Vous êtes sur la page 1sur 18

Sais-tu justifier ta foi ?

« Mon peuple périt faute de connaissance ... » (Os 4, 6). Ce beau passage de la Bible est une
interpellation pour le chrétien, car connaître pour approfondir sa foi est une exigence qu’il a toujours
à cœur.

En cette fin de siècle caractérisée de profonds changements, le croyant est appelé à avoir des
convictions solides sur sa foi. La parole de l’Apôtre Pierre interpelle : Soyez toujours prêts à rendre
compte de l’espérance qui est en vous… (1 P 3, 15). Être prêts, savoir justifier sa foi temps et à
contretemps.

Dans le premier volume, le Père Carlos Orduna Diez, Clerc de Saint-Viateur approfondit 18 points de
la foi les plus souvent mis en cause : Comment étudier la Bible ? Les livres de la Bible sont-ils tous
révélés ? Quel est le nom de Dieu ? Quand verra-t-il la fin du monde ? Jésus a-t-il fondé une ou
plusieurs Églises ? Pourquoi les prêtres catholiques ne se marient-ils pas ?

Dans le deuxième volume, outre les grands sujets de la foi catholique comme le baptême,
l’eucharistie, la confession, la Vierge Marie, la prière pour les morts, l’œcuménisme. L'auteur met à la
disposition du lecteur une excellente étude sur les Églises, les Sectes et les Mouvements religieux
tant en Afrique que dans le monde.
Dans mon travail pastoral auprès des jeunes et des communautés chrétiennes, je suis souvent
interpellé : ne pourrait-on pas recueillir dans un livre les principales difficultés que certains groupes
religieux nous posent à nous, les chrétiens, et plus précisément à nous, chrétiens catholiques ? En
effet il existe un foisonnement de groupes chrétiens ou pseudo-chrétiens, dont les doctrines
désorientent souvent les chrétiens catholiques faiblement formés.

C’est un fait que les membres de certaines confessions passent de maison en maison, à travers les
quartiers, dans les résidences universitaires, dans les villages, faisant du prosélytisme. Ils profitent
souvent d'une culture biblique faible ou même inexistante chez de nombreux chrétiens. Ceux-ci ne
savent que dire ou que répondre lorsque, par exemple, un membre des Assemblées de Dieu ou
un Témoin de Jéhovah leur pose des questions ou les met devant des difficultés... Alors, très
facilement, ils se laissent embarquer et changent de religion.

Combien de fois n'ai-je pas été surpris de retrouver dans tel ou tel groupe dit protestant des jeunes
que j’avais vus se préparer au baptême et que j'ai moi-même baptisés ! Cela met en question le
sérieux de notre travail catéchistique et pastoral. Travail que nous faisons parfois à la légère et que
nous donnons souvent à des animateurs de fortune qui manquent d’une solide préparation.

Ce même problème est vécu aussi, peut-être plus fortement, dans d’autres continents. En Amérique
Latine, par exemple, la profusion et le développement des sectes est en train d'ébranler l'Église
catholique. Pour parer à ce problème, deux prêtres du Chili, les PP. Miguel Jorda et Paulo Dierk ont
édité un document qu'ils ont offert à toutes les communautés et familles catholiques d'Amérique
Latine. En 6 mois, près de 40.000 exemplaires ont été diffusés. Ce livre a été présenté même aux
évêques de la CELAM (Conférence Épiscopale Latino-Américaine) réunis à Bogota, afin que cette
œuvre se répande à travers le continent.

Les auteurs encouragent à rééditer leur livre sans exiger aucun droit réservé. Ils se sentent guidés
parce dicton : « C'est la bonne graine qu’il faut semer, car la mauvaise se sème toute seule ». Leur
seul but, c’est de contribuer à mettre au clair la vérité et à renforcer la foi du peuple de Dieu.

C’est en m'inspirant de cette œuvre que j'ai composé cet ouvrage en l'adaptant à notre contexte
africain. Il ne s'agit pas d'une simple traduction, il y a parfois des ajouts, des explications
supplémentaires, des adaptations, des exemples, quelques chapitres nouveaux, mais il faut dire que
c'est essentiellement une adaptation de l’ouvrage latino-américain.

Qu’un évangélique ou un chrétien céleste passe chez un chrétien catholique pour l'inviter à prier avec
la Bible n'a rien de mauvais, au contraire ! Mais c'est un fait que, sous prétexte de lire la Bible, très
souvent, ils troublent la foi et cherchent à faire des adeptes. Cela constitue, à notre avis, un manque
de respect et même de charité à l'endroit de personnes qui manquant d'une formation biblique
solide, ne savent pas justifier leur foi.

Ces objections présentent cependant des aspects positifs : elles peuvent inciter les chrétiens à
approfondir des points de leur foi, et à devenir des croyants plus avertis et éclairés.

Ce livre ne prétend pas être un exposé complet de la foi, mais apporter des éléments de formation
sur les points le plus souvent mis en cause. L’Église catholique, tout comme la plupart des Églises
protestantes, est pour un sain œcuménisme et désire ardemment voir le jour où l’unité des chrétiens
sera accomplie, mais en attendant, il est nécessaire de répondre à ce besoin actuel. Il nous faut être
très clair et précis à l'heure d’exposer les postulats de notre foi et prendre les précautions
nécessaires pour ne pas nous laisser entraîner par n'importe quel groupe religieux.
Le Protestantisme, originaire de l'Europe, est en général assez respectueux à l'égard du Catholicisme.
En Côte d’Ivoire, par exemple, si cette attitude est affichée par les chrétiens méthodistes, ce n'est pas
le cas des sectes et de certains groupes religieux qui s'imposent en dénaturant les textes bibliques,
en faisant peur aux croyants.

Ce livre ne vient pas alimenter la polémique. Il se veut une aide au lecteur pour mieux comprendre sa
foi et rendre compte de son espérance. Que l'Esprit Saint nous vienne en aide !

