Vous êtes sur la page 1sur 38

ARSAMA III

PROJET D’APPUI À LA REFORESTATION ET À LA


SÉCURITÉ ALIMENTAIRE À MALI

Savoir élémentaire sur l’élevage


de lapins
Formation intensive en vue de l’introduction de la cuniculture dans
la préfecture de Mali
(Région de Labé, Moyenne Guinée)

Arndt R. Brodkorb – Conseiller Technique


ARSAMA III
PROJET D’APPUI À LA REFORESTATION ET À LA
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE À MALI

QUEL DÉLICE POUR LES FINS GOURMETS

Viande pour
combien de
personnes ?

…et pour quel prix ?


Arndt R. Brodkorb – Conseiller Technique
ARSAMA III
PROJET D’APPUI À LA REFORESTATION ET À LA
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE À MALI

LEITMOTIV PENDANT LA TROISIÈME PHASE

Un bon éleveur doit avant tout être


un travailleur intelligent et infatigable

Il doit avoir du flair et
un bon esprit d'observation

(Equipe de CECURI & AT)

Arndt R. Brodkorb – Conseiller Technique


ARSAMA III
PROJET D’APPUI À LA REFORESTATION ET À LA
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE À MALI

SOURCES D’INFORMATION UTILISÉES

Informations directs auprès du : Centre Cunicole de Recherche et d‘Information (CECURI)


Ecole Polytechnique de l‘Université d'Abomey-Calavi au Bénin
(Contact: DJAGO A. Yaou, Dr. AKPO Yao, Prof. Dr. KPODEKON Marc/ email: djagou2002@yahoo.fr,
cecuri.epac@epac.uac.bj / Tél : +229 21146807 / +229 21360993)
Guide pratique de l’éleveur de lapins sous les tropiques (2ème édition, 2010)
Auteurs: DJAGO A.Y, KPODEKON M., LEBAS, F.
Méthodes et techniques d‘élevage: Elevage du lapin en milieu tropical (2007)
Auteurs: DJAGO A.Y., KPODEKON M., LEBAS, F.
(Editeur : Association "Cuniculture" 31450 Corronsac, France)
Méthodes et techniques d‘élevage: Plantes tropicales utilisables comme fourrage pour les
lapins
Auteur: LEBAS, F.
(http://www.cuniculture.info/Docs/Elevage/Figur-Tropic/chapitre3/plantes-00-Composition.htm)
Le Lapin: élevage et pathologie (FAO, 1996)
Auteurs: Lebas F., Coudert P., Rochambeau H. de, Thébault R.G.
Arndt R. Brodkorb – Conseiller Technique
ARSAMA III
PROJET D’APPUI À LA REFORESTATION ET À LA
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE À MALI

TERMINOLOGIE

La cuniculture (ou la cuniculiculture les 2 termes sont corrects) =


Ensemble des sciences, techniques et pratiques permettant l'élevage de lapins
domestiques

Le cuniculteur = Personne conduisant l'élevage

Unité de mesure en cuniculture = cage-mère = Cage équipée d'une boite à


nid dans laquelle une lapine met bas et élève ses petits jusqu'au sevrage

Arndt R. Brodkorb – Conseiller Technique


ARSAMA III
PROJET D’APPUI À LA REFORESTATION ET À LA
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE À MALI

STRUCTURE DE LA PRÉSENTATION

1. Importance de l’élevage du lapin


1 Etape
2. Contraintes qui entravent le développement de la cuniculture
3. Etre un bon cuniculteur
4. Caractéristiques d’un élevage cunicole de type familial
5. Faire connaissance avec le lapin
2 Etape
6. Appareil digestif du lapin – Particularités
7. Environnement
3 Etape 8. Le logement des lapins
9. Matériel d'élevage
10. La nourriture des lapins
4 Etape 1.

