Vous êtes sur la page 1sur 53

CONCEPTION

DES PONTS
CIV4530

CHAPITRE 4
ANALYSE POUR
L
LES CHARGES ROUTIÈRES

BRUNO MASSICOTTE
Professeur titulaire

DÉPARTEMENT DES GÉNIES CIVIL


GÉOLOGIQUE ET DES MINES
Hiver 2014
CHAPITRE 4
ANALYSE POUR LES CHARGES ROUTIÈRES

CONTENU

MISE EN GARDE iii 


4.1  INTRODUCTION 1 
4.2  PRINCIPES DE DISTRIBUTION DES CHARGES 1 
4.2.1  Principes généraux ............................................................................................................................ 1 
4.2.2  Généralisation ................................................................................................................................... 3 
4.3 TABLIERS ET RÉPONSES STRUCTURALES 4 
4.3.1  Types de tabliers ............................................................................................................................... 4 
4.3.2  Dalles pleines.................................................................................................................................... 7 
4.3.3  Dalle sur poutres ............................................................................................................................... 7 
4.3.4  Treillis et arcs ................................................................................................................................... 8 
4.3.5  Cadres rigides ................................................................................................................................... 8 
4.3.6  Poutres caisson ................................................................................................................................. 9 
4.3.7  Sommaire .......................................................................................................................................... 9 
4.4  CONSIDÉRATIONS PARTICULIÈRES 13 
4.4.1  Le degré d'hyperstaticité de la structure ......................................................................................... 13 
4.4.2  La géométrie en plan de la structure ............................................................................................... 13 
4.4.3  La rigidité des bords et les parapets ................................................................................................ 14 
4.4.4  La variation longitudinale et transversale de la section .................................................................. 14 
4.4.5  Les diaphragmes et les contreventements transversaux .................................................................. 15 
4.4.6  Les conditions d'appui .................................................................................................................... 15 
4.4.7  La fissuration .................................................................................................................................. 15 
4.5  MÉTHODES D'ANALYSE 15 
4.5.1  Méthodes empiriques...................................................................................................................... 15 
4.5.2  Méthodes raffinées ......................................................................................................................... 16 
4.6  DÉVELOPPEMENT DE LA MÉTHODE SIMPLIFIÉE DU CODE S6-06 16 
4.6.1  Généralités ...................................................................................................................................... 16 
4.6.2  Propriétés des matériaux pour les différents états limites et modélisation ..................................... 16 
4.6.3  Considération des facteurs influant sur les réponses structurales ................................................... 17 
Exemple 4-1: pont biais .................................................................................................................... 20 
4.6.4  Utilisation de la méthode simplifiée pour le calcul des flèches et déformations ............................ 23 
4.6.5  Conditions d'emploi de la méthode simplifié pour certains types de ponts .................................... 23 
4.5.6  Conditions d'emploi de la méthode simplifié pour les charges mortes ........................................... 24 
4.5.7  Conditions d'emploi de la méthode simplifié pour les surcharges .................................................. 24 
4.6.8  Développement de la nouvelle méthode simplifiée ........................................................................ 25 
4.7  Application de la méthode simplifiée 28 
4.7.1.  Types d'ossatures ............................................................................................................................ 28 
4.7.2.  Définition des paramètres ............................................................................................................... 29 
4.7.3.  Coefficient de majoration dynamique............................................................................................. 30 
4.7.4.  Moments de flexion longitudinaux pour les états limites ultimes et d'utilisation ........................... 30 
4.7.5  Moments de flexion longitudinaux à l'état limite de fatigue et de la vibration de l'ossature .......... 32 
4.7.6  Effort tranchant vertical longitudinal pour les états limites ultimes et d'utilisation ........................ 34 
ii Conception des ponts

4.8.7 Effort tranchant vertical longitudinal pour l'état limite de fatigue ................................................. 35 
4.7.8 Exemples ........................................................................................................................................ 36 
Exemple 4-2 Pont de type dalle pleine ......................................................................................... 36 
Exemple 4-3 Pont avec dalle sur poutres d’acier continu ............................................................. 39 
4.7.9  Ponts à caissons multiples .............................................................................................................. 44 
4.8  IDÉALISATION DE LA STRUCTURE ET INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS 45 
4.8.1  Généralités ..................................................................................................................................... 45 
4.8.2  Largeurs effectives des semelles pour les dalles en béton sur poutres ........................................... 46 
4.8.3  Idéalisation pour l'analyse .............................................................................................................. 46 
RÉFÉRENCES 47 

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
iii

MISE EN GARDE

Ce document, basé sur le code CAN/CSA-S6-06, a pour objectif de faciliter aux ingénieurs l'analyse, la
conception et l'évaluation des ponts. Toutefois ce document ne couvre pas l'ensemble des cas pouvant se
présenter, chaque pont étant un cas unique, que ce soit par sa géométrie ou les fondations qui le supportent. Les
utilisateurs sont priés de référer au code CAN/CSA-S6-06 et à son Commentaire pour juger de la justesse et de la
pertinence des indications, exemples et explications inclus dans le présent document.

Bien qu'un grand soin ait été apporté à la préparation de ce document, il n'est pas exclut qu'il puisse comporter
des erreurs. L'auteur et l'École Polytechnique déclinent toute responsabilité quant au contenu de ce document et
des erreurs ou omissions qui pourraient résulter de l'utilisation des informations qu'il contient.

Comme ce document a été rédigé pour être utilisé dans le cadre d'un cours régulier ou de formation continue
présenté par le professeur Bruno Massicotte, seules les personnes dûment inscrites et ayant assisté à de tels cours
sont aptes à utiliser le document compte tenu des nombreux commentaires et nuances mentionnés durant le cours.

Dans ce document la référence au code indique implicitement le code CAN/CSA-S6-06.

Toutes suggestions visant à améliorer le contenu de ce document dans les éditions futures peuvent être envoyées
à Bruno Massicotte. Les personnes ayant suivi le cours et désirant être mises au courant des corrections
importantes qui pourraient être apportées au document doivent le mentionner explicitement à Bruno Massicotte
afin d'être mises sur la liste d'envoi électronique.
Analyse pour les charges routières 4.1

4.1 INTRODUCTION
La distribution des charges de gravité dues au poids propre de la structure et aux charges routières supportées par
les tabliers de ponts peut être approchée de diverses façons. Généralement les codes de calcul spécifient la ou les
méthodes privilégiées. Tous les codes proposent une méthode plus ou moins empirique se prêtant bien au calcul
manuel. Dans les codes nord-américains4.1à4.3, on mentionne habituellement que les "charges doivent être
distribuées au moyen d'une méthode rigoureuse d'analyse mais que la méthode empirique proposée peut être
utilisée". Une telle approche incite peu les concepteurs à utiliser une méthode autre que la méthode empirique,
beaucoup plus simple d'application.

L'avènement de l'ordinateur comme outil de travail de l'ingénieur a bouleversé plusieurs attitudes ou méthodes de
travail. L'utilisation de méthodes empiriques, pleinement justifiée autrefois, perd de plus en plus sa raison d'être.
Cependant, des analyses rationnelles complexes ne sont probablement pas requises dans toutes les situations. Il
appartient donc à l'ingénieur de faire preuve de discernement afin d'adopter la méthode la plus appropriée pour
chacune des conditions. Devant l'abondance de méthodes différentes et compte tenue de la grande diversité des
types de ponts et des situations particulières prévalant dans chacun des cas, il importe de sensibiliser les
ingénieurs sur les méthodes disponibles pour l'analyse des tabliers de ponts, tant au niveau de la théorie sous-
jacente à chacune d'elles qu'au niveau de l'applicabilité de ces méthodes.

Le code des ponts actuel4.1, tout comme le code des ponts de l'Ontario auparavant4.2, se démarque sensiblement
des méthodes traditionnelles utilisées jusqu'alors. Le code fait explicitement mention des différentes méthodes
d'analyse et de leur domaine d'application respectif. De plus, le code propose l'utilisation d'une méthode
simplifiée d'analyse assortie de nombreuses limitations identifiant son domaine d'applicabilité. Ainsi, la méthode
simplifiée du code S6-06 se situe à mi-chemin entre les méthodes de distribution empiriques des versions
antérieures du code et les méthodes d'analyse rigoureuses. Cependant, il s'agit toujours d'une méthode
approximative.

Ce chapitre porte donc sur les méthodes d'analyses les plus souvent utilisées dans le domaine des ponts. Comme
ces méthodes peuvent faire l'objet d'ouvrages complets consacrés à chacune d'elles, il est certain que le traitement
présenté ici ne sera que superficiel. Toutefois, on espère qu'il sera suffisant pour éclairer le concepteur dans le
choix de la méthode appropriée et pour l'orienter au besoin vers des ouvrages plus spécialisés. Ainsi ce chapitre
couvre les sujets suivants: les principes généraux de distribution des charges et la méthode de la poutre
équivalente. Le code indique que l'analyse des ponts peut être faite avec les méthodes avancées suivantes : la
théorie des plaques, la méthode de rigidité et les méthodes qui en découlent (ex: l'analogie du grillage), la
méthode des éléments finis et les méthodes d'analyse harmonique. Toutefois c'est méthodes d'analyses avancées
ne sont pas traitées ici.

4.2 PRINCIPES DE DISTRIBUTION DES CHARGES


La distribution des charges de gravité dues au poids propre et aux charges routières est fonction principalement
du type de pont, de la position des charges sur le tablier ainsi que de la réponse du pont aux sollicitations. Ainsi,
avant d'entreprendre une étude comparative des diverses méthodes d'analyse, il est important de s'attarder aux
principes généraux de la répartition des efforts entre les différents éléments structuraux d'un pont ainsi que sur la
réponse des ponts aux sollicitations.

4.2.1 Principes généraux


L'analyse structurale a pour but premier de connaître la répartition des efforts entre les différents éléments
structuraux d'une charpente. Dans le contexte de l'analyse des ponts, on réfère habituellement à l'expression
distribution des charges entre les éléments afin de pouvoir en faire le dimensionnement ou en vérifier la
résistance. Il importe donc de bien comprendre la signification de distribution des charges.

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
4.2 Conception des ponts

Le concept de distribution peut être illustré au moyen de l'exemple montré à la figure 4.1. La poutre centrale de
cette structure supporte une charge concentrée P à mi-portée. Si aucun lien n'existe entre la poutre centrale et les
poutres adjacentes (Fig. 4.1a), il est évident que toute la charge est portée par la poutre 2, donnant un moment
maximal égal à PL/4 (Fig. 4.1b).

Si ces mêmes poutres sont reliées entre elles à mi-portée par une poutre transversale (Fig. 4.1c), une partie de la
charge sera transférée de la poutre centrale aux poutres extérieures (Fig. 4.1d). Le degré de transfert est fonction
de la rigidité relative de la poutre transversale et des poutres longitudinales. Pour une poutre transversale
relativement flexible, une petite portion seulement de la charge P sera transférée vers les poutres extérieures alors
que pour une poutre transversale infiniment rigide, la charge P se distribuera également entre les trois poutres. Le
diagramme des moments fléchissant des trois poutres (Fig. 4.1e) varie en fonction de la rigidité relative de la
poutre transversale et des poutres longitudinales.

Figure 4.1: Distribution transversale des charges

Ainsi le degré de transfert des charges extérieures à partir de leur point d'application entre les éléments
structuraux environnant indique la capacité de distribution des charges d'une structure. Une structure pour
laquelle les charges appliquées ont peu tendance à se répartir entre les éléments adjacents est identifiée comme
une structure ayant une faible capacité de distribution. Inversement, une structure où les charges se distribuent
relativement également entre les éléments porteurs est considérée comme ayant une capacité élevée de
distribution des charges.

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
Analyse pour les charges routières 4.3

4.2.2 Généralisation
L'analyse faite à partir de la figure 4.1 peut être poussée un pas plus loin en introduisant des poutres transversales
supplémentaires aux quarts de la portée (Fig. 4.2a). On peut admettre qu'il existe une certaine distribution entre
les poutres tant à mi-portée qu'au niveau des poutres aux quarts de travée. On retrouve ainsi l'agencement des
efforts présenté à la figure 4.2b qui conduit aux diagrammes des moments pour la poutre intérieure et les poutres
extérieures illustrés à la figure 4.2c.

Il est intéressant de noter la forme des diagrammes de moments. La poutre sur laquelle est appliquée directement
la charge possède un diagramme de moments concave alors que les poutres extérieures ont un diagramme
convexe. Ceci survient parce que la poutre centrale fléchie davantage que les poutres extérieures. Au niveau des
poutres transversales, la poutre intérieure se trouve soulagée d'une partie des efforts. À mi-portée, ce soulagement
réduit l'effet de la charge P alors qu'aux quarts points, comme il n'y a pas de charge extérieure appliquée, le
soulagement produit une force concentrée vers le haut sur la poutre centrale. Si le nombre de poutres
transversales tend vers l'infini, le diagramme des moments des poutres extérieures et intérieure est tel que montré
sur la figure 4.2d.

