Vous êtes sur la page 1sur 138

Institut Supérieur de Commerce

et d'Administration des Entreprises

Cycle National d’Expertise Comptable

Mémoire présenté pour l’obtention du diplôme national


d’Expert Comptable

Thème

Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux


immobilisations et solutions de mise en œuvre

Candidat : M. Housni CHRAIBI

Directeur de Recherche : M. Fawzi BRITEL


Expert-Comptable DPLE

Président du Jury : M. Jean-Luc PEYRET


Président et Directeur financier - BTR France
SAS

Suffragants : M. Abdelaziz AL MECHATT


Expert-Comptable DPLE

M. M’hammed EL HAMZA
Expert-Comptable DPLE

Novembre 2007
Remerciements

Je tiens à remercier l’ensemble des personnes qui m’ont aidé pour la


réalisation de ce mémoire.

Tout d’abord, je remercie Monsieur Fawzi Britel à qui j’exprime ma sincère


reconnaissance pour ses conseils pertinents, sa disponibilité et son
engagement pour le développement de l’ISCAE.

Je remercie également Monsieur Abdelmajid Benjelloun Touimi et


Monsieur M’hammed El Hamza pour leurs précieuses orientations pour
améliorer la qualité de ce travail.

Je tiens à remercier Monsieur Abdelaziz Al Mechatt et Monsieur Jean Luc


Peyret pour avoir accepté de faire partie de mon jury. J’en suis
extrêmement honoré.

Mes remerciements à Monsieur Rachid M’rabet et Monsieur Mohamed El


Moueffak ainsi qu’à tout le personnel et le corps enseignant de l’ISCAE et les
membres du secrétariat pour les efforts qu’ils déploient pour la conduite et
la réussite du Cycle d’Expertise Comptable.

Enfin, je remercie tous les membres de ma famille qui m’ont soutenu tout au
long de ma formation.
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Liste des abréviations

AFNOR : Association Française de Normalisation


CDVM : Conseil Déontologique des Valeurs Mobilières
CGNC : Code Général de Normalisation Comptable
CNC : Conseil National de Comptabilité
FASB : Financial Accounting Standards Board (organisme de normalisation
américain)
IAS : International Accounting Standards
IASB : International Accounting Standards Board
IFAC : International Federation of Accountants
IFRIC : International Financial Reporting Interpretations Committee
IFRS : International Financial Reporting Standards
IPSASB : International Public Sector Accounting Standards Board
PCEC : Plan Comptable des Etablissements de Crédit
SIC : Standing Interpretations Committee
TIE : Taux d’Intérêt Effectif
UGT : Unité Génératrice de Trésorerie
US GAAP : United States Generally Accepted Accounting Principles
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Sommaire

INTRODUCTION............................................................................................................................................4

PARTIE I - PROBLEMATIQUES LIEES AUX IMMOBILISATIONS DANS LE CONTEXTE


D’UNE CONVERSION AUX IFRS ................................................................................................................7

INTRODUCTION DE LA PREMIERE PARTIE.........................................................................................7

C HAPITRE 1: LES APPORTS DU MODELE COMPTABLE IFRS ET SES LIMITES ................................................8


Section 1 : La définition des actifs........................................................................................................8
1.1. Notion de ressource contrôlée.........................................................................................................................9
1.2. Notion d’avantage économique futur............................................................................................................11
1.3. Critères de comptabilisation d’un actif.........................................................................................................12
Section 2 : La notion de la juste valeur..............................................................................................13
2.1. La prudence en IFRS....................................................................................................................................13
2.2. Le coût historique en IFRS...........................................................................................................................14
2.3. Les apports et les limites de la notion de la juste valeur...............................................................................15
Section 3 : La prédominance de l’approche économique...................................................................18
Section 4 : Les limites du modèle comptable IFRS.............................................................................20
4.1. Le traitement des spécificités comptables de certains secteurs.....................................................................20
4.2. La difficulté d’interprétation.........................................................................................................................21
4.3. Un référentiel inadapté aux entités publiques...............................................................................................22
4.4. Un référentiel inadapté aux PME..................................................................................................................23
4.5. L’instabilité du référentiel............................................................................................................................24
C HAPITRE 2: LES DIFFICULTES LIEES A L ’APPLICATION DES IFRS AUX IMMOBILISATIONS CORPORELLES ET
INCORPORELLES ............................................................................................................................................26
Section 1 : Les charges portées à l’actif.............................................................................................26
1.1. Charges portées à l’actif en règles marocaines maintenues à l’actif en normes IFRS..................................26
1.2. Charges portées à l’actif en règles marocaines portées en déduction de postes de passif en normes IFRS..27
1.3. Charges portées à l’actif en règles marocaines constatées directement en charges en normes IFRS............28
Section 2 : Les contrats de location-financement...............................................................................30
Section 3 : L’approche par composants.............................................................................................34
Section 4 : Les tests de dépréciation d’actifs......................................................................................38
4.1. Actifs devant être testés uniquement en présence d’indication de perte de valeur........................................38
4.2. Actifs devant être testés de manière systématique........................................................................................38
4.3. Niveau du test...............................................................................................................................................39
4.4. Allocation du Goodwill aux UGT................................................................................................................39
4.5. Affectation des actifs de support..................................................................................................................40
4.6. Contenu de l’UGT........................................................................................................................................40
4.7. Comptabilisation des pertes de valeur..........................................................................................................41
4.8. Affectation de la perte de valeur aux éléments constitutifs de l’UGT..........................................................41
4.9. Reprise d’une perte de valeur d’une UGT....................................................................................................41
4.10. Détermination de la valeur d’utilité d’une UGT.........................................................................................42
Section 5 : Autres problématiques liées à la classification et l’évaluation des immobilisations........44
5.1. Immeubles de placement..............................................................................................................................44
5.2. Actifs non courants destinés à la vente.........................................................................................................44
Section 6 : Les apports de la norme IFRS 1.......................................................................................48

1
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

CONCLUSION DE LA PREMIERE PARTIE............................................................................................50

PARTIE II - SOLUTIONS AUX DIFFICULTES DE MISE EN ŒUVRE DES IFRS AU NIVEAU


DES IMMOBILISATIONS ...........................................................................................................................51

INTRODUCTION DE LA SECONDE PARTIE.........................................................................................51

C HAPITRE 1: DEMARCHE D’UNE PREMIERE APPLICATION DES IFRS AUX IMMOBILISATIONS ....................52
Section 1 : Démarche opérationnelle de passage aux IFRS...............................................................52
1.1. Cadrage du projet.........................................................................................................................................53
1.2. Diagnostic.....................................................................................................................................................55
1.3. Préparation à la mise en œuvre.....................................................................................................................60
1.4. Mise en œuvre..............................................................................................................................................61
1.5. Pérennisation................................................................................................................................................61
Section 2 : Le diagnostic des immobilisations corporelles et incorporelles.......................................62
2.1. L’analyse à mener par chantier technique.....................................................................................................63
2.2. Les divergences Maroc Gaap/IFRS Gaap généralement identifiées par chantier technique.........................67
C HAPITRE 2: REPONSES TECHNIQUES AUX DIFFICULTES DE MISE EN ŒUVRE ............................................73
Section 1 : Propositions de reclassement des charges portées à l’actif.............................................73
1.1. Frais d’essai et de pré exploitation................................................................................................................73
1.2. Frais préparatoires à la mise en service (autres que transport, installation et montage)................................74
1.3. Frais d’utilisation (d’industrialisation ou de commercialisation)..................................................................75
1.4. Frais de transfert d’immobilisations.............................................................................................................75
1.5. Frais d’ouverture et de réouverture des points de vente................................................................................75
1.6. Dépenses liées aux certifications ISO...........................................................................................................75
1.7. Dépenses de parrainage................................................................................................................................76
1.8. Dépenses engagées dans le but d’obtenir un appel d’offres..........................................................................76
1.9. Frais d’émission d’emprunt et primes de remboursement des emprunts obligataires...................................76
Section 2 : Réponses aux difficultés liées au retraitement des contrats de location-financement......79
2.1. Incidence d’une option de renouvellement sur la période de location..........................................................79
2.2. Définition des paiements minimaux.............................................................................................................80
2.3. Prise en compte de la valeur actualisée des paiements minimaux pour la qualification des contrats de
location ................................................................................................................................................................81
2.4. Classification d'un contrat de location portant sur un terrain seul.................................................................82
2.5. Qualification d'un contrat de location portant sur un ensemble immobilier..................................................82
2.6. Qualification des baux commerciaux 3-6-9..................................................................................................83
2.7. Traitement comptable des contrats de cession bail.......................................................................................83
2.8. Traitement des droits d’utilisation d’actifs (IFRIC 4)...................................................................................84
Section 3 : Mise en place de l’approche par composants...................................................................84
3.1. La phase préparatoire à la comptabilisation par composants........................................................................85
3.2. La mise en œuvre de l’approche par composants.........................................................................................88
3.3. Comptabilisation de l’approche par composants..........................................................................................94
3.4. Les implications au niveau du système d’information comptable................................................................97
Section 4 : Réponses aux difficultés de mise en œuvre des tests de dépréciation d’actifs..................99
4.1. L’identification des UGT..............................................................................................................................99
4.2. L’évolution de l’affectation du goodwill aux UGT....................................................................................100
4.3. L’utilisation du modèle DCF pour le calcul de la valeur d’utilité d’une UGT............................................100
4.4. La détermination du taux d’actualisation....................................................................................................101
4.5. Incidence des investissements et restructurations prévues sur la valeur d’utilité........................................102
4.6. Reprise d’une perte de valeur sur des titres mis équivalence intégrant un goodwill...................................104
Section 5 : Réponses à d’autres difficultés de mise en œuvre...........................................................104
5.1. Les immeubles de placement......................................................................................................................104

2
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

5.2. Les actifs non courants destinés à la vente.................................................................................................106

CONCLUSION DE LA SECONDE PARTIE............................................................................................109

CONCLUSION.............................................................................................................................................110

ANNEXES.....................................................................................................................................................113

LEXIQUE FRANÇAIS – ARABE – ANGLAIS........................................................................................127

BIBLIOGRAPHIE.......................................................................................................................................131

DOCUMENTATION ELECTRONIQUE..................................................................................................135

3
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

INTRODUCTION

Le Maroc est un pays traditionnellement ouvert et a toujours affiché sa volonté de s’intégrer


dans un processus de libéralisation de son économie. L’adoption d’un langage comptable
mondialement reconnu fait partie de ce processus. Ainsi, le Maroc ne peut plus se contenter
de normes comptables nationales qui n’évoluent pas au même rythme que les normes
comptables internationales, rendant difficile la comparabilité des performances des
entreprises et entravant les prises de décision stratégiques des investisseurs.

En outre, les utilisateurs des états financiers ne peuvent plus se contenter d’une information
comptable classique qui reprend le passé en ignorant la modernisation des techniques
comptables qui font appel de plus en plus à l’utilisation des mathématiques financières et
où la situation financière et la performance de l’entreprise s’inscrivent dans une dynamique
de flux de trésorerie futurs. L’utilisateur des états financiers et notamment l’investisseur
étranger est-il aujourd’hui capable de prendre des décisions économiques sans avoir de
vision sur ce que peut dégager l’entreprise comme « cash » dans le futur ? N’est-il pas
nécessaire d’accompagner le développement du Maroc et la volonté du gouvernement
marocain d’attirer des investissements étrangers par la mise en place d’un référentiel
comptable reconnu au niveau international ?

Dans ce sens, le CDVM a émis sa circulaire datant d’avril 2005 où il prévoit l’obligation
pour les groupes marocains cotés à la Bourse des Valeurs de Casablanca d’établir et de
publier à partir de 2005 leurs comptes consolidés en appliquant le référentiel comptable
marocain ou à défaut, les IFRS. Cette option permise par le CDVM a été suivie d’un avis
du Conseil National de la Comptabilité datant du 26 mai 2005 qui détermine les normes et
méthodes de consolidation à retenir pour les sociétés susceptibles de consolider leurs
comptes, à savoir : la méthodologie adoptée par le CNC lors de son assemblée plénière du
15 juillet 1999 ou les normes IFRS adoptées par l’Union Européenne. En outre, Bank Al
Maghrib a fixé la date du 31 décembre 2008 comme échéance ultime pour que les
établissements bancaires produisent leurs comptes consolidés en IFRS.

Mais, au-delà de ces obligations réglementaires dont le champ d’application demeure


relativement restreint (principalement groupes cotés et groupes bancaires), les groupes
nationaux et les grandes entreprises marocaines, à travers une démarche volontariste, auront
tout intérêt à appliquer les IFRS pour faciliter le dialogue avec leurs partenaires étrangers.

En effet, pour les entreprises marocaines, l’intérêt des IFRS se situe à plusieurs niveaux.
Tout d’abord, elles représentent un référentiel comptable de qualité reconnue au niveau
international et par les différentes places financières. Le passage aux normes IFRS consiste

4
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

à adopter un nouvel état d’esprit. Il s’agit de passer d’une comptabilité imprégnée de


considérations juridiques et fiscales à une information financière plus économique et plus
détaillée, répondant aux besoins des investisseurs.

Recommandées par la Banque Mondiale, ces nouvelles normes sont considérées comme un
axe important pour le développement du référentiel comptable au Maroc. En outre, elles
sont de plus en plus demandées en appui de prises de décisions par les acteurs financiers
tels que les bailleurs de fonds internationaux.

Dans ce contexte, nous avons souhaité, à travers ce travail, aborder un sujet d’actualité. Le
choix du thème des immobilisations (terme désignant les immobilisations corporelles et
incorporelles en IFRS) traduit notre volonté de traiter un sujet qui trouve application dans la
quasi-totalité des entreprises marocaines. Qu’elle soit une entité industrielle ou
commerciale, un établissement de crédit ou une assurance…l’entreprise marocaine devra
faire face aux difficultés d’application des IFRS à ses immobilisations corporelles et
incorporelles.

En effet, les actifs immobilisés ont longtemps été un domaine stable au niveau de la
doctrine comptable. Chacun connaissait les quelques règles de base régissant
l’enregistrement et le suivi du patrimoine. Les experts comptables conservaient malgré tout
un regard vigilant sur l’analyse des immobilisations eu égard aux montants souvent
conséquents de ces éléments. Cette stabilité des règles est bousculée lors de la mise en
place des IFRS introduisant plusieurs complexités. Aussi, ce mémoire a-t-il pour objectif de
donner à chaque entité les moyens de définir quelle sera pour elle l’ampleur des
changements induits par l’adoption des IFRS sur ses immobilisations corporelles et
incorporelles.

Le présent mémoire se propose de traiter ce sujet selon deux parties :

Partie 1 : Problématiques liées aux immobilisations dans le contexte d’une conversion aux
IFRS
Partie 2 : Solutions aux difficultés de mise en œuvre des IFRS au niveau des
immobilisations

Notre démarche au niveau de chaque partie consiste à aller du général au particulier.

Ainsi, dans notre première partie visant à exposer la problématique d’application des IFRS
aux immobilisations corporelles et incorporelles, nous avons consacré le premier chapitre à
une présentation des difficultés générales d’application des IFRS à travers la présentation

5
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

des principaux apports du modèle comptable IFRS par rapport au référentiel comptable
marocain, et ses limites. Dans le second chapitre, nous nous sommes focalisé sur les
difficultés pratiques relatives à quatre thèmes principaux, à savoir : le traitement des
charges portées à l’actif (ou immobilisations en non valeurs), la mise en place de l’approche
par composants, le retraitement des contrats de location-financement et la mise en œuvre
des tests de dépréciation d’actifs.

Au niveau de la seconde partie, nous avons logiquement présenté notre réponse aux
problématiques exposées dans la première selon la même démarche. En effet, le premier
chapitre apporte une réponse générale à la problématique d’application des IFRS en
proposant une démarche opérationnelle de passage à ce référentiel, puis en présentant les
travaux à réaliser pour le diagnostic des chantiers techniques et les divergences par thème.
Le second chapitre apporte des réponses techniques précises aux questions soulevées au
niveau du second chapitre de la première partie.

Le choix de traiter quatre principaux thèmes aux niveaux des seconds chapitres est justifiée
par notre volonté d’apporter une aide qui saura être appréciée par les praticiens des IFRS en
leur fournissant une réponse complète à leurs interrogations sur des sujets répandus au
niveau des entreprises marocaines.

En effet, nous n’avons pas eu l’intention d’être exhaustif quant à l’ensemble des difficultés
inhérentes au traitement des immobilisations corporelles et incorporelles en IFRS. Les
écarts d’acquisition (goodwills), les immobilisations en concessions publiques, les coûts
d’emprunt…sont autant de sujets qui méritent d’être approfondis. Toutefois, nous avons
essayé, à chaque fois que l’occasion se présente, d’évoquer les autres sujets ayant attrait
aux immobilisations notamment ceux relatifs aux immeubles de placement et aux actifs non
courants destinés à la vente.

6
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

P a r t i e I - Problématiques liées aux immobilisations dans le


contexte d’une conversion aux IFRS

Introduction de la première partie

Les problématiques de l’application des IFRS aux immobilisations corporelles et


incorporelles de l’entreprise marocaine trouvent, en premier lieu, leurs sources dans l’écart
existant entre deux modèles comptables aux logiques différentes : un modèle comptable
marocain inspirée du modèle franco-germanique caractérisé par une forte intervention du
législateur public dans la définition des règles comptables, et un modèle IFRS fortement
inspiré des modèles anglo-saxons où les règles comptables sont le fruit des meilleures
pratiques observées par les professionnels de la comptabilité.

Ces deux approches différentes de la normalisation comptable ont eu des conséquences sur
les méthodes d’évaluation et de comptabilisation des différents éléments. En effet, si la
comptabilité est considérée au Maroc comme « l’idiome du droit » destinée à répondre aux
demandes d’information de différents acteurs (Etat, Administration fiscale,
Actionnaires…), il en est autre chose en IFRS où l’objectif de la comptabilité est, avant
tout, de fournir une information fiable, pertinente et comparable sur la situation financière
de l’entreprise et sa performance en vue de répondre, en premier lieu, aux besoins
d’information des investisseurs pour les aider dans leurs prises de décisions économiques.

Pour ce qui est des immobilisations corporelles et incorporelles, cette divergence de


principe se décline à différents niveaux en partant de la définition même des actifs jusqu’à
leurs modes d’évaluation et de comptabilisation.

Ainsi, au niveau de cette première partie, nous avons souhaité apporter, dans le premier
chapitre, notre vision des principaux apports du modèle comptable IFRS par rapport au
référentiel comptable marocain, mais également ses limites. Ensuite, nous avons consacré
le second chapitre à des problématiques techniques inhérentes à quatre principaux thèmes.

7
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Chapitre 1: Les apports du modèle comptable IFRS et ses limites

Section 1 : La définition des actifs

Les IFRS ont eu un apport particulièrement précieux au niveau des définitions des termes
comptables et financiers. Que ce soit dans le cadre conceptuel ou dans les différentes
normes, les définitions sont toujours fournies en premier afin de permettre aux lecteurs et
utilisateurs de ce référentiel comptable de se mettre d’accord sur un certain nombre de
notions.

En effet, la pratique montre que des notions de base telles que : actif, passif, produit et
charge ne sont pas compris de la même façon par les professionnels de la comptabilité.
D’ailleurs, ces divergences au niveau des définitions de certains concepts expliquent, en
partie, les divergences comptables qui existent entre les différents référentiels comptables
nationaux et internationaux.

Ainsi, même si les IFRS permettent une relative souplesse dans le traitement de certaines
opérations en prévoyant des options comptables et de présentation, ils ont eu au moins le
mérite d’avoir mis en place un vocabulaire comptable et financier détaillé commun à tous
les utilisateurs.

A ce titre, les actifs répondent à une définition précise et restrictive formulée dans le cadre
conceptuel et reprise, explicitement ou implicitement, dans les différentes normes qui
traitent des actifs.

Un actif est défini comme : « une ressource contrôlée par l’entreprise du fait d’événements
passés et dont les avantages économiques futurs sont attendus par l’entreprise ».

L’origine de cette définition remonte au « Concept Statement 3 » du FASB (« elements of


financial of business entreprises ») de 1980.

Nous essaierons dans ce qui suit d’analyser cette définition à la lumière des précisions
apportées par le cadre conceptuel et par les normes IFRS.

8
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

1.1. Notion de ressource contrôlée

Tout d’abord, ce qui peut susciter une interrogation est le fait d’assimiler l’actif à une
ressource. En fait, nous avons toujours eu l’habitude au Maroc d’associer plutôt le passif à
une ressource et l’actif à un emploi.

Bien que ni le cadre conceptuel ni les normes IFRS ne précisent de façon explicite la notion
de ressource, la lecture complète de la définition permet de comprendre que ce terme est
employé par l’IASB dans son acception générale à savoir : « ce qui peut améliorer une
1
situation fâcheuse » et non pas comme étant la conséquence financière de l’utilisation des
financements de l’entreprise.

Le contrôle est défini par la norme IAS 38.13 « Immobilisations incorporelles » qui
dispose que : « Une entreprise contrôle un actif si elle a le pouvoir d’obtenir les avantages
économiques futurs découlant de la ressource sous-jacente et si elle peut également
restreindre l’accès des tiers à ces avantages».

Même si le pouvoir est généralement issu de dispositions juridiques (légales,


réglementaires, contractuelles…), il peut exister par d’autres moyens (ex : le
développement d’un savoir-faire technologique peut être contrôlé si l’entreprise est en
mesure de le garder secret).

Par contre, on ne peut pas parler de contrôle en IFRS lorsque celui-ci n’est pas
suffisamment élevé. Parmi les exemples donnés par la norme IAS 38 est celui d’une
entreprise disposant d’une équipe de personnes qualifiées. En effet, si on s’en tient à la
notion de ressource, la compétence de cette équipe en est certainement une dans la mesure
où elle permet à l’entreprise de générer des avantages économiques futurs. Toutefois, en
règle générale, le contrôle des avantages économiques futurs attendus d’une équipe de
personnes qualifiées n’est pas suffisant pour considérer que ces éléments satisfont à la
définition d’une immobilisation incorporelle. En effet, sauf cas particulier, les employés de
cette entreprise peuvent rompre leurs contrats de travail et partir de l’entreprise sans que
cette dernière puisse s’y opposer.

Sur le plan pratique, cette notion de ressource contrôlée suscite tout de même des
interrogations. Pour la notion de contrôle, on tend à distinguer entre le contrôle de la
ressource et le contrôle des avantages futurs avec les risques qui leur sont associés ; l’un va
souvent avec l’autre, mais pas toujours, car le contrôle de la ressource peut se faire sans en

1
Source : Le Petit Robert

9
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

retirer de vrais avantages ou sans le contrôle des avantages futurs. De même, le contrôle est
fait de droits multiples que l’on peut et doit distinguer si les titulaires sont des personnes
différentes. Par exemple, le contrôle est presque toujours associé au fait de décider des
politiques et stratégies d’emploi mais il y a des situations où une autre personne a un droit
de veto sur ces décisions, des situations où certaines décisions majeures doivent être prises
à des majorités qualifiées plus complètes que celles pour changer les statuts (pacte
d’actionnaires)…

Ces difficultés conduisent à détailler et étudier les droits liés au contrôle (par exemple, il
faudrait pour avoir un actif un contrôle portant à la fois sur la ressource et un contrôle
portant sur les avantages). Toutefois, elles posent un problème fondamental : doit-on
admettre ou non qu’un contrôle puisse être partagé (un cas d’école semble être les biens
remis en concession au moins pour certains types de concession) ? Jusqu’à présent, on
essaie de maintenir le principe qu’un contrôle ne peut être partagé et n’implique qu’une
seule entité.

Pour ce qui est du concept de ressource, on peut s’interroger sur l’existence de ressource
sans avantage ou d’avantages sans ressource : actuellement, la ressource présente est
totalement liée à l’existence d’avantages futurs espérés ; sans ces avantages, il n’y a pas de
ressource et cela conduit à se poser la question de l’importance de ces avantages : s’ils sont
négligeables ou très incertains, a-t-on une ressource ? Doit-on simplement considérer que la
seule possibilité d’avoir des avantages futurs suffit ? Jusqu’à présent, la mesure des
avantages a été considérée comme une question indépendante de la définition d’un actif.

Par ailleurs, la condition actuellement mise à la définition d’un actif d’avoir une ressource
seulement si elle résulte d’événements passés est souvent difficile à interpréter.

D’abord, elle semble signifier qu’il y a des ressources qui ne résultent pas d’événements
passés :
• soit qu’elles résultent d’événements futurs ;
• soit qu’elles soient obtenues totalement gratuitement, tombées du ciel, sans qu’il y ait eu
une action volontaire de la part de l’entreprise, et on pense bien sûr aux plus-values
potentielles sur un bien ou un ensemble de biens. Le problème est alors que certaines de
ces plus-values sont actuellement comptabilisées (plus-values sur créances en devises
nées de l’appréciation de la devise par exemple). Parler de transaction au lieu
d’événement permettrait de limiter le problème. Ensuite, la condition d’événements
passés tient souvent compte totalement ou partiellement d’événements futurs : une
créance résulte certes d’un événement passé mais elle n’est pas un actif s’il y a une
perspective de perte totale.

10
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Dans les discussions actuelles entre l’IASB et le FASB, il y a nettement une préférence
pour ne pas trop compliquer la question de la définition d’un actif. On repart des cadres
conceptuels existants et on conserve 4 « building blocks » (asset, liability, expense,
revenue). Toutefois, la définition en cours d’élaboration tient compte de certaines des
remarques citées. Selon le FASB, la définition provisoire débattue est la suivante : « Un
actif est une ressource économique présente sur laquelle une entité a un droit ou un autre
accès privilégié. Un actif d’une entité a 3 caractéristiques essentielles :
a) il y a une ressource économique ;
b) l’entité a des droits (ou autre accès privilégié) sur cette ressource ;
c) la ressource économique et les droits (ou autre accès privilégié) existent tous les deux à
la date de clôture des états financiers ».

1.2. Notion d’avantage économique futur

L’avantage économique futur représentatif d’un actif est le potentiel qu’a cet actif de
contribuer, directement ou indirectement, à des flux de trésorerie et d’équivalents de
trésorerie au bénéfice de l’entreprise. Le potentiel peut être un potentiel de production qui
fait partie des activités opérationnelles de l’entreprise. Il peut également prendre la forme
d’une possibilité de conversion en trésorerie ou en équivalents de trésorerie ou d’une
capacité à réduire les sorties de trésorerie, par exemple, lorsqu’un processus de production
2
permet de réaliser des économies sur les coûts .

Une entreprise utilise habituellement ses actifs pour produire des biens ou des services
capables de satisfaire les besoins des clients. Parce que ces biens ou services peuvent
satisfaire ces besoins, les clients sont prêts à les payer et, par conséquent, à contribuer aux
flux de trésorerie dans l’entreprise. La trésorerie elle-même rend service à l’entreprise, car
3
elle permet d’avoir le contrôle d’autres ressources .

Les avantages économiques futurs représentatifs d’un actif peuvent aller à l’entreprise de
4
différentes façons . Par exemple, un actif peut être :
(a) utilisé seul ou en combinaison avec d’autres actifs dans la production de biens ou de
services destinés à être vendus par l’entreprise (ex : installations industrielles,
logiciels, …) ;
(b) échangé contre d’autres actifs (ex : stocks de matières premières échangés) ;

2
§ 53 du Cadre conceptuel de l’IASB
3
§ 54 du Cadre conceptuel de l’IASB
4
§ 55 du Cadre conceptuel de l’IASB

11
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

(c) utilisé pour éteindre un passif (ex : actifs de couverture d’une engagement de
retraite) ;
(d) distribué aux propriétaires de l’entreprise (ex : trésorerie).

Cette définition identifie les caractéristiques essentielles d’un actif mais ne constitue pas
une tentative pour spécifier les critères qui doivent être satisfaits pour pouvoir le
comptabiliser.

Autrement dit, un élément qui répond à la définition d’un actif n’est pas systématiquement
comptabilisé. Des critères sont à observer.

1.3. Critères de comptabilisation d’un actif

La comptabilisation d’un actif doit satisfaire au concept de constatation que nous avons au
Maroc l’habitude d’appeler le fait générateur.

Ainsi, au niveau du cadre conceptuel, les critères de constatation d’un actif sont satisfaits
s’il est probable que les avantages économiques futurs compris dans celui-ci entrent dans
l’entreprise et s’il existe un système de mesure fiable. A titre d’exemple, les conséquences
d’une action en justice au profit de l’entreprise pourront se traduire par un actif et un
produit. Toutefois, si elles ne peuvent être raisonnablement chiffrées, aucune
comptabilisation n’est à faire.

Sur le choix du système de mesure applicable aux différents actifs, les IFRS donnent
diverses possibilités. Après avoir constaté que différents systèmes de mesure pouvaient être
utilisés à des degrés divers et selon des combinaisons variées, le cadre conceptuel en
énumère les principaux, à savoir : coût historique, coût actuel, valeur réalisable ou de
règlement, valeur actuelle avec leurs définitions respectives.

L’IASB a constaté que le système de mesure généralement utilisé par les entités dans leurs
états financiers est celui du coût historique, habituellement combiné avec d’autres systèmes
de mesure comme la valeur de réalisation (par exemple, pour l’évaluation des stocks).

Bien que le cadre conceptuel ne prend pas position en privilégiant tel ou tel système de
mesure, il faut dire que les normes IAS 32/39 relatives aux instruments financiers ont
introduit fortement la notion de la juste valeur. Cette notion est depuis évoquée dans de
nombreuses normes, notamment IAS 16, IAS 17, IAS 18, IAS 20, IAS 21, IAS 38, IAS 40,
IAS 41, IFRS 3, IFRS 4, IFRS 5… Aussi, cette notion de juste valeur apparaît-t-elle comme
le concept phare des IFRS.

12
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Section 2 : La notion de la juste valeur

Les règles comptables sont fondées sur un certain nombre de principes qui guident
l’enregistrement des transactions. En particulier, les principes comptables permettent de
définir le traitement adéquat pour de nouveaux types d’opérations économiques pour
lesquelles n’existent pas de règles prédéfinies.

Les IFRS, à travers l’introduction en force de la notion de la juste valeur dans les différents
thèmes comptables, ont entraîné une remise en cause partielle de deux grands principes : la
prudence et le coût historique. En conséquence, le traitement comptable d’un certain
nombre d’opérations économiques s’en trouve modifié.

2.1. La prudence en IFRS

Le principe de prudence joue un rôle particulièrement important, surtout dans les


référentiels comptables dits « continentaux » (allemands ou français par exemple) et par
conséquent, dans le référentiel comptable marocain. Le principe de prudence consiste à
comptabiliser les charges dès qu’elles sont probables, tandis que les produits ne peuvent
être enregistrés que lorsqu’ils sont certains.

Ainsi, les actifs et passifs résultant d’un engagement ferme de vente ne sont pas
comptabilisés tant que l’une des parties au moins n’a pas exécuté une part significative de
ses obligations contractuelles.

Par exemple, une commande ne donne lieu à aucune comptabilisation à la date de


l’engagement. Il serait, en effet, contraire au principe de prudence de faire apparaître une
vente qui n’est pas encore certaine. La comptabilisation n’intervient donc qu’une fois les
biens commandés sont livrés.

En revanche, des provisions sont constituées dès qu’une charge apparaît probable. Par
exemple, si une entreprise a une forte probabilité d’être condamnée dans le cadre d’une
procédure judiciaire, elle doit provisionner le montant de l’amende ou de l’indemnité
qu’elle risque de verser même s’il existe une chance qu’elle ne soit pas condamnée.

En IFRS, la prudence est considérée comme une sous caractéristique de la fiabilité de


l’information. Elle est définie dans le cadre conceptuel comme « la prise en compte d’un
certain degré de précaution dans l’exercice des jugements nécessaires pour préparer les

13
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

estimations dans des conditions d’incertitude, pour faire en sorte que les actifs et produits
ne soient pas surévalués et que les passifs et les charges ne soient pas sous-évalués ».

Autrement dit, même si on ne peut pas dire que la prudence disparaît du modèle comptable
IFRS, elle revêt désormais une importance secondaire. Ceci se traduit, de plus en plus, par
la comptabilisation de produits latents au même titre que les charges latentes une fois que la
probabilité de réalisation et la fiabilité d’évaluation sont respectées. La comptabilisation des
variations négatives mais aussi positives de la juste valeur des instruments financiers en
Compte de résultat ou en capitaux propres constitue sans doute le sujet qui illustre le mieux
cette évolution.

2.2. Le coût historique en IFRS

Le principe du coût historique consiste à négliger l’effet du temps sur la monnaie et à


considérer que la valeur nominale ne varie pas. En d’autres termes, un dirham
d’aujourd’hui est égal à un dirham d’hier et à un dirham de demain.

Ainsi, les actifs et les passifs sont comptabilisés à leur coût historique et ne sont pas
réévalués par la suite (sauf situation exceptionnelle).

Ce principe de coût historique présente plusieurs limites :

• Au moment de sa constatation, le coût historique a certainement un sens. Toutefois, face


à l’évolution continue des marchés, le coût historique s’écarte de la juste valeur du bien
et paraît donc loin de répondre à l’image fidèle des comptes ;
• L’évaluation au coût historique accorde une marge de manoeuvre importante aux
dirigeants dans la mesure où la cession d’actifs recelant des plus ou moins values
latentes significatives ou encore la constatation de dépréciations comptables suite à une
réévaluation volontaire de certains actifs constituent des leviers pour « jouer » sur les
résultats dans un sens comme dans un autre ;
• L’incapacité de ce principe à révéler les situations critiques des entreprises sur certains
éléments tels les instruments dérivés qui mobilisent de faibles capitaux lors de
l'engagement initial mais qui recèlent un risque très important ;
• L’ensemble de ces éléments se traduit par une altération de l’information financière sur
la performance de chaque exercice et par conséquent, des hommes qui en sont les
acteurs.

La notion de juste valeur mise en avant par les IFRS a donc permis de pallier à ces limites.

14
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Mais, peut-on dire que cette notion a remplacé le coût historique ? N’a-t-elle pas elle-même
des limites ?

2.3. Les apports et les limites de la notion de la juste valeur

La notion de la juste valeur est apparue progressivement à partir des années 1990 dans la
normalisation comptable américaine et internationale.

En IFRS, la juste valeur est définie par la norme IAS 32 « Instruments financiers » comme
étant : « le montant pour lequel un actif pourrait être échangé ou un passif éteint, entre des
parties bien informées et consentantes agissant dans des conditions de concurrence
normale ». Cette notion de « juste valeur » est la traduction de l’expression anglo-saxonne
«fair value» qui, littéralement, correspond plus à celle de « valeur sincère » ou « loyale ».
Elle est à rapprocher de la notion de « valeur de marché » qui est selon, IAS 32 « le
montant qui pourrait être obtenu de la vente (ou qui serait du pour l’acquisition) d’un
instrument financier sur un marché actif ».

Cette dernière définition qui est, bien entendu, transposable sur les autres actifs de
l’entreprise est retenue souvent comme juste valeur. Pour beaucoup, la juste valeur fait
référence à la valeur de marché alors même qu’il n’y a pas de transaction et que le marché
n’existe pas toujours. En effet, l’absence d’un marché organisé pour tous les actifs de
l’entreprise rendra nécessaire de reconnaître une autre valeur que la valeur de marché.

Le concept de juste valeur est donc plus large que la valeur de marché et peut faire appel à
des techniques spécifiques (actualisation des flux de trésorerie attendus par exemple ou à
des modèles financiers). En d’autres termes, il n’existe pas une juste valeur mais plutôt des
justes valeurs pour les différents éléments de l’actif et du passif qui dépendront aussi bien
de facteurs externes (marchés de biens, taux d’intérêts, taux de devises…) que de facteurs
internes (business plan de l’entreprise, taux de rentabilité exigé par les investisseurs…).

L’application de la juste valeur peut se justifier par les raisons suivantes :


• Palier aux limites du coût historique ;
• Les investisseurs, principaux utilisateurs des états financiers, se fondent essentiellement
sur la juste valeur des entités dans leur prise de décisions, parce qu’elle reflète l’opinion
des marchés et traduit mieux la valeur actuelle des flux monétaires futurs ;
• La mise sur le marché d’instruments financiers de plus en plus fréquemment avant leur
échéance contractuelle justifie un mode d’évaluation qui permet de mieux refléter la
réalité économique.

15
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

De ce qui précède, on pourrait penser que la juste valeur a, en IFRS, remplacé le coût
historique. Ceci n’est pas vrai. Au contraire, le coût historique, considéré en IFRS comme
une convention d’évaluation et non comme un principe, est encore très fréquemment utilisé
surtout pour les actifs et passifs non monétaires (ex : Immobilisations corporelles et
incorporelles, Stocks). La pratique des groupes passés aux IFRS montre également que le
coût historique est le plus souvent préféré à la juste valeur lorsqu’il existe une option
permettant d’adopter l’une ou l’autre convention. D’ailleurs, une enquête menée en 2005
sur 50 groupes cotés en France a montré que 100% des groupes ont opté pour une
évaluation de leurs immobilisations corporelles selon l’option du coût amorti (coût
historique diminué des amortissements et des pertes de valeurs éventuelles) et n’ont pas,
5
par conséquent, retenu l’option de la réévaluation régulière.

