Vous êtes sur la page 1sur 29

La fiscalité des entreprises totalement exportatrices

Présentée par:
Mohamed ilyes GHRAB
Expert comptable

Mahdia le 17 mars 2018


Incitations à l’exportation

2
Création Art.68
Définition des opérations d’exportation
Une reconduction de la définition de l’export direct

Sont considérées des opérations d’exportation:


 Les ventes de marchandises produites localement à l’étranger.
 Les prestations de service à l’étranger.
 Les services réalisés en Tunisie et destinés à être utilisés à l’étranger.

Une limitation de la définition de l’export indirect

Les ventes des produits et marchandises des Les prestations de services réalisées dans le cadre
sociétés opérant dans le secteur d’agriculture et de des opérations de sous-traitance et opérant dans le
pêches et des industries manufacturières et de même secteur ou dans le cadre des services liés
l’artisanat (ce qui exclut les ventes effectuées directement à la production aux:
par les entreprises commerciales) aux: • sociétés totalement exportatrices
• sociétés totalement exportatrices • sociétés établies dans les parcs d’activités
• sociétés établies dans les parcs d’activités économiques*
économiques* • sociétés de commerce international
• sociétés de commerce international totalement exportatrices.
totalement exportatrices.
Et ce à condition que ces produits et marchandises
seront utilisés comme composante du produit final La liste des services est fixée par décret 2017-419
destiné à l’exportation.

*Discordance avec l’article 21 de la loi régissant les parcs d’activités économiques qui qualifie toute vente de biens et
services nationaux aux opérateurs installés dans « le parc d’activités économiques » comme opérations d’export.
3
Services éligibles aux avantages de l’export indirect Art. 68

liste

 Les services logistiques : opérations relatives au groupement, au stockage et à la livraison


de marchandises ainsi que toutes les activités se rapportant au transport, au chargement, au
déchargement, à l’emballage, au montage, au contrôle de la qualité et au suivi de la clientèle,
 la conception et le développement des logiciels liés à la production,
 la conception technique des produits,
 le contrôle technique de la qualité des produits,
 les analyses et essais de laboratoires et techniques des produits en vue de leur certification
selon les normes internationales,
 l’étiquetage des produits.

• Selon la NC 24/2017, pour l’octroi de l’avantage fiscal au titre des services logistiques
prévus par le décret n° 2017-418, tous ces services doivent être fournis concomitamment
ce qui pose un problème pratique et juridique pour les entreprises qui fournissent qu’une
partie de ces services, surtout qu’aucune entreprise à l’état actuel des choses réalisent ces
4
services cumulativement.
Opérations non éligibles aux avantages de Art. 68
l’exportation (directe et indirecte)

liste
Ne sont pas considérés opérations d’exportation: Remarques:
 les services financiers, - Ces exclusions étaient avant le 1er
 les opérations de location d'immeubles, avril 2017, prévues par le code de
 les ventes de carburants, l’IRPP et de l’IS, c’est-à-dire les
 les ventes d’eau, sociétés non régies par le CII n’avaient
 les ventes d’énergie, pas droit à la déduction des bénéfices
 les ventes des produits des mines , et provenant de ces opération au titre de
 les ventes des produits de carrières. l’exportation.
- Maintenant aucune de ces opérations
n’est considérée comme exportation ni
directe ni indirecte.

Difficultés d’application

 Qu’on est t’il des projets de production des énergies renouvelables

 Qu’on est t’il des projets de l’embouteillage d’eaux minérales

 La vente des produits de carrières après leur modification est elle considérée comme une
vente de produits industriels ou de carrière. 5
Création Art.69
Définition des entreprises totalement exportatrices
Apport de la Loi relative aux avantages
Législation antérieure
fiscaux
Sont considérées totalement exportatrices: Sont considérées totalement exportatrices:
 Les sociétés dont la production est  les sociétés dont la production est destinée
destinée totalement à l’étranger totalement à l’étranger
 Les sociétés réalisant des prestations de  Les sociétés réalisant des prestations de services
services à l’étranger destinées totalement à l’étranger
 Les sociétés réalisant des prestations de  Les sociétés réalisant des prestations de services
services en Tunisie en vue de leur totalement en Tunisie en vue de leur utilisation à
utilisation à l’étranger. l’étranger.
 Les sociétés travaillant exclusivement  Les sociétés qui assurent la vente de tous ces
avec: produits et services aux entreprises totalement
exportatrices (dans le cadre de l’export indirect tel
• Des sociétés totalement exportatrices
que défini précédemment)
• Des sociétés établies dans les zones
franches économiques
• Les établissements de crédit non-
résidents exerçant des prestations de
services financiers aux non-résidents

