Vous êtes sur la page 1sur 10

Management S2

Les écoles de pensé en management

 Les classiques : Taylor , Faylor , Weber .


 Les behavioristes : Mayo , Maslow , Mc Gregor .
 Les modernes

Chapitre 1 : L’ecole classique .


F.W. Faylor : ingénieur américain , promoteur le plus connu de l’organisation scientifique du
travail , il est considéré comme
* Pionner du management
* père du management scientifique du travail

1- Les principes de l’organisation scientifique du travail :

Principe 1 : La division verticale du travail


C’est la séparation entre le travail d’exécution et le travail de conception , assuré par les
ingénieurs à l’aide d’une démarche scientifique , ils déterminent la seule bonne façon
d’effectuer une tache ; One Best Way .
Principe 2 : la division horizontale des taches
A chaque operateurs est attribué une tache élémentaire la plus simple afin d’automatiser
et d’accélérer les gestes .
Principe 3 : Salaire au rendement et contrôle de temps .
La seule motivation du travail est l’augmentation du salaire , selon les tenants de cette
école , le salaire au rendement permet la lutte contre les temps morts ce qui résulte une
mauvaise organisation
Principe 4 : la coordination du travail au moyen de la hiérarchie fonctionnelle :
Le système de la hiérarchie consiste en une multiplicité de ligne hiérarchiques , selon
Taylor l’ouvrier doit avoir autant de chef spécialisés que l’on peut distinguer de fonction
différentes impliqué par son travail : un pour son rythme de travail , un pour ses outils ,
un pour ses affectations .

I-2 ) Ford HENRY et les applications des principes de l’OST :

 Production en grandes séries de produits pour réaliser des économies d’échelles .


 Travail à la chaine : le produit se déplace sur une chaine de montage .
 Spécialisation horizontale : le processus de production est découpé en tache élémentaires .

- Les principes de Fordisme :

 La division du travail.
 La standardisation de la production
 L’augmentation du salaire des ouvriers
- Faylor et l’administration scientifique du travail :

Faylor : un ingénieur des mines français , en raison de ses travail il est considéré comme
un des pionniers de la gestion d’entreprise et l’un des précurseurs du management .

- Faylor et l’organisation administrative du travail :

On distingue 6 fonction dans l’entreprise :


 Fonction technique de production
 Fonction commerciale
 Fonction de sécurité
 Fonction comptable
 Fonction financière
 Fonction administrative

Pour Faylor la fonction administrative est la plus importante ; 5 principes pour diriger :
 Prévoir : anticiper , planifier , faire des choix stratégiques .
 Organiser : élaborer la structure humaine et matérielle de l’entreprise .
 Commander : assurer le bon fonctionnement des hommes
 Coordonner : harmoniser les activités des hommes .
 Contrôler : vérifier la conformité des règles , mesurer l’écart entre prévision et réalisation .

- Les principes de l’organisation administrative chez Faylor : ( 14 principes )

 Division du travail * discipline * unité de commandement * rémunération * hiérarchie


* ordre matériel social * stabilité du personnel …

I-3 ) Max Weber et l’organisation bureautique :


Le fondement de l’autorité dépend du type d’organisation :
 L’autorité Charismatique : est basée sur la personnalité du leader , perçue a la limite comme
un ‘’ être exceptionnel ‘’
 L’organisation traditionnelle : le pouvoir est du au statut , la succession est souvent familiale
 L’organisation rationnelle : Weber considère ce type d’organisation comme le plus efficace ,
l’autorité du leader repose sur des règles juridiques formalisées .

- Les principes de l’organisation bureautique chez Max WEBER :


 La structure hiérarchique et les compétences de chaque emploi sont clairement définis .
 La discipline est stricte .
 Des règles écrites anticipent toutes les situations .
 L’avancement est déterminée par le supérieur hiérarchique .
Chapitre 2 : L’ecole des relations humaines .

