour son encadrement et pour ses efforts et directives au cours
de notre projet. La réussite de ce travail n’est qu’une reconnaissance parmi tant d’autres
pour la qualité des connaissances qu’il nous a prodiguées.

Monsieur CHAABA, chef du département génie civil, pour avoir pris la


responsabilité de diriger tous nos projets.

Monsieur SALHI, notre professeur qui assistera à notre soutenance.

Nous tenons à remercier vivement, Monsieur MOKADEM, le conservateur du musée


des armés du BORJ-SUD à Fès, de nous avoir consacré toute une journée pour visiter le
BORJ.

Monsieur OUARDI, notre professeur en géologie, qui nous a tant aidés lors de nos
recherches sur la géologie de la région de Fès.

Enfin, nous tenons à adresser nos sentiments de gratitude les plus sincères à tous ceux
et toutes celles grâce à qui ce travail a pu être mené dans les meilleures des conditions

1
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

Résumé :
Ce rapport porte sur le diagnostic des différentes pathologies rencontrées lors d’une visite des deux Borjs
Nord et Sud à Fès, ce qui a permis de déterminer les différentes techniques nécessaires de réhabilitation et de
restauration, ainsi que l’étude géotechnique du site via des essais géotechniques et puis conclure par un
comparatif des deux Borjs.

Abstract :
This report deals with the diagnosis of the various pathologies encountered during a visit of the two
north and south Borjs to Fès, which made it possible to determine the various techniques necessary for
rehabilitation and restoration, as well as the geotechnical study of the site via geotechnical tests and
then conclude with a comparison of the two Borjs.

‫ملخص‬

‫ مما جعل من الممكن‬،‫يتناول هذا التقرير تشخيص مختلف المشاكل التي تمت مواجهتها خالل زيارة اثنين من برج الشمال والجنوب إلى فاس‬
‫ فضال عن الدراسة الجيوتقنية للموقع عبر اختبارات جيوتقنية ثم تختتم بمقارنة بين‬،‫تحديد مختلف التقنيات الالزمة إلعادة التأهيل والترميم‬
‫البرجين‬

2
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

Liste des figures :

Figure 1 : Fès al-Bali : vue générale à partir du Borj sud .....................................................................................10


Figure 2 : Position de la plaine de Saïss ...............................................................................................................11
Figure 3 : carte schématique des limites géologiques de la zone d’étude. (Carte géotechnique Fès 1966
1/1.000.000)..........................................................................................................................................................11
Figure 4 : Carte Géotechnique de la ville de Fès 1/20000 (Chapon, Humbert 1966)..........................................13
Figure 5 : Diagramme des températures moyennes mensuelles (à gauche); Diagramme des températures
moyennes annuelles (à droite) ..............................................................................................................................14
Figure 6 : Précipitations moyennes mensuelles (à gauche) ; Précipitation moyennes interannuelles (à droite) ..15
Figure 7 : Diagramme xérothermique de Gaussen ...............................................................................................15
Figure 8 : Le réseau hydrographique de la ville de Fès Carte digitalisée à partir des cartes topographiques ......16
Figure 9 : Borj Nord : Architecture, arts et matériaux ..........................................................................................19
Figure 10 : Architecture du borj sud .....................................................................................................................21
Figure 11 : vue de l’étage ; casemates et habitation du gardien ; .........................................................................26
Figure 12 : vue de terrasse ; voute de l’escalier ; .................................................................................................26
Figure 13 : une aile abritant les installations électriques ......................................................................................26
Figure 14 : Structures greffées au niveau du RDC et de l’étage..........................................................................27
Figure 15 : Manque d’éclairage dans les différents coins du BORJ Nord ...........................................................28
Figure 16 : Des supports d’exposition dévalorisant les articles...........................................................................28
Figure 17 : Humidité du sol due à la remontée capillaire .....................................................................................28
Figure 18 : R.D.C couloir nord et humidité capillaire ..........................................................................................29
Figure 19 : vue extérieure, façade ouest, écroulement .........................................................................................29
Figure 20 : Vue extérieure et foisonnement des herbes par gouttière ..................................................................29
Figure 21 : Dégradation du fruit en pierre de taille, foisonnement et décollement des enduits ...........................30
Figure 22 : Le glissement du terrain du site du BORJ Nord.................................................................................31
Figure 23 : La clôture du BORJ Nord ..................................................................................................................31
Figure 24 : Falaise sud du borj nord ; vue d’ensemble des zones d’effondrements ; ........................................32
Figure 25 : Risque d’effondrement du
mur……………………………………………………………………………………………............................30
Figure 26 : Grotte habitée située au contrebas du mur de clôture ........................................................................32
Figure 27 : La zone d’effondrement 3 ..................................................................................................................33
Figure 28 : Les aménagements annexes menacées ...............................................................................................33
Figure 29 : Falaise sud du borj nord: extraction clandestine du sable en cour - Grottes ....................................34
Figure 30 : Les différents anomalies et pathologies décelées ...............................................................................34
Figure 31 : Le décollement de l’enduit et l’effritement des pierres......................................................................35
Figure 32 : Amas des pierres et foisonnement des
herbes……………………………………………………………………………………………………………33
Figure 33 : La dégradation de la maçonnerie et de
l’enduit…………………………………………………………………………………………………………..35
Figure 34 : Dégradation de la maçonnerie et de l’enduit......................................................................................38
Figure 35 : La fissuration des murs ......................................................................................................................39
Figure 36 : foisonnement des herbes de la façade extérieure. ..............................................................................40
Figure 37 : Exemples de tessons de céramique mis à jour : matériel entremêlé hors contexte archéologique ....44
Figure 38 : Travaux de démolition au niveau du RDC et au niveau de l’étage ....................................................45
3
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

Figure 39 : Photos de décapage des enduits des murs intérieures ........................................................................46


Figure 40 : Photos de décapage des enduits des façades extérieures....................................................................47
Figure 41 : Restauration du pisé et des soubassements périphériques .................................................................48
Figure 42 : Colmatage des fissures .......................................................................................................................48
Figure 43 : Photos de l’aménagement des escaliers et Appareillage de plafond traditionnel (bsat) en solives et
en voliges (bois de cède) et tubage d’électricité ...................................................................................................49
Figure 44 : Revêtement des sols ...........................................................................................................................50
Figure 45 :Taille et pose de gueulard en pierre taillée de Taza pour évacuation des eaux pluviales ...................50
Figure 46 : Etat avant restauration .......................................................................................................................50
Figure 47 : Quelques équipements .......................................................................................................................51
Figure 48 : Grillage en fer forgé traditionnel........................................................................................................51
Figure 49 : Aménagement des Abords : parking et trottoirs................................................................................52
Figure 50 : Décapage des enduits dégradés ..........................................................................................................52
Figure 51 : Parties des murs à consolider en sous œuvres ....................................................................................54
Figure 52 : Murs intérieurs et extérieurs fissurés .................................................................................................55
Figure 53 : Etayage, démolition et consolidation en béton armée des murs jugés mal fondés, partie par partie .55
Figure 54 : Restauration des portes et fenêtres .....................................................................................................56
Figure 55 : Canalisations ......................................................................................................................................57
Figure 56 : Photos du BORJ SUD au cours des travaux ......................................................................................58
Figure 57 : Résultats de la Sédimentométrie. .......................................................................................................61
Figure 58: Triangle des textures. ..........................................................................................................................62
Figure 59 : 1-casagrande, 2- lavage de l’échantillon, 3- étalement de l’échantillon, 4-WL et Wp prêtent à
mesuré leur teneur en eau. ....................................................................................................................................63
Figure 60 : Machine de l’essai de cisaillement .....................................................................................................65
Figure 61 : Résultats de l’indice de consistance ...................................................................................................66
Figure 62 : Résultats du cisaillement ....................................................................................................................66
Figure 63 : La pente à étudier ...............................................................................................................................68
Figure 64 : Tranches effectuées manuellement sur la surface de rupture induite par le rayon critique Rc=26.27
m ...........................................................................................................................................................................68
Figure 65 : La pente à étudiée ..............................................................................................................................70
Figure 66 : Tranches effectuées manuellement sur la surface de rupture induite par le rayon critique Rc = 61m
..............................................................................................................................................................................70
Figure 67 : Modélisation de la pente sur le logiciel GEOSTUDIO ......................................................................72
Figure 68 : Surface de glissement critique déterminée par le logiciel GEOSTUDIO ..........................................73
Figure 69 : Modélisation de la pente sur le logiciel GEOSTUDIO ......................................................................73
Figure 70 : Surface de glissement critique déterminée par le logiciel GEOSTUDIO ..........................................74
Figure 71 : Hôtel des Mérinides ...........................................................................................................................76

4
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

Liste des tableaux :

Tableau 1: Résultats des essais géotechniques .....................................................................................................68


Tableau 2 : Les angles d'orientation des différentes tranches par rapport à l'horizontale ....................................69
Tableau 3 : Les angles d'orientation des différentes tranches par rapport à l'horizontale ....................................71

5
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

Table des matières


INTRODUCTION GENERALE : ..................................................................................................................................8
I. Présentation de la zone d’étude et les deux borjs : ........................................................................................ 10
I.1 La présentation de la zone d’étude : .......................................................................................................... 10
I.1.1 La situation géographique : ................................................................................................................ 11
......................................................................................................................................................................... 11
I.1.2 Cadre géologique : ............................................................................................................................... 11
 Le domaine rifain : .............................................................................................................................. 12
I.1.3 Aperçu climatique : .............................................................................................................................. 14
 Température : ...................................................................................................................................... 14
 Précipitation : ...................................................................................................................................... 14
I.1.4 Aperçu hydrologique/ hydrogéologique : .......................................................................................... 16
I.2 Histoire d’un monument, histoire d’un Musée : BORJ Nord ..................................................................... 17
I.2.1 Histoire : .............................................................................................................................................. 17
I.2.2.Architecture : ....................................................................................................................................... 17
I.3 Histoire d’un monument, histoire d’un Musée : BORJ Sud ....................................................................... 20
II. Etat du BORJ Nord et BORJ Sud avant les travaux de restauration ................................................................. 23
II.1 Etat du BORJ Nord avant les travaux de restauration : ............................................................................. 23
II.1.1 Ajouts et transformations : ............................................................................................................ 23
II.1.2 Aspects de dégradation du monument : ............................................................................................ 27
II.1 Etat du BORJ Sud avant les travaux de restauration : ............................................................................... 34
II.2 Les causes et les effets de ces différentes anomalies décelées ................................................................ 36
II.2.1 Dégradation des enduits :................................................................................................................... 36
II.2.2 Dégradation de la maçonnerie de brique et de pisé: ......................................................................... 37
II.2.3 La fissuration :..................................................................................................................................... 38
II.2.4 Foisonnement des herbes : ................................................................................................................ 39
II.2.5 Dégradation des conduites d’eau : ..................................................................................................... 40
II.2.6 Autres dégâts : ................................................................................................................................... 40
II.3 Conclusion : ............................................................................................................................................... 40
III. Composantes et objectifs majeurs du programme de restauration du deux BORJS : ................................. 42
III.1 La restauration et la réhabilitation du BORJ Nord................................................................................... 42
III.1.1 Les études : ........................................................................................................................................ 42
III.1.2 Les objectifs et composantes majeurs du projet............................................................................... 42
6
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès
III.1.3 Le suivi du chantier : .......................................................................................................................... 43
III.1.4 L’Etude Archéologique :..................................................................................................................... 43
III.1.5 Les différentes phases de réhabilitation et de restauration du BORJ Nord : .................................... 44
 Colmatage des fissuration : ................................................................................................................ 48
Colmatage des fissures tout en utilisant des matériaux traditionnels de constructions : en brique et mortier
traditionnels. ................................................................................................................................................ 48
 Autres travaux : ................................................................................................................................... 48
III.2 Les différentes phases de restauration du BORJ Sud: .............................................................................. 52
III.2.1 Phase 1 :............................................................................................................................................. 52
III.2.2 Phase 2 :............................................................................................................................................. 52
III.2.3 Phase 3 :............................................................................................................................................. 56
III.2.4 Phase 4 :............................................................................................................................................. 56
III.2.5 Phase 5 :............................................................................................................................................. 57
IV. Etude Géotechnique....................................................................................................................................... 60
IV.1 Définition : ............................................................................................................................................... 60
IV.2 Paramètres caractéristiques du sol .......................................................................................................... 60
IV.2.1 Granulométrie : ................................................................................................................................ 60
IV.2.2 Plasticité consistance Limites d’Atterberg « casa grande » .............................................................. 62
IV.2.3 Essai de valeur de bleu de méthylène ............................................................................................... 64
IV.2.4 Essai de cisaillement rectiligne direct ............................................................................................... 64
IV.2.5 Résultats des essais : ......................................................................................................................... 65
IV.2 Etude de la stabilité de la pente par la détermination du coefficient de sécurité :................................. 67
IV.2.1 Calcul de stabilité par la Méthode des TRANCHES (FELLINIUS) : ...................................................... 67
IV.3 Evaluation de la stabilité par logiciel GEOSTUDIO : ................................................................................. 71
IV.4 Comparaison des résultats manuelles et ceux trouvés par logiciel : ....................................................... 74
V. La comparaison des deux Borjs : ..................................................................................................................... 76
V.1 Borj Nord avant et après restauration : .................................................................................................... 77
V.2 Borj Sud avant et après restauration : ...................................................................................................... 77
Conclusion ........................................................................................................................................................... 78
Annexes : ............................................................................................................................................................. 79
Bibliographie ........................................................................................................................................................ 83

7
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

INTRODUCTION GENERALE :

Capitale spirituelle du Maroc et lumière persistante de la civilisation islamique, Fès ne cesse de


faire revivre aux yeux de ses visiteurs les splendeurs et les fastes de la civilisation maroco-andalouse.
Nulle ailleurs, ne figure encore un tel subtil agencement d’innombrables mosquées, sanctuaires,
zawiya, Madrasas, caravansérails, forteresses, marchés, palais et maisons. En plein cœur du centre
historique, la mosquée Qaraouiyyin, la plus ancienne université du monde, a pu maintenir son activité
pendant plus de dix siècles.

