Vous êtes sur la page 1sur 2

Directeur de la publication : Edwy Plenel

www.mediapart.fr
1

Trump, qui n’a jamais fait mystère de son appui total


à Netanyahou ni de son allégeance au milliardaire
Sous-marins, Golan, roquettes: une
Sheldon Adelson, grand donateur à la cause sioniste
campagne israélienne à rebondissements et aux républicains américains, a écrasé du talon 50
PAR THOMAS CANTALOUBE
ARTICLE PUBLIÉ LE MERCREDI 27 MARS 2019 années de diplomatie américaine et internationale.
Non seulement il a reconnu l’annexion unilatérale
Alors qu’approchent les élections législatives du 9
d’un territoire conquis par la force (comme la Crimée
avril, où Benjamin Netanyahou jouera son poste et
par Vladimir Poutine), mais il a jeté aux orties tous
sa liberté, les événements susceptibles d’infléchir le
les efforts de Washington depuis l’époque de Ronald
scrutin ne cessent de se multiplier.
Reagan pour faire en sorte que les échanges de
À deux semaines d’élections législatives israéliennes territoires au cœur du conflit israélo-palestinien soient
particulièrement ouvertes dans lesquelles Benjamin assortis de concessions.
Netanyahou ne joue pas seulement son fauteuil
de premier ministre mais également sa liberté, les
événements susceptibles de faire basculer le vote
s’enchaînent en accéléré et sont tous interprétés à
l’aune du scrutin du 9 avril.
La semaine passée, Netanyahou, qui risque déjà une
mise en examen dans trois affaires de fraude, de
corruption et d’abus de confiance, a été contraint Donald Trump devant Netanyahou montrant l’acte par lequel les États-
Unis reconnaissent la souveraineté d'Israël sur le Golan. © Reuters
d’admettre, en direct à la télévision, qu’il avait
encaissé 3 millions de dollars de bénéfices en vendant Même quand les États-Unis se rangeaient aux côtés
ses actions (sept fois leur prix d’achat) dans une d’Israël, c’était en échange d’un retrait militaire, d’un
entreprise qu’il a ensuite favorisée, en tant que premier arrêt des constructions dans les colonies ou d’une
ministre, lors de la vente de sous-marins. Or il se modération de sa politique (comme face à l’Iran, par
trouve que deux des personnes qu’il avait contournées exemple). Là, Trump n’a rien demandé et tous les
à l’époque en concluant ce marché sont les leaders Israéliens ont bien compris que la Maison Blanche
de la principale liste d’opposition qui lui taillent des offrait un gigantesque présent électoral à Netanyahou,
croupières dans les sondages : Benny Gantz et Moshe dont un des arguments de campagne est d’afficher sa
Yaalon, du parti Bleu et Blanc. proximité avec le « grand frère » américain qui ne lui
refuse rien.
Heureusement, dans la foulée de cette révélation,
Benjamin Netanyahou s’est envolé pour Washington, Il y a quelques mois encore, le premier ministre
où il a été reçu en grande pompe par Donald israélien essayait pourtant de négocier le retour du
Trump et l’AIPAC, le « lobby israélien » (en Golan à la Syrie en échange d’une protection contre
anglais, l’expression est parfaitement assumée par les la présence iranienne dans la région. N’étant pas
intéressés). Aucune surprise du côté de ce dernier, dont parvenu à ses fins avec Bachar al-Assad, Netanyahou
les membres comptent parmi ses plus fidèles soutiens, peut donc se gargariser d’avoir obtenu l’assentiment
mais son « ami » le président des États-Unis lui a fait américain pour occuper définitivement le territoire.
un beau cadeau : formalisant son tweet de la semaine Ce qui pousse les diplomates et les analystes de la
précédente, il a reconnu la souveraineté de Tel-Aviv région à se demander quelle sera la prochaine étape :
sur le plateau du Golan, un territoire appartenant à la la réoccupation de Gaza ? l’annexion définitive de la
Syrie et occupé depuis 1967. Cisjordanie ?

