Vous êtes sur la page 1sur 5

L'Identité Personnelle

Les tests de personnalité : l'exemple du test inspiré de Jung

Plan du cours
Définitions préalables
Se connaître et connaître les autres : le MBTI
Que penser de ces tests ?
1) J'ai fait le test !
2) L'effet Barnum
 Pourquoi "Barnum"?
 Les expériences de Forer
3) Comment cette illusion est-elle possible ?
 Le caractère vague de la description
 La manière dont nous construisons notre identité personnelle est ici en jeu

I. Définitions préalables

 Qu'est-ce que la personnalité ?


Une caractéristique relativement stable et générale de la manière d’être et d’agir d’une personne dans sa
façon de réagir aux situations dans lesquelles elle se trouve.

 Les traits de personnalité : dimensions de la personnalité qui servent essentiellement à décrire


quelqu’un et à prédire des comportements typiques.

 Les types de personnalité : combinaison unique d’attributs qui sont censés déterminer certaines
tendances personnelles et des réactions typiques.

II. Se connaître et connaître les autres : le MBTI (Myers Briggs Type Indicator)

Pourquoi prendre cet exemple ? Parce que c'est l'indicateur le plus utilisé au monde, pour recruter, orienter,
... et même pour se marier !

Test de personnalité fondé sur les travaux de Carl-Gustav Jung (1875-1961) sur la théorie des types
psychologiques. Cf. son œuvre intitulée Types psychologiques (1921).
Ses travaux furent poursuivis par Isabel Briggs Myers (1897-1979) et sa mère. Cela a donné le MBTI.

Le principe du MBTI est simple: notre comportement n’est pas le fruit du hasard mais la conséquence de
notre préférence sur 4 dimensions :
 l’orientation de l’énergie
 les modes de perception de la réalité
 les critères de prise de décision
 le style de vie

Chacune des 4 dimensions est symbolisée par un axe comportant deux pôles. L’objectif est de savoir
comment chacun se situe sur chacun des axes :
Loi des polarités :
Chaque être humain dispose de 4 fonctions Notre dynamisme suppose un
psychologiques de base mouvement entre deux pôles

Orientation de l’énergie
extraversion introversion
Modes de perception de la réalité :
fonctions irrationnelles qui permettent de
sensation intuition
recueillir de l'information de deux manières

Modes de prise de décision :


fonctions rationnelles de jugement qui nous
permettent de traiter cette information pour pensée logique sentiments
aboutir à des conclusions

Style de vie
jugement perception

La combinaison de ces préférences détermine un type psychologique dont la connaissance et la


compréhension nous permet de comprendre notre modèle de fonctionnement. Cela nous permet de voir
d’une manière différente nos problèmes de communication et de fonctionnement en équipe et d’y remédier.
D'y remédier, comment est-ce possible ?
Cf. le terme de "préférence" : parler de "préférences" signifie que nous ne sommes pas strictement
déterminés à toujours agir de la même manière ! Il nous arrive d’utiliser une préférence opposée, mais c'est
plus difficile. Elles correspondent donc à des habitudes bien ancrées.

Orientation de l’énergie
Extraversion Introversion
E I
Le monde extérieur
Mon monde intérieur
les personnes et l’environnement
les idées, les concepts
je suis stimulé par ce qui se passe dans le monde
j’aime être seul pour pouvoir réfléchir
extérieur
• J’aime comprendre le monde avant de l’aborder
• J’ai besoin du contact avec les autres
• Je m’exprime par l’écriture plutôt que par la
• Je préfère m’exprimer par la parole plutôt que par
parole
l’écriture
• Je suis plutôt orienté vers la réflexion
• Je suis plutôt orienté vers l’action
REFLEXION - ACTION - REFLEXION
ACTION - REFLEXION - ACTION
Mode de perception de la réalité (je saisis les informations par…)
Sensation Intuition
S N
Mes 5 sens
Mon intuition
les personnes et l’environnement
mon “sixième sens”
• je m’attache aux faits
• Je perçois le sens, les relations, les possibilités
• J’aime ce qui est concret, réel, et directement
au-delà des faits directement observables
observable
J’aborde les données dans leur globalité et perçois
Je saisis une par une les données réalistes et pratiques
les nouvelles possibilités et façons de faire les
qui me permettent d’appréhender la réalité d’une
choses
situation
Mode de prise des décisions
Pensée Ressenti, sentiment
T F