A l’instar de ces majestueux édifices, trônent les deux BORJS Nord et Sud, qui fait partie du
patrimoine marocain, et qui ne peut être protégé qu’à travers un programme de restauration
généralement assuré par l’autorité mais guidé par des ingénieurs

Les deux BORJS Sud et Nord sont l’un des monuments ayant bénéficiés de ce programme de
restauration vue les divers dégradations qui ont subi, et par conséquent ont conduit à son
disfonctionnement et une ruine par la suite.
Le présent rapport s’articulera autour de cinq chapitres :

 Le 1 er chapitre sera dédié à une description du cadre général de l’étude et deux BORJS.
 Le 2ème chapitre sera consacré au diagnostic visuel réalisé lors d’une visite guidée aux deux
BORJS.
 Le 3ème chapitre exposera les diverses techniques de restauration qu’on a jugé nécessaire pour
résoudre les problèmes cités en 2ème partie.
 Le 4ème chapitre sera destiné à l’évaluation de la stabilité de pente et des différents essais
géotechniques.
Le 5ème chapitre dédié à un comparatif entre les deux borjs.

8
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

CHAPITRE I
Présentation de la zone d’étude et les deux
borjs :

Ce chapitre est une présentation générale dans le but de situer la zone des deux borjs Nord et sud
dans un contexte régional clair. Apres la délimitation de la zone, un aperçu géologique,
hydrogéologique et climatique, seront présentées et une présentation de l’histoire ainsi que
l’architecture de ces deux borjs .Ces informations seront exploitées lors de l’étude envisagée dans les
chapitres suivants.

9
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

I. Présentation de la zone d’étude et les deux borjs :


I.1 La présentation de la zone d’étude :

En l’an 807, Idris Ier, fonda sa capitale, Fès. Depuis les dynasties et les sultans qui se sont
succédés sur le trône n’ont tous pas manqué d’ajouter à la ville leur cachet par des constructions
remarquables.
Pour se protéger et se défendre, Fès s’est dotée, depuis sa fondation, de plusieurs dispositifs de
défense, remparts, portes monumentales, tours, Kasbah et Borjs. Encore aujourd’hui, l’enceinte de la
ville compte plus de 25 Km de long. Composée de plusieurs portes et tours, elle constitue un
témoignage remarquable de l’histoire de la ville et représente une fourchette chronologique allant de
l’époque fatimide jusqu’à la fin du XIXème siècle.
Au temps des Saadiens, et pour se prémunir contre les invasions étrangères notamment
turques, El Mansour al-Dhbi, dota la ville de onze borjs. Neuf protégeaient Fès-Jdid parmi lesquels
subsistent encore cinq monuments à savoir Borj Cheikh Ahmed, borj Boutouil, borj Sidi Bounafaa,
Borj Mahrez, et Borj Jdid. Les deux autres plus imposants défendant Fès al-Bali : Borj Sud et Borj
Nord.

Figure 1 : Fès al-Bali : vue générale à partir du Borj sud

10
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

I.1.1 La situation géographique :

La présente étude s’intéresse à la région de la ville de Fès qui appartient à la plaine de Saïss.

Figure 2 : Position de la plaine de Saïss

Située au nord centrale du Maroc, Fès s’étend sur la partie nord orientale de la plaine de Saïss
(fig 2), limitée au nord par les rides pré rifaines (J.Tghat 837m et J.Zalagh 900m), au sud par les
causses moyens atlasiques tabulaires, à l’est par la vallée de l’Oued Sebou, et à l’ouest par le plateau
de Meknès (flexure Taoujdat).
De point de vue cartographique, la ville de Fès représente les coordonnées suivantes:
Les abscisses sont comprises entre -5.084782 et -4.916553, tandis que les ordonnées sont comprises
entre 33.972302 et 34.073602, et l’altitude moyenne est de l’ordre de 400 m.
I.1.2 Cadre géologique :
La zone d’étude est située à cheval sur deux grandes unités structurales du Maroc :
Le domaine rifain au nord représenté dans notre secteur par les rides sud rifaines de Fès (Jbels Tghat
et Zalagh), et le sillon sud rifain au Sud représenté par la plaine de Fès.
Les grands traits de la géodynamique de ces deux zones structurales seront rappelés ci-après.

Figure 3 : carte schématique des limites géologiques de la zone d’étude. (Carte géotechnique Fès 1966 1/1.000.000)

11
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

Le domaine rifain :
La chaîne rifaine appartient au système des chaînes alpines de la Méditerranée occidentale, elle se
prolonge vers l’est dans le Tell algérien avec lequel elle forme les Maghrébides (Durant et
Delgua1963 ;Frizon1991). Dans cette chaine, on distingue du nord au sud trois grands domaines: les
zones internes , les zones externes et les rides sud rifaines.
Les rides, Zalagh et Tghat :
Ce sont des lignes de reliefs à ossature jurassique surplombent les dépôts néogènes du bassin de
Saïss. Elles ont été érigées depuis la fin du Miocène moyen- supérieur jusqu’au Pliocène inférieur
(Faugères,1978).
Ces rides ont été interprétées comme des écailles de matériel mésozoïque de l’avant rifain, résultant
d’une phase de compression contemporaine de la mise en place de la nappe prérifaine.
Le sillon sud rifain :
Le sillon sud rifain est un large synclinal dans sa partie septentrionale, où s’étend la plaine de Fès.
C’est un bassin a substratum anté-Miocène qui est formé essentiellement par le Lias calcaire, sur ce
dernier reposent en discordance, une puissante série monotone mio-plio-quaternaire qui débute par des
faciès transgressifs du Miocène moyen-supérieur surmontés par les marnes du Tortono-Messinien, sur
une grande puissance (Faugères, 1978). Au-dessus de ces derniers se déposent les formations
fluviolacustres du pliocène supérieur-quaternaire moyen (Ahmamou, 1987).
La plaine de Fès :
Constitue la partie orientale de bassin lacustre de Saïss tout de même la partie septentrionale du
sillon sud rifain. A la suite de la phase compressive N025-030 qui est à l’origine de la surrection des
rides sud rifaines, la mer a été chassée de la plaine de Saïss qui se rattache au continent avec
installation d’un système lacustre.

L’analyse de la déformation des calcaires lacustres sur la bordure nord du bassin du Saïss, note la
présence d’un épisode distensif qui est d’âge Pliocène supérieur (Aït Brahim et Chotin, 1984). Cet
épisode a contribué à l’approfondissement du bassin, suivi de mouvements compressifs Plio-
Quaternaires qui sont responsables de l’exhaussement du Prérif et de son avancement par
chevauchement sur la plaine de Saïss (Ahmamou, 1987).

Etant donné sa position entre deux domaines structuraux très différents, le Moyen Atlas au sud et
le domaine rifain au nord, la plaine de Saïss a fait l’objet de nombreuses études qui ont porté,
essentiellement, sur la lithostratigraphie de ces formations très diversifiées (Faugères1978; Cirac1987;
Essahlaoui2000…etc.).

12
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

Figure 4 : Carte Géotechnique de la ville de Fès 1/20000 (Chapon, Humbert 1966)

Entre les deux grandes unités structurales une transgression marine a déposé au Miocène une série
marneuse très puissante (1000 m de profondeur), suivie au Plio-Villafranchien et au Quaternaire par
des dépôts continentaux des conglomérats (30m de profondeur) avec des altérations d’argile.

L’étude des affleurements géologiques dans la région de Fès montre que nous avons une
dominance des marnes, conglomérats, calcaires lacustres, limons et tufs, et alluvions (fig4).

13
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès
I.1.3 Aperçu climatique :

La plaine de Saïss dispose de plusieurs stations météorologiques, la station retenue pour faire cet
aperçue est la station de Fès Saïss, vu qu’elle couvre une longue période de l'histoire climatique de la
région.
Température :
Pour cette étude nous disposons des températures mensuelles et annuelles de la station de Fès Saïs,
pour une période qui s’étale de 1978 à 2001.

Figure 5 : Diagramme des températures moyennes mensuelles (à gauche); Diagramme des températures moyennes annuelles (à
droite)

La figure 5 à gauche regroupe les données moyennes mensuelles de la température de l’air.


 Les mois de Décembre, Janvier et Février constituent le triplet le plus froid avec une moyenne
minimum au mois de janvier (9 °C),
 Les mois de Juin, Juillet, Août et Septembre forment la saison chaude avec une moyenne
maximale au cours du mois d’Août (28.2 °C).
L’allure générale de la figure 5 à gauche montre une augmentation thermique progressive allant
du mois le plus froid (Janvier) jusqu’aux mois les plus chauds (Juillet et Août).

En ce qui concerne le régime interannuel, la figure 5 à droite nous précise les variations temporelles
de la température de notre région d’étude :
On trouve que la température moyenne annuelle calculée pour la période 1978-2001 est de l’ordre de
17.76 °C et l’année 2000-2001 est considérée comme étant la plus chaude (20.5°C), tandis que l’année
1982-1983 a été la plus froide (15.61°C).
Précipitation :
Les résultats ci-après représentent les précipitations moyennes mensuelles- un régime interannuel
-pour la période entre (1968 et 2001), que nous avons eu par le biais de la station de Saïss :

14
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

Figure 6 : Précipitations moyennes mensuelles (à gauche) ; Précipitation moyennes interannuelles (à droite)

Selon ces résultats (fig6 à gauche) on constate que :


· Le mois Décembre représente le mois le plus pluvieux (64.55mm).
· Les mois ayant des précipitations moyennes mensuelles supérieures à 30mm, s’échelonnent du mois
d’Octobre jusqu’au mois de Mai.
· Les mois ayant des valeurs inférieures à 17 mm sont le mois de Septembre et Juin,
· Les mois de Juillet et Août disposent des cumulés qui ne dépassent pas les 4mm.
D’autre part et pour le régime interannuel (fig6 à droite) on constate que la moyenne des
précipitations est de l’ordre de 484.75mm.

Figure 7 : Diagramme xérothermique de Gaussen

15
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

La présentation graphique (fig7), montre que l’ombre de l’indice xérothermique s’étend sur six mois
de mai à octobre. Cet ombre est plus vaste au mois de juillet et août. La période humide s’étend de
novembre à avril, avec les mois les plus humides coïncident avec les mois de décembre et janvier.
De ce qui précède on peut conclure que notre région se caractérise par un climat semi-aride, Il
s'agit donc d'une zone subdésertique, caractérisée par une saison sèche s'étendant sur la plus grande
partie de l'année et une saison « humide », avec de faibles précipitations qui ne dépassent pas au mois
le pluvieux les 64mm.
I.1.4 Aperçu hydrologique/ hydrogéologique :
La ville de Fés dispose de plusieurs Oueds qui constituent son réseau hydrographique. En effet,
Oued Fès représente le cours d’eau principale et qui suit la direction NE-SW.
La majorité des cours d’eau prend naissance au pied du Causse Moyen atlasique et ces sources, (fig8).

Figure 8 : Le réseau hydrographique de la ville de Fès Carte digitalisée à partir des cartes topographiques

La ville de Fès se caractérise par un réseau hydrographique varié (Oued Fès, Oued Ain Semen,
Oued Boufekrane, Oued El Mehraz…), caractérisé par un faible débit, dont l’organisation spatiale
nous permet de dire qu’il est faiblement ramifié. Mais ceci n’a jamais était un souci Socio-écologique,
car la ville de Fés dispose de plusieurs unités hydrogéologiques recelant deux principales nappes : la
nappe phréatique qui a pour réservoir les formations plio-quaternaires à calcaires lacustre,
conglomérats, ainsi qu’une nappe profonde qui circule dans les calcaires et les calcaires dolomitiques
liasiques (Amraoui ;2005). Ces deux nappes communiquent entre elles par endroits, à travers des
flexures.

16
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

I.2 Histoire d’un monument, histoire d’un Musée : BORJ Nord


I.2.1 Histoire :

Le monument le plus majestueux de Fès, Borj Nord a été fondé par le sultan saadien légendaire
El Mansour Eddahbi, en 1582, dans le cadre de la mise en place d’un dispositif de défense constitué
de onze forts ceinturant la Médina de Fès. Au côté Nord de la Médina, ce borj été jonché à
l’emplacement de l’ancien Msalla mérinide. Selon les chroniques historiques, notamment Manouni,
Ibn al-Kadi et al-Fachtali, les Borjs Nord et Sud furent élevés avec l’apport de captifs portugais, ce
qui explique le caractère européen de leur architecture. D’après les mêmes sources, le sultan El
Mansour avait donné ses ordres de donner des tirs de canons à partir des deux borjs pour annoncer les
heures de rupture de jeune au mois sacré de Ramadan,. Une tradition plusieurs fois séculaire, toujours
en vigueur.
Sous le Protectorat français, le monument a été utilisé par la Résistance Nationale en vue de
diriger ses opérations avant qu’il ne soit occupé par les colons français qui l’ont transformé en caserne
militaire et en prisons. Encore aujourd’hui, des anciens combattants de la ville de Fès nous font part
de leur mémoire et souvenirs remontant à leur séjour dans les prisons de ce fort.

En 1963, le borj fut restauré par le Service des Beaux Arts pour abriter un Musée d’Armes. Il
fut alors le premier Musée spécialisé en matière d’histoire d’armes au Maroc. La collection provient
en grande partie de l’ancienne Makina, fabrique d’armes désaffectée construite par le Sultan Hassan I
à la fin du XIXème siècle et qui abritait un petit Musée et dépôt d’armes. Sa Majesté feue Hassan II a
particulièrement gratifié ce musée d’un don important provenant de l’ancienne réserve d’armes du
palais.
Une fois, transféré sous tutelle de la Commission Marocaine d’Histoire Militaire, le 22 Mars
2003, le borj a fait l’objet d’un projet global de réhabilitation qui englobe la restauration de la bâtisse,
le réaménagement des abords extérieurs, l’installation des équipements spécifiques et
muséographiques, la réorganisation de l’exposition, et la restauration de la collection.

I.2.2.Architecture :
Imposant par son ampleur ( 2250m2) et sa hauteur (18 m), remarquable par l’harmonie de son
plan et l’équilibre de ses proportions, le Borj Nord témoigne d’une phase primordiale de l’évolution
de l’architecture militaire au Maroc et dans le monde. Du fait de l’épanouissement des armes à feu
vers la fin du XVe siècle, les bastions étaient désormais destinés à abriter des armes à feu lourdes et à
supporter les tirs de canons et d’obusiers.
Le borj nord se compose en effet d’un noyau carré, régulièrement flanqué aux quatre coins de
bastions dont les faces forment des angles très aigus et s’arrondissent aux épaules. Selon la citation
d’A. al-Fachtali (auteur du XVIème siècle), l’édifice était pourvu « d’angles de forme triangulaire»
depuis sa fondation. L’étage du borj se compose d’une cour centrale à ciel ouvert bordée, d’une
succession de casemates servant au dépôt de munition (boules de canons…). A l’origine ouverts sur la

17
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès
cour à ciel ouvert, ces casemates ont été fermées par des portes massives au temps du Protectorat pour
servir de prisons. La bâtisse est essentiellement réalisée en pisé ; l’épaisseur des murs et des voûtes
d’arrêtes atteint 3.60 m.