Père Carlos Orduna Diez


Clerc de Saint Viateur
Comment étudier la bible ?
Nous trouvons très souvent la Bible dans beaucoup de familles chrétiennes. C'est le livre sacré de la
maison. Il faudra qu'un jour chaque chrétien devienne un lecteur assidu de la Sainte Écriture.
Mais ils sont nombreux ceux qui commencent à la lire et, après avoir parcouru quelques chapitres, la
laissent de côté n'y comprenant pas grand-chose. Ils trouvent des difficultés à lire la Bible. Tellement le
livre leur semble long et difficile, surtout pour quelqu'un qui ne connaît pas trop les genres littéraires,
l'histoire et la géographie et qui n'a donc pas l’habitude de situer ce qu’il lit dans son contexte propre.
Il arrive aussi que des chrétiens commencent à lire la Bible et, ensuite, ils se laissent aller à des
interprétations partielles, capricieuses et fanatiques qui, peu à peu, les poussent à adhérer, par pur
sentimentalisme, à quelques unes des multiples sectes bibliques déjà existantes en s’écartant, par
ignorance, de l’Église du Christ.
Certains prétendent lire toute la Bible sans aucune explication ; d’autres prennent la Bible pour un jeu
de cartes en l'ouvrant au hasard à n’importe quelle page ou en sautant du coq à l’âne par-ci, par là, tout
en pensant que Dieu commence à leur parler de manière automatique. C’est un grand risque, comme
un jeu de hasard !
Pour éviter tous ces dangers, il ne suffit pas de lire la Bible avec foi et dévotion. Il faut joindre l'étude à
la foi, à la prière et à la dévotion. Lire la Bible sans une préparation adéquate, c'est tenter Dieu. On a
besoin d'une préparation pour la lire. Autrement, tout peut arriver ! C’est l'histoire de notre foi qui nous
le dit.
Le but de ce chapitre est donc de nous introduire dans l’étude de la Bible. Aujourd'hui plus que jamais,
nous devons avoir une certaine préparation pour commencer à faire une lecture sérieuse de la Bible.
Pour beaucoup de gens, la Bible continue d'être un beau livre, bien fermé, qui sert à orner leur
bibliothèque. La question est : comment lire la Bible ? Par où commencer ? L’initiation à la lecture de la
Bible a toujours été difficile. Elle nous demande beaucoup de patience, d’humilité, de sérénité et une
certaine discipline intellectuelle.
Dans ce chapitre, nous vous offrons quelques conseils pratiques pour commencer l'étude de la Bible.
Vous pourrez les compléter avec la lecture de l'un ou l'autre de nombreux livres d’introduction à la Bible.

1. Les meilleures Bibles


Beaucoup de personnes se demandent comment découvrir une bonne édition moderne de la Bible
catholique. Il y a actuellement de très bonnes Bibles catholiques ; nous vous recommandons la Bible
de Jérusalem, la Bible des communautés chrétiennes, la T.O.B. et autres.
Il est dommage de voir des gens désireux de connaître la Bible, le faire avec des éditions trop anciennes,
peut-être incomplètes, sans aucune introduction ni commentaire, ou avec des éditions de poche qui
peuvent être bonnes pour les emporter lors d’un voyage, mais pas pour prétendre faire des études
sérieuses. Voici quelques indications sur les éditions des Bibles les plus connues.

La Bible de Jérusalem
Elle est ainsi dénommée simplement parce qu'elle a été préparée par une équipe internationale de
biblistes, sous la direction de la fameuse École Biblique de Jérusalem. Elle a paru d’abord en français
(1956) ; elle fut traduite ensuite en d'autres langues. Elle a été rééditée en 1998.
Il s'agit de la meilleure Bible du point de vue critique, théologique et académique, avec des notes
explicatives. Ces critères ont eu une certaine influence sur les autres éditions de la Bible. Elle est
indispensable pour une étude sérieuse de la Sainte Écriture. Cependant, le prix de cette Bible est
généralement assez élevé. Il existe par ailleurs une édition subventionnée.

La Bible des communautés chrétiennes


Il s'agit d’une édition pastorale de la Bible qui est le fruit de la prise de conscience et de l’expérience
missionnaire de deux frères, les PP. Bernard et Louis Hureault, prêtres du diocèse de Versailles.
C’est une Bible traduite dans un langage simple et accessible au plus grand nombre. Elle est
accompagnée de commentaires fidèles a la tradition de l’'Église, reflétant la problématique socio-
politico-religieuse de notre temps et capables de nourrir la foi des milieux populaires.
La première édition de cette Bible a vu le jour en 1972 sous le titre : La Bible latino-américaine. Elle est
aujourd'hui très largement répandue en Amérique Latine et aux Philippines. L'édition française a paru
en 1994 à Paris. Une autre édition a paru à Kinshasa en 1998 avec des commentaires pastoraux
adaptés à la situation et à la culture africaines. C'est cette version de la Bible que nous citons de
préférence dans cet ouvrage.

La Bible T O B (Traduction Œcuménique de la Bible)


Elle est le fruit d'un travail d’ensemble de biblistes catholiques et protestants. C'est une très bonne Bible
: grâce à la traduction œcuménique, elle nous rapproche davantage de nos frères d'autres confessions
chrétiennes.

D'autres Bibles
Il existe beaucoup d'autres éditions catholiques de la Bible :
La Bible en français courant est aussi assez pratique car son langage est simple et facile à comprendre.
Signalons encore une très bonne Bible : celle de la Pléiade, en trois tomes : l'Ancien Testament, le
Nouveau Testament, la Littérature inter testamentaire.
La grande valeur des Bibles modernes provient de ce qu'elles sont traduites des textes originaux
(hébreu, araméen, grec), et non pas de la Vulgate latine comme c'était le cas auparavant. En plus, elles
recueillent dans leurs commentaires et introductions le meilleur résultat des investigations bibliques
modernes.

2. Avoir une Bible personnelle


Il est bon que chaque personne ait sa propre Bible où elle pourra, librement, souligner les textes les
plus importants et significatifs par rapport à sa vie de foi, à sa vie de prière, à sa suite du Christ, à
l’évangélisation, etc. Elle pourra aussi y ajouter des notes personnelles, des questions nées de sa
propre réflexion et de son expérience pastorale, des notes prises lors des sessions, des récollections
ou au fil des lectures, etc. C'est une façon pratique d’apprendre et d'avoir le goût de connaître.

3. Bien connaître sa propre Bible


Après avoir lu l’introduction d'un livre, tu peux commencer à lire le texte lui-même. Ne sois pas pressé
de tout lire d'un trait. Lis seulement un passage ou un paragraphe. Lis avec attention et respect, en
ouvrant ton cœur à ce que Dieu veut t’exprimer. Souligne les textes qui te frappent. Fais de ta lecture
une prière.
Dans une première lecture du texte, il est conseillé de lire toujours les notes explicatives et les
commentaires afin de mieux comprendre les textes bibliques les plus difficiles. Ce sont des explications
écrites par des spécialistes, qu'il faut essayer de comprendre et qu'on doit normalement admettre avec
confiance. Beaucoup de personnes ne lisent pas attentivement ces notes explicatives, n'arrivent pas à
comprendre un texte dans son contexte propre, ni à faire la différence entre les divers genres littéraires
et doctrinaux. Finalement, ennuyées, elles abandonnent la lecture de la Bible.
Les cours bibliques intensifs, avec un bon professeur, peuvent aussi beaucoup aider, et sont peut-être
indispensables si l’on veut comprendre certains problèmes et certaines notes plus techniques.
En avant donc ! … Essaie d'organiser ta vie de telle sorte que, tous les jours, tu puisses trouver un
moment, de 5 à 10 minutes, pour lire la Bible. Cherche un lieu calme. Mets-toi en prière. Lis
systématiquement, et non pas en papillonnant d'une partie à l'autre ou en ouvrant le livre au hasard, à
n'importe quelle page. Ne lis jamais la Bible simplement pour satisfaire ta curiosité ou seulement pour
connaître davantage, mais pour chercher ce que Dieu veut te dire. Car la Bible est Parole de Dieu, elle
est la lettre qu’il envoie à ses fils. N’y cherche pas de la science, mais la sagesse. N’aie pas peur de
souligner et d'encadrer dans ta Bible les textes qui te frappent. La Bible n'est pas un livre à conserver
dans un placard, mais à lire chaque jour. Saint Jérôme disait : « Tu ne dois pas commencer ton repos
nocturne sans avoir rempli ton cœur d'une petite partie de la Parole de Dieu ».

