Vous êtes sur la page 1sur 187

Les circuits de distribution électrique

RAPPEL DE NOTIONS, FORMULAIRES...........................................................................................................- 5 -


CLASSIFICATION DES DIFFÉRENTS DOMAINES DE TENSION...............................................................- 7 -
LES DIFFÉRENTS RÉGIMES DE RÉSEAUX ÉLECTRIQUES.......................................................................- 8 -
RÉGIME TT............................................................................................................................................................- 9 -
RÉGIMES TN........................................................................................................................................................- 10 -
RÉGIME EN TN VARIANTE TNS (NEUTRE ET TERRE SÉPARÉS)............................................................................- 11 -
RÉGIME EN TN VARIANTE TNS (NEUTRE ET TERRE SÉPARÉS)............................................................................- 11 -
RÉGIME EN IT......................................................................................................................................................- 12 -
LES TARIFICATIONS EDF..................................................................................................................................- 13 -
LE TARIF BLEU : JUSQU’À 36 KVA.......................................................................................................................- 13 -
Choix de l'option tarifaire.....................................................................................................................................- 13 -
Choix de la puissance souscrite............................................................................................................................- 14 -
Pour conseiller la tarification et la puissance la mieux adaptée à une installation.............................................- 14 -
LE TARIF JAUNE : DE 36 À 250 KVA (24 À 250 KVA POUR LES PROFESSIONNELS).............................................- 15 -
L'OPTION EJP (EFFACEMENT JOURS DE POINTE) (1)...........................................................................................- 16 -
Description............................................................................................................................................................- 16 -
Caractéristiques tarifaires.....................................................................................................................................- 16 -
EXEMPLE DE DISPOSITIFS EJP (SCHNEIDER ELECTRIC).....................................................................- 17 -
MÉTHODE POUR CONSEILLER LA MIEUX ADAPTÉE À UNE INSTALLATION...........................................................- 19 -
Domaine d’application :........................................................................................................................................- 19 -
Choix de la puissance souscrite en fonction des besoins......................................................................................- 19 -
Version moyenne ou longue utilisation :...............................................................................................................- 19 -
Tarif jaune longue utilisation : un double niveau de puissance...........................................................................- 19 -
L’option EJP applicable aux tarifs longue utilisation...........................................................................................- 19 -
LA PRISE DE TERRE............................................................................................................................................- 20 -
LES TECHNIQUES DE PRISE DE TERRE..................................................................................................................- 20 -
RÉSISTIVITÉ D'UN TERRAIN SELON SA COMPOSITION..........................................................................................- 21 -
LA PROTECTION DES PERSONNES................................................................................................................- 24 -
LES RISQUES DU COURANT ÉLECTRIQUE POUR LES UTILISATEURS......................................................................- 24 -
LES MESURES DE PROTECTION DES UTILISATEURS.............................................................................................- 26 -
LES DISPOSITIFS DE PROTECTION DES UTILISATEURS..........................................................................................- 26 -
Utilisation de la TBTS (inférieure à 50v)..............................................................................................................- 27 -
Utilisation de la TBTP (inférieur à 50V avec des protections supplémentaires)..................................................- 27 -
LES SECTIONNEURS.............................................................................................................................................- 28 -
LE RELAIS DIFFÉRENTIEL ( DDR)..................................................................................................................- 29 -
LES INDICES DE PROTECTION ( IP ) DES LOCAUX SELON NFC 15100................................................- 39 -
LA PROTECTION DES MATÉRIELS................................................................................................................- 41 -
Les risques électriques pour le matériel................................................................................................................- 41 -
La protection des matériels par des disjoncteurs..................................................................................................- 41 -
La protection des matériels par des fusibles.........................................................................................................- 41 -
LES DISJONCTEURS...........................................................................................................................................- 42 -
PARAMÈTRES DES DISJONCTEURS........................................................................................................................- 42 -
LA SÉLECTIVITÉ DES DISJONCTEURS.........................................................................................................- 44 -
DÉFINITION..........................................................................................................................................................- 44 -
SÉLECTIVITÉ ÉNERGÉTIQUE.................................................................................................................................- 45 -
SÉLECTIVITÉ LOGIQUE.........................................................................................................................................- 45 -
LA SÉLECTIVITÉ TYPE "SELLIM".......................................................................................................................- 46 -

Les circuits de distribution électrique 1


LA FILIATION DE DISJONCTEURS.................................................................................................................- 47 -
DÉCLENCHEURS DE DISJONCTEURS (EXEMPLE SCHNEIDER)......................................................- 49 -
LES CONTACTEURS DÉLESTEURS.................................................................................................................- 50 -
PRINCIPE..............................................................................................................................................................- 50 -
CONTACTEURS DÉLECTEURS CDS (SCHNEIDER).................................................................................................- 51 -
LES FUSIBLES.......................................................................................................................................................- 52 -
PARAMÈTRES DES FUSIBLES................................................................................................................................- 52 -
TAILLE DES CARTOUCHES FUSIBLES SUIVANT LE CALIBRE (CEI 269-2).............................................................- 54 -
TABLEAU DONNANT LA VALEUR DE LB * SUIVANT LE CALIBRE DU FUSIBLE.......................................................- 55 -
TABLEAU DE SÉLECTION DES CARTOUCHES FUSIBLES POUR LA PROTECTION DES MOTEURS ASYNCHRONES TRIPHASÉS
.................................................................................................................................................................................56
LONGUEURS MAXIMALES (EN MÈTRES) DES CANALISATIONS TRIPHASÉES 400V EN FONCTION DES SECTIONS DE
CONDUCTEURS ET DES FUSIBLES DE PROTECTION GG..............................................................................................57

REPRÉSENTATION GRAPHIQUE DES ÉLÉMENTS DE CANALISATIONS ÉLECTRIQUES...................58


LA CELLULE HAUTE TENSION............................................................................................................................62
POSTE DE LIVRAISON HTA DE MERLIN GÉRIN SM6..............................................................................................63
Présentation...............................................................................................................................................................63
Les transformateurs proposés....................................................................................................................................65
LES FUSIBLES HTA SOLÉFUSE.................................................................................................................................67
Présentation...............................................................................................................................................................67
LE TGBT TABLEAU GÉNÉRAL BASSE TENSION.............................................................................................70
LA SUPERVISION D’INSTALLATION BT............................................................................................................72
COMPOSITION D’UNE INSTALLATION SUPERVISÉE....................................................................................................72
FONCTION, UTILISATION D’UNE CENTRALE DE MESURE DE TABLEAU BT................................................................75
CENTRALES DE MESURES POWER METER PM500 DE SCHNEIDER...........................................................................75
DÉLESTER AVEC UN COMPTEUR ÉLECTRONIQUE EDF..............................................................................................76
INSTALLER UN SOUS-COMPTAGE CHAUFFAGE AVEC UN COMPTEUR EDF ÉLECTROMÉCANIQUE..............................77
RÉALISER UN BRANCHEMENT TARIF JAUNE.............................................................................................................78
DESCRIPTION DU PROBLÈME....................................................................................................................................79
INTÉRÊT D'UN BON COS .........................................................................................................................................79
LA COMPENSATION D'ÉNERGIE RÉACTIVE ET SES AVANTAGES.................................................................................80
Compensation en Tarif Vert (puissance souscrite> 250 kVA (France)......................................................................80
Compensation en Tarif Jaune.....................................................................................................................................81
COMMENT COMPENSER L’ÉNERGIE RÉACTIVE ?.......................................................................................82
1ère étape : calcul de la puissance réactive QC nécessaire........................................................................................82
2ème étape : choix du type de compensation : fixe ou automatique.............................................................................83
3ème étape : détermination du type de batterie............................................................................................................85
LES CONDENSATEURS DE COMPENSATION BT.............................................................................................87
Qu’est ce qu’une harmonique ?.................................................................................................................................89
Harmoniques générées par rapport au signal fondamental......................................................................................89
LES CÂBLES...............................................................................................................................................................92
LONGUEURS MAXIMALES (EN MÈTRES) DES CANALISATIONS TRIPHASÉES 400V EN FONCTION DES SECTIONS DE
CONDUCTEURS ET DES FUSIBLES DE PROTECTION POUR FUSIBLES AM....................................................................96
LONGUEURS MAXIMALES (EN MÈTRES) DES CANALISATIONS TRIPHASÉES 400V EN FONCTION DES SECTIONS DE
CONDUCTEURS ET DES FUSIBLES DE PROTECTION GG ; POUR LE CAS PARTICULIER DES RÉSEAUX EN SCHÉMA TN97
LONGUEURS MAXIMALES (EN MÈTRES) DES CANALISATIONS TRIPHASÉES 400V EN FONCTION DES SECTIONS DE
CONDUCTEURS ET DES FUSIBLES DE PROTECTION AM . POUR LE CAS PARTICULIER DES RÉSEAUX EN SCHÉMA TN98
LONGUEURS MAXIMALES DE CANALISATION EN FONCTION DU COURANT ASSIGNÉ POUR DISJONCTEURS TYPE U.99
LONGUEURS MAXIMALES DE CANALISATION EN FONCTION DU COURANT ASSIGNÉ POUR DISJONCTEURS TYPE L. 99
LONGUEURS MAXIMALES DE CANALISATION EN FONCTION DU COURANT ASSIGNÉ POUR DISJONCTEURS TYPE...100
LONGUEURS MAXIMALES DE CANALISATION EN FONCTION DU COURANT ASSIGNÉ POUR DISJONCTEURS TYPE C100
LONGUEURS MAXIMALES DE CANALISATION EN FONCTION DU COURANT ASSIGNÉ POUR DISJONCTEURS TYPE D101

Les circuits de distribution électrique 2


LONGUEUR MAXIMALE EN MÈTRES DE CANALISATIONS TRIPHASÉES 230V/400V EN RÉGIME TN PROTÉGÉES CONTRE
LES CONTACTS INDIRECTS PAR DES DISJONCTEURS À USAGE GÉNÉRAL.................................................................102
LONGUEUR MAXIMALE EN MÈTRES DE CANALISATIONS TRIPHASÉES 230V/400V EN RÉGIME TN PROTÉGÉES CONTRE
LES CONTACTS INDIRECTS PAR DES DISJONCTEURS À USAGE GÉNÉRAL.................................................................103
TABLEAU SOMMAIRE POUR LE CHOIX DES SECTIONS DE CONDUCTEUR.................................................................104
CODIFICATION NORMALISÉE DES CÂBLES..............................................................................................................105
Exemple de représentation symbolique CENELEC.................................................................................................106
Exemple de symbolisation UTE...............................................................................................................................106
Le tableau ci-dessous donne les symboles et les désignations de la norme UTE....................................................107
CHOIX DES CÂBLES................................................................................................................................................108
LES CONDUITS DE CÂBLES ÉLECTRIQUES...............................................................................................................108
TABLEAU COMPARATIF DES CONDUITS USUELS......................................................................................................110
TABLEAU DE COMPARAISON DES MOYENS D’ÉCLAIRAGE....................................................................111
LES ONDULEURS....................................................................................................................................................112
ONDULEURS OFF-LINE............................................................................................................................................112
ONDULEURS ONF-LINE...........................................................................................................................................112
ONDULEURS LINE INTERACTIVE.............................................................................................................................113
LA DÉGRADATION DES CIRCUITS DE DISTRIBUTION ÉLECTRIQUE...................................................125
MÉTHODE GÉNÉRALE DE DÉPANNAGE EN CAS DE DISJONCTAGE ÉLECTRIQUE.........................126
CONTRÔLES SOUS TENSION....................................................................................................................................126
LA COUPURE D’UNE PHASE....................................................................................................................................127
LA COUPURE D’UN NEUTRE....................................................................................................................................128
LES INCENDIES.......................................................................................................................................................128
VÉRIFICATION DE CONFORMITÉ DES CANALISATIONS ÉLECTRIQUES............................................130
VÉRIFICATION DE LA PRISE DE TERRE....................................................................................................................130
VALEUR DE LA RÉSISTANCE DE PRISE DE TERRE....................................................................................................131
LES AMÉLIORATIONS, REMPLACEMENTS, SUPPRESSIONS D’ERREURS....................................................................132
LE VISA PROMOTELEC SÉCURITÉ ÉLECTRIQUE.......................................................................................134
Mise en sécurité de l’installation.............................................................................................................................134
Spécifications complémentaires...............................................................................................................................134
LE LABEL PROMOTELEC CONFORT ÉLECTRIQUE....................................................................................137
INSTALLATION ÉLECTRIQUE....................................................................................................................................137
Protection des personnes.........................................................................................................................................137
Protection des biens.................................................................................................................................................137
Gestion de la puissance............................................................................................................................................138
Chauffage électrique................................................................................................................................................138
Caractéristiques.......................................................................................................................................................138
DOMAINE D’APPLICATION......................................................................................................................................140
INSTALLATION ÉLECTRIQUE....................................................................................................................................140
EXTRAITS DES SPÉCIFICATIONS PROMOTELEC POUR L’ÉCLAIRAGE DE SALLES DE CLASSE ET
DE BUREAUX...........................................................................................................................................................142
DOMAINE D’APPLICATION......................................................................................................................................142
INSTALLATION ÉLECTRIQUE....................................................................................................................................142
CONTRÔLE DES BATTERIES..............................................................................................................................143
DÉPANNAGE DES CIRCUITS DE DISTRIBUTION ÉLECTRIQUE..............................................................144
TABLEAU DE RÉFLEXION LOGIQUE.........................................................................................................................145
Effectuer la mise en sécurité....................................................................................................................................146
LA SÉCURITÉ DES INTERVENTIONS ET TRAVAUX ÉLECTRIQUES........................................................149
L’HABILITATION....................................................................................................................................................150
Définition..................................................................................................................................................................150
Conditions d’habilitation........................................................................................................................................150

Les circuits de distribution électrique 3


Domaine d’utilisation :............................................................................................................................................150
Conditions d’habilitation.........................................................................................................................................150
Tableau et symboles des habilitations......................................................................................................................150
Résumé.....................................................................................................................................................................152
LES TRAVAUX EXÉCUTÉS DANS UN ENVIRONNEMENT SOUS TENSION.............................................154
Dans quel cas peut on travailler sous tension ?......................................................................................................154
L’environnement.......................................................................................................................................................154
Les différentes zones d’environnement.....................................................................................................................154
LES TRAVAUX AU VOISINAGE DE CANALISATIONS ISOLÉES.................................................................157
INTERVENTIONS EN T.B.T. ET B.T.....................................................................................................................158
Définitions des interventions...................................................................................................................................158
Rôle du responsable d’intervention..........................................................................................................................158
Dispositions concernant le personnel et le matériel................................................................................................158
L’INTERVENTION DE DÉPANNAGE..................................................................................................................160
Etape 1 : recherche et localisation des défauts........................................................................................................160
Etape 2 : élimination du défaut, replacement de l’élément défectueux...................................................................160
Etape 3 : réglage et vérification du fonctionnement de l’équipement ou de l’appareil après réparation...............160
REMPLACEMENT DE LAMPES ET ACCESSOIRES D’APPAREILS D’ÉCLAIRAGE B.T....................................................161
OPÉRATIONS PARTICULIÈRES..................................................................................................................................161
OPÉRATIONS D’ENTRETIEN AVEC PRÉSENCE DE TENSION.......................................................................................161
TRAVAUX HORS TENSION EN B.T.A........................................................................................................................162
Introduction..............................................................................................................................................................162
LA CONSIGNATION..................................................................................................................................................162
RÔLES ET RESPONSABILITÉS...................................................................................................................................164
Rôle du chef d’établissement ou du chargé d’exploitation......................................................................................164
Rôle du chargé de consignation (CC)......................................................................................................................164
Rôle du chef de travaux (CT)...................................................................................................................................164
Rôle de l’exécutant...................................................................................................................................................165
Rôle du surveillant de sécurité.................................................................................................................................165
INTERRUPTION ET REPRISE SUCCESSIVES DES TRAVAUX........................................................................................166
Lors de l’interruption des travaux...........................................................................................................................166
Lors de la reprise des travaux après l’interruption.................................................................................................166
Intempéries...............................................................................................................................................................166
Travaux d’ordre non électrique................................................................................................................................166
Cas où il existe des risques électriques dans l’environnement................................................................................166
Consignation d’une machine ou d’un équipement pour permettre des travaux ou interventions...........................167
Inventaire des risques...............................................................................................................................................167
Consignation partielle et consignation générale.....................................................................................................167
MATÉRIEL DE PROTECTION POUR LES TRAVAUX ET INTERVENTIONS ÉLECTRIQUES...............168
MATÉRIEL DE PROTECTION INDIVIDUELLE.............................................................................................................168
MATÉRIEL DE PROTECTION COLLECTIVE................................................................................................................168
Mise en oeuvre.........................................................................................................................................................169
Entretien et vérification périodique des dispositifs M.A.L.T. et C.C.T. :.................................................................169
MANOEUVRES, MESURAGES, ESSAIS, VÉRIFICATIONS............................................................................171
LES MANOEUVRES..................................................................................................................................................171
Définitions................................................................................................................................................................171
Manoeuvres de consignation et de déconsignation..................................................................................................171
Manoeuvres d’exploitation.......................................................................................................................................171
Manoeuvres d’urgence.............................................................................................................................................171
LES MESURAGES.....................................................................................................................................................172
Prescriptions générales............................................................................................................................................172
Mesurages nécessitant l’ouverture de circuit..........................................................................................................172
Mesurages de grandeurs électriques en H.T............................................................................................................172
LES ESSAIS.............................................................................................................................................................172
Prescriptions............................................................................................................................................................172
Essais comportant exclusivement des mesurages hors tension................................................................................172

Les circuits de distribution électrique 4


VÉRIFICATIONS.......................................................................................................................................................174
FICHE DE VERIFICATION ET DE MISE EN SERVICE D’UNE INSTALLATION...........................................175

Les circuits de distribution électrique 5


Rappel de notions, Formulaires
U : en volts
Loi d’ohm
R : en ohms
I : en ampères
U : en volts
U  R.I R : en kilo ohms
I : en milliampères Loi d’ohm
U : en volts Pour les faibles courant
R : en Mégohms
I : en micro ampères
R : en ohms
l L : en mètres Résistance
R  . S :section en m² Calcul de la résistance d’un
S
 : résistivité en ohms par m/mm2 conducteur

Re : résistance équivalente en Résistances en série


ohms Résistance équivalente de
Re = R1, + R2 + ….. R1, R2 … : résistances montées plusieurs résistances
en série montées en série

Résistances en parallèle
Re : résistance équivalente en
1 1 1 1 ohms
Résistance équivalente de
    .... R1, R2 … : résistances montées
plusieurs résistances
Re R1 R 2 R3 en parallèle
quelconques montées en
parallèle

Re : résistance équivalente en Résistances en parallèle


R1.R 2 ohms Résistance équivalente de 2
Re =
R1  R 2 R1, R2 … : résistances montées résistances montées en
en parallèle parallèle

Re : résistance équivalente en Résistances en parallèle


R ohms Résistance équivalente de
Re = Nb : nombre de résistances de nb résistances semblables
nb
même valeur montées en parallèle

P  U .I Puissance absorbée par


P : en watts
ou un appareil en courant
U : en volts
continu
P  R.I 2 R : en ohms

Q : puissance réactive en
voltampère réactifs (VAR)
Q = U. I.. Sin φ U : en volts Puissance réactive en
ou R : en ohms courant alternatif
Q = R. I 2. Sin φ I : en ampères monophasé
Sin φ : Q/S

Les circuits de distribution électrique 6


S = U. I. S : puissance apparente en
ou voltampère (VA) Puissance apparente en
U : en volts courant alternatif
R : en ohms monophasé
S = R. I 2. I : en ampères

S : puissance active en watts


U : en volts
P = U. I. Cos φ R : en ohms Puissance active
I : en ampères (réellement utile) en
ou
courant alternatif
P = R. I 2. Cos φ Cos φ : facteur de puissance qui monophasé
est fonction du déphasage
courant/tension

Q : puissance réactive en
voltampère (VA)
Q = U. I. 3 . Sin φ Puissance réactive en
U : en volts
ou R : en ohms courant alternatif triphasé
Q = R. I 2. 3 . Sin φ I : en ampères Quel que soit le couplage du
moteur
Sin φ : Q/S

S = U. I. 3 S : puissance apparente en
Puissance apparente en
voltampère (VA)
ou courant alternatif triphasé
U : en volts
Quel que soit le couplage du
R : en ohms
S = R. I 2. 3 moteur
I : en ampères

P : puissance active en watts (W)


U : en volts
P = U. I. 3 . Cos φ R : en ohms
I : en ampères Puissance active
ou
(réellement utile) en
P = R. I .2
3 . Cos φ Cos φ : facteur de puissance qui courant alternatif triphasé
est fonction du déphasage
courant/tension

Les circuits de distribution électrique 7


Classification des différents domaines de tension
Classement selon l’arrêté n° 80-1056 du 14 novembre 1988 et la circulaire DRT du 6 février 1989

Plus de 50 000 volts alternatifs


Haute tension B (HTB)
Plus de 75 000 volts continus
De 1 000 à 50 000 volts alternatifs
Haute tension A (HTA)
De 1 500 à 75 000 volts continus
De 500 à 1 000 volts alternatifs
Basse tension B (BTB)
De 750 à 1 500 volts continus
De 50 à 500 volts alternatifs
Basse tension A (BTA)
De 120 à 750 volts continus
Inférieure à 50 volts alternatifs
Basse tension B (BTB)
Inférieure à 120 volts continus

Classement selon la directive CEI (1999)

Plus de 50 000 volts alternatifs


Haute tension B (HTB)
Plus de 75 000 volts continus
1 000 à 50 000 volts alternatifs
Haute tension A (HTA)
1 500 à 75 000 volts continus
500 volts, 1 000 volts alternatif
Basse Tension B (BTB)
750 volts 1 500 v continu
50 volts à 500 volts alternatif
Basse Tension A (BTA )
120 v 750 v continu
Inférieure à 50 volts alternatifs
Très basse tension TBT Inférieure à 120 volts continus
Elle se subdivise en 3 sous domaines : TBTF, TBTP, TBTS
Très basse tension
TBT sans conditions supplémentaires
fonctionnelle (TBTF)
TBT avec une condition supplémentaire :
Très basse tension de
Toutes les parties actives doivent être séparées de l’ensemble des autres
protection (TBTP)
installations par une isolation double ou renforcée
TBT avec des conditions supplémentaires :
 Toutes les parties actives doivent être séparées de l’ensemble des
Très basse tension de autres installations par une isolation double ou renforcée
sécurité (TBTS)  Toutes les parties actives doivent être isolées par rapport à la terre
Toutes les parties actives doivent être isolées par rapport au conducteur
de terre des autres installations
Un courant continu stabilisé est défini comme un courant possédant une ondulation, maximum de 10 % en
valeur efficace, avec une valeur de crête ne dépassant pas 15% de la valeur efficace .
SI le courant continu en cause est en dehors de ces valeurs il faudra appliquer les caractéristiques des
tensions alternatives.

Les circuits de distribution électrique 8


Les différents régimes de réseaux électriques

Il existe plusieurs modes de distribution de l’énergie électrique à partir du réseau national d’électricité. Ils se
distinguent par le mode de branchement du neutre et de la terre.

Ces différents branchements des réseaux de l’entreprise au transformateur sont appelés des régimes et
parfois des schémas. Les significations des lettres sont les suivantes

La première lettre donne la situation des masses par rapport à la terre


T : liaison directe du neutre à la terre
I : absence de liaison directe du neutre à la terre

La deuxième lettre donne la situation des masses de l’installation


T : liaison des masses à une prise de terre distincte
N : liaison des masses au neutre

Les trois régimes de neutre :

Le régime TT :
Le neutre du secondaire du transformateur HT/BT est relié à la terre (T). Les masses de l'installation sont
reliées à la terre (T) par une prise de terre différente de celle du transformateur.
La coupure s'effectue au premier défaut d'isolement par un dispositif différentiel.

Le régime TN :
Le neutre du secondaire du transformateur HT/BT est relié à la terre (T) . Les masses de l'installation sont
reliées au neutre par le conducteur de protection (N -C ou N- S)
La coupure s'effectue au premier défaut par les protections contre les surintensités.

Le régime IT :
Le neutre du secondaire du transfo est isolé ou relié à la terre par une grande impédance (I) . Les masses
de l'installation sont reliées et mises à la terre (T) par une prise de terre différente de celle du transformateur.
La surveillance du premier défaut est assuré par le contrôleur permanent d'isolement.
La recherche et l'élimination du premier défaut assure la continuité du service.
La coupure se fait au second défaut d'isolement par les dispositifs de protection contre les courts-circuits.

Premier défaut : fuite entre une phase et la masse d’un appareil

Les circuits de distribution électrique 9


Régime TT

T (1ère lettre) : neutre connecté à la terre


T (2ème lettre) : conducteur PE des masses métalliques est relié à la terre

Avantages du régime TT
C'est le régime de neutre le plus simple à mettre en œuvre, à contrôler et à exploiter.
Il est facile à maintenir
Elimination des risques d'incendie : les courants de défaut restent très faibles et sont rapidement
interrompus par la protection différentielle.
La coupure dès le premier défaut peut être un inconvénient dans le milieu industriel.

Inconvénients du régime TT
Pas de continuité de service lors d'un défaut d'isolement.
Dispositif différentiel parfois coûteux (surtout les Hautes Sensibilités).
Limité aux installations ayant peu de courant de fuites.

Le régime TT est imposé dans les installations alimentées par le réseau publique basse tension. Seuls les
usagers propriétaires du transformateur (industriels, hôpitaux …) peuvent utiliser d'autres régimes de neutre.

NB : les résistances de prise de sont des résistances fictives. Elles correspondent à la résistance de prise de
terre qui dépend de la résistance de contact du piquet de terre ainsi que la terre elle-même. Ces résistances
doivent être prises en compte dans les calculs, c'est la raison pour laquelle, on les dessine sur les schémas.

L1

L2
L3
Neutre
Transformateur

Terre

Disjoncteur
Magnéto
Thermique
Relais
différentiel

Résistances des PE
prises de terre

Utilisation

Terre

Les circuits de distribution électrique 10


Régimes TN

Régime en TN
T (1ère lettre) : neutre connecté à la terre
N (2ème lettre) : neutre est relié à la terre ainsi que les masses métaliques

Il existe 2 variantes du régime TN


 Régime en TN variante TNC (Neutre et terre communs)
 Régime en TN variante TNS (Neutre et terre séparés

Régime TNC (Neutre et terre communs)

T (1ère lettre) : neutre connecté à la terre


N (2ème lettre) : le conducteur PEN des masses métalliques est relié au neutre
C (3ème lettre) : neutre et terre communs

Le neutre du transformateur est relié à la terre.


La masse métallique de l'utilisation est reliée au neutre au niveau du transformateur par un câble PE

Les conducteurs doivent avoir une section minimum de 10 mm 2 pour le cuivre et 16 mm2 pour l’aluminium.
Une fuite à la masse provoque un court circuit et fait agir le disjoncteur de protection contre les surintensités.
Un fort courant de fuite peut provoquer des risques d’échauffement voire d’incendie

Le schéma TNC nécessite un poste de transformation privé, et il est possible de passer de TN-C en TN-S
mais l’inverse est interdit.

Une fuite à la masse (1er défaut) déclenche le différentiel et coupe l’alimentation du circuit.

Le schéma économise un pôle et un conducteur.


Ce régime nécessite un personnel de maintenance très compétent.

L1

L2
L3
Neutre
Transformateur

Terre

Disjoncteur
Magnéto
Thermique
Relais
différentiel

Résistances de la PEN
prise de terre

Utilisation

Terre

Les circuits de distribution électrique 11


Régime en TN variante TNS (Neutre et terre séparés)

T (1ère lettre) : neutre connecté à la terre


N (2ème lettre) : conducteur PE des masses métalliques est relié au neutre mais par une ligne séparée
remontant au transformateur
S (3ème lettre) : neutre et terre séparés (mais reliés électriquement au même point du transformateur par le
câblage)

Les caractéristiques et contraintes sont les mêmes que pour le régime TNC

L1

L2
L3
Neutre
Transformateur

Terre PE

Disjoncteur
Magnéto
Thermique

Relais
différentiel
N
Résistances de la
prise de terre PE

Utilisation

Terre

Les circuits de distribution électrique 12


Régime en IT

I (1ère lettre) : neutre isolé de la terre ou relié par une impédance à la terre
T (2ème lettre) : conducteur de protection PE des masses métalliques est connecté à la terre T
La valeur de l’impédance Z de 100 à 200 ohms doit être beaucoup plus importante que la somme des
résistances des prises de terre

Les masses métalliques sont interconnectées et reliées à la terre. (Liaison équipotentielle).

Le neutre ne circule pas dans les canalisations ce qui économise des conducteurs.

En cas de défaut (une des phases est en contact avec la terre) un courant traverse l’impédance Z ce qui
actionne un avertisseur (sonore en général).

L’avantage est de ne pas interrompre l’alimentation pour des fuites (raisonnables) mais cela demande la
présence de personnel habilité prêt à intervenir à l’apparition du signal sonore. Le régime IT offre donc la
possibilité de maintenir l'exploitation, malgré l'apparition d'un défaut (tout en assurant la sécurité des
personnes !) .

Les masses de toutes les machines doivent être reliées au conducteur PE.
En cas de deuxième défaut (une deuxième phase touche la carcasse d'une autre machine, entraînant un
court-circuit entre les deux phases, car toutes les carcasses sont reliées entre elle via le conducteur PE) , la
protection est assurée par le dispositif de protection contre les courts circuits.

Note : Un contrôleur permanent d'isolement permet de signaler le premier défaut. L'installation d'un limiteur
de surtension est obligatoire.

L1

L2
L3

Transformateur
PE

Terre

Disjoncteur
Permanent d’Isolation

Magnéto
Limiteur de
surtension

Thermique
CPI : Contrôleur

Résistances
des prises
de terre

Utilisation

Terre

Les circuits de distribution électrique 13


Les tarifications EDF
Les tarifs basse tension d'EDF La tarification basse tension proposée par Electricité de France comporte
deux tarifs :
 le "tarif bleu"
 le "tarif jaune".

Le tarif bleu : jusqu’à 36 kVA


Il y a 2 éléments de tarification :
 la prime fixe (coût de l’abonnement), fonction de la puissance souscrite en kVA
 le prix des kWh consommés.
Il y a 2 versions du tarif :
 clients domestiques et agricoles
 clients professionnels : commerçants, artisans, professions libérales, administrations ; ces
abonnements "professionnels" comportent une prime fixe plus élevée.
Chaque version de tarif comporte 3 options :
 base
 heures creuses (HC)
 tempo.

Choix de l'option tarifaire

Option de base
Au tarif avec option de base (compteur à un cadran), toutes les consommations sont facturées au même
prix, en fonction de la puissance souscrite.

Option heures creuses


Au tarif avec heures creuses (compteur à double cadran), les consommations en heures creuses (8 heures
par jour, généralement de nuit) sont facturées à prix réduit, mais la prime fixe est plus élevée.
L'option heures creuses est économique pour les installations :
 comportant une alimentation électrique de l'eau chaude sanitaire (ECS)
 avec utilisation d’appareils de chauffage accumulant la chaleur ou l’eau chaude en heures creuses
pour les restituer en heures pleines
 d'habitation entièrement équipée à l’électricité.

Option tempo
Elle est applicable (1) aux tarifs monophasés domestiques et agricoles et aux tarifs professionnels (2) de 9 à
36 kVA.
Elle est proposée aux abonnés BT qui peuvent limiter leur consommation d’électricité pendant les périodes
de "pointe mobile" où la demande est très forte et le prix du kWh élevé.
L’option tempo, par la combinaison de deux prix par jour (heures pleines – heures creuses) et de trois sortes
de jours (300 jours "bleus" à coût de l'électricité faible -43 "blancs" à coût avantageux - 22 "rouges" à coût
élevé), propose 6 prix de kWh.
Elle permet aux clients soucieux de maîtriser leur consommation d'électricité d'adapter leur consommation
aux coûts de production de l'électricité.
L'option tempo est économique pour les installations comportant un chauffage électrique asservi aux
périodes tarifaires avantageuses ou des utilisations saisonnières d’été (irrigation, résidences secondaires...).
Pour cette option, EDF, qui programme les moyens de production la veille, signale la couleur du jour en
cours et, aux environs de 20 heures, celle du lendemain :
 sur le compteur électronique
 sur un boîtier électrique "signal de veille" (prêté gratuitement par EDF)
 par le minitel 3614, code tempo, qui informe de la couleur des jours passés et
à venir.
(1) Certaines zones ne sont pas encore équipées des télécommandes nécessaires à l’option tempo.
Consulter les services locaux du distributeur d’énergie.
(2) Consulter le centre EDF local.

Les circuits de distribution électrique 14


Choix de la puissance souscrite
Gamme de puissances selon les versions de tarif et les options

Pour conseiller la tarification et la puissance la mieux adaptée à une installation


Tous les appareils ne sont pas utilisés en même temps et à pleine puissance.
On ne prend en compte que la puissance réellement utilisée des appareils fonctionnant simultanément.
L’emploi d’un dispositif de délestage permet dans certains cas de diminuer la puissance à souscrire.

Les circuits de distribution électrique 15


Le tarif jaune : de 36 à 250 kVA (24 à 250 kVA pour les professionnels)

Ce tarif permet d'accéder, sans poste de transformation privé et pour un coût d'accès réduit (par rapport au
coût du poste) à des prix d'électricité voisins de ceux du Tarif Vert.

Il y a 2 éléments de tarification :
 la prime fixe annuelle (coût de l’abonnement), fonction de la puissance souscrite en kVA
 le prix des kWh consommés.

Il y a 4 périodes tarifaires :
 hiver (5 mois de novembre à mars) :
o heures pleines (HPH)
o heures creuses (HCH) généralement de nuit (8 heures par jour, 7 jours par semaine)
 été (7 mois d'avril à octobre) :
o heures pleines (HPE)
o heures creuses (HCE) généralement de nuit (8 heures par jour, 7 jours par semaine).

2 versions tarifaires :
 utilisation moyenne :
o prime fixe faible
o prix du kWh important
 longue utilisation :
o prime fixe importante
o prix du kWh faible.

En version "longue utilisation" un ou deux niveaux de puissance souscrite :


 un seul niveau : la puissance souscrite est la même dans les 4 périodes tarifaires
 deux niveaux de puissance (dénivelée).
Ce contrat entraîne une réduction du prix de la prime fixe. Il prévoit deux puissances souscrites. La
puissance normale correspond à la totalité des besoins (P4 +-P5).
La petite puissance est celle à laquelle se limite le client pendant des périodes déterminées :
 soit les heures de pointe (2 fois 2 heures par jour en heures pleines d'hiver P1)
 soit toutes les heures pleines d'hiver (P1 + P2)
 soit tout l'hiver (P1 + P2 + P3).

Les circuits de distribution électrique 16


L'option EJP (Effacement Jours de Pointe) (1)

Description
 C’est une option proposée aux clients "longue utilisation" qui peuvent limiter leur consommation
d'électricité pendant les périodes de très forte demande d'énergie électrique : 22 jours d'hiver par an,
consécutifs ou non, entre 7 heures et 1 heure le matin suivant (périodes dites "heures de pointe
mobile").
 Un préavis d'une heure est donné au client par un signal du distributeur d'énergie.

Caractéristiques tarifaires

été (heures pleines, heures creuses) prix du kWh identique à ceux du tarif "longue utilisation"

hiver (hors heures de pointe mobile) prix du kWh légèrement supérieur à celui des heures creuses
d'hiver du tarif "longue utilisation"

hiver (heures de pointe mobile) prix du kWh élevé (environ 8 fois plus qu'en heures d'hiver)

Certaines zones ne sont pas encore équipées des télécommandes nécessaires à l'option EJP. Consulter les
services locaux du distributeur d'énergie.

Nota : en tarif jaune, la consommation d'énergie réactive devra être limitée bien que non facturée. C'est elle
qui entraîne une puissance souscrite plus importante.

Deux possibilités de souscription :


 petite puissance en heures de pointe mobile (P1)
Puissance normale en heure d'hiver (hors pointe mobile) et en été (heures pleines et heures
creuses) (P2 + P3 + P4)
 petite puissance en heures de pointe mobile et heures d'hiver (P1 + P2).
Puissance normale en heure d'été (P3 + P4).

Les circuits de distribution électrique 17


Exemple de dispositifs EJP (Schneider Electric)

Relais de signalisation EJP


Utilisation
Ce relais, installé en tableau, est destiné aux
abonnés ayant souscrit le tarif "Effacement Jour de
Pointe" (à partie de 12 kW). Il fonctionne selon les
ordres émis par EDF par le réseau.

Caractéristiques :
 signalisation :
o lumineuse en face avant :
– diode clignotante en préavis
– diode fixe pendant la période d’effacement
 sonore et discontinue pendant la demi-heure
du préavis, avec interrupteur d’arrêt
 tension d’alimentation : 230 V CA - 50 Hz
 consommation : 3 VA
 contact de sortie :
o 2 A / 250 V CA (cos f = 1)
o 5 A / 250 V CA (cos f = 0,6)
 raccordement par bornes à cage pour câble
souple jusqu’à 2 x 2,5 mm2.

Boîtier de signalisation EJPs


Utilisation
Ce boîtier, installé en ambiance, signale en
permanence la période tarifaire en cours :
 voyant "préavis" : associé à une alarme
intermittente, signale le passage en EJP 30
mn à l’avance
 voyant "jour de pointe" : signale la période
tarifaire haute
 voyant "heures normales" : signale la période
tarifaire basse. Un bouton-poussoir permet
de configurer l’appareil à la mise sous
tension et de neutraliser la sonnerie.

Caractéristiques :
 l’appareil fonctionne sur impulsions 175 Hz
PULSADIS d’EDF et se branche sur une prise
de courant (cordon souple de longueur 1,2
m)
 un voyant "marche" indique que l’appareil est
en état de fonctionnement.

Les circuits de distribution électrique 18


Auxiliaire ACTr

Utilisation
Cet auxiliaire en association avec un contacteur de
puissance et des voyants permet de réaliser les
fonctions d'asservissement, signalisation et
dérogation EJP.

