Vous êtes sur la page 1sur 15

1/15

Cours : Circuits RF et Antennes

Noureddine Boulejfen

Chapitre 1c : Ligne de transmission sans pertes


en régime établi

1. Ligne de transmission terminée par une charge


1.1 Cas de charge adaptée

De façon générale on a

V z   V0 ez  V0ez

I z   I 0 ez  I 0ez

Théorie des Lignes de Transmission Mars 2018 Noureddine Boulejfen


2/15

V0
  V0
avec I  Z et I 0  Z
0
0 0

Avec une charge adaptée on n’aura pas de réflexion et à z = 0 on


obtient :

Vin  V z  0  V0 et I in  I 0

L’impédance d’entrée vue par la source VG sera alors

Vin
Z  Z0
I in

En utilisant la règle du diviseur de tension on obtient :

Z0 VG
Vin  VG et I in 
Z0  ZG Z0  ZG

Z0
az=l Vl  V0 e l  VG e l et
Z 0  ZG

VG
I l  I 0 e l  e l
Z0  ZG

La puissance moyenne absorbée par la charge est donnée par :

 
PL  Re Vl Il*

Pour Z0 réelle et ZG complexe on obtient :

2
VG
PL  Z 0 e 2l     j
Z 0  ZG avec

L’équation ci-dessous montre que pour le cas de ligne de


transmission sans perte (   0 ) la puissance absorbée par la
charge est égale a la puissance d’entrée a la ligne telle que :

Théorie des Lignes de Transmission Mars 2018 Noureddine Boulejfen


3/15

2
VG
PL  Pin  Z 0
Z 0  ZG

1.2 Cas de charge non adaptée (ZL de façon général)

Le coefficient de réflexion a tout point z est donnée par :

tension ou courant  reflechie V  z  I  z 


 z    
tension ou courant  incidente V  z  I  z 

V0el V0 2l


L   l   e
V0 e V0

Z L  Z0 1  L

De l’autre coté on sait que L  Z  Z
Z L  Z 0 et 1  L
L 0

Cela donne :

 
V z   V0el e l  z   Le l  z   V  z   V  z  et


I z   I 0el e l  z   Le l  z  
z   Le2 l  z 

Théorie des Lignes de Transmission Mars 2018 Noureddine Boulejfen


4/15

A l’entrée de la ligne (z=0) on obtient in  Le2l

Pour le cas de ligne sans perte on obtient :


V z   V0e jl e j l  z   Le j l  z  
Pour certaine position z on aura V+ et V- en phase ce qui résulte
en une tension rms maximale donnée par :

Veff , max  Veff 1  L  . D’autre part, lorsque V+ et V- sont en


opposition de phase on obtient une tension rms minimale donnée
par Veff , min  Veff 1  L  .

Ainsi on définit le rapport d’ondes stationnaire donnée par :

1  L ROS  1
ROS  L 
1  L et ROS  1

1.3 Cas particuliers de terminaisons

1.3.1 Terminaison court circuit

Z L  0  L  1 -- > TOS  
1.3.2 Terminaison circuit ouvert

Z l    L  1 -- > TOS  

1.3.3 Terminaison purement réactive

jX L  Z 0
Z L  jX L L 
jX L  Z 0
X 
L    2arctg  L 
 Z0 

Théorie des Lignes de Transmission Mars 2018 Noureddine Boulejfen


5/15

L  1 TOS  

1.3.4 Terminaison purement résistive

RL  Z 0
Z L  RL L 
RL  Z 0

RL  Z 0
a. RL  Z0 L  0 L 
RL  Z 0
RL
ROS 
Z0
Z 0  RL
b. RL  Z 0 l   L 
RL  Z 0
Z0
ROS 
RL
c. RL  Z0 L  0 ROS  1

1.4 Flux de puissance

1.4.1 Puissance disponible de la source, puissance a l’entrée


de la ligne et puissance délivrée a la charge

Dans ce paragraphe on attaque le problème relie au flux de


puissance le long d’une ligne de transmission terminée par une
charge.

La puissance moyenne absorbée par la charge est donnée par :

 
P  Re VI *  Veff I eff cos fp 

où fp est le facteur de puissance. Cette équation est aussi


applicable pour la puissance moyenne en tout point le long d’une

Théorie des Lignes de Transmission Mars 2018 Noureddine Boulejfen


6/15

ligne de transmission. La direction du flux de puissance est du


générateur vers la charge.

