Vous êtes sur la page 1sur 6

Lycée Pierre de Fermat 2015/2016

MPSI 1 TD

Structures algébriques
Anneaux et corps

1 Compléments d’arithmétique. Application du petit théorème de


Fermat
⊲ Exercice 1.1. Soient p et q deux nombres premiers distincts.
Montrer que
pq−1 + q p−1 ≡ 1 [pq] .
⊲ Exercice 1.2.
1. Montrer que ∀n ∈ N, n7 ≡ n [42].
Z/42Z → Z/42Z
2. Que cela signifie-t-il pour l’application f : ?
x 7→ x7

2 Anneaux
⊲ Exercice 2.1. Anneau des entiers de Gauss.
– Montrer que Z[i] = {a + ib ∈ C | (a, b) ∈ Z2 } est un sous-anneau de (C, +, ×).
– Déterminer le groupe (Z[i]× , ×). On pourra au préalable justifier que a + ib ∈ Z[i]× ⇐⇒ a2 + b2 = 1.
⊲ Exercice 2.2.
√ √
1. Montrer que Z[ 2] = {a + b 2 ∈ R | (a, b) ∈ Z2 } est un sous-anneau de (R, +, ×).
√ √ √
2. Déterminer les morphismes d’anneaux de Z[ 2] dans Z[ 2]. On cherchera les images possibles de 2.

A −→ A
⊲ Exercice 2.3. Soit (A, +, ×) un anneau unitaire. On suppose que l’application φ est un
a 7−→ a2
morphisme pour la loi +.
1. Montrer que l’anneau A est commutatif.
2. On ne suppose plus que × possède un neutre pour la loi × (l’anneau n’est plus unitaire). En revanche, on
suppose désormais que φ est un morphisme surjectif pour les deux lois + et ×. Montrer que l’anneau A est
commutatif.
⊲ Exercice 2.4. Soit (A, +, ×) un anneau, (a, b) ∈ A2 tels que ab + ba = 1A et a2 b + ba2 = a.
1. Montrer que 2aba = a, a2 b = ba2 (2aba est la notation habituelle de aba + aba).
2. Montrer que ab = ba puis en déduire que a est inversible d’inverse 2b (notation habituelle pour b + b).
⊲ Exercice 2.5. Soit (A, +, ×) un anneau dans lequel, pour tout (x, y) ∈ A2 , (x × y)2 = x2 × y 2 et pour tout
x ∈ A, x2 = 0A ⇒ x = 0A .
1. Montrer que, pour tout (x, y) ∈ A2 , x × y × x = x2 × y = y × x2 . On pourra effectuer le produit des carrés
de 1A + y et x.
2. En déduire que A est un anneau commutatif. On pourra calculer le carré de (x × y − y × x).
⊲ Exercice 2.6. Éléments nilpotents d’un anneau
Soit (A, +, ×) un anneau. Un élément a de A est nilpotent s’il existe n ∈ N∗ tel que an = 0A .
1. Montrer que, si a ∈ A est nilpotent, alors 1A − a est inversible dans A (pour la loi ×).
2. Soient a et b deux éléments de l’anneau A qui commutent.
(a) Montrer que, si a ou b est nilpotent, alors ab est nilpotent.
(b) Montrer que, si a et b sont nilpotents, alors a + b est nilpotent.
(c) Illustrer ces résultats par des exemples et des contre-exemples choisis dans M2 (R) en mettant l’accent
sur l’importance des connecteurs “et” et “ou”.
(d) Dans cette question, on suppose de plus que A est un anneau commutatif. Montrer que l’ensemble
des éléments nilpotents est un idéal de A. Une partie I d’un anneau commutatif (A, +, ×) est un idéal
si c’est un sous-groupe de (A, +) tel que ∀(a, x) ∈ A × I, ax ∈ I.

1
3. Déterminer les éléments nilpotents des anneaux intègres. Donner des anneaux dans lesquels il existe des
éléments nilpotents non triviaux.
⊲ Exercice 2.7. Soit (A, +, ×) un anneau, a et b deux éléments de A tels que ab est inversible et ba n’est pas
un diviseur de zéro. Montrer que a et b sont inversibles.
⊲ Exercice 2.8. Soient (A, +A , ×A ) et (B, +B , ×B ) deux anneaux, ϕ un morphisme d’anneaux de A dans B.
Montrer que ϕ(A× ) est un sous-groupe de (B × , ×B ).
⊲ Exercice 2.9. Anneaux (Z/nZ, +, ×).
Soit n ∈ N tel que n > 2.
1. Montrer que les diviseurs de zéros de l’anneau (Z/nZ, +, ×) sont {k | k ∈ [[1, n − 1]] , k ∧ n 6= 1}.
2. Montrer que le groupe (Z/nZ× , ×) est {k | k ∈ [[1, n − 1]] , k ∧ n = 1}.
N
Y
3. En considérant la décomposition de n en facteurs premiers : n = pα
i , déterminer l’ensemble des éléments
i=1
nilpotents de l’anneau (Z/nZ, +, ×). Exprimer de plus l’indice de nilpotence d’un élément nilpotent en
fonction des paramètres de sa décomposition en facteurs premiers.