Caractéristiques :
 circuit de puissance :
o contact : 1O + 1F
o tension : 250 V CA - 50 Hz
 calibre : 16 A à 40 °C
 tension du circuit de commande : 230/240 V
CA
 fonctionnement silencieux (< 20 dB)
 indicateur de présence tension ou marche
forcée en face avant de chaque appareil
(voyant rouge)
 peut être équipé de repères encliquetables
en face avant raccordement par bornes à
cage pour câble souple jusqu'à 2 x 2,5 mm 2

Les circuits de distribution électrique 19


Méthode pour conseiller la mieux adaptée à une installation

Domaine d’application :
 de 36 à 250 kVA pour le domestique
 de 24 à 250 kVA pour le professionnel

Choix de la puissance souscrite en fonction des besoins


Tous les appareils ne sont pas utilisés en même temps et à pleine puissance.
On ne prend en compte que la puissance réellement utilisée des appareils fonctionnant simultanément.
L’emploi d’un dispositif de délestage permet dans certains cas de diminuer la puissance à souscrire.
Exemple : exploitation agricole, entreprises artisanales, professions libérales, magasins, petites
industries, administrations.

Prendre en compte la puissance réellement utilisée et non la puissance installée


totale, car les appareils électriques ne fonctionnent pas tous simultanément.
A chaque échéance annuelle, vous pouvez, avec EDF, augmenter ou réduire votre
puissance souscrite.

Version moyenne ou longue utilisation :


 consommation irrégulière : la consommation totale est faible, choisir par rapport à la puissance souscrite
la version "utilisation moyenne".
Exemple : exploitation i 2000 h/an
 consommation régulière très près de la puissance souscrite : choisir la version "longue utilisation".
Exemple : exploitation > 2000 h/an.

Tarif jaune longue utilisation : un double niveau de puissance


Le double niveau de puissance (dénivelée) est avantageux quand le client peut accepter, sans difficulté pour
son exploitation, de limiter sa consommation électrique pendant des périodes fixes :
 soit heures de pointe (2 fois deux heures par jour) pendant les heures pleines d’hiver
 soit toutes les heures pleines d’hiver
 soit tout l'hiver.

L’option EJP applicable aux tarifs longue utilisation


L’option EJP est avantageuse lorsque le client peut accepter de limiter sa consommation d’électricité à des
périodes non fixes et déterminées par le distributeur d’énergie électrique.
Ces périodes vont du 1 er novembre au 31 mars soit 22 jours par an consécutifs ou non, de 7 heures à 1
heure le matin suivant.
C’est le cas notamment pour les installations bi-énergie, dans lesquelles les appareils à combustibles
peuvent relayer les appareils électriques délestés pendant les périodes de petite puissance ; ou encore pour
les utilisations saisonnières d’été : irrigation, hôtellerie d’été...

Les circuits de distribution électrique 20


La prise de terre
Généralités
Les schémas précédents montrent une prise de terre et font figurer les résistances « équivalentes de ces
prises de terre.
A quoi sert une prise de terre ?
Si un appareil électrique montre un défaut d'isolation entre son système électrique et sa carcasse métallique,
toute personne qui touchera cet appareil servira de conducteur électrique. Le courant passera de la machine
à la terre par son intermédiaire. En revanche, si la carcasse de l'appareil est reliée à la terre, le fait de
toucher l'appareil défectueux n'entraîne pas d'électrocution. En effet, la différence de potentiel entre la terre,
la carcasse et la personne est nulle.

Tous les appareils de classe I doivent être reliés à la terre. Il s'agit le plus souvent des machines électriques,
certains chauffages, certains luminaires.

Sure les schémas précédents il est constaté que les prises de terre du transformateur et celles d’une
installation ne sont pas nécessairement reliées par des conducteurs en cuivre mais par le sol. Cette
résistance du sol est la résistance de prise de terre.

Les techniques de prise de terre

Boucle à fond de fouille


C’est la plus efficace, elle consiste à creuser une tranchée autour de la maison puis à enterrer un câble
dénudé qui formera une boucle. La résistance est de l'ordre de 100 ohms.
Il faut utiliser un fil de cuivre nu de 25 mm² (ou 95 mm² pour de l'acier galvanisé).

Résistance de la prise de terre = 2 x résistivité du sol (en ohms par mètre) / longueur de la boucle

Piquet vertical
C’est l’utilisation la plus courante. Cette technique est d'un résultat moyen si elle est utilisée sur un terrain
sec. Sur un sol humide, cette technique offre une bonne qualité de résistance.
Cela consiste à planter un piquet dans le sol et d'y relier le conducteur de terre. Il est fortement
recommander de réaliser un regard de visite pour vérifier l'état de la connexion et la protéger de la corrosion.
La connexion peut être entourée d'un goudron ou d'un mastic.

A noter qu'il est possible de placer plusieurs piquets pour améliorer la qualité de la résistance.

Résistance de la prise de terre = (1 / nombre de piquets ) x ( résistivité du sol / longueur d'un piquet )

Tranchée
Cette technique consiste à creuser une tranchée de 1 mètre de profondeur et de 10 mètres de long et d'y
placer un conducteur de cuivre nu de 25 mm². En cas de proximité de canalisations d'eau, de gaz ou
d'électricité, il faut laisser un espace de 20 centimètres entre les deux tranchées.

Résistivité d’un terrain


La résistivité d’un terrain s’exprime en ohms par mètre. Cela correspond à la résistance théorique d’un
cylindre de 1 m2 de section et de 1 m de longueur.

Les circuits de distribution électrique 21


Résistivité d'un terrain selon sa composition

Résistivité moyenne en
Nature du sol
ohms par mètre
sol pierreux 1500-3000
granit et grès 1500-10000
sol calcaire compact 1000-5000
micaschiste 800
sable siliceux 200-3000
sable argileux 50-500
schiste 50-300
granit et grès altérés 100-600
marnes du jurassique 30-40
sol pierreux et gazon 300-500
sol calcaire tendre 100-500
limon 20-100
marnes et argiles 100-200
argile plastique 50
humus 10-150
tourbe humide 5-100
sol marécageux 3 -30

Selon la technique utilisée la résistance varie de manière importante comme le montre le tableau ci
dessous.

Variation de la résistance d’une prise de terre en fonction de la technique utilisée

Technique de prise de terre sol sec


Sol humide
utilisée
Boucle fond de fouille 3-10 Ω 100-200 Ω
Pose d’un piquet vertical de 2 mètres 2-75 Ω 750-1500 Ω
Pose de 4 piquets verticaux aux angles du
bâtiment 6-18 Ω 300 Ω

Le conducteur de terre a pour couleurs le jaune et le vert. Pour des raisons de sécurité, il est indispensable
et même obligatoire de posséder un circuit général de mise à la terre qui sera répartie dans l'installation.

La barrette de mesure de la prise de terre

La borne principale de terre ou barrette de mesure est obligatoire pour l'installation d'une prise de terre. Elle
est intercalée entre le circuit principal de l'installation et le conducteur de sortie qui sera branchée dans le
sol. Cette borne doit être facilement accessible et démontable

Les circuits de distribution électrique 22


Barrette de prise de terre

Il existe plusieurs méthodes pour mesurer la résistance de la prise de terre. Mais la méthode recommandée
par l'EDF est la méthode dite "de la chute de potentiel". Elle consiste à faire circuler un courant alternatif I
entre la prise de terre X à mesurer et un piquet de terre C planté à une certaine distance.
On plante un second piquet P de mesure à approximativement 62% de la distance séparant X de C, dans le
même axe.
La résistance de la prise de terre est R = V / I, V étant la tension mesurée entre X et P quand circule le
courant I entre X et C.
La distance entre X et C doit être grande devant l'étendue souterraine de X. Cela devrait conduire à adopter
une distance de plusieurs dizaines de mètres pour une maison individuelle. En pratique, on fait
ce qu'on peut. Il suffit de vérifier que le déplacement de la position du piquet de mesure P, disons d'un mètre
de part et d'autre de sa position idéale sur l'axe X-C, ne modifie pas de manière sensible le
résultat de la mesure.

Mesure de la prise de terre par la chute de potentiel

V
X P C

Distance XP = 0,62 XC
Appareil de mesure des prises de terre (Chauvin arnoux)

Les circuits de distribution électrique 23


Valeur maximum d’une résistance de prise de terre
La résistance de la prise de terre doit être de 50 ohms pour une maison d’habitation. Mais le but est que la
différence de potentiel entre la carrosserie d'un appareil siège d'une fuite et la terre ne puisse pas atteindre de
valeurs dangereuses. Comme U = R*I, une fuite de 0,5 A s'écoulant dans une prise de terre de 50 ohms y
développe une tension de 25 V.

Voici quelques valeurs à prendre en compte

Seuil du disjoncteur différentiel Valeur maximum de la résistance de terre


30 mA 1667 Ω
100 mA 500 Ω
300 mA 167 Ω
500 mA 100 Ω

Les circuits de distribution électrique 24


La protection des personnes

Les risques du courant électrique pour les utilisateurs

Généralités
Le courant électrique devient dangereux pour l’homme dès qu’un certain courant le traverse :
 50 mA en courant continu
 25 mA en courant alternatif

La valeur du courant dépend :


 de la tension
 de la physiologie de l’individu
 de la nature de son contact avec le sol ou une masse reliée à la terre

La protection des personnes dans une installation BT doit être réalisée conformément: - au décret de
protection des travailleurs n° 88-1056 du 14/11/88 complété par toute une série d'arrêtés et notes techniques
regroupés dans la norme UTE C 12-100. - à la norme NF C 15-100. - aux directives de la norme UTE C 18-
510 qui rend obligatoire l'habilitation du personnel.

La CEI a étudié les effets du courant électrique sur le corps humain. Le passage du courant affecte
essentiellement les fonctions respiratoires et circulatoires, il provoque également des brûlures. La gravité du
danger est fonction de l'intensité du courant qui parcourt le corps, de son trajet, et du temps de passage.
Ces effets sont résumés dans le graphique (CEI 479-1) ci dessous.

Effets d’un courant traversant le corps humain

Tension limite de sécurité

La norme C 15-100 présente une classification des différents locaux. Selon le type de local, elle définit deux
types de tension de sécurité : UL 25V et UL 50V. Ces tensions dites non dangereuses écoulent dans le
corps humain un courant inférieur à 30 mA. Le danger du courant électrique étant fonction de sa durée de

Les circuits de distribution électrique 25


passage, il a été établi un tableau donnant le temps de coupure maximal du dispositif de protection en
fonction de la tension de défaut.

Exemple : lors d'un défaut dans un local sec (UL = 50 V), si la tension de contact vaut 120 V, le dispositif de
protection doit couper le circuit en moins de 0,2 seconde.

Les circuits de distribution électrique 26


Les mesures de protection des utilisateurs

Les personnes doivent être protégées contre les contacts directs et indirects.

Le contact direct
Il y a contact direct lorsqu'une personne vient toucher un conducteur électrique ou une pièce normalement
sous tension.

Les principales mesures de protection contre les contacts directs sont:


 l'isolation des parties actives du matériel électrique (gaine, cache bornes...).
 la protection au moyen d'enveloppes et de barrières (coffrets, tableaux...) qui permettent de rendre
le matériel électrique inaccessible. Sont considérés comme assurant la protection contre les
contacts directs, les équipements possédant un degré de protection:
IP 2X
IP XXB.
 l'utilisation de la TBTS (inférieure à 25 V).
 l'installation de DDR (disjoncteurs différentiels) à haute sensibilité ( < ou égale à 30 mA) qui sont
explicités dans le paragraphe suivant

Le contact indirect
Il y a contact indirect lorsqu'une personne vient toucher une masse métallique mise accidentellement sous
tension, à la suite d'un défaut d'isolement.

Même si les masses sont séparées des parties actives par une isolation principale, elles peuvent être mises
accidentellement sous tension à la suite d'une défaillance de cette isolation. Les normes imposent donc la
mise en oeuvre d'une mesure de protection contre les chocs électriques indirects.
Cette mesure de protection consiste à couper automatiquement l'alimentation du circuit présentant le défaut
d'isolement par le déclenchement d’un disjoncteurs différentiels.

Les dispositifs de protection des utilisateurs

Les classes de matériel


Du point de vue de la protection contre les contacts indirects les matériels sont répertoriés en quatre classes

Appareils de classe
Le matériel est sans borne de terre avec une isolation principale ( ) (1ère protection)
la sécurité est assurée par le sol qui doit être impérativement isolant (2ème protection)
Cette classe qui tend à disparaître

Symbole appareil : aucun

Appareils de classe 1
le matériel possède une borne de terre et une isolation principale ( ) (1ère protection)
la borne de terre est reliée à un conducteur de protection PE (mise à la terre), la sécurité est assurée
par un dispositif de coupure qui agira à l’apparition du premier défaut (2 ème protection)

Symbole appareil : aucun

Appareils de classe 2
le matériel est sans borne de terre avec une isolation principale
la protection est assurée par une deuxième isolation (ou une isolation renforcée) l’apparition d’un
deuxième défaut interne restera localisé dans l’appareil même pour le cas de non fonctionnement
Symbole des appareils de classe 2 :

Les circuits de distribution électrique 27


Appareils de classe 3
le matériel possède une isolation principale sans prise de terre (1ère protection)
l’appareil est alimenté à très basse tension de sécurité (TBTS) ou de protection (TBTP) sans borne
de terre (2ème protection, tension inférieure à 50V
le transformateur de sécurité est représenté par le symbole

Symbole des appareils de classe 3 :

Utilisation de la TBTS (inférieure à 50v)


Elle s'utilise lorsque le risque est très élevé (piscines, salles de bain, etc...). Cette tension doit être inférieure
à 50 V.
On alimente les circuits sous une très basse tension fournie par un transformateur de sécurité (NF C 52-
742). Trois conditions doivent être respectées:
 aucune partie active du réseau TBTS ne doit être relié à la terre.
 les masses des matériels TBTS ne doivent être reliées ni à la terre, ni à des masses d'autres
circuits, ni à des éléments conducteurs.
 les parties actives des circuits TBTS et des circuits alimentés en tension plus élevée doivent
présenter entre eux un niveau d'isolement au moins équivalent à celui existant entre enroulements
primaire et secondaire du transformateur de sécurité (double isolation).
Il résulte que:
 les circuits TBTS doivent emprunter des canalisations distinctes.
 les socles des prises de courant ne doivent pas comporter de contact de terre et doivent être d'un
type spécial pour éviter toute connexion avec celle d'un circuit de tension plus élevée.
Note: lorsque la TBTS est inférieure à 25 V, cette mesure est considérée comme assurant la protection
contre les contacts directs.

Alimentation en TBTS avec utilisation d'un transformateur de sécurité

Utilisation de la TBTP (inférieur à 50V avec des protections supplémentaires)


La très basse tension de protection (TBTP), répond aux mêmes conditions que la TBTS, mais un point du
circuit est raccordé à la terre. Elle convient pour la protection contre les contacts indirects.

Alimentation en TBTP avec utilisation d'un transformateur de sécurité

Utilisation d'un transformateur d'isolement de classe I (simple isolement)

Les circuits de distribution électrique 28


La séparation électrique des circuits avec transformateur de séparation classe l l (230V/230 V), convient à
des circuits de longueur limitée et d'un bon niveau d'isolement. Deux conditions sont à respecter:
 le circuit séparé (isolé) ne doit avoir aucun point relié à la terre. La longueur du circuit doit être
limitée afin d'éviter le retour du courant par les capacités des câbles. Dans le cas où plusieurs
récepteurs sont alimentés par le même transformateur, il convient que :
o les masses de ces récepteurs doivent être reliées entre elles par un conducteur de
protection non relié à la terre.
o les socles des prises de courant doivent être munis d'un contact de terre permettant
l'interconnexion des masses.

Un dispositif doit assurer la coupure en cas de défaut double.

Alimentation en BTA (- de Volts alternatifs) avec utilisation d'un transformateur d’isolement

Emploi de matériel de classe 2 (double isolement)


Aucune partie conductrice du matériel double isolation ne doit être raccordée à un conducteur de protection.

Alimentation en BTA (- de Volts alternatifs) avec utilisation d'un transformateur d’isolement à double
isolement

Les sectionneurs

Les sectionneurs ne sont pas destinés à effectuer une coupure ou mise sous tension en charge mais à isoler
le circuit et ne doivent être manipulés qu’en l’absence de charge. Ils isolent le circuit en réparation lors
d’opérations de maintenance.

Il est souhaitable qu’ils puissent être munis d’un cadenas pour empêcher toute remise sous tension
accidentelle. SI les machines qui font l’objet d’interventions de maintenance régulières ne sont pas munies
de ce dispositif, sa pose devra être envisagée.

Les circuits de distribution électrique 29


Le relais différentiel ( DDR)
Principe de fonctionnement :
En l'absence de défaut, Ip = In, le flux résultant, qui traverse la bobine de détection est nul.
Lorsqu'un courant de défaut Id apparaît (Id = Ip - In), le flux résultant produit un courant i2 qui permet
d'actionner le déclencheur provoquant ainsi l'ouverture du circuit.

Principe du disjoncteur différentiel en monophasé et triphasé+neutre

La sensibilité d'un dispositif différentiel est la valeur du courant de défaut If (courant résiduel de défaut) pour
laquelle le dispositif s'ouvre obligatoirement.

Les sensibilités normalisées sont If n:


- 10 mA,
- 30 mA,
- 300 mA,
- 500 mA,
- 650 mA,
- 1 A,
- 3 A.

Montages en cascade de plusieurs relais différentiels (Merlin Gerin)

Présentation du relais VIGIREX : relais différentiel à tore séparé


Le relais différentiel à tore séparé s'installe sur les réseaux BT alternatifs en SLT (Schéma de Liaison à la
Terre) TT, TNS et IT.
Il protège les biens et les personnes contre les contacts directs et indirects.
Il commande l'ouverture du disjoncteur auquel il est associé, lorsqu'il détecte un courant différentiel résiduel
au moins égal à son seuil de sensibilité de courant In :
 cette commande est soit instantanée, soit temporisée 0 elle se fait par l'intermédiaire d'un
déclencheur voltmétrique (MN ou MX)
 les seuils In et temporisations sont réglables sur certains appareils de la gamme.

Il existe 3 types de relais


Le relais de protection RH10, RH21, RH99:
 fonction: ils envoient un ordre d'ouverture au disjoncteur en cas de dépassement de seuil de réglage
 codification: RH (Relais homopolaire) et
o le premier chiffre: nombre de seuils de sensibilité In –
o le deuxième chiffre: nombre de temporisation
 relais de protection et de mesure RHU :

Les circuits de distribution électrique 30


o fonction: il remplit la fonction des relais de protection et en plus affiche les grandeurs
mesurées
o codification: Relais Homopolaire Universel
 relais de signalisation et de mesure RMH et RM12T:
o fonction: il n'assure pas la fonction de protection. Il affiche les grandeurs mesurées et
signale par une alarme les dépassements de seuil
o codification: Relais de Mesure Homopolaire.

Sélectivité par seuils réglables


Le réglage des seuils de sensibilité In et de la temporisation, permet d'obtenir jusqu'à 9 niveaux de
sélectivité. Dans ce cas, seule la partie défaillante du réseau est mise hors service.

Temps de réaction
Réglé sur une sensibilité de 30 mA, Vigirex garantit une protection contre les contacts directs en intervenant
en moins de 40 ms lorsqu'il est associé à un disjoncteur Merlin Gerin ou Telemecanique de calibre 630 A
maximum.

Relais à seuil d'alarme ou de pré-alarme


La version RHU possède un seuil d'alarme. Son franchissement signale une anomalie d'isolement avant
qu'elle atteigne un niveau critique et laisse le temps d'organiser les actions de maintenance nécessaires.
Le RMH possède le même type de seuil qui s'appelle" pré-alarme ».

Alarme par manque de tension auxiliaire

Les circuits de distribution électrique 31


Une coupure d’alimentation auxiliaire chargée d’alimenter le relais pourrait le rendre inopérant en cas de
défaut sans que l’on soit averti, ce qui est très dangereux.
La coupure de l'alimentation auxiliaire de Vigirex est signalée en face avant de l'appareil et provoque le
basculement d'un relais. L:exploitant peut ainsi choisir de commander ou non l'ouverture du disjoncteur
selon qu'il privilégie la sécurité optimum ou la disponibilité de l'installation.

Avec ou sans accrochage


Tous les Vigirex sont des relais à accrochage ce qui signifie que le relais reste dans sa position de
déclenchement sur alarme donc le défaut reste affiché sur l'appareil, permettant ainsi de différentier le défaut
(surcharge, court-circuit ou défaut d'isolement)
Seul le RMH est un relais sans accrochage: si le défaut disparaît, il se positionne en fonctionnement normal
(pas de reset à faire).

Sécurité positive
Le contact" absence d'alimentation auxiliaire» mis en série avec le contact défaut permet la sécurité positive.

Les circuits de distribution électrique 32


Schéma de montage en cascade de plusieurs relais

Raccordement des appareils

RHU, RMH + RM12T


 Précautions particulières
o ne jamais brancher ou débrancher un connecteur lorsque l'appareil est sous tension
 Protection de l'appareil
o alimentation: 220-240 V CA 50/60 Hz
o protections préconisées lors du câblage du RMH : disjoncteurs Ph+N 1 A
Section de câblage
o câble  : de 1,5 mm' à 2,5 mm'
o câble  : de 0,75 mm' à 2,5 mm' torsadé
Code de couleur pour raccordement Bus Interne
o 24 V Rouge B1
o 0 V Noir B2
o SIGNAL - Blanc B4
o SIGNAL + Bleu B5
Longueur maximum des câbles
o .test et reset à distance : 10 m
o entre tore et multiplexeurs RM12T et entre multiplexeur RM12T et RMH : 10 m. Type de contacts
à utiliser pour test et reset à distance: contact bas niveau, charge mini 1 mA sous 4 V.
Raccordement des tores

Les circuits de distribution électrique 33


Les tores (12 maximum) sont raccordés obligatoirement au RMH par l'intermédiaire d'un multiplexeur Merlin
Gerin RM12T: l'ajout d'un nouveau tore est automatiquement reconnu par le RMH

Les circuits de distribution électrique 34


Les circuits de distribution électrique 35
Les circuits de distribution électrique 36
Les circuits de distribution électrique 37
Eviter ou retarder le déclenchement d'un disjoncteur Compact en amont

L'utilisation d'une protection différentielle à tore séparé réglable en sensibilité et en temps permet un
déclenchement prioritaire des disjoncteurs ou interrupteurs en aval.

Le relais Vigirex RH328 à tore séparé assure la protection des biens et des personnes conformément aux
normes CEI 947-2 annexe B.

La sélectivité verticale différentielle et chronologique est obtenue par les possibilités de réglage du relais
Vigirex RH328 :
 courant différentiel réglable de 30 mA à 250 A par 32 crans,
 temporisation réglable de 0 à 1 s par 8 crans.

En option, certains relais sont équipés de pré alarmes avec une signalisation lumineuse et des contacts
auxiliaires.
Cette solution applicable à tous les disjoncteurs de la gamme Compact NS autorise un gain de place
significatif dans l'armoire.

Produits Schneider utilisés pour cette installation


 Vigi Compact NS250
 Vigirex RH328AP
 tore fermé

Les circuits de distribution électrique 38


Application de protection des biens et des personnes
dans un bâtiment tertiaire

Ce document décrit une installations complète de protection des biens et des personnes .

En tête d’installation, un Compact NS 250 AB assure le branchement en tarif jaune de l’installation.

Le sectionnement à coupure visible est réalisé par un interrupteur sectionneur INV.

En aval du branchement, des disjoncteurs NG125 distribuent l’alimentation électrique sur différents secteurs
du bâtiment.

La protection contre la foudre est réalisée par la mise en cascade des parafoudres.

Le PF30 est situé dans le TGBT en tête d’installation, le PF8 étant lui situé au plus près des récepteurs
sensibles.

La continuité de service, indispensable pour l’informatique, est renforcée par l’utilisation des DPN Vigi SI et
Déclic Vigi SI.

Produits Schneider utilisés pour cette installation

Compact NS 250 AB
 interrupteur-sectionneur INV
 disjoncteur NG125
 bloc Vigi NG125
 disjoncteur de déconnexion C60
 parafoudre PF30
 parafoudre PF8
 DPN Vigi SI
 disjoncteur C60

Les circuits de distribution électrique 39


Plan de l’installation

Les circuits de distribution électrique 40


Les indices de protection ( IP ) des locaux selon NFC 15100
Le premier tableau définit les indices de protection L’IP définit le niveau de protection des matériels
électriques contre les agressions de l’environnement. En fonction de cet IP qui est fonction de sa
technologie un matériel pourra alors être affecté à un lieu d’exploitation comme défini dans le second
tableau. L’indice IP 25 est composé de 2 lettres (IP comme Indice de Protection) suivies de 2 chiffres :

1er chiffre 2ème chiffre

Degré de protection contre la pénétration des Degré de protection contre la pénétration des
objets ou poussières liquides (eau)
0 Aucune protection 0 Aucune protection
Une sphère de diamètre supérieur ou égal à
1 50 mm : Un contact involontaire avec le dos 1 Les gouttes d'eau tombant à la verticale
de la main est impossible.
Une sphère de diamètre supérieur ou égal
Les gouttes d'eau tombant avec un angle
2 à 12 mm : Un contact avec le doigt est 2
maximal de 15° par rapport à la verticale
impossible.
Un fil de diamètre supérieur ou égal à 2,5
Une pluie faisant un angle de 60° maximal
3 mm : Un contact avec un outil de type 3
par rapport à la verticale
tournevis est impossible.

Un fil de diamètre supérieur ou égal à 1


4 4 Un arrosage dans toutes les directions
mm

L'eau projetée par une lance de 6,3 mm à


5 La poussière fine (talc) (pas de trace visible) 5
une pression de 0,3 bar

La poussière fine (talc), il n' y a aucune L'eau projetée par une lance de 12,5 mm à
6 6
trace, même microscopique une pression de 1 bar
7 Immersion totale à 1 mètre.

8 Matériel submersible.
Anciennement, l'indice IP comportait 3 chiffres.
Le troisième représentait l'indice de protection contre les chocs mécaniques. Il a été remplacé par un nouvel
indice : l'indice IK qui indique à quel choc (en joules) le matériel est prévu pour résister.

Les circuits de distribution électrique 41


IP
LOCAUX
minimum
Ecuries, étables 45
Chenils, greniers , granges fourrage(entrepôts) 60
Poulailler 44
Acides, alcools , colle (fabrication et dépôts) 33
Bois(travail du) , cimenteries 60
Boulangeries 60
Briqueterie , carrières 65
Salle de machines 34 /34
Chambres frigorifiques 20
Chaufferie (sauf charbon) 21
Bureaux , salle de dessin , salle d'archives , bibliothéques
Etablissement d'enseignement , (sauf laboratoire) 20
Salle de restaurant et de cantine 21
Salle de sport 21
Magasin de vente 20
Restaurants, cafés, brasseries , débits de boissons , bars 20
Salle de conférences 20
Bibliothèques, archives, musées 20

Les circuits de distribution électrique 42


La protection des matériels

Les risques électriques pour le matériel

Les surtensions
Des pointes de surtension peuvent parcourir le réseau. Leur durée peut aller de quelques microsecondes à
des durées indéterminées. Même si elles sont de courtes durée, elles peuvent provoquer des dégâts en
faisant « claquer » les isolants et provoquant ainsi des amorçages sporadiques ou permanents même à la
tension normale puisque l’isolant a perdu ses caractéristiques d’isolement. On s’en protège par des relais,
des transformateurs à fers saturés, des limiteurs (semi conducteurs ou résistances montés en parallèle et
qui dévient le courant au dessus d’une certaine tension et.)

Les surintensités
La surintensité est provoquée par un défaut ou un mauvais fonctionnement du matériel à protéger, qui est en
général un moteur. SI un moteur est bloqué pour une cause mécanique il ne produit plus d’énergie réactive,
il se conduit alors comme une simple résistance de quelques dizaines d’ohms et consomme énormément de
courant. Par conséquent il chauffe et se détruit. La protection contre ces risques est assurée par les
disjoncteurs équipes de relais thermiques et les fusibles. Le relais thermique ne doit agir qu’après un certain
temps afin de ne pas se déclencher lors de l’important appel de courant du démarrage de certains appareils
comme par exemple les moteurs asynchrones.

Les courts-circuits
Lorsqu’un contact fortuit se produit entre 2 phases ou une phase et le neutre, la résistance du circuit est
celle des câbles de distribution ajoutée à la résistance interne du transformateur c'est-à-dire quelques ohms.
Il en résulte une très forte et très rapide montée en couranr qui pourrait détruire par échauffement
l’installation et provoquer un incendie. La protection contre ces risques est assurée par les disjoncteurs et les
fusibles.

La protection des matériels par des disjoncteurs


Un disjoncteur assure la protection d'une installation par ouverture rapide du circuit en défaut. Cette
protection couvre les défauts selon le type de déclencheur :
 Les courts-circuits francs (deux conducteurs en contact) : assuré par tous les disjoncteurs
 les surcharges ou sur intensités (un moteur freiné, un nombre trop important d’appareils,…) : assuré
par les disjoncteurs équipés de relais thermiques
 les défauts d'isolement : assuré par les disjoncteurs équipés de relais différentiels

La protection des matériels par des fusibles


Les fusibles assurent une protection contre les court circuits francs et contre les sur intensités. Ils sont plus
économiques que les disjoncteurs mais moins pratiques puisqu’il faut changer la cartouche fusible à chaque
incident.

Les circuits de distribution électrique 43


Les disjoncteurs

Paramètres des disjoncteurs


Les caractéristiques du disjoncteur sont les suivantes :

- Courant assigné In :
valeur maximale du courant permanent que peut supporter le disjoncteur.

- Courant de réglage Ir :
courant maximal que peut supporter le disjoncteur, sans déclenchement. Il peut être réglable de
0,7 In à In pour les déclencheurs thermiques, de 0,4 In à In pour les déclencheurs électroniques.

- Courant de fonctionnement Im:


courant qui provoque le déclenchement pour les fortes surintensités. Il peut être fixe ou réglable et
peut varier entre 1,5 In et 20 In. Les réglages préconisés sont les suivants :
o Selon la norme NF C 61-410 (Disjoncteurs domestiques) Im : 1,45 In
o Selon la norme NF C 63-120 (Disjoncteurs industriels) Im : 1,3 In

- Pouvoir de coupure Icu ou Icn:


c’est la plus grande intensité de courant de court-circuit (présumé) qu'un disjoncteur peut
interrompre sous une tension donnée. Elle s'exprime en kA efficace. Icu est le pouvoir de coupure
ultime des disjoncteurs à usage industriels, Icn est le pouvoir de coupure assigné des disjoncteurs à
usage domestique. Ics est le pouvoir de coupure de service qui est un pourcentage d'Icu.

- Pouvoir de limitation:
c'est la capacité d'un disjoncteur à ne laisser passer qu'un courant inférieur au courant de court-circuit
présumé.

Le relais déclencheur du disjoncteur:


Le relais déclencheur commande l'ouverture des pôles du disjoncteur lors d'un défaut (court-circuit,
surcharge). Il est de nature magnétique, thermique, magnétothermique ou électronique. Ce dernier cas
permet une plus grande précision et un réglage plus souple

Relais déclencheur thermique :


Ce type de détecteur exploite le dégagement de chaleur produit par le passage du courant électrique dans
un conducteur. Il convient bien pour les accroissements lents de courant. Il est utilisé pour la protection des
moteurs électriques asynchrones.
Il dispose pour cela d'un bilame, constitué de 2 lames soudées ensemble et dont les coefficients de dilatation
sont différents. Lorsque la température s'élève autour du bilame, il s'incurve. Il suffit ensuite de détecter le
mouvement du bilame pour obtenir une information sur la valeur de surcharge du circuit électrique; plus le
bilame s'incurve, plus la surcharge est importante.

Il existe deux type de chauffage du bilame :


 le chauffage direct : le courant que l'on désire contrôler passe directement dans le bilame.
 le chauffage indirect : on dispose autour du bilame, une résistance chauffante parcourue par le
courant

Les circuits de distribution électrique 44


Principe du relais thermique

Chauffage Chauffage
Action Action
direct sur le direct sur le
relais relais

Relais déclencheur magnétique :


Ce type de détecteur détecte toute forte surintensité et tout court-circuit. Son action est alors rapide.

Le principe consiste à exploiter la force produite par un électro-aimant dont la bobine est parcourue par un
courant.
Le courant d’utilisation passe par une bobine comportant peu de spires mais dont la section est importante
pour ne pas perturber l’utilisation en introduisant une résistance ohmique. Sur l'axe de la spire est disposé
un noyau en fer doux libre en translation.
Le courant à contrôler passe par la bobine de détection.

En cas de courant nominale, la bobine ne réagit pas, le courant est trop faible.

En cas de forte surintensité ou de court-circuit, la bobine va créer un courant induit dans le noyau . D'après
la loi de Lenz, le noyau va s'opposer à la cause qui donne naissance au courant induit. Il va donc translater
afin de s'extraire de la bobine.

Principe du relais déclencheur magnétique

Action
sur le
relais
noyau

Bobinage

Courant
d’utilisation

Les circuits de distribution électrique 45


Principe du relais déclencheur magnéto thermique
Ce relais très utilisé combine les deux déclencheurs précédents.

Relais déclencheur magnétothermique

La courbe ci-dessus est représentative du comportement d’un déclencheur magnétothermique de coupure


nominal In soumis à d’un courant (I) augmentant dans le temps (t).

La sélectivité des disjoncteurs

Définition
Si pour un court circuit ou une surintensité ce n’est pas le disjoncteur situé à proximité qui se déclenche mais
le disjoncteur principal, il y a un problème de sélectivité des disjoncteurs.

La sélectivité permet d’éviter les cascades de disjonctage sous l’effet d’un seul disjoncteur. En d’autres
termes un défaut survenant en un point quelconque du réseau, doit être éliminé par le disjoncteur placé
immédiatement en amont du défaut.

Principe de la sélectivité

Alimentation A B Utilisation

La sélectivité entre deux disjoncteurs A et B est totale si B fonctionne seul pour toute valeur du courant de
court circuit au point où il est placé (IccB).
La sélectivité est partielle si B fonctionne seul jusqu'à un courant de court circuit présumé Icc inférieur à
IccB. Au-delà de cette valeur, A et B fonctionnent simultanément.

Il existe plusieurs techniques de sélectivité :


 la sélectivité ampéremétrique.
 la sélectivité chronométrique.
 la sélectivité énergétique (brevet SCHNEIDER Merlin Gérin).
 la sélectivité logique.

Les circuits de distribution électrique 46


 le système SELLIM (SELectivité LIMitation, brevet SCHNEIDER Merlin Gerin).

La sélectivité ampéremétrique
Elle est basée sur des valeurs de courant différentes pour le déclenchement des relais des disjoncteurs. Elle
n’est pas aisée à mettre en œuvre dans les grandes installations.

La sélectivité chronométrique
Elle consiste à retarder plus ou moins l'instant d'ouverture des disjoncteurs en jouant sur le temps de
fonctionnement des appareils.
Elle nécessite pour cela :
 l'introduction de retardateurs dans le système de déclenchement des disjoncteurs
 des disjoncteurs capables de supporter les effets thermiques et électrodynamiques du courant
pendant le temps de retard.

Sélectivité énergétique
Ce type de sélectivité a été mis en œuvre en 1994 sur les disjoncteurs de la gamme Compact NS de Merlin
Gérin.
L'intensité que laisse passer le disjoncteur aval doit toujours être inférieure à l'intensité nécessaire au
fonctionnement du disjoncteur amont.

Cela exige deux conditions :


 le rapport des courants assignés des disjoncteurs amont et aval être au moins égal à 2,5.
 le rapport des seuils de réglage de leurs déclencheurs doit être supérieur à 1,6.

Principe de réglage d’un disjoncteur Schneider NS250N équipé d’undéclencheur TM-D200

Plage de réglage

Intensité
160 A 180A 200A 250A

Courant Courant Calibre du


de réglage assigné disjoncteur

Sélectivité logique
Elle s'obtient par un système donnant l'ordre de déclenchement en fonction de la localisation du défaut.

A chaque niveau, le relais logique reçoit :


 une image de l'intensité passant dans le disjoncteur qu'il commande
 un signal venant du ou des disjoncteur(s) situé(s) en aval, lui indiquant si l'un de ces disjoncteurs
voit passer la surintensité.

Le relais émet deux ordres :


 un ordre de déclenchement vers le disjoncteur qu'il contrôle s'il l'estime nécessaire
 une information indiquant si il voit passer ou non une surintensité vers le disjoncteur situé en amont.
Ce système de sélectivité nécessite des conducteurs pour passer les informations entre les étages et une
source auxiliaire d'alimentation pour les relais ce qui rend son utilisation difficile en basse tension
Exemple d’application :
 la surintensité est vue par le relais de R1 et le relais de R2.
 le relais R1 reçoit un signal de surintensité en R1 et un signal de surintensité de R2
 le relais R2 reçoit un signal de surintensité en R2 (qu’il transmet à R1) et rien de R3 donc il ouvre le
relais
 le relais R3 ne reçoit rien
 si R2 n'ouvre pas suite à une défaillance, le relais de R1 donnera alors l'ordre à R1 de couper.

Les circuits de distribution électrique 47


Principe de la sélectivité logique

Relais
R1
logique

Relais
R2
logique

Surintensité
Relais
R3
logique

La sélectivité type "SELLIM"

Cette technique qui fait l’objet d’un brevet Merlin Gerin permet d'assurer une sélectivité totale. Pour cela elle
met en œuvre :
 en amont, un disjoncteur limiteur Compact type L équipé d'un déclencheur sélectif type SB sans
aucun réglage de temporisation
 en aval, un disjoncteur standard

Sur court circuit en aval de B, l'onde de courant est très fortement réduite par le pouvoir de limitation de A et
traverse A sans provoquer de déclenchement, laissant au disjoncteur B le temps de s'ouvrir.

Sur court circuit en aval de A, la première onde de courant est aussi très fortement limitée, le déclenchement
de A n'intervenant que lors de l'apparition de la deuxième onde de courant.

Le système "SELLIM" permet ainsi d'obtenir une sélectivité totale avec tout disjoncteur placé en aval et de
bénéficier de tous les avantages.

