Vous êtes sur la page 1sur 28

Chapitre : XV [ETUDE DE LA CULEE]

I. Introduction :

La culée est un élément fondamental de la structure de l’ouvrage, le rôle d’une culée est
d’assurer la liaison entre le tablier du pont et le milieu environnant ; une culée assure donc à
la fois les fonctions d’appui de tablier et de mur de soutènement. En tant qu’appui de tablier
une culée est soumise aux mêmes efforts que les piles. En tant que mur de soutènement, elle
subit la poussée des terres et des surcharges de remblais. Le choix de culée résulte d’une
analyse globale de :

 La nature et le mode de construction du tablier.


 Les contraintes naturelles du site.
 Les contraintes fonctionnelles de l’ouvrage.

II. Choix de la morphologie :


Vu les données géotechniques du site, on a opté pour une culée fondée sur puits. La culée
comporte les éléments constitutifs suivants :
 Un mur de garde grève destiné à protéger l’about du tablier en retenant les
terres et assurer la fixation du joint de chaussée.
 Deux murs en retours qui ont pour rôle d’assurer le soutènement des terres de
remblais.
 Un mur frontal sur lequel s’appuie le tablier.

Figure (XV-1) : Culée d’un pont

Les éléments constituant la culée ont un rôle bien précis ; il convient alors de les
étudier séparément soit l’étude du :
 Mur garde grève.
 La dalle de transition.
 Le corbeau d’appui.
 Le mur en retour.
 Le mur frontal

242
Chapitre : XV [ETUDE DE LA CULEE]

1) Mur garde grève :


Le mur garde grève est soumis essentiellement à l’action des forces sur la face arrière en
contact avec les terres, poussée des terres freinage …et aussi à son poids propre.
Forces horizontales : l’effet maximum est obtenue par la combinaison des forces qui
agissent à l’arrière, ce qui exclu la prise en compte d’une poussée des joint de chaussée.
On prend 𝑒 = 30 𝑐𝑚 ; le mur sera calculé en le supposant encastrer dans le mur frontal.

a) Evaluation des efforts :


i. Poussée des terres :
Elle est donnée par la formule :
𝟏
𝑷𝒕 = . 𝑲 . 𝜸. 𝒉𝟐
𝟐 𝒂
Le moment dû à l'effort de poussée est donné par la formule :
𝟏 𝟏
𝑴𝒕 = . 𝑷𝒕 . 𝒉 = . 𝑲𝒂 . 𝜸. 𝒉𝟑
𝟑 𝟔
Avec:
𝐾𝑎 : Coefficient de poussée des terres tq:
𝝅 𝝋
𝑲𝒂 = 𝐭𝐚𝐧 𝟐 ( − ) = 0,406
𝟒 𝟐

𝑃𝑡 = 1,496 𝑡/𝑚𝑙 𝑀𝑢 = 1,3629 𝑡. 𝑚/𝑚𝑙


{ 𝐷𝑜𝑛𝑐: {
𝑀𝑡 = 1,01 𝑡. 𝑚/𝑚𝑙 𝑀𝑠𝑒𝑟 = 1,01 𝑡. 𝑚/𝑚𝑙

ii. Poussée d’une charge locale située en arrière du mur garde grève :
D'après les documents ''SETRA'', L’effet le plus défavorable est produit par les deux
essieux arrière de 12 𝑡𝑜𝑛𝑛𝑒𝑠 de deux camions accédés, placées de telle manière que les
rectangles d’impact soient au contact de la face arrière de mur garde grève.
Les rectangles sont de dimensions(0,25 × 0,75) 𝑚2.

243
Chapitre : XV [ETUDE DE LA CULEE]

Il sera admis que la pression sur le rectangle d'impact ainsi défini se répartira à 45°
latéralement et en arrière du mur. Voir la figure (XV-3) :

Figure (XV-3) : Poussée de la charge locale située en arrière du mur.

Le moment d'encastrement à la base du mur garde grève aura pour expression la formule :
𝒉
𝟏𝟐𝑲 𝒉−𝒙
𝑴𝒑 = ∫ 𝒅𝒙
𝟎, 𝟕𝟓 + 𝟐𝒉 (𝟎, 𝟐𝟓 + 𝒙)
𝟎

𝟏𝟐𝑲 𝒉 + 𝟎, 𝟐𝟓
𝑴𝒑 = × [((𝒉 + 𝟎, 𝟐𝟓) × 𝐥𝐧 ( )) − 𝒉]
𝟎, 𝟕𝟓 + 𝟐𝒉 𝟎, 𝟐𝟓
Avec:
𝑲 = 𝑲𝒂 × 𝒃𝒄 × 𝜹 × 𝜸
𝟏, 𝟐 à 𝒍′ 𝑬𝑳𝑺
𝜸={ 𝑐𝑜𝑒𝑓𝑓𝑖𝑐𝑖𝑒𝑛𝑡 𝑑𝑒 𝑝𝑜𝑛𝑑é𝑟𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛
𝟏, 𝟔 à 𝒍′ 𝑬𝑳𝑼
𝑏𝑐 = 1,1 Coefficient de pondération du système 𝐵𝑐
=1 Coefficient de majoration dynamique pour une charge sur remblai.
𝐾𝑎 = 0,406.

Pour ℎ = 2,024 𝑚 on trouve :


𝑀𝑝
= 7,495 (𝑡 × 𝑚)/𝑚𝑙 ⇒ 𝑀𝑃 = 7,495 × 𝐾
𝐾
𝐴𝑣𝑒𝑐: 𝐾 = 𝐾𝑎 . 𝑏𝑐 . 𝛿. 𝛾

𝑀𝑝 𝑢 = 5,356 𝑡𝑚/𝑚𝑙
𝐷𝑜𝑛𝑐: {
𝑀𝑝 𝑠𝑒𝑟 = 4,017 𝑡𝑚/𝑚𝑙

iii. Force de freinage d’un essieu Bc :


La force de freinage est prise égale au poids d'une roue soit 6t.
Le moment dû au freinage est donné par la formule :
6. ℎ
𝑀𝑓 = 𝛾
0,25 + 2ℎ

244
Chapitre : XV [ETUDE DE LA CULEE]

𝑀𝑓 = 4,522 𝑡. 𝑚/𝑚𝑙
𝑢
𝑀𝑓 = 2,826 × 𝛾 ⇒ 𝑀𝑓 = {
𝑀𝑓 = 3,391 𝑡. 𝑚/𝑚𝑙
𝑠𝑒𝑟

Finalement le moment total à l'encastrement :


𝑀 = 𝑀𝑡 + 𝑀𝑝 + 𝑀𝑓
𝑀𝑢 = 1,3629 + 5,356 + 4,522 = 11,2409 𝑡. 𝑚/𝑚𝑙 = 0,1124 𝑀𝑁. 𝑚/𝑚𝑙
𝑀𝑠𝑒𝑟 = 1,01 + 4,017 + 3,391 = 8,418 𝑡. 𝑚/𝑚𝑙 = 0,0842 𝑀𝑁. 𝑚/𝑚𝑙
b) Ferraillage du mur garde grève :
 Le ferraillage se fait en flexion simple : (𝐹𝑃)
𝑓𝑐28 = 25 𝑀𝑃𝑎 ; 𝑏0 = 1 𝑚 ; 𝑑 = 0,27 𝑚 ; 𝑑 ′ = 0,03 𝑚 ; 𝑓𝑏𝑢 = 17 𝑀𝑃𝑎 ; 𝜎𝑠 = 201,63 𝑀𝑃𝑎
i. Verticalement : (En fissuration préjudiciable).

𝐴𝑢 = 12,51 𝑐𝑚2 /𝑚𝑙


𝐴 𝑠𝑒𝑟 = 18,77 𝑐𝑚2 /𝑚𝑙
Condition de non fragilité :
0,23. 𝑏0 𝑑. 𝑓𝑡28
𝐴 𝐶𝑁𝐹 = = 3,726 𝑐𝑚2 /𝑚𝑙
𝑓𝑒
D’où : 𝐴𝑠 = max( 𝐴𝑢 , 𝐴 𝑠𝑒𝑟 , 𝐴 𝐶𝑁𝐹 ) = 18,77 𝑐𝑚2 /𝑚𝑙

Soit 10 𝐻𝐴 16 (20,11𝑐𝑚2 /𝑚𝑙) avec 𝑆𝑡 = 10 𝑐𝑚


c) Horizontalement :
D’après les documents (SETRA), on disposera 𝐻𝐴 10 tout les 15 𝑐𝑚 sur les deux
faces.

Figure (XV-4): Ferraillage du mur garde grève.


245
Chapitre : XV [ETUDE DE LA CULEE]

2) Corbeau d’appui :
Son rôle est d’assurer le support de la dalle de transition, d’après les documents (SETRA),
le ferraillage du corbeau d’appui est réalisé par des armatures de 𝐻𝐴 10 espacées de 10 𝑐𝑚, et
des goujons de 𝜙(25) tous les 2 𝑚.

