Vous êtes sur la page 1sur 2

LM 5081:LM 3342 31/05/18 23:10 Page8

Le Messager no 5081 Grandes Signatures Jeudi 31 Mai 2018

Ce qu’entrer dans l’histo


pAR pAUl-AARONs NgOMO*
utilité et fait de lui L'HOMME DE LA
SITUATION. » Telle est, tout bien pesé,
la thèse de Luc Sindjoun. Dépouillée de
n a devisé abondamment sur sa subtile sobriété, elle se décline sous la

O l’histoire ces temps-ci. Les lieux


d’où l’on en parle importent
autant que ce qu’on en dit, tant les
forme d’un slogan scandé en lettres capi-
tales, pour marquer emphatiquement ce
qui ne va pas de soi.
enjeux sont importants. Une récente sor- La thèse appelle un contrepoint. En
tie du Professeur Luc Sindjoun a marqué voici l’intention : la subtile réfutation
les esprits, autant par sa méthode que repose sur une pétition de principe qui
par son contenu. Loin de l’hystérie de martèle ce qui requiert une démonstra-
ceux qui se sont émus du conseil de tion. Au bout du compte, l’ordre des rai-
l’ambassadeur américain incitant le pré- sons manque son but. L’entrée alléguée
sident Paul Biya à songer à l’héritage dans l’histoire est une profession de foi de
qu’il souhaite léguer à la postérité alors militant qui espère voir persister un
qu’approche une nouvelle élection prési- monde qui éloigné des aspirations du
dentielle, l’intervention de l’éminent poli- plus grand nombre. Ici aussi, on prend au
tologue tranche par sa générosité. Pas sérieux la sortie de l’ambassadeur pour
d’épithète de ruisseau ni de sagesse à la indiquer en quoi elle convie à prendre au
petite semaine faisant la leçon sur une sérieux l’appel incisif de Monseigneur
supposée violation d’usages diploma- Samuel Kleda, archevêque de Douala et
tiques. Rien non plus qui procèderait d’un actuel président de la conférence épisco-
patriotisme outré appelant au respect de pale du Cameroun : « Si Paul Biya aime
la souveraineté bafouée par un imperti- ce pays, il devrait se retirer ».
nent diplomate.
Luc Sindjoun s’est montré gracieux en premier contrepoint : Une
invitant à considérer la suggestion de
l’ambassadeur Peter Henry Barlerin éthique politique du « nudge »
comme un acte « participant de la dyna- Mettons bout à bout deux assertions
mique de la relation amicale entre les qui livrent un indice paradoxal. On a ren-
Etats-Unis et le Cameroun. » Il s’agirait contré la première précédemment dans
d’une affaire entre amis. Sans ambages, une évocation enfiévrée qui fait accroire
l’ami américain a convié le chef de l’Etat que Paul Biya est « le Président qui a
à s’inspirer des exemples de George assuré la démocratisation de la société
Washington et de Nelson Mandela. Ce camerounaise ». La seconde est plus pon-
que présuppose pareille invitation est dérée, comme dans les dissertations aca-
explicite, comme allant de soi, en une démiques. On y explique que « le
culture diplomatique du « nudging » : pro- politique d’aspirants aux magistratures
année électorale où, parvenu au véné- Cameroun est une démocratie en voie de
poser des chemins possibles, pour éviter publiques.
rable âge de 85 ans, rien n’indique que consolidation ». Le paradoxe est manifes-
d’inquiétantes crispations, voire une Il va sans dire qu’ériger une figure
Paul Biya, au pouvoir depuis bientôt 36 te. Il tient en l’affirmation d’une chose et
périlleuse montée aux extrêmes. Par le politique en modèle, en vertu d’un acte
ans, songerait à la retraite politique. d’une proposition qui la dément, l’une et
« nudging », on fait voir qu’un certain auquel on prête une signification histo-
L’incitation a alarmé ceux qui l’imaginent l’autre ne pouvant être simultanément
type d’action ouvrirait un chemin diffé- rique particulière, n’implique en rien que
hors du temps, parce qu’elle laisse entre- vraies. Si ce qu’on tient pour la démocra-
rent, lancerait un signal fort qui raffermi- l’ensemble de son œuvre prendrait sens
voir la fin d’un monde, un autre ère, sans tie camerounaise est en voie de consolida-
rait la conviction que « moins, c’est plus », essentiellement à l’aune d’un tel geste.
