Vous êtes sur la page 1sur 20

Ars dictaminis

Rhétorique et stylistique dans la culture latine médiévale

Sommaire

 Une brève histoire de l’ars (fin XIe-XVe siècle)

 L’ars dictaminis et la société médiévale, entre théorie et pratique

 Dictamen et inshā’ : entre malentendus génétiques et perspectives comparatistes

 Bibliographie

L’ars dictaminis (lit. « art de la rédaction, de rédiger ») est une discipline apparue à la fin du XIe
siècle en Italie et qui s’est progressivement étendue à l’ensemble de l’Europe latine au cours
des XIIe et XIIIe siècles, avant de décliner aux siècles suivants (Camargo 1991 et 2001). Elle
propose une actualisation médiévale des cadres et techniques de la rhétorique antique. Bien
que les traités d’ars dictandi (répertoire Turcan-Verkerk 2006) se concentrent le plus souvent
sur la rédaction épistolaire, pensée comme l’acte de communication fondamentale de la
société, l’ars dictaminis a exercé au cours de son histoire une influence qui va bien au-delà de
la seule rédaction des lettres. À son apogée (XIIIe siècle), l’ars était conçue par ses théoriciens
et nombre de ses praticiens comme une idéologie globale de la communication. Le type de
prose latine rythmique richement ornée qui s’était imposé à la faveur de sa montée en
puissance représentait dans leur optique un langage que sa supériorité rendait apte à la
communication solennelle des grandes entités politiques, telles que la papauté, l’Empire ou les
divers royaumes (Grévin 2008a). Cette idéologie stylistique a influencé directement la
constitution de la phraséologie politique et administrative européenne pendant la plus grande
partie du bas Moyen Âge (Grévin 2008b). Son étude se heurte néanmoins à un ensemble de
problèmes liés d’une part au manque de coordination entre recherche littéraire et historique
(Grévin-Turcan-Verkerk 2014, introduction), d’autre part à une vision essentialiste de la
rhétorique gréco-latine qui minore l’originalité des formes non classiques de la rhétorique
médiévale. En dépit de l’importance croissante des travaux consacrés au dictamen (terme par
lequel les médiévaux désignaient à la fois la discipline et les documents écrits selon ses lois)
ces dernières années (Camargo 1991, Turcan-Verkerk 2006, Grévin-Turcan-Verkerk 2014), il
reste encore difficile de l’autonomiser par rapport aux études sur la rhétorique latine antique,
et sur l’idéologie stylistique humaniste qui lui a succédé d’abord en Italie, puis en Europe.

On tentera ici de présenter 1) une esquisse de l’histoire pluriséculaire de l’ars dictaminis, et 2)


quelques aspects de son fonctionnement dans la société médiévale 3) avant de poser la
question des relations entretenues entre l’ars et son équivalent dans le monde arabo-
islamique : le ‘ilm al-inshā’.

Une brève histoire de l’ars (fin XIe-XVe siècle)

L’ars dictaminis est apparue en Italie centrale dans le dernier tiers du XIe siècle, avec les traités
rhétoriques et stylistiques latins élaborés par le moine Albéric du Mont-Cassin, la grande

1
abbaye bénédictine à mi-chemin entre Rome et Naples, au cœur du renouveau ecclésiastique
du XIe siècle (Bognini 2004, 2008a-b). Sous cette première forme, il s’agit essentiellement de
présenter une nouvelle forme d’enseignement de la stylistique latine destinée en particulier à
aider à la rédaction des documents et lettres. Le contexte de cette naissance doit être noté:
Albéric fait partie de la génération des lettrés réformateurs qui appuient la papauté dans sa
tentative pour s’autonomiser, au moment de la réforme grégorienne, face au camp
impérial (Turcan-Verkerk 2009a, 2011a). Dès ses débuts, l’ars est donc étroitement associée à
la communication politique. On retrouve après une lacune d’une génération l’ars dictaminis en
Italie du nord, à Bologne, où elle est enseignée vers 1115 par Adalbertus Samaritanus (Schmale
1961), un peu plus tard par Hugues de Bologne. Elle subit dans ce nouveau contexte une série
d’inflexions, étant notamment associée à l’étude du droit (civil et canon) qui prend de
l’ampleur dans les écoles bolonaises. Cette association, conditionnée par le souvenir des liens
entre droit romain et rhétorique classique, restera valide pendant toute l’histoire ultérieure de
l’ars (Grévin 2013). Durant sa diffusion dans l’espace nord-italien, l’ars semble également
acquérir un caractère plus strictement épistolaire, mais l’oscillation entre une conception
globalisante du dictamen pensé comme support de toute communication, et une restriction de
l’ars dictaminis au seul art épistolaire continuera en fait à travers les âges (Turcan-Verkerk
1994, 2003, 2007). La dissémination et le remaniement progressif des traités d’ars dictandi à
travers l’Italie du nord puis l’Europe permettent de deviner les étapes successives de son
développement, encore mal connues dans le détail faute d’éditions scientifiques (bilan
provisoire dans Turcan-Verkerk 2006 et Grévin-Turcan-Verkerk 2014). À travers les
remaniements successifs des sommes dites Aureae gemmae, dont les unes sont liées à
Henricus Francigena, maître à Pavie (Odebrecht 1936), les autres dépendantes des traités
d’Albéric et d’Adalbert, à travers l’activité de Bernard de Bologne (floruit 1142-1152 : Turcan-
Verkerk 2007, 2009b, 2010, 2011b) et de son disciple Guido (Bartoli-Stella 2009), on peut ainsi
suivre la poursuite de la dissémination de l’ars en Italie (Bologne, Pavie, Arezzo en Toscane),
mais aussi dans le nord de l’Europe, d’abord en France et en Allemagne. Dans le dernier tiers
du XIIe siècle, l’ars dictaminis a envahi le cœur féodal de l’Europe, dans le sillage du renouveau
des études juridiques et de la « renaissance du XIIe siècle ». On assiste alors au développement
d’écoles françaises dites « ligériennes », associées notamment aux studia juridiques orléanais,
dans un contexte culturel quelque peu différent de celui de l’Italie du nord. En France,
le dictamen s’épanouit dans le monde des chancelleries et de la communication épistolaire, où
il sert à formaliser les rapports entre la société (summa dictaminis de Bernard de Meung, cf.
Vulliez 1984) tout comme à encadrer des correspondances de type plus littéraire (lettres de
Pierre de Blois). Il doit toutefois composer avec des tendances intellectuelles différentes de
celles de l’Italie du nord, et notamment avec l’intérêt des lettrés français pour la poésie
métrique latine qui conduit au développement d’artes poetriae (arts de la poésie, cf. Kelly
1991 ; Woods 2012). Plusieurs traités représentent en fait une tentative d’hybridation entre
les deux genres (par exemple la Poetria parisiana de Jean de Garlande, vers 1220-1235, qui
comprend une section sur le dictamen, Lawler 1974). Dans l’Italie du nord de la fin du XIIe
siècle, dominée par les études notariales et juridiques, l’ars dictaminis reste plus strictement
associée au droit (Witt 2012), tout en jouant un rôle non négligeable dans l’élaboration de
formes de rhétoriques politiques adaptées au monde proto-démocratique des communes
toscanes ou lombardes (naissance et développement de l’ars arengandi, art du discours latin
et italien largement dépendant de l’ars dictaminis : Artifoni 2000).

2
Les années 1190-1220 sont une époque cruciale pour la redéfinition de l’ars dictaminis qui
poursuit son expansion, atteignant notamment la péninsule ibérique (Gómez-Bravo 1989). Les
nouvelles théories rhétoriques élaborées en France interfèrent désormais avec l’enseignement
des écoles bolonaises, provoquant une véritable effervescence théorique. Au-delà des écoles
bolonaises et ligériennes, la papauté, qui perfectionne incessamment son appareil
administratif et sa communication politique, affirme son emprise sur les doctrines de l’ars. À
vrai dire, depuis les origines au Mont-Cassin, l’ars était restée dépendante des techniques
d’écriture de la chancellerie papale. Mais au seuil du grand siècle de la théocratie pontificale,
le style de la curie romaine (stylus romanae curiae) porté à son classicisme s’impose, en
concurrence avec les modèles français et nord-italiens, comme le modèle ultime
du dictamen politique pratiqué par les chancelleries. Ce sont des traités créés entre le monde
cistercien et la chancellerie papale, à la charnière des XIIe et XIIIe siècles, qui exposent pour la
première fois explicitement les règles d’ornementation rythmique caractéristique de l’ars (cf.
par exemple les Introductiones dictandi de Transmundus de Clairvaux, Dalzell 1995), ou qui
expliquent la forme canonique des parties de la lettre (ars dictandi du cardinal Thomas de
Capoue, écrit en plusieurs phases entre 1210 et 1230, cf. Heller 1929). À la faveur de
l’expansion économique de l’Occident latin, mais aussi des conflits et échanges politiques
entre l’Empire un temps associé au royaume de Sicile, la papauté à son apogée et les
communes nord-italiennes, la première moitié du XIIIe siècle voit la stabilisation et la diffusion
d’une ars dictaminis classique qui bénéficie à la fois de l’enrichissement et de la stabilisation
des théories, et d’une extraordinaire poussée de production textuelle. Sur le plan théorique,
c’est l’époque des grands maîtres bolonais. Bene de Florence expose dans
son Candelabrum (achevé en 1226) les principes du dictamen « à la romaine » (Alessio 1983).
Guido Faba se révèle un créateur inlassable de traités théorico-pratiques (contenant des
lettres-modèles) ou pratiques à l’usage du monde communal nord-italien, mais il est aussi le
premier expérimentateur d’une transposition en langue vulgaire (italien bolonais) des
préceptes de l’ars latine. Boncompagno da Signa s’impose comme le rédacteur exubérant de
dizaines de traités caractérisés par l’humour, l’inventivité et l’audace (Garbini 1995 ; 1997 ;
1999 ; 2004). Sous la plume de Boncompagno, cette rhétorique médiévale se pose en rivale
moderne de la rhétorique cicéronienne antique renvoyée à sa vétusté (Rhetorica
novissima, 1235, éd. Gaudenzi 1892). De nombreux épigones (Bono de Lucques, Matteo de’
Libri, Mino da Colle di Val d’Elsa…) succéderont à cette génération des grands maîtres.

