Vous êtes sur la page 1sur 3

Bangladesh:

Processus d’intégration de l’aspect genre dans la gestion communautaire


des risques d’inondation
Défis
Au Bangladesh, les réactions des ménages et de la communauté aux évènements récurrents
comme les inondations sont un indicateur de l’ampleur de leur vulnérabilité, leur capacité de
faire face à l’évènement et de l’intensité du danger. Plus les gens sont informés en avance,
plus ils sont en mesure de se préparer au danger et de réduire le risque que court la
communauté.
La préparation en cas d’inondation dépend en grande partie de deux éléments: la capacité des
institutions nationales, locales et communautaires concernées à orchestrer la communication
et la détermination du contenu de la communication sur la base des besoins et des priorités de
l’utilisateur. Le temps d’avance procuré grâce aux prévisions hydrologiques classiques est très
court et les habitants ne comprennent pas la terminologie liée aux niveaux de danger. En plus,
il n’existe aucun mécanisme pour relier les prévisions aux besoins des utilisateurs dans des
sites et lieux spécifiques.
Les hommes et les femmes ont des capacités et des vulnérabilités différentes par rapport à la
diffusion de l’information et ce, à cause de la différence dans leurs rôles et leurs conditions.
Par conséquent, ils sont affectés de manières différentes par les catastrophes. Dans la plupart
des cas, les hommes sont mieux connectés aux mécanismes d’avertissement précoce parce
qu’ils fréquentent les lieux publics et accèdent aux multiples canaux de communication
comme la radio et la télévision, au réseaux communautaires informels et aussi grâce à leur
interaction avec les fonctionnaires et les agents de l’état. Les femmes accèdent difficilement à
l’information et aux connaissances liées aux risques de catastrophes dans leurs communautés
puisqu’elles sont plus actives chez elles et sont donc moins mobiles au sein de la communauté
et comprennent moins tout ce qui se rapporte aux dangers. La voix des femmes est à peine
entendue en matière de réduction des risques dans le cadre des processus politiques et de
prise de décision.

Programme/Projets
Au début de 2004, le Centre des Services d’informations environnementales et géographiques
(CEGIS) a pris l’initiative, avec d’autres agences nationales, de mettre en oeuvre un projet sur
la vulnérabilité aux inondations, la baisse des risques et une meilleure préparation à travers
un système communautaire d’information dans une région inondable. Le projet comprenait
une analyse de l’impact de l’intégration de l’aspect genre sur le programme de prévention des
inondations et ce, par rapport à la réduction des risques et de la vulnérabilité. L’objectif
consistait à identifier les meilleures pratiques concernant la préparation en cas d’inondation, la
diffusion des informations et particulièrement auprès des femmes aux foyers et la réduction
des risques et de la vulnérabilité.
Le processus a commencé par l’organisation d’une réunion de sensibilisation dans un institut
gouvernemental local avec la participation des ONG et du Groupe de Mitigation des
Catastrophes (DMI) pour identifier les besoins des hommes et des femmes. La recherche a été
effectuée en utilisant des questionnaires, des interviews, des groupes de travail et des débats
ouverts afin d’identifier leurs besoins spécifiques. Le processus a été testé tout d’abord sur le
terrain et a ensuite été adopté. Le taux de réponse dans l’enquête sur les ménages conduite par
CEGIS a atteint 98%.
La recherche, qui a été effectuée en préparation de la saison des moussons, a fait ressortir de
nouveaux modes pour communiquer les informations sur les inondations. Le niveau de danger
pour les rivières a été déterminé pour chaque village. Des mises en garde contre les
inondations ont été préparées dans la langue locale utilisant différents supports comme les
posters, les photos et les bandes enregistrées. Ces supports ont été choisis pour renforcer les
institutions locales et diffuser les informations, particulièrement pour les gens illettrés, sur
des activités comme l’évacuation du bétail, la préparation pour les récoltes et la nourriture en
cas d’urgence et l’organisation des barques pour l’évacuation.

Résultats
Lors des inondations de 2004, les hommes et les femmes dans la communauté ont pleinement
bénéficié des mécanismes nouvellement introduits comme le langage des drapeaux, les
microphones dans les mosquées et le battement des tambours. Certaines femmes de la
communauté ont déclaré qu’elles essayent de comprendre le langage des drapeaux et
l’importance des mises en garde contre les inondations.

