Vous êtes sur la page 1sur 17

Le flûtiste Gariboldi : les premières années en Italie et à Paris

By Tom Moore

Giuseppe Gariboldi (Macerata, 1830-Castelraimondo, 1905) fut certainement l'un des


compositeurs pour flûte les plus prolifiques du XIXe siècle. J'ai déjà écrit deux articles sur
Gariboldi, chacun se concentrant sur des parties discrètes de sa très grande œuvre1. Le savant
italien Fabio Montesi a publié les études biographiques les plus complètes du compositeur. Son
article “Een beroemdmusicus uit Castelraimondo : Giuseppe Gariboldi” est accessible aux
membres du Nederlands Fluit Genootschap2 - ceci semble avoir été traduit de son original en
italien, qui a été inclus comme chapitre (pp. 177-186) dans le livre Il Flauto in Italia3, publié en
2005 aux Libreria dello Stato, et qui a été publié en 2011 dans une étude plus approfondie de la
famille Gariboldi4. Montesi a pu se servir d'une grande archive de documents relatifs à Gariboldi,
y compris un grand album d'articles et de revues de presse contemporaine que Gariboldi lui-
même a rassemblés et reliés dans un album, qui sont déposés dans la municipalité de
Castelraimondo (plus ou moins à égale distance de Gubbio, Perugia et Macerata), disponible
pour consultation par les universitaires.
Je n'ai pas utilisé ces documents qui, à ma connaissance, ne sont pas encore numérisés ou
disponibles sur l’Internet. Les informations que j'ai organisées ci-dessous ont été glanées dans
des périodiques italiens et français contemporains qui ont été numérisés par Google et Gallica, et
dans les catalogues en ligne des bibliothèques musicales italiennes et françaises. J'espère que cela
complétera les informations fournies par Montesi, et rendra plus d'informations disponibles en
anglais sur cet important compositeur. Dans cet article, je ne retracerai pas toute sa biographie ou
son œuvre, qui prendrait tout un livre, mais plutôt sa première décennie en tant que flûtiste et
compositeur virtuose.
La plupart des sources fournissent une date de 1833 pour la naissance de Gariboldi. Selon
Montesi, la date exacte est 1830, ce qui correspond aux premiers documents qui témoignent de
l'œuvre professionnelle de Gariboldi en tant que Primo Flauto dans les théâtres italiens et qui
remontent à novembre 1847, quand il aurait eu dix-sept ans (plutôt que quatorze, en supposant
une date de naissance en 1833). Presque tous les engagements théâtraux cités par Montesi
concernent des opéras provinciaux dans des villes comme Camerino, Fermo, Sinigaglia,
Tolentino, etc., la seule exception étant un opéra à Bologne en novembre 1848.
Giuseppe d'Aloé de Macerata, avec qui Gariboldi a étudié la flûte traversière dans sa ville
natale, a été assez distingué pour avoir reçu une notice nécrologique à la Gazzetta Musicale di
Milano à sa mort le 28 février 1887 à l'âge de 86 ans.

1 Airs…de Charles Lecocq arrangés pour Flûte seule par G. Gariboldi, Flute Focus, 24 November, 2013, now
accessible at
https://www.academia.edu/5210890/Airs_de_Charles_Lecocq_arrangés_pour_Flûte_seule_par_G._Gariboldi,
and The Young Flutist’s Decameron, by Giuseppe Gariboldi,
https://www.academia.edu/25550078/The_Young_Flutist_s_Decameron_by_Giuseppe_Gariboldi
2 http://www.nfg-fluit.nl/art-dl/2005-4%20Giuseppe%20Gariboldi.pdf
3 Fabio Montesi, Un Celebre Musicista da Castelraimondo: Giuseppe Gariboldi, Il Flauto in Italia, 2005, pp. 177-
186.
4 In "Castelraimondo nell'Anniversario dei 700 Anni dalla Sua Fondazione", editied by Pierluigi Moriconi, Comune
di Castelraimondo 2011, pp. 345-363.
Macerata. - Giuseppe d'Aloé, maestro musical et professeur de flûte très distingué. Il est décédé le
28 du mois dernier à l'âge de 86 ans, et sa mort a été profondément ressentie.
Il a passé sa vie avec une grande passion pour l'art musical ; pendant de longues années, il s'est
consacré à l'enseignement des instruments à vent et à la direction d'orchestres à vent avec une grande
compétence. Il a eu beaucoup, beaucoup d'étudiants, dont ses propres fils Luigi et Vincenzo. Cavaliere
Giuseppe Gariboldi, aujourd'hui professeur au Conservatoire de Musique de Paris, a reçu l'enseignement
du regretté maestro5.

Évidemment, la vie musicale à Macerata était centrée sur la musique pour bande d'harmonie.
Une revue publiée en avril 1845 décrit une interprétation de la bande philharmonique dans
laquelle ils interprètent un arrangement du Stabat Mater de Rossini, "d'abord arrangé par le
professeur Giovanni André pour quatorze instruments à vent solistes, puis étendu à l'ensemble du
groupe par Signore Giuseppe D'Aloé, le plus vaillant maître de flûte6”. Un solo de trombone de
Luigi D'Aloé, ainsi qu'un quatuor, sont à souligner. On pourrait imaginer qu'un jeune Gariboldi
ait pu faire partie des forces vives de l'événement.

Bien que, comme nous l'avons mentionné plus haut, Gariboldi travaillait comme flûtiste
professionnel au moins dès la fin de 1847, il n'apparaît pas comme soliste dans la presse italienne
avant avril 1854. C'est peu de temps après la parution de sa première publication musicale avec
le numéro de son caprice sur Don Pasquale, op. 1 de Ricordi, annoncé en novembre 1853.

L’Italia Musicale écrit:

Le flûtiste Giuseppe Gariboldi est arrivé à Florence, et donnera bientôt un concert dans la salle
musicale “dell’Arte”7.

Ce qui semble avoir été le début de Gariboldi en tant qu'artiste solo (du moins d'après la
presse) a reçu plusieurs avis et critiques.

Concert dans la nouvelle salle “dell'arte” du Palazzo avec cent fenêtres, du flûtiste G. Gariboldi.

Giacomo Servadio, maestro musical, journaliste et agent théâtral....a confié l'inauguration de la nouvelle
résidence d'Art au Maréchal Signor G. Gariboldi, flûtiste, qui, passant par cette terre d'art et d'artistes, a
souhaité, selon ses pouvoirs, donner un essai de ses capacités. Et en effet, sans parler de la production du
son, ni de la douceur, ni de l'agilité du joueur, je dirai seulement qu'il a fait preuve d'intelligence
philosophique, joignant au moyen d'une échelle chromatique les deux motifs les plus attrayants de
Rigoletto La donna è mobile (une vérité mathématique) et celui de Trovatore Sconto col sangue mio -
tandis qu'avec le premier se moque, ou plutôt, déchiffre la qualité la plus universelle du sexe doux, avec
l'autre déplore l'amant perdu, même si fidèle (contrairement à beaucoup). Ce contraste a plu au public et a
sincèrement applaudi celui qui s'est joint à ces deux extrêmes, Signor Gariboldi. Notre flûtiste R. Galli a
montré que Florence a des perofrmers talentueux, dans le duo joué avec Sig. Gariboldi, un duo composé
par le célèbre Briccialdi. Et assez de flûtes 8.  

