Vous êtes sur la page 1sur 116

P1201-F3/4 1

P6112-F3/4

COMPTABILITÉ APPROFONDIE

Ce fascicule comprend :

La série 03

Les devoirs 4 et 5 sont associés à cette série et à envoyer à la correction (se reporter au calendrier
d’envoi des devoirs dans le guide de la formation).
2 P1201-F3/4
P6112-F3/4
P1201-F3/4 3
P6112-F3/4

Objectifs de la série

Le domaine de la comptabilité des sociétés concerne les opérations liées à la forme de la


société. Cette série envisage les capitaux permanents des sociétés et leur traduction
comptable :
– Constitution des sociétés JOËL HAIMOVICI
– Variations du capital social ARIANE CHARGUERAUD
– Affectation du résultat JOËL HAIMOVICI
– Les provisions réglementées JOËL HAIMOVICI
– Les dettes financières et les autres fonds propres ARIANE CHARGUERAUD

Les comptes des sociétés sont mis à la disposition du public. Ils doivent donc faire l’objet
d’une vérification et d’une certification par des tiers indépendants. Cette série propose
une Introduction à l’audit légal des comptes annuels, rédigée par Joël Haimovici.
4 P1201-F3/4
P6112-F3/4
P1201-F3/4 5
P6112-F3/4

SÉRIE 03

PLAN DE LA SÉRIE

LES CAPITAUX PERMANENTS.........................................................................................................................7

TITRE I. LE CAPITAL – CONSTITUTION ET VARIATIONS................................................ 7


CHAPITRE 1. LA CONSTITUTION DES SOCIÉTÉS .................................................................. 7
Section 1. Procédure juridique ................................................................................................ 7
Section 2. Traduction comptable ............................................................................................ 7
Section 3. Apports dans la société à responsabilité limitée................................................. 18
Section 4. Apports dans la société en nom collectif ............................................................ 20
Section 5. Apports dans la société en commandite par actions........................................... 21
Section 6. Apports dans la société en commandite en commandite simple ....................... 21
Section 7. Apports dans la société par actions simplifiée ................................................... 21
Section 8. Frais de constitution ............................................................................................. 21
CHAPITRE 2. LES VARIATIONS DU CAPITAL SOCIAL ....................................................... 23
Section 1. L’augmentation de capital ................................................................................... 23
Section 2. La réduction et l’amortissement du capital......................................................... 39

TITRE II. L’AFFECTATION DU RÉSULTAT DES SOCIÉTÉS.............................................. 45


CHAPITRE 1. PARTICIPATION AUX RÉSULTATS DE L’EXPLOITATION....................... 45
CHAPITRE 2. L’AFFECTATION DU RÉSULTAT DANS LA SOCIÉTÉ ANONYME ......... 48
CHAPITRE 3. L’AFFECTATION DU RÉSULTAT DANS LA SOCIÉTÉ À
RESPONSABILITÉ LIMITÉE............................................................................... 55
CHAPITRE 4. L’AFFECTATION DU RÉSULTAT DANS LA SOCIÉTÉ EN NOM
COLLECTIF ............................................................................................................ 57
CHAPITRE 5. L’AFFECTATION DU RÉSULTAT DANS LA SOCIÉTÉ EN
COMMANDITE SIMPLE ...................................................................................... 58

TITRE III. LES PROVISIONS RÉGLEMENTÉES ...................................................................... 58


CHAPITRE 1. GÉNÉRALITÉS....................................................................................................... 59
CHAPITRE 2. PROVISION POUR INVESTISSEMENT LIÉE À LA PARTICIPATION
DES SALARIÉS ...................................................................................................... 59
CHAPITRE 3. PROVISION POUR HAUSSE DES PRIX (COMPTE 1431).............................. 61
CHAPITRE 4. PROVISION POUR RISQUES AFFÉRENTS AUX CRÉDITS À
MOYEN TERME RÉSULTANT D’OPÉRATIONS FAITES À
L’ÉTRANGER......................................................................................................... 62
CHAPITRE 5. PROVISION POUR PRÊTS D’INSTALLATION À D’ANCIENS
SALARIÉS ............................................................................................................... 63
CHAPITRE 6. LES AMORTISSEMENTS DÉROGATOIRES.................................................... 64
CHAPITRE 7. PROVISION SPÉCIALE DE RÉÉVALUATION (COMPTE 146) .................... 64
CHAPITRE 8. LES ÉCARTS ET RÉSERVES DE RÉÉVALUATION ...................................... 65
CHAPITRE 9. LES SUBVENTIONS D’INVESTISSEMENT..................................................... 67
6 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

TITRE IV. LES DETTES FINANCIÈRES ET LES AUTRES FONDS PROPRES ................... 67
CHAPITRE 1. LES EMPRUNTS OBLIGATAIRES..................................................................... 67
Section 1. Caractéristiques générales des emprunts obligataires ........................................ 67
Section 2. La comptabilisation des emprunts obligataires sans conditions
particulières........................................................................................................... 73
Section 3. La comptabilisation des emprunts obligataires et bons pouvant donner
accès au capital ou droit à l’attribution de titres de créances ............................ 82
CHAPITRE 2. LES AUTRES FONDS PROPRES ........................................................................ 92
Section 1. Généralités ............................................................................................................ 92
Section 2. Titres participatifs ................................................................................................ 93
Section 3. Titres subordonnés à durée indéterminée (TSDI) .............................................. 93
Section 4. Avances conditionnées......................................................................................... 93
Section 5. Obligations remboursables en actions (ORA) .................................................... 94
Section 6. Comptes bloqués d’associés devant être incorporés au capital ......................... 95
CHAPITRE 3. LES COMPTES COURANTS D’ASSOCIÉS ...................................................... 96
Section 1. Généralités ............................................................................................................ 96
Section 2. Comptes courants d’associés non bloqués.......................................................... 96
Section 3. Comptes courants d’associés bloqués par convention ou par les statuts .......... 97

INTRODUCTION À L’AUDIT LÉGAL DES COMPTES ANNUELS...........................................................98

TITRE I. LES MISSIONS DU COMMISSAIRE AUX COMPTES.......................................... 98


CHAPITRE 1. GÉNÉRALITÉS....................................................................................................... 98
CHAPITRE 2. LA MISSION LÉGALE.......................................................................................... 98
Section 1. Objectif ................................................................................................................. 98
Section 2. Moyens mis en œuvre .......................................................................................... 99
Section 3. Rapport du commissaire aux comptes ..............................................................100

TITRE II. DÉMARCHE GÉNÉRALE DE L’AUDIT FINANCIER......................................... 105


CHAPITRE 1. CARACTÉRISTIQUES ........................................................................................105
Section 1. Définition ............................................................................................................105
Section 2. Conduite de la mission .......................................................................................105
CHAPITRE 2. LES SONDAGES ..................................................................................................111
Section 1. Notion de sondage ..............................................................................................111
Section 2. Méthodes.............................................................................................................112
Section 3. Emploi des sondages ..........................................................................................112
Section 4. Conclusion du sondage ......................................................................................113

Les devoirs n° 4 et 5 sont associés à cette série et à envoyer à la correction. (Se reporter au calendrier
d'envoi des devoirs dans le guide de la formation).
P1201-F3/4 SÉRIE 03 7
P6112-F3/4

LES CAPITAUX PERMANENTS

TITRE I. LE CAPITAL – CONSTITUTION ET VARIATIONS


INTRODUCTION : Le contexte juridique @

CHAPITRE 1. LA CONSTITUTION DES SOCIÉTÉS

Section 1. Procédure juridique

I. Formalités juridiques
Le législateur sur les sociétés a prévu une série d’étapes permettant d’aboutir à l’existence d’une
société.
– La rédaction des statuts : c’est un acte écrit et signé par les associés qui contient leur engagement
du fait d’une promesse d’apports. La société est constituée dès la signature des statuts.
– La réalisation des apports : c’est le dépôt en numéraire chez un notaire ou à la banque, c’est le
transfert de propriété d’un immeuble. En contrepartie, les associés reçoivent des titres.
– L’acte constitutif : une fois les apports réalisés, l’acte constitutif doit être enregistré dans le délai
d’un mois. Les tiers en ont connaissance.
– Publicité : les formalités de publicité consistent à rédiger un avis d’insertion dans un journal
d’annonces légales, à déposer au centre de formalités des entreprises le dossier d’immatriculation
de la société, et à procéder à une insertion dans le bulletin officiel des annonces civiles et
commerciales. La société existe juridiquement et tous les tiers sont informés.
– L’assemblée générale constitutive : il y a tenue d’une assemblée générale constitutive au cours de
laquelle les dirigeants seront désignés.
– Immatriculation : la société acquiert la personnalité morale lors de son immatriculation au Registre
de commerce des sociétés (extrait K bis).

Section 2. Traduction comptable


La société immatriculée dispose d’un patrimoine dont il convient d’apprécier la valeur et la nature.
Dès les premiers mouvements, des modifications seront apportées à la consistance du patrimoine.

Les apports font l’objet d’une étude pour chaque type de sociétés. Toutefois, la société anonyme
constitue le modèle qui recense l’ensemble des écritures. Cette société servira de trame pour
l’application des règles et du jeu des comptes.

I. Principes
La rédaction des statuts consigne la promesse d’apports à la société. De ce fait la société détient des
créances sur les associés.
8 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

Après avoir promis de s’engager, les associés doivent libérer le capital, c’est-à-dire réaliser les apports
qu’ils ont promis. Les créances sur les associés font place aux biens apportés.

Le bilan établi au moment de la constitution de la société montre clairement les éléments suivants :
– à l’actif : les créances ou les biens apportés,
– au passif : le montant du capital social.

EXEMPLE
Plusieurs associés constituent une société en effectuant des apports en numéraire à concurrence de
15 000 000 €.

Bilan établi lors de la souscription :


Actif Passif
Créances/associés 15 000 000 Capital social 15 000 000

Les apports sont libérés et le capital est entièrement libéré.

Bilan après libération :


Actif Passif
Banque 15 000 000 Capital social 15 000 000

REMARQUE
Si le capital est libéré partiellement :
– Apport construction 6 000 000 €
– Libéré par la banque 4 500 000 €
– Reste à libérer 4 500 000 €

Bilan après libération partielle :


Actif Passif
Construction 6 000 000 Capital social 15 000 000
Créances/associés 4 500 000
Banque 4 500 000
15 000 000 15 000 000

II. Comptes du Plan comptable général


Le PCG prévoit l’utilisation des comptes suivants :
– au passif, le compte 101,
– à l’actif, le compte 456,
– à l’actif, le compte 109.

A. État du capital

L’utilisation du compte 101, permet de préciser l’état du capital :


– 1011 « Capital souscrit – non appelé »
– 1012 « Capital souscrit – appelé non versé »
– 1013 « Capital souscrit – appelé, versé ».
P1201-F3/4 SÉRIE 03 9
P6112-F3/4

B. Objet des promesses d’apport des associés

L’utilisation du compte 456 précise l’objet des promesses d’apports :


– 45611 « Associés – compte d’apport en nature »
– 45615 « Associés – compte d’apport en numéraire »

C. Exigibilité des créances sur les associés

Le compte 109 est également utilisé par le PCG. Il traduit l’exigibilité des créances sur les associés :
109 « Actionnaires : capital souscrit – non appelé ». (À verser dans les 5 ans.)

L’existence du compte 109 n’est admise que pour les actions de numéraire.

Dès qu’une fraction du capital est appelée, la créance est inscrite au débit du compte 4562
« Apporteurs – Capital appelé non versé ».

III. Schéma comptable


Le PCG prévoit une variété de comptes pour enregistrer les opérations de souscription, d’apport et de
libération. Le schéma retenu correspond à un schéma proposé dans le bulletin n° 54 du Conseil
national de la comptabilité et permet de distinguer les promesses d’apport selon leur objet et selon les
conditions de leur libération.

A. Première hypothèse retenue

Le capital est libéré normalement. Les actions d’apport en nature sont libérées dès leur émission.

EXEMPLE
Les associés constituent une SA au capital de 15 000 000 € (150 000 actions de 100 €) réparti en :
100 000 actions de numéraire intégralement libérées, 50 000 actions émises pour rémunérer l’apport
du siège social.

45611 Associés – Apports en nature 5 000 000


45615 Associés – Apports en numéraire 10 000 000
1012 Capital souscrit – appelé, non versé 15 000 000
promesse d’apports

467 Me TABEL 10 000 000


45615 Associés – Apports en numéraire 10 000 000
réalisation des apports en numéraire

213 Siège social 5 000 000


45611 Associés – Apports en nature 5 000 000
réalisation des apports en nature

1012 Capital souscrit – appelé, non versé 15 000 000


1013 Capital souscrit – appelé, versé 15 000 000
libération du capital

512 Banque 10 000 000


467 Me TABEL 10 000 000
versement des fonds en banque
10 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

B. Deuxième hypothèse retenue

Le capital n’est pas entièrement libéré. Les actions de numéraire doivent être libérées de la moitié de
leur valeur nominale ; les organes dirigeants disposent d’un délai de 5 ans suivant l’immatriculation au
Registre du Commerce et des Sociétés pour appeler la libération du surplus.

EXEMPLE
Le capital est composé de 100 000 actions de 100 €.

109 Actionnaires : capital souscrit – non appelé 5 000 000


45621 Actionnaires – Capital souscrit et appelé, non versé 5 000 000
1011 Capital souscrit – non appelé 5 000 000
1012 Capital souscrit – appelé, non versé 5 000 000
promesse d’apports

5125 Banque compte bloqué 5 000 000


45621 Actionnaires – Capital souscrit et appelé, non versé 5 000 000
libération des apports appelés

1012 Capital souscrit – appelé, non versé 5 000 000


1013 Capital souscrit – appelé, versé 5 000 000
libération des apports en numéraire

5121 Banque compte courant 5 000 000


5125 Banque compte bloqué 5 000 000
(écriture passée après immatriculation)

45621 Actionnaires – Capital souscrit et appelé, non versé 2 500 000


109 Actionnaires : capital souscrit – non appelé 2 500 000
appel du 3e quart

1011 Capital souscrit – non appelé 2 500 000


1012 Capital souscrit – appelé, non versé 2 500 000
régularisation du capital

5121 Banque compte courant 2 500 000


45621 Actionnaires – Capital souscrit et appelé, non versé 2 500 000
versement du 3e quart

1012 Capital souscrit – appelé, non versé 2 500 000


1013 Capital souscrit – appelé, versé 2 500 000

C. Hypothèses particulières liées aux libérations

1. Versements anticipés

L’appel du capital entraîne le versement des fonds. Les associés peuvent ne pas attendre et verser de
façon anticipée leur quote-part. Le PCG a prévu le compte 4564 « Associés versements anticipés ».

EXEMPLE
Au moment de sa constitution, le capital d’une SA composé de 80 000 actions de 100 € est libéré du
minimum légal. Lors de l’appel du 3e quart, M. Sitôt qui possède 400 titres se libère de la totalité.
P1201-F3/4 SÉRIE 03 11
P6112-F3/4

1011 Capital souscrit – non appelé 2 000 000


1012 Capital souscrit – appelé, non versé 2 000 000
appel du 3e quart 80 000  100 1/4

45621 Actionnaires – Capital souscrit et appelé, non versé 2 000 000


109 Actionnaires : capital souscrit – non appelé 2 000 000

512 Banque 2 010 000


45621 Actionnaires – Capital souscrit et appelé, non versé 2 000 000
4564 Associés versements anticipés (400  100  1/4) 10 000

1012 Capital souscrit – appelé, non versé 2 000 000


1013 Capital souscrit – appelé, versé 2 000 000

1011 Capital souscrit – non appelé 2 000 000


1012 Capital souscrit – appelé, non versé 2 000 000
appel dernier quart

45621 Actionnaires – Capital souscrit et appelé, non versé 2 000 000


109 Actionnaires : capital souscrit – non appelé 2 000 000

512 Banque 1 990 000


4564 Associés versements anticipés 10 000
45621 Actionnaires – Capital souscrit et appelé, non versé 2 000 000

1012 Capital souscrit – appelé, non versé 2 000 000


1013 Capital souscrit – appelé, versé 2 000 000

2. Les actionnaires défaillants

Quand l’actionnaire ne répond pas à l’appel du capital, la société lui adresse une mise en demeure.
L’actionnaire dispose d’un mois pour envoyer son versement. Le délai expiré, la société peut procéder
à la vente des actions de l’actionnaire défaillant. Cette vente peut être réalisée selon deux possibilités :
– Société cotée en bourse (exécution en bourse).
– Société non cotée (vente aux enchères publiques par notaire ou agent de change).

Le compte concerné pour les actionnaires défaillants est le compte 4566 « Actionnaires défaillants ».

EXEMPLE
M. Retard a souscrit 200 actions de numéraire sur un capital de 20 000 actions. Les actions ont toutes
une valeur nominale de 100 €. Le capital a été libéré du minimum légal. M. Retard ne répond pas à
l’appel du 3e quart. Ses titres sont vendus aux enchères publiques à M. Gentil et cette vente est réalisée
pour une somme de 17 000 €. Des intérêts de retard sont réclamés au taux de 12 % l’an pour une
période de 2 mois. Des remboursements de frais sont demandés pour un montant de 200 €.

512 Banque 495 000


45621 Actionnaires – Capital souscrit et appelé, non versé 495 000
(20 000 – 200)  100  1/4

Cette écriture signifie que M. Retard doit 200  25 € = 5 000 € et cette somme représente le 3e quart.
12 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

La dette du défaillant peut s’analyser de deux façons :

a. Elle comprend la partie non appelée du capital

Le défaillant doit le 3e quart = 5 000 Vente des titres libérés des 3/4 = 17 000
Le défaillant doit le 4e quart = 5 000 4e quart = 5 000
Les intérêts de retard 5 000  12 %  2/12 = 100 22 000
Les frais = 200
10 300
22 000 – 10 300 = 11 700
La société doit au défaillant 11 700 €

4566 Actionnaires défaillants 10 300


109 Actionnaires : capital souscrit – non appelé 5 000
45621 Actionnaires – Capital souscrit et appelé, non versé 5 000
7638 Revenus des créances diverses 100
791 Transferts de charges d’exploitation 200
actionnaire défaillant

512 Banque 17 000


109 Actionnaires : capital souscrit – non appelé 5 000
4566 Actionnaires défaillants 22 000
vente des titres du défaillant

4566 Actionnaires défaillants 11 700


512 Banque 11 700
solde compte actionnaire défaillant

b. Elle ne comprend pas la partie non appelée du capital

Le défaillant doit le 3e quart = 5 000 Vente des titres libérés des 3/4 = 17 000
Les intérêts de retard 5 000 12 %  2/12 = 100 17 000
Les frais = 200
5 300
17 000 – 5 300 = 11 700
La société doit au défaillant 11 700 €

4566 Actionnaires défaillants 5 300


45621 Actionnaires – Capital souscrit et appelé, non versé 5 000
7638 Revenus des créances diverses 100
791 Transferts de charges d’exploitation 200
actionnaire défaillant

512 Banque 17 000


4566 Actionnaires défaillants 17 000
vente des titres du défaillant

4566 Actionnaires défaillants 11 700


512 Banque 11 700
solde compte actionnaire défaillant
P1201-F3/4 SÉRIE 03 13
P6112-F3/4

Le défaillant encaisse 11 700 €


Il a décaissé 10 000 €
Écart 1 700 €. Le défaillant réalise un gain, analysé de la manière suivante :
Charges Produits
Frais 200 Vente des titres 17 000 (3/4)
Intérêts 100 Valeur théorique –15 000
300 2 000

2 000 – 300 = 1 700 €

D. Apports particuliers

Il convient d’envisager trois hypothèses :

1. Apports en industrie

L’article 1843-2 du Code civil précise que « les apports en industrie ne concourent pas à la formation
du capital social mais donnent lieu à l’attribution de parts ouvrant droit au partage des bénéfices et
de l’actif net, à charge de contribuer aux pertes ». La conséquence est sans ambiguïté : aucune
écriture comptable ne doit être enregistrée.

2. Prise en charge d’un passif

Les associés peuvent apporter des dettes à la société.

EXEMPLE
7 associés créent une SA. Paul apporte un immeuble évalué à 5 000 000 € sur lequel un emprunt de
1 000 000 € reste dû. La SA reprend cet emprunt à sa charge, les 6 autres associés apportent en
numéraire 6 000 000 €.
Le capital est donc de 10 000 000 €.
Sur le plan fiscal, les droits d’enregistrement sont calculés sur 11 000 000 €.

45611 Associés – Apports en nature 4 000 000


45615 Associés – Apports en numéraire 6 000 000
1012 Capital souscrit – appelé, non versé 10 000 000
promesse d’apport

213 Immeuble 5 000 000


512 Banque 6 000 000
164 Emprunt 1 000 000
45611 Associés – Apports en nature 4 000 000
45615 Associés – Apports en numéraire 6 000 000
réalisation

1012 Capital souscrit – appelé, non versé 10 000 000


1013 Capital souscrit – appelé, versé 10 000 000

3. Apports de créances

Lors d’un apport de créances, il existe un risque pour la société bénéficiaire de ne pas recouvrer la
valeur nominale de la créance. La prévention contre ce risque est assurée selon les deux possibilités
suivantes :
14 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

a. Apport de créances à concurrence de leur valeur nominale

Hypothèse 1. Créance garantie à concurrence de la valeur nominale

EXEMPLE
Un associé apporte une créance client pour une somme de 239 200 €.

45611 Associés – Apports en nature 239 200


1012 Capital souscrit – appelé, non versé 239 200
promesse

412 Clients – Créances de l’associé 239 200


45611 Associés – Apports en nature 239 200
réalisation

1012 Capital souscrit – appelé, non versé 239 200


1013 Capital souscrit – appelé, versé 239 200

Le client ne règle que 190 000 €. Il appartient à l’associé de compléter ce montant.

512 Banque 190 000


412 Clients – Créances de l’associé 190 000
paiement de la créance

45511 Associés – Compte courant 49 200


412 Clients – Créances de l’associé 49 200
réalisation

Hypothèse 2. Créance garantie pour une valeur inférieure à la valeur nominale

EXEMPLE
Une créance client est apportée pour 239 200 €. Cette créance est garantie à hauteur de 200 000 €. Le
client ne règle que 190 000 €. L’associé demeure débiteur envers la société de 10 000 €.

45611 Associés – Apports en nature 239 200


1012 Capital souscrit – appelé, non versé 239 200
promesse

412 Clients – Créances de l’associé 239 200


45611 Associés – Apports en nature 239 200
réalisation

1012 Capital souscrit – appelé, non versé 239 200


1013 Capital souscrit – appelé, versé 239 200

512 Banque 190 000


412 Clients – Créances de l’associé 190 000
paiement des créances

45511 Associés – Compte courant 10 000


412 Clients – Créances de l’associé 10 000
réalisation
P1201-F3/4 SÉRIE 03 15
P6112-F3/4

La partie non couverte par la garantie génère une perte pour la société.

6714 Créances devenues irrécouvrables dans l’exercice 39 200


412 Clients – Créances de l’associé 39 200

b. Apport de créances à concurrence d’une valeur inférieure à leur valeur nominale

Hypothèse 1. Recouvrement non garanti

EXEMPLE
Une créance client présente une valeur nominale de 239 200 €. Cette créance est apportée pour
200 000 €. Dans ces conditions, il existe deux modes de comptabilisation :
– la valeur d’apport ;
– la valeur nominale.

Envisageons le mode de comptabilisation à la valeur d’apport

45611 Associés – Apports en nature 200 000


1012 Capital souscrit – appelé, non versé 200 000

412 Clients – Créances de l’associé 200 000


45611 Associés – Apports en nature 200 000

1012 Capital souscrit – appelé, non versé 200 000


1013 Capital souscrit – appelé, versé 200 000

Si le client opère un règlement inférieur à 200 000 €, la société constatera une perte au compte 6714
« Créances devenues irrécouvrables dans l’exercice ». Si un règlement supérieur à 200 000 € est
effectué, la société constatera un gain.

Nous supposerons un règlement de la créance à la valeur nominale.

512 Banque 239 200


412 Clients – Créances de l’associé 200 000
77 Produits exceptionnels 39 200

Envisageons le mode de comptabilisation à la valeur nominale

La comptabilisation de créances à leur valeur nominale permet un suivi approprié de leur


recouvrement car les tiers sont débiteurs de cette valeur nominale quelle que soit la valeur d’apport
retenue. La différence entre valeur nominale et valeur d’apport s’inscrit dans un compte de provision
ou dans un compte correcteur créé à cet effet.

Envisageons l’utilisation d’un compte de provision

45611 Associés – Apports en nature 200 000


1012 Capital souscrit – appelé, non versé 200 000

412 Clients – Créances de l’associé 239 200


45611 Associés – Apports en nature 200 000
491 Dépréciation des comptes de clients 39 200
16 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

Si le client règle 239 200 €

512 Banque 239 200


412 Clients – Créances de l’associé 239 200

491 Dépréciation des comptes de clients 39 200


787 Reprises sur provisions et dépréciations 39 200

Si le client règle 210 000 €

512 Banque 210 000


412 Clients – Créances de l’associé 210 000

6714 Créances devenues irrécouvrables dans l’exercice 29 200


412 Clients – Créances de l’associé 29 200

491 Dépréciation des comptes de clients 39 200


787 Reprises sur provisions et dépréciations 39 200

Si le client règle 190 000 €

512 Banque 190 000


412 Clients – Créances de l’associé 190 000

6714 Créances devenues irrécouvrables dans l’exercice 49 200


412 Clients – Créances de l’associé 49 200

491 Dépréciation des comptes de clients 39 200


787 Reprises sur provisions et dépréciations 39 200

Envisageons l’utilisation d’un compte correcteur

À la place d’un compte de « Provision », il est permis d’utiliser un compte 419 « Clients – compte
correcteur », notamment le compte 4192.

La reprise des données ci-dessus donne :

45611 Associés – Apports en nature 200 000


1012 Capital souscrit – appelé, non versé 200 000

412 Clients – Créances de l’associé 239 200


45611 Associés – Apports en nature 200 000
4192 Clients – Compte correcteur 39 200

Si le client règle 239 200 €

512 Banque 239 200


412 Clients – Créances de l’associé 239 200
P1201-F3/4 SÉRIE 03 17
P6112-F3/4

4192 Clients – Compte correcteur 39 200


77 Produits exceptionnels 39 200

Si le client règle 210 000 €

512 Banque 210 000


412 Clients – Créances de l’associé 210 000

4192 Clients – Compte correcteur 39 200


412 Clients – Créances de l’associé 29 200
77 Produits exceptionnels 10 000

Si le client règle 190 000 €

512 Banque 190 000


412 Clients – Créances de l’associé 190 000

4192 Clients – Compte correcteur 39 200


6714 Créances devenues irrécouvrables dans l’exercice 10 000 49 200
412 Clients – Créances de l’associé

Hypothèse 2. Recouvrement garanti

Le recouvrement peut faire l’objet d’une garantie pour la valeur d’apport ou pour une valeur
inférieure.

EXEMPLE
Une créance présente une valeur nominale de 239 200 €. Elle est apportée pour 200 000 €. La
garantie porte sur un montant limité à 190 000 €. Le paiement atteint 185 000 €.

Par hypothèse, le compte 412 « Clients – Créances de l’associé » est débité pour la valeur nominale et
le compte « Provision » a été utilisé pour 39 200 €. Le règlement de la créance génère les écritures
suivantes :

512 Banque 185 000


412 Clients – Créances de l’associé 185 000

45511 Associés – Compte courant 5 000


412 Clients – Créances de l’associé 5 000
garantie mise en œuvre

6714 Créances devenues irrécouvrables dans l’exercice 49 200


412 Clients – Créances de l’associé 49 200

491 Dépréciation des comptes de clients 39 200


787 Reprises sur provisions et dépréciations 39 200
18 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

Si le compte correcteur a été utilisé, les écritures sont :

512 Banque 185 000


412 Clients – Créances de l’associé 185 000

45511 Associés – Compte courant 5 000


412 Clients – Créances de l’associé 5 000
garantie mise en œuvre

4192 Clients – Compte correcteur 39 200


6714 Créances devenues irrécouvrables dans l’exercice 10 000
412 Clients – Créances de l’associé 49 200

Section 3. Apports dans la société à responsabilité limitée

I. Particularités juridiques
Pendant de nombreuses années, le montant du capital pour les SARL a été fixé à 7 622,45 € et devait
faire l’objet d’une libération immédiate.

Depuis la loi sur l’initiative économique du 21 juillet 2003, aucun seuil minimum n’est exigé. Le
capital d’une SARL peut donc être fixé à 1 €.

L’article L. 223-7 dispose : « Les parts représentant des apports en numéraire doivent être libérées
d’au moins un cinquième de leur montant. La libération du surplus intervient en une ou plusieurs fois
sur décision du gérant, dans un délai qui ne peut excéder cinq ans à compter de l’immatriculation de
la société au registre du commerce et des sociétés. »

Les apports en nature doivent être immédiatement libérés. Leur évaluation est vérifiée par un
commissaire aux apports désigné à l’unanimité par les associés ou, en justice, à la demande de l’un
d’eux. Le commissaire aux apports établit un rapport. Toutefois, l’intervention d’un commissaire aux
apports est facultative lorsque aucun apport ne dépasse 7 500 € et si, en outre, la valeur totale de
l’ensemble des apports en nature n’excède pas la moitié du capital social.

L’apport en industrie est autorisé mais ne participe pas à la constitution du capital social.

Les apports en numéraire doivent demeurer bloqués chez un notaire, à la Caisse des dépôts et
consignations ou dans une banque jusqu’à immatriculation au registre du commerce et des sociétés.

