Vous êtes sur la page 1sur 5

Exemple de lettre

[Nom et prénom]

[Adresse postale]

[Nom de l'association]

[Adresse postale]

Le [date]

À [lieu],

Objet : Candidature pour un poste de bénévole

[Madame/Monsieur],

Suite à la réunion d’information en date du [date], je me permets de vous adresser ma


candidature car, convaincu(e) de l’importance de votre activité, je suis prêt(e) à consacrer
quelques heures de mon temps libre à du bénévolat dans votre association.

Dynamique, motivé(e) et sérieux(se), après avoir longuement réfléchi, je souhaite vivement


me consacrer à toute tâche qui vous serait utile.

Titulaire d’un [intitulé du diplôme], je travaille en qualité de [à préciser] et je possède les


compétences suivantes : [lister les compétences, exemples : langue étrangère, informatique,
infographie, sens de l'écoute…].

Disponible immédiatement, j'ai hâte de commencer cette expérience qui, en outre, sera un
atout considérable quant à la réalisation de ma carrière professionnelle.

Dans l'attente de vous rencontre, veuillez agréer, [Madame/Monsieur], l’expression de mes


salutations distinguées.
[Signature]

Madagascar compte parmi les pays plus pauvres du monde : près de 80 % de la population vit
avec moins de 2 $ par jour.

La dernière crise politique (de 2009 à 2013) a eu des impacts très négatifs dans les domaines
de l’économie et de la santé. Par ailleurs, le pays a connu, entre 1980 et 2010, 35 cyclones et
inondations, 5 périodes de sécheresse sévère, 5 tremblements de terre et 6 épidémies. Cette
vulnérabilité est exacerbée par la hausse des migrations vers les grandes villes, la
détérioration des infrastructures routières et les très faibles conditions de sécurité. Certaines
communes ont dépassé le seuil d’urgence de malnutrition aiguë globale (10 %) établi par
l’OMS et à l’échelle nationale, on observe un taux de malnutrition chronique parmi les plus
hauts au monde (47 %).

Le projet de renforcement des systèmes de santé amorcé en 2015 se poursuit : les activités
d’appui sanitaire sont en cours. Depuis novembre 2012, nous déployons dans la capitale un
projet urbain de prévention et de prise en charge globale de la sous-nutrition modérée auprès
des familles vulnérables des quartiers défavorisés. En outre, pour répondre à la situation
d’insécurité nutritionnelle déclarée en 2016, des programmes d’urgence ont été lancés dans le
Grand-Sud, ayant comme priorité la prise en charge de la sous-nutrition aiguë et l’accès à
l’eau potable. Action contre la Faim, acteur privilégié des réponses d’urgence, est intervenue
en 2017 sur l’impact du cyclone ENAWO dans le Nord, ainsi que sur l’épidémie de peste qui
a frappé le pays en fin d’année. En 2018, nos équipes planifient de renforcer leur intervention
par des approches de résilience.

" Antananarivo ne peut se contenter d'être vue et pratiquée, il faut


pouvoir lire cette ville .... "

Dans sa préface Guy Willy Razanamasy nous transporte de suite dans la


profondeur de la ville d'Antananarivo.
D'Anjalamanga à la Cité des Mille

2011, il y a exactement quatre centenaire, la ville d'Antananarivo a été


créé, selon les dits, une ville pérchée sur 1341 mètres d'altitude. Mais
bien avant l'espace était déjà occupé.

L'évolution de la ville sur le plan architecturale, humaine, économique


et politique. La Cité des mille, Antananarivo brosse, non seulement un
apperçu, mais fait aussi des analyses et propose des solutions pour
comprendre cette agglomération.

A un certain temps, il a été émis l'idée de décentraliser les centres de


décision malgache et ceci afin de faire profiter la plus grande partie de
Madagascar.
400 ans après sa création la ville a-t-elle encore son âme ?
" Une stratégie cohérente, une capacité d'intervention efficace, une
volonté de communication permanente devraient permettre à
Antananarivo d'être au troisième millénaire une ville où les homme ont
été capables de saisir les chances qui leur étaient offertes. "

" Ny arivolahy tsy maty indray andro "

Centres d'intérêt liés