Vous êtes sur la page 1sur 36

1

COURS N°05

LES Différentes Génération DU

MODULE: TÉLÉPHONIE

DR:

2016/2017

ZERMI NARIMA

Téléphone

MOBILE

1 COURS N°05 LES Différentes Génération DU MODULE: TÉLÉPHONIE DR: 2016/2017 ZERMI NARIMA Téléphone MOBILE

Téléphonie mobile

Téléphonie mobile 2  La téléphonie mobile , ou téléphonie cellulaire est un moyen de télécommunications

2

La téléphonie mobile, ou téléphonie cellulaire est un moyen de télécommunications par téléphone sans fil

(téléphone mobile). Ce moyen de communication s'est largement répandu à la fin des années 1990.

La technologie associée bénéficie des améliorations des composants électroniques, notamment leur

miniaturisation,

ordinateurs.

ce

qui

permet

aux

téléphones

d'acquérir

des

fonctions

jusqu'alors

réservées

aux

L'appareil téléphonique en lui-même peut être nommé « mobile », « téléphone portable », « portable »,

« téléphone cellulaire » (en Amérique du Nord), « cell » (au Québec dans le langage familier), « natel »

(en Suisse), « GSM » (en Belgique et au Luxembourg), « vini » (en Polynésie française). Quand il est doté de

fonctions évoluées, c'est un smartphone, ordiphone ou téléphone intelligent.

LES

RESAUX

LES RESAUX 3  La téléphonie mobile est fondée sur la radiotéléphonie , c'est-à-dire la transmission

3

la

à

Les premiers systèmes mobiles fonctionnaient en mode analogique. Les terminaux étaient de taille importante, seulement utilisables dans

lesautomobiles où ils occupaient une partie du coffre et profitaient de l'alimentation électrique du véhicule.

Les systèmes mobiles actuels fonctionnent en mode numérique : la voix est échantillonnée, numérisée et transmise sous forme de bits, puis synthétisée lors de la réception. Les progrès de la microélectronique ont permis de réduire la taille des téléphones mobiles à un format de

poche. Les avantages des systèmes numériques sont la baisse du prix des terminaux, un plus grand nombre de services, l'augmentation du

nombre d'abonnés et enfin une meilleure qualité de réception de la voix.

4  Les bases de transmission sont réparties sur le territoire selon un schéma de

4

Les bases de transmission sont réparties sur le territoire selon un schéma de cellules. En technologie GSM//GPRS (2G), chaque antenne utilise un groupe de fréquences hertziennes différent de ses voisines. Les mêmes fréquences ne sont alors réutilisées qu'à une distance suffisante afin de ne pas créer d'interférences.

Les systèmes mobiles sont standardisés pour être compatibles d'un pays à l'autre et pouvoir s'interconnecter avec les réseaux de téléphonie fixe. Il existe dans le monde deux grandes familles de standards de systèmes mobiles : les standards IS41/CDMA d'origine américaine (normes ANSI-41 / CDMA / CDMA EvDO) définis par l'organisme 3GPP2 et la famille des standards GSM, UMTS et LTE, définis à l'origine en Europe par l'ETSI puis par le 3GPP ; c'est la plus répandue.

Pour savoir sur quelle antenne relais diriger un appel entrant, le réseau mobile échange périodiquement avec les téléphones mobiles des informations de localisation sous forme de messages de signalisation.

6

génération de système cellulaire 1G

La première génération de systèmes cellulaires (1G) reposait sur un système de communications mobiles analogiques. Cette génération a bénéficié de deux inventions techniques majeures des années 1970 : le microprocesseur et le transport numérique des données entre les téléphones mobiles et la station de base. Les appareils utilisés étaient particulièrement volumineux. La première génération de systèmes cellulaires (1G) utilisait essentiellement les standards suivants :

AMPS (Advanced Mobile Phone System ), lancé aux Etats-Unis, est un réseau analogique reposant sur la technologie FDMA (Frequency Division Multiple Access).

NMT (Nordic Mobile Telephone ) a été essentiellement conçu dans les pays nordiques et utilisés dans d’autres parties de la planète.