Figure 4.2: Distribution des charges avec trois poutres

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
4.4 Conception des ponts

4.3 TABLIERS ET RÉPONSES STRUCTURALES

4.3.1 Types de tabliers


Au chapitre 1 on a présenté plusieurs types de structures de ponts, allant des dalles ou des poutres jusqu'aux ponts
haubanés et suspendus. Les méthodes d'analyse présentées dans ce chapitre s'appliquent à tous les types de
tabliers de ponts. Toutefois le calcul des efforts engendrés dans les câbles des ponts haubanés ou suspendus, de
même que les effets de ces câbles sur le tablier ou les tours, ne font pas l'objet de ce chapitre.

Les types de tabliers les plus couramment rencontrés et ceux pour lesquels les méthodes d'analyse présentées
dans ce texte s'appliquent directement sont présentés à la figure 4.3. Les tabliers ou structures sont:

a) dalle pleine;
b) dalle évidée;
c) dalle (ou platelage) sur poutres;
d) poutres jointes en cisaillement (articulées);
e) poutres triangulées;
f) ponts en arc;
g) portiques et ponts intégraux;
h) poutres en bois;
i) caisson unicellulaire;
j) caisson multicellulaire;
k) caissons multiples;
l) haubané;
m) suspendu.

Selon le type de tablier ou le type d'éléments le constituant, on retrouve certaines réponses structurales
caractéristiques. Ces diverses réponses, illustrées sur la figure 4.4, s'énumèrent comme suit:

• moment fléchissant longitudinal;


• moment fléchissant transversal;
• effort tranchant longitudinal;
• effort tranchant transversal;
• torsion longitudinale;
• torsion transversale;
• gauchissement des sections ouvertes;
• distorsion des tubes non circulaires en torsion;
• effort tranchant horizontal.

Toutes ces réponses ne se retrouvent pas à la fois dans tous les types de tabliers cités plus haut. Certaines de ces
réponses sont caractéristiques de tabliers particuliers ou influencées d'après la géométrie de ceux-ci. Pour chacun
des types de tabliers énumérés, on indique, dans les sous-sections suivantes, les principaux comportements
caractéristiques de chacun d'eux.

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
Analyse pour les charges routières 4.5

(a) Dalle pleine (b) Dalle évidée

Clé de
cisaillement

(c) Dalle sur poutres (d) Poutres jointes


en cisaillement

(e) Poutre triangulée (f) Pont en arc

(g) Portique et pont intégral (h) Poutres en bois

(i) Caisson unicellulaire (j) Caisson multicellulaire

(k) Caissons multiples (l) Haubané

(m) Suspendu

Figure 4.3: Types de tabliers

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
4.6 Conception des ponts

Mtrans

Moment
Mlong transversal
Moment
longitudinal

Vtrans

Vlong
Cisaillement Cisaillement
longitudinal transversal

Ttrans

Tlong Torsion
Torsion transversale
longitudinale

T T

T T
T
Déformations Déformations Déformations
hors plan d'une hors plan dans le plan
section ouverte de la section de la section
dues à la torsion

Cisaillement
d’interface

Figure 4.4: Réponses structurales

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
Analyse pour les charges routières 4.7

4.3.2 Dalles pleines


Les dalles pleines (Fig. 4.3a) ont un comportement apparemment simple. Lorsque soumises à des charges
transversales, les dalles se déforment tel qu'illustré à la figure 4.5. Ces flèches induisent des moments fléchissants
dans les deux directions principales, que la dalle soit supportée sur les quatre côtés ou seulement sur deux côtés
parallèles (dû à l'effet de Poisson). Malgré les apparences, les dalles même simplement supportées ont un
comportement relativement complexe provenant en grande partie de l'effet de restreinte engendré par les appuis.

Figure 4.5 – Déformation d'une dalle

Pour les tabliers constitués essentiellement d'une dalle pleine portant dans une direction, les efforts prédominants
sont le moment fléchissant longitudinal (ML) et l'effort tranchant longitudinal (VL). Le moment fléchissant
transversal (MT) est généralement petit, étant égal à νML , où υ est le coefficient de Poisson, égal à 0.15 pour du
béton non fissuré et diminuant progressivement lorsque le degré de fissuration augmente. Ce moment transversal
est habituellement négligé.

4.3.3 Dalle sur poutres


Les dalles sur poutres (Fig. 4.3c et 4.6) sont un des types de ponts les plus courants pour les portées moyennes.
Le comportement de ce type de tablier est relativement simple lorsque le biais où la courbe du pont sont peu
importants. Les principaux effets à considérer sont les efforts longitudinaux de flexion (ML) et d'effort tranchant
(VL) ainsi que le moment fléchissant transversal (MT).

Pour une section mixte avec poutre de béton ou d'acier, ML et VL sont résistés par la poutre et une portion
effective de la dalle. Pour une action non mixte, seule la poutre longitudinale résiste aux efforts dans cette
direction. Le moment fléchissant transversal est résisté par la dalle en combinaison, le cas échéant, avec les
diaphragmes et les contreventements transversaux.

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
4.8 Conception des ponts

Figure 4.6 : Dalle sur poutres

4.3.4 Treillis et arcs


Les treillis et les arcs (Fig. 4.3e et 4.3f) ont des comportements généralement bien définis et le cheminement des
efforts dans les différentes membrures est relativement bien simulé par des analyses simples. Ainsi, les grands
ponts d'autrefois (ex : le Pont de Québec, le pont Jacques-Cartier) étaient construits de cette façon. Pour ces types
de ponts, il faut cependant porter une attention particulière à la résistance des assemblages, à la stabilité
individuelle des membrures et également à la stabilité globale de la structure.

4.3.5 Cadres rigides


Les cadres rigides (Figs 4.3g et 4.7) se comportent similairement aux types de tabliers auxquels ils s'apparentent
selon le cas : dalle, dalle évidée, dalle sur poutres, etc. On doit tenir compte, lors de leur analyse, des efforts
axiaux engendrés par l'inclinaison des appuis et des béquilles ou dus aux pressions du sol sur les parties
verticales. Dans tous les cas, l'effet des membrures verticales sur le comportement structural doit être pris en
considération.

Figure 4.7 – Cadres rigides

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
Analyse pour les charges routières 4.9

4.3.6 Poutres caisson


Dans les poutres caisson (Fig. 4.3i à 4.3k) on retrouve tous les types d'efforts : moments fléchissant et efforts
tranchant, tant longitudinaux et que transversaux, ainsi que la torsion longitudinale. L'une des caractéristiques
principales de ces sections est leur grande rigidité en torsion. Cependant cette caractéristique a des répercussions
différentes selon que l'on ait un caisson unicellulaire, multicellulaire ou des caissons multiples.

Dans les poutres caisson le gauchissement dû à la torsion des sections rectangulaires est souvent significatif et ne
peut être ignoré, particulièrement pour les caissons en acier ou mixtes acier-béton. Ce gauchissement amène, dans
la direction longitudinale, des contraintes supplémentaires dues au couplage entre les effets de flexion et de
distorsion.

La distorsion induite par la torsion (Fig. 4.8) peut devenir importante pour ce type de tablier. Cependant, il est
possible de réduire considérablement cet effet par l'addition de diaphragmes transversaux. Malgré tout, ce
phénomène doit toujours être pris en compte pour les caissons en acier alors qu'on peut l'ignorer sous certaines
conditions pour les caissons en béton ou mixtes acier-béton. En ce sens, le code4.1 recommande les conditions
indiquées au tableau 4.1 afin de se soustraire au calcul de ces efforts pour ces deux derniers types de tabliers.

L'analyse des poutres caisson entièrement en acier, ou pour celui des poutres caisson où le nombre de
diaphragmes est inférieur aux limites mentionnées ici doit permettre de représenter tous les types d'efforts et de
comportements que ces tabliers subissent. Le choix de la méthode d'analyses doit donc être judicieux.

4.3.7 Sommaire
À travers les sous-sections précédentes, on a présenté brièvement différents types de comportements de ponts en
fonction du type de tablier. Les tableaux 4.2 et 4.3 indiquent pour chacun des types de ponts apparaissant sur la
figure 4.3 les réponses structurales devant être évaluées.

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
4.10 Conception des ponts

Tableau 4.1 – Spécifications particulières pour les ponts caissons

Gauchissement Pas considéré pour les caissons en béton


en torsion (Wω) Doit être considéré pour les caissons en acier et mixtes acier-béton

Distorsion Pas considéré pour les caissons en béton et les constructions mixtes acier-béton si les
exigences suivantes sont rencontrées :
- il y a des diaphragmes ou des contreventements appropriés aux appuis;
- il doit y avoir au moins deux diaphragmes intermédiaires par travée dans les
ouvrages en béton et trois diaphragmes par travée dans les ouvrages en acier
mixtes;
- les diaphragmes adjacents doivent être espacés d'au plus 18 m dans les
ouvrages en béton et d'au plus 12 m dans les ouvrages mixtes acier-béton.

Acier Les diaphragmes ou contreventements intermédiaires intérieurs doivent être


espacés à au plus 8 m

2P 2P

4P

Flexion
h
2P 2P

Sollicitation Torsion

(a) Séparation de la flexion et de la torsion

Pb/h

Torsion de
P P
St-Venant

Pb/h
2P 2P Rotation Contraintes axiales Flux de
ou cisaillement
Déplacements
longitudinaux
de distorsion
Torsion
Pb/h

Distorsion P P

Pb/h
Distorsion de Contraintes axiales Moments de
la section ou flexion
Déplacements transversaux
longitudinaux
de distorsion

(b) Composantes de la torsion

Figure 4.8 – Efforts et déformations dus à la torsion des ponts caissons

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
Analyse pour les charges routières 4.11

Tableau 4.2: Réponses structurales

Type Définitions et commentaires Efforts (Fig. 4.4)

Moment longitudinal Moment dans un plan vertical longitudinal autour d'un axe transversal
Mlong
Moment transversal Moment dans un plan vertical transversal autour d'un axe longitudinal Mtrans

Effort tranchant vertical Effort tranchant vertical dans un plan vertical longitudinal associé à la variation du moment Vlong
longitudinal longitudinal

Effort tranchant vertical Effort tranchant vertical dans un plan vertical transversal associé à la variation du moment Vtrans
transversal transversal

Torsion longitudinale Torsion autour d'un axe longitudinal Tlong

Torsion transversale Torsion autour d'un axe transversal Ttrans

Cisaillement horizontal Cisaillement horizontal entre la dalle et une poutre Vtrans


d'interface
N
Forces normales Forces axiales issues des efforts internes ou dues à la précontrainte

Gauchissement des sections Bimoment causant des contraintes auto-équilibrées longitudinales à l'élément et des efforts Wω
ouvertes de cisaillement transversaux. Cet effort ne peut être obtenu des analyses conventionnelles
et est généralement pris en compte au niveau de la conception.

Distorsion des sections Moments transversaux dans les parois de la section My


fermées Contraintes longitudinales auto-équilibrées.

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
4.12 Conception des ponts

Tableau 4.3: Exigences pour différents types de pont

Types de pont Mlong Vlong Mtrans Vtrans Tlong Ttrans N Wω My Commentaires

A. Dalle
• • •3 •1 •1 •3 •
B. Dalle évidée • • •3 •1 •1 •6 • Voir note 2
C. Platelage sur poutre • • • •1 •1 •6 •
D. Poutres jointes Continuité en flexion • • •3 •4 •1 • Traité comme type A à C
en cisaillement Sans continuité • • • •4 •1 • Traité comme type A à C
E. Poutres Membrures du treillis Voir art. 5.5.4 du Code
triangulées Tablier Selon le type: A, B, C, D ou H
F. Pont en arc Membrures de l'arc Voir art. 5.5.4 du Code
Tablier Selon le type: A, B, C, D ou H
G. Portiques et Membrures de l'arc Voir art. 5.5.5 du Code
ponts intégraux Tablier Selon le type: A, B, C, D ou H
H. Poutres en bois • • •5 •4,5 •1 •
6
I. Caisson unicellulaire • • • • • • • • •
J. Caisson multicellulaire • • • • • •6 • • •
K. Caissons multiples • • • •1 •1 •6 • • •
L. Haubané Éléments porteurs Voir art. 5.10 du Code
Tablier Selon le type: A, B, C, D ou H
M. Suspendu Éléments porteurs Voir art. 5.10 du Code
Tablier Selon le type: A, B, C, D ou H

NB: Voir le Code pour renseignements additionnels

•: Effort devant être considéré


1: Effort devant être considéré mais pouvant être omis si certaines conditions géométriques sont rencontrées
2: La géométrie des évidements doit respecter certaines limites sinon le pont est considéré comme un caisson multicellulaire
3: Pour les dalles et les dalles évidées aucune méthode simplifiée n'est proposée par le code pour déterminer cet effort
4. Pour les charges vives uniquement
5. Pour le platelage sur poutre uniquement
6: Effort présent mais généralement considéré indirectement lors de la conception

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
Comportement des ponts et méthodes d'analyse 4.13

4.4 CONSIDÉRATIONS PARTICULIÈRES


D'autres considérations ont également une influence sur la répartition des efforts et sur le comportement
structural des ponts. Les principaux facteurs sont décrits brièvement dans cette section.