À cette floraison théorique et scolaire du monde communal nord-italien fait pendant la


production textuelle remarquable alors développée en Italie centrale et méridionale par deux
foyers culturels et politiques concurrents, mais étroitement liés. Dans le sillage de la
chancellerie papale, qui suit pendant tout le XIIIe siècle les préceptes formalisés par Thomas
de Capoue, la chancellerie sicilienne rénovée de l’empereur et roi de Sicile Frédéric II
Hohenstaufen crée un nouveau style mettant à profit les techniques de métaphorisation et de
rythmisation du dictamen. Les deux chancelleries exploitent ensuite les capacités rhétoriques
de leur personnel pour se livrer par lettres interposées à une guerre de propagande étendue
aux dimensions de toute la chrétienté jusqu’à la chute des Hohenstaufen, en 1266-1268. La
similarité de leurs techniques s’explique en partie par l’identité du milieu social qui fournit
leurs notaires et stylistes. La chancellerie sicilienne, travaillant pendant cette période le plus
souvent sur le continent, en Campanie ou dans le nord des Pouilles, recrute ses membres dans

3
le même milieu de lettrés que la chancellerie papale. La majorité de ces rhéteurs sont
originaires de la Terra laboris (Terra di Lavoro, sud du Latium et nord de la Campanie actuels),
notamment de Capoue et de la région du Mont-Cassin (Delle Donne 2007a ; 2007b ; Grévin
2008b). C’est le cas de Pierre de la Vigne, grand-juge et dirigeant de fait de la chancellerie de
Frédéric II, rédacteur de ses plus fameuses lettres de propagande, comme de Thomas de
Capoue, vice-chancelier de la Curie papale, qui outre le traité théorique déjà mentionné, a
laissé un ensemble de dictamina (pluriel de dictamen, lettres ou textes composés selon les
règles du dictamen) personnels ou politiques fameux, noyau d’une collection textuelle célèbre
(Thumser-Frohmann 2011).

L’importance de cette production tient au fait que son rayonnement ne se limite pas au
contexte politique des années 1220-1266. Dans la seconde moitié du XIIIe siècle, les notaires
papaux et siciliens décident en effet de compiler les créations stylistiques les plus marquantes
des deux générations précédentes en organisant de gigantesques anthologies textuelles.
Ces summae dictaminis(sommes de dictamen) regroupent un ensemble de textes politiques et
personnels souvent placés sous l’autorité symbolique des grands noms de la génération
précédente (Delle Donne 2004 ; Grévin 2008b). Les trois sommes les plus fameuses sont les
collections dites de Pierre de la Vigne, regroupant toutes sortes de textes écrits à la
chancellerie de Frédéric II et de ses fils (Delle Donne ; Grévin ; Schaller), celle de Thomas de
Capoue, regroupant des lettres papales du premier tiers du XIIIe siècle et des correspondances
personnelles de différents lettrés au service de la papauté (Schaller 1965 ; Thumser-Frohmann
2011), celle de Richard de Pofi, comprenant des modèles de lettres papales en rapport avec les
années 1250-1260 (Batzer 1910, Herde 2014). Il existe des dizaines de versions différentes de
ces sommes, sans cesse modifiées au fil des remaniements. Elles ont pour point commun de
présenter des anthologies textuelles organisant leur documentation par matière :
correspondance solennelle, administrative courante, lettres de déploration, lettres joyeuses et
récréations, privilèges solennels... Elles mêlent donc des textes d’empreinte littéraire,
politique, administrative, et relevant aussi bien de la lettre personnelle que de la missive
officielle, de l’acte solennel que de la correspondance ordinaire. Cette variété typologique
n’empêche pas une relative uniformité stylistique : les principes d’ornementation, fondés en
particulier sur le rythme, restent toujours semblables. Il s’agissait à la fois de créations
mémorielles, destinées à pérenniser ce qui était ressenti dans ce milieu comme une apogée
stylistique, et d’instruments de travail fonctionnels, pensés pour les notaires, juristes et
secrétaires des générations futures.

Le dernier tiers du XIIIe siècle et le début du XIVe siècle voient en effet l’expansion de cette
nouvelle vague d’ars dictaminisitalienne, à travers l’exportation dans toute l’Europe des
recettes théoriques bolonaises ou toscanes, mais aussi et surtout des modèles de
correspondance et d’écriture pratique véhiculés dans ces anthologies textuelles. La péninsule
ibérique, la France ou l’espace germanique n’avaient certes pas attendu ces années pour
continuer leur production de traités et recueils de dictamen, comme l’attestent l’activité d’un
Pons le provençal dans le sud de l’espace français (Turcan-Verkerk 2006, n° 68, p. 227), le
développement d’une ars dictaminis castillane sous la plume de Gauthier d’Eversley ou de
Juan de Zamora (Bertolucci Pizzorusso 1968 et 2006), ou la summa de arte prosandi du suisse
Conrad de Mure (Kronbichler 1968). Mais à partir de la fin du XIIIe siècle et pendant tout le
siècle suivant, c’est par centaines que les collections textuelles dites de Pierre de la Vigne, de

4
Thomas de Capoue, de Richard de Pofi sont recopiées en dehors de l’Italie, ensemble avec
d’autres collections secondaires (Schaller 2002), tandis que plusieurs artes dictandi bolonaises,
en particulier celles de Guido Faba, rencontrent également le plus grand succès. Cette
expansion accompagne la croissance des appareils étatiques, et notamment des chancelleries
princières, royales ou archiépiscopales, avides d’imiter les formules inventées à la chancellerie
pontificale ou impériale-sicilienne. Elle suit la dynamique d’expansion d’un notariat italien qui
s’exporte alors un peu partout en Europe. À la suite des bouleversements politiques qui
affectent l’Italie, on retrouve ainsi des maîtres de dictamen italien vendant leur savoir de Paris
(Jean de Sicile, cf. Vulliez 2001) à Prague (Enrico da Isernia, cf. B. Schaller 1989), en passant par
la Castille (Rodolfo da Poggibonsi) ou l’Angleterre (Stefano di San Giorgio, cf. Delle Donne
2007).

Le XIVe siècle s’ouvre donc sur une vague d’expansion de l’ars dictaminis sans précédent. Il
amorce pourtant le déclin de la discipline. Certes, l’ars dictaminis, telle qu’elle a été définie
entre Rome et Bologne, et pratiquée entre la Curie pontificale et la cour de Sicile au XIIIe
siècle, est devenue le langage commun de toutes les grandes instances de pouvoir
européennes. Mais une double révolution se prépare qui remet en cause les conditions mêmes
de son exercice dans une grande partie de l’Europe. D’une part, la situation de monopole du
latin en tant que langue d’expression du pouvoir politique commence à être battue en brèche
dans tout l’ouest du continent. C’est le cas dès le XIIIe siècle en Castille et au Portugal, où les
chancelleries adoptent les langues vulgaires pour une grande partie de leur communication, et
plus progressivement, au XIVe siècle, en France (Lusignan 2004) comme en Angleterre. Le
recours au dictamen tendra donc, en Europe de l’ouest, à être de plus en plus confiné aux
chancelleries ecclésiastiques, ou à la rédaction de certains documents particulièrement
solennels, comme certains privilèges requérant un faste rhétorique exceptionnel, encore
rédigés en latin à la chancellerie royale française à la fin du XIVe siècle (Barret-Grévin 2014). Si
la création des langages politiques et administratifs en langue vulgaire s’est faite par imitation
des modèles du latin orné des chancelleries dépendant du dictamen, il s’en faut par ailleurs de
beaucoup que cette transposition ait préservé l’ensemble des recettes stylistiques et
rhétoriques qui formaient le noyau de la discipline. La transposition des modes
d’ornementation rythmique latins dans les langues romanes ou germaniques s’est notamment
révélée difficile (même si elle a été tentée pour l’italien, par exemple), voire impossible (dans
le cas du français, dont l’accentuation est trop différente de celle du latin).