5 Gazzetta Musicale di Milano, vol. 42 (March 27, 1887), p. 104.


6 Teatri Arti e Letterature, Anno 23, April 24, 1845, p. 68.
7 L’Italia Musicale, Giornale, Anno VI, April 29, 1854, p. 136
8 Polimazia di Famiglia, Anno 1, May 19, 1854
Le flûtiste Gariboldi

Hier soir, dans la nouvelle salle de musique dell'Arte (Palazzo delle cento finestre) a eu lieu le concert
précédemment annoncé du flûtiste Gariboldi. L'assistance aurait certainement pu être plus nombreuse ; et
le soliste le méritait, car il s'est révélé être un professeur précis et distingué de cet instrument très difficile
rendu divin par notre Ciardi. Gariboldi s'est réveillé avec beaucoup d'applaudissements à chaque pièce ; et
ce qui est plus significatif, les applaudissements provenaient d'un public composé en grande partie de
personnes connaissant le sujet. Le flûtiste Galli et le violoniste Benvenuti ont également joué avec
distinction, des noms très connus du monde artistique; et tous les autres artistes qui ont contribué à la
partie vocale n'ont pas manqué d'être reçus avec bienveillance. Assis au pianoforte, les maestri Mabellini,
Vannuccini, Marulli et Moderati9.

Le premier concert qui a eu lieu sous la nouvelle direction a été celui du professeur de flûte, Gariboldi.
Les deux artistes qui se sont distingués étaient, à notre avis, Gariboldi et la prima donna Marietta Gresti
Codeglia. Si le premier tirait de son instrument les mélodies les plus douces et les plus difficiles, le
second l'imitait par la puissance de sa voix, par la beauté de son chant. 10.

Article par correspondance.

Le soir du 18 mai dernier, dans les locaux du journal "L'Arte" à Florence, a été inaugurée pour la
première fois la salle du Palais des Cento Finestre, avec une académie vocale et instrumentale donnée par
le célèbre professeur de flûte Sig. Gariboldi. Avec lui, qui a aimablement collaboré pour l'heureux
résultat de l'expérience académique, ont été maestri Mabellini, Vannuccini, Marulli et Moderati, la
signora Marietta Gresti et le signori Cavalieri, Ciardi, Bettazzi et le professeur de la tlue, Sig. Galli. Nous
ne parlerons pas longuement de l'exécution parfaite des pièces vocales et instrumentales, puisque tout
était à un niveau en harmonie avec les grands noms italiens bien connus, dont la combinaison
éblouissante aurait, sincèrement, attiré un large public dans d'autres capitales, et peut-être même ici,
surtout si les prix des billets étaient un peu plus bas. ….. Gariboldi, supérieur à n'importe quel encomium
possible, a été en mesure de si magistralement jouer en ensemble avec l'autre professeur, Sig. Galli, les
différentes pièces présentées par lui, qu'il ne laisse aucun doute qu'il mérite de figurer parmi les leaders de
son métier, tant pour les difficultés qu'il est capable de surmonter que pour la douceur et l'expression de la
mélodie qu'il est capable d'extraire de cet instrument doux et toujours magique 11.

À peu près à la même époque, Gariboldi se produit également comme invité dans un autre
concert, celui-ci au profit du violoniste Ferroni. Le travail qu'il a réalisé est évidemment son opus
17.

9 Lo Scaramuccia, Giornale-Omnibus, Anno 1, May 19, 1854 (no pagination); also repeated in it is entirety in
L’Italia Musicale, Anno VI, May 24, 1854 p. 163
10 Il Buon Gusto, Anno III, May 21, 1854, p. 159
11 Lo Scaramuccia, Giornale-Omnibus, Anno 1, May 23, 1854 (no pagination)
TEATRO STANDISCH. - Samedi soir, le violoniste Ferroni a donné un concert. Là, le flûtiste Gariboldi
s'est distingué par une belle fantaisie sur la Profeta, parfaitement composée et interprétée sans faille.
Ciardi a chanté avec beaucoup de goût une romance de Petrella. Jandelli a été applaudi avec enthousiasme
dans une fantaisie pour violoncelle par le maestro Piatti. Ferroni a joué comme le vaillant artiste qu'il
est.12. …..

Au cours du même mois de mai 1854, Gariboldi se rendit également à Pérouse pour y
donner un concert -

Le célèbre flûtiste soliste Giuseppe Gariboldi, qui s'est fait connaître dans les concerts donnés à
Florence, mais aussi comme compositeur, et dont les journaux italiens et étrangers parlent si bien, se rend
à Pérouse pour y donner un concert. Là, il suscitera certainement l'enthousiasme qu'il a su susciter dans la
Florence cultivée, et méritera les applaudissements chaleureux qu'il a su mériter partout. 13

- et jouerait un gala de charité en juin, encore une fois à la Sala dell'Arte.

A la Sala dell Arte, il n'y avait qu'un concert au profit d'une personne pauvre appartenant au théâtre.
L'assistance a été très faible. ...Gariboldi, excellent flûtiste, et le jeune violoniste Bernardini étaient
heureux d'être accueillis chaleureusement. Le morceau de la soirée devait être un galopp joué par
Andreoli, qui, plaidant un fort mal de tête, a quitté la salle, avec chacun déçu de ses attentes. 14

En Juillet Gariboldi est apparu à une autre académie, cette fois à la Filarmonica. La
Fantaisie mentionnée ne semble pas survivre parmi ses œuvres publiées, à ma connaissance.

A l'académie donnée dimanche dernier à la salle Filarmonica, deux grandes ouvertures ont été
jouées, l'une par Beethoven, l'autre par Meyerbeer. Ils ont laissé le public avec un désir ardent de les
entendre à nouveau. La symphonie du maestro Favi, interprétée par le grand orchestre, nous a plu, et cette
œuvre nous semble révéler chez le jeune compositeur un tempérament heureux et une excellente
formation - deux conditions pour se faire un nom dans l'art. Brogialdi a joué, avec beaucoup de bravoure,
une fantaisie d'Artot pour violon, et le flûtiste Gariboldi, comme il le fait chaque fois qu'il se présente
devant le public, applaudissements généraux, avec une excellente interprétation d'une fantaisie de Marini
sur le Faliero. 15

En août, Gariboldi est suffisamment connu pour mériter une vue d'ensemble de ses
critiques dans la presse, publiées à Rome dans l'hebdomadaire Il Vero Amico del Popolo.