Le ferraillage du mur garde grève et du corbeau d’appui est représenté dans la figure :

Fig (XV-5): Ferraillage du mur garde grève et du corbeau d’appui.

3) La dalle de transition :

La dalle de transition est une dalle en béton armé, placée sous la chaussée aux extrémités
du pont, et reposant sur le corbeau et sur le remblai.
Son rôle est d’atténuer le dénivellement qui pourrait se produire lors des tassements
éventuels des remblais derrière la culée, et d’éviter les percussions sur le mur garde grève
causées par les véhicules lourds.

Fig (XV-6): Schéma de la dalle de transition.

a) Evaluation des efforts :


i. Charges permanentes :
 Poids de la dalle de transition : 𝑔1 = 2,5 × 0,3 × 1 = 0,75 𝑡/𝑚𝑙
 Poids du remblai : 𝑔2 = 1,8 × 0,5 × 1 = 0,9 𝑡/𝑚𝑙
 Poids propre du revêtement : 𝑔3 = 2,2 × 0,08 × 1 = 0,176 𝑡/𝑚𝑙
 Poids total : 𝑔𝑡 = 𝑔1 + 𝑔2 + 𝑔3 = 1,826 𝑡/𝑚𝑙

246
Chapitre : XV [ETUDE DE LA CULEE]

ii. Surcharge :
𝑡
 Surcharge répartie 𝑞 = 1 𝑚𝑙
 Surcharge : l'effet le plus défavorable sera produit par le convoi 𝐵𝑡 d'après (SERTA)
sur une bande de 1 𝑚 :
𝑃1 = 2 𝑃
𝑃2 = 1,2 𝑃
𝑃 = 5,5 𝑡/𝑚𝑙
𝑃 = 11 𝑡/𝑚𝑙
D’où : { 1
𝑃2 = 6,6 𝑡/𝑚𝑙

Le schéma statique est représenté comme suite :

Fig (XV-7) : Charges et surcharges agissant sur la dalle de transition.

∑ 𝑷𝒊 × 𝑿𝒊
𝒙𝑹 = = 0,5063 𝑚
∑ 𝑷𝒊

En utilisant le théorème de BARRE 𝑃1 = 𝑃𝐾 est le plus défavorable.

Le cas le plus défavorable :

𝑃1 = 𝑃𝐾 = 11 𝑡 ⇒ 𝑋𝑠 = 2,047 𝑚 𝑑𝑒 𝑙 ′ 𝑎𝑝𝑝𝑢𝑖 𝑔𝑎𝑢𝑐ℎ𝑒.

𝑹 × 𝑿𝒔
∑ 𝑷𝒈 ≤ ≤ ∑ 𝑷𝒈 + 𝑷𝑲
𝑳

0 ≤ 7,832 ≤ 11 (𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒)

 Calcul du moment :

𝑹 × 𝑿𝟐𝒔 17,6 × 2,0472


𝑴𝒎𝒂𝒙 = − ∑ 𝑷𝒈 𝒅𝒊 = − 0 = 16,0321 𝑡. 𝑚/𝑚𝑙
𝑳 4,6

𝑀𝑚𝑎𝑥 = 16,0321 𝑡. 𝑚/𝑚𝑙

247
Chapitre : XV [ETUDE DE LA CULEE]

Les valeurs de 𝑴𝒎𝒂𝒙 et 𝑻𝒎𝒂𝒙 sont représentées dans le tableau suivant :

𝒕 𝒕. 𝒎 𝒕
𝑪𝒉𝒂𝒓𝒈𝒆 ( ) 𝑴𝑿𝒔 ( ) 𝑻( )
𝒎𝒍 𝒎𝒍 𝒎𝒍
𝑪𝒉𝒂𝒓𝒈𝒆𝒔 𝒑𝒆𝒓𝒎𝒂𝒏𝒆𝒏𝒕𝒆𝒔 𝒈 1,826 4,830 4,715
𝑺𝒖𝒓𝒄𝒉𝒂𝒓𝒈𝒆 𝒒 1 2,61 2,3
𝑺𝒚𝒔𝒕è𝒎𝒆 𝑩𝒕 − 16,03 15,66
Tableau (XV-1) : Valeurs de M et T

a- Combinaison des efforts :

ELU : 𝑀𝑢 = 1,35𝑀𝐺 + 1,6𝑀𝑞


ELS: 𝑀𝑠𝑒𝑟 = 𝑀𝐺 + 1,2𝑀𝑞

 Les résultants sont donnés par le tableau :

𝑴𝑵. 𝒎 𝑴𝑵
𝑬𝒇𝒇𝒐𝒓𝒕𝒔 𝑴( ) 𝑻( )
𝒎𝒍 𝒎𝒍
𝑬𝑳𝑼 0,3217 0,3142
𝑬𝑳𝑺 0,2407 0,2351
Tableau (XV-2) : Combinaisons des efforts
b- Ferraillage :
 Suivant xx’ :
𝑀𝑢 = 0,3217 𝑀𝑁. 𝑚/𝑚𝑙

𝑀𝑠𝑒𝑟 = 0,2407 𝑀𝑁. 𝑚/𝑚𝑙

ELU :
𝐴𝑢 = 39,77 𝑐𝑚2 /𝑚𝑙
𝐴′𝑢 = 0
ELS :
𝐴𝑠𝑒𝑟 = 53,64 𝑐𝑚2 /𝑚𝑙
𝐴′𝑠𝑒𝑟 = 0
Condition de non fragilité :
0,23. 𝑏0 𝑑. 𝑓𝑡28
𝐴 𝐶𝑁𝐹 = = 3,726 𝑐𝑚2 /𝑚𝑙
𝑓𝑒

248
Chapitre : XV [ETUDE DE LA CULEE]

Conclusion:
𝐴𝑠 = max( 𝐴𝑢 , 𝐴 𝑠𝑒𝑟 , 𝐴 𝐶𝑁𝐹 ) = 53,64 𝑐𝑚2 /𝑚𝑙

𝐴′𝑠 = max( 𝐴′𝑢 , 𝐴′𝑠𝑒𝑟 , 𝐴 𝐶𝑁𝐹 ) = 3,73 𝑐𝑚2 /𝑚𝑙

𝐴𝑠 = 11 𝐻𝐴 25 (54,00 𝑐𝑚2 /𝑚𝑙)


Soit : {
𝐴′𝑠 = 2 𝐻𝐴 16 (4,02 𝑐𝑚2 /𝑚𝑙)

𝑆𝑡 ≤ min(3ℎ ; 22 𝑐𝑚) ⇒ 𝑆𝑡 = 22 𝑐𝑚.


 Suivant yy’ :
Dans l'autre sens on dispose un ferraillage forfaitaire:
𝐴𝑆 𝑐𝑚2
𝐴𝑆 = = 17,88 𝑠𝑜𝑖𝑡: 09 𝐻𝐴 16 (18,10 𝑐𝑚2 /𝑚𝑙 )
3 𝑚𝑙
𝐴′𝑠 𝑐𝑚2
𝐴′𝑠 = = 1,24 𝑠𝑜𝑖𝑡: 2 𝐻𝐴 10 (01,57 𝑐𝑚2 /𝑚𝑙 )
3 𝑚𝑙

 Vérification du minimum d’armatures :


D’après les règles du (B.A.EL 91) pour des dalles d’épaisseur comprise entre 12cm et 30cm,
les sections minimales à prévoir sont données par les formules suivantes :

𝐴𝑥 𝑚𝑖𝑛 𝑐𝑚2
≥ 0,0008 × 1,2 𝑑′ 𝑜ù 𝐴𝑥 𝑚𝑖𝑛 ≥ 2,88 𝑐𝑜𝑛𝑑𝑖𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒.
𝑏0 × ℎ 𝑚𝑙

𝐴𝑦 𝑚𝑖𝑛 𝑐𝑚2
≥ 0,0008 𝑑′ 𝑜ù 𝐴𝑦 𝑚𝑖𝑛 ≥ 2,40 𝑐𝑜𝑛𝑑𝑖𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒.
𝑏0 × ℎ 𝑚𝑙

 Vérification de l'effort tranchant:


Le coulage de la dalle se fait sans reprise de bétonnage.
𝑉𝑢 0,3142
𝜏𝑢 = = = 1,164 𝑀𝑃𝑎 < ̅̅̅ 𝜏𝑢 = 3 𝑀𝑃𝑎 𝑐𝑜𝑛𝑑𝑖𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒.
𝑏0 × 𝑑 1 × 0,27
𝑓
𝜏𝑢 = min(0,15 ( 𝑐𝛾28 ) ; 4 𝑀𝑃𝑎)
Avec : ̅̅̅
𝑏
Les armatures destinées à reprendre l’effort tranchant ne sont pas nécessaires.
Le croquis du ferraillage est donné par la figure :

Fig (XV-8) : Ferraillage de la dalle de transition


249
Chapitre : XV [ETUDE DE LA CULEE]

4- Le mur en retour :

Le mur en retour a pour rôle d'assurer le soutènement des terres du remblai d'accès au pont, il
sert alors à retenir latéralement ces terres en têtes des culées enterrées.
Il est soumis aux charges suivantes:
 Poids propre du mur y compris la superstructure.
 Les poussées horizontales réparties.
La figure représente un mur en retour avec les charges qui lui sont appliquées :

Figure (XV-9) : Force appliquées sur le mur en retour

Pour l’étude de ce mur on applique la méthode de «WARNER ».La partie rectangulaire du


mur en retour est assimilée à un voile encastré sur la semelle horizontalement, et sur le mur
de front verticalement, son étude se fera comme une dalle bi encastrée.
Pou cela nous utiliserons les abaques Allemands qui donnent la distribution des efforts en
différents points.