Pour réfléchir
1. Peut-on lire la Bible comme un livre ordinaire, de la première à la dernière page ?
2. Est-il possible de lire toute la Bible sans avoir recours aux notes explicatives des experts ?
3. Est-il suffisant de lire la Bible avec foi et dévotion ou faut-il encore d'autres attitudes ?
4. Que faut-il penser de ceux qui ouvrent la Bible au hasard, à n'importe quelle page et commencent à
lire en pensant que Dieu leur parle directement ?
5. Est-il recommandable d'utiliser des éditions de la Bible manquant d'introductions aux différents livres
et de notes explicatives ?
6. Quel est l'avantage d'avoir une Bible personnelle ?
7. En t’inspirant de ce premier thème, essaie de résumer en trois ou quatre points les pas à suivre pour
lire un passage de la Bible.
8. Comment eux-tu mettre en pratique la phrase de saint Jérôme citée au point n°3 de ce thème ?
9. Quelle Bible utilises-tu et pourquoi as-tu choisi cette édition-là ?
Les livres de la Bible
Parlons de la composition de la Bible. Combien de livres compte-t-elle ? Y a-t-il des différences entre
les Bibles catholiques et les Bibles protestantes ?
La Bible n'est pas un livre unique, comme certains le pensent, mais une bibliothèque complète. La Bible
entière est composée de 73 livres, dont quelques-uns assez étendus, comme celui du prophète Isaïe,
et d'autres plus brefs, comme celui du prophète Abdias, par exemple.
Parmi ces 73 livres, 46 constituent l'A.T. (Ancien Testament), et 27 le N.T. (Nouveau Testament).
Parfois une Bible protestante peut tomber entre nos mains et là, nous sommes surpris de constater qu’il
y a sept livres de moins, et qu'elle ne compte donc que 66 livres. Pourquoi cela ?
Ce vide se trouve dans l'Ancien Testament et il est dû à l’absence des livres suivants : Tobie, Judith, 1
Maccabées, 2 Maccabées, Sagesse, Ecclésiastique (ou Siracide) et Baruch.
Pourquoi cette différence entre la Bible catholique et la Bible protestante : C’est un problème historico-
théologique très complexe, mais nous essayerons de répondre synthétiquement à cette question.
D’abord, nous expliquerons comment s'est formée la collection des livres sacrés de l'Ancien Testament
à l'intérieur du peuple juif. Nous verrons ensuite comment les chrétiens ont accepté ces livres de l’Ancien
Testament avec ceux du Nouveau Testament pour arriver à la Bible complète.

1. L’ancienne communauté juive de Palestine


Il se trouve qu'en Palestine, au temps de Jésus-Christ, les juifs n'acceptaient que certains livres de
l'Ancien Testament actuel. Ils n’avaient pas encore arrêté la liste définitive des livres sacrés. Autrement
dit, la possibilité d’agréger de nouveaux écrits à la collection des livres inspirés était toujours ouverte.
Mais, depuis de longues années, autour des années 600 avant le Christ, avec la destruction de
Jérusalem et la disparition de l'État Juif, la préoccupation de fixer officiellement la liste des livres sacrés
était latente.
Quels critères les juifs suivirent-ils pour fixer cette liste ? Il devait s'agir de livres sacrés où l'on
reconnaissait la véritable foi d'Israël, afin d'assurer la continuité de cette foi au sein du peuple. Plusieurs
écrits qui semblaient douteux en matière de foi, et même dangereux, furent exclus de la liste officielle.
En outre, les juifs n'acceptèrent que les livres sacrés dont les originaux étaient écrits en hébreu ou en
araméen. Ceux qui étaient écrits en grec furent refusés, du fait qu'il s’agissait de livres très récents ou
d’origine non-juive.
Mais il y avait des groupes de juifs habitant les villes des pays situés autour de la Méditerranée qui
parlaient grec. Ils avaient entrepris la traduction de la Bible en grec. Ils avaient ajouté des livres récents,
qui contenaient un message religieux qu'ils appréciaient... (Cette dernière remarque est très importante,
car c'est de la que va surgir plus tard le problème de la différence du nombre des livres).
On fixa donc une liste des livres religieux auxquels on reconnaît une véritable inspiration divine : on
constitua ainsi la collection des livres de l'Écriture Sainte. Cette liste officielle des livres inspirés recevra,
avec le temps, le nom de Canon ou Livres Canoniques. Le mot grec Canon signifie règle, norme, et
veut dire que les livres canoniques reflètent la règle de vie ou la norme de vie pour ceux qui y croient.
Les livres religieux écrits seulement en grec n'entrèrent pas dans le « Canon », mais ils reçurent le nom
d’apocryphes, livres apocryphes (= occultes) car ils contenaient des doctrines douteuses et leur origine
restait occulte.
Au premier siècle de notre ère (année 90 après Jésus-Christ), la communauté juive de Palestine avait
reconnu officiellement comme inspirés, 39 livres. Cette liste des 39 livres de l'Ancien Testament
constitue ce qu’on appelle le Canon palestinien ou le Canon de Jérusalem.

2. La communauté juive d'Alexandrie


Il existait aussi une communauté juive à Alexandrie, en Égypte. C'était la colonie Juive la plus
nombreuse en dehors de la Palestine, car elle comptait plus de 100 000 Israélites.
Les juifs en Égypte ne comprenaient plus l’hébreu, car depuis longtemps ils avaient adopté le grec, qui
était la langue officielle de tout le Proche-Orient. Lors des réunions religieuses, dans leurs synagogues,
ils utilisaient une traduction grecque de la Sainte Écriture qui était celle des Septante. D'après une
légende ancienne, cette traduction avait été réalisée presque miraculeusement par 70 sages entre les
années 250 et 150 avant le Christ.
La traduction grecque des Septante comprenait les 39 livres du canon palestinien, Canon hébreu, plus
d’autres livres en grec. C'est ainsi que fut formé le fameux Canon d’Alexandrie, avec un total de 46
livres sacrés. Les frères de la communauté juive de Palestine ne virent jamais d'un bon œil cette
différence chez leurs frères d'Alexandrie et refusèrent ces 7 livres, car il s'agissait des livres écrits
originairement en grec et ajoutés ultérieurement.
Au moment de la naissance du christianisme, le judaïsme connaissait deux grands centres religieux du
judaïsme : celui de Jérusalem (en Palestine), et celui d’Alexandrie (en Égypte). Les livres de l'Ancien
Testament étaient reconnus de cette façon : 39 livres (en hébreu - araméen) à Jérusalem, et 46 livres
(en grec) à Alexandrie.

