Vous êtes sur la page 1sur 42

ECOLE NATIONALE SUPERIEURE DES TRAVUX PUBLICS

FRANCIS JEANSON

Cours de Routes
1ère année /S2

Mme Sonia BOUAFIA


SOMMAIRE DU COURS
 Chapitre 1 : Généralités
 Chapitre 2 : Etude du mouvement des véhicules
 Chapitre 3 : Etude de tracé général
Chapitre 1 : Généralités

Partie 2

1- Présentation du Réseau routier national


Chapitre 1 : Généralités

Au lendemain de l’Indépendance, l’Algérie ne disposait, que de simples routes


couvrant à peine les grandes villes.

Désignation 1962 1999 2016

73.000 Km 103.945 Km 124.783 Km


Routes dont 18.800 Km dont 72.761 Km dont 99.661m revêtues
revêtues (25%) revêtues (70%) (80%)

637 Km 5.195Km
Autoroutes &
0 dont 49 Km dont 1.132 Km
Routes express Autoroute Est-Ouest Autoroute Est-Ouest

Tableau 1 : Evolution du réseau routier national entre 1962 et 2016 (Source MTP -2016)
Chapitre 1 : Généralités

Parmi les pays en développement, l’Algérie possède aujourd’hui l’un des meilleurs
réseaux routiers desservant tout le pays grâce à la réalisation de plusieurs
mégaprojets : routes, voies express, autoroute Est-Ouest, de longues sections de la
route Transsaharienne, ponts et viaducs.
Chapitre 1 : Généralités
Consistance du réseau national Décomposition
• Autoroutes : 1.132 Km
Le réseau routier national est composé : Linéaire total du réseau national • R.N : 30.787 Km
124.783 km • C.W : 25.293 Km
 d’autoroutes, • C.C : 67.570 Km
 de voies rapides (voies express), • V.U : 60.000 Km

 Routes nationales (RN), • Autoroutes : 1.132 Km


Linéaire des voies rapides
• Routes express : 3.963 Km
 Chemins de wilaya (CW), 5.095 Km

 Chemins communaux (CC) • R.N : 3.606


Ouvrages d’art • C.W : 1.854
 et de voiries urbaines (VU) 10.563 U • C.C : 1.625
• Autoroutes : 3.478

Tunnels • 08 tunnels autoroutiers (2x3V)


15U/ (26,547 Km) • 07 tunnels routiers (8,6 Km)
Taux de revêtement • 80 % (99.661 Km)
Ga arit du réseau atio al ≥ 7 • 77 % (98% RN)

Tableau 2: Composition du réseau routier national (Source MTP-2016)


Chapitre 1 : Généralités
Chapitre 1 : Généralités

2- Circulation routière en Algérie


Chapitre 1 : Généralités

Les véhicules admis à circuler sur les routes sont réglementés dans chaque pays.
En général c’est le Code de la Route qui édicte cette réglementation.

En Algérie cette règlementation a été édictée par le Décret exécutif n° 04-381 du


15 Chaoual 1425 correspondant au 28 novembre 2004 fixant les règles de la
circulation routière.
Chapitre 1 : Généralités
1. Caractéristiques des véhicules

Les règles particulières applicables aux véhicules


automobiles, y compris les trolleybus et aux
ensembles de véhicules

1 Poids des véhicules

2 Dimensions des véhicules

3 Vitesses
Chapitre 1 : Généralités
1. Poids des véhicules
Les conditions de poids, auxquelles doivent satisfaire les véhicules pour être autorisés à circuler,

1- le Poids Total Autorisé en Charge (PTAC) d'un Véhicule ou remorque à deux essieux 19 tonnes
véhicule ne doit pas dépasser les limites suivantes :
Véhicule ou remorque à trois essieux et plus 26 tonnes

Véhicule à quatre essieux et plus 32 tonnes


PTAC : est la masse maximale autorisée pour un véhicule
routier. Elle comprend le poids du véhicule à vide, la Autocar articulé 28 tonnes
charge maximale de marchandises (charge utile) ainsi que
le poids maximal du chauffeur et de tous les passagers. Autobus comportant une seule section 38 tonnes
articulée

Essieu : Axe d’un véhicule supportant deux roues à ses extrémités.


