Vous êtes sur la page 1sur 14

CON

NCEPPTIONN
D
DES PPONTTS
CIV
V45330

CH
HAPITTRE 9
D
DALLLE
L
D
DE TA
ABLIE
ER

B
BRUNOO MAS SSICOTTTE
Profe
esseur titulairre

DÉPAR
RTEMEN
NT DES
S GÉNIES CIVVIL
G
GÉOLOGGIQUEE ET DE
ES MINEES
Hiv
ver 201
14
CHAPITRE 9
DALLES DE TABLIER

CONTENU
MISE EN GARDE ii

9.1  DOMAINE D'APPLICATION ET MÉTHODES DE CALCUL 1

9.2  CRITÈRES GÉNÉRAUX 1 


9.2.1  ÉPAISSEUR ET ENROBAGE MINIMUM .................................................................................................. 1 
9.2.2  DIAPHRAGMES .................................................................................................................................. 1

9.3  MÉTHODE TRADITIONNELLE 2 


9.3.1  GÉNÉRALITÉS .................................................................................................................................... 2 
9.3.2  MOMENTS TRANSVERSAUX ............................................................................................................... 2 
9.3.3  ARMATURE DE RÉPARTITION ............................................................................................................. 3

9.4  MÉTHODE EMPIRIQUE DE CALCUL 3 


9.4.1  GÉNÉRALITÉS .................................................................................................................................... 3 
9.4.2  DALLES DE TABLIER COULÉES EN PLACE ........................................................................................... 4 
9.4.3  RIGIDITÉ DE LA RIVE ......................................................................................................................... 6

9.5  DALLES DE TABLIER EN BRF 7 


9.5.1  GÉNÉRALITÉ ...................................................................................................................................... 7 
9.5.2  RÈGLES DE CONCEPTION ................................................................................................................... 7 
9.5.3  RÈGLES CONCERNANT LE BÉTON RENFORCÉ DE FIBRES ..................................................................... 8

9.6  MOMENTS TRANSVERSAUX DUS AUX CHARGES DE ROUE SUR LE PORTE-À-FAUX9

RÉFÉRENCES 10 
9.ii Conception des ponts

MISE EN GARDE

Ce document, basé sur le code CAN/CSA-S6-06, a pour objectif de faciliter aux ingénieurs l'analyse, la
conception et l'évaluation des ponts. Toutefois ce document ne couvre pas l'ensemble des cas pouvant se
présenter, chaque pont étant un cas unique, que ce soit par sa géométrie ou les fondations qui le supportent. Les
utilisateurs sont priés de référer au code CAN/CSA-S6-06 et à son Commentaire pour juger de la justesse et de la
pertinence des indications, exemples et explications inclus dans le présent document.

Bien qu'un grand soin ait été apporté à la préparation de ce document, il n'est pas exclut qu'il puisse comporter
des erreurs. L'auteur et l'École Polytechnique déclinent toute responsabilité quant au contenu de ce document et
des erreurs ou omissions qui pourraient résulter de l'utilisation des informations qu'il contient.

Comme ce document a été rédigé pour être utilisé dans le cadre d'un cours régulier ou de formation continue
présenté par le professeur Bruno Massicotte, seules les personnes dûment inscrites et ayant assisté à de tels cours
sont aptes à utiliser le document compte tenu des nombreux commentaires et nuances mentionnés durant le cours.

Dans ce document la référence au code indique implicitement le code CAN/CSA-S6-06.

Toutes suggestions visant à améliorer le contenu de ce document dans les éditions futures peuvent être envoyées
à Bruno Massicotte. Les personnes ayant suivi le cours et désirant être mises au courant des corrections
importantes qui pourraient être apportées au document doivent le mentionner explicitement à Bruno Massicotte
afin d'être mises sur la liste d'envoi électronique.

