Vous êtes sur la page 1sur 55

Dossier de presse  

  Expositions, théâtre, danse, musique, cinéma, rencontres  
   

du 2 novembre 2010 au 31 janvier 2011  

     

Le Louvre invite Patrice Chéreau  

 

Les visages et les corps  
                 

Ce programme bénéficie du mécénat principal de Pierre Bergé  et du soutien de Louis Vuitton. 
 

Relations Presse     Patrice Chéreau :   Nathalie Gasser nathalie.gasser.communication@gmail.com / 06 07 78 06 10    Musée du Louvre   David Madec : david.madec@louvre.fr  Sophie Grange : sophie.grange@louvre.fr /  01 40 20 53 14  

 

Le Louvre invite Patrice Chéreau  

Les visages et les corps  

 
                                                                                                                            © Nicolas Guérin 

  « Je  ne  sais  pas,  moi,  vivre  ou  fabriquer  un  objet,  spectacle,  film  autrement  qu’à  la  première  personne. C’est sûr. Je suis absolument partout, dans tous les personnages, démultipliés, et ceux qui  ne  sont  pas  moi  ce  sont  des  êtres  que  j’ai  connus.  Je  ramène  tout  à  moi  et  c’est  ce  qui  me  donne  l’énergie de travailler. Je n’en connais pas une autre. Et aussi le plaisir de m’adresser aux autres, car  j’ai toujours fait un théâtre et un cinéma où je ne me sépare pas du public : je veux lui dire ce qui,  pour moi, compte le plus. Je pense qu’on existe toujours, contre ou avec, par rapport aux gens à qui  l’on parle. Pour y arriver, il s’agit de trouver en soi cette nécessité qui fasse que les gens, à leur tour  vont la trouver aussi. »    Patrice Chéreau, J’y arriverai un jour, Actes Sud, 2009   

  2

   

Les visages et les corps
Patrice Chéreau au Louvre
  Depuis  son  plus  jeune  âge,  Patrice  Chéreau  entretient  une  relation  privilégiée  avec  le  Louvre.  Son  père  était  peintre,  sa  mère  dessinatrice  et  il  s’est  intéressé  très  tôt  aux  beaux‐arts.  Le  musée  du  Louvre a joué un rôle important dans la construction de sa sensibilité esthétique. Créateur en prise  directe  avec  le  présent,  il  est  en  même  temps  le  dépositaire  attentif  et  inspiré  de  notre  héritage  artistique. Après les nombreux triomphes qu’on lui connaît au théâtre, à l’opéra et au cinéma, Patrice  Chéreau revient aujourd’hui au Louvre. Invité à  poser son regard sur le musée et ses collections, il  propose un thème que toute son œuvre illustre : « les visages et les corps ». Ici, ces visages et ces  corps sont ceux des œuvres qu’il a choisies pour son exposition installée salle Restout. Ceux aussi des  acteurs  des  spectacles  qu’il  va  créer  dans  d’autres  salles  du  musée.  Ceux  enfin  des  chorégraphes,  musiciens,  plasticiens,  cinéastes,  écrivains  qu’il  réunit  autour  de  lui.  Ceux  bien  sûr,  des  visiteurs  et  des spectateurs qui viendront partager ses émotions, son approche unique de l’art et de la vie.  En demandant à Patrice  Chéreau de succéder à Pierre Boulez et Umberto  Eco pour être le « grand  invité »  du  Louvre,  je  savais  que  son  engagement  artistique  serait  « total »,  comme  on  parle  d’ « œuvre  d’art  totale ».  J’espérais  également  que  les  salles  du  Louvre  lui  inspirent  un  désir  de  théâtre. La magie des lieux a opéré grâce à la rencontre qu’il faisait, au même moment, avec le texte  du Norvégien Jon Fosse : Rêve d’automne. C’est dans le cadre d’un partenariat exceptionnel entre le  Louvre et le Théâtre de la Ville que sera créé ce spectacle. Dévoilée au début du mois de novembre  au Louvre, dans le salon Denon, la pièce de Jon Fosse est produite par le Théâtre de la Ville, qui la  présentera ensuite pendant deux mois dans un décor de Richard Peduzzi. Rêve d’Automne constitue  l’élément central d’une programmation qui réunit des artistes et des projets rares. Patrice Chéreau  l’a conçue comme un festival idéal, comme une œuvre unique et protéiforme. 

  Henri Loyrette 
président‐directeur du musée du Louvre 

  3

 

   
Être  l’invité  du  Louvre,  qu’est‐ce  que  cela  signifie  ?  La  réponse  est  sans  doute  différente  pour  chacun :  être  un  « grand »  programmateur,  un  maître  de  cérémonie,  un  visiteur  particulier ?  Au  cinéma,  au  théâtre  ou  à  l’opéra,  mon  métier  est  de  mettre  en  scène,  de  faire  apparaître  un  corps  dans  un  espace,  d’éveiller  un  visage  pour  qu’il  nous  raconte  une  histoire.  Au  Louvre,  il  en  sera  de  même : j’assimile le travail que j’y prépare à une œuvre, une mise en scène, un opus unique, tel une  nouvelle Tétralogie, un nouveau Peer Gynt, une nouvelle Reine Margot. Elle s’appelle cette fois‐ci :  Patrice Chéreau au Louvre, mais son vrai titre est : Les visages et les corps.   Faire  cet  opus  unique  à  plusieurs  facettes,  cela  veut  dire  y  passer  autant  de  temps  qu’à  la  préparation d’un film, en régler les détails aussi minutieusement qu’au théâtre, s’interroger toujours  et jusqu’au dernier moment sur la cohérence de l’ensemble, le pourquoi des choses.   Quels  visages,  quels  corps  ?  Dans  quels  espaces  ?  Quels  films,  quelles  chorégraphies  ?  Quelles  discussions ? Avec qui ?   Le hasard aura voulu que je découvre, alors que je parcourais les salles et les galeries du Louvre, la  pièce du Norvégien Jon Fosse, Rêve d’automne. Un homme et une femme qui se sont connus il y a  longtemps se retrouvent dans un cimetière, ils se reconnaissent dans un combat qui les conduira, à  travers  les  générations  qui  les  précèdent  et  celles  qui  les  suivent,  de  la  vie  à  la  mort.  Le  musée  comme un cimetière ?  La lecture de cette pièce a fait renaître en moi un désir de théâtre, l’envie de  convoquer ces personnages pour quelques nuits dans une salle du Louvre, le salon Denon. Ce seront  Valeria  Bruni‐Tedeschi,  Marie  Bunel,  Pascal  Greggory,  Michelle  Marquais,  Bulle  Ogier,  Clément  Hervieu‐Léger,  Alexandre  Styker  et  Bernard  Verley,  qui  emmèneront  ensuite  le  salon  Denon,  réinventé par Richard Peduzzi, au Théâtre de la Ville (du 4 décembre 2010 au 25 janvier 2011), puis  sur plusieurs scènes de France et d’Europe. L’ombre envahissante du désir et du deuil unis dans un  même mausolée, un rêve en automne.   La pièce de Jon Fosse est au centre de ce que je propose au Louvre à travers le théâtre, la musique, la  danse, la parole, la peinture, le cinéma et la photographie. Au cœur de ce dispositif, une exposition  dans la salle Restout réunira des peintures du Louvre, du musée d’Orsay et du Centre Pompidou ainsi  que  des  photographies,  des  dessins.  De  Rembrandt  à  Bacon,  de  Titien  à  Courbet,  Picasso  ou  Nan  Goldin,  l’exposition  sera  comme  le  livret  de  cette  partition  qui  se  jouera  dans  plusieurs  lieux  du  musée.  Je  voudrais  qu’un  visiteur  qui  n’aurait  assisté  à  aucun  des  spectacles  ou  événements  de  ce  mois de novembre tombe presque par hasard sur mon exposition et y découvre ce que raconte Les  visages  et  les  corps.  Comme  pour  le  livre  que  le  Louvre  éditera.  Entre  les  œuvres  exposées  et  les  spectacles, j’imagine un va‐et‐vient permanent. Aller et retour.   Est‐ce  que  l’accrochage  parlera  du  désir  et  donc  de  Rêve  d’Automne  ?  De  la  dépression  et  de  la  longue léthargie du corps au sortir de la folie les Wesendonck Lieder, joués et chantés par  Waltraud  Meier dans les salles de peinture espagnole ? Sera‐t‐il au contraire comme une grande réflexion sur  la  peinture,  sur  le  portrait,  sur  les  corps  ?  Et  quels  corps  ?  Le  désir,  l’absence  de  désir,  la  mort  du  désir, le corps malade, les mutilations ?  

  4

 

   
Nous nous sommes fixés une obligation absolue de narration, d’une narration unique qui engloberait  tout, tous les mots qui seront prononcés, les musiques qu’on donnera à entendre, les déplacements  des corps dans l’espace. Quelque chose qui tournera autour du désir, de la chair (la chair, ce pourrait  être  l’autre  titre  de  tout  le  projet).  Chez  Wagner,  donc,  la  folie,  mais  aussi  l’éblouissement  final,  l’apaisement du corps, la lumière du visage. Chez Bernard‐Marie Koltès, Romain Duris jouant La Nuit  juste avant les forêts), les mille et une nuits d’un homme qui meurt. Chez Pierre Guyotat, dont je lirai  Coma, la renaissance de l’esprit. Chez les chorégraphes Thierry Thieû Niang, Boris Charmatz, Clara  Cornil,  Emmanuelle  Huyhn  et  Mathilde  Monnier,  d’autres  corps,  d’autres  générations,  avec  ces  amateurs qui viendront danser dans les salles et, à travers des hommages à Merce Cunningham et  Odile Duboc, la question de ce qui se transmet ou s’oublie. Au cinéma, les films que j’ai réalisés et  ceux des autres, que j’aime, qui parlent aussi des visages et des corps (Nuri Bilge Ceylan, Tsai Ming‐ liang, Arnaud des Pallières, Steve McQueen). Et la musique, celle de Berg ou de Stravinski, jouée par  Daniel Barenboim et le West‐Eastern Divan Orchestra. Parce qu’on peut aussi dire que le thème, ou  le scénario général de tout cela, c’est ce que le Louvre lui‐même me raconte, ce qui se transfuse du  Louvre dans mon travail, ces portraits, ces visages que j’aime et qui me bouleversent, cette longue  file de regards, de bouches, d’enfance et de rides, tous ces visages que je voudrais filmer ou mettre  en scène.  Tous ces corps et les visages que je veux partager avec le public du Louvre et, encore une fois, cette  façon  singulière  de  raconter  le  monde  à  travers  mon  propre  désir,  celui  qui  me  fait  aimer  le  corps  d’un acteur autant qu’un tableau, le regard d’une actrice ou la nudité obscène, la chasteté d’un corps  qui se refuse. Ce travail que chaque visiteur fait sans doute en secret, cette façon de relier les œuvres  d’art à ses propres émotions, à ses souvenirs les plus intimes, et que je voudrais donner à voir.    Patrice Chéreau       

  5

 

EXPOSITIONS  4 novembre 2010 – 31 janvier 2011 
 

Les visages et les corps  
Une exposition de Patrice Chéreau  
  Salle Restout (Salle 43 du parcours des Peintures françaises, aile Sully, 2ème étage)    Avec la collaboration de Sébastien Allard, conservateur au département des peintures du  musée du Louvre et de Vincent Huguet    Scénographie Richard Peduzzi    Avec la participation du musée d’Orsay pour des prêts exceptionnels, ainsi que du musée de  l’Orangerie, du Centre Pompidou, du musée Fabre à Montpellier, du musée des Beaux‐arts  de  Rouen,  du  musée  des  Beaux‐arts  de  Tours,  du  musée  Ingres  à  Montauban  et  de  The  Matthew Mark Gallery – New York.     

Derrière les images  
Une exposition de Sébastien Allard, conservateur au département des peintures du Musée  du Louvre et de Vincent Huguet 

 
Couloir des Poules (salle 42 du département des arts graphiques, aile Sully, 2ème étage) 
  Scénographie Richard Peduzzi   

Avec le concours exceptionnel de l’IMEC (Institut de mémoire de l’édition contemporaine,  Paris, Caen) pour les prêts du fonds Patrice. 
 