4.4.1 Le degré d'hyperstaticité de la structure


Dans une structure hyperstatique, certains types d'efforts supplémentaires apparaissent dus à différents
phénomènes. Ainsi l'effet de la précontrainte, des gradients thermiques, du retrait, du fluage, des affaissements
d'appuis, de la fissuration ainsi que la séquence de construction ont des répercussions dans les efforts des
structures hyperstatiques.

L'effet des gradients thermiques sur différentes poutres hyperstatiques4.6 a été présenté au chapitre 2. Dans
certains cas, ces moments fléchissant peuvent être du même ordre de grandeur que les moments dus aux charges
vives.

4.4.2 La géométrie en plan de la structure


La géométrie globale de la structure a un effet très important sur son comportement. Les méthodes d'analyse
simplifiées conviennent uniquement au calcul des structures ayant des géométries se rapprochant le plus de
l'orthogonalité et de l'uniformité des appuis. Deux types de dérogations à l'orthogonalité du tablier sont traités
ici : les tabliers courbes et les tabliers avec biais.

Tabliers courbes
Les tabliers courbes, qu'ils soient constitués de dalles, de poutres ou de caissons, sont soumis à des efforts de
torsion longitudinale, de distorsion, de gauchissement et de flexion biaxiale. Ces efforts sont directement reliés au
rayon de courbure du tablier (R), à l'espacement des appuis (L) et à la largeur du tablier (B). Pour un rayon de
courbure donné, plus le rapport L sur b diminue, plus l'effet de la courbe est petit sur la répartition transversale
des efforts. Similairement, pour une largeur donnée de tablier, plus le rapport L sur R est petit, moins les effets de
la courbure seront importants.

Le code quantifie ces constatations intuitives et suggère certaines limites. On y propose l'utilisation du facteur
2
L /BR. Comme critère on y indique que, si ce rapport est inférieur à un, l'effet de la courbure en plan du tablier
peut être négligée pour le calcul des efforts. De plus, si la longueur du tablier est supérieure à 90 m, on peut
assumer que le tablier est rectiligne pour le calcul du moment fléchissant longitudinal.

Tabliers biais
La présence d'un biais dans le plan d'un tablier affecte sensiblement la réapparition des efforts. Pour une dalle sur
appuis, le biais occasionne une orientation des moments fléchissant principaux pouvant s'écarter sensiblement de
ceux retrouvés dans une dalle sans biais. La figure 4.9 illustre l'orientation des moments principaux pour une
dalle droite et trois dalles avec différents biais lorsque soumises à une charge uniforme. Des trajectoires déviant
sensiblement des directions orthogonales sont une indication de moments de torsion importants.

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
4.14 Conception des ponts

Figure 4.9 – Orientation des moments principaux pour les dalles en biais

4.4.3 La rigidité des bords et les parapets


La partie non chargée des tabliers située près des bords ainsi que la présence de parapets monolithique avec la
dalle apportent une rigidité supplémentaire au tablier. La présence de parapets monolithiques avec le tablier
augmente également la rigidité structurale de la structure. Toutefois, considérer l'effet positif de ces éléments peut
conduire à des analyses non conservatrices. Il convient donc de considérer ces éléments dans l'analyse des efforts
seulement si ceci est plus critique car les parapets peuvent être enlevés et remplacés pour diverses raisons.

4.4.4 La variation longitudinale et transversale de la section


Il est souhaitable que la variation longitudinale de section soit prise en considération dans l'analyse des portées
continues. Utiliser les propriétés de la mi-travée tend à surestimer les efforts à mi-portée et à les sous-estimer aux
appuis. Certaines méthodes d'analyse qui seront vues plus loin dans ce chapitre, notamment les méthodes dites
d'analyse harmonique, ne peuvent prendre directement en considération la variation longitudinale de la section. Il
en revient à l'ingénieur de juger de l'importance de la variation des propriétés sur les résultats d'analyse. La
référence [4.9], qui présente des tables de lignes d'influence pour des poutres continues à inertie constante,
indique qu'une variation de 50% dans le diagramme d'inertie, près de l'appui intérieur d'une poutre continue sur
trois appuis chargée uniformément, n'affecte la valeur des efforts que dans une proportion de 5%. Bien que cette
règle ne soit pas générale et non linéaire, elle indique dans une certaine mesure l'effet de la variation
longitudinale sur la répartition des efforts le long d'une poutre.
En ce qui a trait à la variation transversale de la section, il importe également de l'inclure dans l'analyse. Avec des
méthodes exactes d'analyse, cette variation est considérée directement. Lors de l'utilisation de méthodes
simplifiées, il est possible de prendre en considération une certaine partie de la dalle si son épaisseur diminue
vers la rive. On considère alors une dalle de largeur équivalente d'épaisseur constante ayant la même aire que la
dalle réelle.

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
Comportement des ponts et méthodes d'analyse 4.15

4.4.5 Les diaphragmes et les contreventements transversaux


La présence de diaphragmes et contreventements transversaux pour un tablier constitué d'une dalle sur poutres
n'affecte pas sensiblement la répartition transversale des charges lorsque la condition critique est celle où toutes
les voies sont chargées simultanément. Leur efficacité augmente sensiblement lorsque le chargement est
excentrique, réduisant les contraintes induites par le moment fléchissant longitudinal et l'effort tranchant
longitudinal dans les éléments chargés. Pour les poutres caisson, l'ajout de ces éléments réduit considérablement
les contraintes induites par la distorsion. Leur présence est également requise lorsque le concepteur utilise des
méthodes simplifiées développées pour des tabliers peu profonds pour la conception de poutres caissons. Leur
effet est particulièrement marqué dans les poutres caisson en acier où la distorsion est importante.

Toutefois, peu importe le type de tablier, il y a un nombre optimal de diaphragmes ou de contreventements


transversaux au-delà duquel l'effet sur l'amélioration du comportement devient négligeable. Ce nombre est
cependant fonction du type de tablier et devrait être déterminé par le concepteur.

4.4.6 Les conditions d'appui


Les conditions d'appui, particulièrement pour les supports intermédiaires des tabliers continus, doivent être
assimilables à une ligne continue à chaque appui afin de pouvoir utiliser des méthodes simplifiées. Autrement, on
doit utiliser des méthodes plus élaborées pour l'analyse.

4.4.7 La fissuration
Il est certain que la fissuration affecte la répartition des efforts dans une structure hyperstatique. Dans certains
cas, notamment pour les ponts en béton, il est admis que l'analyse peut être effectuée en considérant la structure
non fissurée. Ainsi les propriétés de la section brute non fissurée sont utilisées. Il ne faut cependant pas confondre
section non fissurée et section mixte. Pour une section mixte, les propriétés sont calculées en considérant une
section mixte rendue homogène. Pour une section non mixte, on peut utiliser la section homogénéisée mais en
calculant les propriétés pour une section non mixte où les composantes sont indépendantes les unes des autres.
Dans le cas des ponts mixtes acier-béton, certaines normes recommandent de calculer les efforts en assumant une
section fissurée au moment négatif alors que d'autres disent le contraire. La pratique au Québec veut que l'on
prenne une section fissurée dans la zone de moment négatif sous les charges permanentes4.10.

4.5 MÉTHODES D'ANALYSE


Il existe plusieurs méthodes d'analyse applicables au domaine des ponts. Certaines sont plus polyvalentes que
d'autres, le degré de précision et de fiabilité varie beaucoup entre les méthodes alors que la complexité
d'application est souvent directement proportionnelle au degré de précision recherché. Cependant aucune
méthode n'est réellement parfaite. On peut séparer les méthodes d'analyse en deux catégories distinctes: les
méthodes empiriques et les méthodes raffinées.

4.5.1 Méthodes empiriques


Les méthodes empiriques sont celles pour lesquelles la répartition des efforts entre les membrures est considérée
de façon plus ou moins arbitraire selon quelques considérations géométriques sans procéder à l'analyse de la
distribution transversale réelle des efforts. Généralement, les codes suggèrent ce type de méthodes qui sont très
populaires vu leur simplicité d'application. Le code américain4.3, tout comme l'ancien code canadien, fait
uniquement référence à ce type d'approche sans spécifier le domaine d'application sauf celui dicté par le bon
jugement de l'ingénieur. Le code S6-064.1 fait appel à ce type de méthode mais indique le domaine de validité de
son application. Dans ces codes on fait appel à la méthode dite de la poutre équivalente. Cette méthode veut que
le pont soit analysé comme une poutre longitudinale équivalente. Cette méthode sera vue de façon plus
approfondie plus loin dans ce chapitre. Ces approches sont qualifiées de méthodes approximatives ou simplifiées
car elles ne font pas intervenir d'analyse de distribution transversale des charges.

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
4.16 Conception des ponts

4.5.2 Méthodes raffinées


En ce qui a trait aux méthodes raffinées, on en retrouve un certain nombre plus ou moins bien connues. Ce qui
distingue ces méthodes des méthodes empiriques est qu'elles font appel à des analyses faisant intervenir les
principales caractéristiques structurales des ponts. Les efforts ainsi obtenus reflètent un degré de précision plus
près de la réalité car l'analyse est fondée sur des hypothèses moins restrictives. Ces approches ne sont cependant
pas exactes mais peuvent toutes être qualifiées de méthodes d'analyse.

Les approches les plus répandues dans le domaine des ponts sont les méthodes :

• d'analyse spatiale;
• du grillage;
• des éléments finis.

4.6 DÉVELOPPEMENT DE LA MÉTHODE SIMPLIFIÉE DU CODE S6-06

4.6.1 Généralités
Le chapitre 5 du code S6 porte sur les critères d'analyse de tous les types de ponts. Les types d'ossature sont
identifiés dans le code par leur nom et, dans les nombreux tableaux du chapitre 5, par une lettre (de A à M). Les
types d'ossatures couvertes explicitement par le code sont identifiés à la section 5.3 et illustrés sur la figure 5.5.
Le chapitre 5 du code S6-06 est divisé en 4 blocs tel que décrit au tableau 5.5. La présente section porte sur la
méthode simplifiée décrite aux articles 5.6 et 5.7 du Code.

Tableau 4.4: Organisation du chapitre 5 du code

Sujet Articles
• Exigences générales à considérer pour tous les types de pont. 5.4 et 5.5
• Analyse simplifiées pour les charges permanentes et les 5.6, 5.7, 5.8,
charges vives; idéalisation de la structure Annexe 5.1
• Méthodes d'analyses raffinées 5.9 et Annexe A5.2
• Analyses particulières et structures non courantes 5.10, 5.11 et 5.12

4.6.2 Propriétés des matériaux pour les différents états limites et modélisation
Le Code exige que, dans les analyses pour les différents types d'états limites, les propriétés des matériaux soient
assumées élastiques, conformément aux chapitres 8 (béton), 9 (bois), 10 (acier) et 16 (matériaux renforcés de
fibres). Des propriétés inélastiques peuvent être utilisées pour des sollicitations exceptionnelles pour lesquelles
l'absorption d'énergie est prise en compte par le comportement inélastique des matériaux, à savoir les collisions
accidentelles ou de navires et les séismes.

Les modèles choisis pour réaliser les analyses doivent pouvoir reproduire le comportement du pont et des
éléments qui le composent. Les hypothèses des petits ou grands déplacements doivent être adoptées lorsque
appropriées, tel que l'indique le tableau 4.5.

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
Comportement des ponts et méthodes d'analyse 4.17

Tableau 4.5 – Application des théories des petits et grands déplacements

Définitions Applications

Théorie des petits déplacements (Art. 5.4.3.2) Les poutres, les poutres triangulées, les
Analyse selon l'hypothèse que les déplacements dus à cadres contreventés, les grillages, les dalles
l'application des charges n'ont pas une grande incidence et les assemblages.
sur l'exactitude de l'analyse pour qu'on puisse ne pas en
tenir compte dans le calcul des effets des forces.

Théorie des grands déplacements (Art. 5.4.3.3)


Théorie selon laquelle les déplacements dus à l'application Les ponts en arc, les ponts suspendus, les
des charges modifient suffisamment le comportement de ponts haubanés, les caténaires et les
l'ouvrage pour qu'ils soient pris en considération dans charpentes pouvant subir un déplacement
l'analyse de l'ouvrage. latéral (sauf si l'analyse ou l'expérience
démontrent l'applicabilité de la théorie des
petits déplacements).

4.6.3 Considération des facteurs influant sur les réponses structurales


Le code mentionne les différents phénomènes à prendre en compte lors du calcul d'un pont.