Principe de la sélectivité SELLIM

Disjoncteur
A

Disjoncteur
B

Les circuits de distribution électrique 48


La filiation de disjoncteurs
La filiation est une technique d'association qui permet d'utiliser le pouvoir de limitation des disjoncteurs, de
façon à installer en aval des disjoncteurs à pouvoir de coupure réduit, afin de diminuer le coût de
l'installation.
Les calculs sont relativement complexes et il faut consulter les documents et recommandations des
constructeurs pour appliquer une filiation.

Voir ci dessous un des tableaux de filiation extrait du catalogue général SCHNEIDER.

Disjoncteur
NS100N NS100H NS100L NS160N NS160H NS160L
amont
Pouvoir de
25 70 150 36 70 15
coupure (kA)
Disjoncteur aval Pouvoir de coupure
C60a 15 20 20 15 20 20
C60N 25 30 30 25 30 30
C60H 25 40 40 30 30 30
C60L  25A 25 40 40 30 40 40
C60L  40A 25 40 40 30 40 40
C60L  63A 25 40 40 30 40 40

Les circuits de distribution électrique 49


Disjoncteurs Compact NS, NSA
Description
Le système Compact s'adapte à un maximum de
configurations grâce aux nombreux éléments
associables à chaque disjoncteur.
Déclencheurs, auxiliaires, accessoires d'installation et
de raccordement s'adaptent indifféremment sur les
appareils de même taille.
Le dessin ci-contre représente les différents blocs
composant les disjoncteurs et interrupteurs Compact
NS100 à NS250 et les Compact NS400.
1- Bloc de coupure
2- Déclencheurs TM et STR pour :
 NS100 à NS250
Les déclencheurs magnétothermiques (TM) et
électroniques (STR22) sont
interchangeables.
 NS400
Le déclencheur électronique (STR23) offre de nombreux
réglages de protection.
3- Bloc Vigi
L'association d'un bloc Vigi au disjoncteur constitue un
disjoncteur différentiel.
4- Bloc surveillance d’isolement.
5- Indicateur de présence de tension.
6- Signalisation et mesure :
 indication de présence tension aux bornes du
disjoncteur
 affichage du courant
 renvoi à distance des valeurs du courant
 signalisation de défaut d'isolement.
7- Déclencheur :
 à émission de courant MX
Commande à distance le déclenchement et l'ouverture
du disjoncteur.
 à minimum de tension MN
Commande à distance le déclenchement et l'ouverture
du disjoncteur et interdit
la fermeture tant que la tension n'est pas rétablie.
8- Contacts auxiliaires
Une seule référence utilisable pour tous les disjoncteurs
de la gamme Compact NS et réalisant 4 fonctions
différentes selon l'emplacement occupé dans l'appareil :
 signalisation de la position "ouvert" "fermé" du
disjoncteur : v OF1,OF2, OF3 (pour NS400
uniquement)
 signalisation sur défaut SD
 signalisation sur défaut électrique SDE
 signalisation défaut Vigi SDV.
9- Commande rotative directe.
10- Commande rotative prolongée.
11- Télécommande
Permet la commande à distance ou la commande
automatisée des circuits de distribution.
12- Accessoires de raccordement.
13- Cache bornes courts.

Les circuits de distribution électrique 50


Déclencheurs de disjoncteurs (exemple Schneider)
Description

Ces déclencheurs magnéto thermiques TM


ou électroniques STR22SE peuvent
équiper les disjoncteurs Compact NS100 à
NS250.
Déclencheur magnétothermique TM
Un détrompage mécanique empêche le
montage d'un déclencheur sur un
disjoncteur de calibre inférieur.

Déclencheurs magnétothermiques TM :
protection contre les surcharges par
dispositif thermique à seuil réglable
protection contre les courts-circuits par
Déclencheur électronique STR22SE dispositif magnétique à seuil fixe ou
réglable selon les calibres.

Déclencheurs électroniques STR22SE :


 protection long retard LR contre les
surcharges à seuil Ir réglable entre 0,4
et 1 x Ir, basée sur la valeur efficace
vraie du courant selon CEI 947-2, annexe
Déclencheur STR23SE F
 protection court retard CR contre les
courts-circuits, à seuil Im réglable 2 à
10 x Ir
 protection instantanée I contre les
courts-circuits, à seuil fixe sur
Réglages disjoncteur tétrapolaire, réglage de la
 protectionlong retard LR, pré réglable Io protection du neutre par commutateur
à 6 crans :(0.5, 0.63, 0.7, 0.8, 0.9, 1) plombable à 3 positions : 4P3d, 4P3dN/2,
 réglage fin Ir à 8 crans (0.8, 0.85, 0.88, 4P4d.
0.9, 0.93, 0.95, 0.98, 1)
 protection court retard CR, réglage Im à
8 crans (2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 10).

Réglage de la protection du neutre

Les circuits de distribution électrique 51


Les contacteurs délesteurs

Principe
Les contacteurs délesteurs évitent le déclenchement intempestif du disjoncteur de branchement.
Ils permettent d'augmenter le nombre de récepteurs sans modifier la puissance souscrite EDF et/ou réduire la
puissance souscrite, économie sur la tarification EDF
Ils limitent la puissance consommée en dessous de la puissance souscrite, en mettant à l'arrêt les circuits
non prioritaires à délester.
L’appareil compare en permanence la puissance consommée et la valeur de puissance souscrite du compteur
électronique EDF.

Caractéristiques :
Les sorties sont configurables par commutateur, au choix de l’installateur : en fil pilote (protocole GIFAM),
recommandé pour un délestage particulièrement

Raccordement du contacteur délesteur DSE4 (Schneider) pour compteur électronique

Contacteur délesteur DSE4

Les circuits de distribution électrique 52


Contacteurs délecteurs CDS (Schneider)
CDS Application :
 évitent le déclenchement intempestif du disjoncteur de
branchement
 permettent d’augmenter le nombre de récepteurs sans
modifier la puissance souscrite EDF et/ou de réduire la
puissance souscrite, économie sur la tarification EDF.

CDS : déleste et releste en cascade 2 circuits non prioritaires,


comporte une entrée délestage forcé.

CDSt : adapté aux options tarifaires EJP et heures creuses. Il


déleste et releste en cascade deux circuits non prioritaires, en
fonction de deux niveaux de puissance :
 la puissance nominale correspondant au réglage du
CDSc disjoncteur de branchement (molette verte)
 la puissance réduite fixée par l’utilisateur (molette rouge).
Les changements de seuils sont télécommandés par EDF.
Ils peuvent être annulés par action sur un bouton-poussoir
"marche forcée"
 délestage du circuit non prioritaire I puis semi-prioritaire II.

CDSc : déleste et releste en cascade de 1 à 4 circuits non


prioritaires, et, toutes les 5 minutes, modifie l’ordre de délestage
des circuits (délestage cyclique) ; comporte une entrée délestage
forcé.

CDST CDS triphasé : déleste et releste phase par phase, avec entrée
délestage forcé des 3 phases, par commande manuelle ou
automatique.

Caractéristiques :
 ne nécessitent pas de TC extérieur jusqu‘à 90 A
 courant maximal, 15 A dans les circuits non prioritaires
 période de relestage, 5 à 10 mn
 période de délestage signalée par voyants lumineux
 contact à fermeture 1 A, sur CDS mono réf. 15908 et tri réf.
15913, pour :
o délestage par contacteur CT (à ouverture)
o signalisation à distance
 raccordement par bornes à cage, circuit prioritaire : 50
CDStri mm2 autres : 10 mm2 .

CDS CDSc

Les circuits de distribution électrique 53


Les fusibles

Paramètres des fusibles

Les fusibles sont destinés :à protéger le circuit en cas de défaillance d’un disjoncteur, ou si il n’ y a pas de
disjoncteur il protégeront le circuit en cas de cour circuit ou en cas de surintensité prolongée.

Les cartouches gG (ancien G1) marquées en noir protègent contre les faibles et les fortes surcharges et les
courts circuits.

Les cartouches aM marquées en vert protègent contre les fortes surcharges et les courts circuits. Elles sont
calculées pour résister à certaines surcharges comme par exemple le démarrage d’un moteur. Elles doivent
donc être obligatoirement complétées par un dispositif de protection thermique contre les faibles surcharges.

Les cartouches fusibles pour tableau de branchement type AD, qui possèdent un haut pouvoir de coupure
(HPC), elles sont marquées en rouge.

Les cartouches fusibles à fusion ultra rapide pour protéger tous types de circuits électroniques.

Courant nominal In
C’est le courant qui peut traverser le fusible indéfiniment.

Tension nominale Vn
C’est la tension maximale sous laquelle peut travailler le fusible sans risque d’amorçage, claquage,

Courant conventionnel de non-fusion (I nf ou I 1 )


C’est la valeur conventionnelle qui peut être supportée par la cartouche fusible pendant un temps spécifié
sans fondre (temps conventionnel)

Courant conventionnel de fusion (I f ou I 2 )


C’est la valeur spécifiée du courant qui provoque la fusion de la cartouche fusible avant l’expiration d’un
temps spécifié (temps conventionnel)

Temps conventionnel de fusion


C’est le temps mis par le fusible pour fondre à une intensité donnée

Tableau de correspondance entre les diverses intensités

I nf If t = temps
Calibres ou I n Intensité de Intensité de conventionnel
non -fusion fusion
=< 4 A 1,5 I n 2,1 I n 1h

5 à 10 A 1,5 I n 1,9 I n 1h

11 à 25 A 1,4 I n 1,75 I n 1h

26 à 63 A 1,3 I n 1,6 I n 1h

64 à 100 A 1,3 I n 1,6 I n 2h

101 à 160 A 1,2 I n 1,6 I n 2h

161 à 400 A 1,2 I n 1,6 I n 3h

Les circuits de distribution électrique 54


Courbe des temps de fusion

Protection des moteurs, fusible ou disjoncteur ?


La protection d'un moteur contre les surcharges est réalisée par un relais thermique.
La protection de la ligne du moteur et des appareillages contre les courts-circuits se fera par fusibles.
Le tableau ci-dessous indique les différents calibres de cartouches aM ou gG à associer au relais
thermique en fonction de la puissance du moteur.

Fusible aM ou gG ?
Les avantages de la cartouche aM sur la cartouche gG sont les suivants :
 La taille de l’aM plus réduite.
 L’aM supporte mieux les surcharges répétées.
 L’aM à un coût moindre.
 L’aM à une meilleure limitation de la contrainte thermique.et du courant de court-circuit

Cas des moteurs à démarrages fréquents ou à démarrages difficiles :


Dans le cas de moteurs à démarrages fréquents, il faut prendre le calibre supérieur à celui indiqué dans
les tableaux (voir chapitre « Données Techniques ») sous réserve que l'association entre cartouche et le
disjoncteur reste compatible.

Il est conseillé, en cas de fusion d'une seule cartouche aM, de remplacer les trois cartouches à cause de
l’échauffement anormal des autres fusibles.

Les circuits de distribution électrique 55


Taille des cartouches fusibles suivant le calibre (CEI 269-2)

Dimensions Tension PdeC


Type Calibres (A) Cartouches
(mm) (V) (kA)
1,5
5 X 20 F 250 0,2 - 0,5 - 0,63 - 1 - 1,25 - 1,6 - 2 - 2,5 - 3,15 - 5 - 6,3 - 10

6 ,3 X 23 4 250 6 2-4-6

8,5 x 23 4 250 6 21-41-61-101

10,3 x 5,8 4 250 6 61-101-161


cylindriques
4 400 20 0,5 - 1 - 21 - 41 - 61 - 81 - 101 - 121 - 161 - 201 – N
8,5 x 31,5 gG 400 20 1 - 21- 41 - 8 -101-12 -161--N
aM 400 20 1-2 -4-6-8- 10- N
10,3 x 31,5 4 400 20 161- -201- -25
4 gG
400 20 321 – N
(MPC)
10 x 38 500 100 0,5 - 1 - 21 - 41 - 61 - 81 - 101 - 121 - 161 - 201 - 251 – N
aM
500 100 0,25 - 0,50 - 1 - 2 - 4 - 6 - 8 - 10 - 12 - 16 - 205 - 255 - N
(MPC)
gG
(HPC) 500 100 2 - 42 - 62 - 102 - 162 - 202 - 252 - 322 - 402 - 502 - N 1 - 22 - 42
14 x 51
aM 500 100 - 62 - 82 - 102 - 122 - 162 - 202 - 252 - 322 - 402 - 452,5 - 502,5 - N
(HPC)
gG
(HPC) 4 - 6 -102 -162 -202 - 252 322 -402-502-632 -802 -1002 12525 -
500 100
aM N
22 x 58 500 100
(HPC) 162 - 202 - 252 - 322 - 402 - 502 - 632 - 802 - 1002 - 12525 - N
440 32
AD 30 - 45 - 60 - N
(EDF)
gG/gL 500 120 250 - 320 - 350 - 400 - 500 - 630 - 800 - 1000 - 1250 - 1600 - N
Taille 00 aM AD 500 120 250 - 320 - 400 - 500 - 630 - 800 - 1000 - 12505 - N
(EDF) 440 32 45 - 60 - 90 - N
gG/gL 500 120 633 - 803 - 1003 - 1253 - 1603 - 2000 - N
Taille 0
aM 500 120 633 -803 -1003 -1253- 1603 -N
à couteaux
gG/gL 500 120 1253-1603-2003-2503-N
Taille 1
aM 500 120 1253-1603-2003-2503-N

gG/gL 500 120 2003-2503-3153-4003-N


Taille 2
aM 500 120 2003 -2503 -3153- 4003 -N

gG/gL 500 120 5003 - 6303 - N


Taille 3
aM 500 120 5003 - 6303 - N

gG/gL 500 120 6303 - 8003 - 10003 - 12503 - N


Taille 4
aM 500 120 6303 - 8003 -10003 -25035-N

Les circuits de distribution électrique 56


Tableau donnant la valeur de lb * suivant le calibre du fusible.

Calibre In 2 4 6 8 10 12 16 20 25 32 40 50 63

I de fusion If 4,2 84 11,4 15,2 19 21 25 35 43,8 51,2 64 80 101

I b = max
admissible If /1,45 2,9 5,8 7,9 10,5 13 14,5 19,3 24 30,2 35,3 44 55 70
par le câble

Calibre In 80 100 125 160 200 250 315 400 500 630 800 1000

I de fusion If 128 160 200 256 320 400 504 640 800 1008 1280 1600
Ib = max
admissible If /1,45 88 110 138 176 220 276 348 441 552 695 883 1103
par le câble

* Le courant lb est le courant d'emploi maximal pour lequel le câble doit être protégé. C'est le courant
admissible par le câble en régime permanent

I n : calibre de la cartouche fusible


I f : courant conventionnel de fusion de la cartouche fusible.
I e = I f /¨1,45 : courant admissible par le câble en régime permanent

Les circuits de distribution électrique 57


Tableau de sélection des cartouches fusibles pour la protection des moteurs asynchrones triphasés

Moteur Calibres et type de cartouches


230 V tri 400 V tri 500 V tri 10x38 14 x 51 22 x 58 T. 00 T, 0 T. 1 T. 2 T, 3 T. 4
kW ch In A kW ch In A kW ch In A gG aM gG aM gG aM gG aM gG aM gG aM gG aM gG aM gG aM
0,37 0,5 1,03 0,75 1 1 ,5 4 2 4 2
0,37 0,5 1 ,8 0,75 1 2 1,5 2 2,6 6 4 6 4
0,75 1 3,5 1,5 2 3,5 2,2 3 3,8 8 4 4
1,1 1,5 4,4 2,2 3 5 3.7 5 5,9 12 6 6
1,8 2,5 7 3 4 6,6 1 5,5 6,5 16 8 16 8 16 .
2,2 3 8,7 4 5,5 8,5 5,5 7,5 9 20 10 20 10 20 .
3 4 11,5 5,5 7,5 11,5 7,5 10 12 25 12 25 12 25 . 25
4 5,5 14,3 7,5 10 15,5 11 15 18,4 . 20(1) 32 20 32 20 32 20
5,5 7,5 20 11 15 22 15 20 23 . 25'(1) 50 25 50 25 50 25
7,5 10 27 15 20 30 18,5 25 28,5 . 32 50 32 50 32
10 13,5 35 18,5 25 37 25 34 39,4 . 40 63 40 63 40 63 .
11 15 39 22 30 44 30 40 45 . 50 (1) 80 50 80 50 80 .
15 20 52 25 34 51 40 54 60 100 63 100 63 100 63
18,5 25 64 30 40 60 45 60 65 125(1) 80 125 80 125 80 125 .
22 30 75 37 50 72 51 70 75 . 80 125 80 125 80 125 .
25 35 85 45 60 85 63 109 89 100 160 100 160 100 160 .
30 40 103 55 75 05 80 110 112 125(1) . 125 200 125 200 125 200 .
45 60 147 75 100 138 110 150 156 . 160 250 160 250 .
55 75 182 90 125 170 132 180 187 . 200 315 200
75 100 239 110 150 205 160 220 220 . 250 400 250
80 160 260 132 180 245 220 300 310 . 315
90 125 295 160 218 300 . 315
110 150 356 200 270 370 250 340 360 . 400
132 180 425 250 340 475 335 450 472 . 500
160 218 520 315 430 584 450 610 608 . 630
220 300 710 400 550 750 500 660 680 800

Les circuits de distribution électrique 58


Longueurs maximales (en mètres) des canalisations triphasées 400v en fonction des sections de conducteurs
et des fusibles de protection Gg
mm2Section en

Courant assigné des coupes circuits à fusibles Gg en Ampères

16 20 25 32 40 50 63 80 100 125 160 200 250 315 400 500 630 800 1000

1,5 99/113 86/87 40/59 21/29 13/16 7/9

2,5 134 110/123 67/84 41/51 25/33 13/20 8/11

4 183 139 108/119 67/84 46/58 24/32 14/17 7,3/10

6 214 165 139 94/113 55/70 33/41 20/27 10/14

10 275 226 172 130 90/108 57/70 30/41 17,5/23

16 283 217 168 128 86/95 53/65 30/67

25 336 257 197 155 118 73/87 42/52

35 367 283 220 172 134 59/71 48/61

50 379 299 229 179 136 93/112 58/74

70 441 336 269 202 134 124 55/71

95 472 367 278 215 172 09/125 63/87

120 482 346 268 215 145 09/128 52/70

150 483 373 283 231 151 124 79/95

185 441 336 273 185 147 107

240 504 315 215 172 126

Les circuits de distribution électrique 59


Représentation graphique des éléments de canalisations
électriques

Conducteur de phase

Conducteur de neutre

Conducteur de terre

5 conducteurs (3 phases, neutre, terre)


dans les schémas unifilaires

Compteur d’énergie active en Wattheures

Compteur d’énergie réactive en Varheures (Volt


ampère par heure)

Ampoule à incandescence

Tube d’éclairage à fluorescence

Moteur
M M symbole général, moteur asynchrone triphasé, à
courant continu excitation parallèle
3~

Sonnerie

Résistance

Nouveau symbole

Ancien symbole

Bobine (self, inductance))

Nouveau symbole

Les circuits de distribution électrique 60


Ancien symbole

Impédance

Eclairage de sécurité sur circuit de sécurité

Bloc de sécurité autonome

Condensateur

Boîte de dérivation,

Croisement de fils avec et sanza connexion,


dérivation

Autotransformateur

Transformateur

Transformateur triphasé étoile triangle

Batterie de piles ou d’accumulateurs

Générateur, symbole général

Sectionneur

Les circuits de distribution électrique 61


Interrupteur, contact à fermeture

Interrupteur contact à ouverture

Disjoncteur

Disjoncteur équipé d’un relais différentiel

Symbole des relais thermique / magnétique /


magnéto thermique équipant un disjoncteur

Contacteur
(contacte de commande)

Fusible

Rupteur
(contact de commande)

Eclateurs
Simple,
Double intervalle

Les circuits de distribution électrique 62


Limiteur de surtension

Parafoudre

Fiche de prise de courant et socle de prise de


courant

Fiche et prise associés

Les circuits de distribution électrique 63


La cellule Haute Tension

Transformateur HTA

Il reçoit par le réseau la haute tension -


(HTA) qui va de 1 000 à 5000 volts
alternatifs

Il transforme la HTA en BT : 230 / 400


volts alternatifs.
Ses dimensions sont proportionnelles à
la puissance de l’installation industrielle.

Fusibles HTA

La figure ci contre représente les


cartouches fusibles HTA

Disjoncteur HTA

La figure ci contre représente un


disjoncteur à huile. L’huile est utilisée
pour « étouffer » l’arc électrique au
moment de l’ouverture.

Les circuits de distribution électrique 64


Poste de livraison HTA de Merlin Gérin SM6 (extrait)
Ces pages décrivent à titre d’exemple une cellule HTA de Merlin Gérin

Présentation
Les cellules SM6 permettent de réaliser la partie HTA des postes de transformation HTNBT de
distribution publique et des postes de livraison ou de répartition HTA jusqu'à 24 kV, pour un
calibre de 400 A.
Au-delà de ses caractéristiques techniques, SM6 apporte une réponse aux exigences en matière
de sécurité des personnes, de facilité d'installation et d'exploitation, et de respect de
l'environnement.
Les cellules SM6 sont conçues pour les installations intérieures (IP2XC).

Les cellules sont composées de 5 compartiments distincts séparés par des cloisons métalliques ou
isolantes:
1) appareillage: interrupteur-sectionneur et sectionneur de terre dans une enveloppe remplie de SF6 et
répondant au "système à pression scellé".
2) jeu de barres: en nappe permettant une extension à volonté des tableaux et un raccordement à des
matériels existants.
3) raccordement: accessibilité par face avant, sur les bornes inférieures de l'interrupteur (cellule lM) ou
sur les porte-fusibles inférieurs (cellules PM et aM). Ce compartiment est également équipé d'un
sectionneur de terre en aval des fusibles HTA pour les cellules de protection.
4) commande: comporte les éléments permettant de manœuvrer !'interrupteur et le sectionneur de terre
ainsi que la signalisation correspondante (coupure certaine).
5) contrôle: pour l'installation d'un bornier (option motorisation), de fusibles BT et de relayage de faible
encombrement.
Un caisson ou un compartiment complémentaire peut être ajouté si nécessaire à la partie supérieure de la
cellule.
En option, les cellules interrupteur (lM) peuvent recevoir une motorisation
Sûreté d'exploitation
La technologie SM6 apporte une sécurité renforcée:
 l'enveloppe isolante de l'appareil (interrupteur-sectionneur), du type "système à pression scellée" à
faible pression relative: 400 hPa (0,4 bar); la qualité de l'étanchéité, vérifiée en usine, est conforme
aux recommandations de la CEI
 l'interrupteur rotatif à 3 positions est actionné par un mécanisme dont la vitesse est indépendante
de celle de l'opérateur; un dispositif "anti-réflexe" s'oppose à toute tentative de réouverture
immédiate après fermeture

Les circuits de distribution électrique 65


 l'indicateur de position est directement lié à l'arbre portant les contacts mobiles de l'interrupteur
(indication de la coupure certaine)
 le sectionneur de terre dispose d'un pouvoir de fermeture sur court-circuit
 la fonction sectionnement est associée à la fonction coupure
 toute surpression accidentelle serait automatiquement limitée par l'ouverture de la membrane de
sécurité
 les verrouillages répondent aux spécifications EDF et recommandations CEI.
Normes
Les cellules de la gamme SM6 répondent aux recommandations, normes et spécifications suivantes:
 recommandations: CEI 60298, 60265, 60129, 60694, 60420, 60056
 normes UTE : NF C 13-100,13-200,64-130,64-160
 spécifications EDF: HN 64-S-41 , 64-S-43.

Caractéristiques électriques
Les valeurs ci-dessous sont données pour des températures de fonctionnement comprises entre - 5 °C et
+ 40 °C et pour une installation située à une altitude inférieure à 1000 m.

tension assignée (kV) 7,2 12 17,5 24

 pouvoir de coupure maximum (calibre 400 A) 50 Hz


 courant de courte durée admissible calibre 400 A : 12,5 kA/1 s

Raccordement aux réseaux


Arrivée en double dérivation DDM Arrivée en double dérivation DDM
Equipement de base:
 interrupteur et sectionneur de terre
 jeu de barres tripolaire
 indicateurs de présence de tension
 plages de raccordement pour câbles secs
Commande CIT
 commande CIT motorisée
 inter verrouillage électrique
 indicateurs de télécommande
 interrupteur de neutralisation

Les circuits de distribution électrique 66


Protection par interrupteur-fusibles
Combiné interrupteur-fusibles QM

Equipement de base:
 Equipement de base:
 interrupteur et sectionneur de terre
 jeu de barres tripolaire
 indicateurs de présence. de tension
 plages de raccordement pour câbles secs
 sectionneur de terre aval
 commande CI1
 équipement pour 3 fusibles
 à percuteur UTE ou DIN
 signalisation mécanique de fusion fusibles

Les transformateurs proposés


Minera, transformateur immergé à remplissage total

Les transformateurs immergés Minera sont des


transformateurs de distribution HTA/BT de 100 à 2500 kVA
jusqu'à 24 kV, à refroidissement naturel dans l'huile
minérale.
Ils correspondent à la spécification suivante:
 transformateur triphasé 50 Hz
 immergés dans l'huile minérale
 installation à l'intérieur
 étanches à remplissage total (ERT)
 couvercle boulonné sur cuves à ondes
 refroidissement naturel type ONAN
 traitement et revêtement anti-corrosion standard
 teinte gris RAL 7033.
Equipement de base:
 un commutateur de réglage cadenassable,
manœuvrable hors tension (situé sur le couvercle)
 des traversées embrochables HTA 250 A/24 kV
 des traversées BT (porcelaines jusqu'à 160 kVA,
passe-barres à partir de 250 kVA) . les accessoires
habituels (emplacements de mise à la terre, orifice
de remplissage, anneaux de levage et de
décuvage, galets de roulement, plaque
signalétique).
Normes
Ces transformateurs sont conformes à la norme NF C 52-
112-1 (juin 1994) harmonisée avec le document HO 428 81
du CENELEC
Options:
 système de verrouillage des
traversées embrochables (serrure
non fournie)
 capot BT plombable (possible avec
traversées embrochables côté HTA
et traversées passe-barres côté BT)
 relais de protection, thermomètre,
etc.

Les circuits de distribution électrique 67


Trihal, transformateur sec enrobé

Les transformateurs Trihal sont des transformateurs de


distribution HTA/BT de 160 à 2500 kVA jusqu'à 24 kV, à
isolement dans l'air et dans la résine époxyde.
Ils correspondent à la spécification suivante:
 transformateur triphasé 50 Hz
 type sec, enrobé et moulé sous vide dans une
résine époxyde ignifugée
 classe thermique F
 installation à l'intérieur
 refroidissement naturel type AN
 traitement et revêtement anti-corrosion standard
 teinte gris RAL 9002.
Equipement de base: Ils sont livrés en 2 versions:
 des barrettes de commutation des  sans enveloppe de protection (IPOO)
prises de réglage, manœuvrables  avec enveloppe métallique (protection IP31, IK7).
hors tension (sur la partie active)
 des barres de couplage HTA, avec Normes
prises de raccordement sur câbles Ces transformateurs sont conformes aux normes:
ou traversées embrochables  NF C 52-100 (août 1990) harmonisée avec les
 les plages de raccordement BT documents du CENELEC
 les accessoires habituels  (HO 398-1 à 398-5)
(emplacements de mise à la terre,  NF C 52-115 (1994) et NF C 52-726 (1993)
anneaux de levage, trous de halage harmonisée avec les documents du CENELEC
sur le châssis, galets de roulement, (HO 538-1 81 et HO 464 81)
plaque signalétique). Options:  IEC (76-1 à 76-5, 726 édition 1982, 905).
 protection thermique Z.

Les circuits de distribution électrique 68


Les fusibles HTA Soléfuse
Présentation
Les Soléfuse sont des fusibles à haut pouvoir de
coupure, limiteurs de courant, utilisés sur les
réseaux HTA 7,2 à 32 kV.
Ils sont destinés à réaliser la protection:
 des transformateurs
 des réseaux de distribution
 des récepteurs haute tension contre les
défauts importants pouvant survenir, soit:
o 0 sur les circuits HTA
o 0 sur les circuits BT, en cas de
défaillance de protection BT ou
d'incident en amont de ces
protections.
Prévus pour une utilisation en intérieur, ils sont ou
non munis d'un percuteur servant d'indicateur de
fusion.

Normes
Les fusibles Soléfuse répondent aux exigences
des normes internationales suivantes: .
 CEI 282-1 787
Description
 UTE C 64-200, C 64-210
les essais de vieillissement des fusibles sont
Les fusibles Soléfuse comportent:
effectués suivant la norme CEI 644.
 une enveloppe en composite (tissu de verre
imprégné) évitant, grâce à son excellente
tenue, tout risque de fragmentation lors de la
coupure ou de la manutention
 des éléments fusibles (ruban d'argent pur)
 un garnissage de sable de silice
 un percuteur fourni en option.

L’optimisation de leur conception apporte un progrès


important dans la protection des installations par:
 d'excellentes caractéristiques de fusion du
ruban d'argent pur
 la parfaite extinction de l'arc obtenu par le fort
pouvoir d'absorption thermique du sable de
silice
 Ie montage de l'élément fusible soudé sur les
calottes d'extrémités et l'homogénéité du
garnissage de sable de silice.

Les circuits de distribution électrique 69


Les fusibles Soléfuse répondent intégralement à la norme UTE C 64-210 qui fixe notamment le niveau de
surtension à :
75 kV crête pour Un = 24 kV, et
38 kV crête pour Un = 12 kv.

Courbes de fusion
Courbes moyennes de fusion de chaque calibre de fusible. La tolérance sur le courant 1 est de +/- 1 0 %

Choix des fusibles et dimensions


La mise sous tension, à vide ou en charge, des transformateurs provoque toujours une importante pointe de
courant à l'enclenchement.
Les fusibles Soléfuse sont conçus pour supporter ce fort courant d'appel. Leur calibre est toujours supérieur
à la valeur du courant nominal du transformateur. Tension de service et puissance du transformateur
déterminent le calibre des fusibles à mettre en œuvre.

Détermination de la référence
S'il n'est pas possible d'associer au couple tension de service et calibre, une référence du fusible, prendre la
référence correspondant:
 au calibre désiré

Les circuits de distribution électrique 70


 à la tension de service supérieure la plus proche.
Exemple: Us = 11 kV, ln = 43 A, choisir la référence 55856 qui correspond à une tension de 24 kv.

Remplacement des fusibles


Lorsque l'élimination d'un défaut se traduit par la fusion d'un (ou deux) fusible(s), le remplacement est
souvent limité aux seuls éléments fondus.

Or, les caractéristiques des fusibles demeurés apparemment sains sont généralement affaiblies par les
contraintes provoquées par le court-circuit. Une remise en service dans ces conditions entraîne un risque de
fusion intempestive pour des surintensités de valeur très faible.

Les normes CEI et UTE recommandent, dans ce cas, de remplacer le jeu complet de fusibles.
Calibre des fusibles

Dimensions
Les dimensions des Soléfuse sont identiques quels que soient la tension ou le courant nominal.
Elles respectent la norme UTE C 64-200.
Le graphique indique l'effort exercé par le percuteur en fonction de la position qu'il occupe par
rapport à sa course totale.

Les circuits de distribution électrique 71


Le TGBT Tableau général Basse Tension
Le tableau général comprend tous les disjoncteurs, programmateurs,horloges,contacteurs ...
,que l'installation demande afin que la protection des personnes soit la plus sûre possible.

TGBT d’une installation industrielle

Eléments de TGBT montés sur rails

Disjoncteur équipé d’un relai magnéto


thermique sur les 3 phases

Symbole du relais

Les circuits de distribution électrique 72


Disjoncteur pour petites installations

Relais de protection thermique s’ajoutant


à un disjoncteur ou à un contacteur

Borniers pour connecter les départs


de câbles électriques

Interrupteurs et sectionneurs montés


sur rails

Fusibles cartouche et porte fusibles


montés sur rails

Quelques autres modèles de


fusibles

Les circuits de distribution électrique 73


La supervision d’installation BT

Composition d’une installation supervisée


Les installations supervisées permettent d’optimiser et contrôler en permanence une installation
électrique industrielle. Ce contrôle doit pouvoir se faire à distance en faisant transiter les mesures
par des bus industriels.

Avantages d’un système de supervision

Diminuer la consommation d'énergie


Economiser l'énergie : analyser les tendances d'utilisation, sensibiliser les utilisateurs
aux coûts, affecter les coûts en interne.
Réduire les coûts d'énergie : gérer les crêtes de consommation, optimiser le contrat
d'énergie, améliorer le facteur de puissance, délester automatiquement.
Faciliter l'exploitation du réseau
Assurer la qualité de l'énergie : détecter par anticipation les problèmes, diagnostiquer
des perturbations dues aux harmoniques, surveiller les courants de neutre.
Exploitation et maintenance : identifier la capacité disponible, connaître le réseau en
temps réel, maintenir préventivement, éditer des rapports.
Augmenter la disponibilité d'alimentation
Fiabiliser : détecter des perturbations de tension, assurer le transfert de sources
automatiquement, surveiller le plan de protection, gérer le plan de maintien des charges,
reconfigurer le réseau suite à un défaut.
Minimiser les coupures : diagnostiquer les défauts du réseau, aider à la résolution des
problèmes, gérer le réseau à partir d'un site à distance.
Améliorer la sécurité de l'exploitant

Architecture d’un réseau électrique avec supervision (Merlin Gérin)

Les circuits de distribution électrique 74


Architecture type d'une installation supervisée
Une installation supervisée comporte typiquement 3 sortes de connexions :
■ le bus interne sur lequel sont connectés les différents appareils communicants.
■ le bus ModBus, largement implanté dans le monde des automates et des superviseurs. Il est destiné à
ouvrir le système de gestion de l'installation électrique Digipact vers un équipement de type :
 PC équipé d'un logiciel de supervision,(exemple SMS)
 automate programmable,
 système de Gestion Technique Centralisée (GTC),
 système de Gestion Technique du Bâtiment (GTB),
■ la filerie traditionnelle que l'on place entre l'interface SC150 et les contacts auxiliaires et bobines de
commande des disjoncteurs. Cette filerie se place aussi entre le réseau et les appareils de mesure.

Exemple d'installation de supervision en armoire


1 - Centrale de mesure PM500 (décrite ci-après)
2 - Module de commande locale et de signalisation CLS150 Il commande un disjoncteur en face
avant de tableau et en signale l'état de fonctionnement.
3 - Contacts et télécommande communicants pour disjoncteur Compact NS.
4 - Interface de signalisation et de commande SC150. C'est une interface entre les informations fils à fils du
disjoncteur et le bus interne.
5 - Concentrateur de données DC150. Il centralise les données circulant sur le bus interne. Il fait
fonctionner ce bus (adresses, alimentation...) et lui permet d'échanger des informations avec le
superviseur.
6 - Bloc de jonction.

Les circuits de distribution électrique 75


Le logiciel d'exploitation SMS
Ce logiciel SMS s'installe sur un superviseur de type PC. Il exploite les informations fournie par
les centrales de mesure et d'autres équipements communicants. Il offre à l'exploitant la
possibilité de gérer précisément son installation électrique.

Ecran de contrôle du PC avec le logiciel SMS

Les circuits de distribution électrique 76


Fonction, utilisation d’une centrale de mesure de tableau BT
Une centrale de mesures concentre en un seul boîtier compact 96 x 96 mm, toutes les mesures
nécessaires à la surveillance d'une installation électrique.

Elle remplace avantageusement les indicateurs analogiques.


Elle est en général de conception modulaire : l'utilisateur achète les fonctions qui lui sont utiles.
Evolutive, elle peut être équipée après coup de ses modules optionnels sur site, pour répondre à
de nouveaux besoins ou pour étaler les investissements.

Centrales de mesures Power Meter PM500 de Schneider


Applications
■ mesure pour tableau électrique,
■ sous-comptage / allocation des coût,
■ surveillance à distance de l'installation,
■ surveillance des harmoniques (THD).

Mesures effectuées (extrait du catalogue Schneider)

Mesures efficaces instantanées


courant (phase et neutre)
tension, fréquence (simple et composée)
puissance active, réactive, apparente (totale et phase par phase)
facteur de puissance (total et phase par phase)
Mesure des énergies
énergie active, réactive apparente
mode d'accumulation paramétrable (entrant / sortant)
Mesure des valeurs moyennes
courant (valeur actuelle et max)
puissance active, réactive, apparente (valeur actuelle et max)
paramétrage du mode de calcul (fixe / glissant)
synchronisation de la fenêtre de mesure
Mesure de la qualité de l'énergie
taux de distorsion harmonique (courant et tension)
Caractéristiques électriques
type de réseau BT et HT, alternatif trphasé (3P, 3P + N), biphasé et monophasé
type de mesure efficace vraie jusqu'a l'harmonique 31
Précision
courant et tension : 0,5 % de la valeur lue
puissance : 1 % de la valeur lue
fréquence : 0,1 %
facteur de puissance 1 % de 0,8 capacitif à 0,5 inductif
énergie active : classe 1 selon CEI 61036
énergie réactive : classe 2 selon CEI 61268
période de rafraîchissement 1 s (temps entre deux mesures)
caractéristiques tension mesurée 0 à 480 CA (en direct)
entrée tension 0 à 400 kV CA (avec TP externe)
plage de mesure 0 à 1,5 Un
plage mesure fréquence 45 à 65 Hz

Les circuits de distribution électrique 77


Délester avec un compteur électronique EDF

Le câblage de cette installation est simplifié par l’utilisation d’un délesteur DSE4 :
celui-ci à partir de l’information de dépassement de puissance (via le compteur électronique) déleste
les circuits de chauffage par les fils pilote. Un simple interrupteur de commande coupe l’alimentation
des fils pilote donnant ainsi l’ordre d’arrêt du chauffage.
En cas de non utilisation de chauffage par fil pilote, le DSE peut commander (sélecteur en face
avant de produit) des contacteurs de puissance pour l’alimentation du chauffage (idem circuit
chauffe-eau).