12 Lo Scaramuccia, Giornale-Omnibus, Anno 1, May 23, 1854 (no pagination); also repeated in L’Italia musicale,
Anno VI, May 27, p. 167
13 Il Buon Gusto, May 25, 1854, p. 180
14 L’Italia musicale, Anno VI, June 14, 1854, p. 185
15 Lo Scaramuccia, Giornale-Omnibus, Anno 1 July 21, 1854 (no pagination). This would be more likely to be a
“fantasy on Marino Faliero” [opera by Donizetti].
The distinguished flute soloist, Signor Giuseppe Gariboldi from Macerata, even though so young,
has already made himself renowned through his rare merit so that the newspapers of the Ticino, Venice,
Milan, Bologna have believed he was worthy of particular praise, applauding him repeatedly.
Bologna, in its Foglietto del Teatri, on July 1st, after having said that the concert given by Gariboldi in the
new Sala dell'Arte in Florence was for him one of the most beautiful of triumphs, says that “he is not a
simply mechanical artist, he does not only overcome any difficulty with precision and amazing elegance,
but he makes us hear the sweet song of the heart: he writes and plays with more than perfection, more
than exquisiteness.” The newspaper in Florence, L'Arte, on the 19 th of July, after having compared this
young soloist to that affectionate and melancholy genius of Cesare Ciardi, for having shown how
impassioned the melody by Bellini can be, following the nature of the instrument, says that “thanks to
Gariboldi, the flute has been in this city recognized also to be suited to the brilliant genre, and to arouse
joy.”

Gariboldi, after repeated invitations from various friends has overcome his hesitation and has
promised to come to give a demonstration of his ability in this Capital; but various other nearby
invitations caused him to delay so that a theatrical commitment for now will not permit this. We hope,
however, that when he is free, Rome will not be second in tasting and judging his musical virtues; after
having recognized the encomia paid him by many of the leading cities of Italy as well-founded, it will not
disdain this applause, and will, instead, encourage those abilities which the young man will demonstrate
for us. CURZIO CIECCOLINI16

Étonnamment, j'ai pu trouver peu de choses dans la presse italienne pour 1855 - mais
Rome a finalement reçu Gariboldi comme soliste.

Rome.
The eminent flute soloist, Sig. Giuseppe Gariboldi recently gave a vocal and instrumental concert at the
grand hall of the Galleria Braschi that succeeded brilliantly through the choices of musical pieces,
through their performers, and through attendance of the most select Roman society. The direction was
entrusted to the maestri, Cav. Landsberg, Fiori, Persichini. For the vocal part we heard the signora vocale
la Miarelli and the signori De Angelis, Cotogni, Topai, and Fossati; for the instrumental part, the harpist,
signora De Rocchis, the pianist Lassen, the violinists Ramacciotti, cav Angelini Tarenghi, and the
violoncellist Costaggini. All competed to contribute to the good success of the concert. Gariboldi then
played with finesse and expression his piece on the Passione di Coop 17, a Capriccio-Concerto of his, as
yet unpublished, and L’ultima sera del Carnevale.18

Gariboldi a commencé en 1856 dans sa ville natale de Macerata.

Ils nous écrivent de Macerata que le flûtiste Giuseppe Gariboldi a donné une académie le soir du
21 de ce mois, au Teatro Cradomini et qu'elle a été accueillie avec les plus grands honneurs 19.

Macerata.
Le flûtiste Giuseppe Gariboldi, assisté par les artistes attachés au théâtre de l'opéra, a donné un
concert vocal et instrumental qui a brillamment réussi. Gariboldi a joué trois morceaux de sa propre

16 Il Vero Amico del Popolo, August 26, 1854, p. 384


17 Son opus 8. Je ne suis pas au courant des deux autres morceaux qui sont mentionnées.
18 Gazzetta musicale di Milano, Anno XIII, April 8, 1855, p. 111
19 Lo Scaramuccia, Anno III, January 26, 1856, p. 4
composition qui lui ont valu les applaudissements les plus vifs. L'excellent soliste partait pour Ancône, et
entreprendra bientôt un long voyage. Il a l'intention de se rendre d'abord en France. 20.

Et, comme nous l'avons noté, il s'est rendu à Ancône.

Ancône. Le flûtiste Giuseppe Gariboldi a interprété certaines de ses compositions au Casino Dorico en
présence d'un public nombreux et sélect qui l'a chaleureusement salué. Gariboldi, qui a été nommé
membre honoraire de cette société, donnait un concert ce samedi soir 29 mars. 21.

Ancône. Le concert donné par l'éminent flûtiste Giuseppe Gariboldi a connu un grand succès en termes de
présence et d'applaudissements. Parmi les pièces de sa composition qu'il a jouées, il a dû répéter le
Divertimento fantastico sur Rigoletto et Trovatore. 22.

La prochaine destination de Gariboldi semble avoir été Sinigaglia (environ 20 miles au nord le
long de la côte d'Ancône).

Le jeune et excellent flûtiste Gariboldi viendra à Sinigalia pour se joindre à l'orchestre et se


produire dans quelques concerts. Au cours de l'hiver prochain, il sera parmi nous 23.

L'éminent flûtiste Gariboldi, qui a été entendu à Senigallia dans l'intermezzi de l'opéra le soir du 8
août, avec beaucoup de succès, quittera cette ville, le 20 de ce mois, en direction de Gênes, où il donnera
quelques concerts. De là, il ira à Nice, appelé là par son contrat avec le théâtre royal, puis à Turin et à
Paris au milieu de l'hiver prochain.24.

Selon un contrat25 il était de retour à Macerata en août et septembre pour y jouer au théâtre. En
octobre, il était déjà à Gênes, puis à Nice.

Krakamp est de retour à Gênes. De passage également, en direction de Nice, le flûtiste soliste Sig.
Giuseppe Gariboldi26.

[une note à part]:

Nice, le 12 octobre. Hier soir, le Teatro Regio a ouvert ses portes avec Beatrice di Tenda. A
l'exception de la signora Narini Haris, une débutante, qui fait vraiment plaisir, les autres, si ce n'est très
justement, n'ont pas été très bien accueillis par le public. L'orchestre du Signor Bregozzo joue bien.
L'Empereur de toutes les Russies et le Roi Vittorio Emanuele sont attendus à tout moment. Une grande
sérénade est en préparation pour les deux, avec tout l'orchestre du Teatro Regio. Le flûtiste Giuseppe
Gariboldi, qui est ici actuellement, a été invité par lettre à participer à ces sérénades. 27.

20 Gazzetta musicale di Milano, Anno XIV, February 10, 1856, p. 46


21 Gazzetta musicale di Milano, Anno XIV, March 30, 1856, p. 102
22 Gazzetta musicale di Milano, Anno XIV, April 13, 1856, p. 119
23 L’Italia musicale, Anno VIII, July 9, 1856, p. 220. "Parmi nous" pourrait signifier "à Milan", où le journal a été
publié.
24 L’Italia musicale, Anno VIII, September 3, 1856, p. 284
25 Montesi, Un Celebre Musicista (op. cit, p. 179).
26 Gazzetta musicale di Milano, Anno XIV, October 12, 1856, p. 326
27 Gazzetta musicale di Milano, Anno XIV, October 19, 1856, p. 326
L'excellent flûtiste soliste, Giuseppe Gariboldi, est à Nice, où il donnera quelques concerts l'hiver
prochain.28.