Continuité des travées


La continuité des travées doit être prise en considération lors des analyses. Lorsque la méthode d'analyse
simplifiée de l'article 5.7 est utilisée, le code requiert l'utilisation de la notion de portée simple équivalente, L,
pour le calcul de différents facteurs et paramètres dont le facteur F, décrit plus loin, qui s'apparente à la valeur de
D utilisée dans les anciennes versions du code.

Si la rotation aux extrémités du pont est libre de toute restriction, la valeur de L aux fins du calcul de F doit être
déterminée comme suit (Fig. 4.10):

• pour les moments positifs dans une travée extérieure, 80 % de la distance entre l'appui extérieur et
l'appui intérieur ;
• pour les moments positifs dans une travée intérieure, 60 % de la distance entre les appuis intérieurs ;
• pour les moments négatifs dans la zone d'appui intérieur, 25 % de la somme des travées de part et d'autre
de l'appui.

À moins d'indication contraire ailleurs dans la section, les points d'inflexion ne doivent en aucun cas être
présumés se trouver aux endroits indiqués à la figure 4.10, sauf pour le calcul de F. La valeur assumée de L est de
3.0 m, si la valeur obtenue est inférieure à 3.0 m.

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
4.18 Conception des ponts

Calcul de
0,75L1 0,25(L1+ L2) 0,5L2 0,25(L2+ L3) 0,75L3 M-

Calcul de
0,8L1 0,2(L1+ L2) 0,6L2 0,2(L2+ L3) 0,8L3 M+

L1 L2 L3

Figure 4.10 - Définition de la portée simple équivalente L pour les ouvrages continus

Il importe ici de noter que le Code utilise parfois le paramètre L pour identifier la portée simple équivalente tel
que défini ici, alors qu'à d'autres reprise L réfère à la longueur réelle des portées, comme par exemple dans les
deux articles suivants (ponts biais et ponts courbes). Dans le présent document L désigne la portée simple
équivalente alors que Lp indique la longueur des portées, centre-à-centre des appuis.

Géométrie en plan: tablier biais


La figure 4.11 montre trois ponts présentant le même angle de biais (45o). Les ponts des figures a) et b)
comportent le même nombre de poutres et ont la même largeur. Toutefois, les effets du biais seront moindres
pour le pont de la figure a) qui est plus long que dans celui de la figure b). La comparaison des ponts des figures
b) et c), qui possèdent la même géométrie en plan du tablier, mène à la conclusion que le pont c), comportant un
grand nombre de poutres, sera moins affecté par le biais que le pont b) qui en compte moins. Le code propose
donc le paramètre ε qui est le rapport de la projection de la longueur du biais sur la portée:

Lb B tanψ
ε= = (4.1)
Lp Lp

Pour les tabliers de type dalle, le Code spécifie que le tablier doit être considéré comme biais si ε excède 1/6 (Fig.
4.11d). Pour les ponts de type dalle sur poutre, il est assumé que l'effet d'une charge sur une poutre n'aura pas
d'effet au delà de trois espacements de poutre. La largeur efficace pour B considérée dans ce cas est égale à 3S, de
sorte que:

B tanψ 1
ε= ≤ pour les ponts de type dalle (4.2)
Lp 6

S tanψ 1
ε= ≤ pour les ponts de type dalle sur poutres (4.3)
Lp 18

Pour les ponts dont les paramètres de biais excèdent les limites indiquées plus haut, les effets du biais doivent être
pris en compte dans l'analyse. Comme le souligne le code, le biais a généralement pour effet de causer
l'augmentation des efforts tranchant et de torsion et de réduire les efforts de flexion longitudinaux. Une attention
particulière doit être portée à la disposition des armatures dans la dalle de tablier. Ainsi, calculer les efforts de
flexion en ignorant le biais et en adoptant la portée Lp dans les analyses est généralement conservateur. Pour
utiliser la méthode d'analyse simplifiée, le commentaire du code présente une méthode qui permet de majorer les
efforts tranchant en fonction de deux paramètres géométriques, ε , tel que présenté plus haut, et η, défini comme
suit, où Dy est la rigidité flexionnelle dans la direction transversale par unité de largeur et Dx est la rigidité
flexionnelle dans la direction longitudinale par unité de largeur :

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
Comportement des ponts et méthodes d'analyse 4.19

4
⎛ D y ⎞⎛ L p ⎞
η = 0.5 ⎜ ⎟⎜ ⎟ (4.4)
⎝ Dx ⎠⎝ S ⎠
Axe des poutres
longitudinales

s
B s
(a)

Lp Ligne d'appui

B S
S
(b)
Lp

B S
(c)

ψ ψ
B
(d) 3S
S
Lb Lb
Lp Lp

Dalle ou dalle évidée Dalle sur poutres

Figure 4.11 - Tabliers biais

Dans le cas des ponts de type dalle ou dalle évidée, il pourrait s'avérer logique de remplacer S dans la dernière
équation par B/3 malgré que cela ne soit pas mentionné explicitement dans le commentaire du code. Toutefois la
dernière équation a été dérivée pour les ponts de type dalle sur poutres uniquement et la suggestion faite ici n'est
qu'à titre indicatif. Également, les efforts de torsion dans les dalles biaises peuvent requérir l'ajout d'armatures
dans les deux directions, sur deux lits. Cet aspect n'est pas pris en compte implicitement dans la présente
approche. Les paramètres ε et η servent ensuite à déterminer le coefficient de majoration des efforts tranchant Cv,
à partir du tableau 4.6.

Tableau 4.6 - Coefficients Cv (Tableau CA5.1 du commentaire du code)

η Paramètre de biais ε
0.05 0.10 0.15 0.20 0.25 0.30

10 1.023 1.056 1.079 1.102 1.126 1.157


20 1.045 1.082 1.118 1.150 1.165 1.196
40 1.056 1.116 1.157 1.201 1.237 1.274
60 1.067 1.128 1.170 1.238 1.275 1.312
80 1.078 1.140 1.183 1.274 1.312 1.350
100 1.089 1.170 1.235 1.300 1.338 1.375
120 1.093 1.184 1.252 1.326 1.363 1.399
140 1.103 1.198 1.269 1.339 1.385 1.430
200 1.119 1.239 1.310 1.381 1.421 1.460
300 1.148 1.273 1.342 1.410 1.454 1.498
400 1.177 1.307 1.374 1.440 1.485 1.529
500 1.198 1.326 1.390 1.454 1.501 1.547

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
4.20 Conception des ponts

EXEMPLE 4-1: PONT BIAIS

Le pont montré sur la figure 4.12 est un cadre rigide avec biais dont la largeur et la portée (mesurée le long des
axes de la section) sont:

1 2
33 000
5000 19 000 6000 3000
1305 1305

Él. (conc.)

Roc

ÉLÉVATION

Rivière

70°0′
11500 CL Projetée

20305
VUE EN PLAN

Figure 4.12 - Cadre rigide biais


B = 11.55 m
L = 20.305 m
ψ = 20 degrés
ce qui donne :

11.55 tan 20 1
ε= = 0.207 >
20.305 6

Il s'agit donc d'une ossature biaise qui ne peut être traitée directement par la méthode simplifiée. De plus, la
méthode présentée dans l'annexe du code s'applique aux tabliers de type dalle sur poutres. Toutefois, à titre
d'illustration, l'utilisation de ces facteurs est présentée ici pour le cas des dalles (non encore approuvé dans le
code). Pour une dalle pleine Dx = Dy, de sorte que η est égal à:

4 4
⎛ D y ⎞⎛ L p ⎞ ⎛ 20.305 ⎞
η = 0.5 ⎜ ⎟⎜ ⎟ = 0.5 (1.0 ) ⎜ ⎟ = 387
⎝ Dx ⎠⎝ B / 3 ⎠ ⎝ 11.55 / 3 ⎠

Pour ε = 0.20 et η = 400, le tableau 4.6 indique une valeur de Cv égale à 1.44, soit le facteur qu'il faudrait
appliquer aux efforts tranchant calculés en assumant une structure sans biais.

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
Comportement des ponts et méthodes d'analyse 4.21

Géométrie en plan: tablier courbe


Dans le cas d'un tablier courbe, les moments de torsion longitudinaux et les effets associés de gauchissement de
torsion et de distorsion doivent être pris en compte pour la surcharge et les charges permanentes. Le Code
propose le rapport suivant pour définir la courbure du pont:

L2p
(4.5)
bR

où Lp est la portée de la travée;


b est la demie largeur du tablier (b=B/2);
R est le rayon de courbure moyen du tablier (mesuré à mi-largeur du tablier).

2b

Figure 4.12 – Tabliers courbes


2
Dans les cas où le rapport Lp /bR est inférieur à 1.0, le pont peut être considéré droit pour le calcul des efforts
obtenus de la méthode simplifiée. Les efforts de torsion devront toutefois toujours être pris en considération.

Géométries diverses en plan


Au moment de l'analyse de l'ossature d'un pont à géométrie en plan autre que rectangulaire, biaise ou courbe, la
méthode d'analyse doit pouvoir déterminer toutes les réponses structurales pertinentes et être compatible avec les
exigences énoncées aux articles précédents en ce qui a trait au biais ou à la courbure.

Variation longitudinale de la section transversale


La variation longitudinale de la section transversale doit être prise en compte dans les structures hyperstatiques.
Ceci peut être pris aisément en compte par tous les logiciels d'analyse structurale commerciaux. Certaines
méthodes simplificatrices proposées dans les décennies passées et adaptées au calcul manuel n'ont plus leur
raison d'être aujourd'hui.

Variation transversale de la section longitudinale


Certains ponts, notamment les ponts caissons multicellulaires en béton ou encore les dalles évidées, peuvent
comporter une réduction de leur épaisseur en rive. Le Code permet qu'une dalle amincie à proximité de ses rives
sur une distance d'au plus de 2.5 mètres puisse être considérée comme d'épaisseur constante pourvu que, à la
conception, sa largeur totale soit réduite de façon à avoir la même aire de section transversale, conformément à la
Figure 4.13.

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
4.22 Conception des ponts

Figure 4.13 – Largeur équivalente des dalles amincies en rive

Diaphragmes et contreventements
Selon le code, dans le cas des ponts à ossature élancée, on peut omettre l'effet sur les réactions structurales des
diaphragmes et des contreventements situés entre les éléments porteurs. Dans le cas des poutres-caissons, tous les
diaphragmes et contreventements doivent être pris en compte si l'analyse est effectuée avec une autre méthode
que la méthode simplifiée décrite dans ce chapitre.

Il convient toutefois de noter que lorsque des analyses raffinées sont effectuées, comme par exemple des analyses
en grillage 3D ou par éléments finis, les réactions d'appuis et les efforts dans les contreventements devraient être
considérés adéquatement.

Efforts dus au vent dans les contreventements


Le code suggère que l'on doit se baser sur l'expertise technique pour déterminer s'il faut tenir compte des forces
exercées par le vent sur les contreventements en raison de leur solidarité avec le reste de l'ouvrage. Le texte
français est ici moins précis que la version anglaise.

Interaction entre le tablier et ses éléments porteurs


Le code indique que dans les ponts à poutres triangulées et en arc dont le tablier est relié aux poutres ou aux arcs
de façon qu'au moins une partie de ce dernier réagisse solidairement avec les poutres ou les arcs, la contribution
réelle du tablier peut être incluse. Même s'il n'en est pas fait mention explicitement, la même règle s'applique aux
ponts haubanés ou suspendus lorsque approprié.

Effet rigidifiant des rives amené par les dispositifs de retenue et les parapets
L'effet rigidifiant des rives peut amener une rigidité accrue du tablier et modifier la répartition des efforts. Le
Code spécifie en particulier que l'effet bénéfique des parapets et des dispositifs de retenue:

• peut être pris en considération en ce qui a trait à l'état limite de fatigue et aux vibrations de l'ossature;
• ne peut être considéré pour les états limites ultimes et aux états limites d'utilisation autres que les
vibrations,
• peut être inclus dans l'analyse pour le calcul de la résistance des dalles de tablier.

Conditions d'appui
Lorsque les appuis comprennent des appuis isolés ou d'autres conditions menant à une configuration irrégulière
des forces d'appui, la méthode d'analyse utilisée doit pouvoir évaluer le comportement local imputable à ces
appuis. Cette recommandation du code s'applique en particulier aux ponts comportant des piliers constitués d'un
poteau vertical unique et de longs porte-à-faux. Considérer les appuis intermédiaires comme rigides amène à
surestimer les moments négatifs à la pile et à sous-estimer les moments positifs en travée.

Mouvement des éléments de fondation


La méthode d'analyse doit tenir compte des conditions d'appui prévues ou actuelles, soit directement ou en
ajustant les résultats de l'analyse. Dans les ossatures continues ou biaises, l'analyse doit tenir compte du tassement
différentiel.

