Vous êtes sur la page 1sur 83

TABLES DES MATIERES

SIGLES ET ABREVIATIONS.................................................................................................................................................. 2
LISTE DES TABLEAUX ......................................................................................................................................................... 2
RESUME….. 6
INDICATEURS DE SUIVI DE LA PAUVRETE..................................................................................................................... 10
Partie I : DEMARCHE METHODOLOGIQUE .................................................................................................................... 14
I.1 Introduction................................................................................................................................................................. 14
I.2. Présentation de la méthodologie utilisée pour la mise à jour des données................................................................ 15
I.2.1. L’approche « demande » ou par enquête......................................................................................................... 15
I.2.2. L’approche « par inventaire» ou «par l’offre»................................................................................................... 17
I.3. Rappel des concepts à utiliser et des méthodologies de calculs................................................................................. 20
Partie II : SITUATION DU SECTEUR EAU ET ASSAINISSEMENT EN 2001 ........................................................................ 24
II.1. Présentation de la répartition des ressources en eaux à Madagascar ....................................................................... 24
II.2. Situation du secteur pendant l'Année 2001 ............................................................................................................... 24
II.2.1. Approvisionnement en eau potable .............................................................................................................. 24
II.2.2. Accès à l’assainissement............................................................................................................................ 30
II.2.3. Situation financière ................................................................................................................................. 33
Partie III : PRESENTATION DU PROFIL DU SECTEUR DE 1997 à 2000............................................................................. 37
III.1. La situation de l’accès à l’eau potable et à l’assainissement ..................................................................................... 37
III.1.1. Approvisionnement en eau potable ............................................................................................................. 37
III.1.2. Assainissement ...................................................................................................................................... 44
III.2. La situation des ressources financières..................................................................................................................... 47
III.2.1. Bref rappel........................................................................................................................................... 47
III.2.2. Budget du Ministère de l’Energie et Mines (MEM) .......................................................................................... 47
III.2.3. Analyse de l’allocation financière au secteur Eau et Assainissement ....................................................................... 48
Partie IV : ANALYSE DE LA SITUATION ET PERSPECTIVE D’EVOLUTION ..................................................................... 50
IV.1. Analyse du profil....................................................................................................................................................... 50
IV.1.1. Approvisionnement en eau potable ............................................................................................................. 50
IV.1.2. Assainissement...................................................................................................................................... 51
IV.2. Analyse de l’allocation budgétaire au secteur.......................................................................................................... 51
IV.3. Perspective d’évolution ............................................................................................................................................ 52
IV.3.1. Objectif fondamental.............................................................................................................................. 52
IV.3.2. Objectifs spécifiques............................................................................................................................... 52
Partie V : CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS......................................................................................................... 54
V.1. Politique du secteur de l’Eau et de l’Assainissement ................................................................................................. 54
V.2. Stratégies de développement du secteur ................................................................................................................... 54
V.3. Plan d’actions ............................................................................................................................................................. 55
V.3.1. Approvisionnement en eau potable .............................................................................................................. 55
V.3.2. Assainissement....................................................................................................................................... 55
V.4. Recommandations spécifiques concernant le système d’informations pour le secteur de l’eau et de l’assainissement 55
V.4.1. Collecte des données pour l’approche par inventaire......................................................................................... 56
V.4.2. Collecte des données pour l’approche par enquête ........................................................................................... 57
V.4.3. Recommandations au niveau des concepts de base ............................................................................................ 57

1
SIGLES ET ABREVIATIONS
AEP : Approvisionnement en eau potable
AEPSPE : Programme Assainissement, eau potable, soins primaires de l'environnement
AES : Alimentation en eau dans le Sud
AFVP : Association Française des Volontaires du Progrès
ANAE : Association Nationale pour l’Environnement
BAD : Banque Africaine de Développement
BF : Borne-fontaine
BP : Branchement particulier
BRGM : Bureau de Recherches Géologiques et Minières
CARITAS : ONG catholique
CD : Collectivité décentralisée
CGDIS : Commissariat Général au Développement Intégré du Sud
CNEA : Comité National de l’Eau et de l’Assainissement
ENDS : Enquêtes Nationales démographique et de Santé
EPM : Enquêtes Permanentes auprès des Ménages
FAC : Fonds d’Aide et de Coopération
FAD : Fonds africain de développement
FAO : Food and Agriculture Organisation
FED : Fonds Européens de Développement
FID : Fonds d'Intervention pour le développement
FIKRIFAMA : Fikambanana kristianina fampandrosoana malagasy (ONG)
FLM : Eglise Luthérienne Malgache
FMI : Fonds monétaires international
HIMO : Haute Intensité de Main d’Oeuvre
IDA : Association internationale de développement
IDH : Indice de développement humain
IEC : Information, éducation, communication
JIRAMA : Jiro sy rano malagasy (société de distribution d’eau et d’électricité )
MEM : Ministère de l’Energie et des Mines
MICS : Multiple Indicators Cluster Surveys
MINSAN : Ministère de la Santé
OMS : Organisation Mondiale de la Santé
ONE : Office national pour l'environnement
ONG : Organisation non gouvernementale
PAEPAR : Projet pilote d’approvisionnement en eau potable et assainissement
PAM : Programme Alimentaire Mondial
PIB : Produit intérieur brut
PIP : Programme d'investissement public
PNB : Produit national brut
PNUD : Programme des Nations Unies pour le Développement
RGPH : Recensement Général de la Population et de l’Habitat
SAF/FJKM : ONG protestant
SAMVA : Service autonome de maintenance de la ville d'Antananarivo
SSPA : Stratégie sectorielle et plan d’action pour l’eau et l’assainissement
UNICEF : Organisation des Nations Unies pour la Femme et l’Enfance

2
LISTE DES TABLEAUX
Tableau 1 Taux d’accès à l’eau potable en milieu rural et urbain de 1999 à 2001, obtenus à partir des deux
approches.

Tableau 2 Taux d’accès des ménages aux infrastructures d’évacuation d’excrétas de 1999 à 2000 obtenus
par EPM 99 et MICS 2000.

Tableau 3 Evolution des budgets du MEM et de la DEA de 1997 à 2001.

Tableau 4 Infrastructures d’évacuation d’excrétas réalisées en 2000 et 2001.

Tableau 5 Répartition de la consommation d’eau en 2001 (jusqu’en novembre) en milieu urbain et par
Faritany.

Tableau 6 Taux d’accès par Faritany en milieu rural.

Tableau 7 Pourcentage de ménages ayant accès à des infrastructures d’évacuation d’excrétas par Faritany,
tous milieux confondus.

Tableau 8 Indicateurs proposés pour le secteur Eau et Assainissement.

Tableau 9 Présentation des infrastructures qui sont considérées comme pouvant fournir de l’eau potable.

Tableau 10 Taux de desserte (ou taux d’accès) et taux de couverture en milieu urbain par Faritany en 2001,
calculés à partir des données de la JIRAMA et d’informations obtenues sur les infrastructures
gérées par les communes.

Tableau 11 Consommation d’eau potable par les infrastructures des centres urbains gérées par la JIRAMA,
(données jusqu'au mois de Novembre).

Tableau 12 Total de la consommation d’eau potable par les infrastructures des centres urbains gérées par la
JIRAMA, par Faritany (Données jusqu'au mois de Novembre 2001).

Tableau 13 Evolution en milieu urbain du nombre d’infrastructures et du taux de desserte par les données
d’inventaires concernant tous les chefs lieux de Fivondronana constituant le milieu urbain,
calculés à partir des données de la JIRAMA et d’informations obtenues sur les infrastructures
gérées par les communes en 2000-2001.

Tableau 14 Taux de desserte en milieu rural par Faritany en 2001.

Tableau 15 Evolution en milieu rural du nombre d’infrastructure et du taux de desserte par les données
d’inventaires, venant de la JIRAMA et des intervenants du secteur, concernant toutes les localités
de tous les Fivondronana constituant le milieu rural en 2000-2001.

Tableau 16 Evolution du taux de desserte tous milieux confondus, calculé à partir des données d’inventaire.

Tableau 17 Comparaison des taux de desserte en eau potable entre 99 et 2000, milieux urbain et rural
confondus, par Faritany.

Tableau 18 Comparaison des résultats de calculs de taux de desserte en 1999 et 2000 effectués par l’approche
par « inventaire » et l’approche par « enquête ».

Tableau 19 Classement des Faritany suivant leur accès à l’eau potable avec l’approche inventaire.

Tableau 20 Pourcentage de ménages ayant accès aux infrastructures d’évacuation d’excrétas en milieu
urbain , d’après les résultats d’enquêtes effectuées dans les 7 plus grands centres urbains (
traitement des données d’enquêtes de MADIO) pour 2001.

3
Tableau 21 Accès aux infrastructures d’évacuation d’excrétas en milieu rural, d’après les résultats
d’enquêtes effectuées dans les centres concernés par les observatoires ruraux pour 2001.

Tableau 22 Évolution du nombre d’infrastructures d’évacuation d’excrétas réalisées en milieu urbain entre
2000 et 2001.

Tableau 23 Évolution du nombre d’infrastructures d’évacuation d’excrétas réalisées en milieu rural entre
2000 et 2001.

Tableau 24 Budget alloué a la Direction de l'Eau et de l'Assainissement (en milliard de FMG) en 2001.

Tableau 25 Budget de l’Alimentation en Eau dans le Sud (AES) (en milliard de FMG) en 2001.

Tableau 26 Évolution du budget alloué au Ministère de l’Energie et des Mines et à la Direction de l’Eau et de
l’Assainissement (en milliard de FMG).

Tableau 27 Situation des ressources financières allouées au MEM en 2001 (en milliard de FMG).

Tableau 28 Budget alloué au Service de l’Assainissement et du Génie Sanitaire (SAGS) (en milliard de FMG)
en 2001.

Tableau 29 Taux de desserte en milieu urbain.

Tableau 30 Consommation d’eau potable dans les centres urbains desservis par la JIRAMA (en m3 ).

Tableau 31 Taux de desserte en milieu rural.

Tableau 32 Taux de desserte national, tous milieux confondus, obtenu par l’approche inventaire.

Tableau 33 Comparaison des résultats de calculs de taux de desserte en 1999 et 2000 effectués par l’approche
par « inventaires » et l’approche par « enquêtes ».

Tableau 34 Présentation des différents résultats d’études réalisées à Madagascar en ce qui concerne le calcul
du taux de desserte.

Tableau 35 Taux d’accès à l’eau potable par milieu en 1999.

Tableau 36 Taux d’accès à l’eau potable par Faritany, milieux urbain et rural confondus en 1999.

Tableau 37 Taux d’accès à l’eau potable par milieu en 2000.

Tableau 39 Comparaison des taux de desserte à l’eau potable entre 99 et 2000, milieux urbain et rural
confondus, par Faritany.

Tableau 40 Présentation de tous les résultats de calculs de taux d’accès aux infrastructures d’évacuation
d’excrétas de 92 à 2000 (pourcentage de ménages).

Tableau 41 Comparaison des taux d’accès aux infrastructures d’évacuation d’excrétas de 97 à 2000 (% des
ménages).

Tableau 42 Taux d’accès aux infrastructures d’évacuation d’excrétas par milieu en 1999 (% des ménages
utilisant les infrastructures par rapport au nombre total de ménages).

Tableau 43 Taux d’accès aux infrastructures d’évacuation d’excrétas par Faritany en 1999 (% des ménages
utilisant les infrastructures par rapport au nombre total de ménages).

Tableau 44 Taux d’accès aux infrastructures d’évacuation d’excrétas par milieu en 2000 (% des ménages
utilisant les infrastructures par rapport au nombre total des ménages).

Tableau 45 Taux d’accès aux infrastructures d’évacuation d’excrétas par Faritany en 2000 (% des ménages
ii i f é )
4
utilisant les infrastructures par rapport au nombre total des ménages).

Tableau 46 Evolution du taux d’accès aux infrastructures d’évacuation d’excrétas de 1999 à 2000.

Tableau 47 Evolution du taux d’accès aux infrastructures d’évacuation d’excrétas entre 1999 et 2000, par
Faritany, milieux urbain et rural confondus.

Tableau 48 Situation des allocations budgétaires du MEM de 1997 à 2000 (en milliards de FMG).

Tableau 49 Dépenses publiques consacrées à l’eau et à l’assainissement d’après l’analyse des budgets de la
DEA, de l’AES et du SAGS confondus (en milliards de FMG).

Tableau 50 Situation des aides extérieures allouées au secteur de l’eau et de l’assainissement.

Tableau 51 Répartition en pourcentage du nombre d’infrastructures dans les provinces.

Tableau 52 Nombre de chef lieu de Fivondronana (localités appartenant au milieu urbain) ne disposant pas
d'infrastructure d'eau par Faritany.

Tableau 53 Perspective pour Le taux d’accès à l’eau potable.

Tableau 54 Nombre d’infrastructures à réaliser.

Tableau 55 Evolution attendue du taux de desserte en % sur base des calculs par inventaire.

Tableau 56 Perspective pour l’assainissement sur base des résultats par enquête.

Tableau 57 Logement habité par Fivondronana selon le mode d’approvisionnement en eau.

Tableau 58 Nombre d’infrastructures et taux de desserte en milieu urbain.

Tableau 59 Système d’Approvisionnement en eau par Puits et Forages en milieu Rural. Année:2001

Tableau 60 Taux d’accès aux infrastructures d’évacuation d’excrétas en milieu urbain.

Tableau 61 Accès aux infrastructures d’évacuation d’excrétas en milieu rural

5
RESUME

Le Tableau de Bord Social (TBS) est un outil de suivi et d’évaluation des stratégies mises en œuvre dans le cadre
de la lutte contre la pauvreté. Il permet, entre autres, de faire le suivi des secteurs sociaux dits de base qui sont
considérés comme prioritaires dans la politique actuelle du gouvernement. Le secteur Eau et Assainissement, au
même titre que l'Education et la Santé, fait aussi partie des Services Sociaux Essentiels de base et dont le suivi est
nécessaire d'une part, pour mesurer les résultats ainsi que les impacts obtenus jusqu'à présent, et d'autre part pour
mieux réorienter les actions futures à mettre en œuvre.

La présente étude présente les indicateurs jugés pertinents pour faire le suivi des activités du secteur, mais aussi la
méthodologie appliquée pour effectuer les différents calculs ayant permis d’obtenir ces indicateurs pour
caractériser le profil du secteur de 1997 à 2000, la situation en 2001 ainsi que les perspectives d’évolution du
secteur.

Pour le secteur eau et assainissement, les indicateurs choisis sont :

pour l’eau potable, le taux d’accès à l’eau potable (mesuré par l’approche inventaire et l’approche enquête),
le nombre d’infrastructures d’AEP (mesuré par l’approche inventaire), le volume d’eau consommé (mesuré
par l’approche inventaire),

pour l’assainissement, le taux d’accès aux infrastructures d'évacuation d’excrétas (mesuré par l’approche
enquête), le nombre d’infrastructures d’évacuation d’excrétas, réalisées par les projets (mesuré par
l’approche inventaire) et,

pour les ressources financières allouées au secteur, le budget du MEM, de la DEA, de l’AES pour l’eau
potable et le budget du SAGS, pour l’assainissement.

La méthodologie appliquée comprend une approche basée sur les enquêtes réalisées par l’INSTAT (RGPH , ENDS,
EPM, MICS, Enquête emploi , Observatoires Ruraux), dénommée « approche demande », et une approche
exploitant les informations et données fournies par les intervenants du secteur ou fournisseurs de services
(JIRAMA, MEM, FIKRIFAMA, CARITAS, TARATRA, SAF-FJKM, CARE, WATERS AID, FID, etc.…),
dénommée « approche offre » ou « approche par inventaire ».

Les taux calculés pour l’eau potable sont obtenus en utilisant les 2 approches, mais dans l’étude par inventaire les
calculs sont effectués en considérant le nombre de population, tandis que dans l’approche par enquêtes ce sont les
nombres de ménages qui sont pris en compte. Le principe de calcul consiste à compter, pour le milieu urbain le
nombre de bornes-fontaines et de branchements particuliers et de faire l'hypothèse qu'il y a 500 personnes par
borne-fontaine et 10 personnes par branchement particulier, alors que pour le milieu rural, le nombre d'adduction
d'eau et de puits et forages, en comptant comme usagers, 500 personnes par adduction d'eau et 200 personnes par
puits ou forage.

Concernant le taux d’accès aux infrastructures d’évacuation d’excrétas, l’approche utilisée est uniquement celle par
enquête et s’applique donc aux nombres de ménages. L’inventaire des infrastructures d’évacuation d’excrétas n’est
effectuée que pour apprécier l’évolution de la mobilisation des ménages, et pour évaluer les performances des
projets et des intervenants, dans la construction des dites infrastructures.
Par ailleurs, il faut préciser le fait que les résultats de l’enquête EPM 2001 n’aient pas été disponibles au moment
de la rédaction de ce rapport et, donc, n'ont pas pu être utilisées.

Le profil du secteur, d’après les données relatives aux 3 types d’indicateurs à suivre (taux d’accès à l’eau potable,
taux d’accès aux infrastructures d’évacuation d’excrétas, taux d’allocation financière) de 1997 à 2001 est
caractérisé par une évolution positive de la situation. Toutefois, l'analyse de l'évolution de la situation de l’accès à
l’eau potable et aux infrastructures d’évacuation d’excrétas n'a pas pu être faite de façon objective qu’à partir de
1999, car auparavant il a été constaté une certaine incohérence au niveau des chiffres obtenus. En effet, c’est
seulement en 1998 que les départements du MEM et de l’INSTAT ont pu établir une harmonisation des concepts et
de la méthodologie d’enquêtes pour collecter et traiter les données. Les taux d’accès à l’eau potable de 1999 à 2001
se présentent selon le tableau ci-dessous.

6
Tableau 1 : Taux d’accès à l’eau potable en milieu rural et urbain de 1999 à 2001, obtenus à partir des deux approches.

1999 2000 2001


Inventaire Enquête Inventaire Enquête Inventaire Enquête
Non
Milieu rural 8,55% 9,9% 9,85% 11,8% 11,73%
disponible
Non
Milieu urbain 57% 76,4% 59,5% 78,7% 66,87%
disponible
Madagascar
Non
tous milieux 20,87% 24% 23,77% 24,4% 27,17%
disponible
confondus
Sources : MEM/DEA ; EPM 99- MICS 2000 - Observatoires ruraux- Nos propres calculs

Pour l’assainissement, le taux d’accès en pourcentage (%) des ménages ayant accès aux installations d’évacuation
d’excrétas obtenus par les enquêtes EPM 99 et MICS 2000, sont présentés dans le tableau suivant.

Tableau 2 : Taux d’accès des ménages aux infrastructures d’évacuation d’excrétas de 1999 à 2000 obtenus par EPM 99 et MICS 2000

1999 2000 2001


Milieu rural 41,7% 52,2% Non disponible
Milieu urbain 74,4% 87,3% Non disponible
Madagascar tous milieux confondus 50% 58% Non disponible
Source : EPM 99 - MICS 2000- nos calculs

L’évolution de la situation des allocations financières pour le secteur de l’eau est étudiée à partir de l’analyse du
budget du MEM et de la DEA comme le montre le tableau ci-dessous.

Tableau 3 : Evolution des budgets du MEM et de la DEA de 1997 à 2001

1997 1998 1999 2000 2001


% Direction de l’Eau par rapport au
6,48 % 8,82 % 8,43 % 18,54 % 39,34 %
Ministère Energie Mines
% Direction de l’Eau par rapport à l’Etat 0,14 % 0,24 % 0,24 % 0,30 % 1,82 %
% MEM par rapport à l’Etat 2,22 % 2,74 % 2,81 % 1,61 % 4,62%
Source : Opérations générales du Trésor (base engagement), MEM/DEA (base engagement)

De 1997 à 2000, les taux d’allocations financières pour le secteur de l’eau progressent légèrement mais sont
extrêmement bas par rapport aux engagements pris par Madagascar sur le plan national et international de
considérer le secteur comme une priorité. L’analyse des tableaux montre aussi que l’augmentation du taux
d’allocation financière pour le secteur de l’eau de 1,5% environ a permis de faire croître le taux d’accès à l’eau
potable de 3%.

D’autres aspects du secteur de l’eau potable et de l’assainissement ont été aussi analysés, notamment la situation
des réalisations et de répartition d’infrastructures. L’inventaire des infrastructures réalisées en 2000 et 2001 a été
effectué et le tableau ci-dessous montre les résultats obtenus.

Tableau 4 : Infrastructures d’évacuation d’excrétas réalisées en 2000 et 2001

Jusqu'en 2000 Réalisation 2001 Cumul 2001


Tananarive - 320 320
Fianarantsoa - 8 8
Toamasina 124 164 288
Mahajanga - - -
Toliary - 19 19
Antsiranana - - -
Madagascar 124 511 635
Sources :Intervenants du secteur- nos propres calculs
(-) non disponible

7
Ce tableau fait apparaître qu’il y a une évolution positive au niveau de l’acceptation par les ménages de la nécessité
de construire des latrines et que les différents projets en cours d’exécution arrivent à obtenir des résultats
prometteurs.

L’étude a essayé aussi de faire une analyse de la répartition actuelle des infrastructures d’eau et d’évacuation
d’excrétas existantes par Faritany et ceci en vue de pouvoir déterminer une orientation des actions futures devant
permettre d’intervenir vers les zones présentant des retards en termes d’accessibilité aux services d’eau et
d’assainissement.

Pour l’accès à l’eau potable, à partir de l’approche par inventaire, les données obtenues montrent qu’en milieu
urbain en 2001, le classement par ordre décroissant est le suivant en se referant par exemple à la consommation en
eau.

Tableau 5 : Répartition de la consommation d’eau en 2001 (jusqu’en novembre) en milieu urbain et par Faritany

Consommation
Faritany BP BF
totale en m3
Antananarivo 25 896 981 6 158 047 32 055 028
Antsiranana 4 744 866 1 239 241 5 984 107
Mahajanga 4 436 643 1 525 193 5 961 836
Toliary 3 479 560 1 165 470 4 645 030
Toamasina 3 768 530 661 224 4 429 754
Fianarantsoa 2 304 382 716 843 3 021 225
Madagascar 44 630 962 11 466 018 56 096 980
Source : Jirama

Il apparaît qu’il faut entreprendre de nouvelles actions pour développer l’accès à l’eau potable en milieu urbain, en
priorité dans les Faritany de Fianarantsoa et de Toamasina, mais aussi dans le Faritany d’Antsiranana en ce qui
concerne les bornes fontaines.
Pour le milieu rural, le classement est le suivant en 2001, en utilisant les taux d’accès calculés par l’approche
inventaire :

Tableau 6 : Taux d’accès par Faritany en milieu rural

Total population Total population Taux de


desservie rurale desserte
Toliary 520 847 1 728 472 30,13%
Antananarivo 388 613 2 702 286 14,38%
Mahajanga 107 237 1 373 204 7,81%
Fianarantsoa 191 546 2 810 282 6,82%
Toamasina 107 864 2 029 627 5,31%
Antsiranana 46 150 971 904 4,75%
Madagascar 1 362 257 11 615 775 11,73%
Source : MEM/DEA et intervenants du secteur- nos calculs

Les interventions devront se développer en priorité vers les Faritany d’Antsiranana et de Toamasina. Dans tous les
cas le Faritany de Toamasina (milieux urbain et rural) se trouve en retard en ce qui concerne l’accès à l’eau potable.
Quant à l’assainissement, sur la base des résultats des enquêtes EPM99 et MICS 2000, le classement, tous milieux
confondus, est le suivant :

8
Tableau 7 : Pourcentage de ménages ayant accès à des infrastructures d’évacuation d’excrétas par Faritany, tous milieux confondus

1999 EPM 2000 MICS


Antananarivo 84,0 87,0
Toamasina 70,1 81,8
Antsiranana 40,9 51,3
Fianarantsoa 36,6 46,3
Mahajanga 22,7 36,2
Toliara 13,5 21,2
Madagascar 50,2 58,8
Source : EPM99 et MICS 2000 - nos calculs

Les efforts doivent s’accentuer dans les Faritany de Toliary et Mahajanga.

Les objectifs fixés, pour le secteur de 'Eau et Assainissement, sont d’atteindre d’ici 2015, un taux d'accès de 80%
en milieu rural et 100% en milieu urbain, aussi bien pour l’eau potable que pour l’assainissement.

Pour réaliser ces objectifs, il est recommandé, pour l’eau potable, de poursuivre la réalisation des projets
actuellement en cours, de mettre en application le Code de l’eau, d’obtenir les financements nécessaires, de
développer les actions d’IEC, de renforcer les capacités nationales et locales et de mettre en place les outils et
structures de suivi-évaluation.

Pour l’Assainissement, les actions doivent surtout se concentrer sur l’éducation et la mobilisation des ménages à se
doter d’infrastructures d’évacuation d'excrétas; des communes pour la mise en place d'infrastructures d’évacuation
des eaux usées domestiques; des autorités politiques et administratives pour la prise en compte du sous-secteur dans
les priorités nationales comme étant un service social essentiel de base ainsi que des partenaires financiers
extérieurs à consacrer les moyens nécessaires et suffisants pour ce faire. Il s’agira aussi d’entreprendre le plaidoyer
auprès de toutes les parties prenantes pour assurer une clarification organisationnelle et institutionnelle pour la mise
en œuvre d'une politique de l’assainissement.

Pour le renforcement du système de suivi-évaluation, il est recommandé que tous les intervenants du secteur
collaborent de façon franche et objective, en fournissant les données en leur possession pour une meilleure
efficacité de l’approche par inventaire, et que pour l’approche par enquête, la mise en œuvre des enquêtes
spécifiques pour le secteur.

9
INDICATEURS DE SUIVI DE LA PAUVRETE

Tableau 8 : Indicateurs proposés pour le secteur Eau et Assainissement

Eau potable

Sources
Indicateurs Périodes Niveau
d'indicateurs
Milieu Urbain
MEM / CD / Chefs lieux de Fivondronana;
Nombre de Bornes-Fontaines Annuelle
JIRAMA Faritany; National
MEM / CD / Chefs lieux de Fivondronana;
Nombre de population desservie Annuelle
JIRAMA Faritany; National
Nombre de Branchements MEM / CD / Chefs lieux de Fivondronana;
Annuelle
Particuliers JIRAMA Faritany; National
MEM / CD / Chefs lieux de Fivondronana;
Nombre de population desservie Annuelle
JIRAMA Faritany; National
Nombre total d’infrastructures
Chefs lieux de Fivondronana;
d’approvisionnement en eau JIRAMA / CD Annuelle
Faritany; National
potable
Nombre total de population Chefs lieux de Fivondronana;
JIRAMA / CD Annuelle
desservie par les infrastructures Faritany; National
Taux de desserte (taux d’accès) MEM / CD / Chefs lieux de Fivondronana;
Annuelle
par inventaires JIRAMA Faritany; National
Taux de desserte (taux d’accès) RGPH, EPM, Chefs lieux de Fivondronana;
Annuelle
par enquêtes MICS, etc. Faritany; National
Taux de couverture (nombre de
MEM / CD / Chefs lieux de Fivondronana;
Fivondronana disposant Annuelle
JIRAMA Faritany; National
d’infrastructure d’AEP)
Chefs lieux de Fivondronana;
Volume d’eau consommée JIRAMA Annuelle
Faritany; National
Milieu Rural
MEM /JIRAMA / Fivondronana; Faritany;
Nombre d'AEP Annuelle
Intervenants National
MEM /JIRAMA / Fivondronana; Faritany;
Nombre de population desservie Annuelle
Intervenants National
MEM / Fivondronana; Faritany;
Nombre de puits et forages Annuelle
Intervenants National
MEM / Fivondronana; Faritany;
Nombre de population desservie Annuelle
Intervenants National
Nombre total d’infrastructures
MEM /JIRAMA / Fivondronana; Faritany;
d’approvisionnement en eau Annuelle
Intervenants National
potable
Nombre total de population MEM /JIRAMA / Fivondronana; Faritany;
Annuelle
desservie par les infrastructures Intervenants National
Taux de desserte (taux d’accès) MEM /JIRAMA / Fivondronana; Faritany;
Annuelle
par inventaires Intervenants National
Taux de desserte (taux d’accès) RGPH, EPM, Fivondronana; Faritany;
Annuelle
par enquêtes MICS, etc. National

10
Assainissement

Sources
Indicateurs Périodes Niveau
d'indicateurs

Milieu urbain

Taux d’accès ou Pourcentage de


ménage utilisant les
Enquêtes RGPH, Fivondronana; Faritany;
infrastructures d’évacuation Annuelle
EPM, MICS, etc. National
d’excréta (Fosses septiques et
Latrines) par enquêtes
Inventaires des
Nombre d’infrastructures Fivondronana; Faritany;
Intervenants du Annuelle
réalisées dans les projets National
secteur

Milieu rural

Taux d’accès ou Pourcentage de


ménage utilisant les
Enquêtes RGPH, Fivondronana; Faritany;
infrastructures d’évacuation Annuelle
EPM, MICS, etc. National
d’excréta(Fosses septiques et
Latrines)
Inventaires des
Nombre d’infrastructures Fivondronana; Faritany;
Intervenants du Annuelle
réalisées dans les projets National
secteur

Allocations financières au secteur

Répartition des dépenses budgétaires du MEM et de la Direction de l’exploitation de l’eau (secteur eau et
assainissement) en milliards de FMG.