Nice...........Le flûtiste Giuseppe Gariboldi a donné un concert au Teatro Rale. Il a joué trois morceaux de
sa propre composition et a reçu beaucoup d'applaudissements. De plus, le flûtiste E. Krakamp a été
entendu au théâtre de Nice, et il a également été applaudi. 29.

Évidemment, Gariboldi semble avoir continué à Nice jusqu'au mois d'avril suivant, quand un
avis nous dit qu'il a l'intention de partir "le lendemain" pour la France.

Nice. L'éminent flûtiste Giuseppe Gariboldi a été entendu dans de nombreux concerts et a toujours été
chaleureusement applaudi. Il a dû répéter son Carnevale di Venezia, et dimanche dernier a dû donner son
dernier concert au Teatro Regio, ayant décidé de partir pour la France le lendemain. 30.

Gariboldi maintenant disparaît de la presse italienne et ne réapparaît dans la presse


française que l'année suivante, en janvier 1858, où il serait arrivé à Bordeaux. On pourrait penser
qu'il est arrivé par bateau, puisque Nice et Bordeaux sont des villes portuaires, Nice sur la
Méditerranée et Bordeaux sur l'estuaire de la Gironde, à l'intérieur des terres, d'où l'estuaire laisse
passer l'Atlantique.

Un flûtiste de mérite, M. Gariboldi, vient d'arriver à Bordeaux, où il se propose de donner un concert. 31.

De là, il se rend (par voie fluviale, ou par la nouvelle ligne de train ?) à Toulouse.

La séance d'ouverture du Cercle des beaux-arts de Toulouse a eu lieu, le 8 février, par un beau concert
dans lequel on a entendu deux artistes, M. Gariboldi, flûtiste distingué, et M. Dobbels32, chanteur de talent,
qui se sont fait légitimement et vivement applaudir. Cette institution est appelée â rendre d'éminents services aux
artistes.33.

Un autre auditeur à Toulouse était moins enthousiaste à propos de la performance de


Gariboldi.

28 L’Italia musicale, Anno VIII, October 29, 1856, p. 348


29 Gazzetta musicale di Milano, Anno XIV, December 14, 1856, p. 398
30 Gazzetta musicale di Milano, Anno XV, April 12, 1857, p. 119

31  Le Train de plaisir : littérature, beaux-arts, théâtres (Bordeaux), January 17, 1858

32 Selon une note de la Revue et gazette musicale de Paris, vol. 24, 30 août 1857, p. 287, Dobbels fut employé
comme premier bassiste au théâtre de Nantes.

33 Revue et gazette musicale de Paris, vol. 23, Feb. 14, 1858, p. 53


La chronique, pour être complète, doit rappeler le concert donné ou plutôt essayé, au
commencement du mois, par M. Gariboldi, flûtiste italien, concert demeuré sans retentissement 34…. 

Le prochain rapport, daté Le Mans, donne ce qui doit être un itinéraire presque complet pour les
voyages de Gariboldi en France - Toulon, Marseille, Nîmes, Toulouse, Bordeaux, Nantes, Tours.
Les quatre premiers sont enfilés en ligne droite dans le sud de la France. Ils ont dû commencer sa
tournée, après son départ de Nice, et avant ses arrivées à Toulouse et Bordeaux. Nantes et Tours
sont toutes deux sur la Loire (ce qui signifie probablement que Gariboldi est passé par l'eau de
Bordeaux à Nantes). Enfin, Le Mans est à 60 milles au nord de Tours.

Le Mans. From here we have news of the valiant flutist, Giuseppe Gariboldi, who has been in France for
almost a year, having performed during that time in about fifty concerts which were more or less lucrative
from the financial point of view, but always brilliant in terms of applause. He was heared in Toulon,
Marseilles, Nimes, Montpellier, Toulouse, Bordeaux, Nantes, Tours, etc. Now he is in Le Mans, where he
was called to take part in a concert by the Philharmonic Society which took place on March 26. In a few
days he is leaving for Angers, also invited to a concert there. He plays, for the most part, pieces of his
own composition, among them the inevitable Carnevale di Venezia, which he is always obliged to repeat.
Gariboldi has been called the Vieuxtemps of the flute by several French newspapers 35.

Après toutes ces pérégrinations, Gariboldi arriva finalement à Paris à la mi-avril 1858.

M. J. Gariboldi, flûtiste, compositeur italien, qui vient d'obtenir les plus beaux succès dans le midi de la
France, est arrivé à Paris, où il se propose de se faire entendre 36.

D'abord, il a été entendu en privé -

The flute soloist Gariboldi has performed in Paris in a private concert. His variations on Carnevale di
Venezia, and the Meditation inspired by the Crucifix of Lamartine, made a great impression 37.

- et en mai, en public.

Nous rappelons à tous les amateurs de bonne musique le charmant concert que donne ce soir
Mille Joséphine Bondy dans les salons de Pleyel, Wolff et C°. Outre la bénéficiaire, on y entendra pour la
première fois M. Gariboldi, célèbre flûtiste italien, et des mélodies de M. Ed. Michotte, chantées par MM.
Beraud et Schumpf. Le mattauphone a déjà fait connaître au public parisien ce jeune compositeur qui
brigue des succès plus élevés38.

34 Revue de l'académie de Toulouse (1858), p. 174


35 Gazzetta musicale di Milano, Anno XVI, April 4, 1858, p. 111

36 Revue et gazette musicale de Paris, vol. 23, April 18, 1858 p. 131
37 L’Italia musicale, Anno X, April 28, 1858, p. 136
38 Revue et gazette musicale de Paris, vol. 23, May 2, 1858 p. 150. The mattauphone was an instrument (glass
harmonica) invented in 1844 by Joseph Mattau. The young composer was Edmond Michotte.
Sa première représentation à Paris a fait l'objet d'un accueil chaleureux.

Le flûtiste italien, Gariboldi, dont nous avons signalé la présence, à Paris, s'y est fait entendre plusieurs
fois. Une excellente méthode, un doigter d'une grande correction et d'une agilité merveilleuse, un beau
son et une grande justesse d'intonation, voilà pour les qualités matérielles du talent de M. Gariboldi; mais
celles par lesquelles il se distingue et sort de ligne, en un mot le côté poétique de son talent, c'est l'âme et
le sentiment que le jeune virtuose sait déployer dans l'exécution de ses œuvres, car M. Gariboldi est en
outre un compositeur distingué. Sa Fantaisie originale, ses variations sur le Carnaval de Venise, son
délicieux divertissement sur la Muette de Portici, sont des morceaux d'élite qui lui ont valu chaque fois
qu'il les a exécutés les plus chaleureux applaudissements. Il est fâcheux que M. Gariboldi soit arrivé à
Paris lorsque la saison des concerts était à peu près finie, car il y eût très-certainement occupé une place
brillante qu'il ne tiendra qu'à lui do prendre pour la saison prochaine. 39.

