Vous êtes sur la page 1sur 56

Cours d’Introduction

à l’Actuariat

Mouna Ait Omar - Rosenbaum

1
Cours d’Introduction
à l’Actuariat

Partie 1 – Qu’est ce que le Risque


en Assurance

2
Cours d’Introduction à l’Actuariat
Introduction au risque
Qu’est ce que le risque ?

« Une incertitude qui peut avoir un


effet positif ou negatif»

Le risque est la notion abstraite


« d’aléa » sur les conditions
financières, matérielles, corporelles ou
de vie des individus (collectivités,
entreprises, …)

Une des définitions possibles du risque


est l’éventualité d’un événement futur :
incertain (exp accident de voiture)
ou d’un terme indéterminé (exp: décès:
évènement certain, l’incertitude est la
date)
ne dépendant pas exclusivement de la
volonté des parties

3
Cours d’Introduction à l’Actuariat
Introduction au risque
Différents types de risque

L’assureur doit Il peut décider de


faire face aux “prendre” des Il peut conserver
risques risques ces risques, les
transformer et/ou
Le risque est sa les céder
matière
premiere

Mais prise de
décision risquée

Ou pas

4
Cours d’Introduction à l’Actuariat
Introduction au risque
Quels sont les risques pour un Assureur?

Risques d’assurance
Différents risques en fonction de l’activité (Auto, Santé, Mortalité, Aviation, RC Médicale…)
Survenance de sinistres (Cat,…)
Comportement des clients face aux contrats (résiliations, rachats…)
Comportement des clients face à leurs risques (anti-sélection…)

Risques Financiers
Risque d’actifs différents du passif
Risque de changement de conditions des marchés financiers (actions, obligations, taux
d’intérêts…)

Risques Opérationnels
Fraude
Système informatique (gestion, …)

Risque de Réputation

5
Cours d’Introduction à l’Actuariat
Introduction au risque – Risques d’assurance non vie

Le risque de provisions (réserves)

Les provisions sont une estimation, par des méthodes de projection actuarielles des coûts
finaux des sinistres à une date donnée.

Elles peuvent différer du montant final réel pour plusieurs raisons, dont :
- Développement du sinistre au cours du temps
- Dépenses engagées dans la résolution du sinistre
- Changements dus au délai entre l’occurrence et la résolution du sinistre :
modification des coûts, inflation, fluctuation des taux de change…

6
Cours d’Introduction à l’Actuariat
Introduction au risque – Risques d’assurance non vie

Les cycles de marché

Le marché de l’assurance non vie alterne entre des périodes de compétition intense des
prix, lors desquelles elle peut perdre des revenus si elle ne diminue pas ses tarifs et des
périodes où le marché est plus favorable

Les raisons de cette volatilité ne sont pas, pour la plupart, contrôlées par les assureurs. Il
s’agit par exemple de la concurrence, des conditions macroéconomiques, ou de la
fréquence et la sévérité des catastrophes

Le risque catastrophe

Sinistres qui représentent des indemnités très élevées mais sont très peu fréquents

Difficulté de modélisation et de prévision

7
Cours d’Introduction à l’Actuariat
Introduction au risque – Risques d’assurance vie

Le risque de mortalité

Une sous estimation des taux de décès peut provoquer un manque de provisions pour
couvrir les contrats d’assurance en cas de décès souscrits

Risque catastrophe : risque de pandémie mondiale qui augmenterait la mortalité


drastiquement pour les assurés

Le risque de longévité

Une durée de vie moyenne plus élevée que prévu impacte les engagements des contrats
d’assurance en cas de vie. Pour un montant d’annuités défini à la signature du contrat,
avoir à les délivrer plus longtemps que prévu peut poser un problème de solvabilité

Aujourd’hui l’objectif serait d’évaluer au plus juste le niveau futur de l'amélioration de


mortalité pour chaque pays

8
Cours d’Introduction à l’Actuariat
Introduction au risque – Risques d’assurance vie

Les risques comportementaux

Le rachat massif des contrats est un risque craint par l’assureur qui doit alors détenir les
liquidités suffisantes pour répondre à cette demande

Cependant, dans les cas où le produit n’a pas les performances attendues, la diminution
des rachats entraîne une perte de profit pour l’assureur

Parmi les facteurs explicatifs des rachats on trouve le réseau de distribution, les pénalités
de rachats, les garanties offertes, les avantages fiscaux, le contexte économique, et le
marché financier qui impacte la performance des fonds