TACS (Total Access Communications System ), qui repose sur la technologie AMPS, a été fortement utilisé en Grande Bretagne.

Cette première génération de réseaux cellulaires utilisant une technologie analogique a été remplacée dès l'apparition d'une seconde génération plus performante utilisant une technologie numérique.

1G

(AMPS)

 1G : Advanced Mobile Phone System (AMPS) : Norme 7 analogique de première génération déployée

:

Norme

7

analogique

de

première génération déployée aux États-Unis à partir de 1976.

Nordic Mobile Telephone (NMT) : Norme analogique apparue principalement

en Europe au début des années 1980.

Radiocom 2000 : Norme analogique de première génération (1G) déployée

en France par France Télécom à partir de 1986.

génération de système cellulaire 2G

2G

8

La deuxième génération (2G) de systèmes cellulaires repose sur une technologie numérique a été développée à la fin des

années 1980. Ces systèmes cellulaires utilisent une technologie numérique pour la liaison ainsi que pour le signal vocal. Ce

système apporte une meilleure qualité ainsi qu’une plus grande capacité à moindre coût pour l’utilisateur. La deuxième génération de systèmes cellulaires (2G) utilise essentiellement les standards suivants :

-GSM (2G)

 

-CDMA

 

TDMA

 

- GPRS (2,5G), 2,5G est un système mobile intermédiaire entre la 2G et la 3G (débits inférieurs à 100 kbit/s)

 

-EDGE

( Enhanced

Data

Rates

for

GSM

Evolution ,

2,75G)

9  2G : Global System for Mobile Communications (GSM) : Norme numérique de seconde

9

2G :Global System for Mobile Communications (GSM) : Norme numérique de seconde génération (2G) mise au point par l'ETSI et commercialisée au début des années 1990 sur la gamme de fréquence des 900 MHz. Une variante appelée Digital Communication System (DCS) utilise la gamme des 1 800 MHz. Cette norme est particulièrement utilisée en Europe, en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie.

Code Division Multiple Access (CDMA) : Norme de seconde génération utilisée principalement en Amérique du Nord et dérivée de la norme ANSI-41, mais dont les brevets appartiennent à la société américaine Qualcomm.

General Packet Radio Service (GPRS) : Norme dérivée du GSM permettant un débit de données plus élevé. On le qualifie souvent de 2,5G.

Enhanced Data Rates for GSM Evolution (EDGE) : Norme dérivée du GSM permettant un débit de données plus élevé pour un utilisateur stationnaire. On le qualifie souvent de 2,75G car c'est l'évolution du GPRS.

GSM

GSM 10  Les réseaux de téléphonie mobile utilisent des ondes électromagnétiques , tout comme les

10

Les réseaux de téléphonie mobile utilisent des ondes électromagnétiques, tout comme les réseaux pour la radio, la télévision,

les satellites et les autres réseaux de communication privés tels que ceux réservés aux gendarmes, ambulanciers et autres. Pour transmettre une information (binaire ou analogique) on utilise un canal. Dans les réseaux GSM, ce canal est porté par

une fréquence spécifique autour de laquelle l'onde est modulée. On préfère garder un certain espace entre les canaux car si leurs

fréquences sont trop proches, ils empiètent les uns sur les autres en produisant des interférences.

On a attribué à chaque application (radio, télévision, téléphones, etc.) des groupes de fréquences qui varient selon les continents, voire parfois de pays à pays. En Europe, la téléphonie mobile GSM a reçu (de l'organisme CEPT) deux groupes de fréquences :

autour de 900 MHz et autour de 1800 mégahertz (MHz).

Il a d'abord fallu scinder chacun de ces groupes en deux : une bande de fréquences pour envoyer les signaux de l'antenne-relais vers les téléphones mobiles, l'autre pour les émissions des téléphones vers le réseau. L'une donc pour être appelé et entendre, l'autre pour appeler et parler.