- Elton Mayo et la sociologie du travail :

Mayo : physiologue et sociologue australien , à l’origine du mouvement des relations


humaines est considéré comme l’un des fondateurs de la sociologie du travail .

 L’étude est basée sur : ‘’la productivité des salariés dépend des conditions matérielles de
travail ‘’
Mayo conteste la vision de l’homme de Taylor et veut mettre en évidence les effets de la
fatigue et de la monotonie sur la productivité .
Il veut trouver comment contrôler ces effets en jouant sur les variables comme : les pauses ,
les horaires , la lumière …
 Les constats généraux des expériences :
- Les ouvriers travaillent mieux lorsqu’on s’occupe mieux d’eux .
- Découverte de l’importance des phénomènes affectifs .
- Le travail est une activité de groupe .

Comparaison entre TAYLOR et MAYO :

TAYLOR
MAYO

- Organisation scientifique du - Ecole des relations humaines


travail - Motivation psychologique
- Motivation par le salaire - Condition de travail
- Science - Dimension psychologique
- Division du travail - Communication
- One Best Way

II ) Lewin KURT et la dynamique du groupe :


Kurt : Psychologue Américain , docteur en philosophie , très connu pour ses contribution
à la dynamique des groupes et aux styles de directions
Kurt teste 3 mode de commandement :
 Le leader autoritaire : donne des ordres et éloignés de ses subordonnés
 Le leader démocratique : dirige le groupe en acceptant les remarques
 Le leader-ship du laisser-faire : implique que les directives , le manager ne s’implique pas

III) Maslow ABRAHAM et la motivation par la hierarchie des besoins :

Abraham MASLOW : est un célèbre physiologue Américain considéré comme le père de


l’approche humaniste et connu pour son explication de la motivation par la hiérarchie
des besoins
Un besoin non satisfait reste source de motivation, l’entreprise doit donc motiver ses
employés par le besoin non satisfaits

III ) 2 – F . HERZBERG et la theorie Bi-factorielle de la motivation :

HERZBERG : Psychologue Américain , et prof de management a développé la théorie des


deux facteurs de la motivation en s’intéressant a la santé mentale .
- La théorie bi-factorielle de HERZBERG :
Pour repérer les facteurs de satisfaction et d’insatisfaction , il demanda a 200 employé
de relater des évènements concrets pour lesquels ils se sont sentis exceptionnellement
satisfait ou insatisfaits de leur travail .
- Selon HERZBERG les éléments peuvent êtres regroupé en 2 catégories :
 Les facteurs d’hygiène de vie : qui n’engendrent pas la satisfaction mais qui produisent
l’insatisfaction
 Les facteurs de motivations : HERZBERG propose donner un travail qui leur permettre de se
réaliser, qui offre la possibilité de faire une expérience .
HEZBERG a proposé deux méthodes d’organisation du travail
1. Eviter le mécontentement : les facteurs d’insatisfactions peuvent facilement identifié
et éliminé
2. Provoquer la satisfaction par l’élargissement : et l’enrichissement des taches
La nouvelle formule de motivation selon HEZBERG
Motivation = Absence d’insatisfaction + Satisfaction

Douglas Mc Gregor et la motivation :

Mc GREGOR : professeur de management à la SLOAN School du Massachusetts


Institues de technologie , il a élaboré une véritable théorie de management basée
sur deux conception de l’homme au travail , la théorie X , et la théorie Y .
 La théorie (X) : La plupart des êtres humains sont supposés paresseux , ils n’aiment pas le
travail mais y sont contraint .
 La théorie (Y) : Les individus en réalité ont un besoin physiologique qui les pousse au travail ,
ils désirent s’accomplir personnellement et progresser dans l’exercice des responsabilités .
 Conclusion
 La théorie X suppose que les besoins physiologiques et de sécurité dominent l’individu .
 La théorie Y soutient au contraire que ce dernier est d’abord sensible aux besoin
d’appartenance et d’estime

