Vous êtes sur la page 1sur 3

Revue Philosophique de Louvain

Otto Pöggeler, Heidegger und die hermeneutische Philosophie


A. François

Citer ce document / Cite this document :

François A. Otto Pöggeler, Heidegger und die hermeneutische Philosophie. In: Revue Philosophique de Louvain. Quatrième
série, tome 92, n°1, 1994. pp. 117-118;

https://www.persee.fr/doc/phlou_0035-3841_1994_num_92_1_6841_t1_0117_0000_3

Fichier pdf généré le 26/04/2018


Phénoménologie 111

œuvre, Husserl accentuera, parfois même de façon assez intense,


l'affinité de sa phénoménologie avec la pensée de Hume. C'est donc sur les
textes des années vingt que se penche essentiellement l'analyse de Mur-
phy. Il en ressort un tableau d'ensemble où, pour chacune des notions
fondamentales forgées par Husserl, notamment celle de l'a priori en
relation à l'évidence, la référence aux vues originales de Hume permet à
Husserl d'esquiver les écueils du transcendentalisme kantien.
Y. Sayer.

Martin Heidegger, The basic problems of phenomenology.


Translation, introduction and lexicon by Albert Hofstadter. Un vol. 24x16
de xxxi-369 pp. Bloomington, Indiana University Press, 1982.
Ce volume présente la traduction anglaise des Problèmes
fondamentaux de la phénoménologie dont la première publication en langue
originale date de 1975. Il s'agit d'une ample interrogation sur les concepts
fondamentaux de la philosophie, développée dans l'optique phénoméno-
logico-critique. Ce texte est celui des leçons que Heidegger fit en 1927,
l'année même où paraissait Sein und Zeit. C'est dire qu'il apporte une
contribution importante à la compréhension de l'ontologie fondamentale,
en suppléant aux lacunes de ce livre inachevé et, plus particulièrement, en
donnant un très large aperçu de ce que devait être sa deuxième section
jamais publiée. On pourrait dire que la signification multiple de l'étant,
selon le titre même de l'ouvrage de Brentano qui inspira tellement
Heidegger, se trouve ici explorée à même les thèses fondamentales de la
tradition: celle de la différence ontologique chez Kant, celle de la
constitution de l'étant en tant qu'étant dans l'ontologie médiévale, celle des
modes d'être fondamentaux de l'étant dans l'ontologie moderne et celle,
enfin, de l'être comme copule dans la logique, depuis Aristote jusqu'à
Lotze. C'est sur ces terrains que Heidegger mène son entreprise de
déconstruction phénoménologique et, tout en dévoilant les impasses de
l'acception traditionnelle de l'être, ménage une voie d'accès à sa
construction phénoménologique sur le terrain de l'analyse existentiale.
A. François.

Otto Pôggeler, Heidegger und die hermeneutische Philosophie


(Alber-Broschur Philosophie). Un vol. 20x13 de 448 pp. Fribourg en
Brisgau-Munich, Verlag Karl Alber, 1983.
Ce volume réunit six études consacrées à Heidegger et à
l'herméneutique. L'accent y est tout particulièrement mis sur les positions de
Heidegger à l'égard du mouvement phénoménologique, sur une certaine
compréhension de l'herméneutique et sur l' advenir de la philosophie
118 Comptes rendus

elle-même. Au cours de ces études, on comprend comment l'essence


même de la phénoménologie peut être manquée si l'on n'y voit rien
d'autre qu'une philosophie de l'existence, une critique de la
métaphysique ou une philosophie herméneutique. Cette dernière est envisagée au
départ de ses multiples origines: Misch, Gadamer, Ritter, Apel et Ri-
cœur. Les six études reprises ici sont les suivantes: Sein als Ereignis,
«Geschitlichkeit» im Spàtwerk Heidegger s, Heidegger heute, Herme-
neutische Philosophie, Einspruch gegen Panhermeneutik: O. Becker,
Heidegger und die Wissenschaften.
A. François.

Phénoménologie et métaphysique. Par Walter Biemel, Rémi


Brague, Jean-François Courtine, Didier Franck, Dominique Jani-
caud, Jean-Luc Marion, Guy Planty-Bonjour, Otto Pôggeler, Denise
Souche-Dagues. Publié sous la direction de Jean-Luc Marion et Guy
Planty-Bonjour (Épiméthée). Un vol. 22x15 de 278 pp. Paris, Presses
universitaires de France, 1984.
Ce collectif reprend les actes (à l'exception de la communication de
M. Henry) d'un colloque qui s'est tenu à l'Université de Poitiers autour
de la question du rapport de la phénoménologie à la forme
philosophique occidentale traditionnelle: la métaphysique. Si le projet
phénoménologique s'est en général assigné pour tâche l'ontologie, ce fut aussi
à la condition de se soustraire au poids de la métaphysique et de son
histoire. Les différentes études rassemblées dans cet ouvrage tentent
d'éclaircir le rapport parfois ambigu de la phénoménologie à la
métaphysique en interrogeant les théories phénoménologiques des trois
principaux auteurs qui l'ont accueillie en philosophie: Hegel, Husserl et
Heidegger.
Les textes que l'on pourra lire dans ce recueil s'efforcent de
révéler comment chez Hegel, Husserl et Heidegger, la phénoménologie,
qu'elle soit phénoménologie de l'esprit, idéalisme transcendantal ou
herméneutique du Dasein, ne s'est développée ou même dépassée elle-
même qu'à concurrence d'un repositionnement constant par rapport à la
métaphysique.
A la suite d'un avant-propos de Jean-Luc Marion, l'analyse de la
phénoménologie hégélienne est menée par Otto Pôggeler, Denise
Souche-Dagues et Guy Planty-Bonjour. L'idée husserlienne de la
phénoménologie, des Logische Untersuchungen à la Krisisschrift, est
discutée par Walter Biemel, Dominique Janicaud et Didier Franck. Enfin,
à la lumière de récentes publications des cours contemporains de Sein
undZeit, la question d'une authentique phénoménologie heideggérienne