Vous êtes sur la page 1sur 3

Beaucoup plus meurtrière que la précédente guerre mondiale, la Seconde Guerre mondiale a eu deux

étapes finales: fin de guerre en Europe, avec la reddition le l'Allemagne en 08

mai 1045 et la reddition du Japon, en septembre 1945.

Les Américains étaient deja aux portes du Japon, dès qu'ils avaient conquiert l'ile de Okinawa.

Les Japonais n'envisageait pas de se rendre, meme s'ils étaient bombardés sans relâche par les
Américains. Le président Harry Truman, qui a succédé le 12 avril au president Roosevelt, pour ne pas
avoir plus de pertes pendant le siège deu Japon, décide d'utiliser une nouvelle et terrible arme : la
bombe atomique. La première bombe est lâchée sur Hirishimale 6 août 1945, et la deuxième, sur
Nagasaki, le 8 août 1945. Elles on fait si tant de victimes que le 15 août, l'empereur Hirohito annonce sa
reddition et le Japon capitule sans conditions et signe sa capitulation dans la baie de Tokyo, à bord du
cuirasse Missouri.

La bombe atomique on l'appelle aussi bombe à fission ou bombe nucléaire, est un engin explosif où
l'énergie est obtenue par la fission nucléaire d'une masse critique d'éléments fissiles comme l'uranium
235 ou le plutonium 239.Les bombes à fission furent les premières armes nucléaires développées Dans
l'histoire de l'arme nucléaire, c'est à ce jour le seul type de bombe ayant servi lors d'un conflit.

À l'intérieur de ces bombes, il y a de l'uranium ou plutonium. Ce genre de métal sert à produire de

l'énergie nucléaire, que l'on transforme en électricité, par exemple. Utilisé pour des raisons militaires, il

permet aussi de fabriquer des bombes, les plus puissantes du monde. Ces armes font des dégâts

énormes. Autour de la cible, elles créent un immense nuage, qui disperse des radiations. Des rayons

invisibles, sans odeur, qui provoquent des maladies mortelles des degats affreux. Depuis 1945, personne

n'a utilisé de bombe atomique pour tuer. Aujourd'hui, c'est une menace, une arme de dissuasion, qui

fait peur aux ennemis.

La fission nucléaire est l'éclatement d'un noyau instable en deux noyaux plus légers et

quelques particules élémentaires. Cet éclatement s'accompagne d'un dégagement de chaleur, c'est à

dire d'énergie .La fission spontanée existe mais elle est très rare. Le seul élément naturellement fissile

est l'uranium 235. Sous l'impact d'un neutron, le noyau se trouve déséquilibré et se transforme en deux

noyaux plus légers mais toujours instables appelés produits de fission. Au moment du choc avec le

neutron, ces produits de fission sont éjectés à grande vitesse. Les noyaux issus de fission sont dans la

plupart des cas radioactifs mais leur période est assez courte. La fission dégage une énergie gigantesque.

Un gramme d'uranium 235 libère ainsi autant d'énergie que la combustion de plusieurs tonnes

de charbon. Les neutrons libérés par la fission ont une très grande énergie. Si on parvient à les ralentir
convenablement, ils peuvent induire de nouvelles fissions et la réaction continue et s'accélère. Dans

les réacteurs nucléaires, la réaction s'auto-entretient. Mais, si on laisse augmenter le nombre de

neutrons présents, la réaction peut devenir explosive, c'est le cas de la bombe atomique (bombe A).

Il arrive également que deux ou plusieurs noyaux atomiques légers s'unissent pour former un noyau

lourd. On dit alors qu'il y a fusion nucléaire.

La fusion nucléaire est plus difficile à réaliser que la fission car ici, il faut rapprocher des atomes si près

l'un de l'autre qu'ils vont se coller. Pour cela, il est nécessaire de porter la matière à une très haute

température (environ 100 millions de degrés), sous une très forte pression. L'énergie libérée par ce

phénomène est dix fois supérieure à celle libérée lors de la fission. D'autre part, la fusion nucléaire ne

produit pas de déchets radioactifs puisque les produits de fusion sont stables. L'énergie

des étoiles provient de cycles de réactions de fusion nucléaires. La fusion est aussi exploitée dans la

bombe thermonucléaire (bombe H) pour laquelle les bombes A servent d'allumettes car leur explosion

permet d'atteindre les températures nécessaires au déclenchement de la fusion.

La physicienne Stefania Maracineanu est née à Bucarest en 1882, elle a suivi les cours lycéals à l’École

Centrale et les cours universitaires à la Faculté de sciences Physico – Chimiques de l’Université de

Bucarest. Elle suit les cours de radioactivié tenus par Marie Curie à l’Institut de Radium de Paris. En

1924, à Sorbonne elle soutient sa thèse de doctorat: “Recherches sur la constante du polonium et sur la

pénétration dans les métals” en découvrant le phénomène de la radioactivité artificielle. Ensuite elle a

travaillé aux observatoires de Mendou et Paris, ou elle a demontré que, le plomb sous l’influence des

radiations solaires devient radioactif. En 1935, Stefania Maracineanu sera la victime d’une injustice, par

l’octroi du Prix Nobel pour Chimie aux mariés Irène et Frédéric Jolliot Curie pour la découverte de la

radioactivité artificielle, même si la savante roumaine est la personne qui a apporté les premières

découvertes dans ce domaine onze ans avant, par rapport aux savants français. Bien que ceux-ci aient

expliqué physiquement et mathématiquement le phénomène de la radioactivité, c’est elle qui a le

mérite de cette découverte. Dans un interwiev au journal “ Neues Wiener Journal” la fille de Marie Curie

avouait: “ On se rappelle que la savante roumaine Mademoiselle Maracineanu, en 1924 a annoncé la


découverte de la radioactivité artificielle, phénomène mis en évidence par la constante du polonium.

Elle est décédée à Bucarest, en 1944.