1/2
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
2

Malheureusement pour le chef du gouvernement sécurité et de l’intransigeance face aux Palestiniens


israélien, cette bonne nouvelle pour lui a été son fonds de commerce. En même temps, il sait très
partiellement éclipsée par une reprise des hostilités bien qu’une guerre contre Gaza n’est pas gagnable au
avec Gaza. Une roquette tirée lundi depuis l’enclave sens conventionnel du terme et qu’une mobilisation
palestinienne a frappé une maison israélienne (ne armée à la veille d’un scrutin peut se retourner contre
faisant que des blessés) et provoqué en retour une lui en cas de bavure. D’autant que le premier ministre
série de bombardements visant les structures et les affronte trois anciens généraux de l’armée aux quatre
dirigeants du Hamas, le parti islamiste qui contrôle la premières places de la liste Bleu et Blanc.
bande de Gaza. Pendant toute la journée du lundi 25 Benny Gantz est l’un d’entre eux et, puisqu’il
mars, les deux camps ont échangé des tirs avant que les prétend au poste de chef du gouvernement, il s’est
discussions autour d’un cessez-le-feu ne démarrent. présenté lui aussi devant l’AIPAC à Washington, où,
Même si aucune des parties ne souhaite une contrairement aux opposants précédents, il a fait bonne
nouvelle confrontation durable, chacune se trouve figure devant cette assemblée très à droite. Selon les
dans une position délicate qui peut faire craindre des correspondants de la presse israélienne, Gantz, en
dérapages. Le Hamas, qui a réprimé sauvagement une jouant à merveille sa partition de soldat rude mais
manifestation contre le coût de la vie, il y a dix jours à éclairé, a montré aux juifs américains qu’il existait
Gaza, a besoin de redorer son blason et de faire oublier, désormais une alternative conservatrice et nationaliste
éventuellement par la guerre, la situation économique à Netanyahou.
catastrophique à laquelle il n’a pas remédié depuis Au rythme des événements de ces dernières semaines
plus d’une décennie. Sans compter que ce vendredi 29 et étant donné la volatilité des prévisions de vote, sans
mars marquera l’anniversaire de la première « marche oublier les manœuvres électoralistes dont Netanyahou
du retour », les manifestations gazaouies qui avaient est coutumier, il semble impossible de prévoir qui
éclaté en révolte l’an passé, échappant en grande sera le prochain premier ministre d’Israël, et surtout
partie au Hamas, et qui avaient entraîné une répression avec quelle coalition il gouvernera : l’extrême droite
israélienne causant près de 200 morts. religieuse et raciste autour de Netanyahou ou un
Du côté de Tel-Aviv, Netanyahou ne peut pas se assemblage hétéroclite d’ambitions contraires autour
permettre d’apparaître « faible » dans le pervers de Benny Gantz ?
jeu politique israélien, lui qui a toujours fait de la

Directeur de la publication : Edwy Plenel Rédaction et administration : 8 passage Brulon 75012 Paris
Directeur éditorial : François Bonnet Courriel : contact@mediapart.fr
Le journal MEDIAPART est édité par la Société Editrice de Mediapart (SAS). Téléphone : + 33 (0) 1 44 68 99 08
Durée de la société : quatre-vingt-dix-neuf ans à compter du 24 octobre 2007. Télécopie : + 33 (0) 1 44 68 01 90
Capital social : 24 864,88€. Propriétaire, éditeur, imprimeur : la Société Editrice de Mediapart, Société par actions
Immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS. Numéro de Commission paritaire des simplifiée au capital de 24 864,88€, immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS,
publications et agences de presse : 1214Y90071 et 1219Y90071. dont le siège social est situé au 8 passage Brulon, 75012 Paris.
Conseil d'administration : François Bonnet, Michel Broué, Laurent Mauduit, Edwy Plenel Abonnement : pour toute information, question ou conseil, le service abonné de Mediapart
(Président), Sébastien Sassolas, Marie-Hélène Smiéjan, Thierry Wilhelm. Actionnaires peut être contacté par courriel à l’adresse : serviceabonnement@mediapart.fr. ou par courrier
directs et indirects : Godefroy Beauvallet, François Bonnet, Laurent Mauduit, Edwy Plenel, à l'adresse : Service abonnés Mediapart, 4, rue Saint Hilaire 86000 Poitiers. Vous pouvez
Marie-Hélène Smiéjan ; Laurent Chemla, F. Vitrani ; Société Ecofinance, Société Doxa, également adresser vos courriers à Société Editrice de Mediapart, 8 passage Brulon, 75012
Société des Amis de Mediapart. Paris.

2/2