Vous êtes sur la page 1sur 31

ENSA de Tétouan

Filière GC, semestre 6


Module: Mécanique des Fluides

Mécanique des fluides

Chapitre 6
Quelques solutions exactes des équations
d’Euler

El Khannoussi Fadoua

1
Plan

• Introduction
• Equation de la vorticité - dynamique de la vorticité
• Ecoulements potentiels en général
• Second théorème de Bernoulli
• Ecoulements bidimensionnels: fonction courant
• Ecoulements potentiels bidimensionnels par analyse complexe;
écoulement autour d'un disque
• Ecoulements potentiels bidimensionnels par analyse complexe;
transformation conforme

2
1 Introduction
Pour un fluide incompressible non-visqueux (fluide parfait) l’équation de
Navier-Stokes perd son terme visqueux et dégénère en l’équation
d'Euler:

∂v   1  *
+ grad ( v ).v = grad ( p ) (1)
∂t ρ

div ( v ) = 0

p* = p +ρgz pression motrice (pression étoilée) avec l’axe des z orienté


vers le haut.

On peut montrer que ces équations s’écrivent aussi sous la forme:

    2 
∂v v   1  *   
+ grad   +ω∧ v = grad ( p ) , ω= rot ( v ) vorticité (2)
∂t  2  ρ

div ( v ) = 0
3
2 Equation de la vorticité - Dynamique de la vorticité
En prenant le rotationnel de l‘équation d'Euler (2), on établit l‘équation
de la vorticité:

∂ω   
= rot ( v ∧ω)
∂t
          
Mais: rot v ∧ω = div ω v − div v ω+ω.grad v − v.grad ω)
( ) ( ) ( ) ( ) (
 )  
=ω.grad v − v.grad ω)
( (

 
d’où ∂ω   dω  
+ v.grad ( ω) = =ω.grad ( v )
∂t dt

qui montre qu'il n'existe pas de mécanismes de création de vorticité en


fluides parfaits, car:
   
ω(x,t 0 ) = 0 ⇒ ω(x,t) = 0 ∀t > t 0

4
2 Equation de la vorticité - Dynamique de la vorticité

   
Du fait que ω.grad ( v ) =ω.D +ω.W la vorticité tourne et se déforme.

Dans le cas de Navier Stokes l’équation de vorticité s’écrit:

   
dω ∂ω    
= + v.grad ( ω) =ω.grad ( v ) +ν∆ ( ω)
dt ∂t

qui montre qu'il y a diffusion de la vorticité dans un fluide visqueux.


Une fois créée à la frontière du fluide, elle sera ressenti ultérieurement
partout ailleurs.

5
Visualisation par fumée de vortex créés par le bout des ailes d’un Boeing 737.
Les vortex produits par les gros avions peuvent être extrêmement dangereux
pour les avions qui suivent derrière, spécialement les petits aéronefs.
6
Photographie impressionnante des tourbillons d’un bi-réacteur au décollage.

7
Tourbillons de sillage d’avion générés par les
réacteurs et la pointe des ailes.
8
Déflexion et stabilisation des tourbillons

9
Des normes internationales définissent des distances de séparation
minimales entre les avions selon trois catégories de poids:

- lourds: > 136 tonnes,


- moyens: 7-136 tonnes,
- légers: < 7 tonnes.

Ce sont ces normes qui fixent une limite à la fréquence des atterrissages
et des décollages. Par exemple, aucun avion ne doit suivre un
Boeing 747, dont le poids typique est d'environ 270 tonnes, à moins
de 7.2 km.

10
3 Ecoulements potentiels en général
En conséquence de ce qui précède on fait souvent, en fluides parfaits,
l'hypothèse que l‘écoulement est irrotationnel:

   
ω= rot ( v ) = 0

On a alors, si le domaine d‘écoulement est simplement connexe, ou


dans une sous-partie simplement connexe du domaine d‘écoulement,
existence d'un potentiel des vitesses φ tel que
 
v = grad ( φ) (3)

L‘équation de conservation de la masse montre que φ est harmonique:


  
div ( v ) = 0 ⇒ ∆(φ) = div ( grad(φ) ) = div ( v ) = 0

11
4 Second théorème de Bernoulli
Dans un écoulement potentiel, l‘équation d'Euler s‘écrit:

  ∂φ    v 2  1  *


grad   + grad   = − grad ( p )
 ∂t   2  ρ

ce qui montre que la quantité

 
∂φ v 2 p* ∂φ v 2 p
+ + = + + + gz = f (t)
∂t 2 ρ ∂t 2 ρ


est indépendante de la position x . Elle ne dépend que du temps.