Produits utilisés pour cette installation


 DB90
 ID'clic
 Déclic
 DSE 4
 CT-HC
 interrupteur I

Les circuits de distribution électrique 78


.

Installer un sous-comptage chauffage avec un compteur EDF


électromécanique

Le CEch est un indicateur qui permet d’estimer la consommation d’une partie d’installation
monophasée (chauffage, eau chaude...).
Le contact de sortie EDF donne l’information au CEch sur le changement de période tarifaire.

Produits utilisés pour cette installation


 CEch
 ID'clic 40
 Déclic 2 A
 Déclic 25 A

Les circuits de distribution électrique 79


Réaliser un branchement tarif jaune
Sectionnement à coupure visible :
 indispensable pour toute
installation nouvelle (NF C 14-100)
 réalisable en associant au
disjoncteur de branchement un
interrupteur-sectionneur INV,
verrouillable et manoeuvrable par
le client et par EDF.
L'interrupteur sectionneur INV et le
disjoncteur Compact peuvent être
assemblés ou reliés par des
connexions (en bornes souples
testées).
Le disjoncteur de branchement
Compact NS est destiné aux clients
"tarif jaune" qui ont souscrit une
puissance de 36 à 250 kVA.

Le contrôle de la puissance absorbée


par rapport à la puissance souscrite
(cas de l'EJP ou des contrats à
dénivelée de puissance) s'effectue soit
:
 par un disjoncteur de branchement
AB à déclencheurs préréglés (cas
de l'application)
 soit par un contrôleur de puissance
ou compteur électronique, avec un
Compact NS de branchement de
type normal en tête d'installation.

Le Compact NS de branchement peut


recevoir tous les auxiliaires du
système Compact : bloc Vigi,
déclencheur voltmétrique,
télécommande...

En aval du branchement :
 le C120 peut être remplacé par un disjoncteur Compact NSA160 ; son pouvoir de
coupure plus élevé lui permet de couper des courants de court-circuit u 10 kA ; il
s'installe sur rail symétrique avec une réhausse pour l'appareillage Multi 9
 les interrupteurs INS permettent la commande d'arrivée de coffrets divisionnaires
contenant de l'appareillage modulaire ; ils se montent sur rail symétrique.

Produits utilisés pour cette installation


 Vigicompact NS250N STRAB
 Interrupteur- sectionneur INV 250
 C120H 125 A
 C60N 63 A
 C60N 40 A
 INS 40 A
 INS 63 A

Les circuits de distribution électrique 80


La compensation de l’énergie réactive

Description du problème

S : puissance apparente
P : puissance active
Q : puissance réactive
 : déphasage entre la puissance apparente et la
puissance active. Ce déphasage est le même que
celui entre le courant et la tension.

De nombreux récepteurs (transformateurs, moteurs, climatiseurs, ballasts de tubes fluorescents...)


consomment de l'énergie réactive. Compenser l'énergie réactive, c'est fournir cette énergie à la place du
réseau de distribution par l'installation d'équipements de compensation.

Les avantages qui en résultent se traduisent par:


 une économie sur les équipements électriques, par une diminution
 de la puissance appelée
 une augmentation de la puissance disponible au secondaire des transformateurs . une diminution
des chutes de tension et des pertes Joule dans les câbles
 une économie sur les factures d'électricité, en supprimant les consommations excessives d'énergie
réactive (tarif vert).
La tangente  est un indicateur de consommation d’énergie réactive.

Q( puissance réactive) P( puissance active)


tg  cos  
P ( puissance active) Q ( puissance réactive)

Q en kvar
P en kW

Intérêt d'un bon cos 

Augmentation de la puissance disponible au secondaire du transformateur.


Soit un transformateur d'une puissance nominale de 400 kV A sous 400 V au secondaire dans une
installation de 300 kW :
 si cos  = 0,75 la puissance consommée sera S = P/cos soit 400KVA / 0,75 = 533KVA
 si cos  = 0,93 la puissance consommée sera S = 300 kW/0,93 = 322,58 KW ce qui donne une
réserve de puissance de +20%

Diminution du courant véhiculé dans l'installation en aval du disjoncteur BT, ceci entraîne la
diminution des pertes par effet Joule dans les câbles où la puissance consommée est P = RI 2
Le courant véhiculé :
 si cos  = 0,75 il sera de I = P/ U 3 cos  : = 300 kW/ 0,4 kV x 3 x 0,75 = 578 A

 si cos  = 0,93 il sera de I = P/ U 3 cos  : = 300 kW/ 0,4 kV x 3 x 0,93 = 465 A ce qui
donne une diminution du courant véhiculé de 20%

Diminution des chutes de tension dans les câbles en amont de la compensation.

Les circuits de distribution électrique 81


La compensation d'énergie réactive et ses avantages

Suppression de la facturation des consommations excessives d'énergie réactive


Pour le fournisseur d’énergie (EDF, …) l'énergie réactive surcharge les lignes, alternateurs et
transformateurs. En ce qui concerne la France, EDF a choisi de facturer la fourniture d'énergie réactive
en moyenne tension au même prix que la fourniture d'énergie active.
Le seuil de facturation qui est cos  = 0,93 ou tg  = 0,4 est destiné à inciter les clients à s'équiper de
condensateurs.

Le principe de facturation EDF pour surconsommation de kvar est:


 applicable du 1er novembre au 31 mars
 tous les jours sauf le dimanche
 de 6 heures à 22 heures

Compensation en Tarif Vert (puissance souscrite> 250 kVA (France)


L'abonné Tarif Vert est propriétaire du poste de transformation HTA/BT où est effectuée la livraison de
l'énergie électrique.

Le comptage est en BT si :
 le transformateur de puissance est unique avec une puissance P supérieure à la limite 250 kV A
du Tarif Vert, sans excéder 1250 kV A :
250 kVA < P =< 1250 kVA
Le comptage est en HT A si :
 le transformateur de puissance est unique avec P > 1250 kV A
 l'abonné utilise au minimum 2 transformateurs de puissance HT A/BT.

Quel que soit le mode de comptage, pour chaque mois de l'hiver tarifaire (de novembre à mars) la facture
d'électricité d'un abonné tarif vert fait apparaître:
 la quantité d'énergie réactive consommée dans le mois pendant les heures pleines ou heures de
pointe (hors heures creuses)
 la tangente  moyenne du mois (rapport de l'énergie réactive sur l'énergie active)
tangente  = Energie réactive / Energie active

La tangente  est mesuré par EDF:

En comptage en HT A, réalisé au point de livraison en amont du transformateur, c'est le rapport des


consommations d'énergie réactive et active du mois.
Vu côté HT A, il est donc nécessaire de respecter:
Une tangente  = < 0,4 (soit cos  _ 0,93) pour échapper aux pénalités

En comptage en BT, réalisé en aval du transformateur HTA/BT :


EDF prend en compte la consommation d'énergie réactive du transformateur situé en amont des
batteries de condensateurs. Ce terme est pris forfaitairement égal à 0,09. Vu côté BT, il est donc
nécessaire de respecter:
 tangente  =< 0,4 - 0,09 * c'est-à-dire:
 tangente  =< 0,31 (soit cos =< 0,955) pour échapper aux pénalités.

* 0,09 est une majoration forfaitaire pour les pertes dans le transformateur

Une partie des kvar est fournie «gratuitement» en franchise (40 % de l'énergie active consommée) et
correspond à une tangente  primaire de 0,4 (cos <p = 0,93).
Le dépassement fait l'objet d'une facturation complémentaire.

Pour chaque mois de l'été tarifaire (d'avril à octobre) EDF fournit l'énergie réactive gratuitement.

En conclusion:

Les circuits de distribution électrique 82


 plus l'installation consomme de l'énergie réactive, plus le facteur de puissance (cos  ) est faible
et plus la tangente  est élevée
 plus le facteur de puissance est faible, plus il faut appeler sur le réseau une puissance importante
pour aboutir au même travail utile.

D'où l'intérêt pour l'abonné Tarif Vert d'installer un équipement de compensation qui optimise son
installation en réduisant sa consommation d'énergie réactive dans la limite de non pénalité:
tangente  =< 0,4 (soit cos  >= 0,93)

Compensation en Tarif Jaune (puissance souscrite 36 à 250 kVA)


Pour l'abonné Tarif Jaune:
 le transformateur de puissance n'appartient pas au client
 le comptage s'effectue en BT
 la puissance est souscrite en kV A.

L'énergie réactive n'est pas facturée, mais la puissance utile maximum est limitée par la puissance
souscrite en kV A.

La compensation d'énergie réactive en Tarif Jaune permet:


 de diminuer la puissance souscrite en kV A de l'installation
 de réduire l'intensité tout en conservant la même puissance en kW
 d'augmenter la puissance utile de l'installation tout en conservant la même puissance utile.

Les circuits de distribution électrique 83


Comment compenser l’énergie réactive ?
Le choix d'un équipement de compensation s'effectue en fonction des critères suivants:

Puissance réactive à installer


La puissance de l'équipement Qc (kvar) se calcule de deux façons:
 à partir de l'énergie réactive facturée: facture mensuelle et feuillet de gestion(1)
 à partir de la puissance active et du facteur de puissance de l'installation:
Qc (kvar) = P (kW) x (tan  - tan  ' ’ ).
(tan  correspond au cos  de l'installation avant compensation et tan ' ’ au cos ' ’ souhaité avec
compensation).
Si Qc > 1000 kvar, il peut être envisagé de compenser au niveau moyenne et haute tension.

Compensation fixe ou automatique


Dans le cas de la compensation globale ou par ateliers, le critère de Qc/Sn permet de choisir entre un
équipement de compensation fixe ou automatique.

Le seuil de 15% est une valeur indicative conseillée pour éviter les effets
de la surcompensation à vide.

 Qc/Sn =< 15% compensation fixe


 Qc/Sn > 15% compensation automatique.

Types d'équipement de compensation


Les équipements de compensation existent en trois types adaptés au niveau de pollution harmonique du
réseau.

Le rapport Gh/Sn permet de déterminer le type d'équipement approprié:


 si Gh / Sn =< 15%, les équipements de type standard conviennent
 si Gh / Sn =< 25% et > 15%, les équipements de type H sont conçus pour supporter les
contraintes liées aux harmoniques. On utilise des condensateurs de tension de dimensionnement
470 V (réseau 400/415 V)
 si Gh / Sn =< 50%, et > 25 les équipements de type SAH comportent des condensateurs de
tension de dimensionnement 470 V associés à des selfs anti-harmoniques
 si Gh / Sn > 50%, l'installation de filtres est recommandée

1ère étape : calcul de la puissance réactive QC nécessaire

Calcul de la puissance réactive Qc nécessaire à partir de la facture d’électricité en tarif vert


 Prendre la facture EDF pour laquelle les kvar facturés sont les plus élevés entre le 1 er novembre
et le 31 mars.
 Relever la tangente  primaire (recto de la facture)
 Relever la puissance active la plus élevée en période P ou HP (au verso de cette facture)
 Appliquer la formule :
Qc = puissance atteinte (kW) x tangente  -0,4)

Calcul de la puissance réactive Qc nécessaire à partir du feuillet de gestion EDF en tarif vert

Le feuillet de gestion EDF donne la synthèse des consommations d’électricité sur l’année.
 Identifier le mois ou l’énergie réactive est la plus élevée
 Choisir la valeur la plus élevée de la puissance atteinye (kW) en période P ou HP correspondant
au même mois
 Relever la valeur de la tangente  au même mois
 Appliquer la formule :
Qc = puissance atteinte (kW) x tangente  -0,4)

Les circuits de distribution électrique 84


Calcul de la puissance réactive Qc nécessaire en tarif jaune

La compensation d’énergie réactive en tarif jaune permet de :


 Diminuer la puissance souscrite en kVA de l’installation
 Réduire l’intensité tout en conservant la même puissance utile en kW
 D’accroître la puissance utile de l’installation en conservant la même puissance souscrite

Calcul de la puissance réactive nécessaire à partir des données électriques de l’installation


 Faire les bilans de puissance active P et réactive QC de tous les appareils récepteurs de
l’installation
 Tenir compte des facteurs de simultanéité et d’utilisation
 Calculer les puissances totales P et Qc
 Calculer la tg  globale (tg  = Q/P) et la tg  à chaque station ou atelier
 Calculer la compensation nécessaire en la répartissant par niveau (cos  => 0,93)
 Comparer le bilan de puissance ainsi corrigé avec le précédent kW, kVA, cos 

Pour une puissance active donnée P (kW) la valeur de QC à installer est :


Qc = P (tg  - tg ’) = kP

tg  correspond au cos  de l’installation sans condensateur (mesuré ou estimé)


tg ’ = 0,4 correspond au cos  v= 0,93 valeur qui permet de ne pas payer les consommations
excessives d’énergie réactive

Exemple :
Puissance de l’installation : 438 kW
Cos  (secondaire transformateur) = 0,75 soit une tg  (secondaire transformateur)= 0,88 + 0,09* = 0,97
Qc = 438 kW x (0,97 – 0,4) = 250 kvar

* 0,09 est une majoration forfaitaire pour les pertes dans le transformateur

2ème étape : choix du type de compensation : fixe ou automatique

Dans le cas de compensation globale ou par ateliers, le ratio QC / SN permet de choisir.


SN est la puissance apparente (kVA) du transformateur de l’installation et QC est la puissance réactive
(kVA) de la batterie à installer
 Si QC/Sn =< 15 % : compensation fixe
 Si Ac/Sn < 15 % compensation automatique

Les circuits de distribution électrique 85


Les circuits de distribution électrique 86
3ème étape : détermination du type de batterie
Les équipements de compensation peuvent être de 3 types, adaptés au niveau de pollution
harmonique du réseau. Les harmoniques sont des tensions et courants à des fréquences
multiples de la fréquence fondamentale.

Le rapport Gh/Sn permet de déterminer le type d’équipement approprié.


 Gh : puissance apparente des récepteurs produisant des harmoniques.
 Sn : puissance apparente du transformateur
 QC : puissance de l’équipement de compensation

La figure ci-dessous montre les choix à faire en fonction de ce rapport.

Les circuits de distribution électrique 87


Les circuits de distribution électrique 88
Les condensateurs de compensation BT
Les condensateurs souvent montés en batterie permettent de compenser l’énergie réactive indésirable dans
les installations. Cette page montre quelques modèles de la gamme Merlin Gérin.

Les condensateurs BT Rectiphase


Ils sont destinés à la compensation de l'énergie réactive et
au filtrage des harmoniques.

En tarif vert, la compensation est réalisée avec les familles


de produits suivantes:
 les condensateurs fixes, d'une puissance unitaire
constante (Rectibloc, Varplus forte puissance, Varplus M)
 les batteries de condensateurs à régulation automatique
permettant l'adaptation automatique de la puissance
réactive fournie en fonction d'un cos Kp désiré et imposé
en permanence (Rectimat 2)
 les équipements de compensation en cellules Prisma,
les modules de compensation P400.
Chaque produit existe en trois types (type standard, type H
ou type SAH) pour pouvoir être installé dans tout
environnement, avec ou sans harmoniques.

Les régulateurs varmétriques Varlogic viennent compléter


cette offre: ils contrôlent l'enclenchement et le déclenchement
des batteries de condensateurs.

En tarif jaune, la compensation est réalisée avec le


Turbovar.
Des filtres d'harmoniques et des batteries de compensation
statique Thyrimat sont également disponibles pour améliorer
la qualité de l'installation électrique

Condensateurs Varplus M
Les condensateurs Varplus M permettent de couvrir une large
gamme ( (230 V à 690 V) et de puissances à partir d'un
nombre limité de référence .Leur technologie repose sur
l'utilisation d'un film polypropylène métallisé, auto cicatrisant
ne nécessitant aucune imprégnation de gaz ou de liquide. Il
offre une protection contre les types de défauts rencontrés
dans la fin de vie des condensateurs:
 la protection contre les défauts à courant fort est réalisée
par un fusible pouvoir de coupure,
 la protection contre les défauts à courant faible est
réalisée par la comb d'un surpresseur et du fusible HPC.
Quel que soit le défaut, la pression dans l'élément est
toujours limitée à un plafond bien inférieur à la pression limite
admissible.
Dans les deux cas de défaut, c'est un fusible HPC normalisé
qui coupe électrique.

Les circuits de distribution électrique 89


Régulateurs Varlogic R6, R12, RC12
Il permettent de satisfaire la grande majorité des applications
avec des caractéristiques standard:
 montage encastré ou sur rail symétrique
 accordement entre phases ou entre phase et neutre
 contact d'alarme indépendant
 quatre programmes de régulation
 sept options de gradinage.
Un afficheur de qualité permet:
 l'affichage du facteur de puissance et des gradins
enclenchés,
 la signalisation des déclenchements d'alarme,
 la visualisation des opérations de réglage et de
paramétrage.
 8 cas d'alarme peuvent être détectés et signalés à
l'afficheur.Le message d'alarme est maintenu à l'écran
après la disparition du défaut.
 La recherche automatique du ratio C/K et la signalisation
des défauts

Système Turbovar

Pour les installations électriques en Tarif Jaune (36 à 250 kVA) , le Turbovar est
un équipement constitué:
 de condensateurs de type autocicatrisants, protégés par un système Ha
(surpresseur associé à un fusible HPC) mettant hors circuit le
condensateur en cas de défaut interne
 d'un contacteur spécifique pour limiter les courants d'enclenchement
 d'un relais d'intensité qui enclenche Turbovar au-delà d'une certaine
consommation
 d'un transformateur de courant de type tore ouvrant
 d'une enveloppe métallique peinte.
Caractéristiques:
 tension assignée: 400 V, triphasée, 50 Hz
 degré de protection: 1 P 31
 température: de -5 à +40 QC, avec une moyenne 35 QC maxi sur 24 h
 classe d'isolement: 0,69 kV
 tenue 50 Hz / 1 mn : 2,5 kV
 normes: CEI 60439-1, EN 60439-1

Les circuits de distribution électrique 90


Choix du Turbovar
La sélection du Turbovar se fait
simplement à partir de la puissance
souscrite
en kVA qui figure sur la facture
d'électricité.
Le tableau ci-dessous permet une
détermination rapide du Turbovar à
utiliser
et du gain réalisé en fonction du
facteur de puissance de "installation
(cos 'f).
Il donne, en fonction de la puissance
souscrite initialement, la nouvelle
puissance à souscrire ou la
puissance active supplémentaire.

Incidences des harmoniques sur les condensateurs


Certains récepteurs (moteurs à vitesse variable, convertisseurs statiques, machines à souder, fours à arc,
tubes fluorescents...) injectent des harmoniques qui surchargent les condensateurs.
Il est alors indispensable de bien déterminer le type d'équipement de compensation:
 type standard
 type H (condensateurs surdimensionnés)
 type SAH (condensateurs surdimensionnés associés à des se Ifs de protection) comme détaillé
dans le paragraphe ci-dessous.

Qu’est ce qu’une harmonique ?


Si un signal électrique alternatif n’est pas parfaitement sinusoïdal, il y a production d’harmoniques. Les
harmoniques sont des signaux à fréquences multiples de la fréquence de base. Ils sont d’amplitude plus
faible et ils peuvent atteindre des fréquences très élevées.

Ce signal ne génère pas d’harmoniques Ce signal génère des harmoniques importantes

Les circuits de distribution électrique 91


Harmoniques générées par rapport au signal fondamental

e
nc

Amplitude
e
qu
F ré

Temps

Les circuits de distribution électrique 92


Les dispositifs parafoudres

Les parafoudres protègent les installations BT et notamment les équipements électriques et électroniques
contre les surtensions d'origine atmosphérique (foudre) et/ou industrielle lesquels peuvent être parfois très
éloignés du lieu à protéger.
Ils fonctionnent de la manière suivante :
 en l'absence de perturbations, le parafoudre est en état de veille (haute impédance). Il n'apporte
gène à l'installation ;
 en cas de perturbation, le parafoudre s'amorce et écoule ainsi des courants de chocs élevés en
limitant fortement la tension aux bornes des récepteurs.

Installation et maintenance d’un parafoudre Merlin Gérin

Réseau monophasé

Utilisa-
tion

Les circuits de distribution électrique 93


Réseau triphasé

Protection pour récepteurs sensibles (informatique,…)

Signalisation fin de vie du parafoudre.


La fin de vie du parafoudre peut être signalée de 2 façons différentes :
 voyant mécanique 1 Plus la partie rouge envahit la fenêtre, plus rapidemment il faudra remplacer le
parafoudre.,
 ouverture du disjoncteur de déconnexion associé : si le réarmement est impossible cela signale une
destruction du parafoudre, le changement du parafoudre devient impératif

Les circuits de distribution électrique 94


Les câbles
Le transport de l’énergie électrique proprement dite est assuré par des conducteurs le plus
souvent en cuivre. La section de ces conducteurs et directement proportionnelle à l’intensité qui
les traverse. La résistance obéit à la formule suivante :
R : en ohms
l L : en mètres
R  . S :section en mm²
S
 : résistivité en ohms par m/mm2

Les pertes de tension en ligne


La résistivité du cuivre est 0,018 ohms environ par m/mm 2 (longueur 1 m et section 1 mm2)

Pour un câble long de 500 mètres et de section = 1 mm 2 la résistance (quand le câble est chaud)
sera approximativement de :

0,020 (1b) x (1000mètres (1) /1 mm2 = 20 ohms


(1) en effet le courant parcours 500 m aller et 500 m retour !
(1 b) 0,020 est la résistivité « arrondie »elle est en fait de 0,01724 . mm²/ m à 20 °C

Cette valeur de 20 ohms produira une chute de tension de 2 volts (2) pour un courant de 0,1 A
consommé par un petit outil électrique. Ceci est négligeable sur un réseau de 240 volts
(2) V = R.I soit 20 ohms x 0,1 A = 2 volts

Par contre, si l’appareil consomme 10 ampères, cette chute de tension sera de 200 volts et une
puissance de 2000 watts (3) sera transformée en chaleur à l’intérieur du câble !
(3) P = V .I soit 200 V x 10 A = 2 000 watts
Il est évident qu’aucun appareil ne pourra être utilisé dans ces conditions, la quasi-totalité de
l’énergie étant consommée par le câble.

On constate que :
 la ligne absorbe une énergie non négligeable
 la longueur et la section du conducteur ont un rôle prépondérant : plus la puissance et la
longueur augmentent, plus il faut une section importante
 on pourra faire passer plus de courant dans un câble nu sur une ligne aérienne que dans
un câble isolé et enterré. En effet le câble nu a la possibilité de dissiper plus d’énergie
calorique que le câble enterré.

En général on accepte une chute de tension maximum de 5% sur une ligne électrique.

La protection des lignes


Supposons que notre câble de 500 mètres de long soit protégé par un fusible de 15 A.
Un court circuit se produit à l’extrémité du câble coté utilisation. L’intensité parcourant le câble
sera de :
240 v /20 ohms = 12 ampères
On constate que :
 L’intensité de court circuit est limitée par la résistance des conducteurs
 Le courant ne fait pas fondre le fusible, ce qui ne protège pas le câble qui continue à se
conduire comme une résistance électrique et à chauffer
 Le court circuit dégage une énergie (P=U.I) de 1 600 watts dans le câble. Cette énergie
transformée en chaleur fait fondre les isolants des conducteurs. Finalement le court
circuit finit par se produire (du fait de la disparition des isolants) plus près de la source.
La longueur de cuivre est faible, ce qui diminuera la résistance et augmente l’intensité
jusqu’à atteindre l’intensité de fusion du fusible. Le câble n’a peut être pas eu le temps
de provoquer un incendie….

La longueur d’une ligne protégée par un fusible ou un disjoncteur est limitée par des normes qui
fixent des longueurs en fonction de la protection.

Les circuits de distribution électrique 95


Les conducteurs et les câbles
Il existe une très grande variété de conducteurs et de câbles nécessaires pour satisfaire à
toutes les utilisations de l'électricité.
Le conducteur isolé: qui est un ensemble formé par une âme conductrice entourée d'une
enveloppe isolante.

Le câble unipolaire: c'est un conducteur isolé qui comporte, en plus, une ou plusieurs
gaines de protection.

Le câble multiconducteurs: c'est un ensemble de conducteurs distincts, mais


comportant une ou plusieurs gaines de protection commune.

L’âme conductrice
L’âme doit être très bonne conductrice de l'électricité pour limiter au maximum les pertes
par effet Joule lors du transport de l'énergie, d'où l'utilisation du cuivre ou de l'aluminium
(ou un alliage) qui ont tous deux une faible résistivité
 La résistivité de cuivre est : = 17,24 . mm²/ km à 20 °C
 La résistivité de l'aluminium est :  = 28,26 . mm²/ km à 20 °C

Les circuits de distribution électrique 96


La partie isolante
Elles doivent une très grande avoir une résistivité . C’est un isolant. On trouvera :
 Le PVC (polychlorure de vinyle)
 Le polyéthylène
 Le caoutchouc butyle vulcanisé (PRC)
Les isolants utilisés sont caractérisés par leur tension nominale d'isolement.
En basse tension on distingue différentes tensions nominales de câbles : 250V, 500V,
750V ou 1000V.

L’âme
Elle est caractérisée par sa section (jusqu'à 300 mm²), et par sa structure qui peut être
massive (rigide) ou câblée (souple). Les âmes câblées sont formées de plusieurs brins
torsadés. La souplesse d'un câble dépend du nombre de brins utilisé pour une même
section.

L’enveloppe ou gaine isolante :


Les caractéristiques mécaniques de l'enveloppe isolante ne sont pas toujours suffisantes
pour protéger le câble des influences externes.). Pour protéger le câble on entoure la
partie isolante d’une ou plusieurs couches de protection qui peuvent être en plomb ou
autre matériau pour assurer une protection chimique, en feuillard d’acier pour assurer une
protection mécanique, une couche d’étanchéité, une bourrage destiné à amortir les chocs,

La température maximale de fonctionnement pour les isolants est donnée par la norme
NF C 15-100 :
 Polychlorure de vinyle : 70 °C
 Polyéthylène réticulé : 90 °C

Identification et repérage :
Les conducteurs sont identifiés par leur couleur :
 Vert / Jaune pour le conducteur de terre
 Bleu clair pour le conducteur du neutre
 Les conducteurs de phase peuvent être repérés par n'importe quelle couleur
sauf Vert/Jaune, Vert, Jaune, Bleu clair
Cependant l’identification des conducteurs par leur couleur ne doit être considérée que
comme une présomption. Il est toujours nécessaire de vérifier la polarité des conducteurs
avant toute intervention.
La couleur bleu clair peut être utilisée pour un conducteur de phase si le neutre n'est pas
distribué.

Les circuits de distribution électrique 97


Dénomination des câbles :
La dénomination des conducteurs et des câbles est définie dans 2 normes :
la norme européenne CENELEC
la norme française UTE pour des câbles spécifiques non repris dans la dénomination
CENELEC.

Quelques exemples d’utilisation de câbles (PE = terre)


Ph
Ph
Ph
N PE

Ph Ph

Ph Ph
PE

Ph Ph
Ph
Ph
Ph
Ph
PE

Ph
Ph
Ph
Ph Ph
Ph
N

N PE

Les circuits de distribution électrique 98


mm2Section en
Longueurs maximales (en mètres) des canalisations triphasées 400v en fonction des sections de conducteurs
et des fusibles de protection pour fusibles Am

Courant assigné des coupes circuits à fusibles Am en Ampères

16 20 25 32 40 50 63 80 100 125 160 200 250 315 400 500 630 800 1000 1250

1,5 55/64 37/45 25/30 15/20

2,5 116 84/94 58/68 40/49 26/32 17/20

4 181 147 118 84/95 58/68 42/48 28/33 18/23

6 273 223 178 139 05/11 79/89 55/64 37/42 26/31 14/20

10 227 181 147 13/125 80/94 57/69 40/47 27/32 15/19

16 236 189 151 120 83/97 59/67 40/49 27/33 17/23

25 231 185 147 113 80/92 59/68 40/47 27/32

35 262 210 160 130 98/109 68/77 47/54 31/38 17/23

50 217 174 140 116 72/84 51/61 35/42 21/23 13/18

70 257 206 170 130 97/109 73/85 46/54 32/38 20/25

95 357 290 236 181 145 11/125 72/91 52/60 40/46

120 294 226 176 143 07/118 78/89 57/64

150 241 191 153 120 90/101 68/75

185 231 181 143 113 88/98

240 215 168 134 105

Les circuits de distribution électrique 99


Longueurs maximales (en mètres) des canalisations triphasées 400v en fonction des sections de conducteurs
et des fusibles de protection Gg ; Pour le cas particulier des réseaux en schéma TN
mm2Section en

Courant assigné des coupes circuits à fusibles Gg en Ampères

100
16 20 25 32 40 50 63 80 100 125 160 200 250 315 400 500 630 800
0

1,5 .35 31 23 18 15 11 9 7 5,5 4 3

2,5 59 51 39 30 25 19 15 12 9 7 5,5 4 3

4 95 82 62 49 40 30 25 19 15 11 9 7 5 4 3

6 142 123 94 73 60 45 37 29 22 17 13 10 8 6 4,5 3

10 237 206 156 122 100 75 62 49 37 29 22 17 13 9,5 8 5,5 4

16 379 329 250 195 160 120 99 78 59 46 36 27 21 15 12 9 6 5 4

25 592 515 391 305 250 188 155 122 93 72 56 42 32 24 19 13 10 8 6

35 830 720 547 428 350 263 217 171 130 101 78 59 46 34 27 19 13 11 8,5

50 1185 1029 782 611 501 376 310 244 186 145 112 85 65 48 39 27 19 15 12

70 1660 1440 1095 855 702 526 434 342 260 203 156 119 91 67 55 38 27 22 17

95 2250 1955 1486 1161 953 714 590 464 354 275 212 161 124 92 74 52 37 30 23

120 2845 2470 1877 1466 1203 902 745 586 447 348 268 204 156 116 94 65 29 37 29

150 2127 1662 1364 1023 844 665 506 394 304 231 177 131 106 74 63 42 33

185 1809 1484 1113 919 723 551 429 331 251 193 143 116 80 57 46 36

240 1805 1354 1117 880 670 521 402 306 235 174 140 98 70 56 44

300 1579 1303 1027 782 608 469 357 274 203 164 114 82 66 51

Les circuits de distribution électrique 100


Les circuits de distribution électrique 101
Longueurs maximales (en mètres) des canalisations triphasées 400v en fonction des sections de conducteurs
et des fusibles de protection Am . Pour le cas particulier des réseaux en schéma TN
mm2Section en

Courant assigné des coupes circuits à fusibles Am en Ampères

100
16 20 25 32 40 50 63 80 100 125 160 200 250 315 400 500 630 800
0

1,5 28 23 18 14 11 9 7 6 4,5

2,5 47 38 30 24 19 15 12 9 7,5 6 5

4 75 60 48 38 24 19 15 12 12 10 7,5 6 5

6 113 90 72 56 45 36 29 22 18 14 11 9 7 6 4,5

10 188 150 120 94 75 60 48 37 30 24 19 15 12 9,5 7,5 6 5

16 300 240 192 150 120 96 76 59 48 38 30 24 19 15 12 10 7,5 6

25 470 376 300 235 188 150 119 93 75 60 47 38 30 24 19 15 12 9,5 7,5

35 658 526 421 329 263 210 167 130 105 84 66 53 42 33 26 21 17 13 10

50 940 752 602 470 376 300 238 186 150 120 94 75 60 48 38 30 24 19 15

70 1316 1053 842 658 526 421 334 260 210 168 132 105 84 67 53 42 33 26 21

95 1780 1429 1143 893 714 572 453 354 286 229 179 143 114 91 71 57 45 36 29

120 1805 1444 1128 902 722 572 447 361 289 226 180 144 115 90 72 57 45 36

150 1636 1279 1023 818 649 506 409 327 256 205 164 130 102 82 65 51 41

185 1391 1113 890 706 551 445 356 278 223 178 141 111 89 70 56 45

240 1354 1083 858 670 541 433 338 271 217 172 135 108 86 68 54

300 1579 1264 1002 782 632 505 395 316 253 200 158 126 100 79 63

Les circuits de distribution électrique 102


Longueurs maximales de canalisation en fonction du courant assigné
pour disjoncteurs type U
Longueurs maximales en m de canalisations triphasées 230/400 V en régime TN protégées contre
les contacts indirects par des petits disjoncteurs du type U (1)
(1) Le type U ne se trouve plus que sur les anciennes installations.
Section en
mm2 (Cuivre)

Courant assigné en Ampères des disjoncteurs du type U


Courant assigné In : valeur maximale du courant permanent

15 20 25 32 38 47 60 75 95 117

1,5 45 35 27 22 18 15 12 9 7 6
2,5 75 58 46 37 30 25 20 16 13 9
4 120 93 73 59 48 40 31 25 20 16
6 186 139 110 88 73 59 47 38 29 23
10 310 232 183 146 121 98 78 63 49 39
16 496 371 292 233 194 157 125 99 78 62
25 774 580 465 365 304 246 197 156 122 97
35 1084 813 650 511 426 344 275 219 176 136
50 1471 1104 870 690 578 466 373 296 234 184
70 1626 1278 1022 852 688 550 436 344 272
95 1734 1387 1156 934 736 592 467 370
120 1742 1460 1186 929 748 590 477
150 1834 1482 1162 929 734 596

Longueurs maximales de canalisation en fonction du courant assigné


pour disjoncteurs type L
Longueurs maximales en m de canalisations triphasées 230/400 V en régime TN protégées contre
les contacts indirects par des petits disjoncteurs du type L (1).
(1) Le type L ne se trouve plus que sur les anciennes installations.
Section en
mm2 (Cuivre)

Courant assigné en Ampères des disjoncteurs du type L


Courant assigné In : valeur maximale du courant permanent

15 20 25 32 38 47 60 75 95 117

1,5 104 79 63 50 42 33 27 21 17 14
2,5 171 133 105 84 69 56 45 36 28 22
4 283 212 167 134 111 94 72 58 45 36
6 425 319 251 201 167 135 108 86 67 54
10 708 531 417 336 278 225 180 142 112 90
16 1132 850 680 534 445 360 288 .228 179 143
25 1770 1328 1062 834 695 561 450 357 279 225
35 1859 1487 1167 973 786 629 499 393 315
50 1586 1358 1068 854 659 533 427
70 - - - 1582 1238 997 786 629
95 - - - - - - 1685 1354 1067 862

Les circuits de distribution électrique 103


120 - - - - - - - 1700 1348 1089
150 - - - 1677 1362

Les circuits de distribution électrique 104


Longueurs maximales de canalisation en fonction du courant assigné
pour disjoncteurs type B
Longueurs maximales en m de canalisations triphasées 230/400 V en régime TN protégées contre
les contacts indirects par des petits disjoncteurs du type B .
Section en
mm2 (Cuivre)

Courant assigné en Ampères des disjoncteurs du type B


Courant assigné In : valeur maximale du courant permanent

6 10 13 16 20 25 32 40 50 60 80 100 125

1,5 204 123 94 77 61 49 38 31 25 19 15 12 10


2,5 341 204 157 128 102 82 64 51 41 32 26 20 16
4 545 327 252 204 164 131 102 82 65 52 41 33 26
6 818 491 377 307 245 196 153 123 98 78 61 49 39
10 818 629 511 409 327 256 204 164 130 102 82 65
16 818 654 523 409 327 262 208 164 131 105
25 818 639 511 409 325 256 204 164
35 894 716 572 454 358 286 229
50 777 617 485 389 311

Longueurs maximales de canalisation en fonction du courant assigné


pour disjoncteurs type C
Longueurs maximales en m de canalisations triphasées 230/400 V en régime TN protégées contre
les contacts indirects par des petits disjoncteurs du type C .
Section en
mm2 (Cuivre)

Courant assigné en Ampères des disjoncteurs du type C


Courant assigné In : valeur maximale du courant permanent

6 10 13 16 20 25 32 40 50 60 80 100 125

1,5 102 61 47 38 31 25 19 15 12 10 8 6 5
2,5 170 102 79 64 51 41 32 26 20 16 13 10 8
4 273 164 126 102 82 65 51 41 33 26 20 16 13
6 409 246 189 153 123 98 77 61 49 39 31 25 20
10 681 409 315 256 204 164 128 102 82 65 51 41 33
16 654 503 409 327 262 204 164 131 104 82 65 52
25 786 639 511 409 319 256 204 162 128 102 82
35 894 716 572 447 358 286 227 179 143 114
50 777 607 485 389 309 243 194 156

Les circuits de distribution électrique 105


Longueurs maximales de canalisation en fonction du courant assigné
pour disjoncteurs type D
Longueurs maximales en m de canalisations triphasées 230/400 V en régime TN protégées contre
les contacts indirects par des petits disjoncteurs du type D .
Section en
mm2 (Cuivre)

Courant assigné en Ampères des disjoncteurs du type D


Courant assigné In : valeur maximale du courant permanent

6 10 13 16 20 25 32 40 50 60 80 100 125

1,5 51 31 24 19 15 12 10 8 6 5 4 3 2
2,5 85 51 39 32 26 20 16 13 10 8 6 5 4
4 136 82 63 51 41 33 26 20 16 13 10 8 7
6 204 123 94 77 61 49 38 31 25 19 15 12 10
10 341 204 157 128 102 82 64 51 41 32 26 20 16
16 545 327 252 204 164 131 102 82 65 52 41 33 26
25 852 511 393 319 256 204 160 128 102 81 64 51 41
35 716 550 447 358 286 224 179 143 114 89 72 57
50 747 607 485 389 303 243 194 154 122 97 78

Les circuits de distribution électrique 106


Longueur maximale en mètres de canalisations triphasées 230V/400V en régime TN protégées contre les
contacts indirects par des disjoncteurs à usage général

Courant de fonctionnement instantané de disjoncteur


Section en mm2

C’est le courant de fonctionnement m qui provoque le déclenchement pour les fortes surintensités.