EXEMPLE
Deux associés constituent une SARL au capital de 8 000 € divisé en 800 parts sociales de 10 €.
Albert apporte de l’argent à concurrence de 4 000 € et Bernard apporte un fonds de commerce évalué
à 4 000 €.
Albert dépose le minimum légal. L’apport de Bernard se décompose comme suit :
Matériel et outillage 2 000 €
Marchandises 2 000 €
P1201-F3/4 SÉRIE 03 19
P6112-F3/4

45611 Associé Bernard : apports en nature 4 000


45615 Associé Albert : apports en numéraire 4 000
1011 Capital souscrit – non appelé 8 000
souscription du capital

1091 Associé Albert : capital souscrit – non appelé 3 200


4 000  80 %
4562 Apporteurs – Capital souscrit appelé, non versé 4 800
4 000  20 % + 4 000
45611 Associé Bernard : apports en nature 4 000
45615 Associé Albert : apports en numéraire 4 000
conditions de libération

1011 Capital souscrit – non appelé 4 800


1012 Capital souscrit – appelé, non versé 4 800
régularisation du capital

5125 Banque compte bloqué 800


4562 Apporteurs – Capital souscrit appelé, non versé 800
libération des 20 % des parts de numéraire

2154 Matériel industriel 2 000


37 Stocks de marchandises 2 000
4562 Apporteurs – Capital souscrit appelé, non versé 4 000
libération des apports de Bernard

1012 Capital souscrit – appelé, non versé 4 800


1013 Capital souscrit – appelé, versé 4 800

5121 Banque compte ordinaire 800


5125 Banque compte bloqué 800
après immatriculation au RCS

Lors des appels ultérieurs, les écritures suivantes sont enregistrées :

4562 Apporteurs – Capital souscrit appelé, non versé 800


4 000  20 %
1091 Associé Albert : capital souscrit – non appelé 800

1011 Capital souscrit – non appelé 800


1012 Capital souscrit – appelé, non versé 800
régularisation du capital

5121 Banque compte ordinaire 800


4562 Apporteurs – Capital souscrit appelé, non versé 800
libération des 20 % des parts de numéraire

1012 Capital souscrit – appelé, non versé 800


1013 Capital souscrit – appelé, versé 800
20 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

Section 4. Apports dans la société en nom collectif

I. Particularités juridiques
Les textes légaux sont silencieux.
Aucun capital minimum n’est exigé.
La libération des apports en numéraire est laissée à la libre appréciation des statuts ou des dirigeants.
Les apports en industrie sont autorisés mais ne forment pas le capital social.

EXEMPLE
Deux associés conviennent de constituer une SNC dotée d’un capital de 1 000 000 € qui se
décompose en 100 000 parts de 10 € représentatives d’apports en numéraire et d’apports en nature.
Claude souscrit à 500 000 € qu’il libère à concurrence de 250 000 €. Dominique apporte le
complément constitué d’un fonds de commerce dont les éléments sont :
Éléments incorporels (clientèle, droit au bail) 250 000 €
Matériel et outillage 100 000 €
Marchandises 50 000 €
Créances clients 120 000 €
Dettes contractées auprès des fournisseurs –20 000 €

Souscription des associés au capital :

45611 Associé Dominique : apports en nature 500 000


45615 Associé Claude : apports en numéraire 500 000
1011 Capital souscrit – non appelé 1 000 000

Libération du capital :

1091 Associé Claude : capital souscrit – non appelé 250 000


500 000  50 %
45625 Apporteurs – Capital appelé, non versé 750 000
500 000  50 % + 500 000
45611 Associé Dominique : apports en nature 500 000
45615 Associé Claude : apports en numéraire 500 000

Régularisation du capital :

1011 Capital souscrit – non appelé 750 000


1012 Capital souscrit – appelé, non versé 750 000

Libération des apports :

207 Fonds commercial 250 000


2154 Matériel industriel 100 000
37 Stocks de marchandises 50 000
412 Clients – Créances de Dominique 120 000
402 Fournisseurs – Dettes de Dominique 20 000
45625 Apporteurs – Capital appelé, non versé 500 000

512 Banque 250 000


45625 Apporteurs – Capital appelé, non versé 250 000
P1201-F3/4 SÉRIE 03 21
P6112-F3/4

Régularisation du capital :

1012 Capital souscrit – appelé, non versé 750 000


1013 Capital souscrit – appelé, versé 750 000

Section 5. Apports dans la société en commandite par actions

I. Particularités juridiques
Le capital est composé d’actions.
Les commandités peuvent effectuer des apports en nature ou en numéraire. Dans cette hypothèse, ils
reçoivent des actions et cumulent la qualité de commandité et de commanditaire. Si les commandités
effectuent des apports en industrie, ces apports ne concourent pas à la formation du capital.
Un capital minimum est exigé : il est de 37 000 € si la société ne fait pas appel public à l’épargne ; il
est de 225 000 € dans le cas contraire.

Les règles évoquées pour la société anonyme sont transposables pour ce type de société.

Section 6. Apports dans la société en commandite en commandite simple

I. Particularités juridiques
Les commandités et les commanditaires souscrivent au capital. Ils sont donc associés.
Les règles évoquées pour la constitution de la société en nom collectif sont transposables à la société
en commandite simple.
La distinction entre commanditaires (responsables à concurrence de leurs apports) et commandités
(responsables indéfiniment et solidairement) peut s’avérer pertinente dans la précision des comptes
utilisés.

Section 7. Apports dans la société par actions simplifiée

I. Particularités juridiques
Un associé unique peut constituer une société : elle est alors dénommée société par actions simplifiée
unipersonnelle.
Le capital minimum requis s’élève à 37 000 €.

Les règles évoquées pour la société anonyme sont transposables pour ce type de société.

Section 8. Frais de constitution

I. Nature des frais


Une fois le patrimoine constitué, celui-ci est affecté par les frais liés à sa constitution. Il s’agit :
– des droits d’enregistrement ;
– des honoraires relatifs à des conseils de nature comptable, juridique, fiscale, en stratégie et études
de marché, en environnement, en ressources humaines ;
– des frais de publicité (dépôt au greffe des statuts, insertion dans un journal d’annonces légales).
22 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

II. Enregistrement comptable


Les frais de constitution ne procurent aucun avantage économique futur. Ce sont donc des charges de
l’exercice au cours duquel ils ont pris naissance. Mais, compte tenu de la lourdeur de ces frais, le
décret du 29 novembre 1983 a permis leur étalement dans le temps afin de ne pas altérer la
présentation du compte de résultat du premier exercice.

A. Inscription au bilan

Un choix parmi deux méthodes est envisageable :


– inscription directe des frais au bilan ;
– frais comptabilisés dans un premier temps en charges puis transfert au compte de bilan.

1. Inscription directe

Le compte utilisé est le compte 2011 « Frais de constitution ».

EXEMPLE
Les frais supportés à l’occasion de la constitution d’une SA s’élèvent à 4 000 €. Ils comprennent les
droits d’enregistrement et divers honoraires.

2011 Frais de constitution 4 000


512 Banque 4 000

2. Inscription indirecte

6226 Honoraires 2 500


6354 Droits d’enregistrement et de timbre 1 500
512 Banque 4 000

À la clôture de l’exercice, les frais constatés sont transférés à l’actif en créditant le compte 72.

2011 Frais de constitution 4 000


72 Production immobilisée 4 000

B. Amortissements des frais de constitution

Selon les termes de l’article L. 232-9, « les frais de constitution de la société sont amortis avant toute
distribution de bénéfices et, au plus tard, dans un délai de cinq ans ».
Selon les termes de l’article D. 19, les frais d’établissement sont amortis selon un plan et dans un délai
maximal de cinq ans.
Le mode linéaire paraît le plus approprié. Le respect de la règle du prorata temporis n’est pas
obligatoire.

EXEMPLE
Les frais de constitution sont amortis sur 4 ans.

68111 Dotation aux amortissements des immobilisations 1 000


incorporelles
28011 Amortissements des frais de constitution 1 000
P1201-F3/4 SÉRIE 03 23
P6112-F3/4

À la clôture de l’exercice au cours duquel, les frais sont totalement amortis, il convient de solder les
comptes concernés et d’en porter mention à l’annexe.

28011 Amortissements des frais de constitution 4 000


2011 Frais de constitution 4 000

CHAPITRE 2. LES VARIATIONS DU CAPITAL SOCIAL

Section 1. L’augmentation de capital

I. Cas général

A. Généralités

1. Les différentes catégories d’augmentation de capital et leurs objectifs

Catégories Objectif
Augmentation de capital : Simple aménagement des capitaux propres
– par incorporation de réserves
Augmentation de capital : Véritable augmentation des capitaux propres
– par apport en numéraire
– ou par apport en nature
– ou par conversion de créances détenues sur la
société par des tiers

2. Modalités juridiques

L’augmentation de capital est décidée :


– dans les SA, par l’Assemblée générale extraordinaire (AGE), qui peut, toutefois, déléguer sa
compétence au conseil d’administration ou au directoire ;
– dans les SARL, par l’assemblée des associés statuant dans les conditions exigées pour la
modification des statuts.

L’augmentation de capital doit respecter différentes formalités de publicité.

3. Exemples basés sur la SA

Les explications et les exemples seront donnés pour les augmentations de capital en actions des SA,
mais les développements s’appliquent de la même façon pour les parts sociales des SARL, sauf
indication contraire.

B. Augmentation par incorporation de réserves

1. Généralités

L’augmentation de capital par incorporation de réserves correspond à un virement au compte de


capital social :
– d’un compte de réserves (compte 106, y compris la réserve légale),
– ou de primes liées au capital social (compte 104),
24 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

– ou de report à nouveau créditeur (compte 110),


– ou d’écarts de réévaluation (compte 105).

Les avantages sont :


– l’accroissement de la garantie offerte aux créanciers, car les réserves ne peuvent plus être
distribuées,
– une valorisation de l’image financière dans les sociétés cotées,
– la perception de premiers dividendes plus élevés, car ils sont calculés sur la base d’un capital plus
important.

L’augmentation peut être effectuée selon 2 modalités :

Soit par l’attribution d’actions gratuites proportionnellement au nombre d’actions anciennes


détenues, modalité qui peut poser des problèmes de rompus si un associé doit recevoir un nombre
entier d’actions gratuites (voir paragraphe 3 suivant).
Augmentation du capital social
= Nombre d’actions  Valeur nominale (VN) de l’action
= Valeur des comptes de capitaux propres transférés

Soit par augmentation de la valeur nominale des actions, modalité qui évite les rompus mais qui
est rarement utilisée dans les grandes sociétés.
Augmentation du capital social
= Nombre d’actions  (Nouvelle VN – Ancienne VN)
= Valeur des comptes de capitaux propres transférés

2. Comptabilisation de l’augmentation de capital

La date de comptabilisation est la date de la décision de l’AGE.

Exemple : SA Incorporo

La SA Incorporo, non cotée en Bourse, a un capital social ayant les caractéristiques suivantes :
– 60 000 actions,
– VN de l’action égale à 100 €.

Elle décide lors de l’AGE du 1er juin N d’augmenter son capital par l’attribution d’actions gratuites en
incorporant :
– des primes liées au capital social pour un montant de 600 000 €,
– un écart de réévaluation libre pour un montant de 300 000 €,
– des réserves facultatives pour un montant de 3 000 000 €,
– un report à nouveau créditeur pour un montant de 100 000 €.

La valeur économique de l’action avant l’augmentation de capital est de 200 €.

Solution : SA Incorporo

Nombre d’actions nouvelles = (600 000 + 300 000 + 3 000 000 + 100 000) / 100 = 40 000
P1201-F3/4 SÉRIE 03 25
P6112-F3/4

Comptabilisation de l’augmentation de capital au 01.06.N :

104 Primes liées au capital social 600 000


1052 Écart de réévaluation libre 300 000
1068 Autres réserves 3 000 000
110 Report à nouveau (solde créditeur) 100 000
1013 Capital souscrit – appelé, versé 4 000 000
(nombre d’actions nouvelles  VN)
40 000  100

3. Droits d’attribution dans le cas de la distribution d’actions gratuites dans les SA

a. Justification du droit d’attribution

Un actionnaire ne possède pas forcément un nombre d’actions anciennes permettant d’obtenir un


nombre entier d’actions nouvelles. Pour résoudre ce problème de rompus, chaque titulaire d’une action
ancienne reçoit un droit d’attribution (DA) :
– les actions nouvelles sont attribuées proportionnellement au nombre de DA créés,
– les DA sont négociables et peuvent donc être achetés ou vendus.

b. Évaluation du droit d’attribution

Si l’action est cotée, le DA est coté pendant la période de souscription.

Si l’action n’est pas cotée, il faut calculer la valeur théorique du DA au moyen de 4 étapes.

(I) Il convient tout d’abord d’estimer la valeur économique d’une action ancienne avant
l’augmentation en se basant sur des méthodes d’évaluation de l’entreprise.

(II) Il faut ensuite calculer la valeur d’une action nouvelle après augmentation de capital à partir d’un
tableau.

Solution : SA Incorporo

Tableau de calcul économique de la valeur de l’action nouvelle après augmentation de capital par
incorporation de réserves :
Valeur économique Valeur économique totale
Évolution Nombre d’actions
d’une action en € des actions en €
Avant augmentation Nombre d’actions anciennes Valeur économique Nombre d’actions anciennes
du capital = 60 000 d’une action ancienne  Valeur économique d’une
= 200 action ancienne =
= 60 000  200
= 12 000 000
Augmentation de Nombre d’actions nouvelles 0 0
capital = 40 000
Après augmentation Nombre total d’actions Valeur économique Valeur économique totale
de capital = 60 000 + 40 000 totale / Nombre total = 12 000 000
= 100 000 d’actions = Valeur de
l’action nouvelle
= 12 000 000 / 100 000
= 120
26 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

La valeur de l’action a baissé de 80 € :


– valeur de l’action ancienne 200 €,
– valeur de l’action nouvelle 120 €.

(III) Pour un nouvel actionnaire, il faut calculer le coût d’acquisition du nombre entier de DA
nécessaire pour obtenir un nombre entier d’actions nouvelles :

Nombre de DA nécessaires  valeur du DA =


Nombre d’actions nouvelles obtenues  Valeur de l’action nouvelle après augmentation

On peut alors obtenir la valeur du DA.

Solution : SA Incorporo
– il y a 60 000 actions anciennes, donc 60 000 DA, permettant d’obtenir 40 000 actions nouvelles,
– le nouvel actionnaire devra donc acquérir 3 DA pour obtenir 2 actions nouvelles.
3  (valeur du DA) = 2  120
2  120
valeur du DA = = 80 €
3

(IV) Pour un ancien actionnaire, on vérifie la neutralité de l’augmentation de capital :

Valeur d’une action ancienne avant augmentation =


Valeur d’une action nouvelle après augmentation + Valeur du DA

Solution : SA Incorporo
200 = 120 + 80

c. Comptabilisation dans la société recevant des actions gratuites

L’attribution d’actions gratuites ne donne lieu à aucune comptabilisation, car il n’y a pas de sortie
de trésorerie. Cependant le nombre d’actions a augmenté et le coût unitaire moyen a donc baissé.

En cas de cession des DA, la valeur comptable des droits cédés, calculée selon la méthode fiscale,
entraîne une diminution de la valeur comptable des actions.
Valeur comptable du droit au jour de la cession
Prix cession du droit
= Coût unitaire moyen d’acquisition de l’action 
Prix cession du droit + Valeur de l’action nouvelle

Pour les sociétés cotées, la valeur de l’action nouvelle est la valeur cotée au jour de la cession.

Pour les sociétés non cotées, il semble possible de prendre la valeur théorique de l’action nouvelle
après augmentation.

Exemple : SA Sousda

La SA Sousda avait acquis en janvier N–2, 12 000 actions de la SA Incorporo (voir exemple
précédent) au prix de 110 €.

Elle décide de vendre les DA obtenus suite à l’augmentation de capital de la SA Incorporo au prix de
80 .
P1201-F3/4 SÉRIE 03 27
P6112-F3/4

Solution : SA Sousda
80
Valeur comptable du DA au jour de la cession = 110  = 44 €
80 + 120
La SA Sousda avait et garde plus de 10 % des actions de la SA Incorporo (12 000 / 100 000 = 12 %),
donc il s’agit de titres de participation.

Comptabilisation de la vente des DA obtenus par la SA Sousda :

675 Valeur comptable des actifs cédés 528 000


(nombre de DA cédés  valeur comptable des DA cédés)
12 000  44
261 Titres de participation 528 000

512 Banque 960 000


775 Produit des cessions d’actifs 960 000
(nombre de DA cédés  prix de cession)
12 000  80

C. Augmentation par apports en numéraire

1. Généralités

L’augmentation de capital par apports en numéraire est effectuée au moyen de l’émission


d’actions nouvelles à un prix d’émission payé par les souscripteurs :
– qui doit être au minimum égal à la valeur nominale,
– mais, qui est en général supérieur pour tenir compte des droits acquis par les souscripteurs de
nouvelles actions sur les réserves et les plus-values latentes de la société.

Cette augmentation se traduit par une augmentation du capital social et une prime d’émission :

Augmentation du capital social = nombre d’actions nouvelles  VN de l’action


Prime d’émission = nombre d’actions nouvelles  (prix d’émission – VN de l’action)

Exemple : SA Numerex

La SA Numerex a un capital social entièrement libéré de 60 000 actions de VN 100 €. La valeur


économique de l’action est estimée en février N à 144 €.

L’AGE décide le 1er mars N d’augmenter son capital :


– émission de 40 000 actions nouvelles au prix d’émission de 120 €, libérées du minimum légal,
– souscription au cours du mois de mai N,
– date d’établissement du certificat de dépôt de la banque, le 1er juin N.

Solution : SA Numerex
Augmentation du capital social = 40 000  100 = 4 000 000 €
Prime d’émission = 40 000  (120 – 100) = 800 000 €

Les conditions communes aux SA et aux SARL sont les suivantes :


– le capital de départ doit être entièrement libéré, c’est-à-dire appelé et versé,
– les fonds souscrits doivent être déposés chez un dépositaire, par exemple une banque.
28 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

La libération des fonds peut être échelonnée dans le temps.

Pour les SA :
– au minimum 1/4 du montant de la valeur nominale des actions et toute la prime d’émission
doivent être libérés immédiatement lors de la souscription,
– le solde doit être libéré dans les 5 ans suivant la date où l’augmentation de capital est devenue
définitive.

Pour les SARL :


– la valeur nominale doit être libérée en totalité immédiatement lors de la souscription,
– mais la libération de la prime d’émission n’est pas obligatoire.

2. Comptabilisation de l’augmentation de capital

a. Comptabilisation des versements pendant la période de souscription

Le versement des fonds est comptabilisé au crédit du compte 4563 « Associés – Versements reçus
sur augmentation de capital », classé au passif du bilan sous la rubrique « Emprunts et dettes
financières divers ».

Solution : SA Numerex
Comptabilisation des versements en mai N :

512 Banque 1 800 000


4563 Associés – Versements reçus sur augmentation de 1 800 000
capital
(nombre d’actions nouvelles  VN  % libéré) +
(prime d’émission)
(40 000  100  1/4) + (40 000  (120 – 100))

b. Comptabilisation de l’augmentation de capital

Dans la SA, la date de comptabilisation est celle d’établissement du certificat de dépôt du dépositaire.
Dans la SARL, c’est, à défaut de texte légal, la date de l’AGE constatant l’augmentation.

L’appel du capital non libéré et le cas de l’actionnaire défaillant sont traités de la même façon que lors
des opérations de constitution.

Solution : SA Numerex
Comptabilisation de l’augmentation de capital, le 1er juin N :

Capital libéré

4563 Associés – Versements reçus sur augmentation de capital 1 800 000


1013 Capital souscrit – appelé, versé 1 000 000
(nombre d’actions nouvelles  VN  % libéré)
40 000  100  1/4
1041 Primes d’émission 800 000
(nombre d’actions nouvelles  (valeur émission –
VN))
40 000  (120 – 100)
P1201-F3/4 SÉRIE 03 29
P6112-F3/4

Capital non libéré

109 Actionnaire : capital souscrit – non appelé 3 000 000


1011 Capital souscrit – non appelé 3 000 000
(nombre d’actions nouvelles  VN  % non libéré)
40 000  100  3/4

Le capital total figurant au passif est donc de 10 000 000 € (6 000 000 + 1 000 000 + 3 000 000), dont
7 000 000 € versé (6 000 000 + 1 000 000).

3. Droits préférentiels de souscription dans le cas des SA

a. Justification du droit préférentiel de souscription

Le prix d’émission des nouvelles actions est supérieur ou égal à la VN, mais est en général inférieur à
la valeur réelle de l’action ancienne, afin de faciliter les souscriptions. L’émission d’actions nouvelles
entraîne alors une baisse de la valeur réelle de l’action ancienne, malgré une augmentation de la
valeur réelle du patrimoine.

En contrepartie dans les SA, chaque titulaire d’une action ancienne reçoit un droit préférentiel de
souscription (DPS) :
– les actions nouvelles sont souscrites proportionnellement au nombre de DPS,
– les DPS peuvent être achetés ou vendus,
– l’AGE d’une SA peut décider de supprimer partiellement ou totalement le DPS.

Aucun DPS n’est prévu légalement pour les sociétés autres que les SA, mais le procédé peut être
utilisé, l’autre solution étant de fixer le prix d’émission à la valeur économique de l’action pour rendre
l’opération équitable pour les anciens actionnaires.

b. Évaluation du DPS

Si l’action est cotée, le DPS est coté pendant la période de souscription.

Si l’action n’est pas cotée, il faut calculer la valeur théorique du DPS au moyen des 4 étapes
suivantes :
(I) Il convient tout d’abord d’estimer la valeur économique d’une action ancienne avant
l’augmentation en se basant sur des méthodes d’évaluation de l’entreprise.
(II) Il faut ensuite calculer la valeur d’une action nouvelle après augmentation de capital à partir d’un
tableau.

Solution : SA Numerex
Tableau de calcul économique de la valeur de l’action nouvelle après augmentation de capital par
apport en numéraire :
Valeur économique Valeur économique totale
Évolution Nombre d’actions
d’une action en € des actions en €
Avant augmentation Nombre d’actions Valeur économique d’une Nombre d’actions anciennes
du capital anciennes action ancienne =  Valeur économique d’une
= 60 000 = 144 action ancienne =
= 60 000  144
= 8 640 000
30 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

Augmentation de Nombre d’actions Prix d’émission de l’action Nombre d’actions nouvelles


capital nouvelles nouvelle  Prix d’émission de
= 40 000 = 120 l’action nouvelle
= 40 000  120
= 4 800 000
Après augmentation Nombre total d’actions = Valeur économique totale / Valeur économique totale
de capital = 60 000 + 40 000 Nombre total d’actions = 8 640 000 + 4 800 000
= 100 000 = Valeur de l’action = 13 440 000
nouvelle
= 13 440 000 / 100 000
= 134,4

(III) Pour un nouvel actionnaire, il faut calculer le coût d’acquisition du nombre entier de DPS
nécessaires et le prix total d’émission à verser pour obtenir un nombre entier d’actions nouvelles.

(Nombre de DPS nécessaires  Valeur du DPS) + (Nombre entier d’actions nouvelles  Prix d’émission) =
Nombre entier d’actions nouvelles  Valeur action nouvelle

Solution : SA Numerex
– il y a 60 000 actions anciennes, donc 60 000 DPS, permettant d’obtenir 40 000 actions nouvelles,
– le nouvel actionnaire devra donc acheter 3 DPS et payer 2 fois le prix d’émission pour obtenir
2 actions nouvelles.
(3  valeur du DPS) + (2  120) = 2  134,4
(2  134,4)  (2  120)
Valeur du DPS = = 9,6 €
3

(IV) Pour un ancien actionnaire, on vérifie enfin la neutralité de l’opération

Valeur d’une ancienne action avant augmentation = Valeur d’une nouvelle action après augmentation
+ Valeur du DPS

Solution : SA Numerex
144 = 134,4 + 9,6

Exemple : Marc actionnaire de la SA Numerex

Marc possède 10 actions et décide :


– hypothèse A, de vendre tous ses DPS,
– hypothèse B, de vendre 1 DPS et de souscrire des actions nouvelles,
– hypothèse C, d’acheter 2 DPS et de souscrire à des actions nouvelles.

Solution : Marc actionnaire de la SA Numerex

Hypothèse A
Marc vend ses 10 DPS et reçoit :
10  9,6 = 96 €
Vérification de la neutralité de l’opération :
10  144 = (10  134,4) + 96 = 1 440 €
P1201-F3/4 SÉRIE 03 31
P6112-F3/4

Hypothèse B
2
Marc vend 1 DPS pour 9,6 € et souscrit 6 actions nouvelles (9  ) au prix de :
3
6  120 = 720 €
Vérification de la neutralité de l’opération :
(10  144) + 720 = (16  134,4) + 9,6 = 2 160 €

Hypothèse C
Marc achète 2 DPS pour le prix de :
2  9,6 = 19,2 €
2
Il souscrit 8 actions nouvelles (12  ) au prix de :
3
8  120 = 960 €
Vérification de neutralité de l’opération :
(10  144) + 19,2 + 960 = (18  134,4) = 2 419,20 €

c. Comptabilisation chez le souscripteur d’actions nouvelles

Lors de la souscription des actions nouvelles, par souci de simplification, la valeur du DPS n’est pas
détachée, donc :
– les actions anciennes sont maintenues à leur coût d’origine,
– les nouvelles actions sont comptabilisées au prix d’émission.

En cas de cession des DPS, la valeur comptable des droits cédés est calculée selon la méthode fiscale
comme pour les DA.

Valeur comptable du droit au jour de la cession


Prix cession du droit
= Coût unitaire moyen d’acquisition de l’action 
Prix cession du droit + Valeur de l’action nouvelle

Exemple : SA Sousdep

La SA Sousdep a acquis des actions de la SA Dupont cotée en bourse dont elle détient moins de 10 %
du capital :
– Le 01.01.N–2, 500 actions au prix unitaire de 90 €.
– Le 01.01.N–1, 500 actions au prix unitaire de 110 €.

Le 01.01.N, elle obtient 1 DPS par action suite à l’augmentation de capital en numéraires de la SA
Dupont.

Le 01.02.N, elle décide de vendre les DPS obtenus :


– prix de cession des DPS égal à 30 €,
– cours de l’action de la SA Dupont cotée à 90 €.

Solution : SA Sousdep
 90 + 110   30 
Valeur comptable du DPS au jour de la cession = 
 2    30 + 90  = 25€
32 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

Comptabilisation de la cession des DPS le 01.02.N, comme une cession de VMP puisque la SA
Sousdep détient moins de 10 % du capital de la SA Dupont :

512 Banque 30 000


(nombre de DPS cédés  prix de cession du DPS)
1 000  30
767 Produits nets sur cession de VMP 5 000
(par différence)
503 Valeurs mobilières de placement 25 000
(nombre de DPS cédés  valeur comptable du DPS)
1 000  25

D. Augmentation par apports en nature

1. Généralités

L’augmentation de capital par apports en nature correspond à l’émission d’actions nouvelles en


échange d’un apport en nature.

Les conditions sont les suivantes :


– l’augmentation peut avoir lieu, même si le capital n’est pas entièrement libéré,
– l’assemblée doit se prononcer sur l’évaluation de l’apport en nature, qui doit avoir fait l’objet d’une
appréciation par un commissaire aux apports,
– les actions nouvelles doivent être entièrement libérées,
– il n’y a pas de DPS dans les SA.

L’augmentation de capital par apports en nature entraîne une augmentation du capital social et une
prime d’apport (compte 1043).

Augmentation du capital social = Nombre d’actions nouvelles  VN de l’action


Prime d’apport = Nombre d’actions nouvelles  (Valeur économique estimée – VN de l’action)

Le nombre d’actions nouvelles se calcule ainsi :

Évaluation économique de l’apport en nature


Nombre d’actions nouvelles =
Valeur économique estimée de l’action

Exemple : SA Apportnaturex

La SA Apportnaturex est constituée de 3 000 actions de VN 1 000 €, dont la valeur économique est
estimée à 1 500 €.

L’AGE décide, le 1er septembre N, d’une augmentation de capital par apport en nature et approuve
l’évaluation d’un terrain évalué à 301 000 €.

Solution : SA Apportnaturex
301 000
Nombre d’actions nouvelles = = 200,67
1500
La SA doit donc émettre 200 actions nouvelles et verser une soulte.
Montant de la soulte = 301 000 – (200  1 500) = 1 000 €
P1201-F3/4 SÉRIE 03 33
P6112-F3/4

2. Comptabilisation de l’augmentation de capital

La date de comptabilisation est la date de l’AGE approuvant l’évaluation des apports.

Solution : SA Apportnaturex
Comptabilisation de l’augmentation de capital par apport en nature, le 01.09.N :

211 Terrain 301 000


1013 Capital souscrit – appelé versé 200 000
(nombre d’actions nouvelles  VN)
200  1 000
1043 Primes d’apport 100 000
(nombre d’actions nouvelles  (valeur économique
estimée – VN))
200  (1 500 – 1 000)
512 Banque 1 000
(soulte par différence)

E. Augmentation par compensation de créances

1. Généralités

L’augmentation de capital par compensation de créances correspond :


– à la remise d’actions nouvelles à un tiers qui peut être un prêteur, un fournisseur ou des associés
au titre d’avances en compte courant (voir titre IV, chapitre 3),
– en échange de la créance détenue par le tiers sur la société, qui doit être liquide et exigible,
autrement dit en échange de la dette due par la société à ce tiers.

Le commissaire aux comptes vérifie l’arrêté de comptes et peut établir le certificat de libération des
actions. Dans les SA, les actionnaires renoncent à leur DPS.

L’augmentation de capital par compensation de créances entraîne une augmentation de capital et une
prime d’émission.