Fig (XV-10) : Schéma statique.

𝑙𝑦 = 8,166 𝑚 ; 𝑙𝑥 = 3,30 𝑚

250
Chapitre : XV [ETUDE DE LA CULEE]

𝑙𝑥
𝜀= = 0,404
𝑙𝑦

Evaluation des efforts :

 1er cas : (Surcharge du remblai)


ℎ1 = 2,024 𝑚 (𝐻𝑎𝑢𝑡𝑒𝑢𝑟 𝑑𝑢 𝑚𝑢𝑟 𝑔𝑎𝑟𝑑𝑒 𝑔𝑟è𝑣𝑒)
𝐾𝑎 = 0,406 ; 𝛾 = 1,8 𝑡/𝑚3
𝑞 = 1 𝑡/𝑚𝑙
𝑡. 𝑚−1
𝑄𝑢𝑠𝑢𝑝 = 1,35 × (𝛾 × 𝐾𝑎 × ℎ1 ) + 1,6 × (𝐾𝑎 × 𝑞) = 2,646
𝑚𝑙
−1
𝑠𝑢𝑝 𝑡. 𝑚
𝑄𝑠𝑒𝑟 = (𝛾 × 𝐾𝑎 × ℎ1 ) + 1,2 × (𝐾𝑎 × 𝑞) = 1,996
𝑚𝑙

 2ème cas : (Poussée des terres)


ℎ = 8,166 𝑚 (ℎ𝑎𝑢𝑡𝑒𝑢𝑟 𝑑𝑢 𝑚𝑢𝑟 𝑒𝑛 𝑟𝑒𝑡𝑜𝑢𝑟)

𝑖𝑛𝑓 𝑡. 𝑚−1
𝑄𝑢 = 1,35 × (𝛾 × 𝐾𝑎 × ℎ) + 1,6 × (𝐾𝑎 × 𝑞) = 8,706
𝑚𝑙
−1
𝑖𝑛𝑓 𝑡. 𝑚
𝑄𝑠𝑒𝑟 = (𝛾 × 𝐾𝑎 × ℎ) + 1,2 × (𝐾𝑎 × 𝑞) = 6,455
𝑚𝑙
D’où :

𝑖𝑛𝑓 𝑡. 𝑚−1
𝑄 ′𝑢 = 𝑄𝑢 − 𝑄𝑢𝑠𝑢𝑝 = 6,06
𝑚𝑙
′ 𝑖𝑛𝑓 𝑠𝑢𝑝 𝑡. 𝑚−1
{𝑄 𝑠𝑒𝑟 = 𝑄𝑠𝑒𝑟 − 𝑄𝑠𝑒𝑟 = 4,459
𝑚𝑙
 5ème et 6ème cas : (Efforts appliqués au niveau du mur garde grève ℎ1 = 2,024 𝑚)
1
𝑃𝑢 = 1,35 × ( × 𝛾 × ℎ1 2 × 𝐾𝑎 ) + 1,6 × (𝐾𝑎 × 𝑞 × ℎ1 ) = 3,336 𝑡/+𝑚𝑙
2
1
𝑃𝑠𝑒𝑟 = ( × 𝛾 × ℎ1 2 × 𝐾𝑎 ) + 1,2 × (𝐾𝑎 × 𝑞 × ℎ1 ) = 2,483 𝑡/𝑚𝑙
2
1 1
𝑀 𝑃𝑢 = 1,35 × ( × 𝛾 × ℎ1 3 × 𝐾𝑎 ) + 1,6 × ( × 𝐾𝑎 × 𝑞 × ℎ1 2 ) = 2,694 𝑡. 𝑚/𝑚𝑙
6 2
1 1
𝑀 𝑃 𝑠𝑒𝑟 = ( × 𝛾 × ℎ1 3 × 𝐾𝑎 ) + 1,2 × ( × 𝐾𝑎 × 𝑞 × ℎ1 2 ) = 2,008 𝑡. 𝑚/𝑚𝑙
6 2

251
Chapitre : XV [ETUDE DE LA CULEE]

 A partir des abaques Allemands, nous obtenons les moments en différents points du
mur. Les résultats sont récapitulés dans le tableau suivant :
𝟏𝒆𝒓 𝒄𝒂𝒔 𝟐è𝒎𝒆 𝒄𝒂𝒔 𝟑è𝒎𝒆 𝒄𝒂𝒔 𝟒è𝒎𝒆 𝒄𝒂𝒔 𝟓è𝒎𝒆 𝒄𝒂𝒔 𝟔è𝒎𝒆 𝒄𝒂𝒔

𝑴 𝑴 𝑴
𝑴 = 𝜶. 𝑴𝑯 𝑴 = 𝜶. 𝑷. 𝒍𝒚 𝑴 = 𝜶. 𝑴𝑷
= 𝜶. 𝑸𝒔𝒖𝒑 . 𝒍𝒚 𝟐 = 𝜶. 𝑸′ . 𝒍𝒚 𝟐 = 𝜶. 𝑻𝑯 . 𝒍𝒚
Tableau (XV-3) : Représentation schématique des cas de charges.

𝟏𝒆𝒓 𝒄𝒂𝒔 𝟐è𝒎𝒆 𝒄𝒂𝒔 𝟓è𝒎𝒆 𝒄𝒂𝒔 𝟔è𝒎𝒆 𝒄𝒂𝒔 ∑ 𝑀 (𝑀𝑁 × 𝑚)

𝜶 −0,086 −0,021 −0,62 / ▬


𝟏𝒙 𝑴𝒖 −0,15174 −0,08486 −0,16890 / −𝟎, 𝟒𝟎𝟓𝟓
𝑴 𝒔𝒆𝒓 −0,11447 −0,06244 −0,12571 / −𝟎, 𝟑𝟎𝟐𝟔
𝜶 −0,058 −0,033 −0,061 / ▬
𝟐𝒙 𝑴𝒖 −0,10233 −0,13335 −0,01662 / −𝟎, 𝟐𝟓𝟐𝟑
𝑴 𝒔𝒆𝒓 −0,07720 −0,09812 −0,01237 / −𝟎, 𝟏𝟖𝟕𝟕
𝜶 −0,008 −0,007 +0,061 −0,2 ▬
𝟓𝒙 𝑴𝒖 −0,01412 −0,02829 0,01662 −0,00539 −𝟎, 𝟎𝟑𝟏𝟐
𝑴 𝒔𝒆𝒓 −0,01065 −0,02081 0,01237 −0,00402 −𝟎, 𝟎𝟐𝟑𝟏
𝜶 −0,086 −0,06 −0,14 −0,08 ▬
𝟑𝒚 𝑴𝒖 −0,15174 −0,24246 −0,03814 −0,00216 −𝟎, 𝟒𝟑𝟒𝟓
𝑴 𝒔𝒆𝒓 −0,11447 −0,17841 −0,02839 −0,00161 −𝟎, 𝟑𝟐𝟐𝟗
𝜶 −0,028 −0,025 0 −0,03 ▬
𝟒𝒚 𝑴𝒖 −0,04940 −0,10103 0 −0,00081 −𝟎, 𝟏𝟓𝟏𝟐
𝑴 𝒔𝒆𝒓 −0,03727 −0,07434 0 −0,00060 −𝟎, 𝟏𝟏𝟐𝟐
𝜶 +0,01 +0,01 +0,017 +0,05 ▬
𝟔𝒚 𝑴𝒖 0,01764 0,04041 0,00463 0,00135 𝟎, 𝟎𝟔𝟒𝟎
𝑴 𝒔𝒆𝒓 0,01331 0,02973 0,00345 0,00100 𝟎, 𝟎𝟒𝟕𝟓
Tableau (XV-4) : Moments aux états limites en MN/ml pour différent cas de charges.