50 60 80 100 125 160 200 250 320 400 500 560 630 700 800
(Cuivre)

1,5 103 81 64 51 41 32 25 20 16 13 10 9 8 7 6
2,5 171 136 107 85 68 53 42 34 26 21 17 15 13 12 10
4 274 217 171 137 109 85 68 54 43 34 27 24 21 19 17
6 410 326 256 205 164 128 102 82 64 51 41 36 32 29 25
10 427 342 273 214 171 137 107 85 68 61 54 49 42
16 438 342 274 219 161 137 109 97 87 78 68
25 438 342 267 213 171 152 135 122 107
35 479 374 299 239 214 190 171 150
50 406 325 290 258 232 203
70 479 427 380 342 299
95 464 406
120
150
185
240

Les circuits de distribution électrique 107


Les circuits de distribution électrique 108
Longueur maximale en mètres de canalisations triphasées 230V/400V en régime TN protégées contre les
contacts indirects par des disjoncteurs à usage général

Courant de fonctionnement instantané de disjoncteur (Suite)


Section en mm2

C’est le courant de fonctionnement m qui provoque le déclenchement pour les fortes surintensités.

875 1000 1120 1250 1600 2000 2500 3200 4000 5000 6300 8000 10000 12500
(Cuivre)

1,5 6 5
2,5 10 8 8 7 5
4 16 14 12 11 8 7 5
6 23 20 18 16 13 10 8 6 5
10 39 34 30 27 21 17 14 10 8 7 5
16 62 55 49 44 34 27 21 17 13 11 8 7 5
25 98 85 76 68 53 43 34 27 21 17 13 10 8 7
35 136 120 107 96 75 80 48 37 30 24 19 15 12 9
50 185 162 145 130 101 81 65 50 40 32 26 20 16 12
70 274 239 214 191 150 120 96 75 60 48 38 30 24 19
95 371 325 290 260 203 162 130 101 81 65 41 40 32 26
120 469 410 366 328 256 205 164 128 102 82 65 51 41 33
150 446 398 357 279 223 178 139 111 89 71 56 44 36
185 471 422 329 264 211 165 132 105 84 66 43 42

Les circuits de distribution électrique 109


240 410 328 263 205 164 131 104 82 66 52

Les circuits de distribution électrique 110


Tableau sommaire pour le choix des sections de conducteur

D'après la norme NF C15 100, les sections des conducteurs de circuits doivent être déterminées en
fonction des puissances installées avec les valeurs minimales indiquées dans le tableau ci-dessous,
et protégées par un dispositif de protection dont le courant assigné est égal à la valeur indiquée dans
ce même tableau

Section des conducteurs Courant assigné (A)


Nature du circuit Cuivre Alum.
fusible disjoncteur
(mm²) (mm²)
Eclairage (1) 1.5 2.5 10 16
Prise de courant 10/16A (2) 2.5 4 20 25
Chauffe eau non instantané 2.5 4 20 25
Machine à laver - sèche linge 2.5 4 20 25
mono 6 10 32 40
Appareils de cuisson
triphasé 4 6 25 32
2300W 1.5 2.5 10 16
4600W 2.5 4 20 25
chauffage électrique
5800W 4 6 25 32
7300W 6 10 32 40

 (1) 8 points lumineux maxi par circuit


 (2) 8 prises maxi par circuit
Codification normalisée des câbles
Le tableau ci-dessous donne les symboles et désignations de la norme CENELEC

Symboles utilisés
Position Signification
H : harmonisé
1 Code de normalisation A : dérivé d'un type harmonisé
FNR: national mais avec une désignation
internationale

Tension de service 03 : 300


2 05 : 500 V
07 : 750 V
1 :1000V

3 Mélange de la gaine B: caoutchouc d'éthylène propylène (EPR)


R: caoutchouc naturel (Rubber)
V: polychlorure de vinyle (PVC)
X : polyéthylène réticulé (PR)
N : polychloroprène Néoprène (PCP)

4 Mélange Isolant G: matière plastique ou élastique formant


bourrage
0 : aucun bourrage
1: gaine d'assemblage formant bourrage

5 Constructions spéciales F : feuillards (UTE)


UTE
6 Nature de l’âme Pas de code: Cuivre
conductrice
S : souple

7 Symbole de l’âme U : rigide massive


R : rigide câblée
F : souple classe 5
K : souple classique (Installation fixe)
H : extra souple classe 6
Const. spéciale:
H : méplat divisible,
H2 : méplat non divisible

8 Nombre de conducteurs xx : nb de conducteurs


G : absence de conducteurs verts et jaunes
G : présence de conducteurs verts et jaunes
Xx : section des conducteurs en mm2
Exemple de représentation symbolique CENELEC

Tension nominale: Symbole du mélange Nature du métal de Composition du câble:


03: 300V maxi gaine: l’âme: 1) Nombre de conducteurs
05: 500V maxi R: caoutchouc naturel ou : cuivre 2) × : sansconducteurPE
07: 700V maxi équivalent A: aluminium G: avec conducteurPE
1: 1000V maxi V: polychlorure de vinyle 3) Section desconducteurs
(PVC) en mm²
X: polyéthylène réticulé
(PR)

H
H 05
05 V V - - F 3G
G 2,5
2,5
Type de Symbole du mélange Construction
Symbole de l’âme conductrice:
normalisation: isolant: spéciale:
U: âme rigide massive ronde
H: câble harmonisé R: caoutchouc naturel ou : câble rond
R: âme rigide câblée ronde
A: câble dérivé d’un équivalent H: câble méplat
S:âme rigide câbléesectorale
type national V: polychlorure de divisible
W: âme massivesectorale
N: câble d’un type vinyle (PVC) H2: câble
F: âme souple classe 5
national autre que X: polyéthylène réticulé méplat « non
K: âme souple classique
reconnu (PR) divisible »
H: âme extra-souple classe 6

Exemple de symbolisation UTE


Le tableau ci-dessous donne les symboles et les désignations de la norme
UTE

Symboles utilisés
Position Signification
U : national (UTE)
1 Code de normalisation
Tension de service 250 : 250 V (UTE)
2 500 : 500 V (UTE)
1000: 1000 V (UTE)

3 Isolant, Gaine interne X : caoutchouc vulcanisé


X : néoprène (PCP)
(PCP)
R : polyéthylène réticulé (PR) (UTE)
V : (PVC) (UTE)
P : plomb(UTE)
2 : gaine interne épaisse(UTE)

4 Bourrage G: matière plastique ou élastique formant


bourrage
0 : aucun bourrage
1: gaine d'assemblage formant bourrage

5 Armature métallique F : feuillards (UTE)

6 Nature de l’âme Pas de code: cuivre rigide


conductrice A : aluminium (UTE)
S : souple

La désignation peut être complétée par l'indication éventuelle d'un conducteur vert/jaune dans
le câble :
 câble sans V/J : nXS
 câble avec V/J : nGS
n : nombre de conducteurs
S : section des conducteurs
Choix des câbles
Le tableau ci-dessous donne les câbles couramment utilisés pour les
canalisations fixes
Conducteurs ou câbles pour canalisations fixes
Nombre de Exe mp1.es
Dénomination GENELEC (UTE) Sections en mm2
conducteurs d.utilisation
H 07 V - R (U500V) 1 1,5 à 400 Canalisations sous
moulures ou sous
H 07 V - K (U 500SV) 1 1.5 à 400 conduits
H 07 VV - U (U 500 VGV) 1 1,5 à 240

A 05 VV - U (U 1000 RGPFV) 2à5 1,5 à 35 Canalisations


A 05 VV - R apparentes sans
risque mécanique
(U 1000 R02 V) 2,3 1,5 à 240 Canalisations
4 1,5 à 150 apparentes ou
5 1,5 à 25 enterres directement
dans le sol
(U 1000 R02 V) 1 1,5 il 630
2 1,5 à 35
(U 1000 AR02 V) 3,4 1,5 il 300 Canalisations
5 1,5 à 25 apparentes
1 à 37 1,5 à 4 ou enterres avec
(U 1000 R 12 N° 1 1.5 à 1000 protection
2,3 1,5 à 400 mécanique (dalles,
4 1,5 il300 tuiles, briques)
5 1,5 à 25

H 07 RN-F (U 1000 SC 121N) 1 1,5 à 500 Câbles très souples


2 et 5 1 à25 et robustes pour
3 et4 1 à 300 appareils de
manutention

Intensité admissible par les câbles :


Les fabricants de câble donnent les intensités que peuvent transporter les câbles qu'ils fabriquent tout
en conservant un échauffement normal du câble.
Ainsi, les tableaux suivant donnent les sections à utiliser en fonction des longueurs, des tensions, et
des intensités à transporter pour une chute de tension de 3 % (monophasé) et 5 % (triphasé).

Les conduits de câbles électriques


Les conduits assurent une protection supplémentaire aux conducteurs et câbles placés à l'intérieur.

 Caractéristiques :
Les conduits sont fabriqués en différents matériaux qui garantissent des qualités de :
 Résistance mécanique (chocs, écrasements) ;
 Etanchéité (à l'eau, au poussières) ;
 Non propagation de la flamme.
De plus, ils doivent pouvoir être travaillés facilement et pouvoir être encastrés dans les murs, ou
enterrés dans le sol.

Un câble, une gaine peut accueillir plus d'un circuit si :


- tous les conducteurs sont isolés,
- tous les circuits proviennent du même appareil de protection général (dijoncteur différentiel),
- la section des conducteurs ne doit pas différer de plus de 2 inter vaux (1,5 et 2,5 et 4mm² ou 2,5 et 4
et 6 mm²),
- chaque circuit doit être protégé par un disjoncteur.

Dans la pratique, on peut mettre plusieurs circuits dans une même gaine. Il faut cependant respecter
le remplissage maximal de la gaine : on ne doit pas "forcer" pour passer les fils.
Exemple : pour une gaine de 16mm², la surface intérieure utile est de 30mm². On pourra passer 3 fils
de 1,5mm² (3x8,55 = 26mm² utilisés).

La pose et l'encastrement des gaines et canalisations


De façon générale, les fils doivent être posés sous gaine ou conduit. Quant aux câbles, certains
peuvent être posés ou encastrés directement (il faut se référer aux spécifications du fabricant).
Les gaines et câbles peuvent être passés dans les vides de construction (huisserie des portes, entre
cloisons, ...) à condition d'être bien isolés et qu'aucune aspérité ne puisse les endommager.
Les matériels (interrupteurs, prises, ...) ne peuvent être encastrés que dans des boîtes.
Les saignées pratiquées dans les cloisons et murs ne doivent pas compromettre la solidité de ceux-
ci : dans une cloison de 50 mm finie, on peut encastrer une gaine de 15 mm maximum, dans une
cloison de 100 mm, une gaine de 20 mm, dans des carreaux de plâtre de 60 mm, une gaine de 16
mm, etc...

Section utile des conduits :

Pour que les conducteurs ou câbles puissent être tirés ou retirés facilement, on applique la règle du
tiers de section : « La somme des sections totales des conducteurs, isolants compris, est égale au
tiers de la section intérieure du conduit. »

Les chemins de câbles


Ce sont les conduits les plus utilisés dans l’industrie. Ils permettent des modifications, ajouts de
câbles. Ils sont en acier ou en PVC.

Différents chemins de câbles

b
Tableau comparatif des conduits usuels
Désignation Caractéristiques Emplois
Tubes en matière plastique étanche Utilisés avec des conducteurs des
et non- propagateurs de la flamme séries H07V-U et U-1000RO2V
IRL 3321: Isolant/Rigide/Lisse
sauf ICTA de couleur orange. pour toutes les installations
 Résistent à la corrosion intérieures, en apparent ou en
 Faciles à mettre en œuvre encastré et pendant la construction
 Faible résistance mécanique dans les parois verticales ou dans
les éléments préfabriqués ;
ICA 3321 : Isolant/Cintrable/Annelé
Température d'emploi : 10°C à interdits dans les locaux à risque d
+60°+C. 'explosion.

ICTA 3422 : Isolant/Cintrable


transversalement/Annelé

ICTL 3421

Isolant/Transversalement
élastique/Lisse Tubes en matière plastique orange, Encastrés dans les matériaux
propagateurs de la flamme. réfractaires (plancher en béton) .

ICTL 3421
Tubes en matière plastique grise, Peuvent être parfois encastrés,
non propagateurs de la flamme. parfois apparents.

CSA 4421

Composite/Souple/Annelé Tuyaux d'acier, non propagateurs de


la flamme Installations industrielles avec parois
mobiles ou comportant de nombreux
coudes.
CSL 4421
Identiques aux CSA avec en plus
une gaine extérieure isolante.

MRL 5557

Métallique/Rigide/Lisse
Tubes d'acier, grande résistance aux Installations industrielles à gros
chocs. risques mécaniques
Tableau de comparaison des moyens d’éclairage
Durée de
Efficacité
Puissances vie
lumineuse ---Avantages--- Inconvénients
(Watt) moyenne
(Lumen/Watt)
(Heures)
Prix Efficacité lumineuse
Lampes a 1000 à Encombrement faible
15 à 1000 8 à 20
incandescence 2000 Allumage Exploitation²onéreuse
instantanés Chaleur
Allumage et
Lampes à rallumage
Efficacité lumineuse
incandescence 300 à 2000 17 à 27 2000 instantanés
assez faible
aux halogènes Rendu des
couleurs
Exploitation
économique
Lampes Eclairements
fluorescentes 6 à 65 35 à 85 7000 élevés Prix
tubulaires Possibilité de
choisir la teinte la
mieux adaptée
Efficacité
lumineuse
Lampes Exploitation
fluorescentes 5 à 36 37 à 60 5000 économique Investissement
compactes Rendu des
couleurs
Dimensions
Allumage
instantané
Substitution
Lampes à lumière simple aux
100 à 500 11 à 28 4500 *Temps de rallumage
mixte lampes à
incandescence
Rendu des
couleurs
Efficacité
lumineuse
Lampes à ballon
Encombrement
fluorescent 50 à 1000 36 à 55 8000 Temps d'allumage
Durée de vie
mercure
Rendu des
couleurs
Efficacité
Lampes à
4000 à lumineuse
halogénures 150 à 2000 75 Temps d'allumage
6000 Rendu des
métalliques
couleurs
* Impossibilité de
Lampes à vapeur
Exploitation distinguer les
de sodium basse 18 à 180 66 à 155 8000
économique couleurs
pression
* Temps d'allumage
Lampes à vapeur
Haute efficacité * Rendu des couleurs
de sodium haute 50 à 1000 52 à 100 8000
Lumière dorée * Temps d'allumage
pression
Les onduleurs
Ce sont des système qui transforment l’énergie électrique d’une batterie en tension électrique. La
présence d’un onduleur sur un réseau fait dire que ce réseau est « secouru »

Il existe trois types d'onduleurs :


 off-line ,
 on-line
 line interactive

Onduleurs off-line
De faible puissance les onduleurs off-line sont les plus simples et les plus économiques.
Ils filtrent partiellement la tension alternative délivrée mais conservent une batterie de secours
chargée. En cas de baisse du secteur en dessous d'un niveau prédéfini, un commutateur interne relie
la batterie à un onduleur. Celui-ci convertit la tension continue de la batterie en tension alternative qui
alimente le système informatique.

Leur inconvénient est le temps de passage du secteur à la batterie, qui est susceptible d'affecter les
charges sensibles. Toutefois, la plupart des micro-ordinateurs compensent les deux ou trois milli
secondes nécessaires à la batterie et à 'onduleur pour délivrer de la tension alternative.

Ceci signifie que ces systèmes informatiques peuvent dépendre d'onduleurs off-line, car ils
compensent le bref temps de commutation (quelques milli secondes) entre la coupure secteur et le
transfert à la batterie de l'onduleur.

En termes d'applications, les onduleurs off-line trouvent donc leur meilleur emploi auprès des
équipements réseau consommant peu de puissance et ne jouant pas un rôle vital pour le
fonctionnement de l'entreprise.

Onduleurs onf-line
Ces onduleurs garantissent l'absence totale de coupures, même en présence de perturbations du
secteur Ils utilisent pour cela une technique de double conversion :

L'alimentation secteur est convertie en permanence en une alimentation continue (également reliée à
une batterie), avant d'être retransférée à un onduleur qui la convertit de nouveau en alimentation
alternative.
Cette technique présente l'avantage d'éliminer entièrement le temps de commutation (entre onduleur
et batterie) en cas de coupure du secteur. De plus, les baisses de tension (imparables dans le cas de
la technologie off-line) sont automatiquement corrigées.

Un véritable onduleur on-line à double conversion dispose d'une batterie reliée en permanence au bus
de tension redressé, par l'intermédiaire d'une diode ou d'un autre composant similaire.

Ce critère a été adopté par l'ensemble du marché pour définir un onduleur on-Line. Toutefois, la
majorité des fabricants n'a pas suivi la tendance. Bien que recourant à la technique de double
conversion, ils utilisent également un contact ou un relais pour la liaison de la batterie à l'onduleur. En
cas de coupure secteur, un relais met plusieurs milli-secondes à se fermer. D'où un risque de baisse
subite de tension en sortie.

Un autre problème de tension posé aux onduleurs concerne la mise en service du générateur durant
la période de chauffe de ce dernier sa sortie peut accuser des variations brutales de fréquence et de
tension. Un onduleur on-line a corrige ces variations grâce à son processus de double conversion
(alternatif-continu et continu-alternatif), pour donner en sortie un signal alternatif pur; un onduleur off-
line doit procéder à de fréquentes commutations entre la batterie et le secteur.

Un véritable onduleur on-line convertit comme il se doit, la tension alternative en tension continue. Il
protège ainsi un ordinateur de pratiquement toutes formes de bruit électrique : pointes de tension
provoquées par la foudre, par des groupes électrogènes ou distorsions de signaux causées par un
autre équipement relié au secteur

Les technologies off-line recourent souvent à des filtres pour tenter d'éliminer ce type de problème: les
pointes de tension sont filtrées et rabattues mais elles ne sont pas entièrement éliminées. Parmi les
technologies off-line les plus avancées, certaines parviennent à supprimer les effets des surtensions
mais d'autres les transmettent directement à la charge.

Onduleurs line interactive


Ce type d'onduleur est un hybride des technologies on-line et off-line, auxquelles il ajoute un
conditionnement du réseau pour éliminer les pointes de tension et les problèmes de signaux en sortie.
La batterie est chargée en inversant le fonctionnement de I'onduleur durant les périodes d'activité
normale du secteur.
En cas de coupure, un contact de transfert s'ouvre et la puissance est transférée de la batterie à la
sortie de l’onduleur.
En outre, l'onduleur étant relié en permanence à la sortie, il loue le rôle de filtre et élimine ainsi les
commutations onduleur-batterie consécutives aux baisses de tension, principal défaut des onduleurs
off-line. Ces facteurs font de la technologie line interactive un meilleur choix que la technologie off-line
et l'onduleur me interactive devient une alternative économique, là où le conditionnement de
puissance n'est pas un critère fondamental.
Normes pour l’électricité
Les normalisations

Il existe trois normalisations en électricité qui élaborent plusieurs types de documents


 Internationale : la C.E.I.
 Européenne : le CENELEC
 Française : l’UTE
Documents publiés
 publications ou recommandations de la C.E.I. ;
 documents d’harmonisation (H.D.) ou normes européennes (E.N.) du CENELEC ;
 normes homologuées, normes enregistrées de l’U.T.E., laquelle édite également des guides
ou publications U.T.E. (qui ne sont pas des normes).
La normalisation en France est réglementée par la loi du 24 mai 1941 qui a créé l’Association
Française de Normalisation (AFNOR) et définit la procédure d’homologation des normes. Cette loi est
complétée par le décret n° 84-74 du 26 mai 1974, modifié par les décrets n° 90-653 et 91-283.
Les normes homologuées doivent être appliquées aux marchés passés par l’Etat, les établissements
et services publics.
Par ailleurs, une norme homologuée peut être rendue d’application obligatoire par arrêté, mais cette
procédure n’a été jusqu’à présent que peu utilisée en électricité. ( NF C15-100, NF C13 200 )

Il existe deux grandes familles de normes qui visent d’une part la construction du matériel électrique et
d’autre part la réalisation des installations électriques.

Les principales normes de réalisation sont :

- la NF C 15-100 : installations électriques à basse tension ;


- la NF C 13-100 : postes de livraison ;
- la NF C 13-200 : installations électriques à haute tension ;
- la NF C 14-100 : installations de branchement (basse tension).

Parmi les normes de conception, beaucoup plus nombreuses, citons en particulier :

- la NF C 20-010 : classification des degrés de protection procurés par les enveloppes


- la NF C 20-030 : règles de sécurité relatives à la protection contre les chocs électriques
- la NF C 71-008 : baladeuses

Une marque de conformité est gravée sur les appareils


Un appareil conforme à une norme est un gage de sécurité.

NF EN 50085-1 Avril 2002


Systèmes de goulottes et de conduits profilés pour installations électriques - Partie 1 : règles
générales.
Indice de classement : C68-120
Statut : Norme homologuée
Constitué par : NF EN 50085-1:199707 (C68-120) et NF EN 50085-1/A1:200204 (C68-120/A1)

NF EN 50085-1/A1 Avril 2002


Systèmes de goulottes et de conduits profilés pour installations électriques - Partie 1 : règles
générales
Indice de classement : C68-120/A1
Statut : Norme homologuée

NF EN 50085-2-3 Octobre 1999


Systèmes de goulotte et systèmes de conduit profilé pour installations - Partie 2-3 : règles particulières
pour les systèmes de goulotte de câblage pour installation dans les armoires
Indice de classement : C68-123
Statut : Norme homologuée

NF EN 50086-1 Mars 1994


Systèmes de conduits pour installations électriques - Partie 1 : règles générales
Indice de classement : C68-110
Statut : Norme homologuée

NF EN 50086-2-1 Avril 2002


Systèmes de conduits pour installations électriques - Partie 2-1 : règles particulières pour systèmes de
conduits rigides.
Indice de classement : C68-111 Statut : Norme homologuée
Constitué par : NF EN 50086-2-1:199509 (C68-111) et NF EN 50086-2-1/A11:200204 (C68-111/A11)

NF EN 50086-2-2 Avril 2002


Systèmes de conduits pour installations électriques - Partie 2-2 : règles particulières pour les
systèmes de conduits cintrables.
Indice de classement : C68-112
Statut : Norme homologuée
Constitué par : NF EN 50086-2-2:199509 (C68-112) et NF EN 50086-2-2/A11:200204 (C68-112/A11)
.

NF EN 50086-2-3 Avril 2002


Systèmes de conduits pour installations électriques - Partie 2-3 : règles particulières pour les
systèmes de conduits souples.
Indice de classement : C68-113
Statut : Norme homologuée
Constitué par : NF EN 50086-2-3:199509 (C68-113) et NF EN 50086-2-3/A11:200204 (C68-113/A11)

NF EN 50086-2-4 Mai 2001


Systèmes de conduits pour installations électriques - Partie 2-4 : règles particulières pour les
systèmes de conduits enterrés dans le sol
Indice de classement : C68-114
Statut : Norme homologuée
Constitué par : NF EN 50086-2-4:199407 (C68-114) et NF EN 50086-2-4/A1:200105 (C68-114/A1)
DI 73/23 01/02/1973 Directive concernant le rapprochement des législations des états membres
relatives au matériel électrique destiné à être employé dans certaines limites de tension. Directive
basse tension.

NF EN 50110-1 Avril 1997


Exploitation des installations électriques
Indice de classement : C18-501
Statut : Norme homologuée

NF EN 50110-2 Avril 1997


Exploitation des installations électriques (annexes nationales)
Indice de classement : C18-502
Statut : Norme homologuée

NF EN 50123-1 Avril 1998


Applications ferroviaires. Installations fixes - Appareillage à courant continu - Partie 1 : généralités
Indice de classement : F41-020-1
Statut : Norme homologuée

NF EN 50125-2 Mai 2003


Applications ferroviaires - Conditions d'environnement pour le matériel - Partie 2 : installations
électriques fixes
Indice de classement : F00-125-2
Statut : Norme homologuée

NF EN 50146 Juin 2000


Colliers pour installations électriques
Indice de classement : C68-146
Statut : Norme homologuée

NF EN 50262 Décembre 2001


Presse-étoupe à pas métrique pour installations électriques
Indice de classement : C68-302
Statut : Norme homologuée
Constitué par : NF EN 50262:199909 (C68-302) et NF EN 50262/A1:200112 (C68-302/A1)

NF EN 50262/A1 Décembre 2001


Presse-étoupe à pas métrique pour installations électriques
Indice de classement : C68-302/A1
Statut : Norme homologuée
NF EN 60079-14 Septembre 1999
Matériel électrique pour atmosphères explosives gazeuses - Partie 14 : installations électriques dans
les emplacements dangereux (autres que les mines)
Indice de classement : C23-579-14
Statut : Norme homologuée

NF EN 60079-17 Juin 1999


Matériel électrique pour atmosphères explosives gazeuses - Partie 17 : inspection et entretien des
installations électriques dans les emplacements dangereux (autres que les mines).
Indice de classement : C23-579-17
Statut : Norme homologuée

NF EN 60092-507 Septembre 2000


Installations électriques à bord des navires - Partie 507 : navires de plaisance
Indice de classement : C15-170
Statut : Norme homologuée

NF EN 60137 Avril 1996


Traversées isolées pour tensions alternatives supérieure à 1 kV
Indice de classement : C66-550
Statut : Norme homologuée

NF EN 60423 Février 1995


Conduits de protection des conducteurs - Diamètres extérieurs des conduits pour installations
électriques et filetages pour conduits et accessoires
Indice de classement : C68-100
Statut : Norme homologuée

NF EN 60446 Juillet 1999


Principes fondamentaux et de sécurité pour les interfaces homme-machines, le marquage et
l'identification - Identification des conducteurs par des couleurs ou par des repères numériques
Indice de classement : C04-205
Statut : Norme homologuée

NF EN 60598-2-18 Novembre 1994


Luminaires - Partie 2 : règles particulières section 18 : luminaires pour piscines et usages analogues.
Indice de classement : C71-018 Statut : Norme homologuée

NF EN 60669-1 Février 2000


Interrupteurs pour installations électriques fixes domestiques et analogues - Partie 1 : prescriptions
générales
Indice de classement : C61-110
Statut : Norme homologuée

NF EN 60669-1/A1 Janvier 2003


Interrupteurs pour installations électriques fixes domestiques et analogues - Partie 1 : prescriptions
générales
Indice de classement : C61-110/A1
Statut : Norme homologuée
Interrupteurs pour installations électriques fixes domestiques et analogues - Partie 2 : prescriptions
particulières - Section 1 : interrupteurs électroniques
Indice de classement : C61-111
Statut : Norme homologuée
Constitué par : NF EN 60669-2-1:200011 (C61-111) et ( NF EN 60669-2-1/A2:200204 (C61-111/A2)

NF EN 60669-2-1/A2 Avril 2002


Interrupteurs pour installations électriques fixes domestiques et analogues - Partie 2-1 : prescriptions
particulières - Interrupteurs électroniques
Indice de classement : C61-111/A2
Statut : Norme homologuée

NF EN 60669-2-2 Juin 2000


Interrupteurs pour installations électriques fixes domestiques et analogues - Partie 2 : prescriptions
particulières - Section 2 : interrupteurs à commande électromagnétique à distance (télérupteurs)
Indice de classement : C61-112
Statut : Norme homologuée

NF EN 60669-2-2/A1 Septembre 2002


Interrupteurs pour installations électriques fixes domestiques et analogues - Partie 2 : prescriptions
particulières - Section 2 : interrupteurs à commande électromagnétique à distance (télérupteurs)
Indice de classement : C61-112/A1
Statut : Norme homologuée

NF EN 60669-2-3 Avril 1998


Interrupteurs pour installations électriques fixes domestiques et analogues - Partie 2-3 : prescriptions
particulières. Interrupteurs temporisés (minuteries).
Indice de classement : C61-113
Statut : Norme homologuée

NF EN 61082-3 Mars 1994


Établissement des documents utilisés en électrotechnique - Partie 3 : schémas, tableaux et listes des
connexions.
Indice de classement : C03-253
Statut : Norme homologuée

NF EN 61140 Juin 2002


Protection contre les chocs électriques - Aspects communs aux installations et aux matériels
Indice de classement : C20-030
Statut : Norme homologuée
DI 73/23 01/02/1973 Directive concernant le rapprochement des législations des états membres
relatives au matériel électrique destiné à être employé dans certaines limites de tension. Directive
basse tension.

NF EN 61219 Avril 1994


Travaux sous tension - Appareils de mise à la terre ou de mise à la terre et en court-circuit utilisant
des cannes comme dispositif de mise en court-circuit - Mise à la terre au moyen de cannes
Indice de classement : C18-445
Statut : Norme homologuée

NF EN 61478 Août 2002


Travaux sous tension - Échelles en matériau isolant
Indice de classement : C18-478
Statut : Norme homologuée

NF EN 61537 Avril 2002


Systèmes de chemin de câbles et systèmes d'échelle à câbles pour systèmes de câblage
Indice de classement : C68-137
Statut : Norme homologuée

NF EN 61557-8 Juillet 1997


Sécurité électrique dans les réseaux de distribution basse tension de 1 kV c.a. et 1,5 kV c.c.
Dispositifs de contrôle, de mesure ou de surveillance de mesures de protection - Partie 8 : contrôleurs
d'isolement pour réseaux IT.
Indice de classement : C42-198-8
Statut : Norme homologuée

NF EN 61821 Juin 2003


Installations électriques pour l'éclairage et le balisage des aérodromes - Maintenance des circuits
série à courant constant pour le balisage aéronautique au sol
Indice de classement : C11-402
Statut : Norme homologuée

NF EN 62094-1 Mai 2003


Voyants lumineux pour installations électriques fixes domestiques et analogues - Partie 1 :
prescriptions générales
Indice de classement : C61-311
Statut : Norme homologuée

NF C01-651 Février 2000


Vocabulaire électrotechnique - Chapitre 651 : travaux sous tension
Indice de classement : C01-651
Statut : Norme homologuée

NF C01-826 Février 2000


Vocabulaire électrotechnique - Chapitre 826 : installations électriques des bâtiments
Indice de classement : C01-826
Statut : Norme homologuée
Constitué par :
NF C01-826:19870601 (C01-826)
NF C01-826/A1:199903 (C01-826/A1)
NF C01-826/A2:199903 (C01-826/A2)
NF C01-826/A3:200002 (C01-826/A3)

NF C01-826/A1 Mars 1999


Vocabulaire électrotechnique - Chapitre 826 : installations électriques des bâtiments
Indice de classement : C01-826/A1
Statut : Norme homologuée

NF C01-826/A2 Mars 1999


Vocabulaire électrotechnique - Chapitre 826 : installations électriques des bâtiments
Indice de classement : C01-826/A2
Statut : Norme homologuée

NF C01-826/A3 Février 2000


Vocabulaire électrotechnique - Chapitre 826 : installations électriques des bâtiments
Indice de classement : C01-826/A3
Statut : Norme homologuée

C12-050 Décembre 1979


Arrêté interministériel du 26 juillet 1968 fixant les conditions d'agrément pour la vérification des
installations électriques modifié par les arrêtés interministériels du 28 août 1975 et 20 décembre 1979
Indice de classement : C12-050
Statut : Document de référence

C12-201 Janvier 2003


Textes officiels relatifs à la protection contre les risques d'incendie et de panique dans les
établissements recevant du public (extraits concernant les installations électriques)
Indice de classement : C12-201U
Statut : Document de référence
NF C13-000 Avril 2003
Installations électriques de tensions nominales supérieures à 1kV en courant alternatif
Indice de classement : C13-000
Statut : Norme homologuée

NF C13-100 Avril 2001


Postes de livraison établis à l'intérieur d'un bâtiment et alimentés par un réseau de distribution
publique HTA (jusqu'à 33 kV)
Indice de classement : C13-100
Statut : Norme homologuée

NF C13-200 Décembre 1989


Installations électriques à haute tension - Règles.
Indice de classement : C13-200
Statut : Norme homologuée
Constitué par :
NF C13-200:198704 (C13-200)
NF C13-200/A1:198912 (C13-200/A1)

C13-211 Septembre 1985


Installations électriques à haute tension - Installations des chaudières à électrodes immergées ou à
jets.
Indice de classement : C13-211
Statut : Norme expérimentale

NF C15-100 Décembre 2002


Installations électriques à basse tension
Indice de classement : C15-100
Statut : Norme homologuée

UTE C15-103 Novembre 1997


Installations électriques à basse tension - Guide pratique - Choix des matériels électriques (y compris
les canalisations) en fonction des influences externes.
Indice de classement : C15-103
Statut : Document de référence

UTE C15-105 Juin 1999


Installations électriques à basse tension - Guide pratique - Détermination des sections de conducteurs
et choix des dispositifs de protection. Méthodes pratiques.
Indice de classement : C15-105
Statut : Document de référence

UTE C15-105 Juillet 2003


Installations électriques à basse tension - Guide pratique - Détermination des sections de conducteurs
et choix des dispositifs de protection - Méthodes pratiques

Indice de classement : C15-105U


Statut : Document de référence

NC 83,05

91 p 83,05

UTE C15-106 Mai 1993


Installations électriques à basse tension et à haute tension - Guide pratique - Sections des
conducteurs de protection, des conducteurs de terre et des conducteurs de liaison équipotentielle
(complétée avec corrigendum 1, février 1994)
Indice de classement : C15-106U
Statut : Document de référence

UTE C15-107 Mai 1992


Installations électriques à basse tension - Guide pratique - Détermination des caractéristiques des
canalisations préfabriqués et choix des dispositifs de protection.
Indice de classement : C15-107
Statut : Document de référence

UTE C15-201 Septembre 1992


Installations électriques à basse tension - Guide - Installations électriques des grandes cuisines.
Indice de classement : C15-201
Statut : Document de référence

NF C15-211 Décembre 1990


Installations électriques à basse tension - Installations dans les locaux à usage médical
Indice de classement : C15-211
Statut : Norme homologuée
Constitué par :
NF C15-211:198706 (C15-211)
NF C15-211/A1:199012 (C15-211/A1)
NF C15-211 F1:199609 (C15-211 F1)

UTE C15-402 Septembre 1995


Installations électriques à basse tension - Guide pratique - Alimentation sans interruption (ASI) de type
statique - Règles d'installation
Indice de classement : C15-402
Statut : Document de référence

UTE C15-421 Décembre 1986


Installations électriques à basse tension - Guide pratique - Installations alimentées à des fréquences
de 100 à 400 Hz.
Indice de classement : C15-421
Statut : Document de référence

UTE C15-443 Avril 2001


Installations électriques à basse tension - Guide pratique - Protection des installations électriques
basse tension contre les surtensions d'origine atmosphériques - Choix et installations des parafoudres
Indice de classement : C15-443U
Statut : Document de référence
Constitué par :
UTE C15-443:199607 (C15-443U)
UTE C15-443/A1:200104 (C15-443/A1U)

UTE C15-443/A1 Avril 2001


Installations électriques à basse tension - Guide pratique - Protection des installations électriques
basse tension contre les surtensions d'origine atmosphériques - Choix et installations des parafoudres
Indice de classement : C15-443/A1U
Statut : Document de référence

UTE C15-476 Décembre 1991


Installations électriques à basse tension - Guide pratique - Sectionnement, commande, coupure.
Indice de classement : C15-476
Statut : Document de référence

UTE C15-500 Juillet 2003


Installations électriques à basse tension - Guide pratique - Détermination des sections des
conducteurs et choix des dispositifs de protection à l'aide de logiciels de calcul
Indice de classement : C15-500U
Statut : Document de référence
UTE C15-520 Juillet 1998
Installations électriques à basse tension - Guide pratique - Canalisations. Modes de pose.
Connexions.
Indice de classement : C15-520
Statut : Document de référence

UTE C15-559 Septembre 2002


Installations électriques à basse tension - Guide pratique - Installation d'Éclairage en Très Basse
Tension
Indice de classement : C15-559U
Statut : Document de référence

UTE C15-600 Novembre 2002


Guide pratique - Locaux d'habitation existants - Mise en sécurité des installations électriques
Indice de classement : C15-600U
Statut : Document de référence
Constitué par :
UTE C15-600-1:200201 (C15-600-1U)
UTE C15-600-2:200211 (C15-600-2U)
UTE C15-600-3:200211 (C15-600-3U)
UTE C15-600-4:200307 (C15-600-4U)

UTE C15-600-2 Novembre 2002


Locaux d'habitation existants - Mise en sécurité des installations électriques - Partie 2 : remplacement
ou ajout de socles de prise de courant dont le courant assigné ne dépasse pas 16 ampères
Indice de classement : C15-600-2U
Statut : Document de référence

UTE C15-600-3 Novembre 2002


Locaux d'habitation existants - Mise en sécurité des installations électriques - Partie 3 : liaisons
équipotentielles Indice de classement : C15-600-3U

Statut : Document de référence

UTE C15-600-4 Juillet 2003


Locaux d'habitation existants - Mise en sécurité des installations électriques - Partie 4 : liste des
matériels anciens dont la présence est à proscrire dans une installation existante Indice de
classement : C15-600-4U

Statut : Document de référence

UTE C15-755 Avril 1995


Installations électriques à basse tension - Guide pratique - Installations électriques d'origines
différentes dans un même local et dont les exploitations sont placées sous des responsabilités
différentes. Indice de classement : C15-755

Statut : Document de référence


Constitué par :
UTE C15-755:199504 (C15-755)
RECTIFICATIF DE DECEMBRE 1995
UTE C15-755 F:1998
UTE C15-755 F:199807 (C15-755UF)
UTE C15-755 F1:200005 (C15-755UF1)

UTE C15-900 Octobre 2000


Installations électriques à basse tension - Guide pratique - Mise en oeuvre et cohabitation des réseaux
de puissance et des réseaux de communication dans les installations des locaux d'habitation, du
tertiaire et analogues Indice de classement : C15-900U
Statut : Document de référence

NF C17-200 Mai 1997


Installations d'éclairage public. Règles
Indice de classement : C17-200
Statut : Norme homologuée

NF C18-420 Novembre 1972


Tapis isolants à base de caoutchouc naturel ou d'élastomère de synthèse
Indice de classement : C18-420
Statut : Norme homologuée

C32-017 Janvier 1994


Conducteurs de terre ou d'équipotentialité en cuivre ou en aluminium, nus ou revêtus
Indice de classement : C32-017
Statut : Norme expérimentale

NF C32-081 Avril 2002


Identification des conducteurs des câbles et cordons souples Indice de classement : C32-081
Statut : Norme homologuée