  « Quelle est cette avidité qui va des sculptures du Louvre aux tableaux de mon père, des dessins de ma mère aux  miens propres, des images qu’on dit que je sais fabriquer, des acteurs que je sais faire travailler (mais je n’ai pas  toujours  su)  et  pourquoi  tout  cela  ?  Quelle  est  cette  combinaison  étrange  de  ma  vie  et  de  mon  travail,  cette  façon de vivre, cet appétit, ce que j’appelais avidité, voracité : vouloir tout, posséder, connaître le mouvement,  raconter des histoires, donc savoir les raconter, transmettre du récit et pas seulement des émotions, détailler  mes  propres  émotions,  tourner  autour  de  quelque  chose de  totalement  autobiographique  et que  je  ne  saurai  jamais écrire, pas même ici. Envie de donner aux autres ce que me donne un roman, un film, le spectacle de la  rue. Je ne sais pas mieux le déchiffrer que les autres, je sais juste l’organiser correctement et je vole très bien de  la  matière  à  tout  le  monde.  Et  de  tout  ce  que  j’ai  l’impression  d’avoir  volé,  je  tente  de  l’organiser  pour  mon  musée personnel : les spectacles, films, pièces de théâtre, les opéras parfois que vous voyez. Je suis receleur ou  je recycle. La mise en scène, c’est donc cela ? «     Patrice Chéreau (extrait de Patrice Chéreau, Les Visages et les corps, musée du Louvre éditions – Flammarion,  octobre 2010)     

  6

 

Scopophilia 
Nouveau diaporama de Nan Goldin   Salle audiovisuelle sous la Pyramide du Louvre  
  Cette création bénéficie du soutien de The Charles Engelhard Foundation et du Cercle des Jeunes  Mécènes.  Avec la collaboration des American Friends of the Louvre.    Invitée par Patrice Chéreau à produire une nouvelle œuvre en relation avec le thème et l’exposition  Les Visages et les corps, Nan Goldin propose un diaporama composé de ses propres photographies,  dont  de  nombreuses  sont  inédites,  et  de  celles  qu’elle  a  prises  pendant  six  mois  des  tableaux  et  sculptures du Louvre. Certaines sont les mêmes que celles choisies par Patrice Chéreau, mais cadrées  par la subjectivité de son regard ; les autres représentent ses choix personnels, suscités par l’émotion  esthétique et une possible narration érotique et amoureuse.  Cet  exercice  du  regard  scrutateur  sur  la  peinture  vient  de  sa  fascination,  dès  l’enfance,  pour  les  images  peintes,  et  c’est  aussi  une  manière  pour  elle  d’allier  l’art  et  la  vie.  Elle  ressent  la  même  intensité  lorsqu’elle  photographie  des  êtres  humains  ou  des  personnages  peints.  Son  regard  est  animé par le désir de rendre vivantes et charnelles ces figures mythiques.  Elle avait déjà traité cette relation entre peinture et photographie dans l’exposition : « Sœurs, saintes  et sibylles » à la chapelle de La Salpêtrière en 2004. L’intimité et la sensualité auxquelles l’artiste fait  souvent  référence  ne  sont  pas  étrangères  au  mythe  de  Pygmalion  :  «  L’idée  de  photographier  une  peinture de façon incessante dans l’intention de lui donner la vie, le désir éveillé par les images, sont  le point de départ réel de ce projet » (Nan Goldin) 

  Trois expositions au cœur du Louvre 
Invité à concevoir une exposition au Louvre, Patrice Chéreau a choisi une salle du département des  peintures, la Salle Restout, dont les fenêtres ouvrent sur la Cour carrée. Cette salle est encadrée par  deux petits vestibules et « doublée » par une galerie presque secrète, le « couloir des poules » qui  donne  sur  la  colonnade  du  Louvre.  C’est  dans  l’ensemble  de  ces  espaces,  métamorphosés  par  Richard Peduzzi, que se tiendra une exposition en deux parties : dans la salle Restout, Les visages et  les  corps,  conçue  par  Patrice  Chéreau  et  dans  le  Couloir  des  Poules,  Derrière  les  images,  une  évocation de l’univers du metteur en scène. Parallèlement, il a demandé à Nan Goldin de donner son  point de vue sur cette sélection d’œuvres et de les mettre en regard avec ses propres photos. 

 

Les visages et les corps  
  On a souvent raconté combien Patrice Chéreau avait été influencé dans sa jeunesse par la peinture,  celle  que  pratiquait  ses  parents  et  celle  que  son  père  lui  montrait,  notamment  dans  les  salles  du  Louvre.  Aujourd’hui,  pourtant,  le  metteur  en  scène  entretient  un  rapport  plus  ambigu  avec  la  peinture, fait d’admiration et de méfiance, d’attraction et de rejet, peut‐être à cause des « images »  que le public a cru voir dans ses pièces, dans ses opéras ou dans ses films, « images » qu’il ne renie  pas mais qui ne sont pour lui qu’instants figés là où le mouvement devrait l’emporter.  

  7

  Concevoir  une  exposition  de  peinture  ne  pouvait  donc  être  pour  lui  ni  la  mise  en  place  éphémère  d’un  musée  idéal  et  personnel  (les  tableaux  qui  l’auraient  marqué  ou,  pire,  influencé),  ni  une  quelconque  démonstration  sur  l’histoire  de  l’art.  Que  faire,  alors  ?  Comme  dans  son  travail  de  metteur en scène, Patrice Chéreau est parti sans idée préconçue, sans scénario bâti à l’avance, mais  les  yeux  grand  ouverts  dans  ces  salles  du  musée  qu’il  a  parcourues  sans  relâche.  D’une  visite  à  l’autre, des multiples combinaisons essayées loin du musée avec des images de papier, le metteur en  scène a peut‐être fini par se conduire avec les tableaux comme il le fait avec les acteurs au cours des  répétitions  :  les  guider,  mais  aussi  se  laisser  guider  par  eux.  Un  visage  en  appelait‐il  un  autre  ou  réclamait‐il  un  corps,  celui  d’une  femme  au  bain  ou  d’un  Christ  mort  ?  Tel  chef‐d’œuvre  de  la  Renaissance  se  suffisait‐il  à  lui‐même  ou  imposait‐il  d’autres  couleurs,  celles  du  XXe  siècle  ou  de  la  photographie… Ces recherches, Patrice Chéreau les a menées au plus près de la peinture, mais aussi  en  cohérence  avec  tout  ce  qu’il  préparait  ailleurs  dans  le  musée,  sans  forcer  les  échos  mais  en  les  écoutant, sans doute.  Une quarantaine d’œuvres, au total, issues des collections du musée du Louvre, du musée national  d’art  moderne‐Centre  Georges‐Pompidou,  du  musée  d’Orsay,  du  musée  de  l’Orangerie,  du  musée  des Beaux‐Arts de Tours et du musée Fabre à Montpellier. Des chefs‐d’œuvre comme L’Homme au  gant de Titien, le Christ mort de Philippe de Champaigne, L’Origine du monde de Courbet, le Portrait  de Michel Leiris de Francis Bacon voisinent avec des œuvres moins connues et des photographies de  l’artiste américaine Nan Goldin.  Dans chaque œuvre « qui lui  parle »,  c’est une tranche  d’humanité que Patrice Chéreau découvre,  une archéologie du sentiment qu’il met au jour. Derrière l’œuvre, derrière le sujet représenté, banal  apparemment  parce  que  le  visiteur  ou  l’historien  s’y  sont  trop  vite  habitués,  c’est  l’homme,  la  vie  qu’il traque, dans sa beauté et sa faiblesse. Il ne s’agit pas d’ériger sur les ruines du Musée (avec un  M  majuscule)  ainsi  démantelé,  les  contingences  d’un  musée  imaginaire,  formel  et  intellectuel,  de  substituer  un  ordre  à  une  autre,  mais,  avec  «  les  visages  et  les  corps  »  –  et  il  insiste  pour  l’article  défini –, de ranimer la part de vie enfermée, figée pour l’éternité dans l’œuvre d’art muséifiée.  Il  s’établit  un  dialogue  des  œuvres,  qui  se  découvrent  l’une  à  l’autre  dans  des  correspondances  poétiques, dont le metteur‐en‐scène est le révélateur.  Au final, il s’élève de tous ces visages et de ces corps, rassemblés comme dans un grand opéra, un  long chant mélancolique et plaintif, cruel quelquefois, avec ses moments de grâce et de désespoir,  une quête de la beauté, à tout instant menacée par le temps, par le travail, par le désir, par le regard  du spectateur. Que reste‐t‐il, au terme de ce tri ? La beauté éternelle et immuable, celle qui regarde  du  côté  de  l’idéal,  a  disparu  :  peu  de  corps  d’hommes  exaltés  dans  la  force  de  l’âge,  ou  alors  seulement  soumis  à  une  contrainte,  des  Christ  morts,  des  dépositions,  des  saints  anémiés  ou  des  philosophes au bord du suicide… quand ils ne sont pas disséqués, débités en morceaux comme dans  ces Fragments anatomiques de Géricault.   Car,  dans  ce  monde  imaginaire  que  reconstitue  Patrice  Chéreau,  comme  un  reflet  du  nôtre,  les  hommes et les femmes luttent pour  avoir, ne serait‐ce qu’un instant encore, leur part de beauté.  Sébastien Allard (extrait du livre : Patrice Chéreau, Les visages et les corps,  musée du Louvre  éditions ‐ Flammarion, 2010)

  8

 

Derrière les images, une évocation de l’univers de Patrice Chéreau 
L’invitation du Louvre est pour Patrice Chéreau une occasion de s’interroger sur les images, plus sur  celles qui l’ont nourri, influencé, peut‐être, accompagné que sur celles qu’il a à son tour imprimées  sans  le  savoir  dans  l’imaginaire  du  public.  À  travers  une  sélection  de  pièces  d’archives  jamais  exposées  auparavant  –  documents  préparatoires,  croquis  de  mise  en  scène,  maquettes  de  décors,  dont la plupart sont conservées dans les archives privées de Patrice Chéreau à l’IMEC, (Institut de la  Mémoire  de  l’Edition  Contemporaine,  Caen,  Paris)  –,  de  dessins  de  Richard  Peduzzi,  d’images  de  presse  et  d’œuvres  de  Jean‐Baptiste  Chéreau,  le  Couloir  des  Poules,  parallèle  à  la  Salle  Restout,  devient l’atelier et la mémoire du metteur en scène. Une traversée subjective et fragmentaire où se  révèle une part de son regard. 

  Une scénographie de Richard Peduzzi 
La  Salle  Restout,  qui  présente  habituellement  les  grands  formats  du  XVIIIe  siècle  français,  est  transformée par Richard Peduzzi en un espace aux hautes cimaises, percées seulement de quelques  meurtrières. Les murs sont rouges, d’une couleur qui rappelle celle mise au point par Pierre Soulages  pour  les  murs  du  Salon  Denon,  où  Patrice  Chéreau  montera  deux  nouvelles  pièces  de  théâtre.  Au  centre, une autre cimaise couverte de planches de bois, celles du Théâtre de Parme mais aussi celles  déjà imaginées pour les appartements royaux du Louvre dans La Reine Margot. Le Couloir des Poules,  suspendu d’un œil de bœuf à un autre, est habillé, selon les mêmes principes, dans une atmosphère  plus intime propice à la découverte d’œuvres et de documents exposés pour la première fois. 

  Rencontre entre Patrice Chéreau et Richard Peduzzi 
Auditorium du Louvre : mercredi 10 novembre à 18h30  Modérateur : Arnaud Laporte, France Culture  La collaboration entre Patrice Chéreau et Richard Peduzzi débute en 1968 autour de textes majeurs,  tel  le  Don  Juan  de  Molière.  L’architecture  épurée,  tout  en  tensions,  où  s’inscrivent  les  corps  des  acteurs, inaugure un nouveau langage scénique. 

  9

 

Théâtre
Rêve d’Automne de Jon Fosse  
Salon Denon, 2 – 18 novembre à 20h30 

In der Kindheit frühen Tagen  
d’après les Wesendonck Lieder de Richard Wagner 
Parcours musical exceptionnel dans les salles de peintures espagnoles et italiennes du  XVIIe siècle, 9 novembre : (3 représentations) à 19h, 20h15 et 21h30   

Coma de Pierre Guyotat 
Auditorium  du Louvre, 17 novembre à 20h  

La nuit juste avant les forêts de Bernard Marie Koltès 
Salon Denon, 29 novembre et 2 décembre à 19h et 21h30  
   

  10

 

Théâtre  
Salon Denon, 2 – 18 novembre à 20h30 

Rêve d’Automne, de Jon Fosse 

                                                       Mise en scène Patrice Chéreau 
Texte français de Terje Sinding (l’Arche, éditeur)  Décor Richard Peduzzi   Costumes Caroline de Vivaise  Lumière Dominique Bruguière  Son Eric Neveux 

 © Pascal Victor/ ArtcomArt 

avec  Valeria Bruni Tedeschi,  Marie Bunel,  Pascal Greggory,  Clément Hervieu‐ Léger, Michèle Marquais, Bulle Ogier, Alexandre Styker et Bernard Verley.   Assistants à la mise en scène Valérie Nègre, Vincent Huguet 

Et au Théâtre de la Ville du 4 décembre 2010 au 25 janvier 2011.                Le spectacle sera présenté en avant première au CDN d’Orléans du 23 au 25 novembre 2010 
  Rêve  d’automne  de  Jon  Fosse  est  une  création  du  Théâtre  de  la  Ville  dans  le  cadre  d’un  partenariat  exceptionnel  entre  le  Louvre  et  le  Théâtre  de  la  Ville  qui  en  organise  la  tournée  à  partir  de  février  2011  en  province et à l’étranger.  En coproduction avec le musée du Louvre, le Festival d’Automne à Paris, le GrandT /  Scène  Conventionnée  de  Loire‐Atlantique,  De  Singel  /  Anvers,  le  Théâtre  du  Nord  /  Lille,  Stadsschouwburg  /  Amsterdam, Piccolo Teatro di Milano – Teatro d’Europa, Wiener Festwochen, le Festival d’Athènes, le Théâtre  National de Marseille‐La Criée, et le Centre dramatique national Orléans / Loiret /Centre 

 

  11

 

    Un rêve en automne  
    Un  grand hall peint en rouge, des tableaux tapis dans l’ombre, un salon profond où sont convoqués  les vivants et les morts, ces vies entières que nous traversons avec eux, le désir qui s’en va.   La métaphore de Jon Fosse qui s’incarnera ici, ce cimetière de toutes les vies, entremêlée à celle du  musée : cette envie violente, qui m’a traversé l’esprit il y a un an jour pour jour lorsque, ayant lu le  texte par hasard, je me suis promené dans les salles du Louvre où la pièce verra le jour à la Toussaint  2010.  La vie, la passion folle, le désir qui se heurtent de plein fouet à l’irruption obscène des enterrements,  aux générations qui ressassent et disparaissent, à la mort qui voudrait reprendre ses droits et finira  par  gagner.  La  salle  vide  d’un  musée  où  les  corps  s’empêchent  et  se  frôlent  pourtant,  la  mort  de  toute  une  lignée  du  côté  des  hommes :  la  grand‐mère  paternelle,  le  père,  puis  cet  homme‐là  que  nous raconte Fosse, cet homme sans qualités et son fils de dix‐neuf ans qui ne connaîtra jamais son  enfant. Et dans ces vies combattantes, l’ombre du désir et du deuil qui célèbrent leur union dans un  même mausolée.  Un rêve en automne : des visages qui aiment tant et souffrent trop, le sexe et le suicide qui rôdent,  des corps qui veulent tout, et un cœur, comme dirait Guyotat, qui ne fait passer que du sang, et du  sang qui ne chauffe plus.   Un  homme  et  une  femme  qui  se  sont  désirés  il  y  a  longtemps  se  retrouvent  éperdument  devant  nous, ils se reconnaissent : qu’est‐ce qui a déjà existé entre eux ? De quoi sera fait leur futur auquel  on  assiste  déjà ?  Et  puis :  qui  est  mort ?  et  qui  va  mourir ?  C’est  le  désir  fou  qui  se  bat  contre  la  dépression : mort de l’amour, inassouvi et pourtant perpétuel.   Car les hommes vivent encore longtemps quand tout semble mort en eux, et c’est ce qu’on appelle la  vie de tous les jours, le désir y brille d’un feu qui ne veut toujours pas s’éteindre. Et puis, il y a les  mères qui, comme dans la pièce de Fosse, survivent à tout, et les grand‐mères infatigables, fantômes  dansants  elles  aussi,  habitantes  d’un  musée  cimetière,  et  qui  savent  regarder  tout  cela  de  l’œil  attendri des revenants, attendant que leur arrière petit‐fils viennent les rejoindre dans la tombe, là  où est leur vraie place.   Accouplements, mythologies familières : tant d’êtres vivants ou morts, nos fantômes ; la nuit venue,  ils se réincarnent ici sous nos yeux.  Patrice Chéreau, juin 2010    