3. Les premiers chrétiens et les livres sacrés de l’Ancien Testament


Le Christianisme naquit comme un mouvement religieux à l’intérieur du peuple juif. Jésus lui-même était
juif et s'inspirait des livres sacrés de son peuple. En plus, les premiers chrétiens avaient entendu Jésus
dire qu'il n'était pas venu supprimer l'Ancien Testament mais le compléter (Mt 5, 17). C'est pourquoi les
chrétiens reconnurent aussi les textes de l'Ancien Testament utilisés par les juifs comme étant des livres
inspirés.
Mais ils se virent confrontés à des difficultés. Fallait-il utiliser le canon bref de Palestine, avec ses 39
livres ou le canon long d'Alexandrie, avec ses 46 livres ?
En fait, à cause des persécutions contre les chrétiens, le christianisme se répandit surtout en dehors de
la Palestine, dans le monde grec et romain. Lorsque des textes de l’Ancien Testament étaient cités dans
le Nouveau Testament (plus de 300 fois), ces citations se faisaient naturellement en grec, selon le canon
d'Alexandrie.
Il est donc logique que les premiers chrétiens adoptent le canon d'Alexandrie car les destinataires de la
parole de Dieu, qu’ils devaient annoncer, parlaient tous grec. Ainsi, le christianisme a accepté, dès le
début, la version grecque de l'Ancien Testament avec ses 46 livres.

4. La réaction des juifs contre les chrétiens


Les juifs considéraient les chrétiens comme des hérétiques du judaïsme. Ils n'aimaient pas que les
chrétiens utilisent les livres sacrés de l'Ancien Testament. Et surtout, qu'ils citent les prophètes de
l'Ancien Testament pour justifier leur foi en Jésus de Nazareth. En plus, les chrétiens commencèrent à
écrire de nouveaux livres sacrés : le Nouveau Testament.
Tout cela fit que les Juifs décidèrent de fermer définitivement le canon de leurs livres sacrés. Réagissant
contre les chrétiens, qui utilisaient le canon long d'Alexandrie avec ses 46 livres pour l'Ancien
Testament, les Juifs optèrent pour le canon bref de Palestine avec ses 39 livres.
Comme nous l'avons dit plus haut, les 7 livres grecs du canon d'Alexandrie furent
déclarés apocryphes et non inspirés. Ce fut là la décision prise par les responsables du judaïsme en
l'année 90 après le Christ lorsqu’ils proclamèrent officiellement le canon juif pour leurs livres sacrés.
Les chrétiens, de leur côté, et sans que l'Église n’eût rien décidé officiellement, continuèrent d'utiliser
les 46 livres de l'Ancien Testament comme des livres inspirés. De temps à autre se faisaient entendre
à l'intérieur de l'Église des voix discordantes qui voulaient imposer le canon officiel des juifs avec ses
39 livres. Mais plusieurs conciles, à l'intérieur de l'Église, définirent que les 46 livres de l'Ancien
Testament étaient réellement des livres inspirés et sacrés.

5. Que s'est-il passé avec la réforme protestante ?


En 1517, Martin Luther se sépare de l'Église catholique. La rupture devient officielle en 1520 avec sa
condamnation par l'Église. Et parmi les nombreux changements qu'il instaura pour former la nouvelle
Église, il y eut l’adoption du canon bref des juifs, de Palestine, avec ses 39 livres, pour l'Ancien
Testament Ce fut quelque chose de très étonnant, parce que c'était aller à l'encontre d'une longue
tradition de l'Église, venant des Apôtres. Les chrétiens, pendant plus de 1500 ans avaient compté les
46 livres de l'Ancien Testament parmi les livres sacrés.
Cependant, Luther avait des inquiétudes au sujet des 7 livres écrits en langue grecque et qui ne
figuraient pas en langue hébraïque.
Face à cette situation, les évêques du monde entier furent convoqués pour le fameux Concile de Trente
et fixèrent définitivement le Canon des écritures à 46 livres pour l'Ancien Testament et à 26 livres pour
le Nouveau Testament.
Mais les protestants et les multiples groupes ayant jailli de leur sein, commencèrent à utiliser le canon
des juifs palestiniens qui ne comptait que 39 livres pour l'Ancien Testament
C’est de là que provient la différence du nombre des livres entre les Bibles catholiques et les Bibles
protestantes.

6. Les livres canoniques


Les 7 livres de l'Ancien Testament écrits en grec ont été la cause de nombreuses discussions. L'Église
catholique donna à ces 7 livres le nom de livres deutérocanoniques. Le mot
grec Deutéro signifie second. L'Église déclare ainsi que ce sont des livres d’un second groupe dans le
canon ou liste officielle des livres de l'Ancien Testament, parce qu'ils sont entrés dans le canon en un
deuxième temps.
Les 39 autres livres de l'Ancien Testament écrits en hébreu, sont appelés protocanoniques. Le
mot proto signifie premier ; cela indique que ces livres ont fait partie du canon dès le premier moment.

7. Les découvertes de Qumran


En 1947, des archéologues découvrirent à Qumran (Palestine) des textes très anciens et parmi eux des
livres de Judith, Baruch, Siracide et 1 Maccabées écrits en hébreu, et du livre de Tobie en araméen.
Cela veut dire que seuls les livres de la Sagesse et 2 Maccabées furent rédigés en grec. Ainsi, le refus
d'accepter ces 7 livres parce qu'ils avaient été écrits en grec n’est plus valide. D'ailleurs l'Église
catholique n'a jamais accepté un tel argument.

8. Considérations finales
Après tout cela, nous constatons que le problème concernant les livres inspirés est une question
historico-théologique très complexe, comportant des interprétations et des appréciations très diverses.
Malgré tout, il n'y a pas de doute qu’à cet égard l'Église catholique jouit d’une base historique et
doctrinale qui la présente, de manière très raisonnable, comme étant bien fondée et sûre.
Cependant, depuis que Luther prit la décision de ne pas accepter cette tradition de l'Église catholique,
les Églises protestantes n'ont pas accueilli comme livres inspirés les livres deutérocanoniques, les
déclarant des livres apocryphes.
Dernièrement, on constate, chez beaucoup d'Églises protestantes, une attitude plus modérée à l’égard
de ces 7 livres et on édite même des Bibles œcuméniques en y incluant les livres deutérocanoniques.
En effet, nos frères sont de plus en plus ouverts à admettre que certaines doctrines bibliques comme la
résurrection des morts, le thème des anges, le concept de rétribution, la notion profonde de purgatoire,
etc. commencent à apparaître déjà à l'intérieur de ces 7 livres tardifs.
Ils réalisent aussi que, du fait d'avoir supprimé ces livres, il y a un très grand vide entre l'Ancien
Testament et le Nouveau Testament (une période d'environ 300 ans sans livres inspirés). Or, ces 7
livres constituent un chaînon précieux entre l’Ancien Testament et le Nouveau Testament Les
enseignements de ces écrits apportent une plus grande harmonie à l’ensemble de la Révélation divine
dans la Bible.
C'est pourquoi, on commence à voir déjà quelques Bibles protestantes qui incluent à la fin ces 7 livres,
même si c'est avec une valeur secondaire.
Il est possible qu'un jour nos frères protestants les accepteront définitivement en leur reconnaissant
l’importance propre à la Parole inspirée, et que nous renforcerons davantage notre unité ancrée sur la
Parole de Dieu.