9
Cours d’Introduction à l’Actuariat
Introduction au risque – Risques financiers (taux d’intérêt)
L’exposition à une baisse des taux

Problème de refinancement : la compagnie d’assurance ne trouve plus sur le marché le


moyen de couvrir ses engagements pris pour rémunérer ses assurés à un Taux Minimum
Garanti plus élevé
L’exposition à une hausse des taux

Dépréciation du portefeuille : la valeur des obligations se déprécient

Rachats de contrats : les assurés sont incités à racheter leurs contrats pour bénéficier de
rémunérations plus attractives ailleurs

Les crises économiques

=> Mesure préventive

Détenir un portefeuille avec des obligations de différentes maturités

S’assurer que la duration du portefeuille reste proche de la duration du passif

10
Cours d’Introduction à l’Actuariat
Introduction au risque – Risques financiers (Actions)
L’exposition à un effondrement des marchés actions

Attractivité de certains contrats d’assurance vie : le business sur la branche vie et


notamment les contrats en unités de compte sont affectés par une baisse de l’indice
boursier

Dépréciation des provisions : une part non négligeable des provisions des différentes
branches (vie, non-vie, prévoyance) est allouée en actions

Les crises

La crise boursière de 2008 a été la plus importante depuis celle de 1929 dans la plupart
des pays développés. D’après les données historiques et certains modèles de prédiction,
le scénario de 2008 correspondrait à un choc bicentenaire

=> Mesure préventive

Diversification sur plusieurs marchés

Limiter l’allocation en actions

11
Cours d’Introduction à l’Actuariat
Introduction au risque – Risques financiers (crédits)
Le risque de contrepartie

Risque de défaut : l’assureur est contractuellement lié à un certain nombre de


contreparties dont la solvabilité est plus ou moins certaine (ex : titrisation auprès de
Lehman Brothers, fonds de Madoff ...)

Le risque de rating

Immobilisation de capital: le régulateur impose aux compagnies les moins bien notées
d’un montant de provisions plus important pour garantir leur solvabilité

Un déclassement altère la position concurrentielle, l’image auprès du client et des


contreparties, augmente le coût de la réassurance, limite la capacité à obtenir du
financement, peut engendrer des problèmes de liquidité

12
Cours d’Introduction à l’Actuariat
Introduction au risque – Risques financiers (crédits)

Les contextes de crise

La crise de 2008 a révélé la fragilité financière de nombreuses compagnies ainsi que de


certains Etats. Ceci s’est traduit par un important écartement des spreads de crédit

=> Mesures préventives

Réduire son exposition sur des contreparties moins bien notées

Diversifier les lignes de business des obligations corporate (automobile, énergie, …)

13
Cours d’Introduction à l’Actuariat
Introduction au risque – Risques opérationnels

Risque de pertes dues à :

Une erreur dans les processus

Une erreur humaine

Une erreur informatique

Qui peuvent être de causes internes ou externes

Ils comprennent les risques légaux, mais pas les risques dus aux décisions stratégiques

Mise en place d’une méthode d’identification, de chiffrage et de suivi du risque opérationnel


commune à l’ensemble du groupe

Ils peuvent avoir pour conséquence une augmentation du risque de réputation.

14
Cours d’Introduction à l’Actuariat
Introduction au risque – Risques émergents
Risque nouveau

Pollution et fœtus : une étude publiée dans Journal of Epidemiology and Community Health (Juin
2009) montre qu’une forte exposition à la pollution de l’air pendant la grossesse serait à l’origine de
malformations des fœtus

Risque environnemental

Le changement climatique : Les effets du changement climatique sur l’évolution de l’environnement


et des catastrophes naturelles est un sujet de préoccupation pour les (ré)assureurs. Par exemple, une
étude menée par l’université d’Harvard (ingénierie et sciences appliquées) met en avant l’association
entre le changement climatique et les feux de forêts

15
Cours d’Introduction à l’Actuariat
Introduction au risque – gérer les risques

Equilibre entre rentabilité et risque

Profitabilité Risque

16
Cours d’Introduction à l’Actuariat
Introduction au risque – gérer les risques
Importance de la compréhension des risques et d’une bonne
approche face aux risques

Exemple: 2 jeux: Results:

Game A Game B Game A Game B


50% 50% 50% 50%

... Quel jeu allez vous séléctionner ? ... Allez vous changer de jeux ?