Peut-on justifier cette préférence par la seule volonté des dirigeants de maintenir leur marge
de manœuvre sur les résultats et la situation financière de leurs entités ?

Certainement pas. En effet, la comptabilité en juste valeur, forte intéressante


conceptuellement est cependant (notamment pour la juste valeur appliqué à tous les
éléments et appelée « full fair value ») critiquée par de nombreux acteurs. On lui reproche
notamment de privilégier une vue à très court terme sur la situation financière des
entreprises, la difficulté de fournir une information fiable (contrairement à l’évaluation au
coût) et les volatilités des capitaux propres et des résultas engendrés par les variations de
juste valeur. Certains auteurs vont même jusqu’à reprocher à l’utilisation généralisée de la
juste valeur la perte de confiance dans les marchés financiers qui a été constatée ces
dernières années.

En outre, la pratique montre que la définition de la juste valeur présente des difficultés
d’interprétation sur le plan pratique. D’ailleurs, pour pallier à ce manque de clarté, le FASB
a pris l’initiative de publier en septembre 2006 un « statement of financial accounting
standards 157 » sur « Fair value measurements ».

L’IASB a publié en novembre 2006, un « discussion paper » sur le même sujet “Fair value
measurements”, appelant à commentaires pour le 2 avril 2007, et s’appuyant largement,
mais sans s’aligner, sur le SFAS 157 du FASB.

En conclusion, si la juste valeur est un principe phare des IFRS, il est tout à fait illusoire de
penser que celle-ci remplacera toutes les autres conventions d’évaluation et notamment, le
coût historique.

5
Source : Article de la Revue Française de Comptabilité (R.F.C 386 Mars 2006)

16
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

L’application d’une telle ou telle autre convention pour l’évaluation d’un actif, d’un passif,
d’un produit ou d’une charge en IFRS dépend des caractéristiques propres à chaque
élément. En d’autres termes, s’il existe une logique commune à toutes les normes IFRS,
c’est sans doute de traduire l’image fidèle de la situation financière et de la performance de
l’entreprise.

En effet, les deux caractéristiques qualitatives fondamentales retenues par l’IASB dans son
cadre conceptuel sont : l’image fidèle et la prééminence de la réalité sur la forme.

Selon IAS 1 « Présentation des états financiers », les états financiers doivent présenter une
image fidèle de la situation financière, de la performance financière et des flux de trésorerie
d’une entreprise. L’application appropriée des IFRS, accompagnée de la présentation
d’informations supplémentaires lorsque cela est nécessaire, conduit, dans quasiment toutes
les circonstances, à des états financiers qui donnent une image fidèle. En d’autres mots,
l’image fidèle en IFRS n’est pas un objectif abstrait que chacun peut comprendre
différemment. Il s’agit aujourd’hui d’une conséquence logique de l’application complète
des normes IFRS et de leurs interprétations.

Enfin, si l’information financière doit donner une image fidèle des transactions et autres
événements qu’elle vise à présenter, il est nécessaire que ces transactions et événements
soient comptabilisés et présentés conformément à leur substance et leur réalité économique
et non pas seulement selon leur forme juridique.

17
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Section 3 : La prédominance de l’approche économique

Le cadre conceptuel de l’IASB insiste sur ce principe qui d’ailleurs était déjà développé
dans la norme IAS 1 relative à la publicité des méthodes comptables en 1975 sous le terme
« prééminence de la réalité sur l’apparence ».

L’application de ce principe en IFRS est, à notre avis, la principale explication des


nombreuses divergences comptables avec le référentiel comptable marocain.

Si les règles comptables marocaines (surtout au niveau des comptes individuels)


privilégient, lorsqu’il y a discordance, le point de vue juridique sur le point de vue
économique et financier, il n’en est pas de même de l’IASB qui consacre la prééminence
de la substance de l’opération et de sa réalité économique sur la forme juridique. Ainsi, sur
un plan juridique, une opération de crédit-bail est un contrat de location d’un bien mobilier
ou immobilier pour une période déterminée avec une option de rachat à la fin du contrat et,
pendant toute la durée du contrat, le bailleur reste propriétaire du bien. Or, pour le preneur
du bien en crédit-bail, sur un plan économique et financier, une opération de crédit-bail est
une acquisition d’un bien mobilier ou immobilier assortie d’une forme de financement
spécifique.

Ainsi, le postulat qui consiste à dire : « la comptabilité est l’algèbre du droit » est
sérieusement remis en cause par les IFRS, tout au moins partiellement. En effet, si les
traitements IFRS n’omettent pas l’aspect juridique qui, lui-même, correspond à une certaine
réalité, la comptabilité en IFRS est devenue une méthode d’observation des faits
économiques.

Ceci trouve son explication dans différents constats :


• un premier: une forte déconnection entre le droit et des normes comptables qui,
évidemment, ne peuvent pas se rapporter à un droit puisqu’elles sont d’origine
internationale ;
• les différences viennent aussi du fait qu’un certain nombre de paramètres techniques
retenus par les normes internationales sont différents de ceux qui sont retenus dans nos
conceptions habituelles. C’est-à-dire, que nous passons d’un système dans lequel le bilan
est la représentation chiffrée d’un patrimoine à un système dans lequel le bilan est la
représentation d’une situation économique, d’un système dans lequel le compte de
résultat est la représentation chiffrée de l’ensemble des contrats et des opérations qui ont
été passées par l’entreprise à un système dans lequel c’est l’ensemble des performances
de l’entreprise que l’on essaie de mesurer.

18
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Il résulte de ce changement plusieurs situations dans lesquelles les IFRS ignorent la


situation juridique car l’analyse économique ne coïncide pas avec cette dernière et qu’il
faudra, par conséquent, s’en écarter.

Pour illustrer ce dernier point, nous prenons l’exemple de la définition des capitaux propres
en droit marocain et en IFRS. En droit marocain, le capital c’est la garantie du créancier. Il
y a donc implicitement, dans la notion marocaine du capital, la notion de fixité du capital ;
d’où le principe d’intangibilité du bilan d’ouverture.

Les normes IFRS précisent que les capitaux propres sont un élément résiduel, il s’agit de la
différence qui reste entre les actifs et les passifs. Cette différence peut donc varier dans le
temps et on peut, par conséquent, y toucher directement dans l’année et pas seulement au
moment des assemblées générales.

Cet attachement des normes IFRS à analyser l’essence des transactions et définir les
traitements comptables adéquats constitue la principale source des nouveaux concepts
apportés par ces normes. A titre d’exemple, l’approche par composants préconisée par les
IFRS à plusieurs niveaux (Immobilisations corporelles, Dérivés incorporés, Instruments
financiers hybrides, Contrats de prestation de service intégrant un contrat de location,
dépréciation par unité génératrice de trésorerie…) est, à notre avis, une façon de se
rapprocher de la réalité économique des opérations qui est parfois complexe et donc, ne
peut être traitée de façon globale sans un effort de décomposition.

En conclusion, les apports du modèle comptable IFRS sont nombreux. Les définitions
précises des notions comptables et financières, le recours fréquent à la juste valeur dans
l’évaluation des éléments et la prédominance de l’approche économique dans le traitement
des transactions sont autant de points forts qui ont permis aux IFRS de devenir le référentiel
comptable international par excellence dont la qualité est reconnue par les différents
utilisateurs des états financiers et par les normalisateurs comptables les plus réticents.

Au même temps, ces apports se traduisent par des difficultés de mise en œuvre des IFRS
par l’entreprise marocaine en raison de la nécessité de rompre avec des concepts et des
principes souvent indissociables, dans notre esprit, de la comptabilité et d’intégrer de
nouvelles notions qui n’existent pas dans notre référentiel comptable marocain.

Ainsi, après avoir présenté les principaux apports du modèle comptable IFRS, la question
se pose par rapport à ses limites.

19
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Section 4 : Les limites du modèle comptable IFRS

4.1. Le traitement des spécificités comptables de certains secteurs

Les IFRS représentent un référentiel international qui a vocation à s’appliquer à toutes les
entreprises commerciales, industrielles, financières et autres, quelque soient leurs secteurs
d’activité, qu’elles appartiennent au secteur public ou privé.

Toutefois, force est de constater que les IFRS sont beaucoup moins riches que les US
GAAP en matière de règles comptables spécifiques à certains secteurs (ex : Mines,
Telecom, Energie…). A titre d’exemple, la norme IAS 16 « Immobilisations corporelles »
précise que les éléments suivants ne rentrent pas dans son champ d’application :
(a) forêts et ressources renouvelables naturelles similaires ; et
(b) droits miniers, prospection et extraction de minerais, de pétrole, de gaz naturel et
autres ressources similaires non renouvelables.

S’il est vrai que la norme IAS 41 « Agriculture » et IFRS 6 « Exploration et évaluation des
ressources minières » ont apporté certaines réponses par rapport à ces deux points, il existe
encore beaucoup de questions sans réponses : devrait-on immobiliser une forêt ? Si oui,
faut-il l’amortir ou la déprécier ? Peut-on évaluer un droit minier ? Est-t-il possible de
constater le potentiel d’extraction lié aux réserves prouvées dans le secteur minier comme
un actif corporel / incorporel ?...

De la même façon, la norme IAS 17 « contrats de location » exclut de son champ


d’application :
(a) les contrats de location portant sur l’exploration ou l’utilisation de ressources
naturelles telles que le pétrole, le gaz, le bois de construction, les métaux et autres
droits miniers ; et
(b) les accords de licences portant sur des films cinématographiques, des
enregistrements video, des pièces de théâtre, des manuscrits, des brevets et des
droits d’auteur.

Face à cette limite d’ordre technique, qui s’explique en partie par la relative jeunesse de ce
référentiel qui n’existe que depuis 1973 et dont l’application a réellement démarré en 2005
(Groupes européens cotés) , comment peut-on traiter toutes les questions pour lesquelles les
normes IFRS n’apportent pas de réponses ?

L’IASB a prévu une hiérarchie des sources à utiliser pour définir le traitement d’une
transaction en IFRS. Nous les citons ci-après par ordre de priorité :

20
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

1. Les normes IAS et IFRS en vigueur ;


2. Les SIC et IFRIC en vigueur: il s’agit respectivement des interprétations des IAS et
des IFRS publiées par le Comité d’interprétation de l’IASB ;
3. Le traitement par analogie : il s’agit de trouver dans une norme IAS/IFRS qui n’est
pas forcément applicable à l’élément en question un traitement par analogie. A titre
d’exemple, la norme IAS 2 « Stocks » ne précise pas le fait générateur de la
comptabilisation de l’entrée ou de la sortie des stocks. Ainsi, pour déterminer ce fait
générateur, il faudra se référer à la norme IAS 18 « Produits des activités
ordinaires » qui précise le fait générateur de la comptabilisation du chiffre d’affaires
qui est naturellement concomitante à la sortie des stocks ;
4. L’interprétation à la lumière des dispositions du cadre conceptuel de l’IASB : les
professionnels de la comptabilité font souvent appel à l’interprétation pour traiter
des thèmes comptables auxquels les trois sources précédentes n’apportent pas de
réponse claire. Dans la plupart des cas, il s’agit de sujets complexes qui nécessitent
une analyse approfondie et où la marge de subjectivité est importante.
L’interprétation représente, d’ailleurs, l’une des limites des IFRS.

4.2. La difficulté d’interprétation

Les normes IFRS se basent sur des principes plutôt que sur des règles. Mais dans la
pratique, les principes ont besoin d’être interprétés, d’où l’existence du comité
d’interprétation des normes de l’IASB qui se penche sur les interrogations les plus
6
récurrentes pour les éclaircir en publiant des interprétations .

Toutefois, les publications du Comité d’interprétation restent limitées par rapport au


nombre d’interrogations des utilisateurs. En effet, l’IASB est prudent à ce niveau car toute
interprétation publiée devient partie intégrante du référentiel IFRS et par conséquent, elle
est d’application obligatoire pour toutes les entreprises. En outre, l’IASB ne souhaite pas, à
notre avis, rompre avec l’esprit des normes IFRS et préfère poser des principes dont
l’interprétation peut être différente en fonction des réalités économiques des entreprises. En
effet, la complexité de la réalité rend difficile la définition de règles qui traiteraient de tous
les cas de figures possibles.

Si le recours à l’interprétation peut être perçu positivement par les utilisateurs dans la
mesure où il leur laisse une relative souplesse dans la définition des traitements comptables,
c’est surtout les organes de contrôle de l’entreprise et notamment les auditeurs qui n’y
trouvent pas leur intérêt.

6
SIC/IFRIC : interprétations des normes IAS/IFRS

21
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

En effet, l’expert-comptable dans son rôle de commissaires aux comptes peut faire face à
des situations où il n’existe pas de consensus sur le traitement comptable de telle ou telle
autre opération. A titre d’exemple, les normes IFRS ne précisent pas de seuil pour
l’application de certains traitements. Ainsi, des termes comme « la majeure partie »,
« éléments significatifs », « filiale importante »…utilisés à plusieurs reprises par les normes
IFRS peuvent être interprétés de façon différente d’une entreprise à une autre et d’une
personne à une autre. Souvent, l’expert-comptable est amené à user de son bon sens et de
son sens de communication pour convaincre l’entreprise.

Par ailleurs, cette difficulté a eu pour conséquence de créer des interprétations différentes
dans le traitement d’opérations similaires et ce, en fonction des positions, parfois
divergentes, adoptées par les grands cabinets d’audit ou encore en fonction des pratiques
généralement admises par chaque pays appliquant les IFRS. Cette situation est, bien
entendu, contraire à l’objectif des IFRS de rendre les états financiers comparables quelque
soit leur origine. Cette faiblesse est toutefois atténuée par l’obligation de fournir en annexes
des informations détaillées sur les principes comptables appliqués par chaque entreprise et
notamment les opérations particulières où celle-ci a dû recourir à l’interprétation.

Enfin, cette limite liée à l’interprétation des normes IFRS peut être vue sous un angle
positif car préciser une norme, tenter de l’objectiver, est illusoire face à la complexité de la
réalité. En fait, garder les normes comptables les plus simples possible renforce la prudence
et la responsabilisation des utilisateurs.

4.3. Un référentiel inadapté aux entités publiques

La question de l’application des normes internationales IFRS au secteur public ne se pose


pas de manière identique pour toutes ses composantes.
Dans son acception la plus large, le secteur public regroupe les entreprises publiques, les
collectivités territoriales, les établissements publics administratifs et assimilés et l’Etat. La
question qui se pose est de savoir si l’application des normes IFRS permet, compte tenu des
caractéristiques de ces entités, de donner une image fidèle de leur situation financière ?

Pour répondre à cette question. Il convient de distinguer deux principales catégories


d’entités publiques :
• Les entités fournissant des biens et des services à des consommateurs. Ces entités sont
en concurrence directe ou indirecte avec des producteurs privés et sont soumises aux
principales règles de gestion des entreprises privées. Cette catégorie regroupe aussi bien
des sociétés commerciales appartenant à des propriétaires publics (généralement l’Etat)
que des établissements publics industriels et commerciaux. Ces entreprises se trouvent

22
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

donc dans la même situation que les autres entreprises et sont, par conséquent,
concernées par les normes IFRS; et
• Les autres entités du secteur public qui ne sont pas directement concernées. La référence
au niveau du cadre conceptuel à la notion d’entreprise semble exclure du champ
d’application des normes produites par l’IASB toutes les entités publiques qui ne
répondent pas à la définition d’entreprises publiques. En outre, l’IASB a toujours refusé
d’examiner les questions relevant spécifiquement du secteur public. Une manifestation
récente de cette position est le champ des travaux de l’IFRIC sur les concessions et
opérations assimilées qui ne traite pas de la comptabilisation chez le concédant.

En conclusion, les IFRS sont des normes développées pour les entreprises. Elles ne peuvent
s’appliquer directement aux entités publiques non marchandes. Elles peuvent toutefois être
adaptées pour ces entités, ce qui nécessitera forcément de passer encore une fois par
l’interprétation.
Dans ce sens, le Conseil des normes comptables internationales du secteur public (IPSASB)
créé par l’IFAC se concentre sur les besoins de communication financière et comptable des
administrations locales, régionales et nationales, ceux des agences gouvernementales et de
leurs composantes. Le Conseil répond à ces attentes en publiant des normes et en facilitant
l’échange d’informations entre les comptables privés et ceux qui travaillent dans le secteur
public.

4.4. Un référentiel inadapté aux PME

Les IFRS sont aujourd’hui d’application obligatoire ou optionnelle au niveau des groupes et
plus particulièrement des groupes cotés. Toutefois, les PME s’en trouvent concernées dans
la mesure où les filiales et sous-filiales de ces groupes, appartenant parfois à cette catégorie,
doivent en effet se plier à l’exercice. De même, les groupes non cotés mais de taille
internationale et les sous-traitants vont certainement “devancer l’appel” pour des raisons de
comparabilité.

Toutefois, à la lecture des normes IFRS, on se rend rapidement compte qu’elles s’adressent
aux grandes entreprises et plus particulièrement aux groupes. En effet, la complexité des
traitements comptables et les multiples recommandations des IFRS de recourir à des
experts dans différents domaines pour traiter différentes opérations confirment cette vision
de l’IASB. Une vision qui dépasse de loin la complexité des sujets traités dans une PME et
les moyens qu’elle peut se permettre pour répondre aux exigences des IFRS.

L’IASB conscient de ce point, a lancé depuis juin 2004 un projet de normes pour les PME.
Le 15 février 2007, l’IASB a publié un exposé sondage (soumis à commentaires) relatif à

23
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

une norme internationale d’information financière pour les petites et moyennes entités
(IFRS for SMEs : small and medium entities). Cet exposé sondage (254 pages) représente
un ensemble simplifié et autonome de principes d’élaboration de l’information financière
pour des PME. Le volume est réduit de 85 % par rapport aux “full IFRS”. Les
modifications apportées sont fondées sur les besoins des utilisateurs et l’analyse
coûts/avantages. Certains thèmes ne sont pas traités car ils ne concernent pas les PME.
Lorsque les “full IFRS” présentent plusieurs options, seule la plus simple est retenue
(évaluation au coût amorti pour les immeubles de placement, les immobilisations
corporelles et incorporelles par exemple). L’entité pourra toutefois retenir une autre option
admise par les “full IFRS” en le précisant dans les notes annexes. Pour ce qui concerne les
instruments financiers, seuls deux modes de comptabilisation sont repris : évaluation au
coût amorti, et évaluation à la juste valeur par le biais du résultat.

Le référentiel pour les PME est structuré par sujet plutôt que par numéro séquentiel
d'IAS/IFRS. Il comprend une préface, 38 sections, un glossaire et une table de
correspondance.

4.5. L’instabilité du référentiel

L’instabilité du référentiel IFRS représente certainement l’une des principales difficultés


auxquelles font face les groupes passés aux IFRS. En effet, tant au cours de la période de
passage que par la suite, les groupes sont tenus d’assurer une veille normative et sont
obligés d’appliquer les dernières versions des normes IFRS en vigueur sous réserve
d’application des dispositions transitoires. Ceci suppose un effort permanent de formation
des équipes et de mise à niveau des procédures et systèmes.

7
A titre indicatif, sur les 49 normes IAS/IFRS publiées à aujourd’hui par l’IASB, 11 normes
IAS ont été abrogés et remplacés par d’autres normes. Par ailleurs, plusieurs normes ont
subi des révisions. Par exemple, la norme IAS 16 « Immobilisations corporelles »
approuvée en octobre 1981 a subi trois révisions en 1993, 1998 et 2002/2003.

Il est à noter toutefois, qu’à partir de 2004, le référentiel IFRS tend à se stabiliser et les
nouvelles normes publiées depuis traitent de nouveaux thèmes comptables non traités
auparavant (ex : IFRS 4 : Contrats d’assurance, IFRS 5 : Actifs détenus en vue de la vente
et activités abandonnées, IFRS 6 : Exploration et évaluation des ressources minières) ou
encore viennent compléter des normes existantes (ex : IFRS 7 : Instruments financiers –
Informations à fournir). Toutefois, la norme IFRS 8 « Segment Reporting » publiée en 2007

7
IAS n° 3, 4, 5, 6, 9, 13, 14, 15, 25, 30, 35

24
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

er
dont l’application est obligatoire pour les exercices ouverts à partir du 1 janvier 2009,
vient remplacer la norme IAS 14 « Information sectorielle ».

En définitive, les apports du modèle comptable IFRS et ses limites sont une source de
difficultés pour l’entreprise marocaine. En effet, la notion d’actif en IFRS, le concept de la
juste valeur, le principe de la prééminence de la réalité économique sur l’apparence
juridique ainsi que la difficulté d’interprétation ou encore l’instabilité du référentiel sont
autant d’éléments qui peuvent rendre difficile l’exercice de passage en IFRS.

Au niveau des immobilisations corporelles et incorporelles, les problématiques pratiques


sont nombreuses en raison notamment de la multiplicité des normes IFRS et interprétations
applicables (IAS16, IAS17, IAS20, IAS23, IAS36, IAS38, IAS40, IAS41, IFRS5,
IFRS6…).
Ainsi, afin de répondre de façon complète aux problématiques les plus répandues au niveau
des entreprises marocaines, nous avons limité notre analyse des difficultés pratiques
d’application des IFRS, au niveau du second chapitre, à quatre principaux thèmes, à savoir :

• Les charges portées à l’actif ;


• Les contrats de location-financement ;
• L’approche par composants ; et
• Les tests de dépréciation d’actifs.

Nous avons en outre abordé les questions relatives aux immeubles de placement et aux
actifs non courants destinés à la vente.

25
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Chapitre 2: Les difficultés liées à l’application des IFRS aux


immobilisations corporelles et incorporelles

Section 1 : Les charges portées à l’actif

Afin d’appréhender de façon organisée les difficultés inhérentes à l’application des IFRS
aux charges portées à l’actif (ou immobilisations en non valeurs), il convient de procéder à
une classification des ces charges en trois catégories :
 Charges portées à l’actif en règles marocaines (CGNC) maintenues à l’actif en normes
IFRS ;
 Charges portées à l’actif en règles marocaines portées en déduction de postes de passif
en normes IFRS ;
 Charges portées à l’actif en règles marocaines constatées directement en charges en
normes IFRS.

1.1. Charges portées à l’actif en règles marocaines maintenues à l’actif en normes


IFRS

Cette catégorie correspond aux frais d’acquisition des immobilisations.

En ce qui concerne les frais d’acquisition d’immobilisations, la norme IAS 16 considère


que le coût d’acquisition d’une immobilisation est constitué de son prix d’achat, y compris
les droits de douane et taxes non récupérables, après déduction des remises et rabais
commerciaux et de tous les coûts directement attribuables engagés pour mettre l’actif
en place et en état de marche en vue de l’utilisation prévue.

De ce fait, les frais d’acquisition des immobilisations sont considérés en normes IFRS
comme faisant partie du coût d’acquisition, comme pour tous les frais directement
attribuables.

Toutefois, sur le plan pratique, la détermination des coûts directement attribuables pose de
véritables difficultés dans la mesure où elle fait appel à un jugement personnel. En effet, la
limite entre ce qui est nécessaire pour mettre l’actif en place et en état de marche et ce qui
ne l’est pas, n’est pas toujours claire. Ainsi, les éléments de coût relatifs aux tests, à la
formation du personnel ou encore aux interventions des consultants sont souvent sujets à
discussion.

26
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

1.2. Charges portées à l’actif en règles marocaines portées en déduction de postes de


passif en normes IFRS

Cette catégorie comprend :


• Les frais d’augmentation de capital ;
• Les frais d’émission d’emprunts ; et
• Les primes de remboursement des obligations.

En normes IFRS, les frais d’augmentation de capital doivent obligatoirement être portés en
déduction des capitaux propres pour leur montant net d’impôt. En revanche, si l’opération
n’est pas menée à son terme, les coûts afférents doivent être portés en charges. En outre,
dans le cas d’opérations mixtes, c’est-à-dire comportant à la fois une composante de passif
et une composante de capitaux propres, les frais de la transaction seront constatés
directement en charges ou imputés sur les capitaux propres au prorata de la répartition du
produit de l’émission.

En cas d’opération d’acquisition d’une entreprise en cours à la clôture, le principe général


applicable à toutes les normes IFRS du « plus probable qu’improbable » s’applique. Par
conséquent, les frais répondant à la définition des frais d’émission devraient être déduits
des capitaux propres à la clôture s’il est probable que l’opération aboutira. Toute la
difficulté est d’apprécier ce degré de probabilité.

Parmi les coûts externes qui peuvent être engagés à l’occasion de ce type d’opérations, on
peut notamment citer les droits d’enregistrement et autres droits versés aux autorités de
réglementation, les sommes versées à des conseils juridiques, comptables ou autres conseils
professionnels, les droits de timbre…

En revanche, sont exclus, notamment, les coûts engagés lors de la cotation des actions sur
la bourse des valeurs, d’un placement d’actions sur un marché secondaire, d’une division
d’actions ou d’une distribution d’actions gratuites, et lors de la mise en place de plans de
stocks-options en faveur des salariés.

Quant aux frais d’émission d’emprunts, ils doivent être portés en déduction des passifs y
afférents. Les coûts accessoires ou coûts de transaction sont définis dans les normes IFRS
comme englobant les honoraires et commissions versés aux agents, conseils, courtiers, les
montants prélevés par les agences réglementaires et les bourses de valeurs ainsi que les
droits et taxes de transfert. En revanche, en sont exclus la prime de remboursement ou
d’émission de la dette, les coûts de financement et l’affectation des coûts internes
d’administration ou des frais de siège.

27
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

La comptabilisation de frais d’émission des emprunts en déduction des passifs y afférents


réduit le montant de ceux-ci et oblige ainsi à calculer un nouveau taux d’intérêt appelé Taux
d’Intérêt Effectif (TIE).

Le TIE est défini (IAS 39.9) comme le taux requis pour actualiser les flux attendus des
sorties de trésorerie futures jusqu’à l’échéance, et les rendre égaux à la valeur nette actuelle
de l’actif ou du passif financier, c’est-à-dire qu’il correspond au taux qui permet d’aboutir à
la juste valeur de l’emprunt diminué des frais d’émission correspondants.

L’application en normes IFRS de cette méthode du TIE revient obligatoirement à étaler les
frais d’émission d’emprunts sur les durées de ces derniers.

1.3. Charges portées à l’actif en règles marocaines constatées directement en charges


en normes IFRS

Cette catégorie comprend toutes les charges portées à l’actif en dehors des deux catégories
précédentes.

En normes IFRS, ces frais doivent obligatoirement être constatés en charges. En effet, la
norme IAS 38 « immobilisations incorporelles » donne des exemples de dépenses qui,
lorsqu’elles sont encourues, sont constatées immédiatement en charges (à l’exception du
cas particulier des regroupements d’entreprises) et cite notamment les frais d’établissement.

En ce qui concerne les charges à répartir sur plusieurs exercices, il convient de distinguer
les charges différées des charges à étaler. Les charges différées sont des charges
directement affectables à des productions futures de biens ou de services. Elles sont
différées en application du principe de rattachement des charges aux produits.

Les charges différées correspondent, en règles marocaines, aux charges engagées au cours
d’un exercice et dont l’enregistrement est différé lorsqu’elles se rapportent à des opérations
spécifiques à venir ayant de sérieuses chances de rentabilité globale.

En normes IFRS, les charges différées doivent être comptabilisées immédiatement en


charges. En effet, bien que les normes IFRS retiennent comme principe de base le
rattachement des charges aux produits, elles en limitent clairement la portée en précisant
(Cadre conceptuel) que « l’application du concept de rattachement n’autorise pas à
comptabiliser au bilan des articles qui ne satisfont pas à la définition des actifs ». En
d’autres termes, le mécanisme des charges différées n’a pas d’existence en tant que tel en
normes IFRS. Dès lors, il faut revenir à la définition et aux conditions de comptabilisation

28
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

des actifs en normes IFRS pour déterminer si une dépense peut être portée à l’actif. Il est
donc nécessaire d’effectuer une étude au cas par cas.

Les charges à étaler, qui correspondent en règles marocaines à des dépenses de caractère
général qui peuvent bénéficier à plusieurs exercices, reçoivent en IFRS le même traitement
que les charges différées.

En conclusion, le traitement des charges portées à l’actif ou de l’immobilisation en non


valeurs n’est pas si simple qu’on pourrait le supposer. Ainsi, l’idée répandue qui consiste à
les considérer comme des actifs fictifs et par conséquent, limite leur retraitement en IFRS à
une simple annulation est tout à fait erronée.

Les dispositions des IFRS en la matière présentées ci-avant montre l’importance de


l’analyse à mener avant de procéder au retraitement de l’immobilisation en non-valeurs
conformément aux IFRS. En effet, l’utilisateur des IFRS doit faire appel à ses
connaissances de plusieurs normes, à savoir : IAS 16 « Immobilisations corporelles », IAS
32/39 « Instruments financiers » et IAS 38 « Immobilisations incorporelles »… pour
trouver le traitement adéquat qu’il devra, ensuite, interpréter pour établir le traitement
pratique de la charge en question. Aussi, devra-t-il souvent utiliser son jugement pour
apprécier dans quelle mesure une charge est nécessaire pour amener un actif dans le lieu et
dans l’état où il doit se trouver ou encore à partir de quel moment il peut considérer une
opération comme plus probable qu’improbable.

C’est pourquoi, nous essaierons au niveau de la deuxième partie d’apporter des réponses
concrètes à des difficultés pratiques en la matière en proposant les reclassements adéquats
pour différentes catégories de charges.

29
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Section 2 : Les contrats de location-financement

Les contrats de location-financement sont traités par la norme IAS 17 « Contrats de


location ». Leur retraitement y apparaît comme une affirmation claire du principe de
« prééminence de la réalité économique sur l’apparence juridique ». En effet, la norme
distingue deux natures de contrats en fonction du degré d’attribution au bailleur ou au
preneur des risques et des avantages inhérents à la propriété de l’actif loué :
• Un contrat de location-financement transfère au preneur la quasi-totalité des risques et
avantages inhérents à la propriété de l’actif loué.
• Un contrat de location simple est tout contrat de location qui n’est pas un contrat de
location-financement.

Ainsi, la première catégorie des contrats doit faire l’objet d’un retraitement visant à traduire
la réalité économique suivante : la location constitue une modalité de financement de
l’acquisition de l’actif loué. L’opération est, par conséquent, assimilée à l’acquisition de
l’actif via une dette contractée auprès de la société de location-financement.

Sur le plan comptable, ce retraitement se traduit chez le preneur par la constatation, à la


date de mise en œuvre du contrat de location, du bien loué à l’actif du bilan en contrepartie
d’un passif sous forme d’une dette de location-financement pour le même montant. Quant à
la redevance de location, elle est assimilée à une échéance de la dette qu’il convient de
répartir entre charges d’intérêt à constater en résultat et principal à porter en déduction de la
dette.
Par ailleurs, le bien inscrit à l’actif est soumis à toutes les règles applicables aux actifs selon
les normes IFRS et en l’occurrence, IAS 16 « Immobilisations corporelles » et IAS 36
« Dépréciation d’actifs ». Les difficultés relatives à l’approche par composants et au
raisonnement par unité génératrice de trésorerie sont donc soulevées pour l’immobilisation
objet de la location au même titre que pour tous les autres actifs immobilisés de
l’entreprise.

Quant au bailleur, le traitement comptable est assimilé à une vente d’une immobilisation à
crédit et se traduit par la constatation d’une créance de location-financement en contrepartie
de la sortie de l’immobilisation en question. Quant aux produits de la location, ils sont
répartis en produits financiers et principal à constater en diminution de la créance.
Ceci étant, la première difficulté de mise en œuvre du retraitement des contrats de location-
financement porte sur l’identification desdits contrats. Le transfert de propriété in fine,
critère primordial utilisé par les entreprises pour la distinction des contrats de location, n’est
qu’un des exemples donnés par IAS 17 de situations qui conduiraient normalement à ce

30
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

qu’un contrat de location soit classé en tant que contrat de location-financement. D’autres
exemples (non exhaustifs) comprennent :
• les contrats donnant au preneur l’option d’acheter l’actif loué dans des conditions telles
que, dès le commencement du contrat, il existe une quasi certitude que l’option sera
levée ;
• les contrats qui couvrent la majorité de la durée de vie économique résiduelle de l’actif ;
• les contrats au titre desquels la valeur actualisée des paiements minimaux s’élève au
moins à la quasi-totalité de la juste valeur de l’actif ; ou
• les contrats concernant des actifs d’une nature tellement spécifique que seul le preneur
peut les utiliser sans leur apporter de modifications majeures.

Compte tenu de l’application, en substance, du seul critère énoncé ci-dessus d’identification


des contrats de location-financement par les entreprises qui retraitaient déjà ce type de
contrats pour les besoins d’établissement des comptes consolidés, le passage en IFRS
conduit souvent à retraiter un nombre plus important de contrats.

De la même manière, les précisions apportées par IAS 17 dans la détermination d’éléments
tels que le taux d’actualisation à utiliser, les paiements minimaux ou la durée d’un contrat
peuvent également aboutir à des traitements différents.

Ainsi, plusieurs questions peuvent être soulevées lors de l’analyse des contrats de location :
• Comment apprécier si un contrat de location transfère ou la non la quasi-totalité des
risques et avantages inhérents à la propriété de l’actif loué ?
• Doit-on tenir compte de l’existence d’une option de renouvellement du contrat dans la
détermination de la durée de ce dernier ?
• Comment sont déterminés les paiements minimaux au titre d’un contrat de location ?
• Existe-t-il un seuil chiffré de la valeur actualisée des paiements minimaux permettant de
déterminer si un contrat doit être qualifié de contrat de location simple ou de contrat de
location-financement ?
• La valeur résiduelle garantie du bien loué en fin de bail par le preneur au bailleur doit-
elle être prise en compte pour la détermination des paiements minimaux ?
• Comment classer un contrat de location portant sur un terrain seul ?
• Les contrats de location de terrains de très longue durée ne transférant pas la propriété au
preneur constituent-ils des contrats de location simple ou de location-financement ?
• Comment classer un contrat de location portant sur un ensemble immobilier ?
• Les baux commerciaux 3-6-9 constituent-ils des contrats de location simple ou des
contrats de location-financement ?
• Comment comptabiliser les contrats de cession-bail ?

31
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Les réponses à l’ensemble de ces questions seront apportées au niveau du second chapitre
de la deuxième partie.

Par ailleurs, l’interprétation IFRIC4 « Droits d’utilisation d’actifs : conditions permettant de


déterminer si un accord contient une location » introduit une difficulté supplémentaire dans
l’analyse des contrats de fourniture de biens et services. En effet, il arrive qu'une entité
(fournisseur) conclue un accord comprenant une transaction (ou une série de transactions)
qui n'a pas la forme juridique d'un contrat de location mais qui confère au client un droit
d'utilisation d'un actif de l'entité en échange d'un paiement ou d'une série de paiements.

L'objectif de l'interprétation IFRIC 4, publiée en décembre 2004, est donc de définir les
conditions dans lesquelles un contrat de fourniture de biens ou de prestations de services
comprend un contrat de location « caché » entrant dans le champ d'application de la norme
IAS 17, c'est-à-dire les conditions dans lesquelles le contrat octroie un « droit d'utilisation »
d'un actif. L'impact sur la comptabilisation de la transaction peut alors être significatif,
notamment en termes de présentation des états financiers et des ratios qui en découlent, si le
contrat de location «caché» constitue une location-financement au sens de la norme IAS 17.

En effet, dans ce cas :


• dans le bilan du preneur, l'application d'IFRIC 4 suivie d'IAS 17 entraîne une
augmentation de la dette financière ;
• dans les états financiers du bailleur/fournisseur, le chiffre d'affaires peut être diminué,
dès lors que le fournisseur n'est pas un fabricant distributeur des actifs considérés.

Ces conséquences comptables seront traitées plus en détail au niveau de la seconde partie.

Compte tenu de ce qui précède, des difficultés d’ordre organisationnelles et SI apparaissent.


En terme d’organisation, la mise en œuvre de la norme IAS 17 implique en particulier :
• La formation de tous les intervenants aux exigences des normes IFRS et en particulier
des opérationnels ;
• La participation des opérationnels à l’analyse des contrats ce qui peut conduire à la
décentralisation du retraitement comptable des contrats de location effectué souvent en
central afin d’être en mesure d’apprécier, au plus près des transactions, leur substance et
de déterminer les paiements minimaux.

Pour les entreprises concernées, les problématiques SI concerneront principalement les


applications informatiques liées :

32
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

• à la gestion des immobilisations : les entreprises devront tenir compte en particulier de la


nécessité de gérer un double référentiel (comptabilité marocaine et IFRS) ;
• à la comptabilité générale et analytique : les réflexions devront porter sur l’élaboration
d’outils permettant l’identification des contrats de location-financement et le calcul des
retraitements des contrats de location-financement ;
• au système de consolidation et de reporting groupe : il s’agit de revoir le système de
reporting pour présenter les informations qualitatives et quantitatives exigées par les
IFRS.

