Vous êtes sur la page 1sur 16

Conduction thermique

Appareil conduction de chaleur

La conduction thermique (ou diffusion thermique) est un mode


de transfert thermique provoqué par une différence
de température entre deux régions d'un même milieu, ou entre
deux milieux en contact, et se réalisant sans déplacement global de
matière1 (à l'échelle macroscopique) par opposition à
la convection qui est un autre transfert thermique. Elle peut
s'interpréter comme la transmission de proche en proche de
l'agitation thermique : un atome (ou une molécule) cède une partie
de son énergie cinétique à l'atome voisin.

La conduction thermique est un phénomène de transport de


l'énergie interne dû à une hétérogénéité de l'agitation moléculaire 2.
C'est donc un phénomène irréversible. Dans les fluides (liquides et
gaz) ce transport d'énergie résulte du non uniformité du nombre de
chocs par unité de volume, de façon analogue au phénomène
de diffusion. Dans les solides, la conduction thermique est assurée
conjointement par les électrons de conduction et les vibrations
du réseau cristallin

L’appareil permet d’effectuer un grand nombre de mesures et


d’expériences dont nous d’écrirons certaines elles plus loin

1
Conduction thermique

1-Description de l’appareil :

-L’équipement comprend deux spécimens de conduction de


chaleur, une barre a sections multiples pour l’étude de la
conduction linéaire et un disque métallique pour l’étude
radiale.

-une console électrique fournie l’électricité aux éléments


chauffants dans les spécimens, et il permet de lire les valeurs
de température en chaque point, dans la barre

-Section intermédiaire dans la barre

-Deux types d'isolants en liège et papier

2
Conduction thermique

A-Module pédagogique d'étude de la conduction radiale

Description

Module d'étude de la conduction radiale pour banc


pédagogique d'étude des méthodes de transmission de chaleur
Fourni avec manuel d'exploitation pédagogique complet avec
travaux pratiques (TP).

Exploitations pédagogiques

Le banc permet de réaliser les travaux pratiques (TP) suivants:


- Comprendre l'équation de Fourier en déterminant le taux de transfert de chaleur à travers un
matériaux solide
- Mesurer la distribution de température en régime permanent par conduction au travers de la
paroi d'un cylindre (conduction radiale)
- Déterminer la constante de proportionnalité
Fourni avec manuel d'exploitation pédagogique complet avec travaux pratiques (TP).

B-Module pédagogique d'étude de la conduction linéaire

Description

Module d'étude de la conduction linéaire pour banc pédagogique


d'étude des méthodes de transmission de chaleur.
Fourni avec manuel d'exploitation pédagogique complet avec
travaux pratiques (TP).

Exploitations pédagogiques

Le banc permet de réaliser les travaux pratiques (TP)


suivants:
- Appliquer l'équation de Fourrier et déterminer les taux de transfert de chaleur dans les
matériaux solides
- Déterminer la distribution des températures en régime permanent au travers d'un solide
uniforme ou d'un solide composite
- Déterminer la conductivité thermique de différents matériaux isolants et conducteurs
- Mesurer la chute de température à l'interface des surfaces de contact d'un solide composite
plan
- Mesure de la distribution des températures en régime permanent au travers d'un solide
uniforme de section réduite
- Comprendre l'application d'un conducteur pauvre (isolant)
Fourni avec manuel d'exploitation pédagogique complet avec travaux pratiques (TP)

3
Conduction thermique

2-Manipulations :

Expérience 1 :( conduction le long d’une barre simple)

1-But : étude de la loi de fourrier pour la conduction linéaire le long d’une barre simple.

Théorie : soit un mur simple d’épaisseur Δx, limité par deux plans parallèles. Si les parois de
ce mur sont soumises a une différence de température ΔT, alors le flux de chaleur Q qui

travers la surface A par conduction pendant l’unité de temps est proportionnel a A et


Si le matériau dont est fait le mur est homogène et a une conductivité, thermique K alors

Les résultats :

Q(w) T1 T2 T3 T4 T5 T6 T7 T8 T9
40 64 .6 63.5 62.5 52.15 41.8 31.45 21.1 20.5 20.2
60 89.3 87.3 85.3 70.02 54.75 39.45 24.2 23.7 22.2

Exploitation des résultats :

Calculer le coefficient de conductivité thermique K du bronze

△T −Q
Q=−K . A ⟹ K=
△X A . △ T /△ X

Pour Q=40(w) on a :

−40∗0.09 W
K1= =165.47 [ ]
−4
4.9∗10 ∗(−44.4) m. C °

Pour Q=60(w) on a :