252
Chapitre : XV [ETUDE DE LA CULEE]

 Ferraillage:
Le ferraillage su fait en flexion simple

Figure (XV-11) : Représentation des moments


 Le ferraillage horizontal :
 Nappe droite : (𝑴𝒚+ )

𝑴 (𝑴𝑵 × 𝒎) 𝑨′𝒔 (𝒄𝒎𝟐 /𝒎𝒍) 𝑨𝑺 (𝒄𝒎𝟐 /𝒎𝒍) 𝑨 𝑪𝑵𝑭


𝑬𝑳𝑼 0,064 0 4,12 5,43
𝑬𝑳𝑺 0,0475 0 6,35 5,43
2)
𝑭𝒆𝒓𝒓𝒂𝒊𝒍𝒍𝒂𝒈𝒆 5𝑇14(7,70 𝑐𝑚 ; 𝑠𝑡 = 20𝑐𝑚

 Nappe de gauche (𝑴−


𝒚)

𝑴 (𝑴𝑵 × 𝒎) 𝑨′𝒔 (𝒄𝒎𝟐 )/𝒎𝒍 𝑨𝑺 (𝒄𝒎𝟐 )/𝒎𝒍 𝑨 𝑪𝑵𝑭


𝑬𝑳𝑼 0,4345 0 29,59 5,43
𝑬𝑳𝑺 0,3229 0 43,18 5,43
2
𝑭𝒆𝒓𝒓𝒂𝒊𝒍𝒍𝒂𝒈𝒆 9𝑇25 (44,18 𝑐𝑚 ) ; 𝑠𝑡 = 13𝑐𝑚

253
Chapitre : XV [ETUDE DE LA CULEE]

 Vertical :
 Nappe supérieure : (𝑴+
𝒙) ∶

𝑴 (𝑴𝑵 𝑨′𝒔 (𝒄𝒎𝟐 )/𝒎𝒍 𝑨𝑺 (𝒄𝒎𝟐 )/𝒎𝒍 𝑨 𝑪𝑵𝑭


× 𝒎)
𝑬𝑳𝑼 − − − 5,43
𝑬𝑳𝑺 − − − 5,43
𝑭𝒆𝒓𝒓𝒂𝒊𝒍𝒍𝒂𝒈𝒆 4𝑇14 ; 𝑠𝑡 = 20𝑐𝑚

 Nappe inférieure : (𝑴−


𝒙) ∶

𝑴 (𝑴𝑵 𝑨′𝒔 (𝒄𝒎𝟐 )/𝒎𝒍 𝑨𝑺 (𝒄𝒎𝟐 )/𝒎𝒍 𝑨 𝑪𝑵𝑭


× 𝒎)
𝑬𝑳𝑼 −0,4055 0 27,49 5,43
𝑬𝑳𝑺 −0,3026 0 40,46 5,43
𝑭𝒆𝒓𝒓𝒂𝒊𝒍𝒍𝒂𝒈𝒆 13𝑇20 ; 𝑠𝑡 = 15𝑐𝑚.

Figure (XV-12) : Ferraillage du mur en retour.

254
Chapitre : XV [ETUDE DE LA CULEE]

5- Etude du mur de front :

Il est constitué d’un voile frontal supportant le tablier. Il sert aussi à supporter, les
remblais ainsi que la transmission des efforts à la semelle. Il est encastré sur les deux cotés
latéraux, et à la base sur la semelle. Pour cette étude on utilisera aussi les abaques Allemands.

Figure (XV-13) : Schéma statique et coupe longitudinale du mur frontal.

𝑙𝑦 = 6,84 𝑚 ; 𝑙𝑥 = 8,76 𝑚

𝑙𝑥
𝜀= = 1,281
𝑙𝑦

a) Evaluations des efforts appliqués sur le mur de front :


 Effort de poussée :

𝟏𝒆𝒓 𝒄𝒂𝒔 : Poussée dû à la surcharge 𝑞 = 1 𝑡/𝑚2 :

𝑃 = 𝑞 × 𝐾𝑎

𝟐è𝒎𝒆 𝒄𝒂𝒔 : Poussée dû au poids des terres :

𝑞𝐻 = 𝛾 × 𝑙𝑦 × 𝐾𝑎 = 1,8 × 6,84 × 𝐾𝑎 = 12,312 × 𝐾𝑎

𝟑è𝒎𝒆 𝒄𝒂𝒔 : Poussée du remblai sur le mur garde grève :

1
𝑞𝑝 = × 𝛾 × ℎ2 × 𝐾𝑎 = 0,5 × 1,8 × 2,0242 × 𝐾𝑎 = 3,687 × 𝐾𝑎
2

𝟒è𝒎𝒆 𝒄𝒂𝒔 : Moment dû à 𝒒𝒑 :

1 1 1 1
𝑀𝑝 = × × 𝛾 × ℎ3 × 𝐾𝑎 = × × 1,8 × 2,0243 × 𝐾𝑎 = 2,487 × 𝐾𝑎
3 2 3 2

255
Chapitre : XV [ETUDE DE LA CULEE]

 Calcul du coefficient 𝑲𝒂 :
 En condition normale :

𝟐
𝝅 𝝋
𝑲𝒂 = 𝐭𝐚𝐧 ( − ) = 𝟎, 𝟒𝟎𝟔
𝟒 𝟐

 En condition sismique :
𝟐
𝐜𝐨𝐬 (𝝋 − 𝜽)
𝑲𝒂 = 𝟐
𝟐 (𝜽) 𝐬𝐢𝐧 𝝋 𝐬𝐢𝐧(𝝋 − 𝜷 − 𝜽)
𝐜𝐨𝐬 × [𝟏 + √ ]
𝐜𝐨𝐬 𝜽 𝐜𝐨𝐬 𝜷

𝜺𝑯
𝜽 = 𝒂𝒓𝒄𝒕𝒈( )
𝟏 + 𝜺𝒗

𝜺𝑯 = 𝑨 ∶ 𝑐𝑜𝑒𝑓𝑓𝑖𝑐𝑖𝑒𝑛𝑡𝑑 ′ 𝑎𝑐𝑐é𝑙é𝑟𝑎𝑖𝑜𝑛𝑑𝑒 𝑧𝑜𝑛𝑒 (𝑻𝒂𝒃𝒍𝒆𝒂𝒖 𝟑. 𝟏 𝒅𝒖 𝑹𝑷𝑶𝑨)


{
𝜺𝑽 = 𝟎, 𝟑 × 𝜺𝑯

⇒ 𝜺𝑯 = 0,12 𝒆𝒕 𝜺𝑽 = 0,036

Caractéristique du remblai :

𝛾 = 1,8 𝑡/𝑚3

𝜑 = 25° 𝑎𝑛𝑔𝑙𝑒 𝑑𝑒 𝑓𝑟𝑜𝑡𝑡𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑖𝑛𝑡𝑒𝑟𝑛𝑒 𝑑𝑢 𝑟𝑒𝑚𝑏𝑙𝑎𝑖.

𝛼=0 𝑎𝑛𝑔𝑙𝑒 𝑑𝑒 𝑓𝑟𝑜𝑡𝑡𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑑𝑢 𝑡𝑎𝑙𝑢𝑠.

𝛿 =0 𝑎𝑛𝑔𝑙𝑒 𝑑𝑒 𝑓𝑟𝑜𝑡𝑡𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑑𝑢 𝑠𝑜𝑙 − 𝑏é𝑡𝑜𝑛 (é𝑐𝑟𝑎𝑛 𝑙𝑖𝑠𝑠𝑒).

𝛽=0 𝑎𝑛𝑔𝑙𝑒 𝑑’𝑖𝑛𝑐𝑙𝑖𝑛𝑎𝑖𝑠𝑜𝑛 𝑑𝑒 𝑙𝑎 𝑐𝑢𝑙é𝑒 𝑝𝑎𝑟 𝑟𝑎𝑝𝑝𝑜𝑟𝑡 à 𝑙𝑎 𝑣𝑒𝑟𝑡𝑖𝑐𝑎𝑙𝑒.

𝜺𝑯
𝜺𝑽 𝜽 𝑲𝒂

𝑪𝑵 0 0 0 0,406
𝑺𝑯 0,12 0 6,84 0,492
𝑺𝑽 ↓ 0 0,036 0 0,406
𝑺𝑽 ↑ 0 −0,036 0 0,406
𝑺𝑯 + 𝑺𝑽 ↓ 0,12 0,036 6,84 0,489
0,12 7,10
𝑺𝑯 + 𝑺𝑽 ↑ −0,036 0,496
Tableau (XV-5) : Valeurs des coefficients des poussées.

