Vous êtes sur la page 1sur 78

VISION

Les NTIC au service du développement


humain durable à Madagascar

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour
le PNUD 1 /78
SOMMAIRE
1. INTRODUCTION ................................................................................................................................. 4
1.1. LE CONTEXTE MONDIAL ..................................................................................................................... 5
1.2. VERS LA SOCIETE EN RESEAUX............................................................................................................ 6
1.2.1. Les liens entre technologie et développement humain ................................................................. 6
1.2.2. Mutations technologiques et mondialisation : deux tendances qui se renforcent mutuellement..... 8
1.2.3. Les bienfaits des TIC.................................................................................................................. 8
1.2.4. Vers la levée des obstacles au développement............................................................................. 9
2. UN ETAT DES LIEUX DE LA TELECOMMUNICATION EN AFRIQUE ..................................... 9
2.1. TELEDENSITE EN FORTE CROISSANCE DEPUIS 1990 ............................................................................ 10
2.2. L’ACCESSIBILITE : UN MEILLEUR INDICATEUR POUR L’AFRIQUE ......................................................... 10
2.3. DESEQUILIBRES ACCENTUES ENTRE ZONES RURALES ET URBAINES DANS LES PAYS PLUS PAUVRES. ..... 12
2.4. CORRELATION ENTRE PIB ET TELEDENSITE ....................................................................................... 12
2.5. FORCE DU TRAFIC INTERNATIONAL, FAIBLESSE DU TRAFIC INTERAFRICAIN ......................................... 15
2.6. TARIFS ELEVES ................................................................................................................................ 15
2.7. NOUVEAUX RESEAUX, NOUVEAUX MARCHES, NOUVELLES CLEFS POUR LE DEVELOPPEMENT. .............. 18
2.7.1. Les systèmes mobiles................................................................................................................ 18
2.7.2. L’Internet ................................................................................................................................ 19
2.8. BILAN DES NTIC EN AFRIQUE ET A MADAGASCAR ............................................................................ 21
2.9. NOUVELLES PERSPECTIVES POUR LE CONTINENT AFRICAIN. ............................................................... 22
2.9.1. Degrés d’appropriation disparates........................................................................................... 23
2.9.2. Des compétences insuffisantes.................................................................................................. 23
2.9.3. Pour des partenariats régionaux et Sud-Sud............................................................................. 24
2.9.4. Un exemple d’émergence africaine........................................................................................... 24
3. LES DIVERS PROJETS REUSSIS ET DURABLES EN AFRIQUE ................................................ 25
3.1. INITIATIVE E UMEDIS : PROJET REGIONAL DE SOCIETE D’INFORMATION .............................................. 25
3.2. DES PROJETS DE CONNEXIONS EN AFRIQUE ....................................................................................... 28
3.3. BILAN DE QUELQUES PROJETS NATIONAUX ........................................................................................ 29
4. LES NTIC POUR LA REDUCTION DE LA PAUVRETE A MADAGASCAR ............................... 30
4.1. ENJEUX ........................................................................................................................................... 30
4.2. DEFIS .............................................................................................................................................. 31
4.3. CONTRAINTES ET OPPORTUNITES ...................................................................................................... 33
4.4. UNE VISION D’AVENIR POUR MADAGASCAR ...................................................................................... 35
4.5. QUELQUES PROPOSITIONS DE MESURES CONCRETES ........................................................................... 38
4.5.1. Le développement des infrastructures....................................................................................... 39
4.5.2. Valorisation du capital humain ................................................................................................ 40
4.5.3. Formation de haut niveau et recherche appliquée en NTIC....................................................... 40
4.5.4. La production de contenus endogènes ...................................................................................... 41
4.5.5. Revalorisation de nos productions industrielles et agricoles ..................................................... 41
4.5.6. NTIC pour la bonne gouvernance............................................................................................. 42
5. DES REELLES PERSPECTIVES POUR LE DEVELOPPEMENT................................................. 43
5.1. CREATION DE NOUVEAUX POLES ECONOMIQUES ................................................................................ 43
5.2. VISION 2015 SUR LE DEVELOPPEMENT HUMAIN DURABLE .................................................................. 44
5.2.1. Les différents programmes de développement ........................................................................... 44
5.2.2. Création d’un observatoire national NTIC ............................................................................... 45
5.2.3. Synthèse de la contribution des NTIC sur les différentes actions programmes. .......................... 47
5.2.4. Réduire de moitié la proportion de la population vivant dans la pauvreté extrême..................... 50
5.2.5. Diviser en deux la proportion de personnes souffrant de la faim ............................................... 52
5.2.6. Réduire des deux tiers la mortalité des enfants de moins de cinq ans......................................... 55
5.2.7. Réduire de trois quart le taux de mortalité maternelle............................................................... 57
5.2.8. Scolariser les enfants dans le primaire ..................................................................................... 59
5.2.9. Arrêter la progression du VIH/SIDA et commencer à inverser la tendance................................ 62
5.2.10. Apport des NTIC sur le projet FID IV....................................................................................... 64
5.2.11. Vers une démarche plus concertée............................................................................................ 65
5.3. SYNTHESE DES ORIENTATIONS STRATEGIQUES ET ACTIONS OPERATIONNELLES ................................... 67

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour
le PNUD 2 /78
6. CONCLUSION.................................................................................................................................... 70

7. SIGLES, ABBREVIATIONS, GLOSSAIRE, BIBLIOGRAPHIE ET AUTEURS ............................ 72

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour
le PNUD 3 /78
1. Introduction

Ces dernières années ont vu le développement exponentiel des nouvelles


technologies de l’information et de la communication (NTIC). Pour un pays donné, un
des éléments déterminants de croissance de ce secteur est l’importance de son
infrastructure de télécommunications, en particulier de son réseau téléphonique.
L’Afrique se trouve ainsi en marge de cette évolution compte tenu de l ‘état de son
réseau qui, d’une manière générale, a rarement évolué depuis la période coloniale.
Selon les statistiques de l’UIT (Union Internationale des Télécommunications), en
1981, l’Afrique n’avait que 0,7% du total mondial des lignes téléphoniques. A part ce
handicap technique dû à la faiblesse de l’équipement, le phénomène de télédensité
(nombre de lignes téléphoniques pour 100 ou 1000 habitants) constitue un obstacle
d’usage. Le taux d’équipement ne touchait que 0,51% de la population alors que la
moyenne mondiale était de 7,48%. L’évolution de cet état de fait jusqu’à nos jours
n’a pas été considérable. Toujours selon l’UIT, en 1993 les pays développés
constituent 15% de la population mondiale avec un pourcentage de 71% des lignes
téléphoniques du monde, le taux de croissance de la densité des lignes
téléphoniques entre 1982 et 1993 défavorise l'Afrique subsaharienne (6%) face à
l'Afrique du Nord et les pays arabes (9,7%) et l'Asie (12%)

La situation malgache diffère peu de la plupart des pays africains, cela résulte de son
histoire commune avec cette communauté, en particulier avec l’Afrique francophone.
Il semble alors intéressant, dans un premier temps, d’avoir une idée globale de la
situation africaine en matière de NTIC avant de se pencher sur les particularités
malgaches ou la comparaison asiatique. Quelques projets transnationaux et
nationaux qui touchent le continent africain seront revus dans le but de donner des
indications sur ce que l’on peut faire à Madagascar. On essaiera ensuite de décrire
les enjeux et les risques majeurs de cette intégration de l’Afrique dans le système
mondial de l’information et on terminera par un essai d’analyse du contexte
malgache.

Tout le monde s’accorde à dire que le développement des NTIC dans les pays en
voie de développement conditionne leur intégration dans l’économie mondiale, que
les NTICs leur permettent de faire un saut technologique par une relative facilité
d’appropriation et de déploiement (par rapport aux autres technologies), que les
NTICs soient une vraie chance pour l’Afrique.

Bien de questions sont néanmoins posées sur la manière dont les pays africains va
affronter une ouverture totale du secteur à la concurrence mondiale qui se produit
aujourd’hui et sur ses conséquences, sans parler des barrières politico-économiques
et socioculturelles qui restent à franchir.

Pour assurer la contribution des NTIC à un développement humain et économique


durable à Madagascar, une véritable stratégie nationale impliquant tous les acteurs
économiques et socioculturels est nécessaire.

Ce document n’a pas pour ambition de donner les solutions pour accélérer le
développement de Madagascar par l’utilisation des NTIC, il se limite à délivrer

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour
le PNUD 4 /78
quelques pistes de réflexions et de recommandations au travers des diverses
expériences nationales ou internationales dans des pays relativement comparables.
A la fin de ce document seront proposées une synthèse des actions préconisées et
des recommandations issues d’une longue réflexion et recul face à la situation
africaine et malgache. La vision 2015, extraite de la déclaration du millénaire, et tout
autre programme sectoriel de développement, y puiseront des références pour
accompagner efficacement leurs actions en matière de NTIC.

1.1. Le contexte mondial


Les habitants du monde entier espèrent vivement, grâce aux nouvelles technologies,
vivre en meilleure santé, avec davantage de liberté sociale, tout en bénéficiant d’un
niveau de connaissances plus élevé et de moyens de subsistance plus productifs.
On se presse aujourd’hui pour participer à l’ère des réseaux. Fruit de la
convergence entre révolution technologique et mondialisation, celle-ci entraîne une
intégration des marchés et relie les habitants de la planète en faisant fi de toutes les
frontières traditionnelles.
Ce rapport s’intéresse surtout à l’incidence – effective ou potentielle – des nouvelles
technologies de l’information et de la communication (NTIC) sur l’Afrique, et plus
particulièrement sur Madagascar. Nombreux sont les individus qui craignent que ces
technologies n’aient d’intérêt pour le monde en développement, et même qu’elles ne
fassent qu’accroître les inégalités déjà criantes entre le Nord et le Sud, entre riches
et pauvres. Faute d’action publique innovante, elles pourraient effectivement
constituer un facteur d’exclusion, au lieu d’un instrument de progrès. On risque ainsi
de continuer de négliger les besoins des pauvres et de ne rien faire contre les
nouvelles menaces planétaires . Mais si l’on s’attaque à gérer intelligemment ces
nouveautés, les bienfaits pourraient l’emporter sur les dangers.
Les évolutions technologiques d’aujourd’hui sont de plus en plus rapides (la
puissance d’un microprocesseur double tous les 18 à 24 mois sans augmentation du
prix de vente)1 et plus fondamentales que jamais (pensons aux percées du génie
génétique). De plus, elles compriment les coûts (stocker un mégabit d’informations
coûtait 5257 USD en 1970, mais seulement 0,17 USD en 19992). Ces évolutions
multiplient les possibilités d’utilisation de la technologie par les individus. Quelques
exemples :
• Participation. Internet, la téléphonie sans fil et les autres technologies de
l’information et des communications (TIC) permettent aujourd’hui aux personnes
de communiquer et d’obtenir des informations d’une manière jusqu’alors
inconcevable, ce qui accroît spectaculairement les possibilités de participer aux
décisions qui les concernent directement. Du rôle du télécopieur dans les
événements qui ont mené aux révolutions de 1989, aux campagnes par courrier
électronique qui ont contribué à la chute du président philippin Joseph Estrada,
en janvier 2001, les TIC confèrent aux citoyens des moyens puissants pour
demander des comptes à ceux qui les gouvernent et pour mieux tirer parti des
ressources publiques.

1
Source : RMDH 2001
2
Source : idem

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour
le PNUD 5 /78
• Savoir et connaissance. Les TIC peuvent fournir un accès rapide et peu coûteux
à l’information dans pratiquement tous les domaines de l’activité humaine. De
l’apprentissage à distance en Turquie au télédiagnostic médical en Gambie, en
passant par la diffusion des cours des céréales en Inde, Internet fait tomber les
barrières géographiques, accroît l’efficience des marchés, crée des opportunités
de revenu et favorise la participation à l’échelon local.
• Nouvelles possibilités d’emploi et d’exportation. La récente dégringolade de
l’indice Nasdaq a certes mis un terme aux envolées boursières les plus
phénoménales, mais le commerce électronique et l’accès aux informations sur le
marchés restent extrêmement prometteurs pour certains pays en développement,
qui pourront ainsi s’affranchir des distances géographiques. Le chiffre d’affaires
du secteur informatique indien n’est-il pas passé de 150 millions USD en 1990 à
quelque 4 milliards USD en 19993 ?

1.2. Vers la société en réseaux

1.2.1. Les liens entre technologie et développement humain4

L’innovation technique influe sur le développement humain de deux manières


(diagramme). Premièrement, elle peut accroître directement les potentialités
humaines. Beaucoup de ses produits (variétés de plantes résistantes à la
sécheresse pour les climats variables, vaccins contre des maladies infectieuses,
sources d’énergie propres pour la cuisson des aliments, accès à l’Internet pour
s’informer et communiquer…) améliorent directement la santé, la nutrition, le savoir
et le niveau de vie, et donnent à la population davantage de moyens de participer à
la vie économique, sociale et politique de leur société.
Deuxièmement, la technologie est un instrument de développement humain, car les
gains de productivité qu’elle génère favorisent la croissance économique. A main
d’œuvre égale, elle augmente les rendements agricoles, la production des usines et
l’efficience des prestataires de services ainsi que des petites entreprises. Elle est
également à l’origine de nouvelles activités – le secteur des TIC, par exemple -, et
contribue de ce fait à la croissance économique et à la création d’emplois.
Le développement humain est lui aussi un outil essentiel du progrès technologique.
L’innovation technologique est une expression des potentialités humaines. Le
relèvement du niveau d’instruction joue un rôle particulièrement important dans
l’élaboration et la diffusion des techniques. De plus en plus de scientifiques peuvent
alors se lancer dans la recherche et développement, et des agriculteurs et ouvriers
plus instruits peuvent se familiariser avec les nouvelles techniques, les maîtriser et
les utiliser avec une facilité et une efficacité plus grandes. Qui plus est, les libertés
sociales et politiques, la participation et l’accès aux ressources matérielles créent des
conditions qui encouragent la créativité humaine.
Ainsi, développement humain et progrès technologique peuvent se renforcer
mutuellement : cercle vertueux (diagramme). Les innovations dans l’agriculture, la
médecine, l’énergie, la production industrielle et la communication ont été des
facteurs importants – sans être les seuls – des progrès sans précédents du

3
Source : RMDH 2001
4
Source : idem

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour
le PNUD 6 /78
développement humain et de la lutte contre la pauvreté. Elles ont fait tomber maints
obstacles au progrès, tels que le faible niveau de revenu ou les limites du cadre
institutionnel, et rendu possible l’accélération des avancées.

Diagramme
Les liens entre technologie et développement humain :

Création de capacités humaines


Vivre longtemps
S’instruire et être productif
Bénéficier de conditions de vie décentes
Prendre part à la vie sociale, économique et
politique de la collectivité

Ressources destinées à
l’enseignement, à la santé et aux
communication

Emploi Progrès de la
médecine, des
Gain de Croissance communications, de
productivité économique l’agriculture, de
l’énergie et du secteur
manufacturer
Ressources
destinées à Gain de
l’innovation productivité
technologique

Evolution technologique

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour
le PNUD 7 /78
1.2.2. Mutations technologiques et mondialisation : deux
tendances qui se renforcent mutuellement5

Les évolutions technologiques d’aujourd’hui se conjuguent à un autre changement


historique fondamental : la mondialisation de l’économie, qui unifie rapidement les
marchés mondiaux. Ces deux processus, là encore, se renforcent mutuellement.
L’intégration des marchés mondiaux, à la fin du XXème, résulte de la libération des
échanges et d’autres changements politiques spectaculaires, notamment les
privatisations et la chute du communisme en Union Soviétique. Les nouveaux outils
des TIC ont accentué et accéléré ce phénomène.

La mondialisation stimule le progrès technique via la concurrence, les incitations


commerciales et les ressources scientifiques et financières planétaires. Et ce marché
mondial repose sur la technologie, est elle-même, facteur clé de la concurrence.
Le secteur des hautes technologies est celui qui enregistre la croissance la plus
rapide dans les échanges mondiaux6. Il représente actuellement un cinquième du
total. Selon une étude portant sur 68 pays assurant 97% de l’activité industrielle
mondial, sur la période 1985-1997, ce secteur a progressé deux fois plus vite que la
production d’ensemble de tous ces pays, à une seule exception7.

1.2.3. Les bienfaits des TIC

Elles sont nettement en avance sur celles des biotechnologies. Internet, par
exemple, connaît une croissance exponentielle : le nombre des utilisateurs, passé de
16 millions en 1995 à plus de 400 millions en 2000, pourrait atteindre le milliard en
20058. Les raccordements augmentent à un rythme spectaculaire en Europe, au
Japon, aux Etats-Unis et dans de nombreux pays en développement. En Amérique
latine, l’utilisation d’Internet progresse de plus de 30% par an, mais seulement 12%
d’habitants devraient être connectés au réseau mondial d’ici 2005, car la faiblesse du
revenu des ménages empêche un développement plus important9 .

Dans les pays en développement, l’accès à Internet d’une majorité de la population


constituera un véritable défi, car la fracture numérique pourrait être réduite grâce à
des adaptations technologiques et des innovations institutionnelles. Au Brésil, en
Inde, en Thaïlande, au Niger et ailleurs, la créativité et l’esprit d’entreprise ont
déjà permis de concevoir des logiciels pour utilisateurs analphabètes, ainsi que des
système sans fil et bon marché, fonctionnant à l’énergie solaire. L’accès des
collectivités publiques et privées à Internet se généralise dans les villes et les
campagnes. De l’Afrique du Sud au Bangladesh, des innovations telles que les
cartes téléphoniques prépayées élargissent, là encore, l’accès aux TIC. De multiples
usages en sont faits, que ce soit dans le domaine de la santé, de l’éducation ou de la
participation à la vie politique, sans parler de l’amélioration du revenu des familles
pauvres.

5
Source : RMDH 2001
6
Source : Lall,2001.
7
Source : idem
8
Source : Angus Red, 2000.
9
Source : Jupiter Communications, 2000a.

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour
le PNUD 8 /78
1.2.4. Vers la levée des obstacles au développement

En quoi les TIC sont-elles un outil sans précédent dans la lutte pour en finir avec la
pauvreté au XXIème siècle ? Premièrement, elles interviennent à presque tous les
niveaux de l’activité humaine car elles peuvent être utilisées quasiment partout et
pour tout. Deuxièmement, ces technologies suppriment les obstacles au
développement humain dans au moins trois domaines nouveaux :
• Elimination des obstacles au savoir. Pour accroître les capacités humaines,
l’accès à l’information est aussi essentiel que l’instruction. Si cette dernière
développe les compétences cognitives, l’information donne de la substance au
savoir. Avec Internet le réseau mondial, les pauvres comme les riches peuvent
accéder à l’information.
• Elimination des obstacles à la participation. Les personnes et les
communautés défavorisées sont souvent isolées et n’ont pas les moyens
d’entreprendre des actions collectives. Ces dernières années, la communication
planétaire rendue possible par Internet a conféré un pouvoir nouveau et
d’envergure mondiale à de nombreux mouvements issus de la société civile :
accord sur l’interdiction des mines anti-personnelles, initiatives pour l’allégement
de la dette ou la fourniture de traitements contre le VIH/sida dans les pays
pauvres, …. Mais Internet permet tout aussi efficacement de mobiliser les
populations à l’échelon local. Les campagnes de dénonciation de la corruption
par courriers électroniques ont pesé sur les élections de 1999 et donné naissance
au mouvement qui a récemment déposé le président philippin Joseph Estrada.
Dans le monde entier, les citoyens savent de mieux en mieux se servir du réseau
des réseaux pour demander des comptes à ceux qui les gouvernent.

• Elimination des obstacles aux opportunités économiques. Malgré la chute


récente des valeurs technologiques et la faillite d’un grand nombre de sociétés
.com, les technologies de l’information et des télécommunications et les activités
connexes comptent parmi les plus dynamiques de l’économie mondiale. Elles
offrent aux pays en développement la possibilité d’exporter plus, de créer des
emplois corrects et de diversifier leur économie ; le secteur des TIC nécessite un
investissement de départ moins important que les activités traditionnelles, tant en
termes de capitaux que d’infrastructures. C’est peut-être ce qui explique l’essor
plus rapide des secteurs à fort contenu technologique par rapport à ceux à
contenu technologique intermédiaire dans les pays en développement. Les
technologies de pointe consomment en outre beaucoup de main-d’œuvre et
constituent donc une source d’emplois et de revenus pour les travailleurs instruits.
En Inde, les concepteurs de logiciels touchent des salaires élevés pour ce pays,
mais compétitifs sur le marché mondial10.
11
2. Un état des lieux de la télécommunication en Afrique

L’équipement est un enjeu de taille qui maintient l’Afrique dans une situation
marginale. La télé densité mesure l’importance du réseau téléphonique d’un pays par
rapport à sa population. Selon les statistiques de l’UIT ( 1998), avec 12% de la
population mondiale, l’Afrique ne compte que 2% du réseau planétaire avec une
10
Source : Chandrasekhar, 2001.
11
Plusieurs éléments de ce chapitre proviennent d’une étude du CNRS en 1998

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour
le PNUD 9 /78
densité globale très faible : moins de deux lignes pour 1000 habitants en moyenne
(contre 48 en Asie, 280 en Amérique, 314 en Europe est et ouest et 520 pour les
pays à hauts revenus).

2.1. Télédensité en forte croissance depuis 1990

Selon une étude du CNRS en 1998 ( Annie CHENEAU-LOQUAY), depuis 1990, la


situation s’est globalement améliorée, la croissance est plus forte que dans les pays
européens (5, 7% contre 4, 1% par an) comme le montre la carte : Télédensité : une
forte croissance (1990-1996).

Cette étude indique que la croissance concerne surtout les pays déjà les mieux
équipés (notamment l'Afrique du Nord). Des pays de petite taille s'équipent très vite,
Cap Vert, Gambie, Ile Maurice, avec autour de 20% de croissance de la télédensité
en moyenne annuelle de 1990 à 1996. Togo et Bénin se situent autour de 15%, mais
le Botswana, le Cameroun et le Sénégal, pays plus vastes, connaissent également
plus de 10% de croissance.

Les pays de la façade Est se distinguent par contre par la quasi-stagnation de


l'équipement, Kenya 2%, Tanzanie 1%, Mozambique 0,1%.

