Vous êtes sur la page 1sur 13

EUROCODE 8

Méthode d’analyse par force latérale :

1. Conditions d’applications :
o Dans les deux directions des périodes de vibration T1 inférieures aux valeurs suivantes :

o Régularité en élévation :
 Tous les éléments de contreventement, comme les noyaux centraux, les murs ou les
portiques, doivent être continus depuis les fondations jusqu’au sommet du bâtiment
ou, lorsqu’il existe des retraits à différents niveaux, jusqu’au sommet de la partie
concernée du bâtiment.
 La raideur latérale et la masse de chaque niveau doivent demeurer constantes ou sont
réduites progressivement, sans changement brutal, entre la base et le sommet du
bâtiment considéré.
 Dans les bâtiments à ossature, le rapport entre la résistance effective de chaque niveau
et la résistance
exigée par le calcul ne doit pas varier de manière disproportionnée d’un niveau à
l’autre. Dans ce contexte, le cas
particulier des ossatures en béton avec maçonnerie de remplissage est traité en
4.3.6.3.2.
 Lorsque l’ouvrage présente des retraits, les dispositions supplémentaires suivantes
s’appliquent :
2. Effort tranchant à la base de la structure :

L’effort tranchant sismique à la base, Fb, doit être déterminé, pour chaque direction principale dans
laquelle le bâtiment est analysé, au moyen de l’expression suivante :

Sd(T1) est l’ordonnée du spectre de calcul (voir 3.2.2.5) pour la période T1 ;


T1 est la période fondamentale de vibration du bâtiment pour le mouvement de translation dans la
direction considérée ;
m est la masse totale du bâtiment, au-dessus des fondations ou du sommet d’un soubassement rigide,
calculée conformément à 3.2.4(2) ;
Page 41 EN 1990:2002
λ est le coefficient de correction, dont la valeur est égale à : λ = 0,85 si T1 ≤ 2 TC et si le bâtiment a
plus de deux étages, autrement λ = 1,0.

3. Distribution des forces sismiques horizontales :


4. Effets de torsion :
Dans le cas d’une répartition symétrique de la raideur latérale et de la masse et à moins que
l’excentricité accidentelle eai ne soit prise en compte par une méthode plus précise (*) les effets de
torsion accidentels peuvent être pris en compte en multipliant les effets des actions (Fi)
par le coefficient δ donné par :
> Pour modèle 3D du bâtiment :

> Analyse à 2 modèles plans:

(*)

Analyse modale utilisant les spectres de réponse:

Ce type d’analyse doit être appliqué aux bâtiments qui ne satisfont pas aux conditions d’application de
la méthode d’analyse par forces latérales.

1. Conditions de choix des modes de vibrations à considérer : (une des 2 suivantes


est démontrée)
o la somme des masses modales effectives pour les modes considérés atteint au moins 90 % de
la masse totale de la structure ;
o tous les modes dont la masse modale effective est supérieure à 5 % de la masse totale sont pris
en compte.
N.B : Dans le cas de modèle spatial vérifier les conditions à la page 5 de l’Eurocode partie 1.

2. Combinaison des réponses modales :

Utiliser la méthode SRSS si les modes peuvent être considérés indépendants (Ti <0,9 Tj).

Voir page 50.

3. Effet de la torsion :

Analyse statique non linéaire (en poussée progressive):

o Les bâtiments qui ne respectent pas les critères de régularité de en plan ou les critères de
4.3.3.1(8)a) à e) doivent être analysés à l’aide d’un modèle spatial. Deux analyses
indépendantes peuvent être faites avec, pour chaque analyse, des actions latérales appliquées
dans une seule direction.
o Sinon, l’analyse peut être effectuée à l’aide de deux modèles plans, un pour chaque direction
horizontale.
o Pour les bâtiments en maçonnerie peu élevés(si le nombre d’étages est inférieur ou égal
à 3 et si le rapport de forme moyen (hauteur par largeur) des murs de la structure est inférieur
à 1,0), dans lesquels le comportement des murs de la structure est dominé par le cisaillement,
chaque niveau peut être analysé séparément.
4.3.3.4.2.6 Déplacement cible :

Voir annexe B page 170.