Indicateurs Sources d'indicateurs Périodes Niveau


RUBRIQUES
FONCTIONNEMENT MEM Annuelle National
% du Total MEM Annuelle National
Personnel MEM Annuelle National
% du Fonctionnement MEM Annuelle National
Biens & Services MEM Annuelle National
% du Fonctionnement MEM Annuelle National
INVESTISSEMENT MEM Annuelle National
% du Total MEM Annuelle National
TOTAL MEM MEM Annuelle National
Min. fin.& budg. / Lois des
Fonct MEM / Fonct. Etat Annuelle National
fin. / MEM
Min. fin.& budg. / Lois des
Invest MEM / Invest. État Annuelle National
fin. / MEM
Min. fin.& budg. / Lois des
Budget MEM / Budget Etat Annuelle National
fin. / MEM

11
Répartition des dépenses budgétaires de la Direction de l’exploitation de l’eau (secteur eau ) en milliards de
FMG.

Indicateurs Sources d'indicateurs Périodes Niveau


RUBRIQUES
FONCTIONNEMENT MEM / DEA Annuelle National
% du Total MEM / DEA Annuelle National
Personnel MEM / DEA Annuelle National
% du Fonctionnement MEM / DEA Annuelle National
Biens & Services MEM / DEA Annuelle National
% du Fonctionnement MEM / DEA Annuelle National
INVESTISSEMENT MEM / DEA Annuelle National
% du Total MEM / DEA Annuelle National
TOTAL DEA MEM / DEA Annuelle National
Min. fin.& budg. / Lois des fin.
Fonct DEA / Fonct. Etat Annuelle National
/ MEM
Min. fin.& budg. / Lois des fin.
Invest DEA / Invest. État Annuelle National
/ MEM
Min. fin.& budg. / Lois des fin.
Budget DEA /budget Etat Annuelle National
/ MEM

Répartition des dépenses budgétaires de l’AES (secteur eau ) en milliards de FMG.

Indicateurs Sources d'indicateurs Périodes Niveau


RUBRIQUES
FONCTIONNEMENT AES Annuelle National
% du Total AES Annuelle National
Personnel AES Annuelle National
% du Fonctionnement AES Annuelle National
Biens & Services AES Annuelle National
% du Fonctionnement AES Annuelle National
INVESTISSEMENT AES Annuelle National
% du Total AES Annuelle National
TOTAL AES AES Annuelle National
Min. fin.& budg. / Lois des
Fonct AES / Fonct. Etat Annuelle National
fin. / AES
Min. fin.& budg. / Lois des
Invest AES / Invest. AES Annuelle National
fin. / AES
Min. fin.& budg. / Lois des
Budget AES/Budget ETAT Annuelle National
fin. / AES

12
Répartition des dépenses budgétaires du SAGS (secteur assainissement ) en milliards de FMG

Indicateurs Sources d'indicateurs Périodes Niveau


RUBRIQUES
FONCTIONNEMENT MINSAN / SAGS Annuelle National
% du Total MINSAN / SAGS Annuelle National
Personnel MINSAN / SAGS Annuelle National
% du Fonctionnement MINSAN / SAGS Annuelle National
Biens & Services MINSAN / SAGS Annuelle National
% du Fonctionnement MINSAN / SAGS Annuelle National
INVESTISSEMENT MINSAN / SAGS Annuelle National
% du Total MINSAN / SAGS Annuelle National
TOTAL SAGS MINSAN / SAGS Annuelle National
Min. fin.& budg. / Lois des
Fonct SAGS / Fonct. MINSAN Annuelle National
fin. / MEM
Min. fin.& budg. / Lois des
Invest SAGS / Invest MINSAN. Annuelle National
fin. / MINSAN
Min. fin.& budg. / Lois des
Budget SAGS / Budget MINSAN Annuelle National
fin. / MINSAN
Min. fin.& budg. / Lois des
Budget SAGS / Budget ETAT Annuelle National
fin. / MINSAN

13
PARTIE I : DEMARCHE METHODOLOGIQUE

I.1 Introduction
Le gouvernement malgache a fait de la lutte contre la pauvreté son objectif principal et s'est engagé, par
conséquent, dans un processus de formulation d'une stratégie nationale de réduction de la pauvreté, dont les
grandes lignes sont traduites dans le Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté (DSRP) élaboré depuis
novembre 2000. La mise en œuvre de telles stratégies nécessite l'existence d'un certain nombre d'informations et
donc d'un système de production, d'analyse de données fiables devant permettre de faire le suivi de la pauvreté.

Dans la caractérisation de la pauvreté humaine plusieurs paramètres ont été utilisés touchant particulièrement les
secteurs de la Santé, l’Education, l’Eau et l’Assainissement. Ainsi, il est proposé d’effectuer ce processus de suivi-
évaluation entres autres par la mise en place du Tableau de Bord Social (TBS), qui se veut être l'outil par
excellence de suivi de la pauvreté.

Le présent rapport concerne les éléments à prendre en compte dans le TBS pour ce qui concerne le secteur de l’eau
et de l’assainissement. D’après les objectifs fixés en matière de système de suivi-évaluation le Tableau de Bord
Social devra permettre de :

apprécier la situation sociale de Madagascar, entre autres l'accès à l'Education, à la Santé ainsi qu'à l'Eau
et Assainissement.
mesurer les progrès réalisés dans la lutte contre la pauvreté.

A cet effet, il doit présenter, concernant le secteur de l’eau et de l’assainissement, les indicateurs choisis, les
approches utilisées pour acquérir les données, l’évolution du profil du secteur depuis 1997, la situation en 2001,
l’évolution attendue si les stratégies proposées dans le DSRP sont bien appliquées.

Les indicateurs à utiliser doivent être pertinents, c’est à dire avoir une caractéristique objective de l’état de
pauvreté, mesurables de façon pratique et systématique, représentatifs, accessibles, être en nombre restreint. Ils
doivent être inclus dans les catégories reconnues d’indicateurs, à savoir : les indicateurs de moyens (ressources
financières allouées au secteur), les indicateurs d’activités (utilisés pour mesurer les activités réalisées à partir des
ressources financières allouées, à contrôler les réalisations en cours, à apprécier l’exécution des projets et surtout la
progression vers les résultats visés), les indicateurs de résultats (utilisés pour mesurer les résultats intermédiaires),
et les indicateurs d’impacts (résultats obtenus à plus long terme du projet).

Pour le secteur de l’eau et de l’assainissement, les paramètres à étudier vont concerner l’accès aux infrastructures
d’approvisionnement en eau potable et l’utilisation des infrastructures d’évacuation d’excrétas.

La mesure de la pauvreté est effectuée entres autres par l’IDH (Indice de Développement Humain) dont le calcul
prend en compte directement le taux d’accès à l’eau potable et à l’assainissement. Aussi, il est particulièrement
important de suivre les indicateurs relatifs à ce secteur pour apprécier objectivement la situation de pauvreté à
travers l’évolution de l'IDH.

Pour l’eau potable, comme il ne peut pas être possible de contrôler la qualité de l’eau pour affirmer que celle-ci est
potable, c’est à dire répondant à des normes de qualité physico-chimique et bactériologique, les données collectées
et traitées vont se baser sur la nature de l’infrastructure prise en compte, ceci sera explicité dans la partie sur la
"Méthodologie".

Le choix de mesurer l’utilisation des infrastructures d’évacuation d’excrétas, en ce qui concerne


« l’assainissement », provient du fait que le concept « Assainissement » est trop vaste pour qu’on puisse le
considérer dans son ensemble.

Les indicateurs pour le suivi-évaluation du secteur Eau et Assainissement se rapporteront ainsi, à l’accès à l’eau
(nombre d’infrastructures, volume d’eau consommée, taux de desserte ou rapport du nombre de population utilisant
les infrastructures sur le nombre total de population pour les études par inventaire ou le pourcentage de ménages
utilisant les infrastructures sur le nombre total de ménages pour les études par enquête, en milieu rural et urbain, au
niveau national, par Fivondronana et par Faritany); à l’utilisation des infrastructures d’évacuation d’excrétas
(nombre d’infrastructures, taux d’accès ou pourcentage de ménages utilisant les infrastructures sur le nombre total
14
de ménages pour les études par enquête, en milieu rural et urbain, au niveau national, par Fivondronana et par
Faritany); à l’analyse des allocations de ressources financières au Ministère de l’Energie et des Mines et de la
direction chargée de la majorité des activités relatives à l’eau et à l’assainissement.

I.2. Présentation de la méthodologie utilisée pour la mise à jour des données

L’appréciation de la situation de l'Approvisionnement en Eau Potable et Assainissement (AEPA) peut être obtenue
soit à partir d’enquêtes auprès des usagers (approche par la demande), soit en comptant le nombre
d’infrastructures jugées fonctionnelles (approche par inventaire ou par l’offre).

I.2.1. L’approche « demande » ou par enquête

I.2.1.1. Système de collecte de données

Les statistiques de l'eau et de l'assainissement sont issues des recensements et des enquêtes auprès des ménages
(RGPH 1993, EPM 1993, 1997, 1999, ENDS 1992, 1997, MICS 1995- 2000, Enquêtes Emplois,) ainsi que des
Observatoires ruraux.

Les systèmes d’enquêtes auprès des ménages

A côté du recensement de la population de 1993, plusieurs systèmes d'enquêtes auprès des ménages ont été mis en
place ou sont en train de se mettre en place sur une base permanente ou du moins régulière :

- le Recensement Général de la Population et de l’Habitat (RGPH)


- les Enquêtes Permanentes auprès des Ménages (EPM),
- les Enquêtes Nationales Démographiques et de Santé (ENDS),
- les enquêtes MICS (Multiple Indicators Cluster Surveys),
- les enquêtes Emploi.

Le Recensement Général de la Population et de l’Habitat de 1993 n'avait pas été renouvelé depuis 1975. Il
marque le début d'une nouvelle période de collecte, après une interruption de près de 15 années. C'est lui qui va
permettre de reprendre les enquêtes auprès des ménages en fournissant une base de sondage appropriée et
actualisée. Son renouvellement est prévu en 2003.

Outre les principaux indicateurs démographiques, et notamment l'espérance de vie à la naissance, le recensement
permet de calculer les taux d'analphabétisme et les taux de scolarisation, ainsi que la proportion de ménages ayant
accès à l'eau potable et à l'assainissement.

Le système d'Enquêtes Permanentes auprès des Ménages (EPM) mis en place par l'INSTAT depuis 1993 est du
type LSMS (Living Standard Measurement Study). Le financement est apporté par la Banque Mondiale (et le
PNUD en 1993). Des enquêtes «communautaires» relèvent parallèlement des données objectives ou d'opinion
auprès d'informateurs sur les services éducatifs et sanitaires disponibles et leurs utilisations (ainsi que des données
sur les variations saisonnières et conjoncturelles ou encore sur l'utilisation des terres et les priorités de
développement) sur un échantillon de localités (fokontany) où sont tirés les ménages-échantillon. La périodicité de
l'enquête «permanente» n'est pas régulière mais on considère que l'enquête est susceptible d'être renouvelée au
cours d'un laps de temps inférieur à 5 ans. La première enquête de la série (1993) a été une enquête dite «intégrale»,
les deux suivantes (1997 et 1999) étant des enquêtes dites «prioritaires».

Les principaux thèmes abordés sont : les caractéristiques démographiques, la santé et la malnutrition, l'éducation, la
population active et l'emploi, le logement et l'accès aux services, l'élevage et les activités agricoles, les entreprises
non agricoles, les dépenses et revenus des ménages, auxquels se rajoutent dans les enquêtes intégrales : la
migration, les avoirs des ménages, les femmes chefs de ménages. Il convient de noter que les résultats de ces
enquêtes ne sont pas toujours comparables entre eux ou avec ceux d'autres sources.

Les Enquêtes Nationales Démographique et Sanitaire (ENDS 1992 et 1997) appartiennent à la famille des
enquêtes DHS (Démographie and Health Surveys) qui ont été réalisées dans de nombreux pays (en Afrique
notamment) et qui font suite à l'Enquête Mondiale sur la Fécondité des années 1970. Leur financement est apporté
par USAID. Leur objectif étant de mesurer la fécondité et d'identifier les moyens de sa maîtrise, les principaux

15
indicateurs fournis par ces enquêtes concernent la santé et la mortalité des femmes et des enfants. Cependant,
beaucoup d'efforts ont été faits en vue de mieux prendre en compte les facteurs activité et éducation censés avoir un
impact important sur les niveaux de fécondité.

La prochaine enquête ENDS est prévue pour 2002. Cependant, la périodicité quinquennale de ces enquêtes est
apparue insuffisante pour permettre un suivi efficace susceptible de se traduire par des interventions rapides.

L'Enquête MICS (Multiple Indicators Cluster Survey) a été réalisée une première fois en 1995 (seuls des
résultats provisoires et partiels ont été publiés et l'on considère qu'il s'agissait d'un test de la méthode) et une
seconde enquête est en cours de réalisation par l'INSTAT (2000) sur financement de l'US AID et de l'UNICEF.

Les indicateurs recherchés sont ceux qui correspondent au Plan d'action défini pour la décennie de l'Enfance :
mortalité infantile, mortalité maternelle, accès à l’eau potable et à l'assainissement, niveau d'éducation,
analphabétisme, planification familiale, soins prénatals, poids à la naissance, carence en iode et en vitamine A,
allaitement, couverture vaccinale, maladies diarrhéiques, infections respiratoires, handicaps, travail des enfants de 6
à 17 ans, indicateurs des droits de l'enfant, couverture d'état civil.

Les Enquêtes Emploi et sur le Secteur Informel sont utilisées pour avoir une connaissance de la population
active. C'est dans une telle perspective que l'INSTAT (dans le cadre du projet MADIO, sur financement de l'Union
Européenne et de la Coopération Française) a lancé une enquête 1-2-3 sur la ville d'Antananarivo en 1995,
renouvelée en 1998.

La première phase (enquête emploi) a été réalisée en 1995, 1997, 1998 et 1999. Elle comporte plusieurs modules :
emploi actuel des personnes âgées de 10 ans et plus (type d'activité : occupé, chômeur, inactif), activité principale
(profession, branche, statut, rémunération, caractéristiques de l'entreprise - statut légal, taille, enregistrement),
activité secondaire, recherche d'emploi par les occupés (mesure du sous-emploi), chômage, trajectoire et
perspectives. En l'an 2000, l'enquête emploi a été étendue à l'ensemble des chefs-lieux de province ainsi
qu'Antsirabe, à raison de 3000 ménages à Antananarivo, et 500 ménages dans chacune des 6 autres villes.
L'échantillon global s'élève ainsi à 6000 ménages.

La seconde phase (enquête sur le secteur informel) consiste en un questionnaire portant sur les caractéristiques de
l'entrepreneur, de l'entreprise, de la main d'œuvre et sur les résultats de l'activité en terme de production,
consommations intermédiaires, valeur ajoutée et revenu. Elle a été réalisée en 1995 et 1998 sur un peu plus d'un
millier d'unités à l'échelle d'Antananarivo et devrait l'être en 2001, à l'échelle des 7 villes. Il en est de même de la
troisième phase sur la consommation des ménages.

Les systèmes d’observatoires

Les systèmes d'observatoires se veulent un moyen d'assurer un suivi léger et rapide des tendances d'indicateurs
socio-économiques, sacrifiant la représentativité des échantillons à la disponibilité rapide des tendances à court
terme.

Les observatoires ruraux de MADIO portent sur 4 régions [Vakinakaratra, Antalaha-Sambava (vanille), Marovoay
(riz) et Tuléar], suivies depuis 1995 à raison de près de 500 ménages par région, une quinzaine de villages étant
suivis en tout (soit 2.179 ménages représentant 12.427 personnes). Ce système a été récemment étendu et s'est
constitué en Réseau des Observatoires Ruraux. Il porte désormais sur 13 observatoires en 1999 (Manjakandriana,
Ambatondrazaka, Fénérive Est, Antsohihy, Tsiroanomandidy, Farafangana, Ambovombe, Bekily, Bongolava), et
16 à partir de l'année 2000 (Itasy, Fianarantsoa, Morondava). En tout, il s'agit donc d'une opération de collecte
portant sur près de 8000 ménages ruraux. Les financements sont assurés par le projet MADIO (Union Européenne),
la Coopération Française et plusieurs autres bailleurs de fonds (GTZ, Coopération Suisse) qui, étant donné la
souplesse du système et moyennant l'acceptation d'une charte, proposent le financement d'un nouvel observatoire
dans telle ou telle région.

42% des ménages initiaux seulement ont pu être suivis et la représentativité n'étant pas l'objectif poursuivi, l’étude
ne peut conduire qu'à des conclusions limitées. Un autre problème est posé par la représentativité des localisations
choisies. Dès lors on peut se demander si les populations encadrées et aidées peuvent être représentatives de
situations contextuellement identiques.

I.2.1.2. Traitement des données


16
Les résultats des enquêtes (voir les données brutes dans la partie VI "Statistiques diverses") sont des pourcentages
de ménages ayant accès à différents types d’infrastructures. Les calculs effectués consistent à faire la somme des
pourcentages d’accès à des infrastructures considérés comme pouvant donner de l’eau potable (voir la définition
dans la partie « concepts utilisés »), pour la partie « Eau potable », et la somme des pourcentages d’accès à des
infrastructures d’évacuation d’excrétas acceptables (voir la définition dans la partie « concepts utilisés »), pour la
partie « Assainissement ».

Les résultats des enquêtes RGPH, ENDS, EPM, MICS, ont été utilisés pour estimer des taux de desserte (ou taux
d’accès), par milieu (rural, urbain), au niveau national) ou par Faritany.

Les résultats des enquêtes « Emploi » et des « Observatoires ruraux » ne peuvent pas être extrapolés au niveau
région, Faritany, national, urbain ou rural, car les centres observés ne peuvent pas être considérés comme
représentatifs.

La partie « assainissement » ne peut être valablement traitée en ce qui concerne les taux d’accès par milieu, par
Faritany et au niveau national, que par l’approche « enquête », car il n’est pas possible d’entreprendre un inventaire
des infrastructures d’évacuation d’excrétas.

I.2.2. L’approche « par inventaire» ou «par l’offre»

I.2.2.1. Collecte de données

Le Ministère de l'Energie et des Mines a mis en place un système de collecte et de traitement d’informations en
collaboration avec les intervenants du secteur. Ce système est basé sur ce qu’on appelle le WASAMS (Water and
Sanitation Monitoring System). Pour ce système des fiches sont envoyés aux intervenants en leur demandant de les
remplir. Ces fiches se présentent comme suit :

Fiches WASAMS

Eau potable

Système d'adduction d'eau en milieu rural

Pop
Locali Types
N° N° Fivon- Firaisa .de Pop. Conduite Conduite Nb Année de Agence
Faritany Localité sation d’addu
ordre d'inventaire dronana na s. Total amenée distribution BF réalisation d'exécution
ction
X Y

Système d'adduction d'eau en milieu urbain

1. pour les infrastructures gérées par les communes

Localisa Pop.de Types


N° N° Fivondro Firaisa tion s. Pop.T Conduite Conduite Nb Année de Agence
Faritany Localité d’adducti
ordre d'inventaire nana na otal amenée distribution BF réalisation d'exécution
X Y on

2. pour les infrastructures gérées par la Jirama

Centres Pop Nombre Consommation en m3 Cons en m3 Pop dess Taux de Pop


Totale BP BF BP BF Totale Totale desserte Totale

Puits et forages

Localisati Nivea
N° Fivo Profo Pop Moyen
N° Farit on u Aquif Année de Agence
d'inven ndro Localité Type ndeur Débit desser d’exha Pop total
ordre any X Y Z statiq ère réalisation d'exécution
taire nana vie ure
ue

Assainissement

N° Farita Fivondr Locali Localis Pop nbre de ménage Année de Agence Agence de
N° Type nombre de ménage nombre
ordre ny onana té ation desservie dans le village réalisation d'exécution financement
d'inventa disposant de de
17
d'inventa disposant de de
X Y
ire latrines latrines

Intervenants du secteur

Les intervenants qui ont fourni les données sont :

Eau potable

Milieu urbain

- La JIRAMA
- Le MEM
- Le Projet IPPTE
- Le Projet « dotations pour les collectivités décentralisées »
- L’ANAE
- L’ONG TARATRA
- L’AES
- l’Association « SANDADRANO »
- L’Association « FAMONJENA »
- L’Association « MIARINTSOA »

18
Milieu rural

- La JIRAMA
- Le MEM
- Le PAEPAR (financement Banque mondiale)
- L’AEPSPE (financement UNICEF)
- Le Projet « 150 forages dans le Sud » (financement UNICEF)
- Le Projet IPPTE
- Le Projet « développement des eaux souterraines dans la région Sud-ouest » (financement japonais)
- Le Projet « dotations pour les collectivités décentralisées »
- l’ANAE
- l’ONG TARATRA
- FIKRIFAMA
- CARITAS
- SAF-FJKM
- La « COMPOSANTE EAU » du Programme de « mise en place des moyens d’existence durable » financé par
le PNUD
- Le FID
- Le PGED
- AIDE et ACTION
- L’ONE
- SAHA (coopération SUISSE)
- L’AES
- L’Association « FAMONJENA »
- L’Association « MIARINTSOA »
- CARE
- BRGM

Assainissement

Milieux urbain et rural

- L’association « FAMONJENA »
- L’association « MIARINTSOA »
- L’association « FRERES SAINT GABRIEL » de TOAMASINA
- Le FID
- CARE
- Le SAGS (MINSAN) du programme AEPSPE (financement UNICEF)

I.2.2.2. Traitement des données

Eau potable

Milieu urbain

comptage du nombre d’infrastructures par Fivondronana, puis par Faritany, à partir des données obtenues
concernant tous les chefs lieux de Fivondronana venant de la JIRAMA (en éliminant les centres chefs-lieux de
Firaisana qui seront considérés dans le milieu rural) et concernant les autres centres dont les installations sont
gérées par les communes.

calcul du taux de desserte par Fivondronana, puis par Faritany, et enfin pour Madagascar, à partir des
informations relatives au nombre de bornes fontaines et branchements particuliers, d’estimations du nombre de
population utilisant ces infrastructures, d’estimations du nombre de populations dans ces chefs lieux de
Fivondronana, d’estimation du nombre total de population sur le plan national.

calcul des volumes d’eau consommée dans les centres gérés par la JIRAMA.

Milieu rural
19
comptage du nombre d’infrastructures par Fivondronana, puis par Faritany, à partir des données fournies par la
JIRAMA et les intervenants du secteur.

calcul du taux de desserte par Faritany, et enfin pour Madagascar, à partir des informations relatives au nombre
d’infrastructures, d’estimations du nombre de population utilisant ces infrastructures, d’estimations du nombre
de populations dans les Fivondronana, d’estimation du nombre total de population sur le plan national.

Madagascar tous milieux confondus

calcul du taux de desserte pour Madagascar tous milieux confondus.

Assainissement

comptage du nombre de fosses septiques et latrines réalisées par les intervenants du secteur dans leurs zones de
projets, classés par Faritany avec le total sur le plan national. Ce comptage est réalisé pour évaluer l’impact des
projets exécutés par les intervenants, par le constat de l’évolution du nombre de réalisations et aussi pour
apprécier le changement de comportement des populations suite aux activités d’IEC. Si le nombre
d’infrastructure mise en place augmente, cela peut être évalué comme une réponse positive des populations aux
messages d’éducation à l’hygiène leur demandant de recourir à l’utilisation de ces infrastructures pour
l’évacuation des excrétas. L’étude par inventaire de l’accès aux infrastructures d’évacuation d’excrétas ne peut
pas être utilisée pour les calculs de taux d’accès.

En ce qui concerne les données sur les ressources financières, les informations sont demandées auprès de la
Direction administrative et financière du MEM, auprès de la Direction Générale du Budget de la Vice primature
chargée des finances et du budget, et auprès de la Direction des investissements. Le suivi des allocations
financières sera effectué :

Eau potable :

- Le budget du MEM
- Le budget de la DEA
- Le rapport des budgets MEM / ETAT
- Le rapport des budgets DEA / MEM
- Le rapport des budgets DEA / ETAT
- Le budget AES

Assainissement

- Le budget du SAGS
- Le rapport des budgets SAGS / MINSAN
- Le rapport des budgets SAGS / ETAT

Ce suivi a comme objectif d’apprécier l’importance donnée par le gouvernement au secteur de l’eau et de
l’assainissement, et de vérifier que ce secteur est bien considéré comme une priorité, comme annoncé dans le
DSRP et dans les engagements pris par les autorités de Madagascar au niveau international comme lors du Sommet
Mondial de Copenhague de Mars 1995. Durant cette rencontre, un bilan critique des actions de développement
effectué au début des années 90 a permis à la communauté internationale de se convaincre que l’accès des
populations aux Services Sociaux Essentiels (SSE), à savoir entres autres l’accès à l’eau et à l’assainissement,
constitue l'un des moyens les plus rentables et les plus efficaces dans la lutte contre la pauvreté. Pour traduire cette
nouvelle perspective en actes, les pays en développement et leurs partenaires ont pris l’engagement de :

• Porter à 0,7% du PNB l’Aide Publique au Développement (APD) ;


• Consacrer en moyenne 20% des dépenses budgétaires et 20% de l’aide publique au développement au
financement des services sociaux essentiels (SSE).

I.3. Rappel des concepts à utiliser et des méthodologies de calculs

Concept milieu urbain et milieu rural


20
1° milieu urbain : les chefs lieux des Fivondronana de Madagascar sauf les Fivondronana II, les Fivondronana
d’Antananarivo Avaradrano et d’Antananarivo Atsimondrano.
2° milieu rural : les Fivondronana II, les Fivondronana d’Antananarivo Avaradrano et d’Antananarivo
Atsimondrano, et toutes les autres localités qui ne sont pas des chefs lieux de Fivondronana.

Estimation de la population

Le nombre de population est obtenue par des calculs d’extrapolation des données du RGPH. Il est donné :

• le nombre total de population en milieu urbain (le nombre total des populations vivant dans les chefs-lieux de
Fivondronana sauf des Fivondronana II, Fivondronana d’Antananarivo Avaradrano et d’Antananarivo
Atsimondrano) ;

• le nombre total de population en milieu rural (le nombre total des populations vivant dans les Fivondronana II,
les Fivondronana d’Antananarivo Avaradrano et d’Antananarivo Atsimondrano, et toutes les autres localités
qui ne sont pas chefs lieux de Fivondronana. (Le chiffre est obtenu en prenant le nombre total de population du
Fivondronana et en y enlevant le nombre de population vivant dans les chefs-lieux de Fivondronana sauf les
Fivondronana II, Fivondronana d’Antananarivo Avaradrano et d’Antananarivo Atsimondrano).

Estimation de la population desservie (ou utilisant les infrastructures pour l’accès à l’eau
potable par l’approche par inventaire).