3 Corps
⊲ Exercice 3.1. Soit (A, +, ×) un anneau commutatif, fini, non réduit à {0A } possédant la propriété :

∀a ∈ A \ {0A }, ∀(x, y) ∈ A2 , ax = ay ⇒ x = y.

Montrer que (A, +, ×) un corps.


⊲ Exercice 3.2. Anneaux (Z/nZ, +, ×).
Soit n ∈ N tel que n > 2.
1. Montrer que l’anneau (Z/nZ, +, ×) est intègre si et seulement si n est un nombre premier.
2. En déduire que l’anneau (Z/nZ, +, ×) est un corps si et seulement si n est un nombre premier.
⊲ Exercice 3.3.
√ √
1. Montrer que Q[ 5] = {a + b 5 ∈ R | (a, b) ∈ Q2 } est un sous-corps de (R, +, ×).
√ √
2. Déterminer
√ les morphismes de corps de Q[ 5] dans Q[ 5] √ puis le groupe des automorphismes du corps
Q[ 5]. On cherchera à déterminer les images possibles de 5.
⊲ Exercice 3.4. Montrer que tout corps est un anneau intègre. Que pensez-vous de la réciproque ?
⊲ Exercice 3.5. Montrer qu’un morphisme de corps est toujours injectif. Montrer qu’il existe des morphismes
d’anneaux non injectifs.

2
Correction des exercices
⊲ Corrigé de l’exercice 1.1
p est un nombre premier donc le petit théorème de Fermat donne q p ≡ q[p] d’où p|q p − q soit p|q(q p−1 − 1).
Or p et q sont deux nombres premiers distincts donc p ∧ q = 1 si bien que le théorème de Gauss permet de
conclure que
p | q p−1 − 1
Par ailleurs, p|pq−1 (car q − 1 > 1) donc
p | pq−1 + q p−1 − 1
En échangeant les rôles de p et q, on obtient que
q | pq−1 + q p−1 − 1
Enfin, p et q sont deux nombres premiers entre eux qui divisent pq−1 + q p−1 − 1 donc leur produit divise
pq−1 + q p−1 − 1 d’où pq−1 + q p−1 − 1 ≡ 0 [pq].

Ainsi, pq−1 + q p−1 ≡ 1 [pq].

⊲ Corrigé de l’exercice 1.2


1. Soit n ∈ N fixé quelconque.
Observons que 42 = 2 × 3 × 7 avec 2, 3 et 7 deux à deux premiers entre eux.
• 2 est un nombre premier donc le petit théorème de Fermat donne n2 ≡ n [7] d’où
n7 ≡ n × (|{z}
n2 )3 ≡ n2 × n2 ≡ n [2]
| {z }
≡n
| {z } ≡ n×n
| {z }
3
≡n ≡ n2
d’où 2 | n7 − n.
• 3 est un nombre premier donc le petit théorème de Fermat donne n3 ≡ n [3] d’où
n3 )2 ≡ n3 ≡ n [3]
n7 ≡ n × (|{z}
≡n
| {z }
≡ n2
d’où 3 | n7 − n.
• 7 est un nombre premier donc le petit théorème de Fermat donne n7 ≡ n [7] d’où 7 | n7 − n.
Ainsi, 2, 3 et 7 divisent n7 −n, or ces trois entiers sont deux à deux premiers entre eux donc 42 = 2×3×7
divise n7 − n donc n7 − n ≡ 0 [42].

Ainsi, ∀n ∈ N, n7 ≡ n [42].

2. Soit x ∈ Z/42Z fixé quelconque.


Alors ∃n ∈ Z : x = n si bien que
f (x) = x7 = n7 = 7 = n
|n {z } =x
7
car n ≡ n [42]

Ainsi, f = idZ/42Z .

⊲ Corrigé de l’exercice 2.1


Rédaction du corrigé.
⊲ Corrigé de l’exercice 2.2
Rédaction du corrigé.
⊲ Corrigé de l’exercice 2.3
1. ⋆ Par propriété de morphisme pour la loi +,
∀a ∈ A , (a + 1A )2 = a2 + 12A
donc, en développant,
∀a ∈ A , a + a = 0A
soit ∀a ∈ A, a = −a.