1 – Pour les dalles qui portent dans un seul sens (pré-dalles ou dalles alvéolaires),
on peut utiliser l’option one way load distribution, mais si on mesh la surface dans les
deux sens, on remarques que l’effort se transmet au raidisseurs (poutres parallèles
au sens de la porté). Dans se cas pour avoir que des poutres principales porteuses il
faut soit mesher dans un seul sens ou utiliser l’option auto-mesh il membrane, ou
mesher dans un seul sens (cas identique pour SAP2000). La question est comment
lorsque on choisi le one way load distribution, et on meshe la dalle l’effort se
transmet perpendiculairement au sens porteur ?

Les nouvelles versions de ETABS/SAP2000 se base sur les concepts du « Physical


object based model » et « analysis based model », la définition manuel du maillage «
mesh area » est a utiliser dans certains cas particulier (ouvertures par exemple),

la meilleure manière de faire ça (et peut être la seule manière a ma connaissance) c


d’utiliser la membrane one way distribution avec l’option « Defaut » pour le « area
object auto mesh option »

Car si par exemple, on utilise un automeshing de 5x5 pour la membrane one way,
seul la charge sur les éléments periph se transmet au poutres, les charge sur les
éléments intermédiaires seront transférées en charges ponctuelles sur les joints

2 – Si on ne meshe pas la dalle ou on utilise auto-mesh, la dalle ne fléchie pas et les


moments sont nulles, (mais les efforts sont transmis vers les poutres), ainsi la dalle
ne peut pas être dimensionnée (elle devra être calculée seule comme une poutre de
largeur 1 m), la question est s’il y a une influence sur le comportement de la structure
? c-a-d la rigidité du plancher (indéformable) et transmission des efforts transversaux
dans l’étage (je pense que les poutres ne sont pas les seules à transmettre ces
efforts lors d’utilisation de dalle en BA contrairement à un plancher nervuré).

Je ne pense pas que cela influe sur le comportement de la structure, un plancher et


indéformable dans son plan, déformable or-plan

Si on ne mesh pas la dalle ou on utilise auto-mesh (mais avec l’option default) c vrai
que la dalle ne fléchie pas, parcequ’il est definie comme membrane qui ne travail pas
or-plan, il faut seulement le transfert des charges.

mais la question pertinente c pourquoi etabs ne dispose pas de l’option one-way


distribution avec les éléments shell (ou plate), en qlq sorte c pas logique, un élément
membrane travail dans son plan alors qu’un élément plate (plaque) travail or-plan, et
c bien le cas des dalles BA… (un comportement shell est la somme des deux :
membrane+plate), au fait, affecter des éléments membranes aux planchers, ce n’est
qu’un moyen pour transmettre les charges aux poutres (membrane et pas shell
parce-que etabs dispose d’un algorithme interne qui fait cette transmission, et
l’algorithme est plus rapide en utilisant membrane que shell)

Cependant, pour le calcul des efforts dans la dalle BA (et pour le dimensionnement) il
faut utiliser le comportement shell (ou plate, mais le user’s guide préconise le shell),
ou bien utiliser SAFE (un csi spécialement dédier au calcul des planchers et
fondation et on peut transférer un étage donné du bâtiment de etabs vers safe)
3 – Si on un étage nervuré (défini comme dalles + secondary beams), le plancher
doit être rigide ou déformable.

Rigide en plan, déformable or-plan

4 – Pour le cas des dalles avec un simple appui sur les poutres (pré-dalles ou dalles
alvéolaires), on dit qu’il faut modifier shell stiffness, F11 = F22 = 0 ou 0.01 (définie
dans ETABS « PLANK1 » par défaut).

je ne connais pas cette astuce du F11=F22=0, mais c vrai que le cas des dalles
simplement posés sur les poutres est un cas un peu particulier, et a mon avis le
mieux c de les calculer manuellement