Pour réfléchir
1. Combien de livres comptent respectivement la Bible catholique et la Bible protestante ?
2. Quelle est l’origine de cette différence ?
3. Quels sont les livres canoniques et les Deutérocanoniques ? Pour quoi sont-ils appelés ainsi ?
4. Qu’est-ce que ces livres apportent à la Révélation ?
5. Que s'est-il passé lors de la Réforme de Luther par rapport au nombre de livres de la Bible ?
6. Qu’est-ce que les découvertes de Qumram ont confirmé ?
7. Est-ce que dernièrement les Bibles protestantes incluent les livres Deutérocanoniques ?
8. Qu’est-ce qui serait souhaitable à l’avenir ?
La Bible et la Tradition Apostolique
Très souvent, lors des discussions entre chrétiens de diverses confessions, nos frères nous posent ce
genre de questions : où la Bible parle-t-elle du purgatoire ? Qu’est-il dit dans le Nouveau Testament que
Pierre est allé à Rome ? D'où sortez-vous l'Immaculée Conception de Marie et qu'elle est montée au
ciel en corps et en âme ? Et d'autres questions semblables.
D'après certains chrétiens, Révélation divine et Bible sont une seule et même chose. C'est-à-dire que,
pour eux, c’est seulement dans la Bible que se trouve toute la Révélation de Dieu. Mais cette position
est-elle correcte ? Est-il vrai que la Bible contient tout l'Évangile du Christ ? Qu'est-ce que la Bible même
dit à ce propos ? En outre, qui a rassemblé tous les livres inspirés qui constituent la Bible ? N'est-ce
pas l’Église, qui avait reçu la mission de prêcher l’Évangile ? Qu'est-ce qui a existé d'abord : la Bible ou
l'Église ?
Sur ce thème, essayons d'expliquer pourquoi la Révélation divine ne se limite pas seulement à la Bible,
mais qu'elle se manifeste aussi dans la Tradition apostolique. C'est un sujet un peu difficile, mais
fondamental pour une compréhension correcte de notre foi. C'est un thème qui a causé tant de
malentendus entre les différentes Églises chrétiennes ! Il est vraiment nécessaire de l'aborder.

1. La Révélation divine
La Révélation est la manifestation de Dieu et de sa volonté à propos de notre salut. Le mot révéler, veut
dire enlever le voile ou découvrir quelque chose de caché. Dieu s’est révélé de deux manières :

La révélation naturelle ou révélation à travers les choses créées


L'Apôtre Paul dit : “Tout ce que nous pouvons connaître sur Dieu. C’est lui-même qui l'a manifesté. Ce
qu’il est et qu’on peut voir, est devenu visible grâce à la création de l’univers, et l'on connaît à travers
ses œuvres son éternité, sa puissance et sa divinité” (Rm 1, 19-20).

La révélation surnaturelle ou divine


Dès le début de l'histoire du salut, Dieu commença aussi à se révéler à travers un contact plus direct
avec les hommes, par l’intermédiaire des prophètes et, d'une manière parfaite et définitive, dans la
personne de Jésus le Christ, le Fils de Dieu. “Dieu, dans le passé, avait parlé à nos pères à bien des
reprises et de bien des façons par les prophètes, mais en ces jours qui sont les derniers, il nous a parlé
par le Fils" (He 1, 1-2). Jésus nous a révélé Dieu par ses paroles et par ses œuvres et miracles ; surtout,
par sa mort et sa glorieuse résurrection, ainsi que par l'envoi de l’Esprit Saint sur son Église.
Tout ce que Jésus fit et enseigna reçoit le nom de Évangiles, c'est-à-dire Bonne Nouvelle du Salut.

2. Comment la Révélation a-t-elle été transmise ?


Jésus choisit des Apôtres et il chargea ces Apôtres et leurs successeurs (en tant que pasteurs de
l'Église fondée par lui personnellement) de porter l'Évangile partout dans le monde. Il dit : “Allez, et de
toutes les nations faites des disciples. Baptisez-les au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit et
apprenez-leur à garder tout ce que je vous ai prescrit. Et moi, je serai avec vous tous les jours jusqu'à
la fin du monde" (Mt 28, 19-20).
Nous remarquons ici que Jésus donne l'ordre de prêcher et de proclamer son Évangile. Et effectivement,
les apôtres prêchèrent la Bonne Nouvelle du Christ. Quelques années plus tard, certains parmi eux
mirent cette prédication orale par écrit. C’est-à-dire, au début, l'Église ne se préoccupa que de prêcher
l'Évangile. Jésus n'écrivit jamais de lettres à ses apôtres ; son enseignement était oral. Et les apôtres
firent de même.

3. La Tradition apostolique
Ce message donné par Jésus de sa propre bouche et écouté, vécu, médité et transmis oralement par
les apôtres, c'est ce qu’on appelle la Tradition apostolique. Lorsque nous parlons ici de Tradition (avec
T majuscule), nous faisons toujours référence à la Tradition apostolique. Il ne faut pas
confondre Tradition apostolique avec la tradition en général qui a trait aux coutumes, aux idées et aux
manières de vivre d'un peuple, que chaque génération reçoit de celles qui l'ont précédée. Une tradition
de ce genre est purement humaine et peut être abandonnée lorsqu'elle paraît inutile. Ainsi le fit Jésus
lui-même lorsqu'il refusa certaines traditions du peuple juif: “Vous négligez le commandement de Dieu
pour ne pas lâcher votre propre tradition” (Mc 7, 8).
La Tradition apostolique se réfère à la transmission de l’Évangile de Jésus. Outre son enseignement
par des discours et des exemples, Jésus apprit aussi à ses apôtres une manière de prier, d’agir et de
vivre ensemble. C'était là les traditions que les apôtres gardaient dans l'Église. L’apôtre Paul, dans sa
lettre aux Corinthiens, se rapporte à cette Tradition apostolique : “Moi-même, j'ai reçu cette tradition
qu’à mon tour je vous ai transmise” (1 Cor 11, 23).
En résumé, nous pouvons dire que Jésus ordonna de prêcher et non pas d'écrire son Évangile. Jésus
ne distribua jamais de Bibles. Le Seigneur fonda son Église, en lui promettant qu'elle demeurerait
jusqu'à la fin du monde. Et l'Église a vécu de la Tradition Apostolique de longues années durant, sans
avoir les livres sacrés du Nouveau Testament.

4. Le Nouveau Testament
Une partie seulement de la Parole de Dieu, proclamée oralement, fut mise par écrit sous la surveillance
des apôtres eux-mêmes et par d'autres évangélistes de leur génération. Ces écrits, inspirés par l'Esprit
Saint, donnèrent origine au Nouveau Testament (Nouveau Testament), qui est la partie la plus
importante de la Bible. Il est clair, qu’en écrivant le Nouveau Testament, ce n'est pas tout l'Évangile de
Jésus qui fut mis par écrit.
“Jésus fit encore bien d'autres choses qui ne sont pas écrites dans ce livre. Si on les racontait une par
une, je crois que le monde entier serait bien petit pour les livres qu’on écrirait“ (Jn 21, 25).
L'Écriture Sainte et spécialement le Nouveau Testament est la Parole de Dieu, qui nous montre le Fils
en qui Dieu a manifesté la splendeur de sa gloire (cf. He 1, 3).
Nous pouvons affirmer que seule la partie la plus importante et fondamentale de la Tradition apostolique
fut mise par écrit. C'est pour cette raison que l'Église a toujours montré une vénération très spéciale
pour les Divines Écritures.