l’actuel chef de l’Etat. Bien qu’il tion, il s’ensuit, par extension logique,
« partir, c’est se grandir ». C’est à tort qu’on supposerait que George
l’approche par une sobriété discursive que l’attribution du mérite qui rendrait
Il y a de la gloire dans le renoncement, Washington et Nelson Mandela sont célé-
sans commune mesure avec le courroux digne d’une entrée dans l’histoire, pour
qu’il soit sincère ou stratégique importe brés et proposés comme des modèles sur
belliqueux des plus zélés partisans du l’avoir justement établie, relève, dans
peu, l’effet étant le même. Seule importe la seule foi de leur renoncement au pou-
président de la république, Luc Sindjoun l’hypothèse la plus généreuse, d’un juge-
la prise de conscience qui le fonde : Si l’on voir. Il n’en reste pas moins que certains
partage avec eux un profond dissenti- ment précipité.
peut rester, parce qu’on croit en avoir le de leurs actes de leadership revêtent une
ment qui se traduit par une réfutation en Le paradoxe livre un indice qui fournit
droit, l’habileté prescrit pourtant de par- signification particulière par la force du
règle de ce que présuppose le conseil de une piste d’interprétation du conseil
tir, parce qu’on obture des possibles dans moment et du timing qui, en en magni-
l’ambassadeur américain. A scruter de hardi de l’ambassadeur des Etats-Unis
un univers où l’on ne suscite plus, ni foi, fiant la portée, transforme une décision
près son élégante construction, on s’aper- d’Amérique à Paul Biya. On concède sans
ni passion, si ce n’est parmi d’invétérés d’apparence banale en acte pédagogique.
çoit vite qu’elle relève d’un genre bien peine que la suggestion n’est ni un
affidés. Ce qui aurait l’apparence d’une Ce qui semblait alors particulier se dote
connu, trop bien connu, celui de l’apologie dogme, ni une injonction à se soumettre à
ère qui se clôt se dévoile ainsi comme un d’une valeur universelle par sa force
démesurée qui glorifie Paul Biya comme diktat. On en manquerait l’intention en
coup d’éclat. Quoi de plus rassurant, dans d’interpellation.
l’horizon insurpassable de notre temps. la supposant portée par une inélégante
« une démocratie en voie de consolida- On peut raisonnement faire l’hypothè-
Rien d’étonnant à cela, quand on écrit mise en demeure. Son inspiration est
tion », que des actes forts qui laissent à la se que l’ambassadeur des Etats-Unis
en homme de chapelle et membre titulai- aisée à cernée sitôt qu’on rapporte le pro-
postérité l’image d’un courage tiré de d’Amérique n’a guère évoqué les figures
re du comité central du RDPC. Le propos pos qui la véhicule au paradoxe qu’on
l’aptitude à résister à la tentation de de George Washington et de Nelson
tient donc par ce qu’il présuppose et vou- vient d’évoquer. Il dévoile une inquiétude
s’éterniser au pouvoir ? Les modèles évo- Mandela simplement pour donner à pen-
drait faire accroire, à la façon d’une belle persistante : la démocratie n’étant pas
qués par l’ambassadeur américain trou- ser que le retrait du pouvoir validerait, à
enseigne publicitaire qui vante les tout à fait consolidée au Cameroun, les
vent ici tout leur sens, leur promesse de lui tout seul, la totalité de leurs carrières
mérites d’une huile rance. On voudrait acquis susceptibles d’y mener demeurent
nouveauté et d’historicité. Ils ont, en exceptionnelles. En revanche et par
montrer qu’il perd en pertinence ce qu’il fragiles. La paix n’est pas dans la cité,
vertu de leur force d’émulation, une contraste, l’acte final est magnifié parce
gagne en sobriété. La certitude qu’il pro- une guerre larvée y règne. A en croire le
double propriété logique et performative : qu’il suggère une pédagogie politique qui
fesse, en assurant ne pas prétendre à Haut-Commissariat des Nations-Unies
montrer ce qu’entrer dans l’histoire (ne) transforme un geste d’adieu en moment
l’exhaustivité, consiste à souligner que pour les Réfugiés, les déplacés recensés
veut (pas) dire. historique qui érige une circonstance
« le président Paul Biya est déjà entré au Nigeria se comptent par dizaines de
d’apparence banale en occasion de gran-
dans l’histoire » Il y tiendrait une place milliers.