18
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

Figure 9 : Borj Nord : Architecture, arts et matériaux

19
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

I.3 Histoire d’un monument, histoire d’un Musée : BORJ Sud

Bâti à la même année (1582) que le fort Nord, le Borj Sud fut implanté à « Hajar el-
Katran », une haute colline rocheuse surplombant la ville ancienne de Fès au Sud, à
l’extérieur des remparts. Il fait partie de la ceinture des bastions saadiens protégeant la
Médina de Fès et jalonnant les remparts. Les sources historiques le désignent par « bastion
Bab el- Foutouh». Néanmoins, seul M. el- Nasiri fait allusion à son utilisation par le sultan
alaouite Moulay bd el- Rahman (1822 – 1859) pour lancer des boules et projectiles contre les
Oudayas qui durent à leur tour riposter. Le fort fut par la suite occupé par les Colons français
qui l’utilisèrent comme siège administratif. Dès lors, le monument fut désaffecté. Avant sa
restauration sous tutelle de la Commission Marocaine d’histoire Militaire en 2004, le
monument se trouvait dans un état de délabrement avancé et menaçait ruine.

La bâtisse, de forme quadrangulaire allongée, comporte une face pointue, rappelant un


fer de lance, qui prend naissance à partir de deux saillants rectangulaires symétriques ; un
autre saillant, de la même disposition, occupe le centre de la façade nord-ouest. D’une
superficie globale de 1580 m2, le borj se compose d’un noyau centrale rectangulaire constitué
de quatre salles barlongues, aux tours du quel s’organisent quatorze salles latérales
symétriques. L’ensemble est desservi par un long couloir à ciel ouvert. L’étage, qui épouse la
forme du noyau central du RDC se compose de sept salles.
Le bastion est construit essentiellement en pisé. La brique pleine intervient au niveau
des arcs, des jambages et des voûtes, alors que la pierre de taille se cantonne au niveau des
chaînages d’angles.

Si le Borj Nord s'inscrit avec les forts saadiens de Larache dans le grand courant de
l'architecture militaire bastionnée connue alors dans tout le Bassin méditerranéen, le Borj Sud,
par son plan typique composée d’une avancée triangulaire en forme de pic et d’une autre
partie rectangulaire, dénote une volonté clairement affichée de se distinguer des autres
fortifications de l'époque.
Toutefois, hormis son allure générale, le monument ressemble dans ses détails de
construction aux borjs saadiens contemporains : épaisseur des courtines, casemates voûtées en
berceau, plate-forme de tirs, parapet bordé d'embrasures à canon et percé de meurtrières,
magasin de munitions, citerne d'eau…Il fait donc partie de l’architecture dite bastionnée,
apparue en Italie vers 1520, elle a régné dans tout le bassin méditerranéen au cours du 16e
siècle. Elle est, dans l’ensemble caractérisé par des murs épaisses susceptibles de supporter les
tirs de canons et par des bastions faisant saillie du corps du bâti, destinés à couvrir le noyau du
fort et à permettre des tirs croisés.

20
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

Figure 10 : Architecture du borj sud

21
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

CHAPITRE II
Etat des BORJS Nord et Sud avant les
travaux de restauration

Ce chapitre est dédié à l’ensemble des problèmes et pathologies rencontrées lors de la visite
des deux BORJS Nord et Sud.

22
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

II. Etat du BORJ Nord et BORJ Sud avant les travaux de restauration

II.1 Etat du BORJ Nord avant les travaux de restauration :

Après avoir coordonné avec le conservateur du musée Monsieur MOKADEM Hafid, le


jour est venu pour visiter le monument et effectuer l’exercice de réflexion, qui commence par
le diagnostic des informations recueillies au cours de la phase préalable, en plus d’un
diagnostic visuel.
La phase de diagnostic dans l’étude d’ingénierie d’un bâtiment traditionnel existant est
probablement le point le plus crucial de toute la tâche de réhabilitation des vieux bâtiments.
Elle est cruciale parce que le premier jugement qui est fait sur le bâtiment peut affecter les
étapes ultérieures, selon les approches suivantes :

 Approche de la réhabilitation versus approche conservative ;


 Le premier diagnostic de la condition physique des matériaux et des éléments du
bâtiment ;
 Les premières solutions physico-structurelles possibles pour le bâtiment.

La visite du musée est faite dans un ordre et avec une organisation qui permettra de n’oublier
aucun élément ni aucun problème déterminant. Par exemple, notre parcours d’inspection
commence à l’extérieur, d’où l’on pourra observer les lésions ainsi que les symptômes que
l’on suivra plus en détail, et en proposant des hypothèses probables des causes de ces
anomalies.
Au cours de notre visite sur le site mentionnée, nous avons effectué une étude préliminaire
des éléments suivants :

 Les matériaux de construction.


 Les désordres du musée

Le pisé :

Le musée est construit entièrement par pisé, un matériau traditionnel souvent utilisé à
l’époque. Il est humide et généralement extrait sur le lieu de construction. Pour réaliser un
mur en pisé, la terre est compactée dans un coffrage et damée en couches successives,
pouvant lui donner un aspect unique.
Le mur en pisé assure le plus souvent la fonction de mur porteur, mais il peut aussi être
utilisé en cloison intérieure. Sa masse lui procure de bonnes propriétés thermiques et
acoustiques. Il contribue à réguler l’humidité non excessive des pièces.

23
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

Pour comprendre le comportement du pisé du musée, nous sommes forcément passées par
une bonne connaissance de sa composition et des interactions mécaniques, physiques et
chimiques se produisant en son sein.

La terre à pisé est composée d’argiles (grains au-dessous de 2 μm), de limons (ou silts, entre
2 μm et 60 μm), de sables (entre 60 μm et 2 mm), et parfois de graviers (entre 2 mm et 2 cm)
et de cailloux (entre 2 cm et 10 cm). Les proportions entre ces composants de la terre à pisé
sont très variables naturellement et la granulométrie des pisés existants reflète cette diversité:
on bâtissait avec la terre locale, en évitant au maximum le transport de ce matériau pondéreux.

La microscopie électronique à balayage montre des ponts d’argile liant les grains de sable
d’un échantillon de pisé. Les argiles ont une structure moléculaire feuilletée : des plans
d’anions d’oxygène emprisonnent des cations de silicium d’aluminium et de magnésium et
s’empilent en feuillets élémentaires nanométriques. Ceux-ci s’agrègent couramment en
plaquettes, forme géométrique à très grande surface par rapport à son volume. Ces plaquettes
d’argile se collent entre elles par la force capillaire due à la tension superficielle des
ménisques formés par l’air et le film de quelques nanomètres d’eau qui les entoure. Beaucoup
de surface de contact pour une faible masse : la force capillaire de cohésion est multipliée.

A l’échelle moléculaire, les feuillets élémentaires des argiles sont aussi liés par les forces de
Van der Waals. Néanmoins, pour la cohésion du matériau, ces forces ont un rôle négligeable
par rapport aux forces. Les forces électrostatiques dues aux charges électriques des ions
constitutifs des feuillets d’argiles et des ions mobiles qui les entourent ont un rôle essentiel
dans les différences de propriétés entre les familles d’argiles.

A l’échelle des grains micrométriques, ce sont les forces de friction et capillaires qui sont
prépondérantes. Les forces de frottement entre les granulats sont augmentées par la diversité
des granulométries. Au final, le pisé est un béton d’argile qui peut défier les siècles, à la
condition d’être bien protégé d’une humidification excessive. Le pisé n’est jamais vraiment
sec, et la quantité d’eau contenue dans le matériau varie en fonction de l’humidité relative de
l’air et, dans une moindre mesure, de la température. Cette capacité à capter et à reléguer les
molécules d’eau liquide est quantifiée par les isothermes de sorption/désorption, dont la pente
moyenne ξ est communément appelée la capacité hygroscopique.

La construction du BORJ en pisé a nécessité une mise en œuvre soignée, passant entre autres
par l’analyse de la terre à utiliser, les caractéristiques du lieu de construction et la période de
l’année, tout en rendant le matériau plus résistant en le stabilisant avec un liant hydraulique.
La terre est tamisée et malaxée avant utilisation, avant d’être soigneusement compactée par
damage. Le coffrage est similaire à celui d’un béton classique. La terre est à la bonne
humidité. Les chantiers se déroulent hors périodes de gel, ils doivent être protégés de la pluie.
Le mur doit reposer sur un soubassement suffisamment important, qui intègre un matériau
empêchant les remontées capillaires depuis le sol. Le terrain du BORJ est au sommet donc
nous n’avons pas de risque d’inondations. Un débord de toiture est nécessaire pour éviter le
ruissellement de l’eau sur le mur d’où la construction des murs d’acrotère au BORJ. Côté
intérieur, le mur est laissé brut. Côté extérieur, il est recouvert par un enduit à base de chaux
pour le protéger.

24
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

La maçonnerie en pierre :

Pour la construction des soubassements afin de créer une assise pour accueillir le musée en
pisé tout en la protégeant des remontées capillaires. Le soubassement en pierre peut être
construit à la hauteur du sol, en vue de construire un étage ou être semi-enterré jouant rôle de
mur de soutènement.
Le soubassement en pierre est construit avec des pierres de tailles différentes trouvées dans
l'environnement proche de la construction. On distingue 2 techniques de construction pour un
soubassement en pierre : la maçonnerie à pierres sèches et la maçonnerie à hourder au
mortier de chaux.

La maçonnerie à pierres sèches repose sur l'assemblage de pierres de préférence plates sans
liant. Les pierres sont calées entre elles pour constituer une assise stable. Les murs
construits à partir de cette technique font une épaisseur de 60 à 90 cm. Les pierres sèches, en
raison de leur nature, sont perméables et résistent mal aux intempéries.
Les pierres hourdées au mortier de chaux : cette technique consiste à sceller les pierres
constituant le soubassement en réalisant des joints à base de chaux aérienne ou de chaux
hydraulique. La chaux aérienne qui fait prise au contact de l'air permet au soubassement en
pierre de respirer et favorise l'évaporation de l'humidité. La chaux hydraulique qui durcit au
contact de l'eau est plus étanche mais conserve en partie l'humidité.
Lors de notre visite au musée BORJ Nord en tenant compagnie du conservateur M. Hafid,
nous avons décelé plusieurs anomalies, voire des pathologies à l’intérieur ainsi qu’à
l’extérieur de la bâtisse, nous avons appris que lors des travaux précédents de restauration qui
ont eu lieu en 1963 et en 2000, et qui avaient pour dessein d’adapter le BORJ à sa nouvelle
fonction de musée, les responsables ont procédé à plusieurs aménagements intérieurs qui ont
sensiblement modifié la disposition des locaux.

II.1.1 Ajouts et transformations :

Ces transformations se représentent sous forme des ajouts dans les différents coins du BORJ
qu’il soit au rez –de- chaussée, au 1 er étage ainsi qu’au terrasse. des casemates et une
habitation ajoutée pour le gardien en 1 er étage ainsi que la voute de l’escalier en terrasse
servant à abriter l’escalier.

25
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

Figure 11 : vue de l’étage ; casemates et habitation du gardien ;

Figure 12 : vue de terrasse ; voute de l’escalier ;

Au Rez-de-chaussée :
Plusieurs transformations ont subi le rez-de-chaussée de la bâtisse, nous citons :
 A l’aile sud-est, des cloisons ont été ajoutées afin d’aménager un local de garde, des
sanitaires et un local abritant des installations électriques, ce qui a modifié
complètement le plan d’origine de cette aile.
 Les ouvertures menant au sous-sol ont été, de leur part, condamnées.
 Une grande porte à deux battants a été percée, vraisemblablement sous le Protectorat,
dans le flanc ouest de l’aile sud-est.

Figure 13 : une aile abritant les installations électriques

A l’étage:
 L’aménagement de plusieurs locaux et cloisons en béton, ce qui a sensiblement
modifié la disposition de l’étage.
 Sur le côté nord, le mur séparant les deux casemates médianes a été éventré.

26
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

II.1.2 Aspects de dégradation du monument :

La bâtisse dénonçait certaines dégradations susceptibles de nuire à l’état de


conservation des objets qui y sont déposés. Ces anomalies se décèlent aussi bien à
l’intérieur qu’à l’extérieur de l’édifice.

A l’intérieur du monument :

Nous relevons d’emblée les dégradations suivantes :


 Humidité capillaire tout au long des couloirs nord, du R.D.C et les murs qui les
entourent. Ceci a suscité l’apparition des fissurations au niveau de ces murs et a
contribué à la corrosion de certains objets exposés.
 Humidité au niveau des voûtes surmontant les couloirs nord et du R.D.C., qui est
due à l’état défectueux des canalisations de l’étage.
 Structures greffées au niveau du RDC et de l’étage en plus d’une occupation
inadéquate des lieux ce qui condamne le sous-sol.

Figure 14 : Structures greffées au niveau du RDC et de l’étage

 Mauvaise disposition des canalisations de l’aile sud-ouest qui déversent les eaux
usées sur les soubassements extérieures.

 Mauvaise qualité de l’ensemble des enduits appliqués aux murs lors des derniers
travaux de restauration. Ces enduits ont été sensiblement dosés en ciment et ne
s’adhèrent pas parfaitement aux matériaux de construction d’origine.
 Mauvaise adhérence des structures bâties, modernes, greffées au niveau de l’étage
et de l’aile sud-est avec l’aspect historique et esthétique du monument. Il en va de
même pour le carrelage des sols de l’étage.
 Occupation inadéquate des lieux
 Eclairage général fade et insuffisant, absence d’éclairage spécifique mettant en
valeur les objets exposés.
 Ameublement insuffisant et précaire non adapté au monument ; manque cruel de
supports d’exposition et de rangement des réserves.