11  Fréquences historiques affectées aux premiers opérateurs GSM en France au début des années

11

Fréquences historiques affectées aux premiers opérateurs GSM en France au début des années 2000 (depuis lors Bouygues Telecom et Free mobile ont reçu des bandes de fréquence supplémentaires) :

MHz)

Groupe 1

Groupe 2

Émission (en

Réception (en MHz)

890-915

1710-1785

: M H z ) Groupe 1 Groupe 2 Émission (en Réception (en MHz) 890-915 1710-1785

935-960

1805-1880

12  Vient ensuite la subdivision en canaux. En GSM (pour Global System for Mobiles

12

12  Vient ensuite la subdivision en canaux. En GSM (pour Global System for Mobiles ),

Vient ensuite la subdivision en canaux. En GSM (pour Global System for Mobiles ), l'écart de fréquence entre deux canaux adjacents a été fixé

à 200 kHz, soit 0,2 MHz. Le groupe 1 défini ci-dessus peut donc contenir

125 canaux (25 MHz/0,2 MHz) et le groupe 2 en contient 375, ce qui fait

500 au total. S'il n'y avait qu'un émetteur pour toute l'Europe, on ne

pourrait effectuer que 500 communications à la fois.

13  Première solution : des milliers d'émetteurs  Un grand nombre d'émetteurs à courte

13

Première solution : des milliers d'émetteurs

Un grand nombre d'émetteurs à courte portée sont installés, chacun ne couvrant qu'une zone géographique bien délimitée appelée "une cellule" (zone couverte par une antenne). De là, le terme « téléphonie cellulaire ». La portée moyenne varie de 1 à 30 km. Ainsi, les téléphones reçoivent les ondes radio d'une station de base (BTS) et lui répondent pour indiquer

s'ils souhaitent s'y attacher. Si celle-ci accepte, elle retient le numéro d'identité de l'appareil (n° IMSI), lui réserve un canal

et reprend le contact si un appel pour ce téléphone lui parvient ou si le téléphone en effectue un. Ceci permet de réutiliser

des milliers de fois les mêmes fréquences hertziennes dans un seul pays.

Cette solution pose néanmoins un problème si toutes les antennes adjacentes utilisent les mêmes fréquences pour leurs utilisateurs. Si l'un d'eux se situe à la frontière entre les deux zones de portée, il reçoit deux signaux qui se perturbent mutuellement.

14

Amélioration : le damier hexagonal

Les fréquences utilisées par les émetteurs ont alors été divisées. Les antennes gérées par les BTS (pour Base Transceiver Station ) sont souvent regroupées par trois sur un pylône ou suivant une configuration équivalente, chacune émet dans un angle de 120°, soit 360° au total (3X120°).

Chacune de ces antennes supporte donc un tiers des communications. Sur le schéma (valable uniquement pour

la norme GSM), chaque couleur (vert, bleu, jaune) figure un groupe de fréquences différentes.

Elles créent ainsi un « damier hexagonal » de cellules. Ce damier est avant tout une vue de l'esprit, les zones

se recouvrant les unes avec les autres et leur taille varie avec la météo, le nombre d'utilisateurs, etc. Chaque

antenne utilise un groupe de fréquences hertziennes différentes de ses voisines ; les mêmes fréquences ne sont

donc réutilisées qu'à une distance permettant de ne pas créer d'interférences.

Cela permet aussi à un mobile en frontière de 2 ou 3 cellules d’écouter les cellules adjacentes pour permettre un changement de cellules « en douceur » (soft handover).

15  Mais cela pose un problème pour la localisation du destinataire d'un appel. Lorsque

15

Mais cela pose un problème pour la localisation du destinataire d'un appel. Lorsque le téléphone (MS) décide de changer de cellule, il informe via la BTS et la BSC, le VLR (Visitor Location Register) dont dépend la nouvelle cellule. Si l'on a changé de MSC (Mobile service Switching Center),

le HLR (Home Location Register) est contacté, ce dernier contactant le précédent MSC. L'utilisateur

s'identifie soit avec l'IMSI (International Mobile Subscriber Identity) ou le TMSI (Temporary Mobile Subscriber Identity) contenus dans la carte SIM du téléphone, le TMSI étant préféré pour des raisons

de sécurité.