Le nombre de population desservie en eau potable pour les calculs sur les données d’inventaires est obtenu à partir
des hypothèses suivantes :

Milieu urbain

• Nombre de personne utilisant chaque infrastructure (hypothèses proposées par JIRAMA) :

- 10 habitants par BP
- 500 habitants par BF

La JIRAMA utilise dans ses tableaux d’inventaires des définitions différentes qui ne se réfèrent pas directement
aux Branchements Particuliers (BP) et aux Bornes Fontaines (BF) qui sont les catégories d’infrastructures prises en
compte dans l’étude par « inventaire ». Les concepts utilisés pour ramener les usagers dans les catégories utilisées
sont les suivants :

a. Branchements Particuliers (BP)

a.1. Abonnés particuliers :

- petits consommateurs,
- gros consommateurs.

a.2. Administration (non comptabilisés dans les données 1997 à 2000)

- petits consommateurs,
- gros consommateurs.

a.3. Usagers spéciaux (non comptabilisés dans les données 1997 à 2000)

- ports,
- chantiers divers (branchement temporaire)

a.4. JIRAMA (non comptabilisés dans les données 1997 à 2000)

- cession diverse (eau et électricité)


- agents
21
b. Bornes Fontaines (BF)

- services communaux,
- bornes fontaines (publiques et privées),
- autres infrastructures.

Milieu rural

• Nombre de personne utilisant chaque infrastructure (hypothèses proposées par le MEM) :

- Puits ou Forage équipé d’une pompe à main : 200 personnes


- Adduction d’eau gravitaire ou par pompage : 500 personnes

Taux de desserte ou taux d'accès à l'eau potable (approche par inventaire)

Population desservie
Taux de desserte = Taux d’accès = ---------------------------------------------
Population totale

Taux de couverture

Ce taux est utilisé pour analyser le nombre de Fivondronana ou de communes concernées par les infrastructures.

Nombre de Fivondronana disposant d’infrastructure


Taux de couverture = -------------------------------------------------------------------------------
Nombre total de Fivondronana

«Eau potable»

Une eau est dite «potable» quand elle obéit à des normes fixées par voie réglementaire à des paramètres physico-
chimiques et bactériologiques. Comme il n’est pas possible, aussi bien dans l’approche par «inventaire» que dans
l’approche «par enquête» d’effectuer des analyses complètes pour vérifier la qualité de l’eau, il est admis qu’on
peut considérer que l’eau est potable quand elle provient d’infrastructures protégées contre les pollutions. Ainsi
l’eau est considérée potable quand elle provient des infrastructures suivantes :

Approche par inventaire

puits et forages munis de moyen d’exhaure adéquat


système d’approvisionnement en eau gravitaire
système d’approvisionnement en eau par pompage
Bornes fontaines
Branchements particuliers

Approche par enquête

Tableau 9 : Présentation des infrastructures qui sont considérées comme pouvant fournir de l’eau potable.

Enquête Observatoires
RGPH 93 EPM ENDS MICS
emploi 2001 ruraux
Branchement Robinet dans le Robinet
Eau courante Plomberie intérieure Robinet
particulier logement intérieur
Pompe Robinet dans la Robinet
Robinet intérieur Borne fontaine Borne fontaine
publique cour extérieur
Pompe Forage, puits, puisard
Robinet privé externe Borne fontaine Borne fontaine Puits amélioré
aspirante dans le logement
Robinet public Puits à pompe
Puits avec pompe

22
Infrastructures d'évacuation d'excrétas acceptables

Il n’est pas possible dans le cadre du suivi-évaluation du secteur «assainissement» de définir des indicateurs
maniables et pratiques pouvant prendre en compte l’ensemble du concept. Il est décidé de considérer la définition
suivante : l'«assainissement» est l’utilisation par la population des installations d’évacuation d'excrétas rompant la
voie de transmission féco-orales de maladie. Dans cette définition sont considérées comme adéquates (ou
acceptables) les infrastructures suivantes :

Approche par inventaire

Fosse septique
Latrines à fosse ventilées et améliorées

Approche par enquête

Avec chasse d’eau, latrines et tinettes (ou fosses sommaires), pour ENDS, RGPH et EPM
Les fosse septiques, les latrines avec dalles ventilées, les latrines avec dalles non ventilées, les latrines
traditionnelles et les fosses improvisées /perdues, pour MICS 2000.

Taux d’accès aux infrastructures d’évacuation d’excrétas, utilisé dans l’approche par enquête

Nombre de ménages utilisant l’infrastructure


Taux d’accès = ----------------------------------------------------------------------
Nombre total de ménage

Pourcentage de population et pourcentage de ménage

Dans les calculs effectués par l’approche par inventaire, on se réfère au nombre de population, notamment dans les
estimations des taux d’accès ou taux de desserte à l’eau potable. Dans l’approche par enquête, par contre, on utilise
le nombre de ménages, aussi bien pour les taux d’accès à l’eau potable que pour l’accès aux infrastructures
d’évacuation d’excrétas. Ceci pourrait être aussi une des causes des légères différences de valeurs des taux d’accès
à l’eau potable obtenus par les 2 approches.

23
PARTIE II : SITUATION DU SECTEUR EAU ET ASSAINISSEMENT EN 2001

II.1. Présentation de la répartition des ressources en eaux à Madagascar

L’appréciation globale sur la situation de l’accès aux services d’eau et d’assainissement nécessite de connaître la
répartition des ressources en eaux de Madagascar. Madagascar est divisé en 4 zones hydro-climatiques :

La zone des hauts plateaux cristallins et métamorphiques, occupent les deux tiers de sa superficie, climat
tropical d’altitude, à pluviométrie moyenne (comprise entre 1000 et 2000 mm), température variant de
16°C à 20°C.
La zone sédimentaire de l’Est, du Nord, et du Nord Ouest, à climat tropical humide et à pluviométrie
élevée (supérieure à 2000 mm de pluie par an) avec une température variant de 26°C au Nord à 23°C au
Sud.
La zone sédimentaire de Mahajanga – Tuléar, climat tropical sec, à faible pluviométrie (pluviométrie
décroissant de 1000 à 500 mm du Nord au Sud), températures allant de 26°C au Nord à 24°C au Sud.
L’extrême Sud, climat tropical semi-aride, pluviométrie comprise entre 500 mm et 300 mm du Nord au
Sud, température 24°C.

II.2. Situation du secteur pendant l'Année 2001

II.2.1. Approvisionnement en eau potable

II.2.1.1. Résultats de l’étude par l’approche inventaire :

Milieu urbain

$ Taux d’accès et taux de couverture

Tableau 10 : Taux de desserte (ou taux d’accès) et taux de couverture en milieu urbain par Faritany en 2001,
calculés à partir des données de la JIRAMA et d’informations obtenues sur les infrastructures
gérées par les communes
Nombre de
Pop. Nombre total de Fivondronana
Nb pop. Taux de Taux de Fivondronana
Faritany Urbain Fivondronana disposant
Desservie. desserte couverture sans adduction d’eau
totale du milieu urbain d’infrastructure
d’adduction d’eau

Antsiranana 242 050 230 122 100,00% 8 8 100%

Ambatomainty, Kandreho,
Mahajanga 364 220 382 443 95,24% 20 17 85%
Soalala

Miandrivazo,
Toliary 371 220 531 616 69,83% 20 17 85%
Beroroha,Benenitra
Vondrozo,Nosy
Fianarantsoa 391 930 7 893 66,18% 22 16 72,7% Varika,Midongy
atsimo,Iakora,Befotaka

Antananarivo 1 368 500 2 182 672 62,70% 16 15 93,75% Andramasina

Amparafaravola, Antanambao-
Toamasina 283 740 599 297 47,35% 17 13 76% Manampotsy,
Maroantsatra,Marolambo
Madagascar 3 021 660 4 518 387 66,87% 103 86 83,5%
Sources : MEM/DEA ; JIRAMA ; INTERVENANTS- nos propres calculs

Cette étude permet aussi de faire une analyse de la répartition actuelle des infrastructures d’eau existantes par
Faritany et ceci en vue de pouvoir déterminer une orientation des actions futures devant permettre d’intervenir vers
les zones présentant des retards en termes d’accessibilités aux services d’eau.
24
Les chiffres concernent tous les chefs lieux de Fivondronana et il apparaît que l’accès est total pour le Faritany
d’Antsiranana et que la situation la plus faible est celle de Toamasina. Par ailleurs, il y a encore 17 chefs-lieux de
Fivondronana qui n’ont pas d’AEP.

Dans les 5 Faritany (autre qu’Antsiranana), beaucoup de populations urbaines n’ont pas encore accès à l’eau
potable.

$ Consommation d’eau potable par centres urbains

Tableau 11 : Consommation d’eau potable par les infrastructures des centres urbains gérées par la JIRAMA,
(données jusqu'au mois de Novembre)

2001 (Données jusqu'au mois de Novembre)


CENTRES Consommation en m3 Cons Totale
BP BF en m3
ANTANANARIVO 21 103 398 5 126 152 26 229 550
Périphérie 1 264 607 63 057 1 327 664
Antsirabe 3 050 497 616 018 3 666 515
Antanifotsy 28 536 10 327 38 863
Soavinandriana 45 749 10 030 55 779
Ambatolampy 161 088 64 414 225 502
Tsiroanomandidy 131 865 234 602 366 467
Miarinarivo 99 285 29 650 128 935
Fenoarivo Centre 11 956 3 797 15 753
SOUS TOTAL 25 896 981 6 158 047 32 055 028

MAHAJANGA 3 467 652 991 645 4 459 297


Antsohihy 251 547 96 507 348 054
Marovoay 105 709 136 651 242 360
Maevatanana 105 715 63 203 168 918
Ambato-boéni 72 251 72 251
Morafenobe 10 975 10 716 21 691
Besalampy 15 182 15 816 30 998
Mandritsara 101 951 70 208 172 159
Mitsinjo 19 235 19 235
Port-bergé 88 015 46 064 134 079

2001 (Données jusqu'au mois de Novembre)


CENTRES Consommation en m3 Cons Totale
BP BF en m3
Mampinkony 34 342 30 643 64 985
Maintirano 110 627 36 440 147 067
Befandriana-Nord 39 150 23 708 62 858
Antsalova 14 292 3 592 17 884
SOUS TOTAL 4 436 643 1 525 193 5 961 836

TOAMASINA 2 946 874 213 317 3 160 191


Soanierana Ivongo 9 263 10 564 19 827
Mahanoro 27 514 27 514
Fénérive Est 102 425 102 425
Ambatondrazaka 337 192 241 191 578 383
Moramanga 263 972 164 309 428 281
Sainte Marie 44 854 28 259 73 113
Vatomandry 36 436 3 584 40 020
SOUS TOTAL 3 768 530 661 224 4 429 754

25
ANTSIRANANA 3 942 406 842 947 4 785 353
Sambava 145 116 58 299 203 415
Antalaha 258 000 174 122 432 122
Ambanja 172 848 33 792 206 640
Andapa 98 252 46 326 144 578
Vohémar 128 244 83 755 211 999
SOUS TOTAL 4 744 866 1 239 241 5 984 107

FIANARANTSOA 1 420 364 293 906 1 714 270


Manakara 259 667 138 705 398 372
Mananjary 128 584 91 125 219 709
Farafangana 114 409 88 367 202 776
Ambositra 308 706 79 756 388 462
Vangaindrano 45 899 21 432 67 331
Vohipeno 18 695 18 695
Ivohibe 8 058 3 552 11 610
SOUS TOTAL 2 304 382 716 843 3 021 225

TOLIARY 2 136 241 706 786 2 843 027


Fort Dauphin 497 138 93 681 590 819
Tsihombe 10 226 1 778 12 004
Amboasary Sud 21 661 6 670 28 331
Betioky 39 227 18 857 58 084
MorondavA 448 000 212 957 660 957
Belo/tsiribihina 83 114 25 688 108 802
Betroka 45 955 42 794 88 749
Ampanihy 28 438 8 109 36 547
Manja 22 174 23 403 45 577
Morombe 68 353 23 125 91 478
Belo/tsiribihina 83 114 25 688 108 802
Bekily 35 212 1 622 36 834
Mahabo 43 821 43 821
SOUS TOTAL 3 479 560 1 165 470 4 645 030

TOTAL GENERAL 44 630 962 11 466 018 56 096 980


Sources : MEM/DEA ; JIRAMA

Ce tableau permet de voir la situation des consommations d’eau dans les chefs lieux de Fivondronana dont les
installations sont gérées par la JIRAMA. Ces données seront de bons indicateurs pour suivre l’évolution des
conditions de niveau de vie dans ces centres.

$ Consommation d’eau potable par Faritany

Tableau 12 : Total de la consommation d’eau potable par les infrastructures des centres urbains gérées par la
JIRAMA, par Faritany (en m3) (Données jusqu'au mois de Novembre 2001)

Consommation
Faritany BP BF
totale
Antananarivo 25 896 981 6 158 047 32 055 028
Antsiranana 4 744 866 1 239 241 5 984 107
Mahajanga 4 436 643 1 525 193 5 961 836
Toliary 3 479 560 1 165 470 4 645 030
Toamasina 3 768 530 661 224 4 429 754
Fianarantsoa 2 304 382 716 843 3 021 225
Madagascar 44 630 962 11 466 018 56 096 980
Sources : MEM/DEA ; JIRAMA - nos propres calculs

26
Il apparaît qu’il faut entreprendre de nouvelles actions pour développer l’accès à l’eau potable en milieu urbain
dans les Faritany de Fianarantsoa et Toamasina, mais aussi dans le Faritany d’Antsiranana en ce qui concerne les
bornes fontaines. Les consommations en eau sont très élevées pour le Faritany d’Antananarivo (32 millions de m3
bien que le taux de desserte se situe à 62,70%. Pour arriver à 100%, il y a une nécessité d’effectuer de gros
investissements pour accroître la production.

Dans les autres Faritany les valeurs se trouvent entre 3 millions de m3 (Fianarantsoa) et 6 millions de m3
(Antsiranana). Pour Antsiranana cette valeur correspond à un taux de 100% aussi bien en desserte qu’en
couverture.

$ Evolution en milieu urbain du nombre d’infrastructures et du taux de desserte de 2000 à 2001

Tableau 13 : Evolution en milieu urbain du nombre d’infrastructures et du taux de desserte par les données
d’inventaires concernant tous les chefs lieux de Fivondronana constituant le milieu urbain,
calculés à partir des données de la JIRAMA et d’informations obtenues sur les infrastructures
gérées par les communes en 2000-2001

Année 2000 2001 Taux d’évolution


Nombre Bornes Fontaines 3 420 4 065 18,86%
Nombre Branchements Particuliers 90 814 98 916 8,92%
Taux de desserte national 59,74% 66,87% 7,13%
Sources : MEM/DEA ; JIRAMA - nos propres calculs

Les chiffres se sont améliorés grâce à l’augmentation du nombre d’infrastructures mises en place (projets KFW,
programme AEPSPE, programme IPPTE, actions de SANDADRANO), les efforts de la JIRAMA pour la
réhabilitation et la remise en fonctionnement des bornes fontaines, l’accroissement des branchements particuliers
pour les nouvelles habitations, mais aussi par la prise en compte pour 2001 des infrastructures d’AEP gérées par les
communes.

27
Milieu rural

$Taux de desserte par Faritany

Tableau 14 : Taux de desserte en milieu rural par Faritany en 2001

Total
Total Population
Population Taux de desserte
Rurale
Desservie
Toliary 520 847 1 728 472 30,13%
Antananarivo 388 613 2 702 286 14,38%
Mahajanga 107 237 1 373 204 7,81%
Fianarantsoa 191 546 2 810 282 6,82%
Toamasina 107 864 2 029 627 5,31%
Antsiranana 46 150 971 904 4,75%
Madagascar 1 362 257 11 615 775 11,73%
Sources : MEM/DEA ; JIRAMA ; INTERVENANTS- nos propres calculs

Le taux est élevé pour Toliary du fait de nombreuses infrastructures réalisées par les projets du gouvernement (sur
financement des Bailleurs de Fonds comme : la Banque mondiale, l'Unicef, le PNUD et de Japonais), par les ONGs
(TARATRA, Aide et action, PGED ), par l’AES.

Mahajanga, Toamasina, Fianarantsoa ont pu bénéficier de quelques projets de construction de forages et de puits
munis de pompes à mains (projets Japonais, UNICEF) ainsi que d’adductions d’eau gravitaire (PAEPAR et projets
des ONGs FIKRIFAMA, CARITAS, SAF-FJKM). Pour Antananarivo et Fianarantsoa, il y a surtout les adductions
d’eau gravitaire réalisées par le PAEPAR et les ONGs tels que : FIKRIFAMA, CARITAS et SAF-FJKM.

Les activités ont été assez limitées dans la province d’Antsiranana. La situation est faible en milieu rural par
rapport à celle du milieu urbain. Les interventions devront se développer en priorité vers les Faritany d’Antsiranana
et de Toamasina. Dans tous les cas le Faritany de Toamasina se trouve en retard en ce qui concerne l’accès à l’eau
potable.

$ Evolution en milieu rural du nombre d’infrastructure et du taux de desserte en 2000 et 2001

Tableau 15 : Evolution en milieu rural du nombre d’infrastructure et du taux de desserte par les données
d’inventaires, venant de la JIRAMA et des intervenants du secteur, concernant toutes les
localités de tous les Fivondronana constituant le milieu rural en 2000-2001.

Année 2000 2001 Taux d’évolution


Adduction d’Eau Potable 1 179 1 292 9,58%
Puits et Forages 2 549 2 973 16,63%
Taux de desserte national 9,90% 11,73% 1.83%
Sources : MEM/DEA ; JIRAMA ; INTERVENANTS- nos propres calculs

Le constat est qu'il y a une évolution positive due probablement aux résultats des travaux effectués par le PAEPAR,
l’AEPSPE, l’IPPTE et les activités des ONGs.

28
Taux de desserte tous milieux confondus

$ Evolution du taux de desserte tous milieux confondus de 2000 à 2001

Tableau 16 : Evolution du taux de desserte tous milieux confondus, calculé à partir des données d’inventaire

Taux
Population 2000 2001
d’évolution
Population desservie milieu urbain 2 618 140 3 021 660 15,41%
Population desservie milieu rural 1 099 300 1 362 257 23,92%
Population totale desservie 3 717 440 4 383 917 17,93%
Population totale malgache 15 642 275 16 134 162 3,14%
Taux de desserte national milieux urbain et rural 23,77% 27,17% 3,40%
Sources : MEM/DEA ; JIRAMA; INTERVENANTS - nos propres calculs

Les taux par enquêtes et par inventaires en 99 et 2000 sont cohérents avec les chiffres de 2001 obtenus par
l’approche inventaire. Il y a une évolution qui paraît rationnelle : de 24 % à 27 %.

$ Comparaison évolution du taux de desserte tous milieux confondus par Faritany de 1999 à 2001 entre les 2
approches.

Tableau 17 : Comparaison des taux de desserte en eau potable entre 99 et 2000, milieux urbain et rural
confondus, par Faritany

1999 2000 2001


Taux de desserte Taux de desserte Taux de desserte
Par enquêtes Par inventaires Par enquêtes Par inventaires Par enquêtes Par inventaires
Tananarive 39,1 30,88% 43,1 32,53% Non disponible 35,97%
Fianarantsoa 13,3 13,50% 9,8 15,21% Non disponible 17,15%
Toamasina 20,2 11,70% 14,1 12,44% Non disponible 14,90%
Mahajanga 20,3 20,96% 19,2 23,64% Non disponible 26,85%
Toliary 22,0 28,69% 24,9 32,08% Non disponible 39,47%
Antsiranana 13,5 20,84% 21,1 21,48% Non disponible 23,98%
Madagascar 20,87% 21,97% 24% 23,77% 24,4% 27,17%
Source : EPM 99 - MICS 2000- nos calculs

Les chiffres obtenus par inventaire sont toujours plus faibles en comparaison avec ceux obtenus par enquête.
L’évolution par année est rationnelle pour les résultats obtenus par inventaire.

Le classement est quelquefois discordent, même entre les résultas obtenus par les enquêtes (ex : Toamasina,
Mahajanga, Fianarantsoa où les taux diminuent). Le fait que Toliary passe en tête vient du taux de desserte élevé en
milieu rural suite à la réalisation de forages munis de pompes à main.

Tableau 18 : Comparaison des résultats de calculs de taux de desserte en 1999 et 2000 effectués par l’approche
par « inventaire » et l’approche par « enquête »

1999 2000 2001


Par inventaire Par enquête Par inventaire Par enquête Par inventaire
Milieu rural 8,55% 9,9% 9,85% 11,8% 11,73%
Milieu urbain 57% 76,4% 59,5% 78,7% 66,87%
National 20,87% 24% 23,77% 24,4% 27,17%
Sources : MEM/DEA ; observatoires ruraux- nos propres calculs

Ce tableau montre :

que les chiffres obtenus par les 2 méthodes de calculs (enquête et inventaire) se rapprochent et que
les valeurs paraissent inférieures pour l’approche inventaire car probablement il y a l’effet des
informations non transmises par certains intervenants.
29
l’évolution des données pour chaque type d’approche est rationnel.

II.2.1.2. Conclusion sur l’accès à l’eau potable en 2001

Aussi, à partir de ce constat on peut conclure que ces chiffres peuvent caractériser la situation de l’accès à l’eau
potable. En conclusion, il faut retenir comme caractéristique pour 2001 :

o Milieu rural : 11,73%,


o Milieu urbain : 66,87%,
o Madagascar : 27,17%

Tableau 19 : Classement des Faritany suivant leur accès à l’eau potable avec l’approche inventaire.

Faritany Taux de desserte


Toliary 39,47%
Tananarive 35,97%
Mahajanga 26,85%
Antsiranana 23,98%
Fianarantsoa 17,15%
Toamasina 14,90%
Sources : MEM/DEA - nos propres calculs

II.2.2. Accès à l’assainissement

II.2.2.1. Résultats de l’approche par enquête:

Il faut rappeler que dans la description de la méthodologie, il a été déjà spécifié que les taux d’accès aux
infrastructures ne peuvent être obtenus que par les études par enquête. Il faut ainsi tenir comme chiffres pouvant
caractériser valablement le secteur assainissement pour 1999 et 2000 les données d’EPM 99 et MICS 2000.
Malheureusement, pour caractériser l’année 2001, il n’a pas été possible d’obtenir les données d’EPM 2001 qui
sont encore en cours de traitement au niveau de l’INSTAT.

Ainsi, les résultats fournis dans ce rapport proviennent de l’Enquête Emploi - MADIO et des observatoires ruraux.
Donc, ils ne peuvent concerner que les centres impliqués par les enquêtes.

Milieu urbain

Le taux d’accès serait de 96,1%. C’est un chiffre qui peut être valable car il correspond à l’accès de ménages vivant
dans les 7 plus grandes villes de Madagascar. Par comparaison, le taux en milieu urbain pour 2000 est de 87,3%.
De ce fait ces chiffres pour les grands centres urbains paraissent cohérents, car le taux va certainement descendre
autours de 90% si on tient compte des taux d’accès pour les autres centres urbains qui sont plus petits.

30
Tableau 20 : Pourcentage de ménages ayant accès aux infrastructures d’évacuation d’excrétas en milieu
urbain , d’après les résultats d’enquêtes effectuées dans les 7 plus grands centres urbains (
traitement des données d’enquêtes de MADIO) pour 2001

Grand Centre Types d’évacuation Effectif ménage Effectif population Effectif Taux d'accès
Urbain d’excréta total desserte population totale (en %)
Fosse septique 183 388 15,6
Antananarivo 238 720 1 175 565
Latrines 985 123 83,8
TOTAL 99,4
Fosse septique 9 528 5,6
Antsirabe 33 315 170 134
Latrines 160 436 94,3
TOTAL 99,9
Fosse septique 18 627 23,9
Antsiranana 19 945 77 939
Latrines 49 335 63,3
TOTAL 87,2
Fosse septique 5 049 3,3
Fianarantsoa 27 078 153 001
Latrines 147 034 96,1
TOTAL 99,4
Fosse septique 15 100 10,5
Mahajanga 32 091 143 806
Latrines 121 372 84,4
TOTAL 94,9
Fosse septique 43 304 22,8
Toamasina 38 439 189 930
Latrines 110 349 58,1
TOTAL 80,9
Fosse septique 5 820 5,4
Toliary 20 629 107 783
Latrines 90 753 84,2
TOTAL 89,6
Somme
Fosse septique 284 560 14,1
concernant les
410 217 2 018 158
taux relatifs aux
Latrines 1 654 890 82
7 grandes villes
TOTAL 96,1
Sources : Enquêtes de MADIO – nos propres calculs : pour 2001

Milieu rural

Comme dans le Tableau 20, les données du Tableau 2 ne concernent que les centres où les enquêtes ont été
effectuées. Elles montrent que ce sont les latrines qui sont les infrastructures les plus utilisées. Mais, dans tous les
cas, il existe encore des ménages qui ne disposent pas d’infrastructures d’évacuation d’excrétas.

Les taux sont très élevés pour les grands centres du Faritany d’Antananarivo (90 à 99 %), élevés pour Toamasina
(80 à 97%), disparates pour Fianarantsoa (moyenne pour la région de Fianarantsoa mais très faible pour la zone de
Farafangana) et pour Mahajanga (environ 5,6% pour Marovoay et 21,4% pour Antsohihy), moyenne pour la région
de SAVA (76,7%) et très faibles (sauf pour Ambovombe) pour le Faritany de Toliary.

Il n’est pas possible de faire une extrapolation sur le plan national puisque les chiffres ne sont pas représentatifs.
Toutefois, à titre de comparaison, on peut citer le taux en milieu rural pour 2000 qui est de : 52,7%. Une certaine
cohérence des chiffres peut être constatée.

Tableau 21 : Accès aux infrastructures d’évacuation d’excrétas en milieu rural, d’après les résultats
d’enquêtes effectuées dans les centres concernés par les observatoires ruraux pour 2001

Types d’évacuation d’excréta %des ménages ayant


Observatoires
Faritany accès à un système
ruraux Fosse septique Latrines d’évacuation acceptable
Antsiranana SAVA 0,2 76,5 76,7
Mahajanga Antsohihy 0,6 20,8 21,4
31
Marovoay 0,4 5,2 5,6
Tsiroanomandidy 0,2 92,1 92,3
Soavinandriana 0,8 93,4 94,2
Antananarivo
Antsirabe 0,3 98,2 98,5
Manjakandriana 0 99,4 99,4
Ambatondrazaka 0,4 81,8 82,2
Toamasina Mahanoro 0,2 81,9 82,1
Fenerive-Est 0,4 96,4 96,8
Fianarantsoa 0,8 79,0 79,8
Fianarantsoa
Farafangana 0,4 4,8 5,2
Belo/Tsiribihina 0,2 1,6 1,8
Bekily 0 0,4 0,4
Toliary Ambovombe 0,4 29,2 29,6
Toliary rural 0 12,4 12,4
Toliary littoral 0,2 4,8 5,0
Sources : Observatoires ruraux- nos propres calculs- pour 2001

II.2.2.2. Résultats d’études effectuées par inventaire

Le comptage des infrastructures d’évacuation d’excrétas a pour but d’apprécier l’impact des activités d’IEC, de
mesurer le progrès dans la mobilisation des populations pour la construction d’infrastructures d’évacuation
d’excrétas, et ainsi comme le demande les structures de suivi - évaluation mises en place, d’évaluer les activités
réalisés par les projets.
Durant la période de 2000 à 2001, le Gouvernement a déployé des efforts pour l’éducation à l’hygiène en milieu
scolaire et dans les différentes communautés.
L’impact de cette campagne d’éducation se traduit par une augmentation du nombre d’infrastructures réalisées dans
les zones d’intervention. Les tableaux ci-dessous montrent ces évolutions qui peuvent servir d’indicateur d’impact
au niveau d’un changement de comportement positif des populations vis à vis de l’hygiène et de la mobilisation
pour considérer l’accès aux infrastructures d’évacuation d’excréta comme une priorité.

Milieu urbain

Ce sont des infrastructures communautaires (latrines publiques ou scolaires) et quelques latrines familiales dans les
quartiers pauvres de Toamasina. Il apparaît que les activités sont encore très limitées aussi bien dans les zones
touchées (sauf pour Mahajanga et Antsiranana qui ne sont pas concernés par les projets), que par le nombre
d’infrastructures réalisées. Les ressources financières limitées et insuffisantes allouées au secteur assainissement
peuvent expliquer cette situation.

32
Tableau 22 : Évolution du nombre d’infrastructures d’évacuation d’excrétas réalisées en milieu urbain entre
2000 et 2001

Jusqu'en 2000 Réalisation 2001 Cumul 2001


Tananarive * 320 320
Fianarantsoa * 8 8
Toamasina 124 164 288
Mahajanga * * *
Toliary * 19 19
Antsiranana * * *
Madagascar 124 511 635
Sources : observatoires ruraux- nos propres calculs (*) non connu

Milieu rural

Tableau 23 : Évolution du nombre d’infrastructures d’évacuation d’excrétas réalisées en milieu rural entre
2000 et 2001

Jusqu'en 2000 Réalisation 2001 Cumul 2001


Tananarive * * *
Fianarantsoa 103 * 103
Toamasina 55 411 466
Mahajanga * * *
Toliary * * *
Antsiranana * * *
Madagascar 158 411 569
Sources : observatoires ruraux- nos propres calculs (*) non connu

D’après ce tableau, les activités de mise en place d’infrastructures d’évacuation d’excrétas ont eu surtout lieu dans
le Faritany de Toamasina.

