Vous êtes sur la page 1sur 1

Le groupe de tra va il sur les autoroutes, associant le Parlement (8 députés et 7 sénateurs de la

majorité et de l'opposition) et le gouvernement a fait l'objet d' une première réunion de lancement à
Matignon le 26 janvier 2015.

Le cabinet du Premier ministre a rappelé les objectifs figurant dans la lettre de mission: une
meilleure régulation des péages pour préserver le pouvoir d' achat des consommateurs, le partage
des profits des sociétés concessionnaires et la participation accrue de ces dernières au financement
des infrastructures. Il a fait état de séries de scénarios, sortis à la suite des travau x des
parlementaires (mission d'information de l'AN et groupe de travail du Sé nat), à partir de la résiliation
anticipée des contrats ou de leur renégociation, qui devront être examinés par le groupe de travail.
Les conditions d'un plan de relance devront également être exam inées .

En termes de méthode, le cabinet du PM a demandé au groupe de travail d'avancer vite tout en


examinant les questions au fond, de manière à sortir rapidement de cette période d' incertitudes,
génératrice de tensions. Le principe d'une réunion par semaine est retenu avec un point d'étape à
fin février.

Un tour de table a permis aux parlementaires de préciser la méthode de tra vail. Ainsi, a été retenu le
principe d' une communication régulière sur les travau x du groupe de travail, ce qui se pourrait se
traduire par des éléments de langage disponibles à l'issue de chaque réunion.

Ce tour de table a également permis aux parlementaires de soulever certaines questions :


comparaison avec d'autres états européens, situation des différents scénarios dans le cadre d' une
politique ambitieuse des tran spo rts, précisions sur le TRI, marges de manoeuvre et droit des
concessions, point de vue de l'usager mais aussi point de vue de l' aménagement du territoire,
possibilité d'a utres scénarios, recettes pour l'Etat des infrastructures et services autoroutiers, impact
de la directive Eurovignette, problématique des concessions « perpétuelles », faisabilité accrue d' un
mécanisme de « retour à meilleure fortune », transparence accrue.

Le cabinet du PM s'est situé sur le terrain de la transparence: il a confirmé que toutes les
informations seront disponibles et que les thèmes évoqués par les parlementaires seront bien
abordés au cours des prochaines réunions . A cet effet, le principe de l'audition d'experts par le GT a
été acté. Un programme de trava il pour les semaines à venir sera rapidement proposé au groupe de
travail. Le cabinet du PM a écarté, à ce stade, l'é largissement des travau x du groupe de tra vail à des
problématiques trop éloignées des concessions autoroutières ou à d'autres options.

Une présentation synthétique des termes du débat a été faite par les directeurs de cabinets des
ministres:
• Alexis Kohler a souligné les principaux enjeux juridiques, économiques, financiers et de
finances publiques de la résiliation des contrats ainsi que les délais de mise en oeuvre. Il a
rappelé les avancées d' ores et déjà inscrites dans le projet de loi Macron en matière de
régulation.
• Elisabeth Borne a rappelé l'absence d'homogénéité des sociétés concessionnaires et présenté
l'état des discussions sur le protocole (fonds d' investissement, hausse consentie de la
redevance domaniale .... ). Elle a également souligné le cadre juridique contraint de ces
négociations .
Enfin, le cabinet du Premier ministre a annoncé la décisio n de surseoir à statuer sur l'augmentation
annuelle des tarifs au 1" février pour les « concessions historiques », dans l'attente de l' issue des
travaux du groupe de travail ...

La prochaine réunion aura lieu le mercredi 4 février à 17h.

Centres d'intérêt liés