Exemple: une société de maintenance industrielle travaillant exclusivement avec des entreprises
industrielles totalement exportatrices n’est plus qualifiée en tant que société totalement exportatrice du fait
que les services rendus ne sont plus qualifiés en tant qu’exportation indirecte.

6
Création
Conditions pour bénéficier du statut de société Art. 72
totalement Exportatrice et des avantages fiscaux
Conditions
1. Dépôt de la déclaration d’investissement
2. Réalisation d’un schéma de financement de l’investissement comportant un
taux minimum de fonds propres.
3. Le bénéfice des avantages fiscaux est subordonné à la tenue d’une comptabilité
4. Joindre à la déclaration annuelle d’impôt, une attestation d’entrée en
activité effective délivrée par les services concernés
5. La situation de l’entreprise vis-à-vis des caisses de sécurité sociale doit être
en règle.

Ces conditions sont exigées seulement pour avoir le statut totalement exportatrice
et non pas pour bénéficier de la déduction des revenus provenant de l’exportation.

Difficultés d’application
 Les deux dernières conditions supposent l’entrée en activité effective de l’entreprise: Ainsi
le régime totalement exportateur sera accordé à une société après son entrée en activité
effective.
 La condition d’entrée en activité est contradictoire à la loi d’investissement dans la mesure
où cette dernière a prévu un délai de 4 années pour la réalisation du programme
d’investissement à compter de la date de déclaration de l’investissement prorogeable une
fois pour une durée maximum de deux ans. 7
Création
Conditions pour bénéficier du statut de société Art.69
totalement Exportatrice et des avantages fiscaux
Conditions

1. L'octroi de la qualité de totalement exportateur est subordonné, pour les entreprises


créées à partir du 1er janvier 2017, au respect des conditions sus mentionnées.

2. Le bénéfice du régime totalement exportateur au titre des impôts directs suppose


l’entrée en activité effective. Cette condition n’est pas applicable pour le bénéfice des
avantages fiscaux en matière d’impôts indirects ( NC 24/2017).

Difficultés d’application

 Cette disposition pose un problème pour les sociétés totalement exportatrices créées entre
le 1er janvier 2017 et le 31 mars 2017 en vertu du code d’indication aux investissements et
qui ne disposent pas du minimum de fonds propres exigé.

 Quel est le régime fiscal applicable au titre des opérations effectuées avec les ETE avant
leurs entrées en activité. Puisque la qualité de totalement exportatrice n’est accordée
qu’après l’entrée en activité.
8
Activité Art.69-14
Ventes sur le marché local

Mesures

 Les entreprises totalement exportatrices sont autorisées à écouler 30% de leur production
totale sur le marché local.
 Sont exclues du quota de 30%:
• Les prestations de services ou les ventes réalisées dans le cadre d’appels d’offres
internationaux relatifs à des marchés publics.
• La vente des déchets aux entreprises autorisées par le ministère chargé de
l’environnement à exercer les activités de recyclage, de valorisation et de traitement.

 Les ventes ou les prestations de services sur le marché local sont soumises à:
• L’impôt sur le revenu ou à l’impôt sur les sociétés selon les dispositions du droit
commun.
• La TVA , droit de consommation et autre taxes conformément à la législation fiscale
antérieure en régime intérieur.
• droits et taxes exigibles au titre des importations des produits entrant dans leur
production.
• L’importation des intrants destinés à des fins de fabrication des produits vendus sur le
marché local est soumise à tous les droits et taxes dus.