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
Comportement des ponts et méthodes d'analyse 4.23

Autres effets: température, fluage, retrait, relaxation, forces secondaires et raccourcissement élastique,
séquence de construction
Les contraintes et réactions d'appuis causées par les variations de la température moyenne du pont ou les
gradients thermiques doivent être évaluées conformément au chapitre 3 du code. La réponse structurale de
l'ossature d'un pont imputable au fluage et au retrait du béton doit être considérée conformément aux chapitres 3
et 8 du code. L'influence des effets des forces secondaires, des efforts hyperstatiques et du raccourcissement
élastique, particulièrement en ce qui a trait aux effets de la précontrainte, doit être étudiée à l'aide des méthodes
d'analyse des déformations élastiques. Enfin le code indique que l'on doit tenir compte du changement de nature
de l'ossature et des propriétés physiques qui se produit au cours des travaux. Le comportement à toute étape de la
séquence de construction doit être analysé au moyen des méthodes d'analyse élastiques.

4.6.4 Utilisation de la méthode simplifiée pour le calcul des flèches et


déformations
Les flèches et déformations sont calculées à partir des propriétés définies aux chapitres 8, 9, 10 et 16. Les flèches
dues aux charges permanentes doivent prendre en considération la séquence de construction de même que les
effets du retrait, du fluage et de la précontrainte.

Les flèches dues aux charges vives sont calculées au centre du trottoir. En utilisant la méthode simplifiée, la
flèche moyenne causée par un seul camion est majorée par les facteurs associés aux états limites de fatigue pour
la poutre de rive.

4.6.5 Conditions d'emploi de la méthode simplifié pour certains types de ponts


L'article 5.5 du code indique certaines restrictions ou exigences relatives au calcul des efforts pour certains types
de ponts.

Dalle évidée
L'article 5.5.1 indique les limites des évidements pour que les dalles évidées puissent être traitées comme des
dalles pleines, c'est-à-dire sans prendre en considération la distorsion et la flexion transversale dans les parois de
la dalle. Pour qu'un pont puisse être considéré comme une dalle évidée, la dimension limite des évidements doit
être limitée de sorte que la distorsion due au cisaillement transversal soit minimale.

• dans le cas des évidements circulaires, leur diamètre ne doit pas dépasser 80% de l'épaisseur totale de la
dalle, et l'espacement entre axes des évidements ne doit pas être inférieur à l'épaisseur totale de la dalle ;
• dans le cas des évidements rectangulaires, l'épaisseur de l'âme délimitée par les évidements adjacents ne
doit pas être inférieure à 20% de l'épaisseur totale de la section; la profondeur de l'évidement ne doit pas
dépasser 80% de l'épaisseur totale de la section et sa largeur transversale ne doit pas dépasser 1.5 fois sa
profondeur.

Les dalles ne rencontrant pas ces limites doivent être analysées comme des ponts caissons multicellulaires. Dans
ce cas, une distorsion transversale occasionnant de la flexion dans les parois du caisson peut survenir.
Néanmoins, les poutres caissons multicellulaires comportant un nombre suffisant de diaphragmes intermédiaires
conformes au tableau 5.1 ne présentent qu'un faible gauchissement et le pont peut alors être considéré comme un
pont à dalle évidée.

Dalle sur poutres


L'analyse des ponts de type dalle sur poutres est décrit sommairement à l'article 5.5.2. On y indique de considérer
la participation de la dalle dans la direction longitudinale lorsque l'action mixte est possible. La dalle et, si admis
dans les hypothèses, les contreventements transversaux résistent aux efforts de flexion et aux efforts tranchant
transversaux.

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
4.24 Conception des ponts

Poutres triangulées et en arc


L'analyse des réponses structurales des ponts à poutres triangulées et en arc doivent inclure toutes les actions
admissibles et les effets du second ordre applicables, y compris les effets du désaxement axial ou de l'excentricité
aux nœuds. La stabilité globale de la poutre triangulée, le flambement dans le plan et hors plan des éléments et la
stabilité des membrures travaillant en compression doivent être pris en compte. Dans l'analyse des arcs de longue
portée, l'équilibre des forces doit être obtenu sur la structure déformée au moyen d'une analyse du second ordre
non-linéaire alors que pour les arcs de courte ou moyenne portées la méthode des facteurs d'amplification peut
être utilisée.

Portiques et ponts intégraux


Les portiques et ponts intégraux doivent être analysés selon les mêmes règles applicables au type d'ossature qui
les compose.

Ponts caissons
Les ponts caissons doivent suivre les règles mentionnées au tableau 5.1 de même qu'à celles du chapitre 10 du
code. Les caissons unicellulaires suffisamment rigides peuvent être considérés comme une poutre unique pour
laquelle les efforts globaux sont calculés.

4.5.6 Conditions d'emploi de la méthode simplifié pour les charges mortes


Le Code présente en détails les exigences pour l'utilisation de la méthode simplifiée à l'article 5.6.1. Dans
l'éventualité où le pont ne peut être analysé par la méthode simplifiée, ou selon le choix de l'ingénieur, l'article
5.6.2 nous renvoie à l'article 5.9 pour l'utilisation des méthodes raffinées et à l'article 5.10 pour les ponts de
grande portée de type haubané ou suspendu. Ici, seule la méthode simplifiée est considérée.

Le code indique six exigences relatives à l'utilisation de la méthode simplifiée présentées au tableau 4.7. Le Code
s'en remet au jugement de l'ingénieur sur l'applicabilité de ces règles et sur l’utilisation de la méthode simplifiée
lorsque les exigences ne sont pas rencontrées.

La méthode simplifiée du code consiste essentiellement à considérer le pont comme une poutre longitudinale si
les exigences du tableau 4.7 sont rencontrées. La répartition transversale des charges entre les poutres ou les
éléments porteurs est laissée au jugement de l'ingénieur.

Tableau 4.7 – Exigences pour l'application de la méthode simplifiée pour les charges mortes

Numéro Exigences
a) Largeur constante
b) Les supports aux extrémités et intermédiaires sont assimilables à une ligne
c) Biais: ε = B tan ψ / L ≤ 1 / 6 dalles
ε = S tan ψ / L ≤ 1 / 18 dalle sur poutres étayées
Aucune considération dalle sur poutres non étayées
d) Courbure en plan: L2 / bR ≤ 10 .
e) Amincissement des dalles de longueur n'excédant pas 2.5 m
f) Longueur du porte-à-faux pour les Sc ≤ 0.60 S
ponts de type dalle sur poutres : S ≤ 1.80 m
c

4.5.7 Conditions d'emploi de la méthode simplifié pour les surcharges


Le Code présente en détails les exigences pour l'utilisation de la méthode simplifiée à l'article 5.7.1. Tout comme
pour les charges mortes, le Code nous renvoie à l'article 5.9 pour l'utilisation des méthodes raffinées et à l'article
5.10 pour les ponts de grande portée de type haubané ou suspendu dans l'éventualité où le pont ne peut être

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
Comportement des ponts et méthodes d'analyse 4.25

analysé par la méthode simplifiée. Le code indique neuf exigences relatives à l'utilisation de la méthode
simplifiée, présentées au tableau 4.8.

Tableau 4.8 – Exigences pour l'application de la méthode simplifiée pour les surcharges

Numéro Exigences
a) Largeur constante
b) Les supports aux extrémités et intermédiaires sont assimilables à une ligne
c) Biais selon les exigences du paramètre ε de l'annexe A5.1.3.1
d) Courbure selon les exigences de l'annexe A5.1.3.2
e) Amincissement des dalles de longueur n'excédant pas 2.5 m
f) Pour les ponts de type dalle sur poutres, il doit y avoir au moins trois poutres
également espacées avec une variation n'excédant pas 10% de l'espacement
moyen
g) Pour les ponts caissons multiples, il doit y avoir au moins deux poutres
également espacées
h) Longueur du porte-à-faux, Sc ≤ 0.60S et Sc ≤ 180 . m , pour les ponts de type
dalle sur poutres
i) Pour les ponts continus, les spécifications de l'annexe A5.1.2 doivent s'appliquer
j) Les ponts à caissons multiples ne doivent comporter que deux âmes
i) Pour les ponts à caissons multiples, le nombre de voies doit être supérieur ou
égal au nombre de caissons et le rapport B/L ≤ 1.0.

4.6.8 Développement de la nouvelle méthode simplifiée


La nouvelle méthode simplifiée est plus lourde d'application que l'ancienne mais est basée sur des études plus
récentes et surtout, procure des informations additionnelles utiles au concepteur. Les auteurs de la méthode sont
partis du principe que l'ingénieur devait savoir l'efficacité du système structural quant à la distribution des
charges. Les efforts maximaux ont donc été déterminés pour différents cas de chargement, tel qu'illustré sur la
figure 4.14. De ces cas de chargement, les efforts les plus critiques dans l'ossature ont été déterminés en utilisant
le facteur de réduction dû à la simultanéité des voies chargées RL (tableau 2.6) selon le nombre de voies de calcul
n (tableau 2.5) déterminé en fonction de la largeur de la voie carrossable Wc. Le Code s'en remet au jugement de
l'ingénieur sur l'applicabilité de ces règles et sur l’utilisation de la méthode simplifiée lorsque les exigences ne
sont pas rencontrées.

Une fois les efforts maximaux déterminés, ceux-ci ont été comparés avec la valeur moyenne des efforts donnée
par la relation suivante dans le cas du moment fléchissant d'un pont comportant N poutres et n voies de calcul:

n RL
M avg = M T × (4.6)
N

où MT est le moment causé par le chargement CL-W sur une voie.

Le moment maximal dans une poutre est donné par:

M g = Fm M avg (4.7)

Le facteur Fm est donc une indication de l'écart entre l'effort maximal dans l'élément en question et la valeur
moyenne. Un pont présentant un rapport de rigidité transversale sur longitudinale élevé aura des valeurs de Fm

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
4.26 Conception des ponts

près de l'unité alors qu'un pont où la distribution transversale des efforts est moins efficace aura une valeur de Fm
élevée.

Comme l'usage le veut, on utilise le concept de facteur d'essieu Fe pour déterminer les efforts dans les éléments.
On peut relier celui-ci aux termes précédents:

Mg nRL
Fe = = Fm (4.8)
MT N

L C1 C2
C3 Recherche du
(a) moment maximal
au centre

We We We

≥ 0,6 m

C1

x 1.0
1 2 3 4 5

s sc = s/2
Mc1
M1

≥ 0,6 m

C1 C2

x 0.9
1 2 3 4 5

Mc1 + c2 M2

≥ 0,6 m

C1 C2 C3

x 0.8
1 2 3 4 5

Mc1 + c2 + c3 M3

Figure 4.14 – Position des camions

Ainsi le moment et l'effort tranchant dans une poutre sont obtenus comme suit :

M g = FeM M T (4.9)

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
Comportement des ponts et méthodes d'analyse 4.27

Vg = FeV VT (4.10)

Le facteur Fm est déterminé à partir de quatre paramètres : F, μ, Cf et Ce. On peut percevoir Fm comme étant le
rapport entre la largeur totale du pont sur la largeur équivalente sur laquelle les efforts pourraient être répartis s'ils
étaient constants et égaux à la valeur maximale de l'effort. Ce principe est illustré sur la figure 4.15. Les
paramètres μ, Cf et Ce permettent d'ajuster la largeur de voie réelle par rapport aux valeurs utilisées pour dériver
les valeurs de F. La relation pour Fm est donc la suivante:

Pour les états limites ultime et de service:

Largeur réelle SN (4.11)


Fm = =
Largeur efficace ⎛ μC f ⎞
F ⎜1 + ⎟
⎝ 100 ⎠

Pour les états limites de fatigue:

Largeur réelle SN (4.12)


Fm = =
Largeur efficace ⎛ C ⎞
F ⎜1 + e ⎟
⎝ 100 ⎠

Figure 4.15 – Largeur équivalente de répartition transversale

Le paramètre Ce n'est applicable que dans le cas de la fatigue des ponts de type dalle sur poutres. Il est calculé à
l'aide d'équations données dans le code qui utilisent la distance à la rive, DVE, définie sur la figure 4.16.

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
4.28 Conception des ponts

DVE

Figure 4.16 – Position du camion pour le calcul de la fatigue

Pour la fatigue, on place un seul camion au centre d'une seule voie. La même analogie est utilisée pour calculer la
flèche. Dans les deux cas, on détermine l'amplitude moyenne pour un seul camion qui est ensuite majorée par un
facteur. Le cas du calcul de la flèche est illustré sur la figure 4.17.

We/2 We/2

C1

1 2 3 4 5

Position initiale

⎯δ
δ max

Flèche moyenne

Figure 4.17 – Calcul de la flèche maximale

4.7 APPLICATION DE LA MÉTHODE SIMPLIFIÉE

4.7.1. Types d'ossatures


La méthode simplifiée s'adresse aux ossatures dites élancées et certains ponts caisson. Les ossatures élancées sont
celles qui respectent les limites géométriques présentées à la section 4.5.7. On retrouve en particulier:

• Dalles, dalle évidées, dalles sur poutres, platelage en grillage métallique sur poutres, platelage en bois
sur poutres, platelage en bois sur poutres en bois longitudinales, ponts à platelage en bois lamellé
précontraint portant longitudinalement, ponts à platelage en bois lamellé cloué longitudinal, platelage
mixte béton - bois lamellé longitudinal.