Mon raisonnement
ma tête
Mes préférences
mon coeur
je décide objectivement en analysant la cause et
avec mes valeurs personnelles (”c’est bien
l’effet
ou mal”) et mes sentiments (”j’aime ou
je considère les faits et l’évidence
j’aime pas”)
je cherche des critères objectifs de vérité “c’est
vrai ou faux”
Je considère ce qui est important pour moi et
pour les autres
je suis plutôt doué pour analyser ce qui ne marche
pas
Je suis plutôt doué pour les relations
personnelles

Style de vie
Organisation Adaptabilité
J P
Par la souplesse et la flexibilité
Par le contrôle et la maîtrise
• j’aime plutôt vivre d’une façon flexible et
spontanée
• j’aime plutôt l’organisation et la planification
• je reste ouvert à toutes mes perceptions
• j’aime régler ma vie et la maîtriser
extérieures
• j’aime prendre les décisions et terminer les
• je cherche à comprendre plutôt qu’à
actions commerciales
maitriser
j’aime que les choses soient structurées
je préfère vivre des expériences et m’adapter
au moment présent

Par combinaison il existe donc 16 types principaux que l’on pourrait résumer ainsi:

ISTJ Administrateur ISFJ Protecteur INFJ Visionnaire INTJ Perfectionniste


ISTP Praticien ISFP Conciliateur INFP Zélateur INTP Concepteur
ESFP Boute en ENFP
ESTP Pragmatique ENTP Innovateur
train Communicateur
ESTJ Organisateur ESFJ Nourricier ENFJ Animateur ENTJ Meneur
III Que penser de ces tests ?

1) J'ai fait le test !

J'ai moi-même fait le test, dans sa version longue, et dans quelques versions courtes (je n'ai pas le droit de
reproduire ces tests !); chaque fois je trouve le type suivant : INFJ.Le terme de "visionnaire" ne me plaît pas
trop, mais le portrait que j'obtiens me paraît très convaincant (je veux dire par là que je m'y reconnais très
bien !) : "les personnes de ce type sont créatives, originales et indépendantes; réfléchies, chaleureuses et
sensibles; prudentes, stratégiques et prévoyantes; organisées, productives et déterminées; réservées et
polies". Et, incroyable (!), dans les métiers conseillés à ces types de personnalité,... il y a le mien :
enseignant ! Il y en a d'autres que j'aurais vraiment voulu faire : orthophoniste, éditeur, rédacteur, thérapeute,
etc.
Mais très vite le doute me prend : n'est-ce pas trop "beau" ? En fait si on y regarde de plus près, force est de
reconnaître que :
- ce modèle est tellement large qu'il peut s'appliquer à bon nombre de personnes (comme l'horoscope !)
- il ne me donne que des caractéristiques louangeuses (en tout cas c'est de cette manière que je les
appréhende ..)
D'où une question : pourquoi croyons-nous si facilement à la "vérité" sur nous-mêmes apportée par
ces tests ?

2) Selon F. Filiatrault, cela est dû à ce qu'on nomme l'effet Barnum.