La naissance progressive de l’idéologie stylistique humaniste, qui commence à révolutionner


radicalement l’idée même de l’écriture en prose latine ornée à la génération de Pétrarque
(1304-1374) et de Boccace (1313-1375), porte d’autre part en germe le déclin de l’ars
dictaminis en tant qu’idéologie stylistique. Au fur et à mesure que les premiers humanistes
précisent leur pensée d’un retour aux normes d’un latin classique considéré comme critère
ultime de l’élégance stylistique, l’ars dictaminis perd son prestige de norme ultime du latin
prosaïque, pour devenir un simple langage de chancellerie, bientôt opposé avec mépris aux
élégances des humanistes cicéroniens de la fin du XIVe siècle (Witt 2000). Ce qui était une
idéologie d’écriture conquérante se fossilise alors peu à peu, d’abord en Italie, ensuite, dans le
reste de l’Europe, en un corps de doctrines d’écriture administratives et politiques qui finissent
par devenir une simple routine (Camargo 2001). L’intérêt très vif porté par la recherche aux
débuts de l’humanisme a toutefois sans doute conduit à négliger l’importance de l’interaction

5
entre l’ars dictaminis et les formes d’écriture humaniste dans la période de transition qui voit
les débuts de ce renouvellement. Il semble que, jusque vers 1350, ait existé une idéologie pré-
humaniste conjuguant l’intérêt pour le renouveau de formes classiques, et le maintien d’une
forte emprise de l’idéologie de l’ars. Les formes exactes de cette culture de transition
demandent encore à être précisées, mais sa signification idéologique est bien attestée par les
traités théoriques comme l’ars dictandi de Giovanni del Virgilio (éd. Kristeller 1961), qui met
sur le même plan un style prosaïque des anciens, et un style orné des modernes (celui
du dictamen) qu’il faut suivre dans la communication. D’autres indices de cette idéologie
hybride sont fournis par des anthologies de volgarizzamenti (traductions en italien) de grands
textes politiques latins, qui offrent à leurs lecteurs toscans un choix de discours cicéroniens et
de lettres extraites des sommes de Pierre de la Vigne et de Thomas de Capoue (Grévin 2008b,
p. 836-858). Les orateurs de la république romaine sont ainsi placés en miroir
des dictatores (maîtres de dictamen) du Duecento italien. On mesure ainsi à quel point il est
difficile de caractériser l’évolution du dictamen italien du début du XIVe siècle comme un
déclin univoque : nous sommes en présence d’une réflexion articulée sur la valeur respective
des rhétoriques classiques latines et d’une rhétorique médiévale qui est encore ressentie
comme un modèle alternatif possible.

Il s’en faut d’ailleurs de beaucoup que le déclin du dictamen ait partout suivi les mêmes
rythmes. Il existe une histoire de l’ars dictaminis tardive (XIVe-XVe siècle), encore mal
explorée, étant donné le nombre de sources conservées, en cours de réévaluation. La
production de traités, longtemps réputée sclérosée après 1300, ne s’arrête pas avant le XVe
siècle. Ils changent simplement de forme, suivant en cela une grande partie de la littérature
pédagogique latine européenne. Ils deviennent par exemple des traités versifiés (Camargo
1996), aide-mémoires métriques munis de notes marginales et interlinéaires qui reprennent le
contenu des traités en prose antérieurs, selon une logique similaire à celles des traités
grammaticaux didactiques contemporains. La Summa jovis anonyme (Lorenz 2013),
probablement originaire du nord de la France et diffusée en Allemagne jusqu’au XVe siècle est
un exemple de cette littérature théorique tardive. Mais pour quelques traités du XIVe siècle
édités (pour l’Angleterre, cf. Camargo 1995) beaucoup attendent encore d’être explorés (pour
l’Espagne, cf. Faulhaber 1972 et 1973). En Europe de l’ouest, c’est non seulement dans la
production épistolaire, dans la rhétorique solennelle de chancellerie ou la propagande
politique, mais aussi dans la littérature ou la réflexion scolastique qu’il faut chercher le
prolongement souvent encore brillant, des doctrines du XIIIe siècle. Pour prendre trois
exemples fameux, le traité De vulgari eloquentia de Dante, malgré son thème (la promotion de
l’italien), est écrit dans un latin qui respecte les préceptes rythmiques de l’ars
dictaminis (Marigo 1931-1932), tandis que le Philobiblon, traité sur l’amour des livres de
l’évêque anglais Richard de Bury, mort en 1345, est un superbe exemple d’adaptation
personnelle du style de dictamen « à la sicilienne » (sur Richard de Bury et le dictamen, cf.
Denholm Young 1950). Enfin, en 1347-1351, le notaire romain Cola di Rienzo se place
également dans ce sillage pour développer sa propagande politique (Burdach-Piur 1912 ;
Grévin 2008b, p. 780-822).

C’est néanmoins surtout en Europe centrale et orientale qu’il faut chercher les témoignages
les plus significatifs d’un dernier âge d’or de l’ars dictaminis, s’étendant jusqu’au début du
XVIe siècle. Le développement du dictamen remonte dans ces régions à l’arrivée à la cour de

6
Bohême de notaires italiens formés à l’école de Pierre de la Vigne et de ses successeurs. Enrico
da Isernia avait notamment fondé un studium d’enseignement de la rhétorique à Vyšehrad,
dans les faubourgs de Prague, vers 1270 (Tříška 1985 ; B. Schaller 1989 ; Nechutová 2000).
L’enracinement dans les pays de la couronne de Bohême de cette tradition se traduit par une
floraison exceptionnelle. Cette ars dictaminis renouvelée réinvente sa phraséologie et crée de
nouvelles compilations pratiques (Summa cancellariae de Johannes de Neumarkt, Lulvès 1896)
sous le règne de l’empereur Charles IV de Luxembourg (1346-1378). Le contact avec les
nouvelles formes de culture italiennes, la littérarisation progressive de l’allemand de
chancellerie, puis du tchèque (formulaires de dictamen doubles latino-allemand silésiens au
tournant du XVe siècle, Burdach-Bebermeyer 1926) n’empêchent pas la floraison d’une culture
rhétorique latine originale, encore conditionnée par l’idéologie et les cadres stylistiques de
l’ars dictaminis. Plus, cette culture s’étend vers l’est. Dans l’espace polono-lituanien, une
dernière grande floraison d’ars dictaminis accompagne en effet l’essor politique et
économique du XVe siècle. L’analyse des formulaires textuels (formulaire dit de Georges,
notaire du château de Cracovie, éd. Górski 1950) témoigne que ce dernier avatar
du dictamen repose sur une réinterprétation originale de modèles textuels anciens. Les lettres
de Pierre de Blois, de Pierre de la Vigne ou de Richard de Pofi servent ainsi de base
d’inspiration aux notaires polonais. En dehors de ce dernier grand foyer, ce qui restait de l’ars
dictaminis en Europe vers 1500 était toutefois désormais fossilisé : il s’agissait d’un ensemble
de formules administratives et politiques qui continuaient, directement en latin, ou
indirectement, à travers le prisme des langues vulgaires, à formaliser la communication
européenne solennelle.

L’ars dictaminis et la société médiévale, entre théorie et pratique

Le rôle de l’ars dictaminis dans la société médiévale a été d’abord appréhendé par les
médiévistes à l’aune des changements socio-politiques des XIe-XIIe siècles. On a insisté sur les
facteurs de transformation qui avaient motivé la naissance, puis le développement progressif
d’une nouvelle théorie et de nouvelles pratiques de communication (Patt 1978 ; Witt 1982 ;
Witt 2012). En particulier, la présence dans les traités théoriques de sections consacrées à
la salutatio (formules introductives des correspondances), détaillant les différentes formes à
employer en fonction de la position respective des interlocuteurs dans la hiérarchie sociale,
témoigne du rôle que le dictamen a pu jouer dans la redéfinition de la représentation du corps
social (Delle Donne 2002). On a également lié le développement de l’ars dictaminis dans l’Italie
du nord du XIIe siècle à la croissance des communes italiennes et au développement de formes
de gouvernement collectif qui l’a accompagnée (Artifoni 1995 ; Hartmann 2013). Il est
indéniable que dans ce cadre urbain « proto-démocratique », rappelant à certains égards
l’originalité expérimentale des formes de gouvernement des cités grecques antique, l’ars a
trouvé un terrain propice : Bologne, Pavie, Arezzo, trois grands centres du dictamen dans le
nord de l’Italie, étaient au cœur de cette culture politique qui s’est maintenue en se
transformant au XIIIe siècle, avant que l’ère des seigneuries ne change en profondeur les
régimes politiques des cités italiennes durant le Trecento. Le lien profond entre le
développement d’une culture notariale intimement liée au gouvernement des cités-États,
l’importance du droit écrit, en particulier d’un droit civil rénové dans ce contexte, l’attention
portée à la référence rhétorique antique, le développement d’un art du discours politique
communal, tous ces traits sont autant de constantes de l’Italie septentrionale du XIIe et du

7
XIIIe siècle qui ont pu favoriser le développement et la floraison d’une culture rhétorique
originale.. Mais s’il existe bien une dimension particulière de l’ars dictaminis nord-italienne liée
à l’histoire du communalisme italien et à ses formes argumentatives, il est peut-être plus
pertinent de chercher ailleurs les éléments d’une réflexion globale sur l’impact socio-culturel
de l’ars dictaminis dans l’ensemble de la société européenne.

Une première possibilité consiste à examiner les formes prises par ce type de communication
dans leur spécificité. L’un des problèmes les plus complexes pour les historiens de l’ars
dictaminis est l’étude des interactions entre les formes de la rhétorique latine classique,
transmises et enseignées par divers canaux dans les écoles monastiques et cathédrales, puis
aux universités médiévales, et les formes proprement médiévales regroupées sous la bannière
du dictamen à partir du XIIe siècle (lesquelles ont pu être souvent enseignées dans un contexte
para-universitaire, dans des écoles de grammaire ou de notariat, par exemple, que ce soit en
Italie, en France ou en Allemagne). À maints égards, l’ars dictaminis apparaît comme une sorte
de prolongement théorico-pratique, pragmatique, des enseignements de la rhétorique
cicéronienne qui forme un arrière-plan théorique connu par les lettrés du Moyen Âge, mais
peu applicable en l’état (Ward 1995 et Cox-Ward 2006). Les traités de rhétorique latine
classique, conçus pour la déclamation oratoire judiciaire, sont ainsi complétés par des traités
de rhétorique appliquée médiévale, essentiellement pensés pour l’écriture des actes et des
lettres. Les penseurs et rhéteurs (dictatores) les plus doués effectuent sans cesse un aller-
retour conceptuel entre ces deux pôles aux XIIe, XIIIe et XIVe siècles, et la rhétorique
cicéronienne et celle du dictamen sont donc intimement mêlées dans la pensée du temps,
comme en témoignent par exemple les œuvres de Brunetto Latini (East 1968 ; Alessio 1979). Il
serait pourtant faux d’en déduire que les pratiques rhétoriques qui correspondent
au dictamenclassique des grandes chancelleries ou des maîtres bolonais du XIIIe siècle soient
une sorte de style hybride à mi-chemin entre un latin cicéronien et des formes plus
autonomes.