Augmentation du capital social = Nombre d’actions nouvelles  VN de l’action


Prime d’émission = Nombre d’actions nouvelles  (Valeur économique estimée – VN de l’action)

Le nombre d’actions nouvelles se calcule ainsi :

Valeur de la dette
Nombre d’actions nouvelles =
Valeur économique estimée de l’action

Exemple : SA Dettecreantex

Le capital de la SA Dettecreantex est composé 5 000 actions de VN 100 €, qui ont une valeur
économique estimée à 150 €. Un fournisseur accepte la conversion de sa créance d’un montant de
120 000 € en actions. Le certificat de libération des actions du commissaire aux comptes est établi le
10 juin N.
Solution : SA Dettecreantex
120000
Nombre d’actions nouvelles = = 800 actions
150
34 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

2. Comptabilisation de l’augmentation de capital

La date de comptabilisation est celle la date d’établissement du certificat du commissaire aux comptes.

Solution : SA Dettecreantex
Comptabilisation de l’augmentation de capital par apport en nature, le 10.06.N :

401 Fournisseurs et comptes rattachés 120 000


1013 Capital souscrit – appelé versé 80 000
(nombre d’actions nouvelles  VN)
800  100
1041 Primes d’émission 40 000
(nombre d’actions nouvelles  (valeur économique
estimée – VN de l’action))
800  (150 – 100)

REMARQUES
Le compte 401 « Fournisseurs » sera remplacé suivant les cas en fonction du tiers concerné par :
– le compte 455 « Associés–Comptes courants »,
– le compte 168 « Autres emprunts et dettes assimilées ».
Par ailleurs, une soulte peut être versée par la société à cause des problèmes d’arrondis.

F. Frais d’augmentation de capital

1. Généralités

Sur le plan comptable, les frais d’augmentation de capital comprennent uniquement les coûts externes
directement liés à l’opération, comme par exemple :
– les frais de conseil,
– les honoraires et commissions bancaires,
– les formalités légales,
– et certaines dépenses de communication et de publicité engagées exclusivement pour l’opération.

2. Comptabilisation des frais externes d’augmentation du capital

a. Imputation sur la prime d’émission

Les frais d’augmentation du capital peuvent s’imputer sur la prime d’émission : c’est la méthode
préférentielle.

Exemple : SA Tournex

Les frais de conseil de la SA Tournex suite à une augmentation de capital en numéraire s’élèvent à
90 000 € au 1er septembre N. La fiscalité n’est pas prise en compte. L’entreprise clôture ses comptes
au 31 décembre.
Solution : SA Tounex
Comptabilisation des frais d’émission au 01.09.N par imputation sur la prime d’émission :

1041 Primes d’émission 90 000


401 Fournisseurs 90 000
P1201-F3/4 SÉRIE 03 35
P6112-F3/4

b. Imputation en charges

Les coûts externes peuvent être comptabilisés en charges selon leur nature.

c. Comptabilisation à l’actif en frais d’établissement

Les frais d’augmentation de capital peuvent être comptabilisés directement en frais d’établissement au
compte 2013 « Frais d’augmentation de capital ». Ils sont alors amortis par parts égales, au
maximum sur 5 ans, sans prorata temporis.

Dans le cas où les frais avaient préalablement été comptabilisés en charges, la comptabilisation se fait
au débit du compte frais d’augmentation de capital et au crédit du compte 721 « Production
immobilisée, immobilisations incorporelles ».

Solution : SA Tounex

Comptabilisation des frais d’émission au 01.09.N directement en frais d’établissement :

2013 Frais d’augmentation de capital 90 000


401 Fournisseurs 90 000

Comptabilisation en frais d’établissement à la clôture au 31.12.N, si les frais d’émission avaient été
préalablement enregistrés en charges :

2013 Frais d’augmentation de capital 90 000


721 Production immobilisée incorporelle 90 000

Amortissement des frais à la clôture au 31.12.N sur 5 ans :

681 Dotations aux amortissements d’exploitation 18 000


(frais d’augmentation / 5) 90 000 / 5
28013 Amortissement des frais d’augmentation du capital 18 000

II. Cas particuliers

A. Cas d’augmentation de capital par conversion de créances spécifiques

L’augmentation de capital peut résulter :


– du paiement des dividendes en actions, qui sera étudié dans le titre II concernant l’affectation des
résultats,
– de la conversion d’obligations en actions dans le cadre des emprunts obligataires convertibles,
qui sera étudiée dans le titre IV, chapitre 1, concernant les emprunts obligataires,
– du remboursement d’obligations en actions, qui sera étudié dans le titre IV, chapitre 2,
concernant les autres fonds propres.

B. Augmentation simultanée par apports en numéraire et incorporation de réserves

L’AGE peut décider de réaliser simultanément :


– une augmentation par apports en numéraire, les actions étant intégralement libérées,
– et une augmentation de capital par incorporation de réserves.
36 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

Il convient alors d’établir un seul tableau intégrant directement les 2 opérations. Cette technique est
rarement utilisée.

Exemple : SA Simultex

La SA Simultex au capital de 60 000 actions de VN 100 € avec une valeur économique de l’action
avant augmentation de 180 € décide :
– d’incorporer 1 500 000 € de réserves facultatives en émettant 10 000 actions nouvelles,
– d’émettre simultanément 30 000 actions nouvelles au prix d’émission de 120 €.

Solution : SA Simultex en 5 étapes


(I) Valeur économique de l’action avant augmentation = 180 €

(II) Construction du tableau pour calculer la valeur de l’action nouvelle


Valeur économique Valeur économique totale
Évolution Nombre d’actions
d’une action en € des actions en €
Avant augmentation Nombre d’actions Valeur économique Nombre d’actions anciennes
du capital anciennes = 60 000 d’une action ancienne =  Valeur économique d’une
180 action ancienne
= 60 000  180
= 10 800 000
Augmentation de Nombre d’actions 0 0
capital par nouvelles = 10 000
incorporation de
réserves
Augmentation de Nombre d’actions Prix d’émission de Nombre d’actions nouvelles
capital par apport en nouvelles = 30 000 l’action nouvelle = 120  Prix d’émission de l’action
numéraire nouvelle
= 30 000  120
= 3 600 000
Après augmentation Nombre total d’actions Valeur économique Valeur économique totale
de capital = 60 000 + 10 000 + 30 000 totale / Nombre total = 10 800 000 + 3 600 000
= 100 000 d’actions = Valeur de = 14 400 000
l’action nouvelle
= 14 400 000 / 100 000
= 144

(III) Pour un nouvel actionnaire, il faut alors calculer le coût d’acquisition du nombre entier de DA
nécessaire pour obtenir un nombre entier d’actions nouvelles :
– il y a 60 000 actions anciennes, donc 60 000 DA, permettant d’obtenir 10 000 actions nouvelles,
– le nouvel actionnaire devra donc acquérir 6 DA pour obtenir 1 action nouvelle.
6  (valeur du DA) = 144
144
valeur du DA = = 24 €
6

(IV) Pour un nouvel actionnaire, il faut calculer le coût d’acquisition du nombre entier de DPS
nécessaires et le prix total d’émission à verser pour obtenir un nombre entier d’actions nouvelles :
– il y a 60 000 actions anciennes, donc 60 000 DPS, permettant d’obtenir 30 000 actions nouvelles.
– le nouvel actionnaire devra donc acheter 2 DPS et payer 1 fois le prix d’émission pour obtenir
1 action nouvelle.
2  (valeur du DPS) + 120 = 144
144  120
valeur du DPS = = 12 €
2
P1201-F3/4 SÉRIE 03 37
P6112-F3/4

(V) Pour un ancien actionnaire, on vérifie enfin la neutralité de l’opération :

Valeur d’une ancienne action avant augmentation = Valeur d’une nouvelle action après augmentation
+ Valeur du DA + Valeur du DPS

180 = 144 + 24 + 12

REMARQUE
Si l’AGE décide de réaliser successivement une augmentation par incorporation de réserves, suivie
d’une augmentation par apport en numéraire, il convient de :
– traiter d’abord indépendamment les 4 étapes de l’augmentation par incorporation de réserves et
obtenir grâce à un 1er tableau le nombre total actions nouvelles et la valeur de l’action nouvelle,
– puis de traiter les 4 étapes de l’augmentation par apport en numéraire : les actions nouvelles du
1er tableau correspondant aux actions anciennes du 2e tableau.

C. Bons de souscription d’actions

1. Bons de souscription d’actions (BSA) autonomes

a. Principes

Les BSA donnent la possibilité (et non l’obligation) à leurs souscripteurs de participer à une
augmentation de capital ultérieure :
– à un prix d’émission connu d’avance, appelé prix d’exercice,
– pendant une période déterminée.

Ils permettent donc de spéculer à la hausse du cours des actions tout en limitant la perte en cas de
baisse. La décision d’émettre des BSA relève de l’AGE.

b. Comptabilisation chez l’émetteur

L’émission de BSA est comptabilisée en primes d’émission au compte 1045 « Bons de souscription
d’actions ».

L’augmentation ultérieure de capital correspondant à l’utilisation de BSA se fait sans tenir compte
des BSA, comme une augmentation de capital ordinaire.

En cas de péremption des BSA non utilisés à la fin de la période de souscription, la société n’a rien à
comptabiliser, la prime enregistrée au compte 1045 reste acquise.

Exemple : SA Bsatex

La SA Bsatex est constituée de 50 000 actions. Elle émet 20 000 BSA, le 1er février N :
– prix d’émission du BSA égal à 10 €,
– parité de un BSA pour une action,
– prix d’exercice de l’action égal à 30 €,
– dates de souscription des actions du 1er février N au 1er février N+5.

Le cours de l’action de la SA Bsatex est de 40 €, le 1er mars N+1, et 15 000 BSA sont exercés.
Le cours de l’action de la SA Bsatex est de 27 €, le 1er février N+5, et les 5 000 BSA restant ne sont
donc pas exercés.
38 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

Solution : SA Bsatex
Comptabilisation de l’émission des BSA, le 01.02.N :

512 Banque 200 000


1045 Bons de souscription d’actions 200 000
(nombre de BSA  prix d’émission du BSA)
20 000  10

Le cours de l’action de la SA Bsatex est de 40 € le 1er mars N+1 : 15 000 BSA sont exercés générant
une augmentation de capital de 15 000 actions nouvelles au prix d’émission de 30 €, à comptabiliser
normalement.

Le cours de l’action de la SA Bsatex est de 27 € le 1 er février N+5 et les 5 000 BSA restant ne sont
donc pas exercés et sont donc périmés. Aucune écriture n’est à comptabiliser.

c. Comptabilisation chez le souscripteur

L’acquisition des BSA est une acquisition de VMP, comptabilisé au compte 5082 « Bons de
souscription ».
Lors de l’exercice des bons :

Coût d’acquisition des actions = Prix d’émission des actions + Coût d’acquisition des BSA exercés

La péremption des BSA se traduit par des charges comptabilisées au compte 668 « Autres charges
financières ».

Exemple : SA Achabsa
La SA Achabsa, qui ne détenait aucune action de la SA Bsatex (voir exemple ci-dessus) :
– souscrit 1 000 BSA de la SA Bsatex, le 1er février N au prix de 10 €,
– exerce 700 BSA, le 01.03.N+1,
– et n’exerce pas les BSA restants.
Solution : SA Achabsa
Comptabilisation de l’acquisition des BSA, le 01.02.N :

5082 Bons de souscriptions 10 000


(nombre de BSA  prix d’acquisition)
(1 000  10)
512 Banque 10 000

Comptabilisation de l’exercice des bons, le 01.03.N+1, en VMP, car la SA Achabsa possède moins de
10 % des actions de la SA Bsatex :

503 Actions 28 000


(prix d’émission des actions + coût d’acquisition des BSA
exercés) (700  30) + (700  10)
512 Banque 21 000
(nombre d’actions acquises  prix d’exercice de
l’action) 700  30
5082 Bons de souscription 7 000
(nombre de BSA  prix d’acquisition)
700  10
P1201-F3/4 SÉRIE 03 39
P6112-F3/4

Comptabilisation de la péremption des BSA restant, le 01.02.N+5 :

668 Autres charges financières 3 000


(nombre de BSA périmés  prix d’acquisition)
300  10
5082 Bons de souscription 3 000

2. Les actions à bons de souscription d’actions (ABSA)

a. Principes

En émettant des ABSA, la société procède à la fois :


– à l’émission d’actions dans le cadre d’une 1re augmentation de capital,
– et à l’émission de BSA offrant la possibilité de participer à une 2e augmentation de capital
ultérieure, ces BSA pouvant être cédés séparément.
1 ABSA = 1 action + 1 ou plusieurs BSA

L’émission d’ABSA peut être utilisée comme une technique d’incitation. Les BSA adossés aux actions
peuvent être, par exemple, consentis aux investisseurs ou aux dirigeants de la société.

b. Comptabilisation chez l’émetteur

Le BSA émis dans le cadre de ABSA est considéré comme ayant une valeur nulle :
– lors de la 1re augmentation de capital, la contrepartie des BSA n’est pas constatée,
– la 2e augmentation de capital est comptabilisée sans tenir compte des BSA,
– en cas de péremption des BSA non utilisés, la société n’a rien à comptabiliser.

c. Comptabilisation chez le souscripteur

La valeur de l’action et la valeur du BSA sont comptabilisées séparément.

Section 2. La réduction et l’amortissement du capital

I. Réduction de capital

A. Généralités

La société qui souhaite réduire ses capitaux doit respecter les conditions suivantes :
– la réduction de capital ne peut conduire à abaisser définitivement le capital à un montant inférieur
au minimum légal,
– la décision est prise dans les SA par l’AGE (sauf délégation au CA ou au directoire) et dans les
SARL, par l’assemblée des associés statuant dans les conditions exigées pour la modification des
statuts, sur la base d’un rapport spécial établi par le commissaire aux comptes, s’il existe,
– des formalités de publicité doivent être respectées.
40 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

B. Réduction de capital non motivée par des pertes

1. Principes

La société souhaite réduire ses capitaux devenus trop importants par rapport à son activité
actuelle et prévisionnelle. Les créanciers peuvent former opposition à la réduction de capital.

2. 1re solution : remboursement des actions

Le remboursement des actions est une solution peu utilisée, car elle est coûteuse fiscalement. La
société peut :
– soit rembourser une partie de la VN des actions,
– soit rembourser une fraction du nombre d’actions.

Exemple : SA Benefix

La SA Benefix au capital de 30 000 actions de VN 90 € décide de réduire son capital en remboursant


une action sur 3.

Solution : SA Benefix :

Réduction du capital à la date de l’AGE :

101 Capital 900 000


(nombre d’actions remboursées  VN remboursée)
10 000  90
4567 Associés – Capital à rembourser 900 000

Remboursement des associés :

4567 Associés – Capital à rembourser 900 000


512 Banque 900 000

Exemple : SA Benedict

La SA Benedict au capital de 30 000 actions de VN 90  décide de réduire son capital en remboursant


30 € de VN.

Solution : SA Benedict
Réduction du capital = nombre d’actions remboursées  VN remboursée = 30 000  30 = 900 000 €
Les écritures sont les mêmes que pour la SA Benefix.

3. 2e solution : rachat par la société de ses propres actions

La société peut, en respectant certaines modalités légales :


– racheter ses propres actions et les comptabiliser au compte 2772 « Actions propres ou parts
propres en voie d’annulation »,
– en vue de les annuler immédiatement.
P1201-F3/4 SÉRIE 03 41
P6112-F3/4

Lors de l’annulation :
– si le prix de rachat est supérieur à la VN, la différence est imputée au débit d’un compte de réserve
distribuable,
– si le prix de rachat est inférieur à la VN, la différence est imputée au crédit du compte prime
d’émission.

Exemple : SA Rachatsupex

La SA Rachatex au capital de 50 000 actions de VN 100 :


– décide de réduire son capital en rachetant en Bourse 1 000 actions au prix de 120 €, le 1er février N
– et d’imputer la différence au débit du compte de réserves facultatives.

Solution : SA Rachatsupex

Comptabilisation du rachat, le 01.02.N :

2772 Actions propres ou parts propres en voie d’annulation 120 000


512 Banque 120 000
(nombre d’actions rachetées  prix de rachat)
1 000  120

Annulation immédiate des actions et réduction de capital, le 01.02.N :

101 Capital social 100 000


(nombre d’actions rachetées  VN)
1 000  100
1068 Autres réserves
(nombre d’actions rachetées  (prix de rachat – VN)) 20 000
1 000  (120 – 100)
2772 Actions propres ou parts propres en voie d’annulation 120 000
(nombre d’actions rachetées  prix de rachat)
1 000  120

Exemple : SA Rachatsinfex

La SA Rachatinfex au capital de 50 000 actions de VN 100, décide de réduire son capital en rachetant
en Bourse 1 000 actions au prix de 80 €, le 1er mars N.

Solution : SA Rachatinfex
Comptabilisation du rachat, le 01.03.N :

2772 Actions propres ou parts propres en voie d’annulation 80 000


512 Banque 80 000
(nombre d’actions rachetées  prix de rachat)
1 000  80
42 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

Annulation immédiate des actions et réduction de capital, le 01.03.N :

101 Capital social 100 000


(nombre d’actions rachetées  VN)
1 000  100
1041 Primes d’émission
(nombre d’actions rachetées  (VN – prix de 20 000
rachat)
1 000  (100 – 80)
2772 Actions propres ou parts propres en voie 80 000
d’annulation
(nombre d’actions rachetées  prix de rachat)
1 000  80

C. Réduction de capital motivée par des pertes

1. Cas général

Une société peut être conduite à réduire son capital afin d’absorber des pertes importantes. La
réduction peut se faire :
– soit par une réduction de la VN des actions,
– soit par une réduction du nombre d’actions, au moyen d’un échange d’un certain nombre
d’actions anciennes contre un nombre inférieur d’actions nouvelles.

Exemple : SA Pertex

L’AGE du 5 mai N de la SA Pertex au capital de 20 000 actions de VN 100 € a un report à nouveau


débiteur de 598 000 € et décide de l’apurer en réduisant de 30 € la VN de ses actions.

Solution : SA Pertex
Comptabilisation de la réduction de capital à la date de l’AGE, le 05.05.N

101 Capital 600 000


(nombre d’actions  réduction de VN)
20 000  30
119 Report à nouveau (solde débiteur) 598 000
1041 Prime d’émission 2 000
(pour le solde suite aux problèmes d’arrondis)

2. Procédure spéciale dans les SA, SAS, SARL

Dans les SA, SAS et SARL, lorsque les capitaux propres deviennent inférieurs à la moitié du
capital social, suite aux pertes, une procédure spéciale doit être mise en place, entraînant soit la
dissolution, soit la régularisation de la situation :
– en reconstituant les capitaux propres au moyen de bénéfices ou d’une augmentation de capital ou
d’une réévaluation libre,
– ou en réduisant le capital du montant des pertes qui n’ont pas pu être imputées sur les
primes, la réserve légale ou les autres réserves.
P1201-F3/4 SÉRIE 03 43
P6112-F3/4

Exemple : SA Moitiex

Les capitaux propres de SA Moitiex au capital de 20 000 actions de VN 100 sont les suivants :
Capital 2 000 000 €
Primes 100 000 €
Réserve légale 200 000 €
Réserve facultative 300 000 €
Report à nouveau (solde débiteur) (1 800 000) €
Capitaux propres 800 000 €

Les capitaux propres étant inférieurs à la moitié du capital social, la SA Moitiex décide en AGE :
– d’imputer le report à nouveau débiteur sur les primes, sur les autres réserves et sur la réserve légale,
– et de réduire son capital par une réduction de 60 € de la VN des actions.

Solution : SA Moitiex
Comptabilisation de la réduction de capital à la date de l’AGE :

101 Capital 1 200 000


(nombre d’actions  montant de la réduction de la VN)
20 000  60
104 Primes 100 000
1061 Réserve légale 200 000
1068 Autres réserves 300 000
119 Report à nouveau (solde débiteur) 1 800 000

3. Cas particulier du « coup d’accordéon »

La réduction du capital peut être utilisée pour réaliser un « coup d’accordéon ». En effet, lorsque les
capitaux propres deviennent inférieurs au capital social suite aux pertes, la valeur réelle de l’action
peut devenir inférieure à sa valeur nominale. La société ne peut plus alors émettre d’actions nouvelles,
puisque leur prix d’émission doit être au minimum égal à la VN. Le « coup d’accordéon » va
comporter 2 étapes :
– une réduction de capital, le capital pouvant être réduit en dessous du minimum légal sous
condition suspensive de l’augmenter après,
– puis une augmentation de capital.

Exemple : SA Accordeonex

Les capitaux propres de SA Accordeonex au capital de 5 000 actions de VN 10 sont les suivants :
Capital 50 000 €
Report à nouveau (solde débiteur) (20 000) €
Capitaux propres 30 000 €

Les capitaux propres étant inférieurs au capital social, la SA Moitiex décide en AGE :
– et de réduire son capital par une réduction de 4 € de la VN des actions,
– sous condition suspensive d’augmenter son capital par apports en numéraire en émettant
3 000 actions nouvelles au prix d’émission de 6 €.
44 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

Solution : SA Acordeonex
Comptabilisation de la réduction de capital :

101 Capital 20 000


(nombre d’actions  montant de la réduction de la VN)
5 000  4
119 Report à nouveau (solde débiteur) 20 000

Le capital social de 30 000 € (50 000 – 20 000) est inférieur au minimum légal de 37 000 €.

Lors de l’augmentation de capital :


– la nouvelle VN de 6 € est compatible avec le prix d’émission de 6 € de l’action nouvelle de
l’augmentation de capital en numéraire,
– l’augmentation de capital entraîne une hausse du capital social de 18 000 € (3 000  6) portant le
capital à 48 000 € (30 000 + 18 000), capital supérieur au minimum légal.

II. Amortissement du capital

A. Intérêt

Dans une SA, les statuts ou une AGE extraordinaire peuvent prévoir un remboursement partiel ou
total anticipé du montant nominal des actions.

En pratique, cette opération est utilisée essentiellement pour les sociétés concessionnaires de service
public, pour lesquelles les actifs reviennent à la collectivité à la fin de la concession et qui bénéficient
d’un régime fiscal spécial. Pour les autres sociétés, l’opération n’est pas fiscalement intéressante, les
sommes versées étant considérées comme des distributions de réserves.

B. Principes et comptabilisation

Les sommes à rembourser aux actionnaires sont prélevées sur les réserves.

Le montant du capital n’est donc pas modifié, mais juste classé en :


– 10131 « Capital non amorti » (actions de capital),
– et en 10132 « Capital amorti » pour la partie remboursée (actions de jouissance), qui ne donnera
plus lieu ni au versement du 1er dividende lors de l’affectation des résultats, ni au remboursement
de la valeur nominale.

Exemple : SA Concessionex
La SA Concessionex au capital de 50 000 actions de VN 100 € décide d’amortir ses actions au moyen
d’un remboursement de 30 € de la VN de chaque action par prélèvement sur la réserve statutaire.

Solution : SA Concessionex
Comptabilisation du prélèvement sur les réserves :

1063 Réserves statutaires 1 500 000


4567 Associé – Capital à rembourser 1 500 000
(nombre d’actions  montant remboursé par
action)
50 000  30
P1201-F3/4 SÉRIE 03 45
P6112-F3/4

4567 Associé – Capital à rembourser 1 500 000


512 Banque 1 500 000

Reclassement du capital :

101 Capital 5 000 000


(montant au bilan : nombre total d’actions  VN)
50 000  100
10131 Capital non amorti 3 500 000
(par différence)
10132 Capital amorti 1 500 000
(nombre d’actions  montant remboursé par
action)
50 000  30

TITRE II. L’AFFECTATION DU RÉSULTAT DES SOCIÉTÉS

CHAPITRE 1. PARTICIPATION AUX RÉSULTATS DE L’EXPLOITATION

I. Principes généraux
L’article 1832 du Code civil précise que le fait de constituer une société a pour objectif de « partager
le bénéfice ou de profiter de l’économie qui pourra en résulter » et de « contribuer aux pertes ».

Il est clair que le résultat a vocation à faire l’objet d’un partage mais peut continuer à être exposé aux
risques sociaux (maintien du bénéfice dans les réserves). Quant aux pertes, elles sont imputées sur les
bénéfices antérieurs accumulés ou seront imputées sur les bénéfices futurs.

II. Décision d’affectation


Après la détermination du résultat à la clôture de l’exercice, les dirigeants sociaux doivent réunir les
associés en une assemblée générale ordinaire dans les six mois de la clôture dudit exercice qui statuera
sur les comptes et sur l’affectation du résultat.

A. Substance du résultat

Il convient de distinguer les sociétés de capitaux et les sociétés de personnes.

Une société de capitaux est soumise à l’impôt sur les sociétés. Le résultat à affecter est un résultat net
d’impôt.

Une société de personnes est soumise à l’impôt sur le revenu. De ce fait, le poids de l’impôt est
supporté par les associés. Le résultat à affecter ne prend pas en considération le montant de l’impôt.
46 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

B. Règles d’affectation

1. Résultat en instance d’affectation

Le résultat de l’exercice précédent est maintenu au compte 12 jusqu’à la décision de son affectation.
Toutefois, faculté est proposée de le virer au compte 88 « Résultat en instance d’affectation » à la
réouverture des comptes.

EXEMPLE
Le résultat déterminé à la clôture de l’exercice N est de 50 000 €. À la réouverture des comptes au
cours de l’exercice N+1, il est possible de passer l’écriture suivante :

Hypothèse de bénéfice :

120 Résultat de l’exercice 50 000


88 Résultat en instance d’affectation 50 000

Hypothèse de perte :

88 Résultat en instance d’affectation 50 000


129 Résultat de l’exercice 50 000

2. Résultat bénéficiaire

Le bénéfice peut être mis soit en réserve, soit distribué, soit en report à nouveau.

a. Réserve

Quand le bénéfice est mis en réserve, il évite à la société une ponction de trésorerie.

b. Distribution

L’article L. 232-11 stipule que le « bénéfice distribuable est constitué par le bénéfice de l’exercice,
diminué des pertes antérieures, ainsi que des sommes à porter en réserve en application de la loi ou
des statuts et augmenté du report bénéficiaire ».

L’assemblée générale peut décider la mise en distribution de sommes prélevées sur les réserves dont
elle a la disposition.

Le résultat distribué prend le nom de dividende. Le délai de distribution prévu par la loi est au plus
égal à 9 mois après la clôture de l’exercice.

c. Report à nouveau

L’assemblée générale peut décider de différer tout ou partie de la distribution du bénéfice et inscrire
temporairement le montant ainsi différé au crédit du compte 110 « Report à nouveau (solde
créditeur) » par le débit du compte 120 « Résultat de l’exercice (bénéfice) ».
P1201-F3/4 SÉRIE 03 47
P6112-F3/4

EXEMPLE
Au 31 décembre N, le résultat est de 50 000 €. Les associés décident le 28 juin N+1 de procéder à la
répartition suivante :
– mise en réserves 10 000 €
– distribution aux associés 35 000 €
– report à nouveau 5 000 €
28.06.N+1
120 Résultat de l’exercice (bénéfice) 50 000
106 Réserves 10 000
110 Report à nouveau (solde créditeur) 5 000
457 Associés – Dividendes à payer 35 000

3. Résultat déficitaire

La perte de l’exercice peut faire l’objet d’un report à nouveau lequel diminuera le montant des
capitaux propres ou être imputée sur les réserves lesquelles seront amputées à due concurrence.

EXEMPLE
Au 31 décembre N, le résultat déficitaire est de 50 000 €. Les associés décident le 28 juin N+1 de
procéder à la répartition suivante : report à nouveau 50 000 €

119 Report à nouveau (solde débiteur) 50 000


120 Résultat de l’exercice (bénéfice) 50 000

EXEMPLE
Au 31 décembre N, le résultat déficitaire est de 50 000 €. Les associés décident le 28 juin N+1 de
procéder à la répartition suivante : prélèvement sur réserves 50 000 €

106 Réserves 50 000


120 Résultat de l’exercice (bénéfice) 50 000

REMARQUE
Le montant des pertes peut atteindre un niveau tel qu’il devienne indispensable de les apurer en
réduisant le capital. Cette solution est du ressort d’une assemblée générale extraordinaire ; elle sera
développée lors de l’étude sur la réduction du capital.

C. Acomptes sur dividendes

L’article L. 232-12 indique « lorsqu’un bilan établi au cours ou à la fin de l’exercice et certifié par un
commissaire aux comptes fait apparaître que la société, depuis la clôture de l’exercice précédent,
après constitution des amortissements et provisions nécessaires, déduction faite s’il y a lieu des pertes
antérieures ainsi que des sommes à porter en réserve en application de la loi ou des statuts et compte
tenu du report bénéficiaire, a réalisé un bénéfice, il peut être distribué des acomptes sur dividendes
avant l’approbation des comptes de l’exercice. Le montant de ces acomptes ne peut excéder le
montant du bénéfice défini au présent alinéa… ».

Au titre d’un exercice, il est possible de distribuer un acompte soit au cours de cet exercice, soit après
sa clôture.
48 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

EXEMPLE
La SARL INTEC dispose d’un capital composé de 1 000 parts sociales. Les statuts disposent d’une
clôture d’exercice le 31 décembre. Au cours de l’exercice N, les associés décident de distribuer un
acompte sur dividendes de 20 € attribué à chaque part.

Le PCG ne prévoit aucun compte pour caractériser la fraction du résultat ainsi répartie. Par analogie
avec un avis du CNC du 13 mars 1973, il est possible de préconiser le sous-compte du compte 1291,
qui pourrait s’intituler « Acomptes sur dividendes répartis – en instance d’affectation ».

1291 Acompte sur dividendes répartis 20 000


457 Associés Dividendes à payer 20 000

CHAPITRE 2. L’AFFECTATION DU RÉSULTAT DANS LA SOCIÉTÉ ANONYME

Les règles proviennent du législateur et des statuts.