Les pays où le nombre de lignes a parfois diminué, entre 1990 et 1996, sont ceux où
l'Etat contrôle mal son territoire ; pays en guerre, Liberia -13,5%, Somalie -2%,
Angola -6,4%. En Guinée, pays confronté à une difficile reconstruction, l'équipement
reprend depuis trois ans (+ 1,6%), ce qui n'est pas le cas de Madagascar (-1,5%).
Il faut noter que la réforme institutionnelle du secteur des postes et des
télécommunications ayant pour objectif d’assurer le passage du monopole d’état vers
un système « libéralisé encadré » n’a eu lieu qu’en 1995 et a donné naissance à la
société TELMA SA le 7 février de la même année. Depuis cette date, on a enregistré
une croissance relative des équipements téléphoniques malgaches, la naissance de
nouveaux réseaux comme les mobiles et les réseaux de transmission de données.
Une situation encore loin d’être satisfaisante par rapport à la forte demande exprimée
aujourd’hui aussi bien par les entreprises que par les particuliers.

2.2. L’accessibilité : un meilleur indicateur pour l’Afrique

Si la télédensité est l’indicateur international pour comptabiliser l’équipement


téléphonique par rapport à la population, elle n’est pas pour l’Afrique le meilleur
indicateur pour exprimer le service rendu ; il faudrait raisonner en terme de zones de
desserte, d'accessibilité des populations en fonction de la distance par rapport aux
postes téléphoniques pour ce qui concerne la majorité de la population, celle qui vit
dans les quartiers défavorisés des grandes villes et surtout dans les zones rurales
(plus de 70% de la population africaine) [Annie CHENEAU-LOQUAY].

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour
le PNUD 10 /78
Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour
le PNUD 11 /78
Des efforts importants ont été entrepris dans les pays comme le Maroc et le Sénégal
en multipliant les postes publics : cabines téléphoniques et télécentres (station de
services : fax, téléphone, accès Internet, etc.). Les initiatives privées et publics ont
permis également d’améliorer cette accessibilité à Madagascar. Elles concernent
essentiellement les zones urbaines. Reste posée la question de la téléphonie rurale
qui divise les bailleurs de fonds : Faut-il laisser agir le marché ? C'est la position de
la Banque Mondiale. Faut-il défendre le principe de l'accès universel et d'un service
public ? Mais qui en supportera les coûts, quel sera le rôle des parties prenantes,
peut-on mettre en place des systèmes de péréquation entre zones riches et zones
pauvres ?

2.3. Déséquilibres accentués entre zones rurales et urbaines dans les


pays plus pauvres.

La carte qui suit indique la répartition des lignes entre villes et campagne. Elle fait
apparaître le poids démesuré des zones urbaines et le sous équipement des zones
rurales, à l’exception du sud du SAHARA et l’Afrique Australe. C’est un phénomène
qui s’accentue dans les pays les plus pauvres.

Proportion des lignes dans les capitales par rapport au nombre total de lignes :
Asmara Bissau Bangui Freetown Bujumbura N'Djamena
(Erythrée) (Guinée Bissau) (Centrafrique) (Sierra Leone) (Burundi) (Tchad)

97,3 % 96,8 % 91,5 % 88,5 % 87,8 % 82,4 %

Source : UIT - indicateur 1998

2.4. Corrélation entre PIB et télédensité

Deux cartes élaborées par le CNRS comparent PIB et télédensité. Elles font
apparaître une forte corrélation entre ces deux paramètres. D’une part elle pose le
problème du développement des services de télécommunications dans les pays les
plus pauvres, d’autre part, elles peuvent indiquer une tendance de la croissance
économique d’un pays qui réaliseront des efforts pour l’amélioration de l’accessibilité.

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour
le PNUD 12 /78
Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour
le PNUD 13 /78
Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour
le PNUD 14 /78
2.5. Force du trafic international, faiblesse du trafic interafricain

Toujours selon l’étude du CNRS, l’Afrique se distingue par un niveau moyen du trafic
international sortant parmi les plus élevés du monde avec de profondes disparités,
60 % des recettes proviennent des appels internationaux.

Ces phénomènes peuvent être interprétés de différentes manières. Il exprime :

• d'abord l'importance de la demande non satisfaite limitant de faite le trafic


national,
• le choix d'équiper une clientèle solvable qui téléphone davantage à l'extérieur
(poids des organismes internationaux, des ONG étrangères...), mais aussi,
• l'importance des migrations internationales et l'ouverture voire l'extraversion des
économies.
La carte qui suit donne une indication du trafic international africain, l’Afrique australe
se distingue par l’importance du trafic interafricain dans le trafic international, elle
résulte d’une intégration économique régionale autour de l’Afrique du Sud ou la très
forte dépendance économique, avec ce pays, de certains pays comme le Lesotho et
le Swaziland.

2.6. Tarifs élevés

Un des paradoxes de l'Afrique est que les tarifs des télécommunications y sont très
élevés alors que la population est globalement très pauvre.
La carte des tarifs (CNRS) ci-dessous fait néanmoins apparaître la diversité de la
situation africaine, la plupart des pays relativement bien équipés au Nord et au sud
ont su conjuguer des coûts de l'abonnement et de la communication plus
raisonnables en fonction de leurs niveaux de vie. L'Afrique de l'Ouest et du Centre se
situent dans une position intermédiaire.
Toujours selon le CNRS, la part des revenus du secteur des télécommunications
dans le PIB est beaucoup plus importante qu'ailleurs. Cela coûte plus cher de
téléphoner entre deux villes du Burkina Faso que de Paris à Los Angeles (2,93 F la
minute en avril 1997 par l'opérateur France Telecom).
Cela explique la réticence de certains états vis-à-vis de la privatisation des sociétés
qui leur enlève une ressource essentielle.
Le coût excessivement élevé du service est un obstacle au développement des
télécommunications, les récentes ouvertures à la concurrence montrent qu'une
brèche est ouverte qui permet à de nouveaux opérateurs de service de s'introduire
sur les marchés.
Prenant argument des prévarications, la Banque mondiale pousse à une ouverture
totale des marchés de télécommunications en Afrique, mais l'installation des
téléphones cellulaires intéresse davantage les sociétés privées que la reprise de
sociétés nationales souvent inefficaces et obsolètes.

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour
le PNUD 15 /78
Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour
le PNUD 16 /78
Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour
le PNUD 17 /78
2.7. Nouveaux réseaux, nouveaux marchés, nouvelles clefs pour le
développement.

2.7.1. Les systèmes mobiles

Les systèmes mobiles mondiaux de communication personnelle contribuent à


l'accélération des processus de dérégulation des télécommunications. Les sociétés
de télécommunication font du GSM l'une des vitrines des services offerts.

Les prix de la téléphonie cellulaire sont encore très élevés par rapport au système
filaire, mais ils vont diminuer avec l'élargissement du marché dans les villes et la
concurrence.

En 1990, seuls les trois pays du Maghreb, l'Egypte, l'Afrique du Sud, le Zaïre et le
Gabon avaient des systèmes de téléphonie cellulaire , huit ans plus tard, seuls les
pays de la frange sahélienne (Mauritanie, Niger, Tchad, Soudan, Erythrée, Ethiopie,
Somalie), la Sierra Leone et le Liberia ne sont pas encore équipés.

La carte et le tableau montrent une forte progression des installations en 1994-95


avec l'implantation du système numérique GSM, le réseau terrestre global de
communications mobiles, qui permet de téléphoner dans le monde entier avec le
même terminal et d'enregistrer des messages vocaux.

L'introduction de la téléphonie cellulaire en Afrique

1985 Tunisie
1986 Afrique du Sud - Zaïre – Gabon
1987 Egypte
1989 Ile Maurice – Algérie – Maroc
1992 Nigéria – Sénégal – Ghana
1993 Burundi – Kenya
Angola – Cameroun – Gambie – Ghana – Madagascar – Tanzanie - (Maroc) * -
1994
(Afrique du Sud) - (Zaïre)
1995 Bénin – RCA – Lesotho – Namibie – Tanzanie – Ouganda - Zambie
1996 Côte d'Ivoire – Malawi – Mali - (Sénégal) – Congo – Burkina Faso
1997 Mozambique – Zimbabwe – Guinée
1998 Botswana

*(.) année d'introduction du système GSM

A l'instar des pays développés, toutes proportions gardées, les réseaux cellulaires
connaissent, en Afrique de l'Ouest, un développement spectaculaire et les
abonnements dépassent les prévisions des opérateurs qui seront vite confrontés à
des saturations et donc à des contraintes d'urgence d'extension et ce, malgré une
timide politique commerciale. Au Bénin, on a compté 2500 abonnés en moins de 8
mois (réseau analogique AMPS), au Burkina Faso, 900 abonnés en moins d'un an
(réseau numérique GSM), en Côte d'Ivoire, 15 000 abonnés en moins d'un an (3
opérateurs privés, réseau numérique GSM).

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour
le PNUD 18 /78
On fait de plus en plus appel aux satellites pour raccorder les zones isolées et pour
assurer une couverture nationale et internationale. Au Zaïre, Telecel utilise
INTELSAT pour relier entre eux ses systèmes cellulaires entre six villes et pour offrir
des services interurbains et internationaux. Au Ghana, la société Milicom a loué des
lignes à INTELSAT pour raccorder ses réseaux cellulaires d'Accra et de Kumasi et
envisage d'en faire autant pour d'autres villes.

La même effervescence est également ressentie à Madagascar avec environ 70 000


abonnés en 7 ans (quatre opérateurs privés)

Des projets de téléphonie rurale voient le jour. Il en existe dans la vallée du fleuve
Sénégal, région de fortes migrations, pour équiper 60 villages en
télécommunications.

2.7.2. L’Internet

La progression de l'accessibilité à Internet est spectaculaire en Afrique. La


meilleure source au sujet de la connectivité en Afrique est le site de Mike Jensen
(http://www3.wn.apc.org/africa/users.htm).

En août 1996, quatre pays seulement, l'Afrique du Sud, le Kenya, l'Égypte et la


Tunisie possédaient des circuits internationaux supérieurs à 64 kbps. Un an après,
en septembre 1997, 36 pays avaient des accès. Des plans de développement des
réseaux sont en place en République du Congo, Gambie, Liberia, Sierra Leone, Cap
Vert, Sao Tome et Principe, en Libye, en Erythrée et en Somalie, complétant ainsi
l'accès du continent tout entier.

En août 1998, dans 47 des 54 pays, il existait une forme d'accès à internet au
moins dans la capitale. Les liaisons ont donc considérablement progressé en
extension et en volume sous l'effet d'initiatives à la fois nationales et internationales.

L'Afrique du Sud se place au 16e rang des 159 pays équipés du monde avant
l'Autriche, la Nouvelle Zélande ou le Brésil.

L'Afrique anglophone est nettement mieux équipée que l'Afrique francophone, mais
la Côte d'Ivoire, le Sénégal et le Mali se montrent particulièrement dynamiques.

A partir de 1996, l'initiative Leland de l'USAID a proposé des liaisons à une


vingtaine de pays à travers un programme de 15 millions de dollars, application de
l'idée d'une infrastructure globale de l'information lancée par le vice président
américain Al Gore. Ce programme voulait à l'origine accorder 500 000 dollars à une
vingtaine de pays pour des accès à 128 kbps, mais sans établir de relation avec
l'opérateur national . Une assistance en équipement, expertise, formation et accès
gratuit pendant un an était prévue à condition que les pays s'engagent à libéraliser
leur marché. En fait, la plupart des pays africains n'ont pas accepté les offres de
Leland qui a du changer de politique. Sept pays seulement ont fini par accepter l'offre
et ce ne sont que des opérateurs nationaux. D'abord concentrée en Afrique de l'Est,
Leland s'est étendue aux pays francophones.

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour
le PNUD 19 /78
Les liaisons internet se font d'abord avec la capitale. Neuf pays offrent des
liaisons dans la ville secondaire mais au tarif très élevé des appels à longue
distance. L'Afrique du Sud ouvre ainsi des accès dans 45 villes. Par contre, dans
onze pays, l'opérateur de télécommunications joue le jeu d'un accès universel en
créant un code spécial qui permet de se connecter à internet au coût de la
communication locale dans le pays tout entier. C'est le cas au Burkina, au Gabon, au
Malawi, à Maurice, en Mauritanie, au Maroc, au Niger, au Sénégal, au Tchad, en
Tunisie et au Zimbabwe.

On peut se référer à trois indicateurs ; les sites, les adresses e-mail et les
utilisateurs :

L'Afrique du Sud compte de loin le plus grand nombre de "sites" Web du continent,
100 000 fin 1997, 140 000 fin 1998, le reste du continent totalisant seulement 8000
sites nationaux dont 2000 en Egypte (http://www.nw.com).

Le nombre d'adresses e-mail varie entre 700 000 et un million dont la plupart sont
en Afrique du Sud (1998).

Désormais avec l'augmentation du nombre d’utilisateurs, on essaie de mesurer la


pénétration d'internet par rapport à la population. La définition des "utilisateurs"
ou "abonnés" varie. Le nombre de comptes partagés ou de boites aux lettres en
Afrique est beaucoup plus élevé que dans beaucoup de pays développés ce qui
selon Mike Jensen pourrait pousser le nombre d'utilisateurs jusqu'à deux millions
(1998) ;

La maturité du marché du service internet se mesure au nombre de


fournisseurs d'accès en compétition. Les pays qui en ont plusieurs ont le plus
grand nombre d'utilisateurs : l'Egypte, le Maroc, le Zimbabwe, le Kenya, , le
Mozambique, la Tanzanie et en Afrique de l'Ouest la Côte d'Ivoire, le Ghana, le
Sénégal. Arrivent ensuite le Bénin, le Cameroun, Madagascar et le Nigéria dont le
marché commence à peine à se développer.

Si quelques circuits se connectent au Royaume Uni et à la France, la plupart se


connectent aux États-Unis où les principaux fournisseurs de service sont : ATT,
Global one, UUNET, Alternet, MCI, NSN, Sprint et BBN. France Telecom FCR
dispose de plus de connections avec l'Afrique que tout autre fournisseur en raison
des liens étroits avec l'Afrique francophone.

La plupart des connections se font par satellites, sauf pour les pays frontaliers de
l'Afrique du Sud qui se connectent directement à elle via une épine dorsale ou
« backbone » qui n’existerait qu’en Afrique du Sud.

Le courrier électronique est désormais en Afrique le moyen le moins onéreux pour


communiquer en international. De plus, la messagerie électronique répond à un
véritable besoin, un besoin supérieur à celui d’un pays développé où d'autres
moyens sont disponibles.

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour
le PNUD 20 /78
Ces nouveaux outils participent au désenclavement de pays isolés et sont
porteurs d'une utopie d'égalité en permettant de s'affranchir des contraintes de
distance et de localisation pour participer au savoir et à l’économie mondiale.

2.8. Bilan des NTIC en Afrique et à Madagascar

D’une manière générale, les télécommunications en Afrique restent encore


aujourd’hui un instrument des élites nationaux, des grandes entreprises, des
grands organismes nationaux ou internationaux et des expatriés, en général,
européens. Si l’accessibilité dans les zone urbaines s’est améliorée ces dernières
années par le développement des postes comme les cabines téléphoniques ou les
télécentres privés ou publics, la grande majorité du continent constituée de zones
rurales se trouve encore exclue.

L’accès aux NTIC se trouve aujourd’hui limité, d’une part, par un coût
(communication, équipement, logiciel) que le pouvoir d’achat moyen des africains ne
peut pas supporter, et d’autre part, par une infrastructure à la fois insuffisante et non
performante, et qui n’arrive même pas parfois à satisfaire les demandes exprimées
dans les zones urbaines.

Paradoxalement, le coût des communications par les mobiles est en général plus
cher que par les lignes fixes traditionnelles, et pourtant, le nombre des abonnés
dépasse largement les prévisions des opérateurs.

Ce succès résulte de l’insuffisance de l’offre des opérateurs de ligne fixe, en général


les opérateurs historiques, mais cela ne suffit pas pour expliquer sa pénétration dans
les couches sociales plus modestes de la population africaine, il faut aussi considérer
le ratio entre les coûts de communication et les valeurs ajoutées que peuvent
engendrer l’usage d’un mobile. Il n’existe pas aujourd’hui de modèle économique qui
permet de quantifier cette valeur ajoutée, elle est plutôt qualitative, c’est
l’amélioration de la réactivité de ses usagers par l’importante réduction de la
dimension spatio-temporelle.

Le succès de l’Internet en Afrique, même si elle ne touche pas encore toutes les
couches sociales, résulte du même ratio décrit précédemment. En plus de la
réduction de la dimension spatio-temporelle, la possibilité d’accès à une multitude
d’informations disponibles sur la toile par ses usagers constitue en soi une valeur
intrinsèque.

Le problème de l’accès dans les zones rurales reste entier, surtout dans le
contexte général de libéralisation de l’économie. Il nécessite un investissement
relativement conséquent compte tenu de la répartition de la densité de la population
africaine, un marché qui n’intéresse pas toujours les opérateurs qui privilégient
souvent les rentabilités à court terme, et cela, malgré la baisse continuelle des coûts
d’installation et des équipements, notamment par l’utilisation de la technologie de
télécommunication par satellite.

Les premières années de déploiement des NTIC en Afrique ont montré la capacité
des africains à s’approprier de ces nouveaux outils. Toutes les technologies
disponibles existent aujourd’hui en Afrique mais leur usage reste encore marginal.

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour
le PNUD 21 /78
Le volet ressource humaine n’a pas été développé dans ce chapitre. En général, les
pays africains souffrent plus que l’Europe d’une insuffisance de techniciens en NTIC,
cette situation est d’autant plus sérieuse que les prévisions que l’on peut faire à
partir des institutions de formation existantes montrent qu’elles ne puissent pas
soutenir une croissance nationale du secteur. Le cas de Madagascar est sans doute
typique, les écoles et les universités ne produisent pas annuellement plus d’une
centaine d’ingénieurs et de techniciens en NTIC. Comme l’investissement dans les
équipements, la formation est une des priorités africaines pour assurer une
meilleure contribution des NTIC dans le développement.

La situation de Madagascar diffère peu de la plupart des pays africains, la


télédensité se trouve au dessous de la moyenne africaine et reste nettement
inférieure à la moyenne de la région : Océan Indien et Afrique Australe, l’accessibilité
s’est améliorée ces dernières années dans les zones urbaines. L’idée de stratégie
nationale de développement des NTIC commence à faire son chemin. Elle est
fortement soutenue par les professionnels du secteur qui sont les premiers à souffrir
de l’insuffisance et de la qualité de l’offre des opérateurs existants et par suite
de leur incapacité à saisir les opportunités, aujourd’hui, offertes par le marché
international.

La prochaine étape envisagée par les pays africains sera la vulgarisation. C’est une
condition nécessaire si on veut parler de développement durable. Certains ont
emboîté le pas par la mise en place d’une véritable stratégie nationale appuyée par
les bailleurs de fonds internationaux ; exemple les cas du Sénégal, de la Tunisie, du
Maroc, de la Mauritanie, du Togo, du Sénégal, de l’Afrique du Sud, etc. Les projets
n’ont pas toujours atteint les résultats attendus, par exemple, le projet Leland à
Madagascar : moins de 4000 abonnés Internet en 5 ans comparé aux abonnés du
fournisseur d’accès Internet, filiale de l’opérateur historique, plus de 10 000 abonnés
en 6 ans. Cette étape qui consiste à sensibiliser la population sur les intérêts des TIC
a été occultée.

Le chapitre qui suit fait un état de quelques projets entrepris dans le continent
africain. Ce sont des projets réalisés dans un environnement économique et
socioculturel plus proche de Madagascar, il faut certainement les placer dans leur
contexte respectif, Madagascar peut néanmoins s’en inspirer pour bâtir sa stratégie
nationale.

2.9. Nouvelles perspectives pour le continent africain.

Grâce au soutien des bailleurs, Madagascar a pu participer à différents séminaires


dont le TICAD 2002 sur le thème : " le partenariat entre pays africains et asiatiques".

Une autre approche de développement par un partenariat Sud-Sud s’est dégagée de


ces différentes séminaires :

• Le développement des partenariats Sud-Sud s’appuyant sur les différentes


organisations régionales.
• Les opportunités du partenariat Afrique-Asie.

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour
le PNUD 22 /78
L’Inde, le Pakistan et la Malaisie, modèles de pays émergents, ont largement
développé lors du dernier séminaire, des exemples de partenariat qui ont permis au
continent asiatique d’atteindre son niveau actuel. Ils souhaitent étendre cette forme
de partenariat sur le continent africain. D’autres approches ont été engagées par des
groupements professionnels du secteur privé malgache et on espère en tirer des
contrats de partenariat.

Parmi ses différentes tentatives, des leçons doivent en être tirées. L’exemple du
Sénégal, qui bientôt fera partie des pays émergents, doit inspirer d’une autre
manière l’approche des autres pays africains.

Le gouvernement Sénégalais est entrain d’élaborer aujourd’hui son 10ème plan


stratégique de développement des NTICs. Historiquement, l’ensemble des pays
Africains a eu l’occasion de démarrer ensemble dans les années 1996 à partir des
mêmes impulsions données par l’USAID, mais les résultats actuels reflétés par les
différentes présentations sont très disparates. Le degré d’appropriation du concept
NTICs en tant qu’opportunités sociales, économiques et de développement diffère
d’un pays à un autre. Les intérêts sont souvent politisés à l’extrême au détriment des
intérêts économiques réels. Les réponses aux questions posées sur la bonne
gouvernance en Afrique y sont pour quelque chose.

2.9.1. Degrés d’appropriation disparates

D’un pays à un autre, le niveau de télédensité montre que certains pays n’ont pas
encore saisi l’occasion d’utiliser les NTICs en tant que simple outil de communication
au vue de leur faible télédensité. Les contextes politiques n’en sont pas les seules
causes car des pays en situation de guerre civile ont atteint des niveaux équivalents
à des pays dont l’environnement politique est plus stable. Cette réalité est due à
l’absence ou au non-aboutissement d’une véritable stratégie nationale. Dans la
plupart des cas, les obstacles se situent dans la formulation d’une véritable stratégie
NTIC ou à l’élaboration de plans d’actions concrètes souvent difficilement réalisables
dans le contexte du pays en question. La notion de partenariat entre le secteur privé
et le secteur public, clé de la croissance et des investissements, ne fait pas encore
partie de la culture africaine en général.

2.9.2. Des compétences insuffisantes

A tous les niveaux, les compétences africaines en général, n’ont pas permis de
réaliser des véritables avancées dans l’utilisation des NTICs à des fins utiles pour le
développement de chaque pays. A commencer par les décideurs qui n’ont pas su au
bon moment prendre en compte l’importance de l’interconnexion entre les continents
et qui sont passés à côté d’immenses opportunités. Citons l’exemple de Madagascar
qui n’a pas adhéré à temps au projet SAT3 mais qui vraisemblablement payera cette
interconnexion entre continents 10 fois plus chère dans quelques années.
Le grand public, face au surcoût qu ‘engendre l’utilisation des NTICs, ont préféré
renoncer tout simplement à toutes autres initiatives et par manque d’intérêt sur les
opportunités à saisir.