Pour augmenter le nombre d'utilisateurs dans une zone géographique, on peut augmenter le nombre de cellules en réduisant leur taille.

16

Réseau cellulaire de téléphonie (GSM/GPRS)

16 Réseau cellulaire de téléphonie (GSM/GPRS) Structure d'un réseau GSM, à gauche : la partie radio
16 Réseau cellulaire de téléphonie (GSM/GPRS) Structure d'un réseau GSM, à gauche : la partie radio

Structure d'un réseau GSM, à gauche : la partie radio (BSS ou GERAN) et à droite : le cœur de réseau (NSS et Core Network)

Solution complémentaire : le multiplexage

temporel

17

Contrairement à ce que peut laisser croire le nom de cette technique, le multiplexage temporel est assez simple à effectuer en numérique. Dans le téléphone, la voix est numérisée et donne donc un

code binaire ; celui-ci a la particularité de pouvoir être compressé, or sur une bande de fréquence

de200 kHz, on peut faire passer plusieurs flux de telles données compressées. Le téléphone numérise, puis compresse le son et l'envoie par « paquets » toutes les 20 millisecondes (GSM). Ainsi, on peut imbriquer huit émissions (7 paquets de voix ou donnée + 1 paquet de contrôle) par canal GSM.

Zones blanches

Zones blanches 18  Même si la couverture réseau est de nos jours très étendue, il

18

Même si la couverture réseau est de nos jours très étendue, il demeure des espaces géographiques qui n'étaient pas ou ne sont pas encore couverts par les réseaux mobiles : les zones blanches. Dans tous les pays, les fournisseurs de service s'efforcent de couvrir ces zones lorsque la demande le justifie ou lorsque la législation l'impose. Cette couverture est souvent mutualisée, c'est-à-dire réalisée via des antennes financées et partagées par les différents opérateurs du pays ; par extension le terme « zone blanche » désigne alors ces zones partagées (environ 3000 communes en France).

Évolution du GSM vers le GPRS

19

Les réseaux GSM ont évolué vers les normes GPRS et Edge, optimisées pour transférer des

) qui nécessitent des débits plus élevés que la téléphonie

(voix). Cela a été obtenu en améliorant les techniques de codage radio et par regroupement de plusieurs canaux pour permettre le transfert de données à une vitesse plus élevée. Mais

les antennes et le réseau radio restent les mêmes : mêmes fréquences et mêmes damiers

hexagonaux avec des cellules radio adjacentes utilisant des fréquences différentes pour

données (MMS, accès internet,

éviter les interférences.

génération de système cellulaire 3G

20

 génération de système cellulaire 3G 20 La troisième génération (3G) de systèmes cellulaires est une

La troisième génération (3G) de systèmes cellulaires est une génération de systèmes mobiles

labellisé IMT 2000 par l’UIT. Ce système permet des services de communications plus rapides

notamment pour la voix, la télécopie, l’Internet de n'importe quel endroit et à tout moment.

L’UIT IMT-2000 est la norme internationale de la 3G a ouvert la voie à de nouvelles applications

et services comme par exemple le divertissement multimédia, la localisation des services,

La troisième génération de systèmes cellulaires (3G) utilise notamment les standards suivants :

- UMTS (Universal Mobile Telecommunications System)

• 21 CDMA 2000 : Évolution de troisième génération (3G) de la norme CDMA (incompatible avec

21

CDMA 2000 : Évolution de troisième génération (3G) de la norme CDMA (incompatible avec l'UMTS) principalement déployée en Amérique du Nord. Universal Mobile Telecommunications System (UMTS) ou Wideband Code Division Multiple Access (WCDMA) : Évolution de troisième génération du GSM (incompatible avec le CDMA-2000), soutenue par l'Europe et le Japon mais aussi déployée ailleurs dans le monde, en Afrique, en Chine, au Canada et aux États-Unis notamment. High Speed Downlink Packet Access (HSDPA) : High Speed Downlink Packet Access, évolution du 3G, appelé 3G+ ou encore 3,5G, pouvant atteindre un débit de14,4 Mbit/s au maximum pour les téléchargement en liaison descendante.