Les procédures de réalisation des ventes et des prestations de services


sur le marché local sont fixées par le décret 2018-11. 9
Activité Art.67-19
Déduction des revenus ou bénéfices

Mesures

Les revenus ou bénéfices des opérations d’exportations ainsi que les bénéfices exceptionnels
bénéficient de la:
• Réduction de l’impôt sur les sociétés à 10% pour les sociétés;
• Déduction des 2/3 de l’assiette imposable pour les personnes physiques et ce nonobstant
l’article 12 bis.

Conditions

 Le bénéfice de cette déduction est subordonné à la tenue d’une comptabilité


conformément à la législation comptable des entreprises

Précisions

 Rappelons que l’article 67 du CIRPPIS n’a pas exigé la condition de la réalisation


d’investissements directs au sens de l’article 3 de la loi d’investissement, afin de
pouvoir profiter du régime fiscal de faveur des revenus et bénéfices provenant
de l’exportation (IS de 10% ou abattement de 2/3 pour les PP).

 De plus, les autres conditions telles que la régularisation de la CNSS, le minimum


de fonds propres, le dépôt de déclaration d’investissement,…. prévues par l’article
72 pour bénéficier des avantages liés à l’exploitation ne sont pas applicables pour 10
l’exportation.
Activité Art.67-19
Déduction des revenus ou bénéfices
Précisions suite

 Toute opération répondant à la définition de l’exportation est soumise


d’office à un IS de 10% (ou un abattement de 2/3) et ce quelle que soit
la nature de l’entreprise qu’elle a effectuée l’opération (entreprise
commerciale, industrielle,….), titulaire ou non d’une déclaration
d’investissement, ayant ou non respectée la condition de fonds propres.

 Donc l’avantage au titre de l’exportation en matière d’impôts directs ne


nécessite aucune condition autre que celle de la tenue de comptabilité.

11
Activité
Cumul des avantages

Principe
Mesures

Les sociétés exportatrices peuvent cumuler les avantages de l’export et ceux relatifs aux:

- Développement régional
- Développement agricole
- Les entreprises nouvellement crées à compter du 1 er janvier 2017 (déduction sur 4 ans:
100%/75%/50%/25%)
- Les entreprises crées en 2018 et 2019 (exonération de 4 ans)

12
Activité Art.11 CTVA
Suspension de la TVA et les autres taxes et droits

Mesures
Attestations pour les entreprises exportatrices (autres que totalement)

Les assujettis à la taxe sur la valeur ajoutée qui réalisent un chiffre d’affaires provenant de
l’exportation ou des ventes en suspension de la taxe supérieur à 50% de leur chiffre
d’affaires global, peuvent bénéficier du régime suspensif de la taxe sur la valeur ajoutée pour
leurs acquisitions locales de produits et services donnant droit à la déduction
conformément au présent code.
La suspension dans ce cadre est elle générale, mais elle ne couvre que les acquisition locales
(donc pas les opérations d’importation) de produits et services ( ce qui exclut les acquisitions
d’équipements).

A l’exclusion des opérations effectuées par les commerçants, bénéficient de la suspension de


la taxe sur la valeur ajoutée les opérations d’importation et d’acquisition locale de
matières, produits et les prestations de services donnant droit à déduction et nécessaires à la
réalisation des opérations d’exportation telles que définies par l’article 68 du code de l’impôt
sur le revenu des personnes physiques et de l’impôt sur les sociétés.
La suspension accordée dans ce cadre est ponctuelle (généralement pour les entreprises
partiellement exportatrice ayant un faible pourcentage d’export (inférieur à 50%), et elle est
13
réservée aux entreprises autres que commerciales).
Activité Art.3 -13ter
Suspension de la TVA et les autres taxes et droits

Mesures
Mesures

Les entreprises totalement exportatrices, telles que définies par l’article 69 du code de
l’impôt sur le revenu des personnes physiques et de l’impôt sur les sociétés, bénéficient du
régime suspensif de la taxe sur la valeur ajoutée et du droit de consommation pour les
opérations d’importation et d’acquisition locale de matières, produits et équipements
ainsi que les prestations de services nécessaires à leur activité et donnant droit à déduction.