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour
le PNUD 23 /78
2.9.3. Pour des partenariats régionaux et Sud-Sud

La notion de partenariat Afrique-Asie a été principalement l’objet de cette rencontre.


Les pays Africains ont pu saisir les propositions de partenariat avec les pays
asiatiques afin de contribuer au développement des TIC. La Malaisie a montré
l’efficacité de leur démarche entre pays asiatiques et propose son soutien à tout pays
Africains demandeurs. Ce soutien ne se limitera pas aux seuls appuis financiers mais
s’étendra également aux renforcements des compétences et aux échanges de
services.

Ils ont conseillé aux pays africains de prendre en compte dans leur stratégie
l’approche régionale de recherche de partenariat pour rentabiliser leurs
infrastructures et optimiser leurs échanges d’informations.

Le Sénégal a su bien utiliser cette approche pour satisfaire ses ambitions d’être le
leader en Afrique subsaharien.

2.9.4. Un exemple d’émergence africaine

Sénégal est l’un des pays d’Afrique le plus avancé dans l’appropriation des NTICs
après le Maroc. Les axes stratégiques choisis par Sénégal lors de son 9ème plan pour
créer une impulsion sur les NTICs sont :

n 1/ Favoriser l’appropriation sociale des TIC par la population


n 2/ Développer les infrastructures de base pour améliorer la connectivité.
n 3/ Valoriser les ressources humaines de l’Administration pour une meilleure
appropriation des NTIC.
n 4/ Mobiliser les investissements par la création d’un environnement propice.
n 5/ Développer au sein de l’Administration une stratégie d’entreprise et un
concept de guichet électronique
n 6/ Améliorer les recettes de l’Etat par l’automatisation des grands registres
(douanes, impôts, cadastre fiscal, etc..)
Extrait de la présentation de Sénégal au Ticad 2002

La formulation de leur politique stratégique consiste à adapter aux exigences et


réalités locales un concept quasi universel plutôt que de réinventer l’histoire.

La réussite du Sénégal est due à une bonne visibilité globale sur la stratégie à mettre
en place. A titre d’exemple ses perspectives sont les suivantes :

n De manière générale, le Gouvernement a décidé, dans la mise en œuvre de sa


politique , l’introduction de la dimension NTIC et d’introduire cette réforme dans
le 10 ème Plan de développement en cours d’élaboration.
n C’est ainsi que le Sénégal s’engage à exploiter toutes les opportunités offertes
par les NTIC dans la création de richesses et d’emplois au bénéfices des
citoyens et des populations démunies.
Extrait de la présentation de Sénégal au Ticad 2002

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour
le PNUD 24 /78
L’absence d’office de régulation n’a pas été pour eux un handicap étant donné que
l’économie d’échelle n’a pas encore été atteinte. Des mesures ont été prises (fiscales
et autres) pour que la conquête du milieu rural et d’une frange de population
démunie devienne une priorité du gouvernement. L’existence d’un observatoire
nationale, le premier en Afrique, a été supposée comme l’une des conditions
nécessaires pour mieux orienter les précédentes politiques d’avant-garde de l’état.

La vision régionale est pour le Sénégal prioritaire et son réseau ont déjà très
largement dépassé la frontière du pays grâce à l’achèvement des liaisons
d’interconnexion avec les pays de la sous-région : SAT3/WASC/SAFE, FO avec Mali
et Mauritanie, Guinée Bissau en 2002 (Gambie et Cap-Vert déjà réalisés). Par
conséquent, Sonatel, opérateur historique du Sénégal, vient d’acquérir le marché de
la télécommunication au Mali, preuve que des partenariats régionaux et sous-
régionaux sont des pistes réelles qui restent à explorer car elles favorisent
l’interconnexion et le développement de toutes sortes d’économie régionale (SADC,
COMESA, COI, etc…).

Dans la région de l’Océan Indien, Madagascar ne devrait-il pas développer un


partenariat régional ? Il pourrait ainsi bénéficier des avancées technologiques de l’île
Maurice et de la Réunion, des pays beaucoup plus avancés en matière de TIC, afin
de réamorcer son économie. Outre les zones franches traditionnelles, on pourrait
plus facilement mettre en œuvre des partenariats dans le secteur de développement
logiciel ou de la production numérique pour ralentir les fuites de cerveau. Les impacts
positifs sur notre économie nationale ne seraient-ils pas plus significatifs que les
zones franches ? les effets ne se limiteront pas uniquement à l’apport de main
d’œuvre mais s’étendra aussi vers le renforcement de nos compétences par le biais
des expériences et savoir nouvellement acquis ?

La réalisation du projet SAT3/WASC/SAFE pour intégrer Madagascar dans une


interconnexion entre le continent Africain-Océan Indien et l’Asie ne devraient-elle pas
être une des priorités du gouvernement pour favoriser tout au moins les partenariats
sous-régionaux ?

L’exemple du Sénégal devrait interpeller les décideurs qui doivent se pencher sur
des véritables politiques stratégiques nationales, dont l’absence est la principale
cause de la situation des NTICs actuellement.

3. Les divers projets réussis et durables en Afrique

3.1. Initiative Eumedis : projet régional de société d’information

L’initiative EUMEDIS (Euro-Mediterranean Information Society – la société de


l’information euro-méditerranéenne) a été lancée par la commission européenne à la
fin de l’année 1999. C’est une initiative globale conçue pour renforcer le partenariat
économique, scientifique et culturel entre l’Europe et les pays du bassin sud
méditerranéens. Plusieurs pays africains comme l’Algérie, la Tunisie, le Maroc et
l’Egypte sont concernés.
C’est un projet de trois ans, d’environ 60 Millions d’euros, financé à 80 % par la
Commission européenne et à 20% par les pays tiers.

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour
le PNUD 25 /78
Les principaux objectifs visés sont :
• La création d’un réseau de points focaux méditerranéens, chaque point focal
développera une stratégie gouvernementale harmonisée pour le développement
de la société de l’information euro-méditerranéenne. Ce réseau permet une
interconnexion par Internet du réseau de recherche européen et méditerranéen
par un grand anneau à large bande tout autour de la région.

• Le financement de projets pilotes régionaux dans cinq secteurs d'application :


1. Technologies de l'information et de la communication appliquées à
l'enseignement : Création de logiciels éducatifs multimédias et multilingues,
formations réalisées à travers la coopération de plusieurs instituts de la région,
création des plates-formes publiques pour la gestion de bases de données
consacrées à des multiples thèmes de recherche et d’enseignement.
2. Commerce électronique et coopération économique : financement des
solutions d'achat en ligne particulièrement dans les secteurs de la vente par
correspondance, des finances et du voyage ; des solutions d’Internet banking
capables de fournir la gamme complète des services clientèle et des produits
financiers, des solutions en ligne dans le domaine de la coopération inter-
entreprise, des solutions en ligne pour la distribution, des portails (lexique P75)s
qui fourniront un accès unique aux informations relatives au commerce
électronique sur Internet ; des solutions de travail à distance, particulièrement
dans le domaine de l’outsourcing entre les sociétés du Nord et du sud.
3. Réseaux pour la santé : financement des mesures visant à stimuler l'échange
des expériences, de la formation à distance dans le domaine de la santé
publique, de la création des bases de données régionales et multidisciplinaires
pour les professionnels, de la création des métasites multilingues, de la création
de services d'information et d'orientation pour les patients, de la création des
systèmes de soins pour la santé des voyageurs, de l'organisation des groupes
épidémiologiques de surveillance, de la mise en œuvre des solutions de télé-
diagnostic et de la réalisation de projets visant la coopération à distance entre
spécialistes des maladies typiques de la région.

4. Accès de multimédias au patrimoine culturel et aux ressources


touristiques : financement de la création de salles d’ordinateurs et serveurs web
à l’intérieur des musées, des sites culturels principaux de la région, des
administrations nationales responsables de la gestion de biens culturels ; de la
réorganisation et la rationalisation des ressources culturelles existantes
dispersées sur Internet ; de la mise en œuvre des projets touristiques culturels,
ainsi que le lancement des services publics relatifs à d'autres marchés du
voyage.

5. Les technologies de l'information et des communications appliquées à


l'industrie et à l'innovation : financement des moyens s’appuyant sur les
technologies de l’information pour la modernisation des processus industriels.

Les cibles primaires de l'initiative EUMEDIS sont les hôpitaux, les chambres de
commerce et les fédérations industrielles, les universités, les centres de recherche

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour
le PNUD 26 /78
publics et privés, les musées et les organisations non gouvernementales actives
dans la promotion du patrimoine culturel euro-méditerranéen, les organisations non
gouvernementales qui promeuvent le tourisme dans la région euro-méditerranéenne.

La cible secondaire de l'initiative EUMEDIS est le public dans son ensemble : les
citoyens et les entreprises, qui profitera des services publics électroniques fournis
dans le cadre des projets pilotes d’EUMEDIS.

EUMEDIS vise à réaliser de projets durables pour la coopération euro-


méditerranéenne. Le consortium d’un projet doit comprendre des composants publics
ou privés européens et des organismes publics ou privés méditerranéens. La
Commission recommande de prévoir dans chaque proposition de projet, un plan de
développement qui clarifie, après la réalisation de la phase pilote, les prévisions de
financement privé ou public. Selon les projets, la génération d’activités commerciales
à l’issu de la phase pilote est un des plus importants critères de sélection des
dossiers présentés.

La démarche de l’initiative EUMEDIS est intéressante dans son approche globale et


dans son objectif de réaliser des projets régionaux durables. En dépit de toute
considération qui a pu motiver la création de ce projet, son intérêt pour le
développement des pays les moins avancés de la région est certain. Ces derniers
peuvent en tirer profit pour accélérer les transferts de technologie, pour améliorer
leur infrastructure nationale de télécommunications, pour valoriser leur patrimoine
culturel et leur potentiel économique traditionnel comme le tourisme et l’artisanat,
pour moderniser leur industrie et pour rendre plus efficace leur réseau de santé.
Ces pays ont été sans doute, avant le projet, parmi les pays les mieux équipés
d’Afrique, la considération de la Tunisie et du Maroc comme des nouveaux pays
émergents ou comme le Silicon Valley du Maghreb n’est pas tout à fait étrangère à
ce projet, surtout lorsqu’il est appuyé par une réelle volonté nationale de renforcer
leur économie par les nouvelles technologies de l’information et de la
communication.

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour
le PNUD 27 /78
3.2. Des projets de connexions en Afrique

Les projets d’amélioration de l’accessibilité faisaient toujours partie des programmes


de développement pour l'Afrique. Parmi les objectifs fixés figuraient la couverture des
zones rurales, parfois isolées, qui constituent la plus grande partie du continent.
La liaison par satellite est, pour cela, une solution technique satisfaisante. C’était
l’objet de plusieurs projets africains depuis la fin des années 60.
Le projet PANAFTEL (Pan African Telecommunication), adopté en 1967 par la
commission économique européenne avec pour objectif de mettre en place un
réseau de 43.000 km de liaison par faisceaux hertzien, 8.000 km de câble sous-
marin et des stations terriennes du système Intelsat installés dans 41 pays africains.
Le projet AFSAT (African Satellite) fut aussi un projet de liaison par satellites auquel
la CEE a largement contribué en collaboration avec l'UAPT (l'Union Africaine des
Postes et des Télécommunications). Le but était d'interconnecter 12 pays africains.
L'UPAT (l'Union Panafricaine des Télécommunications) a proposé de son coté un
projet similaire : AFROSAT.
Ces tentatives ont abouti à la mise en place d’un projet plus ambitieux mais plus
consensuel : le projet RASCOM (Regional African Satellite Communications) qui fut
adopté par les ministres du transport, de communications et de la planification de 44
pays africains réunis à Abuja (Nigeria) au mois de février de l’année 1991.
Le projet RASCOM s'établissait comme une alternative africaine à long terme. Il
parvient actuellement à couvrir une grande partie de l'Afrique du Nord et de l'Afrique
subsaharienne par les systèmes Intelsat et Arabsat. D'autres satellites complètent
cette couverture africaine pour assurer des retransmissions téléphoniques ou des
transmissions de chaînes de télévision.
Le problème majeur de ces liaisons par satellite est le coût d’installation des points
de connexions nationaux que la plupart des pays africains ne peuvent pas se
permettre. C’était en partie l’objectif de l’initiative LELAND. Un autre problème,
moins important est la forte dépendance du coût d’exploitation du réseau au marché
international de connexion par satellite, un marché qui fait totale abstraction de
l’économie africaine. Un tarif de liaison par satellite est en général proportionnel à la
bande passante allouée par le fournisseur.
Le projet Africa one, initié par la firme américaine AT&T, tente de remédier à cette
situation. Il est aujourd’hui constaté qu’une partie non négligeable des frais de
connexions provient de l’aiguillage du trafic interafricain via des centres étrangers.
Le cas de Madagascar est typique, un courrier électronique échangé entre deux
fournisseurs d’accès Internet transite encore par un centre international (la France ou
les Etats Unis). AT&T estime aujourd’hui ce coût à plusieurs centaines de millions de
dollars US par an. Il propose alors de réduire cette charge par le déploiement d’un
réseau de 33 000 Km de câbles sous-marin en fibre optique contournant l’Afrique (41
pays du continent seraient desservis), Alcatel et France Télécom projettent de
compléter ce projet par la liaison entre certains pays à l'intérieur de l'Afrique.

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour
le PNUD 28 /78
La connectivité du réseau aux principales villes du monde sera via le réseau Global
Crossing. AT&T affirme une haute performance du système ainsi obtenu et un coût
de connexion largement plus compétitif que les systèmes existants.
Le point de connexion de Madagascar à cet « infoduc » en construction est prévu à
Mahajanga. Son aboutissement est une autre question.
L’intérêt de la présentation succincte de ces deux projets (RASCOM et Africa One)
dans ce document réside dans leur recherche d’économie d’échelle au niveau du
continent. Les pays d’Afrique, pris dans leur ensemble, constituent un poids
économique non négligeable que chacun d’entre eux pris séparément. Cette
économie d’échelle peut être également recherchée dans le cadre des processus
d’intégration économique régionale.

3.3. Bilan de quelques projets nationaux

Les progrès en matière de NTIC dans le continent africain sont très dispersés,
l’Afrique du Sud se distingue nettement du reste du continent, le cas du Sénégal est
intéressant par l’évolution de sa situation et par son approche pour accélérer la
vulgarisation. 7000 villages ruraux sur les 14000 sont aujourd’hui équipés de lignes
téléphoniques fixes. Une progression de 30% des nombres de lignes est enregistrée
au cours de l’année 2000. 10 000 télécentres (privés, publics et communautaires)
sont aujourd’hui recensés au Sénégal, Ils constituent les points d’accès de la moitié
des internautes sénégalais estimé aujourd’hui à environ 100 000, le nombre
d’abonnements auprès des fournisseurs d’accès est limité à 15 000. 40
établissements scolaires (collèges et lycées) font partie de ces télécentres, ils sont
ouverts au public le soir et le weekend.
Un effort sur l’amélioration de la qualité du réseau a été indispensable pour atteindre
ces chiffres, toutes les villes sénégalaises de moyenne importance sont aujourd’hui
reliées avec la capitale avec une bande passante allant de 2 Mbps à 155 Mbps, à
titre indicatif, un débit de 256 Kbps est le minimum acceptable pour faire de la
visioconférence. Enfin, la bande passante internationale du Sénégal est de 42 Mbps.
Cela permet à Sonatel, l’opérateur historique du Sénégal, d’offrir aux entreprises
exportatrices de services informatiques des bandes passantes allant jusqu’à 2 Mbps.
A Madagascar, on ne peut pas fournir aujourd’hui une bande dépassant 256 Kbs.
Les projets de développement du NTIC touchent également l’administration
sénégalaise, un projet de mis en place d’un réseau interministériel est en cours,
chaque ministère disposera à terme son propre serveur à la fois pour des usages
internes mais surtout pour la diffusion des informations publiques. Il est prévu que le
résultat des conseils des ministres serait accessible au public sur le serveur de la
primature.
Le Sénégal est de loin, en Afrique de l’Ouest, le pays le plus avancé en NTIC. Le
Maroc et la Tunisie sont également parmi les pays qui ont fait des progrès
spectaculaires, tous les indicateurs montrent leur performance qui dépasse
légèrement celle du Sénégal. Ces trois pays sont parmi les premiers qui ont décidé
de faire des NTIC un levier de leur développement. Les investissements dans
chacun d’entre eux sont relativement importants, le Maroc a annoncé une enveloppe
de 250 Millions de dollars US pour soutenir sa politique nationale de développement
des NTIC, un secrétariat d’état spécifique en a été crée pour coordonner toutes les
actions afférentes.

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour
le PNUD 29 /78
Cette coordination est nécessaire pour pouvoir réduire les coûts et fédérer les
actions menées. Aujourd’hui, la déficience de ce genre d’organisme à Madagascar
se fait ressentir par l’émergence d’applications multiples et isolées qui ne vont pas
réellement profiter à ses usagers. On aurait pu, contrairement au constat actuels
suite aux actions menées depuis les 5 dernières années, fédérer l’ensemble des
contenus sur seulement quelques serveurs.

4. Les NTIC pour la réduction de la pauvreté à


Madagascar

4.1. Enjeux

Le principal enjeu à Madagascar, comme dans tous les pays africains, est son
développement économique et social durable. Le principal indicateur du progrès
ayant toujours été la croissance économique, toutes les actions comme les
ajustements structurels ont été fortement concentrées dans cette direction.
Si les résultats obtenus aujourd’hui par le pays sont encourageants (une croissance
retrouvée depuis 1995 à 4,7% pour l’année 1999 : source INSTAT), force est
néanmoins de constater qu’elle est insuffisante car elle n’a encore aujourd’hui que
peu d’impact pour réduire la pauvreté.
Selon le Rapport mondial sur le développement humain (PNUD 1998/1999), Plus de
la moitié de la population malgache vit dans des conditions de dénuement total, une
situation qu’on ne peut laisser perdurer au risque de provoquer à terme une
instabilité sociale et politique susceptible d’effacer d’un seul coup toutes les
avancées passées.
Toutes les réflexions menées ces dernières années dans le cadre du développement
des pays du Sud convergent sur la nécessité d’un progrès du développement
humain comme moyen de maintenir de façon durable la croissance économique.
Les indicateurs comme l’IDH 12 (Indice de Développement Humain) ou l’IPH (Indice
de la Pauvreté Humaine) permettent d’évaluer l’évolution des situations dans chaque
pays et de les comparer entre elles. Ils ont comme composants principaux : le
revenu, la longévité, le savoir et la participation, mais aussi des notions comme le
droit à la dignité, la liberté individuelle, la maîtrise de sa destinée, le sentiment
d’appartenance à une communauté, etc.
Dans le classement selon l’IDH, en 1996, Madagascar se trouvait à l’échelle
mondiale au 153ième rang sur 174 pays, un classement plus favorable que celui
selon le PIB/hab (168ième sur 174 pays). En l’an 2000, il se trouvait au 141ième rang
sur 174 selon le classement IDH (IDH = 0,483), au dessus de la moyenne des pays
dits moins avancés (IDH = 0,435) tandis que son PIB réel/hab (756 dollars US) était
en dessous de la moyenne de ces derniers (1064 dollars US). Cela montre la
complexité de la relation entre revenu par habitant et IDH. Le poids du PIB dans
l’IDH est certain, les composants de l’IDH comme l’éducation ou la santé sont
également de nature à influer sur les revenus de la population.

12
La valeur de l’IDH varie de 0 à 1, la valeur maximale 1 est obtenue lorsque les objectifs prédéfinis
comme : une durée de vie moyenne de 85 ans, l’accès à l’éducation pour tous et un niveau de vie
correct (mesuré par le PIB/hab ajusté pour tenir compte de la parité du pouvoir d’achat) sont atteints.

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour
le PNUD 30 /78
En tout cas, il est certain que le rang mondial de Madagascar, selon le revenu par
habitant, n’a pas considérablement évolué depuis 1996 malgré un gain de plus d’une
dizaine de place selon le classement IDH et une croissance économique retrouvée.
Cela sous-entend la nécessité, dans le cas malgache, d’un effort exceptionnel
pour une nette amélioration des indicateurs définissant l’IDH autre que le
revenu, en tenant compte de la grande disparité entres les zones rurales et les zones
urbaines (0,515 en zones urbaines et 0,354 en zones rurales en 1999 : source
INSTAT/PNUD).
Pour la période 2000-2015, et en concertation avec les grandes institutions
internationales, Madagascar a retenu, pour sa stratégie nationale de lutte contre la
pauvreté, des objectifs essentiellement liés au revenu, à l’éducation et à la santé.
Les problèmes de développement sont pourtant souvent fortement imbriqués, se
conditionnant les uns les autres. Dans les PED, la faiblesse des infrastructures
routières est ainsi responsable d’une part non négligeable des défaillances dans les
secteurs sociaux comme la santé ou l’éducation, particulièrement en milieu rural. De
même, l’une des causes premières du manque de compétitivité des pays africains,
qui a fait que l’Afrique représente aujourd’hui moins de 2% des échanges mondiaux,
est la pénurie d’infrastructures d’après un rapport conjoint de cinq organismes
internationaux publié par la Banque Mondiale en juin 2000 (« L’Afrique peut-elle
revendiquer sa place dans le 21ème siècle ? », BIRD). Ce manque d’infrastructures
est surtout un obstacle majeur à l’afflux de capitaux privés et contribue à rendre plus
désastreuse encore la réputation de l’Afrique: en 1999 par exemple, il fallait encore
un délai moyen de 3,5 ans en Afrique pour obtenir un raccordement téléphonique !
Une autre étude menée en 97 montre dans le même ordre d’idées qu’une mauvaise
infrastructure de télécommunication abaisse d’un point (en pourcentage), le taux de
croissance de l’Afrique, tandis qu’inversement, une augmentation de 1% des biens
collectifs s’accompagne d’une hausse de 1% du PIB ( rapport de la banque Mondiale
datant de 1994).
Développer les NTIC, forme nouvelle d’infrastructure dont l’importance tend à égaler
sinon à supplanter celle des autres technologies dans l’économie naissante du savoir
du 21ème siècle, s’avère être autant nécessité que gageuse pour les pays en
développement, dont Madagascar.