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
Dalles de tablier 9.1

9.1 DOMAINE D'APPLICATION ET MÉTHODES DE CALCUL

Ce chapitre porte sur le calcul des efforts et les critères de conception propres aux dalles de tablier
supportées par des poutres, des longerons ou des entretoises, qui sont des poutres de support en acier
ou en béton. Trois méthodes de calcul sont présentées dans le Code: la méthode traditionnelle, la
méthode empirique et les dalles sans armatures.

La conception des dalles par la méthode traditionnelle requiert d'abord le calcul des efforts de flexion,
suivi d'un dimensionnement selon les critères du chapitre du Code associé aux éléments en béton armé.
La méthode empirique ne requiert aucun calcul et les armatures sont disposées selon des règles
établies. Enfin, les dalles sans armatures requièrent l'utilisation de tirants externes dont les dimensions
sont établies selon des critères présentés dans le Code.

Des études récentes (Moffatt et Massicotte, 2001) ont fait ressortir qu'en service les dalles de tablier
sont gouvernées par la flexion alors que cette hypothèse peut s'avérer trop conservatrice à l'ultime.
Compte tenu que les dalles sont des éléments hautement sollicités dans les conditions normales
d'utilisation, le MTQ privilégie pour l'instant le maintient de l'approche traditionnelle qui fait intervenir
des efforts de flexion et qui permet de dimensionner les dalles de tablier en fonction de la portée, ce
que ne permet pas de faire ressortir la méthode empirique. L'article 8.18.7 stipule l'armature de
répartition minimale requise lorsque cette méthode est utilisée.

Dans un cas comme dans l'autre, les porte-à-faux des dalles de tablier doivent être dimensionnés selon
les prescriptions du chapitre 5 du Code.

9.2 CRITÈRES GÉNÉRAUX

9.2.1 Épaisseur et enrobage minimum


À moins d'approbation contraire, l'épaisseur de la dalle doit permettre les épaisseurs d'enrobage
minimales. Le ministère des Transports du Québec utilise un enrobage minimal de 65 mm pour les
aciers supérieurs et 35 mm pour les aciers inférieurs. Ces valeurs sont moindres que celles prévues à
l'article 8.11.2.2 du Code mais reflètent le fait qu'une membrane étanche et un enrobé bitumineux sont
utilisés.

En aucun cas l'épaisseur de la dalle ne doit être inférieure à 175 mm. De plus le Code demande à ce
que la distance libre entre l'armature transversale supérieure et inférieure soit d'au moins 55 mm. Pour
des armatures No 15 disposées en deux rangs doubles, il faudrait d'une épaisseur minimale de 185 mm
avec les enrobages utilisés au Québec. Pour respecter la règle précédente, pour une dalle de 175 mm,
ou pour des enrobages plus grands, il est possible de contourner la règle du 55 mm en disposant les
armatures intérieures en quinconce. Enfin, il doit y avoir une épaisseur supplémentaire de 10 mm à la
surface supérieure des dalles de béton exposées pour tenir compte de l'usure.

9.2.2 Diaphragmes
Les dalles de tablier de tous les ponts à travées continues doivent être pourvues de contreventements ou
de diaphragmes dans toute la section au niveau des lignes de support intermédiaire. On peut utiliser la
méthode empirique de calcul indiquée à l'article 8.18.4 pour les dalles de tablier posées sur des poutres

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
9.2 Conception des ponts

d'acier en I à condition que ces poutres soient pourvues de contreventements ou diaphragmes


intermédiaires dont l'espacement n'est pas inférieur à 8.0 m entre les poutres. Les contreventements ou
diaphragmes intermédiaires des dalles de tablier posées sur des poutres-caissons ne doivent pas avoir
un espacement supérieur à 8.0 m d'entre-axe. Lorsque les poutres ne sont pas pourvues de diaphragmes
intermédiaires, les dalles de tablier posées sur les poutres-caissons doivent posséder une armature sur
les âmes intérieures en plus de celles requises par la méthode empirique, afin de tenir compte de la
flexion transversale globale due aux charges excentriques.

