Vous êtes sur la page 1sur 45

ENSA Tétouan

Filière GC, semestre S6


Module: Mécanique des Fluides

Mécanique des fluides

Chapitre 2
Statique des Fluides
(Hydrostatique)

El Khannoussi Fadoua

1
Plan

• Force de pression
• Forces volumiques
• Moment des forces de pression
• Rappel sur les unités de la pression
• Hydrostatique: équation globale
• Hydrostatique: forme locale
• Hydrostatique en référentiel non galiléen
• Théorèmes généraux de l’hydrostatique
• Force d’Archimède

2
1 Force de pression

On considère un volume Ω fermé par une surface régulière Σ. 


Une surface élémentaire dΣ est orientée par un vecteur unitaire normal sortant n .
Si l’élément est
 en contact avec un fluide au repos qui exerce sur lui une force
élémentaire
 df.Cette force s’exprime alors en fonction de la pression p sous la forme:
 
df = − pndΣ ( df ∧ n = 0 , car il n’y a pas de force tangentielle possible dans un fluide
au repos).

Par définition de la pression:


  Ω
 df ⋅n   df   
p = lim  −  = lim  −  df = − pndΣ
dΣ→0  dΣ  dΣ→0  dΣ  


n
Force de pression:
  
Fp = ∫ df = ∫ −pndΣ
Σ Σ 3
1 Force de pression
Remarque importante: théorème de la normale




n
On démontre que:
 
∫Σ ndΣ = 0 (Théorème de la normale)

Le théorème précédent nous conduit à négliger l’influence de la pression


atmosphérique tant que nous la considérons comme uniforme dans le domaine
que nous considérons. Ainsi, supposer la pression uniforme dans un domaine fluide,
conduit à négliger la force due à la pression agissant sur un corps immergé dans
ce fluide. 4
1 Force de pression
Remarque importante: théorème de la normale

Conséquence:

  
Fp = ∫ − pndΣ = ∫ − ( p − p0 ) ndΣ ∀ p0 = cste
Σ Σ

On ne change pas la résultante des forces de pression en rajoutant une constante


au champ de pression agissant sur la frontière du domaine.
Ainsi, une pression n’est définie qu’à une constante additive près!

5
2 Forces volumiques

Les forces de volume: poids, forces d’inertie (référentiel non galiléen),


force de Lorentz sont caractérisées par leur densité volumique.


fv


g

       
Fv = ∫ f v dΩ = ∫ ρ( g −γ e −γ c ) + q ( E + v ∧ B) +... dΩ
Ω Ω

6
3 Moment des forces de pression
Le moment des forces de pression est important lorsqu’on considère l’équilibre
d’un corps solide (équilibre en rotation)

Ω  
df = − pndΣ


O M 
n

     


( )
M O Fp = ∫ OM ∧ df = ∫ OM ∧ ( −pn ) dΣ
Σ Σ

7
3 Moment des forces de pression

Le second théorème de la normale s’écrit:


  
∫Σ OM ∧ n dΣ = 0



O M 
n

Ce théorème permet de retrancher une pression constante à p sans changer


le moment des forces de pression.
     
( )
M O Fp = ∫ OM ∧ ( − pn ) dΣ = ∫ OM ∧ − ( p − p0 ) n  dΣ
Σ Σ
8
3 Moment des forces de pression
Centre de pression
Si les parois sont cylindriques d’axe vertical ou prismatiques, il existe un point
particulier C (appelé centre de pression) tel que:

    


( )
M C Fp = ∫ CM ∧ ( −pn ) dΣ = 0
Σ
Ω  
C df = − pnd Σ


M 
n

    


∫Σ ( CO + OM ) ∧ ( −pn ) dΣ = 0 ⇒ OC ∧ ∫ ( −pn ) dΣ = ∫ OM ∧ ( −pn ) dΣ
 
Σ Σ
   
OC ∧ Fp = M O Fp ( )
9
3 Moment des forces de pression
Centre de pression

   


( )
OC ∧ Fp = M O Fp

Cette équation admet une solution seulement si le moment en O est orthogonal à


la force de pression (ce qui est le cas des parois cylindriques ou prismatiques).
Dans ce cas le torseur des forces de pression est un glisseur et:

  


( )
 Fp ∧ M O Fp
OC =  2
Fp

10
4 Rappel sur les unités de la pression

Unité SI : N/m2 = kg.m-1.s-2 = Pa (Pascal)


1 bar = 100 kPa
1 psi = 1 pound/square inch

Pression atmosphérique :

1 atm = 1.01325 bar = 101325 Pa = 14.70 psi = 760 mmHg = 760 torr

11
5 Hydrostatique: équation globale

L’hydrostatique suppose que le système fluide est en équilibre (au repos) sous
l’action de la pesanteur et des forces de pression.