4.2. Défis

La période qu’on vit est marquée par l’avènement d’une ère nouvelle planétaire qui
est celle de l’information et de la communication. Une ère qui, ne semble aujourd’hui,
concerner que les pays avancés et provoque, chez les autres, une inquiétude sur le
risque d’élargir encore plus le fossé qui sépare déjà les pays du Nord à ceux du Sud.
Aussi les déclarations foisonnent ces dernières années sur la nécessité de
développer les NTIC dans les pays pauvres en tant qu’opportunité pour le
développement économique et social.
Sur le plan purement économique d’abord, les NTIC tendent à prendre une place de
plus en plus prépondérante. Dans un pays comme la France, ils contribuent
directement ou indirectement à au moins 20% de la croissance du PIB. Aux Etats-

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour
le PNUD 31 /78
Unis, ce chiffre a atteint 30% en 2000. Selon certaines estimations le cyberespace
par exemple, pourrait générer 3 à 4 trillions de dollars d’ici à 2020.
Ces éléments interpellent sur la nécessité pour Madagascar de combler son retard
dans le domaine des NTIC pour réussir son intégration économique. Le déficit de
production de contenus endogènes figure parmi les faiblesses de Madagascar
comme de la plupart des pays africains. Selon une étude récente l’Afrique toute
entière n’a que 0,4% de part de la production du contenu mondial. Cette situation
réduit aujourd’hui la grande île à un rôle de simple consommateur, que son
économie ne peut pas supporter durablement.

Par ailleurs, dans le processus de transformation de la planète en une société


mondiale de l’information, l’accès universel aux savoirs et à l’éducation figure parmi
les défis principaux à relever pour le développement humain. Les NTIC, en tant que
moteur de cette nouvelle ère, peuvent et doivent y contribuer de manière décisive.
Cependant, la démarche à adopter pour enclencher ce processus n’est pas évidente
Madagascar, comme d’autres pays africains, commence timidement à prendre
conscience de son retard dans le domaine. Les discours publics laissent entendre
que des efforts importants vont être entrepris dans les années à venir. Les idées
restent néanmoins très confuses, vagues sinon absentes, sur les nouvelles
technologies appliquées à la réduction de la pauvreté dans toutes ses dimensions,
en particulier dans les zones rurales durement frappées par l’analphabétisme et par
l’insuffisance des services de santé publique.

Ainsi, il apparaît clairement que la politique et les institutions sont les plus grands
obstacles au développement des NTIC en Afrique, plutôt que les moyens
technologiques et l’économie, comme il est souligné dans le rapport sur la place du
continent dans le 21ème siècle. Cela tient à plusieurs raisons. D’abord la culture dite
« hi-tech » qui sous-tend la promotion des NTIC, est le fait des nouvelles
générations, aussi les décideurs africains comme beaucoup de leurs homologues
des autres continents, ont du mal à la percevoir. Cette incompréhension
intergénérationnelle se trouve aussi aggravée par le cliché culturel Nord-Sud qui
tend à dire que la technologie est un luxe réservé aux riches. « Les dirigeants
africains se doivent de mieux comprendre les avantages de la technologie de
l’information et des communications (…) » stipule l’étude cité plus haut, parce que
«l’Afrique a autant besoin de solutions de haute technologie, telles que la
communication par satellite, que de solution issues de technologies plus simples,
telles que la radiocommunication, ou de centres de communication communautaires,
où les gens peuvent à peu de frais téléphoner ou envoyer du courrier électronique ».

Ainsi, même si l’effet des NTIC sur une économie comme celle de Madagascar est
difficile à chiffrer en l’état actuel des choses, des raisons évidentes comme la
nécessaire intégration des marchés devraient inciter les pouvoirs publics à poser
l’expansion des NTIC comme un défi national à relever. Tant que cela n’est pas fait,
le fossé numérique, dont on parle souvent entre le Nord et le Sud, va continuer à se
creuser et risque également de s’installer dans le pays entre les zones urbaines et
les zones rurales d’une part mais aussi entre les différentes couches sociales de la
population de l’autre.

Les NTIC peuvent être un facteur actif de discrimination. Leur dissémination dans la
vie sociale est pourtant inévitable, tout comme la globalisation de l’information est
inéluctable à l’échelle planétaire. Les études sur le développement démontrent

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour
le PNUD 32 /78
l’impact négatif des inégalités sur la croissance et sa redistribution. L’inégalité
d’accès l’information ne fait pas exception à cette règle.

4.3. Contraintes et opportunités

Dirigeants, responsables et acteurs économiques se posent souvent la question: les


NTIC constituent-elles vraiment une chance pour Madagascar ? La réponse est
souvent affirmative, mais les conditions qui peuvent réellement faire des NTIC une
opportunité pour le développement à Madagascar ne sont pas toujours énoncées
clairement.
Pourquoi la promotion des NTIC est-elle une nécessité économique si pressante ?
Aux « technosceptiques » on peut opposer une réponse classique qui consiste à
reformuler la question différemment : Est-ce que Madagascar peut se permettre un
repli sur soi dans le contexte actuel de la globalisation ? Est-ce que les entreprises
malgaches peuvent se permettre dans les prochaines années de ne pas disposer
des mêmes outils de gestion et de production que leurs concurrentes étrangères ?
Est-ce que l’administration malgache peut se permettre de laisser son service public
dans son état actuel de vétusté tandis que ses voisines créent, avec l’efficacité du
numérique, un environnement économique et social à la fois favorable à
l’épanouissement de leurs contribuables et attractif pour les investissements directs
étrangers ? Bref est-ce que Madagascar peut prendre le risque de tourner le dos à
l’évolution historique des choses et perdre une partie des atouts que lui procure
position géographique ainsi que sa richesse physique et humaine ? Les réponses
sont évidentes, aucun pays ne peut faire l’impasse sur les NTIC, nouvelles
infrastructures du futur, comme il a été souligné plus haut. Les NTIC ne constituent
certes pas la solution miracle pour résoudre le problème fondamental du sous
développement, mais les réponses négatives ne montrent pas le chemin à suivre.
Elles ne montrent pas quelles opportunités sont réellement offertes au pays en l’état
actuel des contraintes qui sont les siennes et des priorités qu’il s’est fixées.
Une des plus importantes interrogations qu’on se pose encore la capacité de
l’économie malgache à financer un déploiement massif des NTIC pour combler son
retard. Le sujet est loin d’être évident, à cause de l’importance du coût que peut
représenter un tel investissement. A titre d’exemple, le Maroc s’est doté d’une
enveloppe de 250 millions de dollars US pour soutenir sa politique nationale de
développement des NTIC, soit environ cinq fois l’investissement brut (privé et public)
de Madagascar comptabilisé pour l’année 2000. Les perspectives d’économie
d’échelle à Madagascar ne sont pas suffisamment incitatives pour motiver un
investissement de cette importance, la grande majorité de la population ne pouvant
être concernée qu’à moyen terme compte tenu de l’actuelle situation économique et
sociale malgache. Plus précisément, la faible densité et la médiocre fiabilité des
équipements matériels (infrastructures téléphoniques et matériels informatiques)
constitue un lourd handicap. Le revenu moyen des cadres malgaches (environ 800
FF), qui forment pourtant la couche la plus susceptible d’exploiter les NTIC, ne
représente que 15% du prix moyen d’un ordinateur. En termes de connexion à
l’Internet par exemple, 5 heures de connexion mensuelle coûtent environ et en
moyenne 150 000 Francs malgaches à Madagascar, ce qui est à peu près 7 fois plus
cher qu’aux Etats-Unis pour des habitants dont le revenu est plus de dix fois
moindre.

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour
le PNUD 33 /78
Ensuite se pose légitimement la question de priorisation des besoins par rapport à
des besoins cruciaux non satisfaits : des études affirment par exemple que dans
certains pays d’Afrique, 50% des enfants ne vont même pas à l’école une seule
journée de leur vie, parce que leurs parents n’ont pas les moyens de leur acheter un
livre. A fortiori, auront-ils les moyens un jour de tirer parti des NTIC ? En corollaire
des contraintes économiques se pose ainsi la question de la capacité de populations
faiblement alphabétisées à s’approprier les NTIC. Croire que l’Internet peut résoudre
les problèmes fondamentaux du système éducatif malgache relèvent aujourd’hui de
l’utopie.

Mais une fois les contraintes identifiées, il faut se garder des opinions faciles. Toutes
les contraintes ne doivent pas masquer les expériences positives de ces dernières
années. Beaucoup d’observateurs ne donnaient pas cher de l’avenir du téléphone
mobile dans le pays il y a dix ans. Le marché réel a pourtant dépassé toutes les
prévisions les plus optimistes et continue de croître. Le même phénomène a été
observé dans la plupart des pays africains, où les analystes nationaux commencent
à apprécier la part des télécommunications dans la demande. Le besoin universel de
communiquer, que les peuples africains partagent avec tous les peuples du monde,
est encore manifestement sous-estimé dans les analyses traditionnelles de
l’économie du développement. En sera-t-il de même du besoin de s’informer et
d’apprendre ?

En termes d’opportunités de ventes, le marché mondial de services à forte valeur


ajoutée ou non est totalement accessible à Madagascar. Même à l’heure actuelle où
il n’existe pas encore de politique concertée de prospection de marchés extérieurs,
les professionnels du secteur ne cessent de recevoir des demandes de services en
provenance de pays développés. Pour beaucoup d’entre eux, les principaux facteurs
qui freinent la multiplication des contrats sont l’insuffisance des infrastructures de
télécommunications et le manque de compétences techniques locales. Ceci est à
rapprocher aux handicaps structurels lourds que peuvent rencontrer d’autres
secteurs, comme un défaut d’intégration verticale en matière d’industrie mécanique
par exemple. L’Inde est l’un des pays qui a su exploiter massivement cette donnée
fondamentale du secteur NTIC, où la production immatérielle représentée par les
services fait au moins jeu égal avec la production matérielle d’équipements et de
composants. Madagascar peut d’ores et déjà jouer un rôle important, au moins dans
l’espace francophone, par sa compétitivité. A titre indicatif, 6000 techniciens ou
ingénieurs (environ 20 % de l’effectif des bacheliers de l’année 2000) travaillant à
l’exportation de services à forte valeur ajoutée, généreraient environ un chiffre
d’affaire annuel à l’exportation de 1440 milliards FMG avec un coût homme / jour de
800 FF( franc français), le coût moyen de l’homme jour pratiqué sur le marché étant
d’environ 1000 FF. Cela représente le tiers du chiffre du commerce extérieur
malgache pour l’année 1999. En Tunisie par exemple, le Parc technologique des
Communications de l’Ariana, une cité qui regroupe 7 entreprises employant 320
ingénieurs et techniciens est prévue exporter à elle seule, pour 50 millions de dollars
de logiciels et autres services informatiques cette année 2001. Ce Parc tunisien
compte tripler sa taille d’ici 2002, ce qui montre le potentiel du secteur.

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour
le PNUD 34 /78
4.4. Une vision d’avenir pour Madagascar

Une vision réaliste mais pourtant ambitieuse de Madagascar pour les cinq ou dix
années à venir doit reprendre les défis décrits précédemment en tenant compte des
contraintes et des opportunités nationales.
Le scénario idéal serait un Madagascar complètement numérique, à commencer par
l’administration dotée d’un système d’information pour la gestion de l’Etat et de
toutes ses collectivités : les provinces autonomes et ses communes. Les délais
administratifs se trouveraient complètement maîtrisés. Par exemple, les entreprises
ne souffriraient plus des longues attentes pour le remboursement de leur TVA
(aujourd’hui de un à plus de six mois) qui pénalisent aujourd’hui leur besoin de fonds
de roulement (BFR) et favorisent ainsi les transactions informelles au détriment de la
recette de l’Etat. La corruption se trouverait limitée assurant d’une part une
compétition loyale sur le marché et d’autre part une meilleure perception de la recette
de l’état. Un tel système créerait un environnement transparent entre l’Etat, les
collectivités et les contribuables, il engendrerait une relation de confiance entre tous
les acteurs du développement et permettrait ainsi à l’état de disposer de plus
d’informations fiables pour pouvoir influer efficacement sur les indicateurs macro
économiques du pays.
Ensuite les entreprises disposeraient d’outils de gestions et de productions
comparables à leurs concurrents internationaux, assurant leur compétitivité, elles
correspondraient aujourd’hui à des progiciels de gestion intégrés implémentés sur un
réseau performant et disponible, les contraintes géographiques qui, aujourd’hui,
affectent négativement le temps de réaction de l’entreprise se trouveraient
notablement réduites, les dirigeants pourraient disposer, en temps réel, de toutes les
informations utiles pour élaborer des décisions efficaces et de les prendre au bon
moment. Un tel système pourrait être relié directement à l’administration, ce pourrait
être le cas particulier d’une déclaration douanière à l’importation ou à l’exportation
dont le délai ne permet pas aujourd’hui de répondre à des qualités de services de
plus en plus exigées par les consommateurs. Un tel système pourrait être relié
également aux banques et permettrait ainsi aux entreprises de mieux gérer leur
trésorerie, avec par exemple, la prise en compte en temps réel de la fluctuation des
termes de change. Les entreprises pourraient également relier entre elles leur
système d’information pour rendre plus efficace leur collaboration ou leurs
échanges : une commande auprès d’un fournisseur pourrait être effectuée en ligne et
prise en compte en temps réel par ce dernier pour une meilleure gestion de sa
production. Les petites ou moyennes entreprises pourraient également bénéficier de
ces mêmes outils performants par un réseau sûr, fiable et disponible qui
permettraient le partage des applications. En résumé, un tel système favoriserait une
meilleure synergie entre tous les acteurs de l’entreprise et ses partenaires dont
l’administration. Les qualités de services ne peuvent ainsi que s’améliorer, la
compétitivité de des entreprises consolidée par une efficience accrue de
l’administration.
Par une répartition géographique plus uniforme des infrastructures économiques et
sociales, on pourrait favoriser la déconcentration des grandes agglomérations
comme la capitale qui, aujourd’hui, a du mal à contenir l’exode rural.

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour
le PNUD 35 /78
On pourrait le réaliser en faisant de certaines villes rurales, le moteur économique
d’une zone constituée de plusieurs communes, les facteurs d’attraction des grandes
villes comme les télécommunications, l’électricité, l’eau potable, les. hôpitaux, les
écoles bien équipées, les activités de loisir et une meilleure sécurité des biens et
personnes y seraient développés avec un réseau routier qui désenclaverait tous les
villages et communes de la zone. Une zone constitue ainsi une économie d’échelle
attractive pour le développement économique et social. Les populations rurales
bénéficieraient de tous les services essentiellement disponibles aujourd’hui dans les
grandes villes dont ceux que peuvent offrir les NTIC. Un réseau numérique
desservant les zones pour une meilleure dissémination des informations serait ainsi
pérenne.
La santé publique en bénéficierait en premier lieu pour une meilleure surveillance
sanitaire, la propagation des maladies endémiques serait maîtrisée, les actions de
préventions plus efficaces, et les accès aux soins favorisés par la proximité des
infrastructures et des médecins. La télé médecine pourrait être pratiquée à la fois
pour compenser un déficit éventuel de spécialistes dans une zone et pour assurer la
formation permanente des personnels médicaux. A titre d’exemple, au Mozambique,
un service de télé consultation est déjà opérationnel à la faculté de médecine de
Maputo, qui reçoit des demandes des autres hôpitaux et centres de santé éloignés.
L’éducation dans les zones rurales se trouverait également renforcée. Par des
technologies comme la boucle locale radio, la couverture numérique d’une zone
pourrait être assurée sans faire appel à des prestations internationales de
transmission par satellites. Les écoles primaires, secondaires et lycées pourraient
ainsi disposer à moindre coût d’accès sur la toile et permettraient, d’une part aux
enseignants de s’informer de manière permanente sur tous les sujets qui peuvent
intéresser leurs élèves, et d’autre part les élèves pourraient s’y instruire par le biais
de mini projets que les professeurs leur confieraient de manière systématique, pour
les obliger à s’ouvrir sur le monde et pour garantir une réelle appropriation de l’outil.
L’utilisation des NTIC dans les cursus scolaires traditionnels serait instituée, un cadre
de communication régional ou national entre les enseignants serait mis en place
pour appuyer ces derniers dans le but d’assurer un enseignement de qualité pour
tous, les outils pédagogiques (programmes, cours, exercices ou problèmes, annales,
divers documents multimédias, etc.) seraient mis à leur disposition en ligne ou par
d’autres supports multimédias. Des possibilités d’autoformation par ses mêmes
supports seraient également offerts aux élèves désirant aller un peu plus loin que
les programmes officiels fixés par l’administration compétente. Les micros
ordinateurs tout comme la télévision et les jeux vidéo semblent, dans le monde
entier, attirer les jeunes ou des touts petits. En y mettant des contenus appropriés à
la fois sur le fond et sur la forme, on pourrait , par ces outils, contribuer efficacement
à l’amélioration de l’éducation au sens le plus large du terme. Les moins jeunes
pourraient être également ciblés. On pourrait en faire systématiquement un outil
d’alphabétisation des adultes. Les indicateurs principaux de l’IDH relatifs à
l’éducation se trouveraient ainsi nettement améliorés.
Dans un scénario favorable, l’apport des NTIC au développement humain durable
servirait à la diffusion accélérée des savoirs et des connaissances parallèlement à
l’accroissement de la portée des événements et actions de la vie sociale (télé
médecine, services publics en ligne, télétravail…). Certaines caractéristiques des

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour
le PNUD 36 /78
NTIC, comme le multimédia, pourraient inciter à rester optimiste malgré les
contraintes telles que le niveau d’éducation très bas des populations ou leur
analphabétisme.

A l’instar de ce qui est déjà en train de se mettre en place dans d’autres pays comme
le Sénégal ou la Tunisie, on pourrait imaginer la cartographie économique et sociale
des NTIC à Madagascar dans les prochaines années comme étant organisée autour
de technopoles industriels et de télécentres communautaires, les premiers créant les
conditions économiques favorables à l’expansion des seconds. En toile de fond, c’est
un Etat financièrement plus fort, capable de garantir un environnement économique
sain tout en jouant son rôle d’investisseur dans le domaine des infrastructures, qui
assurerait la pérennité du système.

Les technopoles sont des aires où sont concentrées des ressources humaines et
technologiques dédiées à l’industrie et au commerce. Dans le cas malgache et plus
généralement des PED, il s’agirait de zones de production plus spécifiquement
orientées vers l’exportation, dont les actuelles zones franches pourraient être une
préfiguration. Toujours à l’image des zones franches, ces technopoles pourraient être
de véritables têtes de ponts pour l’économie. Le Centre de communication Ariana de
Tunisie en est un exemple concret et actuel, d’où sont exportés massivement des
produits logiciels et des services. Comparé à l’évolution à moyen terme du textile, où
l’arrivée de la Chine dans l’OMC peut frapper durement la production des pays en
développement à faible revenu, les perspectives du marché des contenus
informatiques ou « marché de l’or gris » ne souffrent encore d’aucune limitation à ce
jour. Bien au contraire, de nouveaux marchés particuliers tels que les réseaux sans
fil ou la télévision interactive ne cessent d’apparaître et de se développer à une
vitesse vertigineuse, créant constamment de nouvelles demandes. Moyennant une
politique de formation et de préservation appropriée de ses techniciens et de ses
experts, un positionnement de Madagascar sur ce domaine n’est pas utopique.

D’autre part, l’écueil à éviter est de ne juger les NTIC qu’à l’aune de la rentabilité
économique. Il faut que Madagascar mise sur le long terme et sur l’utilité sociale, en
développant des télécentres communautaires où les populations villageoises
peuvent dans un premier temps satisfaire leurs besoins élémentaires de
communication : téléphoner à un parent ou envoyer un courrier électronique à un
ami. Un télécentre est une exploitation de la culture de solidarité si visible à
Madagascar et dans les autres pays africains, à savoir le partage des équipements
(bornes fontaines, habitations, …) pour amortir des coûts qui seraient
individuellement insupportables. C’est ce qui se fait aujourd’hui au Sénégal, où les
télécentres connaissent un succès considérable. Incidemment, c’est aussi l’école du
village ou encore le médecin du centre santé de base qui profitent de l’accès aux
réseaux d’information. La formation à distance ou le télé-enseignement pourrait être
généralisé, c’est un moyen efficace pour compenser le déficit actuel d’enseignants,
mais qui pourrait également être un appui efficace aux instituteurs ou professeurs
pour garantir un enseignement de qualité. Au Mozambique, un service de
téléconsultation est déjà opérationnel à la faculté de médecine de Maputo, ce service
reçoit des demandes des autres hôpitaux et centres de santé éloignés du pays. Petit
à petit, ce sont les paysans eux-mêmes qui découvrent les avantages de la
technologie de l’information et des communications. Toujours à trois pas de
Madagascar aujourd’hui. En Afrique du Sud, des agriculteurs consultent sur le Web

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour
le PNUD 37 /78
les derniers cours des marchés pour négocier chez eux les meilleurs prix pour leurs
récoltes. Au Kenya, une coopérative agricole a noué des relations avec Earth
Marketplace, organisme établi aux Etats-Unis, afin de vendre directement ses
produits aux consommateurs nord-américains, court-circuitant ainsi les distributeurs
et réalisant de bien meilleures marges. A Madagascar, les paysans planteurs de
vanille de la région du SAVA sont complètement isolés du monde et souvent ne
disposent d’aucune information sur ce que représente économiquement le fruit de
leur labeur. La mise en place de moyens appropriés pour atteindre de tels objectif
aura également des impacts sur nos secteurs économiques traditionnels tels que
l’artisanat ou le tourisme. Les produits et services locaux pourraient être mis en ligne.
Il ne faut pas oublier que les agences de voyages malgaches présents sur la toile ont
déjà vu leur chiffre d’affaire annuel progresser de 10 à 30 %.
Enfin, c’est l’Etat ou la collectivité décentralisée qui pourrait profiter du système, par
les rentrées fiscales générées dans et autour des technopoles, dues à la fois au flux
de valeur ajoutée et au flux de revenus. Ces rentrées fiscales lui permettraient de
mieux assurer les services sociaux de santé et d’éducation, et plus généralement
tous les services d’intérêt public, assurant subséquemment une meilleure distribution
de la croissance économique. Elles lui permettraient aussi de mieux remplir sont rôle
de régulateur de l’économie et d’investisseur public, en particulier dans le domaine
des infrastructures, augmentant ainsi le degré d’intégration des marchés nationaux.
L’Etat pourrait aussi stimuler la production de contenus et d’informations utiles de
proximité sur les réseaux, comme cela se fait dans beaucoup de pays (informations
conjoncturelles locales, informations de la mairie sur les services municipaux, etc…)
mais aussi pour que soient valorisés les savoirs et connaissances malgaches qui
sont l’expression de sa culture, c'est à dire sa manière d'être et de faire et son
système de relations sociales et pour que la technologie ne constitue pas une source
supplémentaire de déséquilibre social. En plus des langues internationales les plus
utilisées, le Malgache devrait être le principal moyen d’expression dans les
productions réservées aux nationaux. Les multimédias (son et image) devraient être
fortement utilisés pour faire face au taux national d’analphabétisme et maintenir
l’importance de la culture orale. Les centres d’intérêts des zones rurales devraient
être systématiquement le fond des thèmes des productions qui leur sont
spécifiquement destinées.