9.3 MÉTHODE TRADITIONNELLE

9.3.1 Généralités
La méthode traditionnelle de conception des dalles sur poutres est décrite à l'article 5.7.1.7.1 du Code.
Celle-ci suppose que les efforts sont repris dans les dalles en flexion. Cette méthode s'applique
uniquement aux moments de flexion transversaux dans les dalles en béton supportées par des poutres
longitudinales.

9.3.2 Moments transversaux


L'intensité maximale non pondérée du moment transversal présent dans la partie de la dalle située entre
les axes des poutres et imputable au camion CL-625 peut être déterminée selon les règles suivantes.

À l'exception des parties de la dalle situées à moins d'un mètre d'une rive libre, la dalle doit être
calculée en fonction du moment transversal dû à la surcharge. Pour les dalles simplement supportées
sur deux appuis :

Moment =
( Se + 0.6 ) P kN-m/m (9.1)
10

où Se est la portée transversale en mètres montrée sur la figure 9.1, et P, la charge de roue maximale du
camion CL-625, soit 87.5 kN.

Pour les dalles continues sur trois appuis ou plus : le moment de flexion maximal, positif ou négatif,
doit être égal à 80 % du moment calculé pour une travée simplement appuyée.

Les moments calculés ci-dessus doivent être augmentés du facteur d'amplification dynamique relatif à
un essieu simple (1+0.40). Les coefficients de majoration des charges applicables à chacun des états
limites doivent s'appliquer. Pour les dalles sur poutres, le Code indique que les états limites de fatigue
ne s'appliquent pas. Par contre les états limites de fissuration doivent s'appliquer.

La partie d'une dalle située à moins d'un mètre d'une rive transversale libre doit recevoir le double de
l'armature transversale prévue dans les autres parties de la dalle, à moins que des diaphragmes assurent
un raidissement local équivalent, conformément aux autres articles de ce code.

L'intensité du moment longitudinal pour la répartition des charges de roue, qui doit être jumelée à
l'intensité du moment transversal indiquée à l'article 5.7.1.7.1 a), doit être de 120 / S , en %, sans
dépasser toutefois 67 % de l'intensité maximale du moment transversal. L'armature ainsi obtenue doit
être positionnée pour résister au moment positif.

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
Dalles de tablier 9.3

Figure 9.1: Définitions de la portée nette et de la longueur du porte-à-faux

9.3.3 Armature de répartition


L'armature de répartition pour les dalles, analysée par des méthodes de calcul élastique doit être placée
transversalement à l'armature principale. L'aire d'armature de répartition, exprimée en pourcentage de
l'armature principale, doit être égale à 55 / S jusqu'à un maximum de 50 %, dans le cas de l'armature
principale parallèle à la circulation.

Lorsque l'armature principale est perpendiculaire à la circulation, l'aire d'armature de répartition doit
être égale à 120 / (S)0.5 jusqu'à un maximum de 67 %, exception faite du quart extérieur de la travée, où
cette aire peut être réduite à la moitié de la valeur calculée.

9.4 MÉTHODE EMPIRIQUE DE CALCUL

9.4.1 Généralités
Il n'est pas nécessaire que les dalles en béton sur poutres longitudinales dimensionnées selon la
méthode de calcul empirique conforme à l'article 8.18.4 du Code soient analysées pour la flexion
transversale attribuable à la surcharge, sinon pour les moments négatifs dus aux charges appliquées sur
les parties en porte-à-faux de la dalle ou aux charges horizontales appliquées sur les dispositifs de

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
9.4 Conception des ponts

retenue. Les dalles en béton sur poutres longitudinales non conformes à l'article 8.18.4 peuvent être
analysées en fonction de la flexion transversale au moyen de la méthode simplifiée de charge élastique.
La méthode empirique décrite à l'article 8.18.4 suppose que le mécanisme de résistance est gouverné
par un effet de poinçonnement.

La méthode empirique de calcul s'applique à la portion de dalle de tablier qui présente une épaisseur à
peu près uniforme et est limitée par des poutres de support extérieures, à condition que les exigences
suivantes soient satisfaites :

• La dalle de tablier forme un ensemble mixte avec les poutres de support, qui sont parallèles les
unes par rapport aux autres, et les lignes d'appuis qui sont également parallèles les unes avec les
autres.