I. Réserves
En principe, il faut entendre par « réserve » toute somme prélevée sur les bénéfices et affectée à une
destination déterminée ou, tout simplement, conservée à la disposition de la société.

A. Réserve légale (compte 1061)

L’article L. 232-10 précise que « à peine de nullité de toute délibération contraire, dans les sociétés
par actions, il est fait sur le bénéfice de l’exercice, diminué, le cas échéant, des pertes antérieures, un
prélèvement d’un vingtième au moins affecté à la formation d’un fonds de réserve dit « réserve
légale ». Ce prélèvement cesse d’être obligatoire lorsque la réserve atteint le dixième du capital
social. Elle constitue une garantie donnée aux tiers. Elle n’est pas distribuable ».

La dotation s’effectue annuellement, elle est obligatoire à concurrence de 5 % du bénéfice, jusqu’à ce


qu’elle atteigne 10 % du capital social. Si les bénéfices sont suffisants, l’assemblée générale ordinaire
peut doter au-delà des 5 % du bénéfice.

En cas d’augmentation de capital, entre la clôture de l’exercice N et la date de répartition des bénéfices
en N+1, il faut considérer le capital avant augmentation.

EXEMPLE 1
Le résultat de l’exercice N est de 50 000 €. Le capital est de 5 000 000 €. Par hypothèse, il n’existe
pas de pertes antérieures reportables. La dotation à la réserve légale est égale à 50 000  5 % =
2 500 €.

120 Résultat de l’exercice 50 000


1061 Réserve légale 2 500
autres comptes… …

EXEMPLE 2
Le résultat de l’exercice N est de 50 000 €. Le capital est de 5 000 000 €. Par hypothèse, au cours de
N–1, la société a accusé une perte de 10 000 €. La dotation à la réserve légale est égale à (50 000 –
10 000)  5 % = 2 000 €.
P1201-F3/4 SÉRIE 03 49
P6112-F3/4

120 Résultat de l’exercice 50 000


1061 Réserve légale 2 000
119 Report à nouveau (solde débiteur) 10 000
autres comptes… …

EXEMPLE 3
Le résultat de l’exercice N est de 50 000 €. Par hypothèse, il n’existe pas de pertes antérieures
reportables. Le capital de la société s’élève à 40 000 €. Les associés décident de doter la réserve légale
à son maximum. Le montant est égal à : 40 000  10 % = 4 000 €. Le bénéfice est suffisant pour doter
un tel montant.

EXEMPLE 4
Le bilan avant répartition du résultat de l’exercice N se présente comme suit :

Actif Passif
Capital social 15 000 000
Réserve légale 1 485 000
Résultat de l’exercice 500 000

L’application théorique de la dotation à la réserve légale donne : 500 000  5 % = 25 000. La réserve
légale atteindrait : 1 485 000 + 25 000 = 1 510 000 € soit un montant supérieur à 15 000 000  10 % =
15 000 000. En conséquence, il est possible de ne doter que 15 000 € pour satisfaire aux contraintes
légales.

REMARQUE
La réserve légale constitue, comme le capital dont elle est le prolongement, une garantie pour les tiers
qui traitent avec la société. À ce titre, elle ne peut pas être distribuée aux actionnaires, ni utilisée au
rachat ou au remboursement d’actions de la société. Son utilité apparaît en cas de pertes : elle sert à
combler les déficits constatés par les bilans annuels lorsque ces déficits ne peuvent pas être imputés
sur d’autres réserves. La réserve légale peut être incorporée au capital. Lorsque la réserve légale a été
régulièrement entamée (à la suite d’une compensation de pertes ou d’une incorporation au capital),
elle doit être reconstituée par prélèvement annuel d’un vingtième des bénéfices jusqu’à ce qu’elle
atteigne à nouveau le dixième du capital.

B. Réserves statutaires ou contractuelles (compte 1063)

Il s’agit de réserves dont la dotation est prescrite par les statuts et s’impose à l’assemblée générale
ordinaire annuelle appelée à répartir les bénéfices sociaux de l’exercice écoulé. Compte tenu de leur
caractère contraignant, les clauses statutaires sont extrêmement rares en pratique. Les réserves
statutaires ne peuvent être utilisées, ni pour une distribution aux actionnaires, ni pour un achat ou un
remboursement d’actions de la société. En revanche, sauf disposition contraire des statuts, elles
peuvent être affectées à l’apurement des pertes ou à une augmentation du capital social. Contrairement
à la réserve légale, l’obligation de doter les comptes de réserves statutaires et l’interdiction de
distribuer les sommes figurant à ces comptes n’ont pas un caractère définitif. En effet, comme toutes
autres dispositions statutaires, elles peuvent être supprimées sur décision des actionnaires prise dans
les conditions prévues pour les modifications des statuts, cette suppression n’étant toutefois opposable
aux tiers qu’après accomplissement des formalités de publicité (insertion dans un journal d’annonces
légales et dépôt au greffe). Les anciennes réserves statutaires devenues ainsi disponibles peuvent
recevoir toute autre affectation et, notamment, être distribuées aux associés ou actionnaires.
50 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

C. Réserves facultatives (compte 1068)

Les statuts prévoient fréquemment la possibilité pour l’assemblée générale ordinaire de prélever sur le
bénéfice toutes sommes qu’elle juge convenable de fixer en vue de leur affectation à un ou plusieurs
comptes de réserves (appelés, par exemple, « réserve extraordinaire » ou « réserve de prévoyance »).
Les statuts peuvent aussi prévoir que les affectations à des comptes de réserves (autres que la réserve
légale, bien entendu) ne peuvent intervenir qu’après attribution aux actionnaires du « premier
dividende ». Dans ce cas, l’assemblée générale ordinaire est tenue de respecter cette disposition et de
distribuer le premier dividende, si les bénéfices le permettent, après dotation de la réserve légale et, le
cas échéant, des réserves statutaires. Seule l’assemblée générale extraordinaire pourrait, par
modification implicite des statuts, écarter cette distribution et porter la totalité des bénéfices en
réserves, dans la mesure où sa décision ne serait pas entachée d’abus de droit. Les réserves facultatives
peuvent être affectées :
– à l’apurement des pertes,
– à une distribution aux actionnaires sur décision de l’assemblée générale ordinaire,
– à une augmentation du capital social,
– à un rachat d’actions.

D. Autres réserves

1. Réserves de caractère fiscal : réserve pour acquisition d’œuvres d’art

La loi du 23 juillet 1987 sur le mécénat d’entreprise offre la possibilité aux entreprises de déduire de
leur bénéfice imposable le coût d’acquisition d’œuvres originales d’artistes vivants à condition de les
exposer au public. Cette déduction s’opère de façon extra-comptable sur le tableau 2058 A et fait
l’objet d’un étalement dans le temps par fractions égales. Pour les œuvres acquises avant le 1er janvier
1994, l’étalement durait 20 ans. Les œuvres acquises depuis le 1er janvier 1994 jusqu’au 31 décembre
2001 ont fait l’objet d’un étalement sur 10 ans. Quant aux œuvres acquises depuis le 1er janvier 2002,
l’étalement s’est rétréci à 5 ans. Au titre d’un exercice, la déduction ne peut dépasser 5 ‰ du chiffre
d’affaires hors taxes diminué du total des dons et autres dépenses de mécénat admis pour le même
exercice en déduction de bénéfice imposable.

Deux obligations d’ordre comptable doivent être satisfaites :


– inscription de l’acquisition de ces œuvres d’art à l’actif immobilisé,
– constitution d’une réserve spéciale lors de la déduction pratiquée (compte 10648).

EXEMPLE
Une société achète une œuvre d’art pour 600 000 € en date du 1er septembre.
01.09.N
2188 Œuvres d’art 600 000
512 Banque 600 000

Par hypothèse, le seuil de 5 ‰ du chiffre d’affaires hors taxes n’est pas atteint. La déduction fiscale
est : 600 000 / 5 = 120 000 € (pas de prorata temporis).

Lors de la réunion de l’assemblée générale ordinaire, une résolution devra prévoir l’affectation à un
poste de réserve de 120 000 €. Hypothèses envisagées :
– bénéfice net comptable : 200 000 € ;
– report à nouveau créditeur : 5 000 € ;
– dotation à la réserve légale et distribution maximale de dividendes.
P1201-F3/4 SÉRIE 03 51
P6112-F3/4

30.06.N+1
120 Résultat de l’exercice (bénéfice) 200 000
110 Report à nouveau (solde créditeur) 5 000
1061 Réserve légale 10 000
10648 Réserve liée à acquisition œuvre d’art 120 000
457 Associés – Dividende à payer 75 000
Affectation du bénéfice de l’année N

Si le bénéfice est insuffisant pour doter la réserve pour acquisition d’œuvres d’art, un prélèvement
pourra être opéré sur des réserves facultatives.

Le bénéfice net comptable est de 100 000 €.


30.06.N+1
120 Résultat de l’exercice (bénéfice) 100 000
110 Report à nouveau (solde créditeur) 5 000
10688 Réserve facultative 20 000
1061 Réserve légale 5 000
10648 Réserve liée à acquisition œuvre d’art 120 000
Affectation du bénéfice de l’année N

REMARQUE : RÉSERVE SPÉCIALE DE PARTICIPATION


Les dispositions légales relatives à la participation des salariés aux résultats de l’entreprise prescrivent
l’affectation des sommes revenant au personnel de l’entreprise à un compte particulier, intitulé
« réserve spéciale de participation ». En réalité, il ne s’agit pas d’une réserve mais d’une dette de la
société à l’égard de ses salariés ; elle ne saurait donc être traitée comme les réserves statutaires ou
facultatives. La somme correspondante figure d’ailleurs au passif du bilan dans un compte de tiers et
non pas dans les capitaux propres.
@ Réserves spéciales de plus-values à long terme.

II. Distributions

A. Montant distribuable

L’article L. 232-11 définit le bénéfice distribuable « comme le bénéfice de l’exercice, diminué des
pertes antérieures ainsi que des sommes à porter en réserve en application de la loi, ou des statuts, et
augmenté du report bénéficiaire ».

Le bénéfice ainsi défini peut être augmenté de prélèvements possibles sur les réserves dont les
associés ont la libre disposition.

REMARQUES
En priorité, les dividendes doivent être prélevés sur le bénéfice distribuable de l’exercice.

S’il existe au bilan des frais d’établissement, autres que des frais de constitution, et des frais de
développement non encore amortis, la possibilité de distribution est conditionnée à l’existence au
passif de réserves libres d’un montant au moins égal à ces frais.

Au cas où il existe des frais de constitution non encore amortis, il est indispensable de procéder à
l’amortissement de ces frais, avant de pouvoir distribuer, quand bien même il existerait des réserves
libres.

La loi interdit toute distribution quand les capitaux propres sont ou deviendraient inférieurs au montant
du capital additionné des réserves obligatoires (réserve légale et statutaire).
52 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

EXEMPLE
Capital 750 000 €
Réserve légale 37 500 €
Réserve statutaire 30 000 €
Réserve facultative 90 000 €
Report à nouveau Débiteur –26 250 €
Perte de l’exercice –7 500 €
Capitaux propres 873 750 €

Si une distribution de dividendes de 73 750 € est décidée par prélèvement sur le poste de réserve
facultative, cette décision sera impossible à mettre en œuvre. En effet, les capitaux propres
deviendront inférieurs à 817 500 € (750 000 + 37 500 + 30 000). Le montant maximum des
dividendes distribuables s’élève à 873 750 – 817 500 = 56 250 €.

B. Distribution aux actionnaires

Il convient de distinguer les éléments suivants :


– les actions ordinaires ;
– les actions de préférence ;
– les actions à dividende prioritaire sans droit de vote ;
– les actions à dividende majoré.

1. Actions ordinaires totalement libérées

L’assemblée générale ordinaire détermine le montant des dividendes. Selon les termes de l’article
L. 232-16 « sauf disposition contraire des statuts, les réserves ne sont pas prises en compte pour le
calcul du premier dividende ».

Un dividende peut être formé de deux éléments :


– un premier dividende appelé « intérêt statutaire », parce qu’il est déterminé conformément aux
clauses statutaires et varie selon le montant du capital libéré,
– un complément de dividende appelé « superdividende » qui dépend de l’assemblée générale.

EXEMPLE
Le capital d’une société est constitué de 5 000 titres de 100 €, soit 500 000 € tous entièrement libérés
et non remboursés. Le bénéfice s’élève à 120 000 €. Cette société avait constaté l’exercice précédent
une perte mise en report à nouveau pour 10 000 €. Avant l’affectation du résultat de l’année, la
réserve légale est dotée à concurrence de 20 000 €. Les statuts prévoient un intérêt statutaire de 6 %.
L’assemblée générale décide de distribuer un dividende unitaire de 8 €. Le solde sera porté en réserve
facultative.

Bénéfice 120 000


Report à nouveau débiteur –10 000
110 000
Réserve légale : 5 %  110 000 –5 500
Bénéfice distribuable 104 500
Intérêt statutaire : 6 €  5 000 –30 000
74 500
Superdividende : (8 – 6)  5 000 –10 000
Réserve facultative 64 500
P1201-F3/4 SÉRIE 03 53
P6112-F3/4

L’enregistrement comptable est le suivant :

120 Résultat de l’exercice 120 000


1061 Réserve légale 5 500
10688 Réserve facultative 64 500
119 Report à nouveau (solde débiteur) 10 000
457 Associés – Dividendes à payer 40 000

2. Actions ordinaires partiellement libérées

L’intérêt statutaire se calcule sur le capital libéré, il rémunère donc le capital investi.

EXEMPLE
Nous reprenons l’exemple ci-dessus.
3
H1 : Le capital n’a fait l’objet d’une libération qu’aux dans le courant de l’année N–1. L’intérêt
4
statutaire s’obtient comme suit au titre de l’année N :
3
100   5 000  6 % = 22 500 €
4

H2 : Dans l’hypothèse où le 3e quart a été libéré au cours de l’année N le 31/3 :


1
100   5 000  6 % = 15 000 €
2
1 9
100    5 000  6 % = 5 625 €
4 12
le montant distribuable au titre de l’année devient selon l’hypothèse H2 : 20 625 €

3. Actions de préférence

Les actions de préférence ont été instituées par l’ordonnance du 24 juin 2004 complétée par un décret
du 10 février 2005. Elles peuvent être émises dans les sociétés anonymes. Une clause statutaire précise
les droits attachés à ces actions. Ces actions sont amenées à remplacer progressivement d’autres
actions, notamment les actions à dividende prioritaire sans droit de vote et les actions à dividende
majoré.

4. Actions à dividende prioritaire sans droit de vote. @

5. Actions à dividende majoré. @

C. Opération particulière

1. Paiement du dividende en actions

a. Principes

Seules les sociétés par actions dont le capital est intégralement libéré sont concernées.
L’assemblée générale ordinaire qui statue sur les comptes décide de l’affectation des résultats et, en
guise de distribution de dividendes, choisit le paiement en actions. Le nombre d’actions à remettre aux
actionnaires dépend de la valeur d’émission du titre.
54 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

EXEMPLE
Le dividende vaut 26 €. Un actionnaire possède 160 actions. La valeur d’émission d’une action =
320 €. L’actionnaire bénéficiaire du dividende soit, 160  26 = 4 160 € recevra 4 160 / 320 =
13 actions.

Lorsque le montant des dividendes dont bénéficie un actionnaire ne correspond pas à un nombre entier
d’actions, l’actionnaire reçoit :
– soit, un nombre entier d’actions immédiatement inférieur complété d’une soulte en espèces ;
– soit, un nombre entier d’actions immédiatement supérieur et il reverse à la société la différence en
numéraire.

EXEMPLE
Les hypothèses évoquées ci-dessus sont reprises avec une valeur d’émission fixée à 290 € ; le nombre
théorique d’actions à émettre est de 4 160 / 290 = 14,34. L’actionnaire reçoit :
– soit 14 actions pour un montant de 4 060 € et une soulte de 100 €,
– soit 15 actions pour un montant de 4 350 € et il verse à la société 190 €.

La valeur d’émission des titres s’apprécie différemment selon que les titres sont cotés ou non. En
principe, cette valeur ne peut être inférieure à la valeur nominale.

Si les titres sont cotés, cette valeur ne peut être inférieure à 90 % de la moyenne des cotations des
20 séances boursières précédant la date de distribution diminuée du montant du dividende.

EXEMPLE
Pour une moyenne = 300 € et un dividende de 18 €, on obtient comme valeur d’émission : 300  0,9
= 270 – 18 = 252 €.

Si les titres ne sont pas cotés, le prix d’émission est fixé :


actif net
– soit : ,
Nombre de titres
– soit, à dire d’expert.

Le commissaire aux comptes vérifie les règles de détermination du prix d’émission dans un rapport
spécial présenté à l’assemblée générale.

b. Comptabilisation

L’émission d’actions conduit à une augmentation de capital sous forme d’émission d’actions en
numéraire sans droit préférentiel de souscription.

EXEMPLE
Une société anonyme dispose d’un capital de 100 000 actions de valeur nominale de 100 €. Le
dividende unitaire est de 15 €. La valeur d’émission des titres est de 260 €. Les actionnaires disposant
de 40 000 titres ont accepté le paiement de dividendes en actions.
Les détenteurs de 25 000 titres ont reversé à la société 60 000 €.
Les détenteurs de 15 000 titres ont reçu des versements de 10 000 €.

Dividendes à recevoir Soultes


25 000  15 = 375 000 + 60 000
15 000  15 = 225 000 – 10 000
600 000 + 50 000

650 000
Nombre d’actions : 650 000 / 260 = 2 500
P1201-F3/4 SÉRIE 03 55
P6112-F3/4

Les bénéfices sont répartis au crédit du compte 457 pour un montant de 50 000  15 = 750 000 €

Réception des versements complémentaires


512 Banque 60 000
456 Associés – Opérations sur capital 60 000

Paiement dividendes en actions et versements


complémentaires
456 Associés – Opérations sur capital 60 000
457 Associés – Dividendes à payer (40 000  15) 600 000
101 Capital (2 500  100) 250 000
1041 Prime d’émission (2 500  160) 400 000
512 Banque 10 000

CHAPITRE 3. L’AFFECTATION DU RÉSULTAT DANS LA SOCIÉTÉ À RESPONSABILITÉ


LIMITÉE

I. Contraintes légales
Les règles définies pour la société anonyme en matière de constitution de la réserve légale et de
sommes distribuables s’appliquent à la société à responsabilité limitée.

II. Contraintes statutaires ou contractuelles


Les règles définies pour la société anonyme en matière de réserves statutaires ou contractuelles
s’appliquent à la société à responsabilité limitée.

III. Aspects fiscaux


La société à responsabilité limitée est soumise de plein droit à l’impôt sur les sociétés. Les dispositions
en matière de plus-values à long terme et en matière d’œuvres d’art d’artistes contemporains vivants
sont reconduites comme dans la société anonyme.

Dans les statuts de certaines SARL, l’assemblée générale des associés devra composer avec des
dispositions statutaires relatives à une participation aux bénéfices prévue pour les gérants. Un gérant
peut percevoir une rémunération inscrite dans un compte de charges et venant en déduction du
bénéfice comptable. Si le montant du bénéfice le permet, un complément de pourcentage de bénéfice
peut être alloué au gérant. Ce complément n’est pas comptabilisé mais est admis fiscalement en
déduction. Il convient de poser une équation ayant comme inconnue le montant de la participation au
bénéfice.

EXEMPLE
Une SARL dotée d’un capital de 200 000 € divisé en parts sociales de valeur nominale 100 € achève
son exercice en constatant un bénéfice comptable avant impôt et rémunération du gérant pour
140 000 €. Il existe des charges non déductibles pour 40 000 € et des produits non imposables pour
30 000 €. Le taux d’impôt sur les sociétés est de 33 1/3 %.
56 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

Au passif du bilan, apparaissent les 2 postes suivants :


– réserve légale pour 5 500 €,
– réserve libre pour 50 000 €.

Les statuts prévoient la dotation à la réserve légale. Le bénéfice distribuable, après rémunération des
parts par le versement d’un intérêt statutaire au taux de 6 %, servira à compléter la rémunération du
gérant à hauteur de 20 % arrondie à l’euro le plus proche. S’il subsiste un reliquat, ce dernier sera
affecté à la dotation d’une réserve libre et au versement d’un superdividende arrondi à l’euro inférieur.

L’assemblée générale décide de doter le poste de réserve libre à hauteur de 30 000 €.

Bénéfice comptable avant impôt et rémunération du gérant : 140 0000


Charges non déductibles 40 000
Produits non imposables –30 000
Rémunération complémentaire du gérant –R
Bénéfice fiscal : 150 000 – R
Impôt sur les sociétés : 1/3 (150 000 – R)
1 1
Bénéfice net comptable : 140 000 – 50 000 + R 90 000 + R
3 3

1
Dotation à la réserve légale : (90 000 + R)  5 % –4 500 + 0,016666 R
3

Bénéfice distribuable : 85 500 + 0,3166666 R


6
Intérêt statutaire : 2 000  100  = –12 000
100
Solde : 85 500 + 0,316666 R
Rémunération complémentaire : R = 20 % (85 500 + 0,31666 R), soit R = 15 694 €
Le bénéfice fiscal provisoire s’élève à : 150 000
La rémunération complémentaire est déductible –15 694
L’impôt sur les sociétés : (150 000 – 15 694)  1/3 = –44 769
Une fois l’impôt constaté en comptabilité, le bénéfice net comptable à répartir
devient : 140 000 – 44 769 = 95 231,00
Dotation à la réserve légale : 95 231  5 % –4 761,55
Intérêt statutaire : –12 000,00
Solde 78 469,45
Participation du gérant : 78 469,45  20 % = 15 694 (arrondi) –15 694,00
Solde 62 775,45
Dotation à la réserve libre –30 000,00
Superdividende : (62 775,45 – 30 000) / 2 000 = 16  2 000 = –32 000,00
Report à nouveau 775,45

Enregistrement impôt
695 Impôt sur les bénéfices 44 769,00
444 État – Impôt sur les bénéfices 44 769
P1201-F3/4 SÉRIE 03 57
P6112-F3/4

Répartition des bénéfices


120 Résultat de l’exercice (bénéfice) 95 231,00
1061 Réserve légale 4 761,55
10688 Réserve libre 30 000,00
110 Report à nouveau (solde créditeur) 775,45
455 Gérant compte courant 15 694,00
457 Associés – Dividendes à payer 44 000,00

CHAPITRE 4. L’AFFECTATION DU RÉSULTAT DANS LA SOCIÉTÉ EN NOM COLLECTIF

I. La société n’a pas opté à l’impôt sur les sociétés


C’est la règle de droit commun.

L’obligation de constituer une réserve légale n’existe pas. Le bénéfice distribuable est constitué par le
bénéfice de l’exercice diminué des pertes antérieures et diminué par les sommes à porter à un poste de
réserve prévue par les statuts. Ce bénéfice est augmenté du report bénéficiaire. Il peut être augmenté
des sommes prélevées sur des réserves dont les associés ont la libre disposition.

EXEMPLE
SNC au capital de 1 000 parts de 1 000 € réparties :
A, gérant associé 400 parts
B, associé 300 parts
C, associé 300 parts

Le gérant A perçoit chaque exercice :


– une rémunération mensuelle de 5 000 € comptabilisée parmi les charges de la SNC,
– des tantièmes conformément aux statuts.
La répartition des bénéfices prévue par les statuts se présente comme suit :
– intérêts aux parts sociales (après déduction de la rémunération fixe du gérant) : 6 %,
– sur le solde, 15 % sont alloués au gérant en guise de complément de rémunération,
– le reste, décidé en assemblée générale ordinaire, est porté en réserve facultative pour 80 000 € ou
distribué aux associés.

Le bénéfice de l’exercice N s’élève à 400 000 €. Les associés décident de porter en réserve facultative
80 000 €.

Bénéfice comptable : 400 000


Intérêts aux parts : 1 000  1 000  6 % = –60 000
340 000
Tantième gérant : 340 000  15 % = –51 000
Dotation à la réserve facultative : –80 000
Superdividende 209 000

Le dividende alloué à chaque part s’élève à : 269 000 / 1 000 = 269 €.

Chaque associé reçoit : A : 51 000 + (400  269) = 158 600


B : 300  269 = 80 700
C : 300  269 = 80 700
58 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

Date AGO
120 Résultat de l’exercice (bénéfice) 400 000
45511 Gérant A 158 600
45512 Associé B 80 700
45513 Associé C 80 700
10688 Réserve facultative 80 000
Affectation du bénéfice de l’année N

Détermination du bénéfice fiscal : 400 000


Rémunération mensuelle du gérant : 5 000  12 = 60 000
Total 460 000

Chaque associé devra déclarer à l’impôt sur le revenu :


A: 60 000 + 158 600 + (80 000  40 %) 250 600
B: 80 700 + (80 000  30 %) 104 700
C: 80 700 + (80 000  30 %) 104 700
460 000

CHAPITRE 5. L’AFFECTATION DU RÉSULTAT DANS LA SOCIÉTÉ EN COMMANDITE


SIMPLE

I. Contraintes légales
Il n’existe pas d’obligation légale de constituer une réserve légale.

Le bénéfice distribuable est constitué par le bénéfice de l’exercice diminué des pertes antérieures et
diminué par les sommes à porter à un poste de réserve prévue par les statuts. Ce bénéfice est augmenté
du report bénéficiaire. Il peut être augmenté des sommes prélevées sur des réserves dont les associés
ont la libre disposition.

Les règles relatives à la rémunération du gérant associé correspondent aux règles développées dans la
société en nom collectif

II. Contraintes statutaires ou contractuelles


Du fait de la dualité des associés, l’article L. 222-4 dispose que les statuts de la société doivent
indiquer : « …3° La part globale des associés commandités et la part de chaque associé
commanditaire dans la répartition des bénéfices… ».

III. Aspects fiscaux @

TITRE III. LES PROVISIONS RÉGLEMENTÉES


Selon le plan comptable (articles 130-2 et 434-1), les fonds propres comprennent les capitaux propres
et les autres fonds propres. Les éléments constitutifs des capitaux propres sont essentiellement les
apports et les bénéfices non distribués. L’étude de ces éléments a été développée dans les parties
précédentes. D’autres éléments relèvent des capitaux propres : les écarts de réévaluation, les écarts
P1201-F3/4 SÉRIE 03 59
P6112-F3/4

d’équivalence (ces éléments ne font plus partie du programme), les subventions d’investissement et les
provisions réglementées.

CHAPITRE 1. GÉNÉRALITÉS

Ces provisions traduisent l’application de dispositions légales (PCG, articles 322-2 et 441/14).
Leur création est analogue au mécanisme des provisions proprement dites (PCG, article 441/14). Le
bénéfice d’avantages fiscaux est subordonné à une telle comptabilisation. Parmi les provisions
réglementées figurent les provisions suivantes :
– pour investissement lié à la participation des salariés,
– pour hausse des prix,
– pour risques afférents aux crédits à moyen terme résultant d’opérations faites à l’étranger,
– pour prêts d’installation à d’anciens salariés,
– les amortissements dérogatoires (complément fiscal ne correspondant pas à une dépréciation),
– spéciale de réévaluation (réévaluation 1976).

CHAPITRE 2. PROVISION POUR INVESTISSEMENT LIÉE À LA PARTICIPATION DES


SALARIÉS

I. Principes généraux de la participation


A. Champ d’application

La participation des salariés aux résultats de l’entreprise s’applique à toutes les entreprises quelles que
soient la nature de leurs activités et leur forme juridique, qui, au cours de l’exercice considéré, ont
employé au moins cinquante salariés pendant au moins six mois consécutifs ou non. Les entreprises
nouvelles ne résultant pas d’une fusion d’entreprises préexistantes n’y sont soumises qu’à compter du
3e exercice clos après leur création. Depuis la loi du 4 mai 2004 relative à la formation professionnelle
tout au long de la vie et au dialogue social, les conditions d’application de la participation ont été
modifiées. Désormais :
– les entreprises ayant conclu un accord d’intéressement et venant à employer au moins 50 salariés,
ne sont soumises à la participation qu’à l’expiration de cet accord ;
– pour les entreprises dépourvues de délégué syndical mais dotées de délégués du personnel,
lorsqu’aucun accord de participation ou d’intéressement n’est en vigueur, le chef d’entreprise a
l’obligation d’examiner les conditions dans lesquelles pourrait être mis en place un dispositif
d’intéressement, de participation ou d’épargne salariale.

II. Calcul de la réserve de participation et enregistrement


Nous renvoyons le lecteur à la série 02 où le calcul de la participation ainsi que l’enregistrement sont
présentés en détail.

III. Provision pour investissement


A. Principes généraux

1. Constitution de la provision
L’ordonnance du 17 août 1967 proposait aux entreprises qui appliquaient la participation de constituer
une provision pour investissement. La dotation au titre de chaque exercice pouvait atteindre 100 % des
60 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

sommes inscrites au cours du même exercice à la réserve spéciale de participation. Avec le temps, le
taux de la provision a été réduit. Depuis les exercices clos le 1er octobre 1984, la possibilité de
constituer une provision a été supprimée, sauf exceptions.

Sont concernées par les exceptions :


– les entreprises ayant conclu des accords dérogatoires : la provision est égale à 50 % de la part
supplémentaire de la réserve spéciale de participation provenant de l’application d’accords
dérogatoires,
– les entreprises de moins de 50 salariés qui appliquent volontairement la participation peuvent par
ailleurs constituer une provision pour investissement égale à 50 % des sommes portées au cours de
l’exercice à la réserve spéciale de participation et qui correspondent à la participation de droit
commun pour les accords conclus jusqu’au 20 février 2003. Le taux de 50 % est réduit de moitié
pour les accords de participation conclus avant le 20 février 2001 qui ont fixé à trois ans au lieu de
cinq ans le délai d’indisponibilité.