4.5. Quelques propositions de mesures concrètes

L’important est donc de définir une véritable stratégie qui permette une meilleure
accessibilité des citoyens aux savoirs et à l’information publique, une appropriation
des nouvelles technologies, l’émergence d’une industrie locale des produits et
services multimédias pour une véritable intégration économique, et à terme,
l’appropriation des contenus, pour valoriser les données culturelles, techniques et
sociales propres à Madagascar, indispensables pour son développement humain et
profitables pour la croissance de ses secteurs économiques traditionnels.
Afin de permettre au lecteur d’avoir une meilleure idée des actions à entreprendre
pour le développement des NTIC, il serait intéressant de résumer les réflexions et
expériences citées précédemment par une série d’actions concrètes qu’on peut
réaliser à Madagascar. Les propositions qui vont suivre reposent sur la conviction
que les NTIC constituent réellement pour Madagascar une opportunité.

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour
le PNUD 38 /78
Elles ambitionnent de faire du secteur un levier du développement économique et
social du pays dans un cadre d’ouverture et d’intégration économique.

Elles donnent des indications sur les moyens d’atteindre les populations rurales qui
constituent la majeure partie de la population malgache.

Le développement des infrastructures de télécommunications constitue un volet


important de cette série d’actions. Vient ensuite le problème de ressources
humaines, les institutions de formations privées ou publiques dans le domaine ne
pouvant même pas aujourd’hui satisfaire la demande nationale. Sont indiqués après
les moyens de promouvoir la production de contenus endogènes au service du
développement humain et du développement des secteurs économiques
traditionnels.

4.5.1. Le développement des infrastructures

Le télécentre peut être adopté comme modèle d’usages collectifs des NTIC à
Madagascar, le réseau doit permettre son déploiement au niveau des
communes rurales de moyenne importance. L’objectif principal est la nette
amélioration de l’accessibilité: un télécentre par fivondronana d’ici 2005 n’est pas
une utopie. La rentabilité d’un télécentre par rapport à l’investissement initial est en
effet significatif s’il est bien géré : un centre employant deux personnes exploitant
cinq machines peut par exemple, avec une estimation basse de 200 abonnés,
rapporter 2,5 millions Fmg/mois nets. Les difficultés résident dans les coûts de
connexion : 3,5 millions pour un raccordement à un nœud Telma existant mais 5
millions pour un raccordement à l’interurbain.

La performance des liaisons entre les régions et la capitale doit être suffisamment
attractive pour favoriser la déconcentration de la capitale. Un réseau performant, sûr
et disponible est indispensable pour favoriser le commerce électronique. Un tel
réseau permet également le partage des applications pour les entreprises. C’est une
solution envisageable pour les pays africains afin de réduire leur coût d’accès à des
outils performants de gestion : on peut ainsi imaginer des groupes de dix ou vingt
entreprises partager sur un réseau à hauts débits leur progiciel de gestion intégrée,
qui leur aurait coûté individuellement plus d’un milliard de francs.

Mais pour que tout cela soit possible, il faut d’abord qu’un squelette
(backbone) soit créé, permettant des raccordements périphériques à des coûts
raisonnables. Un tel backbone pourrait par exemple être financé partiellement par
un fonds pour les télécommunications, à l’instar de l’Afrique du Sud où les exploitants
de services versent une petite redevance de 0,16% sur leurs recettes.

La bande passante internationale doit être par ailleurs renforcée pour attirer les
entreprises internationales de hautes technologies. En partenariat avec les
autres pays de la région, on peut envisager la construction d’un anneau régional à
large bande qui permettrait une meilleure intégration économique régionale. De tels
projets existent déjà, notamment au niveau de la SADEC et de la COMESA. A
charge pour l’Etat malgache d’adhérer résolument à ces projets.

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour
le PNUD 39 /78
Même s’ils se chiffrent souvent en millions de dollars, il ne faut pas croire
cependant que tous les projets de mise en réseau sont inaccessibles aux
budgets nationaux. En témoigne le réseau interministériel du Gabon, qui raccorde
quatre villes sur les serveurs de l’administration et n’a coûté que l’équivalent de 13
milliards de nos francs, ordinateurs et logiciels compris. Ceci représente un peu plus
de 10% de la somme alloué au projet FID IV.

4.5.2. Valorisation du capital humain

En plus du renforcement des formations traditionnelles, un système de


formation intensive professionnalisant de courte durée permettrait à
Madagascar de combler son retard ne serait-ce que pour satisfaire la demande
nationale.

Un nombre non négligeable de jeunes de niveau BAC à BAC +5 sont aujourd’hui


sans emploi ou exercent dans les secteurs informels. Une partie de ces jeunes
pourrait être reconvertie dans le secteur indépendamment de leur formation initiale.
L’appropriation des nouvelles technologies de l’information est en effet plus facile par
rapport aux autres techniques, il n’est pas rare aujourd’hui dans les pays développés
de rencontrer des techniciens informatiques avec une formation initiale littéraire.

Les compétences en développement logiciel et en réseau sont aujourd’hui les plus


demandées. L’objectif de formation en terme de volume doit permettre d’une part de
satisfaire les besoins nationaux mais aussi d’attirer le marché mondial des services.
La compétitivité malgache en main d’œuvre est également une opportunité pour
attirer des industries de fabrications de matériels électroniques. Quelques entreprises
sont déjà présentes dans les zones franches, leur capacité de production est limitée
par l’insuffisance des ressources humaines. C’est certainement un domaine à
explorer avec néanmoins une étude préalable du marché et une analyse approfondie
de la concurrence, les pays du Sud Est asiatique, étant encore et de loin les pays
plus attractifs dans le domaine.

4.5.3. Formation de haut niveau et recherche appliquée en NTIC

C’est un volet aussi important que les infrastructures pour faire des NTIC un levier de
développement économique. L’objectif affiché est le marché international des
services à forte valeur ajoutée. L’installation des entreprises de hautes technologies
et la coopération internationale dans la recherche seront favorisées pour accélérer le
transfert des compétences. Des opportunités sont aujourd’hui offertes surtout dans
l’espace francophone. Une des conditions de réussite est la capacité de fournir
suffisamment d’experts de haut niveau dans le secteur.

A moyen terme, Madagascar devra être un vivier de compétences capables de


concevoir et de produire des biens matériels et des services sur le marché
mondial. C’est un objectif réaliste compte tenu de la priorité qu’accordent les
bailleurs de fonds à la formation. Quelques entreprises africaines excellent dans ce
domaine, elles sont aujourd’hui concurrentes directes de grandes firmes américaines
ou européennes sur le continent africain et gagnent loyalement des marchés par
leur compétitivité et la qualité de leur service.

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour
le PNUD 40 /78
La réussite d’un tel objectif aura un impact non négligeable sur l’économie malgache,
elle générerait des ressources qui pourraient partiellement financer le développement
des infrastructures, tous les secteurs économiques traditionnels pourraient ainsi en
bénéficier.

Or on assiste aujourd’hui à une fuite des jeunes experts malgaches vers


l’étranger : c’est une évolution qu’on doit absolument freiner, non pas en
limitant la liberté fondamentale de circulation des personnes, mais en essayant de
renverser la tendance en attirant plutôt les emplois dans le domaine sur le territoire
national. Les ressources humaines utiles pour mettre en œuvre les NTIC dans toutes
les branches de l’économie et l’administration suffisent largement à absorber dix fois
l’effectif de tous les diplômés NTIC des écoles malgaches aujourd’hui.

4.5.4. La production de contenus endogènes

A terme, la production et la diffusion d’ informations valorisant toutes les


ressources culturelles, techniques et économiques devraient être
systématiques. Toutes les communes disposeraient d’un centre d’information
accessible en ligne ou par d’autres moyens multimédias, pour les habitants ou les
visiteurs. Les contenus seraient guidés essentiellement par les centres principaux
d’intérêts de la commune. L’administration centrale pourrait aussi à cet égard jouer
un rôle moteur en mettant en place un système d’information adéquat pour satisfaire
ses besoin de gestion et pour améliorer la qualité de ses services. Elle pourra par
exemple systématiser la diffusion en ligne des informations sensibles destinées au
public, notamment sur les sous réseaux santé, sécurité et environnement.

4.5.5. Revalorisation de nos productions industrielles et


agricoles

Les productions industrielles malgaches souffrent aujourd’hui de faible apport de


main d’œuvre qualifiée. L’exportation d’articles manufacturés à fort coefficient de
main-d’œuvre non qualifiée n’est pas toujours plus profitable que l’exportation de
biens à fort coefficient de ressources et de produits primaires. Il conviendrait d’établir
un régime commercial qui inciterait les entreprises à se lancer dans l’exportation de
produits plus dynamiques du point de vue des débouchés et de la productivité.
Les NTIC joueraient un rôle prépondérant pour créer des nouvelles valeurs
technologiques dans les productions industrielles de Madagascar.
D’abord, en aval de la production, l’accès direct des producteurs aux nouveaux
marchés extérieurs favoriserait la création d’un dynamisme dans l’ajustement des
demandes de leur production agricole et industrielle. Ils iraient ensuite adapter
progressivement leurs qualités et quantités de production agricole et industriels vers
une production à forte composante technologique.

Ensuite, en amont et pendant la production, l’utilisation massive et partagée des


systèmes de gestion intégrée13 permettrait d’accompagner le développement des

13
Un logiciel de gestion intégrée est un outil qui permet de gérer l’ensemble des ressources d’une
entreprise vers une optimisation de l’ensemble de la chaîne amont et aval de la production. Son
utilisation favorise la transparence vis à vis des bailleurs, des financiers, des gestionnaires et de ses

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour
le PNUD 41 /78
nouvelles filières intégrées, principales sources de devises pendant les périodes post
coloniales (coton, cacao, vanille, café, etc…). Dans un marché à forte concurrence,
seule une bonne gestion des ressources en collaboration avec leurs partenaires
pourrait permettre à Madagascar de relancer ces nouvelles filières de manière
compétitive, tout en étant le seul garant de l’amélioration des termes de l’échange.
C’est également un grand pourvoyeur de ressources humaines qualifiées dans les
milieux ruraux.
Des nouvelles filières de recherche et développement contribueraient également à
mettre au profit des industrielles des résultats contribuant à améliorer les
compétitivités malgaches après l’élimination purement et simplement de la barrière
entre les entreprises et l’université.

4.5.6. NTIC pour la bonne gouvernance

La gouvernance peut être considérée comme l’exercice de l’autorité économique,


politique en vue de gérer les affaires d’un pays à tous les niveaux. Elle englobe à la
fois les mécanismes, les processus et les institutions par le biais desquels les
citoyens et les groupes expriment leurs intérêts, exercent leurs droits juridiques,
assument leurs obligations, et auxquels ils s’adressent en vue de régler leurs
différends.

Une gouvernance doit permettre une croissance économique mais ne conduit


malheureusement pas automatiquement au développement humain durable. La
bonne gouvernance se caractérise par la prise en considération de manière
consensuelle et participative des dimensions politiques, économiques et sociales par
les trois secteurs : l’Etat, la société civile et le secteur privé. Chacun d’eux joue un
rôle déterminant dans la possibilité pour un pays de créer et d’offrir à chacun des
citoyens des chances équitables et durables.

Si l’on se réfère aux PED, la faiblesse de la circulation des informations et des


savoirs reste un obstacle majeur à la bonne gouvernance. Madagascar est en
particulier composé de plus de 60% d analphabètes et de 80% de personnes vivant
dans des endroits enclavés. Une bonne gouvernance consiste donc à favoriser la
participation d’un plus grand nombre de personnes à la vie politique, économique et
sociale. En particulier les personnes les plus vulnérables et exclues du réseau
routier, peuvent acquérir plus facilement cette capacité de participation par le biais
des moyens facilement accessibles.

Les NTICs restent des moyens efficaces et moins onéreux pour satisfaire rapidement
et en grande partie aux besoins de circulation d’information et du savoir. Ce sont
également des outils pour renforcer les compétences (moyens multimédias
interactifs, télé enseignements) malgré les difficultés d’accès aux zones enclavées.
Une fois que les informations et le savoir atteignent les citoyens, une émergence
d’initiatives va se développer entre un plus grand nombre de groupes composant la
gouvernance. La fluidité et la densité de la circulation des informations et des
échanges mobiliseront le gouvernement et les citoyens à s’organiser autrement et à
modifier les règles en faveur d’un plus grand nombre de personnes. D'une part, le

clients. Autres dénominations : PGI ou ERP. Quand le logiciel est partagé entre plusieurs sociétés,
cela s’appelle ASP.

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour
le PNUD 42 /78
peuple (société civile et secteurs privés) exercera la pression suffisante pour
atteindre ses objectifs ou satisfaire ses volontés d’agir autrement et se développer
par eux même et d'autre part, le gouvernement sera soumis aux influences
nécessaires pour sortir de sa passivité ou corriger sa direction.

Cette interaction permanente entre les différents acteurs de la gouvernance est


la seule et unique garantie d’un développement réellement durable.

Quelques outils peu onéreux comme le portail, le E-gouvernance, permettent de


pérenniser la démarche de bonne gouvernance. Même si la tentation d’utilisation des
NTIC par un gouvernement est grande pour en faire un mécanisme de gouvernance
d’usage à sens unique, l’évolution des outils actuels permette naturellement
d’équilibrer les échanges dans tous les sens. La conception même des outils NTIC
accompagnera favorablement les volontés des trois secteurs d’aller vers la bonne
gouvernance indépendamment de l’outil choisi. Il appartiendra tout simplement à
l’état d’encourager l’usage des NTICs en commencant par sa propre administration.
Des exemples de mesures ont été suffisamment détaillés dans ce document.

Les perspectives liées à la mise en œuvre de la bonne gouvernance sont


nombreuses et avantageuses pour améliorer l’ensemble de la vie économique,
politique et sociale à tous les niveaux. L’utilisation des NTICs offre des possibilités
d’orientation vers un véritable processus démocratique, vers la responsabilisation
des différents secteurs privés et sociaux, et vers pour plus d’ouverture à la
mondialisation. L’accès pour tous aux même informations implique une plus grande
responsabilisation de chacun.

5. Des réelles perspectives pour le développement

5.1. Création de nouveaux pôles économiques

L’ensemble de ces propositions de mesures concrètes s’appuierait indéniablement


sur la création de nouveaux pôles socio-économiques adossés à une infrastructure
technologique suffisante pour créer rapidement les effets attendus. Ces pôles
technologiques sont en général des centres d’information et de documentation basés
sur les nouvelles technologies. On distingue plusieurs niveaux de pôles interagissant
entre eux :
Des micrôpoles villageois, qui sont avant tout des pôles économiques, prendraient
appui sur des moyens de communications modernes reliés à des technopôles14
urbains ou aux mégapoles15 universitaires nationaux, provinciaux, voir
internationaux. Ils accéderaient sans intermédiation à des nouveaux potentiels
d’information par leurs propres moyens collectifs ou individuels pour pouvoir se
référer progressivement aux exigences des nouvelles valeurs internationales. Ils
accèderaient également et directement à des formations sur mesure pour revaloriser
leurs potentiels humains afin d’être à même de faire face aux nouvelles demandes.
La recherche appliquée que constitue les mégapoles universitaires, serait amenée à
se développer avec des mégapoles internationaux, favorisant ainsi non seulement

14
Un technopole, en général urbain, est une infrastructure destinée à des activités industrielles fortement technologiques.
15
Un mégapole est une infrastructure plus complexe regroupant un ensemble d’activités liées à la recherche
fondamentale ou appliquée. C’est le support de tous les autres pôles.

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour
le PNUD 43 /78
l’appui fourni aux micro pôles et technopôles, mais de plus permettrait d’être en
permanence en phase avec les opportunités des nouvelles technologies de demain.
Autour de chacun de ces pôles se créeraient automatiquement des nouvelles
activités économiques, effets de la découverte de nouveaux intérêts sur l’usage de
ses nouveaux pôles. Le développement de ces micropôles pourrait à terme limiter ou
inverser le phénomène d’exode rural actuel.

Tout le programme de développement durable ou de réduction de pauvreté devrait


reposer sur la bonne répartition de ces différents pôles pour accompagner les
évolutions dans tous les secteurs de l’économie. Celui-ci s’accompagnerait d’une
politique régionale et nationale d’urbanisation.

5.2. Vision 2015 sur le développement humain durable

La déclaration du millénaire vise à réduire la pauvreté et à mieux partager les


richesses. Le programme FID IV, est une déclinaison d’un programme
gouvernemental de gestion économique orientée vers la décentralisation du pouvoir
et privilégiant la participation de tous les acteurs socio-politiques du pays.
Ces deux programmes reposent sur la communication, le développement de la
créativité, la participation de tous, et le travail en réseau.

Les NTIC doivent ainsi être perçues comme un stimulant et un support de référence
pour l’appui de tous ces programmes. Ces effets pérenniseront les actions menées
par la réduction significative des différents obstacles vers la concrétisation de tous
les projets. La participation d’un grand nombre de personnes et même des
administrés, la rapidité et la fluidité des informations, restent encore aujourd’hui les
obstacles majeurs aux initiatives ou programmes les plus ambitieux soient-ils.

5.2.1. Les différents programmes de développement

Les contributions concrètes des NTIC se situent à plusieurs niveaux selon chacun
des objectifs suivants :

(synthèse partielle de l’ensemble des objectifs onusiens et gouvernementaux extraite


de la déclaration du millénaire vision 2015 et du projet FID IV )

Ø 7/10 de la population sont pauvres. Les objectifs 2015 sont de passer à 3/10
Ø 6/10 de la population ont faim. Les objectifs sont de passer à 3/10.
Ø Passer du taux actuel de mortalité infantile de 140/1000 à 1/1000 en 2015
Ø 5/1000 femmes meurent à l’accouchement. L’objectif est de passer à 1/1000 en
2015.
Ø 7/10 enfants terminent le cycle primaire. L’objectif est de passer à100% en 2015.
Ø Taux d’analphabète supérieur à 50%. L’objectif est de passer en dessous de 25%
en 2015
Ø L’environnement est en train de se dégrader à grande vitesse. L’objectif est de
faire prendre à tous conscience des impacts négatifs de la dévastation forestière
et généraliser les programmes systématiques de reboisement en 2015.
Ø 1/600 des malgaches sont séropositifs. Ralentir immédiatement la tendance et
l’inverser complètement en 2015.

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour
le PNUD 44 /78
Le programme FID IV est un outil méthodologique et un cadre financier qui doivent
contribuer efficacement à court et moyen terme à l’amorce vers les objectifs
attendus ci-dessus :

Ø Amélioration de la qualité des services et facilité d’accès direct des bénéficiaires


aux services fournis par les infrastructures de base sociales et économiques
Ø Investissement en capital humain.
Ø Apprentissage par la pratique et approche participative entre communes et ses
bénéficiaires.
Ø Financement des PCD en conformité avec les programmes sectoriels des
Ministères et des provinces autonomes
Ø Travail en étroite collaboration avec la société civile et le secteur privé.

D’autres programmes ONU (ONUDI, ONUSIDA…) contribueront également à la


réduction de la pauvreté. Le rôle des NTIC est de fédérer l’ensemble des
informations sur un thème de manière à les rendre tous accessibles au même
endroit.

5.2.2. Création d’un observatoire national NTIC

Le préalable avant le lancement de tout projet pour un bon usage des NTIC est de
tenir compte des besoins réels et utiles des usagers. Il est donc important qu’à
chaque atelier ou programme participe les professionnels des NTIC pour proposer
des solutions répondant aux soucis de participation des futurs usagers.
Etant donné la multiplicité de ces projets et leurs imbrications entre eux, l’ensemble
des usagers doivent réfléchir ensemble avec des professionnels sur la manière
d’intégrer les NTIC dans les différents projets ou programmes. Ceci afin d’éviter les
redondances d’actions et d’offrir facilement aux usagers les informations pertinentes
dont ils ont réellement besoins.

La mise en place d’un observatoire nationale NTIC réunissant l’ensemble des


secteurs, santé, éducation, ruraux, recherche, professionnels, administration,
office régulateur et les économistes est un réel gage de réussite de
l’intégration des NTIC dans les projets de développement durable.

Voici quelques sujets de réflexion que doit discuter l’observatoire en question avant
le lancement d’un projet de portail ministériel par exemple :

Ø Définition d’une politique d’accès à l’information.


Ø Définition d’une politique éditoriale homogène à un ensemble de sites parlant
d’un même thème.
Ø Définition des différents profils d’usagers et sélectivité ou systématisation des
informations.
Ø Définition de la politique de simplification administrative.
Ø Définition de la politique de transparence financière.

L’objectif de cet observatoire est de conseiller l’Etat à la mise en œuvre de manière


la plus optimale des NTIC pour rendre réellement service à ses différents usagers à
chaque mise en œuvre de projets ou programme de développement.

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour
le PNUD 45 /78
Cette méthodologie d’approche est une réelle priorité, sinon on risque de se
retrouver pénalisé par des coûts faramineux dus à des redondances ou à des
corrections répétitives pour non adéquation aux besoins des usagers.

Les rôles de cet observatoire seront généralisés plus loin dans le document. Il est
important de rappeler qu’un pays comme le Sénégal, n’ayant pas encore son Office
de régulation de la télécommunication, possède aujourd’hui un réseau identique au
réseau français des années 1999. La contribution de l’observatoire OSIRIS,
réunissant l’ensemble des usagers, a été très importante pour atteindre ce résultat.

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour
le PNUD 46 /78
5.2.3. Synthèse de la contribution des NTIC sur les différentes
actions programmes.