 
 Ω f v =ρg  
g df = − pndΣ



n
A l’équilibre, on a:
       
Fv + Fp = P + Fp = 0 ⇒ ∫Ω ρg dΩ+ ∫ −pndΣ = 0
Σ

Ainsi, la résultante des forces de pression équilibre le poids.


12
5 Hydrostatique: équation globale
Si le corps est un fluide, tout système défini par un volume de contrôle est aussi
en équilibre sous l’action d’un champ de pression « fictif » défini par la force
qu’exerce l’extérieur sur ce domaine (force dirigée nécessairement suivant la
normale car le fluide est partout au repos).

Ω′ n
Ω   
 df = −pndΣ dΣ
g

 
f v =ρg

  
(1) ∫Ω′ ρg dΩ+ ∫ −pndΣ = 0
Σ′ ∀Ω′

13
6 Hydrostatique: forme locale

La formule de Green-Ostrogradsky permet d’écrire:

 
∫Σ pndΣ = ∫ grad(p) dΩ

d’où

  
∫Ω ρg dΩ− ∫ grad(p) dΩ = 0

∀Ω

soit  
grad(p) =ρg (2)

14
6 Hydrostatique: conséquence sur le centre de pression

 
∫Σ pndΣ = ∫ ρg dΩ

 Si le corps est homogène et totalement immergé, centre de poussée et


centre de gravité du corps sont confondus (C=G).

 En revanche, si le corps a une partie émergée (notamment les bateaux)


ce n'est plus le cas.

 Dans les deux cas la stabilité du corps vis-à-vis de la rotation doit faire
l’objet d’une étude complémentaire.

15
6 Hydrostatique: forme locale
conséquences
La forme locale de l’équation de l’hydrostatique est un système d’équations
différentielles aux dérivées partielles.

 ∂p
 ∂x = 0 
  g
  ∂p Ω
grad(p) =ρg ⇒  = 0
 ∂y
 ∂p z
 = −ρg
 ∂z
y
x

Ce système peut être intégré pour trouver le champ de pression p(x,y,z)


dans un fluide au repos. Pour assurer l’unicité de la solution, il faut préciser
de manière adéquate les conditions aux limites en terme de pression imposée.
Ainsi, on écrira: p = patm sur la surface en contact avec l’air ambiant.

16
6 Hydrostatique: forme locale
Conséquences
 Les surfaces isobares p(x,y,z) = Cte sont perpendiculaires à g (car le vecteur
gradient de p est un vecteur perpendiculaire à p = cte)
 La pression augmente quand on se dirige dans le sens de g (c’est le problème du
plongeur)
 La pression diminue quand on se dirige en sens inverse de g (mal de l’altitude,
pressurisation des cabines d’avion)
p = p atm


g

z p

y
x
Isobares
17
7 Hydrostatique en référentiel non galiléen

 Le fluide est supposé immobile par rapport à un référentiel R’ qui accélère / R.

- une cuve ou un verre dans un véhicule qui freine/accélère ( γe horizontal)

- centrifugeuse ( γe radial)

- expérience en gravité zéro ( γe = g )

 Contrairement à l’hydrostatique en référentiel galiléen, il faut ajouter la force


d’inertie d’entraînement, la force de Coriolis étant nulle en statique car
le fluide est immobile.
 
Fie = − ∫ ργ e dΩ

  
Fic = − ∫ ργ c dΩ = 0

18
7 Hydrostatique en référentiel non galiléen
Forme globale

       
P + Fie + Fp = 0 ⇒ ∫Ω ρg dΩ− ∫ pndΣ− ∫ ργ e dΩ = 0
Σ Ω

   
∫Ω ρ ( g −γ e ) dΩ− ∫ pndΣ = 0
Σ

  
Tout revient à remplacer g par la « pesanteur apparente » g−γ e , mais attention
l’accélération d’entrainement peut être variable dans l’espace (comme
en centrifugation par exemple).