NF C32-310 Juillet 1996


Conducteurs et câbles isolés pour installations - Conducteurs et câbles dits "résistant au feu"
(catégorie CR1) de tension assignée UO/U au plus égale à 0,6/1 kV Indice de classement : C32-310
Statut : Norme homologuée
Support d'une marque :
NF 003 Conducteurs et câbles électriques

UTE C61-119 Mars 1999


Interrupteurs pour installations domestiques fixes et analogues de courant assigné supérieur à 63 A et
ne dépassant pas 125 A Indice de classement : C61-119
Statut : Document de référence

UTE C61-191 Décembre 1997


Prescriptions de compatibilité électromagnétique pour interrupteurs électroniques pour installations
électriques fixes domestiques et analogues Indice de classement : C61-191U
Statut : Document de référence

UTE C61-392 Décembre 1997


Sorties de câble pour installations électriques fixes domestiques et analogues
Indice de classement : C61-392U Statut : Document de référence

UTE C63-429 Octobre 2002


Ensembles d'appareillage à basse tension indice de service (IS) Indice de classement : C63-429U
Statut : Document de référence

NF C68-091 Mars 1975


Plinthes, moulures et chambranles en bois - Règles et dimensions Indice de classement : C68-091
Statut : Norme homologuée

UTE C68-118 Juillet 2001


Conduits de protection des conducteurs - Règles et essais applicables aux systèmes de conduits pour
installations électriques situées en amont du point de livraison
Indice de classement : C68-118U
Statut : Document de référence

UTE C68-300 Décembre 2000


Matériel de pose de canalisations - Presse-étoupe au pas non métrique pour installations électriques -
Règles générales Indice de classement : C68-300U
Statut : Document de référence

UTE C68-312 Décembre 2000


Matériel de pose de canalisations - Presse-étoupe métalliques au pas non métrique pour installations
électriques - Règles particulières Indice de classement : C68-312U
Statut : Document de référence
C79-600 Novembre 1956
Chauffage électrique industriel - Fours à résistances - Règles. Indice de classement : C79-600
Statut : Document de référence

NF C93-856 Décembre 1991


Spécification produit pour câbles à fibres optiques utilisés dans les installations électriques
Indice de classement : C93-856
Statut : Norme homologuée

NF P82-201 Janvier 1979


Ascenseurs et monte-charge électriques ou commandes électriquement - Règles générales de
construction et d'installation concernant la sécurité. Indice de classement : P82-201
Statut : Norme homologuée
Publications contenant cette norme :
Escaliers mécaniques, trottoirs roulants, plates-formes élévatrices, monte-charge, monte-matériaux

P92-702 Décembre 1993


Règles de calcul - Méthode de prévision par le calcul du comportement au feu des structures en acier
- Annexe : méthodologie de caractérisation des produits de protection. Indice de classement : P92-
702
Statut : Norme expérimentale

NF R13-903 Décembre 1992


Véhicules routiers - Véhicules utilitaires et véhicules remorques de plus de 3,5 T de PTAC (catégorie
N2, N3, O3 et O4) affectés au transport de matières dangereuses - Conduits et accessoires pour
installations électriques - Méthodes d'essais et exigences. Indice de classement : R13-903
Statut : Norme homologuée

PR NF EN 50085-1/A2 Avril 2002


Systèmes de goulottes et de conduits profilés pour installations électriques - Partie 1 : règles
générales
Indice de classement : C68-120/A2PR
Statut : Projet de norme

PR NF EN 50085-2-1 Janvier 2003


Systèmes de goulottes et systèmes de conduits profilés pour installations électriques - Partie 2-1 :
règles particulières pour systèmes de goulottes et systèmes de conduits profilés prévus pour être
montés sur les murs et/ou les plafonds Indice de classement : C68-121PR
Statut : Projet de norme

PR NF EN 50110-1 Mars 2003


Exploitation des installations électriques
Indice de classement : C18-501PR
Statut : Projet de norme

PR NF EN 50368 Janvier 2002


Brides de câbles pour installations électriques
Indice de classement : C68-150PR
Statut : Projet de norme

PR NF EN 60079-14 Janvier 2003


Matériel électrique pour atmosphères explosives gazeuses - Partie 14 : installations électriques dans
les emplacements dangereux (autres que les mines)
Indice de classement : C23-579

PR NF EN 60364-4-44/A1 Janvier 2002


Installations électriques des bâtiments - Partie 4-44 : protection pour assurer la sécurité - Protection
contre les perturbations de tension et les perturbations électromagnétiques
Indice de classement : C15-100-4-44/A1PR
Statut : Projet de norme
PR NF EN 60364-6 Novembre 2002
Installations électriques des bâtiments - Partie 6 : vérifications, essais et rapports - Indice de
classement : C15-100-6PR
Statut : Projet de norme

PR NF EN 60364-7-718 Novembre 2002


Installations électriques des bâtiments - Partie 7-718 : règles pour les installations et emplacements
spéciaux - Établissements publics et emplacements de travail Indice de classement : C15-100-7-
718PR
Statut : Projet de norme

PR NF EN 60364-7-740 Avril 2001


Installations électriques des bâtiments - Partie 7-740 : règles pour les installations ou emplacements
spéciaux - Installations électriques temporaires de structures, jeux et baraques dans des champs de
foire, des parcs de loisirs et des cirques Indice de classement : C15-100-7-740PR
Statut : Projet de norme

PR NF EN 60669-2-1 Août 2001


Interrupteurs pour installations électriques fixes domestiques et analogues - Partie 2-1 : prescriptions
particulières - Interrupteurs électroniques

PR NF EN 60669-2-1/IA Février 2003


Interrupteurs pour installations électriques fixes domestiques et analogues - Partie 2-1 : prescriptions
particulières - Interrupteurs électroniques
Indice de classement : C61-111/F1PR
Statut : Projet de norme

PR NF EN 60669-2-4 Mars 2003


Interrupteurs pour installations électriques fixes domestiques et analogues - Partie 2-4 : prescriptions
particulières - Interrupteurs-sectionneurs Indice de classement : C61-114PR
Statut : Projet de norme

PR NF EN 60884-2-6 Juillet 1997


Prises de courant pour usages domestiques et analogues. Partie 2-6 : regles particulieres pour socles
de prises de courant commandes par interrupteurs a verrouillage, pour installations electriques fixes.
(projet de norme europeenne EN 60 884-2-6). Indice de classement : C61-336
Statut : Projet de norme

PR NF EN 61386-1 Février 2003


Systèmes de conduits pour installations électriques - Partie 1 : règles générales Indice de classement
: C68-110PR
Statut : Projet de norme

PR NF EN 61820 Juin 2001


Installations électriques pour l'éclairage et le balisage des aérodromes - Circuits série à courant
constant utilisés pour le balisage aéronautique au sol - Prescriptions de conception et d'installation du
système Indice de classement : C11-398PR
Statut : Projet de norme

PR NF C01-826 Décembre 2002


Vocabulaire électrotechnique international - Partie 826 : installations électriques
Indice de classement : C01-826PR
Statut : Projet de norme
La dégradation des circuits de distribution électrique
Généralités
Une installation électrique qui n’est soumise à aucune contrainte particulière peut fonctionner des
dizaines d’années sans défaillances. La plupart des pannes proviennent d’agents extérieurs :
vibrations, fortes chaleurs, chocs, utilisation anormale des appareils.

Les disjonctages
Effet provoqué
Le disjonctage provoque l’arrêt de tout ou partie de l’installation avec la mise en service des
installations de secours

Les causes
Les disjonctages des réseaux électriques sont provoqués par :

 Une sur intensité qui est la conséquence d’une consommation excessive, elle se résorbe en
diminuant le nombre d’appareils en utilisation et éventuellement en revoyant à la hausse le
calibrage du disjoncteur. Des autres causes de sur intensité possibles sont : un moteur bloqué
ou anormalement freiné ou encore en surcharge

 Un court circuit entre conducteurs provoqué par :


- un choc mettant à nu les conducteurs de cuivre et les mettant en contact
- l’arrachement d’un cordon,
- l’intrusion de corps étrangers :
- solides conducteurs électriques (limaille, copeaux,… ) dans les plaques à borne,
organes de commande, cages de moteurs,…
- liquides conducteurs dans les mêmes endroits que précédemment
- liquides corrosifs ayant provoqué une destruction chimique des isolants des
conducteurs
- le claquage d’un isolant

 Une fuite entre une des phases et la terre (ou masse d’un châssis relié à la terre). Dans ce cas
c’est le relais différentiel du disjoncteur qui est entré en action.

 Une sur tension du réseau d’alimentation

 Un accroissement de la charge de l’utilisation. Dans ce cas il faut reconsidérer :


- La section des conducteurs électriques : peut elle admettre cette augmentation de
charge ?
- Le calibrage du disjoncteur
- Nota : il faut systématiquement vérifier les circuits et les protections en aval du
disjoncteur : certaines protections n’ont elle pas été shuntées ? des relais différentiels
déconnectés ?

 Un défaut du disjoncteur

 Une surtension sur le réseau qui peut provenir de la foudre.


Méthode générale de dépannage en cas de disjonctage électrique

Contrôles sous tension


 Vérifier que personne n’est en contact avec le réseau électrique du circuit en cause.

Charge 1

Charge 2
Disjoncteur

Charge 3

Synoptique de dépannage sous tension


mai 11.04.04 005

 Déconnecter successivement chacune des charges : une charge est un ensemble de points
d’utilisation (bureaux, machines,…) Cette déconnexion se fera en :
- déconnectant les coupe circuits, fusibles
- manœuvrant les organes de commande ; sI ils sont éloignés du tableau de
commande, il sera pratique de travailler à deux et d’utiliser des émetteurs
récepteurs ou téléphones portables

 Le lieu étant localisé, vérifier :


- La bonne utilisation du réseau électrique par rapport à son calibrage :
introduction récente de nouveaux appareils provoquant une surcharge ou
utilisation anormale d’appareils existants
- La présence de dommages : inondations, détérioration des canalisations
électriques, appareils cassés et conducteurs à nu, cordons détériorés,…

 Si aucune anomalie apparente n’est décelée mettre le lieu en sécurité :


- Enlever les sectionneurs et les cadenasser en position de sécurité,
- Placer un panneau « ne pas ré enclencher »,
- A défaut, débrancher sur le tableau de bord les départs de conducteurs
- Pratiquer la méthode hors tension

Contrôles hors tension


 Couper l’alimentation secteur
 Ouvrir les sectionneurs et les cadenasser si ils ne restent pas « sous les yeux »
 Mesurer au contrôleur en position ohmmètre:
- L’isolement entre chaque arrivée de phase et la terre (elle doit être proche de
l’infini)
- La présence d’un court circuit franc entre les conducteurs des phases (la
valeur sera de quelques ohms)
- Nota : si un nombre important d’appareils est en charge, la résistance
équivalente de ces appareils se confondra avec la valeur d’un court circuit

Les causes possibles de mise à la terre


 Humidité ou eau pénétrant dans les appareils
 Humidité ou eau pénétrant dans les canalisations électriques
 Conducteurs dénudés touchant un chassis métallique
 Bobinage de moteur ayant perdu son isolement (chaleur, choc,..)
 Présence de corps étrangers sur les plaques à borne
 Poussière conductrice

Les causes possibles de court-circuit


 Conducteurs dénudés entrant en contact
 Bobinage de moteur ayant perdu son isolement (chaleur, choc,..)
 Présence de corps étrangers sur les plaques à borne
 Poussière conductrice
 Cordons d’alimentation détériorés
 Fiches, connecteurs endommagés
 Claquage d’isolant suite à des surtensions (foudre notamment)
 Eléments d’appareils en court circuits

La coupure d’une phase

Effets constatés
La coupure d’une phase alors que les deux autres sont en service se manifeste par les effets
suivants :
 Certains circuits d’éclairage ainsi que certains moteurs électriques monophasés ne sont pas
alimentés
 Les moteurs électriques triphasés ne démarrent pas et produisent un grognement ou encore
tournent à faible vitesse et produisent un grognement

Méthode de dépannage pour la coupure d’une phase

Procéder de la manière suivante :


 Débrancher les appareils alimentés en triphasé (moteurs qui grognent)
 Vérifier successivement la présence d’une tension au tableau de bord :
 disjoncteur,
 coupe circuits,
 départs des canalisations
 prises de courant dans les différents lieux

 Laisser le réseau sous tension et effectuer des mesures avec un contrôleur ou une lampe
témoin en partant du disjoncteur ou du point du réseau le plus éloigné

Disjoncteur Fusibles/ Lieu 1 Lieu 2


coupe-circuits

Mesure 1 : 220 v Mesure 2 : 220v Mesure 3 : 0v

Synoptique de dépannage pour la coupure d’une phase


mai 11.04.008

Le lieu de la coupure étant localisés vérifier dans l’ordre :


 Les tableaux de commande secondaires (fusibles, sectionneurs)
 Les plaques à borne, dominos, épissures…. des traces d’échauffement peuvent être
révélatrices
 Les prises de courant qui peuvent servir de départ à d’autres portions de circuit sur les
anciennes installations électriques
 Les câbles et canalisations portant des traces de chocs, se renseigner sur l’existence de
travaux récents ayant pu endommager les passages de câbles
La coupure d’un neutre

Effet constatés
La coupure d’un neutre -alors que les380v
3 phases sont en service- se manifeste par les effets suivants
souvent spectaculaires et déroutants :
 Des appareils ne fonctionnent
R1plus R3
 Des appareils fonctionnent en sous tension et ne démarrent pas ou fonctionnent en dessous de
leur puissance
 Des appareils fonctionnent en surtension et peuvent être endommagés
 La commande d’un appareil R2peut avoir des effets sur un appareil
220vd’un autre circuit pouvant être
éloigné.

La raison est que le courant ne pouvant pas circuler entre chaque phase et le neutre (220 volts) les
220v 220v
appareils sont placés en série entre deux phases (380 volts) comme le montre la figure ci-dessous.

Phase 1 Neutre Phase 2 Phase 3

Schéma équivalent de l’installation électrique avec neutre coupé


mai 11.04.009

La mise en service de l’appareil R2 fournit assez de courant pour déclencher l’appareil R3 qui sera
alimenté par les courants de (R1+R2) . Si l’on ajoutait un nombre important d’appareils en parallèle à
R1 et R2 la majorité de la tension de 380 volts se retrouverait aux bornes de R3 qui serait
endommagé car prévu pour une tension de 220 volts

En général la coupure est située dans le câblage du tableau de commande.

Les incendies

Les incendies sont dus à plusieurs causes possibles :

 Un desserrage des connecteurs qui augmentent la résistance de contact ce qui se traduit par
un échauffement anormal. C’est la raison pour laquelle il est vivement recommandé de
contrôler régulièrement les armoires et tableaux de distribution électrique avec une caméra
infra rouge qui décèle les échauffements.
 Un circuit mal protégé avec un court circuit : la câble s’échauffe anormalement jusqu’à
provoquer un incendie.
 L’introduction de corps étrangers entre les conducteurs qui provoquent un échauffement
anormal
 Suite à une inondation, l’eau plus ou moins mélangée à des poussières conductrices met en
contact les conducteurs, cela provoque un échauffement, l’évaporation de l’eau et il ne reste
plus que des dépôts qui charbonnent, deviennent de plus en plus conducteurs et s’échauffent
 Une ligne de section insuffisante face au courant qui la traverse et qui s’échauffe
anormalement
 Un claquage d’un isolant qui charbonne devient conducteur et s’échauffe
 Remplacement de fusibles par des calibres plus important et mal adaptés aux lignes à
protéger
 Bricolages divers : fusibles shuntés, câbles mal réparés, branchements pirates,…
Vérification de conformité des canalisations électriques
Une nécessité
Attention : Dans les anciennes installations il faut s’attendre à trouver des canalisations hors normes
voire vétustes et dangereuses. Si un tel constat est fait il faut obligatoirement faire un rapport à la
hiérarchie préconisant une mise à niveau de l’installation et conserver le double de ce rapport ce qui
dégage la responsabilité du technicien de maintenance en cas d’accident ultérieur.

Une installation électrique est constituée de différents circuits. La canalisation de chaque circuit
comporte trois conducteurs de même section : un conducteur de protection (la terre) bicolore
vert/jaune, un conducteur neutre de couleur bleue et un conducteur de phase d'une couleur autre que
jaune/vert, jaune, vert ou bleu.

Vérifier que les sections des conducteurs sont bien adaptés

Puissance maxi - Section conducteurs - Protection du circuit

disjoncteur
tension 220 V en mm² (cu) fusible
divisionnaire

2,2 kW 1,5 10A 15A

3,3 kW 2,5 16A 20A

4,4 kW 4,0 20A 25A

6,6 kW 6,0 32A 30A

Tableau de correspondance des intensités et des sections de conducteurs

Vérification de la prise de terre

La mise à la terre consiste à relier à une prise de terre, par un fil conducteur, les masses métalliques
qui risquent d'être mises accidentellement en contact avec le courant électrique par Suite d'un défaut
d'isolement dans un appareil électrique.
D'une part la mise à la terre permet d'écouler les courants de fuite sans danger. D'autre part, en
association avec un dispositif de coupure automatique (disjoncteur différentiel), elle assure la mise
hors tension de l'installation électrique.

Une bonne prise de terre doit avoir une résistance électrique déterminée en fonction de la sensibilité
du dispositif différentiel de l'installation de la maison. Avec un disjoncteur E.D.F. de branchement
différentiel sélectif (type S) de 500 mA, la résistance maximale de la prise de terre doit être de 100
ohms.

Cette résistance dépend des dimensions de l'électrode de prise de terre, de sa forme et de la


résistivité du terrain, sachant que cette résistivité varie suivant la profondeur, le taux d'humidité et la
température.

La connexion doit être sûre, durable et protégée contre la corrosion. Les canalisations de terre et les
conducteurs de protection doivent être protégés mécaniquement dans les traversées de planchers et
parois et ne jamais être encastrés directement. Les liaisons sont réalisées avec des fils conducteurs
de section précise :

Le conducteur de terre qui assure la liaison entre la prise de terre et la barrette de mesure : 16 mm2
en cuivre isolé ou 25 mm2 en cuivre nu.
Le conducteur principal de protection qui assure la liaison entre la barrette de mesure et le tableau de
répartition : 6 mm2 pour un conducteur de phase de 6 mm2, 10 mm2 pour une phase de 10 mm2 ou
16 mm2 pour une phase de 16 mm2 ou plus.

Les conducteurs de protection qui vont du tableau de répartition aux appareils électriques et aux
prises de courant : 2,5 mm2 s'il est protégé mécaniquement ou 4 mm2 s'il n'est pas protégé.

On établit de préférence les prises de terre dans les fonds de fouille des bâtiments ou dans les caves
et, de toute façon, dans des endroits abrités de la sécheresse et du gel.

Une prise de terre doit être éloignée de tout dépôt ou infiltration qui peut la corroder : produits
chimiques, fumier, purin, etc.

Une prise de terre ne doit jamais être plongée dans l'eau.

L'utilisation de canalisations de distribution publique d'eau n'est pas autorisée par les distributeurs
d'eau.

Il est interdit d'utiliser comme prise de terre les canalisations d'eau, de gaz ou de chauffage central, et
les gaines métalliques des câbles

Valeur de la résistance de prise de terre


En fonction du relais différentiel, les résistances de terre maximum sont les suivantes :

Seuil du disjoncteur différentiel Valeur maximum de la résistance de terre


30 mA 1667 Ω
100 mA 500 Ω
300 mA 167 Ω
500 mA 100 Ω

Contrôle des prises de l’isolement

Une mesure précise doit être exécutée avec un mesureur d’isolement.


Selon la norme NFC 15 1000 les tensions de mesure et les résistances mesurées en fonction de la
tension nominales de réseaux sont les suivantes :

Tension nominale Tension appliquée pour l’essai Résistance minimum mesurée

Inférieure à 50 v 250 VDC (VCC) 0,25 MΩ


50 à 500 v 500 VDC (VCC) 0,5 MΩ
plus de 500 v 1 000 VDC (VCC) 1 MΩ

Mesures d’isolement (Chauvin arnoux)

Les conduits
Dans un certain nombre de cas, les canalisations électriques doivent obligatoirement être réalisées
sous conduits, c'est-à-dire que les fils conducteurs ou le câble sont enfilés dans un conduit, qu'on
appelle couramment une gaine. Un conduit peut être posé en apparent, en encastré ou dans les vides
de construction.
Caractéristiques des conduits étanches en matière plastique couramment utilisés :
 Isolant Rigide Ordinaire (IRO) ou Isolant Rigide Lisse (IRL), tube rigide, gris clair, vendu en
barre de 1, 2, 3 mètres ou plus.
 Isolant flexible Cintrable Ordinaire (ICO) ou Isolant Cintrable Annelé (ICA), tube annelé, vendu
en couronne de plusieurs mètres.
 Isolant Cintrable Déformable (ICD) ou Isolant Cintrable Transversalement élastique Lisse
(ICTL), tube annelé, vendu en couronne.
 Isolant Cintrable Transversalement élastique (ICT) ou Isoalnt Cintrable Transversalement
élastque Annelé (ICTA), tube annelé, vendu en couronne.

Les tubes ICD et ICT sont proposés en deux versions : de couleur orange, ils sont propagateurs de
flamme et doivent être obligatoirement noyés dans des matériaux incombustible ; d'une autre couleur,
ils ne sont pas propagateurs de flamme.

Important : un conduit doit porter des informations précises :


 la marque de conformité aux normes : NF - USE
 son diamètre extérieur en millimètres : 16, 20, 25, 32, 40, 50 ou 63
 son type : IRO, ICO, ICD, ICT (ou IRL, ICA, ICTL, ICTA)
 trois chiffres qui donnent ses contraintes mécaniques et sa tenue aux températures.

Voici quelques marquages courants de conduits courants de 25 mm de diamètres :


 NF - USE 25 (IRO) 305
 NF - USE 25 (ICO) 300
 NF - USE 25 (ICT) 390
 NF - USE 25 (ICD) 390

SE* 20 (

Les modes de pose


L'installation électrique des différents circuits peut être réalisée à l'aide de plusieurs modes
de pose :
 sous moulure ou plinthe plastiques avec des fils ou des câbles ;
 sous moulures ou plinthes bois avec des fils ;
 sous conduits en apparent, sur une paroi, avec des fils ou des câbles ;
 sous conduits encastrés dans une paroi avec des fils ou des câbles ;
 en vide de construction ou en vide sanitaire avec des fils sous conduits ou des câbles
 en enterré avec des câbles sous conduits ;
 en fixation directe sur une paroi avec des câbles ;
 dans une huisserie métallique avec des fils sous conduits ou des câbles ;
 dans une traversée de paroi avec des fils sous conduits ou des câbles.

Règles de poses sous conduits


L'impératif est qu'on doit pouvoir tirer et retirer facilement les fils ou les câbles après la pose des
conduits et de leurs accessoires. Pour cela, deux règles sont à respecter :
 Conducteurs rigides H07V-U ou H07V-R
 Conducteurs souples H07V-K

Attention au respect de ces règles impératives :


 Tous les conducteurs d'une même canalisation doivent avoir la même section.
 Un conducteur neutre ne peut pas être commun à plusieurs circuits.
 Le raccordement de conduits entre eux s'effectue à l'aide d'accessoires de raccordement :
manchons, boîtes...
 Les conduits doivent être posés de façon à éviter toute introduction d'eau ou toute accumulation
d'eau de condensation.

Les améliorations, remplacements, suppressions d’erreurs


Un réseau de distribution électrique est hautement évolutif en fonction des besoins de l’entreprise.
Le technicien devra souvent passer de la maintenance aux travaux neufs qui ne sont pas toujours
sous-traités. Il doit donc posséder de solides notions concernant la pratique et les normes des
installations électriques. D’autre part l’évolution de ces normes a rendu obsolètes de nombreuses
installations.

De nombreux bricolages sont constatés de la part d’utilisateurs peu avertis des risques :
« shuntages », éliminations de dispositifs de protections, branchements sauvages, provisoires,….

C’est ainsi que l’activité d’une usine d’agroalimentaire a été interrompue durant 4 heures parce que
des relais de protection différentiels avaient été supprimés. Ils causaient trop de disjonctages suite à
des prises de courant étaient aspergées régulièrement par les techniciens de surface.

Une autre erreur souvent constatée est le branchement de lignes électriques supplémentaires en
prolongement de celles existantes. Comme cela est expliqué en début de ce chapitre, au delà d’une
certaine distance de câble, la protection par fusible ou disjoncteur n’est plus efficace. Il faut donc
signaler et éliminer tous ces types de branchements additionnels. En cas d’incendie ou d’accident les
assurances ou les inspecteurs de la CPAM peuvent mettre en cause l’entreprise.

Enfin il faut vérifier le fonctionnement des disjoncteurs et voir si ils sont bien adaptés à leur utilisation
actuelle, laquelle peut avoir évoluée dans le temps.
Le Visa Promotelec sécurité électrique

Le Visa Promotelec sécurité électrique dans l’habitat existant comporte 2 volets :


 la reprise des spécifications du guide "Mise en sécurité de l’installation électrique"
 des spécifications complémentaires obligatoires. dispositif différentiel résistance de la prise

Mise en sécurité de l’installation

1. Un appareil général de commande et de protection


En principe c’est le disjoncteur de branchement, qui assure ces fonctions de coupure générale et
protection.

2. Protection par dispositif différentiel


L’ensemble de l’installation doit être protégé par un dispositif différentiel (disjoncteur ou interrupteur)
associé à une prise de terre.

3. Les sensibilités du disjoncteur différentiel de branchement et la valeur de la prise de terre


doivent être coordonnées pour assurer une protection efficace contre les contacts indirects :
IDn du dispositif différentiel Résistance de la prise de terre n’excédant pas
650 mA 77 ohms
500 mA 100 ohms
300 mA 167 ohms
100 mA 500 ohms
30 mA > 500 ohms

4. Liaisons équipotentielles dans les salles d’eau


Une liaison équipotentielle doit relier les masses et les éléments conducteurs (canalisations
métalliques, corps des appareils sanitaires métalliques, huisseries métalliques), du local contenant
une baignoire ou une douche. L’ensemble est connecté au réseau de terre.

5. Elimination des risques de contacts directs avec les éléments sous tension
L’emplacement des appareils électriques est réglementé et les salles d’eau divisées en trois zones de
risques différents (voir schéma). Les appareillages avec capot métallique ou cassé doivent être
changés. Tout risque de contact avec des éléments sous tension tels que conducteurs dénudés,
bornes accessibles, appareils détériorés doit être supprimé. Les conducteurs dont les isolants sont
défectueux doivent être remplacés.

Spécifications complémentaires

6. Un appareil général de commande dans le logement


Si l’appareil général de commande et de protection n’est pas dans le logement, installer dans celui-ci
un dispositif de coupure générale. L’appareil différentiel 30 mA peut assurer cette fonction.
7. Protection différentielle haute sensibilité (30 mA)
Un dispositif différentiel "Haute Sensibilité" 30 mA doit être installé en tête d’installation. Ce peut être
le disjoncteur de branchement, s’il est différentiel 30 mA.
8. Prise de terre et réseau de terre
Réaliser une prise de terre si elle n’existe pas (obligatoire quel que soit le type de logement) :
relier la prise de terre à la borne ou au répartiteur de terre du tableau de protection.

Spécifications particulières au logement en immeuble collectif


Si l’immeuble est dépourvu de prise de terre et de liaison équipotentielle principale, et dans l’attente
de leur réalisation (demandée au propriétaire, gérant ou syndic par lettre recommandée avec accusé
de réception), les dispositions suivantes doivent être prises :
 établir dans la cuisine une liaison équipotentielle en s’inspirant de celle réalisée dans le local
contenant baignoire ou douche (canalisations métalliques, eau chaude, eau froide, gaz,
vidange...)
 relier les deux liaisons équipotentielles à la borne du répartiteur de terre du tableau de
protection
 réaliser un conducteur de protection en attente, entre tableau de protection et palier ou gaine
tchnique.

Dans tous les logements (individuels ou collectifs)


 les circuits crées ou remplacés doivent comporter un conducteur de protection relié à a borne
du répartiteur de terre du tableau
 les prises de courant de ces circuits doivent donc comporter un contact de terre.

Protections des circuits


9. Les coupe-circuits constitués de fusibles à tabatières ou à broches doivent être remplacés par des
disjoncteurs divisionnaires phase + neutre ; on ne peut conserver que les coupe-circuits à cartouches
fusibles et les disjoncteurs divisionnaires NF-USE.

10. Les circuits nouveaux se protègent par des disjoncteurs phase + neutre de calibre adaptés à
la section du conducteur. Le sectionnement du neutre peut ne pas être réalisé immédiatement si les
conducteurs actifs de chaque circuit ne peuvent pas être repérés.

Section Cuivre (mm2) Calibre max. des disjoncteurs Calibres usuels


1,5 16 A 10 ou 16 A
2,5 25 A 16 ou 20 A
4 32 A 25 A ou 32 A
6 40 A 32 A
Courtant assigné max des
Diamètre (mm)
disjoncteurs
12/10 10 A
16/10 15 A (16 A)
20/10 20 A

11. Deux circuits spécialisés


L’installation doit comporter au moins deux circuits spécialisés (un seul si T1), en 2,5 mm 2 minimum,
issus du tableau général avec conducteur de protection, pour alimenter l’électroménager. S’ils
n’existent pas, il faut les créer.

12. Canalisations en bon état


Les fils souples anciens (fil torsadés, coton, caoutchouc, scindex, etc.) et les canalisations composées
de conducteurs anciens (isolant autre que PVC) doivent être remplacés par des canalisations
nouvelles.
Les conduits métalliques apparents avec conducteurs isolés PVC doivent être mis à la terre ou
démontés et remplacés par des matériaux isolants. L’isolement entre conducteur et terre, si elle
existe, doit être, sous 500 V, supérieur à 250 000 ohms.

13. Choix du matériel


Les matériels nouveaux mis en oeuvre doivent porter la marque NF-USE.
Pour tous renseignements sur les processus d’attribution des labels, les documents et les services

PROMOTELEC
Espace Elec, C.N.I.T., BP 9
2, place de la Défense
92053 Paris La Défense
Tél. : 01 41 26 56 60
Plan général d’une installation

Emplacement des appareils électriques dans la salle de bain :


 Jusqu’à 2,25 m au dessus du fond de la baignoire ou de la douche : proscrire tout matériel
électrique (sauf chauffe-eau).
 A moins de 0,60 m du bord de baignoire ou de la douche : matériel électrique de classe II et
protégé contre l’eau. Chauffe-eau possible.
Le Label Promotelec confort électrique
Le Label Promotelec confort électrique constitue une réponse adaptée aux besoins de confort, de
sécurité et de maîtrise des dépenses énergie
Il prend en compte la qualité et la mise en oeuvre de la construction et des équipements dans 5
domaines majeurs :
 bâtiment
 chauffage électrique
 eau chaude sanitaire
 installation électrique
 service associé.

Installation électrique
Protection des personnes
1. Il convient de protéger la totalité des circuits de l’installation (circuits prises, éclairage, chauffage,
etc.)par Dispositif(s) Différentiel(s) à Haute Sensibilité DDHS 30 mA pour :
 éliminer les risques d’électrocution (chocs électriques) par suite d’imprudence dans l’utilisation
des équipements
 un plus grand confort des utilisateurs par diminution du risque de déclenchement général.

Nombre de DDHS 30 mA à installer :

surface habitable nbre de DDHS 30 mA

S i 35 m 2 1

35 m 2 < S i 100 m 2 2
S > 100 m 2 3

2. La pleine optimisation des mesures visant à diminuer les risques de déclenchement général passe
par la pose de plusieurs DDHS et la mise en œuvre d’un disjoncteur de branchement sélectif.

Protection des biens


3. Chaque circuit de l’installation électrique doit être protégé par un disjoncteur divisionnaire.

Evolutivité
4. Le tableau de répartition électrique doit comporter une réserve d’extension constituée d’une rangée
libre de 12 modules au moins. Cette réserve peut être limitée à 30 % environ de l’équipement du
tableau dans les cas suivants :
 c logement de moins de 4 pièces
 c logement non équipé d’un chauffage électrique
 c un gestionnaire d’énergie est déjà installé.

5. Pour faciliter la modification des zones de chauffage :


c l’alimentation du ou des appareils ou système de
 chauffage d’une même pièce (convecteurs, panneaux rayonnants) doit être issue directement
du tableau de répartition.

6. tous les "fils pilotes" de programmation des thermostats indépendants ou incorporés aux appareils
doivent aboutir au tableau de répartition et être repérés pour en connaître l’affectation précise. Ce
repérage peut n’être visible qu’après démontage du tableau.

7. c la salle de bain échappe à l’obligation de ramener le fil de commande au tableau de répartition.


Elle peut ne pas être asservie au système de programmation.
Gestion de la puissance
8. Pour éviter des déclenchements sur appel de puissance exceptionnel et momentané du disjoncteur
de branchement, un dispositif de délestage agissant sur l’installation de chauffage électrique doit être
installé dans les logements de type T5 et plus.

Chauffage électrique
Caractéristiques
9. Convecteurs, panneaux rayonnants
 ils doivent avoir obtenu la marque de qualité NF Electricité Performance catégorie B
 les convecteurs doivent être estampillés "Elexence"
 les appareils doivent être équipés d’un thermostat électronique pouvant assurer, par
télécommande à partir d’un dispositif de programmation, quatre modes de fonctionnement :
confort - réduit - hors gel – arrêt (veille).
10. Cas des salles de bain
Les salles de bain doivent être équipées d’un système de chauffage qui, outre les convecteurs ou
panneaux rayonnants, peut être un appareil assurant la remise en température rapide associé à une
minuterie : convecteur soufflant, radiateur sèche-serviette...
Sa régulation doit être assurée par un thermostat de préférence électronique, incorporé ou
indépendant.
L’appareil doit avoir obtenu la marque NF Electricité.

11. Cas de solutions de chauffage intégrant des câbles ou films chauffants dans les parois
(plafond ou plancher rayonnant électrique "PRE"). Chaque pièce ou groupe de pièces en
communication permanente doit être équipée :
 d’un thermostat électromécanique portant la marque NF Electricité Performance catégorie B
ou électronique conforme à la norme NF/EN 60730 c ou d’une sonde de température
raccordée à un dispositif de régulation.

12. Sur le plancher rayonnant électrique, les programmations de courtes périodes de confort ou de
réduit sont déconseillées.

13. La température maximale de surface pouvant être atteinte ne doit pas dépasser 28 °C.

14. Les équipements de chauffage comportant des conducteurs isolés, sans armure, gaine ou autre
revêtement métallique doivent être protégés par des dispositifs à courant différentiel résiduel de
courant différentiel résiduel assigné au plus égal à 30 mA (NFC 15-100 753.1.1.).

15. Les équipements par câble chauffant doivent satisfaire aux conditions : (NF C 15-100 753.1.4)
puissance maximum (kW) section des conducteurs courant assigné des
230 V 400 V (A) (mm 2) disjoncteurs (A)
15 (ou 16)
1,7 3 1,5
3,4
6 2,5 25
4
4,2 7,3 32
38 (ou 40)
5,4 9,3 6

7,5
13 10 47 (ou 50)

La NF C 15-100 753.1.1 précise en outre :

16. les équipements de chauffage électrique comportant des conducteurs isolés, avec armure,
gaine ou autre revêtement métallique mis à la terre, doivent être protégés par des dispositifs
différentiels de sensibilité i 500 mA.
17. en pratique un dispositif de protection différentiel 30 mA doit être prévu par longueur de
conducteurs chauffants de puissance i 13 kW.
Pour tous renseignements sur les processus d’attribution des labels, les documents et les services

PROMOTELEC
Espace Elec, C.N.I.T., BP 9
2, place de la Défense
92053 Paris La Défense
Tél. : 01 41 26 56 60

Exemple d'installation
 Habitat individuel neuf.
 T5 140 m 2 .
 Tarification Base.
 Le reste de l'installation sera câblé suivant l'exemple page 653.
Type de chauffage électrique : Vivrélec 2, mixte avec planchers rayonnants et convecteurs ; 2 zones
avec programmation de réduits sur convecteur, en option sur plancher rayonnant
Le Label Promotelec Eclairage

Domaine d’application
Ce label PROMOTELEC Eclairage est attribué lors du premier aménagement ou de la rénovation de
l'installation d'éclairage des boutiques et des magasins de vente de toute nature, d'une surface au sol
totale de vente, vitrines comprises ne dépassant pas 400 m 2, ouvrant sur une voie extérieure ou
couverte, accessible à tout public.
Ce label ne prend en compte ni l'éclairage extérieur de la façade du magasin, ni les enseignes
lumineuses, ni l'éclairage de sécurité.

Extraits des spécifications PROMOTELEC pour l’éclairage de magasins de vente


Avec ce label, PROMOTELEC met à la disposition des aménageurs de magasins (concepteurs,
installateurs, électriciens...) et des exploitants un moyen simple de définir et identifier les installations
d'éclairage répondant d'une façon générale aux exigences des magasins de vente.
Les installations ainsi réalisées s'adaptent sans difficulté majeure à la politique commerciale et à la
nature des produits présentés dans le local considéré.
Le label est décerné aux installations conformes aux spécifications figurant dans le présent document
et mises en services dans les conditions devant assurer leur entretien rationnel.

Installation électrique
L'installation nécessaire à l'alimentation électrique de l'éclairage doit être conforme :
 aux prescriptions de la NF C 15-100
 au règlement de sécurité des établissements recevant du public (ERP) pour le type et la
catégorie
 d'établissement concerné, notamment pour les établissements de type M
 au décret 88-1056 du 14.11.88 relatif à la protection des travailleurs dans les établissements
qui mettent en oeuvre des courants électriques
 le cas échéant, au réglement des immeubles de grande hauteur (IGH).

De plus l'installation électrique de l'éclairage doit être conforme aux spécifications complémentaires :
 l'appareillage mis en oeuvre doit porter la marque "NF USE"
 chaque circuit terminal doit être protégé par un disjoncteur divisionnaire
 chaque circuit terminal ne doit assurer qu'une seule fonction :
o soit l'alimentation d'appareils d'éclairage fixés au plafond ou au mur, et dans ce cas ce
type de circuit alimente au maximum huit points d'utilisation (luminaires ou rails
d'alimentation)
o soit l'alimentation (en 2,5 mm 2 cuivre) d'au maximum huit socles de prises de
courant destinées uniquement à l'éclairage
 des circuits distincts sont à prévoir pour l'éclairage de la surface de vente et de la vitrine.