33
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Section 3 : L’approche par composants

La norme IAS 16 « Immobilisations corporelles » a été la première fois mise en application


en mars 1982. Elle a subi, depuis, de nombreuses modifications et sa dernière version
er
révisée est entrée en vigueur pour les exercices ouverts à partir du 1 janvier 2005.

Le principe de l’approche par composants prévu au niveau de cette norme rejoint, à notre
avis, l’esprit des normes IFRS qui ont pour objectif de coller au plus près à la réalité
économique des opérations. En effet, la complexité de cette réalité explique souvent la
complexité des traitements IFRS qui y sont associés. D’ailleurs, la décomposition en IFRS
est un traitement qui n’est pas uniquement appliqué aux immobilisations corporelles. Ainsi,
les normes IAS 32/39 font appel à plusieurs reprises à cette technique pour traiter par
exemple les passifs financiers hybrides ou encore les dérivés incorporés.

Le principe de l’approche par composants des immobilisations corporelles est pour partie
exposé dans les paragraphes 13 et 43 de IAS 16.

IAS 16.13 indique :


« Des parties de certaines immobilisations corporelles peuvent exiger un remplacement à
intervalles réguliers. Par exemple, au bout d’un certain nombre d’heures d’utilisation, il
peut être nécessaire de renouveler plusieurs fois le revêtement intérieur d’un four, ou bien
de renouveler plusieurs fois les intérieurs d’avions tels que les sièges et les cuisines au
cours de la vie de l’appareil. Des immobilisations corporelles peuvent également être
acquises pour effectuer un remplacement se produisant moins fréquemment, comme le
remplacement des murs intérieurs d’un immeuble ou pour effectuer un remplacement non
récurrent. Selon le principe de comptabilisation énoncé au paragraphe 7, une entité
comptabilise dans la valeur comptable d’une immobilisation corporelle le coût d’un
remplacement partiel au moment où ce coût est encouru, si les critères de comptabilisation
sont satisfaits. La valeur comptable des pièces remplacées est décomptabilisée selon les
dispositions de décomptabilisation énoncées dans la présente norme ».

IAS 16.43 précise que : « Chaque partie d’une immobilisation corporelle ayant un coût
significatif par rapport au coût total de l’élément doit être amortie séparément ».

Les dispositions de IAS 16 conduisent à comptabiliser et à amortir différents composants


pour une immobilisation corporelle lorsque :
• Les différents composants d’un actif ont des durées d’utilité différentes ; ou

34
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

• Les différents éléments de l’immobilisation corporelle procurent des avantages à


l’entreprise selon un rythme différent nécessitant l’utilisation de taux et de modes
d’amortissement différents.

La comptabilisation d’une immobilisation corporelle selon l’approche par composants


suppose que:
• Chaque élément est comptabilisé distinctement ;
• Chaque élément est amorti sur sa propre durée d’utilité.

IAS 16.9 dispose que : « La présente Norme ne prescrit pas l’unité d’évaluation pour la
comptabilisation, c’est-à-dire ce qui compose une immobilisation corporelle. Ainsi, il est
nécessaire de faire preuve de jugement pour appliquer les critères de comptabilisation aux
circonstances particulières à l’entité. Il peut être approprié de regrouper des éléments de
faible valeur individuelle, tels que les moules, outils et matrices et d’appliquer les critères à
la valeur globale ».

Donc, pour décomposer une immobilisation, le jugement est nécessaire afin de tenir compte
des spécificités de l’entreprise. Il peut être approprié, comme indiqué par la norme, de
regrouper des éléments de faible valeur individuelle et ayant des durées d’utilité identiques.

Par contre, dans certains cas, il est plus approprié de répartir le coût total d’un actif entre
ses différents éléments constitutifs et de comptabiliser chaque élément distinctement. Tel
est le cas lorsque les différents composants d’un actif ont des durées d’utilité différentes ou
lorsqu’ils procurent des avantages à l’entreprise suivant un rythme différent ou nécessitant
l’utilisation de taux et de modes d’amortissement différents.

Dans la pratique, la mise en place de l’approche par composants pose plusieurs difficultés à
différents niveaux. La première difficulté est souvent l’absence d’un inventaire physique à
jour des immobilisations corporelles qui constitue un pré requis à la mise en place de
l’approche par composants. C’est pourquoi, il est recommandé que toute entreprise qui
planifie un passage aux IFRS puisse lancer ce chantier suffisamment à l’avance.

Ensuite, la difficulté est d’ordre technique dans la mesure où l’entreprise doit :


• identifier les immobilisations corporelles à décomposer ;
• déterminer les composants significatifs de chaque immobilisation ;
• affecter une valeur à chaque composant ;
• définir une durée d’utilité pour chaque composant ;
• Modifier le système d’information pour prendre en charge ces nouveaux besoins…

35
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Bien entendu, la difficulté de cet exercice est d’autant plus importante qu’il s’agit
d’immobilisations anciennes pour lesquelles il n’existe pas suffisamment d’informations.
C’est souvent le cas des entreprises ayant connues des opérations de regroupements par le
passé.

En effet, la comptabilisation distincte des différents éléments constitutifs d’une


immobilisation peut rapidement transformer la comptabilisation d’une acquisition d’un
immeuble en un exercice difficile. Par exemple, le gros œuvre, toiture, gros équipements…
n’ont pas une durée de vie identique et devraient par conséquent être comptabilisés sur des
lignes d’immobilisations distinctes et amorties séparément.
Cette difficulté technique génère une difficulté d’ordre organisationnel. Au même titre que
les sujets liés aux instruments financiers et aux avantages du personnel, la mise en place de
l’approche par composants tire, entre autres, sa complexité de la nécessité de faire
intervenir un certain nombre d’experts en interne et en externe. En effet, elle suppose
l’implication de personnes externes au département comptable et financier (techniciens,
ingénieurs, …) et d’autres externes à l’entreprise (cabinet d’expertise immobilière,
consultants SI…). Aussi, la mobilisation des équipes et la coordination de leurs travaux
créent-elles une réelle difficulté d’ordre organisationnel.

Enfin, la mise en œuvre de l’approche par composants nécessite la mise en place d’un
système d’information dédié au suivi des immobilisations corporelles et dont les principales
fonctionnalités sont les suivantes :
• Suivi des entrées et sorties de biens ;
• Suivi des immobilisations en cours ;
• Gestion d’un double plan d’amortissement (local et IFRS) ;
• Gestion des provisions pour amortissements dérogatoires ;
• Calcul de l’assiette pour la Patente et Taxe Urbaine ;
• Passation des écritures en comptabilité générale ;
• Préparation des documents pour l’annexe ;
• Suivi des répartitions analytiques propres à l’entreprise ;
• Contribution aux budgets via des états prévisionnels.

Ainsi, il faudra à la fois vérifier la compatibilité de chacun de ces points avec les exigences
liées aux nouvelles méthodes, mais également les possibilités du système à gérer le
changement de méthode.

En effet, ce changement de méthode nécessite un traitement rétroactif du parc des


immobilisations existantes, ce qui induit des difficultés techniques importantes qu’il

36
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

conviendra d’envisager au plus tôt afin de s’orienter soit vers une mise à jour du système
existant, soit vers un remplacement complet de celui-ci.

Ainsi, nous essaierons au niveau de la seconde partie d’apporter une réponse concrète à ces
difficultés en proposant une démarche pratique pour la mise en place de l’approche par
composants.

37
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Section 4 : Les tests de dépréciation d’actifs

Selon l’option retenue par l’entreprise, les immobilisations corporelles et incorporelles


doivent être évaluées en IFRS soit au coût amorti (valeur d’entrée diminuée des
amortissements et des éventuelles pertes de valeur) soit à leur juste valeur.

Si l’entreprise opte pour l’évaluation de ces immobilisations au coût amorti (option le plus
souvent retenue par les groupes), elle est naturellement appelée à vérifier que le coût amorti
de ces immobilisations corporelles et incorporelles n’excède pas leur valeur recouvrable.

Compte tenu de l’importance du sujet et des enjeux que peut présenter cette dépréciation
pour les entreprises, l’IASB y a consacrée une norme complète. Il s’agit de la norme
IAS 36 « Dépréciation d’actifs ».

Cette norme traite, en plus des immobilisations corporelles et incorporelles, de la


dépréciation du Goodwill (ou Ecart d’acquisition) et des titres mis en équivalence pour les
besoins d’établissement des comptes consolidés.

4.1. Actifs devant être testés uniquement en présence d’indication de perte de valeur

En présence d’un indice de perte de valeur, les actifs corporels et incorporels à durée de vie
définie (donc amortissables) doivent faire l’objet d’un test de dépréciation.

Les indices de perte de valeur devant être pris en considération doivent être recherchés à
partir de sources d’information externes (baisse de la valeur de marché d’un actif au delà du
simple fait du passage du temps ou de son utilisation normale, modifications importantes
pouvant affecter négativement l’entité, augmentation des taux d’intérêts ou de tout autre
taux de rendement qui pourrait affecter le taux d’actualisation utilisé dans la valeur d’usage,
valeur comptable de l’actif net de l’entité supérieure à sa capitalisation boursière…) et de
sources d’information internes (preuves de l’obsolescence ou du mauvais état d’un actif,
changements importants déjà survenus ou attendus à court terme qui ont un effet négatif sur
l’actif, indications données par le système d’information interne que le rendement de l’actif
est ou va être plus faible que prévu…).

4.2. Actifs devant être testés de manière systématique

Les actifs qui doivent être testés de façon systématique sont :

38
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

• Les immobilisations incorporelles à durée d’utilité indéfinie (non amortissables) comme


par ex : les fonds commerciaux, les marques, brevets,…
• Le Goodwill (au niveau des comptes consolidés).

Ces actifs doivent être étudiés au moins annuellement de façon systématique et à une date
fixe. Par ailleurs, à chaque arrêté de comptes, une revue des indices de dépréciation
éventuelle des goodwills et actifs incorporels à durée de vie indéterminée doit être
effectuée. Le test annuel systématique n’exonère pas l’entité de réaliser un test en date
d’arrêté des comptes, notamment s’il y a un indice de perte de valeur à cette date.

Dans le cadre de l’établissement du bilan d’ouverture, ces actifs doivent faire l’objet d’un
test de dépréciation à la date de transition.

4.3. Niveau du test

La plupart des actifs ne pouvant être testés de manière indépendante, notamment les
goodwills, il convient de déterminer le niveau auquel les tests seront pratiqués.

La mise en oeuvre de ces tests impliquera qu’un découpage, via une segmentation la plus
fine possible de l’entité (notion d’UGT), soit effectué.

Les dispositions de la Norme fournissent un cadre de départ à travers la définition de


l’« UGT » : c’est le plus petit groupe d’actifs qui génère des entrées de trésorerie largement
indépendantes des entrées de trésorerie venant d’autres actifs ou groupe d’actifs.

Ainsi, chaque entité doit identifier ses propres UGT, ce qui nécessite une part de jugement.
Le découpage de l’entreprise en UGT suppose que l’entité soit en mesure de produire des
business plans par UGT.

4.4. Allocation du Goodwill aux UGT

Pour les besoins des tests de dépréciation et à compter de la date d’acquisition, le Goodwill
acquis dans un regroupement d’entreprises doit être affecté à chacune des unités
génératrices de trésorerie de l’acquéreur ou à chacun des groupes d’unités génératrices de
trésorerie susceptibles de bénéficier des synergies du regroupement d’entreprises.

39
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

4.5. Affectation des actifs de support

Les actifs de support incluent les actifs du groupe ou des divisions tels que l’immeuble du
siège social de l’entité ou d’une division, les équipements informatiques ou un centre de
recherche. Les caractéristiques essentielles des actifs de support sont qu’ils ne génèrent pas
d’entrées de trésorerie de façon indépendante des autres actifs ou groupes d’actifs et que
leur valeur comptable ne peut être attribuée en totalité à une seule unité génératrice de
trésorerie dans la mesure où ils sont utilisés par l’ensemble de l’entreprise.

Par conséquent, ces actifs doivent être affectés, de façon raisonnable et cohérente, aux
différentes UGT auxquelles ils contribuent.

4.6. Contenu de l’UGT

L’UGT inclut tous les actifs qui génèrent ou sont utilisés pour générer les flux d’entrée de
trésorerie. Son contenu doit permettre une parfaite homogénéité des périmètres : « valeur
nette comptable de l’UGT » et « flux prévisionnels de l’UGT ». Ainsi des actifs hors
exploitation ne doivent pas être retenus dans le contenu de l’UGT. En outre, l’UGT doit
tenir compte de tous les éléments pris en considération dans le calcul de la valeur
recouvrable.

De façon concrète, la valeur comptable de l’UGT à tester correspond à la somme de :


• La valeur nette comptable des immobilisations incorporelles ;
• La valeur nette comptable des immobilisations corporelles ;
• Le BFR d’exploitation (Stocks + Créances d’exploitation – Dettes d’exploitation) ;
• Actifs de support ; et
• Le Goodwill. S’il existe des intérêts minoritaires dans l’UGT à laquelle le goodwill a été
alloué, la valeur nette comptable de l’UGT doit être ajustée pour intégrer la quote-part
des minoritaires dans le goodwill avant d’être comparée à la valeur recouvrable de
l’UGT. En effet, le goodwill comptabilisé ne correspond qu’à la quote-part acquise,
alors que la valeur recouvrable représente la totalité de la valeur de l’unité. En revanche,
le calcul de la dépréciation du goodwill doit distinguer la part relative aux intérêts de
l’entité-mère et celle relative aux intérêts minoritaires, seule la première (quote-part de
l’entité-mère) étant comptabilisée.

40
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

4.7. Comptabilisation des pertes de valeur

Une perte de valeur doit être comptabilisée si la valeur recouvrable d’une UGT est
inférieure à sa valeur comptable.

La valeur recouvrable d’une UGT est la valeur la plus élevée entre sa juste valeur diminuée
des coûts de la vente et sa valeur d’utilité (la valeur actualisée des flux de trésorerie futurs
susceptibles de découler de l’UGT).

Dans la pratique, il est difficile de déterminer la juste valeur d’une UGT. Ainsi, le test de
dépréciation consiste, le plus souvent, à comparer la valeur comptable de l’UGT à sa valeur
d’utilité (somme actualisée des cash-flows qu’elle devrait générer). Ainsi, s’il s’avère que
cette dernière est supérieure à la valeur comptable, l’entreprise n’aura pas besoin de
déterminer la juste valeur.

4.8. Affectation de la perte de valeur aux éléments constitutifs de l’UGT

La perte de valeur constatée sur une UGT doit venir en réduction de la valeur nette
comptable des actifs de l’unité dans l'ordre suivant :

• Tout d’abord, réduction de la valeur nette comptable de tout goodwill affecté à l’unité
génératrice de trésorerie ou au groupe d’unités (si l’unité n’est pas détenue à 100% par
l’entreprise, la valeur de l’UGT aura été préalablement augmentée de la part des
minoritaires dans le goodwill et la perte de valeur est répartie entre part minoritaire et
part groupe, seule la dernière étant comptabilisée en diminution du goodwill) ; et
• Ensuite, réduction de la valeur des autres actifs de l'unité au prorata de la valeur nette
comptable de chaque actif dans l'unité sans que celle-ci puisse descendre en dessous de
la juste valeur nette des frais de vente ou de la valeur d’utilité d’un actif pris
individuellement.

4.9. Reprise d’une perte de valeur d’une UGT

• Aucune reprise de dépréciation n’est autorisée sur le goodwill. Les pertes de valeur
comptabilisées sur le goodwill sont définitives.
• Concernant les autres actifs, la nouvelle valeur recouvrable de l’actif déprécié doit être
déterminée s’il existe un indice montrant qu’une perte de valeur antérieurement
comptabilisée est susceptible de ne plus exister ou d’avoir diminué.

41
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

La reprise d'une perte de valeur d'une unité génératrice de trésorerie doit être affectée aux
actifs de l’unité, à l’exception du goodwill, au prorata des valeurs nettes comptables de ces
actifs. Ces augmentations de valeurs nettes comptables doivent être traitées comme des
reprises de pertes de valeur d'actifs isolés et comptabilisées comme telles.

Lors de la répartition d'une reprise de perte de valeur d'une unité génératrice de trésorerie,
la valeur nette comptable d'un actif ne doit pas être augmentée au-delà du plus faible :
(a) de sa valeur recouvrable (si on peut la déterminer) ; et
(b) de la valeur nette comptable qui aurait été déterminée (nette des amortissements) si
aucune perte de valeur n'avait été comptabilisée pour l'actif au cours d'exercices antérieurs.

4.10. Détermination de la valeur d’utilité d’une UGT

Taux d’actualisation

Le taux d’actualisation est un taux avant impôt qui reflète l’appréciation courante du
marché de:
(a) la valeur temps de l’argent; et
(b) les risques spécifiques à l’actif pour lequel les estimations de flux de trésorerie futurs
n’ont pas été ajustées.

Selon la norme IAS 36, ce taux devrait correspondre au taux de rendement que des
investisseurs demanderaient s’ils avaient à choisir un placement qui générerait des flux de
trésorerie dont le montant, l’échéancier et le profil de risques seraient équivalents à ceux
que l’entité s’attend à obtenir de l’actif.

Cash-flows actualisés

La durée prévisionnelle explicite retenue pour effectuer les tests de dépréciation ne devrait
pas dépasser 5 ans. Au-delà de 5 ans, un cash flow normatif doit être retenu pour le calcul
de la valeur terminale.

Une durée prévisionnelle supérieure à 5 ans peut être retenue si elle justifiée (ex : sociétés
minières pour lesquelles les prévisions sont établies pour toute la durée d’exploitation de la
mine).
Enfin, pour la détermination des cash-flows prévisionnels, la norme IAS 36 prévoit que les
flux de trésorerie futurs doivent être estimés pour un actif dans son état actuel. Les
estimations des flux de trésorerie futurs ne doivent pas inclure des entrées ou des sorties de
trésorerie futures estimées susceptibles de résulter:

42
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

• d’une restructuration future dans laquelle l’entreprise ne s’est pas encore engagée; ou
• de l’amélioration ou de l’accroissement de la performance de l’actif.

Bien que l’IASB a consacré une norme entière pour traiter de la question de la dépréciation
d’actifs, des difficultés pratiques de mise en œuvre des tests de dépréciation sont
rencontrées par les entreprises. Ainsi, le plus souvent, on est amené à se poser les questions
suivantes :
• Comment identifier les unités génératrices de trésorerie ?
• Dans quelles circonstances doit-on changer l’affectation du goodwill aux UGT pour les
besoins des tests de dépréciation ?
• Peut-on déterminer la juste valeur nette des frais de cession d’un actif ou d’une UGT à
partir d’un modèle de flux futurs de trésorerie actualisés prenant en compte les
hypothèses du marché (« discounted cash flows » - DCF) ?
• Que signifie réellement la définition du taux d’actualisation donnée par la norme ?
existe-t-il une formule à utiliser ?
• Doit-on exclure dans tous les cas l’effet des restructurations ou d’investissements
significatifs non engagés pour le calcul de la valeur recouvrable d’un actif (ou d’une
UGT) ?
• Est-il possible de reprendre en totalité les dépréciations des titres mis en équivalence, y
compris la part relative au goodwill ?

Nous apporterons les réponses à l’ensemble de ces questions au niveau du second chapitre
de la deuxième partie.

43
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Section 5 : Autres problématiques liées à la classification et


l’évaluation des immobilisations

5.1. Immeubles de placement

On entend par immeuble de placement des biens immobiliers (terrains ou constructions)


détenus soit pour en retirer des loyers, soit pour valoriser le capital, plutôt que de l’utiliser
dans le cadre de l’activité ordinaire.

La norme IAS 40 « Immeubles de placement » définit le traitement comptable de ces


immeubles et les dispositions en matière d’informations à fournir. Ainsi, l’entreprise devra
choisir soit d’appliquer l’option de l’évaluation de ces immeubles au coût amorti soit
d’appliquer l’option de la juste valeur en constatant les variations de celle-ci en résultat.
Ainsi, l’option de la réévaluation régulière via les capitaux propres prévue par IAS16 ne
peut être appliquée aux immeubles de placement. Si l’entreprise choisit la première option,
elle devra tout de même fournir une indication sur la juste valeur au niveau des annexes.

Généralement, l’application des dispositions de la norme IAS40 ne pose pas de difficultés


majeures en dehors de la nécessité de faire appel à des experts immobiliers pour
l’évaluation des terrains et constructions identifiés en tant qu’immeubles de placement.

Toutefois, on est souvent amené à se poser les questions suivantes :


• Pour les entreprises dont l’activité principale consiste en la location de biens
immobiliers, peut-on considérer les immeubles loués comme des immeubles de
placement ?
• Peut-on considérer les clubs de vacances loués par l’entreprise à son personnel comme
des immeubles de placement ?
• Si l’entreprise détient un immeuble en location qu’elle a loué à son tour à un tiers. Peut
elle classer cet immeuble en tant qu’immeuble de placement ?

5.2. Actifs non courants destinés à la vente

La complexité des normes IFRS n'est pas uniquement cantonnée dans les normes sur les
instruments financiers, les engagements sociaux, les stock-options… Les entreprises
marocaines doivent aussi faire l'apprentissage de normes de présentation et d'information,
sans équivalent dans la réglementation comptable marocaine, qui peuvent soulever des
problèmes d'application pratique.

44
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

La norme IFRS 5 publiée en mars 2004, en remplacement de la norme IAS 35, sur les actifs
à vendre et les activités cédées ou à céder, en fait partie. Sa complexité résulte notamment
du fait qu’elle soit basée sur des concepts d'actifs ou d'activités définis dans le seul cadre de
cette norme.

8
L'IFRS 5 prévoit que les actifs non courants ou les groupes d'actifs à céder sont présentés
au bilan en tant qu'actifs à céder et cette classification enclenche un test de dépréciation sur
la base du prix de vente prévu.

Un actif non courant est défini par la norme IFRS 5 de manière négative : il s'agit des actifs
qui ne sont pas des actifs courants. Un actif courant se qualifie en tant que tel s'il remplit
l'une des conditions suivantes :
(a) c'est un élément du cycle d'exploitation et, à ce titre, il sera réalisé (créance client),
vendu (stock de produits finis) ou consommé (stocks de matières premières) dans le cadre
de ce cycle ;
(b) il s'agit d'un élément acquis dans la perspective de réaliser une plus-value ;
(c) sa réalisation doit intervenir dans un délai de douze mois ;
(d) l'élément fait partie de la trésorerie ou est un équivalent de trésorerie.

Comme IFRS 5 exclut de son champ les instruments financiers, les actifs d'impôt différé,
les placements immobiliers et les actifs biologiques (uniquement lorsque ces deux dernières
catégories sont évaluées à la juste valeur), les actifs non courants de la norme IFRS 5
recouvrent ainsi principalement les immobilisations corporelles et les immobilisations
incorporelles, ainsi que les placements immobiliers et les actifs biologiques lorsque ces
derniers sont évalués au coût historique. Ainsi, seuls certains des postes du bilan classés
comme non courants sont susceptibles d'être présentés en tant qu'actifs à céder.

Mais la classification au bilan en tant qu'actif à céder ne se limite pas à des actifs non
courants isolés. Elle concerne aussi les groupes d'actifs. Il s'agit alors de l'ensemble des
actifs (et pas seulement des actifs non courants) et des passifs liés à ces actifs qui doivent
être cédés dans le cadre d'une opération unique de vente. Le paragraphe 4 de la norme
précise que ce groupe peut correspondre à plusieurs unités génératrices de trésorerie, à une
seule unité ou à une fraction seulement d'une unité. Dans ce dernier cas, le fait même de
désigner cette fraction de groupe d'actifs à vendre la qualifie de nouvelle unité génératrice
de trésorerie.

8
Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées

45
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Une autre partie de la norme IFRS 5 porte sur la présentation au compte de résultat des
produits et des charges issus d'une composante cédée au cours de la période ou en voie
d'être cédée. Ces flux sont en effet regroupés sur une seule ligne au compte de résultat. Une
composante est définie comme une activité engendrant des produits, des charges, des flux
de trésorerie qui peuvent être clairement distingués du reste des activités de l'entité, du
point de vue opérationnel et dans l'information de gestion. Le paragraphe 31 ajoute que,
avant qu'elle ne soit vendue ou à céder, une composante était une unité génératrice de
trésorerie ou plusieurs unités génératrices de trésorerie.

Mais la présentation spécifique du compte de résultat prévue par IFRS 5 n'est requise que si
la composante représente une activité ou une zone géographique distincte et essentielle, ou
bien fasse partie d'un plan coordonné visant à céder une activité ou une zone géographique
distincte et essentielle. Elle est également requise lorsque la composante est une filiale
acquise exclusivement dans la perspective d'une cession.

Lors de l’application de la norme IFRS 5, certaines interrogations sont le plus souvent


soulevées :
• Existe-t-il une autonomie entre les règles de présentation au bilan des actifs non courants
destinés à la vente et celles relatives à la présentation du résultat des activités
abandonnées au niveau du compte de résultat ?
• Peut-on reclasser, au niveau des comptes consolidés, les titres mis en équivalence en
actifs non courants destinés à la vente ?
• Comment traiter, au niveau des comptes consolidés, les créances et les dettes intra-
groupes relatives à des actifs non courants à reclasser en destinés à la vente et les passifs
y afférents ?

Afin d’illustrer cette dernière difficulté, on peut citer l’exemple d’un groupe qui décide de
céder une filiale dont les actifs, y compris l’écart d’acquisition, contribuent pour 1 200 dans
les actifs consolidés du groupe et les passifs, y compris les intérêts minoritaires, contribuent
pour 950 dans les passifs du bilan consolidé, selon le détail suivant :
• Ecart d’acquisition 100
• Immobilisations 300
• Stocks, clients 800
Total des actifs 1 200

• Intérêts minoritaires 50
• Dettes financières nettes 200
• Autres dettes 700
Total des passifs 950

46
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

On suppose que cette cession future remplit les conditions requises par la norme IFRS 5
pour que les actifs et les passifs de la filiale soient présentés au bilan en tant que groupe
d’actifs à céder. En effet, cette filiale est disponible pour une cession immédiate et sa vente
est très probable, selon le sens donné par la norme IFRS 5 à ce critère de probabilité. Dès
lors, le total des actifs provenant de cette filiale, soit 1 200, et le total de ses passifs, soit
950, sont positionnés sur deux lignes distinctes de l’actif courant et du passif courant du
bilan consolidé. Une telle présentation a l’avantage de permettre de connaître la valeur nette
comptable de la filiale à céder, ce qui n’aurait pas été possible si les postes du bilan de la
filiale étaient restés confondus avec les autres actifs et passifs du groupe.

Le lecteur du bilan sait aussi que la cession devrait engendrer une entrée de trésorerie au
minimum de 250, en contrepartie de la disparition des actifs et passifs de la filiale. Par
exemple, si le prix de cession est de 280, l’opération engendrera un résultat de cession de
30.

Une telle lecture des postes du bilan, dont on peut penser qu’elle est l’un des objectifs de la
norme IFRS 5, est néanmoins erronée à chaque fois qu’il existe des créances et des dettes
intra-groupes entre la filiale à céder et les autres entités du groupe. Supposons que la
société mère finance sa filiale par une avance de 100. Cette avance est éliminée dans les
comptes consolidés de sorte qu’elle n’est pas reflétée dans les passifs de la filiale regroupés
sur la ligne ad hoc du bilan consolidé. Pourtant, la prise en compte de cette dette de la
filiale est nécessaire pour déterminer la valeur nette comptable réelle de la filiale à céder.
Dans notre cas, la valeur nette comptable est ramenée de 250 à 150.

Ainsi, pour un prix de vente de 280, la plus-value du groupe est de 130 et non de 30.
A l’inverse, si la société mère s’était endettée auprès de sa filiale, la valeur nette comptable
de la filiale serait supérieure à celle déterminée grâce aux postes actifs et passifs à céder.
L’écriture comptable relative à la cession est la suivante, si l’avance n’a pas été comprise
dans les passifs à céder :
Débit Crédit
Passifs à céder 950 -
Actifs à céder - 1 200
Trésorerie 280 -
Avance de la société mère 100 -
Résultat de cession - 130
1 330 1 330

47
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Section 6 : Les apports de la norme IFRS 1

Pour l’adoption des IFRS pour la première fois, le principe consiste à ce que l’entreprise
applique, de façon rétrospective, l’ensemble des normes IAS/IFRS et les interprétations
applicables à la date de transition à l’ensemble de ces opérations passées.

Sur le plan pratique, cet exercice peut s’avérer particulièrement difficile notamment pour le
retraitement des anciennes opérations pour lesquelles l’entreprise ne dispose pas forcément
de toutes les informations nécessaires.

Face à cette situation, et afin de faciliter le passage aux normes IFRS, l'IASB a décidé, le 19
juin 2003, de remplacer la SIC-8 par l'IFRS 1 « First-time adoption of International
Financial Reporting Standards » (première application des normes d'information financière
internationales). Cette norme autorise, dans certains domaines, des exemptions limitées à
l’exigence du retraitement rétrospectif et ce, pour des raisons pratiques ou lorsque les coûts
de conformité risquent de surpasser les avantages procurés aux utilisateurs des états
financiers.

Concernant les immobilisations corporelles et incorporelles, la norme IFRS 1 prévoit les


exemptions suivantes :

Juste valeur ou réévaluation utilisée comme coût présumé

Selon cette exemption, une entité peut décider d'évaluer une immobilisation corporelle à la
date de transition aux IFRS à sa juste valeur et utiliser cette juste valeur en tant que coût
présumé à cette date. Ainsi, la norme IFRS 1 permet d’effectuer des réévaluations
sélectives des immobilisations corporelles même si l’entreprise a choisie d’appliquer le
modèle du coût amorti pour l’évaluation de ces immobilisations corporelles au cours des
exercices à venir. Bien entendu, cette possibilité est limitée à la première application des
IFRS et toute réévaluation ultérieure n’est pas permise si l’entreprise a retenue l’option du
coût amorti.
Cette exemption peut être également appliquée aux immobilisations incorporelles et aux
immeubles de placement.

Passifs relatifs au démantèlement inclus dans le coût d'une immobilisation corporelle

Selon les dispositions de la norme IAS 37 « Provisions, actifs et passifs éventuels », si


l’entreprise a un engagement de démantèlement et de remise en état de sites, elle doit
constater cet engagement sous forme d’une provision pour démantèlement au passif en

48
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

contrepartie d’un actif de démantèlement. La provision, correspondant à la valeur actualisée


des frais estimés pour l’opération future de démantèlement, doit faire l’objet d’une révision
à chaque date de clôture compte tenu de la durée restant à courir (effet de la
désactualisation) et de la révision du coût de démantèlement le cas échéant.

L’application du principe général de la rétroactivité des normes IFRS impliquerait donc que
l’entreprise revienne à la date de naissance de l’obligation de démantèlement et de suivre
l’évolution de la provision tout au long des périodes séparant cette date de la date de
transition aux IFRS.

Ce retraitement, étant particulièrement difficile voire impossible dans certains cas, la norme
IFRS 1 permet que l’évaluation de la provision pour démantèlement soit effectuée à la date
de transition sans tenir compte du passé. L’actif de démantèlement est ainsi amorti sur sa
durée d’utilité résiduelle (durée séparant la date de transition de la date effective de
démantèlement).

Contrats de location

Cette exemption s’applique particulièrement aux dispositions de l’interprétation IFRIC 4


« Droits d'utilisation d'actifs : conditions permettant de déterminer si un accord contient une
location ».

L’application rétrospective de cette interprétation consisterait à se situer à la date


d’acceptation du contrat, puis effectuer l’analyse du contrat sur la base des conditions et des
circonstances existant à cette date pour décider si le contrat contient effectivement une
location-financement.

Afin d’éviter ce retraitement qui peut s’avérer particulièrement difficile sur la plan pratique,
la norme IFRS1 permet d’effectuer cette analyse à la date de transition sur la base des
conditions et circonstances existant à cette date.

49
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Conclusion de la première partie

En conclusion, les problématiques liées aux immobilisations dans le contexte d’une


conversion aux IFRS peuvent être regroupées autour de deux axes :

• Il s’agit en premier des différences fondamentales existant entre le modèle comptable


marocain et le modèle IFRS. Ainsi, si le premier considère la comptabilité comme la
traduction de faits juridiques, il en est tout à fait autre chose en IFRS où il importe que la
comptabilité puisse traduire des réalités économiques.

Cette différence de logique comptable induit des divergences quant à l’application des
IFRS aux immobilisations corporelles et incorporelles. Ces divergences existent à
différents niveaux, à savoir :
9 la définition des actifs : la propriété ne constitue pas en IFRS le critère
déterminant pour constater un actif. Ainsi, des actifs en location-
financement doivent être constatés à l’actif de l’entreprise contrairement aux
immobilisations en non valeurs qui ne répondent pas à la définition d’un
actif ;
9 l’évaluation des actifs : le coût historique ne constitue plus la seule
possibilité pour l’évaluation des immobilisations. L’entreprise peut opter
pour une évaluation à la juste valeur ;
9 la comptabilisation des actifs : elle n’est pas systématique en IFRS, des
critères relatifs à la probabilité d’entrée d’avantages économiques et à la
fiabilité de l’évaluation devant être remplis.

• Puis, la complexité de certaines dispositions des normes IFRS dont la mise en œuvre
nécessite de faire appel à des compétences particulières. Dans ce sens, la mise en place
de l’approche par composants (IAS 16) et la réalisation des tests de dépréciation
(IAS 36) constituent l’une des principales difficultés rencontrées par les entreprises pour
la mise en œuvre des IFRS au niveau des immobilisations.

Pour limiter les difficultés relatives à une première application des IFRS, la norme IFRS 1 a
apporté quelques simplifications en proposant des exemptions au principe du retraitement
rétrospectif de l’historique des opérations comptables de l’entreprise. Toutefois, les
exemptions offertes par la norme IFRS1 demeurent très limitées et par conséquent,
l’entreprise devra rechercher des solutions pratiques pour la mise en œuvre des IFRS.

50
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

P a r t i e I I - Solutions aux difficultés de mise en œuvre des IFRS


au niveau des immobilisations

Introduction de la seconde partie

Après avoir présenté les problématiques relatives à l’application des IFRS aux
immobilisations de l’entreprise marocaine, il convient, au niveau de la seconde partie, d’y
apporter des solutions concrètes.

Pour ce faire, nous avons souhaité donner, dans un premier temps, une réponse générale à
travers la présentation de la démarche opérationnelle de passage aux IFRS allant du
lancement du projet jusqu’à la phase de pérennisation en mettant l’accent sur la phase de
diagnostic qui constitue le cœur d’un projet de passage aux IFRS. Cette phase de diagnostic
est ensuite déclinée sur les chantiers techniques ayant attrait aux immobilisations
corporelles et incorporelles afin de préciser les travaux de diagnostic à effectuer et les
résultats auxquels on devrait aboutir et notamment, les divergences existant entre le
référentiel comptable marocain et les normes IFRS.

D’une réponse générale, nous passons dans un second temps à des réponses particulières
portant sur des problématiques précises auxquelles font généralement face les entreprises
marocaines. Ainsi, pour chaque thème abordé, nous apportons plusieurs réponses sous
forme d’avis techniques ou encore en proposant une méthodologie pratique
particulièrement pour la mise en place de l’approche par composants.

51
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Chapitre 1: Démarche d’une première application des IFRS aux


immobilisations

Section 1 : Démarche opérationnelle de passage aux IFRS

Avant de présenter la démarche opérationnelle de passage aux IFRS, nous souhaitons


présenter quelques notions sur la gestion de projet. En effet, compte tenu de la complexité
technique des normes IFRS, de la multiplicité des intervenants et de la durée importante
d’un projet de passage aux IFRS, une gestion de projet rigoureuse apparaît comme un
facteur clé de succès du projet. Ainsi, il est, à notre avis, très utile de démarrer le projet de
passage aux IFRS par une sensibilisation des principaux acteurs concernés aux notions de
gestion de projet dont un bref rappel est fourni ci-après.

La norme X50-105 de l’Association Française de Normalisation (AFNOR) définit un projet


comme « une démarche spécifique qui permet de structurer méthodiquement et
progressivement une réalité à venir ». Un projet est donc un ensemble de moyens et
d’hommes mis en œuvre pour atteindre un ou plusieurs objectifs.

Ainsi, un projet a les caractéristiques suivantes :


• Implique le changement ;
• Possède un début et une fin ;
• Requiert des activités ;
• Implique des individus ;
• Fait dans un but précis ;
• Destiné à un ou plusieurs clients.

Plusieurs facteurs de dérives peuvent remettre en cause la réussite d’un projet, notamment :
• Implication insuffisante de la direction au niveau du projet ;
• Mauvaises expressions de besoins : vagues, incomplètes ;
• Estimations erronées ou insuffisamment précises ;
• Organisation des tâches inadaptée, contraintes omises ;
• Suivi des travaux inadéquat : écarts non détectés à temps ;
• Mauvaise réalisation technique ;
• Problèmes humains : affectation des tâches, conflits…. ;
• Expérience du métier de chef de projet.