• Le rapport de l'espacement des poutres de support à l'épaisseur de la dalle n'est pas supérieur à
18.0. Le sens de l'espacement des poutres de support retenu pour calculer ce rapport est considéré
comme étant parallèle à la direction de l'armature transversale.

• L'espacement des poutres de support n'est pas supérieur à 4.0 m, et la dalle se prolonge au-delà des
poutres extérieures sur une distance suffisante pour procurer une pleine longueur d'ancrage à
l'armature transversale inférieure.

• On fournit une armature longitudinale dans la dalle de tablier à l'intérieur des zones de moment
négatif des poutres mixtes continues, conformément à l'article 8.19.4 et au chapitre 10, s'il y a lieu.
Lorsque les poutres de support et leurs lignes d'appuis ou l'une ou l'autre ne sont pas
respectivement parallèles à elles-mêmes, on doit faire preuve de jugement sur le plan de
l'ingénierie en adoptant la méthode empirique de calcul pour la conception de la dalle de tablier.

9.4.2 Dalles de tablier coulées en place


Pour que la méthode empirique de calcul soit appropriée, la dalle de tablier pleine épaisseur coulée en
place doit satisfaire aux conditions suivantes:

Comme le montre la figure 9.2, la dalle de tablier contient deux assemblages orthogonaux d'armature,
respectivement près du dessus et du dessous de la dalle, ρ étant égal à au moins 0.003 dans chaque
direction dans chaque assemblage, sauf tel qu'indiqué plus loin. Pour calculer ρ, on suppose que la
hauteur effective du béton, d, est la distance entre le dessus de la dalle et le centre de gravité de
l'assemblage d'armature inférieur.

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
Dalles de tablier 9.5

Face supérieure

d Rapport
d’armature
égal

Face inférieure
55 mm minimum

Figure 9.2: Armature pour la méthode de calcul empirique

Lorsque la dalle est appuyée sur des poutres parallèles, les barres d'armature les plus proches du dessus
et du dessous de la dalle sont placées perpendiculairement aux axes des poutres de support ou de biais,
de façon à être parallèles aux lignes des appuis de poutres.

Le rapport d'armature ρ peut être réduit à 0.002 là où l'on peut construire de façon acceptable des dalles
de tablier à armature réduite, et si la réduction de ρ sous 0.003 est approuvée. Lorsque les barres
d'armature transversales sont placées de biais, le rapport d'armature pour ces barres n'est pas inférieur à
ρ / cos2 θ , où θ est l'angle du biais. Lorsque la longueur non supportée de la poutre de rive, Se , est
supérieure à 5 m, le rapport d’armature ρ dans les parties extérieures de la dalle de tablier est augmenté
à 0.006, comme l'illustre la figure 9.3.

L'espacement de l'armature dans chaque direction et dans chaque treillis ne doit pas dépasser 300 mm.

Figure 9.3: Armature pour la méthode de calcul empirique

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
9.6 Conception des ponts

9.4.3 Rigidité de la rive


Les rives libres transversales de toutes les dalles de tablier doivent être rigidifiées par des poutres de
rive mixtes et être dimensionnées en fonction des charges de roues. Lorsque la longueur non supportée
de la poutre de rive, Se , est égale ou inférieure à 5 m et que la dalle est conforme à l'article 8.18.4, on
peut considérer que les caractéristiques illustrées à la figure 9.4 sont satisfaites.

Figure 9.4 Rigidité de la rive au niveau des rives libres transversales

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
Dalles de tablier 9.7

9.5 DALLES DE TABLIER EN BRF

9.5.1 Généralité
Le Code traite des dalles renforcées de fibres. Toutefois, sans exclure les dalles avec fibres d'acier, les
dalles renforcées de fibres apparaissent dans le chapitre 16 qui porte sur les éléments fait de matériaux
composites. Ainsi, seules les dalles de tablier en béton renforcé de fibres synthétiques qui repose sur
des poutres, des longerons ou des entretoises agissant comme poutres d'appui son traitées.