(cf. www.pseudo-sciences.org, article 47 : L'effet Barnaum, une simple curiosité ?, SPS n° 256, mars 2003)

L'effet Barnum désigne une illusion perceptive, souvent qualifiée d'effet de validation subjective. Plus
précisément, il s'agit du processus qui fait qu'un individu se reconnaît spontanément dans ce qu'il croit être la
description de lui-même.
a) Pourquoi "Barnum" ?
Le nom de Barnum renvoie à quelqu'un qui a réellement existé. Barnum, qui était le patron du cirque
américain, expliquait en effet le succès de son entreprise comme suit :
- "à chaque minute naît un gogo" : cela renvoie à la crédulité humaine"
- "il faut réserver à chacun un petit quelque chose" : cela renvoie au caractère approbateur, quasi
élogieux, des caractéristiques données dans les tests de personnalité; cela renvoie aussi, bien sûr, au
fait que ces tests de personnalité parlent de nous et prétendent nous donner la clef de notre
fonctionnement intime !

b) Les expériences de Forer


Les expériences menées par le psychologue Forer en 1948/49 ont toujours abouti au même résultat :
si on donne un test de personnalité à remplir à des individus, et que sans le savoir ils ont tous reçu le
même résultat (donc la même description de "leur" personnalité), ils se retrouveront toujours dans ce
schéma.

Résultat de test distribué par Forer à ses étudiants :


Vous avez besoin d’être aimé et admiré, et pourtant vous êtes critique avec vous-même. Vous avez certes
des points faibles dans votre personnalité, mais vous savez généralement les compenser. Vous avez un
potentiel considérable que vous n’avez pas tourné à votre avantage. À l’extérieur vous êtes discipliné et vous
savez vous contrôler, mais à l’intérieur vous tendez à être préoccupé et pas très sûr de vous-même. Parfois
vous vous demandez sérieusement si vous avez pris la bonne décision ou fait ce qu’il fallait. Vous préférez
une certaine dose de changement et de variété, et devenez insatisfait si on vous entoure de restrictions et de
limitations. Vous vous flattez d’être un esprit indépendant ; et vous n’acceptez l’opinion d’autrui que
dûment démontrée. Mais vous avez trouvé qu’il était maladroit de se révéler trop facilement aux autres. Par
moments, vous êtes très extraverti, bavard et sociable, tandis qu’à d’autres moments vous êtes introverti,
circonspect, et réservé. Certaines de vos aspirations tendent à être assez irréalistes
Les étudiants devaient noter de 0 à 5 ce compte-rendu de leur questionnaire. 5 = l'évaluation est excellente;
4, bonne, etc. Moyenne obtenue = 4.26. La moyenne de ces tests est toujours sensiblement la même.
Notre conviction subjective devient preuve objective de la validité de ces thèses... Or, on sait bien que le
subjectif ne peut être la garantie de quoi que ce soit en terme de vérité !

3) Précisions : comment cette illusion est-elle possible ?

a) Le caractère vague de la description


 les descriptions, brèves, sont rédigées de façon vague; sans nous en rendre compte nous comblons les
vides de cette description avec notre propre image de nous-mêmes (c'est ce qui s'appelle sur-
interpréter)
 on trouve souvent un trait de personnalité et son contraire ; on a ainsi l'illusion d'un portrait nuancé...
et la possibilité de "choisir" (de manière inconsciente) le trait de personnalité que l'on aime se voir
appliquer
 pour approfondir ce point, cf: la critique popperienne de l'astrologie et de la théorie de
l'inconscient repose sur leur caractère vague.

b) enfin cela s'explique par la manière dont nous construisons notre identité personnelle :

 nous devons garder de nous-mêmes une image stable et positive

 positive : c'est le parti pris de complaisance (nous allons toujours faire en sorte de retenir, dans les
descriptions de nous-mêmes, les caractéristiques qui confirment l'image de nous-mêmes de façon
agréable !) ; cette illusion est par conséquent nécessaire, car elle contribue au bien-être
psychologique.

 stable : nous avons besoin de nous représenter nous-mêmes comme un être cohérent, qui a une
"consistance comportementale" : cette illusion nous est donc encore une fois bénéfique, elle nous
permet d'agir.

 on a donc besoin d'informations à notre sujet ! (vivre Facebook alors ! et les blogs !) -et ici,
force est de reconnaître que nous avons automatiquement tendance à croire le jugement énoncé par
autrui à notre sujet.

 pour approfondir ce point cf. Cours sur le film Eternal sunshine of the spotless mind de Gondryp.

Vous aimerez peut-être aussi