52
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Nous comprenons de ce qui précède qu’il n’existe pas de démarche opérationnelle type
qu’on peut appliquer de façon uniforme à toutes les entreprises. En effet, il s’agira
d’adapter la démarche du projet en fonction des caractéristiques propres à chaque
entreprise. Toutefois, la démarche de passage aux IFRS généralement observée peut être
décomposée en cinq phases :
• Phase de cadrage : il s’agit de définir au préalable une organisation de la gestion du
projet qui puisse le mener à bien jusqu’à atteindre les objectifs visés, soit la production
d’états financiers « Full IFRS » ;
• Phase de diagnostic : elle doit permettre à l’entreprise d’identifier et quantifier les
principaux impacts comptables et d’apprécier les enjeux en matière d’organisation, de
systèmes d’information et de communication. Ainsi, en parallèle du chantier d’analyse
normative, il est nécessaire d’effectuer un diagnostic des procédures et systèmes.
• Phase de préparation à la mise en œuvre : il s’agit d’une phase intermédiaire entre le
diagnostic et la mise en œuvre ;
• Phase de mise œuvre : il s’agit d’appliquer les conclusions du diagnostic tant au niveau
des comptes que des processus et systèmes ;
• Phase de pérennisation : qui correspond à la veille technique pour suivre les évolutions
du référentiel IFRS.

Bien entendu, une fois la démarche opérationnelle du projet définie, la gestion de projet
consistera à faire les adaptations qui s’imposent à l’intérieur de chaque phase dans le
respect du planning.

Enfin, il est clair que le projet IFRS fait appel à des compétences tant au niveau comptable
et financier qu’au niveau des systèmes d’information qui ne sont pas toujours disponibles
au sein de l’entreprise. Ainsi, il est souvent nécessaire que cette dernière soit accompagnée
par des consultants externes et notamment l’expert-comptable.

1.1. Cadrage du projet

Les objectifs de cette phase sont les suivants :


• Allocation détaillée des ressources et définition du planning ;
• Mise en place de la Structure Projet.

Après une réunion de lancement du projet, des séances de travail peuvent être organisées
avec les représentants de la direction comptable et financière pour définir qui fait quoi,
quand et comment. L’allocation détaillée des ressources dépendra de la taille du projet, de
la disponibilité de ressources internes, du budget jours/hommes alloué aux consultants
externes…

53
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Une fois les rôles et responsabilités de chacun précisément déterminés, il s’agira de définir
un planning détaillé par phase du projet. Aussi, est-il recommandé d’établir un planning par
semaine en tenant compte des contraintes de l’entreprise (périodes de clôture, congés, …) et
des consultants externes (disponibilité, déplacement, congés, …)

Ensuite, l’entreprise devra mettre en place une Structure Projet. A titre indicatif, celle-ci
peut être composée des organes suivants :
9 Comité de pilotage : ce comité peut intégrer les directions générale et
financière de l’entreprise, les représentants des consultants externes et le
chef de projet. Ce comité a pour rôle le pilotage et le suivi d’ensemble
du projet, et doit prendre les décisions en matière d’options et de
traitements IFRS ;
9 Comité technique : il devrait intégrer les commissaires aux comptes, la
direction financière de l’entreprise, les représentants des consultants
externes et le chef de projet. Il a pour rôle la validation des décisions
prises par le comité de pilotage en termes de traitements IFRS retenus et
de seuils de signification ;
9 Equipe projet : elle est généralement composée du chef de projet, des
ressources humaines internes alloués au projet et des consultants
externes. Cette équipe devra assurer les rôles suivants :
ƒ Réaliser l’ensemble des travaux prévus dans le projet (formation,
études, analyses, documentation, paramétrages…) ;
ƒ S'assurer de la qualité des travaux réalisés ;
ƒ Établir les synthèses à l’attention du comité de pilotage et du
comité technique.
En fonction de la taille du projet, l’équipe projet peut être déclinée en
groupes de travail dont chacun sera chargé du traitement d’un thème
particulier (ex : immobilisations incorporelles, immobilisations
corporelles, dépréciation des actifs, contrats de location, instruments
financiers, avantages du personnel, provisions, information sectorielle,
présentation des états financiers…).

Selon les besoins du projet IFRS, l’entreprise pourra créer d’autres comités. Par exemple,
un comité de coordination peut être créé si une partie de l’entreprise (un sous-groupe par
exemple) mène son projet séparément et qu’il soit nécessaire de se mettre d’accord sur les
options IFRS à retenir ou de suivre l’avancement des projets.

Au niveau de la structure projet, le chef de projet est présent à tous les niveaux. Il a doit en
effet assurer un ensemble d’activités, à savoir :

54
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

• Planifier et suivre le projet : définir les produits, ressources et délais, et assurer le suivi
de l'avancement du projet et ajuster le cas échéant ;
• Diriger et animer une équipe : orienter et coordonner le travail, entretenir la
communication, résoudre les conflits internes et externes, gérer les ressources humaines
et gérer le budget du projet ;
• Contrôler le projet : mesurer et contrôler les progrès, participer aux revues, suivre les
facteurs de risques, identifier et analyser les problèmes et suivre la réalisation des
actions ;
• Communiquer en interne les résultats, problèmes et recommandations… et en externe,
vis-à-vis des instances externes.

Pour résumer, le rôle du chef de projet consiste en la gestion globale du projet, au sens
managérial du terme.

Ainsi, le choix du chef de projet est primordial pour la réussite du projet de passage aux
IFRS. Ce choix devrait tenir compte des capacités de la personne sélectionnée à assumer
l’ensemble des rôles qui lui sont dévolus ; ce qui suppose, à notre avis, une bonne maîtrise
technique des IFRS, de bonnes facultés de communication, un sens de rigueur et
d’organisation, une capacité à prévenir et à traiter les problèmes et les conflits. Une
expérience en tant que chef de projet ou en tant que consultant externe peuvent être
également des atouts importants. Enfin, compte tenu de la tension que fait porter un projet
de passage aux IFRS sur l’ensemble des personnes qui y sont impliquées, le chef de projet
devrait représenter, dans ce sens, un facteur d’apaisement et non pas le contraire.

A l’issue de la phase de cadrage, une note de cadrage devrait être rédigée. A titre indicatif,
cette note peut contenir les points suivants :
• Une description du projet, la déclinaison de l’organisation et les objectifs à atteindre ;
• La structure Projet adoptée (Organisation, Composition, Attributions, Fréquence des
réunions,…) ;
• Les ressources et le planning détaillés du Projet ;
• Les outils de reporting sur le Projet.
Une fois la note de cadrage validée par le comité de pilotage, le projet entre dans sa phase
de diagnostic.

1.2. Diagnostic

Cette phase représente le cœur du projet dans la mesure où l’essentiel du travail intellectuel
y est concentré. Les travaux effectués au cours de cette phase conditionnent les résultats des
phases suivantes et, par conséquent, la qualité des productions IFRS.

55
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Les étapes clés de cette phase peuvent, à notre avis, être regroupés en deux lots de travaux,
à savoir : Un pré diagnostic et une analyse détaillée.

a. Le pré diagnostic

Les travaux à effectuer dans le cadre d’un pré diagnostic sont les suivants :
• Examen des principes et méthodes comptables appliqués par l’entreprise ;
• Sensibilisation et formation des équipes comptables et financières aux IFRS ;
• Identification de l’information financière manquante.

Le démarrage de la phase de diagnostic suppose une première étape de prise de


connaissance des principes et méthodes comptables appliqués par l’entreprise. Ainsi, une
lecture de la documentation qui peut exister sur ce sujet sera souvent complétée par une
séance de travail avec la direction comptable et financière. Cette prise de connaissance
permet notamment d’effectuer une première identification des normes IFRS applicables et
des premières problématiques IFRS inhérentes aux activités de l’entreprise. Un niveau de
hiérarchisation des impacts potentiels des différentes normes peut être proposé à titre
indicatif.

Cette phase permet en outre d’adapter les formations prévues aux besoins de l’entreprise. A
titre d’exemple, la norme IFRS 6 « Exploration et évaluation des ressources minérales » ne
sera traitée que si l’entreprise a une activité minière. Aussi, il serait peu utile de présenter la
norme IFRS2 « Paiements fondées sur des actions » si l’entreprise n’a pas eu recours à ce
type de rémunération et ne compte pas le faire.

L’étape de sensibilisation et de formation des équipes comptables et financières aux IFRS


peut s’effectuer selon différentes formules :
• Une formation synthétique de 2 à 3 jours sur les principales normes IFRS ;
• Une formation détaillée, norme par norme, sous forme de séances qui peuvent s’étaler
sur 2 à 3 mois ;
• Une formation par groupes de travail (ex : immobilisations incorporelles,
immobilisations corporelles, instruments financiers, avantages du personnel, impôts
différés…). Ce type de formation peut être également l’occasion d’identifier les
premières divergences/problématiques IFRS au niveau de l’entreprise.
Ainsi, en fonction de la taille de l’entreprise, de la composition de l’auditoire, des délais
fixés pour le projet, des ressources disponibles…, il conviendra de choisir la formule la plus
adaptée aux besoins de l’entreprise. A ce niveau, compte tenu de la complexité du projet
IFRS et des délais généralement réduits dont disposent les responsables du projet, il est à
notre avis plus pratique d’effectuer des formations synthétiques en insistant sur les
divergences entre les normes locales et les normes IFRS. Aussi, est-il préférable que les

56
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

entreprises qui prévoient un futur passage aux IFRS puissent effectuer, à l’avance, un
programme de formation afin de préparer leurs équipes comptables et financières au projet
de passage.

Enfin, il convient de passer en revue les états financiers publiés par l’entreprise afin
d’identifier l’information financière manquante. Ce travail qui s’effectue généralement sur
la base d’une checklist des informations requises par les IFRS, complétée par une séance de
travail avec la direction comptable et financière, permet de quantifier le volume
d’information financière que l’entreprise devrait produire et par la même, la nature des
évolutions des systèmes d’information comptable et financier nécessaires pour le passage
aux IFRS. Ceci permet également une prise de conscience collective du volume de travail
requis pour que l’entreprise puisse se déclarer complètement conforme aux IFRS.

A l’issue des travaux de pré diagnostic, il est utile de produire un rapport de pré diagnostic
qui en récapitulera les résultats. Ce rapport précisera les normes IFRS applicables avec
leurs degrés d’impact sur l’entreprise (élevé, moyen ou faible), les premières
problématiques IFRS inhérentes aux activités de l’entreprise, ainsi que la synthèse des
informations financières manquantes au niveau des états financiers de l’entreprise.

b. L’analyse détaillée

A la suite du pré diagnostic, l’entreprise pourra démarrer les travaux de l’analyse détaillée
qui devraient porter sur les points suivants :
• Identification et analyse des divergences entre les principes et méthodes comptables
appliqués par l’entreprise et les IFRS ;
• Revue des systèmes d’information ;
• Analyse des options IFRS et des alternatives de traitements comptables à retenir.

Identification et analyse des divergences

L’étape d’identification des divergences de principes et méthodes comptables, tels


qu’appliqués par l’entreprise, avec ceux définis par les normes internationales, est cruciale.

A ce titre, le recensement de ces divergences doit prendre en considération les normes


actuelles mais également les projets en cours au niveau de l’IASB ou les révisions des
normes.
Afin d’identifier les divergences, l’équipe projet peut procéder par l’envoi de
questionnaires de conformité par norme ou par thème, ou encore effectuer des entretiens
directes avec les responsables comptables et financiers. Dans la pratique, il est souvent
nécessaire d’associer les deux techniques pour aboutir à des résultats satisfaisants.

57
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

A l’issue de ce travail, l’entreprise doit être en mesure d’apprécier :


• Les changements de méthodes et d’information obligatoires ;
• Les changements de méthodes optionnels ;
• Les difficultés d’application des choix de méthodes ou de modalités d’application et des
informations à collecter.

Bien entendu, cette appréciation devra se faire au regard de la matérialité des impacts
induits par les nouveaux traitements requis.

Ainsi, ces travaux doivent permettre :


• L’analyse de l’impact des nouvelles normes sur les indicateurs et les agrégats financiers
clés de l’entreprise ;
• L’identification des conséquences sur la communication externe ;
• L’identification des conséquences en matière d’outils de gestion ;
• L’identification des besoins en formation ;
• L’identification des différents chantiers qui devront être approfondis et anticiper les
conséquences sur le planning.

Revue des systèmes d’information

Le diagnostic relatif aux systèmes d’information devrait être mené à l’issue de


l’identification des divergences et des traitements IFRS à effectuer par l’entreprise. Il vise à
évaluer les impacts au niveau de l’environnement systèmes de manière à établir les
différents scenarii de mise en œuvre.

Les enjeux sont essentiellement les suivants :


• La capacité des systèmes à fournir les informations complémentaires requises par les
IFRS ;
• La capacité des applications comptables et financières à évoluer pour garantir la fiabilité
et l’exhaustivité des futurs traitements IFRS.

La démarche méthodologique peut être la suivante :


• Etude des impacts systèmes :
9 Pour chaque métier de l’entreprise, il convient d’évaluer et d’analyser la
capacité du système d’information (software, hardware et réseau) à répondre
aux exigences des normes ;
9 Puis, il s’agira d’identifier les opportunités d’amélioration en matière
d’architecture web, d’aménagements éventuels des paliers de consolidation,
de mise en commun de synergies entre les différentes entités de l’entreprise.

58
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

A l’issue de cette étude, un plan d’action doit être établi sur la base du ou des différents
scenarii possibles en tenant compte des projets en cours et des opportunités
d’harmonisation des systèmes au sein d’un groupe mais aussi en prenant en considération
les difficultés de mise en œuvre.

L’analyse des options IFRS

Avant toute estimation de l’impact financier de l’adoption d’une telle ou telle autre option
IFRS, l’équipe projet pourra proposer au Comité de pilotage la liste des options à retenir
dans le cadre du passage aux IFRS. Pour ce faire, elle devrait se baser sur la pratique des
entreprises étrangères en la matière, des difficultés d’application de certaines options (ex :
réévaluation régulière des immobilisations corporelles), du sens global de l’impact financier
que peut avoir l’application d’une option sur les capitaux propres d’ouverture et sur les
résultats futurs de l’entreprise, de la capacité des systèmes d’information à prendre en
charge certains traitements…

Ainsi, s’il est recommandé de retenir toutes les exemptions à l’application rétrospective des
normes IFRS proposées par la norme IFRS 1 dans le but de faciliter le passage aux IFRS, le
choix des options normatives prévues par les autres normes IAS/IFRS est une affaire de
jugement qui dépend des spécificités de chaque entreprise.

Le tableau fourni en Annexe 3 présente de façon synthétique une analyse des options
offertes par les différentes normes IFRS en détaillant les avantages et inconvénients de
chaque option. Il intègre également des commentaires sur les options les plus souvent
retenues.
A l’issue des travaux d’analyse détaillée, l’équipe projet devra produire un rapport de
diagnostic qui reprend l’ensemble des travaux réalisés, les résultats obtenus et le plan
d’action pour les phases à venir.
Ainsi, il est conseillé d’établir une note de diagnostic pour chaque entité qui reprendra, pour
chaque norme IFRS, l’ensemble des divergences identifiées et les retraitements IFRS qui en
découlent. Elle reprendra en outre les conclusions du diagnostic SI par norme.

Pour les groupes, les questions relatives aux chantiers centraux telles : la consolidation,
l’information sectorielle, les tests de dépréciation des goodwills, etc… devront également
faire l’objet de notes de diagnostic qui synthétisent les travaux réalisés et les résultats
obtenus.

L’ensemble des notes de diagnostic ainsi établies devrait constituer un guide pratique de
passage aux IFRS.

59
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

1.3. Préparation à la mise en œuvre

Cette phase intermédiaire est l’occasion d’effectuer les premières simulations d’impact du
passage aux IFRS sur les capitaux propres d’ouverture et de ce fait, d’arrêter les options
normatives qui seront retenues par l’entreprise.

Sur le plan pratique, l’établissement de quelques outils de calcul des montants des
retraitements IFRS (ex : Retraitement des contrats de location-financement) et d’un guide
de saisie des écritures sous Excel s’avèrent très utiles.

Bien entendu, afin d’effectuer les premières simulations des impacts du passage aux IFRS,
l’entreprise doit retenir des options normatives et des hypothèses simplificatrices. A titre
d’exemple, l’évaluation des engagements de l’entreprise au titre des avantages post emploi
accordés à son personnel est un sujet complexe qui nécessite des calculs actuariels sur la
base de données détaillées individu par individu. En raison de l’impossibilité de préparer
toutes les informations requises au courant de cette phase du projet, l’entreprise pourrait
retenir des hypothèses simplificatrices sur la base de données estimées pour un individu
moyen. Bien que cette méthode ne soit pas admise par la norme IAS 19, elle constituera
une première base pour l’appréciation de l’importance significative des engagements
supportés par l’entreprise au titre desdits avantages.

En outre, dans la mesure où les simulations du passage aux IFRS ont principalement pour
objectif d’apprécier le sens et le niveau d’impact financier sur les capitaux propres
d’ouverture, tous les sujets n’ayant pas de conséquence financière (présentation, notes
annexes…) ne seront pas pris en compte. Toutefois, l’entreprise devra se prononcer, sur la
base d’éléments qualitatifs, par rapport aux options de présentation à retenir et notamment
celles relatives au bilan (Courant vs Non courant ou Par liquidité) et au Compte de résultat
(Par nature ou Par destination).

Sur la base des résultats des simulations des impacts du passage aux IFRS sur les capitaux
propres d’ouverture, le Comité de pilotage devrait arrêter les options normatives à retenir et
prendre les décisions définitives par rapport aux autres sujets IFRS notamment :
9 La présentation des états financiers ;
9 L’information sectorielle ;
9 Réévaluation sélective de certaines immobilisations corporelles ;
9 Les parties liées ;
9 Le périmètre de consolidation ;
9 Les méthodes de consolidation ;
9 La comptabilité de couverture pour les instruments financiers …

60
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

En effet, la phase de la préparation à la mise œuvre devrait constituer une plateforme stable
sur laquelle pourront se construire les procédures et les systèmes d’information au cours de
la phase de mise en œuvre.

1.4. Mise en œuvre

La réussite de la phase de mise en œuvre dépend de la qualité des travaux effectués au


cours des phases précédentes du projet. En effet, la conversion en tant que telle résultera de
la mise en œuvre des plans d’action définis lors de la phase de diagnostic et de l’application
des options normatives et des décisions prises au cours de la phase de préparation à la mise
en œuvre.

Il s’agira ainsi de réaliser les évaluations nécessaires (instruments financiers, retraites,


réévaluation des immobilisations corporelles, …), et de mettre à niveau les systèmes et
processus.
A l’issue de cette phase, le basculement des systèmes et processus dans leur nouvel
environnement devra permettre la production et la gestion d’une information financière en
conformité avec les normes IFRS.

1.5. Pérennisation

A l’issue de la phase de mise en œuvre, l’entreprise a donc produit son premier jeu d’états
financiers « Full IFRS ». Il conviendra, alors, de suivre attentivement l’évolution des
normes.

En effet, ce référentiel n’est pas figé comme peuvent l’être certains référentiels nationaux.
Une volonté forte de construire un référentiel de haute qualité se traduira nécessairement
par une mise à jour régulière des normes.

Par ailleurs, certains sujets ne seront pas tous traités au moment de la première conversion,
comme par exemple, les concessions publiques ou l’évaluation des droits miniers. L’entrée
en vigueur de nouvelles normes et interprétations nécessitera de mettre en place un plan de
formation complémentaire et de mettre en évidence les impacts sur le processus et systèmes
et sur la stratégie de communication.

En conclusion, une veille normative et la mise en place d’une procédure de mise à niveau
des éléments de diagnostic, des processus et des systèmes s’avèrent nécessaires pour
assurer la pérennité de la conversion aux IFRS.

61
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Section 2 : Le diagnostic des immobilisations corporelles et


incorporelles

La phase de diagnostic est au cœur du projet de conversion aux IFRS et mobilise, par
conséquent, l’essentiel des moyens et ressources. C’est pourquoi, nous avons voulu
présenter au niveau de cette section les travaux à mener pour le diagnostic des
immobilisations corporelles et incorporelles et les résultats auxquels on devrait aboutir.

Afin d’effectuer le diagnostic des immobilisations, il est généralement recommandé de


constituer des groupes de travail par chantier technique. Le choix des sujets à traiter dans le
cadre de ces chantiers dépend des problématiques relevées au cours de la phase de pré
diagnostic. Ainsi, en fonction de l’importance des postes d’immobilisations corporelles et
incorporelles, l’entreprise peut constituer un ou plusieurs groupes de travail. Par exemple,
une entreprise ne disposant pas d’immobilisations incorporelles significatives n’aura pas
besoin de dédier un groupe de travail à ce sujet et devrait ainsi l’intégrer dans un autre
chantier.
Pour notre étude, nous avons choisi de présenter les travaux d’analyse à mener selon quatre
chantiers techniques :

• Les immobilisations corporelles et immeubles de placement ;


• Les immobilisations incorporelles ;
• Les contrats de location ; et
• La perte de valeur des actifs.

Pour mener à bien ces travaux de diagnostic, la démarche à suivre consistera à effectuer une
première revue globale des méthodes utilisées par l’entreprise à travers les documents
disponibles (Annexe A1 de la liasse comptable, manuel des procédures comptables…) afin
d’en ressortir les problématiques IFRS potentielles. Suite à cela, un questionnaire de
conformité par norme ou par thème, devra être déroulé. L’analyse devra ensuite être
complétée par des entretiens directs avec les responsables comptables et financiers.

Ainsi, au niveau de chaque chantier technique, nous présenterons dans un premier temps les
travaux de diagnostic à effectuer et les outils à utiliser. Dans un second temps, nous
essaierons d’exposer les principales divergences susceptibles d’être identifiées par thème au
niveau des entreprises marocaines.

62
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

2.1. L’analyse à mener par chantier technique

a. Chantier Technique « Immobilisations corporelles et immeubles de placement »

Les travaux à réaliser pour le diagnostic des immobilisations corporelles et des immeubles
de placement peuvent être récapitulés comme suit :
• Identification des divergences de principes d’évaluation et de comptabilisation des
immobilisations corporelles et immeubles de placement. Un questionnaire est fourni à
titre illustratif au niveau de l’annexe 1 ;
• Définition des règles pour l’identification des composants, la détermination des durées
d’utilité et des valeurs résiduelles ;
• Etude d’adéquation entre les fonctionnalités attendues suite au passage aux normes IFRS
et les outils de gestion actuels ;
• Analyse des solutions envisageables ;
• Recensement des immeubles loués à des tiers ;
• Identification et analyse des immeubles (terrains et constructions) dont la destination
n’est pas définie ;
• Détermination de la juste valeur des immeubles de placement identifiés ;
• Chiffrage de l’incidence de l’application du coût amorti et de la juste valeur le cas
échéant.

A l’issue de ces travaux de diagnostic, l’entreprise devrait disposer des éléments suivants :
• Une synthèse des divergences des règles d’évaluation et de comptabilisation des
immobilisations corporelles par rapport aux IFRS. Une première simulation de l’impact
de ces divergences devrait y être intégrée. Cette synthèse peut se présenter sous la forme
d’une fiche qui présentera par norme :
9 Le traitement adopté par l’entreprise ;
9 Le traitement IFRS à mettre en œuvre ;
9 Une première simulation d’impact ;
9 Les impacts attendus sur le système d’information.
• Une note méthodologique définissant les règles d’évaluation du coût amorti et de la juste
valeur selon les IFRS ;
• Une note méthodologique qui précise la démarche à suivre pour la mise en place de
l’approche par composants ;
• Des notes méthodologiques traitant des problématiques spécifiques identifiées au cours
du diagnostic et qui pourraient avoir des impacts significatifs (ex : traitement des pièces
de rechange principales et du stock de sécurité des pièces de rechange).

63
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

b. Chantier Technique « immobilisations incorporelles »

Les travaux à réaliser pour le diagnostic des immobilisations incorporelles peuvent se


résumer comme suit :
• Identification des divergences de principes d’évaluation et de comptabilisation des
immobilisations incorporelles. Dans ce sens, un questionnaire est fourni au niveau de
l’annexe 2.
• Analyse des immobilisations en non-valeurs et leur classification selon les trois
catégories suivantes :
9 Charges attribuables à l’acquisition d’immobilisation corporelles,
incorporelles ou à des actifs financiers ;
9 Charges relatives à des passifs financiers ;
9 Autres charges.

A cet effet, l’entreprise peut utiliser le tableau suivant pour documenter son analyse :
Immobilisation Immobilisation
Critères de définition d'un actif corporelle
incorporelle Durée
Nature et Description Valeur au Date de d'utilité
Ressource Avantages Evaluation Sans substance attendue
31.12.N comptabilisation Conclusion Identifiable
contrôlée économiques fiable physique
(KMAD) initiale
Exemple : Oui/non Oui/non Oui/non Actif / charge Oui/non Oui/non Oui/non

Frais de publicité 200 KMAD 30/06/2004 Non Oui Oui Charge


engagés pour la
promotion du nouveau

• Analyse des Goodwills et des fonds commerciaux afin de vérifier s’ils intègrent des
immobilisations incorporelles identifiables à comptabiliser séparément. Pour ce faire,
l’entreprise peut utiliser un tableau comme suit :
Est-il possible d'allouer ce goodwill/fond commercial à un ou des actifs identifiables?
Valeur au Date de Acquisition de Acquisition via un
Nature et Génération en Durée d'utilité
31.12.N comptabilisation manière regroupement
Description interne? attendue
(KMAD) initiale séparée? d'entreprises? Nature, description et valeur
Ressource Avantages Evaluation Conclusion
Identifiable
contrôlée économiques fiable de l'actif ainsi identifié

Exemple : Oui/non Oui/non Oui/non Oui/non Actif / goodwill


Fonds de 200 KMAD 01/01/2002 N/A Oui N/A Oui Oui Oui Oui Actifs - Technologie brevetée pour 5 - Brevets déposés
commerce jeux : coût développement en 200 et protégés
société Alpha, des jeux 100 KMAD pendant 10 ans
fabriquant de - Contrat franchise (soit 5 ans de
jeux vidéo. distributeurs exclusifs pour 5 valeur résiduelle).
ans : valeur actualisée des - Durée accord
redevances : 100 KMAD franchise : 5 ans

64
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

• Classification des immobilisations incorporelles entre celles aux durées d’utilité définies
et celles aux durées d’utilité indéfinies ;
• Premier chiffrage de l’incidence du retraitement des immobilisations en non-valeurs ;
• Premier chiffrage de l’incidence du retraitement des immobilisations incorporelles
(décomptabilisation des immobilisations incorporelles ne répondant pas à la définition
de la norme IAS38, révision des durées d’amortissement…).

A l’issue de ces travaux de diagnostic, l’entreprise devrait disposer des éléments suivants :
• Une synthèse des divergences des règles d’évaluation et de comptabilisation des
immobilisations incorporelles par rapport aux IFRS. Une première simulation de
l’impact de ces divergences devrait y être intégrée ;
• Des notes méthodologiques traitant des problématiques spécifiques identifiées au cours
du diagnostic et qui pourraient avoir des impacts significatifs (ex : traitement des fonds
commerciaux, des droits au bail et des pas de porte, logiciels développés en interne, frais
de recherche et de développement…).

c. Chantier Technique « contrats de location-financement »

Les travaux à réaliser pour le diagnostic des contrats de location-financement peuvent se


résumer comme suit :
• Elaboration d’une grille d’analyse des contrats de location. A titre indicatif, la grille
suivante peut être utilisée pour l’analyse des contrats de location-financement en
position preneur :

Critères de classification Oui Non Commentaire


Transfert de la propriété de l'actif au preneur au terme de
la durée du contrat de location
Option d'acheter l'actif à un prix < à la JV
Durée du contrat de location couvre la majeure partie de
la durée de vie économique de l'actif
Valeur actualisée des paiements minimaux = au moins à
la quasi-totalité de la JV de l'actif loué
Nature spécifique de l'actif
Pertes subies par le bailleur sont à la charge du preneur
en cas de résiliation du contrat par le preneur
Profits et pertes résultant de la variation de JV de la
valeur résiduelle sont à la charge du preneur
Le preneur a la faculté de poursuivre la location pour
une 2ème période moyennant un loyer < prix du marché

65
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Conclusion
Transfert de la quasi-totalité des risques et avantages
inhérents à la propriété de l'actif qui conduit à considérer
le contrat comme un contrat de location-financement

• Analyse de chaque contrat à l’aide de cette grille ;


• Proposition de conclusion de classement (location simple ou location financement) ;
• Analyse approfondie des contrats les plus complexes et notamment les contrats de
fourniture de services pouvant cacher une location de biens ;
• Préparation par contrat de location-financement les informations suivantes :
9 Date d’acquisition/vente initiale du bien objet du contrat ;
9 Son coût d’acquisition/prix de vente ;
9 Les paiements minimaux versés / perçus;
9 La valeur résiduelle du bien ;
9 Dates de début et de fin du contrat ;
9 Durée d’amortissement du bien.
• Construction d’un fichier Excel pour le retraitement des contrats de location-
financement ;
• Premier chiffrage des impacts du retraitement des contrats de location-financement sur
les capitaux propres de l’entreprise et sur son endettement quand il s’agit de contrats en
position preneur.

A l’issue de ces travaux de diagnostic, l’entreprise devrait disposer des éléments suivants :
• Une synthèse des divergences des règles d’évaluation et de comptabilisation des contrats
de location-financement par rapport aux IFRS. Une première simulation de l’impact du
retraitement de ces contrats devrait y être intégrée.
• Une note méthodologique définissant la démarche à suivre pour l’identification des
contrats de location-financement intégrant les outils développés par l’entreprise (Grille
d’analyse et fichier de retraitement des contrats de location-financement).
• Des notes méthodologiques traitant des problématiques spécifiques identifiées au cours
du diagnostic et qui pourraient avoir des impacts significatifs (ex : cession-bail, contrats
de fourniture de services pouvant intégrer un contrat de location-financement…).

d. Chantier Technique « perte de valeur des actifs »

Les travaux à réaliser pour le diagnostic du chantier « perte de valeur des actifs » peuvent
être récapitulés comme suit :

66
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

• Recensement des actifs soumis aux tests de dépréciation. En effet, à l’occasion du


passage aux IFRS, les éléments suivants devront subir un test de dépréciation :
9 Goodwills ;
9 Titres mis en équivalence intégrant des goodwills ;
9 Immobilisations incorporelles aux durées d’utilité indéfinies ;
9 Immobilisations corporelles et incorporelles présentant des indices de perte
de valeur. Pour ce faire, l’entreprise devra utiliser une liste d’indices de
pertes de valeur adaptée à son activité.
• Analyse du reporting de gestion utilisé par le management pour la gestion et le suivi de
la performance de l’entreprise ;
• Définition des Unités Génératrices de Trésorerie (UGT, regroupement d’actifs)
configurant les périmètres d’activité à retenir pour effectuer les tests de dépréciation ;
• Détermination de la valeur nette comptable des UGT identifiées ;
• Préparation sur Excel d’un modèle d’actualisation de flux de trésorerie futurs ;
• Mise en œuvre des tests de dépréciation et premier chiffrage des éventuelles pertes de
valeur.

A l’issue de ces travaux de diagnostic, l’entreprise devrait disposer des éléments suivants :
• Une liste des indices de perte de valeur adaptés à l’activité de l’entreprise ;
• Le périmètre des actifs à tester ;
• La description des UGT identifiées et leurs valeurs nettes comptables ;
• Une note méthodologique définissant la démarche à suivre pour la mise en œuvre des
tests de dépréciation ;
• Un modèle de calcul de la valeur d’utilité des UGT (actualisation de cash flows) ;
• Un premier chiffrage de l’impact des éventuelles pertes de valeur.

2.2. Les divergences Maroc Gaap/IFRS Gaap généralement identifiées par chantier
technique

Comme expliqué ci-avant, l’un des principaux objectifs des travaux de diagnostic est
d’identifier les divergences normatives existant entre les pratiques comptables de
l’entreprise et les dispositions des normes IFRS.

Les divergences théoriques existant entre le CGNC et les normes IFRS peuvent constituer
un point de départ pour les travaux de diagnostic, mais ne peuvent en aucun cas se
substituer à l’analyse au cas par cas. En effet, bien que les règles du CGNC (ou du PCEC
pour les établissements de crédit) soient communes à toutes les entreprises, la réalité
montre que les pratiques comptables des entreprises peuvent diverger sur un certain nombre

67
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

de points. En outre, on observe souvent des écarts par rapport à l’application même de
certaines dispositions du référentiel comptable marocain.
En plus, pour une même nature d’opérations, le principe de la prééminence de la réalité
économique sur l’apparence juridique consacré par les IFRS fait que les différentes réalités
des entreprises diagnostiquées peuvent parfois nécessiter des traitements IFRS différents.

Ainsi, au-delà des divergences théoriques entre les deux référentiels, nous avons voulu
apporter, à travers les paragraphes ci-après, une idée sur les principaux traitements IFRS
que les entreprises marocaines sont souvent amenées à effectuer et ce, selon les quatre
chantiers techniques précités. Ces traitements sont nécessaires en raison de l’existence de
divergences entre les textes des deux référentiels ou encore à cause de la non-conformité à
certaines dispositions du référentiel comptable marocain.

a. Immobilisations corporelles et immeubles de placement


Traitement IFRS Commentaire
Intégration des frais Ces frais généralement comptabilisés en immobilisation
attribuables à l’acquisition des en non valeur au niveau des frais d’acquisition
immobilisations (ex : d’immobilisations doivent être intégrés en IFRS au coût
honoraires architectes, frais d’entrée de ces dernières.
d’enregistrement) dans leur Le retraitement consistera ainsi à décomptabiliser les
coût d’entrée valeurs brutes et amortissements y afférents des charges
à répartir et les affecter à l’immobilisation à laquelle ils
se rattachent puis constater les amortissements de ces
frais au même titre que l’immobilisation principale.
Intégration des coûts de L’existence d’une obligation légale, réglementaire ou
démantèlement et de remise en implicite de démantèlement et de remise en état de sites
état de sites dans le coût doit se traduire par la constatation d’un actif de
d’entrée des immobilisations démantèlement représentant le coût futur actualisé de
cette opération.
Ce cas existe notamment au niveau des entreprises
minières et les cimenteries
Intégration des coûts Contrairement au référentiel comptable marocain qui
d’emprunt dans la valeur donne le choix aux entreprises par rapport à
d’entrée des actifs qualifiés l’intégration des coûts financiers relatifs à la production
d’un actif dans son coût d’entrée si certaines conditions
sont remplies, la version révisée en 2007 de la norme IAS
23 « Coût d’emprunt » exige que cette prise en compte
des coûts d’emprunt soit effectuée systématiquement dès
lors que les conditions requises sont remplies

68
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Traitement IFRS Commentaire


Prise en compte de l’effet Contrairement au référentiel comptable marocain, le
temps sur l’argent en cas de prix d’acquisition d’une immobilisation corporelle doit
paiement différé pour en IFRS correspondre, en cas de paiement différé, à la
l’acquisition d’une valeur actualisée du montant versé au fournisseur si
immobilisation l’impact de l’actualisation est significatif
Application de l’approche par Cette approche devra être appliquée aux immobilisations
composants susceptibles d’être décomposées en différents
composants majeurs. De ce fait, ce retraitement porte
généralement sur les postes Constructions et
Installations techniques
Prise en compte de la valeur Bien que ce point soit déjà prévu dans le référentiel
résiduelle dans le calcul de la comptable marocain, la pratique montre que les
base amortissable entreprises marocaines omettent souvent de l’appliquer.
Ainsi, lors du passage aux IFRS, l’entreprise est appelée
à déterminer les valeurs résiduelles de ses
immobilisations et de retenir leurs montants pour la
détermination de la base amortissable à moins qu’elle
puisse justifier du caractère non significatif de ces
valeurs résiduelles.
Amortissement des Généralement, les entreprises marocaines appliquent les
immobilisations corporelles durées d’amortissement fiscales. Dans le cadre du
sur la base de leurs durées passage aux IFRS, il sera ainsi nécessaire de retraiter
d’utilité les amortissements depuis l’origine sur la base de durées
d’utilité économiques à moins que l’entreprise ait optée
pour le modèle de la juste valeur à la date de transition.
Décomptabilisation des Si l’entreprise identifie des immobilisations corporelles
immobilisations corporelles pour lesquelles l’entreprise ne s’attend plus à recevoir
dont l’entreprise ne s’attend des avantages économiques futurs soit en les utilisant ou
plus à recevoir des avantages en les cédant, le retraitement IFRS consistera à
économiques futurs décomptabiliser leurs valeurs brutes et les
amortissements y afférents
Reclassement des pièces de A l’occasion du passage aux IFRS, il sera nécessaire
rechange principales et le d’analyser les pièces de rechange comptabilisées en
stock de sécurité du poste stocks et de procéder au reclassement de toutes les
« Stocks » au poste pièces répondant à la définition d’une immobilisation. Le
« Installations Techniques, retraitement se traduit par l’annulation de la
Matériel et Outillage » dépréciation éventuellement constatée et
l’enregistrement d’un amortissement.