Réactions au programme:
Padma Rani, a dit que les messages qui abordent les soucis des femmes dans le village
peuvent leur permettre de se préparer aux inondations. “Si j’arrive à comprendre le langage
des prévisions, je peux stocker de la nourriture séchée, mes poulets, déplacer mon paddy et
élever le niveau de mes socles.”
Omar Sultan voulait mettre son stock de paddy (environ 150 monceaux) dans un lieu plus
élevé et était sur le point d’investir dans le déplacement puisque le niveau de l’eau s’élevait de
jour en jour. Mais lorsqu’il a vu le drapeau blanc (signifiant dans le système de mise en garde
que le niveau de l’eau est en train de baisser), il n’a pas déplacé le paddy et a gardé l’argent
qui devait servir à ce déplacement. “Nous comprenons le langage des drapeaux et c’est
vraiment un système utile” dit-il.
Facteurs clés du succès
• Le cadre d’analyse genre: le cadre a été développé pour étudier les différents modèles
communautaires relatifs aux catastrophes qui pourraient être analysés d’un point de
vue genre. Ces modèles comprennent les rôles traditionnels homme/femme, l’accès
aux moyens de communication et autres ressources ainsi que leur contrôle et l’impact
de la catastrophe qui n’est pas le même chez l’homme et chez la femme, avant,
pendant et après l’inondation.
• Cadres supplémentaires: après l’utilisation du cadre d’analyse genre qui a permis d’avoir
un aperçu sur l’aspect genre et les catastrophes, le cadre analytique de Harvard et les
cadres d’accès et de contrôle ont permis de mettre en exergue le rôle des femmes dans
la gestion des risques.

Principaux obstacles
• les prévisions ne sont pas adaptées au niveau local: tous les hommes et toutes les
femmes couverts par l’enquête ont déclaré qu’ils sont dans l’incapacité de comprendre
les prévisions qui ne sont pas adaptées à leur situation locale, la langue utilisée et le
système métrique adopté semblent étranges et loin de leur culture, en plus
l’information fournie sur l’eau de la rivière n’est pas toujours utile concernant la
plaine inondable.
• la disparité entre les deux sexes dans la réception de l’information: En général, les
femmes reçoivent peu d’informations par rapport aux hommes avant et pendant
l’inondation puisqu’elles sont occupées à prendre soin des enfants, à chercher l’eau à
boire, à préserver les semences, le carburant, la nourriture et l’argent. Les hommes ont
un meilleur accès aux informations à cause de leur communication interpersonnelle
avec les autres et à cause de leur accès à la radio et à la télévision.
Les perspectives – durabilité et transmission
Afin de continuer les efforts visant à réduire les risques de catastrophes dans d’autres endroits,
deux rôles doivent être assumés avec succès par:
• la communauté: la communauté est un élément clé dans la réduction des risques. Les
membres de la communauté sont les principaux acteurs et sont en même temps les
bénéficiaires directes de cette réduction des risques.
• le gouvernement: les agences gouvernementales nationales et locales doivent s’engager
et encourager les femmes à participer, avec les hommes, à la mise en œuvre des
mesures de préparation à l’inondation. Ces agences devraient prendre en considération
les différents rôles et besoins des hommes et des femmes lors de la planification des
étapes de la préparation, des secours et de la réhabilitation. Afin d’aider cet effort,
l’intégration de l’aspect genre dans la réduction des risques d’inondation doit être
institutionnalisée.

Pour plus d’information


• Contacter le chercheur:
S.H.M. Fakhruddin
suddin@cegisbd.com
• pour plus d’information sur le Centre des Services d’Informations Environnementales et
Géographiques (CEGIS): http://www.cegisbd.com
• Pour plus d’information sur Riverside Technology, Inc.: http://www.riverside.com

Source
Bureau du conseiller spécial sur les questions genre et le développement de la femme, Genre,
eau et système sanitaire; études de cas sur les meilleures pratiques;. New York, Nations
Unies (sous presse ).

Vous aimerez peut-être aussi