27
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

Figure 15 : Manque d’éclairage dans les différents coins du BORJ Nord

Figure 16 : Des supports d’exposition dévalorisant les


articles

Figure 17 : Humidité du sol due à la remontée


capillaire

28
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

A l’extérieur du monument :

Les dégradations relevées sur les façades extérieures se résument ainsi :


 Ecroulement et dégradation de larges surfaces des soubassements en talus. Ils sont
causés par les agents naturels d’érosion ( vents et pluies), l’écoulement des eaux par
les gouttières de la terrasse, le foisonnement des herbes, la stagnation et le mauvais
drainage des eaux pluviales au niveau des fossés bordant les côtés nord et ouest du
borj.
 Décollement généralisé des enduits sur toutes les façades du à l’humidité.
 Dégradation de certaines parties de la maçonnerie : effritement de quelques briques
au niveau des angles arrondis et dégradation de quelques pierres du fruit et des
pointes des saillants.
 Foisonnement des herbes sur toutes les surfaces.
 Présence de quelques fissures profondes.
 Humidité intérieure et extérieure.
 Humidité des murs et du sol, remontée capillaire et canalisations défectueuses.

Figure 19 : vue extérieure, façade ouest, écroulement Figure 18 : R.D.C couloir nord et humidité capillaire

Figure 20 : Vue extérieure et foisonnement des herbes par gouttière

29
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

Figure 21 : Dégradation du fruit en pierre de taille, foisonnement et décollement des enduits

Glissement de terrain du site du BORJ Nord

Le glissement de terrain est un phénomène d'origine sismique, géologique et géophysique où


une masse de terre descend sur une pente, autrement dit un plan de glissement plus ou moins
continu, plus ou moins plan ou incurvé. Après la mise en mouvement la masse conserve
globalement sa consistance et sa physionomie. Elle est donc toujours reconnaissable ; ceci
différencie le glissement de terrain de la coulée de boue ou de sable (qui n'ont pas de formes
propres). Dans certains cas, des millions, voire dizaines de millions de m3 peuvent être
concernés, et brutalement détruire des villages entiers (comme au Népal en 2015 où un
glissement de terrain a enseveli plusieurs villages dont celui de Langtang et environ 400
personnes. il a été estimé que l'énergie libérée est l'équivalent de celle de la bombe atomique
qui a explosé au-dessus d'Hiroshima.
Les glissements de terrain sont l'un des types de mouvement gravitaire (ou mouvement de
masse de géomatériau).
Les glissements de terrain sont souvent des formations marneuses et argileuses, qui se
caractérisent par des loupes superficielles de glissement (appelées aussi loupes d'arrachement
(et parfois de solifluxion), sortes de demi-sphères biconvexes avec des structures
d'arrachement et de rupture en tête (partie haute de la loupe dégageant parfois une couronne et
une niche d’arrachement comme dans les falaises des Vaches Noires) et de
grosses déformations de la surface en pied et en front1 de glissement (partie basse de la
loupe).
Le site du BORJ Nord présente un glissement du terrain grave et qui présente un grand risque
d’éboulement du talus et par conséquent l’effondrement de tout le monument.

30
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

Figure 22 : Le glissement du terrain du site du BORJ Nord

La clôture du site est assurée par un grillage en plus des jardinières qui entoure une
surface de 3.69 H, la façade sud -est comprend une falaise instable menacée du glissement du
terrain, s’étendant sur une longueur de 250 m indiquée en jaune, en plus d’une zone de
glissement de terrain, s’étendant sur une longueur de 88 m qui représente le grand risque
d’effondrement en trois zones comme indiqué dans la figure ci-dessous :

Figure 23 : La clôture du BORJ Nord

La figure ci-dessous représente une vue d’ensemble des trois zones d’effondrement, en
précisant l’altitude de la falaise des deux côtés, ainsi que la longueur sur lequel se compose le
grand risque du glissement qui se manifeste dans l’éboulement du sol effrité, en plus des
profondes fissurations tout au long de la falaise, ces fissurations vont mener à un
effondrement ultérieur de toute la falaise y compris le BORJ.

31
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

1 3 2

Figure 24 : Falaise sud du borj nord ; vue d’ensemble des zones d’effondrements ;

La première zone d’effondrement du BORJ sud présente une altitude de 15m, et est proche au
bastion donnant sur le côté sud, tandis que la zone 2 présente un risque d’effondrement du
mur de clôture, en plus d’une grotte habitée situé au contrebas du mur de clôture rassemblant
les rongeurs qui creusent dans le talus, et par conséquent ils causeront l’instabilité du talus.

Figure 25 : Risque d’effondrement du mur Figure 26 : Grotte habitée située au contrebas du mur de clôture

de clôture

32
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

Figure 27 : La zone d’effondrement 3

La zone d’effondrement 3 : Le point le plus proche du borj ( situé à 5 m du bastion sud-est),


il présente le plus grand risque car si jamais la fissuration continue à se propager voire le
glissement , il y aura lieu sans doute un effondrement total du bastion et par conséquent de
tout le BORJ.

La photo ci-dessous présente les différents aménagements annexes qui sont menacés tels que
le passage piéton, la clôture et les jardinières.

Figure 28 : Les aménagements annexes menacées

33
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

Le site représente aussi des interventions anthropiques qui se manifestent dans l’extraction
clandestine du sable, induisant ainsi des grottes qui contribuent à l’instabilité du talus, comme
la montre la photo ci-dessous :

Figure 29 : Falaise sud du borj nord: extraction clandestine du sable en cour - Grottes

II.1 Etat du BORJ Sud avant les travaux de restauration :

A l’instar du BORJ Nord, le BORJ Sud présentait aussi des pathologies et des anomalies très
graves.

Figure 30 : Les différents anomalies et pathologies décelées

34
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

A l’intérieur du BORJ :
Le Borj Sud se trouvait dans un état de délabrement très avancé ; la partie nord de la bâtisse
était menacée par une ruine vu qu’il y avait un décollement et dégradation de l’ensemble des
enduits appliqués sur les murs, ainsi que le décollement du fruit en pierre de taille à cause des
gouttières, qui déversent sur les murs, et dernièrement de l’apparition de multiples fissures
profondes au niveaux des voûtes, des sols et des murs.

L’instabilité du terrain a causé un affaissement des sols, en outre la maçonnerie du brique et/
ou du pisé présentait une dégradation très avancée, et qui dans certains murs il y avait du
foisonnement des herbes.

Figure 31 : Le décollement de l’enduit et l’effritement des pierres

Figure 32 : Amas des pierres et foisonnement des herbes Figure 33 : La dégradation de la maçonnerie et de l’enduit

Le R.D.C présentait une déposition du remblai de terre et d’un amas de pierres qui
dévalorisait le monument, en plus des anomalies révélées et qui sont les suivantes :

 Obstruction des fenêtres et de la porte initiale d’entrée.

35
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

 Mauvaise adhérence des matériaux et structures modernes greffés aux R.D.C


et terrasses ce qui induit un décollement tôt.
 Démolition des acrotères de la terrasse.
 Obturation et dégradation des conduites et des canalisations verticales et
horizontales à cause de l’usure.

A l’extérieur du monument :

 Décollement et dégradation généralisés des enduits.


 Enlèvement et / ou dégradation de la pierre constituant le fruit.
 Apparition de fissurations très profondes notamment sur la façade nord-ouest.
 Dégradation du pisé et / ou de la maçonnerie de brique, tout particulièrement celle
constituant les acrotères.
 Disparition de gouttières.
 Foisonnement des herbes.
II.2 Les causes et les effets de ces différentes anomalies décelées

II.2.1 Dégradation des enduits :

Tout d’abord, nous définissons par un enduit une ou plusieurs couches de mortier appliqué
sur un support dans le but de le protéger, le support dans notre cas est le pisé. La dégradation
de ‘enduit est très remarquables, touchant la totalité des façades de l’intérieur et de l’extérieur.
C’est un problème pourra être généré par plusieurs facteurs : L’humidité, en premier lieu, un
désordre au départ mineur qui peut vite contaminer d'autres éléments du musée et se
transformer en problème majeur, plus difficile et coûteux à traiter.

Par exemple, l’infiltration des eaux qui s'introduit par une fissure dans le mur ou par pression
hydrostatique dans les fondations et les remontées capillaires, l'eau contenue dans le sol
remonte à travers les capillarités du mur, tout ceci est dû à l’absence totale de l’étanchéité au
niveau des fondations de BORJ.

En plus le vieillissement des enduits qui sont à la base du sable et de la chaux, il s’agit d’un
phénomène naturel vu que le BORJ date depuis des siècles a subi plusieurs cycles
d’ensoleillement dégradant les enduits sans oublier son érosion par l’action mécanique du
vent et de la pluie battante qui érodent les surfaces.

Il y lieu aussi du problème du mauvais accrochage de l’enduit sur le support dû à une


mauvaise préparation de la surface lors de la construction, il s’agit ici d’un problème de mise
en œuvre qu’on met en hypothèse.
Finalement, les enduits peuvent être altérés par l’action biologique, les micro-organismes
peuvent aussi fragiliser l’enduit. En effet, les algues forment des taches sur le mur. Ce sont
des pollutions biologiques qui se développent sous l’effet de trois principaux facteurs présents
en force dans la région du BORJ, il s’agit de l’humidité, de la chaleur et de la lumière. Les
mousses se développent surtout sur les façades nord, donc les plus exposées à l’humidité.
Quant aux lichens, ils se caractérisent par leur couleur jaunâtre ou gris clair. Ils résultent de la

36
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

dégradation d pisé et se nourrissent principalement de l’enduit. Ils peuvent s’enfoncer de


plusieurs centimètres dans le support.

II.2.2 Dégradation de la maçonnerie de brique et de pisé:

La principale cause de cette dégradation est l’humidité, c’est l’inconvénient majeur que nous
avons détecté et auquel le pisé réagit négativement, elle reste bloquée dans le mur provoquant
une altération et dégradation du pisé.

L’humidification du pisé au-delà de 0,5 à 3% de teneur en eau diminue leur résistance à la


compression.et entraîne des risques majeurs. En effet, le noyage par l’eau liquide des pores de
la terre en chasse l’air et supprime la tension superficielle entre les phases liquide et gazeuse :
la force de cohésion capillaire disparaît, l’argile devient progressivement plastique.
De plus, certaines argiles ont un fort pouvoir d’adsorption d’eau et gonflent, entraînant par
exemple un décollement d’enduit que nous avons détaillé dans (1).

La teneur en eau d’un pisé sain, en équilibre avec l’atmosphère du logement, est d’environ 1
à 3%, une fois passée la période de séchage après sa mise en œuvre. En s’humidifiant, le pisé
prend une couleur foncée à partir de 5 à 7% : il reste dur mais la pathologie est déjà là.
La pathologie humide du pisé a de multiples origines, conduisant le plus souvent à
humidifier excessivement la base du mur, au contact avec son traditionnel soubassement en
maçonnerie de pierres, galets ou briques, liés à la chaux. Celui-ci met le pisé hors de portée du
rejaillissement de l’eau de pluie frappant le sol. Le soubassement s’il existe est bien souvent
également un matériau poreux. Cependant, le débit de remontée capillaire au sein de son
réseau poreux est suffisamment faible pour que le surplus d’eau puisse être évacué par
évaporation avant qu’il n’atteigne le mur en terre. Sauf si une élévation du niveau du sol
réduit sa hauteur exposée à l’air, sauf si un enduit imperméabilise sa surface. L’humidification
excessive du pisé peut également arriver si la vapeur d’eau du logement ne peut s’évacuer du
mur et condense à l’intérieur, à cause d’une couche peu ou pas perméable à la vapeur.
Concernant la maçonnerie en brique c’est la désagrégation du mortier de pose et son érosion
mécanique par le vent et la pluie au cours du temps, qui fragilise, puis détruit les structures en
maçonnerie de brique. Cette dégradation favorise par la suite l’infiltration des eaux fragilisant
la maçonnerie du pisé.
Cette détérioration du pisé a pour effet à la dégradation du mur et détachement des masses
en terre. Et par conséquent l’obturation des fenêtres et la porte principale.

37
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

Figure 34 : Dégradation de la maçonnerie et de l’enduit

II.2.3 La fissuration :

Nous avons constaté que les fissures apparaissent dans plusieurs zones au niveau du BORJ et
notamment les voûtes et les façades extérieures. Le problème réside dans la profondeur des
fissures jugée très grande, et rendant difficile sa réparation.
Concernant les voûtes, des structures capable d’absorber les charges inhérentes à leur propre
poids, celles transmises par les planchers et les couvertures et celles provenant des vents
propres au lieu, en les transmettant aux fondations, ,l’origine de sa fissuration due à la
décompression générée et excessive sous le poids des toitures qui supportent des canons très
lourds et excessive par le mouvement des murs résultant de l’affaissement différentiel du sol.
Les figures si dessous montrent la transmission des charges à travers la voûte et la
déformation réelle.
Les fissures apparaissent aussi dans les façades et notamment celle extérieure nord-ouest. Un
excès de compression sur le mur épais de 50 cm est derrière ces fractures. Les mouvements de
terrain constituent une des causes les plus fréquentes des fissures des murs traditionnels. De
tels mouvements peuvent avoir de multiples causes, certaines sont intrinsèques au terrain
(humidification des sols cohésifs, …), d’autres sont en lien direct avec les caractéristiques des
fondations existantes dans notre construction en question.
Notre reconnaissance visuelle des mouvements est possible à l’aide de l’analyse des désordres
et des fissures reproduits en fonction des différents types de mouvement (descente ou
glissement), de la concernée, pour cela nous allons étudier la stabilité du talus au niveau du
BORJ dans un axe suivant.

Il faut noter ici que le sol marneux risque de s’affaisser à long terme et causer des tassements
différentiels contribuant à la même pathologie vu les conditions climatiques de la zones, des
épisodes de sécheresse sont très fréquentes, les fortes chaleurs à Fès et l’absence prolongée de
pluies pendant la saison d’été déshydratent les sols superficiels et en profondeur. Cette
diminution de la teneur en eau entraîne une dessiccation des sols. Les sols marneux sont
particulièrement sensibles aux variations hydriques qui, en fonction de leur spécificité
minéralogique, se traduisent par des variations plus ou moins importantes de volume (retrait-
gonflement) que l’on peut évaluer exactement par l’essai de l’odomètre. Ce phénomène peut
entraîner des tassements différentiels aux conséquences particulièrement néfastes sur le BORJ
Dégradation des murs des acrotères :

38
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

Les murs d’acrotères désignent des éléments d'une façade situés au-dessus du niveau de la
toiture ou de la terrasse, pour constituer des rebords ou des garde-corps, pleins ou à claire-
voie sont bien présents dans le BORJ Sud. Notre première investigation visuelle montre qu’ils
sont en état de dégradation très avancé à cause de l’érosion mécanique par l’action la pluie.
Cette dernière frappe et coule rapidement sur les murs enlevant par la suite les particules en
surface et généralement toutes les parties non protégées situées aux sommets. Cette
dégradation contribue à la stagnation des eaux et par conséquent au problème cités en (1) et
(2).