Les entreprises totalement exportatrices bénéficient, également, de la suspension des droits


et taxes dus au titre des acquisitions des voitures utilitaires et des immeubles nécessaires à
l’activité, et ce, sur la base des attestations ponctuelles délivrées par le service fiscal
compétent.

Par ailleurs, il est à signaler que les procédures applicables pour le bénéfice du régime
suspensif des droits et taxes en vigueur avant la promulgation de la loi n° 2017- 8 du 14
février 2017 relative à la refonte du dispositif des avantages fiscaux demeurent applicables.
14
Activité Art.30 LF 2018
Sanctions relatives au régime suspensive

Mesures
Mesure

Les entreprises qui ne remplissent plus les conditions requises pour le bénéfice des
avantages fiscaux au titre du régime totalement exportateur et ayant obtenu des attestations
générales d’achat en suspension et des bons de commande en vigueur à la date du 1 er
janvier 2018 doivent les restituer aux services compétents et rembourser le montant
de la TVA suspendue.

Sanctions

Restitution spontanée mais hors délai : amende 1000 dinars (amende appliquée sans mise en
demeure de la personne concernée).
Défaut de restitution après mise en demeure: une amende de 1000 dinars et une amende de
1000 dinars par jour de retard au-delà de 10 jours avec un plafond de 30,000 dinars.
Utilisation indument de l’attestation ou du bon de commande: amende entre 10,000 et
100,000 dinars.

15
Activité Art67-6-7-8-

Impôts et taxes dus 9-10-12-3

Apport de la Loi relative aux avantages


Législation antérieure
fiscaux*
 L’article 12 du CII assure une stabilité  Les entreprises totalement exportatrices demeurent
fiscale pour les entreprises totalement exonérées (à titre indicatif) des:
exportatrices et les soumet à une liste • Droits d’enregistrement
limitative des impôts dus:
• TFP
• Les droits et taxes relatifs aux véhicules
de tourisme • FOPROLOS
• La taxe unique de compensation sur le • Taxe sur les concentrés de tomates pour les
transport routier quantités destinées à l’export
• LA TCL • Taxe de compensation sur les ciments pour les
quantités exportées.
• Les droits et taxes perçus au titre des
prestations directes de services • Taxe unique sur les assurances
conformément à la législation antérieure. • -…..
• Les contributions et cotisations au
régime légal de sécurité sociale

*Discordance avec l’article 8 de la loi régissant les opérateurs installés dans les parcs d’activités économiques et
l’article 4 de la loi n° 2001-94 du 7 août 2001 régissant les établissements de santé prêtant la totalité de leurs
services au profit des non résidents qui prévoient une stabilité fiscale pour lesdits opérateurs et établissements.

Les entreprises totalement exportatrices ne bénéficient plus de la même stabilité fiscale et


peuvent faire objet d’autres impôts et taxes et même mettre en cause leurs acquis.

16
Activité Art67-6-7-8-

les autres taxes et droits 9-10-12-3

Mesures
Maintien des avantages accordés aux ETE

Le principe tel que confirmé par la note commune n°24/2017 c’est de garder les mêmes
exonérations déjà accordées aux ETE et ce en insérant l’exonération au niveau de chaque loi
instituant chaque taxe ou droit. (articles 6 à 13 de loi 2017-8)
Extrait de note commune n°24/2017 « La loi n° 2017-8 du 14 février 2017 portant
refonte du dispositif des avantages fiscaux a révisé la définition des opérations d'exportation,
et ce, par l'unification de la définition dans le cadre du code de l'impôt sur le revenu des
personnes physiques et de l'impôt sur les sociétés. Les conditions requises pour l’obtention de
la qualité de totalement exportateur ont été également révisées, et ce, en gardant le régime
fiscal de faveur accordé à l'exportation applicable avant l'entrée en vigueur de ladite loi. »

Cette démarche n’a pas été sans incidents mettant en cause la stabilité fiscale dont a
bénéficié les ETE durant des décennies.