II.2.3. Situation financière

L’analyse de la situation financière va se faire, en fonction des informations qui ont pu être obtenues, avec
beaucoup de difficultés, auprès des départements financiers de la Vice- primature chargé des finances et du budget,
et du ministère de l’économie et de la planification.
Il faut rappeler que la méthodologie va consister à suivre les budgets du MEM, de la DEA, et de l’AES, pour l’eau
potable, et du SAGS, pour l’assainissement.

33
II.2.3.1. Eau potable

Tableau 24 : Budget alloué a la Direction de l'Eau et de l'Assainissement (en milliard de FMG) en 2001

Allocation Engagement
Intitule
Fin ext Fin int Total Fin ext Fin int Total
Investissement
Étude pour l’amélioration de la gestion des ressources
0,150 0,845 224 0,845 224
en eau souterraine (Méthode nucléaire)
Projet pilote d'alimentation en eau et
33,995 13,526 125 47,521 125 15,839 434 10,197 921 26,037 355
assainissement en milieu rural (PAEPAR)
Approvisionnement en eau potable et assainissement
3,691 500 0,850 000 4,541 500 2,995 586 0,403 525 3,399 111
(AEPA)
Étude et travaux d'amélioration en potable de Nosy
2,7 2,700 000 2,570 195 2,570 195
Be
Travaux d'amélioration de la ville
0,050 000 0,050 000 0,498 446 0,498 446
de Mahajanga
Amélioration AEP Antananarivo et Antsirabe 24,833 9,201 34,034 1,349 0,059 884 1,408 884
Développement des eaux souterraines du Sud ouest de
5,9 0,96 6,86 25,000 0,199 7 25,199 7
Madagascar
Travaux d'AEP:Projet de développement des
9,750 000 9,750 000 9,029 192 9,029 192
infrastructures d'AEP (IPPTE)
Études et travaux hydrauliques eaux (ex compte de
4,500 000 4,500 000 1,591 406 1,591 406
commerce)
SOUS TOTAL INVESTISSEMENT 68,419 500 41,687 125 110,106 625 45,184 020 24,186 191 69,370 211

Fonctionnement

Direction de l'eau et de l'assainissement /MEM 0,519 576 0,519 576 0,497 749 0,497 749

SOUS TOTAL FONCTIONNEMENT 0,519 576 0,519 576 0,497 749 0,497 749

TOTAL 68,419 500 42,206 701 110,626 201 45,184 020 24,683 940 69,867 960
Source : MEM/ DEA

Le taux de décaissement, qui est encore faible, est de 69,87/110,62= 63%. Les taux d’allocation sont de 62% pour
les ressources extérieures et 38% pour les ressources intérieures.

Tableau 25 : Budget de l’Alimentation en Eau dans le Sud (AES) (en milliard de FMG) en 2001

Allocation Engagement
Intitulé
Fin ext Fin int Total Fin ext Fin int Total

Fonctionnement
Alimentation en eau dans le
Sud (AES) 2,483 387 2,483 387 2,483 387 2,483 387

TOTAL 2,483 387 2,483 387 2,483 387 2,483 387


Source : MEM/AES

L’AES a obtenu un budget de 2,4 milliards, uniquement en fonctionnement, contre 0,5 milliard pour la Direction de
l’eau. Il faut rappeler que l’AES s’occupe uniquement de l’approvisionnement en eau potable de la partie extrême-
Sud de Madagascar alors que la Direction de l’eau est responsable de l’eau potable pour toute l’Ile. Comme l’AES
ne dispose pas de budget d’investissement, il n’y a, donc, donc pas de possibilité de développement pour ses
activités. Ainsi, des problèmes de viabilité et de durabilité se posent sur les services assurés par l’AES.
Tableau 26: Évolution du budget alloué au Ministère de l’Energie et des Mines et à la Direction de l’Eau et de
l’Assainissement (en milliard de FMG)

1997 1998 1999 2000 2001


Budget d’Investissement et Fonctionnement Direction de
4,16 8,31 9,65 11,07 69,87
l’Eau

34
Budget d’Investissement et Fonctionnement Ministère
64,2 94,2 114,4 59,7 177,58
Energie Mines
Budget Total Fonctionnement et Investissement de l’Etat 2 888,10 3 433,20 4 069,50 3 717,00 3838,90
% Direction de l’Eau par rapport au Ministère Energie
6,48 % 8,82 % 8,43 % 18,54 % 39,34 %
Mines
% Direction de l’Eau par rapport à l’Etat 0,14 % 0,24 % 0,24 % 0,30 % 1,82 %
% MEM par rapport à l’Etat 2,22 % 2,74 % 2,81 % 1,61 % 4,62%
Source : VP Min Fin et Budg ; Min Eco & Plan ; MEM ; nos calculs

La part de la Direction de l’eau a augmenté de 8% en 1999 à 18,5% en 2000 et atteignant 39,3% en 2001. Ce qui
explique l’accroissement du taux de desserte de 3,4% ( de 23,77% en 2000 à 27,17% en 2001). Ceci est positif mais
encore très insuffisant, notamment par rapport aux engagements pris d’allouer au moins 6% des dépenses publiques
au secteur de l’eau. En effet, le taux par rapport au budget de l’Etat est de 1,82%. Un taux encore assez faible
même s’il est en augmentation (de 0,30% à 1,82%).

Tableau 27 : Situation des ressources financières allouées au MEM en 2001 (en milliard de FMG)

Rubriques 1997 1998 1999 2000 2001


FONCTIONNEMENT 5,3 5,5 8,9 7,20 6,85
% du Total 8% 6% 8% 12% 8,99%
Personnel 0,70 0,86 1,05 3,64 3,47
% du Fonctionnement 13% 16% 12% 51% 50,66%
Biens & Services 4,60 4,64 7,85 3,56 3,37
% du Fonctionnement 86,86% 84,32% 88,22% 49,44% 49,20%
INVESTISSEMENT 58,90 88,70 105,50 52,50 69,37
% du Total 92% 94% 92% 87,94% 91,01%
TOTAL MEM 64,2 94,2 114,4 59,7 76,22
Source : VP Min Fin et Budg ; Min Eco & Plan ; MEM ; nos calculs

Le budget affecté au service du personnel a gardé le taux qui a commencé à être appliqué en 2000 (augmentation de
1% à 3,5%) mais, n’empêche qu’il connaît, quand même, une diminution (de 3,6% à 3,5%).

Le budget affecté au MEM s’est accru entre 2000 et 2001 (de 60 à 76 milliards) mais n’a pas encore atteint le
niveau de 98 et 99 (en moyenne 100 milliards). Il y a une légère augmentation du taux affecté aux investissements,
mais une baisse en ce qui concerne celui de fonctionnement.

35
II.2.3.2. Assainissement

Tableau 28 : Budget alloué au Service de l’Assainissement et du Génie Sanitaire (SAGS) (en milliard de FMG)
en 2001

Rubriques 2001
Budget d’Investissement et Fonctionnement du SAGS 0,52
Budget d’Investissement et Fonctionnement Ministère Santé 339,14
Budget Total Fonctionnement et Investissement de l’Etat 3838,90
% SAGS par rapport au Ministère Santé 0,15 %
% SAGS par rapport à l’Etat 0,01 %
% MINSAN par rapport à l’Etat 8,83 %
Source : VP Min Fin et Budg ; Min Eco & Plan ; MEM ; MINSAN. nos calculs

Le Ministère de la santé dispose d’un budget assez important (8,83% par rapport au budget total de l’Etat) , mais la
part affectée à l’assainissement est très faible :

0,15% par rapport au budget du Ministère de la Santé.


0,01% par rapport au budget de l’État.

Le secteur reste un parent pauvre, et les engagements pris pour en faire une priorité (engagement pris lors du
sommet de Copenhague) ne sont pas encore respectés. Ce qui explique qu’une grande partie de la population ne
dispose pas encore d’infrastructure d’évacuation d’excrétas et d’assainissement.

II.2.3.3. Utilisation des ressources financières : projets en cours

Les ressources financières sont utilisées dans les projets suivants :

le Projet pilote d’Approvisionnement en Eau Potable et Assainissement en milieu rural (PAEPAR) 1998-
2003, financé par la Banque Mondiale pour un montant de 103.000.000.000 Fmg.

Le projet d'Exploitation des eaux souterraines dans la région Sud Ouest de Madagascar - Phase II, financé
par le gouvernement du Japon pour un montant de 821.000.000 Yens japonais.

Le projet Mise en valeur et gestion intégrée des ressources en eau dans le Sud (composante du Programme
national de lutte contre la pauvreté) sur financement du PNUD comportant une phase d’étude des
ressources en eaux souterraines.

Le Programme AEPSPE (Assainissement, Eau Potable, Soins Primaires de l’Environnement), entrant dans
le plan - cadre de coopération Madagascar - Unicef pour 1996-2000, d’un montant de 865.000.000 Fmg.

Projet dans le cadre de l'Initiative des Pays Pauvres Très Endettés (IPPTE) financé par le Gouvernement
Malgache pour un montant de 9.750.000.000 Fmg.

D’autres projets sont réalisés par d’autres intervenants dans les secteur, qui sot :

Projets initiés par les ONGs, tels que : Taratra (Wateraid, ANAE, Coopération suisse), Fikrifama (Icco),
Caritas (Wateraid, coopération Suisse), Saf-Fjkm (Wateraid, coopération Suisse), Care, Aide et Action,
Interaid, Afvp, Pged, Projet action, Conseil diocésain de développement.

Les activités en eau et assainissement du PAIQ (Projet d’Appui aux Initiatives des Quartiers).

Les réalisations en eau et assainissement du FID.

Grâce à la réalisation de ces différents projets, le taux de desserte à Madagascar s’était accru de 3,40% de 2000 à
2001.

36
PARTIE III : PRESENTATION DU PROFIL
DU SECTEUR DE 1997 A 2000

III.1. La situation de l’accès à l’eau potable et à l’assainissement

III.1.1. Approvisionnement en eau potable

III.1.1.1. Résultats de l’étude par l’approche inventaire

Les données utilisées proviennent de la JIRAMA, pour ce qui sont des infrastructures que cette dernière gère, et des
intervenants du secteur dont la liste a été fournie dans la partie sur la « Méthodologie ».

Quant aux calculs, ils ont été effectués par le Ministère de l’Énergie et des Mines. Des hypothèses ont été prises
pour estimer le nombre de population desservie par les infrastructures prises en compte, à savoir les branchements
particuliers et les bornes fontaines pour le milieu urbain, les adductions d’eau et les puits et forages pour le milieu
rural. Les explications sur ces hypothèses ont été également fournies dans la partie sur la « Méthodologie ».

En ce qui concerne le nombre total de population, il provient d’estimation effectuée par le RGPH 93.

Milieu urbain

Tableau 29 : Taux de desserte en milieu urbain

Rubriques 1997 1998 1999 2000


Bornes Fontaines 2 574 2 523 2 557 2 887
Branchements Particuliers 84 042 88 550 84 690 89 289
Population desservie 500 pop/BF 1 287 000 1 261 500 1 278 500 1 443 500
Population desservie 10pers./BP 840 420 885 500 846 900 892 890
Pop. totale desservie par
JIRAMA 2 127 420 2 147 000 2 125 400 2 336 390
Population urbaine 2 916 000 3 562 000 3 741 000 3 927 000
Pop. dess par BF/Pop. Urb. 44,136% 35,415% 34,175% 36,758%
Pop. dess par BP/Pop. Urb. 28,821% 24,860% 22,638% 22,737%
Taux de desserte 72,957% 60,275% 56,814% 59,496%
Source : JIRAMA - Ministère de l'Energie et des Mines

Evolutiondunombre d'Infrastructures Taux de desserte

100 000 80,00%


90 000 70,00%
80 000 60,00%
70 000 Bornes Fontaines 50,00%
60 000
50 000 40,00% Tauxde desserte
Branchements 30,00%
40 000
Particuliers
30 000 20,00%
20 000 10,00%
10 000
0,00%
0
1997 1998 1999 2000
1997 1998 1999 2000

Les données prises en compte sont celles de la JIRAMA uniquement. Les informations concernant les
infrastructures gérées par les communes ne sont pas disponibles et ne sont donc pas considérées dans les calculs.
Ce qui fait que le taux de desserte est légèrement inférieur par rapport à ce qui devrait être la réalité.

Le Tableau 30 montre que :

le taux d’accès à l’eau potable en milieu urbain est faible et se situe autour de 60%,
37
il y a eu une baisse du taux d’accès à l’eau potable de 1997 à 1999 du fait d’une diminution du nombre
d’infrastructure, alors que le nombre de population a augmenté,

une légère remontée a pu être enregistrée entre 1999 et 2000, mais sans atteindre le niveau de 1997,

le taux d’accès par branchement particulier est faible par rapport au taux d’accès par les bornes fontaines,

la remontée du taux d’accès par branchement particulier est faible par rapport à celui du taux d’accès par
les bornes fontaines à partir de 1999.

Il apparaît ainsi que l’objectif visé d’assurer l’accès à l’eau potable entièrement par les branchements particuliers en
l’an 2000, selon la politique fixée en 1972, n’a pas pu être réalisé, et que la situation s’était même empirée. Cette
situation est d’autant plus grave du fait du principe qui fait payer les consommations d’eau aux bornes fontaines par
les abonnés aux branchements particuliers. Ainsi, l’amélioration de l’accès à l’eau potable s’avèrera difficile si on
se maintient dans l’organisation du secteur établie par les politiques antérieures. Toutefois, il est constaté que les
mesures prises à partir de 1998 pour réorganiser entièrement ce secteur sont pertinentes.

Tableau 30 : Consommation d’eau potable dans les centres urbains desservis par
la JIRAMA (en m3 )

Années 1997 1998 1999 2000


3
Consommation en eau potable (en m ) 55 002 979 57 459 154 58 172 205 60 964 505

Consommation d’eau potable

62 000 000
61 000 000
60 000 000
59 000 000
58 000 000 Consommation d’eau
57 000 000 potable
56 000 000
55 000 000
54 000 000
53 000 000
52 000 000
1997 1998 1999 2000

Source : JIRAMA

Le volume d’eau vendu augmente alors que le taux de desserte diminue. Il y a ainsi des efforts fournis sur le plan
technique pour accroître les capacités des infrastructures mais sans parvenir à résoudre les problèmes au niveau des
demandes qui vont en augmentant de façon trop rapide par rapport aux moyens disponibles. C’est une situation plus
que préoccupante car cette évolution va amener vers une impossibilité de suivre le développement normal du pays
avec une partie de plus en plus importante de la population urbaine qui ne va plus avoir accès à l’eau potable.

En conclusion, il apparaît que des moyens financiers importants sont indispensables pour développer les
infrastructures d’approvisionnement en eau potable si on veut vraiment lutter contre la pauvreté, en améliorant
l’accès à l’eau potable, dans le milieu urbain malgache.

Milieu rural

Tableau 31 : Taux de desserte en milieu rural

Rubriques 1 997 1 998 1 999 2 000


Nombre de Puits et Forages 1 723 1 787 1 884 2 549
Pop. desservie (200 pers./Puits ou Forages) 344 600 357 400 376 800 509 800
Nombre d'AEPG & d'AEPP 912 986 1 111 1 179
Population desservie (500 pers./AEPG) 456 000 493 000 555 500 589 500
38
Population Totale desservie 800 600 850 400 932 300 1 099 300
Population totale Rurale 10 584 000 10 661 000 10 909 000 11 158 000
Pop dess par Puits ou forage/Pop. Rur. 3,26% 3,35% 3,45% 4,57%
Pop dess par AEPG/Pop. Rur. 4,31% 4,62% 5,09% 5,28%
Taux de desserte 7,56% 7,98% 8,55% 9,85%
Source : JIRAMA - Ministère de l'Energie et des Mines – intervenants du secteur

Evolutiondunombred'Infrastructures
Taux de desserte

3000 12,00%

2500 10,00%
NombredePuits et
2000 Forages 8,00%
Nombred'AEPG& 6,00% Tauxde desserte
1500
d'AEPP
1000 4,00%

500 2,00%

0,00%
0
1 997 1 998 1 999 2 000
1997 1998 1999 2000

Pour ce qui est du milieu rural, on considère les puits et forages, munis de pompes à main ainsi que les adductions
d’eau, soit gravitaires soit par pompage, pour lesquels les intervenants du secteur ont fait parvenir des informations,
relatant entres autres que le système d’approvisionnement en eau potable est fonctionnel, au Ministère de l'Énergie
et des Mines.

Comme il n’y a pas de données exactes concernant le nombre de population utilisant ces infrastructures, des
hypothèses ont du être faites pour avoir une estimation du nombre de la population les utilisant, à savoir : 200
personnes et 500 personnes par jour, respectivement pour les puits et forages, d’une part et pour les adductions
d’eau, d’autre part.

Le calcul du taux de desserte est effectué globalement en utilisant comme dénominateur le nombre total de
population en milieu rural estimé à partir du RGPH 1993 actualisé. Ainsi, le taux de desserte en milieu rural est
faible mais évolue positivement de façon assez régulière et cela grâce aux différents projets d’hydrauliques
villageoises réalisés par le Ministère de l'Énergie et des Mines ainsi que par les intervenants du secteur depuis
1998.

Madagascar tous milieux confondus

Tableau 32 : Taux de desserte national, tous milieux confondus, obtenu par l’approche inventaire

1999 2000
Population desservie en milieu urbain 2 125 400 2 618 140
Population desservie en milieu rural 932 300 1 099 300
Total population desservie 3 057 700 3 717 440
Total population malgache 14 650 000 15 642 275
Taux de desserte national 20,87% 23,77%
Source : JIRAMA - Ministère de l'Énergie et des Mines – intervenants du secteur-
nos calculs

En faisant la synthèse des calculs pour les milieux urbain et rural et en utilisant le nombre estimé de la population
desservie, selon les hypothèses faites en ce qui concerne les populations ayant accès aux infrastructures, ainsi que
la population totale obtenue à partir du RGPH actualisé, on peut avoir le taux de desserte national. Les chiffres sont
légèrement inférieurs du fait de la non prise en compte des AEP gérées par les communes en milieu urbain, mais se

39
rapprochent, quand même, des valeurs obtenues par les enquêtes, notamment à partir de 1999, comme le montre le
tableau ci-dessous.

Tableau 33 : Comparaison des résultats de calculs de taux de desserte en 1999 et 2000 effectués par l’approche
par « inventaires » et l’approche par « enquêtes »

1999 2000
Par inventaire Par enquête Par inventaire Par enquête
Milieu rural 8,55% 9,9% 9,85% 11,8%
Milieu urbain 57% 76,4% 59,5% 78,7%
National 20,87% 24% 23,77% 24,4%
Source : INSTAT - EPM 1999- MICS 2000- JIRAMA- MEM- intervenants du secteur

Les chiffres obtenus par l’approche « inventaire » paraissent inférieurs. Et ce, probablement pour les raisons
suivantes :

• on ne considère que les infrastructures pour lesquelles les intervenants ont fait parvenir des informations ;
malheureusement il existe des organismes qui ne transmettent pas leurs données,

• l’approche « inventaire » considère un rapport relatif aux populations, avec des hypothèses de
simplification pour l’estimation du nombre de population utilisant les infrastructures, alors que l’approche
« enquête » considère des pourcentages de ménages,

• pour le milieu urbain, les calculs ne concernent que les données de la « JIRAMA» pour les années 99 et
2000. Pour les chiffres de 2001, les informations venant de toutes les infrastructures, même celles gérées
par les communes, seront tenues en compte.

40
III.1.1.2. Résultats de l’étude par l’approche enquête

$ Présentation de tous les résultats des différentes études effectuées de 1991 à 2000, en milieu urbain, en milieu
rural et tous milieux confondus

Tableau 34 : Présentation des différents résultats d’études réalisées à Madagascar en ce qui concerne le calcul
du taux de desserte

Milieu Taux de desserte


Source Année Milieu rural
urbain ensemble
Banque mondiale1 29%

DINIKA SSPA 1991 75,36% 11,96% 31,21%

ENDS 922 1992 91,4% 22,2% 33,5%

RGPH 933 1993 53,9% 4,2% 15,8%

RGPH 93 2 1993 74,1% 26,5% 37,5%

EPM 93-94 2 1994 79,6% 29,2% 40,1%

MICS 1995 2 1995 94,8% 68,4% 75,9%


Rapport national sur le Développement 71,8% (1993)
1996 87,7% (1993) 67,1%
Humain durable4 75,9% (1995)
MICS (UNICEF/INSTAT)5 1996 68,4% 21,1% 33,6%

ENDS 976 1997 76,5% 29,3% 40,9%

EPM 997 1999 76,4 9,9 24,0

MICS 20008 2000 78,7 11,8 24,4

Les calculs effectués ont consisté à faire la somme des pourcentages de population ayant accès aux infrastructures
considérées comme pouvant donner de l’eau potable, c’est à dire en éliminant les eaux de surface, les sources non
protégées, les puits non protégés, les impluvia, les camions citernes, les eaux de pluies. Malgré cela les chiffres
obtenus n’étaient pas encore très rationnels.

En 1998, des réunions de travail ont eu lieu entre les techniciens de l’INSTAT, du Ministère de l'Energie et des
Mines et du Ministère de la Santé pour harmoniser les approches d’enquêtes, notamment en ce qui concerne les
questionnaires et les concepts à utiliser. Et ce, après les problèmes rencontrés au niveau de la rationalité des chiffres
provenant surtout des enquêtes MICS de 1995. Ainsi , les chiffres sont devenus plus cohérents après 1998 et on
arrive à des valeurs qui se rapprochent des résultats obtenus par l’approche « inventaire ».

1
Le partenariat à Madagascar - Document Banque mondiale 1998.
2
Calculs effectués par l'INSTAT et présentés dans un rapport de synthèse de l'INSTAT utilisé comme document de base durant l'atelier
d'uniformisation des Indicateurs Eau et Assainissement, tenu du 7 au 9 octobre 1998 au Palais des sports Mahamasina, en ne considérant
que les Robinets dans les logements ,les Robinet publics / borne fontaine, les Puits à domicile et les Puits publics.
3
Citation de la page 34 du rapport "Secteur eau et assainissement - Analyse de la situation actuelle - Rapport final" du consortium OSIPD-
CNRE-SEMINAR - Décembre 1997 (exercice UNDAF).
4
Citation de l’Annexe 4 du rapport "Sommet mondial sur le développement social - Initiative 20% - 20%, du bureau d'études Sedric - Avril
1999. (PNUD).
5
Citation de la page 29 du rapport "Bilan commun de Pays" - Système des Nations Unies - Mars 1998.
6
Calculs effectués sur les données de l'ENDS 97 en ne considérant que les Branchements particuliers, les borne fontaines , les forages et les
puits .
7
Calculs effectués sur les données d’EPM 99 en ne considérant que les Plomberies intérieures, les Robinets intérieurs, les Robinets privés
externes, les Robinets publics et les Puits avec pompe.
8
Calculs effectués sur les données de MICS 2000 en ne considérant que les Robinets dans les logements, les Robinets dans la cour, les
Bornes fontaines et les Puits à pompe.

41
$ Taux d’accès à l’eau potable en 1999 au niveau national, par milieu, par Faritany et tous milieux confondus,
obtenus de l’EPM 99

Tableau 35 : Taux d’accès à l’eau potable par milieu en 1999

Milieu de résidence
Sources d'approvisionnement en eau
Urbain Rural
Plomberie intérieure 5,4 0,2
Robinet intérieur 11,5 0,6
Robinet privé externe 7,2 1,0
Robinet public 48,0 7,3
Puits avec pompe 4,4 0,8
Total 76,4 9,9
Source : INSTAT - EPM 1999; Nos calculs

Les chiffres paraissent cohérents sauf pour les taux concernant le « puits avec pompe » qui sont élevés pour le
milieu urbain (4,4) et faibles pour le milieu rural (0,8) alors que cela devrait être le contraire.

Tableau 36 : Taux d’accès à l’eau potable par Faritany, milieux urbain et rural confondus en 1999

Approvisionnement en eau potable


Robinet
Provinces Plomberie Robinet Robinet Puits avec
privé TOTAL
Intérieur intérieur public pompe
extérieur
Antananarivo 3,1 3,6 2,7 28,7 1,0 39,1
Toliary 0,2 1,7 1,9 17,5 0,7 22,0
Mahajanga 0,3 4,6 0,7 13,8 0,9 20,3
Toamasina 0,5 1,7 5,2 8,9 3,9 20,2
Antsiranana 0,6 3,1 1,3 6,3 2,2 13,5
Fianarantsoa 0,3 2,4 3,1 7,0 0,5 13,3
Source : INSTAT - EPM 1999; Nos calculs

$ Taux d’accès à l’eau potable en 2000, national par milieux, par Faritany tous milieux confondus, obtenus par
MICS 2000

Tableau 37 : Taux d’accès à l’eau potable par milieu en 2000

Milieu de résidence
Sources d'approvisionnement en eau Madagascar
Urbain Rural
Robinet dans le logement 14,85 0,3 2,6
Robinet dans la cour 6,6 0,1 1,7
Borne fontaine 52,95 5,7 14,3
Puits à pompe 4,3 5,7 5,8
Total 78,7 11,8 24,4
Source : MICS 2000- nos calculs

42
Tableau 38 : Taux d’accès à l’eau potable par Faritany, milieux urbain et rural confondus, en 2000
Sources d’approvisionnement en Eau potable
Provinces
Robinet dans le logement Robinet dans la cour Borne fontaine Puits à pompe TOTAL
Antananarivo 5,9 1,4 26,5 9,3 43,1
Toliary 0,2 3,5 12,5 8,7 24,9
Antsiranana 1,8 3,2 10,8 5,3 21,1
Mahajanga 1,7 2,7 12,8 2 19,2
Toamasina 2,3 0,5 5,2 6,1 14,1
Fianarantsoa 0,7 0,6 8 0,5 9,8
Source : MICS 2000- nos calculs

$ Comparaison des résultats de EPM 99 et de MICS 2000

Tableau 39 : Comparaison des taux de desserte à l’eau potable entre 99 et 2000, milieux urbain et rural
confondus, par Faritany

1999 (EPM) 2000 (MICS)


Antananarivo 39,1 43,1
Toliary 22,0 24,9
Mahajanga 20,3 19,2
Toamasina 20,2 14,1
Antsiranana 13,5 21,1
Fianarantsoa 13,3 9,8
Source : EPM 99 - MICS 2000- nos calculs

$ Commentaires généraux sur ces résultats

Les résultats obtenus par les 2 types d’enquêtes sont comparables et montrent une évolution paraissant normale
entre 1999 et 2000. Ils peuvent aussi être comparés avec les résultats de l’approche par inventaire.

En ce qui concerne la répartition des taux d’accès par Faritany, les chiffres paraissent logiques pour Antananarivo
et Toliary ( 1er et 2nd rang avec un certain accroissement du taux de desserte entre 99 et 2000). Pour Mahajanga, il y
a une double régression : le taux est passé de 20,3% à 19,2% et, donc, du 3ème au 4ème rang. Il en est de même pour
le Faritany de Toamasina, dont le taux de desserte est passé de 20,2% à 14,1% et du rang 4ème au 5ème rang. Quant à
Antsiranana, il a connu une double progression : en effet, le taux est passé de 13,5% à 21,1% et du 5ème vers le 3ème
rang. Fianarantsoa reste dernier avec un chiffre qui régresse de 13,3% à 9,8%.