Au niveau de la pratique, les styles peu à peu élaborés dans les écoles de dictamen (ou dans les
chancelleries influencées par la pensée du dictamen, ce qui n’est pas tout à fait la même
chose) se présentent comme très différents de la rhétorique du latin classique cicéronien.
C’est seulement dans la seconde moitié du XIVe siècle, lors des phases de transition italienne
entre l’idéologie de l’ars dictaminis et l’idéologie humaniste cicéronienne, que l’on assistera à
la création de styles hybrides.

Comment caractériser « de l’intérieur » le latin du dictamen ? Il est bien sûr impossible de


détailler l’ensemble de choix stylistiques qui ont dépendu de l’adaptation de modèles
antérieurs. On entrevoit en particulier un intérêt des « dictatores » pour les styles de latins
ornés caractéristiques de l’antiquité tardive (rhétorique royale surchargée des lettres de
Cassiodore, style papal du VIe siècle, style des prologues des codifications juridiques de
Justinien). Il est également certain que le développement de l’ars dictaminis s’est appuyée sur
la floraison des correspondances épistolaires monastiques caractéristiques du haut Moyen
Âge. On peut surtout, en s’aidant des prescriptions des traités de l’époque classique (Guido
Faba, Boncompagno, Bene de Florence, Thomas de Capoue) et des collections textuelles
compilées au XIIIe siècles (sommes de Pierre de la Vigne, Richard de Pofi, Thomas de Capoue,
et sommes assimilées…) dégager certaines constantes parmi lesquelles se détachent deux

8
traits fondamentaux qui structurent ce langage à son apogée, et qui présentent une indéniable
originalité par rapport au latin classique, qu’il soit antique ou néo-cicéronien : l’ornementation
rythmique et les techniques de métaphorisation.

L’ornementation rythmique apparaît comme une caractéristique de l’ars dictaminis depuis ses
débuts. L’attention pour le rythme est présente chez les penseurs du dictamen durant toute la
durée de son histoire (Turcan-Verkerk 2007 ; Grévin 2009). C’est même à la persistance ou à
l’abandon d’un ensemble de doctrines touchant cette « rythmisation » que l’on mesure la
présence plus ou moins forte du dictamen, ou son abandon définitif dans les différentes
régions de l’Europe. L’idée de décorer la prose latine en recourant à des successions calculées
de séquences rythmiques, indépendamment de toute versification, n’est pourtant pas une
invention du XIe siècle. Dans l’antiquité classique, les clausules rythmiques dites cicéroniennes
qui décoraient la fin des périodes des orateurs répondaient à cette exigence. Elles étaient
constituées selon un principe d’alternance de syllabes longues ou courtes, par analogie avec la
métrique quantitative de la poésie latine classique (système comparable, mutatis mutandis, à
celui de la métrique arabe classique). À la fin de l’antiquité, l’évolution linguistique du latin,
ainsi que la nécessité pour la pastorale chrétienne d’adapter les formes de communication en
direction du petit peuple qui parlait des formes de latin très évoluées, déjà proches par
certains traits des langues romanes, ont conduit les lettrés latinophones à inventer de
nouvelles formes d’expression. D’où la création progressive de schèmes d’ornementation
rythmique qui n’étaient plus fondés sur des successions de syllabes brèves et longues, mais de
syllabes accentuées et non accentuées. On constate l’application de ce système,
nommé cursus rythmique, dans un certain nombre de textes solennels, par exemple des lettres
papales, de l’antiquité tardive. Il semble avoir été ensuite quelque peu délaissé.

L’ars dictaminis s’est développée dans des milieux qui connaissaient et tentaient de diffuser
ces techniques d’ornementation. Leur usage semble en effet en recrudescence en Italie au XIe
siècle, à une époque où les cultures rythmiques étaient pourtant très différentes de celles de
l’antiquité tardive. Dans un contexte de développement de la poésie rythmique latine et
profane, et d’une pratique et théorie musicale pensées en fonction des spéculations latines sur
le rythme, l’attention à l’ornementation rythmique des textes prosaïques avait alors une
dimension sociale sans commune mesure avec la seule stylistique. Les allusions aux techniques
de cantillation grégorienne et de notation musicale qui existent dans certains traités d’ars
dictandi (Candelabrum de Bene de Florence, par exemple, cf. sur ce point Grévin 2011), la
double carrière de théoriciens musicaux et de maîtres de rhétorique de certains maîtres (Jean
de Garlande : cf. Marguin-Hamon 2010) suggèrent que cette obsession pour le rythme
caractéristique de l’ars dictaminis avait une dimension véritablement musicale, à la fois au
niveau des spéculations théoriques sur les vertus magiques du langage orné, et des véritables
performances que pouvaient constituer les lectures solennelles ou personnelles
des dictamina (Camargo 2010). Giovanni del Virgilio, dans son ars écrite dans la décennie 1320
(Kristeller 1961, commentaire Grévin 2009), détaille encore le pouvoir d’attraction musicale,
émotive, de ces différentes ornementations rythmiques ponctuant les périodes prosaïques des
textes suivant les préceptes de l’ars.

C’est dans ce contexte que les traités théoriques d’ars dictandi ont développé, avec un notable
décalage sur la pratique, à partir de la fin du XIIe siècle une théorie de plus en plus raffinée de

9
ces modes d’ornementation prosaïque (Dalzell 1977). Deux écoles « française » (gallica) et
italienne s’opposent à l’orée du XIIIe siècle (Witt 1985), et même si les préceptes suivis par la
Curie pontificale semblent s’imposer, la nomenclature d’exposition des différentes formes
d’ornementation reste très inventive, jusqu’au XIVe siècle, voire au-delà en Espagne
(Faulhaber 1979). Ces formules d’ornementation sont pourtant relativement simples. Elles se
réduisent à trois schèmes principaux, souvent nommés cursus velox (rapide), planus (plan,
moyen) et tardus (lent, retardant). Le cursus velox fait (schématiquement) succéder à une
première syllabe accentuée quatre syllabes non accentuées, suivies d’une seconde syllabe
accentuée que clôt une dernière syllabe non accentuée : sub clípeo majestátis (« sous le
bouclier de la majesté »). Le cursus planus propose une succession d’une syllabe accentuée,
deux syllabes non accentuées, une syllabe accentuée, une syllabe non accentuée : sub clípeo
régis (« sous le bouclier du roi »). Le cursus tardus, enfin, donne une succession d’une syllabe
accentuée, deux syllabes non accentuées, une syllabe accentuée, deux syllabes non
accentuées (sub clípeo príncipis). Dans une application rigoureuse du système, ces trois
formules doivent être obligatoirement employées pour arranger les successions de termes
avant ponctuation faible ou forte. Le respect de ces schèmes contraint le rédacteur du texte à
organiser les successions de termes de manière à éviter certaines successions rythmiques,
artificialisant ainsi le langage par rapport à des ordres de succession plus « naturels » ou moins
contrôlés. On a ainsi noté très tôt (Valois 1881) que nombre des formules les plus courantes de
la chancellerie papale avaient été réécrites au cours du XIIe siècle pour se conformer à la
doctrine du cursus rythmique. L’adoption et la théorisation de ces modes d’ornementation
rythmique expliquent en partie pourquoi les théoriciens de l’ars dictaminis n’ont pas cessé,
d’Albéric du Mont-Cassin vers 1080 à Giovanni del Virgilio vers 1320, de considérer que
le dictamen représentait la quintessence du latin (et même de tout langage…), poésie et prose
confondues, et pourquoi certains d’entre eux ont continué à théoriser simultanément
l’écriture en prose, en vers rythmiques et en vers métriques dans leurs traités (Turcan-Verkerk
2003). La prose rythmique du dictamen, à travers ces successions de syllabes accentuées et
non accentuées, participait en effet d’une perfection quasi-poétique, qui la reliait dans
certaines spéculations à l’ordre cosmique de lamachina mundialis et en faisait un langage
surhumain.

Quant aux effets concrets de l’application de la doctrine du cursus rythmique à la prose, ils ont
été importants, même s’ils sont encore mal mesurés. On possède ainsi une série d’indices
tendant à prouver que l’application toujours plus stricte de ces schèmes d’ornementation
rythmique dans les grandes chancelleries, particulièrement à la chancellerie papale et
sicilienne, avait fini par créer les mécanismes d’un langage semi-formulaire, diffusé dans toute
l’Europe à la fin du XIIIe siècle. L’habitude de chercher des termes de structure accentuelle
strictement équivalente pour varier les expressions aurait fini par créer des réflexes et des
modes d’écriture prosaïque analogues, mutatis mutandis, aux modes de rédaction formulaires
caractéristiques des poésies traditionnelles (chevilles récurrentes des odes anté-islamiques,
des poèmes homériques ou des chansons de geste…). Étant donné que l’emploi des schèmes
d’ornementation rythmiques n’était obligatoire qu’en ponctuation, le conditionnement
imposé était néanmoins d’une densité différente de celui caractéristique des formes poétiques
fixes. Il faudrait donc peut-être qualifier ce style, employé dans certains registres d’écriture
(épistolaires, administratifs, politiques…) avec plus ou moins de rigueur d’un bout à l’autre de

10
l’Europe vers 1300, de « mode de composition semi-formulaire ». Cette pesante armature
rythmique, si elle avait de lointains modèles dans certaines proses latines de la fin de
l’antiquité, était donc une première grande originalité des textes écrits selon les doctrines
du dictamen par rapport aux compositions en latin classique, car elle conditionnait le choix de
vocables et enchaînements à l’opposé des tours du latin cicéronien.