de choix pour comme « le président qui a Horreurs, sévices, et exécutions som- Deuxième contrepoint : l’appel deur. Sans l’y réduire, on peut ainsi inter-
préter le sens historique d’une carrière
assuré la sécurité juridique de la frontière maires ne sont plus un secret, sauf dans appel au dépassement de soi politique à l’échelle d’un des actes qui
terrestre et maritime entre le Cameroun et les cercles d’autistes politiques où l’on vit Les modèles qu’offrent les renonce- l’ont ponctuée, sans pour autant l’y rédui-
le Nigéria, le Président qui a réconcilié les de la dénégation comme d’autres respi- ments volontaires au pouvoir de George re. Si la partie n’est pas le tout, rien
camerounais avec leur histoire en réhabi- rent l’air nécessaire à leur survie. Les Washington et de Nelson Mandela préco- n’empêche d’y voir l’ornière qui le magni-
litant les héros de l'indépendance et de la faits y sont des fictions. Inversement, des nisent une pédagogie du dépassement de fie, par l’effet d’un jeu de perspective qui
lutte contre la colonisation, le Président fictions y font office de faits, comme celles soi et de la relativisation de l’ambition, y en réhausse la valeur.
qui a assuré la démocratisation de la qui font accroire que le choix de nos diri- compris quand elle est légitime. L’un La stratégie analytique de Luc
société camerounaise, le Président qui agit geants résulte de la libre volonté du comme l’autre ont quitté la présidence Sindjoun découle d’un procédé subtil de
pour l'accélération de l'industrialisation peuple souverainement exprimée à l’occa- par un discours d’adieu. Nelson Mandela relativisation de l’exception historique
et envisage l'émergence à l'horizon 2035. sion de consultations dont ni la nature, ni termina le sien, prononcéle 26 Mars pour la dépouiller de toute force de trac-
Il s'agit là d'une entrée dans l'histoire par l’enjeu n’échappent à personne. A pré- 1999, en évoquant une« nouvelle généra- tion. A l’en croire, il «ne semble pas perti-
les actes posés et non d'un narcissisme tendre que l’ambassadeur des Etats-Unis tion de leaders qui émergent pour nent, le fait de proposer le retrait de la vie
prospectif. La question de l'entrée dans d’Amérique a simplement pris part à un répondre aux nouveaux défis histo- publique comme critère de succès d'une
l'histoire ne se pose pas. » L’énumération débat démocratique en évoquant l’élec- riques ». Dans son adresse, George carrière politique. Ils sont nombreux, les
a valeur de thèse. Le bref inventaire est tion présidentielle à venir,on s’emploie Washington a mis en garde ses compa- cas de retrait de vie publique qui sanc-
fourni en soutien de ce que l’ensemble de subrepticement à dédramatiser, par une triotes contre les dangers qui menacent tionnent plutôt un échec. » Il s’est bien
l’intervention s’applique à établir par une ruse discursive, une incertitude lourde de ce qui n’est encore qu’une jeune répu- gardé de préciser de fournir une illustra-
série de considérations qui vise une seule trames alarmantes. blique. Quand ils quittent le pouvoir, les tion, encore moins d’expliquer en quoi un
fin : disqualifier l’appel suggestif de Par contraste, l’on sort de la fiction deux hommes jouissent encore d’une retrait de la vie politique est rétrospecti-
l’ambassadeur des Etats-Unis par une autosuggestive d’une périlleuse politique popularité si grande qu’ils n’auraient eu vement apparu comme un regrettable
stratégie analytique de dépréciation et de de l’autruche en saisissant le propos de aucun mal à y demeurer. Il n’est nul échec. On ne sait s’il s’agit d’un ex-prési-
relativisation qui la ravale à l’échelon l’ambassadeur américain dans l’économie besoin d’explorer systématiquement leurs dent amer à l’idée d’avoir quitté les
d’une opinion sans relief déconnectée des morale d’une incitation à agir anticipati- motivations pour cerner ce qui, dans délices d’un pouvoir ou d’un « peuple » qui
défis auxquels Paul Biya est confronté et vement, pour ouvrir un avenir débarrassé leurs modes respectifs de renoncement, a se désolerait du départ intempestif de son
« l'actualité de la quête de l'émergence du d’encombrantes incertitudes. La sugges- fait époque,les élevant ainsi au statut de « guide éclairé » bien-aimé. Passons sur
Cameroun dont il a tracé les contours. tion de l’ambassadeur s’entend ainsi symboless’offrant comme modèles de ce mystère et revenons à l’essentiel.