19
7 Hydrostatique en référentiel non galiléen
Forme locale
   
∫Ω ρ ( g −γ e ) dΩ− ∫ pndΣ = 0
Σ

  
grad(p) =ρ( g −γ e )

 
Les surfaces isobares p(x,y,z) = Cte sont maintenant perpendiculaires à g−γ e

 
On peut simuler l’apesanteur en prenant : g = γe

Dans ce cas seule la tension superficielle agit en présence d’un champ de


pression constant.

20
8 Théorèmes généraux de l’hydrostatique

 Surfaces équipotentielles
Les surfaces équipotentielles sont des surfaces isobares,
et réciproquement.
   
grad(p) =ρg ⇒ grad(p)  g

 Surface libre
Une masse de liquide contenue dans un vase admet une surface de
séparation avec l’atmosphère, dite surface libre. Cette surface est
horizontale.

21
8 Théorèmes généraux de l’hydrostatique
Cas d’un fluide incompressible

 Relation fondamentale de l’hydrostatique pour un fluide incompressible


La différence de pression entre deux points B et A d’un fluide incompressible
est:
p B − p A = −ρ0 g ( z B − z A ) ⇒ p B +ρ0 gz B = p A +ρ0 gz A

z mesure ici l’altitude (l’axe des z étant dirigé vers le haut).

A

g

z B
*
On appelle parfois pression statique la quantité: p = p +ρ0gz (du fait
qu’elle demeure constante dans un fluide incompressible au repos).
22
8 Théorèmes généraux de l’hydrostatique
Cas d’un fluide incompressible

 Paradoxe de Stevin:

La pression au fond de ces trois réservoirs est la même.

23
8 Théorèmes généraux de l’hydrostatique
Cas d’un fluide incompressible

 Transmission de pression
Dans un liquide en équilibre, une variation de pression se transmet
intégralement:

p B − p A = −ρ0g ( z B − z A ) ⇒ ( pB +∆p ) − ( pA +∆p ) = −ρ0g ( z B − z A )

 Liquides superposés
La surface de séparation de deux liquides incompressibles non miscibles
est plane et horizontale.

24
8 Théorèmes généraux de l’hydrostatique
Expérience de Torricelli

Baromètre au mercure, Torricelli (1643)

1 torr = 760 mmHg = 1 atm


25
8 Théorèmes généraux de l’hydrostatique
Le crève tonneau de Pascal
https://www.youtube.com/watch?v=6yEgW4zDuMM&list=PL8gtD5Z9eATdRHN-
7VqEuDkxKtU1zB5nN&index=12

Le crève tonneau de Pascal


26
9 Force de pression sur une paroi
Cas d’une paroi verticale à plan de symétrie verticale

G centre de surface
z
C centre de poussée
z 
g
A aire de la paroi Patm

Patm
hG x
O=G
zC
ρ0 
C F C

  ρ0gI(G,z)

F = pG Aex zC = −
 pG = patm +ρ0gh G pG A

M G = −ρ0gI(G,z)
 e


y
 = z 2 dΣ
I(G,z)
Profondeur de G Σ
27
9 Force de pression sur une paroi
Cas d’une paroi inclinée à plan de symétrie verticale
Les forces de pression exercées du côté d’un liquide en équilibre dans lequel
baigne une paroi plane symétrique par rapport à un plan vertical admettent
une résultante F :
- normale à la paroi et dirigée du fluide vers l’extérieur
- dont le point d’application C est donné par la formule
ρ0gI(G,z′) cos α
zC = −
pG A

z′
- dont le module est donné par la formule

F = ( patm +ρgh G ) A z p atm 
α g
hG
O=G G
zC C
G centre de surface

C centre de poussée F
A aire de la paroi 28
9 Force de pression sur une paroi
Cas d’une paroi quelconque

 Si les forces à distance se réduisent aux forces de pesanteur, les forces


de pression exercées par le liquide sur les parois du vase admettent une
résultante égale au poids total du fluide contenu dans le vase.

   
Fl→v = ∫ pndΣ = ∫ ρg dΩ = P
Σ Ω

29
10 Force d’Archimède
La force d’Archimède (la poussée d’Archimède) n’est rien d’autre que
la résultante des forces de pression qui s’exerce sur un corps étranger
au fluide (solide dans liquide ou ballon d’hélium dans l’air).
La force d’Archimède ne dépend pas de la nature du corps.