Sachant que :

V
V  V   V   V  1   et

I  I I  1   

Z0

On obtient :

 
  2



2 V
P  Re  1      * eff* 
Z0 

Pour une impédance caractéristique réelle on obtient :

 
P  1   P  P  P
2

P 
V   2
eff
est la puissance moyenne dans l’onde incidente,
Z0
P   P   est la puissance dans l’onde réfléchie.
2
alors que

A la source on aura :


Pin  1  in P
2
 
in avec Pin 
V  
0 ,eff
2

Z0

 V el   
 2

 1  L PL
2 2
A la charge on aura : PL  1  L
0, eff

Z0
PL  Pine2l pour une ligne sans perte on aura
PL  Pin  P 

Théorie des Lignes de Transmission Mars 2018 Noureddine Boulejfen


7/15

A tout point de la ligne on a :

P z  
V  
0 ,eff
2

e 2z
Z0

En appliquant la loi de Kirchhoff à l’entrée de la ligne on obtient :


VG  Vin  I in Z G  V0  inV0   ZG 
Z0

V0  inV0 
ZG  Z0
Avec G  et    e2l on aura:
ZG  Z0 in L

VG 1  G 
V0 

2 1  G Le 2l 
Remplaçant l’expression de V0,eff dans P  z  on obtient :

2
VG2, eff 1  G
P  z   e 2z
4Z 0 1  G Le 2l 
A l’entrée de la ligne (z = 0)
2
VG2, eff 1  G
Pin 
4Z 0 
1  G L e 2l 
Ainsi on définie les puissances suivantes :

a. Puissance disponible de la source :

VG2,eff
PA  avec RG  ReZG 
4 RG

b. Puissance a l’entrée de la ligne :

Théorie des Lignes de Transmission Mars 2018 Noureddine Boulejfen


8/15


Pin  1  in Pin
2

Pin 
VG2,eff 1  G in
2
1    2

2
4Z 0 1  G in

Z G  Z G* 1  G
avec RG  ; ZG  Z0
2 1  G ;
1  G*
Z  Z0 1  G*  1  G 
* *
G
1  G* et

PA  
VG2,eff 1  G
VG2,eff  2

on obtient : 4 RG 4Z 0 1  G 2

Par suite on aura :

Pin P
1   1   
A
G
2
in
2

2
1  G in

c. Puissance délivrée a la charge :

Avec 2

PL  1  L PL et in  Le2l la puissance
délivrée a la charge est donnée par :

P P
L
1   1   e
A
G
2
L
2
 2l
 2l 2
1  G L e

1.4.2 Cas particuliers

a. ligne sans perte ( = 0)

Théorie des Lignes de Transmission Mars 2018 Noureddine Boulejfen


9/15

Pin P P
1   1   
G
2
L
2

in  L  L A 2
1  G Le 2 jl

b. ligne sans perte et source adaptée (ZG = Z0 et  = 0)

G  0  
Pin  PL  PA 1  L
2

c. ligne sans perte, source et charge adaptées (ZG = Z0 , ZL
= Z0 et  = 0)

L  0  Pin  PL  PA

1.5 Perte par retour et perte par réflexion

Deux termes souvent utilisés en relation avec la réflexion


de signaux sont la perte d’insertion et la perte par
réflexion.
1.5.1 Perte par retour

La perte par retour (return loss) est donnée par :

P
LR  10 log  dB
P
 
Or on sait que : P   P par suite :
2

1
LR  10 log 2
dB

a. cas de ligne sans perte

Dans ce cas  est la même le long de la ligne. Par suite LR


devient constante.

Théorie des Lignes de Transmission Mars 2018 Noureddine Boulejfen


10/15

b. cas de ligne avec perte


Dans ce cas on a  z  L e
2 l  z 
. Par suite : in  L e2l .
A l’échelle logarithmique on obtient alors :

LR,in  LR,load  28.68l 

1.5.2 Perte par réflexion

Elle présente une mesure de la réduction de la puissance délivrée


à la charge à cause de sa mauvaise adaptation, quand la source
est adaptée.