Importance de la mutualisation des risques


17
Cours d’Introduction
à l’Actuariat

Partie 1 – Introduction à l’Assurance

18
Introduction à L’Assurance
Sommaire

1 Histoire de l’Assurance

2 Quelques Principes Fondamentaux

3 Marché de l’Assurance

4 Approche Statistique de l’Assurance

5 Assurance et Contraintes Réglementaires

19
Introduction à L’Assurance
Sommaire

1 Histoire de l’Assurance

2 Quelques Principes Fondamentaux

3 Marché de l’Assurance

4 Approche Statistique de l’Assurance

5 Assurance et Contraintes Réglementaires

20
Histoire de l’Assurance
Commerce maritime et Incendie de Londres
Premiers contrats d’assurance
Traces en Mésopotamie, Rome Antique et
Egypte : répartitions des pertes dues aux vols &
pillages entre les commerçants
Contrat « à la grosse aventure » chez les Grecs
et les Romains : opération de crédit avec risque
de perte totale de la somme pour le prêteur
Assurance maritime dans les ports de Barcelone,
Gênes et Venise au XIVème : 1er contrat
d’assurance à Gênes en 1347, 1ère compagnie
d’assurance maritime en 1424.

Le développement de l’assurance
Assurance – Vie : premières tontines créés par le
financier Lorenzo Tonti en 1652
Grand incendie de Londres le 2 Septembre 1666
: Création de compagnies d’assurance contre
l’incendie en réponse
1681 : Ordonnance de Colbert réglementant
l’assurance maritime
En France en 1787, la Compagnie royale
d’assurance vie est créée, utilisant des taux fixés
par le Conseil du roi de France. Séparation
assurance incendie et assurance vie rendues
obligatoires
21
Histoire de l’Assurance
Assurance Moderne
L’assurance après la révolution
Ralentissement à cause de la révolution

1816 : Ordonnance royale régulant l’assurance contre l’incendie

Reprise à partir de 1816, avec création de UAP (ex AXA), Royale ( GAN), Phénix (AGF,
Allianz)

1930 : loi sur le contrat d’assurance et décret en 1938 avec la généralisation du contrôle de
l’Etat à toutes les sociétés d’assurance

Création de la Caisse Centrale de Réassurance en 1946 et nationalisations partielles

1958 : loi rendant obligatoire l’assurance automobile

1970 : liberté de tarification automobile sous réserve de l’insertion d’une clause bonus-malus

Code des Assurances créé officiellement en 1976

Loi Spinetta assurance construction, loi sur les catastrophes naturelles, loi Badinter sur les
victimes d’accidents automobiles.

En 1990, privatisation des sociétés nationalisées et libéralisation définitive du secteur


22
Introduction à L’Assurance
Sommaire

1 Histoire de l’Assurance

2 Quelques Principes Fondamentaux

3 Marché de l’Assurance

4 Approche Statistique de l’Assurance

5 Assurance et Contraintes Réglementaires

23
1.2 - Quelques Principes Fondamentaux
Principe Fondamental : la mutualisation
Contrat d’assurance : convention par laquelle une ou plusieurs personnes s’obligent, envers une ou
plusieurs autres, à donner, à faire ou à ne pas faire quelque chose (contrat, art. 1101 code civil)
Prime
Assuré Assureur
Indemnité
Contrat entre l’assureur et l’assuré pour lequel:
L’assuré paie une prime
L’assureur s’engage à verser une indemnité en cas de sinistre, ie si le risque se réalise
Matérialisation du contrat par un document : police d’assurance

Le sinistre est défini comme un événement: Exemples de sinistres couverts: incendie d’une
- Aléatoire propriété, décès de l’assuré, tremblement de terre, mais
- Futur aussi assurances plus exotiques (Lloyds’) comme perte
- En dehors de la volonté des parties
de la voix, d’un membre…

Un produit d’assurance est un produit à cycle de production inversé


Le coût du produit est, par définition du contrat, inconnu au moment de la signature du contrat:

Prime
Prestation t

Principe de mutualisation des risques


Assureur mutualise les risques auxquels les assurés ne peuvent faire face individuellement
24
1.2 - Quelques Principes Fondamentaux
Contrat d’Assurance

Assuré, Souscripteur et Bénéficiaire L’Assureur


Assuré -> court le risque Sociétés Commerciales : associés =
Souscripteur -> signe le contrat actionnaires
Bénéficiaire -> perçoit l’indemnité Sociétés Mutuelles : associés = assurés

Un même individu peut être à la fois l’assuré, le


bénéficiaire et le souscripteur.