69
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Traitement IFRS Commentaire


Reclassement des immeubles La catégorie « Immeubles de placement » n’étant pas
(terrains et constructions) prévue par le référentiel comptable marocain, le
loués à des tiers ou détenus retraitement consistera à reclasser l’ensemble des
pour valoriser le patrimoine en terrains et constructions répondant à la définition d’un
immeubles de placement immeuble de placement dans une catégorie à part.
En outre, l’entreprise doit déterminer la juste valeur de
ces immeubles.

b. Immobilisations incorporelles
Traitement IFRS Commentaire
Décomptabilisation des La notion d’immobilisation en non valeur n’existe pas en
immobilisations en non valeur IFRS. Ainsi, en fonction de la nature des charges
activées, les non valeurs doivent être soit rattachées aux
immobilisations y afférentes, soit diminuées des passifs
financiers, soit comptabilisées en charges de l’exercice
au cours duquel elles sont encourues.
Intégration des frais Comme pour les immobilisations corporelles, ces frais
attribuables à l’acquisition des généralement comptabilisés en immobilisation en non
immobilisations incorporelles valeur (ex : frais d’enregistrement d’une marque) au
dans leur coût d’entrée niveau des frais d’acquisition d’immobilisations doivent
être intégrés en IFRS au coût d’entrée de ces dernières.
Comptabilisation des Bien que le référentiel comptable marocain prévoit que
immobilisations incorporelles les immobilisations développées en interne soient
générées en interne (logiciels, immobilisées, la pratique montre que ce traitement est
brevets…) généralement omis par les entreprises marocaines. Ainsi,
à l’occasion du passage aux IFRS, l’entreprise doit
pouvoir déterminer le coût de production de ces
immobilisations incorporelles et les comptabiliser.
Amortissement des Il s’agit de retraiter les amortissements depuis l’origine
immobilisations incorporelles sur la base de durées d’utilité conformes à la réalité
sur la base des durées d’utilité économique de l’entreprise.
Décomptabilisation des Si l’entreprise identifie des immobilisations incorporelles
immobilisations incorporelles (logiciels abandonnés, fond commercial correspondant à
dont l’entreprise ne s’attend une activité abandonnée par exemple) pour lesquelles
plus à recevoir des avantages l’entreprise ne s’attend plus à recevoir des avantages
économiques futurs économiques futurs, le retraitement IFRS consistera à
décomptabiliser leurs valeurs brutes et les
amortissements y afférents

70
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Traitement IFRS Commentaire


Décomptabilisation des frais En IFRS, seuls les frais de développement doivent être
de recherche capitalisés. Ainsi, si l’entreprise a eu pour pratique de
capitaliser les frais de recherche et développement, elle
doit être en mesure de déterminer le montant des frais de
recherche capitalisé et le décomptabiliser

c. Contrats de location-financement

Traitement IFRS Commentaire


Comptabilisation des contrats L’application du principe de la prééminence de la réalité
de location-financement économique sur la forme juridique consacré par les
comme un achat à crédit chez IFRS, se traduit par le retraitement des contrats de
le preneur location-financement en position preneur comme suit :
- Constatation du bien loué à l’actif du bilan,
- Constatation d’une dette équivalente au passif,
- Annulation des redevances de location-financement
en contrepartie d’une diminution de la dette
(principal) et la constatation d’une charge d’intérêt
- Amortissement du bien loué sur la base de sa durée
d’utilité
Comptabilisation des contrats Par analogie, les contrats de location-financement en
de location-financement position bailleur donnent lieu à la comptabilisation des
comme une vente à crédit chez éléments suivants :
le bailleur - Sortie du bien loué en contrepartie d’une créance de
location-financement
- Annulation des produits de location en contrepartie
d’une diminution de la créance (principal) et de la
constatation d’un produit financier
Retraitement des contrats de En IFRS, lorsque l’opération répond effectivement en
cession-bail substance aux conditions de comptabilisation comme une
cession-bail (et ne constitue donc pas seulement un
emprunt garanti), obligation de constater, d’une part, la
cession du bien (le profit de cession correspondant étant
toutefois comptabilisé en produits différés et étalé sur la
durée du bail) et, d’autre part, le contrat de location-
financement.

71
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

d. Perte de valeur des actifs


Traitement IFRS Commentaire
Test de dépréciation Contrairement au référentiel de consolidation marocain
systématique du Goodwill et qui prévoit un amortissement systématique des goodwills,
des immobilisations la norme IAS36 exige que ces derniers fassent l’objet
incorporelles à durée d’utilité d’un test de dépréciation annuel et à chaque fois qu’un
indéfinie indice de dépréciation est observée. Il en est de même
des immobilisations incorporelles non amortissables.
Test de dépréciation des Bien que le référentiel comptable marocain prévoie que
immobilisations incorporelles les valeurs nettes comptables des immobilisations
à durée d’utilité définie et des corporelles et incorporelles soient revues à l’occasion
immobilisations corporelles si des clôtures annuelles afin de constater les pertes de
des indices de dépréciation valeur éventuelles, la pratique des entreprises
sont observés marocaines s’en écarte. En effet, il est rare d’observer
une révision du plan d’amortissement initial ou encore
une constatation d’une perte de valeur.
Cette question étant traitée de façon plus précise en
IFRS, l’entreprise est appelée à effectuer des tests de
dépréciation à chaque fois que des indices de
dépréciation sont observés.

Au cours de ces travaux de diagnostic, on peut faire face à de nombreuses questions pour
lesquelles les normes IFRS et leurs interprétations n’apportent pas toujours des réponses
claires. A cet effet, après avoir présenté une réponse générale aux difficultés de mise en
place des IFRS à travers la proposition d’une démarche de passage en mettant l’accent sur
les travaux de diagnostic, nous avons souhaité, dans le second chapitre, apporter des
réponses particulières à plusieurs points de difficulté pratiques.

72
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Chapitre 2: Réponses techniques aux difficultés de mise en œuvre

Section 1 : Propositions de reclassement des charges portées à l’actif

Au niveau de cette section, nous essaierons d’apporter des réponses concrètes par rapport
au traitement de différents types de charges portées à l’actif.

Les propositions formulées le sont sur la base de l’analyse du texte des normes IFRS et de
leurs interprétations le cas échéant. Elles sont aussi le fruit d’une recherche des différentes
interprétations formulées par les cabinets spécialisées et des analyses que nous avons pu
mener dans le cadre des projets de passage aux normes IFRS de différentes entreprises
marocaines.

1.1. Frais d’essai et de pré exploitation

a. Les frais engagés à l’occasion de la mise en marche d’un matériel

Ils correspondent généralement aux frais engagés lors de la mise en route d’un atelier (ex :
matières premières consommées, énergie,…). Lorsque ces éléments sont utilisés durant la
phase d’essai pour vérifier le bon fonctionnement des installations, puis pendant les
premiers temps de la production jusqu’à ce que l’immobilisation atteigne le niveau de
production attendu par la direction, ils peuvent être incorporés au coût d’acquisition de
l’installation en application de la norme IAS16.

Toutefois, l’activation de ces frais est limitée à un montant net tenant compte des produits
éventuellement générés par la vente de produits durant cette période.

La notion de rendement attendu par la direction pose un problème d’ordre pratique dans la
mesure où il peut être difficile de savoir quand arrêter l’incorporation des coûts. En effet,
selon cette définition, l’incorporation pourra se prolonger alors même que la machine est en
phase de production. Il appartiendra donc aux commissaires aux comptes d’exercer leur
jugement pour déterminer quand cette incorporation devra prendre fin et s’assurer que la
date retenue par l’entreprise est la bonne. On peut concevoir en pratique de demander un
engagement des techniciens dès le démarrage de l’installation de l’immobilisation
mentionnant le rendement attendu et s’engageant sur une durée pour y parvenir. La date
mentionnée servira ainsi de butoir afin d’éviter les excès.

73
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

b. Formation de la main d’œuvre


Ces frais sont cités par la norme IAS 38.69 comme un exemple de dépenses comptabilisées
automatiquement en charges lorsqu’elles sont encourues. Donc, qu’il s’agisse de frais de
formation engagés dans le cadre d’une acquisition ou d’une production d’une
immobilisation corporelle ou incorporelle, Ils doivent être comptabilisés immédiatement en
charges de l’exercice au cours duquel ils sont encourus.

c. Frais généraux d’administration


Ces frais sont obligatoirement exclus du coût d’acquisition des immobilisations corporelles
et incorporelles et sont, par conséquent, à comptabiliser en charges.

1.2. Frais préparatoires à la mise en service (autres que transport, installation et


montage)

Il s’agit des frais antérieurs au démarrage d’une installation industrielle qui constitueraient
des charges en période d’exploitation.

a. Nettoyage initial, épreuves hydrauliques, raccordements


Seules les dépenses nécessaires pour mettre l’actif en état de marche peuvent être
incorporées à son coût initial. En ce sens, les épreuves hydrauliques (tests) et les
raccordements correspondent à des dépenses nécessaires à la mise en marche des
installations et peuvent être incorporés au coût initial de l’actif. En revanche, le nettoyage
initial ne semble pas répondre à cette condition et devra désormais être porté en charges
immédiatement.

b. Installations provisoires
Les installations provisoires sont nécessaires sur des chantiers de longue durée pour mener
à bien les travaux engagés. Dès lors, leur coût fait partie du coût d’entrée de l’actif.

c. Les sommes payées au titre des servitudes de passage


Il s’agit des sommes versées pour le passage des canalisations par exemple. Si ces sommes
sont payées en une fois pour pouvoir installer les canalisations, elles doivent être
incorporées au coût de l’actif. Par contre, si elles sont versées sur toute la durée
d’exploitation des installations industrielles, elles sont à comptabiliser en charges lors de
l’exercice de leur engagement.

d. La participation à des travaux au profit de tiers


Il s’agit de dépenses engagées au titre de la participation à des travaux effectués à proximité
du site concédé (bretelles d’accès à une voie rapide, aménagement de carrefours…).

74
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Ces réalisations sont en général effectuées afin d’obtenir une autorisation administrative
d’exploiter ou de s’installer. En ce sens, elles sont directement attribuables à la réalisation
de l’installation et font partie de son coût d’acquisition ou de production.

1.3. Frais d’utilisation (d’industrialisation ou de commercialisation)

a. Frais d’industrialisation
Il s’agit de frais tels que des études de gammes de fabrication, des études d’outillages
spécialisées,…
Ces frais font partie du coût de lancement d’une nouvelle fabrication qui sont explicitement
cités par le norme IAS 16.19 comme des coûts ne pouvant être directement attribués à la
mise en place d’un actif. Dès lors, ces frais doivent être comptabilisés en charges à moins
que certains d’entre eux puissent être considérés comme des frais de développement.
A titre d’exemple, les frais de développement d’outillage peuvent être activés en frais de
développement sous réserve de remplir les conditions nécessaires à leur comptabilisation.

b. Frais de commercialisation
Ces frais sont comptabilisés immédiatement en charges dans la mesure où la norme IAS 16
exclut expressément du coût d’entrée des immobilisations les dépenses de promotion et de
publicité.

1.4. Frais de transfert d’immobilisations


Ces frais correspondent généralement aux frais de démontage, transport et montage des
installations suite à un changement de site.
Dans la mesure où ces frais sont la conséquence d’une décision de gestion et donc, ne sont
pas par conséquence nécessaires pour mettre les installations en question en état de marche,
ils ne devraient pas venir en augmentation du coût des immobilisations transférées.

1.5. Frais d’ouverture et de réouverture des points de vente


En IFRS, ces frais sont à comptabiliser en charges conformément à la norme IAS 16.19 qui
prévoit que les coûts d’ouverture d’un nouvel établissement sont systématiquement inscrits
en charges.

1.6. Dépenses liées aux certifications ISO


Il s’agit des honoraires de conseils, de frais de personnels, des frais de dossiers…
En normes IFRS, ces dépenses sont à constater en charges.

75
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

1.7. Dépenses de parrainage


Bien que ces dépenses peuvent avoir des retombées positives sur l’exploitation, notamment
en terme de notoriété et en particulier dans le cas de parrainage axé sur l’activité de
l’entreprise, les normes IFRS n’admettent pas de les immobiliser.

1.8. Dépenses engagées dans le but d’obtenir un appel d’offres


Ces dépenses sont généralement engagées dans le cadre de la mise en place des contrats de
construction traités par la norme IAS 11.
Cette norme admet que les coûts d’obtention d’un appel d’offres puissent être inscrits à
l’actif dans le coût du contrat en travaux en cours dès lors qu’ils pourront être identifiés
séparément et mesurés de façon fiable et qu’il est probable que le contrat sera obtenu.

1.9. Frais d’émission d’emprunt et primes de remboursement des emprunts


obligataires
Afin d’expliciter le traitement des frais d’émission d’emprunt et des primes de
remboursement des emprunts obligataires en IFRS, nous proposons de les aborder à travers
le cas pratique suivant :

er
Le 1 janvier N, une entreprise a émis un emprunt obligataire de nominal 100 MDH au
taux fixe de 5,5%. Cet emprunt a été émis en dessous du pair soit pour 98 MDH. Il est
remboursable au pair à son échéance, le 31 décembre N+9.

Pour réaliser cette émission, l’entreprise a du supporter les coûts suivants :

• Honoraires de la banque d’affaires en charge du dossier d’émission 0,9 MDH


• Prélèvement effectué par la bourse des valeurs 0,3 MDH
• Honoraires de conseil 0,3 MDH
• Coûts pour l’obtention de garantie de l’emprunt 0,7 MDH
• Frais administratifs généraux 0,2 MDH

Afin de déterminer les coûts de transaction à prendre en compte pour la détermination du


coût d’entrée de cet emprunt obligataire, il convient de rappeler les dispositions de la norme
IAS 39 qui prévoit que les coûts de transaction englobent les honoraires et commissions
versés aux agents, conseils, courtiers, les montants prélevés par les agences réglementaires
et les bourses de valeurs ainsi que les droits et taxes de transfert. En revanche, en sont
exclus la prime de remboursement ou d’émission de la dette, les coûts de financement et
l’affectation des coûts internes d’administration ou des frais de siège.

76
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Par conséquent, les coûts engagés pour l’obtention de garantie de l’emprunt étant des coûts
de financement, et les frais administratifs généraux sont à exclure de l’évaluation initiale du
coût d’entrée de l’emprunt obligataire.

Par ailleurs, la norme IAS 39.43 précise que : « Lors de la comptabilisation initiale d'un
actif ou d'un passif financier, une entité doit l'évaluer à sa juste valeur majorée, dans le cas
d'un actif ou d'un passif financier qui n'est pas à la juste valeur par le biais du compte de
résultat, des coûts de transaction directement imputables à l'acquisition ou à l'émission de
l'actif ou du passif financier. »

Dans notre cas, l’émission de l’emprunt étant effectuée sur un marché financier actif, le
montant obtenu auprès des investisseurs représente donc bien la juste valeur de l’emprunt
(98 MDH). La prime de remboursement de 2 MDH représente économiquement un
complément de rémunération pour l’investisseur et ne constitue pas un coût de transaction
directement attribuable au passif.

Ainsi, le coût d’entrée de l’emprunt obligataire au bilan est déterminé comme suit :

Juste valeur (montant encaissé) 98


Coûts de transaction (montant payé) (1,5)
Coût d’entrée au bilan 96,5

er
Au 1 janvier N, l’écriture comptable IFRS se présente donc comme suit :

Débit Crédit
Trésorerie 96,5
Emprunt obligataire 96,5

Ce coût d’entrée étant différent du nominal, l’entreprise devra recalculer le taux d’intérêt de
l’emprunt selon la méthode du TIE. Cette méthode consiste à déterminer le taux d’intérêt
effectif (TIE) qui représente le taux permettant d’égaliser le montant de 96,5 MDH avec la
somme actualisée des cashs flows générés par l’emprunt. Dans notre cas, le TIE ressort à
5,9749%.

L’entreprise devra ainsi établir un nouveau tableau d’amortissement de l’emprunt


obligataire sur la base du TIE qui servira à la comptabilisation ultérieure de l’emprunt. Il se
présentera comme suit :

77
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Capital début Intérêt (taux Variation


Date Intérêt (TIE)
période nominal) Principal
31/12/N 96,50 5,77 5,5 0,27
31/12/N+1 96,77 5,78 5,5 0,28
31/12/N+2 97,05 5,80 5,5 0,30
31/12/N+3 97,35 5,82 5,5 0,32
31/12/N+4 97,66 5,84 5,5 0,34
31/12/N+5 98,00 5,86 5,5 0,36
31/12/N+6 98,35 5,88 5,5 0,38
31/12/N+7 98,73 5,90 5,5 0,40
31/12/N+8 99,13 5,92 5,5 0,42
31/12/N+9 99,55 5,95 5,5 0,45
58,50 55 3,50

9
Au 31/12/N, l’écriture IFRS à constater sera la suivante :
Débit Crédit
Trésorerie 5,5
Intérêts sur emprunt 5,77
Emprunt obligataire 0,27

Ainsi, au 31/12/N+10, on aura porté au crédit de l’emprunt obligataire un total de 3,5 MDH
qui représente la différence entre le nominal de 100 MDH et la juste valeur initiale de
l’emprunt soit 96,5 MDH.

Autrement dit, la méthode du TIE permet d’étaler l’impact des coûts de transaction et des
primes de remboursement des obligations sur la durée de l’emprunt en modifiant le montant
des charges d’intérêts comptabilisés par l’entreprise. D’ailleurs, dans notre cas, on voit bien
que la différence entre la somme des intérêts comptabilisés selon la méthode TIE et les
intérêts calculés sur la base du taux nominal correspond exactement à la somme des coûts
de transaction (1,5 MDH) et des primes de remboursement des obligations (2 MDH).

En pratique, compte tenu de la relative complexité du traitement des emprunts selon la


méthode du TIE, ce retraitement n’est effectué que lorsque l’impact attendu est significatif.
Ainsi, il est généralement recommandé que l’entreprise fixe des seuils de signification par
rapport au montant des emprunts à retraiter (ex : ne pas retraiter les emprunts dont le
nominal est inférieur à 10 MDH) et par rapport au pourcentage que représente les coûts de
transaction et les primes de remboursement des obligations dans le nominal de la dette (ex :
ne pas retraiter les coûts de transaction et les primes de remboursement des obligations si
leur montant est inférieur à 1% du nominal de la dette). Bien entendu, ces seuils devront
être fixés en concertation avec les commissaires aux comptes.

9
On considère par simplification que le règlement des intérêts intervient à la même date

78
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Dans le cas où des coûts de transaction ou les primes de remboursement des obligations ne
sont pas retraités en application des seuils de signification fixés par l’entreprise, ils seront
tout simplement comptabilisés en charges de l’exercice au cours duquel ils ont été engagés.

Section 2 : Réponses aux difficultés liées au retraitement des contrats


de location-financement

Un contrat de location-financement est un contrat ayant pour effet de transférer au preneur


la quasi-totalité des risques et avantages inhérents à la propriété de l'actif loué, le transfert
de propriété juridique intervenant ou non en fin de contrat de location.
Tout contrat qui n'est pas un contrat de location-financement est un contrat de location
simple.

L'appréciation du transfert ou non de la quasi-totalité des risques et avantages liés à la


propriété de l'actif doit être fondée sur la réalité de la transaction plutôt que sur la forme du
contrat. La norme IAS 17 fournit cependant des exemples de situations qui,
individuellement ou conjointement, conduisent, en principe, à considérer qu'il y a transfert
de la quasi-totalité des risques et avantages et donc à qualifier un contrat en location-
financement :
• la propriété juridique de l'actif est transférée au preneur au terme de la période de
location ;
• le preneur a une option d'acheter l'actif à un prix tel que, dès le début de la période de
location, il est raisonnablement certain que l'option sera levée ;
• la période de location couvre la majeure partie de la durée de vie économique de l'actif
même sans transfert de propriété en fin de location ;
• au commencement de la période de location, la valeur actualisée des paiements
minimaux est au moins égale à la quasi-totalité de la juste valeur de l'actif loué ; ou
encore les actifs loués sont d'une nature tellement spécifique que seul le preneur peut les
utiliser sans apporter de modifications majeures.

Bien que ces critères apparaissent suffisamment clairs pour la qualification des contrats de
location, la pratique montre que cet exercice n’est pas toujours évident en raison
notamment du manque de précision de la norme sur des situations particulières présentées
ci-après.

2.1. Incidence d’une option de renouvellement sur la période de location

La période de location désigne :

79
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

• la période non résiliable pour laquelle le preneur s'est engagé à louer l'actif,
• ainsi que toutes périodes ultérieures pour lesquelles le preneur a l'option d'obtenir la
poursuite de son contrat de location, moyennant ou non le paiement d'une somme
complémentaire, dans la mesure où, dès le commencement du contrat de location, on
peut avoir la certitude raisonnable que le preneur exercera son option.

Le commencement du contrat de location est la date de signature du contrat de location ou,


si elle est antérieure, la date d'engagement réciproque des parties sur les principales clauses
du contrat de location. Cette date ne doit pas être confondue avec la date de début de
période de location, qui correspond à la date à laquelle le preneur est autorisé à exécuter son
droit d'utilisation de l'actif loué (IAS 17.4).

Ainsi, si dès le commencement du contrat de location, il est raisonnablement certain que le


preneur exercera son option de renouvellement, la période de location doit pendre en
compte cette option de renouvellement. En revanche, dans le cas contraire, il ne devra pas
être tenu compte de cette option pour apprécier la période de location.

Exemple : L'entité A, un distributeur, loue des magasins dans le pays dans lequel il opère.
La durée des contrats de location des magasins est de dix ans et le preneur dispose d'une
option lui permettant de prolonger la durée des contrats de dix années supplémentaires. La
direction de l'entité n'est pas sûre au commencement du contrat de location d'exercer
l'option de prolongation car il est possible que les lieux d'implantation perdent de leur
intérêt d'ici quelques années.
Dans ce cas, la durée de location ne doit pas tenir compte de l'option de renouvellement
car, au commencement du contrat de location, la direction n'a pas une certitude
raisonnable qu'elle prolongera le contrat. En conséquence, la durée du contrat de location
(10 ans) ne couvrant pas la majeure partie de la durée de vie économique du bien, le
contrat devrait, sauf indicateur contraire, être classé comme un contrat de location simple.

2.2. Définition des paiements minimaux

Ce sont les paiements que le preneur est, ou peut être, tenu d'effectuer pendant la durée du
contrat de location, à l'exclusion des loyers conditionnels, du coût des services et des taxes
à payer ou à rembourser au bailleur. Ils incluent, en outre :
• pour le preneur, tous les montants garantis par lui ou par une personne qui lui est liée ;
• pour le bailleur, toute valeur résiduelle qui lui est garantie par le preneur, une personne
liée au preneur ou encore un tiers non lié au bailleur qui a la capacité financière
d'assumer les obligations de garantie.

80
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

En outre, si le preneur a la possibilité d'acquérir l'actif à un prix suffisamment inférieur à sa


juste valeur à la date à laquelle l'option d'achat peut être levée de sorte que, dès le
commencement du contrat de location, il est raisonnablement certain que l'option sera
levée, les paiements minimaux au titre de la location englobent alors :
• les montants minimaux à payer au titre de la location sur la durée du contrat de location
jusqu'à la date prévue de levée de l'option d'achat et,
• le paiement à effectuer pour lever ladite option.

2.3. Prise en compte de la valeur actualisée des paiements minimaux pour la


qualification des contrats de location

La valeur actualisée des paiements minimaux est, comme précisé ci-dessus, l’un des
critères qui permettent de qualifier un contrat de location comme une location-financement
si, au commencement de la période de location, celle-ci est au moins égale à la quasi-
totalité de la juste valeur de l'actif loué. Mais comment interpréter la « quasi-totalité » ?
Existe-t-il un seuil défini par la norme IAS 17 ?

La réponse est clairement : Non. En effet, contrairement à la norme américaine FAS 13.7d,
qui précise qu'un contrat de location devrait être classé en contrat de location simple
lorsque la valeur actuelle des paiements minimaux est inférieure à 90 % de la juste valeur
de l'actif, la norme IAS 17 n’apporte pas de précision à ce niveau.

En conséquence, en IFRS, la qualification du contrat de location repose tant sur des facteurs
quantitatifs que qualitatifs, ainsi que sur une appréciation de la substance de l'opération.

Exemple : L'entité A loue une machine à l'entité B. La juste valeur de la machine s'élève à
77 000. Le taux d'actualisation annuel applicable est de 6 %. Les paiements annuels au
titre du contrat de location s'élèvent à 9 500 payables annuellement à terme échu. La durée
du contrat est de 9 ans. Les valeurs résiduelles garantie et non garantie sont
respectivement de 9 000 et 12 000.

Dans notre exemple, les données économiques indiquent que le contrat devrait en principe
être classé en contrat de location-financement. En effet, la valeur actuelle des paiements
-9 -9
minimaux s'élève à 69 943 [(9 500 × ((1-1,06 ))/0.06) + 9 000 × 1,06 ], soit 90,8 % de la
juste valeur de l'actif loué, proportion qui peut être considérée comme représentant la
quasi-totalité de la juste valeur de l'actif loué. La conclusion n'aurait pas été différente, en
l'absence d'indicateur contraire, si les valeurs résiduelles garanties et non garanties
avaient été légèrement différentes (par exemple, une valeur résiduelle garantie et non
garantie respectivement de 7 000 et 14 000) ?

81
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

En effet, la valeur actualisée des paiements minimaux aurait été de 68 759 [(9 500 × ((1-
-9 -9
1,06 ))/0.06) + 7 000 × 1,06 ], soit 89 % de la juste valeur de l'actif loué, proportion qui
peut également être considérée comme représentant la quasi-totalité de la juste valeur de
l'actif loué. Un tel contrat, dont la substance n'est pas fondamentalement différente du
contrat précédent, aurait été classé à tort en contrat de location simple si un seuil de 90 %
avait été utilisé dans cet exemple.

En conclusion, la norme IAS17 laisse une marge d’interprétation à l’appréciation de la


personne amenée à classer les contrats de location et fait confiance à son jugement compte
tenu de l’ensemble des éléments dont il a connaissance.

2.4. Classification d'un contrat de location portant sur un terrain seul

Un contrat de location portant sur un terrain seul doit être classé en location simple si le
transfert de propriété au preneur à la fin de la location n'est pas contractuellement prévu ou,
en cas d'existence d'une option d'achat, si l'exercice de cette option n'est pas
raisonnablement certain. Cette règle ne peut pas être remise en cause par l’importance de la
durée de location.

2.5. Qualification d'un contrat de location portant sur un ensemble immobilier

Dans ce cas, le terrain et la construction doivent être considérés séparément afin de qualifier
distinctement le contrat de location relatif à chacune des parties.

Exemple : Une banque est propriétaire d'un hôtel et du terrain sur lequel il est construit. Le
plan local d'urbanisme n'autorise pas une autre utilisation du bien. La banque loue l'hôtel
à un gestionnaire hôtelier pour une durée de 40 ans, cette période représentant
approximativement la durée d'utilité résiduelle du bâtiment. Comment doit être classé le
contrat de location ?

• Dans ce cas, chaque élément du contrat de location doit être considéré séparément :
la part correspondant à la location de l'hôtel devrait être classée en tant que contrat de
location-financement, le preneur bénéficiant de la quasi-totalité des avantages du
bâtiment sur sa durée d'utilité résiduelle ;
• la part correspondant à la location du terrain est un contrat de location simple. En effet,
la durée d'utilité des terrains est infinie, en conséquence, la banque conserve la quasi-
totalité des avantages du terrain.

82
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

2.6. Qualification des baux commerciaux 3-6-9

Rappelons que le bail commercial (couramment appelé « bail 3-6-9 ») est un contrat portant
sur des locaux commerciaux qui règle les relations entre le propriétaire des murs (le
bailleur) et le locataire artisan ou commerçant (le preneur). Le bail 3-6-9 est conclu pour
une période de neuf ans avec la faculté de résiliation tous les trois ans pour le preneur.

Ainsi, dans un bail commercial 3-6-9, malgré le droit à renouvellement indéfini du bail, le
preneur dispose d'une souplesse législative certaine qui lui permet notamment de quitter les
locaux loués à chaque période triennale sans pénalité.

En conséquence, l'essentiel des risques et avantages liés à la propriété de l'actif n'est pas
transféré par le bailleur au preneur dans un bail commercial 3-6-9. Les baux commerciaux
de cette nature devront donc, sauf exception, être classés en contrats de location simple.

Toutefois, dans certaines circonstances très particulières, par exemple, lorsque des
investissements corporels extrêmement significatifs, indissociables du bail, et ayant une
durée de vie bien supérieure à la durée légale du bail (9 ans), ont été réalisés par le preneur,
le bail commercial pourrait devoir être qualifié de contrat de location-financement (si,
compte tenu de l'ensemble des faits et circonstances pertinents, il transfère au preneur
l'essentiel des risques et avantages attachés à la propriété du bien).

2.7. Traitement comptable des contrats de cession bail

Les contrats de cession bail doivent être traités selon les dispositions de la norme IAS 17.
Le tableau suivant récapitule les traitements comptables à appliquer lorsqu’il s’agit d’une
cession bail suivie d’une location-financement ou d’une location simple :

Type de contrats de
Comptabilisation du résultat de cession
cession-bail
Cession-bail suivie
d'une location- Etalement sur la durée du bail
financement
Si prix de cession = juste
Si prix de cession < juste Si prix de cession > juste
valeur et loyers = juste
valeur valeur
valeur
Constatation Immédiate en
résultat, sauf si moins-value de Etalement de la
Cession-bail suivie cession compensée par des différence entre prix de
d'une location simple Constatation Immédiate en loyers futurs en dessous du
cession et juste valeur
résultat en « autres marché. sur la période
produits»/« autres charges »
Dans ce cas, la moins-value est d'utilisation attendue de
étalée au prorata des loyers sur l'actif
la durée du bail

83
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

2.8. Traitement des droits d’utilisation d’actifs (IFRIC 4)

Lorsqu'un contrat de location est identifié au sein d'une transaction plus globale, les
paiements au titre du contrat global devront être séparés entre la composante location et les
autres composantes (en général, prestations de services). Le contrat de location identifié
entre dans le champ d'application de la norme IAS 17 et doit donc être comptabilisé
conformément à cette norme, soit en location simple, soit en location-financement. Les
autres éléments du contrat seront à comptabiliser selon les normes qui leur sont applicables.

A cet effet, les paiements résultant de l'accord attribués à la location devront être distingués
de ceux attribués aux autres éléments (tels que les prestations de services ou les biens
fournis), cette affectation devant être effectuée sur la base de leurs justes valeurs relatives.

Pour ce faire, les paiements et autres contreparties imposés par l'accord doivent être séparés
soit au commencement de l'accord, soit lors d'une réappréciation de l'accord entre ceux
afférant à la location et ceux concernant d'autres éléments sur la base de leurs justes valeurs
relatives. Toutefois, cette séparation peut présenter certaines difficultés et il est parfois
nécessaire d'utiliser une technique d'estimation pour procéder à la séparation des paiements.
Par exemple :
• en estimant les paiements au titre de la location par référence à un contrat de location
pour un actif comparable qui ne contient aucun autre élément ;
• ou en estimant les paiements au titre des autres éléments de l'accord par référence à des
accords comparables et ensuite en déduisant ces paiements du total des paiements dans
le cadre de l'accord.

Section 3 : Mise en place de l’approche par composants

La taille d’une entité et la nature de ses actifs conditionneront les adaptations


organisationnelles à réaliser pour la mise en place de l’analyse par composants. En effet, la
mise en place de l’approche par composants nécessitera un diagnostic afin d’identifier les
postes éventuels à retraiter lors du changement de méthode.

Bien souvent, l’application de l’approche par composants nécessitera de s’inscrire dans une
démarche de gestion de projet à l’échelle de l’entité.

84
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

3.1. La phase préparatoire à la comptabilisation par composants

L’approche par composants ne peut pas se résumer à une écriture de la direction financière
en fin de période (comme par exemple pour les retraitements de contrats de location-
financement, ou de la provision pour retraite). Elle nécessite d’impliquer à la fois les
techniciens chargés de la maintenance, les acheteurs, les responsables de chantiers, et
l’ensemble des comptables pour à la fois se partager la tâche énorme du découpage des
immobilisations, et aussi pour permettre à chacun d’acquérir la philosophie de ces
nouvelles règles de comptabilisation et de suivi des immobilisations.

a. Le recueil des discordances dans les pratiques existantes

Les enjeux éventuels sur la présentation des comptes et le résultat, associés à l’importance
des changements à mettre en place, impliquent nécessairement au départ, une décision de la
direction de l’entreprise pour lancer ce projet. Cela permettra de donner les moyens et la
légitimité à la personne ou l’équipe chargée d’en étudier la mise en œuvre.

Dans la mesure où les impacts touchent en premier lieu les comptes sociaux, les
intervenants privilégiés seront un comptable disposant d’une bonne connaissance de la
société et l’expert comptable de l’entreprise bénéficiant naturellement d’une légitimité.
Selon la taille de l’entité, une équipe réunissant ces qualités peut être mise en place pour
organiser le passage à l’approche par composants.

Une fois la personne ou l’équipe arrêtée, son premier travail sera le recueil des discordances
en analysant le degré existant dans le découpage des immobilisations.

La norme IAS 16 prévoit que les composants d’un actif ayant des utilisations différentes ou
qui procurent à l’entreprise des avantages économiques selon des rythmes différents,
devront être comptabilisés séparément et un plan d’amortissement propre à chacun de ces
éléments devra être retenu.

Avant de démarrer tout travail de diagnostic, la mise en place de l’approche par composants
suppose l’existence d’un fichier des immobilisations corporelles supporté par un inventaire
physique récent. Ainsi, en l’absence d’un tel fichier, le premier travail qui devra être
effectué par l’entreprise sera de mettre à jour son inventaire physique des immobilisations.
Cet inventaire sera l’occasion d’identifier les immobilisations pour lesquelles l’entreprise
n’attend plus d’avantages économiques futurs et qui doivent être décomptabilisées en IFRS
car elles ne répondent pas à la définition d’un actif.

85
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Une fois ce travail effectué, l’entreprise doit chercher, à travers une enquête préliminaire, à
identifier toutes les pratiques de comptabilisation d’immobilisations contraires aux
dispositions de la norme IAS 16. Son objectif est ici de faire un survol de tous ses actifs
corporels afin d’en identifier deux grands groupes :

• Les actifs déjà individualisés à l’inventaire pour lesquels l’analyse par composants
n’entraînera pas de modification ;
• Les actifs comportant plusieurs éléments susceptibles de devoir être découpés.

Ce premier travail est souvent gratifiant dans la mesure où il permet d’éliminer rapidement
une grande partie des immobilisations n’ayant pas besoin d’être retraitées. Ainsi, le matériel
de transport, et mobilier et matériel de bureau sont généralement des catégories qui ne
nécessitent pas de décomposition.

Ce travail de recherche doit être documenté et archivé afin de justifier l’absence d’analyse
complémentaire des actifs concernés, notamment auprès des commissaires aux comptes.

Cette appréciation peut être délicate car la norme IAS 16 indique que l’approche par
composants doit porter sur les principaux éléments d’une immobilisation, mais ne fournit
pas beaucoup d’illustrations sur les critères à retenir pour ce découpage. La norme donne
tout de même quelques exemples : le renouvellement intérieur d’un four, ou encore le
changement des sièges et des cuisines d’un avion. Néanmoins, ces exemples sont loin de
couvrir l’ensemble des questions qui peuvent survenir en fonction des différents types
d’immobilisations.

L’approche retenue par l’entreprise devra être pragmatique. Ainsi, pour tous les biens pour
lesquels un doute apparaît quant à la nécessité de les décomposer, les questions suivantes
devraient être posées :
• Le composant identifié constitue t-il un élément principal de l’immobilisation à laquelle
il se rattache ?
• La durée de vie de ce composant est-elle significativement différente de
l’immobilisation à laquelle il se rattache ?
• La valeur totale de la catégorie d’actifs à laquelle appartient ce composant est-elle
significative par rapport au total des actifs ?

On notera que le troisième critère relatif à la valeur de la catégorie d’actifs par rapport au
total de l’actif immobilisé n’est pas spécifiquement prévu par les textes. La réponse positive
à cette question permet de mettre en avant les actifs à retraiter en priorité par composants,

86
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

mais une réponse négative ne dispense pas d’appliquer l’approche par composants à ce
groupe d’actifs.

Sur le plan pratique, et avant de démarrer les travaux de décomposition, le management de


l’entreprise pourra fixer, en concertation avec ses commissaires aux comptes, des seuils de
matérialité pour l’application de l’approche par composants. Ainsi, pour la délimitation du
périmètre d’applicabilité de l’approche par composants, un seuil global peut être fixé. Il
consistera à appliquer cette approche aux immobilisations dont les valeurs brutes
représentent un certain pourcentage (80% par exemple) de la valeur totale des
immobilisations corporelles.