   
A = Fp A = Fp


g
Fluide
au repos

  
A = Fp = ∫ −pndΣ
Σ

30
10 Force d’Archimède
Lorsque le volume est occupé par le même fluide à l’équilibre, on a:
 
A = Fp

g
  
G A = ∫ − pndΣ = − ∫ ρf g dΩ
Σ Ωfd
Ωfd

 
Pfd = ∫ ρf g dΩ
Ωfd

La force d’Archimède est égale à l’opposé du poids du fluide déplacé.


- Direction: celle du champ de pesanteur
- Sens: opposé à celui de la pesanteur
- Intensité: égale au poids du fluide déplacé
- Point d’application: centre de gravité du domaine du fluide déplacé
 
Si le fluide est homogène, alors: A = −ρf Vfd g 31
10 Force d’Archimède
Cas d’un corps étranger au fluide complètement immergé.
 
A = Fp

g
  
GA A = ∫ − pndΣ = − ∫ ρf g dΩ
Σ Ωfd
Gs

 
P = ∫ ρs g dΩ
Ωfd
Résultante:
       
R = A + P = Pfd + P = ∫ (ρs −ρf ) g dΩ R ≠0 en général
Ωfd

G A Centre de poussée (centre de carène)


G s Centre de gravité du corps
32
10 Force d’Archimède
Trois cas se présentent:
 
∫Ω (ρs −ρf ) g dΩ = 0
fd
Equilibre au sein du A = Fp
fluide 
g
∫Ω (ρs −ρf ) g dΩ > 0
fd
Le corps coule
GA
Gs
∫Ω (ρs −ρf ) g dΩ< 0
fd
Le corps remonte

 
Corps et fluides homogènes: P = ∫ ρs g d Ω
Ωfd

ρs =ρf Equilibre au sein du fluide

ρs >ρf Le corps coule

ρs <ρf Le corps remonte jusqu’à ce qu’il flotte à la surface du liquide.


Dans un gaz le corps remonte jusqu’à trouver des densités
plus faibles où être arrêté par la paroi supérieure. 33
10 Force d’Archimède
∫Ω (ρs −ρf ) g dΩ = 0
fd
 
A = Fp

Corps et fluides homogènes: g
ρs =ρf GA
Gs
Condition de stabilité d’un sous-marin ou
d’un aérostat (montgolfière):
Afin d’éviter que l'engin ne se retourne,  
il est nécessaire que le centre de carène GA P = ∫ ρs g d Ω
Ωfd
soit situé au-dessus du centre de gravité
du sous-marin GS.
z

zG A > zGs

Montgolfière
34
10 Force d’Archimède   
A = Fp = − ∫ ρf g dΩ
∫Ω (ρs −ρf )g dΩ< 0
fd
Ωfd

Gs
Equilibre du corps flottant à la surface 
d’un liquide: G fd g
Ωfd
 
∫Ω ρs

g d Ω
 
= ∫Ω
ρ

f dΩ
g

s

fd
  
P A P = ∫ ρs g dΩ
Ωs

Corps et liquide homogènes:

ρf
ρs Vs =ρf Vfd ⇒ Vfd = Vs
ρs

Ω fd Volume immergé du solide = volume du liquide déplacé

35
10 Force d’Archimède   
A = Fp = − ∫ ρf g dΩ
∫Ω (ρs −ρf )g dΩ< 0
fd
Ωfd

Gs

G fd g
Ωfd
Gs Point d’application du poids
(centre de gravité)
 
G fd Point d’application du fluide P = ∫ ρs g dΩ
Ωs
déplacé (centre de poussée
dit aussi centre de carène)

Les deux forces n’admettant pas le même point d’application, il y a un


problème de stabilité de l’équilibre (c’est-à-dire un risque de chavirage).

36
10 Force d’Archimède ∫Ω (ρs −ρf ) g dΩ< 0
fd

Un flotteur est un solide de forme quelconque, généralement fermé, en


équilibre dans un liquide. L’équilibre n’est possible que si le poids du flotteur
est inférieur ou égal au poids du volume de liquide qu’il peut déplacer.

