Vous êtes sur la page 1sur 12

École supérieure de commerce Mr.

IHADDADANE

IAS 17 – Contrats de location

Objectif de la norme

L’objectif de IAS 17 "Contrats de location" est d’eé tablir, pour le preneur et le bailleur, les principes
comptables approprieé s et les informations aà fournir au titre des contrats de location financement et
des contrats de location simple.

Champ d’application

IAS 17 s’applique aà la comptabilisation de tous les contrats de location, autres que :


 les contrats de location portant sur l’exploration ou l’utilisation de mineé raux,
peé trole, gaz naturel et autres ressources similaires non renouvelables ;
 les accords de licences portant sur des films cineé matographiques, des
enregistrements videé o, des pieà ces de theé aâtre, des manuscrits, des brevets et des droits
d’auteur.

IAS 17 ne s’applique pas aà l’eé valuation :

 d’un bien immobilier deé tenu par des preneurs et comptabiliseé comme
immeuble de placement (cf. IAS 40 "Immeubles de placement") ;
 d’un immeuble de placement mis aà disposition par des bailleurs en vertu de
contrats de location simples (cf. IAS 40) ;
 d’actifs biologiques deé tenus par des preneurs en vertu de contrats de
location financement (cf. IAS 41 "Agriculture") ;
Ou

 d’actifs biologiques mis aà disposition par des bailleurs en vertu de contrats


de location simples (cf. IAS 41).

Classification des contrats de location

Un contrat de location est un accord par lequel le bailleur ceà de au preneur, pour une peé riode
deé termineé e, le droit d’utilisation d’un actif en échange d’un paiement ou d’une seé rie de paiements.

Un contrat de location financement est un contrat de location ayant pour effet de transfeé rer au
preneur la quasi-totalité des risques et avantages inhérents à la propriété d’un actif. Le
transfert de propriété peut intervenir ou non, in fine.

Un contrat de location simple deé signe tout contrat de location autre qu’un contrat de location
financement.

Pour distinguer un contrat de location financement d’un contrat de location simple, il convient
d’apprécier la réalité de la transaction plutôt que la forme du contrat.

Les exemples suivants de situations prises individuellement ou conjointement devraient, en


principe, conduire aà classer un contrat de location en tant que contrat de location-financement :

1
École supérieure de commerce Mr. IHADDADANE

 le contrat de location transfeà re la proprieé teé de l’actif au preneur au terme de


la dureé e du contrat de location ;
 le contrat de location donne au preneur l’option d’acheter l’actif aà un prix qui
devrait eâ tre suffisamment infeé rieur aà sa juste valeur aà la date aà laquelle l’option peut eâ tre
leveé e pour que, deà s le commencement du contrat de location, on ait la certitude raisonnable
que l'option sera leveé e ;
 la dureé e du contrat de location couvre la majeure partie de la dureé e de vie
eé conomique de l’actif meâ me s'il n'y a pas de transfert de proprieé teé ;
 la valeur actualiseé e des paiements minimaux au titre de la location s’eé leà ve au
moins aà la quasi-totaliteé de la juste valeur de l’actif loueé ;
Et

 les actifs loueé s sont d’une nature tellement speé cifique que seul le preneur
peut les utiliser sans leur apporter de modifications majeures.

Les indicateurs de situations qui, individuellement ou conjointement, pourraient eé galement


conduire aà classer un contrat en tant que contrat de location financement sont les suivants :

 si le preneur peut reé silier le contrat de location, les pertes subies par le
bailleur relatives aà la reé siliation sont aà la charge du preneur ;
 les profits ou pertes reé sultant de la variation de la juste valeur de la valeur
reé siduelle sont aà la charge du preneur (par exemple sous la forme d'une diminution de loyer
eé gale aà la majeure partie du produit de cession aà la fin du contrat de location ;

Et

 le preneur a la faculteé de poursuivre la location pour une deuxieà me peé riode


moyennant un loyer sensiblement infeé rieur au prix du marcheé .

La classification du contrat de location s’opeà re au commencement du contrat.