0,406 𝐶𝑁
D’où : 𝐾𝑎 = {
0,496 𝐶𝑆

256
Chapitre : XV [ETUDE DE LA CULEE]

Les différents cas de charges sont représentés dans le tableau ():

𝑬𝒙𝒑𝒓𝒆𝒔𝒔𝒊𝒐𝒏 𝒅𝒆 𝑴 𝜶. 𝑷. 𝒍𝟐𝒚 𝜶. 𝒒𝑯 . 𝒍𝒚𝟐 𝜶. 𝒒𝒑 . 𝒍𝒚𝟐 𝜶. 𝑴𝒑 ∑ 𝑀 (𝑀𝑁


𝑷𝒐𝒊𝒏𝒕𝒔 𝜶 𝒆𝒕 𝑴 𝑲𝒂 𝟏𝟐, 𝟑𝟏𝟐𝑲𝒂 𝟑, 𝟔𝟖𝟕 𝟐, 𝟒𝟖𝟕 × 𝑚)
𝜶 −0,14 −0,028 −0,67
× 𝑲𝒂 ×𝑲 −𝒂 ▬
𝒎 𝟏𝒙 𝑴(𝑪𝑵) −0,027 −0,065 −0,469 − −0,561
𝑴(𝑪𝑺) −0,032 −0,080 −0,573 − −0,685
𝜶 0,06 0,017 0,18 −0,31 ▬
𝒎 𝟐𝒙 𝑴(𝑪𝑵) 0,011 0,040 0,126 −0,003 0,174
𝑴(𝑪𝑺) 0,014 0,049 0,154 −0,004 0,213
𝜶 −0,09 −0,039 −0,06 − ▬
𝒎 𝟑𝒙 𝑴(𝑪𝑵) −0,017 −0,091 −0,042 − −0,150
𝑴(𝑪𝑺) −0,021 −0,111 −0,051 − −0,184
𝜶 0,035 0,011 0,06 − ▬
𝒎 𝟒𝒙 𝑴(𝑪𝑵) 0,007 0,026 0,042 − 0,074
𝑴(𝑪𝑺) 0,008 0,031 0,051 − 0,091
𝜶 0,06 − 0,11 0,97 ▬
𝒎 𝒙𝒎𝒂𝒙 𝑴(𝑪𝑵) 0,011 − 0,077 0,010 0,098
𝑴(𝑪𝑺) 0,014 − 0,094 0,012 0,120
𝜶 0,025 0,014 −0,06 0,16 ▬
𝒎 𝟒𝒚 𝑴(𝑪𝑵) 0,005 0,033 −0,042 0,002 −0,003
𝑴(𝑪𝑺) 0,006 0,040 −0,051 0,002 −0,004
𝜶 −0,06 −0,035 −0,03 0,7 ▬
𝒎 𝟓𝒚 𝑴(𝑪𝑵) −0,011 −0,082 −0,021 0,007 −0,107
𝑴(𝑪𝑺) −0,014 −0,100 −0,026 0,009 −0,131
𝜶 −0,09 −0,05 −0,05 −0,14 ▬
𝒎 𝟔𝒚 𝑴(𝑪𝑵) −0,017 −0,117 −0,035 −0,001 −0,170
𝑴(𝑪𝑺) −0,021 −0,143 −0,042 −0,002 −0,208
𝜶 −0,025 0,011 0,11 0,97 ▬
𝒎 𝒚𝒎𝒂𝒙 𝑴(𝑪𝑵) −0,005 0,026 0,077 0,010 0,108
𝑴(𝑪𝑺) −0,006 0,031 0,094 0,012 0,132
Tableau (XV-6) : valeurs des moments dus aux poussées en (CN) et (CS)

b) Calcul des moments dus aux charges horizontales :


 Effort dû au freinage : 𝐻𝐵𝑐 = 0,03 × 0,20 × 2 × 1,11 = 0,013 𝑀𝑁

𝐻𝐵𝑐
⇒ 𝐻𝐵𝑐 = = 0,0015 𝑀𝑁/𝑚𝑙
𝑙𝑥
𝐻𝑇
 Effort du à la température : 𝐻𝑇 = 0,017 𝑀𝑁/𝑚𝑙 ⇒ 𝐻𝑇 = = 0,001 𝑀𝑁/𝑚𝑙
𝑙𝑥

 Effort dû au séisme : 𝐻𝑠 = 0,221 𝑀𝑁 (réaction dû au séisme transversale exercée dans


la culée)

257
Chapitre : XV [ETUDE DE LA CULEE]

𝐻𝑠
⇒ 𝐻𝑠 = = 0,0252 𝑀𝑁/𝑚𝑙
𝑙𝑥

Toutes les forces sont divisées par 𝑙𝑥 = 8,76 𝑚

Dans ce qui suivra, on présentera le calcul des moments sous les efforts horizontaux en
utilisant les abaques allemandes (𝑴 = 𝑯 × 𝜶 × 𝒍𝒚 ).

𝑴𝒐𝒎𝒆𝒏𝒕 (𝑴𝑵. 𝒎/𝒎𝒍)


𝑷𝒐𝒊𝒏𝒕𝒔 𝜶𝒊 𝑭𝒓𝒆𝒊𝒏𝒂𝒈𝒆 𝑻° 𝑺é𝒊𝒔𝒎𝒆
1𝑥 −0,67 −0,0595764 −0,0045828 −0,11548656
2𝑥 0,18 0,0160056 0,0012312 0,03102624
3𝑥 −0,06 −0,0053352 −0,0004104 −0,01034208
4𝑥 0,06 0,0053352 0,0004104 0,01034208
4𝑦 −0,06 −0,0053352 −0,0004104 −0,01034208
5𝑦 −0,03 −0,0026676 −0,0002052 −0,00517104
6𝑦 −0,05 −0,004446 −0,000342 −0,0086184
Tableau (XV-7) : valeurs des moments dus aux efforts horizontaux.

Les moments maximums dus aux charges horizontales sont représentés dans le tableau :

𝑪𝒐𝒏𝒅𝒊𝒕𝒊𝒐𝒏𝒔 𝑴𝒙− 𝑴+
𝒙 𝑴𝒚− 𝑴𝒚+
𝑭𝒓𝒆𝒊𝒏𝒂𝒈𝒆 𝑪𝑵 −0,0595764 0,0160056 −0,0053352 ▬
𝑻 ° 𝑪𝑵 −0,0045828 0,0012312 −0,0004104 ▬
𝑺é𝒊𝒔𝒎𝒆 𝑪𝑺 −0,11548656 0,03102624 −0,01034208 ▬
𝑪𝒉𝒂𝒓𝒈𝒆𝒔 𝒔𝒖𝒓 𝑪𝑵 −0,56111021 0,17402528 −0,1703998 0,10777107
𝒎𝒖𝒓 𝒅𝒆 𝒇𝒓𝒐𝒏𝒕 𝑪𝑺 −0,6854619 0,21259227 −0,20816333 0,131655
Tableau (XV-8) : valeurs des moments maximums dus aux charges horizontales

c) Calcul des moments dus aux charges verticales :


 Poids propre du tablier : 125,052/ 8,76 = 14,275 𝑡/𝑚𝑙
 Poids propre du mur garde grève : 2,5 × 2,024 × 0,3 = 1,518 𝑡/𝑚𝑙
 Poids du remblai : 1,8 × 5 × 7,76 × 0,5/ (8,76) = 3,986 𝑡/𝑚𝑙
 Poids propre de la dalle de transition : 2,5 × 0,3 × 5 × 7,76 / (8,76) = 3,322 𝑡/𝑚𝑙
 Poids du corbeau : 2,5 × ((0,3 × 0,3) + (0,3² /2)) = 0,3375 𝑡/𝑚𝑙
 Poids propre du mur de front : 2,5 × 1,4 × 6,84 = 23,94 𝑡/𝑚𝑙
 Poids de la surcharge D240 : 150,775/ (8,76) = 17,212 𝑡/𝑚𝑙
 Poids du mur en retour : (2.5 × 3,3 × 8,166 × 0.5)/(8,76) = 3,845 𝑡/𝑚𝑙
Pour obtenir le moment dû aux charges verticales, on multiplie chaque charge par
l’excentricité correspondante. En conditions sismique les moments verticaux doivent être
majorés par (𝟏 + 𝜺𝒗 ) et les moments horizontaux par 𝜺𝒉

258
Chapitre : XV [ETUDE DE LA CULEE]

Avec :

𝜀𝑣 = 0,036 ; 𝜺𝒉 = 0,12

𝑴𝒚+ (𝑴𝑵. 𝒎
𝑪𝒉𝒂𝒓𝒈𝒆𝒔 𝑪𝒐𝒏𝒅𝒊𝒕𝒐𝒏𝒔𝑽 (𝑴𝑵/𝒎𝒍) 𝒅 (𝒎)
/𝒎𝒍)
𝐶𝑁 0,14275 0
𝑷𝒐𝒊𝒅𝒔 𝒅𝒖 𝒕𝒂𝒃𝒍𝒊𝒆𝒓 0
𝐶𝑆 0,147889 0
𝑷𝒐𝒊𝒅𝒔 𝒅𝒖 𝒎𝒖𝒓 𝐶𝑁 0,01518 0,010626
0,70
𝑮𝒂𝒓𝒅𝒆 − 𝒈𝒓è𝒗𝒆 𝐶𝑆 0,0157265 0,01100854
𝑷𝒐𝒊𝒅𝒔 𝒅𝒆 𝒍𝒂 𝒅𝒂𝒍𝒍𝒆 𝐶𝑁 0,0332 0,11122
3,35
𝒅𝒆 𝒕𝒓𝒂𝒏𝒔𝒊𝒕𝒊𝒐𝒏 𝐶𝑆 0,034395 0,11522392
𝐶𝑁 0,03375 0,03317625
𝑷𝒐𝒊𝒅𝒔 𝒅𝒖 𝒄𝒐𝒓𝒃𝒆𝒂𝒖 0,983
𝐶𝑆 0,034965 0,0343706
𝑷𝒐𝒊𝒅𝒔 𝒅𝒖 𝒎𝒖𝒓 𝐶𝑁 0,2394 0
0
𝒅𝒆 𝒇𝒓𝒐𝒏𝒕 𝐶𝑆 0,24802 0
𝑷𝒐𝒊𝒅𝒔 𝒅𝒖 𝒎𝒖𝒓 𝒆𝒏 𝐶𝑁 0,03845 0,096125
2,5
𝒓𝒆𝒕𝒐𝒖𝒓 𝐶𝑆 0,0398342 0,0995855
𝐶𝑁 0,03986 0,133531
𝑷𝒐𝒊𝒅𝒔 𝒅𝒖 𝒓𝒆𝒎𝒃𝒍𝒂𝒊 3,35
𝐶𝑆 0,04129496 0,13833812
𝑷𝒐𝒊𝒅𝒔 𝒅𝒆 𝒍𝒂 𝒔𝒖𝒓𝒄𝒉𝒂𝒓𝒈𝒆 𝐶𝑁 0,17212 0 0
Tableau (XV-9) : valeurs des moments dus aux charges verticales.