$ Conclusion : Caractéristiques de l’accès à l’eau potable en 2000 de par les deux approches : approche par
« inventaire » et par « enquête »

2000
Par inventaire Par enquête
Milieu rural 9,85% 11,8%
Milieu urbain 59,5% 78,7%
National 23,77% 24,4%
Source : MICS 2000- nos calculs

43
III.1.2. Assainissement

III.1.2.1. Résultats de l’étude par l’approche enquête

$ Présentation de tous les résultats des différentes études effectuées de 1991 à 2000, en milieu urbain, en milieu
rural et tous milieux confondus

Tableau 40 : Présentation de tous les résultats de calculs de taux d’accès aux infrastructures d’évacuation
d’excrétas de 92 à 2000 (pourcentage de ménages)

Taux
Milieu
Source Année Milieu rural d’accès
urbain
ensemble
ENDS 92 10 1992 69,5 26 32,3
RGPH 939 1993 62,7 25,6 34,2
EPM 93-9410 1994 72 24 34
MICS 199511 1995 75,8 27,4 47,83
MICS 1995 (UNICEF/INSTAT)12 1996 77 28,5 41,4
ENDS 97 12 1997 68,1, 30,2 39,5
EPM 9913 1999 69,4 41,7 50,2
MICS 200014 2000 87,3 52,2 58,8

Le tableau montre qu’en ne considérant que les infrastructures d’évacuation d’excrétas considérées comme
acceptables, les taux d’accès de 1992 à 1997 paraissent disparates si on se réfère aux différentes enquêtes
effectuées. Mais, à partir de 1997 il semble y avoir une certaine cohérence. Ce qui fait que ces chiffres peuvent être
considérés comme valables pour caractériser le secteur assainissement (malgré le fait qu’il n’y ait pas de chiffres
pour l’année 1998). De plus, une évolution positive, qui semble rationnelle est constatée, notamment entre 1997 et
2000 selon le tableau ci-dessous.

Cette rationalité des chiffre pourrait signifier que la situation de l’accès aux infrastructures d’évacuation d’excréta a
évolué positivement et que les chiffres traduisent bien cette évolution. Et ce, après les actions d’harmonisation des
méthodologies d’enquêtes, notamment au niveau des questionnaires et des concepts utilisés, entreprises par les
techniciens de l’INSTAT et des intervenants du secteur dont des responsables au sein des Ministères de l’Energie et
des Mines et de la Santé.
Tableau 41 : Comparaison des taux d’accès aux infrastructures d’évacuation d’excrétas de 97 à 2000 (% des
ménages)
1997 1999 2000
Milieu urbain 68 69 87
Milieu rural 30 42 52
National 39 50 58
Source :ENDS 97 - EPM 99 - MICS 2000- nos calculs

9
Cette valeur est obtenue en faisant la somme des taux donnés, concernant les infrastructures avec chasse d’eau, les latrines et les fosses
sommaire, dans le rapport présenté par l’INSTAT comme document de base de l'atelier d'uniformisation des Indicateurs Eau et
Assainissement tenu du 7 au 9 octobre 1998 au Palais des sports Mahamasina.
10
Ces chiffres ont été obtenus en refaisant les calculs présentés dans les rapports ENDS 92 et RGPH 93 et en ne considérant que les
infrastructures avec chasse d’eau, les latrines et les tinettes (ou fosses sommaires).
11
Citation page 31 du rapport "Bilan commun de Pays" - Système des Nations Unies -mars 1998.
12
Chiffres obtenus en refaisant les calculs présentés dans le rapport ENDS 97 et en ne considérant que les infrastructures avec chasse
d’eau, les latrines et les tinettes (ou fosses sommaires).
13
Chiffres obtenus en refaisant les calculs et en ne considérant que les infrastructures avec chasse d’eau, les latrines creusées et les tinettes.
14
Chiffres obtenus en refaisant les calculs présentés dans le rapport MICS 2000 et en ne considérant que les fosses septiques, les latrines
avec dalles ventilées, les latrines avec dalles non ventilées, les latrines traditionnelles et les fosses improvisées/perdues.

44
Taux d'accès aux infrastructures d'évacuation
d'excrétas

100
80 milieu urbain
60
milieu rural
40
20 national
0
1997 1999 2000

$ Accès aux infrastructures d’évacuation d’excrétas en 1999, au niveau national, par milieu, par Faritany et tous
milieux confondus, EPM 99

Tableau 42 : Taux d’accès aux infrastructures d’évacuation d’excrétas par milieu en 1999 (% des ménages
utilisant les infrastructures par rapport au nombre total de ménages).

Milieu de résidence
Types d'évacuation d'excréta
Urbain Rural
Avec chasse d'eau 8,3 0,2
Latrines creusées 57,2 37,5
Tinette 9,0 4,0
Total 74,4 41,7
Source : INSTAT - EPM 1999 – nos calculs

Les chiffres obtenus peuvent être considérés comme reflétant la réalité, à savoir :

plus d’infrastructures avec chasse d’eau en milieu urbain par rapport au milieu rural.
plus de latrines que de tinette en milieu urbain comparé au milieu rural.
plus de tinette en milieu urbain par rapport au milieu rural.

Tableau 43 : Taux d’accès aux infrastructures d’évacuation d’excrétas par Faritany en 1999 (% des ménages
utilisant les infrastructures par rapport au nombre total de ménages).

Avec chasse Latrines


Faritany Tinette Total
d'eau creusées
Antananarivo 2,7 80,2 1,1 84,0
Toamasina 1,7 51,7 16,7 70,1
Antsiranana 1,8 27,1 12,0 40,9
Fianarantsoa 1,8 33,8 1,0 36,6
Mahajanga 2,1 19,8 0,8 22,7
Toliara 0,2 12,7 0,6 13,5
Madagascar 1,8 43,9 4,5 50,2
Source : INSTAT - EPM 1999 – nos calculs

Les chiffres semblent en cohérence avec les réalités connues sur le terrain, à savoir :

Antananarivo vient en tête tandis que Toliary se trouve au dernier rang, les réticences culturelles vis à vis
des infrastructures d’évacuation d’excrétas peuvent expliquer cette situation.
Antananarivo se rapproche du taux de 100% en ce qui concerne l’utilisation des infrastructures
d’évacuation d’excrétas.
Le Faritany de Toamasina est celui qui utilise le plus les tinettes comme infrastructures d’évacuation
d’excrétas.

$ Accès aux infrastructures d’évacuation d’excrétas au niveau national, par milieu, par Faritany et tous milieux
confondus en 2000, MICS 2000

Tableau 44 : Taux d’accès aux infrastructures d’évacuation d’excrétas par milieu en 2000 (% des ménages
utilisant les infrastructures par rapport au nombre total des ménages).

45
Milieu de résidence
7
Urbain Rural
Fosse septique 10,65 0,5
Latrines avec dalle ventilée 0,95 -
Latrines avec dalle non ventilée 1,75 -
Latrines traditionnelle 17,9 1,6
Fosse improvisée/perdue 56,05 50,1
Autres 12,70 47,8
Total 100,00 100,00
Source : MICS 2000- nos calculs

Les conclusions faites pour la situation en 1999 sont confirmées pour 2000. Les « fosses septiques » dans MICS
2000 sont les infrastructures inventoriées comme « avec chasse d’eau » pour EPM 1999. L’évolution des chiffres
est tout à fait rationnelle. Les « tinettes » ne sont plus prises en compte dans MICS 2000 mais doivent
vraisemblablement être considérées dans « Fosse improvisée/perdue ».

Tableau 45 : Taux d’accès aux infrastructures d’évacuation d’excrétas par Faritany en 2000 (% des ménages
utilisant les infrastructures par rapport au nombre total des ménages).

Latrines Fosse
Fosse Latrines avec Latrines
avec dalle improvisée/ Total
septique dalle ventilée traditionnelles
non ventilée perdue
Antananarivo 4,8 0,2 0,7 6,6 74,7 87,0
Toamasina 2,8 0,2 0,9 77,9 81,8
Antsiranana 1,3 0,6 0,1 3,2 46,1 51,3
Fianarantsoa 0,4 0,1 3 42,8 46,3
Mahajanga 1 0,3 5,8 29,1 36,2
Toliara 0,3 0,1 0,4 3,5 16,9 21,2
Madagascar 2,2 0,2 0,3 4,1 52 58,8
Source : MICS 2000- nos calculs

Le classement constaté pour 1999 est confirmé pour 2000. L’évolution des chiffres entre 99 et 2000 est rationnelle.

$ Evolution du taux d’accès aux infrastructures d’évacuation d’excrétas 1999-2000

Tableau 46 : Evolution du taux d’accès aux infrastructures d’évacuation d’excrétas de 1999 à 2000

Milieu de résidence
Urbain Rural
1999- EPM 74,4 41,7
2000-MICS 87,3 52,2
Source :-EPM 99- MICS 2000- nos calculs

Les chiffres sont cohérents. Et il est possible de faire une comparaison entre les résultats de l’EPM 99 et du MICS
2000. Par ailleurs, une évolution paraissant rationnelle est constatée.

46
Tableau 47 : Evolution du taux d’accès aux infrastructures d’évacuation d’excrétas entre 1999 et 2000, par
Faritany, milieux urbain et rural confondus

EPM 1999 MICS 2000


Antananarivo 84,0 87,0
Toamasina 70,1 81,8
Antsiranana 40,9 51,3
Fianarantsoa 36,6 46,3
Mahajanga 22,7 36,2
Toliara 13,5 21,2
Madagascar 50,2 58,8
Source :-EPM 99- MICS 2000- nos calculs

Evolution du taux d'accès

100
80
60 1999 EPM
40 2000 MICS
20
0

ivo ina na oa ga ra car


nar as ana nts jan olia as
a a T ag
na am sir r h
nta To Ant iana Ma ad
A F M

Les chiffres sont cohérents en terme d’évolution de la situation du secteur assainissement et au niveau de la
répartition de la situation d’accès dans les Faritany ( ce qui n’avait pas été du tout le cas pour le taux d’accès à l’eau
potable calculé de par l’approche « enquête »).

$ Conclusion : caractéristique de l’assainissement en 2000

En conclusion, pour ce qui concerne le secteur « Assainissement », les chiffres de EPM 99 et MICS 2000 peuvent
être considérés comme valables pour caractériser l’accès aux infrastructures d’évacuation d’excrétas. Les
caractéristiques pour 2000 sont donc :

milieu urbain :87,3%


milieu rural : 52,7%
taux d’accès national : 58,8%

III.2. La situation des ressources financières

III.2.1. Bref rappel

L’allocation financière pour l’eau potable sera suivie par l’analyse des budgets du MEM, de la DEA et de l’AES.

La Direction de l’Exploitation de l’Eau du Ministère de l’Energie et des Mines (MEM) est le département
responsable de l’approvisionnement en eau potable en milieu urbain et milieu rural. La majorité des dépenses
publiques pour les actions visant le développement de l’accès à l’eau potable se trouve au sein de ce département.

Le budget de l’AES est étudié pour montrer l’effort spécifique déployé par le gouvernement pour faire face aux
problèmes d’eau de la région semi-aride du Sud de Madagascar.

Concernant le secteur de l’assainissement, la situation des allocations de ressources financières sera appréciée par
l’étude du budget du SAGS.

III.2.2. Budget du Ministère de l’Energie et Mines (MEM)

Tableau 48 : Situation des allocations budgétaires du MEM de 1997 à 2000 (en milliards de FMG)

47
Variat° Variat° Variat° Tx de Xce
RUBRIQUES 1997 1998 1999 2000
annuelle annuelle annuelle moyenne
FONCTIONNEMENT 5,3 3,8% 5,5 61,8% 8,9 -19,1% 7,20 7,96%
% du Total 8% 6% 8% 12%
Personnel 0,70 23,8% 0,86 21,6% 1,05 247,2% 3,64 51,19%
% Fonctionnement 13% 16% 12% 51%
Biens & Services 4,60 0,7% 4,64 69,3% 7,85 -54,7% 3,56 -6,22%
% Fonctionnement 86,86% 84,32% 88,22% -44,0% 49,44%
INVESTISSEMENTS 58,90 50,6% 88,70 18,9% 105,50 -50,2% 52,50 -2,83%
% du Total 92% 94% 92%
TOTAL budget MEM 64,2 46,7% 94,2 21,4% 114,4 -47,8% 59,7 -1,80%
Fonct MEM / Fonct.Etat 0,39% 0,31% 0,40% 0,28%
Invest MEM / Invest. 4,7% 5,9% 6,4% 14,1%
MEM en % PIB 0,4% 0,5% 0,5% 0,2%
Sources : Opérations globales du Trésor -MEM

Le tableau 49 montre qu’au cours de la période sous revue, les dépenses budgétaires du Ministère de l’Energie et
des Mines ont connu une croissance régulière jusqu’en 1999. Cependant, leur poids dans les dépenses de l’Etat
n’ont guère atteint les 3%. Ces dépenses affichent même une chute d’environ 2% en moyenne annuelle, à cause
principalement de la très faible dépense constatée en 2000, lié à la faible capacité d’absorption de crédits alloués
(moyenne 50 à 80% de taux d’engagement). En effet, en 2000, on a enregistré une faiblesse au niveau des capacités
d’exécution des projets, du fait que la plupart des projets, objets des requêtes de financement présentées
antérieurement par le secteur eau et assainissement, n’étaient qu’en phase de démarrage.

III.2.3. Analyse de l’allocation financière au secteur Eau et Assainissement

Pour la période 1997 - 2000, il a été effectué une analyse des budgets confondus de la DEA, de l’AES et du SAGS,
en les comparant au PIB. Cette étude a été tirée du document « Revue des dépenses publiques et de l’aide
extérieure pour les services sociaux de base (Mise à jour de l’étude 20/20 » réalisée en Décembre 2001.

Globalement, les dépenses publiques consacrées à l’eau et l’assainissement se situe dans une fourchette de 0,1% à
0,3% des dépenses publiques totales. Il apparaît donc évident que l’impact d’un niveau aussi bas de financement ne
peut être assez important pour permettre d’accroître l’accès à l’eau potable et l’assainissement à la majorité de la
population, y compris les populations pauvres. Elle est la traduction du fait que le secteur de l’eau et de
l’assainissement n’a pas été mis dans les priorités nationales.

48
Tableau 49 : Dépenses publiques consacrées à l’eau et à l’assainissement d’après l’analyse des budgets de la
DEA, de l’AES et du SAGS confondus (en milliards de FMG)

Variat° Variat° Variat° Tx de Xce


RUBRIQUES 1997 1998 1999 2000
annuelle annuelle annuelle moyenne
Fonct. EAU & ASS. 2,87 13,9% 3,27 3,0% 3,37 43,5% 4,83 13,9%
% du total 69,1% 39,4% 34,9% 43,7%
Pers. EAU & ASS. 1,31 39,6% 1,83 -7,4% 1,69 16,5% 1,97 10,8%
% du fonct. 45,6% 55,8% 50,2% 40,8%
B et Sces EAU & ASS. 1,56 -7,6% 1,44 16,1% 1,68 2,86 16,3%
% du fonct. 54,4% 44,2% 49,8% 59,2%
Invest. EAU & ASS. 1,28 292,2% 5,04 24,7% 6,28 -0,8% 6,23 48,4%
% du total 2,2% 160,4% 5,7% 4,9% 6,0% 99,4% 11,9% 52,8%
TOTAL budget EAU & ASS. 4,16 99,9% 8,31 16,2% 9,65 14,7% 11,07 27,7%
fonct. E&A / fonct. MEM 54,2% 59,5% 37,8% 67,1%
invest. E&A / invest. MEM 2,2% 5,7% 6,0% 11,9%
Eau & Ass. / Dép. MEM 6,5% 8,8% 8,4% 18,5%
Eau & Ass.per capita 301,09 584,93 660,89 733,51
Eau & Ass. / Dép. pub. 0,1% 0,2% 0,2% 0,3%
Eau & Ass. en % du PIB 0,02% 0,04% 0,04% 0,04%
Source : Opérations globales du Trésor (base engagement), MEM/DEA (base engagement)

Au titre de l’aide extérieure, la mobilisation des financements au profit de l’eau et l’assainissement a connu une
diminution de 1,5% en 1997 à 0,7% en 2000, en terme de pourcentage de crédit alloué par rapport au total de l’aide
extérieure attribuée à Madagascar .

Tableau 50 : Situation des aides extérieures allouées au secteur de l’eau et de l’assainissement

RUBRIQUES 1997 1998 1999 2000


SSE Eau. et Ass. (en milliards de FMG) 4,15 8,31 9,65 11,06
Eau et Ass. / Aide totale 1,5% 3,3% 1,0% 0,7%
Eau. et Ass. per capita en USD 0,7 0,8 0,3 0,1
Eau. et Ass. per capita en FMG 3 571 4 329 1 885 677
Source : Base de données Rapport sur la coopération pour le développement, Ministère du Plan / PNUD

49
PARTIE IV : ANALYSE DE LA SITUATION ET PERSPECTIVE
D’EVOLUTION

IV.1. Analyse du profil

IV.1.1. Approvisionnement en eau potable

Depuis 1999, les calculs effectués par l’approche inventaire et l’approche enquête commencent à donner des
résultats concordants et rationnels. On peut donc valablement commencer à pouvoir suivre de manière correcte
l’évolution de la situation à partir d’une base et d’une méthodologie fiables et arriver, ainsi, à faire des projections
acceptables pour les actions de développement du secteur à mettre en œuvre.

Les appréciations générales qui peuvent être faites sont :

1. le nombre d’infrastructure reste insuffisant. La situation générale est caractérisée par un sous-équipement
manifeste exprimé par le taux national faible de 27% en 2001. Il faut rappeler que c’est cet indicateur qui
est pris en compte pour calculer l’IDH (Indice de Développement Humain). La priorité d’action est donc
d’arriver à augmenter le nombre d’infrastructure d’eau potable en état de fonctionnement pérenne, de façon
drastique.

2. il y a une répartition non équilibrée en nombre d’infrastructure entre les différentes provinces, comme le
montre le tableau ci-dessous.

Tableau 51 : Répartition en pourcentage du nombre d’infrastructures dans les provinces

1999 2000 2001


taux de desserte taux de desserte taux de desserte
par enquête par inventaire par enquête par inventaire par enquête par inventaire
Tananarive 39,1 30,88% 43,1 32,53% Non disponible 35,97%
Fianarantsoa 13,3 13,50% 9,8 15,21% Non disponible 17,15%
Toamasina 20,2 11,70% 14,1 12,44% Non disponible 14,90%
Mahajanga 20,3 20,96% 19,2 23,64% Non disponible 26,85%
Toliary 22,0 28,69% 24,9 32,08% Non disponible 39,47%
Antsiranana 13,5 20,84% 21,1 21,48% Non disponible 23,98%
Madagascar 21,97% 23,77% 27,17%
Source : MEM/DEA ; EPM ; MICS ; ENDH ; nos calculs

o Ce classement doit simplement servir à organiser les actions, c’est à dire qu’il faut essayer de réaliser un
peu plus d’infrastructures dans les Faritany où les taux sont faibles.
o En milieu urbain, il existe encore des chefs lieux de Fivondronana sans AEP.

50
Tableau 52 : Nombre de chef lieu de Fivondronana (localités appartenant au milieu urbain) ne disposant pas
d'infrastructure d'eau par Faritany

Nombre de Fivondronana ne
Faritany
disposant pas d'infrastructure
Fianarantsoa 6
Mahajanga 3
Toliary 3
Toamasina 4
Antananarivo 1
Antsiranana 0
Source : MEM

o au vu du nombre de Fivondronana ne disposant pas d'infrastructures d’accès à l’eau potable, les Faritany
défavorisés sont par ordre décroissant : Fianarantsoa, Toamasina, Mahajanga, Toliary, Antananarivo.
o une action prioritaire identifiée est de réaliser des infrastructures d’AEP dans ces chefs-lieux de
Fivondronana encore dépourvus. L’objectif est d’arriver à doter tous les chefs lieux de Fivondronana
d’infrastructures d’adduction d’eau dans les meilleurs délais.
o les actions ultérieures vont concerner le développement des adductions d’eau pour que toutes les couches
de populations dans les villes, notamment les pauvres vivant dans les zones périurbaines puissent accéder
dans de bonnes conditions de desserte à l’eau potable. Un effort particulier devra être entrepris dans le
Faritany de Toamasina.
o pour le milieu rural, le gouvernement et ses partenaires ont axé beaucoup d’efforts dans le Faritany de
Toliary. Pourtant, il apparaît maintenant que de graves problèmes sont apparus notamment dans les
Faritany de Fianarantsoa, d’Antsiranana et de Toamasina. Il faut donc remobiliser les moyens vers ces
zones.

IV.1.2. Assainissement

Les enquêtes effectuées par l’INSTAT dans les différents projets destinés à connaître les conditions de vie des
familles malgaches ont montré qu’il existe encore des ménages qui ne disposent pas d'infrastructures d'évacuation
des matières fécales. Ceci est un grave problème qui touche plus particulièrement les pauvres. Il y a ainsi une
action fondamentale prioritaire à entreprendre qui est d'assurer que toute la population dispose d'infrastructures
d'assainissement, si possible en condition idéale, la fosse septique avec chasse d'eau, au moins en condition
acceptable : la latrine.

Les activités à entreprendre sont : l'IEC, l'éducation à l'hygiène du milieu, l'éducation à l'hygiène domestique et
corporelle. Des actions dans ce sens sont actuellement entreprises mais sont encore trop ponctuelles et à portées très
limitées, par exemple l'éducation à l'utilisation des latrines par l'intermédiaire des élèves du primaire (volets
latrinisation scolaire, éducation à l'hygiène dans les écoles, mise en place de Cellules villageoises d'animation
autour des points d'eau, du programme AEPSPE financé par l'UNICEF.). Une action prioritaire qui peut-être
proposée est de renforcer et d'étendre ces activités.

Dans toutes les provinces, il y a encore des ménages qui ne disposent d'aucun système pour l'évacuation des
matières fécales et la pratique de déposer les matières fécales dans la "nature" est encore courante. Toutefois, on
peut être relativement optimiste car le pourcentage des ménages disposant de latrines va de 80,9% à 92,9%.

IV.2. Analyse de l’allocation budgétaire au secteur

Globalement, les budgets consacrés à l’eau et l’assainissement, par rapport au budget total de l’Etat, sont de 0,01%
pour l’assainissement et 1,82% pour l’eau en 2001. Il apparaît donc évident que l’impact d’un tel bas niveau de
financement ne peut être assez fort pour permettre d’accroître l’accès à l’eau potable et l’assainissement. Elle est la
traduction du fait que le secteur de l'eau et de l'assainissement n'a pas été mis suffisamment dans les priorités
nationales. Aussi, face à l’ampleur des efforts restants à fournir, les prochaines dotations budgétaires devraient
refléter la volonté politique dans la lutte contre la pauvreté, à travers une révision radicale de la clé de répartition
des crédits. Le pari d’accroître l’accès à l’eau potable et à l’assainissement ne pourra être tenu qu’à ce prix.

51
Il faut rappeler que selon les engagements pris, lors du Sommet sur le développement qui s’était à Copenhague en
1992, les taux d’allocations doivent être de 6% pour les dépenses publiques, et de 6% pour les Aides Publiques au
Développement (crédits extérieurs).

IV.3. Perspective d’évolution

IV.3.1. Objectif fondamental

L’objectif fondamental fixé pour le secteur de l’eau et de l’assainissement est de permettre à la population
malgache d’avoir un accès universel, durable et efficace à l’eau potable et à l’assainissement, aussi bien en milieu
rural qu’en milieu urbain, tout en assurant la fonctionnalité des infrastructures existantes et en augmentant le
nombre d’infrastructures nouvelles.

IV.3.2. Objectifs spécifiques

Les objectifs visés dans l'Initiative 20/20 et le DSRP sont :

Eau potable

Tous milieux confondus jusqu’en 2015

Tableau 53 : Perspective pour Le taux d’accès à l’eau potable

2003 2015
Milieu urbain 89,7% 100%
Milieu rural 23,2% 80%
Madagascar 36,4% 84%
Source : Chiffres calculés par le Ministère de l’Energie et des
Mines (Initiative 20/20; DSRP)

Milieu urbain

• en 2003, tous les chefs lieux de Faritany et de Fivondronana doivent disposer d’infrastructures
d’approvisionnement en eau potable,
• en 2015 la totalité des populations dans les chefs lieux de Faritany et de Fivondronana doit accéder à
l’eau par les Branchements Particuliers et les Bornes Fontaines.

Milieu rural

En milieu rural le tableau ci-dessous montre le nombre d’infrastructure à réaliser :

52
Tableau 54 : Nombre d’infrastructures à réaliser

2000-2004 2005-2009 2010-2015


AEP P et F AEP P et F AEP P et F
856 2345 1010 2970 1787 5200
Source : Chiffres calculés par le Ministère de l’Energie et des mines (Initiative 20/20; DSRP)

Evolution attendue pour l’eau potable jusqu’en 2015 basée sur l’approche inventaire

Tableau 55 : Evolution attendue du taux de desserte en % sur base des calculs par inventaire

2000 2005 2010 2015


Milieu rural 10% 37% 56% 80%
Milieu urbain 60% 92% 95% 100%
Madagascar 24% 48% 64% 84%
Source : Chiffres calculés par le Ministère de l’Energie et des mines (Initiative 20/20; DSRP)

Perspective du taux de desserte

120%

100%

80% Milieu rural


60% Milieu urbain

40% Madagascar

20%

0%
2000 2005 2010 2015

Evolution attendue pour l’assainissement jusqu’en 2015 basée sur l’approche enquête

Tableau 56 : Perspective pour l’assainissement sur base des résultats par enquête

Evolution attendue du taux d’accès en %


2000 2001 2002 2003 2004 2005 2010 2015
Milieu rural 52,7% 53% 55% 57% 58% 60% 70% 80,00%
Milieu urbain 87,3% 90% 92% 93% 95% 97% 98% 100,00%
Source : Chiffres calculés par le Ministère de l’Energie et des mines (Initiative 20/20; DSRP)

Pe rs pe ctive du ta ux d'a cc ès

1 20 ,0 0%

1 00 ,0 0%

80 ,0 0%
Milieu ru ral
60 ,0 0%
Milieu u rba in
40 ,0 0%

20 ,0 0%

0 ,0 0%
2 00 0 20 05 20 10 2 01 5

53
PARTIE V : CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS

V.1. Politique du secteur de l’Eau et de l’Assainissement

Pour l’atteinte des objectifs fixés, la politique du Gouvernement dans le secteur repose sur les principes rappelés ci-
dessous, tels qu’énoncés dans la Déclaration de politiques sectorielles et le Code de l’eau adopté en 1999. Cette
politique propose deux axes d’interventions :

1ère axe d’intervention : le développement rapide des infrastructures grâce à une gestion intégrée des ressources en
eau et la libéralisation du secteur, basée sur une répartition claire des rôles et des responsabilités de tous les
intervenants.

En ce qui concerne la gestion intégrée des ressources en eau, la politique du gouvernement réaffirme que l’eau est
une ressource vitale, indispensable à l’homme pour se maintenir en vie. Dans ces conditions, elle doit permettre à
tous, notamment les plus pauvres et les plus démunis d’y accéder. Par ailleurs, la gestion des ressources en eau –
ces dernières faisant partie du domaine public de l’Etat - fera l’objet d’une réglementation et d’un contrôle de la
part de ce dernier. Cette responsabilité sera assumée par l’Autorité nationale de l’eau dont les fonctions
fondamentales seront d’assurer la gestion intégrée et de veiller à un développement rationnel et à une utilisation
optimale des ressources en eau.

Quant à la libéralisation et la nouvelle répartition des rôles et responsabilités des intervenants, l’Etat doit se
désengager des activités d’opération et doit se concentrer dans son rôle de promoteur et de responsable de
l’élaboration et de la mise en œuvre de la politique sectorielle de l’eau et de l’assainissement. Le secteur privé et les
ONGs doivent être encouragés à s’impliquer davantage dans les actions d’aménagement, d’exploitation et de
gestion des infrastructures d’alimentation d’eau et d’assainissement.

2ème axe d’intervention : l’amélioration de l’accès des populations à l’eau potable et aux infrastructures
d’assainissement à travers : (i) l’organisation du service public d’approvisionnement en eau potable et
d’assainissement; (ii) la décentralisation et la responsabilisation des collectivités et des usagers et (iii) une nouvelle
stratégie de recouvrement des coûts.

L’organisation du service public d’approvisionnement en eau et d’assainissement part du principe que


l’approvisionnement en eau potable et l’assainissement des eaux usées est un service public communal. Les
systèmes d’approvisionnement en eau potable et d’assainissement appartiennent au domaine public des communes.
Le Gouvernement assure la définition de la politique nationale d’approvisionnement en eau potable et
d’assainissement et met en place un Organisme de Régulation du Service public. Les communes assurent la
fonction de maîtrise d’ouvrage tandis que les opérateurs, publics ou privés, assurent, par délégation du maître
d’ouvrage, la fonction de réalisation et/ou de gestion et maintenance des systèmes d’approvisionnement en eau
potable et d’assainissement.