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
Comportement des ponts et méthodes d'analyse 4.29

• Les poutres-caissons multicellulaires comportant des diaphragmes conformes à l'article 5.4.3 peuvent
être traitées comme des dalles évidées aux fins des méthodes simplifiées d'analyse ; sinon, utiliser une
méthode raffinée d'analyse
• Ponts à poutres jointes en cisaillement dans lesquels la liaison des poutres adjacentes assure la continuité
de la rigidité flexionnelle transversale.

4.7.2. Définition des paramètres


Le tableau 4.9 présente les principaux paramètres requis pour déterminer les facteurs associés au calcul des
efforts maximaux avec la méthode simplifiée. La terminologie du code identifie les efforts causés par un camion
dans une voie ou la surcharge de voie dans une voie également par MT ou VT (ou encore NT pour un effort axial),
avec T pour truck. Les efforts maximaux correspondants dans les éléments de l'ossature sont Mg ou Vg, dans le
cas de poutres, avec g pour girder, et m dans le cas d'un effort par mètre de largeur pour une dalle.

Le code ne définit pas de facteur d'essieu comme tel. Toutefois, comme ce principe est bien ancré parmi les
praticiens, les facteurs d'essieu pour M et V sont définis par

Mg
FeM = (4.17)
MT
Vg
FeV = (4.14)
VT

Tableau 4.9 – Paramètres de calcul des efforts maximaux

Paramètre Définition
MT ou VT Moment ou effort tranchant maximal par voie de calcul au point de la travée à l'étude
n Nombre de voies de calcul conformément à l'article 3.8.2
RL Facteur de modification pour la surcharge de voies multiples (Art. 3.8.4.2 et 14.8.4.2)
N Nombre de poutres ou de poutres en bois longitudinales dans la largeur B du tablier du pont

⎡ μCf ⎤ Facteur de correction de la largeur de voie


⎢1 + ⎥
⎣ 100 ⎦

We − 3.3 Facteur adimensionnel quantifiant la largeur des voies


μ= ≤ 1.0
0.6
We Largeur d'une voie de calcul en mètres, calculée conformément à l'article 3.8.2
Be Largeur effective du pont obtenue en réduisant la largeur totale B pour tenir compte des effets
des rives amincies, le cas échéant, tel que le prescrit l'article A5.1 c) de l'annexe
B Largeur totale du pont, sans égard à la présence ou non de rives amincies

S Espacement entre les axes des poutres, en mètres


Cf Facteur de correction, en %, tiré du tableau A5.3
F Largeur qui caractérise la répartition de la charge pour un pont

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
4.30 Conception des ponts

4.7.3. Coefficient de majoration dynamique


Le coefficient de majoration dynamique CMD doit s'appliquer à la surcharge de camion pour tous les états
limites. Le chargement de camion doit être appliqué multiplié par le facteur (1+CMD) approprié, selon le nombre
d'essieux agissant pour déterminer l'effort maximal. Pour la surcharge de voie, il n'y a pas de majoration
dynamique des efforts.

4.7.4. Moments de flexion longitudinaux pour les états limites ultimes et


d'utilisation
Les équations présentées dans le code sont répétitives et se ressemblent beaucoup et font appel à de nombreux
tableaux. Dans le présent document, les équations du code sont présentées alors que seulement certaines des
valeurs tirées des tableaux ont été reproduites, en particulier celle ayant trait aux ponts avec dalle sur poutres et
aux ponts de type dalle.

Ponts de type dalle sur poutres


Le moment dans la poutre la plus sollicitée est donné par:

M g = Fm M g avg (4.15)
n M T RL
où M g avg = (4.16)
N
SN
avec Fm = ≥ 1.05 (4.17)
⎛ μCf ⎞
F ⎜1 + ⎟
⎝ 100 ⎠

où les paramètres sont définis au tableau 4.9. Pour les ponts de type dalle sur poutres pour des routes de classe A,
les relations donnant F et Cf, sont présentées au tableau 4.10.

Tableau 4.10 – Expressions de F et Cf pour les moments fléchissant longitudinaux aux ÉLUL et ÉLUT pour les
ponts de type dalle sur poutres pour les routes de classe A (tiré du tableau 5.3 du code)

Nombre de Partie (extérieure F (m) Cf (%)


voies de calcul ou intérieure)
3 m < L ≤ 10 m 10 m < L
n
Extérieure 3.30 3.50-2/L
1 5-12/L
Intérieure 3.30+0.05L 4.40-6/L
Extérieure 6.50 6.80-3/L
2 5-12/L
Intérieure 4.80 + 0.10L 7.20-14/L
Extérieure 8.30 8.70-4/L
3 10-25/L
Intérieure 6.70 + 0.08L 9.60-21/L
Extérieure 9.50 10.00-5/L
4 10-25/L
Intérieure 7.60 + 0.14L 11.20-22/L

5 et plus Voir équation 5.25 10-25/L


Note: Ce tableau est donné uniquement à titre indicatif. Le tableau du code a préséance.

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
Comportement des ponts et méthodes d'analyse 4.31

Les équations de F pour les poutres extérieures des ponts à dalle sur poutres s'appliquent lorsque le porte-à-faux
de la dalle de tablier est égal ou inférieur à 0.5S. Lorsque le porte-à-faux est supérieur à 0.5S tout en étant égal ou
inférieur à 0.6S, la valeur de F doit être réduite à 95.2% de la valeur indiquée, ce qui accroît de 5 % les moments
et la valeur de Fm.

Dans l'utilisation des équations de ce tableau, la portée simple équivalente L des travées continues doit être
conforme à la définition donnée sur la figure 4.10.

Pour les ponts à n voies de calcul, où n > 4, la valeur de F doit être calculée à l'aide de l'équation suivante :

n RL
F= F4 , (4.18)
2.80

où F4 est la valeur de F pour quatre voies de calcul tirée du tableau 4.10.

Ponts de type dalle et dalle évidée


Le moment par mètre de largeur est donnée par:

mdalle = Fm mg avg (4.19)

n M T RL
où mavg = (4.20)
Be
B
et Fm = ≥ 1.05 (4.21)
⎧ μC f ⎫
F ⎨1 + ⎬
⎩ 100 ⎭

où les valeurs de F et Cf sont tirées du tableau 4.11.

Tableau 4.11 – Expressions de F et Cf pour les moments fléchissant longitudinaux aux ÉLUL et ÉLUT pour les
ponts de type dalle et dalle évidée pour les routes de classe A (tiré du tableau 5.3 du code)

Nombre de Partie (extérieure F (m) Cf (%)


voies de calcul ou intérieure)
3 m < L ≤ 10 m 10 m < L
n
Extérieure 3.80+0.04L 4.20
1 16-36/L
Intérieure 4.00+0.04L 4.40
Extérieure 7.10 7.10
2 20-40/L
Intérieure 7.60-6/L 7.30-3/L
Extérieure 7.90+0.21L 10.80-8/L
3 16-30/L
Intérieure 5.90+0.41L 10.80-8/L
Extérieure 10.10+0.26L 14.30-16/L
4 16-30/L
Intérieure 7.40+0.56L 14.00-10/L

5 et plus Voir équation 5.25 16-30/L


Note: Ce tableau est donné uniquement à titre indicatif. Le tableau du code a préséance.

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
4.32 Conception des ponts

4.7.5 Moments de flexion longitudinaux à l'état limite de fatigue et de la


vibration de l'ossature
Les valeurs de F, Cf et Ce sont être établies pour les parties intérieures et extérieures de la section transversale, en
fonction du type de pont, du nombre de voies de calcul et de la portée L. Dans le cas des ponts à dalle sur poutres,
on considère la distance à la rive du véhicule DVE illustré sur la figure 4.16. Lorsque la valeur réelle de DVE est
supérieure à 3.0 m, elle doit être considérée comme étant égale à 3.0 m dans les calculs. Les moments de flexion
longitudinaux et les flèches sont calculés en considérant le pont comme une poutre supportant deux lignes de
roues d'un même camion.

Ponts de type dalle sur poutres

M g = Fm M g avg (4.22)


MT
M g avg = (4.23)
N

SN
Fm = ≥ 1.05 (4.24)
⎛ μCf C ⎞
F ⎜1 + + e ⎟
⎝ 100 100 ⎠

Le facteur F est donné au tableau 4.12 alors que le facteur de correction pour la distance à la rive du véhicule Ce
(en %) est tiré du tableau 4.14. Tous les autres paramètres ont été définis précédemment.

Tableau 4.12 – Expressions de F pour les moments fléchissant longitudinaux à ÉLF pour les ponts de type dalle
sur poutres pour les routes de classe A (tiré du tableau 5.4 du code)

Nombre de Partie (extérieure F (m) Cf (%)


voies de calcul ou intérieure)
3 m < L ≤ 10 m 10 m < L
n
Extérieure 3.30 3.50-2 / L
1 5-12/L
Intérieure 3.30+0.05L 4.40-6/L
Extérieure 3.60 3.80-2/L
2 5-15/L
Intérieure 2.80+0.12L 4.60-6/L
Extérieure 3.60+0.01L 3.70+(L-10)/140
3 0
Intérieure 2.80+0.12L 4.80-8/L
Extérieure 3.80 3.80+(L-10)/140
4 0
Intérieure 2.80+0.12L 5.00-10/L

5 et plus Voir équation 4.18 0


Note: Ce tableau est donné uniquement à titre indicatif. Le tableau du code a préséance.

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
Comportement des ponts et méthodes d'analyse 4.33

Tableau 4.13 – Expressions de Ce pour les moments fléchissant longitudinaux à ÉLF pour les ponts de type dalle
sur poutres pour les routes de classe A (tiré du tableau 5.5 du code) - Poutres extérieures

Nombre de Ce (m)
voies de calcul
n 3 m < L ≤ 10 m 10 m < L

0 0
1
30( DVE − 1) ⎡1 + 0.4( DVE − 1) 2 ⎤ ⎡ 160( DVE − 1) 2 ⎤
2 ⎣ ⎦ 30( DVE − 1) ⎢1 + ⎥
⎢⎣ L2 ⎥⎦

26( DVE − 1) ⎡1 + 0.4( DVE − 1)2 ⎤ ⎡ 160( DVE − 1) 2 ⎤


3 voies et plus ⎣ ⎦ 26( DVE − 1) ⎢1 + ⎥
⎣⎢ L2 ⎦⎥
Note: Ce tableau est donné uniquement à titre indicatif. Le tableau du code a préséance.

Les valeurs de Ce sont égales à zéro pour les poutres intérieures.

La valeur de F obtenue du tableau 4.12 doit être modifiée à l'aide du facteur suivant, qui tient compte de la
variation de F en fonction de l'espacement S des poutres pour 1.2 m ≤ S ≤ 3.6 m. Une valeur de S égale à 3.6 m
peut être utilisée si S est supérieur à 3.6 m.

⎡ ⎛ L − 10 ⎞ ⎤
F= Ftab ⎢1.00 + (0.29S − 0.35) ⎜ ⎟⎥ Pour 10 m ≤ L ≤ 50 m (4.25)
⎣ ⎝ 40 ⎠ ⎦
F= Ftab ( 0.29S − 0.65 ) Pour L > 50 m (4.26)

Le facteur d'amplification Fm défini dans cet article est applicable au calcul de la flèche maximale. La flèche
maximale d'une poutre, pour satisfaire aux critères de vibration de l'ossature, doit être déterminée en appliquant
(Fm / N) camions par poutre et en utilisant les caractéristiques appropriées de rigidité de la poutre.

Ponts de type dalle

mdalle = Fm mg avg (4.27)

MT
mavg = (4.28)
Be
B
Fm = ≥ 1.05 (4.29)
⎛ μCf ⎞
F ⎜1 + ⎟
⎝ 100 ⎠

où les valeurs de F, C f sont tirées du tableau 4.14.

Le facteur d'amplification Fm défini dans cet article est applicable au calcul de la flèche maximale.

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
4.34 Conception des ponts

Tableau 4.14 - Expressions de F et Cf pour les moments fléchissant longitudinaux à ÉLF pour les ponts de type
dalle et dalle évidée pour les routes de classe A (tiré du tableau 5.4 du code)

Nombre de Partie (extérieure F (m) Cf (%)


voies de calcul ou intérieure)
3 m < L ≤ 10 m 10 m < L
n
Extérieure 3.80+0.04L 4.20
1 16-36/L
Intérieure 4.00+0.04L 4.40
Extérieure 3.60+0.26L 7.00-8/L
2 16-36/L
Intérieure 3.20+0.30L 6.40-2/L
Extérieure 3.30+0.30L 9.60-33/L 16-30/L
3
Intérieure 3.00+0.40L 9.80-29/L 12-36/L
Extérieure 3.40+0.30L 12.0-56/L
4 10-30/L
Intérieure 3.00+0.44L 12.00-46/L

5 et plus Voir équation 4.18 10-30/L


Note: Ce tableau est donné uniquement à titre indicatif. Le tableau du code a préséance.