High-Speed Uplink Packet Access (HSUPA) : High Speed Uplink Packet Access, amélioration du débit de la 3G+ (3,5G) pour l'émission de données (téléchargement de données "en mode paquet" du terminal vers l'opérateur) (permet d'améliorer la qualité des appels visio, par

exemple).

HSPA+ : High Speed Packet Access+ : évolution de HSUPA et HSDPA vers des débits descendants de 21 Mbit/s et 42 Mbit/s (en mode Dual Cell HSPA+) et potentiellement 84 Mbit/s (en mode DC + MIMO 2x2).

Réseaux UMTS

Principales différences avec les réseaux GSM

22

En GSM, les cellules radio adjacentes utilisent des fréquences différentes (facteur de réutilisation variant de 1/3 à 1/7 selon les cas) ce qui implique de diviser et répartir les fréquences attribuées à un opérateur entre plusieurs cellules radio et donc d'avoir moins de bande passante (moins d'abonnés actifs simultanément) dans chaque cellule.

Une amélioration importante de l’UMTS par rapport au GSM consiste en la possibilité d’utiliser les mêmes fréquences hertziennes dans toutes les cellules radio, grâce à une nouvelle technique de codage (WCDMA) et à un « scrambling code » (code d’embrouillage) permettant d’identifier chaque cellule. En conséquence, cela permet d’affecter une largeur spectrale plus grande à chaque cellule (la norme UMTS prévoit 5 MHz par cellule radio) et donc d'avoir au total une bande passante plus importante et plus de débit dans chaque cellule.

23  Une autre différence tient au fait que, l'UMTS est optimisé pour transporter les

23

Une autre différence tient au fait que, l'UMTS est optimisé pour transporter les données avec des débits variables (vidéos, internet); il n’y a donc plus de découpe de la bande passante en canaux de taille fixe (adaptés à la voix), mais une allocation dynamique de ressources permettant des débits variables et irréguliers (accès Internet).

Une troisième différence avec le GSM concerne la largeur spectrale affectée à chaque cellule radio, la norme UMTS dominante (FDD) prévoit, pour chaque cellule, une largeur spectrale fixe de 2x5 MHz (1 bande pour l'émission, une autre pour la réception), plus élevée qu'en GSM (qui utilise au maximum dix à vingt canaux de 200 kHz par cellule). Une évolution récente de la norme appelée DC-HSPA+ ou DC-HSDPA, permet d'agréger 2 bandes de fréquence de 5 MHz dans le sens download pour augmenter le débit réception dans une cellule radio pour les terminaux compatibles.

24

Structure d'un réseau 3G UMTS

24 Structure d'un réseau 3G UMTS
24 Structure d'un réseau 3G UMTS
24 Structure d'un réseau 3G UMTS
24 Structure d'un réseau 3G UMTS
24 Structure d'un réseau 3G UMTS
24 Structure d'un réseau 3G UMTS

Organisation des cellules radio UMTS

25

Dans un réseau UMTS, dans les zones de couverture homogènes (macrocells), on retrouve le même type de damiers hexagonaux que celui décrit ci-dessus pour le GSM. Les mêmes fréquences hertziennes sont généralement utilisées dans toutes les cellules (c'est obligatoire pour les opérateurs ne disposant que d'une seule bande de fréquence duplex de 2x5 MHz). La contrepartie est que, malgré le codage WCDMA et les « scrambling codes » permettant

d’identifier une cellule, il y a des interférences dans les zones en limite de 2 cellules mitoyennes et il en résulte un débit beaucoup plus faible qu'au centre des cellules radio ; le changement de cellules d'un terminal en déplacement (handover) est également plus complexe avec des risques

de micro-coupures des communications en cours, spécialement dans les variantes « haut débit »

(HSDPA et HSPA+) de l’UMTS.