La deuxième grande originalité de l’ars dictaminis, en tant que système rhétorique, a


également des implications qui dépassent de loin la simple rhétorique. Elle concerne la pensée
et l’emploi des figures et couleurs (en latin colores) de rhétorique, et en particulier des figures
de pensée (figures métaphoriques, au sens large du terme). L’ars dictaminis prône un recours
différencié aux figures dans la droite ligne d’une rhétorique classique dont elle reprend en
grande partie les nomenclatures. Si tous les textes doivent être ornés par le cursus rythmique,
l’emploi plus ou moins large des couleurs dépend du sérieux, de la solennité, du but du
document (le plus souvent de la lettre) composé. Les figures de pensées (métaphoriques,
tropes) sont théoriquement plus acceptables pour un discours solennel, tandis que les figures
jouant sur les sons (assonances et allitérations, jeux étymologiques) sont censées n’être
utilisées qu’avec modération, sauf en cas d’exercice purement rhétorique, n’engageant pas
directement l’autorité qui émet le document (parodies, pastiches, délassements littéraires, ou,
dans une autre direction, pamphlets particulièrement violents). Mais au-delà de ces doctrines
plus ou moins communes à la rhétorique latine classique et à celle dudictamen,
les dictatores ont été amenés à développer une théorie de la métaphore radicalement
différente de celle de la société antique, en prise directe avec les exigences et les catégories
intellectuelles de la société médiévale. Il s’agit de la doctrine de latransumptio/translatio. Ces
deux termes-doublets apparaissent en force dans les traités théoriques du début du XIIIe
siècle. Leur usage semble emprunté aux spéculations linguistiques et théologiques des écoles
de la France du nord. Sous ces concepts, les théoriciens bolonais de l’apogée de l’ars
recouvraient l’ensemble des figures de métaphorisation permettant au rhéteur d’établir des
équivalences symboliques entre les objets du discours et toutes sortes d’êtres animés ou
inanimés, terrestres ou célestes. Pour prendre un exemple banal, un roi pouvait par exemple
être symbolisé par son sceptre, sa couronne, un lion, un aigle, David, Salomon… Or la pensée
de la métaphore était conditionnée, au XIIe-XIIIe siècle, par une culture exégétique, fondée sur
l’analyse et l’interprétation du texte biblique (et secondairement, sur la relecture de certains
classiques latins, au premier rang desquels lesMétamorphoses d’Ovide). C’est en particulier
l’époque du perfectionnement de la théorie des quatre niveaux de sens bibliques, et du
développement d’une pensée prophétique, à forte teneur millénariste (joachimisme et
pseudo-joachimisme), nourrissant son symbolisme de spéculations sur les applications à la
société médiévale contemporaine des symboles employés par les prophètes vétéro-
testamentaires ou par les paraboles néotestamentaires. Le XIIe siècle voit dans ce contexte en
France et en Italie le développement de nouvelles techniques de prédication qui conduisent à
la création de manuels d’explication des symboles bibliques, où l’on détaille les valeurs,
souvent polysémiques, des animaux, végétaux, minéraux, objets ou entités religieuses divers
charriés par le texte sacré (distinctiones theologicae d’Alain de Lille, par exemple…). Il est
probable que les inévitables interactions entre les nouvelles formes de sermons
(développement de l’ars praedicandi et apparition puis floraison du sermomodernus, pour
lesquels cf. Bériou 2000) et l’ars dictaminis en pleine croissance ont fortement contribué à

11
structurer cette pensée de la transumptio/translatio qui apparaît particulièrement détaillée
chez Boncompagno da Signa ou Bene de Florence, dans les années 1200-1230.

L’ars dictaminis classique apparaît ainsi comme une tentative originale d’actualiser la pensée
exégétique médiévale dans le champ rhétorique. Au niveau de la théorie, les maîtres
invoquent de manière répétée l’équivalence entre la prose du dictamen et la parole divine en
s’aidant de cette pensée de la métaphore biblique. Cette insistance sur la métaphorisation
rapproche leur langage, structurellement assez distant de la prose de la vulgate, de la
phraséologie biblique (Grévin 2008b, p. 140-261). Dans la pratique, l’utilisation de métaphores
d’origine biblique (Cremascoli 2003), ou liturgiques, distingue fortement les textes écrits selon
l’idéologie de l’ars dictaminis de la prose classique, mais aussi d’autres styles de rédaction
solennelle plus anciens, moins imprégnés par ce langage, tout en la rapprochant des
rhétoriques du sermon. Alors que le latin des humanistes et des époques postérieures sera de
ce point de vue hybride, la référence à la Bible s’effaçant quelque peu devant le retour en
force des classiques, la doctrine du dictamen correspond probablement à un temps de
conformation maximale du langage d’apparat médiéval à la symbolique des deux Testaments.
Là encore, les justifications théoriques et les applications pratiques se doublent d’une véritable
dimension idéologique, sensible dans la prétention de certains dictatores à dominer le champ
du savoir au nom d’une pensée du contrôle de l’univers par la métaphore. À l’opposé de
l’idéologie de « clarté stylistique » classique, les dictatoresdu XIIIe siècle soutiennent que la
perfection de leur art rhétorique dépend de leur capacité à manier les symboles à travers
lesquels les sages, à l’image de Dieu, doivent décrire le monde. Tels les prophètes de l’Ancien
Testament, les grands dictatores du XIIIe siècle parlent par symboles. Ils retrouvent ainsi une
parcelle des charismes de la parole divine. Cette glorification d’une obscurité métaphorique
rencontre une certaine opposition, par exemple chez des juristes (Odofredo de Denariis, vers
1250, cf. à ce sujet Grévin 2008b, p. 134-136 ; 524-525). Et cette doctrine n’est pas portée au
même niveau d’incandescence par les notaires des communes italiennes du nord, dont la
rhétorique est souvent moins chargée d’accents prophétiques, que par la Curie romaine, dont
c’est pour ainsi dire le style naturel, ou par la cour de Sicile et ses continuateurs, qui portent
l’amour de l’obscurité symbolique à de réels paroxysmes. Cet aspect biblique et paraliturgique
du dictamen n’en est pas moins révélateur d’une philosophie du langage, et d’une pensée de
la rhétorique, en osmose avec une lecture symbolique de l’univers profondément ancrée dans
la pensée religieuse du temps, très loin des modes de production et des justifications
théoriques de la rhétorique classique.

Dictamen et inshā’ : entre malentendus génétiques et perspectives comparatistes

L’ars dictaminis est donc un art de l’écriture reposant sur la sur-ornementation d’une prose
rythmée, le culte du double sens et de la métaphore, cultivé par une caste de techniciens de la
rhétorique et centré autour de la lettre. Il est opposé dans ses logiques aux vertus supposées
de rigueur et de clarté de la rhétorique classique, et s’épanouit dans l’exaltation des
rhétoriques de l’État par un recours permanent au Livre… Pour qui a quelque familiarité avec
les cultures textuelles de l’islam classique, il est difficile de ne pas être frappé par les
parallélismes qui abondent entre les logiques d’enseignement et de rédaction de l’ars
dictaminis et celles de son équivalent arabe développé par les kuttāb arabes de l’âge classique
et, en arabe, puis en persan, et en turc, par leurs épigones des derniers siècles du Moyen Âge

12
et de l’époque moderne : le ‘ilm al-inshā’. De fait, la question des rapports, génétiques ou
structurels, entre le dictamen et l’inshā a été soulevée par différents spécialistes de l’écriture
en chancellerie ou de l’enseignement dans le monde arabe (cf. dernièrement Buresi-El Aalaoui
2013). Ce problème recouvre en fait deux questions différentes, qu’il importe d’examiner
séparément. Du côté des arabisants, c’est principalement Gorges Makdisi qui a soulevé, en
particulier dans un article (Makdisi 1989) dont l’argumentation a été reprise dans certains de
ses essais (par exemple Makdisi 1990), la question de l’impact des formes d’écriture en prose
ornée arabe sur l’Occident médiéval, en allant jusqu’à postuler que l’apparition et le
développement du dictamen étaient étroitement liés à la réception de la culture islamique par
l’Occident latin aux XIe, XIIe et XIIIe siècles. Il soulignait en particulier le rôle fondateur joué
dans la naissance et le développement de l’ars par le royaume de Sicile et l’Italie du sud, à une
époque où la cour sicilienne était largement ouverte aux influences arabes. Ses thèses ne
semblent pas avoir trouvé d’écho direct dans les travaux consacrés à l’ars dictaminis par les
spécialistes européens ou américains de la question ces vingt dernières années. Elle ne sont
pourtant pas totalement isolées, car certains spécialistes de la culture italienne et sicilienne
normande et frédéricienne (non-spécialistes de l’ars dictaminis) ont postulé que le culte pour
la rhétorique (terme qu’ils emploient, sans distinguer entre ‘ilm al-inšā, balāġa, etc…) des
prosateurs arabes avait pu avoir une incidence sur les choix stylistiques de la chancellerie
sicilienne à l’époque de Frédéric II et sur le développement d’une rhétorique d’État surchargée
sous la direction de Pierre de la Vigne (Paratore 1965, p. 149-152 ; Morpurgo 1991). C’est à ces
dernières hypothèses que Fulvio Delle Donne a répondu par la négative dans un article sur les
influences arabes supposées sur le style de la chancellerie de Frédéric II qui semble la seule
prise de position concernant ce problème chez les spécialistes de latin médiéval (Delle Donne
1992).