Chez le preneur

 Location-financement

Au deé but de la peé riode de location, les preneurs doivent comptabiliser les contrats de location-
financement aà l’actif et au passif de leur bilan aà la plus faible des deux valeurs suivantes :

 aà la juste valeur du bien loueé (la juste valeur est le montant pour lequel un
actif pourrait eâ tre eé changeé , ou un passif eé teint, entre des parties bien informeé es,
consentantes, et agissant dans des conditions de concurrence normale) ;
 aà la valeur actualiseé e des paiements minimaux au titre de la location,
deé termineé s, chacune, au commencement du contrat de location.

Le taux d'actualisation aà utiliser pour calculer la valeur actualiseé e des paiements minimaux au titre
de la location, est le taux d'inteé reâ t implicite du contrat de location si celui-ci peut eâ tre deé termineé
(TRI), sinon le taux d'emprunt marginal du preneur doit eâ tre utiliseé (taux d’inteé reâ t que celui-ci
aurait aà payer pour emprunter sur une dureé e similaire les fonds neé cessaires aà l’acquisition de l’actif.
Les couâ ts directs initiaux encourus par le preneur sont ajouteé s au montant comptabiliseé en tant
qu'actif.

2
École supérieure de commerce Mr. IHADDADANE

Les paiements minimaux au titre de la location doivent être ventilés entre la charge financière
et l’amortissement du solde de la dette.

Pour chaque peé riode comptable, un contrat de location-financement donne lieu aà une charge
d’amortissement de l’actif amortissable et aà une charge financieà re. La meé thode d’amortissement des
actifs loueé s doit eâ tre coheé rente avec celle applicable aux actifs amortissables que posseà de l’entiteé et
la dotation aux amortissements doit eâ tre calculeé e selon IAS 16 "Immobilisations corporelles" et IAS
38 "Immobilisations incorporelles".

Pour deé terminer si un actif loueé a perdu de la valeur, une entiteé applique IAS 36 "Deé preé ciation
d'actifs".

Pour les contrats de location-financement, le preneur doit notamment fournir les informations
suivantes :

 pour chaque cateé gorie d’actif, la valeur nette comptable aà la date de cloâ ture ;
 un rapprochement entre le total des paiements minimaux futurs au titre de la
location aà la date de cloâ ture et leur valeur actualiseé e ;
 une description geé neé rale des dispositions significatives des contrats de
location du preneur.

2. Location simple

Les paiements au titre du contrat de location simple doivent eâ tre comptabiliseé s en charges sur une
base lineé aire pendant toute la dureé e du contrat de location aà moins qu’une autre base systeé matique
soit plus repreé sentative de l’eé chelonnement dans le temps des avantages qu’en retirera l’utilisateur.

Pour les contrats de location simple, le preneur doit notamment fournir les informations suivantes :

 le montant total des paiements minimaux futurs aà effectuer au titre de la


location en vertu de contrats de location simple non reé siliables ;
 une description geé neé rale des principales dispositions des contrats de
location du preneur.

Chez le bailleur

1. Location-financement

Le bailleur doit comptabiliser dans son bilan les actifs deé tenus en vertu d’un contrat de location-
financement et les preé senter comme des creé ances pour un montant eé gal aà l’investissement net dans
le contrat de location.

La comptabilisation de produits financiers doit s’effectuer sur la base d’une formule traduisant un
taux de rentabiliteé peé riodique constant sur l’en-cours d’investissement net du bailleur dans le
contrat de location-financement.

Pour les contrats de location-financement, le bailleur doit notamment fournir les informations
suivantes :

3
École supérieure de commerce Mr. IHADDADANE

 un rapprochement entre l’investissement brut dans le contrat de location aà la


date de cloâ ture et la valeur actualiseé e des paiements minimaux aà recevoir au titre de la
location aà la date de cloâ ture ;

 une description geé neé rale des dispositions significatives des contrats de
location.

2. Location simple

Les actifs faisant l’objet de contrats de location simple doivent eâ tre preé senteé s au bilan du bailleur
selon la nature de l’actif.

Les revenus locatifs provenant des contrats de location simple doivent eâ tre comptabiliseé s en
produits de façon lineé aire sur toute la dureé e du contrat de location aà moins qu’une autre base
systeé matique ne soit plus repreé sentative de l’eé chelonnement dans le temps de la diminution de
l’avantage retireé de l’utilisation de l’actif loueé .

