Vous êtes sur la page 1sur 87

18/12/2014

Chapitre 0

Rappels importants

module M1102

Efforts internes : poutre droite horizontale


y

M21(G)
Mfz
Mfy Ty
Mt N x
(E1) G
Tz R 21
z

Torseur des
efforts internes N Effort normal Traction/ Compression

{τ 21}G
R21 Ty Efforts
Cisaillement
Tz tranchants

= {τ 2 }G Mt Moment de torsion Torsion

= −{τ 1}G
M21(G) Mfy Moments de
Flexion
Mfz flexion

1
18/12/2014

PFS

{τ A }A + {τ B }A + {τ I }A = {0}
pl
X A = 0, Y A = YB =
AB = l 2

Efforts intérieurs
Sens du parcours de A vers B
Une seule zone
BOND n1 = x, t1 = y , t 2 = z

Coupure fictive

Amont
Aval

t1 = y

t2 = z n1 = x
x l−x

{τ 21}M = {τ 2 }M = −{τ 1}M

N AB ( x) = 0,
dMf = −T(x)
pl
TAB ( x) = px − dx
2
p 2 pl
Mf AB ( x) = − x + x
2 2 4

2
18/12/2014

N AB ( x) = 0,
y pl
TAB ( x) = px −
2
pl
p 2 pl
2 Mf AB ( x) = − x + x
( p) 2 2
A x
H B
pl

2 y
pl 2
Mf ( H ) =
8
l pl
AH = −
pl
2 2 2
dMf = −T(x) A x
dx H B

Poutre droite horizontale dans le plan

R = N x +T y M 21(G) = Mf z
21

Relations

dN = −n(x) dT = − p(x) dMf = −T(x)


dx dx dx
6

3
18/12/2014

Vecteur contrainte
T ( M , n)

Expression du torseur des efforts internes

 R = ∫ T ( M , n)ds
{τ 21}G =
M (G ) = s ∫ GM ^ T ( M , n)ds
s

4
18/12/2014

Contrainte normale, contrainte tangentielle


T ( M , n) = σ ( M , n) + τ ( M , n)

= σ n n +τ
 
σ ( M , n) =  T ( M , n).n n
 
=σnn
Contrainte normale

τ ( M , n ) = T ( M , n) − σ ( M , n) = τ
Contrainte tangentielle 9

Traction - Compression
N 0
{τ 21}G =  0 0

0 0( xr , yv , zr )
G

σ
N
G
∆φ
σ= (MPa ) contrainte normale
S
Section S
N
Condition de résistance ≤ R pe ( R pc )
S
∆l
Loi de Hooke σ = E .ε =
l 10

5
18/12/2014

Cisaillement
0 0 
{τ 21}G = T 0
0 0 
G  (T )

T Contrainte moyenne
τ moyenne = de cisaillement
S
T
Condition de résistance τ moyenne = ≤ R pg (MPa )
S
Loi de Hooke τ = Gγ γ angle de glissement

11

Caractéristiques géométriques des sections droites de poutres (voir F113)

(S) une surface


(O, y, z) Un repère orthonormé de son plan
z M ( y, z )
1. Centre de surface
zG G M
1.1. Aire d’une surface (L2) ds (S)
S = ∫∫ ds O y
S yG
1.2. Centre de surface (L) 1
S ∫∫S
yG = yds
par
1
OG = ∫∫S OM ds 1
S ∫∫S
S projection zG = zds 12

6
18/12/2014

z
20
Exemple
S1 OG1 + S 2 OG 2 (S1)
OG =
S 20
80 G1
S1 = S 2 = 20 * 80 = 1600 cm 2 (S2)
0 0 G2
OG1 10 y
OG2 60
(T )
40 10 100
(T )

Par projection
(S ) = (S1 ) U (S 2 )
S = S1 + S 2
S1 yG1 + S 2 yG2
yG = = 35cm
S
S1 zG1 + S 2 zG2
zG = = 25cm
S 13

Moments quadratiques
IGX IGY IG = IO
à connaître y
G x bh3 hb3 bh ( b2 + h 2 )
h 12 12 12
b
y
a x a4 a4 a4
G
12 12 6
a
d
y
G x πd4 πd 4 πd 4
64 64 32

D
y d
x π 4 4 π 4 4 π 4 4
(D - d ) (D - d ) (D - d )
G 64 64 32
14

7
18/12/2014

Détermination géométrique du cds

15

(D)
2. Moment quadratique (L4) z (S )
(surface plane/axe de son plan)
G ds M
I D ( S ) = ∫∫ r 2 ds H r
S

Applications: O y
Axes de coordonnées
z
ds
I oy ( S ) = ∫∫ z ds
2 z G M
S

I oz ( S ) = ∫∫ y 2 ds O y y
S 16

8
18/12/2014

3. Produit quadratique (L4)


(surface plane/axe de son plan) z
(S )
ds
z G
I oyz ( S ) = ∫∫ yzds M
S

Remarque O y y
(S) présente au moins un axe de symétrie
z

I oyz ( S ) = 0 (S ) y
O y
M
z
ds
17

z
Exemple
dz
I Gy ( S ) = ∫∫ z 2 ds
S
h h
3 G y
= ∫ z b dz = bh
2
h
2

2 12
b
Exercice: calculer I Gz (S )
h b
I Gyz ( S ) = ∫∫ yzds = ∫ zdz ∫ ydy = 0
2
h
2
b
S − −
2 2

18

9
18/12/2014

4. Moment quadratique polaire (L4)


(surface plane/axe de son plan) z
(S )
ds
I o ( S ) = ∫∫ ρ 2 ds z M
S ρ

= I oy ( S ) + I oz ( S ) O y y

Exemple
I G ( S ) = I Gy ( S ) + I Gz ( S )

=
bh3 hb3 bh 2
+ =
12 12 12
h + b2 ( )
19
Exercice: calculer I O (S )

