Vous êtes sur la page 1sur 3

NOUVEAU PROGRAMME

ITEM 9
CERTIFICATS MEDICAUX. DECES ET LEGISLATION.
PRELEVEMENTS D’ORGANES ET LEGISLATION
- Préciser les règles générales d'établissement des certificats médicaux et leurs conséquences médico-légales, y compris les certificats de coups et blessures et
notions d'ITT. Décrire l'examen d'un cadavre, connaître les différents types d'autopsie.
- Préciser les principes de la législation concernant le décès et l'inhumation.
- Préciser les principes de la législation concernant les prélèvements d'organes.
Zéros ETABLISSEMENT DES CERTIFICATS MEDICAUX
- Responsabilité 1. Introduction :
disciplinaire, pénale Définition - Actes destinés à constater et à attester des faits d’ordre médical
et civile - Le certificat médical engage la responsabilité pénale, civile et disciplinaire du médecin
- Identification du Cadre - Code de déontologie : le médecin ne doit pas céder à une demande abusive
médecin, date et légal - Code Pénal : 5 ans de prison et 75000€ d’amende pour rédaction de faux certificats
signature - Code de la sécurité sociale : régit les certificats relatifs aux accidents de travail
systématiques - Respect du secret médical

- Dires du patient au 2. Rédaction d’un certificat médical :