Figure 35 : La fissuration des murs

II.2.4 Foisonnement des herbes :

La détérioration progressive de leurs matériaux, en particulier le mortier et la brique,


conduisent à la formation de fentes ou cavités où s’accumulent d’abord des bactéries souvent
en association symbiotique avec les lichens et champignons, et les mousses. Plus tard, grâce
aux produits de dégradation de ces organismes, de l’accumulation de poussière et à
l’humidité, des plantes supérieures pourront se développer. Ce processus peut durer 40 à 50
ans, si les conditions ne sont pas hautement favorables.
Constituant une protection contre le vent, les murs du BORJ y sont naturellement et
extrêmement exposés au vent, transportant les graines des plantes, spécialement les graines
légères produites en grande quantité. On trouve sur les murs les plantes véhiculées par les
fourmis, transportées par les oiseaux, les espèces végétales susceptibles de germer avec une
quantité limitée d’humidité.
Les murs exposés au sud étant plus sujets à une insolation excessive et à de grandes
différences thermiques, ceux tournés vers nord, est et ouest se sont révélés plus favorables à la
végétation. Les plantes au niveau du sol avec une disparition complète des leurs parties
aériennes pendant la mauvaise saison, prédominent en général sur les murs par rapport aux
autres types de positionnement des organes de survie de la plante durant la période
défavorable.

39
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

Figure 36 : foisonnement des herbes de la façade extérieure.

II.2.5 Dégradation des conduites d’eau :


L’obturation et dégradation des conduites d’eau , canalisations verticales et horizontales et
des gouttières des terrasses et disparition totale des gouttières extérieures, un problème dû à
des travaux d’entretien à l’époque exécutés par une main d’œuvre non qualifié, en plus la
plupart des conduites ont été confectionné par la terre cuite (poterie), connue essentielle par sa
forte fragilité aux chocs.
II.2.6 Autres dégâts :
Tous les désordres déjà notés et notamment ceux relatifs à la détérioration des matériaux de
construction développent par la suite des dégâts secondaires. En effet, les détachements des
massifs s’accumulent et forment des remblais en terre et d’amas de pierres aux RDC et aux
terrasses entravant le déplacement mais surtout l’écoulement des eaux pluviales.

II.3 Conclusion :
L’évaluation des dommages que nous avons prélevés dans le musée nécessite toute une
bonne connaissance du climat environnant. En effet, l’humidité, la variation de la
température, la pluie battante mais aussi le vent et l’ensoleillement sont tant des paramètres
intervenants dans la création d’une ambiance environnante plus ou moins propice à ces
dégâts.

40
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

CHAPITRE III
Techniques de restauration et de
réhabilitation

Ce chapitre est une présentation des différentes méthodes de réhabilitation et de


restauration utilisées pour les deux borjs Nord et Sud.

41
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

III. Composantes et objectifs majeurs du programme de restauration


du deux BORJS :

III.1 La restauration et la réhabilitation du BORJ Nord


Le Borj nord fut transféré sous tutelle de la Commission marocaine d’Histoire Militaire
le 22 Septembre 2003, après un recensement exhaustif de la collection du Musée établi en
étroite collaboration entre le Ministère de la Culture et la CMHM.
Dès sa tenue en main par CMHM, celle-ci s’est engagée dans un processus louable de
restauration et de réhabilitation du monument et de modernisation de ses équipements
muséographiques. Ce projet faisait partie du programme de sauvegarde et de mise en valeur
du patrimoine culturel, à caractère militaire, initié par la CMHM depuis son instauration. Il
s’intègre, par ailleurs, dans les efforts déployés par l’Etat marocain pour la sauvegarde de Fès
et ce conformément aux directives royales. Il s’intègre, en fin, dans le défit levé par le Maroc
de recevoir 10 Millions de touristes en l’an 2010.
III.1.1 Les études :

Pour mener à bien ce projet pilote de restauration et de réhabilitation, la CMHM a initié


plusieurs études menées par une équipe pluridisciplinaire et ce durant une année entière.
- En premier lieu, un avant projet de conception, d’étude architecturale, historique et
archéologique a été confié à des conservateurs et gestionnaires du Patrimoine culturel.

- L’étude du programme architectural du projet a été menée par un bureau d’architecture,


assisté par un Ingénieur (Bureau d’étude technique). L’étude et l’analyse de l’état de
structure du bâtiment, des caractéristiques géophysiques de ses fondations et des
matériaux de construction d’origine a été confié à un Laboratoire agrée (LPEE).

- Dans le respect total des règles de l’art et la juridiction nationale en matière d’urbanisme
et de protection du patrimoine culturel, le projet a été approuvé par l’ensemble des
instances concernés, en particulier par le Ministère de la Culture. Une Convention relative
au suivi des travaux de restauration menés par la CMHM, a été signé entre celle-ci et le
Ministère de la Culture le 22 Mars 2004.
- Une fois, mis au point, le marché fut lancé par appel d’offre restreint. Seules les
entreprises ayant mené à bien au précédent des travaux de restauration en matériaux
traditionnels ont été consultées.

III.1.2 Les objectifs et composantes majeurs du projet

- Restauration et réhabilitation du monument : travaux comprenant la consolidation des


structures et des maçonneries, la restauration et la réfection des maçonneries et des
revêtements des murs et des sols en matériaux traditionnels, la réhabilitation du Musée par
intégration des aménagements et des éléments de confort nécessaires (services d’accueil,
sanitaires, locaux administratifs, salle audio-visuelle, salle de documentation, points de
vente, ateliers, laboratoire, café…)

42
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

- Mise en place des équipements spécifiques nécessaires (éclairage général et spécifique,


détection incendie, télésurveillance, sonorisation, belvédères, système élévateurs pour
handicapes…)

- Aménagement paysagiste des abords du Musée. Ce programme comporte la réalisation


d’une clôture transparente du site, du parking, des revêtements des sols, des aires de repos,
des allées, d’un café maure et des sanitaires publics. Il sera complété par un projet de
traitement paysagiste des jardins et des plantations du site et par un projet muséographique
visant la mise en place d’une exposition en plein air.

- Aménagement muséographique et scénographique du Musée (mise en place des


expositions, des réserves et des dépôts, graphisme, éclairage rapproché…)

D’un coût total de près de 9 millions de dirhams, ces travaux ont été entrepris dans une
durée de 12 mois.
III.1.3 Le suivi du chantier :

Une commission pluridisciplinaire assurait le suivi des travaux de restauration. En plus


des représentants de la CMHM et de l’Administration de la défense nationale, la commission
était pilotée par l’Inspecteur des Monuments Historiques de Fès (Ministère de la Culture). La
maîtrise d’œuvre assurant le suivi était composé de l’architecte, l’ingénieur, deux laboratoires,
et un paysagiste. Une réunion hebdomadaire de chantier a eu lieu chaque mercredi. Par
ailleurs un reportage photographique et audio-visuel a été réalisé pour couvrir l’ensemble des
travaux.
III.1.4 L’Etude Archéologique :

Les travaux de restauration menés à l’intérieur du Borj Nord ont permis de constater
l’état initial de certaines parties du monument ayant été condamnées ou modifiées. Les
travaux de terrassement, de fouilles et de décapage des revêtements des murs et des sols sont
assistés par l’Inspecteur du Monuments Historique de Fès et par le Conservateur du Musée
d’Armes, qui est archéologue de formation. Nous avons ainsi relevés les structures
architecturales suivantes :
- Une fouille a été menée à l’angle ouest de l’aile sud Est du Borj pour réouvrir l’accès à
un sous-sol existant, qui a été condamné lors des travaux de restauration de 1963. La couche
décapée compte 3.60 m de profondeur, 1 m de large, et 2.50 de long. Il s’agit d’un remblai
comportent notamment des débris de matériaux de construction modernes et un matériel
archéologique entremêlé, hors contexte archéologique. Nous avons toutefois collecté un
nombre important de tessons de céramique et d’os, qui pourront faire ultérieurement l’objet
d’une étude descriptive.

- L’ouverture de l’accès à la citerne souterraine située au-dessous du noyau central du Borj a


permis de faire un état de lieu de ce dispositif architectural intéressent. Elle se compose en
effet de trois salles communiquant entre elle par des entrées mitoyennes voûtées. Les murs et

43
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

le sol sont revêtus d’un enduit hydraulique étanche riche en chaux. Les quatre angles des
plafonds de la citerne présentent des conduits d’eaux en poterie montant vers les terrasses. Il
s’agit donc vraisemblablement d’un système servant à la fois de collecte et de répartition
d’eaux pluviales émanant des terrasses. Le trop plein est déversé à l’extérieur du monument
par un système de canalisation traditionnelle en maçonnerie de brique. Il y’a lieu aussi de
signaler que cette citerne est en très bon état de conservation.
- Des travaux de fondations menées à l’étage, partie à ciel ouvert, ont permis de constater
l’existence, à 1m de profondeur au-dessous du niveau de sol actuel, d’une structure
architecturale qui pourrait être un bassin d’eau. Les travaux ont été suspendus pour faire
des sondages servant à mieux comprendre la fonction initiale de cette structure.

- A l’étage du borj, le décapage des enduits réfectionnés des façades extérieures des
casemates a permis de constater que ces cellules étaient à l’origine largement ouvertes sur la
terrasse. Elles ont été fermées par des murs en maçonnerie de briques et par des portes
massives pendant le Protectorat pour servir de prisons pour les membres de la résistance
nationale.

Figure 37 : Exemples de tessons de céramique mis à jour : matériel entremêlé hors contexte
archéologique

III.1.5 Les différentes phases de réhabilitation et de restauration du BORJ Nord :

 Démolition des structures et murs en matériaux de construction modernes


greffés à l’intérieur des monuments : cloisons, toilettes et locale de l’ancien
poste de transformateur au RDC et le logement du gardien de l’étage
 Ouverture des accès condamnés aux sous-sols existants.

44
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

Figure 38 : Travaux de démolition au niveau du RDC et au niveau de l’étage

Restauration de l’enduit endommagé et de dégradation du pisé

La dégradation des enduits dans le monument a généralement pour cause l’humidité des
murs. Parfois aussi l’action de la végétation : des racines capillaires s’introduisent entre le
mur et l’enduit.

45
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

On s’opposera à l’aggravation de la dégradation d’enduits anciens en établissant avant


toute chose :

Le décapage et le Nettoyage :

Le nettoyage est une opération irréversible qui est effectué en premier lieu pour
supprimer une altération esthétique, visuelle. Il doit être associé à d’autres interventions plus
spécifiques pour lutter contre les dégradations physiques qui induisent des pertes de matière
(dessalement, consolidation, réparation...) et pour améliorer la conservation de l’œuvre. Parmi
les méthodes couramment utilisées pour le nettoyage des façades, on trouve celle avec du
brossage qui est utile pour dépoussiérer, pour améliorer le lavage à l'eau, pour éliminer les
recouvrements biologiques (algues, mousses et lichens).
Au niveau du borj ils ont réalisé :
 Décapage des enduits des murs intérieurs ( plus de 7000 m2 ) ; ces enduits ont été
tous déjà réfectionnés. Les enduits de la citerne qui étaient intacts n'ont pas été
décapés. Les revêtements des sols dégradés ou faits en matériaux modernes ont été
aussi décapés.

Figure 39 : Photos de décapage des enduits des murs intérieures

 Désherbage, ravalement, nettoyage et décapage des enduits des façades extérieures (


plus de10 000 m2 ) (uniquement les parties des enduits détériorés et mal
réfectionnées, ainsi que les enduits en ciments), les parties des enduits anciens qui
étaient en bon état de conservation ont été laissés intactes, comme témoignages de
l'état d'origine des enduits.

46
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

Figure 40 : Photos de décapage des enduits des façades extérieures

Application d’un enduit :

Après nettoyage il faut penser à appliquer un enduit convenable gardant une certaine
similitude au niveau de l’apparence.
En présence d’humidité, il se produit une réaction chimique entre plâtre et ciment.
On peut utiliser comme solution t des mortiers à base de plâtre gros et de chaux aérienne pour
restaurer ces façades.
Ils ont réalisés des échantillons d’enduits et les essais d’arrachement afin de déterminer
l’enduit convenable.
Restauration des parties dégradées de la maçonnerie des murs du borj :

La dégradation signifie une situation dans laquelle la structure a réduit ou perdu sa


capacité de portance au point d’arriver, dans, des conditions extrêmes, à la rupture et à
l’effondrement. Cette situation est habituellement caractérisée par des fissures, des
écrasements, des détachements, des déformations permanentes ou des inclinaisons par rapport
à la verticale.
La détérioration ou le délabrement est une altération physico-chimique des propriétés
des matériaux qui induit habituellement une réduction de la résistance, une augmentation de la
fragilité et de la porosité, une perte de matériaux, commençant en général par la surface
externe et se poursuivant vers l’intérieur.
L’origine de ces dommages au niveau du BORJ sont mise en rapport avec des facteurs
comme : l’utilisation de la construction au-delà de la moyenne d’âge estimée, les erreurs et
imperfections de la conception originale, l’intervention de nouveaux facteurs
environnementaux comme (les précipitations).
Au niveau du borj ils ont effectué :
 Des travaux de consolidation et de restauration des soubassements périphérique
en talus dégradés en maçonnerie de moellons et de mortier traditionnel à base de
chaux et de sable. (les parties anciennes en bon état ont été conservées). Cela a
nécessité plus de 1100m3 de maçonnerie en moellons.
 Travaux de restauration des maçonneries en brique, en pierre de taille et en pisé.