1
⋆ Soient (a, b) ∈ A2 fixés quelconques.
Par propriété de morphisme pour la loi +,

(a + b)2 = a2 + b2

donc, en simplifiant, ab + ba = 0A donc ab = −ab = (−a)b =


|{z} ab.
premier point
2. Observons que
⋆ la propriété de morphisme additif de φ donne

∀(u, v) ∈ A2 , φ(u + v) = φ(u) + φ(v) ⇒ (u + v)(u + v) = u2 + v 2


⇒ u2 + uv + vu + v 2 = u2 + v 2
⇒ vu = −uv (1)

⋆ la propriété de morphisme multiplicatif de φ donne

∀(u, v) ∈ A2 , φ(uv) = φ(u)φ(v) ⇒ (uv)2 = u2 v 2 (2)

Soient (a, b) ∈ A2 fixés quelconques.


Par surjectivié de φ, ∃(x, y) ∈ A2 : x2 = a et y 2 = b.

ab = x2 y 2
= (xy)2 en appliquant la propriété (2) de morphisme multiplicatif de φ
2
= (−yx) en appliquant la propriété (1) de morphisme additif de φ
= (yx)2 car ∀z ∈ A , (−z)(−z) = z 2 (exo élémentaire, voir règles de calcul dans un anneau)
= y 2 x2 en appliquant la propriété (2) de morphisme multiplicatif de φ
= ba

Ainsi, A est une anneau commutatif.

⊲ Corrigé de l’exercice 2.4


1. Partons des relations
ab + ba = 1A (1) et a2 b + ba2 = a (2)
En multipliant (1) par a à droite d’une part, en multipliant (1) par a à gauche d’une part, puis faisant la
différence, des équations obtenues
ba2 − a2 b = 0A

et donc ba2 = a2 b.
En multipliant (1) par a à droite d’une part, en multipliant (1) par a à gauche d’une part, puis additionnant
les deux équations on obtient
2aba + a2 b + ba2 = 2a
qui, avec la relation (2), se simplifie en
2aba + a = 2a

d’où, par ajout du symétrique de a pour la loi + aux deux membres, 2aba = a.

et donc ba2 = a2 b. a2 b = ab2 .

2. Calculons

ab − ba = (a2 b + ba2 )b − b(a2 + ba2 )en utilisant la relation a2 b + ab2 = a


= a2 b2 + ba2 b − ba2 b − b2 a2 par distributilité de × sur +
= a2 b 2 − b 2 a2
= a2 bb − b2 a2
= ba2 b − b2 a2 en utilisant la relation a2 b = ba2
= bba2 − b2 a2
= 0A (3)

2
donc ab = ba.
En injectant dans la relation ab + ba = 1A , cela donne ab + ab = 1 = ba + ba soit aussi

a(b + b) = 1A = (b + b)a

Ainsi, a est inversible d’inverse 2b.

⊲ Corrigé de l’exercice 2.5


Rédaction du corrigé.

⊲ Corrigé de l’exercice 2.6


Rédaction du corrigé.

⊲ Corrigé de l’exercice 2.7


Rédaction du corrigé.

⊲ Corrigé de l’exercice 2.8


• ϕ(A× ) n’est pas vide car 1A ∈ A× donc 1B = ϕ(1A ) ∈ ϕ(A× ).
• Soit b ∈ ϕ(A× ) fixé quelconque.
Alors ∃a ∈ A× : b = ϕ(a).
Puisque a ∈ A× ,
a ×A a−1 = a−1 ×A a = 1A
si bien qu’en prenant l’image de ces trois termes par ϕ et en utilisant la propriété de morphisme multiplicatif,

ϕ(a) ×B ϕ(a−1 ) = ϕ(a−1 ) ×B ϕ(a) = 1B

d’où
b ×B ϕ(a−1 ) = ϕ(a−1 ) ×B b = 1B
donc b ∈ B × et, bonus pour la suite, par unicité du symétrique sous réserve d’existence, b−1 = ϕ(a−1 ).
Par conséquent, ϕ(A) ⊂ B × .
• Soient (b, b′ ) ∈ ϕ(A× )2 fixés quelconques.
Alors ∃(a, a′ ) ∈ (A× )2 : b = ϕ(a) et b′ = ϕ(a′ ).
Montrons que b ×B (b′ )−1 ∈ ϕ(A× ).
Nous avons déjà vu (premier point) que (b′ )−1 = ϕ((a′ )−1 ) donc, par propriété de morphisme multiplicatif,

b ×B (b′ )−1 = ϕ(a) ×B ϕ((a′ )−1 ) = ϕ( a ×A (a′ )−1 ) ∈ ϕ(A× )


| {z }
∈ A×
×
car A est un groupe
et (a, a′ ) ∈ (A× )2

Ainsi, ϕ(A× ) est un sous-groupe de (B × , ×B ).