Chapitre 1 : Généralités
Chapitre 1 : Généralités
1. Caractéristiques de la circulation routière

2- le Poids Total Roulant Autorisé (PTAR) ne doit pas dépasser :

PTAR : Poids total d’un véhicule articulé, d’un ensemble de véhicules ou d’un train double

Véhicule articulé 38 tonnes


Ensemble composé d'un véhicule tracteur et d'une
remorque, d'un train double comportant au plus quatre 38 tonnes
essieux
Ensemble comportant plus de quatre essieux 40 tonnes
Ensemble utilisé pour des transports combinés 44 tonnes
comportant plus de quatre essieux
Chapitre 1 : Généralités
1. Caractéristiques de la circulation routière

3- L'essieu le plus chargé d'un véhicule


automobile ou d'un ensemble de
véhicules ne doit pas supporter une
charge supérieure à 13 tonnes.

4- Pour tout véhicule automobile ou


remorque, le poids total en charge ne
doit pas dépasser 5 tonnes par mètre
linéaire de distance entre les deux essieux
extrêmes.
Chapitre 1 : Généralités
2. Dimensions des véhicules

1- Longueur :
La longueur des véhicules et ensembles de véhicules, mesurée toutes saillies comprises, ne doit pas dépasser les
valeurs suivantes :

Véhicules automobiles, non compris les perches et dispositifs enrouleurs de cordes s'il 11 mètres
s'agit d'un trolleybus
Remorques et semi remorques, non compris le dispositif d'attelage, ne pouvant
excéder 2,04 mètres pour la semi-remorque 11 mètres
Véhi ules arti ulés, o o pris les per hes et dispositifs e rouleurs de ordes s’il
s’agit de trolley us 15,50 mètres
Ensembles de véhicules 18 mètres
Trains doubles 18 mètres
Auto us arti ulés o porta t plus d’u e se tio arti ulée 24,5 mètres
Chapitre 1 : Généralités

2- Largeur :
La largeur totale des véhicules, mesurée toutes saillies comprises dans une section transversale
quelconque, ne doit pas dépasser 2,50 mètres sauf dans les cas et conditions où des saillies
excédant ce gabarit sont expressément autorisées par arrêté du ministre des transports.

Toutefois la largeur de 2,60 mètres est admise pour les superstructures, à parois épaisses conçues
pour le transport de marchandises sous température dirigée (camions frigorifiques par exemple)
Chapitre 1 : Généralités

3- Hauteur :
La hauteur d'un véhicule, chargement compris, est limitée à 4 mètres.

Dans le cas d’une hauteur supérieure à 4m, le conducteur doit s'assurer, en permanence, qu'il
peut circuler sans causer, du fait de cette hauteur, aucun dommage aux ouvrages d'art, aux
plantations ou aux installations aériennes, situés au-dessus des voies publiques.
Chapitre 1 : Généralités
3. Vitesses

Décret 04-381 Valeurs


(Chapitre II ,Section I, maximales de la
Art 24) vitesse

Mais
Autorité Valeurs Signalisation
Compétente inférieures de par des
(Ministère des
Tra sports,…) la vitesse panneaux
Chapitre 1 : Généralités
• 120 km/h sur les autoroutes
Hors agglomération • 100 km/h sur les routes autres que les autoroutes

• 50 km/h.
En agglomération • Elle peut être relevée à 80 Km/h
• Elle peut être abaissée (Zones 30)

Temps de Pluie • 100 Km/h sur les autoroutes


• 80 km/h sur les autres routes et en dehors des agglomérations
(chaussée mouillée) • 40 Km/h dans les agglomérations

Des vitesses maximales différentes peuvent être fixées à titre


permanent ou temporaire (travaux sur la route, entretien de la
haussée, …..).
Chapitre 1 : Généralités

3- Méthode d’analyse de la circulation


Chapitre 1 : Généralités

Quantifier le
Comptages
trafic
Données de
trafic
Renseignements
Enquêtes
qualitatifs
Chapitre 1 : Généralités

Comptages
automatiques

Comptages

Comptages
manuels
Chapitre 1 : Généralités Réalisés en certains points
choisis pour leur
représentativité sur les
routes les plus importantes:
réseau autoroutier, RN, CW
les plus circulés.

Comptages
Comptages Réalisés à l’aide permanents
automatiques d’appareil e registreur

Comptages
temporaires

Réalisés une fois par an


durant un mois pendant la
période ou le trafic est
intense sur le reste du réseau
routier à l’aide de postes de
comptages tournants.
Chapitre 1 : Généralités
Pneumatiques