47
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

Figure 41 : Restauration du pisé et des soubassements périphériques

Pour les parties en pierre dégradées, elles devront être refaites à l’aide de nouveaux blocs
de préférence de même provenance que les pierres anciennes. Ils devront être taillés de la
même façon et présentant les même traces d’outils.
Les dégradations du pisé rencontrées sur le BORJ peuvent se réparer superficiellement.
Idéalement, la terre sera utilisée pour reboucher les massifs détachants, sous forme de mortier
de terre liquide ou bien avec un coulis de chaux. Il faut éviter le ciment, qui rigidifie la zone et
peut aggraver la pathologie (au-delà d'un aspect esthétique discutable).
Colmatage des fissurations :

Colmatage des fissures tout en utilisant des matériaux traditionnels de constructions : en


brique et mortier traditionnels.

Figure 42 : Colmatage des fissures

Autres travaux :

 Travaux de reconstruction en matériaux traditionnels Construction de


l’administration, des sanitaires et du café terrasse au niveau de l’étage et des
terrasses : maçonnerie en brique traditionnelle, enduits traditionnel en joint apparent,
pavage en zellij Tagra et Kora b-al-Darham. Plafond à solives et en voliges (bois de
cède) couvert de Tajlid, Mbalbal et du Zallij.

48
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

 Aménagement d’escaliers pour accès au sous-sol.


 Mise en place du tubage d’électricité et des autres équipements spécifiques (détection
incendie, télésurveillance et sonorisation)
 Travaux de menuiserie et de ferronnerie exécutés tous dans un style traditionnel.

Figure 43 : Photos de l’aménagement des escaliers et Appareillage de plafond traditionnel (bsat) en solives
et en voliges (bois de cède) et tubage d’électricité

 Revêtement des sols en brique et en zellij traditionnels ( plus de 900 m2).


 Revêtement du sol de l’étage par le système d’étanchéité traditionnel dit « Dfira » à
base de tout venant compacté, de chaux et de fragments de briques cuites, avant
l’application du zellij ,
 Application des enduits de dressage et de finition des murs en mortier à base de chaux
et de sable argileuse. La surface des enduits avait atteint 7000 m2 à l’intérieur du Borj
et 10 000 m2 au niveau des façades extérieures. )
 Traitement des maçonneries en brique apparente par des enduits avec joint apparent ;
 Traitement des chaînages d’angle : Nettoyage à la brosse, enduit en joint apparent et
remplacement des pierres dégradées.

49
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

Figure 44 : Revêtement des sols

 Evacuation des eaux pluviales : pose de gueulards traditionnels en pierre taillée


adaptée à la corniche en pierre de taille existante.

Figure 46 : Etat avant restauration Figure 45 :Taille et pose de gueulard en pierre


taillée de Taza pour évacuation des eaux
pluviales

 Installation des équipements spécifiques : (lustrerie traditionnelle et moderne,


éclairage spécifique des salles d'exposition, sonorisation, système de
télésurveillance, système de détection incendie et extincteurs de feu, climatisation,
système d’aération au niveau des caves, système de déshumidification, longues vue,
contrôle d’accès...
 Installation d'une plateforme élévatrice pour handicapé permettant l'accès à l'étage et
aux terrasses.

50
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

Figure 47 : Quelques équipements

 Travaux d’aménagement des abords du Musée : (Superficie du Terrain : 4.5 hectare)


 Clôture en grille de fer forgé traditionnel, environs 1000 m2 avec revêtement des
murs en pierre de Taza.
 Clôture en jardinière avec revêtement mural en pierre de Taza, 500 ML;
 Aménagement de places, de routes, d’allées et d’aires de repos avec un revêtement du
sol en pierre de Taza et en pierre calcaire : environs 2000 m2;
 Aménagement du parking en bitume enrobé : 1300m2
 Construction de Sanitaires publics et d'un café bien intégrés dans le paysage :
Structure légère (couverture en pergola en bois) ;
 Construction d'un local abritant un poste transformateur électrique et un groupe
électrogène.
 Plomberie extérieure, arrosage, éclairage public
 Mobilier urbain : bancs métalliques
 Conservation du paysage d’origine à base d’oliverie et d’agaves,
 Plantation: palmiers, arbres, d'arbustes et plantes couvre sol

Figure 48 : Grillage en fer forgé traditionnel

51
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

Figure 49 : Aménagement des Abords : parking et trottoirs

III.2 Les différentes phases de restauration du BORJ Sud:

III.2.1 Phase 1 :

 Démolition des structures modernes greffées et évacuation des remblais

 Décapage des enduits dégradés

 Application d’échantillons d’enduit pour étude

Figure 50 : Décapage des enduits dégradés

III.2.2 Phase 2 :
Reprise en sous œuvre :

52
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

Les fondations au niveau du BORJ-SUD se présentent sous forme d’une extension du


mur en profondeur. Elles ont connu une fissuration à cause de la présence de la faille au
niveau du sol. Cette partie fissurée des fondations de l’ouvrage ne peut qu’être reprise par
petites parties par béton armé. Ce dernier permet d’établir des fondations homogènes et
permet aussi de supporter les surcharges après renforcement des murs de façade.

Avant l’exécution on doit donc obtenir suffisamment d’informations pour évaluer la


capacité de portance des charges ainsi que l’amplification dynamique caractéristique du sol
pour évaluer sa stabilité par rapport aux nouvelles fondations. Il faut non seulement vérifier la
partie endommagée par la fissuration mais aussi les fondations de l’ensemble de l’ouvrage.

Ce dernier contenait des canons installés sur la terrasse, à long terme ceci représente une
surcharge importante qui n’a pas été tenu en compte lors de la confection du monument et qui
pourra détériorer les fondations et apporter des déformations néfastes.

On est amené donc à consolider et étayer les fondations existantes en leur ajoutant une
masse supplémentaire, en fixant la nouvelle masse aux vieilles fondations au moyen de
tenseurs d’acier, de boulons d’ancrage et d’autres types de lien, et en les attachant ensemble
afin de créer un système de fondation tel que l’ensemble ne pourra plus se déplacer
latéralement.
Ce concept de consolidation et d’étayage des fondations existantes ne consiste sur l’ajout
d’une masse supplémentaire uniquement quand il n’y a pas de problème d’affaissement
(roche dure), ce qui est le cas dans notre projet, le BORJ-SUD se trouve sur une roche
conglomératique dure. Cette action qui consiste aussi à agrandir les fondations est plus
efficace lorsque l’on élargit le radier au-delà du bord externe de la construction, car ainsi la
pression des charges transférées s’étendra sur une plus grande largeur (dépassant celle du
mur) d’une strate plus profonde et plus résistante du sol.
Suites aux recommandations du laboratoire et du bureau d’étude, le maître d’œuvre du
projet a opté pour une consolidation en sous œuvre en béton armé du mur intérieur adossé à la
rompe menant à la terrasse et aux murs extérieurs nord et nord-ouest, soit une longueur totale
de 60 m. Pour entamer ces travaux des sondages et de fouilles ont été menés à l’intérieur et à
l’extérieur des murs du BORJj afin de relever l’état des fondations. Les reprises en sous
œuvres nécessitent donc de :
▪ fouiller jusqu’à atteindre le bon sol sous lequel reposent les murs (de 1 à 5 m de
profondeur) à l’aide d’un compresseur mécanique vu la solidité du rocher
▪ démolir les parties basses de ces murs en pisé (1m de hauteur, et 1m d’épaisseur)
▪ Effectuer un blocage en béton armé sous les murs traités d’une hauteur de 1.20m et
d’une épaisseur variée entre 50 et 100 cm.

53
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

Or, il s’est avéré que ces murs en pisé sont d’une extrêmes solidité et que leur profondeur
sous le niveau du sol actuel atteint dans certains endroits plus de 7 m. Vue leur délicatesse,
ces travaux en sous œuvre ont duré plus de trois mois.

Figure 51 : Parties des murs à consolider en sous œuvres

54
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

Figure 52 : Murs intérieurs et extérieurs fissurés

Figure 53 : Etayage, démolition et consolidation en béton armée des murs jugés mal fondés, partie par
partie

55
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

 Traitement des fissures profondes par injection du béton à l’intérieur d’un habillage
en maçonnerie de brique traditionnelle, en plus du renforcement au moyen d’agrafes
métalliques.
 Traitement des fissures moyennes par un colmatage en briques et mortier
traditionnels.
 Traitement des fissures fines par injection de mortier traditionnel riche en chaux.

III.2.3 Phase 3 :
 Restauration des parties des murs intérieurs et extérieurs dégradées par une
maçonnerie en briques et mortier traditionnels.
 Réouverture des fenêtres et portes anciennes condamnées et leur restauration en
matériaux traditionnels.

Figure 54 : Restauration des portes et fenêtres

III.2.4 Phase 4 : Canalisations, plomberie, tubage électricité

56
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

Figure 55 : Canalisations

III.2.5 Phase 5 :
 Application d’enduit de dégrossissage en mortier traditionnel à base de chaux
(1/3) et de sable ( 2/3) à l’intérieur du monument
 Application d’enduits de finition ( 2/3 chaux et 1/3 sable) avec joints
apparents sur les voûtes et les voussures des arcs et des entrées ;
 Application d’enduit de finition en mortier traditionnel à base de chaux 2/3 et
de sable 1/3.
 Reconstruction et construction nouvelles en matériaux traditionnels à base de
brique, de mortier et de bois de cèdre.
 Aménagement d’escaliers traditionnels pour accès aux sous –sols, à l’étage et
aux terrasses.
 Couverture des galeries du RDC : piliers et arcades en maçonnerie de brique et
de mortier traditionnels pour monter la couverture, dans le respect total de
l’aspect traditionnel du monument.
 Intégration des équipements : groupe électrogène, transformateur, élévateur
pour handicapés, télésurveillance, etc.
 Revêtement des sols de l’étage et des escaliers par le système d’étanchéité
traditionnel dit « Dfira » à base de tout venant compacté, de chaux et de
fragments de briques cuites, avant l’application du zellij .
 Revêtement du sol du RDC en brique cuite traditionnelle
 Aménagement des abords : site pittoresque, vue unique de la Médina
 Clôture en grille en fer forgé traditionnel (400 m2)
 Construction d’une jardinière ( 200 ml);
 Allée périphérique revêtue en pierre calcaire : 200 m2
 Places, esplanades et aires de repos revêtus en pierre taillée de Taza : 400 m2
 Aménagement du parking.
 Plantations et mobilier urbain.
 Éclairage public.

57
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

Figure 56 : Photos du BORJ SUD au cours des travaux

58
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

CHAPITRE IV

La géotechnique des deux sites par des


essais géotechniques et l’étude de la
stabilité de la pente

Le 4ème chapitre sera destiné à l’évaluation de la stabilité de pente et des différents essais
géotechniques effectués.

59
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

IV. Etude Géotechnique

IV.1 Définition :
La Géotechnique est l'ensemble des activités liées aux applications de la Mécanique des
Sols, de la Mécanique des Roches et de la Géologie de l'ingénieur. La Mécanique des Sols
étudie plus particulièrement le comportement des sols sous leurs aspects résistance et
déformation.
A partir des essais de laboratoire de plus en plus perfectionnés, la Mécanique des Sols fournit
aux constructeurs des données nécessaires pour étudier les ouvrages de génie civil et du
bâtiment, en vue d’assurer leur stabilité en fonction des sols.

IV.2 Paramètres caractéristiques du sol


IV.2.1 Granulométrie :
L’étude granulométrique consiste à déterminer les proportions relatives pondérales des
différentes fractions granulométriques; elles seront représentées sur une courbe appelée
courbe granulométrique.
Lorsque les grains sont supérieurs à 100μm, un simple tamisage à sec suffit à déterminer la
granulométrie d’un sol. Les courbes granulométriques sont tracés en échelles logarithmiques
inversées.
Analyse granulométrique par tamisage : Elle consiste à mesurer le poids de matière qui
passe au travers des mailles calibrées d’une toile de tamis. On superpose les tamis par maille
décroissante et l’on mesure le poids de matière retenue sur chaque tamis. Cette opération peut
se réaliser à sec ou avec l’eau, et en vibrant l’ensemble de la colonne de tamis, pour des grains
de taille relativement importante.
Lorsque la population des grains comporte quelques éléments très fins, on associe une
dépression d’air.
Lorsque la taille des grains est inférieure à 300 micron, il est nécessaire d’opérer sous un flux
d’eau (ou d’alcool pour des produits solubles dans l’eau). Chaque refus est alors séché puis
pesé.

Des analyses granulométriques par tamisage sont déjà effectuées à cet égard, et montrant que
la fraction granulométrique dominante correspond à celle inférieure de 0.080mm; chose qui
ne nous permet pas l’identification de la texture de nos échantillons. En revanche on a
effectué la sédimentométrie.
Les résultats des analyses sédimentométriques ont révélé une certaine variété à l’échèle
micrométrique, ce qui fait que chaque type de marne possède une texture qui le caractérise.

60
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

Figure 57 : Résultats de la Sédimentométrie.

Pour les marnes jaunâtres les argiles représentent la fraction granulométrique


dominante avec un pourcentage de 53% ; pour les limons 43% et finalement les sables fins ne
dépassent pas 3%.
Concernant les marnes grisâtres ; on a eu 37% pour les argiles ; 59% pour les limons et 4%
pour les sables fins ; donc pour cet échantillon c’est plutôt les limons qui dominent
visiblement au détriment des argiles ; mais la fraction des sables demeure clairement très
faible, chose qui est identique aux résultats des marnes brunes ; qui possèdent la même
distribution des classes granulométriques, sauf une légère augmentation de taux des argiles
qui ont arrivé à 43%, les limons 51% et les sables ne dépassent toujours pas les 4%.

Cependant, les marnes bleues ; les plus profondes ; nous avons aperçu une claire différence
de la distribution des classes granulométriques. En effet et contrairement aux trois autres
types, les marne bleues disposent un pourcentage des sables fins assez élevé qui a affranchi le
seuil de 24%, pour cet échantillon ce sont les limons qui dominent à 41%, suivit des argiles à
35%.
Ces résultats nous permettent de déterminer la texture de nos échantillons en effectuant la
projection des points sur le triangle de la texture.

61
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

Figure 58: Triangle des textures.

Apres avoir effectué la projection, il s’est avéré qu’en générale les quatre échantillons se
retrouvent dans la même texture argileuse. Mais avec une variation de sous-texture, on trouve
que les marnes jaunâtres ainsi que les marnes brunes ont une sous-texture argilo-limoneuse.
Les marnes grises possèdent une sous-texture limono-argileux fins, et finalement les marnes
bleues ont une sous-texture qui tend vers l’équilibre, c’est une texture limono-argileuse.