Intermédiaires:
Agent Général
Courtier
Banque

Contrat Individuel vs. Contrat Collectif


Contrat Individuel: souscripteur = personne
physique, l’assuré = une ou plusieurs
personnes
Contrat Collectif: = personne morale,
nombreux assurés.

25
1.2 - Quelques Principes Fondamentaux
Contrat d’Assurance
Quand un bien est il assurable?
Pour qu’il soit assurable, le risque doit répondre à 4 critères:
Aléatoire
La réalisation du risque doit être aléatoire
Non volontaire
Le risque doit être indépendant de la volonté de l’assuré
Homogène
Dispersé
le risque doit être dispersé dans le temps et l’espace

Rôle de l’assurance :
Les individus ou les groupes d’individus ne sont pas égaux face aux risques et peuvent se
comporter tellement différemment (aversion aux risques) que les états ont imposé certaines
couvertures de risques (RC automobile, Risques liés à la construction de biens immobiliers)
afin d’éviter des dérèglements graves de la société

26
1.2 - Quelques Principes Fondamentaux
Classification des Garanties

Catégories d’Opérations d’Assurance

Il existe 3 grandes catégories d’ opérations d’assurance d’après le code des assurances

1. Les opérations d’assurance vie et de capitalisation


2. Les opérations d’assurance dommages corporels liés aux accidents et à la maladie
3. Les opérations d’assurance des autres risques et celles d’assistance

Principe de séparation
Opérations 1 et 3 ne peuvent être pratiquées par la même compagnie
Sauf dans le cas de groupes où les activités et risques de solvabilité sont distincts

Plusieurs types d’Assurance possibles:


1. Assurance Vie et Capitalisation : Assurance Vie en France
2. Assurance de Personnes : Prévoyance, Assurance Mixte
3. Assurance Non vie et assistance : Assurance IARD
4. Assurance de dommages aux biens, responsabilité et assistance

27
1.2 - Quelques Principes Fondamentaux
Les différentes formes de sociétés

Il faut différencier les sociétés d’assurance en fonction des grands principes de


détermination des coûts des risques et de la nature du transfert de risque (lié à la
réglementation parfois)

On distingue donc au niveau juridique:

Les sociétés vies (principe forfaitaire) des sociétés IARD (principe indemnitaire)

Les sociétés anonymes (prise en compte de la rémunération des actionnaires sur


les risques qui sont transférés) des mutuelles (les risques sont répartis sur les
sociétaires qui composent la mutualité)

28
1.2 - Quelques Principes Fondamentaux
Les Branches d’Assurance
Branches d’Assurance :

1) Accidents (assurance "individuelle accidents")


2) Maladie
3) Corps de véhicules terrestres
4) Corps de véhicules ferroviaires
5) Corps de véhicules aériens
6) Corps de véhicules maritimes, lacustres et fluviaux
7) Marchandises transportées
8) Incendie et éléments naturels
9) Autres dommages aux biens (risques divers)
10) Responsabilité civile véhicules terrestres automoteurs
11) Responsabilité civile véhicules aériens
12) Responsabilité civile véhicules maritimes, lacustres et fluviaux
13) Responsabilité civile générale
14) Crédit
15) Caution
16) Pertes pécuniaires diverses
17) Protection juridique
18) Assistance
19) Le numéro n'est pas affecté à une branche
20) Vie, décès
21) Nuptialité, natalité
22) Assurances liées à des fonds d'investissement
23) Opération tontinière
24) Capitalisation
25) Gestion de fonds collectifs
26) Prévoyance Collective

29
1.2 - Quelques Principes Fondamentaux
Autres mécanismes
Autres Mécanismes Classiques:
Coassurance
Réassurance
Rétro-cession Coassurance

Assureur 1
X%
Prime

Assuré Intermédiaire
Indemnité 1 - X%

Assureur 2

Réassureur 2 Réassureur 1

Rétrocession Réassurance

30
Introduction à L’Assurance
Sommaire

1 Histoire de l’Assurance

2 Quelques Principes Fondamentaux

3 Marché de l’Assurance

4 Approche Statistique de l’Assurance

5 Assurance et Contraintes Réglementaires

31
1.3 - Marché de l’Assurance
Quelques chiffres…
Chiffre d’Affaires du marché de Chiffre d’Affaires du marché de la
l’Assurance (Milliards Euros) Réassurance Mondiale (Milliards Euros)
Monde
42% Assurance de Personnes
France 28%%
22%