Boucles
électromagnétiques
Comptages
automatiques
Ultrasons

Capteurs vidéo
Chapitre 1 : Généralités
•Les pneumatiques
Ils sont constitués d’un câble en caoutchouc, tendu en travers de la chaussée et relié à un détecteur. L’écrasement du câble lors du
passage d’un véhicule provoque une surpression, détectée par un manomètre actionnant un relais. Il est alors possible de compter de
nombre d’essieux passant sur le capteur en cumulant les impulsions dans un compteur. Les comptages sont par la suite exprimés en
u.v.p (unité de voiture particulière): 1 u.v.p. = 2 essieux.
•Les boucles électromagnétiques
C’est aujourd’hui le dispositif de mesure des paramètres de circulation le plus répandu dans de nombreux pays, tant en ville que sur
les voies rapides et les autoroutes urbaines.
Le capteur est constitué d’une boucle inductive, noyée dans le revêtement de la chaussée. Le passage de la masse métallique d’un
véhicule au-dessus de la boucle provoque une variation du champ électromagnétique. Cette variation se traduit par un créneau de
tension dont la longueur est liée à celle du véhicule et à son temps de passage.
•Les ultrasons
Le capteur acoustique est constitué d’une antenne directive fixée sur un support. Cette antenne émet une onde ultra sonore se
propageant avec une vitesse connue. Lors du passage d’un véhicule, l’onde ultra sonore rencontre une surface réfléchissante. Une
fraction de cette onde réfléchie par le mobile, été st ensuite captée par le récepteur au bout d’un certain temps de détection. Cette
durée du temps de détection permet le calcul du taux d’occupation et un comptage des véhicules.
•Le capteur vidéo
Le principe de ce capteur consiste à utiliser une caméra vidéo et à traiter de manière automatique les images fournies par cette
caméra afin d’en déduire les paramètres du trafic.
D’autres dispositifs peuvent être utilisés tels que les capteurs magnétiques, les capteurs piezo-céramique, les radars à effet doppler-
Fizeau,…..
Chapitre 1 : Généralités
Ils relèvent la composition
du trafic pour compléter les
indicateurs des comptages
automatiques.

Comptages Réalisés par des


manuels enquêteurs

Les comptages manuels permettent de


connaître le pourcentage de poids lourds
et les transports en commun, Les trafics
sont exprimés en moyenne journalière
annuelle (T.J.M.A Trafic Journalier
Moyen Annuel exprimé en véhicules/j).
Chapitre 1 : Généralités

Enquêtes papillons ou
distributions de cartes

Relevé des plaques


minéralogiques
Enquêtes
Origine-Destination Interview des
conducteurs

Enquêteurs à domicile –
Enquête ménage
Chapitre 1 : Généralités

4- Types de trafic
Chapitre 1 : Généralités
Trafic normal

Trafic dévié

Trafic induit

Trafic de transit
Trafic
Trafic total
Trafic aux heures
de pointe
Trafic journalier
moyen saisonnier
T.J.M.A
Chapitre 1 : Généralités
•Trafic normal : C’est un trafic existant sur l’ancien aménagement sans prendre en compte le nouveau projet.

•Trafic dévié : C’est le trafic attiré vers la nouvelle route aménagée. C’est un trafic qui empruntait d’autres routes ayant
la même destination. La déviation de trafic n’est qu’un transfert entre différent moyen d’atteindre la même destination.

•Trafic induit : C’est le trafic qui est engendré par la mise en place d'infrastructures nouvelles. C'est le trafic attendu
après aménagement.

Trafic de transit : C’est le trafic dont l’origine et la destination sont en dehors de la zone étudiée (important pour décider
de la nécessité d’une déviation)

•Trafic total : C’est le trafic sur le nouvel aménagement qui sera la somme du trafic induit et du trafic dévié

•Trafic aux heures de pointe : C’est le trafic qui correspond aux heures de pointe du matin (HPM) et les heures de pointe
du soir (HPS) (important en zones urbaines)

•Trafic journalier moyen saisonnier : Trafic dû au départ en vacances (été ou hiver)

•Trafic journalier moyen annuel (T.J.M.A.) est le trafic total de l'année divisé par 365 jours.
Chapitre 1 : Généralités

4- Niveau de service
Chapitre 1 : Généralités
1. Définition du niveau de service

La route est caractérisée par des conditions minimales d’aménagement qui


dépendent :

de la qualité du service assuré à l’usager (sécurité, confort, qualité du


1 revêtement ; qualité de la signalisation, présence d’équipements
d’accueil, diffusion d’informations routières,…)

2 de l’intensité et de la composition du trafic

3 des caractéristiques topographiques, ou de l’environnement


Chapitre 1 : Généralités
2. Classification du réseau

Catégorie 1 : Liaisons entre les grands centres économiques, les


centres d’industrie lourde (A) Liaisons assurant le rabattement
des centres d’industrie de transformation (B) sur ce réseau.

Catégorie 2 : Liaisons entre les centres d’industrie de


transformation (B). Liaisons assurant le rabattement des pôles
d’industries légères diversifiées ( C ) sur le réseau précédent (Cat
.1.)