Pour accompagner le processus de décentralisation, la participation effective de l’ensemble de la population,


notamment celle des femmes sera encouragée par la mise en place d’un processus de prise de décision à l’échelon
compétent le plus bas. Les communautés seront mobilisées de manière à promouvoir l’adhésion et la participation
de toute la population.

Une nouvelle stratégie de recouvrement des coûts sera mise en œuvre. Pour assurer une exploitation durable de
l’eau qui est une ressource limitée et fragile, le Gouvernement estime qu’il faut prendre en compte tous les coûts au
stade de la planification et de la mise en valeur. La tarification de l’eau devra traduire le coût réel de l’eau, utilisée
en tant que besoin économique, mais aussi prendre en considération la capacité de paiement des usagers. Les
investissements doivent être programmés et réalisés, en tenant compte de la demande réelle du consommateur, et en
considérant le niveau de service efficace supportable par sa capacité de payer. Dans certaines zones défavorisées au
niveau de la disponibilité des ressources en eau notamment, la totalité du coût économique ne doit pas être imputée
à tous les usagers. Dans ces régions, l’Etat devra assurer une contribution par la création d’un fonds de solidarité
nationale de l’eau devant garantir le droit fondamental pour tous d’accéder à l’eau.

V.2. Stratégies de développement du secteur

54
La mise en œuvre de la politique ainsi mise en place se base sur une stratégie dont les grandes lignes s’articulent
sur :

La définition d’objectifs clairs en terme de réalisation d’infrastructures en donnant la priorité aux pauvres
et aux plus démunis,
La mise en place d’un cadre légal et réglementaire ainsi que d’une organisation de services devant
permettre aux plus pauvres et plus démunis d’accéder aux infrastructures d’eau et d’assainissement
efficaces et durables,
La mise en place d’un mécanisme de financement intégrant un système de subventions pour les
infrastructures sociales et d’une stratégie de recouvrement des coûts pour les usages de l’eau,
Le développement de la contribution du secteur privé et des ongs dans le secteur,
La mise en œuvre de programmes d’iec devant permettre d’aider les couches de populations pauvres à
s’intégrer et à s’organiser en conséquence dans les projets de développement des infrastructures d’eau et
d’assainissement,
Le renforcement des capacités nationales et locales - notamment au niveau des populations pauvres – en
matière d’organisation et de gestion des systèmes de fournitures de services en eau potable et
assainissement,
La mise en place d’un système de suivi - évaluation efficace pour mesurer l’évolution des impacts des
actions dans l’amélioration des conditions de vie des populations

V.3. Plan d’actions

V.3.1. Approvisionnement en eau potable

Poursuivre la réalisation des projets actuellement en cours dans les meilleures conditions possibles, en vue
d’accélérer la mise en place de nouvelles infrastructures,
Mettre en application le Code de l’eau pour que les intervenants du secteur de l’eau et de l’assainissement
puissent travailler dans un cadre légal et réglementaire ainsi qu’un cadre institutionnel (mise en place de
l’Autorité Nationale de l’Eau et de l’Assainissement), sécurisants, favorables et incitatifs,
Obtenir les financements nécessaires, notamment par l’accroissement des contributions financières des
investisseurs privés, des agences de financements extérieurs, et de l’État ainsi que des bénéficiaires, par le
système de recouvrement des coûts,
Développer les actions d’IEC, de mobilisation communautaire, de renforcement des capacités nationales et
locales, de valorisation et de motivations des ressources humaines.
Renforcer les outils et structures de suivi-évaluation du secteur de l’eau et de l’assainissement, pour
permettre d’évaluer les efforts entrepris et d’apprécier objectivement les impacts obtenus.

V.3.2. Assainissement

Eduquer et mobiliser :

Les ménages à se doter d’infrastructures d’évacuation d’excrétas, si possible des fosses septiques et au
moins des latrines,
Les communes pour la mise en place des infrastructures d’évacuation des eaux usées domestiques dans le
cadre d’un service public efficace ou par le développement des initiatives privées pour les fosses septiques,
Les autorités politiques et administratives pour la prise en compte du sous-secteur dans les priorités
nationales comme étant un service social essentiel de base,
Les autorités politiques et administratives nationales centrales et décentralisées, les partenaires financiers
extérieurs, à respecter les engagements pris dans le cadre de l’initiative 20/20 et de consacrer ainsi les
moyens nécessaires et suffisants, financiers, humains et logistiques, au sous secteur assainissement,
Toutes les parties prenantes pour assurer une clarification organisationnelle et institutionnelle pour le sous-
secteur assainissement, notamment pour définir enfin qui est le département officiel responsable dudit
sous-secteur,
Toutes les parties prenantes, notamment le Ministère chargé de l’eau, à tout mettre en œuvre pour
concevoir, mettre en place et exécuter une politique de l’assainissement.

V.4. Recommandations spécifiques concernant le système d’informations pour le secteur de l’eau et de


l’assainissement

55
Les sources d’informations pour le secteur de l’eau et de l’assainissement seront toujours de deux types, à savoir
les données provenant des intervenants du secteur (ou fournisseurs de services) pour l’approche par inventaire, et
celles obtenues par les enquêtes auprès des bénéficiaires, soit les individus (populations), soit les ménages, pour
l’approche par enquête.

L’expérience a montré que la collecte d’informations par les 2 systèmes présente chacun leurs points faibles et de
ce fait nécessitent des améliorations pour accroître la fiabilité des résultats. Les recommandations formulées sont
ainsi :

V.4.1. Collecte des données pour l’approche par inventaire

Il est recommandé que :

les intervenants du secteur, l’administration, les collectivités décentralisées, la société civile, les ONGs
nationales, les ONGs internationales travaillant à Madagascar, les projets et programmes concernés par l’eau et
l’assainissement, les partenaires financiers :

transmettent leurs données à la DEA/MEM et remplissent ainsi chaque année les fiches WASAMS
qui leurs sont transmises,
soient destinataires du TBS annuel,
utilisent les concepts harmonisés utilisés dans le TBS,
participent aux différents calculs des paramètres du TBS, à toutes les réflexions et activités de mise
en place et de mise en œuvre ainsi que l’amélioration de la structure et de l’outil de suivi-
évaluation.

le MEM, avec la collaboration du département chargé du suivi-évaluation au sein du Ministère de l’Economie,


des Finances et du Budget :

officialise et renforce le système de suivi-évaluation actuellement mis en place,


officialise les indicateurs utilisés dans le TBS,
mette en place un financement adéquat pour le développement et le fonctionnement de la structure
de suivi-évaluation chargée du secteur de l’eau et de l’assainissement.

56
V.4.2. Collecte des données pour l’approche par enquête

Il est recommandé de :

mettre en œuvre des enquêtes spécifiques annuelles pour le secteur de l’eau et de l’assainissement, et
appliquées aux niveaux de découpage administratif qui seraient agréés,
utiliser des concepts et méthodes d’enquêtes harmonisés à l’issu de discussions entre l’INSTAT, la
DEA/MEM, les intervenants du secteur, le département chargé de la structure de suivi-évaluation au sein du
Ministère de l’Economie et de la Planification,
mettre en place un financement adéquat pour mettre en œuvre ce système d’enquêtes spécifiques au secteur,
entreprendre des activités réunissant l’INSTAT, la DEA/MEM, les intervenants du secteur, au sein du
Ministère de l’Economie, des Finances et du Budget, pour vérifier la fiabilité des résultats, notamment en
comparant les données obtenues par les 2 approches.

V.4.3. Recommandations au niveau des concepts de base

En outre, il s’avère aussi indispensable d’harmoniser les concepts de base utilisés dans l’étude de tous les services
sociaux essentiels, à savoir :

la définition du milieu urbain et du milieu rural,


le nombre de population totale, le nombre de la population rurale, le nombre de population urbaine,
les unités administratives d’interventions (national, provincial, Fivondronana, communal, fokontany, hameau) à
prendre en compte dans les réflexions et calculs.

57
PARTIE VI : STATISTIQUES DE BASE
Tableau 57 : Logement habité par Fivondronana selon le mode d’approvisionnement en eau

Division Approvisionnement en eau


Total
ménages Eau Pompe Pompe Camion Cours
administrative Puits Source Autre ND
courante publique aspirante citerne d’eau
Madagascar 2.502.859 104.215 283.916 27.532 508.994 10.737 846.342 623.830 56.304 40.990
Madagascar Urbain 579.004 92.713 213.113 21.229 96.916 2.369 77.881 55.493 11.632 7.659
Madagascar Rural 1.923.855 11.502 70.803 6.303 412.077 8.369 768.461 568.336 44.672 33.331

Antananarivo 705.177 59.859 145.816 1.005 80.058 485 345.732 52.879 11.803 7.541
Antananarivo-Renivohitra 145.591 43.986 90.339 112 5.909 10 2.508 596 471 1.661
Antananarivo-Avaradrano 33.436 1.177 2.724 360 8.298 22 18.450 1.927 211 266
Ambohidratrimo 37.709 2.956 1.849 95 9.497 33 21.287 1.297 409 286
Ankazobe 17.223 112 1.401 120 407 6 10.099 4.433 505 140
Arivonimamo 38.730 546 3.381 39 4.145 39 29.073 987 61 460
Manjakandriana 31.260 233 1.715 37 1.132 30 17.933 3.417 6.492 271
Anjozorobe 20.901 64 5.138 2 655 6 9.109 5.517 297 112
Antsirabe I 25.146 4.353 10.268 34 5.722 27 4.356 85 147 155
Betafo 45.578 229 3.063 5 445 44 34.879 5.799 378 736
Ambatolampy 31.886 585 2.122 17 5.402 23 20.320 2.857 167 392
Tsiroanomandidy 33.700 815 4.864 9 2.354 25 23.140 2.050 57 386
Miarinarivo 27.465 572 4.142 63 979 25 17.051 3.991 314 329
Soavinandriana 22.181 366 2.382 9 904 19 15.465 2.692 80 265
Antanifotsy 40.489 178 328 6 5.234 37 29.620 4.240 423 424
Andramasina 19.585 3 221 4 3.391 25 14.643 1.107 15 176
Faratsiho 23.808 88 917 3 1.242 28 20.017 1.186 13 313
Antananarivo/Atsimondrano 47.104 3.421 6.874 64 18.487 21 14.904 1.912 958 463
Antsirabe II 50.269 144 1.133 24 4.953 60 36.680 6.330 385 561
Fenoarivo-Afovoany 13.116 32 2.956 1 903 5 6.199 2.454 422 143

Fianarantsoa 478.634 7.448 28.093 1.234 56.976 746 244.923 120.117 11.849 7.247
Fianarantsoa I 20.439 3.847 6.545 53 2.609 13 5.959 251 940 222
Ambatofinandrahana 16.785 77 814 6 206 12 11.703 3.518 215 234

56
Tableau 57 (suite) : Logement habité par Fivondronana selon le mode d’approvisionnement en eau
Division Total Approvisionnement en eau
ménages Eau Pompe Pompe Puits Camion Source Cours Autre ND
administrative courante publique aspirante citerne d’eau
Ambalavao 27.271 499 1.743 66 682 26 17.292 5.812 809 341
Ifanadiana 19.633 43 133 1 52 35 9.581 9.305 194 288
Nosy-Varika 25.859 17 180 72 2.087 23 9.951 12.423 711 394
Ambohimahasoa 26.769 92 697 5 233 20 22.806 2.482 280 153
Mananjary 36.127 444 3.483 122 5.688 69 13.435 12.020 375 491
Manakara-Atsimo 33.913 639 2.309 85 5.459 92 10.785 12.502 1.429 614
Ikongo 13.654 48 407 15 39 9 4.225 7.733 703 475
Vohipeno 14.875 38 99 45 2.074 25 2.882 8.695 865 153
Farafangana 28.203 338 2.466 241 9.690 144 8.548 5.713 432 631
Vangaindrano 28.846 131 403 179 14.834 65 6.968 5.017 381 868
Midongy-Atsimo 3.602 5 - 7 227 2 1.143 1.916 186 115
Ihosy 16.815 34 1.580 17 6.602 22 2.299 5.921 18 323
Vondrozo 14.592 7 5 171 2.787 24 6.133 5.079 147 240
Ivohibe 5.068 26 282 1 453 3 850 3.215 80 158
Ikalamavony 8.904 4 856 3 475 2 3.460 3.440 480 184
Fianarantsoa II 58.039 36 550 49 576 84 50.244 4.956 910 635
Iakora 4.614 24 282 1 741 - 1.537 1.902 64 63
Befotaka 3.431 4 - 29 317 2 1.938 1.070 1 70
Manandriana 12.642 4 144 16 176 18 11.517 465 210 93

Toamasina 415.218 7.013 29.089 20.096 59.665 608 134.329 152.165 4.500 7.752
Toamasina I 29.014 4.070 6.363 17.528 364 13 12 1 393 270
Nosy-Boraha 3.504 80 956 41 657 39 1.603 43 24 61
Maroantsetra 28.159 10 13 126 8.548 39 9.797 9.096 21 509
Mananara-Avaratra 17.972 27 584 113 3.002 75 6.618 6.886 334 335
Fenoarivo-Atsinanana 41.096 166 578 95 3.529 54 22.749 12.999 401 525
Vohibinany 27.949 140 884 36 977 54 9.531 14.501 663 1.164
Vatomandry 20.850 46 199 1.308 3.262 60 7.822 7.786 43 324
Mahanoro 31.206 63 147 59 3.172 32 10.194 16.210 79 1.251
Marolambo 17.348 9 229 1 51 14 6.212 10.431 13 387
Toamasina II 31.865 44 493 330 1.388 32 13.167 15.474 496 442
Antanambao-Manampotsy 6.749 9 148 2 1 2 3.309 3.121 - 157

57
Tableau 57 (suite) : Logement habité par Fivondronana selon le mode d’approvisionnement en eau
Division Total Approvisionnement en eau
ménages Eau Pompe Pompe Puits Camion Source Cours Autre ND
administrative courante publique aspirante citerne d’eau
Moramanga 33.687 903 4.027 21 3.251 35 9.216 14.631 833 771
Vavatenina 25.274 46 954 106 404 31 14.861 8.280 288 304
Andilamena 6.446 64 986 25 1.190 7 1.054 2.855 163 103
Anosibe An-Ala 11.746 21 850 1 3 5 2.849 7.780 56 181
Soanierana-Ivongo 16.697 55 612 35 1.712 60 7.200 6.474 260 290

Mahajanga 289.108 11.047 27.853 660 99.211 326 44.292 95.368 4.504 5.847
Mahajanga I 24.222 7.172 13.065 18 3.140 3 26 15 349 435
Besalampy 6.273 33 287 8 4.284 13 60 1.497 5 87
Soalala 4.441 1 1 1 1.490 9 1.342 1.443 24 130
Maevatanana 17.579 281 1.084 71 6.482 7 1.911 6.812 682 249
Ambato-Boina 18.739 425 347 8 8.243 21 4.314 4.762 323 297
Marovoay 21.694 469 2.561 27 9.773 31 3.751 4.497 135 448
Mitsinjo 9.293 343 658 174 3.905 13 1.678 1.704 473 345
Tsaratanana 15.221 216 1.085 3 2.132 13 2.616 8.146 755 253
Boriziny (Port-Berger) 17.888 313 923 10 7.361 21 3.393 4.590 773 506
Mandritsara 32.629 369 1.515 36 4.826 71 6.542 18.409 283 579
Analalava 15.940 9 543 18 4.771 13 2.771 7.481 30 304
Befandriana-Avaratra 27.151 153 2.595 19 4.385 22 6.028 13.277 92 581
Antsohihy 17.285 486 1.713 59 8.361 27 2.272 3.977 79 310
Bealanana 14.585 1 210 35 2.834 7 3.741 7.323 82 352
Mahajanga II 8.437 11 162 95 4.907 12 1.298 1.617 136 199
Kandreho 1.859 2 1 1 1.029 2 281 515 3 25
Ambatomainty 3.116 2 2 1 2.499 6 57 436 51 62
Antsalova 4.972 47 172 1 3.059 7 449 1.044 93 100
Maintirano 9.241 581 452 5 5.655 12 636 1.732 7 161
Morafenobe 3.384 39 215 1 1.973 4 69 927 2 153
Mampikony 15.159 94 262 68 8.103 12 1.056 5.165 128 272

Toliary 388.646 8.595 30.691 3.160 149.676 8.314 40.706 121.151 19.022 7.331
Toliary I 15.571 3.771 10.586 13 640 1 - 6 420 134
Manja 10.051 2 40 55 4.713 11 2.174 2.771 147 138
Beroroha 7.307 3 1 1 1.450 2 1.043 4.555 143 108
Morombe 17.824 167 538 103 11.769 29 1.959 2.404 666 190
Ankazoabo-Atsimo 9.476 3 3 85 4.015 4 969 4.192 24 181
Betioky-Atsimo 30.415 311 1.237 200 17.449 47 4.248 5.192 1.101 629

58
Tableau 57 (suite et fin) : Logement habité par Fivondronana selon le mode d’approvisionnement en eau
Approvisionnement en eau
Division Total
Eau Pompe Pompe Camion Cours
Puits Source Autre ND
administrative ménages courante publique aspirante citerne d’eau
Ampanihy 34.091 63 963 563 20.725 660 1.963 7.906 552 697
Morondava 14.131 1.327 3.379 94 7.809 59 472 705 131 155
Mahabo 15.967 159 845 241 5.007 181 2.377 6.684 107 366
Belon I tsiribihina 9.327 231 611 9 1.941 17 1.986 3.874 397 261
Miandrivazo 14.299 16 357 55 5.253 18 1.463 6.263 427 449
Sakaraha 13.896 3 228 35 4.281 21 1.441 7.681 29 177
Beloha 10.423 6 182 12 6.522 1.088 403 1.665 453 92
Tsihombe 10.564 76 37 327 2.202 1.265 247 3.585 2.705 118
Taolanaro 34.003 1.386 4.418 147 9.538 296 4.434 11.987 1.309 489
Ambovombe-Androy 31.381 92 1.578 36 11.489 3.143 2.639 6.143 5.636 625
Betroka 24.342 284 1.749 22 7.802 30 4.105 9.320 262 769
Bekily 22.487 122 580 228 8.476 41 2.140 10.286 128 487
Amboasary-Atsimo 25.823 46 940 898 2.127 704 1.759 17.837 709 805
Toliary II 32.010 526 2.411 34 14.625 694 2.446 7.261 3.674 339
Benenitra 5.258 2 10 2 1.843 3 2.438 835 - 125

Antsiranana 226.076 10.253 22.375 1.377 63.407 259 36.359 82.150 4.626 5.271
Antalaha 33.612 770 3.144 48 6.810 43 8.572 13.146 389 690
Sambava 43.893 237 1.507 94 9.927 61 8.803 21.801 118 1.345
Andapa 25.527 309 3.898 69 3.043 35 7.843 9.852 98 381
Antsiranana II 14.968 100 1.272 75 2.859 22 2.171 6.798 1.396 275
Antsiranana I 15.055 6.596 5.880 40 455 - 95 60 1.598 331
Vohimarina 30.902 503 1.061 259 5.205 27 4.515 18.128 486 719
Ambilobe 28.405 278 1.722 139 19.463 25 573 5.509 96 600
Nosy-Be 7.802 1.093 1.951 353 3.077 16 785 98 255 174
Ambanja 25.912 367 1.940 301 12.568 30 3.002 6.757 192 756

59
Tableau 58 : Nombre d’infrastructures et taux de desserte en milieu urbain

2000 2001
CENTRES Pop NOMBRE Pop dess Taux de Pop NOMBRE Pop dess Taux de
Tot BP BF Totale desserte Tot BP BF Totale desserte
1. ANTANANARIVO
(Ant Ren,Ava,Ats,Amb/trimo) 1 635 044 44 318 917 901 680 55.15% 1 684 645 ##### 1 234 1 083 890 64.34%
ANTSIRABE 165 125 3 990 174 126 900 76.85% 170 134 4 422 201 144 720 85.06%
Ambatolampy 24 681 546 51 30 960 100.00% 25 430 546 51 30 960 100.00%
Andramasina 12 042 sans adduction d'eau 12 407 sans adduction d'eau 0.00%
Anjozorobe 16 501 19 9 500 57.57% 17 001 19 9 500 55.88%
Ankazobe 13 644 71 18 9 710 71.17% 14 058 71 18 9 710 69.07%
Antanifotsy 61 195 155 6 4 550 7.44% 63 051 155 6 4 550 7.22%
Arivonimamo 19 028 sans adduction d'eau 0.00% 19 605 sans adduction d'eau 0.00%
Betafo 25 783 18 9 000 34.91% 26 565 18 9 000 33.88%
Faratsiho 32 465 80 11 6 300 19.41% 33 450 80 11 6 300 18.83%
Fenoarivo Centre 16 996 79 7 4 290 25.24% 17 511 79 7 4 290 24.50%
Majakandriana 27 541 37 3 1 870 6.79% 28 376 37 3 1 870 6.59%
Miarinarivo 9 983 408 26 17 080 100.00% 10 286 408 26 17 080 100.00%
Soavinandriana 35 003 358 11 9 080 25.94% 36 065 358 11 9 080 25.18%
Tsiroanomandidy 23 379 705 61 37 550 100.00% 24 088 705 61 37 550 100.00%
SOUS TOTAL 2 118 410 50 747 1 322 1 168 470 55.16% 2 182 672 ##### 1 666 1 368 500 62.70%

ANTSIRANANA 75 775 5 230 127 115 800 100.00% 77 939 5 752 145 130 020 100.00%
Ambanja 27 542 542 7 8 920 32.39% 28 328 597 8 9 970 35.19%
Ambilobe 13 188 54 11 6 040 45.80% 13 565 54 11 6 040 44.53%
Andapa 18 756 485 28 18 850 100.00% 19 291 539 31 20 890 100.00%
Antalaha 30 757 843 60 38 430 100.00% 31 635 981 60 39 810 100.00%
Nosy-Be (Hell Ville) 20 452 220 6 5 200 25.43% 21 035 220 6 5 200 24.72%
Sambava 28 307 448 13 10 980 38.79% 29 115 488 15 12 380 42.52%
Vohémar 8 958 423 24 16 230 100.00% 9 214 474 26 17 740 100.00%
SOUS TOTAL 223 735 8 245 276 220 450 98.53% 230 122 9 105 302 242 050 100.00%

FIANARANTSOA 147 824 3 620 116 94 200 63.72% 153 001 4 101 173 127 510 83.34%
Ambalavao 26 623 390 59 33 400 100.00% 27 555 390 59 33 400 100.00%
Ambatofinandrahana 24 709 10 7 3 600 14.57% 25 574 10 7 3 600 14.08%
Ambohimahasoa 8 553 41 20 500 100.00% 8 853 41 20 500 100.00%
Ambositra 29 003 773 73 44 230 100.00% 30 019 892 80 48 920 100.00%
Befotaka 6 745 sans adduction d'eau 0.00% 6 982 sans adduction d'eau 0.00%

60
Tableau 58(suite) : Nombre d’infrastructures et taux de desserte en milieu urbain
2000 2001
CENTRES Pop NOMBRE Pop dess Taux de Pop NOMBRE Pop dess Taux de
Tot BP BF Totale desserte Tot BP BF Totale desserte
Fandriana 29 938 20 10 000 33.40% 30 986 20 10 000 32.27%
Farafangana 23 654 341 48 27 410 100.00% 24 483 408 51 29 580 100.00%
Iakora 10 044 sans adduction d'eau 0.00% 10 396 sans adduction d'eau 0.00%
Ifanadina 16 754 14 7 000 41.78% 17 340 14 7 000 40.37%
Ihosy 16 191 263 31 18 130 100.00% 16 758 263 31 18 130 100.00%
Ikalamavony 14 854 50 40 20 500 100.00% 15 374 50 40 20 500 100.00%
Ikongo 30 823 sans adduction d'eau 0.00% 31 902 sans adduction d'eau 0.00%
Ivohibe 12 044 59 590 4.90% 12 466 59 590 4.73%
Manakara 33 710 640 45 28 900 85.73% 34 891 728 49 31 780 91.08%
Manandriana 18 034 sans adduction d'eau 0.00% 18 665 sans adduction d'eau 0.00%
Mananjary 26 420 555 34 22 550 85.35% 27 345 681 48 30 810 100.00%
Midongy - atsimo 9 824 sans adduction d'eau 0.00% 10 167 sans adduction d'eau 0.00%
Nosy Varika 35 284 sans adduction d'eau 0.00% 36 520 sans adduction d'eau 0.00%
Vangaindrano 22 453 175 18 10 750 47.88% 23 239 216 13 8 660 37.26%
Vohipeno 9 722 79 790 8.13% 10 062 95 950 9.44%
Vondrozo 18 994 sans adduction d'eau 0.00% 19 659 sans adduction d'eau 0.00%
SOUS TOTAL 572 200 6 955 546 342 550 59.87% 592 237 7 893 626 391 930 66.18%

MAHAJANGA 139 577 5 938 198 158 380 100.00% 143 806 6 715 244 189 150 100.00%
Ambato-boéni 19 692 275 2 750 13.97% 20 289 317 3 170 15.62%
Ambatomainty 11 688 sans adduction d'eau 0.00% 12 042 sans adduction d'eau 0.00%
Analalava 10 417 27 13 500 100.00% 10 733 27 13 500 100.00%
Antsalova 9 984 53 4 2 530 25.34% 10 287 66 6 3 660 35.58%
Antsohihy 18 575 530 38 24 300 100.00% 19 138 664 38 25 640 100.00%
Bealanana 14 771 22 11 000 74.47% 15 219 22 11 000 72.28%
Befandriana-Nord 9 012 202 7 5 520 61.25% 9 285 211 10 7 110 76.58%
Besalampy 9 295 60 9 5 100 54.87% 9 576 71 10 5 710 59.63%
Kandreho 6 533 sans adduction d'eau 0.00% 6 731 sans adduction d'eau 0.00%
Maevatanana 11 903 279 14 9 790 82.25% 12 263 341 15 10 910 88.97%
Maintirano 9 543 397 18 12 970 100.00% 9 832 474 19 14 240 100.00%
Mampinkony 7 457 139 9 5 890 78.99% 7 683 160 10 6 600 85.90%
Mandritsara 12 246 396 24 15 960 100.00% 12 617 469 29 19 190 100.00%
Marovoay 27 337 366 25 16 160 59.11% 28 165 400 26 17 000 60.36%
Mitsinjo 9 896 128 1 280 12.93% 10 196 151 1 510 14.81%
Morafenobe 10 529 62 7 4 120 39.13% 10 848 77 7 4 270 39.36%
Port-bergé 8 554 359 22 14 590 100.00% 8 813 404 22 15 040 100.00%

61
Tableau 58(suite) : Nombre d’infrastructures et taux de desserte en milieu urbain
2000 2001
CENTRES Pop NOMBRE Pop dess Taux de Pop NOMBRE Pop dess Taux de
Tot BP BF Totale desserte Tot BP BF Totale desserte
Soalala 9 543 sans adduction d'eau 0.00% 9 833 sans adduction d'eau 0.00%
Tsaratanana 14 644 2 33 16 520 100.00% 15 087 2 33 16 520 100.00%
SOUS TOTAL 371 196 9 186 457 320 360 86.30% 382 443 ##### 518 364 220 95.24%

TOAMASINA 183 855 5 576 105 108 260 58.88% 189 930 6 260 161 143 100 75.34%
Ambatondrazaka 36 863 1 068 45 33 180 90.01% 38 081 1 206 59 41 560 100.00%
Amparafaravola 44 166 0 0 0 0.00% 45 625 0 0 0 0.00%
Andilamena 16 938 10 11 5 600 33.06% 17 498 10 11 5 600 32.00%
Anosibe an'Ala 22 619 15 7 500 33.16% 23 367 15 7 500 32.10%
Antanambao Manampotsy 12 285 sans adduction d'eau 0.00% 12 691 sans adduction d'eau 0.00%
Brickaville 21 838 16 8 000 36.63% 22 560 16 8 000 35.46%
Fénérive Est 18 085 281 2 810 15.54% 18 682 356 3 560 19.06%
Mahanoro 34 219 113 1 130 3.30% 35 349 144 1 440 4.07%
Mananara 35 339 40 20 000 56.59% 36 507 40 20 000 54.78%
Maroantsetra 20 440 sans adduction d'eau 0.00% 21 116 sans adduction d'eau 0.00%
Marolambo 22 424 sans adduction d'eau 0.00% 23 165 sans adduction d'eau 0.00%
Moramanga 25 156 670 29 21 200 84.27% 25 987 729 29 21 790 83.85%
Sainte Marie 10 511 177 22 12 770 100.00% 10 859 209 25 14 590 100.00%
Soanierana Ivongo 33 704 43 4 2 430 7.21% 34 818 63 4 2 630 7.55%
Vatomandry 9 973 91 1 1 410 14.14% 10 302 127 1 1 770 17.18%
Vavatenina 31 712 20 24 12 200 38.47% 32 760 20 24 12 200 37.24%
SOUS TOTAL 580 127 8 049 312 236 490 40.77% 599 297 9 124 385 283 740 47.35%