46
40
1350 Réassurance de
Personnes Réassurance de
Réssurance de biens et Personnes
1830 responsabilité civile Réssurance de biens et
responsabilité civile
160
120

Monde Assurance de Bien


58% et Responsabilité
72%
France
77%
Chiffres approximatifs, sources : Insee, FFSA

32
1.3 - Marché de l’Assurance
Commentaires

Le chiffre d’affaire de l’assurance française correspond environ à 10% du PIB


français

En tenant compte du Chiffre d’Affaire de la Sécurité Sociale, environ 35% du PIB


Obligations
Emprunts d’Etat
Actions

Financement de l’Etat, des entreprises, de l’industrie.

Réassurance Non-Vie et Réassurance Vie:


Assurances vie : montants relativement faibles et calculs précis
Assurance non-vie : pertes potentiellement très élevées (ex : catastrophes naturelles), sommes
couvertes potentiellement très élevées (ex : risques industriels)

CA (chiffre d’affaires) de la Réassurance non-vie 2 fois supérieur à celui de la vie.

33
1.3 - Marché de l’Assurance
Acteurs Principaux

Classement des 10 premiers groupes


d’assurances Français – cotisations en milliards
€ - vision consolidées

Classement des 10 premiers groupes


d’assurances Français – cotisations en milliards €
- Vie / Non-Vie, en France

34
Introduction à L’Assurance
Sommaire

1 Histoire de l’Assurance

2 Quelques Principes Fondamentaux

3 Marché de l’Assurance

4 Approche Statistique de l’Assurance

5 Assurance et Contraintes Réglementaires

35
1.4 - Approche Statistique de l’Assurance
Prime

Notations
n : nombre d’assurés
i : ième assuré
Xi ≥ 0 : variable aléatoire réelle de la prestation versée à l’assuré i
Sn = 1/n ∑Xi : variable aléatoire réelle de la prestation moyenne versée à un assuré

Les différentes primes d’assurance

πi = E(Xi): prime pure de la police. Elle compense en moyenne les dépenses des sinistres mais ne
couvre pas les fluctuations de ces dépenses.

πi’ = πi + CT : prime technique, où CT est le chargement technique (safety loading). Il doit permettre à
l’assureur de faire face aux fluctuations de Xi.

πi’’ = πi’ /(1 – g – c) : prime commerciale. Elle inclut :


- g, le taux de chargement de gestion
- c, le chargement d’acquisition

La somme des prestations à payer est donc ∑Xi et les primes pures perçues n x π = ∑πii . La prime
pure moyenne du contrat est donc π = E(Sn) = 1/n ∑ E(Xi).

36
1.4 - Approche Statistique de l’Assurance
Loi des Grands Nombres et Prime Pure

Inégalité de Bienaymé Tchebycheff


Soit X une variable aléatoire de moyenne µ et de variance finie s2, alors on a:
P( | X – µ | > ε) < s2/ε2
Pour tout ε > 0.

Loi des Grands Nombres (Rappel)


Soit (Xn) une suite de variables aléatoires indépendantes et identiquement distribuées d’espérance µ et
variance s2 <+∞.
On a alors: E(Sn) = E(1/n∑nj=1 Xj) = µ et var(Sn) = var(∑nj=1 Xj/n) = s2/n.

Alors, d’après l’inégalité de Bienaymé-Tchebycheff :

P( |∑nj=1 Xj /n - µ| > ε) ≤ var(∑nj=1 Xj/n)/ε2 0 quand n tend vers l’infini,


ie Sn = ∑nj=1 Xj /n converge en probabilité vers l’espérance µ.

Interprétation
La charge moyenne de sinistre par police converge en probabilité vers la prime pure moyenne π .
L’incertitude liée à n contrats n’est que de (n)1/2 l’écart-type d’un seul contrat.
On a donc une diminution de l’incertitude relative liée aux prestations à verser.