 Combinaison des efforts :

𝑬𝑳𝑼: (𝟏, 𝟑𝟓 × 𝑮) + (𝟏, 𝟔 × 𝑸) + (𝟎, 𝟖 × 𝑻𝟎 )


𝐶𝑁 ∶ {
𝑬𝑳𝑺: (𝑮) + (𝟏, 𝟐 × 𝑸) + (𝟎, 𝟔 × 𝑻𝟎 )

𝐶𝑆 ∶ 𝑬𝑳𝑼: 𝑮 + 𝑭𝒔 + (𝟎, 𝟓 × 𝑻𝟎 )

𝑵 (𝑴𝑵/𝒎𝒍) 𝑴+
𝒙 (𝑴𝑵. 𝒎 𝑴−
𝒙 (𝑴𝑵. 𝒎 𝑴+
𝒚 (𝑴𝑵. 𝒎 𝑴𝒚− (𝑴𝑵. 𝒎/𝒎𝒍)
/𝒎𝒍) /𝒎𝒍) /𝒎𝒍)
𝑪𝑵 0,9648585 0,26152804 −0,8564873 0,66480659 −0,2389044
𝑬𝑳𝑼
𝑪𝑺 0,75886637 0,24423411 −0,8032399 0,52537455 −0,2187106

𝑬𝑳𝑺 𝑪𝑵 0,71471 0,19397072 −0,6353516 0,49244932 −0,1770483


Tableau (XV-10) : sollicitations les plus défavorables

259
Chapitre : XV [ETUDE DE LA CULEE]

a. Ferraillage frontal:
 Ferraillage horizontal :
Le ferraillage se fait en flexion simple.

 ELU :
𝑴𝒖 = 0,8565 𝑀𝑁. 𝑚
𝒃𝟎 = 1 𝑚
𝒅 = 1,28 𝑚
𝒇𝒃𝒖 = 17 𝑀𝑃𝑎
D’où :
𝐴′𝑢 = 0
{
𝐴𝑢 = 18,66 𝑐𝑚2
 ELS :
𝑀𝑠𝑒𝑟 = 0,6354 𝑀𝑁. 𝑚
D’où :
𝐴′𝑠𝑒𝑟 = 0
{
𝐴𝑠𝑒𝑟 = 30,34 𝑐𝑚2
𝑓𝑡28
𝐴 𝐶𝑁𝐹 = 0,23 × 𝑏0 × 𝑑 × = 15,21 𝑐𝑚2
𝑓𝑒
𝐴𝑠 = 𝑚𝑎𝑥(𝐴𝑢 , 𝐴𝑠𝑒𝑟 , 𝐴 𝐶𝑁𝐹 ) = 30,34 𝑐𝑚2

Nous optons pour des armatures : 10𝐻𝐴20/𝑀𝐿 avec un espacement de : 𝑒 = 15 𝑐𝑚

 Ferraillage vertical :

Le ferraillage vertical se fait en flexion composée.

260
Chapitre : XV [ETUDE DE LA CULEE]

 ELU :
Sollicitation de calcul :
𝑁𝑢 = 0,9649 𝑀𝑁
𝑺𝑫𝑻 ∶ {
𝑀𝑢 = 0,6648 𝑀𝑁 × 𝑚
𝑀𝑢
𝑒0 = = 0,689
𝑁𝑢

𝑒 1 = 𝑒0 + 𝑒 𝑎

𝑙
𝑒𝑎 = max(2 𝑐𝑚 ; )
250

𝑒𝑎 = 2,736 𝑐𝑚

𝑒 1 = 0,719 𝑚

 Vérification au flambement :

Condition :

𝑙𝑓 20 𝑒0 20 𝑒0 20 × 0,689
≤ max (15 ; ) ; 𝑎𝑣𝑒𝑐 ∶ = = 9,843
ℎ ℎ ℎ 1,40

𝑙𝑓 = 0,7 × 𝑙0 ; 𝑙0 = 6,84 𝑚

𝑙𝑓 = 4,788 𝑚

𝑙𝑓 4,788
= = 3,42 < 15 (𝒗é𝒓𝒊𝒇𝒊é𝒆)
ℎ 1,40

 Le calcul au flambement est négligé.

𝛼=1

6 × 𝑙𝑓2
𝑒2 = 4 (1 + 𝛼) = 0,0196
10 × ℎ

𝑒𝑇 = 𝑒1 + 𝑒2

𝑒 𝑇 = 0,7386 𝑚


𝑀 𝑢𝐴 = 𝑁 𝑢 × (𝑒 𝑇 + 𝑑 − ) = 1,253 (𝑀𝑁. 𝑚) 𝑎𝑣𝑒𝑐 ∶ 𝑑 = 0,9 × ℎ = 1,26 𝑚
2
𝑀 𝑢𝐴 0,85 × 𝑓𝑐28
𝜇 𝑏𝑢𝐴 = 𝑎𝑣𝑒𝑐 ∶ 𝑓𝑏𝑢 = = 14,17 𝑀𝑃𝑎
𝑏0 × 𝑑2 × 𝑓𝑏𝑢 𝛾𝑏

𝜇 𝑏𝑢𝐴 = 0,0557 < 0,48 ⇒ 𝑆𝑒𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑝𝑎𝑟𝑡𝑖𝑒𝑙𝑙𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑐𝑜𝑚𝑝𝑟𝑖𝑚é𝑒.

261
Chapitre : XV [ETUDE DE LA CULEE]

𝜇 𝑏𝑢𝐴 < 0,186 ⇒ 𝑃𝑖𝑣𝑜𝑡 𝐴 ⇒ 𝐴′𝑢 = 0

𝛼 = 1,25 × (1 − √1 − 2𝜇 𝑏𝑢𝐴 ) = 0,072

𝑧 = 𝑑 × (1 − 0,4𝛼) = 1,25 𝑚

 Pour la flexion simple on trouve :

𝜎𝑠10 = 347,83 𝑀𝑃𝑎

𝑀 𝑢𝐴
𝐴𝐹𝑆
𝑢 > = 28,82 𝑐𝑚2 /𝑚𝑙
𝑧 × 𝜎𝑠10

 Concernons la flexion composée on a :

𝑀 𝑢𝐴 𝑁𝑢
𝐴𝐹𝐶
𝑢 = − = 1,08 𝑐𝑚2 /𝑚𝑙
𝑧 × 𝜎𝑠10 𝜎𝑠10

𝐴𝐹𝐶 2
𝑢 = 1,08 𝑐𝑚 /𝑚𝑙

 ELS :

Fissuration préjudiciable ⇒ 𝜎̅𝑠 = 201,63 𝑀𝑃𝑎 𝜎𝑏𝑐 = 0,6 × 25 = 15 𝑀𝑃𝑎.