Mais ? 17
Activité Art67-6-7-8-

Impôts et taxes dus (exemples d’instabilité) 9-10-12-3

La suspension du FODEC
Droit de mutation des immeubles
non immatriculés
La nouvelle loi est restée muette au sujet de la
Le législateur a omis d’exonérer les ETE
suspension du FODEC par les ETE soumis à cette
du droit de mutation des immeubles
taxe. Puisque les non assujettis qui réalisent des
non immatriculés de 1%tel que institué
opérations d’exportation bénéficient du régime
par l’article 61 de la LF 2003.
suspensif.
De ce fait les ETE deviennent
Certes que les ventes de matières et de
légalement redevables de ce droit.
services qui répondent à la nouvelle définition
d’exportations, restent exonérées de cette taxe
en vertu de l’article 36 (nouveau) de la LF 2000.
Le problème se pose essentiellement pour les
achats de produits soumis au FODEC par les ETE
, sans que ses produits constituent une
composante du produit fini exporté.
Dans son commentaire, la NC 24/2017 a stipulé
que les ETE bénéficient de l’exonération des
taxes dues au FODEC.
18
Activité Art. 14
Recrutement du personnel étranger
Apport de la Loi relative aux avantages
Législation antérieure
fiscaux
 Les entreprises totalement exportatrices  Les entreprises totalement exportatrices sont
peuvent recruter 4 agents de nationalité autorisées à recruter des cadres de nationalité
étrangère dans après information du étrangère dans la limite de 30% de l’ensemble de ses
ministère chargé de la formation et de cadres jusqu’à la fin de la 3ème année de la date de
l’emploi. création juridique de l’entreprise ou de la date d’entrée
en activité au choix de l’entreprise.
 Au-delà de cette limite, les entreprises
doivent se conformer à un programme de  Ce taux est ramené à 10% à partir de la 4ème année
recrutement et de Tunisification de cette date. Dans tous les cas, toute entreprise peut
préalablement approuvé par le ministère recruter quatre cadres de nationalité étrangère.
chargé de la formation professionnelle et de  Au-delà des taux ou limite prévus, l’entreprise est
l’emploi. soumise à une autorisation délivrée par le ministère
chargé de l’emploi.

Mesures maintenues
Les cadres étrangers recrutés par les entreprises totalement exportatrices, les investisseurs et leurs
représentants étrangers chargés de la gestion de l’entreprise bénéficient des avantages suivants:
• Le paiement d’un impôt forfaitaire sur le revenu fixé à 20% de la rémunération brute.
• L’exonération des droits de douane et des droits d’effet équivalent et des taxes dus à l’importation
des effets personnels et d’une voiture de tourisme pour chaque personne dans la limite de 10
voitures de tourisme pour chaque société.

Mesure abrogée
Les personnes de nationalité étrangère ayant la qualité de non-résident avant leur recrutement par
l'entreprise peuvent opter lors de leur recrutement pour un régime de sécurité sociale autre que le régime
tunisien.
19
Réglementation de change Art. 14 CII
Sociétés non résidentes
Apport de la Loi relative aux avantages
Législation antérieure
fiscaux
L’article 27 de la loi d’investissement a abrogé le
Selon l’article 14 du CII, les
CII, à l’exception de l’article 14.
entreprises totalement exportatrices
Par conséquent, les dispositions de l’article 14
sont considérées non-résidentes
du CII continuent à s’appliquer après le 1er avril
lorsque leur capital est détenu par des
2017.
non-résidents tunisiens ou étrangers
Pour la BCT, La qualité de totalement
au moyen d’une importation de devises
exportatrice en matière de change n’est pas liée à
convertibles au moins égale à 66% du
l’entrée en activité au sens de l’article 69. c’est la
capital.
déclaration de l’APII ou autre qui fait foi.
Conséquences de la nouvelle définition des opérations d’exportation

 Les ETE qui exportent les produits de mines, de carrière et Les ETE qui n’obéissent
de l’énergie n’ont plus droit au régime totalement exportateur. plus à la nouvelle définition

 Les entreprises réalisant des opérations d’exportation ne peuvent plus prétendre

indirecte et exclues du bénéfice des incitations de au régime des entreprises

l’exportation (activités de conseils, d’expertise, les non résidentes qui l’ont déjà

comptables, les avocats, location de matériel de production , eu (article 14 du CII).