5. Théorème d’Huygens
(translation d’axes) ( ∆1 )
(∆ 2 )
(S )
r G
M
ds
d

I ( ∆1 ) ( S ) = I ( ∆ 2 ) ( S ) + S .d 2

20

10
18/12/2014

z z
Applications
M
z ds
zG G
( )
I oy ( S ) = I Gy ( S ) + S . zG2 oyz
y

I oz ( S ) = I Gz ( S ) + S .(y )
2
G oyz y
O yG y

I oyz ( S ) = I Gyz ( S ) + S .( yG zG )Oyz

21

Exemple z

bh 3
I Gy ( S ) =
12
I Oy ( S ) = I Gy ( S ) + S .( zG )2 O y

Huygens
2
bh3 h bh3
= + bh.  =
12 2 3

Exercice: calculer I Gz ( S ) et I Oz ( S )

22

11
18/12/2014

Programmes M2102

Torsion des poutres circulaires

Flexion simple des poutres droites


Introduction aux problèmes hyperstatiques
Flambement et notions d’instabilité

23

Sapin tordu et couché par la bise 24

12
18/12/2014

Turbopropulseur Arbre de turbopropulseur

Chapitre 1
Torsion simple
des sections circulaires

25

Une des barres de torsion servant à la


suspension élastique du châssis
d’une automobile

Barre de
torsion
3000N

400

L’effort qui agit à l’extrémité D du levier CD,


de longueur 400mm est de 3000N
26

13
18/12/2014

1. Calculer le diamètre de la barre sachant qu’elle est en acier


au chrome-silicium-molybdène.
On admettra une contrainte tangentielle admissible R pg = 400 MPa

C = M t = 1200 Nm = 12.105 Nmm


C = Mt

Οd C A

27

Démarche:
- Calculer la contrainte tangentielle maximale

τ max
-Comparer la contrainte tangentielle maximale
avec la contrainte tangentielle admissible

Condition de résistance τ max ≤ R pg C = Mt

τ τ
τ G
M
τ
r
R
τ τ
Mt d
τ max = 28
IG 2

14
18/12/2014

τ max =
Mt d πd 4
IG = moment quadratique polaire
IG 2 32
16 M t
τ max =
π d3
Condition de résistance limiter les contraintes (domaine élastique)

16M t 16 M t
τ max ≤ R pg ≤ R pg d≥ 3
π d3 π R pg
d ≥ 24,8 mm d min ≈ 25 mm

29

2. Calculer la longueur de la barre de façon que le levier tourne au plus


d’un angle de 18° lorsque la voiture repose sur ses roues.
On prendra le module de Coulomb G = 80000 MPa

barreau cylindrique soumis à une de ces deux extrémités à un moment porté par
l’axe du barreau, et bloqué en rotation à son autre extrémité
avant après

30

15
18/12/2014

M0 M
γ C = Mt
α r
M'
A C

l
α = 18 °
limiter les rotations des sections

angle unitaire de torsion


α
θ= ( rad / m) Ecrire θ ≤ θ Limite
l 31

Expression de θ

Mt πd 4 32M t
θ= avec IG = θ=
GIG 32 π Gd 4
32M t α lim
θ ≤ θ lim ite ≤ θ ( = )
π Gd 4
lim
l
π Gd 4α lim α lim =18.
π
l≤ 180
rd
32M t

l ≤ 80,32 cm
32

16
18/12/2014

Remarque importante

Calculs différents selon la nature de la section

Famille 1 Famille 2 Famille 3


section circulaire section non circulaire structure à parois
pleine ou creuse minces
pleine
cloisonnée ou non

Torsion de coulomb Torsion de Saint Venant 33

1. Définition

y
( E1 ) M t (G )
G n=x
z (S )

 R21 = 0
{τ 21 }G = 
M (G ) = Mt (G )
( G , x , y , z )  21

34

17
18/12/2014

2. Essai de torsion

Exemples de dispositif
Eprouvette

Etude des caractéristiques en torsion


de barres circulaires
Dynamomètre : couple appliqué

Comparateur : déplacements
angulaires 35

Objectifs pédagogiques

Vérification de la loi régissant la torsion


dans le domaine élastique

Détermination du module d’élasticité en torsion


de divers matériaux

36

18
18/12/2014

Expérience: cylindre de révolution encastré

α
M1 M M2 M t (G )
M 2' 0
G1 M'
G G2
(S )
( S1 )
(S2 )
x
α
M
M'
G (S )
37

Constatations
1. toute section droite reste droite et circulaire sans
variation de rayon, au cours de la déformation

G G

2. La distance axiale entre deux sections droites ne varie pas


au cours de la déformation

d d1 > d
G G1 G
G1
38

19
18/12/2014

3. Toute section tourne en entier dans son plan d’un angle α


proportionnel à son abscisse comptée à partir de la
section de référence

α α
M
M' x
G (S ) G0 G

39

Résultats : variation de Mt en fonction de α


Mt
B Zone 3
R' rupture
Sur OA: angle unitaire de torsion
Zone 2
plastique α
Reg θ= (rad / m)
A x
Déformation angulaire entre 2 sections
distantes de l’unité de longueur
Zone 1
élastique angle de torsion de la barre

α α = θ .l ( rad )
O
Reg limite élastique au cisaillement Loi de Hooke

R ' résistance de rupture au cisaillement τ = Gγ


40

20
18/12/2014

2. Répartition des Contraintes dans une section droite


Cylindre élémentaire
de longueur dx et de rayon r
M0 M
γ dα
MM ' = rdα ≈ γ dx M' r
G0 G
Déplacement relatif
MM ' dα
=r = rθ ≈ γ (1) dx
M 0M dx
A ce déplacement transversal correspond la contrainte tangentielle,
donnée par la loi de Hooke: τ = Gγ ( 2)
(1) et ( 2) ⇒ τ = G θ r 41

Si G et θ constants
τ = Gθ r ⇒ τ = k r fonction linéaire de r

Symétrie de révolution autour de l’axe de torsion:


−τ tangente aux cercles de rayon polaire r
−τ la même en des points situés sur un cercle C
de rayon polaire r
z τ τ
v
C τ
u
τ G
M
τ
ds
r M y r
R R
G τ τ
x 42

21
18/12/2014

Répartition le long d’un rayon

G G

la zone centrale est peu chargée

Il est intéressant de « transférer »


la matière de cette zone sur
l’extérieur et utiliser des arbres
tubulaires.