Un examen dépassionné conduit effectivement à avancer une réponse négative concernant


une influence possible du culte arabe de l’inshā’ sur la naissance et le développement de l’ars
dictaminis. Si l’on exclut les hypothèses scabreuses, les points de contact théoriquement
envisageables pour un tel transfert se limitent à la péninsule ibérique et à la Sicile. Or
l’Espagne et le Portugal ont été des terres de réception relativement tardives d’une ars
dictaminis qui y a été importée de France et d’Italie au plus tôt à l’extrême fin du XIIe siècle,
sous une forme déjà évoluée (Gómez-Bravo 1989). La péninsule ibérique n’a ensuite exercé
aucune influence notable sur le développement des doctrines et des pratiques dans le reste de
l’Europe. Restent donc l’Italie du sud et la Sicile, qui offrent a priori un terrain plus favorable à
l’échafaudage d’hypothèses. La constitution du royaume normand de Sicile, qui incluait la
Sicile insulaire dotée d’une population à majorité islamique au moment de la conquête (1060-
1091), a en effet créé un terrain favorable à d’intenses échanges culturels entre mondes
arabes, grecs et latin, échanges qui se sont poursuivis pendant la plus grande partie du XIIe
siècle. Et si le royaume de Sicile de Frédéric II, où les populations musulmanes et arabophones
n’étaient plus qu’une minorité résiduelle, était assez différent de celui de ses prédécesseurs
normands, la cour de Frédéric II (jusqu’en 1250) et de son fils Manfred (1254/1258-1266)
étaient encore un centre de réception de savoirs arabes. Il est donc a priori tentant de
supposer que différents transferts de formes textuelles ont pu exister entre les producteurs de
textes rentrant dans la catégorie de l’inshā’ et les artisans du dictamen qui avaient la
possibilité de se côtoyer dans ces milieux.

13
Il faut pourtant résister à cette tentation, pour plusieurs raisons. D’une part, les hypothèses
concernant les conditions d’une influence possible de cet aspect des productions textuelles du
monde arabe vers la Sicile latine ont été avancées sans tenir compte des rythmes de l’histoire
interne de l’ars dictaminis. Celle-ci ne naît pas en Sicile insulaire, centre du royaume normand,
et elle ne s’y développe que pendant la seconde partie du règne de Frédéric II (1220-1250),
quand la cour a migré sur le continent, très loin de l’ambiance culturelle de Palerme. Les
techniciens au service de la chancellerie latine sont presque tous originaires de Campanie, et
aucun des grands noms qui composent les documents recueillis plus tard dans les collections
de lettres de Pierre de la Vigne ne faisait partie des savants de la cour de Frédéric II
susceptibles d’avoir maîtrisé suffisamment l’arabe pour avoir une idée des techniques de
rédaction en prose rimée liées au ‘ilm al-inshā’. Surtout, aussi bien la naissance de l’ars avec
Albéric du Mont-Cassin que la mise à niveau de la chancellerie sicilienne sous Frédéric II ont
d’abord été faites sous l’inspiration de la papauté. En particulier, la mise au point progressive
des techniques d’ornementation rythmique et métaphorique présentées supraa ses racines
dans des strates de la culture textuelle latine occidentale qui renvoient à la culture
ecclésiastique et étatique tardo-antique (chancellerie papale et ostrogothique), et ne
présentent pas d’interférence directe notable avec les cultures textuelles musulmanes.

Les rhétoriques (épistolaires et autres) ornées de l’islam classique et du monde latin bas-
médiéval n’entretiennent donc pas vraiment de rapports génétiques, sinon ceux d’un
cousinage lointain et trop générique pour être relevé avec profit (en ce qu’elles dépendent
toutes deux d’un fonds culturel méditerranéen qui comprend également Byzance et plonge ses
racines dans l’antiquité tardive, cf. pour cette communauté très large, mais à l’exception du
latin, le dossier Grob-Kaplony 2008). Il s’en faut pourtant de beaucoup que la question des
rapports entre l’inshā’ et le dictamen doive être évacuée. À condition d’être déplacée et
envisagée sous l’angle du comparatisme, l’analyse des points communs (et des différences)
entre ces deux idéologies d’écriture et les réalisations concrètes qui en dépendent peut au
contraire enseigner beaucoup sur la signification socio-culturelle de ces cultures de la prose
ornée dans les civilisations traditionnelles du bassin méditerranéen. Suggérons en conclusion
quelques pistes prometteuses pour une analyse comparée de ces idéologies stylistiques. Une
première idée consisterait à tenter de comparer le degré d’incidence des techniques
d’ornementation rythmiques (dans le cas de l’ars) ou rimiques et rythmiques (dans le cas de
l’inshā’) sur la structure du texte. Quels sont les effets conceptuels du recours au saj‘ sur la
prose des compositions qui suivent les préceptes de l’inshā’ ? Sont-ils comparables aux
formularismes développés dans la culture du dictamen sous le poids du cursus rythmique ? Les
contraintes du saj‘, dont le double conditionnement par la rime (surtout) et par le rythme n’est
pas exactement de même type que celui du cursus, sont-elles plus pesantes que celle des
rythmisations latines ? Dans la mesure où, quels que soient les jugements de valeur portés sur
la culture des proses rimées (et rythmées) arabes de l’âge postclassique (cf. pour un jugement
négatif Kouloughli 2007, p. 93-94), les chercheurs en histoire textuelle arabe médiévale sont
généralement familiarisés avec les thématiques et les problèmes posés par la culture des
proses ornées, il faut également noter qu’une comparaison structurelle permettrait aux
historiens des textes latins, généralement beaucoup moins sensibles aux phénomènes
correspondant dans leur sphère, d’en appréhender mieux la portée symbolique et formelle. En
sens contraire, on sait les difficultés des spécialistes de l’écriture en chancellerie de l’Occident

14
et de l’Orient arabe à reconstituer l’histoire de la création et de la circulation des formules
rhétoriques à travers les chancelleries (cf. Aigle-Buresi 2008 et Buresi-El Aalaoui 2013). Ces
difficultés proviennent principalement d’un problème de sources, causé par la destruction de
la plupart des archives du monde arabe médiéval. De ce point de vue, une comparaison avec
les cultures du dictamen latin, portant sur les cycles de création des modèles de chancellerie,
permettrait sans doute d’avancer de nouvelles hypothèses sur les formes de retraitement
textuel à l’œuvre dans le monde musulman (Buresi 2013). Car l’étude de ces processus de
retraitement rhétorique des sources, facilitée par la présence d’une chaîne documentaire
souvent en partie encore intacte (des archives au traité rhétorique en passant par les manuels
de chancellerie) a fait des progrès considérables pour l’Europe latine des XIIIe et XIVe siècles.
On entrevoit là quelques-unes des nombreuses perspectives d’enrichissement mutuel de notre
connaissance de ces idéologies rhétoriques arabe et latine. Mais ces perspectives sont de type
comparatiste et structurel.

BENOÎT GRÉVIN

Bibliographie

Alessio 1979 = Gian Carlo Alessio, « Brunetto Latini e Cicerone (e i dettatori) », in Italia
medioevale e umanistica 22, 1979, p. 123-169.
Alessio 1983 = Gian Carlo Alessio (éd.), Bene Florentini, Candelabrum, Padoue, 1983
(Thesaurus mundi, Biblioteca scriptorum latinorum mediae et recentioris aetatis, 23).
Artifoni 1995 = Enrico Artifoni, « Gli uomini dell’assemblea. L’oratoria civile, i concionatori e i
predicatori nella società comunale », in La predicazione dei frati dalla metà del ‘200 alla fine
del ‘300. Atti del XXII Convegno della Società internazionale di Studi francescani, Spolète, 1995,
p. 141-188.
Artifoni 2000 = Enrico Artifoni, « L’éloquence politique dans les cités communales (XIIIe
siècle) » in Cultures italiennes (XIIe-XVe siècle), éd. I. Heullant-Donat, Paris, 2000, p. 269-296.
Barret-Grévin 2014 = Sébastien Barret, Benoît Grévin, Regalis excellentia. Les préambules des
actes des rois de France au XIVe siècle (1300-1380), Paris, École des chartes, 2014.
Bartoli-Stella 2009 = Elibetta Bartoli-Francesco Stella, « Nuovi testi di ‘ars dictandi’ nel XII
secolo : I “Modi dictaminum” di maestro Guido e l’insegnamento della lettera d’amore. Con
edizione delle epistole a e di Imelda », in Studi mediolatini e volgari 55, 2009, p. 109-136.
Bériou 2000 = Nicole Bériou, « Les sermons latins après 1200 », in The sermon, dir. Beverly
Kienzle, Turnhout, 2000 (Typologie des sources du Moyen Âge occidental, 81-83), p.363-447.
Bertolucci Pizzorusso 1968 = Valeria Bertolucci Pizzorusso, « Un Trattato
di Ars Dictandi dedicato ad Alfonso X », in Studi mediolatini e volgari 15/16 (1968), p. 9-88.
Bertolucci Pizzorusso 2006 = Valeria Bertolucci Pizzorusso, « Los tratados retóricos y la corte
alfonsina », La Corónica, 34/2 (2006), p. 75-92.
Bognini 2004 = Filippo Bognini, « Un’ipotesi per la cronologia del Breviarium di Alberico di
Montecassino », in Filologia mediolatina11, 2004, p. 265-280.
Bognini 2008a = Filippo Bognini (éd.), Alberico di Montecassino, Breviarium de dictamine,
Florence, Edizioni del Galluzzo, 2008 (Edizione nazionale dei testi mediolatini, 21).
Bognini 2008b = Filippo Bognini, « Un inedito trattato retorico-grammaticale dalla scuola di
Alberico di Montecassino. Le Rationes diversarum mutationum (Vat. Ottob. lat. 1354, ff. 90v-
95r) », in Studi medievali s. III, 49, 2008, p. 189-252.