4.7.6 Effort tranchant vertical longitudinal pour les états limites ultimes et
d'utilisation
Dans le cas d'un pont à ossature élancée, on peut utiliser la méthode de l'analogie de la poutre équivalente pour
obtenir les efforts tranchant dû à la surcharge. Les chargements de camion et de voie doivent être appliqués avec
le facteur approprié (1+CMD). Les efforts tranchant maximaux par voie de calcul le long de l'ossature sont
dénotés VT.

Ponts de type dalle sur poutres

Vg = FvVg avg (4.30)


nVT RL
Vg avg = effort tranchant moyen par poutre déterminé en répartissant uniformément le
N
cisaillement total dans la section du pont entre l'ensemble des poutres de la section
transversale;
VT efforts tranchant maximal par voie de calcul à la section de la travée à l'étude, tel que
précisé ci-dessus ;
SN
Fv = facteur d'amplification tenant compte de la variation transversale de l'intensité maximale
F
du cisaillement vertical longitudinal, comparativement à l'intensité moyenne du
cisaillement vertical longitudinal.

Pour des ponts ayant au plus quatre voies de calcul, on détermine la valeur de F à l'aide du tableau 4.15 selon le
et le nombre de voies de calcul.

Dans le cas des ponts à poutres et les dalles évidées dont l'espacement S des poutres longitudinales ou des axes
des âmes longitudinales dans les ponts à dalle évidée est inférieur à 2.0 m, la valeur de F doit être multipliée par
le facteur de réduction suivant :

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
Comportement des ponts et méthodes d'analyse 4.35

0.25
(S/2) (4.31)

Ce facteur de réduction ne s'applique pas aux ponts à dalle pleine.

Pour les ponts à n voies de calcul, où n > 4, la valeur de F doit être modifiée par l'équation 4.18. La valeur
0.25
obtenue doit être multipliée par le facteur (S/2) , si S est inférieur ou égal à 2.0 m.

Tableau 4.15 – Expressions de F pour le effort tranchant longitudinal aux ÉLUL et ÉLUT pour les ponts de
type dalle sur poutres pour les routes de classe A (tiré du tableau 5.7 du code)

Nombre de voies 1 2 3 4 ou plus


de calcul n
3.50 6.10 8.20 9.50

5 et plus Voir équation 4.18


Note: Ce tableau est donné uniquement à titre indicatif. Le tableau du code a préséance.

Ponts de type dalle

V= Fv Vavg (4.32)

nVT RL
Vavg = (4.33)
Be
B
Fv = ≥ 1.05 (4.34)
F

F largeur tirée du tableau 4.16 qui caractérise la répartition transversale de la charge pour un pont.

Tableau 4.16 – Expressions de F pour le effort tranchant longitudinal aux ÉLUL et ÉLUT pour les ponts de
type dalle et dalle évidée pour les routes de classe A (tiré du tableau 5.7 du code)

Nombre de voies de calcul n: 1 2 3 4 ou plus


Type d'ossature
Dalle pleine 2.60+0.45 L 4.20+0.66 L 5.60+1.05 L 6.50+1.44 L

Dalle évidée 3.60 6.30 8.40 9.80

5 et plus Voir équation 4.18


Note: Ce tableau est donné uniquement à titre indicatif. Le tableau du code a préséance.

4.8.7 Effort tranchant vertical longitudinal pour l'état limite de fatigue


L'effort tranchant vertical longitudinal dû à la surcharge peut être calculé à l'aide de la méthode donnée à la
section précédente, sauf que les valeurs de F doivent provenir du tableau 4.17 et que la valeur de VT doit être
calculée à l'aide d'un seul camion sur le pont, dans une seule voie, de façon que n = 1 et RL = 1.00.

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
4.36 Conception des ponts

Tableau 4.17 – Expressions de F pour le effort tranchant longitudinal à ÉLF pour les routes de classe A (tiré
du tableau 58 du code)

Nombre de voies 1 2 3 4 ou plus


de calcul n
Dalle pleine 2.60+0.45 L 3.20+0.13L 3.20+0.16L 3.60+0.14L

Dalle évidée 3.60 3.60 3.80 3.90


Dalle sur poutres 3.50 3.60 3.60 3.70

5 et plus Voir équation 5.25


Note: Ce tableau est donné uniquement à titre indicatif. Le tableau du code a préséance.

4.7.8 Exemples

EXEMPLE 4-2 PONT DE TYPE DALLE PLEINE


Enrobé bitumineux
75 mm

250 36
A 1

A
3200 12000 3200

18600
Section transversale

1200

26500
Coupe longitudinale A-A

Figure 4.18 - Dalle pleine de l'exemple 5-2

Données du problème :

Le pont est constitué d’une dalle pleine simplement supportée montrée sur la figure 4.18. La largeur de la voie
carrossable est de 12.0 m ce qui, selon le tableau 2.5, donne trois voies de circulation.

Paramètres de calcul :

B = 18.6 mLargeur totale du pont


Be = 18.6 mLargeur effective pour les calculs
Wc = 12.0 m Largeur de la voie carrossable
n =3 Nombre de voies de circulation pour les calculs
RL = 0.8 Facteur de réduction pour la simultanéité des voies chargées.

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
Comportement des ponts et méthodes d'analyse 4.37

Coefficients constants

Wc 12.0
We = = = 4.0 m Largeur d’une voie de calcul
n 3

We − 3.3 4.0 − 3.3


μ= = = 1.16 < 1.0, donc μ =1.0 Coefficient d’ajustement de la largeur des voies
0.6 0.6

nRL 3 × 0.8
Fe3 = = = 0.129 / m Facteur d’essieu moyen
Be 18.6
Paramètre de largeur pour trois voies chargées

nRL 1× 1.0
Fe1 = = = 0.0538/m Facteur d’essieu moyen
Be 18.6
Paramètre de largeur pour une voie chargée

Portée simple équivalente

Comme il s’agit d’une dalle simplement supportée,

L = 26.5 m

Facteurs pour la flexion ÉLUL et ÉLUT

Selon le tableau 4.11, on obtient pour un pont à trois voies avec L > 10 m :

8
Portions externes et internes : F = 10.80 − ,m
L
30
C f = 16 − ,%
L
8
Donc : F = 10.80 − = 10.50 m
26.5
30
C f = 16 − = 14.9 %
26.5

Ce qui donne :

B 18.6 18.6
Fm = = = = 1.542 > 1.05
⎛ μCf ⎞ ⎛ 1.0 × 14.9 ⎞ 12.06
F ⎜1 + ⎟ 10.5 ⎜1 + 100 ⎟
⎝ 100 ⎠ ⎝ ⎠
m = Fm Fe3 M T = 1.542 × 0.129 M T = 0.199 M T

À titre de comparaison, le code S6-88 indiquait un facteur d’essieu de 0.233, soit une diminution de 14% avec le
code S6-06.

Facteurs pour la flexion - ÉLF et la flèche

Selon le tableau 4.14, on obtient pour un pont à trois voies avec L > 10 m :

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
4.38 Conception des ponts

33 36
Portions externes : F = 9.6 − , m et C f = 16 − ,%
L L
29 36
Portions internes : F = 9.80 − , m et C f = 12 − ,%
L L

33
Portions externes : F = 9.6 − = 8.355 m
26.5
36
C f = 16 − = 14.6 %
26.5

B 18.6 18.6 18.6


Fm = = = = = 1.943
⎛ μCf ⎞ ⎛ 1.0 × 14.6 ⎞ 8.355 × 1.146 9.575
F ⎜1 + ⎟ 8.355 ⎜1 + 100 ⎟
⎝ 100 ⎠ ⎝ ⎠
m = Fm Fe1 M T = 1.943 × 0.0538 M T = 0.105M T

29
Portions internes : F = 9.8 − = 8.706 m
26.5
36
C f = 12 − = 10.6 %
26.5

B 18.6 18.6 18.6


Fm = = = = = 1.932
⎛ μCf ⎞ ⎛ 1.0 × 10.6 ⎞ 8.706 × 1.106 9.629
F ⎜1 + ⎟ 8.706 ⎜1 + ⎟
⎝ 100 ⎠ ⎝ 100 ⎠
m = Fm Fe1 M T = 1.932 × 0.0538 M T = 0.104M T

Facteurs pour l’effort tranchant - ÉLUL et ÉLUT

Selon le tableau 4.16, on a pour un pont à trois voies avec L > 10 m :

F = 5.60 + 1.05 L , m
F = 5.60 + 1.05 26.5 = 11.01m
B 18.06
Fv = = = 1.69 > 1.05
F 11.01
v = Fv Fe3 VT = 1.69 × 0.129 VT = 0.218 VT

Facteurs pour l’effort tranchant - ÉLF

Selon le tableau 4.17, on a pour un pont à trois voies avec L > 10 m :

F = 3.20 + 0.16 L
F = 3.20 + 0.16 × 26.5 = 7.440 m

B 18.6
Fv = = = 2.50 > 1.05
F 7.44
v = Fv Fe1 VT = 2.50 × 0.0538 × VT = 0.135VT

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
Comportement des ponts et méthodes d'analyse 4.39

EXEMPLE 4-3 PONT AVEC DALLE SUR POUTRES D’ACIER CONTINU

Données du problème :

Le pont est constitué d’une ossature continue de 13 portées (Fig. 4.19) comportant six poutres d’acier et une piste
cyclable (Fig. 4.20). La largeur de la voie carrossable est de 13.4 m ce qui, selon le tableau 2.5, donne trois voies
de circulation. Toutefois, comme il s’agit d’une réfection, le concepteur a choisi quatre voies.

Paramètres de calcul géométriques

B = 17.65 m Largeur totale de la dalle


S = 3.0 m Espacement des poutres
Sc = 1.325 m ≤ 1.8 m Longueur du porte-à faux
≤ 0.6 × 5 = 1.8 m
Wc = 13.4 m Largeur de la voie carrossable
N =6 Nombre de poutres
n =4 Nombre de voies de circulation pour les calculs
RL = 0.7 Facteur de réduction pour la simultanéité des voies chargées

Coefficients constants

Wc 13.4
We = = = 3.350 m Largeur d’une voie de calcul
n 4
W − 3.3 3.35 − 3.3
μ= e = = 0.083 ≤ 1.0 Coefficient d’ajustement de la largeur des voies
0.6 0.6
3.35 1.8
DVE = + 0.45 − = 1.225 m Distance à la rive
2 2
nR 4 × 0.7
Fe 4 = L = = 0.467 Facteur d’essieu moyen pour 4 voies chargées
N 6
nR 1× 1.0
Fe1 = L = = 0.167 Facteur d’essieu moyen pour une voie chargée
N 6

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
4.40

© Bruno Massicotte
Conception des ponts

S 473 356 Face-à-face des garde-grèves N

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13
28194 32918 32918 32918 32918 38406 38406 38406 38406 32918 32918 32918 32918 28194
762 27432 27432 762
Él. 24,291

Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530


Soffite
M M M M M M F M M M M M M
M M

Voie navigable Profil approximatif


ÉLÉVATION du lit de la rivière

Figure 4.19 – Vue en élévation du pont de l'exemple 5-3

Hiver 2014
École Polytechnique de Montréal
Comportement des ponts et méthodes d'analyse 4.41

17650
3350 450 6700 6700 450
Enrobé Enrobé Lampadaires
Garde-fou
bitumineux bitumineux
49C

220
65 mm 65 mm
Bordure 2% 2% 2%
150 x 115
Drains

1650 @ 1660
Aval

1325 3000 3000 3000 3000 3000 1325 Amont

Drains

En travée Aux piles Chevêtre


COUPE TRANSVERSALE

Figure 4.20 – Coupe du tablier du pont de l'exemple 5-3

Portées simples équivalentes

Le tableau 4.18 donne les portées simples équivalentes devant être utilisées selon le type d’effort et la position
selon la figure 4.10.

Tableau 4.18 – Portées simples équivalentes

Position Effort Lportée (m) Facteur L (m)

Travée 1 Mpos 27.432 0.8 21.946


Pile 1 Mnég 27.432+32.918 0.25 15.088
Travées 2-3-4-5 Mpos 32.918 0.6 19.751
Piles 2-3-4 Mnég 32.918+32.918 0.25 16.459
Travées 6 et 7 Mpos 38.406 0.6 23.044
Pile 5 Mnég 32.918+38.406 0.25 17.831
Piles 6 et 7 Mnég 38.406+ 38.406 0.25 19.203

Facteurs pour la flexion-ÉLUL et ÉLUT

Selon le tableau 4.10, on obtient pour un pont à quatre voies avec L > 10 m :

Poutres externes : Fext = (10.00 − 5/L) Fc , m

Poutres internes : Fint = 11.20 − 22/L , m

Coefficient de largeur de voie : Cf = 10 − 25/L , %

Fc = 1.0 si Sc ≤ 0.5 S et Fc = 1/1.05 si Sc = 0.6 S

Dans notre cas, Sc = 1.325 m < 0.5 Sc = 0.5 × 3.0 = 1.5 m, donc Fc = 1.0.