43

Arbre tubulaire

44

22
18/12/2014

3. Contraintes en un point P d’une section

Hypothèse
Les contraintes qui se développent dans les plans de section droite
sont perpendiculaires au rayon.

Remarque : la présence de contraintes normales entraînerait


un allongement de la section!!
u
( M , x, u, v) Repère local lié à M
M
ds r
T ( M , n) x
G
v
(S ) 45

3.1 Equation de la déformation

M 21 (G ) = M t (G ) = M t x
= ∫ GM ∧ T ( M , x)ds = ( r u ∧ τ v ) ds

S S

   
= ∫ rτds  x =
  Gθ r ds  x
∫ 
2
  
S  τ = Grθ  S 

I G = ∫ r 2 ds M t = GθI G
S 46

23
18/12/2014

M t = Gθ I G

N.mm MPa rad / mm mm 4

M t et θ proportionnels

GI G raideur en torsion
(coefficient de proportionnalité)

47

3.1 Condition de rigidité M t = Gθ I G


Eviter les vibrations des arbres de transmission
en limitant leur déformation de torsion
Mt
θ ≤ θ limite , θ lim ite= 0,5° / m θ=
GIG
3.2 Expression des contraintes de torsion

τ = Gθ r ⊕ M t = Gθ I G

Mt
τ= r
IG 48

24
18/12/2014

N .mm
Unités
Mt
τ= r mm
IG
MPa
mm 4
Contrainte maximale en des points P situés sur le contour
de la section droite
Mt Mt d
τ max i
= max i
R= max i
IG IG 2 49

3.3 Condition de résistance en torsion


τ max
Mt d
τ max
= ≤ R pg
IG 2 G

Limite élastique
Résistance pratique au cisaillement O=d
au cisaillement
= contrainte admissible
Reg
R pg = Coefficient
s de sécurité 50

25
18/12/2014

3.4. Concentrations de contraintes r

Variation de diamètre pour épaulement, D d


Rainure de clavetage,
etc.

Théorie (τ max )nom = C d


IG 2
Dans la section la plus faible et au voisinage du raccordement,

(τ max )réelle =k
C d
= k (τ max )nom
IG 2
k facteur de concentration de contraintes 51

Répartition des contraintes

C (τ max )réelle = k (τ nom )

C d
G τ nom =
IG 2

Condition de résistance

O=d kτ ≤ R pg
max
52

26
18/12/2014

Moment quadratique polaire


Module de résistance en torsion
(cas d’une section circulaire et d’une couronne)

53

D = 100 r =5
Exemple 1: arbre épaulé d = 64 C = 500 daN .m
r
16 C
τ nom = D
d
π d3
16 x5x105
= = 9,7 daN / mm 2
π x 64 3

d 64 Abaque
= = 0,64
D 100 k =1,4
r 2r 10
= = = 0,278
t D − d 100 − 64

(τ max )réelle = k τ nom = 1,4 x 9,4 = 13,6 daN / mm 2


54

27
18/12/2014

55

Exemple 2
Calculer la contrainte maximale et la déformation angulaire
d’un arbre creux de bateau de diamètres d=0,3m et D=0,4m
et de longueur L=40m.
Cet arbre transmet une puissance P =32000ch à la vitesse de
ω= 320 t/mn.
On prendra G= 80GPa 1ch=735,498 75 watt

56

28
18/12/2014

Réponse
Mt
τ max = rmax rmax =
D
= 0,2m
IG 2
I G ≈ 0,1( D 4 − d 4 ) = ( 4 4 − 3 4 )10 −5 = 175.10 −5 m 4

P = 32.103.736 W
P
(1w = 1J/s = 1Nm/s) Mt = = 7.105 Nm
ω

ω= .320
60
Mt
τ max = rmax = 80 MPa
IG 57

Déformation angulaire :

Mt l τ max 8.10 7.40


α =θ l = l= = = 0,2rad = 11,5°
G IG G rmax 8.108.0,2

58

29
18/12/2014

Exemple 3 Ressort hélicoïdal à fil rond de compression


Axe de l’hélice moyenne
Ressort hélicoïdal, à section
circulaire constante, −F
de diamètre d, enroulé en hélice
circulaire de diamètre moyen D.
Ressort, en compression,
(E1 )
Amont
en équilibre sous deux efforts
F et − F appliqués selon l’axe de l’hélice A
(S )
A un point quelconque de l’axe de l’hélice.
1. Déterminer le torseur des efforts intérieurs (E2 )
Aval
2. Déterminer la contrainte maximale de
torsion et la contrainte moyenne de cisaillement
3. Etablir la condition de résistance en torsion F 59

Réponse
1. Déterminer le torseur des efforts intérieurs

Axe de l’hélice
moyenne
y
R21 t1
(E1 )
z G M 21 (G) x
(S ) A α (n , t , z ) = BOND
1 1
n1
−F F sur y
(E2 )
α z sortant
M 21 (G) sur x 60

30
18/12/2014

{τ 21 }G = − {τ 1 }G

F sin α
R1 = − F cos α
( n1 ,t1 ,t2 )
0
0 F sin(α )
M 1 (G ) = GA ∧ F = 0 ∧ − F cos(α )
D
− ( n1 ,t1 ,t 2 )
0
( n1 ,t1 ,t 2 ) 2 FD
− cos α
2
FD
= − sin α
2
0
61
( n1 ,t1 ,t2 )

 FD 
 F sin α − cos α 
2
 
{τ 1}G = − F cos α −
FD
sin α 
 2 
0 0
 
G
 ( n ,n ,t )
1 2 2

 FD 
− F sin α cos α 
2
 
 N = − F sin α
{τ 21}G = −{τ 1}G =  F cos α
FD
sin α 
 2 
 0
T = F cosα  0 
G
 ( n ,n
1 2 ,t 2 )
 FD
 Mt = cosα
2

Mf = FD sin α
 y 2 62

31
18/12/2014

α étant très petit

N = − F sin α
N ≈0
T = F cosα
T ≈F
FD
Mt = cosα FD
2 Mt ≈
2
FD Mf y ≈ 0
Mf y = sin α
2
2. Déterminer la contrainte maximale de
torsion et la contrainte moyenne de cisaillement
contrainte moyenne de cisaillement contrainte maximale de torsion

T 4F M t d 8FD
τ1 = = τ2 = =
S π d2 IG 2 π d 3 63

Remarque

si D ≈ 6 d 12 τ 1 ≈ τ 2
On peut négliger l’effet de l’effort tranchant et de ne tenir en compte que
l’effet de la torsion du ressort.