12
4 Second théorème de Bernoulli
Ecoulement potentielle stationnaire


v 2 p
+ + z = H = cste
2g ρg

H: charge hydraulique

p
: hauteur piézométrique
ρg
2
v
: hauteur capable ou charge dynamique
2g

p
z+ : ligne piézométrique
ρg

13
5 Ecoulements bidimensionnels: fonction courant
On considère à présent des écoulements bidimensionnels xy

  
v = v x (x,y,t)ex + v y (x,y,t)e y

pas forcément potentiels pour l'instant. De plus le plan xy n'est pas


forcément horizontal.


div ( v ) = 0 ⇔ ∃ ψ fonction de courant telle que:

∂ψ ∂ψ (4)
vx = et v y = −
∂y ∂x
  
v = grad ( ψ ) ∧ ez
14
5 Ecoulements bidimensionnels: fonction courant
La fonction courant donne immédiatement les lignes de courant de
l‘écoulement, puisque:
    
v  dx ⇔ v ∧ dx = 0 ⇔ v x dy − v y dx = 0 ⇔ dψ = 0 ⇔ ψ = cste

Le débit volumique entre deux lignes de courant ψ1 et ψ2, sur une


tranche d‘écoulement de hauteur L dans la direction z, est donné par:
B  B  ∂ψ  dy  ∂ψ dx  B
q = L ∫ v.n ds = L ∫  −   −  +  ds = L ∫ dψ = L ( ψ 2 −ψ1 )
 ∂y   ds  ∂x ds 
A A A

ψ2

y q = L ( ψ 2 −ψ1 )
ψ1
(indépendant de A et B)
x 15
5 Ecoulements bidimensionnels: fonction courant

 L‘analyse complexe a servi à la description et au calcul d‘écoulements


potentiels.

 Cette approche a joué au début du XXème siècle un rôle majeur dans


le développement de l'aérodynamique, même si, de nos jours, dans
le milieu industriel, l'approche numérique lui est préférée.

 Dorénavant on suppose l‘écoulement bidimensionnel et irrotationnel.

16
6 Ecoulements potentiels bidimensionnels par analyse
complexe: description par un potentiel complexe
En identifiant les écritures de v en termes de φ (équation 3) et ψ
(équation 4), on obtient, en identifiant le plan euclidien au plan complexe
suivant:
z = x + jy

que φ et ψ vérifient les conditions de Cauchy:

∂φ ∂ψ ∂φ ∂ψ
= et =−
∂x ∂y ∂y ∂x

Ainsi f (z) =φ(z) + jψ(z) est holomorphe, c'est le potentiel complexe


de l‘écoulement. Sa partie réelle est le potentiel des vitesses, sa partie
imaginaire est la fonction courant.

17
6 Ecoulements potentiels bidimensionnels par analyse
complexe: description par un potentiel complexe
D'après l’expression de la dérivée d'une fonction holomorphe, on a:

f ′(z) = v x − jv y

Si C est un chemin orienté du plan complexe, on montre que:

∫C f ′(z)dz =Γ+ jQ
 
avec Γ=∫ v.ds la circulation de la vitesse le long de C et
C
  
Q=∫ v.( ds ∧ ez ) le débit réduit à travers C.
C

18
6 Ecoulements potentiels bidimensionnels par analyse
complexe: description par un potentiel complexe
En écoulement stationnaire, pour une ligne de courant C fermée, orientée
dans le sens trigonométrique et décrivant la frontière d'un obstacle
immergé dans l‘écoulement, le théorème de Bernoulli permet d’écrire
lorsque les effets de pesanteur sont négligeables:

1 2
p + ρ v = p1
2

où p1 est la pression au point d’arrêt (point de vitesse nulle ou point de


pression maximale). Ainsi

1 2
p = p1 − ρ f ′(z)
2

19
6 Ecoulements potentiels bidimensionnels par analyse
complexe: description par un potentiel complexe
La densité de force surfacique est:
 
T =−pn

Posons: T = Tx − jTy et n = n x − jn y , par conséquent:

 dy + jdx  dz dz jρ df
T =− pn = p   =− jp =− jp1 + f '(z)
 ds  ds ds 2 ds

df dφ dψ dψ
Sur C, on a: = +j , = 0 et df = df
ds ds ds ds
de sorte que la résultante des forces de contact sur l’obstacle
d’épaisseur L s’écrit:
Fx − jFy ρj 2
= ∫ Tds = − ∫ jp1dz + ∫ [ f ′(z) ] dz
L C C 2 C
20
6 Ecoulements potentiels bidimensionnels par analyse
complexe: description par un potentiel complexe

D’où la formule dite de Balsius:

Fx − jFy ρj 2

L
=
2 ∫C
[ f ′(z) ] dz

De même, le moment résultant en O des forces de contact est:

ρ
M = ∫ ( xTy − yTx ) ds = ∫ Re ( jzT ) ds = Re  ∫ z ( f ′(z) ) dz 
2
C C 2  C 

21
6 Ecoulements potentiels bidimensionnels par analyse
complexe: puits et source ponctuels
Notons Q le débit réduit sortant de la source si Q > 0, rentrant dans le
puits si Q < 0, on montre alors que le potentiel complexe:

Q
f (z) = ln ( z − z 0 )

avec z0 le point source ou puits permet bien de décrire un écoulement


purement radial.
Posons:
z = z 0 + re jθ
alors
Q 1 jθ
v x + jv y = e
2π r

22
6 Ecoulements potentiels bidimensionnels par analyse
complexe: tourbillon ponctuel
Notons Γ la circulation du tourbillon centré en z0, on montre que:


f (z) = − ln ( z − z 0 )

avec z0 le point source ou puits correspond bien à un écoulement


purement orthoradial, d'intensité décroissant avec la distance au centre du
tourbillon.

D’où
Γ 1 j( θ+π / 2)
z = z 0 + re jθ ⇒ v x + jv y = e
2π r

23
6 Ecoulements potentiels bidimensionnels par analyse
complexe: écoulement autour d’un disque
Soit un disque est de rayon a. On travaille dans le référentiel lié au
disque, dans lequel le fluide arrive de l'infini avec une vitesse v ∞
On recherche le potentiel complexe f(z) de l‘écoulement sous la
forme d'une série de Laurent

a −1
f (z) = a1z +
z

En explicitant la condition limite à l'infini et la condition limite sur le cercle


C (frontière du disque), on montre qu'une solution possible est:

 a2 
f (z) = v∞  z + 
 z 

24
7 Ecoulements potentiels bidimensionnels par analyse
complexe - transformation conforme
On peut étudier toujours des écoulements potentiels bidimensionnels de
fluides parfaits à l'aide de potentiels complexes. Afin d‘être capable
d‘étudier ces écoulements dans un domaine fluide Ω de forme
quelconque, on utilise une transformation conforme bijective envoyant Ω
sur un domaine Ω0 plus simple.

z = x + jy ζ = x 0 + jy0

Ω0
Φ est holomorphe

et bijective de
Ω0 sur Ω

Principe pour l'utilisation d'une transformation conforme afin de développer


un modèle d‘écoulement potentiel de fluide parfait 25
7 Ecoulements potentiels bidimensionnels par analyse
complexe - transformation conforme

Rappelons qu’il existe des théorèmes généraux (théorème de Riemann)


qui permettent d'assurer que Ω de forme compliqué peut toujours être
ramené par transformation conforme bijective à Ω0 de forme très
simple, par exemple le disque unité. Si on dispose donc d'un potentiel
holomorphe f0 dans Ω0, par composition:

f = f 0oΦ −1

pourra être vue comme le potentiel d'un écoulement dans Ω.

26
7 Ecoulements potentiels bidimensionnels par analyse
complexe – transport des lignes de courant

Si ζ =Φ (z) se promène sur une ligne de courant Im[f 0 (ζ )] = cste


−1

Alors que si z =Φ (ζ )

se promène sur la ligne de courant Im[f (z)] = cste

27
7 Ecoulements potentiels bidimensionnels par analyse
complexe – transport de la vitesse

−1 f 0′ (ζ )
f (z) = f 0oΦ (z) ⇒ f '(z) = avec ζ =Φ −1 (z)
Φ′(ζ )

v x (z) − jv y (z) = f ′(z) affixe de la vitesse physique

v0x (z) − jv0y (z) = f 0′ (z) affixe de la vitesse virtuelle

v0x + jv0y
v x + jv y = (relation de similitude)
conj( Φ′)

28
7 Ecoulements potentiels bidimensionnels par analyse
complexe – transport de la circulation et du débit réduit;
Transport d'une force appliquée à un obstacle

On prouve qu’il y a conservation de la circulation et du débit réduit


correspondants:
Γ+ jQ =Γ0 + jQ0

La formule de Blasius pour la force exercée sur l'obstacle dont C est la


frontière donne:

Fx − jFy ρj 2 ρj 2 −1
= ∫ [f ′(z)] dz = ∫ [f 0′ (ζ )] [Φ′(ζ )] dζ
L 2 C 2 C0

qui diffère a priori de la force virtuelle exercée par l‘écoulement virtuel


sur C0

29
Paradoxe de d'Alembert :
Si on calcule la force de traînée F exercée par un fluide supposée non
visqueux en écoulement permanent autour d'un objet tel qu'une aile d'avion, on
trouve que F=0.

 
v∞  v∞
F

Les équations d'Euler et le théorème de Bernoulli ne permettent


pas de calculer la force de traînée!
30
Le modèle de fluide parfait à des limites! Ecoulement à travers une rangée
de cylindres:

(a) Ecoulement potentiel en utilisant un


modèle de l’appareil Hele-Shaw

(b) Lignes d’émission observées expérimentalement


pour ReD=6400
31