conditionnel - Le certificat doit être justifié : obtention d’avantages, obligations législatives
Principes - Le médecin seul juge l’opportunité de la délivrance selon ses compétences
- Respect du secret - Certificat établi après examen du patient dans des termes mesurés et objectifs
médical sauf
- Le médecin doit conserver un double dans le dossier médical
dérogations
- Identification du médecin : nom, prénom, adresse, téléphone, numéro d’inscription
- Certificat de - Identification du patient : nom, prénom, date de naissance
blessures a une - Si réquisition : Prestation de serment
valeur juridique : Forme «apporter son concours à la justice en son honneur et sa conscience»
o ITT ≤ 8 jours : - Date de rédaction et lieu
contravention et - Signature et cachet du médecin
tribunal de Police - Mention « Certificat établi à la demande de l’intéressé et remis en main propre pour
o ITT > 8 jours : faire valoir ce que de droit »
délit et tribunal - Faits allégués (dires et doléances) par le patient au conditionnel « me déclare… »
correctionnel Contenu - Description précise et objective des faits médicaux constatés lors de l’examen
o Seuil de 3 mois - Conclusion objective et précise, évaluation de l’ITTP le cas échéant
si blessures
3. Certificats obligatoires :
involontaires
- Rédigé à la demande de la victime ou sur réquisition
- « certificat établi à - Détermination de l’ITTP : Incapacité temporaire de travail personnel
la demande de Durée d’incapacité à un travail quelconque (toilette, cuisine…)
l’intéressé et remis Coups et Détermine la juridiction compétente
en main propre pour blessures - En cas de circonstances aggravantes : ITTP > 8 jours
faire valoir ce que de Volontaires Involontaires Juridiction Peine
droit » Contravention ITTP ≤ 8 jours ITTP ≤ 3 mois Tribunal de Police Amende
Circonstances Délit ITTP > 8 jours ITTP > 3 mois Tribunal Amende
aggravantes : correctionnel + Prison
- Mineur ≤ 15 ans Naissance - Toute naissance viable doit être déclarée dans les 3 jours suivant l’accouchement
- Femme enceinte - Date, jour et heure de naissance et sexe de l’enfant
- Personnes Certificat - 20 examens de santé obligatoires chez l’enfant de la naissance à 6 ans
vulnérables de santé - Certificat de santé obligatoire pour les examens de J8, M9 et M24
- Préméditation - Certificats envoyés dans les 8 jours au médecin de la PMI
- En réunion - Accident du travail : Certificat initial descriptif puis certificat de prolongation
- Ascendant Certificat final de consolidation ou de guérison
légitime, conjoint Liés au - Maladie professionnelle
- Arme travail - Arrêt de travail : Le patient dispose de 48h pour informer la CPAM et son employeur
- Etat d’ivresse Le patient peut bénéficier des indemnités journalières de durée limitée
Calculées sur la base du salaire des 3 derniers mois
Arrêt de travail : Période de carence de 3 jours : indemnité à J4
- 3 volets : Autres - Maladies à déclaration obligatoire, décès, viol, IVG, vaccinations obligatoires, maladie
o 2 pour la mentale et non contre-indication à la pratique du sport
CPAM 4. La réquisition :
o A pour
Définition - Procédure par laquelle un médecin est appelé par une autorité judiciaire
l’employeur
- Réquisition nominative, écrite et signée par l’Officier de Police Judiciaire
- Renseignements
médicaux (sur les 2 - Le médecin a obligation de répondre à une réquisition
premiers volets) Obligation - Le refus constitue un délit sanctionné par le code de santé publique
- Date de fin de - Refus légitime : Inaptitude physique, incompétence technique
l’arrêt de travail en Conflit d’intérêt : expertise d’un parent ou d’un patient régulier
toute lettre - Expertise répondant à une question précise : aptitude à une garde à vue…
- Autorisation ou Mission - Certificat de non-admission : certifie l’aptitude à supporter une garde-à-vue
non de sorties et - Certificat limité aux faits constatés en rapport avec la question posée
horaire de sorties - Certificat remis à l’autorité compétente
<
NOUVEAU PROGRAMME
LEGISLATION CONCERNANT LE DECES ET L’INHUMATION
- Etat de mort réelle 1. Introduction :
et constante - Absence de définition légale de la mort dans le Code Civil ou le Code Pénal
- En réanimation : Définition - Une personne est déclarée morte quand le médecin constate le décès
mort encéphalique - Le médecin atteste de l’état de mort réelle et constante
Cadre légal - Constatation par le certificat de décès qui est obligatoire
- Obstacle médico-
légal/matériel à
retirer/ obligation de 2. Examen d’un cadavre :
mise en bière Anamnèse - Interrogatoire des proches sur les antécédents médico-chirurgicaux
immédiate - Circonstances de découverte du décès
- Examen complet sur corps déshabillé
- Certificat de décès :
- Recherche de signes de mort violente ou suspecte
2 parties :
- Recherche de signes en faveur d’une cause infectieuse
o Supérieure
Examen - Recherche des phénomènes cadavériques : Lividités, refroidissement
nominative,
physique Rigidité et déshydratation
remise à
Tache verte abdominale
l’Officier d’Etat
Putréfaction
Civil qui délivre
- Recherche de cicatrice témoignant d’un matériel fonctionnant par pile
le permis
d’inhumer - Lividité : < 3h : pas de lividité ; > 12h : lividités fixées
o Inférieure Heure du - Rigidité cadavérique : < 3h : corps souple ; < 7h : rigidité diffuse
anonyme, décès - Refroidissement : Température rectale : 1 degré par heure + 3
adressée à l’ARS Température tympanique : 1,5 degré par heure
- Tache verte abdominale : 24-48h
- Inhumation
obligatoire entre 24h 3. Rédaction du certificat de décès :
et 6 jours après le
- Nécessaire : Délivrance du permis d’inhumer par l’Officier d’Etat Civil
décès
Obtention des autorisations pour les opérations funéraires
Mise en bière Objectifs - Réaliser une mise en bière immédiate en cas d’intérêt sanitaire
immédiate : - S’opposer à l’inhumation immédiate en cas de mort suspecte
Présentation - Intérêt épidémiologique
possible du corps Modalités - 2 types de certificat : Certificat de décès d’enfant avant 28 jours de vie
suivie d’une mise Certificat de décès après 28 jours de vie
en bière et - Partie nominative destinée à l’Officier d’Etat Civil et transmise à l’INSEE
interdiction des - Permet la délivrance du permis d’inhumer
soins de corps : - Renseignements : Commune de décès
Nom, prénom, âge et domicile du défunt
- Hépatite virale B
Date et heure de la mort
et C
Partie La mort semble réelle et constante
- Maladie de supérieure Signature, date et cachet du médecin
Creutzfeldt-Jacob administrative - Obstacle médico-légal à l’inhumation : Morts violentes ou suspectes
- Infection à VIH Saisi du Procureur de la République
- Etat septique Demande d’autopsie médico-légale
grave à - Obligation de mise en bière immédiate : Mauvais état du corps
streptocoque A Maladie contagieuse
- Obstacle au don du corps
- Tout état - Prélèvements en vue de rechercher les causes du décès
septique grave sur - Présence d’une prothèse fonctionnant au moyen d’une pile
prescription
- Partie médicale et anonyme, cachetée par le médecin
médicale
- Destinée au médecin inspecteur de santé public de l’ARS
Cercueil simple : Partie - Intérêt épidémiologique : informations analysées par le CépiDC
- Tuberculose inférieure - Renseignements : Nome et cachet du médecin, signature
active ou traitée < médicale Commune et date du décès
1 mois Date de naissance et sexe du défunt
- Rage Causes du décès par ordre de causalité décroissant
Spécificités du défunt : antécédents
- Mauvais état du Accident du travail, maladie professionnelle
corps
Cercueil 4. Opérations funéraires :
hermétique : Transport - Transport avant mise en bière dans les 24h du décès
- Variole et autre du corps - Opposition si obstacle médico-légal ou mise en bière immédiate
orthopoxviroses - Permis d’inhumer délivré par l’Officier d’Etat Civil
- Choléra Inhumation - Délai : au moins 24h après le décès et 6 jours au plus
- Après retrait des prothèses fonctionnant au moyen d’une pile
- Charbon
- Demandée par la justice et autorisée par le maire
- Fièvres Exhumation - Un parent ou un mandataire de la famille doit être présent
hémorragiques - Délai de 1 an après le décès en cas de maladie contagieuse
virales Certificat - Le médecin doit respecter le secret médical, même après le décès
- Peste post- - Il ne doit par remplir de questionnaire d’assurance sur les causes du décès
m ortem - Il peut attester que les causes ne figurent pas parmi les clauses d’exclusion
NOUVEAU PROGRAMME
LEGISLATION CONCERNANT LE PRELEVEMENT D’ORGANE
- Gratuité 1. Introduction :
- Anonymat - 12000 malades ont besoin d’une greffe d’organe chaque année
Enjeux - Pénurie de greffon
- Inviolabilité - Priorité nationale
- Principe de Cadre légal - Loi de bioéthique du 29 juillet 1994 révisée le 7 juillet 2011
présomption de
consentement 2. Don d’organe avec donneur décédé :