II – 6 ) LINKERT et les styles du management :

LINKERT : un psychologue Américain a obtenu un doctorat en psychologie à l’université de


Columbia , auteur connu mondialement . un de ses ouvrages ‘’ le gouvernement participatif ‘’
1. Le style autoritaire : l’autorité du dirigeant est fondé sur la crainte et le respect des
ordres reçus, le dirigeant prend des ordres et les annonces ensuite aux membres de
l’entreprise.
2. Le style paternaliste : le dirigeant dispose d’une autorité incontestée et entretien
des relations de proximité avec ses subordonnés .
3. Le style consultatif : qui se traduit par un faux semblant de participation à la
décision, les subordonnés bien que consultés n’ont pas d’influence réelle cependant
le travail en équipe est encouragé les employés semblent motivés .
4. Le style participatif : ou le groupe contribue à la prise de décision à la définition des
objectifs au règlement des conflits .

BLAKE et MOUTON et le systéme du leader-ship :

BLAKE MOUTON ont prolongé les travaux de McGregor et ont présenté une grille
permettant de caractériser le comportement des managers en tenant compte de deux
critères :
 L’intérêt porté aux hommes
 L’intérêt porté aux taches de production

BLAKE et Mouton et le système du leader-ship :


 Le management ‘’ Style laisser faire ‘’ le minimum est fait tant pour diriger les taches
matérielles que pour satisfaire les attentes des employés .
 Le management ‘’ style social ‘’ toute attention du manager est centrée sur la satisfaction
des besoins des individus …
 Le management ‘’ style centré sur la tache ‘’ le manager ne s’intéresse qu’aux seuls éléments
quantitatifs relevant de la gestion des taches de productions .
 Le management ‘’ style intégrateur ‘’ les individus sentent engagés , ils sont responsabilisés ,
et l’intérêt au travail permet un très bon suivi des taches de productions

- Théorie de la justice :
La justice organisationnelle ; 3 types
 Justice distributive : distribution équitable des ressources.
 Justice procédurale : L’impartialité pour décider de la distribution des ressources.
 Justice interactionnelle : l’impartialité dans les rapports avec la personne dans le processus
de distribution

Théorie des attentes de Vroom :

Cette théorie stipule que le comportement des individus sont la résultante d’un choix
conscient et raisonné d’une sorte d’analyse ; couts / bénéfices au sens strictes du termes
MOTIVATION = V x I x E
 “E” représente L’expéditions : c’est la réponse a la question « suis-je capable ? » quels sont
mes chances de réussites ? . la motivation dépend de la confiance qui a l’individu dans ses
capacités à atteindre l’objectif.
 ‘’I’’ L’instrumentalité : c’est la réponse a la question « que vais-je obtenir par ma
performance ? » la motivation dépend du niveau de récompense obtenue par l’effort.
 ‘’V’’ La valence : c’est la réponse a la question « quelle valeur accorder aux avantages
obtenus ? » La motivation dépend de l valeur attribue a la récompense par l’individu.
II-10) La théorie de fixation des objectifs de LOCKE :
Selon Locke et afin d’optimiser son efficacité, un objectif doit revêtir plusieurs aspects :
1. Etre clair et précis, spécifique.
2. Etre difficile mais réaliste
3. Etre accompagné d’un Feed-Back
4. Etre accompagné d’un soutien pour l’atteindre
5. Avoir été établi en faisant participer tous les collaborateurs impliqués
6. Etre accompagnés de récompenses lors de son atteinte

Chapitre 3 : L’école des mathématiques et de la décision

Les principes de cette école sont :

 La formalisation mathématique des problèmes de gestion


 Le traitement de l’information
 Le développement d’outils d’aide a la prise de décision
 Le développement des méthodes de gestion de projet
 L’utilisation des moyens informatiques

I) L’école de la décision :