Si l'opérateur mobile dispose de plusieurs

bandes de 5 MHz

26

Pour les opérateurs disposant de plusieurs sous-bandes de fréquences UMTS de 5 MHz, il y a trois types d'utilisation possibles :

Avoir plusieurs cellules radio (porteuses) indépendantes, superposées sur une même zone géographique. Cela permet

d'augmenter la bande passante globale, mais unterminal mobile ne peut se connecter qu’à une seule cellule.

Utiliser l’option Dual - Cell ou Dual - Carrier (DC) de la norme HSPA+ qui permet d’agréger deux porteuses de 5 MHz permettant ainsi à un smartphone compatible d’augmenter (jusqu'à 42 Mb/s) le débit pic de téléchargement. Cette option peut être utilisée conjointement avec la 1 re ; certains abonnés bénéficiant ainsi de la connexion à deux porteuses, d’autres (parce que leur terminal ou leur abonnement ne leur permet pas) ne se connectent qu’à l’une des deux porteuses. Réserver aux small cells ou femtocells, l'une des sous-bandes de 5 MHz appartenant à l’opérateur afin de diminuer la charge des cellules principales.

Réseaux LTE

Différences entre les réseaux UMTS et LTE

Réseaux LTE  Différences entre les réseaux UMTS et LTE 27  Les réseaux LTE (

27

Les réseaux LTE (Long Term Evolution), appelés commercialement 4G, représentent une évolution

importante par rapport aux réseaux GSM et UMTS. Les normes spécifiant les réseaux LTE sont issues du 3GPP comme les normes UMTS, mais elles introduisent de nombreuses modifications et améliorations.

Tout comme l’UMTS, le LTE est une technologie cellulaire qui offre la possibilité de réutiliser les mêmes

28  Le LTE et le LTE Advanced sont optimisés pour transporter des données avec

28

Le LTE et le LTE Advanced sont optimisés pour transporter des données avec des débits fixes et garantis (applications : télévision, téléphonie, visiophonie, lecture de vidéos) ou avec des débits

variables : internet, téléchargements, jeux interactifs, cartographie (géolocalisation). Ceci est rendu possible par l’allocation dynamique de la ressource radio permise par les normes définissant le réseau d’accès radio LTE « l'eUTRAN » et par le codage OFDMA qui autorise le partage des bandes de fréquence entre abonnés via un multiplexage temporel et fréquentiel, avec une base de temps (le TTI : Transmission Time Interval) très courte (1 ms) pour redistribuer la bande passante radio entre les terminaux actifs dans chaque cellule.

29

eUTRAN : architecture de l’accès radio d’un

réseau LTE

29 eUTRAN : architecture de l’accès radio d’un réseau LTE

Topologie du réseau

Topologie du réseau 30  La partie radio du réseau Radio Access Network appelée « eUTRAN

30

La partie radio du réseau Radio Access Network appelée « eUTRAN » est simplifiée par l’intégration dans les stations de base « eNode B » des fonctions de contrôle qui étaient implémentées dans les RNC (Radio Network Controller) des réseaux UMTS.

Pour remplacer la fonction d’interconnexion des RNC, des liens directs entre les eNode B (appelés X2) sont utilisés.

Le RAN d’un réseau LTE se limite donc aux eNode B, aux antennes et aux liaisons en fibres optiques vers les antennes distantes (liens CPRI) et celles reliant les eNode B entre eux et avec le cœur de réseau (réseau de backhaul).

Le cœur de réseau appelé « EPC » (Evolved Packet Core) ou « SAE » (System Architecture Evolution), est bâti sur des technologies « full IP », c'est-à-dire utilisant uniquement les protocoles internet pour la signalisation, le transport de la voix et des données.