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour
le PNUD 47 /78
- Tableau de synthèse des contributions des NTIC dans chacune des actions
programmes.
-
Constat Valorisation capital Valorisation des Création de Accès à la santé Accès à l’éducation Développement Développement de Vision 2015
humain ressources micro pôles agricole et la recherche
naturelles ruraux. industriel appliquée
7/10 de la Apporter des Favoriser la Création Informer les Faciliter l’accès aux Intégrer dans les Apporter aux 3/10 de la population
population est formations et valorisation des d’infostructure ruraux sur leur informations zones rurales des milieux ruraux les est pauvre
pauvre informations adaptées ressources adaptée et différents multimédias en langue industries de résultats de
à la culture et la vie primaires par le évolutive pour paramètres de malgache transformation nouvelles recherches
économique locale par redémarrage de leur faciliter santé pour vaincre pour augmenter leur
le développement de nouvelles filières l’accès aux le poids de la productivité
la production de agricoles ou informations tradition
contenus endogènes. minières
6/10 de la Faire participer les Permettre aux Informer les Favoriser l’usage Informer les ruraux 3/10 de la population a
population a faim enfants sur les outils ruraux d’accéder ruraux sur les des nouvelles des sur les nouvelles faim
qui développent leur directement aux possibilités de technologies dès techniques agricoles
créativité afin de faire informations sur diversification l’enseignement beaucoup plus
évoluer les habitudes les marchés alimentaire afin de de base améliore productifs.
alimentaires. nationaux ou développer la les résultats
internationaux culture scolaires et
maraîchère. favorise l’accès à
de nouveaux
outils agricoles
140 enfants sur Informer les mères sur Informer sur la Informer les Développer les 1/1000 meurent avant
1000 meurent leur responsabilité sur médecine mères de famille recherches sur les 5 ans
avant 5 ans la vie d’un enfant. naturelle, ses sur la médecine médicaments locaux
inconvénients et préventive et les de lutte contre
son efficacité. méthodes de suivi certaines maladies
postnatales. endémiques.
Informer sur les
méthodes
contraceptives
5/1000 femmes Permettre aux Donner à chaque 1/1000 femmes
meurent à femmes de futur mère l’accès
l’accouchement s’informer et de aux informations
s’échanger des sur l’importance
expériences du suivi de sa
grossesse.
Taux Diffuser des contenus Favoriser l’accès à laApporter des outils Faire contribuer aux Taux d’analphabète
d’analphabète endogènes de la santé par des bornes multimédias et développements des <25%
>50% culture orale non interactives pour interactifs pour former bornes interactives
écrite. analphabètes les analphabètes pour analphabètes
Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour le PNUD 48 /78
- Tableau de synthèse des contributions des NTIC dans chacune des actions
programmes.
-
Constat Valorisation capital Valorisation des Création de Accès à la santé Accès à l’éducation Développement Développement de Vision 2015
humain ressources micro pôles agricole et la recherche
naturelles ruraux. industriel appliquée
7/10 des enfants Redynamiser Donner envie aux élèves Faire contribuer la 100% des enfants
terminent le l’enseignement de l’école primaire de recherche dans le accèdent à l’école
cycle primaire primaire par le continuer jusqu’au bout développement des primaire
recyclage des par l’attrait de l’aspect outils pédagogiques
enseignants aux NTIC ludique des outils plus adaptés aux
multimédias. milieux spécifiques
Améliorer les résultats
scolaires par l’apport
des NTIC
1/600 des Développer la Revalorisation de Informer Sensibiliser contre le Notre contribution à Inversion de la
malgaches recherche appliquée nos plantes systématiquemen sida dès l’éducation de la recherche tendance
séropositifs par les NTIC endémiques dans t les populations base. internationale par la
le domaine de la à risque sur la valorisation des
recherche lutte contre la plantes endémiques
internationale. propagation du
sida.

Ce tableau ne concernent pas tous les programmes gouvernementaux mais cible en premier lieu les objectifs déjà quantifiés et qui font partie des actions prioritaires du
gouvernement et de l’ONU dans les 10 années à venir.

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour le PNUD 49 /78
-
-

5.2.4. Réduire de moitié la proportion de la population vivant dans la pauvreté


extrême

INDICATEURS 1993 1997 1999 2015


Pourcentage de la population vivant en dessous du 70 73.3 71.3 35
seuil de pauvreté
Source INSTAT – EPM 1993, 1997, 1999

5.2.4.1. Constat

Si on regarde en arrière les évolutions du pourcentage de la population vivant en


dessous du seuil de la pauvreté, les perspectives de 2015 ne peut être atteint si on
considère uniquement les avancées entre 1997 et 1999 qui représentent seulement un
point d’amélioration par an.

Si on observe dans les détails ces chiffres, la réduction actuelle est uniquement au
profit d’une population urbaine depuis 1997 (63.2 en 1997 et 52.1 en 1999). Celui du
milieu rural, au contraire, s’est aggravée depuis 1993 (74.5 en 1993 ; 76 en 1997 et
76.7 en 1999).

Deux problèmes se posent. La forte disparité des pauvres entre le milieu rural et urbain
et l’insuffisance des améliorations actuelles pour atteindre l’objectif 2015 (35%).
Si on maintient le taux de croissance actuel de 6% jusqu’en 2015, l’objectif ne sera pas
atteint. Par conséquent, un taux de croissance entre 8 à 10% sera nécessaire pour
relever le défi à condition que cela touche également la population rurale majoritaire. Ce
chiffre est nettement supérieur au scénario de DSRP intérimaire qui envisage un taux
de croissance progressif pouvant atteindre 8% en 2015.

L’absence d’une politique nationale en matière de NTIC dans le DSRP ne permet pas
effectivement d’envisager une croissance au-delà de ces prévisions. Comment faut-il
donc assurer un taux de croissance de 8 à 10% maintenu jusqu’en 2015 ?

5.2.4.2. Apport des NTIC

Des actions à plusieurs niveaux peuvent être menées en parallèle avec les autres
mesures prévues par le DSRP.

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour le PNUD 50 /78
-
-

Il s’agit de mettre en œuvre des mesures visant à augmenter la croissance dans les
milieux ruraux, et ensuite d’améliorer la croissance nationale par le biais de la
multiplication des productions à forte valeur ajoutée. Quelques exemples sont cités (cf
tableau page x) mais l’essentiel est de créer des nouvelles valeurs grâce au
développement de nouveaux pôles économiques ruraux ou des nouvelles filières
agricoles soutenus fortement par la contribution de la recherche agricole appliquée et
les technopoles. Ceci aura pour effet de mettre en valeur progressivement les capitaux
humains dans une véritable structure décentralisée. Les NTIC sont des outils faciles à
mettre en œuvre : les avantages sont immédiats et rapides pour contribuer
sensiblement à une augmentation sensible du taux de croissance entre 1 à 4%. A
moyen terme, les NTIC pourront contribuer à une croissance significative par
l’exportation des productions numériques malgaches.

5.2.4.3. Obstacles à lever


Il est capital de prendre en compte la dimension NTIC dans toutes les mesures visant à
augmenter la croissance économique. L’intégration de Madagascar dans l’économie
régionale et internationale en dépend en grande partie.

Toutes les actions doivent se référer à l’observatoire nationale des NTIC pour une
approche plus globalisante.

Une prise de conscience de l’Etat sur la nécessité d’une libéralisation des initiatives et
d’investissement du secteur privé dans les domaines du réseau est indispensable.

5.2.4.4. Les engagements déjà pris

Il est précoce de dire aujourd’hui que les engagements pris participent effectivement
aux programmes nationaux de réductions de la pauvreté. Les actions sont plutôt
sporadiques et ne contribuent pas réellement à atteindre les objectifs fixés. Les grands
programmes sont plutôt lourds à mettre en place dans l’état actuel de la structure
administrative.

L’ensemble des associations ou groupements professionnels œuvrant pour les NTIC ne


s’orientent pas encore vraiment vers la démocratisation des outils NTIC auprès de tous
les futurs usagers potentiels.

Finalement, aucun engagement n’a pas été vraiment pris à l’échelle nationale pour
favoriser l’utilisation des NTIC pour le développement car les obstacles n’ont pas tous
été levés.

Par exemple, quelques projets initiateurs USAID ont permis de déployer une grande
partie du réseau Internet actuel mais l’évolution n’a pas été suivie d’effets significatifs,
faute d’une politique réelle de vulgarisation.

Par conséquent, les engagements pris n’auront pas les effets de croissance souhaités
pour atteindre les objectifs 2015. Pauvreté et croissance sont intimement liées.

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour le PNUD 51 /78
-
-

5.2.4.5. Les prochaines étapes

Etant donné la dimension nationale que l’on veut donner aux programmes de lutte
contre la pauvreté, il convient de créer rapidement cet observatoire NTIC autonome et
représentatif des usagers pour répondre à ces véritables attentes.

On parle de plus en plus aujourd’hui de démarche participative et de structure


décentralisée dans le programme FID IV. La mise en place de cet observatoire doit être
l’un des premiers soucis des usagers voulant s’approprier véritablement de leur propre
moyen de développement avec l’appui des nouvelles technologies de l’information et de
la communication.

5.2.5. Diviser en deux la proportion de personnes souffrant de la faim

INDICATEURS 1992- 1997 1999 2015


1993
1. Proportion de la population consommant 59 63.1 61.7 29.5
moins de 2300 Kcal par jour (%)
2. Proportion des enfants de moins de 5 ans 39.1 45.5 33.1 19.5
souffrant d’insuffisance pondérale (%)
Source : INSTAT–EPM 1993, 1997, 1999

5.2.5.1. Constats

Avant 1997, la pauvreté est due à une instabilité politique qui a freiné les
investissements et le développement économique.
On constate d’après ce tableau que depuis 1997, les indicateurs se sont améliorés
grâce à un nouveau redémarrage des investissements et le déblocage des fonds d’aide
au développement. Si on arrive à maintenir ce dernier résultat (amélioration de 0.7/an)
jusqu’en 2015, on n’atteindrait pas les objectifs vision 2015. Il faudrait non seulement
assurer une croissance significative entre 8 à 10% mais aussi créer des nouvelles
habitudes alimentaires plus saines et plus équilibrées.
La famine à Madagascar est surtout due à la difficulté des paysans à vendre leur
produit aux consommateurs directs par manque d’infrastructure routière. Rien ne les
motive aujourd’hui à produire plus et leur pouvoir d’achat ne leur permet de consommer
des produits de l’extérieur dont le prix leur est inaccessible. L’impossibilité d’échanges
économiques les condamne à cette pauvreté sans issue et les maintient tributaires de
ceux qui monopolisent le système de transport.

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour le PNUD 52 /78
-
-
5.2.5.2. Apports des NTIC

Pour sortir de cette situation, les NTIC doivent permettre à cette population d’accéder
directement à la vérité des prix sur le marché local et même international. Cette étape
sera pour eux une ouverture à l’extérieur grâce aux informations qu’ils peuvent obtenir
ou diffuser.
Les projets FID IV visent à rendre les bénéficiaires beaucoup plus participatifs et les
NTIC peuvent y contribuer efficacement, à un coût peu onéreux, par l’utilisation
maximale des possibilités d’échanges d’information.
Ces échanges vont se concrétiser par la mise en place des centres communautaires
villageois d’informations animés par une personne qui connaît bien les différentes
possibilités pour mieux valoriser la production et les terres. A partir des valeurs ajoutées
engendrées, on introduira progressivement des nouvelles habitudes alimentaires et des
nouveaux modes de culture pour améliorer la mode de nutrition (actuellement peu
énergétique et basé sur du riz uniquement).
Les projets de type SECALINE seront diffusés en permanence et en malgache dans les
centres communautaires pour instruire les gens de manière ludique et interactive sur
les nouvelles manières d’assurer leur propre sécurité alimentaire avec des nouvelles
techniques autres que les techniques rudimentaires ancestrales.
Pour ce qui est des problèmes fonciers, le grand handicap concerne l’accès à la
propriété. Il est plus facile aujourd’hui pour un individu bien informé, de s’approprier un
terrain qui ne lui appartient pas, qu’aux paysans qui exploitent depuis plusieurs
générations leurs propres terres. La constitution d’une base de données foncières
nationale accessible, fiable et infalsifiable, incluant une simplification des procédures
d’accès à la propriété devra être une priorité absolue de l’Etat. La gestion des cadastres
nationales et les signatures électroniques des responsables évitera les tentations qui
profitent des failles des procédures existantes.

5.2.5.3. Obstacles à lever

Le premier obstacle à lever est le développement des infrastructures routières pour


désenclaver les zones rurales. En attendant les investissements lourds, les NTIC
pourront être l’outil qui désenclave ces populations en leur fournissant des informations
qui peuvent les aider à se développer par eux même et de proposer des projets qui les
intéressent en priorité dans le cadre de FID IV.

Toutes les actions doivent se référer à l’observatoire nationale des NTIC. La


représentativité des ruraux dans cet observatoire permettra de mettre en place un guide
complet sur la manière d’apporter les informations les plus utiles à ce profil de
population qui souffre également de manque d’information sur les réalités de l’économie
nationale.

La prise de conscience de l’Etat sur la nécessité d’une libéralisation des initiatives et


investissement du secteur privé dans les domaines du réseau et de la production
d’énergie nouvelle, manque de réelles mesures d’accompagnement.

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour le PNUD 53 /78
-
-

5.2.5.4. Les engagements déjà pris

Le programme PADR devrait engendrer une sécurisation foncière accrue et une


meilleur productivité, mais également un plus grand désenclavement de certaines
zones rurales (PTMR programme de transport en milieu rural).

Le programme FID IV s’est engagé pour réaliser au moins un projet par commune pour
les 1385 communes. La participation des bénéficiaires à l’élaboration et au choix de ces
projets est un gage de réussite pérenne.

L’ONUDI s’est engagé aujourd’hui sur l’exploitation des énergies nouvelles, ressources
indispensables à l’exploitation des réseaux dans les milieux ruraux.

D’autres engagements ont été pris par le système des nations unies (UNDAF) et
doivent prendre en compte l’importance vitale de la circulation des informations au
même titre que le développement des infrastructures.

5.2.5.5. Les prochaines étapes

Création d’un portail (lexique P75) en malgache destinée à la population rurale afin
d’aider à désenclaver ces personnes par des informations pouvant améliorer leur
condition de vie.
L’observatoire NTIC doit étudier le contenu et l’impact de ce portail ainsi que le coût
d’une politique privilégiant l’accès de cette tranche de population.

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour le PNUD 54 /78
-
-

Le programme SECALINE consacré à l’amélioration des conditions alimentaires doit


paraître régulièrement sur ce portail afin d’apporter conseils et divulguer les
expériences de projets réussis dans d’autres zones rurales ou même dans d’autres
pays.

Les NTIC doivent aussi participer dans le programme actuel de développement rural
par ses possibilités, depuis le portail, de traiter les problèmes de sécurité alimentaire de
manière transversale. Cela renforcera l’efficacité des actions d’information.

5.2.6. Réduire des deux tiers la mortalité des enfants de moins de cinq ans

INDICATEUR 1992 1999 2015


Taux de mortalité infanto-juvénile (pour 1000) 162.6 142 54
Source : Enquête démographique et de santé 1992 et 1997, MCS 2000

5.2.6.1. Constats

Le taux de mortalité a connu une baisse significative au cours des quatre dernières
années. Les résultats obtenus lors de quatre dernières années vont permettre
d’atteindre les objectifs 2015 si la progression continue.
Cette progression devrait être le résultat d’autres actions transversales à entreprendre
comme l’accès à l’eau potable, l’éducation sanitaire des parents, la facilité d’accès à la
médecine préventive, etc…

5.2.6.2. Apports des NTIC

Pour maintenir cette progression sur 15 années de suite, les NTIC contribuent
essentiellement dans l’accompagnement direct des actions des professionnels de la
santé.
L’existence de réseau connecté dans chaque centre de santé de base va permettre à
un professionnel relié aux compétences d’un service de pédiatrie éloigné, d’établir les
premiers diagnostics face aux différents cas de maladies infantiles.
Indirectement, les NTIC vont contribuer aux autres actions transversales telles que
l’éducation sanitaire des parents qui sont en général illettrés et très attachés aux
habitudes traditionnelles et aux coutumes locales.
La mise en place d’un portail (lexique P75) santé permet un accès individualisé de
chaque mère de famille à son propre suivi médical postnatal ainsi et à la santé
préventive de son enfant. Ce dossier peut être accessible temporairement par le
spécialiste éloigné choisi par le professionnel local en cas de besoin.

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour le PNUD 55 /78
-
-
Si la médecine traditionnelle est déjà un usage quotidien des malgaches en milieu rural,
les NTIC en tant qu’outil peuvent avertir les dangers ou les bienfaits de cette forme de
médecine en attendant la diffusion de médicaments plus efficaces et plus accessibles.
Pour faire face à l’illettrisme, le développement d’un CD interactif et multimédia pour
certaines mères facilitera la tâche des professionnels de santé pour les actions
préventives et de sensibilisation.

5.2.6.3. Obstacles à lever

L’observatoire NTIC est encore une fois utile pour que ses moyens proposés soient
issus des professionnels de santé et correspondent au mieux aux besoins de la
population rurale.
La levée progressive de la barrière traditionnelle sera la conséquence de l’utilisation
des NTIC en tant qu’outil de diffusion attrayant et pertinent d’informations ciblées.

5.2.6.4. Les engagements déjà pris

Le gouvernement a adopté un plan directeur pour le secteur santé afin d’améliorer sa


qualité de service. Cet engagement de qualité de service n’est efficace que si des
nouveaux indicateurs de résultats construits sur une base de données nationale est
mise en place.
A défaut de spécialistes en pédiatrie dans tous les centres de santé de base, la prise en
compte de l’utilisation des NTIC doit être considérée comme un véritable accélérateur
de la décentralisation par la mise en pratique de la télé médecine au moins dans les
districts sanitaires.

5.2.6.5. Les prochaines étapes

Pour garantir le suivi des actions concernant la santé et apporter la confiance à tous les
bailleurs, il est important que les indicateurs soient accessibles, collectés, et mis à jour
régulièrement depuis les centres les plus éloignés sur un même base de données. Le
portail est l’outil idéal pour gérer ces genres d’information.
Chaque région ou commune doit avoir des spécificités qu’il serait utile de traiter les
problèmes d’une manière spécifique après analyse comparative depuis cette base de
données. La démarche sera ainsi mieux ciblée et les résultats s’amélioreront beaucoup
plus vite.

Enfin, le démarrage de la recherche appliquée en collaboration avec des universités


étrangères par l’intermédiaire du réseau et des mégapoles favoriseront le
développement de médicaments plus adaptés et fabriqués sur place afin que
l’ensemble de la population rurale puisse en bénéficier.

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour le PNUD 56 /78
-
-

5.2.7. Réduire de trois quart le taux de mortalité maternelle

INDICATEUR 1980-1990 1990-1997 2015


Taux de mortalité maternelle (pour 100 000 507 488 127
naissances vivantes)
Source : EDS 1992 et 1997, MICS

INDICATEUR 1992 1999 2015


Taux d’accès aux méthodes contraceptives 3.5 9.5 100
par les femmes en âge de procréer (%)
Source : EDS 1992 et 1997, MICS

5.2.7.1. Constats

Le taux de mortalité maternelle diminue sensiblement au cours de la dernière décennie.


atteindre l’objectif 2015 sera difficile à cause de la faiblesse d’accès aux centres de
santé de base.
Le taux d’utilisation des méthodes contraceptives modernes pour l’ensemble des
femmes en âge de procréer a certes triplé en 7 ans, mais demeure encore très faible.
Les femmes qui vivent en zone urbaine sont les plus au courant des méthodes de
contraception. En effet, il a été démontré à plusieurs occasions, que le taux d’utilisation
des méthodes contraceptives augmente avec le niveau d’éducation des femmes. Ainsi,
à défaut d’une mobilisation très poussée et de la réussite des programmes de
scolarisation et d’alphabétisation, le taux d’utilisation à 100% sera difficilement atteint.
L’approche transversale sera nécessaire.

5.2.7.2. Apports des NTIC

Pour améliorer le taux de mortalité maternelle, chaque projet de réhabilitation ou de


construction des centres de santé doit être accompagné d’équipements modernes
permettant le suivi rapproché postnatal. L’utilisation par des professionnels et les mères
de famille du portail santé serait un plus indispensable pour faciliter le suivi et pour
diffuser les informations préventives postnatales pouvant éliminer les risques de
l’accouchement.
Pour éviter les procréations involontaires (considéré comme un don de Dieu), une
formation spécifique pour les femmes en âge de procréer illettrées ou ayant quitté le
système éducatif doit être donnée grâce à des outils NTIC sur les différentes
possibilités de contraception. Il est important également d’introduire en fin du cycle
primaire toute notion de santé de la reproduction pour les jeunes filles qui ne
poursuivront pas le cycle secondaire.

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour le PNUD 57 /78
-
-

5.2.7.3. Obstacles à lever

- Persistance de la médecine traditionnelle dans les milieux ruraux.


- La levée des tabous qui empêche la mère d’éduquer ses filles
- Manque d’information des filles en âge de procréer.
- Faiblesse du niveau d’instruction des femmes.

L’absence de l’observatoire NTIC n’a pas permis de coordonner efficacement


l’ensemble des actions dans le domaine de la santé pour répondre efficacement aux
besoins des usagers. Une plaque tournante de la coordination des interventions dans le
domaine de la santé a été initiée par le gouvernement. Celle-ci est également appuyée
par le système des nations unies, mais la circulation plus fluide des informations et des
données nécessite la création d’un portail pourvu d’une base de données unique et
nationale sur la santé.

5.2.7.4. Les engagements déjà pris

La politique actuelle du gouvernement vise à rapprocher les centres de santé de la


population. Il a mis en place un programme coordonné de planification familiale dont
l’objectif est de rendre accessible à la population des méthodes de contraception
adaptées à leurs besoins.
Le système des nation s unies poursuit actuellement ses efforts de coordination des
activités des partenaires bi et multilatéraux en matière de santé de reproduction.
Le PNUD entreprend la réhabilitation de centres de santé de base.

5.2.7.5. Les prochaines étapes

Aucun engagement n’a été fait dans le sens de l’utilisation de la télé médecine, ni de
l’équipement réseau des centres de santé, ni dans la communication de type
multimédia pour les mères analphabètes, encore nombreuses à ce jour.
Beaucoup reste à faire pour mieux accompagner les mesures déjà prises dans le
domaine de la coordination des actions, de la communication, et de l’information des
bénéficiaires.

La création d’un portail santé pourvu d’une base de données unique et nationale doit
être prise en compte par les prochains programme de coordination ou de
décentralisation de la gestion de la santé à Madagascar.