La meé thode d’amortissement des actifs amortissables loueé s doit eâ tre coheé rente avec la meé thode
normale d’amortissement du bailleur applicable aà des actifs similaires, et la dotation aux
amortissements doit eâ tre calculeé e selon IAS 16 et IAS 38.

Pour les contrats de location simple, le bailleur doit notamment fournir les informations suivantes :

 le montant des paiements futurs minimaux aà recevoir au titre de contrats de


location simple non reé siliables ;
 une description geé neé rale des dispositions des contrats de location du bailleur.

Transactions de cession-bail

Une transaction de cession-bail est une opeé ration de cession d’un actif pour le reprendre aà bail. Le
paiement au titre de la location et le prix de vente sont geé neé ralement lieé s car ils sont neé gocieé s
ensemble. La comptabilisation d'une opeé ration de cession-bail deé pend de la cateé gorie du contrat de
location.

Si une transaction de cession-bail deé bouche sur un contrat de location-Financement, tout ce qui
exceà de les produits de cession par rapport aà la valeur comptable ne doit pas eâ tre immeé diatement
comptabiliseé en reé sultat par le vendeur preneur. L’exceé dent doit, au contraire, eâ tre diffeé reé et amorti
sur la dureé e du contrat de location.

Si une transaction de cession-bail deé bouche sur un contrat de location simple et s’il est clair que la
transaction est effectueé e aà la juste valeur, tout profit ou perte doit eâ tre comptabiliseé immeé diatement.

Si le prix de vente est infeé rieur aà la juste valeur, tout profit ou perte doit eâ tre comptabiliseé
immeé diatement ; en revanche, si la perte est compenseé e par des paiements futurs infeé rieurs au prix

4
École supérieure de commerce Mr. IHADDADANE

du marcheé , elle doit eâ tre diffeé reé e et amortie proportionnellement aux paiements au titre de la
location sur la peé riode pendant laquelle il est preé vu d’utiliser l’actif.

Si le prix de vente est supeé rieur aà la juste valeur, l’exceé dent doit eâ tre diffeé reé et amorti sur la dureé e
d’utilisation attendue de l’actif.

Les Immobilisations en location financement

Les immobilisations en location-financement qui ne sont pas juridiquement proprieé teé de


l’entreprise mais qui reé pondent aà la deé finition d’un actif figurent en immobilisations corporelles aà
l’actif du preneur, et en creé ances aà l’actif du bailleur.

Comptabilisation chez le preneur :

Le bien en location-financement figure aà l’actif du preneur au montant le plus faible entre la juste
valeur du bien loueé et la valeur actualiseé e des paiements minimaux preé vus au contrat (ces paiements
minimaux incluant la valeur actualiseé e de rachat en fin de bail, si aà la conclusion du contrat il existe
une certitude raisonnable que l’option d’achat sera leveé e).

La valeur actualiseé e est deé termineé e au taux implicite du contrat, ou aà deé faut au taux
d’inteé reâ t d’endettement marginal du preneur.

Deà s la prise de controâ le par le preneur, le bien est enregistreé :


- au deé bit d’un compte d’immobilisation,
- par le creé dit d’un compte de dettes sur contrat de location-financement.

Lors du paiement des redevances preé vues au contrat, le montant de la redevance est enregistreé au
creé dit d’un compte de treé sorerie :
- par le deé bit du compte dettes sur contrat de location-financement (sous compte 167)
pour la partie remboursement en principal d’une part,
- par le deé bit d’un compte frais financier pour la partie inteé reâ ts d’autre part.

Par ailleurs, le bien est traiteé apreà s sa comptabilisation initiale comme les autres
immobilisations de l’entreprise : amortissement sur la dureé e d’utiliteé , eé ventuellement constatation
d’une perte de valeur.

Comptabilisation chez le bailleur :

Le montant des biens mis en location-financement figure chez le bailleur aà l’actif dans un
compte de creé ances (immobilisations financieà res pour la partie aà plus d’un an), et non
dans un compte d’immobilisations corporelles, meâ me si le bailleur conserve la proprieé teé du bien
sur un plan juridique.

Le montant de la creé ance est eé gal au montant de l’investissement indiqueé sur le contrat de
location, ce montant correspondant en pratique aà la juste valeur du bien donneé en location
financement.

