Vous êtes sur la page 1sur 2

Le téléchargement illégal des contenus culturels, prenons le cas des films, des

livres ou des chansons entre autres, est un problème qui est à l’une des journaux
actuellement. Un important nombre de personnes de n’importe quels âges qui ont accès
au Internet consomment beaucoup de ces contenus chaque jour et très souvent, ils le
fait à travers des sites web qui les offrent gratuitement. Mais, pourquoi utilisons-nous
ce système illicite et quelles sont les conséquences ?

Tout d’abord, beaucoup de ses consommateurs sont des jeunes qui n’ont un
haut pouvoir d’achat. Pour leur, aller au cinéma ou acheter des CDs de leurs artistes
favorites, par exemple, peut être un enfer. Au moins, ici en Espagne le prix du cinéma
dans un grand ville comme Séville approche les dix euros. Pourtant, le Gouvernement
Espagnol a décidé de réduire les impôts en matière de culture de 21% à 10% et je
considère que ça peut devenir un premier pas, mais pas l’unique. Qu’en pensez-vous ?

Passons maintenant au problème du téléchargement directement. Ouvrir un


moteur de recherche comme Google et écrire le nom d’un film, une chanson ou un livre
et très facile et on peut trouver beaucoup d’eux aisément. De plus, il n’y a pas de
contrôle sur ces activités. En revanche, il y a deux possible solutions pour ça et,
idéalement, toutes les deux doivent être mis en pratique en même temps. D’une partie,
les Gouvernements doivent créer une méthode efficace pour découvrir qui télécharge
illégalement et imposer des sanctions, économiques ou pas. D’autre part, les entreprises
peuvent offrir des options légales plus accessibles et abordables, comme Netflix, Spotify
ou Bookchoice. Tous ces plateformes digitales offrent des contenus jusqu’à
incommensurables pour un petit coût mensuel et ils parfois offrent des offertes et
réductions pour des étudiants ou las familles. Connaissez-vous quelques de ceux
options ?

Par ailleurs, ceux qui téléchargent illégalement manquent une caractéristique


essentielle, l’empathie. Quand on télécharge illicitement, on nuit les artistes qui ont créé
ce contenu, et parfois on pense aux acteurs quand on parle d’un filme ou aux chanteurs
si c’est le cas d’une chanson, et on dit « bah, ils sont riches ». Cependant, on s’oublie de
tous ces personnes anonymes qui travaillent en silence et qui ont ainsi des familles et
des factures à payer. Par conséquent, on doit faire prendre conscience à notre société
des possibles conséquences négatives que cette pratique peut avoir et comment elle
nuit les artistes et tous ceux qui travaillent à l’ombre. Et quand je dis « on », ça
comprend le Gouvernement de chaque pays, mais ainsi les familles et les éducateurs en
général. À mon avis, l’école et la maison doivent être les premiers lieux à donner de
l’exemple. Qu’en pensez-vous ?

En définitive, la lutte contre le téléchargement illégale va être difficile, il n’y a pas


aucun doute. Néanmoins, les premiers pas de ce long escalier doivent être la
sensibilisation sociale et l’offre des alternatives accessibles pour tous. Seulement si on
travaille tous ensemble, on réussira à devenir des meilleurs consommateurs de culture
et, donc, des personnes cultivés qui profitent de la vie au maximum.

Centres d'intérêt liés