Catégorie 3 : Liaisons des chefs-lieux de Daîra et de wilaya (D)


non desservis par le réseau précédent, avec le réseau des
catégories 1 et 2.

Catégorie 4 : Liaisons des centres de vie (E) avec le réseau des


catégories 1 et 3.
Figure : Classification du réseau national
Catégorie 5 : Routes et pistes non comprises dans les catégories (Normes B40)
précédentes
B40 : NORMES TECHNIQUES D’AMÉNAGEMENT DES ROUTES (Normes Algériennes)
Chapitre 1 : Généralités
3. Détermination du niveau de service

Figure : Organigramme de la détermination du niveau de service


Chapitre 1 : Généralités

Dénivelée cumulée
moyenne au Km
Environnement
de la route

Sinuosité
Chapitre 1 : Généralités
 Rappel de définition : Dénivelée
Dénivelée est la différence d’altitude entre deux points géographiques.
On compte toutes les montées

Dénivelée entre A et B : Dénivelée cumulée positive =


1500(B)-1200 (A)= 300 m 300 m(AB) + 400m(CD)=700m

On compte toutes les descentes

Dénivelée entre B et C : Dénivelée cumulée négative =


1300(C)-1500 (B)= -200 m -200 m(BC) +(- 700m(DE))=-900m

La dénivelée cumulée est la somme de toutes les


dénivelées, ie la somme des dénivelées positives
(montées) et les dénivelées négatives (descentes )
Chapitre 1 : Généralités
1. Dénivelée cumulée moyenne
La dénivelée cumulée moyenne au Km : h / L permet de mesurer la variation longitudinale du relief
.C’est le rapport de la dénivelée cumulée totale h à la longueur L de l’itinéraire.

Sens 1 : Pi>0 (pente positive)


h1= dénivelée cumulée : h1=ΣPixLi

Sens 2 : Pi<0 (pente négative)


h2=dénivelée cumulée : h2=ΣPixLi

et h = dénivelée cumulée totale


Dénivelée cumulée moyenne = h/L
h=h1+h2
Chapitre 1 : Généralités

1.Dénivelée cumulée moyenne

Les valeurs seuils de la dénivelée cumulée moyenne h/L permettent


de définir trois types de relief topographique :

Valeur seuil Relief


h/L  1,5% terrain plat
1,5%<h/L  4% terrain vallonné

h/L >4% terrain montagneux


Chapitre 1 : Généralités

2. Sinuosité
La sinuosité d’un itinéraire est le rapport entre la longueur sinueuse LS et la longueur totale de l’itinéraire. La
longueur sinueuse Ls est la longueur cumulée des courbes de rayon en plan inférieur ou égale à 200 m,

Avec 𝐿𝑠 = 𝐿𝑅≤200𝑚

𝐿𝑠 ∶ 𝑔𝑢 𝑢 𝑖 𝑢 𝑢
𝐿 : 𝑔𝑢 𝑢 totale de l’itinéraire
𝐿𝑅≤200𝑚 ∶ 𝑔𝑢 𝑢 𝑢 𝑦 ≤ 200
Chapitre 1 : Généralités

2. Sinuosité

Les valeurs seuils de la sinuosité permettent de définir trois domaines de sinuosité

Valeur seuil Sinuosité


𝜎  0,1 Faible
0,1 < 𝜎  0,3 Moyenne
𝜎> 0,3 Forte
Chapitre 1 : Généralités

Le croisement de la Dénivelée cumulée moyenne et de a sinuosité permet de définir


trois types d’environnement

Sinuosité
Relief Faible Moyenne Forte

Plat E1 E2

Vallonné E2 E2 E3

Montagneux E3 E3

E1 : Environnement facile
E2 : Environnement moyen
E3 : Environnement difficile
Chapitre 1 : Généralités
EXERCICE d’APPLICATION

Une route doit être réalisée pour relier la ville de Reghaia à la ville de Boumerdes sur 50 Km.

Une section de cette route d’une longueur de 5 Km présente les caractéristiques suivantes :
 En tracé en plan :
le tracé présente plusieurs rayons :
R1=155m (α=100 grades); R2=200 m (α=130grades); R3=325m (α=280grades);
R4=190m (α=120grades); R5=650m (α=250grades).

 En profil en long :
le tracé présente plusieurs déclivités :
 Sens 1 : p1:: 7%; p2:: 6%; p3:: 6,5%, (montée)
 Sens 2 : p1:: 8%; p2:: 7,5% (descente);

Travail demandé : Déterminer l’Environnement de cette section