Il s'est ensuite produit lors d'un concert-bénéfice à la fin du mois de mai, avec une
critique tout aussi chaleureuse.

Garibaldi, l'excellent flutiste, se fera entendre demain, lundi, au théâtre Italien, dans une représentation
donnée au bénéfice de l'acteur tragique Mazeroni40.
M. José de Ciebra41, noble espagnol et guitariste, jouant une fort jolie fantaisie sur la
romance de la Lucresia Borgia, de Donizetti, Mme Verdavainne et son élève exécutant le grand
concerto de Weber, arrangé en duo pour piano et orgue; M.Gariboldi, jeune flûtiste italien, faisant chanter
son instrument comme la voix humaine d'un charmant soprano, exécutant deplus des difficultés sur sa
flûte comme un pianiste ou un violoniste, dans sa fantaisie sur la Muette de Portici et le Carnaval de
Venise: tels sont les éléments du concert donné aussi dans la salle Beethoven par Mlle Fanny Molidoff,
qui a fort bien dit la cavatine d’ I Capuleti ed i Montecchi, ainsi que la grande scène de la  Favorite et
surtout l'air de  Galathée: Ah! verse encore!, qui a valu à la cantatrice des applaudissements et des
rappels chaleureux.42.

Les notes suivantes dans la presse sont intéressantes dans la mesure où elles commentent
l'interprétation par Gariboldi d'un "prélude de Bach". On ne peut que spéculer sur ce que c'était.
Le flûtiste Belcke avait publié un arrangement pour flûte de la Fantaisie chromatique de Bach
dans sa première série de caprices (op. 6, publiée vers 1832).

Le célèbre flûtiste Gariboldi, après avoir obtenu beaucoup de succès dans une représentation au


théâtre italien, en jouant d'une façon magistrale le prélude de Bach, une fantaisie sur
la Muette de Portici et le Carnaval de Venise, s'est fait entendre dans plusieurs soirées particulières, où il
a été également accueilli avec une grande faveur. 43

Le flûtiste italien Gariboldi a été entendu au Teatro Italiano entre deux représentations de la
compagnie dramatique italienne. Il a joué une fantaisie de sa propre composition sur la Muette de Portici,
le Prélude de Bach et le Carnevale di Venezia. Le public a été surpris, selon la Presse théâtrale,

39 Revue et gazette musicale de Paris, vol. 23, May 23, 1858 p. 173
40 Revue et gazette musicale de Paris, vol. 23, May 30, 1858, p. 185
41 Guitariste de Séville. Dates inconnues.
42 Henri Blanchard, Revue et gazette musicale de Paris, vol. 23 June 6, 1858, p. 190
43 Revue et gazette musicale de Paris, vol. 23 June 20, 1858, p. 209. Ceci est rapporté (en italien) dans le Gazz.
Mus. di Milano, 27 juin, p. 210.
d'entendre des mélodies larges et expressives à la flûte alors qu'il n'attendait rien de plus que le gazouillis
ennuyeux auquel les flûtistes français avaient habitué le public. Gariboldi, poursuit le journal cité, a un
genre, un caractère qui lui est propre. A la pureté et à la facilité du son de Tulou, il unit le goût, l'âme et le
sentiment, qui font vivre et palpiter la mélodie. 44.

Arrivé à Paris, Gariboldi se dirige ensuite vers le nord en direction de la côte atlantique, avec des
concerts à Dunkerque, Caen, Lisieux, Trouville et Dieppe, tous en Manche ou à proximité.
Dunkerque. –Le flûtiste Italien, M. Gariboldi, vient de donner un concert dans lequel le savant professeur
a obtenu un Triomphe bien mérité45.

M. Gariboldi vient de donner un grand concert. Ce savant professeur de flùte, italien, arrive


sans recommandation, avait compté avec raison sur sa renommée et sur le bon goût d'un public aimant le
beau : aussi son début a-t-il été des plus brillants. Ses derniers concerts à Trouville et à Dieppe avaient
fait ressortir tout ce que son talent a de distingué; aussi son succès a-t-il été un triomphe bien mérité. M.
Gariboldi qui est attendu en Hollande, se fera encore entendre à Litle le 15 de ce mois, et sera de retour à
Paris vers la fin d'octobre. 46.

Apres de brillants succès obtenus à Caen, Lisieux, Trouville, Dieppe et Dunkerque, le flûtiste Gariboldi
vient de partir pour la Hollande; il sera de retour à Paris dans le courant de novembre 47.

1858 semble également avoir apporté la première publication des compositions de Gariboldi en
France. Son op. 11, un arrangement pour flûte et piano du caprice pour piano qui était l'op. 1 de
Jacques Blumenthal (publié par Brandus en 1848) a été revu par la Revue et Gazette Musical en
novembre. Aucune information n'est donnée sur l'éditeur, mais il s'agirait probablement de
l'édition Brandus maintenant conservée à la Bibliothèque nationale de Paris. Une édition de
Breitkopf & Härtel a été publiée en 1860.

Giuseppe Gariboldi. LA SOURCE, de Blumenthal, arrangée pour la flûte.

M. Giuseppe Gariboldi, flûtiste distingué, qui s'est fait connaître et applaudir pendant la dernière saison
musicale, a eu l'heureuse idée de transcrire pour la flûte un délicieux caprice de Blumenthal, la Source. La
charmante introduction, andante cantabile, que l'arrangeur y a ajoutée ne dépare nullement le morceau, et
mérite d'ètre accueillie comme l'a été primitivement l'œuvre de Blumenthal. Le chant en est mélancolique
et fort bien harmonisé; c'est encore là un succès tout fait, et d'autant mieux assuré que, indépendamment
du charme de l'original si ingénieusement tracé par Blumenthal, la copie de M. Gariboldiest remarquable,
que l'accompagnement de piano remplit fortement l'harmonie et soutient le solo de flûte tout à fait
fraternellement. Le piano, dans cet arrangement, se montre fort et généreux; il sait qu'il triomphe
habituellement sur toute laligne, aussi a-t-il la majesté et la tranquillité du lion; il n'en veut pas à la
flûte de venir ainsi chasser sur ses terres, il ne sescandalise pas, et, le plus gracieusement du monde, il
l'aide au contraire par ses arpéges sonores et puissants, à partager avec lui les succès que la Source lui a
tant de fois procurés. En somme, cette nouvelle forme rend la charmante composition de Blumenthal plus

44 Gazzetta musicale di Milano, Anno XVI, June 20, 1858, p. 202


45 Revue et gazette musicale de Paris, vol. 23 Sept. 12, 1858 p. 306
46 Courrier franco-italien : journal hebdomadaire non politique : sciences, industrie, commerce, littérature, beaux-
arts, théâtres Sept. 9, 1858.
47 Revue et gazette musicale de Paris, vol. 23, Sept. 26, 1858, p. 322
imitative et plus douce encore. On pourrait comparer aux effets produits par une belle cascade le jeu de la
flûte, laissant retomber sur le fond harmonique du piano ses notes limpides, cristallines et légères, ses
sons vaporeux et jaillissants. A.B.48

Pour autant que nous le sachions, les activités de Gariboldi en tant qu'artiste se sont
concentrées sur les dix années qui ont suivi, avec Paris comme lieu de résidence. Surnommé le
Vieuxtemps de la flûte, il est devenu en 1859 le Paganini (le remarquable violoniste était mort à
Nice presque vingt ans auparavant).