Pour notre site le sable est fin d’où les essais seront effectués sur la marne bleue, la
composante dominante, et qui une texture limono-argileuse.

IV.2.2 Plasticité consistance Limites d’Atterberg « casa grande »

La consistance d’un sol à grains très fins varie suivant sa teneur en eau. Plus précisément à
teneur en eau décroissante le sol passe de l’état liquide à l’état plastique puis à l’état solide.
Le passage d’un état à un autre s’effectue de façon progressive néanmoins il existe des essais
permettant de déterminer les teneurs en eau limites pour lesquelles ces changements d’état
s’observent :
WL : limite de liquidité, teneur en eau qui sépare conventionnellement l’état liquide de l’état
plastique.
Wp : limite de plasticité, teneur en eau qui sépare conventionnellement l’état plastique de
l’état solide.
Ces limites sont appelées limite d’Atterberg.

62
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

Et à partir de ces deux limites on peut définir deux indices :


Indice de plasticité : Ip = WL - Wp

Indice de consistance :

Ces limites d’Atterberg servent de base aux classifications des sols fins.

Principe :

Cet essai consiste à déduire l’indice de plasticité (IP) en déterminant les deux limites de
liquidité et de plasticité qui varient en fonction de la teneur en eau et le pourcentage des
particules fins de l’échantillon étudié. Vue Surtout que cet essai s’intéresse à la fraction fine
inferieure à 400μm.

Figure 59 : 1-casagrande, 2- lavage de l’échantillon, 3- étalement de l’échantillon, 4-WL et Wp prêtent à mesuré leur
teneur en eau.

Mode opératoire :

La préparation de l’échantillon consiste après quartage à le mettre en étuve à 105°c afin de


faciliter son lavage. Par la suite on fait le passer à travers un tamis de 400μm sous l’eau, et on
récupère le passant qui contient la fraction fine qui nous intéresse. Cette dernière sera remise à
nouveau sous l’étuve après décantation.

Pour la limite de liquidité WL : On fait sortir l’échantillon de l’étuve et on le sature avec de


l’eau, ensuite on l’étale plusieurs fois sur une plaque de marbre afin d’éliminer les bulles
d’air, par la suite on remplit la coupelle de casa grande, et on commence à exercer des chocs
jusqu’à ce que les deux flancs de l’échantillon se réunissent puis on mesure sa teneur en eau.
On refait cette manipulation jusqu’à ce qu’on obtiens des points de chocs entre 15 et 20, 20 et
25, 25 et 30, 30 et 35.

Pour la limite de plasticité Wp : Par contre pour déterminer la limite de plasticité on utilise le
même échantillon mais en suivant une autre méthode. Celle-ci consiste à faire des petits
cylindres de 3mm de diamètre divisés en 3 tronçon de 10cm de longueur, sont caractérisés par

63
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

une très faible teneur en eau (car on a séché l’échantillon à l’aide d’un séchoir), jusqu’à
l’apparition d’une micro fissuration.

Finalement on pèse chaque cylindre afin de déterminer sa teneur en eau. Cette opération est
faite deux fois, et on déduit la limite de plasticité en calculant la moyenne des deux résultats.

IV.2.3 Essai de valeur de bleu de méthylène


Principe :

La détermination de la valeur au bleu de méthylène d’un sol (V.B.S.) a pour but de mesurer la
quantité et l’activité argileuse d’un sol par dosage de la quantité de bleu de méthylène pouvant
s’adsorber sur la prise d’essai. Cette valeur est rapportée par proportionnalité directe à la
fraction 0/50 mm du sol.
Mode opératoire :

On prépare trois prises d’essais de la fraction 0/5m de masse.


La première prise d’essai sert à la détermination de la V.B.S. La deuxième servira à la mesure
de la teneur en eau. Quant à la troisième, elle est conservée en prévision au cas où l’essai
devrait être renouvelé.
 On introduit la première prise d’essai dans un bécher de 3000 ml. On ajoute 500 ml
d’eau distillée.
 Cette solution est homogénéisée par agitation mécanique pendant 5 minutes à 700
tours par minute.
 Grâce au dispositif de dosage, on injecte 5 à 10 ml de bleu de méthylène dans la
solution en agitation, au bout d’une minute, on procède à l’essai à la tâche. Pour ce
faire on prélève à l’aide d’une baguette en verre une goutte de la solution et on la
dépose sur un papier filtre
 La tâche ainsi formée se compose d’un dépôt central de matériau coloré bleu sombre
entouré d’une zone humide incolore.
 On procède à des injections successives, par paliers de 5 à 10 ml, avec prélèvements
comme indiqué ci-avant jusqu’à ce qu’apparaisse une auréole bleu clair dans la zone
périphérique de la zone humide de la tâche.
IV.2.4 Essai de cisaillement rectiligne direct
Principe :

L’essai s’effectue sur une éprouvette de sol placé dans une boite de cisaillement constituée
de deux demis boîtes indépendantes. Le plan de séparation des deux demis boîtes constitue un
plan de glissement correspondant au plan de cisaillement de l’éprouvette. Il consiste à
appliquer sur la face supérieure de l’éprouvette un effort vertical maintenu constant pendant
toute de durée de l’essai, puis produire, un cisaillement qui s’effectue selon le plan horizontal
de glissement des deux demis boîtes l’une par rapport à l’autre en leur imposant un
déplacement relatif à vitesse constante. Enfin mesurer l’effort horizontal de cisaillement
correspondant.

64
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

Figure 60 : Machine de l’essai de


cisaillement

Dans tous les sols, une partie de la résistance au cisaillement est due au frottement qui se
manifeste aux points de contact entre les grains. La résistance au cisaillement d’un sol est
exprimée par un angle qui d’autant plus élevé que le sol est frottant. Un sol plastique ou
comportant une forte quantité d’argile est peu frottant (Schlosser 1992).

Mode opératoire :
Apres prélèvement soit par carottier convenable ou par bloc, on fait extraire un échantillon
homogène intact à l’aide d’une trousse coupante en métal, cette trousse sera mise par la suite
dans la boîte de cisaillement et elle sera retirée pour laisser rien l’échantillon dans le boîtier.
Apres, les demis-boites commencent à se déplacer en exécrant une force (qui doit changer
d’une phase à une autre) mais avec une vitesse constante. En refait cette manipulation pour la
deuxième force sur le deuxième échantillon, et la troisième force sur le troisième échantillon
du même sol.

IV.2.5 Résultats des essais :

Limite Atterberg :

Par la méthode de Casagrande on a déterminé l’Indice de plasticité. La moyenne des résultats


obtenus, et révèle que les IP des marnes bleues ont une moyenne de 20.

Afin d’obtenir une classification « LCPC », on se base sur l’IP et la limite de liquidité 78 en
effectuant une projection des points obtenus sur le diagramme de classification, qui indiquera
par la suite le type de plasticité des échantillons.

Et donc la combinaison entre la 78 et Ip nous a permis la classification, marnes bleues qui


sont des argiles peu plastiques.
On peut également dériver l’indice de consistance de nos échantillons à partir d’une
combinaison entre les données des limites d’atterberg et la teneur d’eau initial, et ceci selon la
relation empirique suivante :

65
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

Et donc les résultats étaient les suivants :

Figure 61 : Résultats de l’indice de consistance

Seules les marnes bleues représentent des difficultés d’extraction vue leur IC qui dépasse les
1,5.
Valeur de Bleu de méthylène :

Cet essai nous a permis la confirmation de l’activité des argiles qui était révélée lors des
essais précédents.
Donc effectivement les valeurs de bleu de méthylène, ont confirmé les analyses qui précédent.
Pour les marnes bleues, la valeur est de 2,6, donc de plasticité moyenne.

Résultats du cisaillement :

D’après les résultats que nous avons eu les résultats suivants, la marne bleue dispose d’un
angle de frottement élevé (ϕ°=23°) avec une cohésion de 0.50Bar.

Figure 62 : Résultats du cisaillement

66
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

IV.2 Etude de la stabilité de la pente par la détermination du coefficient de


sécurité :
La stabilité des pentes naturelles est un problème qui préoccupe les géotechniciens tant
praticiens que chercheurs.

De nombreuses méthodes de calcul de stabilité ont été proposées. Celles-ci se différencient


par les hypothèses admises par leurs auteurs (méthodes de calcul en équilibre limite,
méthodes de calcul à la rupture, méthodes de calcul en déformations) et par la facilité de leur
mise en œuvre (calculs à l’aide d’abaques, calculs automatiques à l’aide de logiciels), mais
elles s’accordent toutes à définir un coefficient de sécurité global en fonction duquel la
stabilité du talus étudié est considérée comme assurée ou compromise, ou par des coefficients
de sécurité partiels affectant, d’une part, les sollicitations appliquées et, d’autre part, les
propriétés mécaniques des sols .

L’analyse de la stabilité des pentes s’effectue habituellement à la rupture à l’aide de la


méthode des tranches. Cette méthode donne par l’intermédiaire du coefficient de sécurité une
idée de l’état d’équilibre de la pente étudiée par rapport à l’équilibre limite. L’expression du
coefficient de sécurité est différente selon qu’il s’agit d’une rupture plane, circulaire ou
quelconque. Dans tous les cas, les calculs de stabilité s’effectuent en contraintes totales à
court terme et/ou en contraintes effectives à long terme. Le degré de précision des calculs
dépendra toutefois de la qualité de détermination des paramètres de cisaillement, mais aussi
des moyens de calculs mis en œuvre.

Le coefficient de sécurité F est défini par l’expression suivante :

F.S = Résistance disponible (τ)/ Résistance mobilisée (S)


Si F>1, il n’y a pas rupture ;
Si F<1, il y a rupture ;
Si F=1, il y a équilibre limite

Nous allons étudier la stabilité, pour se faire nous avons choisi deux méthodes : Méthode
des tranches manuellement, Méthode de BISHOP par logiciel de calcul (GEOSTUDIO).

IV.2.1 Calcul de stabilité par la Méthode des TRANCHES (FELLINIUS) :


L’observation des instabilités survenues dans le passé a montré que dans le cas des sols
homogènes ou quasi-homogènes, le profil de la surface de rupture était généralement de forme
circulaire.
Les méthodes classiquement utilisées se sont basées sur cette particularité pour calculer les
forces résistantes au niveau d’un volume de sol délimité par la surface topographique et la surface
de rupture potentielle assimilée à un arc de cercle.
Ces méthodes définissent le facteur de sécurité au cisaillement le long de cette ligne de rupture
et font donc partie des méthodes de calcul à la rupture. Elles s’appliquent généralement à une
section du talus et supposent que celui-ci est de longueur infinie par rapport à sa hauteur .Mais en
général, elles sont valables pour la section centrale si la longueur est au moins égale à deux ou
trois fois la hauteur. Ce sont donc des méthodes bidimensionnelles.
En se basant sur les résultats fournis par le laboratoire LPEE après son étude géotechnique du
BORJ-NORD et BORJ-SUD.

67
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

Prélèvement Limite d’ATTERBERG granulométrie Essais mécaniques Compressibilité

γ W WL IP %< %< CUU CCD CC CS 𝜎v 𝜎g


(kg/m3) (%) (%) (%) 2mm 80μm Kpa Kpa
% % Cu Φu C’ 𝜙’
(Kpa) (°) (Kpa) (°)
Marne Bleue 20 5 37 20 99 83 50 23 10 24 0.12 0.02 100 6.3

Tableau 1: Résultats des essais géotechniques

 Pour le BORJ Nord :

Figure 63 : La pente à étudier

Figure 64 : Tranches effectuées manuellement sur la surface de rupture induite par le rayon critique Rc=26.27 m

68
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

Détermination des angles αi :

Tranches αi sinα cosα


1 41 0.65 0.75
2 37 0.6 0.79
3 35 0.57 0.82
4 31 0.51 0.85
5 29 0.48 0.87
6 27 0.45 0.89
7 26 0.43 0.898
8 23 0.39 0.92
9 21 0.35 0.93
10 18 0.3 0.95
11 16 0.27 0.96
Tableau 2 : Les angles d'orientation des différentes tranches par rapport à l'horizontale

Calcul du coefficient de sécurité FS :

N° Si (m²) li W Wsinα Wcosα C’ N'=N-U N'tgρ c'l T


1 2.39 2.24 47.8 31.07 35.85 10 35.85 15,96 22.4 38,36

2 3.3 1.29 66 39.6 52.14 10 52.14 23,21 12.9 36,11

3 4.89 1.31 97.8 55.74 80.196 10 80.196 35,7 13.1 48,8

4 4.96 1.62 99.2 50.59 84.32 10 84.32 37,54 16.2 53,74

5 4.82 1.48 96.4 46.27 83.86 10 83.86 37,33 14.8 52,13

6 3.34 1.4 66.8 30.06 59.45 10 59.45 26,46 14 40,46

7 2.8 1.36 56 24.08 50.28 10 50.28 22,38 13.6 35,98

8 2.51 1.49 50.2 19.57 46.18 10 46.18 20,56 14.9 35,46

9 1.71 1.42 34.2 11.97 31.8 10 31.8 14,15 14.2 28,35

10 1.16 1.55 23.2 6.96 22.04 10 22.04 9,81 15.5 25,31

11 0.35 1.39 7 1.89 6.72 10 6.72 2,99 13.9 16,89

Total 317,8 Sans nappe Total 411,59


COEF FS = 1.295

Après multiples reprise nous obtenons donc une valeur minimal du coefficient de
sécurité FS=1.295 < 1.5 La pente n’est pas stable, on a du risque de glissement.