3. Etablir la condition de résistance en torsion

Mt d
τ2 =
IG 2 8 FD Rg

Rg πd 3
s
τ2 ≤
s
Fin du chapitre
64

32
18/12/2014

65

66

33
18/12/2014

67

Chapitre 2

Flexion plane
simple

68

34
18/12/2014

69

y
Raccourcissements
x relatifs
(S ' )
z (S )

Plan fibres neutres


Allongements relatifs
70

35
18/12/2014

y
(S ' ) (S )
Raccourcissements
relatifs
y
Plan fibres G
neutres x
z

Allongements relatifs

∆α

Zone comprimée
Zone neutre
Zone tendue
71

y
F Données AC = CB = l = 1m F = 500 N
B Re = 360MPa Rc = 300MPa s = 2
A x
y
C
section a/2
G
Questions z a/2

1. Déterminer la section critique (la plus sollicitée) a


2. Calculer les contraintes de traction et de compression qui se développent
Sur cette section critique
3. Etablir les conditions de résistance
4. En déduire la valeur minimale de a

F y C = Section critique
PFS ⇒ YA = YB = y Fl / 2
2
F /2
B B
A A
Fl C x x
Mf max = Mf (C ) = −F /2 C
2 72

36
18/12/2014

Mf ( x)
En flexion pure σ ( x) = − y contrainte normale
4
I Gz
a
I Gz =
12
y
C1
a / 2 σ = − Mf (C )  a  = − 6 Fl < 0
C   contrainte compression
z a / 2 C1 I Gz  2  a3
C2 Mf (C )  a  6 Fl
σC2 = − −  = > 0 contrainte traction
a I Gz  2  a 3
Rque : σ C1 = −σ C 2
Conditions de résistance

 σ C1 ≤ s (= R pc )
 Rc  6 Fl
 a 3 ≤150MPa
  6 Fl
 σ C 2 ≤ e (= R pt )
R
 3 ≤ 180MPa

 a
s
On conserve la plus défavorable amin = 14,7 mm
6 Fl 6Fl
≤150MPa a≥3 a ≥ 14,7 mm
a3 150 73

1. Différents types de flexion

0 0 
a. Flexion pure {τ 21}G = 0 0 
0 Mf 
G z ( x , y , z )

0 0 
b. Flexion simple {τ 21}G = Ty 0 

0 Mf z ( x, y , z )
G

74

37
18/12/2014

Remarque:

En flexion simple ou pure, la poutre est chargée


dans le repère principal des inerties.

75

N 0 
c. Flexion déviée {τ 21}G =  T Mf y 

F 0 Mf Z ( x , y , z )
G

76

38
18/12/2014

Effet de la neige

Ferme de comble perdu

77

2. Hypothèses supplémentaires
Ligne moyenne rectiligne y p( x)
Cz
Section droite rectiligne
Plan de symétrie longitudinal
x
Efforts dans plan de
symétrie et perpendiculaire
à la ligne moyenne
F

78

39
18/12/2014

3. Essai de flexion

y y
(S ) D
G x G
z
A C B
F
Comparateur
= mesure flèche en C

Dispositif extensométrique= mesure


∆l
l
de la fibre sur laquelle est appliquée

79

Résultats expérimentaux

1. La flèche est proportionnelle à l'effort F appliqué.


2. La flèche est maximale lorsque C est au milieu de la poutre.

3. en effectuant l'essai avec différentes poutres, la flèche en D


et la charge sont inversement proportionnelle au moment
quadratique de la section I Gz

4. Les fibres longitudinales situées au dessus de la ligne moyenne


se raccourcissent et celles situées en dessous de la ligne moyenne
s'allongent.

80

40
18/12/2014

y
Raccourcissements
x relatifs
(S ' )
z (S )

Plan fibres neutres


Allongements relatifs
81

82

41
18/12/2014

y
(S ' ) (S )
Raccourcissements
relatifs
y
Plan fibres G
neutres x
z

Allongements relatifs

∆α

Zone comprimée
Zone neutre
Zone tendue
83

1. Les fibres appartenant au plan (G, x, z )


ne changent pas de longueur.
∆l
2. Les allongements et raccourcissement relatifs
l
proportionnels à la distance de la fibre considérée au plan (G, x, z )
∆l
= k y , k ∈ IR
l
.
3. Hypothèse de Navier-Bernoulli
Les sections planes normales aux fibres avant déformation
restent planes et normales aux fibres après déformation

84

42
18/12/2014

Rappel : Contrainte normale, contrainte tangentielle

T ( M , n) = σ ( M , n) + τ ( M , n)

= σ n n +τ
 
σ ( M , n) =  T ( M , n).n n
 
=σnn
Contrainte normale

τ ( M , n) = T ( M , n) − σ ( M , n) = τ
Contrainte tangentielle 85

Facette orientée par x

T ( M , x) = σ xx x + τ
M

= σ xx x + σ yx y + σ zx z
 σ xx 
 
=  σ yx 
σ 
 zx 
Fin rappel
86

43
18/12/2014

4. Répartition des contraintes : flexion plane simple

y
df = T ( M , x) ds
(1) amont
ds
M x
G x
z
(2) aval
(S )
(G, x, y ) plan de symétrie

(G, x), (G, y ) axes principaux


87

 
df = T ( M , x) ds = σ ( M , x) + τ ( M , x) ds = σ + τ ds
 
( )
Torseur des efforts internes
R = Ty y = ∫∫ (σ + τ )ds
( )
(S )

Mf (G) = Mf z z = ∫∫ GM ∧ σ + τ ds y
T ( M , x)
(S )
x 2
Pour une facette orientée par
3
1 σ =σ x x z M
G ds 1
τ = σ yx y + σ zx z x
2 3 (S )
σ = σ x x + σ yx y + σ zx z GM = y y + z z 88

44
18/12/2014

Par projection

R = Ty y = ∫∫ (σ + τ )ds
( )
(S )

Mf (G) = Mf z z = ∫∫ GM ∧ σ + τ ds
(S )

(1) ∫∫(S ) σ x ds = 0 (4) ∫∫( S ) (yσ zx − zσ yx )ds = 0


(2) ∫∫( S ) σ yx ds = Ty (5) ∫∫( S ) zσ x ds = 0
(3) ∫∫( S ) σ zx ds = 0 (6) ∫∫( S ) − y σ x ds = Mf z
Remarque
(2), (3) et (4) ne permettent pas de prévoir la répartition
des contraintes tangentielles. C’est du ressort de la théorie 89
d’élasticité.