Cette actualité souligne son indéniable comme une incitation qui participe d’une dépassement de soi, pour la gouverne Il tient en un subtil assaut contre la

Page 8 Le Messager
LM 5081:LM 3342 31/05/18 23:10 Page9

Le Messager no 5081
Grandes Signatures Jeudi 31 Mai 2018

stoire ne veut pas dire


prescription du renoncement au pouvoir dirait d’un tel argument qu’il est falla- vient pourtant que, le 5 Octobre 2004, à ment, la prétendue entrée dans l’histoire.
en modèle ayant, à lui seul, une valeur cieux. A quoi servirait un modèle si n’est l’occasion d’un discours de campagne
historique digne d’émulation. Dans la comme étalon, pour susciter l’émulation, électorale prononcé à Monatélé, Paul troisième contrepoint : l’histoire
réfutation qu’il propose, il opère par dilu- inspirer des vocations ? Inversément, un Biya rappela qu’il « s’était engagé égale-
tion pour relativiser l’importance histo- anti-modèle ne fournit-il pas l’exemple de ment à consolider notre démocratie, et ses poubelles
rique du renoncement au pouvoir. « Il y a, ce qui est jugé indigne d’émulation ?On notamment en garantissant une meilleure L’apologie n’est pas, en soi, un genre
assure-t-il, lieu de procéder à une relectu- ne ferait pas de l’histoire un recommence- participation des citoyens à la vie honteux. Mais on s’expose à la dérision
re des modèles, pour mieux se les appro- ment perpétuel en érigeant en modèle des publique. Le vote des lois de la décentrali- quand l’inventaire d’actes supposés histo-
prier de manière dynamique. »En fait actes qui génèrent une valeur ajoutée sation permettra d’atteindre cet objec- riques vire au panégyrique. Grand sei-
d’appropriation, la relecture qui s’est vou- éthique et politique. A l’inverse, on tif…Grâce à la décentralisation, je le répè- gneur, Luc Sindjoun juge louable la sug-
lue dynamique produit une interprétation s’expose assurément à d’alarmants périls te, nos populations seront mieux associées gestion faite au chef de l’Etat par
holistique de l’idée de modèle qui la vide en hypothéquant la force fiduciaire des à la vie publique ». C’était il y 14 ans. On l’ambassadeur américain qui l’enjoint à
de toute portée pédagogique qui valorise- institutions par des modifications consti- attend toujours.Les promesses, dit-on, songer à l’image qu’il souhaite léguer à la
rait une séquence historique déterminée, tutionnelles permettant de maintenir n’engagent que ceux qui y croient. Le postérité. Le conseil serait superflu parce
en lui conférant une force didactique met- leurs initiateurs au pouvoir. En préten- temps politique, à ce qu’il parait, relève- que « le Président Paul Biya est déjà entré
tant en relief ce qu’elle a d’unique, dant que le retrait du pouvoir n’a pas de rait de la discrétion absolue du prince, dans l’Histoire ». L’Histoire ! L’usage pon-
d’exceptionnel. Les actes d’une série finie vertu politique, on raisonne à contrecou- sans considération des urgences, moins tifiant de la majuscule scande ce qui,
n’auraient ainsi valeur de modèle que rant, dans l’oubli commode des acquis encore des effets vertueux d’une réelle pour le grand nombre, tient du mystère.