TOLIARY 104 738 3 551 208 139 510 100.00% 107 783 4 052 225 153 020 100.00%
Soanierana Ivongo 33 704 43 4 2 430 7.21% 34 818 63 4 2 630 7.55%
Amboasary Sud 31 725 135 11 6 850 21.59% 32 648 144 15 8 940 27.38%
Ambovombe 58 870 15 7 500 12.74% 60 582 15 7 500 12.38%
Ampanihy 22 714 129 14 8 290 36.50% 23 375 156 14 8 560 36.62%
Ankazoabo 22 882 2 1 000 4.37% 23 547 2 1 000 4.25%
Bekily 8 985 108 6 4 080 45.41% 9 246 108 6 4 080 44.13%
Belo/tsiribihina 21 029 349 12 9 490 45.13% 21 640 387 21 14 370 66.40%
Beloha 20 256 8 4 000 19.75% 20 844 8 4 000 19.19%
Benenitra 6 111 sans adduction d'eau 0.00% 6 289 sans adduction d'eau 0.00%
Beroroha 16 414 sans adduction d'eau 0.00% 16 891 sans adduction d'eau 0.00%
Betioky 27 470 116 18 10 160 36.99% 28 269 150 18 10 500 37.14%

62
Tableau 58(suite et fin) : Nombre d’infrastructures et taux de desserte en milieu urbain
2000 2001
CENTRES Pop NOMBRE Pop dess Taux de Pop NOMBRE Pop dess Taux de
Tot BP BF Totale desserte Tot BP BF Totale desserte
Betroka 11 858 221 21 12 710 100.00% 12 202 262 20 12 620 100.00%
Mahabo 8 099 190 1 900 23.46% 8 334 213 2 130 25.56%
Manja 10 577 66 19 10 160 96.06% 10 884 91 24 12 910 100.00%
Miandrivazo 18 169 sans adduction d'eau 0.00% 18 697 sans adduction d'eau 0.00%
Morombe 9 022 129 9 5 790 64.18% 9 284 172 10 6 720 72.38%
Morondava 32 487 1 325 85 55 750 100.00% 33 432 1 517 98 64 170 100.00%
Sakaraha 19 208 21 10 500 54.66% 19 766 21 10 500 53.12%
Tolanaro 39 682 1 248 51 37 980 95.71% 40 836 1 397 63 45 470 100.00%
Tsihombe 26 303 65 7 4 150 15.78% 27 067 73 8 4 730 17.48%
SOUS TOTAL 516 599 7 632 507 329 820 63.84% 531 616 8 722 568 371 220 69.83%

TOTAL MADAGASCAR 4 382 267 90 814 3 420 2 618 140 59.74% 4 518 387 ##### 4 065 3 021 660

63
Tableau 59 : Système d’adduction d’eau en milieu rural. Année 2001

Type
N° Faritany Fivondranana Commune Site Population X Y Pt Ns Projet Ag d'exécution
d'ouvrage
1 Antsiranana Antalaha Ampahana Ampahana 200 Puits UNICEF DEA
2 Antsiranana Antalaha Antombana Maromandia 200 Puits UNICEF DEA
3 Antsiranana Antalaha Antsahanoro Valambanina 200 Puits UNICEF DEA
4 Antsiranana Antalaha Antsahanoro Malotrandrohely 200 Puits UNICEF DEA
5 Antsiranana Antalaha Antsahanoro Marokosa 200 Puits UNICEF DEA
6 Antsiranana Antalaha Antsahanoro Ampombolava 200 Puits UNICEF DEA
7 Antsiranana Antalaha Antsahanoro Ambosikidy 200 Puits UNICEF DEA
8 Antsiranana Antalaha Antsahanoro Ankitsaka 200 Puits UNICEF DEA
9 Antsiranana Antalaha Antsahanoro Antsorolava 200 Puits UNICEF DEA
SOUS TOTAL 1 800
10 Fianarantsoa Ifanadiana Ikelilalina Ikelilalina 60 Puits ANGAP/ DEAP
11 Fianarantsoa Manakara Ampasimanjeva Soanarenina 1 444 484.58 566.48 puits IIPPTE Taratra
12 Fianarantsoa Manakara Ampasimanjeva Befotaka 200 486.14 565.03 puits IIPPTE Taratra
13 Fianarantsoa Manakara Analavory Analavory 1 123 448.32 557.08 puits IIPPTE Taratra
14 Fianarantsoa Manakara Nihanonana Nihanonana 4 025 484.81 560.69 puits IIPPTE Taratra
15 Fianarantsoa Manakara Vohimasina Nord Manjarivo 1 267 481.52 573.11 puits IIPPTE Taratra
16 Fianarantsoa Manakara Vohimasina Nord Seranambary 1 990 481.3 572.16 puits IIPPTE Taratra
17 Fianarantsoa Manakara Vohimasina Nord Vohimasina nord 200 480.58 574.27 puits IIPPTE Taratra
18 Fianarantsoa Manakara Vohimasina Sud Ambato 318 479.64 572.27 puits IIPPTE Taratra
19 Fianarantsoa Manakara Vohimasina Sud Ampirarazana 1 879 479.41 573.27 puits IIPPTE Taratra
20 Fianarantsoa Manakara Vohimasina Sud Lamabahazo 746 479.29 572.55 puits IIPPTE Taratra
SOUS TOTAL 13 252
21 Mahajanga Ambato Boeni Manerinerina Manerinerina n°1 1 500 1 090.28 492.318 forage 54 15.34 UNICEF DEA
22 Mahajanga Ambato Boeni Manerinerina Manerinerina n°2 1 089.76 493.179 forage 25 14.43 UNICEF DEA
23 Mahajanga Ambato Boeni Manerinerina Betabac 500 1 084.07 492.933 forage 29 6.3 UNICEF DEA
24 Mahajanga Ambato Boeni Andranomamy Andranomamy 4 357 1 060.98 473.75 forage 39 11 UNICEF DEA
25 Mahajanga Ambato Boeni Andranomamy Ambondromamy n°1 4 500 1 072.55 477.6 forage 30 7.28 UNICEF DEA
26 Mahajanga Ambato Boeni Andranomamy Ambondromamy n°2 1 072.39 477.199 forage 45 3.72 UNICEF DEA

64
Tableau 59 (suite) : Système d’adduction d’eau en milieu rural. Année 2001
Type
N° Faritany Fivondranana Commune Site Population X Y Pt Ns Projet Ag d'exécution
d'ouvrage
SOUS TOTAL 10 857
26 Mahajanga Mahajanga II Belobaka Belobaka 250 1 153.26 502.371 forage 15.39 7 UNICEF DEA
27 Mahajanga Mahajanga II Belobaka Ampitolova 300 1 158.11 394.068 forage 20.53 5.7 UNICEF DEA
SOUS TOTAL 550
28 Mahajanga Mampikony Bekoratsaka Malakialina n°1 1 400 1 089.35 505.246 forage 40.5 13.46 UNICEF DEA
29 Mahajanga Mampikony Bekoratsaka Malakialina n°2 1 090.21 505.33 forage 48.8 23.83 UNICEF DEA
30 Mahajanga Mampikony Bekoratsaka Tanandava 1 400 1 105.00 504.344 forage 32.7 16.52 UNICEF DEA
SOUS TOTAL 2 800
31 Toamasina Mahanoro Ambodiarina Andranotsara 200 661.15 637.7 forage 14.1 4.23 UNICEF DEA
32 Toamasina Mahanoro Ambodiarina Ifasina I Fkt 300 677.7 640.35 forage 19.5 6.25 UNICEF DEA
33 Toamasina Mahanoro Ambodiarina Ifasina II Fkt 300 677.685 640.45 forage 15.8 5.95 UNICEF DEA
34 Toamasina Mahanoro Ambodiarina Ifasina III Tanambao 300 677.7 640.65 forage 19.5 5.72 UNICEF DEA
35 Toamasina Mahanoro Betsizaraina Menagisy 200 682.5 635.6 forage 5.6 4.1 UNICEF DEA
36 Toamasina Mahanoro Mahanoro II Ambilabe 511 698.1 647.8 puits 5.2 3.65 UNICEF DEA
37 Toamasina Mahanoro Mahanoro II Andorangambo I 200 696.7 644.2 puits 9.58 8.3 UNICEF DEA
38 Toamasina Mahanoro Mahanoro II Andorangambo II 200 696.5 696.35 puits 5.92 2.65 UNICEF DEA
39 Toamasina Mahanoro Mahanoro II Andromanasa 300 684.3 647.8 puits 6.3 4.72 UNICEF DEA
40 Toamasina Mahanoro Mahanoro II Bemangahazo 200 692.9 639.6 puits 8.27 6.79 UNICEF DEA
41 Toamasina Mahanoro Mahanoro II Mahatsara 409 683.1 697.2 puits 5 3.76 UNICEF DEA
42 Toamasina Mahanoro Mahanoro II Maroahitra 300 692.8 642.2 puits 9.2 7.85 UNICEF DEA
43 Toamasina Mahanoro Mahanoro II Miakara 300 691.6 646.6 puits 5.17 2.27 UNICEF DEA
SOUS TOTAL 3 720
44 Toliary Ampanihy Ampanihy Ouest Ankilimamy 200 170 220 puits 8 6 ANAE TARATRA
45 Toliary Ampanihy Ampanihy Ouest Sakamasay 200 puits 10.5 7.1 Water aid TARATRA
46 Toliary Ampanihy Ankilizato Mikaikarivo Ankilizato 200 179.7 236 puits 6 2.5 ANAE TARATRA
47 Toliary Ampanihy Beroy Ankara 109 puits ANAE TARATRA
48 Toliary Ampanihy Beroy Antanipertsy 250 puits ANAE TARATRA
49 Toliary Ampanihy Fotadrevo Analafantsika Nord 180 puits 16 14 ANAE TARATRA
50 Toliary Ampanihy Fotadrevo Analafantsika Tanambao 110 puits Water aid TARATRA
51 Toliary Ampanihy Fotadrevo Analafasika 180 puits ANAE TARATRA

65
Tableau 59 (suite) : Système d’adduction d’eau en milieu rural. Année 2001
Type
N° Faritany Fivondranana Commune Site Population X Y Pt Ns Projet Ag d'exécution
d'ouvrage
52 Toliary Ampanihy Fotadrevo Analafasika Est 134 puits ANAE TARATRA
53 Toliary Ampanihy Fotadrevo Analalava Antaly 140 puits ANAE TARATRA
54 Toliary Ampanihy Fotadrevo Anavoha 124 puits ANAE TARATRA
55 Toliary Ampanihy Fotadrevo Anavoha Anala 124 puits 7 4.5 ANAE TARATRA
56 Toliary Ampanihy Fotadrevo Anavoha Nord 130 puits ANAE TARATRA
57 Toliary Ampanihy Fotadrevo Anavoha Nord 120 puits Water aid TARATRA
58 Toliary Ampanihy Fotadrevo Anavoha Ouest 132 23°58'57'' 44°54'87'' puits 8 5 ANAE TARATRA
59 Toliary Ampanihy Fotadrevo Andranomena 110 ANAE TARATRA
60 Toliary Ampanihy Fotadrevo Andranomilitse 370 224.4 244.2 7 4.63 ANAE TARATRA
61 Toliary Ampanihy Fotadrevo Andranosaraka 87 8 3.5 ANAE
62 Toliary Ampanihy Fotadrevo Ankatrafa 169 14 11 ANAE
63 Toliary Ampanihy Fotadrevo Ankilibory Anivorano 110 ANAE TARATRA
64 Toliary Ampanihy Fotadrevo Ankilibory Manakana 300 Water aid
65 Toliary Ampanihy Fotadrevo Ankopia 280 225.1 250 9 6 ANAE TARATRA
66 Toliary Ampanihy Fotadrevo Antohabato Nord 95 23°59'27'' 45°02'82 8.3 2.3 ANAE
67 Toliary Ampanihy Fotadrevo Antohabato Sud 108 23°58'68'' 45°03'10 10 7 ANAE
68 Toliary Ampanihy Fotadrevo Antsakoambe 200 220.4 240.3 5 2 ANAE TARATRA
69 Toliary Ampanihy Fotadrevo Bedaro Anjà 170 218 254 8 7 ANAE TARATRA
70 Toliary Ampanihy Fotadrevo Bedaro Nord 100 215.9 254.2 7 5.3 ANAE TARATRA
71 Toliary Ampanihy Fotadrevo Bedaro Nord Anadaboka 100 217.1 254.5 5 3 ANAE TARATRA
72 Toliary Ampanihy Fotadrevo Befamoty 162 227.661 246.894 ANAE TARATRA
73 Toliary Ampanihy Fotadrevo Belinjo Anivorano 180 ANAE TARATRA
74 Toliary Ampanihy Fotadrevo Mandabe 140 Water aid TARATRA
75 Toliary Ampanihy Fotadrevo Mandabe Ankilimaro 350 231 243.2 5 2.7 ANAE TARATRA
76 Toliary Ampanihy Fotadrevo Mandabe Befamoty 360 229.8 243 8.25 6.15 ANAE TARATRA
77 Toliary Ampanihy Fotadrevo Satranarivo II 350 220.3 250.3 7.7 5 ANAE TARATRA
78 Toliary Ampanihy Fotadrevo Seta I 170 222.9 259.2 8 5 ANAE TARATRA
79 Toliary Ampanihy Fotadrevo Seta III 200 220.3 250.3 8.3 4.34 ANAE TARATRA
80 Toliary Ampanihy Fotadrevo Seta IV 450 229 255.4 7.6 5 ANAE TARATRA
81 Toliary Ampanihy Fotadrevo Seta Latsakaraly 150 222.8 257.2 12 9.2 ANAE TARATRA

66
Tableau 59 (suite) : Système d’adduction d’eau en milieu rural. Année 2001
Type
N° Faritany Fivondranana Commune Site Population X Y Pt Ns Projet Ag d'exécution
d'ouvrage
82 Toliary Ampanihy Fotadrevo Tanandava Ouest 120 24°02'47'' 44°54'46 9 5.6 ANAE
83 Toliary Ampanihy Fotadrevo Tanandava Sud 118 24°02'78'' 44°55'09 9.6 3.4 ANAE
Andranotsiriry
84 Toliary Ampanihy Gogogogo Belegnalena 200 214.7 245.2 8 6 ANAE TARATRA
85 Toliary Ampanihy Gogogogo Antsakoanabo 135 217.4 240.7 6.6 2.6 ANAE TARATRA
86 Toliary Ampanihy Maniry Antsakoamasy Maniry 200 180 235.9 7.7 5.9 ANAE TARATRA
87 Toliary Ampanihy Agnena Masiadily 200 7 ANAE TARATRA
88 Toliary Ampanihy Ambatomainty 230 223.955 245.235 9 2 ANAE TARATRA
89 Toliary Ampanihy Ambatoparo beteny 200 8 ANAE TARATRA
90 Toliary Ampanihy Andranomena 200 6.3 3.8 ANAE TARATRA
91 Toliary Ampanihy Andranomilitse 106 225.751 240.136 7 1.05 ANAE TARATRA
92 Toliary Ampanihy Ankarahara Nord 120 183.281 237.173 10 2 ANAE TARATRA
93 Toliary Ampanihy Ankilimanondro Beteny 200 8 ANAE TARATRA
94 Toliary Ampanihy Ankilimihamy 120 96.57 239.714 8 2 ANAE TARATRA
95 Toliary Ampanihy Antaly 660 192.556 246.151 7 1.5 ANAE TARATRA
96 Toliary Ampanihy Antanimena 60 159.225 230.669 12 1.5 ANAE TARATRA
97 Toliary Ampanihy Antsaridava 200 6.5 ANAE TARATRA
98 Toliary Ampanihy Bedaro Agnadabo 150 5 3 ANAE TARATRA
99 Toliary Ampanihy Belinjo I 150 235.072 250.216 15 2.5 ANAE TARATRA
100 Toliary Ampanihy Besakoa 240 190.727 243.858 10 3 ANAE TARATRA
101 Toliary Ampanihy Betaratse 140 225.42 209.647 7 2 ANAE TARATRA
102 Toliary Ampanihy Beteza Ankilimalangy 120 227.076 248.589 8 2.5 ANAE TARATRA
103 Toliary Ampanihy Beteza Ankilimaro 176 225.847 250.299 9 3 ANAE TARATRA
104 Toliary Ampanihy Beteza Tanandava 120 225.848 250.299 10 1.8 ANAE TARATRA
105 Toliary Ampanihy Fotadrevo Nord 120 229.567 253.655 8 2.5 ANAE TARATRA
106 Toliary Ampanihy Foyer Notre Dame 200 9 ANAE TARATRA
107 Toliary Ampanihy Lambomaty Tanantsoa 120 190.345 208.375 8 2 ANAE TARATRA
108 Toliary Ampanihy Mahariry Beheboke 86 188.52 210.087 6 2 ANAE TARATRA
109 Toliary Ampanihy Maniry Betenina 58 179.556 233.834 10 1.5 ANAE TARATRA
110 Toliary Ampanihy Namelomampia 230 195.94 213.38 11 2 ANAE TARATRA

67
Tableau 59 (suite) : Système d’adduction d’eau en milieu rural. Année 2001
Type
N° Faritany Fivondranana Commune Site Population X Y Pt Ns Projet Ag d'exécution
d'ouvrage
111 Toliary Ampanihy Pinjo Ankafotia 75 185.192 243.911 7 1 ANAE TARATRA
112 Toliary Ampanihy Pinjo Atratriotse 130 187.037 243.894 5 1.5 ANAE TARATRA
113 Toliary Ampanihy Pinjo Beraketa 350 187.021 242.204 10 2 ANAE TARATRA
114 Toliary Ampanihy Pinjo Haut 190 187.037 243.894 9 1 ANAE TARATRA
115 Toliary Ampanihy Pinjo Nord 350 187.037 243.894 9 2 ANAE TARATRA
116 Toliary Ampanihy Pinjo Pisopiso 200 185.159 240.533 7 1 ANAE TARATRA
117 Toliary Ampanihy Pinjo Sakapisaka 70 187.004 240.515 12 1 ANAE TARATRA
118 Toliary Ampanihy Remengoke 120 179.607 238.899 9 2 ANAE TARATRA
119 Toliary Ampanihy Satranarivo 160 222.157 250.333 8 2.5 ANAE TARATRA
120 Toliary Ampanihy Seta I Sakoandoaka 175 224.047 255.397 10 2.5 ANAE TARATRA
SOUS TOTAL 13 843
121 Toliary Belo Tsiribihina Ankirondro Ampasimandroatsy 200 723.05 205.91 SAHA TARATRA
122 Toliary Belo Tsiribihina Ankirondro Ankirondro 200 716.95 206.81 SAHA TARATRA
123 Toliary Belo Tsiribihina Belo sur Tsiribihina Amboloando 600 728.65 246.43 ANAE TARATRA
124 Toliary Belo Tsiribihina Belo sur Tsiribihina Ampasimandroatsy 600 722.94 205.86 ANAE TARATRA
125 Toliary Belo Tsiribihina Belo sur Tsiribihina Ankaboka 350 723.119 235.93 ANAE TARATRA
126 Toliary Belo Tsiribihina Belo sur Tsiribihina Ankazoberavy 600 715.13 224.68 ANAE TARATRA
127 Toliary Belo Tsiribihina Belo sur Tsiribihina Ankirondro 800 716.303 208.846 ANAE TARATRA
128 Toliary Belo Tsiribihina Belo sur Tsiribihina Antsoha 1 500 686.32 234.92 ANAE TARATRA
129 Toliary Belo Tsiribihina Belo sur Tsiribihina Bevilo 300 710.499 212.403 ANAE TARATRA
130 Toliary Belo Tsiribihina Belo sur Tsiribihina EPP Ampasimandroatsy 600 732.242 207.216 ANAE TARATRA
131 Toliary Belo Tsiribihina Belo sur Tsiribihina Mahasoa 400 687.33 224.51 ANAE TARATRA
132 Toliary Belo Tsiribihina Belo sur Tsiribihina Mangotroka 400 719.988 208.515 ANAE TARATRA
133 Toliary Belo Tsiribihina Belo sur Tsiribihina Masoarivo 2 500 715.47 221.4 ANAE TARATRA
134 Toliary Belo Tsiribihina Belo sur Tsiribihina Serinam 500 709.017 217.659 ANAE TARATRA
135 Toliary Belo Tsiribihina Belo sur Tsiribihina Soatanimbary 650 725.776 215.86 ANAE TARATRA
136 Toliary Belo Tsiribihina Belo sur Tsiribihina Soromaray 350 ANAE TARATRA
137 Toliary Belo Tsiribihina Belo Tsiribihina Soatsioka 200 730.623 197.03 SAHA TARATRA
138 Toliary Belo Tsiribihina BeloTsiribihina Andranofotsy 200 718.67 198.48 SAHA TARATRA
SOUS TOTAL 10 950

68
Tableau 59 (suite) : Système d’adduction d’eau en milieu rural. Année 2001
Type
N° Faritany Fivondranana Commune Site Population X Y Pt Ns Projet Ag d'exécution
d'ouvrage
139 Toliary Betioky Antohobato Tongay II 140 44°23' 23°39 puits PGED
140 Toliary Betioky Beantaka Ankililaza 200 ANAE TARATRA
141 Toliary Betioky Beantaka Ankilimanitsy 200 ANAE TARATRA
142 Toliary Betioky Beantaka Anontsy 200 ANAE TARATRA
143 Toliary Betioky Beantake Ajamatavy 101 44°20' 23°48' puits négatif PGED
144 Toliary Betioky Beavoha Miary Sarodrano 167 44°32' 23°42' puits PGED
145 Toliary Betioky Beavoha Mijado 120 44°33 23°39 puits PGED
146 Toliary Betioky Beroy Andranomavo 200 48°44' 24°20' puits PGED
147 Toliary Betioky Beroy Besaroy Bas 117 puits PGED
148 Toliary Betioky Beroy Sud Ankara 200 6 3.5 Water aid TARATRA
Ambatomainty
149 Toliary Betioky Betioky Analamasy 243 23°55,18 44°49,75 8 2.5 ANAE TARATRA
150 Toliary Betioky Betioky Ambatomainty Ankilibe 173 24°06,62 44°55,53 8 2 ANAE TARATRA
151 Toliary Betioky Betioky Ambatry Manory 345 44°27' 23°53' puits PGED
152 Toliary Betioky Betioky Ambolidy 148 24°04,36 44°57,00 10 2.5 ANAE TARATRA
153 Toliary Betioky Betioky Amboromy 146 24°00,88 44°58,27 8 3 ANAE TARATRA
154 Toliary Betioky Betioky Anadabo 112 23°55,49 44°50,68 8 2 ANAE TARATRA
155 Toliary Betioky Betioky Analaroa 136 24°03,83 44°57,47 9 2.5 ANAE TARATRA
156 Toliary Betioky Betioky Andoharano 190 23°57,4 45°01,36 9 2.5 ANAE TARATRA
157 Toliary Betioky Betioky Andrahavia II 380 44°10' 23°37' puits PGED
158 Toliary Betioky Betioky Andranomavo 420 23°57,83 44°58,39 11 4.5 ANAE TARATRA
159 Toliary Betioky Betioky Ankazomanga est 200 44°34' 23°57' puits PGED
160 Toliary Betioky Betioky Ankiliabo 177 24°06,72 44°56,85 8 2.7 ANAE TARATRA
161 Toliary Betioky Betioky Ankilimaro 101 23°45,33 44°30,27 8 2.5 ANAE TARATRA
162 Toliary Betioky Betioky Ankopia Est 160 24°04,58 44°57,72 8 2.5 ANAE TARATRA
163 Toliary Betioky Betioky Antohabato 135 23°58,92 45°02,16 9 2.5 ANAE TARATRA
164 Toliary Betioky Betioky Belinjo Andakilasy 145 24°01,08 44°58,56 13 2 ANAE TARATRA
165 Toliary Betioky Betioky Betaly Nord 260 23°56,57 44°56,47 8 3 ANAE TARATRA
166 Toliary Betioky Betioky Betaly sud 142 23°57,13 44°56,14 10 4.5 ANAE TARATRA
167 Toliary Betioky Betioky Beteza bas Ouest 196 24°04,04 44°56,65 8 2 ANAE TARATRA

69
Tableau 59 (suite) : Système d’adduction d’eau en milieu rural. Année 2001
Type
N° Faritany Fivondranana Commune Site Population X Y Pt Ns Projet Ag d'exécution
d'ouvrage
168 Toliary Betioky Betioky Bevala 200 44°10' 23°42' puits PGED
169 Toliary Betioky Betioky Bevoay 194 44°30' 23°39' puits 4 2 PGED
170 Toliary Betioky Betioky Lazarivo 2 060 23°54,05 44°57,5 9 2 ANAE TARATRA
171 Toliary Betioky Betioky Magnera Mahasoa 20 puits PGED
172 Toliary Betioky Betioky Mahabo 110 44°21' 23°47' puits 11 6 PGED
173 Toliary Betioky Betioky Mahavoky 100 44°23' 23°41' puits 5 3 PGED
174 Toliary Betioky Betioky Vonje II 505 44°10' 23°38' puits PGED
175 Toliary Betioky Lazarivo Andoharano Nord 127 7 6 Water aid TARATRA
176 Toliary Betioky Lazarivo Andoharano Sud 176 9.5 6.5 Water aid TARATRA
177 Toliary Betioky Lazarivo Andravelo 130 23° 57'22' 44°55'41'' 9 7 ANAE TARATRA
178 Toliary Betioky Lazarivo Soarano Est 220 23°54'58'' 44°56'15'' 7 3.5 ANAE TARATRA
179 Toliary Betioky Masiaboay Andrebadiga 94 44°21' 23°42' puits 8.5 5 PGED
180 Toliary Betioky Masiaboay Anjamena Sud 118 44°23' 23°57' puits PGED
181 Toliary Betioky Masiaboay Tsilavondrivotse 137 44°23' 23°42' PGED
182 Toliary Betioky Soamanonga Ambatomainty 240 ANAE TARATRA
183 Toliary Betioky Soamanonga Amboasary 114 Water aid TARATRA
184 Toliary Betioky Soamanonga Analamasy 243 Water aid TARATRA
185 Toliary Betioky Soamanonga Androtsy 120 9 5 ANAE TARATRA
186 Toliary Betioky Soamanonga Betsirevo Bas 85 8 5.5 Water aid TARATRA
187 Toliary Betioky Soamanonga Betsirevo Bas 106 ANAE TARATRA
188 Toliary Betioky Soamanonga Betsirevo Centre 122 ANAE TARATRA
189 Toliary Betioky Soamanonga Mitsinjo 135 8 5 ANAE TARATRA
190 Toliary Betioky Soamanonga Sakoanabo 115 ANAE TARATRA
191 Toliary Betioky Soamanonga Vohimary 103 ANAE TARATRA
192 Toliary Betioky Soaserana Belamoty 200 44°45' 23°52' barrage PGED
193 Toliary Betioky Tameantsoa Eboro 1 112 puits nég PGED
194 Toliary Betioky Tohabato Analamara 80 puits Nég PGED
195 Toliary Betioky Toliara II Itomboina 401 44°50' 23°51' puits nég PGED
SOUS TOTAL 12 821
196 Toliary Mahabo Ambatolahy Marolefo 200 674.518 301.983 ANAE TARATRA