Depuis l’adoption de la loi pour le développement de la participation et de l’actionnariat salarié, le


taux de la provision pour investissement est rétabli à 50 % en faveur des entreprises de moins de 50
salariés concluant un accord volontaire dans les trois ans suivant la publication de la loi. Le taux de la
provision est fixé à 50 % pendant toute la durée de validité de l’accord.

Pour les entreprises de moins de 50 salariés, le taux de la provision pour investissement a fluctué. Un
résumé est proposé ci-après :

Entreprises de moins de 50 salariés appliquant volontairement la participation


Date de conclusion de l’accord de participation Taux de la provision pour investissement(1)
Jusqu’au 20 février 2003 50 %(2)
Du 20 février 2003 au 31 décembre 2006 25 %
Du 1er janvier 2007 au 31 décembre 2009 50 %(2)
À compter du 1er janvier 2010 25 %
(1) Appliqué aux sommes portées au cours de l’exercice à la réserve spéciale de participation correspondant à la
participation de droit commun.
(2) Pendant la durée de validité de l’accord.

2. Schéma comptable
Clôture exercice
6872 Dotation aux provisions réglementées Débit
1424 Provision pour investissement Crédit

Selon le plan comptable, la provision fait l’objet d’une reprise au compte de résultat (crédit du compte
7872 « Reprises sur provisions réglementées ») :
a. si au terme du délai de deux ans, l’entreprise n’a pas acquis ou créée des immobilisations ;
b. si le délai d’indisponibilité n’a pas été respecté.

Les éléments acquis en emploi de la provision pour investissement sont portés à l’actif pour leur coût
de revient et amortis dans les conditions de droit commun.

EXEMPLE
Une entreprise a signé un accord dérogatoire en adoptant la formule suivante :
3 / 4 (B – 0,05 C) S/VA. Nous supposons que pour l’exercice N l’application de la formule dérogatoire
induit une participation de 250 000 € inscrite à la réserve spéciale en N+1. Si la formule légale avait
été adoptée, son calcul donnerait 150 000 €.
P1201-F3/4 SÉRIE 03 61
P6112-F3/4

Le montant inscrit en provision pour investissement à la clôture de l’exercice N+1 est :


(250 000 – 150 000)  50 % = 50 000 €.
Clôture exercice N+1
6872 Dotation aux provisions réglementées 50 000
1424 Provision pour investissement 50 000

Si à la clôture de l’exercice N+3, l’entreprise n’a investi que 35 000 € au lieu de 50 000 €, elle doit
reprendre 15 000 €.
Clôture exercice N+3
1424 Provision pour investissement 15 000
7872 Reprise sur provisions réglementées 15 000

Si l’entreprise débloque irrégulièrement la participation de 250 000 € avant le terme du délai


d’indisponibilité, elle est tenue de reprendre le montant de 50 000 €.

CHAPITRE 3. PROVISION POUR HAUSSE DES PRIX (COMPTE 1431)

Cette provision concerne le renouvellement des stocks. En période de hausse des prix, la valeur des
stocks subit les conséquences de l’inflation. De ce fait, le bénéfice taxable est gonflé. Afin de corriger
les effets pervers de l’inflation, les pouvoirs publics ont imaginé un mécanisme correcteur. Cette
provision est d’origine fiscale ; elle n’est pas soumise à la règle de permanence des méthodes
comptables. Elle peut être dotée et reprise au gré de l’entreprise (dans les limites fiscales). Les
changements constituent des modifications d’opportunité à indiquer dans l’annexe. Lorsque, pour une
matière ou un produit donné, il est constaté au cours d’une période ne pouvant excéder deux exercices
successifs, une hausse des prix supérieure à 10 %, l’entreprise est fondée à pratiquer une provision
correspondant à la fraction de cette hausse supérieure à 10 %.

Une provision pour hausse de prix peut être constituée dans les deux cas suivants :
a. Si Vn – 2 < Vn – 1 et Vn > 110 %  Vn – 2, alors la dotation de l’exercice n est au plus égale à :
Quantités en stock à fin n  (Vn – 110 %  Vn – 2) – dotation (N–1).
Vn = Valeur d’inventaire à la fin de l’exercice n.
b. Si Vn – 1 < Vn – 2 et Vn > 110 %  Vn – 1, alors la dotation de l’exercice n est au plus égale à :
Quantités en stock à fin n  (Vn – 110 %  Vn – 1).

Le montant de la dotation annuelle de la provision est plafonné à 15 millions d’euros, majoré, le cas
échéant, d’une fraction égale à 10 % de la provision avant plafonnement.

Pour les entreprises dont la durée moyenne de rotation des stocks, pondérée par matières et produits,
est supérieure à un an, le plafond majoré dans les conditions décrites ci-dessus est multiplié par cette
durée moyenne exprimée en mois divisée par douze.

La réintégration comptable et fiscale de la provision doit intervenir à l’expiration de la sixième année


suivant la clôture de l’exercice au cours duquel elle a été constituée sauf dans les secteurs
professionnels où la durée normale de rotation des stocks est supérieure à trois ans qui sont autorisés à
réintégrer leurs provisions pour hausse de prix après la sixième année, dans un délai double de celui de
la rotation normale des stocks.
62 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

EXEMPLE

Prix unitaire au Quantité au Dotation au Dotation au


Élément du stock
31.12.N–2 31.12.N–1 31.12.N 31.12.N 31.12.N–1 31.12.N
A 90 € 98 € 109 € 900 4 000 € 5 000 €(1)
B 50 € 52 € 60 € 1 900 10 000 € 0 €(2)
C 95 € 90 € 102 € 400 300 € 1 200 €(3)
D 80 € 70 € 77 € 1 100 0 €(4)
Dotation de l’exercice 6 200 €
(1) 90 € < 98 € alors : (109 € – 1,10  90 €) 900 – 4 000 = 5 000 €
(2) 50 € < 52 € alors : (60 € – 1,10  50 €) 1 900 – 10 000 = –500 € < 0
(3) 90 € < 95 € alors : (102 € – 1,10  90 €) 400 = 1 200 €
(4) 70 € < 80 € alors : (77 € – 1,10  70 €) 1 100 = 0 €

Clôture exercice N
6873 Dotation aux provisions réglementées 6 200
1431 Provision pour hausse des prix 6 200

Clôture exercice N+6


1431 Provision pour hausse des prix 6 200
7873 Reprise sur provisions réglementées 6 200

CHAPITRE 4. PROVISION POUR RISQUES AFFÉRENTS AUX CRÉDITS À MOYEN TERME


RÉSULTANT D’OPÉRATIONS FAITES À L’ÉTRANGER

I. Constitution de la provision
Les entreprises industrielles ou commerciales qui consentent des crédits dont la durée est comprise
entre deux et cinq ans, pour le règlement des ventes ou des travaux qu’elles effectuent à l’étranger,
peuvent constituer une provision destinée à faire face, globalement, au risque de non-recouvrement de
ces crédits à hauteur de 10 % des crédits figurant au bilan.

Deux situations peuvent se présenter :

A. Il n’existe aucune créance douteuse afférente à ces crédits

Dans ce cas la provision pour risques à moyen terme constituée jusqu’à hauteur de 10 % des crédits
figurant au bilan est une provision de nature purement fiscale à enregistrer en provision réglementée.

B. Il existe des créances douteuses afférentes à ces crédits

La société doit constater le risque économiquement justifié en dépréciation et peut, le cas échéant, si
cette dépréciation est inférieure à 10 % des crédits, comptabiliser le complément en provision
réglementée.

EXEMPLE
Le montant de la dotation possible à la provision réglementée pour crédit à moyen terme s’élève à
1 500 € dont 600 € correspondent à des risques de non-paiement.
P1201-F3/4 SÉRIE 03 63
P6112-F3/4

Clôture exercice
6874 Dotation aux autres provisions réglementées 900
144 Provisions réglementées 900

Clôture exercice
6817 Dotation aux provisions des actifs circulants 600
491 Dépréciation des comptes clients 600

II. Sort de la provision


Du fait que la détermination de cette provision varie en fonction des facultés fiscales offertes, il
convient de distinguer la variation :
– d’une part, de la fraction correspondant à une dépréciation des créances à débiter à 6817 ou à
créditer à 7817 selon qu’elle a augmenté ou diminué ;
– d’autre part, le complément (provision réglementée) à débiter à 6874 ou à créditer à 7874 selon
qu’il a augmenté ou diminué.

CHAPITRE 5. PROVISION POUR PRÊTS D’INSTALLATION À D’ANCIENS SALARIÉS

I. Constitution de la provision
Le Code général des impôts autorise les entreprises qui, soit consentent des prêts à taux privilégié à
des entreprises nouvelles fondées par des membres de leur personnel, soit souscrivent au capital initial
de ces entreprises, à constituer en franchise d’impôt une provision spéciale (également appelée
provision pour essaimage) sous certaines conditions et dans certaines limites.

Le schéma d’écriture est :


Clôture exercice
6874 Dotation aux autres provisions réglementées débit
144 Provisions réglementées relatives aux autres crédit
éléments de l’actif

II. Sort de la provision


Selon la règle générale, elle est rapportée par tiers aux résultats, par le crédit du compte 7874, des
exercices clos au cours des 5e, 6e et 7e années suivant celle de sa constitution.

Toutefois, la provision doit être réintégrée aux résultats imposables à hauteur de la fraction de son
montant qui excède :
– la moitié du principal du prêt restant dû, pour les aides sous forme de prêts ;
– 75 % du capital qui n’a pas été remboursé ou cédé (c’est-à-dire en pratique 75 % de la valeur des
titres conservés par l’entreprise) pour les aides consenties sous forme de souscription au capital ;
– le total formé par la moitié du prêt restant dû et 75 % du capital non remboursé ou cédé, pour les
aides mixtes.
64 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

CHAPITRE 6. LES AMORTISSEMENTS DÉROGATOIRES

I. Définition
Le plan comptable définit les amortissements dérogatoires comme les amortissements ou la fraction
d’amortissements ne correspondant pas à l’objet normal d’un amortissement pour dépréciation et
comptabilisés en application des textes fiscaux.

Le PCG a résolu la difficulté – du moins dans son principe – de la manière suivante : lorsque l’octroi
d’un avantage fiscal est subordonné à sa comptabilisation sous la forme d’un « amortissement » ne
correspondant pas à une dépréciation, l’« amortissement dérogatoire » qui en résulte (c’est-à-dire le
complément fiscal par rapport à la dépréciation) est porté au passif dans le compte dérogatoire 145
« Amortissements dérogatoires », poste inclus dans les capitaux propres (Code de commerce, article
D. 13-1°). Ni la loi du 30 avril 1983, ni le décret du 29 novembre 1983 ne font mention
d’amortissements dérogatoires.

Ainsi apparaissent clairement au bilan les amortissements comptables (pour dépréciation) en moins de
l’actif et le supplément d’amortissements pratiqués pour bénéficier d’avantages fiscaux
(amortissements dérogatoires) au passif.

Les amortissements dérogatoires peuvent résulter :


– de la durée d’amortissement,
– de la base amortissable,
– du mode d’amortissement.

CHAPITRE 7. PROVISION SPÉCIALE DE RÉÉVALUATION (COMPTE 146)

La réévaluation légale des immobilisations amortissables pendant la période 1976-1979 a conduit les
entreprises qui ont pratiqué cette opération à retenir une valeur d’utilité appréciée au 31 décembre
1976. La valeur nette comptable de ces biens au 31 décembre 1976 devait être égale à la plus petite
des deux valeurs suivantes :
– valeur d’utilité au 31 décembre 1976 ;
– valeur résultant de l’application à la valeur nette comptable au 31 décembre 1976 d’un coefficient
légal.

EXEMPLE
Un hangar a été acquis le 1er janvier 1962 pour 500 000 €. Il a fait l’objet d’un plan d’amortissement
pour dépréciation sur une durée de vie économique de 50 ans. Ce bien a fait l’objet d’une réévaluation
au 31 décembre 1979.

Au 31 décembre 1976, la valeur nette comptable s’établit comme suit :

Coût d’acquisition de l’ensemble 500 000


Amortissements pratiqués de 1962 à 1976 : 500 000  2 %  15 = – 150 000
Valeur nette comptable au 31 décembre 1976 : 350 000

La valeur plafond résultant de l’application du coefficient légal apparaît pour :


350 000  2,55 = 892 500 €
P1201-F3/4 SÉRIE 03 65
P6112-F3/4

H1 : La valeur d’utilité au 31 décembre 1976 est estimée à 900 000 €.


La valeur nette comptable réévaluée est plafonnée à 892 500 € et on constate une plus-value de
892 500 – 350 000 = 542 500 €.
H2 : La valeur d’utilité au 31 décembre 1976 est estimée à 805 000 €.
La valeur nette comptable réévaluée est inscrite pour 805 000 € et on constate une plus-value de
805 000 – 350 000 = 455 000 €.

Si l’on reprend les données de la première hypothèse, on obtient :


la valeur brute : 500 000  2,55 = 1 275 000 € soit une augmentation de valeur de 775 000 €
le montant des amortissements : 150 000  2,55 = 412 500 € soit une majoration de 262 500 €
Clôture exercice
213 Hangar 775 000
2813 Amortissements du hangar 262 500
146 Provision spéciale de réévaluation 512 500

Il convient d’admettre que cette écriture a été enregistrée le 31 décembre 1979. Ont été réévalués les
amortissements comptabilisés jusqu’au 31 décembre 1976. Or, le compte 2813 a enregistré les
amortissements au titre des exercices 1977, 1978 et 1979. Une correction s’impose pour porter les
amortissements à : 10 000  3  2,55 = 76 500 € soit une augmentation de 46 500 €.
Clôture exercice
146 Provision spéciale de réévaluation 46 500
2813 Amortissements du hangar 46 500

Cette écriture permet de rétablir la situation des comptes 146 et 2813 si la réévaluation avait eu lieu en
1976.

Si l’on reprend les données de la seconde hypothèse, on obtient une valeur nette comptable portée à
805 000 €. Les calculs et l’écriture correspondante sont identiques mais le coefficient effectif est de :
805 000 / 350 000 = 2,30

La provision spéciale de réévaluation est rapportée aux résultats au fur et à mesure des
amortissements.

CHAPITRE 8. LES ÉCARTS ET RÉSERVES DE RÉÉVALUATION

Indépendamment des apports réalisés par les associés, il existe d’autres éléments qui assurent
l’autofinancement des sociétés.

À l’actif du bilan de l’entreprise, certaines immobilisations inscrites à leur coût d’entrée dans le
patrimoine peuvent au bout de quelques années recéler des plus-values. Les terrains, les constructions,
les titres de participation sont concernés. La réévaluation consiste à réajuster le coût historique des
immobilisations à leur niveau actuel. Toutefois, cette opération est fiscalement onéreuse. Tel est le cas
de la réévaluation libre. La loi a prévu à certaines époques une réévaluation dans un esprit de neutralité
tant pour l’État que pour les entreprises. Il s’agit d’opérations de réévaluation légale.
66 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

I. Réévaluation libre

A. Principes

Parmi les immobilisations devant faire l’objet d’une réévaluation, sont exclues les immobilisations
incorporelles. La réévaluation porte sur l’ensemble formé par les immobilisations corporelles et
financières.

B. Enregistrement comptable

La plus-value constatée est enregistrée au débit du compte d’immobilisation concernée et au crédit du


compte 1052 « Écarts de réévaluation libre ». Elle ne peut pas être portée au crédit du compte de
résultat : elle doit être inscrite (Code de commerce, article D. 13 et PCG, article 350-1 et 441-10) dans
un poste spécifique des capitaux propres. Elle n’est donc pas un élément du résultat.

C. Sort des écarts de réévaluation libre

1. Sort comptable

Tant que l’immobilisation est à l’actif, l’écart peut être incorporé :


– au capital ou progressivement transféré dans un compte de réserves distribuables, au fur et à
mesure de la constatation du supplément d’amortissement relatif à la partie réévaluée de
l’immobilisation ;
– si l’immobilisation est cédée, l’écart peut être viré dans un compte de réserves à hauteur du produit
hors frais de cession qui excède la valeur nette comptable de l’immobilisation avant réévaluation.
Une mention de ce transfert doit être consignée dans l’annexe.

La partie réalisée de l’écart de réévaluation peut ainsi être transférée à un compte de réserves
distribuables à condition que l’exercice soit bénéficiaire.

II. Réévaluation légale


Ce type d’opération est rare. La dernière opération date de 1976. La précédente remonte à 1959.

La réévaluation 1976 s’est caractérisée par sa neutralité fiscale.

A. Réévaluation des immobilisations non amortissables

La valeur d’utilité appréciée au 31 décembre 1976 figure à l’actif du bilan. L’écart de réévaluation est
inscrit au compte 1053 « Réserve de réévaluation ».

EXEMPLE
Une entreprise a acquis en 1971 des titres de participation pour 300 000 €. Ces titres ont fait l’objet
d’une réévaluation au 31 décembre 1978. Leur valeur d’utilité au 31 décembre 1976 est estimée à
600 000 €.
31.12.1978
261 Titres de participation 300 000
1053 Réserve de réévaluation 300 000
P1201-F3/4 SÉRIE 03 67
P6112-F3/4

La réserve de réévaluation peut être :


– incorporée au capital,
– utilisée pour constituer la provision nécessaire en cas de dépréciation du bien réévalué.

Elle ne peut faire l’objet de distribution ni de compensation avec des pertes.

CHAPITRE 9. LES SUBVENTIONS D’INVESTISSEMENT

Le plan comptable définit cette catégorie comme une « Subvention dont bénéficie l’entreprise en vue
d’acquérir ou de créer des valeurs immobilisées (subvention d’équipement) ou de financer des
activités à long terme (autres subventions d’investissement) ».

Les subventions d’équipement ou d’investissement peuvent être, au choix de l’entreprise, soit prises
en compte immédiatement en produit au compte 77, soit étalées par le biais du compte 13.

Pour les biens amortissables, si l’entreprise choisit d’échelonner sur plusieurs exercices une
subvention finançant une immobilisation amortissable, la reprise de la subvention d’investissement
s’effectue sur la même durée et au même rythme que l’amortissement de la valeur de l’immobilisation
acquise ou créée au moyen de la subvention (Plan comptable, article 362-1).

Pour les biens non amortissables, si l’entreprise choisit d’échelonner une subvention finançant une
immobilisation non amortissable sur plusieurs exercices, cette subvention est rapportée au résultat par
fractions égales :
– en cas de clause d’inaliénabilité dans le contrat, en fonction du nombre d’années pendant lesquelles
les immobilisations non amortissables acquises ou créées au moyen de la subvention sont
inaliénables aux termes du contrat ;
– à défaut de clause d’inaliénabilité dans le contrat, pour une somme égale au dixième du montant de
la subvention.

TITRE IV. LES DETTES FINANCIÈRES ET LES AUTRES FONDS PROPRES

CHAPITRE 1. LES EMPRUNTS OBLIGATAIRES

Section 1. Caractéristiques générales des emprunts obligataires

I. Aspects juridiques

A. Les emprunts obligataires sans conditions particulières

1. Définition

Un emprunt obligataire est un emprunt émis par une société :


– divisé en fractions égales correspondant à des titres de créances négociables, appelées
obligations,
– qui sont souscrites par un grand nombre de prêteurs appelés obligataires,
– pour une durée variant en général entre 4 et 30 ans.
68 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

REMARQUE
Pour des raisons de simplicité pédagogique, les exemples d’emprunt seront basés sur une durée de
4 ans, bien que la très grande majorité des emprunts obligataires aient une durée de vie plus longue.

2. Sociétés concernées et organes de décision

a. Sociétés par actions

Pour pouvoir émettre des obligations, les sociétés par actions doivent avoir :
– un capital entièrement libéré, c’est-à-dire appelé et versé,
– 2 bilans approuvés par les actionnaires ou à défaut une vérification de la situation financière de la
société.

La décision d’émettre des obligations est prise :


– par le conseil d’administration ou le directoire,
– sauf si les statuts réservent ce pouvoir à l’assemblée générale ordinaire ou si celle-ci décide de
l’exercer.

L’émission nécessite des formalités de publicité, uniquement si la société fait publiquement appel à
l’épargne.

b. SARL

Certaines SARL de taille importante peuvent émettre des obligations nominatives sans faire appel à
l’épargne publique. La décision est prise par l’assemblée générale des associés à la majorité ordinaire.

B. Les emprunts obligataires et les bons pouvant donner accès au capital ou droit à
l’attribution de titres de créances

Les sociétés par action peuvent émettre des obligations ou bons de type particulier, qui sont des
valeurs mobilières pouvant donner accès au capital ou donner droit à l’attribution de titres de créances.

Par exemple, l’obligation à bons de souscription d’actions (OBSA) est une obligation assortie d’un ou
plusieurs BSA (bons de souscription d’actions analysés dans le Titre I, chapitre 2), qui peuvent être
cédés indépendamment.

La décision d’émission est alors prise, comme pour une augmentation de capital, par l’AGE, avec
délégation possible au conseil d’administration.

Des informations spécifiques doivent être données en annexe.

II. Rappel de notions de mathématiques financières de base


Les mathématiques financières de base concernant les taux d’intérêts, la capitalisation et
l’actualisation ainsi que les emprunts font partie du programme de l’UE6 du niveau L : finance
d’entreprise.

A. Intérêts composés, valeur acquise et valeur actuelle d’un capital

Dans le cas d’un capital placé à intérêts composés, les intérêts sont capitalisés à la fin de chaque
période (annuelle, semestrielle, trimestrielle...), c’est-à-dire qu’ils s’ajoutent au capital obtenu à la fin
de la période précédente, pour produire eux-mêmes des intérêts.
P1201-F3/4 SÉRIE 03 69
P6112-F3/4

Soit Co le capital initial, i le taux d’intérêt correspondant à la période :


Intérêts de la période 1 = Co  i
Capital acquis à la fin de la période 1 = C1 = Co + (Co  i) = Co  (1 + i)
Intérêts de la période 2 = C1  i
Capital acquis à la fin de la période 2 = C2 = C1 + (C1  i) = Co  (1 + i)2
et ainsi de suite...

Soit Co le capital initial, i le taux d’intérêt correspondant à la période, n le nombre de périodes :


Valeur acquise à la fin de la nième période = Cn = Co  (1 + i)n

À l’inverse, la valeur actuelle est la valeur qu’il faut placer au début de la 1re période pour obtenir un
capital Cn à la fin de la ne période :

Valeur actuelle au début de la 1re période = Co = Cn  (1 + i)–n

B. Valeur actuelle d’une suite d’annuités constantes

La valeur actuelle en début de période d’une suite d’annuités constantes « a » placées en fin de
période au taux d’intérêt t :

Vo = a 
(
1 1+ t ) n
t

C. Taux actuariel d’un emprunt obligataire

Le taux actuariel est le taux pour lequel il y a équivalence entre la valeur des obligations à une date
donnée et les versements qu’il reste à effectuer.

D. Annuité d’emprunt composée des intérêts et de l’amortissement du capital

À la fin de chaque période annuelle, l’émetteur de l’emprunt rembourse une annuité, correspondant au
service de l’emprunt, composée :
– des intérêts,
– et du remboursement par voie d’amortissement du capital.

Annuité = Intérêts + Amortissement du capital

II. Les caractéristiques des emprunts obligataires

A. Valeur nominale, prix d’émission, prix de remboursement et prime de


remboursement

La valeur nominale (VN) de l’obligation est la valeur sur laquelle sera calculé l’intérêt, elle est
appelée aussi « le pair ». Elle est librement fixée.

Le prix d’émission est celui versé à la société, lors d’émission, par le souscripteur d’une obligation :
– le prix d’émission peut être égal à la VN dans le cas des obligations émises « au pair »,
– mais il peut également être inférieur à la VN.
70 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

Le prix de remboursement est celui versé par la société, lors du remboursement d’une obligation :
– le prix d’émission peut être égal à la VN dans le cas des obligations émises « au pair »,
– il doit être égal au minimum à la VN, mais il peut être supérieur à la VN.

La prime de remboursement d’une obligation est égale à la différence entre le prix de


remboursement et le prix d’émission :

Prime de remboursement d’une obligation = Prix de remboursement – Prix émission

Prime de remboursement totale = PR


= (Prix de remboursement – Prix émission)  Nombre d’obligations

Exemple : SA Finex
La SA Finex, qui clôture au 31 décembre, encaisse les fonds d’un emprunt obligataire in fine
(amortissement à la fin de l’emprunt), le 10 septembre N :
– 30 000 obligations de VN 200 €,
– taux d’intérêt nominal annuel de 4 %,
– prix d’émission de 195 €,
– prix de remboursement de 202 €,
– date de jouissance, 1er septembre N,
– durée 4 ans,
– frais bancaires directement liés à l’emprunt s’élevant à 22 000 € (TVA non prise en compte par
simplification).

Solution : SA Finex
Prime de remboursement d’une obligation = (202 – 195) =7€
PR totale = (202 – 195)  30 000 = 210 000 €

B. Intérêts

Le coupon, qui est l’intérêt correspondant à une obligation, est calculé :


– à partir de la date de jouissance de l’emprunt,
– à partir de la VN de l’obligation,
– et du taux d’intérêt nominal qui peut être fixe ou variable.

Coupon = VN  Taux d’intérêt nominal de la période

Les intérêts dus pour la période sont alors calculés de la manière suivante :

Intérêts dus pour la période


= Nombre d’obligations vivantes en début de période  Coupon
= Nombre d’obligations vivantes en début de période  VN  Taux d’intérêt nominal de la période

Solution : SA Finex
Coupon dû pour la période du 01.09.N au 31.08.N+1
= 200  4 % = 8 €
Intérêts annuels dus pour la période du 01.09.N au 31.08.N+1
= 30 000  200  4 % = 240 000 €
P1201-F3/4 SÉRIE 03 71
P6112-F3/4

C. Modalités de remboursement

1. Emprunts obligataires à remboursement unique

a. Emprunt à remboursement in fine


Cette modalité est retenue dans la quasi-totalité des emprunts obligataires :
– les intérêts sont dus à la fin de chaque période, en général, l’année,
– le remboursement par voie d’amortissement a lieu en une seule fois à la fin de l’emprunt.

Amortissement du capital à la fin de l’emprunt = Nombre d’obligations  Prix de remboursement

Schéma de l’emprunt avec remboursement in fine :


année 1 année 2 avant dernière dernière
année année

Intérêts Intérêts Intérêts Intérêts

Emission à un Amortissement
prix d'émission du capital
au prix de
remboursement

PR

Solution : SA Finex
Tableau de l’emprunt obligataire in fine :
Nombre Nombre
Amortissement
d’obligations Intérêts en fin d’obligations
Période du capital en Annuité
vivantes en début de période à amortir en
fin de période
de période fin de période
01.09.N – 31.08.N+1 30 000 240 000(1) 0 240 000
01.09.N+1 – 31.08.N+2 30 000 240 000 0 240 000
01.09.N+2 – 31.08.N+3 30 000 240 000 0 240 000
01.09.N+3 – 31.08.N+4 30 000 240 000 30 000 6 060 000(2) 6 300 000
Total 960 000 30 000 6 060 000 7 020 000
(1) 30 000  200  4 %
(2) 30 000  202

b. Emprunt à coupon zéro


L’emprunt à coupon zéro :
– est émis à un prix d’émission très inférieur à la VN,
– ne comporte pas d’intérêt,
– est remboursé à l’échéance à la valeur nominale, donc avec une forte prime de remboursement.
Schéma de l’emprunt à coupon zéro :

année 1 année 2 dernière


année

Emission à un Amortissement
prix inférieur à du capital à
la VN la VN

PR
72 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

2. Emprunts obligataires à remboursement échelonné

a. Méthode des amortissements constants

La société rembourse un nombre égal d’obligations à chaque échéance.

Nombre total d’obligations


Nombre d’obligations à amortir à chaque échéance =
Nombre de périodes

Amortissement constant = Nombre d’obligations à amortir à chaque échéance  Prix de remboursement

Schéma de l’emprunt à amortissements constants :


année 1 année 2 dernière
année

Intérêts Intérêts Intérêts Intérêts


Amortissement Amortissement Amortissement Amortissement
constant constant constant constant

Emission à un
prix d'émission

PR

Exemple : SA Amortconstantix
La SA Amortconstantix, qui clôture au 31 décembre, encaisse, le 01.09.N, les fonds d’un emprunt
obligataire remboursé annuellement par la méthode des amortissements constants :
– de 10 000 obligations de VN 200 €,
– taux d’intérêt nominal annuel de 6 %,
– prix d’émission de 195 €,
– prix de remboursement de 202 €,
– date de jouissance, 1er septembre N,
– durée 4 ans,
– frais bancaires directement liés à l’emprunt s’élevant à 10 000 € (TVA non prise en compte par
simplification).

Solution : SA Amortconstantix
Nombre total d’obligations 10 000
Nombre d’obligations à amortir = = = 2 500
Nombre de périodes 4
Amortissement constant
= Nombre d’obligations à amortir à chaque échéance  Prix de remboursement
= 2 500  202 = 505 000
P1201-F3/4 SÉRIE 03 73
P6112-F3/4

Nombre Nombre Amortisse-


d’obligations Intérêts en fin d’obligations ment du
Période vivantes en Annuité
de période à amortir en capital en fin
début de période fin de période de période
01.09.N – 31.08.N+1 10 000 120 000(1) 2 500 505 000 625 000(2)
01.09.N+1 – 31.08.N+2 7 500(3) 90 000 2 500 505 000 595 000
01.09.N+2 – 31.08.N+3 5 000 60 000 2 500 505 000 565 000
01.09.N+3 – 31.08.N+4 2 500 30 000 2 500 505 000 535 000
Total 300 000 10 000 2 020 000 2 320 000
(1) Intérêts = Nombre d’obligations vivantes en début de période  VN  Taux d’intérêt nominal de la période :
120 000 = 10 000  200  6 %
(2) Annuité = Intérêts + Amortissement du capital :
625 000 = 120 000 + 505 000
(3) Nombre d’obligations vivantes en début de période :
= Nombre d’obligations vivantes en début de période précédente – Nombre d’obligations amorties à la fin de la période
précédente
7 500 = 10 000 – 2 500

b. Méthode des annuités constantes (rarement utilisée)

La société verse une annuité constante à chaque échéance annuelle, c’est-à-dire que le montant versé
correspondant à la somme des intérêts et de l’amortissement du capital est identique chaque année.