lorsqu’ils sont évalués en bloc, pour ainsi normatifs de l’histoire de la démocratisa- décentralisation dans l’anticipation et la Qui donc, hors du cénacle de ses parti-
dire, d’un seul tenant, comme si le sens tion qui établissent que l’alternance au prévention des conflits. sans, tiendrait Paul Biya pour une icône
découlait de l’ensemble, jamais des sommet de l’Etat est un vecteur qui aug- On imagine sans mal l’enjeu de la suscitant l’admiration, donnant des
séquences qui n’auraient donc de sens mente fortement la probabilité de succès méticuleuse tentative de relativiser envies d’émulation ? L’histoire a ses pan-
global que rapportées à l’ensemble. d’un processus de libéralisation politique. l’exemplarité du retrait volontaire du théons peuplés de figures mémorables
De ce stupéfiant principe découle une Ce qui vaut pour George Washington pouvoir pour paver le chemin à des voca- qu’on cite avantageusement, avec respect
paradoxale conclusion : George vaut également pour Nelson Mandela, tions prospectivement en lien avec leur et humilité. Mais elle a aussi ses pou-
Washington ne serait pas un modèle en par l’effet de l’analogie qui sous-tend de temps. Accordons que l’histoire n’est pas belles. On y trouve une faune de person-
vertu de son retrait de la scène publique la suggestion de l’ambassadeur améri- un lit de Procuste qui rapporterait et nages bigarrésunis par la suspicion légiti-
le 4 mars 1797. Il devrait cette distinction cain. Le Sud-Africain est offert en modèle rapetisserait tout aux dimensions rabou- me qu’ils inspirent. Quand ils sont évo-
à « sa riche carrière militaire et politique » en raison du fort signal de sa retraite gries d’une unité de mesure qui s’impose- qués, c’est sous la forme d’une mise en
tout au long de laquelle il « a su conquérir d’une fonction qu’il aurait pu conserver rait indépendamment des lieux, des garde, comme expression d’une didac-
et affermir l'indépendance des Etats-Unis sans contrariété possible, dans un pays temps. Mais chaque événement qui fait tique négative qui rappelle ce qu’entrer
face à la grande puissance britannique ; il qui l’a célébré un messie. Il partira pour- époque introduit un étalon à l’aune dans l’histoire positivement ne vaut pas
a œuvré pour rendre solides, le pouvoir tant du pouvoir au zénith de sa populari- duquel s’évaluent, par contraste ou ana- dire.
exécutif et l'administration fédérale. Il a té dans une nation encore sous le charme logie, des cas similaires. Quand elle L’inévitable partialité empêche de pro-
montré qu'un Président doit aussi être un de l’utopie d’une société démocratique s’effectue en juxtaposant des expériences noncer un jugement sur le statut norma-
bon soldat, commandant des troupes ». multiraciale. L’ambassadeur a sans doute différentes, l’évaluation s’applique à com- tif de Paul Biya dans l’histoire du
L’erreur logique, mais aussi d’interpréta- songé à lui pour ce qu’a pu représenter sa prendre ce qui, contextuellement justifie- Cameroun. L’évoquera-t-on un jour
tion consiste à supposer qu’une série finie décision de mettre un terme à sa carriè- rait des variations ou éclairerait ce qui comme le héros fondateurs auquel nous
d’événements est une chaine continue re présidentielle.« I would like to give les rendrait éminemment suspectes. devons l’avènement de la démocratie ou
dans laquelle le sens global est une pro- over to a younger man. I will be available Pourquoi des présidents du Ghana, de comme l’habile manœuvrier qui a subor-
priété du tout. On peut ainsi doctement for advice if they want me, but to occupy a Tanzanie, du Bénin quittent-ils le pou- donné la loi, l’avenir du Cameroun à ses
prétendre que George Washington « n'est position as a head of state, definitely, I voir au terme de leurs mandats, tandis intérêts, en différant indéfiniment la
pas un modèle politique parce qu'il avait won't take that risk. » Ainsi parla-t-il que d’autres s’y agrippent désespéré- mise en œuvre des dispositions d’une
choisi, en 1797, de se retirer de la vie lorsqu’un journaliste vint s’enquérir de ment, comme Paul Biya, Sassou Nguesso, constitution pourtant taillée sur mesure
publique ». ses projets pour le futur. Le fait est suffi- Idriss Déby, évoquant sans cesse la légiti- qui aurait pu contenir la brutale montée
Or, l’assertion est contredite par des samment rare en Afrique pour ne pas en mité de modifier la constitution ? L’éva- actuelle de l’irrédentisme ?