20
gardiennage , ….)
Investissement Art. 67-74-2
Dégrèvement physique
Apport de la Loi relative aux avantages
Législation antérieure
fiscaux

Les investissements réalisés par les  Accord d’une déduction supplémentaire au


sociétés totalement exportatrices taux de 30% au titre des amortissements des
donnent lieu à la déduction des machines, du matériel et des équipements
bénéfices réinvestis au sein même de destinés à l’exploitation, à l’exception des
l’entreprise, du bénéfice net soumis à voitures de tourisme autres que celles
l’impôt sur les sociétés sous réserve du constituant l’objet principal de l’exploitation,
minimum d’impôt. acquis ou fabriqués dans le cadre d’opérations
d’extension, de l’assiette de l’impôt sur le
revenu ou de l’impôt sur les sociétés dû au
titre de la première année à partir de la date
d’acquisition, de fabrication ou du
commencement de l’utilisation, selon le cas.

21
Investissement Art. 72-74-
Dégrèvement financier 75

Conditions

Le bénéfice du dégrèvement financier est subordonné au respect des conditions suivantes :


1. La tenue d’une comptabilité conformément à la législation comptable des entreprises;
2. L’émission de nouvelles actions ou parts sociales;
3. La non réduction du capital souscrit pendant cinq ans à partir du 1er janvier de l’année qui suit
celle de la libération du capital souscrit, sauf cas de réduction pour résorption des pertes*
4. La production par les bénéficiaires de la déduction d’une attestation de libération du capital
souscrit ou de tout autre document équivalent;
5. La non cession des actions ou des parts sociales qui ont donné lieu au bénéfice de la déduction,
avant la fin des deux années suivant celle de la libération du capital souscrit**
6. La non stipulation dans les conventions conclues entre les sociétés et les souscripteurs de garanties
hors projet ou des rémunérations qui ne sont pas liées aux résultats du projet objet de l’opération
de souscription;
7. L’affectation des bénéfices ou des revenus réinvestis dans un compte spécial au passif du bilan non
distribuable sauf en cas de cession des actions ou des parts sociales ayant donné lieu au bénéfice
de la déduction.
* Pour les opérations d'investissement au capital des entreprises et dans le cas de libération du capital souscrit par
tranches, la période de cinq ans est calculée à partir du 1er janvier de l'année qui suit la dernière opération de
libération du capital souscrit.
En cas de réalisation de plusieurs opérations de réinvestissement, la période de cinq ans est calculée pour chaque
opération de réinvestissement séparément.
** la période de deux ans est calculée à partir du 1er Janvier de l’année qui suit l’année de la libération du capital
souscrit ou du paiement des parts

22
Investissement Art. 72-74-
Dégrèvement financier 75

Conditions

8. Dépôt de la déclaration d’investissement


9. Réalisation d’un schéma de financement de l’investissement comportant un taux minimum de
fonds propres.
10. La situation de l’entreprise vis-à-vis des caisses de sécurité sociale doit être en règle.

Rappel

 Cet avantage est accordé au titre des opérations d’investissement au sens de l’article 3
de la loi d’investissement.

Les opérations d’investissement direct au sens de l’article 3 de la loi d’investissent et qui


ouvrent droit aux avantages fiscaux sont les suivantes:
Création: création d’un projet nouveau et autonome en vue de produire des biens ou
de fournir des services. ( ce qui exclut seulement le secteur commercial du
champ d’application)
Extension: opération nouvellement réalisée par une entreprise existante dans le cadre du
même projet permettant d’augmenter sa capacité productive, technologique ou sa
compétitivité.
Renouvellement :opération de renouvellement réalisée par une entreprise existante dans le
cadre du même projet permettant d’augmenter sa capacité productive, technologique ou sa
compétitivité.
23
Investissement Art. 72-74-
Dégrèvement financier 75

Conséquences de la définition des opérations d’investissement direct

- La définition de l’opération de création suppose la création d’une unité nouvelle distincte et


autonome pour la production de biens ou la prestation de services.

- Toute opération d’extensions ou de renouvellement qui n’aboutit pas à l’augmentation de la


capacité productive, technologique ou de la compétitivité n’est pas éligible aux avantages.