Annuité constante = Intérêts + Amortissement du capital

Un exemple de calcul est donné sur le site de l’Intec @.

Section 2. La comptabilisation des emprunts obligataires sans conditions


particulières

I. Comptabilisation de l’émission de l’emprunt


Les emprunts obligataires sont comptabilisés à la date de leur encaissement.

L’emprunt est comptabilisé :


– au crédit du compte 163 « Autres emprunts obligataires », au prix de remboursement,
– classé sous la rubrique « dettes » au passif du bilan.

Les fonds encaissés sont comptabilisés :


– au débit du compte 512 « Banque, en fonction du prix d’émission ».

La différence correspond à la prime de remboursement (PR), qui est enregistrée :


– au débit du compte 169 « Prime de remboursement »,
– classé en bas de l’actif du bilan, après les charges à répartir.

Exemple : SA Finex rappel


La SA Finex, qui clôture au 31 décembre, encaisse les fonds d’un emprunt obligataire in fine
(amortissement à la fin de l’emprunt), le 10 septembre N :
– 30 000 obligations de VN 200 €,
– taux d’intérêt nominal annuel de 4 %,
– prix d’émission de 195 €,
– prix de remboursement de 202 €,
– date de jouissance, 1er septembre N,
– durée 4 ans,
74 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

– frais bancaires directement liés à l’emprunt s’élevant à 22 000 € (TVA non prise en compte par
simplification).

Solution : SA Finex
Comptabilisation de l’emprunt, le 10.09.N :

512 Banque 5 850 000


(nombre d’obligations  prix d’émission)
30 000  195
169 Prime de remboursement 210 000
(nombre d’obligations  (prix émission – prix de
remboursement))
30 000  (202 – 195)
163 Autres emprunts obligataires 6 060 000
(nombre d’obligations  prix de remboursement)
30 000  202

REMARQUE
Il est également possible d’enregistrer l’emprunt obligataire, dès l’ouverture de la souscription, puis la
souscription des obligataires, et enfin le versement des souscripteurs lors de la libération des
obligations. @

II. Comptabilisation des intérêts

A. Comptabilisation des intérêts courus à la clôture

Les intérêts courus sont calculés depuis le dernier paiement des intérêts jusqu’à la date de clôture.

Ils figurent au bilan sous la rubrique « Autres emprunts obligataires ».

Solution : SA Finex
Comptabilisation au 31.12.N des intérêts courus du 01.09.N au 31.12.N :

661 Charges d’intérêts 80 000


240 000  4/12 (voir tableau p. 71)
1688 Intérêts courus 80 000

B. Contre-passation éventuelle à l’ouverture de l’exercice suivant

L’écriture sera ou non contre-passée à la réouverture des comptes.

Solution : SA Finex
Écriture en cas de contre-passation au 01.01.N+1 :

1688 Intérêts courus 80 000


661 Charges d’intérêts 80 000
P1201-F3/4 SÉRIE 03 75
P6112-F3/4

C. Paiement des intérêts à l’échéance

Solution : SA Finex
Comptabilisation au 01.09.N+1, si les intérêts courus n’ont pas été extournés à la clôture :

661 Charges d’intérêts 160 000


1688 Intérêts courus 80 000
467 Autres comptes créditeurs, obligataires, intérêts à 240 000
payer

467 Autres comptes créditeurs, obligataires, intérêts à payer 240 000


512 Banque 240 000

Comptabilisation au 01.09.N+1, si les intérêts courus ont été extournés à la clôture :

661 Charges d’intérêts 240 000


467 Autres comptes créditeurs, obligataires, intérêts à 240 000
payer

467 Autres comptes créditeurs, obligataires, intérêts à payer 240 000


512 Banque 240 000

III. Amortissement de la prime de remboursement (PR)


A. Principes
La prime de remboursement ne doit pas peser uniquement sur l’exercice d’émission de l’emprunt. Elle
doit donc être amortie en générant une charge financière supplémentaire.
La PR est directement créditée, en contrepartie du débit du compte 6861 « Dotations aux
amortissements des primes de remboursement des obligations » (charges financières).
Au bilan, la rubrique « Prime de remboursement » figure donc pour sa valeur nette.

6861 Dotations aux amortissements des PR des obligations X


169 Prime de remboursement des obligations X

Pour des raisons fiscales, on calcule différemment les dotations aux amortissements des PR dans les
cas où elles sont inférieures ou supérieures à 10 % de la valeur d’émission de l’emprunt.

B. Emprunt à PR inférieure à 10 % de la valeur d’émission

1. 1re méthode : amortissement linéaire sur la durée de l’emprunt, le prorata temporis étant
possible

Exemple : SA Finex

Solution : SA Finex
Comptabilisation de l’amortissement de la PR au 31.12.N et aux trois clôtures suivantes, en
choisissant de ne pas faire de prorata temporis :
76 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

6861 Dotations aux amortissements des PR des obligations 52 500


210 000/4
169 Prime de remboursement des obligations 52 500

2. 2e méthode : amortissement au prorata des intérêts courus

Cette méthode préconisée par le PCG est la mieux appropriée, car elle traite la prime comme s’il
s’agissait d’intérêts supplémentaires versés, dans le cadre d’un raisonnement financier.
Il convient :
(I) d’abord d’établir un tableau donnant pour chaque période de l’emprunt le montant de la prime à
amortir au prorata des intérêts courus sur cette période,
(II) puis de calculer la dotation aux amortissements de la PR en calculant les prorata temporis
correspondant à l’exercice comptable.

Exemple : SA Amortconstantix, données p. 72 et 73.


Rappel : clôture de l’exercice au 31 décembre.
PR = 10 000  (202 – 195) = 70 000 €,
Solution : SA Amortconstantix
(I) Tableau de calcul du montant de la prime à amortir pour chaque période de l’emprunt
Périodes Intérêts Prime
01.09.N – 31.08.N+1 120 000 28 000(1)
01.09.N+1 – 31.08.N+2 90 000 21 000(2)
01.09.N+2 – 31.08.N+3 60 000 14 000
01.09.N+3 – 31.08.N+4 30 000 7 000
Total 300 000 70 000
120 000
(1) 70 000 
300 000
90 000
(2) 70 000 
300 000

(II) Calcul de la dotation aux amortissements de la PR en calculant les prorata temporis correspondant
à l’exercice comptable

Comptabilisation au 31.12.N :

6861 Dotations aux amortissements des PR des obligations 9 333


28 000  4/12
169 Prime de remboursement des obligations 9 333

Comptabilisation au 31.12.N+1 :

6861 Dotations aux amortissements des PR des obligations 25 667


(28 000  8/12) + (21 000  4/12)
169 Prime de remboursement des obligations 25 667
P1201-F3/4 SÉRIE 03 77
P6112-F3/4

3. Règle de non-maintien à l’actif des primes remboursées

Si les montants de PR effectivement remboursés sont supérieurs à l’amortissement de la PR, une


dotation complémentaire aux amortissements de la PR doit être comptabilisée.

Dotation complémentaire aux amortissements de la PR =


Montant des PR correspondant aux obligations remboursées – Amortissement de la PR

C. Emprunt à PR supérieure à 10 % de la valeur d’émission

1. Règles
Les règles comptables sont les mêmes que ci-dessus, mais il est préférable d’aligner la règle comptable
sur la règle fiscale. Fiscalement, pour les emprunts émis après le 1er janvier 1993 et dont les primes de
remboursement excèdent 10 % des sommes perçues par l’émetteur, la règle fiscale impose :
– d’amortir la PR selon les intérêts courus calculés selon la méthode des intérêts composés,
– c’est-à-dire en appliquant le taux d’intérêt actuariel calculé à la date de l’émission à la valeur de
l’émission (voir rappel de mathématiques financières).

2. Calcul dans le cas de l’emprunt à coupon zéro

Il faut calculer le taux actuariel à partir de l’équation suivante :

Prix d’émission = Prix de remboursement  (1 + Taux actuariel)–n

Il faut ensuite calculer la dotation aux amortissements de la PR (DAP PR) pour chaque exercice :
DAP PR ex. N = (Valeur d’émission de l’emprunt)  Taux actuariel
DAP PR ex. N+1 = (Valeur d’émission + DAP PR ex. N)  Taux actuariel
et ainsi de suite…

Exemple : SA Zeroplus
La SA Zeroplus émet, le 1er janvier N, 3 000 obligations à coupon zéro :
– prix d’émission de 50 €,
– prix de remboursement et VN de 68,02 €,
– durée de 4 ans.

Solution : SA Zeroplus
Valeur d’émission au 1er janvier N = 3 000  50 = 150 000 €
Remboursement du capital au 1er janvier N+4 = 3 000  68,02 = 204 060 €
PR = (68,02 – 50)  3 000 = 54 060 €
La PR est supérieure à 10 % de la valeur d’émission.
Le taux actuariel brut est le taux qui satisfait l’équation suivante :
50 = 68,02  (1 + taux actuariel)-4
on trouve : taux actuariel = 8 %
DAP PR ex. N = 150 000  8 % = 12 000 €
DAP PR ex. N+1 = (150 000 + 12 000)  8 % = 162 000  8 % = 12 960 €
DAP PR ex. N+2 = (162 000 + 12 960)  8 % = 174 960  8 % = 13 997 €
et ainsi de suite
78 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

IV. Comptabilisation des frais d’émission

A. Comptabilisation en charges

Les frais d’émission de l’emprunt comprennent tous les frais facturés par des prestataires extérieurs
à l’entreprise conditionnant la réussite de l’opération.

Ils peuvent être comptabilisés en charges au débit du compte 6272 « Commissions et frais sur
émission d’emprunts ».

Exemple : SA Finex rappel


– frais bancaires directement liés à l’emprunt s’élevant à 22 000 € (TVA non prise en compte par
simplification).

Solution : SA Finex
Comptabilisation des frais liés à l’emprunt au 10.09.N :

6272 Commissions et frais sur émission d’emprunts 22 000


512 Banque 22 000

B. Comptabilisation possible à l’actif et amortissement à la clôture

1. Comptabilisation possible à l’actif en frais d’émission des emprunts

Les frais d’émission de l’emprunt qui ont été comptabilisés en charges peuvent être inscrits à l’actif :
– en débitant le compte 4816 « Frais d’émission des emprunts » (dernier compte existant en 481
Charges à répartir),
– en créditant le compte 791 « Transferts de charges d’exploitation »,
– et en donnant les informations nécessaires en annexe.

Solution : SA Finex
Comptabilisation à l’actif des frais d’émission au 31.12.N :

4816 Frais d’émission des emprunts 22 000


791 Transferts de charges d’exploitation 22 000

2. Amortissement des frais d’émission sur la durée de l’emprunt

a. 1re méthode : amortissement linéaire sans prorata temporis

Frais d’émission
Dotation aux amortissements des frais d’émission =
Durée de l’emprunt

Le compte 4816 est crédité directement. Au bilan, il figure donc en bas de l’actif pour sa valeur nette.
P1201-F3/4 SÉRIE 03 79
P6112-F3/4

Solution : SA Finex
Dotation aux amortissements des frais d’émission au 31.12.N et aux trois clôtures suivantes :

681 Dotations aux amortissements d’exploitation 5 500


22 000/4
4816 Frais d’émission des emprunts 5 500

b. 2e méthode : amortissement au prorata de la rémunération courue

La rémunération courue correspond aux intérêts et à la prime de l’exercice.

Il convient :
(I) d’abord d’établir un tableau donnant pour chaque période de l’emprunt le montant des frais
d’émission à amortir au prorata des intérêts et de la prime de remboursement courus sur cette période,
(II) puis de calculer la dotation aux amortissements des frais d’émission en calculant les prorata
temporis correspondant à l’exercice comptable.

Exemple : SA Amortconstantix, données p. 72, 73 et 76.


Rappel : frais d’émission de 10 000 € et clôture de l’exercice au 31 décembre.

Solution : SA Amortconstantix
(I) Tableau de calcul des frais d’émission de chaque période de l’emprunt :
Rémunération =
Période Intérêts Prime % Frais émission
Intérêts + Prime
01.09.N – 31.08.N+1 120 000 28 000 148 000 40 %(1) 4 000(2)
01.09.N+1 – 31.08.N+2 90 000 21 000 111 000 30 % 3 000
01.09.N+2 – 31.08.N+3 60 000 14 000 74 000 20 % 2 000
01.09.N+3 – 31.08.N+4 30 000 7 000 37 000 10 % 1 000
Total 300 000 70 000 370 000 100 % 10 000
148 000
(1)
370 000
(2) 10 000  40 %

(II) Calcul de la dotation aux amortissements des frais d’émission en calculant les prorata temporis
correspondant à l’exercice comptable.

Dotation aux amortissements des frais d’émission au 31.12.N :

681 Dotations aux amortissements d’exploitation 1 333


4 000  4/12
4816 Frais d’émission des emprunts 1 333

Dotation aux amortissements des frais d’émission au 31.12.N+1 :

681 Dotations aux amortissements d’exploitation 3 667


(4 000  8/12) + (3 000  4/12)
4816 Frais d’émission des emprunts 3 667
80 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

V. Remboursement des obligations


Le remboursement des obligations s’effectue au prix de remboursement.

Solution : SA Finex
Comptabilisation du remboursement des 30 000 obligations au prix de remboursement de 202 € au
01.09.N+4 :

163 Autres emprunts obligataires 6 060 000


467 Autres comptes créditeurs, obligations à 6 060 000
rembourser
(nombre d’obligations  prix de remboursement)
30 000  202

467 Autres comptes créditeurs, obligations à rembourser 6 060 000


512 Banque 6 060 000

VI. Rachat par la société de ses propres obligations

A. Principes

Le rachat par la société de ses propres obligations avant l’échéance n’est possible que si l’opération est
prévue dans le contrat d’émission.

La société a intérêt à racheter ses propres obligations dans 2 cas :


– cas A : le cours de bourse des obligations est inférieur au prix de remboursement,
– cas B : le cours de bourse des obligations est supérieur au prix de remboursement, car le taux
d’intérêt sur le marché financier est inférieur au taux d’intérêt de l’emprunt. Le rachat par la société
de ses propres obligations correspond alors à un remboursement par anticipation et va être suivi de
l’émission d’un nouvel emprunt à un taux plus faible.

Le rachat est immédiatement suivi d’une annulation des obligations rachetées, qui dégage soit un
boni, soit un mali. Une dotation complémentaire aux amortissements de la PR est dans certains cas
nécessaire.

B. Comptabilisation

1. Généralités

Les obligations rachetées sont comptabilisées au débit du compte 505 « Obligations et bons émis par
la société et rachetés par elle ».

Les obligations sont annulées à la même date que le rachat et dégagent :


– soit un bonis comptabilisé au crédit du compte 7783 « Bonis provenant du rachat par
l’entreprise d’actions et d’obligations émises par elle-même »,
– soit un malis comptabilisé au débit du compte 6783 « Malis provenant du rachat par
l’entreprise d’actions et d’obligations émises par elle-même ».
P1201-F3/4 SÉRIE 03 81
P6112-F3/4

2. Cas A : le cours de bourse des obligations est inférieur au prix de remboursement

Exemple : SA Rachaboni
La SA Rachaboni a émis le 01.01.N, 10 000 obligations de VN 200 , émises au pair et remboursables
au pair in fine :
– taux d’intérêt nominal annuel de 4 %,
– durée de 4 ans.
Le 1er juillet N+2, elle décide de racheter 7 000 obligations au prix de 180 €.
Les frais de rachat sont de 2 000 € (TVA non prise en compte par souci de simplification).

Solution : SA Rachaboni
Comptabilisation du rachat au 01.07.N+2 :

505 Obligations et bons émis par l’entreprise et rachetés par elle 1 258 000
(par différence, y compris les intérêts courus, car annulation
immédiate du 505)
6271 Frais sur titres 2 000
512 Banque 1 260 000
(nombre d’obligations rachetées  prix de rachat)
7 000  180

Comptabilisation de l’annulation des obligations rachetées et du boni en résultant au 01.07.N+2 :

163 Autres emprunts obligataires 1 400 000


(nombre d’obligations rachetées  prix de remboursement)
7 000  200
7783 Bonis provenant du rachat par l’entreprise 142 000
d’actions et d’obligations émises par elle-même
(calcul par différence)
505 Obligations et bons émis par la société et rachetés 1 258 000
par elle
(solde du compte débité lors du rachat)

3. Cas B : le cours de bourse des obligations est supérieur au prix de remboursement

Exemple : SA Rachamali
Mêmes données que la SA Rachaboni, mais le prix de rachat de l’obligation est de 210 €.

Solution : SA Rachamali
Comptabilisation du rachat au 01.07.N+2 :

505 Obligations et bons émis par l’entreprise et rachetés par elle 1 468 000
(par différence, y compris les intérêts courus car annulation
immédiate du 505)
6271 Frais sur titres 2 000
512 Banque 1 470 000
(nombre d’obligations rachetées  prix de rachat)
7 000  210
82 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

Comptabilisation de l’annulation des obligations rachetées et mali en résultant au 01.07.N+2 :

163 Autres emprunts obligataires 1 400 000


(nombre d’obligations rachetées  prix de remboursement)
7 000  200
6783 Malis provenant du rachat par l’entreprise d’actions et 68 000
d’obligations émises par elle-même
(calcul par différence)
505 Obligations et bons émis par la société et rachetés 1 468 000
par elle
(solde du compte débité lors du rachat)

Section 3. La comptabilisation des emprunts obligataires et bons pouvant donner


accès au capital ou droit à l’attribution de titres de créances

I. Obligations convertibles en actions (OCA)

A. Principes
Le titulaire de l’OCA a la possibilité de demander la conversion des obligations en actions selon
les conditions du contrat d’émission :
– la parité d’échange est fixée, c’est-à-dire, le rapport entre le nombre d’obligations converties et le
nombre d’actions obtenues en échange,
– la période de conversion est également déterminée.
Le titulaire de l’OCA accepte un taux d’intérêt inférieur à celui des obligations ordinaires, car en
contrepartie, il espère réaliser une plus-value en cas d’une hausse du cours de l’action rendant
l’opération de conversion intéressante.
La société émettrice bénéficie :
– d’un taux d’intérêt plus faible sur l’emprunt obligataire,
– en cas de conversion, d’une augmentation de capital et d’une diminution de ses dettes.

Le tableau ci-dessous récapitule les 2 solutions de comptabilisation possibles.


1re SOLUTION : 2 opérations distinctes 2e SOLUTION : opération unique
OCA comptabilisées au prix de remboursement OCA comptabilisées au prix d’émission (hypothèse :
comme un emprunt non convertible conversion probable des OCA)
Comptabilisation de l’OCA en 161 emprunts obligataires convertibles
Comptabilisation d’une PR éventuelle Pas de PR, mais une provision liée au
remboursement probable de la PR
Calcul des intérêts comme un emprunt non convertible
En cas de conversion : 1044 prime de conversion d’obligations en actions
En cas de conversion : En cas de conversion :
– PR non amortie des obligations converties venant – réajustement de la provision liée à la PR
en déduction de la prime de conversion
– calcul des dotations aux amortissements de la PR en
fonction des obligations restantes
Remboursement : Remboursement :
– comme un emprunt non convertible – comptabilisation de la PR due en charges
financières
– réajustement de la provision liée à la PR
P1201-F3/4 SÉRIE 03 83
P6112-F3/4

B. Comptabilisation

1. 1re solution : enregistrement de l’OCA au prix de remboursement

a. Émission de l’OCA
Le principe est le même que pour un emprunt non convertible :
– l’emprunt est comptabilisé au crédit du compte 161 « Emprunt obligataires convertibles », au
prix de remboursement,
– les fonds encaissés sont comptabilisés au débit du compte 512 « Banque » en prix d’émission,
– et la différence éventuelle est comptabilisée au débit du compte 169 « Prime de
remboursement ».

Exemple : SA Ocaplus
La SA Ocaplus émet au pair, le 1er janvier N, 2 000 OCA de VN 200  :
– rémunérées au taux d’intérêt annuel de 4 %,
– convertibles à partir du 1er janvier N+1 à raison d’une obligation pour 4 actions de VN 30 €,
– sinon remboursables le 1er janvier N+5 au prix de 205 €.
En juillet N+1, 1 500 obligations ont été converties.
Le 1er janvier N+5, les 500 obligations restantes sont remboursées.
La clôture est au 31 décembre et la fiscalité n’est pas prise en compte.
Le risque de non-conversion reste probable tout au long de la durée de l’emprunt.
La PR est amortie de façon linéaire, sans prorata temporis.

Solution : SA Ocaplus
Comptabilisation de l’émission des OCA au 01.01.N :

512 Banque 400 000


(nombre d’obligations  prix d’émission)
2 000  200
169 Prime de remboursement 10 000
(nombre d’obligations  (prix émission – prix de
remboursement))
2 000  (205 – 200)
161 Emprunts obligataires convertibles 410 000
(nombre d’obligations  prix de remboursement)
2 000  205

b. Amortissement de la PR à chaque clôture


La PR est amortie, comme dans le cas d’un emprunt obligataire ordinaire.
En cas de conversion des OCA, il faut recalculer le nombre d’obligations restant éventuellement à
rembourser et donc la PR correspondante.

Solution : SA Ocaplus
Amortissement linéaire de la PR au 31.12.N :

6861 Dotations aux amortissements des PR des obligations 2 000


(nombre d’obligations restant éventuellement à rembourser
 (prix de remboursement – prix d’émission) / durée
emprunt)
2 000  (205 – 200)  1/5
169 Prime de remboursement des obligations 2 000
84 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

En juillet N+1, 1 500 obligations sont converties, il ne reste donc plus que 500 obligations à
rembourser éventuellement.
Amortissement linéaire de la PR au 31.12.N+1, 31.12.N+2, 31.12.N+3 et 31.12.N+4 :

6861 Dotations aux amortissements des PR des obligations 500


(nombre d’obligations restant éventuellement à rembourser
 (prix de remboursement – prix d’émission) / durée
emprunt)
(500)  (205 – 200)  1/5
169 Prime de remboursement des obligations 500

c. En cas de conversion

La PR non amortie des obligations converties vient en déduction de la prime de conversion


d’obligations en actions.

Solution : SA Ocaplus
Nombre d’actions nouvelles = 1 500  4 = 6 000
Comptabilisation de la conversion des 1 500 obligations en juillet N+1 :

161 Emprunts obligataires convertibles 307 500


(nombre d’obligations converties  prix de remboursement)
1 500  205
101 Capital 180 000
(nombre d’actions nouvelles  VN de l’action)
6 000  30
169 Prime de remboursement 6 000
(nombre d’obligations converties  PR unitaire
restante)
1 500  (205 – 200)  4/5
1044 Prime de conversion d’obligations en actions 121 500
(par différence)

d. En cas de remboursement des obligations

Le remboursement se comptabilise comme celui d’un emprunt non convertible.

Solution : SA Ocaplus
Comptabilisation du remboursement des 500 obligations au 01.01.N+5 :

161 Emprunts obligataires convertibles 102 500


(nombre d’obligations remboursées  prix de
remboursement)
500  205
467 Autres comptes créditeurs, obligations à 102 500
rembourser
(compte non prévu par le PCG)

467 Autres comptes créditeurs, obligations à rembourser 102 500


512 Banque 102 500
P1201-F3/4 SÉRIE 03 85
P6112-F3/4

2. 2e solution : enregistrement de l’OCA au prix d’émission

a. Émission de l’OCA

Il est fait hypothèse d’une conversion probable des obligations :


– l’emprunt est comptabilisé au crédit du compte 161 « Emprunts obligataires convertibles », au
prix d’émission,
– les fonds encaissés sont comptabilisés au débit du compte 512 « Banque » en prix d’émission,
– il n’y a donc pas de PR.

Solution : SA Ocaplus
Comptabilisation à la date de l’émission, le 01.01.N :

512 Banque 400 000


161 Emprunts obligataires convertibles 400 000
(nombre d’obligations  prix d’émission)
2 000  200

b. Comptabilisation d’une provision à chaque clôture

Une provision comptabilisée au crédit du compte 158 « Autres provisions pour charges » permet
de prendre en compte la charge financière correspondant au remboursement probable des obligations
non converties.

Cette provision est reprise au fur et à mesure de la conversion ou du remboursement des OCA.

L’information correspondante doit être donnée en annexe.

Solution : SA Ocaplus
Comptabilisation de la provision à la clôture au 31.12.N :

6865 Dotation aux provisions financières 10 000


158 Autres provisions pour charges 10 000
2 000  (205 – 200)

Reprise de la provision correspondant aux 1 500 obligations converties, à la clôture du 31.12.N+1 :

158 Autres provisions pour charges 7 500


1 500  (205 – 200)
7865 Reprises sur provisions financières 7 500

Reprise de la provision pour charges de PR correspondant aux obligations remboursées, à la clôture du


31.12.N+5 :

158 Autres provisions pour charges 2 500


500  (205 – 200)
7865 Reprises sur provisions financières 2 500
86 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

c. En cas de conversion

L’augmentation de capital génère une prime enregistrée au crédit du compte 1044 « Prime de
conversion d’obligations en actions ».

Solution : SA Ocaplus

Nombre d’actions nouvelles = 1 500  4 = 6 000

Comptabilisation de la conversion des obligations en juillet N+1 :

161 Emprunts obligataires convertibles 300 000


(nombre d’obligations converties  prix d’émission)
1 500  200
101 Capital 180 000
(nombre d’actions nouvelles  VN de l’action)
6 000  30
1044 Prime de conversion d’obligations en actions 120 000
(par différence)

d. En cas de remboursement des obligations

La PR due est comptabilisée au débit du compte 668 « Autres charges financières ».

Solution : SA Ocaplus
Comptabilisation du remboursement des 500 obligations au 01.01.N+5 :

161 Emprunts obligataires convertibles 100 000


(nombre d’obligations remboursées  prix d’émission)
500  200
668 Autres charges financières 2 500
(nombre d’obligations remboursées  prime de
remboursement unitaire)
500  (205 – 200)
512 Banque 102 500
(nombre d’obligations remboursées  prix de
remboursement)
500  205

II. Obligations remboursables en actions (ORA)


Les ORA sont obligatoirement remboursées par l’attribution d’actions, en fonction des modalités
prévues lors de l’émission. Elles font partie des autres fonds propres et seront donc étudiées dans le
chapitre 2.
P1201-F3/4 SÉRIE 03 87
P6112-F3/4

III. Les bons de souscription d’obligations ou d’actions

A. Bons de souscription d’obligations (BSO)

1. Principes

Le BSO est une valeur mobilière qui donne la possibilité (et non l’obligation) à son titulaire de
participer à un futur emprunt obligataire à une date convenue et à un taux d’intérêt garanti. Le
titulaire espère qu’au moment de l’exercice des BSO, le taux du marché sera inférieur au taux garanti.

2. Comptabilisation chez l’émetteur

L’émission du BSO est comptabilisée comme un produit constaté d’avance sur le futur emprunt
obligataire. Ce produit permettra d’alléger la future charge financière de l’emprunt qui, sauf en cas
d’évolutions non prévisibles, a un taux d’intérêt garanti supérieur à celui du marché.

Exemple : SA Besso
La SA Besso émet 3 000 BSO au prix de 40 €, le 1er juillet N, chaque BSO donnant le droit de
souscrire entre le 1er mai et le 1er juillet N+1, une obligation :
– de VN 900 €, avec un taux d’intérêt nominal annuel de 6 %,
– émise au pair, le versement étant effectué le 1er juillet N+1,
– remboursable au pair, in fine, le 1er juillet N+5.
La SA Besso clôture au 31 décembre. Le 1er juillet N+1, seuls 2 000 BSO ont été exercés.

Solution : SA Besso
Comptabilisation de l’émission des BSO le 01.07.N :

512 Banque 120 000


487 Produits constatés d’avance 120 000
(nombre de BSO  prix émission du BSO)
3 000  40

L’emprunt obligataire correspondant est comptabilisé sans tenir compte des BSO exercés.

Solution : SA Besso
Comptabilisation de l’émission de l’emprunt obligataire, le 01.07.N+1 :

512 Banque 1 800 000


163 Autres emprunts obligataires 1 800 000
2 000  900

À chaque clôture, les produits constatés d’avance correspondant aux BSO exercés sont
rapportés en autres produits financiers (compte 768) linéairement sur toute la durée de
l’emprunt obligataire.
88 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

Solution : SA Besso
Comptabilisation des produits financiers au 31.12.N+1 :

487 Produits constatés d’avance 10 000


(nombre de BSO exercés  prix émission du BSO  prorata
durée de l’emprunt)
2 000  40  1/4  6/12
768 Autres produits financiers 10 000

En cas de péremption des BSO, les produits constatés d’avance correspondant aux BSO périmés
sont rapportés en produits financiers : compte 768 « Autres produits financiers ».