−60∗0.09 W
K2= =163.99 [ ]
−4
4.9∗10 ∗(−67.2) m. C °

Calculer le coefficient de conductivité thermique K du bronze pour chaque température

Pour : Q=40W et D=25*10-3

4
Conduction thermique

Méthode ANALITIQUE
On a :

Q ΔT

Δx ( ) 63.5−64.6
=¿ - 110 donc K1=742.1 [ W ]
K=
A∗ | |
ΔT
Δx
1 =
10 −2
m .C °

62.5−63.5 W
( ΔΔTx )2
=
10−2
=¿ - 100 donc K2=816.32 [
m .C °
]

52.15−62.5
( ΔT
Δx ) 3
=
10 −2
=−1035 donc K3=78.8 [ W ]
m .C °

41.8−52.15
=−1035 donc K4=78.87 [ W ]
( ΔΔTx )4
=
10
−2
m .C °

ΔT 31.45−41.8
=−1035 donc K5=78.87 [ W ]
( )Δx 5
=
10
−2
m .C °

21.1−31.45
=−1035 donc K6=78.87 [ W ]
( ΔΔTx )6
=
10 −2
m .C °

20.5−21.1
( ΔΔTx )7
=
10 −2
=−60 donc K7=1360.54 [ W ]
m .C °

20.2−20.5
=−30 donc K8=2721.08 [ W ]
( ΔΔTx )8
=
10 −2
m .C °

Pour : Q =60W et D=25*10-3

Méthode ANALITIQUE
On a :

Q ΔT

Δx ( ) 87.3−89.3
=¿ - 200 W
K=
A∗ | |
ΔT
Δx
1 =
10
−2 donc K1=612.24 [
m .C °
]

85.3−87.3
( ΔΔTx )2
=
10−2
=¿ - 200 donc K2=612.24 [
W
m .C °
]

70.02−85.3
=−1528 donc K3=80.13 [ W ]
( ΔT
Δx ) 3
=
10 −2
m .C °

5
Conduction thermique

54.75−70.02
=−1527 donc K4=80.19 [ W ]
( ΔΔTx )
4
=
10 −2
m .C °

39.45−54.75
( ΔT
Δx ) 5
=
10 −2
=−1530 donc K5=80.03 [ W ]
m .C °

24.2−39.45
ΔT =−1525 donc K6=80.29 [ W ]
( )
Δx 6
=
10
−2
m .C °

23.7−24.2
( ΔΔTx )
7
=
10
−2
=−50 donc K7=2448.9 [ W ]
m .C °

22.2−23.7
=−150 donc K8=816.32 [ W ]
( ΔΔTx )
8
=
10 −2
m .C °

2-Manipulations :
Expérience 2 :(conduction le long d’une barre composée)

1-But : étude de la conduction de chaleur le long d’une barre composée et évaluation du


coefficient de transfert de la chaleur global

Théorie : ont utilisent une barre intermédiaire en acier inoxydable, et ont calculons le
coefficient de transfert de chaleur global U par :

On comparons cette valeur expérimentale avec une autre valeur de U qui nous obtenons par
les calculs en utilisons cet relation :

Les résultats :

Q(w) T1 T2 T3 T4 T5 T6 T7 T8 T9
40 69.7 68.6 67.5 55.25 43 30.75 18.5 18.2 17.8
60 96.8 94.4 92 74.2 56.4 38.6 20.8 19.9 19.4

Exploitation des résultats :

Calculer le coefficient de conductivité thermique K du bronze

6
Conduction thermique

△T −Q
Q=−K . A ⟹ K=
△X A . △ T /△ X

Pour Q=40(w) on a :

−40∗0.09 W
K1= =525.48[ ]
−4
1.32∗10 ∗(−51.9) m .C °

Pour Q=60(w) on a :

−60∗0.09 W
K2= =528.54 [ ]
−4
1.32∗10 ∗(−77.4) m. C °

Calculer le coefficient de conductivité thermique K du bronze pour chaque température

Pour : Q=40W et D=13*10-3

Méthode ANALITIQUE
On a :

Q ΔT

Δx ( ) 68.6−69.7
=−110 donc K1=2754.82 [ W ]
K=
A∗ | |
ΔT
Δx
1 =
10 −2
m .C °

67.5−68.6 W
( ΔΔTx )2
=
10−2
=¿ - 110 donc K2=2754.82 [
m .C °
]