Installation de l'éclairage de la surface de vente


Dans la surface de vente sont pris en compte :
o l'éclairage général
o les éclairages complémentaires
o l'installation de prises de courant destinées uniquement à l'éclairage.

L'éclairage général comporte au minimum deux circuits d'éclairage. Un de ces circuits est
impérativement destiné aux zones de circulation.
Les éclairages complémentaires comportent autant de circuits que nécessaires à l'éclairage
d'accentuation de diverses zones : présentoirs, caisses, gondoles, podium... Ces circuits peuvent
comporter l'appareillage assurant tout ou partie de la modulation ou de la gradation de l'éclairage.
Les prises de courant destinées à l'éclairage sont installées à raison d'au moins une prise (16 A+T)
par 25 m2.

Installation de l'éclairage de la vitrine


Les vitrines donnant sur l'extérieur du magasin doivent comporter au minimum 4 circuits
indépendants :
o un circuit destiné à l'éclairage général de base, éventuellement programmé avec horloge ou
cellule
o au moins deux circuits d'éclairage complémentaires d'accentuation, un de ces circuits doit
pouvoir être utilisé exclusivement en dehors des heures d'ouverture du magasin (éclairage de
nuit)
o un circuit prise de courant, destiné uniquement à l'éclairage, à raison d'au moins une prise (16
A+T) tous les deux mètres linéaires de vitrine.

Installation de luminaires très basse tension (TBT)


L’alimentation en très basse tension ( moins de 50 volts) nécessite de prendre quelques précautions :
o les conducteurs ou les câbles situés en aval du transformateur ou du convertisseur
électronique doivent être de section appropriée au courant d’emploi (qui peut être très élevé
en TBT)
o les transformateurs et les convertisseurs doivent être "de sécurité" (protégés contre les
courts-circuits, les surcharges et les échauffements intempestifs) et conformes aux normes
(NF EN 07-2 pour les transformateurs, NF EN 61046,
o NF EN 61047, NF EN 55014 et NF EN 55015 pour les convertisseurs électroniques). Ils
doivent répondre aux conditions fixées par la directive européenne sur la compatibilité
électromagnétique
o la ligne d’alimentation et chaque circuit d’éclairage doivent être protégés contre les courts-
circuits et les surcharges
o en cas d’installation en faux plafonds, les accès aux appareillages et aux protections doivent
rester faciles.
o Aucun appareil ne doit être couvert ou enfermé par des matériaux thermiquement isolants
(sauf appareils prévus pour cela)
o les prescriptions concernant les installations TBT sont réunies dans le guide UTE C15-559.
Extraits des spécifications PROMOTELEC pour l’éclairage de
salles de classe et de bureaux

Domaine d’application
PROMOTELEC met à la disposition des responsables de locaux scolaires ou à usage de bureaux,
des prescripteurs, maîtres d'ouvrage, maîtres d'oeuvre et installateurs, un moyen simple de définir et
identifier les installations d'éclairage répondant aux exigences du travail dans ces locaux.
Le label est décerné aux installations conformes aux spécifications figurant dans le présent document
et mises en services dans les conditions devant assurer leur entretien rationnel.

Ce label PROMOTELEC Eclairage est attribué :


 aux salles de classe des établissements primaires, secondaires ou supérieurs,
d'enseignement général ou technique
 aux locaux à usage de bureaux non spécialisés lors de :
o la rénovation totale ou partielle d'une installation
o l'aménagement de locaux neufs.

Installation électrique
Sécurité
L’installation électrique des locaux concernés par le label doit être conforme aux règlements et aux
normes suivants :
 prescriptions de la NF C 15-100
 règlement de sécurité des établissements recevant du public (ERP) :
o règles générales : arrêté du 25/06/1980
o règles particulières aux établissements de type R (établissements d'enseignement) :
arrêté du 04/06/1982
o règles particulières aux établissements de type W (administrations, banques, bureaux) :
arrêté du 21/04/1983
 au décret 88-1056 du 14/11/1988 relatif à la protection des travailleurs dans les
établissements qui mettent en oeuvre des courants électriques
 le cas échéant, au règlement des immeubles de grande hauteur (IGH) : arrêté du 18/10/1977.

Conception
Cette installation doit comporter :
o un double allumage de l'éclairage général (de préférence deux luminaires ou circuits de
luminaires,
o installés le premier côté fenêtre et le second du côté opposé, ceci afin de pouvoir adapter le
niveau d'éclairement en cours de journée en fonction des apports de l'éclairage naturel)
o une protection des circuits terminaux d'éclairage et de prises de courant assurée par des
coupe-circuits à fusibles ou, mieux, par des disjoncteurs divisionnaires.

Dans chaque salle de classe, prévoir :


 un allumage indépendant pour l'éclairage du tableau
 la disposition de deux prises 16 A+T côte à côte (pour TV et magnétoscope) et d'une prise en
fond de classe (pour projecteur) (prises et interrupteurs de type encastré, à fixation par vis, et
portant l'estampille "NF USE").

Dans chaque bureau, prévoir :


 à chaque poste de travail, trois prises 16 A+T côte à côte :
o une pour l'éclairage spécifique à chaque poste
o deux pour l'équipement bureautique, alimentées par un circuit spécifique (prises et
interrupteurs portant l'estampille "NF USE").
Pour tous renseignements sur les processus d’attribution des labels, les documents et les services
PROMOTELEC
Espace Elec, C.N.I.T., BP 9
2, place de la Défense
92053 Paris La Défense
Contrôle des batteries
Utilisation des batteries

Elle alimentent les onduleurs destinés à alimenter le réseau en cas de coupure du secteur électrique.
Elles sont également utilisées sur les véhicules.

Contrôles à effectuer
Afin d'éviter la sulfatation, les plaques de batterie doivent être en permanence recouvertes par
l'électrolyse. Vérifier le niveau dans chaque élément et le compléter en respectant les points suivants:
 au démontage de la batterie, toujours commencer par retirer le fil négatif afin d'éviter les
éventuels courts circuits (si l'outil utilisé vient à toucher accidentellement une partie métallique).
 au remontage, procéder à l'inverse en commençant par le fil positif.
rajouter uniquement de l'eau distillée ou déminéralisée (ne jamais utiliser l'eau du robinet car
trop calcaire, ni l'eau de pluie car charger d'impuretés).
 respecter les repères min et max. sous peine de faire déborder l'acide et oxyder les pièces
touchées.

S'assurer du bon cheminement du tube de mise à l'air libre ou de la bonne ventilation du caisson.

Toujours maintenir les cosses et bornes parfaitement propres afin d'éviter les problèmes de faux
contacts (source de mauvais démarrage, en autre).

Gratter le gros de la pellicule de sulfate en utilisant une brosse métallique. Laver les bornes à l'eau
chaude en utilisant une solution de bicarbonate de soude pour dissoudre le sulfate.

Après rinçage et séchage, rebrancher les fils (positif en premier) en serrant correctement les vis.
Enduire les bornes d'une fine couche de graisse au silicone.
Si les bornes sont graissées avant de rebrancher les fils, il faut employer un graisse graphité afin
d'assurer un bon contact électrique.
Dépannage des circuits de distribution électrique

Observer l’installation et recueillir toutes les informations

Vérifier sa conformité aux normes. Il vaut peut être mieux éviter de réparer une installation vétuste et
dangereuse. Vérifier l’état des fusibles, des disjoncteurs.

Se munir si possible du schéma de branchement. Cela fera gagner un temps précieux pour localiser
les câbles et les éléments susceptibles d’être en panne. Demander si nécessaire aux utilisateurs. Y a-
t-il eu des modifications à l’installation ? (pose de prises supplémentaires, ajout de câbles,…)

Vérifier si l’installation est dans des conditions normales de fonctionnement : présence de poussière,
d’humidité. Relever les travaux effectués à proximité des lignes et canalisations électriques, y a-t-il eu
des inondations, des travaux ?

Emettre le diagnostic
Il faudra pour cela effectuer la plupart du temps des mesures sous tension. Consulter la chapitre
suivant sur l’habilitation qui décrit les conditions sous lesquelles il est possible d’effectuer des
mesures.
Tableau de réflexion logique

Symptôme Réflexion Action


Disjonctage Elément en court circuit ou phase à la terre Sous tension (pour disjonctage
immédiat masse) seulement)
Ou fusion de Déconnecter par le moyen des
fusible immédiate Si le disjoncteur est muni d’un relais fusibles, des interrupteurs ou les
Si on tente de différentiel la cause du disjonctage peut borniers les lignes de départ au
réenclencher le être aussi bien un court circuit franc qu’une tableau de distribution et remettre la
disjoncteur il se mise à la masse. tension jusqu’au moment ou le
bloque ou se Exceptionnellement cela peut être la mise disjonctage cesse. Investiguer alors
déclenche aussitôt. en service d’un appareil de trop forte sur le dernier départ de ligne qui a
Si on remplace le consommation. été déconnecté.
fusible il fond
aussitôt. Hors tension (pour disjonctage ou
fusion de fusible)
Contrôle fuite à la masse
Enlever les sectionneurs d’arrivée
de la tension. Placer un ohmmètre
entre chaque phase et la terre et
rechercher la cause d’un éventuel
court circuit en procédant par
élimination des différents départs de
ligne. Si de nombreux appareils sont
connectés la résistance de quelques
ohms se confondra avec un éventuel
court circuit. Il faut donc pour cela
déconnecter les appareils.
Contrôle de court circuit entre
phases
Si tout est OK vérifier la résistance
entre chaque phase, appareils
déconnectés.

Disjonctage ou Cela provient probablement d’une


fusion de fusible surintensité
différés
Le défaut est apparu après la mise en Augmenter le calibre du fusible ou
service de nouveaux appareils ou lors du disjoncteur après avoir vérifier
de la mise en service de plus que la section des câbles et
d’appareils que la normale : le calibre du compatible avec les puissances
disjoncteur ou du fusible est insuffisant. La consommées.
surintensité est légèrement supérieur au
courant de coupure ce qui explique les
délai avant fusion ou disjonctage.

Il n’y a aucune raison apparente : cela Procéder par élimination des


peut être du au mauvais fonctionnement différents départs de ligne.
d’un appareil (blocage de moteur, un court Tester les appareils en les agitant ou
circuit non franc (corps étranger en cognant dessus.
mouvement),
Symptôme Réflexion Action
Fonctionnement La mise en service d’un appareil peut Contrôler le neutre en mesurant sa
anarchique de déclencher celle d’un autre appareil. tension par rapport à la masse.
l’installation Suspecter une coupure du neutre (voir Il doit y avoir au plus quelques volts.
explication dans le paragraphe précédent)

Un partie de Coupure d’une phase Contrôler les fusibles, sectionneurs,


l’installation de connecteurs.
fonctionne pas, un
ou des moteurs en
triphasé ne tourne
pas à sa vitesse et
« grogne »

Echauffement des La section des conducteurs est trop faible Consulter les tableaux de sections
câbles au vu de l’intensité des conducteurs au vu de l’intensité
nominale passant dans les câbles.

Fonctionnement Coupure intermittente d’un câble Vérifier les cordons souples. La


inetrmittents coupure est très souvent au ras des
colliers de fixation ou du presse
étoupe de la prise de courant.

Effectuer la mise en sécurité


Séparation
L'installation doit pouvoir être séparée de sa source d'énergie par un dispositif de sectionnement
agissant directement sur les circuits de puissance.
Au-delà de 500 V, ce sectionnement doit être réalisé par un dispositif (interrupteur-sectionneur,
sectionneur...) garantissant une séparation pleinement apparente. Cette disposition peut être réalisée,
soit par la vue directe des contacts séparés, soit par un asservissement présentant une bonne fiabilité
entre la position des contacts et celle de l'organe extérieur de manœuvre reflétant cette position
(article 7-6 de la norme NF C 63-130).
Si les circuits de commande sont alimentés indépendamment des circuits de puissance, leur
séparation est nécessaire.

Attention au risque de confusion des circuits:


 le verrouillage par transfert de clefs est actuellement le seul système qui, par conception, rend
matériellement obligatoire la procédure de consignation et empêche toute confusion de circuit;
 l'appareil de séparation permettant d'isoler une machine, une installation ou partie
d'installation, doit être parfaitement et durablement identifié (par étiquetage...);
 dans tous les cas, l'installation de l'interrupteur-sectionneur au plus près de la zone à isoler
est vivement conseillée.

Condamnation
La condamnation des appareils de séparation en position d'ouverture doit être, dans le cas général,
réalisée par des dispositifs de verrouillage tels que cadenas ou serrure.
Les clefs non spécifiques (ex. carrés, triangles, cadenas standard à clefs identiques...) ne doivent pas
être utilisées.
Toutefois, dans les installations du domaine de tension inférieure à 500 V en courant alternatif,
l'apposition d'une pancarte interdisant la manoeuvre du dispositif de sectionnement est admise
lorsque ce dispositif n'est pas conçu pour permettre le verrouillage mécanique.
Vérification
Dans tous les cas, la vérification de l'absence de tension doit être effectuée au plus près du lieu de
l'intervention et avec des vérificateurs de tension normalisés (normes NF C 18-310 ou NF C 18-311), à
l'exclusion des appareils de mesurage et des détecteurs (voltmètre, tournevis testeur...).
Dissipation
La dissipation des énergies accumulées (mise au niveau d'énergie le plus bas) doit comporter la
décharge des condensateurs éventuels.
Elle comprend également la mise à la terre et en court-circuit des conducteurs qui est obligatoire à
partir de 500 volts en courant alternatif, fortement recommandée en dessous.

Quelques erreurs à ne pas commettre

La séparation est ici réalisée sur une armoire électrique.

Fautes commises :
- Armoire ouverte et non cadenassée
- Fusibles laissés à proximité : quelqu’un peut les
remettre
- Absence de signalisation : (Ne pas rebrancher !)

Cette armoire est verrouillée par un procédé « multi


cadenas » dans lequel chaque intervenant a une clé.

La position du sectionneur est visible.

Faute commise :
- Absence de signalisation : (Ne pas rebrancher !)

Pour plus de précisions consulter le chapitre « sécurité des interventions et travaux


électriques»
Faire la réparation
Changer les éléments défectueux : câble, cartouches fusibles. En cas de fusion de cartouche fusible
en triphasé suite à une surintensité, il est conseillé de remplacer également les 2 autres cartouches
qui ont subies un échauffement et peuvent être endommagées.
En cas d’installation vétuste il faut refaire l’installation plutôt que la remettre en l’état initial.
Refermer les armoires, vérifier le serrage des borniers.

Contrôler avant remise sous tension


La remise en service du réseau doit suivre des procédures rigoureuses.
Avant la remise sous tension s’assurer :
- Qu’aucune personne n’effectue de travaux sur les conducteurs électriques
- Qu’aucun moteur ou autre appareil ne démarrera intempestivement. Ceci doit normalement être
impossible si l’appareil est en conformité avec les normes européennes de sécurité.
Refermer les appareils, boîtiers de raccordement si il n’ y a plus de mesures à effectuer.
Par précaution passer les contrôleurs universels de position ohmètre à position voltmètre cela évitera
de les détériorer.
Enlever les cadenas des sectionneurs.
Contrôler le bon fonctionnement du réseau.

Contrôle des prises de terre


Avant de remettre en service il faut vérifier la prise de terre si le moindre doute subsiste sur sa qualité.
Un essai sommaire peut être de placer une ampoule entre la phase et la terre. SI le différentiel se
déclenche c’est que la terre est apparemment correcte pour un courant de fuite de 180 mA environ.
Mais il est de loin préférable de mesurer dans les règles de l’art la résistance de prise de terre.
Normalement cette résistance doit être effectuée régulièrement lorsque la tension sera remise..

Pour plus de précisions consulter le chapitre « sécurité des interventions et travaux


électriques»

Enlever les sécurités


Procéder à la déconsignation. Enlever les panneaux de sécurité.
Vérifier que personne n’est en contact avec les conducteurs. Vérifier les appareils connectés et
évaluer ce qui se passera si on les remet sous tension. Avertir de la remise sous tension.

Pour plus de précisions consulter le chapitre « sécurité des interventions et travaux


électriques»
.
La sécurité des interventions et travaux électriques
Les travaux sur les installations électriques sont soumis à une législation précise en raison des
dangers qu’ils présentent pour les personnes.

Le cadre réglementaire est le suivant:


 Les ouvrages de production électrique sont régis par le décret du 14 nov. 1988.
 Les réseaux publics de distribution couvrent les ouvrages faisant l'objet de concessions et leur
réalisation est régie par l'arrêté interministériel du 2 avril 1991.
 Les installations font l'objet du décret n° 88-1056 du 14 nov. 1988 (M. Travail). Les deux types
d'ouvrages et de réseaux admettent le principe du travail sous tension dans le cas des
installations, cependant il s'agit d'une exception.
 En outre, pour les ouvrages de production et les réseaux, le personnel doit avoir reçu un titre
d'habilitation et un carnet de prescriptions de sécurité.

Quelques définitions
 Travail: action préalablement étudiée dont le but est de réaliser, de modifier ou d'entretenir
une installation ou un équipement.
 Intervention: action dont le but est de remédier rapidement à un défaut d'ordre électrique
susceptible de nuire à la sécurité du personnel ou au fonctionnement normal d'un
équipement.
 Manœuvre: suite d'opérations conduisant à un changement d'état d'une installation électrique
(mise sous ou hors tension, bouclage, inversion, etc.) par action sur des appareils
spécialement prévus à cet effet.
 Installation électrique: ensemble des matériels et canalisations assurant la production, la
connexion et la distribution de l'énergie électrique. .
 Équipement électrique: canalisations et appareillage des moteurs et autres appareils
utilisant l'énergie électrique (y compris les circuits de commande et de protection).
 Condamnation: suite d'opérations nécessaires pour maintenir un appareil dans une position
déterminée, pour interdire ses manœuvres et pour signaler son état. .
 Consignation: suite d'opérations conduisant à la mise hors tension d'une installation ou d'un
équipement en vue d'y effectuer des travaux ou des interventions en toute sécurité.
 Zone protégée: partie consignée d'une installation ou d'un équipement, permettant la
création d'une ou plusieurs zones de travail.
 Zone de travail: zone située à l'intérieur de la zone protégée et affectée, par la personne
dirigeant les travaux, au personnel de son équipe.
 Voisinage: (de pièces nues sous tension), l'une des zones suivantes, dont les limites de
distances varient suivant la tension de l'installation (risque de contact ou d'amorçage) :
- distance de tension,
- distance de garde,
- distance minimale d'approche,
- au voisinage.
L’habilitation
Définition
L'habilitation est obligatoire pour les opérations sur les réseaux ainsi que dans les ouvrages de
production (décret du 16 fév. 1982).
Pour les installations (décret du 14 nov. 1988) l'habilitation est recommandée aux personnels
d'entretien, chargés des travaux ou de manœuvres d'ordre électrique.
Une habilitation est la désignation, par l'employeur, des attributions ou des opérations qui peuvent être
confiées à une personne.

Conditions d’habilitation
L’habilitation n’est pas directement liée à la classification professionnelle ou hiérarchique.
Pour pouvoir être habilité, le personnel doit avoir reçu :
 une formation relative à la prévention des risques électriques ;
 les instructions nécessaires pour le rendre apte à veiller à sa propre sécurité et à celle du
personnel qui est placé éventuellement sous ses ordres.
C’est la reconnaissance, par l’employeur, de la capacité d’une personne à accomplir en sécurité les
tâches fixées.

Matériellement c'est une carte ou un document dactylographié, portant un certain nombre d'indications
relatives, d'une part, au titulaire et à l'entreprise, d'autre part, aux fonctions ou attributions qui lui sont
dévolues, pouvant être symbolisées par un code.

Domaine d’utilisation :
L’habilitation est nécessaire notamment pour :
*0 assurer la fonction de surveillant de sécurité.
*1 accéder sans surveillance aux locaux réservés aux électriciens ;
*2 exécuter des travaux ou des interventions d’ordre électrique ;
*3 diriger des travaux ou interventions d’ordre électrique
*4 procéder à des consignations d’ordre électrique ;
*5 effectuer des essais, des mesurages ou vérifications d’ordre électrique ;
Conditions d’habilitation
L’employeur est tenu de s’assurer que les personnes à habiliter possèdent les connaissances
suffisantes :
*6 sur les dangers de l’électricité
*7 sur les règles de sécurité
*8 sur la conduite à tenir en cas d’accident
*9 sur les mesures de prévention

Il doit également s’assurer que ces personnes :


*10 possèdent les aptitudes nécessaires à la réalisation des tâches visées par l’habilitation ;
*11 présentent un comportement compatible avec la bonne exécution de ces opérations.

Tableau et symboles des habilitations


Les habilitations sont codifiées de deux façons:

Selon la tension des ouvrages:


Première lettre :
 B : ouvrage du domaine B.T. ou T.B.T.
 H : ouvrage du domaine H.T.

Deuxième lettre :
 R : le titulaire peut procéder à des interventions de dépannage, de raccordement, mesurages,
essais, vérifications ; ce type d’habilitation ne peut être délivré que pour des ouvrages du
domaine B.T. et T.B.T. ;
 C : le titulaire peut procéder à des consignations ;
 T : le titulaire peut travailler sous tension ;
 N : le titulaire peut effectuer des travaux de nettoyage sous tension ;
 V : le titulaire peut travailler au voisinage d’installations du domaine indiqué.

Selon les attributions du titulaire:


Cela se traduit par un indice numérique :
*12 0 : personnel réalisant exclusivement des travaux d’ordre non électrique et/ou des
manoeuvres permises ;
*13 1 : personnel exécutant des travaux d’ordre électrique et/ou des manoeuvres ;
*14 2 : personnel chargé des travaux d’ordre électrique.

L’habilitation d’un indice numérique déterminé entraîne la ou les habilitations d’indice inférieur
exclusivement sur les ouvrages du même domaine de tension et pour une même nature
d’intervention. Par exemple : H2 entraîne H1 et H0 et B1 entraîne B0;

Habilitation B.R.
Elle entraîne l’habilitation B1. Elle permet à son titulaire de remplir les fonctions de chargé de
consignation (C.C.) pour son propre compte et celui des exécutants qu’il dirige lors d’une intervention.

Habilitation B.C. ou H.C.


Elle n’entraîne pas l’attribution des autres types d’habilitation et réciproquement.

Nota : des habilitations spéciales non symbolisées peuvent être délivrées pour les besoins particuliers.
Elles figureront de façon explicite sur le titre d’habilitation à la rubrique "autorisations spéciales" (ou
"interdictions spéciales") et sur la ligne "habilités spéciaux".

Le titre d’habilitation doit comporter


 la codification symbolique (lettres et indices) sauf cas des habilitations spéciales ;
 la définition du champ d’application (domaines de tension et ouvrages) ;
 les opérations pour lesquelles le titulaire est habilité ;
 l’autorisation éventuelle de travailler au voisinage de pièces nues sous tension ;
 les limitations éventuelles à certains ouvrages ;
 les indications figurant à la rubrique "avis" ;
 la durée de validité si nécessaire.

Validité du titre d’habilitation


 Les habilitations pour les travaux sous tension (T.S.T.) c’est-à-dire comportant la lettre T
(ou N pour le nettoyage) ne sont valables que pour l’année civile en cours.
 Les autres titres d’habilitations n’ont pas de durée limite de validité " imposées".

Renouvellement de l’habilitation
L’habilitation doit être révisée à chaque fois que cela s’avère nécessaire :
 mutation avec changement de dépendance hiérarchique
 changement de fonction
 interruption de la pratique pendant une longue durée
 restriction médicale
 modification importante des ouvrages
 évolution des méthodes de travail

Désignation du personnel
L’habilitation n’autorise pas, à elle seule, un titulaire à effectuer de son propre chef des opérations
pour lesquelles il est habilité. Il doit, être désigné par son employeur pour l’exécution de ces
opérations. L’affectation à un poste de travail peut constituer une désignation implicite.
Résumé
Basse tension Haute tension
Opérations Opérations
Habilitation du
personnel Travaux Travaux
Hors Au Interventions Hors Au
tension voisinage tension voisinage
Non électricien B0 B0V / H0 H0V
Exécutant
B1 B1V / H1 H1V
électricien
Chargé de
B2 B2V / H2 H2V
travaux
Chargé
/ / BR / /
d'interventions
Chargé de
BC / / HC /
consignation
1ère lettre : domaine de tension.

Le chiffre : niveau de compétence.

Habilitation B 1 V 2ème lettre : nature des opérations (V, C, R, T).

Travailler ou intervenir :

B : caractérise les ouvrages du domaine BT et TBT

H : caractérise les ouvrages du domaine HT

Nature des opérations :

R : interventions de dépannage, raccordements, mesurages, essais et vérifications sur les


ouvrages
de type BT UNIQUEMENT

C : le titulaire peut procéder à des consignations


T : le titulaire peut travailler sous tension

N : le titulaire peut effectuer des travaux de nettoyage sous tension

V : le titulaire peut travailler au voisinage de pièces sous tension

Indices numériques :

Indice 0 : Réalisation de travaux d’ordre NON ELECTRIQUES

Indice 1 : Exécution de travaux d’ordre électrique ou des manœuvres

Indice 2 : Chargé de travaux d’ordre électrique quel que soit le nombre d’exécutants
sous ses ordres
Les travaux exécutés dans un environnement sous tension

Dans quel cas peut on travailler sous tension ?


En application du décret du 14 nov. 1988, les travaux sous tension ne peuvent être réalisés
qu'exceptionnellement et si l'on se trouve dans l'un des trois cas suivants:
 La mise hors tension de l'installation ou de l'équipement peut mettre en danger la vie ou la
santé des personnes.
 Des nécessités impérieuses d'exploitation empêchent la mise hors tension de l'installation ou
de l'équipement : installation à feu continu, processus chimique, etc. mais pas des arrêts
occasionnant des pertes d'exploitation.
Il faut bien insister sur ce dernier point : les contraintes de production ne sont pas une
raison suffisante pour travailler sous tension.
 La nature même des travaux ou des interventions exige la présence de la tension (vérification
des circuits, réglage des relais, ou d'appareils de mesure, recherche et localisation de
défauts, etc.).

L’environnement
L’environnement décrit la façon dont le personnel peut s’approcher des pièces sous tension
dans la mesure ou il n’est pas possible de procéder autrement..

Des zones précises ont été définies avec des règles particulières d’accès.

Les différentes zones d’environnement

Zone 1
Définition
Elle concerne aussi bien les domaines H.T. que B.T..

L’opérateur évolue en zone 1


*15 lorsqu’il se trouve d’une part à une distance des pièces nues sous tension supérieure
à la distance limite de voisinage (DLV) c’est-à-dire :
- 30 cm des pièces nues sous tension en B.T. (< 1000V)
- 2 m des pièces nues sous tension en H.T. (< 50 kV)
- 3 m des pièces nues sous tension en H.T. (< 250 kV)
- 4 m des pièces nues sous tension en H.T. (> 250 kV)

*16 dès le franchissement de la limite d’un local ou emplacement d’accès réservé aux
électriciens (poste de transformation, armoire), ou hors de ces locaux ou emplacements
réservés, dès que la distance par rapport aux pièces nues sous tension est inférieure à 3m
(tension inférieure à 50 000 volts).

*17 dès le début de l’ascension d’un pylône de ligne en conducteur nu quelle que soit la
tension

Accès en zone 1
Pour entrer en zone 1 le personnel doit être désigné par l’employeur et soit :

*18 habilité pour le domaine de tension ;

*19 non habilité mais titulaire d’une habilitation non adaptée au domaine de tension et
dans ce cas il doit :
- recevoir une consigne écrite ou verbale ;
- être surveillé en permanence par une personne habilitée et désignée à cet effet, sauf si la
limite de voisinage est matérialisée.

Zone 2

Définition
Elle concerne le domaine Haute Tension (> 1000 volts). Elle est appelée zone de voisinage.

Elle est comprise entre :


*20 la distance minimale d’approche (D.M.A.) calculée par la formule suivante :

D.M.A. = 0,005 Un + g

DMA : en mètres
Un : tension en Kilo volts
g : distance de garde fixée à 0,50 m

La D.M.A. ne peut être inférieure à 0,60 m


*21 et d’autre part la distance limite de voisinage (D.L.V.) ayant pour valeur :
- 2 m pour les tensions inférieures ou égales à 50 kV
- 3 m pour les tensions inférieures ou égales à 250 kV
- 4 m pour les tensions supérieures à 250 kV
Ainsi pour une tension de 100 000 V la D.M.A sera de 1mètre

Accès en zone 2
Pour entrer en zone 2 il faut remplir les conditions suivantes :
*22 e surveillant de sécurité ou responsable des travaux possède une autorisation de
travail.
*23 Une instruction permanente de sécurité (I.P.S.) ou à défaut une consigne particulière
doit être signifiée aux exécutants. Ce document écrit peut figurer sur l’autorisation de travail.
*24 Le personnel doit être désigné et autorisé à travailler au voisinage de la haute tension
par son habilitation.
*25 La zone de travail doit être délimitée.

Dans le cas d’une entreprise sous traitante, l’inspection préalable commune devra préciser les
limites de la zone de travail et le balisage des voies d’accès.
Si le personnel s’approche de la D.M.A., la surveillance permanente doit être assurée par le
chargé de travaux (H2V) ou un surveillant de sécurité (H0V minimum).
Le décret du 14 novembre 1988 prescrit à l’article 51 l’obligation, dans cette zone, d’une
surveillance permanente par une personne avertie des risques présentés par ce type
d’installation, désignée à cet effet et qui veille à l’application des mesures de sécurité prescrites.

Pour les travaux électriques en zone 2 les habilitations et obligations nécessaires sont :
*26 Habilitation : H1 mini avec autorisation de voisinage (H1V)
*27 Délimitation de la zone de travail par le chargé de travaux (H2V)
Pour les travaux non électriques en zone 2 les habilitations et obligations nécessaires sont :
*28 En cas de personnel Habilité H0V mini :
la procédure des travaux d’ordre électrique sera appliquée ;
*29 si le personnel est non habilité :
- un surveillant de sécurité (H0V mini) est désigné, il recevoit l’autorisation de travail et la
signe, il assure la surveillance permanente des opérateurs ;
- la délimitation de la zone de travail est réalisée suivant les modalités définies par la
consigne particulière ou l’I.P.S. établie par l’employeur.

Zone 3

Définition
La zone 3 concerne le domaine Haute Tension . C'est la zone comprise entre les pièces nues
sous tension et la distance minimale d'approche (DMA) du domaine HT. La DMA est la distance
à partir de laquelle il y a risque d'amorçage.

Zone 4

Définition
Cette zone est définie pour le domaine Basse tension B.T. < 1 000 volts.
Elle est comprise entre les pièces nues sous tension et la distance limite de voisinage (D.L.V.)
ayant pour valeur 30 cm.

Dans cette zone 4, les opérations sont réalisées suivant les règles :
- soit des travaux de tension (T.S.T.) nécessitant des habilitations spécifiques
- soit des interventions
- soit des travaux au voisinage

Accès en zone 4
Les conditions générales à la zone de voisinage B.T. de la zone 4 sont les suivantes :
 Le responsable de travaux ou le surveillant de sécurité reçoit une autorisation de travail.
 Une instruction permanente de sécurité (I.P.S.). Ce document écrit peut figurer sur
l’autorisation de travail.
 Le personnel doit être désigné et autorisé à travailler au voisinage de la basse tension.
 La zone de travail doit être délimitée.
 Toutes les dispositions doivent être prises pour éliminer les risques de contact (gants,
tapis, isolants, outils...).

Pour les travaux électriques en zone 4 les habilitations et obligations nécessaires sont :
 Habilitation : B1 mini avec autorisation de travailler au voisinage (B.I.V.)
 Délimitation de la zone de travail par le chargé de travaux
 Le personnel doit être désigné pour le travail à effectuer
 Le personnel doit avoir reçu l’ordre d’exécution
Dans le cas d’une entreprise intervenante, l’inspection préalable commune devra préciser les
limites de la zone de travail et le balisage des voies d’accès.

Si le personnel d’exécution ne fait pas écran, un balisage doit interdire l’accès des pièces nues
sous tension.
Pour les travaux non-électriques en zone 2 les habilitations et obligations nécessaires sont soit :
 Habilitation B.0.V. ;
 Non habilitation et dans ce cas le personnel doit être surveillé en permanence par un
surveillant de sécurité habilité B.0.V. minimum.

Dans tous les cas, le chef de chantier (B.0.V. minimum) ou le surveillant de sécurité doit avoir
reçu et signé l’autorisation de travail.

La délimitation de la zone de travail sera effectuée suivant les modalités définies par la consigne
particulière ou l’I.P.S. établie par l’employeur.
Les travaux au voisinage de canalisations isolées
Concerne les canalisations souterraines ou encastrées pour un travail réalisé à
moins de 1,50 m de la canalisation

Les procédures applicables sont les suivantes :


 Il faut établir une consignation de la ligne
 Si la consignation n’est pas réalisable il est obligatoire de :
 réaliser le balisage du tracé ou de l’emprise au sol de la canalisation ;
 établir et notifier une consigne au personnel ;
 délimiter matériellement la zone de travail ;
 désigner un surveillant de sécurité électrique (surveillance à moduler suivant les
distances spécifiées sur la consigne).

Si les travaux sont effectués à la main, il est possible de s’approcher de la canalisation sans la
heurter.

Si les travaux sont effectués avec des engins mécaniques, toutes les précautions nécessaires
devront être prises à l’approche de la canalisation afin d’éviter de la détériorer. E plus il est
recommandé de poursuivre les travaux à la main dès la mise à jour du grillage avertisseur (rouge
dans le cas d’une canalisation électrique).

Canalisations aériennes ou en élévation

Pour les travaux à la main :


 l’approche sans heurter la canalisation est autorisée ;
 un surveillant de sécurité électrique doit être désigné si le personnel est non habilité,

Pour les travaux avec des engins mécaniques :


Une surveillance par un surveillant de sécurité électrique est exigée dès que l’on évolue à une
distance inférieure à 30 cm.

Déplacement d’une canalisation isolée sous tension

Le déplacement d’une canalisation électrique isolée, maintenue sous tension, doit demeurer
exceptionnel.
Le chargé d’exploitation doit identifier la canalisation, la marquer en présence d’un chargé de
travaux ou du surveillant de sécurité électrique, décider si le déplacement peut être effectué sous
tension et en déterminer les conditions. En particulier, il doit tenir compte de la nature des
accessoires rencontrés et, si nécessaire, établir une consigne .
Interventions en T.B.T. et B.T.

Définitions des interventions


Une intervention est une opération de courte durée de faible étendue réalisée sur une installation ou
un équipement et précédée d’une analyse sur place.

Les interventions sont strictement limitées au domaine B.T. et T.B.T..

La publication UTE C 18-510 distingue des interventions :


 de dépannage
 de connexion avec présence de tension
 de remplacement

Une intervention de dépannage a pour but de remédier rapidement à un défaut susceptible de nuire :
 à la sécurité des personnes
 à la conservation des biens
 au bon fonctionnement d’un équipement ou d’une installation vitale

Sur les emplacements ou dans les locaux présentant des risques d’explosion, les interventions
doivent être exécutées dans le strict respect des consignes de sécurité de l’établissement.

Rôle du responsable d’intervention


Le responsable d’intervention :
 assure la direction effective des interventions ;
 prend les mesures nécessaires pour assurer sa propre sécurité et celle du personnel placé
éventuellement sous ses ordres ;
 assure la surveillance permanente du personnel, au moins lorsque celle ci est nécessaire.

Le responsable d’intervention peut travailler seul ou peut diriger des habilités BO et B1.
Les opérations confiées aux habilités BO et B1 doivent être limitées à celles effectuées hors tension.
Le responsable d’intervention peut remplir les fonctions de chargé de consignation pour son propre
compte et celui des exécutants qu’il dirige lors d’une intervention. Il n’a cette possibilité que pour les
parties d’installations où il a été désigné à cet effet et pour le matériel concerné.
Si le responsable d’intervention BR travaille dans le cadre d’une consignation réalisée par un BC, il
doit recevoir de ce dernier l’attestation de consignation.

Dispositions concernant le personnel et le matériel

Personnes chargées des interventions


Elles doivent :
 soit être habilité BR, soit BO ou B1 pour les opérations limitées à celles hors tension sous la
direction d’un BR ;
 être désigné pour le type d’intervention ;
 avoir reçu l’accord du chef d’établissement ou du chargé d’exploitation ou de l’utilisateur ;
 avoir reçu l’ordre de procéder à l’exécution des interventions .

Nota : dans le cas d’une intervention B.T. dans l’environnement de pièces nues sous tension du
domaine H.T. une habilitation complémentaire H, voire H..V. est nécessaire .

Préparation de l’intervention
L’intervenant doit :
 avoir acquis la connaissance du fonctionnement de l’équipement ;
 disposer d’appareils de mesurage en bon état ;
 assurer la sécurité des tiers et des exécutants ;
 se prémunir contre les parties actives voisines.
La connaissance du fonctionnement peut découler de l’étude des schémas et des documents
techniques de l’équipement, par une personne pleinement qualifiée.

Protection des intervenants


Les intervenants doivent :
 utiliser les moyens de protection individuels adaptés ;
 ne pas porter d’objets métalliques ;
 disposer d’un emplacement dégagé et d’un appui solide ;
 s’isoler des éléments conducteurs ;
 délimiter l’emplacement de travail et les zones à risques et en interdire l’accés par balisage ;
 utiliser des outils isolés ou isolants et des appareils de mesure présentant le maximum de
sécurité ;
 il faut avoir vérifié avant utilisation le bon état du matériel .
L’intervention de dépannage
L’intervention de dépannage comprend les étapes suivantes :

Etape 1 : recherche et localisation des défauts


Cette étape peut nécessiter la présence de tension et éventuellement, celle des autres sources
d’énergie, s’il en existe (fluide sous pression, vapeur).