5. Contraintes normales

Constats expérimentaux

Allongements ou raccourcissement relatifs


proportionnels à la distance de la fibre considérée
au plan neutre
∆l
= k y , k ∈ IR
l
∆l , l , k Valeurs algébriques

La loi de Hooke relative aux contraintes normales

∆l
σ x = E εx = E =E ky = λ y λ ∈ IR
l
90

45
18/12/2014

Ainsi la relation (5)

(5) ∫∫( S ) zσ x ds = 0 λ ∫∫ zy ds = 0
(S )

Vrai, car produit quadratique d’une section admettant


au moins un axe de symétrie

Considérons les relation (1) et (6)

(1) ∫∫(S ) σ x ds = 0 λ ∫∫ y ds = 0
(S )

moment statique de la section (S) nul par rapport à l’axe Gz


G est bien le centre de surface de (S)

91

(6) ∫∫(S ) − y σ x ds = Mf z − λ ∫∫ y 2 ds = Mf z
(S )

∫∫( S ) y ds = I Gz
2
Moment quadratique de (S)
Mf z
− λ I Gz = Mf z λ =−
I Gz
En reprenant
Mf z Mf
σx = λ y σx = − y=− y
I Gz I Gz
Contrainte normale maximale I Gz constant le long de la poutre

Mf
σ x max = max
y max
I Gz 92

46
18/12/2014

Exemple Pour une section quelconque Mf < 0 y


y
Zone A A

tendue
z y1 G
Axe neutre

comprimée G y2 x

B B

En A, contrainte de traction maximale


Mf
σt = σ A = − y1 > 0
I Gz
En B, contrainte de compression (maximale en valeur absolue)

σc = σB = −
Mf
(− y2 ) < 0 93
I Gz

Contraintes normales maximales sur la section critique

(σ t )1 (σ t )2 (σ t )3 .............
.............
(σ c )1 (σ c )2 (σ c )3
F

σt max
= max ((σ t )1 , (σ t )2 , (σ t )3 ,...)

σ c max = max ( (σ c )1 , (σ c )2 , (σ c )3 ,...)


94

47
18/12/2014

5. Conditions de résistance
Les contraintes normales de traction et de compression,
maximales en valeur absolue, relatives à la section la plus sollicitée
doivent rester inférieures à une contrainte admissible
(ou résistance pratique)
 Re 
En traction (σ t ) max ≤ R pt ,  R pt = 
s1  s1 
Coefficient de sécurité

En compression (σ c ) max ≤ R pc ,  R pc = Rc 
 
s2 Coefficient de sécurité  s2 
Remarque : Pour certains matériaux
R pt ≠ R pc
95

6. Méthode de recherche des contraintes de traction et


de compression maximales, en valeur absolue
6.1. section symétrique par rapport à l’axe Gz y
Section critique=section ayant Mf max y1
z G
Mf y2
σt = max
y1 = σ c
max
I Gz max y1 = y2

Conditions de résistance

σt max
≤ R pt (1) Ne conserver que la plus défavorable
(1) si R pt < R pc
σ c max ≤ R pc (2) (2) si R pt > R pc 96

48
18/12/2014

6.2. section non symétrique par rapport à l’axe Gz


a. Moment de flexion garde un signe constant
Mf (x) y y

Mf max z z
x G G
O x
Section critique

σt max
≤ R pt (1) Ne conserver que la plus défavorable
(1) si R pt < R pc
σ c max ≤ R pc (2) (2) si R pt > R pc
97

a. Moment de flexion change de signe

Mf (x)
Calculer pour
Mf1 max
x = x1 σ t1 , σ c1 x2 x
max max
O x1
:
x = x2 σ t2 max
, σ c2
max
Mf2 max

Conditions de résistance

(
σ t = max σ t1 , σ t2 )≤ R pt Ne conserver que

= max (σ )≤ R
max max
la plus défavorable
σc c1 max , σ c2 max pc
98

49
18/12/2014

Remarque: concentrations de contraintes

Conditions de résistance
En traction

(σ t )réelle max = k (σ t ) nom max ≤ R pt


En compression

(σ c )réelle max = k (σ c ) nom max ≤ R pc


99

Exemple: Arbre avec gorge à fond semi-circulaire d = 64


r D = 100
Mf Mf r =5
D d Mf = 100 m.daN
t
32 Mf
(σ ) nom max =
π d3
d
= 0,64 Abaques
r
D
r 5
k = 2,2
= = = 0,278 CETIM
t D − d 18
2
32.105
(σ ) réelle max = k (σ ) nom max = ≈ 3,9 daN / mm 2
π . 64 3
100

50
18/12/2014

101

6. 3. Application Poutre droite horizontale de section circulaire

1. Déterminer Mf (C ) et Mf ( H )
2. Quelle est la section critique?
3. Donner un exemple de poutre isostatique correspondant
à ces diagrammes (liaison avec l’extérieur et chargement)
4. Donner les expressions des contraintes de traction
et de compression. En déduire le taux de charge maximum p
A.N. l = 1m, d = 3cm, Re = 360MPa, Rc = 300MPa, 102
s = 2, E = 2.10 MPa
5

51
18/12/2014

1. Déterminer Mf (C ) et Mf ( H )

5
l H
A 4
25 2
pl
25 2 32
pl
5 5 16
AH . p = pl − pl
4 4
5 25 2
AH = l Mf ( H ) = − pl
4 32 103