  12

 

Théâtre  
In der Kindheit frühen Tagen  

 

mardi 9 novembre : (3 représentations) à 19h, 20h15 et 21h30   

d’après les Wesendonck Lieder de Richard Wagner  
Parcours musical exceptionnel dans les salles de peintures espagnoles et italiennes du  XVIIe siècle 

                                     
avec Waltraud Meier   Piano Yael Kareth,  Karim Said   Mise en scène Patrice Chéreau et Thierry Thieû Niang 
Costumes Moidele Bickel 
Assistante à la mise en scène Valérie Nègre 

 
© Pascal Victor/ ArtcomArt 

  13

 

 
  Wagner entreprend l’écriture des cinq Wesendonck Lieder en 1857. Ces pages, parmi les plus belles  écrites  par  le  compositeur,  sont  publiées  sous  le  titre  :  «  Cinq  poèmes  pour  voix  de  femme  avec  accompagnement  de  piano  ».  En  1857,  entre  l’interruption  de  Siegfried  et  le  projet  de  Parsifal,  Richard  Wagner  écrit  le  poème  de  Tristan  et  Isolde.  Sur  la  partition  des  Wesendonck  Lieder  éditée  chez Schott, pour deux des Lieder, il est inscrit : « Étude pour Tristan et Isolde ».     Le compositeur est alors au plus fort de sa relation avec Mathilde, la jeune femme de son protecteur  Otto  Wesendonck.  Pour  cette  œuvre  aux  résonances  multiples,  Patrice  Chéreau  a  convoqué  avec  Waltraud  Meier,  la  mémoire  même  de  leur  production  de  Tristan  et  Isolde  (Scala  2007)  :  un  monologue  à  l’orée  de  la  folie,  une  recherche  de  la  lumière,  une  solitude  immense  peuplée  de  fantômes,  une  grande  déambulation  dans  les  salles  de  peintures  espagnoles.  L’immense  wagnérienne  Waltraud  Meier,  accompagnée  de  deux  pianistes,  Yaël  Kareth  et  Karim  Saïd,  incarne  cette femme abandonnée aux traits croisés de Mathilde et d’Isolde. Loin de la forme traditionnelle  du récital, la mise en scène de Patrice Chéreau et Thierry Thieû Niang invite le public à la suivre pour  une promenade hallucinée au cœur même du musée, dans le dédale des galeries et des salles.      Remerciements à l’Académie des Beaux‐Arts de Munich  où le spectacle a été créé le 16 mai 2010 

  14

 

Théâtre  
Salon Denon, 29 novembre et 2 décembre à 19h et 21h30  

La nuit juste avant les forêts de Bernard‐Marie Koltès 
  avec Romain Duris   

   

   © Pascal Victor / ArtComart 

    Mise en scène Patrice Chéreau et Thierry Thieû Niang  
Costumes: Caroline de Vivaise  Assistant à la mise en scène: Vincent Huguet  
  Ce spectacle a été présenté en avant première à Châteauvallon le 22 juin, au Centre dramatique de Valence  le  24 juin ainsi qu’à la Maison de la Culture de Nevers et de la Nièvre le 26 juin 2010.  Production  Comédie  de  Valence  Centre  Dramatique  Drôme‐Ardèche  /  Coproduction  Centre  National  de  Création et de Diffusion Culturelles de Châteauvallon et la Maison de la Culture de Nevers et de la Nièvre.  

  15

 
 

  « Un homme  tente de retenir par tous les mots qu'il peut trouver un inconnu qu'il a abordé  au coin d'une rue, un soir où il est seul. Il lui parle de son univers. Une banlieue où il pleut, où  l'on est étranger, où l'on ne travaille plus ; un monde nocturne qu'il traverse, pour fuir, sans  se retourner ; il lui parle de tout et de l'amour comme on ne peut jamais en parler, sauf à un  inconnu comme celui‐là, un enfant peut‐être, silencieux, immobile. » 
Bernard‐Marie Koltès    Lorsque  Bernard‐Marie  Koltès  est  venu  me  voir  la  toute  première  fois,  en  décembre  1979,  il  avait  apporté avec lui deux textes : La nuit juste avant les forêts et Combat de Nègre et de chien. Je n’ai pas  compris  le  premier  et  je  me  suis  concentré  sur  le  second  que  j’ai  eu  envie  de  monter.  Là  non  plus  sans tout à fait comprendre, mais il y avait dans ce second texte des situations, des personnages, une  langue,  il  ne  se  présentait  pas,  contrairement  au  premier,  sous  la  forme  intimidante  d’une  grande  phrase unique de vingt‐cinq pages qui ne me donnait aucune porte pour y entrer, pas une fenêtre,  pas un soupirail pour regarder à l’intérieur.   Aujourd’hui, avec Thierry Thieû Niang et Romain Duris, nous travaillons ce texte. J’ouvre la première  édition parue quelques années plus tard aux Éditions de Minuit, sur la page de garde, une dédicace  de Bernard à laquelle je n’avais pas prêté attention :   « À Patrice,   mes premières mille et une nuits,   Bernard. »     Relisant le beau livre de Brigitte Salino, je découvre une autre phase de Bernard, dans une lettre à  Yves Ferry, le créateur du rôle : « Ce que je vois, c'est un véritable emballement dans la tête, à toute  vitesse, jusqu'à ce que ‘mort s'ensuive’. »   Pour  cet  homme  qui  nous  parle,  la  mort  est  au  bout  du  chemin,  sous  les  apparences  de  ces  « loubards sapés » qui ont fini par lui casser la gueule ; que pour la retarder, cette mort, il lui faut  raconter,  raconter  encore  et  encore  à  ce  garçon  auquel  il  s’adresse,  ajouter  une  histoire  après  l’autre, « le retenir par tous les mots qu'il peut trouver » dit ailleurs Koltès, conte après conte, mille et  une  fois,  dans  une  rhapsodie  vertigineuse.  « Il  lui  parle  de  tout  et  de  l'amour  comme  on  ne  peut  jamais  en  parler,  sauf  à  un  inconnu  comme  celui‐là,  un  enfant  peut‐être,  silencieux,  immobile ».  Et  que cet homme, là, qui parle si obsessionnellement à cet enfant à peine entrevu, parviendrait ainsi à  retarder sa mort, qu’il ait enfin pu lui prendre le bras, avant que la fureur des coups reçus ne le fasse  basculer de l’autre côté, et puis, toujours, « la pluie la pluie la pluie ? »  Patrice Chéreau – Mai 2010    

  16

     

Théâtre  
Auditorium du Louvre, le 17 novembre à 20h  

Coma de Pierre Guyotat 
 

avec Patrice Chéreau  
sous la direction de Thierry Thieû Niang 

 

 © Pascal Victor/ArtComArt 
  Coma est paru au Mercure de France en 2006, et en Folio (Gallimard), Prix Décembre 2006  Coma a été créé à l’occasion du Prix Europe pour le Théâtre à Thessalonique le 13 avril 2008 

  17

        « Jadis,  enfant,  lorsque  l'Été  résonne  et  sent  et  palpite  de  partout,  mon  corps  en  même  temps  que  mon moi commence de s'y circonscrire et donc de le former : le « bonheur » de vivre, d'éprouver, de  prévoir déjà, le démembre, tout de ce corps éclate, les neurones vont vers ce qui les sollicite, les zones  de  sensation  se  détachent  presque  en  blocs  qui  se  posent  aux  quatre  coins  du  paysage,  aux  quatre  coins de la Création.  Ou bien, c'est la fusion avec le monde, ma disparition dans tout ce qui me touche, que je vois, et dans  tout  ce  que  je  ne  vois  pas  encore.  Sans  doute  ne  puis‐je  alors  supporter  de  n'être  qu'un  seul  moi  devant  tous  ces  autres  moi  et  d'être  immobile  malgré  l'effervescence  de  mes  sens,  d'être  immobile  dans cet espace où l'on saute, s'élance, s'envole...  Plutôt mourir (comme peut « mourir » un enfant)  que  de  ne  pas  être  multiple,  voire  multiple  jusqu'à  l'infini.  Quelle  douleur  aussi  de  ne  pouvoir  se  partager,  être,  soi,  partagé,  comme  un  festin  par  tout  ce  qu'on  désire  manger,  par  toutes  les  sensations, par tous les êtres : cette dépouille déchiquetée de petit animal par terre c'est moi... si ce  pouvait‐être moi ! »      Pierre Guyotat      Dirigé par Thierry Thieû Niang, Patrice Chéreau donne une voix et un corps aux douloureuses paroles  de  Pierre  Guyotat,  qui  racontent  la  mort  et  la  dépression,  le  besoin  désespéré  d’expression  et  la  pulsion suicidaire, mais également la puissance des sens et la nécessité de vivre, qui se révèlent plus  forte  que  ce  «  coma  »  intellectuel  et  physique  dont  il  a  été  victime.  Le  problème  de  la  création  artistique,  cri  désespéré  et  seul  remède  à  cette  nécessité  pressante  d’exister  en  tant  que  verbe  et  corps, et son pouvoir cathartique sont l’axe principal de ce voyage autobiographique.    « Coma  se  lit  d’une  traite,  comme  une  relation  de  voyage  aux  confins  du  monde  raisonnable  –  voyage  hypnotique  dans  le  sommeil  paradoxal  et  la  profondeur  du  geste  de  création.  Texte  autobiographique,  écrit  en  marge  de  l’œuvre  ouverte  par  Tombeau  pour  cinq  cent  mille  soldats  en  1967, et à laquelle Progénitures, publié en 2000, a donné une nouvelle dimension par le recours au  verset, Coma peut se lire comme le témoignage d’une traversée douloureuse vers un inaccessible au‐ delà du corps individuel, mais aussi comme l’odyssée poétique d’une écriture qui réclame ses livres  de chair pour s’incarner en verbe. »    Bertrand Leclair (in remue.net littérature, Une odyssée poétique, juin 2006)   

  18

 

Danse  
  Trois soirées de danse  
Salon Denon et Galerie Daru : 6, 7 et 9 décembre (3 représentations) :   6 décembre à 20h30  
Mathilde Monnier Un américain à Paris   Boris  Charmatz et Emmanuelle Huynh bolero two   

7 décembre  à  20h30  
Thierry Thieû Niang, Clara Cornil, Klaus Janek  3   Boris  Charmatz et Emmanuelle Huynh bolero two   

9 décembre à 20h30   
Thierry Thieû Niang , Clara Cornil, Klaus Janek  3   Mathilde Monnier Un américain à Paris  
 

    Danseur,  chorégraphe  et  metteur  en  scène,  Thierry  Thieû  Niang  poursuit  depuis  plusieurs années une collaboration avec Patrice Chéreau (Cosi fan tutte – 2005, De  la Maison des morts– 2007) Ensemble ils ont mis en scène en 2008 La Douleur de  Marguerite Duras, avec Dominique Blanc et en 2010 La nuit juste avant les forêts de  Bernard‐Marie Koltès avec Romain Duris.   En juillet 2010, Thierry Thieû Niang met en scène Un Retour d’Oscar Strasnoy pour  la création mondiale de l’œuvre au Festival d’art lyrique d’Aix‐en‐Provence et il est  également  invité  par  la  SACD  à  produire  une  nouvelle  création  avec  Marie  Desplechin et Ariane Ascaride, Proposition d’un jour d’été, dans le cadre du 64ème  Festival  d’Avignon.  Patrice  Chéreau  lui  a  demandé  de  travailler  avec  lui  pour  la  programmation chorégraphique au Louvre. Il en explique l’esprit et les résonnances  avec le reste de la programmation.      « Quand Patrice Chéreau a été sollicité pour cette invitation au Louvre il m’a proposé de réfléchir avec  lui et son équipé à un programme autour de la danse. Il tenait également à ce que le travail que je  mène  avec  des  danseurs  amateurs  soit  présenté  pour  que  d’autres  corps  qui  ne  sont  pas  professionnels soient présents, notamment les enfants et les personnes âgées. Nous avions aussi le  

  19

        désir de réunir d’autres chorégraphes  qui sauraient réinventer l’espace, danser in situ dans le musée,  avec un public qui ne serait pas forcément dans une relation frontale.  J’ai  tout  de  suite  proposé  Mathilde  Monnier  car  son  rapport  à  l’institution  comme  les  croisements  interdisciplinaires  qu’elle  fait  entre  la  musique,  les  arts  plastiques,  le  public  participatif,  la  transmission m’intéressaient et puis évidemment j’ai nommé Boris Charmatz qui réinterroge aussi le  rapport aux arts et à ses représentations dans le « ici et maintenant » de la pensée et du politique.   Boris    dans  son  inventivité  est  capable  de    travailler  avec  300  amateurs  et  le  lendemain  avec  la  comédienne Jeanne Balibar.  Ce sont ces écarts dont je suis friand et qui me constituent aujourd’hui.  Ce choix c’est aussi le rassemblement de trois générations qui vont se rencontrer dans le musée.  L’actualité nous a rattrapés : la mort de Pina Bausch, puis celle de Merce Cunningham et récemment  celle d’Odile Duboc nous amènent aussi à réinterroger notre rapport à la danse et à la transmission.  Peut‐être que dans toute cette programmation, les visages sont dans la peinture et les corps dans le  mouvement, celui des comédiens et des danseurs. Des présents et des absents. » 

Thierry Thieû Niang  

  20

 