ΔT 55.25−67.5
=−1225 donc K3=247.37 [ W ]
( )Δx 3
=
10 −2
m .C °

43−55.25
=−1225 donc K4=247.37 [ W ]
( ΔΔTx )4
=
10
−2
m .C °

30.75−43
( ΔT
Δx ) 5
=
10
−2
=−1225 donc K5=247.37 [ W ]
m .C °

18.5−30.75
=−1225 donc K6=247.37 [ W ]
( ΔΔTx )6
=
10 −2
m .C °

ΔT 18.2−18.5
=−30 donc K7=10101 [ W ]
( )Δx 7
=
10 −2
m .C °
7
Conduction thermique

17.8−18.2
=−40 donc K8=7575.75 [ W ]
( ΔΔTx )
8
=
10−2
m .C °

Pour : Q =60W et D=13*10-3

Méthode ANALITIQUE
On a :

Q ΔT

Δx ( ) 94.4−96.8
=¿ - 240 donc K1=1893.93 [ W ]
K=
A∗
ΔT
Δx| | 1 =
10
−2
m .C °

92−94.4
( ΔΔTx )
2
=
10−2
=¿ - 240 donc K2=1893.93 [
W
m .C °
]

74.2−92
=−1780 donc K3=255.36 [ W ]
( ΔT
Δx ) 3
=
10 −2
m .C °

56.4−74.2
( ΔΔTx )
4
=
10 −2
=−1780 donc K4=255.36 [ W ]
m .C °

38.6−56.4
ΔT =−1780 donc K5=255.36 [ W ]
( )
Δx 5
=
10
−2
m .C °

20.8−38.6
( ΔΔTx )
6
=
10
−2
=−1780 donc K6=255.36 [ W ]
m .C °

19.9−20.8
=−90 donc K7=5050.5 [ W ]
( ΔΔTx )
7
=
10−2
m .C °

19.4−19.9
( ΔΔTx )
8
=
10−2
=−50 donc K8=9090.9 [ W ]
m .C °

Selon la littérature K
¿
bronze =83 ( m.w℃ )
Graphes :

 Il ya une relation entre la surface est la conductivité thermique cette


relation et si augment la surface la conductivité diminuer «relation
réversible »

On peut constante que la différence entre la valeur réelle de K et celle obtenue


lire de notre expérience est très importante, cèle est du principalement à
l’hypothèse sur laquelle est basé l’expérience et selon laquelle le régime est

8
Conduction thermique

stationnaire cette dernière n’a pas pu être concrétisé compte tenu du temps
accordé à l’expérience.

 A partir des calculs on peut dit que le coefficient de conductivité K est


constant dans le bronze.

Expérience 3 :( conduction radial)

1-But : Examiner le profile de température et déterminer le flux de transfert de chaleur


résultant de la conduction radial en régime stationnaire a travers la paroi d’un cylindre.

Les résultats :

9
Conduction thermique

Q(X) T(1) T(2) T(3) T(4) T(5) T(6)


20 22,8 22,2 21,5 21,1 20,4 19,3
40 24,9 23,5 22,3 21,6 20,7 19,6
60 27,7 25,2 23,6 22,4 21,2 20,2

Exploitation des résultats :

Pour : Q =20 W

T i =22,8 ° C T e =19,3 °C

dT
Q=−KA . =¿ Q . dR=−K . A . dT
dR

Re Te Re Te

Q ∫ dR=−K . A ∫ dT =¿ Q∫ dR=−2. π . K . A .∫ dT
Ri Ti Ri Ti

T R
(¿ ¿ i−T 2) .2 . π . L . K (¿ ¿ 2/ Ri)
=> Q . ln
ln ⁡( R2 / Ri) 2. π . L.(T i−T 2 )
Q=¿ K =¿

20. ln ⁡( 20/10) W
AN: K= =1226.37
2.3,14 .0,003 .(22,8−22,2) m. ° C

T
(¿ ¿ i−T e ).2. π . L . K ( 22,8−19,3 ) .2.3,14 .0 .003 .1226 .37
=
ln ⁡( Re /R i) 110
ln ⁡( )
10
Q=¿

Q=33.72 W

Pour : Q =40 W

T i =24,9° C T e =19,6 °C

R
(¿ ¿ 2/ Ri) 40. ln ⁡( 20 /10) W
Q . ln => AN: K= =1051.18
2. π . L.(T i−T 2 ) 2.3,14 .0,003 .(24,9−23,5) m. ° C
K =¿
10
Conduction thermique