11. Les déjections en production du lapin de chair Suite…


Arndt R. Brodkorb – Conseiller Technique
ARSAMA III
PROJET D’APPUI À LA REFORESTATION ET À LA
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE À MALI

STRUCTURE DE LA PRÉSENTATION

5 Etape 12. Comment se reproduisent les lapins?


13. Organisation du travail dans un élevage cunicole
6 Etape 14. Comment élever les lapins à l’engraissement?
15. Faire la gestion technique d’un élevage cunicole
16. Les races de lapin et les croisements
7 Etape
17. Amélioration génétique
18. Comment maintenir l’hygiène dans un élevage cunicole?
8 Etape
19. Les maladies du lapin
9 Etape 20. Consignes par rapport à la préparation du lapin pour la vente

Arndt R. Brodkorb – Conseiller Technique


ARSAMA III
PROJET D’APPUI À LA REFORESTATION ET À LA
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE À MALI

JOUR 1: IMPORTANCE DE L’ÉLEVAGE DU LAPIN

• Mammifère herbivore: Valorisation du fourrage

• Haute prolificité: Un nombre important de petits - 30 à 40/femelle/an. (Le


climat modéré dans la zone d’ARSAMA est très favorable par rapport à la
reproduction optimale de l’animal)

• Espèce à cycle court: Durée de gestation/durée d’engraissement

• Petite taille et docilité de l’animal: Facilité de manipulation (pas du tout


agressif, ami des enfants)

• Faible investissement au départ de l’élevage et source de revenus quasi certaine


(si on respect les règles essentielles de l‘élevage)

Arndt R. Brodkorb – Conseiller Technique


ARSAMA III
PROJET D’APPUI À LA REFORESTATION ET À LA
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE À MALI

JOUR 1: IMPORTANCE DE L’ÉLEVAGE DU LAPIN

9
• Qualité de la viande du lapin
(La chair de lapin est tendre,
savoureuse, peu grasse et très
nutritive)
• Nourriture optimale pour des
personnes ayant des problèmes
cardio-vasculaires; très faible taux
de cholestérol
• Valorisation des déjections
(engrais/compost)
• Utilisation de la peau du lapin dans
la maroquinerie Fin
Arndt R. Brodkorb – Conseiller Technique
ARSAMA III
PROJET D’APPUI À LA REFORESTATION ET À LA
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE À MALI

JOUR 1: CONTRAINTES QUI ENTRAVENT LE


DÉVELOPPEMENT

10

• Indisponibilité et le coût élevé des intrants sur le marché local, sous-


régional ou national (p. ex. aliment composé complet, sous produits agro-
industriels)

• Soin médical et hygiénique (Prophylaxie) du côté des éleveurs

• Prix de vente qui est relativement élevé chez le lapin

Arndt R. Brodkorb – Conseiller Technique


ARSAMA III
PROJET D’APPUI À LA REFORESTATION ET À LA
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE À MALI

JOUR 1: CONTRAINTES QUI ENTRAVENT LE


DÉVELOPPEMENT

11

• Manque de tradition d’élevage et l’absence de la consommation de la


viande

• Insuffisance d’animaux reproducteurs dans la zone

• Faiblesse de la formation/encadrement des éleveurs

Fin
Arndt R. Brodkorb – Conseiller Technique
ARSAMA III
PROJET D’APPUI À LA REFORESTATION ET À LA
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE À MALI

JOUR 1: ETRE UN BON ÉLEVEUR

12

• Le "nez" de l'éleveur doit l'aider efficacement à apprécier


l'ambiance de l'élevage
(les mauvaises odeurs - animaux morts, lapereaux morts aux nids, mauvaise
ventilation par exemple)
• Le coup d'œil attentif et vigilant lui permettra de vite repérer les
animaux malades •

(anorexie, amaigrissement, poils hérissés, œil terne, adynamie, diarrhée,


ballonnement du ventre par exemple)
ou les animaux en bonne état
(œil vif, pelage luisant, bon déplacement, embonpoint raisonnable par ex.)

Arndt R. Brodkorb – Conseiller Technique


ARSAMA III
PROJET D’APPUI À LA REFORESTATION ET À LA
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE À MALI

JOUR 1: ETRE UN BON ÉLEVEUR

13

• Un bon éleveur sait écouter attentivement et mettre en application


les conseils utiles (il est toujours à la recherche des informations nécessaires
à la bonne marche de son élevage)

A conseiller sur le terrain

Le cuniculteur devrait être: patient, persévérant et tenace

Fin
Arndt R. Brodkorb – Conseiller Technique
ARSAMA III
PROJET D’APPUI À LA REFORESTATION ET À LA
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE À MALI

JOUR 1: CARACTÉRISTIQUES D’UN ÉLEVAGE


CUNICOLE DE TYPE FAMILIAL

14

• Logement: Abri sommaire


(protection contre chaleur et froid)

• Cages en matériaux locaux


(bambou, bois, boxes en bancos ou en ciment)