37
1.4 - Approche Statistique de l’Assurance
Hypothèses sous-jacentes à la loi des grands nombres

Résultat asymptotique : portefeuille de contrats important

Indépendance : inapplicable pour les catastrophes naturelles (forte corrélation des


risques)

Variables Identiquement Distribuées : groupes d’assurance homogènes

Homogénéité des natures de risque (incendie / RC / …)


Homogénéité des assurés (âge, sexe, …)
Homogénéité des sommes assurées.

> Lorsque les conditions de la loi des grands nombres ne sont pas réunies,
l’assureur peut faire appel à la réassurance

38
1.4 - Approche Statistique de l’Assurance
Théorème de la Limite Centrale

Théorème de la Limite Centrale (Théorème de Levy-Lindberg)


Soit (Xn) une suite de variables aléatoires indépendantes et identiquement distribuées d’espérance µ et
variance s2 <+∞. Alors:
(∑nj=1 Xj – nµ)/(s√n) = √n(Sn-µ)/s converge en loi vers N(0,1)

ie P[√n(Sn-µ)/s ≤ x ] -> Φ(x)

pour tout x quand n tend vers l’infini.

Interprétation :

La charge moyenne de sinistre par police converge en probabilité vers la prime pure πi (loi des grands
nombres). Lorsque le nombre de contrats est suffisamment grand, la charge moyenne par sinistre suit une
loi normale de moyenne la prime pure et de variance s2/n (Théorème Central Limite).

39
1.4 - Approche Statistique de l’Assurance
Probabilité de Ruine

Probabilité de ruine: probabilité que la charge totale des sinistres sur une période excède
l’encaissement correspondant des primes, augmenté éventuellement du capital κ dont dispose la
compagnie:
PR = P[ ∑nj=1 Xj > nπ + κ ]

Le calcul de PR se fait soit explicitement, soit en se basant sur des hypothèses comme la loi des
grands nombres. Dans le cas où les hypothèses de la LGN sont réunies, on a alors:

PR = 1 – Φ( (n(π-µ) + κ)/(s√n) )

> la probabilité de ruine diminue avec la différence (π-µ) et avec le capital κ


> elle augmente lorsque la volatilité des contrats augmente

> Ajout d’un chargement technique ou de capital pour diminuer la probabilité de


ruine.

Remarque : en assurance vie, le chargement technique est souvent implicite, et découle de


l‘utilisation de tables de mortalités « prudentes ».

40
1.4 - Approche Statistique de l’Assurance
Diminution de la Probabilité de Ruine

On cherche à diminuer la probabilité de ruine, dans le cadre où π = µ (prime pure) et κ = 0,


PR0 = 1 – Φ(1/(s√n))
Chargement de la prime pure

PR2 = 1 – Φ( αµ/(s√n) ) < PR1


où αµ est le chargement technique. Autres exemples de chargements techniques :
ct = ασ2
ct = ασ
ct = αµ3, où µ3 est le moment centré d’ordre 3 (µ3(X) = E((X-E(X))3). Dans le cas où la distribution est
étalée vers la droite, µ3>0.

Introduction d’un réserve affectée au risque


Soit R = montent de la réserve affecté au risque. Alors:

PR3 = 1 – Φ( (R+αµ)/(s√n) ) < PR2 < PR1

Utilisation de la réassurance.
- Réassurance proportionnelle vs. Réassurance non-proportionnelle.
- Quote-part : τ = plein de conservation de l’assureur (exemple : τ = 50%). Si le réassureur
applique le même chargement technique que l’assureur :
PR4 = P[ τ∑nj=1 Xj > ταµ + R ] = 1 – Φ( (R/τ+αµ)/(s√n) )

41
1.4 - Approche Statistique de l’Assurance
Probabilité de Ruine - Exemple
Au 01/01/N, un assureur commence son activité. Son capital de départ est de
M = 457 000 €

Il propose un contrat Auto pour lequel les statistiques professionnelles


indiquent que:
- la fréquence des sinistres est de f = 13,6%
- le coût moyen d'un sinistre est de CM = 1 340 €

Il garantit n = 10 000 assurés moyennant une prime commerciale P = 230 €


par assuré

Ses frais de gestion seront FG = 0,365 M€ en année N

Quelle est son espérance de résultat N : E(Résultat) ?