Solution : SA Besso

Nombre de BSO périmés le 01.07.N+1 = 3 000 – 2 000 = 1 000

Comptabilisation des BSO périmés le 01.07.N+1 :

487 Produits constatés d’avance 40 000


(Nombre de BSO périmés  prix émission du BSO)
1 000  40
768 Autres produits financiers 40 000

3. Comptabilisation chez le souscripteur

Le traitement est similaire à celui des bons de souscription d’actions (BSA), traité dans les cas
particuliers d’augmentation de capital (titre I, chapitre 2,) :
– l’acquisition des BSO est une acquisition de VMP à comptabiliser au débit du compte 5082 « Bons
de souscription »,
– lors de l’exercice des bons, le coût d’acquisition des obligations inclut le coût du BSO,
– la péremption des BSO est comptabilisée au débit du compte 668 « Autres charges financières ».

B. Obligations à bons de souscription d’obligations (OBSO)

1. Principes

L’OBSO est une obligation assortie d’un ou plusieurs BSO, qui peuvent être cédés
indépendamment.

L’émetteur émet un 1er emprunt obligataire à un taux intérêt inférieur au marché, car :
– le titulaire de l’OBSO, au moyen des BSO, pourra participer à un 2e emprunt obligataire à une date
convenue dans le futur, à un taux garanti,
– et que le titulaire de l’OBSO espère qu’au moment de l’exercice des BSO, le taux du marché sera
inférieur au taux garanti.

2. Comptabilisation chez l’émetteur

a. Titres cotés

Pour les titres cotés, la valeur retenue en pratique pour le BSO est la cotation du BSO le lendemain de
l’émission de l’OBSO. La valeur d’émission de l’obligation est obtenue par différence :
P1201-F3/4 SÉRIE 03 89
P6112-F3/4

Valeur d’émission de l’obligation = Prix d’émission de l’OBSO – Cours du BSO coté

Lors de l’émission de l’OBSO, les BSO sont comptabilisés comme des produits constatés
d’avance (compte 487) sur le 2e emprunt obligataire, ce qui va permettre une meilleure répartition
des charges entre les 2 emprunts :
– en augmentant les charges du 1er emprunt, grâce à une PR plus élevée et donc à des dotations aux
amortissements de la PR supérieures,
– et ultérieurement en diminuant les charges globales du 2e emprunt au moyen des produits constatés
d’avance qui sont rapportés.

Exemple : SA Obessocote
La SA Obessocote, qui clôture au 31 décembre, émet le 1er juillet N, 2 000 OBSO au prix d’émission
de 200 € comprenant une obligation et un BSO.
Les caractéristiques de l’obligation sont les suivantes :
– VN 200 €, taux d’intérêt nominal annuel de 6 %,
– obligation remboursable au prix de 202 €, in fine, le 1er juillet N+10,
– taux actuariel des obligations ordinaires présentant le même risque et émises à la même époque
égal à 8 %.
Chaque BSO donne le droit de souscrire une obligation entre le 1er mai et le 1er juillet N+1 :
– obligation émise au pair, le versement étant effectué le 1er juillet N+1,
– VN 900 €, taux d’intérêt nominal annuel de 7 %,
– obligation remboursable au pair, in fine, le 1er juillet N+5.
La cotation du BSO, le lendemain de l’émission de l’OBSO, est de 25 €.

Solution : SA Obessocote

Valeur d’émission de l’obligation = Prix d’émission de l’OBSO – Cours du BSO = 200 – 25 = 175 €

Comptabilisation de l’émission au 01.07.N :

512 Banque 400 000


(nombre d’OBSO  prix d’émission de l’OBSO)
2 000  200
169 Prime de remboursement 54 000
(nombre d’obligations  (prix de remboursement –
d’émission))
2 000  (202 – 175)
163 Autres emprunts obligataires 404 000
(nombre d’obligations  prix de remboursement)
2 000  202
487 Produits constatés d’avance 50 000
(nombre de BSO  valeur du BSO)
2 000  25

Le 2e emprunt obligataire correspondant est comptabilisé sans tenir compte des BSO exercés.

À chaque clôture, les produits constatés d’avance correspondant aux BSO exercés sont rapportés en
produits financiers linéairement sur toute la durée du 2e emprunt (voir l’exemple de la SA Besso).

En cas de péremption des BSO, les produits constatés d’avance correspondant aux BSO périmés sont
rapportés en produits financiers (voir l’exemple de la SA Besso).
90 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

b. Titres non cotés

Pour les titres non cotés, la valeur théorique d’émission de l’obligation est la valeur actuelle des
intérêts et du capital, en utilisant comme taux actuariel, celui des obligations ordinaires présentant le
même risque et émises à la même époque.

Dans le cas d’un emprunt in fine, en appelant le taux d’actualisation « txactua », il faut calculer la
valeur actuelle (voir rappel de mathématiques financières au début du chapitre) :
– des intérêts, représentant une suite d’annuités constantes,
– et du remboursement du capital.

Valeur théorique d’émission d’une obligation = Valeur actuelle =

(Intérêts annuels 
(
1  1 + txactua ) n ) + (Prix de remboursement  (1 + txactua) –n
)
txactua

La valeur théorique du BSO est obtenue par différence :

Valeur théorique du BSO = Prix émission de l’OBSO – Valeur actuelle de l’obligation

Exemple : SA Obesso
La SA Obesso émet les mêmes OBSO que la SA Obessocote, mais elle n’est pas cotée en Bourse.

Solution : SA Obesso

Intérêt annuel pour une obligation = coupon = 200  6 % = 12 €

Valeur théorique d’émission d’une obligation = Valeur actuelle =



 12  (
1 1+ 0,08 )
10 

( )
 +  202  1+ 0,08 10  = 174 €
 0,08   
 

Valeur théorique du BSO = 200 – 174 = 26 €

Le schéma de comptabilisation est identique à celui de l’OBSO du titre coté.

3. Comptabilisation chez le souscripteur

Les obligations du 1er emprunt et les BSO sont comptabilisés séparément, en se basant :
– sur le même calcul théorique actuariel que celui effectué pour l’émetteur de l’OBSO,
– ou en pratique sur les cotations, si la société est cotée.

Exemple : SA Achaobesso
La SA Achaobesso souscrit à 300 OBSO de la SA Obesso, le 1er juillet N.
P1201-F3/4 SÉRIE 03 91
P6112-F3/4

Solution : SA Achaobesso
Comptabilisation de la souscription des obligations du 1er emprunt, le 01.07.N :

506 Obligations 52 200


(nombre d’obligations  valeur de l’obligation)
300  174
5082 Bons de souscription 7 800
(nombre de BSO  valeur du BSO)
300  26
512 Banque 60 000
(nombre d’OBSO  prix d’émission de l’OBSO)
300  200

Lors de l’exercice des bons, le coût d’acquisition des obligations du 2e emprunt inclut le coût du BSO
(voir traitement du BSO).

La péremption des BSO est comptabilisée en 668 « Autres charges financières » (voir traitement du
BSO).

C. Obligations à bons de souscription d’obligations (OBSA)

1. Principes

L’OBSA est une obligation assortie d’un ou plusieurs BSA, qui peuvent être cédés
indépendamment.

L’émetteur émet un emprunt obligataire à un taux intérêt inférieur au marché, car il donne la
possibilité au titulaire de l’OBSA de profiter au moyen des BSA d’une hausse éventuelle du cours de
l’action.

2. Comptabilisation chez l’émetteur

La contrepartie des BSA n’est pas constatée, car juridiquement la société émettrice n’a pas de
dettes. En conséquence :
– l’émission de l’OBSA est comptabilisée comme l’émission d’un emprunt obligataire normal,
– l’augmentation de capital est donc comptabilisée comme une augmentation ordinaire sans prendre
en compte les BSA,
– en cas de péremption des BSA, aucune écriture n’est à enregistrer.

3. Comptabilisation chez le souscripteur

La souscription de l’OBSA est traitée de la même façon que celle de l’OBSO.

Les obligations et les BSA sont comptabilisés séparément, en se basant :


– sur la même méthode de calcul théorique actuariel que celle effectué pour l’émetteur de l’OBSO,
– ou en pratique sur les cotations pour les sociétés cotées (même méthode de calcul que l’OBSO).

La comptabilisation du BSA est traitée dans les cas particuliers d’augmentation de capital (titre I,
chapitre 2, II) :
– lors de la souscription, au débit du compte 5082 « Bons de souscription »,
– le coût des actions souscrites inclut le coût d’acquisition des BSA,
– la péremption des BSA est constatée en 668 « Autres charges financières ».
92 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

CHAPITRE 2. LES AUTRES FONDS PROPRES

Section 1. Généralités

I. Définition
Les « autres fonds propres » comprennent des éléments combinant à la fois :
– des caractéristiques de capitaux propres, car ils ne sont pas remboursables à une échéance
définie ou sont remboursables en capitaux propres,
– et des caractéristiques de dettes, car ils peuvent bénéficier d’un taux d’intérêt, même en l’absence
de bénéfice.

Par exemple, les obligations remboursables en actions bénéficient d’un taux d’intérêt, même en
l’absence de bénéfice, mais sont remboursables en actions, donc en capitaux propres.

Les « autres fonds propres » sont regroupés sous une rubrique facultative, qui se situe au passif du
bilan après les capitaux propres, mais avant les provisions pour risques et charges :
Passif
Capitaux propres
Autres fonds propres
Provisions pour risques et charges
Dettes

II. Comptabilisation

A. Comptabilisation de l’émission

Les « autres fonds propres » sont comptabilisés au compte 167 « Emprunts et dettes assorties de
conditions particulières ».

Dans le cas de l’émission de titres, l’emprunt est comptabilisé en prix d’émission, et non en prix de
remboursement, car il n’y a pas de dette certaine.

512 Banque X
167 Emprunts et dettes assortis de conditions X
particulières

B. Comptabilisation des intérêts éventuels

Les intérêts éventuels liés à la rémunération des « autres fonds propres » sont comptabilisés en
charges financières.

À chaque clôture, il convient alors de comptabiliser les intérêts courus, qui sont classés :
– au bilan en « emprunts et charges financières diverses », s’ils vont être versés,
– et en « autres fonds propres », s’ils sont bloqués.

66116 Intérêts des emprunts et dettes assimilées X


16887 Intérêts courus sur emprunts et dettes assortis de X
conditions particulières
P1201-F3/4 SÉRIE 03 93
P6112-F3/4

Section 2. Titres participatifs


L’émission des titres participatifs est réservée aux sociétés par actions du secteur public, aux
sociétés coopératives et à certaines mutuelles d’assurance. Ces titres ne donnent pas droit de vote,
ce qui permet d’augmenter les fonds propres sans modifier la structure du capital.

L’émission est comptabilisée au prix d’émission au débit du compte 1671 « Émissions de titres
participatifs ».

Les intérêts comprennent une partie fixe et une partie variable, qui est fonction des résultats ou de
l’activité de la société, d’où le nom de titres participatifs. Ils sont comptabilisés selon la règle générale
des autres fonds propres.

Le remboursement des titres au prix de remboursement a lieu :


– soit en cas de liquidation,
– soit si le contrat l’a prévu au bout de 7 ans minimum au gré de la société émettrice.

Section 3. Titres subordonnés à durée indéterminée (TSDI)


Les TSDI, appelés également obligations perpétuelles, sont des obligations qui sont remboursables
uniquement à la liquidation de la société émettrice.

L’émission est comptabilisée au prix d’émission au débit du compte 167.

Les intérêts sont comptabilisés selon la règle générale des « autres fonds propres ».

Le remboursement des titres au prix de remboursement a lieu en cas de liquidation.

Section 4. Avances conditionnées


Les avances conditionnées sont des avances de l’État remboursables uniquement en cas de succès,
qu’une entreprise peut recevoir pour financer :
– soit des projets de recherche,
– soit de projets d’études de développement et de fabrication de certains matériels.

Le versement de l’avance est comptabilisé au crédit du compte 1674 « Avances conditionnées de


l’État ».

En cas de succès du projet, l’entreprise doit rembourser l’État, avec en plus, dans certains cas une
prime à payer, à comptabiliser au compte 678 « Autres charges exceptionnelles ».

En cas d’échec du projet, l’avance est comptabilisée au compte 778 « Autres produits
exceptionnels » ou au compte 74 « Subvention d’exploitation ».

Exemple : SA Projex
L’État verse à la SA Projex une avance sans intérêts de 200 000 € au 01.01.N pour financer la
recherche de nouvelles technologies. Cette avance est remboursable au 31.12.N+3, uniquement en cas
de succès avec une prime de 40 000 €.
94 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

Solution : SA Projex
Comptabilisation lors de l’encaissement de l’avance le 01.01.N :

512 Banque 200 000


1674 Avances conditionnées de l’État 200 000

Comptabilisation en cas de succès au 31.12.N+3 :

1674 Avances conditionnées de l’État 200 000


678 Autres charges exceptionnelles 40 000
(montant de la prime)
512 Banque 240 000

Comptabilisation en cas d’échec au 31.12.N+3 :

1674 Avances conditionnées de l’État 200 000


778 Autres produits exceptionnels 200 000

Section 5. Obligations remboursables en actions (ORA)


Les ORA font partie des valeurs mobilières donnant accès au capital et sont des obligations qui sont
obligatoirement remboursées par l’attribution d’actions :
– en fonction de la parité d’échange prévue lors de l’émission,
– aux échéances prévues par le contrat.

Pour les investisseurs, les ORA permettent de parier sur le développement d’une jeune entreprise ou
sur le redressement futur d’une entreprise en difficulté tout en percevant un intérêt.

L’émission de l’ORA est comptabilisée en prix d’émission, puisqu’il n’y a pas de prime de
remboursement, tous les remboursements étant faits en actions.

Le remboursement de l’ORA se traduit par une augmentation de capital.

Exemple : SA Oraplus
La SA Oraplus émet 20 000 ORA, le 01.01.N, au prix d’émission de 40 €, remboursables à raison de
2 actions de valeur nominale (VN) 15 € pour une obligation, le 01.01.N+3.

Solution : SA Oraplus :
Comptabilisation de l’émission au 01.01.N :

512 Banque 800 000


167 Emprunts et dettes assortis de conditions 800 000
particulières
(nombre d’ORA  prix d’émission)
20 000  40
P1201-F3/4 SÉRIE 03 95
P6112-F3/4

Comptabilisation du remboursement au 01.01.N+3 :

167 Emprunts et dettes assortis de conditions particulières 800 000


(nombre d’ORA remboursées  prix émission)
20 000  40
101 Capital 600 000
(nombre d’actions nouvelles émises  VN)
20 000  2  15
1041 Prime d’émission 200 000
(par différence)

Section 6. Comptes bloqués d’associés devant être incorporés au capital


Les « comptes bloqués d’associés devant être incorporés au capital » correspondent à un régime fiscal
spécial :
– les sommes bloquées sont indisponibles et doivent être incorporées au capital dans un délai de
5 ans maximum pour des raisons fiscales,
– les sommes doivent être versées par des associés personnes physiques sur des comptes courants
ouverts à leur nom et comptabilisés au compte 167 « Emprunts et dettes assortis de conditions
particulières ».
– les sommes versées sont rémunérées par des intérêts répondant à un certain nombre de critères
fiscaux à comptabiliser au compte 6615 « Intérêts des comptes courants et des dépôts créditeurs ».

Exemple : SARL Bloquex


L’associé Vincent de la SARL Bloquex verse, le 01.10.N, 200 000 €, qui seront :
– bloqués et incorporés au capital dans les 5 ans,
– rémunérés au taux annuel de 4 %, les intérêts étant bloqués.
La SARL Bloquex clôture au 31 décembre.

Solution : SARL Bloquex :


Comptabilisation du versement, au 01.10.N :

512 Banque 200 000


167v Associé Vincent, emprunts et dettes assortis de 200 000
clauses particulières

Comptabilisation des intérêts courus au 31.12.N :

6615 Intérêts des comptes courants et des dépôts créditeurs 2 000


16887v Associé Vincent, intérêts courus sur emprunts et 2 000
dettes assortis de conditions particulières
200 000  4 %  3/12

Les intérêts étant bloqués, ils seront classés en autres fonds propres.
96 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

CHAPITRE 3. LES COMPTES COURANTS D’ASSOCIÉS

Section 1. Généralités
Les comptes courants d’associés sont des fonds mis à disposition par les associés à la société pour
l’aider à faire face à ses besoins de trésorerie, correspondant :
– soit à des sommes déposées volontairement par l’associé,
– soit à des sommes dues par la société à l’associé qui renonce temporairement à les percevoir,
comme par exemple des dividendes ou des intérêts.

Ce système présente des avantages :


– pour la société, car elle bénéficie de nouvelles ressources sans avoir de formalités à accomplir, et
peut sous certaines conditions déduire les intérêts,
– pour l’associé personne physique, car le compte courant peut être rémunéré par des intérêts
bénéficiant sous certaines conditions d’une fiscalité avantageuse.

Il ne faut pas confondre :


– les « comptes bloqués d’associés devant être incorporés au capital », qui sont comptabilisés au
compte 167 « Emprunts et dettes assortis de conditions particulières » et classés en « Autres
fonds propres »,
– avec les « comptes courants d’associés » non bloqués ou bloqués par convention, qui sont
comptabilisés en 455 « Associés – Comptes courants », classés en dettes sous la rubrique
« Emprunts et dettes financières divers », et étudié ci-après.

Section 2. Comptes courants d’associés non bloqués


Les comptes courants d’associés créditeurs sont des avances laissées temporairement à la
disposition de la société :
– dont l’associé peut demander à tout moment le remboursement,
– comptabilisées en 455 « Associés – Comptes courants » ou si l’associé est une société faisant
partie du même groupe en 451 « Groupe »,
– classées au bilan en dettes en « Emprunts et dettes financières divers »,
– rémunérées par des intérêts à comptabiliser au compte 6615 « Intérêts des comptes courants et
des dépôts créditeurs ».

REMARQUE
Pour certains associés seulement, par exemple les associés des SNC, les comptes courants (455)
peuvent être débiteurs, classés à l’actif du bilan en « Autres créances ». Les intérêts perçus par la
société sont alors des produits comptabilisés au compte 768 « Autres produits financiers ».

Exemple : SARL Courantex


L’associé Xavier et l’associé Yann ont versé chacun une avance de 10 000 €, le 01.10.N, rémunérée
au taux d’intérêt annuel de 6 %. La SARL Courantex clôture ses comptes au 31 décembre.

Solution : SARL Courantex :


Comptabilisation des versements le 01.10.N :

512 Banque 20 000


455x Associé Xavier, compte courant 10 000
455y Associé Yann, compte courant 10 000
P1201-F3/4 SÉRIE 03 97
P6112-F3/4

Comptabilisation des intérêts courus au 31.12.N :

6615 Intérêts des comptes courants et des dépôts créditeurs 300


455x Associé Xavier, compte courant 150
10 000  6 %  3/12
455y Associé Yann, compte courant 150
10 000  6 %  3/12

Section 3. Comptes courants d’associés bloqués par convention ou par les statuts
Les comptes courants d’associés bloqués par une convention ou par les statuts doivent être
obligatoirement laissés par les associés à la société pendant une durée déterminée. Ils sont alors :
– comptabilisés au compte 455 « Associés – comptes courants »,
– avec la possibilité, lorsque la durée de blocage est supérieure à 1 an, d’être comptabilisés au
compte 1681 « Autres emprunts ».
98 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

INTRODUCTION À L’AUDIT LÉGAL DES COMPTES ANNUELS

TITRE I. LES MISSIONS DU COMMISSAIRE AUX COMPTES

CHAPITRE 1. GÉNÉRALITÉS

La détention du capital ne coïncide pas avec la direction opérationnelle des sociétés importantes. Les
dirigeants doivent rendre des comptes aux associés. Les informations doivent être transparentes et
précises. Le législateur a pris des dispositions dès le XIXe siècle pour assurer un contrôle indépendant
qui vise à garantir les associés de la fiabilité des informations qui leur sont proposées.

Le commissaire aux comptes agit dans le cadre fixé par le législateur. Ce cadre est complété par des
normes et une déontologie professionnelles qui approfondissent le cadre légal et rendent possible sa
mise en œuvre. Ces aspects ont déjà été évoqués dans l’étude portant sur la profession comptable. Le
contenu de la mission d’audit légal fait l’objet d’une classification des interventions proposée par la
Compagnie nationale des commissaires aux comptes (CNCC). L’auditeur légal agit dans le cadre de sa
mission générale qui porte sur le contrôle légal des comptes annuels. Dans le prolongement de cette
mission générale, des évènements au sein de la société contrôlée peuvent déclencher l’intervention du
commissaire aux comptes.

CHAPITRE 2. LA MISSION LÉGALE

Section 1. Objectif
La mission légale se décompose en trois parties :
– une mission générale qui comporte, d’une part, une certification des comptes annuels,
– et, d’autre part, des vérifications spécifiques (examen du rapport de gestion, examen des
conventions réglementées…),
– d’autres missions définies par la loi ou le règlement : augmentation de capital, révélation de faits
délictueux, alerte…

I. Certification des comptes (audit)


Le commissaire aux comptes certifie que les comptes annuels sont réguliers et sincères et donnent une
image fidèle du résultat des opérations de l’exercice écoulé ainsi que de la situation financière et du
patrimoine de la personne ou de l’entité à la fin de cet exercice.

Cette mission permet à l’auditeur de formuler une opinion qui exprime si ces comptes sont établis
conformément au référentiel auxquels ils obéissent.
P1201-F3/4 SÉRIE 03 99
P6112-F3/4

II. Vérifications et informations spécifiques


Dans le cadre de la mission générale du commissaire aux comptes, le législateur a émis le vœu que
certaines vérifications soient accomplies sur certains points particuliers :
– le contrôle des documents remis aux associés : rapport de gestion, rapport du conseil de
surveillance sur le contrôle interne…,
– le contrôle des documents relatifs à la prévention des difficultés des entreprises,
– le contrôle des conventions réglementées,
– des contrôles divers : égalité entre les actionnaires, prise de participation et de contrôle…

III. Autres interventions


Elles correspondent aux opérations suivantes :
– interventions déclenchées à la suite de décisions prises par la société : augmentation ou réduction
de capital, transformation, distribution d’acomptes sur dividendes…
– interventions déclenchées à la suite de faits constatés dans l’entité : déclenchement de la procédure
d’alerte, révélation de faits délictueux…
– interventions concernant certaines entités : attestation des comptes publiés au BALO, informations
des autorités de contrôle de certaines entités…

Section 2. Moyens mis en œuvre


Le commissaire aux comptes dispose d’une obligation de moyens. Il doit intervenir personnellement et
sa mission présente un caractère permanent.

I. Obligation de moyens
L’auditeur n’a pas la possibilité de tout contrôler. Dès lors, il établit un plan de mission et met en
œuvre un programme de travail. Le plan de mission décrit l’approche générale des travaux.
Le programme de travail définit la nature et l’étendue des diligences nécessaires à sa mise en œuvre.
Ce programme décrit le nombre d’heures de travail et les honoraires qui lui correspondent. L’absence
de contrôle exhaustif conduit l’auditeur à procéder par tests ou sondages en fonction de la
connaissance générale de l’entité contrôlée qu’il possède.

II. Intervention personnelle


L’auditeur est responsable personnellement de sa mission. Il peut se faire assister de collaborateurs ou
d’experts pour exercer pleinement sa mission. Il doit conserver la maîtrise de l’exécution de sa mission
et en assumer les décisions significatives.

III. Caractère permanent


L’article 823-10 du Code de commerce dispose que « les commissaires aux comptes ont pour mission
permanente, à l’exclusion de toute immixtion dans la gestion, de vérifier les valeurs et les documents
comptables de la personne ou de l’entité dont ils sont chargés de certifier les comptes et de contrôler la
conformité de sa comptabilité aux règles en vigueur ». Cet article pose le pouvoir permanent de
contrôle dont dispose le commissaire aux comptes. Il décide du moment de son intervention, de la
nature et des moyens à mettre en œuvre pour respecter son obligation de moyens.

Le législateur a mis en place deux dispositifs pour permettre à l’auditeur d’accéder à l’information : le
pouvoir d’investigation et le droit à l’information.
100 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

IV. Pouvoir d’investigation


Vis-à-vis de l’entité contrôlée, l’article 823-13 du Code de commerce précise que « à toute époque de
l’année, les commissaires aux comptes, ensemble ou séparément, opèrent toutes vérifications et tous
contrôles qu’ils jugent opportuns et peuvent se faire communiquer sur place toutes les pièces qu’ils
estiment utiles à l’exercice de leur mission et notamment tous contrats, livres, documents comptables
et registres des procès-verbaux ».

Il convient de distinguer parmi les techniques d’obtention d’informations probantes dont dispose le
commissaire aux comptes pour exprimer une opinion sur les comptes :
– l’inspection qui peut porter sur le grand livre des comptes, les documents, les actifs physiques,
– l’observation physique qui consiste à examiner, par exemple, comment la procédure d’inventaire
physique est mise en œuvre,
– les demandes d’information, d’explications ou demandes de confirmation,
– les contrôles arithmétiques,
– les procédures analytiques qui consistent à examiner la cohérence des données actuelles comparées
avec les données antérieures ou données prévisionnelles.

V. Droit à l’information
Il est indispensable que le commissaire aux comptes soit éclairé des évènements importants de la
société. En conséquence, le droit à l’information repose sur :
– la communication obligatoire de documents,
– la convocation au conseil d’administration, au directoire, au conseil de surveillance et aux
assemblées.

Lorsque les associés vont se réunir pour statuer sur les comptes sociaux de l’exercice écoulé, le
commissaire aux comptes doit recevoir 45 jours avant la tenue de l’assemblée générale ordinaire les
documents suivants :
– les comptes annuels, l’inventaire, un état des cautionnements, un état des sûretés,
– le rapport de gestion.

Section 3. Rapport du commissaire aux comptes


À l’issue de ses travaux, l’auditeur doit exprimer une opinion dans un rapport. La Compagnie
nationale des commissaires aux comptes a défini une typologie des interventions confiées aux
auditeurs légaux. Il existe donc trois types d’intervention du commissaire aux comptes dont les
caractéristiques sont résumées ci-après :
Nature de
Audit Examen limite Autres interventions définies(1)
l’intervention
Nature de Assurance raisonnable Assurance modérée Assurance définie dans le rapport pour
l’assurance chaque intervention
Expression de Expression d’assurance Expression d’assurance Expression d’assurance sous une forme
l’assurance sous une forme positive sous une forme négative adaptée aux objectifs de l’intervention
Formulation Formulation de l’opinion : Formulation de la Formulation selon les interventions(2) :
– « Nous certifions… » conclusion : – « Nous n’avons pas d’observation à
– « à notre avis... présente – « Nous n’avons pas formuler sur » ou « appelle(nt) de notre
sincèrement dans tous ses relevé d’éléments de part les observations suivantes… »
aspects significatifs… »(3) nature à remettre en – « Nous portons à votre
cause… » connaissance… »
– Communication d’un constat
(1) Autres interventions du commissaire aux comptes définies par la loi ou par convention.
(2) Sauf si les textes légaux ou réglementaires prévoient une autre formulation.
(3) D’autres cas que ceux prévus par l’article L. 823-9 du Code de commerce.
P1201-F3/4 SÉRIE 03 101
P6112-F3/4

I. L’audit
La mission d’audit des comptes annuels donne lieu à la formulation d’une opinion qui peut se décliner
sous trois formes principales : la certification pure et simple, la certification avec réserve(s), le refus de
certification.

A. La certification pure et simple

La formulation se présente comme suit : « Nous certifions que les comptes annuels sont, au regard des
règles et principes comptables français, réguliers et sincères, et donnent une image fidèle du résultat
des opérations de l’exercice écoulé ainsi que de la situation financière et du patrimoine de la société à
la fin de cet exercice. »

Exemple de rapport complet avec certification sans réserve

Modèle de texte
« En exécution de la mission qui nous a été confiée par ... (mention de l’organe compétent),
nous vous présentons notre rapport relatif à l’exercice clos le …, sur :
– le contrôle des comptes annuels de la société X ..., tels qu’ils sont joints au présent rapport,
– les vérifications spécifiques et les informations prévues par la loi. »
« Les comptes annuels ont été arrêtés par ... Il nous appartient, sur la base de notre audit,
d’exprimer une opinion sur ces comptes.
I. OPINION SUR LES COMPTES ANNUELS
« Nous avons effectué notre audit selon les normes professionnelles applicables en France ;
ces normes requièrent la mise en œuvre de diligences...
Un audit consiste à examiner...
Nous estimons que nos contrôles fournissent une base raisonnable à l’opinion exprimée ci-
après. »
Nous certifions que les comptes annuels sont, au regard des règles et principes comptables
français, réguliers et sincères et donnent une image fidèle du résultat des opérations de
l’exercice écoulé ainsi que de la situation financière et du patrimoine de la société à la fin
de cet exercice.
II. JUSTIFICATION DES APPRÉCIATIONS (avis technique précité, annexes)
« En application des dispositions de l’article L. 823-9, 1er alinéa, du Code de commerce
relatives à la justification de nos appréciations, nous portons à votre connaissance les
éléments suivants : ... »
« Les appréciations ainsi portées s’inscrivent dans le cadre de notre démarche d’audit des
comptes annuels, pris dans leur ensemble, et ont donc contribué à la formation de notre
opinion sans réserve, exprimée dans la première partie de ce rapport. »
III. VÉRIFICATIONS ET INFORMATIONS SPÉCIFIQUES
« Nous avons également procédé, conformément aux normes professionnelles applicables
en France, aux vérifications... »
« Nous n’avons pas d’observation à formuler sur la sincérité... »
« La sincérité... appelle de notre part les observations suivantes : ... »
« En application de la loi, nous vous signalons que... »
« En application de la loi, nous nous sommes assurés que les diverses informations relatives
aux prises de participation... »
102 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

B. La certification avec réserve

Cette hypothèse répond aux deux préoccupations suivantes :


– il y a désaccord sur le choix ou l’application des règles et méthodes comptables,
– l’auditeur ne peut mettre en œuvre toutes ses diligences.