• Alimentation : Fourrages, résidus de récolte, restes de cuisine ou


de jardinage

Arndt R. Brodkorb – Conseiller Technique


ARSAMA III
PROJET D’APPUI À LA REFORESTATION ET À LA
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE À MALI

JOUR 1: CARACTÉRISTIQUES D’UN ÉLEVAGE


CUNICOLE DE TYPE FAMILIAL

15

• Possibilité d’apport de complément alimentaire sous forme


concentrée

• Reproduction: 4 à 5 mises bas/an avec une moyenne de 4 à 5


lapereaux/portée max

• Saillie de la femelle: Après le sevrage des lapereaux

Arndt R. Brodkorb – Conseiller Technique


ARSAMA III
PROJET D’APPUI À LA REFORESTATION ET À LA
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE À MALI

JOUR 1: CARACTÉRISTIQUES D’UN ÉLEVAGE


CUNICOLE DE TYPE FAMILIAL

16

• Sevrage: Après 40- 45 jours

• Durée d’engraissement: 4 à 5 mois

• Effectif du cheptel: Une dizaine de femelles

Arndt R. Brodkorb – Conseiller Technique


ARSAMA III
PROJET D’APPUI À LA REFORESTATION ET À LA
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE À MALI

JOUR 1: CARACTÉRISTIQUES D’UN ÉLEVAGE


CUNICOLE DE TYPE FAMILIAL

17

Appréciation du conseiller technique par rapport aux portées dans


votre zone
• 3 portées/an avec 2,6 lapereaux par portée
Explication: Optimal pour l’élevage familial si le matériel ne suffit pas pendant
toute l’année
• 3 portées/an avec 4 lapereaux par portée
Explication: Optimal pour l’élevage familial si le matériel est suffisant pendant
toute l’année, ou si le projet apporte un appui financier significatif aux éleveurs
• 5 portées/an avec 6 lapereaux par portée
Explication: Bon résultat pour une élevage semi-professionnel ou professionnel
Arndt R. Brodkorb – Conseiller Technique
ARSAMA III
PROJET D’APPUI À LA REFORESTATION ET À LA
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE À MALI

JOUR 1: CARACTÉRISTIQUES D’UN ÉLEVAGE


CUNICOLE DE TYPE FAMILIAL

18

Exemple: Paramètres zootechniques en République démocratique du


Congo

Fertilité : 80 %
Nombre de mise bas/femelle/an : 5-6
Nombre de lapereaux/mise bas : 8-10
Mortalité :
Avant sevrage : 20 %
Après sevrage : 10 %
Poids à l’abattage : 2,5 kg
Rendement carcasse : 50 %

Arndt R. Brodkorb – Conseiller Technique


ARSAMA III
PROJET D’APPUI À LA REFORESTATION ET À LA
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE À MALI

JOUR 1: CARACTÉRISTIQUES D’UN ÉLEVAGE


CUNICOLE DE TYPE FAMILIAL

19

Important
La bonne réussite d'un élevage dépend aussi bien des conditions d'élevage que de
l'éleveur

Un homme sage a dit:


« Le plus souvent lorsque les problèmes surgissent dans un élevage, on a
tendance à ignorer les facteurs humains tout en incriminant uniquement les
animaux et les conditions d'élevage »

Fin
Arndt R. Brodkorb – Conseiller Technique
ARSAMA III
PROJET D’APPUI À LA REFORESTATION ET À LA
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE À MALI

JOUR 1: FAIRE CONNAISSANCE AVEC LE LAPIN

20

• Lapin (Oryctolagus cuniculus) classé dans l’ordre des Lago-


morphes (Brachylagus , Lièvres, Nesolagus, par ex.)