  La Société philharmonique a donné son concert d'inauguration. Après


l'ouverture d'Obéron, parfaitement exécutée, M. Audran et Mlle Rouvroy, venus de Gand pour prêter le
concours de leur talent à cette soirée, ont dit avec grâce et légèreté le duo des Dragons de Villars. Ensuite
M. Gariboldi, flûtiste italien, a exécuté une fantaisie mélodieuse de Briccialdi. L'artiste a pu déployer
toutes les ressources de son instrument, et prouver une fois de plus qu'il possède une admirable qualité de
son, une rare pureté de style, une justesse et une expression exquise, enfin tous les éléments qui
constituent le véritable talent. On a pu en juger dans la fantaisie sur les Due Foscari et non moins bien
dans le Carnaval de Venise, de sa composition, qui l'a fait surnommer le Paganini de la flûte, et lui a
également mérité les honneurs du rappel.49.

L'année 1859 verra également de nombreux concerts en Belgique, avec des apparitions à
Bruges (février), Mons (avril), Dunkerque - en France, mais à trois kilomètres de la frontière
belge, en octobre, et Veurne et Cambrai (de nouveau près de la frontière), en novembre, et
Valenciennes (en face de Mons), en décembre.

L'éminent flûtiste Gariboldi obtient en ce moment beaucoup de succès à Bruges, où il a joué dans le


concert de la Sociéte de reunion et dans plusieurs salons aristocratiques de cette ville. Plusieurs morceaux,
vivement applaudis et entre autres la Source, ont été bissés50.

A fine concert was just given in Mons by the Société des concerts. Servais, Mlle François, and Gariboldi
performed there. Nous ne dirons rien de Servais accoutumé aux triomphes mais nous constaterons le
grand succès obtenu par Mlle François jeune artiste d avenir et qui a fort bien chanté et par Gariboldi dont
l exécution sur la flûte a soulevé de chaleureux applaudissements 51.

Dunkerque, 25 octobre. L'orphéon de cette ville ne néglige rien pour y ranimer le goût musical, et ses
louables efforts ne manqueront pas d'être récompensés par le succès. Voici le programme du concert qui
sera donné le 19 novembre prochain.

PREMIÈRE PARTIE : 
1° Chœurs chantés par l'orphéon ; 2° grande fantaisie sur des thèmes de Donizetti pour violon, exécutée
par M. Henri Pretzeys, violon premier prix du Conservatoire royal de Bruxelles, composée par Léonard;
3° variations brillantes pour flûte sur un thème tyrolien, composées par Boëhm, exécutées
par M. Gariboldi ; 4° morceau de chant, par Mlle Valentine de Guingand, premier grand prix d'opéra du
Conservatoire royal de Bruxelles ; 5" fantaisie caractéristique sur deux romances célèbres de Lafont, pour

48 Revue et gazette musicale de Paris, vol. 23, Nov. 28, 1858, p. 396
49 Revue et gazette musicale de Paris, vol. 26, Jan 2 1859, p.16
50 Revue et gazette musicale de Paris, Feb. 27, 1859 vol. 26, p. 75
51 Revue et gazette musicale de Paris, vol. 26, May 1, 1859 p. 146
violoncelle, composée par Servais, exécutée par son élève, M. Jules Desesvert, premier grand prix de
violoncelle du Conservatoire royal de Bruxelles ( classe de Servais) ; 6° chant par Mlle Valentine. — 
DEUXIÈME PARTIE, mêmes exécutants.52

Mlle Valentinc de Guingand, la cantatrice à la mode, M. Gariboldi, le flûtiste italien dont notre publie a
constaté le talent, ainsi que MM. Putzeys et Deswcrt, que nous avons bien souvent applaudis, viennent
d'accomplir une courte mais brillante excursion artistique.
A la société de l'Orphéon de Dunkerque, à la Ste-Cécile de Fumes et & la Société
Philharmonique de Cambrai, où ces quatre virtuoses se sont successivement fait entendre, leur succès a
été des plus éclatants.
Partout on les a accueillis avec enthousiasme; à Dunkerque et Fumes surtout, où on leur a offert
de somptueux banquets, et où plusieurs pièces de vers ont été dédiées à Mlle de Guingand principalement.
Outre le talent distingué que nous connaissons à cette charmante cantatrice et au violoniste
Pulzeys, ces trois concerts offrirent encore deux choses non moins intéressantes: le talent hors ligne, sur
le violoncelle, du jeune Deswert, âgé à peine de 17 ans, et la nouvelle flûte cylindrique en argent sur
laquelle M. Gariboldi se faisait entendre pour la première fois et avec un succès réel. Sans revenir à tout
ce que les progressistes ont dit de bien sur les qualités de la flûte moderne, nous osons espérer que
M. Gariboldi nous offrira bientôt l'occasion de constater par nous-mêmes le mérite de cet instrument
adopté depuis peu par les flûtistes les plus éminents. 53

Mademoiselle de Guinguand, MM Gariboldi Dessvert et Putzeys de Bruxelles ont donné trois concerts
très remarquables: le 19 à Dunkerque, le 20 à Furnes à la Société Sainte Cécile, et le 23 à Cambrai à la
philharmonique. Les honneurs de ces trois intéressantes ont été pour le flûtiste Gariboldi, dont la
réputation grandit chaque jour. Les autres artistes l ont vaillamment secondé et ont obtenu de nombreux
applaudissements54.

Valenciennes. Le premier concert de la Société philharmonique a réuni hier dans la salle de spectacle une
nombreuse société d élite. On avait engagé le célèbre flûtiste Gariboldi et Mme Lagnier cantatrice, dont la
voix de soprano réunit à la souplesse, l etendue, la pureté sympathique, et dont la prononciation est
excellente 55.

Dans les années soixante, l'accent sera mis de plus en plus sur une présence plus
diversifiée en tant que compositeur - non seulement de la musique pour flûte, mais aussi des
chansons et des œuvres pour piano, et peut-être sans surprise, une activité de soliste en tournée
qui diminue progressivement, bien que cela semble s'être poursuivi au moins pendant les années
1860 et 1861. L'accent mis sur la composition se poursuivra jusqu'à ce que le virtuose italien de
la flûte traversière écrive et ait interprété deux œuvres d'opéra en langue française, Au clair de la
lune et La Jeunesse de Hoche, mise en scène à Versailles en 1872. On rapporte en 1869 que
Gariboldi quittait la France pour retourner en Italie, où il dirigeait des concerts de musique
populaire, mais cela ne semble jamais avoir eu lieu. Cette trajectoire (passage de la flûte à la
musique vocale) trouve un écho dans la notice biographique de Gariboldi publiée dans le lexique

52 Revue et gazette musicale de Paris, vol. 26, October 30, 1859 p. 362
53 Le Guide Musical, vol. 5, November 24, 1859, p. 81
54 Revue et gazette musicale de Paris, vol. 26, Nov. 27, 1859 p. 398
55 Revue et gazette musicale de Paris, vol. 26, Dec. 18, 1859 p. 422
des compositeurs italiens du XIXe siècle, I maestri di musica italini del secolo xix: notizie
biografiche, publié en 1884 par Giovanni Masutto, qui mentionne d'abord son "grand nombre de
compositions pour flûte", puis les deux opéras comiques, et enfin "un bon nombre de romances
et mélodies vocales" 56.