3 2 24 2
Mf (C ) = − pl = − pl C l D
4 32 3 2
pl
25 2 3
Mf ( H ) = − pl 4
4
pl
32
25 2
Mf max = Mf ( H ) = pl
32
H section critique 104

52
18/12/2014

3. Exemple de poutre isostatique

y
p ( x) = − p y
C = pl 2 z
D x
A
5 B C
− pl 3
4 − pl
4
y
p ( x) = − p y
C = pl 2 z
D x
A
B C 105

4. Donner, en H, les expressions des contraintes de traction


et de compression. En déduire le taux de charge maximum p
Mf y
Rappel σx = − y
H1
I Gz
z H d /2
π d4 25 2
I Gz = , Mf ( H ) = − pl d /2
64 32
H2
25
σ H1 = pl 2 > 0 Contrainte de traction
πd 3

25
σ H2 = − pl 2 < 0 Contrainte de compression
πd 3

106

53
18/12/2014

Conditions de résistance

 25
 σ H1 = π d 3 pl < R pt
2
(1)
 R pc < R pt
25
σ H = pl 2 < R pc ( 2)
 2
π d 3

25
Garder (2) la plus défavorable pl 2 < R pc
π d 3

R pc π d 3
p<
25 l 2
A.N.
p < 0,51 N / mm, pmax = 0,51 N / mm 107

5. Equation de la ligne déformée


O Mf Déformation de la ligne
v moyenne
(S1 ) de cds G1 2 sections droites
ρ distantes de ∆x
(S2 ) de cds G2
G1 G2
x O centre de courbure
A B
ρ = G1O rayon de courbure
(S1 ) (S 2 ) de la ligne moyenne en G1
v = f (x) équation de la déformée
∆x
3
Géométrie analytique
(1 + v' )
2 2
Rayon de courbure: ρ=
v" 108

54
18/12/2014

3
Petites déformations (DL) (1 + v' )
2 2
≈1
3
O
(1 + v' )
2 2
1
ρ= ≈
v" v" ∆ϕ
Sections droites restent planes y
Et perpendiculaires à la ligne z
ρ
moyenne m1 m2
y m'2 x
G1 G2
(S2) tourne autour de G2z (S ' 2 )
de ∆ϕ.
∆ϕ (S1 ) (S 2 )
Loi de Hooke à la fibre m1m2
∆x
∆x m2 m2'
σx = E =E , m2 m2' ≈ − y ∆ϕ m1m2 = ∆x
x m1m2 109

∆ϕ
σ x = −E y,
∆x
Du schéma précédent ∆x ≈ ρ ∆ϕ
∆ϕ ∆ϕ y
σ x = −E y = −E y = − E = − Ey v"
∆x ρ ∆ϕ ρ
1
Mf ρ≈
σx = − y = − E y v" v"
I Gz
Mf
v" = ⇒ EI Gz v" = Mf
EIGz
Remarque: autant d’équations de la déformée que de zones d’étude
110

55
18/12/2014

Mf
Equations de la déformée v" = ⇒ EI Gz v" = Mf
EI Gz
Deux constantes d’intégration
Double intégration à déterminer par des conditions
aux limites
Angle de rotation d’une section par rapport à l’axe Gz
ω = v' angle de rotation d’une section par rapport à l’axe Gz
(S ) ω G centre de surface de (S )

(S ) ω = v ' pente de la ligne moyenne en G


111

Conditions aux limites

y vA = 0 vA = 0 vA = 0
x
ω A = ?? ω A = ?? ωA = 0

Continuité de la flèche et de la rotation pour une section donnée


Amont Aval G cds de (S)
ω = v'
(v'G )amont = (v'G )aval
y
(S ) x

(vG )amont = (vG )aval


112

56
18/12/2014

Exemple calcul de la flèche maximale vmax = v B

y F = −F y EI Gz v" ( x) = Mf = Fx − Fl
x x2
EI Gz v' ( x) = F − Flx + C
vmax 2
x3 x2
l EI Gz v( x) = F − Fl + Cx + D
6 2
Détermination des constantes C et D
Conditions limites vA = 0 vB = ??
ω A = v 'A = 0 ω B = y B' = ??
113

EI Gz = cste

v 'A = 0 EI Gz v 'A = 0 [EI Gz v']x =0 = 0 C =0

vA = 0 EI Gz v A = 0 [EI Gz v]x=0 = 0 D=0

Equation de la déformée
x3 x2 1  x3 x2 
EI Gz v( x) = F − Fl ou v( x) =  F − Fl 
6 2 EI Gz  6 2 

Flèche maximale

F l3
vmax = [v( x)]x =l =−
3EI Gz
114

57
18/12/2014

Exercice calcul de la flèche maximale

y F = −F y
l/2
A B x
C
l
vA = 0 vC = ?? vB = 0
y 'A = ?? yC' = 0 y B' = ??
F  x3 x l 2 
v AC ( x) =  − 
2 EI Gz  6 8 

F  x3 3l 2 x l 3 
vCB ( x) =  + l x2 − +  Courbe symétrique
4 EI Gz  3 4 12  115

vmax = vC = [v AC ( x)]x = l = [vCB ( x)]x = l


2 2

F l3
vmax = vC = −
48EI Gz

116

58
18/12/2014

Formulaire
des poutres

117

118

59
18/12/2014

119

Systèmes
hyperstatiques
d’ordre 1 120

60
18/12/2014

Chapitre 3

Systèmes hyperstatiques
d’ordre 1

121

1. Principe de superposition

F1 F2

Solide ( S )

Fi

déplacement
F1 f1 F 1 + F 1 + ... + F i
déplacement déplacement
F2 f2
déplacement f1 + f 2 + ... + f i
Fi fi 122

61
18/12/2014

Si plusieurs forces Fi, agissant séparément, provoquent des


petits déplacement fi, l’application simultanée des ces
forces provoque un déplacement f égal à la somme des
déplacement fi
Exemple

Poutre de longueur l , encastrée en B, supportant une charge


uniformément répartie le long de AB et une charge ponctuelle
F en C y
p( x) = − p y
c B x
Donner la flèche A
en A
a
F
l 123