Un Américain à Paris, Hommage à Merce Cunningham 
Chorégraphie Mathilde Monnier  

 © Gregory Batardon 

  Lumière Eric Wurtz, Régie générale Marc Coudrais  Interprétation 

Marcus Vigneron‐Coudray, Foofwa d'Immobilité, Mathilde Monnier 
  Cette pièce a été créée à l’occasion d’une soirée hommage à Merce Cunningham le 7 décembre 2009  au  Théâtre  de  la  Ville  à  Paris.  Elle  est  avant  tout  un  geste  artistique  vers  Merce,  pour  se  souvenir,  pour  être  ensemble,  pour  parler  de  lui,  pour  danser  du  Merce  même  si  on  ne  l'a  jamais  vraiment  dansé.  Une forme courte  qui évoquait  notre rapport au  grand  Merce, à son  œuvre  mais  aussi à sa  pensée,  son  inventivité,  son  humour  sur  le  monde  et  son  incroyable  jeunesse.  Une  façon  aussi  de  raccourcir  le  temps  et  de  transmettre  aux  jeunes  générations  « la  danse  de  Merce ».  (...)  Il  est  toujours un de mes maîtres, la référence absolue. Il m'a apporté l'intelligence du corps et la liberté. Il  a libéré la danse du joug  de la  musique, de  la narration et lui a donné un sens par elle‐même. Il a  utilisé  toutes  les  possibilités  du  corps  :  il  l'a  désynchronisé  en  donnant  à  chaque  partie  la  même  valeur.  En  particulier  au  dos.  Pour  lui,  il  n'y  a  pas  que  le  pied,  la  jambe  et  le  bras  comme  dans  la  danse classique. Sa façon d'enseigner est particulière : il montre et ne corrige quasiment jamais. C'est  en  le  voyant  travailler  qu'on  comprend  le  niveau  qu'on  doit  atteindre.  (...)  J'ai,  comme  beaucoup  d'autres danseurs des années 80, appris, découvert la danse et fait mes classes dans le fameux studio  de  Merce  Cunningham  à  New‐York.  Plus  tard,  j'ai  voulu  m'éloigner  de  cet  enseignement  et  danser  contre…,  puis  plus  tard  encore  en  regardant  les  spectacles  de  la  compagnie  au  fil  des  années,  j'ai  compris  qu'ils  étaient  une  des  sources  d'inspiration  les  plus  importantes  pour  moi.  Dire  de  Merce  Cunningham  qu'il  est  un  de  nos  pères  ne  nous  permet  pourtant  pas  de  dire  que  nous  serions  ses  enfants ou alors des enfants indisciplinés et bâtards et l'on ne peut pas s'approprier un héritage. Ce  qui m'autorise alors aujourd'hui à penser ce projet réside donc dans cette impossibilité. C'est dans et  à travers cette limite, que la liberté formidable que Merce Cunningham nous offre peut resurgir.  Mathilde Monnier 
Coproduction théâtre de la ville ‐ Paris / centre chorégraphique national de Montpellier Languedoc‐Roussillon,  musée du Louvre avec le soutien de la Ménagerie de verre dans le cadre des Studiolab  

  21

 

bolero two, Duo extrait de : trois boléros (20 min, 1996) 
Chorégraphie d’Odile Duboc 

 

 © Agathe Poupeney / Photoscene.fr 

Conception : Odile Duboc et Françoise Michel  Musique : Maurice Ravel par l'Orchestre Symphonique de la RAI Milan, direction Sergiu Celibidache 

Interprétation  Boris Charmatz, Emmanuelle Huynh  
« Ainsi le Boléro de Ravel (…) renaît mille et une fois de ses cendres jusqu’à la modulation finale en mi ; mais l’hypnose, puis  le vertige que cette monotonie provoque tiennent à la progression magique du mouvement stationnaire. L’exaltation née  de  ce  ressassement  cache  une  sorte  de  crescendo  réprimé,  un  crescendo  contenu  et  retenu  qui  monte  irrésistiblement,  comme  une  marée,  à  l’intérieur  du  mouvement  uniforme,  tout  en  restant  sur  place.  C’est  ce  qui  rend  fascinante  l’immobilité obsessionnelle du Boléro... » Vladimir Jankélévitch 

« La  lecture  de  cette  réflexion  de  Vladimir  Jankélévitch  à  propos  du  Boléro  m’avait  suffisamment  interpellée pour provoquer en moi un désir nouveau, celui de chorégraphier à partir d’une musique  qui  me  porte  et  m’invite  au  mouvement.  Mais  à  travers  les  mots  choisis  –  plus  qu’à  travers  les   constats – et dans la description des sensations qu’apporte cette musique, Jankélévitch me révélait  ce qui implicitement fondait mon désir : il n’y a pas une, mais de multiples possibilités d’évoluer sur  cette  musique.  (…)  Dans  le  deuxième  Boléro,  la  danse  de  Boris  Charmatz  et  Emmanuelle  Huynh  oppose une résistance puissante à l’expansion musicale progressive. Ce duo, concentré en un point  de la scène, se laisse envelopper par la musique sans jamais être envahi. Il sculpte avec lenteur une  matière commune qui tient de l’abandon et de la douceur, de l’attirance, du désir, de la fusion et de  l’arrachement. » Odile Duboc, 2000   « Dans le duo du deuxième Boléro, on voyage de l’effleurement au repoussé, qui se transforme en  traction, en la capacité de faire levier. Ça n’est pas comme dans la danse contemporaine abstraite :  ici, les mains prennent, appuient, s’agrippent, d’une façon presque expressionniste. C’est un toucher  qui inclut l’arrivée sur l’autre, l’effleurement, la caresse, la pression, pour aller jusqu’au contrepoids,  jusqu’au  porté.  La  peau  est  visible,  on  accepte  toute  la  tessiture  du  toucher.  C’est  un  duo  où  l’on  navigue  entre  effleurer  et  rentrer  dans  la  chair.  Le  voyage  consiste  à  entrer  dans  la  matière ».  Emmanuelle Huynh (in Revue du Centre chorégraphique de Belfort) 
Coproduction :  Contre  Jour  Centre  Chorégraphique  National  de  Franche‐Comté  à  Belfort ;  La  Filature  Scène  Nationale  de  Mulhouse ; Théâtre de la Ville, Paris ; Centre Jean Renoir, Scène Nationale de Dieppe ; La Coursive, Scène  Nationale de la  Rochelle. 

  22

   

   

3  
Création de Clara Cornil, Thierry Thieû Niang, danse et Klaus Janek, contrebasse    
Galerie Daru 
  Pour une fabrique au présent, quand les corps, les sons et les images font ensemble la dramaturgie  et l’expérience du réel : un territoire « horizontal » pour expérimenter  un vivre ensemble.   Une danse comme une transe aux couleurs chaudes. Un paysage d’automne. Une sculpture.  «  Cette  création  au  Louvre  s’appellera  3,  le  chiffre  3  tout  simplement.  Les  3,  c’est  Clara  Cornil,  chorégraphe et danseuse, Klaus Janek, contrebassiste et moi. Nous nous sommes rencontrés à Berlin  autour de soirées d’improvisation en 2001 . Il y a quelque chose d’organique entre nous, d’évident et  d’heureux. »  Thierry Thieû Niang, mai 2010 
 

  23

 

Danse  
 
26 novembre à partir de 19h dans le cadre des « Nocturnes du vendredi »       et 27 novembre à partir de 15h   

D’autres visages et d’autres corps  
 

 © Pascal Victor / ArtcomArt 

 

Déambulation chorégraphique conçue par Thierry Thieû Niang  
et trois  générations de danseurs amateurs  
Aile Sully, circuit des peintures françaises où se tiendra l’exposition Les visages et les  corps.  
Le musée du Louvre accueille le danseur et chorégraphe Thierry Thieû Niang pour « D’autres visages,  d’autres  corps »,  une  déambulation  chorégraphique  avec  trois  générations  de  danseurs.  Entourés  d’artistes associés,  il explore le « vivre ensemble », les liens  intergénérationnels et le partage d’un  lieu. En écho aux œuvres de Lebrun, de Fragonard ou encore d’Ingres, il propose, le temps d’un soir,  une  série  de  morceaux  dansés  où  artistes  et  amateurs  sont  invités  à  remettre  en  jeu  les  outils  d’improvisation  et  de  composition  autour  du  mouvement  dansé  pour  permettre  la  création  d’un  langage à travers lequel les corps, les espaces et les cultures puissent se rencontrer. 

  24

    En partenariat avec la Maison du Théâtre et de la Danse d’Epinay sur Seine   Participation de danseurs‐amateurs de la ville d’Épinay‐sur‐Seine et de Stains    « Le  pari  que  je  tenterai  au  Louvre  avec  les  danseurs‐amateurs,  c’est  de  ne  pas  être  dans  le  passé,  mais  au  contraire  d’amener  la  vie  du  dehors  dans  le  musée,  pour  ne  pas  être  dans  la  maison  des  « absents », pour que cette rencontre avec le musée soit celle du présent qui doit nous réactualiser,  nous réactiver dans nos pratiques. C’est pourquoi d’autres visages et d’autres corps comme ceux des  amateurs  étaient  essentiels.  Ce  travail  je  le  mène  avec  trois  générations  à  Stains.  Certains  m’accompagneront  au  Louvre.  J’essaie  d’expérimenter  une  déambulation  :  mettre  des  enfants,  des  adolescents et des seniors avec un public autour, voir comment dans ce lieu très formel, ils vont être  traversés par ce public qui ne vient pas spécialement voir des danseurs au Louvre. C’est une prise de  risque que j’ai voulue, le travail sur le regard, sur la vulnérabilité de la danse. » Thierry Thieû Niang  

  25

 

Musique   
Auditorium du Louvre, Lundi 8 novembre à  20h 
 

West Eastern Divan Orchestra  Daniel Barenboim, direction 
  Alban Berg     Kammerkonzert pour piano, violon et treize instruments à vent  
  Karim Said, piano  Michael Barenboim, violon 

  Igor Stravinski   Histoire du Soldat  
Patrice Chéreau, récitant  Guy Braunstein, violon  
  Fondé par le pianiste et chef d’orchestre Daniel Barenboim et l’écrivain Edward Saïd, le West Eastern  Divan  Orchestra  a  la  particularité  de  réunir  autour  d’une  même  passion  pour  la  musique  des  instrumentistes  issus  d’Israël  et  des  pays  arabes  voisins  afin  de  promouvoir  le  dialogue  et  la  paix  entre Juifs et Arabes. Avec ce concert, le jeune orchestre se mesure à deux partitions emblématiques  du vingtième siècle, tout d’abord le Concerto de chambre d’Alban Berg, partition achevée en 1925 en  hommage  à  son  maître  Arnold  Schönberg  et  qui  inaugure  chez  le  compositeur  sa  période  dodécaphonique, puis L’Histoire du Soldat de Stravinski, composée en 1917 sur un texte de Charles  Ferdinand Ramuz. Patrice Chéreau rejoint à cette occasion Daniel Barenboim et son orchestre pour  être le récitant de cette pièce aux accents faustiens racontant l’histoire d’un pauvre soldat vendant  son  âme  au  diable.  Depuis  leur  collaboration  pour  Wozzeck  de  Berg  dans  les  années  1990  au  Châtelet, le metteur en scène et le chef ont eu l’occasion de travailler ensemble à plusieurs reprises,  que ce soit au festival de Salzbourg avec Don Giovanni ou à la Scala de Milan pour Tristan et Isolde.  

  26

 

Théâtre et musique filmés  
Auditorium du Louvre, 4, 5, 6, 7 novembre 2010 
Ces séances mettent en évidence le parcours de metteur en scène de Patrice Chéreau au théâtre et à  l’opéra,  objet  du  portrait  réalisé  par  Stéphane  Metge  proposé  en  avant‐première  le  samedi  6  novembre.  Son  travail  dans  le  domaine  du  théâtre  est  illustré  par  la  captation  de  Phèdre  avec  Dominique Blanc en 1993 à l’Odéon‐Théâtre de l’Europe aux Ateliers Berthier. Avec sa mise en scène  du Ring de Richard Wagner en 1976 au Festival de Bayreuth, Patrice Chéreau a largement contribué à  renouveler  notre  vision  de  l’opéra.  Servies  par  un  sens  exceptionnel  de  la  direction  d’acteur,  ses  mises en scène font intervenir le contexte historique et social dans les grandes œuvres du répertoire  qu’il a abordées – Mozart, Berg, Janácek… Son travail sur le grand répertoire d’opéra se distingue par  l’importance donnée à l’expressivité corporelle des chanteurs, trop souvent réduits à un répertoire  de stéréotypes. Ce cycle permet de (re)voir deux productions dans lesquelles Patrice Chéreau était  associé à Pierre Boulez : Lulu d’Alban Berg (1979) à l’Opéra de Paris et De la Maison des morts de  Leos  Janácek  (2007)  au  Festival  d’Aix‐en‐Provence.  Une  rencontre  avec  Daniel  Barenboim,  chef  d’orchestre avec lequel Patrice Chéreau a mené quelques‐unes de ses productions les plus abouties –  Wozzeck, Don Giovanni et Tristan et Isolde – conclura le cycle. 

5 séances de théâtre et musique filmés  
 

Jeudi 4 novembre  à 19h – Auditorium  

Phèdre de Jean Racine  
en présence de Patrice Chéreau 
Mise en scène : Patrice Chéreau, décors : Richard Peduzzi, costumes : Moidèle Bickel,  lumières :  Dominique Bruguière  Avec Dominique Blanc (Phèdre), Eric  Ruf  (Hyppolite), Pascal Greggory (Thésée),  Michel Duchaussoy  (Théramène), Christiane Cohendy (Oenone), Marina Hands (Aricie), Nathalie Becue (Panope), Agnès  Sourdillon (Ismène)   Réalisation : Stéphane Metge  production : Azor Films, ARTE France, Ina, Love Streams, Odéon‐Théâtre de l’Europe, RuhrTriennale,  2003, 140 min.     Enregistré en 2003 à l’Odéon ‐ Théâtre de l’Europe aux Atelier Berthier par Stéphane Metge,  Phèdre  sonne  le  retour  au  théâtre  de  Patrice  Chéreau  après  la  réalisation  du  film  Intimité  et  sa  première  confrontation avec un classique français. Cette interprétation moderne de la pièce donne toute son  importance  aux  corps  des  comédiens  et  rapproche  le  public  de  cette  tragédie  moins  régie  par  les  Dieux  que  par  les  désirs  humains.  La  caméra  de  Stéphane  Metge,  au  plus  près  des  comédiens,  en  présence du public, relaie toute l’intensité de ce spectacle total. 