42
1.4 - Approche Statistique de l’Assurance
Probabilité de Ruine - Exemple
Espérance du résultat E(résultat) :
= nombre d’assuré X prime commerciale – Sinistres – Frais Généraux
= n X P – S – FG

Avec: S = somme des sinistres de l’année : S= S Si


E(résultat) = n X P – E(S) – FG

Loi des grands nombre: « Plus est grand le nombre de risques, plus la
fréquence et le coût unitaire des sinistres se rapprochent de la fréquence et
du coût unitaire probables »:
E(S) = n X E(Si) = n X f X CM

43
1.4 - Approche Statistique de l’Assurance
Probabilité de Ruine - Exemple
Donc : Si les risques sont indépendants et le nombre N assez grand, le
remboursement moyen tend presque sûrement vers l'espérance
mathématique du risque que l'on appelle prime pure.

Pp = E(Si) = f X CM = 13,6% X 1 340 = 182 €

E(S) = n X E(Si) = 10 000 X 182 = 1,8 M€

E(Résultat) = n X P – E(S) – FG = 0,11 M€

44
1.4 - Approche Statistique de l’Assurance
Probabilité de Ruine - Exemple
Quelle est la probabilité de perte ?
Probabilité de perte = P(Résultat <0) = P (R<0) = ?

45
1.4 - Approche Statistique de l’Assurance
Probabilité de Ruine - Exemple
Quelle est la probabilité de perte ?

 R − E (R ) − E(R )
On peut « centrer - réduire » P ( R < 0) = P < 
 σ (R ) σ (R ) 

R − E(R )
Nous pouvons utiliser l ’approximation suivante: → N ( 0,1)
σ (R )
∑ Xi
Soit Xn =
n

Théorème Central Limite: si les (Xi) sont indépendants, alors:


Xn − E ( Xn)
→ N (0,1) suit asymptotiquement une loi normale centrée réduite
σ ( Xn)

46
1.4 - Approche Statistique de l’Assurance
Probabilité de Ruine - Exemple
 R − E (R ) − E(R )
P ( R < 0) = P < 
 σ (R ) σ (R ) 

= Proba (N(0,1) < t)

Avec lecture directe dans la table de la loi normale

Exp: si σ(R) = 87 900 alors E(R) / σ(R) = 112 600 / 87 900 = 1,281

 R − E ( R) − E ( R)   R − E ( R ) E ( R )   R − E ( R)  =10%
P( R < 0) = P <  = P > =
 P >1,281
 σ ( R ) σ ( R )
 σ ( R) σ ( R)
  σ ( R) 

47
1.4 - Approche Statistique de l’Assurance
Probabilité de Ruine - Exemple

La probabilité de ruine = Proba (R < - Capital initial) = Proba (R < -M)

 R - E(R) − M − E( R ) 
P(R < -M) ⇔ P < 
 σ(R) σ( R) 

nous obtenons une probabilité de ruine jugée trop grande:


 − M − E( R) 
P(R < -M) ⇔ P U < 
 σ ( R) 

Pour « diminuer la probabilité de ruine, il faut augmenter le paramètre:

M + E ( R) M + n × P − n × E ( Si ) − FG
=
σ ( R) n × σ ( Si )
48
1.4 - Approche Statistique de l’Assurance
Probabilité de Ruine - Exemple

Si nous obtenons une probabilité de ruine jugée trop grande: pour « diminuer
la probabilité de ruine, il faut augmenter le paramètre

M + n × P − n × E ( Si ) − FG
n × σ ( Si )
Solutions possibles:
Augmenter le capital M
Augmenter le nombre de clients n (sans changer la structure des sinistres)
Augmenter la prime P
Diminuer les frais FG
Diminuer la volatilité de la charge σ (par la réassurance par exemple)

49
Introduction à L’Assurance
Sommaire

1 Histoire de l’Assurance

2 Quelques Principes Fondamentaux

3 Marché de l’Assurance

4 Approche Statistique de l’Assurance

5 Assurance et Contraintes Réglementaires

50
1.5 - Assurance et Contraintes Réglementaires
Réglementation et indicateurs de solvabilité
Solvabilité I : directive européenne de 1973 (non-vie) et 1979 (branche vie)
- Marge de Solvabilité (MS) : capacité à respecter à tout instant ses engagements. Obligation : MS > EMS

- Exigence de Solvabilité (EMS) Non-Vie


Elle concerne :
- IARD
- Incapacité, Invalidité
- Frais de santé, Décès Accidentel
- Dépendance

Elle est calculée comme le maximum de :


- 18% des primes encaissées de l’année en cours sur la première tranche de 50 millions, 16% de ces primes au-delà.
- 26% de la moyenne des sinistres des trois dernières années pour la première tranche de 35 millions, 23% au-delà.