contemporains qui virent très vite qu’un relever l’exceptionnalité, sous pourtant luation analogique relève d’autres cas, S’il faut mettre au crédit de Paul Biya
événement de portée historique venait de impliquer que ce que Nelson Mandela est, pour célébrer l’émulation, ériger en des actes à saluer -on songe à la résolu-
se produire sous leurs yeux. Membre du comme grandeur historique, se réduirait modèles ceux qui, comme George tion avantageuse du litige frontalier avec
gouvernement de George Washington, à ce seul geste. Washington ou Nelson Mandela, font le Nigeria- l’équité commande que cette
Thomas Jefferson a exprimé pour la pos- Comme ce fut déjà le cas dans son ana- leurs malles, convaincus de la relativité évocation soit contrebalancée par les épi-
térité la portée de cet événement en en lyse de la signification historique de de leur propre avènement. A prétendre sodes de violence morbide qui ont ponctué
rendant compte de la manière suivante : George Washington, le regard que Luc que l’horizon de comparaison qu’offrent son interminable présidence. La mémoire
« (a) sound precedent set by an illustrious Sindjoun porte sur Nelson Mandela est des actes décisifs ne saurait prescrire des morts de la démocratisation impose
predecessor ». Le départ du pouvoir de guidé par une stratégie de déflation. La d’étalons utiles à l’action politique parce d’attacher son nom à la persistance de la
George Washington a établi une conven- fin visée ne varie pas : relativiser l’impor- que l’histoire ne serait pas un lit de corruption dans un pays dont le premier
tion constitutionnelle demeurée en tance du renoncement au pouvoir comme Procuste, on trivialiserait la force de magistrat n’a jamais daigné déclarer ses
vigueur jusqu’à l’avènement de Franklin événement fondateur qui a valeur de réverbération qui fait de l’histoire un avoirs, comme le recommande la constitu-
Delano Roosevelt. C’est justement pour modèle digne d’émulation. Nelson laboratoire naturel où l’on s’instruit, par tion. Son histoire est aussi celle-là. Cette
prévenir toute tentative d’incrustation au Mandela ne serait pas un modèle pour saine émulation, pour éviter des tragé- mémoire est aussi indissociable des nom-
pouvoir après deux mandats que le XXIIe avoir quitté la fonction présidentielle. dies. Reprenant Hegel, Marx nous dit que breux morts de février 2008, dont celle de
amendement fut ratifié en 1947 pour res- Cette distinction se justifierait « parce l’histoire se répète deux fois, « la première Jacques Tiwa, assassiné devant le tribu-
taurer la jurisprudence établie par la qu'il a lutté durant toute sa vie pour le fois comme tragédie, la seconde fois nal de Ndokoti, à Douala, par des soldats
décision de George Washington de se reti- triomphe de l'égalité entre noirs et blancs comme farce ». de la république. Son crime est d’avoir
rer du pouvoir. Voilà pour l’histoire. ainsi pour l'acceptation du principe « un La tragédie s’étale en une histoire voulu s’opposer à la modification de la
Pour la logique, il suffit de rappeler homme, une voix ». C'est sa contribution morbide avec ses défunts frappés d’une constitution qui a permis à Paul Biya de
qu’on peut, sans contradiction, simulta- au démantèlement du régime d'apartheid malemort qui laisse un cortège de se maintenir au pouvoir.