15
Burdach-Bebermeyer 1926 = Konrad Burdach-Gustav Bebermeyer (éd.), Schlesich-böhmische
Briefmuster aus der Wende des vierzehnten Jahrhunderts, Berlin, 1926.
Burdach-Piur 1912 = Konrad Burdach-Paul Piur (éd.), Briefwechsel des Cola di Rienzo, t. IV,
Berlin, Weidmann, 1912.
Buresi-El Aalaoui 2013 = Gouverner l’empire. La nomination des fonctionnaires provinciaux
dans l’empire almohade (Maghreb, 1224-1269), Madrid, 2013 (Bibliothèque de la Casa de
Velázquez, 60).
Camargo 1991 = Martin Camargo, Ars dictaminis ars dictandi, Turnout, 1991 (Typologie des
sources du Moyen Âge occidental, 60).
Camargo 1995 = Martin Camargo éd., Medieval rhetorics of prose composition. Five English
artes dictandi and their tradition, Binghamton, New York, 1995.
Camargo 1996 = Martin Camargo, « ’Si dictare velis’ : versified Artes dictandi and late medival
writing pedagogy », in Rhetorica14, 1996, p. 265-288, rééd. dans Id., Essays on medieval
rhetoric, Londres, 2012 (Variorum Collected Studies Series, 1006).
Camargo 2001 = Martin Camargo (éd.), « The waning of Medieval Ars dictaminis », dossier
spécial de la revue Rhetorica, 19/2 (2001), p. 135-268.
Camargo 2010 = Martin Camargo, « Special Delivery. Were Medieval Letter Writers trained in
Performance ? », in Rhetoric beyond Words. Delight and Persuasion in the Arts of the Middle
Age, éd. Mary Carruthers, Cambridge, 2010 (Cambridge Studies in Medieval Literature), p. 174-
189
Cremascoli 2003 = Giuseppe Cremascoli, « Bibbia e ars dictaminis », in Papers on Rhetoric V.
Atti del Convegno Internazionale « Dictamen, poetria and Cicero : Coherence and
Diversification », Bologna, 10-11 maggio 2002, éd. Lucia Calboli Montefusco, Rome, 2003, p.
95-113.
Cox-Ward 2006 = Virginia Cox-John O. Ward (éd.), The Rhetoric of Cicero in its Medieval and
Early Renaissance Commentary Tradition, éd. Virginia Cox-John O. Ward, Leyde-Boston, 2006.
Dalzell 1977 = Ann Dalzell, « The Forma dictandi attributed to Albert of Morra and related
texts », Mediaeval Studies, 39 (1977), p. 440-465.
Dalzell 1995 = Ann Dalzell (éd.), Transmundus, Introductiones dictandi, Toronto, 1995, (Studies
and Texts, 123).
Delle Donne 1992 = Fulvio Delle Donne, « Lo stile della cancelleria di Federico II ed i presunti
influssi arabi », in Atti dell’accademia Pontaniana 41, 1992, p. 153-164.
Delle Donne 2002 = Fulvio Delle Donne, « Le formule di saluto nella pratica epistolare
medievale. La Summa salutationum di Milano e Parigi », in Filologia Mediolatina 9, 2002, p.
251-279.
Delle Donne 2004 = Fulvio Delle Donne, « Una costellazione di epistolari del XIII secolo :
Tommaso di Capua, Pier della Vigna, Nicola da Rocca », in Filologia Mediolatina 11, 2004, p.
143-159.
Delle Donne 2007a = Fulvio Delle Donne (éd.), Una silloge epistolare della seconda metà del
XIII secolo proveniente dall’Italia meridionale. I “dictamina” del ms. Paris, Bibl. Nat. Lat. 8567,
éd. Fulvio Delle Donne, Florence, 2007 (Edizione nazionale dei testi mediolatini, 19).
Delle Donne 2007b = Fulvio Delle Donne, « La cultura e gli insegnamenti retorici nell’Alta Terra
di Lavoro », in « Suavis terra, inexpugnabile castrum ». L´Alta Terra di Lavoro dal dominio svevo
alla conquista angioina, Id. éd., Arce, 2007, p.133-157.
Denholm-Young 1950 = Noel Denholm-Young (éd.), The Liber Epistolaris of Richard de Bury,

16
Oxford, 1950.
East 1968 = James R. East, « Brunetto Latini’s Rhetoric of Letter-Writing », in Quarterly Journal
of Speech 54, 1968, p. 5-24.
Faulhaber 1972 = Charles B. Faulhaber, Latin Rhetorical Theory in Thirteenth and Fourteenth
Century Castile, Berkeley, 1972.
Faulhaber 1973 = Charles B. Faulhaber, « Retoricas clasicas y medievales en bibliotecas
castellanas », in Abaco, 4, 1973, p. 151-300.
Faulhaber 1979 = Charles B. Faulhaber, « Las retóricas hispanolatinas medievales (s. XII-XV) »,
in Repertorio de Historia de la ciencias Eclesiásticas en España 7, 1979, Salamanque, p. 11-64.
Garbini 1995 = Paolo Garbini, « Boncompagno e gli ‘exordia’ in versi », in Res publica
litterarum 18, 1995, p. 103-106.
Garbini 1997 = Paolo Garbini, « Boncompagno da Signa e l’autobiografia », in L’autobiografia
nel Medioevo. Atti del XXIV Convegno Storico Internazionale, Todi, 12-15 ottobre 1997,
Spolète, 1998, p. 275-290.
Garbini 1999 = Pazolo Garbini éd., Boncompagnus de Signa, L’assedio di Ancona. Liber de
obsidione Ancone, Rome, 1999.
Garbini 2004 = Paolo Garbini éd., Boncompagnus da Signa, De malo senectutis et senii. Un
manuale duecentesco sulla vecchiaia, Florence, 2004 (Edizione nazionale dei testi mediolatini,
10).
Gaudenzi 1892 = Augusto Gaudenzi, « Boncompagni Rhetorica novissima », in Biblioteca
iuridica Medii Aevi. Scripta anecdota antiquissimorum glossatorum, II, Bologne, 1892, p. 249-
297.
Gómez-Bravo 1990 = Anna Maria Gómez-Bravo, « El latín de la clerecía : Edición y estudio
del ars dictandi palentina », inEuphrosyne 18, 1990, p. 99-144.
Górski 1950 = K. Górski (éd.), Formularz Jerzego pisarza grodzkiego krakowskiego ok. 1399-
1415, [Formularium Georgii notarii castri cracoviensis, circa 1399-1415], Toruń, 1950.
Grévin 2008a = Benoît Grévin, « Les mystères rhétoriques de l’État médiéval. L’écriture du
pouvoir en Europe occidentale (XIIIe-XVe siècle) », in Annales Histoire, Sciences Sociales 63, 2,
2008, p. 271-300.
Grévin 2008b = Benoît Grévin, Rhétorique du pouvoir médiéval. Les Lettres de Pierre de la
Vigne et la formation du langage politique européen XIIIe-XVe siècle, Rome, 2008 (Bibliothèque
des écoles françaises d’Athènes et de Rome, 339).
Grévin 2009 = Benoît Grévin, « L’empire d’une forme. Réflexions sur la place du cursus
rythmique dans les pratiques d’écriture européennes à l’automne du Moyen Âge (XIIIe-XVe
siècle) », in Parva pro magnis munera. Études de littérature tardo-antique et médiévale
offertes à François Dolbeau par ses élèves, éd. Monique Goullet, Turnhout, 2009 (Instrumenta
Patristica et Mediaevalia, 51), p. 857-881.
Grévin 2011 = Benoît Grévin, « La musica del dictamen. A proposito della percezione dell’ars
dictaminis come tecnica musicale nell’Italia del Duecento (c. 1220-c. 1330), dans The
Languages of Political Society. Western Europe, 14th-17th Centuries, éd. Andrea Gamberini,
Jean-Philippe Genet, Andrea Zorzi, Rome, 2011, p. 209-227.
Grévin 2013 = Benoît Grévin, « La retorica del diritto. A proposito dei rapporti tra linguaggio
giuridico e dictamen nell’Italia del Duecento », in La corrispondenza epistolare in Italia 2.
Forme, stili e funzioni della scrittura epistolare nelle cancellerie italiane (secoli V-XV)/Les
correspondances en Italie 2. Formes, styles et fonctions de l’écriture épistolaire dans les