̅̅̅̅

𝑀 𝑠𝑒𝑟 = 0,492 (𝑀𝑁 × 𝑚) ℎ


{ ⇒ 𝑒0 = 0,688 > = 0,233 ⇒ 𝑆𝑃𝐶
𝑁 𝑠𝑒𝑟 = 0,715 𝑀𝑁 6


𝑀 𝑠𝑒𝑟 𝐴 = 𝑁 𝑠𝑒𝑟 × [𝑒0 + (𝑑 − )] = 0,892 𝑀𝑁
2
𝜎𝑏𝑐
̅̅̅̅
𝛼𝑟 = = 0,527
𝜎̅𝑠
𝜎𝑏𝑐 +
̅̅̅̅
15
1 𝛼𝑟
𝜇𝑅𝐵 = 𝛼𝑟 (1 − ) = 0,217
2 3

𝑀𝑅𝐵 = 𝜇𝑅𝐵 . 𝑏 . 𝑑2 . ̅̅̅̅


𝜎𝑏𝑐 = 5,168 𝑀𝑃𝑎 Donc : 𝑀𝑠𝑒𝑟 < 𝑀𝑅𝐵  𝐴′𝑠 = 0
𝛼𝑟
𝑍 = 𝑑 (1 − ) = 1,302
3
Mser A 𝑁 𝑠𝑒𝑟
𝐴𝐹𝐶
𝑠𝑒𝑟 = − <0
𝑧 𝜎̅𝑠 𝜎̅𝑠

𝑓𝑡28
𝐴 𝐶𝑁𝐹 = 0,23 × 𝑏 × 𝑑 × = 15,21 𝑐𝑚2 .
𝑓𝑒
𝐴𝑠 = max( 𝐴𝑢 , 𝐴 𝑠𝑒𝑟 , 𝐴 𝐶𝑁𝐹 ) = 15,21 𝑐𝑚2 /𝑚𝑙

262
Chapitre : XV [ETUDE DE LA CULEE]

𝑨𝒔 = 15,21 𝑐𝑚2 /𝑚𝑙


Nous optons pour des armatures : 5HA20/ml avec un espacement : st = 20cm

 Vérification de l’effort tranchant :

𝑉𝑢 0,2𝑓𝑐28
𝜏𝑢 = ≤ 𝜏𝑙𝑖𝑚 = 𝑀𝑖𝑛( , 5 𝑀𝑃𝑎)
𝑏0 × 𝑑 𝛾𝑏
1,008
𝝉𝒖 = = 0,8 𝑀𝑃𝑎 < 3,33 𝑀𝑃𝐴
1 × 1,26

Figure (XV-14) : Le ferraillage du mur de front.

6- Etude de la semelle de fondation :

L’élément le plus important dans la stabilité de l’ouvrage est la fondation. Son rôle est de
répartir et de transmettre au sol les efforts provenant de la superstructure par l’intermédiaire
des pieux.
a) Evaluation des efforts à la base de la semelle :
En plus des efforts dus à la superstructure (charge et surcharges), nous devons prendre en
considération l’effet du poids propre de la semelle et le poids des terres.
Le tableau on donne les efforts agissants sur la semelle :

263
Chapitre : XV [ETUDE DE LA CULEE]

𝑵 (𝑴𝑵) 𝑯 (𝑴𝑵) 𝑫(𝒎) 𝑴 (𝑴𝑵. 𝒎)


𝑪. 𝑵 1,250 / 0,80 1,000
𝑷𝒐𝒊𝒅𝒔 𝒅𝒖 𝒕𝒂𝒃𝒍𝒊𝒆𝒓 𝑺. 𝑽 1,296 / 0,80 1,036
𝑺. 𝑯 / 0,150 8,49 1,274
𝑪𝑵 2,097 / 0,60 1,258
𝑷𝒐𝒊𝒅𝒔 𝒅𝒆 𝒎𝒖𝒓 𝒅𝒆 𝒇𝒓𝒐𝒏𝒕 𝑺. 𝑽 2,173 / 0,60 1,304
𝑺. 𝑯 / 0,252 4,92 1,238
𝑪. 𝑵 0,133 / 0,05 0,007
𝑷𝒐𝒊𝒅𝒔 𝒅𝒖 𝒎𝒖𝒓 𝒈𝒂𝒓𝒅𝒆 𝒈𝒓è𝒗𝒆 𝑺. 𝑽 0,138 / 0,05 0,007
𝑺. 𝑯 / 0,016 9,35 0,149
𝑪. 𝑵 0,291 / 0,60 0,175
𝑷𝒐𝒊𝒅𝒔 𝒅𝒆 𝒍𝒂 𝒅𝒂𝒍𝒍𝒆 𝒅𝒆 𝒕𝒓𝒂𝒏𝒔𝒊𝒕𝒊𝒐𝒏 𝑺. 𝑽 0,301 / 0,60 0,181
𝑺. 𝑯 / 0,035 9,74 0,340
𝑪. 𝑵 0,030 / 0,25 0,007
𝑷𝒐𝒊𝒅𝒔 𝒅𝒖 𝒄𝒐𝒓𝒃𝒆𝒂𝒖 𝑺. 𝑽 0,031 / 0,25 0,008
𝑺. 𝑯 / 0,004 9,79 0,035
𝑪. 𝑵 0,337 / 1,60 0,539
𝑷𝒐𝒊𝒅𝒔 𝒅𝒖 𝒎𝒖𝒓 𝒆𝒏 𝒓𝒆𝒕𝒐𝒖𝒓 𝑺. 𝑽 0,349 / 1,60 0,558
𝑺. 𝑯 / 0,040 5,94 0,240
𝑪. 𝑵 2,372 / 0,00 0
𝑷𝒐𝒊𝒅𝒔 𝒅𝒆 𝒍𝒂 𝒔𝒆𝒎𝒆𝒍𝒍𝒆 𝑺. 𝑽 2,457 / 0,00 0
𝑺. 𝑯 / 0,285 0,75 0,213
𝑪. 𝑵 2,343 / −1,14 −2,671
𝑷𝒐𝒊𝒅𝒔 𝒅𝒆𝒔 𝒕𝒆𝒓𝒓𝒆𝒔 𝒈auche 𝑺. 𝑽 2,427 / −1,14 −2,767
𝑺. 𝑯 / −0,281 8,05 −2,263
𝑪. 𝑵 0,613 / 2,45 1,502
𝑷𝒐𝒊𝒅𝒔 𝒅𝒆𝒔 𝒕𝒆𝒓𝒓𝒆𝒔 𝑺. 𝑽 0,635 / 2,45 1,556
𝑫roite
𝑺. 𝑯 / 0,074 2,77 0,204
𝑷𝒐𝒖𝒔𝒔é𝒆 𝒅𝒆𝒔 𝒕𝒆𝒓𝒓𝒆𝒔 𝒈𝒂𝒖𝒄𝒉𝒆 𝑪. 𝑵 / −0,023 8,05 −0,185
𝑷𝒐𝒖𝒔𝒔é𝒆 𝒅𝒆𝒔 𝒕𝒆𝒓𝒓𝒆𝒔 𝒅𝒓𝒐𝒊𝒕𝒆 𝑪. 𝑵 / 0,012 2,77 0,033
𝑺𝒖𝒓𝒄𝒉𝒂𝒓𝒈𝒆 q  1t / m 2
𝑪. 𝑵 / 0,406 8,49 3,447
𝑽𝒂𝒓𝒊𝒂𝒕𝒊𝒐𝒏 𝒅𝒆 𝑻° 𝑪. 𝑵 / 𝟎, 𝟎𝟎𝟏 8,49 0,008
𝑽𝒂𝒓𝒊𝒂𝒕𝒊𝒐𝒏 𝒅𝒖 𝒇𝒍𝒖𝒂𝒈𝒆
𝑪. 𝑵 / 𝟎, 𝟎𝟎𝟎 8,49 0,000
+ 𝒓𝒆𝒕𝒓𝒂𝒊𝒕
𝑭𝒓𝒆𝒊𝒏𝒂𝒈𝒆 𝒅𝒆 𝑩𝒄 (𝑩𝒄 𝑪𝒖𝒍é𝒆) 𝑪. 𝑵 / 𝟎, 𝟎𝟏𝟑 8,49 0,110
𝑺é𝒊𝒔𝒎𝒆 𝑪. 𝑺 / 𝟎, 𝟎𝟐𝟓 8,54 0,215
𝑫𝟐𝟒𝟎 𝑪. 𝑵 1,756 / / /
𝑩𝒄 + 𝒕𝒓𝒐𝒕𝒕𝒐𝒊𝒓 𝑪. 𝑵 1,639 / / /
𝑨(𝒍) + 𝒕𝒓𝒐𝒕𝒕𝒐𝒊𝒓 𝑪. 𝑵 1,307 / / /
𝑭𝒓𝒆𝒊𝒏𝒂𝒈𝒆 𝑨(𝒍) 𝑪. 𝑵 / 0,170 8,49 1,446

264
Chapitre : XV [ETUDE DE LA CULEE]

 Combinaison des efforts :

𝑬𝑳𝑼: (𝟏, 𝟑𝟓 × 𝑮) + (𝟏, 𝟔 × 𝑸) + (𝟎, 𝟖 × 𝑻𝟎 )


𝐶. 𝑁 ∶ {
𝑬𝑳𝑺: (𝑮) + (𝟏, 𝟐 × 𝑸) + (𝟎, 𝟔 × 𝑻𝟎 )

𝐶. 𝑆 ∶ 𝑬𝑳𝑼: 𝑮 + 𝑭𝒔 + (𝟎, 𝟓 × 𝑻𝟎 )

Les résultats sont donnés dans le tableau :

𝑯 (𝑴𝑵) 𝑵 𝒎𝒂𝒙 (𝑴𝑵) 𝑴 𝒄𝒐𝒓𝒓 (𝑴𝑵. 𝒎) 𝑴 𝒎𝒂𝒙 (𝑴𝑵. 𝒎) 𝑵 𝒄𝒐𝒓𝒓𝒆𝒔 (𝑴𝑵)


𝑬𝑳𝑼 (𝑪. 𝑵) 0,413 15,149 2,453 5,878 15,401
𝑬𝑳𝑼 (𝑪. 𝑺) 0,599 9,806 1,882 3,532 9,806
𝑬𝑳𝑺 (𝑪. 𝑵) 0,411 11,221 1,817 5,250 11,104
Tableau (XV-11) : Récapitulatif des valeurs de H, N et M aux états limites

 Calcul des réactions reprises par chaque pieu:


On applique la méthode de la RDM pour calculer R et on trouve la formule suivante :

𝑁 M
𝑅𝑚𝑎𝑥 = + ′
𝑛 n yi
𝑁 M
𝑅𝑚𝑖𝑛 = − ′
{ 𝑛 n yi

𝑛 ∶ 𝑁𝑜𝑚𝑏𝑟𝑒 𝑡𝑜𝑡𝑎𝑙 𝑑𝑒𝑠 𝑝𝑖𝑒𝑢𝑥 𝑠𝑜𝑢𝑠 𝑠𝑒𝑚𝑒𝑙𝑙𝑒 𝑛 = 6

𝑛′ : 𝑁𝑜𝑚𝑏𝑟𝑒 𝑑𝑒 𝑝𝑖𝑒𝑢𝑥 𝑝𝑎𝑟 𝑓𝑖𝑙𝑒.