Des seuils individuels par actif pourront également être fixés pour éviter à l’entreprise de
décomposer les immobilisations corporelles dont les valeurs unitaires sont inférieures à un
certain montant (100.000 Dhs par exemple).

Bien entendu, ces seuils dépendront de chaque entreprise en fonction du caractère


significatif ou non des impacts attendus sur ses agrégats financiers. A l’échelle d’un
groupe, ces seuils devront être cohérents.

b. L’analyse des provisions pour grosses réparations

Dans le cadre de ce diagnostic préalable, l’entreprise doit également passer en revue les
provisions pour grosses réparations qui sont généralement constituées pour faire face à un
futur remplacement d’une partie significative d’une immobilisation ou à une révision
majeure.

Ces provisions sont interdites en normes IFRS. En effet, l’adoption de l’approche par
composants permet à l’entreprise de suivre séparément chaque composant significatif de
l’immobilisation et de l’amortir sur sa propre durée d’utilité. Ainsi, le remplacement d’une
partie de l’immobilisation se traduit par la sortie de l’ancien composant et l’entrée du
nouveau.

Concernant les révisions majeures, la norme IAS 16 exige que le coût de celles-ci soit
identifié comme une composante à part à l’entrée de l’immobilisation. Ce composant
« Révision » est ainsi amorti sur la durée séparant deux révisions majeures.

Exemple : Une installation industrielle acquise neuve le 1/1/N pour 1000, dont la durée
d’utilité est de 50 ans, et devant faire l’objet d’une révision majeure chaque 10 ans (coût
estimé de la révision en N : 150, coût réel en N+9 : 160).

87
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Au 31/12/N
Immobilisation Amort. Immo Provision Compte de Résultat
1000 20 15 20
Maroc Gaap 15

1000 20 15 35

Immobilisation Amort. Immo Compte de Résultat


Comp 1 850 17 17
IFRS Gaap Comp 2 150 15 15

1000 32 32

Au 31/12/N+9
Immobilisation Amort. Immo Provision Compte de Résultat
1000 200 150150 20 150
Maroc Gaap 15
160
1000 200 150 45

Immobilisation Amort. Immo Compte de Résultat


Comp 1 850 150 150170 17
IFRS Gaap Comp 2 150 150 15
Comp 3 160

1010 220 32

Ainsi, l’analyse des provisions pour grosses réparations permet d’identifier les composants
d’immobilisations nécessitant un remplacement à intervalles réguliers ainsi que les
composants « Révision » à suivre séparément.

3.2. La mise en œuvre de l’approche par composants

Le premier diagnostic a permis d’éliminer les immobilisations ne nécessitant pas de


décomposition. Une fois cette tâche accomplie, la collaboration entre comptables et
techniciens s’avère indispensable. Elle leur fournira d’une part la possibilité d’améliorer
leur compréhension mutuelle et d’autre part, d’apprécier l’ampleur des actions à accomplir.
Ils devront ainsi établir un planning précis pour coordonner et fixer les échéances des
différents intervenants.

Ainsi, après avoir récupéré l’inventaire physique le plus récent, le travail devra être réalisé
compte tenu des contraintes techniques et de temps. Le tableau ci-après définit les étapes à
suivre par les différents intervenants et donne les durées indicatives pour une entreprise
industrielle de taille moyenne.

88
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Etapes Intervenants Durée


1) Récupération de l’inventaire et définition du Comptables Jours : 2 à 3
périmètre d’application de l’approche par
composants (exclusion des immobilisations non
décomposables en fonction de leur nature ou leur
matérialité)
2) Proposition des composants à créer Techniciens Jours : 30 à 45
3) Fixation définitive des nouveaux composants à Comptables Jours : 30
créer et les durées d’amortissements y afférents Techniciens
Informaticiens
4) Détermination des codifications (en comptabilité Comptables Jours : 15
et en gestion) et création dans le système Contrôleurs de
d’information gestion
Informaticiens
5) Transmission du fichier d’inventaire complété des Comptables Jours : 15
colonnes représentant les nouvelles codifications afin
d’y reporter les immobilisations décomposées
6) Tests du nouveau fichier d’inventaire Comptables Jours : 5
Informaticiens
7) Intégration dans le système d’information du Informaticiens Jours : 2 à 3
nouveau fichier d’inventaire

On arrive à un total approximatif de 100 jours, soit environ 5 mois du début du projet à
l’obtention d’un système d’information opérationnel. En pratique, l’ensemble de ces étapes
peut s’étaler sur une durée plus longue en raison d’intermèdes entre les différentes phases.
Toutefois, au-delà du nombre de jours indiqué, c’est surtout la répartition des durées sur les
différentes étapes qui devrait ici servir de repère pour chaque entité.

Afin que ce travail soit réalisé correctement et dans les délais impartis, il doit être suivi et
coordonné par une responsable de projet « décomposition ». Il doit en principe avoir une
bonne connaissance des pratiques comptables de l’entreprise concernant les
immobilisations ainsi que les nouvelles règles prévues par la norme IAS 16, tout en ayant la
légitimité lui permettant d’arbitrer les problèmes qui lui seront soumis. Parmi les personnes
qui réunissent ces qualités, on citera l’expert comptable de l’entreprise, le chef comptable
ou encore, selon la taille de l’entreprise, un responsable « Immobilisations » du
département comptable.

a. Récupération de l’inventaire et définition du périmètre d’application de l’approche par


composants
Il s’agit ici de créer le document de référence qui va ensuite servir à l’ensemble des
opérations d’analyse et de comptabilisation en composants des immobilisations.

Les deux objectifs qui doivent guider cette étape sont :

89
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

• S’assurer de l’exhaustivité et de la validité de l’inventaire récupéré,


• Transférer cet inventaire sur un support facilement exploitable.

Pour cela, on peut s’appuyer sur l’inventaire réalisé lors de la dernière clôture. Il sera
préférable de récupérer, dans un premier temps, un inventaire exhaustif. Cela permettra en
effet de vérifier aisément la concordance entre les montants de l’inventaire et les postes
portés à l’actif du dernier bilan. Une fois cette étape réalisée, le fichier peut être tronqué de
l’ensemble des immobilisations identifiées lors de la première phase de diagnostic. Enfin,
un tri par activité des immobilisations peut être fait afin d’adresser à chaque technicien que
la partie de l’inventaire le concernant.

Pour travailler aisément sur les données de cet inventaire, un transfert vers un fichier de
type tableur Excel est recommandé.

Ce document unique et souple d’utilisation permettra une communication aisée entre les
comptables et les techniciens et il donnera la possibilité de réaliser rapidement toutes les
simulations souhaitées.

b. Identification des composants à créer

Lors de cette phase, il convient de transférer à chaque technicien l’extrait de l’inventaire le


concernant, en y joignant un guide méthodologique. Ces modalités doivent reprendre et
préciser la liste des critères pour identifier les principaux actifs. Ainsi, les paramètres
suivants peuvent être proposés dans ce guide pour l’identification des composants :
• Durée d’utilité du composant ;
• Valeur significative du composant ;
• Intervalle de remplacement du composant.
Au même temps que le travail d’identification des composants, les techniciens doivent
signaler toute immobilisation non utilisée ou mise en rebut et qui fait partie de l’inventaire.

Par ailleurs, en plus de leur fournir les modalités de découpage à retenir, il est primordial de
rappeler aux techniciens que cette analyse a notamment pour objectif de s’aligner sur leurs
contraintes quotidiennes démontrant ainsi le côté pratique et pas seulement théorique de ce
travail.

Enfin, un délai précis de retour par les techniciens de leurs analyses doit être fixé.

90
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

c. Fixation définitive des nouveaux composants à créer et les durées d’amortissements y


afférents
Il s’agit maintenant de créer les grilles de décomposition les plus synthétiques possibles en
regroupant tous les composants d’une immobilisation dont les durées d’utilité seraient
similaires ou encore sensiblement différentes, et en regroupant les éventuels composants
dont les valeurs unitaires sont faibles compte tenu des seuils fixés par l’entreprise.

Ces grilles revêtent une importance cruciale car elles serviront de trame aux comptables
pour la décomposition des immobilisations existantes mais aussi, toutes les futures
acquisitions d’immobilisations. Ce travail permettra ainsi de constituer l’ossature du
nouveau manuel des immobilisations corporelles de l’entreprise.

De nombreux échanges sont indispensables lors de cette étape entre les techniciens, les
comptables et les informaticiens pour aboutir à la création de composants en respectant la
réalité économique et en conciliant les nouvelles règles comptables et les contraintes du
système d’information.

La fin de cette phase de travail se traduira par l’obtention de tableaux récapitulatifs comme
celui-ci :
Poste : Installations techniques
Nature immobilisation Composants Durée d’utilité Valeur en Dhs
Immobilisation principale 1 Comp 1 25 X
Comp 2 10 Y
Comp 3 5 Z

La répartition de la valeur globale de l’immobilisation principale sur les différents


composants peut être également exprimée en pourcentages estimés par les techniciens.

A ce niveau, les techniciens peuvent être assistés par les comptables qui leur fourniront,
dans la mesure du possible, les factures d’acquisition des immobilisations principales et
celles relatives aux différents remplacements effectués sur celles-ci.

Bien entendu, les immobilisations corporelles sélectionnées dans le périmètre d’application


de l’approche par composants sont nécessairement examinées par les techniciens mais, ne
sont pas forcément décomposées si par exemple, les différents composants y afférents sont
utilisés sur les mêmes durées d’utilité.

Au niveau d’un groupe d’entreprises, il convient de distinguer les groupes mono activité
des groupes multi activité.

91
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Dans le premier cas, ce travail peut être effectué au niveau de la holding afin de déterminer
une approche par composants cohérente qui serait appliquée par toutes les entités
consolidées. Ceci n’est pas possible dans le second cas et chaque entreprise, ou chaque
activité, devra effectuer son propre travail de décomposition sur la base se sa propre réalité
économique.

Toutefois, dans ce dernier cas, il est possible que la holding joue un rôle de coordination en
fixant les seuils de matérialité et en précisant les natures d’immobilisations qui seraient
exclues du périmètre d’application de l’approche par composants. Il est aussi possible que
la holding se charge de la définition d’une approche par composants pour les
immobilisations ne présentant pas de différence d’une activité à une autre comme les
constructions.

Une grille unique de décomposition des constructions peut être ainsi définie pour
l’ensemble du groupe en fonction des familles de constructions. Le tableau ci-après en
fournit une illustration :

Composants Famille 1 Famille 2 Famille 3 Famille 4 Famille 5 Famille 6 Famille 7

Gros œuvre 39% 80 ans 44% 80 ans 58% 80 ans 50% 40 ans 100%50 ans 40% 20 ans
Toiture 12% 60 ans 0% 60 ans 19% 60 ans 7% 30 ans 8% 20 ans
Menuiserie et Travaux extérieurs 14% 40 ans 12% 40 ans 23% 40 ans 13% 20 ans 100%20 ans 40% 20 ans
Gros Equipements 16% 20 ans 25% 20 ans NA 20 ans 18% 20 ans 10% 15 ans
Petits Equipements et agencements 19% 10 ans 19% 10 ans NA 10 ans 12% 10 ans 2% 5 ans
Terrain
Constructions
Bâtiments Constructions Terrains avec
Constructions Constructions Bâtiments en co- légères
Familles spécifiques, légères aménagements
lourdes < R+2 lourdes R+2 propriété métalliques autres
garages métalliques extérieurs
que Famille 4

d. Détermination des codifications (en comptabilité et en gestion) et création dans le


système d’information
Afin de pouvoir rattacher les composants à leurs immobilisations principales, un numéro
d’identification commun (ou racine) est établi dans la codification de chaque fiche
d’immobilisation.

e. Transmission du fichier d’inventaire complété des colonnes représentant les nouvelles


codifications afin d’y reporter les immobilisations décomposées
Une fois la trame de décomposition des immobilisations réalisée et les codifications idoines
créées, le responsable projet devrait réunir l’ensemble des comptables concernés afin de
leur présenter et leur transmettre les éléments suivants :

92
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

• Fichier d’inventaire défini à l’étape 1 auquel a été ajouté des colonnes vierges au format
des nouvelles codifications créées ;
• Explications sur le fonctionnement et la philosophie retenue dans ces nouvelles
codifications ;
• Les grilles d’analyse définitives construites aux étapes 2 et 3 ;
• Les modalités et règles de transposition pour alimenter les nouvelles colonnes.

Chaque comptable se voit ainsi confier une part du fichier d’inventaire qu’il va devoir
codifier et découper. La lourdeur de ce travail impose de choisir, dans la mesure du
possible, une période en dehors de tout arrêté comptable important.

f. Tests du nouveau fichier d’inventaire


Les tâches de vérification du fichier d’inventaire se repartissent tout au long de la réception,
par le responsable du projet, des données transmises par les comptables. En effet, même si
une date butoir est fixée pour les retours du fichier d’inventaire, chacun est incité à
transmettre ses travaux au fur et à mesure. Cela permet d’étaler la charge de travail des
tests, mais également d’identifier au plus tôt des anomalies dans la façon de remplir les
fichiers, ou des erreurs récurrentes, et d’attirer ainsi la vigilance sur tous ces problèmes.

g. Intégration dans le système d’information du nouveau fichier d’inventaire


Ce travail nécessite une bonne connaissance du système d’information relatif à la gestion
des immobilisations. Ainsi, selon la complexité du logiciel et du nombre de correctifs à
apporter, ces opérations pourront être entreprises soit par un comptable utilisant
habituellement ce logiciel, soit par des informaticiens spécialisés.
Au cours de ces différentes étapes, l’expert-comptable peut jouer un rôle de conseil pour
accompagner l’entreprise à différents niveaux et notamment pour :
• La définition et l’organisation du projet ;
• L’identification des divergences avec les pratiques existantes ;
• La définition des nouveaux principes ;
• L’établissement du cahier des charges pour l’adaptation ou le remplacement du système
informatique ;
• Le test du nouveau système informatique ;
• L’animation de formations…

93
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

3.3. Comptabilisation de l’approche par composants

a. Les différentes méthodes de première comptabilisation de l’approche par composants

La norme IFRS 1 relative à la première adoption des IFRS permet de retenir l’une des deux
méthodes suivantes pour la première comptabilisation de l’approche par composants :

• Reconstitution du coût historique : la mise en œuvre de cette méthode nécessite


d’effectuer un calcul rétrospectif des amortissements comme si l’approche par
composants a été retenue depuis la date d’entrée de l’immobilisation dans l’actif de
l’entreprise ;
• Evaluation à la juste valeur à la date de transition : cette méthode exonère l’entreprise
d’effectuer le calcul évoqué ci-dessus pour le passé. Toutefois, l’approche par
composants sera utile pour le calcul des amortissements au cours des exercices suivant la
transition.

On rappellera à ce niveau que le choix de l’application de l’une ou de l’autre méthode est


laissé à l’appréciation de l’entreprise.

b. Les impacts sur les capitaux propres de la première comptabilisation par composants

Les impacts de l’application de l’approche par composants sur les capitaux propres
dépendent de la méthode de comptabilisation choisie pour chaque immobilisation et de
l’importance et du sens des écarts entre les durées d’amortissement existantes et celles
retenues en IFRS.

Ainsi, si l’application de l’approche par composants se traduit par un rallongement des


durées d’utilité, l’impact du passage aux IFRS sera positif sur les capitaux propres et
s’inversera progressivement sur les résultats futurs de l’entreprise. Bien entendu, ce
raisonnement n’est valable que pour les immobilisations auxquelles l’entreprise a choisie
d’appliquer la méthode de reconstitution du coût historique.

Pour les immobilisations évaluées à la juste valeur, l’impact sur les capitaux propres à la
date de transition dépendra du niveau de la valeur nette comptable actuelle par rapport à
cette juste valeur.

Au niveau des groupes européens ayant déjà publiés leurs comptes en IFRS, on observe
généralement des impacts largement positifs sur l’application de l’approche par composants

94
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

en raison notamment des durées d’amortissement anormalement faibles retenues au niveau


de l’ancien référentiel.

c. Intégration de la provision pour démantèlement dans l’approche par composants

La norme IAS 16 exige que les dépenses estimées de démantèlement et de rénovation de


sites soient inscrites en augmentation du coût d’entrée du bien. Cette disposition rejoint la
norme IAS 37 relative aux « Provisions, passifs éventuels et actifs éventuels » qui oblige à
provisionner toutes les obligations actuelles qui aboutiront à une sortie probable de
ressources.

On notera que contrairement aux autres composants vus jusqu’ici et qui devraient être
comptabilisés « en dedans » de l’immobilisation principale à laquelle ils se rattachent, il
s’agit ici d’un composant supplémentaire venant en augmentation de la valeur de
l’immobilisation principale.

Ainsi, chaque entreprise ne devra pas omettre de s’interroger sur l’obligation ou non
d’enregistrer un tel composant. La démarche consiste à identifier les obligations juridiques
ou réglementaires de démantèlement existantes, puis d’en évaluer, de la façon la plus fiable,
les montants à porter à l’actif. Bien entendu, l’aspect significatif est à considérer.

Selon la norme, ce montant devrait correspondre au coût estimé des dépenses à engager à la
date de démantèlement actualisé pour tenir compte de l’effet temps sur l’argent. On
imagine bien la difficulté à laquelle fait face une entreprise qui doit estimer le coût de
démantèlement de son site industriel dans 30 ans. Pour pallier à cette difficulté, il est
recommandé que le coût du démantèlement soit apprécié sur la base des conditions
actuelles et que le montant estimé fasse l’objet d’une capitalisation pour tenir compte de
l’effet temps.

Une fois le montant fixé, son enregistrement en IFRS consistera à constater une provision
pour démantèlement au passif en contrepartie d’une composante « Démantèlement » affecté
à l’immobilisation ou aux immobilisations principales concernées à l’actif.

La composante « Démantèlement » est ainsi amortie sur sa propre durée d’utilité qui est, en
principe, égale à la durée restant à courir avant d’effectuer l’opération de démantèlement.
Quant à la provision, elle sera augmentée à chaque arrêté de l’effet de la désactualisation de
telle façon à ce qu’elle soit égale au coût estimé de démantèlement à la date de
démantèlement.

95
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

d. Les conséquences à chaque étape de la vie d’une immobilisation

Une fois l’approche par composants mise en place, la phase d’application quotidienne des
nouvelles règles démarre. Nous terminerons ainsi ce chapitre consacré aux aspects
comptables en nous situant postérieurement à la mise en place de cette approche.

Le tableau suivant reprend les différentes étapes de la vie d’une immobilisation avec les
principaux points à envisager suite à l’application de l’approche par composants :

Etape Points à envisager


Entrée à l’actif Composants : vérifier si l’immobilisation entrante peut être découpée
en composants à comptabiliser séparément. A cet effet, il s’agit soit
d’appliquer une approche par composants déjà mise en place pour une
immobilisation similaire ou effectuer un nouveau découpage s’il s’agit
d’un nouveau type d’immobilisation. Pour ce dernier cas, il convient
de demander pour chaque nouvelle acquisition une facture détaillée du
fournisseur qui distingue notamment les principales parties de
l’immobilisation et leurs coûts respectifs.
Entretien : si des révisions majeures sont prévues sur
l’immobilisation acquise, il faut les isoler immédiatement au sein de la
valeur comptabilisée et les amortir sur la durée séparant deux
révisions. A ce niveau, les connaissances du fournisseur de
l’immobilisation constituent une précieuse aide.
Démantèlement : en fonction des obligations juridiques ou
réglementaires, il s’agit de vérifier l’existence d’éventuelles remises
en état de sites ou de démantèlement attachées à l’actif acquis pour en
comptabiliser le coût le cas échéant.
Durant la vie de Entretien / Remplacement : avant d’enregistrer une dépense engagée
l’immobilisation en immobilisations ou en charges d’entretien, vérifier qu’elle ne
représente pas un composant suivi à l’actif.
Dans l’affirmative, les comptabiliser en remplacement du composant
concerné. Sinon, elles seront comptabilisées en charges de l’exercice à
moins que celles-ci ne représentent un nouveau composant qui vient se
greffer à l’immobilisation principale.
Sortie de l’actif Remplacement d’un composant : en cas de remplacement d’un
composant, il peut arriver que sa durée de vie dépasse celle de
l’immobilisation principale. Il faut alors raccourcir et aligner le plan
d’amortissement du composant sur la durée d’amortissement
résiduelle de l’immobilisation principale.
Sortie définitive d’un composant : cette situation se produit lorsque
l’immobilisation principale sort de l’actif (sauf dans le cas
exceptionnel où un composant sort seul de l’actif car il est devenu
inutile suite à des évolutions technologiques). Il s’agit de vérifier que
l’ensemble des composants de l’immobilisation principale ont été
sortis de l’actif.

96
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Hormis toutes les difficultés déjà évoquées pour pouvoir identifier et comptabiliser les
composants, ce tableau fait ressortir la nécessité d’un suivi attentif au quotidien de ces
derniers. Ainsi, en plus des points précités, une autre difficulté peut provenir des
remplacements partiels de composants. En effet, les composants identifiés ont pour
caractéristique de représenter une valeur significative, ce qui signifie que dans de nombreux
cas ils sont eux-mêmes constitués de sous composants non individualisés. En cas de
changement d’un de ces sous composants, l’entreprise devra alors s’appliquer à la
recherche des mêmes critères qu’en cas de remplacement d’une immobilisation principale :
• Si le remplacement partiel d’un composant n’a pour objet que de permettre son
utilisation normale, les dépenses engagées auront le caractère de charges d’entretien. Ce
cas est le plus courant ;
• Si le remplacement partiel d’un composant introduit une amélioration ou s’il prolonge la
durée de vie du composant, ces dépenses sont alors immobilisées et la valeur nette
comptable de cette partie d’immobilisation remplacée est estimée (par exemple par
référence au coût de remplacement amorti) et est comptabilisée en charges. En effet,
selon IAS 16.70, lorsque la dépense de remplacement d’une partie d’immobilisation
répond aux conditions d’immobilisation, la valeur nette comptable de la partie
d’immobilisation qui a été remplacée doit être comptabilisée systématiquement en
charges, et ce même si la partie d’immobilisation remplacée n’avait pas été identifiée en
tant que composant lors de la comptabilisation initiale. D’où l’importance d’affecter,
conformément à IAS 16.43, le coût total d’une immobilisation corporelle à chaque partie
d’immobilisation ayant un coût significatif par rapport au coût total, indépendamment du
fait que cette partie d’immobilisation ait ou non une durée d’utilité ou un mode de
consommation des avantages économiques futurs différents de ceux de l’immobilisation
prise dans son ensemble.

Au sujet de la présentation des comptes, la norme IAS 16 prévoit un ensemble


d’informations à fournir en annexes. Mais c’est surtout la norme IFRS 8 « Operating
segments » qui requiert de nombreux indicateurs par secteur d’activité et par zone
géographique. Les entreprises vont devoir se préparer à gérer de nouvelles séries de chiffres
et d’indicateurs clés. Bien que ces nouveautés dépassent le cadre de l’approche par
composants, le système d’information dédié au suivi des immobilisations devra intégrer ces
nouvelles contraintes.

3.4. Les implications au niveau du système d’information comptable

L’approche par composants des actifs nécessite certaines spécificités au niveau du système
d’information. Le tableau ci-après présente les principaux points à prendre en compte

97
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

notamment pour la préparation d’un cahier des charges pour l’adaptation ou le


remplacement du système d’information dédié à la gestion des immobilisations :

Caractéristiques du système d’information Commentaires


Conservation de l’historique En cas de changement prospectif d’un
(base amortissable, mode d’amortissement plan d’amortissement suite à une
initial, ancienne codification…) dépréciation, le système d’information
doit pouvoir vérifier que la valeur nette
comptable d’un actif après reprise d’une
dépréciation n’excède pas la valeur nette
comptable qui figurerait au bilan si aucune
dépréciation n’avait été constatée.
Calculer les amortissements de manière En plus des changements prospectifs, le
exacte compte tenu des changements pouvant système d’information devra permettre
affecter la base amortissable, la durée d’effectuer des calculs rétroactifs en cas
d’amortissement… de changement méthode ou d’erreur.

Possibilité de suivre les immobilisations Comptes sociaux : taux d’amortissement


selon le double référentiel (Maroc Gaap et fiscaux
IFRS Gaap) notamment pour la détermination Comptes IFRS : taux d’amortissement
de la base amortissable et le calcul des économiques
amortissements Composants représentatifs de grandes
révisions : amortissement en IFRS et
provision en comptes sociaux.
Possibilité de regrouper tous les La sortie d’une immobilisation principale
composants rattachés à une immobilisation doit générer la sortie de l’ensemble de ses
principale composants.
Comparer et ajuster (en cas dépassement) le L’objectif est d’empêcher l’amortissement
taux d’amortissement de chaque composant d’un composant sur une durée plus longue
avec celui de son immobilisation principale que son immobilisation de rattachement.
Présentation des données sur les Répondre aux contraintes de la norme
immobilisations corporelles par secteur IFRS 8 en fonction des secteurs d’activité
d’activité et par zone géographique et géographique définis par le groupe.

L’arrivée des IFRS devra être perçue par l’entreprise et, à fortiori, par les groupes comme
une opportunité pour incorporer d’autres évolutions dans le système d’information.

Sachant qu’il peut y avoir autant de normes locales que de pays dans lesquels se situent les
filiales, les retraitements pour passer d’un référentiel à un autre peuvent vite s’avérer
coûteux et complexes à réaliser. En outre, la longueur des opérations de retraitements va à
l’encontre de la recherche de délais de clôture toujours plus courts, tout en préservant la
qualité de l’information remontée.

98
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

L’adaptation du système d’information doit ainsi être placée dans cette problématique.
Toutes les possibilités d’harmoniser le recueil et la présentation des informations sous un
même format devront être favorisées.

Section 4 : Réponses aux difficultés de mise en œuvre des tests de


dépréciation d’actifs

La démarche de mise en œuvre des tests de dépréciation d’actifs ayant été exposée au
niveau de la première partie, nous avons souhaité apporter, au niveau de cette section, des
réponses précises par rapport à quelques difficultés pratiques fréquemment rencontrées lors
de la réalisation de ces tests.

4.1. L’identification des UGT

Pour identifier des UGT, il faut faire preuve de jugement en fonction de différents facteurs
dont :
• la manière dont la direction gère les activités de l'entité ou la manière dont elle prend ses
décisions en matière de poursuite ou de sortie des actifs ou des activités de l'entreprise ;
• l'existence d'un marché actif pour tout ou partie de la production résultant de l'actif ou du
groupe d'actifs ;
• le niveau auquel les entrées de trésorerie sont réalisées.

En pratique, l'identification des UGT est généralement proche de la structure des systèmes
d'information internes lorsque ceux-ci sont suffisamment détaillés. En outre, s'il existe un
marché actif pour la production résultant d'un actif ou d'un groupe d'actifs, cet actif ou ce
groupe d'actifs doit être identifié comme une unité génératrice de trésorerie, même si la
production est, en tout ou partie, utilisée en interne.

Les méthodes d'identification des unités génératrices de trésorerie doivent, par ailleurs, être
permanentes et cohérentes d'un exercice à l'autre.

Exemple : Une entité a trois activités, A, B et C. Le produit fabriqué par A peut être vendu
librement sur un marché, mais la direction choisit d'utiliser tous les produits de l'activité A
dans l'activité B. Le produit de l'activité B n'a pas de marché actif et est vendu comme input
à l'entité C. Les produits de l'activité C sont vendus à des tiers. La direction gère A, B et C
comme une activité unique.

99
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Dans notre exemple, l'activité A est une unité génératrice de trésorerie distincte parce qu'il
y a un marché actif pour son produit et ce, bien que les produits de cette activité soient
intégralement utilisés en interne par B. L'activité B n'est pas une unité génératrice de
trésorerie distincte parce qu'il n'y a pas de marché actif pour son produit et qu'elle ne
génère pas de flux de trésorerie indépendamment de l'activité C. B doit en effet transférer
les produits qu'elle fabrique à l'activité C qui les retraitera et vendra le produit final à des
tiers. Les activités B et C forment donc ensemble une unité génératrice de trésorerie.

4.2. L’évolution de l’affectation du goodwill aux UGT

L'affectation du goodwill aux UGT pour les besoins des tests de dépréciation n'est pas
figée. Elle doit au contraire refléter les éventuelles modifications de la composition des
unités ou groupes d'unités génératrices de trésorerie liées à des cessions ou réorganisations
internes.

Ainsi, si la composition d'une ou plusieurs UGT à laquelle (auxquelles) un goodwill a été


affecté est modifiée, le montant du goodwill est réaffecté aux nouvelles unités. Tel peut être
le cas, par exemple, dans les deux situations suivantes :
1. fusion opérationnelle entre différentes activités auparavant distinctes, rendant
impossible le suivi à un niveau autre que global : en pratique, la décision de
centraliser la production, de mutualiser les circuits de distribution et d'arbitrer entre
les différents produits (arrêt de certains produits ou transfert d'un produit vers une
autre marque), a en général pour conséquence qu'il n'est plus possible de suivre les
cash flows au niveau des différentes activités et que seul un suivi au niveau du
cumul des différentes activités ainsi regroupées est possible ; c'est notamment le cas
lorsque des activités acquises dans le cadre d'un regroupement d'entreprises sont
intégrées à des activités existantes de l'acquéreur ;
2. décision du management de suivre le goodwill à un niveau plus fin : le management
peut décider de suivre le goodwill à un niveau plus fin, suite par exemple à une
comparaison avec ce qui est fait par les autres sociétés du même secteur. Par
conséquent, comme le goodwill doit être affecté au niveau le plus fin auquel il est
suivi par le management, l'affectation du goodwill en sera modifiée.

4.3. L’utilisation du modèle DCF pour le calcul de la valeur d’utilité d’une UGT

La juste valeur nette des frais de cession est définie par la norme IAS 36 comme le montant
qui peut être obtenu de la vente d'un actif ou d'une UGT lors d'une transaction dans des

100
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

conditions de concurrence normale entre des parties bien informées et consentantes,


diminué des coûts de sortie (IAS 36.6).

Les dispositions de la norme IAS 36.25 à .27 définissent la hiérarchie à retenir dans les
normes IFRS pour la détermination de la juste valeur dans le cadre des tests de
dépréciation:
• prix résultant d'un accord de vente irrévocable,
• prix négocié sur un marché actif,
• meilleure information disponible, en considérant le résultat de transactions récentes
portant sur des actifs similaires dans le même secteur d'activité.

En pratique, il est rare qu’on dispose au Maroc d’une information sur les deux premiers
éléments. En effet, le nombre limité des sociétés cotées et le manque d’informations qui
caractérise les opérations de regroupements d’entreprises en sont les principales raisons.

La difficulté porte alors sur la détermination de la meilleure information disponible. La


norme IAS 36 privilégie à ce niveau le recours à des transactions récentes portant sur des
actifs similaires. Mais, là aussi, il s’avère difficile voire impossible de trouver des
transactions récentes portant sur des actifs similaires dans le même secteur d'activité pour
un actif donné et encore plus dans le cas d'une UGT qui fait l'objet d'un test de dépréciation.

En l'absence de telles transactions portant sur des actifs/UGT similaires ou suffisamment


comparables (cas limités en pratique), un modèle de « discounted cash flows » (DCF) basés
sur des hypothèses de marché (taux de croissance, rentabilité...) devrait pouvoir être utilisé,
comme seule base d'estimation de la juste valeur de l'actif ou UGT considéré(e).

4.4. La détermination du taux d’actualisation

La norme IAS 36 relative aux dépréciations d'actifs requiert que les flux futurs de trésorerie
à prendre en compte pour calculer la valeur d'utilité d'un actif ou d'une unité génératrice de
trésorerie (UGT) soient des flux avant impôts (IAS 36.50b). Ainsi, le taux d'actualisation à
retenir doit être également un taux avant impôts (IAS 36.55).

Cependant, il s'avère que les taux d'actualisation observables sur le marché prennent
systématiquement en compte les effets d'impôts. Par ailleurs, le Board indique dans les
bases de conclusion de la norme IAS 36 qu'en théorie, actualiser des cash flows après
impôts avec un taux après impôts ou actualiser des cash flows avant impôts avec un taux
avant impôts (comme le requiert la norme IAS 36) devrait conduire à un résultat identique.

101
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Aussi, la solution généralement retenue en pratique consiste-t-elle à actualiser, avec un taux


d'actualisation après impôts, les flux de trésorerie après impôts, ces derniers devant être
déterminés en tenant compte des flux prévisionnels effectifs d'impôt pour chaque période
de projection.

Cette solution, conforme aux dispositions de la norme IAS 36, est privilégiée par les
évaluateurs au motif qu'elle est plus simple à mettre en oeuvre que la solution consistant à
déterminer un taux avant impôts.

En pratique, le taux d’actualisation est généralement calculé selon la formule du coût


moyen pondéré du capital (CMPC ou WACC pour Weighted Average Cost of Capital).
Selon les modalités de calcul usuelles, le Wacc comprend le coût des capitaux propres et le
coût de la dette après impôts.

La formule de calcul du WACC est la suivante : WACC = w eKe + wdKd , Avec :


Ke = Rf + Rm
9 Rf : Taux sans risque
9 Rm : Prime de risque du marché
9  : Bêta de la société ou sectoriel
9 Kd : Coût de la dette après impôt
9 Wd : D/ (D+E)
9 We : E/ (D+E)
9 E : Capitaux propres IFRS
9 D : Dette financière nette (Dettes de financement + Trésorerie Passif –
Trésorerie et équivalents de trésorerie - Actif)

• Le taux sans risque devrait correspondre au taux des Bons du Trésor dont la maturité est
équivalente à l’horizon d’exploitation de l’entité.
• La prime de risque du marché ainsi que le Bêta sont des données de marché.
• Le coût de la dette après impôt devrait correspondre au taux d’intérêt moyen pondéré des
lignes de financement dont dispose l’entreprise, diminué de l’économie d’impôt sur les
charges financières.
• Pour le calcul du ratio d’endettement, il est recommandé de retenir la structure financière
cible de l’entreprise dans laquelle s’insère l’entité évaluée ou encore la structure
financière type du secteur d’activité de ladite entité.

4.5. Incidence des investissements et restructurations prévues sur la valeur d’utilité

Les flux de trésorerie futurs attendus de l'actif à prendre en compte dans le calcul de sa
valeur d'utilité doivent être estimés dans l'état actuel d'utilisation de l'actif (IAS 26.44).

102
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Ainsi, les dépenses futures nécessaires pour maintenir le niveau de performance d'un actif
dans son état actuel d'utilisation et les flux de trésorerie y afférents doivent être pris en
compte dans le calcul de sa valeur d'utilité (IAS 36.49).

Par exemple (IAS 36.49), il convient de tenir compte :


• du remplacement des composants d'une immobilisation qui doivent être remplacés
pendant la durée d'utilité de cette immobilisation,
• du remplacement des immobilisations qui sont essentielles pour la poursuite de l'activité
d'une UGT et qui doivent être remplacées au cours de la durée d'utilité de cette UGT,
lorsque le calcul de la valeur d'utilité porte sur cette UGT.

En revanche, la valeur d'utilité d'un actif doit exclure les entrées ou sorties de flux de
trésorerie futurs devant résulter (IAS 36.44) :
• d'une restructuration future dans laquelle l'entreprise n'est pas encore engagée (par
exemple, les réductions de coûts de personnel),
• de dépenses d'investissement futures qui amélioreront ou accroîtront la performance de
l'actif.

Les estimations des flux de trésorerie étant établies sur la base des prévisions/budgets
financiers les plus récents approuvés par la direction, il peut être nécessaire de retraiter ces
budgets pour en exclure les flux liés à ces restructurations ou projets d'investissement qui
seraient déjà pris en compte dans les budgets utilisés.

En pratique, il peut s'avérer difficile d'ajuster un budget pour identifier les flux de trésorerie
générés en l'absence de prise en compte de ces éléments, c'est-à-dire sans que l'entreprise ne
se développe de la manière prévue par la direction.

Ceci nous amène à s'interroger sur le « caractère de marché » ou non des restructurations et
investissements envisagés et sur la nécessité, en cas de restructurations/investissements de
marché, de faire référence plutôt à la juste valeur nette des coûts de la vente plutôt qu'à la
valeur d'utilité, cette dernière étant probablement inférieure. En effet, les restructurations ou
investissements futurs devant améliorer la performance de l'actif peuvent avoir, dans des
cas particuliers, un « caractère de marché », c'est-à-dire qu'il s'agit de restructurations ou
d'investissements qui seraient pris en compte dans la détermination du prix d'acquisition par
n'importe quel acquéreur potentiel.

Tel peut être le cas, par exemple, de restructurations/investissements en cours dans


l'ensemble d'un secteur en retournement. Dans ce cas, ces restructurations/investissements
sont pris en compte de manière implicite, dans la juste valeur diminuée des coûts de la

103
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

vente lorsque cette juste valeur est déterminée sur la base du prix figurant dans un accord
irrévocable de vente ou sur la base du prix de marché de l'actif, ces prix ayant en principe
été déterminés en tenant compte de ces investissements ou restructurations très significatifs
et « de marché ».