nément célébrer Washington pour et à la fondation d'une démocratie multi- cadavres méprisés dont le souvenir viva- Luc Sindjoun conclut son exercice lau-
l’ensemble de son œuvre et pour raciale qui en fait un héros. » S’il est légi- ce hante la farce nationale qu’on nomme datif en proclamant que Paul Biya
quelques-unes de ses décisions. Si la série time d’exalter l’ensemble du parcours de improprement démocratie où l’on tue et demeure « L’HOMME DE LA SITUA-
finie des actes a valeur d’œuvre Nelson Mandela et ses combats majeurs, triche par passion immodérée du pouvoir. TION ». La déclaration ne surprendrait
d’ensemble digne d’éloges, il ne s’ensuit rien ne justifie logiquement une inférence On doit au jeune Marx une description personne sur une pancarte de militant
pas que chaque acte, pris isolément, n’a donnant à penser que les actes singuliers féroce de l’Allemagne de son temps : « le bouillant de zèle qui imagine Paul Biya
pas de caractère historique propre. n’auraient pas, séparément, une valeur régime allemand actuel, au en saint digne d’une admiration sans
Washington peut ainsi être célébré, tour didactique leur conférant un cachet parti- contraire…n’est qu’un anachronisme, une bornes. Dans une intervention proposée
à tour, comme le Cincinnatus américain culier. contradiction flagrante à des axiomes uni- par un politologue respectable, elle a l’air
pour avoir choisi de renoncer à toute On l’admettrait d’autant moins que versellement reconnus, la nullité dévoilée d’une pétition de principe qui dévoile une
fonction dans publique après la guerre Luc Sindjoun s’autorise, à l’occasion, une au monde entier ». Il est à peine excessif intention qui rend le texte superflu.On
d’indépendance en rentrant simplement analogie subreptice pour magnifier d’aventurer que cette image déformée de comprend ainsi sans mal ce qu’entrer
chez lui, à Mount Vernon, pour s’occuper l’action politique de Paul Biya. On lit l’Allemagne de Marx est une représenta- dans l’histoire (ne) veut (pas) dire.
de ses affaires privées. On peut aussi, à ainsi que « Nelson Mandela a compris tion prémonitoire du Cameroun de Paul
juste titre, l’honorer et le célébrer comme l'importance de la lutte contre les divi- Biya dont Luc Sindjoun célèbre, profusé- *Philosophe
l’inventeur, par inadvertance, d’un méca- sions ethniques et régionales, en s'oppo-
nisme de consolidation d’une démocratie sant au projet de constitution fédérale
naissante en quittant le pouvoir. Par cet pour l'Afrique du Sud. Il a milité pour un
acte, il aura salutairement rappelé que Etat unitaire décentralisé et pour une ERRATUM
nul n’est indispensable, qu’il est possible nation arc-en-ciel affirmant et intégrant Une malencontreuse erreur nous a fait illustrer par la photo du Pr Franklin
de gagner l’affection et le respect de ses toutes les différences ». L’évocation ne doit Nyamsi, la tribune du philosophe Paul-Aarons Ngomo parue en page "Grandes
concitoyens en quittant volontairement la sans doute rien au hasard. Elle permet de Signatures" de l'édition du lundi 28 mai dernier. De même, au lieu du titre indi-
magistrature suprême. A dessein ou par glorifier transversalement l’opposition qué Le Paradoxe de la Succession - en référence à l'objet fondamental du courroux
omission, Luc Sindjoun a obscurci cette obsessionnelle au fédéralisme brocardé du système gouvernant camerounais après la sortie de l'ambassadeur des États-
dimension qui, parmi d’autres, fait de comme un cheval de troie enfourché par Unis conseillant le président Biya de penser à son héritage, vous avez plutôt eu
George Washington un modèle. les démons du tribalisme et du régiona- droit à Ce qu'entrer dans l'histoire ne veut pas dire qui était le titre du projet de
On s’étonne de lire que « toutefois, de lisme. Paul Biya aurait ainsi, en commun la présente contribution conçue en contre-points au Professeur Luc Sindjoun,
manière générale, il convient de relever avec Nelson Mandela, la vertu d’avoir Ministre Conseiller du président Biya relativement à la même actualité.
que le recours aux modèles ne doit pas saisi les attraits d’un Etat unitaire décen- Nous prions notre excellent contributeur de même que le Pr Franklin Nyamsi
consister uniquement à inciter à l'imita- tralisé. ainsi que les lecteurs attentifs du Messager d'accepter nos sincères excuses.
tion, sous peine de faire de l'histoire, un Encore faudrait-il préciser qu’on en La rédaction.
éternel recommencement ou une simple attendtoujours la mise en œuvre, 22 ans
reproduction à l'identique ». Le logicien après la constitution de 1996. On se sou-

Le Messager
Page 9