Dans le cas d’un contrat de location-financement consenti par un bailleur de fonds non-fabricant et

5
École supérieure de commerce Mr. IHADDADANE

non- distributeur, ce montant est majoreé des couâ ts directs lieé s aà la neé gociation et aà la mise en place du
contrat.

Le revenu financier (partie du loyer qui reé muneà re l’investissement du bailleur) est constateé en
produit au fur et aà mesure des paiements des redevances par le preneur, sur la base d’un montant
calculeé au moyen d’une formule traduisant le taux de rentabiliteé global du contrat pour le
bailleur (taux d’inteé reâ t effectif global).

Ainsi chaque redevance perçue fait l’objet d’une comptabilisation chez le bailleur :
- au creé dit d’un compte de produits financiers (compte 763 Revenus de
creé ances)
- au creé dit du compte de preâ t concerneé pour la partie remboursement en
capital (compte 274 Preâ ts et creé ances sur contrats de location-financement), par le deé bit
d’un compte de treé sorerie.

Contrats de location-financement consentis par un bailleur fabricant ou


distributeur

Ce genre de contrat procure au bailleur deux types de revenus :


- le profit ou la perte reé sultant d’une vente simple,
- un produit financier sur la dureé e de vie du bail.

La vente est comptabiliseé e suivant les reà gles habituelles de l’entreprise pour une
cession : enregistrement au creé dit d’un compte de produits sur vente (compte 70) par le deé bit
d’un compte de tiers Preâ ts et creé ances sur contrat de location-financement (compte 274)

Toutefois si les taux d’inteé reâ t du contrat de location sont sensiblement infeé rieurs aux taux du
marcheé , le profit reé aliseé sur la vente sera limiteé au profit que l’on obtiendrait si l’on facturait aà
un taux d’inteé reâ t commercial.

Dans ce cas, le montant de la vente et de la creé ance est comptabiliseé pour la somme des
valeurs actualiseé es au taux d’inteé reâ t commercial des paiements minimaux preé vus au
contrat augmenteé eé ventuellement de la valeur reé siduelle du bien en fin de contrat.

Par ailleurs, contrairement aux reà gles applicables aux location-financement consenties par
un non- fabricant et non-distributeur ,les couâ ts directs initiaux engageé s par le bailleur
fabricant ou distributeur pour la neé gociation et la mise en place du contrat (commissions,
honoraires…) sont constateé s en charge aà la date de conclusion du contrat, sans possibiliteé
d’eé talement sur la dureé e du bail. En effet on consideà re que ces couâ ts sont lieé s aà la reé alisation par le
fabricant ou le distributeur d’un profit sur les ventes.

6
École supérieure de commerce Mr. IHADDADANE

Application

Une entreprise (locataire) a conclu le 01/04/N avec une entreprise speé cialiseé e (bailleur), un contrat
de creé dit bail portant sur un mateé riel dont la valeur du marcheé est de 100 000 DA. Les modaliteé s du
contrat sont les suivantes :
 versement initial 20 000 DA
 dureé e du bail 4 ans
 16 loyers trimestriels de 6 000 DA verseé s aà terme eé chu
 Option d’achat du bien aà la fin de la 4eà me anneé e pour 3 000 DA.

On estime que la valeur du bien aà la fin de la peé riode de location sera de 7 000 DA.

Consideé rant que le bailleur a acquis le mateé riel pour 100 000 DA. La conclusion du contrat d’achat a
provoqueé le paiement de frais pour 4 000 DA.

La dureé e de vie du mateé riel est de 6 ans. Le bailleur utilise l’amortissement lineé aire pour ce genre de
mateé riel. La valeur reé siduelle eé tant nulle.

Travail à faire :

1. qualifier le contrat de location


2. calculer le taux de rendement implicite
3. passer les eé critures comptables chez le locataire et le bailleur

Solution

1. Comptabilisation chez le locataire

a. qualification du contrat

7
École supérieure de commerce Mr. IHADDADANE

Compte tenu que l’option d’achat (3 000 DA) est largement infeé rieur aà la valeur reé siduelle du bien et
la dureé e de location couvre une partie importante de la dureé e de vie du mateé riel, le contrat de
location est consideé reé comme contrat de location financement.

b. le taux de rendement implicite

Les paiements minimaux sont :


 versement initial de 20 000 DA
 16 trimestrialiteé s de 6 000 DA
 Versement final de 3 000 DA.