  27

 

Vendredi 5 novembre 20h – Auditorium 

De la Maison des morts de Leos Janacek 
en présence de Patrice Chéreau 
Festival d’Aix‐en‐Provence  Mahler Chamber orchestra, direction : Pierre Boulez   Le Chœur Arnold Schoenberg, direction : Jordi Casals  Mise  en  scène :  Patrice  Chéreau,  décors :  Richard  Peduzzi,  costumes :  Caroline  de  Vivaise,  lumières  Bertrand Couderc  Avec  Olaf  Bär  (Alexandre  Petrovitch  Goriantchikov),  Eric  Stoklossa  (Alieia),  Stefan  Margita  (Filka  Morosov),Peter Straka (Le grand prisonnier), Vladimir Chmelo (Le petit prisonnier), Jiri Sulzenko (Le  commandant  ),  Heinz  Zednik  (Le  vieillard),  John  Mark  Ainsley  (Skouratov),  Jan  Galla  (Tchekounov),  Tomas  Krejcirik  (Le  prisonnier  ivre),  Martin  Barta  (Le  prisonnier  cuisinier),  Vratislav  Kriz  (Le  Pope),  Olivier Dumait (Le jeune prisonnier), Susannah Haberfeld (Une prostituée), Ales Jenis (Le prisonnier  don  Juan),  Marian  Pavlovic  (Le  prisonnier  Kedril),Peter  Hoare  (Chapkine),  Gerd  Grochowski  (Chichkov), Andreas Conrad (Tcherevine) 

  Réalisation : Stéphane Metge  
Production : Azor Films, ARTE France, NHK, festival d’Aix‐en‐Provence, 2007, 100 min.   Après le Ring de Bayreuth et la version intégrale de Lulu de Berg, présentée le samedi 6 novembre,  cette troisième association de Patrice Chéreau et de Pierre Boulez sur l’ultime chef‐d’œuvre de Leos  Janacek, De la Maison des Morts, a été une réussite qui a marqué l’édition 2007 du Festival d’Aix‐en‐ Provence. En repartant de l’œuvre de Dostoïevski qui a inspiré le livret de Janacek, Patrice Chéreau a  construit une continuité dramaturgique qui transcende le centre de détention. Cet unique lieu où se  situe  l’action  de  l’opéra  se  transforme  en  théâtre  de  l’expression  concrète  des  sentiments :  la  vie  reprend le dessus au‐delà de la violence et du primitivisme qui émane de la musique de Janacek.     

Samedi 6 novembre  15h – Auditorium 

Lulu d’Alban Berg  
en présence de Patrice Chéreau 
Orchestre de l’opéra de Paris, direction musicale: Pierre Boulez   Mise en scène : Patrice Chéreau, décors : Richard Peduzzi.   Avec : Térésa Stratas (Lulu), Yvonne Minton (Comtess Geschwitz), Franz Mazura (Dr. Schön), Kenneth  Riegel (Alwa), Toni Blankenheim (Schigolch), Hanna Schwarz (Le Lycéen)  Robert Tear  (Le Peintre / le  Nègre),  Gerd Nienstedt (Le Dompteur), Helmuth Pampuch, Jules Bastin,  Anna Ringart…   Orchestration du 3ème acte par Friedrich Cerha.     Réalisation  Bernard Sobel, Yvon Gérault, prod. : INA, 1979,171 min.   

  28

  Dans la foulée de ce qui aura été – finalement – un triomphe, les quatre protagonistes du « Ring du  centenaire », Patrice Chéreau, Pierre Boulez, Richard Peduzzi et Jacques Schmidt, furent sollicités par  Rolf Liebermann pour assurer la production de ce qui sera le plus grand événement lyrique de la fin  des années 70 : la version  en trois actes, complétée par le compositeur autrichien  Friedrich Cerha,  de Lulu d’Alban Berg. L’opération fut un succès inimaginable, s’agissant d’une œuvre pratiquement  inconnue  du  public  français.  Patrice  Chéreau  réitère  le  parti  pris  qu’il  avait  adopté  pour  le  Ring :  situer  l’action  dans  les  années  1930,    l’époque  où  l’opéra  a  été  composé.  La  transposition  réussie  donne à l’action inspirée par la pièce de Wedekind une acuité et une expressivité annonciatrice des  catastrophes en gestation dans l’époque. Le filmage d’Yvon Géraut et de Bernard Sobel contribue à  faire de cette Lulu une réussite complète.    

Samedi 6 novembre 20h – Auditorium du Louvre 
Avant‐première : Patrice Chéreau, le corps au travail   en présence de Patrice Chéreau et Stéphane Metge 
Documentaire de Stéphane Metge (en diffusion sur ARTE le 15 novembre, à 22h30)  Production : AMIP, Arte France, Ina, Media, 2010, 90 min.  

Comment pratiquer théâtre, opéra et cinéma ?  
Dans ces trois arts majeurs, Patrice Chéreau a la conviction qu’il fait le même travail.   A  partir  des  années  soixante,  il  révolutionne  les  formes  de  la  pratique  théâtrale.  A  l’opéra,  il  dépoussière  un  art  encore  enfermé  dans  les  conventions  bourgeoises  du  XIXe  siècle  et  refonde  le  sens dramatique de la musique. Et puis il y a cette envie de cinéma qui le taraude depuis toujours et  ne l’a jamais quitté, cette obsession de toujours raconter des histoires de maintenant, même dans un  film en costumes. Et dans tous ces arts, la chair, désirée, aimée ou maltraitée et la vie qui s’échappe  comme le sang se répand.  Dans ce film, Patrice Chéreau nous parle de ses influences, depuis la peinture, que pratiquaient ses  parents et dont ils lui ont transmis le goût, jusqu’aux mentors de sa jeunesse théâtrale, en passant  par les cinéastes auprès desquels il a forgé sa personnalité artistique. Ce film est une interrogation  intime sur ce qu’il a traversé pendant toutes ces années, l’itinéraire d’une vie partagée à travers les  corps.   

Dimanche 7 novembre 19h – Auditorium 

Rencontre Patrice Chéreau ‐ Daniel Barenboim ‐ Stéphane Lissner 
Avec  Pierre  Boulez,  Daniel  Barenboim  est  le  chef  d’orchestre  avec  lequel  Patrice  Chéreau  a  eu  l’occasion de nouer la plus grande complicité. Cette rencontre exceptionnelle sera illustrée d’extraits  de  trois  opéras  marquants  issus  de  cette  collaboration :  Wozzeck  d’Alban  Berg  en  1992  au  Staatsoper,  Don  Juan  de  Mozart  à  Salzbourg  en  1994  et  Tristan  et  Isolde  de  Richard  Wagner  en  ouverture de la Scala en 2007. 

  29

 

Cinéma  
Auditorium, vendredi 12 novembre 

 Steve McQueen, Girls, Tricky, 2001, photogramme, film vidéo, coul.   Courtesy Galerie Marian Goodman, Paris / New York ; Thomas Dane Gallery, London. © Steve McQueen 

  « Faces à Faces » : soirée d’art contemporain avec Steve McQueen    Corps biologique et corps politique 
Artiste basé à Londres, auteur de films d’installations vidéo, Steve McQueen livre avec Hunger, son  premier long métrage en 35 mm qui reçut la caméra d’or à Cannes en 2008, une réflexion crue sur le  sort  de  Bobby  Sand  et  des  membres  de  l’IRA  lors  de  leur  incarcération  dans  la  prison  de  Maze,  en  1981. La grève de la faim et son issue mortelle, la violence sourde qui pétrit les esprits et les corps,  sont les objets d’un langage cinématographique inédit, où œuvre le regard d’un plasticien de l’image.  La  mise  au  premier  plan  de  la  vie  organique,  récurrente  chez  Steve  McQueen,  donne  accès  à  une  perception renouvelée du corps politique. La soirée sera introduite par la présentation d’une œuvre  vidéo de l’artiste, captation en huis clos d’une session de répétition, sur quatre jours, du chanteur de  trip‐hop londonien Tricky (né Adrian Thaws). 

Vendredi 12 novembre à 18h30 : Girls Tricky de Steve McQueen  
2001, film vidéo numérique en couleurs, sonore, 14mn 47    Projection  suivie  d’une  conversation  entre  Patrice  Chéreau  et  T.J.  Demos,  historien  de  l’art  contemporain, University College London. 

  Vendredi 12 novembre à 20h : Hunger de Steve Mc Queen 
USA‐  2008, film 35 mm en couleur, sonore, 1h40. Caméra d'or au Festival de Cannes 2008   Avec Michael Fassbender, Brian Milligan, Liam Cunningham  1981. Dans le sinistre Quartier H de la prison de Maze, en Irlande du Nord, Bobby Sands entame une  grève de la faim afin d'obtenir un statut particulier pour les prisonniers politiques de l'IRA. 

  30

 

Samedi 13 novembre à 14h 

Le Silence d’Ingmar Bergman  
Suède, 1963,  95 min  Avec Ingrid Thulin, Gunnel Lindblom, Jorgen Lindström   Deux sœurs, Anna et Ester, en route pour la Suède, font halte, avec Johan, le fils d’Anna, dans une  ville inconnue en proie à une guerre civile. Tandis que  Johan erre dans les couloirs du luxueux hôtel,  désuet et désert, Anna et Ester se déchirent. 

  Samedi 13 novembre à 16h 
Rencontre avec Nuri Bilge Ceylan et Patrice Chéreau, animée par Alain Bergala   

Samedi 13 novembre à 17h 

Les Climats de Nuri Bilge Ceylan 
Turquie/France., 2006, 97 min  Avec Ebru Ceylan, Nuri Bilge Ceylan et Nazan Kesal  L'homme est fait pour être heureux pour de simples raisons et malheureux pour des raisons encore  plus  simples  ‐  tout  comme  il  est  né  pour  de  simples  raisons  et  qu'il  meurt  pour  des  raisons  plus  simples encore... Isa et Bahar sont deux êtres seuls, entraînés par les climats changeants de leur vie  intérieure, à la poursuite d'un bonheur qui ne leur appartient plus. 

  Dimanche 14 novembre à 14h 

Wanda de Barbara Loden 
USA, 1971, 105 min  Avec Barbara Loden, Michael Higgins, Dorothy Shupenes, Jerome Thier  Mariée à un mineur de Pennsylvanie et mère de deux enfants, Wanda ne s’occupe ni d’eux, ni de sa  maison,  et  passe  la  majeure  partie  de  ses  journées  affalée  sur  le  canapé  du  salon,  en  peignoir  et  bigoudis. Sans personnalité ni volonté, elle se laisse « divorcer ». Seule, sans domicile ni moyen de  subsistance, elle erre sans but précis et fait la connaissance d’un voleur, Dennis, dont elle devient la  maîtresse et la complice… 

  31

 

Dimanche 14 novembre à 16h 
Rencontre avec Tsaï Ming‐Liang et Patrice Chéreau, animée par Alain Bergala  

  Dimanche 14 novembre à 17h 

La Rivière de Tsaï Ming‐Liang 
Taïwan, 1996, 115 min, coul., vostf  Avec  Lee  Kang‐sheng,  Miao  Tien,  Lu  Hsiao‐ling,  Ann  Hui,  Chen  Shiang‐chyi,  Chen  Chao‐jung,  Chang  Long  Hsiao‐Kang,  un  jeune  homme  désœuvré,  accompagne  une  amie  sur  le  tournage  d'un  film.  La  réalisatrice filme une scène où un cadavre flotte dans un fleuve pollué. Mécontente du mannequin  utilisé, elle demande au jeune homme de le remplacer. Il accepte. Le lendemain Xiao‐Kang ressent de  violentes douleurs dans la nuque et aux épaules. Rien ne le soulage, la douleur s'amplifie et il est sur  le point de devenir fou. 

  Vendredi 26 novembre à 20h 
Rencontre avec Arnaud des Pallières et Patrice Chéreau, animée par Alain Bergala (à  confirmer) 

  Vendredi 26 novembre à 21h 

Adieu d’Arnaud des Pallières  
Fr., 2003, 124 min    Menacé en Algérie, Ismaël émigre clandestinement. Ailleurs en France un vieil agriculteur perd son  plus jeune fils et sombre dans une indifférence mélancolique, perdant la force de vivre.   

  32

 

Dimanche 5 décembre à 14h 

GERRY de Gus Van Sant 
USA. , 2002, 103min  Avec Matt Damon et Casey Affleck  Deux  hommes,  nommés  tous  deux  Gerry,  traversent  en  voiture  le  désert  californien  vers  une  destination qui n'est connue que d'eux seuls. Persuadés d'atteindre bientôt leur but, les deux amis  décident  de  terminer  leur  périple  à  pied.  Mais  Gerry  et  Gerry  ne  trouvent  pas  ce  qu'ils  sont  venus  chercher  ;  ils  ne  sont  même  plus  capables  de  retrouver  l'emplacement  de  leur  voiture.  C'est  donc  sans eau et sans nourriture qu'ils vont s'enfoncer plus profondément encore dans la brûlante Vallée  de la Mort. Leur amitié sera mise à rude épreuve. 