Dans le cas d’une cohabitation avec un réseau UMTS, le LTE nécessite une couverture radio et des fréquences hertziennes spécifiques et des antennes relais le plus souvent dédiées (antennes MIMO) qui peuvent être colocalisées avec celles d’un réseau UMTS.

génération de système cellulaire 4G

La quatrième génération de systèmes cellulaires (4G) utilise notamment les standards

suivants :

- WIMAX (Worldwide Interoperability for Microwave Access)

31

(4G) utilise notamment les standards  suivants : - WIMAX ( Worldwide Interoperability for Microwave Access
32 • LTE : « Long Term Evolution » : Le LTE qui était consid

32

LTE : « Long Term Evolution » : Le LTE qui était considéré comme une norme « pré-4G » (3,9G) est maintenant commercialisé sous l’appellation « 4G » ; depuis octobre 2010, l'UIT a en effet accordé à la norme LTE la possibilité commerciale d'être considérée comme « 4G ». Le débit descendant (en 2013) peut théoriquement atteindre150 Mbit/s avec des terminaux compatibles. LTE Advanced : évolution de la norme LTE vers des débits plus élevés tout en gardant une compatibilité ascendante avec les terminaux LTE ; les premiers déploiements commencent en 2014 dans certains pays. Les débits descendants pourront, à terme, dépasser 1 Gbit/s.

Normes annexes

Normes annexes 33  i-mode : protocole permettant de connecter des téléphones mobiles à Internet. Le

33

Multimedia Messaging Service (MMS) : service de messagerie multimédia pour téléphones mobiles.

Personal Ring Back Tone (PRBT) : service qui permet aux abonnés d'un opérateur de remplacer leur sonnerie d'attente habituelle par des musiques

Short Message Service (SMS) : service de messagerie pour téléphones mobiles, permettant l'envoi de messages écrits de 160 caractères maximum. Ce canal peut également être utilisé pour transférer des données (carte de visite, données applicatives pour la carte SIM, sonneries, logos)

Wireless application protocol (WAP) : extension du protocole GSM permettant de connecter des téléphones mobiles à Internet. Toutefois, le langage utilisé pour

les sites destinés au WAP utilisait un langage de balisage spécifique, le Wireless Markup Language (WML) ce qui a entrainé son abandon progressif au profit du

langage HTMLqu'utilisent les smartphones.

Les « générations » de normes GPRS et EDGE sont utilisés pour l'échange de données uniquement et non de la voix.

34

Les normes principales de téléphonie mobile utilisées en Europe

 

Génération

Acronyme

Intitulé

 

Radiocom 2000 Nordic Mobile Telephone

1G

NMT

 

GSM

Global System for Mobile Communication Code Division Multiple Access

2G

2.5G

General Packet Radio Service

2.75G

Enhanced Data Rate for GSM Evolution

 

Code division multiple access 2000 1X Evolution

3G

Universal Mobile Telecommunications

 

System

 

High Speed Downlink Packet Access High Speed Uplink Packet Access

3.5G

3.75G

 

LTE

Long Term Evolution Worldwide Interoperability for Microwave Access

4G

4G+

LTE Advanced

perfectionnement du « Long Term

Evolution »

ADSL (Asymetric Digital Subscriber Line)

35

ADSL (Asymetric Digital Subscriber Line)

L'ADSL est une technique de transmission numérique sur ligne téléphonique permettant des débits de plusieurs Mbit/s vers l'installation de l'utilisateur.

Les avantages de l'ADSL par rapport à une connexion via le réseau téléphonique par modem sont :

une vitesse plus importante,

pas d'occupation de la ligne qui reste disponible pour le téléphone, la prise téléphonique nécessite l'adaptation d'un filtre qui permet la séparation entre les données Internet et les appels téléphoniques,

la connexion peut être illimitée et sans influence sur le prix de l’abonnement, elle peut généralement être permanente.

Les différents débits proposés sont actuellement les suivants (kbps est une unité de débit qui signifie Kilo-bits par seconde)

:

128 kbps (réception, download) et 64 kbps (émission, upload) : c’est le débit le plus faible pour un prix faible également.

512 kbps (réception, download) et 128 kbps (émission, upload) : c’est le débit standard de l’ADSL.

1024 kbps (réception, download) et 256 kbps (émission, upload) utilisé pour les applications professionnelles.

et plus

36

36
36