⊲ Corrigé de l’exercice 2.9

⊲ Corrigé de l’exercice 3.1


• (A, +, ×) est un anneau.
• Soit a ∈ A \ {0A } fixé quelconque.

A −→ A
Considérons l’application ψ :
z 7−→ a × z
Soient (y1 , y2 ) ∈ A2 fixés quelconques tels que ψ(y1 ) = ψ(y2 ).
Alors a × y1 = a × y2 , or a 6= 0A donc y1 = y2 d’après la propriété selon laquelle tout élément non nul est
régulier à gauche.
Par conséquent, ψ est injective, or A est fini donc ψ est bijective.
Par surjectivité de ψ, il existe un antécédent à 1A noté b = ψ −1 (a).
Ainsi, a × b = ψ(b) = 1A et, par commutativité de A, b × a = a × b = 1A donc a est symétrisable pour la loi ×.
Par conséquent, tout élément différent du neutre additif est symétrisable pour la loi ×.
Ainsi, (A, +, ×) est un corps.

3
⊲ Corrigé de l’exercice 3.2
Rédaction du corrigé.

⊲ Corrigé de l’exercice 3.3


Rédaction du corrigé.

⊲ Corrigé de l’exercice 3.4


• Soit (K, +, ×) un corps fixé quelconque. Soient (x, y) ∈ K2 fixés quelconques tels que x × y = 0K .
• si x = 0K , c’est bon,
• sinon, multiplions l’égalité par x−1 pour obtenir y = x−1 × 0K = 0K .
Par conséquent, x = 0K ou y = 0K .
Ainsi, (K, +, ×) est un anneau intègre.
• la réciproque est fausse, il existe des anneaux intègres qui ne sont pas des corps, par exemple, (Z, +×) et
(K[X], +, ×) (où K est un corps).

⊲ Corrigé de l’exercice 3.5


Soit ψ : K1 → K2 un morphisme de corps.
Montrons tout d’abord que ψ −1 ({0K2 }) = {0K1 }.
⋆ L’inclusion {0K1 } ⊂ ψ −1 ({0K2 }) est immédiate car ψ(0K1 ) = 0K2 . En effet, puisque 0K1 + 0K1 = 0K1 ,

ψ(0K1 + 0K1 ) = ψ(0K1 ) ⇒ ψ(0K1 ) + ψ(0K1 ) = ψ(0K1 ) (propriété de morphisme pour la LCI +)

d’où, en ajoutant le symétrique de ψ(0K1 ) pour la loi +,

ψ(0K1 ) + ψ(0K1 ) + (−ψ(0K1 )) = ψ(0K1 ) + (−ψ(0K1 )) ⇒ ψ(0K1 ) = 0K2 .

⋆ Réciproquement, soit x ∈ ψ −1 ({0K2 }) fixé quelconque. Raisonnons par l’absurde en supposant x 6= 0K1 .
Pusique K1 est un corps, x est symétrisable pour la LCI × si bien qu’en notant x−1 son symétrique pour cette
loi, x ×K1 x−1 = 1K1 . En prenant l’image de cette égalité par ψ,

ψ(x ×K1 x−1 ) = ψ(1K1 ) ⇒ ψ(x) ×K2 ψ(x−1 ) = 1K2 (propriété de morphisme pour la LCI ×)

or ψ(x) = 0K2 par hypothèse donc 0K2 ×K2 ψ(x−1 ) = 1K2 d’où 0K2 = 1K2 ce qui est une contradiction. Ainsi,
ψ −1 ({0K2 }) ⊂ {0K1 }.
Soient (x, y) ∈ K21 fixés quelconques tels que ψ(x) = ψ(y). Alors

ψ(x) = ψ(y) ⇒ ψ(x) + (−ψ(y)) = ψ(y) + (−ψ(y))


⇒ ψ(x) + ψ(−y) = 0K2 car, par propriété de morphisme pour la loi +, −ψ(y) = ψ(−y)
⇒ ψ(x + (−y)) = 0K2
⇒ x + (−y) ∈ ψ −1 ({0K2 })
⇒ x + (−y) = 0K1
⇒ x=y

Ainsi, ψ est injectif.