  Dimanche 5 décembre à 16h 
Rencontre avec Dominique Blanc, Pierre Trividic, Patrick‐Mario Bernard, et Patrice Chéreau 

 

Dimanche 5 décembre à 17h  

L’Autre de Pierre Trividic et Patrick‐Mario Bernard 
France., 2009, 97 min  D’après le roman autobiographique d'Annie Ernaux, L'occupation.  Avec Dominique Blanc, Cyril Gueï, Peter Bonke   Anne‐Marie se sépare d'Alex. Il veut vivre une vraie vie conjugale. Elle veut garder sa liberté. Ils se  séparent  sans  heurt  et  continuent  à  se  voir.  Pourtant,  lorsqu'elle  apprend  qu'Alex  a  une  nouvelle  maîtresse, du même âge qu'elle, Anne‐Marie devient folle de jalousie. Enfermée dans son obsession,  elle  cherchera  par  tous  les  moyens  à  découvrir  qui  est  cette  autre  femme,  ce  double  qui  lui  ressemble étrangement...  Prix d'interprétation féminine à Dominique Blanc à la Mostra de Venise 2008 

 

  33

 

Patrice Chéreau cinéaste  
  Auditorium du Louvre ‐ samedi 27 novembre à 14h 

Présentation par Patrice Chéreau 

Intimité  
France, 2001, réalisation Patrice Chéreau, 120 min  Scénario d’Anne‐Louise Trividic et Patrice Chéreau, d'après des récits de Hanif Kureishi   Avec Kerry Fox  et Mark Rylance   Jay et Claire se retrouvent, chaque mercredi, dans le sous‐sol d'une petite maison londonienne pour  y faire l'amour. Dans cette relation passionnée, toute idée de sentiment et d'attachement est bannie.  Les deux amants ne savent rien de leur vie respective jusqu'au jour où Jay va vouloir en savoir plus  sur sa maîtresse.  Ours  d'or  du  meilleur  film,  Prix  du  meilleur  film  européen  (Ange  Bleu)  et  Ours  d'argent  de  la  meilleure actrice pour Kerry Fox, lors du Festival de Berlin 2001. Prix Louis‐Delluc en 2002. 

  Samedi 27 novembre à 16h30 

Ceux qui m’aiment prendront le train  
France, 1998, réalisation  Patrice Chéreau, 123 min  Scénario de Patrice Chéreau et Danièle Thompson  Avec  Jean‐Louis  Trintignant,  Valéria  Bruni‐Tedeschi,  Charles  Berling,  Pascal  Greggory,  Bruno  Todeschini, Vincent Perez, Roschdy Zem, Dominique Blanc  Le peintre Jean‐Baptiste Emmerich avait déclaré avant de mourir : "Ceux qui m`aiment prendront le  train". Et ils ont pris le train pour Limoges. Les amis, les vrais, les autres : les faux‐jetons, les héritiers,  la famille naturelle et non naturelle. Il y a des familles qui ne se réunissent qu’aux enterrements.  Césars  1999  du  meilleur  réalisateur,  du  meilleur  second  rôle  féminin  (Dominique  Blanc)  et  de  la  meilleure photo (Eric Gautier) 

  34

 

Samedi 27 novembre à 19h 

L’Homme blessé  
France, 1983, réalisation  Patrice Chéreau, 109 min  Scénario de Patrice Chéreau et Hervé Guibert  Avec Jean‐Hugues Anglade, Claude Berri, Vittorio Mezzogiorno, Gérard Desarthe  Henri est en mal de vivre, rien ne l'amuse ni le passionne. Il rencontre Jean, un homosexuel. Celui‐ci  le pousse à commettre un acte de violence sur un inconnu.  César 1983 du scénario original  

  Dimanche 28 novembre à 14h 

Le Temps et la chambre  
France, 1992, réalisation Patrice Chéreau, 95 min (TV)  Film réalisé pour la télévision, d’après la pièce de Botho‐Strauss.  Avec Anouk Grinberg, Pascal Greggory, Bernard Verley, Bulle Ogier  Deux  hommes  discutent  dans  un  appartement,  l'un  d'eux  étant  installé  près  de  la  fenêtre.  Ils  commentent  ce  qui  se  passe  dans  la  rue,  jusqu'où  moment  où  arrive  une  jeune  fille  dont  les  deux  compères étaient justement en train de parler...  

  Dimanche 28 novembre à 16h 

Son frère  
France, 2003, réalisation Patrice Chéreau, 95 min  Scénario de Patrice Chéreau et Anne‐Louise Trividic d'après le roman Son frère de Philippe Besson.  Avec Bruno Todeschini, Eric Caravaca, Nathalie Boutefeu, Maurice Garrel, Pascal Greggory  Thomas  se  meurt  d’une  maladie  du  sang.  Désorienté,  il  se  rend  chez  son  frère  Luc  qui  l’accompagnera désormais jusqu’à ses derniers jours.  Ours d'argent du meilleur réalisateur au Festival de Berlin 2003  

  35

 

Dimanche 28 novembre à 18h  

Persécution  
France, 2009, réalisation Patrice Chéreau, 100 min  Scénario de Patrice Chéreau et Anne‐Louise Trividic   Avec Charlotte Gainsbourg, Romain Duris, Jean‐Hugues Anglade   Un  inconnu.  Daniel,  trente‐cinq  ans,  est  poursuivi  par  un  inconnu  qui  s'introduit  chez  lui  régulièrement  et  l'espionne  systématiquement.  Comment  ce  garçon  est‐il  entré  dans  la  vie  de  Daniel ? Daniel lui‐même ne s'en souvient pas. Un jour cet inconnu se poste devant lui, le regarde et  lui dit : « Tu es l'homme de ma vie ». Daniel le chasse. Une femme. Daniel vit seul, mais il va deux ou  trois fois par semaine chez Sonia, cette femme qu'il persécute et  idéalise en même temps. Il ne lui  passe rien et vit dans une dépendance affective totale à son égard. Cette femme lui donne tout ce  qu'elle peut mais elle travaille beaucoup, et a peu de temps pour elle. Elle veut aimer Daniel et vivre  une vie autonome, un amour apaisé, mais il s'acharne à lui réclamer toujours plus... 

 

  36

 

 

« Electron(s) libre(s) »    
  Confronter les matières sonores et visuelles pour générer des énergies nouvelles   

 

Auditorium du Louvre ‐ Vendredi 3 décembre à 20h 

Création musicale de Stephen O’Malley et Peter Rehberg (KTL), commande du  musée du Louvre (2010) avec le soutien du Fonds d'Action SACEM  

    L’Aurore (Sunrise. A Song of Two Humans), réalisation Friedrich Wilhelm Murnau 
Usa., 1927, 117 min  Avec George O’Brien et Janet Gaynor  L’histoire  est  «  de  nulle  part  et  de  partout  »  :  un  homme  et  une  femme  vivent  en  couple  uni  à  la  campagne. Une étrangère venue de la ville séduit l’homme. Celui‐ci perd la raison au point de vouloir  supprimer sa femme lors de la traversée d’un lac…  Avec L’Aurore, son premier film américain, Murnau oppose jour et nuit, blondeur et noirceur, terre  et eau, campagne et ville, époux et amants. Cette tragédie manichéenne d’un grand aboutissement  formel est considérée comme l’un des chefs d’œuvre du cinéma muet. 

   
  37

 

  KTL : Stephen O’Malley, guitares, et Peter Rehberg, claviers, électronique 
Stephen O'Malley et Peter Rehberg ont été réunis par la chorégraphe Gisèle Vienne pour réaliser la  musique  d’un  de  ses  spectacles,  Kindertotenlieder  en  2007.  Depuis  les  deux  musiciens  collaborent  régulièrement  sous  le  nom  de  KTL,  duo  au  confluent  du  rock  expérimental  et  des  musiques  électroniques.  Ils  ont  enregistré  plusieurs  albums  et  ont  écrit  et  créé,  en  2007,  l’accompagnement  remarqué du film de Victor Sjöström, La Charrette fantôme.   Stephen  O'Malley,  guitariste  né  à  Seattle,  a  fondé  plusieurs  groupes  de  rock  expérimental,  notamment Sunn O))) dont le dernier album Monolith & Dimension (2009) a été salué par la critique  internationale. Des titres de Sunn O))) ont été utilisé par Jim Jarmusch pour la bande son de son film   The Limits of control (2009).  Peter Rehberg, né en 1968 à Londres, est l’auteur d’œuvres sonores électroniques. Il a collaboré en  concert et en studio avec Russell Haswell, Florian Hecker, Jim O'Rourke, Christian Fennesz et  a été  membre  du  groupe  MIMEO.  Il  a  également  collaboré  avec  les  chorégraphes  Gisele  Vienne/DACM,  Meg Stuart et Chris Haring. Autrichien, il réside à Vienne.               

  38

   

RENCONTRES ‐ Auditorium du Louvre  
  7 novembre  à 19h   Daniel Barenboim – Stéphane Lissner ‐ Patrice Chéreau    10 novembre à 18h30  Richard Peduzzi – Patrice Chéreau 
A l’issue de la rencontre, Patrice Chéreau signera son ouvrage Les visages et les corps à la  librairie du musée du Louvre 

  12 novembre à 18h30  Steve McQueen (à confirmer) – T.J Demos – Patrice Chéreau    13 novembre à 16h  Nuri Bilge Ceylan – Patrice Chéreau      14 novembre à 16h  Tsaï Ming Liang –  Patrice Chéreau     26 novembre à 20h   Arnaud des Pallières – Patrice Chéreau    27 novembre à 14h  Présentation par Patrice Chéreau avant la projection d’Intimité    5 décembre à 16h  Dominique Blanc – Pierre Tridivic – Patrick‐Mario Bernard – Patrice Chéreau    
   

  39

 

   

 

 

 

 

 

Publications   

Les visages et les corps  
Patrice Chéreau  
  Un livre de Patrice Chéreau, en collaboration avec Vincent Huguet,  avec des entretiens réalisés par Clément Hervieu‐Léger et un texte de Sébastien Allard.      « Il  faudrait  faire  ce  livre  après,  pas  avant  » :  tels  sont  les  premiers  mots  de  Patrice  Chéreau  pour  ouvrir cet ouvrage qu’il aurait idéalement commencé à écrire à la fin de novembre 2010, au terme de  cette  invitation  qui  a  fait  de  lui,  pendant  quelques  temps,  un  habitant  du  Louvre.  Mais  c’est  bien  pendant ces longs mois de préparation qu’il a écrit et conçu ce livre, entre deux visites dans les salles,  entre la sortie d’un film, une répétition à Munich et la reprise d’un opéra à Milan, entre le Louvre de  ses souvenirs et celui qu’il invente, pour un mois. Ce projet, il le considère « comme une œuvre en  soi,  un  tout »,  mais  aussi  comme  une  occasion  « de  s’arrêter  un  instant,  réfléchir,  se  poser  des  questions ».  Des questions qui traversent sa vie et ce « métier » si difficile à définir, que ce soit au  théâtre,  au  cinéma  ou  à  l’opéra.  L’écriture  y  joue  un  rôle  fondamental,  l’écriture  des  autres,  mais  pour  cette  publication,  ce  sont  ses  propres  mots  que  Patrice  Chéreau  livre,  dans  un  texte  très  personnel  qui  tient  moins  de  l’autoportrait  que  des  confessions,  comme  un  journal  de  bord  qui  recueille jour après jour les souvenirs, les idées et les désirs que provoquent ces saisons au Louvre.  Car  un  musée  n’est  pas  un  théâtre  et  l’homme  qui  n’est  heureux  que  sur  un  plateau  y  trouve  des  reflets de ses obsessions, attiré et effrayé à la fois par ces images fixes que sont les peintures, lui qui  a  toujours  travaillé  sur  le  mouvement.  Complété  par  des  entretiens  inédits  réalisés  avec  Clément  Hervieu‐Léger,  des  textes  et  des  images,  notamment  des  documents  issus  des  archives  de  Patrice  Chéreau  publiés  pour  la  première  fois,  ce  livre  dévoile,  à  la  lumière  et  à  l’ombre  du  Louvre,  non  seulement l’univers du metteur en scène, mais aussi un regard sur le monde qui porte bien au‐delà  des théâtres ou des musées.    A l’issue de la rencontre avec Richard Peduzzi (10 novembre, 18h30), Patrice Chéreau signera son  ouvrage à la librairie du musée du Louvre.    Coédition : musée du Louvre éditions / Skira Flammarion Édition française   Edition reliée ISBN Louvre : 978‐2‐08124‐181‐7  Parution : octobre 2010  Format : 275 x 210  mm  176 pages, 71 illustrations couleur, Relié sous jaquette  35€     Relations presse pour Flammarion : Béatrice Mocquard   Tél. direct : 01 40 51 31 35 / Assist. : 01 40 51 34 14 / 31 48/ e‐mail : bmocquard@flammarion.fr     

  40

 

A paraitre également :  
   

  DOCUMENTS    Daniel Barenboim et Patrice Chéreau  Dialogue sur la musique et le Théâtre (à propos de Tristan et Isolde)  Avec la collaboration de Gastón Fournier‐Facio  Collection : Musique  18 € / 192 pages  Mise en vente : 14 octobre 2010  Le chef d’orchestre Daniel Barenboim et le metteur en scène Patrice Chéreau ont présenté en 2007  le chef‐d’œuvre wagnérien Tristan et Iseult à la Scala de Milan. Le résultat de la collaboration de ces  deux géants a été reconnu comme un événement exceptionnel.   Dans cet entretien, ils reviennent sur la démarche qui a été la leur lors de cette réalisation commune.  Le lecteur se fait ainsi le témoin de leurs interrogations, de leurs exigences, de leur lucidité. Que se  joue‐t‐il dans la « réalisation » d’un opéra ? Qu’en est‐il de la question de l’interprétation ? Pas à pas,  on  entre  à  travers  ce  riche  échange  dans  ce  qui  fait  le  cœur  du  travail  de  chacun :  la  part  faite  à  l’analyse des textes, livret et partition, les choix musicaux et plastiques, la direction des chanteurs…  Une nouvelle manière de « faire » et de penser l’opéra qui a laissé une trace profonde dans la culture  contemporaine.    Relations presse : Marie Françoise Riou  01 44 32 12 43 / mariefrancoise.riou@noir‐sur‐blanc.fr  Chargée de presse province : Bénédicte Da Silva  01 43 25 85 89 / benedicte.dasilva@libella.fr       

  41

   

LE BORD DE L’EAU éditions 
 

Patrice Chéreau : Transversales Théâtre, cinéma, opéra 
avec un DVD d’extraits de répétitions (Dans la solitude des champs de coton, Richard III), filmés par  Stéphane  Metge  et  tirées  de  deux  documentaires :  Une  autre  solitude  (1996)  et  Cinq  leçons  de  théâtre (1998)   Collection "Art en paroles" dirigée par Jean Cléder  Format : 15 x 23, 200 pages environ avec photos   ISBN : 978‐2‐35687‐073‐5 |   Prix de vente public : 30 € TTC  Mise en vente : 30 septembre 2010  Une  des  spécificités  de  Patrice  Chéreau  réside  dans  sa  capacité  à  effectuer  des  transversales  :  à  passer  avec  évidence  et  fluidité  d’une  pratique  artistique  à  une  autre,  à  réinvestir  ici  ce  qu’il  a  pu  expérimenter  là,  dans  un  processus  de  décentrement  et  d’enrichissement  constants.  C’est  en  effet  qu’il  les  conçoit  comme  les  diverses  facettes  d’un  même  métier  :  s’il  a  révolutionné  la  direction  d’acteur  à  l’opéra,  ses  mises  en  scène  des  textes  classiques  et  contemporains  ont  donné,  sur  le  théâtre, une intensité étrange et nouvelle à la représentation des conflits entre les êtres, tandis que  ses expériences cinématographiques apportent à la peinture des sentiments (et des relations d’une  façon plus générale) une texture à la fois subtile et dense.  Ces entretiens avec Patrice Chéreau ont été réalisés à Rennes à l’initiative de Jean Cléder, Timothée  Picard  et  Didier  Plassard,  dans  le  cadre  d’une  manifestation  consacrée  à  l’ensemble  de  son  œuvre  que nous avons tenté d’appréhender transversalement (théâtre, cinéma, opéra).  