5 – j’ai une idée sur sur la différence entre shell et membrane (efforts…), mais en
pratique (dans l’interface du logiciel), si on meshe dans les deux sens, j’ai remarqué
pour les éléments shell que les efforts se transmettent essentiellement aux poteaux,
mais pour les membranes l’efforts est transmit aux poutres (j’ai remarqué ça par les
iso-couleurs des moments), que pensez vous de ce résultat ? Et dans le cas d’une
dalle porteuse dans les 2 sens, en s’appuyant sur des poutres fau t’il utiliser shell ou
membrane ? (Selon mon essai il faut utiliser membrane)

L’hypothèse d’un comportement membranaire, et le comportement réelle d’une dalle


pleine (un comportement plate), c complètement différent, comme expliquer en haut,
pour l’étude (proprement dite) d’une dalle pleine, il faut utiliser les éléments shells

6 – Tout le monde connaît la méthode pour annuler le moment 3-3 des poutres sur
les poteaux de rive : soit par définition de la poutre comme « pinned » ou dans le
menu frame releases en annulant le moment 3-3, mais dans le cas d’une membrane
meshée dans les deux sens, les moments de cette dernière sont loin d’êtres nuls sur
les poutres de rive, j’ai consulté les fichiers d’aide de EATBBS, et on a toujours cette
phrase « modeled as fully moment resistant », donc pour l’élément membrane il est
impossible de libérer le moment sur la poutre de rive. Et NON !!! Après plusieurs
tentatives, il existe une solution, (à utiliser avec prudence en attendant la
confirmation des experts comme vous), l’idée ce n’est pas de changer les
paramètres de la membrane, mais celle des poutres de rives, en entrant dans le
menu frame property modifier et de changer le torsional constant = 0 (module de
torsion de la poutre), comme ça il n’y a pas une résistance à la rotation de la dalle
autour de la poutre. Je veux avoir votre avis, s’il y a une dangereuse influence sur la
structure. Et si on n’a pas le droit de le faire, comment étudier cette membrane
(porteuse dans les deux sens) et y a-t-il une influence sur l’étude dynamique avec
moment excédent sur les appuis (poutres).

et normalement dans ce cas (puisque la dalle et simplement appuyée sur les


poutres) on doit trouver un moment d’appuie nulle a la jonction dalle-poutre, j’ai
essayer rapidement cette option mais apparemment ça marche pas (ce n’est pas une
conclusion, reste a confirmer après une réflexion approfondie)

je répète que, et c toujours un avis perso, que le cas des dalles simplement
appuyées, peuvent être dimensionnées manuellement et je ne voix pas vraiment
grand intérêt a les introduire dans le modèle.
7 – Est ce qu’on peut utiliser le concrete wall design, avec une voile meshée (dans
un seul ou double sens) et comment ?

oui bien sur, mais encore une fois, a utiliser l’auto-mesh, sauf pour le cas des
ouvertures, et même pour les voiles avec ouverture, il faut bien les auto-mechés pour
avoir meilleur qualité de résultats

pour le comment du shear wall design, premièrement il faut bien définir les entités
PIER & SPENDREL, pour pouvoir faire un design selon un code donné, la doc etabs
est assez riche sur ce point, voilà un doc (de la suite etabs manuels) pour le design
des shear walls

http://www.4shared.com/file/37983797/55 ... neral.html

Remarque sur le mesh manuel et l’auto-mesh : pour un voile par exemple, faire un
mesh manuel de 5x5 ou faire un auto-mesh de 5x5, pour le calcul EF c la même
chose, l’auto-mesh c just un moyen pour gardé « l’objet » pour une sélection facile.

Faire un mesh manuel d’un objet surfacique en 5x5 (un voile par exemple), ça veut
dire que « l’objet » initiale est divisé en 25 « objets », en revanche, Faire un auto-
mesh d’un objet surfacique en 5x5 (le meme voile par exemple), ça veut dire que «
l’objet » initiale est divisé en 25 « EF » mais il reste un seul objets, et donc on dit que
pour le « object model » on a un seul objet, et pour le « analysis model » on a 25 EF

Et puis imagine qu’on a fait un maillage manuel 5x5 et puis, pour une raison ou une
autre, on veux faire le maillage en 8x8, c une vrai casse tete, et heureusement que
les nouvelles version on introduit l’automesh

je ne sais pas si cela repond un peut a tes questions, mais on peu toujours en
discuter