La réserve pour désaccord donne lieu à la description des désaccords et conduit à l’opinion : « Sous
cette réserve, nous certifions que les comptes annuels sont, au regard des règles et principes
comptables français, réguliers et sincères, et donnent une image fidèle du résultat des opérations de
l’exercice écoulé ainsi que de la situation financière et du patrimoine de la société à la fin de cet
exercice. »

La réserve pour limitations donne lieu à la description des limitations et conduit à la même
formulation que celle-ci dessus.

Exemple de rapport avec certification avec réserve (cas de désaccords)


I. OPINION SUR LES COMPTES ANNUELS
« Nous avons effectué notre audit selon les normes professionnelles applicables en France ;
ces normes requièrent la mise en œuvre de diligences...
Un audit consiste à examiner...
Nous estimons que nos contrôles fournissent une base raisonnable à l’opinion exprimée ci-
après. »
(Description motivée et chiffrée des désaccords sur les règles et méthodes comptables
faisant l’objet de la réserve)
« Sous cette réserve, nous certifions que les comptes annuels… »

Exemple de rapport avec certification avec réserve (cas de limitations)


I. OPINION SUR LES COMPTES ANNUELS
« Nous avons effectué notre audit selon les normes professionnelles applicables en France ;
ces normes requièrent la mise en œuvre de diligences...
Un audit consiste à examiner...
Nous estimons que nos contrôles fournissent une base raisonnable à l’opinion exprimée ci-
après. »
(Indication et description des limitations faisant l’objet de la réserve)
« Sous cette réserve, nous certifions que les comptes annuels… »

C. Le refus de certification

Cette hypothèse est possible si :


– le désaccord sur le choix ou l’application des règles et méthodes conduit l’auditeur à douter de la
sincérité et de la régularité des comptes annuels,
– les limitations des diligences conduisent l’auditeur à l’impossibilité de formuler une opinion sur les
comptes annuels,
– les incertitudes relevées risquent d’affecter les comptes annuels.

La formulation du refus de certification reprend les trois caractéristiques ci-dessus.

Le refus pour désaccord est précédé de la description motivée des désaccords et conduit à la
formulation : « En raison des faits exposés ci-dessus, nous sommes d’avis que les comptes annuels ne
sont pas, au regard des règles et principes comptables français, réguliers et sincères, et ne donnent pas
P1201-F3/4 SÉRIE 03 103
P6112-F3/4

une image fidèle du résultat des opérations de l’exercice écoulé ainsi que de la situation financière et
du patrimoine de la société à la fin de cet exercice. »

Le refus de certification pour limitation est précédé de l’indication et de la description des limitations
qui conduisent au refus : « En raison des faits exposés ci-dessus, nous ne sommes pas en mesure de
certifier que les comptes annuels sont, au regard des règles et principes comptables français, réguliers
et sincères, et donnent une image fidèle du résultat des opérations de l’exercice écoulé ainsi que de la
situation financière et du patrimoine de la société à la fin de cet exercice. »

Le refus de certification pour incertitudes est précédé de la description et l’estimation des incertitudes
qui conduisent au refus : « En raison des faits exposés ci-dessus, nous ne sommes pas en mesure de
certifier si les comptes annuels sont, au regard des règles et principes comptables français, réguliers et
sincères, et donnent une image fidèle du résultat des opérations de l’exercice écoulé ainsi que de la
situation financière et du patrimoine de la société à la fin de cet exercice. »

II. L’examen limité


La mission d’examen limité des comptes annuels conduit l’auditeur à exprimer une opinion sous une
forme négative.

En effet, le commissaire aux comptes n’applique pas toutes les procédures requises par un audit. Il
conclut son rapport en indiquant qu’il n’a pas relevé d’éléments le conduisant à considérer que les
comptes ne sont pas établis conformément au référentiel comptable qui leur est applicable.

Il peut émettre soit une opinion sans réserve, soit une opinion avec réserve pour désaccord ou
limitation, soit une conclusion défavorable.

A. Opinion sans réserve

« Sur la base de notre examen limité, nous n’avons pas relevé d’anomalies significatives de nature à
remettre en cause, au regard des règles et principes comptables français, la régularité et la sincérité des
comptes (annuels, consolidés ou intermédiaires) et l’image fidèle qu’ils donnent du résultat des
opérations de … (préciser la période écoulée) ainsi que de la situation financière et du patrimoine de
la société à la fin de cet … (préciser la période). »

B. Opinion avec réserve

S’il s’agit d’un désaccord, il faut décrire et chiffrer les désaccords sur les règles et méthodes
comptables faisant l’objet de la réserve et émettre l’opinion suivante : « Sur la base de notre examen
limité, et sous cette réserve, nous n’avons pas relevé d’anomalies significatives de nature à remettre en
cause, au regard des règles et principes comptables français, la régularité et la sincérité des comptes
(annuels, consolidés ou intermédiaires) et l’image fidèle qu’ils donnent du résultat des opérations
de … (préciser la période écoulée) ainsi que de la situation financière et du patrimoine de la société à
la fin de cet … (préciser la période). »

S’il s’agit d’une réserve liée à une ou des limitations, il faut indiquer et décrire les limitations faisant
l’objet de la réserve puis émettre l’opinion suivante : « Sur la base de notre examen limité, et sous
cette réserve, nous n’avons pas relevé d’anomalies significatives de nature à remettre en cause, au
regard des règles et principes comptables français, la régularité et la sincérité des comptes (annuels,
consolidés ou intermédiaires) et l’image fidèle qu’ils donnent du résultat des opérations de … (préciser
la période écoulée) ainsi que de la situation financière et du patrimoine de la société à la fin de cet …
(préciser la période). »
104 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

C. Opinion avec conclusion défavorable

Cette situation est possible soit en cas de désaccord sur les règles et les méthodes comptables de sorte
que l’auditeur estime que la régularité et la sincérité des comptes examinés sont entachées, soit en cas
de limitations affectant les diligences de l’auditeur telles que ce dernier est dans l’incapacité de
discerner si les comptes recèlent ou non des anomalies significatives, soit en cas d’incertitudes graves
et multiples qui conduisent l’auditeur à douter de la fiabilité des comptes examinés. Selon l’hypothèse
envisagée, la formulation sera exprimée comme suit :
– L’auditeur doit présenter la description et l’estimation des désaccords portant sur les règles et
méthodes comptables puis émet l’opinion : « Sur la base de notre examen limité et en raison des
faits exposés ci-dessus, nous sommes d’avis que les comptes (annuels, consolidés ou
intermédiaires) ne sont pas, au regard des règles et principes comptables français, réguliers et
sincères et ne donnent pas une image fidèle du résultat des opérations de … (préciser la période
écoulée) ainsi que de la situation financière et du patrimoine de la société à la fin de cet exercice. »
– L’auditeur doit présenter la description des limitations puis émet l’opinion : « Sur la base de notre
examen limité, nous ne sommes pas en mesure, en raison des faits exposés ci-dessus, de déterminer
s’il existe des anomalies significatives de nature à remettre en cause, au regard des règles et
principes comptables français, la régularité et la sincérité des comptes (annuels, consolidés ou
intermédiaires) et l’image fidèle qu’ils donnent du résultat des opérations de … (préciser la période
écoulée) ainsi que de la situation financière et du patrimoine de la société à la fin de (préciser la
période). »
– L’auditeur présente la description et l’estimation des incertitudes puis émet l’opinion : « Sur la base
de notre examen limité, nous ne sommes pas en mesure, en raison des faits exposés ci-dessus, de
déterminer s’il existe des anomalies significatives de nature à remettre en cause, au regard des
règles et principes comptables français, la régularité et la sincérité des comptes (annuels, consolidés
ou intermédiaires) et l’image fidèle qu’ils donnent du résultat des opérations de … (préciser la
période écoulée) ainsi que de la situation financière et du patrimoine de la société à la fin de cet …
(préciser la période). »

III. Autres interventions


L’auditeur légal peut intervenir conformément à la loi ou bien agir de manière conventionnelle avec
l’entité contrôlée sans que cette intervention ne corresponde à un audit ou examen limité. Le cadre
conceptuel de la CNCC distingue 6 cas d’assurances différentes qui couvrent l’ensemble des
interventions prévues par la loi ou par la convention. Ces six natures d’assurances expriment :
– Un constat de conformité lorsqu’il y a conformité avec le texte des statuts, avec la décision de
l’instance dirigeante… (ex. : réduction du capital social, contrôle de l’égalité des actionnaires).
– Un constat de concordance lorsqu’il y a concordance d’un chiffre avec le chiffre figurant dans un
autre document dont il est extrait (ex. : intervention dans le cadre d’une libération du capital par
compensation de créances).
– Un constat de cohérence, de vraisemblance, de pertinence lorsque l’appréciation de la sincérité et
du degré de fiabilité de l’information s’appuie sur une cohérence d’ensemble, sur une
vraisemblance en prenant en considération un contexte donné, sur une pertinence qui s’appuie sur
des travaux définis (ex. : dans le cadre de la prévention des difficultés de l’entreprise, un contrôle
des documents d’informations prévisionnels est prévu).
– Un exposé de faits ou de situations lorsqu’il y a analyse d’un fait ou d’une situation.
(ex. : l’auditeur intervient dans le cadre de l’émission d’une lettre de confort. Il s’agit d’une
« attestation du commissaire aux comptes dans laquelle il exprime une assurance de nature ou de
niveau approprié sur des informations préparées par les dirigeants de l’entité, portant sur la
situation financière ou les comptes et destinée, dans le cadre d’une opération financière, à un tiers
désigné, généralement le banquier finançant ou garantissant la bonne fin de l’opération »).
P1201-F3/4 SÉRIE 03 105
P6112-F3/4

– La formulation de l’appréciation portée lorsqu’il y a appréciation d’une valeur, d’une procédure par
rapport à des critères identifiés et au regard d’objectifs définis (ex. : intervention du commissaire
aux comptes lors d’une émission d’obligations donnant droit à des titres du capital).
– Une communication appropriée lorsqu’il s’agit de porter à la connaissance, des situations, des
informations… (ex. : révélation de faits délictueux au procureur de la république).

TITRE II. DÉMARCHE GÉNÉRALE DE L’AUDIT FINANCIER

CHAPITRE 1. CARACTÉRISTIQUES

Section 1. Définition
La CNCC propose la définition suivante : « Une mission d’audit des comptes a pour objectif de
permettre au commissaire aux comptes de formuler une opinion exprimant si ces comptes sont établis,
dans tous leurs aspects significatifs, conformément au référentiel comptable qui leur est applicable.
Cette opinion est formulée, selon les dispositions prévues par l’article L. 823-9 du Code de commerce,
en termes de régularité, sincérité et image fidèle. »

Il convient de mettre en lumière les caractéristiques de cette définition :


– L’auditeur financier est un professionnel indépendant de l’entité contrôlée.
– L’audit financier a pour objet la validation des comptes établis par l’entité.
– L’auditeur se forge une idée de la qualité des comptes par rapport à des normes.
– L’auditeur conclut son travail par un rapport dans lequel il émet une opinion motivée.
– L’auditeur délivre une assurance positive en certifiant les comptes. Cette assurance est d’un niveau
élevé.

Section 2. Conduite de la mission


Préalablement à la mise en œuvre de ses travaux d’investigation, l’auditeur doit posséder la
connaissance générale de l’entreprise afin d’évaluer les risques et de fixer les seuils de signification.
Cette étape étant réalisée, il détermine son programme de travail et sa lettre de mission.

Le Code de déontologie impose à l’auditeur une approche par les risques qui oblige le professionnel à
identifier les risques avant et pendant sa mission.

Le programme de travail doit porter sur l’appréciation du contrôle interne et l’obtention d’éléments
probants.

La lettre de mission est un document qui énonce les termes et conditions de la mission du commissaire
aux comptes. Il précise l’objectif et l’étendue de l’audit des comptes et doit énumérer les éléments
suivants :
– nature et étendue des interventions à mener dans le respect des normes d’exercice professionnel,
– nécessité de l’accès sans restriction à tous les documents comptables, pièces justificatives,
– mise à disposition de l’auditeur du rapport de gestion, des documents remis aux associés, des
conventions réglementées...,
– souhait de recevoir une confirmation par écrit de la direction sur des informations orales en liaison
avec la mission du commissaire aux comptes,
106 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

– souhait d’obtenir la plaquette avant diffusion,


– budget d’honoraires et conditions de facturation.

I. Prise de connaissance générale de l’entreprise


La connaissance de l’entité permet à l’auditeur d’apprécier le contrôle interne mis en place dans le but
d’identifier et d’évaluer le risque d’anomalies significatives dans les comptes et de concevoir et mettre
en œuvre les procédures d’audit qui lui permettront de formuler une opinion motivée sur les comptes.
Cette prise de connaissance de l’entité constitue un cadre de référence dans lequel il planifie sa
mission et exerce son jugement professionnel pour évaluer le risque d’anomalies significatives dans
les comptes.

Il convient de distinguer les informations relatives à l’entité et son environnement et celles portant sur
le contrôle interne.

A. L’entité et son environnement

Les points concernés sont :


– le secteur d’activité de l’entité, son environnement réglementaire, les conditions économiques
générales ;
– la nature de ses activités, la composition de son capital et de son gouvernement d’entreprise, sa
politique d’investissement, son organisation, son financement ;
– les objectifs de l’entreprise et les moyens mis en œuvre pour les atteindre ;
– la mesure et l’analyse des indicateurs de performance financière de l’entité.

B. Contrôle interne

L’auditeur doit prendre connaissance :


– du comportement des personnes constituant le gouvernement d’entreprise et la direction ;
– des moyens mis en place pour identifier les risques et répondre à ceux-ci ;
– du système d’information relatif à l’information financière.

C. Techniques utilisées

Pour collecter les informations afin de connaître l’entité et d’évaluer le risque d’anomalies
significatives dans les comptes, l’auditeur procède à :
– des demandes d’information auprès des personnes qualifiées de l’entité ;
– l’analyse des informations financières à partir de leurs corrélations avec d’autres informations ou
avec des données antérieures et prévisionnelles de l’entité ;
– des observations physiques et des inspections.

II. Approche par les risques


Dans les grandes entreprises réparties sur plusieurs sites et traitant des milliers d’informations, le
contrôle des comptes des balances et leur reprise dans les états de synthèse s’avère insuffisant. Une
méthodologie s’avère nécessaire pour que l’auditeur puisse :
– motiver son opinion, c’est-à-dire obtenir les informations probantes afin de porter un jugement
pertinent sur les états financiers,
– obtenir un maximum d’efficacité, c’est-à-dire optimiser le rapport entre le coût de son contrôle,
l’identification des risques et le niveau de confiance obtenu.
P1201-F3/4 SÉRIE 03 107
P6112-F3/4

Ce résultat peut être obtenu en réalisant une approche par les risques. Il s’agit de discerner les points
qui doivent faire l’objet d’un contrôle approfondi et ceux pour lesquels des vérifications allégées sont
suffisantes.

L’auditeur doit éviter d’émettre une opinion incorrecte sur les documents qu’il contrôle du fait
d’erreurs significatives qui entachent ces documents.

Ce problème renvoie au risque d’audit. Ce risque traduit la conjugaison du risque d’erreurs


significatives sur les états financiers et du risque de non-détection.

L’auditeur doit réduire le plus possible ces risques en ayant recours à des techniques d’audit.

La méthodologie de l’approche par les risques repose sur trois éléments constitutifs :
– identification des risques inhérents ;
– identification des risques liés au contrôle ;
– risque de non-détection.

A. Identification des risques inhérents

Le risque inhérent correspond à « la possibilité que, sans tenir compte du contrôle interne qui pourrait
exister dans l’unité, une anomalie significative se produise dans les comptes ».

B. Identification des risques liés au contrôle

Le risque lié au contrôle correspond au risque qu’une anomalie significative ne soit ni prévenue ni
détectée par le contrôle interne de l’entité.

Ces deux types de risques sont propres à l’entité.

C. Risque de non-détection

Ce risque est propre à la mission d’audit : il correspond au risque que le commissaire aux comptes ne
parvienne pas à détecter une anomalie significative. Plus les travaux de contrôle seront amples, plus le
risque de non-détection sera faible.

Ces risques peuvent être regroupés en trois catégories :


– une catégorie concerne les flux d’opérations et les évènements survenus au cours de la période ;
– une catégorie concerne les soldes des comptes en fin de période ;
– une catégorie concerne la présentation des comptes et les informations figurant dans l’annexe.

EXEMPLES

– Risque lié à l’existence des opérations dans les comptes : Tous les enregistrements ont-ils fait
l’objet d’un enregistrement ? Les enregistrements ne sont-ils pas comptabilisés deux fois ? Un
enregistrement appartenant à l’exercice N est-il enregistré dans cet exercice ? Toutes ces questions
ne posent pas de problème si le contrôle interne dans l’entité existe et est appliqué.
– Risque lié à l’imputation : l’enregistrement comptable existe mais l’imputation comptable est
erronée et génère des conséquences non négligeables sur le résultat. Une dépense est enregistrée en
charges alors que sa véritable nature est de figurer parmi les immobilisations corporelles. Un
contrôle interne adéquat ne laisserait pas échapper ce genre d’incident.
– Risque lié à l’évaluation : dans le cadre des travaux d’inventaire, il convient d’évaluer les
immobilisations, les éléments de stocks, les créances et les risques.
108 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

– Risque lié à la présentation des comptes annuels : parmi les principes comptables, existe le principe
de non-compensation de solde entre les comptes.
– Risque lié à la pertinence de l’information financière : l’annexe contient-elle toutes les
informations nécessaires à la bonne compréhension des documents financiers ?

III. Caractère significatif


Une information significative est une information dont l’omission ou l’inexactitude est susceptible
d’influencer les décisions économiques ou le jugement fondé sur les comptes. Le caractère significatif
d’une information s’apprécie par rapport à un seuil plutôt qu’à un critère qualitatif que cette
information doit posséder pour être utile.

Dans l’orientation et la planification de la mission, l’auditeur détermine les domaines significatifs


c’est-à-dire les comptes susceptibles de contenir des erreurs dont le montant total peut avoir un effet
significatif sur les états financiers. Il détermine aussi les cycles significatifs c’est-à-dire les systèmes
comptables qui traitent des données qui alimentent les comptes significatifs. L’identification des
cycles significatifs permet à l’auditeur de sélectionner ceux pour lesquels il engagera une appréciation
du contrôle interne.

Il existe différents seuils de signification :


– le seuil d’investigation est associé à la détermination du contenu des travaux. L’auditeur détermine
quels comptes seront contrôlés ou non selon qu’ils atteignent un certain seuil ;
– le seuil de remontée en synthèse peut être utilisé pour ne pas surcharger le rapport général. Les
ajustements inférieurs à un montant donné ne seront pas repris dans le rapport général ;
– le seuil de certification est utilisé par l’auditeur pour déterminer, au vu des anomalies relevées dans
les comptes, la teneur de son opinion.

La détermination du seuil de signification relève du jugement professionnel et engage la responsabilité


de l’auditeur.

Quatre étapes permettent de caractériser la détermination du seuil :


1. Déterminer les grandeurs significatives :
– résultat courant avant impôt ;
– résultat net comptable ;
– montant du chiffre d’affaires ;
– montant des capitaux propres ;
– endettement net.
2. Appliquer aux grandeurs significatives des taux afin d’obtenir des propositions de seuils.
EXEMPLES
5 % à 10 % du résultat courant avant impôt ;
0,5 % à 1 % des ventes ;
1 % à 2 % de la marge brute ;
0,5 % à 2 % du total du bilan ;
1 % à 5 % des capitaux propres (hors provisions réglementées et subvention d’investissement).
3. Arbitrer entre les propositions de seuils obtenues.
4. Valider ou aménager le seuil déterminé en introduisant dans la réflexion des éléments qualitatifs et
les caractéristiques éventuelles de l’entreprise.
P1201-F3/4 SÉRIE 03 109
P6112-F3/4

IV. Contrôle interne


La connaissance du contrôle interne de l’entité indique le risque que prend l’auditeur dans ses travaux.

A. Objectifs

Il doit assurer :
– la protection du patrimoine de l’entreprise ;
– la qualité de l’information, et notamment de l’information financière ;
– l’amélioration des performances ;
– l’application des instructions de la direction.

B. Éléments constitutifs du contrôle interne

1. Principes fondamentaux

Une organisation claire et reconnue doit exister. Cette condition implique une répartition des tâches
entre les différents acteurs de l’entreprise, l’existence de procédures et de règles de circulation de
l’information. Il importe que les membres de l’entreprise connaissent cette organisation. Cette
organisation doit être formalisée à l’aide d’un organigramme détaillé et de procédures administratives
et comptables écrites.
Un personnel compétent constitue une condition de bonne application du contrôle interne.
Le personnel doit être intègre et les dirigeants doivent être loyaux.

2. Outils et techniques

a. Séparation des fonctions

Une règle essentielle est la règle de séparation des fonctions qui permet d’atténuer les risques de
fraudes, d’erreurs ou de négligences. Les fonctions suivantes supposent une absence de cumul :
– fonction de décision (le décideur autorise ou approuve) ;
– fonction de détention de valeurs ou de biens (caissier, magasinier) ;
– fonction d’enregistrement comptable ;
– fonction de contrôle (auditeur interne).

b. Contrôles ciblés d’opérations

Il s’agit :
– de contrôles séquentiels (ex. : numérotation continue des factures émises) ;
– de totalisation d’états (ex. : total d’un bordereau de remise de chèques) ;
– de l’examen de pièces justificatives.

c. Existence de délégations formalisées

Quand une entreprise atteint une taille certaine, les dirigeants doivent déléguer une partie de leurs
pouvoirs à d’autres personnes. Le système de délégation s’apprécie en fonction des points suivants :
– formalisation des délégations ;
– approbation des subdélégations par le niveau supérieur ;
– respect du principe de séparation des fonctions.
110 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

d. Description des traitements informatiques et logiciels

Le rôle déterminant de l’informatique avec le concours de logiciels intégrés tel « SAP » induit un rôle
essentiel. La description des traitements informatiques et des logiciels conditionne la transparence des
processus.

e. Restriction des accès

La restriction des accès du personnel à certains documents, à certains fichiers informatiques (mots de
passe), à certains lieux géographiques (mise ne place de badges d’accès) permet de limiter les risques
de fraude ou de divulgation d’informations.

f. Protection physique

Les chéquiers, la caisse, les processus de fabrication, les informations financières, les équipements
informatiques doivent êtres protégés par une mise en lieu sûr, par une surveillance des locaux, par un
dépôt dans des coffres.

3. Rapport du président

Dans les sociétés anonymes, le président du conseil d’administration ou le président du conseil de


surveillance doit rendre compte chaque année dans un rapport joint au rapport de gestion à l’assemblée
générale :
– des conditions de préparation et d’organisation des travaux du conseil d’administration ou de
surveillance ;
– des procédures de contrôle interne mises en place par la société ;
– des limitations apportées au pouvoir du directeur général.

L’obligation d’établir un rapport sur les procédures de contrôle interne ne concerne que les sociétés
qui font appel public à l’épargne.

Le président fixe lui-même la liste des données retenues, arrête le plan du rapport et décide de la
manière de procéder.

Le rapport traite des thèmes suivants :


– rappel des objectifs du contrôle interne ;
– présentation générale de l’organisation des procédures de contrôle interne, sur les thèmes de
l’environnement de contrôle, des délégations, des modalités d’identification des risques ;
– description synthétique des principales procédures de contrôle interne mises en place ;
– expression d’une évaluation du dispositif de contrôle interne pour les sociétés en disposant avec les
pistes d’amélioration envisagées ;
– indication des diligences qui ont sous-tendu l’analyse présentée par le président.

4. Rapport du commissaire aux comptes

Le commissaire aux comptes doit établir un rapport joint à son rapport général dans lequel il fait part
de ses observations sur le rapport du président en matière de contrôle interne.

Il doit se prononcer sur la sincérité des informations contenues dans le rapport du président.

Il doit apprécier l’adéquation et l’efficacité des procédures.

Il doit signaler le non-respect des obligations légales et établit un rapport de carence lorsque le
président n’a pas établi le rapport.
P1201-F3/4 SÉRIE 03 111
P6112-F3/4

V. Procédures analytiques
Parmi les techniques utilisées pour collecter les informations figurent les procédures analytiques.
Celles-ci consistent à apprécier les informations financières à partir :
– de leurs corrélations avec d’autres informations, issues ou non des comptes, ou avec des données
antérieures, postérieures ou prévisionnelles de l’entité, et
– de l’analyse des variations significatives ou des tendances inattendues.

EXEMPLE
– De façon pratique, il est permis d’établir un tableau comparant les données de l’exercice précédent,
les données comptables et le budget de l’exercice en cours. Ce tableau permet d’identifier et
d’analyser les variations et les écarts significatifs (en valeur absolue et en valeur relative) entre les
données prévisionnelles et les données constatées en comptabilité.
– La comparaison avec les données sectorielles donne des résultats intéressants.

VI. Observation physique


C’est l’examen de la mise en œuvre d’une procédure (ex. : observation par l’auditeur de la prise
d’inventaire par le personnel de l’entité).

Il convient de distinguer l’observation physique de l’inspection des actifs corporels. Cette dernière
technique correspond au contrôle physique des actifs corporels (ex. : contrôle des espèces en caisse,
contrôle des effets en portefeuille…).

VII. Demande de confirmation des tiers


Il s’agit d’obtenir de la part d’un tiers une déclaration directement adressée à l’auditeur légal
concernant une ou plusieurs informations. Le terme de circularisation est également employé.

Les réponses sont rapprochées avec les comptes. Sont concernés :


– les clients ;
– les fournisseurs ;
– les banques ;
– les avocats.

CHAPITRE 2. LES SONDAGES

Section 1. Notion de sondage


L’article L. 823-16 du Code de commerce précise que « les commissaires aux comptes portent à la
connaissance de l’organe collégial chargé de l’administration et, le cas échéant, de l’organe chargé
de la direction :
1° Leur programme général de travail mis en œuvre ainsi que les différents sondages auxquels ils ont
procédé ».
Il n’est pas possible pour un auditeur de tout examiner compte tenu du volume d’informations à traiter.
L’auditeur est conduit à sélectionner les éléments pour effectuer les vérifications appropriées. Cette
sélection entre dans le cadre de sondages en audit (norme CNCC 2-415).
112 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

Le sondage en audit désigne « l’application de procédures d’audit à une partie seulement des éléments
d’un solde de compte ou d’une catégorie d’opérations, de telle sorte que toutes les unités
d’échantillonnage aient une chance d’être sélectionnées. Le commissaire aux comptes peut ainsi
obtenir et évaluer des éléments probants sur certaines caractéristiques des éléments sélectionnés en
vue d’aboutir à une conclusion, ou de l’aider à tirer une conclusion, sur la population de laquelle ces
éléments sont issus. Les sondages en audit se fondent aussi bien sur une approche statistique que non
statistique. »

Section 2. Méthodes
Il existe deux familles de sondages :
– le sondage statistique ;
– le sondage empirique.

I. Le sondage statistique
Cette méthode comprend deux éléments : la sélection aléatoire de l’échantillon à analyser (contrôle
des soldes des comptes clients ou contrôle des factures émises) et l’emploi de la théorie des
probabilités pour évaluer les résultats du sondage.

II. Le sondage non statistique


La sélection s’opère sur des éléments non déterminés au hasard (analyse des comptes à partir des
mouvements supérieurs à un montant donné). L’auditeur détermine a priori les risques en fonction de
la connaissance qu’il possède du dossier ou de son jugement professionnel.

Section 3. Emploi des sondages


Les sondages peuvent être utilisés pour l’appréciation du contrôle interne comme pour la révision des
comptes.

I. Appréciation du contrôle interne


L’auditeur choisit un échantillon d’opérations et s’assure que les contrôles internes ont effectivement
fonctionné. L’objet du contrôle est de vérifier l’existence d’une trace matérielle (ex. : apposition d’un
bon à payer sur une facture d’achats). Ce sondage est qualifié de sondage sur attribut. L’auditeur
programme un test de procédures sur l’existence de la mention du bon à payer sur une facture d’achats
et cherche à estimer le pourcentage d’erreurs dans l’ensemble de factures d’achats.

II. Révision des comptes


Les sondages peuvent être utiles pour sélectionner les tiers auprès desquels la procédure de
confirmation directe sera mise en œuvre.
L’auditeur peut sélectionner les références à contrôler lors de l’assistance à un inventaire physique.
L’auditeur peut procéder au contrôle des immobilisations : contrôle des existants, évaluation des
immobilisations, contrôle du budget d’investissements.
L’auditeur souhaite vérifier la validité d’un solde. Il cherche alors à estimer une valeur, c’est-à-dire
qu’il cherche à évaluer le montant des erreurs détectées lesquelles constituent des sous-évaluations ou
des surévaluations des comptes.
P1201-F3/4 SÉRIE 03 113
P6112-F3/4

Section 4. Conclusion du sondage


Le contrôle par sondage ayant été réalisé, trois possibilités se présentent à l’auditeur : il accepte, il
poursuit son action ou il refuse.

Il accepte parce que le sondage est satisfaisant. Le nombre d’anomalies relevé ou le montant des
erreurs observé est, au niveau de confiance et à l’intervalle de confiance choisis, inférieur au taux
d’anomalies ou au montant des erreurs attendu.

Il accepte parce que les erreurs ne sont pas systématiques et ne sont pas intentionnelles.

Il poursuit son action si le nombre d’erreurs est relativement important mais insuffisant pour refuser.

Il refuse quand les conditions d’acceptation ne sont pas remplies.


114 COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4
P1201-F3/4 SÉRIE 03 115
P6112-F3/4
116x COMPTABILITÉ APPROFONDIE P1201-F3/4
P6112-F3/4

Vous aimerez peut-être aussi