Une autre solitude (film de Stéphane Metge, 1996) 
« Après  avoir  vu  Patrice  Chéreau  tourner  La  Reine  Margot,  j’ai  eu  envie  de  le  filmer  en  répétition,  avec cette part de jubilation. Ce qui m’intéressait avant tout est sa manière d’éclairer le texte, et sa  façon si particulière de diriger les comédiens. En l’occurrence, j’avais envie, pour Dans la Solitude..,  de  montrer  le  processus  du  travail  avec  un  seul  comédien,  Pascal  Greggory :  je  voulais  filmer  l’aventure humaine et sa transformation au fil des répétitions, et dans cette intimité qu’on ne donne  pas à voir habituellement aux spectateurs. » Stéphane Metge  Relations presse :  Tél. 05.56.20.19.21 Fax 09.71.70.27.41 contact@editionsbdl.com / www.editionsbdl.com 

  42

 

CALENDRIER THÉMATIQUE 
 
      EXPOSITIONS    4 novembre 2010 > 31 janvier 2011  « Les visages et les corps » : salle Restout  « Derrière les images » : couloir des poules  Exposition de Patrice Chéreau  Scénographie : Richard Peduzzi  Droits d’entrée au musée (gratuit pour les moins de 26 ans résidents de l’U.E.)    4 novembre 2010 > 31 janvier 2011  « Scopophilia »  Nouveau diaporama de Nan Goldin  Lieu : salle audiovisuelle sous la Pyramide du Louvre  Gratuit        THÉÂTRE    2, 4, 6, 8, 11, 13, 14, 15 et 18 novembre à 20H30  Rêve d’automne de Jon Fosse   Mise en scène Patrice Chéreau  avec Valeria Bruni‐Tedeschi, Marie Bunel, Pascal Greggory, Michelle Marquais, Bulle Ogier,  Alexandre Styker, Clément Hervieu‐Léger (de la Comédie‐Française), Bernard Verley  Lieu : salon Denon  Tarifs : 40 / 32 / 24 / 16 euros    9 novembre à 19H, 20H15 et 21H30  In der Kindheit frühen Tagen  d’après les Wesendonck Lieder de Richard Wagner   Mise en scène Patrice Chéreau et Thierry Thieû Niang  avec Waltraud Meier   Lieux : Parcours  musical dans les salles de peintures espagnoles et italiennes du XVIIe siècle,  public debout   Tarifs : 40 / 32 / 24 / 16 euros    29 novembre et 2 décembre à 19H et 21H30  La nuit juste avant les forêts de Bernard‐Marie Koltès   Mise en scène Patrice Chéreau et Thierry Thieû Niang  avec Romain Duris   Lieu : salon Denon  Tarifs : 25 / 20 / 15 / 10 euros    17 novembre à 20H  Coma de Pierre Guyotat  Patrice Chéreau sous la direction de Thierry Thieû Niang   Lieu : Auditorium du Louvre  Tarifs : 14 / 11 / 8,5 / 5,5 euros 

  43

 
DANSE    6, 7 et 9 décembre à 20H30  Thierry Thieû Niang / Mathilde Monnier / Boris Charmatz & Emmanuelle Huynh  Lieux : salon Denon et galerie Daru  Tarifs : 25 / 20 / 15 / 10 euros    3 de Thierry Thieû Niang (création pour le Louvre)  avec Clara Cornil, Thierry Thieû Niang danse et Klaus Janek contrebasse    Un Américain à Paris (hommage à Merce Cunningham) de Mathilde Monnier  avec Marcus Vigneron‐Coudray, Foofwa d'Immobilité, Mathilde Monnier    bolero two d’Odile Duboc   avec Boris Charmatz, Emmanuelle Huynh    6 décembre à 20H30 : Un américain à Paris + bolero two  7 décembre à 20H30 : 3 + bolero two  9 décembre à 20H30 : 3 + Un américain à Paris       26 novembre à partir de 19H et 27 novembre à partir de 15H  D’autres visages et d’autres corps   Déambulation chorégraphique conçue par Thierry Thieû Niang  avec 3 générations d’amateurs (jeunes enfants, adolescents et séniors)  Lieux : Aile Sully, circuit des peintures françaises   Droits d’entrée au musée (gratuit pour les moins de 26 ans)        MUSIQUE  Lieu : Auditorium du Louvre  Tarifs : 80 / 64 / 48 / 32 euros    8 novembre à 20H  West Eastern Divan Orchestra  Daniel Barenboim direction  Alban Berg, Kammerkonzert / Igor Stravinski, Histoire du Soldat        ÉLECTRON LIBRE  Lieu : Auditorium du Louvre  Tarifs : 12 / 9,5 / 7,5 euros    3 décembre à 20H30  L’Aurore de Murnau  Commande musicale à KTL (Stephen O’Malley et Peter Rehberg)       

  44

 
THÉATRE ET OPÉRA FILMÉS  Lieu : Auditorium du Louvre  Tarifs : 10 / 8 / 6 / 4 euros    4 novembre à 19H  Phèdre de Jean Racine  en présence de Patrice Chéreau    5 novembre à 20H  De la Maison des morts de Leos Janacek  en présence de Patrice Chéreau    6 novembre à 15H  Lulu d’Alban Berg  en présence de Patrice Chéreau    6 novembre à 20H  Patrice Chéreau, le corps au travail de Stéphane Metge  Avant‐première avec Arte en présence de Patrice Chéreau et Stéphane Metge  Gratuit    7 novembre à 19H  Rencontre Patrice Chéreau, Daniel Barenboim et Stéphane Lissner  Gratuit        ART CONTEMPORAIN  Lieu : Auditorium du Louvre    10 novembre à 18H30  Rencontre Patrice Chéreau et Richard Peduzzi  Lieu : Auditorium du Louvre  Gratuit      Face à faces : Steve McQueen, corps biologique et corps politique    Vendredi 12 novembre à 18H30  Girls Triky de Steve McQueen  + rencontre Patrice Chéreau et T.J. Demos   Gratuit    Vendredi 12 novembre à 20H  Hunger de Steve McQueen  Gratuit       

  45

 
CINÉMA  Lieu : Auditorium du Louvre  Tarifs séance : 8 / 6,5 / 5 / 3 euros  Abonnement à partir de 3 films  Le prix du billet inclut la rencontre    Samedi 13 novembre à 14H  Le Silence d’Ingmar Bergman    Samedi 13 novembre à 16H  Rencontre Patrice Chéreau et Nuri Bilge Ceylan  Suivie de Les Climats de Nuri Bilge Ceylan    Dimanche 14 novembre à 14H  Wanda de Barbara Loden    Dimanche 14 novembre à 16H  Rencontre Patrice Chéreau et Tsaï Ming‐liang  Suivie de La Rivière Tsaï Ming‐liang, précédé d’une rencontre entre le réalisateur et    Vendredi 26 novembre à 20H  Rencontre Patrice Chéreau et Arnaud des Pallières  Suivie de Adieu d’Arnaud des Pallières     Dimanche 5 décembre à 14H  Gerry de Gus Van Sant    Dimanche 5 décembre à 16H  Rencontre Patrice Chéreau, Pierre Trividic, Patrick‐Mario Bernard et Dominique Blanc  Suivie de L’Autre de Pierre Trividic et Patrick‐Mario Bernard    Samedi 27 novembre à 14H  Intimité   Séance présentée par Patrice Chéreau    Samedi 27 novembre à 16H30  Ceux qui m’aiment prendront le train    Samedi 27 novembre à 19H  L’Homme blessé    Dimanche 28 novembre à 14H  Le Temps et la Chambre    Dimanche 28 novembre à 16H  Son frère    Dimanche 28 novembre à 18H  Persécution 

  46

Date Mardi 2 novembre Jeudi 4 novembre Vendredi 5 novembre  Samedi 6 novembre

Horaire 20h30 19h 20h30 20h

Manifestation Rêve d’Automne  de Jon Fosse Phèdre  de Jean Racine Rêve d’Automne  de Jon Fosse De la Maison des morts  de Leos Janacek  Lulu  d’Alban Berg  Patrice Chéreau, le corps au travail  de S. Metge (avant‐première) Rêve d’Automne  de Jon Fosse Rencontre Patrice Chéreau, Daniel Barenboim et Stéphane Lissner Daniel Barenboim dirige le West‐Eastern Divan Orchestra Rêve d’Automne  de Jon Fosse In der Kindheit frühen Tagen  d'après Richard Wagner In der Kindheit frühen Tagen  d'après Richard Wagner In der Kindheit frühen Tagen  d'après Richard Wagner Rencontre Patrice Chéreau et Richard Peduzzi Rêve d’Automne  de Jon Fosse Girls Tricky  de Steve McQueen Hunger de Steve McQueen Le Silence  d’Ingmar Bergman Rencontre Patrice Chéreau et Nuri Bilge Ceylan suivie de… … Les Climats  de Nuri Bilge Ceylan Rêve d’Automne  de Jon Fosse Wanda  de Barbara Loden Rencontre Patrice Chéreau et Tsaï Ming‐Liang suivie de… … La Rivière  Tsaï Ming‐liang Rêve d’Automne  de Jon Fosse Rêve d’Automne  de Jon Fosse Coma  de Pierre Guyotat Rêve d’Automne  de Jon Fosse D’autres visages et d’autres corps  de Thierry Thieû Niang Rencontre Patrice Chéreau et Arnaud des Pallières… … Adieu  d'Arnaud des Pallières Intimité  de Patrice Chéreau D’autres visages et d’autres corps  de Thierry Thieû Niang Ceux qui m’aiment prendront le train  de Patrice Chéreau L’Homme blessé  de Patrice Chéreau Le Temps et la Chambre  de Patrice Chéreau Son frère  de Patrice Chéreau Persécution  de Patrice Chéreau La nuit juste avant les forêts  de Bernard‐Marie Koltès La nuit juste avant les forêts  de Bernard‐Marie Koltès La nuit juste avant les forêts  de Bernard‐Marie Koltès La nuit juste avant les forêts  de Bernard‐Marie Koltès L’Aurore  de Friedrich Wilhelm Murnau + KTL Gerry  de Gus Van Sant Rencontre avec P. Trividic, P.‐M. Bernard et Dominique Blanc suivie de… … L'Autre  de Pierre Trividic, Patrick‐Mario Bernard Un américain à Paris  de Mathilde Monnier + bolero two d'Odile Duboc 3  de Thierry Thieû Niang +  bolero two d'Odile Duboc 3 de Thierry Thieû Niang + Un américain à Paris de Mathilde Monnier

Genre Théâtre Théâtre filmé Théâtre Opéra filmé Opéra filmé Documentaire Théâtre Rencontre Concert Théâtre Théâtre / musique Théâtre / musique Théâtre / musique Rencontre Théâtre Faces à faces Cinéma  Cinéma  Rencontre Cinéma  Théâtre Cinéma  Rencontre Cinéma  Théâtre Théâtre Théâtre Théâtre Danse / Nocturne Rencontre Cinéma  Cinéma  Danse Cinéma  Cinéma  Cinéma  Cinéma  Cinéma  Théâtre Théâtre Théâtre Théâtre Projection concert / Electrons libres Cinéma  Rencontre Cinéma  Danse Danse Danse

Lieu Salon Denon Auditorium Salon Denon Auditorium Auditorium Auditorium Salon Denon Auditorium Auditorium Salon Denon Salles peinture espagnoles Salles peinture espagnoles Salles peinture espagnoles Auditorium Salon Denon Auditorium Auditorium Auditorium Auditorium Auditorium Salon Denon Auditorium Auditorium Auditorium Salon Denon Salon Denon Auditorium Salon Denon Aile Sully Auditorium Auditorium Auditorium Aile Sully Auditorium Auditorium Auditorium Auditorium Auditorium Salon Denon Salon Denon Salon Denon Salon Denon Auditorium Auditorium Auditorium Auditorium Salon Denon Salon Denon Salon Denon