- Selon la doctrine administrative la construction d’un dépôt ou d’un siège social ne peut pas
être considérée comme opérations d’investissement direct.

- La définition des opérations d’investissement direct, implique la réalisation d’une opération


d’extension ou de renouvellement par une entreprise déjà existante dans le cadre du même
projet par conséquent la création d’une nouvelle entreprise ou d’un projet nouveau pour la
production de biens nouveaux ou la prestation de nouveaux services autres que ceux
produits ou rendus initialement per l’entreprise n’est pas considérée une opération
d’extension ou de nouvellement.

- Les organismes concernés par la délivrance des attestations de dépôt de déclaration (API,
APIA, …) doivent veiller au respect de la définition de l’opération d’investissement direct
avant de délivrer ces attestations aux personnes concernées.

24
Investissement Art. 72-74-
Dégrèvement financier 75

L’attestation de dépôt de déclaration d’investissement

- La déclaration d’investissement est considérée comme nulle dans le cas où la réalisation


de l’opération d’investissement n’a pas été entamée dans une année à partir de la date de
son obtention (article 21 de la loi de l’investissement).
- La constitution juridique de l’entreprise en question ou le début de l’exécution effective de
l’investissement (achat d’équipements, réalisation de travaux, acquisition du terrain,…) sont
considérés comme début de la réalisation de l’investissement.

- Aucune prorogation de validité n’est possible dans le cas où aucun début de réalisation de
l’investissement au bout d’un an de l’obtention de la déclaration.
- L’entreprise peut demander l’annulation de la déclaration d’investissement et son
remplacement par une nouvelle déclaration si aucun début de réalisation de l’investissement
n’est effectué.
- Cette mesure est entrée en vigueur le 1 er Avril 2017, cela implique que toutes les
déclarations d’investissement délivrées avant le 1 er Avril 2016 et qui n’ont pas fait l’objet
d’un début de réalisation ne sont plus valables.

25
Investissement Art. 74-75
Dégrèvement financier

Avantage

 Les revenus ou bénéfices souscrits au capital initial des entreprises totalement


exportatrices ou à son augmentation sont totalement déductibles sous réserve du
minimum d’impôt prévu par les articles 12 et 12 bis (15% ou 20% pour le PM et
45% pour les PP).

Contrainte

 La loi de finances 2018 à ajouter une nouvelle condition en stipulant que l’avantage fiscal
n'est pas accordé aux opérations de souscription destinées à l’acquisition de terrains ,
toutefois cette exclusion ne concerne pas les sociétés crées par les jeunes promoteurs.

26
Incitation à l’exportation Art. 19-20
Les mesures transitoires

Bénéfices provenant de l’exploitation

l'article 19 de ladite loi, a prévu des mesures transitoires permettant aux entreprises
exportatrices en activité à la date d’entrée en vigueur de la loi en question, soit le 1er avril
2017, et dont la période de déduction totale de leurs revenus ou bénéfices provenant de
l’exploitation n’a pas expiré à cette date, de continuer la déduction totale de leurs revenus
ou bénéfices provenant de l’exportation jusqu’à l’expiration de la période qui leur est
impartie et ce, dans le cas où les opérations qu’elles réalisent répondent à la
nouvelle définition de l'exportation au sens de la loi n° 2017-8 portant refonte du
dispositif des avantages fiscaux.

27
Incitation à l’exportation Art. 20
Les mesures transitoires

Incitations à l’investissement

Dégrèvement physique
Les opérations de réinvestissement des bénéfices au sein de la société elle-même et titulaires
d’attestation de dépôt de déclaration d’investissement avant le 1er avril 2017, demeurent
soumises aux dispositions du CII sous réserve d’entrée effective en activité au plus tard le 31
décembre 2019.
Dégrèvement financier
Les opérations de souscription au capital des entreprises titulaires d’attestation de dépôt de
déclaration d’investissement avant le 1er avril 2017 demeurent soumises aux dispositions du
CII sous réserve de:

• La libération du capital souscrit au plus tard le 31 décembre 2017 et

• l’entrée de l’investissement concerné en activité effective au plus tard le 31 décembre


2019.

28
29