• Mammifère à mœurs crépusculaires et nocturnes, constructeurs de


terriers en pleine nature

• Animal calme, peu bruyant, docile, aime être traité avec douceur

• Les femelles pèsent généralement entre 2 et 10% de plus que les


mâles

Arndt R. Brodkorb – Conseiller Technique


ARSAMA III
PROJET D’APPUI À LA REFORESTATION ET À LA
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE À MALI

JOUR 1: FAIRE CONNAISSANCE AVEC LE LAPIN

21

Arndt R. Brodkorb – Conseiller Technique


ARSAMA III
PROJET D’APPUI À LA REFORESTATION ET À LA
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE À MALI

JOUR 1: FAIRE CONNAISSANCE AVEC LE LAPIN

22

Arndt R. Brodkorb – Conseiller Technique


ARSAMA III
PROJET D’APPUI À LA REFORESTATION ET À LA
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE À MALI

JOUR 1: FAIRE CONNAISSANCE AVEC LE LAPIN

23

Arndt R. Brodkorb – Conseiller Technique


ARSAMA III
PROJET D’APPUI À LA REFORESTATION ET À LA
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE À MALI

JOUR 1: FAIRE CONNAISSANCE AVEC LE LAPIN

24

Femelle

Arndt R. Brodkorb – Conseiller Technique


ARSAMA III
PROJET D’APPUI À LA REFORESTATION ET À LA
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE À MALI

JOUR 1: FAIRE CONNAISSANCE AVEC LE LAPIN

25

Mâle

Arndt R. Brodkorb – Conseiller Technique


ARSAMA III
PROJET D’APPUI À LA REFORESTATION ET À LA
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE À MALI

JOUR 1: FAIRE CONNAISSANCE AVEC LE LAPIN

26

Les différentes races de lapin se distinguent en fonction de la nature et


de la couleur du poil et du format de l'animal
D'après la nature du poil
• Races ordinaires caractérisées par la présence de poils de bourre (environ
2 cm) et de poils de jarre (3-4 cm). Les jarres sont aussi parfois appelés
« poils de garde »
• Rex ou races dites à poils ras sont des races où bourre et jarres ont la
même longueur (2cm) donnant un aspect velouté à la fourrure
• Races à « laine » - les angoras (poil de 5 à 6 cm de long), En raison de
l'épaisseur de ce pelage en fin de pousse (avant la mue), les lapins de ce type
supportent très mal les fortes chaleurs

Arndt R. Brodkorb – Conseiller Technique


ARSAMA III
PROJET D’APPUI À LA REFORESTATION ET À LA
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE À MALI

JOUR 1: FAIRE CONNAISSANCE AVEC LE LAPIN

27

D'après le format
• Les petites races: Le mâle adulte pèse moins de 3 kg
(leur conformation est excellente, leur précocité bonne, leur chair fine)

• Les races moyennes: Le mâle adulte pèse de 3 à 5 kg


(races commerciales par excellence, bonne précocité, format correspondant à
la demande en Afrique, chair fine et dense)

• Les races géantes: Les mâles adultes ont un poids vif de 5 à 7 kg


(croissance relative lente, chair longue au grain grossier, viandes excellente
pour la transformation (pâté, rillettes…), mais peu prolifique)

Arndt R. Brodkorb – Conseiller Technique


ARSAMA III
PROJET D’APPUI À LA REFORESTATION ET À LA
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE À MALI

JOUR 1: FAIRE CONNAISSANCE AVEC LE LAPIN

28

Arndt R. Brodkorb – Conseiller Technique


ARSAMA III
PROJET D’APPUI À LA REFORESTATION ET À LA
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE À MALI

JOUR 1: FAIRE CONNAISSANCE AVEC LE LAPIN

29

Fauve de Bourgogne Néo-Zélandais Blanc Géant des Flandres

Fin
Arndt R. Brodkorb – Conseiller Technique
ARSAMA III
PROJET D’APPUI À LA REFORESTATION ET À LA
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE À MALI

JOUR 1: APPAREIL DIGESTIF DU LAPIN


– PARTICULARITÉS

30

• Monogastrique par opposition aux bovins, chèvres

• Ses dents poussent continuellement contrairement à celles des


bovins ou des chevaux. Il les use et les affûte en les frottant les unes
contre les autres par des mouvements fréquents des mâchoires

• Au sein des autres mammifères monogastriques il se distingue par


l'importance de son cæcum

Arndt R. Brodkorb – Conseiller Technique


ARSAMA III
PROJET D’APPUI À LA REFORESTATION ET À LA
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE À MALI

JOUR 1: APPAREIL DIGESTIF DU LAPIN


– PARTICULARITÉS

31

Arndt R. Brodkorb – Conseiller Technique


ARSAMA III
PROJET D’APPUI À LA REFORESTATION ET À LA
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE À MALI

JOUR 1: APPAREIL DIGESTIF DU LAPIN


– PARTICULARITÉS

32

• 1 étape: Après leur ingestion, les particules alimentaires séjournent quelques


heures dans l'estomac, progressent dans l'intestin grêle et y subissent
l'action des sécrétions de l'intestin et du pancréas