Sont autorisés :
 en T.B.T., B.T.A. et B.T.B. : le mesurage de grandeurs électriques sans ouverture de circuit
 en T.B.T. et B.T.A. seulement : la mise en place ou le retrait de pont électrique de même
polarité, d’intensité inférieure à 50A avec des cordons avec fusible adapté à l’intensité circuit

Le débranchement et rebranchement de conducteurs sous tension pour les circuits protégés en


amont; de section maximum de 6 mm² pour les circuits de puissance; et 10 mm² pour les circuits
auxiliaires
L’élimination temporaire de verrouillage et la manoeuvre manuelle de contacteurs peuvent être
exécutées après examen et élimination des risques engendrés.

Etape 2 : élimination du défaut, replacement de l’élément défectueux


Cette étape doit être effectuée suivant les modalités des travaux hors tension.
Si l’appareil de séparation de l’installation ou de l’équipement reste visible en permanence et que
l’accès à la zone de travail est limité aux seuls opérateurs, alors il n’est pas obligatoire de condamner
cet appareil, ni de baliser la zone de travail.

Etape 3 : réglage et vérification du fonctionnement de l’équipement ou de


l’appareil après réparation
Cette étape nécessite habituellement la remise sous tension .
Le chargé d’intervention remet l’équipement à la disposition de l’exploitant et l’avise qu’il a effectué un
dépannage définitif ou provisoire avec ou sans limitation d’emploi.
Si c’est le cas, il est indiqué sur place le caractère provisoire du dépannage .

Interruption temporaire d’une intervention


En cas d’interruption temporaire d’une intervention, toutes dispositions doivent être prises pour
interdire tout accès à des pièces nues sous tension, toute fausse manoeuvre et tout fonctionnement
intempestif.
Le réarmement de protections (relais thermiques, magnétiques) peut être effectué par du personnel
habilité B1V sous réserve que ce personnel intervienne selon les prescriptions d’une consigne établie
par le Chef d’Etablissement.

Intervention de connexion avec présence de tension en B.T.A.


Une intervention de connexion sur un ouvrage a pour but :
 soit de mettre en service un nouvel équipement ;
 soit de modifier une connexion de conducteur sans perturber le fonctionnement de l’ouvrage
concerné.
Elle ne peut se faire que sur des conducteurs protégés contre les surintensités de sections limitées à
6 mm² pour les circuits de puissance et à 10 mm² pour les circuits auxiliaires
Cette limitation s’applique pour les conducteurs existants et pour ceux à brancher sur une borne ou un
bornier.

Intervention de remplacement de fusibles


Avant de procéder au remplacement d’un fusible, il convient de rechercher et d’éliminer la cause de la
fusion.
Sauf cas particulier, le remplacement doit être assuré par des personnes habilitées, B1 ou B1V (sur
consigne), ou B.R..
Remplacement de lampes et accessoires d’appareils d’éclairage B.T.
 Lampes et accessoires débrochables
Par du personnel désigné non habilité en cas d’absence de risques :
dans le cas de douilles à vis, celles-ci doivent être d’un modèle évitant la possibilité de contact
avec une partie active du culot ou de la douille pendant l’introduction ou l’enlèvement d’une
lampe (art.20.1 du décret du 14 novembre 1988).

Par du personnel habilité s’il y a risque de contact direct, ou d’incendie en cas de bris de
lampes, le personnel interviendra suivant la procédure de dépannage ou sur consigne, c’est le
cas notamment pour le remplacement des douilles à vis d’un diamètre supérieur à 27
mm non conformes à l’article 20.1 du décret du 14 novembre 1988.

 Accessoires non débrochables


Il faut appliquer les procédures des travaux hors tension ou des travaux sous tension .

Opérations particulières
Pour les équipements B.T.A. et T.B.T. comportant des circuits H.T. comme par exemple :
 brûleurs à mazout
 filtre électrostatique
 lampe à décharge
 tubes cathodiques, etc ...

Le personnel doit être :


 habilité B1 ou BR ;
 être spécialement autorisé pour effectué des opérations sur ce type de matériel ;
 être formé à la prévention des dangers dus à la présence de H.T..

Les travaux seront effectués suivant les prescriptions des travaux hors tension en B.T.A..

Les interventions seront effectuées suivant la procédure des interventions de dépannage complétée
pour l’étape N°1 par :
 un examen complet ayant pour but de localiser et de vérifier visuellement les circuits H.T.
 la mise hors tension de l’équipement suivie de la décharge des éléments capacitifs pour les
opérations sur les circuits H.T et notamment pour la mise en oeuvre d’appareils de mesurage
dont l’isolement doit être approprié et le retrait ou la mise en place des obstacles ;
 l’élimination des risques de contacts directs avec les pièces H.T lors des interventions sur les
circuits B.T..

Opérations d’entretien avec présence de tension


La présence de tension existe, notamment quand on est amené à effectuer des opérations d’entretien
ou des vérifications :
 sur des batteries d’accumulateurs
 sur des batteries de condensateurs
 lors de prélèvement de diélectrique sur des transformateurs
 lors de la rectification ou du ponçage de collecteur de machines tournantes...

Ces opérations peuvent, pour certaines, conduire aux risques de contact direct ou de court-circuit.
Suivant le cas, il pourra être mis en oeuvre la procédure :
 des travaux au voisinage
 des interventions en B.T.
 de vérifications ou d’ essais
 des travaux sous tension
L’opérateur devra être spécialement habilité pour ce type d’opération et respecter les instructions
permanentes de sécurité prévues à cet effet, il devra en outre utiliser les protections
individuelles et veiller à éviter les contacts directs et les court-circuit, compte tenu des distances
d’amorçage.

Travaux hors tension en B.T.A.


Introduction
Le chef d’établissement ou le chargé d’exploitation est responsable de l’accès aux ouvrages. Il peut
déléguer ses prérogatives (tout ou partie) à une entreprise intervenante.

L’employeur ou le chargé d’exploitation, après avoir étudié les différents travaux, prend des
dispositions correspondant aux travaux hors tension et les notifie aux intéressés :

 organise les opérations ;


 désigne les chargés de consignation ;
 détermine les rôles ;
 veille à l’application des consignes.

Les habilités niveau 0 et 1 ne doivent commencer les travaux qu’après avoir reçu l’ordre exprès du
chargé de travaux.
(Ordre donné après consignation de l’ouvrage et après délimitation de la zone de travail)

La consignation
Les quatre opérations de la consignation sont :
 la séparation
 la condamnation
 l’identification
 la V.A.T., (Vérification d’Absence de Tension) suivie éventuellement de la mise à la terre et en
court-circuit

On doit considérer comme étant sous tension tout ouvrage électrique pour lequel on ne dispose pas
d’attestation de consignation.

Contenu des diverses opérations de la consignation

1. Séparation de l’ouvrage des sources de tension


Effectuée au moyen d’organes prévus à cet effet sur tous les conducteurs actifs, neutre compris
(sauf en réseau T.N.C.).
La séparation doit être effectuée de façon certaine.

On effectue une séparation par :


 des sectionneurs
 des prises de courant ou prises embrochables de canalisation préfabriquée type canalis
 le retrait de fusible
 les appareils débrochables
 tout appareils de commande, de protection ou de coupure d’urgence sous réserve que - les
distances d’isolement entre contacts répondent à la norme des sectionneurs de même Un et
toute fermeture intempestive soit rendue impossible

2. Condamnation en position « ouverture »d es organes de séparation


Elle a pour but d’interdire la manoeuvre de cet organe et comprend :
 une immobilisation de l’organe ;
 une signalisation indiquant que cet organe est condamné et ne doit pas être manoeuvré
(la suppression d’une condamnation ne peut être effectuée que par la personne qui l’a
effectuée ou par un remplaçant désigné).

Nota: lorsqu’il est impossible d’immobiliser matériellement par blocage les organes de séparation
ou leur dispositif local de commande ou qu’il n’existe pas de dispositif de manoeuvre (ponts sur
réseau aérien) ou que l’organe n’est pas conçu pour être immobilisé (B.T.A.) les pancartes ou
autres dispositifs d’avertissement constituent la protection minimale obligatoire d’interdiction de
manoeuvre.

3. Identification de l’ouvrage sur le lieu de travail


Elle est basée sur :
 la connaissance de la situation géographique
 la consultation des schémas
 la connaissance des ouvrages et de leurs caractéristiques
 la lecture des pancartes, des étiquettes...
 l’identification visuelle
Pour les conducteurs nus, la vérification d’absence de tension (V.A.T.) et la mise à la terre et en
court-circuit (M.A.L.T. + C.C.T.) a valeur d’identification .

4. Vérification d’Absence de Tension (V.A.T.) et la Mise à La Terre et en Court-


Circuit (M.A.L.T. + C.C.T.)
Dans tous les cas, la V.A.T. doit se faire aussi près que possible du lieu de travail, sur tous les
conducteurs actifs.
Le bon fonctionnement du matériel doit être contrôlé avant et après la vérification.
La mise à la terre et en court-circuit (M.A.L.T. + C.C.T.) doit être réalisée de part et d’autre de la
zone de travail et doit intéresser tous les conducteurs actifs.

Elle n’est pas exigée en B.T.A., sauf s’il y a :


- risque de tension induite
- risque de réalimentation
- présence de condensateurs ou de câbles de grande longueur

La mise à la terre est exigée dans le cas d’une ligne aérienne B.T. sur un support mixte
H.T./B.T. quand la H.T. demeure sous tension.

Les dispositifs de mise à la terre et en court circuit doivent pouvoir supporter les intensités de
court circuit.
Rôles et responsabilités

Rôle du chef d’établissement ou du chargé d’exploitation


Il est responsable de l’accès aux ouvrages ; il peut déléguer tout ou partie de ses prérogatives à une
entreprise intervenante.

Il organise les opérations, désigne les C.C. (Chargés de consignation) détermine les rôles respectifs
de chacun dans le cadre de la consignation et veille à l’application des consignes particulières
éventuelles.

Rôle du chargé de consignation (CC)


Il est responsable de la séparation de l’ouvrage d’avec ses sources de tension et de la condamnation
des organes de séparation.

L’identification, la vérification d’absence de tension, la mise à la terre et en court-circuit sont réalisées


sous la responsabilité du C.C. dans le cas de consignation pour travaux, ou sous la responsabilité du
C.T.(Chef de travaux) dans le cas de consignation en deux étapes.

Selon le cas, le chargé de consignation remplira une attestation de consignation pour travaux ou une
attestation de première étape de consignation.

Les fonctions de C.C. et de C.T. peuvent être assurées par la même personne. Dans ce cas, il n’y a
pas établissement ni transmission d’attestation de consignation.

A la fin des travaux, après avoir reçu l’avis de fin de travail du chargé de travaux, le chargé de
consignation pourra effectuer la "déconsignation".

Rôle du chef de travaux (CT)


Le chef de travaux est responsable de la sécurité sur le chantier.
Avant le début des travaux, le C.T., doit s’assurer :
 que le travail a été clairement défini ;
 que tous les risques, électriques ou non, ont été analysés ;
 que les exécutants possèdent les habilitations adéquates ;
 que les exécutants disposent du matériel de protection et de sécurité nécessaire ;
 qu’aucun exécutant ne présente de signe de défaillance.

Avant d’entreprendre le travail, le C.T. doit :


 avoir reçu du C de Consignation l’attestation de consignation pour travaux ou l’attestation de
première étape de consignation qu’il doit lire et signer ;
 identifier l’installation (consignation en deux étapes) ;
 vérifier l’absence de tension et réaliser si nécessaire la mise à la terre et en court-circuit
(consignation en deux étapes) ;
 effectuer la délimitation de la zone de travail ;
 désigner éventuellement des surveillants de sécurité ;
 informer les exécutants de la nature des travaux, des précautions à respecter, des limites de
la zone de travail, du point de rassemblement aux interruptions et à la fin du travail ;
 donner des ordres pour le commencement des travaux.

Pendant les travaux le C.T. doit :


 veiller à l’application des mesures de sécurité ;
 assurer la surveillance de son personnel ;
 veillez à la bonne exécution du travail ;
 veillez au bon emploi de l’outillage et du matériel de sécurité.
A la fin des travaux, le C.T. doit :
 s’assurer de la bonne exécution du travail et de l’enlèvement de tous les outils ;
 rassembler le personnel au point convenu et lui signifier l’interdiction définitive de tout nouvel
accès à la zone de travail, effectuer le retrait des mises à la terre et en court circuit posées par
lui même et remettre au C.C. l’avis de fin de travail.

Rôle de l’exécutant
Il doit veiller à sa propre sécurité :
 suivre les instructions du C.T. ;
 n’entreprendre un travail que s’il en a reçu l’ordre ;
 respecter les limites de la zone de travail et les dispositions de sécurité ;
 porter les équipements de protection individuelle ;
 n’utiliser que du matériel adapté au travail à effectuer (outils et outillage) ;
 vérifier le matériel et les outils avant leur utilisation.
Rôle du surveillant de sécurité
C’est une personne ayant une connaissance approfondie en matière de sécurité et désignée par
l’employeur pour surveiller les exécutants pendant l’exécution d’opérations au voisinage de pièces
nues sous tension et pour les prévenir s’ils s’approchent ou risquent de s’approcher dangereusement
de ces pièces.

Il doit être habilité B0 minimum pour les mêmes ouvrages que ceux concernés par lesdites opérations.
Interruption et reprise successives des travaux
Lors de l’interruption des travaux
Le chef des travaux :
 donne l’ordre d’interrompre le travail ;
 procède au retrait des M.A.L.T. et C.C.T. qu’il a éventuellement posées (consignation en deux
étapes)
 assure la sécurité aux abords de la zone de travail
 retrouve le personnel en un point convenu
 interdit tout nouvel accès à la zone de travail
 remet au C.C. l’avis d’interruption des travaux.

Lors de la reprise des travaux après l’interruption


Le chef des travaux :
 reçoit du C.C. reçoit du C.C. l’avis d’interruption des travaux avec avec mention de cette
restitution sur l’avis d’interruption ;
 s’assure que les mesures initiales de sécurité sont toujours valables ;
 identifie l’ouvrage, vérifie l’absence de tension et pose éventuellement les M.A.L.T. et C.C.T.
(consignation en deux étapes) ;
 confirme les instructions correspondantes aux exécutants ;
 donne l’ordre de reprise de travail.
Intempéries
En cas d’orage (apparition ou perception), de précipitations atmosphériques importantes, de brouillard
épais, de vent violent, aucun travail ne doit être entrepris ou achevé sur les ouvrages situés à
l’extérieur.

Travaux d’ordre non électrique


Cas où tous les risques électriques ont été supprimés sur les pièces ou dans leur environnement
Les travaux d’ordre non électrique peuvent être entrepris sans prescription complémentaire. Une
autorisation de travail est nécessaire afin de garantir la suppression des risques électriques.

Cas où il existe des risques électriques dans l’environnement


Le personnel n’est pas habilité et travaille sous les ordres d’un chef de travaux habilité :

 le C.T. doit assurer ou faire assurer la surveillance permanente de tous les membres de
l’équipe qu’il dirige ;
 avant de travailler, le C.T. reçoit du C.C. une attestation de consignation pour travaux ou une
attestation de première étape de consignation et doit prendre les mesures nécessaires ;
 à la fin des travaux, le C.T. remet au C.C. l’avis de fin de travail.

 Le personnel n’est pas habilité et travaille sous le surveillance permanente d’un surveillant de
sécurité habilité d’indice 0 ou 1 (qui n’est pas un chargé de travaux) :
- avant le début du travail, le surveillant de sécurité doit recevoir du C.C. (ou du C.T.)
une autorisation de travail ;
- à la fin des travaux, il doit remettre au C.C. (ou au C.T.) l’avis de fin de travail.

 Tout le personnel est habilité d’indice 0 et travaille sous les ordres d’un chef de chantier
habilité d’indice 0 :
 La surveillance permanente n’est pas obligatoire

Attention : si le personnel est amené à travailler au voisinage de pièces nues sous tension il devra être
autorisé pour ce faire par son habilitation "V" soit BV..

Avant de travailler, le chef de chantier doit recevoir du C.C. (ou du C.T.) une autorisation de travail. A
la fin des travaux, il doit remettre au C.C. (ou au C.T.) l’avis de fin de travail .
Consignation d’une machine ou d’un équipement pour permettre des travaux
ou interventions
On parlera de travaux lorsqu’il s’agit de révision ou de réparation importante et d’intervention
lorsqu’il s’agit de remédier rapidement à un défaut de fonctionnement d’une machine.

Avant toute opération, on procèdera à l’élimination générale ou partielle des risques inventoriés dans
la zone de travail.

Inventaire des risques


Risques inhérents à la machine ou au processus industriel :
 risques électriques
 risques de remise en mouvement :
- par l’entraînement normal (énergie électrique, hydraulique...)
- par l’instabilité des mécanismes (balourd)
- par les matériaux ou charges transportés non immobilisés
- par les énergies potentielles accumulées.
- risques dus aux fluides (vapeur,air comprimé, gaz...)
- risques dus aux rayonnements (calorifiques, ionisants...)
- risques dus aux matières traitées (toxicité, brûlures...)

L’élimination de chacun de ces risques s’obtient en exécutant un ensemble d’opérations de


séparation, de condamnation, de vérification.

Risques découlant des opérations d’intervention :


 travaux en hauteur (chutes)
 travaux avec flamme nue (incendie, explosion...)
 travaux avec engins ou appareillages spécialisé...

L’élimination de ces risques s’obtient en adoptant un certain nombre de mesures de protections


individuelles (harnais, lunettes de protection...) ou collectives (écran, surveillants...).

Consignation partielle et consignation générale


Consignation partielle
La consignation partielle est l’ensemble des mesures prises pour éliminer un des risques inhérents à
la machine ou à l’équipement.

Exemples de consignations partielles :


- consignation arrêt (contre les risques de remise en mouvement)
- consignation fluides
- consignation électrique (contre les risques de contact avec des lignes de contact d’un pont roulant
par exemple)

Consignation générale
Lorsqu’un équipement industriel fait l’objet de l’ensemble des consignations partielles nécessaires
pour éliminer chacun des risques existants, cet équipement est déclaré en état de consignation
générale.

Nota : certaines circulations de fluides nécessaires à la sauvegarde des matériels (ventilation,circuit


de refroidissement) et ne présentant aucun risque pour le personnel sont, parfois,exclues de la
consignation générale.
Matériel de protection pour les travaux et interventions électriques
Le matériel de protection doit être conforme aux prescriptions de la réglementation et aux normes en
vigueur quand elles existent.
Tout utilisateur de matériel de sécurité doit vérifier ce dernier avant tout emploi :
Le matériel doit être en bon état
Le matériel doit être adapté aux interventions et aux travaux .

Matériel de protection individuelle


Casque de protection
 Il doit être utilisé chaque fois qu’il y a risque de chute ou de heurt.
 Il doit être conforme à la norme NF S 72 202.

Gants isolants
 Ils doivent être adaptés à la tension des installations ou équipements sur lesquels sont
effectués les travaux ou interventions ;
 Ils doivent être vérifiés avant chaque emploi ; (ne pas présenter de trous ou de déchirures)
 Ils doivent être rangés dans les boîtiers ou sachets de protection ;
 Ils doivent être conforme à la norme NF C 18 415.

Lunettes ou masque anti U.V.


Ils doivent être portés :
 lors de travaux au voisinage ;
 lors des étapes sous tension pendant les interventions ;
 lors des mesurages ;
 lors des M.A.L.T. et C.C.T.

Les grimpettes ou étriers à grilles


 Les pointes des grimpettes pour poteaux bois doivent être acérées.
 Tous défauts des parties métalliques ou autres doivent entraîner une réparation ou le rebut.
 La conformité du matériel à la norme NF S 71 012 est requise .

Outils isolants
 Ils doivent être adaptés à la tension des installations sur lesquelles on effectue les travaux ou
interventions ;
 Ils doivent être en parfait état.

Matériel de protection collective

Tapis, Tabouret isolant


 Attention à la tension nominale des ouvrages ! L’isolation par rapport au sol de l’opérateur doit
être assurée.
 Il faut se placer au milieu du tabouret ou du tapis.
 Lors de l’emploi d’un tabouret, s’assurer de la bonne fixation des pieds et de leur propreté .
La conformité du matériel à la norme NF C 18-420 est requise.

Vérificateur d’Absence de Tension (V.A.T.)


Ces vérificateurs d'absence de tension font l'objet des deux Normes NFC 18-310 (tensions < 1 kV) et
NFC 18-311 (en cours d'élaboration pour les tensions > 1 kV). Ils doivent être vérifiés
systématiquement avant et après utilisation
Suivant la tension des ouvrages et leur conception, ces appareils de vérification sont différents:
 Pour la basse tension le contrôleur permet de déterminer la présence de la tension, son
niveau est 130, 230 ou 400 V) et le conducteur neutre.
 Pour la haute tension utiliser les perches à néon pour les postes et les fusils lance-câbles
pour les lignes aériennes. Le détecteur de tension peut être également utilisé.

Pour les câbles souterrains, utiliser une perche de piquage


Toutefois, sans intervenir directement sur le câble, on peut utiliser un appareil spécial équipé d'un ou
deux PAVÉS DE TERRE permettant la mise automatique en court-circuit et à la terre (convient pour
un courant de court-circuit de 10000 A pendant 1 s.).

Dispositifs mobiles de mise à la terre et en court circuit (M.A.L.T. et C.C.T.)


Ils sont mis en place pour protéger le personnel contre :
 un renvoi de tension ;
 les surtensions atmosphériques ;
 les phénomènes d’induction.

Perches :
Il existe aussi des perches de manoeuvre et des perches de sauvetage celles-ci doivent être
entretenues, appropriées à la tension de service et en bon état.

Balisage des zones :


 Le repérage des zones de travail sur et autour des ouvrages lors de travaux et interventions
nécessitent un balisage ;
 Les indications et divers signaux doivent être placés à des emplacements adéquats par un
chargé de travaux ou un chargé d’interventions ;

L’entrée dans une zone de travail doit être clairement délimitée.


 Ce balisage est réalisé par :
 des barrières,
 des banderoles,
 des pancartes,

Mise en oeuvre
 la M.A.L.T. et C.C.T. se fait au plus près du chantier ;
 l’opérateur s’assurera du bon état du dispositif ;
 ce dispositif doit être d’un modèle spécialement étudié pour que l’opérateur reste isolé des
parties actives (utilisation de perche isolante adaptée à la tension) ;
 l’opérateur doit dans l’ordre :
1. fixer l’étau de terre en assurant un bon contact :
- aux masses existantes sur le lieu de travail,
- ou à un piquet métallique enfoncé dans le sol ;
2. dérouler les conducteurs du dispositif ;
3. fixer les pinces de contact sur les conducteurs à l’endroit où à lieu la V.A.T., avec
des outils ou perches isolantes.(en B.T. des pinces peuvent être placées à la main
si l’opérateur porte des gants isolants).

Entretien et vérification périodique des dispositifs M.A.L.T. et C.C.T. :


Tous les ans :
 graisser la visserie des étaux et des pinces ;
 remplacer le câble lorsque le contrôle visuel du câble de cuivre n’est plus possible au travers
de la gaine ;
 reprendre les connexions si nécessaire (brins coupés) ;
 vérifier le serrage des connexions.
Ecrans protecteurs, nappes
Lors des travaux ou interventions au voisinage de pièces nues sous tension la pose d’écrans
protecteurs ou dispositifs similaires est nécessaire.
Manoeuvres, mesurages, essais, vérifications

Les manoeuvres
Définitions
C’est un ensemble d’opérations conduisant à un changement de la configuration électrique :
 d’un ouvrage
 d’une installation
 de l’alimentation d’un équipement

Trois types de manoeuvres sont définis :


 les manoeuvres de consignation et de déconsignation
 les manoeuvres d’exploitation
 les manoeuvres d’urgence

Manoeuvres de consignation et de déconsignation


Elles sont classées en deux groupes suivant leur but final :
*30 les manoeuvres ayant pour but la consignation d’un ouvrage électrique, quel que soit
le type de travaux, électriques ou non, doivent être réalisées sous la responsabilité d’un
chargé de consignation ;
*31 les manoeuvres ayant pour but la consignation d’une machine ou d’un appareil, pour
travaux non électriques sur les parties non électriques sont à définir par consigne, ou par une
Instruction Permanente de Sécurité (I.P.S.).

Lors d’opérations complexes ou d’opérations nécessitant un ordre de succession rigoureux des


organes de manoeuvres, il est recommandé de faire exécuter ces manoeuvres par un chargé de
consignation.

Dans le cas où les manoeuvres sont à exécuter dans un local ou un emplacement d’accès réservés
aux électriciens, le personnel devra être habilité en tenant compte éventuellement du voisinage.

Manoeuvres d’exploitation
Elles ont pour but soit :
 la modification de l’état électrique d’un réseau ou d’une installation dans le cadre du
fonctionnement normal ;
 la mise en marche, le réglage ou l’arrêt d’un équipement y compris le réarmement d’un relais
thermique ;
 la connexion ou la déconnexion de matériels ou équipements amovibles prévus pour être
connectés ou déconnectés sans risque (prises de courant et connecteurs B.T....).

Le personnel doit être qualifié ou avoir reçu une consignation, être habilité ou non suivant le type
d’appareillage à manoeuvrer, sa complexité et les risques inhérents à l’opération.
Une habilitation sera indispensable pour manoeuvrer les appareils situés dans les locaux d’accès
réservés aux électriciens, il sera éventuellement tenu compte des risques liés au voisinage de pièces
nues sous tension accessibles et dans ce cas les habilitations minimums seront B1V (B.T.) et/ou H1V
(H.T.).

Manoeuvres d’urgence
Elles ont pour but la sauvegarde des personnes et des biens ; elles doivent pouvoir être exécutées par
toute personne présente sur les lieux, par action sur un dispositif de coupure d’urgence.
Les mesurages

Prescriptions générales
Le personnel devra être habilité en tenant compte de l’existence éventuelle de pièces nues sous
tension dans le voisinage.

Compte tenu des risques très importants liés à ces opérations, le personnel effectuant des mesurages
doit utiliser des dispositifs de protection individuelle appropriés, tels que :
- gants isolants, tapis ou tabouret isolant pour éliminer les contacts fortuits ;
- lunettes ou écran facial anti U.V. pour limiter les conséquences d’un court-circuit.

D’autre part, il est impératif de sélectionner rigoureusement le calibre à utiliser (appareils à calibres
multiples), d’utiliser du matériel adapté au type de mesurage et aux tensions qui peuvent être
rencontrées et de vérifier le bon état des appareils et du matériel de protection.
(matériel devant par construction être résistant aux erreurs de gammes de mesures )

Mesurages sans ouverture de circuit


L’utilisation de voltmètres, de pinces ampèremétriques, pinces homopolaires, de boîtes à bornes
d’essais, nécessite que l’opérateur soit habilité 1 minimum et travaille soit sur instructions, soit sous la
direction d’un chargé de travaux ou d’un chargé d’interventions.

L’utilisation d’oscilloscopes ou d’appareils similaires nécessite l’intervention d’une personne habilitée


BR, ou habilitée B1 sous la direction d’un chargé de travaux ou d’un chargé d’interventions.

Mesurages nécessitant l’ouverture de circuit


Ils consistent généralement à insérer dans un circuit des appareillages plus ou moins complexes, tels
que shunts, transformateurs d’intensité, wattmètres....
On appliquera pour ces mesurages la procédures des "interventions B.T." ou celle des "travaux hors
tension", voire celle des "travaux aux voisinage".

Mesurages de grandeurs électriques en H.T.


Ils doivent être effectués en respectant la procédure des "travaux hors tension", ou celle des "travaux
sous tension", en tenant compte, si nécessaire, du voisinage .

Les essais

Prescriptions générales
Le chargé d’essais est désigné par l’employeur pour assurer la direction effective des essais. Il est
chargé de prendre les mesures de sécurité nécessaires et de veiller à leur application.
Ses fonctions correspondent à celles d’un chargé de travaux ou chargé d’interventions, il est donc
habilité avec indice 2 ou la lettre R.
Les protections individuelles doivent être adaptées aux essais.

Essais comportant exclusivement des mesurages hors tension


Ils s’effectuent suivant la procédure des travaux hors tension, ce qui nécessite la consignation de
l’ouvrage. Toutefois, pour certains essais, le chargé d’essais pourra décider de ne pas conserver les
mises à la terre et en court-circuit (mesures d’isolement par exemple).

Essais avec alimentation normale


Suivant les cas, on appliquera les procédures des travaux sous tension, ou des travaux hors tension
et des manoeuvres, ou des interventions B.T. en tenant compte, si nécessaire dans les deux derniers
cas, des problèmes liés au voisinage.

L’ouvrage en essai reste sous la responsabilité du chargé d’exploitation ou de l’employeur. Le chargé


d’essais doit recevoir les documents nécessaires pour réaliser les essais (A.C.T., A.P.E.C., A.T.).

Lorsque des essais de durée limitée sont effectués avec une alimentation extérieure (essais
diélectriques, de continuité...), il n’est pas nécessaire de passer au régime de réquisition mais les
organes de séparation de l’alimentation normale doivent être condamnés.

Essais sous tension avec alimentation extérieure autonome


Ces essais sont réalisés sous le régime de réquisition des ouvrages concernés.
Ce régime de réquisition (R.R.) nécessite la séparation totale de l’ouvrage de ses sources normales
d’alimentation. L’ouvrage est placé sous la responsabilité d’un chargé de réquisition, habilité C, qui
doit disposer de toutes les attestations de consignation nécessaires (A.C.T., A.P.E.C.) avant de placer
l’ouvrage en état de réquisition. Il remet ensuite l’avis de réquisition au chargé d’essais.

Essais en laboratoire ou sur plates-formes d’essais

Le personnel doit :
 être désigné individuellement ;
 disposer des protections individuelles personnelles en bon état ;
 posséder une I.P.S. indiquant les modes opératoires et les mesures de sauvegarde ;
 être habilité en conséquence.

Nota : toutefois, du personnel non habilité peut être autorisé à accéder à l’emplacement sous réserve
d’avoir été instruit des consignes à respecter, d’être surveillé en permanence par une personne
compétente et de ne participer à aucun essai.

Les locaux ou emplacements doivent :


 être clairement délimités parle chef d’établissement ;
 comporter des points d’alimentation en énergie électrique repérés par une plaque spécifiant la
valeur et la nature de la tension.
 En B.T.A., ces points doivent être équipés d’un témoin lumineux de présence tension et
éventuellement d’absence de tension si le degré I.P. est inférieur à I.P. 2X ;
 les appareils de mesure portatifs à main ainsi que les câbles souples doivent être
parfaitement isolés et adaptés à la tension. Les conducteurs de raccordement doivent
comporter un marquage indélébile de la section et de la tension nominale.
 la protection contre les contacts indirects doit être réalisée pour les matériels en essai
 les raccordements des canalisations mobiles aux installations fixes doivent présenter un
degré I.P. 2X minimum en B.T.A. si le courant d’emploi est au maximum de 16 A. Au-delà, une
consigne doit être affichée ;

 pour prescrire le détail et l’ordre des opérations à effectuer tant lors de la mise en place des
canalisations électriques mobiles qu’au moment de leur démontage, cette consigne doit
préciser, notamment, que toute intervention sur les parties actives des matériels soumis à
l’essai ne doit être opérée qu’en dehors de la présence de tension.

Dispositions particulières à la B.T.B. et la H.T. :


 la délimitation matérielle de l’emplacement est réalisée par des cloisons, écrans, barrières ;
 des dispositifs d’avertissement graphiques doivent être placés à l’extérieur ;
 chaque accès doit être équipé d’une lampe rouge allumée avant la mise sous tension et
pendant l’essai ;
 en H.T., le témoin lumineux de présence tension doit être de type pulsé, complété par un
dispositif sonore annonçant la mise sous tension.
Vérifications

Pour effectuer des vérifications, on applique les prescriptions des mesurages ou des essais. Le
personnel doit être titulaire d’une habilitation d’indice 1 ou R minimum.
FICHE DE VERIFICATION ET DE MISE EN SERVICE D’UNE INSTALLATION

D’après :

- la norme C 15-100 chap.6


- la norme NE 60 204-1 chap.15
- la fiche pratique ed 46 INRS

Nom de l'installation : .............................................................

Schéma des liaisons à la terre :


..................................................................

Nom du vérificateur : .............................................................

Titre d'habilitation : ................................................................

Date : ........................................................
C : conforme NC : non conforme
date de mise
1) VERIFICATION PAR EXAMEN C NC PRECISIONS EVENTUELLES
en
à faire avant la mise sous tension
conformité

Protection des personnes contre les contacts directs

 (conducteurs dénudés, appareillage


détérioré, parties sous tension o o ................................................................ ...................
accessibles ...) ................................................................ ...................
................................................................ .............
...................................................

Protection des personnes contre les contacts indirects

 Les masses métalliques du système


sont reliées à la terre o o ................................................................ ...................
................................................................ ...................
 Tous les appareils sont connectés à la ................................................................ ...................
terre o o ................................................................ ...................
 Liaison équipotentielle sur la porte de ................................................................ ...................
l'armoire (uniquement si appareillage
o o ................................................................ ...................
non alimenté en TBTS)
................................................................ ...................
 Mise à la terre de l'un des ................................................................ ...................
conducteurs actifs du secondaires des
................................................................ ...................
transformateurs de commande
................................................................ ................
o o ................................................................
................................................................
................................................................
...........................................................
Mise en œuvre

 Matériels adaptés aux conditions


d'influences externes (IP...) o o ............................................................. ..................
............................................................. ..................
 Armoire en état (étanchéité au ............................................................. ..................
niveau des presse-étoupes, passe-fil, o o
joint des portes, propreté ...) ............................................................. ..................
............................................................. ..................
 Présence des schémas électriques de
o o ............................................................. ..................
l'installation, notice d'avertissement
et informations analogues ............................................................. ..................
............................................................. ..................
 Appareils, bornes, départs de câbles
o o ............................................................. ..................
identifiés durablement
............................................................. ..................
 Appareillage, goulottes correctement o o
............................................................. ..................
fixés
o o ............................................................. ..................
 Qualité des connexions ............................................................. ..................
o o ............................................................. ..................
 Couleur des conducteurs actifs
o o ............................................................. ..................
 Couleur des conducteurs de
............................................................. ..................
protection
o o ............................................................. ..................
 Section des conducteurs ............................................................. ..................
 Isolement des conducteurs placés o o ............................................................. ..................
dans une même goulotte et ............................................................. ..................
appartenant à des circuits différents ............................................................. ..................
ou présence d'écran
............................................................. ..................
............................................................. ..................
............................................................. ...........
.............................................................
.............................................................
.............................................................
.............................................................
.............................................................
.............................................................
.............................................................
.............................................................
.............................................................
............

 Conducteurs de protection connectés


individuellement sur une seule borne o o ............................................................. ..................
............................................................. ..................
 Entrées de câble correctes (têtes de o o ............................................................. ...............
câble, manchons, fixation ...)
............................................................
Constitution et protection des circuits

 Le matériel implanté est celui


mentionné sur les documents o o ................................................................ ...................
(schéma, liste du matériel ...) ................................................................ ...................
o o ................................................................ ...................
 La tension des appareils est égale à la
tension d'utilisation ................................................................ ...................
o o ................................................................ ...................
 Accessibilité des appareils de ................................................................ ...................
commande, de sectionnement,
de coupure d'urgence ................................................................ ...................
o o ................................................................ ...................
 Dispositifs appropriés de ................................................................ ...................
sectionnement et de commande,
coupant tous les conducteurs, ................................................................ ...................
neutre compris ................................................................ ...................
(seule exception pour le PEN) ................................................................ ...................
 Protection pour chaque circuit
o o ................................................................ ...................
................................................................ ...................
 Calibre des appareils de protection, o o ................................................................ ...................
des interrupteurs
................................................................ ...................
 Réglage des appareils de protection ................................................................ ...................
o o
 Type des fusibles, des disjoncteurs ................................................................ ...................
o o ................................................................ ...................
 Prise de courant < 32A protégée par
un DDR 30mA ................................................................ ...................
o o ................................................................ ...................
 Pouvoir de coupure des appareils de
protection supérieur au Icc
................................................................ ...................
o o ................................................................ ...................
................................................................ .....
................................................................
................................................................
................................................................
................................................................
................................................................
................................................................
................................................................
................................................................
..........................................................
2) ESSAIS NF C 15 100 Résultats Appareils employés, remarques
à faire dans l'ordre suivant :

 Continuité des conducteurs de


protection ......................... ................................................................. .............
(Entre la barre de terre et ................................................................. .............
chaque appareil) ................................................................. .............
 Résistance d'isolement entre ................................................................. .............
conducteurs actifs et la terre ......................... ................................................................. .............
(Les circuits électroniques ne ................................................................. .............
supportent pas les 500 V ................................................................. .............
d'essai). ................................................................. .............
 Résistance d'isolement entre ......................... ................................................................. .............
conducteurs actifs ................................................................. .............
 Résistance de la prise de terre ................................................................. .............
......................... ................................................................. .............
 Test des différentiels
................................................................. .............
......................... ....................................................... .............
............................................................................... .............
....... .............
.............
.......

.............
......
3) ESSAIS FONCTIONNELS complets - partiels

Essais à vide

 Nature et valeur des différentes tensions d'alimentation.................................................


 Mise en configuration des appareils :
- chargement du programme de l'API....................................................
- capteurs ..............................................................................................
- capteurs ..............................................................................................
- afficheurs ............................................................................................
- convertisseurs .....................................................................................
- carte API .............................................................................................
- ............................................................................................................
- .............................................................................................................
 Contrôle des sécurités
 Vérification de l'affectation des entrées de l'API
 Test des auxiliaires de signalisation
 Contrôle "ligne par ligne" du circuit de commande limité au folio................................
.......................................................................................................................................
.......................................................................................................................................

Essais en charge

 Contrôle du fonctionnement du ...................................................................................


....................................................................................................................................
 Test des différentes phases de fonctionnement . Faire une démonstration du
fonctionnement au client (l'examinateur) ....................................................................
....................................................................................................................................
4) RAPPORT

Rédiger un rapport. Ce rapport doit faire apparaître les essais et/ou mesures nécessaires à
la mise en évidence de la NON CONFORMITE éventuelle par rapport aux spécifications
fonctionnelles du dossier technique.Il doit également mettre en évidence les travaux à
effectuer pour mettre l’installation en conformité.