17
chancelleries italiennes (Ve-XVe siècle), Atti del convegno di studio, Roma, 20-21 giugno 2011,
éd. Paolo Cammarosano-Stéphane Gioanni, Trieste, 2013, p. 253-282.
Grévin-Turcan, 2014 = Benoît Grévin et Anne-Marie Turcan-Verkerk (éd.), Le dictamen dans
tous ses États. Perspectives de recherche sur la théorie et la pratique de l’ars dictaminis (XIe-
XVe s.). Actes du colloque international de Paris, 5-6 juillet 2012, Brepols, Turnhout, Coll.
« Bibliothèque d’histoire culturelle du Moyen Âge », 2014.
Grob-Kaplony 2008 = Eva mira Grob-Andreas Kaplony (éd.), Documentary Letters from the
Middle East : The Evidence in Greek, Coptic, South Arabian, Pehlevi and Arabic (1st-15th c CE,
dossier special de Asiatische Studien/Études Asiatiques, 62/3, 2008.
Hartmann 2013 = Florian Hartmann, Ars dictaminis. Briefsteller und verbale Kommunikation in
den italienischen Stadtkommunen des 11. bis 13. Jahrhunderts, Ostfildern, 2013.
Heller 1929 = Emmy Heller (éd.), Die Ars dictandi des Thomas von Capua, Heidelberg, 1929
(Sitzungsberichte der Heidelberger Akademie der Wissenschaften, Philosophich-historische
Klasse).
Herde 2014 = Peter Herde, « Authentische Urkunde oder Stilübung ? Papsturkunden in der
Briefsammlung des Richard von Pofi », in Kuriale Briefkultur im späteren Mittelalter.
Gestaltung – Überlieferung – Rezeption, éd. Tanja Broser, Andreas Fischer, Matthias Thumser,
Wien – Köln – Weimar 2014.
Kelly 1991 = Douglas Kelly, The Arts of Poetry and Prose, Turnhout, 1991 (Typologie des
Sources du moyen Âge occidental, 59).
Kouloughli 2007 = Djamel E. Kouloughli, L’arabe, Paris, 2007.
Kristeller 1961 = Paul Oskar Kristeller, « Un ‘ars dictaminis’ di Giovanni del Virgilio », in Italia
medioevale e umanistica 4, in 1961, p. 181-200.
Kronbichler 1968 = Walter Kronbichler (éd.), Die Summa de arte prosandi des Konrad von
Mure, Zurich, 1968.
Lawler 1974 = Traugott Lawler (éd.), The Parisiana Poetria of John of Garland, New Haven-
Londres, 1974 (Yale Studies in English, 182).
Lorenz 2013 = Rüdiger Lorenz, Summa Iovis. Studien zu Text und Textgebrauch eines
mittelalterlichen Lehrgedichts, Cologne-Vienne-Weimar, 2013 (Ordo, 13).
Lulvès 1891 = Jean Lulvès, Die Summa cancellariae des Johann von Neumarkt. Eine
Handschriftenuntersuchung über die Formalbücher aus der Kanzlei Kaiser Karls IV., Berlin,
1891, rééd. Leipzig, 1964.
Lusignan 2004 = Serge Lusignan, La langue des rois au Moyen Âge. Le français en France et en
Angleterre, Paris, 2004.
Makdisi 1987-1989 = George Makdisi, « Ars dictaminis and humanism in classical Islam and the
Christian West », Revue des études islamiques 55/57, 1987-1989, p. 293-309.
Makdisi 1990 = George Makdisi, The rise of humanism in classical Islam and the Christian
West : with special reference to scholasticism, Edinburgh, 1990.
Marguin-Hamon 2010 = Elsa Marguin-Hamon, « Jean de Garlande, entre poétique et
musique », in Revue d’histoire des textes 5, 2010, p. 175-197.
Marigo 1931-1932 = Aristide Marigo, « Il ‘cursus’ nel ‘De vulgari Eloquentia’ di Dante », in Atti e
Memorie della R. Accademia di Scienze, Lettere ed Arti in Padova, n. S. 48 (1931-1932), p. 85-
112.
Morpurgo 1991 = Pietro Morpurgo, « Pietro delle Vigne », in Letteratura italiana Einaudi. Gli
autori, II, Torino, 1991, p. 1401.

18
Nechutová 2000 = Jana Nechutová, Invitantur scolares... Formulářové listy Jindřicha z Isernie -
pozvání pražským žákům ke studiu na vyšehradské škole [Les modèles épistolaires d’Enrico da
Isernia – invitation aux étudiants de Prague à étudier dans l’école de Vyšehrad], Brno, 2000.
Odebrecht 1936 = Botho Odebrecht, « Briefmuster des Henricus Francigena », Archiv für
Urkundenforschung, 14 (1936), pp. 231-261.
Paratore 1965 = Ettore Paratore, « Alcuni caratteri dello stile della cancelleria federiciana »,
in Atti del convegno internazionale di studi federiciani. Palermo-Catania-Messina, 10-18
dicembre 1950, Palermo, 1952, p. 283-314, rééd. dans Id., Antico e nuovo,Caltanissetta-Roma,
1965, p ; 117-163.
Patt 1978 = William D. Patt, « The Early Ars Dictaminis as Response to a Changing Society »
in Viator 9, 1978, p. 133-135.
Schaller (B) 1989 = Brigitte Schaller, « Der Traktat des Heinrich von Isernia De coloribus
rhetoricis », in Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters, 45 (1989), p. 113-153.
Schaller (H) 2002 = Hans Martin Schaller, Handschriftenverzeichnis zur Briefsammlung des
Petrus de Vinea (unter Mitarbeit von Bernard Vogel), Hanovre (MGH Hilfsmittel,38), 2002.
Schmale 1961 = Franz-Joseph Schmale (éd.), Aldabertus Samaritanus, Praecepta dictaminum,
Weimar, Böhlau, 1961 (MGH, Quellen zur Geistesgeschichte des Mittelalters, 3).
Thumser-Frohmann 2011 = Matthias Thumser-Jakob Frohmann, Die Briefsammlung des
Thomas von Capua, aus den nachgelassenen Unterlagen von E. Heller und H. M. Schaller MGH,
2011, www.mgh.de/datenbanken/thomas-von-capua.
Tříška 1985 = Joseph Tříška, « Prague Rhetoric and the Epistolare Dictamen (1278) of Henricus
de Isernia », in Rhetorica 3, 1985, p. 183-200.
Turcan-Verkerk 1994 = Anne-Marie Turcan-Verkerk, « Le Formulaire de Tréguier revisité :
les Carmina Trecorensia et l’Ars dictaminis », in Archivum Latinitatis Medii Aevii 52, 1994, p.
205-252.
Turcan-Verkerk 2003 =Anne-marie Turcan-Verkerk, « Le prosimetrum des Artes
Dictaminis médiévales (XIIe-XIIIe s.) », inArchivum latinitatis medii Aevi 61, 2003, p. 111-174.
Turcan-Verkerk 2006 = Anne-Marie Turcan-Verkerk, « Répertoire chronologique des théories
de l’art d’écrire en prose (milieu du XIe s.-années 1230) », in Archivum Latinitatis Medii
Aevi 64, 2006, p. 193-239.
Turcan-Verkerk 2007 = Anne-Marie Turcan-Verkerk, Le Liber artis omnigenum dictaminum de
Bernard de Bologne et sa transmission. Destins croisés de l’ars dictandi et de l’ars
versificatoria au XIIe siècle, mémoire d’habilitation, Paris, 2007.
Turcan-Verkerk 2009a = Anne-Marie Turcan-Verkerk, « L’art épistolaire au XIIe siècle.
Naissance et développement de l’ars dictaminis », in Annuaire de l’École pratique des hautes
études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques 140, 2009, p. 155-158.
Turcan-Verkerk 2009b = Anne-Marie Turcan-Verkerk, « la Ratio in dictamina, les Precepta
prosaici dictaminis secundum Tullium et Bernard de Bologne (ou : 1+4=5) », in Parva pro
magnis munera. Études de littérature tardo-antique et médiévale offertes à François Dolbeau
par ses élèves, éd. Monique Goullet, Turnhout, 2009, (Instrumenta Patristica et Mediaevalia,
51), p. 919-956.
Turcan-Verkerk 2010 = Anne-Marie Turcan-Verkerk, « Le Liber artis omnigenum dictaminum de
maître Bernard (vers 1145) : états successifs et problèmes d’attribution (première partie) »,
in Revue d’histoire des textes 5, 2010, p. 99-158.
Turcan-Verkerk 2011a = Anne-Marie Turcan-Verkerk, « Langue et littérature latines du Moyen

19
Âge », in Annuaire de l’École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences
historiques et philologiques 141, 2011, p. 128-147.
Turcan-Verkerk 2011b = Anne-Marie Turcan-Verkerk,
« Le Liber artis omnigenum dictaminum de maître Bernard (vers 1145) : états successifs et
problèmes d’attribution (seconde partie) », in Revue d’histoire des textes, 6, 2011, p. 261-328.
Valois 1881 = Noël Valois, « Étude sur le rythme des bulles pontificales », Bibliothèque de
l’école des chartes 42, 1881, p. 161-198.
Vulliez 1984 =Charles Vulliez, « L’évêque au miroir de l’‘ars dictaminis’. L’exemple de la Maior
compilatio de Bernard de Meung », in Revue d’Histoire de l’Église de France 70, 1984, p. 277-
304.
Vulliez 2001 = Charles Vulliez, « L’ars dictaminis, survivances et déclin dans la moitié nord de
l’espace français dans le Moyen Âge tardif (milieu XIIIe-milieu XVe siècle) », in Rhetorica 19, 2,
2001, p. 141-153.
Ward 1995 = John O. Ward, Ciceronian rhetoric in treatise, scholion and commentary,
Turnhout, 1995 (Typologie des sources du Moyen Âge occidental, 58).
Witt 1982 =Ronald G. Witt, « Medieval ‘Ars Dictaminis’ and the Beginnings of Humanism : A
new construction of the Problem », inRenaissance Quarterly 35, 1982, p. 1-35.
Witt 1985 = Ronald G. Witt, « On Bene of Florence’s Conception of French and Roman
Cursus », in Rhetorica 3, 1985, p. 77-98.
Witt 2000 = Ronald G. Witt, ‘In the footssteps of the Ancients’. The Origins of Humanism from
Lovato to Bruni, Leyde-Boston-Cologne, 2000 (Studies in Medieval and Reformation Thought,
74).
Witt 2012 =Ronald G. Witt, The two Latin cultures and the Foundation of Renaissance
Humanism in Medieval Italy, Cambridge, 2012.

Pour citer :
Benoît Grévin, « Ars dictaminis : rhétorique et stylistique dans la culture latine médiévale », in
Houari Touati (éd.), Encyclopédie de l’humanisme méditerranéen, printemps 2014, URL
=http://www.encyclopedie-humanisme.com/?ARS-DICTAMINIS-ARS-DICTANDI&var_mo

20

Vous aimerez peut-être aussi