Décomposition des charges extérieures

=
Charge ponctuelle
Charge répartie


124

62
18/12/2014

Flèche due à la charge répartie

(v A )1
l

pl 4
Formulaire des poutres: (v A )1 = −
8EI Gz

125

Formulaire
des poutres

126

63
18/12/2014

Flèche due à l’effort ponctuel

(v A )2
l

Formulaire des poutres:

(v A )2 = − F
(l − a) 2 (2l + a )
6 EI Gz
127

Principe de superposition

Flèche en A due aux deux charges:

pl 4
v A = (v A )1 + (v A )2
F
=− − (l − a) 2 (2l + a)
8EI Gz 6 EI Gz

On retiendra

Dans le domaine élastique, la déformation, en un point


d’une structure, due à un système d’efforts extérieurs
est égal à la somme des déformations dues à chacun
des efforts du système séparément

128

64
18/12/2014

1. Système hyperstatique d’ordre 1

Poutre, de section constante, sur trois appuis, soumise à


une charge uniformément répartie
(A, x, y ) Plan de symétrie pour la poutre et les efforts
y
p ( x) = − p y
x
A C
B
l/2 l/2
H =1
 YA + YB + YC = pl YA + YB + YC = pl

 l l pl 2 pl 2 
M ( B ) = − 2 YA + 2 YC + 8 − 8 = 0  YA = YC
129

H =1 Principe de superposition Relation supplémentaire

YB fixé

(YA )1 = (YC )1 = pl
= 2
(YA )1 (YC )1
(YA )2 = (YC )2 = − YB
2
(YA )2 (YC )2


130

65
18/12/2014

Pour

5 pl 4
La flèche en B (vB )1 = −
384 EI Gz

Pour

YB l 3
La flèche en B (vB )2 =+
48EI Gz 131

Principe de superposition

Flèche en B due aux deux charges:

5 pl 4 YB l 3
vB = (vB )1 + (vB )2 =− +
384 EI Gz 48EI Gz

3 pl
YA =
5 pl 16
vB = 0 YB =
8 3 pl
YC = 132
16

66
18/12/2014

Exercice

1. Déterminer les expressions analytiques des efforts internes


2. Tracer les diagrammes des efforts internes

133

Formulaire
des poutres

134

67
18/12/2014

135

136

68
18/12/2014

Chapitre 4

Flambement

137

Module F213

Flambement

138

69
18/12/2014

Le flambement = sollicitation composée de compression et de flexion


phénomène rapidement destructif

les déformations ne peuvent plus être supposées infiniment petites et négligées


les forces extérieures ne sont plus proportionnelles aux déformations

Dans certains cas, de grandes déformations peuvent être causées par des
accroissements de charge infimes

Ces phénomènes sont connus sous le nom d’instabilité élastique

Le risque de flambement d’un élément étant lié aux dimensions de cet élément

phénomène d’instabilité de forme


139

Phénomène rapidement destructif


difficile à prévoir

Pièce suffisamment longue

F 0 ⇒ constatations

F < FC (FC charge critique)

la poutre est comprimée et reste rectiligne

F = FC (FC charge critique)

la poutre fléchit brusquement et une instabilité


apparaît entraînant rapidement la rupture
140

70
18/12/2014

Ici la flexion s’effectue dans un le plan (A, x, y )


( )
perpendiculaire à G, z

hb3 bh3
I Gy =
12
> I Gz =
12 z

Flexion dans un plan y G b


perpendiculaire à la
direction principale de
plus faible moment h
quadratique.

141

Illustrations

Flambement des bielles

142

71
18/12/2014

Flambage de rails
de chemins de fer
par effet thermique

143

F
σ=
S0
Essai de compression
F

O D0
RC L0 = 2D0

∆L
ε=
L0

Essai de compression sur une éprouvette courte

144

72
18/12/2014

F
σ=
S0
Essai de flambement
σC F

O D0
L0

F
∆L
ε=
L0
Essai de compression sur une éprouvette longue
(Comme utilisée en traction)

145

F
σ= F
S0
Essai de compression
O D0
L0 = 2 D0
σC Essai de flambement
F
σ e'
F

O D0
L0
∆L
ε=
L0
F

Comparaison des deux essais


146

73
18/12/2014

Constations
l’éprouvette longue fléchit avant d’atteindre la limite
d’élasticité en compression.

La flèche augmente considérablement à la suite d’une


instabilité, entrainant la ruine de la structure.
Ce phénomène est le flambage

FC
contrainte critique de flambage σC =
S0
Remarque
Si mauvais dimensionnement au flambement
⇒ conséquences désastreuses 147

Utilisation du flambement

Dissipateur d’énergie dans les organes de sécurité :


amortisseurs de chocs des voitures utilisant des longerons
se déformant par flambage, préservant ainsi l’habitacle.

sous les hélicoptères et certains avions pour réduire les risques


de détérioration des cabines lors d’un choc sous celles-ci

148

74
18/12/2014

149

Choc

Renfort d’aile
Vue côté roue

Renfort d’aile
Vue d’en dessous 150

75
18/12/2014

flambement est sensible

•aux imperfections géométriques :


poutre imparfaitement rectiligne ou variation de section ;
•aux matérielles :
variation du module d’Young ;
•aux conditions limites :
introduction des efforts, encastrements imparfaits, etc.

La solution analytique du problème a été donnée par


Leonhard Euler en 1750.

Déplacements ne sont plus petits et non négligeables


Théorie des poutres ne peut être appliquée,
151

On ne peut plus identifier la configuration initiale


et la configuration déformée

Torseur des efforts internes sera calculé


à partir de l’état déformé

152

76
18/12/2014

1.Théorie d’Euler
a. Charge critique d’Euler
y
Etat initial L Effort de
compression
x F
x
M
Pivot Appui ponctuel

− F 0 
 
{τ 21}M = 0 0 
 0 0 
  (x , y , z )
153

y
Etat déformé
L
La courbe flambe (fléchit) x
dans le plan perpendiculaire
à l’inertie minimum v( x) FC
M x