9.5.2 Règles de conception


Les dalles doivent satisfaire aux conditions suivantes afin d'échapper à une analyse (liste partielle
seulement):

• La dalle de tablier est mixte avec les poutres d'appui parallèles dans les zones de moment positif
des poutres.

• L'espacement des poutres d'appui S ne dépasse pas 3.0 m.

• L'épaisseur de la dalle de tablier t est d'au moins 175 mm, sans être inférieure à S/15.

• Les poutres d'appui sont assemblées au moyen de diaphragmes ou de contreventements


transversaux espacés d'au plus 8.0 m

• Comme l'illustre la figure 9.5, la dalle comporte des goussets.

Figure 9.5: Dalle non armée avec tirants externes

• Les semelles supérieures de toutes les poutres d'appui adjacentes sont reliées les unes aux autres
par un système de renforcement transversal externe, comprenant des tirants perpendiculaires aux
poutres d'appui attachés directement au haut des semelles. Le système de renforcement transversal
comprend aussi des dispositifs dont l'efficacité a été démontrée par des essais en laboratoire
approuvés en vraie grandeur.

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
9.8 Conception des ponts

• L'espacement longitudinal des tirants, Sl, ne dépasse pas 1.25 m.


2
• La superficie minimale de section A, en mm , de chaque tirant se calcule comme suit :

Fs S 2 Sl
A= × 109 (9.2)
Et

où le coefficient Fs est de 6.0 pour les panneaux extérieurs et de 5.0 pour les panneaux intérieurs,
et E est le module d'élasticité du matériau du tirant.

• La fraction de volume de fibres contenue dans le BRF est conforme à l'article 16.6.1.

• La dalle de tablier possède l'armature de traction appropriée aux moments négatifs transversaux
imputables aux charges appliquées sur les porte-à-faux de la dalle de tablier et sur les dispositifs
de retenue.

9.5.3 Règles concernant le béton renforcé de fibres


Le renforcement du béton au moyen de fibres réparties au hasard est permis lorsqu'il faut réduire les
fissures qui se produisent dans le béton peu après la coulée. Son utilisation dans d'autres types
d'application doit être approuvée au préalable.

La fraction de volume de fibres contenues dans le BRF doit faire en sorte que l'indice de résistance
résiduelle après fissuration Ri du BRF soit d'au moins 0.30, le calcul de Ri étant effectué comme suit :

Ppcr
Ri = (9.3)
Pcr

Figure 9.6: Essai de flexion sur prisme avec plaque d'acier

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
Dalles de tablier 9.9

9.6 MOMENTS TRANSVERSAUX DUS AUX CHARGES DE ROUE SUR LE


PORTE-À-FAUX

L'intensité du moment transversal My imputable à une charge concentrée P dans une dalle en porte-à-
faux d'épaisseur constante ou variant linéairement doit être calculée à l'aide de l'équation suivante :

2P A 1
My = (9.4)
π LM F Ax I 2 OP2
MN1 + GH C − y JK PQ
Cette équation ne s'applique que pour une seule roue. Pour le chargement CL-625, le Code a établi les
valeurs des moments au droit du porte-à-faux. Ceux-ci sont présentés au tableau 9.1 auquel se rapporte
la figure 9.7.

Tableau 9.1:Moments au porte-à-faux dus aux charges de roue non pondérées du camion CL-625 FAD
inclus

Figure 9.7: Paramètre de calcul pour déterminer les efforts dans les porte-à-faux

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal
9.10 Conception des ponts

RÉFÉRENCES
Moffatt, K. et Massicotte, B. 2001. Détermination des efforts dans les dalles de tablier des ponts.
Compte rendu du 8e Colloque sur la progression de la recherche québécoise sur les ouvrages d’art,
Québec les 8 et 9 mai.

© Bruno Massicotte Hiver 2014


Usage restreint à l'enseignement du cours CIV4530 École Polytechnique de Montréal