1860

Anvers. Au concert donné dimanche par notre Société royale d'harmonie, il nous a été donné d'entendre
deux nouveaux artistes, encore inconnus en notre ville: MM. Giuseppc Gariboldi, flûtiste italien, et A.
Vliegcn, baryton, élève de Duprcz.
Il ne nous est pas difficile de nous montrer d'accord avec le nombreux auditoire qui a si
chaleureusement applaudi M. Gariboldi, en disant que cet artiste est à mettre au nombre de ceux qui
possèdent le talent si rare de se concilier toutes les sympathies. En effet, M. Gariboldi, joint a une grande
facilité d'exécution, un jeu savant qui permet à l'auditeur de saisir les nuances les plus délicates, malgré la
profusion de notes qui s'échappent en cascades perlées de sa flûte.
C'est ainsi que la fantaisie sur les motifs d'Obéron de Wcber, a été rendue avec une grande
perfection, sans la moindre apparence d'effort de la part de l'exécutant.
M. Gariboldi, qui est également compositeur, nous a fait entendre une Mosaïque-caprice sur
le Trouvère de Verdi, à grand orchestre, qui dénote une étude sérieuse des règles de la composition. Cette
œuvre appréciée comme elle méritait de l'être, a valu à son auteur do nouvelles et bruyantes marques de la
satisfaction générale. 57. ……

M. Gariboldi s’est montré habile flûtiste et musicien consciencieux; il rend la musique classique d’une
manière remarquable et tire de son instrument des sons perlés et d une grande douceur 58.

Le flûtiste Gariboldi a fait merveille à Courtrai au concert organisé par le Cercle musical de cette ville
à l’occasion des fêtes royales. Cet artiste jointm comme on sait, à son talent de virtuose un talent de
compositeur des plus remarquables. Parmi les morceaux qu il a exécutés et qui ont été chaleureusement
applaudis sa Revue fantastique sur des motifs de Verdi a particulièrement fait sensation. La partie vocale
avait été confiée à Mlles de Aynss….59

NIVELLES La société d'Harmonie a donné le 4 octobre un concert fort brillant, auquel Mlle


de Guingand, MM. Gariboldi, Mattau, et Delfosse ont pris part. Le talent de la gracieuse cantatrice a reçu
l accueil le plus flatteur …. M Gariboldi s est fait applaudir par l exécution brillante et élégante de deux
morceaux de riche répertoire 60…..

56 Giovanni Masutto, I maestri di musica italiani del secolo xix: notizie biografiche, p. 87.
57 Le Guide Musical, Vol. 5, February 2, 1860, p. 51
58 Le Guide Musical, Vol. 6, April 19, 1860
59 Le Guide Musical, Vol. 6, Sept. 13, 1860
60 Le Guide Musical, Vol. 6, October 11, 1860
1861
M. Gariboldi, l'excellent flûtiste, dont nous avons déjà eu maintes occasions d'applaudir le talent, a donné
le 18 avril, ou Cercle artistique et littéraire, un concert composé de la manière la plus attrayante; outre le
bénéficiaire, qui s'est surpassé dans l'exécution de divers morceaux de son riche répertoire, Mme Redi et
Galvani du Théâtre Italien, ainsi que MM. Poneys et Gouchon s'y sont fait entendre.

La renommée que s’est acquise M Gariboldi pendant son séjour en Belgique n’a rien qui étonne. La flûte
sous ses doigts n’est que le docile esclave qui se plie aux fantaisies les plus capricieuses du maitrc. M.
Gariboldi ne se borne pas à être le virtuose que nous venons de dire, il est encore l’auteur de charmantes
compositions et au nombre de celles ci nous citons sa revue fantastique sur Rigolelto et Il Trovatore, qui a
fait le plus grand plaisir, et à la suite de laquelle il a été rappelé … 61

Ostende est favorisée par une pléiade d'artistes éminents. …..Il y a aussi un flûtiste de premier ordre, dont
le nom est dans une lettre identique à celle du héros de la régénération italienne, --- il s'appelle M.
Gariboldi. On dit qu'il est un exécuteur admirable et qu'il compose joliment et je ne vois pas pourquoi il
n'aurait pas droit aux deux éloges funèbres bien qu'il ait eu une si courte échappatoire de voir son nom
immortalisé "sans son agitation”.62

Les Abonnés….recevront, avec ce no.: LA CHANSON DE LA RÊVEUSE, Paroles dAndré Van Hasselt,
musique de Giuseppe Gariboldi63

1862
Prochainement, concert du flûtiste Gariboldi 64.

Le flûtiste Gariboldi est à Paris65.

Le flûtiste et compositeur Giuseppe Gariboldi – de retour à Paris – se fera entendre bientôt à la Salle
Herz66.

1863
La séance annoncée par le flûtiste et compositeur Gariboldi pour l’auditiion de ses nouvelles
compositions, aura lieu le vendredi 24 avril67.

61 Le Guide Musical, Vol. 7, Aug. 8-15, 1861


62 The Musical World, Vol. 39, Sept. 7, 1861, p. 564.
63 Le Guide Musical, Vol. 7, October 3, 1861
64 Le Guide Musical, Vol. 7, Feb. 13, 1862
65 L’Italia Artistica, Anno II, February 23, 1862
66  Le Ménestrel: journal de musique, February 26, 1862
67 Revue et gazette musicale de Paris, vol. 30, April 19, 1863 p. 126
Mr. Giuseppe Gariboldi, flûtiste de talent, a fait entendre, au cercle des Sociétés savantes, des œuvres
vocales et instrumentales de sa composition. Sans contredit, la facilité es un don; mais, comme tout se
paie ici bas, on ne l'a souvent qu'aux dépens, non-seulement de la correction, mais encore de la force et de
la variété de la pensée. Quoi qu'il en soit, les mélodies de M. Gariboldi sont loin d'être dépourvues de
charme; on y trouve même d'assez jolies idées, sinon une harmonie intéressante et un travail attachant. La
mélodie amommi allor a été très-bien accueillie. —La scène fantastique pour violon, piano et orgue a eu
aussi beaucoup de succès, et on a hissé la canzone il Merciajualo. Enfin, en jouant sa fantaisie sur Lalla-
Roukh et son Elégie, M. Gariboldi a fait preuve d'une grande habileté.
ADOLPHE BOTTE68

La troupe italienne de M. Sinico donne à Bayonne des représentations très-suivies. Latroupe est


composée de Mmes Marini et Acs, Louise Marra et Maymo. On a joué avec beaucoup de succès Norma,
Hermani et le Trovatore; l'orchestre dirigé par Gariboldi, marche très-bien.69.