Pour la travée de rive on obtient pour le moment positif :

Poutres externes : F = (10.00 − 5/21.946) × 1.0 = 9.772 m

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
4.42 Conception des ponts

Poutres internes : F = 11.20 − 22/21.946 = 10.198 m

Toutes les poutres : Cf = 10 − 25/21.946 = 8.86 %

SN 3.0 × 6 18.0 17.869


Fm = = = =
⎛ μCf ⎞ ⎛ 0.083 × 8.86 ⎞ F (1.007) F
F ⎜1 + ⎟ F ⎜1 + ⎟
⎝ 100 ⎠ ⎝ 100 ⎠
17.869
Poutres externes : Fm = = 1.829
9.772
M g = Fe 4 Fm M T = 0.467 ×1.829 M T = 0.854 M T

17.869
Poutres internes : Fm = = 1.752
10.198
M g = Fe 4 Fm M T = 0.467 ×1.752 M T = 0.818 M T

Facteurs pour la flexion - ÉLF et le calcul des flèches

Selon le tableau 4.12, on obtient pour un pont à quatre voies avec L > 10 m :

⎛ ( L − 10) ⎞
Poutres externes : F = ⎜ 3.80 + ⎟ Fc , m
⎝ 140 ⎠
Fc = 1.0 dans cet exemple (voir plus haut)
Cf = 0.0
⎡ 160 ( D − 1)2 ⎤
Ce = 26 ( DVE − 1) ⎢1 + VE
2
⎥,%
⎢ L ⎥
⎣ ⎦
Poutres internes : F = (5.0 − 10/L) Fi , m
⎛ L − 10 ⎞
Fi = 1.0 + ( 0.29 S − 0.35 ) ⎜ ⎟
⎝ 40 ⎠
C f = Ce = 0.0 %
Pour la travée de rive, on obtient pour le moment positif 1 :

Poutres externes :
⎛ (21.946 − 10) ⎞
F = ⎜ 3.80 + ⎟ × 1.0 = 3.885 m
⎝ 140 ⎠
⎡ 160 (1.225 − 1) 2 ⎤
Ce = 26 (1.225 − 1.0) ⎢1.0 + ⎥ = 5.95%
⎣⎢ (21.946) 2 ⎦⎥
Poutres internes :
⎛ 21.946 − 10 ⎞
Fi = 1.0 + ( 0.29 S × 3.0 − 0.35 ) ⎜ ⎟ = 1.155
⎝ 40 ⎠
⎛ 10 ⎞
F = ⎜ 5.0 − ⎟ × 1.155 = 5.249 m
⎝ 21.946 ⎠

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
Comportement des ponts et méthodes d'analyse 4.43

Calcul de Fm

SN
Fm = ≥ 1.05
⎛ μCf C ⎞
F ⎜1 + + e ⎟
⎝ 100 100 ⎠

Poutres externes :
3.0 × 6
Fm = = 4.373
⎛ 5.95 ⎞
3.885 ⎜1 + 0 + ⎟
⎝ 100 ⎠
M g = Fe1 Fm M T = 0.167 × 4.373 M T = 0.730 M T

Poutres internes :
3.0 × 6
Fm = = 3.429
5.249 (1.0 + 0 + 0 )
M g = Fe1 Fm M T = 0.167 × 3.429 = 0.573 M T

Facteurs pour l’effort tranchant - ÉLUL et ÉLUT

Selon le tableau 4.15, on obtient pour un pont à quatre voies :

F = 9.50 m
SN 3.0 × 6
Fv = = = 1.895
F 9.50
Vg = Fe 4 FV VT = 0.467 ×1.895 VT = 0.885 VT
Facteurs pour l’effort tranchant - ÉLF

Selon le tableau 4.17, on obtient pour un pont à quatre voies :

F = 3.70 m
SN 3.0 × 6
Fv = = = 4.865
F 3.70
Vg = Fe1 FV VT = 0.167 × 4.865 VT = 0.812 VT

Sommaire pour tout le pont

Le tableau 4.19 présente l’ensemble des résultats pour tout le pont, conçu pour quatre voies.

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
4.44 Conception des ponts

Tableau 4.19 – Exemple 4-3: facteurs d'essieu, géométrie initiale (option 1)

Moment fléchissant Moment fléchissant Effort tranchant


ÉLUL et ÉLUT ÉLF et flèche
Position L (m) Poutres Poutres Poutres Poutres ÉLUL et ÉLF
externes internes externes internes ÉLUT

Travée 1 21.946 0.853 0.818 0.729 0.571 0.884 0.811


Pile 1 15.088 0.863 0.856 0.738 0.649 0.884 0.811
Travées 2 à 5 19.751 0.856 0.827 0.732 0.592 0.884 0.811
Piles 2 à 4 16.459 0.860 0.846 0.736 0.630 0.884 0.811
Pile 5 17.831 0.858 0.837 0.734 0.613 0.884 0.811
Travées 6 et7 23.044 0.852 0.814 0.727 0.562 0.884 0.811
Piles 6 et 7 19.203 0.856 0.829 0.732 0.598 0.884 0.811

4.7.9 Ponts à caissons multiples


Les ossatures des ponts à caissons multiples offrent une rigidité torsionnelle élevée en comparaison avec des
ponts de type dalle sur poutres ayant la même inertie flexionnelle. La distribution transversale des efforts est bien
décrite par la théorie des plaques orthotropes. Le paramètre β est utilisé pour caractériser le comportement des
ponts caisson.

Moments de flexion longitudinaux dans les ponts à caissons multiples


Lorsqu'il y a conformité avec le tableau 4.1, la méthode simplifiée suivante peut être utilisée dans le cas des ponts
à caissons multiples. La valeur de β doit être calculée de la façon suivante :

0.5
⎡B⎤⎡ D ⎤
β =π ⎢ ⎥⎢ x ⎥ (4.35)
⎣ L ⎦ ⎢⎣ Dxy ⎥⎦

B largeur du pont pour l'ÉLUL et l'ÉLUT ; largeur du pont, sans toutefois dépasser trois fois l'espacement
S des caissons, pour l'ÉLF

Dx rigidité flexionnelle totale EI de la section transversale du pont divisée par la largeur du pont

Dxy rigidité torsionnelle totale GJ de la section transversale divisée par la largeur du pont.

Le moment de flexion longitudinal par caisson doit ensuite être calculé à l'aide de la méthode simplifiée
applicable aux ponts à dalle sur poutres, sauf que la valeur S doit être prise comme l'espacement entre les axes
des caissons. Les valeurs pertinentes de F et Cf doivent être établies au moyen des expressions contenues dans le
tableau 4.20 qui conviennent à l'état limite considéré et au nombre de voies de calcul pour les ponts dotés d'au
plus quatre voies de calcul. On ne doit faire aucune distinction entre les parties intérieures et extérieures de la
section transversale et la valeur de Ce doit être égale à 0.0. Dans le cas de l'état limite ultime et de l'état limite
d'utilisation des ponts ayant plus de quatre voies de calcul, la valeur de F doit être déterminée en appliquant
l'équation 4.18.

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
Comportement des ponts et méthodes d'analyse 4.45

Tableau 4.20 – Expressions de F et Cf pour les moments longitudinaux dans les ponts à caissons multiples

État limite Nombre de voies de F (m) Cf (%)


calcul, n
2 8.5-0.3β 16-2β
ÉLUL ou ÉLUT 3 11.5-0.5β 16-2β
4 14.5-0.7β 16-2β
ÉLF 2 ou plus 8.5-0.9β 16-2β

Efforts tranchant vertical longitudinal dans les ponts à caissons multiples


Pour les ponts ayant au plus quatre voies de calcul, la valeur de F pour l'effort tranchant vertical longitudinal doit
provenir du tableau 4.21. La méthode proposée pour les ponts de type dalle sur poutres peuvent être utilisées en
conformité avec l'état limite à l'étude, tout en tenant compte du fait que S équivaut à l'espacement entre les axes
des caissons, N, au nombre de caissons, et que l'effort tranchant ainsi obtenu correspond à un caisson. La force de
cisaillement déterminée pour un caisson doit être répartie également entre les deux âmes du caisson. La valeur de
F calculée dans cet article à l'égard de l'effort tranchant ne doit pas être supérieure à la valeur de F déterminée
pour la flexion, de sorte que Fv ≥ Fm. Pour les ponts comportant plus de 4 voies l'équation 4.18 s'applique.

Tableau 4.21 – Expressions de F pour l'effort tranchant vertical longitudinal dans les ponts à caissons multiple

État limite Nombre de voies de F (m)


calcul, n
2 7.2
ÉLUL ou ÉLUT 3 9.6
4 11.2
ÉLF 2 ou plus 4.25

4.8 IDÉALISATION DE LA STRUCTURE ET INTERPRÉTATION DES


RÉSULTATS

4.8.1 Généralités
Au cours de l'analyse, l'ouvrage, les conditions limites et la charge doivent être idéalisés de sorte que
l'idéalisation globale représente de façon réaliste les caractéristiques de l'ouvrage réel, les conditions limites
réelles et les charges permanentes et appliquées réelles.

Au moment de l'application des résultats de l'analyse à l'ouvrage réel, les efforts structuraux supportés par un
élément donné du modèle mathématique doivent être supportés par la partie ou les parties de l'ouvrage réel
auquel l'élément du modèle est analogue.

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
4.46 Conception des ponts

4.8.2 Largeurs effectives des semelles pour les dalles en béton sur poutres
Pour le calcul des résistances à la flexion et des contraintes de flexion dans les ponts de type dalle sur poutres et
poutres-caissons avec dalle de tablier en béton, la largeur effective réduite est constituée de deux porte-à-faux à
gauche et à droite et d'une partie centrale. La largeur effective Be d'un porte-à-faux est donnée par :

3
Be ⎡ L ⎤ L
= 1 − ⎢1 − ⎥ , pour B ≤ 15 (4.36)
B ⎣ 15 B ⎦

Be L
= 1, pour > 15 (4.37)
B B

L portée, pour les travées simplement supportées; longueur de la zone de moment positif ou négatif dû
à la charge permanente, selon ce qui convient aux travées continues;
Be et B sont indiqués sur la figure 5.38.

Be Be Be Be Be Be

B 2B
2B B
acier acier
ou béton ou béton

Be Be Be
Be

B 2B
45

Be Be Be acier 2B
ou béton

B 2B

Be Be

B 2B

Figure 4.21 – Paramètres définissant la largeur effective

4.8.3 Idéalisation pour l'analyse


Aux fins de l'analyse, les caractéristiques de rigidité des membrures mixtes et en béton doivent être basées, au
choix, sur des sections non fissurées ou sur des sections fissurées et (ou) non fissurées, conformément au
comportement anticipé.

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
Comportement des ponts et méthodes d'analyse 4.47

RÉFÉRENCES

4.1 ASSOCIATION CANADIENNE DE NORMALISATION, 2006. "Norme CAN/CSA-S6-06: Code sur


le calcul des ponts routiers". Association Canadienne de normalisation, Mississauga, Ontario.

4.2 MINISTRY OF TRANSPORTATION, 1983. "Ontario highway bridge design code - OHBDC" and
"Commentary". 2e édition, Downsview, Ontario.

4.3 AMERICAN ASSOCIATION OF STATE HIGHWAY AND TRANSPORTATION OFFICIALS -


AASHTO, 2007. "LRFD bridge design specifications". 4th Ed, Washington, D.C.

4.4 NG, S.F., CHEUNG, M.S. and HACHEM, H.M. 1993. "Study of a curved continuous mixte box girder
bridge". Canadian Journal of Civil Engineering. (accepté pour publication).

4.5 PICARD, A. 1983. "Béton précontraint, tome 1: principes fondamentaux et dimensionnement", Gaëtan
Morin, Ed., Chicoutimi, 355p.

4.6 GHALI, A. FAVRE, R. and ELBADRY, M. 2012. Concrete structures: stresses and deformations. 4th
ed., Chapman and Hall, 637p.

4.7 MASSICOTTE, B., HALCHINI, C., LABBÉ, J. and FAFARD, M. 1991. "Load carrying capacity of the
Massawippi river bridge". Proceedings of the CSCE annual convention, Vancouver, pp 235-244.

4.8 MINISTRY OF TRANSPORTATION, 1991. "Ontario highway bridge design code - OHBDC" and
"Commentary". 3e édition, Downsview, Ontario.

4.9 AMERICAN INSTITUE OF STEEL CONSTRUCTION, 1966. "Moments shears and reactions for
continuous highway bridges". AISC, Chicago.

4.10 BEAULIEU, D. et MASSICOTTE, B. 1992. "Calcul des section mixtes". Communication au Ministère
des Transports du Québec.

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal

Vous aimerez peut-être aussi