La valeur reé siduelle non garantie = 7 000 – 3 000 = 4 000

16
6000 3000 4000
100000  20000    
t 1 1  i  t
1  i  16
1  i  16

La reé solution de cette eé quation donne i= 2,96%.

Le taux annuel eé quivalent = (1+0.0296) 4 – 1 = 12,4%

En actualisant les paiements minimaux au taux implicite on obtient la une valeur de :

16
6000 3000
20000    = 97 479
t 1 1  0.0296 t
1  0.0296 16

Capital
Date restant Principal inteé reâ t Flux
97 479
01/04/N 77 479 20 000 20 000,00
01/07/N 73 773 3 706 2 294 6 000,00
01/10/N 69 957 3 816 2 184 6 000,00
01/01/N+1 66 027 3 929 2 071 6 000,00
01/04/N+1 61 982 4 046 1 954 6 000,00
6 57 816 4 165 1 835 6 000,00
7 53 528 4 289 1 711 6 000,00
8 49 112 4 416 1 584 6 000,00
9 44 566 4 546 1 454 6 000,00
10 39 885 4 681 1 319 6 000,00
11 35 066 4 819 1 181 6 000,00
12 30 104 4 962 1 038 6 000,00
13 24 995 5 109 891 6 000,00
14 19 735 5 260 740 6 000,00
15 14 319 5 416 584 6 000,00
16 8 743 5 576 424 6 000,00
17 1 8 741 259 9 000,00

La valeur actuelle nette eé tant infeé rieure aà la valeur d’acquisition (veé nale), la valeur aà retenir est donc
la valeur actuelle.

8
École supérieure de commerce Mr. IHADDADANE

215 Mateé riel 97 479,00


167 Dette sur contrat location financement 97 479,00

c. Comptabilisation des loyers

Les loyers payeé s par le locataire repreé sentent :

 Le remboursement des fonds investis par le bailleur (amortissement creé dit)


 La reé muneé ration des fonds (charge financieà re)

La reé muneé ration des fonds constitue une charge pour l’entreprise, par contre le remboursement des
fonds vient en deé duction de la dette comptabiliseé e.

Selon l’exemple preé ceé dent les loyers de l’exercice N sont de :

Remboursement creé dit 20 000 + 3 706 + 3 816 + 3929 = 31 451


Inteé reâ ts 2 294 + 21 84 + 2 071 = 6 549

Total 38 000

Enregistrement comptable
31/12/N
167 dette sur contrat location financement 31 451,00
661 inteé reâ t 6 549,00
512 Banque 38 000,00

d. L’amortissement du bien loué

La valeur de l’investissement est de 97 479


La dureé e d’utiliteé est de 6 ans
La date de location est le 01/04/N

L’amortissement au 31/12/N est de 97 479 /6*9/12= 12 185

681 dotations amortissements actifs non courants 12 185,00


281 Amortissements actifs non courants 12 185,00

Au deé but du bail, le montant du bien loueé et les engagements sur creé dit bail figurent pour le meâ me
montant. Cette eé galiteé n’est plus assureé e par la suite.

Au 31/12/N, la valeur nette du bien est de 97 479 – 12 185 = 85 294


Par contre les engagements restant sont de 97 479 – 31 451 = 66028

2. comptabilisation chez le bailleur

9
École supérieure de commerce Mr. IHADDADANE

Le bailleur ne beé neé ficie pas des avantages eé conomiques procureé s par le bien et n’assume pas les
risques lieé s aà sa deé tention. Cet actif ne figurera donc pas au bilan du bailleur bien qu’il en soit
proprieé taire.

Les paiements minimaux (loyers) majoreé s de la valeur reé siduelle non garantie (4 000 DA) constitue
la valeur brut de l’investissement.

L’investissement net s’obtient en actualisant cette somme au taux d’inteé reâ t implicite. Il correspond
normalement aà la juste valeur du bien.

a- Comptabilisation à l’entrée en vigueur

Le bien acquis par le bailleur pour la location financement sera comptabiliseé en creé ances (titres
immobiliseé s 274) et non pas en actif non courant pour le montant d’acquisition augmenteé des frais
engendreé s par la conclusion du contrat (100 000 + 4 000 = 104 000).

