Vous êtes sur la page 1sur 6

Le Bilan Respiratoire

Denis LOVERA 20/09/10

1. Interrogatoire :

● Etat civil, âge


● Profession (pour le risque d’exposition)
● Domicile (ville, campagne, insalubre, ascenseur ?...)
● Tabac (paquet/an (1pq/année = 1paquet / jour pendant 1 an), depuis quand, signe
d’addiction)
● Alcool (quantité, depuis quand, signe d’addiction)
● Dyspnée (=essoufflement) (de repos ou d’effort)
● Douleur (localisation (= articulaire (épaule ++), rachidienne, thoracique) coté à l’EVA
ou échelle de 0 à 4 qui va de 0= aucune douleur à 4 = douleur intolérable)
● Fatigue (EVA ou échelle de 0 à 4) à 4 = fatigue trés importante rendant impossible
toute rééducation.
● Maux de tête (pour hypercapnie (augmentation CO2)) y a t il des céphalées matinales
==> mauvaise respiration nocturne.
● Poids, taille (prise ou perte de poids, à cause de la mucoviscidose, cancer...)
IMC(indice de masse corporel = P/T² > 30 = obèse, < 21 = maigre)
Les questionnaires de qualité de vie : Chronic Respiratory Questionnaire (CQR), le
Nottingham, le SF 36, le Saint-George’s repiratory questionnaire (SGRQ), le questionnaire
européen de l’insuffisant respiratoire chronique, l’échelle de somnolence d’Epworth…
syndrome d’apnée du sommeil = beaucoup de pauses respiratoires = trés mauvaises
nuit = fatigue diurne
EVA de Grobois :
● La qualité de votre sommeil
● Où situez vous l’importance de votre anxiété ?
● Où situez vous l’importance de votre essoufflement ?
● Où situez vous vos possibilité physique ?
● Où situez vous votre sensation de bien-être ?

indice OMS de la Qualité de vie concerne les handicaps:


2. Dossier médical :

● HDLM (histoire de la maladie)


● ATCD (antécédents) (bronchiques, pleuraux, poumons, parenchymes, antécédents
chirurgicaux, et familiaux...)
● Traitement médical (corticoïde=anti-inflammatoire puissant : fragilisation osseuse et
peau, rétention d’eau; bronchodilatateur (Béta 2 sympathico mimétique) : tremblement
des extrémités ; fluidifiant ; anti-reflux gastrique (le digestif a une corrélation avec le
pulmonaire, les remontés acides peuvent faire du mal au poumon = pathologie
pulmonaire) ; aérosol : avec l’appareil ou les spray à savoir pour avoir un rôle
éducatif)
● Oxygénothérapie (en permanence, nombres heures par jour ou seulement depuis
l’hospitalisation, débit)
● Gazométrie (saturation (de l’hémoglobine en O2) normalement entre 97-100%, PaO2
entre 80 et 100, PaCO2 en général a 40 et le pH aux alentours de 7,4)
● Appareillage (appareils de ventilation, combien de temps lui met il, quelles sont les
horaires...)

3. Examen statique :

● inspection générale : Blue bloater (bouffi bleu, surcharge pondéral, coloré, fumeur ou ancien
fumeur, tousseur et cracheur, cynosé), Pink puffer (essoufler rose, longiligne, maigre, fumeur
ou ancien fumeur, dyspnéique à l’effort, peu ou pas encombrer, sans cyanose).
● Thorax : long, cylindrique (forme), court et large, plat, évasé à la base, déprimé,
asymétrique, dilaté en tonneau, déformation du type pectus escavatum (trou entre les 2
pectoraux, sternum enfoncé), thorax en carène (sternum proéminant)
● Cicatrice : position.
● Position costale au repos : côtes horizontales ou obliques en bas (dans une crise,
tendance à s’horizontaliser)
● Rachis : cyphose dorsale, hypercyphose, méplat dorsal, lordose cervicale, projection
antérieure du cou, scoliose (localisation, importance, car déformation thoracique donc
influence respiratoire), examen palpatoire du rachis (manœuvre glissé, rebond médial,
quick scanning...)
● Face : aspect du visage, battement des ailes du nez, nez pincé, lèvres, signes cyanose
(teinte bleutée des extrémités, paupières… survient quand le sang capillaire contient
plus de 5g /dL d’hémoglobine désaturée). dystension des veines du cou, aspect du
visage , emphysème sous -cutané de la fourchette sternale (il y a de l’air sous la peau,
et quand on palpe cela va faire comme de la neige), expiration à lèvres pincées
● Goître (augmentation de volume de la glande thyroïde), flapping tremor (astérixis)
(signe neurologique, tend les bras en avant les mains en extensions et les doigts
écartés, le sujet n’arrive pas a tenir la position, manque de tonus musculaire) ==>
hypercapnie, doigt de fumeur (coloration jaune de l’extrémité des 2 doigts qui tienne
la cigarette, hippocratisme digital (doigts en baguettes de tambour, avec des oncles en
verre de montre) = mauvaise oxygénation, réactivité vasculaire (sur la peau et sur les
oncles)

4. Examen dynamique :

● Mobilité rachidienne (patient debout, se penche)