4.6. Reprise d’une perte de valeur sur des titres mis équivalence intégrant un goodwill

La reprise des pertes de valeur du goodwill relatif à des participations consolidées par
intégration globale ou proportionnelle est interdite.
En revanche, pour ce qui concerne les participations mises en équivalence, en cas
d'amélioration de leur valeur recouvrable justifiant une reprise de perte de valeur, la totalité
de la perte de valeur doit être reprise, y compris la partie relative au goodwill.

En effet, le goodwill relatif à une entreprise associée est inclus dans la valeur comptable des
titres mis en équivalence et n'est donc pas présenté séparément (IAS 28.23). En
conséquence, il ne doit pas faire l'objet d'un test de dépréciation distinct tel que décrit dans
la norme IAS 36, la valeur des titres mis en équivalence étant appréciée goodwill compris
(IAS 28.33).

Section 5 : Réponses à d’autres difficultés de mise en œuvre

5.1. Les immeubles de placement

a. Les entreprises ayant pour activité principale la location de biens immobiliers

On rappelle qu’un immeuble de placement est défini par la norme IAS 40 comme « un bien
immobilier (terrain ou bâtiment, ou partie d’un bâtiment ou les deux) détenu pour en retirer
des loyers ou pour valoriser le capital ou les deux, plutôt que de l’utiliser dans la production
ou la fourniture de biens ou de services ou à des fins administratives ; ou le vendre dans le
cadre de l’activité ordinaire ».

En analysant cette définition, on constate que la norme IAS 40 n’a pas introduit d’exception
quant à la location des immeubles et n’a pas fait allusion au caractère répétitif de cette
activité pour le reclassement des immeubles.
Toutefois, la définition précise que les immeubles d’exploitation ne sont pas concernés par
cette présentation. Il s’agit, en l’espèce, des biens immobiliers occupés par leur propriétaire
pour être utilisés dans la production ou la fourniture de biens ou de services ou à des fins
administratives.

104
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Dans le cas des entreprises dont l’activité principale consiste en la location d’immeubles à
des tiers, il est clair que même si les immeubles sont loués dans le cadre de l’activité
courante de l’entreprise, on ne peut pas considérer qu’ils sont occupés par l’entreprise pour
être utilisés dans la production ou la fourniture de biens ou de services ou à des fins
administratives.

En outre, la notion de résultat exceptionnel en IFRS n’existe pas et l’ensemble des


entreprises doivent présenter un résultat des activités ordinaires qui intègre l’ensemble des
produits et des charges issus de toutes les activités opérationnelles de l’entreprise (ventes de
produits et de services, locations, cessions d’immobilisations…). Dans ce contexte, le
caractère répétitif ou ponctuel d’une activité ne remet pas en cause les dispositions des
normes IAS/IFRS applicables aux différentes rubriques du bilan et du compte de résultat.

En conclusion, les immeubles loués par les entreprises dans le cadre de leur activité
principale (sociétés foncières) devraient être reclassés en immeubles de placement et être
évalués et comptabilisés conformément aux dispositions de la norme IAS 40.

Cette position est d’ailleurs celle adoptée par l’ensemble des groupes européens passés aux
IFRS et notamment, les groupes de grande distribution pour leur activité de location des
galeries commerciales.

b. Location des clubs de vacances au personnel

Dans le cadre des activités sociales, certaines entreprises disposent de clubs de vacances
qu’elles louent à leur personnel en période de vacances. La question est de savoir si les
terrains et constructions affectés à ces clubs peuvent être reclassés en immeubles de
placement ?

La norme IAS40 apporte une réponse claire à cette question en considérant que le personnel
fait partie intégrante de l’entreprise. Donc, le fait que ces clubs soient occupés par ce
dernier est assimilé à une occupation par le propriétaire et par conséquent, ces immeubles
doivent être présentés en immeubles de placement.
En pratique, la solution n’est pas toujours aussi simple car il arrive souvent que l’entreprise
loue également ses clubs de vacances à des personnes externes à l’entreprise. Que faut-il
faire dans ce cas ?

Bien que la norme IAS 40 n’apporte pas de réponse directe à ce point, le traitement le plus
adéquat, à notre avis, sera d’apprécier le caractère significatif des locations au profit des
personnes externes à l’entreprise. Ainsi, s’il s’avère que ces locations sont exceptionnelles

105
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

et ne représentent qu’une infime partie de l’ensemble des produits de location perçus par
l’entreprise, la question de la présentation de ces immeubles peut être écartée.

Dans le cas contraire, une analyse détaillée devra être effectuée pour déterminer quels sont
les immeubles pouvant être raisonnablement affectés à la location aux personnes externes à
l’entreprise. Pour ce faire, l’entreprise peut s’appuyer sur les statistiques observées au cours
des cinq dernières années par exemple. Bien entendu, ce travail nécessitera une part de
jugement en ayant à l’esprit les principes de la prééminence de la réalité économique et de
l’importance significative.
Bien entendu, dans les deux cas, l’entreprise devra documenter sa démarche et y associer
ses commissaires aux comptes.

c. La sous-location d’immeubles pris en location

Il arrive que certaines entreprises sous-louent des immeubles pris en location auprès d’un
bailleur. La question se pose alors de savoir si ces immeubles peuvent être reclassés en
immeubles de placement ?

Pour répondre à cette question, on doit distinguer deux cas de figures en faisant appel aux
règles prévues par la norme IAS 17 « Contrats de location » :
• Les immeubles en location simple : ces immeubles étant en location simple, ils ne sont
pas constatés au niveau des immobilisations corporelles de l’entreprise et par
conséquent, cette dernière ne peut pas les reclasser en immeubles de placement ;
• Les immeubles en location-financement : l’application des dispositions de la norme
IAS 17 se traduit par la constatation à l’actif de l’entreprise des immeubles pris en
location-financement comme s’il s’agissait d’un acquisition d’immobilisations en
contrepartie d’une dette. Ainsi, l’entreprise peut les considérer comme tout autre
immobilisation corporelle et n’a pas à faire de distinction entre les immobilisations
acquises par voie de location-financement des autres immobilisations acquises via
d’autres modes de financement. Par conséquent, si des immeubles en location-
financement sont sous-loués par l’entreprise à des tiers, ils doivent être présentés en
immeubles de placement.

5.2. Les actifs non courants destinés à la vente

a. L’autonomie des règles de présentation du bilan par rapport à celles du compte de


résultat
Les actifs non courants ou groupe d'actifs à céder à présenter distinctement au bilan et les
composantes cédées ou à céder visées par la présentation spéciale du compte de résultat ne

106
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

se recouvrent pas. En effet, une composante à céder pour laquelle la présentation spéciale
du compte de résultat est requise constitue certainement un groupe d'actifs à céder à
présenter distinctement au bilan ; l'inverse n'est pas vrai : un groupe d'actifs à céder peut ne
pas correspondre à une composante pour laquelle la présentation spéciale du compte de
résultat doit être effectuée. En effet, le groupe d'actifs à céder a une définition plus
restrictive que la composante de l'entité.

La présentation au bilan des actifs ou groupes d'actifs à céder et celle requise au compte de
résultat comportent d'autres différences :
• au bilan, les actifs ou groupes d'actifs en cause ne peuvent être que des éléments à céder
dans la mesure où les actifs ou groupes d'actifs déjà cédés sont sortis du bilan. Au
contraire, au compte de résultat, la présentation spéciale porte sur les flux issus de
composantes tout à la fois cédées et à céder ;
• alors que le reclassement en actif à céder est effectué au bilan sans effet sur les bilans
antérieurs comparatifs, la présentation spéciale au compte de résultat rend nécessaire le
retraitement du compte de résultat comparatif de l'exercice précédent.

b. L’évaluation des entreprises associées et coentreprises destinés à être cédées

Les titres mis en équivalence représentent la quote-part dans les capitaux propres
consolidés détenus par un groupe dans une entreprise associée (entreprise sur laquelle la
société mère exerce une influence notable) ou encore dans une coentreprise (si le groupe a
opté pour la méthode de la mise en équivalence pour la consolidation des entreprises sous
contrôle conjoint).

Pour ce qui est de l’évaluation des entreprises associées et coentreprises destinées à être
cédées, il convient de distinguer trois cas de figures :
• Les titres d’entreprises associées et de coentreprises qui sont acquis et détenus en vue
d’une cession dans un avenir proche mais qui ne répondent pas aux critères restrictifs de
classement en actifs destinés à être cédés énoncés par la norme IFRS 5 : ces titres ne
sont pas exclus du périmètre de consolidation et sont donc mis en équivalence et
comptabilisés conformément aux principes généraux applicables (IAS 28 et IAS 31) ;
• Les titres d’entreprises associées et de coentreprises qui répondent aux critères de
classement en actifs destinés à être cédés énoncés par IFRS 5 dès leur acquisition : ces
titres ne sont pas consolidés et sont automatiquement reclassés en actifs non courants
détenus en vue de la vente et évalués au plus faible de leur coût et du prix de vente
estimé diminué des frais nécessaires pour réaliser la vente. Il peut s’agir par exemple de
participations acquises dans une transaction globale portant sur plusieurs entités et que
l’acquéreur planifie la cession d’entreprises associées ou de co-entreprises à d’autres
acquéreurs intéressés ;

107
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

• Les titres d’entreprises associées ou de coentreprises déjà consolidés et qui deviennent


destinés à être cédés après la date d’acquisition : ces titres sont exclus du périmètre de
consolidation et évalués au plus faible de leur valeur comptable consolidée (valeur des
titres mis en équivalence) immédiatement avant leur classement en actifs destinés à être
cédés et de leur juste valeur nette des frais de cession.

c. Le reclassement des créances et dettes intra-groupes

Au niveau de la première partie (Cf. Chapitre 2 point 5.2), nous avons exposé la
problématique du reclassement des créances et dettes intra-groupes relatives à des actifs
non courants destinés à la vente et des passifs y afférents.

Pour répondre à cette problématique, on peut estimer qu’une meilleure mise en œuvre de la
norme IFRS 5 consisterait à recréer au bilan consolidé les comptes de créances et de dettes
intra-groupes qui apparaîtront au bilan consolidé du fait de la cession, en contrepartie de
l’inclusion dans les postes d’actifs et de passifs à céder des créances et des dettes
réciproques de la filiale.

Au cas particulier exposé au niveau du chapitre 2 de la première partie, cette approche


conduirait à inclure la créance de 100 sur la filiale à céder dans les créances financières du
groupe à l’actif et à ajouter ce montant au passif dans les passifs liés aux actifs à céder.

Ceux qui préconisent cette solution font valoir qu’elle permet de mieux satisfaire l’un des
objectifs de la norme IFRS 5, visant à permettre au lecteur du bilan de mesurer toutes les
incidences de la cession future. D’autres estiment que les dispositions de la norme IFRS 5
sur les groupes d’actifs à céder n’incluent pas de dérogation à l’obligation d’éliminer les
créances et les dettes intra-groupes prévue par la norme IAS 27.

Il faut reconnaître que l’approche consistant à ne pas éliminer les créances et dettes intra-
groupes a du sens car dans le cadre d’opérations de cession, l’acquéreur doit être en mesure
d’identifier l’ensemble des créances et des dettes supportées par le groupe d’actifs destiné à
la cession.

En tout cas, quelque soit la solution adoptée, il est à notre avis nécessaire de donner toutes
les informations utiles au niveau des annexes pour notamment informer le lecteur des états
financiers de l’existence de créances ou de dettes intra-groupes.

108
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Conclusion de la seconde partie

En définitive, l’application des IFRS au niveau des immobilisations corporelles et


incorporelles nécessite de mettre en œuvre différents types de solutions.

Ainsi, sur le plan organisationnel, la première solution consiste à mettre en place une
démarche opérationnelle en cinq phases : lancement, diagnostic, préparation à la mise en
œuvre, mise en œuvre et pérennisation. Cette démarche devra être mise en œuvre par une
équipe de projet chapeauté par le chef de projet. Elle est déclinée sur l’ensemble des
chantiers techniques et notamment : les immobilisations corporelles et incorporelles, les
contrats de location et les tests de dépréciation d’actifs.

Ensuite, en fonction des problématiques identifiées au niveau de la phase de diagnostic en


raison notamment des divergences existant entre le référentiel comptable marocain et les
IFRS, l’entreprise devra rechercher des solutions qui peuvent aller d’une simple réponse
technique à une disposition normative jusqu’à la mise en place d’un sous-projet pour traiter
d’un sujet complexe comme l’approche par composants.

La mise en œuvre des solutions nécessite souvent d’adapter ou de changer les systèmes
d’information. Ainsi, le logiciel de gestion des immobilisations ou encore le logiciel de
consolidation sont généralement les systèmes les plus impactés par le passage aux IFRS.
Des applications simples (tableurs et macros Excel) peuvent également être développés en
interne pour le retraitement de certaines opérations comme les contrats de location-
financement.

Enfin, pour pérenniser la transition aux IFRS, l’entreprise doit revoir l’organisation des
différents services et départements afin d’intégrer les contraintes posées par les
retraitements IFRS (décomposition des immobilisations, analyse des contrats, …) en amont
de l’enregistrement comptable.

109
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

CONCLUSION

Les normes IFRS cherchent, à travers des choix très techniques, à fournir le cadre dans
lequel peut exister une information financière qui soit tout à la fois compréhensible,
pertinente et comparable. Elles apparaissent ainsi comme l’outil permettant de favoriser la
transparence de l’information financière, tout en responsabilisant davantage les dirigeants.
En plus, en offrant une information plus détaillée aux actionnaires, la mise en place des
IFRS constitue une avancée dans le développement du gouvernement d’entreprise au
niveau des entreprises marocaines.

Dans ce sens, l’application des IFRS aux immobilisations corporelles et incorporelles et


plus généralement, le passage aux IFRS ne se résume pas en une simple conversion de
comptes. Il s’agit d’un projet d’entreprise qui implique en premier lieu le top
management. En effet, le passage aux IFRS oblige les différents services à communiquer
davantage entre eux et les services comptables à rechercher l’information à tous les niveaux
de l’entreprise. C’est pour ces raisons que ce passage nécessite la revue des systèmes
d’information et la formation d’un grand nombre de personnes, et pas seulement les
équipes comptables et financières.

Le passage à ces normes est aussi un projet éminemment stratégique. En effet, cette
nouvelle conception de l’information financière peut affecter les décisions stratégiques des
dirigeants en les orientant différemment, notamment dans les domaines suivants : gestion
du financement, avantages post emploi accordés au personnel, stratégie de couverture des
risques…

Par ailleurs, les IFRS, par leur sophistication et leur technicité, représentent un véritable
hommage à la comptabilité et un moyen évident d’accroître notablement la qualification
des « hommes de l’art » et de renforcer la position des experts-comptables dans les
entreprises marocaines ayant optées pour ce référentiel.

En effet, la mise en place des IFRS permet de rompre l’isolement dans lequel les
comptables sont généralement tenus. La comptabilité qui est souvent perçue comme une
information à vocation fiscale ou réglementaire, redevient un enjeu crucial de compte rendu
de l’évolution de la valeur économique de l’entreprise.

Quant à l’expert-comptable, qu’il soit consultant ou commissaire aux comptes, il apparaît


comme le garant du respect par l’entreprise de l’esprit des normes IFRS.
On peut rappeler à ce niveau que l'adoption des IFRS par la Commission européenne, en
septembre 2003, a été accélérée par les différents scandales comptables intervenus

110
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

notamment entre 2001 et 2003 principalement aux Etats-Unis. Pourtant, le référentiel


comptable américain (US GAAP) comprend des milliers de pages de normes comptables,
contenant des règles détaillées traçant clairement la frontière entre ce qui est acceptable et
ce qui ne l’est pas. Néanmoins, dans une économie où les rémunérations des dirigeants sont
de plus en plus axées sur la performance financière, des comptables ou des juristes
« créatifs » ont pu développer des produits et des méthodes comptables dont l’unique
objectif est de respecter à la lettre ces règles mais non nécessairement leur esprit.

Autrement dit, l’existence d’un référentiel comptable de qualité ne peut en aucun cas suffire
pour la production d’une information financière IFRS traduisant l’image fidèle de la
situation économique de l’entreprise et de sa performance.

Dans ce contexte, le rôle de l’expert-comptable appelé à intervenir sur des missions de


conversion aux IFRS est primordial et devrait, par conséquent, s’y préparer. Pour ce faire, il
doit :

9 S’informer : au-delà des normes elles-mêmes, l’expert-comptable doit se tenir


informé en temps réel de l’évolution des travaux de l’IASB et de l’avancement du
processus d’adoption des normes ;
9 Se former et mettre en place les ressources humaines ad hoc : avant
d’accompagner le client, ou tout simplement le former aux normes IFRS, l’expert-
comptable et son équipe devraient les maîtriser. Ceci est possible via une démarche
personnelle d’appréhension du nouveau référentiel à travers la lecture des normes,
puis une démarche collective qui se traduit par la mise en œuvre de plans de formation
animés par des experts techniques ou sous-traités à des organismes de formation
spécialisés ;
9 Développer des outils appropriés pour gérer la conversion des états financiers :
l’expert-comptable doit disposer d’outils techniques pour assister au mieux le client
dans le cadre du projet de conversion aux IFRS et notamment :
ƒ des supports de formation ;
ƒ un pré diagnostic des divergences entre le référentiel comptable
marocain et le référentiel IFRS qui lui permettra rapidement de
sensibiliser son client sur les principales problématiques
comptables ;
ƒ des questionnaires norme par norme permettant d’identifier, de
façon détaillée, les divergences existant entre les IFRS et les
règles comptables appliquées par l’entreprise ;

111
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

ƒ un questionnaire d’identification des informations


supplémentaires qui devront être fournies dans le cadre du
passage aux IFRS…
Au-delà de ces outils techniques standards, l’expert-comptable peut être amené à
développer des outils spécifiques permettant le retraitement des contrats de location-
financement, l’évaluation des instruments financiers ou encore des engagements vis-
à-vis du personnel…

Enfin, l’expert-comptable doit accompagner l’effort de l’entreprise en matière de


pédagogie afin que le top management puisse comprendre et s’approprier cette information
financière désormais plus détaillée et plus complexe.

112
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Annexes

Annexe 1 : Questionnaire de diagnostic des immobilisations corporelles et des immeubles


de placement

Annexe 2 : Questionnaire de diagnostic des immobilisations incorporelles

Annexe 3 : Analyse des options offertes par les normes IAS / IFRS

113
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Annexe 1 : Questionnaire de diagnostic des immobilisations corporelles et des


immeubles de placement

Questionnaire Immobilisations corporelles


Questions OUI NON N/A
Définitions

- Les immobilisations corporelles sont des actifs corporels :


a) qui sont détenus par une entité soit pour être utilisés dans la production ou la fourniture de biens ou de services, soit pour être loués à des tiers, soit à
des fins administratives ; et
b) dont on s'attend à ce qu'ils soient utilisés sur plus d'une période.

- Le coût est le montant de trésorerie ou d'équivalents de trésorerie payé ou la juste valeur de toute autre contrepartie donnée pour acquérir un actif au
moment de son acquisition ou de sa construction.

- La valeur comptable est le montant pour lequel un actif est comptabilisé au bilan après déduction du cumul des amortissements et du cumul des pertes
de valeur relatifs à cet actif.

- La durée d'utilité est :


a) la période pendant laquelle l'entreprise s'attend à pouvoir utiliser un actif ; ou
b) le nombre d'unités de produciton ou d'unités similaires qu'une entité s'attend à obtenir de l'actif

- La valeur résiduelle d'un actif est le montant estimé qu'une entité obtiendrait actuellement de la sortie d'un actif après déduction des coûts de sortie
estimés, si l'actif avait déjà atteint l'âge et les conditions attendus à la fin de sa durée d'utilité.

- Le montant amortissable est le coût d’un actif, ou tout autre montant substitué au coût, diminué de sa valeur résiduelle

- La juste valeur est le montant pour lequel un actif pourrait être échangé, entre parties bien informées, consentantes et agissant dans
des conditions de concurrence normale.

Notes : cette norme se s'applique pas :


(a) aux immobilisations corporelles classées en disponibles à la vente selon la norme IFRS 5
(b) aux actifs biologiques en rapport avec l'activité agricole (IAS 41)
(c) aux droits miniers et réserves minières tel que le pétrole, le gaz naturel, et autres ressources similaires non renouvelables
(d) aux constructions répondant à la définition d'un immeuble de placement évalué à la juste valeur (IAS 40)
La norme s'applique à l'évaluation des actifs corporels détenu par l'intermédiaire de contrat de location financement (voir questionnaire spécifique).

Questionnaire

Détenez vous des éléments répondant à la définition d'une immobilisation corporelle et comptabilisée comme telle ?

COMPTABILISATION INITIALE

Le coût d'un élément d’immobilisation corporelle est-il comptabilisé en tant qu’actif si et seulement si il répond à la définition d'une immobilisation
corporelle présentée en introduction ?

Lors de la comptabilisation initiale, est-il tenu compte de tous les coûts devant être incorporés dans le montant de l'immobilisation corporelle au sens de
IAS 16 (ces coûts comprennent les coûts encourus initialement pour acquérir ou construire un élément d'immobilisation corporelle et les coûts encourus
ultérieurement pour ajouter, remplacer une partie ou entretenir l'élément) ?
Exemple de coûts initiaux :
- Prix d'achat (ou coût de production interne)
- Déduction des remises et rabais commerciaux
- Droits de douane et autres taxes non récupérables
- Frais directement attribuables pour mettre l'actif en lieu et état de marche
- Évaluation initiale des coûts de démantèlement/remise en état du site (obligation de l’entreprise suite à l’acquisition ou l’utilisation de l’actif)

114
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Questions OUI NON N/A


Coûts ultérieurs
L'entité comptabilise-t-elle en charges au compte de résultat dès qu'ils sont encourus, les coûts d'entretien courant l'immobilisation corporelle (Ne pas
confondre les coûts des grandes visites/ grands entretiens avec les frais d'entretien courants) ?

Veuillez détailler ci-dessous les coûts d'entretien des éléments d'immobilisations corporelles générés au jour le jour et les coûts encourus ultérieurement
pour ajouter, remplacer une partie ou entretenir l'élément (décrire également les stocks de sécurité).

Une partie de certains éléments d'immobilisations corporelles peut nécessiter un remplacement à intervalles réguliers.
Etes vous concernés par cette approche par composante
Les inspections ou révisions majeures d'actifs corporels réalisés par l'entite sont-elles obligatoires pour continuer à utiliser l'immobilisation liées à ces
travaux ? (attention, il ne s'agit pas dans cette question d'une problématique d'entretien courant).
Si vous êtes concerné par l'approche par composante sur les révisions majeures, êtes vous en mesure de déterminer le montant de cette composante qui
était incluse dans le coût initial de l'immobilisation corporelle ?
Veuillez détailler ci-dessous comment l'entité comptabilise les inspections majeures et selon quels critères la disctinction charge (entretien courant) actif
(révision majeure) est-elle effectuée?

EVALUATION LORS DE LA COMPTABILISATION


Elément du coût

Veuillez indiquer ci-dessous les éléments qui composent le coût de vos immobilisations corporelles (voir exemples dans la partie comptabilisation).

Est-ce que le coût d'une immobilisation corporelle comprend :


- Son prix d'acquisition après déduction des rabais commerciaux et des remises
- Les droits de douanes
- Les taxes non récupérables,
- tous les coûts directement attribuables à l'apport de l'actif à son emplacement définitif et dans les conditions nécessaires à l'utilisation prévue par la
direction).
Note : exemples de coûts directement attribuables :
- les coûts des avantages du personnel (définis dans la norme IAS 19 "Avantages du personnel") provenant directement de la construction ou de
l'acquisition des éléments des immobilisations corporelles;
- les coûts de préparation du site;
- les frais de manutention et de livraison initiaux;
- les frais d'installation et de montage;
- les honoraires de professionnels
- et l'estimation initiale des coûts de démantèlement, de transport, et de remise en état du site sur lequel l'élément est situé.
- Décrire ci-dessous les hypothèses retenues pour estimer les coûts de démantèlement :

Excluez-vous des coûts d'un élément d'immobilisations corporelles?


- les frais d'ouverture d'une nouvelle installation ?
- les frais d'introduction d'un nouveau produit ou service (y compris les frais de publicité et de promotion) ?

- les frais de mise en oeuvre sur un nouvel emplacement ou pour une nouvelle catégorie de client (y compris les coûts de formation du personnel) ?

- les frais administratifs et autres frais généraux ?


Les frais encourus pour utiliser ou reconvertir l'élément sont-ils exclus de la valeur comptable de cet élément et comptabilisés en charges lorsqu'ils sont
encourus (voir exemples ci-dessous)?

Exemple de coûts encourus pour utiliser ou réorganiser un élément :


- coûts encourus lorsque l'élément, capable de fonctionner selon l'utilisation prévue par la direction, a déjà été mis en marche ou fonctionne en deça de
sa pleine capacité
- pertes opérationnelles initiales, telles que celle encourues lorsque la demande de production de l'élément s'intensifie,
- tout ou partie des frais de relocalisation ou de réorganisation des activités de l'entité (donc y compris les frais de déménagement et de délocalisation)

Dans la négative, veuillez détailler les coûts encourus pour utiliser ou redéployer un élément, qui sont incorporés dans le coût de cet élément
conformément aux règles marocaines ?

115
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Questions OUI NON N/A


Evaluation du coût
Le coût d'un élément d'immobilisations corporelles est-il le montant correpondant à un paiement comptant à la date de comptabilisation ?
Si le règlement est différé au-delà des conditions habituelles de crédit, la différence entre le montant correspondant à un paiement comptant et le total
des règlements est-elle comptabilisée en intérêts sur la période de crédit, à moins que de tels intérêts soient comptabilisés dans la valeur comptable de
l'élément selon l'autre traitement autorisé par IAS 23, Coûts d'emprunt ?
Avez-vous acquis un élément d'immobilisations corporelles par voie d'échange ?
EVALUATION POSTERIEURE A LA COMPTABILISATION
Modèle du Coût
Après leur comptabilisation en tant qu’actif, un élément d'immobilisations corporelles est-il comptabilisé à son coût diminué du cumul
d’amortissements et du cumul des pertes de valeur éventuelles ?

Modèle de la réévaluation (A priori non applicable en règles marocaines, attente du choix de l'option IAS 16 choisie par ONA)

Avez-vous procédé à des réévaluations d'immobilisations corporelles ? Dans l'affirmative, renseignez les cases suivantes (jusqu'à la partie relative aux
amortissements)

Identifiez ci-dessous toutes les immobilisations corporelles réévaluées.

Un élément d'immobilisations corporelles dont la juste valeur peut être évaluée de façon fiable est-il comptabilisée à son montant réévalué (juste valeur
à la date de la réévaluation, diminuée du cumul des amortissements ultérieurs et du cumul des pertes de valeurs ultérieures) ?
Les réévaluations sont-elles effectuées avec une régularité suffisante pour s'assurer que la valeur comptable ne diffère pas de façon significative de celle
qui aurait été déterminée en utilisant la juste valeur à la date de clôture ?
Indiquer ci-dessous la fréquence des réévaluations :

Lorsqu'un élément d'immobilisations corporelles est réévalué, le cumul des amortissements à la date de réévaluation, est-il traité selon une des deux
méthodes présentées ci-dessous :
- ajusté proportionnellement à la modification de la valeur brute comptable de l’actif, de sorte que la valeur comptable de cet actif à l'issue de la
réévaluation soit égale au montant réévalué. Cette méthode est souvent utilisée lorsqu'un actif est réévalué par rapport à un indice appliqué à son coût de
remplacement net d’amortissement; ou

- éliminé de la valeur comptable brute de l’actif et le montant net est porté au montant réévalué de cet actif. Cette méthode est souvent utilisée pour des
constructions.

Si un élément d'immobilisations corporelles est réévalué, la catégorie entière d'immobilisations à laquelle appartient l'actif est-elle réévaluée?

Si la valeur comptable d'un actif augmente à la suite de la réévaluation, l'augmentation est-elle :


- créditée directement en capitaux propres sous le libellé écart de réévaluation ?
- comptabilisée au compte de résultat dans la mesure où elle compense une réévaluation négative du même actif, antérieurement comptabilisée au
compte de résultat ?
Si la valeur comptable d'un actif diminue à la suite d'une réévaluation, cette diminution est-elle débitée directement en capitaux propres sous le libellé
écart de réévaluation dans la mesure où il existe un solde créditeur en écart de réévaluation concernant cet actif ?
AMORTISSEMENT
Chacune des composantes d'une immobilisation corporelle ayant un coût significatif par rapport au coût global de l'immobilisation sont-elles amorties
séparément sur leur propre durée d'utilité selon un mode d'amortissement reflétant au mieux la consommation de l'actif ?
Montant amortissable et durée d'amortissement
La base amortissable d'un actif est-elle répartie de façon systématique sur sa durée d'utilité ?
Indiquer ci-dessous pour chaque catégorie d'immobilisation la durée d'amortissement (et la durée d'utilité si différente) et le mode d'amortissement
retenu (linéaire, dégressif, en fonction d'unités de production).

La valeur résiduelle et la durée d'utilité des actifs sontt-elles revues à chaque fin d'exercice ?
Si les prévisions diffèrent des estimations antérieures, le(s) modification(s) est-elle comptabilisée(s) de façon prospective comme un changement
d'estimation comptable selon IAS 8, Méthodes comptables, changements d'estimations comptables et erreurs ?
La base amortissable d'un actif est-elle déterminée après déduction de la valeur résiduelle du coût initial de l'immobilisation?
La date à partir de laquelle commence à être comptabilisé la charge de dotation aux amortissements coincide-t-elle avec la date de mise en service de
l'immobilisation corporelle ?
L'amortissement d'un actif cesse-t-il au plus tôt entre la date à laquelle l'actif est classé en disponible à la vente selon IFRS 5 et celle à laquelle l'actif est
décomptabilisé ?

Notes : l'amortissement ne doit pas cesser même si l'actif n'est plus utilisé ou si l'actif ne fonctionne plus à moins qu'il ne soit complétement amorti

La durée d'utilité d'un actif est-elle définie en fonction de l'utilité/usage attendue de cet actif pour l'entité ?

116
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Questions OUI NON N/A


Modes d'amortissement
Le mode d'amortissement utilisé refléte-t-il le rythme selon lequel l'entité espère consommer les avantages économiques futurs liés à l'actif?
Le mode d'amortissement appliqué à un actif est-il réexaminé au moins à chaque fin d'exercice ?
Et, en cas de modification importante du rythme attendu de la consommation des avantages économiques futurs représentatifs de cet actif, le mode
d'amortissement est-il modifié pour refléter ce changement de rythme ?
Indiquer ci-dessous les méthodes d'amortissements appliquées (linéaire, en fonction d'unités de production, autres méthodes…) :

DECOMPTABILISATION

Les profits ou pertes provenant de la décomptabilisation d'un élément d'immobilisations corporelles sont-ils inclus en produits ou en charges lorsque
l'élément est décomptabilisé (à moins que la norme IAS 17,"Contrats de location" l'impose autrement sur une vente et une cession de bail)? :

Les profits ou pertes provenant de la décomptabilisation d'un élément d'immobilisations corporelles sont-ils déterminés par différence entre les produits
de sortie nets (coûts nécessaires à la sortie), s'il y en a, et la valeur comptable de l'élément ?

117
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Questionnaire Immeubles de placement


Questions OUI NON N/A

Définitions

Un immeuble de placement est un bien immobilier (terrain ou bâtiment – ou partie d'un bâtiment – ou les deux) détenu (par
le propriétaire ou par le preneur d'un contrat de location-financement) pour en retirer des loyers ou pour valoriser le capital
ou les deux, plutôt que pour :
a) l'utiliser dans la production ou la fourniture de biens ou de services ou à des fins administratives ; ou
b) le vendre dans le cadre de l'activité ordinaire.

Note: quelques exemples d'immeubles de placement :

- Terrain détenu pour une utilisation future actuellement indéterminée.


- Terrain détenu pour valoriser le capital à long terme.
- Un immeuble appartenant à l'entité qui présente des états financiers et loué dans le cadre d'un ou plusieurs contrats de
location simple.
- Un bien immobilier vacant mais détenu en vue d'être loué dans le cadre d'un ou plusieurs contrats de location simple.

La juste valeur est le montant pour lequel un actif pourrait être échangé entre des parties bien informées, consentantes et
agissant dans des conditions de concurrence normale.

La juste valeur exclut spécifiquement un prix estimé, gonflé ou dégonflé par des circonstances ou des termes particuliers tels
que des accords atypiques de financement et de cession-bail, des contreparties particulières ou des concessions accordées par
une partie associée à la vente.

La juste valeur doit être déterminée sans aucune déduction des coûts de transaction que l'entité peut encourir lors de la vente
ou de toute autre forme de sortie.

Questionnaire

Avez-vous des immobilisations corporelles en règles marocaines répondant à la définition "d'immeubles de placement" en
IAS ?

Si tel est le cas, indiquer ci-dessous les principales caractéristiques de ces actifs (nature, localisation, utilisation, est-ce que la
juste valeur de l'actif peut être déterminée à la date du bilan si la méthode de juste valeur est retenue par ONA ou pour
information en annexe si la méthode du coût amorti est retenue ?).

Avez-vous des intérêts détenus dans des biens immobiliers qui peuvent être classées en immeubles de placement (sous
location par contrat de location simple d'un immeuble loué par contrat de location simple) ?

Si tel est le cas, veuillez décrire les situations ci-dessous.

118
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Annexe 2 : Questionnaire de diagnostic des immobilisations incorporelles

1. Description de l’existant ANNEXE N°


 Pour chaque nature d’immobilisation incorporelle et pour chaque immobilisation
incorporelle individuellement significative, merci de fournir les éléments suivants :
 Caractéristique de l’immobilisation
 Sa valeur brute et nette
 Renseignement de la provenance de l’actif selon qu’il a été :
o Acquis séparément
o Acquis via un regroupement d’entreprises
o Créé en interne
o Echangé sous forme de troc avec le bien ou service d’un autre partenaire

 Décrire la procédure appliquée pour les points suivants :


 Actifs incorporels développés en interne
o Composantes de la valeur brute (c’est-à-dire du montant éligible à
capitalisation, y compris frais financiers éventuels)
o Classification comptable et justification de cette valeur brute, notamment
au titre de la séparation entre corporels et incorporels
o Durée d’amortissement appliquée et justification de cette durée (suit-elle
la durée d’utilité de l’immobilisation corporelle à laquelle elle se
rattache) ?
o Quel est le mode de financement de ces immobilisations ?
 Actifs incorporels acquis :
o Composantes de la valeur brute (prix d’achat net de remises, incorporation
de quels coûts directs et indirects, dont les frais accessoires, sur achats,
honoraires, droits de douane, etc.)
o Durée d’amortissement appliquée et justification de cette durée
o Délai de règlement du fournisseur, si celui-ci excède sensiblement le délai
contractuel

2. Les immobilisations incorporelles comptabilisées répondent-elles à la


OUI NON
définition d’un actif ?
 Ressource contrôlée par l’entreprise (L’entreprise contrôle l’utilisation et
l’accès des tiers à l’immobilisation)
 Génératrice d’avantages économiques futurs pour l’entreprise (les flux de
trésorerie issus de l’utilisation de l’actif iront à l’entreprise)
o Vérifier que l’immobilisation comptabilisée n’a pas le caractère de
charge
Dans la définition d’avantages économiques, il est entendu des flux de
trésorerie entrants comme une réduction des flux sortants.
Si vous identifiez des immobilisations incorporelles ne répondant pas à un des deux critères, prière
d’en fournir le détail (Nature immobilisation, Montant brut, Montant net)

119
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

3. Les immobilisations incorporelles comptabilisées répondent-t-elles à la


OUI NON
définition d’un actif incorporel? Tous les critères suivants doivent être requis :
 Actif non monétaire
 Pas de substance physique
 Il est « identifiable »
o Résultant de droits contractuels ou de droits légaux
o Séparable (individuellement ou conjointement) : peut être séparé de
l’entreprise et vendu, transféré, mis sous contrat de licence, contrat
de location ou échangé

Si vous identifiez des immobilisations incorporelles ne répondant pas à cette définition, prière
d’en fournir le détail (Nature immobilisation, Montant brut, Montant net)

4. Pour les immobilisations incorporelles générées à ce jour en interne, les critères


OUI NON
suivants sont-ils remplis ?
 Faisabilité technique nécessaire à l’achèvement de l’immobilisation incorporelle
 Intention d’achever l’immobilisation
 Capacité à utiliser ou à vendre l’immobilisation
 L’entreprise peut démontrer que l’immobilisation incorporelle générera des
avantages économiques futurs (utilité de l’immobilisation)
 Ressources nécessaires pour achever l’immobilisation
 Evaluation fiable du total des dépenses attribuables à l’immobilisation incorporelle
 Décrire brièvement la procédure suivie pour l’approbation des développements de
projets :

 Décrire brièvement les principales immobilisations incorporelles développées en


interne :

 Avez-vous des projets développés en interne qui, selon vous répondent aux
critères ci-dessus d’une immobilisation incorporelle développée en interne, mais
qui à ce jour ne sont pas immobilisés ?
 Si oui, décrire leur nature et le montant comptabilisé en charges sur l’exercice et
les exercices antérieurs.