70
Tableau 59 (suite) : Système d’adduction d’eau en milieu rural. Année 2001
Type
N° Faritany Fivondranana Commune Site Population X Y Pt Ns Projet Ag d'exécution
d'ouvrage
197 Toliary Mahabo Ambatolahy Tanambao Marolefo 200 676.213 302.845 ANAE TARATRA
198 Toliary Mahabo Ambia Ambia 2 200 611.523 284.968 ANAE TARATRA
199 Toliary Mahabo Ambia Ankilimahatsara 1 700 601.328 319.748 ANAE TARATRA
200 Toliary Mahabo Ambia Soatanimbary 1 200 565.54 262 ANAE TARATRA
201 Toliary Mahabo Ambia Tamotamo 2 000 594.42 254.84 ANAE TARATRA
202 Toliary Mahabo Ambia Taolamboay 900 ANAE TARATRA
203 Toliary Mahabo Ampanihy Anolotra 150 631.64 206.45 ANAE TARATRA
204 Toliary Mahabo Analamitsivalana Ambararata Ambony 220 20°20 44 37 puits 5 3 TARATRA
205 Toliary Mahabo Analamitsivalana Analamahavelo 534 642.382 225.603 ANAE TARATRA
206 Toliary Mahabo Analamitsivalana Analamitsivalana 2 109 642.56 217.2 ANAE TARATRA
207 Toliary Mahabo Analamitsivalana Andevonomby 1 355 644.213 215.8 ANAE TARATRA
208 Toliary Mahabo Analamitsivalana Andoharano 590 646.089 227.307 ANAE TARATRA
209 Toliary Mahabo Analamitsivalana Andombotsy 890 644.148 223.903 ANAE TARATRA
210 Toliary Mahabo Analamitsivalana Andranosoa 237 638.696 225.843 ANAE TARATRA
211 Toliary Mahabo Analamitsivalana Anjamahitsy 1 020 648.515 223.975 ANAE TARATRA
212 Toliary Mahabo Analamitsivalana Bemokoty 974 640.151 223.886 ANAE TARATRA
213 Toliary Mahabo Analamitsivalana Filambola 343 643.536 224.112 ANAE TARATRA
214 Toliary Mahabo Analamitsivalana Soaloka 466 650.537 220.298 ANAE TARATRA
215 Toliary Mahabo Analamitsivalana Soanerana 230 20°20'15'' 44°37'20'' 5 3 SAHA TARATRA
216 Toliary Mahabo Analamitsivalana Soaserana 977 638.61 216.44 ANAE TARATRA
217 Toliary Mahabo Analamitsivalana Tanandava 1 042 649.725 222.048 ANAE TARATRA
Andranovoribe-
218 Toliary Mahabo Ankiliabo Ambalakininy 190 652.22 225.01 ANAE TARATRA
219 Toliary Mahabo Ankiliabo Manombo 200 640.607 232.581 ANAE TARATRA
220 Toliary Mahabo Ankilivalo Ambararata Ambany 230 20°20 44°37 puits 5 3 TARATRA
221 Toliary Mahabo Ankilivalo Bezezika 400 638.44 209.86 ANAE TARATRA
222 Toliary Mahabo Ankilivalo Mandarano 800 645.926 231.73 ANAE TARATRA
223 Toliary Mahabo Ankilivalo Morafeno 500 646.973 211.864 SAHA TARATRA
224 Toliary Mahabo Ankilivalo Morafeno Ambodimanga 200 648.774 213.527 SAHA TARATRA

71
Tableau 59 (suite) : Système d’adduction d’eau en milieu rural. Année 2001
Type
N° Faritany Fivondranana Commune Site Population X Y Pt Ns Projet Ag d'exécution
d'ouvrage
225 Toliary Mahabo Ankilizato Ambahibe 215 625.549 268.942 ANAE TARATRA
226 Toliary Mahabo Ankilizato Ambalasatra 300 644.536 259.662 ANAE TARATRA
227 Toliary Mahabo Ankilizato Ambararata ambany 200 20°20'10'' 44°37'20'' 5 3 SAHA TARATRA
228 Toliary Mahabo Ankilizato Ambiky 250 626.1 249.2 ANAE TARATRA
229 Toliary Mahabo Ankilizato Ambiky 250 578.38 245.54 ANAE TARATRA
230 Toliary Mahabo Ankilizato Amboamea 250 ANAE TARATRA
231 Toliary Mahabo Ankilizato Ampanarena 215 626.497 272.411 ANAE TARATRA
232 Toliary Mahabo Ankilizato Ampandramamy 300 631.916 257.736 ANAE TARATRA
233 Toliary Mahabo Ankilizato Ampandramena 450 608.45 286.92 ANAE TARATRA
234 Toliary Mahabo Ankilizato Ampozamihalo 300 632.476 251.21 ANAE TARATRA
235 Toliary Mahabo Ankilizato Analamahavelo 250 586.11 255.92 ANAE TARATRA
236 Toliary Mahabo Ankilizato Andimaky 285 626.074 277.629 ANAE TARATRA
237 Toliary Mahabo Ankilizato Andranofotsy 400 615.282 253.674 ANAE TARATRA
238 Toliary Mahabo Ankilizato Andranomalio 500 644.57 259.811 ANAE TARATRA
239 Toliary Mahabo Ankilizato Andranomanintsy 300 605.06 287.92 ANAE TARATRA
240 Toliary Mahabo Ankilizato Andranotafika 400 20°22' 45°10 6.5 3 SAHA TARATRA
241 Toliary Mahabo Ankilizato Andranovory 300 20°18' 45°07 8 3 SAHA TARATRA
242 Toliary Mahabo Ankilizato Ankatoky Sakamale 200 619.79 284.57 ANAE
243 Toliary Mahabo Ankilizato Ankerana 200 ANAE
244 Toliary Mahabo Ankilizato Ankisirabe 300 626.205 274.441 ANAE
245 Toliary Mahabo Ankilizato Anorimbato 200 596.531 253.834 ANAE
246 Toliary Mahabo Ankilizato Antsingilo 400 ANAE
247 Toliary Mahabo Ankilizato Avaradrova 3 420 633.1 255.1 6.79 4.76 UNICEF TARATRA
248 Toliary Mahabo Ankilizato Bemokarama 300 607.586 252.437 ANAE TARATRA
249 Toliary Mahabo Ankilizato Beoky 400 631.565 252.522 ANAE TARATRA
250 Toliary Mahabo Ankilizato Beronono 200 578.46 256.02 ANAE TARATRA
251 Toliary Mahabo Ankilizato Fenoarivo 330 644.63 261.23 ANAE TARATRA
252 Toliary Mahabo Ankilizato Magnomba 280 643.3 259.35 ANAE TARATRA
253 Toliary Mahabo Ankilizato Malaikirafy 400 631.559 251.797 ANAE TARATRA
254 Toliary Mahabo Ankilizato Mavogiso 520 632.8 252 6.6 5.1 UNICEF TARATRA

72
Tableau 59 (suite) : Système d’adduction d’eau en milieu rural. Année 2001
Type
N° Faritany Fivondranana Commune Site Population X Y Pt Ns Projet Ag d'exécution
d'ouvrage
255 Toliary Mahabo Ankilizato Morafeno 250 624.1 249.36 ANAE TARATRA
256 Toliary Mahabo Ankilizato Morarano 300 620.63 250.38 ANAE TARATRA
257 Toliary Mahabo Ankilizato Sakoamiheva 250 ANAE TARATRA
258 Toliary Mahabo Ankilizato Soaserana 500 603.96 253.29 ANAE TARATRA
259 Toliary Mahabo Ankilizato Soatanimbary 200 596.36 262.98 ANAE TARATRA
260 Toliary Mahabo Ankilizato Soatanimbary 200 565.38 262.11 ANAE TARATRA
261 Toliary Mahabo Ankilizato Tsaramandroso 300 ANAE TARATRA
262 Toliary Mahabo Ankilizato Tsiandevegna 450 ANAE TARATRA
263 Toliary Mahabo Ankilizato Vohimary 300 ANAE TARATRA
264 Toliary Mahabo Befasy Fenoarivo 200 607.286 204.077 SAHA TARATRA
265 Toliary Mahabo Mahabo Ambalanangozy 600 635.492 213.496 ANAE TARATRA
266 Toliary Mahabo Mahabo Ambohimahasoa 200 636.752 216.324 ANAE TARATRA
267 Toliary Mahabo Mahabo Amboriky 700 636.452 216.965 ANAE TARATRA
268 Toliary Mahabo Mahabo Ampasifasy 650 636.741 215.222 ANAE TARATRA
269 Toliary Mahabo Mahabo Anja 375 635.468 216.976 ANAE TARATRA
270 Toliary Mahabo Mahabo Anjiro 400 636.791 217.107 ANAE TARATRA
271 Toliary Mahabo Mahabo Antsakoandradalo 215 637.166 281.319 ANAE TARATRA
272 Toliary Mahabo Mahabo Bezezika 500 639.544 210.089 SAHA TARATRA
273 Toliary Mahabo Mahabo Mahabokely 700 647.751 209.882 ANAE TARATRA
274 Toliary Mahabo Mahabo Mahabokely 700 647.754 210.143 ANAE TARATRA
275 Toliary Mahabo Mahabo Soamahavelo 400 ANAE TARATRA
276 Toliary Mahabo Mahabo Tsambalahy 250 642.255 213.423 ANAE TARATRA
277 Toliary Mahabo Malaimbandy Anosimbazaha 1 200 638.141 317.231 ANAE TARATRA
278 Toliary Mahabo Mandabe Ambango 800 578.89 224.93 ANAE TARATRA
279 Toliary Mahabo Mandabe Ambararatonomby 1 500 553.44 259.7 ANAE TARATRA
280 Toliary Mahabo Mandabe Ambinanizama 800 559.05 238.69 ANAE TARATRA
281 Toliary Mahabo Mandabe Ambinany maharivo 800 565.86 237.73 ANAE TARATRA
282 Toliary Mahabo Mandabe Ankilimanjaka 1 745 563.58 227.565 ANAE TARATRA
283 Toliary Mahabo Mandabe Besely atsimo 500 546.88 243.66 ANAE TARATRA
284 Toliary Mahabo Mandabe Fandroa 1 000 548.14 253.37 ANAE TARATRA

73
Tableau 59 (suite) : Système d’adduction d’eau en milieu rural. Année 2001
Type
N° Faritany Fivondranana Commune Site Population X Y Pt Ns Projet Ag d'exécution
d'ouvrage
285 Toliary Mahabo Mandabe Maharivo Tanala 1 400 572.5 229.63 ANAE TARATRA
286 Toliary Mahabo Mandabe Mandabe 17 000 560.99 244.16 ANAE TARATRA
287 Toliary Mahabo Mandabe Tanambao 1 400 574.01 224.93 ANAE TARATRA
288 Toliary Mahabo Ankilizato Andranomanitsy 200 Puits UNICEF DEA
289 Toliary Mahabo Ankilizato Ankilimahasoa 200 Puits UNICEF DEA
290 Toliary Mahabo Ankilizato Bekinagna 200 Puits UNICEF DEA
291 Toliary Mahabo Ankilizato Carro II 200 Puits UNICEF DEA
292 Toliary Mahabo Ankilizato Croisement Tsara/ndroso 200 Puits UNICEF DEA
SOUS TOTAL 72 157
293 Toliary Miandrivazo Ankotrofotsy Ambalahasy 103 700.2 293.95 ANAE TARATRA
294 Toliary Miandrivazo Ankotrofotsy Ambalakida 108 694.37 301.32 ANAE TARATRA
295 Toliary Miandrivazo Ankotrofotsy Ambonara 107 688.37 296.37 ANAE TARATRA
296 Toliary Miandrivazo Ankotrofotsy Analasoa 100 697.23 299.84 ANAE TARATRA
297 Toliary Miandrivazo Ankotrofotsy Ankerika 104 690.51 292.96 ANAE TARATRA
298 Toliary Miandrivazo Ankotrofotsy Anosimainty 117 697.8 296.7 ANAE TARATRA
299 Toliary Miandrivazo Ankotrofotsy Antsoha 150 692.86 301.34 ANAE TARATRA
300 Toliary Miandrivazo Ankotrofotsy Antsondroka 100 703.23 300.61 ANAE TARATRA
301 Toliary Miandrivazo Ankotrofotsy Belolo 150 699.09 299.89 ANAE TARATRA
302 Toliary Miandrivazo Ankotrofotsy Beraketa 106 702.18 290.48 ANAE TARATRA
303 Toliary Miandrivazo Ankotrofotsy Bofo 103 697.45 304.63 ANAE TARATRA
304 Toliary Miandrivazo Ankotrofotsy Mandrosohasina 103 702.29 302.92 ANAE TARATRA
305 Toliary Miandrivazo Ankotrofotsy Mangafotsy 117 690.18 301.43 ANAE TARATRA
306 Toliary Miandrivazo Ankotrofotsy Mangarivotra 120 689.45 298.98 ANAE TARATRA
307 Toliary Miandrivazo Ankotrofotsy Marotongo 107 701.14 302.93 ANAE TARATRA
308 Toliary Miandrivazo Ankotrofotsy Sanjao Vohimary 110 693.93 299.12 ANAE TARATRA
309 Toliary Miandrivazo Ankotrofotsy Soalafika 110 695.52 299.73 ANAE TARATRA
310 Toliary Miandrivazo Ankotrofotsy Soarivo 102 685.65 296.55 ANAE TARATRA
311 Toliary Miandrivazo Ankotrofotsy Soatanana 102 696.4 305.29 ANAE TARATRA
312 Toliary Miandrivazo Anosimena Ampihiake 160 717.98 290.65 ANAE TARATRA
313 Toliary Miandrivazo Anosimena Anivorano 108 699.65 281.4 ANAE TARATRA

74
Tableau 59 (suite) : Système d’adduction d’eau en milieu rural. Année 2001
Type
N° Faritany Fivondranana Commune Site Population X Y Pt Ns Projet Ag d'exécution
d'ouvrage
314 Toliary Miandrivazo Anosimena Ankilidimy 100 717.54 286.67 ANAE TARATRA
315 Toliary Miandrivazo Anosimena Ankilimisarotra 107 714.95 293.37 ANAE TARATRA
316 Toliary Miandrivazo Anosimena Anosimena 500 714.42 291.05 ANAE TARATRA
317 Toliary Miandrivazo Anosimena Antsakoamandinika 500 726.6 284.26 ANAE TARATRA
318 Toliary Miandrivazo Anosimena Bevato 106 709.83 285.53 ANAE TARATRA
319 Toliary Miandrivazo Anosimena Masiakampy 103 713.08 295.1 ANAE TARATRA
320 Toliary Miandrivazo Bemahatazana Ankazomanga 420 717.31 282.21 ANAE TARATRA
321 Toliary Miandrivazo Bemahatazana Antalafotsy 350 715.1 280.38 ANAE TARATRA
322 Toliary Miandrivazo Bemahatazana Bemahatazana 380 728.01 290.86 ANAE TARATRA
323 Toliary Miandrivazo Bemahatazana Tanambao 300 743.08 279.58 ANAE TARATRA
324 Toliary Miandrivazo Bemahatazana Tsianerena 300 735.07 286.23 ANAE TARATRA
325 Toliary Miandrivazo Isalo Adabozato 200 708.56 287.88 ANAE TARATRA
326 Toliary Miandrivazo Isalo Analambiby 300 706.26 294.99 ANAE TARATRA
327 Toliary Miandrivazo Isalo Antanambao 100 707.14 296.76 ANAE TARATRA
328 Toliary Miandrivazo Isalo Antsikida 120 707.82 299.48 ANAE TARATRA
329 Toliary Miandrivazo Isalo Bebako 100 709.28 293.67 ANAE TARATRA
330 Toliary Miandrivazo Isalo Beoro 102 712.37 282.7 ANAE TARATRA
331 Toliary Miandrivazo Isalo Bepea 450 708.73 290.97 ANAE TARATRA
332 Toliary Miandrivazo Isalo Isalo 300 707.13 295.3 ANAE TARATRA
333 Toliary Miandrivazo Isalo Soatanana 112 704.32 298.41 ANAE TARATRA
334 Toliary Miandrivazo Isalo Tanambao 107 711.27 289.48 ANAE TARATRA
335 Toliary Miandrivazo Itondy Ambararatalava 200 788.83 283.14 ANAE TARATRA
336 Toliary Miandrivazo Itondy Ankarabo 200 786.41 284.79 ANAE TARATRA
337 Toliary Miandrivazo Itondy Antanambao 200 778.51 286.67 ANAE TARATRA
338 Toliary Miandrivazo Manambina Ambararata 200 664.81 300.06 ANAE TARATRA
339 Toliary Miandrivazo Manambina Ambinany 100 666.68 300.44 ANAE TARATRA
340 Toliary Miandrivazo Manambina Ambodimanga 110 672.46 302.09 ANAE TARATRA
341 Toliary Miandrivazo Manambina Ambohibary 100 670.81 303.42 ANAE TARATRA
342 Toliary Miandrivazo Manambina Andalatapaka 100 668.99 304.52 ANAE TARATRA
343 Toliary Miandrivazo Manambina Andraketa 118 671.91 304.11 ANAE TARATRA

75
Tableau 59 (suite) : Système d’adduction d’eau en milieu rural. Année 2001
Type
N° Faritany Fivondranana Commune Site Population X Y Pt Ns Projet Ag d'exécution
d'ouvrage
344 Toliary Miandrivazo Manambina Ankilimahatsara 102 670.81 301.71 ANAE TARATRA
345 Toliary Miandrivazo Manambina Anosibe 105 669.49 295.38 ANAE TARATRA
346 Toliary Miandrivazo Manambina Anosy 103 668.06 297.58 ANAE TARATRA
347 Toliary Miandrivazo Manambina Antalabe 100 667.73 299.12 ANAE TARATRA
348 Toliary Miandrivazo Manambina Antanimbaribe 110 667.62 303.2 ANAE TARATRA
349 Toliary Miandrivazo Manambina Bedavy 100 663.1 304.3 ANAE TARATRA
350 Toliary Miandrivazo Manambina Besakoa 105 670.39 298.79 ANAE TARATRA
351 Toliary Miandrivazo Manambina Manambina 550 668.57 300.08 ANAE TARATRA
352 Toliary Miandrivazo Manambina Marolefo 107 667.84 305.07 ANAE TARATRA
353 Toliary Miandrivazo Manambina Namakia 102 662.42 298.87 ANAE TARATRA
354 Toliary Miandrivazo Manambina Soaravimahitsy 110 663.21 301.22 ANAE TARATRA
355 Toliary Miandrivazo Manambina Taninakanga 112 667.01 304.52 ANAE TARATRA
356 Toliary Miandrivazo Manandaza Androfiabe 120 769.23 289.42 ANAE TARATRA
357 Toliary Miandrivazo Manandaza Ankilitoka 230 754.91 290.32 ANAE TARATRA
358 Toliary Miandrivazo Manandaza Beahidrano 102 767.13 278.32 ANAE TARATRA
359 Toliary Miandrivazo Manandaza Bemoka 213 750.73 293.59 ANAE TARATRA
360 Toliary Miandrivazo Manandaza Jia(Ejea) 105 753.1 274.74 ANAE TARATRA
361 Toliary Miandrivazo Manandaza Manandaza 203 752.76 292.53 ANAE TARATRA
362 Toliary Miandrivazo Manandaza Tsimandranto 110 745.78 299.56 ANAE TARATRA
363 Toliary Miandrivazo Miandrivazo Ambatomena 210 725.14 296.65 ANAE TARATRA
364 Toliary Miandrivazo Miandrivazo Analamaizina 120 725.63 298.02 ANAE TARATRA
365 Toliary Miandrivazo Miandrivazo Andolobe 200 730.7 294.88 ANAE TARATRA
366 Toliary Miandrivazo Miandrivazo Andranomainty 210 716.09 298.11 ANAE TARATRA
367 Toliary Miandrivazo Miandrivazo Andromay 108 739.55 295.91 ANAE TARATRA
368 Toliary Miandrivazo Miandrivazo Antanimainty 180 728.66 291.42 ANAE TARATRA
369 Toliary Miandrivazo Miandrivazo Bemoto 104 723.54 291.08 ANAE TARATRA
370 Toliary Miandrivazo Miandrivazo Betalatala 180 719.73 298.26 ANAE TARATRA
371 Toliary Miandrivazo Miandrivazo Mamontsatanana 110 732.73 297.14 ANAE TARATRA
372 Toliary Miandrivazo Miandrivazo Morarano 220 723.91 298.79 ANAE TARATRA
373 Toliary Miandrivazo Miandrivazo Tsarafidy 170 720.04 294.16 ANAE TARATRA

76
Tableau 59 (suite) : Système d’adduction d’eau en milieu rural. Année 2001
Type
N° Faritany Fivondranana Commune Site Population X Y Pt Ns Projet Ag d'exécution
d'ouvrage
374 Toliary Miandrivazo Miandrivazo Tsinjorano 200 729.22 292.87 ANAE TARATRA
SOUS TOTAL 13 573
375 Toliary Morombe Antanimieva Andranovorindrengateke 600 Puits FID
SOUS TOTAL 600
376 Toliary Morondava Analaiva Ampandra 200 643.53 190.551 SAHA TARATRA
377 Toliary Morondava Analaiva Anjaha 200 UNICEF DEA
378 Toliary Morondava Analaiva Antevamena I 230 639.6 201.7 Puits 5.68 3 UNICEF TARATRA
379 Toliary Morondava Analaiva Campement 200 UNICEF DEA
380 Toliary Morondava Analaiva Fenoarivo Ankifiofio 200 Puits UNICEF DEA
381 Toliary Morondava Analaiva Mamisoa 112 640.4 200.5 Puits 4.5 1.9 UNICEF TARATRA
382 Toliary Morondava Analaiva Marohetay 200 626.307 192.674 SAHA TARATRA
383 Toliary Morondava Analaiva Marolaka 200 629.862 199.529 SAHA TARATRA
384 Toliary Morondava Analaiva Soanafindra 200 641.965 198.518 SAHA TARATRA
385 Toliary Morondava Analaiva Soanafindra 200 639.3 179.5 6.75 3.15 UNICEF TARATRA
386 Toliary Morondava Analaiva Tanambao Soalala 341 642.5 193.3 6.7 2.95 UNICEF TARATRA
387 Toliary Morondava Analaiva Tanambao Tandroy 253 642.6 192.7 7.4 4.45 UNICEF TARATRA
388 Toliary Morondava Analaiva Tsimity 200 UNICEF DEA
389 Toliary Morondava Befasy Belafika 200 609.163 201.566 Puits SAHA TARATRA
390 Toliary Morondava Belo sur mer Andika mer 200 628.439 164.909 SAHA TARATRA
391 Toliary Morondava Belo sur mer Ankiliabo 200 609.51 157.98 SAHA TARATRA
Belo sur mer-
392 Toliary Morondava Manometinay Amokotra 78 161. 681 624. 783 7 ONE
Belo sur mer-
393 Toliary Morondava Manometinay Andika/mer 200 164. 105 629. 228 Puits 7 ONE
Belo sur mer-
394 Toliary Morondava Manometinay Begamela 180 162. 826 626. 804 Puits 7 ONE
Belo sur mer-
395 Toliary Morondava Manometinay Belalanda 110 163. 028 624. 648 Puits 7 ONE
396 Toliary Morondava Bemanonga Ambalarano 148 646 181.5 Puits 5.86 1.76 UNICEF TARATRA
397 Toliary Morondava Bemanonga Ampasimanintsy 356 643.8 186.6 5.92 3.15 UNICEF TARATRA
398 Toliary Morondava Bemanonga Ankirijifotsy 200 635 180.39 SAHA TARATRA

77
Tableau 59 (suite) : Système d’adduction d’eau en milieu rural. Année 2001
Type
N° Faritany Fivondranana Commune Site Population X Y Pt Ns Projet Ag d'exécution
d'ouvrage
399 Toliary Morondava Bemanonga Bemanonga est 200 UNICEF DEA
400 Toliary Morondava Bemanonga Benjamina 195 643.2 182.8 Puits 4.47 1.9 UNICEF TARATRA
401 Toliary Morondava Bemanonga Betesda 150 UNICEF DEA
402 Toliary Morondava Bemanonga Morafeno 200 Puits UNICEF DEA
403 Toliary Morondava Bemanonga Tanandava 508 131 646.2 182.1 7.02 4.79 UNICEF TARATRA
404 Toliary Morondava Bemanonga Tanandava Benjamina 150 643.926 182.801 SAHA TARATRA
405 Toliary Morondava Bemanonga Tanandava Benjamina 276 643.15 183.1 4.4 2.6 UNICEF TARATRA
406 Toliary Morondava Bemanonga Tanandava ouest 200 Puits UNICEF DEA
407 Toliary Morondava Bemanonga Troboambola 200 Puits UNICEF DEA
408 Toliary Morondava Soarano Bekininy Miarinarivo 200 608.984 202.06 SAHA TARATRA
SOUS TOTAL 6 510
409 Toliary Tolanaro Analampatsy Analapatsy 800 Puits FID
410 Toliary Tolanaro Mahatalaky Sainte Luce 600 Puits FID
SOUS TOTAL 1400
411 Toliary Toliary II Ankililoaka Ankililoaka Ankilisoro 198 Puits 6.5 4.1 Aide & Action
412 Toliary Toliary II Ankililoaka Ankililoaka Quartier Est 185 Puits 6.65 4.3 Aide & Action
Toliary II Ankililoaka Quartier
413 Toliary Ankililoaka Ouest 175 Puits 4.1 3.2 Aide & Action
414 Toliary Toliary II Ankililoaka Benetse Ampototse 200 Puits 13.6 6.2 Aide & Action
415 Toliary Toliary II Antanimena Bekatrafay SAF 600 Puits FID
416 Toliary Toliary II Betsinjaka Andrevo Bas 800 Puits FID
417 Toliary Toliary II Manombo Ambolimailaka1 170 Puits 4.5 2 Aide & Action
418 Toliary Toliary II Manombo Ambolimailaka2 220 Puits 5.97 5.3 Aide & Action
419 Toliary Toliary II Manombo Ambolimailaka3 130 Puits 3.59 2.88 Aide & Action
420 Toliary Toliary II Manombo Ambolimailaka4 190 Puits 5.95 4.8 Aide & Action
421 Toliary Toliary II Manombo Ambolimailaka5 125 Puits 4.15 3.05 Aide & Action
422 Toliary Toliary II Manombo Ambolimailaka6 280 Puits 8 3 Aide & Action
423 Toliary Toliary II Toliara II Miarentsoa 490 44°70' 23°50' citerne PGED
SOUS TOTAL 3 763

78
Tableau 60 : Taux d’accès aux infrastructures d’évacuation d’excrétas en milieu urbain

Effectif
Effectif ménage Effectif population
Grand Centre Urbain Types d’évacuation population
total desserte
d’excréta totale
Fosse septique 183 388
Antananarivo 238720 1175565
Latrines 985 123
Total
Fosse septique 9 528
Antsirabe 33315 170134
Latrines 160 436
Total
Fosse septique 18 627
Antsiranana 19945 77939
Latrines 49 335
Total
Fosse septique 5 049
Fianarantsoa 27078 153001
Latrines 147 034
Total
Fosse septique 15 100
Mahajanga 32091 143806
Latrines 121 372
Total
Fosse septique 43 304
Toamasina 38439 189930
Latrines 110 349
Total
Fosse septique 5 820
Toliary 20629 107783
Latrines 90 753
Total

Somme concernant les taux Fosse septique 284 560


410 217 2 018 158
relatifs aux 7 grandes villes
Latrines 1 654 890
Total
Tableau 61 : Accès aux infrastructures d’évacuation d’excrétas en milieu rural
Types d’évacuation d’excréta % ménage
ayant accès à
Faritany Observatoires
ruraux un système
Fosse septique Latrines d’évacuation
acceptable
Antsiranana SAVA 0.2 76.5 76.7
Antsohihy 0.6 20.8 21.4
Mahajanga
Marovoay 0.4 5.2 5.6
Tsiroanomandidy 0.2 92.1 92.3
Soavinandriana 0.8 93.4 94.2
Antananarivo
Antsirabe 0.3 98.2 98.5
Manjakandriana 0 99.4 99.4
Ambatondrazaka 0.4 81.8 82.2
Toamasina Mahanoro 0.2 81.9 82.1
Fenerive-Est 0.4 96.4 96.8
Fianarantsoa 0.8 79 79.8
Fianarantsoa
Farafangana 0.4 4.8 5.2
Belo/Tsiribihina 0.2 1.6 1.8
Bekily 0 0.4 0.4
Toliary Ambovombe 0.4 29.2 29.6
Toliary rural 0 12.4 12.4
Toliary littoral 0.2 4.8 5

79
80