Tarifs 40 / 32 / 24 / 16 € 10 / 8 / 6 / 4 € 40 / 32 / 24 / 16 € 10 / 8 / 6 / 4 € 10 / 8 / 6 / 4 € Entrée libre 40 / 32 / 24 / 16 € Entrée libre 80 / 64 / 48 / 32 € 40 / 32 / 24 / 16 € 40 / 32 / 24 / 16 € 40 / 32 / 24 / 16 € 40 / 32 / 24 / 16 € Entrée libre 40 / 32 / 24 / 16 € Entrée libre Entrée libre 8 / 6.5 / 5 / 3 € ‐ abonnement à partir de 3 films 8 / 6.5 / 5 / 3 € ‐ abonnement à partir de 3 films 40 / 32 / 24 / 16 € 8 / 6.5 / 5 / 3 € ‐ abonnement à partir de 3 films 8 / 6.5 / 5 / 3 € ‐ abonnement à partir de 3 films 40 / 32 / 24 / 16 € 40 / 32 / 24 / 16 € 14 / 11 / 8.50 / 5.50 € 40 / 32 / 24 / 16 € Billet musée, gratuit pour les moins de 26 ans 8 / 6.5 / 5 / 3 € ‐ abonnement à partir de 3 films 8 / 6.5 / 5 / 3 € ‐ abonnement à partir de 3 films Billet musée, gratuit pour les moins de 26 ans 8 / 6.5 / 5 / 3 € ‐ abonnement à partir de 3 films 8 / 6.5 / 5 / 3 € ‐ abonnement à partir de 3 films 8 / 6.5 / 5 / 3 € ‐ abonnement à partir de 3 films 8 / 6.5 / 5 / 3 € ‐ abonnement à partir de 3 films 8 / 6.5 / 5 / 3 € ‐ abonnement à partir de 3 films 25 / 20 / 15 / 10 € 25 / 20 / 15 / 10 € 20 / 16 / 12 / 8 € 20 / 16 / 12 / 8 € 12 / 9,5 / 7,5 € 8 / 6.5 / 5 / 3 € ‐ abonnement à partir de 3 films 8 / 6.5 / 5 / 3 € ‐ abonnement à partir de 3 films 25 / 20 / 15 / 10 € 25 / 20 / 15 / 10 € 25 / 20 / 15 / 10 €

15h 20h 20h30 Dimanche 7 novembre 19h Lundi 8 novembre  20h 20h30 Mardi 9 novembre  19h 20h15 21h30 Mercredi 10 novembre  18h30 Jeudi 11 novembre  20h30 Vendredi 12 novembre 18h30 20h Samedi 13 novembre 14h 16h 17h 20h30 Dimanche 14 novembre 14h 16h 17h 20h30 Lundi 15 novembre 20h30 Mercredi 17 novembre  20h Jeudi 18 novembre 20h30 Vendredi 26 novembre 

19h 20h 21h Samedi 27 novembre 14h 15h 16h30 19h Dimanche 28 novembre 14h 16h 18h 19h Lundi 29 novembre 21h30 Jeudi 2 décembre  Vendredi 3 décembre  Dimanche 5 décembre  19h 21h30 20h30 14h 16h 17h 20h30 20h30 20h30

Lundi 6 décembre Mardi 7 décembre  Jeudi 9 décembre

 

INFORMATIONS PRATIQUES       
« Le Louvre invite Patrice Chéreau »    Ouverture des réservations : 1er septembre 2010    Réservations :  Par téléphone au 01 40 20 55 00 (du lundi au vendredi, sauf le mardi, 11h‐17h, uniquement CB)  Directement à la caisse de l’auditorium, située sous la pyramide, face aux escalators (9h à 17h30 tous les jours  sauf les dimanche et mardi)  Fnac (0,34 E TTC / min) : 0 892 684 694. Dans les magasins Fnac.    Informations : 01 40 20 55 55 et www.louvre.fr      Accès  Musée du Louvre  Entrées conseillées au musée :  ‐ par la pyramide : entrée principale de 9 h à 22 h, accès au musée, aux espaces d'accueil, à l'auditorium,  ‐ par le passage Richelieu : entrée de 9 h à 18 h, pour les visiteurs déjà munis d'un titre d'accès, les groupes, les  Amis du Louvre, les titulaires des cartes Louvre jeunes, Louvre professionnels, Louvre enseignants, Louvre  étudiants partenaires et les spectateurs de l'auditorium munis de leurs billets.  ‐ par la galerie du Carrousel : accès par le jardin du Carrousel de 9 h à 22 h ou par le 99, rue de Rivoli.    Horaires d’ouverture du musée:  ouvert tous les jours, sauf le mardi, de 9 h à 18 h et jusqu'à 22 h les mercredi et vendredi.    Tarification du musée :  Accès aux expositions avec le billet d’entrée au musée  Tarif plein : 9.50 €  Tarif réduit : 6 €, les mercredi et vendredi à partir de 18 h.  Gratuit  pour  les  moins  de  18  ans,  les  moins  de  26  ans  résidents  de  l’U.E.,  les  enseignants  titulaires  du  pass  éducation, les demandeurs d’emploi, les adhérents des cartes Louvre jeunes, Louvre professionnels et Amis du  Louvre, ainsi que le premier dimanche du mois pour tous.    Renseignements :  T : 01 40 20 53 17 (banque d'information sous la pyramide)  www.louvre.fr     

  48

 

      MÉCÈNES & PARTENAIRES

  49

5, avenue Marceau, 75116 Paris
Ouvert de 11h à 18h tous les jours sauf le lundi Tél. 01 44 31 64 31 www.fondation-pb-ysl.net Accessible aux personnes handicapées

Vocation de la Fondation Reconnue d’utilité publique le 5 décembre 2002, la Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent a pour vocation : La conservation des 5 000 vêtements et 15 000 accessoires de haute couture. L’organisation d’expositions de mode, peinture, dessin, photographies etc. Le soutien d’actions culturelles, artistiques et éducatives.

PHOTO DR

   

    LOUIS VUITTON  UNE LONGUE COLLABORATION  AVEC LE MONDE DE L’ART 
      Dans le cadre de son engagement en faveur des arts et de la création, Louis Vuitton est heureux de  s’associer à nouveau avec le musée du Louvre en qualité de mécène. Pour Yves Carcelle, Président de  Louis Vuitton, « ce mécénat s’inscrit dans la tradition de l’art français et exprime une ouverture sur la  création contemporaine. »    Le luxe et l’art n’ont jamais été si étroitement liés qu’en cette aube du XXIe siècle. Toutes les grandes  maisons de luxe se sont associées peu ou prou à l’art à travers le mécénat, la production d’œuvre ou  la  création  de  fondation.  Ces  actions  favorisent  la  symbiose  de  l’art  et  du  luxe,  fondée  sur  leurs  valeurs communes que sont l’engagement, la créativité, l’excellence et l’unicité. Ensemble, l’art et le  luxe  ont  redéfini  une  vision,  un  art  de  vivre  auquel  aspirent  des  millions  de  personnes  de  par  le  monde.    De toutes les marques de luxe modernes, Louis Vuitton peut prétendre à la palme de l’innovation et  de  la  diversité  en  matière  d’associations  avec  le  monde  de  l’art.  En  effet,  sa  collaboration  avec  les  artistes remonte aux  débuts de la Maison Louis Vuitton. Au  cours de nombreuses décennies, Louis  Vuitton a cultivé son goût de l’art, au sens large, en créant des malles et des accessoires de voyages  pour  les  différents  acteurs  de  l’art  de  son  époque  :  compositeurs,  chefs  d’orchestres,  vedettes  du  théâtre  ou  du  grand  écran.  L’arrivée  de  Marc  Jacobs  en  1997  à  la  tête  de  la  direction  artistique  a  aussi  bien  donné  une  extraordinaire  impulsion  qu’une  pertinence  nouvelle  à  ces  collaborations  d’artistes.      Pour plus d’information :  Le livre « LV, Art, Mode et Architecture » (Editions de la Martinière)  En vente en librairie et dans les magasins Louis Vuitton  www.louisvuitton.com 

  51

 

Le Cercle des Jeunes Mécènes soutient  l’exposition de Nan Goldin  Scopophilia 
      Le  Cercle  des  Jeunes  Mécènes  du  Louvre  est  fier  de  soutenir  les  initiatives  d’art  contemporain  du  musée  du  Louvre.  Chaque  membre  du  cercle  s’engage  personnellement  dans  cette  aventure  commune. Le cercle qui réunit amateurs d’art ou curieux soutient trois grandes familles de projets du  Louvre : l’art contemporain, un programme de restaurations et un programme pédagogique.    La  première  de  nos  missions  est  de  contribuer  à  ce  que  l’art  contemporain  ait  sa  place  dans  notre  musée  dont  les  collections  s’arrêtent  en  1848.  Grâce  aux  fonds  collectés  depuis  son  lancement  en  2006,  le  Cercle  des  Jeunes  Mécènes  a  financé  d’autres  initiatives  d’art  contemporain,  notamment  l’installation  Rencontres  avec  Uccello,  Grünewald,  Munch,  Beuys  de  l’artiste  contemporain  Sarkis  invité au Louvre dans le cadre de l’Année de l’Arménie en France en 2006, ou à l’installation pérenne  L’Esprit d’escalier de François Morellet pour les vitraux de l’escalier Lefuel en 2010.    Depuis deux ans, le Cercle des Jeunes Mécènes est partenaire du département des Peintures pour la  restauration de huit tableaux de Frans Post, un artiste hollandais du XVIIe siècle. Ces premières vues  du Nouveau Monde peintes par un Européen constituent un exceptionnel témoignage de l’aventure  coloniale européenne. Conservées au musée du Louvre, elles sont les rescapées d’un vaste ensemble  de  présents  exotiques  offerts  en  1679  par  le  Prince  de  Nassau  au  roi  Louis  XIV.  Une  ambitieuse  restauration menée par le Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France, doublée  d’un travail de confection de cadres réalisés par les ateliers du Louvre.    Enfin  le  projet  pédagogique  L’ouvre‐Monde  en  partenariat  avec  l’association  Frateli  qui  vise  à  encourager l’éducation artistique des publics jeunes les plus éloignés des pratiques culturelles.    L’adhésion  du  Cercle  des  jeunes  mécènes  est  fixée  à  2000€  par  an.  Conformément  à  la  Loi  d’août  2003, 66% de ce montant est déductible de l’impôt sur le revenu (coût réel de l’adhésion : 660€). En  contrepartie de ce don, les jeunes mécènes ont accès à des évènements sur mesure permettant de  tisser un lien privilégié avec le musée. De visite privée, en promenade thématiques dans le palais, en  passant par la découverte des ateliers de restauration ou encore la rencontre avec les conservateurs,  les jeunes mécènes découvrent le Louvre dans des conditions hors du commun.    Contact : Valentine Denjoy‐Seillière  Direction du Développement et du Mécénat  01.40.20.58.13 valentine.denjoy‐seilliere@louvre.fr   

 

 

 

  52

© Ros Ribas

Lundi 15 novembre 2010 à 22.30

patriCe ChéreaU
Le CorpS aU travaiL
Coproduction : ARTE France, Amip (2010, 1h15mn)

Un documentaire de Stéphane Metge

Un portrait inédit et intime qui retrace l’éblouissante carrière d’un artiste dont la puissance créatrice n’a jamais failli.
Quand Patrice Chéreau commence la mise en scène, il est tout juste âgé de 19 ans. En ces années 1960, il révolutionne à sa manière les formes de l’expression théâtrale, reformule le sens caché des textes. Devenu un metteur en scène reconnu, fort de ses succès publics et avec la boulimie de travail qui le caractérise, il dépoussière ensuite l’opéra en retrouvant le sens dramatique de la musique, comme lors de son interprétation du Ring à Bayreuth. Mais il y a aussi chez lui une envie de cinéma qui ne le quitte pas. De L’homme blessé à Intimité, chacun de ses films analyse les relations humaines avec une sensibilité à fleur de peau… Dans ce film qui retrace le parcours d’une vie de travail, Patrice Chéreau nous parle de ses influences, depuis la peinture que pratiquaient ses parents et dont ils lui ont transmis le goût, jusqu’aux mentors de sa jeunesse théâtrale, en passant par les cinéastes à travers lesquels il s’est forgé sa personnalité artistique. Il partage ici ses doutes et nous décortique la pratique de son métier. Ce film comme une interrogation intime sur ce que Patrice Chéreau a traversé dans son travail et dans son époque, sur ce qu’il est désormais et ce qu’il cherche encore. L’itinéraire d’une vie partagée par et pour le corps.

Contacts presse :
Clémence Fléchard / Raphaëlla Guillou 01 55 00 70 45 / 42 c-flechard@artefrance.fr/ r-guillou@artefrance.fr

France Inter, à la découverte de Patrice Chéreau dans « Les visages et les corps » en partenariat avec le musée du Louvre.
de novembre 2010 à janvier 2011

France Inter invite régulièrement les auditeurs à découvrir des artistes, des manifestations, des créations cinématographiques ou scéniques sur son antenne. En cette nouvelle saison radiophonique, France Inter accompagne Le musée du Louvre afin de partir à la découverte de l’œuvre de Patrice Chéreau et de suivre son regard artistique. Après avoir présenté de grandes expositions telles que celles de « Mantegna » ou encore de « Titien, Tintoret et Véronèse… Rivalités à Venise », c’est Patrice Chéreau que le musée du Louvre a choisi de recevoir pour investir les salles de l’auditorium du musée. L’artiste proposera des créations originales de théâtre, de danse, de musique au cœur des espaces d’exposition.

Un événement à découvrir, vivre et explorer sur les antennes de France Inter et sur franceinter.com
.

Contact presse : Marion Glémet – 01 56 40 26 47 – marion.glemet@radiofrance.com

   

Chaque semaine, Les Inrockuptibles mettent en lumière sujets d’actualité, de société, ainsi  que la culture sous toutes ses formes : cinéma, théâtre, littérature, musique…  A  l’occasion  de  la  carte  blanche  offerte  par  le  musée  du  Louvre  à  un  invité  d’exception,  Patrice  Chéreau,  le  magazine  est  heureux  de  s’associer  en  tant  que  partenaire  à  la  manifestation intitulée « Les visages et les corps ».  Depuis le début de l’hebdomadaire en 1995, Les Inrockuptibles ont exprimé leur admiration  pour un artiste hors normes. Nourrissant son travail de ses sentiments, de ses inquiétudes,  Patrice  Chéreau  présente  des  œuvres  chargées  d’émotions,  novatrices,  audacieuses  et  iconoclastes, directement en prise avec les questions contemporaines. Ayant suivi son travail  toutes ces années, Les Inrockuptibles ont saisi l’opportunité de lui consacrer un supplément  rédactionnel.  Edité  par  Les  Inrockuptibles,  ce  supplément  servira  de  programme à  la  manifestation.  Au  sommaire,  un  grand  entretien  avec  Patrice  Chéreau,  un  portfolio  de  quelques  œuvres  de  l’exposition,  des  portraits  et  témoignages  d’artistes  invités  ou  de  compagnons  de  route,  enfin un agenda complet des événements présentés (exposition, spectacles, concerts, films,  etc.).  Ce supplément accompagnera le numéro du 27 octobre et sera largement diffusé au Louvre.