− Fc 0 
 
{τ 21}M = 0 0 
 0 − v.F 
 c  (x , y , z )
Equation de la déformée

EI Gz v" = M f = − FC .v
154

77
18/12/2014

EI Gz v" = − FC .v EI Gz v" + FC .v = 0
ou
FC
v" + .v = 0
EI Gz
FC
si ω2 =
EI Gz
v" + ω 2 .v = 0
solutions
v = A cos (ω x ) + B sin (ω x )
A et B deux constantes à déterminer par
deux conditions aux limites 155

v = A cos (ω x ) + B sin (ω x )
Conditions aux limites

En A v(0) = 0 ⇒ A=0

En B v( L) = 0 ⇒ B sin(ω L ) = 0

Comme B≠0 ⇒ sin(ω L) = 0



⇒ ω L =k π ⇒ ω =
L
D’où l’équation de la déformée

v( x ) = B sin( x)
L 156

78
18/12/2014

FC
Mais ω2 =
EI Gz FC k2 π 2
=
kπ k2 π 2 EI Gz L2
et de ω= ⇒ ω2 =
L L2

k 2 π 2 E I Gz
Charge critique FC =
L2
π 2 E I Gz
Première Charge critique k=1 FC =
L2
π
Déformée (sinusoïde) v( x) = B sin( x)
L 157

Remarques

k 2 π 2 E I Gz
FC = Première approximation
L2 indépendante de la flèche

v( x ) = B sin( x) indépendante du matériau
L
k = {2, 3, 4, ...} ⇒ autres charges critiques
Déformées associées = modes de flambement

F ≥ FC ⇒ Flambement de la poutre
158

79
18/12/2014

4 π 2 E I Gz
Si k =2 ⇒ FC =
L2


et v( x) = B sin( x)
L

159

b. Influence des liaisons

π 2 E I Gz π 2 E I Gz
Si k =1 ⇒ FC = 2
=
L L2F
LF longueur de flambement pour le premier mode
et dépend des conditions limites,
longueur d’une poutre en liaison rotule aux deux
extrémités (c’est la distance séparant deux points
d’inflexion de la poutre)

L = LF FC
A B

160

80
18/12/2014

En posant LF = ε L ε tient compte de l’influence


des liaisons
I Gz étant l’inertie minimum
L FC
ε =1

ε = 0,7

ε = 0,5

ε =2

L/2
ε = 0,5 161

c. Coefficient de sécurité
π 2 E I Gz π 2 E I Gz
Pour k =1 ⇒ FC = 2
=
L L2F
ne doit pas être dépassée pour éviter le flambement
FC
Charge axiale limite F = α coefficient de sécurité
α (dépend du type de
Construction)
RC 2R
En général
α = 2s où s= ⇒ α= C
R pc R pc
RC résistance limite de compression

R pc résistance pratique de compression 162

81
18/12/2014

Charge axiale limite

F = =
FC R pc
FC
= π 2
E I Gz
FC FC =
α 2 s 2 RC L2F
R pc π 2 E I Gz
F =
2 RC L2F

163

d. Elancement critique λC et contrainte critique d’Euler

Problème
Quand la poutre doit être calculée en compression?
Quand la poutre doit être calculée en flambement?

α. Elancement critique λC (paramètre géométrique)

LF
λ=
ρ
I
avec ρ = Gz rayon de giration par rapport à l’axe v
S
S aire de la section de la poutre

164

82
18/12/2014

β . Contrainte critique d’Euler σ C

FC π 2 E I Gz π2 E
σC = = = 2
S0 S 0 L2F λC
π2E
avec λ =
2 dépendant des caractéristiques
σC
C
mécaniques du matériau
Exemple

λC = 100 pour les profilés acier

λC = 60 pour les poteaux en fonte

λC = 70 pour les poteaux en bois


165

Pour un matériau donné, la courbe de flambage


d’Euler en fonction des élancements est donnée par :

σ ( MPa) π2 E
σ= 2
300
λ
250 RC
200

150 E = 2,1.105 MPa


RC = 240 MPa
100

50
λC = 92,9
0
50 100 150 200 λ 166

83
18/12/2014

Pour un matériau donné, la courbe de flambage


d’Euler en fonction des élancements est donnée par :

π2 E
σ= 2
λ
La courbe σ doit être limitée
R C
par la limite d’élasticité de
compression RC
σ C < RC

élancement limite

E
λC = π 167
RC

Interprétation du diagramme

Si λ ≤ λC Le flambement n’est pas à craindre et la ruine


Survient pour σ = σ
C
Cela correspond à une plastification de
la section droite

Si λ ≥ λC Il y’a ruine par flambement dès que


π2 ES
F = FC =
λ2

168

84
18/12/2014

γ. Critère de résistance au flambement


La charge critique FC applicable sur une poutre est calculée

en comparant sa valeur d’élancement λ à la valeur λC


S L’aire de la section de la poutre
Si λ ≤ 20 Poutre en compression simple

F = S . R pc
Si 20 ≤ λ ≤ λC Formule expérimentale de Rankine
S . R pc
F =
1+ ( )
λ 2
λC 169

Si λ > λC Formule d’Euler


S . R pc
F =
2 ( )
λ 2
λC

Pour Rankine et Euler, le dénominateur apparaît comme


un terme correctif qui tient compte de l’élancement λ de la poutre

Le numérateur représente la force axiale dans le cas de la


Compression simple

170

85
18/12/2014

Exemple

Poutre en acier
section S = 400mm 2

moment quadratique I Gz =10 5 mm 4


contrainte pratique RPC =100 MPa
élancement critique λC =100
Etude de trois cas de flambement (3 longueurs de flambement)
LF = 270
LF = 900
LF = 2000
171

Cas 1 LF = 270
LF
L’élancement λ= ρ=
I Gz
ρ avec
S
A.N. 270
ρ =15,8 mm λ=
15,8
≈ 17 λ ≤ 20
La poutre doit être calculée en compression simple :

F = S 0 .R pc = 4000 N
Cas 2 LF = 900 mm λ = 57 20 ≤ λ ≤ λC
La poutre sera calculée d’après la formule de Rankine :

S 0 .R pc
F= = 30000 N
1+ ( )
λ 2
λC
172

86
18/12/2014

Cas 3 LF = 2000 mm λ = 126 λ > λC

La poutre sera calculée d’après la formule d’Euler :

S 0 .R pc
F= = 12 000 N
2 ( )
λ 2
λC

173

87

Vous aimerez peut-être aussi