5. Bible et Tradition
Après cela, nous pouvons affirmer que la révélation divine est arrivée jusqu’à nous à travers la Tradition
apostolique et à travers l’Écriture Sainte. On ne doit pas les considérer comme étant deux sources, mais
plutôt comme deux aspects de la Révélation de Dieu. Le Concile Vatican Il l'exprime très bien : “La
Tradition apostolique et l'Écriture Sainte jaillissent d'un même fleuve et courent vers la même fin” (Dei
Verbum, 9). Les deux sont unies et liées de telle sorte que l'une ne peut subsister sans l'autre.
En outre, la Sainte Écriture présente la Tradition comme fondement de la foi du croyant : “Faites ce
qu'on vous a enseigne et que vous avez accueilli, ce que vous avez appris de moi et avez vu chez moi,
et le Dieu de la paix sera avec vous” (Ph 4, 9). “Transmets à des gens sûrs et capables d'enseigner aux
autres ce que tu tiens de moi à travers bien des témoins". (2 Tm 2, 2). “Alors, frères, tenez bon et gardez
fermement les traditions que nous avons enseignées de vive voix ou par lettre” (2 Th 2, 15).
C’est donc clair que l'Apôtre Paul, pour confirmer la foi des chrétiens, n'utilise pas seulement la Parole
de Dieu écrite, mais il rappelle aussi, d'une façon très spéciale, la Tradition ou la prédication orale. Une
fois que le Nouveau Testament fut écrit, on ne considéra pas close la Tradition apostolique, comme si
la Révélation divine était complète. La Bible ne dit pas cela. Nulle part, il n'est écrit que le chrétien doit
se soumettre à la seule Bible. Dans l'Église catholique, il y a eu toujours un accent particulier sur
l’importance de la Tradition apostolique, sans enlever à la Bible sa valeur.

6. Seulement la Bible
Il n’est pas exact de croire que la Bible seule suffit pour notre salut. Jamais Jésus n’a dit cela et ce n'est
pas non plus écrit dans la Bible. Jésus n'a jamais écrit de livre sacré. La seule chose que fit Jésus fut
de fonder son Église et de lui confier sa Bonne Nouvelle afin qu’elle soit annoncée à tous les hommes
jusqu’à la fin du monde. Ce fut à l'intérieur de la Tradition de l'Église que le Nouveau Testament fut écrit
et accepté sous son autorité apostolique. En plus, l'Église vécut de nombreuses années sans le
Nouveau Testament, qui ne finit d’être écrit que vers l'année 97 après Jésus-Christ. Et ce fut aussi
l'Église qui, lors des années 393/397, établit le canon chrétien ou liste des livres qui constituent le
Nouveau Testament.
Ainsi donc, si nous n'acceptons que la seule Bible, comment saurons-nous quels sont les livres inspirés
? En effet, la Bible n'en contient aucune liste. Ce fut la Tradition de l'Église qui nous transmit la liste des
livres inspirés. Supposons que nous perdions la Bible. Dans ce cas l'Église continuerait de posséder
toute la vérité à propos du Christ, laquelle a été transmise fidèlement jusqu'à nos jours par la Tradition
apostolique, comme elle le faisait avant d'écrire le Nouveau Testament.
Nous croyons que nos frères protestants, en n'acceptant que la Bible, risquent de réduire la
connaissance authentique de la Révélation divine. La Parole de Dieu, elle-même, nous invite à garder
cette règle d'or que l'Apôtre Paul nous a laissée : “Tenez bon et gardez fermement les traditions que
nous avons enseignées de vive voix ou par lettre" (2 Th 2, 15).

7. Le Magistère de l’Église
La Révélation divine comprend donc la Sainte Tradition et la Sainte Écriture. Ce dépôt de la foi (cf. 1
Tm 6, 20 ; 2 Tm 1, 12-14) fut confié par les apôtres à l’ensemble de l'Église. Or, la tâche d'interpréter
correctement la Parole de Dieu, orale ou écrite, fut confiée seulement au Magistère vivant de l'Église.
Celle-ci l'exerce au nom de Jésus-Christ. Ce Magistère, d'après la Tradition apostolique, est constitué
par les évêques en communion avec le successeur de Pierre, qui est l’évêque de Rome, le Pape. Le
Magistère n'est pas au-dessus de la Révélation divine, mais il est à son service, pour enseigner
purement ce qui a été transmis. Par mandat divin et avec l’assistance de l'Esprit Saint, l'Église ne fait
qu'écouter la révélation avec dévotion, la garder soigneusement et l'expliquer fidèlement.
Les fidèles, en se rappelant la parole du Christ à ses apôtres : “Qui vous écoute, m'écoute” (Lc 10, 6),
reçoivent attentivement les enseignements et les orientations que leurs pasteurs leur donnent sous des
formes diverses. Le Magistère de l’Église est un guide sûr dans la lecture et l’interprétation de la Sainte
Écriture, “puisque aucune prophétie de l’Écriture ne peut dépendre d'une interprétation personnelle" (2P
1, 20).
Le Magistère de l'Église aide aussi à croître dans la compréhension de la foi. Grâce à l’assistance de
l'Esprit Saint, la compréhension de la foi peut croître dans la vie de l’Église, lorsque les fidèles méditent
la foi chrétienne et réfléchissent intérieurement à ses mystères. Autrement dit, le croyant vit la Parole
de Dieu dans les circonstances concrètes de l'histoire et rend de plus en plus explicite ce qui était
implicite dans la Parole de Dieu. C'est dans ce sens que la Tradition divino-apostolique va en croissant,
comme cela arrive à tout organisme vivant. C’est là précisément la justification qu'il faut donner aux
définitions dogmatiques, faites par le Magistère de l'Église.

8. En conclusion :
* Ce n'est pas seulement de l’Écriture Sainte que l'Église tire la certitude de toute la Révélation divine.
* La Tradition apostolique et la Sainte Écriture constituent un unique dépôt sacré de la Parole de Dieu
sur lequel, comme dans un miroir, l'Église en marche contemple Dieu, source de toutes ses richesses.
* La tâche d'interpréter authentiquement la Parole de Dieu a été confiée uniquement au Magistère de
l'Église, aux évêques en communion avec le Pape, successeur de Pierre.
* La Tradition, l'Écriture et le Magistère, selon le plan de Dieu, sont intimement liés, de sorte qu'aucun
des trois ne peut subsister seul, mais chacun selon son caractère et sous l'action de l’unique Esprit
Saint, contribuent efficacement au salut des hommes (cf. Dei Verbum, 10).