I-1) Le modèle de la décision classique ; un modèle rationnel

La décision est assimilé au raisonnement d’un acteur unique qui cherche a maximiser ses
objectifs avec les moyens dont il dispose

- Ce schéma rationnel repose principalement sue deux principes :


 Principe d’exhaustivité :l’information joue un rôle déterminant dans le processus de
décision, le décideur dispose préalablement a toute décision d’une information complète sur
l’ensemble des solutions susceptibles d’être appliqué au problème et sur les conséquences
possible de leur application
 Principe d’optimisation : le décideur doit être capable de choisir la meilleur solution

- Les limites du modèle rationnel :


Un certain nombre d’élément conditionnent le succès du processus décisionnel classique
Une connaissance précise des facteurs internes et externes au niveau de
l’environnement et ressources disponible
Une connaissance de l’ensemble des actions possibles
Une connaissance du futur des effets de ces actions
Une volonté de rechercher la meilleure solution d’optimisation

II-) Hilbert Alexander SIMON et la rationalité limité :


Simon : est un économiste sociologue américain a obtenu le prix de Nobel d’économie
en 1978 il a fait des études social en mathématique, il s’est intéressé a la notion de ‘’
rationalité limité ‘’ dans le processus de décision
 Processus de décision chez SIMON modèle de 3 étapes :
Simon propose un modèle général de la décision en trois étapes :
1. Phase d’intelligence : recherche d’information dans l’environnement
2. Phase de conception : élaboration de solution possible
3. Phase de sélection : choix proprement dit de la solution adapté au problème

Chapitre 4 : L’école systémique et sociotechnique

La systémique reconnait aujourd’hui deux fondateurs de génie, le mathématicien Norbert Wiener et


le biologiste Ludwing Von Bertalanffy.

I-) Notion du système :

Déf : un système est un ensemble durable d’élément en interaction orienté vers un but.

Le système peut être plus ou moins ouvert sur son environnement.

II-) L’approche systémique de l’organisation :

L’organisation humaine est un système, et l’organisation est un système ouvert

L’approche systémique est un outils de raisonnement puissant qui s’appuie sur l’analyse systémique
et sur l’abstraction :

 Vision multidimensionnelle des réalités


 Approche globale , différentes et complémentaires de l’approche analytique
 Le contenu du système est vu comme un tout dont on observe le comportement
 Non linéaire ( de multiples système coexistent et interagissent )
- Approche systémique versus Approche Analytique :
Approche Analytique Approche systémique

Isole : se concentre sur les éléments Relie : se concentre sur les interactions
entre les éléments
Considère la nature des interactions Considère les effets des interactions

S’appuie sur la précision des détails S’appuie sur la perception globale

Conduit a une action programmé dans son Conduit a une action par objectifs
détail
Connaissance des détails, but mal définis Connaissance des buts, détails flous

III ) L’école sociotechnique :


Elle se situe dans le courant systémique, et elle se distique par deux principes :
 Système technique : axé sur l’optimisation, la réduction des couts
 Système social : axé sur la motivation des salariés
- L’école sociotechnique :
Théorie fondée sur une expérience d’introduction des machines et d’extraction dans des
mines de charbon
1. Les équipes étaient autonomes soudées, rémunérées collectivement
2. La spécialisation des équipes a été décidé suite a l’introduction de l’abattage par
machine
3. En conservant la polyvalence l’autonomie et la rémunération collective on a
rétabli la production

La technologie influence l’organisation du travail, mais des choix d’organisations subsistent toujours

L’organisation sociale du travail a un effet indépendant de la technologie

L’efficacité de l’entreprise dépend de la technologie et du système psychologique et social.