PL Z L  Z 0 
pert par reflexion  Preflexion  10 log dB
PL
avec ZG = Z0

On sait que P  PL
1   1   e
A
G
2
L
2
 2l
. Alors pour ZG = Z0
 2l 2
1  G Le
 
G  0 et on aura PL  PA 1  L e 2l . Si de plus on Zl = Z0
2

on aura L  0 d’où PL Z L  Z0   PAe2l . Par suite on


obtient :

 1 
Preflexion  10 log  dB
1  
2
 L 

TOS  1
Sachant que L  on aura
TOS  1

 1  TOS 2 
Preflexion  10 log   dB
 4TOS 

Théorie des Lignes de Transmission Mars 2018 Noureddine Boulejfen


11/15

2. Transformation d’impédance
La possibilité de changer le comportement d’une impédance
donnée en lui ajoutant un bout de ligne de transmission est très
importante chez les concepteurs des circuits microondes. Dans ce
paragraphe on va développer les équations nécessaires pour cette
transformation puis on passera au cas particulier et leurs
applications.

2.1 Développement des équations généralisées

On sait que le coefficient de réflexion à l’entrée d’une ligne de


transmission de longueur l et terminée par une charge Zl est
donnée par :in  Le2l avec     j . D’autre part on sait
Z  Z0 Z  Z0
que in  in et L  L avec Z0 est l’impédance
Z in  Z 0 Z L  Z0
caractéristique de la ligne.

Si on remplace in et L par leurs expressions et on résous pour


Zin on obtient l’équation de transformation suivante:

Zl  Z0 tanhl 
Zin  Z0
Z0  Z L tanhl 

L’équation de transformation ci-dessous peut être exprimée en


admittance telle que :

YL  Y0 tanhl 
Yin  Y0
Y0  YL tanhl 

2.2 Cas de ligne sans perte

Théorie des Lignes de Transmission Mars 2018 Noureddine Boulejfen


12/15

Dans ce cas on aura   j et tanh l   j tanl  . Par suite


le expressions de Zin et de Yin deviennent :

Z L  jZ 0 tanl  YL  jY0 tanl 


Zin  Z 0 Yin  Y0
Z 0  jZ L tanl  et Y0  jYL tanl 

2.3 Exemples de transformation d’impédance avec ligne


sans perte

2.3.1 Ligne à demi-onde

Dans ce cas la longueur de la ligne est un multiple de la moitié de


la longueur d’onde, soit l  n / 2 avec n est un entier positif. Par
2 
suite on aura l  n  n et tanl   0 . Cela nous
 2
donne : Zin  Z L . Ce résultat est intéressant dans le cas de ZG =
ZL car ca permet d’avoir un transfert maximal d’énergie malgré
que l’impédance source et l’impédance charge ne sont pas
adaptées a la ligne.

2.3.2 Ligne à quart d’onde

Dans ce cas la longueur de la ligne est un multiple impair du quart


de la longueur d’onde, soitl  2n  1 / 4 avec n est un entier
2  
positif. Par suite on aura  l  2 n  1  2 n  1
 4 2 et
Z 02
tanl    . Cela nous donne : Z in  Z . Ce résultat montre
L
qu’on peut transformer une impédance élevée à une impédance
faible et vice versa. Aussi on peut transformer une impédance
capacitive à une impédance inductive et vice versa.

Théorie des Lignes de Transmission Mars 2018 Noureddine Boulejfen


13/15

Dans le cas d’impédances réelles l’impédance caractéristique Z0


de la ligne de transmission adaptant la charge RL a une

impédance source RG est donnée par : Z0  RG RL

2.3.3 Ligne court circuitée

 
Dans ce cas Z L  0 et par suite Zin  jZ 0 tan l  jX in .
L’impédance d’entrée est alors purement réactive. Dépendamment
de la longueur de la ligne par rapport à la longueur d’onde du
signal Zin est capacitive ou inductive.

  
l   l   tanl   0
a.
2  2   Zin est
inductive
  
  l      l   tanl   0 
b.
2 4 2  Zin est
capacitive

Théorie des Lignes de Transmission Mars 2018 Noureddine Boulejfen


14/15

2.3.4 Ligne circuit ouvert

Dans ce cas Z L   et par suite Zin   jZ 0 cot l  ;


Yin  jY0 tanl   jBin . L’impédance d’entrée est alors
purement réactive. Dépendamment de la longueur de la ligne par

Théorie des Lignes de Transmission Mars 2018 Noureddine Boulejfen


15/15

rapport à la longueur d’onde du signal Zin est capacitive ou


inductive.


l  tanl   0
a.
2   Zin est capacitive


b.  l    tanl   0  Zin est inductive
2

Théorie des Lignes de Transmission Mars 2018 Noureddine Boulejfen

Vous aimerez peut-être aussi