Vous êtes sur la page 1sur 7

Comment développer sa créativité ?

V A L E N T I N

D E C K E R

Une notion complexe.

La créativité est une notion complexe.

On l’imagine comme un état. Certains le seraient par nature, d’autres ne le seraient pas. Certains auraient le brin de folie nécessaire pour se revendiquer comme créatifs, d’autres seraient trop pragmatiques pour cela.

Pour rédiger ces quelques pages, je me suis appuyé sur deux choses :

> Mon expérience personnelle : j’ai publié un livre et écrit une centaine d’articles sur Internet

> L’étude des plus grands créatifs, issus de domaines très variés

Les principes et leçons que j’en retiens sont loin des idées reçues que l’on peut avoir.

La créativité n’a rien à voir avec ce que l’on imagine. Il ne s’agit pas d’un don naturel ou d’éclairs de génie qui nous frappent. Il ne s’agit pas non plus d’aller régulièrement au musée, de prendre de la drogue ou de devenir un marginal.

La créativité n’est pas un état permanent.

C’est un état d’esprit et un ensemble de bonnes habitudes à adopter.

À qui s'adresse ce document ?

Ces quelques pages s’adressent à ceux qui se comportent comme des artistes, au sens large du terme.

À ceux qui mènent des projets créatifs, sans forcément savoir où cela va les mener. Ceux qui avancent dans le brouillard, avec comme seule boussole la volonté de créer des choses.

Les principes que je m'apprête à énoncer s'appliquent à ceux qui développent un podcast, un blog, une chaîne Youtube ou tout autre projet entrepreneurial.

À tous les projets aux contours flous et aux disciplines encore mal définies, qui reposent sur la créativité de l'artiste qui se cache derrière.

flous et aux disciplines encore mal définies, qui reposent sur la créativité de l'artiste qui se

Principe n°1 : Ne pas attendre l’inspiration.

Pourquoi les créateurs qui ont déjà des idées semblent toujours en avoir de nouvelles et faire encore plus de choses ?

Ils ont compris une chose essentielle : il ne faut pas attendre l'inspiration avant de se lancer.

Ils ont compris que la créativité vient lorsque l'on est en mouvement. Lorsque l'on fait déjà des choses.

On attend souvent d'avoir la bonne idée avant de se lancer. C'est une erreur. Au début, cela peut être bloquant. On ne se sent “pas inspiré”. On ne sait pas par où commencer. On repousse au lendemain.

Mais les idées viennent en chemin. Plus on crée, plus elles nous viennent. Plus on avance et plus c’est simple de continuer à avancer.

Notre cerveau établit des connexions et on se retrouve avec plus d’idées que de temps pour les exécuter.

L’inspiration est un mécanisme qu’il faut huiler et constamment entretenir.

Les bonnes idées sont souvent issues du croisement de plusieurs mauvaises idées. Avant d'en avoir des bonnes, il faut donc d'abord accepter d'en avoir des mauvaises.

Principe n°2 : combattre la Résistance

"La Résistance" est une expression qu'utilise Steven Pressfield dans son livre "The War of Art" pour désigner les blocages internes qui nous empêchent de nous lancer et de créer.

Il s'agit de tous les moyens utilisés par notre cerveau pour nous détourner de notre travail et de nos velléités créatives. La Résistance se manifeste sous de nombreuses formes, plus vicieuses les unes que les autres :

> La flemme

> La procrastination

> La recherche de gratifications et de plaisirs instantanées

> La peur du regard des autres

> Les doutes internes sur la qualité de notre travail

> Notre ego

Pressfield explique que lorsque l'on écrit, la partie difficile n’est pas celle qui consiste à mettre les mots sur la feuille.

Le plus difficile est de s’asseoir à son bureau, d’engager la mécanique créative et de commencer à écrire. C’est ici que la résistance concentre son action sur nous. Elle veut nous dissuader de le faire.

Il y a deux moyens pour lutter contre la Résistance.

Le premier est de la reconnaitre quand elle se présente et de l'accepter comme étant naturelle. Nous expérimentons tous ce sentiment, même les plus grands artistes.

La deuxième est de devenir un pro.

Cela signifie de traiter son art et son activité créative de manière professionnelle, rigoureuse et régulière. Ne pas la voir comme un hobby ou un passe-temps. Ne pas se chercher d’excuses.

Tenir ses engagements. Se créer un cadre de travail sain et structuré. Rester focalisé sur le long terme.

Principe n°3 : Être sur le pont, tous les jours

La régularité est une condition indispensable pour devenir un pro.

Les créateurs à succès sont d'abord ceux qui créent le plus en termes de quantité. Tous les jours, si possible. Cela leur permet d'affiner leur style, de développer leurs compétences et de créer un rendez-vous avec leur audience.

Avec un tel rythme de production, tout n'est pas d'excellente qualité. Mais, encore une fois, pour être capable de faire du bon travail, il faut d'abord accepter d'en faire du moins bon.

Le fait de créer tous les jours permet également de maîtriser son domaine et d'en saisir les subtilités. C'est indispensable si l'on veut produire du travail original et unique.

Principe n°4 : Partager son travail

Si le créateur ne partage pas son travail en public, il n'existe pas.

Il doit lutter contre sa tendance au perfectionnisme (une autre arme qu'utilise la Résistance contre nous) pour donner vie à ses créations et les partager. Il doit accepter de les sacrifier et de se forcer à les mettre au monde. La perfection est son pire ennemi.

Le créateur doit comprendre qu'il se révèle également dans son rapport à son audience.

Il apporte de la valeur aux gens qui le suivent. Son audience l’aide à grandir et à gagner en maturité. Elle l’accompagne dans son voyage et s’en inspire dans le même temps. Elle lui donne des feedbacks utiles pour qu'il puisse continuer à progresser.

Chaque conversation inspire nourrit la créativité du créateur.

https://valentindecker.com

Centres d'intérêt liés