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour le PNUD 58 /78
-
-

5.2.8. Scolariser les enfants dans le primaire

INDICATEUR 1995-1996 1997 1999-2000 2015


Taux net de scolarisation primaire 65 68.2 72 100
(%)
Source : Annuaires statistiques du MINESEB

5.2.8.1. Constats

Le taux net de scolarisation s’est continuellement amélioré depuis ces dernières


années. Si la tendance amorcée à partir de 1997 se poursuit, l’objectif quantitatif 2015
sera atteint. Cependant, le taux de scolarisation reste déséquilibré entre milieux ruraux
et urbains et entre les régions. Et de plus, les aspects qualitatifs ne répondent pas
forcément aux véritables besoins spécifiques de chaque région.

Les parents dans les milieux ruraux actuels ne sont pas tellement motivés par la durée
jugée trop longue du cycle primaire donc, il préfère retirer leurs enfants pour qu’ils les
assistent dans leur tache quotidienne.

5.2.8.2. Apports des NTIC

Les NTIC ont un rôle primordial dans l’amélioration de l’apprentissage des enfants dès
leur plus bas âge. En effet, ils sont plus doués naturellement à la démarche intuitive de
l’utilisation de l’ordinateur ainsi qu’à toute forme d’enseignement interactif par auto
apprentissage. Ce mode d’enseignement et de pratique développe en eux les facultés
cognitives et la créativité, nécessaires à la maîtrise de leur environnement, plutôt
agricole. Il est plus facile pour un enfant doté de ces facultés cognitives d’apprivoiser
les nouvelles techniques nécessaires pour augmenter ses productivités. Il sera
également susceptible de reprendre des études professionnelles plus tard pour
améliorer son cadre de vie.

Pour faire évoluer la mentalité d’une population rurale, il faudrait non seulement
scolariser les enfants mais en faire des futurs apporteurs de nouvelles idées créatives
pour améliorer la productivité agricole. Dans moins de 10 ans, on verra apparaître des
nouvelles filières agricoles à forte composante technologique.

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour le PNUD 59 /78
-
-

5.2.8.3. Obstacles à lever

Les enseignants actuels de l’école primaire n’ont pas été formé à l’utilisation des
nouvelles technologies en tant qu’outil pour l’enseignement. Dès aujourd’hui, il est
nécessaire de recycler ses enseignants en masse et intégrer dans les écoles de
formation d’enseignants l’utilisation des NTIC et l’état d’esprit « réseau ».
L’une des priorités du gouvernement devra être la reforme de ce système d’éducation
de base car cela contribuera dans la plupart des secteurs à l’atteinte des objectifs 2015.

5.2.8.4. Les engagements déjà pris

Beaucoup de programmes sont orientés essentiellement pour atteindre des objectifs


quantitatifs (PNAE, DSRP…). Le nombre d’enseignants, la quantité des fournitures
scolaires, et le nombre des écoles seront mis en œuvre pour le système d’éducation de
base. Peu de programme ou initiative ne va dans le sens de l’amélioration qualitative du
système d’enseignement. L’UNICEF seul, œuvre dans le sens de la qualité de
l’enseignement en primaire mais selon une dimension peu importante pour toucher
l’ensemble de la population malgache.

5.2.8.5. Les prochaines étapes

Etant donné l’importance de ce programme de scolarisation et son impact sur le réel


développement du pays, il est grand temps d’orienter la nouvelle génération de ce jour
vers un nouveau système éducatif plus adapté pour pouvoir affronter les
environnements économiques de 2015.
Comme la génération montante sera le capital humain de demain, les aspects
qualitatifs introduisant les NTIC dans l’éducation ne doivent pas être ignorés dans tous
les nouveaux programmes de scolarisation pour engager le pays vers un
développement réellement durable et une intégration progressive dans la nouvelle
économie.

Il ne suffit pas seulement d’augmenter les ressources et de relever le taux de


scolarisation. La qualité et l’orientation de l’enseignement à chaque niveau, ainsi que la
prise en compte de la demande en termes de compétence, sont elles aussi
indispensables à la maîtrise de la technologie.

L’enseignement primaire pour tous est essentiel, car il apporte les connaissances
élémentaires nécessaires au développement humain et crée les capacités de lecture,
d’écriture et de calcul permettant une créativité accrue.

Le renforcement des infrastructures éducatives n’est toutefois pas suffisant, car,


c’est la mauvaise qualité de l’enseignement qui est à l’origine du faible taux
d’achèvement des cycles primaires et d’inscription dans le cycle secondaire.

Cette nouvelle approche placera le débat non plus sur l’analyse des moyens (budget de
l’enseignement, notamment), mais sur l’évaluation des résultats. Cette approche oblige

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour le PNUD 60 /78
-
-
également les décideurs politiques à rechercher des instruments plus précis pour
mesurer les compétences. Plusieurs pays ont déjà défini des normes nationales et
locales pour l’évaluation des résultats. Même si ces critères ne sont pas comparables
sur le plan international, ils constituent des références. Les analyses effectuées sur
cette base montrent clairement que, dans le primaire et secondaire, les pays en
développement doivent accroître le temps d’enseignement consacré aux sciences, aux
mathématiques et aux TIC, condition indispensable à l’amélioration du niveau des
élèves dans ces matières16.

La recherche appliquée de l’université doit contribuer à la reforme de cette éducation


depuis l’enseignement de base. Elle doit être à la fois le support pédagogique des
enseignants et aussi le laboratoire de recherche vers l’adaptation des nouveaux outils
didactiques aux demandes spécifiques exprimées.

La volonté massive de participation des enseignants dans les différents ateliers de


l’observatoire NTIC est le seul réel gage de réussite de ce vaste programme d’un intérêt
majeur pour l’avenir du pays. Ils seront les initiateurs de différents projets pilotes dans
leurs écoles et des nouveaux outils pouvant aider à améliorer les résultats scolaires des
élèves en primaire.

Un portail pourvu d’une base de données et destiné à l’éducation sera nécessaire pour
fédérer toutes les actions à l’échelle nationale et dynamiser tous les indicateurs propres
au suivi de l’évolution des résultats.

16
Source : idem.

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour le PNUD 61 /78
-
-

5.2.9. Arrêter la progression du VIH/SIDA et commencer à inverser la tendance.

INDICATEUR 1987 1992 1997 1999-2000 2015


Taux de prévalence du 1/5000 1/3000 1/1000 1/600 <1/100
VIH parmi les adultes
(15-49 ans)
Source : Enquête démographique et de santé 1992 et 1997, MICS 2000

5.2.9.1. Constats

Le taux de prévalence suit une tendance à la hausse. Si la tendance du taux de


prévalence se poursuit, l’objectif de 2015 sera difficilement atteint.
Le phénomène de pauvreté est une des causes principales de cette tendance. Les
efforts de sensibilisation restent insuffisants contre une coutume traditionnelle qui
considère encore le SIDA comme un sujet tabou.

5.2.9.2. Apports des NTIC

Les NTIC ont plusieurs rôles à jouer. Le premier est sa contribution à la participation de
l’université à la recherche internationale en réseau afin de valoriser les ressources
naturelles et capitaux humains malgaches.
L’existence du portail santé devient un support d’information et de communication, qui
peut aider à sensibiliser une catégorie de population contre les risques de
contamination. De plus, pour les professionnels de la santé, le portail servira à optimiser
la surveillance épidémiologique nationale.

5.2.9.3. Obstacles à lever

Lever les tabous en communicant directement aux jeunes les messages préventifs avec
des méthodes appropriées qui leur sont destinés, y compris les TIC.

5.2.9.4. Les engagements déjà pris

Plusieurs engagements ont été pris par le système des nations unies et sont appliqués
sur le territoire national. Des mesures visant à réduire rapidement l’évolution du taux de
prévalence ont été déjà prises.
En matière de NTIC, quelques volontés vont dans le sens de l’utilisation des nouvelles
technologies comme support de communication. Malheureusement, l’approche portail,
beaucoup plus globalisante n’a pas été encore abordée au niveau du secteur santé.

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour le PNUD 62 /78
-
-
5.2.9.5. Les prochaines étapes

Il paraît indispensable, étant donné que l’on s’oriente vers une scolarisation à 100%,
d’introduire dès le système d’éducation de base un programme traitant du problème de
VIH/SIDA. C’est la seule manière de renverser dans 15 ans la tendance actuelle.
La création d’un CD interactif en malgache parlant uniquement de ce sujet et ses
diffusions en très grand nombre auprès de toutes les mères de famille dans les centres
d’accès communautaires vont permettre progressivement de lever certains tabous dans
les foyers.

Au niveau des mégapoles universitaires, Il est grand temps de lancer la contribution


malgache au niveau international dans la recherche en matière de remède ou vaccin
contre le SIDA.

Il faut aussi constituer rapidement un système de surveillance épidémiologique


VIH/SIDA à partir du portail santé afin de mieux cibler et coordonner les différentes
actions à entreprendre.

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour le PNUD 63 /78
-
-

5.2.10. Apport des NTIC sur le projet FID IV

Force est de constater aujourd’hui que les initiatives réelles pour le développement
existent mais les moyens et méthodes ne sont pas encore mis en place.
Le programme FID IV décrit les approches méthodologiques qu’il faudrait appliquer
pour atteindre rapidement et à moyen terme des résultats réels et concrets afin
d’orienter le pays vers un réel développement durable.
Le but de l’Etat est de rapprocher directement les bénéficiaires de ses structures
décentralisées et faire en sorte que les méthodologies d’approche soient les plus
participatives possibles.
Les NTIC peuvent accompagner cette nouvelle volonté politique de l’Etat à plusieurs
niveaux d’intervention :

Ø La décentralisation du pouvoir central vers les communes peut se concrétiser


rapidement par des relations permanentes et transparentes entre les différentes
entités administratives. Ainsi, les communes vont bénéficier des compétences de
l’état via le réseau et serviront d’intermédiaires proches des bénéficiaires par
interaction directe. Les qualités de services vont ainsi s’améliorer. C’est l’exemple
même de la bonne gouvernance citée dans les chapitres précédents.
Ø La participation des bénéficiaires va s’accroître par la mise à disposition instantanée
des services en réseau. Les échanges entre administrateurs et administrés seront
fluides et plus rapprochées. Une commune, par exemple, sera perçue comme une
entité qui offre des services à ses administrés indépendamment d’aucun autre
facteur politique.
Ø Cet effet d’interaction permanente va exiger auprès des personnels administratifs
des réelles compétences et responsabilités, autrefois détenues par un très petit
nombre de personnes. Ceci revalorisera notre capital humain par la formation de
l’ensemble du corps administratif à ses réelles attributions et responsabilités face
aux bénéficiaires ou administrés à qui on a demandé de participer.
Ø Enfin, les relations entre le système administratif et le secteur privé ou associations
se feront en étroite collaboration car les appels d’offres, les demandes non
satisfaites par l’administration en provenance des bénéficiaires, seront confiés de
manière transparente et via le réseau ou le portail, au secteur privé dont les
compétences vont se développer autour de ces unités administratives concernées.

Les nouvelles méthodologies décrites dans FID IV vont de pair avec la mise en œuvre
d’un réseau et portails administratifs conçus de façon homogène par province.
L’ensemble des entités décentralisées (PCD, gouvernorat, …) est relié aux différentes
compétences ministérielles, organes d’appui financier. Il s’agit d’un système de gestion
intégrée de l’Etat qui réduit les redondances de documents, facilite l’autogestion et les
suivis ou recoupement, réduit les délais administratifs, et améliore réellement la qualité
de service de toutes les instances administratives.
L’utilisation d’un tel système pour lancer les projets FID IV, qui a pour ambition d’aboutir
à un projet FID dans chacune des 1380 communes à moyen terme, permettra d’arriver
certainement au but dans un délai court et selon des méthodes réellement
participatives.

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour le PNUD 64 /78
-
-

5.2.11. Vers une démarche plus concertée

Ce qui justifie aujourd’hui la nécessité de coordination dans l’utilisation des NTIC pour
l’accompagnement des différents projets gouvernementaux est le manque de visibilité
certaine des appareils de l’Etat sur les impacts réels des nouvelles technologies dans
l’économie du pays.

Les compétences des opérateurs et professionnels en matière de NTIC sont d’un bon
niveau à Madagascar mais leurs actions se limitent aux efforts commerciaux.
Personne ne tire profit de la situation actuelle en déployant des applications TIC
vraiment utiles si les usagers n’ont pas encore vraiment compris leurs véritables
intérêts.

Beaucoup de fonds d’aide ont été versés en 2000 et 2001 pour mettre en œuvre des
projets NTIC mais n’atteignent pas pour l’instant les véritables bénéficiaires et
promoteurs de l’économie nationale.

5.2.11.1. Les raisons d’être de l’observatoire

Un observatoire national NTIC, autonome et proche des usagers, doit être mis en place
avant d’entamer les prochaines étapes. Il aura pour rôle d’analyser les impacts des
différentes actions déjà entreprises avec les bénéficiaires et de conseiller les bailleurs
ou les gouvernants sur la meilleure démarche pour atteindre plus efficacement des
résultats plus probants récoltés auprès des usagers.

Dans l’immédiat, l’étape de vulgarisation n’a même pas été franchie à Madagascar.
Certains usagers exploitent à peine les prestations qui leur ont été fournies. D’autres
sont parfois insatisfaits des services rendus par les professionnels. La plupart se bloque
face aux tarifs exorbitants qu’on leur a proposés. Il ne faudrait pas que ces effets se
reproduisent dans la mise en œuvre des prochaines étapes. L’informatique ou les
nouvelles technologies sont avant tout des outils qui doivent répondre aux
besoins des usagers. Sinon les nouvelles technologies seront considérées comme
des gadgets inutiles pour le développement ou à des outils réservés aux seuls
spécialistes, passionnés ou riches.

La première démarche du gouvernement devrait être la mise en place d’un pôle


ministériel national NTIC qui a pour rôle de coordonner l’ensemble des actions
gouvernementales touchant les NTIC et la télécommunication. C’est le cas de tous les
pays limitrophes et de l’Afrique.

L’approche actuelle va créer un déséquilibre entre les provinces étant donné que les
compétences sont regroupées à Antananarivo. Alors que chacune des provinces doit
au contraire avoir son commissariat NTIC rattaché à ce nouveau ministère,
coordonnateur d’une stratégie commune à la nation.

L’observatoire, représentant l’ensemble des usagers venant des différentes régions,


développera des facultés à mesurer réellement les impacts des NTIC auprès des
usagers et récoltera les besoins qui restent à satisfaire. Son approche sera
multidisciplinaire et il fera des propositions dans tous les secteurs pouvant utiliser les

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour le PNUD 65 /78
-
-
NTIC afin de faire profiter au développement économique réel du pays. Ses actions se
limiteront à des recommandations et conseils nécessaires pour ajuster les actions, les
stratégies ou les intentions du secteur privé et de l’état.

On constate que Madagascar est aujourd’hui un des seuls pays n’ayant pas des
données précises et disponibles sur le degré d’appropriation des nouvelles technologies
par les usagers. L’observatoire animera la mise en place de données techniques fiables
pour compléter son analyse d’impact et pour informer les opérateurs, investisseurs ou
bailleurs.

Des grands projets stratégiques de développement du réseau, tel que le déploiement


d’un câble à fibres optiques, sont en cours mais aucune compétence ministérielle n’est
à même de pouvoir mesurer les impacts économiques réels d’un tel projet sur les futurs
programmes sectoriels de développement national ou régional. D’autres solutions
intermédiaires au câble optique ne seraient-elles dans un premier temps envisageable
économiquement ?

Bien des missions utiles peuvent être confiées à cet observatoire pour que les NTIC
deviennent vraiment des véritables outils de développement, et que cet observatoire
puisse aussi aider l’état à dynamiser le secteur privé pour faire des NTIC un produit de
consommation utile, courante et répondant aux besoins d’évolution de notre
environnement socio-économique et culturel.

5.2.11.2. Ses premières missions

La première mission de cet observatoire est de mener une campagne de vulgarisation


et sensibilisation des NTIC et de mesurer leurs impacts socio-économiques et culturels
auprès de l’ensemble de la population malgache.

La mission sera suivie des recommandations nécessaires afin de mettre en œuvre dans
des meilleures conditions l’ensemble des programmes proposés afin d’accompagner
les plans d’actions opérationnelles de chaque secteur pouvant utiliser les NTIC.
Ensuite, au fur et à mesure que des nouveaux usagers arrivent en plus grand nombre,
l’observatoire constituera progressivement une base de données qui s’enrichira au fil
des temps et permettra d’ajuster les autres actions opérationnelles ou stratégiques.
Les prochains programmes du ministère des NTIC et de la finance orientera ses actions
et prévisions à partir de l’analyse des résultats obtenus. Le secteur privé accèdera
également à cette base de données pour orienter leur stratégie de développement.

Sa deuxième mission est de fédérer l’ensemble des usagers afin de réguler la


consommation des NTIC dans un but d’améliorer les rapports entre qualité et service
rendu et de faire jouer la concurrence si nécessaire dans ce sens. Le lancement des
projets de type portail ou bien le déploiement d’un réseau VSAT dans une province
devrait être le fruit d’une réflexion commune et concertée entre différents membres
représentés au sein de cet observatoire.
A l’issue cette mission, des remarques et recommandations seront soumises aux
ministères concernés pour éventuellement faire évoluer les mécanismes de régulations
ou faire réajuster la politique de vulgarisation.

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour le PNUD 66 /78
-
-
L’observatoire doit avoir suffisamment d’indépendance, de recul et d’expériences issues
de ses contacts avec les observatoires des autres pays pour que ses missions soient
d’une véritable utilité pour le pays dans ses premiers pas vers la nouvelle économie.

5.3. Synthèse des orientations stratégiques et actions opérationnelles

a) Technologie de l’information
Orientations générales : Mettre les NTIC au service du développement et de la croissance

Orientations stratégiques Objectifs à atteindre Mesures d'accompagnement

- Lancement de campagnes d'information en


Sensibiliser les différents acteurs de la partenariat avec les professionnels du secteur et les
société malgache (Administrations, différentes associations.
Sensibilisation aux
entreprises, université et grand public) à - Préparation de la logistique nécessaire (brochures
Technologies de l'Information.
l'enjeu que représentent les TI dans CD ROM, publicité à la Radio et à la TV, journées
chaque secteur. portes ouvertes , expositions, etc.)
- Mise en place d'un observatoire national des TIC.
- Mise en place d'un réseau national d'information à haut
Développement d'une - Rendre l'accessibilité de l'informatique
débit (voir annexe Télécom.).
infrastructure nationale de en réseau pour la majeure partie de la
- Interconnexion des réseaux existants.
l'information population
- Garantie de l'interopérabilité entre les réseaux.
- généralisation de création des télé-centres dans tout le
- Rendre les moyens informatiques pays.
Généralisation de l'utilisation accessibles à tout citoyen. - Rendre la tarification appliquée par les opérateurs,
de l'informatique de base au -Avoir une meilleure pénétration accessibles et incitatives pour une utilisation accrue des
profit du citoyen. informatique au niveau des foyers. moyens informatiques en réseau.
- Faire associer en partenariat les collectivités locales et
les régions.

Encouragement de Mettre en place des mesures incitatives - Création des pôles technologiques associés aux
l'investissement dans le secteur pour les acquisitions de matériels. différents pôles industriels et économiques.
de l'informatique et des Création d' industries dans le pays en – Création d’industries à forte composantes
technologies de l'information. termes d'équipements et de logiciels. technologiques..

- Encourager le secteur public, les collectivités locales,


les provinces et les industries à établir avec ces centres
Promotion de la Recherche et Création de centres R&D au sein des des contrats programmes.
Développement (R&D) en universités et des institutions de - Associer le tissu industriel national aux efforts de la
informatique et en formation supérieure, dédiés aux R&D par une participation financière partielle aux
technologies de l'information. Technologies de l'information. travaux de la recherche.
– Associer nos mégapoles universitaires à la recherche
internationale.
- Protection de la propriété intellectuelle.
Mise à niveau du dispositif législatif et
– Reconnaissance juridique des documents électroniques
réglementaire pour permettre un
administratifs.
Encadrement juridique. développement harmonieux et sécurisé
- Réglementation des transactions électroniques.
du réseau des technologies de
- Cryptologie.
l’information.
- Protection de la vie privée.
- Sensibilisation.
- Normalisation des protocoles.
Mise en œuvre des plate-formes
Promotion du commerce - Cryptologie.
sectoriel pour le commerce
électronique. - Galeries virtuelles, monétique.
électronique.
- Politique tarifaire et meilleur service de PAOMA pour
accompagner la télévente.

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour le PNUD 67 /78
-
-

Orientations stratégiques Objectifs à atteindre Mesures d'accompagnement

- Création d'un réseau gouvernemental pour l'échange


d'informations.
- Développement des intranets régionaux et leur intégration
dans un système national.
- Dotation des services publics d’une
- Numérisation et mise en ligne des données publiques.
infrastructure informatique moderne reliée
- Généralisation progressive de téléprocédures
au réseau national d'information.
administratives.
- Codification des échanges de données
Modernisation de - Généralisation d'échanges électroniques entre les
électroniques inter-administrations.
l'administration et bonne administrations centrales, régionales et locales.
- Diffusion des données publiques.
gouvernance -Equiper les services en relation avec le public par des points
- mettre en réseau intranet l’ensemble de
d'accès Internet.
l’administration
- Formation des fonctionnaires à l'utilisation des
- Gérer de façon intégrée et transparente le
technologies de l'information.
budget de l’état
- Mise en place d’un comité interministériel en
collaboration avec l’observatoire national.
- Mise en place d’un système de gestion intégrée pour toute
l’administration.
Numérisation du Développement des sites WEB sur les
Recensement des données et leur mise en ligne.
patrimoine. patrimoines historique et culturel.

- Inclusion des cours de formation en TI dans tous les cursus


universitaires.
-Elaboration des programmes pédagogiques pour les
enseignants et formateurs.
- Généralisation des moyens informatiques
Les Technologies de - Instauration d'un partenariat avec les professionnels et les
et multimédia dans les écoles, les collèges,
l'Information au service de associations pour compléter l'action de l’état.
les lycées et les universités.
l’éducation. - promouvoir le développement des contenus éducatifs en
- Développement du télé-enseignement.
malgache en ligne et sur CDI.
- Assurer la formation continue des formateurs et
enseignants.
-Mise en place d'un portail pour l’éducation

- Mise en place d’un portail pour la santé


Les technologies de Généralisation de l’utilisation des moyens - Mise en place d’un système de surveillance épidémiologie
l’information au service de informatiques auprès des professionnels de contre le VHS/SIDA et les autres maladies contagieuses et
la santé la santé endémiques.
- Lancement de la télé médecine dans les districts sanitaires.