T
(¿ ¿ i−T e ) .2. π . L . K ( 24,9−19,6 ) .2.3,14 .0 .003 .1051,18
=
ln ⁡( Re / R i) 110
ln ⁡( )
10
Q=¿

Q=43,77 W

Pour: Q=60 W

T i =27,7 ° C T e =20,2 °C

R
(¿ ¿ 2/ Ri) 60. ln ⁡( 20/10) W
Q . ln => AN: K= =882.99
2. π . L.(T i−T 2 ) 2.3,14 .0,003 .(27,7−25,2) m. ° C
K =¿

T
(¿ ¿ i−T e ) .2. π . L . K ( 27,7−20.2 ) .2.3,14 .0 .003 .882.99
=
Re 110
ln
( )Ri ( )
ln
10
Q=¿

Q=52.03 W

Graphe :

On constant que les valeurs calculées à partir de la relation théorique sont

assez loin de celles du wattmètre malgré que nous ayons utilisés le même

coefficient toujours à cause de la précarité du régime (c.à.d: régime non

stationnaire).

11
Conduction thermique

Expérience 4 :( conduction le long d’une barre simple)

But :étude de l’influence de l’isolation thermique sur la conduction de chaleur entre deux
métaux

1-Liage :
Les résultats :

Q(W) T(1) T(2) T(3) T(4) T(5) T(6)


10 30,0 29,6 29,3 19,8 19,7 19,6

Exploitation des résultats :

Par extrapolation on trouve :


T e=29,15° C T s=19.85 ° C

∆ T = T e−T s=9,30 ° C −4
, A= 4,9. 10 m
−3
, e=3,02. 10 m

−3
Q. e 10.3,02. 10 W
K= = =6,62
A . ∆ T 4,9.10 .9,30
−4
m°C

W
K t h , liage=0,037
m °C

2-papier :

Les résultats :

Q(W) T(1) T(2) T(3) T(4) T(5) T(6)

12
Conduction thermique

10 28,6 27,8 26,2 20,1 20,0 19,9

Exploitation des résultats :

Par extrapolation on trouve :


T e=25,40° C T s=20.15 ° C

∆ T = T e−T s=5,25 °C −4
, A= 4,9. 10 m
−3
, e=0.11 .10 m

Q. e 12. 10−2 W
K= = =0,43
A . ∆ T 4,9.10 .10,58
−4
m° C

W
K t h , papier =0,15
m °C

Comparaison :

En ce qui concerne le papier les résultats de l’expérience sont Presque


semblables aux valeurs théoriques, mains pour le liège la différence est Grande.

Exemples Des isolantes :

L'isolation thermique vise généralement à se prémunir du refroidissement des


espaces intérieurs, mais aussi des éléments structurels du bâtiment. Toutefois
l'isolation peut aussi avoir pour but d'éviter le réchauffement pendant l'été. La
chaleur se propage d'un milieu chaud vers le milieu froid
par conduction, rayonnement et convection ;
Le but de l'isolation thermique est de diminuer les échanges de chaleur entre
l'intérieur et l'extérieur par interposition d'un matériau ayant la capacité de
conduction la plus faible possible.
Dans une maison individuelle non isolée, les valeurs moyennes des sources de
déperdition de chaleur ou déperdition thermique sont les suivantes5,6 :

 le toit 25 à 30 % ;

 les murs 20 à 25 % ;

 le renouvellement d’air 20 à 25 % ;

 les fenêtres et portes extérieures 10 à 15 % ;

13
Conduction thermique

 le plancher 7 à 10 % ;

 les ponts thermiques 5 à 10 %.

14
Conduction thermique

Conclusion
Dans ce TP on a étudié la conduction dans différentes étapes, pour déterminer

les valeurs du coefficient de conductivité dans chaque manipulation à l’aide des

valeurs mesurées de t°.

La conduction thermique est le phénomène de transport de la chaleur mis en jeu

dans les Solides, elle est également présente dans les liquides immobiles et à un

moindre degré dans les gaz. Le phénomène microscopique (à l’échelle atomique)

intervenant dans la conduction thermique est la propagation de l’agitation

thermique des particules des zones plus chaudes vers celles des zones plus

froides.

Le mécanisme microscopique consiste dans la vibration moléculaire ou atomique

(liquides, gaz) et la vibration cristallin ainsi que dans le déplacement des

électrons libres les métaux (un importe quelle solide).

15
Conduction thermique

La conduction thermique est donc le phénomène par lequel l’énergie est

transférée des zones à haute température vers des zones à basse température.

16

Vous aimerez peut-être aussi