𝑦𝑖 ∶ 𝐷𝑖𝑠𝑡𝑎𝑛𝑐𝑒 𝑒𝑛𝑡𝑟𝑒 𝑙𝑒 𝑐𝑒𝑛𝑡𝑟𝑒 𝑑𝑒 𝑔𝑟𝑎𝑣𝑖𝑡é 𝑒𝑡 𝑙𝑒𝑠 𝑓𝑖𝑙𝑒𝑠 𝑑𝑒𝑠 𝑝𝑖𝑒𝑢𝑥.

On a 6 pieux répartis en deux (2) files de 3 pieux.

265
Chapitre : XV [ETUDE DE LA CULEE]

𝑵 𝒎𝒂𝒙 → 𝑴 𝒄𝒐𝒓𝒆𝒔𝒑 𝑴 𝒎𝒂𝒙 → 𝑵 𝒄𝒐𝒓𝒆𝒔𝒑


𝑅𝑚𝑎𝑥 𝑅𝑚𝑖𝑛 𝑅𝑚𝑎𝑥 𝑅𝑚𝑖𝑛
𝑬𝑳𝑼 𝐶. 𝑁 2,7519 2,2976 3,1111 2,0225
𝐶. 𝑆 1,8087 1,4601 1,9614 1,3073
𝑬𝑳𝑺 𝐶. 𝑁 2,0384 1,7019 2,3368 1,3647
Tableau (XV-12) : Les réactions reprises par chaque pieu.

𝑅𝑚𝑖𝑛 = 1,3073 𝑀𝑁
{
𝑅𝑚𝑎𝑥 = 3,1111 𝑀𝑁

7- Vérification de la stabilité de la fondation :

Pour qu’il n y a pas de soulèvement de la semelle, il faut que :

𝑅𝑚𝑎𝑥 < 𝑅̅
{
𝑅𝑚𝑖𝑛 > 0

Ou : 𝑅𝑚𝑎𝑥 est la réaction maximale dans le couple de pieux.

𝑅𝑚𝑖𝑛 est la réaction minimale dans le couple de pieux.

𝑅̅ : La capacité portante des pieux ; 𝑅̅ = 4,902 𝑀𝑁 (chapitre fondation)

8- Détermination de la méthode de calcul :

𝑑 1,35
𝜃 = 𝐴𝑟𝑐𝑡𝑔 ( ) = 𝐴𝑟𝑐𝑡𝑔 ( ) = 32,125°
𝐵 𝑏 3,6 1,40
2+4 2 + 4

𝑑 = 1,35 𝑚
{ 𝑏 = 1,40 𝑚
𝐵 = 3,6 𝑚

Pour le calcul du ferraillage de la semelle, la méthode des bielles n’est pas applicable car
l’inégalité 45° ≤ 𝜃 ≤ 55 n’est pas vérifiée.

9- Ferraillage de la semelle :
 Méthode des consoles : Le calcul se fera en flexion simple avec une section
(𝑏0 × ℎ)

𝑏0 = ℎ + ∅ = 2,5 m / h = 1,50 m

a) Ferraillage transversal inférieures :


266
Chapitre : XV [ETUDE DE LA CULEE]

 A l’ELU (CN) :

𝐵 𝑏 3,6 1,40
𝑚 = 𝑅𝑚𝑎𝑥 ( − ) = 3,111 × ( − ) = 4,511 (𝑀𝑁 × 𝑚)
2 4 2 4

𝑓𝑏𝑢 = 14,17 𝑀𝑃𝑎

𝜇 𝑏𝑢 = 0,0699

𝛼 = 0,0906

𝑍𝑢 = 1,3011

𝑨𝒖 = 𝟗𝟗, 𝟔𝟖 𝒄𝒎𝟐 / 𝟐, 𝟓𝒎

 A l’ELU (CS) :

𝐵 𝑏 3,6 1,40
𝑚 = 𝑅𝑚𝑎𝑥 ( − ) = 1,9614 × ( − ) = 2,844 (𝑀𝑁 × 𝑚)
2 4 2 4

𝑓𝑏𝑢 = 18,48 𝑀𝑃𝑎

𝜇 𝑏𝑢 = 0,0338

𝛼 = 0,0430

𝑍𝑢 = 1,3268

𝑨𝒖 = 𝟔𝟏, 𝟔𝟑 𝒄𝒎𝟐 /𝟐, 𝟓 𝒎

 A l’ELS :

𝐵 𝑏 3,6 1,40
𝑚 = 𝑅𝑚𝑎𝑥 ( − ) = 2,3368 × ( − ) = 3,388 (𝑀𝑁 × 𝑚)
2 4 2 4

𝛼 𝑟𝑏 = 0,5274 ⇒ 𝜇 𝑟𝑏 = 0,2173

𝑀 𝑟𝑏 = 14,8536 > 𝑀 𝑠𝑒𝑟

𝑍 𝑠𝑒𝑟 = 1,1127

𝑨𝒔𝒆𝒓 = 𝟏𝟓𝟏, 𝟎𝟏 𝒄𝒎𝟐 /𝟐, 𝟓 𝒎

Condition de non fragilité :

267
Chapitre : XV [ETUDE DE LA CULEE]

𝒇𝒕𝟐𝟖 2,1
𝑨𝑪𝑵𝑭 = 𝟎, 𝟐𝟑𝒅. 𝒃𝟎 = 0,23 × 1,35 × 2,5 × = 40,75 cm2
𝑭𝒆 400

𝒊𝒏𝒇
Donc sur une bande de 2,5 𝑚 on a 151,01 𝑐𝑚2 , soit 𝑨𝑻 = 𝟔𝟎, 𝟒𝟎𝟒 𝒄𝒎𝟐 /𝒎𝒍

On adopte 8 HA32/ml avec : 𝒆 = 𝟏𝟐 𝒄𝒎.

b) Armature transversales supérieures :

1 1 𝑖𝑛𝑓
𝐴𝑆𝑢𝑝
𝑇 ≥( à ) 𝐴 Soit 6,05 cm²/ml
5 20 𝑇
On adopte 7 𝐻𝐴14/𝑚𝑙

c) Cadres de constructions :

On prend des cadres de construction verticaux et horizontaux :


𝑙> 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒.
2
h
Aver
T ≥ 0,006. . t v
{ 2
h
Ahor
T ≥ 0,004. . t h
2
Aver
T : Section d’armature transversale verticale.

Ahor
T : Section d’armature transversale horizontale.

t v : Espacement verticale.

t h : Espacement horizontale

𝐴𝑣𝑒𝑟
𝑇 ≥ 0,006 × 0,75 × 𝑡𝑣 𝑜𝑛 𝑓𝑖𝑥𝑒 𝑡𝑣 = 15𝑐𝑚 𝑑′ 𝑜ù 𝐴𝑣𝑒𝑟
𝑡 = 6,75 𝑐𝑚²
{ ℎ𝑜𝑟 ′ ℎ𝑜𝑟
𝐴𝑇 ≥ 0,004 × 0,75 × 𝑡ℎ 𝑜𝑛 𝑓𝑖𝑥𝑒 𝑡ℎ = 15𝑐𝑚 𝑑 𝑜ù 𝐴𝑡 = 4,5 𝑐𝑚²

 Verticalement : on prendra 5 cadre HA14/ml


 Horizontalement : on prendra 4 cadres HA14/ml
d) Armatures longitudinales supérieures et inférieures :
1 𝑖𝑛𝑓
𝐴𝑙𝑜𝑛𝑔 > 4 × 𝐴𝑇 = 15,101 𝑐𝑚²/𝑚𝑙

Soit : 5HA25/ml avec : e = 20 cm.

268
Chapitre : XV [ETUDE DE LA CULEE]

Figure (XV-15) : Ferraillage de la semelle

269

Vous aimerez peut-être aussi