Pour réfléchir
1. Quelle est la signification du mot révélation ?
2. De combien de manières Dieu s'est-il révélé à l'homme ?
3. Qu’est-ce que Jésus ordonna avant de monter aux cieux ?
4. Quand les enseignements de Jésus furent-ils mis par écrit ?
5. Quelle est la signification de l’expression Tradition apostolique ?
6. La Bible seule est-elle suffisante pour le salut ?
7. Jésus a-t-il fondé une Église ou a-t-il ordonné de diffuser la Bible ?
8. Quelle est la fonction du Magistère ?
Les diverses mentalités bibliques chez les chrétiens

Un romancier raconte l'histoire d'une jeune fille aux yeux très beaux qui, à cause de cela, était admirée
et poursuivie par les hommes. Ses yeux étaient, pour elle, occasion de péché et, comme cette fille
fréquentait tous les jours la Bible, elle tomba un jour sur cette phrase “Si ton œil est occasion de péché,
arrache-le" (Mt 5, 29). Alors elle prit une fatale détermination : elle versa de l'acide sur ses yeux pour
qu’ils soient brûlés et c'est ainsi quelle perdit la vue pour toujours…
Tout cela n'est qu'un conte imaginé par un romancier à propos de ceux qui interprètent la Bible
littéralement et sans consulter des personnes compétentes. Mais supposons, un instant, que l’exemple
soit vrai ; si la jeune fille avait demandé conseil à un expert en Bible, celui-ci lui aurait répondu que cette
phrase de la Bible ne devrait pas être interprétée de la sorte, car il s’agit là d'une figure littéraire.
Ce que Jésus veut dire ici est que si l'on aime quelque chose au point qu'elle soit occasion de péché, il
faut y renoncer. Par exemple : renoncer à une amitié dangereuse, abandonner une affaire sale ou
injuste, etc. Et cela, même s'il nous en coûte beaucoup. Mais à aucun moment Jésus ne nous demande
de mutiler notre corps qui a été créé à l'image et la ressemblance de Dieu.
Qu'il est différent d'interpréter la Bible tout seul ou en consultant un expert ! Si quelqu'un refuse
systématiquement de consulter les personnes compétentes, il risque fort de se tromper en interprétant
la Bible. Et si celui qui ne sait pas se met à apprendre à un autre, alors là c’est comme un aveugle qui
conduit un autre aveugle : “Tous les deux vont tomber dans l'abîme" (Mt 15, 14).
Le fait que nous avons évoqué est une simple fantaisie d'un écrivain. Mais, il n'y a pas longtemps, nous
avons appris à la télévision que des fanatiques, appartenant à des sectes soi-disant chrétiennes, sont
arrivés même au suicide collectif, la Bible à la main.
Il est important d'avoir des critères clairs pour savoir interpréter la Bible. Dans ce chapitre, nous allons
essayer d'expliquer les différentes mentalités avec lesquelles les diverses confessions chrétiennes
lisent la Bible. C’est un thème quelque peu difficile, mais il s'agit là d’un point qui, tout en apportant une
certaine complémentarité, nous différencie assez fortement les uns des autres. Nous ne voulons
offenser personne avec nos explications. Toute personne mérite notre respect et doit être aimée comme
le Christ nous aime. Notre seul but est de chercher la vérité, car c'est notre devoir d'avancer vers la
vérité tout entière. Comme nous aimons le redire avec Jésus: “La vérité vous rendra libres" (Jn 8,32).
Par mentalité biblique, nous entendons le critère ou la manière de penser avec laquelle on interprète
normalement la Bible. Nous expliquerons d'abord sur quoi la mentalité biblique des catholiques met
l'accent et ensuite sur quoi celle de nos frères protestants met aussi les accents, pour conclure avec
quelques orientations en vue de pouvoir faire un jour une lecture biblique ensemble. Car ces mentalités
ne sont pas toujours nécessairement opposées, elles sont souvent complémentaires.

1. Les accents de la mentalité biblique catholique


C'est une mentalité historico-critique. Le catholique, avec un sens profond de la foi et de la prière, a
toujours prôné l'étude sérieuse de la Bible. Pour cette étude, il met à profit les apports de plusieurs
générations et cherche à donner un fondement sérieux à sa spiritualité biblique. Cela veut dire que ce
n'est pas du tout facile de commencer à étudier la Bible. Cela implique tout un ensemble de
connaissances. Autrement, se mettre à lire la Bible sans une préparation adéquate c’est, comme on l'a
dit plus haut, tenter Dieu. Il faut donc se préparer à lire si l’on ne veut pas aboutir à n'importe quoi. C'est
l'histoire qui nous l'enseigne. Car une personne qui n'arrive pas à situer ce qu’elle lit dans son contexte
propre, peut, la Bible en main, dire de grandes sottises.

Une étude sérieuse de la Bible exige de :


* Connaître le mieux possible le texte sacré, dans sa langue originale ou dans ses traductions et
demeurer, de manière raisonnable, fidèle au texte.
* Connaître l'origine, la formation et la transmission des livres sacrés, leurs genres littéraires, ainsi que
le contexte historique où ils furent écrits.
* Connaître aussi les conditionnements culturels propres de chaque époque où la Parole de Dieu a été
proclamée et transmise. Beaucoup d'éléments culturels de telle ou telle époque sont sans doute relatifs,
changeables et perfectibles.
* Voir la différence radicale, bien que complémentaire, entre l'Ancien Testament et le Nouveau
Testament car il y a une grande évolution et des changements doctrinaux importants d'un Testament à
l'autre.
* Voir que toute la Bible est orientée vers la plénitude du Christ. C’est ce qu'on appelle le Christo-
centrisme biblique.
Il y a une infinité de problèmes qui demandent à celui qui étudie la Bible d'avoir une attitude d'humilité
et de joie profonde, convaincu que l'étude de la Bible est difficile, certes, mais aussi fascinante et
inépuisable.

Que signifie “avoir une mentalité ecclésiale ” ?


Nous rappellerons ici ce qui a été déjà dit, à savoir que le chrétien catholique reçoit et interprète la Bible
à l'intérieur de la communauté du Peuple de Dieu, à l'intérieur de la Tradition divino-apostolique, vivante
dans l'Église à travers l'histoire. Et cela, non pas par caprice ou par une dévotion irréfléchie, mais parce
que la nature de la Bible l'exige ainsi. Car la Bible n'est pas un livre étrange qui, soudain, serait tombé
du ciel.
Le livre sacré est né et s'est formé lentement, à l’intérieur d'une longue tradition, dans la communauté
du Peuple de Dieu de l'Ancien Testament et dans la communauté ecclésiale primitive.
En fait, l'Église aurait pu vivre sans Bible écrite, mais non sans son message divin, sans sa Parole, sans
son Évangile et sans le Christ présent dans la communauté. Cela veut dire qu'avant que la Bible écrite
existe, il y avait déjà une Tradition vivante du message divin dans la prédication, dans la catéchèse,
dans la liturgie et dans la vie des premiers chrétiens.
C’est pourquoi, on ne peut pas se passer de la Tradition, c'est-à-dire de la manière dont nos ancêtres
dans la foi ont vécu, interprété et défendu la Bible. Nous sommes leurs héritiers.
Il y a plus encore : l’expression et la garantie de l’interprétation authentique de la Bible, à l’intérieur de
l'Église, relève de façon particulière du Magistère officiel de l'Église : le Pape et les évêques, qui sont
les successeurs légitimes des apôtres (cf Mt. 16, 19 ; 18, 18).
Sentir avec toute cette Tradition vivante, c'est donc sentir avec l'Église, avoir une mentalité ecclésiale.
Ce n'est pas une tâche facile, mais ce n'est pas parce qu'elle est difficile qu’il faille mettre de côté cette
Tradition ecclésiale.
Il faut dire aussi que cela n’empêche pas l’initiative personnelle dans l'étude et la réflexion sur la Bible.
Au contraire, cela nous stimule, nous rassure et élargit nos horizons dans la lecture biblique. La
mentalité ecclésiale catholique refuse donc une interprétation de la Bible individuelle ou en groupe, en
forme indépendante et absolue, en marge de l'Église.
Mais remarquons aussi que cette mentalité ecclésiale peut devenir, si elle n'est pas bien comprise, un
frein lorsqu'il s'agit d’inculturer l'Évangile dans des peuples qui ont vécu en dehors de la tradition et de
la culture chrétiennes. Cette inculturation de l’Évangile implique l'incarnation dans la propre culture du
message biblique originel, libre de conditionnements et d'attaches culturelles étrangères. Jamais la
Bible ne peut devenir un prétexte pour détruire la culture d'un peuple.