Après la première soirée de la Société philharmonique, nous avons eu les concerts du flûtiste Gariboldi,
avec le concours de l'orchestre du théâtre et celui de Mmes Joséphine etLéoni Martin. Beaucoup de
monde a assisté à ces fêtes 70.

1865
Mr. Gariboldi, un flûtiste de talent et un compositeur d'avenir, vient de publier deux morceaux qui ont
obtenu le plus légitime succès, et qui font le plus grand honneur au talent du compositeur et de l'artiste.
Les dilettantes voudront entendre el applaudir pendant la saison musicale qui va commencer, son
Colporteur, qui, grâce au talent de MM. Ferranti et Fronti, deviendra la chanson en vogue. La Fantasia sur
l’Africaine, pour flûte et piano, sera certainement applaudie et redemandée. Le jeune artiste l'exécute avec
un talent bien propre à en faire valoir le mérite et les beautés. 71.

1866
L’excellent flûtiste Gariboldi, qui depuis trois ans habite Paris, s’y fixe définitivement et se fera souvent
entendre cet hiver. M. Gariboldi n’est pas moins bon compositeur que virtuose distingué.
Sescompositions sont déjà nombreuses, et on a pu juger de leur par ses morceaux sur les Dragons de
Villars et sur l’Africaine. Elles vont s’augmenter d une grande collection de fantaisies faciles sur opéras
de Verdi.72

A la soirée musicale donnée samedi 20, au Cercle des Sociétés savantes, le flûtiste Gariboldi a fait
entendre avec un grand succès les deux morceaux qu'il a composés sur l'Africaine : l'air du ténor, O
Paradis et la fantasia cantante. M. Grignon, baryton distingué, n'en a pas obtenu un moindre dans l'air du
même opéra Fille des rois, qu’il a tres-bien chanté73.

68 Revue et gazette musicale de Paris, vol. 30, May 3, 1863, p. 141


69 Revue et gazette musicale de Paris, vol. 30, May 31, 1863 p. 173
70 Revue et gazette musicale de Paris, vol. 30, Dec. 13, 1863, p. 399

71  La Comédie, Oct. 29, 1865

72 Revue et gazette musicale de Paris, vol. 33, Jan. 7, 1866 p. 6


Un mot avant de finir pour la matinée de M. Gariboldi, l'un de nos flûtistes les plus en vogue. Sous le
rapport de la pureté et de la beauté du son, M. Gariboldi doit connaître peu de rivaux. Il se joue d'ailleurs
de toutes les difficultés de son instrument et il articule avec une metteté dont il a donné une brillante
preuve dans sa fantaisie sur l’Africaine elle a soulevé d’enthousiastes bravos. AUGUSTE DURAND74.

GIUSEPPE GARIBOLDI. — La Comédie n'a pas la prétention de marcher sur les brisées de cartaines
feuilles qui s'adjugent le monopole des concerts et des concertants; cependant, nous ne pouvons passer
sous silence l'intéressante matinée musicale donnée récemment dans les salons du quai Malaquais. Un
public d'élite était accouru pour entendre et applaudir de vrais artiste. Le programme était attrayant, et,
chose sans précédent dans le monde concertant, il a été fidèlement exécuté jusqu'au bout. Gariboldi a
exécuté trois de ses nouvelles compositions: Une fantaisie sur Faust, Souvenirs de Rigoletto, et enfin une
des meilleures pages du jeune compositeur, une Fantaisie sur l'Africaine. Le talent du compositeur et de
l'exécutant a été justement apprécié. Pour notre compte, nous avons applaudi les progrès de l'artiste que
nous n'avions pas entendu depuis plusieurs années. — Son exécution si ferme, ses modulations exécutées
avec tant de finesses et d'harmonies, révèlent l'artiste accompli. Nous lui prédisons dès à présent une
ample moisson de succès pour la saison qui va s'ouvrir. 
…….. - EUGÈNE LEVERD75

1867
La matinée musicale donnée dimanche dernier par M Gariboldi dans les salons Scholtus y avait attiré un
nombreux auditoire. M Gariboldi est un artiste de grand talent, qui a largement mérité les
applaudissements dont il a été l objet après l exécution de ses belles fantaisies sur l Africaine et sur Faust,
jouées avec une rare perfection. Mmes Boudier et Maritana et M. Valli ont très agréablement varié le
concert en chantant des compositions du bénéficiaire et de Mattiozzi. 76

Un beau concert a été donné dimanche dernier au Casino d'Yport, par le célèbre flûtiste Giuseppe
Gariboldi, avec le concours de MM. Nathan et Lowenthal. Le public d élite qui avait répondu à l appel de
éminents artistes a chaleureusement applaudi une fantaisie sur jouée par le bénéficiaire et un grand duo
sur l Africaine exécuté par MM Nathan et Lowenthal. Deux jours après ces artistes obtenaient le plus
grand succès à Yvetot.77

1869
Le flûtiste Gariboldi va partir pour l'Italie, ou il doit, dit-on, diriger des concerts populaires .78

73 Revue et gazette musicale de Paris, vol. 33, Jan 28, 1866 p. 30-31

74 Revue et gazette musicale de Paris, vol. 33, Feb. 11, 1866, p. 45


75 Comédie, Feb. 18, 1866

76 Revue et gazette musicale de Paris, vol. 34, March 24, 1867, p. 92

77 Revue et gazette musicale de Paris, vol. 34, August 18, 1867 p. 267
1872

Une intéressante représentation théâtrale doit avoir lieu prochainement à Versailles au profit d une œuvre
patriotique. On y exécutera deux opéras comiques en un acte avec chœurs Au clair de la Lune paroles de
G Longuet musique de G Gariboldi et la Jeunesse de Hoche que les mêmes auteurs se terminent en ce
moment. Les répétitions sont activement poussées et l’on espère être prêt pour le samedi de Pâques . 79

Deux opéras-comiques en un acte de Gariboldi, Au clair de la lune et la Jeunesse de Hoche, ont été joués
jeudi dernier à Versailles, avec un fort joli succès, par une société d'enfants, au profil d'une œuvre
charitable.80

1873

Le Théâtre Tivoli donnera prochainement un opéra comique en un acte de G Gariboldi Au clair de la lune
qui a été joué avec succès à Versailles l année dernière. 81

78 Le Ménestrel : journal de musique, June 20, 1869


79 Revue et gazette musicale de Paris, vol. 36, March 17, 1872, p. 85
80 Revue et gazette musicale de Paris, vol. 36, Sept 7, 1872, p. 286
81 Revue et gazette musicale de Paris, Vol. 40, March 30, 1873, p. 100