- Mise à niveau technologique des


entreprises malgaches pour accroître leur
- Assurer des conditions favorables au développement des
compétitivité internationale.
PME / PMI technologiques.
Les Technologies de - Adaptation des entreprises aux exigences
- Mesure d’accompagnement pour l’internalisation des
l'Information et les d'utilisation accrue des technologies de
productions industrielles à composantes technologiques.
entreprises. . l'information dans le processus de
- Mettre en place des applications de gestion intégrée,
production et de traitement.
partagées pour entreprises. ASP
- Créer dans les zones franches des
nouvelles entreprises multimédias.
- Externalisation des tâches informatiques.
- Assurer les conditions nécessaires à la - Institution d'une prime à la création d'emplois dans le
croissance de l'emploi dans le secteur des secteur des TI.
Télé activité et emploi.
téléservices et la production numérique. - développer la création de produits numériques endogènes
- (patrimoine, tourisme culturel)
-Mise en place de cycle court TIC et professionnalisant

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour le PNUD 68 /78
-
-

b) En télécommunication
Orientations générales : Harmoniser notre réseau national et bien le répartir dans toutes les régions au profit d’un plus grand nombre
d’usagers afin d’assurer une croissance durable.

Orientations Objectifs à atteindre Mesures d’accompagnement


- Diversification de l’offre - Etude sur la stratégie de libéralisation
- Amélioration de la qualité de - Renforcement des moyens d’intervention et
Poursuite de l’ouverture à la
service les compétences de l’OMERT
concurrence des réseaux et services
- Baisse des tarifs - Mise à disposition d’une base de données
– Dynamisation du marché nationale aux prestataires Télécom
Extension des réseaux des - Augmentation de la densité
télécommunications: téléphonique
- Rééquilibrage tarifaire
1)- Elargissement de l’accès des - Cabine téléphonique pour
- Projets pilotes en zones rurales (Réseaux locaux,
populations toute agglomération de plus de
Télécentres, etc.)
2)- Poursuite de l’introduction des 100 foyers
- Adhérer aux projets régionaux ou
nouvelles technologies - - Réseau de transmission à
transcontinentaux par satellite ou en fibre optique
3)- Renforcement de l’interconnexion haut débit (Optique & Radio)
aux réseaux mondiaux desservant les zones rurales
- Afficher un plan ambitieux pour le développement
- Réduire les coûts d’acqui-
Implantation d’industrie de des télécommunications fixes et mobiles
sition des équipements
télécommunications: - Campagne auprès des principaux industriels pour
- Faciliter l’adaptation des
encourager les délocalisations
-Manufacturière technologies
- Instauration d’une ligne de capital risque pour le
- De services - Plate-forme d’export de la
financement
région Océan Indien-
- Mettre en place des indicateurs fiables et
- Indicateurs selon les cahiers mise à jour orienté consommateurs
Qualité de service
des charges - Faire participer la concurrence des services
dans les cahiers des charges
- Projet pilote en zones rurales
- Réduire le fossé entre le rural - Utilisation des technologies dérivées du Mobile
Renforcement de la desserte de zones
et l’urbain cellulaire.
rurales
- Utilisation de cabines satellitaires
- Télécentres ruraux.
- Généraliser l’accès territorial
Services à valeur ajoutée - Assurer une meilleure - Tarifs incitatifs
présence nationale des - Tarifs régionnaux
fournisseurs de services
- Utilisation accrue par les opérateurs de
l’audiovisuel du réseau de transmission
Assurer la convergence Tendre vers un réseau national - Prise en compte des besoins spécifiques du secteur
télécommunications/ Audiovisuel unifié. audiovisuel.
- Optimisation de la boucle nationale optique.
- Projet de satellite régionale ou nationale

Remarque :

Chacun de ses mesures d’accompagnement feront l’objet d’études et projets à définir selon
une ordre logique et chronologique en parallèle avec les différents programmes sectoriels.

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour le PNUD 69 /78
-
-

6. Conclusion

L’état des NTIC à Madagascar, comparativement aux autres pays d’Afrique, présente
un léger retard justifié par son rang actuel dans l’économie mondiale. Cependant, le
gouvernement d’aujourd’hui et l’ensemble des opérateurs économiques commencent à
croire à une autre destinée plus prometteuse et un avenir meilleur pour l’économie du
pays. Tout porte à croire effectivement que le pays avance depuis les quatre dernières
années et les chiffres semblent les confirmer. Mais cette avance reste relative et fragile
quand on se compare aux autres pays qui ont apparemment trouvé d’autres nouveaux
moyens de faire prospérer leur économie, grâce au numérique. Un nouveau type de
retard risque alors de s’installer de nouveau entre les pays dits émergeants et les pays
en développement.

Pour rester dans cette course effrénée, il faudrait considérer les possibilités
d’intégration de l’économie dans une mouvance mondiale fortement technologique.
Les objectifs proposés par la déclaration du millénaire, vision 2015, paraissent à
première vue accessibles en grande partie moyennant quelques mesures
d’accompagnement adaptées et soutenues mais ne prévoient pas l’accès aux nouvelles
opportunités après 2015, encore inconnues jusqu’ici.

Parmi toutes ces initiatives et programmes, peu d’entre eux ont pris réellement en
considération, ni les apports positifs des nouvelles technologies de l’information et de la
communication, ni les différents aspects qualitatifs des projets. On parle souvent de
nombres de centres de santé de base, d’écoles et d’enseignants ou d’ordinateurs, mais
on occulte involontairement et souvent, les différents aspects qualitatifs comme le taux
de réussite scolaire à la fin de l’enseignement de base, la qualité de l’enseignement et
des soins, qui sont pourtant les véritables indicateurs d’un progrès dit durable.

C’est dans ces aspects qualitatifs que les nouvelles technologies de l’information et de
communication agissent en tant qu’accélérateur de processus de développement. Le
programme FID IV a clairement indiqué ses intentions et objectifs qualitatifs et
méthodologiques : Favoriser la participation des bénéficiaires dans d’une structure
décentralisée afin qu’ils deviennent les seuls maîtres de leur propre destinée. Dans ce
cadre, les NTIC participent dans tous les secteurs à deux niveaux : premièrement, en
accompagnant les projets d’éducation, de santé, de recherche en tant qu’outil et moyen
de développement ayant déjà prouvé son efficacité dans les autres pays semblables ;
et deuxièmement, en mesurant les impacts qualitatifs des actions engagés sur les
différents secteurs de l’économie.

Quelques blocages restent à lever et c’est la conséquence d’un début mal engagé. On
rejette souvent les torts à l’absence de volonté politique mais ceci n’est pas vrai
systématiquement dans tous les points de vue. L’Etat agissait seul en tant qu’opérateur
et régulateur économique et se trouve emprisonné dans son propre système, incapable
d’évaluer les impacts de ses propres actions ni réagir pour effectuer des meilleures
projections vers l’avenir.

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour le PNUD 70 /78
-
-
L’existence d’un observatoire NTIC devient aujourd’hui une priorité absolue pour
relancer plus efficacement l’économie liée aux NTIC vers une véritable économie
d’échelle qui profitera à tous les professionnels et à une plus large majorité de
consommateurs.

A l’instar des pays asiatiques, le développement des partenariats Sud-Sud doit profiter
aussi à différentes régions subsahariennes. Le concept de partenariat régional y est
encore peu développé alors que les NTICs s’apprêtent d’une part, comparativement
aux autres produits, à intensifier les échanges au niveau régional sous forme de
services, et d’autre part, les NTICs sont les supports idéaux pour accompagner
efficacement toute forme de collaboration régionale (agriculture, commerce, intégration
régionale de chaînes industrielles), voire internationale.

En saisissant ses différentes opportunités socioéconomiques offertes par les NTICs au


niveau de la région de l’Océan Indien, Madagascar pourra miser, au bout de quelques
années, sur des nouveaux capitaux humains qualifiés en grand nombre qui
contribueront à l’intégration de Madagascar dans toute nouvelle forme de mouvance
économique régionale et mondiale à très forte composante technologique avant et
après 2015.

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour le PNUD 71 /78
-
-

7. Sigles, Abbreviations, Glossaire, Bibliographie et auteurs

AGATE : Agence d’Accueil de Télécommunication


AIF/INTIF : Agence Intergouvernementale de la Francophonie
AMPS : Analogic Mobile Phone System
AMUL : Association Malgache des Utilisateurs des logiciels Libres
AUF : Agence Universitaire de la Francophonie

BAH : Booz, Allen et Hamilton (Cabinet)


Bps : Bit per second ou Bit par seconde

CFSIGE : Centre de Formation en Système d’Information Géographique


CITE : Centre d’Information technique et Economique
CID : Centre d’Information et de Documentation de le Bibliothèque Universitaire
d’Antananarivo
CNTEMAD : Centre National de Télé Enseignement à Madagascar
Compro : Communication Professionnelle
D

DCDM : De chazal Du Mée (Cabinet d’audit International)


DTS : Data Télécom Service

E
E-commerce : Commerce électronique
EUROI : Espace Universitaire de la Région de l’Océan Indien

F
FAI : Fournisseur d’Accès Internet
FASP : Fonds d’Appui au Secteur Privé
FERMATEL : Fermic Malagasy Telecom
FPP : Fonds de Portage et de Privatisation
FTP : File Transfert Protocole

G
GOTICOM : Groupement des Opérateurs en Technologie de l’Information et de la
Communication
GSM : Global System Mobile

H
HTML : Hyper Text Mark up Language

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour le PNUD 72 /78
-
-

I
INSTAT : Institut National des Statistiques
IP : Internet Protocole
ISCAM : Institut Supérieur de la Communication, des Affaires et du Management
ISOC : Internat Society Madagascar
IST : Institut Supérieur de Technologie

LINUX : Système d’Exploitation Libre. Facile à télécharger sur le Net. Flexible.


LS : Liaison Spécialisée ou Ligne Spécialisée

M
MISA : Maîtrise en Informatique et Statistiques Appliquées

N
NIC.MG : Networt Information Cnter Madagascar
NTIC : Nouvelles Technologies de l’Information et de Communication

OMERT : Office Malgache d’Etudes et de Régulations des Télécommunication


ONG : Organisme Non Gouvernemental

P
PPP : Point to Point Protocol
PRESUP : Programme pour le Renforcement de l’Enseignement Supérieur

R
REFER : Réseau Electronique Francophone pour l’Education et le Recherche
RIO : Réseau International pour l’Océanographie
RNIS : Réseau Numérique à Intégration de Service

S
SSII : Société de Service d’Ingénierie Informatique. Voir glossaire

T
TELMA : Télécom Malagasy
TPE : Terminal de Paiement Electronique

V
VSAT : Very Small Aperture Terminal. Voir glossaire

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour le PNUD 73 /78
-
-

Glossaire

A
AMPS: ou Analogic Mobil Phone System. C’est une téléphonie mobile à technologie
analogique.

B
Bit : Contraction de Binary Digit (chiffre binaire). C’est la plus petite unité d’information
manipulable par un ordinateur. Un bit prend la valeur 0 ou 1. Un octet (byte, en englais)
est un mot de 8 bits.
Bps : ou Bit per second (bit par seconde). Le bps est l’unité de mesure du débit
d’informations binaires transmises par une liaison informatique. La transmission des
données MIDI, par exemple, se fait à la vitesse de 31 250 bps.

C
Connectivité : Nom relatif à une action d’édifier des réseaux de télécommunications et
réseaux informatiques.
Collectivité : Nom relatif à une action de se concentrer sur l’accès collectif, plutôt que sur
la propriété individuelle.
Contenu : Nom relatif à une action de diffuser sur Web des opinions, des nouvelles,
les cultures et informations commerciales locales.
CD : Compact Disc (en français, disque compact). Nom générique des disques à
lecture laser de petit format (12 cm de diamètre) conformes au standard
défini conjointement par Philips et Sony et fabriqués par pressage. Le CD
peut recevoir environ 550 Mégaoctets de données.
CD-ROM : Lu par un périphérique de l’ordinateur, le CD-ROM (CD-Read Only
Memory) permet la consultation de textes et d’images (une encyclopédie
illustrée, par exemple).

E
E-mail : ou Electronic mail est une boîte postale électronique. Avec la messagerie
électronique, l’envoi d’un document à l’autre bout du monde ne coûte que le
prix de la communication téléphonique locale entre l’abonné et son
prestataire de services Internet. Le reste du prix du trajet est inclus dans le
forfait de l’abonnement.

G
GSM : ou Global System Mobil. C’est une téléphonie mobile à technologie
numérique.

H
HTTP : ou Hyper Text Transfert Protocol. C’est un protocole qui sert à transférer
des textes balisés.

I
Internet : Réseau de réseaux d’ordinateurs ou Réseau des systèmes d’ordinateurs
tissé à travers le monde. Il est très utilisé par les chercheurs, les
académiciens (universitaires) et de plus en plus par le public.

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour le PNUD 74 /78
-
-
L
Ligne spécialisée : ou liaison spécialisée est une ligne offerte par TELMA et DTS par
exemple pour les providers afin que ceux-ci puissent avoir un accès
permanent à l’Internet, et à leur tour, en tant que centres d’accès en
Internet, ils peuvent desservir leurs abonnés. Plusieurs entreprises,
organismes ou écoles peuvent également bénéficier de ces lignes
spécialisées.

M
Modem : Contraction de modulateur/démodulateur. Le modem permet la
transmission de données informatiques par l’intermédiaire d’une ligne
téléphonique classique. Il assure la conversion des données numériques de
l’ordinateur en un signal sonore modulé et effectue l’opération inverse lors
de la réception. Deux ordinateurs munis chacun d’un modem peuvent donc
communiquer à distance. La vitesse de transmission se mesure en bps.

N
NTIC : ou Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication. C’est
l’ensemble des technologies utilisées pour traiter et échanger de
l’information, plus spécifiquement des données numérisées, à savoir le
réseau d’ordinateurs, les téléphonies fixe et mobile, le fax, etc…. Autre
dénomination :TIC
Naviguer : ou surfer. Il s’agit de chercher des informations sur l’Internet.
Nouvelle économie : ou e-commerce. C’est le commerce traité par des outils TIC ou NTIC.

O
Opportunité d’un secteur: par opposition de menace, est une chance ou perspective à saisir
émanant de l’environnement externe au secteur.

P
PC : ou Personal Computer (ordinateur individuel). Ce sigle restera
inexorablement accolé à celui d’IBM, qui a lancé, en 1981, son fameux PC,
bien que cette machine ait très rapidement été copié par nombre de
constructeurs. Alors que le PC est véritablement devenu un standard grâce
à la multiplication des « compatibles PC ».
PPP : ou Point to Point Protocol. C’est un interface ou protocole permettant de
faire entrer en liaison deux adresses personnelles, sans être gênée par une
éventuelle saturation des lignes.
Point fort d’un secteur : il peut constituer un des facteurs clés de succès pour le secteur. Ce
facteur est un point positif découlant du diagnostic de l’environnement
interne du secteur.
Provider : C’est un fournisseur d’accès en Internet doté de ligne spécialisée. Un
provider avec NIC.MG est habilité à attribuer un nom de domaine pour une
personne physique ou morale. Par exemple, pour un ONG le domaine .org
lui est approprié et doit être attribué par un fournisseur d’accès. Il faut
cependant séparer la notion de fournisseur d’accès à internet et la notion
de fournisseur de service (WEB, FTP, etc…).
Portail : Un portail est un outil accessible par le web, utilisant les techniques de
l’internet, intranet et extranet, qui a pour but de coordonner la gestion des
flux d’informations disponibles sur un multitude d’unités ou de systèmes
isolés.

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour le PNUD 75 /78
-
-

Le portail fédère l’ensemble des informations disponibles auprès de ses multitudes


d’unités, afin de le rendre accessibles, soit par un mode de recherche, soit par défaut
pour un groupe d’individus donné appelé profil.
Un groupe d’individus déclaré peut être le grand public ou bien les professionnels de
santé d’Arivonimamo ou les habitants d’une commune. Cette définition d’un groupe est
paramétrable.
Dans le cas du portail santé, le groupe de professionnels n’auront pas les mêmes
informations que le grand public et ils ont également la possibilité d’offrir à des groupes
d’usagers (par exemple le public) des informations ciblées qui peuvent apparaître par
défaut sur la première page accessible par ce groupe d’usagers.
Par exemple,
- Un individu anonyme qui accède à un portail santé voit automatiquement sur la
première page les résultats des enquêtes sur le sida mise à disposition par le
ministère de la santé.
- Le groupe d’usagers du ministère de la santé peut communiquer aux
professionnels délocalisés une alerte face à un risque d’épidémie dans une
région donnée sans que cela soit accessible directement au grand public dans
un premier temps. Le site du ministère est pourtant très éloigné du portail et
aussi très éloigné du site pour la lutte contre le sida. On utilise ici le principe de
syndication de contenus qui consiste à associer les données depuis plusieurs
sites sur une même page car cela concerne l’état de la surveillance
épidémiologique nationale.
- Le groupe d’enseignants de Betafo est informé par défaut sur la sortie d’un
nouveau programme de technique d’élevage des brebis sur CD ROM.
- Une hiérarchie dans les groupes ou profils peuvent être définie de telle sorte que
celui qui est au plus haut niveau de l’hiérarchie puisse bénéficier ou non de
l’ensemble des informations destinées aux hiérarchies inférieure. Les actions à
faire sont uniquement des paramétrages des droits associés à un profil donné.

Chaque usager peut à loisir envoyer ou recevoir des données qui l’intéressent à
condition d’exprimer clairement ses besoins.

R
RNIS : ou Réseau numérique par Intégration de Service. C’est un câble à double circuits
servant à deux fonctionnalités différentes, le premier pour l’émission des données
numériques et le second pour la réception.
RAM : ou Random Access Memory (mémoire à accès alétoire). En français, la RAM
s’appelle mémoire vive, par opposition à la mémoire morte (ROM). La RAM
constitue la mémoire centrale de l’ordinateur, avec laquelle le microprocesseur
échange en permanence des données. L’expression « accès aléatoire » ne
signifie aucunement que l’ordinateur va piocher au hasard les informations
contenues dans la RAM, mais qu’il peut lire ou écrire directement une donnée à un
endroit quelconque de la mémoire, à l’adresse voulue.
ROM : ou Read Only Memory (ou mémoire en lecture seule). Traduit en français par
mémoire morte. Une ROM est une mémoire, programmée définitivement lors de
sa fabrication, dans laquelle l’ordinateur ne peut pas écrire des données. Elle
conserve ses informations en permanence, même en l’absence d’alimentation
électrique.

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour le PNUD 76 /78
-
-
S
SGBD : ou Système de Gestion de Bases de Données. Logiciel permettant de créer, de
gérer et d’interroger, selon un ou plusieurs critères de tri, des fichiers regroupant
les informations associées par des liens de chaînage. Les logiciels dBase, Oracle
et SQL Server, pour ne citer qu’eux, sont des SGBD.
SSCI et SSII : Société de Service et de Conseil en Informatique et Société de Service en
Ingénierie Informatique. Sociétés prestataires de services qui étudient les besoins
informatiques des entreprises clientes, conçoivent et mettent en œuvre des
programmes sur mesure répondant à leurs exigences particulières, et en assurent
la maintenance.
Serveur : Machine spécialisée dans un traitement, sert en général à partager des
ressources et services (fichiers, imprimantes, applications, intranet …) à d’autre
postes clients.

T
Télécentre : Centre d’accès communautaire à la technologie NTIC, où les admis peuvent
naviguer sur le Net, téléphoner, envoyer et recevoir des fax. Les cybercafés en
sont des exemples classiques. Ces lieux remplacent les cabines téléphoniques en
Afrique car leur mise en œuvre est peu coûteux.

U
UC : Unité Centrale. L’ordinateur proprement dit, dépouillé de tous ses périphériques
(clavier, écran, imprimante, lecteur de disquettes, disque dur, etc.), le
microprocesseur et la mémoire vive en sont les constituants principaux.

V
VSAT : ou Very Small Aperture Terminal. C’est un satellite mono-transpondeur, facile à
déployer (basse altitude). Son coût est faible par rapport à un satellite multi-
transpondeur (exemple : Madsat I).

C’est un émetteur et récepteur de données numériques très facile à mettre en œuvre et


qui doit permettre aux pays en développement de déployer rapidement des réseaux de
télécommunications sans fil et peu coûteux.

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour le PNUD 77 /78
-
-

BIBLIOGRAPHIE

1. PNUD, « Rapport Mondial sur le Développement Humain », De Boeck Université, 1999, 2001.

2. ILO, « World Employment Report 2001 », Genève, 2001.

3. OIT, « Réduire la fracture numérique : mettre les NTIC au service du développement économique, de la
création d’emplois et de la lutte contre la pauvreté », Travail, n° 38, 2001.

4. Unctad CNUCED, CCI, WTO OMC, « Les services des technologies de l’information. Manuel à l’intention
des exportateurs des pays en développement », Unctad CNUCED, CCI, WTO OMC, Genève, 1998.

5. CCI, « Forum du commerce international. Le commerce électronique pour les pays en développement »,
Unctad CNUCED, WTO OMC, n°3, 2000.
6.
7. PNUD, « La revue de développement humain, Numéro spécial sur la technologie de l’information au service
du développement », PNUD, juin 2000.
8.
9. Marius ANDRIAMPARANY, « Internet en Afrique Sub-Sahariene. Acteurs et usagers Internet à
Madagascar », Antananarivo, mars 2000.
10.
11. Commission Mixte Franco-malgache, « Projet de l’Association des opérateurs de Madagascar dans le
domaine des NTIC », Antananarivo, mai 2000.
12.
13. GEM, « Le bulletin du GEM », GEM, n°14, mars 1999.
14.
15. Ridha Kefi et Abdelaziz Barrouhi, « Silicon Valley, version tunisienne », Economica, n°6, avril 2001.
16.
17. CTA, « Centre technique de coopération agricole et rurale, Rapport annuel 2000 », Agro Business Park 2,
678 PW Wageningen, Pays-Bas, 2000.
18.
19.
20. AUTEURS
21.
22. Hary RAZAFINDRAZAKA : Economiste et expert en réseau et télécommunication. Ministère du commerce.
23.
24. Willy RAPARAOELINA : Expert en administration d’entreprises. Consultant en NTIC et Consultant
administratif et financier (free lance).
25.
26. Andry RAZAFINDRAZAKA : Expert en applications NTIC pour entreprises et industries. Consultant NTIC
et dirigeant d’entreprise pour la promotion des TIC.

Les nouvelles technologies au service du développement humain durable à Madagascar, Document élaboré pour le PNUD 78 /78