• La bile provenant du foie facilite l'action des enzymes contenues dans les
sécrétions pancréatiques et intestinales. Les éléments assimilables sont alors
libérés et absorbés par la paroi de l'intestin

Arndt R. Brodkorb – Conseiller Technique


ARSAMA III
PROJET D’APPUI À LA REFORESTATION ET À LA
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE À MALI

JOUR 1: APPAREIL DIGESTIF DU LAPIN


– PARTICULARITÉS

33

• 2 étape: Les particules non digérées et les restes des sécrétions arrivent dans
le cæcum et sont attaquées par les enzymes des bactéries qui y vivent et s'y
multiplient. Des éléments assimilables issus de l'activité des bactéries sont là
aussi directement absorbés

• 3 étape: Après 12 à 18 heures, le contenu du cæcum est évacué dans le côlon,


partie terminale de l'intestin

Arndt R. Brodkorb – Conseiller Technique


ARSAMA III
PROJET D’APPUI À LA REFORESTATION ET À LA
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE À MALI

JOUR 1: APPAREIL DIGESTIF DU LAPIN


– PARTICULARITÉS

34

Selon l'heure du jour, le côlon va produire 2 types de crottes

• des crottes molles ou cæcotrophes (dans le courant de la matinée) - forme


de grappes de 5 à 10 petites boules (enrobées de mucus, qui sont happées par
le lapin directement à leur sortie de l'anus)

• des crottes dures aux autres moments (rondes, riches en fibres, évacuées
dans la litière)

Arndt R. Brodkorb – Conseiller Technique


ARSAMA III
PROJET D’APPUI À LA REFORESTATION ET À LA
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE À MALI

JOUR 1: APPAREIL DIGESTIF DU LAPIN


– PARTICULARITÉS

35

• Les crottes molles, riches en acides aminés et en vitamines se retrouvent dans


l'estomac et elles sont "traitées" comme le reste des aliments

• De ce fait une nourriture donnée très peu digestible peut faire plusieurs fois
(de 1 jusqu'à 3 ou 4 fois) le trajet bouche - anus avant d'être éliminé dans une
crotte dure

Arndt R. Brodkorb – Conseiller Technique


ARSAMA III
PROJET D’APPUI À LA REFORESTATION ET À LA
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE À MALI

JOUR 1: APPAREIL DIGESTIF DU LAPIN


– PARTICULARITÉS

36

Facteurs jouant un rôle favorable sur la cæcotrophie – Consignes pour


les futurs cuniculteur
• Calme et une bonne ambiance générale de l'élevage avec une grande
régularité au point de vue de l'éclairage, des interventions humaines, des
horaires des repas
• Densité modérée dans les cages (d'engraissement)
• Qualité de l'abreuvement (une eau de qualité en permanence, une eau que
l'éleveur accepterait de boire lui-même)
• Composition de l'aliment en respectant l'équilibre "protéines-fibres-
amidon" (qui est particulièrement déterminant dans le bon fonctionnement du
caecum)

Arndt R. Brodkorb – Conseiller Technique


ARSAMA III
PROJET D’APPUI À LA REFORESTATION ET À LA
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE À MALI

JOUR 1: APPAREIL DIGESTIF DU LAPIN


– PARTICULARITÉS

37

Important
Le comportement physiologique du lapin conduise à la production de 2 types de
crottes et à l'ingestion d'un seul qui s'appelle la cæcotrophie

Un homme sage a dit:


« Le bon fonctionnement de la cæcotrophie est absolument indispensable à la
santé du lapin. Tout dysfonctionnement peut entraîner des diarrhées parfois
mortelles »

Fin
Arndt R. Brodkorb – Conseiller Technique
.
ARSAMA III
PROJET D’APPUI À LA REFORESTATION ET À LA
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE À MALI

JOUR 1: ENVIRONNEMENT

38

A conseiller sur le terrain

• Evacuation périodique de la production de déjections de crottes


dures et d'urine (crottes dures utilisables comme engrais : en moyenne 10 kg
/lapin /année)

• Élevage à faire à l'abri des nuisibles (chien, chat, serpent par ex.)

• Installation du lapin à l'abri de la chaleur et du soleil, recherche


d'une atmosphère bien ventilée, en évitant les courants d'air forts

Fin
Arndt R. Brodkorb – Conseiller Technique