Chapitre 5 : L’école néo-classique

Cette école est inspiré des principes de l’école classique, poursuit son œuvre en utilisant les acquis
du courant psychosociologique de l’école des relations humaines, et emprunte les outils développées
par le courant mathématique ses principes sont :

 La maximisation du profit qui est un indicateur de mesure de la performance de l’entreprise


 L’entreprise considérée comme un moteur économique de la société créatrice de la richesse
 Les individus placé en situation de concurrence, les meilleurs accédant aux poste de direction

I-) Alfred SLOAN et le concept de décentralisation :

Les 3 principes de décentralisation :

1. Les divisions doivent êtres autonomes et jugés d’après la rentabilité du capital investi
2. Certain fonction et certain contrôles doivent êtres centralisées
3. La direction générale ne doit pas s’occuper d’exploitation mais de la politique générale

La condition de réussite est que la coordination se fasse par une circulation horizontales informations

 La décentralisation : permet d’être plus proche des réalités du terrain d’avoir des délais plus
courts une meilleur réactivité, donc moins de cout et une meilleur pertinence et efficience
 La décentralisation prend plusieurs formes par produits, par secteurs, ou géographiquement,
on décentralise car le PDG est incompétent par rapport a la taille de son entreprise il donne
les grandes orientation et définit les stratégies de l’entreprise

- SLOAN s’appuie sur ces points pour développer sa stratégie :


1. Des unités d’affaires.
2. Une structure divisionnaire de l’industrie de l’automobile entre plusieurs marque
de voitures
3. Un partage du travail et du niveau de gestion
4. Un contrôle de gestion par les statistiques financières

 Inconvénient de la décentralisation : on peut repérer des incohérences et un certain


manque de cohésion car on multiplie les centres décisionnels, on crée de ce fait une certaine
instabilité interne et de plus grands cout de gestion.

II ) Drucker Peter et le concept DPO :


DRUKER : c’est un journaliste et un économiste et financier dans des banques il analyse les
grandes évolution à travers le management, il est considérée comme père de management
moderne , il constate que la décentralisation peut aboutir a des décisions provenant de
plusieurs personnes en contradiction les une avec les autres pouvant provoquer un blocage
en cas de désaccord ; il y’a donc un manque de cohésion .
DRUKER propose un nouveau modèle de management la direction par objectif (DPO )
Ce modèle consiste a fixer différentes sexions de l’organisation .
Co modèle s’accompagne avec une incitation ( des primes ) afin de motiver les travailleurs
dans leurs taches .

*** Les 5 fondamentales du manager : !!!


 Fixer les objectifs a atteindre
 Analyser les objectifs a organiser
 Motiver et communiquer
 Mesurer par des normes
 Former le personnel

Chapitre 6 : sociologie des organisations l’apport de Michel CROZIER

Un principale concepteur de l’analyse stratégique et de l’action collective en sociologie des


organisations , l’œuvre de CROZIER permet l’étude approfondie des mécanismes bureautique des
multiple frein au changement de la crise du service publique des styles de management, et d’autorité
ou encore le processus de décision au sein de l’organisation.

Ces postulat furent révèrent a partir de 3 études empiriques :

- une entreprise en situation de monopole


- une organisation tés réglementés
- un personnel géré par des règles bureautique

les enseignement tirés sont les suivants :

1. dans toutes les organisations mêmes réglementés il y’a des jeux de pouvoir parallèles aux
situations formelles
2. le comportement des individus peut s 'expliquer : leurs enjeux individuels ou leurs positions
dans les jeux de pouvoirs

Théorie de l’acteur principale en sociologie des organisations :

Les concepts clés de cette théorie sont : * le pouvoir * la zone d’incertitude * actes * enjeux *
stratégies

 Le pouvoir : c’est la capacité a produire chez les autres à un comportement qu’il n’auraient
pas adoptés spontanément , pouvoir est fondé sur la notion de ressource

le pouvoir d’un individu est fonction de l’importance de la zone d’incertitude qui sera capable de
contrôler face a ses partenaires

La zone d’incertitude dans les organisations : savoir, savoir faire, réparer, faire fonctionner,
information, connaissance

- Dans l’organisation chaque acteurs possède ses propres objectifs et sa « stratégie »


personnelle .