274 Preâ ts et creé ances sur contrat location financement 104 000,00
512 banque 104 000,00

b- Comptabilisation des loyers

Les loyers doivent eâ tre reé partis en deux :

- Le recouvrement de la creé ance


- La reé muneé ration de l’investissement

Le taux de rendement aà utiliser pour l’actualisation des loyers minimaux est le taux qui eé galisera
entre le montant du bien (104 000) et les paiements aà recevoir (20 000 paiement initial, 6000 sur
16 trimestrialiteé s et 3000 valeurs de l’option) de rendement interne.

15
6000 9000
104000  20 000   
t 1 (1  i ) t
(1  i )16

Le taux d’actualisation trimestriel i = 1,968%

La deé composition du loyer est le suivant :

Date Capital restant Principal inteé reâ t Flux


104 000
01/04/N 84 000 20 000 20 000,00
01/07/N 79 653 4 347 1 653 6 000,00
01/10/N 75 221 4 432 1 568 6 000,00
01/01/N+1 70 701 4 520 1 480 6 000,00
01/04/N+1 66 092 4 609 1 391 6 000,00
01/07/N+1 61 393 4 699 1 301 6 000,00
01/10/N+1 56 601 4 792 1 208 6 000,00
01/01/N+2 51 715 4 886 1 114 6 000,00
01/04/N+2 46 733 4 982 1 018 6 000,00
01/07/N+2 41 653 5 080 920 6 000,00
01/10/N+2 36 472 5 180 820 6 000,00
01/01/N+3 31 190 5 282 718 6 000,00

10
École supérieure de commerce Mr. IHADDADANE

01/04/N+3 25 804 5 386 614 6 000,00


01/07/N+3 20 312 5 492 508 6 000,00
01/10/N+3 14 712 5 600 400 6 000,00
01/01/N+4 9 001 5 710 290 6 000,00
01/04/N+4 178 8 823 177 9 000,00

Les loyers de l’anneé e N se deé composent comme suit :

Recouvrement de la creé ance = 20 000 + 4 347 + 4 432 4 520 = 33 299


Reé muneé ration de l’investissement = 1 653 + 1 568 + 1 480 = 4 701

Total 38 000

La comptabilisation des loyers

512 Banque 38 000,00


274 preâ ts et creé ances sur contrats location financement 33 299,00
762 revenus des actifs financiers 4 701,00

3. cas ou le bailleur est constructeur ou vendeur

Application
Le 01/01/N, un distributeur consent une location financement sur un bien dont la valeur de marcheé
est de 50 000 DA. Le contrat preé voit :
- un versement de 8 000 DA aà la signature du contrat,
- 12 loyers trimestriels calculeé s afin d’assurer un inteé reâ t de 2,8%

Solution

Le montant des loyers se calcule de la manieà re suivante :

12
L
50000  8000  
t 1 (1,028) t

Date Capital restant Principal inteé reâ t Flux


50000
01/01/N 42 000 8000 8 000,00
01/04/N 39 007 2 993 1 176 4 169,00
01/07/N 35 930 3 077 1 092 4 169,00
01/10/N 32 767 3 163 1 006 4 169,00
01/01/N+1 29 516 3 252 917 4 169,00
01/04/N+1 26 173 3 343 826 4 169,00

11
École supérieure de commerce Mr. IHADDADANE

01/07/N+1 22 737 3 436 733 4 169,00


01/10/N+1 19 205 3 532 637 4 169,00
01/01/N+2 15 573 3 631 538 4 169,00
01/04/N+2 11 840 3 733 436 4 169,00
01/07/N+2 8 003 3 837 332 4 169,00
01/10/N+2 4 058 3 945 224 4 169,00
01/01/N+3 0 4 058 111 4 169,00

Supposons que la conclusion du contrat occasionne des frais de 2 000 DA

La comptabilisation se fera de la manieà re suivante :

6 frais sur vente 2 000,00


512 banque 2 000,00

274 Preâ ts et creé ances sur contrat location financement 50 000,00


70 vente en location financement 50 000,00

Les encaissements de l’anneé e N = 8000 + 4 169 x 4 = 24 676

512 Banque 24 676,00


274 preâ ts et creé ances sur contrats location financement 20 485,00
762 revenus des actifs financiers 4 191,00

12