Le plan de flottaison est le plan de la surface libre du liquide.


Ce plan coupe le flotteur suivant une surface appelée plan de flottaison
dont le contour s’appelle ligne de flottaison.

La carène est le volume immergé du flotteur (volume situé au-dessous


du plan de flottaison).

37
10 Force d’Archimède ∫Ω (ρs −ρf ) g dΩ< 0
fd

Une condition suffisante d’´equilibre stable est que le centre de gravité


soit au-dessous du centre de carène. Mais ce n’est pas une condition
nécessaire et la plupart des navires, en particulier les paquebots ou
les porte-conteneurs ont leur centre de gravité bien au-dessus du centre
de carène. C’est leur forme particulière qui leur permet ça!

Banc d’essai de carènes

https://fr.wikipedia.org/wiki/DGA_Techniques_hydrodynamiques

http://www.voilemagazine.com/2012/03/stabilite-vitesse-on-veut-des-chiffres/

38
10 Force d’Archimède ∫Ω (ρs −ρf ) g dΩ< 0
fd

Pour ce qui est d'un navire, le centre de carène est souvent situé au-dessous
du centre de gravité. Cependant, lorsque la pénétration de l'objet dans le fluide
évolue, le centre de carène se déplace, créant un couple qui vient s'opposer
au mouvement. La stabilité est alors assurée par la position du métacentre,
qui renseigne sur le signe du moment du poids suite aux variations de
la poussée.

Gîte
m
m: Métacentre θ

  θ
G′s
A = −P
Gs
 G ′A
ez GA
  
ex ey P 39
10 Force d’Archimède ∫Ω (ρs −ρf ) g dΩ< 0
fd

+
m
θ
h
  θ
G′s
A = −P
Gs
 G ′A
ez GA
  
ex ey P
 
M m = −Phsin θex M m < 0 ⇒ stabilité
Si le métacentre est au-dessus du centre de gravité, il y aura stabilité.
40
10 Force d’Archimède
∫Ω (ρs −ρf ) g dΩ< 0
fd

Lorsque le métacentre M reste au dessus du point centre de masse G toute


variation d’inclinaison de l’objet solide tend à revenir vers la position d’équilibre
stable. Lorsque le métacentre est au-dessus de G, l’équilibre est stable et un
moment de rétablissement tend à faire revenir la carène à sa position d’équilibre
A (cas B). Dans le cas contraire on a un moment de basculement qui va tendre à
faire chavirer la carène (cas C).

A B C 41
10 Force d’Archimède
∫Ω (ρs −ρf )g dΩ< 0
fd

Chavirage d’un navire dans le golf de Biscaye (Espagne)


26 janvier 2016 (gîte de plus de 40°)

42
10 Force d’Archimède
Un sous-marin annule sont poids apparent sans changer de volume. Il augmente
sa masse totale en vidant l’air de ses ballasts et en les remplissant d’eau. Il
remonte vers la surface en purgeant ses ballasts, c’est-à-dire en y injectant à
nouveau de l’air venant de ses réserves d’air comprimé.
De façon anecdotique, on peut remarquer que les concepteurs de sous-marins
doivent s'assurer simultanément de deux types d'équilibres pour leurs engins.

Prise de plongée et remontée en surface d’un sous-marin

43
10 Force d’Archimède

Ballasts vide. Les ballasts se Les ballasts sont


Le sous-marin remplissent. remplis. Le sous-marin
flotte. Le sous-marin est totalement immergé.
s'enfonce

La coque contient des réservoirs (les ballasts) qui peuvent être remplis
d'eau de mer pour alourdir le sous-marin, et vidés, pour l’alléger

44
10 Force d’Archimède

∫Ω (ρs −ρf ) g dΩ > 0


fd

 
A = Fp 
g
Pour atteindre, l’équilibre dans ce cas,
le fond exerce une force de réaction F sur GA 
le corps de sorte que: Gs F
GR
       
R +F=A+P+F= ∫ (ρs −ρf ) g dΩ+ F = 0
Ωfd
 
P = ∫ ρs g d Ω
Ωfd
On voit que l’équilibre ne peut pas être stable (rotation)
si le point d’application de la réaction du fond ne vérifie
pas l’équation des moments qui se réduit à:
   
( ms G R Gs − mfd G R G A ) ∧ g = 0
45