● Evaluation mobilité scapulaire : faire lever les mains au ciel, haussé des épaules
● Mobilité thoracique et abdominale : périmètre axillaire (cotes sup),
xyphoidiens(cotes inf), mamelonnaire, ombilical ; 4 à 6 cm entre la position de repos
et les position d’inspiration/d’expiration forcée.
● Evaluation tonicité transverse : patient en DD ventre relâché, prendre le périmètre
abdominal ; refaire l’expérience patient debout, puis patient debout qui rentre son
ventre
● Evaluation force diaphragme : cf. testing du diaphragme, mesure Pimax (évaluer à
la bouche la force expiratoire du diaphragme) utilisation du freeshol (snip = snif
nasal inspiratory pressure = teste dynamique qui utilise un effort de reniflement max,
aussi intense et rapide que possible)
● Signe de Hoover : à l’inspiration, traction vers l’intérieur des côtes inférieures

5. Examen respiratoire :
● Type respiratoire : costal, abdominal, mixte, paradoxal (inverse de la normale), est ce
qu’il y a une expiratio active.
● Fréquence respiratoire : bradypnée (respiration lente), normopnée ou eupnée
(fréquence respiratoire normal 14 et 18 f/min, tachypnée (respiration rapide)
● Dyspnée (trouble de la respiration se traduisant par une difficulté à respirer, elle
est la perception anormale et désagréable de la respiration): polypnée(respiration
rapide et surperficielle), orthopnée (dyspnée (essouflement) en décubitus = signe de
probleme cardiaque, car le patient surcharge le coeur à plat), trépopnée (dyspnée
inabituelle qui intervient en décubitus latéral), platypnée (essouflement en position
debout), hyperpnée (respiration dont l’amplitude est exagérée)
la respiration de cheyne stokes = altenance réguliere de périodes d’apnée et d’hyperpnée
la respiration de kussmaul kien = ventilation lente et profonde
la respiration de biot = période d’apnée irréguliere entrecoupé de 4 à 6 respirations
d’amplitudes égales
● Rythme respiratoire : temps de l’inspiration sur le temps de l’expiration, ce n’est pas
un rapport, c’est 2 durées l’une sur l’autre.
● Tirage : le patient tire sur les épaules à l’inspiration
● Réactivité vasculaire : temps de recoloration sur la peau ou sur les ongles
● Hippocratisme digital : doigts en baguette de tambour, la dernière phalange est
grossie, l’ongle est en verre de montre (bombé dans tous les sens)
● Toux : sèche, irritative, grasse productive, grasse non productive, horaire de la toux,
efficace ou non efficace
● Expectoration : quantité en mL, qualité = évaluée de 0 à 4, propriétés rhéologiques =
viscosité élasticité et adhésivité, horaires, circonstances de déclenchement = position

6. Dyspnées

a) Sadoul
Conditions d’apparition de la dyspnée :
● 0 = Pas de dyspnée
● 1 = Plus de deux étages
● 2 = Un étage ou marche rapide ou légère pente
● 3 = Marche normale sur terrain plat
● 4 = Marche lente
● 5 = Au moindre effort

b) Borg
Dyspnée :
● 0 = Nulle
● 0,5 = A peine perceptible
● 1 = Très discrète
● 2 = Discrète
● 3 = Modérée
● 4 = Légèrement intense
● 5-6 = Intense
● 7-8 = Très intense
● 9 = Très très intense
● 10 = Maximale
MMRC dyspnea Scale
stade 1 = dyspnée pour les efforts importants
stade 2 = dyspnée a la montée d’un étage ou d’une cote
stade 3 = dyspnée à la marche sur terrain plat
stade 4 = dyspnée au moindre effort
7. Auscultation :

● Bruit Respiratoire Normal : Murmure vésiculaire


● Bruit Respiratoire Bronchique : Bruit tubaire
● Bruits Adventices : Sibilences (sifflements expiratoires dans l’asthme) ; Ronchi
(Craquements expiratoires) ; Crépitants (Crépitements inspiratoires)
● Bruits Larynges : Stridors, Cornages

L’auscultation se fait de façon symétrique (en haut à droite puis en haut à gauche, …).

8. Radio

Ce qui est plein apparaît en clair.


Ce qui est vide apparaît en foncé.
Une digraphie est une radio sur laquelle apparaissent à la fois l’inspiration et l’expiration.

9. EFR (Explorations Fonctionnelles Respiratoires)

Résultats :
● Volume courant (VC)
● Capacité vitale (CV = VC + VRE + VRI)
● Volume résiduel (VR)
● Volume expiratoire maximal par seconde (VEMS)
● Coefficient de Tiffenot (VEMS / CV)
● Ventilation maximale minute (VMM)
⇒ Etablissement d’une courbe débit-volume

10. Bilan fonctionnel

● AVQ
● Sports, loisirs
● Epreuves d’effort
● EVA
● Indice de coût physiologique (ICP)
● ICP = (Fréquence cardiaque à l’effort – Fréquence cardiaque au repos) / Vitesse

11. Autres

- Bilan Psychologique (Participation)


- Pouls Paradoxal (Le pouls disparaît à l’inspiration)
- Réflexe Hépato - Jugulaire (Turgescence jugulaire lorsqu’on appuie sur le foie)
- Tension Artérielle
- Fréquence Cardiaque
- Œdème des membres inférieurs