2. Les accents de la mentalité biblique protestante


Le protestantisme est né en Allemagne lorsque Martin Luther, religieux et prêtre allemand, se sépara
de l'Église catholique en 1517. Aujourd'hui, seulement en Europe et en Afrique, il y a plus de 600 Églises
avec des différences énormes au niveau des doctrines et du régime interne.

D'où provient la multiplicité des confessions ?


Cela vient surtout du fameux slogan : Seulement la Bible et de l'interprétation personnelle de la Bible.
La racine de tant de groupes divers parmi les Églises protestantes se trouve dans la mentalité avec
laquelle certains chrétiens lisent et interprètent la Bible. Nos frères protestants, en général, partent de
ce critère pour lire la Bible : La Bible seule suffit et son interprétation est personnelle.
En général, ils croient que seule la Bible contient et manifeste, par elle-même, toute la Révélation de
Dieu. Ils ne considèrent pas trop le besoin de la Tradition vivante de l'Église. La Bible, étant parole de
Dieu, est intelligible par elle-même. Pour l’interpréter, disent-ils, l'illumination que l'Esprit Saint met dans
le cœur de chacun suffit.
C’est pourquoi, par principe et en général, le chrétien protestant se passe de la Tradition de l'Église, de
l’histoire de la Bible et de sa complexité humaine. Je dis bien en général...
Cela constitue, du point de vue biblique catholique, un manque important. Mais cela n'empêche que ce
grand amour pour la Bible ait produit parmi les protestants d’éminents biblistes de réputation
internationale. Ce même amour a conduit beaucoup de protestants à vivre l'Évangile, à suivre le
Christ de mille manières authentiquement chrétiennes avec une grande liberté d'esprit, dans la ligne de
St Paul ou de St François d'Assise.

La seule Bible suffit-elle ?


Une conception exagérée de la Bible seule suffit a conduit certains groupes chrétiens à diffuser la Bible
coûte que coûte, par millions d'exemplaires, dans des éditions manquant souvent de toute explication
ou orientation, laissant l’interprétation à l’inspiration et à la fantaisie du lecteur. C'est avec ce même
critère que l’on a traduit précipitamment la Bible en langues autochtones, souvent mal connues, donnant
ainsi lieu à de nouvelles et diverses Églises dites chrétiennes, autochtones et syncrétistes. (En Afrique,
ont surgi déjà plus de 2000 nouvelles Églises chrétiennes autochtones et quelque chose de semblable
est en train d’arriver en Asie).
Le libre examen de la Bible à l'intérieur du protestantisme a donné lieu à une grande liberté
d'interprétation. Plusieurs groupes, sous prétexte de libre interprétation, sont tombés dans un
fondamentalisme biblique dépassé. D'autres ont jugé la Bible comme un livre purement humain. Des
prédicateurs de l’Évangile, indépendants, sans aucune filiation, ont surgi par-ci par là. On est tombé
dans le biblisme et dans le bibliocentrisme (absolutisation de la Bible) et même dans la bibliolâtrie (culte
idolâtre de la Bible).
Au siècle dernier, spécialement aux États-Unis, ont proliféré des Églises eschatologiques qui
surestimaient presque exclusivement le livre de l'Apocalypse en fixant des dates pour la fin du monde,
en signalant du doigt l’Antichrist, en proclamant exactement combien et quelles personnes seront
sauvées et en excluant le reste du monde, chrétiens ou non, comme des païens abominables...
Enfin, avec la Bible à la main, certains sont arrivés à des attitudes vraiment fanatiques, tout à fait anti-
œcuméniques et irrationnelles. Cela poussa un poète à écrire d’un ton moqueur à propos de ceux qui
interprètent la Bible à leur guise : “Ils inventent leurs propres doctrines, ils cherchent à les fonder sur la
Bible et ils les prennent ensuite pour divines".
En tant que véritables disciples du Christ, nous devons espérer que bientôt arrivera le temps où,
ensemble avec nos frères chrétiens de toutes confessions, nous pourrons lire la Bible dans un Esprit
d'union, d'amour, de paix et de fraternité universelle. Cet Esprit qui animait Jésus lors de sa prière pour
le nouveau Peuple Saint :
“Père, l’heure est venue...
Je ne prie pas seulement pour eux,
mais pour ceux qui croiront en moi
grâce à leur parole.
Qu’ils soient tous un, comme toi, Père,
tu es en moi et moi en toi.
Qu’ils soient eux aussi un en nous
pour que le monde craie que tu m'as envoyé. ” (Jn 17, 20-21)
Puissions-nous être capables de lire la Bible avec une mentalité libératrice : le Christ, Dieu-Homme,
appartient à tous. Il est notre chemin, notre vérité, notre vie (Jn 14, 6). L’histoire humaine est
essentiellement une histoire d'amour et de salut dans le Christ (cf. Col 1, 13-20 ; Ep 1, 3-14).
En résumé, nous apprécions à sa juste valeur l'amour de nos frères protestants pour la Bible. Nous
aimerions que beaucoup de catholiques aient ce même amour et considèrent la Bible comme leur livre
de chevet. Mais, selon nous, Bible et Tradition apostolique doivent aller main dans la main. On ne doit
pas les séparer. Et la garantie de cette Tradition nous est donnée par le Magistère de l'Église,
représenté par les successeurs des apôtres et spécialement par le successeur de l’apôtre Pierre. Grâce
à ce Magistère, nous pouvons proclamer : “Un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, un seul
Dieu et Père de tous". Et aussi : “Je crois en l'Église une, sainte, catholique et apostolique".

Pour réfléchir
1. Quelle est la règle d'or pour l’interprétation de la Bible ?
2. Peut-on sortir des phrases de leur contexte et leur donner une interprétation ?
3. Interpréter la Bible à l'intérieur de la Tradition ecclésiale, qu’est-que cela signifie ?
4. Quelle est en général la position de nos frères protestants à cet égard ?
5. Sur quoi est-elle fondée ?
6. Que peut-il arriver lorsqu’on interprète la Bible personnellement sans tenir compte de la Tradition
apostolique ?
7. Qu’attend-on de l'œcuménisme, à ce propos ?