- Registre national - Finalité thérapeutique ou scientifique


des refus Principes - Réalisé dans des établissements de santé autorisés
- Témoignage de la de base - Constat de mort encéphalique
famille - Consentement présumé du donneur : Non inscrit au registre national des refus
Recueil du témoignage des proches
- Donneur vivant : - Anonymat du don
recueil du - Gratuité du don
consentement devant Principes - Restauration du corps la meilleure possible
le président du généraux - Information des proches sur les prélèvements effectués
Tribunal de Grande - Respect des règles de sécurité sanitaire : infectieuses, prions
Instance - Distribution équitable des greffons
- Donneur mineur : - Déclaration préalable de chaque cas à l’agence de Biomédecine
avec accord parental
et après avoir 3. Don d’organe par donneur vivant :
rencontré le comité - Finalité thérapeutique uniquement
d’expert Cadre légal - Donneur informé par un comité d’expert sur les risques encourus
- Consentement éclairé recueilli auprès du Tribunal de Grande Instance
- Père ou mère du receveur
Types de - Dérogation : Conjoint, fratrie, grands-parents, oncle et tante, cousin germain
donneurs Preuve de vie commune > 2 ans pour le conjoint
- Don croisé : Deux donneurs vivants non compatibles avec un proche peuvent
échanger leur receveur

4. Comité d’expert :
Majeur - 5 membres dont un médecin et un psychologue
- 5 membres dont un pédiatre et un psychologue
Mineur - Consentement parental
- Le consentement de l’enfant (sans valeur légale) doit être recherché et respecté

5. Contre-indications au don d’organe :


Maladies - Maladies infectieuses : VIH, VHC, VHB
systémiques - Cancer
Atteinte d’organe - Organes lésés
Conditions - Accident du travail et maladies professionnelles