69
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

Pour le BORJ SUD :

Figure 65 : La pente à étudiée

Figure 66 : Tranches effectuées manuellement sur la surface de rupture induite par le rayon critique Rc = 61m

Détermination des angles αi :

70
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

Tranches αi sinα cosα


1 3 0.052 0.998
2 2 0.034 0.999
3 4 0.069 0.997
4 4 0.069 0.997
5 3 0.052 0.998
6 16 0.27 0.96
7 16 0.27 0.96
8 23 0.39 0.92
9 27 0.45 0.89
10 28 0.47 0.88
11 37 0.6 0.79

Tableau 3 : Les angles d'orientation des différentes tranches par rapport à l'horizontale

Calcul du coefficient de sécurité FS :

N° li W Wsinα Wcosα c’ N'=N-U N'tgρ c'l T


1 5.5 135.138 7.02 134.86 10 134.86 60,01 55 115.01

2 5.44 372.488 12.66 372.115 10 372.115 165,59 54.4 219.99

3 5.39 561.56 38.74 559.87 10 559.87 249,14 53.9 303.04

4 5.33 704.374 48.6 702.26 10 702.26 312,50 53.3 365.8


5 5.4 799.516 41.57 797.91 10 797.91 355,07 54 409.07

6 5.5 847.794 228.95 814.06 10 814.06 362,25 55 417.25

7 5.61 846.986 228.68 813.1 10 813.1 361,82 56.1 417.92


8 5.73 794.264 309.76 730.72 10 730.72 325,17 57.3 382.47
9 6 685.386 308.42 610 10 610 271,45 60 331.45
10 6.27 512.272 240.76 450.79 10 450.79 200,6 62.7 263.3
11 6.67 186.446 87.63 147.29 10 147.29 65,54 66.7 132.24
Total 1552.79 Sans nappe Total 3357.54
COEF FS = 2.16

Après multiples reprises, nous obtenons donc une valeur minimale du coefficient de
sécurité FS=2.12 > 1.5 La pente est stable, on n’a pas de risque de glissement.

IV.3 Evaluation de la stabilité par logiciel GEOSTUDIO :


A l’aide du logiciel GEOSTUDIO nous avons pu déterminer le rayon critique ainsi que la
surface de glissement de la pente sur laquelle se trouve le BORJ-NORD et BORJ SUD. Ce
logiciel consiste à modéliser tout d’abord la pente, on a choisi une échelle de ½ pour pouvoir
maitriser l’ensemble sur une échelle moins grande.

Pour le BORJ NORD :

71
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

Figure 67 : Modélisation de la pente sur le logiciel GEOSTUDIO

72
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

Figure 68 : Surface de glissement critique déterminée par le logiciel GEOSTUDIO

Pour le BORJ SUD :

Figure 69 : Modélisation de la pente sur le logiciel GEOSTUDIO

73
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

Figure 70 : Surface de glissement critique déterminée par le logiciel GEOSTUDIO

Après avoir incérer les différents paramètres relatifs au sol notamment (le poids volumique,
l’angle de frottement, la cohésion et le niveau de la nappe phréatique). Le lancement du calcul
est désormais possible, le logiciel nous fournis les résultats qui seront en ANNEXE (en se
basant sur la méthode de bishop) pour le BORJ NORD et le BORJ SUD.

IV.4 Comparaison des résultats manuelles et ceux trouvés par logiciel :

Pour des rayons critiques presque semblables la valeur du coefficient de sécurité trouvée
par la méthode des tranches est proche à celle trouvée par la méthode de bishop. Quoique
cette dernière reste plus précise puisqu’elle prend en compte l’ensemble des efforts appliqués
sur chaque tranche même celles de butée et de poussée exercés par les tranches voisines.
L’évaluation de la stabilité par logiciel est plus rapide et précise, contrairement à la méthode
manuelle qui nécessite une expérience au préalable pour approcher au plus vite le rayon
critique.

74
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

CHAPITRE V

La comparaison des deux borjs

Ce chapitre porte sur une comparaison des deux borjs Nord et Sud à plusieurs niveaux.

75
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

V. La comparaison des deux Borjs :

Après l’étude de la stabilité de la pente, le Borj Sud est jugé plus stable que le Borj Nord, et
vu aussi que le Borj Nord représente un risque de glissement très important qui doit être
résolu, à titre d’exemple par un talus boisé comme le cas de l’hôtel des mérinides,
contrairement au Borj Sud qui ne représente aucun glissement de terrain.

Figure 71 : Hôtel des Mérinides

Le soubassement et son problème d’écroulement est présent juste au Borj Nord, néanmoins
le Borj Sud souffrait des fissures très profondes qui ont induit à une substitution d’une partie
de pisé par du béton armé.
Entre autres, Borj Nord est doté d’une grande superficie par rapport au Borj Sud.

76
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

V.1 Borj Nord avant et après restauration :

V.2 Borj Sud avant et après restauration :

77
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

Conclusion

Ce rapport est un fruit d’un travail acharné, il porte sur les différentes techniques de
réhabilitation et de restauration, en faveur des deux borjs Nord et Sud à Fès, et c’est après
avoir fait une visite sur le lieu, où nous avons pu détecter les différentes anomalies et
pathologies visuellement, et qui ont mené à une dégradation très poussée des monuments.

La visite en compagnie du conservateur nous était très utile, dans la mesure où c’était à la
base de ses informations directrices, que nous avons mené à bien notre projet.

En effet, ce projet était une opportunité de découvrir la richesse de notre patrimoine


marocain, qui comprend ces deux musées d’armes et d’artillerie impressionnantes, il a fallu
pour l’étude avoir une idée générale sur la géologie aussi sur les interventions de restauration
anciennes.

Nous espérons que ce travail sera à la hauteur, et relatera clairement les informations
nécessaires pour réussir un projet.

78
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

Annexes :
Les résultats trouvés via GEOSTUDIO

Pour BORJ NORD :


No. de la FS Centre en X (m) Centre en Y (m) Rayon (m)
surface de
glissement
21 1,25 31,801 25,603 26,852
87 1,22 32,309 33,833 33,373
86 1,23 32,309 33,833 33,997
58 1,26 30,988 32,715 32,317
30 1,28 29,667 31,598 30,637
29 1,32 29,667 31,598 31,261
2 1,25 28,346 30,48 28,957
1 1,26 28,346 30,48 29,579
105 1,22 35,763 28,956 31,877
104 1,23 35,763 28,956 32,486
98 1,28 34,036 31,394 31,378
97 1,2 34,036 31,394 31,994
96 1,19 34,036 31,394 32,61
95 1,1 34,036 31,394 33,226
91 1,2 32,309 33,833 30,88
90 1,26 32,309 33,833 31,502
89 1,25 32,309 33,833 32,125
88 1,16 32,309 33,833 32,748
77 1,23 34,442 27,838 30,202
70 1,25 32,715 30,277 29,704
69 1,2 32,715 30,277 30,318
68 1,35 32,715 30,277 30,933
67 1,35 32,715 30,277 31,548
63 1,35 30,988 32,715 29,205
62 1,35 30,988 32,715 29,826
61 1,35 30,988 32,715 30,448
60 1,35 30,988 32,715 31,071
59 1,35 30,988 32,715 31,694
49 1,35 33,122 26,721 28,527
42 1,35 31,394 29,159 28,029
41 1,26 31,394 29,159 28,642
40 1,22 31,394 29,159 29,256
39 1,23 31,394 29,159 29,87
35 1,23 29,667 31,598 27,53
34 1,29 29,667 31,598 28,151
33 1,29 29,667 31,598 28,771
32 1,29 29,667 31,598 29,393
31 1,29 29,667 31,598 30,015
14 1,25 30,074 28,042 26,354
13 1,25 30,074 28,042 26,966
12 1,25 30,074 28,042 27,579
11 1,25 30,074 28,042 28,192
7 1,25 28,346 30,48 25,855
6 1,25 28,346 30,48 26,475
5 1,32 28,346 30,48 27,094
4 1,31 28,346 30,48 27,715
3 1,31 28,346 30,48 28,336
112 1,31 37,49 26,518 32,375
111 1,31 37,49 26,518 32,977
110 1,31 37,49 26,518 33,579
109 1,31 37,49 26,518 34,181
108 1,31 37,49 26,518 34,783
107 1,31 37,49 26,518 35,385
106 1,35 37,49 26,518 35,986
103 1,35 35,763 28,956 33,095

79
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

102 1,35 35,763 28,956 33,704


101 1,35 35,763 28,956 34,313
100 1,35 35,763 28,956 34,922
99 1,35 35,763 28,956 35,532
94 1,35 34,036 31,394 33,843
93 1,24 34,036 31,394 34,46
92 1,24 34,036 31,394 35,077
85 1,24 32,309 33,833 34,623
84 1,24 36,17 25,4 30,7
83 1,24 36,17 25,4 31,302
82 1,24 36,17 25,4 31,903
81 1,24 36,17 25,4 32,503
80 1,24 36,17 25,4 33,104
79 1,24 36,17 25,4 33,705
78 1,24 36,17 25,4 34,305
76 1,25 34,442 27,838 30,81
75 1,25 34,442 27,838 31,418
74 1,25 34,442 27,838 32,026
73 1,25 34,442 27,838 32,634
72 1,25 34,442 27,838 33,242
71 1,25 34,442 27,838 33,85
66 1,26 32,715 30,277 32,164
65 1,26 32,715 30,277 32,78
64 1,26 32,715 30,277 33,396
57 1,26 30,988 32,715 32,942
56 1,26 34,849 24,282 29,026
55 1,26 34,849 24,282 29,626
54 1,26 34,849 24,282 30,226
53 1,26 34,849 24,282 30,825
52 1,26 34,849 24,282 31,425
51 1,26 34,849 24,282 32,025
50 1,26 34,849 24,282 32,624
48 1,249 33,122 26,721 29,134
47 1,249 33,122 26,721 29,741
46 1,249 33,122 26,721 30,348
45 1,249 33,122 26,721 30,955
44 1,249 33,122 26,721 31,562
43 1,249 33,122 26,721 32,169
38 1,249 31,394 29,159 30,485
37 1,249 31,394 29,159 31,1
36 1,32 31,394 29,159 31,715
28 1,33 33,528 23,165 27,351
27 1,25 33,528 23,165 27,95
26 1,4 33,528 23,165 28,549
25 1,46 33,528 23,165 29,148
24 1,45 33,528 23,165 29,746
23 1,45 33,528 23,165 30,344
22 1,45 33,528 23,165 30,943
20 1,45 31,801 25,603 27,458
19 1,45 31,801 25,603 28,064
18 1,45 31,801 25,603 28,67
17 1,2 31,801 25,603 29,276
16 1,21 31,801 25,603 29,882
15 1,43 31,801 25,603 30,488
10 1,2 30,074 28,042 28,806
9 1,28 30,074 28,042 29,42
8 1,28 30,074 28,042 30,034

Pour le BORJ SUD :

80
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

No. de la surface FS Centre en X (m) Centre en Y (m) Rayon (m)


de glissement

12 3,22 8,26 48,25 34,9

87 3,22 7,83 33,833 33,373

17 3,22 9,02 33,833 33,997

92 3,22 8,58 32,715 32,317

62 3,22 7,39 31,598 30,637

67 3,22 8,14 31,598 31,261

107 3,22 7,5 30,48 37,62

37 3,24 7,07 30,48 38,56

42 3,24 6,59 45,62 31,877

57 3,24 8,88 48,23 32,486

122 3,24 6,5 31,394 31,378

17 3,24 7,35 31,394 31,994

72 3,24 8,88 31,394 32,61

12 3,24 10,36 31,394 33,226

83 3,24 9,39 33,833 30,88

47 3,25 8,56 33,833 31,502

108 3,26 10,56 33,833 32,125

58 3,26 8,88 33,833 32,748

78 3,26 6,42 52,61 30,202

32 3,26 10,04 30,277 29,704

103 3,26 9,2 30,277 30,318

53 3,26 6,42 30,277 30,933

33 3,26 5,8 30,277 31,548

88 3,29 1,099 32,715 29,205

63 3,29 10,64 32,715 29,826

13 3,29 1,55 32,715 30,448

7 3,29 5,98 32,715 31,071

28 3,29 6,63 32,715 31,694

38 3,29 8,82 26,721 28,527

102 3,29 9,41 29,159 28,029

8 3,3 8,28 29,159 28,642

81
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

77 3,3 5,89 29,159 29,256

13 3,3 6,5 29,159 45,68

3 3,3 8,15 31,598 35,6

52 3,3 7,2 31,598 28,151

93 3,3 1,39 31,598 46,13

68 3,32 5,45 31,598 29,393

43 3,32 6,63 31,598 30,015

18 3,32 1,88 28,042 26,354

27 3,33 1,02 28,042 26,966

18 3,33 1,78 28,042 27,579

2 3,33 12,52 28,042 28,192

73 3,33 1,33 30,48 50,31

98 3,33 1,34 30,48 37,8

48 3,37 5,65 30,48 36,9

123 3,33 7,76 30,48 27,715

23 3,46 1,52 30,48 28,336

79 3,36 1,86 45,08 32,375

104 3,9 10,69 26,518 32,977

54 3,77 1,31 26,518 33,579

84 3,94 10,25 26,518 34,181

109 3,97 5,89 58,09 34,783

29 3,96 12,07 46,12 35,385

59 3,96 10,6 26,518 35,986

34 3,97 1,38 28,956 33,095

4 3,95 1,22 28,956 33,704

82
Restauration et réhabilitation des BORJS Sud et Nord à Fès

Bibliographie

Ouvrages et documents :

[1] Méthode Rehabimed Réhabilitation bâtiments (II)


[2] Essai cisaillement à la boîte (Laboratoire central des ponts et chaussées)
[3] « Afghanistan conservation et restauration des monuments historiques » par A.LEZINE
Consultant de l’Unesco.
[4] Mémoire de fin d’étude « Etude des caractéristiques géotechniques des faciès
lithologiques de la ville de Fès »Par : KARMOUDA NOURELHOUDA.
[5] Mémoire de fin d’études « Evaluation des ressources en eau du bassin de Fès-Meknès à
l’aide d’outils SIG » Par : ELMI ROBLEH Nouradin.
[6] Outil 8 : Les techniques de réhabilitation pour renforcer les structures.
[7] Monuments duo objets de la direction régionale des affaires culturelles.
[8] Convention patrimoine culturel subaquatique 2001.
[9] Lois du patrimoine 22-80 –MAROC.
[10] Mémoire de master ELMI ROBEH Nouradin17

Webographie :

http://www.groupement-mh.org/
http://www.defiscalisation-monuments-historiques.info/rehabilitation-ou-restauration-d-un-
monument-historique-379.php
https://voyages.michelin.fr/afrique/maroc/fes-boulemane/fes-dar-dbibegh/fes/point-de-vue-
du-borj-sud
https://www.petitfute.com/v57786-fes/c1173-visites-points-d-interet/c937-monuments/c952-
fortifications-remparts/162767-borj-sud.html
https://ma.kompass.com/a/restauration-de-batiments-anciens-et-monuments-
historiques/7112007/
http://www.h24info.ma/maroc/medina-de-fes-ou-en-est-la-restauration-des-monuments-
historiques/

83