120
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

5. L’entreprise possède-t-elle un outil de suivi des frais de recherche, séparément


OUI NON
des frais de développement ?
 Faites vous de la Recherche & Développement ? Si oui, répondez aux deux
questions suivantes.
 Existe-t-il une procédure qui décrit les critères de distinction ? (définition des
différentes étapes, des jalons, etc.)
 Les montants associés à chaque étape sont-ils clairement identifiés ?

6.1 La durée d’utilité de l’immobilisation peut être déterminée OUI NON


La durée d’utilité d’une immobilisation incorporelle à durée d’utilité déterminée peut être fixée par
référence à :
 un critère légal (durée de protection du brevet par exemple). Si la limite juridique est renouvelable et
que le renouvellement est fortement probable, il faut prendre en considération les périodes de
renouvellement.
 un critère économique (intention d’utiliser un procédé sur un nombre déterminé d’exercices compte
tenu de la rapidité des évolutions technologiques par exemple)
 des données historiques (par exemple les logiciels de gestion peuvent être changés tous les X
exercices)

Par ailleurs, la méthode d’amortissement pratiquée pour les immobilisations incorporelles est le mode
linéaire.
 Amortissez-vous les immobilisations incorporelles à durée d’utilité déterminée sur
une durée d’utilité fixée sur une base différente ? Si oui, merci de décrire les
critères retenus.

6.2 La durée d’utilité ne peut pas être déterminée OUI NON


En raison d’une impossibilité à prédire quand s’arrêteront les bénéfices économiques futurs issus de
l’utilisation d’une immobilisation incorporelles (par exemple certaines marques sont considérées comme
ayant une durée d’utilité illimitée), la durée d’utilité de certaines immobilisations incorporelles ne peut
être déterminée.
 Avez-vous des immobilisations incorporelles à durée d’utilité indéterminée ? Si
oui, prière de décrire ces immobilisations (Nature, Montant brut).

7. Frais de développement des sites Internet (internes et externes) OUI NON


 Avez-vous un site internet ? Si oui, répondez aux questions suivantes.
 Avez-vous développé un site internet en interne ?
 En externe ?
 Quelles sont les fonctionnalités de ces sites (commerciaux ou publicitaires) ?

121
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

 Quel traitement comptable a été appliqué pour la comptabilisation des frais de développement de ces
sites (Charge ou Immobilisation incorporelle) ?

Les coûts afférents aux phases suivantes ont-ils été immobilisés?


 La phase de planning (coûts normalement passés en charges)
 La phase de développement de l’application et de l’infrastructure (coûts
potentiellement capitalisables)
 La phase de web design et de développement du contenu, autre que
publicitaire et promotionnel (coûts potentiellement capitalisables)
 La phase de développement de contenu publicitaire (coûts normalement
passés en charges)
 La phase opérationnelle (coûts potentiellement capitalisables)
Quelle est la durée d’amortissement retenue pour les coûts immobilisés ?

8. Les informations particulières suivantes vous concernent-elles ? OUI NON


 L’acquisition de certaines immobilisations incorporelles ont-elles été faites par le
biais de subventions d’investissement ?
 Des charges financières sur emprunt peuvent-elles être rattachées à l’acquisition
d’une immobilisation incorporelle?
 Si oui, avez-vous intégré ces charges financières dans le coût d’acquisition des
immobilisations incorporelles en question ?

122
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux immobilisations et solution

Annexe 3 : Analyse des options offertes par les IAS/IFRS


Norme Options Avantages Inconvénien
Présentation de base prévue par IAS 1 Présentation non ad
O1 : Présentation du bilan en distinguant
Présentation adaptée aux entités institutions financières
10 Courant vs Non Courant
IAS 1 commerciales et industrielles
Présentation adaptée aux institutions Présentation non adapté
O2 : Présentation du bilan par liquidité
financières commerciales et industri
Présentation adoptée dans les comptes Ne permet pas d’a
sociaux marocains. Elle permet une performance des
O1 : Présentation du Compte de résultat par
objectivité dans le classement des fonctions de
nature
charges (Production, C
Administrative…)
IAS 1
Elle permet de donner une autre vision Elle fait appel à u
de la performance de l’entreprise en subjectivité dans la mi
O2 : Présentation du Compte de résultat par
classant les charges en fonction de leurs d’une répartition d
destination
destinations communes sur les
fonctions de l’entreprise
O1 : Etablir le tableau des flux de trésorerie Méthode conceptuellement simple Nécessite la mise en
selon la méthode directe système d’information s
IAS 711 Plus aisée à mettre en œuvre
O2 : Etablir le tableau des flux de trésorerie
selon la méthode indirecte
Premier niveau d’information sectorielle : par La définition du premier et du second niveau d’information sector
12 secteur d’activité que l’entreprise peut choisir librement. L’entreprise est tenue d’
IAS 14
Premier niveau d’information sectorielle : par certain nombre de critères prévus par la norme afin de détermine
secteur géographique propre situation.
Simple à mettre en œuvre car elle ne Faiblesses inhérente
13 O1 : Evaluation des immobilisations crée pas de rupture par rapport aux convention d’évaluatio
IAS 16
corporelles au coût amorti pratiques de la plupart des entreprises, historique (Cf. point
notamment marocaines première partie)

10
Présentation des états financiers
11
Tableau des flux de trésorerie
12
Information sectorielle (norme remplacée par IFRS 8 « Segment reporting » dont l’application est obligatoire pour les exercices o
13
Immobilisations corporelles
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux immobilisations et solution

Options Avantages Inconvénien


Vision plus économique sur la valeur Plus difficile à mettre
des immobilisations corporelles elle nécessite à faire app
régulière, à des
O2 : Réévaluation des immobilisations
IAS 16 immobilières. Elle néces
corporelles
de modifier le
d’amortissement à
réévaluation.
O1 : Utiliser le corridor pour la constatation Moins de volatilité du résultat Pas de constatation
des écarts actuariels immédiate des écarts act
Plus de volatilité du résultat Constatation immédiate
14 actuariels permettant ain
IAS 19
O2 : Constater les écarts actuariels des états financiers
indépendamment du corridor d’une information ac
engagements du person
fait face l’entreprise
Traitement se rapprochant de la L’actif financé par la
O1 : Comptabiliser les subventions
pratique des entreprises marocaines apparaît à l’actif pour
d’investissement au passif
global
15
IAS 20 Vision plus économique car l’actif est Traitement qui fait rup
O2 : Comptabiliser les subventions
enregistré pour la juste valeur de la traitement prévu par l
d’investissement en diminution de l’actif
contrepartie que l’entreprise a du comptable marocain
financé
engager pour acquérir l’actif
Intégrer au coût de l’actif les coûts La structure de fina
d’emprunt que l’entreprise a du engager l’entreprise influence
pour l’acquérir ou le produire. Ainsi, les d’entrée de ses actifs qu
coûts d’emprunt sont répartis sur
16 O1 : Intégration des coûts d’emprunt dans les
IAS 23 plusieurs exercices (si actif
valeurs d’entrée des actifs qualifiés
amortissable)

14
Avantages du personnel
15
Subventions publiques
16
Coûts d’emprunt (la version révisée datant de mars 2007 a supprimé l’option 2. Elle est d’application obligatoire pour les exercic
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux immobilisations et solution

Options Avantages Inconvénien


Non prise en compte de la structure de Prise en charge de l
financement de l’entreprise dans la coûts d’emprunts sur l
O2 : Non intégration des coûts d’emprunt dans valorisation des actifs qualifiés les exercices de leur pai
les valeurs d’entrée des actifs qualifiés

Remontée dans les comptes consolidées Vision non économiqu


de la quote-part des actifs et passifs de entreprise dans la me
O1 : Consolidation des co-entreprises selon la
l’entreprise en contrôle conjoint actifs et passifs de l’e
méthode de l’intégration proportionnelle
sont pas en réalité
17
IAS 31 d’être répartie
Méthode simple à mettre en œuvre. La quote-part des ac
O2 : Consolidation des co-entreprises selon la passifs détenus par la
méthode de la mise en équivalence n’apparaît pas dans
consolidés
Pas d’obligation de documentation et de Volatilité du résultat
O1 : Ne pas mettre en place une comptabilité suivi des opérations de couverture
de couverture pour les opérations de
couverture
IAS
18
32/39 Moins de volatilité du résultat Documentation et sui
mettre en place
O2 : Mettre en place une comptabilité de
couverture

Information intermédiaire comparable à Information lourde à pro


O1 : Publier des états financiers intermédiaires
l’information annuelle
complets
19
IAS 34 Plus aisée à produire Information intermédi
O2 : Publier des états financiers intermédiaires complète
résumés

17
Consolidation des co-entreprises (un projet en cours de révision de la norme tend à supprimer la méthode de l’intégration proport
18
Instruments financiers
19
Information financière intermédiaire
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux immobilisations et solution

Options Avantages Inconvénien


Simple à mettre en œuvre car elle ne Faiblesses inhérente
O1 : Evaluation des immobilisations crée pas de rupture par rapport aux convention d’évaluatio
incorporelles au coût amorti pratiques de la plupart des entreprises, historique (Cf. point
notamment marocaines première partie)
Vision plus économique sur la valeur Plus difficile à mettre
20
IAS 38 des immobilisations incorporelles elle nécessite à faire app
O2 : Evaluation des immobilisations régulière, à des
incorporelles à la juste valeur (valeur immobilières. Elle néces
réévaluée) de modifier le
d’amortissement à
réévaluation.
Simple à mettre en œuvre car elle ne Faiblesses inhérente
Evaluation des immeubles de placement au crée pas de rupture par rapport aux convention d’évaluatio
coût amorti pratiques de la plupart des entreprises, historique (Cf. point
notamment marocaines première partie)
Vision plus économique sur la valeur Plus difficile à mettre
21
IAS 40 des immeubles de placement elle nécessite à faire app
régulière, à des
Evaluation des immeubles de placement à la
immobilières. Elle néces
juste valeur (valeur réévaluée)
de modifier le
d’amortissement à
réévaluation.

20
Immobilisations incorporelles
21
Immeubles de placement
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Lexique français – arabe – anglais

Français Arabe Anglais

Actifs ‫لﻮﺻأ‬Assets
Actifs circulants ‫ﺔﻳرﺎﺟ لﻮﺻأ‬
Current assets
Actions ‫ﻢﻬﺳأ‬Shares
Audit ‫ﻖﻴﻗﺪﺗ‬Audit
Auditeur ‫تﺎﺑﺎﺴﺤﻟا ﻖﻗﺪﻣ‬
Auditor
Balance ‫ﺔﻧزاﻮﻤﻟا‬Trial balance
Bilan ‫ﺔﻴﻧاﺰﻴﻤﻟا‬
/‫ﺔﻠﻴﺼﺤﻟا‬Balance sheet
Capitaux propres ‫ﻦﻴﻤهﺎﺴﻤﻟا قﻮﻘﺣ عﻮﻤﺠﻣ‬
Net equity
Commissaire aux comptes ‫تﺎﺑﺎﺴﺤﻟا ﺐﻗاﺮﻣ‬
Legal auditor
Compte de produits et charges ‫ﺮﺋﺎﺴﺨﻟا و حﺎﺑرﻻا بﺎﺴﺣ‬
Profits and losses statement
Comptes consolidés ‫تﺎﻋﻮﻤﺠﻤﻟا تﺎﺑﺎﺴﺣ‬
Consolidated financial statements
Comptes sociaux ‫تﺎآﺮﺸﻟا تﺎﺑﺎﺴﺣ‬
Separate financial statements
Conseil déontologique des ‫ﻢﻴﻘﻠﻟ ﻲﺑدﻻا ﺲﻠﺠﻤﻟا‬Securities
‫ﺔﻟﻮﻘﻨﻤﻟا‬commission
valeurs mobilières
Conseil national de comptabilité ‫ﺔﺒﺳﺎﺤﻤﻠﻟ ﻲﻨﻃﻮﻟا ﺲﻠﺠﻤﻟا‬
National accounting council
Consolidation ‫تﺎﺑﺎﺴﺤﻟا ﻊﻴﻤﺠﺗ‬
Consolidation
Conversion des comptes des ‫تﺎآﺮﺸﻟا تﺎﺑﺎﺴﺣ ﻞﻳﻮﺤﺗ‬ ‫ ﺔﻌﺑﺎﺘﻟا‬statements translation
Subsidiaries
filiales
Crédit bail ‫ﻲﻧﺎﻤﺘﺋﻻارﺎﺠﻳﻻا‬
Leasing
Date de clôture ‫مﺎﺘﺘﺧﻻا ﺦﻳرﺎﺗ‬
Closing date
Démarche ‫ ءاﺮﺟإ‬Approach
‫لﻮﺻا ﻲﻓﺎﺻو رﺎﻤﺜﺘﺳﻻا ﺔﻔﻠﻜﺗ قﺮﻓ‬
Ecart d'aquisition ‫ﺸﻟا‬Goodwill
‫ﺔﻌﺑﺎﺘﻟاﺔآﺮ‬
Entreprise associée ‫ﺔﻠﻴﻣز ﺔآﺮﺷ‬
Associate
Entreprise sous contrôle conjoint ‫ﺔﻘﻴﻘﺷ ﺔآﺮﺷ‬
Jointly Controlled Entities
Etats financiers ‫ﺔﻴﻻﻣ‬
‫ﻢﺋاﻮﻗ‬
Financial statements
Expert Comptable ‫ﺐﺳﺎﺤﻣ ﺮﻴﺒﺧ‬
Chartered accountant
Filiale ‫ﺑﺎﺗ ﺔآﺮﺷﺔﻌ‬Subsidiary
Flux financier ‫ﺔﻴﻻﻣ ﺔﻟﻮﻴﺳ‬
Financial flow
Groupe ‫ﺔﻋﻮﻤﺠﻣ‬
Group
Honoraires ‫بﺎﻌﺗأ‬Fees

127
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Français Arabe Anglais

IAS 1: Présentation des états Presentation of Financial


‫ﺔﻴﻻﻤﻟا ﻢﺋاﻮﻘﻟا ضﺮﻋ‬
financiers Statements
IAS 2: Stocks ‫ﻧﻮﺰﺨﻤﻟا‬Inventories
IAS 10: Événements postérieurs Events After the Balance Sheet
‫ﺔﻴﻧاﺰﻴﻤﻟا ﺦﻳرﺎﺘﻟ ﺔﻘﺣﻼﻟا ثﺎﺪﺣﻷا‬
à la date de clôture Date
IAS 11: Contrats de construction ‫ﺗﺎءﺎﺸﻧﻹا دﻮﻘﻋ‬
Construction Contracts
IAS 12: Impôts sur le résultat ‫ﻞﺧﺪﻟا ﺐﺋاﺮﺿ‬
Income Taxes
IAS 14: Information sectorielle ‫ﺔﻴﻋﺎﻄﻘﻟا‬
‫ﺗﺎﺮﻳﺮﻘﺘﻟا‬
Segment Reporting
(remplacée par IFRS 8 en 2007)
IAS 16: Immobilisations ‫ﺗﺎﺰﻴﻬﺠﺘﻟا‬
,‫ﺗﺎﺪﻌﻤﻟا‬
,‫تﺎﻜﻠﺘﻤﻤﻟا‬
Property, Plant and Equipment
corporelles
IAS 17: Contrats de location ‫ﺗﺎرﺎﺠﻳﻹا‬Leases
IAS 18: Produits des activités ‫ﺗﺎداﺮﻳﻹا‬Revenue
ordinaires
IAS 19: Avantages du personnel ‫ﺪﻋﺎﻘﺘﻟا ﻊﻓﺎﻨﻣ‬
Employee Benefits
IAS 20: Comptabilisation des
Accounting
‫ﺔﻴﻣﻮﻜﺤﻟا ﺢﻨﻤﻟا ﻦﻋ ﺔﺒﺳﺎﺤﻤﻟا‬ ‫ و‬for Government
subventions publiques et
informations à fournir sur l’aide ‫ﺎﺼﻓﻹا‬Grants and Disclosure of
‫ﺔﻴﻣﻮﻜﺤﻟا ﺗﺎﺪﻋﺎﺴﻤﻟا ﻦﻋ ح‬
Government Assistance
publique
IAS 21: Effet des variations des ‫رﺎﻌﺳأ ﻰﻓ ﺗﺎﺮﻴﻐﺘﻟا رﺎثﺁ‬The
‫فﺮﺻ‬Effects of Changes in Foreign
cours des monnaies étrangères ‫ﺔﻴﺒﻨﺟﻷا تﻼﻤﻌﻟا‬
Exchange Rates
IAS 23: Coûts d’emprunt ‫ﺿﺎﺮﺘﻗﻹا ﻒﻴﻻﻜﺗ‬
Borrowing Costs
IAS 24: Information relative aux ‫ ىﻮذ ﻓﺎﺮﻃﻷا تﺎﺣﺎﺼﻓإ‬Related
‫ ﺔﻗﻼﻌﻟا‬Party Disclosures
parties liées
IAS 26: Comptabilité et rapports ‫ﻦﻋ ﺮﻳﺮﻘﺘﻟا و ﺔﺒﺳﺎﺤﻤﻟا‬Accounting
‫ و ﻂﻄﺧ‬and Reporting by
financiers des régimes de retraite ‫ﺪﻋﺎﻘﺘﻟا ﻊﻓﺎﻨﻣ‬
Retirement Benefit Plans
IAS 27: États financiers
consolidés et comptabilisation ‫ﻢﺋاﻮﻘﻟا‬ Consolidated and Separate
‫ﺔﻠﺼﻔﻨﻤﻟا و ﺔﻌﻤﺠﻤﻟا ﺔﻴﻻﻤﻟا‬
des participations dans des Financial Statements
filiales
IAS 28: Comptabilisation des
participations dans des ‫ﺗﺎرﺎﻤﺜﺘﺳﻹا‬
‫ﺔﻠﻴﻣز تﺎآﺮﺷ ﻰﻓ‬
Investments in Associates
entreprises associées
IAS 29: Information financière ‫ ﻞﻇ ﻰﻓ ﺔﻴﻻﻤﻟا ﺮﻳرﺎﻘﺘﻟا‬Financial
‫تﺎﻳدﺎﺼﺘﻗإ‬Reporting in
dans des économies hyper ‫ﺢﻣﺎﺠﻟا ﻢﺨﻀﺘﻟا‬
Hyperinflationary Economies
inflationnistes
IAS 30: Informations à fournir
dans les états financiers des Disclosures
‫ﺔﻴﻻﻤﻟا ﻢﺋاﻮﻘﻟا ﻰﻓ حﺎﺼﻓﻹا‬ ‫و كﻮﻨﺒﻠﻟ‬in the Financial
banques et institutions ‫ ﺔﻬﺑﺎﺸﻤﻟا ﺔﻴﻻﻤﻟا تﺎﺴﺳﺆﻤﻟا‬of Banks and Similar
Statements
financières intermédiaires Financial Institutions
(remplacée par IFRS 7 en 2006)

128
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Français Arabe Anglais

IAS 31: Information financière


relative aux participations dans ‫ تﺎﻋوﺮﺸﻤﻟا ﻰﻓ ﺺﺼﺤﻟا‬Interests
‫ﺔآﺮﺘﺸﻤﻟا‬ In Joint Ventures
des coentreprises
Financial Instruments:
IAS 32: Instruments financiers ‫ضﺮﻌﻟا و حﺎﺼﻓﻹا‬ ‫ ﻷاد‬Presentation Disclosure provisions
:‫ﺔﻴﻻﻤﻟا ﺗﺎو‬
superseded by IFRS 7 effective
2007
IAS 33: Résultat par action ‫ﺪﺣاﻮﻟا ﻢﻬﺴﻟا ﺔﻴﺤﺑر‬
Earnings Per Share
IAS 34: Information financière ‫ﺔﻴﻠﺣﺮﻤﻟا ﺔﻴﻻﻤﻟا ﺮﻳ‬
‫رﺎﻘﺘﻟا‬Interim Financial Reporting
intermédiaire
IAS 36: Dépréciation d’actifs ‫لﻮﺻﻷا ﺔﻤﻴﻗ ضﺎﻔﺨﻧإ‬
Impairment of Assets
IAS 37: Provisions, passifs ,‫ﺔﻠﻤﺘﺤﻤﻟا تﺎﻣاﺰﺘﻟﻷا‬
,‫تﺎﺼﺼﺨﻤﻟا‬
Provisions, Contingent Liabilities
éventuels et actifs éventuels ‫ﺔﻠﻤﺘﺤﻤﻟا لﻮﺻﻷا‬
and Contingent Assets
IAS 38: Immobilisations ‫ﺔﺳﻮﻤﻠﻤﻟا ﺮﻴﻏ لﻮﺻﻷا‬
Intangible Assets
incorporelles
IAS 39: Instruments financiers : ‫سﺎﻴﻘﻟا و ﻓﺎﺮﺘﻋﻹا‬ Financial Instruments:
:‫ﺔﻴﻻﻤﻟا ﺗﺎودﻷا‬
comptabilisation et évaluation Recognition and Measurement
IAS 40: Immeubles de placement ‫ﺔﻳرﺎﻤﺜﺘﺳﻹا‬
‫تﺎﻜﻠﺘﻤﻤﻟا‬Investment Property
IAS 41: Agriculture ‫ﺔﻋارﺰﻟا‬Agriculture
IAS 7: Tableau des flux de ‫تﺎﻘﻓﺪﺘﻟا ﻢﺋاﻮﻗ‬Cash
‫ﺔﻳﺪﻘﻨﻟا‬
Flow Statements
trésorerie
IAS 8: Méthodes comptables, ‫ﻰﻓ ﺗﺎﺮﻴﻐﺘﻟا‬
,‫ﺔﻴﺒﺳﺎﺤﻤﻟا تﺎﺳﺎﻴﺴﻟا‬
Accounting Policies, Changes in
changement d’estimations ‫ و ﺔﻴﺒﺳﺎﺤﻤﻟا ﺗﺎﺮﻳﺪﻘﺘﻟا‬Accounting
‫ ءﺎﻄﺧﻷا‬Estimates and Errors
comptables, erreurs

IFRS 1: Première adoption des First-time


‫ﺔﻴﻻﻤﻟا ﺮﻳرﺎﻘﺘﻟا ﺮﻴﻳﺎﻌﻣ ﻖﻴﺒﻄﺗ‬ Adoption of
‫ﺔﻴﻟوﺪﻟا‬
normes de reporting financier ‫ةﺮﻣ ﻟﻮﻷ‬International Financial Reporting
internationales Standards
IFRS 2 : Paiements sur la base ‫ﻰﻠﻋ ﺔﻨﻴﺒﻤﻟا تﺎﻋﻮﻓﺪﻤﻟا‬ ‫ ﻢﻬﺳﻷا‬Payment
Share-based
d'actions
IFRS 3 : Regroupement ‫لﺎﻤﻋﻷا تﺂﺸﻨﻣ جﺎﻣﺪﻧإ‬
Business Combinations
d'entreprises
IFRS 4 : Contrats d'assurance ‫ﻦﻴﻣﺄﺘﻟا دﻮﻘﻋ‬
Insurance Contracts
IFRS 5 : Actifs non courants ‫ﻆﻔﺘﺤﻤﻟا ﺔﻟواﺪﺘﻤﻟا ﺮﻴﻏ لﻮﺻﻷا‬ ‫ ﺎﻬﺑ‬Assets Held for Sale
Non-current
destinés à la vente et activités ‫ تﺎﻴﻠﻤﻌﻟا و ﻊﻴﺒﻟا ضﺮﻐﺑ‬and
‫ﺔﻔﻗﻮﺘﻤﻟا‬
Discontinued Operations
abandonnées
IFRS 6 : Exploration et
Exploration
‫دراﻮﻤﻟا ﻢﻴﻴﻘﺗ و ﻦﻋ ﺐﻴﻘﻨﺘﻟا‬ ‫ﺔﻴﻧﺪﻌﻤﻟا‬for and Evaluation of
évaluation des ressources
Mineral Assets
minérales
IFRS 7 : Intsruments financiers: ‫حﺎﺼﻓﻹا‬ ‫ ﻷاد‬Financial Instruments:
:‫ﺔﻴﻻﻤﻟا ﺗﺎو‬
informations à fournir Disclosures
IFRS 8: Segments opérationnels ‫ﺔﻴﻠﻤﻋ تﺎﻋﺎﻄﻗ‬Operating Segments

129
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Français Arabe Anglais

Image fidèle ‫ﺔﻴﻓو ةرﻮﺻ‬Fair presentation


Immobilisations corporelles ‫ﺎﺘﻟا لﻮﺻﻷاﺔﺜﺑ‬
/‫ةﺪﺴﺠﻣ ﺚﺑ اﻮﺗ‬Fixed assets
‫ﺮﻴﻏ لﻮﺻأ‬
/‫ةﺪﺴﺠﻣ ﺮﻴﻏ ﺚﺑ اﻮﺗ‬
Immobilisations incorporelles ‫ﺔﺳﻮﻤﻠﻣ‬ Intangible assets
Impôts différés ‫ﺔﻠﺟﺆﻣ ﺐﺋاﺮﺿ‬ Differed taxes
Intégration globale ‫ﻲﻠآ جﺎﻣدا‬Consolidation
Intégration proportionnelle ‫ﻲﺒﺴﻧ جﺎﻣدا‬Proportionate Consolidation
Juste valeur ‫ﺔﻴﻘﻴﻘﺤﻟا ﺔﻤﻴﻘﻟا‬
Fair value
Norme ‫رﺎﻴﻌﻣ‬Standard
Norme de rapport ‫ﺮﻳﺮﻘﺘﻟا ﺮﻴﻳﺎﻌﻣ‬
Report standard
Normes comptables ‫ﺔﺒﺳﺎﺤﻤﻟا ﺮﻴﻳﺎﻌﻣ‬
Accounting standard
Normes comptables International Accounting
‫ﺔﺒﺳﺎﺤﻤﻠﻟ ﺔﻴﻟودﺮﻴﻳﺎﻌﻣ‬
internationales Standards (IAS)
Normes de reporting financier ‫ﺮﻳرﺎﻘﺘﻠﻟ ﺔﻴﻟودﺮﻴﻳﺎﻌﻣ‬International
‫ﺔﻴﻻﻤﻟا‬ Financial Reporting
internationales Standards (IFRS)
Passifs ‫مﻮﺼﺧ‬Liabilities
‫ﺔﻴﻻﻤﻟا ﻢﺋاﻮﻘﻟا ﻲﻓ ﺔﻠﺧاﺪﻟا تﺎآﺮﺸﻟا‬
Périmètre de consolidation Consolidation scope
‫ﺔﻌﻤﺠﻤﻟا‬
Plan ‫ ﺔﻄﺧ‬Planning
Plan comptable ‫تﺎﺑﺎﺴﺤﻟا ﺔﻤﺋﺎﻗ‬
/‫ﺔﺒﺳﺎﺤﻣ ﺔﻄﺧ‬ Chart of accounts
Plan Comptable des ‫تﺎﺴﺳﺆﻤﻟا تﺎﺑﺎﺴﺣ ﺔﻤﺋﺎﻗ‬ Chart of accounts credit
‫ﺔﻴﻻﻤﻟا‬
Etablissements de Crédit institution
Plus value ‫ﺔﻤﻴﻘﻟا ﺾﺋﺎﻓ‬
Gain
Procédure ‫ﺔﻘﻳﺮﻃ‬
-‫ ءاﺮﺟا‬Procedure
Programme de travail ‫ﻞﻤﻌﻟا ﺞﻣﺎﻧﺮﺑ‬
Working program
Projet ‫ﻋﻮﺮﺸﻣ‬ Project
Questionnaire ‫نﺎﻴﺒﺘﺳا‬Questionnaire
Rapport ‫ﺮﻳﺮﻘﺗ‬Report
Règles comptables ‫ﺔﻴﺒﺳﺎﺤﻣ ﺪﻋاﻮﻗ‬
Accounting rules
‫تﺎﻳﻮﺴﺗ‬
/‫تﺎﺑﺎﺴﺤﻟا ﺔﺠﻻﻌﻣ ةدﺎﻋا‬
Retraitement Adjustment
‫ﺔﻴﻻﻤﻟا ﻢﺋاﻮﻘﻟا‬
Seuil de signification ‫ﺔﻳدﺎﻤﻟا ﺪﻳﺪﺤﺗ‬
Materiality level
Valeurs comptables ‫ﺔﻳﺮﺘﻓﺪﻟا ﻢﻴﻘﻟا‬
Book values

130
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Bibliographie

1. TEXTES OFFICIELS ET REGLEMENTAIRES

ƒ Loi n° 9-88 sur les obligations comptables des commerçants


ƒ Dahir portant loi n° 1-93-212 du 21 septembre 1993 relatif au Conseil Déontologique des
Valeurs Mobilières et aux informations exigées des personnes morales faisant appel public à
l’épargne (modifié et complété par la loi 23-01)
ƒ Circulaire CDVM n° 03/04 relative à la note d’information exigée des personnes morales
faisant appel public à l’épargne par émission ou cession de titres de capital
ƒ Code Général de Normalisation Comptable Marocain
ƒ Avis du CNC adopté le 26 mai 2005 relatif aux normes et méthodes de consolidation
ƒ Texte des IAS/IFRS publié au Journal Officiel des Communautés Européennes
ƒ Rapport de la Banque Mondiale sur le Respect des Normes et des Codes (RRNC) du 25 juillet
2002

2. MEMOIRES D’EXPERTISE COMPTABLE

ƒ Le passage aux normes IAS/IFRS en 2005, . Yvon Salaun . 2004


enjeux et problématiques de l’entreprise
industrielle et commerciale cotée et de l’expert
comptable

ƒ Piloter la conversion aux IAS/IFRS d’une société . Anne Goujon . 2003


française, filiale d’un groupe étranger
ƒ Les retraitements des comptes sociaux suivant . Redouane Sebbar . 2001
les normes internationales, IASC et US GAAP

131
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

3. OUVRAGES & PUBLICATIONS

ƒ Guide pédagogique de lecture de IAS 36 – . Académie des 2007 (disponible sur


2nd volume sciences comptables internet)
et financières
ƒ Questions/Réponses IFRS : Etats financiers . PWC . Ed. Francis
illustrés Lefebvre 2006
ƒ Maîtriser les IFRS . Odile Dandon et . Groupe Revue
Laurent Didelot Fiduciaire 2006
ƒ Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas . Robert O’bert . Ed. Dunod 2005
d’application et corrigés
ƒ Conversion aux IFRS – Une illustration . Ernst & Young . 2005
sectorielle des difficultés de mise en œuvre
ƒ Passage aux IFRS – Les pratiques des grands . Ernst & Young . 2005
groupes européens
ƒ Guide pédagogiques de lecture de IAS 36 – . Académie des 2005 (disponible sur
1st volume sciences comptables internet)
et financières
ƒ GAAP differences in your pocket, IAS and . Deloitte . 2004
US GAAP
ƒ S’initier aux IFRS . A. Frydlender, J. . Ed. Francis
Pagezy Lefebvre 2004
ƒ Comptabilité en IFRS . P. Touron, H. . Ed. Organisation
Tondeur 2004
ƒ First-time adoption, A guide to IFRS 1 . Deloitte . 2004
ƒ IAS en bref : principales différences avec les . Deloitte . 2004
règles françaises
ƒ IFRS 2005 . PWC . Ed. Francis
Lefebvre 2004
ƒ Les normes IAS/IFRS : Que faut-il faire ? . Collectif . Ed. Organisation
Comment s’y prendre ? 2004
ƒ Lire les Etats financiers en IFRS . G. Heem . Ed. Organisation
2004
ƒ Normes IAS/IFRS : Application aux états . Pascal Barneto . Ed. Dunod 2004
financiers
ƒ Pratique des normes IAS/IFRS . Robert O’bert . Ed. Dunod 2003
ƒ Mémento comptable Francis Lefebvre . PWC . Ed. Francis

132
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Lefebvre 2002
ƒ Nouvelle pratique des comptes consolidés . Eric Ropert . Ed. Gaulino 2001
ƒ GAAP 2001 : a survey of national accounting . Andersen-BDO- . 2001
rules benchmarked against IAS Deloitte- E&Y-
PWC- YGT-KPMG
ƒ Mémento comptable marocain . Masnaoui & . Ed. Masnaoui 1996
Associés
ƒ Pratique internationale de la Comptabilité et . Robert O’bert . Ed. Dunod 1994
de l’Audit

4. ARTICLES DE REVUES SPECIALISEES

Revue Française de Comptabilité

ƒ Des IFRS pour les PME – Mai 2007


ƒ Qu’est ce que la juste valeur ? – Janvier 2007
ƒ La définition d’un actif – Novembre 2006
ƒ IFRS et gouvernance – Août 2006
ƒ Les contrats de location-financement en position bailleur – Juin 2006
ƒ Dix problèmes d’application des IFRS – Juin 2006
ƒ Les contrats de location-financement en position preneur – Mai 2006
ƒ Les immeubles de placement – Avril 2006
ƒ Immobilisations corporelles et immeubles de placement en IFRS – Mars 2006
ƒ De la traduction des IFRS – Lost in Translation ? – Juillet / Août 2005
ƒ La convergence PCG/IAS : jusqu’où ? – Juin 2005
ƒ Un exemple de passage aux IFRS : le Groupe PSA – Mai 2005
ƒ Les nouvelles règles en matière de dépréciation d’actifs – Mai 2005
ƒ L’amortissement par composants – Mars 2005
ƒ Les tests de dépréciation selon IAS 36 : le cas d’Amadeus
ƒ L’impact des IAS sur le système comptable – Septembre 2004
ƒ La capitalisation d’une immobilisation incorporelle selon IAS 38 – Juin 2004
ƒ Interprétation de l’IFRIC sur les conventions incorporant un contrat de location – Février 2004
ƒ Les informations sur les immobilisations incorporelles selon IAS 16 – Février 2004
ème
ƒ IFRS 1, un exemple pratique (2 partie) – Février 2004
ère
ƒ IFRS 1, un exemple pratique (1 partie) – Janvier 2004
ƒ La valeur résiduelle des immobilisations corporelles – Janvier 2004

133
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

ƒ Suivi et modification des plans d’amortissement selon les normes IAS/IFRS – Décembre 2003
ƒ IFRS 1, première application du référentiel international – Novembre 2003
ƒ La valeur brute des immobilisations corporelles à la date de transition aux IFRS – Novembre
2003
ƒ Détermination des unités génératrices de trésorerie selon IAS 36 – Mai 2003
ƒ Application de IAS 36 : dépréciation des actifs – Mars 2003
ƒ IASB : la convergence avec les normes américaines – Janvier 2003
ƒ Le règlement européen pour l’application des IAS/IFRS – Juillet / Août 2002

Revue SIC

ƒ La normalisation comptable internationale – un cadre conceptuel à repenser


ƒ IFRS et gouvernance d’entreprise – Septembre 2006
ƒ Des normes internationales pour le secteur public – Juin 2006
ƒ La comptabilité publique : adoption des normes internationales privées – Mars 2006
ƒ Homologation en Europe du référentiel IAS/IFRS : plate-forme au 31 décembre 2005 – Février
2005
ƒ Les 20 ans de la loi et du décret comptables face aux normes IAS/IFRS – Janvier 2004
ƒ Transparence financière et gouvernement d’entreprise : la réforme est en marche – octobre 2003
ƒ Extension des normes comptables internationales aux PME – Août / Septembre 2003
ƒ Améliorer la transparence et restaurer la confiance des marchés – Mars 2003

5. SITES INTERNET

ƒ Site des Editions Francis Lefebvre – www.efl.fr


ƒ Site de Deloitte consacré aux IFRS – www.iasplus.com
ƒ Site de l’EFRAG – www.efrag.org
ƒ Site de l’IASB – www. iasb.org.uk
ƒ Site de l’Ordre des Experts Comptables du Maroc – www.oec.ma
ƒ Site de la bourse des valeurs de Casablanca – www.casablanca-bourse.com
ƒ Site des activités et textes légaux des institutions européennes – www.europa.eu.int
ƒ Site du centre de documentation des experts comptables www.bibliotique.com
ƒ Site français sur les IFRS - www.focusifrs.com

134
Conversion aux IFRS : Problématiques liées aux
immobilisations et solutions de mise en œuvre

Documentation électronique

Mémoires d’expertise comptable

L'adoption du Piloter la conversion Dépréciation ou


référentiel IAS parsle aux IAS IFRS.pdf sortie d'actifs à LTad

Résumé des normes IAS/IFRS et leurs interprétations

Compilation des IAS


IFRS et des SIC IFRI
C

Articles de revues spécialisées intégrant des cas pratiques

Amortissement par Détermination des Location Location


composants et évalu
a UGT selon IAS36.pdfFinancement bailleur.
Financement preneu
r

Autres documents

Circulaire CDVM n° Guide de lecture deGuide de lecture de Modèle états


03 04.pdf la norme IAS36 1stola
v norme IAS 36 2ndv financiers IFRS.pdf

135