- Exigence de Solvabilité (EMS) Vie


Elle concerne :
- Décès
- Rentes
- Contrats Obsèques
- Epargne
- Retraite

Elle est calculée comme la somme de :


- 4% des provisions mathématiques du fonds en euros et 1% des contrats en unités de compte, avec déduction partielle de la
part réassurée
- 0,1% à 0,3% des capitaux sous risques en fonction de la durée de l’engagement.

- Le Fond minimum de Garantie : minimum entre 33% de l’EMS et 2 à 3 millions € selon la branche.

Limites à Solvabilité I:
- Pas de distinctions entre les risques.
- Pas de différenciation de deux compagnies en fonctions des risques sous-jacents.
51 - Vision retrospective uniquement
1.5 - Assurance et Contraintes Réglementaires
Réglementation et indicateurs de solvabilité

Solvabilité II : directive de 2007. Application initialement prévue en 2010

Calcul du capital cible nécessaire à un assureur pour pouvoir supporter les risques encourus avec une probabilité insuffisante.

- Pilier I : les règles quantitatives – Marges de solvabilités minimales, provisions techniques.

- Pilier II: droit de regard des autorité de contrôle CEIOPS, ACP et application de mesures ciblées pour réduire les risques.

- Pilier III : information publique dans le cadre de la discipline de marché, vers les superviseurs, …

Minimal Capital Requirement (MCR). Niveau minimal en deçà duquel les capitaux ne doivent pas chuter. Action : augmentation de
capital.

Solvency Capital Requirement (SCR): montant de capital requis pour couvrir le risque de probabilité de ruine de 0,5% sur un an.
Il y a ruine si Valeur Actuelle Actif – Passif < 0 (en valeur de marché).

Deux approches possibles : Formule Standard vs. Modèle Interne.

52
Cours d’Introduction
à l’Actuariat

Annexe Partie 1 – Solvabilité II

53
From Solvency I to Solvency II
S2 defines a risk based approach to measure capital

From Solvency I …
• Different statutory capital rules across Europe (no level playing field)
• Simple formulas to assess capital requirements (premiums / reserves)
• No risk assessment on Asset side of b/s (concentration rules only)
• No incentives for sound Risk Management (prudence set by regulator)

… to Solvency II
Key Principles Measure of Capital

• Explicit measure of requirements by • Market consistent valuation framework


sub-risk categories
• Risk sensitivity approach to calculate
• Some credit given to risk mitigation capital requirements
techniques (ALM, hedging, reinsurance)
• 1-year VaR measure @ 99.5% quantile
• Recognition of diversification benefits at of “Basic Own Funds”
Group level (by risks & geographies)
• Solvency Ratio = Resources / Requirements
• New forms of soft capital (e.g. VIF) = “AFR” / “SCR”

• Internal model tailored to company


risk profile

54
Solvency II Directive
Quantitative & qualitative pillars

Pillar 1 Pillar 2 Pillar 3


Quantitative Capital Qualitative
Market Discipline
Requirements Supervisory Review

• Technical Provisions • Principles for • Transparent


Internal Control and Disclosure
• Minimum Capital
Risk Management
Requirement (MCR) • Quarterly Reporting
• Supervisory Review Template (QRT)
• Solvency Capital
Process • Review of key model
Requirement (SCR)
parameters by
• Investment Rules • Use Test regulators

• Market Consistent • New supervisory focus


Valuation • Alignment of QRT
• Risk Mgmt fully information with KPIs
embedded in industry for financial reporting
• Validation of Internal & business uses
Models value chain

55
Internal Model Framework

A specific measure of capital for each risk category


Market Credit P&C Insurance Life Insurance Operational
Risk Risk Risk Risk Risk

• Equity • Fixed Income • Reserve • Catastrophe • Internal Fraud


• Interest Rates • Reinsurance • Premium (Pandemic) • External Fraud
• Spread • Mortgage • Catastrophe • Mortality • Employment
• Volatility • Receivables • Longevity Practices
• Inflation • Disability / • Client, Product &
• Foreign Exchange Medical Expenses Business Practices
• Govies Spread • Lapses • Business Disruption
• Hedge Fund • Mass Lapse & System Failure
• Private Equity • Other Customer • Execution, Delivery
• Real Estate Behavior & Process Mgmt
• Expenses

56